TECHNIQUE DE LA CONDUITE AUTOMOBILE

Buonatesta G. .Synthèse du texte envoyé par le Service Public Fédéral Mobilité et Transports que j’avais réalisée en vue de la préparation d’examen pour le brevet d’aptitude professionnelle II.-S.

.............................2......................................Table des matières 1 ......1.............................L’énergie cinétique du véhicule : ..............2 ...............2 ......................................4.....5 2 ........................Qu’est-ce que l’énergie ?..............................................................Sécurité routière et conduite automobile......................2.2 ......................................17 2.........1 .......4 ........................Le dérapage........Comment s’exprime la vitesse ? ...............3.....1 ..Quels sont les moyens d’éviter le dérapage ?............3 ....................4 1.................................15 2............Qu’entend-t-on par sécurité active et sécurité passive ?.......................4 1.............................................................3 .................................................Conduite dans les virages..4 ............................18 2...........5 1............................................6 .....17 2................................13 2........6 2................L’énergie potentielle du véhicule : .................................9 2.....Dans quelles circonstances un véhicule peut-il déraper ? .1 .................Quel est le comportement d’un véhicule sur-vireur ? .Qu’entend-t-on par temps de réaction du conducteur ? ....1 ...........5 ..............................................................14 2.........................................................1...........Comment freiner ? ......Comment dépasser un véhicule ? ..........3........................................1...................3 1...................................3 ......6 2......................Qu’est-ce que la distance de sécurité ? .............18 2.....................6 2........6 .........9 2...........L’énergie totale du véhicule : .....Quel est le comportement d’un véhicule sous-vireur ?............................................................................................1 .............14 2..........4 .............................2........L’automobile en mouvement :..... ..Qu’est-ce qu’un mouvement ? ................................Aspects physique de la conduite automobile...3.7 2.................4 ...................7 2.....2 .........................................................1 .......Qu’est-ce que l’aquaplanage ? ..........7 .....7 2.............................................Qu’appelle-t-on force centrifuge et quelle est la manière de conduire dans un virage ? ...........15 2.........Qu’est-ce que le coéficient d’adhérence et quels sont les facteurs qui l’influencent ? .3 1....................................................1..........................................10 2..............2 .1...................3......Citez quelques facteurs qui influencent la force d’adhérence d’un véhicule...19 .......2.............18 2...............1..............................Dans quels cas le temps de réaction est-il d’une grande importance ? ................................2................................................ .12 2.......................................2......5 .............3 1.........................................................Comment évaluer les distances de freinage et d’arrêt ? .....Qu’est-ce que conduire une automobile ? ....................8 2..................................................12 2............................Qu’est-ce que la décélération et l’accélération ? ..1...................3 ...Qu’est-ce que la distance de freinage et la distance d’arrêt ?..........3 ......3 ......... .................................2..................Qu’appelle-t-on conduite défensive ou préventive ? ..............2 ........................................5 .......................................... .........................6 2............3......1 .................................................3.............................. ..............7 2.....Quel doit être le comportement du bon conducteur ? ................................Tenue de route : ..........................2..4..

d’accélérer. Par exemple : 90 km/h → 9 x 3 = 27 mètres. La distance parcourue pendant le temps de réaction est aussi d’autant plus grande que la vitesse du véhicule est élevée. Suivant la situation qu’il interprète.Qu’entend-t-on par temps de réaction du conducteur ? » Un moyen simple pour évaluer le temps de réaction : multiplier par 3 le chiffre des dizaines de la vitesse compteur. le temps de réaction est estimé à 1 seconde.2 . les interpréter et les traiter pour enfin choisir une solution et prendre une décision. En moyenne. La capacité d’enregistrer les informations et de les traiter varie d’un individu à l’autre et suivant son état physique et psychologique. etc. d’éviter un obstacle. Le conducteur et son véhicule sont en interaction permanente.1 . La conduite d’un véhicule est liée directement à la perception et à l’interprétation des informations par le conducteur.1 . . le conducteur choisi de freiner. d’avertir. 1. il ne doit pas être statique mais il doit continuellement observer l’environnement (aussi à l’arrière via les rétroviseurs et sur les côtés (angles morts)).Sécurité routière et conduite automobile.Qu’est-ce que conduire une automobile ? Il doit d’abord capter les informations de son environnement. 1. Au volant. Le temps de réaction est le laps de temps que le conducteur a besoin pour réagir devant une situation déterminée. il doit ensuite les assimiler.

» Les facteurs qui influencent le temps de réaction : . A ce moment.L’intelligence et la maîtrise de soi : le conducteur doit s’adapter rapidement à de nouvelles situations (en laissant de côté comportement agressif et frustration au volant). .il cherche à perfectionner sa conduite. . .La communication : c à d les informations qui proviennent d’autres usagers (feux de route. .La condition physique : la surprise devant l’évènement est d’autant plus grande que l’état physique et psychologique du conducteur est défaillant. etc. le temps de réaction est plus long.La perception : le conducteur doit traiter les informations reçues sous forme d’un tout cohérent sur base de ses connaissances acquises (méthode de conduite et expérience).il soigne sa condition physique et évite de conduire dans un état anormal.3 . › etc. Le temps de réaction a de l’importance quand le conducteur est surpris par un obstacle imprévu ou lorsqu’un danger survient.4 . . . huile). ouïe) : le conducteur doit capter les informations et les traiter. . .il conduit sa voiture régulièrement au garage pour les entretiens. .il connaît les possibilités et les limites de son véhicule (chargement). › la propreté des plaques et des feux.La sensation (vision.Quel doit être le comportement du bon conducteur ? .).Dans quels cas le temps de réaction est-il d’une grande importance ? 1.il contrôle périodiquement lui-même : › la propreté du pare-brise et des vitres. clignotants. .L’attention : le conducteur doit se concentrer sur la conduite de son véhicule. › le bon fonctionnement des feux.Il entretient sa voiture. . feux stop. › l’état des pneus.etc. les informations que le conducteur lui-même transmet aux autres usagers et les informations de la signalisation routière. . › les niveaux (eau. 1.

habitacle renforcé.se protéger contre les mauvais conducteurs. .Respecter le code de la route.visibilité. 2. » Sécurité active : permet de prévenir ou d’éviter un accident : » Sécurité passive : pour limiter les dégâts quand l’accident n’a pu être évité : . . .Aspects physique de la conduite automobile.ventilation.Qu’appelle-t-on conduite défensive ou préventive ? . .L’automobile en mouvement : 2.éclairage.appuie-tête.1.Qu’entend-t-on par sécurité active et sécurité passive ? . .etc. .chercher une entente avec les autres automobilistes (avertir et prévenir). . .1 .5 .pneumatiques. .1. .ceintures de sécurité. 2 . . .1 . 1.air-bags.etc.Qu’est-ce qu’un mouvement ? Un objet qui se situe à une distance variable d’un point déterminé du sol est un corps en mouvement.freins.tenue de route. .zones de déformation.colonne de direction téléscopique.6 . . .

le sens : sur une direction.la trajectoire (quelconque.Comment s’exprime la vitesse ? La vitesse d’un véhicule s’exprime par la distance parcourue pendant une unité de temps.la vitesse : le trajet parcouru par unité de temps (vitesse constante ou variable : mouvement accéléré ou décéléré). = distance d’arrêt ↑.1.Qu’est-ce que l’énergie ? Il y a 2 types d’énergie : potentielle et cinétique. Vitesse ↑ = plus difficile de modifier la trajectoire. il y a 2 sens.2 . elle dépend de la puissance et du régime moteur maximum. La vitesse de “croisière” conseillée équivaut au 2/3 de la vitesse maximale. . 2. 2. etc. . des résistances aérodynamiques.» Le mouvement a 4 composantes : .1. .la direction : la droite le long de laquelle un objet se déplace. La distance peut s’exprimer en km ou en mètre. rectiligne. circulaire. du rapport de transmission. Le tachymètre indique la vitesse instantanée (moyenne) du véhicule (km/h). . mécaniques et de roulement. La vitesse maximale du véhicule est la vitesse que celui-ci ne peut dépasser. le temps peut s’exprimer en heure.3 .). minutes ou seconde.

→ Zones d’absorption des chocs (zones de déformation avant et arrière) C’est l’énergie que possède le véhicule en raison de sa vitesse.m/s². 2.L’énergie potentielle du véhicule : Un véhicule en stationnement au sommet d’une côte possède de l’énergie en réserve : si on lâche le frein. La vitesse et l’énergie cinétique sont liées par un rapport au carré. Sous l’effet du frottement pendant le freinage.2.1.3. Variation négative de la vitesse par unité de temps : . » décélération = diminution de la vitesse.1 .L’énergie cinétique du véhicule : Energie totale du véhicule = énergie potentielle + énergie cinétique. l’énergie cinétique se dissipe sous forme de travail mécanique : déformation et rupture des tôles de carrosserie et des pièces mécaniques.L’énergie totale du véhicule : » Accélération = augmentation de la vitesse. 2. » En cas de collision. l’énergie cinétique est transformée en énergie thermique. le véhicule commence à dévaler la pente.1.Qu’est-ce que la décélération et l’accélération ? Variation positive de la vitesse par unité de temps : m/s².1.3.1.3 . . 2.2 . C’est l’énergie que possède le véhicule du fait de sa position.3. » Lors du freinage : il y a réduction ou annulation de la vitesse (et donc réduction ou annulation de l’énergie cinétique).4 .

L’accélération. signalisation routière. La tenue de route d‘un véhicule est la faculté que possède ce véhicule de prendre ou de garder la trajectoire imposée par le conducteur. Vitesse du véhicule après 10 sec : 3 x 10 = 30 m/s = +/. → la force d’adhérence longitudinale : pour accélérer ou freiner. la force centrifuge. Exemple : → Un véhicule partant de l’arrêt : accélération : 3 m/s². accélération constante de 2 m/s² pendant 5 secondes. état du sol. vitesse initiale : 60 km/h (18 m/s).100 km/h. présence d’autres usagers.. Ces forces doivent être transmises au sol : 2. sont des facteurs qui agissent sur tout véhicule en mouvement. . etc. champ de visibilité. trafic. le freinage. Le blocage des roues pendant le freinage = dépassement de la limite de la force d’adhérence. → Un véhicule circule déjà à une certaine vitesse : vitesse finale : 18 + (2 x 5) = 28 m/s = +/.93 km/h. durée de l’accélération : 10 s.L’automobiliste est tenu d’adapter la vitesse de son véhicule en fonction des conditions atmosphériques.Tenue de route : → la force d’adhérence transversale : pour parcourir une courbe. La tenue de route est influencée par les forces d’adhérence qui s’exercent au niveau des pneumatiques.2 .

b) Le véhicule.Citez quelques facteurs qui influencent la force d’adhérence d’un véhicule.2. la force d’inertie longitudinale entraîne une réaction d’écrasement à l’avant (délestage des roues arrière).lors d’un freinage. la force d’inertie longitudinale entraîne une réaction de cabrage (délestage des roues avant). → Traction : le transfert des charges vers l’arrière fait en sorte que les roues motrices avant sont délestées (adhérence diminue). ». a) La nature et l’état du sol (nature du revêtement et conditions atmosphériques).l’état de la suspension (maintien des roues en contact avec le sol). renforce l’adhérence sur les roues avant tandis que les roues arrières ont tendance à être délestées.2. . TRANSFERT DES CHARGES : → le transfert des charges vers l’avant.la répartition des charges : ›-lors d’un démarrage. les roues doivent rester en contact avec le sol. TRANSFERT DES CHARGES : → Propulsion : le transfert des charges vers l’arrière renforce l’adhérence sur les roues motrices arrières. il y a une réaction de déversement (délestage des roues gauches ou droites). La suspension doit donc faire en sorte que ces mouvements de réaction ne deviennent pas trop importants. à la décélération.lors de coups de vent latéral ou de force centrifuge (virage).1 . ›.La nature et l’état des pneus (sculptures et gonflage). ». ». ›.

Le coéficient d’adhérence au sol est le rapport entre la force totale d’adhérence du véhicule et son poids (plus un véhicule est lourd. . Le coéficient d’adhérence varie avec la nature et l’état du sol et des pneus. 2.6 0.2.86 5. rugeux Goudron sec Macadam humide Goudron humide Sol glissant Coéficient d’adhérence 0.9 0.force d’adhérence LONGITUDINALE.84 6.force d’adhérence TRANSVERSALE.Qu’est-ce que le coéficient d’adhérence et quels sont les facteurs qui l’influencent ? La force d’adhérence a deux composantes : .8 0.5 0. des conditions climatiques.98 .2. emplacement du moteur. plus il a difficile à négocier un virage) Pour qu’un véhicule se déplace.90 2. 8.1 Décélération max.88 4. L’adhérence est donc influencée par la conception du véhicule (propulsion ou traction.7 0. type de châssis). Le coéficient d’adhérence détermine la décélération maximale d’un véhicule en tenant compte de d’état du revêtement. Route goudronnée à gravier enrobé Ciment sec Macadam sec. la force de traction doit vaincre la force d’adhérence.3 0.94 0.Le centre de gravité du véhicule doit également être situé à une faible hauteur pour une bonne tenue de route.82 7. de la nature du sol.

Le coéficient d’adhérence est influencé par la vitesse (inversément proportionnel).la vitesse. 4° . le blocage et le glissement se produisent plus tôt qu’avec de bons pneus.le coéficient diminue plus vite en patinage (glissement dans le sens de marche) qu’en dérapage (glissement latéral).la distance d’arrêt est plus grande avec des roues bloquées. .le coéficient d’adhérence intervient pour le calcul de la distance de freinage réelle.la nature de la surface de la route. 2° .avec des pneus lisses.2. . il y a lieu : . 2.la sculpture des pneus. Ceci est dû au dessin du pneu. Les sculptures du pneu collectent l’eau et.3 . 5° .de contrôler le volant.Qu’est-ce que l’aquaplanage ? Un film d’eau s’interpose entre le pneu et le sol à une certaine vitesse. Les facteurs qui influencent ce phénomène sont : .Remarques : 1° .un léger crachin diminue encore le coéficient de +/. 6° . la rejettent mais si la quantité d’eau collectée est plus importante que celle qui est rejetée.30 % comparé à celui d’une pluie battante. Les forces d’adhérence avec le sol sont annulées. Le véhicule glisse alors sur ce film d’eau. ensuite. Lorsque l’aquaplanage se produit. . le phénomène d’aquaplanage se produit. 3° .

» Distance d’arrêt total : = distance parcourue pendant le temps de réaction + distance de freinage.de réduire la vitesse en lâchant la pédale d’accélérateur. a) . un transfert de poids vers l’avant du véhicule s’opère toujours. .La distance d’arrêt total est la distance parcourue depuis le moment où le conducteur perçoit la nécessité de freiner et le moment où le véhicule s’arrête. Si on freine brutalement. les roues arrière et ensuite les roues avant peuvent bloquer. . 2. ne pas freiner..2. 2. Lorsque le freinage est trop violent.Comment freiner ? Le freinage doit être PROGRESSIF et non pas brutal. enregistrer les informations et réagir en conséquence (en moyenne : 1 seconde).La distance de freinage est la distance parcourue par le véhicule à partir du moment où les forces de freinage se développent jusqu’à l’arrêt complet du véhicule.Le temps de réaction est le temps qui est nécessaire à chaque conducteur pour percevoir sa situation. Le véhicule devient alors incontrôlable. l’avant de la voiture s’écrase sur les ressorts alors que les roues arrière sont délestées et la force d’adhérence des pneus arrière sur le sol diminue considérablement.Qu’est-ce que la distance de freinage et la distance d’arrêt ? b) .4 . Lors du freinage. » Distance pendant le temps de réaction = (Vitesse/10) x 3 c) .5 .SURTOUT.2.

2. c-à d :“UN-CRO-CO-DILE-DEUX-CRO-CO-DILES“.Note : Pendant le temps de réaction.Qu’est-ce que la distance de sécurité ? Evaluation de la distance de sécurité : » Distance de sécurité = Vitesse/2 » Distance de sécurité (si vitesse > 100 km/h) : = 2 secondes d’intervalle entre son véhicule et le véhicule précédent. la vitesse du véhicule ne diminue pas ! Formule (proposée par “FEU VERT pour le permis de conduire”) pour évaluer la DISTANCE DE FREINAGE : » Distance de freinage (sol sec) = (Vitesse/10) x (Vitesse/10) 2 2.6 . 2.7 . C’est la distance minimum qu’il convient de laisser entre son véhicule et le véhicule précédent lorsque ces véhicules sont en mouvement dans une même direction. . mais au CARRE de celle-ci.Comment évaluer les distances de freinage et d’arrêt ? » Distance de freinage (sol mouillé) = (Vitesse/10) x (Vitesse/10) La distance de freinage n’est pas proportionnelle à la vitesse.2.

» . Pour maîtriser cette force centrifuge. la force centrifuge quadruple si la vitesse double.chargement du véhicule.vitesse du véhicule (proportionnelle au CARRE de la vitesse). les roues continuent à adhérer au sol.3. il faut prendre les virages avec plus de précaution. le conducteur doit respecter certaines règles : » . plus une voiture est lourde. avec une voiture chargée. les organes de suspension sont plus sollicités et. » . Les 3 facteurs qui influencent la force centrifuge sont : » . C’est la force centrifuge qui s’applique latéralement au véhicule et qui tend à l’écarter du centre de la courbe. Note : 2. plus le rayon d’un virage est court. une force centrifuge apparaît. donc. plus elle aura des difficultés à négocier un virage. » . la distance de sécurité doit s’approcher de la distance d’arrêt. 2. C’est uniquement l’adhérence qui retient le véhicule dans sa nouvelle trajectoire curviligne.Conduite dans les virages.Dans des situations d’intempéries extrêmes telles que le brouillard ou le verglas. Si la limite d’adhérence est dépassée. ils maintiennent encore les pneus en contact avec le sol et.les organes de suspension doivent être en bon état : sous l’effet de la force centrifuge. Il en est de même si le véhicule qui précède devient subitement un obstacle fixe.3 .rayon de la courbe (inversément proportionnelle au rayon de courbure).1 . plus la force centrifuge est grande. tant que leur limite d’élasticité n’est pas atteinte. le véhicule dérape.masse du véhicule (proportionnelle).Qu’appelle-t-on force centrifuge et quelle est la manière de conduire dans un virage ? Dès qu’un véhicule quitte sa trajectoire rectiligne pour décrire une courbe. .

Formule force centrifuge : F = m x v² 9. En d’autres termes : .avant le virage : se placer sur la moitié extérieure de sa bande de circulation par rapport au virage. ainsi que sa place au milieu de sa bande de circulation.81 2r c’est à dire : F = m (masse véhicule) x vitesse² 9. . . Les roues intérieures au virage se soulèvent et le véhicule tend à partir en tonneau. . . .reprendre sa vitesse en sortant du virage. » agrandir le rayon du virage (sans gêner les autres usagers). .adapter sa vitesse en fonction des autres usagers.freiner avant le virage. Les pneus ne peuvent plus absorber toute l’énergie centrifuge.à la sortie du virage : se placer sur la moitié extérieure de la bande de circulation par rapport au virage. on atteind rapidement du côté extérieur au virage l’écrasement total des ressorts tandis qu’ils sont en extension complète du côté intérieur.dans le virage : braquer vers l’intérieur du virage et s’en rapprocher (corde).Si la force centrifuge est trop importante.81 2x rayon Pour aborder un virage : » réduire la vitesse du véhicule AVANT d’aborder un virage.

Quel est le comportement d’un véhicule sur-vireur ? Si le centre de gravité se situe à l’avant du véhicule.Note : Si le véhicule est chargé. Un véhicule qui est du type sur-vireur : sous l’effet de la force centrifuge. ce véhicule est généralement sous-vireur. d’où tendance du véhicule à se renverser dans les virages ou à être encore plus sur ou sous-vireur. ce véhicule est généralement sur-vireur. le conducteur doit accentuer le braquage. 2. 2.Quel est le comportement d’un véhicule sous-vireur ? . Le véhicule a donc tendance à décrire un arc de cercle plus grand que celui imposé par les roues directrices : il vire MOINS que prévu. Dans ce cas. le centre de gravité se trouve à un autre endroit que celui d’origine (plus haut ou vers l’arrière). Un véhicule qui est du type sous-vireur : sous l’effet de la force centrifuge.3.3. Le véhicule a donc tendance à décrire un arc de cercle plus petit que celui qui est imposé par les roues directrices : il vire PLUS que prévu.2 . Si le centre de gravité se situe à l’avant du véhicule. l’essieu AVANT a tendance à s’échapper d’avantage vers l’extérieur du virage que l’essieu arrière. Si le centre de gravité se situe à l’arrière du véhicule. le conducteur doit réduire le braquage ou même (dans des conditions extrêmes !) contre-braquer. Dans ce cas. l’essieu ARRIERE a tendance à s’échapper d’avantage vers l’extérieur du virage que l’essieu avant. ce véhicule est généralement sous-vireur. La force centrifuge s’exerce au centre de gravité du véhicule.3 .

huile.Traction : risque de dérapage des roues avant (en accélération).Dans quelles circonstances un véhicule peut-il déraper ? Le dérapage intervient quand les forces d’adhérence des pneus sur le sol deviennent insuffisantes (voire nulles).Propulsion : risque de dérapage des roues arrière (en accélération).1 . Note : .Pour tout type de véhicule : dérapage des roues avant lors d’un changement brusque de direction ou un freinage trop brusque.Note : Une pression des pneus inadéquate ou une mauvaise géométrie modifie le comportement fondamental du véhicule ! 2. 2. 2. Lors du dérapage.4.) ou lors de freinage sur ces revêtements glissants. etc. augmenter le braquage dans le cas d’un véhicule sous-vireur. Le conducteur doit ensuite (si nécessaire) contre-braquer légèrement pour remettre le véhicule sur sa trajectoire (véhicule sur-vireur ou par vent latéral).Quels sont les moyens d’éviter le dérapage ? . . il faut relâcher immédiatement la pression sur la pédale de frein (si on était en période de freinage). verglas.4. On peut déraper dans les virages ou lorsqu’on roule trop vite sur des routes mouillées et glissantes (feuilles mortes.Le dérapage. . Il doit.4 .2 . Le véhicule se met à glisser. par contre.