Vous êtes sur la page 1sur 2

Hiérarchie des normes

Bloc de constitutionnalité :
- Constitution
- Préambule de 1946
- DDH 1989
- Principes fondamentaux reconnus par la loi de la République
- La Charte de l’Environnement de 2004 depuis 2005

Bloc de Conventionalité
- droit international : traités et conventions
- droit communautaire

Bloc de Légalité
- les lois organiques : précisent et complètent la Constitution.
- les ordonnances une fois ratifiées par le Parl.
- les règlements autonomes
- les lois ordinaires

Règlement (décret – Arrêté)


- actes du gouvernement

Actes administratifs (Circulaire, Directive)


La situation d’état de droit
Une règle de droit doit être soumise à la règle hiérarchique supérieure lors de son
entrée en vigueur.
Cela signifie que chaque organe de pouvoir est soumis à la norme supérieure aux
normes qu’il peut créer.
Ex : l’organe législatif est soumis à la Constitution ; le pouvoir administratif est
soumis à la loi.

Débat sur la hiérarchie des normes

Problème : où placer le droit communautaire dans la hiérarchie des normes francaise ?

10 juin 2004 : décision du Conseil constitutionnel (Loi pour la confiance dans l’économie
numérique) estime que « la transposition en droit interne d’une directive communautaire
résulte d’une exigence constitutionnelle à laquelle il ne pourrait être fait obstacle qu’en raison
d’une disposition expresse contraire de la Constitution. »
Primauté du droit communautaire sur le droit français, à l’exception de si il existe une
disposition expresse contraire à la Constitution.

30 octobre 1998 : Arrêt Sarran, Levacher et autres du Conseil d’Etat


Rappel de la supériorité de la Constitution sur le droit IN dans l’ordre interne français.
« la suprématie conférée par l’article 55 aux engagements IN ne s’applique pas dans
l’ordre interne aux dispositions de nature constitutionnelle »
 Primauté de la Constitution sur le droit IN dans la jurisprudence française.