Vous êtes sur la page 1sur 113

ACADEMIE M6

NAVIGATION AERIENNE
CHAPITRES:

„ GLOBE TERRESTRE ET ORIENTATIONS;


„ LES ROUTES ET LES TRAJECTOIRES;

„ LES CARTES;

„ MESURE DE LA VITESSE ET DE TEMPS;

„ PRINCIPE D’ UTILISATION DES MOYENS


RADIO

Mr Ahmed Driouich
Cours de Navigation

01- GLOBE TERRESTRE

AHMED DRIOUICH
1-Méridiens et Parallèles
a- Méridien: grand cercle faisant
le tour de la terre en passant par les
pôles, perpendiculairement à
l'équateur. Chaque méridien est, en
fait, constitué de 2 demi méridiens
de longitude diamétralement
opposée.
Exemple: au méridien 20 Est
correspond l'anti-méridien 160
Ouest.

b- Parallèle : cercle faisant le tour de la terre parallèlement à l'équateur, (donc


perpendiculairement au méridien) et diminuant de longueur au fur et à mesure
que l'on se rapproche des pôles. Les méridiens sont représentés sur la carte par
des droites verticales et les parallèles par des droites horizontales.
2- longitude et latitude
„ Longitude (abréviation : G):
distance en degrés et minutes
d'arc de parallèle, mesurée à
partir du méridien de
Greenwich Comptée de 0 à
180° vers l'Est ou vers
l'Ouest.

• Latitude (abréviation : L) :
distance en degrés et minutes
de méridien, mesurée à partir
de l'équateur, Comptée de O°
à 90° vers le Nord ou le Sud.

„ Mille marin (') : c'est l'unité


de distance valant un arc de
une minute (1'). C' est donc
la 60ème partie du degré et il
vaut 1852 mètres.
3-Presentation des coordonnées

Les coordonnées géographiques peuvent être présentées sous


plusieurs formes :
Pour Roissy - Charles De Gaulle, par exemple :
Présentation la plus courante :
49°00'N - 002°33'E
Pour les systèmes de navigation très précis elles sont fournies
avec la précision du dixième de minute, soit :
49°00,1'N-002°32,9'E
Les anglo-saxons présentent les coordonnées de la façon
suivante :
N 52°02,5' - W 003°25,7'
C'est d'ailleurs sous cette forme que l'on doit insérer les
coordonnées dans les systèmes de
navigation.
A- position relative de deux points
1 - Différence de latitude
On note l la différence de latitude entre deux points :
l =I LB- LA I
Si LA et LB sont de mêmes noms, on obtient l en retranchant la
plus petite de la plus grande.
Si LA et LB sont de noms opposés, on obtient l en ajoutant l'une
à l'autre.

Exemple1: LA=34°N; LB=18°N


On a : l= I LB- LA I = 34-18=16°
Exemple2 : LA=17°S ; LB=23°N
On a l= 23-(-17)= 40°
2 - Différence de longitude
On note g la différence de longitude entre deux
points :
g= I GB-GA l
Si GA et GB sont de mêmes noms , on obtient g en retranchant la
plus petite de la plus grande.
Si GA et GB sont de noms opposés, on obtient g en ajoutant l'une à
l'autre.
Si g est supérieure à 180°, on prend alors : g' = 360° - g

Exemple 1: GA=031°E 180


GB=113°E
On a:
g =!GB-GAl=113-31
g =82°
Exemple 2: GA =017°E
GB = 076°W 090°w 090°E
On a:
g =93°
000
090°E 090°W
EXEMPLE 3: GA=153°W
GB= 169°E

On a:
g = I GB - GA I = I (-169) –153 I =I - 322 I
g = 322°
g' = 360 - 322
g'=38°
B - Distance sur la Terre
1- Chemin NORD –SUD
On exprime ainsi la distance mesurée le long
d'un méridien. Si les deux points A et B, de
même longitude, ont un écart de latitude
égal à l, la distance AB vaudra : AB=l ;
l étant exprimé en minutes d'arc. Le long
d'un méridien, qui est un arc de grand
cercle, une minute d'angle au centre
intercepte, à la surface de la Terre, un arc de
1 NM.
Exemple 1
Calculer la distance entre les points A (47°32'N - 015°W) et B
(38°53'N - 015°W).
Solution :
l = 47°32' - 38°53' = 46°92' - 38°53'
l = 8°39' = 480' + 39'
l =519'
A et B étant sur le même méridien, la distance AB vaut :
AB = 519 NM
Exemple 2:Calculer la distance entre les points :
A (41°22'S-037°49'W)
B (37°06'N-142°11'E)

Solution :
Il faut remarquer, dans ce genre de calcul, que
les longitudes des points A et B sont opposées.
Le chemin le plus court entre A et B est donc
situé dans le plan méridien AB et passe
obligatoirement par un des pôles.
Dessinons un schéma en coupe de la Terre
selon AB :
Le chemin le plus court passe par le pôle Sud.
On a:
l= (90° - 41°22') + 90° + 37°06'
l = 175°44'
Convertissons en minutes d'arc :
l= 175x60+44= 10544'
AB = 10 544 NM
2 - Chemin Est-Ouest
On exprime ainsi la distance mesurée le long
du parallèle joignant deux points de même
latitude.
Si deux points A et B de même latitude ont un
écart de longitude g, le chemin Est -Ouest,
noté « e », vaut :
e = g cos L
Dans cette formule, pour que e soit exprimé en
milles nautiques, il faut que l'écart de
longitude g soit exprimé en minutes d'angle.
Le long de l'équateur qui est un grand cercle,
une minute d'angle au centre intercepte aussi
un arc de 1 NM. Par contre, le long d'un arc
de parallèle, une minute d'angle au centre
intercepte un arc de « cos L » NM.
Démonstration :
r étant le rayon du parallèle de latitude L, sa longueur
vaut d= 2 x pi x r
R étant le rayon de l'équateur, sa longueur vaut :
D=2 x pi x R
Faisons le rapport de ces deux égalités, on a :
d/D= r/R = sin(90°-L) donc d = D cos L

Exemple 1
Calculer la distance parcourue depuis le point A
(53°08'N - 015°W) jusqu'au point
B (53°08'N - 002°32'E) en supposant qu'on suit
le parallèle 53°08'N.
Solution :
g= 15°+2°32'= 17°32'
g = 17 x 60 + 32 = 1020 + 32 ; g = 1052‘

e = g cos L

e = 1052 x cos 53°08'


e = 1052 x 0,600
e = 631 NM 0°
- ORIENTATIONS

Mr Ahmed Driouich
Orientation
A- Les Nord
Pour se déplacer à la surface de la terre, il faut s’orienter. Pour cela, on
repère une direction qui sert d’origine, et à partir de laquelle on trace un angle
orienté caractérisant la direction choisie pour naviguer. Cette direction est
appelée Nord.
On distingue trois catégories de nord selon la référence choisie:
* Référence terrestre:
- Nord Vrai
- Nord Magnétique
* Référence carte:
- Nord Grille
- Nord Vrai
* Référence instrumentale:
- Nord Compas
- Nord Gyroscopique

Nous nous contenterons de décrire les Nord Vrai et Magnétique.


1- Le Nord Vrai (NV)
C’est la direction à la surface de la terre ou sur une carte, donnée par la
direction des méridiens orientés.
PN

NV
A

NV

PS

2- Le Nord Magnétique (NM)


C’est la direction que donne une boussole ( soumise au champ magnétique
terrestre).
B- Le Cap:
Cap = angle orienté du Nord vers la ligne de foi (axe de symétrie) de l’avion
Cap = orientation de l’avion.
Cap vrai Cv : par rapport au Nord vrai Nv
Cap magnétique Cm : par rapport au Nord magnétique Nm

Nv Nm
Nc
d Cap Cc + d = Cm
Dm compas

Cc
Cm + Dm = Cv
Cm d = Déviation
Cv
Cap Dm = Déclinaison Magnétique
C- La Route:

Route = Angle orienté du Nord vers la direction que suit


réellement l’avion; c’est le Chemin suivi par l’avion par
rapport au sol. On distingue aussi Rv et Rm selon le Nord de
référence choisi.

Nv
Nm
Déclinaison
magnétique

Dm
Rm + Dm = Rv

Rm
Rv
Route
D- Dérive ( X )

C’est l’angle orienté du cap vers la route.


Le chemin suivi par l’avion est donc différent de son
cap. On dit que l’avion subit une Dérive.

rd NB:
No

* La dérive: nombre sans dimension,


indépendant du nord choisi
R Vent
* Si la dérive est à droite
Cap X>0
C X * Si la dérive est à gauche
X<0
Route
E- Relation entre cap et route
Nord

R=C+X

R Vent
Cap
C X
Route

NB:
Notons que dans cette formule, il faut affecter au cap et à la route, un nom
correspondant au nord choisi.
Exemple:
RV = CV + X
3 - Relèvement ou Azimut
a - Définition

Le relèvement est l'angle orienté du Nord vers la


direction du repère.
Nord Pour les besoins de la navigation,
ce repère peut être terrestre,
radioélectrique ou céleste.
Le relèvement ou l'azimut
caractérise la direction d'un
repère.
Le relèvement prend le même
repère nom que le Nord choisi comme
référence.
b - Relations entre les relèvements

Zc + d = Zm
Zm + Dm = Zv
Zv + Ig = Zg
Zc+ Wc = Zv
Zm + Dg = Zg

Relèvement

c - Remarque importante
Le trait qui représente le relèvement est en fait une portion de
grand cercle appelé orthodromie
(voir §01.03-B).
d - Relèvements réciproques.

L'avion peut relever une station radioélectrique, mais


l'inverse est également possible.
On a le schéma de base suivant que l'on développera au
chapitre Radionavigation

Nv Nm

Zva : QUJ
ZmA : QDM
Zvs : QTE
Zms : QDR ou Radial
Cours de Navigation
Chapitre 2

2-Les Routes et Trajectoires


1. INTRDUCTION:les Routes
2. Loxodromie
3. Orthodromie
4. Comparaison: Loxo/Ortho
5. Trajectoire à Rm=Cste
6. Trajectoire à Cm=Cste
7. Exercices
Introduction
Dans l’étude des routes qui suit, nous appelons A le
point de départ et B le point d’arrivée. Entre ces deux
points il existe une infinité de routes possibles; seules
quelques unes possèdent des propriétés intéressantes
pour la navigation.
Les différentes routes que l’on peut rencontrer sont:
- la loxodromie : route vraie constante
- l’orthodromie : chemin le plus court entre deux points
- la route a route magnétique constante
- la route a cap magnétique constant
1.Loxodromie
A - Notion de latitude croissante
a - Définition
Dans les calculs sur la loxodromie, on utilise une Allure de la courbe
fonction de la latitude, appelée <<latitude
croissante >>, et notée Lc.
Cette fonction vaut:
Lc = 7915,7 log tan (45° +L/2)
Lc est exprimée en minutes d’angles pour la
commodité des calculs
b- Tables des Lc
c- Exemples
Rechercher les latitudes croissantes de L=6° et L
= 70°
On trouve pour: L= 6° = 360’ Lc = 360,7’
L= 70°= 4200’ Lc = 5965,9’
On constate que L=Lc pour L faible
d- Différence de latitude croissante
lc= LcB- LcA
S’il sont de même noms en retranche la plus
petite de la grande sinon en ajoute l’une de
l’autre
NB: il faut bien comprendre qu’on ne trouve pas lc
en entrant avec l dans les tables
RETOUR
1.Loxodromie
B- Loxodromie
a- Définition
Une loxodromie est une route telle que l’on ait:
Rv= constante
De A à B il y’a une infinité de Loxodromies ce qu’on va
étudier est la plus courtes

b- Angle de Route:V est l’angle formé entre la Loxo


et les méridiens il possede une valeur comprise entre
0° et 90° il est donné par la formule tgV =g / lc
1.Loxodromie
c- Route loxodromique Rv
On distingue quatre cas, selon le quadrant
dans lequel s’inscrit la route
loxodromique:
cas 1: orientation Nord-est: schéma
type Mercator:
Rv=V
cas 2: orientation Nord-ouest:
Rv = 360° - V
cas 3: orientation Sud-ouest:
Rv= 180°+V
cas 4: orientation Sud-est:
Rv= 180°-V
NB: Pour un même écart de latitude l, la
valeur lc correspondante est différente
vers le Nord et vers le Sud, donc pour
un même angle de route V, l’écart de
longitude g sera différent selon que l’on
navigue vers le Nord ou vers le Sud.
1.Loxodromie
d- Distance loxodromique
La formule de la distance loxodromique <<m >> est:
m = l / cosV
Dans cette formule, l est exprimée en minutes d’angle et m en Miles
Nautiques
e- Formules approchées
Pour des trajets dont la distance ne dépasse 500NM on peut utiliser les
formules approchées et ne font pas appel à Lc Voir Tableau
f - Avantages et inconvénients
Si l’on navigue a Cc= cste, ce qui revient à dire a Cm= cste , dans une
région ou la Dm est constante, on aura un Cv constant ; si de plus,
la dérive est constante, alors la route vraie sera constante et l’on
suivra alors une loxodromie.

L’avantage : nécessite que des instruments simple


L’inconvénient :ce n’est pas le plus court
1.Loxodromie
g - Exemples de calcul
Exemple 1
Calcul de la route et de la distance loxodromique entre Paris
(49°0O’N - 002°30’E) et New-York (40°50’N - 074°00’W).
Solution:
Calcul de la route:
On utilise la premiere formule: tan V = G/Ic
g=74°+2°30’ g = 76°30’=4 590’

Lc49°=3382,1’
Lc40°50= 2 688,4’ Ic = 693,7’
tanV= 6,617 V=81,4°= 81° donc Rv= 180+81=261°
Calcul de La distance:
On utilise la deuxième formule: m =l/cos V
= 49°-40°50’ = 8°10’= 490’ m =3279 NM
2.ORTHODROMIE
1- Définition:
l’orthodromie est la trajectoire qui
représente le plus court chemin d’un
point à un autre de la terre elle est
incluse dans un plan qui passe par le
centre de la terre .Elle est une
portion d’arc de grand cercle
,intersection de ce plan avec la
surface du globe .
Deux points A et B déterminent
deux arcs sur un grand cercle ; Par
convention , l’orthodromie désigne
l’arc le plus court.
Il peut être définie de plusieurs
manières :
- Par deux points.
- Par un point et une direction
- Par un vertex
2.ORTHODROMIE
2- Point remarquables: 04 pts remarquables sont présents sur
le cercle de l’orthodromie distants les uns des autres de
90°d’arc de cercle.
a- Nœuds: N et N’ ou le cercle ortho coupe l’équateur.
b- Vertex: V et V’ les pts de latitudes extrêmes atteints le
long du grand cercle. on note Lv cette latitude

NB: V et V’ sont opposés et distingués celui


du Nord ou du Sud
L’écart de longitude de deux point
remarquables successifs est également de
90°
2.ORTHODROMIE
3- Propriété
a- unicité : il existe qu’une seule
orthodromie reliant deux points A
et B
b- Nœuds:le grand cercle coupe
l’équateur selon un angle égal à
la latitude du vertex
c: vertex : le grand cercle est
perpendiculaire au méridien du
vertex. donc l’azimut de
l’orthodromie aux vertex est égal
à 090° ou 270°
4- Calcul de la distance orthodromique
Soit « p » la distance orthodromique AB.
elle est donnée par la formule issue de la
trigo sphérique
Cos p= sin LA sin LB + cosLA cos LB cos g
- LA et LB sont
Positifs si elles sont Nord
Négatifs si elles sont Sud
Valeur max que p peut prendre est 180°
Orthodromie
5- Orientation départ et arrivée de l’orthodromie
Sont donnés par les formules suivantes:
- Sin A= (sin g/sin p )× cosLB
- Sin B=( sin g/sin p) × cosLA
A et B angles bruts du triangle PAB transformable en
Routes Rv ou en azimut Zv
Dans cet exemple, on a RvA=A et RvB = 180°-B
Si on fait le produit des équations on obtient:
Sin RvA cos LA= Sin RvB cos LB
Cette équation peut se généraliser à tous points du
grand cercle de l’orthodromie et s’inscrire quel que
soit le point M de l’orthodromie: Sin Rv Cos L = Cste

On montre que cette constante vaut :


+cos Lv pour une Orth parcourus vers l’Est
_ cos Lv pour une Orth parcourus vers l’ouest
Sin Rv Cos L = +ou – Cos Lv
Orthodromie
6- convergence
Définition:
On appelle convergence la valeur notée CG:
CG = I ZvB - ZvA I
Remarque : La formule exacte qui donne la valeur de
CG étant trés complexe, on se contente d’une
formule approchée, valable pour tine distance AB
inférieure a 2 000 NM: CG= g sinLm
Dans cette formule g et CG sont exprimés en degrés.
7 – Correction de Givry:
Définition: La correction de Givry est l’angle, qui
existe au départ et à l’arrivée, entre la
loxodromie et l’orthodromie joignant deux points
A et B.
On la note : y y = ½ g sin Lm
La démonstration est simple. y

Sur cet exemple on a:


CG = g sin Lm = ZvB - ZvA
CG = V + y - (V - y)
CG=2y donc y = ½ g sin Lm

Exemple: RvA = RvLoxo- y


RvB = RvLoxo+y
Orthodromie
Exemple:
Calculer les routes vraies départ et arrivée
et la distance orthodromique entre Paris
(49°00’N - 002°30’E) et New-York
(40°50’N - 074°00’W).
Solution:
Calcul de la distance orthodromique:
cos p = sin 49° sin 40°50’ +cos 49° cos
40°50’ cos 76°30’
cos p = 0,609
p = 52,46° = 52°27’ = 3147’
p=3147NM
Calcul des routes vraies départ et arrivée:
sin A = sin 76,5° x cos 40°50’ = 1,226 x
0,757 = 0,928
sin 52,46°
sin B= sin 76,5° x cos 49° = 1,226 x
0,656 = 0,804
sin 52,46°
cela donne:
A=68,1° RvA=360°-68,1°
B = 53,6° RVB = 180° + 53,6°
RvA = 291,9°
RvB = 233,6°
C- comparaison loxo-ortho
1- distances
La distance orthodromique étant la plus
courte, on aura toujours: p≤m
Pour une distance donnée entre deux
points A et B on peut dire que:
la différence <<m - p >> est maximum
pour un chemin Est - Ouest et nulle pour
celui Nord
-Sud car dans ce cas on a loxo = ortho =
méridien A B.
La différence <<m - p>> s ‘accroît au fur
et a mesure que les points A et B se
rapprochent du pole. Pour un chemin Est -
Ouest situé sur l’équateur, on a m = p car
loxo = ortho = équateur. Des que l’on s’en
écarte <<m - p >> croit
2- Flèche
On appelle flèche <<f>> l’écartement
maximum qui existe entre deux
courbes.
On démontre de manière générale
que:
Pour la flèche ortho - loxo la formule
devient: f= Y D/230
Exemple 2
On considère le tronçon A (53°N - 020°W) B (53°N - 030°W).
Calculer la distance orthodromique AB et les azimuts vrais départ et arrivée.
Calculer également les coordonnées et les azimuts vrais aux quatre points
remarquables de cette orthodromie considérée dans sa totalité.
Solution: calcul des coordonnées du vertex Nord:
Calcul de la distance AB: Il est situé, par raison de symétrie, au milieu du trajet AB,
La distance AB étant relativement faible, on soit par une longitude de 025°W.
petit confondre dans ce cas la distance pour obtenir la latitude, on doit calculer la flèche f, qui est
orthodromique p avec le chemin Est-Ouest e ou l’écartement maximum entre la loxodromie et l’orthodromie.
distance loxodromique m. pour cela, on applique, par anticipation sur la suite de ce
p = e = g. cos L; p= 10 x 60 x cos 53° chapitre, la formule qui donne la flèche f=yD/230= 4 x
p= 361 NM 361/230 f= 6.3 NM
Calcul des azimuts départ et arrivée: Finalement, les coordonnées du vertex Nord sont:
La loxodromie AB, représentée par le parallèle VN (53°06’N - 025°W)
53°N, possède une route vraie constante 270°. les coordonnées des trois autres points remarquables s’en
La correction de Givry y vaut: déduisent aisément:
Y=1/2gsinLm=0,5x 10 x sin53°=04 VN (53°06’N - 025°W)
Azimut depart: VS (53°06’S - 155°E)
RvA= 270+y=274° Nw (00° - 115°W)
Azimut arrivée: NE (00° - 065°E) .Les longitudes sont décalées de 90° les
ZVB = 270 - y =270-4 unes des autres.
Zw8=266°
D- Segment capable sphérique
C’est le lieu des points d’ou l’on relève un repère sous un
relèvement constant: Zv = cste
NB:Ce lieu de points S.C.S. est utilise en radionavigation pour obtenir des
lieux de position radio, mais n’est jamais utilisé pour effectuer une
navigation d’un point vers un repère
On démontre que le Segment Capable Sphérique est le <<symétrique>> de
l’orthodromie par rapport a la loxodromie.

loxo
ortho
B
scs
A
E - Trajectoire a route magnétique constante
C’est une méthode de navigation de secours.
Calcul de la route magnétique constante entre deux points A et B
Hypothèse simplificatrice
On admet que la déclinaison magnétique varie uniformément entre A et B.
Remarque préliminaire
Lorsque l’on considère différentes trajectoires qui relient les points A et B, on admet qu’elles
sont représentées par des courbes dont le rayon de courbure est constant (arcs de cercle).

ours En conséquence, a mi-chemin entre A et B, les


par c
Mi - diverses trajectoires sont parallèles entre elles.
On peut donc dire que la route vraie de la
B trajectoire a route magnétique constante est
égale, par exemple, a la route vraie
A loxodromique entre A et B.

Grâce a l’hypothèse du début de paragraphe la déclinaison magnétique a mi-parcours vaut:


Dm= DmA +DmB
2
La valeur de la route magnétique est de:
Rm= Rv - Dm= Rv- DmA+DmB
2
Cette valeur de route magnétique à mi-parcours est la valeur constante qu’il faut maintenir pour
naviguer de A vers B
Pratiquement, lorsqu’on aura à A M B
résoudre un problème de
trajectoire à Rm cste, on
dressera un tableau de 3 R Rm Rm Rm
colonnes <<depart - milieu - m
arrivée >>. D Dm DmA+DmB Dm
La ligne supérieure indique la m 2
valeur de la Rm cste a suivre,
la dernière ligne celle de la Rv RvA RvLoxo RvB
route vraie. La ligne
intermédiaire est donc la
valeur de la déclinaison
magnétique.

Exemple:
Un pilote prépare sa navigation de secours du point océanique A (53°N -
010°W) ou la déclinaison magnétique vaut 8°W vers le point B (53°N - 020°W)
ou la déclinaison magnétique vaut 14°W.
Calculer la valeur de la route magnétique constante entre A et B. Quelle est la
position relative de cette trajectoire par rapport au parallèle 53°N. Pour cela,
calculer RVA, RVB et la flèche entre Rm cste et le parallèle 53°N.
Cours de Navigation
Chapitre 3

3-Les Cartes
Cartes
„ GENERALITES
* But recherché
* Propriétés générales des cartes
* Echelle d’une carte
* Les différents types de cartes
* Règles communes s’appliquant
aux canevas
* Propriété orthodromique
Un canevas est orthodromique lorsqu’un grand cercle est
représenté par une droite.
Cette propriété est intéressante pour l’aéronautique, car
l’orthodromie, chemin le plus court a la surface de la
Terre, est représentée par une droite, chemin le plus
court sur la carte.
Le canevas gnomonique, qui possède cette propriété,
n’est maiheureusement pas conforme, ce qui le rend
inutilisable en navigation.
NB Toutes les cartes que l’on utilisera seront
orthodromiques au voisinage de leur tangence
* Propriétés loxodromique
Un canevas est loxodromique lorsque la
loxodromie est représentée par une droite.
Par exemple, le canevas Mercator direct est
loxodromique. Par contre les canevas
Mercator transverse et oblique ne le sont pas.
„ Echelle d’une Carte
1- Echelle
C’est le rapport de la distance mesurée sur la carte à la distance
mesurée sur la Terre. Appelons A et B deux points de la Terre,
et a et b les deux points correspondants de la carte.
L’échelle E vaut:
E =ab/AB ab : distance sur la carte
AB : distance sur la Terre avec la méme unite
L’échelle E est un nombre sans dimension.
On la présente sous la forme: E = 1/N
2- unité
C’est le rapport d’une distance sur la carte exprimée avec une
unité adaptée à la carte (en général le millimetre) à la distance
homologue sur la Terre exprimée en Miles Nautiques.
On la note <<u>>: u =ab (mm)/AB(NM)
L’unité s’exprime généralement en mm/NM.
On a la relation: u = E x 1,852.1000000
Remarque:
Pour une surface de carte donnée, plus l’échelle ou l’unité est
petite, plus la surface terrestre représentée est grande
• Les différents types de cartes
Partant du principe qu’une carte déforme nécessairement la
surface sphérique qu’elle représente, on a essayé de trouver
des procédés cartographiques qui minimisent ces
deformations ce procédé est appelé projection
On n’étudiera qu’un certain nombre de projections que l’on peut
classer en deux groupes:
- les projections dites <<directes >>, dont les surfaces de
projection ont pour axes de symétrie l’axe des pôles,
- les projections de Mercator, ou projection cylindriques. Les
trois projections directes étudiées sont:

Pr cylindrique directe Pr stéréographique directe


Pr conique directe
Les deux projections de Mercator étudiées
sont:
Projection Mercator TRANSVERSE
On obtient un canevas dont les méridiens et
les parallèles sont des courbes
Projection Mercator OBLIQUE:
l’axe possède une direction non remarquable
On obtient un canevas dont les méridiens et
les parallèles sont des courbes

Un canevas offre le minimum de déformations si la tangence de


la surface développable se situe proche de la zone de travail. Le
choix du canevas à utiliser dépend donc du lieu que l’on veut
décrire.
• Règles communes s’appliquant aux canevas
Un certain nombre de caractéristiques communes s’appliquent
aux différents canevas:
Pour les canevas directs, la tangence est un parallèle de
latitude L0
pour un canevas Mercator direct L0 = 0°
pour un canevas Lambert L0 = L0
pour un canevas stéréo polaire L0 = 90°

Mercator transverse, la tangence est un couple méridien anti-


méridien
Mercator oblique, la tangence est un grand cercle.
1- Formes des différents routes
Pour des distances courtes a moyennes, inférieures a 2 000
NM, on peut admettre que l’orthodromie et la loxodromie
seront représentées sur ces canevas par des courbes que
l’on peut assimiler a des arcs de cercles.
a - Concavité de l’orthodromie
xité é
nv
e
avit Elle est toujours orientée vers le parallèle L0 de la
c o n c
co tangence de la carte
b- Concavité de la Loxodromie
Point de concours des méridiens
Elle est toujours orientée
vers le point de concours
des méridiens

2- Positions relatives des routes:


La règle POLE, que l’on a vue précédemment, et qui s’applique sur le
globe, s’applique également à tous les canevas conformes.
3 - Angles entre ces routes et la droite-carte
a - Angle orthodromie droite-carte
L’angle compris, au départ ou a l’arrivée d’un parcours AB, entre
l’orthodromie et la droite­carte, s’appelle la pseudo correction de
Givry ou plus simplement <<pseudo -Givry >>. Cet angle, note δ ,
est donné par la formule générale : δ = ½ g(carte)× sin Lm(carte)
δ = ½ g(carte)× sin Lm(carte)
La notion de <<longitude carte> et de <<latitude
carte>> qui n’est utilisée que pour les canevas
Mercator transverse et oblique sera développée dans
les paragraphes spécifiques a ces projections
Pour le cas particulier des trois canevas directs, on a :
δ = ½ g × (sin Lm-sinL0)
- Sur canevas Mercator Lo= 0° sin Lo=0 δ = ½ g ×
sin Lm
On remarque que δ = γ ce qui confirme que la
loxodromie est la droit de la carte
- Sur canevas Lambert Lo=Lo on retrouve l’expression
générale
δ = ½ g × (sin Lm-sinL0)
- Sur canevas stéreopolaire Lo= 90° sin L0= 1
δ = ½ g × ( 1 - sin Lm)
Remarque : quelle que soit la carte utilisée, cet angle est
petit, de l’ordre de quelques degrés maximum,dans la
mesure ou l’on se situe ds une région pas trop
éloignée de la tangence carte .
b- Angle loxodromie droite carte
Cet angle ne possède pas de nom particulier car moins usité. On le
note β. La formule donnant, applicable aux trois canevas
directs, est: β= ½ g sin Lo
Sur C Mercator Lo = 0° sin Lo=0 β=0°
Sur C Lambert Lo = Lo β= ½ g sin Lo
Sur C stéreopolaire Lo= 90° sin Lo=1 β= ½ g
4- Flèche entre ces différentes routes
Pour calculer la flèche entre deux trajectoires on applique la
formule:
f= αD/230
Si on recherche la flèche ortho loxo on prend: α=γ
Si on recherche la flèche ortho droite-carte on prend: α=δ
Si on recherche la flèche loxo droite-carte on prend: α=β
Nota
La distance D est la distance la plus facile a calculer. On considère
que, lorsque cette formule s’applique, les distances ortho et loxo
sont égales.
Elle n’est valable que si a est un angle petit (15° maxi)
„ 02-02 CANEVAS METRCATOR DIRECT
B - Allure du canevas
On imagine un cylindre tangent a la sphere
réduite au niveau de l’équateur ce cylindre
ensuite développé a plat.
1 – Méridiens
On obtient un canevas dont l’équateur est
représenté par une droite et dont les
méridiens sont des droites perpendiculaires
a l’équateur, tous parallèles entre eux et
régulièrement espacés.
2- Parallèles
L’écartement des parallèles a été calculé pour
que la carte soit conforme.La loi
mathématique qui régit cet écartement 48°
s’appelle la fonction <<latitude croissante
>>, notée Lc. Cette fonction a deja été
rencontrée lors de I’étude de la loxodromie. lc
3- Construction graphique d’une maille de
canevas Mercator . 46°
On appelle une maille une partie du canevas
comprise entre deux méridiens et deux
parallèles espacés d’un même nombre de g
degrés.
Exemple
Construire une maille de 2° limitée par les
parallèles 46°N et 48°N.
Solution:
48°
Pour construire une telle maille, la première
solution, celle du cartographe, consiste a
lc 176’
calculer l’écartement des parallèles 46°N et
48°N a l’aide des latitudes croissantes. 120’ 46°
L’écartement vaut: lc = Lc 48° - Lc 46°
Lc48° = 3 291,5’ g

Lc46° = 3 115,5’ 002°E 004°E


Ic = 176,0’
Si l’on choisit: 1’ = 1 mm
la maille a pour dimensions:
largeur: g =2°= 120’ = 120 mm hauteur:
lc = 176’ = 176 mm
L’échelle n’est pas constante , elle varie avec
la latitude . Appelons Eo l’echelle à
l’équateur et EL l’échelle à la latitude L:
EL= Eo/cosL Démonstration?

EL/Eo
Pour appréhender la variation relative
d’échelle , on trace la courbe EL/Eo
On retiendra les résultats suivants :
-L’échelle est minimale à la tangence et
2
augmente au fur et à mesure que l’on s’en
éloigne .
L
- entre 20°N et la variation d’ échelle est de 1,06
1 20° 60°
06 °/o maximum. 90°

- E60° = 2Eo
D- Mesure des angles
Les angles doivent être mesurés par
rapport
aux méridiens.
Ceux-ci étant tous parallèles, on choisira
un méridien quelconque pour mesurer
une orientation (cap, route, relèvement).
L’utilisation du nord vrai, matérialisé par
les
méridiens, s’impose sur cette carte.
Les angles peuvent être mesurés a 1’
aide d’une
règle rapporteur de type <<Jean Cras
>>.
Ces règles comportent en général deux
demi- lunes graduées de 0° a 180° et de
180° à 360°.
La méthode générale consiste a reporter la
distance a mesurer le long d’un méridien,
en faisant de telle sorte que la longueur soit
reportée approximativement d’une quantité
égale de part et d’autre de la latitude
moyenne du segment AB, de manière a
tenir compte de la variation d’échelle en
latitude. II suffit ensuite de compter le
nombre de minutes de latitude
interceptées, qui sera le nombre de milles
nautiques de la longueur mesurée.
sur cet exemple: AB= 6°30’= 390’
AB= 390NM
F- Représentation des Routes
La carte Mercator est loxodromique ; la
loxodromie est toujours représentée par une
droite. L’orthodromie tourne sa concavité vers
l’équateur qui est le parallèle de tangence.
Au voisinage de la tangence , la carte est
orthodromique ortho = droite carte
G – Propriétés
Ce canevas est :
conforme - loxodromique -
orthodromique au voisinage de la
tangence - et quasi équidistant entre
20°N et 20°S
Conclusion:
L’OACI a recommandé l’utilisation de cette
carte comme carte aéronautique de
base:<<carte générale aéronautique
internationale>> a échelle
Eo=1/10 000 000 à l’équateur limitée à la
latitude 72°N.
EXEMPLES SUR LA CARTE
„ 02.03 CANEVAS LAMBERT
A - Généralités
B - Allure du canevas
Ce canevas est obtenue en imaginant
une projection sur un cône tangent
à une sphère réduite selon le
parallèle de latitude Lo. Ce cône
est ensuite développé en une
surface plane et le parallèle Lo est
représenté par une portion de
cercle. S
S étant le sommet du cône, on obtient
un canevas dont les méridiens sont
des droites concourantes en S et
les parallèles des arcs de cercle de
centre S
1- Méridiens
Deux méridiens forment entre eux un S
angle α dont la valeur est
proportionnelle à l’écart de longitude g.
On démontre que α = g sin Lo
Pour tout le secteur de la carte, qui
représente un écart de longitude g de
360°, on a Ώ =360° sin Lo
K= sin Lo est appelé le facteur de
convergence
2- Parallèles
Le parallèle Lo est représenté par un
arc de cercle de rayon ro
On nomme :
rT : rayon de la sphere réduite
RT: rayon terrestre
Eo: échelle de la sphère réduite
On peut calculer facilement ro dans le
triangle rectangle SMO:
tan Lo= rT/ro
ro=rT/tan Lo= RT×Eo/tanLo
„ Les rayons des cercles représentatifs des autres parallèles
ont été calculés de manière a ce que le canevas soit
conforme. On peut retenir que leur écartement va croissant
lorsque 1’ on s’éloigne du parallèle Lo vers le Sud ou vers le
Nord.
C- Echelle
L’échelle n’est pas constante. II n’existe pas de EL/ELo
formule simple donnant la variation d’échelle.
La variation relative d’échelle EL/ELo est fournie
par le graphique suivant:

On peut retenir les résultats suivants:


- L’échelle est minimale a la tangence:
- On la note : ELo 1.06 L
1
- Entre les parallèles de latitude L1 et L2 dits L1 L2 L3
parallèles standards, la variation d’échelle est de
6% maximum. La carte est considérée comme
équidistante dans cette zone de latitude. On
notera que l’échelle est infinie aux pôles.
D- Mesure des angles
En un point M de la carte, l’orientation d’une droite
peut se mesurer, soit par rapport au Nord vrai soit
par rapport au Nord grille
Ce type de carte comporte en général une grille, de
manière à faciliter la mesure des angles. L’orientation
grille de la droite MN est constante et on peut donc la
mesurer en <<s’appuyant>> sur n’importe quel
méridien grille S’il est nécessaire de connaître la route
vraie en un point, on convertira cette route grille en
route vraie grâce à l’utilisation de l’inclinaison grille
Ig : Rv = Rg – Ig Dans le cas d’une grille standard,
c’est-à-dire parallèle a Greenwich et orientée vers son
Nord géographique l’inclinaison grille Ig vaut en
valeur absolue:
I Ig I = α = GM sin Lo sur ce schéma : Ig > 0 ( Nv
est à droite)
GM: longitude du point M
E- Mesure des distances
On procède de la même manière que
précédemment en reportant la
distance à mesurer sur un méridien
autour de la latitude moyenne du
segment a mesurer.
F- Représentation des Routes
L’ orthodromie est représentée par
une courbe, assimilée a un arc de
cercle, dont la concavité est tournée
vers le parallèle de tangence L0.
II est donc nécessaire, lors de
l’utilisation de cette carte, de
connaître la valeur du parallèle de
tangence
La loxodromie tourne sa concavité
vers le point de concours des
méridiens
Au voisinage de la tangence le canevas est orthodromique:
orthodromie = droite carte
δ #0 car : sinLm # sinLo
Rappel: δ =½g(sinLm-sinLo)
β = ½ g sin Lo
G- Propriétés
Ce canevas est :
- Conforme
- Orthodromique prés de la tangence
- Quasi équidistant entre les parallèles standards
H- Conclusion
L’OACI a recommandé l’emploi de ces cartes dans les
zones de latitudes comprises entre 4° et 72°
Deux découpages de cette zone existant concurremment:
L’un en trois zones:
- 4° - 28°
- 28° - 48°
- 48° - 72°
L’autre en 17 zones de 4° de hauteur chacune
02.04 CANEVAS STEREOGRAPHIQUE POLAIRE
A - Généralité
B - Allure du canevas
Ce canevas est une projection géométrique
conforme. Un point <<m>> du canevas est
obtenu par projection d’un point M de la
sphère réduite sur un plan tangent a un
pôle, a partir du pôle opposé.
On obtient un canevas dont les méridiens sont
concourants au pôle de tangence et dont les
parallèles sont des cercles concentriques
centrés sur ce pôle et en tous points
perpendiculaires aux méridiens.
1-Méridiens: Deux méridiens forment entre ro
eux un angle α = g ( écart de longitude ) rL
2- Parallèles : On peut calculer le rayon rL du
cercle représentatif du parallèle L: rT:
rayon de la sphère réduite
E90 : échelle de la sphère réduite— ro: rayon
du cercle représentatif de l’équateur on a:
tan C/2= rL/2 rT
comme ro = 2rT (triangle rectangle isocèle
PNPSQ)
on peut écrire :
rL= ro tan C/2
3- Construction graphique des
parallèles
Si on connaît ro =2 x rT= 2 RT x E90, on
peut utiliser la construction graphique
suivante:
Q
On place un pt Q tel que :QPN= ro= 2 x rT
Pour obtenir la représentation du parallèle L,
on trace une droite qui fait un angle de
C/2 avec le méridien 090°W. Cette droite
coupe le méridien perpendiculaire en un
point « m » appartenant au parallèle de
latitude L car tan C/2 = rL/ro

C - Echelle EL/E90
L’échelle de cette carte n’est pas constante : elle varie
avec La latitude.
Si on appelle E90 l’échelle de la carte au pôle, c’est-à- 2
dire à la tangence, on démontre que:
E= E90/cos²C/2 EL: échelle a la latitude L
C : colatitude de L
1.07
Cette relation s’écrit également : E= E90 (1+tan²C/2) 1
Allure de la variation relative d’échelle EL/Eo: 90°N 60°N 0° 90°S
D- Mesure des angles
Le principe est le même que sur la
carte Lambert, à cause de la
convergence des méridiens
Toutefois dans ce cas ,le tracé du
méridien passant par le point
concerné est simple dans la mesure
ou le pôle est représenté sur la
carte. Ces cartes portent en général
une grille parallèle au méridien de
Greenwich et orienté vers la nord
géographique ou grille standard.
Dans ce cas l’inclinaison grille en un
point M vaut Ig =G(w)
Rappel: on a Rv=Rg-Ig
La notation <<G(w) >> pour la
longitude veut dire que l’on donne
un signe positif a une longitude de
<<nom >> Ouest (W).
000°
L’inclinaison grille est alors positive si
la longitude est << Ouest >>.
L’inclinaison grille est négative si la
longitude est <<Est >>.
E- Mesure des distances
Les distances sont mesurées classiquement par
report sur un méridien de part et d’autre de la
latitude moyenne
F - Représentation des routes
On démontre que I’orthodromie est représentée
rigoureusement par un arc de cercle, dont la
concavité est tournée vers le pôle.
La loxodromie tourne également sa concavité vers le
pôle.
Sa concavité sera toujours plus prononcée vu l’ordre
relatif des routes donné par la règle POLE.
-Près du pôle, la carte est considérée comme
orthodromique: d’ou : droite-carte =
orthodromie
δ#0 car : sin Lm# sin Lo=sin90°= 1
G –Propriété
ce canevas est:
- conforme
- orthodromique près de la tangence
- quasi équidistant entre le pôle tangent et la
latitude 60° de même nom.
Exemple : représentation d’un grand cercle de vertex(30°N-
060°W)

Conclusion : l’OACI a recommandé l’utilisation de cette carte pour des parcours


polaires compris entre 72° de latitude et le pôle le plus proche
Cours de navigation
Chapitre 4

Les vitesses et temps


Plan de l’exposé
1 - Généralités
2 - Résolution du triangle des vitesses par le
calcul
3 - Résolution graphique du triangle des
vitesses
4 - Résolution du triangle des vitesses au
computer
5 - Variation de la dérive
6 - Routes inverses
7 - Détermination de la VP en vol
I - GENERALITES
Un avion en vol se déplace dans une masse
d’air, laquelle est en mouvement par
rapport à la terre.
Nous avons donc à tout instant:
Vitesse avion par rapport à la terre=vitesse
avion par rapport à l’air + vitesse de l’air
par rapport à la terre.
Soit: vitesse sol=vitesse propre +vent
r r r
Vs = Vp + Vw
1 - Le vent Vw
Il est représenté par un groupe de 2 nombres.
Le premier représente la direction d’où souffle
le vent par rapport au nord vrai. Le second
traduit la force du vent, exprimée
généralement en nœuds,parfois en kilomètres
heure.
Exemple: TVw 270/40 : vent d’ouest de force
40kts.
Dans le triangle des vitesses, le vecteur vent est
représenté par un segment de droite portant 3
flèches.
→→→
2 - La vitesse propre

C’est la vitesse de l’avion par rapport à


la masse d’air dans le triangle de
vitesse en la représente
symboliquement par un segment de
droite portant une flèche.
La vitesse propre est portée par l’axe
de l’avion, c’est à dire par le cap de
l’avion.
3 - La vitesse sol VS
C’est la somme vectorielle de
r r r
Vs =Vp+Vw
On la représente par un segment de droite
portant 2 flèches .La direction de la
définit la route de l’avion.
Le triangle s’appelle le triangle des vitesses.
4 - Les angles du triangle des
vitesses

x = dérive
X= dérive α=

α = gisement du vent β=

β = angle du vent
II - Résolution du triangle des
vitesses par le calcul
N’est jamais utilisée en pratique.
Vw, β et Vp étant connus on en déduit X et Vs

Vp Vw
= ⇒ X
sin β sin X
Connaissant X et β on en déduit α
α = x + β
Puis on calcul Vs

Vs = Vp + Vw − 2VwVp cos α ⇒ Vs
2 2 2
Résolution graphique du triangle
des vitesses
1er type de problème: Avec un avion de Vp
connue et un vent connu quel cap doit-on
adopter et quelle sera la Vs pour suivre
une route?
Il suffit d’orienter le graphique(en plaçant le
Nv par exemple) et de se fixer une
unité(par ex: 1mm=2NM)
D’un point quelconque de la route Mon
remonte le vecteur Vw puis,avec une
ouverture de compas égale à Vp et centré
à l’origine du Vw N on recoupe la route en
P.
La direction PN matérialise le cap à suivre et
la longueur PM matérialise la Vs.
2ème type de problème: Un avion de Vp
connue,à un cap connu,subit un Vw connu.
Quelle est sa route et quelle est sa vitesse?
Il suffit d’orienter le graphique et de se fixer
r r
une unité et de faire Vlapsomme
+ V w vectorielle
La direction PN matérialise la route suivie et
la longueur PN la valeur de la Vs.
Exemple: Un pilote prépare sa navigation de A vers B. Sur la
carte , il mesure: Rv= 067°, D= 123NM
L’avion a une vitesse propre 210Kts et vent dans toute la
région est Vw = 300°/50Kts.
Quels seront le cap à prendre et le temps de vol?
Solution: soit l’échelle 1mm=2NM
Traçons la route orientée 067°.en un pt
quelconque de cette route on fait arriver un vent
correctement orienté de longueur Vw=50/2=25mm.le vent est
représenté par le vecteur NM
Du pt N on trace un arc de cercle de rayon Vp=105mm.
Cet arc coupe la route en un pt P.PN est le vecteur vitesse
propre correctement orienté pour que l’on suive la route
067°.le triangle PNM est le triangle des vitesses.
l’orientation du segment PN donne le cap vrai et la vitesse sol
Vsest mesuré par le segment PM..on trouve : Cv =056°
Vs =118mm soit Vs = 236 kt
t = D/Vs =(123/236)*60 t = 31mn
Solution:
Echelle
N

Vw=25mm
Vp=105mm M

065°
Vs=118mm

P 067°
Résolution du triangle des vitesses au
computer
Le computer à réglette coulissante (de type ARISTO)remplace
la feuille de papier et permet de résoudre tous les cas de
triangle des vitesses.
NB :la vitesse propre est portée par le cap.
la vitesse sol est portée par la route.
Résolution de l’exemple précédent :
On place en face l’index du plateau circulaire la route,soit
067°.on imagine alors que le vecteur vitesse arrive au
centre du plateau. ne connaissant pas la valeur de la
vitesse sol,on place le vent grâce au curseur rotatif ayant à
l’esprit que le vent arrive sur la route. le vent souffle donc
vers le centre du plateau. On repère ensuite la graduation
50 sur l’échelle identique à celle de la réglette coulissante
.sous l’origine du vent on place l’arc « 210 » représentant
l’extrémité de la vitesse propre.
Sous le centre du plateau circulaire passe le cercle gradué « 236 »qui est la
valeur de la vitesse sol. Sous l’origine du vent passe une ligne gradué « 11° »
qui représente la dérive. La vitesse sol étant à droite de la vitesse propre la
dérive est droite :X = +11°.
Le cap vrai sera :Cv =067°-11°
Cv = 056°.

Variation de la dérive
Soit un Vw constant en dα
force et variable en
direction.
La dérive sera maximum
lorsque le Vw sera
Vw
perpendiculaire
sin x max = à la
Vp
route. L’angle au vent
sera de 90° et
α
Supposons que la direction du Vwdvarie de
. Cette variation entraîne un changement de
dérive de dx

Les figures ci-dessus montrent que:


dx1>dx2
Donc:
Une même variation dans la direction du Vw
entraîne une variation de dérive plus
importante avec un vent de front qu’avec un
vent arrière.
Routes inverses
(RV AB
Un avion de Vp effectue le trajet AB = cste )
à vitesse Vs
solA , puis le trajet
VsR BA à
. Le vent reste constant à l’aller et au
retour.
Les deux triangles aller et retour ayant un
côté commun peuvent être juxtaposés.
La figure fait apparaître:
x aller = x retour
cap retour = cap aller + 180 + 2 x aller
2Vp cos x = Vs A + Vs R
D’autre part, la puissance du point M par rapport au cercle de
centre O et de rayon Vp

P( M ) = MA × MB = V P − w 2
2

Vsa × Vsr = Vp − w 2 2
(w=module du
Vw)
7- Détermination de la Vp en vol
11.1Méthode du Colonel RENARD:
Consiste à mesurer trois Rv sur trois routes
différentes, à mesurer les trois Vs sur ces
trois routes et à reconstruire
graphiquement les trois triangles des
vitesses.
Cette méthode implique que la Vp soit
constante pendant les trois mesures et
que le régime de Vw soit constant. Ces
trois triangles ont un côté commun (le vecteur
Vw) et trois côtés de même module (la Vp).
A partir d’un point quelconque M on fait converger sur ce point
trois vecteurs AM,BM,CM proportionnels chacun aux trois
Vs.
Le rayon du cercle passant par A,B,C,matérialise la valeur de la
Vp.On en déduit également les trois dérives par simple
mesure
Exercice d’application
Soit un carré ABCD de côté a. A Vp et Vw constants vous
mettez 10mn AB, 12mn pour BC, 15mn pour CD. Quel
temps mettrez-vous pour faire DA?
a × 60
Vs AB = = 6a
10
a × 60
Vs BC = = 5a
12
a × 60
Vs CD = = 4a
15
Nous connaissons trois routes et trois Vs. Fixons nous
a=1cm
On mesure Vs = 4.8cm = 4.8a
DA

a 1
tDA = = h = 12.5mn
4.8a 4.8
Remarque: Ce problème peut se traiter par le calcul. Les
routes AB et CD puis les routes BC et DA peuvent être
considérées comme des routes inverses.

VsAB ×VsCD = Vp − w
2 2

VsBC ×VsDA = Vp −Vw


2 2

⇒VsAB ×VsCD =VsBC ×VsDA


Soit:
6a × 4a = 5a × Vs DA
24 a 2 a
Vs DA = = 4 .8 a t DA = = 12 .5 mn
5a 4 .8 a
11.2 Méthodes des bases parallèles:
La méthode consiste à faire deux passages entre alignements
séparés par une distance d connue. Ces passages se font à
cap perpendiculaire à ces alignements.
On mesure les temps pour parcourir
AB = t1
CD = t2
d
AB = = Vs × t1
cos x1
1 ⇒

Vs 1 cos x 1 = Vp + w cos α
d
CD = = Vs 2 × t2
cos x 2

Vs 2 cos x 2 = Vp − w cos α
Vs 1 cos x 1 + Vs 2 cos x 2 = 2 Vp
⎛ 1 ⎞

d d d 1
+ = 2 Vp Vp = ⎜⎜ + ⎟⎟
t1 t2 2 ⎝ t1 t2 ⎠
En utilisant cette formule, attention aux unités.
Conseil: prendre d en NM, t1 et t2 en secondes.

d t1 + t 2
Vp Kt = ( ) × 3600
2 t1 × t 2
IV/ DETERMINATION DE LA VITESSE

Pour l’estimation de sa positon, il faut avoir


connaissance de deux paramètres qui sont:
- la route vraie Rv
- la distance sol parcourue
Rv sera calculée à partir de la connaissance du cap compas
Cc.

Il existe plusieurs façons d’accéder à la vitesse sol:


- à partir de la connaissance de la vitesse propre Vp, et en résolvant
le triangle des vitesses.
- en mesurant la vitesse propre par des procédés de navigation pour
en déduire la vitesse sol Vs.
- en mesurant directement la vitesse sol.
A- ANEMOMETRIE

1- Calcul de la vitesse propre Vp à partir de la


vitesse indiquée.
A bord, on dispose d’un anémomètre qui fournit une vitesse brute
déduite de la mesure de la pression statique et dynamique. Pour
accéder à la Vp, on doit appliquer à cette mesure certaines corrections
qui sont fonction des caractéristiques de la masse d’air.

a- Vitesse conventionnelle
L’anémomètre fournit une vitesse appelée vitesse conventionnelle
notée Vc.
a- Vitesse conventionnelle

La vitesse conventionnelle Vc, est l’indication d’un anémomètre idéal,


c’est-à-dire sans erreur instrumentale, équipant une installation
anémométrique parfaite, c’est-à-dire sans erreur statique, ni fuite, ni
retard, gradué de telle sorte qu’en atmosphère standard à l’altitude Z=0,
son indication soit égale à Vp.
On aurait Vc=Vp pour un avion volant à une altitude nulle en atmosphère
standard.

Remarque:
Si l’anémomètre n’est pas parfait, il indique une vitesse instrumental Vi.
b- Vitesse équivalente

La vitesse équivalente VE est une vitesse intermédiaire de calcul


obtenue en considérant que la densité de l’air est la densité standard
au niveau de la mer.
Pour obtenir VE à partir de Vc, il faut appliquer à cette dernière une
correction de pression notée « kp »:
VE=Vc × kp
La valeur de « kp » est donnée par des tableaux ou des courbes.
c- Vitesse propre

C’est la vitesse réelle de l’avion par rapport à la masse d’air. Cette


vitesse est considérée horizontale (en monté ou en descente) car la
pente de la trajectoire dans ces deux cas est faible.

vp

La vitesse propre Vp est donc la projection horizontale de la vitesse


réelle de l’avion par rapport à l’air.
La densité de l’air varie dans la grandes proportions lorsqu’on s'élève en
altitude. Il faut donc appliquer une correction de densité, notée « kd » à
cette vitesse équivalente pour obtenir la vitesse propre.

Cette correction vaut:

1 ρ
kd=
δ= ρο
√δ

La vitesse propre est alors égale à: Vp=VE × kd

Vp= VE
√δ
Dans la pratique, on utilisera le computer pour effectuer cette
correction de densité.
d- Utilisation des computers

On trouve sur le marché deux types de computer qui permettent


d’effectuer les calculs d’anémométrie:
- ceux du type ARISTO
- ceux du type JEPPESEN
Pour les computers de la gamme ARISTO et assimilés, le calcul qui
conduit de la vitesse conventionnelle à la vitesse propre passe par
l’étape intermédiaire du calcul de la vitesse équivalente. En fait ce
computer calcul Vp connaissance VE, et nécessite le calcul
préliminaire de VE .
Pour les computers JEPPESEN, on a le choix soit de procéder comme
précédemment, soit de passer par le calcul intermédiaire du nombre de
Mach.
e- Exemple de calcul

Au niveau de vol FL 350, la On applique la formule


vitesse indiquée de l’avion empirique:
est de 250 kt et la 100 kp=102,5 - 35×2,5
température statique de 12
l’air est de -50°C.
100 kp=95,2
Quelle est la vitesse propre
de l’avion? kp= 0,952
Solution VE=Vc kp
Computer de type ARISTO VE=250 × 0,952
ou JEPPESEN
Vc=250 kt
VE=238 kt
Calcul de VE
On cherche d’abord le
coefficient kp:
Calcul de Vp
Dans la fenêtre « Airspeed » on aligne la température statique
en face de l’altitude pression, soit -50°C en face de 35 (pour
35000 ft)
Sur la couronne extérieure on lit Vp en face de VE, soit 432 kt.

Vp=432

Vp
432
-50°
VE
33 238
Temp.
Zp
2- Calcul de la vitesse propre à partir du Mach

a- Nombre de Mach
C’est le rapport:
Vp
M=
a

« a » est la vitesse du son au niveau de vol de l’avion.


Par exemple un avion qui vole à Mach 0,80 possède une vitesse qui vaut 80%
de la vitesse du son.
La vitesse du son « a » ne dépend que de la température:
a=39√T ou a=20,1√T
b- Utilisation du computer

Les computers de type ARISTO ou JEPPESEN permettent


d’effectuer ce calcul:
Ils fournissent directement la vitesse propre connaissant le nombre de
Mach.
Dans la fenêtre Airspeed on affiche la température statique en face du
repère « Mach ». Sur la couronne extérieure, on lit la vitesse propre en
face du nombre de Mach repéré sur la couronne intérieur.
En face du nombre « 1 » de la couronne intérieure figure la vitesse du
son au niveau de vol de l’avion.
Avec les computers ARISTO, on a le choix du repère: M(kt) ou
M(Km/h)
Avec les computers JEPPESEN, le repère s’appelle Mach Index.
c- Exemple de calcul

Au niveau de vol FL 330 ou calcul:


règne une température
statique de -45°c, on affiche
a=39√T
un Mach M=0,84.
a=39√273-45
Quelle est la vitesse propre
a= 589 kt
de l’avion?
Deux méthodes sont
possibles: Vp=M×a
Vp=0,84×589
Vp=495 kt
-Computer ARISTO ou JEPPESEN

Dans la fenêtre « Airspeed » on affiche -45°C en face du repère Mach.


En face de 0,84 de la couronne intérieure, on lit sur la couronne
extérieure:

495
-45°
0,84
M(kt)
B- Mesure de la vitesse

1- Méthode de la vitesse propre


a - Méthode des alignements parallèles ou des caps
opposés
Imaginons deux alignements parallèles séparés par une
distance D. L’avion dont on ignore la vitesse propre, doit
traverser ces deux alignements avec un cap vrai
perpendiculaire dans un sens puis dans l’autre. On notera tA et
tR les temps de « traversée aller et retour ».
On note VSA, XA, tA les éléments de vol aller.
On note VSR, XR, tR les éléments de vol retour.
On note VT la projection du vent sur le cap.
On a : En divisant (1) par (2) on obtient:
VSA cos XA = Vp + VT VSA + VSR = 1 + 1 = 2Vp
VSR cos XR = Vp – VT M1M2 M3M4 tA tR D
Ajoutons membre à membre: D’où : Vp= D/2 (1/tA +1/tR)
VSA cos XA + VSR cos XR = 2Vp (1)
On retiendra cette équation et le résultat
suivant:pour des caps opposés les dérives
subies sont inégales en valeur absolue.
Par ailleurs on a:
D=M1M2 cos XA=M3M4 cos XR (2)
Exemple
Deux axes parallèles sont séparés par une distance de 24 NM.
Au cap perpendiculaire aller, on mesure 6 minutes entre ces
deux repères, au cap perpendiculaire retour 8 minutes.
Quelle est la vitesse propre de cet avion?

Solution:
On applique la formule en remplaçant tA et tR par leurs
valeurs en minutes, et en la multipliant par 60 pour obtenir
des NM/h et non pas des NM/min.
Vp= 24/4 (1/6 +1/8)×60
Vp=210 kt
b- Méthode des routes opposées
Contrairement à la méthode, ici ce sont les routes qui sont
opposées.
Imaginons un trajet AB long d’une distance D. On mesure les
temps aller tA et retour tR mis pour le parcourir, ainsi que les
dérives. On en déduit aisément les vitesses sol aller et retour VSA
et VSR.

A
Sur le schéma ci-contre on a dessiné les
triangles des vitesses aller et retour avec le
X VSA
vent commun. L’ensemble de la figure forme
un triangle isocèle et l’on peut en déduire Vp
que les dérives aller et retour sont égales en
valeur absolue; soit X cette valeur. VSR
X
Vp

B
La base de ce triangle vaut à Exemple:
la fois:
Il a fallu 6 minutes à l’aller pour
VSA + VSR = 2Vp cos X
parcourir 24 NM sur une route
On retiendra ce résultat qui orientée au 120° vrai avec une dérive
permet de résoudre de
de 10° gauche. Au retour, le même
nombreux problèmes
d’aller-retour. trajet a été effectué en 8 minutes.
On en déduit ensuite la Quelle est la vitesse propre de
vitesse propre: l’avion?
Solution:
VSA=24/6 × 60 =240 kt
VSA+VSR
Vp= VSR=24/8 × 60 =180 kt
2 cos X
Vp= (240+180)/(2× cos 10°)=213 kt
2- Mesure de la vitesse sol
Mesure directe Exemple:
On chronomètre le temps mis Le long d’un airway, un avion
pour parcourir une branche
de navigation AB dont on survole la balise DCH à 01h52, en
connaît la distance D. Ce direction de la balise MYC, survolée
tronçon AB peut être à 02h01,et distante de 75 NM.
matérialisé, soit par des Quelle est la vitesse sol de
repères visuels, soit par des
l’appareil?
repères radioélectriques.
Connaissant la distance D et le Solution:
temps t on a: t = 2h01 – 1h52 = 9 min
Vs=75/9 × 60
Vs=500 kt
D
Vs = t