Vous êtes sur la page 1sur 1

L’influence des FMN (cf. B.

Barber) : La Attention, les FMN mènent des stratégies


convergence des habitudes de consommation diversifiées (par exemple, l’intégration régionale
(standardisation) facilite l’obtention des économies pour pénétrer un marché suppose une adaptation
d’échelle (ex. Coca Cola, Walt Disney, aux particularités culturelles locales).
Le constat d’une homogénéisation MacDonald…)
culturelle croissante

L’influence des médias : les médiums de masse Attention, l’action des grands médias reste filtrée
créent un village planétaire (Marshall MacLuhan) par les agents de proximité (cf. Paul Lazarsfeld), et
et contribuent à la diffusion de normes culturelles est inefficace quand elle est trop explicite
communes (le cinéma US est aussi un vecteur)

Le phénomène d’acculturation (changement culturel


provoqué par le contact de cultures) que constitue la
diffusion de la culture occidentale, conduit à la
LA MONDIALISATION modification, ou à la disparition des normes et valeurs
CULTURELLE locales (voire à un ethnocide culturel).

La marchandisation croissante (liée à l’occidentalisation)


serait un vecteur caché de déculturation

La thèse de la déculturation entraînée


par l’occidentalisation
S’agit il d’une occidentalisation du
monde ou d’un métissage culturel ? Rien de nouveau ! La mondialisation et les échanges
culturels commencent déjà avec le commerce antique
Il faut nuancer la thèse de
l’occidentalisation
L’acculturation n’est souvent qu’une réinterprétation
après sélection, ce qui maintient la différenciation
culturelle (éventuellement avec une restructuration)

La « résistance » culturelle peut prendre parfois diverses


formes : contre – acculturation (cf. Iran), exception
culturelle (cf. France), réactivation des folklores…

Plus généralement, les contacts culturels débouchent


souvent sur des syncrétismes culturels ou des cultures
métisses (emprunts réciproques, cf. histoire des langues)