Vous êtes sur la page 1sur 19

Norme NF C 15-100

Version de décembre 2002, voir les évolutions dans les fiches d'interprétations.

Les extraits de la norme ne sont applicables uniquement que dans les locaux
d'habitation.

I Généralités de la norme NF C 15-100 :

• Section des conducteurs et calibres des protections.


• Protection différentielle 30 mA.
• Prises de courant.
• Circuits spécialisés.
• Éclairage.
• Boîtes de connexion. Dispositif Connexion Luminaire DCL.
• Prises de communication et de télévision.
• Chauffage électrique.
• Protection contre la foudre.
• Schéma, identification des circuits.
• Gaine Technique Logement GTL.
II Équipement minimal selon la norme NF C 15-100 :

• Tableau de synthèse.

III Autre :

• Volumes de sécurité dans la salle de bain.

Vous voulez plus de détails, savoir ce que dit la norme dans un cas particulier ?
Contactez-moi.

I Généralités sur la nouvelle norme NF C 15-100 :

1) Section des conducteurs, calibres des protections :

section minimale des courant assigné maximal du


nature du circuit conducteurs (mm²) dispositif de protection (A)
cuivre disjoncteur fusible
éclairage, volets roulants, prises
1,5 16 10
commandées
VMC 1,5 2 (1) non autorisé
circuit d’asservissement tarifaire,
fil pilote, gestionnaire d’énergie, 1,5 2 non autorisé

prises de courant 16 A :
- circuit avec 5 socles max. 1,5 16 non autorisé
- circuit avec 8 socles max. 2,5 20 16
circuits spécialisés avec
prise de courant 16 A (machine à 2,5 20 16
laver, sèche-linge, four,…)
chauffe-eau électrique non
2,5 20 16
instantané
cuisinière, plaque de cuisson
- en monophasé 6 32 32
- en triphasé 2,5 20 16
1,5 16 10
autres circuits y compris 2,5 20 16
le tableau divisionnaire (2) 4 25 20
6 32 32
(1) Sauf cas particuliers où cette valeur peut-être augmentée jusqu’à 16 A.
(2) Ces valeurs ne tiennent pas compte des chutes de tension.

2) Protection différentielle 30 mA :

Tous les circuits de l’installation doivent être protégés par un dispositif différentiel
résiduel (DDR) 30 mA. Les circuits sont à répartir judicieusement en aval des 30 mA,
recommandation de protéger par des 30 mA différents les circuits d’éclairage et les
prises de courant d’une même pièce. L’ensemble des circuits de chauffage, y compris le
fil pilote, est placé sous un même 30 mA. La protection des circuits extérieurs,
alimentant des applications extérieures non fixées au bâtiment, doit être distincte de
celle des circuits intérieurs.

Choix des interrupteurs différentiels :

Branchement monophasé de puissance ≤18 kVA, avec ou


Surface des locaux sans chauffage électrique.
d'habitation Nombre, type et courant assigné minimal In des interrupteurs
différentiels 30 mA
surface ≤ 35 m2 1 x 25 A de type AC et 1 x 40 A de type A (1)
35 m2 < surface ≤ 100 m2 2 x 40 A de type AC (2) et 1 x 40 A de type A (1)
surface > 100 m2 3 x 40 A de type AC (2) et 1 x 40 A de type A (1)
(1) L'interrupteur différentiel 40A de type A doit protéger les circuits suivants :
- le circuit spécialisé de la cuisinière ou de la plaque de cuisson,
- le circuit spécialisé du lave-linge.
En effet ces circuits alimentent des matériels qui, en fonction de la technologie utilisée,
peuvent, en cas de défaut, produire des courants comportant des composantes
continue. Dans ce cas, le DDR, conçu pour détecter ces courants, assure la protection.
- et éventuellement, deux circuits non spécialisés (éclairage ou prises de courant).
Dans le cas où cet interrupteur différentiel de type A est amené à protéger un ou deux
circuits spécialisés supplémentaires, son courant assigné doit être égal à 63A.
(2) Lorsque des circuits de chauffage et de chauffe-eau électrique, dont la somme des
puissances est supérieure à 8 kVA, sont placés en aval d'un même interrupteur
différentiel, remplacer un interrupteur différentiel 40 A de type AC par un interrupteur
différentiel 63 A de type AC.

3) Prises de courant :

• Installation de façon à ce que l’axe des alvéoles soit au moins à 50 mm


au-dessus du sol fini pour les socles < 32 A et 120 mm au moins pour les
socles 32 A.
• Fixation par griffes vivement déconseillée et interdite à partir du 1er juin 2004,
utilisation recommandée de boîtes d’encastrement mixtes.
• Au moins 1 socle prise de courant 16 A doit être placé à proximité de chaque prise
de communication ou de télévision.
• Les socles 16 A doivent être du type à obturation.
• Les socles > à 16 A sont :
- soit à obturation.
- soit installés avec l’axe des alvéoles placé à 1,40 m ou plus du sol fini.
- soit munis d’un volet de protection.
- au-delà du 1er juin 2004 tous les socles devront être à obturation.
• Prises de courant placées dans le sol, les socles doivent avoir les degrés de
protection IP 24 et IK 08.
• Prises de courant commandées :
- chaque socle est compté comme 1 point éclairage.
- alimentation par les circuits éclairage.
- courant nominal socle = 16 A.
- recommandation de repérage des socles.
>Dispositif de commande :
- 2 socles au plus placés dans la même pièce : utilisation d’un interrupteur.
- plus de 2 socles : utilisation de télérupteur, contacteur ou similaire.
• Décompte des socles de prises de courant montées dans 1 même boîtier :
- ensemble de 1 ou 2 socles = 1 socle.
- ensemble de 3 ou 4 socles = 2 socles.
- ensemble > à 4 socles = 3 socles.

4) Circuits spécialisés :

• Chaque gros électroménager doit être alimenté par un circuit spécialisé. Au moins
4 circuits spécialisées doivent être prévus :
> 1 circuit cuisson :
- 1 circuit alimentation cuisinière ou plaque cuisson seule sur boîte de connexion
ou prise 32 A mono ou 20 A tri.
> 3 circuits avec socle prise de courant 16 A pour alimentation d’appareils du
type : lave-linge, lave-vaisselle, sèche-linge, four indépendant, congélateur.
• Lorsque l’emplacement du congélateur est défini, il convient de prévoir 1 circuit
spécialisé avec 1 dispositif différentiel 30 mA spécifique à ce circuit, de préférence
à immunité renforcée (possibilité d’alimentation par transformateur de séparation).
• D’autres circuits spécialisés sont à mettre en œuvre si les applications sont
prévues :
- chauffe-eau, chaudière et ses auxiliaires, pompe à chaleur, climatisation.
- appareil de chauffage salle de bains (par ex. sèche-serviette).
- piscine.
- circuits extérieurs (alimentation d’une ou plusieurs utilisations non attenantes au
bâtiment, par ex. éclairage jardin, portail automatique, …)
- alarmes, contrôles, …
- VMC lorsqu’elle n’est pas collective ...

5) Éclairage :

• Nombre minimal de circuits d'éclairage :


- au moins 2 circuits pour logements de S > 35 m2.
• Installation d'appareillage manuel de commande :
- généralement placé près d’1 porte, à portée de la main, du côté de l’ouvrant.
- hauteur comprise entre 0,80 m et 1,30 m, au-dessus du sol fini.
• Commande couloirs et circulations par dispositif de commande manuel placé :
-à moins d’1 m de chaque accès, si ce dispositif ne comporte pas de voyant
lumineux.
-à moins de 2 m de chaque accès, si ce dispositif comporte 1 voyant lumineux.
- par système automatique (détection de présence).
• Prises de courant commandées :
- chaque socle est compté comme 1 point éclairage.
- alimentation par les circuits éclairage.
- courant nominal socle = 16 A.
- recommandation de repérage des socles.
>Dispositif de commande :
- 2 socles au plus placés dans la même pièce : utilisation d’un interrupteur.
- plus de 2 socles : utilisation de télérupteur, contacteur ou similaire.

6) Boîtes de connexion. Dispositif Connexion Luminaire DCL :

• Boîte de connexion :
- obligatoire si la canalisation est encastrée.
- non obligatoire si la canalisation est en saillie et si le matériel est pourvu de
bornes de raccordement réseau (ex. hublot, …).
• Boîte de connexion pour alimentation des points d’éclairage :
- si la fixation est dans un plafond, elle doit être prévue pour la suspension de
luminaire avec une charge d’un minimum de 25 kg.
- fixation de la boîte à la structure du bâtiment.
• DCL :
- obligatoire en présence d’une boîte de connexion.
• Champ d’application DCL :
- luminaire de courant nominal ≤ 6 A.
- conditions des influences externes ≤ AD2.
• Conséquences dans le logement :
- DCL obligatoire dans tous les locaux, excepté :
> extérieur.
> volume 0 - 1 et 2 de la salle de bains.
> buanderie.

7) Prises de communication et de télévision :

• Nombre minimal de prises de communication :


- au moins 1 socle par pièce principale et cuisine.
- minimum de 2 socles pour petit logement.
• Type de prise de communication :
- socle type "RJ45".
- socle "en T" encore admis jusque janvier 2008 ! (en construction neuve)
• Nombre minimal de prises télévision :
- logement de surface ≤ à 100 m2 : au moins 2 socles.
- logement de surface > à 100 m2 : au moins 3 socles.
- logement de surface ≤ à 35 m2 : 1 seul socle admis.
• Installation :
- chaque socle doit être desservi par 1 canalisation provenant du tableau de
communication de la Gaine Technique Logement (GTL) : installation de façon à ce
que l’axe des socles soit au moins à 50 mm au-dessus du sol fini.
- fixation à griffes non admise.
- pour les prises mixtes (BT + communication), une cloison doit séparer les 2
socles. L’intervention sur un des socles doit pouvoir être effectuée sans
intervention sur l’autre.
• Passage des câbles :
- cheminements spécifiques :
> section minimale de 300 mm².
> ou conduit de diamètre minimal intérieur de 20 mm.
> dans systèmes de goulottes : alvéoles exclusivement réservées.
• Emplacement :
- prises de communication et télévision non admises dans les volumes 0, 1 et 2
des locaux contenant 1 baignoire ou 1 douche.

8) Chauffage électrique :

• Fil pilote :
- le sectionnement du fil pilote doit être prévu :
> sectionnement réalisé à l’origine de chacun des circuits de chauffage par
dispositif associé au dispositif de protection.
Possibilité d’avoir le sectionnement :
> soit en association avec un interrupteur général de chauffage.
> soit par un dispositif indépendant, le dispositif de protection dédié à la gestion
d’énergie pouvant remplir cette fonction.
- si sectionnement indépendant, obligation de marquage "Attention fil pilote à
sectionner" :
> sur tableau de répartition.
>à l’intérieur de la boîte de connexion de l’équipement de chauffage.

9) Protection contre la foudre :

Consultez la rubrique "Protection contre la foudre".

10) Schéma, identification des circuits :

• Schémas :
- établir un schéma, diagramme ou tableau à destination de l’utilisateur, un
schéma unifilaire comportant les éléments ci-dessous répond à cette obligation :
> nature et type des dispositifs de protection et de commande.
> courant de réglage et sensibilité des dispositifs de protection et de commande.
> puissance prévisionnelle.
> nature des canalisations pour circuits extérieurs.
> nombre et section des conducteurs.
> application (éclairage, prises, …).
> local desservi (chambre 1, cuisine …).
• Identification des circuits :
- chaque circuit doit être repéré par une indication appropriée, correspondant aux
besoins de l’usager et du professionnel.
- ce repérage doit rester visible après l’installation du tableau.
- Repérage des circuits au tableau :
> locaux + fonctions.
> pictogrammes ou autres indications appropriées.

11) Gaine Technique Logement GTL :

• Gaine Technique Logement :


- prescrite pour tous les locaux d’habitation, maison individuelle et collectif.
- la GTL doit être matérialisée du sol au plafond.
- la GTL doit contenir :
> le panneau de contrôle (si placé à l’intérieur du logement).
> le tableau de répartition principal.
> le tableau de communication.
> 2 socles PC 16 A, protégés par un circuit dédié.
> autres applications communication si prévues (TV, satellite, …).
> l’équipement multiservices à l’habitat.
- conduits ou compartiments goulottes "courant fort / courant faible" distincts.
• Tableau de répartition :
- réserve minimale de 20 %.

II Équipement minimal de la nouvelle NF C 15-100 :

1) Tableau de synthèse :

prise 16 A 4 circuits spécialisés au


Pièces ou prise
éclairage non moins (1) prise TV
fonctions téléphone
spécialisée prise 16 A prise 32 A
1 socle par
1 point en tranche de 4 1
séjour 1 socle
plafond m2 avec socle(2)
mini de 5
1 point en
chambre(s) 3 socles 1 socle
plafond
1 socle 1 boîte de
6 socles
(lave- connexion ou
dont
1 point en vaisselle) socle
cuisine 4 au-dessus 1 socle
plafond + 1 socle (si (cuisinière ou
du plan de
four plaque de
travail
indépendant) cuisson)
1 point en
circulations plafond ou 1 socle
applique
1 point en
WC plafond ou
applique
autres 1 point en 1 socle si S
locaux plafond ou > 4 m2
applique
lave-linge 1 socle
sèche-linge 1 socle
1 point par
entrée
extérieur(3) principale
ou de
service
(1) Autres circuits spécialisées à mettre en œuvre si les applications sont prévues :
- chauffe-eau
- chaudière et ses auxiliaires
- pompe à chaleur
- climatisation
- appareil de chauffage salle de bains (par ex. sèche-serviette)
- alarmes, contrôles, …
- VMC lorsqu’elle n’est pas collective.
>>Congélateur : si emplacement défini, prévoir 1 circuit spécialisé avec 1 dispositif
différentiel 30 mA spécifique, de préférence à immunité renforcé.
(2) En complément, au moins 1 socle doit être prévu pour les logements de surface ≤
100 m2 et 2 socles pour surface >100 m2.
(3) Des circuits spécialisés sont à mettre en œuvre pour chacune des applications
extérieures prévues, non attenantes au bâtiment (éclairage jardin, portail entrée, piscine,
…).

III Autre :

1) Volumes de sécurité dans la salle de bain :


• Production d’eau chaude :
> chauffe-eau à accumulation : installation dans le volume 3 et hors volumes.
Quand impossibilité d’installation dans ces volumes :
- accumulation vertical admis dans volume 2.
- accumulation horizontal admis dans volume 1, placé le + haut possible.
- chauffe-eau instantané : possibilité d’installation en volume 1 et 2.
Pour ces 2 derniers types, les canalisations d’eau doivent être en matériau
conducteur et le chauffe-eau protégé par un dispositif différentiel 30 mA.
• Prise de courant :
- par dérogation, dans volume 2, le socle de la prise rasoir, alimenté par
transformateur de séparation, est admis.
- les socles de prises de courant installés dans le sol sont interdits.
• Espace sous la baignoire :
- volume 1.
- ou volume 3 si fermé et accessible par trappe.
• Luminaires - Appareils de chauffage :
- non autorisés dans volumes 0 - 1.
- autorisés en volume 2 si de classe II.
- ne peuvent pas être installés sur tabliers, paillasses et niches de baignoire ou
douche.
• Lave-linge / Sèche-linge :
- non autorisés dans volumes 0, 1 et 2.
- les dispositions pour le respect de la prescription incombent au maître d’œuvre.
- installation possible en volume 2 si la partie les recevant est transformée en
volume 3 par mise en place d’une séparation (paroi, cloison, …) en matériau non
métallique, de hauteur égale à celle du volume 1.
• Appareillage :
- aucun appareillage dans volume 0.
- aucun appareillage en volume 1 et 2, sauf interrupteurs de circuits à TBTS 12 V
dont la source est installée hors volumes 0, 1 ou 2.

Sécurité et risques électriques


Pour bien traiter des dangers du courant électrique et des mesures de protection devant être mis
en œuvre pour travailler en toute sécurité, cette rubrique sera divisée en plusieurs parties.

Dangers

• Les effets du courant alternatif.


• Les effets du courant continu.
• Domaine de tension.
• Courbes de sécurité.
• Contact direct.
• Contact indirect.

Moyens de protection
• Consignation.
• Dispositif différentiel.
• Très basse tension.
• Classes des matériels électrique selon NF EN 61140.
• EPI.

I Dangers :
1) Les effets du courant alternatif :

1A Arrêt du cœur
40 mA à 75 mA Seuil de fibrillation cardiaque irréversible
30 mA Seuil de paralysie respiratoire
10 mA Seuil de non lâcher, contraction musculaire
0,5 mA Seuil de perception, sensation très faible

2) Les effets du courant continu :

130 mA Seuil de fibrillation cardiaque


Non défini Seuil de non lâcher
2 mA Seuil de perception

3) Domaine de tension :

DOMAINE DE TENSION COURANT ALTERNATIF COURANT CONTINU


TBT U ≤ 50 V U ≤ 120 V
BTA 50 < U ≤ 500 V 120 < U ≤ 750V
BTB 500 < U ≤ 1000V 750 < U ≤ 1500V
HTA 1000< U ≤ 50kV 1500 < U ≤ 75 kV
HTB U > 50kV U > 75 kV

4) Courbes de sécurité :

Tension limite Ul
Milieu sec U < 50 V
Milieu humide U < 25 V
Milieu mouillé U < 12 V
5) Contact direct :

6) Contact indirect :
II Moyens de protection :
1) Consignation :

Avant toute intervention sur une partie de l'installation, il convient de la consigner.

La consignation s'effectue en plusieurs étapes:

1. Séparer l'ouvrage des sources de tension (ouvrir sectionneur, disjoncteur, interrupteur).


2. Condamner les organes de séparation en position ouverte (cadenas et pancarte).
3. Identifier l'ouvrage (au moyen du schéma).
4. Vérifier l'absence de tension sur chacun des conducteurs V.A.T (au moyen d'un
contrôleur).
5. Délimiter et signaler la zone de travail et se protéger contre les pièces voisines restées sous
tension.

2) Dispositif différentiel :

Les DDR (dispositif différentiel à courant résiduel) permettent d'ouvrir le circuit lors d'un défaut
d'isolement (fuite) et donc de protéger les personnes d'un contact indirect.

Les DDR de sensibilité 30 mA sont maintenant obligatoire, consulter la rubrique normes.

3) Très basse tension :


DOMAIN PROTECTION
SECTIONNEMENT ET PROTECTION
E DE ALIMENTATI LIAISON A CONTRE LES Recepteu
PROTECTION CONTRE LES CONTRE LES
TENSIO ON LA TERRE CONTACTS rs
COURT-CIRCUITS CONTACTS DIRECTS
N INDIRECTS

TBTS

TBTP

TBTF

TBTS : Très basse tension de sécurité.

TBTP : Très basse tension de protection.

TBTF : Très basse tension de fonctionnelle.

4) Classes des matériels électrique selon NF EN 61140 :

Classes des
Caractéristiques Emploi Symbole
matériels
Environnement non
Utilisation aujourd'hui
0 conducteur ou protection par Pas de symbole.
interdite.
séparation électrique.
-isolation principale, Utilisation possible sur les
I -masses reliées entre elles et à lieux de travail pour les
la terre, machines fixes.
-isolation renforcée (ou double Utilisation possible sur les
II isolation) lieux de travail pour les
- masses non reliées à la terre machines non fixes.
Obligatoire sur les appareils et indication de la
-alimentation en TBTS ou
III portatifs, non fixes en milieu tension nominale
TBTP uniquement.
confiné humide ou mouillé. (maximale)

5) EPI :
Équipement de protection individuelle :
Casque et écran facial (protéger des risques au niveau de la tête et des yeux).
Gants isolant (protège des contact direct).
Bottes isolante.
Combinaison.

Éclairage
Voici une série de montages pour circuits lumières
• Allumage simple.
• Allumage double.
• Va et vient.
• Variateur.
• Télérupteur.
• Basse Tension.

Petit rappel de la norme NF-C 15 100 concernant l'éclairage :


- Protection différentielle 30mA obligatoire en amont de la protection.
- Sections des conducteurs : 1,5mm².
- Protection par fusible 10A ou disjoncteur 16A.
- 8 points d'éclairage maximum (1 point = 300VA max).
- DCL (dispositif de connexion luminaire) obligatoire.
- Conducteur de terre obligatoire.

1) Allumage simple :

Un simple allumage composé d'un interrupteur et d'une ou plusieurs lumières.

2) Allumage double :

Un double allumage composé d'un interrupteur double, permettant d'allumage sélectif des lumières.
3) Va et vient :

Le fameux va-et-vient permettant d'allumage et d'extinction d'une ou plusieurs lumières à partir de deux
interrupteur éloignés d'un de d'autre. Nécessite deux interrupteurs de type va-et-vient.

4) Variateur :

Le variateur de lumière permet de faire varier d'intensité lumineuse de vos lampes, le


branchement est aussi facile d'un simple interrupteur, vous pouvez donc ajouter un
confort non négligeable à n' importe quelle pièce de votre maison en remplaçant un
simple interrupteur par un variateur.
5) Télérupteur :

Le télérupteur est un contacteur à verrouillage, voilà pourquoi une impulsion permet la


mise en marche ou d'arrêt de vos lampes, ce qui nécessite des boutons poussoirs, que
vous pouvez mettre en quantité illimité (tout en restant raisonnable).

6) Basse Tension :

L'éclairage basse tension permet d'éclairer en toute sécurité différents endroit. Bien
vérifier que le transformateur supporte les lampes installées. Nécessite un simple
interrupteur, un transformateur basse tension 230V/12V, et des ampoules halogènes
12V. Quelques idées: vitrines, cadres, montée d'escalier, plan de travail, etc...
Prise de courant

Voici une série de montages de prises

• Simple prise.
• Circuit cuisinière sur boite de connexion.
• Circuit prise spécialisées 16A.
• Circuit protégé par disjoncteur différentiel à immunité renforcée.

Petit rappel de la norme NF-C 15 100 concernant les circuits prises de courant :
- Protection différentielle 30mA obligatoire en amont de la protection.
- Max 5 socles par circuit si section du fils de 1,5mm² et protection par disjoncteur
16A, fusible interdit.
- Max 8 socles par circuit si section du fils de 2,5mm² et protection par disjoncteur
20A ou fusible 16A.
- Installation des socles à au moins 50mm au dessus du sol fini.
- Fixation des socles par griffes interdite, utiliser les vis de fixation des boîtes
d'encastrement.
- Socle à obturation obligatoire.
- Conducteur de terre obligatoire.

1) Simple prise :

Un simple circuit de prise se compose d'un disjoncteur 20A ou fusible 16A et de socles
de prises limités à 8 dans ce cas là.
La prise est représentée côté connexion, vu de face le neutre se met par convention à
gauche et la phase à droite.
2) Circuit cuisinière sur boite de connexion :

Chaque gros électroménager doit être alimenté par un circuit dédié, pour le lave-linge, le
lave-vaisselle, sèche-linge, etc... il faut un circuit prise équipé d'un disjoncteur différentiel
30mA de type A. Mais il faut aussi un circuit 32A pour une cuisinière ou bien une plaque
de cuisson seule sur boite de connexion.

- Boite de connexion en monophasé :

- Boite de connexion en triphasé :

3) Circuit prises spécialisées 16A :

Ce circuit permet l'alimentation d'appareil du type: lave-linge, lave-vaisselle, sèche-


linge :
4) Circuit protégé par disjoncteur différentiel à immunité renforcée:

Ce circuit est à associer avec un seul appareil, comme un congélateur, le disjoncteur


différentiel est de type Si ou HPI selon constructeur, c'est à dire qu'il est à immunité
renforcée.