Vous êtes sur la page 1sur 36

V) MODALITES DE COMPTABILISATION

DES DROITS CONSTATES


99

L’option fondamentale de la réforme de la comptabilité de l’Etat est le


passage d’une comptabilité de caisse vers une comptabilité de type patrimonial.
Elle se traduit notamment par l’introduction du principe de comptabilisation
des droits constatés qui permettra , en plus de la description et le contrôle des
opérations financières, la réflexion des restes à recouvrer sur les opérations de recettes
budgétaires ( en plus des recouvrements effectués ) dans une classe de produits, afin de
calculer les résultats suivant l’optique patrimoniale.
A cette fin , les créances constatées dés leur apparition et non recouvrées en
cours d’année, sont comptabilisées en fin d’année en classe 7 .
Le compte « Résultat de l’année » fera apparaître à son crédit, par le débit
d’un compte de la classe 7, qui se trouve ainsi soldé, en plus des créances recouvrées,
les créances constatées et non recouvrées.
Des schémas d’écritures comptables ci-après indiqués consacrés aux
différents cas de comptabilisation des droits constatés, d’annulations ou de réductions
sur les prises en charges de l’année en cours et sur les prises en charges des années
antérieures, au niveau de chaque catégorie de comptables, sont joints à la présente
instruction.
DEFINITION DES DROITS CONSTATES :
En vertu de l’article 15 de la loi 90.21 du 15 août 1990 relative à la
comptabilité publique « l’exécution des budgets et des opérations financières est
réalisée :
- en matière de recettes , par des actes de constatation, de liquidation et de
recouvrement,
- en matière de dépenses, par des actes d’engagement , de liquidation ,
d’ordonnancement ou de mandatement et de paiement »
Aux termes de l’article 16 de la même loi « la constatation est l’acte par
lequel est consacré le droit d’un créancier public »
Le principe des droits constatés inspiré de la comptabilité privée adapté au
plan comptable de l’Etat implique que les produits soient constatés dés l’apparition de
la créance , cependant que pour les dettes, la comptabilisation des droits constatés se
heurte au principe de séparation des ordonnateurs et des comptables qui fait que ces
derniers ignorent les conditions et la date à laquelle les dépenses ont été générées
Pour ce qui est des recettes, les produits sont portés dés leur exigibilité
constatée par un titre de perception ( rôles d’impôts, titres de recettes , et autres titres
de perception ) , au crédit du comptes 38 « produits à recouvrer » et au débit du
compte 40 « redevables »
La classe 9 resevée à l’exécution de la loi de finances enregistre les
opérations dans l’optique« encaissement – décaissement » conformément aux règles
budgétaires édictées par la loi 84.17 du 07 juillet 1984.
100

PRINCIPES DE COMPTABILISATION DES DROITS CONSTATES ET DES


DROITS AU COMPTANT :
Les recettes budgétaires font l’objet d’une double comptabilisation :
- Une comptabilisation des encaissements dans la comptabilité budgétaire ( classe 9 )
qui décrit les opérations d’exécution de la loi de finances,
- une comptabilisation des droits constatés : en classe 4
Ces principes sont adaptés en fonction des modalités de recouvrement des
recettes dont on distingue deux grandes catégories :
II .1) Les recettes perçues au comptant ou DROITS AU COMPTANT :
Elles sont recouvrées au comptant avant l’émission d’un titre de
perception ; elles ne constituent donc pas des créances assimilées en comptabilité
privée à des opérations à crédit. Elles ne donnent, par conséquent, pas lieu à une
double comptabilisation , mais à une seule écriture comptable en classe 9, au compte
de recettes correspondant à leur nature en contre partie de mouvements constatés au
compte de règlement.
II . 2) Les recettes perçues à terme et donnant lieu à émission préalable d’un
titre de perception ou DROITS CONSTATES
La comptabilisation en droits constatés concerne toutes les créances
exigibles donnant lieu à émission préalable de titres de perception constatant le droit
du créancier public .
Ces créances sont assimilées en comptabilité privée à des opérations à
crédit.
Les droits constatés sont comptabilisés chez le comptable assignataire aux
comptes suivants :
40 REDEVABLES
38 PRODUITS A RECOUVRER

Les encaissements sont enregistrés dans les écritures du comptable


assignataire :
- aux comptes de règlement ( ou comptes de transferts) par le crédit du compte de
recettes budgétaires concerné ( classe 9 )
- et parallèlement au crédit du compte 40, par le débit du compte 38 « produits à
recouvrer »
D’une manière générale , le compte 40 « redevables » est donc débité du
montant des créances mises en recouvrement et crédité du montant des sommes
recouvrées. Ce compte est mouvementé en contre partie du compte 38 « Produits à
recouvrer »
Le solde du compte 40 correspond donc au montant des restes à recouvrer.
Le compte 38 permet d’établir la liaison entre la comptabilité budgétaire et
la comptabilité patrimoniale.
101

II . 1 . a) Le compte principal 38 « Produits à recouvrer » :


Le classement des comptes divisionnaires et sous comptes du compte
principal 38 est symétrique au classement des comptes et sous comptes des comptes
principaux 40 « Redevables » et 90 « Recettes budgétaires ».
Le compte principal 38 est classé en comptes divisionnaires par catégorie
de produits ci-après détaillés; le compte 387 est cependant spécialisé à l’effet
d’enregistrer les annulations de droits constatés au cours d’années antérieures.
- 380 « Produits des recettes fiscales ordinaires à recouvrer »
- 381 « Autres recettes ordinaires à recouvrer »
- 383 « Contributions au budget de l’Etat de certains organismes publics à
recouvrer »
- 384 « Fonds de concours, dons et legs à recevoir »
- 385 « Recettes des comptes spéciaux du Trésor à recouvrer
- 386 « Produits à recouvrer au titre des sommes indûment perçues du budget de
fonctionnement »
- 387 « Annulation des droits constatés concernant les produits à recouvrer au cours
d’années antérieures »
Chacun de ces comptes divisionnaires est subdivisé en sous comptes à
quatre, cinq ou six chiffres détaillant les produits par nature.
Les comptes élémentaires distinguent pour les besoins de réflexion en
comptabilité patrimoniale, les produits à recouvrer de l’année courante, des
produits à recouvrer des années antérieures.
Les comptes 380 à 385 et 387 fonctionnent chez tous les comptables
publics.
Le compte 386 fonctionne uniquement chez les comptables assignataires
des dépenses du budget de fonctionnement de l’Etat.
Le compte 387 intitulé « annulation des droits constatés concernant les
produits à recouvrer au cours d’années antérieures » est destiné à décrire les opérations
de l’espèce pour chaque produit constaté aux sous-comptes élémentaires des comptes
divisionnaires 380 à 386, composant le compte principal 38 .
En cours d’année , chez les receveurs des régies financières et les
Trésoriers, les sous comptes élémentaires du compte 387 sont débités du montant des
annulations par le débit négatif des sous-comptes élémentaires du compte principal 40
.
En fin d’année et chez les mêmes comptables, les sous-comptes du compte
divisionnaire 387 dégagent des soldes bruts à contracter pour la reprise en balance
d’entrée des soldes nets des sous comptes du compte principal 38 .
Le compte 38 permet de comptabiliser les recettes de l’Etat à la fois « en
droits constatés » dans la comptabilité de type patrimonial et en « encaissements »
dans la comptabilité budgétaire.
Il reçoit :
102

En crédit : la contrepartie des créances inscrites au débit des comptes redevables (40)
En débit :
- le montant des encaissements imputés en comptabilité budgétaire ( classe 9 ) par le
crédit du compte 40.
- la contrepartie des produits restant à encaisser imputés en fin d’année en classe 7
chez l'ACCT.

II . 1 . b) Le compte principal 40 « Redevables » :


Le compte principal 40 « redevables » est classé en comptes divisionnaires
ci-après :
- 400 « redevables au titre du produit de la fiscalité ordinaire »
- 401 « redevables au titre des autres recettes ordinaires »
- 403 « redevables au titre des contributions au budget de l’Etat de certains
organismes publics »
- 404 « redevables au titre des fonds de concours, dons et legs »
- 405 « redevables au titre des recettes des comptes spéciaux du Trésor »
- 406 « redevables au titre des sommes indûment perçues du budget de
fonctionnement »
- 408 « redevables au titre d’autres produits à verser intégralement à des tiers »
Le classement des comptes divisionnaires et sous-comptes du compte
principal 40 est symétrique aux classements des comptes principaux 38 « produits à
recouvrer » et 90 « recettes budgétaires.
Les comptes divisionnaires 400 à 406 enregistrent les droits constatés ou
acquis à l’Etat. Ils sont débités de la prise en charge des titres de recettes par le crédit
du compte 38 « Produits à recouvrer » et crédités du montant des recouvrements par le
débit du compte 38 (écriture inverse à celle de prise en charge).
Les restes à recouvrer constitués par les soldes de fin d’année dégagés par
ces comptes, sont repris en balance d’entrée au début de l’année suivante selon les
procédures habituelles, au paragraphe consacré à la balance d’entrée au titre du
fonctionnement du compte 370 dans la présent instruction.
Périodicité de comptabilisation des droits constates :
Prise en charge au fur, et à mesure de la notification des titres aux
comptables assignataires ( receveurs des régies financières et comptables principaux
de l’Etat )
Apurement des prises en charge après recouvrement des titres de recettes :
tous les 25 de chaque mois pour les receveurs des régies financières (date d’arrêt de
leurs écritures ) et quotidiennement pour les comptables principaux de l’Etat.
103

COMPTABILISATION DES RESTES A RECOUVRER SUR CREANCES NEES


DANS L’ANNEE :
En application du principe des droits constatés, la classe 7 doit retracer dans
la comptabilité de l’ACCT l’ensemble des droits nés dans l’année. Les recouvrements
correspondants étant réfléchis en classe 7 par débit de la classe 9 comme indiqué ci-
dessus; les restes à recouvrer sur prises en charge de l’année sont également réfléchis
en classe 7.
Cette réflexion est opérée par l’ACCT en créditant les comptes respectifs
de la classe7 par débit des sous comptes respectifs à terminaison « 1 » du compte 38
de la classe 3 enregistrant les opérations de l’espèce de l’année courante:
Exemple:
Compte 380.021 « Produits de l’impôt sur le bénéfice des sociétés à
recouvrer (IBS) année courante.
Les comptes et sous comptes du compte principal 38 « produits à
recouvrer » indiqués au paragraphe précédent sont donc débités du montant de leurs
restes à recouvrer par le crédit des comptes correspondants de la classe 7 sus
mentionnés.
COMPTABILISATION DES COMPLEMENTS DE DROITS SUR CREANCES NEES
AU COURS D’ANNEES ANTERIEURES :

IV . 1) Comptabilisation des droits constatés :


Les compléments de droits sur créances nées au cours d’années antérieures
sont comptabilisés en droits constatés aux sous comptes à terminaison "2" des
comptes principaux 38 et 40.
Ces opérations apparaîtront sur la balance de la gestion, en cours des
comptables publics concernés, dans la colonne " opérations de la gestion".
IV . 2) Comptabilisation des encaissements en classe 9 :
Les recouvrements effectués au cours de la gestion sur les compléments de
droits constatés au cours d'années antérieures sont comptabilisés aux sous comptes
élémentaires concernés à terminaison "2".
IV. 3) Réflexion en Comptabilité patrimoniale des compléments de droits sur
créances nées au cours d'années antérieures :
Les compléments de droits sur créances nées au cours d'années antérieures
sont réfléchis aux comptes correspondants de la classe 7 par débit du compte 38 de la
classe 3- sous compte élémentaire à terminaison "2", pour le montant total du crédit
enregistré au cours de l'année. Les recouvrements imputés au compte 90….2
concernant les compléments de droits sont réfléchis au crédit du compte 38….2 au
même titre que les recouvrements sur les restes à recouvrer.
104

COMPTABILISATION DE LA PERTE RESULTANT DE L’ANNULATION DE


DROITS CONTATES :
En application du principe des droits constatés tous les droits nés dans
l’année sont réfléchis en fin de gestion en classe 7 par l’ACCT et considérés comme
totalement recouvrés, en comptabilité patrimoniale.
V . 1) Annulation des droits nés au cours de la même année:
L’annulation de droits nés au cours de la même année, donc non réfléchie
en fin de gestion en comptabilité patrimoniale est constatée par une écriture négative
( contrepartie aux deux comptes ) permettant d’annuler purement et simplement la
prise en charge des titres ou des rôles émis en année courante.
Exemple:
- écriture négative au débit du compte 400.021
- écriture négative au crédit du compte 380.021

V . 2) Annulation des droits constatés au cours d’années antérieures:


L’annulation des droits constatés au cours d’années antérieures constitue
cependant une perte enregistrée au débit du compte 672 «annulation de produits
constatés au cours d’années antérieures » par le crédit du compte 387 « annulation des
droits constatés concernant les produits à recouvrer au cours d’années antérieures » au
sous-compte élémentaire concerné :
Exemple:
- Compte 387.002 « annulation des droits constatés concernant le produit de ’impôt
sur le bénéfice des sociétés à recouvrer (IBS) au cours d’années antérieures ».

Schéma comptable chez les Trésoriers et Receveurs :

Balance d’entrée ou restes à recouvrer au cours d’années antérieures :

- Débit c/ 400.022 ( 1 000 )


- Crédit c/ 380.022 ( 1 000 )

Annulation des droits constatés au cours d’années antérieures:

- Débit positif c/ 387.002 ( + 500 )


- Débit négatif c/ 400.022 ( - 500 )
La balance d’entrée à reprendre l’année suivante au compte 380.022 après
contraction avec le compte 387.002 sera de 500.
Soit : Montant 380.022 moins montant 387.002
La balance d’entrée à reprendre l’année suivante au compte 400.022 est
égal au débit du compte moins le débit négatif
Soit : 1000 – 500 = 500
105

L’écriture positive au débit du compte 387.002 pour les titres de perception


émis au cours des exercices antérieurs, permet de constater en fin de gestion , une
perte au compte 672 « annulations de produits constatés au cours d’années
antérieures »
Ces prises en charge ont en effet donné lieu , au titre de la gestion
d’origine , à la comptabilisation des produits en classe 7 .
En fin d’année l’ ACCT constate les pertes résultant d’annulations de
prises en charges sur années antérieures :
- En débitant le compte de charges 672 = ( 500 )
- Par le crédit du compte 387.002 = ( 500 )
106

I) SCHEMAS DE COMPTABILISATION DES DROITS CONSTATES :

VI . 1) Chez les Receveurs des Régies Financières (RRF) :

1er CAS :
ANNEE N ( 2006 )
Rôle IRG individuel – Année en cours 2006 – 348.225,0
Dés réception du rôle individuel le Receveur procède de la manière suivante :

380.001 1°) Prise en 400.001


348.225,00 charge : 348.225,00

900.001 2°) 551


200.000,00 200.000,00

Recouvrement :

3°) 400.001
380.001 Annulation
(-) 100.000,00 (-) 100.000,00
ou
réduction sur
prise
en charge année en cours
à décrire par contre partie:

380.001 4°) 400.001


200.000,00 Apurement 200.000,00
des
107

prises en charge tous


les 25 du mois :
108

BALANCE AU 31-12-2006 :

380.001 400.001 900.001 551

Prise en charge 348.225,00 348.225,00

Recouvrement 200.000,00 200.000,00

Annulation - 100.000,00 - 100.000,00

Apurement 200.000,00 200.000,00

Totaux 200.000,00 248.225,00 248.225,00 200.000,00 200.000,00 200.000,00

Soldes 48.225,00 48.225,00 200.000,00 200.000,00


Totaux 248.225,00 248.225,00 248.225,00 248.225,00 200.000,00 200.000,00 200.000,00 200.000,00
109

ANNEE N+1 ( 2007)

La reprise de la balance d’entrée le 02 Janvier 2007 prend en compte dans cet exemple uniquement les comptes des droits constatés

380.002 5°) Balance 400.002


48.225,00 d’entrée le 48.225,00
02/01/2007
:

Les soldes dégagés au 31/12/2006 aux comptes à terminaison – 1 – sont repris en balance d’entrée au compte à terminaison – 2 –

900.002 6°) 551


20.000,00 20.000,00

Recouvrement sur restes à recouvrer


repris en balance d’entrée :

380.002 400.002
7°)
20.000,00 Apurement 20.000,00
des prises
en charge
( Restes à recouvrer) :

8°) Annulation ou réduction sur prise 387.000 400.002


+ 18.225,00 - 18.225,00
110

en charge années antérieures :


111

BALANCE AU 31/12/2007 :
112

ANNEE N + 2 ( 2008 )

380.002 400.002 900.002 551 387.000

Balance 48.225,00 48.225,00


d’entrée

Recouvrement 20.000,00 20.000,00

Apurement
prises en 20.000,00 20.000,00
charge

Annulation PE
années - 18.225,00 + 18.225,00
antérieures

Totaux 20.000,00 48.225,00 30.000,00 20.000,00 20.000,00 20.000,00 18.225,00

Soldes 28.225,00 10.000,00 20.000,00 18.225,00


380.002 (1) 400.002

Balance d’entrée des comptes


de droits constatés ( 380.002 et 400.002 ) 10.000,00 10.000,00
113

( 1 ) La balance d’entrée du compte 380.002 représente le solde dégagé au 31/12/2007 ( créditeur ) contracté avec le solde débiteur du compte
387.000.

Soit : Solde créditeur 380.002 28.225,00

- Solde débiteur 387.000 - 18.225,00

Solde repris en Balance d’entrée


le 02/01/2008 au cpte/ 380.002 10.000,00
114

2ème CAS :
ANNEE N ( 2006 )

Rôle individuel comprenant plusieurs natures d’impôts I.R.G / T.A.P / T.V.A / I.R.C ( Indemnité de retard-contrôle ) :

Répartition I.R.G = Budget de l’Etat 100% 9.000,00

T.A.P = 65% Commune


5,5% F.S.C.L 7.968,00
29,5% B.W

T.V.A = 85% Etat


10% F.S.C.L 35.000,00
5% Commune

I.R.C = Budget de l’Etat 100% 8.750,00


( Indemnité de retard – contrôle)
Total du rôle 60.718,00
115

A) PRISE EN CHARGE EN DROITS CONSTATES :

380.001 400.001

9000 9000

1) I.R.G (100% )

FSCL 441.51 Communes 441.52 B.W 441.53


408.3 ( 100% ) 5,5% 65% 29.5%

7.968,00

438,24

5179,20

2350,56
2) T.A.P 100%

F.S.C.L 5,5%
116

B.C 65%

B.W 29.5%

3) T.V.A :

400.2001 ( 85%) 380.2001 (85%) 408.1 ( 15% ) FSCL 441.51 (10%) Cmne 441.52 5%

29.750,00 29.750,00

3500,00 3500,00

1750,00 1750,00
T.V.A 100%:

85 % Etat :

10% F.S.C.L :

5% Commune :
117

381.1 4) I.R.C 100% Etat : 401.1

8750,00 8750,00
118

B) RECOUVREMENT :

551 900.011
1) I.R.G 100% Etat:

9000,00 9000,00

2) T.A.P :

2.1 ) T.A.P - Centralisation :

551 472.31

F.S.C.L 5,5% 438,24 438,24

B.W 29,5% 2350,56 2350,56

B.C 65% 5179,20 5179,20

7968,00 7968,00
119

2.2 ) T.A.P Répartition du recouvrement ( en fin de mois ):

472.31 320 (1)

FSCL 5,5% 438,24 438,24

B.W 29,5% 2350,56 2350,56

Communes 65% 5179,20 5179,20

7968,00 7968,00

(1) Transfert du montant total du recouvrement au Trésorier de rattachement par le biais du compte courant qui en fera
l’imputation aux comptes de transferts appropriés.

3) T.V.A :

551 472.32

Recouvrement Etat 85% 29750,00 29750,00

FSCL 10% 3500,00 3500,00

Commune 5% 1750,00 1750,00

35.000,00 35.000,00
120

Répartition du recouvrement en fin de mois :

472.32 85% Etat 10% FSCL 5% communes


900.2001 320 320
Kjhkjhkj
Montant total recouvré : 35.000,00
29.750,00
Etat 85%
3500,00
F.S.C.L 10%

Commune 5% 1750,00

4) I.R.C (Indemnité de Retard Contrôle) :

551 901.1

I.R.C ( 100% Etat) 8750,00 8750,00


121

B) APUREMENT DES PRISES EN CHARGE :


1) I.R.G :

380.001 400.001

I.R.G ( 100% ) Etat


9.
Apurement 000,00 9.000,00

2) T.A.P:

408.3 FSCL 5,5% Commune 65% Wilaya 29,5%


441.51 441.52 441.53

Apurement 7968,00

1) FSCL 5.5% 438,24


5197,2
B.C 65% 0

B.W 29.5% 2350.56


122

3) T.V.A :

Etat 85% (85% ) 408.1 FSCL 10% Commune 5%


380.2001 400.2001 441.51 441.52

Apurement 29.750,00 29.750,00

Etat 85%

F.S.C.L 10% 3500,00 3500,00

1750,00 1750,00

Commune 5%

4 ) I.R.C (Indemnité de Retard Contrôle) :

381.1 401.1

Apurement 8750,00 8750,00


123

GRAND LIVRE
380.001 380.2001 381.1
9.000,00 9.000,00 29.750,00 29.750,00 8.750,00 8.750,00

400.001 400.2001 401.1 408.1


9.000,00 9.000,00 29.750,00 29.750,00 8.750,00 8.750,00 5.250,00 3.500,00
1.750,00
5.250,00 5.250,00
408.3 472.32
35.000,00 29.750,00
7.968,00 7.968,00 3.500,00
1.750,00
35.000,00 35.000,00

320 472.31 551 441.5


438,24 438.24
438,24 438,24 438,24 9.000,00 3.500,00 3.500,00
5.179,20 5.179,20 5.197,20 438.24 2.350,56 2.350,56
2.350,56 2.350,56 2350,56 2.350,56 5.179,20 5197,20
3.500,00 5.179,20 1.750,00 1750,00
1.750,00 29.750,00 13.218,00 13.218,00
13.218,00 3.500,00
1.750,00
8.750,00
7.968,00 7.968,00 60.716,00
900.011 900.2001 901.1
9.000,00 29.750,00 8.750,00
124

BALANCE DES OPERATIONS

COMPTES DEBIT CREDIT SOLDES


380.001 9.000,00 9.000,00
380.2001 29.750,00 29.750,00
381.1 8.750,00 8.750,00
400.001 9.000,00 9.000,00
400.2001 29.750,00 29.750,00
401.1 8.750,00 8.750,00
408.1 5.250,00 5250,00
408.3 7.968,00 7968,00
441.5 13.218,00 13.218,00

DC+APUREMENT 121.436,00 121.436,00

320 13.218,00
472.31 7.968,00 7.968,00
472.32 35.000,00 35.000,00
551 60.718,00
900.011 9.000,00
900.2001 29.750,00
901.1 8.750,00

RECOUVREMENT 103.686,00 103.686,00

TOTAL 225.122,00 225.122,00

Dans cet exemple, le montant total du titre est recouvré et apuré.


125

3ème CAS
ANNEE N ( 2006 )

Nature des opérations


380.001 400.001 551 900.001 320

• Constatation 1000 1000

• Recouvrement 200 200

• Apurement 200 200


constatation

• Annulation titres - 100 - 100


Année en cours
( contre-partie )
126

Nature des opérations


380.001 400.001 551 900.001 320

Totaux provisoires 200 900 900 200 200 200

Transport de fin d’année 200 200


chez T.W

Totaux définitifs 200 900 900 200 200 200 200 200

Balance de sortie à 700 700 200 200


reprendre en Balance
d’entrée
127

ANNEE N + 1 ( 2007 )

Nature des opérations 380.002 400.002 551 900.002 320 387.000

• Balance 700 700 200 200


d’entrée

• Recouvrement 300 300


TAA

• Apurement 300 300


RAR

• Annulation - 200 + 200


sur TAA
( contre-partie)

TOTAUX 300 700 500 300 500 300 200 200


PROVISOIRES
300 300
Transport de fin
d’année chez T.W
128

Nature des opérations


380.002 400.002 551 900.001 320 387.000

Totaux définitifs 300 700 500 300 500 300 300 500 200

Balance de sortie 400 (1) 200 500 500 200 (1)

Balance d’entrée 200 (1) 200 500 500


( 2008 )

( 1 ) Le solde créditeur du compte 380.002 est contracté avec le solde débiteur du compte 387.000 qui n’est pas repris en balance
d’entrée.
129

4ème CAS :

Comptabilisation des compléments de droits sur créances nées au cours d’années antérieures :

380.002 400.002 900.002 551 320

20.000,00 20.000,00

10.000,00 10.000,00

10.000,00 10.000,00

10.000,00 10.000,00

10.000,00 20.000,00 20.000,00 10.000,00 10.000,00 10.000,00 10.000,00 10.000,00

10,000,00 10.000,00 10.000,00 10.000,00

1) Prise en charge des


compléments de droits
sur créances nées au
cours d’années antérieures
130

2) Encaissement

3) Apurement prise en charge

4) Transport de fin d’année


chez T.W

Totaux

R.A.R et balance de sortie


131

MODELE DE SUPPORT DE COMPTABILISATION DES DROITS CONSTATES ET LES MODALITES DE SON UTILISATION :

………………………………………………………………………………………………………………………
Titres de constatation Année en cours
38……………….. 40……………………..
Numéro Date
Date des
des titres Nature des opérations des
écritures Débit Crédit Débit Crédit
et rôles titres
132

…………………………………………………………………………………………………………………………
Années antérieures Observations
38……………….. 40…………………….. 387………………..
Annulation Années
Débit Crédit Débit Crédit antérieures
Débit Crédit
133

Modalités d’utilisation du Journal de comptabilisation des Droits


Constatés :
Ce support vient en complément aux sommiers de constations des créances
déjà enregistrées d’une façon très détaillée, sans écritures comptables, par les
Receveurs des Régies Financières.
Les créances détenues par l’Etat sur les redevables et pour lesquelles des
titres de perception (rôle, C 9 du régime des forfaits, titres de recettes, extrait de
jugements) sont émis, seront comptabilisées en droits constatés et décrites sur le
journal spécial créé à cet effet.
Ce journal enregistre, après vérification, aux comptes d’imputation
concernés :
- le montant des prises en charge des titres de perception sur créance nées au cours
de l’année en cours, (compte à terminaison « 1 ») ;
- le montant des prises en charge des compléments de droits sur créances nées au
cours des années antérieures, ( compte à terminaison « 2 ») ;
- le montant de l’apurement des prises en charge intervenant à l’occasion des
recouvrements ;
- le montant des balances d’entrée (restes à recouvrer) à reprendre aux comptes à
terminaison « 2 » ;
Ce journal ouvert en feuillet, par produit et par compte, subdivisé en trois
parties, (année en cours, années antérieures, annulations des prises en charge des
années antérieures) permet d’enregistrer :
- les annulations et réductions sur l’année en cours à décrire en opérations négatives
aux comptes élémentaires de prises en charge des comptes principaux 38 et 40.
- les annulations et réductions sur les années antérieures à décrire par une écriture
négative au débit du compte élémentaire concerné du compte principal 40, et par
une écriture positive au débit du compte élémentaire concerné du compte
divisionnaire 387.

Il demeure entendu que l’ensemble des supports de comptabilisation


actuellement en vigueur au niveau des postes comptables des Régies Financières (livre
journal, sommiers, quittanciers, registres auxiliaires, etc.) doivent continuer à être
tenus selon les règles habituelles relatives au recouvrement de l’impôt et des créances
étrangères à l’impôt et au domaine.