Vous êtes sur la page 1sur 11

CONTRAT ADMINISTRATIF PAR DETERMINATION LEGALE

Contrat administratif par détermination légale:


• Loi du 28 pluviôse an 8: les contrats de travaux publics.
• Article L233-1 du CGCT: les contrats d'occupation du domaine public.
• Ordonnance du 17 juin 2004: les contrats de partenariats publics, privés.
• Question des marchés publics: 95%.

Critères de qualification d'un contrat administratif.


• Critère organique: La présence d'une personne publique. Condition nécessaire mais non
suffisante.
• Critère matériel: Le contrat doit répondre à une fin d'intérêt général, notion plus vaste
que celle de SP

CONTRAT PASSE ENTRE DEUX PERSONNES PUBLIQUES


TC, 1983, UAP
Un contrat conclu entre deux personnes publiques revêt en principe un caractère administratif.
A l'exception des contrats qui eu égard à leur objet, ne fait naître entre les parties que des
rapports de droit privé.

CE, 1990, Bureau d'aide sociale de Blénod les ponts à mousson.


Cette présomption est réfragable. Elle est renversée lorsque le contrat, eu égard à son objet,
ne fait naitre entre les parties que des rapports de droit privé. Alors il s'agit d'un contrat de
droit privé même s'il est passé entre deux personnes publiques. Ainsi, les contrats conclus
entre une personne publique, cliente ou usagère d'un SPIC, sont considérés logiquement
comme étant des contrats de droit privé. (aussi Civ, Commune de Douai contre EDF, 2004).

CONTRAT PASSE ENTRE UNE PERSONNE PUBLIQUE ET UNE PERSONNE PRIVEE


Critères de qualification d'un contrat administratif passé entre une P Publique et
une P Privée
Ces contrats sont administratifs s'ils apparaissent comme des actes de gestion publique en
raison:
• Soit de leur clause exorbitante de droit commun.
• Soit en raison de leur objet.

CE, section, 1956, Epoux Bertin, GAJA:


Les critères « clause exorbitante » et « objet (SP) » sont alternatifs.

CLAUSE EXORBITANTE DE DROIT COMMUN.

CE, 1992, Société des granits porphyroïdes des Vosges:


Un contrat est administratif dès qu'il comporte une clause exorbitante de droit commun.

CLAUSE IMPOSSIBLE.

CE, 1988, SARL Pore Gestion


Est une clause impossible dans les contrats de droit privé, et donc exorbitante de droit
commun, la clause prévoyant le financement des charges de police (activité régalienne).

TC, 1962, Consorts Cazautets contre ville de Limoges


Est une clause impossible dans les contrats de droit privé, et donc exorbitante de droit

1
commun, la clause prévoyant une exonération fiscale au profit du cocontractant.

CLAUSE METTANT EN OEUVRE DES PPP.

CE, Ass, 1965, Société du vélodrome du parc des princes.


Est une clause mettant en œuvre des prérogatives de puissance publique, et donc
exorbitante de droit commun, la clause prévoyant le contrôle des résultats financiers par la P
Publique.

TC, 1980, Société d'exploitation touristique de la Haute Maurienne:


Est une clause mettant en œuvre des prérogatives de puissance publique, et donc
exorbitante de droit commun, la clause prévoyant le contrôle de la personne publique sur les
prix pratiqués.

CE section 1963, Société la prospérité fermière.


Est une clause mettant en œuvre des prérogatives de puissance publique, et donc
exorbitante de droit commun, la clause prévoyant l'obligation, imposée par la P Publique, de
vendre des stocks désignés par elle.

TC UGAP 1999:
Est une clause exorbitante de droit commun la clause prévoyant un pouvoir de
résiliation unilatérale du contrat en l'absence de tout manquement du cocontractant.

Civ, 2006, ONF:


N'est pas une clause exorbitante de droit commun la clause dérogeant à une
compétence juridictionnelle: attribuer la compétence est aussi possible en droit privé,
dans les deux cas en fait. (idem pour aspect précaire du bail).

EXCEPTION

TC, 1962, Dame Bertrand.


Les contrats conclus entre les SPIC et leurs usagers sont toujours en raison de leur objet
des contrats de droit privé, même s'ils contiennent des clauses exorbitantes de droit
commun.

EXTENSION.

CE section, 1973, Société d'exploitation électrique de la rivière du Sant.


Notion de régime exorbitant de droit commun, qui prolonge et élargit le critère de la
clause exorbitante de droit commun. Si le contexte est de droit public alors le contrat est
public même sans clause exorbitante de droit commun car on est dans un régime exorbitant
de droit commun.

EXECUTION MEME DU SP

CE 1910, M. Sieur Thérond, GAJA:


Dans cet arrêt le CE fait le lien entre le contrat passé, sa qualification juridique de contrat
administratif et les missions de SP qui lui ont été confiées (hygiène et sécurité dans la ville).

CE, section, 1956, Epoux Bertin, GAJA:


Le critère matériel de la participation à l'exécution même du SP est dégagé. Le CE estime que
ce contrat a pour objet de confier aux intéressés l'exécution même du SP: participation pleine
et entière du cocontractant au SP. Participation directe. (pour « odalité» voir Grimouard).
Les conditions liées à la présence d'une clause exorbitante de droit commun ou à la
participation à l'exécution même du SP sont alternatives et non cumulatives.

2
CE Grimouard
La participation à l'exécution du SP peut être indirecte. Il y a deux modalités de participation au
SP, dans Bertin c'est direct, ici c'est une modalité d'exécution du SP: la passation du
contrat est un moyen d'exécuter le SP.

Les contrats liés à la commande publique, le sens « d' exécution du SP ».


DELEGATION DE SP.

Délégation de SP, article L1411-1 du CGCT:


Contrat par lequel une personne morale de droit public confie la gestion d'un SP dont
elle a la responsabilité à un délégataire public ou privé dont la rémunération est
substantiellement liée au résultat de l'exploitation du service. C'est un contrat administratif
car c'est un contrat que seul une personne publique peut passer.

TC 1996 Préfet de l'Essonne.


Est administratif le contrat passé par une commune avec une société privée de publicité
et destinée à assurer une partie du SP de l'information municipale.

Critères d'identification de la DSP.


• Le choix intuitu personae du délégataire. (loi Sapin).
• Il faut réellement assumer le SP, pas être un simple satellite.
• La rémunération du délégataire est liée substantiellement au résultat de l'exploitation.

CE 1996 Préfet des Bouches du Rhône


La rémunération du délégataire est liée substantiellement au résultat de l'exploitation.

MARCHE PUBLIC.

Art 1 du code des marchés publics:


Les marchés publics sont des contrats conclus à titre onéreux entre les pouvoirs
adjudicateurs et des opérateurs économiques publics ou privés pour répondre à leurs besoins
en matière de travaux, de fournitures ou de services.
Définit par: leur objet (la commande publique) et leur mode de rémunération (prix par P
Publique).

CONTRAT DE PARTENARIATS.

Ordonnance du 17 juin 2004:


Les contrats de partenariats sont des contrats administratifs par lesquels une personne
publique confie à un tiers, pour une période déterminée en fonction de la durée
d'amortissement des investissements ou des financements retenus, une mission globale
relative au financement, à la construction, à l'entretien et à la gestion d'ouvrage et
d'équipement concourant à la mission de SP dont la PP est chargée.

Les contrats d'engagement de personnel employé dans les SPA.

TC 1982 Dame Robert


Une serveuse de RU ne participe pas directement à l'exécution même du SP. Ce n'est
pas un contrat administratif en raison de son objet.

CE 1979 Dame Canti.


Une femme de service engagée dans une cantine scolaire, est chargée de faire la
vaisselle mais aussi de recueillir les tickets de repas des enfants, participe à l'exécution
même du SP.

3
TC 1996 Berkani.
Les personnels non statutaire, (contractuels) travaillant pour le compte d'une personne
publique (critère organique) gérant un SPA sont des agents contractuels de droit public
quel que soit leur emploi. C'est donc la fin de la distinction entre mission principale et
mission annexe exercée par les agents.

Les contrats conclus avec les usagers des SPA.


CE section 1956 Consort Grimouard, GAJA
Les contrats conclus par l'Etat avec des propriétaires en vue du reboisement de leur
terrain, sont des contrats administratifs car les propriétaires sont des usagers par rapport au
SP du reboisement.

CE 1903 Terrier, GAJA


Le contentieux de ces contrats appartient au JA.

CONTRAT PASSE ENTRE DEUX PERSONNES PRIVEES.

PRINCIPE

TC 1969 Interlait
Le critère organique: personne publique, n'existe pas, on a donc un contrat de droit
privé.

CE 1991 Association Girondin de Bordeaux Football Club.


La Fédération Française de Football, a conclu avec la ligue nationale de football un
contrat appelé charte du football professionnel qui régit les relations entre ces deux
personnes privées, ce contrat est un contrat de droit privé.

EXCEPTIONS

CE, 1963, Syndicat des praticiens de l'art dentaire du Nord et Merlin:


Théorie du mandat: une personne privée qui agit au nom et pour le compte d'une autre
personne. Mandataire d'une personne publique.

• Le mandat peut être explicite, le contrat stipule qu'il s'agit d'un mandat.
• CE 1975 Sté d'équipement de la région montpeliéraine. Si le mandat est
implicite, il faut trouver des indices pour dégager son existence.
◦ Le versement par une collectivité à une société de subventions qui lui ont été
attribuées.
◦ La remise à la collectivité des ouvrages construits par la société dès leur
achèvement.
◦ La substitution de plein droit de la collectivité à la société pour toute action en
responsabilité intentée contre la société à raison de l'ouvrage.

Exception 2: la loi.
Si le législateur indique qu'un contrat est administratif même s'il est conclu entre deux
personnes privées, cette qualification l'emporte.

TC 1963, Société entreprise Peyrot.


Le contrat conclu entre une SEM, concessionnaire d'autoroute, et des entrepreneurs
privés pour la réalisation de travaux publics est un contrat soumis au régime du droit public
dont le contentieux est confié au JA.
• Les travaux publics importants constituent par nature une activité de l'Etat (pluviôse an
8).

4
• Le TC fait valoir que la SEM a agit pour le compte de l'Etat.

TC 2001 Sté de la rue impériale de Lyon c/ société Lyon Parc Auto:


deux personnes privées. Contrat soumis au code des marchés publics: donc
administratif.
Cependant le juge dit ici que cette seule circonstance ne saurait leur conférer le
caractère de contrat administratif. Le juge exige qu'un contrat soumis au code des marchés
publics doit répondre au critère matériel: participation à l'exécution du SP ou la clause
exorbitante de droit commun.
Il faut quand même vérifier le critère matériel dans le cas d'un contrat soumis au code
des marchés publics.

CE 1994 Sociétés des autoroutes PRR.


Les travaux autoroutiers accessoires ne sont pas concernés par Peyrot.

TC 1975, Commune d'Agde.


La jurisprudence Perrault a été étendu au contrat d'aménagement du territoire.

TC 1993 Société Wanner-Isofi Isolation.


Ainsi qu'au contrat passé en vue de la construction de centrale nucléaire.

LE REGIME JURIDIQUE DES CONTRATS ADMINISTRATIFS.

LA FORMATION DES CONTRATS

RESPECT DU CONSENTEMENT.

CE, 2009, Commune de Béziers: respect de la volonté et causes de nullité du contrat.


Exigence de loyauté entre les parties. Lors de la formation du contrat, les parties doivent
respecter le consentement réciproque.
Si le juge constate une irrégularité dans le contrat, notamment pour la loyauté (non respect du
consentement ou tout autre vice grave) ou caractère illicite, le juge doit écarter le contrat.
Désormais, les cas de nullité pouvant être relevé par le juge sont limités à deux catégories:
– les vices liés au caractère illicite du contenu don contrat.
– Les vices d'une particulière gravité. Ceux relatifs aux conditions dans lesquelles les
parties ont donné leur consentement.

CE, 26 mars 1951, Domergue (Lebon p. 813)


A propos d’une erreur commise par l’administration sur la personne du cocontractant. L’erreur
est due à une homonymie.

CE, 19 décembre 2007, n°268 918, Campenon Bernard


Dol commis au préjudice de la SNCF puisque des entreprises s’étaient entendu pour faire échec
au jeu normal de la concurrence en vue de la construction du TGV Nord.

FORME

CE Section, 20 avril 1956, Epoux Bertin


Les différents contrats ont pour point commun de se présenter sous forme écrite même si le
contrat verbal est possible.

LIMITATION DU DOMAINE DES CONTRATS

CE, 1997, Commune d’Ostricourt


Le pouvoir de police n'est pas délégable.

5
Une mission qui se révèle être une mission de surveillance des voies publiques à une entreprise
privée est illégale. Le pouvoir de police n’est en effet pas délégable. Le contrat est nul.

CE sect., 28 janvier 1998, Borg Warner, AJDA 1998.28.


La clause de renonciation à exercer une action en responsabilité (par l'administration et le
cocontractant) est illégale.

PROCEDURE DE CHOIX DU COCONTRACTANT.

CJUE, 17 septembre 2002, Concordia Bus Finland


Le critère environnementale, dit « achat vert » est un critère valable.

Loi du 3 janvier 1991.


Loi relative à la transparence et à la régularité des procédures de marché et DSP

Loi du 29 janvier 1993.


Dite loi Sapin, dite prévention de la corruption, dans le domaine de la procédure de la DSP.

Ces deux lois imposent:


• Publicité.
• Égalité entre les candidats.

CE, 3 novembre 1997, Société Million et Marais (GAJA)


Toute clause plaçant une entreprise dans une situation de position dominante sur le marché est
nulle. L’administration ne doit pas mettre une entreprise dans une pratique anticoncurrentielle.

Article L 1411-1 du CGCT: le cas des DSP


Définition des DSP et procédure à respecter.

EXECUTION DES CONTRATS ADMINISTRATIFS.

Les pouvoirs de l'administration.

POUVOIR DE MODIFICATION UNILATERALE.

CE, 1902, Compagnie nouvelle du gaz de Déville-Lès-Rouen (plus au GAJA)


CE, 1910, Compagnie générale française des tramways (GAJA)
CE, 1983, Union des transports publics urbains et régionaux (Lebon p.33)
Les contrats administratifs peuvent être modifiés unilatéralement par l’administration en cours
d’exécution lorsque l’intérêt général le justifie.

Conditions à la modification unilatérale:


• IG.
• CE 1973 Arrêt Le Gouteur. Ne peut pas porter sur les clauses essentielles du contrat,
ni sur les clauses financières.
• CE 1928 Arrêt Rabier. La modification doit rester raisonnable.
• La modification doit donner lieu à une indemnité au cocontractant.

POUVOIR DE RESILIATION UNILATERALE

CE Assemblée, 1958, Distillerie de Magniac-Lavel (Lebon p.246)


L’administration peut même décider de résilier le contrat dans l’intérêt général, et même en
l’absence de toute clause prévoyant cette possibilité.

CE, 1996, Société des téléphériques du Mont-Blanc.

6
L'administration résilie un contrat suite à la modification de la composition du capital de la
société concessionnaire (conflit d'intérêt à la suite).

CE 1985 Association Eurolat.


Le contrat administratif ne peut pas prévoir le renoncement de l'administration à son pouvoir
de résiliation unilatérale.

CAA Versailles, 2006, Commune de Draveil.


Le cocontractant a droit à une indemnisation totale, intégrale. Car pas de faute de sa part.

CE, 1999, Société anonyme Méribel 92 (Lebon p.61)


Si l’administration refuse de rétablir cet équilibre financier, (indemnisation du cocontractant
suite modification ou résiliation unilatérale), elle commet une faute de nature à engager sa
responsabilité.

POUVOIR DE SANCTION.

Liste des sanctions:


• les sanctions pécuniaires
• les sanctions coercitives
• résiliation sanction.

CE 1907 Deplanque
Deux conditions cumulatives pour sanction unilatérale:
• Faute du cocontractant.
• Avant toute sanction, mise en demeure du cocontractant.
Si pas de réponse à la mise en demeure, sanction possible. Sanction peut être prévue ou non
au contrat.

CE, 10 janvier 1902, Compagnie nouvelle du gaz de Déville-Lès-Rouen


Les sanctions coercitives peuvent intervenir lorsque l’exécution régulière et continue du
contrat est menacée. L’administration peut alors confier l’exécution du contrat à un tiers (une
autre entreprise) ou éventuellement l’assurer elle-même, mais aux frais et risques du
cocontractant défaillant lorsque son comportement révèle une ou des fautes graves.

CE, 8 novembre 1985, Entreprise Ozilou (Lebon p.317)


Dans le cadre d'une concession (DSP), la résiliation sanction ne peut être prononcée que par le
juge administratif. On appelle cette procédure la « déchéance du concessionnaire ».

Les droits et obligations du cocontractant.

CE, 1976, Ville d’Amiens (Lebon p.11)


L’exception d’inexécution ne joue donc pas dans le droit du contrat administratif

FORCE MAJEURE.

CE, 26 janvier 1909, Compagnie des messageries maritimes


Cas d’une grève générale.

CE, 1932, Cie des tramways de Cherbourg, Rec. 1050.


Dans les cas de force majeure, l’administration et le cocontractant sont en droit d’obtenir du
juge administratif la résiliation du contrat.

CE, 1932, Cie des tramways de Cherbourg


• événement extérieur aux parties.
• Imprévisible.
• Irrésistible dans ses effets. Permanent.

7
CE, 14 juin 2000, Commune de Staffelfelden.
Pollution d'un captage d'un site d'eau potable, donc plus possible.

THEORIE DE L'IMPREVISION OU ALEA ECONOMIQUE.

CE, 30 mars 1916, Cie générale d’éclairage de Bordeaux


Les conditions de l’imprévision:
• Imprévisible: il faut un événement imprévisible au moment de la conclusion du contrat
• Extériorité aux parties. il doit s’agir d’un élément étranger à la volonté des parties
• Irrésistible: il faut que cet événement provoque un bouleversement de l’équilibre du
contrat
• Temporaire: bouleversement entrainant des difficultés temporaires d’exécution du
contrat

CE, 1976, Ville d’Amiens (Lebon p.11)


L’exception d’inexécution ne joue donc pas dans le droit du contrat administratif.
L'indemnisation ne sera que partielle. Mais la condition pour que le cocontractant est droit à
indemnité est qu'il devra continuer à exécuter le contrat. Car l'imprévision n'est que
temporaire.

CE 2010 n°301 116, Société Prest'Action, b.


La personne publique peut être amenée à verser une indemnité d'imprévision même après
l'expiration du contrat, ou la résiliation de celui-ci à la condition évidemment que cette
résiliation ne fasse pas suite à un défaut d'exécution du contrat (que cela ne soit pas une
résiliation sanction).

CE sect., 1982, Sté Propétrol


Principe de continuité de l'action administrative. même si on discute sur la qualification de la
situation, même dans l'hypothèse où l'administration va dire qu'il y a imprévision, durant toute
cette période où les charges augmentent, où le bouleversement du contrat est soulevé, le
cocontractant continue à assurer l'exécution du contrat.

CE, 1949, Ville de Toulon, Rec.197


Une société concessionnaire de la distribution du gaz et de l'électricité est depuis 33
concessionnaire de la ville de Toulon pour l'éclairage. Dès 39 les recettes vont diminuer en
raison des mesures d'obscurcissement ordonné par les militaires.
Après la guerre, la société va au contentieux et la société est déboutée au motif qu'il y a
imprévision et dans un tel cas il était impossible de prévoir de telles mesures. Donc pas
résiliation mais imprévision.

(Si l'impossibilité perdure dans le temps on passe dans la force majeure.)

CE, 1949, Ville de Toulon


Si imprévision: indemnisation, pas résiliation.
Une société concessionnaire de la distribution du gaz et de l'électricité est depuis 33
concessionnaire de la ville de Toulon pour l'éclairage. Dès 39 les recettes vont diminuer en
raison des mesures d'obscurcissement ordonné par les militaires.

CE, section, 1959, Commune D'Huez.


Désaffection des skieurs pour un remonte pente particulier (enfin une piste, donc le remonte
pente de cette piste) en raison de sa situation géographique particulière: zone très ombragée.
L'exploitant du remonte pente tente d'obtenir une indemnité d'imprévision. Cette fois ci le CE
dit non: pas lieu à octroi d'une indemnité d'imprévision car une telle désaffection était tout à
fait prévisible.

FAIT DU PRINCE OU ALEA ADMINISTRATIF.

8
L'administration partie au contrat prend une mesure qui va avoir un impact indirect sur le
contrat. Modification indirecte du contrat par des mesures extérieures prises par la personne
publique contractante.

RESPONSABILITE CONTRACTUELLE.
CE 1972 Société Uni Tchadienne, Lebon p 4.
La responsabilité contractuelle prime sur la responsabilité extra contractuelle. Autrement dit,
l'une des parties ne peut invoquer à l'encontre de l'autre un régime juridique plus favorable
notamment une responsabilité sans faute.
La responsabilité contractuelle, de l'une ou l'autre des parties, donne lieu à réparation
pécuniaire sous la forme de dommages et intérêts déterminés par le juge.

LE CONTENTIEUX DES CA.

RECOURS OUVERTS AUX PARTIES

CE 1905, Martin, GAJA


REP seulement possible contre les actes qui sont considérés par la jurisprudence comme
détachables du contrat, ce ne sont donc pas contre les actes contractuels eux même.

CE 1993, Société le yacht club international de Bormes Les Mimosas.


L'annulation d'un acte détachable du contrat n'emporte pas automatiquement l'annulation du
contrat lui même, il appartient au juge du contrat et non au juge de l'excès de pouvoir de
vérifier si l'annulation de l'acte détachable rejaillit sur le contrat lui même.

CE 2003 Institut de Recherche pour le développement, RDA 2004 n°59.


Le juge veillera à ce que la nullité du contrat ne porte pas une atteinte excessive à l'intérêt
général. Ceci est important parce qu'on est dans des domaines parfois relatifs à la gestion d'un
SP. Le juge doit faire la balance.

CE assemblée, 2009, Commune de Béziers, AJDA 2010 p 142.


Désormais, les cas de nullité pouvant être relevé par le juge sont limités à deux catégories:
– les vices liés au caractère illicite du contenu don contrat.
– Les vices d'une particulière gravité. Ceux relatifs aux conditions dans lesquelles les
parties ont donné leur consentement.

RECOURS OUVERTS AU TIERS AU CONTRAT.

CE section 1991, Commune de Sainte Marie, Lebon p 302.


(Dans le cadre d'un REP) les contrats des CT et de leurs EP, peuvent être déférés par le préfet
devant le JA.

Ce section, 1998, Ville de Lisieux, Lebon p 375.


Les contrats de recrutement des agents non titulaires peuvent être contestés par les tiers
devant le JA.ils peuvent contester le contrat lui même (sans intérêt de contester les actes
détachables).

CE, ass, 1996, Cayzeele, lebon p 274.


Les clauses réglementaires des contrats lorsqu'elles sont divisibles de ce contrat peuvent faire
l'objet d'un REP par les tiers au contrat. Parfois, des décrets nous informe que dans tel type de
concession, il faudra que dans le contrat y figure des clauses particulières. Ce sont des clauses
d'adhésion, non négociables. Elles sont dites « réglementaires ». On peut contester leur
légalité via le contrat.

9
CE, ass, 2007, Société Tropic Travaux Signalisation, GAJA.
(plein contentieux). Le JA peut être saisi par tout concurrent évincé de la conclusion d'un
contrat administratif pour contester la validité de ce contrat ou de certaines de ces clauses qui
en sont divisibles, en assortissant cette demande d'une demande indemnitaire.

LA SOUMISSION DE L'ADMINISTRATION AU DROIT.

LE PRINCIPE DE LEGALITE.

LES NORMES CONSTITUTIONNELLES.

LE RESPECT DU BLOC DE CONSTITUTIONNALITE

DC 19 juin 2008 Loi relative aux OGM.


CE, ass, 2008, Commune d'Annecy, GAJA.
Le Conseil Constitutionnel a reconnu la pleine valeur constitutionnelle de la charte de
l'environnement.

CONTRÔLE DU JA

CE, ass, 1999, M Rouquette, AJDA 99 p 420.


Le JA ne peut pas examiner la conformité d'une loi à la Constitution.

CE, ass, 1998, SARL du Parc d'activité de Blotzheim, AJDA 99 p 180.


Le juge ne peut pas se prononcer sur la conformité d'un traité international à la constitution.

CE ass, 2009, Ms Hollande et Mathus, RRDA 2009 p 351.


Le JA peut annuler un acte administratif en se fondant sur le fait que cet acte viole une règle à
valeur constitutionnelle. Le CE annule une décision du CSA sur le fondement de l'article 11 de
la DDHC pour ne pas avoir pris en compte le temps de parole du président de la République
dans le cadre de la répartition du temps de parole entre les différents courants politiques sur
les chaines de télévision. .

CE, 1996, Commune de Bourg-Charentes.


Le JA ne peut pas prononcer l'annulation de l'acte administratif car la loi, bien
qu'inconstitutionnelle, fait écran entre le JA et la norme constitutionnel. (théorie de la loi
écran).

INTERPRETATION DE LA CONSTITUION.

CE ass, 1998, Sarran Levachet et autres, GAJA.


Les normes constitutionnelles peuvent être interprétées aussi bien par le JA ou le JJ, que par le

10
Conseil Constitutionnel.

CE, ass 1996 Koné, GAJA


Le CE découvre le Principe selon lequel l'Etat doit refuser l'extradition d'un étranger lorsque
celle-ci est demandée dans un but politique.
Cet arrêt est important pour les constitutionnalistes, qui pensaient que seul le Conseil
Constitutionnel pouvait découvrir des principes.

CE, ass, 2007, Société Arcelor Atlantique,GAJA.


Le CE peut contrôler la constitutionnalité d'un décret transposant une directive communautaire.

CE, ass, 2006, n°234 560, Société De Groot En Slot Allium Bv.
Les interprétations données par la CJ du traité et des actes communautaires s'imposent au juge
national.

11