Vous êtes sur la page 1sur 86

INSTITUT SUPERIEUR DU COMMERCE 

ET D’ADMINISTRATION DES ENTREPRISES 
 
 
 
 
 
MEMOIRE DE FIN D’ETUDES
POUR L’OBTENTION DU DIPLOME
DU CYCLE NORMAL DE L’ISCAE

Les différences et les similitudes entre les


référentiels comptables : IFRS, US GAAP et les
normes marocaines

Réalisé par :
Youssef BOUABIDI

Entreprise accueillante :
Price Water House Coopers

Encadré par :
M. Rachid SEDDIK, Professeur à l’ISCAE et Expert DPLE.

Juin 2005

-1-
REMERCIEMNT

Que  ce mémoire,  soit  un témoignage  et  une  reconnaissance, à  ma 


très chère famille, pour tout l’amour et le soutien qu’elle ne cesse de 
m’apporter dans la vie. 
 
A Monsieur  Rachid  SEDDIK,  mon  professeur  et  mon  encadrant, 
pour toutes ses précieuses leçons et pour la valeur qu’il a apportée à 
ma formation. 
 
A Monsieur ALMECHATT associé au cabinet Price Water House 
Coopers  pour  son  soutien  précieux  tout  au  long  de  mon  passage 
professionnel au sein du cabinet. 
 
Et à toutes les personnes agréables, généreuses et sympathiques qui 
ont contribué à l’élaboration de ce mémoire.  
.

-2-
PLAN
PREAMBULE ............................................................................................................................................ 5

I - MONDIALISATION DES ECONOMIES........................................................................................ 5

II- DIMENSION INTERNATIONALE DE LA COMPTABILITE...................................................... 5

1- les différences comptables entre deux systèmes émergents : le système anglo-saxon et le système
de l’Europe occidentale........................................................................................................................ 6

a- L’environnement économique et social........................................................................................ 6


b- Objectifs de la comptabilité......................................................................................................... 7

2- l’harmonisation comptable internationale et le traitement des différences comptables nationales 9


III- LA PROBLEMATIQUE DU MEMOIRE ..................................................................................... 10

CHAPITRE 1 : LA REGLEMENTATION COMPTABLE..................................................................... 13

SECTION 1 : LE REFERENTIEL COMPTABLE AMERICAIN ....................................................... 13

1. LES SOURCES DE LA REGLEMENTATION AMERICAINE ................................................ 13

a- La SEC........................................................................................................................................ 13
b- AICPA ........................................................................................................................................ 14
c- Le FASB ..................................................................................................................................... 14
d- EITF – comité d’urgence............................................................................................................ 15
e- GASB (governemental accounting standards board)................................................................. 15

2. LE CADRE CONCEPTUEL (CONCEPTUAL FRAMEWORK) ............................................... 15

3. LES PRINCIPES COMPTABLES GENERALEMENT ADMIS (GENERALLY ACCEPTED


ACCOUNTING PRINCIPLES-GAAP) ............................................................................................ 16

SECTION 2 : INTERNATIONAL ACCOUNTING STANDARD COMMITTEE (IASC) .............. 18

1. PRESENTATION DE L’IASC...................................................................................................... 18

2. LE CADRE CONCEPTUEL ......................................................................................................... 19

a. L’intelligibilité (understandability)............................................................................................. 19
b. La pertinence (relevance)............................................................................................................ 19
c. La fiabilité (reliability)................................................................................................................ 20
c. La comparabilité.......................................................................................................................... 20

SECTION 3 : LE REFERENTIEL COMPTABLE MAROCAIN........................................................ 21

1. SOURCES DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE MAROCAINE ................................ 21

a- la période antérieure au PCM ..................................................................................................... 22

-3-
b- la période actuelle....................................................................................................................... 22

2. PRINCIPES COMPTABLES FONDAMENTAUX (SOURCE LA LOI) .................................... 24

3. ORGANES CHARGES DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE MAROCAINE............ 25

a- le conseil national de la comptabilité.......................................................................................... 25


b- L’ordre des experts comptables (O.E.C) ................................................................................... 25
c- le conseil déontologique des valeurs mobilières (CDVM)......................................................... 25

CHAPITRE II : RETRAITEMENT DES IMMOBILISATIONS............................................................ 27

SECTION 1 : LES IMMOBISATIONS INCORPORELLES............................................................... 27

1. FONDS DE COMMERCE OU GOODWILL ............................................................................... 27


2. LES FRAIS DE RECHERCHE ET DE DEVELOPPEMENT...................................................... 33

SECTION 2 : LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES ............................................................... 36

1. CAPITALISATION DES CHARGES D’EMPRUNT .................................................................. 36


2. AMORTISSEMENT...................................................................................................................... 40
3. LES OPERATIONS DE LEASING .............................................................................................. 44
4. REEVALUATION DE BILAN ................................................................................................... 52

SECTION 3 : LES IMMOBILISATIONS FINANCIERES : LES TITRES EN PORTEFEUILLE .... 56

CHAPITRE III : LES AUTRES TYPES DE RETRAITEMENTS ...................................................... 62

SECTION 1 : LES VALEURS D’EXPLOITATION ........................................................................... 62

SECTION 3 : LES PROVISIONS......................................................................................................... 67

SECTION 4 : LES SUBVENTIONS ................................................................................................... 71

CHAPITRE IV : LES IMPÔTS DIFFERES ............................................................................................ 75

I. DISPOSITIONS GENERALES......................................................................................................... 75

II. LES DIFFERENTS PRINCIPES...................................................................................................... 77

CONCLUSION......................................................................................................................................... 83

-4-
PREAMBULE

I - MONDIALISATION DES ECONOMIES

Il est indéniable que la mondialisation constitue un des sujets d’actualité majeurs de ces dernières
années. Les pays à travers leurs gouvernements considèrent comme impérative et inéluctable la nécessité
de s’intégrer à ce processus. La logique qui préside désormais au fonctionnement du système
économique international est celle de la globalisation des échanges et des activités. Pour beaucoup de
sociétés, le développement des activités internationales est l’un des objectifs les plus importants voire
même une condition de succès dans un contexte de compétition internationale.

L’économie marocaine ne peut échapper à cette nouvelle tendance sans risquer la marginalisation au
moment même où l’insertion dans l’économie mondiale devient un facteur de performance au plan
économique. L’ouverture internationale du Maroc s’est scellée par l’adhésion de notre pays à l’OMC et
par l’accord d’association avec l’Union Européenne et plus particulièrement la mise en place d’une zone
de libre-échange à l’horizon 2010 qui se traduira par le démantèlement des barrières douanières entre le
Maroc et l’UE. Le projet de création d’une zone de libre-échange avec l’Union Européenne constitue
une véritable opportunité en ce sens qu’il offre à l’économie nationale des possibilités d’insertion dans
son environnement international.

Dans cette logique d’internationalisation, de nouveaux marchés s’ouvrent aux entreprises ; de nouveaux
concurrents ont ainsi la possibilité d’entrer sur des marchés jusque-là protégés. Le Maroc s’associe à ce
processus non pas en tant que pays pourvoyeur d’entreprises multinationales mais en tant que pays
nécessiteux de développer un climat d’affaires favorable au sens large afin d’attirer l’investissement
étranger. Le Maroc est notamment engagé dans la rude compétition que se livrent les pays pour attirer
l’investissement étranger.

II- DIMENSION INTERNATIONALE DE LA COMPTABILITE

La croissance et la globalisation des activités des entreprises ont provoqué un accroissement des
acquisitions de sociétés étrangères ainsi qu’un gonflement des besoins financiers qui a été à l’origine du

-5-
développement récent des marchés internationaux des capitaux. Cette dimension internationale toujours
croissante a mis en évidence le fait que la comptabilité, outil essentiel de communication, diffère par son
contenu et ses modalités d’application, d’un pays à l’autre. Les règles comptables diffèrent d’un pays à
l’autre que ce soit pour des raisons historiques ou du fait de l’influence des usages et de l’environnement
culturel, économique et social.

De manière générale, deux grands types de systèmes comptables s’opposent au niveau international : le
système anglo-saxon et le système de l’Europe occidentale.
L’analyse de la dualité de ces deux systèmes serait particulièrement intéressante à plus d’un titre dans la
mesure où elle permettrait de mettre en évidence de similitudes profondes entre les caractéristiques du
système de l’Europe Occidentale et celles du système marocain. Cette juxtaposition consisterait en outre
une sorte de préambule pour la présentation du système marocain qui s’identifie dans une large mesure
au système de l’Europe Occidentale et au système américain qui s’apparente au système anglo-saxon. Il
ne faut pas non plus occulter le fait que le système anglo-saxon inspire également dans de larges
proportions le référentiel de l’IASC.
Dans un premier temps, nous allons mettre en exergue la dualité entre les deux systèmes émergents et
aborder dans un deuxième temps les tentatives d’harmonisation comptable au niveau international qui
dans l’environnement actuel, est considérée comme un processus inéluctable.

1- les différences comptables entre deux systèmes émergents : le système anglo-


saxon et le système de l’Europe occidentale.

Les différences fondamentales entre ces deux modèles sont, de façon générale, liées à l’environnement
économique et social et aux objectifs de la comptabilité.

a- L’environnement économique et social

Concernant cet aspect, ces différences tiennent essentiellement aux sources de financement qui sont
elles-mêmes intrinsèquement liées à leur structure juridique et aux particularités du système juridique et
culturel spécifique à chacun des systèmes en question.
Ainsi pour l’origine du financement, en Europe continentale, les sociétés familiales qui représentent une
part importante des économies, sont largement financées par les banques ou par des emprunts
obligataires. Dans ces pays, la Bourse ne constitue pas le principal pourvoyeur de capitaux,
contrairement aux pays anglo-saxons où les pourvoyeurs de financement sont principalement les

-6-
marchés financiers. Cette différence, comme on le verra ci-dessous a une influence sur la production de
l’information comptable.

Concernant les aspects relatifs à la culture et au système juridique, les pays anglo-saxons qui sont des
pays de droit coutumier, ont largement recours à la jurisprudence. Conséquemment, ils se distinguent
par un minimum de réglementation légale et une autoréglementation exercée par la profession
comptable. Ce système considéré comme flexible est censé aboutir à des règles susceptibles de s’adapter
rapidement aux modifications de l’environnement économique. Aux Etats-Unis, le secteur privé publie
des normes comptables qui couvrent des situations ou des problèmes comptables particuliers.
A contrario, les pays d’Europe continentale, pays de droit écrit, la loi fournit des règles comptables
détaillées et il est donc exclu que la réglementation comptable puisse être laissée à des intérêts privés
mais confiée à un organisme d’Etat.

b- Objectifs de la comptabilité

Le champ des disparités est assez étendu. La conception et l’utilisation des états financiers sont
approchées différemment selon le système dans lequel on se situe.
Ces disparités concernent la qualité des utilisateurs des états financiers, l’application des principes
comptables et enfin une conception différente du rôle de la fiscalité et de la relation fiscalité-
comptabilité.

* Utilisateurs des états financiers

On peut considérer que la plupart des pays de l’Europe continentale ont une vision élargie de la
comptabilité. Ils perçoivent l’information comptable comme un instrument destiné à plusieurs catégories
d’utilisateurs ayant des intérêts dans l’entreprise (investisseurs, créanciers, administration fiscale,
fournisseurs, clients et grand public) alors que les pays anglo-saxons se concentrent principalement sur
les besoins d’information des apporteurs de capitaux, et en particulier des investisseurs. En Europe
continentale, la comptabilité peut être considérée comme orientée vers tous les partenaires
(stakeholders) de l’entreprise alors que dans les pays anglo-saxons, elle épouse le point de vue des seuls
actionnaires (shareholders).

* Principes comptables

-7-
Les pays d’Europe continentale dans lesquels la Bourse ne constitue pas le principal pourvoyeur de
capitaux sont marqués par un goût prononcé pour le secret des affaires et donc une politique
d’information réduite. Ici, l’objectif de la comptabilité n’est pas de donner l’image la plus fidèle de la
situation économique de l’entreprise mais plutôt de calculer le résultat qui peut être distribué aux
actionnaires sans léser les intérêts des autres parties et en particulier ceux des créanciers. Cet objectif de
maintien du capital fait de la prudence le principal principe comptable. Il conduit à sous-évaluer les
actifs, à surévaluer les dettes et donc à sous-estimer la valeur de l’entreprise.

Cela contraste avec l’approche américaine qui considère au contraire que la transparence est la meilleure
protection pour tous les utilisateurs de l’information financière, et en particulier pour les investisseurs.
Même étant des entreprises familiales, la plupart des grandes sociétés américaines trouvent leur
financement sur le marché boursier. Dans un tel environnement, il a toujours été considéré comme
essentiel de protéger les investisseurs. Sous l’effet des pressions du marché, les sociétés sont incitées à
accroître la transparence pour séduire les investisseurs et réduire le coût du capital. Dans ce contexte,
l’objectif des états financiers est de fournir une information utile aux décisions des investisseurs. La
comptabilité a pour objectif de donner l’image la plus réaliste possible de la situation économique de
l’entreprise, d’où les formules de fair presentation (juste représentation) aux Etats-Unis et de true and
fair view (image vraie et honnête) au Royaume-Uni. Cet objectif met l’accent sur les principes de
pertinence, d’importance significative, de comparabilité, de permanence des méthodes et
d’indépendance des exercices, qui ont une influence énorme sur les modes d’évaluation aux Etats-Unis
comme dans les autres pays anglophones.

* Relation comptabilité- fiscalité

Dans les pays où la comptabilité est en relation étroite avec la fiscalité, notamment où l’impôt sur les
bénéfices est directement lié au résultat comptable, la fiscalité a une influence déterminante sur
l’objectif même de la comptabilité et sur l’approche retenue en matière d’évaluation, les entreprises
ayant inévitablement tendance à sous-estimer le bénéfice pour minimiser l’impôt. La prudence dans
l’évaluation qui caractérise certains pays d’Europe continentale s’en trouve donc renforcée. En effet, la
sous-évaluation des actifs non seulement protège les créanciers, mais réduit également le résultat
imposable sous l’effet d’une hausse des amortissements et des provisions. Ce comportement est
totalement accepté, dans des pays comme l’Allemagne et l’Autriche où la comptabilité est alignée sur la
fiscalité, car il contribue à assurer la pérennité de l’entreprise en tant qu’employeur et contribuable. Ceci
affecte l’appréciation de l’endettement dans la mesure où les amortissements et les provisions diminuent

-8-
les fonds propres et où les provisions sont considérées comme des dettes. Les ratios d’endettement des
entreprises de ces pays sont donc généralement supérieurs à ceux des pays anglo-saxons.

Par contre dans les pays anglo-saxons, la comptabilité est indépendante de la fiscalité. La détermination
du bénéfice imposable s’obtient en appliquant des règles spécifiques, indépendantes de celles utilisées
en comptabilité.

La présentation de ces caractéristiques et spécificités est révélatrice d’une profonde dichotomie entre ces
deux systèmes qui inspirent la plupart des référentiels comptables nationaux et confirme en outre
l’existence de divergences des systèmes comptables nationaux. Ces divergences qui constituent un
obstacle à l’investissement et entravent le fonctionnement des marchés financiers posent ainsi le
problème de leurs traitements et rendent inéluctable une harmonisation de la comptabilité internationale.

2- l’harmonisation comptable internationale et le traitement des différences


comptables nationales

La mondialisation des économies et des marchés financiers rend nécessaire l’harmonisation comptable
internationale. A cette nécessité plusieurs motivations peuvent être avancées : un argument avancé est la
volonté d’unifier les conditions de la concurrence entre pays. Si un ou plusieurs Etats au sein d’une
union économique possèdent un système comptable particulièrement permissif ou favorable, les
entreprises établies ailleurs risquent en effet d’être incitées à y transférer leur siège social, faussant la
concurrence entre Etats membres. Un second argument qui s’applique au marché des capitaux a trait à
cette exigence accrue de comparabilité des informations financières fournies par les entreprises quelle
que soit leur nationalité. En effet, le manque d’uniformité et donc de comparabilité des informations
comptables constitue indubitablement un obstacle aux investissements internationaux. Cela conduit à
des inefficiences dans la mesure où les investisseurs prennent leurs décisions sur la base d’informations
tronquées ou bien restreignent leurs investissements au seul marché national.

Confronté à cet impératif d’harmonisation comptable, plusieurs initiatives ont été entreprises par des
organismes internationaux en particulier :

- L’Union européenne : avec l’élaboration par la commission des communautés économiques


européennes de deux directives importantes qui sont obligatoirement appliquées par les Etats
membres de l’Union européenne et qui tendent à organiser une certaine normalisation de la
comptabilité : il s’agit notamment de la 4ème directive du 25 juillet 1978 qui traite des comptes

-9-
individuels des sociétés de capitaux et de la 7ème directive du 13 juin 1983 qui traite des comptes
consolidés des groupes.

- Les Nations Unies : dont l’apport aura consisté à fournir, principalement aux pays en voie de
développement, une assistance technique et une information sur les problèmes comptables d’actualité
par l’intermédiaire d’une organisation spécialisée dépendant de l’ONU qui est l’ISAR,
Intergovernmental Working Group of Experts on International Standards of Accounting and
Reporting (ISAR).

- L’organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) : qui a élaboré des


principes directeurs qui ont été adoptés par les gouvernements des pays membres en 1976, révisés en
1979 et 1984. Ces principes adressent aux entreprises multinationales un ensemble de
recommandations couvrant tous leurs principaux domaines d’activités. Leur vocation est
d’encourager les entreprises à fournir des informations supplémentaires, dans la mesure où cela est
nécessaire. Ils ne modifient pas les règles nationales de publicité mais ils les complètent.

- Dans cette contribution à la recherche d’un consensus, les initiatives de ces organismes ont été
vouées à l’échec. En effet, la normalisation européenne n’a pas réussi à effacer les disparités
considérables qui existent entre deux groupes de pays : ceux qui sont imprégnés du système de
l’Europe Continentale et ceux qui adhèrent au système anglo-saxon. L’apport des nations unies en
matière d’harmonisation comptable a été marginal et ne s’est limité qu’à un rôle d’information et
d’influence. Concernant l’OCDE, les principes directeurs ont eu une portée limitée dans la mesure où
ils ne visent pas à se substituer à la réglementation ni aux normes nationales.

Dans ce contexte, deux organismes internationaux se disputent de nos jours le leadership pour imposer
leurs référentiels en tant que référentiel unique ; ce sont les FASB et l’IASC.
Une étude comparative de ces normes par rapport aux normes marocaines se révèle ainsi pertinente et
confirme tout l’intérêt de ce mémoire.
Ceci étant précisé, la question imminente qui se pose est de savoir où se situe le Maroc dans cette
dynamique de mondialisation et de ses effets induits sur notre cadre réglementaire et institutionnel pour
se mettre au diapason de ce processus.

III- LA PROBLEMATIQUE DU MEMOIRE

- 10 -
Le sujet du mémoire intitulé «Les différences et les similitudes entre les référentiels comptables
IFRS, US GAAP et les normes marocaines » est en relation directe avec l’implantation des
multinationales dans notre pays et se trouve donc en phase avec le processus de mondialisation précité et
des orientations économiques de notre pays.
La problématique réside dans le fait que les filiales des multinationales implantées au Maroc doivent
nécessairement se plier aux textes et lois en vigueur au Maroc et que de ce fait, elles sont tenues en tant
que sociétés de droit marocain d’établir des états de synthèse selon les prescriptions édictées par le Code
Général de la Normalisation Comptable. L’établissement des états financiers consolidés exige, en
principe, l’application de méthodes comptables uniformes au sein du groupe. Les filiales étrangères se
trouvent donc dans l’obligation d’établir deux séries de comptes : l’une conforme aux règles locales
pour répondre aux obligations juridiques et fiscales ; l’autre selon les principes retenus en consolidation.

Les principes sociaux entrent nécessairement en conflit avec les exigences comptables édictées par les
sociétés mères qui utilisent généralement les principes les plus communément utilisés au niveau
international à savoir les principes US GAAP et les principes IASC :

ƒ Les principes USGAAP en raison de la puissance de l’économie américaine et de


l’importance des places boursières de ce pays et en particulier la bourse de New York qui
est la première bourse au monde. Les entreprises qui désirent notamment être cotées dans
les bourses américaines sont obligées de présenter des états financiers en conformité avec
les principes USGAAP. Ils sont également reconnus dans la plupart des pays à travers le
monde. Ainsi, Daimler-Benz a pu s’appuyer sur les documents établis pour la SEC lors de
son introduction à la Bourse de Singapour.

ƒ Les principes IASC en raison de l’importance de l’organisme de l’IASC, un des principaux


organismes de normalisation et d’harmonisation comptable dans le monde et dont les
principes déjà utilisés par un nombre important de pays en particulier les pays en voie de
développement et qui tend à devenir le référentiel de base pour un grand nombre de groupes
importants. Les IAS sont également acceptés par les autorités boursières de plusieurs pays.
Enfin, il est par ailleurs utile de rappeler que la Commission européenne a présenté en juin
2000 une proposition portant obligation pour les sociétés européennes cotées d’utiliser avant
2005 les normes IAS pour l’établissement des comptes consolidés.

Confrontées à l’hétérogénéité des normes nationales et à la nécessité d’avoir de plus en plus recours aux
marchés financiers internationaux, les entreprises sont, naturellement à la recherche d’une norme

- 11 -
commune ou au moins comprise et utilisée par le plus grand nombre. Dans les conditions présentes, la
situation favorise bien évidemment l’adoption des normes nationales les plus puissantes c.a.d les
USGAAP ou les normes IASC qui tend à devenir le référentiel unique au niveau européen.

Le choix de ces référentiels comme base de comparaison avec les principes marocains n’est donc pas
fortuit et est donc guidé par les impératifs de la pratique et de l’hégémonie de ces principes au niveau
international.

Le passage de la comptabilité sociale, qui respecte les principes en vigueur au Maroc, aux comptes
groupe consolidés, s’effectue donc par des retraitements. Ces retraitements peuvent être de simples
reclassements de compte à compte mais le plus souvent ils corrigent les divergences de pratiques
comptables qui ont un impact sur le résultat et ou sur la situation nette d’une société.

L’objectif de ce mémoire recouvre en fait deux aspects :

ƒ le premier est de présenter un guide pratique aux professionnels qui seraient confrontées aux
problèmes de retraitements comptables et de contribuer tant soit peu à couvrir un domaine
caractérisé par une absence de littérature ou de référence adaptée aux spécificités marocaines.

ƒ le second objectif est de mettre en exergue les différences et les similitudes entre les
référentiels comptables et émettre des avis critiques qui pourraient constituer une amorce à
une base de réflexion pour d’éventuelles améliorations du référentiel marocain.

- 12 -
CHAPITRE I : LA REGLEMENTATION COMPTABLE

SECTION 1 : LE REFERENTIEL COMPTABLE AMERICAIN

1. LES SOURCES DE LA REGLEMENTATION AMERICAINE

L’origine de la réglementation aux Etats-Unis remonte au crash boursier de 1929 qui entama
profondément la confiance des investisseurs et la crédibilité du marché financier américain. L’analyse
des événements ayant conduit à ce crash montra que l’une des causes était le manque d’information des
actionnaires, la crise financière a notamment soulevé l’insuffisance de l’information sur les entreprises
faisant appel à l’épargne et sur son caractère trompeur. Avant la crise 1929, aucune obligation réelle
n’existait aux Etats-Unis ; des pratiques comptables contestables mais tolérées avaient même pour effet
de masquer la situation réelle de certaines entreprises. Il n’existait pas de réglementation nationale sur
l’information financière. Chaque Etat avait sa propre législation et la confusion en résultant n’était pas
de nature à permettre une bonne information des investisseurs.
Les pouvoirs publics ont crée en 1934 la SEC (Securities and exchange commission), organisme fédéral
de réglementation dont la mission consiste à établir les règles de présentation de l’information
comptable et financière à respecter par toutes les entreprises faisant appel au marché financier.

Plusieurs organismes contribuent à la réglementation financière aux Etats-Unis et à fixer les modalités
d’établissement et de publication des documents financiers. Dans l’ordre chronologique de leur
apparition, il s’agit des organismes suivants :

• La SEC (Securities and exchange commission) ;


• L’AICPA (American institute of chartered Public Accountants) ;
• Le FASB ( Financial Accounting Standard Board) ;
• EITF –Comité d’urgence ;
• GASB (Governemental Accounting Standards Board).

a- La SEC

Les sociétés qui veulent être cotées sur les grandes bourses américaines doivent être inscrites auprès de
la SEC qui est l’équivalent du CDVM (Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières) au Maroc. Le
rôle de la SEC est de réglementer la mise sur le marché et la négociation des titres. Elle est dirigée par

- 13 -
un conseil de cinq membres nommés par le Président des Etats-Unis pour une période de cinq années et
exerce ses pouvoirs sur les méthodes de présentation des documents financiers et les règles d’audit des
sociétés inscrites auprès d’elle. Bien qu’elle ait le pouvoir légal d’établir des normes comptables, la SEC
a délégué ses pouvoirs au secteur privé dès 1939 à l’AICPA dans la promulgation et la mise en
application des normes comptables.

b- AICPA

L’AICPA est l’équivalent américain de l’ordre des Experts Comptables.

c- Le FASB

Créé en 1973, le FASB est un organisme privé chargé de l’élaboration des principes comptables
généralement admis connus sous l’appellation des US GAAP (Generally Accepted Accounting
Principles).

Le pouvoir de réglementation appartient légalement à la SEC. Toutefois, ses interventions sont rares, la
SEC déléguant généralement au FASB le pouvoir de définir les principes comptables généralement
admis. Le FASB est aujourd’hui l’organisme de normalisation comptable aux Etats-Unis ; il a émis plus
de 100 normes et a créé un cadre conceptuel.

Le FASB comprend sept personnes salariées à plein temps nommées pour cinq ans renouvelables. Ce
sont en général d’anciens associés de cabinet ou de directeurs comptables de grandes sociétés. Ils
disposent d’une équipe technique d’une centaine de personnes qui travaillent sur les normes. Le FASB
est financé par de multiples organisations dont aucune ne contribue au budget dans des proportions
élevées de manière à préserver une indépendance financière et garantir son autonomie. Le FASB dispose
aussi de comités de contact qui facilitent le dialogue avec le monde économique sur les questions e
politique et de stratégie.

Le FASB émet deux catégories de textes :

- les Statements of Financial Accounting Concepts (SFAC) qui énoncent les concepts
fondamentaux sur lesquels reposent les normes d’établissement et de présentation des
comptes mais qui ne constituent pas des GAAP.

- 14 -
L’élaboration des SFAC a été réalisée dans le cadre de la conception du cadre conceptuel
(conceptual framework) qui constitue le cadre théorique de la comptabilité.

- et les Statements of Financial Accounting Standards (SFAS) qui définissent les principes et
règles comptables applicables à la préparation et à la présentation des comptes, et qui sont
considérés comme des GAAP.

d- EITF – comité d’urgence

L’EITF a été crée au sein du FASB en 1984 pour identifier rapidement les problèmes comptables
nouveaux ou ceux résultant de l’application des normes comptables. Formellement, l’EITF n’est pas un
organisme normalisateur, cependant la SEC a indiqué qu’elle contesterait les positions prises par les
sociétés non conformes à celles de l’EITF, considéré comme l’organisme le plus avancé en matière de
doctrine comptable.

e- GASB (governemental accounting standards board)

Crée en 1984, il est l’équivalent du FASB pour les entreprises gouvernementales.

2. LE CADRE CONCEPTUEL (CONCEPTUAL FRAMEWORK)

Les diverses règles américaines actuelles résultent d’une approche « problème par problème » des
questions comptables et ne constituent pas un ensemble reposant sur une théorie construite à partir
d’hypothèses, de concepts et de principes susceptibles de servir de base à une évolution future
cohérente. La communauté comptable et financière américaine regrettait l’absence d’un tel support
théorique qui lui aurait permis d’asseoir les décisions des organismes de normalisation et leur donner
une autorité d’autant plus forte qu’elles se seraient inscrites dans un cadre théorique officiel et reconnu.
Ce besoin de support théorique à la pratique comptable est apparu dès le début des années 1960 où des
tentatives de définition ont vu le jour et où l’AICPA a réalisé plusieurs travaux à ce sujet : Accounting
Research Studies 1 et 3 portant sur les Basic postultes of accounting (postulats de base de la
comptabilité) et A tentative set of braod accounting principles for business enterprises (tentative de
définition des principes comptables des entreprises commerciales). Ces études, restées en grande partie
ignorées, ont été suivies en 1970 par l’APB statement 4 qui rassemble les éléments de théorie
comptable en vigueur à cette époque. C’est à partir de 1976 que cet effort de définition d’un cadre

- 15 -
conceptuel va prendre une autre ampleur : le FASB va commencer à publier une série d’études, les
« Statements of financial accounting concepts » (S.F.A.C) qui sont au nombre de six.

Le FASB a été le premier organisme de normalisation à se doter d’un cadre théorique de la comptabilité
(conceptual framework). Le FASB le définit comme un ensemble structuré d’objectifs et de principes
fondamentaux interdépendants. Les objectifs représentent les fins que la comptabilité s’assigne et les
principes fondamentaux mettent en évidence les concepts et les conventions comptables de base
auxquels on doit se référer lors de la mise au point de l’interprétation et de l’application des normes de
comptabilité et d’information.

La création du cadre conceptuel répond à deux objectifs dont le premier est d’assigner à la comptabilité
des objectifs permettant d’élaborer des normes cohérentes et le second de servir de guides aux
normalisateurs lorsqu’ils sont confrontés à une opération pour laquelle il n’existe pas de réglementation.
Mais de manière plus étendue, son existence répond aux raisons suivantes :
- la pléthore des principes déjà en vigueur ;
- la nécessité de rationaliser et d’uniformiser le contenu de l’information financière, dans
l’intérêt des utilisateurs ;
- le fait que les principes comptables ne peuvent être valablement définis que dans la mesure
où leurs objectifs sont précisés par un guide référentiel ;
- la possibilité de résoudre des problèmes comptables ponctuels en se référant à un cadre
général de manière à éviter des interprétations par trop divergentes.

3. LES PRINCIPES COMPTABLES GENERALEMENT ADMIS (GENERALLY


ACCEPTED ACCOUNTING PRINCIPLES-GAAP)
Les US GAAP s’appliquent :

- aux sociétés cotées soumises au contrôle de la SEC : ces sociétés sont alors soumises à la fois
aux US GAAP et à la réglementation de la SEC. La SEC peut infliger des sanctions aux
sociétés qui ne respectent pas les US GAAP ;
- et aux sociétés non cotées qui ont décidé de s’y soumettre.

En mars 1992, la norme d’audit SAS 69 (Statement on Auditing Standard, à ne pas confondre avec les
Statements on Accounting Standards) relative à la certification a précisé la notion de principes
généralement admis et a arrêté une nouvelle hiérarchie des textes comptables à la fois pour les
entreprises privées et pour les entreprises publiques.

- 16 -
Hormis le SEC, plusieurs instances comptables ont élaboré les principes comptables généralement admis
qui ont donné lieu à onze principes de base auxquels on se réfère systématiquement pour résoudre tout
problème d’ordre pratique. Ces principes reposent sur cinq concepts fondamentaux et six principes.

(a) le concept du nominalisme monétaire (unit of measure concept) : ceci correspond au concept du
coût historique ;
(b) le concept de séparation des patrimoines (separate entity concept) ;
(c) le concept de continuité d’exploitation ;
(d) le concept de rattachement des charges aux produits (matching concept) ;
(e) le concept de spécialisation des exercices (time period concept) ;

Ces concepts sont accompagnés de grands principes :

(f) le principe de prudence (conservatism principle) ;


(g) le principe de permanence des méthodes (consistency principle) ;
(h) le principe d’importance relative (materiality principle) ;
(j) le principe d’appropriation des revenus (revenue principle) ;
(k) le principe de bonne information ( full disclosure principle) ;
(l) le principe de prééminence de la réalité sur l’apparence (substance over form).

Bon nombre de ces principes ou conventions sont également repris par le plan comptable marocain : ce
sont notamment six principes (ou concepts) auxquels il faut ajouter le principe de non compensation non
traité explicitement par les FASB. En revanche, certains principes et concepts ne sont pas prévus par le
CGNC et qu’il nous appartient de définir. Ce sont :

- Le concept de séparation des patrimoines (separate entity concept) : il ne peut y avoir


confusion entre le patrimoine de l’entreprise et celui de ceux qui la possèdent ou qui ont des
relations d’affaires entre elles ;
- Le concept de rattachement des charges aux revenus de la période (matching concept) : les
charges générées pour réaliser un produit doivent être comptabilisées dans le même exercice
que le produit concerné ;
- Le principe d’appropriation des revenus (revenue principle) : le chiffres d’affaires est
enregistré s’il n’y a pas de doute quant à sa réalisation ;
- Le principe de bonne information (full disclosure principle) : il s’agit de fournir à l’utilisateur
des états financiers l’ensemble des informations lui permettant d’analyser et d’interpréter les
comptes présentés ;

- 17 -
- Le principe de prééminence de la réalité sur l’apparence (objective principle) : ce principe
n’est pas accepté au Maroc. C’est aucun doute la divergence majeure en matière de principes
de base entre d’une part le référentiel marocain et d’autre part les référentiels US et IASC. Ce
principe consiste à faire prévaloir au niveau de la traduction comptable la réalité économique
des transactions sur la réalité juridique : La réalité économique – substance - est plus
importante que la forme juridique – form- (substance over form). Toutefois, il convient de
préciser que ce principe qui n’est pas admis pour les comptes individuels marocains l’est en
revanche au niveau des comptes consolidés ou du moins dans le projet sur les comptes
consolidés au Maroc. L’exemple classique de l’application de ce principe est le traitement
comptable de l’achat d’un bien par crédit-bail. Bien que juridiquement le bien n’appartienne
pas à l’entreprise, il devra néanmoins figurer à l’actif avec en contrepartie au passif la dette
correspondante.

SECTION 2 : INTERNATIONAL ACCOUNTING STANDARD


COMMITTEE (IASC)

1. PRESENTATION DE L’IASC

L’international Accounting Standard Committee ou le Comité des Normes Comptables Internationales


est un organisme privé indépendant dont l’objectif est de réaliser l’uniformisation des principes
employés pour les états financiers des entreprises et autres organismes dans le monde entier. L’IASC a
été fondé le 29 juin 1973 à la suite d’un accord entre les organismes professionnels comptables
d’Australie, du Canada, de France, d’Allemagne, du Japon, du Mexique, des Pays-Bas, du Royaume-
Uni, d’Irlande et des Etats-Unis. Au début 1999, il comptait 142 membres répartis entre 103 pays.
La plupart des organismes comptables membres de l’IASC sont membres de l’IFAC (International
Federation of Accountant).
L’IASC est financé par des fonds d’organismes professionnels, de sociétés multinationales, les
cotisations des membres et des revenus des publications

Les objectifs de l’IASC énoncés par les statuts sont :

♦ de formuler et de publier dans l’intérêt général les normes comptables à observer pour présenter les
états financiers et de promouvoir et leur acceptation dans le monde ;
♦ de travailler de façon générale à l’amélioration et à l’harmonisation des réglementations,
♦ normes comptables et procédures relatives à la présentation des états financiers.

- 18 -
2. LE CADRE CONCEPTUEL

L’IASC a également défini un cadre conceptuel : Framework for the preparation and presentation of
financial statements (cadre pour la préparation et la présentation des états financiers »). Il a pour but de
fournir une base commune permettant l’élaboration de normes cohérentes. Il précise les objectifs des
états financiers, en définit les éléments essentiels ainsi que les principes qui doivent présider à leur
établissement. Il ne peut cependant supplanter une norme. En cas de conflit, les dispositions de la norme
prévalent sur celles du cadre.
Le cadre conceptuel de l’IASC qui est calqué sur le cadre américain constitue néanmoins une évolution
importante de celui-ci. C’est le résultat d’une approche plus moderne de la comptabilité anglo-saxonne ;
la gamme des utilisateurs est plus large : les utilisateurs reconnus sont non seulement les investisseurs et
les prêteurs ciblés par le FASB, mais aussi les salariés, les fournisseurs, les clients, l’Etat et ses
organismes et le grand public. L’IASC spécifie que les états financiers devraient être utiles à une gamme
assez large d’utilisateurs pour les aider à prendre des décisions économiques et doivent donner des
informations concernant la situation financière de l’entreprise et ses changements au cours de la période,
ainsi que ses performances.

Le cadre de l’IASC énonce deux hypothèses de base utilisées pour la préparation des états financiers :
une comptabilité d’engagements (accrual basis) et la continuité d’exploitation (going concern). Des
concepts comme l’image fidèle ne sont pas directement traités dans le cadre, toutefois, l’application des
caractéristiques qualitatives du cadre doit normalement aboutir à l’établissement de compte donnant une
image fidèle.
Ces caractéristiques sont assez proches de celles du cadre américain mais sont présentées de façon
différente. On dénombre quatre principales caractéristiques qualitatives : l’intelligibilité, la pertinence, la
fiabilité et la comparabilité.

a. L’intelligibilité (understandability)

L’information doit être immédiatement compréhensible par les utilisateurs. Ces derniers sont supposés
avoir une connaissance raisonnable des activités économiques et de la comptabilité et vouloir étudier
l’information d’une façon « raisonnablement diligente».
L’IASC précise qu’une information ne peut être exclue des états financiers au seul motif qu’elle serait
trop difficile à comprendre par certains utilisateurs.

b. La pertinence (relevance)

- 19 -
L’information doit être pertinente, c’est-à-dire de nature à influencer les décisions économiques des
utilisateurs en aidant ceux-ci à évaluer les événements passés, présents et futurs ou en confirmant ou
corrigeant leurs évaluations antérieures.
La pertinence d’une information est généralement fonction de son importance. Une information est
d’une importance significative (material) si son omission ou une présentation erronée sont susceptibles
d’avoir un effet sur les décisions économiques des utilisateurs.

c. La fiabilité (reliability)

Une information doit être fiable et elle l’est si elle n’est pas entachée d’erreur ni de biais significatifs.
Selon l’IASC, la fiabilité exige quatre qualités supplémentaires.

ƒ L’information doit tout d’abord présenter une image fidèle (faithful representation) des
transactions et autres événements qu’elle vise à présenter.

ƒ Il faut que les transactions et événements soient comptabilisés et présentés en accord avec
leur nature économique et pas seulement selon leur forme juridique. C’est le principe de
prééminence du fond sur la forme (substance over form) qui se traduit notamment par le fait
que les biens faisant l’objet de contrats de location-financement (comme le crédit-bail) sont
comptabilisés au bilan du locataire alors qu’ils demeurent la propriété du loueur.

ƒ L’information doit également être neutre (neutral), c’est-à-dire aussi dépourvue que possible
de subjectivité.

ƒ Une autre qualité essentielle reliée à la fiabilité est la prudence. Celle-ci est rendue nécessaire
par le fait que la plupart des transactions et événements sont entachés d’incertitudes. La
prudence est définie comme la prise en compte d’un certain degré de précaution dans
l’exercice des jugements nécessaires aux estimations afin d’éviter que les actifs ou les
produits soient surévalués et les passifs ou les charges sous-évalués.

ƒ Enfin, l’information contenue dans les états financiers doit être exhaustive (complete), dans
la mesure permise par le souci de l’importance significative et celui des coûts. Une omission
peut rendre l’information fausse ou trompeuse et, en conséquence, non fiable et
insuffisamment pertinente.

c. La comparabilité

- 20 -
Les états financiers doivent être comparables dans l’espace et dans le temps. La comparabilité dans
l’espace signifie que les utilisateurs doivent être en mesure de confronter les états financiers de
l’entreprise à ceux d’entreprises semblables afin d’évaluer de façon relative leurs situations financières,
leurs performances et les variations de leurs situations financières. Le choix des méthodes comptables
étant susceptible d’avoir une incidence sur la mesure des performances et de la situation financière, il
importe que chaque entreprise indique celles qui sont utilisées.

La comparabilité dans le temps signifie la possibilité de comparer les états financiers successifs d’une
même entreprise. Deux conséquences en découlent :

- la nécessité d’indiquer les chiffres de l’exercice précédent,


- et l’utilisation de méthodes comptables similaires d’une année sur l’autre.

Ceci implique donc :

- que les utilisateurs soient informés des méthodes comptables utilisées dans la préparation des
états financiers ;
- et par ailleurs, cette contrainte d’utiliser des méthodes comparables d’un exercice à l’autre ne
doit pas constituer un obstacle à tout changement de méthodes. En effet, lorsqu’il apparaît
qu’une méthode autre que celle utilisée par l’entreprise aboutirait à une information plus
pertinente ou plus fiable, le changement de méthode est parfaitement justifié. Le changement
de méthodes ainsi que l’effet de ces changements doivent être également portés à la
connaissance des utilisateurs.

SECTION 3 : LE REFERENTIEL COMPTABLE MAROCAIN

Dans la plupart des pays, il existe une normalisation minimale (existence de règles d’évaluation et de
présentation communes) de la comptabilité. Le Maroc n’a pas échappé à la règle et a opéré une
normalisation comptable depuis la dernière décennie. En l’opérant, le Maroc a satisfait aux impératifs
d’une économie moderne et a surtout essayé de rattraper un retard aussi bien par rapport aux pays
européens que par rapport à ses voisins. Cette expérience a permis au pays de s’insérer dans le courant
international de normalisation qui a connu un développement considérable au cours de la dernière
décennie.

1. SOURCES DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE MAROCAINE

- 21 -
Il convient de distinguer deux périodes : la période antérieure et la période postérieure à l’élaboration du
Plan comptable marocain.

a- la période antérieure au PCM

Avant l’élaboration du plan comptable marocain et sa mise en application, la situation se caractérisait au


Maroc par l’inexistence d’un cadre de normalisation comptable expressément institué par un dispositif
législatif ou réglementaire. Cela ne signifie pas pour autant qu’il y avait un vide juridique et pratique au
niveau comptable : les entreprises marocaines appliquaient en effet le plan comptable français 1957.

b- la période actuelle

Les sources législatives et réglementaires de nature comptable sont constituées par la loi comptable n° 9-
88 relative aux obligations des commerçants (et généralisant le CGNC) et par le Code Général de la
Normalisation Comptable, élaboré par la Commission Nationale de la Normalisation Comptable en
1987. D’autres textes législatifs et réglementaires existent et doivent être pris en considération ;
cependant la plupart d’entre eux font référence à la loi n° 9-88 comme principale source de
réglementation.

* Le code de commerce

Au sens du code de commerce, la comptabilité constitue un moyen de preuves entre les commerçants.
L’article 19 du code fait par ailleurs obligation aux commerçants de tenir une comptabilité
conformément aux dispositions de la loi n° 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants.

* Loi n° 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants

La loi comptable s’applique aux personnes physiques et morales qui accomplissent dans le cadre de leur
activité permanente des actes de commerce et fait obligation aux commerçants de tenir une comptabilité
dans les formes prescrites par la loi.

Ce que l’on peut considérer comme une originalité est le fait que la loi définisse les principes généraux
de la comptabilité, il existe pour le détail de l’application de ces principes le Code Général de la
Normalisation Comptable auquel elle ne fait d’ailleurs aucune référence.

Par ailleurs, la loi comptable considère les dispositions comptables au-dessus de la loi fiscale comme
première source législative. L’article 23 de la loi admet en effet que l’administration fiscale peut rejeter

- 22 -
les comptabilités qui ne sont pas tenues dans les formes prescrites par la présente loi et les tableaux y
annexés.

* Le Code Général de la Normalisation Comptable : CGNC

Le CGNC constitue le référentiel théorique et pratique de la normalisation comptable marocaine. Le


CGNC est scindé en deux parties :

ƒ une norme générale comptable qui contient le cadre comptable et les fondements de la
comptabilité normalisée. C’est à ce niveau que sont énoncés les principes comptables
fondamentaux, le dispositif organisationnel de la comptabilité et les méthodes d’évaluation.
ƒ Un plan comptable général destiné aux entreprises à l’exception des banques et entreprises
qui contient les éléments suivants

* Loi bancaire

Instituée par le dahir portant loi n° 1-93-147 du 6 juillet 1993 relatif à l’exercice de l’activité des
établissements de crédit et leur contrôle.
Cette loi fait aussi référence à la loi n° 9-88 en stipulant dans l’article 33 que les établissements de crédit
sont tenus de respecter les dispositions législatives afférentes aux dispositions comptables des
commerçants. Toutefois, des dérogations sont prévues notamment celui de fixer, par arrêté du ministre
de l’économie et des finances n°1331-99 du 11 joumada 1420 (23 août 1999) fixant le cadre comptable
et le modèle des états de synthèse des établissements de crédit, le cadre comptable et le modèle des états
de synthèse dans un document dénommé plan comptable des établissements de crédit.

* Obligations comptables des entreprises d’assurances, de réassurances et de capitalisation

Promulguées par le dahir n° 1-95-4 du 26 janvier 1995 portant loi n° 43-94.


A l’instar des établissements de crédit, les entreprises d’assurance, de réassurances et de capitalisation
sont tenues de respecter les dispositions de la loi n° 9-88 relative aux obligations comptables des
commerçants. Des dérogations sont également admises :

- la loi n° 93 -94 prévoit notamment de fixer par voie réglementaire après avis du comité
consultatif des assurances privées et du Conseil National de Comptabilité la forme, le

- 23 -
contenu des états de synthèse, la liste et les modalités de fonctionnement des comptes et qu’à
cette fin, un plan comptable spécifique aux assurances, appelé PCA, a été établi ;
- des dérogations relatives au délai d’établissement de synthèse (article 18 de la loi n° 9-88),
aux méthodes d’évaluation (article 20) notamment en ce qui concerne les réserves
techniques, et en cas de cessation d’activité partielle ou totale.

* Organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM)

Promulgués par le dahir portant loi n° 1-93-211 du 21 septembre 1993. Là aussi, l’article 92 prévoit des
dérogations aux dispositions de la loi n° 9-88 soumettant les OPCVM à des règles comptables
spécifiques. Il s’agit plus précisément de la mise en place d’un plan comptable des OPCVM qui a été
précisé par un arrêté du ministère des finances n° 2172-95 du 21 août 1995.

2. PRINCIPES COMPTABLES FONDAMENTAUX (SOURCE LA LOI)


Ce sont les principes comptables fondamentaux qui englobent tout à la fois des normes générales
d’autorité telle la «prudence», et des conventions méthodologiques, telles la «spécialisation des
exercices» ou la «continuité d’exploitation».

Les principes comptables fondamentaux retenus par la Norme Générale, au nombre de sept, sont tous
acceptés par la communauté financière internationale :

- continuité d’exploitation ;
- permanence des méthodes ;
- coût historique ;
- spécialisation des exercices ;
- prudence ;
- clarté ;
- importance significative.

D’autres principes, moins universellement acceptés, n’ont pas été retenus : tel le «principe de
prééminence de la réalité sur l’apparence» et le principe de «sincérité», dont l’intérêt conceptuel n’est
pas évident.
En revanche, une finalité est assignée à la comptabilité normalisée : les états de synthèse doivent donner
une image fidèle du patrimoine, de la situation financière et des résultats de l’entreprise. Cet objectif
d’image fidèle est à l’instar de l’obligation de « true and fair view » ou de « fair presentation » existant

- 24 -
dans les comptabilités anglo-saxonnes universellement admis et largement adopté par les pays européens
à économie libérale.

L’image fidèle apparaît ainsi non comme un principe comptable fondamental supplémentaire mais
comme la convergence des principes retenus.

3. ORGANES CHARGES DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE


MAROCAINE

a- le conseil national de la comptabilité

- Le Conseil national de la comptabilité a été institué par le Décret n° 2-88 du 16


novembre 1989 qui fait du CNC le principal organisme de normalisation comptable
au Maroc.

Le CNC est en outre consulté préalablement sur toutes réglementations, instructions ou


recommandations d’ordre comptable proposées par les administrations, les commissions ou comités
crées à l’initiative des pouvoirs publics ainsi que par les établissements publics, sociétés et entreprises
soumis au contrôle financier de l’Etat.

b- L’ordre des experts comptables (O.E.C)

L’Ordre des experts comptables a été institué par la loi n° 15-89 qui réglemente la profession d’expert
comptable. Celle-ci attribue à l’OEC les prérogatives de :

- édicter tout règlement nécessaire à l’accomplissement de la mission d’expert comptable et


l’établissement de code de devoirs professionnels ;

- défendre les intérêts matériels et moraux de la profession d’expert comptable

- et de représenter la profession auprès de l’administration et auprès des organisations et


organismes internationaux poursuivant des buts analogues.

c- le conseil déontologique des valeurs mobilières (CDVM)

Le CDVM a été institué par le Dahir portant loi n° 1-93-212 du 21 septembre 1993 relatif au conseil
déontologique des valeurs mobilières et aux informations exigées des personnes morales faisant appel
public à l’épargne.

- 25 -
Le CDVM est un organisme de caractère public dont la mission générale est de veiller à la protection de
l’épargne investie en valeurs mobilières ou tous autres placements donnant lieu à un appel public à
l’épargne, à l’information des investisseurs et au bon fonctionnement des marchés de valeurs mobilières
ou de produits financiers cotés.
En tant qu’organisme, le CDVM ne joue pas de rôle formel direct en matière de réglementation
comptable et plus précisément en matière de formation et d’application de règles comptables. Il n’est
donc pas habilité à normaliser dans le domaine comptable, sa contribution à cette fin se situe au niveau
de sa participation au niveau du Conseil National de Comptabilité depuis que la possibilité lui en est
offerte suite à la publication du Décret n°2-00-682 du 1er novembre 2000 complétant le décret n°2-88-19
du 16 novembre instituant le CNC qui permet qu’un membre du CDVM puisse siéger au Conseil
National de Comptabilité.

Néanmoins en tant que régulateur du marché boursier et de garant de l’information publiée, la loi lui
offre la possibilité d’imposer aux sociétés cotées en bourse de suivre un cadre comptable tel que
préconisé par la réglementation en vigueur et une possibilité de contrôle.

En règle générale, on verra souvent des retraitements des comptes sociaux vers les comptes US ou IAS
pour passer de la norme marocaine à la norme US ou à la norme IAS.
Notre développement portera sur les principaux postes de bilan et de passif qui nécessitent bien entendu
des retraitements. Ce sont essentiellement :

- les immobilisations (corporelles, incorporelles et financières) ;


- les stocks ;
- les provisions comptabilisées au passif ;
- les subventions ;
- et les impôts différés.

La démarche adoptée consiste à faire dérouler pour chaque poste mentionné ci-dessus les dispositions
prévues par chacune des normes, marocaines, US GAAP et IAS et à opérer une étude comparative entre
ces différentes dispositions en mettant en exergue les différences et similitudes. L’objectif de ce travail
est de permettre à l’utilisateur de ces normes la compréhension ou de faciliter la compréhension du
passage d’une comptabilité tenue selon les principes comptables marocains vers une comptabilité tenue
selon les principes internationaux, US GAAP ou IAS.

- 26 -
CHAPITRE II : RETRAITEMENT DES IMMOBILISATIONS

SECTION 1 : LES IMMOBISATIONS INCORPORELLES

1. FONDS DE COMMERCE OU GOODWILL


* Principes marocains

Le CGNC ne fait pas distinctement référence aux notions de fonds de commerce et de goodwill et utilise
plutôt le terme de fonds commercial pour les comptes annuels et d’écart d’acquisition pour les comptes
consolidés.

* Fonds commercial

D’une manière intrinsèque, le fonds commercial peut être considéré comme un élément du fonds de
commerce qui correspond à une universalité regroupant l’ensemble des éléments corporels et incorporels
d’une entreprise en vue d’exercer une activité commerciale. Le fonds de commerce est notamment
constitué de la réunion des éléments suivants :

- d’une part, les éléments incorporels tels qu’ils sont énumérés ci-dessus ;
- et d’autre part, les éléments corporels correspondant principalement aux marchandises, matériels
et mobiliers.

Néanmoins, en pratique, ces deux notions sont relativement similaires quant à leur détermination au
niveau comptable et l’appellation retenue par le CGNC est la notion de fonds commercial.

Le CGNC le définit de la manière suivante : « un fonds commercial est constitué par des éléments
incorporels y compris le droit au bail qui ne font pas l’objet d’une évaluation et d’une comptabilisation
séparées au bilan et qui concourent au maintien ou au développement du potentiel d’activité de
l’entreprise».

Le CGNC énumère également les éléments constitutifs du fonds commercial que sont la clientèle,
l’achalandage, le droit au bail, le nom commercial et l’enseigne.

Au sens stricto sensu de cette définition préconisée par le CGNC et également reprise par le code de
commerce (notamment en ce qui concerne les éléments du fonds commercial), il ressort que la notion de
fonds commercial est assez restrictive dans la mesure où elle délimite expressément les éléments
constitutifs du fonds commercial. Or, en pratique la valeur du fonds commercial est représentée par

- 27 -
l’excédent du prix d’achat global sur le montant net de l’apport des éléments identifiés
(immobilisations, stocks, créances …). Cet excédent rémunère la capacité de l’entreprise à générer des
profits futurs qui est intimement liée à divers éléments qui ne sont pas contenus dans cette définition et
qui sont néanmoins compris dans la rémunération globale. Il s’agit à titre d’exemple du savoir-faire de
l’entreprise (know how), de la compétence des dirigeants, de l’organisation de la société etc.

* Comptabilisation

Le fonds commercial peut être acquis ou créé et seul le fonds commercial acquis est comptabilisé. Les
éléments incorporels du fonds de commerce créé par l’entreprise ne sont pas enregistrés, leur coût étant
nul.

Les modalités pratiques de la détermination de la valeur du fonds commercial est la suivante :


Il s’agit de définir la valeur de l’actif net réévalué constitué des éléments suivants :

- l’actif immobilisé : généralement retenu par sa valeur d’usage ou économique ;


- l’actif circulant : retenu par sa valeur comptable ;
- le passif circulant : retenu par sa valeur comptable
- le montant de l’actif apporté est diminué des dettes du passif circulant.

La différence entre le prix d’achat global et le montant net de l’apport des éléments identifiés
(immobilisations, stocks, créances …) représente la valeur du fonds commercial.

* Amortissement du fonds commercial

Le CGNC prévoit que les éléments du fonds commercial qui ne bénéficient pas nécessairement d’une
protection juridique leur garantissant une valeur certaine sont amortissables. Toutefois, le CGNC ne
donne aucune précision quant à la durée d’amortissement nécessaire et accorde donc au niveau de cet
aspect des prérogatives aux entreprises ; les entreprises peuvent ainsi déterminer librement la durée
d’amortissement, en respectant la règle de prudence. Elles peuvent notamment s’inspirer des possibilités
prévues par le CGNC au niveau de la consolidation ; le CGNC prévoit en effet que l’écart d’acquisition
soit amorti sur une durée n’excédant pas 10 ans.
Ainsi, il apparaît que le CGNC n’exclut nullement la possibilité d’amortir le fonds commercial, chose
qui est relativement peu courante en pratique pour ne pas dire inexistante. En effet en pratique, peu
d’entreprises pratiquent l’amortissement du fonds commercial, éventuellement en raison d’une
méconnaissance de l’existence de cette possibilité ou plutôt du fait que cette pratique n’est pas admise
fiscalement.

- 28 -
Se basant sur les dispositions du CGNC, les éléments du fonds commercial, qui bénéficient d’une
protection juridique leur assurant une valeur certaine, ne doivent pas être amortis ; il s’agit en
l’occurrence du droit au bail qui est juridiquement protégé au Maroc. En revanche, les éléments qui ne
bénéficient pas de protection juridique, le cas notamment de la clientèle, doivent être amortis.

* Ecart d’acquisition

Il correspond à la différence entre le coût d’acquisition pour un groupe de titres de participation dans
une société et le montant de sa quote-part de capitaux propres consolidés dans cette société. Cette
différence peut être positive ou négative.
Quand elle est positive, elle est inscrite à l’actif du bilan et correspond dans ce cas à la prime payée par
la société pour acquérir les titres soit de façon consciente et volontaire (survaleur) soit de façon
involontaire (opération malheureuse).

Dans le cas de constatation d’une survaleur, l’écart d’acquisition est amorti selon un plan sur une durée
raisonnable qui ne saurait excéder une dizaine d’années, sauf cas exceptionnels à justifier dans l’ETIC ;
cette durée est fonction de l’horizon économique dans lequel la filiale est censée dégager une forte
rentabilité ou pour le groupe des avantages importants justifiant cette survaleur. Dans le cas de
constatation d’une mauvaise affaire, l’écart d’acquisition est immédiatement amorti.

Un écart d’acquisition négatif correspond généralement, soit à une plus-value potentielle du fait d’une
acquisition effectuée dans des conditions avantageuses, soit à une rentabilité insuffisante de l’entreprise
acquise. Deux traitements comptables différents sont retenus selon que l’on se réfère au CGNC ou à
l’avant-projet relatif aux comptes consolidés.

Selon le CGNC, cet écart est inscrit au passif du bilan parmi les provisions durables pour risques et
charges et repris en produits :

- soit par étalement prévisionnel selon un plan de reprise


- soit pour compenser une insuffisante rentabilité, prévue, de la filiale ; les reprises étant
opérées au fur et à mesure de la constatation des insuffisances de résultat.

En revanche, l’avant-projet relatif aux comptes consolidés préconise de réduire proportionnellement les
justes valeurs des actifs immobilisés non monétaires jusqu’à l’élimination de cet écart. Seuls des cas
exceptionnels peuvent justifier le maintien d’un écart d’acquisition négatif et doivent être justifiés dans
l’ETIC. Cet écart doit être présenté séparément au passif du bilan au niveau des capitaux propres et doit
être rapporté au résultat sur une durée qui doit refléter les hypothèses retenues et les objectifs fixés lors
de l’acquisition.

- 29 -
* Principes IASC

Les dispositions des principes marocains et IAS se rejoignent dans une certaine mesure en admettant
plus ou moins que les éléments incorporels qui sont indissociables de la valeur de l’entreprise
constituent le goodwill ou fonds de commerce par opposition aux autres éléments de l’actif incorporel
qui peuvent être comptabilisés séparément au bilan et qui bénéficient généralement d’une protection
juridique.

Les textes qui constituent les références en la matière sont les normes IAS 38 relatives aux actifs
incorporels et les dispositions de l’IAS 22 qui s’appliquent à la survaleur (goodwill) constatée lors d’une
acquisition d’entreprise. L’IAS 38 ne traite pas d’une manière distincte la notion de fonds de commerce
mais de l’ensemble des actifs incorporels dont fait partie également le fonds de commerce. Cette norme
admet les faits suivants :

• pour être comptabilisé, un actif incorporel doit comme tout actif :

- générer de manière probable des avantages économiques futurs ;


- et avoir un coût mesurable avec fiabilité.

La capacité d’identifier un actif incorporel résulte généralement d’un droit juridique (contrat de licence,
protection de brevet….) et en l’absence d’un tel droit, seuls peuvent être considérés comme des actifs
incorporels les éléments qui sont susceptibles d’être cédés indépendamment de l’entreprise.
Sur ce point, la position de l’IASC est assez ambiguë. Ainsi, des éléments qui ne peuvent être dissociés
de la valeur de l’entreprise et qui sont constitutifs du goodwill (et donc du fonds commercial) ne sont
pas assimilés à un actif incorporel dans la mesure où ils ne bénéficient pas de protection (ou droit)
juridique. En effet, la clientèle qui correspond à un élément important du fonds commercial et pour
certains secteurs d’activité, l’unique élément du fonds de commerce, l’IASC considère qu’en l’absence
de droits permettant à une entreprise de protéger ou de contrôler ses relations avec ses clients ou leur
fidélité, le portefeuille de clients ne peut être assimilé à une immobilisation incorporelle.
Il en est de même des compétences des équipes de personnes qualifiées au sein des entreprises qui ne
peuvent également être admises comme une immobilisation incorporelle en raison de l’absence de
protection juridique de ces talents.

Le goodwill crée par l’entreprise ne doit pas être comptabilisé.


Selon l’IAS 22, le goodwill ou survaleur ou écart d’acquisition correspond à l’écart entre le prix payé
par l’acquéreur et la fraction correspondante de la juste valeur des actifs et dettes identifiables acquis ou

- 30 -
pris sous contrôle. Il représente un supplément de prix payé justifié par l’espoir de bénéfices
économiques futurs résultant d’effets de synergie ou d’éléments ne satisfaisant pas aux conditions de
comptabilisation des actifs.
Quelle qu’en soit l’origine, le goodwill doit être considéré comme un actif et amorti sur sa durée
d’utilité. Il existe une présomption qui peut être réfutée que la durée d’utilité du goodwill n’excède pas
vingt ans à compter de sa comptabilisation initiale. L’IAS 22 énonce notamment plusieurs facteurs à
prendre en considération pour déterminer la durée d’utilité du goodwill :
- la nature et la durée de vie prévisible de l’entreprise acquise ou du secteur d’activité ;
- les conséquences de l’obsolescence de ses produits ainsi que l’évolution de la demande et des
conditions économiques sur l’entreprise acquise ;
- la durée pendant laquelle les collaborateurs clés de l’entreprise resteront en place et la question
de savoir si l’entreprise acquise pourrait être gérée efficacement par une autre équipe dirigeante ;
- le comportement attendu des concurrents actuels et potentiels ;
- ainsi que la durée du contrôle sur l’entreprise acquise et des éventuelles limitations légales,
réglementaires ou contractuelles.

Une durée plus longue est cependant admise lorsque le goodwill est lié de manière étroite à un actif
identifiable ou un groupe d’actifs identifiables, dont la durée d’utilité excède 20 ans. Pour ce type de
goodwill, l’IAS 22 impose l’obligation d’effectuer un test annuel de dépréciation qui doit être
comptabilisée en cas de perte de valeur du goodwill.

Concernant son amortissement, le goodwill doit être amorti selon le mode linéaire à moins qu’une autre
méthode apparaisse plus appropriée. La durée et le mode d’amortissement doivent être réexaminés au
minimum à la clôture de chaque exercice et modifiés en cas de changements majeurs. Ces changements
sont considérés comme des changements d’estimation (IAS 8) qui doivent être mentionnés dans les états
financiers.

Dans le cas d’un goodwill négatif, les justes valeurs d’actifs non monétaires acquis doivent être réduites
proportionnellement jusqu’à élimination de l’excédent. En cas d’existence d’un solde résiduel du
goodwill, cet excédent doit être inscrit comme un produit comptabilisé d’avance et réintégré en résultat
sur une période n’excédant pas 5 ans, à moins qu’un délai plus long, ne dépassant pas 20 ans à compter
de la date d’acquisition, ne puisse être justifié.

Par ailleurs, la norme prévoit la possibilité d’ajustements ultérieurs du prix d’acquisition dont l’effet
correspondant portera sur le goodwill, positif ou négatif, si l’ajustement est effectué avant la fin du

- 31 -
premier exercice après l’acquisition ou comptabilisé en résultat, en produits ou en charges, s’il est
effectué après ce délai d’une année.

Principes américains

Le goodwill ne fait pas l’objet d’une norme spécifique mais il est traité simultanément avec les
immobilisations incorporelles. le FAS n°121 qui concerne le traitement comptable des dépréciations des
actifs à long terme et qui s ‘applique pour partie aux actifs incorporels et écarts d’acquisition.

La doctrine américaine fait une distinction entre les éléments suivants :

- d’une part, les immobilisations incorporelles identifiables : les brevets, licences, franchises, marques
commerciales et les dépenses de recherche et développement pour lesquelles des règles très précises
doivent être respectées ;
- et d’autre part, les immobilisations non identifiables : le goodwill (ou survaleur).

Elle admet également la nécessité d’amortir les immobilisations incorporelles, néanmoins, aucune
distinction n’est opérée entre les immobilisations incorporelles protégées ou non juridiquement. Tout en
reconnaissant le fait que certains actifs incorporels peuvent avoir une durée de vie indéterminée, le
FASB impose un amortissement sur une durée de vie maximum de 40 ans (et qui ne doit pas être
déterminé de manière arbitraire).

Les cas suivants sont également prévus par la norme :

- dans le cas d’existence d’une valeur de goodwill associée à des actifs qui font l’objet d’une
dépréciation, la valeur nette de ce goodwill doit être éliminée.
- dans le cas d’un écart d’acquisition négatif, le traitement admis est similaire à celui des normes
IASC, à une différence près portant sur la durée de réintégration en résultat du goodwill négatif qui
est de 40 ans au maximum pour les FASB contre 5 ans pour les IASC. En effet, les FASB
préconisent également d’imputer le goodwill négatif sur les actifs immobilisés autres que financiers
et en cas de subsistance d’un solde résiduel, de le comptabiliser en produits différés à réintégrer au
résultat sur une période n’excédant pas 40 ans. En aucun cas, cet écart d’acquisition ne doit être
directement porté en fonds propres.
- les FASB adoptent une position assez similaire à l’IASC dans le traitement des variations ultérieures
du prix d’acquisition, avec cette nuance près que les FASB prévoient un ajustement de goodwill en

- 32 -
cas de baisse de prix d’acquisition et ce, sans restriction de délai. En revanche, en cas de
complément de prix d’acquisition les positions sont identiques, l’ajustement portera sur le goodwill
si le délai est inférieur à 1an ou comptabilisé en résultat dans le cas inverse.

2. LES FRAIS DE RECHERCHE ET DE DEVELOPPEMENT

Principes marocains

Le CGNC distingue entre les frais de recherche et de développement avec contrepartie spécifique de
ceux qui sont sans contrepartie spécifique. Ainsi, ne peuvent être portées dans un compte
d’immobilisations que les dépenses qui correspondent à l’activité réalisée par l’entreprise pour son
propre compte en matière de recherche appliquée et développement. En sont par conséquent exclus, les
frais entrant dans le coût de production des commandes passées par des tiers, c’est à dire, des opérations
avec contrepartie spécifique.
En vertu du principe de prudence, l’entreprise n’immobilise pas en général les frais de recherche et de
développement qu’elle a engagés en raison du caractère aléatoire de cette activité. Toutefois, à titre
exceptionnel, les frais de recherche et de développement peuvent être immobilisés si les deux conditions
suivantes sont simultanément réunies :

• les projets de recherche et de développement doivent être nettement individualisés et leur


coût distinctement établi à l’aide d’une comptabilité analytique pour être réparti dans le
temps ;

• chaque projet doit avoir à la date d’établissement des états de synthèse de sérieuses
chances de réussite technique et de rentabilité commerciale et financière.

Lorsqu’ils sont immobilisés, les frais de recherche et de développement sont amortis au maximum sur
une durée de 5 ans. A titre exceptionnel, et pour des projets particuliers, ils peuvent l’être sur une
période plus longue dans la limite de la durée d’utilisation de ces actifs. Une mention de cette dérogation
doit en être faite dans l’ETIC (A1).
En cas d’échec du projet, les frais correspondant sont immédiatement amortis par le débit d’un compte
de dotations aux amortissements exceptionnels et la valeur nette d’amortissements est ramenée à zéro.

Principes IASC

- 33 -
La norme IAS n° 38 aborde les frais de recherche et de développement dans le cadre global des
immobilisations incorporelles.
A l’opposé du CGNC qui ne délimite pas la frontière entre les notions de recherche et de
développement, l’IASC opère une nette distinction entre ces deux activités qu’elle définit et explicite
d’une manière claire à travers la citation d’exemples pour illustration.

Activité de recherche

La recherche est définie comme une investigation originale et programmée visant à obtenir une
compréhension et des connaissances scientifiques ou techniques nouvelles.

Selon l’IASC, peuvent être considérés comme une activité de recherche :

- les activités visant à obtenir de nouvelles connaissances ;


- la recherche d’applications de résultats de la recherche ou d’autres connaissances ainsi que
leur évaluation et le choix retenu in fine ;
- la recherche d’autres matériaux, dispositifs, produits, procédés, systèmes ou services ; et
- la formulation, la conception, l’évaluation et le choix final retenu d’autres possibilités de
matériaux, dispositifs, produits, procédés, systèmes ou services nouveaux ou améliorés.

Les dépenses pour la recherche doivent être comptabilisées en charges.

Activité de développement

Le développement consiste en l’application de résultats de la recherche ou d’autres connaissances à la


conception de matériaux, d’appareils, de produits, de procédés, de systèmes ou de services nouveaux ou
fortement améliorés avant leur exploitation commerciale ou leur utilisation.

L’IASC a énuméré des exemples, d’activités de développement, qui éclairent utilement. Ainsi,
constituent des activités de développement :

- la conception, la construction et l’essai de prototypes et de modèles ;


- la conception d’outils, gabarits, moules et matrices utilisant une technologie modèle ;
- la conception, la construction et l’utilisation d’une installation pilote d’une taille insuffisante
pour une exploitation commerciale ;

- 34 -
- la conception, la construction et les tests pour la solution choisie pour d’autres matériaux,
dispositifs, produits, procédés, systèmes ou services nouveaux ou améliorés.

Comptablement, les frais de développement doivent être comptabilisés à l’actif en tant


qu’immobilisation incorporelle sous réserve de satisfaire aux conditions énumérées ci-dessous;
l’entreprise doit en effet démontrer pour l’immobilisation incorporelle concernée ce qui suit :

- sa faisabilité technique doit être établie ;


- l’entreprise doit avoir l’intention et la capacité de le produire, de le commercialiser ou de le
vendre ;
- l’existence d’un marché pour cette immobilisation ou s’il doit être utilisé d’une manière interne,
son utilité pour l’entreprise peut être démontrée ;
- l’existence de ressources suffisantes pour achever le développement et utiliser ou vendre
l’immobilisation incorporelle ;
- la capacité d’évaluer de façon fiable les coûts correspondants.

Les frais engagés susceptibles d’être comptabilisés à l’actif doivent avoir un lien direct avec l’activité de
développement et doivent comprendre :

• les salaires et appointements du personnel ;


• les coûts de matières premières et services utilisés ;
• l’amortissement du matériel et des constructions ;
• la quote-part des frais généraux affectés selon les mêmes méthodes que les stocks ;
• les autres coûts liés à ces activités tels que l’amortissement des brevets et licences.

Lorsque ces activités ont été financées par des emprunts, les dépenses activées peuvent sous certaines
conditions inclure une fraction des intérêts supportés en application de la norme IAS 23. Néanmoins, la
norme interdit expressément d’incorporer dans les coûts immobilisés des dépenses initialement
comptabilisées en charges par l’entreprise dans ses états financiers annuels antérieurs

Par ailleurs sans être expressément mentionné dans la norme, on peut également admettre que les frais
immobilisés doivent être révisés tous les ans pour s’assurer du respect des conditions d’immobilisation
et qu’en cas d’échec du projet, les frais de développement doivent être immédiatement amortis.

- 35 -
Amortissement

La norme IAS n° 38 ne traite pas d’une manière spécifique l’amortissement des frais de recherche et de
développement qui s’insère dans le cadre global des immobilisations incorporelles. Néanmoins, à la
lumière du contenu de cette norme, on peut valablement avancer que :
- la durée d’amortissement de l’actif correspond à sa durée d’utilité;
- il existe une présomption (qui peut être réfutée) sur le fait que la durée de vie d’une immobilisation
incorporelle ne doit pas dépasser 20 ans;
- le montant amortissable est déterminé après la déduction de la valeur résiduelle.

Principes américains

En raison des difficultés à établir une relation entre les coûts actuels et les profits futurs et partant du
principe général qu’il n’existe pas de méthode de détermination du succès futur de la recherche et de
développement, le FASB n° 2 a adopté une position ferme et considère les frais engagés en matière de
recherche et de développement comme des charges de l’exercice.
Dans le fonds, les FASB proposent des définitions quasiment similaires à celles de l’IASC et ont
délimité le champ d’exclusion des composants des frais de recherche et de développement. En sont
notamment exclus les éléments suivants :

- les travaux de routine, adaptation, mise au point, contrôle qualité qui n’aboutissent pas en fait
ou ne peuvent contribuer à déboucher sur une production nouvelle effective.
- les frais relatifs à des travaux directement rattachés à des machines, équipements, biens… qui
ont des utilisations futures et qui constituent un élément du prix de revient capitalisable de
ces biens immobilisés.

Par ailleurs, on peut également préciser que le développement couvert par la norme ne concerne pas les
améliorations effectuées dans le cadre des opérations courantes de production.

SECTION 2 : LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES

1. CAPITALISATION DES CHARGES D’EMPRUNT

- 36 -
Ce thème abordera principalement le traitement des frais financiers dans le coût des immobilisations
corporelles.

Principes marocains

Le CGNC exclut expressément les charges financières du coût d’acquisition des immobilisations
corporelles mais cette incorporation est toutefois possible exceptionnellement :

- en cas d’acquisition du bien, dans le cas où le délai d’acquisition est supérieur à une année, les
frais financiers spécifiques de préfinancement se rapportant à cette période peuvent être inclus
dans le coût d’acquisition de ces immobilisations avec mention expresse dans l’ETIC (A1).
- en cas de production de l’immobilisation par l’entreprise, le coût de production de ces
immobilisations peut comprendre le montant des intérêts relatifs aux dettes contractées pour le
financement de la production depuis le préfinancement spécifique jusqu’à la date normale
d’achèvement de l’immobilisation ou de sa mise en service si elle est exceptionnellement
antérieure à cette date. Une mention doit également en être faite dans l’ETIC.

L’incorporation des frais financiers dans le coût d’une immobilisation est donc exceptionnelle et n’est
envisageable qu’en cas de respect des doubles conditions liées à la durée (d’acquisition ou de
production) qui doit être supérieure à une période de 12 mois et à l’existence de financement spécifique
à l’acquisition ou la production de l’immobilisation.

Principes IASC

Il existe des points de convergence entre l’IASC et les principes marocains. A l’instar du CGNC, la
norme n° 23 permet à l’entreprise de choisir entre deux modalités de traitement des coûts d’emprunt
lorsqu’ils sont attribuables à l’acquisition, la construction ou la production d’actifs éligibles.
L’entreprise peut soit comptabiliser ces coûts en charges de l’exercice qu cours duquel ils ont été
encourus, soit les incorporer dans les coûts des actifs éligibles. La première de ces modalités correspond
au traitement dit de référence et la seconde à l’autre traitement autorisé.
Si l’entreprise opte pour l’incorporation des coûts d’emprunt dans le coût des actifs éligibles, ce
traitement doit être appliqué de façon cohérente et permanente à tous les coûts d’emprunt directement
attribuables à l’obtention de tel actifs, quelle que soit leur catégorie.

- 37 -
Concernant cette alternative, les principes IASC ont en revanche une conception plus large que le
CGNC assez restrictif :

ƒ Ils admettent notamment la possibilité d’incorporer les coûts d’emprunt dans le coût des
immobilisations même en cas d’absence de financement spécifique
ƒ Ils ne prennent pas non plus en considération la restriction relative à la durée comme condition
nécessaire d’incorporation ;
ƒ La notion de coûts d’emprunt ne se limite pas uniquement aux frais financiers sur emprunts dans
la mesure où elle inclut également d’autres frais occasionnés par l’emprunt de fonds comme :

- l’amortissement des primes d’émission ou de remboursement ;


- l’amortissement des coûts accessoires encourus pour la mise en place des emprunts ;
- les charges financières en rapport avec les contrats de location-financement (voir les
opérations de leasing) ;
- les différences de change sur emprunts en devises étrangères dans la mesure où elles sont
assimilées à des compléments d’intérêt.

Selon l’IASC, les coûts d’emprunt à capitaliser sont, par définition, ceux qui auraient pu être évités si
l’actif en question n’avait pas été acquis (ou loué s’il s’agit d’une location financière).

Le traitement comptable y afférent va différer selon que le financement de l’actif a fait l’objet d’un
emprunt spécifique ou que les fonds nécessaires ont été prélevés sur l’ensemble des ressources de
l’entreprise.
Dans le premier cas, le montant des coûts d’emprunt à incorporer dans le coût de l’actif doit
correspondre aux coûts réels encourus au cours de l’exercice déduction faite d’éventuels produits
provenant du placement temporaire des fonds empruntés ;
En revanche dans le cas inverse d’absence de financement spécifique, le montant des coûts d’emprunts
incorporables au coût de l’actif doit être déterminé en appliquant au coût de l’actif un taux
correspondant à une moyenne pondérée des coûts des emprunts en cours de l’entreprise au titre de
l’exercice. Toutefois, le montant des coûts incorporés au coût de l’immobilisation donné ne doit pas
excéder le montant total des coûts d’emprunt supportés au cours de ce même exercice.
En outre, lorsque la valeur comptable de l’actif est supérieure à sa valeur de réalisation nette, il faut
procéder à un redressement en constatant une provision pour dépréciation équivalente à la différence
entre les deux valeurs.

- 38 -
Selon cette norme, la comptabilisation des coûts d’emprunt commence lorsque :

(a) des dépenses relatives au bien ont été réalisées. Ces dépenses doivent néanmoins être
diminuées de toute subvention reçue ;
(b) les activités indispensables à la préparation du bien préalablement à son utilisation sont en
cours. Ces activités dépassent le stade de la construction, elles comprennent également les
travaux techniques et administratifs préalables au début de la construction physique comme
par exemple les démarches nécessaires à l’obtention du permis de construire.
(c) des charges d’emprunt sont supportées. L’incorporation des coûts d’emprunt doit cesser
lorsque les activités indispensables à la préparation de l’actif préalablement à son utilisation
ou sa vente prévue sont pratiquement terminées. Ceci est supposé être lorsque la construction
physique du bien est achevée.

Principes américains

Aux Etats-Unis, les dispositions des SFAS 34 et 42 autorisent la capitalisation des frais financiers. Le
principe est que les frais financiers sont capitalisables pour tous les actifs qui requièrent une certaine
période dite d’acquisition définie comme la période qui commence avec les premières dépenses relatives
au bien et finit lorsque le bien est prêt pour l’utilisation attendue. Les actifs visés par les SFAS sont ceux
acquis ou produits par la société, non seulement pour sa propre exploitation, mais aussi ceux destinés à
la vente.

Sont exclus de l’application de ce principe :

- les valeurs d’exploitation produites couramment et en grandes quantités,


- les actifs déjà utilisés ou prêts à l’être,
- et les actifs inutiles à l’exploitation.

Par ailleurs concernant le financement des biens concernés, il n’est pas nécessaire qu’il y ait un
financement affecté spécifiquement au bien. En l’absence d’emprunt ou de financement spécifique
affecté au bien concerné, le montant des frais financiers incorporables au coût du bien immobilisé peut
être déterminé en recourant à la méthode du taux moyen pondéré.
Au niveau des composants des frais financiers et à l’inverse des principes IASC, les principes
américains sont limitatifs et ne prévoient l’incorporation que des seuls intérêts financiers relatifs aux
emprunts.

- 39 -
Le principe de capitalisation des frais financiers est appliqué seulement si l’investissement dépasse un
certain seuil de matérialité défini par l’entreprise et si le montant des intérêts est tel que la société le juge
matériellement capitalisable.
La capitalisation des frais financiers peut conduire à un coût de revient de l’immobilisation supérieure à
sa valeur nette de réalisation. Dans ces conditions, les principes américains requièrent la constitution
d’une provision pour dépréciation.

2. AMORTISSEMENT

Que ce soit au Maroc ou ailleurs, l’amortissement a la même conception : c’est la constatation


comptable de l’amoindrissement de la valeur d’un élément d’actif avec le temps, l’usage, le changement
technique ou tout autre cause dont l’effet est jugé irréversible. Il doit permettre le renouvellement des
immobilisations et constitue la base de l’autofinancement.

Principes marocains

Le CGNC définit l’amortissement comme la répartition du montant amortissable de l’immobilisation sur


la durée d’utilisation de l’immobilisation. Cette durée d’utilisation peut être :

- la durée de vie du bien : le montant amortissable sera égal à la valeur d’entrée du bien ;
- ou la durée de l’utilisation effective du bien déterminée conformément à la stratégie de
renouvellement des immobilisations de l’entreprise ou en fonction d’autres facteurs qui peuvent
être, par exemple, des limites juridiques, légales ou contractuelles. Dans ce cas, la durée
d’utilisation de l’immobilisation sera inférieure à sa durée de vie ; le montant amortissable
correspondra à la valeur d’entrée du bien diminuée de son prix de cession probable.

D’une manière générale, le CGNC ne préconise pas l’obligation d’utiliser de méthodes d’amortissement
précises mais de manière implicite, il limite le champ d’application des méthodes à utiliser aux
méthodes les plus usuelles que sont l’amortissement linéaire et l’amortissement dégressif et de manière
exceptionnelle l’amortissement progressif.
Le CGNC ne précise pas les modalités de calcul de l’amortissement dégressif ; celles-ci n’ayant été
définies qu’au niveau fiscal : cet amortissement est d’application assez récente au Maroc dans la mesure
où les coefficients d’amortissement dégressif ont été définis et publiés par la loi de finances de 1994.

En pratique, l’amortissement dégressif est considéré comme un amortissement de type fiscal destiné à
constituer un système incitatif pour l’investissement. Cette conception est notamment appuyée par

- 40 -
l’écriture comptable proposée par l’administration fiscale et qui consiste à comptabiliser la différence
entre l’amortissement linéaire et l’amortissement dégressif parmi les amortissements dérogatoires.

Le CGNC et la loi fiscale prévoient également la possibilité de pratiquer des amortissements


dérogatoires qui font partie des provisions réglementées. L’amortissement dérogatoire correspond à la
fraction excédentaire de l’amortissement fiscal par rapport à l’amortissement comptable.
L’amortissement dérogatoire ne constitue donc pas une méthode proprement dite d’amortissement, c’est
un amortissement de type fiscal destiné à coïncider l’amortissement fiscal et l’amortissement comptable.
En effet, lorsque l’annuité fiscale est supérieure à l’annuité comptable, la différence est comptabilisée en
compte de provision pour amortissement dérogatoire et ultérieurement lorsque l’annuité comptable
devient supérieure à l’annuité fiscale, la différence est compensée par une reprise du même montant
opéré sur la provision pour amortissement dérogatoire initialement constituée.

Concernant les taux d’amortissement, le CGNC laisse aux entreprises la prérogative de fixation des taux
qui doivent être en fonction de l’expérience et des usages. En pratique, les entreprises marocaines
utilisent les taux fiscaux mettant ainsi en exergue l’influence très forte du droit fiscal qui ne reconnaît
également que les méthodes d’amortissement linéaire et dégressif.

Principes IASC

L’amortissement des immobilisations corporelles est actuellement régi par l’IAS 16 qui traite des
immobilisations corporelles dans leur ensemble.

La théorie développée par cette norme en matière d’amortissement des immobilisations corporelles
tourne autour du principe que toute immobilisation est amortissable lorsque sa durée d’utilisation est
limitée ; la durée d’utilisation n’étant pas la durée de vie physique du bien mais la période pendant
laquelle l’entreprise compte utiliser le bien c.a.d la durée d’utilité du bien. La durée d’amortissement
peut donc être nettement inférieure à la durée physique du bien lorsque l’entreprise a pris l’habitude de
renouveler fréquemment ses immobilisations.
L’IAS 16 définit l’amortissement comme représentant la répartition du montant amortissable d’une
immobilisation sur sa durée d’utilisation prévue ; cette définition est quasiment identique à celle du
CGNC.
La période d’amortissement peut être exprimée en terme d’années mais peut aussi se baser sur des
données physiques (nombre de pièces à produire, de kilomètres à parcourir etc.) et le montant
amortissable doit correspondre à la valeur d’origine du bien diminuée d’une valeur résiduelle qui peut ne
pas être prise en compte si elle n’est pas significative.

- 41 -
Cette valeur résiduelle est estimée à la date d’acquisition et ne doit pas être ultérieurement augmentée
des changements de prix. Il est bien entendu que si l’entreprise a l’intention de conserver son bien
jusqu’au terme de sa durée de vie économique, l’amortissement devrait dans ce cas être calculé sur la
totalité du coût de l’actif.

Choix de la méthode d’amortissement

Le choix de la méthode d’amortissement et l’appréciation de la durée d’utilisation d’une immobilisation


amortissable sont une affaire de jugement d’où l’intérêt de les indiquer dans l’annexe : l’estimation de la
durée d’utilité d’une immobilisation corporelle doit être basée sur l’expérience de l’entreprise avec des
actifs similaires.
Bien qu’elle n’impose pas de méthode spécifique, l’IAS 16 cite notamment la méthode linéaire, la
méthode dégressive et la méthode d’amortissement basé sur la production dans laquelle la charge
d’amortissement est calculée par référence à l’utilisation ou la production prévue de l’actif.
Toutefois, lorsqu’une méthode a été choisie, elle doit en principe, être identique pour une même
catégorie de biens utilisés dans des conditions similaires, le choix laissé par les règles comptables devant
avoir pour seul objectif la meilleure traduction économique.

L’IAS 16 précise néanmoins que le mode d’amortissement et la durée d’utilité d’une immobilisation
corporelle doivent être périodiquement réexaminés lorsque les prévisions initiales n’apparaissent plus
d’actualité. Il faut de ce fait ajuster la charge d’amortissement de la période en cours et celles des
exercices suivants. Ces modifications sont considérées comme des changements d’estimations et non
comme des changements de méthodes au sens de la norme IAS 8 ; il n’y a donc pas lieu de retraiter les
amortissements antérieurs ni les données comparatives.

PRINCIPES AMERICAINS

Aucun principe ne fixe de durée de vie précise pour les différentes natures d’immobilisations dans la
mesure où celles-ci sont étroitement liées à la politique d’entretien et de maintenance de l’entreprise.
Les méthodes de calcul de la charge d’amortissement prennent en considération la durée de vie du bien
représentée par l’ensemble des services attendus. Ceux-ci sont mesurés en unités de temps (n années),
parfois en terme d’activité (X heures de fonctionnement).

Plusieurs méthodes d’amortissement sont admises dont l’amortissement linéaire (straight line),
l’amortissement dégressif ( double declining balance), la somme des numéros d’ordre de la durée de vie
d’un bien (sum of the year’s digits method) et la méthode de l’unité de production ( product unit
method)

- 42 -
Straight line method

La base d’amortissement correspondant à la valeur d’acquisition minorée de la valeur de revente du


bien.

Double declining method

Aux Etats-Unis, il n’existe qu’un seul taux dégressif, ce taux est égal au taux d’amortissement linéaire
multiplié par 2.

La première annuité est calculée sur la valeur d’acquisition pondérée par le taux d’amortissement ; les
annuités suivantes ont pour base de calcul la valeur nette comptable des années précédentes. La dernière
annuité correspond à la différence entre le total des amortissements cumulés et la valeur du bien
minorée de la valeur de revente.
A la fin de période d’amortissement, le total des amortissements pratiqués doit être égal à la valeur
d’acquisition du bien diminuée de la valeur résiduelle.

Sum of the year’s digits method

Il s’agit de calculer un rapport annuel qui s’appliquera à la valeur d’acquisition minorée de la valeur de
revente.
Le dénominateur de ce rapport est égal à la somme des numéros d’ordre des n années de la durée de vie
du bien : supposons que la durée d’utilisation d’un bien est de 5ans, le dénominateur sera égal à 15
correspondant à 1+2+3+4+5=15.
Le numérateur de ce rapport est égal à la durée de vie du bien restant à amortir qui est donc pour
l’exemple précité de 5 pour la première année, de 4 pour la deuxième année et ainsi de suite. C’est ainsi
que la première année, le rapport applicable sera égal à 5/15, la deuxième année à 4/15, la troisième
année à 3/15, la quatrième année à 2/15 et la dernière année à 1/15.

Product units method

Dans cette méthode, l’appréciation de l’usage du bien se fera en termes de services rendus et non en
durée d’utilisation. Par exemple, l’amortissement d’un matériel de transport se fera en fonction du
nombre de kilomètres qu’il est censé parcourir.
Exemple : un camion d’une valeur de 600.000 dhs est censé parcourir au total 200.000 km sur 5 ans qui
se détaille comme suit et supposons que sa valeur résiduelle est nulle :

- 43 -
Année 1 : 55.000
Année 2 : 50.000
Année 3 : 40.000
Année 4 : 35.000
Année 5 : 20.000
Total : 200.000

L’annuité de la première année sera de 600.000*(55.000/200.000)=165.000


La seconde année sera de 600.000*( 50.000/200.000)=150.000
La troisième annuité sera de 120.000, la quatrième année sera de 105.000 et la cinquième année de
60.000.
Soit un total sur 5 ans de : 165.000+150.000+120.000+105.000+60.000=600.000

Fiscalement, la loi américaine fixe la durée d’utilisation des biens et ignore la valeur résiduelle. Les
immeubles sont amortis selon la méthode linéaire ; les autres biens sont amortissables selon le système
dégressif.
La notion d’amortissement dérogatoire n’a pas d’équivalent aux Etats-Unis. En effet, les amortissements
comptables peuvent différer des amortissements fiscaux sans que la différence ait à être comptabilisée
dans les états financiers. Les amortissements comptables et fiscaux doivent être réconciliés dans la
déclaration fiscale.

3. LES OPERATIONS DE LEASING

Dispositions générales

Le CGNC considère le crédit-bail (ou leasing selon l’appellation américaine) comme une opération de
financement d’immobilisation par laquelle le prêteur offre à l’emprunteur la location du bien, assortie
d’une promesse de vente, qui peut se dénouer par le transfert de la propriété du bien à l’emprunteur au
terme du contrat.
Il existe plusieurs variantes de crédit-bail au Maroc dont la plus commune ou la plus fréquemment
utilisée est celle qui correspond à l’opération de location de biens mobiliers ou immobiliers à usage
professionnel assortie d’une option d’achat en fin de contrat.
En dépit de son essor, le crédit-bail n’est pas doté au Maroc d’un statut juridique propre et pour toute
réglementation juridique en la matière, il faut se référer par voie de conséquence :

- 44 -
- à titre principal, aux clauses contractuelles établies par les sociétés de leasing et la pratique ;
- et à titre accessoire, aux principes généraux des contrats telles qu’ils sont définis par le DOC.

Les opérations de crédit-bail sont l’illustration d’une situation où s’opposent deux conceptions dont
l’application conduit à des traitements comptables radicalement différents ; il s’agit notamment du
principe de la prééminence de la réalité économique et celui de l’apparence juridique. L’application des
principes illustre les différences de conception entre les principes comptables marocains et les US
GAAP. En effet, le crédit-bail est traité de façon différente dans les deux pays. Au Maroc, la conception
est plutôt d’ordre juridique et repose sur le droit de propriété selon lequel est propriétaire d’un bien
celui qui exerce sur le bien les droits les plus complets : le droit de propriété d’un bien emporte celui de
jouir et de disposer de ce bien de la manière absolue. A l’inverse aux Etats-Unis, la conception est plutôt
économique et repose sur le principe de la prééminence du fonds sur la forme. L’information comptable
doit représenter fidèlement les transactions et il est nécessaire qu’elle soit enregistrée et présentée en
accord avec leur substance et la réalité économique et non pas seulement selon leur forme juridique.
Ainsi, selon cette conception, le véritable détenteur du bien est celui qui l’utilise et le preneur est
considéré comme le véritable propriétaire. Cette conception est également admise par les principes
IASC.
Si le principe de la prééminence de la réalité économique sur l’apparence juridique n’est pas reconnu au
Maroc pour l’élaboration des comptes sociaux, son utilisation est en revanche reconnue pour la
préparation des comptes consolidés. Le projet relatif aux comptes consolidés préconise en effet le
retraitement du crédit-bail par la comptabilisation suivante :

- chez le preneur : au bilan sous forme d’une immobilisation corporelle et d’un emprunt
correspondant et au compte de résultat sous forme d’une dotation aux amortissements et
d’une charge financière.
- chez le bailleur : sous forme de prêts de façon symétrique à l’enregistrement chez le preneur.

Principes marocains

Le bien utilisé par une entreprise en crédit-bail ne doit pas figurer à l’actif du locataire, celui-ci n’étant
pas propriétaire, tant que l’option d’achat n’a pas été levée. Le bien est inscrit à l’actif de la société de
leasing qui en est propriétaire au sens juridique, et pendant toute la durée du contrat de crédit-bail, les
redevances dues par l’entreprise utilisatrice au titre de la jouissance du bien constituent des charges
normales d’exploitation.
Lors de la levée de l’option, le bien est porté à l’actif de l’acquéreur pour son prix d’acquisition égal au
prix contractuel de cession et doit être amorti sur la durée prévisible d’utilisation. En pratique, ce sont

- 45 -
généralement les taux d’amortissement fiscaux qui sont retenus par les entreprises marocaines, la valeur
résiduelle du bien acquis en leasing sera donc amortie sur le reliquat de la durée restant à courir pour
atteindre le terme de cette durée fiscale ; autrement dit, sur une durée correspondant à la différence entre
la durée d’utilisation du bien en crédit-bail et sa durée de vie fiscale.

Principes américains

Aux Etats-Unis, en conséquence à l’application du principe de prééminence du fonds sur la forme, les
contrats de bail lorsqu’ils ne sont pas assimilés à des simples contrats de location sont enregistrés
comme des immobilisations assorties d’emprunts.

Les règles de comptabilisation des opérations de crédit-bail sont traitées par le FASB n° 13. Il distingue
les capital leases qui sont des contrats qui présentent toutes les caractéristiques d’une acquisition avec le
transfert des risques et avantages liés à la propriété des biens, des opérating leases qui transfèrent
seulement l’usage du bien pour une partie de la vie économique et qui s’assimile en fait à un simple
contrat de location.

§1. Contrat de crédit-bail assimilé à une acquisition : capital lease

Sur le plan comptable, ce type de contrat s’apparente à l’acquisition d’un bien corporel à crédit. En
conséquence, le locataire comptabilise l’immobilisation à l’actif et constate une dette correspondante au
passif du bilan. Le principe de comptabilisation est le suivant :

- le montant comptabilisé à l’actif et au passif est égal à la somme actualisée des redevances
(incluant la valeur actuelle de la valeur résiduelle garantie par le preneur ou à défaut à la
valeur de l’option d’achat) ; cette valeur ne doit pas excéder la valeur vénale du bien.

- le taux d’actualisation est le taux d’intérêt implicite du contrat de bail connu sinon il
correspondra au taux marginal d’endettement du preneur qui peut correspondre au taux que le
locataire aurait dû contracter pour financer l’acquisition du bien loué.

- la durée d’amortissement sera la durée de vie économique du bien ou la durée du contrat si


elle est plus courte.

- les loyers sont scindés en amortissements du capital et intérêts : les loyers versés, pour la
quote-part correspondant au capital, viendront en diminution de la dette comptabilisée au
passif et les intérêts seront enregistrés en compte de résultat parmi les charges financières.

- 46 -
Ce schéma de comptabilisation n’est possible que si le contrat de bail respecte l’une des conditions
suivantes :

a. le contrat de location transfère la propriété du bien au locataire au terme du contrat ;


b. le contrat prévoit une option d’achat (bargain purchase option)à un prix inférieur à la
valeur vénale à la levée d’option ;
c. la durée du contrat doit être égale au moins à 75% de la durée de vie économique du
bien. Si le contrat débute au cours des derniers 25% de la durée de vie estimée du
bien, ce critère ne peut pas être utilisé ;
d. la valeur actualisée des loyers doit être au moins égale à 90% de la valeur vénale du
bien. Si le contrat débute au cours des derniers 25% de la durée de vie estimée du
bien, ce critère ne peut pas être utilisé.

Ces principes de comptabilisation concernent les biens mobiliers ; concernant les biens immobiliers,
terrains et constructions, il y a lieu également de capitaliser dans les conditions suivantes :

- En cas de contrat de location relatif à un terrain si l’un des critères a et b cité ci-dessus est
rempli ;
- En cas de contrat de location relatif à un terrain et construction :

• si l’un des critères a et b cité ci-dessus est rempli sinon :

- si la valeur du terrain est égale ou supérieure à 25% de la valeur totale correspondant


au cumul de la valeur du terrain et des constructions, il faut dissocier la valeur des
constructions de la valeur du terrain. La partie affectée aux constructions est traitée
comme un crédit-bail et la partie correspondant au terrain sera considérée comme une
location simple.
- si la valeur du terrain est inférieure à 25% de la valeur totale, la valeur du terrain sera
considérée comme une majoration du coût de la construction et il y a lieu de
capitaliser le coût global.
§2. Contrat de location (operating lease)

Il s’agit d’un contrat qui ne remplit aucun des critères requis pour que le qualificatif de capital lease lui
soit attribué. Le mode de comptabilisation chez le locataire est similaire au mode de comptabilisation
appliqué au Maroc.
Ceci dit, quelle que soit la nature du contrat, un certain nombre d’informations doit figurer en annexe.

- 47 -
Pour les contrats de location-financement, les informations requises concernent :

- la valeur brute des actifs acquis en crédit-bail ;


- les versements à effectuer au cours des cinq années à venir en séparant les intérêts de la
valeur actuelle des annuités ;
- les amortissements correspondant aux biens acquis en crédit-bail ;
- la dette correspondante ventilée en dette à court et long terme ;

Pour les contrats de location simple : le total des loyers à verser à dater du dernier bilan et leur
ventilation sur les cinq années à venir.

Principes IASC

Les opérations de leasing sont développées par la norme IAS 17 qui traite d’une manière générale des
contrats de location

§1. Définition

L’IAS 17 définit un contrat de location comme un accord par lequel le bailleur cède à un preneur
(locataire) le droit d’utiliser un bien pendant une période déterminée en échange d’un paiement ou d’une
série de paiements.

La norme distingue deux catégories de contrat de location :

- les contrats de location-financement ;


- et les contrats de location simple.

§2. Caractéristiques d’un contrat de location-financement

La norme énumère tout un ensemble de situations ou d’exemples qui conduiraient à considérer un


contrat de location comme un contrat de location-financement, il suffit qu’un seul soit rempli pour que
le contrat soit qualifié de location financement :

- il y a transfert de propriété du bien au preneur au terme du contrat ;


- le contrat de location comporte une option de rachat à un prix préférentiel notamment à un
prix qui devrait être suffisamment inférieur à sa juste valeur à la date de la levée de l’option ;

- 48 -
- la durée du contrat correspond approximativement à la durée d’utilisation du bien même s’il
n’y a pas de transfert de propriété ;
- la valeur actualisée des paiements minimaux est au minimum égale à la juste valeur de l’actif
loué ;
- les actifs loués sont d’une nature spécifique que seul le preneur peut les utiliser sans leur
apporter de modifications majeures.

La norme révisée apporte également un complément d’indicateurs qui pris individuellement ou


conjointement pourrait conduire à classer un contrat en tant que contrat de location-financement. Ces
indicateurs sont les suivants :

- en cas de résiliation du contrat par le preneur, les pertes subies par le bailleur et résultant de
cette résiliation sont à la charge du preneur ;
- les profits ou pertes résultant de la variation de la juste valeur de la valeur résiduelle sont à la
charge du preneur ;
- le preneur a la faculté de poursuivre la location pour une deuxième période moyennant un
loyer sensiblement inférieur au prix du marché.

§2.1 Comptabilisation du contrat de location-financement

Un contrat de location-financement doit être traduit par la comptabilisation d’un actif et d’un passif qui
seront égaux au début du bail, soit à la valeur vénale du bien loué après déduction des subventions et des
avantages fiscaux, soit, si elle est inférieure, à la valeur actualisée des paiements minimaux exigibles en
vertu du bail.

La valeur actualisée des paiements minimaux se calcule en utilisant le taux d’intérêt implicite du contrat
ou à défaut le taux d’intérêt marginal d’endettement du locataire.

§2.2 Amortissement du bien loué

Le bien loué est amorti selon les mêmes modalités que les actifs de même nature appartenant à
l’entreprise. S’il y a certitude que le locataire deviendra propriétaire du bien à la fin du bail, le bail est
amorti sur sa durée d’utilisation, le cas échéant le bien est amorti sur la durée du bail si celle-ci est
inférieure à la durée d’utilisation.

Au début du bail, le bien loué et les engagements du locataire figurent pour le même montant. Cette
égalité n’est plus assurée par la suite, l’amortissement du bien étant calculé indépendamment des
modalités de remboursement de la dette.

- 49 -
§3. Le contrat de location-simple

Il faut considérer d’après l’IASC que tout contrat de location qui n’est pas une location-financement est
une location simple.
La comptabilisation des contrats de location simple ne présente pas de difficultés particulières. Chez le
locataire, les loyers sont comptabilisés en charges sur la période de location. Le bailleur comptabilise le
bien loué à l’actif et l’amortit.

§4. Cas particuliers

Il s’agit particulièrement des transactions de ventes suivies de relocation connues sous l’appellation de
cession-bail ou de lease-back. Une cession-bail est une opération par laquelle un bien est vendu à un
tiers avant d’être repris en location par le vendeur. L’opération permet à ce dernier d’encaisser la valeur
du bien tout en gardant l’usage de celui-ci.

Le mode de comptabilisation de cette opération dépend de la nature du contrat de location.


S’il s’agit d’un contrat de location-financement, l’éventuelle plus-value ou moins-value réalisée sur la
cession du bien n’est pas imputée sur le seul exercice de cession mais étalée sur la durée du bail.

En revanche, s’il s’agit d’une location simple, la comptabilisation de cette opération est un peu plus
complexe. Il faut notamment considérer deux éléments :

- la notion de juste valeur d’un actif qui correspond au montant auquel ce bien pourrait être
échangé entre parties consentantes et bien informées agissant dans des conditions de
concurrence normales ;
- et le fait que si la valeur comptable d’un actif est supérieure à sa juste valeur, une perte égale
à la différence entre ces deux montants doit être comptabilisée immédiatement. Par voie de
conséquence, dans les scénarios décrits ci-dessous, on part du postulat que la valeur
comptable d’un actif ne peut jamais être supérieure à sa juste valeur.

Trois situations sont envisageables :

Situation 1 : le prix de vente de l’actif est conforme à sa juste valeur : L’opération doit être considérée
comme une vente normale et le résultat de cession immédiatement comptabilisé.

Situation 2 : le prix de vente de l’actif est supérieur à sa juste valeur : L’excédent doit être différé et
amorti sur la durée d’utilisation attendue de l’actif.

- 50 -
Situation 3 : le prix de vente de l’actif est inférieur à sa juste valeur : Il faut constater la perte
immédiatement sauf si elle est compensée par des paiements (loyers) futurs inférieurs aux prix du
marché auquel cas, la perte doit être étalée sur la durée de location prévue.

§5. Exemple de retraitement de crédit-bail

Une entreprise souscrit un contrat de crédit-bail pour l’usage d’une machine d’une durée du contrat de 5
années. Le montant des annuités est de 23.097 dh, ce qui correspond à un taux de 5%. La valeur vénale
du bien financé est de 100.000 dh. Par simplification, on considère que la valeur vénale du bien est nulle
et que le contrat ne prévoit pas de valeur résiduelle à la fin du contrat.

La valeur actuelle des paiements minimaux est de 115.487 dh ( correspondant à 23.97 dh*5). Celle-ci
n’étant pas inférieure à la valeur vénale du bien, c’est donc le montant de 100.000 dh qui sera
comptabilisé.

Débit : Matériel : 100.000


Crédit : Dettes : 100.000
Le tableau de l’emprunt

Années Capital Amortissement Intérêts Annuités Capital restant dû


1 100.000 18.097 5.000 23.097 81.903
2 81.903 19.002 4.095 23.097 62.900
3 62.900 19.952 3.145 23.097 42.948
4 42.948 20.950 2.147 23.097 21.998
5 21.998 21.998 1.100 23.097 0
Totaux 100.000 15.487 115.487

Le tableau d’amortissement du matériel acquis :

Années Valeur brute Dotation Cumul Valeur nette


amortissement amortissement
1 100.000 20.000 20.000 80.000
2 100.000 20.000 40.000 60.000
3 100.000 20.000 60.000 40.000
4 100.000 20.000 80.000 20.000
5 100.000 20.000 100.000 0

- 51 -
Détermination de l’effet sur le résultat

Années Dépréciation Intérêts Total Montant Effet net sur


loyers le résultat
1 20.000 5.000 25.000 23.097 1.903
2 20.000 4.095 24.095 23.097 998
3 20.000 3.145 23.145 23.097 48
4 20.000 2.147 22.147 23.097 (950)
5 20.000 1.100 21.100 23.097 (1997)
Totaux 100.000 15.487 115.487 115.487 0

Ecriture de retraitement à passer


Débit Montant Crédit Montant
Année 1
1.Dettes 18.097
Frais financiers 5.000
Redevances de crédit-bail 23.097

2.Dotations aux amortissements 20.000 Amortissement 20.000

Année 2 19.002 Redevances de crédit-bail 23.097


1.Dettes 4.095
Frais financiers
2.Dotations aux amortissements 20.000 Amortissement 20.000

4. REEVALUATION DE BILAN

La nécessité de la réévaluation s’inscrit dans l’objectif d’adapter la situation comptable d’une société à
la réalité de sa situation patrimoniale. Cet intérêt est d’autant plus présent dans des situations
particulières tels qu’une introduction en bourse, fusion, scission,….

Principes marocains

Le CGNC ne prévoit pas de dispositions particulières en matière de réévaluation de bilan. La possibilité


de réévaluation n’est reconnue qu’à travers l’existence du compte n°1130 « écarts de réévaluation » au
passif du bilan et de la définition de sa terminologie. L’écart de réévaluation est notamment défini
comme étant la contrepartie au bilan de corrections en hausse de la valeur comptable antérieure
d’éléments actifs ou de corrections en baisse de la valeur comptable antérieure d’éléments passifs.

- 52 -
La loi n°9-88 relative aux obligations comptables des commerçants et la loi sur la S.A abordent
également mais brièvement la notion de réévaluation à travers l’article 14, de la loi comptable, relatif
aux méthodes d’évaluation et l’article 328 sur la société anonyme qui concerne également les méthodes
d’évaluation retenues par les sociétés.

En effet, ces articles stipulent respectivement, pour l’article 14 : « S’il est procédé à la réévaluation de
l’ensemble des immobilisations corporelles et financières, l’écart de réévaluation entre la valeur actuelle
et la valeur comptable nette ne peut être utilisé à compenser des pertes, il est inscrit distinctement au
passif » et pour l’article 328 : « Les écarts de réévaluation provenant de la réévaluation des éléments
d’actifs ne sont pas distribuables ».

Au regard de ce qui est mentionné ci-dessus, il ressort de ces dispositions que :

- la réévaluation ne peut concerner que les immobilisations corporelles et financières ;


- la plus-value générée par la réévaluation, intitulée écart de réévaluation, doit être inscrite
dans un compte de passif au bilan ;
- les écarts de réévaluation ne peuvent compenser des pertes et ne sont pas distribuables mais
peuvent néanmoins être incorporés au capital.

En dehors de ces stipulations, la réévaluation n’a pas fait pas l’objet de développement particulier dans
les textes comptables. En revanche, les seules dispositions existantes sont prévues en matière fiscale qui
reconnaît la possibilité d’effectuer des réévaluations légales et des réévaluations libres.

Principes IASC

La norme IAS 16 fait de l’évaluation au coût historique son traitement de référence. La réévaluation des
immobilisations corporelles est cependant autorisée.

§1. Les principes de base de la réévaluation

ƒ Un actif ne peut être réévalué isolément ; la réévaluation doit s’appliquer à l’ensemble des
biens d’une même catégorie. Tous les biens doivent être en principe réévalués simultanément
afin d’éviter une trop grande hétérogénéité dans l’évaluation d’une même rubrique. La norme
permet néanmoins de réévaluer une catégorie d’actifs par des inventaires tournants à
condition que cette réévaluation soit achevée dans un court délai.

- 53 -
ƒ L’immobilisation corporelle doit être comptabilisée à son montant réévalué qui correspond à
sa juste valeur. Pour les terrains et constructions, la norme parle de valeur de marché qui doit
être déterminée sur la base d’estimation faite par des professionnels qualifiés. Concernant les
autres immobilisations notamment les installations de production, la valeur de référence est
également la valeur de marché. En l’absence de valeur de marché, on peut prendre comme
critère le coût de remplacement du bien net d’amortissement.

ƒ Il n’est pas nécessaire de renouveler les réévaluations chaque année. Celles-ci doivent
cependant être pratiquées avec une régularité suffisante pour que la valeur nette comptable
des actifs à un moment donné ne s’écarte pas trop de la réévaluation qui serait obtenue par
une réévaluation à cet instant. L’IASC considère que pour des immobilisations non soumises
à des fluctuations importantes de valeur, une périodicité de 3 à 5 ans peut être suffisante.

§2. Méthodes de réévaluation

Deux méthodes existent pour présenter les montants réévalués des immobilisations corporelles dans les
états financiers :

ƒ L’une consiste à faire apparaître les montants réévalués des valeurs brutes et des
amortissements de telle sorte que la valeur nette comptable soit égale à la valeur nette
réévaluée.

Cette méthode est souvent utilisée lorsqu’un actif est réévalué par rapport à un indice appliqué à son
coût de remplacement net d’amortissement.

ƒ L’autre élimine les amortissements antérieurs et substitue la valeur nette réévaluée à


l’ancienne valeur brute.

Cette méthode est souvent utilisée pour les constructions qui sont réévaluées à leur valeur de marché .

Quelle que soit la méthode utilisée, celle-ci doit être indiquée dans les états financiers ainsi que les
informations suivantes :

- la date de réévaluation ;
- le recours ou non à un évaluateur indépendant ;
- la nature des indices utilisés pour déterminer le coût de remplacement ;

- 54 -
- la valeur nette comptable de chaque catégorie d’immobilisations si celles-ci n’avaient pas été
réévaluées;
- l’écart de réévaluation, sa variation au cours de l’exercice ainsi que les restrictions de
distribution auxquelles il est soumis.

§3. Comptabilisation

Il existe deux situations possibles :

ƒ lorsque la valeur comptable d’un actif diminue à la suite d’une réévaluation, la


moins-value constatée est comptabilisée en charge.

Toutefois, si cette moins-value correspond à une plus-value comptabilisée en écart de réévaluation lors
d’une réévaluation antérieure; dans ce cas elle doit être imputée sur l’écart de réévaluation.

ƒ La contrepartie de l’augmentation de la valeur nette comptable provenant de la


réévaluation des immobilisations corporelles doit être portée en capitaux propres sous
le libellé « écart de réévaluation ».

Néanmoins, si cette augmentation correspond à une moins-value imputée sur le résultat lors d’une
réévaluation antérieure ; dans ce cas, la contrepartie de cette augmentation pourra être imputée sur le
résultat, en tant que produit, à concurrence de la perte antérieure comptabilisée en charge.

§4. Incidence sur les exercices ultérieurs

Toute révision à la hausse de la valeur des actifs procure un accroissement de la base amortissable et
donc une augmentation des amortissements futurs. Il en résulte normalement une diminution des
résultats des exercices suivants.
Pour éviter cela, une solution imposée par les autorités françaises pour la réévaluation légale de 1976
(afin d’assurer la neutralité fiscale de l’opération) mais très contestée ailleurs notamment au Royaume-
Uni consisterait à imputer l’excédent d’amortissement sur l’écart de réévaluation limitant ainsi la charge
d’amortissement à celle qui aurait été comptabilisée si l’immobilisation avait été maintenue au coût
historique. L’écart de réévaluation diminue ainsi progressivement pour finir par disparaître totalement à
la fin de la durée d’utilisation du bien.

Principes américains

- 55 -
Les immobilisations corporelles sont évaluées à leur coût historique et ne peuvent être réévaluées. Elles
sont comptabilisées à leur coût de revient qui comprend notamment :

- le prix d’achat ou le coût de production ;


- les frais accessoires de préparation à la mise en service de l’immobilisation ;
- éventuellement, les intérêts payés pendant la période où l’immobilisation n’est pas encore en
activité, même dans le cadre d’une acquisition ( FAS 34)

SECTION 3 : LES IMMOBILISATIONS FINANCIERES : LES TITRES


EN PORTEFEUILLE

Principes marocains

Le CGNC distingue d’une part, au sein des immobilisations financières, les titres de participation et les
autres titres immobilisés (représentatifs de droits de créances négociables tels que les bons du trésor, les
obligations et actions …) et d’autre part, les titres et valeurs de placement figurant dans l’actif circulant.
Par cette classification en immobilisations financières et en actif circulant, le CGNC opère une
distinction entre le court terme et le long terme en se fondant d’abord sur une durée de détention ou de
recouvrement de plus ou moins de 12 mois.
Le CGNC considère comme immobilisations financières, les titres dont le délai de recouvrement est
supérieur à 12 mois. Les titres et valeurs de placement classés parmi les actifs circulants ont, selon le
CGNC, pour vocation de rester dans l’actif de l’entreprise pour une durée inférieure à 12 mois ; ces
titres ont été acquis par l’entreprise en vue de les céder à court terme et réaliser un gain à brève
échéance.
Le CGNC se fonde également sur l’intérêt économique de la possession par l’entreprise des titres pour
opérer la classification entre le long terme et le court terme. En effet, les titres de participation
comptabilisés en immobilisations financières sont considérés comme des titres dont la possession
durable par l’entreprise est estimée utile à l’activité de l’entreprise notamment parce qu’elle permet
d’exercer une influence sur la société émettrice des titres ou d’en assurer le contrôle. En revanche, la
possession des titres de placement à court terme ne vise à exercer aucun contrôle économique.

Les titres de participation et les titres immobilisés ainsi que les titres de placement sont enregistrés en
comptabilité à leur prix d’achat, à l’exclusion des frais d’acquisition (honoraires, droits de mutation,
commissions) lesquels sont inscrits directement dans les charges de l’exercice. La cession des droits de
souscription ou des droits d’attribution réduit la valeur globale d’entrée des prix de cession. En

- 56 -
revanche, le CGNC ne précise pas de méthode de comptabilisation pour les acquisitions d’obligations à
prime, notamment, celles dont le prix de souscription est inférieur à la valeur nominale ou dont la valeur
de remboursement est supérieure au prix de souscription. A défaut, si l’on s’aligne sur la méthode
préconisée par le CGNC de comptabiliser les titres en portefeuille à leur prix d’entrée, on serait donc
fondé à enregistrer les obligations à prime à leur prix de souscription. Cette alternative serait néanmoins
en porte à faux avec la méthode adoptée pour la comptabilisation des obligations (au passif), au niveau
de la société émettrice des obligations. Celle-ci prévoit notamment d’enregistrer les différences de prix
relatives aux primes d’émission (en cas d’émission de l’obligation au-dessous du pair) ou de
remboursement (en cas d’émission de l’obligation au pair et de son remboursement à une valeur
supérieure) en immobilisations en non-valeurs.

Evaluation à l’inventaire

A l’inventaire, les titres de participation sont évalués à une valeur d’usage, qui serait le prix
qu’accepterait de donner un acquéreur éventuel de l’entreprise, laquelle est fonction de l’utilité de la
participation pour l’entreprise détentrice. Les éléments à prendre en considération dans cette évaluation
reposent sur des critères objectifs et subjectifs : cours en bourse, rentabilité financière, conjoncture
économique, effets de complémentarité technique, commerciale résultant de la participation…. .

La valeur d’inventaire des autres titres immobilisés et titres de placement est le cours moyen du dernier
mois, s’ils sont cotés, ou leur valeur probable de réalisation, s’ils ne sont pas cotés, laquelle est
déterminée en prenant en considération le délai de l’éventuelle cession (plus d’un an pour les autres
titres immobilisés et moins d’un an pour les titres de placement).
La valeur au bilan est déterminée par comparaison entre la valeur d’inventaire et la valeur d’entrée. Au
cas où la valeur d’inventaire serait inférieure à la valeur d’entrée, une provision pour dépréciation doit
être comptabilisée pour tenir compte de la moins-value ; en revanche la plus-value latente n’est pas
constatée dans les comptes.

Principes IASC

Les titres en portefeuille sont actuellement régis par l’IAS 39 relatif aux instruments financiers qui
englobent également les instruments dérivés.

D’une manière générale, la classification opérée par la norme IASC est proche de celle retenue par les
FASB. Nous distinguons :

- 57 -
- les placement détenus jusqu’à leur échéance (held to maturity): ce sont généralement les
obligations ;
- les actifs disponibles à la vente (available for sale) ;
- les actifs détenus à des fins de transaction.

COMPTABILISATION A L’ENTREE EN PORTEFEUILLE

Concernant cet aspect, les principes IASC présentent une différence notable par rapport aux principes
marocains. Les placements sont comptabilisés à l’entrée au coût d’acquisition qui inclut le prix d’achat
et ce que la norme IASC qualifie de coûts de transaction qui englobent les honoraires et commissions
versées aux agents, conseils, courtiers et arbitragistes.. . A la différence de l’IASC et également des
FASB qui adoptent une méthode similaire, les coûts de transactions sont comptabilisés directement en
charges par le CGNC.

Evaluation ultérieure des titres

Il s’agit de l’évaluation à la date d’inventaire. Le principe retenu par la norme est d’évaluer les titres de
placements à leur juste valeur et ceci, à l’exception des placements détenus jusqu’à leur échéance qui
sont évalués au coût amorti.
Le principe du coût amorti correspond au fait qu’en cas de différence entre le prix d’acquisition et la
valeur de remboursement du titre, le différentiel suivant qu’il corresponde à une décote ou une prime est
amortie sur la durée de vie résiduelle du titre en question.
Cette position est similaire à celle adoptée par les FASB.

En cas de réévaluation des titres à la date d’inventaire, la norme IAS 39 distingue entre ce qui suit :

- Pour les actifs détenus à des fins de transactions : la perte ou le profit potentiel doit être inclus
dans le résultat net de l’exercice.
- Pour les actifs destinés à la vente, la norme laisse le choix entre comptabiliser le profit ou la
perte latente :

• soit dans le résultat de l’exercice ;


• soit dans les capitaux propres jusqu’à la vente du titre ; le profit ou la perte cumulée est
ensuite inclus dans le résultat net de l’exercice.

Principes américains

- 58 -
Il convient tout d’abord de préciser qu’il n’existe pas de norme comptable spécifique aux titres de
participations. La référence aux comptes sociaux n’étant pas d’un usage courant aux Etats-Unis où les
comptes consolidés sont les seuls utilisés en pratique, la comptabilisation des titres de participation ne
revêt pas un intérêt particulier ; soit ils se trouvent consolidés par intégration globale et c’est le FAS 94
sur la consolidation qui sert de référence comptable, soit ils sont mis en équivalence, soit ce sont des
titres représentatifs d’actions ne conférant pas à l’entreprise une influence notable sur sa filiale et
destinés à être conservés à plus ou moins brève échéance auquel cas c’est le FAS 115 qui sert de
référence. Le FAS115 traite également des titres représentatifs d’une dette (ou titres de créance),
notamment des titres qui traduisent une relation de créancier par rapport à l’entreprise émettrice.

D’une manière générale, les normes américaines distinguent deux grands types de titres :

- les titres représentatifs d’une dette (ou titres de créance) : il s’agit comme il est stipulé ci-
dessus de tout titre traduisant d’une relation de créancier par rapport à l’entreprise émettrice :
ce sont les obligations, bons du trésor, titres de créances négociables, les obligations à
garantie hypothécaire.
- et les titres représentatifs d’un instrument de fonds propres : ce sont les titres qui confèrent un
intérêt dans le capital de l’émettrice : généralement ce sont les actions.
La méthode de comptabilisation de ces immobilisations financières va dépendre de la nature de
l’investissement, de l’intention de la direction de la société et de la capacité à exercer une influence sur
l’entité dans laquelle l’investissement a été réalisé.
A cette fin, le FAS 115 définit trois catégories de titres en fonction de l’intention de l’entreprise :

- les titres d’investissement (held to maturity securities) : ce sont des titres représentatifs d’une
dette, acquis pour être conservés jusqu’à l’échéance et que l’entreprise a la capacité de
conserver jusqu’à l’échéance. Les titres d’investissement sont des titres à revenu fixe avec
l’intention de les conserver durablement ou jusqu’à l’échéance ; ceci exclut donc les
actions ;
- les titres de transaction (trading securities) : ce sont des titres acquis avec l’intention de les
revendre à court terme de façon à dégager un profit sur les variations de prix à court terme
(moins de 6 mois) ;
- et les autres titres de placement (hold for sale) : il s’agit d’une catégorie résiduelle qui
enregistre tous les titres ne répondant pas aux critères des deux autres catégories. Elle
regroupe notamment, ainsi que d’autres instruments financiers, les actions destinées à être
conservées durablement, mais qui ne confèrent pas à l’entreprise une influence notable sur
l’entreprise dont les titres sont détenus. Dans cette situation, la part de l’entreprise détentrice

- 59 -
des titres est minoritaire et inférieure à 20% des droits de vote. Dans le cas contraire, en
disposant de plus de 20% des droits de vote, une entreprise est présumée avoir une influence
notable et n’entre pas de ce fait dans le champ du présent développement.

§1. Evaluation des titres

- A l’entrée

ƒ La méthode de comptabilisation est similaire à celle de l’IASC. Les titres sont comptabilisés au coût
d’acquisition qui correspond au prix d’achat majoré des frais d’acquisition (frais de courtage et
autres frais engagés dans l’opération).

Concernant les titres de participation, comme il est stipulé ci-dessus, ils n’entrent pas dans le champ
d’application du FASB 115 ; leur valeur d’entrée est également à l’instar de l’IASC le prix d’achat
majoré des frais d’acquisition.
- A la date d’arrêté des comptes

Le traitement comptable est également analogue à celui de l’IASC.

ƒ Les titres d’investissement sont également évalués suivant la méthode du coût amorti.

ƒ Les titres de transactions et les autres titres de placement sont évalués à leur valeur probable de
négociation qui peut être le prix de marché en cas d’existence de marché organisé. Les plus ou
moins values latentes relatives aux titres de transactions sont constatées en résultat. Les plus ou
moins values latentes sur les autres titres de placement sont constatées dans les réserves sauf
dans le cas d’une dépréciation définitive où la perte doit être constatée dans le compte de
résultat.

ƒ Concernant les titres de participation, la méthode d’évaluation retenue à l’arrêté des comptes
dépend de l’importance de la part détenue dans le capital d’une société. Si l’investisseur détient
plus de 50 % des droits de vote, les comptes de l’entité dont les titres sont détenus doivent être
consolidés par intégration globale. Si l’investisseur détient plus de 20% des droits de vote et qu’il
exerce une influence notable sur l’entité dont les titres sont détenus, ces derniers doivent être
évalués selon la méthode de mise en équivalence (equity method)

§2. Transferts de catégories

- 60 -
Le transfert d’un titre d’une catégorie à l’autre est réalisé à la juste valeur du titre. A la date de transfert,
la perte ou le gain de change latent est comptabilisé ainsi :

- pour un titre de transaction transféré vers une catégorie, le gain ou la perte latente a déjà été
enregistré en résultat et ne doit pas être repris ;
- pour le transfert d’un titre d’une catégorie donnée vers la catégorie des titres de transactions, le
gain ou la perte latente doit être repris en résultat ;
- pour le transfert d’un titre d’investissement vers la catégorie des autres placements et
inversement, la perte ou le gain latent doit être conservé dans un compte de réserves.

- 61 -
CHAPITRE III : LES AUTRES TYPES DE RETRAITEMENTS

SECTION 1 : LES VALEURS D’EXPLOITATION

Dispositions générales

Les stocks sont généralement définis comme étant l’ensemble des biens ou des services qui alimentent le
cycle d’exploitation de l’entreprise et qui sont destinés :

- soit à être revendus en l’état ;


- soit à être intégrés dans le processus de fabrication de l’entreprise pour obtenir des
produits finis ;
- soit à être consommés lors de leur utilisation.

Le processus de valorisation des stocks comporte deux étapes principales que sont :

• La détermination des quantités en stock

A la date de clôture, un inventaire physique des stocks doit être effectué et recouvrer l’intégralité du
stock de la société : marchandises, matières premières, encours de fabrication, produits semi-finis et
produits finis y compris le stock de l’entreprise détenu chez les tiers. En revanche, le stock appartenant
aux tiers ne doit pas être inclus dans le résultat des comptages.

• l’évaluation des stocks : comporte généralement quatre étapes qui sont, par ordre successif,
les suivantes :

- la détermination des coûts unitaires des articles en stocks ;


- le choix de la méthode d’évaluation des sorties de stock qui peut être le coût moyen
pondéré, le FIFO, le LIFO et le NIFO ;
- le choix de la valeur d’inventaire qui correspond au prix le plus bas entre la valeur
d’entrée en stock et la valeur actuelle ou de réalisation et qui peut donner lieu à la
constitution de provisions pour dépréciation au cas où le coût de production serait
supérieur à la valeur de réalisation ;
- et enfin, la détermination de la provision pour rotation lente ou stock dormant (slow
moving).

- 62 -
A cet effet, il a été permis de constater qu’aucun des principes ne traite pas de la provision pour rotation
lente qui est relativement courant et usuel en pratique. Cette provision est déterminée sur la base des
quantités excédentaires par rapport à la demande du marché et doit être calculée produit par produit. De
manière concrète, il s’agira pour l’entreprise de déterminer des plafonds de consommations des produits
en stock exprimés en période et lorsqu’un produit (ou plutôt sa quantité en stock) dépasse son plafond,
l’excédent doit être provisionné. L’entreprise devra mettre en place des méthodes de provisionnement
qui doivent tenir compte des spécificités en matière de production et plus précisément de
l’ordonnancement de sa production, de son secteur d’activité et des exceptions. Ainsi, ce calcul ne doit
pas s’appliquer aux produits nouveaux et aux productions nouvelles.

Principes marocains

L’article 5 de la loi n° 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants fait obligation aux
entreprises d’établir annuellement un inventaire exhaustif des éléments actifs et passifs de son
patrimoine et procéder ainsi au recensement physique et à l’évaluation de son stock.
Les principes de valorisation de stock sont édictés par le CGNC et la loi fiscale. D’après le CGNC, le
coût des entrées en stocks est déterminé d’après la méthode des coûts complets.

Le CGNC a dressé une liste des coûts qui ne sont pas incorporables dans le coût des stocks,
notamment :

- les frais d’administration générale,


- les frais de stockage,
- les frais de recherche et de développement,
- les frais de distribution et les frais financiers : exceptionnellement, les frais financiers relatifs
à des dettes contractées pour le financement spécifique de production dont le cycle normal
d’élaboration est supérieur à 1 an peuvent être inclus dans le coût des stocks.
- sont également exclus du coût de production les pertes et gaspillages accidentels ou
exceptionnels ainsi que la quote-part des frais fixes résultant de la sous-activité.
-
- Il faut préciser que les stocks doivent être enregistrés à leur coût réel ; le CGNC n’admet
donc pas de valoriser les stocks selon la méthode des coûts standards. Les sorties de stocks
sont valorisées selon les méthodes du FIFO ou du coût moyen pondéré qui sont les seules
méthodes retenues par la loi comptable et la loi fiscale.
- Concernant le choix de la valeur d’inventaire, le plan comptable préconise qu’il convient de
déterminer à la date d’inventaire la valeur actuelle des éléments en stock article par article

- 63 -
pour les biens identifiables et catégorie par catégorie pour les biens interchangeables ; la
valeur actuelle étant déterminée à partir du prix de marché. Pour les matières premières, la
référence au marché correspond le plus souvent au prix actuel d’achat majoré des charges
accessoires d’achat. Pour les produits finis et les marchandises, le prix de marché correspond
généralement à leur prix de vente probable diminué du total des charges restant à engager
pour réaliser la vente. Pour les produits en-cours, le prix de vente probable du produit fini
correspondant doit être diminué des charges de distribution et des coûts de production restant
à engager.

Principes IASC

Le traitement des stocks fait l’objet de la norme IAS 2. Cette norme est également complétée par l’IAS
23, relative à la capitalisation des frais financiers, qui admet la possibilité d’incorporer les frais
financiers dans le coût des stocks dont la durée de fabrication ou de maturation (pour les spiritueux) est
particulièrement longue. Cette durée n’étant pas définie par la norme, l’appréciation de son caractère
suffisant est laissée à l’appréciation des entreprises (et de ses réviseurs comptables).
D’une manière générale, les positions adoptées par le CGNC et l’IASC sont relativement similaires ;
certaines différences subsistent néanmoins et ont trait notamment :

- à la possibilité admise par l’IASC d’utiliser la méthode du LIFO, cette méthode a été admise comme
méthode alternative par la norme révisée étant précisée que les méthodes du CMP et du FIFO sont
les traitements de référence. Toutefois, en cas d’utilisation de la méthode du LIFO, il doit être
indiqué dans les états financiers la différence entre le montant des stocks figurant au bilan et :

• celui résultant de l’application de la valeur minimale entre le coût moyen pondéré ou la


méthode FIFO et la valeur nette de réalisation
• (ou) le plus faible du coût actuel à la date de clôture et de la valeur nette de réalisation.

- dans le cadre du traitement autorisé par l’IAS 21 relatif aux effets des variations des cours des
monnaies étrangères, les entreprises ont la possibilité d’inclure dans les coûts d’acquisition des
différences de change provenant directement de l’acquisition récente des stocks facturés en
monnaies étrangères.

Toutefois, ces différences sont limitées à celles provenant d’une forte dévaluation ou dépréciation d’une
monnaie contre laquelle il n’existe pas de moyen pratique de couverture, et qui affecte des passifs qui ne
peuvent être réglés, et qui surviennent à l’occasion de l’acquisition récente des stocks.

- 64 -
- l’IAS 2 prévoit également la possibilité d’utiliser la méthode des coûts standards s’ils sont proches
des coûts réels et la nécessité de les actualiser régulièrement.

Les cas suivants ne représentent pas des différences mais correspondent plutôt à des précisions
supplémentaires ou interprétations de la norme IAS sur des points que le CGNC n’a pas développé ou
n’a pas été très explicite. Il s’agit notamment :

a. de la sur-activité que le CGNC n’a pas traité contrairement à l’IASC

Dans ce cas précis, la question qui prévaut est la suivante : « doit-on admettre que ce qui n’est pas
explicitement interdit est autorisé, et par conséquent, admettre que la sur-activité n’a pas d’effet sur les
coûts unitaires des stocks de produits finis ». A notre avis, la sur-activité doit être prise en compte, car le
cas échéant, cela amènerait à inclure dans le coût réel un coût fictif (voir exemple infra).

Cette position est également adoptée par l’IAS 2 qui évoque explicitement que dans les périodes de
production anormalement élevée, le montant des frais généraux fixes affecté à chaque unité produite est
diminué de telle sorte que les stocks ne soient pas évalués au-dessus de leur coût. Ceci signifie que les
frais fixes de productions unitaires ne sont pas « retraités » car cela aboutirait nécessairement à disposer
d’un coût supérieur au coût réel.

Exemple

Considérons 3 niveaux de production : q1 : 10.000 unités, q2 : 8.000 unités et q3 : 12.000 unités.


Le niveau de production de 10.000 unités correspond à l’activité normale ; le coût variable d’une unité
est de 20dh et les charges fixes de production sont de 100.000 dh.

Calculons le coût de production unitaire pour chaque niveau de production : en dh

Quantités produites 10.000 8.000 12.000


Charges variables de production ( 20dh/u) 200.000 160.000 240.000
Charges fixes de production 100.000 100.000 100.000
Coût de production 300.000 260.000 340.000
Coût de production unitaire 30 32,5 26,66

Cet exemple illustre bien l’effet de la sous-activité et de la sur-activité. On remarque bien que le coût
unitaire de production dépend du niveau de l’activité. Plus le niveau de production est élevé, plus les
coûts fixes sont répartis sur un plus grand nombre d’articles et donc mieux absorbés et plus le coût
unitaire est faible.

- 65 -
En application des dispositions de la norme IAS et des principes marocains, l’effet de la sur-activité
n’est pas pris en considération, les stocks seront donc valorisés à leur coût réel c.a.d 26,66. En revanche,
l’effet de la sous-activité doit être neutralisée et doit donner lieu à un ajustement. En effet, si l’on
considère le niveau normal de production de 10.000 u, le coût fixe unitaire est de 10 dh par unité et que
par conséquent, le montant des coûts fixes à prendre en considération pour un niveau de production de
8.000 unités doit être limité à 80.000 dh (8.000*10dh). Le coût de production unitaire ainsi calculé
pour la production de 8.000 u sera constant à 30 dh.

Si l’on neutralise également l’effet de la sur-activité, le coût unitaire de production sera également de
30dh mais cela aboutirait à valoriser le stock à un coût supérieur à son coût réel. Cette option n’est pas
retenue par les principes comptables susmentionnés.

b. de la sous-activité qui doit être exclue des coûts des stocks :

Le CGNC reste notamment dans les généralités en mentionnant que la sous-activité est définie par
rapport à une capacité normale de production préétablie en fonction des caractéristiques techniques de
l’équipement économique de l’entreprise. La notion de capacité normale n’étant pas précisée, il y est
donc laissé libre cours aux interprétations qui peuvent engendrer des divergences de prises de positions
et de vues entre les entreprises et ses réviseurs.

En revanche, l’IAS a défini de manière explicite les modalités d’affectation de la sous-activité en


précisant que l’affectation des frais fixes de production doit être basée sur la capacité normale des
installations de production et que cette capacité correspond à la production moyenne que l’on s’attend à
réaliser sur un certain nombre d’exercices dans des circonstances normales. Toutefois, on pourrait
reprocher à l’IASC le fait de ne pas avoir fixé le nombre d’exercices à considérer dans la base de calcul
de la production moyenne, ce qui pourrait conduire à des pratiques non uniformes entre entités.

Principes américains

Il faut tout d’abord préciser que les développements consacrés aux évaluations des stocks dans les
normes américaines sont limités. En effet, ces textes donnent peu d’indication en ce qui concerne la
détermination des coûts de production, les allocations de charges indirectes et de frais généraux.
La valorisation des stocks est régie par l’ARB n°43. D’une manière générale, les principes américains
ne présentent pas de différences notables par rapport aux principes marocains. Le principe général de
détermination du coût d’entrée des stocks est également le coût d’acquisition ou le coût de production ;
ce dernier étant défini comme étant la somme des coûts et charges encourus directement ou

- 66 -
indirectement pour amener le bien dans l’état ou le lieu dans lequel il se trouve. Néanmoins, quelques
divergences peuvent être mentionnées :

- les principes américains admettent, à l’instar des principes IASC et contrairement au CGNC, la
possibilité d’utiliser la méthode du LIFO. Cette méthode présente notamment la particularité en
période inflationniste de minorer la valeur du stock et en conséquence le résultat et le montant de
l’impôt. Le SEC soucieux d’informer au mieux les investisseurs oblige l’entreprise utilisatrice de
cette méthode à mentionner en annexe l’effet sur le résultat par rapport à une autre méthode,
FIFO ou CMP.
- Faut-il également rappeler que c’est sous l’influence américaine que la méthode du LIFO a été
retenue comme autre traitement autorisé par l’IASC.
- En matière de présentation, dans la situation d’existence de provision pour NRV (situation où un
article est retenu au bilan par une valeur d’inventaire inférieure à son coût d’entrée),
contrairement au CGNC ou à l’IASC, cette provision n’est pas comptabilisée au niveau des
principes américains mais apparaît directement en déduction du coût d’entrée de l’article en
question.

Concernant ce dernier aspect, il convient d’apporter une précision concernant le choix de la valeur
d’inventaire. A l’instar des principes IASC ou marocains, la norme américaine admet la nécessité
d’évaluer les stocks au plus bas du coût historique ou du prix de marché.
La notion de marché signifie le prix courant de remplacement, sous réserve de respecter les deux
conditions suivantes :

1. la valeur de marché ne doit pas excéder la valeur nette de réalisation c.a.d le prix de vente diminué
des coûts d’achèvement du produit et de sa mise à disposition (coûts estimés pour réaliser la vente).
2. La valeur de marché ne doit pas être inférieure à la valeur nette de réalisation diminuée d’une marge
normale.

SECTION 3 : LES PROVISIONS

Cette section est limitée au traitement des provisions réglementées et des provisions pour risques et
charges.

Les provisions réglementées sont des provisions qui ne correspondent pas à l’objet habituel d’une
provision, elles sont comptabilisées pour se conformer à des dispositions fiscales.

- 67 -
Le caractère fiscal de ces provisions signifie que leur constatation en comptabilité est liée à la
réglementation fiscale de chaque pays. Ceci explique par voie de conséquence le fait que les normes
IASC, supranationales par essence, n’aient pas couvert ce thème qui est lié aux réglementations
nationales. Pour des raisons différentes, les US GAAP ne reconnaissent pas non plus les provisions
réglementées.
En revanche, les provisions pour risques sont admises par les trois principes comptables.

Principes marocains

Les provisions pour risques et charges sont traitées de manière assez légère par le CGNC qui ne propose
qu’une brève définition de cette notion au niveau du chapitre V afférent à la terminologie comptable.
Seule une note du CNC annexée au PCGE commente brièvement les comptes des différentes rubriques
et édicte l’écriture comptable y afférente.
La définition proposée est notamment la suivante « les provisions pour risques et charges sont destinées
à couvrir des risques et des charges que des événements survenus ou en cours rendent probables,
nettement précisés quant à leur objet mais dont la réalisation est incertaine ».
Sans entrer dans les détails, nous y trouvons les provisions pour risques (litiges, garanties données aux
clients, pertes sur marchés, amendes et pénalités, pertes de change et autres) et les provisions pour
charges (impôts, retraites, charges à répartir et autres)
On peut dire que la définition proposée est assez restrictive dans la mesure où elle ne permet pas de
cerner un élément important qui est le montant. S’il existe des éléments d’incertitudes ou de doutes,
comment devra réagir l’utilisateur des comptes marocains ? devra-t-il comptabiliser une provision ou
non ?

Par ailleurs, par opposition aux provisions pour risques et charges, nous trouvons les provisions
réglementées qui sont à caractère fiscal. Le PCGE prévoit les types de provisions suivantes :

- les provisions pour amortissements dérogatoires (destinées à contenir les différences entre
l’amortissement comptable et l’amortissement fiscal) ;
- les provisions pour plus-values en instance d’imposition (constituées dans le cadre des opérations
de fusion) ;
- les provisions pour investissements (constituées à hauteur de 20% du bénéfice fiscal avant impôt
et limité à 30% de l’investissement à réaliser et sans la limite des 30% si la provision est affectée
à la réalisation de dépenses en recherche et développement ou de restructuration) ;

- 68 -
- les provisions pour reconstitution des gisements (constituée à hauteur de 50% du bénéfice fiscal
avant impôt dans la limite de 30% du chiffre d’affaires) : la loi de finances 1998/99 a prévu
l’obligation d’affecter 20% de cette provision à l’alimentation d’un fonds social qui doit être
utilisé dans son intégralité à la souscription de bons de Trésor d’une durée de 12 mois. Ce fonds
est destiné à couvrir les indemnités de licenciement des salariés de l’entreprise en cas de
fermeture de mines ou de cessation d’activité de l’entreprise ;
- les provisions pour acquisitions et constructions de logements ;
- les autres provisions réglementées:

La constatation des provisions réglementées est facultative et résulte d’une décision de gestion. Les
méthodes utilisées pour leur calcul doivent être explicitées dans l’ETIC.
Ces provisions ont le caractère de réserves non libérées d’impôts sur lesquelles pèse une charge latente
d’impôts non comptabilisée et à ce titre elles font partie des capitaux propres et plus précisément des
capitaux propres assimilés.

Principes américains

Aux Etats-Unis, ce type de provisions (provisions réglementées) n’existe pas car elles sont assimilées à
des bénéfices temporairement exonérés fiscalement. La SFAS n° 5 interdit la constitution de telles
provisions et n’autorise que la comptabilisation de provisions pour risques et sous conditions,
notamment :

- la provision doit être destinée à couvrir un amoindrissement probable d’une valeur d’actif ou la
naissance d’une dette ;
- le montant peut être estimé raisonnablement.

La SFAS n° 5 distingue trois niveaux de probabilité qui déterminent le traitement comptable d’une perte
potentielle :

- si probabilité forte de perte: il y a nécessité de comptabiliser une provision ;


- en cas de probabilité moyenne de perte: une mention doit être faite dans les notes aux états
financiers ;
- en cas de faible probabilité de perte : aucune provision ou mention n'est nécessaire.

Sachant que le montant de la perte doit être raisonnablement estimé, lorsque les estimations conduisent à
plusieurs montants, la provision doit être constituée sur la base :

- 69 -
- soit de la meilleure estimation de la perte comprise dans la fourchette des montants estimés ;
- soit au minimum, la somme la plus faible de la fourchette, si aucune estimation ne semble
meilleure qu’une autre.

Toute provision à caractère de réserve est interdite par la doctrine américaine qui considère ces
provisions comme des réserves occultes.

Le retraitement de ces provisions consistera à les réintégrer au résultat pour la dotation de l’année et à la
situation nette d’ouverture pour les dotations antérieures.

Principes IASC

A l’instar des principes américains, les normes IASC ne reconnaissent pas les provisions réglementées.
La norme IASC n° 37 qui traite des provisions, passifs éventuels et actifs éventuels adopte des
dispositions qui ne diffèrent pas sensiblement de celles prévues par le SFAS n° 5. Elle considère en effet
que toute provision doit être comptabilisée par le débit d’un compte de charges lorsque les conditions
suivantes sont réunies :

- l’entreprise a une obligation actuelle (juridique ou implicite) résultant d’un événement passé ;
- il est probable qu’une sortie de ressources représentatives d’avantages économiques sera
nécessaire pour éteindre l’obligation ; et
- le montant de l’obligation peut être estimé de manière fiable.

Cette définition élimine en conséquence les provisions réglementées qui sont à caractère fiscal. Le
retraitement qui sera adopté sera similaire à celui mentionné ci-dessus relatif aux principes américains.

Concernant les provisions pour risques et charges, certaines divergences par rapport aux principes
marocains peuvent être mentionnées notamment la possibilité d’actualiser les provisions lorsque l’effet
de la valeur du temps de l’argent est significatif en appliquant un taux d’actualisation avant impôt qui
reflète les appréciations actuelles par le marché de la valeur du temps de l’argent. Par exemple :
actualiser une provision pour garantie donnée aux clients sur une durée donnée. Dans ce cas précis, le
CGNC préconise de comptabiliser le passif à la valeur nominale et ne prévoit pas donc d’actualisation
du passif.

Une autre différence existante a trait à la provision pour charges à répartir sur plusieurs exercices admise
par le CGNC mais non reconnue par l’IASC. L’exemple que l’on pourrait avancer pour illustrer
concerne le cas des cimenteries habituées tous les X années (supposons 5 ans) à effectuer le revêtement

- 70 -
intérieur des fours. La norme IAS 37 préconise notamment, et contrairement au CGNC, de ne pas
comptabiliser de provisions pour la charge future de revêtement, mais d’immobiliser le coût de
changement du revêtement lors de l’engagement de la dépense et de l’amortir sur 5 ans.

Les normes IASC imposent également parfois des restrictions ou conditions pour la comptabilisation de
certains types de provision notamment les provisions pour restructuration dont l’enregistrement en
comptabilité est assujetti à l’existence de plan formalisé et détaillé et aussi au fait que le plan ait connu
un début d’exécution ou au moins annoncé aux personnes concernées.

SECTION 4 : LES SUBVENTIONS


Principes marocains

Les subventions octroyées aux entreprises sont généralement consenties par l’Etat ou les collectivités
locales et parfois par des tiers pour certains types de subventions.
Elles constituent par ailleurs une forme d’aides fiscales au même titre que les amortissements accélérés
et amortissements dérogatoires.

Le CGNC distingue trois types de subventions :

- la subvention d’exploitation : dont bénéficie l’entreprise pour lui permettre de compenser


l’insuffisance de certains produits d’exploitation ou de faire face à certaines charges
d’exploitation ;

Cette subvention est inscrite dans le résultat de l’exercice concerné parmi les produits d’exploitation.

- la subvention d’équilibre : dont bénéficie l’entreprise pour compenser, en tout ou partie, la


perte globale qu’elle aurait constatée si cette subvention ne lui avait pas été accordée ;

Cette subvention est inscrite parmi les produits non courants.

- et la subvention d’investissement : dont bénéficie l’entreprise en vue d’acquérir ou de créer


des valeurs immobilisées ou de financer des activités à long terme.

Comptablement, les subventions d’investissement sont inscrites au passif du bilan parmi les capitaux
propres assimilés et reprises en résultat (en produits non courants) par étalement sur plusieurs exercices :
Néanmoins, deux cas doivent être distingués :

- 71 -
„ le bien est amortissable :

- si la subvention est totale, la reprise correspond à la dotation annuelle aux amortissements ;


- si la subvention est partielle, la reprise correspond à la dotation annuelle aux amortissements
affectée du rapport subvention / immobilisations brutes.

„ le bien n’est pas amortissable : La subvention est rapportée au résultat par fractions égales en
fonction du nombre d’années pendant lesquelles les immobilisations non amortissables, acquises ou
créées au moyen de la subvention sont inaliénables au terme du contrat ou à défaut de clause
d’inaliénabilité dans le contrat, d’une somme égale à 1/10 du montant de la subvention.

Principes IAS

L’IAS 20 distingue deux sortes de subventions : les subventions liées à des actifs et les subventions liées
au résultat.

§1. Définitions

Les subventions liées à des actifs sont des subventions publiques dont la condition principale est que
l’entreprise qui en bénéficie acquière, construise ou se rende acquéreuse par tout autre moyen d’actifs à
long terme.
Les subventions liées au résultat sont des subventions publiques autres que les subventions liées à des
actifs.

§2. Comptabilisation des subventions liées à des actifs

Cette subvention peut être comptabilisée de deux façons :

La première méthode consiste à comptabiliser la subvention au passif du bilan comme un produit différé
à répartir sur plusieurs exercices, notamment sur la durée d’utilisation de l’actif subventionné. Il s’agit
dans ce cas d’un bien amortissable, la réintégration de la subvention aux résultats suivra le rythme des
amortissements.
Lorsque l’actif subventionné n’est pas amortissable, l’IASC évoque la situation où la subvention
nécessite l’accomplissement de certaines obligations auquel cas, il y a lieu d’étaler cette subvention sur
les exercices supportant le coût d’exécution de ces obligations. L’exemple type est celui d’un terrain
dont l’octroi est conditionné à la construction d’un immeuble sur le site et il peut être approprié de
comptabiliser la subvention liée au terrain en produits sur la durée de vie de l’immeuble.

- 72 -
Le cas relatif à l’absence de conditions à accomplir n’est pas abordé mais l’on pourrait admettre
logiquement que la subvention correspondante n’a pas à être rapportée au résultat en étant conservée au
passif du bilan.
La seconde méthode de comptabilisation consiste à déduire celles-ci du coût de l’actif qu’elles
contribuent à financer. La subvention se trouve ainsi automatiquement rapportée aux résultats par
l’intermédiaire d’une réduction de la charge d’amortissement.

§3. Comptabilisation des subventions liées au résultat

Ce type de subvention doit être rapporté au résultat de l’exercice dont elle compense les charges :

- soit en considérant la subvention comme un produit ;


- soit en diminuant les charges auxquelles elle est liée.

Toutefois dans les cas où la subvention :

- a été destinée à compenser des charges ou pertes encourues au cours d’un exercice antérieur ;
- ou accordée dans le but d’apporter un soutien financier immédiat à une entreprise plutôt qu’à une
incitation à engager des dépenses.

La créance doit être comptabilisée en tant qu’élément extraordinaire.

§4. Remboursement d’une subvention

Dans certains cas, les subventions publiques doivent être remboursées en raison du non-respect de
certaines obligations par le bénéficiaire.

§4.1. Cas d’une subvention liée au résultat

Le remboursement de la subvention est imputé d’abord sur le montant de la subvention qui n’a pas
encore été rapporté aux résultats. Si le remboursement excède le solde restant ou si le solde est nul, le
remboursement doit être comptabilisé en charges.
Cette position n’est pas cohérente avec le mode de comptabilisation prônée par l’IASC qui consiste à
enregistrer la subvention directement en résultat auquel cas comment pourrais-t-on concevoir
l’existence d’un solde de la subvention non encore rapporté au résultat. Un éclairage par l’IASC serait
souhaitable.

§4.2. Cas d’une subvention liée à un actif

- 73 -
Le remboursement de cette subvention est comptabilisé :

- soit en augmentant la valeur comptable de l’actif ;


- soit en réduisant la quote-part de la subvention non encore amortie (le solde du produit différé
figurant au passif du bilan) du montant du remboursement.

Le cumul d’amortissement supplémentaire qui aurait été pris en compte en l’absence d’une subvention
doit être immédiatement comptabilisé en charges.

Principes américains

Il n’existe pas aux Etats-Unis de texte général sur le traitement comptable des subventions. La seule
exception concerne l’aide fiscale à l’investissement (investment tax credit) qui permet aux entreprises
qui réalisent certains investissement de bénéficier d’une réduction d’impôt.

Cette forme de subvention d’équipement peut être soit inscrite en totalité dans le résultat de l’exercice
de l’obtention (flow-through method), soit étalée sur la durée de vie du bien (deferral method).

- 74 -
CHAPITRE IV : LES IMPÔTS DIFFERES

L’utilisation concomitante de normes comptables différentes par une société (utilisation de principes
marocains par opposition aux principes US ou IASC) conduit à adopter une approche différente de
calcul de l’impôt sur les bénéfices de l’exercice.

On peut dire qu’en matière de calcul de l’impôt sur les bénéfices, deux méthodes s’opposent :

- la première étant celle du calcul du seul impôt exigible calculé sur le résultat fiscal de la
période ;
- la seconde méthode consiste à calculer l’impôt sur le résultat comptable de la période en ne
tenant pas compte des ajustements qui y sont apportés pour déterminer le résultat imposable.

Cette dernière méthode correspond à l’utilisation des impôts différés qui fera l’objet du développement
de cette section.
Concernant les principes IASC, la norme qui régit les impôts différés est la norme n°12. Concernant les
principes US GAAP, le texte qui régit les impôts différés est le FASB n° 109.

I. DISPOSITIONS GENERALES
L’objectif des impôts différés est la comptabilisation de l’impôt exigible ou remboursable de l’exercice
et aussi celles d’impôts différés actifs ou passifs pour tenir compte des conséquences fiscales futures
d’événements reconnus dans les comptes ou les déclarations fiscales de l’entreprise
Il existe plusieurs définitions en matière d’impôts différés. Généralement, deux conceptions s’opposent :
l’approche par le résultat utilisé depuis de nombreuses années jusqu’aux récentes modifications par
l’adoption de l’approche bilancielle.

L’approche bilancielle consiste à constater un impôt sur les différences temporaires

- qui sont susceptibles de se traduire par une différence entre les résultats comptable et fiscal,
- et qui sont nées de l’existence d’un écart entre la valeur comptable et la valeur fiscale d’un
actif ou d’un passif.

A ces différences, on peut également ajouter celles qui correspondent aux divergences de principes
comptables liées aux retraitements des comptes suivant les normes appliquées par le groupe. Ces normes
sont établies selon des principes comptables donnés qui peuvent être les principes IASC, USGAAP ou
autres et sont généralement adaptées aux spécificités sectorielles du groupe.

- 75 -
Ces différences génèrent des actifs et passifs d’impôts, qualifiées de différés.

Les différences temporaires correspondent à des produits et des charges qui n’entrent pas sur la même
période soit dans le résultat comptable soit dans le résultat fiscal.

Ces différences sont compensées au cours des exercices ultérieurs. Alors, l’entreprise peut avoir un actif
d’impôt différé ou un passif d’impôt différé à l’égard de l’Etat.

La valeur comptable d’un actif ou d’un passif correspond à la valeur pour laquelle l’actif ou le passif
figure au bilan et sa valeur fiscale est celle qui lui est attribuée par l’administration fiscale pour la
détermination des résultats fiscaux futurs.

De manière plus explicite, la valeur fiscale d’un actif va correspondre au montant qui sera admis en
déduction du résultat fiscal au moment du recouvrement de cet actif par l’entreprise détentrice, soit par
cession, soit par le biais de son amortissement ou de sa dépréciation.
Et la valeur fiscale d’un passif représente sa valeur comptable déduction faite des sommes qui seront
déductibles du résultat fiscal des périodes ultérieures au titre de ce passif.

Ceci étant précisé, il apparaît donc que les impôts différés sont consécutifs aux différences entre les
résultats (entre fiscal et comptable et entre social et retraité) qui résultent elles-mêmes d’écarts entre la
valeur comptable et la valeur fiscale des actifs et passifs.

En revanche, il existe des situations ou des postes de bilan pour lesquelles les valeurs comptables des
actifs et passifs coïncident avec leurs bases fiscales et qui ne donnent pas lieu à la constatation d’impôts
différés.

Pour un actif, cette situation se rencontre lorsque le recouvrement d’un actif ne génère pas de revenus
imposables futurs parce qu’il a déjà donné lieu à un produit imposable ou parce qu’il est définitivement
exonéré d’impôt, la valeur fiscale de cet actif correspond à sa valeur comptable.
Pour un passif, une base fiscale est égale à sa base comptable si le passif est déductible fiscalement au
cours de l’exercice ou s’il n’est pas déductible fiscalement ou enfin si sa contre-passation n’a pas de
conséquences fiscales.

Exemples

- 76 -
Immobilisations financières : les remboursements de prêts n’ont pas de conséquences fiscales.

Dettes de financement au passif : les remboursements d’emprunts n’ont pas de conséquences fiscales.

Produits à recevoir : dividendes reçus des filiales non imposables : pas de conséquences fiscales.

Charges à payer : amendes et pénalités non déductibles : pas de conséquences fiscales.

II. Les différents principes


1. PRINCIPES MAROCAINS

La méthode retenue est celle de l’impôt exigible, la comptabilisation des impôts différés n’est prévue par
le CGNC que pour les comptes consolidés. Au niveau des comptes sociaux, le CGNC ne s’aligne donc
pas sur les principes internationaux qui appliquent la méthode des impôts différés. En revanche au
niveau des comptes consolidés, les impôts différés doivent être comptabilisés, avec toutefois cette
précision, que l’obligation porte sur les passifs d’impôts différés et que les actifs d’impôts différés ne
sont portés à l’actif que si leur récupération est probable.
D’une manière générale, la position des principes marocains s’aligne sur celle de l’IASC, avec
néanmoins cette particularité, que les principes marocains admettent, à la différence des principes IASC,
la possibilité d’actualiser les actifs et les passifs d’impôts différés sous certaines conditions. L’IASC se
fonde notamment sur le fait que la détermination fiable des actifs et passifs d’impôt différé sur une base
actualisée impose la réalisation d’un planning détaillé de la date à laquelle chaque différence temporelle
s’inversera et que dans bon nombre de cas, ce planning est impossible ou extrêmement complexe à
établir. En conséquence, il n’est pas approprié d’imposer l’actualisation des actifs et passifs d’impôt
différé.

2. PRINCIPES IASC

La norme IAS 12 préconise l’approche bilancielle par opposition à l’approche par le résultat utilisé
depuis de nombreuses années jusqu’à sa récente révision et la mise en application de la norme révisée.
Dans la version révisée, les impôts différés sont calculés sur les différences temporelles ; celles-ci étant
définies comme la différence entre la valeur comptable des actifs et des passifs au bilan, et sa base
fiscale. Cette conception, et c’est ce qui constitue son originalité par rapport à l’ancienne approche,
introduit deux notions essentielles qui constituent son fondement : notions de base fiscale et de
différences temporelles.

- 77 -
Concernant la notion de base fiscale, il serait approprié d’indiquer l’existence d’autres situations,
prévues par la norme IASC, qui peuvent générer des différences entre les bases fiscale et comptable. Ces
situations ne sont toutefois pas adaptées au contexte fiscal dans lequel évolue l’entreprise marocaine
mais peuvent apparaître ultérieurement en cas d’évolution de la législation fiscale marocaine.

Nous les citerons néanmoins à titre indicatif. Il s’agit :

des coûts relatifs aux prestations de retraite déductibles du bénéfice fiscal uniquement lors de leur
paiement par la société ;
des frais de recherche comptabilisés lors de l’exercice où ils sont encourus et déductibles du résultat
fiscal au cours des exercices ultérieurs ;
des produits financiers inclus dans le bénéfice comptable mais imposables uniquement quand ils sont
encaissés ;
des frais de développement inscrits à l’actif et donc amortis sur les exercices ultérieurs mais déduits du
bénéfice fiscal de l’exercice au cours duquel ils ont été encourus.

Les deux premiers exemples reflètent une situation qui correspond, comme nous le verrons ci-dessous à
des différences temporelles déductibles qui génèrent un impôt différé actif, et par opposition, les deux
derniers exemples traduisent une situation génératrice d’impôt différé passif relatif à des différences
temporelles imposables.

a- Différences temporelles

L’IASC les définit comme étant les différences entre la valeur comptable, d’un actif ou d’un passif au
bilan, et sa base fiscale. Les différences peuvent être :

- soit des différences temporelles imposables, génératrices d’impôt différé passif et qui
naissent lorsque la valeur comptable d’un actif est supérieure à sa base fiscale et lorsque la
valeur comptable d’un passif est inférieure à sa base fiscale ;
- soit des différences temporelles déductibles, génératrices d’impôt différé actif et qui se
produisent lorsque la valeur comptable d’un actif est inférieure à sa base fiscale et lorsque la
valeur comptable d’un passif est supérieure à sa base fiscale.

D’une manière générale, les différences temporelles reprennent les différences temporaires classiques
entre le résultat comptable et le résultat fiscal, les reports déficitaires et les nouvelles différences
temporelles liées par exemple à des opérations non prises en compte pour la détermination des résultats

- 78 -
passés mais qui seront à l’origine de différences futures entre le résultat comptable et le résultats fiscal
futur, comme par exemple les écarts d’évaluation comptabilisés dans le cadre de regroupement
d’entreprises ou dans le cadre d’une réévaluation libre non imposée fiscalement.

Toutes les différences temporaires sont des différences temporelles et certaines différences temporelles
ne sont pas des différences temporaires. La norme révisée cite notamment les différences temporelles
suivantes :

- lors d’un regroupement d’entreprises, le coût de l’acquisition est affecté aux actifs et passifs
identifiables acquis par référence à leur juste valeur à la date de l’opération d’échange sans
donner lieu à des ajustements équivalents au niveau fiscal. Il en résulte des différences
temporelles qui peuvent être imposables dans la situation fréquente de réévaluation de
valeurs d’apport d’actif par rapport à leur coût historique.
- réévaluation d’actifs sans qu’un ajustement équivalent soit pratiqué au niveau fiscal : Dans
certains pays comme le Maroc, la réévaluation est libre et n’affecte pas le bénéfice fiscal et
en conséquence, la base fiscale n’est pas ajustée. La différence entre la valeur comptable d’un
actif réévalué et sa base fiscale est une différence temporelle qui donne lieu à un actif ou
passif d’impôt différé.
- existence de goodwill ou de goodwill négatif au niveau de la consolidation.

b- Situation d’impôt différé actif

Les actifs d’impôt différé sont les montants d’impôts sur le résultat recouvrables au cours des exercices
futurs au titre :

- des différences temporelles déductibles ;


- du report en avant de pertes fiscales non utilisées ;
- et du report en avant de crédits d’impôt non utilisés.

La comptabilisation d’un actif d’impôt différé n’est cependant pas systématique. En effet, un actif
d’impôt différé n’est comptabilisé que s’il est probable que l’entreprise dégage des bénéfices imposables
suffisants, durant les exercices ultérieurs, sur lesquels les différences temporelles déductibles peuvent
être imputées. Si leur récupération ne dépend pas de résultats futurs ; dans cette situation, ils seront
retenus à hauteur des passifs d’impôts différés déjà constatés arrivant à échéance dans la période au
cours de laquelle ces actifs deviennent ou restent récupérables.

- 79 -
Par ailleurs, la norme interdit expressément la comptabilisation d’un actif d’impôt différé provenant de
différences temporelles associées soit à un goodwill négatif traité comme un produit différé selon l’IAS
22, ou à une subvention d’équipement non imposable quel que soit son mode de comptabilisation (en
déduction du coût d’un actif ou comptabilisé en produit différé).

c- Situation d’impôt différé passif

Les passifs d’impôt différé sont les montants d’impôts sur le résultat payables au cours d’exercices
ultérieurs au titre de différences temporelles imposables.
La norme n’autorise pas la comptabilisation d’impôt passif provenant de différences temporelles
générées, soit par un goodwill dont l’amortissement n’est pas déductible fiscalement, soit par la
comptabilisation initiale d’un actif ou d’un passif dans une transaction qui n’est pas un regroupement
d’entreprises et n’affecte ni le bénéfice comptable, ni le bénéfice fiscal à la date de la transaction. De
manière plus explicite, cette dernière situation peut être afférente à un actif dont l’amortissement n’est
pas déductible fiscalement et qui n’entraîne pas de déduction fiscale en cas de vente ou de mise en rebut
de l’actif, sauf si l’actif a été acquis à l’occasion d’un regroupement d’entreprises. A notre avis, ce cas
doit correspondre aux actifs à long terme, notamment les actifs incorporels, mais ceci ne s’applique pas
au contexte fiscal de l’entreprise marocaine dans la mesure où toute cession d’éléments incorporels est
imposable fiscalement.

d- Evaluation

Les actifs et passifs d’impôts différés doivent être évalués en utilisant le taux d’impôt et les règles
fiscales en vigueur à la clôture de l’exercice et qui seront applicables lorsque la différence future se
réalisera. Si les textes ne prévoient pas d’évolution du taux et des règles fiscales applicables, il
conviendra alors d’utiliser le taux d’impôt et les règles fiscales applicables à la date de clôture quelle
que soit leur probabilité d’évolution.
Les impôts différés actifs doivent faire l’objet d’une réestimation à chaque date de clôture, pour
s’assurer notamment s’il y a possibilité de comptabiliser des impôts différés actifs qui ne l’avaient pas
encore été en raison d’apparition d’événements favorables qui devraient permettre leur comptabilisation.
Exemple : amélioration de l’environnement commercial

e- Comptabilisation et présentation des impôts différés

- 80 -
Les règles à adopter en matière de comptabilisation et de présentation des impôts différés sont les
suivants :
- l’impôt différé doit être comptabilisé en produit ou charge et compris dans le résultat
net de l’exercice, sauf si l’opération qui a donné lieu à la comptabilisation de l’impôt
différé affecte les capitaux propres auquel cas cet impôt doit être comptabilisé dans
les capitaux propres ;
- l’effet des variations de taux d’impôt et de règles fiscales sur les actifs et passifs
différés existants est comptabilisé dans le compte de résultat, sauf s’il se rapporte à
des éléments précédemment débités ou crédités dans les capitaux propres ;
- les actifs et passifs d’impôt différés doivent être compensés s’ils concernent la même
entité fiscale ;
- au niveau du bilan, ils doivent être présentés séparément des actifs et passifs d’impôt
exigible et être classés parmi les actifs et passifs non courant si l’entreprise fait la
distinction entre actifs et passifs courants et non courants.

3. PRINCIPES AMERICAINS

A l’évidence, les règles de détermination des impôts différés adoptés par le FASB sont relativement
similaires à ceux préconisées par l’IASC. Il faut notamment avoir à l’esprit que la norme IASC en la
matière est d’application très récente (à partir de 1998) et que sa révision a été réalisée en vue d’assurer
une harmonie et une coïncidence des vues avec les règles américaines. Néanmoins, nous avons recensé
des différences, entre ces deux principes, mais que l’on pourrait qualifier de mineures.

Méthode de détermination des impôts différés

A l’instar des normes IASC, Les principes américains préconisent une approche bilancielle et calculent
ces impôts sur les différences dites temporelles. Ces différences reprennent les différences temporaires,
par opposition aux différences dites permanentes, les reports déficitaires, crédit d’impôts reportables et
les nouvelles différences temporelles. La conception de l’approche de l’imposition différée retenue par
le FASB est dite étendue : toutes les différences temporaires sont prises en considération quelles que
soient les périodes au cours desquelles elles se résorberont.

De manière générale, le FAS 109 préconise :

- une comptabilisation de l’imposition différée à sa valeur nominale ;


- de classer les impôts différés actifs et passifs en fonction de la classification de l’actif
et passif sous-jacent ;

- 81 -
- de tenir compte du taux d’impôt qui sera en vigueur pour les actifs et passifs à la date
à laquelle l’impôt y afférent deviendra exigible ;
- la constatation de tous les actifs d’impôts différés quelles que soient leurs sources dès
lors que leur réalisation est plus probable qu’improbable (more likely than not, qui
correspond en pourcentage à un taux supérieur à 50 %). Le caractère plus probable
qu’improbable devra être basé sur l’existence d’éléments probants à la date de clôture
que pourront être : l’existence d’un carnet de commandes fermes génératrice de
bénéfices futurs, l’existence de résultats bénéficiaires réguliers dans lequel l’existence
de pertes éventuelles ne serait attribuable qu’à des événements exceptionnels.

- Les différences relevées par rapport aux normes IASC correspondent essentiellement
aux éléments suivants :
-
- 1° des limitations sont prévues par l’IASC et tiennent à l’interdiction de
comptabilisation :
-
- des actifs d’impôt différé provenant de différences temporelles associées soit à un
goodwill négatif ou à une subvention d’équipement non imposable (inexistante aux
Etats-Unis) ;
- et des passifs d’impôts différés provenant de différences temporelles associées à un
goodwill dont l’amortissement n’est pas déductible fiscalement, ou à un actif dont
l’amortissement n’est pas déductible fiscalement et qui n’entraîne pas de déduction
fiscale en cas de vente ou de mise en rebut de l’actif, sauf si l’actif a été acquis à
l’occasion d’un regroupement d’entreprise.

- 2° en cas de regroupement d’entreprises, les principes américains prévoient que la


société acquéreuse doit recalculer la charge d’impôt sur les sociétés et ne doit pas
reporter en avant les impôts différés qui avaient été constatés par la société acquise
préalablement à la date d’acquisition.
-
3° Au niveau des normes IASC, lorsqu’un actif d’impôt différé n’a pas été comptabilisé par l’acquéreur
à la date du regroupement d’entreprises et est comptabilisé ultérieurement dans les états financiers
consolidés de l’acquéreur, il est passé en résultat et la diminution de l’écart d’acquisition (ou goodwill)
qui en résulte est constatée en charges. Au niveau des principes américains, l’actif d’impôt différé est
porté directement en diminution de l’écart d’acquisition.

- 82 -
CONCLUSION

Des pas décisifs vers la reconnaissance de la suprématie des normes IASC comme référentiel
international unique, au détriment des USGAAP, semblent avoir été franchis et à cet égard un certain
nombre de mesures ont été prises et nous permettent de conforter cette affirmation.

Une autre mesure que l’on peut qualifier d’étape sera franchie prochainement lorsque la Commission
européenne présentera une proposition portant modification des directives comptables en vue de leur
adaptation aux derniers développements en matière de comptabilité. Cette modification devrait
permettre aux sociétés européennes d’appliquer les IAS sans difficulté.

Enfin, il serait également utile de rappeler le soutien décisif de l’IOSCO (l’organisation internationale
des commissions de valeurs) qui a conclu avec l’IASC un accord destiné à permettre la reconnaissance
des normes comptables internationales comme référence pour les entreprises souhaitant internationaliser
la cotation de leurs titres.

Ces mesures se situeraient en outre dans la lignée de la stratégie comptable de la Commission qui, dans
sa communication de 1995, avait mis l’accent sur la nécessité pour ses Etats membres de passer à un jeu
unique de normes comptables afin de construire un marché unifié des capitaux et des services financiers
d’ici 2005. L’utilisation concomitante des US GAAP serait ainsi contraire à l’objectif fondamental de la
stratégie d’évoluer vers un jeu unique des normes mondiales.

Pour atteindre cet objectif de référentiel international unique, les IASC ont procédé à une révision
importante de ses normes afin de les améliorer et de réduire le nombre d’options qu’elles comportaient.
Dans ces normes révisées, l’on perçoit aisément néanmoins l’influence américaine si bien qu’il ne
subsiste que peu de divergences entre les deux référentiels.

Sans conteste, les US GAAP devraient accuser le coup, mais il ne faudrait pas occulter la donne
fondamentale qui consiste en l’appui de la SEC, qui fait obligation aux sociétés cotées soumises à son
contrôle d’appliquer les US GAAP, et rappeler également le fait que les Etats-Unis occupent dans le
cadre de l’harmonisation comptable internationale une place prééminente en raison de la qualité de leur
référentiel et de leur puissance économique et financière.

A notre avis, nous continuerons d’évoluer dans un univers comptable à double vitesse où les deux
organes normalisateurs continueront de cohabiter car il est certain que le rôle de l’organe de

- 83 -
normalisation américain, le FASB, ne sera pas marginalisé par rapport à l’IASC. Un haut responsable de
la SEC aurait notamment avancé lors d’une convention annuelle datant de 1997 que le FASB a été et
continuera d’avoir un rôle leader en établissant des normes crédibles, en influençant les travaux des
organes internationaux et en cherchant les opportunités d’harmoniser les normes développées aux Etats-
Unis avec les normes internationales. Notre opinion est d’autant plus confortée par l’absence,
actuellement, au niveau des IASC de normes sectorielles, l’IASC n’a pas jusqu’à présent et n’avait pas
en principe pour vocation d’établir des normes sectorielles. En revanche, les normes américaines
incluent des règles spécifiques à certains secteurs d’activité tels l’industrie pétrolière, la télévision, les
travaux publics, la banque, l’assurance….. Il existe donc un vide qui inciterait les groupes appartenant à
des secteurs d’activité spécifiques à appliquer les normes américaines en l’absence de règles
particulières de l’IASC.

Dans ce contexte, qu’en est-il du Maroc ?

Au Maroc, depuis leur introduction, les normes marocaines n’ont pas connu de modifications et à cet
effet, l’organe normalisateur marocain a éventuellement failli à une partie de sa mission qui est d’assurer
une adaptation progressive de la doctrine comptable aux besoins de l’environnement économique et
social. L’environnement actuel correspond sans conteste au processus de mondialisation au niveau
économique, et au niveau comptable, au processus d’harmonisation internationale.

Le Maroc reconnaît le besoin impératif de s’engager dans ce processus d’harmonisation et une réflexion
devrait être menée pour le choix de la démarche à adopter en vue de cette insertion.
S’agit-il d’adopter, purement et simplement, les normes IASC et rendre obligatoire leur application au
niveau du Maroc ? ou bien d’opérer une restructuration des normes marocaines et de les rendre
conformes aux normes internationales ?

La réponse à ces questions peut être déduite de la dernière décision du Conseil National de la
Comptabilité de lancer une étude pour sa réforme dont une partie devra concerner la revue des normes
du CGNC en vue de les mettre en harmonie avec les procédés comptables européens. Partant de ce fait,
si l’on considère que l’objectif tracé au niveau européen est d’utiliser un référentiel unique qui pourrait
être à l’évidence l’IASC, il y a un pas que l’on pourrait aisément franchir pour ce qui est du Maroc.

D’autres voies alternatives mériteraient également d’être explorées, il s’agirait notamment, dans le cadre
de l’obligation prochaine faite aux groupes marocains d’établir des comptes consolidés, d’imaginer la
possibilité d’utiliser dans leur intégralité des référentiels internationalement reconnus en lieu et place des
règles marocaines. Cette optique permettrait d’améliorer l’information financière de la Bourse de

- 84 -
Casablanca et donc de redonner de la crédibilité aux comptes vis-à-vis des investisseurs. Cette optique
serait notamment valable pour les comptes consolidés mais qu’en est-il des comptes individuels ?
Devrait-on choisir un même référentiel ou bien devraient-ils être établis selon un référentiel différent ?
des normes marocaines révisées ? auquel cas on aurait également des comptes, individuels et consolidés,
à double vitesse. La réflexion devrait être poursuivie dans ce sens.

Qu’en est-il alors des retraitements objet de ce mémoire ? Indubitablement, leur utilité ira en
s’estompant à l’avenir. Dans cette perspective de convergence entre les référentiels marocains et l’IASC,
les retraitements ne seront plus nécessaires pour les filiales utilisant ces normes. En revanche, les filiales
des multinationales qui appliquent les normes américaines, auront toujours à retraiter leurs comptes
sociaux pour obtenir les comptes consolidés destinés au groupe. Ces derniers ne devraient pas présenter
des différences profondes en raison la similitude entre les deux référentiels. Ce raisonnement pourra-t-il
tenir dans le futur vu que les normes sont appelées à connaître des développements pour tenir compte
des mutations de l’environnement.

- 85 -
BIBLIOGRAPHIE

Les systèmes comptables français et anglo-saxons


Christine Collecte et Jacques Richard Edition DUNOD

Normes IAS/IFRS Que faut-il faire ? Comment s’y prendre ?


Editions d’Organisations

Normes comptables internationales


Cours de l’INTEC

Normes comptables internationales


Cours de 4ème de l’ISCAE

Comptabilité anglo-saxonne et Internationale


Edition Economica

IASC- Normes comptables internationales

Code générale de la normalisation comptable marocaine

SITES INTERNET
www.iasb.org.uk
www.cob.fr
www.iasplus.com
price waterhousecoopers, publications gratuites à partir du site :
www.pwcglobal.com/corpratereporting

Mémoire de REDOUANE SEBBAR Cycle d’expertise comptble

- 86 -