Vous êtes sur la page 1sur 30

Systèmes automatisés de

production

Introduction
Présentation
Un peu d’histoire.
But de l’automatisation et ces
conséquences.
Structure d’un automatisme.
Spécification d’un automatisme
Historique (1) - Définitions
 Qu’est-ce que l ’automatisation?
Selon les techniciens :
 « L’automatisation consiste à « rendre automatique » les opérations qui
exigeaient auparavant l’intervention humaine » Encyclopédia Universalis
 Une autre définition :
 « L’automatisation est considérée comme l’étape d ’un progrès technique où
apparaissent des dispositifs techniques susceptibles de seconder l’homme,
non seulement dans ses efforts musculaires, mais également dans son travail
intellectuel de surveillance et de contrôle. » Encyclopédia Universalis
Historique (2) - Les
précurseurs

Blaise Pascal (1623 - 1662)


 Automatisation du calcul:
La pascaline
Historique (3) - Les
précurseurs
Afin d’aider son père dans son travail
d’administration fiscal Blaise Pascal invente une
machine à additionner et soustraire.
Pour y arriver il dû utiliser le principe de
représentation des nombres en binaire! C’est la
première fois que l’on applique ce genre de
représentation.
Historique (4) - Les
précurseurs
On doit aussi à Blaise Pascal quelques découvertes
importantes appliquées encore aujourd’hui en génie :
 Pression atmosphérique : Étude sur le vide produit dans
une colonne de mercure.

 Calcul différentiel et intégral : Étude sur les cycloïdes et


les volumes de révolution.
Historique (5) - Les
précurseurs
Charles Babbage (1792 - 1871)
 Programmation des métiers à tisser
Jacquard par carte perforée.
Historique (6) - Les
précurseurs
Les travaux de Babbage sont à l’origines de l’invention de l'ordinateur.
Il inventa le principe de la carte perforée qui sera utilisé au moins jusqu’à la fin de années 1970.
Afin de programmer les métiers à tisser il pensa à un calculateur universel possédant:
Système de gestion Entrées/Sorties
 mémorisation interne
 transfert de données
 organe de commandes
 opérateur arithmétique

Malheureusement la machine n’a jamais été implantée à cause de la technologie rudimentaire de l’époque.
Historique (7) - Les industries
La naissance de la civilisation industrielle commence avec l’invention de
la machine à vapeur (18e siècle).
La plupart des industries sont localisées en Angleterre.
 Usine de transformation du coton.
 Usine de fonte du fer.
Historique (8) - Les industries
Dès 1860, l ’implantation à grande échelle des nouveaux moyens de transport (bateau à vapeur et train) fait explosé le commerce.
En dépit d’une énorme extraction de charbon, cette source ne suffit plus. On voit alors apparaître l’hydro-électricité et le pétrole.
En 1914, avant la première guerre mondiale, les automobiles sont de plus en plus populaires. C’est le début de la production en série.
Historique (9) - Les industries
Henri Ford (1863-1947)
 Début d’une nouvelle forme d’usine.

 Avec Ford, les États-Unis prennent une longueur d’avance


sur les autres pays en ce qui concerne la production en
série.
Historique (10) - Les
industries
Les trois grandes contributions d’Henri Ford:
1) Les cellules de travail: Ce n’est plus les employés qui ce déplacent mais
la voiture qui avance le long de la chaîne de montage.

2) Application du principe de Taylor: Les ouvriers doivent être bien


payés car se sont eux qui seront les plus susceptibles d’acheter les
voitures produites

3) Standardisation des pièces: Toutes les pièces doivent être interchangeable afin de permettre une maintenance et un
assemblage plus facile. Introduction du contrôle de qualité et de la cotation fonctionnelle.
Historique (11) - Les
industries
L’industrie automobile contribue grandement à l’essor de l’automatisation.
Vers 1960 l’industrie automobile a besoin d’un contrôleur reprogrammables pour permettre une plus grande flexibilité des chaînes de production.

C’est la naissance des automates programmables!



Historique (12) - Aujourd’hui
Depuis les années 60 les ordinateurs sont en pleine expansion et sont intégrés à part entière dans tous les processus d’une entreprise.

Avec la lutte féroce qui ce joue les entreprises ne doivent pas seulement optimiser les équipements, mais aussi la façon d’intégrer le marché et la façon de gérer leur entreprise.
Buts de l'automatisation
(1)
Éliminer les tâches répétitives ou sans
intérêt

Simplifier le travail de l'humain


 Toute une séquence d’opération remplacée par
l’appui sur un poussoir

Augmenter la sécurité
 Éviter les catastrophes
Buts de l'automatisation
(2)
Accroître la productivité
 Cadence de production plus élevées
 Pas de fatigue

Économiser les matières premières et


l'énergie
 Production plus efficace

Maintenir la qualité
Conséquence de l'automatisation
Conséquence positive?:
Augmentation du taux de production
 Diminution du coût d’achat des produits
 Uniformité dans les produits manufacturés
 Réduction des accidents de travail

Opérations hasardeuses possibles à grande échelle
 GPA !

Conséquence de l'automatisation
Conséquence négative?:

 Diminution des emplois?


On remarque une diminution de la main d’œuvre par unité produite.

Diminution des emplois pour travailleurs non qualifiés et augmentation des emplois pour les travailleurs qualifiés

 Certains types d’emplois deviennent très monotone et répétitif (ex: inspection et surveillance des machines)
Structure d’un
automatisme
PARTIE
(1)
RELATION
SIG NALISAT IO N

CONSIG NES
INFORMATIONS

ORDRES

INFORMATIONS CAPTEURS
PARTIE PARTIE
COMMANDE OPÉRATIVE
ORDRES ACTIONNEURS
Structure d’un
automatisme(2)
LaAutomates
Partieprogrammables
Commande
Séquenceurs
 (électromécaniques ou pneumatiques)

Microcontrôleurs

Cartes dédiées

...
Structure d’un
automatisme(3) La Partie
Opérative
Moteurs électriques (C.A. ou C.C.)

Vérins pneumatiques ou hydrauliques

Vannes (électriques ou pneumatiques)

Éléments chauffants

...
Structure d’un
automatisme(4)
La Partie Relation
Panneaux de commande
 Voyants, indicateurs
 Poussoirs, sélecteurs

Interfaces Homme-Machine

Alarmes
Structure d’un
automatisme(5)
Ces trois parties comprennent…
Des fonctions ou organes binaires.

Des fonctions de logique combinatoire.

Des fonctions de logique séquentielle.


Structure d’un
automatisme(6)
LaDéfinition:
logique combinatoire
 L'état logique des sorties est fonction de l'état des
entrées

Applications:
 Circuits de sécurité et de verrouillage
 Systèmes séquentiels simples

Méthode de résolution:
 Tables de Karnaugh
Structure d’un
automatisme(7)
La logique
Définition: séquentielle
 L'état logique des sorties est fonction de
l'état des entrées et du passé du
système
Applications:
 Toutes tâches de nature séquentielle

Méthodes de résolution:
 Méthode basée sur la logique
combinatoire
 Méthodes intuitives (géométriques)
 GRAFCET
Spécifications d'un
automatisme (1)
Les tâches de l'automaticien sont:
 de comprendre
 de concevoir

Ses outils sont:


 Le GRAFCET
 Le GEMMA
 Des guides de choix technologiques
Spécifications d'un
automatisme (2) Le cahier des
charges
C’est un contrat entre le client et le fournisseur.

Il définit les clauses:


 Juridiques
 (responsabilités, accidents,...)
 Commerciales
 (Prix, Garanties, …)
 Financières
 Techniques
Spécifications d'un
automatisme (3)
Fonctionnelles:
 Description du comportement de la
partie commande vis-à-vis de la partie
opérative et du monde extérieur.
 On ne préjuge en aucune façon des
technologies qui seront mises en œuvre.

Outil correspondant: Le GRAFCET


Spécifications d'un
automatisme (5) Les
spécifications techniques
Opérationnelles:
 Se rapportent au fonctionnement de
l’automatisme au cours de
l’exploitation.

Outil correspondant: Le GEMMA


Spécifications d'un
automatisme (6) Le GEMMA
Guide d'Étude des Modes de Marches et d'Arrêts

Représentation graphique des divers états de


fonctionnement, d'arrêt et de défaillance d'un
automatisme.

Spécifications opérationnelles:
 Fiabilité, Disponibilité, Maintenance
 Dialogue homme-machine