Vous êtes sur la page 1sur 21

Stage de Première année ­ Rapport 

Antoine NION – Imprimerie F.MICHOT – IUT Tarbes – Mars 2006
page 1/21
Stage de Première année ­ Rapport 

Table des matières
Synthèse..................................................................................................................................................1
Introduction.............................................................................................................................................2
1.L'Imprimerie F.MICHOT.....................................................................................................................3
1.Son histoire...................................................................................................................3
2.Le marché actuel..........................................................................................................4
3.Son Activité..................................................................................................................5
 4.Son équipement...........................................................................................................6
5.Organisation, communication interne..........................................................................6
5. Communication externe..............................................................................................8
2.Mon intégration....................................................................................................................................8
1. Conception PAO..........................................................................................................8
2.flashage.........................................................................................................................9
3.  impression.................................................................................................................10
4. façonnage...................................................................................................................11
3)Mon projet..........................................................................................................................................11
4.Mon projet Professionnel....................................................................................................................13
Conclusion.............................................................................................................................................14
Annexes.................................................................................................................................................14

Antoine NION – Imprimerie F.MICHOT – IUT Tarbes – Mars 2006
page 2/21
Stage de Première année ­ Rapport 

Synthèse

NION Antoine Imprimerie F.MICHOT
Etudiant en 1ère année DUT Serecom 1 avenue De Lattre de Tassigny
Année Scolaire 2005­2006 17500 JONZAC

Objectifs de stage

● Découvrir   le   fonctionnement   d'une   imprimerie,   les   différentes   compétences   de   la   chaîne 


graphique: Conception PAO, flashage, impression, façonnage
● Comprendre les exigences clients et voir la palette des équipements disponibles
● Apprendre le vocabulaire du métier

Tuteur IUT Tuteur entreprise

Mme FISCHER Marie­Catherine Mme CHAUBENIT Christelle
Enseignante Gérante

Activités de l'entreprise

Conception PAO, Impression Offset et Typographie

Observations

Ce stage m'a offert une première véritable confrontation avec le milieu professionnel, une prise de 
contact avec le monde de l'entreprise et les impératifs professionnels. J'ai ainsi pu découvrir un 
milieu qui m'était auparavant très obscur et qui finalement m'a vraiment plu, dans la variété des 
fonctions qui m'ont été attribué. La disponibilité du personnel m'a aussi permis de me sentir à l'aise, 
et encadré dans toutes les tâches à accomplir.

Antoine NION – Imprimerie F.MICHOT – IUT Tarbes – Mars 2006
page 3/21
Stage de Première année ­ Rapport 

Introduction

L' IUT de Tarbes, dans le cadre de la formation au DUT Services et Réseaux de


Communication nous propose, étudiants en première année, un stage
« d'observation en entreprise » principalement destiné à confronter l'étudiant à la
vie professionnelle à laquelle il se prépare, ceci de façon à anticiper efficacement ce
qui constituera le véritable départ de notre carrière professionnelle.
Au delà de l'intégration professionnelle, l'occupation d'un poste de
travail,ainsi que le repérage , l'analyse des systèmes d'information et de
communication interne et externe en sont également des objectifs pré-établis.
Nous faisons donc une irruption dynamique dans la vie active tout en y observant
les particularités et caractéristiques qui nous aideront sans doute au cours de nos
premières expériences et se révéleront culturellement intéressantes, débouchant
naturellement vers une réflexion enrichissante.
J'ai donc entrepris de profiter de cette chance qui m'étais offerte et d'intégrer
une entreprise de petite taille, dans l'objectif de pouvoir découvrir toutes les
facettes du milieu plus facilement, dans une imprimerie à renommée régionale. J'ai
choisi le domaine de l'imprimerie après discussion avec différentes personnes, qui
m'ont orienté dans cette direction, estimant que l'imprimerie était un début
inéluctable pour comprendre l'application des nouvelles technologies à un support
que l'on côtoit tous les jours et ce depuis des générations: le papier. De plus,
l'imprimerie était un domaine qui m'était totalement inconnu jusqu'alors. Toutes
ces raisons ne m'ont pas laissé insensible, et j'ai donc sans hésiter choisi ce
domaine, même si ce n'est pas forcément l'alternative dans laquelle je choisirai de
me destiner à l'avenir.

Dans un premier temps, je tenterai de faire une présentation exhaustive de


l'entreprise, ses activités, puis je parlerai de mon expérience durant ces trois
semaines. Pour finir, j'expliquerai ce que m'a apporté ce stage en rapport au DUT.

Antoine NION – Imprimerie F.MICHOT – IUT Tarbes – Mars 2006
page 4/21
Stage de Première année ­ Rapport 

1.L'Imprimerie F.MICHOT

1.Son histoire

Née en 1977, l'imprimerie Michot est aujourd'hui une


entreprise bien implantée à Jonzac. Francis Michot, s'installe
cette année là Rue des Pierrières, et se lance dans l'imprimerie
à travers la typographie. Il commence seul et crée l'entreprise
sous le statut d'entreprise individuelle.
En juillet 1994, Mr. Michot, après un déménagement
pour agrandissement des locaux, décide de se lancer dans
l'impression offset, en pleine expansion à l'époque.
L'entreprise change alors de statut et devient une Société à
Responsabilité Limitée. Aujourd'hui, l'imprimerie comprend 7
employés. C'est une TPE plus ou moins familiale, avec
aujourd'hui 4 personnes qui y travaillent et le fondateur, à la retraite depuis peu,
qui ne peut en démordre.

2.Le marché actuel

Aujourd'hui, pour satisfaire le marché, l'impression offset est inévitable. Aux


prémices de l'imprimerie, la typographie est de moins en moins présente sur le
marché. Cependant, certaines entreprises se spécialisent encore en typographie, ne
faisant que ça, mais leur survie paraît difficile. Devenue obsolète de par la pression
concurrentielle exercée par l'impression offset, elle possède aujourd'hui comme
unique atout la possibilité d'obtenir des caractères (appelés casses) particuliers,
encore absents en offset. En d'autres termes, la typographie est un art, et peut être
conçue comme représentative d'une époque révolue. Mais cet atout est de plus en
plus dénié par l'innovation grandissante dans le domaine de l'offset et de
l'informatique en particulier, qui permet jours après jours de l'imiter un peu plus.
Le procédé offset est actuellement le procédé majeur d'impression. Son
succès est dû à sa flexibilité et sa capacité d'adaptation à une large variété de
produits. L'offset permet de couvrir une gamme de tirages relativement large. En
effet, il est rentable jusqu'à quelques centaines de milliers d'exemplaires. Au-delà
on lui préférera généralement un autre procédé: l' Héliogravure.
De plus, l'impression offset fournit des produits de qualité, à un coût
relativement faible. L'impression peut ainsi être réalisée relativement facilement sur
différents supports (cartons, étiquettes, ...). On peut ainsi y créer des documents de

Antoine NION – Imprimerie F.MICHOT – IUT Tarbes – Mars 2006
page 5/21
Stage de Première année ­ Rapport 

tous genres, publicités, livres, catalogues, ou autres...


De nos jours et à l'avènement de l' ère numérique, on voit par ailleurs se
démocratiser un nouveau procédé: l'impression numérique. Celui-ci vise à
supprimer la phase de fabrication de plaques offset, pour graver directement sur
une plaque de la machine. Ainsi gain de temps, et de qualité. Mais ce procédé reste
pour l'instant inefficace sur de gros tirages, et paraît donc exploitable uniquement
pour des petits tirages (moins de 1000 exemplaires).
Dans la région d'implantation de l'imprimerie Michot, en Charente-Maritime,
et plus particulièrement dans le sud du département, l'entreprise bénéficie d'un
climat concurrentiel très faible. En effet, la première imprimerie concurrente étant
située à 20km, elle est en situation de monopole sur la ville de Jonzac. Mais ceci ne
fut pas toujours le cas, avec trois ou quatre imprimeurs présents par le passé.
Dans ce contexte, le besoin d'un responsable commercial ne s'est jamais fait
ressentir et l'entreprise possède une clientèle riche et variée, allant de l'habitué à
l'occasionnel, acquise uniquement par notoriété sur la région, voire au-delà.
Cependant, le développement de la technologie des imprimantes chez les
particuliers, voire même au sein des entreprises, a entraîné une évolution des
besoins. Le constat chez les imprimeurs (du moins de cette taille là) se fait ressentir
à travers une évolution de la demande. En effet, chacun peut aujourd'hui imprimer
avec une imprimante bon marché et ainsi réaliser des supports divers sans passer
par un imprimeur. Ceux-ci travaillent donc davantage avec des professionnels à la
recherche de qualité ou de produits spécifiques. Sur ce point, l'imprimerie
d'aujourd'hui tend à se différencier de l'imprimerie d'hier. Nous assistons au
passage d'un modèle BtoC (Business to Consumer) à un modèle BtoB (Business to
Business)
L'imprimerie Michot réalise un Chiffre d' Affaire annuel de 300 000 € par an.

3.Son Activité

L'imprimerie Michot suit une stratégie client basée sur l'ouverture: elle ne
souhaite pas se spécialiser mais conserver une ouverture de création à la demande
des clients. En effet, se spécialiser pour mieux satisfaire une tâche induit de se
rendre dépendant d'un marché, d'un client. Ceci comprend de nombreux risques en
cas de perte du client, c'est pourquoi il vaut mieux travailler selon la demande,
s'adapter au marché et ne pas travailler en partenariat avec un client unique, c'est
du moins la politique de l'entreprise. De plus, le cadre monopolistique de
l'entreprise sur la ville permet d'assurer un marché potentiel important.
L'entreprise s'ouvre sur un éventail de création important: de la simple affiche

Antoine NION – Imprimerie F.MICHOT – IUT Tarbes – Mars 2006
page 6/21
Stage de Première année ­ Rapport 

publicitaire mono-couleur à des livres d'auteurs. Ainsi, chaque année, elle crée
affiches, prospectus, étiquettes, enveloppes personnalisées, cartons d'invitation,
cartes de visite, catalogues, chemise promotionnelle,...
L'imprimerie Michot possède évidemment avant tout une clientèle locale,
mais aussi quelques clients internationaux importants, comme la société « Zodiac
International », ou la « Fédération Française de Nautisme » . Les clients locaux sont
eux divers: associations sportives locales, musicales, ou autres. Mais il faut
admettre qu'une importante part de la production est liée aux artisans du vin, du
pineau, et de la tonnellerie, richesses de la région.
Sur le point technique du travail, Michot SARL est une TPE(Très Petite
Entreprise) autonome dans son travail, elle possède donc une cellule de création
PAO (Publication Assistée par Ordinateur) et peut réaliser un projet dans son
intégralité,de la relation clients, l'avant-vente, à la mise en production. Il lui arrive
cependant, de sous-traiter aussi certaines tâches lorsque la demande du client est
trop importante et ne peut être assumée pleinement en interne (périodes de sur-
production), ou bien si la sous-traitance s'avère moins coûteuse et plus rapide
(simple stratégie d'entreprise).

4.Son équipement

Tout d'abord, l'équipement informatique est intégralement constitué


d'ordinateurs personnels Macintosh. Deux sont consacrés pour la conception PAO
et un pour l'administration. Bien évidemment, ce choix n'est pas anodin. Mr
Chaubenit, Infographiste de formation, est comme bon nombre de ses confrères
habitué à travailler sur Mac. En dépit de nombreux progrès dans le domaine du
graphisme sur PC, la majorité d'entre eux estiment que les technologies Macintosh
sont encore de ce qui se fait de mieux en ergonomie et pratique de travail pour la
PAO.
Le support logiciel utilisé est la suite logicielle d' Adobe, nommée Adobe
Créative Suite CS2, comprenant Illustrator, Photoshop, etc...
En ce qui concerne l'équipement de production, il est composé d'une
Heidelberg GTO 2 couleurs et d'une Heidelberg GTO 1 couleur pour l'impression
offset. Il y a aussi de nombreuses machines typo, mais qui servent peu et de moins
en moins au fil du temps, à l'exception d'un ancien modèle de qualité, réputé pour
sa qualité de coupe, devenu massicot. Deux massicots sont présent, mais seul un
sert beaucoup, l'autre étant un modèle plus ancien. Pour le coté façonnage, il y a
une plieuse, une machine pour faire des trous, une agrapheuse, etc...

Antoine NION – Imprimerie F.MICHOT – IUT Tarbes – Mars 2006
page 7/21
Stage de Première année ­ Rapport 

5.Organisation, communication interne

Le schéma organisationnel est relativement standard à ce type d'entreprise.


C'est une entreprise familiale, donc il n'y a pas de hiérarchie proprement dite.
Cependant, Mme Chaubenit, devenue gérante de l'imprimerie, s'assure du bon
fonctionnement de celle-ci, sous la houlette de son père Mr Michot, qui bien que
jeune retraité, n'a pas pu se défaire de l'amour du métier.
Entreprise de 7 personnes, composée de deux infographistes, une gérante, trois
ouvriers(offsetiste, typographe et façonneur), et Mr Michot, la communication s'y
fait naturellement. Ainsi, les rapports entre les différents membres y sont plus
chaleureux, d'autant plus que la majeure partie du personnel travaille ici depuis
longtemps. De plus, l'atelier est situé sous le même toit que l'accueil et la cellule
PAO. Il suffit de quelques pas pour faire état d'un problème de concordance entre
deux agents. L'entreprise n'a donc as recours, du moins dans le cadre interne, aux
nouvelles technologies de l'information pour communiquer.
Le suivi d'un projet n'en reste cependant pas moins complet. Chacun entraîne
la mise en place d'un bon de commande, mentionnant les informations nécessaires
au processus de création (format, type de papier, couleurs d'encres, délai, client,
prix), ainsi que la maquette version imprimée du résultat obtenu, la transparence
tout au long du projet est donc saine.
L'équipe administrative, composée de Mme Chaubenit et Mr Michot, réalisent
comme beaucoup d'entreprises actuelles, notamment les grandes firmes, un double
archivage des données clients (année de commande, quantité, délai, maquette,
etc...) , sur deux supports différents: papier et informatique. Ce système est bien
évidemment beaucoup plus sûr en cas de dysfonctionnement sur l'un des deux
canaux.

Antoine NION – Imprimerie F.MICHOT – IUT Tarbes – Mars 2006
page 8/21
Stage de Première année ­ Rapport 

5. Communication externe

L'entreprise communique dans le cadre de ses activités avec de nombreux


intervenants externes tels que ses fournisseurs, ses clients,... Il est donc nécessaire
de donner à l'entreprise toutes les chances de réussir en créant un système de
communication externe à la mesure de ces besoins. Sur ce terrain là, Internet se
révèle indispensable pour permettre d'échanger notamment avec les clients. En
effet, le fait de travailler avec de grandes entreprises sur Paris induit l'échange par
internet de maquettes, images, ou autres outils indispensables à la création. Malgré
le développement des Technologies de l'information, il est vrai que la majorité des
clients étant locaux, le dialogue reste le moyen le plus utilisé, sans doute le plus
efficace pour arriver complètement à ses fins et tomber d'accord sur des points
divergents, hormis certains cas ou il s'avère plus facile d'échanger à distance.
La tarification est aussi très objective, et ne peut être appréhendée de
manière préconçue. En effet, beaucoup de paramètres rentrent en compte,
notamment des critères liés à l'entreprise, et il paraît plus évident en rencontrant le
client de s'en rendre compte.
Une nuisance pour l'entreprise d'être située dans une ville de petite taille,
avec le statut de seule imprimerie, car le ravitaillement y est moins évident et il faut

Antoine NION – Imprimerie F.MICHOT – IUT Tarbes – Mars 2006
page 9/21
Stage de Première année ­ Rapport 

prévoir à l'avance les besoins, car les fournisseurs ne se déplacent pas forcément
tous les jours.

2.Mon intégration

1. Conception PAO

Affecté à aucun poste particulier au sein


de l'entreprise, j'avais pour objectif de
découvrir toutes les étapes qui composent la
réalisation d'un produit sur support papier.
Ainsi, à raison de deux ordinateurs disponibles
pour la création et une personne employée à
mi-temps, je pouvais donc profiter de celui-ci
trois jours par semaine, sachant que le second
était occupé à plein-temps.
La publication assistée par ordinateur
(PAO) comprend l’ensemble des procédés
informatiques (micro-ordinateur, logiciels,
périphériques d’acquisition, d’écriture...) permettant de fabriquer des documents
destinés à l'impression. C'est une étape fondamentale, mais d'autant plus qu'elle
influe directement sur les étapes en aval. Il faut impérativement prévoir toutes les
étapes suivantes, des couleurs choisies aux traits de pliage, et ceux de manière très
rigoureuse. Un millimètre de décalage peut engendrer des problèmes pour la suite
et donc obliger à refaire la maquette. Pour éviter ce genre de soucis, il faut tout
anticiper et fonctionner à l'aide de repères de travail. Le logiciel utilisé ici est en
majorité Adobe Illustrator CS2 version Mac. La deuxième qualité requise est bien
évidemment la créativité.
Mr Chaubenit, chargé de la PAO, m'a dans un premier temps assigné à la
réalisation d' exercices pour évaluer mon niveau global de maîtrise logiciel. Ensuite,
il m'a chargé de divers projets, notamment un logo ( voir annexe 2). J'ai aussi testé
un logiciel d''animation 3D, uniquement dans l'optique de donner de la profondeur
aux images. Essai peu concluant, mais enrichissant tout de même.
Le gros morceau en PAO de mon stage fût la création toutes pièces de la
maquette pour l'association « créacoeur » (voir annexe 1). Ce fût une expérience
riche, car j'ai pu prendre conscience que les exigences clients ne sont pas
forcement évidentes à prendre en compte tout au long de la réalisation de la
maquette.

Antoine NION – Imprimerie F.MICHOT – IUT Tarbes – Mars 2006
page 10/21
Stage de Première année ­ Rapport 

2.flashage

Une fois la maquette réalisée, intervient le flashage. Il


consiste à créer un film séparé pour chaque couleur primaire de
la maquette (Cyan, Magenta, Jaune, Noir). L'impression finale
n'est en fait que la superposition d'impressions des différentes
couleurs. Le flashage est une étape intermédiaire entre la PAO et
l'impression. Il se fait à partir d'une flasheuse (sorte
d'imprimante laser à très haute résolution: 1 200 dpi, 2 400
dpi..).
De nos jours, il existe un système appelé CTP (Computer-To-
Plate) en pleine expansion qui consiste à insoler directement la
plaque offset qui sera montée sur le cylindre porte plaque de la
presse.
Cependant, dans cette entreprise, le système utilisé est encore le CTF
(Computer-To-Film) ou flasheuse films. Elle insole un film photosensible.
Ce n'est qu'avec le séchage par rayonnement ultra-violet (UV), en superposant une
plaque offset et le film, exposés aux rayonnements UV, que l'on obtient la plaque
gravée qui peut enfin être montée sur le porte plaque de la presse. J'ai souvent
réalisé cette tâche, ainsi que les montages de films qui consistent à bien centrer les
quatre films de couleurs sur des supports (pour la quadri) de manière à ce que les
couleurs soient superposées une fois le passage des quatre plaques dans la presse,
pour le produit final.

Antoine NION – Imprimerie F.MICHOT – IUT Tarbes – Mars 2006
page 11/21
Stage de Première année ­ Rapport 

3.  impression

L'imprimeur monte alors les plaques sur une presse offset feuille ou une
rotative, c'est l'étape du calage. Ensuite vient
l'encrage de la presse, c'est-à-dire que
l'imprimeur laisse l'encre se répartir sur les
rouleaux et vérifie que les couleurs sont
imprimées correctement à l'aide d'une gamme de
contrôle positionnée en bas de l'imprimé.
L'ensemble des feuilles tirées pendant le réglage de
l'encrage est appelé la « passe » . Il faut environ
1000 feuilles pour atteindre le meilleur encrage.
Ensuite l'imprimeur poursuit l'impression, en
mettant de côté la passe pour les couleurs suivantes: le tirage est lancé. Le travail
est désormais de la surveillance et du contrôle.

4. façonnage
Une fois les tirages réalisés, interviennent les dernières étapes avant la
livraison du produit, appelées façonnage. Cela consiste à réaliser toutes les tâches
de finition du produit. L'intégralité du façonnage à l'imprimerie Michot est réalisé à
la main. Seul dans le cas de très grands tirages (20 000 exemplaires minimum),
l'entreprise fait sous-traiter pour gagner du temps.
Le façonnage comprend:
– Le massicotage qui consiste à couper les feuilles en vue de leur
passage en plieuse ou au format définitif pour livraison.
– Le pliage qui se réalise avec une plieuse. Elle a pour but de plier la
feuille imprimée.
– Le triage: le but est de mettre plusieurs feuilles différentes ensemble
(liasses, livres, catalogues,...)
– reliure: L'objectif est de fixer les feuilles entre elles.
– Emballage: mise en paquet, mise en carton, etc...

Antoine NION – Imprimerie F.MICHOT – IUT Tarbes – Mars 2006
page 12/21
Stage de Première année ­ Rapport 

3)Mon projet

Après une première semaine de participation à des tâches diverses, Mr


Chaubenit m'a donc proposé de prendre en main un projet de prospectus destiné à
faire vendre des produits artisanaux chez les commerçants. Le client, qui avait
réalisé une maquette sous word le satisfaisant, mais inexploitable et de qualité plus
que contestable fût difficile à convaincre d'en refaire une plus appropriée . C'est
ainsi que j'acceptai de réaliser une maquette à ce projet qui me paraissait
intéressant, l'objectif étant de suivre sa réalisation jusqu'au produit fini prêt à livrer.
Au final, deux maquettes seraient proposées au client, dont la mienne.
Je dois avouer que trouver de l'imagination ne fût pas chose facile. Dans ce
projet, le client fournissait les textes, des images en vrac et un logo (dont on devait
pas modifier, selon les exigences client malgré des améliorations plus que
possibles). Je commençai à réaliser ma maquette durant une après-midi. Le
lendemain matin, nous recevions un mail de la cliente exigeant un prospectus à
dominante rouge-orangée, ce qui obligea à reprendre la maquette, pour satisfaire
la volonté de la cliente. Puis, une fois ma maquette terminée ainsi que celle de la
collègue, elles furent supervisées par Mme Chaubenit, qui corrige d'éventuelles
erreurs, et donne un avis extérieur sur la maquette. Dans la foulée, un rendez-vous
avec le client fût pris pour décider de laquelle choisir. Nous étions vendredi et la
cliente avait commandé ses prospectus pour le jeudi suivant, voilà pourquoi sans
être en retard, il ne fallait pas traîner.
Le rendez-vous avec la cliente, comme toujours lors d'un choix avec
plusieurs maquettes, tourna aux atouts et aux défauts de chacune. Finalement, la
cliente opta pour un mixte des deux, préférant l'intérieur de ma maquette, mais
l'extérieur de l'autre, ainsi qu'y apporter quelques modifications. Après près d'une
heure de discussion, rendez-vous fût pris le lundi matin, pour donner le feu vert
sur la maquette définitive. C'est donc à moi que revînt la tâche de concevoir la
maquette définitive à partir des deux existantes.
Le lundi matin, la cliente vînt accepter la maquette, après deux ou trois
petites modifications. Ainsi, le reste de la chaîne pouvait débuter.
A partir de cet instant, il fallut s'intéresser à la mise en page pour optimiser
l'espace, et les tirages à la presse. En effet, mettre deux prospectus sur une plaque
permet de diminuer par deux les tirages, donc gains de temps, etc. C'est
maintenant une histoire de précision, et c'est à ce moment là qu'on constate
l'importance d'avoir travaillé avec des repères. Il faut aussi gérer les fonds perdus
(marges), les marques de coupes, les traits de pliage, la surimpression du noir.
Tous ces détails peuvent paraître anodin, mais c'est au final ce qui va faciliter la
tâche de l'offsettiste pour obtenir une meilleure qualité. La surimpression du noir
permet par exemple d'éviter qu'avec un léger décalage, apparaisse une trace
blanche à l'endroit où le noir devait figurer. Une fois ces vérifications réalisées, le
lancement de la production peut être réalisé. Le flashage et la conception des
plaques offset. J'ai ainsi réalisé toutes les tâches jusqu'à la fin, hormis la conduite
de la machine offset, qui demande trop de précision. Mais j'en ai néanmoins les

Antoine NION – Imprimerie F.MICHOT – IUT Tarbes – Mars 2006
page 13/21
Stage de Première année ­ Rapport 

manipulations, qui demande une attention de tous les instants pour ne pas laisser
paraître de défauts trop visibles. Ensuite, les étapes de façonnage sont des tâches
répétitives, où par exemple pour le pliage, il faut suivre la cadence de la plieuse.
Pour finir, il y a l'emballage qui s'avère n'être plus qu'une formalité avant la livraison
du produit.

4.Mon projet Professionnel

Ce stage, qui m'a tout particulièrement intéressé, m'a permis d'apprendre à


réaliser un projet sur support papier dans son ensemble à travers toute la chaîne de
production (PAO, flashage, impression, façonnage). Au delà de cet aspect
technique, ce stage m'a ouvert sur les obligations d'une entreprise vis-à-vis de la
clientèle, mais aussi sur la partie gestion administrative d'une entreprise.
Les compétences techniques, notamment dans le domaine de la conception
PAO, que j'ai pu découvrir et acquérir à travers ce stage, viennent en supplément
aux compétences enseignées à travers le DUT et je pense, vont m'apporter une
vision différente dans ce domaine, qui n'était pas une discipline dont j'excellais. Les
obligations liées à l'impression sur support papier, et les contraintes pour favoriser
la suite de la chaîne de production en sont des critères qui me sont aujourd'hui plus
facile à appréhender. C'est un supplément dans un domaine, qui m'a passionné
grâce à la possibilité de pouvoir se rendre compte du produit fini, de part le fait que
c'est la réalisation d'un bien concret. De plus, ce stage m'a aussi permis d'aborder
la création graphique différemment, et de me débrider dans mes réalisations, en
repoussant les frontières du pré-établis et de la norme.
La gestion de projet était aussi présente. Dans la situation de cette
entreprise, le fait d'avoir peu d'acteurs, mais bien coordonnés ceux-ci entre eux
permet une bonne organisation dans le travail, et simplifie la tâche. Cela permet
donc de ne pas consacrer une part importante du travail à cette tâche. Pour ce qui
rapporte au cours dispensé en SRC, le fait d'évoluer dans un domaine plus concret
que celui du multimédia, a fait que les méthodes de travail ne sont pas les mêmes,
et les projets sont réalisés à partir de maquettes, servant de modèles fiables (pas de
cahier des charges ou autres). L'imprimerie Michot n'ayant pas de Responsable
commercial, l'aspect marketing n'est pas exploité, ou peu dans cette entreprise.
Ce stage est donc une expérience fort enrichissante qui m'a plu, et le
domaine de la PAO, bien que pas forcément mon domaine de prédilection avant,
n'est aujourd'hui pas à rejeter dans l'avenir, car j'ai trouvé beaucoup d'intérêts et de
plaisir à travers ce stage , que je n'éprouvais pas vraiment auparavant dans ce
domaine.

Antoine NION – Imprimerie F.MICHOT – IUT Tarbes – Mars 2006
page 14/21
Stage de Première année ­ Rapport 

Conclusion

Au lendemain de ce stage enrichissant d'un domaine qui m'était inconnu ce


jour, il est difficile d'appréhender ce que m'a apporté celui-ci. Il m'a d'abord permis
d'être sujet à des obligations professionnelles et d'intégrer facilement cette
entreprise ouverte et conviviale. J'ai également pu identifier plus précisément les
carrières et les caractéristiques liées au milieu de l'imprimerie. Bien que je pense
me diriger de façon plus pointue vers le développement, ce stage m'a permis de
développer mon esprit créatif et m'apporter des notions supplémentaires et
professionnelles du milieu de la création PAO. Ceci ne pouvant être que bénéfique
quand on sait que de nos jours, la polyvalence est dans le secteur des technologies,
sinon une nécessité, un atout certain et la culture informatique ne doit pas être
restreinte à ces compétences pures.
Je pense ainsi avoir intégré une entreprise efficace, et je remercie ses
membres pour l'accueil qui a pu m'être réservé. Ce mois aura également été pour
moi le support d'une réflexion autour de la communication au sein de l'entreprise et
d'une certaine prise de conscience de mon avenir proche, ce que je dois en
attendre, ce qu'il me faudra faire pour être à la hauteur des attentes du milieu, ce
qu'il resterait à faire évoluer pour rendre le concept plus efficace encore...
Mais le savoir-faire et l'expérience de personnel qualifié est l'outil idéal d'une
formation réussie, et parallèlement à une formation, il me paraît nécessaire de
côtoyer le milieu professionnel afin de ne pas perdre de vue la réalité, celle qui
composera notre avenir...

Antoine NION – Imprimerie F.MICHOT – IUT Tarbes – Mars 2006
page 15/21
Stage de Première année ­ Rapport 

Annexes

Dans cet annexe, je joins trois documents:


– Le prospectus qui a fait l'objet de mon projet principal à travers ce
stage, dont j'ai suivi l'intégralité du processus de création.
– Un logo réalisé pour une collectivité local, dans le cadre d'un projet
de promotion de celle-ci
– Un schéma récapitulatif du cycle classique de création d'un produit
réalisé en imprimerie, présentant les différentes étapes.

Antoine NION – Imprimerie F.MICHOT – IUT Tarbes – Mars 2006
page 16/21
Stage de Première année ­ Rapport 

Annexe 1:  Projet Créacoeur

Antoine NION – Imprimerie F.MICHOT – IUT Tarbes – Mars 2006
page 17/21
Stage de Première année ­ Rapport 

Antoine NION – Imprimerie F.MICHOT – IUT Tarbes – Mars 2006
page 18/21
Stage de Première année ­ Rapport 

Annexe 2:Logo pour le « Club Aquatique de Haute­Saintonge »

Antoine NION – Imprimerie F.MICHOT – IUT Tarbes – Mars 2006
page 19/21
Stage de Première année ­ Rapport 

Annexe 3: Schéma récapitulatif du cycle de création d'un projet

Antoine NION – Imprimerie F.MICHOT – IUT Tarbes – Mars 2006
page 20/21
Stage de Première année ­ Rapport 

Antoine NION – Imprimerie F.MICHOT – IUT Tarbes – Mars 2006
page 21/21