Vous êtes sur la page 1sur 75

Lycée technique Mohamed V

Centre des classes préparatoires M.P.S.I


Béni Mellal

COURS DE PHYSIQUE

MPSI

ÉLECTROCINÉTIQUE

EL FILALI SAID
ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

CPGE/Béni Mellal Page -2/73- -SAID EL FILALI-


Table des matières

1 LOIS GÉNÉRALES DANS LE CADRE DE L’APPROXIMATION DES RÉGIMES QUASI-


PERMANENTS 5
1.1 INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.2 Courant électrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.2.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.2.2 Bilan de charges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.2.3 Loi des nœuds . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.3 Tension électrique, loi des mailles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.4 La puissance électromagnétique reçue par un dipôle . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.5 Caractère générateur et récepteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

2 ÉLÉMENTS DE CIRCUITS LINÉAIRES EN RÉGIME CONTINU OU QUASI-PERMANENT 9


2.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
2.2 Modélisation de dipoles passifs linéaires R, C et L . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
2.2.1 Le conducteur ohmique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
2.2.1.1 Modélisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
2.2.1.2 Association des conducteurs ohmiques . . . . . . . . . . . . . . 10
2.2.1.3 Effet Joule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
2.2.2 Le condensateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.2.2.1 Modélisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.2.2.2 Association des condensateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.2.2.3 Aspect énergétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.2.3 La bobine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.2.3.1 Modélisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.2.3.2 Aspect énergétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
2.3 Diviseurs de tension et de courant. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.3.1 Diviseurs de courant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.3.2 Diviseurs de tension . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.4 Modélisations linéaires d’un dipôle actif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
2.4.1 Générateur de courant (représentation de N ORTON) . . . . . . . . . . . . 14
2.4.2 Générateur de tension (représentation de T HEVENIN) . . . . . . . . . . . 15
2.4.3 Équivalence entre les deux modélisations . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15

3 THÉORÈMES DE BASES ET MODÉLISATIONS DES RÉSEAUX LINÉAIRES 17


3.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
3.2 Théorème de Millman . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17

3
TABLE DES MATIÈRES ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

3.3 Théorème de superposition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18


3.4 Théorème Thevenin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
3.5 Théorème de Norton : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20

4 Régime transitoire 23
4.1 Cas du circuit (R-C) : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
4.1.1 Charge du condensateur (régime forcé) : . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
4.1.1.1 L’équation différentielle : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
4.1.1.2 Détermination expérimentale de la constante de temps τ : . . . . 24
4.1.1.2.1 La pente à l’origine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
4.1.1.2.2 la valeur de u(τ ) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
4.1.1.2.3 Temps de montée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
4.1.1.3 Le portrait de phase : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
4.1.1.3.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
4.1.1.3.2 Représentation dans le plan de phase . . . . . . . . . . 26
4.1.1.4 Aspect énergétique : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
4.1.2 Décharge du condensateur (régime libre) : . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
4.1.2.1 Équation différentielle et solution : . . . . . . . . . . . . . . . . 27
4.1.2.2 L’équation de la trajectoire de phase : . . . . . . . . . . . . . . 28
4.2 Cas du circuit (R-L) : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
4.2.1 Régime forcé : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
4.2.1.1 L’équation différentielle et solution . . . . . . . . . . . . . . . . 29
4.2.1.2 Portrait de phase . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
4.2.1.3 Aspect énergétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
4.2.2 Régime libre : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
4.3 Circuit (RLC) série : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
4.3.1 Régime libre : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
4.3.1.1 Régime apériodique ∆′ > 0 : . . . . . . . . . . . . . . . . 31
4.3.1.2 Régime critique ∆′ = 0 : . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
4.3.1.3 Régime pseudopériodique ∆′ < 0 : . . . . . . . . . . . . . 33
4.3.2 Régime forcé : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

5 Régime alternatif sinusoidal 39


5.1 Amplitude complexe ,Impedance et admittance complexes . . . . . . . . . . . . . . 39
5.1.1 Amplitude complexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
5.1.2 Impedance complexe et admittance complexe : . . . . . . . . . . . . . . . 40
5.1.2.1 Définitions : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
5.1.2.2 Applications : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
5.1.2.2.1 Impedance d’un resistor . . . . . . . . . . . . . . . . 41
5.1.2.2.2 Impedance d’une bobine idéale . . . . . . . . . . . . 41
5.1.2.2.3 Impedance d’un condensateur . . . . . . . . . . . . 42
5.2 Étude du circuit RLC série en régime sinusoidal forcé . . . . . . . . . . . . . . . . 42
5.2.1 Régime transitoire et régime permanent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
5.2.2 Étude de l’impedance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
5.2.3 Résonance en tension aux bornes du condensateur (Charge) . . . . . . . . 44
5.2.3.1 Équation différentielle et solution . . . . . . . . . . . . . . . . . 44

CPGE/Béni Mellal Page -4/73- -SAID EL FILALI-


TABLE DES MATIÈRES ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

5.2.3.2 Étude de l’amplitude Uc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45


5.2.3.3 La bande passante à -3dB pour la charge . . . . . . . . . . . . . 46
5.2.3.4 Étude du déphasage φ = ϕc − ϕe . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
5.2.4 Résonance en intensité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
5.2.4.1 Étude de l’amplitude Im . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
5.2.4.2 La bande passante à -3dB . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
5.2.4.3 Étude du déphasage ϕ = ϕi − ϕe . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
5.3 La puissance : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
5.3.1 Facteur de puissance : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
5.3.2 Adaptation d’impedance : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52

6 Diagramme de BODE des filtres du premier et second ordre 55


6.1 Fonction de transfert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
6.1.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
6.1.2 Exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
6.1.3 Lien entre la fonction de transfert et l’équation différentielle . . . . . . . . 56
6.1.4 Diagrammes de BODE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
6.2 Filtrage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
6.2.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
6.2.2 Principaux types de filtres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
6.3 Filtres du premier ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
6.3.1 Filtre passe-bas du premier ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
6.3.1.1 L’étude d’un exemple : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
6.3.1.2 Diagramme de Bode pour le gain : . . . . . . . . . . . . . . . . 59
6.3.1.3 Diagramme de Bode pour la phase : . . . . . . . . . . . . . . . 59
6.3.2 Filtre passe-haut du premier ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
6.3.2.1 L’étude d’un exemple : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
6.3.2.2 Diagramme de Bode pour le gain : . . . . . . . . . . . . . . . . 60
6.3.2.3 Diagramme de Bode pour la phase : . . . . . . . . . . . . . . . 61
6.4 Filtres du deuxième ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
6.4.1 Filtre passe-bas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
6.4.1.1 L’étude d’un exemple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
6.4.1.2 Diagramme de Bode pour le gain . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
6.4.1.3 Diagramme de Bode pour la phase . . . . . . . . . . . . . . . . 64
6.4.2 Filtre passe-haut . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
6.4.2.1 L’étude d’un exemple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
6.4.2.2 Diagramme de Bode pour le gain . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
6.4.2.3 Diagramme de Bode pour la phase . . . . . . . . . . . . . . . . 66
6.4.3 Filtre passe-bande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
6.4.3.1 L’étude d’un exemple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
6.4.3.2 Diagramme de Bode pour le gain . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
6.4.3.3 Diagramme de Bode pour la phase . . . . . . . . . . . . . . . . 70
6.4.4 Filtre coupe (ou réjecteur) de bande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
6.4.4.1 L’étude d’un exemple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
6.4.4.2 Diagramme de Bode pour le gain . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
6.4.4.2.1 Comportement asymptotique . . . . . . . . . . . . . . 71

CPGE/Béni Mellal Page -5/73- -SAID EL FILALI-


TABLE DES MATIÈRES ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

6.4.4.2.2 Représentation graphique du gain pour quelques va-


leurs de Q . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
6.4.4.2.3 La bande passante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
6.4.4.3 Diagramme de Bode pour la phase . . . . . . . . . . . . . . . . 73

CPGE/Béni Mellal Page -6/73- -SAID EL FILALI-


Chapitre 1

LOIS GÉNÉRALES DANS LE CADRE DE


L’APPROXIMATION DES RÉGIMES
QUASI-PERMANENTS

1.1 INTRODUCTION
• L’éléctrocinétique :
Il s’agit de l’étude du transport d’information (courant électrique ) dans des réseaux élec-
triques.
• Cadre de l’étude :
L’étude de l’éléctrocinétique se fait dans le cadre de l’Approximation des états (ou régimes)
quasi-stationnaires ( quasi-permanent ) noté ARQP ou AEQS (plus de détail voir MP). en
effet :
L’approximation des états quasi-stationnaires consiste à limiter l’étude des réseaux éléc-
trocinétiques à des dimensions maximales ℓmax et à des durées minimales τmin vérifiant la
condition suivante :

ℓmax
≪ co c0 = 2, 99792458 108 ms−1
τmin

co étant la célérité de la lumière .


Remarque- 1 :

Dans ce cadre,on peut négliger tout phénomène de propagation dans le réseau éléctroci-
nétique ; en particulier, la modification d’une grandeur électrique en un point du circuit a
pour conséquence des modifications instantanées des grandeurs analogues caractérisant les
autres points du réseau.
• Exemples :
⊲ Pour un circuit de dimension ℓmax = 3 m, on trouve τmin ≫ 10−8 s ; on pourra donc se
placer dans le cadre de l’ARQP pour l’étude d’un signal de fréquence fmax ≪ 108 Hz =
100 M Hz, ce qui correspond à ce qu’on appelle électronique basse fréquence.
⊲ Par contre, l’électronique de haute fréquence peut imposer la miniaturisation des cir-
cuits, sous peine de sortir du domaine de l’ARQP ; ainsi à la fréquence de réception des

7
1.2. COURANT ÉLECTRIQUE ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

signaux de téléphonie cellulaire (f = 1800 M Hz donc τmin = 5, 6.10−10 s), l’ARQP im-
pose ℓmax ≪ 17 cm, ce qui est nettement plus restrictif.
⊲ Pour le courant industriel, à la fréquence f = 50 Hz, donc avec τmin = 20 ms ; la
condition de l’ARQP impose donc ℓmax ≪ 6000 km : cette condition est aisément remplie
pour un réseau domestique ou une installation industrielle. Par contre, dans un réseau d’ali-
mentation de puissance à l’échelle continentale, il est indispensable de prendre en compte
les effets de propagation.

1.2 Courant électrique


1.2.1 Définition
Une charge électrique dq qui traverse une surface S pendant un intervalle de temps dt crée
un courant d’intensité i telle que :

dq
Z
i= ⇐⇒ q = i dt
dt

Si q(C) et t(s) alors i(A).

Remarque- 2 :

Le sens du courant est le sens du déplacement des porteurs de charges positifs.

Application :(Mouvement de porteurs(NHP page 21))

1.2.2 Bilan de charges


On admet que la charge (q) et la masse (m) d’un système isolé sont conservatives.

1.2.3 Loi des nœuds


Définition :
On appelle nœud un point de jonction entre au moins trois fils de connexion.
La loi des nœuds est une conséquence de la conservation de la charge électrique dans le cadre de
l’ARQP. La charge électrique ne peut pas s’accumuler au niveau des nœuds.

X X N
X
ie = is ⇐⇒ ε k ik = 0
k=0

avec ε2 = 1.
C’est la première loi de Kirchhoff .

CPGE/Béni Mellal Page -8/73- -SAID EL FILALI-


1.3. TENSION ÉLECTRIQUE, LOI DES MAILLES ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

1.3 Tension électrique, loi des mailles


• On appelle branche un ensemble de dipôles montés en série entre deux nœuds .
• On appelle maille un ensemble de branches formant un contour fermé .
Remarque- 3 :

Une maille peut être orientée arbitrairement.


• On admet que la somme algébrique des tensions (ou différence de potentiel ) dans une maille
est nulle : c’est la deuxième loi de Kirchhoff .
N
X
ε k uk = 0
k=0

1.4 La puissance électromagnétique reçue par un dipôle


Soit un dipôle D traversé par un courant électrique i(t) , maintenant entre ces bornes une
tension uAB .

i(t) D

uAB

La puissance électromagnétique reçue par le dipôle D est donnée par :

P = uAB (t)i(t)

Et par conséquent l’énergie reçue pendant la durée tf − ti vaut :


Z tf
W= uAB (t)i(t) dt
ti

Remarque- 4 :

On adopte la convention thermodynamique :


⋆ L’énergie reçue par un système sera comptée positive.
⋆ L’énergie fournie par un système sera comptée négative.

1.5 Caractère générateur et récepteur

i D i D

u u
Convention générateur Convention récepteur

CPGE/Béni Mellal Page -9/73- -SAID EL FILALI-


1.5. CARACTÈRE GÉNÉRATEUR ET RÉCEPTEUR ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

• En convention générateur les flèches représentant la tension et le courant sont dans le même
sens La quantité P = ui représente la puissance électrique cédée par le dipôle au reste du
circuit.
• En convention récepteur les flèches représentant la tension et le courant sont en sens in-
verses. La quantité P = ui représente la puissance électrique reçue par le dipôle .

CPGE/Béni Mellal Page -10/73- -SAID EL FILALI-


Chapitre 2

ÉLÉMENTS DE CIRCUITS LINÉAIRES


EN RÉGIME CONTINU OU
QUASI-PERMANENT

2.1 Définition
iD D

uD

Un dipôle D est dit linéaire si le courant iD et la tension uD sont reliés par une équation linéaire
Exemples :
Le conducteur ohmique , le condensateur , la bobine , le générateur (dans le domaine de linéarité
(voir TD))

2.2 Modélisation de dipoles passifs linéaires R, C et L


2.2.1 Le conducteur ohmique
2.2.1.1 Modélisation
Résistor
i i Résistance R

u u

On modélise un resistor par une résistance R tel que :

u = Ri

On conclut que le résistor est un dipôle linéaire.

11
2.2. MODÉLISATION DE DIPOLES PASSIFS LINÉAIRES R, C ETÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I
L

Remarque- 5 :

1. Pour un fil cylindrique de section S et de longueur ℓ et de résistivité ρ alors :

1 ℓ 1ℓ
R= =ρ =
G S σS

avec : G la conductivité (S (siemens)) , ρ la résistivité du conducteur (Ω.m) et σ la conduc-


tivité du conducteur (S.m−1 )
2. ρ représente la résistance d’un d’un fil de section 1 m2 et de longueur 1 m ; ainsi pour σ.
3. Un conducteur ohmique est dit parfait s’il ne présente pas de propriétés diélectiques (εr = 1)
et magnétiques (µr = 1).(Voir cours d’électromagnétismes des milieux)

2.2.1.2 Association des conducteurs ohmiques


• Des résistances sont montées en série s’elles sont traversées par le même courant et on a :

i=N
X
Re = Ri
i=1

• Des résistances sont montées en parallèle s’elles sont maintenues par la même tension et on a :

i=N
1 X 1
=
Re i=1
Ri

Application :
Deux résistances R1 et R2 en parallèle alors :

R1 R2 P roduit
Re = =
R1 + R2 Somme

2.2.1.3 Effet Joule


Lorsque un courant i traverse une résistance R pendant la durée dt , on a dissipation de
l’énergie
Z tf
dEJ = dWJ = uR iR dt =⇒ WJ = uR iR dt
ti

En continue :
WJ = RI 2 ∆t =⇒ PJ = RI 2

CPGE/Béni Mellal Page -12/73- -SAID EL FILALI-


2.2. MODÉLISATION DE DIPOLES PASSIFS LINÉAIRES R, C ETÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I
L

2.2.2 Le condensateur
2.2.2.1 Modélisation
C
Constitué par deux conducteurs en influence totale ,séparés par un di-
A
électrique (papier ,mica ,plastique,.....) ;on le modélise par une capacité B

C en parallèle avec une resistance de fuite Rf


Rf
Pour les condensateurs électrochimiques (polarisés et la valeur de C varie de quelques mF à
quelques F la resistance de fuite Rf > 1M Ω
Un condensateur est dit idéal si Rf → ∞

Convention récepteur Convention générateur

+q −q +q −q
A B A B
i i
u u
q dq q dq
u= ; i= >0 u= ; i=− <0
C dt C dt
Le condensateur se charge Le condensateur se décharge

Remarque- 6 :

1. Pour un condensateur plan dont les armatures ont une section S et séparé par une distance
S
e on a :C = εo .
e
2. Si l’espace entre les armatures du condensateur est rempli par un diélectrique de permitivité
diélectrique εr alors C = εr Co

2.2.2.2 Association des condensateurs


• Association série :
i=N
1 X 1
=
Ce i=1
Ci
• Association parallèle :
i=N
X
Ce = Ci
i=1

2.2.2.3 Aspect énergétique


L’énergie d’un condensateur idéal est :
q2 ∆Epe 1 ∆q 2
Epe = =⇒ P (t) = lim = lim
2C ∆t→0 ∆t 2C ∆t→0 ∆t

CPGE/Béni Mellal Page -13/73- -SAID EL FILALI-


2.2. MODÉLISATION DE DIPOLES PASSIFS LINÉAIRES R, C ETÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I
L

Remarque- 7 :
La tension aux bornes du condensateur ainsi sa charge sont des fonctions continues en fonction
du temps.
q
En effet : on suppose qc est discontinue ;c’est à dire ∆qc 6=
0 ∀ ∆t < ε
Si qc est discontinue alors qc2 est discontinue ce qui donne :
1 ∆q 2
P(t) = lim →∞ impossible physiquement ∆q e
2C ∆t→0 ∆t
.
Donc La charge (la tension ) du condensateur est continue t
to

Remarque- 8 :
La valeur de C ; la tension Umax ainsi la polarité sont données par le constructeur.

2.2.3 La bobine
Une bobine est un fil conducteur enroulé sur un isolant

2.2.3.1 Modélisation
On modélise une bobine par une inductance L en série avec une resistance r.
i L r

U
Convention récepteur

On convention récepteur on donc :

di
u=L + ri
dt

Remarque- 9 :
• Pour les bobines sans noyau de fer : L = cte(i),L ne depend pas de i.Par contre les bobines
avec noyau de fer L = L(i)
Mais pour i faible on peut considérer L ≃ cte (un DL à l’ordre 0 au voisinage de i)
1
• L’énergie d’une bobine parfaite (r = 0) : Epm = Li2
2
• Association des bobines parfaites :
1 P 1
⋆ Parallèle : = Li
LeP
⋆ Série : Le = Li

2.2.3.2 Aspect énergétique


• L’intensité du courant qui traverse une bobine est une fonction continue de temps

CPGE/Béni Mellal Page -14/73- -SAID EL FILALI-


2.3. DIVISEURS DE TENSION ET DE COURANT. ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

2.3 Diviseurs de tension et de courant.


2.3.1 Diviseurs de courant
Soit une association parallèle des résistances Rk :

IN

Ik

I I
I1

1 k=N
P 1
Soit Re la résistance équivalente ;c’est à dire = ; on a donc :U = Rk Ik = Re I avec I
Re k=1 Rk
le courant principal ; il en résulte que :

Re
Ik = I
Rk

C’est le diviseur de courant

Cas particulier important :N = 2

R2 R1
I1 = I et I2 = I
R1 + R2 R1 + R2

Remarque- 10 :
I
Si R1 = R2 =⇒ I1 = I2 = : méthode demi-courant utiliser pour déterminer les résistances de
2
faibles valeurs (voir TP)

2.3.2 Diviseurs de tension


Soit une association série de N résistances Rk avec k = 1 → N :
R1 R2 Rk RN −1

U RN

CPGE/Béni Mellal Page -15/73- -SAID EL FILALI-


2.4. MODÉLISATIONS LINÉAIRES D’UN DIPÔLE ACTIF ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

Soit Uk la tension aux bornes de la résistance Rk et Re la résistance équivalente c’est à dire


k=N
P Uk U
Re = Rk .On a : I = = ; ce qui donne la loi du diviseur de tension :
k=1 Rk Re
Rk Rk
Uk = U = k=N U
Re P
Rk
k=1

Cas particulier important :N = 2

R1 R2
U1 = U et U2 = I
R1 + R2 R1 + R2
Remarque- 11 :
U
Si R1 = R2 =⇒ U1 = U2 = : méthode demi-tension utiliser pour déterminer les résistances de
2
grandes valeurs (voir TP)

2.4 Modélisations linéaires d’un dipôle actif


Soit un circuit électrique linéaire ( constitué des dipoles linéaires) contenant une source de
puissance électrique ; A et B deux points de ce circuit.

I
bc
Circuit B
UAB
linéaire
bc A

2.4.1 Générateur de courant (représentation de N ORTON)


Vue entre les points A et B de la branche AB on peut modéliser le reste du circuit par un
générateur de courant réel de courant électromoteur IN et de résistance interne rN ( générateur
de courant idéal en parallèle avec une résistance) : C’est la modélisation de Norton .
I
bc
A

IN RN UAB

bc
B

Dans cette modélisation on a :


UAB
I = IN − = IN − GN UAB
RN

CPGE/Béni Mellal Page -16/73- -SAID EL FILALI-


2.4. MODÉLISATIONS LINÉAIRES D’UN DIPÔLE ACTIF ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

2.4.2 Générateur de tension (représentation de T HEVENIN)


Vue entre les points A et B de la branche AB on peut modéliser le reste du circuit par un
générateur de tension réel de force électromotrice Eth et de résistance interne rth ( générateur de
tension idéal en série avec une résistance) : C’est la modélisation de Thevenin .

I rth
cA
b

Eth UAB

cB
b

Dans cette modélisation on a :

Eth UAB
UAB = Eth − rth I =⇒ I = −
rth rth

2.4.3 Équivalence entre les deux modélisations


Puisque dans les deux modèles de Thevenin et Norton le courant I et la tension UAB sont les
mêmes quelque soit le circuit linéaire alors on en déduit que :

Eth
IN = et rN = rth
rth

CPGE/Béni Mellal Page -17/73- -SAID EL FILALI-


2.4. MODÉLISATIONS LINÉAIRES D’UN DIPÔLE ACTIF ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

CPGE/Béni Mellal Page -18/73- -SAID EL FILALI-


Chapitre 3

THÉORÈMES DE BASES ET
MODÉLISATIONS DES RÉSEAUX
LINÉAIRES

3.1 Définitions
• Un générateur (de tension ou de courant ) est une source de puissance qui fournit de l’éner-
gie au circuit extérieur .
• Générateur indépendant : source de puissance électrique indépendante d’autre grandeur élec-
trique du circuit.
• Générateur lié : si une des grandeurs physiques dépend d’une grandeur électrique du circuit .
Exemple :
Le transistor : c’est un générateur de courant en régime linéaire puisque Ic = βIB (générateur de
courant lié).

3.2 Théorème de Millman


Le théorème de Millmann n’est rien d’autre que la loi des nœuds exprimé en terme de potentiel
(reference commune est la masse )
V4
On a : I
4
I 1 + I 2 + I 3 + I 4 − I5 + I 6 = 0 I
5
V1 − VM
I1 = = G1 (V1 − VM ) R4
R1
V2 − VM 1I M I
3
I2 = = G2 (V2 − VM ) V1 R1 R3 V3
R2
V3 − VM
I3 = = G3 (V3 − VM ) R2
R3 I6

V4 − VM I
I4 = = G4 (V4 − VM ) 2

R4 V2
G1 (V1 − VM ) + G2 (V2 − VM ) + G3 (V3 − VM ) + G4 (V4 − VM ) − I5 + I6 = 0

19
3.3. THÉORÈME DE SUPERPOSITION ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

On tire que :
P
−I5 + I6 + G1 V1 + G2 V2 + G3 V3 + G4 V4 Gi Vi + εIi
VM = = P
G1 + G2 + G3 + G4 Gi

Application : Voir TD

3.3 Théorème de superposition


Énoncé :
R1 R4
Le courant I qui circule dans la branche AB d’un réseau A

I
électrique linéaire peut s’écrire comme la somme des cou- (E1 , r1 ) R2 (E2 , r2 )

rants électriques qu’impose chaque source de puissance


(générateur) électrique dans cette branche comme s’elle R3
B
R5

était seule

Remarque- 12 :
⋆ éteindre une source de courant idéale est équivalent à un interrupteur ouvert.
⋆ éteindre une source de tension idéale est équivalent à un interrupteur fermé (fil).

Posons I = I ′ + I” ; avec I ′ : le courant fournit parE1 et I” : le courant fournit par E2


Détermination de I ′ :
On pose :R1′ = R1 + R3 et R4′ = R4 + R5
R1 A R4
On applique le diviseur de courant on obtient : I1

r2 + R 4 I′
• I′ = ′
I1
R 2 + R 4 + r2
(E1 , r1 ) r2
E1 ′ ′
R2
• I1 = ; avec :Re = R1 + r1 + (R2 //(R4 + r2 ))
Re
(R1′ + r1 )(R2 + R4′ + r2 ) + R2 (R4′ + r2 )
Re = R3
B
R5
R2 + R4′ + r2

′ (r2 + R4′ )E1


I =
(R1′ + r1 )(R2 + R4′ + r2 ) + R2 (R4′ + r2 )

Détermination de I” :
R1 R4
r1 + R1′ A I2
• I” = I2
R2 + R1′ + r1 I”
E2
• I2 = ′ ; avec : r1
R2
(E2 , r2 )
Re
′ ′ ′
(R 4 + r2 )(R2 + R1 + r1 ) + R2 (R1 + r1 )
Re′ =
R2 + R1′ + r1 B
R3 R5

(r1 + R1′ )E2


I” =
(R4′ + r2 )(R2 + R1′ + r1 ) + R2 (R1′ + r1 )

CPGE/Béni Mellal Page -20/73- -SAID EL FILALI-


3.4. THÉORÈME THEVENIN ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

On en déduit que :

(r2 + R4′ )E1 (r2 + R4′ )E1


I = I ′ + I” = +
(R1′ + r1 )(R2 + R4′ + r2 ) + R2 (R4′ + r2 ) (R1′ + r1 )(R2 + R4′ + r2 ) + R2 (R4′ + r2 )

3.4 Théorème Thevenin

Énoncé :
Un réseau électrique linéaire peut être modéliser ,vu des points A et B par une source de Théve-
nin dont la force électromotrice Eth et l’impedance Zth (rth ) sont données par :
⋆ Zth : En mesurant l’impedance du reseau (la charge étant enlevée) entre les points A et
B lorsque toutes les sources indépendantes sont éteintes.
⋆ Eth : La tension UAB à vide (I = 0) aux bornes du réseaux (on enlève la resistance RAB

Eth = UAB )I=0

Ith A

R
Circuit linéaire Th

quelconque entre A et B Eth


RAB Ith =
E Rth + RAB
Th

CPGE/Béni Mellal Page -21/73- -SAID EL FILALI-


3.5. THÉORÈME DE NORTON : ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I
Application :pont de Wheatstone :
Utiliser pour la mesure des résistances (impedances)

A b
A

b
R R
1 4

D
R
R Th

R R
2 3
R

E
B Th

E
B

Détermination de la fem du générateur de Theve-


Détermination de la résistance de Thevenin :
nin :
A
A
A

R1 R4 R1 R4 R R
4
1

UAB(vide) D

R R
2 3

R2 R3 R2 R3
B

B B
E

R1 R4 R2 R3
rth = + R2 R4 − R1 R3
R1 + R4 R2 + R3 Eth = E
(R1 + R4 )(R2 + R3 )
D’où :
R 2 R 4 − R1 R 3
E
(R1 + R4 )(R2 + R3 )
IAB =
R1 R4 R2 R3
R+ +
R1 + R4 R2 + R3
On dit que le pont est en équilibre si IAB = 0 par conséquent :

R2 R4 = R1 R3

condition d’équilibre (règle de gamma)

3.5 Théorème de Norton :


Énoncé :
Un réseau électrique linéaire peut être vu des points A et B lorsque on enlève la charge comme
une source de Norton d’impedance ZN et de courant de court-circuit IN donné par :
⋆ IN : courant de court-circuit qui passe entre A et B (la charge étant enlevée) lorsque
UAB = 0.
⋆ ZN : l’impedance du reseau vu des points A et B lorsque on éteint toutes les sources
autonomes (indépendantes) ; la charge étant enlevée

CPGE/Béni Mellal Page -22/73- -SAID EL FILALI-


3.5. THÉORÈME DE NORTON : ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I
I A
I
IN
reseau R R R
N
linéaire

RN
I= IN
RN + R

Remarque- 13 :

• Un générateur de courant idéal si RN → ∞(ne consomme pas d’énergie)


• Un générateur de tension est idéal si rth → 0
• court-circuité un générateur de tension c’est le remplacer par un fil ; et court-circuité un
générateur de courant c’est le remplacer par un interrupteur ouvert.

Exercices d’application : ( voir TD)

CPGE/Béni Mellal Page -23/73- -SAID EL FILALI-


3.5. THÉORÈME DE NORTON : ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

CPGE/Béni Mellal Page -24/73- -SAID EL FILALI-


Chapitre 4

Régime transitoire

Le but est de déterminer la constante de temps τ caractéristique du régime transitoire.


Pout cela excitons un système linéaire par une tension continue à t = 0 .
e(t)

On appelle échelon de tension e(t) défini par :


E

½
E si t > 0
e(t)
0 si t < 0
t
0

4.1 Cas du circuit (R-C) :

4.1.1 Charge du condensateur (régime forcé) :


4.1.1.1 L’équation différentielle :

Le condensateur est initialement déchargé :q(0) = 0 (1) R


à t = 0 on bascule K vers (1) : C se charge . K
(2)
appliquons la loi des mailles au circuit on obtient : E C
q dq q E
E − RI − = 0 =⇒ + =
C dt RC R I R

c’est l’équation différentielle du circuit E


C

La solution de cette équation différentielle s’écrit :


q(t) = Ae−t/τ + CE ; avec τ = RC la constante du temps caractéristique du régime transitoire.
Or par continuité de la charge du condensateur , on a :q(0) = 0 =⇒ A = −CE
t
Donc : q(t) = CE(1 − e− τ )
Lorsque t → ∞, q(t) → CE = Qf

t
q(t) = CE(1 − e− τ )

25
4.1. CAS DU CIRCUIT (R-C) : ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

L’expression du courant électrique :

dq t
i(t) = = Im e− τ
dt

E
avec Im =
R

Remarque- 14 :
On a : i(o− ) = 0 , i(0+ ) = Im on tire que i(t) est discontinu

Représentation graphique
q,i

CE

q(t)

i(t)

4.1.1.2 Détermination expérimentale de la constante de temps τ :


4.1.1.2.1 La pente à l’origine
u(t)

M
E

Régime permanent

t
t
M

du(t) ´ E
On a l’équation de la pente à l’origine (droite)D s’écrit sous la forme y = kt avec k = =
dt t=0 τ
L’intersection des deux droites au point M en tM = τ
L’intersection de la pente à l’origine avec le régime permanent se fait en t = τ = RC

CPGE/Béni Mellal Page -26/73- -SAID EL FILALI-


4.1. CAS DU CIRCUIT (R-C) : ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

4.1.1.2.2 la valeur de u(τ )


u(t)
E
Régime permanent

0,63E

t
τ

Évaluons u(τ ) avec u(t) = E(1 − exp(−t/τ ))

1
t = τ =⇒ u(τ ) = E(1 − ) = 0, 63 E = 63%E
e

On retient que la valeur 0, 63 E = 63%E correspond à t = τ

4.1.1.2.3 Temps de montée :


On définit deux instants t1 et t2 par u(t1 ) = 0, 1E et u(t2 ) = 0, 9E
Et puisque u(t) = E(1 − exp(−t/τ ) alors t1 = −τ ln 0, 9 et t2 = −τ ln 0, 1.

u(t)
E
Régime permanent
0,9E

0,1E

t
t1 t
2

On définit le temps de montée tm par

tm = t2 − t1 = τ ln 9 ≃ 2, 2τ

Remarque- 15 :
L’influence de la constante de temps τ sur la durée de la charge.
Pour cela traçons la charge pour différentes valeurs de τ

CPGE/Béni Mellal Page -27/73- -SAID EL FILALI-


4.1. CAS DU CIRCUIT (R-C) : ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I
u(t)

τ
= 0,2

τ
=1

τ
= 5

Si τ → 0 alors la charge est presque instantanée

4.1.1.3 Le portrait de phase :


4.1.1.3.1 Définitions :
f (x)
• C’est la représentation dans le plan (O, f (x), ) lorsque t varie.
dt
• On appelle point de phase un point P figuratif dont les coordonnées à un instant donné t sont
df (t)
(f (t), ).
dt
• Lorsque t varie , le point P décrit une courbe, cette courbe est appelé trajectoire de phase.
• On appelle portrait de phase l’ensemble des trajectoires de phase lorsque les conditions initiales
varient.

4.1.1.3.2 Représentation dans le plan de phase :


df
Dans notre cas f (t) = q(t) et = i(t).
dt
E
On a q(t) = CE(1 − exp(−t/τ ) et i(t) = exp(−t/τ ) alors :
R
E 1
i= − q
R RC
1
C’est l’équation de la trajectoire de phase :droite de pente −
RC
Lorsque E varie alors la trajectoire de phase décrit des droites parallèles.
i(t)

q(t)

CPGE/Béni Mellal Page -28/73- -SAID EL FILALI-


4.1. CAS DU CIRCUIT (R-C) : ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

4.1.1.4 Aspect énergétique :


On a :
q 1
E = Ri + =⇒ Eidt = Ri2 dt + qdq
C C
q2
Eidt = Ri2 dt + d( )
2C
On appelle :
q2
Wc = : énergie totale emmagasinée dans le condensateur .
2C
δWg = Eidt : énergie élémentaire fournit par le générateur .
δWJ = Ri2 dt : énergie élémentaire dissipée par effet Joule dans le circuit .

t t q
q
Z Z Z
2
Eidt = Ri dt + dq
0 0 0 C

4.1.2 Décharge du condensateur (régime libre) :


4.1.2.1 Équation différentielle et solution :
Quand le condensateur est chargé (q = CE = Qf ) ,on bascule l’interrupteur vers la position
(2) :donc en prenant l’instant de basculement comme origine des temps ,les conditions initiales
seront :q(0) = CE = Qf ; i(0) = 0
1 1
Ri + q = 0 =⇒ q̇ + q = 0
C τ
La solution est :q(t) = Ae−t/τ en utilisant les C.I on obtient :

E −t/τ
q(t) = CEe−t/τ k i(t) = − e
R

CE

0,9CE

0,37CE

0,1CE

t
90
τ t
10

• Lors de la décharge on a :

tf = t10% − t90%

CPGE/Béni Mellal Page -29/73- -SAID EL FILALI-


4.1. CAS DU CIRCUIT (R-C) : ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

• q(τ ) = 0, 37CE
• Le régime permanent est q = 0 (q(t) est une fonction décroissante).

4.1.2.2 L’équation de la trajectoire de phase :

D’après ce qui précède on tire que :

1
i=− q
RC

C’est une droite affine

i(t)
q(t)

Remarque- 16 • Si on remplace le générateur E et l’interrupteur K par un générateur délivrant


un signal rectangulaire (E,0) on obtient le signal suivant :

La suite voir TP.

CPGE/Béni Mellal Page -30/73- -SAID EL FILALI-


4.2. CAS DU CIRCUIT (R-L) : ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

4.2 Cas du circuit (R-L) :


4.2.1 Régime forcé :
4.2.1.1 L’équation différentielle et solution

On remplace le condensateur par une bobine idéale dans le circuit précèdent :


di
l’interrupteur k est en position (1) : E = Ri + L
dt i R
donc :
di R E
+ i= E L
dt L L

c’est l’équation différentielle du circuit


La solution de cette équation différentielle en posant

L
τ=
R

Et en tenant compte que le courant qui traverse une bobine est continu alors on trouve que :

E
i(t) = (1 − e−t/τ )
R

La tension aux bornes de la bobine idéale est :

di
uL (t) = L = Ee−t/τ
dt

Representation graphique de i(t) et uL (t)

i(t)

uL (t)

CPGE/Béni Mellal Page -31/73- -SAID EL FILALI-


4.2. CAS DU CIRCUIT (R-L) : ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

4.2.1.2 Portrait de phase


E di E
On a : i = (1 − exp(−t/τ )) ainsi = exp(−t/τ )
R dt L

di E R
= − i
dt L L

R 1
Le portrait des phase est l’ensemble des droites parallèle de pente − =−
L τ
di(t)
dt

i(t)

4.2.1.3 Aspect énergétique


di 1
E = Ri + L =⇒ Eidt = Ri2 dt + d( Li2 )
dt 2
• δWg = Eidt : l’énergie élémentaire fournie par le générateur.
• δWJ = Ri2 dt : l’énergie élémentaire perdue par effet Joule.
1
• δWm = d( Li2 ) : l’énergie élémentaire emmagasinée par la bobine.
2

Le bilan énergétique pour le circuit s’écrit

Wg = WJ + Wm

4.2.2 Régime libre :


L’interrupteur maintenant en position (2) ; l’équation différentielle sera donc :
di E
Ri + L = 0 ; les conditions initiales sont i(0) =
dt R
par changement d’origine des dates ,la solution s’écrit :

E −t/τ
i(t) = e
R

La tension au bornes de la bobine est :

uL (t) = −E e−t/τ

CPGE/Béni Mellal Page -32/73- -SAID EL FILALI-


4.3. CIRCUIT (RLC) SÉRIE : ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

Representation graphique de i(t) et uL (t)


Im

i(t)

uL (t)

4.3 Circuit (RLC) série :


Soit le circuit (RLC) série :

R L
i
C

4.3.1 Régime libre :


L’équation différentielle est :
1
Lq̈ + Rq̇ + q=0
C
r
1 R ωo
On pose :ωo = : pulsation propre ainsi 2α = = ;α cœfficient d’amortissement et Q
LC L Q
le facteur de qualité
La forme canonique de l’équation différentielle sera :

q̈ + 2αq̇ + ωo2 q = 0

L’équation caractéristique est : r2 + 2αr + ωo2 = 0


On pose : ∆′ = α2 − ωo2 = (α − ωo )(α + ωo )

4.3.1.1 Régime apériodique ∆′ > 0 :

1
∆′ > 0 =⇒ α > ωo : Q <
2

CPGE/Béni Mellal Page -33/73- -SAID EL FILALI-


4.3. CIRCUIT (RLC) SÉRIE : ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I
p
Deux racines réelles distinctes : r± = −α ± α2 − ωo2
√ 2 2 √ 2 2
q(t) = Aer+ t + Ber− t =⇒ q(t) = e−αt [Ae α −ωo t + Be− α −ωo t ]

Lorsque t → ∞, e−αt l’emporte ;d’où q → 0 sans osciller :C’est le régime apériodique.


 A et B :Pour cela
Détermination des constantes p on suppose que q(t = 0) = q0 et i(t = 0) = i0
i0 + (α + α2 + ωo2 )qo
B =


½  p
A + B = q0 2 α2 +pωo2

=⇒
Ar1 + Br2 = i0  −i0 + (−α + α2 + ωo2 )qo
 A=

 p
2 α2 + ωo2
Representation graphique

α = 2, ωo = 3, A = B = 0.5 =⇒ qap = e−2t cosh t
La trajectoire de phase est :
i q

q(t)
x

i(t)

Trajectoire de phase est une courbe ouverte caractéristique d’un système apériodique

4.3.1.2 Régime critique ∆′ = 0 :

1
∆′ = 0 =⇒ α = ωo : Q =
2
Deux racines réelles confondues : r+ = r− = −α = −ωo

q = (c + dt)e−αt

Quand t → ∞, q → 0 rapidement sans osciller : C’est le régime critique.


Representation graphique
• d = 1, c = 1, ωo = α = 2 • q = (1 + t)e−2t

La trajectoire de phase est :


q

CPGE/Béni Mellal Page -34/73- -SAID EL FILALI-


4.3. CIRCUIT (RLC) SÉRIE : ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

Remarque- 17 :
• Le régime critique est le régime le plus rapide qui tend vers le régime permanent (q = 0)
• Si c = 0 alors q(t) = dt e−αt
Représentation temporelle
q(t) i(t)

t
t

Portrait de phase
i(t)

q(t)

4.3.1.3 Régime pseudopériodique ∆′ < 0 :

1
∆′ < 0 =⇒ α < ωo : Q >
2
∆′ = α2 − ωo2 = i2 Ω2 avec :Ω2 = ωo2 − α2
Deux racines complexes conjuguées : r1 = −α + iΩ et r2 = −α − iΩ donc la solution s’écrit :

q(t) = e−αt (A cos Ωt + B sin Ωt) = C e−αt cos(Ωt + ϕ)

C’est une fonction pseudopériodique d’amplitude Qm = C e−αt variable en fonction du temps


Qm t → +∞ 0
−−−−−→
La pseudopériode est :

2π To To
T = =q =q
Ω 1 − ( ωαo )2 1 − 4Q1 2

CPGE/Béni Mellal Page -35/73- -SAID EL FILALI-


4.3. CIRCUIT (RLC) SÉRIE : ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

Representation graphique

La fonction q(t) est le produit d’une fonction périodique est une fonction non périodique (am-
plitude), et puisque
−C e−αt 6 C e−αt cos(Ωt + ϕ) 6 C e−αt

√ deux enveloppes puis la fonction q(t) (q(t)


alors on représente les
−0.5t
ne peut pas dépasser l’enve-
loppe) α = 0.5, ωo = 9, 25, Ω = 3, ϕ = 0, qo = 1 =⇒ qpp = e cos 3t
q(t)

C exp(−αt)

-C exp(−αt)

i(t)

D exp(−αt)

-D exp(−αt)

La trajectoire de phase est :


i(t)

q(t)

CPGE/Béni Mellal Page -36/73- -SAID EL FILALI-


4.3. CIRCUIT (RLC) SÉRIE : ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

Remarque- 18 :
2π 2π 2π 2α 1
◮ On a T = =⇒ T = r ³ α ´2 et comme To = ω ainsi ωo
= Q étant le
Ω o Q
ωo 1 −
ωo
facteur de qualité ; alors

To To
T =r ³ α ´2 = r 1
1− 1−
ωo 4Q2

Si α ≪ ωo =⇒ Q ≫ 1 ;en effet R très faible ,alors T ≃ To oscillations synchrones.


◮ Comme e−αt est un nombre sans dimension alors α à la dimension d’un temps−1 , on
pose
1
α=
τ
τ s’appelle le temps de relaxation ou temps d’amortissement.
C
Donc pour t = τ l’amplitude Ce−αt (t = τ ) =
e
On conclut donc que :Le temps de relaxation est le temps nécessaire pour que l’amplitude se
divise par e
C
◮ Pour t = 10τ alors l’amplitude Ce−αt (t = 10τ ) = = 0.0000454C → 0
22026.46579
On retient donc que pour t > 10τ le régime transitoire disparaît.
Aspect énergétique :
1 1 1
On a : Lq̈ + Rq̇ + q = 0 =⇒ d( Li2 ) + Ri2 dt + d( q 2 ) = 0
C 2 2C
1 2
•W
. e = d( q ) :l’énergie électrostatique élémentaire emmagasinée par le condensateur .
2C
1 2
•W. m = d( 2 Li ) :l’énergie magnétique élémentaire emmagasinée par la bobine .
• δWe = Ri2 dt :l’énergie élémentaire dissipée par effet Joule dans la resistance .

We + WJ + Wm = 0

le bilan énergétique pour le circuit (RLC série) libre

4.3.2 Régime forcé :


On ajoute au circuit précédent un générateur délivrant une une tension continue E
(L,r)
i(t) C

E
R

CPGE/Béni Mellal Page -37/73- -SAID EL FILALI-


4.3. CIRCUIT (RLC) SÉRIE : ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

L’équation différentielle
di 1 dq
On a :E = L + (R + r)i + q et comme i = = q̇ convention récepteur et en posant
dt C dt
α 1
2α = et ωo2 = alors la forme canonique de l’équation différentielle est :
R+r LC

E
q̈ + 2αq̇ + ωo2 q =
L

Solution de l’équation différentielle


La solution est la somme de deux solutions :
• qt (t) solution de l’équation homogène qui tend vers 0 après quelques périodes :elle décrit donc
un régime transitoire
• qp (t) solution particulière décrit le régime permanent.
On a :
• qp (t) = CE
• L’expression de qt (t) dépend du signe de ∆′ .
Pour la suite on suppose que ∆′ < 0 =⇒ α < ωo : régime pseudo-périodique, donc

qt (t) = Ae−αt cos(Ωt + ϕ)

A l’amplitude ( grandeur positive) et ϕ la phase à l’origine deux constantes déterminés par les
conditions initiales ;on suppose que q(t = 0) = 0 condensateur initialement déchargé et i(t = 0)
bobine initialement déchargé.
q(t) = CE + Ae−αt cos(Ωt + ϕ) =⇒ q(t = 0) = 0 = CE + A cos ϕ (I)
−αt
i(t) = −Ae (α cos(Ωt + ϕ) + Ω sin(Ωt + ϕ))
i(t = 0) = 0 =⇒ α cos ϕ + Ω sin ϕ = 0 (II)
D’après (II) :
α
tan ϕ = −

CE 1 1 √
D’après (I) :A = − et comme 1 + tan2 x = 2x
=⇒ = ± 1 + tan2 x
r cos ϕ cos cos x
α2
alors A = ±CE 1 + 2

Puisque A est une amplitude alors le signe +, donc
r
α2
A = CE 1 + 2

Cas particulier important α ≪ ωo =⇒ Q ≫ 1
Dans ce cas
α ≪ ωo =⇒ Ω = ωo ; T = To ; A = CE; ϕ = 0

Donc
q(t) = CE(1 + e−αt cos(ωo t))

Ainsi
i(t) = −CEe−αt (α cos ωo t + ωo sin ωo t)

CPGE/Béni Mellal Page -38/73- -SAID EL FILALI-


4.3. CIRCUIT (RLC) SÉRIE : ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

Puisque les fonctions cos x et sin x sont bornées et α ≪ ωo alors

i(t) = −CEωo e−αt sin ωo t

Représentation graphique

Représentation de la charge
q(t)

Régime transitoire Régime permanent

CE(1+exp(- αt))

CE

CE(1-exp(- α t))

Représentation du courant
i(t)

Régime permanent
Régime transitoire

CE ωo exp(- α t)

- CE ωo exp(- α t)

Représentation du portrait de phase


i(t)

2CE

CE q(t)

CPGE/Béni Mellal Page -39/73- -SAID EL FILALI-


4.3. CIRCUIT (RLC) SÉRIE : ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

Remarque- 19 :
Si on remplace la tension continue E par un générateur de tension carée on obtient le schéma
suivant :
representation graphique

Pour toute les détails voir TP régime transitoire

CPGE/Béni Mellal Page -40/73- -SAID EL FILALI-


Chapitre 5

Régime alternatif sinusoidal

Un signal alternatif est un signal qui n’admet pas de composante continue (sa valeur moyenne
est nulle :< u(t) >= 0) ,en effet son expression s’écrit sous la forme :x(t) = X cos(ωt + ϕ) avec :
• X : amplitude du signal (grandeur positive).
• ωt + ϕ : la phase.
• ω : la pulsation .
• ϕ : La phase à l’origine, c’est à dire la phase pour t = 0

5.1 Amplitude complexe ,Impedance et admittance complexes


5.1.1 Amplitude complexe
Soit un signal sinusoidal d’amplitude Xm et de pulsation ω, c’et à dire x(t) = Xm cos(ωt+ϕ) :
A ce signal on peut lui associer :
◮ Un vecteur tournant de norme Xm et d’angle θ = ωt + ϕ : représentation de Fresnel.
◮ Un nombre complexe de module Xm et d’argument ϕ : représentation complexe.
Rappel : ¯ ¯
¯ Z ¯ | Z1 |
⊲ | Z 1 × Z 2 |=| Z 1 | + | Z 2 | ⊲ ¯¯ 1 ¯¯ =
Z2 | Z2 |
⊲ arg(Z 1 Z 2 ) = arg Z 1 + arg Z 2 ⊲ arg(Z 1 /Z 2 ) = arg Z 1 − arg Z 2
π
⊲ arg(a > 0) = 0 ⊲ arg(a < 0) = π ⊲ arg(ja)(a > 0) =
2
π
⊲ arg(ja)(a < 0) = − ⊲ = z1 + z2 = z1 + z2 ⊲ z1 /z2 = z1 /z2
2
Si Z = a + jb =| Z | ejθ alors :
√ b ℑ(Z)
⊲ | Z |= a2 + b2 ⊲ sin θ = √ =
a2 + b 2 |Z|
a ℜ(Z) b ℑ(Z)
⊲ cos θ = √ = ⊲ tan θ = =
2
a +b 2 |Z| a ℜ(Z)
La notation complexe consiste à associe à une fonction sinusoïdale un nombre complexe :
x(t) = Xm cos(ωt + ϕ) → x(t) = Xm cos(ωt + ϕ) + jXm sin(ωt + ϕ)
=⇒ x(t) = Xm ej(ωt+ϕ) = Xm ejϕ ejωt avec :x(t) = ℜ(x(t))

x(t) = Xm ejϕ ejωt

41
ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I
5.1. AMPLITUDE COMPLEXE ,IMPEDANCE ET ADMITTANCE COMPLEXES

Xm
On rappelle que pour un signal sinusoidal :Xe = √ : valeur efficace.
2
On pose :
X m = Xm ejϕ =⇒ Xe = Xe ejϕ

On conclut que :

Xe = |Xe| k Xm = |X m | k ϕ = arg X m = arg X e

Intérêt de la notation complexe :


⋆ Linéarité : en effet
Si x1 = X1m cos(ωt + ϕ1 ) et x2 = X2m cos(ωt + ϕ2 ) alors pour :
x = x1 + x2 = Xm cos(ωt + ϕ) =⇒ Xm ejϕ ejωt = X1m ejϕ1 ejωt + X2m ejϕ2 ejωt

Xm = X 1m + X 2m

L’addition de deux fonctions sinusoïdales de même pulsation ω est équivalent à l’addition des
amplitudes complexes en notation complexe.
⋆ Dérivation :
x(t) = Xm cos(ωt + ϕ) =⇒ x = Xm ejϕ ejωt
π
dx π j
=⇒ jϕ jωt 2
= −ωXm sin(ωt + ϕ) = ωXm cos(ωt + ϕ + ) → ωXm e e e = jωXm ejϕ ejωt
dt 2

dx
= jωx(t)
dt

Dériver par rapport à t en notation réelle revient à multiplier par (jω) en notation complexe
⋆ Intégration :
1 Xm π
Z
x(t)dt = Xm sin(ωt + ϕ) = cos(ωt + ϕ − )
ω ω 2
π
Xm jϕ jωt −j Xm jϕ jωt
→ e e e 2 = e e
ω jω

1
Z
x(t)dt = x(t)

1
Intégrer par rapport à t en notation réelle revient à multiplier par ( ) en notation complexe

5.1.2 Impedance complexe et admittance complexe :


5.1.2.1 Définitions :
A B
R
Soit un dipole linéaire AB ; i

U
jωt jϕi
i = Im cos(ωt + ϕi ) → i = I m e avec I m = Im e

CPGE/Béni Mellal Page -42/73- -SAID EL FILALI-


ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I
5.1. AMPLITUDE COMPLEXE ,IMPEDANCE ET ADMITTANCE COMPLEXES

Puisque le dipole est linéaire alors la tension u(t) est sinusoidal de même pulsation ω
u = Um cos(ωt + ϕu ) → u = U m ejωt avec U m = Um ejϕu
On appelle impedance complexe

Um U
Z= = e
Im Ie

Um j(ϕu −ϕi )
Z= e = Zejϕ
Im

Um
Z = |Z| = (Ω) k ϕ = ϕu − ϕi = arg Z
Im

ϕ étant le déphasage entre u(t) et i(t)


On appelle admittance complexe (S) :

1 I Im −jϕ
Ym = = m = e
Zm Um Um

5.1.2.2 Applications :
5.1.2.2.1 Impedance d’un resistor :

u = Ri =⇒ U m = RI m =⇒ u(t)

ZR = R

• u(t) et i(t) sont en phase


• ϕR = 0

5.1.2.2.2 Impedance d’une bobine idéale :


di
u = L =⇒ U m = jLωIm =⇒ ∆t
dt i(t)

Z L = jLω u(t)

• ∆t

ZL = Lω ; ϕL = +π/2
∆t

• ϕL > 0 =⇒ u(t) est en quadrature


avance par rapport à i(t)
• ϕL = π/2 =⇒ ∆t = T /4

CPGE/Béni Mellal Page -43/73- -SAID EL FILALI-


5.2. ÉTUDE DU CIRCUIT RLC SÉRIE EN RÉGIME SINUSOIDAL ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I
FORCÉ

5.1.2.2.3Z Impedance d’un condensateur :


1 1
u= i(t)dt =⇒ U m = Im =⇒
C jCω
i(t)
1
ZC =
jCω u(t)

1
ZC = ; ϕC = −π/2

• ϕC < 0 =⇒ u(t) est en quadrature


retard par rapport à i(t)
• |ϕC | = π/2 =⇒ ∆t = T /4

Remarque- 20 :
Tous les résultats trouvés en courant continu reste valable en régime sinusoidal forcé à condition
de travailler avec les grandeurs complexes
Exemple :Voir TD

5.2 Étude du circuit RLC série en régime sinusoidal forcé


Soit un circuit RLC série alimenté par un GBF maintenant entre ses bornes une tension
e(t) = E cos(ωt + ϕe ) avec ω = 2πf variable ; f étant la fréquence
L
R
i

e(t)

5.2.1 Régime transitoire et régime permanent


L’équation différentielle s’écrit :

d2 q ωo dq E
2
+ + ωo2 q = cos(ωt + ϕe )
dt Q dt L

La solution de cette équation différentielle est la somme de deux solutions :


• Une solution de l’équation homogène (sa forme dépend du signe de ∆′ ), cette solution tend vers
0 lorsque t → ∞(t > 10τ ).
• Une solution particulière qui s’écrit sous la forme Q cos(ωt+ϕq ) qui décrit le régime permanent.
Pour représenter les deux régimes on suppose que ∆′ < 0 , ainsi : q(t) = 1e−0,1t cos(2t) + 1 cos(t)

CPGE/Béni Mellal Page -44/73- -SAID EL FILALI-


5.2. ÉTUDE DU CIRCUIT RLC SÉRIE EN RÉGIME SINUSOIDAL ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I
FORCÉ

q(t)

régime transitoire régime permanent

5.2.2 Étude de l’impedance


RLC en série donc Z = Z R + Z C + Z L alors

1
Z = (R + r) + j(Lω − )

On tire que :

r
1 2 p
Z= (R + r)2 + (Lω − ) = Re 1 + Q2 (x − 1/x)2

1
Lω −
tan ϕ = Cω
R+r

dZ
Cherchons si Z présente un extremum, pour cela calculons :

1 1
dZ (Lω − )(L + )
=r Cω Cω 2
dω 1 2
(R + r)2 + (Lω − )

dZ 1 1
= 0 =⇒ Lω = On retient que Z est minimale pour ω = ωo = √ et sa valeur
dω Cω LC
minimale est
Zmin = R + r

CPGE/Béni Mellal Page -45/73- -SAID EL FILALI-


5.2. ÉTUDE DU CIRCUIT RLC SÉRIE EN RÉGIME SINUSOIDAL ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I
FORCÉ
z

R+r

ω
ωo = √1
LC

5.2.3 Résonance en tension aux bornes du condensateur (Charge)


5.2.3.1 Équation différentielle et solution
di q q dq duc
On a :e(t) = Re i + L + et puisque uc = et i = =C alors
dt c C dt dt

d2 uc R duc 1 1
2
+ + uc = e(t)
dt L dt LC LC

1 R ωo
En posant ωo2 = et 2α = = la forme canonique
LC L Q

d2 uc ωo duc
+ + ωo2 uc = ωo2 E cos(ωt + ϕe )
dt2 Q dt

C’est une équation différentielle en uc du second ordre linéaire avec second membre sinusoidal.
La solution de cette équation différentielle en régime permanent s’écrit uc (t) = Uc cos(ωt + ϕc ).
Le problème et de déterminer Uc et ϕc .
On utilise la méthode complexe pour déterminer ces deux grandeurs, pour cela on utilise le divi-
seur de tension :

1/jCω 1
Uc = E =⇒ U c = ³ ω ´2 E
Re + jLω + 1/jCω j ω
1− +
ωo Q ωo
ω
Posons pour la suite x = : pulsation réduite (sans dimension)
ωo

1
Uc = E
j
1− x2 + x
Q

CPGE/Béni Mellal Page -46/73- -SAID EL FILALI-


5.2. ÉTUDE DU CIRCUIT RLC SÉRIE EN RÉGIME SINUSOIDAL ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I
FORCÉ

Donc
E
Uc = s
x2
(1 − x2 )2 +
Q2

j
ϕc = ϕe − arg(1 − x2 + x)
Q

5.2.3.2 Étude de l’amplitude Uc

dUc
Cherchons si Uc présente un extremum ; pour cela calculons :
dx

³ 1 ´
x 2(x2 − 1) + 2
dUc Q
= −E ³ 2 ´3/2
dx x
(x2 − 1)2 + 2
Q

On conclut donc que :


• Uc présente en x = 0 =⇒ ω = 0 (Signal continue) un extremum (solution non importante)
1
• Si Q > √ Uc présente un deuxième extremum en
2

r r
1 1
xR = 1 − 2
=⇒ ωR(charge) = ωo 1 −
2Q 2Q2

Avec
2EQ2
Uc(max) = p
4Q2 − 1

Si Q ≫ 1 alors

Uc(max) = QE

c’est le phénomène de surtension


1
• Si Q 6 √ Uc ne présente pas un deuxième extremum : Uc une fonction décroissante
2
Représentation pour quelques valeurs de Q

CPGE/Béni Mellal Page -47/73- -SAID EL FILALI-


5.2. ÉTUDE DU CIRCUIT RLC SÉRIE EN RÉGIME SINUSOIDAL ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I
FORCÉ
Uc

Q=7

Q=5

1
Q= √
2

Q = 0, 2

ω
ωo

Remarque- 21 Pour Q > 5 =⇒ ωR = 0, 9899ωo ≃ ωo

5.2.3.3 La bande passante à -3dB pour la charge



2
On suppose pour la suite que Q >
2
On définit la bande passante à -3dB par l’intervalle des pulsations [ω1 , ω2 ](ou fréquences [f1 , f2 ]
Uc(max)
ou [x1 , x2 ]) tel que Uc > √
2

Uc

U
c(max) =QE

U
c(max)

2

ω
ωo
ωc1
ωc2

Vu la courbe de Uc en fonction de x on cherche les valeurs de x ou on a l’égalité.


Tout calcul (avec maple)fait donne :
s r s r
ωc1 1 1 1 ¯ ωc2 1 1 1
xc1 = = 1− − 1− xc2 = = 1− + 1−
¯
ωo 2Q 2 Q 4Q2 ωo 2Q 2 Q 4Q2
¯

CPGE/Béni Mellal Page -48/73- -SAID EL FILALI-


5.2. ÉTUDE DU CIRCUIT RLC SÉRIE EN RÉGIME SINUSOIDAL ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I
FORCÉ

Si Q ≫ 1 alors
r r
1 1 1 1
ωc1 ≃ ωo 1 − ≈ ωo (1 − ) et ωc2 ≃ ωo 1 + ≈ ωo (1 + )
Q 2Q Q 2Q

La largeur de la bande passante à -3dB est :

ωo
∆ω = ωc2 − ωc1 =
Q

5.2.3.4 Étude du déphasage φ = ϕc − ϕe


j
On a :ϕc = ϕe − arg(1 − x2 + x) donc :
Q
x/Q
sin φ = − s <0
x2
(1 − x2 )2 + 2
Q

sin φ < 0 =⇒ φ ∈ [−π, 0]

x
j Q
φ = − arg(1 − x2 + x) =⇒ tan φ = −
Q 1 − x2

⊲ x → 0 =⇒ φ → 0
π
⊲ x → 1 =⇒ φ → −
2
⊲ x → +∞ =⇒ φ → −π en effet :
π π π
φ ∈ [−π, π] =⇒ φ + ∈ [− , ]
2 2 2
π 1 Q(1 − x2 ) π Q(1 − x2 )
tan(φ + ) = − = =⇒ φ = − + arctan
2 tan φ x 2 x
π π
Pour x → ∞ =⇒ φ → − − = −π
2 2
φ

1 x

π

2

−π

CPGE/Béni Mellal Page -49/73- -SAID EL FILALI-


5.2. ÉTUDE DU CIRCUIT RLC SÉRIE EN RÉGIME SINUSOIDAL ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I
FORCÉ

5.2.4 Résonance en intensité


En régime permanent le courant à pour expression i(t) = Im cos(ωt + ϕi ) =⇒ i(t) = I m ejωt
avec I m = Im ejϕi
En appliquant la loi d’Ohm en notation complexe, on obtient

E E/Re
Im = =⇒ I m =
1 1
Re + jLω + 1 + jQ(x − )
jCω x

5.2.4.1 Étude de l’amplitude Im


On a
E E/Re
Im = =r
|Z| ³ 1 ´2
1 + Q2 x −
x

⊲ x = 0 =⇒ Im = 0
⊲ x → ∞ =⇒ Im → 0
1
⊲ Im est maximal si Z est minimal c’est à dire pour ω = ωo = : C’est la pulsation de
LC
résonance du courant
E
⊲ Im (ωo ) = = Imax
Re
Representation graphique de Im en fonction du facteur de qualité Q
i

Q = 2

Q = 4

Q = 6

Q = 8

x
1

5.2.4.2 La bande passante à -3dB


On définit la bande passante à -3dB par l’intervalle des pulsations [ω1 , ω2 ](ou fréquences
Imax ³ 1 ´2 ³ 1 ´2
[f1 , f2 ]) tel que Im > √ c’est à dire 1 + Q2 x − 6 2 =⇒ Q2 x − −160
2 x x

CPGE/Béni Mellal Page -50/73- -SAID EL FILALI-


5.2. ÉTUDE DU CIRCUIT RLC SÉRIE EN RÉGIME SINUSOIDAL ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I
FORCÉ

Im

E
Imax =
Re

Imax

2

x
ωc1 ωo ωc2
x1 = x2 =
ωo ωo

D’après le graphe de Im = Im (x) on cherche les x ou l’égalité est satisfaite :


³ 1 ´2 1
Q2 x − − 1 = 0 =⇒ Q2 (x − )2 = 1
x x
1 1
Q2 (x − )2 = 1 =⇒ Q(x − ) = ±1 c’est à dire que
x x
r
2 1 1 1
x ± x − 1 = 0 =⇒ x1/2 = ± + +1
Q 2Q 2Q2

r r
ω1 1 1 ω2 1 1
x1 = =− + +1 ; x2 = = + +1
ωo 2Q 2Q2 ωo 2Q 2Q2

La largeur de la bande passante à -3dB est :

ωo Re
∆ω = ω2 − ω1 = =
Q L

La résonance est aiguë si la bande passante est étroite (Re faible)

Remarque- 22 :
On retrouve la définition du facteur de qualité

r
ωo 1 L Lωo 1
Q= = = =
∆ω R C R RCωo

CPGE/Béni Mellal Page -51/73- -SAID EL FILALI-


5.3. LA PUISSANCE : ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

5.2.4.3 Étude du déphasage ϕ = ϕi − ϕe


1
On a ϕi = ϕe − arg(1 + jQ(x − ) en posantϕ = ϕi − ϕe alors
x
1 1 π π
ϕ = − arg(1 + jQ(x − ) =⇒ cos ϕ = r > 0 =⇒ ϕ ∈ [− , ]
x 1 2 2
1 + Q2 (x − )2
x
π
⊲ Si x → 0 alors ϕ →
2
π
⊲ Si x → ∞ alors ϕ → −
2
⊲ Si x → 1(à la résonance
r en courant) alors ϕ → 0
1 1 π
⊲ Si x → x1 = − + 2
+ 1 alors ϕ → +
2Q r 2Q 4
1 1 π
⊲ Si x → x2 = + + 1 alors ϕ → −
2Q 2Q2 4

Representation graphique de ϕ en fonction x

5.3 La puissance :
5.3.1 Facteur de puissance :
⋆ La puissance instantanée :

δW
p(t) = = u(t).i(t)
δt

CPGE/Béni Mellal Page -52/73- -SAID EL FILALI-


5.3. LA PUISSANCE : ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

⋆ La puissance moyenne :
T
1
Z
Pm =< p(t) >= p(t)dt
T 0

sachant que
• u(t) = Um cos(ωt + ϕu )
• i(t) = Im cos(ωt + ϕi )
1
• cos a cos b = [cos(a + b) + cos(a − b)]
2
Et en posant ϕ = ϕu − ϕi le déphasage de le tension par rapport au courant alors :
Pm = Um Im cos(ωt + ϕu ) cos(ωt + ϕi )

Um Im
Pm =< p(t) >= cos ϕ = Ue Ie cos ϕ
2

⊲ cos ϕ : facteur de puissance.


Um Im
⊲ Pm = cos ϕ :puissance active ou puissance utile
2
Um Im
⊲ Q= sin ϕ :puissance réactive
2
Um Im
⊲ S= :puissance apparente
2

S 2 = Pm2 + Q2

Remarque- 23 :
ui∗ = U I ∗ = Um Im ej(ϕ+ϕi ) e−jϕi = Um Im cos ϕ + jUm Im sin ϕ

1 1
Pm = ℜ(ui∗ ) = ℜ(U m I ∗m ) = ℜ(U e I ∗e )
2 2

Et puisque U m = ZI m alors

I2
Pm = ℜ(Z) = Ie2 ℜ(Z)
2

On conclut donc que la puissance moyenne est dissipée dans la partie réelle de l’impédance com-
plexe
Intérêt : Soit un générateur alimentant une utilisation à travers une ligne de transport (cables) :

Ligne (Z)

Générateur cos ϕ
utilisation

CPGE/Béni Mellal Page -53/73- -SAID EL FILALI-


5.3. LA PUISSANCE : ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

On pose :
◮ Pu = U I cos ϕ : La puissance moyenne utile.
◮ S = U I : La puissance apparente.
◮ PJ = RI 2 : La puissance moyenne consommée par la ligne (Z = R + jX)
◮ Pg : la puissance moyenne délivrée par le générateur.
Le bilan énergétique s’écrit :Pg = PJ + Pu
Le rendement énergétique de l’ensemble est :

Pu 1
η= =
Pg PJ
1+
Pu

η est une fonction décroissante de


PJ RI 2 RPu
= = 2
Pu Pu U cos2 ϕ
PJ
Pour augmenter η , il faut minimiser donc soit :
Pu
⊲ Diminuer R (augmenter la section des cables)
⊲ Augmenter U (haute tension)
⊲ Augmenter cos ϕ (en pratique cos ϕ > 0, 9)
Exemple :Soit un dipôle d’impédance complexe Z = Zejϕ
Pour augmenter cos ϕ, on peut placer en parallèle sur le dipôle un condensateur

D C

L’admittance équivalente est


1
Y e = jCω +
Z
On veut que cos ϕtotal = 1 =⇒ Y e ∈ R c’est à dire
1 1
Cω − sin ϕ = 0 =⇒ C = sin ϕ
Z Zω

5.3.2 Adaptation d’impedance :


Voir Exercice No 1 de la série II électrocinétique

XE 2
1. Pm =
2[(X + XG )2 + (Y + YG )2 ]
2. Pm est maximale si sa dérivée est nulle :
∂Pm
• = 0 =⇒ X = XG
∂Y
∂Pm
• = 0 =⇒ Y = −YG
∂X
Donc Z = Z ∗

CPGE/Béni Mellal Page -54/73- -SAID EL FILALI-


5.3. LA PUISSANCE : ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

3. Z est imaginaire pur =⇒ X = 0 d’où la puissance moyenne est nulle


4. la fréquence f = 150 M Hz
• Z = R//C avec R = 150 Ω et C = 100 pF
1 1
Z = Z ∗G =⇒ Y = Y ∗G et comme Y = + jCω =⇒ Y G = − jCω
R R
1 1 1 1
donc Y G = + avec Lω = =⇒ L =
R jLω Cω 2 Cω 2
1
AN L = = 11, 26 nH
4πf 2 C
On conclut donc que
ZG = R//L
1 1
• Z = R//L =⇒ ZG = R//C tel que C = 2
= 2 2
Lω 4π Lf
AN C = 37, 5 pF

CPGE/Béni Mellal Page -55/73- -SAID EL FILALI-


5.3. LA PUISSANCE : ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

CPGE/Béni Mellal Page -56/73- -SAID EL FILALI-


Chapitre 6

Diagramme de BODE des filtres du premier


et second ordre

On admet le Théorème de Fourier : toute fonction périodique peut être décomposable en une
série de fonctions sinusoïdales.
C’est pour cela qu’on s’interesse aux signaux sinusoïdaux appliqués aux systèmes linéaires.

6.1 Fonction de transfert


6.1.1 Définitions
Soit D un quadripole constitué par un système linéaire possédant une entrée ve et une sortie
vs :

Ve D Vs

Puisque on s’interesse aux signaux sinusoidaux , alors on pose :


⊲ ve (t) = Ve cos(ωt + ϕe ) =⇒ v e (t) = V e ejωt avec V e = Ve ejϕe
⊲ vs (t) = Vs cos(ωt + ϕs ) =⇒ v s (t) = V s ejωt avec V s = Ve ejϕs
On appelle fonction de transfert :

Vs Vs
H(jω) = = ej(ϕs −ϕe ) = Hejϕ
Ve Ve

Vs
avec H = le module de la fonction de transfert et ϕ = ϕs − ϕe son argument(le déphasage de
Ve
la sortie par rapport à l’entrée).

6.1.2 Exemples
Déterminer la fonction de transfert pour les circuits suivants :
jRCω
◮ circuit CR :H =
1 + jRCω

57
6.1. FONCTION DE TRANSFERT ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I
1
◮ circuit RC :H =
1 + jRCω
1
◮ circuit RLC :H =
1 − LCω 2 + jRCω
−LCω 2
◮ circuit RCL :H =
1 − LCω 2 + jRCω
jRCω
◮ circuit LCR :H =
1 − LCω 2 + jRCω

6.1.3 Lien entre la fonction de transfert et l’équation différentielle


Rappelons que en notation complexe multiplier par (jω)n c’est dérivé n fois par rapport au
temps et diviser par (jω)n c’est intégrer n fois par rapport au temps.
Prenons l’exemple du circuit RC :
V ω
H(jω) = s =⇒ V e = V s + j V s en passant à la notation réelle on a
Ve ωc
1 dvs (t)
ve (t) = vs (t) +
ωc dt
C’est l’équation différentielle du circuit

6.1.4 Diagrammes de BODE


En électronique , on couvre en général une large plage de fréquences (10 → 1OOkHz cadre de
l’ARQP) ,la representation linéaire est peu pratique et peu utilisé.
• Diagramme de Bode : c’est une representation en échelle logarithmique en abscisse.
• On définit le gain G en décibels par :

GdB = 20 log H

On rappelle que H est sans dimension.


Le diagramme de Bode est le tracé des deux courbes :
◮ GdB = f (log(ω)) :diagramme de Bode pour H en décibels ;
◮ ϕ = g(log(ω)) :diagramme de Bode pour la phase.

Remarque- 24 :

1. On trace en général un diagramme de Bode sur un papier «semi-logarithmique» (avec une


échelle logarithmique )
2. On a lim log ω → −∞ : un diagramme de Bode ne «s’arrête pas » à log ω = 0
ω→0
½
GdB = G1dB + G2dB
3. Si H = H 1 × H 2 =⇒
ϕ = ϕ1 + ϕ2
On peut sommer les diagrammes de Bode

 GdB = 0 ⇐⇒ H = 1
4. GdB < 0 ⇐⇒ H < 1
GdB > 0 ⇐⇒ H > 1

CPGE/Béni Mellal Page -58/73- -SAID EL FILALI-


6.2. FILTRAGE ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

H = 10 ⇐⇒ GdB = 20


H = 102 ⇐⇒ GdB = 40




 ..


.
5.

 H = 10−1 ⇐⇒ GdB = −20
H = 10−2 ⇐⇒ GdB = −40



 ..


.

◮ On appelle le décade l’intervalle des pulsations [ω1 , ω2 ] tel que ω2 = 10ω1

6.2 Filtrage
6.2.1 Introduction
Un filtre est un système linéaire qui transmet (le plus parfaitement possible ) certaines fré-
quences et atténue (le plus possible ) les autres.
Il est caractérisé par sa bande passante [ωc1 , ωc2 ] ou ∆ω = ωc2 − ωc1 avec ωc1 et ωc2 les pulsations
de coupure.
On définit la bande passante à -3dB par

Hmax
H(ωc ) = √ =⇒ G(ωc ) = Gmax − 3dB
2

6.2.2 Principaux types de filtres


H H

Filtre passe-bas
Filtre passe-haut
Ho
Ho
Filtre idéal

H H
√o √o
2 2

Filtre réel

Filtre idéal

Filtre réel

ω
ω
ωc ωc
H H
Filtre passe- bande Filtre coupe-bande

Ho Ho

Filtre réel

H
H √o
√o 2
2

Filtre réel

Filtre idéal

Filtre idéal ω
ωc1 ωc2
ωc1 ωc2 ω

CPGE/Béni Mellal Page -59/73- -SAID EL FILALI-


6.3. FILTRES DU PREMIER ORDRE ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

Remarque- 25 On pose
N (ω)
H(jω) =
D(ω)
avec deg N (ω) 6 deg D(ω) (sinon le système est instable)
On dit qu’un filtre est d’ordre n si degD(ω) = n

6.3 Filtres du premier ordre


6.3.1 Filtre passe-bas du premier ordre
La forme canonique du filtre passe-bas d’ordre 1 est :

Ho Ho
H(jω) = ω = 1 + jx
1+j
ωc

6.3.1.1 L’étude d’un exemple :

considérons le circuit (RC) suivant : Ve C Vs


i
1
◮ En BF :ω(x) → 0 =⇒ → ∞ (le condensateur se comporte comme un interrupteur
jCω
ouvert) ,donc le courant est nul et par conséquent vs (t) = ve (t)
1
◮ En HF :ω(x) → ∞ =⇒ → 0 (le condensateur se comporte comme un fil) ,donc la
jCω
tension entre ses bornes est nulle et par conséquent vs (t) = 0
On conclut que ce filtre laisse passer les tensions sinusoïdales de faibles fréquences et élimine les
tensions de hautes fréquences : C’est un filtre passe-bas
1
jCω 1
La fonction de transfert s’écrit :H(jω) = =
1 1 + jRCω
R+
jCω
Donc :
1
ωc = || Ho = 1
RC

⋆ Si ω ≫ ωc (x → ∞) =⇒ H(jω) → 0 (Vs → 0)
⋆ Si ω ≪ ωc (x → 0) =⇒ H(jω) → Ho
⋆ Le circuit est constitué des composants passifs alors le filtre est passif.
⋆ Puisque le degré du dénominateur est égal à 1 alors le filtre est passe-bas passif d’ordre
1.

CPGE/Béni Mellal Page -60/73- -SAID EL FILALI-


6.3. FILTRES DU PREMIER ORDRE ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

6.3.1.2 Diagramme de Bode pour le gain :


On a
|Ho | |Ho |
H=r =√
ω 1 + x2
1 + ( )2
ωc

Comportement asymptotique :
|Ho | ω
⊲ lim G(ω) = lim [20 log10 q ] = 20 log |Ho | − 20 log
ω→∞ ω≫ωc
1 + ( ωωc )2 ωc
ω
lim G(ω) = Go − 20 log
ω→∞ ωc
⊲ lim G(ω) ≃ 20 log |Ho | = Go
ω→0
ω
• La courbe représentant le gain GdB en fonction de log est une droite de
ωc
pente -20dB/décade et qui coupe la droite horizontale G = Go pour ω = ωc
G(dB)

Go
Go-3dB

Courbe réelle

Intégrateur
20 dB/décade

décade

ω
log
ωc

Remarque- 26 :
◮ Pour ω ≪ ωo =⇒ x → 0 on a H = Ho ∈ R =⇒ vs (t) = Ho ve (t) : le circuit réalise
l’opération «multiplication par une constante»
Ho ωc
Z
◮ Pour ω ≫ ωc =⇒ H(jω) = =⇒ vs = Ho ωc ve dt : c’est un intégrateur

Le filtre passe bas d’ordre 1 joue le rôle d’intégrateur en hautes fréquences (pulsations(ω ≫
ωc ))

6.3.1.3 Diagramme de Bode pour la phase :


Ho Ho
• H(jω) = ω =⇒ ϕ(ω) = arg( )
1 + j ωc 1 + j ωωc
ω
ϕ = arg Ho − arg(1 + j )
ωc

CPGE/Béni Mellal Page -61/73- -SAID EL FILALI-


6.3. FILTRES DU PREMIER ORDRE ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I
x 1
Dans notre exemple Ho = 1 =⇒ sin ϕ = − √ < 0 et cos ϕ = √ > 0 donc
h π i 1 + x2 1 + x2
ω
ϕ ∈ − , 0 d’où ϕ(ω) = − arctan <0
2 ωc
ϕ(ω) log ωc
log ω

6.3.2 Filtre passe-haut du premier ordre


La forme canonique du filtre passe haut d’ordre 1 est :
ω
j
ωc jx
H(jω) = Ho ω = Ho 1 + jx
1+j
ωc

6.3.2.1 L’étude d’un exemple :


considérons le circuit (CR) suivant :
En BF :Zc → +∞ =⇒ vs (t) → 0 C
En HF :Zc → +0 =⇒ vs (t) → ve (t) Ve R

Donc le filtre CR est un filtre passif passe-haut


L’expression de la fonction de transfert :
jRCω
H(jω) =
1 + jRCω
1
Donc :Ho = 1 et ωc =
RC
• L’ordre du filtre est égal à 1.
• Si ω ≫ ωc =⇒ H(jω) → Ho
• Si ω ≪ ωc =⇒ H(jω) → 0
• deg(D(jω)) = 1
On conclut que c’est un filtre passif passe-haut d’ordre 1

6.3.2.2 Diagramme de Bode pour le gain :


|Ho | ωωc
GdB (ω) = 20 log10 |H(jω)| = 20 log10 q
1 + ( ωωc )2
Comportement asymptotique :

CPGE/Béni Mellal Page -62/73- -SAID EL FILALI-


6.3. FILTRES DU PREMIER ORDRE ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

⊲ lim G(ω) ≃ Go ;
ω→∞
ω
⊲ lim G(ω) ≃ 20 log
ω→0 ωc

Remarque- 27 :
ω
• La courbe représentant le gain GdB en fonction de log est une droite de pente 20dB/décade
ωc
et qui coupe la droite horizontale G = Go pour ω = ωc

G(dB)

dérivateur

ω
log
ωc
1
G(ωc ) = Go − 20 log √ = Go − 3dB
2

Remarque- 28 :
ω 1 ve
Pour ω ≪ ωc =⇒ H(jω) = j =⇒ vs = : c’est un dérivateur
ωc ωc dt
Le filtre passe haut d’ordre 1 joue le rôle d’un dérivateur en faibles fréquences f ≪ fc

6.3.2.3 Diagramme de Bode pour la phase :

jx π
On a H = Ho =⇒ ϕ = arg(Ho ) + − arg(1 + jx)
1 + jx 2
π
Dans notre exemple Ho = 1 =⇒ arg(Ho ) = 1 et par conséquent ϕP.haut = + ϕP.bas
2
Conclusion :
Le déphasage d’un filtre passe haut du premier ordre se déduit de celui du filtre passe bas d’ordre
π
1 par une une translation de
2

CPGE/Béni Mellal Page -63/73- -SAID EL FILALI-


6.4. FILTRES DU DEUXIÈME ORDRE ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

ϕ(ω)

ω
log
ωc

6.4 Filtres du deuxième ordre


L’ordre du filtre est égal à 2 donc le dénominateur D(ω) = D(x) est polynôme d’ordre 2.

6.4.1 Filtre passe-bas


La fonction de transfert d’un filtre passe bas d’ordre 2 est :

Ho
H= x
1 − x2 + j
Q

avec ω = xωo

6.4.1.1 L’étude d’un exemple


i R L
◮ En HF :x → ∞ =⇒ Z c → 0 donc Vs → 0
◮ En BF :x → 0 =⇒ Z c → ∞ donc Vs → Ve Ve C Vs
Donc : c’est un filtre passif passe bas
L’expression de la fonction de transfert s’écrit :
1
H=
1 − LCω 2 + jRCω
On tire que :
1
◮ La pulsation propre ωo = √
LC
◮ Ho = 1 r
1 L
◮ Le facteur de qualité Q =
R C
À partir de l’expression de la fonction de transfert on en déduit que :

CPGE/Béni Mellal Page -64/73- -SAID EL FILALI-


6.4. FILTRES DU DEUXIÈME ORDRE ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

⊲ En BF x → 0 =⇒ H → Ho c’est à dire que vs (t) = Ho ve (t)


⊲ En HF x → ∞ =⇒ H → 0 c’est à dire que vs (t) → 0

⊲ deg(H) = 2
On conclut que le filtre est passif, passe-bas d’ordre 2

6.4.1.2 Diagramme de Bode pour le gain


On a :
Ho |Ho |
H= x =⇒ H = |H| = s
1 − x2 + j x2
Q (1 − x2 )2 + 2
Q
Le comportement asymptotique
◮ En BF :x → 0 =⇒ GdB = Go = 20 log |Ho |
◮ En HF :x → ∞ =⇒ GdB ≃ 20 log(|Ho |ωo2 ) − 40 log ω :C’est une droite de pente
-40dB/décade, caractéristique du filtre du deuxième ordre.
1 1
On rappelle que la fonction s présente un maximum si Q > √
x2 2
(1 − x2 )2 + 2
Q
Donc si :
1
• Q < √ : GdB ne présente pas de maximum (courbe décroissante)
2
2Q2
r
1 1
• Q > √ : GdB présente un maximum en xR = 1 − ainsi H(x R ) = |H o |
2Q2
p
2 4Q2 − 1
GdB

ωR
20 log |Ho |

1 log ω
Q= √ ωo
2
20 log |Ho | − 3 1
Q> √
2
1
Q< √
2

-40 dB/décade

Remarque- 29 :

CPGE/Béni Mellal Page -65/73- -SAID EL FILALI-


6.4. FILTRES DU DEUXIÈME ORDRE ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I
1
1. En général xR 6= 1 =⇒ ωR 6= ωo sauf pour Q = √
2
2. Si Q ≫ 1 alors ωR = ωo ainsi on nomme x1 et x2 > x1 les pôles du dénominateur c’est à dire
Ho
que H = ; ainsi le diagramme asymptotique présente une asymptote
(1 + jx1 )(1 + jx2 )
intermédiaire entre x1 et x2 à -20 dB/décade
En effet si :
◮ ω ≪ ω1 =⇒ H = Ho : multiplication par une constante
Ho ω1 R
◮ ω1 ≪ ω ≪ ω2 =⇒ H = c’est à dire que vs (t) = ω1 Ho ve (t) dt :intégrateur

Ho ωo R R
◮ ω2 ≪ ω =⇒ H = c’est à dire que v s (t) = ( ve (t) dt) dt : double intégrateur
(jω)2

6.4.1.3 Diagramme de Bode pour la phase


On a :
Ho x
H= x =⇒ ϕ = arg Ho − arg(1 − x2 + j )
1 − x2 + j Q
Q
x x
Pour Ho = 1 alors ϕ = − arg(1 − x2 + j ) =⇒ tan ϕ = −
Q Q(1 − x2 )

Représentation de la phase pour quelques valeurs de Q

ϕ
log x

−π/2

1
Q> √
2
1
Q= √
2 1
Q< √
2
−π

6.4.2 Filtre passe-haut


La fonction de transfert d’un filtre passe haut d’ordre 2 est de la forme

x2
H = −Ho x
1 − x2 + j
Q

CPGE/Béni Mellal Page -66/73- -SAID EL FILALI-


6.4. FILTRES DU DEUXIÈME ORDRE ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

• En BF x → 0 =⇒ H → 0 donc vs (t) → 0
• En HF x → ∞ =⇒ H → Ho donc vs (t) → Ho ve (t)
• deg D(jω)=2
on conclut que le filtre est passe-haut d’ordre 2

6.4.2.1 L’étude d’un exemple


i R

C
Ve L Vs

En utilisant le diviseur de tension en notation complexe on obtient :

LCω 2 x2
H=− = − x
1 − LCω 2 + jRCω 1 − x2 + j
Q
r
1 L 1
Avec Ho = 1 , Q = et ωo = √
R C LC

6.4.2.2 Diagramme de Bode pour le gain

x2
H = |Ho | p
(1 − x2 )2 + x2 /Q2

Comportement asymptotique :
◮ En HF : H = |Ho | =⇒ GdB = Go = 20 log |Ho |
|Ho |
◮ En BF H = 2 =⇒ GdB = Go + 40 log x : c’est une droite de pente +40 dB/décade
x
Cherchons si H ainsi GdB présente un extremum (maximum), pour cela calculons :

dH xQ(2Q2 − x2 (2Q2 − 1))


=
dx (Q 2 − 2 Q 2 x 2 + Q 2 x 4 + x 2 )(3/2)
 1
dH  Si Q < √ H ne présente pas de maximum (de même pour GdB )

= 0 =⇒ 2
dx 1
 Si Q > √ H présente un maximum (de même pour en GdB ) xR tel que

2
ωR 2Q
xR = =p >1
ω 4 Q2 − 2
2Q2
ainsi H(xR ) = p Si Q ≫ 1 =⇒ xR = 1 donc ωo = ωR et H(xR ) = Q|Ho |
4Q2 − 1

CPGE/Béni Mellal Page -67/73- -SAID EL FILALI-


6.4. FILTRES DU DEUXIÈME ORDRE ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

Representation graphique du gain pour quelques valeurs de Q


GdB


Q > 1/ 2
log x


Q < 1/ 2

Q = 1/ 2

+40 dB/décade

6.4.2.3 Diagramme de Bode pour la phase

On a :

ϕ = arg(−Ho x2 ) − arg(1 − x2 + jx/Q) = arg(−Ho ) − arg(1 − x2 + jx/Q)

Pour Ho = 1 alors

x
ϕ = π − arg(1 − x2 + jx/Q) =⇒ tan(π − ϕ) = − tan ϕ =
Q(1 − x2 )

Donc

x
tan ϕ =
Q(x2 − 1)

Representation graphique de la phase pour quelques valeurs de Q

CPGE/Béni Mellal Page -68/73- -SAID EL FILALI-


6.4. FILTRES DU DEUXIÈME ORDRE ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I
ϕ


Q = 0, 2 < 1/ 2

Q = 1/ 2

Q = 3 > 1/ 2

log x

Remarque- 30 :
◮ En HF : H = Ho =⇒ vs (t) = Ho ve (t) : multiplication par une constante
Ho Ho d2 ve (t)
◮ En BF : H = −Ho x2 = − 2 (jω)2 =⇒ vs (t) = 2 : la tension de sortie est
ωo ωo dt2
proportionnelle à la dérivée seconde de la tension d’entrée

6.4.3 Filtre passe-bande


La fonction de transfert d’un filtre passe-bande d’ordre 2 est :

jx/Q Ho
H = Ho x =
1 − x2 + j
³ 1´
Q 1 + jQ x −
x

◮ En BF : H → 0 =⇒ vs (t) → 0
◮ En HF : H → 0 =⇒ vs (t) → 0
On montre (après) que H présente un maximum , donc c’est un filtre passe-bande du second ordre

6.4.3.1 L’étude d’un exemple


◮ En HF :x → ∞ =⇒ Z L → ∞ donc Vs → 0 i(t)
L
C

◮ En BF :x → 0 =⇒ Z c → ∞ donc Vs → 0
◮ Pour ω = ωo on a Vs est maximale Ve R Vs

Donc : c’est filtre passif passe bas


L’expression de la fonction de transfert s’écrit :
jRCω
H=
1 − LCω 2 + jRCω
On tire que :
1
◮ La pulsation propre ωo = √
LC
CPGE/Béni Mellal Page -69/73- -SAID EL FILALI-
6.4. FILTRES DU DEUXIÈME ORDRE ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

◮ Ho = 1 r
1 L
◮ Le facteur de qualité Q =
R C

6.4.3.2 Diagramme de Bode pour le gain

On a
|Ho |
H=r ³ 1 ´2
1 + Q2 x −
x

Comportement asymptotique :
|Ho |
◮ En BF : H = x =⇒ GBF = Go − 20 log(Qωo ) + 20 log ω : C’est une droite de pente
Q
+20 dB/décade
|Ho | ωo
◮ En HF : H = =⇒ GHF = Go + 20 log − 20 log ω : C’est une droite de pente
Qx Q
-20 dB/décade
◮ Pour ω = ωo =⇒ H = |Ho | = Hmax donc GdB (ωo ) = 20 log |Ho | = Go
◮ L’intersection des deux pentes : GHF = GBF =⇒ ω = ωo
|Ho |
◮ Pour ω = ωo on a :GHF (ωo ) = GBF (ωo ) = 20 log
Q
Représentation du diagramme asymptotique

3
GdB
2
|Ho |
20 log
1 Q
log x
0

-1

-2

-3

+20 dB/décade -20 dB/décade


-4
-5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5
Le diagramme de Bode dépend de la valeur du facteur de qualité Q , c’est à dire comparer
|Ho |
20 log et 20 log |Ho | , autrement dit comparer Q et 1.
Q

CPGE/Béni Mellal Page -70/73- -SAID EL FILALI-


6.4. FILTRES DU DEUXIÈME ORDRE ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

Premier cas Q < 1 :


|Ho |
Dans ce cas 20 log > 20 log |Ho | , le diagramme de bode est de la forme :
Q

GdB
|Ho |
20 log
Q

Go

log x

Go
-3dB

+20 dB/décade - 20 dB/décade

dérivateur Intégrateur

Ho Ho dve (t)
• En BF : H = (jω) =⇒ vs (t) = donc dérivateur
Qωo Qωo dt
Ho 1 Ho ωo R
• En HF : H = =⇒ vs (t) = ve (t) dt donc intégrateur
Qωo jω Q
|Ho |
Deuxième cas Q > 1 Dans ce cas 20 log < 20 log |Ho | , le diagramme de bode est de la
Q
forme :

CPGE/Béni Mellal Page -71/73- -SAID EL FILALI-


6.4. FILTRES DU DEUXIÈME ORDRE ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

GdB
Go

Go-3dB

|Ho |
20 log
Q

log x

+ 20 dB/décade - 20 dB/décade

Dérivateur Integrateur

6.4.3.3 Diagramme de Bode pour la phase

³ 1´
ϕ = arg Ho − arg[1 + jQ x − ]
x

Pour le filtre passif Ho = 1 donc


x2 − 1
tan ϕ = −Q
x

ϕ
+π/2

log x

1
Q> √
2
1
Q= √
2 1
Q< √
2
−π/2

CPGE/Béni Mellal Page -72/73- -SAID EL FILALI-


6.4. FILTRES DU DEUXIÈME ORDRE ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

6.4.4 Filtre coupe (ou réjecteur) de bande


La fonction de transfert d’un filtre coupe (réjecteur de) bande du second ordre est de la forme

1 − x2
H = Ho
1 − x2 + jx/Q

En effet :
◮ H(x = 1) = 0 =⇒ vs (t) = 0
◮ H(x → 0) = Ho =⇒ vs (t) = Ho ve (t)
◮ H(x → ∞) = Ho =⇒ vs (t) = Ho ve (t)
Ce filtre laisse passer toutes les fréquences sauf aux voisinages de x = 1 c’est à dire aux voisinage
de la pulsation propre

6.4.4.1 L’étude d’un exemple


i R
• En BF :Z c → ∞ =⇒ i = 0 donc vs (t) = ve (t)
• En BF :Z L → ∞ =⇒ i = 0 donc vs (t) = ve (t) Ve
L
Vs
• Pour ωωo =⇒ vs (t) = ve (t) C

C’est un coupe bande


L’expression de la fonction de transfert

1
jLω +
jCω 1 − LCω 2
H= =⇒ H =
1 1 − LCω 2 + jRCω
R + jLω +
jCω

r
1 1 L
Donc : Ho = 1 , ωo = √ ,Q= et x = ω/ωo
LC R C

6.4.4.2 Diagramme de Bode pour le gain

On a :
|1 − x2 |
H = |Ho |
(1 − x2 )2 + x2 /Q2

6.4.4.2.1 Comportement asymptotique ◮ En BF x → 0 =⇒ H = |Ho | ainsi GdB = Go


◮ En HF x → ∞ =⇒ H = |Ho | ainsi GdB = Go
Le gain présente deux asymptotes horizontales confondues
◮ Pour x = 1 =⇒ ω = ωo on a H = 0+ =⇒ GdB (x = 1) → −∞
GdB présente une asymptote verticale en x = 1 c’est à dire en pulsation propre

CPGE/Béni Mellal Page -73/73- -SAID EL FILALI-


6.4. FILTRES DU DEUXIÈME ORDRE ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

6.4.4.2.2 Représentation graphique du gain pour quelques valeurs de Q


G
dB

G
o

1
Q= √ log x
2
1
Q> √
2
1
Q< √
2

6.4.4.2.3 La bande passante


G
dB

Go

log x1 log x
2

log x

G o -3dB

|Ho | |1 − x2 |
H= √ =⇒ p
2 (1 − x2 ) + x2 /Q2
=⇒ 2(1 − x2 )2 = (1 − x2 )2 + x2 /Q2
=⇒ (1 − x2 )2 = x2 /Q2
=⇒ 1 − x2 = ±x/Q
La solution de cette équation sont :
r r
ω1 1 1 1 ω2 1 1 1
x1 = =− + 2
+ 4 < 1 ; x2 = =+ + +4>1
ω 2Q 2 Q ω 2Q 2 Q2

La largeur de la bande passante


1 ωo
∆x = =⇒ ∆ω =
Q Q

CPGE/Béni Mellal Page -74/73- -SAID EL FILALI-


6.4. FILTRES DU DEUXIÈME ORDRE ÉLECTROCINÉTIQUE-M.P.S.I

6.4.4.3 Diagramme de Bode pour la phase


On a :
1 − x2 Ho
H = Ho 2
=⇒ H = x
1 − x + jx/Q 1+j
Q(1 − x2 )
Donc
x
ϕ = arg Ho − arg(1 + j )
Q(1 − x2 )
x
Pour un filtre passif Ho = 1 donc : tan ϕ = −
Q(1 − x2 )
avec :
π π
⊲ cos φ > 0 =⇒ ϕ ∈ [− , ]
2 2
π
⊲ sin ϕ < 0 =⇒ ϕ ∈ [− , 0] pour x < 1
2
π
⊲ sin ϕ > 0 =⇒ ϕ ∈ [0, ] pour x > 1
2
π π
• lim ϕ = 0− • lim ϕ = 0+ • lim− ϕ = − • lim+ ϕ = +
x→0 x→∞ x→1 2 x→1 2
On conclut que la phase d’un filtre coupe bande est présente une discontinuité en x = 1 c’est à
dire en ωo .
Représentation graphique de la phase pour quelques valeurs de Q
ϕ
π
2

log x

1
Q< √
12
Q= √
2
1
Q> √
2

π
- 2

CPGE/Béni Mellal Page -75/73- -SAID EL FILALI-