P. 1
Histoire de l'Eglise - SA - 2011

Histoire de l'Eglise - SA - 2011

|Views: 189|Likes:
Publié parDiogo Ferraz

More info:

Published by: Diogo Ferraz on Feb 24, 2011
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/24/2015

pdf

text

original

Sylvain AHARONIAN

HISTOIRE DE L’ÉGLISE
TRAME DE COURS

INSTITUT BIBLIQUE DE NOGENT

2010

1

SOMMAIRE

PRÉFACE ........................................................................................................................5 EXIGENCES ACADÉMIQUES ...................................................................................5 ÉLÉMENTS BIBLIOGRAPHIQUES ...........................................................................6 INTRODUCTION ............................................................................................................9 I. L’ÉGLISE DANS L’EMPIRE ROMAIN (30-476)................................................... 10 A. L’ÉGLISE EN SITUATION MINORITAIRE (30-313).................................... 10 1. LA CROISSANCE DE L’ÉGLISE................................................................... 10 a. Les sources écrites ........................................................................................ 10 b. L’implantation des Églises............................................................................ 10 c. Les raisons de la rapide expansion de l’Église............................................... 10 2. L’ORGANISATION DE L’ÉGLISE ................................................................ 11 a. Une contre-société ........................................................................................ 11 b. La vie communautaire .................................................................................. 11 c. La hiérarchisation ......................................................................................... 11 d. Le proto-catholicisme ................................................................................... 12 3. LES PREMIERS PÈRES DE L’ÉGLISE.......................................................... 12 a. Notions élémentaires de patristique .............................................................. 12 b. Les Pères apostoliques .................................................................................. 12 c. Les Pères apologistes.................................................................................... 13 d. L’école catéchétique d’Alexandrie ................................................................ 13 4. LES PERSÉCUTIONS..................................................................................... 13 a. Les raisons des persécutions ......................................................................... 13 b. L’attitude des chrétiens ................................................................................. 14 c. Les conséquences des persécutions ............................................................... 14 B. L’ÉGLISE EN SITUATION MAJORITAIRE (313-476).................................. 14 1. LE CHRISTIANISME PROMU RELIGION OFFICIELLE ............................. 14 a. La conversion de Constantin......................................................................... 14 b. L’évolution du statut du christianisme .......................................................... 14 c. L’évolution de la vie de l’Église ................................................................... 14 2. LE PÔLE ORIENTAL ET LE PÔLE OCCIDENTAL DE L’ÉGLISE .............. 15 a. Les différentes préoccupations théologiques ................................................. 15 b. Les deux modèles d’organisation ecclésiale .................................................. 15 c. La lutte pour la prééminence......................................................................... 15 3. LES DÉBATS CHRISTOLOGIQUES ............................................................. 15 a. La divinité de Jésus-Christ (IVe siècle) ......................................................... 15 b. L’union des deux natures de Jésus-Christ (Ve siècle)..................................... 16 4. AUGUSTIN ..................................................................................................... 16 a. La vie d’Augustin ......................................................................................... 16 b. L’œuvre d’Augustin ..................................................................................... 16 5. LE MONACHISME......................................................................................... 17 a. La raison de l’essor du monachisme ............................................................. 17 b. L’essor du monachisme en Orient ................................................................. 17

2

L’introduction du monachisme en Occident .................................................. 17 LA CHUTE DE L’EMPIRE ROMAIN D’OCCIDENT .................................... 17 a. L’agonie de l’Empire ................................................................................... 17 b. Les conséquences de la chute de l’Empire .................................................... 17 II. L’ÉGLISE AU MOYEN ÂGE (476-1492) ........................................................... 18 A. LE HAUT MOYEN ÂGE (476-900) ................................................................ 18 1. LA HAUTE ÉPOQUE MÉROVINGIENNE .................................................... 18 a. Clovis .......................................................................................................... 18 b. Le monachisme bénédictin ........................................................................... 18 c. L’Église romaine .......................................................................................... 18 d. Le christianisme celtique et le christianisme romain ..................................... 18 2. L’ISLAM ......................................................................................................... 19 a. Les conquêtes de l’islam .............................................................................. 19 b. Les conséquences de l’essor de l’islam ......................................................... 19 3. LA CHRISTIANISATION DU NORD DU CONTINENT EUROPÉEN .......... 19 a. L’évangélisation de la Germanie .................................................................. 19 b. L’évangélisation de la Scandinavie ............................................................... 19 c. L’évangélisation des pays slaves .................................................................. 19 4. L’EMPIRE CAROLINGIEN ........................................................................... 19 a. L’héritage de Charles Martel et de Pépin le Bref ........................................... 19 b. Charlemagne ................................................................................................ 20 c. La spiritualité ............................................................................................... 20 d. L’effondrement de la civilisation carolingienne ............................................ 20 B. LE BAS MOYEN ÂGE EN CHRÉTIENTÉ PROSPÈRE (900-1300) ............... 20 1. LE MONACHISME ........................................................................................ 20 a. L’importance du moine ................................................................................ 20 b. Cluny ........................................................................................................... 20 c. Cîteaux ........................................................................................................ 21 d. Les ordres mendiants .................................................................................... 21 2. LA DOMINATION DE LA PAPAUTÉ ........................................................... 21 a. Grégoire VII ................................................................................................ 21 b. Le concordat de Worms ............................................................................... 21 c. Alexandre III ................................................................................................ 21 d. Innocent III .................................................................................................. 22 e. Boniface VIII ............................................................................................... 22 3. LES MOUVEMENTS CONTESTATAIRES ................................................... 22 a. La contestation de l’autorité spirituelle de l’Église catholique ....................... 22 b. Les cathares ................................................................................................. 22 c. Les vaudois .................................................................................................. 22 4. LES CROISADES ........................................................................................... 23 a. Les causes lointaines .................................................................................... 23 b. L’appel de Clermont .................................................................................... 23 c. Les motivations des croisés .......................................................................... 23 d. Les huit expéditions ..................................................................................... 23 e. Les principales conséquences ....................................................................... 23 5. LE SCHISME D’ORIENT ............................................................................... 24 a. La mésintelligence chronique entre l’Église latine et l’Église grecque ........... 24 b. La multiplication des crises .......................................................................... 24 c. La rupture .................................................................................................... 24 6. LA VIE INTELLECTUELLE .......................................................................... 24 a. La soif de connaissance ................................................................................ 24 b. La scolastique .............................................................................................. 24 c. Les principaux théologiens scolastiques........................................................ 24 C. LE BAS MOYEN ÂGE EN CHRÉTIENTÉ DÉCADENTE (1300-1492) ......... 25 1. LA PAPAUTÉ ................................................................................................. 25 6.

c.

................................................. c............ Le parcours de Calvin............. 29 c.............................................................................................................................. La préparation .............................. 33 c........................................................... 36 2.................................................................... 25 L’influence de la Renaissance.... Luther dans l’Église catholique...............................................................................XVIIIe SIÈCLES) ..................................... 32 6.. L’aile armée ................................................................................................................... 33 b................ 30 a..................... L’ANGLETERRE ET L’AMÉRIQUE DU NORD AU XVIIe SIÈCLE...................... L’essor du puritanisme en Amérique du Nord .................................... .................................................... 35 b.................................................................. 35 d.................................................................. 26 3..................... 29 2. 25 2............... 28 c.............................................................................................. Jérôme Savonarole (1452-1498) ....................................................................... 35 1.... 28 d....... 28 a........................................ La Réforme calvinienne..... Érasme (1469-1536) ......................... La hantise de Satan.... La Compagnie de Jésus . Le roi Jacques Ier d’Angleterre ........................................................... 26 a........................ LA FRANCE AU XVIIe SIÈCLE ................................... François Ier .............................................................................................................................. La persécution puis la tolérance en Angleterre .......................................................................................................... Luther en dehors de l’Église catholique ...... Le sursaut catholique sous Marie Tudor .................................................... L’édit de Nantes promulgué par Henri IV .................................................................. 30 3............ 32 a........................................ L’édit d’Alès dû à Richelieu ......................................................................................... Jan Hus (1369-1415) ........................................................................................................... 35 B..................................................................... La perception de Dieu ........................................ 32 b....................................................... 36 b...................................................................... Les formes de réaction catholique à la Réforme ................ 28 b........................................ Ulrich Zwingli.............. MARTIN LUTHER (1483-1546) ..... 29 b....... 33 a................... 26 b................................. 34 a................................... 27 III................... L’humanisme ...... 31 a.......................... L’extension du calvinisme ................... 34 f.................................... Le choix d’une voie moyenne sous Élisabeth Ire ... 36 e..................................................................................................... 35 c....... LA SPIRITUALITÉ ...................... Les caractéristiques ......... JEAN CALVIN (1509-1564).... LA RÉFORME EN ANGLETERRE .... 35 a..... 1455-1536) .............. Le concile de Trente (1545-1563) ........... L’influence de Luther ....................................................................... 33 e............ 30 b.... 26 b............................... 31 4................................................................... LES PRÉCURSEURS DE LA RÉFORME... LA CONTRE-RÉFORME............................... LA RENAISSANCE ................................................3 La contestation politique de l’autorité papale ........... ULRICH ZWINGLI (1484-1531) ET MARTIN BUCER (1491-1551) .................... 33 d........ 34 c.... L’introduction de la Réforme sous Édouard VI ..................................................... LE REMANIEMENT DE LA RELIGION (XVIIe.................................. 34 b..................... 34 7.......... L’origine du puritanisme ................................................. Martin Bucer ........... 26 c................................ 25 Les divisions au sommet de l’Église . L’ÉGLISE DANS LES TEMPS MODERNES (1492-1789) ................................................. 28 1...................... 36 a..................... b....................... 29 a........................... Le début du baptisme ... La prolifération d’Églises indépendantes sous Cromwell ......................... Les guerres de Religion en France (1562-1598) ................................. 36 f... 26 a................................................. 34 d.................................... Jacques Lefèvre d’Étaples (env.................... L’aile pacifique .................. 36 a.... 28 A.................................................. 32 c............ LE TEMPS DE LA RÉFORME (XVIe SIÈCLE) ............ 31 5................................................................................... 31 c.................................................. La guerre civile en Angleterre ............................................................. John Wyclif (1324-1384) .......................... 31 b. La rupture entre Henri VIII et le pape ........ LA RÉFORME RADICALE .............

...... 40 IV.......... L’œuvre humanitaire protestante en Occident ........................................................ Le renouveau catholique.......................................................................................... Le réveil en Grande-Bretagne .............................. 44 a... La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen .............................................................................. LE PROTESTANTISME .. 40 d......... Les conséquences de l’évolution culturelle .......... L’ÉGLISE DANS L’ÉPOQUE CONTEMPORAINE (1789-2000).......... Les schismes au sein de l’Église réformée ... 44 a........................................................................................................... 43 2................................................ 38 c................. 44 b............... 38 b............................... 41 2.................. 39 e........ 40 a...................................4 L’édit de Fontainebleau promulgué par Louis XIV .................................... 39 5................................................ Nikolaus Ludwig von Zinzendorf (1700-1760) .................. d............................. 39 c.............................................. 37 b......... 37 Le catholicisme ............................ 42 a............ Vatican II (1962-1965) ...................................................................................................................................... Le combat révolutionnaire ... 46 3................................................... Philipp Jakob Spener (1635-1705) .... LE PREMIER GRAND RÉVEIL AMÉRICAIN .................................................................................. 38 4. La consécration de la raison ....... 41 1.... L’Angleterre au début du XVIIIe siècle..................... 42 B.................................................................... 45 2................................................. Le durcissement doctrinal................. 42 1..................... LE PIÉTISME SUR LE CONTINENT EUROPÉEN... ........ 46 a...... L’essor de l’ultramontanisme ...... LA RÉVOLUTION FRANÇAISE ...... L’évolution vers une certaine ouverture ........ 37 c.... LE RÉGIME CONCORDATAIRE .......................... 45 c..................................................... Le deuxième grand réveil américain ......................................... L’ACTION SOCIALE ET LA MISSION.............................................. 41 c.................... LE PROTESTANTISME FRANÇAIS AU XIXe SIÈCLE .............................. 40 b............................. Les suites du réveil ........................................................................................................................... 37 a............. La réaction contre les révolutions ........................................................... 43 c.................................................................................. L’essor des missions protestantes ........... 37 3...... L’Église après Vatican II ..................................... LE CATHOLICISME ...................................................................................... 43 a...... Les facteurs de réaction spirituelle ...................... 38 d......... LA PAPAUTÉ JUSQU’AU DÉBUT DU XXe SIÈCLE.......... Le rôle de la France ............. LE SIÈCLE DES LUMIÈRES ........................ 44 1............. 47 a........ 39 a............. LE RENOUVEAU SPIRITUEL DE LANGUE ANGLAISE ...................................................................... 44 b........................................................................ 44 3...... 41 b................. La conversion de John Wesley .............................................................................................. LE CHANGEMENT DE STATUT DE LA RELIGION ................................... La sécularisation de la société . 44 C......................................................... 40 6........................ LE CATHOLICISME AU XXe SIÈCLE ........ La papauté avant Vatican II ................................................................. Les rapports entre l’Église catholique et l’État ................................................................ 43 b......... Le legs religieux ............................................. 38 a........ 39 b........................... 42 b... 45 d...................... La Constitution civile du clergé ........................................... Le développement d’une mentalité chrétienne américaine spécifique ..................... LE MOUVEMENT PENTECÔTISTE .................................................................................... LE MÉTHODISME ...................................................................... Hermann Francke (1663-1727) ... 47 b........................... La constitution d’Églises méthodistes ............................................... 39 d............................ 46 b. 44 c.. 41 a............................................ L’amorce du réveil ..................................... 42 c............................................. 47 4....... Le troisième grand réveil américain .......................................................... 37 Le protestantisme dans la nuit ............ e. 41 A........................ Le réveil en Angleterre ...... Jonathan Edwards (1703-1758) et George Whitefield (1714-1770) ......................................................... 47 c.. LE CATHOLICISME EN FRANCE JUSQU’AU DÉBUT DU XXe SIÈCLE ............................................

LE LIBÉRALISME ET LE FONDAMENTALISME ....................................... Chronologie de l’histoire de l’Église............................. Le prolongement du mouvement missionnaire du XIXe siècle .................. Le darwinisme .... à la fin de chaque semestre. Institut Biblique de Nogent......................................... (Notes de lecture à rendre avant la fin du semestre...................................... de la partie concernée dans : 1) le plan du cours......... Précis d’histoire de l’Église.. Le symbole  renvoie aux annexes..................... de l’anglais.......... L’ŒCUMÉNISME .... consistant en questions de cours....... 48 b.......... 48 c.............. 48 2....... 48 1............. 48 a.. b............................... Marne-la-Vallée......... 48 b............... 19966............... 3) (facultatif) LINDER...) Examen........ 49 d....... L’entre-deux-guerres ........................... ............................... 2000.............. L’œcuménisme évangélique ......... B............... 2) NICOLE........ N................................................................................................5 L’origine du pentecôtisme .......... ci-après .................................... L’œcuménisme de l’Église catholique ....... Jules-Marcel........................ trad..................... Le libéralisme théologique...................... Farel........... Bonus d’un point sur vingt chaque semestre pour la lecture de 200 pages supplémentaires pour un étudiant de niveau A et de 300 pages supplémentaires pour un étudiant de niveau B... Robert D.... 50 a................... : Le symbole  dans le plan ci-après renvoie aux pages à lire dans les deux ouvrages publiés susmentionnés....... .. ......... PRÉFACE EXIGENCES ACADÉMIQUES Lecture.. 49 c............. préalable à chaque séance de cours......................................... 47 Le développement du mouvement pentecôtiste ............... Lecture avec prise de notes succinctes : ........de 300 pages choisies parmi les titres indiqués en bibliographie pour les étudiants de niveau B............ 49 e........ 24 p..... 47 D................ LES NOUVELLES TENDANCES DES ÉGLISES CHRÉTIENNES ........................................... 48 a...... Le fondamentalisme ........................................... Nogent-sur-Marne. 49 ANNEXES ....de 200 pages choisies parmi les titres indiqués en bibliographie pour les étudiants de niveau A .. Le Conseil Œcuménique des Églises ...... à la fin du plan ciaprès................. 295 p.............

Paris. L’Église des premiers temps : des origines à la fin du IIe siècle. Martin Luther & Jean Calvin. coll. Edipro. 1999. Jacques. 240 p. « Calvin et les anabaptistes ». La Révolution des megachurches. 19985. Les Dieux dans la Cité. . . 2002. Le Retour des huguenots. Histoire du protestantisme. Paris. 2000. PUF. De la religion d’État à la laïcité d’État. « Les Églises évangéliques en France (XIXe-XXe siècle) : des Églises de réveil ? ». sous dir. Paris & Genève. Thierry. 19924rev. . Neal. . Les Croisades. BAUBÉROT. . Genève. coll. Les dossiers vivre. 2003rev. . BLOUGH. COMBY. BLANDENIER. . coll. Labor et Fides. 7. La Guerre des camisards. 200310rev. PUF. Sébastien. Jean. Cerf. 332 p. 8. Sébastien. 1100 p. Peter. Hachette Littératures. 2000. Le Temps des Réformes. 528 p. BROSSE. . 1997. . PUF. 2003. De la conversion des Barbares au sac de Constantinople (406-1204). 2010. Jean et WANEGFFELEN. Jean. Quadrige dicos poche. Thierry. . 224 p. Vie et rayonnement de Pierre Valdo. coll. coll. 199 p. Le Catholicisme entre Luther et Voltaire. Pierre et MENSION-RIGAU. Complexe Poche. BAECHER. Des Origines au XXIe siècle. 18002005. . 1985. Je Sème & Excelsis. Paris. Paris. Jean. André. coll. . Que sais-je. Genève. Paris. Baptême de Clovis. Balland. coll. Paris. Dieu XXL. Seuil. Bernard. Jean. . Paris. Paris.6 ÉLÉMENTS BIBLIOGRAPHIQUES . Excelsis. Pour lire. Paris. de l’anglais par Jeanne-Henri MARROU. Paris. vol. Labor et Fides. 1985. Seuil. 127 p. 144 p. 211 p. FATH. Desclée. . .. 257 p. Cerf & Labor et Fides. (2 vol. coll. coll. BLOUGH. 2001rev. L’Hérésie des pauvres. Les Protestants et la République. 2008. Que sais-je. Patrick. . FATH. BAUBÉROT. 1992. éditions Complexe. CABANEL. coll. Jacques. FATH. Nouvelle Clio. . 446 p. Jésus et JésusChrist. .. 41-64 . Hachette. De 1870 à nos jours. 2008. Éric. 2005. Naissance et affirmation de la Réforme. 426 p. BAUBÉROT. PUF. . Histoire de la chrétienté d’Orient et d’Occident. 271 p. FÉLIX. 2007. Complexe. Jean. DELUMEAU. baptême de la France. Paris. Jean-Robert. Cléon d’Andran. DELUMEAU. 2008. Théologie évangélique. . trad. Peter. ARMOGATHE. BROWN. n° 1. CHAUNU. sous dir. Bruxelles. Paris. 192 p. coll. 1996. Neal. Bruxelles. L’Aventure de la Réforme. 494 p. p. p. Pierre. La plus Grande Aventure du Moyen Âge. Anières [Suisse] & Cléon d’Andran. Histoire de la laïcité en France. 284 p. Le christianisme va-t-il mourir ?. Claude. Théologie évangélique. Le Protestantisme évangélique en France. 675 p. Paris. 1896 p. Pluriel. La Vitalité protestante XIXe-XXe siècle. Jean. PUF. 446 p. . Perspectives anabaptistes. 2009. Paris. La vie de saint Augustin. Albin Michel. 197-218 . Le Monde de Jean Calvin. n° 3. Pierre. .) . 304 p. 128 p. Paris. DUCASSE. CHAUNU. BROWN. Sébastien. Nouveau Monde. Jean. Histoire générale du christianisme. vol. 1977. Jésus-Christ aux marges de la Réforme. 2007. 194 p. Mialet. . L’Essor du christianisme occidental. DELUMEAU. DANIELOU. coll. La Naissance d’Églises de professants au XVIe siècle. 20053rev. Seuil. DELCOURT. Contrastes et ressemblances. Du Ghetto au réseau. Paris. CHAUNU. Michaël Sattler. Pour lire l’histoire de l’Église. Autrement. 570 p. 2002. 328 p. Nouvelle Clio.

STAUFFER. 560 p. Cerf. . PUF. Que sais-je. 2007. . coll. Bertrand. Hubert et al. Martin Bucer (1491-1551). 1998. 2001. 2002. 127 p. Un Réformateur et son temps. Que sais-je. Georges-Frédéric. Émile-Guillaume. coll. GOGUEL. 1990. Seuil. coll. . Jacques et RÉMOND. Lille. Interprètes de la Bible.. Vevey [Suisse]. Xavier de.. Edipro. Genève. Que sais-je. 115 p. Histoire des catholiques en France. 378 p. oct. Paris. Le Réformateur de Genève. Racines et Modèles. trad. Paul. Bruxelles. n° 132. 2008. sous dir. Quadrige. . FOULON. Paris. 126 p. de l’allemand. . Quand notre monde est devenu chrétien (312-394). LIENHARD.. . . Jean Calvin. de l’anglais par Françoise LHOEST. Ernst. LAGNY. La Réforme. 588 p. 471 p. Huldrych Zwingli : biographie et théologie. 1991. coll. Paris. Paris. 20062. STAUFFER. 165p. 275 p. p. Église et réforme au Moyen Âge. . Jean. Les Piétismes à l’âge classique. Paris. Les Croisades. XXXIX-151 . n° 126. L’Église de 450 à 680. L’Univers historique. p. Paris. Giorgio. Pluriel. Protestantisme et modernité. coll. Hachette. JEDIN. Maurice. 1983. un message. Paris. Paris. Maredsous. Le Réformateur de la France et de Genève. Martin. PUF. Mialet. Presses Universitaires du Septentrion. . Jean Calvin. MORRISSON. . PUF. Beauchesne. LÉONARD. Histoire religieuse de la France. Texte intégral. Les Écrits des Pères apostoliques. Labor et Fides. TROELTSCH. Gallimard. coll. Notre Histoire. Les Déchirements de l’unité (1933-1938). Pierre. de l’allemand par Annemarie LIENHARD. Marc. Desclée. Jacques V. Paris. TOURN. coll. Cerf. Paris. 2008. Histoire et société. . SPENER. 1996. Paris. sous dir. avril 1996. . 1980. Lyon. 121 p. PUF. Desclée de Brouwer. n° 213. Anne. conversion. 432 p. Philipp Jakob. 166 p. Que sais-je. p. 1995. Les Églises chrétiennes hier et aujourd’hui. 5-63 « Les Vaudois ». . Christianisation de la France (IIe-VIIIe siècle). 344 p. . Théologie historique. coll. « Clovis ». Papauté. René. 698 p. Olivétan. 1989. 276 p. coll. Jean-Hervé. Paris. Bibliothèque d’histoire du christianisme. 26-37 . nov. de boeck. Cécile. . Paris. Pia Desideria. Paris. PLATELLE. 45-54 « Les Croisades ». GRESCHAT. Études sur les réformateurs du XVIe siècle. 195 p. LANÇON. MEYENDORFF. . 2008. 1990rev.. Éditions Bibles et Traités Chrétiens. 1988-99 (4 tomes) . LEBRUN. Atlas d’histoire de l’Église. 1995. Martin Luther : un temps. une vie. 319 p. 128 p. Paris. 1961-64 (3 tomes) . Paris. PUF. 200610. n° 127. 1990. . coll. 20038. Paris & Genève. trad. LE GOFF. Histoire générale du protestantisme. coll. 1985. 124 p. coll. Sagesses chrétiennes. 1944. (3 tomes) . 5-64 « La Papauté ». Brepols. institutions. Centurion & Labor et Fides. trad. Excelsis. 1993. LONGEIRET. PUF. L’Église. . LADRIERRE. Histoire de la France religieuse. VEYNE. MONTCLOS. Arfuyen. 1417 p. coll. milieux réformateurs et ecclésiologie dans les Pays de la Loire au tournant des XIe-XIIe siècle. Adrien et al. Cléon d’Andran. PIERRARD. 128 p. Albin Michel. Unité de l’Empire et divisions des chrétiens. . sous dir. . François.. 288 p. Henri. Richard. Théologies. 2005. Constantin (306-337). Une Esquisse de son histoire pendant vingt siècles. POLLET. Richard. Crise. . Les Croisades.7 . p. 19973rev..

WENDEL. 19892rev. 302 p. Calvin. Labor et Fides. Sources et évolution de sa pensée religieuse. Histoire et société. Genève. coll. François. .8 .

. Jr 6. Hokhma. “Rappelle-toi ceci…” (És 44.9 INTRODUCTION 1. 2. n° 68.16) . pour pouvoir cerner puis interpréter les faits. 20ss. 3. « D’une “Foi sans histoire”… à une foi dans l’histoire. 1998. La méthode du cours L’histoire de l’Église sera placée dans le contexte large de l’histoire générale. Sébastien FATH.21) ». p. La nécessité du souvenir Le souvenir est nécessaire pour savoir où aller (cf. le souvenir est nécessaire pour comprendre pourquoi des événements particuliers se sont produits1. Les limites du cours Premiers chrétiens Occident Réforme Catholicisme Orient 1 Cf. Le souvenir peut permettre en particulier de prendre le recul nécessaire pour saisir ce qu’il y a éventuellement de dangereux ou de compromettant dans l’attitude de l’Église aujourd’hui.

des gens se mettent « à s’interroger sur les cruautés. Les sources écrites On dispose essentiellement du Nouveau Testament et de quelques textes de Clément de Rome. Paul évangélise l’Asie Mineure. d’Ignace d’Antioche. b. Marc aurait fondé l’Église d’Alexandrie. L’Europe. p. de Suétone et de Flavius Josèphe.10 I. vers l’an 50. traduction grecque de la Bible hébraïque. Le Développement de la mission chrétienne des origines au milieu du troisième siècle. de Tacite. 2 3 Cf. 1 a. en 66. gagnée certes par les armes. Emmaüs & Groupes Missionnaires. 26  Annexe I. L’ÉGLISE DANS L’EMPIRE ROMAIN (30-476) A. d’Eusèbe de Césarée. Saint-Légier & Annemasse. 15. or les auteurs du Nouveau Testament disposent justement de la Septante. le grec koinè est la langue internationale . 11-15. Philippe amène à la foi un prosélyte éthiopien. les adultères. LA CROISSANCE DE L’ÉGLISE  Chronologie. 4 . Précis. favorise les progrès du christianisme. les tromperies. marque le passage de l’Évangile en Europe. c. 1981. de l’anglais. Ac 16. Le départ de Paul pour la Macédoine2. La pax romana. les chrétiens de Palestine décident de passer en Transjordanie. L’Évangélisation dans l’Église primitive. L’ÉGLISE EN SITUATION MINORITAIRE (30-313) 1. Enfin. p. . L’implantation des Églises La Palestine et ses environs. A. Michael GREEN. les luttes et les mensonges que l’on attribuait aux dieux »3 de la mythologie. trad. Lorsque. Par ailleurs. éclate la guerre des Juifs contre les Romains. L’Asie Mineure et l’Afrique du Nord. Les raisons de la rapide expansion de l’Église Les circonstances. p.

Les premiers chrétiens relativisent les distinctions sociales. Dans l’Église primitive. 2 a. vers l’an 100. Une contre-société La fraternité chrétienne. d’autant plus que l’armée cultive alors l’idolâtrie. mis à l’écart. L’exemple des chrétiens. les ébionites rejettent sa naissance virginale. Justin Martyr. Les chrétiens paient leurs impôts .11 Les efforts d’évangélisation. voire. Précis. fait le catéchisme. Quant à la stratégie missionnaire de Paul. Clément de Rome. cette discipline s’atténue quelque peu. dans sa Lettre aux Corinthiens. les adoptianistes tiennent Jésus pour un simple homme adopté comme Fils lors de son baptême. La Didachè. À partir du milieu du IIIe siècle semble-t-il. A. Les chrétiens font preuve de dynamisme pour évangéliser. les titres presbytres et épiscopes. emploie indifféremment. le montanisme réagit au cléricalisme naissant par une explosion de prophétisme et un excès d’enthousiasme… . b. Les ministères. au début. Le respect des autorités civiles. Marcion oppose le démiurge juste mais imparfait de l’Ancien Testament au Dieu bon qui a envoyé JésusChrist. 34-37  Annexe I. de même que leur acceptation du martyre. 2. qui perd de sa spontanéité. les gnostiques nient l’humanité du Christ. L’Église du Ier siècle ne possède pas d’édifices. exclu définitivement. au IIe siècle. p. Les premiers chrétiens lisent notamment les épîtres de Paul au cours de leurs réunions. conducteur de l’Église de Rome vers 95. p. dans certaines circonstances. si nécessaire. L’attachement à l’enseignement apostolique. raciales et sexuelles. La vie communautaire Les lieux de réunion. et la simplicité des rencontres attire les humbles de la société. L’ORGANISATION DE L’ÉGLISE  Chronologie. 18-19. Au IIIe siècle. à porter les armes. En effet. 4-5 . elle le conduit à annoncer l’Évangile dans des villes importantes et à y organiser des communautés ecclésiales. 27-29. Le travail théologique est entrepris pour lutter contre les hérésies. un membre infidèle est semble-t-il averti puis. au pluriel. La qualité de vie des chrétiens interpelle. mais ils sont réticents. on bâtit des édifices spéciaux pour le culte. Le refus des chrétiens de s’associer aux pratiques païennes les marginalisent. invite les chrétiens à élire « des épiscopes et des diacres ». des judéo-chrétiens nient la divinité de Jésus. La hiérarchisation La réfutation des hérésies. Le refus des pratiques païennes. La discipline. c.

L’activité des Pères. il distingue le laïcat et la hiérarchie de l’Église. 5 . les Pères apologistes (IIe siècle et début du IIIe siècle) et les théologiens ultérieurs. Notions élémentaires de patristique Définitions. élèves d’un apôtre. Le Pasteur d’Hermas est le récit d’une vision accordée à un nommé Hermas. caractérisé par un certain ascétisme. du collège des presbytres-épiscopes se distingue un président. Le proto-catholicisme Le renforcement de l’autorité de certains évêques. l’éclosion de l’idée d’une suite ininterrompue de conducteurs chrétiens depuis le temps des apôtres. b. 3 a. d. le neuvième évêque de Rome commence à se comporter comme un monarque. qui écrit une Épître aux Philippiens et reste le dernier témoin de l’âge apostolique. La distinction entre clercs et laïcs. l’Église adopte une organisation épiscopalienne : peu à peu. il explique que là où est l’évêque. p. Précis. défendent le christianisme. La valeur donnée au baptême. On voit ensuite apparaître la distinction entre le clergé séculier et le mouvement monastique. exhortent les fidèles. ou évêque. et l’essor de l’ascétisme. Les Pères constituent le Symbole des apôtres (IIe siècle) et les confessions de foi ultérieures. le baptême devient peu à peu un signe efficace de régénération. très respectée. Cette évolution conduit à donner un caractère sacramentel à l’ordination. LES PREMIERS PÈRES DE L’ÉGLISE  Chronologie. c’est-à-dire universelle. C’est semble-t-il l’attribution d’un caractère sacrificiel à l’eucharistie qui conduit à faire de celui qui préside l’eucharistie un officiant du sacrifice. ils commentent les Écritures. Ignace d’Antioche écrit sept épîtres . Clément de Rome écrit une Épître aux Corinthiens . 3. elle est utilisée pour l’instruction des catéchumènes. p. Déjà au milieu du IIe siècle semble-t-il. comme du reste Polycarpe. L’Église cherche aussi à garantir son message en remontant aux origines. A. On distingue les Pères apostoliques. Il est disciple de Jean. 20-22. Les Pères de l’Église sont les écrivains religieux des premiers siècles de l’ère chrétienne. là est l’Église « catholique ». qui gardera bientôt seul le titre d’épiscope. . Face aux hérésies.12 La succession apostolique et le rôle de l’évêque. 24-26  Annexe I. Les évêques des villes importantes se démarquent assez tôt par le titre de métropolite. Les Pères apostoliques La Didachè est un écrit anonyme du Ier siècle . Initialement rite marquant l’entrée dans la communauté ecclésiale de ceux qui ont cru. d’où. aux IIe et IIIe siècles. c’est-à-dire un prêtre.

Dans l’adversité. La caractéristique de cette école. les chrétiens. Ancien élève de Clément d’Alexandrie. Clément d’Alexandrie. d. p. Justin Martyr s’élève contre le marcionisme. 21-24 a. ce point de vue marquera l’exégèse jusqu’au Moyen Âge. On cherche à l’occasion à nettoyer la société de ses scories. ce faisant. Face aux périls que doit affronter l’Empire. ont été rejetées par l’Église. et Marc-Aurèle (règne : 161-180) encourage des mesures discriminatoires à leur égard. Origène écrit notamment un ouvrage de théologie systématique : Des Principes. Certaines de ses spéculations. et s’adressent également aux personnalités du monde romain pour les persuader du caractère raisonnable de leur doctrine et de leur morale . p. persécute les chrétiens dans la capitale. Précis. 6 . . 4. Justin Martyr. il précise que la pensée des apôtres se recueille dans les Églises qu’ils ont fondées. Répliquant aux gnostiques. Domitien aussi. Origène. Il conçoit l’Écriture comme une immense allégorie.13 c. celle de Dioclétien dès 303. Les raisons des persécutions Le Ier siècle. Elle est suivie en 258 par celle de Valérien. s’en prend aux chrétiens. en particulier celle de Rome. à la fin de son règne allant de 81 à 96. Irénée est évêque de Lyon en 177. avant de devenir lui-même montaniste. Au milieu du IIe siècle. Tertullien. Tertullien écrit une trentaine d’ouvrages constituant une œuvre polémique. on accuse les chrétiens d’athéisme et de cannibalisme : ils servent de boucs émissaires. Trajan (règne : 98-117) livre à la mort des chrétiens dénoncés de façon anonyme. Irénée. ils créent une théologie. Ainsi Néron. on impose le culte impérial pour mieux rendre solidaires les habitants. Le IIe siècle. dirigée par Clément d’Alexandrie puis Origène. après l’incendie de Rome en 64. Né au milieu du IIe siècle. il conçoit le salut comme divinisation. La première persécution générale contre les chrétiens qui refusent de sacrifier aux dieux de l’Empire se produit en 250 sous Décius. Il combat le gnosticisme et Marcion. où les mots sont chargés d’un sens mystérieux . apologétique et ascétique. Cléments d’Alexandrie fait pénétrer l’Évangile dans les milieux cultivés. et il réconcilie foi et raison. puis par la plus violente. sur la préexistence des âmes ou le salut universel. LES PERSÉCUTIONS  Chronologie. est d’intégrer à la réflexion chrétienne ce qui est positif dans la culture grecque. Les IIIe et IVe siècles. Cependant. Les Pères apologistes combattent le gnosticisme. Les Pères apologistes Généralités. L’école catéchétique d’Alexandrie Généralités.

de persécutés. dans laquelle des évêques cherchent une légitimation. Cet empereur apparaît bientôt comme le défenseur de l’Église. . Certains estiment que les lapsi repentis doivent être réintégrés dans l’Église. p. les chrétiens deviennent persécuteurs. 50.14 b. L’évolution du statut du christianisme En 313. 4 TERTULLIEN. Les habitants de l’Empire ont intérêt à devenir chrétiens : être chrétien signifiera bientôt être romain. et la ferveur des chrétiens en général s’affaiblit. et il ne se fait baptiser que sur son lit de mort. Les problèmes soulevés par la présence de lapsi repentis. La conversion de Constantin De mère chrétienne. tandis que d’autres s’y opposent. de ressusciter le paganisme. le baptême. il a tendance à assimiler le dieu Sol au Dieu des chrétiens. la catéchèse. B. 43-46  Annexe I. en 337. b. Apologétique. en vain. 6 . Ces derniers s’enfuient au désert. la pénitence vont évoluer. à Milan. L’ÉGLISE EN SITUATION MAJORITAIRE (313-476) 1. Un schisme s’en suit dans l’Église de Rome. On lit les actes des martyrs pendant les cultes. Les conséquences des persécutions Les conversions. le culte. lapsi (« tombés ») – ils abjurent le christianisme – et prudents. le christianisme devient finalement la religion officielle de l’Empire . En 380. c. p. les martyrs sont vénérés. 1 a. Constantin remporte en 312 une victoire militaire qu’il attribue au Christ. Cependant. La vénération des martyrs. L’attitude des chrétiens Les chrétiens se répartissent en martyrs. ou livrent aux autorités des écrits hérétiques en guise d’écrits sacrés. Tertullien déclare d’ailleurs : « Le sang des chrétiens est une semence »4. Ces faits renforcent la notion de succession apostolique. L’évolution de la vie de l’Église Le multitudinisme. la cène. L’empereur Julien l’Apostat (361-363) essaie ensuite. Du coup. De nombreuses personnes deviennent chrétiennes grâce au témoignage de fidélité des martyrs. sous Théodose. B. 13. À la fin du IIIe siècle. la liberté de culte est accordée à tous les citoyens. Précis. ou obtiennent auprès de fonctionnaires complaisants ou corrompus des certificats attestant qu’ils ont sacrifié aux idoles. LE CHRISTIANISME PROMU RELIGION OFFICIELLE  Chronologie. c.

Alexandrie. Les premiers s’intéressent surtout au concret. Au début du IVe siècle. p. (…) En même temps. Les différentes préoccupations théologiques Avant même le scindement définitif de l’Empire romain en deux en 395. Arius. savoir l’ecclésiologie et la prédication. Antioche et Jérusalem d’après le concile de Chalcédoine. Le concile de Nicée (325). le premier concile œcuménique. »5 2. Les remous dans la sphère religieuse et la sphère politique. leur résiste.15 Le césaro-papisme. met en avant Matthieu 16. 73.18 pour montrer la primauté de Pierre sur les autres apôtres. p. d’autres évêques le soutiennent. souligne la primauté du successeur de Pierre. La décision du concile devient loi de l’Empire. 3. condamne l’arianisme en 325 et proclame la divinité du Fils. « L’État intervient dans la vie de l’Église et en attend un soutien idéologique. Constantinople. p. b. alors que les seconds se préoccupent davantage de la théologie. Léon Ier. « consubstantiel [homoousios] au Père ». 46-54  Annexe I. un prêtre du diocèse d’Alexandrie qui veut maintenir un monothéisme strict. elle est de plus en plus l’apanage de Rome. les théologiens occidentaux écrivent en latin tandis que les orientaux écrivent toujours en grec. qui se déroule à Nicée. Pour lire l’histoire de l’Église. p. Une fois le Symbole de Nicée adopté. tout près de Constantinople. Athanase (295-373). et ils emportent la conviction des Goths. évêque d’Alexandrie. mais pour les Orientaux. nombreux en Orient. l’Église obtient de l’État des avantages. 3 a. Les deux modèles d’organisation ecclésiale Le système épiscopal prévaut en Orient comme en Occident . Précis. . I. l’autorité finale est répartie en cinq patriarcats. Cerf. et il est exilé à maintes reprises par Constantin puis Constance. évêque de Rome entre 366 et 384. savoir Rome. tandis que pour les Occidentaux. 1984. Convoqué et financé par Constantin pour trancher la question. La lutte pour la prééminence Damase Ier. et sa doctrine obtient la faveur du pouvoir politique. La divinité de Jésus-Christ (IVe siècle) L’hérésie arienne. c. LE PÔLE ORIENTAL ET LE PÔLE OCCIDENTAL DE L’ÉGLISE  Chronologie. 6-7 . au sens le plus étroit. 6 a. LES DÉBATS CHRISTOLOGIQUES  Chronologie. nie la divinité de Jésus-Christ. t. Paris. avant de recouvrer la liberté de mouvement sous Julien l’Apostat ! Son combat est soutenu par les trois 5 Jean COMBY. évêque de Rome de 440 à 461. B. les ariens font des adeptes parmi les sceptiques. Si son évêque le destitue.

Eutychès est monophysite : il considère que la nature humaine du Christ est transformée par sa nature divine. Deux tendances s’affirment : l’école d’Alexandrie. Moine d’origine égyptienne. Grégoire de Naziance (330-389) et Grégoire de Nysse (335-394). est présidé par les légats de l’évêque de Rome. s’il est convoqué par l’empereur byzantin Marcien. La vie d’Augustin Après avoir mené une vie dissolue. Eutychès et le concile de Chalcédoine (451).16 Cappadociens : Basile de Césarée (330-379). La lutte contre le pélagianisme. L’union des deux natures de Jésus-Christ (Ve siècle) La difficulté. au IVe siècle. Nestorius prêche un Christ qui semble divisé. La persistance du nestorianisme et du monophysisme. soutient l’invalidité des sacrements administrés par des prêtres indignes. en 431. AUGUSTIN  Chronologie. b. qui. Donat. Augustin soutient en même temps que l’Église est la dispensatrice des sacrements nécessaires aux élus . ce qui ne manque pas d’irriter l’empereur. évêque d’Alexandrie. Après la confession de la divinité du Fils. reste à comprendre comment celui-ci est à la fois Dieu et homme. Le concile d’Éphèse. cité correspondant à l’actuelle Annaba au nord de l’Algérie. 7 . en Inde et en Chine. se dresse alors contre son rival de la capitale. et devient en 396 évêque d’Hippone. p. Les nestoriens vont en Perse. Pélage. p. qui met l’accent sur la divinité du Christ. 54-61 a. Précis. patriarche d’Alexandrie. Nestorius et le concile d’Éphèse (431). D’abord défendu par Dioscore. considéré comme un remède au péché originel. b. condamne Nestorius. Évêque de Constantinople depuis 428. Coptes. Le concile de Constantinople (381). il finit par défendre le pédobaptisme. en partie par souci d’indépendance à l’égard de Constantinople. Augustin réplique en insistant sur la réalité du péché originel et sur la grâce irrésistible accordée par Dieu aux élus. le concile de Constantinople. comme les lapsi. Augustin (354-430) se convertit à l’âge de trente et un ans. après une lutte pour le pouvoir dont les acteurs sont non seulement ce dernier et Cyrille. . nie le péché originel pour ne faire dépendre le sort éternel de l’homme que de son libre arbitre. 4. au Ve siècle. qui souligne son humanité. en 381. marque la fin de l’arianisme dans l’Empire romain. mais aussi l’évêque d’Antioche et celui de Rome. Cyrille. L’œuvre d’Augustin La lutte contre le donatisme. Jacobites et Arméniens sont plus ou moins monophysites. Le Symbole de Chalcédoine confesse deux natures en une seule personne. et l’école d’Antioche. Il fonde en 388 une communauté monastique. Léon le Grand. Eutychès est ensuite condamné en 451 au concile de Chalcédoine. Augustin rétorque que le sacrement agit par lui-même. Convoqué par l’empereur Théodose.

il fonde un monastère en Haute Égypte. LA CHUTE DE L’EMPIRE ROMAIN D’OCCIDENT  Chronologie. embrasse la vie cénobitique après sa conversion . tous gagnés à l’arianisme sauf les Francs. 6.17 5. connu pour sa traduction latine de la Bible. Les Wisigoths pillent Rome déjà en 410. 7-8 . la chute de l’Empire d’Occident va favoriser la primauté romaine dans l’Église latine. p. Basile de Césarée (329-379) s’emploie à mieux intégrer les communautés de moines à l’Église. 251-356) est le premier ermite chrétien connu. L’introduction du monachisme en Occident Des voyageurs orientaux vantent à l’Ouest les bienfaits de la vie monastique. La raison de l’essor du monachisme Le monachisme apporte une réponse au multitudinisme et à l’attiédissement spirituel des masses. Martin de Tours. qui va tendre à dominer le pouvoir temporel. il essaie de rapprocher le style de vie de son clergé du style de vie monastique. LE MONACHISME  Chronologie. et qui représente le type du moine versé dans les Écritures. p. mais le chaos des structures politiques amène la population à regarder vers l’Église. Le dernier empereur est destitué en 476. Les conséquences de la chute de l’Empire La prise de Rome plonge les chrétiens dans la consternation. Précis. c. un ancien soldat. L’essor du monachisme en Orient L’Égyptien Antoine (env. b. Précis. 75-76  Annexe I. 8 . Ainsi en est-il de Jérôme (347-419). Pacôme (286-346). envahissent l’Empire romain occidental. L’agonie de l’Empire Durant les deux premiers tiers du Ve siècle. p. Le modèle du martyr est peu à peu remplacé par celui du moine dans l’esprit des gens. b. à la fois moine et évêque dès 372. Par ailleurs. p. 5 a. 71-74 a. B. . Quant à Augustin. les peuples germaniques. fonde deux monastères tournés vers l’évangélisation.

. 74-77. LE HAUT MOYEN ÂGE (476-900) 1. L’Église romaine L’alliance avec les Francs. l’Église franque se dote d’une certaine autonomie. Cependant. pontife de 590 à 604. Il chercha cependant à diriger les affaires de l’Église dans son territoire. avec l’aide de moines bénédictins. devient une personnalité politique dans la péninsule italienne. acquérant ainsi une certaine unité. p. 390-461) évangélise l’Irlande et y développe un monachisme spécifique. les moines irlandais christianisent l’Écosse et fondent des monastères sur le continent européen. Le monachisme bénédictin Benoît de Nursie (env. en 529. 7-8 . amène l’Angleterre au christianisme. L’Église d’Angleterre est ainsi sous la tutelle de Rome. Le synode de Whitby en 660 marque la victoire du christianisme romain sur le christianisme celtique. mandaté par Grégoire le Grand. c. b.18 II. LA HAUTE ÉPOQUE MÉROVINGIENNE  Chronologie. le moine Augustin. Il contribuera beaucoup à la christianisation de l’Occident. Patrick (env. Clovis La conversion au catholicisme de Clovis. À la faveur des crises politiques. 64-66. Le christianisme celtique et le christianisme romain L’Église irlandaise. 81-82 a. dit le Grand. roi des Francs de 481 à 511. Ce monachisme au style de vie très réglé se veut communautaire et autonome économiquement. d. et l’Église romaine devient une puissance foncière. Grégoire le Grand. 480-547) fonde l’ordre des Bénédictins au Mont-Cassin. L’évangélisation de l’Angleterre. Précis. p. Grégoire Ier. Dès le VIe siècle. Pour l’Église romaine. contribue au recul du paganisme et à la disparition de l’arianisme : Clovis est vu comme un nouveau Constantin. À la fin du VIe siècle. La victoire du christianisme romain. la christianisation des peuples va de pair avec l’extension de la domination territoriale des Francs. L’ÉGLISE AU MOYEN ÂGE (476-1492) A.

les États de l’Église. p. la Norvège et l’Islande sont aussi évangélisés. Précis. Les conséquences de l’essor de l’islam La rivalité entre le pontife de Rome et le patriarche de Constantinople. D’une certaine façon. p. les frères Cyrille et Méthode sont envoyés comme missionnaires en Moravie par le patriarche de Constantinople. b. grand-père de Charlemagne. l’islam se propage au Moyen-Orient. se trouve accentuée. fut sacré en 751 et en 754. L’évangélisation de la Germanie Le moine britannique Boniface (680-754) est chargé par le pontife romain de contrer l’influence du christianisme celtique en Germanie et d’évangéliser la région. 4. respectivement par Boniface et par le pape Étienne II. LA CHRISTIANISATION DU NORD DU CONTINENT EUROPÉEN  Chronologie. qui finissent par gagner la soumission des Moraves. par exemple. Antioche et Alexandrie. p. L’évangélisation de la Scandinavie Ansgar (801-865). L’héritage de Charles Martel et de Pépin le Bref Charles Martel. Au Xe siècle. le Danemark. c. La victoire de Charles Martel (env. 79 a. 10 . 83 (§1). la Bulgarie. 90-91 (§2) a. intervenait en maître dans l’Église. p. Précis. résiste à Rome : l’Église bulgare devient autocéphale dès 927. L’EMPIRE CAROLINGIEN  Chronologie. les relations entre la royauté et la papauté étaient désormais marquées par des bénéfices réciproques. soumis à l’autorité de l’empereur. évangélise la Suède. soumettant par les armes les anciennes métropoles chrétiennes de Jérusalem. en 756. 85-87 a. avec son chef Boris. Par ailleurs. en Asie centrale et en Afrique du Nord. la montée de l’islam contribue à la germanisation de l’Église d’Occident. désormais isolé en Orient. Ils se heurtent bientôt à l’opposition des représentants de l’Église de Rome. 7-8 . L’évangélisation des pays slaves En 863. Les conquêtes de l’islam À partir du VIIe siècle. p. b. et tourne au désavantage du second. Précis. Ce dernier reçut en échange.19 2. 688-741) en 732 à Poitiers met fin à l’avancée des musulmans en Europe. p. père de Charlemagne. L’ISLAM  Chronologie. 3. En revanche. . 8 . Pépin le Bref. moine puis évêque de Hambourg.

la pratique des sacrements »6 et de la dîme… Le latin devient obligatoire pour la messe. 1 a. Précis. près de Châlon-surSaône. on reconnaît au moine le rôle de prier pour les autres chrétiens. Charlemagne organise l’instruction religieuse. est fondé en 910. marquant un retour à la règle bénédictine. Ils essaiment et fournissent bientôt plusieurs papes. lequel toutefois s’efforce d’assujettir la papauté. B. LE BAS MOYEN ÂGE EN CHRÉTIENTÉ PROSPÈRE (9001300) 1. Que sais-je. L’effondrement de la civilisation carolingienne Après son partage en 843. d. . La renaissance carolingienne. et la papauté devient un petit pouvoir parmi beaucoup d’autres. LE MONACHISME  Chronologie.20 b. la superstition croît. le monastère de Cluny. repousse les musulmans dans le nord de l’Espagne et attaque les Saxons. l’Église considère que les rapports sexuels rendent toujours impurs. B. Charlemagne Les conquêtes. fait. 10-11 . Les réformes religieuses. b. avec l’aide du moine britannique Alcuin (env. Paris. 735-804). Au reste. p. pour favoriser l’instruction. Cluny Grâce à un don de Guillaume le Pieux. Charlemagne (742-814) détruit le royaume lombard. 6 Xavier de MONTCLOS. renforçant une certaine unité mais faisant des fidèles de simples spectateurs. qui profitent surtout aux clercs et aux aristocrates. p. l’invocation des saints décédés et la prière pour le salut des défunts se développent… Par ailleurs. coll. secouant le joug des princes. PUF. l’observation du repos dominical. Véritable ministre ecclésiastique. L’Occident s’achemine vers la féodalité. qui veut aussi en imposer au patriarche de Constantinople. Histoire religieuse de la France. Charlemagne. de grandes réformes. c. L’importance du moine Alors que Dieu est redouté comme dispensateur de la vie et de la mort. p. la vie monacale est tenue comme le moyen le plus sûr d’accéder au salut. 91. Le pape. 29. trouve en Charlemagne un allié. 103-110  Annexe II. Il christianise de force les peuples soumis. La spiritualité Les reliques et l’hostie deviennent des objets magiques. 19902rev. réglemente « l’assiduité aux offices. Il fonde notamment des écoles pour les clercs. l’Empire carolingien se disloque. Les clunisiens se placent sous l’autorité directe du pape.

« Le pape les charge [dès 1223] de réprimer l’hérésie en leur donnant la responsabilité de l’Inquisition. Alexandre III entre en conflit avec le roi d’Angleterre et l’empereur germanique. op. . p. 1170-1221) de Castille. à Worms. pape de 1073 à 1085. d. à Canossa. L’idée selon laquelle les moines. Ainsi. de faire disparaître la simonie. et en 1221 est fondé le premier tiers ordre. reçoivent leur autorité spirituelle du pape et leur autorité temporelle de l’empereur. LA DOMINATION DE LA PAPAUTÉ  Chronologie. pour les laïcs voulant vivre la spiritualité de François. nommés dans leur région. s’efforce. Grégoire VII. fonde en 1098 un nouvel ordre à Cîteaux. Le cistercien Bernard de Clairvaux (1090-1153). cit. Les dominicains. 170. en 1212. »7 2. d’imposer le célibat à tous les clercs. 11 . mais il doit finalement s’humilier publiquement devant le pape en 1077. Les ordres mendiants Les franciscains. et il parvient outrageusement à les faire céder.. Cîteaux Le moine clunisien Robert de Molesmes. Les dominicains sont prédicateurs et théologiens. 2 a. 97-100  Annexe II. aspirant à plus de simplicité et de rigueur. b. fonde l’ordre mendiant des Frères Prêcheurs.21 c. 7 COMBY. Le concordat de Worms La querelle des Investitures se prolonge jusqu’en 1122 : le pape Calixte II et l’empereur Henri V s’accordent alors. Précis. pour bien servir leurs contemporains. pour que les évêques allemands. p. ou clarisses . Dominique Guzman (env. Peu après. près de Dijon. vers 1210. Il s’emploie à prêcher la repentance et la foi. Or Henri IV d’Allemagne s’oppose à cette dernière réforme. En 1215. est constitué autour de Claire d’Assise (1194-1253) l’ordre des Pauvres Dames. et d’écarter l’empereur germanique de l’investiture des évêques. Grégoire VII Ancien moine. en 1074 et 1075. Alexandre III Pape de 1159 à 1181. c. orateur et écrivain. B. saint François (1182-1226) d’Assise fonde à Madère l’ordre mendiant des Frères Mineurs. marque la vie de l’Église au milieu du XIIe siècle. devraient sortir dans le monde et mendier leur pain fait son chemin. p.

préoccupé par son salut. b. Cependant leur doctrine. le message du salut par la grâce. LES MOUVEMENTS CONTESTATAIRES  Chronologie. Boniface VIII Alors que la papauté perd un peu de son autorité morale. Perçus comme critiques à l’égard de la papauté. des chrétiens réagissent contre l’éloignement des clercs de l’idéal de la vie évangélique. prêchant sans autorisation. jette Boniface VIII en prison : ainsi prend fin la théocratie papale. elle a raison des hérétiques. prônant le mépris du monde créé. Innocent III Le pontificat d’Innocent III. le quatrième concile du Latran approuve les croisades et proclame le dogme de la transsubstantiation. Les cathares Venue d’Orient. Précis. sans pour autant disparaître. L’Église répond par l’Inquisition dès les années 1230-1235. soumet l’Angleterre à un tribut annuel… En 1215. l’hérésie cathare se répand au XIIe siècle dans la région d’Albi. s’apparente à un gouvernement théocratique : à l’apogée de sa puissance. Riche marchand lyonnais. c. distribue ses biens aux pauvres. Les vaudois Pierre Valdo. 11 . La prédication des contestataires se veut intelligible. La contestation de l’autorité spirituelle de l’Église catholique Après le Xe siècle. . p. Philippe IV le Bel. L’art gothique est aussi en plein essor. 1140-1217). Il découvre ensuite. place la France sous interdit à cause de l’adultère de son roi. du culte des saints. p. ils sont excommuniés et condamnés au bûcher par le pape Lucius III. e. Les vaudois prêchent la conversion et la piété. roi de France. des croisades et de la richesse de l’Église. de 1198 à 1216. Les cathares. des prières pour les défunts. 3. Pierre Valdo (env. du serment ou encore de la peine de mort. en 1184. dont la morale rigoureuse attire. Le mouvement vaudois. Cependant. de la messe. Ils rejettent la croyance au purgatoire et la pratique des indulgences.22 d. 117-122 a. font de nombreux prosélytes. en traduisant la Bible en langue vulgaire. le pape nomme les évêques en Allemagne. la bulle Unam sanctam du pape Boniface VIII proclame en 1302 la prééminence pontificale dans les affaires spirituelles et temporelles. conduit à contester le culte officiel avec ses sacrements et ses images : la croisade des albigeois est ordonnée par Innocent III . Il se met alors à annoncer l’Évangile et à préparer des évangélistes.

massacrant presque tous les musulmans et les juifs . 8 Ibid.23 4. 4 a. accordant aux volontaires une indulgence plénière. Elles font par ailleurs profiter l’Occident du haut niveau culturel et technique du ProcheOrient. 11 . 101-103  Annexe II. Les huit expéditions Les croisés sont soutenus par les Arméniens. tous les petits États latins fondés au début sont perdus. 162. un certain expansionnisme européen peut être pris en compte. Entre temps. meurt de la peste en 1270 au cours de la huitième expédition. d. ainsi que le désir d’occuper des soldats oisifs et donc tentés de piller les campagnes européennes. en particulier à Jérusalem. b. Les principales conséquences Les croisades accentuent la mésentente entre l’Église latine et l’Église grecque. prennent beaucoup d’importance dans la religiosité occidentale au XIe siècle . et saint Louis. p. p. B. Précis. Les premiers croisés prennent Jérusalem le 15 juillet 1099. Bernard de Clairvaux appelle à la deuxième croisade. Les causes lointaines Les pèlerinages. car menacer la foi officielle. le 27 novembre 1095. c’est mettre en péril toute la société. Les motivations des croisés La croisade est considérée comme un pèlerinage armé. c. elles provoquent chez certains la volonté d’évangéliser pacifiquement les musulmans. . la chrétienté se doit de se prémunir contre l’islam. Constantinople est pillée par les croisés… Finalement. p. En outre. « un rite de purification et de pénitence »8.. L’appel de Clermont Après l’appel à l’aide de l’empereur d’Orient menacé par les Turcs musulmans qui viennent de prendre Jérusalem. persuade les Occidentaux de partir en croisade. Enfin. Surtout. or les musulmans rendent ces voyages difficiles. tertiaire franciscain et roi de France. e. LES CROISADES  Chronologie. mais bientôt d’autres campagnes s’avèrent nécessaires. le pape Urbain II convoque un concile à Clermont et.

La querelle des iconoclastes. p. Le clivage politique entre l’Ouest et l’Est de même que la différence de langage augmentent aussi la tension entre les deux Églises. dépêché par Rome. 110-113  Annexe II. lequel excommunie à son tour le légat du pape. La multiplication des crises Plusieurs conflits ont opposé le pape et le patriarche de Constantinople. b. Sur la question du mariage des prêtres ou concernant un certain nombre de rites. qui s’en prenait au culte rendu aux Images : cette crise a contribué à creuser le fossé entre l’Église latine et l’Église grecque. p. c. . malgré la levée réciproque des anathèmes par le pape Paul VI et le patriarche Athénagoras Ier en 1965. La mésintelligence chronique entre l’Église latine et l’Église grecque Latins et Grecs divergent sur le rapport ontologique entre l’Esprit et les deux autres Personnes divines : les Orientaux rejettent la clause du filioque. les positions ou pratiques des Romains et des Byzantins diffèrent. 6 a. Ce schisme dure encore. La rupture C’est en réaction à une lettre blâmant le pape Léon IX et envoyée par le patriarche de Constantinople Michel Keroularios à un évêque grec d’Italie qu’en 1054 le cardinal Humbert.24 5. a aussi dressé le prélat de Rome contre l’empereur de Byzance. 11-12 . Le père de la scolastique est l’archevêque Anselme de Cantorbéry (1033-1109). p. LE SCHISME D’ORIENT  Chronologie. 6. 92-94 a. p. l’activité intellectuelle sort des monastères et gagne les villes : les premières universités apparaissent. On découvre les écrits d’Aristote. Précis. LA VIE INTELLECTUELLE  Chronologie. Les principaux théologiens scolastiques Anselme de Cantorbéry. Il pense devoir croire avant de tenter de comprendre. B. c. qui précise que l’Esprit procède du Père et du Fils. Précis. excommunie le patriarche. La soif de connaissance Au XIIe siècle. aux VIIIe et IXe siècles. b. servies par l’enseignement de moines mendiants et de prêtres. La théologie est alors la reine des sciences. 12 . La scolastique Les théologiens occidentaux dits scolastiques s’inspirent de la pensée d’Aristote pour concilier foi et raison : ils s’efforcent de rendre compréhensibles à la raison humaine les vérités du christianisme.

Le franciscain Duns Scot (1265-1308) rétorquera que la raison est pervertie. mais il se divise en deux. la révélation vient la compléter. L’influence de la Renaissance Au XVe siècle. Aux XIVe et XVe siècles. de 1378 à 1417.25 Pierre Abélard. C. le mouvement culturel de la Renaissance. C. En 1409. En 1377. Après avoir humilié Boniface VIII. les papes. d’abord en Italie. Thomas d’Aquin. 12-13 . 1225-1274) écrit la Somme théologique. Comme solution au conflit des papes. La contestation politique de l’autorité papale L’essor du nationalisme. le roi de France Philippe le Bel fait élire. Thomas d’Aquin (env. . Les papes en Avignon. la primauté des conciles est proclamée à Constance. Dominicain puis professeur à Paris et ensuite à Naples. b. Un concile se réunit ainsi à Bâle en 1431. contribue à la remise en question de la hiérarchie de l’Église et donc à l’ébranlement de la chrétienté. p. Précis. d’Espagne et d’Angleterre parviennent à centraliser leur administration. LE BAS MOYEN ÂGE EN CHRÉTIENTÉ DÉCADENTE (13001492) 1. 1 a. et le concile de Bâle se dissout en 1449 . le pape Clément V. mais ceux-ci n’abdiquent pas : en 1417. c. mais les cardinaux français élisent la même année leur compatriote Clément VII et l’installent à Avignon : c’est le grand schisme d’Occident. sont ainsi sous la surveillance du roi de France. le concile de Constance écarte finalement les trois papes et installe Martin V à Rome. puis le déplace avec sa cour en Avignon : de 1309 à 1377. 124-127  Annexe II. La tentative d’union avec l’Église grecque entreprise par l’une des parties avorte. Il explique que la raison apporte une connaissance vraie mais limitée . p. Le mouvement conciliaire. le concile de Pise désigne bien un nouveau pape pour remplacer les deux autres. Professeur à Paris. en 1305. Pierre Abélard (1079-1142) veut comprendre pour croire. Les divisions au sommet de l’Église Le grand schisme d’Occident. les rois de France. Ils revendiquent l’indépendance de leur État à l’égard de la papauté. Constantinople passe aux Turcs en 1453. mort en 1164. Sa méthode sera reprise avec plus de prudence par Pierre Lombard. LA PAPAUTÉ  Chronologie. d’ailleurs tous français. le pape Grégoire XI rentre à Rome. L’Italien Urbain VI lui succède en 1378. affirmant la liberté de l’individu.

John Wyclif saisit le message de grâce de l’Évangile. 13 . provoque une hantise de Satan. John Wyclif (1324-1384) La vie de Wyclif. S’opposant aux interventions du pape dans la politique de l’Angleterre ainsi qu’au versement d’impôts à la curie romaine. des pèlerinages. le mysticisme rhénan prône l’union directe et fusionnelle à Dieu. p. p. Maître Eckhart (1260-1327). sont exécutés. 3. p. la pratique des indulgences. Jan Hus (1369-1415) L’activité de Hus. C. et en 1428 on exhume même son corps pour le brûler. Précis. Le mouvement hussite remporte un . 13 . La piété laïque. tenu pour responsable : des milliers de prétendus sorciers et sorcières sont brûlés. et il entreprend la traduction anglaise de la Bible. ouvrage attribué en général à l’Allemand Thomas a Kempis (1380-1471). 128-131  Annexe II. du culte des saints. soucieux d’apaiser la colère divine. b. La perception de Dieu Le mysticisme rhénan. LA SPIRITUALITÉ  Chronologie. s’engage alors sur la voie de réformes de l’Église – son ouvrage majeur est De l’Église. entre 1337 et 1453. des messes pour les morts… Son principe fondamental est le retour à l’Écriture : il rédige en 1378 De la Vérité de l’Écriture sacrée. Précis. dominicain. b. 129-133  Annexe II. 3 a. renforce aussi ce sentiment. Il critique l’institution ecclésiale et souligne l’autorité exclusive des Écritures. Cherchant à être en relation avec Dieu sans passer par la hiérarchie. Wyclif est condamné après sa mort. C’est le courant de la dévotion moderne. de l’Église. La réaction contre Wyclif. La pensée de Wyclif. 2 a. comme ceux des béguins et des Frères de la vie commune. spectateur qui plus est du grand schisme d’Occident. mais il maintient la transsubstantiation. Les idées de Wyclif parviennent à Prague : Jan Hus. p. Il rejette la transsubstantiation. Il devient maître de philosophie et de théologie scolastique à Oxford en 1361. C. décadente.26 2. Nombre de ses disciples. prêtre et professeur à l’université. La guerre de Cent Ans. est le père de ce courant. représenté par L’Imitation de Jésus-Christ. la peste noire. Wyclif récuse le fondement divin de la papauté. qui connaît son paroxysme en Europe en 1348-1350. LES PRÉCURSEURS DE LA RÉFORME  Chronologie. La hantise de Satan Outre la manifestation de flagellants. et curé de la paroisse de Lutterworth en 1374. des croyants constituent des cercles de piété. Bouleversé par la peste noire et angoissé par le sentiment de ses péchés. les lollards. notamment par le concile de Constance en 1415. En réaction à une scolastique desséchante.

Condamné au concile de Constance. Jérôme Savonarole (1452-1498) Dominicain depuis 1474. mais les taborites se réfugient dans la clandestinité. les Pères conciliaires négocient le retour au calme : les utraquistes y consentent et constituent l’Église officielle tchèque. sans toutefois mettre en question les dogmes officiels. . Jérôme Savonarole arrive à Florence en 1482 : sa prédication aux accents eschatologiques transforme la ville corrompue. À la suite de la révolte déclenchée par l’exécution de Jan Hus. où certains se joignent à des vaudois et fondent l’Unité des Frères. où il se combine à un fort sentiment nationaliste. Les héritiers de Hus. c. Jan Hus est brûlé vif. Le pape Alexandre VI le condamne à mort. le discours de Savonarole résonne avec un sentiment nationaliste des Italiens.27 vif succès à Prague. Bientôt dirigé contre l’égarement moral des clercs et du pape.

13-14 . au culte des reliques. le souhait d’une Église purifiée et tolérante. avec notamment Guillaume Farel (1489-1565). où l’on prêche et étudie la Bible : c’est le mouvement de l’évangélisme. le célèbre humaniste s’oppose aussi à l’intrusion de l’Église dans la politique. Il fait un temps partie. professeur en Sorbonne. à la scolastique. en 1509. . LA RENAISSANCE  Chronologie. L’humanisme Outre l’humanisme païen répandu notamment en Italie. caractérisé par une philosophie plutôt optimiste de l’homme. du cénacle de Meaux. 147-148 a. Jacques Lefèvre d’Étaples (env. montre que pour lui la grâce est l’unique source de salut tandis que les sacrements sont dépourvus de pouvoirs magiques. dans un Commentaire sur les Épîtres de saint Paul. il dénonce les abus de l’Église. L’ÉGLISE DANS LES TEMPS MODERNES (14921789) A. p. comme la norme de la foi. Érasme a quelques contacts avec les Frères de la vie commune. Sans jamais rompre avec le catholicisme. c. se manifeste un humanisme chrétien. 1455-1536) En 1512. Dans L’Éloge de la folie. centrée sur le Christ. Érasme (1469-1536) Dans sa jeunesse.28 III. Jacques Lefèvre d’Étaples. 9 « Retour aux sources ». Précis. b. un attachement aux expériences mystiques. LE TEMPS DE LA RÉFORME (XVIe SIÈCLE) 1. 126. p. amenuisant donc l’importance des sacrements et des ministères institués. Il considère l’Écriture. l’attachement à l’institution et l’amour de l’exégèse – le slogan ad fontes9 résume la volonté d’étudier les textes religieux anciens. Érasme publie d’ailleurs en 1516 une édition grecque et latine du Nouveau Testament.

Lors de débats à Augsbourg et Leipzig. alors que le pouvoir politique des communes allemandes s’estompe. 14-15 . MARTIN LUTHER (1483-1546)  Chronologie. des paysans aspirent. Luther. En août 1520. Luther est mis au mois de mai au ban du Saint Empire romain germanique. La révolte paysanne. A. roi de France de 1515 à 1547. il signe en 1516 avec le pape un accord faisant dépendre l’Église de France d’abord de son roi. La découverte théologique. Par ailleurs. c’est entre 1513 et 1519 qu’il découvre dans Romains 1. L’appel lancé aux nobles allemands. qui pèsent sur les Allemands. le pape Léon X intensifie la vente d’indulgences. respectivement en 1518 et 1519. qui est alors à la fois juste et pécheur – simul justus et peccator. en désamorçant l’antagonisme de la nation et du Saint-Siège. placarde semble-t-il ses quatre-vingt-quinze thèses sur la vertu des indulgences. Né dans une société prête pour des réformes. Luther dans l’Église catholique L’intellectuel et le dévot. Il devient en 1505 maître en philosophie puis augustin à Erfurt. l’affaire des placards – des écrits attaquant la messe seront placardés la nuit du 17 au 18 octobre 1534 – rendra François Ier hostile aux protestants. En 1525. le 31 octobre 1517. avant d’obtenir son doctorat en 1512. Il se fait prêtre en 1507 et devient professeur de théologie en 1508 à Wittenberg. 2 a. avec la Réforme. Luther maintient ses positions. 2. fidèle à sa doctrine des deux règnes selon laquelle les affaires de la cité ressortissent au magistrat. rejoints par le pasteur luthérien Thomas Müntzer (14891525). Excommunié par le pape le 31 janvier 1521. il conteste le monopole papal de l’interprétation des Écritures et de la convocation des conciles . Pour obtenir la grâce. Pressé d’ériger la basilique Saint-Pierre. ne veut pas de révolution sociale au nom de Dieu : dans Contre . Or ce gallicanisme. étant ainsi déclaré ennemi public. Le Saint-Siège charge ainsi le dominicain Tetzel d’une telle vente près de Wittenberg : outré. et dénonce les dépenses importantes de la hiérarchie. soulignant que seul Dieu a le pouvoir de pardonner les péchés. encore jeune. savoir l’hébreu. Luther écrit À la noblesse chrétienne de la nation allemande sur l’amendement de l’État chrétien : soucieux du sola Scriptura. Martin Luther est. à des améliorations sociales. Tout le mérite est du côté de Dieu. freinera l’avancée de la Réforme en France. b. François Ier Prince de la Renaissance. puis trois cent mille d’entre eux se soulèvent.17 le thème de la justice passive : Dieu justifie par grâce – sola gratia – l’homme. Or Luther. Précis. 138-145  Annexe III. De plus. le grec et le latin. Luther en dehors de l’Église catholique La rupture. p.29 d. qu’il est possible depuis 1476 d’acquérir aussi en faveur des âmes du purgatoire. nul besoin de passer par le sacrement. le prêtre et l’Église : Dieu justifie au moyen de la foi – sola fide ! La querelle des indulgences. Ils le disent dans Les Douze Articles de la paysannerie souabe . il affirme aussi le sacerdoce universel des croyants. p. François Ier fonde en 1530 le Collège des Trois Langues. instruit par les Frères de la vie commune. Tourmenté par la question de son salut.

il est rendu particulièrement sensible au message luthérien sur la grâce et la foi. selon laquelle le corps du Christ coexiste avec le pain. distinct de la cène destinée à n’être célébrée que quatre fois par an »10. En 1522. p. Le culte luthérien. Le luthéranisme gagne aussi la Hongrie. Aumônier. Du reste. Ulrich Zwingli La préparation à la Réforme. 145-146 a. ULRICH ZWINGLI (1484-1531) ET MARTIN BUCER (1491-1551)  Chronologie. des vêtements cléricaux et un décor assez proches du modèle catholique. ce qu’ils font. 3. Zwingli devient en 1506 prêtre du village suisse de Glaris. Zwingli devient curé à Zurich en 1518. et Zwingli devient pasteur fonctionnaire. Zwingli affirme dans un ouvrage ne reconnaître pour autorité que l’Écriture. p. 15 . Paris. Pour Zwingli. la Bohême. De mouvement populaire spontané. Zwingli ne veut conserver de l’ancien culte que les éléments ayant un fondement scripturaire. la Réforme devient dès lors l’affaire des princes gagnés aux idées de Luther : se constituent de nouvelles Églises d’État. la cène n’a qu’une valeur symbolique. Le culte luthérien comporte par ailleurs une liturgie. dès 1525. et la diète d’Augsbourg de 1555 entérine la division confessionnelle du territoire germanique. L’homélie devient importante. la Norvège et l’Amérique du Nord. La conséquence du recours aux princes. L’influence de Luther La traduction allemande du Nouveau Testament par Luther sera considérée comme un acte fondateur de l’allemand moderne. la ville passe à la Réforme. PUF. Frôlant la mort l’année suivante. il presse les princes d’étouffer la révolte. Il met par ailleurs plus l’accent que Luther sur la sanctification. Concernant l’eucharistie. Zwingli se tourne vers les autorités civiles de Zurich : le 29 janvier 1523. Luther défend la doctrine de la consubstantiation. coll. Après un passage à Einsiedeln. il est aussi aux côtés des mercenaires helvétiques qui se battent pour le pape . rejette la croyance au purgatoire et. le Danemark. Le passage à la Réforme. Pour réformer l’Église. Érasme l’amène cependant à douter du bien-fondé de ces luttes. 61. La Réforme au reste progresse dans l’Empire. 20038. Fort d’une formation scolastique et humaniste. Convaincue. . p. 10 Richard STAUFFER. seuls quelques princes restant catholiques. dotées d’une hiérarchie et où l’autorité civile nomme les inspecteurs ecclésiastiques – le pape est en quelque sorte remplacé par le prince. Le zwinglianisme. Précis. abolit la messe – elle est « remplacée par un culte extrêmement dépouillé. La Réforme. Une guerre civile au cours de laquelle Zwingli perd la vie consacre la division confessionnelle de tout le territoire helvétique. il présente soixante-sept thèses devant une assemblée.30 les hordes criminelles et pillardes des paysans. prônant le principe sola Scriptura et dénonçant les abus de la hiérarchie catholique. c. la Suède. Que sais-je. Il élimine en outre les images des lieux de culte. Luther n’ôtant du culte catholique que ce qu’il estime en contradiction avec l’Écriture.

ces anabaptistes s’écartent du mouvement paysan et refusent de prendre les armes pour se défendre. et leurs résultats sont jugés insuffisants sur le plan éthique. coll. Il juge sévèrement l’alliance entre l’Église et l’État. Bucer charge en 1531 des laïcs de la surveillance des pasteurs et des fidèles. le royaume de Dieu . Voulant montrer que même les paysans illettrés peuvent être en relation avec Dieu. les spiritualistes pacifiques. né aux PaysBas. opposés au baptême des nourrissons et à l’alliance entre l’Église et l’autorité civile. Jan Matthys y prône la violence pour instaurer une société théocratique. Que sais-je. sans le moyen de l’exposition de la Parole. radical. PUF. L’aile pacifique L’anabaptisme suisse et mennonite. estimant qu’elle empêche l’action de l’Esprit. structure les cercles anabaptistes d’Europe du Nord. Jean de Leyde est tué en 1535. la démarche des tout premiers réformateurs est trouvée trop timide. 19985. Martin Bucer Préparé par l’humanisme érasmien. de l’aile de la Réforme essentiellement représentée par les anabaptistes est le retour au christianisme primitif . Bucer est séduit par Luther dès 1518. persuadant les autorités de la ville . p. Menno Simons (1496-1561). Souvent. Après les événements de Münster. . p. Lassés des disputes sur l’aspect formel de la religion.31 b. Le spiritualisme. En 1549. Il considère la révolte paysanne comme un signe du jugement dernier. la messe y est interdite en 1529. LA RÉFORME RADICALE  Chronologie. Thomas Müntzer prétend que Dieu peut parler par l’Esprit. finissent par ne plus accorder vraiment d’importance à la cène et au baptême d’eau : seule compte la foi intérieure. Dès 1527. Les anabaptistes suisses comme Conrad Grebel. mais il est tué. en Westphalie. et sont très attentifs aux signes eschatologiques. Jan Matthys et Jean de Leyde. 15 . Sa pensée évolue sur certains points vers le zwinglianisme. Les dissidents prônent aussi la séparation stricte de l’Église et de l’État. où il contribue à réformer l’Église. 24. p. Histoire du protestantisme. L’aile armée Thomas Müntzer. assiégée par le prince-évêque de la région. il se rend en Angleterre. à cet égard. Felix Manz et Michaël Sattler. ils reconnaissent l’autorité importante de chaque membre dans l’Église. 157-160 a. 4. 11 Jean BAUBÉROT. Il lance en 1522 la Réforme à Strasbourg. Les caractéristiques Le but. comme Caspar Schwenckfeld. b. retenant donc le modèle de l’Église de professants. Jean de Leyde le remplace et impose la communauté de biens – il établit aussi la polygamie – dans la ville. se séparent de Zwingli : en janvier 1525 se forme « la première Église indépendante de l’État des Temps modernes »11. c. Arrivé en 1534 à Münster. Paris. se montrent méfiants à l’égard de l’intellectualisation. Précis.

Calvin adhère à la Réforme – il parle de « conversion soudaine »12. après l’affaire des placards. De passage à Genève au cours de l’été 1536. Du cénacle de Meaux émerge. le sacrement est un signe de la grâce de Dieu et un sceau de ses promesses. d’après le modèle de l’Église organisée par Calvin à Strasbourg. Il transforme alors cette cité en une quasi-ville-Église : en novembre 1541. p. 1506-1538) l’initie aux idées réformées. L’organisation de l’Église. b. Il identifie les ministères de pasteur. d’ancien et de diacre. Strasbourg et Genève. le baptême équivaut à la circoncision . 15 . Pour Calvin. conformément à la requête du Dauphinois Guillaume Farel (1489-1565). JEAN CALVIN (1509-1564)  Chronologie. Ainsi. ses explications tendent aussi à prévenir toute assimilation de la Réforme au mouvement de Münster. au début de l’année 1535 . après 1540. Vers 1533. p. puis il est rappelé à Genève en 1541. 148-155 a. Calvin se réfugie à Bâle. L’extension du calvinisme L’Église réformée en France. dans la préface de Calvin aux Commentaires sur le livre des Psaumes. Calvin. Des pasteurs d’origine française et réfugiés à Genève jouent ensuite le rôle de 12 « Subita conversio ». les Ordonnances ecclésiastiques deviennent lois. c. alors à Bâle. définie dans les Ordonnances ecclésiastiques. dont les décisions doivent être appliquées par l’autorité civile – des sentences de mort sont prononcées et exécutées. elle est rigoureuse : les Genevois indignes sont écartés de la cène et tous sont surveillés par le consistoire. La liturgie à Genève est sobre et le cadre du culte dépouillé. adressée en août 1535 à François Ier. La Réforme calvinienne Le positionnement de Calvin. Calvin confesse la double prédestination. quant à la cène. Calvin dénonce le célibat ecclésiastique. La doctrine de la prédestination. Après l’affaire des placards. de docteur. Calvin devient alors le pasteur d’une paroisse de quelque quatre cents protestants francophones réfugiés à Strasbourg . Enfin le régime synodal lie entre elles les différentes Églises réformées. Le parcours de Calvin La France. de persuader le roi que la Réforme n’est pas dirigée contre le trône . Quant à la discipline. une communauté réformée. il consent à s’y installer. Précis. Dans l’Épître au roi.32 5. son cousin Pierre Robert Olivétan (env. Invité par Bucer. Calvin agace les Genevois : lui et Farel sont chassés en avril 1538 par les autorités politiques de la ville. s’efforce. . de 1557. il y rédige la première version de l’Institution de la religion chrétienne. La théologie des sacrements. Étudiant à Paris et à Orléans. le jeune Calvin est en contact avec l’humanisme . dont la prédication avait déjà abouti le 10 août 1535 à la suppression de la messe dans cette ville. Calvin estime que le pain et le vin sont conjoints spirituellement à la chair et au sang de Jésus-Christ. Instaurant une stricte discipline visant à exclure de la cène les pécheurs impénitents.

Marie Tudor. p. op. qui a trouvé un temps refuge à Genève. . L’introduction de la Réforme sous Édouard VI Gagné à la Réforme. un synode se tient à La Rochelle . un pas supplémentaire en direction du protestantisme. les pays de langue allemande. avec la bénédiction de Thomas Cranmer. puis épouse Anne Boleyn en 1533. Le calvinisme atteint rapidement l’Écosse avec le prédicateur John Knox (env. par l’Acte de suprématie. l’Angleterre. dote. mais celui-ci refuse. En 1553. C’est en premier à Paris qu’est dressée une Église pleinement conforme aux vues de Calvin : elle choisit pour pasteur Jean le Maçon en 1555. les Six Articles de 1539 maintenant en particulier la transsubstantiation et le célibat ecclésiastique.. Édouard VI meurt la même année. elle fait aussi 13 STAUFFER. certes prudent. Henri VIII. Les lollards et Érasme exercent en outre une certaine influence. 97. dite la Sanglante. LA RÉFORME EN ANGLETERRE  Chronologie. Le mouvement touche aussi les Pays-Bas. cit.33 missionnaires en France. l’Église nationale d’une liturgie en anglais fixée dans le Livre de prière commune ratifié en 1549 puis révisé en 1552 : le texte. proclame l’indépendance de l’Église d’Angleterre. Sur le plan théologique toutefois. plus de 670 Églises réformées étaient organisées sur le territoire de la France actuelle »13. 155-156. Précis. réduite par son père au statut de bâtarde. « À la fin de 1561. le roi Henri VIII s’éprend d’une certaine Anne Boleyn et demande au pape Clément VII d’annuler son premier mariage . Le sursaut catholique sous Marie Tudor Fille de Catherine d’Aragon et de Henri VIII. b. rejette la Réforme. archevêque de Cantorbéry. p. c. dont il devient le chef. le roi concède très peu au protestantisme. 169-170 a. Henri VIII meurt en 1547. d. dite de La Rochelle. 15-16 . 1494-1536) publie le Nouveau Testament traduit en anglais à partir du texte établi par Érasme. le roi Édouard VI. La préparation À l’aube du XVIe siècle. par l’intermédiaire de Cranmer et d’hommes comme Bucer et Knox. l’Angleterre est lassée des charges fiscales et de l’obédience exigées par le pape. La rupture entre Henri VIII et le pape Époux de Catherine d’Aragon depuis 1509. encore enfant. et plus particulièrement du calvinisme. la Hongrie. la Pologne… 6. il fournit à ces Églises la version finale d’une confession de foi. Entre 1553 et 1558. En 1571. En 1534. elle annule les Quarante-Deux Articles et impose la soumission au Saint-Siège . Le roi abolit alors les annates pontificales en 1532. 1513-1572). abandonne les formules à résonance sacrificielle. Le calvinisme en dehors de la France. C’est d’ailleurs en 1525 que William Tyndale (env. p. est fait par l’adoption des Quarante-Deux Articles comme confession de foi.

l’Inquisition devient un outil de la Contre-Réforme dans les pays de tradition catholique. 160-169. on appelle puritains les ecclésiastiques anglicans qui refusent de porter la soutane et aspirent à une Église davantage calviniste. adversaire de Luther à Leipzig en 1519. il maintient le dogme de la transsubstantiation. Les jésuites se consacrent essentiellement à l’enseignement des jeunes et à la mission auprès des païens et des hérétiques – ils gagnent au catholicisme notamment l’Autriche et la Pologne. qui rejettent la hiérarchie épiscopale et prônent en général une organisation synodale. détachée des disputes doctrinales. 16-17 . Sur le plan ecclésial. Il confirme l’autorité du pape. 170-173  Annexe III. L’origine du puritanisme Vers 1560. est un ordre très discipliné et entièrement dévoué à la papauté. 7. et Large Église. et elle pousse à l’exil des centaines de protestants. le culte des saints. Le choix d’une voie moyenne sous Élisabeth Ire Fille d’Anne Boleyn. congrégationaliste. Ce faisant. elle rend le catholicisme impopulaire en Angleterre. est relayé par les théologiens de la Sorbonne et de Louvain. des catholiques fondent des ordres nouveaux. mais dès 1571 les Trente-Neuf Articles nient la transsubstantiation. c. Le qualificatif est rapidement appliqué aux presbytériens. plus calviniste. dont le mystique espagnol Ignace de Loyola (1491-1556) devient le premier général. p. reine de 1558 à 1603. Basse Église. le combat de von Eck. qui. le Livre de prière est remanié dans le sens de la présence réelle du Christ dans l’eucharistie. L’Église anglicane se divisera d’ailleurs en Haute Église. au tout début des années quatre-vingt. celui du purgatoire. Précis. p. Les formes de réaction catholique à la Réforme Sur le plan idéologique. comme celui des Théatins en 1524 et celui de l’Oratoire en 1564. e. qui se consacrent en particulier à la prédication.34 exécuter notamment Cranmer. Les premiers puritains séparatistes sont Robert Brown et Robert Harrison. la pratique des indulgences… . tandis que Philippe II d’Espagne emploie son armée pour défendre le catholicisme en Europe. alors qu’un nouvel Acte de suprématie est promulgué. le concile réuni à Trente rassemble des évêques en majorité italiens et espagnols. attachée à la hiérarchie épiscopale et à la liturgie. 7 a. La Compagnie de Jésus Instituée par le pape Paul III en septembre 1540. Sur le plan politique enfin. donne à l’Église anglicane une position médiane entre le catholicisme et le calvinisme : en 1559. LA CONTRE-RÉFORME  Chronologie. à Norwich. b. promeut une meilleure formation des clercs et confirme leur obligation de célibat . la Compagnie de Jésus. fondent une Église indépendante. f. Le concile de Trente (1545-1563) Convoqué par Paul III. Élisabeth Ire. A.

Le roi est exécuté le 30 janvier 1649. le 8 avril 1546. déclenche l’affrontement militaire intermittent des protestants et des catholiques. p. la canonicité des apocryphes de l’Ancien Testament. Ensuite. Le roi Jacques Ier d’Angleterre Roi d’Angleterre de 1603 à 1625. le Parlement de son côté s’arme et s’allie à l’Écosse en 1643. envenimé par la recherche d’appuis à l’étranger. L’affrontement. La guerre civile en Angleterre L’attitude absolutiste de Charles Ier. le dimanche 24 août 1572. 16 . p. il enjoint à tous les pasteurs de souscrire à la suprématie du roi dans l’Église. En 1642. Précis. poussant aussi les Écossais à la révolte. Pourtant. Jacques Ier a reçu une formation calviniste. 193-197 a. l’Index est institué : près des trois quarts des livres imprimés à l’époque seront censurés. Charles Ier se déclare encore chef de l’Église presbytérienne d’Écosse. Après l’assassinat par les catholiques. 1550-1616). qui tient à cette pratique du baptême. le massacre. ordonné par le duc François de Guise. Par ailleurs. l’organisation politique des huguenots prend le pas sur l’organisation strictement ecclésiale. des milliers de protestants sont massacrés . le Parlement se redresse alors en face du roi. quelques-uns comme John Smyth (1570 ?-1612) se séparent. Conseillé par l’archevêque William Laud (1573-1645). L’ANGLETERRE ET L’AMÉRIQUE DU NORD AU XVIIe SIÈCLE  Chronologie. anglican de type Haute Église. jour de la Saint-Barthélemy. de plus de soixante-dix protestants à Wassy.35 Le concile affirme aussi. . Thomas Helwys (env. En 1640. entraînant la constitution d’Églises indépendantes. ne le suit pas. en 1612. en 1604. mais le roi leur ôte tout moyen d’expression en dissolvant le Parlement en 1629. juste après la signature de l’édit de Janvier accordant aux protestants le statut de minorité protégée. le roi Charles Ier proclame que la monarchie est de droit divin. quittant l’assemblée mennonite. Cromwell (1599-1658) offre au Parlement ses plus importantes victoires militaires. en Champagne. parmi ceux de tendance puritaine. de l’amiral Gaspard de Coligny. fonde la première Église baptiste en Angleterre. Les guerres de Religion en France (1562-1598) Le 1 mars 1562. Charles Ier déclare la guerre aux opposants . Tandis que les puritains tentent d’établir une Église d’État calviniste. la plupart acceptent. Son ancien collaborateur John Robinson. er B. LE REMANIEMENT DE LA RELIGION (XVIIe. John Smyth rejette en 1609 le pédobaptisme et se joint à l’assemblée mennonite d’Amsterdam. Alors tous les opposants à cet absolutisme royal se joignent aux puritains . b. Le début du baptisme Pasteur d’une Église séparatiste. c. d. Si.XVIIIe SIÈCLES) 1. dès lors.

En 1639. il fonde la première Église baptiste d’Amérique. e. dans le Rhode Island. en Pennsylvanie : il y garantit la liberté religieuse. de nombreux pasteurs presbytériens entrent alors dans la clandestinité. est farouchement hostile aux protestants. à la suite de John Lilburne (1614-1657). b. p. p. les Églises protestantes non presbytériennes se multiplient : les baptistes prolifèrent. 186-192 a. 17 . LA FRANCE AU XVIIe SIÈCLE  Chronologie. mais ils recourent au magistrat pour réprimer les prétendues hérésies. était d’obédience réformée avant d’abjurer le protestantisme pour motif politique. un édit concédant aux huguenots la liberté de conscience mais les laissant sans armée. sur l’instigation de jésuites. à Alès. à Nantes. L’édit de Nantes promulgué par Henri IV Henri IV. Le 30 avril 1598. Premier ministre de Louis XIII. Ils se considèrent en outre comme le peuple élu de Dieu. En 1688. le quaker William Penn (1644-1718) fonde de même la ville de Philadelphie.36 d. Sur ce fondement. L’essor du puritanisme en Amérique du Nord Le premier puritanisme. à la suite de George Fox (1624-1691). il obtient néanmoins des catholiques et des protestants la signature d’un édit. En 1636. La prolifération d’Églises indépendantes sous Cromwell Tandis que Cromwell est proclamé Lord protecteur d’Angleterre. en y garantissant l’entière liberté de culte . Roger Williams (1600-1684) fonde la ville de Providence. qui. les quakers se mettent à évangéliser les Indiens. s’attachent surtout à l’expérience intérieure de l’Esprit et proscrivent la violence. . L’édit d’Alès dû à Richelieu Richelieu. qui. des protestants anglo-saxons indépendants arrivent sur le Mayflower en Amérique du Nord. combattent la pauvreté. sans toutefois lui donner la liberté de conquérir de nouvelles régions. 181-183. f. persécutés. il promulgue en 1629. il défend aussi le droit des indigènes. mais qui assure la communauté huguenote d’une existence légale. roi de France depuis 1589. d’Écosse et d’Irlande en 1653. La persécution puis la tolérance en Angleterre Après la mort de Cromwell. et nombre d’Églises indépendantes surgissent. En 1682. contrairement aux Indiens qu’ils spolient. bientôt condamné par le pape. Le baptisme et le quakerisme. 172-175. suivis dans les années suivantes par plus de vingt mille puritains. Henri IV est assassiné en 1610. Après avoir fait notamment le siège de la Rochelle en 1627 et 1628. et une certaine tolérance religieuse s’installe en Angleterre. Précis. les protestants recourent au calviniste Guillaume d’Orange : la glorieuse révolution de 1689-1690 instaure la monarchie constitutionnelle. En 1620. renforçant les communautés indépendantes. 2. Ces colons fondent des communautés congrégationalistes. ou celle des quakers. comme celles des niveleurs. la monarchie et l’anglicanisme sont rétablis avec Charles II .

essaient de se retrouver clandestinement dans les assemblées du Désert. c’est au XVIIIe siècle. Exposée dans l’Augustinus. 198-200  Annexe III. Louis XIV s’autorise en particulier à désigner lui-même les évêques dans plusieurs provinces.37 c. il inaugure le système des dragonnades. cit. le jansénisme aura marqué le catholicisme français. Le catholicisme Le jansénisme. En 1681. deviennent alors prédicateurs. tandis qu’il préserve davantage le cadre cultuel dans les pays 14 BAUBÉROT. Entre 1702 et 1710. quelque deux cent cinquante mille protestants. La consécration de la raison Si Descartes (1596-1650) peut être considéré comme le père du rationalisme. p. défendu par Blaise Pascal (1623-1662). d. malgré l’interdiction formelle du roi. comme plus tard le pasteur Antoine Court (1695-1760). Louis XIV promulgue finalement l’édit de Fontainebleau. Le 18 octobre 1685. La sécularisation de la société Si la foi chrétienne était jusqu’à la fin du Moyen Âge le ciment idéologique de la société européenne. . employant des « missionnaires bottés » pour convertir au catholicisme. e. dans les Cévennes . il abandonne toutefois cette prérogative inacceptable pour les jésuites. En 1693. p. Précis. émigrent notamment en Hollande et en Allemagne.. Dieu est peu à peu rejeté « en marge de la vie sociale »14. de nombreux laïcs. certains. pour révoquer celui de Nantes et interdire tout culte protestant. Combattu par les jésuites. le XVIIIe siècle annonce le divorce entre la culture et la religion . en leur interdisant par exemple certaines professions. Les huguenots restés en France. la doctrine janséniste reprend celle de saint Augustin et s’apparente au calvinisme par son pessimisme : l’homme ne peut gagner son salut par ses œuvres mais Dieu sauve irrésistiblement les prédestinés. Au reste. dont quelques femmes. L’édit de Fontainebleau promulgué par Louis XIV Louis XIV s’en prend aux protestants dès 1665. b. Ce mouvement se fait en rupture avec l’institution ecclésiale dans les pays catholiques. condamné en 1713 par le pape. 3. par la doctrine du sacerdoce universel des croyants. p. Le gallicanisme. B. que la raison supplante la foi comme source de la connaissance. op. 14. appelé le Siècle des lumières. les camisards. prendront les armes. Le protestantisme dans la nuit Après 1685. détesté par Louis XIV. représentant un quart de la communauté. 17 . 3 a. Fidèle à la politique gallicane de François Ier. LE SIÈCLE DES LUMIÈRES  Chronologie. le protestantisme aura contribué à la naissance d’un certain individualisme religieux : la plupart des médiations sacrales sont éliminées.

Les conséquences de l’évolution culturelle L’affaiblissement du catholicisme. Le pouvoir des ecclésiastiques catholiques diminue. concède l’existence d’un Dieu mais rejette la Bible comme révélation divine. Labor et Fides. de réflexion et de prière pour chrétiens sincères. Du Ghetto au réseau. il valorise aussi l’expérience personnelle de la régénération et la sanctification. Ainsi Voltaire (1694-1778). p. Spener publie en 1675 ses Pia Desideria. Dès 1670. Spener est influencé par l’œuvre du mystique allemand Jean Arndt (1555-1621). p. il présente une thèse de doctorat sur la nouvelle naissance. De 1651 à 1658. Les débats théologiques arides s’avèrent en outre facteurs de sclérose spirituelle. mise en marche par la convocation des États généraux le 5 janvier 1789. La pensée de Spener. Quant à l’augmentation de l’autorité des princes luthériens dans le domaine religieux. Ce sera le triomphe de la raison. Pasteur à Francfort en 1666. 209-211 a. La Révolution. Rousseau (1712-1778) rejette l’autorité de l’Église et sa prétention à la médiation entre l’homme et Dieu – il est à noter en revanche que l’idée d’« un christianisme générique et simplifié. Les facteurs de réaction spirituelle La guerre de Trente Ans (1618-1648). prépare le terrain pour l’éloge d’une foi davantage personnelle. Spener s’efforce de réformer l’Église luthérienne. Né en Alsace au cours de la guerre de Trente Ans. ne voit dans l’Église que tromperie et corruption. elle amène aussi une réaction. LE PIÉTISME SUR LE CONTINENT EUROPÉEN  Chronologie. Précis. qui prône le culte de la raison. puis devient pasteur luthérien.38 protestants. il y propose d’étendre aux différentes paroisses l’expérience des collegia pietatis . Pour améliorer son Église. au détriment de la connaissance Sébastien FATH. Le fidéisme se développe. En 1664. 1800-2005. 4. séduit Rousseau. Il ne quittera pas l’Église luthérienne. Le Protestantisme évangélique en France. p. d. b. non clérical »15. Genève. réagit violemment contre le régime monarchique dont l’Église catholique faisait partie. c. il étudie la théologie à Strasbourg. 17-18 . 2005. il crée chez lui les collegia pietatis. 15 . Le rôle de la France Les philosophes français ont joué un rôle majeur dans le Siècle des lumières. Reste que de façon générale le XVIIIe siècle. L’autorité des jésuites décline à tel point que le pape Clément XIV doit supprimer l’ordre en 1773. La Révolution française. Quant à Diderot (1713-1784). il refuse bien des vérités chrétiennes. déiste. 79. et même Voltaire. Philipp Jakob Spener (1635-1705) Le parcours de Spener. Refusant un lien trop étroit entre l’Église et l’État. conflit opposant d’abord l’Allemagne protestante et l’Allemagne catholique. petits groupes de lecture biblique.

c. 5. en Saxe. d’étudiants dévots à Oxford. Ancien élève de Francke. Ainsi. mais l’expérience devenant peu à peu le critère de la vérité. Par ailleurs. . L’activité de la communauté morave. l’indifférence en matière de religion mine l’Angleterre. il adhère au mouvement piétiste et organise l’université de Halle. et de là se propage. d. 212-214 a. les gens sont las des divisions et des rivalités confessionnelles. Une piété profonde voire sentimentale se développe à Herrnhut. Tourmenté par la question de son salut. Ils finissent par quitter l’Église luthérienne. et l’attachement au sacerdoce universel des croyants affaiblit l’autorité spirituelle de la hiérarchie. Nikolaus Ludwig von Zinzendorf (1700-1760) L’asile donné aux Moraves. Le legs religieux On doit passablement au piétisme la conscience de l’importance de thèmes comme la conversion et la sanctification . L’enseignement y présente comme indispensable la conversion dramatique. une communauté morave hussite persécutée par la Contre-Réforme. En effet. dit méthodiste. et il souligne l’importance de la formation spirituelle des prédicateurs. LE MÉTHODISME  Chronologie. Francke fait l’expérience de la nouvelle naissance en 1687. b. e. Le 24 mai 1738. Spener encourage tous les chrétiens à l’étude biblique et à la pratique de l’amour fraternel. en 1722. Le village de Herrnhut est ensuite construit. Hermann Francke (1663-1727) Professeur à l’université de Leipzig. le comte Zinzendorf. 18 .39 théologique. il rencontre ensuite des frères moraves. appelés à exhorter leurs auditeurs à la piété. p. qui formera notamment des missionnaires. il ressent profondément que Dieu a pardonné ses péchés. L’Angleterre au début du XVIIIe siècle À l’aube du XVIIIe siècle. Les frères moraves se distinguent aussi par leur travail missionnaire – il y a à la mort du comte 226 missionnaires à l’œuvre dans 24 pays. le piétisme favorise la démarche individuelle. et prône une vie de piété et de service actif. John Wesley (1703-1791) se joint en 1729 à un groupe. Précis. p. accueille sur ses terres. et la nouvelle population ouvrière se préoccupe surtout de sa survie matérielle. La conversion de John Wesley Prêtre anglican dès 1728. morale et pratique tendront à supplanter la doctrine. Après une rencontre avec Spener. qui l’impressionnent par leur confiance en Dieu : il se met à assister à leurs rencontres à Londres. et en 1737 Zinzendorf devient le chef-évêque de la communauté.

p. le mouvement est au zénith de sa puissance. La constitution d’Églises méthodistes Si Wesley. p. la même année. progresse et aboutit à la révolution de 1776. se signale encore par sa préparation publicitaire méthodique. et Whitefield. sociales. Par ailleurs. sur le mode du field preaching. n’envisage pas la création d’une Église nouvelle.40 c. Wesley. d. avec des manifestations d’émotivité très poussées. calviniste sur la doctrine de l’élection. Avec l’arrivée de Whitefield en 1740 et jusqu’en 1744. le recours à l’imprimé s’avérant décisif. structure les communautés de nouveaux convertis et les lie les unes aux autres . Par ailleurs. indépendante de l’Angleterre. Ainsi l’idée d’une nation chrétienne américaine. donnant lieu à de très nombreuses conversions mais aussi à de spectaculaires manifestations d’émotivité. il évangélise en plein air – on parle de field preaching. à la suite de George Whitefield (1714-1770). en effet. Précis. Wesley développe l’idée de la sanctification comme expérience de grâce ultérieure à la conversion. il ordonne lui-même un évêque pour aider les Églises américaines nées du réveil méthodiste. puis. un type religieux et une identité propres aux Américains. Son message déclenche des centaines de milliers de conversions. . il contribue à former. il leur fournit une constitution en 1784. au début. fait reculer le pédobaptisme. 18 . 6. à la veille de sa mort le mouvement qu’il guide est pourtant en passe de faire dissidence. John Wesley prêche avec des accents piétistes dans les Églises anglicanes qui lui donnent la parole . ethniques et. Le mouvement sera toutefois marqué par le différend entre Wesley. est dès 1734 à l’origine du réveil qui. débutant par le Massachusetts. arminien. Jonathan Edwards (1703-1758) et George Whitefield (1714-1770) Le pasteur américain Jonathan Edwards. plus largement. LE PREMIER GRAND RÉVEIL AMÉRICAIN  Chronologie. 211-212 a. b. par son accent sur la conversion. Les suites du réveil Le réveil américain du XVIIIe siècle. congrégationaliste mais aussi calviniste sur la doctrine de la prédestination. au-delà des particularités ecclésiales. et. secoue toute la Nouvelle Angleterre. Le réveil en Angleterre Une fois converti. Ce réveil.

Finalement. p. évêques et curés sont désormais élus respectivement par les assemblées électorales des départements et par les assemblées des districts. et le gouvernement déclenche la Terreur le 5 septembre 1793 . b. p. en prônant des valeurs collectives sans pour autant s’appuyer sur une légitimation religieuse. La Constitution civile du clergé Après la nationalisation des biens de l’Église catholique en novembre 1789 et la suppression des ordres religieux en février 1790. « pourvu que [sa] manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi »16. Le combat révolutionnaire Face aux menaces intérieures et extérieures. la Constitution civile du clergé. c. la liberté de culte est reconnue et un régime de séparation entre les Églises et l’État est instauré. toute religion est désormais licite. cette Constitution divise le clergé en prêtres constitutionnels et prêtres réfractaires. Condamnée par le pape en 1791. 204. celle-ci devient plus radicale. nombre de prêtres mais aussi des pasteurs sont exécutés. Par ailleurs. le 27 juillet 1794. Ainsi. la Déclaration rompt avec le théologico-politique caractéristique de l’Ancien Régime. Précis. la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.41 IV. reconnaissait déjà la liberté de conscience des protestants. En tant que simple opinion individuelle. l’assemblée constituante de la Ire République française (1792-1804) adopte le calendrier révolutionnaire. la France étant suspectée de vouloir exporter la Révolution. LA RÉVOLUTION FRANÇAISE 1. 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. organise l’Église catholique française dans le sens du gallicanisme : en particulier. adoptée le 26 août 1789. . entraîne la fin de cette Terreur. accorde à tous la liberté de parole et établit l’égalité de tous. 19 . LE CHANGEMENT DE STATUT DE LA RELIGION  Chronologie. et ils sont payés par l’État. La chute de Robespierre. en février 1795. adoptée le 12 juillet 1790. L’ÉGLISE DANS L’ÉPOQUE CONTEMPORAINE (1789-2000) A. 16 Art. concédé en 1787 par Louis XVI. La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen Si l’édit de tolérance. 207-208 a.

Quant aux décrets de 1808. publie en 1864 le Syllabus errorum. trois actes renforcent l’identité catholique : la promulgation du dogme de l’Immaculée Conception en 1854 dans la bulle Ineffabilis . LA PAPAUTÉ JUSQU’AU DÉBUT DU XXe SIÈCLE  Chronologie. en 1802.42 2. 1 a. Exaspérée par l’anticléricalisme des mouvements révolutionnaires. entre autres les idéaux de laïcisation des institutions et d’égalité des cultes devant la loi. B. ce dont profitent les protestants non concordataires. En 1929 est finalement consenti le pouvoir temporel du pape sur la Cité du Vatican. La réaction contre les révolutions L’irritation. b. Le durcissement doctrinal Sous le long pontificat de Pie IX. Il y condamne toutes les idées libérales inspirées de la Révolution. 20 . p. Le système concordataire s’appliquera jusqu’en 1905. LE CATHOLICISME 1. prêtres. Après l’entrée dans Rome de l’armée italienne en 1870 et la décision du gouvernement italien de faire de cette ville sa capitale. qui est d’ailleurs couronné empereur par Pie VII en 1804. signe avec le pape Pie VII le Concordat. Bonaparte. souverain pontife de 1831 à 1846. B. Le pape Pie IX. effarouché par la révolution italienne de 1848. pasteurs et rabbins deviennent fonctionnaires. les États pontificaux échappent au pape. Pour régler l’exercice du culte. s’exaspère d’entendre revendiquer la liberté de conscience pour tous. Bonaparte (1769-1821). 223 Arrivé au pouvoir par le coup d’État du 9 novembre 1799. Précis. Cette convention marque la reconnaissance du catholicisme par l’État français. LE RÉGIME CONCORDATAIRE  Précis. selon lesquels Rome ne peut rien faire en France sans l’autorisation du pouvoir civil . Le Syllabus. désormais reconnus mais dont l’organisation obligatoire en consistoires de six mille membres limite le rôle de l’Église locale. l’État contrôlant de la sorte le domaine religieux. Ainsi le régime concordataire mis en place par Bonaparte. la papauté adopte au XIXe siècle une attitude contre-révolutionnaire. le pape Grégoire XVI. qui s’inspirent de la Révolution française. aux luthériens. Entre temps. Ainsi. recueil des « principales erreurs de notre temps ». aux réformés et aux juifs . ces articles s’appliquent aussi aux protestantismes luthérien et réformé. la loi du 30 juin 1881 accorde la liberté de réunion. p. La question romaine. en 1801. 257-261  Annexe IV. qui se déclare alors prisonnier du Vatican. le nouveau régime de séparation des Églises et de l’État tournant alors pour de bon la page de la chrétienté. p. accorde un statut légal aux catholiques. ajoute sans négociation les articles organiques. ils reconnaissent et organisent le culte israélite.

43 Deus17.. sur proposition d’un Saint-Siège finalement revenu de son intransigeance politique. « en 1900. de l’infaillibilité pontificale en matière de dogme et de morale. Rerum novarum. p. où il définit. et Providentissimus Deus. c. pape de 1878 à 1903. Bons entre 1815 et 1830. souligne que l’Église n’est liée à aucun régime particulier. de MONTCLOS. Les rapports entre l’Église catholique et l’État La période concordataire. en 1893. L’évolution vers une certaine ouverture Léon XIII. À la suite du rejet de ce régime par le pape Pie X en 1906. 105. constructifs sous la IIe République (1848-1852). 17 18 L’expression signifie Dieu ineffable. p. le nombre des prêtres ne cesse de croître jusqu’en 1870. c’est-à-dire au principe de l’examen des origines rédactionnelles des textes bibliques – mais la perspective reste clairement inerrantiste. par exemple. 20-21 . les associations cultuelles sont instituées. loyaux sous le second Empire (1852-1870). op. amorce l’adaptation de l’Église aux exigences de l’époque. L’instauration d’associations. l’enseignement catholique est important . les associations diocésaines sont créées en 1924. Par ailleurs. 2. jusqu’à la fin des années 1870. une nouvelle doctrine sociale de l’Église. en 1891. comme l’abbé de Lamennais (1782-1854) ou le comte Charles de Montalembert (1810-1870). en 1870 lors du concile œcuménique Vatican I. et aucun subside de l’État ne leur est accordé. se distinguent par la plume. où le pape. où il s’ouvre partiellement. . en 1885. Précis. Alors que l’antagonisme de l’Église et de l’État est à son comble. à la critique biblique. La IIIe République (1871-1940) porte ensuite au pouvoir une bourgeoisie anticléricale et laïciste : l’enseignement catholique. le pape rompant même les relations diplomatiques avec la France en 1904. Le renouveau catholique Les penseurs du catholicisme social. les rapports entre l’Église catholique et l’État fluctuent. et la proclamation. les œuvres fondées par des catholiques laïcs se multiplient et. la loi du 9 décembre 1905 met fin au Concordat et instaure la séparation des deux institutions . p. les ordres monastiques refleurissent. 257-259 a. est réduit et l’école primaire publique et laïque est instituée en 1881. LE CATHOLICISME EN FRANCE JUSQU’AU DÉBUT DU XXe SIÈCLE  Chronologie. les deux tiers des missionnaires catholiques dans le monde et les quatre cinquièmes des religieuses sont de nationalité française »18. cit. b. Trois textes sont significatifs : Libertas immortale. tendus pendant la monarchie de Juillet (1830-1848). l’extension du culte du Sacré-Cœur à toute l’Église en 1856.

ce dernier laisse s’exprimer la tendance moderniste. 261-263  Annexe IV. L’ultramontanisme triomphe au concile de Vatican I (1869-1870). de 1922 à 1939. Pape de 1903 à 1914. lâchant du lest sur la question de l’inerrance biblique . tendent à renforcer l’autorité du pape et à défendre l’Église contre l’État. p. pendant le pontificat de Jean-Paul II. et achevé sous son successeur Paul VI. LE RENOUVEAU SPIRITUEL DE LANGUE ANGLAISE  Chronologie. de 1914 à 1922.44 c. Secouant les États-Unis de 1795 à environ 1830. 234-238 a. 3. Quant au pontificat de Benoît XV. se dressent contre la menace du communisme . L’Église après Vatican II La pratique religieuse ne cesse de diminuer en France. de façon d’autant plus pointilleuse que la forme sociale du réveil. 3 a. Par ailleurs. 23-24 . pape de 1958 à 1963. L’usage du latin dans la liturgie recule et les relations avec les chrétiens non catholiques s’améliorent à la suite du concile . la contestation de la liberté religieuse par Monseigneur Marcel Lefebvre (1905-1991) produit un schisme en 1988. mais la doctrine reste inchangée. il supprime l’Index et transforme l’Inquisition en Congrégation pour la doctrine de la foi. à l’opposé du gallicanisme. les idées de l’ultramontanisme. . Pie X stigmatise le modernisme. p. est le camp meeting . Pie XI. C. L’essor de l’ultramontanisme Exprimées notamment par Joseph de Maistre (1753-1821). de 1939 à 1958. c. par la constitution apostolique Munificentissimus Deus. malgré les réformes conciliaires. p. Le type de société produit par la Révolution est alors repoussé au profit du modèle de la chrétienté. il est notamment marqué par le rétablissement des relations diplomatiques avec la France. B. ils organisent des rassemblements. le réveil se prolonge jusqu’à la guerre de Sécession (1861-1865) par l’effort conjoint des baptistes et des méthodistes. La papauté avant Vatican II La période centrée sur la Première Guerre mondiale. dès 1801. il promulgue aussi le dogme de l’Assomption. p. LE PROTESTANTISME 1. 22 . Recourant à la publicité. le 1er novembre 1950. LE CATHOLICISME AU XXe SIÈCLE  Chronologie. le silence de Pie XII lors du génocide des Juifs lui sera souvent reproché. Vatican II (1962-1965) Convoqué par Jean XXIII. et Pie XII. Le deuxième grand réveil américain Les rassemblements. En outre. La période centrée sur la Seconde Guerre mondiale. Précis. Précis. le concile Vatican II reconnaît la liberté religieuse . b.

Moody prêche à de grandes foules . b. son influence se fait sentir jusqu’en Grande-Bretagne. dont se réclameront volontiers les frères larges. Charles G. Par ailleurs. Ainsi. un troisième réveil. Dwight L. La valorisation d’un christianisme non confessionnel. Moody (1837-1899) et Billy Sunday (1863-1935). se distinguant non seulement par sa doctrine de l’Église visible en ruine mais aussi par son exclusivisme. qui ne mettaient en général pas en question l’esclavage. Apparaît aussi une conception nouvelle de l’espace cultuel. de 1875 au début du XXe siècle. Le réveil renforce les effectifs des baptistes et des méthodistes. De nouveaux mouvements naissent aussi. Darby (1800-1882). Finney (1792-1875).45 doivent aussi être encadrés des phénomènes émotionnels comme les jerks. et la dramatisation binaire est privilégiée. les lieux de culte non confessionnels se multiplient après la Première Guerre mondiale. d. se déclare parmi le nouveau prolétariat urbain : insistant sur la puissance de l’Esprit et organisant avec les différentes dénominations protestantes de véritables shows d’évangélisation notamment dans de vastes locaux démontables. L’évolution de la situation des Noirs aux États-Unis. fonde en Grande-Bretagne les assemblées de frères . qui apparaît dès 1845. ultra-littéraliste. Sa doctrine de la sanctification aura pour fruit le mouvement de sainteté au lendemain de la guerre de Sécession et du relâchement moral subséquent. il se sépare par la suite de George Müller (1805-1898). Ainsi Allen. de nombreuses autres Églises de Noirs sont encore fondées. les prédications du baptiste calviniste . il est lui-même un vrai spectacle. un esclave noir affranchi. Le développement d’une mentalité chrétienne américaine spécifique Aux États-Unis. dont est issue l’Église du Christ. ouvert sept jours sur sept et offrant de nombreux services. Quant au prêche. L’essor du protestantisme. alors qu’il est pasteur d’une Église presbytérienne. Le réveil en Grande-Bretagne Dès les années 1820. Le réveil est encore marqué par un élan pour la mission. des disciples du Christ. Le troisième grand réveil américain Dwight L. Il fait à trois reprises l’expérience de ce qu’il décrit comme un revêtement de puissance. Sur la lancée du réveil. Non sans effort publicitaire. les progrès du protestantisme sont en harmonie avec l’évolution de la société. c. Finney. comme celui. personnalité typique d’un christianisme de réaction contre la Révolution. un certain nationalisme chrétien américain se développe : les ÉtatsUnis auraient une mission quasi-divine dans le monde – c’est l’idéologie du manifest destiny. le deuxième réveil donne la parole à des Noirs et milite en faveur de l’abolition de cette pratique. converti en 1821 et arminien de conviction. Billy Sunday lui succède. tandis qu’Abraham Lincoln prend la décision en 1863 d’abolir l’esclavage. John N. se convertit et fonde en 1814 l’African Methodist Episcopal Church . Figure marquante du réveil. Charles G. se met à évangéliser à New York en 1826. Alors que les esclaves noirs devenus chrétiens étaient laissés en marge des Églises.

à l’occasion de la loi de décembre 1905. 144. et le mouvement se propage en Suisse et en France. soit un groupe d’environ 15 000 fidèles. L’auteur ajoute qu’« en élargissant à une "sensibilité évangélique". les Églises évangéliques de type professant compteront « au moins 25 000 fidèles (dont 8500 membres professants) » : ibid. 20 19 . le renouveau spirituel anglo-saxon y parvient par l’intermédiaire de l’Écossais Robert Haldane (1764-1842). le 1er septembre 1849. 2. Ensuite. baptistes. l’Union des Églises Libres. On peut signaler par ailleurs que dans les deux premières décennies du XXe siècle. un synode général adopte. c’est-à-dire pour lesquelles l’Église se définit avant tout comme une association de convertis. son conversionisme et son militantisme. FATH. ces Églises sont au nombre de quarante-cinq en 1875. le pasteur Frédéric Monod (1794-1863). une déclaration de foi. qui ne voulait pas d’une confession de foi. au sein de l’Église Réformée de France – quarante-cinq Églises refuseront toutefois la réunification – à laquelle se rallieront un libriste sur deux et deux méthodistes sur trois. Ils seront encore deux fois plus nombreux au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. comptent vers 1848 autour de 5000 membres professants. p. Le réveil se déclare aussi dans le Pays de Galles.. et d’autre part l’Union des Églises Réformées Évangéliques. Spurgeon (1834-1892). Ibid. il apporte le réveil à Genève en 1816. Le schisme de l’Église Réformée résiduelle. aristocrate « presbytérien … de conviction baptiste »19 : luimême réveillé par la Terreur révolutionnaire. puis darbystes après 1837 – les assemblées de frères larges n’apparaîtront en France qu’à la fin du siècle. La réunification ne se fera qu’en 1938. les assemblées évangéliques stricto sensu. 95. p. Du Ghetto au réseau. Les schismes au sein de l’Église réformée La naissance des Églises Libres. 218-226 a.. ce qui satisfait les réformés de sensibilité évangélique mais mécontente les libéraux : les deux blocs se séparent.46 Charles H. ibid. environ 150 000 protestants français peuvent être décomptés ». rassemble les réformés évangéliques professants : rejoints par des évangéliques indépendants. favorisant une remobilisation militante du protestantisme. son crucicentrisme. attachées à la Confession de foi de La Rochelle et volontairement séparées de l’État . L’amorce du réveil Alors que quelques méthodistes et autres frères moraves se signalent déjà en France. En 1872. à la majorité des suffrages. caractérisée par son biblicisme. en réaction contre une théologie qui reflète la pensée du Siècle des lumières. 116. p. 185). de tendance libérale. p. non concordataires : méthodistes. à Londres. se forme dans l’Église Réformée française. Malgré l’hostilité de la population catholique apparaissent aussi des communautés nouvelles. ils fondent. »20 b. notamment au début du XXe siècle : quelque cent mille personnes se convertissent en 1904-1905. « Au total. et quatre fois plus nombreux au début des années 1960 (cf. se constitueront d’une part l’Union des Églises Réformées de France. LE PROTESTANTISME FRANÇAIS AU XIXe SIÈCLE  Précis. rassemblant deux fois plus d’assemblées. disciple de Haldane. p.. Après avoir quitté l’Église Réformée. Une importante aile évangélique. amènent nombre de personnes à la conversion.

Par ailleurs. cette vague charismatique est essentiellement transconfessionnelle. ne l’avaient pas auparavant. l’activité missionnaire du XIXe siècle. L’essor des missions protestantes À la suite de l’œuvre de William Carey (1761-1834) en Inde. faute de culture. Il s’appuie au reste sur des prédicateurs-prophètes à l’autorité personnelle déterminante pour les fidèles. Précis. est née l’idée d’une seconde expérience spirituelle. L’ACTION SOCIALE ET LA MISSION  Chronologie. En France. . Au XIXe siècle. en France. p. certes liée à un certain expansionnisme européen. est un exemple… b. L’œuvre humanitaire protestante en Occident À l’heure de la révolution industrielle.47 3. LE MOUVEMENT PENTECÔTISTE  Chronologie. le pentecôtisme commence à poindre à Paris et au Havre. destinée à soigner les malades. 250-253 a. Le développement du mouvement pentecôtiste Apparu à la fin du XIXe siècle dans des Églises de Noirs aux États-Unis. L’origine du pentecôtisme Au XVIIe siècle. la sanctification est présentée comme une seconde étape distincte de la conversion-justification. p. en 1822 est créée la Société des Missions Évangéliques de Paris… On dénombre en 1900 plus de trois cents sociétés missionnaires. Dans les années soixante. Au XVIIIe siècle. et dont la communauté de Reuilly. Des protestants s’engagent alors dans le travail social : William Booth fonde l’Armée du Salut vers 1870. p. Ce mouvement donne la parole dans l’Église à des personnes qui. le pentecôtisme se caractérise bientôt par la doctrine des deux étapes spirituelles et par la précision que le parler en langues est nécessairement le signe de la seconde expérience. tout en précisant que le parler en langues en est le signe habituel mais non pas obligatoire. les ouvriers sont pauvres et les exclus de la société sont nombreux. 4. En 1804 est fondée la Société biblique britannique et étrangère. b. donnant l’assurance du salut. Ruben A. la vague charismatique reprend la position du baptême du Saint-Esprit avec glossolalie comme seconde expérience. 244-246. le pasteur allemand Fliedner (1800-1864) fonde l’œuvre des diaconesses. 23 a. ce schéma se consolide avec les revivalistes comme Finney . Torrey (1856-1928) parle du baptême du Saint-Esprit pour qualifier la seconde expérience. 19-20 . avec Wesley. est d’une ampleur inédite. ville où une certaine Hélène Biolley (1854-1946) aménage un hôtel-restaurant sans alcool en 1909… Sous l’impulsion du Gallois Thomas Roberts (1902-1983) et de l’Anglais Douglas Scott (1900-1967) apparaissent ensuite respectivement l’Église apostolique en 1926 et les Assemblées de Dieu en 1930. chez certains puritains. George Müller (1805-1898) prend soin de nombreux orphelins.

48 D. L’ŒCUMÉNISME  Chronologie. 2. À la suite de Rudolph Bultmann (1884-1976). 21-22 . la divinité de Jésus-Christ. b. Le prêtre et professeur Alfred Loisy (1857-1940) écrit L’Essence du christianisme. Pie X condamne ces idées dans la bulle Pascendi. . l’homme ne serait pas sorti directement de la main de Dieu mais serait l’aboutissement le plus poussé d’un processus. et il excommunie Loisy. tandis que la hiérarchie catholique met à l’Index l’ouvrage De l’origine des espèces par voie de sélection naturelle. le mouvement œcuménique moderne naît en 1910 à Édimbourg. Strauss (1808-1874) rejette alors les miracles et la divinité de Jésus-Christ. discerne des courants contradictoires dans les Écritures. libère la pratique religieuse du souci de la vérité des propositions théologiques. L’école de Tubingue en Allemagne. p. 239-243. Le prolongement du mouvement missionnaire du XIXe siècle À la suite du rapprochement de chrétiens d’horizons différents en vue de la mission au XIXe siècle. David F. quitte à transiger avec les convictions doctrinales. à la Conférence internationale des missions. L’Allemand Friedrich Schleiermacher (1768-1834). la valeur expiatrice et rédemptrice de sa mort. c. LE LIBÉRALISME ET LE FONDAMENTALISME  Chronologie. Le modernisme catholique. 246-247 a. les évangéliques au XIXe siècle rejettent le darwinisme. 254-257 a. publié par Darwin en 1859 . sa naissance virginale. Reste que la controverse entre fondamentalistes et libéraux divise le protestantisme américain. Le fondamentalisme Dès 1895. d’origine piétiste. LES NOUVELLES TENDANCES DES ÉGLISES CHRÉTIENNES 1. la Bible tend finalement à ne plus être reçu que comme un récit mythique. p. qui est une véritable apologie des thèses modernistes. publiés entre 1909 et 1915 et distribués gratuitement à trois millions d’exemplaires. 22 . auquel est associé le nom de Julius Wellhausen (1844-1918). Les théologiens libéraux accueillent favorablement cette idée. Précis. et la certitude de la parousie. En 1907. des protestants américains votent un document affirmant l’inspiration plénière des Écritures. Le darwinisme Dans la perspective de la théorie de l’évolution de Charles Darwin (1809-1882). Précis. Le libéralisme théologique Le libéralisme protestant. on vise le rapprochement des Églises en tant que telles. p. p. Le fondamentalisme évoluera vers l’anti-intellectualisme et le séparatisme. Ces articles sont encore exposés dans les douze petits volumes des Fundamentals. Désormais.

49

b. L’entre-deux-guerres Deux mouvements œcuméniques sont fondés par des protestants et quelques représentants d’Églises orthodoxes : Vie et Action, ou Mouvement du christianisme pratique, en 1925, et Foi et Constitution, qui aborde des questions de doctrine et d’organisation, en 1927. c. Le Conseil Œcuménique des Églises Vie et Action, de tendance libérale, et Foi et Constitution, de tendance anglicane, fusionnent pour donner naissance, en 1948 à Amsterdam, au Conseil Œcuménique des Églises. L’assemblée de New-Dehli, en 1961, est marquée par l’intégration de l’Église orthodoxe russe au COE. L’assemblée de Nairobi, en 1975, est marquée par la volonté d’ouverture aux autres religions. De façon générale, le COE est un ensemble hétéroclite. d. L’œcuménisme de l’Église catholique L’Église catholique, d’abord hostile à l’œcuménisme, l’encourage depuis Vatican II et le décret Unitatis redintegratio du 21 novembre 1964. Reste qu’elle n’est pas membre du COE. Elle cultive par ailleurs le dialogue avec différentes Églises. e. L’œcuménisme évangélique Outre le Conseil International des Églises Chrétiennes, d’origine réformée et créé à Genève en 1948, l’œcuménisme évangélique se manifeste par l’Alliance Évangélique mondiale depuis 1846 et, à la suite d’un congrès sur l’évangélisation en 1974, par le Mouvement de Lausanne.

50

ANNEXES

I. A. 1.

EUSÈBE de Césarée, Histoire ecclésiastique, II, XXV, 5-7 :

« On raconte que sous le règne de Néron, Paul eut la tête coupée à Rome même et que semblablement Pierre y fut crucifié et ce récit est confirmé par le nom de Pierre et de Paul qui jusqu’à présent est donné aux cimetières de cette ville. C’est ce qu’affirme tout autant un homme ecclésiastique, du nom de Gaius, qui vivait sous Zéphyrin [199-217], évêque des Romains. Discutant par écrit contre Proclus, le chef de la secte cataphrygienne, il dit à propos des lieux où furent déposées les dépouilles sacrées desdits apôtres, ces propres paroles : "Pour moi, je peux montrer les trophées des apôtres. Si tu veux aller au Vatican ou sur la voie d’Ostie, tu trouveras les trophées de ceux qui ont fondé cette Église.". » I. A. 2. CLÉMENT de Rome, Lettre aux Corinthiens, 60-61 :

« Donne-nous, ô Maître, la concorde et la paix, à nous et à tous les habitants de la terre, comme tu les as données à nos pères, lorsqu’ils invoquaient ton nom dans la foi et la vérité. Et pour cela, rends-nous soumis à ton nom tout-puissant et très saint, ainsi qu’à ceux qui nous gouvernent et nous dirigent sur la terre. C’est toi, Seigneur, qui leur a donné le pouvoir d’exercer leur autorité, par ta force magnifique et ineffable, afin que sachant que c’est de toi qu’ils ont reçu la gloire et l’honneur où nous les voyons, nous leur soyons soumis et que nous ne fassions rien de contraire à ta volonté. Donne-leur la santé, la paix, la concorde, la stabilité, qu’ils exercent sans heurt la souveraineté que tu leur as donnée. » Extrait d’une lettre à l’empereur Trajan écrite par son légat pour la Bythinie : PLINE LE JEUNE (env. 61-114), Correspondance, X, 96 : « [Les chrétiens] affirmaient que toute leur faute, ou leur erreur, s’était bornée à se réunir habituellement à jour fixe, avant le lever du soleil, pour chanter entre eux, alternativement, un hymne au Christ comme à un dieu, et pour s’engager par serment, non à perpétrer tel ou tel crime, mais à ne commettre ni vol ni brigandage ni adultère, à ne pas manquer à la parole donnée, à ne pas nier un dépôt quand il leur était réclamé. Après quoi, ils avaient coutume de se séparer puis de se réunir à nouveau pour prendre une nourriture, mais une nourriture tout ordinaire et innocente. Même cette pratique, ils y avaient renoncé après l’édit par lequel, sur tes instructions, j’avais interdit les associations. J’ai cru d’autant plus nécessaire de procéder à la recherche de la vérité, par la torture même, sur deux esclaves qu’ils appelaient des diaconesses. Je n’ai rien trouvé qu’une superstition déraisonnable et sans mesure. »

51

Dialogue, en vision, d’Hermas avec un ange prenant les traits d’un pasteur : HERMAS, Le Pasteur, 31, 1-6 : Hermas : « J’ai entendu dire par certains docteurs qu’il n’y a pas d’autre pénitence que celle que nous avons faite le jour où nous descendîmes dans l’eau du baptême, et où nous avons reçu le pardon de nos péchés antérieurs. Il me dit : » Le Pasteur : « Tu as bien entendu ; il en est ainsi. Celui qui a obtenu la rémission des péchés dans le baptême ne devrait plus pécher, mais vivre dans la pureté … . Mais le seigneur, qui connaît les cœurs et qui sait tout à l’avance, a prévu la faiblesse des hommes et la grande malice du démon … . Dans sa grande miséricorde, le Seigneur a eu pitié de sa créature et a institué cette pénitence et il m’a donné pouvoir sur cette pénitence. Je te déclare donc, dit-il, si après cet appel important et solennel, quelqu’un, tenté par le démon, tombe dans le péché, celui-là peut f aire pénitence une fois. Mais s’il pèche de nouveau et se repent, la pénitence ne sert de rien à ce pécheur : il aura de la peine à vivre. » I. A. 3. Une liturgie à Rome au IIe siècle : JUSTIN, Apologie, I :

« Lorsque la prière est terminée nous nous donnons mutuellement le baiser le paix. Puis on apporte à celui qui préside l’assemblée du pain et une coupe de vin mélangé d’eau. Il les prend et il loue et glorifie le Père de l’univers par le nom du Fils et du Saint-Esprit, puis il rend longuement grâce de nous avoir jugés dignes de recevoir ces biens de ses mains. Lorsqu’il a terminé les prières et l’action de grâce, l’"eucharistie" en grec, toute l’assemblée manifeste son joyeux assentiment en disant Amen (Amen est un mot hébreu qui signifie : "qu’il en soit ainsi")… Puis ceux que nous appelons diacres distribuent à tous les assistants le pain et de ce vin mélangé d’eau, sur lesquels les bénédictions ont été prononcées, et ils en portent aux absents. Nous appelons cet aliment l’eucharistie, à laquelle personne ne peut prendre part s’il ne croit pas à la vérité de ce que nous enseignons, s’il n’a pas été purifié par le bain pour la rémission des péchés et la régénération et s’il ne vit pas selon les commandements du Christ. Car nous ne recevons pas cet aliment comme du pain ou une boisson ordinaire. Mais de même que, par la vertu de la Parole de Dieu, Jésus Christ notre Sauveur a pris chair et sang pour notre salut, de même l’aliment consacré par la parole de la prière qu’il a transmise, cet aliment qui nourrit notre propre chair et notre propre sang est la chair et le sang de Jésus fait chair : telle est notre doctrine. Les apôtres, dans leurs Mémoires appelés Évangiles, nous ont transmis ce qu’il leur a recommandé : il prit le pain et, ayant rendu grâce, il leur dit : Faites ceci en mémoire de moi, ceci est mon corps ; de même, il prit la coupe et, ayant rendu grâce, il leur dit : Ceci est mon sang. Et il les leur donna à eux seuls. » JUSTIN, Apologie, XXI : « Dieu a créé l’univers par son Verbe, sa Raison et sa Puissance. Vos philosophes admettent également que le Créateur semble être Logos – c’est-à-dire Verbe et Raison… Nous proclamons aussi que le Verbe, la Raison et la Puissance, par lesquels nous avons dit que Dieu avait fait toutes choses, ont pour essence l’Esprit… Ce Verbe, avons-nous appris, est produit par Dieu, il a été engendré, et c’est pourquoi il est appelé Fils de Dieu, et Dieu, d’une unité de substance avec Dieu. Car Dieu aussi est Esprit. Le rayon que le soleil projette n’est qu’une partie du soleil ; mais celui-ci sera dans le rayon, car c’est un rayon de soleil ; il n’y a pas séparation mais extension d’une même

car on t’en a cru digne . en l’an 380 : Code Théodosien. Coupable d’avoir violé la religion. B. selon la décision que nous a inspirée le ciel.23 (« Contrains les gens à entrer »). on a inscrit ton nom. commentaire de Luc 14. celle que font les impies à l’Église du Christ . comme des portiers. Catéchèses baptismales : « Nous. reviens habillé autrement. Vois-tu la belle tenue de notre assemblée ? En vois-tu l’ordre et la discipline ? Remarques-tu la lecture des Écritures. ARCADIUS et HONORIUS. au temps voulu. qui est prêchée jusqu’au jour présent. » CYRILLE DE JÉRUSALEM (313-387). l’Église force à entrer dans son sein ceux qu’elle trouve sur les chemins et les haies. par le moyen des rois religieux et fidèles.52 substance. 1-2 : « Nous voulons que tous les peuples placés sous la douce autorité de notre Clémence vivent dans la foi que le saint Apôtre Pierre a transmise aux Romains. ne le recouvre pas d’un autre. et il y a une persécution juste. mais qu’ils considèrent où on les pousse. parlé. Si. Sors maintenant et reviens demain bien disposé. Dépouille l’habit que tu avais. a été nourrie. élève un autel à l’aide de mottes de terre tirées du sol … . est né comme homme mêlé à Dieu. » Saint AUGUSTIN. 1. Dépouille la débauche et l’impureté. Tu as donc pu entrer avec l’âme souillée de péchés. comme il l’avait prêchée lui-même et que suivent comme chacun le sait le Pontife Damase et l’évêque Pierre d’Alexandrie. (…) Nous décrétons que seuls auront le droit de se dire chrétiens catholiques ceux qui se soumettent à cette loi et que tous les autres sont des fous et des insensés sur qui pèsera la honte de l’hérésie. parmi les schismes et les hérésies. » I. que ceux-ci ne se plaignent pas d’être forcés. l’ordre de notre enseignement ? Baisse les yeux dans ce lieu et instruis-toi d’après ce que tu vois. travaillé : et c’était le Christ. nous avons laissé la porte ouverte. comme la flamme est allumée par la flamme… Ce rayon de Dieu … s’est posé sur une vierge et en son sein s’est transformé en chair. en l’an 392 : Code Théodosien. serviteurs du Christ. 12 : « Si quelqu’un dépose l’encens pour vénérer des statues faites par le travail de l’homme … . en 417 : Lettre 185 : « Il y a une persécution injuste. XVI. L’Église persécute par amour et les impies par cruauté … . XVI. nous avons reçu quiconque se présentait . « Édit de Thessalonique ». couronne de bandelettes un arbre. la présence du clergé. Tu es entré. THÉODOSE. a grandi. Ils devront s’attendre à être l’objet d’abord de la vengeance divine. à être ensuite châtiés par nous aussi. Cette chair a été formée par l’Esprit. Si tu avais l’âme remplie d’avarice. avec une intention impure. » Les empereurs THÉODOSE. enseigné. De même l’Esprit est issu de l’Esprit et Dieu et issu de Dieu. cet homme sera frappé de la confiscation de la demeure ou de la propriété dans laquelle il se sera montré esclave de cette superstition païenne. en vertu du pouvoir que Dieu lui a conféré. celle que font les Églises du Christ aux impies … . et revêts . c’est une atteinte pleine et entière à la religion.

j’en ai bon espoir. mais qui seras sauvé. Vie de Constantin. un évêque illustre entre tous [Osius] vint siéger avec les autres . » . présentaient leurs épées nues dans le vestibule du palais. Une seule maison de prière comme dilatée par la puissance divine réunit les Syriens et les Ciliciens. je vous donne ces avertissements avant que n’entre Jésus. à l’heure même. Si quelqu’un se sait blessé. L’évêque de Perse fut présent au synode .53 le vêtement étincelant de la pureté. Meurs à tes péchés et vis pour la justice : vis ainsi dès aujourd’hui. En effet. (…) Les évêques entrèrent dans la grande salle du palais et s’assirent selon leur rang sur des sièges qui leur avaient été préparés … . les achéens et les Épirotes. puis de te revêtir et de revenir. » I. Quant à moi. Il te faut mourir et ressusciter. l’évêque de la ville impériale [Rome] fut retenu par son grand âge. s’assembla la fleur des ministres de Dieu. je t’accepte toi qui es venu avec une mauvaise intention. B. Le concile de Nicée (325) : EUSÈBE. la Pamphylie. la Scythie avait aussi son évêque . On peut dire pareille chose à propos des femmes. on célébra les vingt ans de règne de l’empereur dans toutes les provinces par de grandes festivités publiques. III. car c’est Jésus qui te prend à l’hameçon. Laisse-toi prendre vivant. les hommes de Dieu passaient au milieu d’eux pour pénétrer dans le palais. Mais toi. le Pont. Il arrive qu’un mari veuille faire plaisir à sa femme et soit venu pour cela. celui qui te parle n’en est pas responsable. Mais si tu demeures dans ta mauvaise disposition. L’événement dépassait tous les mots pour en parler. Les uns se mirent à la même table que l’empereur. de Libye et de Mésopotamie. 3. l’Asie. Les autres se placèrent de chaque côté sur des lits disposés en cercle. 15-16 : « De toutes les Églises qui remplissaient l’Europe entière. la Galatie. la Libye et l’Asie. d’Espagne même. et un ami à son ami. Les gardes du corps et les soldats. qu’il se relève. n’espère pas recevoir la grâce. et qu’il ne voit vos tenues. ne fuis pas. les Phéniciens et les Arabes. Souvent un esclave a voulu plaire à son maître. de Thébaïde. Il peut se faire que tu sois venu pour un autre prétexte. Sans aucune crainte. les Thraces et les Macédoniens. Il éblouissait les yeux par l’éclat de sa pourpre et par la splendeur de l’or et des pierreries dont elle était relevée … . mais pour te donner la vie après t’avoir fait mourir. mais il était représenté par des prêtres de son Église. et parmi ceux-ci les plus distants étaient venus . Peut-être ne savais-tu pas où tu venais et quels filets te prenaient ! Tu es tombé dans les filets de l’Église. disposés en cercle. Dès qu’on entendit le signal qui avertit de l’arrivée de l’empereur. non pour te faire mourir. tu as entendu l’Apôtre dire : "Morts au péché mais vivants à la justice. L’empereur invita les ministres de Dieu à un banquet … . il entra au milieu d’une troupe de personnes de qualité et parut comme un ange de Dieu. la Cappadoce. la Phrygie avaient envoyé leur élite . mais l’Esprit ne t’accueillera pas. Après ce magnifique repas. Ils avaient l’impression d’un avant-goût du royaume du Christ et l’événement leur semblait plus proche du rêve que de la réalité. tous les évêques se levèrent et. ". [Vers la fin du concile]. car l’eau te recevra. excellente occasion de te dévêtir et de te laver. si quelqu’un est tombé. l’époux de vos âmes. car tu as une pénitence de quarante jours . les Palestiniens et encore ceux d’Égypte. Aucun évêque n’y manqua. l’empereur leur donna une nouvelle preuve de sa magnificence en honorant chacun de présents selon ses mérites et sa dignité. qu’il se fasse un pansement . J’accepte l’appât de l’hameçon . Tu as du temps.

» I. Alors. selon sa coutume. Amen. et en un seul Seigneur. et viens. naturel. et il est ressuscité le troisième jour conformément aux Écritures . de réconcilier les gens en discorde. et par qui tout a été fait . méditait en marchant comment les Apôtres quittèrent tout pour suivre le Christ. sortit aussitôt de l’église. B. il n’était pas" et "Il a été créé du néant". engendré. universelle et apostolique. comme si la lecture avait été faite pour lui. Antoine sortit. et il a souffert et a été mis au tombeau . il songeait en lui-même. qui avec le Père et le Fils reçoit même adoration et même gloire. vrai Dieu issu du vrai Dieu. non pas créé. pour la première fois. Jésus-Christ. et son règne n’aura pas de fin . une. en l’Église. ni rire ni tristesse. consubstantiel au Père. menant la vie ascétique. ceux qui venaient le virent. ne sortant pas. et la vie du monde à venir. pour nous. en apportaient le prix. Nous attendons la résurrection des morts . qui est Seigneur et qui donne la vie.. qui a parlé par les prophètes . sauf une petite réserve pour sa sœur . qui procède du Père. Il leur disait de n’estimer chose au monde plus que l’amour du Christ. et en l’Esprit saint. ou qui déclarent que le Fils de Dieu est d’une autre substance ou d’une autre essence. Nous confessons un seul baptême pour la rémission des péchés. les hommes. Pour ceux qui disent : "Il fut un temps où il n’était pas" et "Avant de naître.54 Symbole de Nicée : « Nous croyons en un seul Dieu Père tout-puissant. ni décharné par les jeûnes et la lutte contre les démons. il en fit cadeau aux gens du village pour n’en être pas embarrassé lui ou sa sœur. il a été crucifié pour nous sous Ponce Pilate. Antoine avait reçu de Dieu la grâce de consoler les affligés. À la fin. plusieurs voulurent imiter son ascèse . En exhortant au souvenir des . créateur du ciel et de la terre. gouverné par la raison. Le cœur occupé de ces pensées. mais tel qu’on l’avait connu avant sa retraite. vends tout ce que tu as et donne-le aux pauvres. sainte. va. ou qu’il est soumis au changement ou à l’altération. il entra dans l’église. comment d’après les actes des Apôtres. Il advint qu’on lût l’évangile et il entendit le Seigneur disant au riche : "Si tu veux être parfait. il n’était ni engraissé par le manque d’exercice physique. ". quelle grande espérance ils avaient dans les Cieux. Spirituellement pur. de toutes les choses visibles et invisibles . le mettaient aux pieds des Apôtres. le Fils de Dieu unique engendré. attribuée à ATHANASE : « Allant à l’église. brisèrent et enfoncèrent sa porte. Les biens qu’il avait de ses parents. en lui. tu auras un trésor dans le ciel. en faisaient l’abandon pour l’utilité des nécessiteux . Il vendit tous ses meubles et distribua aux pauvres tout l’argent qu'il en reçut.. trois cents aroures de terre fertile excellente. lumière issue de la lumière. Par lui le Seigneur guérit plusieurs personnes souffrant dans leur corps et en purifia d’autres des démons. né du Père avant tous les siècles. et il reviendra dans la gloire pour juger les vivants et les morts. « Vie et conduite de notre saint père Antoine ». et il est monté aux cieux où il siège à la droite du Père . l’Église catholique et apostolique les anathématise. Ils furent dans l’admiration : son aspect était resté le même . qui. est descendu des cieux et s’est incarné du Saint-Esprit et de la vierge Marie et s’est fait homme . (…) Il vécut ainsi près de vingt ans reclus. les fidèles vendaient leurs biens. 5. ses amis vinrent. . Antoine ayant reçu de Dieu le souvenir des saints. la multitude ne le troublait pas. suis-moi. il n’était ni resserré par le chagrin ni dilaté par le plaisir . et pour notre salut. ne se montrant pas. comme initié aux mystères dans le secret du temple et comme inspiré d’un souffle divin. tant de gens qui le saluaient ne lui donnaient pas de joie excessive : toujours égal à lui-même.

Ceux qui viendront trouver nos frères avec la volonté de partager leur vie. d’hommes ayant renoncé à tous leurs biens et donné leur nom à la cité des cieux. et dans la chasteté… 2. chaque jour. Les clercs s’acquitteront de l’office divin conformément à l’usage de la sainte Église de Rome. les braies et le chaperon descendant jusqu’à la ceinture… Après une année de noviciat. on les enverra aux ministres provinciaux. Ceux qui ont commis le crime de fornication [les prêtres mariés] ne pourront célébrer la messe ni exercer à l’autel les ordres mineurs. quand il fallut l’ensevelir. à l’un des ordres sacrés ou à une charge ecclésiastique ne pourra désormais exercer aucun ministère dans la sainte Église.55 biens futurs et de l’amour à nous témoigné par Dieu. Personne ne pourra désormais acheter ou vendre des églises. en cas de nécessité évidente. Extrait de la règle de FRANÇOIS d’Assise : « 1. » II. portant sur le corps un vêtement de peau. et que ceux qui ne veulent pas n’y soient pas astreints. afin que ceux que ne . B. s’ils sont décidés à confesser cette foi et à la pratiquer avec courage jusqu’à la mort . en vivant dans l’obéissance. (…) Antoine était là. auront le pouvoir d’admettre des frères. ils pourront porter des chaussures. Ceux qui obtiennent des églises à prix d’argent perdent ces églises. que les ministres disent aux candidats la parole du saint Évangile : d’aller et de vendre tout ce qu’ils possèdent et en distribuent aux pauvres le produit. S’ils ne peuvent le faire. Tous les frères porteront des habits grossiers . Décisions du concile de Rome de 1074 : « Quiconque a été promu par simonie. Ses exercices étaient nombreux et plus rigoureux. qui n’épargna pas son propre fils. Si la foi des postulants est ferme sur ces points . ils seront reçus à l’obéissance. Ils jeûneront de la Toussaint à Noël . 1. sans avoir rien en propre. Que les ministres les examinent soigneusement sur la foi catholique et sur les sacrements de l’Église. il persuada beaucoup de gens d’embrasser la vie solitaire. Il jeûnait chaque jour. les frères ne seront pas tenus au jeûne corporel. la bonne volonté suffira… Ensuite on leur accordera l’habit de novice : deux tuniques sans capuce. et c’est ainsi que des monastères s’élevèrent dans les montagnes et que le désert se peupla de moines. ou si leur femme est déjà entrée dans un monastère… alors. La règle de vie des frères mineurs consiste à observer le saint Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ. Personne ne le vit jamais nu jusqu’à sa mort. seuls et exclusivement. s’ils ne sont pas mariés. martyr par la conscience et athlète des luttes de la foi. qu’il garda jusqu’à la fin. mais le livra pour nous. les frères ne seront tenus au jeûne que le vendredi . B. la corde. s’ils le veulent. qui. mais pour le saint Carême. promettant d’observer toujours cette vie et cette Règle… Et ceux qui ont déjà promis obéissance auront une tunique avec capuce et une autre sans capuce. ne les plongeant dans l’eau que par nécessité. Nous décidons aussi que le peuple ne pourra assister aux offices de ceux qui ont méprisé nos constitutions – qui sont celles saints pères eux-mêmes –. » II. Le reste de l’année. 2. avec la bénédiction de Dieu… 3. ils pourront les doubler avec de la grosse toile et d’autres morceaux de tissu. que ceux qui veulent jeûner pendant ce temps soient bénis du Seigneur. Il ne se baignait pas. En cas de nécessité. ne se trempait même pas les pieds. c’est-à-dire à prix d’argent.

elle le sera par la puissance supérieure. Sa sentence ne doit être réformée par personne et seul il peut réformer celle de tous. (…) 26. Seul le pontife romain mérite d’être appelé universel. et elle est en vérité inférieure au soleil en taille et en qualité. il lui est permis de transférer un évêque d’un siège à l’autre. GRÉGOIRE VII réclame pour le pape et l’Église la direction de l’univers : « 1. Si la puissance suprême dévie. (…) 22. à propos de l’empereur et de la papauté. » Dans les Dictati Papae de 1075. L’Église romaine n’a jamais erré. non deux têtes comme les aurait un monstre : c’est le Christ et Pierre. (…) Si la puissance terrestre dévie. 13. » INNOCENT III. De plus. Celui qui n’est pas avec l’Église romaine n’est pas considéré comme catholique. la lune reçoit sa lumière du soleil. (…) 8. Quand la nécessité l’exige. Ces dignités sont l’autorité pontificale et le pouvoir royal. une et unique. 2. Seul il peut user des insignes impériaux. dans Sicut universitatis conditor. extrait de la bulle Unam sanctam. plus la lumière qui l’orne est visible . en 1302 : « L’Église. 3. » PHILIPPE IV LE BEL. 9. en 1297 : « La direction de la temporalité du royaume appartient au seul roi et à personne d’autre. et le successeur de Pierre. ne pourra jamais errer. comme l’atteste l’Écriture. Dieu seul pourra la juger et non pas l’homme. il a nommé deux grandes dignités : la plus grande pour gouverner les âmes (que représentent les nuits). vicaire du Christ. (…) 18.56 peuvent corriger ni l’amour de Dieu ni la dignité de leurs fonctions soient humiliés par le respect humain et par le blâme du peuple. » BONIFACE VIII. Pareillement. dont il est parlé en tant que ciel. plus il s’en tient éloigné. n’a qu’un corps. en octobre 1198 : « Le Créateur de l’univers a établi deux grands luminaires dans le firmament du ciel . bien que donnée à un . Il lui est permis de déposer les empereurs. le pouvoir royal tire sa dignité de l’autorité pontificale : plus il s’introduit dans la sphère de cette autorité. plus sa splendeur augmente. (…) Cette autorité. L’Église romaine a été fondée par le seul Seigneur. pour le firmament de l’Église universelle. Seul il peut déposer ou absoudre les évêques. et celui-ci n’a et ne reconnaît aucun supérieur et n’a pas l’intention de se soumettre et de s’astreindre à quiconque pour tout ce qui concerne le temporel de son royaume. l’autre pour régner sur la nuit. par sa position comme par ses effets. (…) 12. et. une tête. mais si la puissance spirituelle inférieure dévie. le plus grand pour régner sur le jour. De la même manière. (…) L’autorité temporelle doit être soumise à l’autorité spirituelle. elle sera jugée par la puissance spirituelle. Le pape est le seul homme dont tous les princes baisent les pieds.

les chevaux. si un esprit quelconque pouvait concevoir quelque chose de meilleur que toi. escalada le mur de la ville. auxquels Tancrède et Gaston de Béarn avaient donné leurs bannières comme sauvegarde. Seigneur notre Dieu ! Tu es donc d’une manière tellement vraie. les mulets et pillant les maisons. (…) Après avoir enfoncé les païens. et pour cause. possèdes l’être de la manière la plus vraie et la plus haute de toutes. Elle est donnée à Pierre de la bouche de Dieu. ayant tiré l’épée. Et cet être. » II. À ce moment l’un de nos chevaliers. que tu ne peux pas être pensé ne pas être. tout ce qui est autre que toi seul peut être pensé ne pas être. les nôtres saisirent dans le temple un grand nombre d’hommes et de femmes. de grand matin. ce même être dont on ne peut rien concevoir de plus grand n’est pas cet être dont on ne peut pas concevoir de plus grand : ce qui est contradictoire. nos chevaliers postés sur le château (tour roulante) se battaient avec ardeur. Ainsi donc. cet être dont on ne peut pas concevoir de plus grand est d’une manière tellement véritable que l’on ne peut pas penser qu’il n’est pas. En effet. En effet. où il y eut un tel carnage que les nôtres marchaient dans leur sang jusqu’aux chevilles. (…) Dès lors. 6. tous les défenseurs de la ville s’enfuirent des murs à travers la cité et les nôtres les suivirent et les pourchassèrent en les tuant et les sabrant jusqu’au temple de Salomon. Proslogion. entre autre le duc Godefroi et le comte Eustache son frère. ce qui est plus grand que ce que l’on peut concevoir comme non existant. la créature s’élèverait au-dessus du Créateur et jugerait son Créateur : ce qui est parfaitement absurde. on peut concevoir quelque chose qu’on ne saurait concevoir comme non existant. et ils tuèrent ou laissèrent vivants qui bon leur semblait. n’est pas de l’homme mais de Dieu. les nôtres escaladèrent le toit du temple. et. ô Seigneur mon Dieu. » II. À cette vue. Quelques-uns se jetèrent du haut du temple. chapitres III et IV : « Il est inconcevable que Dieu ne soit pas. les décapitèrent. disons et prononçons qu’il est absolument nécessaire au salut pour toute créature humaine d’être soumise au pontife romain. nous donnâmes un assaut général à la ville sans pouvoir lui nuire et nous étions dans la stupéfaction et dans une grande crainte. B. nous déclarons. Audessus du temple de Salomon s’était réfugié un groupe nombreux de païens des deux sexes. Puis. ANSELME de Cantorbéry. Le matin suivant. Cette proposition est en réalité si vraie que sa négation est inconcevable. tout heureux et pleurant de joie. Bientôt dès qu’il fut monté. Les croisés coururent bientôt par toute la ville. l’argent. B. hommes et femmes. qui regorgeaient de richesses. Ainsi donc. attaquèrent les Sarrasins. D’ailleurs. Toi seul. » . par conséquent. les nôtres allèrent adorer le Sépulcre de notre Sauveur Jésus et s’acquittèrent de leur dette envers lui [leur vœu de prendre la Croix]. Puis à l’approche de l’heure à laquelle Notre Seigneur Jésus-Christ consentit à souffrir pour nous le supplice de la croix. si ce dont on ne peut rien concevoir de plus grand peut être conçu comme n’existant pas. 4. œuvre d’un chevalier qui y a participé : « Le vendredi [15 juillet]. le 15 juillet 1099 : extrait de l’Histoire anonyme de la première croisade. c’est toi.57 homme et exercée par un homme. raflant l’or. du nom de Liétaud. Tancrède fut rempli d’indignation. La prise de Jérusalem.

on voit à présent des satrapes montés sur des chevaux couverts d’or. chaque jour se prépare à mourir. ni crainte de Dieu. c’est l’extrême indigence . On n’y trouve ni foi. C. mais dont la vie montre peu de signes d’amélioration. et non pour leur propre consolation particulière. mais peu recherchent l’ignominie de sa croix. 1. plutôt qu’à notre vertu ! Plût à Dieu que nous eussions bien vécu en ce monde. C. Thomas HEMERKEN. être avec Jésus. Et ne voulût-il jamais les consoler.58 ANSELME de Cantorbéry : « Je ne cherche pas à comprendre afin de croire. Vivre sans Jésus. de blâmer ce qui est vil à vos yeux. mais peu partageant sa croix . Que sert-il de vivre longtemps quand on se corrige peu ? Hélas ! Une longue vie ajoute souvent à nos péchés. ne fût-ce qu’un seul jour ! Nombreux sont ceux qui comptent les années passées depuis leur conversion. sans Jésus ? Être sans Jésus est un dur enfer . peut-être est-il plus funeste de vivre longtemps. Ne me laissez pas juger d’après les dehors que l’œil aperçoit. c’est un doux paradis. c’est la souveraine richesse. Heureux l’homme qui. d’estimer ce qui est précieux devant vous. Du petit nombre de ceux qui aiment la croix de Jésus. Que peut vous offrir le monde. un bien qui surpasse tous les biens. mais peu jusqu’à boire la coupe de sa passion. la sentine des vices. mais peu de son abstinence. PÉTRARQUE (1304-1374). ils le loueraient néanmoins toujours et toujours lui rendraient grâces. invectives contre Avignon : « Avignon. mais je crois afin de comprendre. je ne comprendrai pas. rien de saint : quoique la résidence du souverain pontife en dût faire un sanctuaire et le fort de la religion. » II. (…) De toutes les villes que je connais c’est la plus puante. de savoir ce que je dois savoir. (…) Quelle honte de la voir devenir tout à coup la capitale du monde. Prière. Beaucoup admirent ses miracles. » II. le bénissent en toute tribulation et dans l’angoisse du cœur comme dans la plus grande joie. Car je crois ceci : à moins que je crois. nul ennemi ne pourra vous faire de mal. (…) Les cardinaux : (…) À la place des Apôtres qui allaient nu-pieds. Beaucoup suivent Jésus jusqu’à la fraction du pain. On les prendrait pour des rois de Perse ou des Parthes qu’il faut adorer. beaucoup souhaitant ses consolations. où elle ne devrait tenir que le dernier rang. Qui trouve Jésus trouve un grand trésor. posséder Jésus. Seigneur. Tous désirent jouir avec lui. ni pudeur. Donnez-moi. L’Imitation de Jésus-Christ : « De l’amitié familière avec Jésus. d’aimer ce que je dois aimer. 2. De la mort. ni prononcer sur le rapport . si Dieu ne réprime leur luxe insolent. S’il est terrible de mourir. Si Jésus est avec vous. c’est l’impie Babylone. l’égout de la terre. Beaucoup de compagnons de sa table. Beaucoup aiment Jésus tant que l’adversité n’arrive pas… Ceux qui aiment Jésus pour lui-même. dit Thomas a KEMPIS. l’enfer des vivants. rien de vrai. ni religion. et qu’on n’oserait aborder les mains vides. gardant toujours présente à l’esprit l’heure de sa mort. Celui qui perd Jésus perd infiniment plus que s’il perdait le monde entier. ni charité. mais peu veulent souffrir quelque chose pour lui. Jésus trouve beaucoup d’hommes désirant son royaume céleste. mais peu aimant ses douleurs.

dans la préface à l’édition de ses œuvres latines publiée un an avant sa mort : Autobiographie I. J'avais brûlé du désir de bien comprendre un terme employé dans l'Epître aux Romains au premier chapitre. alors il est son véritable chef sous l’architête. Déclaration de Martin LUTHER à propos de Romains 1. mais non pas tout ce que le pape et ses cardinaux définissent et commandent en général. jusqu'alors. mais faites-moi discerner avec justesse les choses sensibles et les choses spirituelles. Mais s’il vit contrairement au Christ. 2. 15 : « Cette année [en 1513]. il est un voleur. alors. un loup ravisseur. un hypocrite et. je le haïssais. si je ne blasphémais pas en secret. un brigand qui s’introduit subrepticement.59 des hommes peu sensés . ma conscience était extrêmement inquiète et je n'avais aucune certitude que Dieu fût apaisé par mes satisfactions. A. Le Seigneur nous a suffisamment avertis de nous garder des pseudo-christs et de leurs miracles. aux Galates et aux Hébreux dans mes cours. le principal antéchrist. le 6 juillet 1415 : « Dieu m’est témoin que je n’ai jamais enseigné ni prêché ce qui m’est attribué sur la déposition de faux témoins. là où il est dit : "La justice de Dieu est révélée dans l'Evangile". Aussi je n'aimais pas ce Dieu juste et vengeur. et je pensais y être mieux préparé. et chercher surtout et toujours votre bon plaisir. Et s’il gouverne de cette manière en tant que chef toute l’Église militante selon la loi de JésusChrist. car l'usage courant et l'emploi qu'en font habituellement tous les docteurs m'avaient enseigné à le comprendre au sens philosophique. réponse au synode de Prague en 1413 : « Voilà à quoi je veux me tenir : je tiens le pape pour le vicaire du Christ dans l’Église romaine. disant : N'est-il pas suffisant qu'il nous condamne à la mort éternelle à cause du péché de nos pères et qu'il nous fasse subir toute la sévérité de sa . Et je me tiens également à ceci : je suis prêt à accepter avec respect et révérence. 3. Car rien n’est plus sûr. Notre Seigneur Jésus-Christ. » III. alors il est la tête de la portion de l’Église militante qu’il régit. de tous les mortels. J'entendais par là la justice "formelle" ou "active". je me sentais pécheur aux yeux de Dieu . après avoir traité entre temps les Epîtres aux Romains. comme il sied au chrétien fidèle. Malgré ma vie irréprochable de moine. Je le haïssais et. Ce terme de "justice de Dieu". car. que j’ai écrite.17. si ce n’est que le pape et toute la curie peuvent se tromper sur la vérité comme dans leurs mœurs. une qualité divine qui pousse Dieu à punir les pécheurs et les coupables. sur le bucher de constance. j'avais entrepris pour la seconde fois l'interprétation des psaumes. » Dernières paroles de Jan HUS. tout ce que l’Église romaine ou le pape et ses cardinaux définissent et commandent à croire et à pratiquer selon la loi du Christ. Jan HUS. Je me tiens aussi au point suivant : si le pape est prédestiné et qu’il exerce son office pastoral en imitant Jésus-Christ. certainement je m'indignais et murmurais violemment contre lui. C. Je suis prêt à mourir avec joie dans la vérité de l’Évangile. enseignée et prêchée d’après la tradition des saints docteurs. Mais je ne considère pas ce point comme étant de foi … . Mon intention première dans ma prédication et tous mes actes a été d’arracher les hommes au péché. » II. j'y songeais en frémissant.

» Déclaration de Martin LUTHER et réplique de l’official de l’évêque de Trèves. Le sens de la phrase est donc celui-ci : l’Évangile nous révèle la justice de Dieu.J. prince très illustre. la gloire de Dieu. Enfin. Je ne blâme pas tant les grandes clameurs des prédicateurs de l'indulgence. La seule chose qui soit sans danger consiste à se soumettre à l’autorité établie. Deux canons21 votés par le concile de Trente lors de sa session XIII. je me sentis renaître. Dès lors. dans sa miséricorde. soient contenus dans le très saint sacrement de l’Eucharistie. comme il est écrit : "Le juste vivra par la foi". Ils croient que l'indulgence est assez puissante pour sauver le plus grand pécheur . ni aux conciles seuls… Je suis lié par les textes scripturaires que j’ai cités et ma conscience est captive des paroles de Dieu. même là. et que j’examinais l’enchaînement de ces mots : "La justice de Dieu est révélée dans l’Évangile". » III. l'indulgence papale pour la construction de la cathédrale de Saint-Pierre de Rome. au nom de votre grâce et seigneurie. que Dieu me soit en aide. par laquelle il nous rend sages. Frère Martin. je commençai à comprendre que la justice de Dieu signifie ici la justice que Dieu donne et par laquelle le juste vit s’il a la foi. le 31 octobre 1517 : « Père vénérable en Dieu. il nous fasse annoncer sa justice et sa colère ?.60 loi ? Faut-il qu'il augmente encore nos tourments par l'Evangile et que.). 23. nous justifie au moyen de la foi… Aussitôt. Je parcourus les textes comme ma mémoire me les présentait et notai d'autres termes qu'il fallait expliquer de façon analogue. l'Ecriture tout entière prit à mes yeux uns aspect nouveau. lesquels je n'ai point entendus. le 11 octobre 1551 : Canon 1 : « Si quelqu’un nie que le corps et le sang. réellement et substantiellement ..S. s’il les dit ne s’y trouver qu’en signe. que le faux sens adopté par le pauvre. jour et nuit. 7. A. donc le Christ tout entier.« Abandonne ta conscience. ou figure. janv.. Je ne puis ni ne veux me rétracter en rien. p. 1992. mais la justice passive. Cela me fait mal et me rend malade. Pendant que je méditais. par laquelle Dieu. . » . simple et grossier peuple. n° 18. « De la présence réelle ».. archevêque de Mayence. le salut. et il me sembla être entré par des portes largement ouvertes au Paradis même. » Lettre de Martin LUTHER à Albert. Ils croient que les âmes seront tirées du purgatoire dès qu'ils auront mis l'argent dans les coffres. Dieu me prit en pitié.C.. On porte par tout le pays. lors de la diète de Worms en avril 1521 : . ensemble avec l’âme et la divinité de Notre Seigneur Jésus-Christ (N. car il n’est ni sûr ni honnête d’agir contre sa propre conscience… Je ne puis autrement. qui publie partout hautement les imaginations qu'il a conçues à ce sujet. veuille votre grâce jeter un œil favorable sur moi qui ne suis que terre et cendre.« Je n’ajoute foi ni au pape.. la puissance de Dieu par laquelle il nous donne la force. et recevoir favorablement ma demande avec la douceur épiscopale. Fac-Réflexion. . la sagesse. ou efficace [virtute] : qu’il soit anathème ! » 21 Ils sont cités par Henri BLOCHER.

L’éthique puritaine développe ainsi un mode d’être nouveau. Ni la distinction par la naissance ou par le statut social conféré par la richesse ne remplace. 3. cet appel à vivre modestement et saintement de la grâce de Dieu : à travailler pour le bien commun.J. tandis que demeurent. 2006. Le magique et le merveilleux du discours véhiculé par les clercs se heurtent au "parler vrai". La vocation remplace la naissance et la vie modeste prend le pas sur la manière bourgeoise d’élever la réussite financière au rang de distinction nobiliaire. conversion que l’Église catholique appelle très justement transsubstantiation : qu’il soit anathème ! » III. Labor et Fides. Ce processus de légitimation religieuse du travail trouve son origine dans la désacralisation de l’institution ecclésiastique : le centre d’intérêt se déplace de l’Église au monde . B. Accumuler pour ensuite dilapider sa fortune dans des fêtes somptueuses et ruineuses. Il ne s’agit donc plus de trouver la proximité divine en se retirant derrière les murs d’un monastère. comme dans les sociétés traditionnelles d’Ancien Régime. En tant que culture religieuse spécifique. Rémy HEBDING. Loi et dissidence. sur les vertus du repli méditatif pour certains. Le Protestantisme et la politique. Mais l’ascétisme intramondain. ni de thésauriser dans le but de montrer sa richesse à tout son entourage. austère. Il ne s’agit plus. bien au contraire. 95-97 : « La thèse de l’affinité entre l’esprit d’entreprise et le protestantisme a largement été développée par Max Weber dans … L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme. L’éthique puritaine centre tout sur la noblesse de l’activité professionnelle et non.. Mais cette absolue liberté accordée aux croyants guidés par la grâce les plongeait néanmoins dans une certaine angoisse. mais.61 Canon 2 : « Si quelqu’un dit que la substance du pain et du vin demeure ensemble avec le corps et le sang de N. et nie l’admirable et singulière conversion de toute la substance du pain en corps et de toute la substance du vin en sang. En critiquant la fonction religieuse du sacré.S. et sur l’argent comme valeur discriminatoire pour les autres. la Réforme a motivé un système de représentations favorisant des sphères d’activités bien déterminées.C. Celles-ci étaient particulièrement marquées par la doctrine de la prédestination et son désengagement par rapport au salut par les œuvres. Les métiers séculiers se voient valorisés et considérés à leur juste valeur. la vocation du chrétien consiste à pratiquer la sainteté dans le monde et à trouver dans la réussite de son entreprise des raisons de se croire élu par Dieu. les apparences [speciebus] du pain et du vin. dépouillé de tout artifice. caractéristique de l’attitude protestante sécularisée. (…) Les Réformateurs n’ont jamais eu à l’esprit d’encourager de manière évidente la recherche des biens de ce monde. cependant. À ne pas mépriser le monde au profit d’un détachement monastique. comme dans la noblesse européenne. de faire étalage de manière ostentatoire de son statut social. du monastère à l’atelier ou à l’achoppe. Ils étaient à la recherche d’une assurance d’êtres sauvés et la trouvaient dans l’accomplissement frénétique du travail quotidien. » . Genève. p. aux yeux des protestants puritains. le protestantisme participe largement au processus de "désenchantement du monde". Pour les puritains. (…) Max Weber a surtout observé le comportement des communautés puritaines nordaméricaines issues du calvinisme. a orienté les pays largement influencés par le protestantisme à valoriser l’activité économique. à considérer de façon éminemment positive la notion de vocation : le Beruf de Luther. L’objectif n’étant pas l’accumulation de biens mais la production de richesses profitables à tous.

toute belle et toute parfaite. par conséquent ces définitions du pontife romain sont irréformables par elles-mêmes et non en vertu du consentement de l’Église. B. qui est ineffable. c’est-à-dire lorsque. 2. » La conclusion du premier concile du Vatican. de cette infaillibilité dont le divin Rédempteur a voulu que soit pourvue son Église lorsqu’elle définit la doctrine sur la foi ou la morale . Et que ce qui devait tomber dans le premier Adam fût relevé dans le second par un bonheur plus grand que cette infortune . mais encore en ce qui touche à la discipline et au gouvernement de l’Église répandue dans le monde entier. il naquit dans l'heureuse plénitude des temps. poussé dans le mal par la perfidie de l'iniquité diabolique. décrété que. sauf Dieu. et il l'aima entre toutes les créatures d'un tel amour. par une souveraine prédilection. Pie XII. qu'il mit en elle seule. remplissant sa charge de pasteur et de docteur de tous les chrétiens. L'élevant incomparablement au-dessus de tous les esprits angéliques. en vertu de l’assistance qui lui a été promise en la personne de saint Pierre. B. … qu’il soit anathème. personne ne peut la comprendre. 3. fait canoniquement de la primauté du pape et de son infaillibilité une question de foi : « 1. suite de la transgression d'Adam.62 IV. dans le mystère caché dès l'origine des siècles. de toute éternité. cet Esprit qui la dirige infailliblement pour parfaire la connaissance des vérités révélées. afin que l'homme. Pastor aeternus (1870). toutes ses complaisances. Extrait de la Bulle Ineffabilis Deus signée par le pape Pie IX le 8 décembre 1854 : « Dieu. en laquelle vit l'Esprit de vérité. de tous les saints. il jouit. il définit en vertu de sa suprême autorité apostolique qu’une doctrine en matière de foi ou de morale doit être tenue par toute l’Église. dont la volonté est la toute-puissance même. Elle avait en elle la plénitude d'innocence et de sainteté la plus grande que l'on puisse concevoir au-dessous de Dieu et telle que. constitution apostolique Munificentissimus Deus du 1er novembre 1950. il accomplirait l'œuvre primitive de sa bonté. 1. Voyant dans sa prescience. non seulement en ce qui touche à la foi et aux mœurs. que toujours et entièrement pure de toute tache du péché. dont les voies sont la miséricorde et la vérité. pour que d'elle fait chair. Choisit et prépara. définissant le dogme de l’Assomption : « Alors. la ruine lamentable de tout le genre humain. ou qu’il n’a que la part la plus importante et non la plénitude totale de ce pouvoir suprême. Sur le primat du pape : Si quelqu’un dit que le pontife romain n’a qu’une charge d’inspection ou de direction et non un pouvoir plénier et souverain de juridiction sur toute l’Église. pris au trésor de la divinité. d'une manière si merveilleuse. » IV. ne pérît pas contre le dessein de sa miséricorde . et ayant. par le sacrement plus mystérieux encore de l'incarnation du Verbe. puisque l'Eglise universelle. Il la combla de l'abondance des dons célestes. dont la sagesse atteint d'une extrémité jusqu'à l'autre irrésistiblement et dispose avec douceur toutes choses. Sur l’infaillibilité : Lorsque le pontife romain parle ex cathedra. a manifesté de . une Mère à son Fils unique. dès le commencement et avant les siècles.

que. si quelqu'un . que les âmes de tous ceux qui se glorifient du nom de chrétiens. pendant la célébration du très grand Jubilé. Roi immortel des siècles et vainqueur de la mort et du péché. en excitant les guerres. déclarons et définissons que c'est un dogme divinement révélé que Marie. et puisque les évêques du monde entier. et qui avons éprouvé souvent sa très puissante assistance. alors que les inventions du " matérialisme " et la corruption des mœurs qui en découle menacent de submerger l'existence de la vertu et. garde un cœur maternel. approuvée depuis la plus haute antiquité par le culte de l'Eglise.ce qu'à Dieu ne plaise . après avoir adressé à Dieu d'incessantes et suppliantes prières. d'un sentiment presque unanime. à la fin du cours de sa vie terrestre. C'est pourquoi. Nous proclamons. qui prodigua sa particulière bienveillance à la vierge Marie. à quel but sublime sont destinés notre âme et notre corps . car elle tournera à la gloire de la Très Sainte Trinité à laquelle la Vierge Mère de Dieu est unie par des liens tout particuliers. sera manifesté le plus clairement possible. fixé par le dessein de Dieu dans sa Providence. Nous. en parfait accord avec les autres vérités révélées. des bienheureux apôtres Pierre et Paul.63 multiples façons sa foi au cours des siècles. en effet. à l'égard de tous les membres de cet auguste corps. Il faut. Et il faut également espérer que ceux qui méditent les glorieux exemples de Marie se persuaderont de plus en plus de quelle grande valeur est la vie humaine si elle est entièrement vouée à l'accomplissement de la volonté du Père céleste et au bien à procurer au prochain .osait volontairement nier ou mettre en doute ce que Nous avons défini. orner le front de la Vierge Mère de Dieu de ce brillant joyau et laisser un souvenir plus durable que l'airain de Notre piété très ardente envers la Mère de Dieu. et enfin que la foi de l'Assomption céleste de Marie dans son corps rendra plus ferme notre foi en notre propre résurrection. pour accroître la gloire de son auguste Mère et pour la joie et l'exultation de l'Eglise tout entière. pour l'honneur de son Fils. aux yeux de tous. ou même les exemplaires qui en seront imprimés. la science et la sagesse des théologiens . car ainsi nous pouvons. demandent que soit définie. C'est pourquoi. l'Immaculée Mère de Dieu toujours Vierge. par l'autorité de NotreSeigneur Jésus-Christ. qui avons confié Notre pontificat au patronage particulier de la Très Sainte Vierge. a été élevée en âme et en corps à la gloire céleste. Nous qui avons consacré à son Cœur Immaculé le genre humain tout entier en une cérémonie publique. en pleine lumière. est maintenant arrivé où nous devons déclarer solennellement cet insigne privilège de la Vierge Marie. Ce Nous est une très grande joie que cet événement solennel arrive. par un dessein de la Providence de Dieu. Nous avons une entière confiance que cette proclamation et définition solennelle de son Assomption apportera un profit non négligeable à la société humaine. Et pour que Notre définition de l'Assomption au ciel de la Vierge Marie dans son corps parvienne à la connaissance de l'Eglise universelle. alors que l'Année Sainte suit son cours. vers qui Nous Nous réfugions en tant de vicissitudes des plus tristes réalités. qu'il sache qu'il a fait complètement défection dans la foi divine et catholique. seront poussées au désir de participer à l'unité du Corps mystique de JésusChrist et d'augmenter leur amour envers Celle qui. et munis du sceau d'une personne constituée en dignité .nous pensons que le moment. démontrée et expliquée par l'étude. Nous voulons que Nos lettres apostoliques présentes demeurent pour en perpétuer la mémoire. comme dogme de foi divine et catholique. et invoqué les lumières de l'Esprit de vérité. espérer que tous les fidèles seront portés à une piété plus grande envers leur céleste Mère . de perdre les vies humaines. contresignés de la main d'un notaire public. ordonnant que les copies qui en seront faites.vérité qui s'appuie sur les Saintes Lettres et ancrée profondément dans l'âme des fidèles. et par la Nôtre. et la rendra plus active. la vérité de l'Assomption au ciel de la Bienheureuse Vierge Marie . pour la gloire du Dieu Tout-Puissant.

qu'il sache qu'il encourrait l'indignation du Dieu ToutPuissant et des bienheureux apôtres Pierre et Paul. le premier novembre. Qu'il ne soit permis à qui que ce soit de détruire ou d'attaquer ou contredire. par une audacieuse témérité.64 ecclésiastique. Si quelqu'un avait la présomption d'y attenter. en la fête de tous les Saints. » . l'année du très saint Jubilé mil neuf cent cinquante. près de Saint-Pierre. comme le feraient les présentes Lettres elles-mêmes si elles étaient exhibées ou montrées. Donné à Rome. obtiennent foi absolument auprès de tous. de Notre pontificat la douzième année. cet écrit de Notre déclaration. décision et définition.

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->