Vous êtes sur la page 1sur 40

Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

___________________ Dé dicaces

A mes parents ; aucun aveu n’exprimera autant d’amour que


j’ai pour vous.

A mes frères et mes sœurs en témoignage de ma tendresse pour


vous, je vous dédier ce travail avec mes meilleurs vœux de bonheur et
de réussite.

A tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à la réalisation


de ce rapport de stage qu’ils trouveront ici la traduction de mes
sentiments respectueux pour le service qu’ils ont eu la grande bonté
de me rendre.

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 1
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

___________________ Remerciements

J e tiens à exprimer mes vifs remerciement à Monsieur


Mohammed OUADIRGA, le président directeur général de
OUADIFCO de m’avoir accueilli au sein de son établissement et qui
m’a encadré et soutenu tout au long du stage, ,qui m’a été très
précieux pour ma formation professionnelle.

Ma sincère gratitude est exprimée à Monsieur Othman


AIT JANNAT, chef du service logistique et achat qui m’a toujours
manifesté un esprit de coopération. Je les remercie pour leur
disponibilité et les informations pertinentes qu’ils m’ont fournies.

Je tiens à remercier également tout le staff de l’entreprise


pour leur hospitalité et encouragement.

Mes remerciements aussi vont à Monsieur A. BENDOU,


directeur de l’ENCG d’Agadir, tout le staff professoral ainsi que le
staff administratif pour les efforts qu’ils fournissent pour améliorer et
mener à bien la mission de notre école.

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 2
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

___________________Sommaire
Dédicace………………………………………………………………………........1
Remerciements…….……………………………………………………...………2
Table des matières……………………………… ………………………….…….3
Introduction générale…………………………………………………………….4

Section 1 : Présentation du secteur d’activité……………….............5


I - Le Commerce extérieur……………………….………………………5
Introduction…………………………………….…………………..5
1-Les échanges internationaux……………….………………..6
1.1 Balance commerciale……..……….………………6
1.2 Indicateurs d’ouvertures………………………….7
2-Structure sectorielle des échanges commerciaux……..…7
2-1 Les exportations……………………………………….8
2-2 Les importations………………………………………8
3- Le secteur agroalimentaire……………………………………9
3-1 La place du secteur dans l’économie
marocaine.9
3-2 La position du secteur dans l’export…….…….…9
3.3 La position du secteur dans l’import…………10
II - Les conditions de paiement et de livraison dans les échanges
internationaux……………………………………………………………………11
1-Les conditions de livraison : les incoterms…………..….11
2-Les conditions de paiement…………..…………………….14
III - Les procédures administratives d’importations……………..16
1-Formalités préliminaires……………….…………………….16
2-Modalités d’importation…………..………………………….16
Section 2 : Présentation de l’entreprise OUADIFCO et les tâches
effectuées dans le stage………………………………………………..…………….22
I-Présentation de l’entreprise…………………….…………………..22
1-Fiche technique……………..…………………………………22
2-Organigramme de l’entreprise………………………………22
3-Les services et leurs attributions ………………………….23
3-1 Service financier et comptable……………………23
3-2 Service commercial……………………………..…..23
3-3 Service achat et logistique………………………...23
II-Tâches effectuées dans le stage………………………………….…
23
1- Service financier et comptable……………………………..23
2-Service commercial……………………………………………24
3-Cas pratique d’une opération d’importation……….……24

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 3
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

4-Point forts et points faibles………………………………….25


Annexes………………..………………………………..…………………25

___________________ Introduction Gé né rale


L

e secteur du commerce international est l’un des secteurs économiques les plus dynamiques au
Maroc. Il a été marqué ces dernières années par une effervescence stratégique en profondeur,
illustré notamment par la stratégie de promotion et d’ouverture menées par le ministère en
charge.

L’importance du secteur d’import-export se traduit par son apport en matière de


devise, les emplois qu’il génère et son aptitude de développer l’économie nationale.

Dans ce contexte j’ai choisit de faire mon stage dans une jeune entreprise opérante dans le
domaine : OUADIFCO SARL.

Mon rapport va s’articuler autour de deux sections. La première portera sur la


présentation générale du secteur d’activité à savoir la formation des échanges internationaux
marocains, les conditions de livraison et de paiement et les procédures administratives
d’importations.

La deuxième section va se focaliser sur l’entreprise et en particulier son


fonctionnement et ses services avant de rappeler les différentes tâches effectuées dans le
stage, puis je poursuis par un cas pratique permettant le calcul de coût de revient du produit
importé .Je terminerai par le recensement des points de forces et de faiblesse de l’entreprise en
question.

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 4
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

Section 1 : Présentation du secteur d’activité


I- Commerce extérieur du Maroc

Introduction

Le commerce international ne cesse de se développer et devient de plus en plus un


moteur incontestable de la croissance économique mondiale, avec des biens et services de
plus en plus élaborés. Les métiers se spécialisent de plus en plus et les besoins augmentent, à
tel point qu’un pays ne peut plus être économiquement autarcique.
Le Maroc n’est pas en reste de ces mutations. Néanmoins, il est un des pays dont la
croissance a peu profité de l’ouverture, en raison de l’existence d’une certaine contradiction
entre la politique d’ouverture et la persistance des forces tirant vers le protectionnisme.
La problématique du commerce extérieur marocain est, perceptible à travers :
o l’offre exportable peu diversifiée et peu élastique ;
o la concentration géographique des exportations sur l’UE ;
o la persistance des biais anti-exportation ;
o le système d’incitation et de promotion des exportations peu compétitif.

L’évolution notable et continue des importations répond à un besoin pressant de


développement tant économique que social. En contre partie les exportations sont largement
dominées par les produits traditionnels « fatalement exportables » et qui sont généralement
primaires ou à valeur ajoutée limitée. Ainsi, les articles d’habillement, les phosphates et
dérivés et les produits de la mer en constituent environ 60% en moyenne annuelle pendant ces
cinq dernières années. L’analyse géographique des échanges fait ressortir la place
prépondérante qu’occupe l’Europe avec 77% et 66% respectivement des exportations et des
importations. Au sein de cette zone, l’UE demeure le principal client et fournisseur avec
respectivement 74% et 59%.

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 5
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

1. Echanges commerciaux

1.1 Balance commerciale

Au cours de la période 1995-2005, la balance commerciale du Maroc s’est caractérisée


par un déficit structurel qui s’est aggravé en passant de 26,82 milliards de DH en 1995 à 85,94
milliards de DH en 2005, soit un accroissement annuel moyen de 13,35%, au moment où
l’évolution moyenne en volume s’est chiffrée à 9,66%. Cet écart d’évolution s’explique par
l’impact des prix sur l’ampleur du déficit commercial. De même, l’évolution annuelle
moyenne du taux de couverture en valeur et en volume a enregistré la même tendance, soit
une régression de près de 9 points.

Le tableau suivant récapitule l’évolution des performances du commerce international


marocain entre les années 1995 et 2005.

Source : Site officiel du ministère du commerce extérieur.

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 6
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

1.2 Indicateurs d’ouverture

 Degré d’ouverture.

Le degré d’ouverture s’est chiffré en moyenne 66,14% du PIB, taux qui n’a pas connu
une évolution significative durant la période sous revue.

La comparaison de ce taux avec ceux de l’échantillon de référence montre que le


Maroc est relativement ouvert par rapport au Chili (63,62%), à la Turquie (57,27%) et à
l’Egypte (35,32%). Cependant, la Malaisie et la Hongrie sont beaucoup plus ouverts avec
respectivement des taux de 216% et de 133,55%.

 Biais anti-exportation

La surprotection dont bénéficient certaines branches de production, notamment les


produits alimentaires et chimiques, contribue en grande partie au biais anti-exportation et
encourage les entreprises à produire pour le marché domestique au lieu d’exporter et
confronter la concurrence mondiale.

Entre 2003 et 2004, la valeur de l’indice de restriction commerciale relatif au Maroc


s’est chiffrée à près de 0,51%, représentant le troisième indice le plus élevé après celui de
l’Egypte (0,68) et de Nigeria (0,55) parmi 92 pays.

Le biais anti-exportation n’encourage pas les entreprises à développer leurs capacités


productives et s’ouvrir à la concurrence mondiale et la recherche de nouveaux marchés à
l’étranger.

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 7
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

2. Structure sectorielle des échanges


commerciaux

2.1 Les exportations

L’évolution annuelle des exportations par secteur d’activité fait ressortir la poursuite
de la prédominance des exportations des industries textiles et cuir. En dépit d’un recul en
2004 et 2005, les ventes à l’étranger du secteur représentent en moyenne environ 37% des
exportations.

La structure des exportations

D’une manière générale, la composition sectorielle des exportations laisse apparaître :


La prédominance des produits manufacturiers qui représentent en moyenne 75% des
exportations dont la moitié est constituée des produits du textile et de l’habillement, tandis
qu’à l’échelle mondiale leur part dans les produits manufacturiers ne dépasse pas 9% en
moyenne.

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 8
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

Les exportations de produits agricoles et de la pêche représentent chacun 7% des


exportations totales, soit une part inférieure à la moyenne mondiale.

Une faible diversification des groupes de produits à l’export. Trois groupes de produits
procurent en moyenne près de 60% environ des recettes d’exportation. Il s’agit des articles
d’habillement, des produits de la mer et du phosphate et ses dérivés.

2. 2 Les importations

L’analyse sectorielle des importations destinées au marché local et à l’exportation,


révèle la poursuite de la prédominance des importations des secteurs des industries
mécaniques et métallurgiques, de l’énergie, de la chimie, des industries électriques et
électroniques et du textile, qui accaparent en moyenne 84% des importations totales.

3. Le secteur agro-alimentaire
Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 9
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

3.1 La place du secteur dans l’économie


marocaine

Le secteur agro-industriel occupe une place stratégique dans l'économie marocaine. Il


compte plus de 1700 entreprises qui représentent 25% du total des établissements industriels.
Les industries agroalimentaires (IAA) marocaines ont réalisé en 2002 un chiffre d'affaires,
hors tabacs, de 53,8 Mds MAD (4,9 Mds) dont près de 1,2Md à l’export. Les plus
importantes d'entre-elles, appartenant à de grands groupes marocains (ONA, Dyana Holding,
Holmarcom) ou étrangers (Castel, Bel) génèrent des chiffres d'affaires annuels qui dépassent
les 100 Mds. Le tissu des IAA marocaines demeure néanmoins essentiellement composé de
PMI (sont considérées comme telles les entreprises de moins de 200 salariés) puisque elles
représentent 95% des IAA. Mais celles-ci n’assurent qu’un peu moins de la moitié de la
production agroalimentaire alors que les 50 plus importantes en assurent près de 55%.

3.2 La position du secteur dans l’export

Les industries agroalimentaires, participent en moyenne pour 8% des exportations


globales et 10% des exportations manufacturières. Les exportations agroalimentaires se sont
inscrites en hausse de 8% entre 1995 et 2005.

Cette performance est attribuée essentiellement à la bonne tenue des ventes des
conserves de poissons qui représentent 39% des exportations du secteur et qui ont enregistré
une augmentation moyenne de 9%. Les huiles d’olives sont en nette progression, ils
représentent 11% en 2005 du total contre une part ne dépassant pas 1% durant la période
2000-2003. Quant aux exportations des conserves de légumes qui représentent 19% des
exportations du secteur, elles sont stables entre 1995 et 2005.

En matière de réexportations en suite d’ATSP, le secteur des industries


agroalimentaires constituent 5% des exportations globales du secteur en 2005, part en nette
augmentation.

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 10
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

Evolution des exportations des produits agro- alimentaires entre 1995 et 2005

3. 3 La position du secteur dans l’import.

Les importations de produits agro-alimentaires constituent 5,5% des importations


totales, part inchangée durant toute la période 1995-2005. En valeur, les importations de ce
secteur ont progressé de 4% en moyenne annuelle.

Les importations de ce secteur sont dominées par :


o les huiles végétales brutes (à hauteur de 22%) avec toutefois, une baisse de
4% ces deux dernières années,
o le sucre (20%) qui demeure stable durant la période étudiée,
o les tabacs (9%) avec un taux de croissance annuelle moyenne de 4%,

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 11
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

o le beurre (7%) qui a enregistré une hausse annuelle moyenne de 9%, et


o le thé (7%) avec une progression annuelle moyenne de 8%.

Evolution des exportations des produits agro- alimentaires entre 1995 et 2005

II- Les conditions de livraison et de paiement


dans les échanges internationaux.

Avant de se lancer dans une opération d’importation, l’importateur doit bien négocier
auprès de fournisseur le prix et la qualité de la marchandise, mais aussi les conditions de
livraison et de paiement.
Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 12
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

1. les conditions de livraison : incoterms

Il existe 13 incoterms retenus par la Chambre de Commerce Internationale (CCI), qui


sont classés selon le mode de transport.

o 1 incoterm exclusivement terrestre (DAF) ;

o 6 incoterms exclusivement maritimes (FAS, FOB, CFR, CIF, DES, DEQ) ;

o 6 incoterms valables pour tout mode de transport (EXW, FCA, CPT, CIP, DDU,
DDP).

Les incoterms sont classés selon le degré de contrainte de l´exportateur en partant de


son obligation minimum (EXW) jusqu´à son obligation maximum (DDP).

Le tableau suivant englobe les incoterms préconisés dans les échanges internationaux.

L´unique responsabilité du vendeur est de mettre


la marchandise à la disposition de l´acheteur. La
révision 2000 des incoterms reconnait une pratique

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 13
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

très utilisée: le vendeur prend en charge et est


L´incoterm  EXW 
responsable du chargement de la marchandise sur le
véhicule de l´acheteur (sous réserve d´indiquer
EXW= EX WORKS = A L
EXW loaded). L´acheteur supporte tous les frais
´USINE
inhérents au transport, du départ de l´usine au lieu
de destination.
                                           Le groupe des  F  = FREE
FCA= FREE CARRIER = L´acheteur choisit le mode de transport et le
FRANCO TRANSPORTEUR transporteur, et il paie le transport principal. Le
transfert des frais et des risques se fait au moment où le
transporteur prend en charge la marchandise. En cas de
camion, wagon, et conteneur complet, c´est le vendeur
qui fait le chargement. Le dédouanement export est à la
charge du vendeur. Le FCA locaux du vendeur a été
officialisé par la révision 2000 des incoterms.
FAS = FREE ALONG SIDE Les obligations du vendeur sont désormais remplies
SHIP = FRANCO LE LONG lorsque la marchandise est placée dédouanée le long du
DU NAVIRE navire sur le quai ou dans les barges. A partir de ce
moment, l´acheteur supportera tous les frais et risques.
L´acheteur désigne le navire et paie le fret.
FOB = FREE ON BOARD = La marchandise est placée à bord du navire par le
FRANCO à BORD vendeur. L´acheteur désigne le navire et paie le fret. Le
transfert des frais et risques se fait au moment où la
marchandise passe le bastingage du navire. Les
formalités d´exportation incombent au vendeur.

(Suite)
Le groupe des  C  = COST AND CARRIAGE
CFR = COST AND FREIGHT Le vendeur choisit le navire et paie le fret jusqu´au port
= COUT ET FRET convenu. Le chargement sur le navire lui incombe ainsi
que les formalités d´expédition. Le transfert de risque
est le même qu´en FOB.
Terme identique au CFR avec l´obligation
CIF = COST, INSURANCE supplémentaire pour le vendeur de fournir une
Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 14
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

AND FREIGHT = COUT, assurance maritime contre le risque de perte ou de


ASSURANCE, FRET dommages aux marchandises. C´est une assurance FAP
(franc d´avarie particulière) sur 110 % de la valeur. Le
vendeur paie la prime d´assurance, la marchandise
voyage aux risques et périls de l´acheteur. Incoterm très
utilisé en pratique, car il a tendance à bien répartir les
frais et les risques. Les acheteurs apprécient cet
incoterm, car ils se dégagent des formalités logistiques.
CPT = CARRIAGE PAID TO Le vendeur choisit le transport et paie le fret jusqu´au
= PORT PAYE JUSQU´A lieu désigné. Les risques d´avaries ou perte, ainsi que l
´augmentation des coûts éventuels, sont au frais de l
´acheteur à partir du moment où les marchandises ont
été remises au premier transporteur.
CIP = CARRIAGE AND CIP est identique au CPT, mais le vendeur doit fournir
INSURANCE PAID TO = en plus une assurance transport. Le vendeur conclut le
PORT PAYE, ASSURANCE contrat de transport, paie le fret et la prime d´assurance.
COMPRISE, JUSQU ´A

                                 

(Suite)

Le groupe des  D  = DELIVERED


DAF = DELIVERED at Le vendeur paie les frais et supporte les risques jusqu´à
FRONTIER = RENDU la frontière qui doit être précisée. Il assume les
FRONTIERE formalités douanières à l´exportation et l´acheteur à l
´importation. Les deux parties doivent se mettre d
´accord sur la prise en charge de l´assurance sur la
totalité du parcours. Selon la révision 2000, l´acheteur
prend en charge les frais de déchargement du moyen de
transport d´approche à la frontière, sauf mention
expresse.
DES = DELIVERED EX SHIP Le vendeur choisit le navire, paie le fret et supporte les
Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 15
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

= RENDU EX SHIP risques du transport. Le transfert des frais et risques se


fait à bord du navire au point de déchargement du port d
´arrivée.
DEQ = DELIVERED EX Le vendeur met la marchandise à la disposition de l
QUAY = RENDU A QUAI ´acheteur, dédouanée sur le quai au port convenu. Le
dédouanement import est désormais à la charge de l
´acheteur.
DDU = DELIVERED DUTY Le vendeur met la marchandise à la disposition de l
UNPAID = RENDU DROITS ´acheteur, au lieu convenu dans le pays d´importation,
NON ACQUITTES déchargement compris. L´acheteur est responsable des
formalités douanières, des droits et taxes. La nouveauté
2000 consiste en une précision quant au déchargement
du véhicule de transport à destination qui est désormais
à la charge de l´acheteur. DDU est un incoterm nouveau
qui fait l´objet d´une offre commerciale et valorise la
position du vendeur car la marchandise est transportée
aux risques et frais du vendeur jusqu´aux locaux de l
´acheteur.

(Suite)
DDP = DELIVERED DUTY Le vendeur a ici, l´obligation maximale, le transfert de
PAID + RENDU DROITS frais et de risques se fait à la livraison chez l´acheteur et
ACQUITTES que le déchargement lui incombe. (sauf stipulation
contraire)

2. les conditions de paiement.

Dans le cadre d’une vente à l’international, les parties ont toute liberté pour fixer les
conditions de payement. Cette étape fait partie intégrante de la négociation du contrat de
vente. Les clauses du contrat doivent particulièrement définir :

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 16
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

o Le lieu de livraison de la marchandise  : C’est le lieu convenu où le vendeur


(exportateur) transmet la propriété de la marchandise à l’acheteur (importateur). La
nature du contrat commercial est précisée par l’incoterm choisi ;

o La monnaie de règlement : Les monnaies les plus utilisées sont le dollar


américain (USD) et l’euro (€) ;

o Le lieu de payement : Il peut être dans le pays d’exportation (banque de


l’exportateur) ou dans le pays d’importation (lorsqu’il s’agit d’un crédit
documentaire) ;

o La date de payement : Lorsqu’il a été convenu de fractionner les payements, les


échéances sont à déterminer avec grande précision ;

o Le mode de paiement : Selon la solvabilité de l’importateur, la relation de


confiance qui existe entre les deux parties, celles-ci ont le choix entre un règlement
sur facture commerciale, le règlement par traite libre, le règlement par remise
documentaire, et enfin le règlement par crédit documentaire.

2.1 Le règlement par facture commerciale

La présentation de la facture commerciale peut seule servir de mode de paiement. Elle


n’offre cependant aucune garantie du paiement de la somme due à l’échéance convenue. Ce
moyen est donc préconisé uniquement lorsque les relations entre les deux parties sont établies
sur une confiance réciproque.

2.2 Le règlement par traite libre

La traite ou lettre de change (imprimé disponible auprès de la banque) est un effet de


commerce représentatif des marchandises. Elle fait généralement intervenir trois (3)
partenaires : le tireur (l’exportateur) qui donne l’ordre de payer, le tiré (l’importateur) qui
reçois généralement les marchandises, et le bénéficiaire (banque de l’exportateur).

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 17
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

La traite libre ou traite ordinaire ou remise simple est adressée à l’importateur sans
aucun document d’accompagnement (facture, titre de transport, certificat d’assurance …).
Comme la facture commerciale, elle n’apporte aucune garantie de paiement ou d’acceptation
par l’importateur. Elle procure cependant à l’exportateur la possibilité de mobiliser sa créance
auprès de son banquier. C'est-à-dire à transformer sa créance à terme en liquidités.
Selon les dispositions arrêtées avec l’importateur, la traite peut être tirée :

o A vue. Lorsqu’elle doit être payée à première présentation


o A 30 – 60 – ou 90 jours de vue à compter de l’acceptation de la traite ;
o A x… jours à compter de la date de facturation ou d’expédition.

3.3 Le règlement par traite documentaire ou


remise documentaire

Pour se mettre à l’abri d’un éventuel refus total de paiement, paiement partiel ou tardif à la
suite d’un litige sur la qualité de la marchandise ou à l’insolvabilité de l’importateur,
l’exportateur est tenu d’obtenir avant la conclusion du contrat commercial des garanties de
règlement :

o Soit par une remise documentaire [paiement comptant contre documents] ou


[documents contre acceptation] ;
o Soit par un crédit documentaire, qui offre une meilleure sécurité par rapport à la
remise documentaire.

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 18
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

La remise documentaire fait intervenir au plus cinq (5) partenaires :

1. Le tireur (exportateur et donneur d’ordre) qui tire une traite sur son client, remplit
la lettre d’instruction (imprimé auprès de la banque) à laquelle il joint la traite et
les documents commerciaux « originaux »; remet l’ensemble à son banquier en lui
demandant de procéder au recouvrement ;

2. La banque remettante (banque de l’exportateur) qui reçoit les documents de


l’exportateur et qui a pour mission d’assurer le recouvrement ;

3. La banque correspondante qui est chargé par la banque remettante de poursuivre


l’encaissement ou l’acceptation ;

4. La banque domiciliataire ou banque présentatrice (banquier de l’acheteur -


importateur) qui sera chargée de payer, pour le compte dudit acheteur, le montant
de la traite domiciliée sur ses caisses.
NB : la banque correspondante peut aussi être la banque présentatrice ;

5. Le tiré (importateur) sur qui est tirée la traite, [documents contre paiement
comptant] ou [documents contre acceptation] ou [documents contre acceptation par
l’aval d’une banque].

Les documents commerciaux à prévoir par l’exportateur sont :

o Les titres de transport (LTA, Connaissement, lettre de voiture CMR …)


o La facture commerciale ;
o La note de poids et liste de colisage ;
o La facture douanière (si à sa charge selon l’incoterm) .

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 19
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

III- Procédures administratives

1. Formalité préliminaire

L'exercice de l'activité d'importation nécessite l'immatriculation au registre du


commerce. Cette immatriculation s'effectue auprès du tribunal de première instance du lieu
de situation de l'établissement principal du commerçant ou du siège de la société. Le numéro
analytique du registre du commerce doit être porté sur les titres d'importation.

2. Modalité d’importation

2. 1 Marchandises libres à l'importation


Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 20
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

En application des dispositions de l'article 1er de la loi n° 13-89 relative au commerce


extérieur, telle qu'elle a été modifiée et complétée, les marchandises sont libres à l'importation
sous réserve des limites prévues par ladite loi ou par toute autre législation en vigueur
lorsqu'il s'agit de sauvegarder la moralité, la sécurité et l'ordre public, la santé des personnes
ou de protéger la faune et la flore , le patrimoine historique, archéologique et artistique
national ou de préserver la position financière du pays.

Les restrictions quantitatives à l'importation concernent uniquement les poudres et


explosifs, les pneumatiques rechapés ou usagés, la friperie et certains dérivés halogénés des
hydrocarbures (CFC), les équipements frigorifiques utilisant les dérivés halogénés, châssis
usagers de véhicules automobiles et roues équipées de pneus rechapés ou de pneus usagés et
ce conformément aux dispositions de l'arrêté n° 1308-94 du 19 Avril 1994 fixant la liste des
marchandises faisant l'objet des mesures de restrictions quantitatives à l'importation et à
l'exportation tel qu'il a été modifié et complété.

A l'exception des produits précités, toutes les autres marchandises sont libres à
l'importation.

Pour les marchandises libres à l'importation, l’opérateur souscrit un engagement


d'importation sur le formulaire intitulé "Engagement d'importation, Licence d'importation,
Déclaration Préalable d'Importation"

L'Engagement d'Importation est établi en 5 exemplaires et doit être accompagné d'une


facture pro forma en 5 exemplaires précisant :

o le prix unitaire exprimé en valeur départ usine, FOB, FAS;


o la quantité exprimée en unités de mesures adéquates;
o la désignation commerciale de la marchandise.

L'Engagement d'importation est présenté pour domiciliation auprès d'une banque


agréée choisie par l'importateur. Après domiciliation, la banque remet à l'importateur

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 21
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

l'exemplaire qui lui est destiné et deux exemplaires, sous pli fermé, destinés au bureau
douanier.

La durée de validité de l'Engagement d'Importation est de 6 mois. Ce délai commence


à courir à compter de la date de sa domiciliation.

L'Engagement d'importation permet le passage en douane et le règlement financier de la


marchandise.

Sont dispensés de l’Engagement d'Importation les opérations d'importation sans


paiement (dons sans caractère commercial, marchandises donnant lieu à des règlements par
des avoirs constitués légalement à l'étranger, remplacement au titre de la garantie, etc...).

2. 2 Marchandises soumises à Licence


d'importation

Seuls les poudres et explosifs, les pneumatiques rechapés ou usagés, la friperie et


certains dérivés halogénés des hydrocarbures (CFC), les équipements frigorifiques utilisant
les dérivés halogénés, châssis usagers de véhicules automobiles et roues équipées de pneus
rechapés ou de pneus usagés sont soumis à Licence d'importation conformément aux
dispositions de l'arrêté du ministre du commerce extérieur, des investissements extérieurs et
de l'artisanat n° 1308-94 susvisé tel qu'il a été modifié et complété.

La Licence d'importation est établie en 6 exemplaires sur le formulaire intitulé


"Engagement d'Importation, Licence d'importation, Déclaration Préalable d'importation".
Elle est accompagnée d'une facture pro forma en 5 exemplaires précisant :

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 22
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

o le prix unitaire exprimé en valeur départ usine, FOB, FAS;


o la quantité exprimée en unités de mesures adéquates;
o la désignation commerciale de la marchandise.

La licence d'importation est déposée, contre récépissé, au Ministère chargé du


commerce extérieur; elle est délivrée par ce département, après avis du ministère intéressé.
La décision d'octroi ou de refus de la Licence d'importation est notifiée à l'intéressé par le
Ministère chargé du commerce extérieur dans un délai n'excédant pas 30 jours à compter de la
date de dépôt de la demande. Tout rejet de demande d'obtention d'une licence d'importation
doit être motivé.

La durée de validité de la licence d'importation est de 6 mois au maximum. Ce délai


commence à courir à partir de la date du visa du Ministère Chargé du Commerce Extérieur.
La licence d'importation permet le passage en douane et le règlement financier de la
marchandise.

2. 3 Marchandises soumises à Déclaration


Préalable d'Importation

Les importations de marchandises qui causent ou menacent de causer un préjudice


grave à la production nationale peuvent être soumises à Déclaration Préalable d'Importation,
comme mesure de surveillance des importations, dans les conditions fixées par la loi n° 13-89
relative au commerce extérieur susvisée et les textes pris pour son application. C'est le cas
notamment d'importations massives, d'importations de produits subventionnés par le pays
exportateur ou importés en prix de dumping.

La Déclaration Préalable d'Importation est instituée soit d’office, soit à la demande des
intéressés, à titre conservatoire, en attendant la mise en application des mesures définitives
(majoration des droits de douane, droit compensateur, droit antidumping).

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 23
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

La Déclaration Préalable d'Importation est instituée par décision conjointe du Ministre


chargé du commerce extérieur et du (ou des) Ministre (s) intéressé (s). Elle est établie en 6
exemplaires sur le formulaire intitulé "Engagement d'importation, Licence d'importation,
Déclaration Préalable d'Importation", accompagnée d'une facture pro forma en 5 exemplaires
précisant :
o le prix unitaire exprimé en valeur départ usine, FOB, FAS;
o la quantité exprimée en unités de mesures adéquates;
o la désignation commerciale de la marchandise.

La "Déclaration Préalable d'Importation" est déposée au Ministère chargé du


commerce extérieur et instruite par ce département pendant un délai maximum de 10 jours.
Elle peut également être soumise au Ministre intéressé pour avis préalable. Dans ce dernier
cas, le délai d'instruction est porté à 20 jours.

La durée pendant laquelle il est fait recours à la Déclaration Préalable d'Importation


est de 9 mois renouvelable une seule fois. Ce délai commence à courir à compter de la date de
la décision conjointe du Ministre chargé du commerce extérieur et du (ou des) Ministre (s)
intéressé (s).

La durée de validité de la Déclaration Préalable d'Importation est de 3 mois, elle


permet le passage en douane et le règlement financier de la marchandise.

2. 4 Marchandises soumises à la Demande de


Franchise Douanière

La Demande de Franchise Douanière est requise pour l'importation des marchandises


libres à l'importation admises en franchise de droits de douane dans le cadre des Conventions
et Accords commerciaux et tarifaires conclus entre le Maroc et certains pays, les produits
faisant l’objet de contingents tarifaires prévus par les Accords d’Association et de Libre
Echange conclus entre le Maroc et la Communauté Européenne et le Maroc et les Etats de

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 24
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

l’Association Européenne de Libre Echange (AELE), et les produits soumis à contingents


tarifaires prévus par les Accords multilatéraux.

La ‘’Demande de Franchise Douanière’’ est présentée à la Direction de la Politique


Commerciale Extérieure au Ministère chargé du commerce extérieur (Division des
Importations) par les importateurs désirant bénéficier de la franchise douanière au titre de ces
Accords.

Elle est établie en 4 exemplaires sur le formulaire intitulé "Demande de Franchise


Douanière" et accompagnée d'une facture pro forma en 3 exemplaires, précisant :
o le prix unitaire exprimé en valeur départ usine, FOB, FAS;
o la quantité exprimée en unités de mesures adéquates;
o la désignation commerciale de la marchandise.

La Demande de Franchise Douanière est déposée au Ministère chargé du commerce


extérieur; elle est délivrée par ce département après avis du Ministère intéressé.

La décision d'octroi ou de refus de la franchise douanière est notifiée à l'intéressé par


le Ministère Chargé du Commerce Extérieur.

La durée de validité de la franchise douanière est de 6 mois au maximum. Ce délai


commence à courir à partir de la date du visa du Ministère chargé du commerce extérieur.

2. 5 Rectifications et Tolérances 

La modification des conditions initiales (valeur, quantité, pays d'origine ou de


provenance, validité, ...etc.) de la Licence d'importation, de la Déclaration préalable
d'importation et de la demande de franchise douanière doit faire l'objet d'une nouvelle
demande. Cette nouvelle demande n'est pas nécessaire lorsqu'il s'agit du changement du nom
du fournisseur d'un même pays ou du bureau douanier.

Par ailleurs, un dépassement du poids total initial ou du montant initial, repris sur les
engagements d'importation est admis dans la limite de 10%.

Pour les licences d'importation et déclarations préalables d'importation, il est admis :

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 25
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

o un dépassement de 10% du montant initial autorisé, à condition que ce


dépassement résulte d'une augmentation du prix unitaire ne dépassant pas 10%;
o un dépassement de 10% du poids total initial, à condition que ce dépassement
résulte :
- d'une majoration de la valeur totale de la marchandise,
- d'une majoration du nombre d'unités;
- d'une minoration du prix unitaire de la marchandise.

2. 6 Contrôle de la qualité à l’importation


Le contrôle de la qualité est institué à l’importation des produits industriels dont les
normes sont rendues d’application obligatoire et ce, conformément aux dispositions des lois et
textes relatifs à la normalisation (Dahir n° 1-70.157 du 30 Juillet 1970 - BO n° 3024 du 14
Octobre 1970) tel qu’il a été modifié et complété.

En ce qui concerne les produits agroalimentaires et pharmaceutiques, ils sont régis


respectivement par la loi n° 13-83 relative à la répression des fraudes et le décret n° 2-76-266
du 6 Mai 1977 relatif à l’agrément, à l’autorisation de débit de spécialités pharmaceutiques tel
qu’il a été modifié et complété.

L’importation et l’enlèvement des produits industriels dont les normes sont rendu
d’application obligatoire, sont subordonnés à la présentation d’une Attestation de conformité
aux normes délivrées par le ministère chargé de l’industrie.

Les opérateurs qui s’approvisionnent chez les mêmes fournisseurs sont autorisés à
importer lesdits produits en dispense du contrôle de conformité aux normes rendues
d’application obligatoire au vu d’un document intitulé " Autorisation d’admission de produits
en dispense du contrôle de conformité aux normes rendues d’application obligatoire " délivré
par le Ministère chargé de l’Industrie et dont la validité est fixée pour une année.

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 26
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

En cas de changement de fournisseurs, la présentation des documents de conformité ou


de l’autorisation précitée est requise.

Pour les produits industriels soumis à attestation de conformité aux normes,


l’opérateur doit aviser les services du Ministère chargé de l’Industrie de chaque arrivage de
ces produits aux bureaux douaniers aux fins de contrôle de conformité.

Dans le cas du prélèvement d’échantillons, un procès verbal d’échantillonnage est


établi en conséquence. Ces échantillons sont transmis par les services du Ministère chargé de
l’Industrie au laboratoire concerné pour réaliser les essais nécessaires.

En cas de conformité des produits industriels concernés, l’attestation de conformité


dont une copie est transmise au bureau d’importation, est délivrée à l’opérateur.

En cas de non conformité, les résultats des essais sont notifiés par les services du
Ministère chargé de l’Industrie, tant qu'au service douanier qu'à l’opérateur. En cas de
contestation, ce dernier dispose d’un délai de 8 jours pour demander une seconde analyse
portant sur le même échantillon.

Si, à l’expiration du délai de huit jours, la seconde analyse n’a pas été demandée ou si
les résultats de la seconde analyse concordent avec les résultats des premiers essais, le produit
en cause doit être réexporté En cas de refus de réexportation, les dispositions de la loi n°
13.83 relative à la répression des fraudes sur les marchandises demeurent applicables.

Dans le cas où la seconde analyse infirme les résultats des premiers essais, une
attestation de conformité est délivrée à l’opérateur.

2. 7 Contrôle sanitaire vétérinaire et


phytosanitaire

a- Contrôle sanitaire vétérinaire :

En application de la loi n° 24-89 du 10 Septembre 1993 -( B.O. n° 4225 du 20 Octobre


1993), édictant des mesures de police sanitaire vétérinaire, l’importation d’animaux vivants,

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 27
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

de denrées animales, de produits d’origine animale, de produits de multiplication animale et


de produits de la mer et d’eau douce, est soumise, aux frais de l’opérateur, à une inspection
sanitaire et qualitative.

Ces animaux et produits sont interdits à l’importation lorsque le pays d’origine ou de


provenance est non reconnu indemne de maladies contagieuses.

Toutefois, peuvent être admis à l’importation certains de ces produits ou denrées ayant
été soumis à des traitements spécifiques avant leur importation dans les conditions sanitaires
et ne présentant plus de danger de contagion.

Ces animaux et produits ne sont admis à l’importation que s’ils sont accompagnés de
documents sanitaires délivrés par les autorités sanitaires officielles ou dûment habilitées du
pays d’origine et le cas échéant, du ou des pays de transit.

L’inspection sanitaire vétérinaire est effectuée par les inspecteurs vétérinaires


responsables du ou des postes frontaliers ouverts à l’importation des animaux et produits
précités. Les animaux sont soumis au régime de la quarantaine.

Pour les produits animaux, l’inspection consiste en une ou plusieurs des opérations
suivantes en fonction de la recherche envisagée :
• examen documentaire
• contrôle physique du produit
• prélèvement d’échantillons pour analyse

Au vu des résultats de l’inspection, un certificat sanitaire est délivrée à l’opérateur et


donne lieu soit à l’admission, soit au refoulement du produit concerné.

Les produits et denrées reconnues impropres à la consommation humaine ou animale


peuvent être, à la demande de l’importateur soit détruites, soit incinérés

b- Contrôle phytosanitaire :

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 28
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

En application du Dahir du 20 Septembre 1927 et les textes pris pour son application
notamment l’arrêté du Ministère de l’Agriculture et de la Réforme Agraire n° 1306-85 du 22
Décembre 1986, l’importation des végétaux et produits végétaux définis dans l’article 5 du
Dahir précité est soumise à un contrôle phytosanitaire systématique et obligatoire.
L’importation de ces produits ou de certains d’entre eux provenant de pays ou régions
déterminés peut être interdite.

Toutefois sont dispensés du contrôle sanitaire, les plantes séchées (article 12 du Dahir
et 5 de l’arrêté précités).

Les services concernés peuvent ordonner :

o soit la désinfection ou la fumigation des produits végétaux


o soit le refoulement ou la destruction de ces produits.

L’importation de ces produits n’est autorisée par les services douaniers


qu’après production d’un Certificat d’inspection phytosanitaire délivrée par le
service de la protection des végétaux.

2. 8 Déclaration Unique des Marchandises

L'importation des marchandises est soumise, en plus de la facture, du titre


d'importation et, le cas échéant des autres documents exigibles selon la nature des produits, à
la présentation au bureau douanier dans un délai de 60 jours à compter du dépôt de la
déclaration sommaire, d'une déclaration en détail sur le formulaire intitulé "Déclaration
Unique de Marchandise" -DUM- (accompagnée des documents cités plus haut.

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 29
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

Les marchandises qui n’ont pas fait l’objet de cette déclaration dans le détail
susmentionné sont considérées comme abandonnées en douane.

Sont également considérées comme abandonnées en douane, les marchandises pour


lesquelles une déclaration en détail a été déposée mais non enlevées dans un délai de 3 mois à
compter de la date d’enregistrement de ladite déclaration et pour lesquelles les droits et taxes
n’ont pas été payés ou garanties.

Section 1 : Présentation de l’entreprise OUADIFCO et


les tâches effectuées dans le stage
I- Présentation de l’entreprise

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 30
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

Crée en janvier 2006, OUADIFCO est une SARL de négoce spécialisée dans le
commerce international. Jusqu’à nos jours, les opérations réalisées sont limitées aux
importations des produits agroalimentaires dans la majorité des cas. L’entreprise compte un
effectif de cinq personnes, cependant son chiffre d’affaire annuel dépasse un million de
dirham.

1. Fiche signalétique de l’entreprise

o Raison sociale : OUADIFCO. SARL.


o Siège social  : Centre commercial bd Mohammed VI, Immeuble H1 Casablanca.
o Activité  : Import-export.
o Effectif  : 5 à 6.
o Téléphone  : 0522452719.
o Fax  : 0522452720.
o Patente  : 32651361.
o R.C : 146953.
o IF : 1023680.
o CNSS : 7158472.

2. Organigramme de l’entreprise OUADIFCO

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 31
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

e
c
i
v
r
S
c
i
v
r
e
S

G
D
P
D
G
i
c
n
a
q
ti
s
g
F
L
o
e
m
C
o
t
p
m
C
e
o
a
h
c
A
e
r
t
u
c
r
l
a
i
l
b
a
e
t

3. Les services de l’entreprise et leurs attributions

3.1 Attributions de service financier et comptable

o Traitement de la comptabilité (Ecritures, Etats de synthèse…) ;


o Préparation de la paie du personnel ;
o Préparation des déclarations ;
o Suivi de la banque ;
o Suivi de la caisse ;
o Suivi de la trésorerie ;

3.2 Attributions de service commercial

o Gestion de stock ;

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 32
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

o Etablissement des documents commerciaux (Bon de livraison, Facture…) ;


o Relations clientèles ;

3.3 Attributions de service logistique et achat 

o Sélection du fournisseur et négociation des conditions livraison et de


paiement ;
o Coordination avec les sociétés de transport jusqu’à la réception de la
marchandise importée ;
o Coordination avec le service commercial pour la livraison de marchandise aux
clients ;

II- Tâches effectuées dans le stage

1. Service financier et comptable

o Classement de factures et de pièces justificatives ;


o Saisie des opérations comptable à l’aide du logiciel « Ciel Comptabilité » ;
o Etablissement des déclarations de la TVA et la CNSS ;
o Préparation de paie des salariés.

2. Service commercial

o Etablissement des documents commerciaux à l’aide du logiciel « Ciel Gestion


Commerciale pour Windows » ;
o Référencement de nouveaux articles ;
o Suivi des mouvements de stock, des transactions en amant et en aval ;

3. Cas pratique d’une opération d’importation : Procédure


et coût de revient.

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 33
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

3.1 Procédure

En Novembre 2007, l’entreprise OUADIFCO décide d’importer du cumin de la


république syrienne. Le fournisseur choisit était la société commerciale GHARAR ET
GHADBAN. Après avoir fixé les conditions livraison(CFR) et de paiement (D/P)(Annexe 1-
2-3).

Et comme l’opération de l’importation portait sur un produit agroalimentaire, un


certificat d’origine est exigé pour accomplir les formalités d’importation (Annexe 4).
L’entreprise a choisit pour le transport maritime la société CMA CGM en soussignant un
engagement de règlement de FRET (Annexe 5).

Les frais de dédouanement se sont élevés à 78750 DH et qui sont réglés par
l’entreprise à l’administration des impôts indirects du ministère des finances et de la
privatisation (Annexe 6).

Pour l’accomplissement de ces formalités, la société de transit « WAFA TRANSIT » a


supporté la totalité des frais liés à l’embarquement et au dédouanement avant d’être imputés à
la société OUADIFC0(Annexe8).

3.2 Le coût de revient

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 34
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

Donc le coût de revient d’un tonne de telle importation abstraction faite aux charges
de fonctionnement et le suivant :

Eléments Quantité Prix Unitaire Montant


Prix d’achat 50 - 393000,00
Aconage et - - 9272,00
magasinage
Procédure info - - 100,00
Surestaries - - 6360,00
contenairs
Droit de douane - - 78750,00
Imprimés et - - 100,00
dossiers
Manipulation - - 210,00
p /visite
Correspondance - - 50,00
Honoraires - - 2640,00
Documentation et - - 100,00
annexe
Intérêt de retard - - 46,00
Coût de revient 25 19625,12 490628

4. Points forts et points faibles

4.1 Points faibles

o La société est nouvellement crée ce qui engendre des charges considérables liées à
cette phase de lancement ;

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 35
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

o L’existence d’une concurrence sur le plan national de la part des entreprises et


d’autres importateurs de gros qui ont accumulés l’expérience d’une dizaine
d’année ;
o La diversification des produits importés accentue une connaissance faible du
marché.

4.2 Points forts

o L’emplacement stratégique de la société. Le centre commercial est relativement


près du port de Casablanca ainsi que aux autres opérateurs ;
o L’effectif du personnel ne dépasse pas cinq personnes, ce qui justifie des charges
salariales favorables ;
o La taille actuelle de l’entreprise et la nature de l’activité lui offre des opportunités
de croissances importantes.

___________________ Conclusion
Aywa klt abougayou. Tzaytn l’index ; Résumé ; bibliographie ; Annexes et table de matières
(et pas sommaire).
Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 36
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

Boooooon
courage(                             )    
    ) )   ) :)  )   )   )  )) ::))))) ) ) ) )) )  :

 Tu amigo Sadik (metteur en forme) 

___________________ Annexes

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 37
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

___________________ Index

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 38
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

___________________ Bibliographie
La tasrik ya ALI !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 39
Rapport de stage d’initiation ENCG-AGADIR

Ali ID-KADOUR______________________________________2008/2009 40

Vous aimerez peut-être aussi