Vous êtes sur la page 1sur 6

c    

 

    
             
   

      
   
   
   
  
          
 
 
   

 
   
    
    
 
 


  


 
 

! 
    
"
#$! 
 

    %
&$! 
   
    
'$! 
     
 (


)$! 

 *  
+(

,$! 



- 
.$! 
    / 

0$! 
 
 
 %


Éliphas Lévi, 1 2  (, le septénaire des talismans.

Après avoir déterminé la planète sous laquelle vous voulez consacrer votre pentacle ou talisman,
exécutez ensuite tous les actes qui y seront liés au jour et aux heures prescrites ci-dessus

Pour consacrer un pentacle ou un talisman sous le signe de Vénus, il faudra donc travailler le
vendredi à la première ou à la huitième heure du jour, et à la troisième ou à la dixième heure de la
nuit. À défaut, vous pourrez œuvrer à une autre heure, le vendredi, ou un autre jour, aux heures
consacrées à Vénus. Par exemple le lundi à la sixième heure du jour ou à la première heure de la nuit.
N'oubliez cependant pas que dans pareil cas, il vous faudra tenir compte de l'influence de la planète
seconde. Ce qui peut favoriser vos desseins, si vous désirez une consécration sous le signe de deux
planètes différentes dans le cas d'un vœu complexe.

La création du pentacle ou du talisman lui-même fait partie intégrante de la consécration et peut


d'ailleurs en être le seul moyen pour peu que vous y mettiez toute la concentration et la foi que vous
estimez nécessaire à l'élaboration de sa pleine puissance. Ainsi donc, si vous le créez de manière
artisanale et traditionnelle, par exemple en le dessinant vous même à l'aide d'encre ou de peinture, à
la plume ou au pinceau, cela peut suffire

Néanmoins, si vous décidez de l'imprimer de manière plus mécanique, à l'aide d'une imprimante,
qu'elle soit à jet d'encre ou laser, cela risque fort d'être insuffisant. Vous pouvez alors y ajouter une
cérémonie rituelle. Pour cela, sur une table, disposez en carré les instruments symboliques de chaque
élément traditionnel, soit une coupelle avec un peu de sel, pour l'élément terre, une coupe ou un verre
empli d'eau, pour l'élément eau, une bougie allumée, pour l'élément feu, et enfin un couteau, pour
l'élément air. Placez le pentacle ou le talisman que vous désirez consacrer au milieu de ce carré puis
pensez très fortement à ce que vous voulez qu'il vous apporte et entrez en méditation. La fin de cette
cérémonie devra se révéler à vous de manière évidente.

Cette cérémonie peut être totalement silencieuse, ou bien contenir une oraison, si vous l'estimez
nécessaire. Je recommande celle-ci pour sa simplicité et son efficacité : 
  

      



    3     $ 
4   
 + c 5 3     
6  


* +   $. De plus, cette dernière est suffisamment peu typée pour convenir à toutes les
croyances.
Lorsque votre pentacle ou talisman aura produit son effet et sera donc devenu inutile, il vous faudra
alors soit le garder en un lieu ou nul autre que vous ne pourra s'en emparer, si vous désirez le
réutilisez éventuellement dans le futur, ou alors le brûler dans un cendrier, sur une table disposée
avec les mêmes éléments et de la même manière que pour une consécration, afin de dissoudre sa
puissance et de la réincorporer dans l'univers dont elle a été tirer. L'oraison à proférer pour obtenir ce
but est la suivante : 


  


 3   $
 
  
  
 
7 

Ne le donnez en aucun cas à autrui pour l'aider à résoudre une situation similaire à la vôtre. En effet,
un pentacle ou un talisman consacré n'est pas un vulgaire porte-bonheur et ne travaille efficacement
que pour ce dont il a été conçu et au profit de la personne pour laquelle il a été consacré. Méconnaître
cette règle peut apporter bien des déboires.

Enfin, dernier conseil, travailler toujours seul(e) à la création et à la consécration des pentacles et
talismans que vous fabriquez car un quelconque spectateur ou acteur additionnel pourrait toujours
troubler ou faire échouer vos tentatives, même de manière involontaire et inconsciente.

!  !  !




  


Ainsi, par une loi providentielle ou fatale, le magicien ne peut exercer la toute-puissance qu'en raison
inverse de son intérêt matériel ; l'alchimiste fait d'autant plus d'or qu'il se résigne davantage aux
privations et qu'il estime plus la pauvreté, protectrice des secrets du grand oeuvre.
L'adepte au coeur sans passion disposera seul de l'amour et de la haine de ceux dont il voudra faire
les instruments de sa science : le mythe de la Genèse est éternellement vrai, et Dieu ne laisse
approcher de l'arbre de la science que les hommes assez abstinents et assez forts pour n'en pas
convoiter les fruits.
Vous donc qui cherchez dans la magie le moyen de satisfaire vos passions, arrêtez-vous dans cette
voie funeste : vous n'y trouveriez que la folie ou la mort. C'est ce qu'on exprimait autrefois par cette
tradition vulgaire, que le diable finissait tôt ou tard par tordre le cou aux sorciers.
Le magiste doit donc être impassible, sobre et chaste, désintéressé, impénétrable et inaccessible à
toute espèce de préjugé ou de terreur. Il doit donc être sans défauts corporels et à l'épreuve de toutes
les contradictions et de toutes les peines. La première et la plus importante des œuvres magiques est
d'arriver à cette rare supériorité.

Éliphas Lévi, Rituel de la Haute Magie, chapitre premier, Les Préparations.

!   !


 


Cette figure est la théorie hiéroglyphique de la composition des aimants et


représente la loi circulaire de la foudre.
On enchaîne les esprits déréglés en leur montrant, soit l'étoile flamboyante du
pentagramme, soit la signature de Salomon, parce qu'on leur fait voir ainsi la
preuve de leur folie en même temps qu'on les menace d'une puissance souveraine capable de les
tourmenter en les rappelant à l'ordre.
Rien ne tourmente les méchants comme le bien.
Rien n'est aussi odieux à la folie que la raison.
Mais si un opérateur ignorant se sert de ces signes sans les connaître, c'est un aveugle qui parle de
lumière aux aveugles, c'est un âne qui veut apprendre à lire aux enfants.
Si l'aveugle conduit l'aveugle, a dit le grand et divin Hiérophante, ils tombent tous deux dans la fosse.

Éliphas Lévi, 1 2 (, Introduction.

 !  !


 

Le pentacle est sans aucun doute le symbole le plus connu et le plus répandu, y compris dans le
monde profane.

A l'endroit, c'est à dire une pointe dirigé vers le haut, il représente la figure d'un homme. A l'envers,
c'est à dire une pointe dirigé vers le bas, c'est le visage du démon, de Satan en personne.

Il faut donc bien prendre garde à sa position quand on l'utilise, de crainte d'obtenir l'effet inverse de
celui escompté.

Les pentacles du tarot alchimique représentés ci-dessous sont basés sur les couleurs du tarot
alchimique.

La couleur chair représente l'homme et par extension l'esprit.


La couleur bleue représente l'air.
La couleur jaune représente la terre.
La couleur rouge représente le feu.
La couleur verte représente l'eau.
La couleur blanche représente les quatre élements.
La couleur noire représente le néant.

Le pentacle représentant la domination de l'esprit sur les éléments, lorsque ces différentes branches
sont de couleurs différentes, c'est toujours la couleur chair qui doit être pointé vers le haut lorsqu'il est
à l'endroit. C'est ainsi qu'ils sont orientés ci-dessous.



!   ! 

X 

 


      
 
 
      
 
     8
      
   

  + 
    8
          
 
 

   
      
   
6      8
              
  
 8
  6
   
 
   8
   
     
  


9    :         
 
6 +
 
 
 
5 
  
8  +   
   


         
         
  
       
 3#$     
    6         
    8
     
 
  
   

    
   
 
 
;  5+
  
 
 
 +       
 +  
      

 
      
 5

 9     
    
    
        

 


              
   
 

 
    
   
 
8
   8

  

 8
    


    
 
   
  

 
  
  8
   
  + 

 

     
 5   
    
     
 
  
 
  +    
   <   
        8
 
  

 


5 8

 3&$ 
 
8
     

    
8


X  
                
    %         

  (


 (

8  / 
 
 -  
%

< 

 
       
   
 +


8
+ 

  

/ 
-     
 %
(
  
 
   
%     (

  
    


   

 
     
 

9
%
9
=
 , livre deuxième.

(1) Un simple calcul nous montre qu'il ne s'agit pas de dix-sept heures mais de seize heures dont il faut tenir
compte. En effet, neuf cent soixante divisé par soixante ne donne pas dix-sept mais seize. Il est possible
d'expliquer ceci par la différence bien connue qu'il existe entre les intervalles et les bornes. Dix-sept bornes, soit
dix-sept nombres représentant une heure sur un cadran, contenant seize heures écoulées.
(2) Cette phrase est contredite ensuite par la liste des heures planétaires. En effet, celle-ci est continue pour
chaque jour, alors qu'en suivant cette affirmation, il faudrait logiquement effectuer une césure après la sixième
heure pour passer aux heures de la nuit avant de revenir au jour à partir de la septième heure de celui-ci. Dans le
cas du dimanche par exemple, la première heure de la nuit devrait donc être sous l'influence de Mars et non de
Jupiter ; la septième heure du jour sous l'influence de Saturne et non de Mars. Il doit s'agir sans nul doute d'une
erreur de traduction ou d'interprétation, cet opuscule ayant traversé de nombreux siècles avant d'arriver jusqu'à
nous. Je recommande donc de ne pas tenir compte de cette phrase et de considérer le jour comme nous le
faisons, d'un seul tenant, et d'attribuer toutes les heures de la nuit au jour auquel elle succède ; comme cela est
le cas dans l'énumération des heures planétaires.


Ë  
 
   

+

 %
+  - 
+
 (


+ 
  
+   %

+ / 

+ (

+  %
+   - 
+ (


+ 6  
+ 6 %


Ë  
 
    

+

 / 

+  (

+
 %
+ 
 - 
+   (


+  
+ %

+  / 

+   (

+ %
+ 6 - 
+ 6 (



9
%
9
=
 , livre deuxième.