Vous êtes sur la page 1sur 5
DOSSIER PHENOMENE ANTON PARKS Sumer dans le Anton Parks, auteur autodidacte de nationalité frangaise, a écrit avec Le Secret des étoiles sombras |e pramiar tome d'une trilogio passionnante dont la deuxiéme volume, Adam Gonisis, paraitra I'été prochain. Récit épique, mythologique, saya mélissée de science-fiction et d'néroic fantasy ou livre « historique »..., ceuvre de Parks teste inclassable et pose les questions essentielles ; que se passait-il sur Terre avant la venue de "homme ? Qu'ast ce quia précédé et provocué 'avénement des civilisations humaines ? Selon cet auteur prolifique, Lee Chroniques du Girkd ne sont pas issues de son imagination mais de visions qui ont assailli pendant de Jongues années. Des explications qui ajoutant une saveur ot un intérét supplémentaires a ses récits. Karmapolis © 2005, uclquss auccurs comme René Boulay (Flying Serpent and Dragons The Book Tie) ou Zecharia Sitchin (Le donaitme plante, Lovie ;Courteau Euisice) ont réunti 2 ddcrypter wine petite partie des ine ambrablee sorte en dsttune candifsirnn trourede dite le rninee anciermes civilisations akkadiennes. sumériennes ou aseriennes et ont commence livrer 4 un grand public souvent incrédule des clés pour comprendre et vi- slisr ce paséloinain: il semble acquis que les « diswx » qui auraien jeré les bases de colonies civilisacrices sur tere, il y a de nombreux millénaires, alent de type « reptilien ». Boulay passe en revue dans son ouvrage tous les cexes, chroniques hstoriques et» raythes » qui rlatene que les premiers frres 3 avoir amené sur terre les bases de lave inrclligente er de la civilisa- tion étaient des dragons: non pas des sortes de dinosaures etautes suriens mais des entcés de type humanoides recouvertes decals, possédanc deux Jambes, deux bres et parfols des alles. Nos ancétres repti oy On retrouve ces descriptions dans lee chroniques chinoises, sumériennes in dlennes (Mahabharata) ou éayptiennes mais également sur des bar relief es civiliations d Amérique entrale et du Sud. Soave, ces enttés sont décites comme étant benéfiques (surtout en Chine). Dans!'ancienne Sumer. il existe des «dieux » colonisiteutsbienveillants et considérés eomme proxecteurs da genre humain comme Enki ou dictatoriaux et eruels comme Enlil. Limpor- tance des dragons ec autres reptile ses: étendue jusqu'au Moyen Age ot les ricits de chevaliers affontant des dragons dans des groctes (surtout en Angle- terre) ou de vllageos bénéficant des langsses ct de la protection de cet tre smerveillex (sud de la France) étaient considérés comme des historesvraes. Nombre d'archeologues ec de specialists des ventes sumeriens sont restés pantois et perpleses face & la coherence de Ia multiude de récits narrant Ja venue de es dieux venus des réfondls da cosmos dans ears chariocs de feu pour exter des colonics sur tere. Ils ont voulu y voir des méuphores ct des paraboles symbolizant les lures éernlles entre les pulsions des ‘ucrices et constructrices de homme face 5 la nature, Diautces comme olay ee Sirchin one déchlé de ne pa interpréter ces textes mate de les prendre pour ce quils sont: des narrations d'éxénements sels et fantas- tiques parce qvlincomprckensibles pour Fentendement de Phomme de cette époque fice i la puissance d'un tel déploiement technologiaue. Anton Parks poursuit ke travaux de Sitchin et Boulay et les pousse bien plus loin, Il nous montre par exemple que cet arvire-fond « reptilien » est ‘raiment vaste & prégnant pulsque Yon ttouve encore aujourd'hui dans de snombrewses ethnics de type animise, surtour en Afrique (comme au Mali) de tris claires allusions & la présence de ces étes reptiliens. Sans vouloir Nas toct = devoiler le “contenu. complet dle ccttetllogie dans Pinter view, Fauteur, ts proche des conceptions que ler Gnost- ques avaiene du monde, nous explique comment et po quoi des systémes de pouvoirs etde croyance de type patria cal et tts hiérarchisés ont pris, les tennes de notre cvlisa- tion. Eten fin de compte, les conflts meurtiers que. nous avons coujours connus et qui semblentalleren si eas, tune ds race tama, ae ainsi que Iavénement d'un Nouvel Ontre mondial (invonisé par le scours de George Bush « pire » le 11 septembre 199 Sort dixansavant le || septembre ZUU1) ne seratent que ls con- sequences de décisions prises il y a plusieurs millers d'années. Selon Parks, ces « dieux» reptliens de Tancique Sumer ne seralent pas nos cxéawury comme Paffnme Siehin sais ios uceiéacuis », Uy out fait main basse sus une partie Ia banque généxique du vivant, Tone prise en otage pour la détouuncr ct cervir leurs propres ambitions: le posvoir, Comment Anton Parke a-til &é mis en présence d'une tlle qualité d'information si cohérente ? D’oit lai viene cereewsion i péntrrante de la langrie eimérienne er dee chenniques de cere ancienne civiliation. surgie de nulle part camme si ele avait fit un bond technologique inexplicable ? Rien que cette ‘mars-avr 1006 partic de la question méritcrait cour un lic, Anton se monet cdeconapect sur oct aspect du lives mais il wen fait par ailleurs sscun mystre «depuis ge de 14 ans, ila éé exaversé par des visions de mondes, de galanies, de chvilisarions et d'Zresétran- get. Aprisavoie douré de som dqullbre mental, ier envuite demandé il ne ¢agiseic pas de visions dn improbable avene. Ce nest que bien plus tard. aprés avoir compulsé les premiers oouvrages relatifs la civilisation sumérienne, qu’Anton consta- tera que ce quil voyait érit reli au « reel» et & Thistle, Tour rena comps et significaion ! Incroyable ? Peut-ére. Mais pour ceux que cet aspect qua- si initatique et prophétique lisse indifférents, pour ceux qui refusent de croire Péconnante avencure intérieure qui a mené Anton Parks & nous liver ce récit dense et détl Le Secret des oles sombre reste une saga au soutle épique qui ravia les amateuts de mystéres. Les « dieux » Sumer ne seraient pas nos créateurs, comme I'affirme Sitchin, mais nos re-créateurs... ‘ebectueeunfona de Prepay, an, INTERVIEW eit con caainel POS CER ease tme-ee! spent 4 Sigekest a cra aye ON « Je suis manifestement porteur d’un message » ‘armaone + Reconter-nous votre parcours, Vor premier livre Le Secret de étoiles sombrs, aux Editions Nenki, propose de nombseux éléments inédits sur le theme de la Givilisation sumérienne mais aussi des reptiliens Annunakis et autres peuples interdimensionnels. Vous driver dans le deta un univer rts dense. Doi vennent ces connaissances aussi précbes ? Anton Parks soir def un enfant ploeée sanguille, ‘Aassi loin que je fen souvienne, je pense ji ce nae que jai roujours &é sensible, ce qui mia parlois psd ales pine blémer rilationnele avec lextériene, airranr pendant Penfanee. Pat 4x8 Mlevé dans un miliew chrétien. Com- ime beaucoup, j2i Fait mon catéchisme et ma communion. ‘Tow a commencé en 1981, j'avais alors 14 ans. Au mois de mai de cette année, pour une raison totalement indéterminée, fai requ -mes premiers «flashs», Comment expliquer cela cn des termes simples... ? Je dirai que cela est toujours manifesté de fagon spontanée A nlimporte quelle heure de fa journée. Je wai jamais eu de contréle sur ce. phéno- mene, Je ne le considére done pas comme ddu channeling, puisque, sauf erreur de ma pare, un channel decide de recevon il deter rine méme le moment ot il a se détendre pour enter en comeact. Ceti ie jamais €té | Te cas pour mii. Je congois qui ne sie pas tuts évidene de se ficr aveughément au chan nelling, 'si moiméme du mal avec corte (ad pratique, aa il ya autane de gens ex:raor naires que de chanlrans avérés dans ce milion T existe ansci des personnes sincires qui. parfois. interprétent mal ce quielles_recoivent, ‘Au tout début. les premiers « flashs » sont apparus imidement et au fl des semaines, ks « visions » se sone formidablement réslées 4 mon insu. Au bout de cing 3 six mobs lerythme s ait accdléré pour atteindre une 4 trois manifestations par jour... ya néanmoins un élément important qui me faut priser. Li lumiére semblaic éue Fék’ment déclenchcur du process. ‘Chaque fois que ie phécoméne de Hash se manifesta, il eaie toujours en relation avec la lumiére arbiante oit je me situais. ‘Ceseadire que losqutune « vision» apparassat, cell-ct pos sedait le meme spectre que la lumiere du liu ot je me trowvais, I1y avate comme une connexion subrile que je ne mexplique pas coraement aujourdhui. Ces lash dui eu quelque sone des jets de lumiére qui yenatene-s d'en haut» ce qui pénéeraient le sommet de mon rine, a niveau du sepeitme chalra princt pol. Cette action me déconnceraisinesantanément de la ralité € menvoyait wn son et lumidre d'une grande peécsion ; der ceinse compliree mapparaiesienr, ewent aver lee mémes persannages auroar de Fétre dans lequel je me trowvais 3 cha- Nexus n°43 aque fois. Comme je fai dit, cela pouvait se produire nimporte quand, quelle que soir la densité lumircuse. Le phénoméne Fest soavent manifest alors que étas accompagn€ amis ou de collegues de travail. Le temps semblait sarséter autour de mol, Javas la sensation dc vivre des setes de deus, ciny ow cenuore dix imisuves !Our we nia jaa fait aucune «lesions... en ai déduie que cla devat ressembler pour cux i une absence de quelqucs seconde tout au plus Karmaons + Comment avez-vour réagi 3 'époque? ‘Anon Parks: [a premire année fa tes difficile. Pavais le sen- timent de devon fou, Les images que je recevaisressemblaient Ade la pure science-fiction. Frait-ce moi qui menvorais tout cela ? D'oit de telles connaissances pouvaient-lles provenir? Je lisais us peu, et absolument pas de science-fiction. Les personages parlaient un langage totalement inconnu que: je ‘asia sur l'instant, mais qui alavait rien & voir avoc ka langue frangase.. ce nest que tardivement, 2 la fin des années 90, aprés bien des pétipéties que jai finalement compris quil sagissit du sumérien fo plooc un langage donr est isu le suerte... ova fallut plusieurs mois & Pepoque avant de ime décider 8 en parler & ma mére. Vous savez a Lup, seucvuir we gemie iimages peu erger des trou bles profonds de Ia petsonns Ii, Heueuterent, et ce ete sane doute pat un hatasd, fai Ce n'est quia la fin des années 90 que jai compris quill s'agissait de sumérien, ou plutét d'un langage dont est issu le sumérien feu une trés bonne éemute tin soutien extraordinaice di été meternel.... on miarrive jamais par hard dans une famille, Je me doute que sarrangera pas out le monde Centendke cela, mais ¢est une je erois profondément ala reincarnation. Avant de descendre, et en fonction de ce uil nous teste expérimenter, fon remplit sa « hoite et on choisit les grandes lignes de son destin, Personne ne le fait & notte plac, inutile de chercher des responsables caches dans asual ! Nos guides peuv voile plas yo" autie aus saul eacep us paulcis uous iucive & preine we a, nous avons coujours Ie choix. Longue sous sommes «l-haus», ents deus vie nos guides nove conseillene et mhésicent pas & now signaler si nous avons de cop » gourmand: dane nos décisons. Le ppeobléme, c'est qufon eve rersiblement tna et plein de dye iisme avant de redescendre.... On ee di somvent. mais non, ppas de problémes. ¢2 passera: il miartivera telle ou telle chose mae importante, je rencontrerai telle ou telle personne (parfois, ‘que l'on connait déia), bref tout est possible et dans V'absolu A ce moment précis entre deux vies — on est en connexion avec notre moi profond. Le voile est en partie retiré, la vie et hh mort terrestres ne font quiun et ne générent aucune peur. Iyllique niest-ce pas ? Pourrant, la descente et la vie sur Terre sont éprouvantes et on oublie souvent avant de redescendre... En ce qui me conceme, j'ai limpression détre resté en contact avec quelque chose ou quelqulun et Cest aussi cela qui m’a permis de tenir bon. Ceux qui ont eu la gentillesse de lire mon premier ouvrage auront sans doute remarqué fa dureté de certains passages. La vie que je décris ext as- sez impitoyable. Te ne sais pas si j'ai un lien direct avec cette histoire et si jai été le personnage de Si'am dont je retrace la destinée. Toujours ext-il qu’ chaque fois que j'ai regu. ces flashs, je me trouvais a Vintéricur de son corps ! Jai cette histoire 3 raconter. I agit de la transcription dune partie des annales qui proviennent du cristal dont Salam était le propriétaire. Ai-je éé en contact direct avec le contenu du cris- tal ?Sdam ayant &€ en rapport fréquent avec ce cristal (Girki) et Ia plus grande partie de ses chroniques y ayant été consi- gnées par ses soins. que dois-je en conclure ? Je me suis posé beaucoup de questions a Pépoque et ga a bien fail me rendre dingue. Mon chté égotiste serait tenté d'affirmer « Oui ! Pai fré cette entité» et mon céé modéré drat plus simplement que ’3i éxé en canract avec des entités qui possédent le erica, hien que ces dure probahilités ne soient pas incomparihles ref, pen imparre de saunir x j'ai é ons pas ce personnage aux maine palmées dont le premier nom érait Sam. Tout cei a sufficamment houlevers? ma vie poise en conchine que ce rest asin « hasard » Tarsqu’en 2001-2002, jai Finalemenr écidé de mettre par écrit toute cette histoire, mes vies sociale ex af- fective se sone littéralement désintégrées ! Je me suis reerouvé comme « aecidencé « sur le bord de la route... ai une chance inouie d’éere soutenu par quelques membres de ma famille, des amis Adiles toeale- ment extracedinai- 4 res, et aujourd’hul tun éditeur qui eroit fermement ice pro- jet. Mais vous savee, lorequel’on engage dane cette voie, on ce tertiblement seul ct je pense que est tun passage obligg. Je euis-manifeste ment porteur d'un message. Je le fais & anurna, la fois pour les leo FeMusgi, CT ea cours quile liront et itis bien ate pour mo, car cela me libése d'un poids incom- mensurable. Jai Yraisemblablement Bee ce ememel Eragon septs ts eR) oe ‘au denaga dune femma dans un mates, chong ee pata branche s teminanten vein & date gure le chet cotrouce, Eni cchotsi de recevoir ces formations et ensurte de les transmettre qui voudra bien les entendre. Sans vouloir influcncer qui que Ce soit, ala conviction au plus profond de mon etre que toute cette histoire est veridique. J'ai ma conscience pout mot et je sais ce quien codte de mystifier son prochain, car il n'y a pas pire juge que soi-méme en-haut ! Lhistoire rédigée dans cette série de trois volumes est la strcte transcription de ce que jai regu pendant dix longues années, Karmaone : Pourquol ne recever-vous plus ces flashs aujourd’hut t Que sest-il passé? ‘Anwon Parks : Tout simplement parce que ee phénomine prenait trop de place dans ma vic. J'ai wécu pets de diachuie ans avec une femme remarquable. Elle ait assez catésienne et fai da jongle vee €es flash et mie vie quotidienue. Une dizaine Pannees apets les prciaidies siauilestacions, vais be sensation de ne pas pouvuil vivie wie vie uuuuale si je las sais ces lashs eontuuer & bouleverser anon existence, I ait temps pour moi de profiver enfin de la vie. Commie je Pai dit, je me maliisais yas ve phénomeue, jem €taiy meine prisvnnicr. Hy a eu un rasele-bol et je me suis forvé & ne plus rien recevoir, ai donc tour fait pour bloquer le processus, Mais le mécanisme était cellement ancré quill n'a pas disparu du jour au lendemain. Au fil des semaines ex des mois, le phénoméne sest estompé, image devenalt de moins en moins précise, par contre Je son 2 cu plus de difflculcé & séclipser. Cela ressemblale peu & peu aux dlstor- slons d'une radio lorsque Ion essaye de la régler. Au bout de quatre & cing mols, le phénomene avait roralement disparu, était en début 1991, en pleine Guerre du Golfe version 1 Apres cela, j'ai tenté de mener une vie ordinaire cout en digérant tranguillement toutes ces informations sans top savoir quoi en faire. 'ai découvert petit & petit des ouvrages qui traitaient de sujets similaires. Cela m’a amen€ progressi- verent vers les tablettes sumériennes. Ga a été un veritable choc pour mot et Ies personnes qui m'entourent de découvnir ces documents et de constater quils raconrent pratiquement la meme histoire que jai regue. Je me suis donc inceressé ‘au sumérien et cleoe comme cela que j'ai découvere le code linguistique dee « dieus ». Sans ces flashs, jamais je ne Paras décelé er déceypeé aussi vite Karmaone : Aver-vous pu vérifier la qualité de vos informa- tions sur la base des travaux de chercheurs ayant travaillé sur les nombreux textes sumériens? Quels ont été les rapprochements les plus surprenants entre vos visions et les textes et analyses d’auteurs, comme Sitchin par exem- ple? Avez-vous remarqué un auteur plus valable qu'un autre ? ‘Anton Packs : Oui et non. Bien entengu, ds que j'ai pu faire ce rapprochement encre ce que javais rect et les ta- blewes sumériennes, jai essayé de me procurer le plus de documentation possible. J'at examiné les travaux de traduction de Samuel Kra- met, Jean Bottéro, Marle-Joseph Seux, Thorklld Jacobsen, René Labat ou eur core André Caquot... J'ai wut de suite ewan souvent différentes leo uncs des autees. Cependans, le sujet central restant lo.mé ime, mes proches et mei nlavons pu que constacer la surprenante similieude encre mes flashs ot Phietoiee fondamentale pro- duite sur ces tablettes d’atgiles veils pour eertaines de plus de 5 6 000 ans! Diun auze cété. j'ai tout fait pour ne pas me plonger trop profondément dans ces traductions afin de préserver intacte Vhiscoire telle que je Tavais reque, car de tts nombreux Aéments inédits pa- raissent totalement absents des tablets. Parmi ce qui me semble le plus singalier au niveau des similitudes est qu'il existe de nombreux points communs comme celui du clonage qui est assez déraille sur les tablettes et que des auceurs modernes comme Zacharia Sitchin, R. Boulay et David Icke onc blen remarqué, Mais ly a surtout tour ce qui entoure le personage ccouural qui se mosue Sala dass [e pee~ ier come ct qui portera d'autres noms sur la Terre. Je ne peux en parler pour instant sous peine de dévoiler par avance eereaine déwile importants du deuxitme ‘ouvsage [Adam Genie] qui niece pat en core été 4 Vhenre oii jo réponds 2 vos an Karmaone : Vous (cavaillez beaucoup sur le langage, la décom- position des mots sumériens, pour y analyser les significations profondes et le lien avee nos langues modes. Vous étes-vous ‘basé sur un travail d'intuition et de documentation ou bien cer- tains Eéments de cette angue sont ... Lidge d'un re esclave totalement soumis aux diewx est renforct dans léquivalence du terme A-DAM en akkadien qui xt Nammaiit ct qui st eaduit phonéiquement en sumérien en nnam-mab40, soit liaérelemene : «la demi-portion & charge»... Je pense que Ton ne peat étre plus précis! La suite dane le prockain numéro de Nexus ou Sur te sie htp-/mwwkarmpols.0e BEN

Vous aimerez peut-être aussi