Vous êtes sur la page 1sur 275

Jacquinot, Dominique. L'Usage de l'astrolabe, avec un petit traicté de la sphère, par Dominique Jacquinot,... corrigé, esclarcy et augmenté...

par David Robert,... Plus est adjousté


à la fin une amplification de l'usage de l'astrolabe, par Jacq.... 1617.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la
BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :
*La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source.
*La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits
élaborés ou de fourniture de service.

Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :

*des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans
l'autorisation préalable du titulaire des droits.
*des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque
municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur
de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non
respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.


l'VSAGE DE v >

LASTROLABE

AVEG VN PETIT
TRAICTE DE LA
SPHÈRE, FÀR DOMI NÌC^VE
lafcquihot Champenois.
esclarcy Sc augmenté en cccte dernie-
Corrigé
re impression suivant larefounacion au^
Calendrier par D A v i D R O B * R T ^
de S. Lo en basse Normandie, *^
taisent profession des Ma- ^
'
thématiques à Paris, ^ â
VÌM >/Î tddjonsté à la fin vm ^imflificmon dt< *

astrolabe » par [ A c <^y £ s (^ ^


Nfàff^l

y-*

A P A RI ò,
Efcla Boutique de HJËROSME DE MARNE F,
1
ChezAHD&B S ZÏTART au Mont
S.HylaireàsfinseiímcduPeîican.
A MESSIRE
PHILIPPES DE
MORNXY, CsttvALifcR SEIGNRVK,
du Plessis Mariy, Barondela Forest &:
du Mestéran &c. Conseiller du Roy
tres ChreíUenen ses Conseils d'feltat
8t piivé.Capitaine de cinquante hom-
mes d'Armes de ses Ordonnances »
Gouverneur & Lieutenant General
pour fa Majesté en la Seneschaucee,
Ville 6c Chasteau de 5 au mur.

á S'ileft way, comme ie le


Mflvwi
S croy y qu âpres la Sacrée
l^j^C^
&&%$*&&& U rìy a rìen fa
Théologie
plus afseuré que les
Mathématiques, {qui
U \erìtède!eurs démonstrations/ont
pour
surnommées divines) la &
cognoifsance
iugement ri
desquelles, appartient quaux
les &fuht\U ;
esprits plus ejpures/elexe^
a >j
le ne meferdy en t de vous
trompe opinion
donner de mes labeurs ê laquelle
vnefiece
est iugee excellente par plusieurs gr dési-
rée d* vn nombre, le la mets à
plus grand
Vos O" ne crains point de lafîufmet»
pieds
ne avostre de nuée
pierre touchejaquelle
& naiVe véritablement de ï Or tel
wge
est. Ce m'a hasarder à ce
qu'il qui saisi
lacandeurde
prescnt>MotikigncuT>est
ame\ l* des choix &
Vostre estime Efyrits,
vous de tous: -
iugement que faites & prin
vn
ctfalement particulier tefmoigrtage
ma-
âvneparticulière affeftion queVom
ue% démontrée. Ce livret ri la
petit est que
acáu a Darius, mais
goutte présentée
Dieu ( parJagrâce ) meferanatstreVn
PlanceCQr, lequel ayant acquis parmes
Aabeun{comme')e§ere>stDieumédonne
Vie) il votts fera consacré d'aussi franche
Volonté avec toute humilité ie demeure
qu
MONSEIGNEVR.

DeParîs cc Icudy ç. Vostre ire<-hu-rcblcves-okeyf-


iouxdeMars,ií!7» sont & sidelle scrvireitr,
DAVID ROIÍRT,
PREFACE AVX LECTEVRS,
Par DAVID ROBERT.

le traicté de l'Astrolabede
MESSIIVRS estant prest à estre
lacquinot r*impi imc,
j*ay'esté prié parMôsicur Smart ( lequel a suc-
cédé à la bonne volonté de ses prédécesseurs
envers vous)d*y mettre la main ce que i'ay faict
fort volontiers afin de repurger ledit Livre de
sauces dontil estoit rcmply.Outrc ce-
plusieurs
h ie i'ay esclarcy en plusieurs eniroicts auf^
quels i'ay recogueu qu'en chepoit» &desu-
perabondant ,à cause <jue ledit Livre fut pre-
mièrement mi s en lumière avant la reforma-
tion du Calendrier faicte par le Pape Grégoire
XIII. au mois d'Octobre Pan i)8i. pour ceux
de prés, & au mefrne mois, Tan i$ty. pour ceux
deloing, cVquacestereformuion fut retran-
ché dixiours, i'ay apportç d'autres exemples,
d'autït que ceux d*ators ce trouvoieut patcô-
faux le Soleil entre en ;
sequent auiourd'huy cpie
Anes le 10. deMars,cVaiorsilyentroìtr*»o.
duditraoií. Toutcsfois j'ay laissé les exemples
de l'Ameur asinque ledit Lîvçe puisse servir tatìt
aux IÌCJX ou ladite reformation n'a point de
lieu que la ou elle est observée. En quoy faisant
j'estime avoir contenté ledit Sittart Ôc plu-
sieurs lesquel&i'ay eu l'honneur d'enseigner qui
ont esté vn pressant cguillon pour me faire en-
treprends cetouvrage. le diray plus c'est qu'il
*, iij
m*oust este plus facile d'en faire vnpuremenj:.
mien que de corriger le? fautes dautruy. Bìta
est vray qu'il y en a plusieurs qui doivent estre'.
at ribuees au temps» les autres aux mauvais cor-
recteurs des dlveises impreffions qui s'en sent
faites depuis 11 mort de l'Auteut : Niais il y en a
d'autres qui me font dire que lacquinot s'esti
lourdement trompé ou que le texte est fort cor*
rompu»commeil estasse de voir és
proposition
it.ôC *$• &c. ainsi que lalccture défaits lieux &
des Annotatiôsle prouvent suffi&mmét. Bien
est vray que le plus souvent les moins aurori-
fez ont plus de raisor>i& au contraire ceux qui
font honorez de ìa plus approuvée autorité,
incorrigiblement en leurs discours.
ç'efgarcnt,
En Fadjoustement raict par Bassentin en la figu-
re mise en la page n6. est gravé vn E en la cir -
conferêce d'iceUc& il y doitavoir vne F.D*au:
tant qu'il est bien dimçile qu'il ne survienne
faute en rimprelRon>ien ay remarqué
quelque
quelques v ne s ( fans m'arr ester à remarquer vrì
Ç pour vne S & au contraire, oú quelqu'autre
petite faute légère) mais feulement celles qui,
appotter quelque erreur lesquelles
pourroient
saut corriger ainsi qui s'ensuit. Adieu.
LES CHAPITRES ET
PROPOSITIONS CONTENVES
en ce présent Livre,

traicté de la Sphère matérielle,


VN contenant vue briefve & succincte
déclaration des cerclesprincipaux com-
icelie. fueilleer
prinsen
jfVutretraiftéder Astrolabe, ou est conte-
nu lvsage6c vtilitéd'icetuy,avec décla-
ration de ses parties, ii
Lapremicreproposition de &
Ivfiige
t> Utilité dct+dJlroUbc*
Pour trouver leSignete degrédu Signe,
auquel est le Soleil chacun iour,avcc son
Signe & degré opposite, xj
Lasecondsproposition.
Trouver le degré du Soleil és, ans que
nous avons Bissexte. 28
LA.twfitsmzproposm.on%
Observer la hauteur du S oleijj, a9

LtquAtwsmcproposttiop,
Sçavoirdcnuidlahauteurdcs£stoiJles.3i
Lmnqmefmeproposition.
Observer la hauteur MendienneduSo?
seil.ou d'vne Estoillç. 31
tystxìeÇw proposition:
À iiij
TaW*
Adresser le degré du Soleil,
oudequel*
Híloílle sur 1 urs hauteurs entre les
que
Almicamahtiis. 33
la jcpt usine proposition,
Cognpisti'edeiouriustememThctireega*
-1 ' "
le. 34
;
Hwftksvtt proposition,
Sçavoir de iour les heures inégales. 34
N eufiisme proposition,

Çognoistre les heures Egales ÓV inégales


denuictparlesEítoilks. 35
D ixìesmè proposition*
Trouver sheure inégale par vnquadran,
misau dos de 1*Astrolabe, 3c»
Vn%tçsmtproposition,
Sçavoir qu*el I'Wette Domine & Règne
à chacune heure du jòur,&delànuict.36\
Table pòúr trouver l'hcuré des sept Pla*
'
nettes. *
".39
DQti%iefweproposition,
Cognoistrelcçommcncemcritdu Crépu-
scule Matutiri,& la fin d u V espertin.
' 59^
Trtìciefmtiproposition,
SçavoirlaquanatéduCrepusçulcMati^
' "'* '
uh,& Vespértin. 40
"*
JjhtMorziesmc proposition.
Sçavoir l'hçure le Soleil se levé, cm
que
$uL Livre de TAstrolabe.
couche chacun iour, 41
Quìnyiesme proposition^
Mesurer la quantité du ioiir Artificiel, fc
delanuict. 4Ì
.
SeizJesinc proposition.
Cognoistre sArc *du jour 6: dcía nuict des
Eitoilles. 4}
Dixfìptic/me proposition,
Çornp.ter heures égaies font pas-
quantes
sées de iour,depúis le le ver,ou de nuict,
depuis le coucher du Soleil. 44
VixhuiÇliesmeproposition.
Reduire les heures égales» qu'on appcHe
heures d'horologe,en heures inegales.45
V ix neusiesme proposition. -

Sçavoir tóuslesiours rheúreqúeselcv'ct


ou couchent les Estoilles dèíerkes en
rÁstrolabe.46 Vin^ûtsmeproposition. ?

Çognoistre avec quel degré du Zodiaque


chacune Estoille se léve ou couchey&>
'
paffepárlemidy, 4^
h
Vingt & vniesme proposition,
Trouver le Zenith Ouéntal òu Occident
v
tel du SoleiLou des Estoiliës. -:
^8
Vingt & deUxitsmeproposition^
Çognoistre leZenith de la hauteurl diíSo-
'
ici^oud^sEstoiHèSé 48
Tabte

Vingt troìsiefmê proposition.


Çognoistre en tous Pay> &c Régions les
quatre parties du mondei sçavoir Oticnt,
Occident, Midy,6c Septentrion. 49
Vingquâtriismt proposition,
Çognoistre de nuict au Ciel lesEstoi'lcs

descriptes en T Astrolabe. 5z
Vingtcinqutesine proposition,
ÇommcçparvneEstoillecogneueppur-
rons trouver les autres deserit es en TA-
strolabe yj. VÍngtsixiesmeproposition,
Çognoistre les Estoilles qui ne sont des-
çrites en VAstrolabe, ôç semblablement'
lesPlanettes. 55
A ceste est adjousté le moyen
proposition
«se trouver se degré du SoseUans avoiï
la cognpissançe du ipur, & par conse'
quençtrpuver le quantième du mois.

Viiïgsepticjmeproposition+
Çognoistrçpbur quelle élévation de Po-
se chacune Table del'AftroMbcest d'eíV.
crite.J7. Vingthuiftiesmeproposition.
Obser/ver tous les iours de combien le So*
Jciíestloing denostre Zenith. 58
-
Vmgtneusiesmcproposition.
Cognoistrcchacuniourdcquaptsdcgrcz,
le Soleil, oulcs Eltoillcs decUncutde
TEquateur. 58
du t. Livre de VAstrolabc.
Table de la déclinaison du Soleil, selon,
Oronccrfo. Trenthsmeproposition,
Sçavoir en tous lieux, ou Ton se trouvera
combien il y a de Latitude de Région
ou élévation du Pôle. 60
Trente & vniesmeproposition.
Trouver la Longitude d'vne Ville,ou au-
tre Lieu, par l'Eclipsedela Lune. 61
A utrement pour trouver la différence de

Logitude entre deux Villes,selon Gem-


ma Frisius. *j
Trentedeuxksme proposition.
Çognoistre la distance fur terre de deux
VUlcs,ou Régions, 0*4
Table des miliers appartenant aux Lon-
gitudes des Régions ôc Villes principa-
les de T E uropè, selon divers parallèles $c
Latitudes desdíctes Régions. 67
Table desdegrezdes tppgitudesconver^
tîs en degrez deTEquateur,ou de Latir^u-.
de. 7.Ï. frentetmfiefmeproposition*
Avoir la cpgnoissapcp des Vçptf, fie dp

quelle part ilsprocedemi. 72,


trenteiimrigsmjípropofition^
Des Ascensions dw Signe$,&apçres Arçs^
du
Zodiacque. 73
Ttmmn^sm^ropositm,
Table
Çognoistre FAscenston des signes en h
Spheredroictc. 7$
TrenteÇtxiesme proposition.
Trouver l'Ascension des Estoillcs,desçri-
tes en TAraigne du
Zodiaque. 75
Trentejeptiesme proposition,
Sçavoir l'Ascesion des Signes en la Sphè-
re Oblique. 76
TrentehuiBiesme proposition.
De la Dcscension des Signes, tant en la
Sphère Droictcque Obhquç. 77
Trentenensiesme proposition.
Trouver les quatre Angles, ou Cétres du
çiel,àsçavoir les quatre maisonsprincipa-
les.78. Quarantiefine proposition.
Sçavoir dresser les douze Maisons du
Ciel à toutes heuresA en tout 82
temps.
Jguarante & vniesme proposition,
LasecondemanierepourDomitieijsclon
les Anciens. 83
J$>iMrante& deuxiesine proposition*
Çognoistre les Aspects fie regards» cant
des Estoilles des Planettes. 84
fixes,que
Qufrantetroisiepne proposition,
Sçavoir THoroseope fie degré, Ascèndac
des Révolutions du monde, ou des Na-
tiyitez>fiç autres commencemens. 86,
du IL Livre desAstrolabe.
table des
Révolutions, pour trouver ìcí
/nnées futures des nativuezfi* édifices. 89
SECOND TRAICTB' VE L*\A-
comprenant des
flrolabe, Cvsage dimensions
Géométriques ,pAr tè/chetìt altimètre de si
cri te AH dos ùceitp Infiniment, dite antre»
ment (juarrc Géométrique,
la quantité &c proportion des Me-
DE sures. 91
La vraye description du demy pied Pari-
sien,ayant sixpoukes de long, est plié
en deux parties. 91
La première proposition du Quarré

Géométrique,
Trouver lahaulteur dVne Tour, ou autre
sombre du Soleil, 95
chosejpar
La seconde proposition,
Sçavoir lá hauteur par la ligne visuelle, 94
La troisiefme proposition.
Trouver lahauteurdvneTour,suSÁstrp-
labe,avec deux reigles ou vergettes. 9 y
La quatriesmepropfsition.
Sçavoir autrement la hauteur de la Tour,
par vn Miroir. 9$
La cinquiesine proposition.
Autre document bien facile à trouver les
hauteurs. 97 Lasixiesmeproposition.
Table du IÏ Livre deì* Astrolabe. ,
Çognoistre les hauteurs quand se Soleil
est eleué fur nostre Hori2on, moins de
\|uaraùtecinqdegrez. 97
La scptiesmeproposition *
Avoir la cognoissance desdictes hauteurs,
'quand le Soleil est eleúé plus de quaran-
te cinq degrez. 98.
LA mittiesine proposition,
Trouver la hauteur par la ligne visuel*
le. 99/La nmsitsine proposition.
Tiouver la hauteur dvneTour,de laquel-
le on ne peut approcher. 100
La dtxtefme proposition.

Çognoistre la hauteur d'vite Tour située


sur vne Montagne. 10a
Lïvnxsesmc proposition.
Mesurer la longueur dVh champ, ou au*
très planures. 103 Là doutiesme proposition.
Mesurer les puys,fosses,eisternei,cVàutreè
lieux déprimez, Ton peut veoir
desquels
le fohd,& dot la largeur est cogneuë. 105
«4AiPLIF/C~4TI0N D B VV~
de Castrolabe pour Observer les
sage
vrap Lieux des ^4sir es.

dervsagedel'A*
strolabe,
DETAmphsication fie du certain Adjoustemet
à la fab rique 207
d'iceluy,
Âsápíific delvsajgè
jpptìr deraôstrer en quel endroit c'est que
le lieu apparent de l'Estoillene diffère
de son vray lieu, scion la Longì-
point
tudedu Zodiaque. 108
Pour trouver les vrayes Longitudes fie
Latitudes des EstoillesFixes, quisont.
posées enTAraighe,ensembleladeno-
mination de leur Latitude. 110
Pour trouver les vrayes Longitudes fie
Latitudes des Estoilles, qui ne sont si-
tuées en l'Araigne, par vne position
feinte:par laquelle manière aussi on au- ,
ra les vrayes Longitudes fit Latitudes
des Planettes qui n'ont sensible diversi-
té d Aspect. ìiz
Des diversitez des Aspects, fie pour trou-
ver les vrayes Longitudes des Planet-
tes /desquelles la diversité del'Aspect
est sensible. 114
Du mouvement journal delaPlanette^fie
pour sçavoir si elle est Directe ou Rétro-
gradent S tacionnaire. 117
Pour trouver la diversité de 1*Aspect en
Longitude fie Latitude 119
apparent.
Pour trouver la Longitude des Citez fie
Villes autremétquepar les Eclypses.uo'
Pour trouver la distance entre le Lieu de
de r Astrolabe.
VPstrehabitation fie quclqu
autreRcgiott,
desquelles les Longitudes fie Latitudes
sontcogneucs* ni
LES VEMÒNSTRATIOtiS
pour hpratìique & vfiçe du Gnomon,
o# deTe/cheUe altimètre.

Es dimensions qui íe font par vne


D feule Station. 124
Des dimensions qui se font par deux Sta-
tions. 12j
f

Fautes surtienùës à rimpression.

Tutilìetmipefmep^epremieréligneit lisez iour$, fi»


wsmeftpdeHxiesme 11\ hst^qmmxes f,% p. i lisez di*
ft*iust&p.t,Ì*lifezêvans ft.p i.l xul posant f,t6. p i.
tatrnieteJ.som.fi'!. f t.U l.Trepiquefiifr t.J yhoutt.
fci7.fr x / i6.Ufeien.jshp 11 %.l en. 'é p.% t^.ittspond.
/44f.l / H Lqutllef.^6 p.it),l:*ÌreJfirÚf.4t f» U+.
11'Horizon f. so p i in Ipefìtionfv p x.l.x.t.dtvifentf^x
j> i.l.H.ldttfêf 61 p.xA.\7 l.deelinoit.s6tp,%/i| Isaut
f6] p x / \.lprtnen\frl6Ì.ThoÌQ[efMp. t.l derniere l.
différences 6? $ x Lì tìtumêf'jlp.ìMoJ 4'^ f>77-?'
\l première duUtredeUpropofitimtl liftKDesti»Jìo*js7v
pil9.p9urio.mttéti7fioip t.l.il.lafio?.}, t,.l.xtt,
(hunfSipenF,
1
TRAITE DE LA SPHERE
MATERIELLE , CONTENANT
Vne decla*
hiefae&succiníle
ration des cercles
principaux
compris en tcelle,

W$%MÌ O v K ç E que l'Astrolabe est


^otnmé par aucuns ,Planisphe*
H r^JÊ
m re,d autant qu'il a quelque corn-
f^j|fi
vèUmW munauté auec les cercles de la

Sphère Matérielle":'Auant que traicter de


son vsage,ii m*a semblé cstre conuenablefie
necessaire,de declarerfiedemcstrer les cer-
cles descrits en ^superficie de ladite Sphè-
re , ensemble la distinction de leurs noms
fie parties. Afin dauoir plus facile intelli-
gence de ce qui sera dit en nostre Astro-
labe.
A Faut entendre lès cícux
doncques que
ont deux mouvemens .*i'vn qui
principaux
se fait d'Occident par Midy en Orient, au

contrairedupremier mobiles comprent


en soy Us mouvemens tant des Estoilles*
A
DÉCLARATION
fixes, des sept Planettes : pource con-
que
tient huictmouvemësdifferens,quisefont
en diuerses de téps:car le iirmamët
espaces
( selon Ptolomcc) accomplit fà reuoiution
cn trente six mille ans, qui est en cent ans
vn degré. Et la Sphère deSaturnc,qui est
ie plus prochain planettcaudit firmament,
fait fa reuoiution en trente áns, celle de lu*
piter cn douze ans, celle de Mars en deux ,
le Soleil, Vénus, fie Mercure chacun en vn
an. La Sphère de la Lune en iept
vingt
fours ^ehuict heures.
L'autre mouvement qui est premier,sinv
pie fie fait fa reuoiution au co trai-
régulier,
re du dessusdit, à sçatioir d'Orient par Mi-

dy>en Occident: lequel combien


quïlsoit
propre au premier mobile, neantmoins est
commun par accidét à tous les orbes infé-
rieurs .nonobstant leurs propres mouve-
mens, car ils sont conduitsfiereuoluez cha-
cun iour naturel à l'en tour du m5de,com«

meapperceuons sensiblement par le cours


duSoleil,de ía Lune, fie des autres Estoil*
les^esquellespariceiuyleuentjfiecouchêt,
fie se fait le iour fie la nuict» tellement que
ledit mouvement est vniuerfel, fie tourne
toute la machine céleste fur deux.poîncts
DE LA SrHESLE MATERIELLE. 2.
qui à raison de ce sont dits les
opposites,
du monde. L'vn nommé
pôles Arctique,
ou Oursin,qui est situé en Septentrion ,
de la queue de la petite Ourse, duquel
prés
l'estoille plus prochaine que nous voyons
àlendroictdesdeux dernieres estoilesde
la grande Ourse, est appellee communé-
ment l'estoille du Pôle: fie par aucuns ma-
riniers l'estoille du Norch, distant toutes-
fois d'iceiuy Pôle enuiron quatre degrez.
L'autre Pôle opposite au dessusdit, est^no-
me Antarctique, ou Austral, autant -
depri-
mesouz Thorizon vers les Ántipodesjcó-
melcnostreesteleué dessus, Prés lequel
Ton voit vneestoille de grande lumière &c~
clarté^nommee Canòpus. Entre iccux Pô-
les la ligne estenduë de svnà l'autre, pas-
sant par le centre de la terre, est appellee
l'Axe du monde.
a Ptolomee viuoit fan de salut 150. tenoh
qui
bien ce que dit ky nostre ^Auteur, mais comtm
luy s appuyant sur les obferuxtions des ^fsironò-
mes quil'auoyentprecedé) comme fur les obstrua-
tions de &de Meiulaui,
Hypàrque fondées fur
ctlles di*4nsiille& de fimecktre, a
consifjèle
neufiesine Cìelyà cause du double mouvement qrìr
ilrecognutau Ciel des Estoilles fixes ousirmamety
A ij
DxçLÀRAÏIQtt
demefmeceux qutìont {uyuï>appuyeizj&sur fis
obferuations & plusieurs antres,ayant recogneu
en ces Eftoìlès fixes vn triple mouvements ont
vn dixiesme mobtleice qui fait quauiour-
confessé
dhuy f n considère troismouvemens principaux :
dont ívn est pour le dixiesmeCiel %oupremier mo-
bile, qui est d* Orient par Midy en Occident,rené»
nant en Orient ^enl*espace de i\Jnur es à cause
il est Ciel la vitesse de
dequoy appelti rapide,pour
son mouvement j lautre est pour le neufiesme Ciel
quon appelle Çrystalin^ &* parfaiBfon nfouvc-
ment <£Occidèt par le Midy en Orient en 49000
ans} Et pour te troifiesme est le mouuement du
les points EquinoEliaux,
JFirmamet,quisefait sur
O estvn mouvement de branìement, autrement
mouvement Rapprochement & de reculement,
£ autant
que par te mouvement chaque pointa de
çe Ciel est en vn temps plus prés, #* en autre plus
loin des
quatre poincJs Cardinaux qui/ont Oriet,
Occident, Midy & Septentrion, &rse parfait en
70 00 ans, Et a esté premièrement recogneu par
Thebit^suyuipar Alphonse de Castille, & par
toute Cette célèbre
assemblée tenue p dr luy a Tolè-
de, à cause dequoy quelques vns appellent ce mou»
vementgouvernent dAlphonse, Ûy a dont trois
principaux mouvemens, ainsi qu'il a esté dit l'vn
du premier Mobile 9 qutscfaitf en 14, heures>
DE LÀ.SVHERE MATERNELLE, 3
emportant quad&* soy toutes les Sphères ou or-
bes inférieurs, quoy que chacun s efforce au con-
*
traite'$L autre du Ciel Cryftalin, qui va au con-
traire , & se parfait en 49000 ans, emportant
les orbes inférieurs
semblablement quand &soy-,
Et letroifiesmeqm est du Firmament, qui si par*
fait eftjooodns,fait* que les Estoilles sixesfont
en pareil temps chacune vn petit ccrcle,& empor-
te aujìi les orbes plateiairesfilon son mouvement,
lesqutls orbes font sept en nombre, qui accomplis-
sent leurs mouvements en dîners temps ^ainsi
quil
p peut voir au texte> combien que ceux qui calcu-
lent exaÇlcmet leurs mouvemets,
plus apportent
en vns quelque peu de diuerfité comme
quelques
Saturne, <pi parfait son mouvement en tç ans

ì^.iourslupitctfCnu.ans^ió.iours^ìAsítSyen
vn an 321. iour. Quand est du mouvement du
Soleil, Venus, & Mercure, // est vray quil
en vn animais de siau'oir combien'
sepaffâìSi
cet an contientde iours , d'heures , & de mi*
nuteS) nòus en dirons cy âpres autant quil fera de
befiin pour nostrèsub jet} Pour le mouvement de
la Lune, nostre auteur nom le marque icy de
27 iours&huifìheure^mM ilrìy a que ty iours
7. heures 43, minuttcs selon lapins fauorisic opu
nion^telmonvemet s appelleperiqdique-.carson

est denouuelte en nou-


mouuemetSynodicque(quÌ
Aiij
D te LA R A T I .p;N .,
Vf fle í une) est de 29 tours & demy,&ceftte quo
appelle le mois lunaire^au precedft mois laL une ne
fait que dou%c mais en ecttti cy elle en passe
signes,
trei%$iputrcily a lemois(siUu^inatiòn ou mois
Estimant, qui est depuis le iour quonla vojd nai*
stre, qui est au Croissant, iufqtià ce quellefpit en-
tièrement disparue, qui est au Decours.
Puis faut conceuoir vn Cercle equidi-
stant de ces deux pôles, tout au milieu des
'
Cieux,quiles diuiscra iustçment en deux
hémisphères, qui est le Cercle défait du
Soleil* ^quld il entreaux equinoctes, à sça-
uoir és premiers poincts d'Aries, fie de Li-
bra, de l'eclyptique du premier mobile,
qui sera appelíé Cercle b
Equînoctial,
ou Equateur.
D auantage,est a considérer que des hô*'
mes les vns habitent souz ledit Equino-
ctial,fieles autres ^&c là,taht vers la partie
l'Áustrale. Toutes -
Septentrionale, qu'en
fois en quelque partie qu'ils habitent, ils
voyenttousiours la moitié du ciel diuisee
tout à l'entour de la terre, par vn cercleap*
pelléHonzon^uTerminateurdelaveuë,
dontla d'enhaut
partie que nous voyons
est nommée fau-
Hemispìicresuperieur,fiç
ne d'embas inférieur, vers ìes Antipodes.
DE LA SPHÌSM MATÉRIELLE. 4
b Equino&iàl* cecefclcest ainsi nommé à cause

queleSoleileíiantparuem sowxjceluy, quiestle


20, de Mars, &lc%%, de Septembre, &empòr-
té par le premier mMleyfait deux iours cha-
cun de lu heures t $? leurs nuiíls semblable-*
ment d autant, par tout le monde vniuerfel,fi
tonne fait quelque exception pour les ïteuxqul
ont la Sphère Parallèle, dont il fera parlé ailleurs.
V'abondant, ceux qui habitent fouace cercle ont
à tels le Soleil
Equinoxe perpétuel, cest dire^quà
se leue tousiours a fx heures, &fe couche à six
'
heures. -t
c En deux différences se trooue ledit
horizon, sçauoir est le droict fie oblique.
Ledroict pour ceux qui demeurent souz
fEquinoctiahfic rObliquepour ceux qui
habitent les parties Septentrionale,ou Au-
strale : ausquels lieux sera l'vn des poses
tousiours eleué fur nostre horizomfic l'au-
tre en semblable dépression à l'opposite.
Icellcs eleuations, ou dépressions s'aug-
mentent,ou diminuent selon la diuersc di-
stance desrégions à TEquinoctialí souz le-
quel n'y a aucune latitude, ne eieuation de
pose,
c Nostre auteur dit que ÏHori%$nsc trou*
ue en dtux mats il faut dire en trou,
différences,
Aiiij
DÉCLARATION Í
Car outreleDroiït&soblique dont ilparlejlya
aufíi le Parallèle y qui est pour ceux qui ont vn
pour Zenith, & t autre pour Nadir h ,aus-
pote
quels lieux tHorixQn $r* tEqumoBial ne se
coupent point, efpar ainsi ne font nuls angles^
telle situation de Sphère nestnydroitfe
pourtant
oblique : Car ceux qui ont la Sphère droiííe &
ny
par conséquent l'Horison droicl:, sont ceux qui
habitent souijEquinoiïìalyi cause qu en tel lieu
rEquinoc7ial& ïHorizon st coupent en angles
qt*on appelle en Géométrie,angle s droiÛs,
egaux,
^pourtant ceux qui habitent en ce lieu font dits,
moir laSphere droi£te&t Horizon droiBMais
à ceux qui habitent cntrçl'Equino£lial,&tvty
& l'autre pôle òleur Horizon & tEquínoclial
s'entrecoupent en quon appelle
angles inégaux,
en Geomçtrie angles Obliques $ & pourtant
ceux qui habitent en tels lieux,( qui est à vray di«
re presque toute la terre )fint ditsAuqir% la -
Spe
re Oblique & £ Horizon Obtique, Quand est de
lHorizon parallèle & Sphère parallèle, í est pour
les lieux situe%Jirec~fement ou í autre
fou^Jvn
pôle, & la raisin pour laquelle en ces lieux là on
leur disposition deSphere,Sphèreparallèle,
appelle
& Horizon Parallèle, cest d'autant quen tels
lieux lE quinoSiìaltjt ? Horizon ne nuls an-
font
d'autant que ces deux cercles occupent vn
gles*
DE LA SPHÈRE MATÉRIELLE. 5
mesme lieu. Or en la Sphère Matérielle on remar-
que cinq Cercles q u on Appelle Cercles Parallcls,
qui font ï Equinoclial, les deux Tropicques, &*
les deux Cercles Polaires, les quatre derniers mar-

quent au Ciel & en terre les cinq Zones, &par~


tant tHorizon,de* pôles du
lieuxsituezsouples
monde*, lequel Je conjoint àï Equinoxial ^peut
estreàbon droiclappelle Horizon Parallèle, ^
par conséquent Sphère Parallèle.
, En âpres le cercle par ses Poses
passant
du monde, fie le Zenith (qui est le poinct
vertical au Ciel,situé directement surno-
stre teste) sera le Cercle méridien, qui en
deux lieux entrecroise l'Hori-
opposites
zon iustement a droi&s Ap gles, fie est dict
méridien, à cause qu'il diuise chacun des
Hémisphères en deux duquel 1*
parties,
partie d'enhaut diuise le iour en dçux éga-
lement, ainsi que celle dembas diuise la
nuict.
Puis est le Zodiacque contenant les dou-
ze signes du Ciel, àsçauoir, Aries,Taurus,
Gemini, Cancer, Leo,Virgo,Libra, Scor-
pius, Sagittarius, Capricornus, Aquarius,
Písces.Et chacun d*iceuxest diuise en tren-
te degrez, n est autre
supposé qu'vn degré
qu vnepartiecgaledetrois cens soixante,
DÉCLARATION

que contient toute l'Eclyptique, estant di*


uisee par tei nombre comme sont d com-
munément tous autres cercles. Lesquels
se peuvent diuiser en soixantemi-
degrez
nutes,fie autres fractions Astronomicques.
Souziceiuy Z Pdiacque se meuvent le So-
leil, fie les autres planètes continuellemét
au contraire du premier mobile Et celuy
Zodiacque estcouppé de i'Equinoctial en
deux lieux: sçauoir est au commencement
d'Arics fie deLibra, où est faicte Tequation
du iour à la nuict par 1'vniucrscl monde t
dòntía moitié déclinant
duditEquinoctial
vers Septentrion, contenant ìes six pre-
miers signes, est dicte S eptetrionale. L'au-
tre tendant du costé de midy Australie-
lequel selon les anciens Autheurs,a douze
degrez de latitude,fie selon les Modernes
cn contient t6. Ladictelatìtude estdiuisce
cn deux égales parties par vn cercle que
descrit leSoleilen * six heu-
365/iours,
res. Icçluy cercle est nòmé la voye du So-
leil : autrement l'Eclyptiqucsouz laquelle
se font les Eclypses du Soleil,fie de la Lu-
ne : fie touche par deux poincts opposites,
ìes deux Tropicques du Cancer, fie du Ca-

pricorne» IceuxTropicques sont Cercles


DE LA SPHIRÍ MATÉRIELLE. 6
défaits au ciel, le mouuement iour-
par
nel du SolciLouand il entre au premieï du
se faict le commencement?
Capricornc,ou
de nostre hyuer : ou au premier du Can-
cer, qui est le commencement d'Esté, des-
choses s enfuit la
quelles figure, page 7.
d ìcy est à noter que combien que tons les
Cercles dela Sphère se diuisentchHuen^6o*par*
iies égales, que les parties des cercles parallels bien
que égales entr elles, ne font pat pourtant égales h
celtes du parallèle Equinoxial, &* U raison est
d autant plus à ÏEqui*
que qu'vn cercle parallèle
notftal, est proche despotes du monde, d%autant
moindreest'il: M^ispoutles Cercles Méridiens ?
les font tous egauxentreux ,&austi
degre^jn
egaux auxdegreT^deÏEquinoBialcequi demeu-
re^austivray pour toutles Cercles. Lcttx»
grands
te porte que chafque degré,est diuise en soixante,
parties, appelle minutes,®* autres fraSîios
quon
ceflà dire, que chafque minuite estdiuifeeen au-
tre soixante parties quon appelle Secondes, &
chafque seconde est mise en soixante, quòn appel*
le Tierces ,& ainsi en continuant iusqueskdix*
'
Nostre auteur pose icy que le Soleil fait so
tour en $6$iÌours
&fìxheures ,que ficela estott
véritable, il neustpoint esté besoin de reformer
le Calendrier, il y a du au temps cy
ainsi manque
DfcCLARATtON
dessus marqué, lequel on trouue estrtienuìron
vn^e minutes %qm font en lefjpxcede ifô.ansvn
iour i Que fi lors que César le cours du Soleil
régla
de j6^iourse2^flx hcHre$,desquelles de quatre en
ans on fait vn iour ,1/ eust remarqué qu'~
quatre
tly auoit vn%$ minutes 4,dire, qui font, comme
f ay dit, vn iour 0* 45, minutes en f espace de
135.4m, #7* que tout ainsi que desfix neures il
tn fist de quai re en quatre ans,, composer vn iour,
( ce qui Je pratique encore auiourìhuy ) & ainsi
, dequatre en quatre ansily a vn an de %66,iours,

quon appelle annee deBifsexte^it eust à raisin des


ynze minutes*fait laisser dettf* en ij^ansvne
annee fans mettre ce nom d'exemptil*
iourfouT^e
le, ïoccasion { au moins apparente ) de ta reforma*
tiondu Calendrier n'eust point esté. M ais Í autant
te Pape
Grégoire XM*
?uec€Ìanes>esipratiqué,
4* 15 83. reforma le Calendrier, 0* au lieu qu en
ce temps U, t Equinoxe du Printemps se trouuok
tstre le dixiesme iour de Marsjl ordonna qu'au
lieu de dix on est zo. afin que ledit Equin&xefufl
au mefine iour du mois,qu*il ejtoìt du temps du
Concile de Nic^qui estpttte dt
grand vintiesme
Mm,
DE LA SPHÈRE MATÉRIELLE» 7

Conséquemment sont deux autresCer-


cies,à sçauoir TArctiqucqùi estdescrit du
Pôle du Zodiaque à l'entou^Sc enuiron le
pôle du monde, distat d'iceluy vingt-trois
degrez fie demy. Et l'Antarctique qui est
figuré tout à (opposite en pareille distance

desonpole.Etconuient entendre que ses


appellent les quatre Cer-
Cosmographes
cles dessusdits* en semblé i'Equinoctial,pa-
ralleles, auec les deux pôles du
lesquels
'monde, toute la superficie de
distinguent
la terre en cinq regíons> qu'on appelle.Zo*
/ nes,dont les trois sont intéperces, sça-
uoir les deux extrêmes dçuers lespoles,
DÉCLARATION

pour la grande &>idure dela


lointaine re ¬
motion du Soleil : mais les deux autres en-
closes de la chaude, fie des deux froides
sont tempérées, pour la de
participation
l'vnefie de l'autre qualité contraire d'iecl-
les trois Zones, desquelles nous en habi-
tons Tyne, fief autre les g Antipodes.
/ Ceux qui habitent entre les deux Tropiques,
ou brûlante,font,
chaude
quiestUzoneTorride
seu biumbres , du mot
appelles Amphiscij
Grtc 'u vtrinque vmbram habens.
&H$IQUQÌ
d'autant quà midy,leur ombre va
quelquefois
vers vn Poley ej* quelquefois vers ìautre, e£*
deux fois Van a) iïtidyjds n*ot point d'ombre à eau*
st que le Soleil est i leur Zenith, &pour ceste
caufifont Asei), du mot Grec i.
appeliez A')Jto$,
vmbra caréns vel anumbres, fautant quêtes
ratons du Soleil tombant fur les corps inférieurs
perpendiculairement ïombre diieeux fe pert dans
leur pied, 0* tels ontïeleuation du Pôle moindre

quet^degrez*
Ceux habitent dans les Zones Tempérées,
qui
font comprises entre les deux
lesquelles Tropiques,
tjr les deux Cercles Poleres ,font appellexj^i cte-
wíàjydumot Grec Alterutrum-»
ItîpíQuOh'u
bres>c'est d dire qui ont ïvn ou íautreombre, <fau<

tantquàcctoc qui habitent en la Zone Tempérée


DE LA SPHÈRE MATERI ELLE, g
Septentrionale, n ont ìamais i midy que Fombr*
Septemtrional, 0* au contraire ceux qui habit
tent en la Zone Tempérée *Anstrale, n'ont M-
maisâmidy t ombre austral ; çjp tels habi*
que
tent ensreles Q\ 66, élévation de
24, degrés

Pôle,
Ceuxqm habitent aux Zones Froides font ap-
du Grec,
pelles Pcriíctj, <cs&Quïh * circum-
bres, test à dire ayant Combre tout à t entour. &
tels habitent depuis tes 66. degre\d*eleuation wf>
au Pole,& ont partie de U
qttes ligne Eclyptìque,
sir leur Horizon, (les vnstlus, lesyns moins)
$ partant quand le Soleil est en celte partie qui est
fur leur Horizon, ils ont sombre tout alentour
du cercle.
a
g íly austi en ce lieu à considérer outre les
antipodes, les *Antocccs &* les Peroeces, Les
Antipqde$\ les Grecs appellent AntìÁnî
que
font ceux qui marchent contre nos pieds, & habi.
tcntsi>u\vn mefme méridien que nous, mais qui
nous font diamétralement opposa
^parconjsi*
quentte %$nithd?svnscsileNadtrh des autres*,
£ûh il s'enfuit aufit que les vns ont midy j
quand
le> autres "ont minuiSl, les antipodes donc hx~

bitsntsouXdiuersdemi Cerclesd'vnmefmemeri*
dien^ &sowxjpArallcles distant, des 4,
également
poinBs Çardinmxcy Tout ain*
dìjjits marqué^
DÉCLARATION
fi que nos antipodes ont midy nomáùóns
quand
minuifi, &* au contraire austi leur iour est efgalà
nofire nuiSí, tíT* w contraire : Semblablement
nous auons tHyuer,ils ont ÏEsti &au
quand
contraire. Or nous qui habitons en la Zone Tem-

pérée Septentrionale à teleuatìon de 48.


degrez
40. minutes,nom auions nos antipodes en U
%oneTempercetM*rìdìonalleen mefme eleuaùon
du Pôle «knfìtrffiquc, mais pour la longitude ils
tont no M de la moitiédu Cercle,
plusgrande que
^partant puis que Paris a 23. degrés & demy
de nos antipodes en auront 203.
longitude,
&demy, &c,
tes Antoeces habitent mefme rneri*
austifouz
dien, maìsfouT^diùers parallèles, dont ívn est en
la partie Septentrionale, & t autre en la Méri-
dionale , égalementefioìgne^deTEquinoílìal,
tfrfontainsi appellc^du Grec Â!YTOWM>1 ex-
ádueyso habitans vel Anûco\x,quelqucsvns
les appellent austi AVr^i >i. humeris sibi in-
llice oppositij e£* tels ont midy enmefme temps
nous. makleur
iour ests gai Ànostrenuitf tj?
que
aucontraire^ainfi quenoXjAniipodcs^ tellement
nom n auons iamais
que égalité de iour qnen l'E*
quinoxe. Semblablement nos faisons dìuer-
font
fes,&c
meri-
lesPeroeceshabitentbienfoû^mefme
dien
PELA SPHBRB MATÉRIELLE. 9
ridten que nom : mais aussi som mefme Parallèle
&par conséquent en mefme %one,& mejme Cli*
mat^sot ainsi appelles du Grecim,^^ i : cir-
cumcol». les Peroeces les vm
font estwgms
des autres,d*vndemy Parallele,cest4diredeiBo.
&* partant nos ^inìoeces çr »oi *4ntU
degrés
podesjont entreux, Peroeces semblablement, les
«antipodes de nos ^4nteeccs,fònt nos Pemces%
ain fi nous auons des iours
légalité perpétuellement
auec nos Peroeces. &* austi les saisons corn*
mnti.&Ck

figure des cinq Zones,

A Le pose Arctique.
B L'Antarctique;
G m Les pôles du zodiacqtfe*
C D L'cquateur»
D ECLARÀTION
E F Le tropicquc du Cancer.
IK Le tropicque du Capricorne.
G H Le cercle arctique.
L m L* Antarctique»
Finablementsontdescritsen la Sphère
deuxcerclesnómez h Colures,quinesóc
mis en f Astrolabe,ôe ne seruêt cn laSphe-
re, sinon pour solider les parties d'icelle:
neantmoins distinguent au Zodiaque ses

quatrepoincts Cardinaulx: à sçauoir les


deux Equinoxes auecques Tvn fie l'autre
Solstice.
S ommc qu'en toute la Sphère sot trou-
uez i vnze Cercles,à sçauoirscpt gráds qui
diuisent tousiours làSpherc parle cétre en
deux parties comme est
égales, l'Equino-
ctial, Le cercle méridien ,1'Orizondroict
fie obliqueXes deux colurcsjfieTEclyptic-
que. Et quatre autres petis qui diuisent le
monde en deux inégales, cômefót
parties
ìes fie Antar-
deuxtropi<jues>rArctiquè
ctique dessusdicts.
h les Colures dit nostre texte,neferuent
que
pour solider les parties d'icelle 5 c'est sopinionde
nostre auteur , &dc quelques autres auecluy:
mais à k vérité qui considérera bien leur s offices
parlera autrement, car outre les 4. pointts Car*
DE LA SPHÈRE MATÉRIELLE, IO
dinaux que nostre Auteur dit qu'ils
distinguent
autres ceux nous auons nom*
(quisont que que
mez cy dejfus,mais les vns <& les autres font aìúst
enla
appelles,ceux4ì Geographie,tfceuxcyen
íastronomie) ils ont plusieurs autres offices qui
les rendent abfòtuement
nécessaires, nonjeulemet
en la Sphère matérielle, mais mefme en la Céleste,
car fur eux on remarque les plm grandes décimai*»
sons du Soleil,0$ marquent les
signes montans &
dcsiendans, etyc. Ce petit ne me permet
abrégé
désire long, c*est pourquoy nom remettrons ce
discours en quelque autre lieu piM i propos, qui
fera Dieu aidât fur la Sphère cnticre&ftra /'oc-
cupaììon de mon premier loisir,
i Nojírc auteur nom saisi icjt mention de
vmq cercles en la Sphère posant tHcri%pdroi£t
& í'Hortynbblique pour deux,ce qui mefaiÛ
dire que s'il eust
recogneu t Horizon parallèle* il
en eust mais ilfautstauoir
marque12. que tom ces
diuers Horiions nefont pris quepourvn^ d'a-
bondant te aìray y a plusieurs H ori^pus
quil
droicls (st plusieurs comme austi tly a
obliques,
plusieurs méridiens, D'auantageilfautky remar-
quer, que nostre auteur mefme nomme la
ligne
Ecclyptique ( ou le chemin du Soleit)àpart. puis
le comme
zgdiaque ipart. fíc'cfloientdeuximais
ta ligne est partie du
Ecclyptiquen que zodiaque»
Bij
D E C L A R A T I o N
K En fin reste ce grand cercle nomméi
âpres les Grecs, Zodiac, descric à parc [en
vncublc mobile>aucc vn certain nombre
d'eítoiliesBxespourmonstrer secours fie
mouvement iournel du firmament>fie plu*
sieurs autres beaux vsages de squels parle»
rons cy âpres.
K Ccquiestdìt tcydu Zodiaque, appartient
proprement êulìeuou sera parlé de faraìgneih
cetuy. Zodiaque vaut autant à dite, que cercle de
vie.dautant te mouvement des P lan et*»
queselon
ce Cercle >.les ont vie,
tes^som choses inférieures
«autrement ilest ainsi appelé a cause des \i. fi*
il est diuise* ainsi dit en U pi*
gnes efquels quil est
ge cinquiefine,
les Cercle de la Sphère.
AVTKU TRJ1CTE DE

\AfiroUbc.ouest contenur\>fage&')>n~
lité d'iccluy^ucc dccUrmo de
sesfetrûes*

PRÉS auoir déclaré succin-


$$2MJR2|&
sphère matérielle»
|^ctemétla
cóuicnt exposer les nomsfie
^^^^'
parties cótenues en l'Astío-
^^^P^3
y^^aO^LJ labe:pourplusfacileméten
tedrei'vfage d'iccluy. Et suiuant la doctri-
ne des bons Auteurs, commencerons à U
deifinition.
L'Astrolabeest vn instrument plat fie
ród, composé de plusieurs lignes tat droi-
ctes que circulaires.pour cognoistreficexa
miner les mouvemens des cieux, estoiles,
fieautres choses appartenanresaia science

dAstrologiéôeGeometricappellédaucûs
(maisabusiuemct) Planisphere,cestàdire
la sphère solide, misefie estenduëcn platce
forme Et est deriué de ce nóGi cc Astron,
ditenFrançois;a{lreouestoille,fielabion,
qui signifie anse ou poignée,'quasi lanse
désastres; car en tenantcestuy organepar
(bn anse, nous obsetuons les mouuemens
B iij
LES NOMS ET PARTIS
des astresifie dimensions des corps.Ou au-
trement estderiuédu vçrbe.GrccLanua-
nin, qui signifie comprendre > acause que
les
par luynousexaminonsfiecognoissôs
mouuemens des cieux, fie autres obserua-
tions astronomiques.
L'inuentió d iceluy les vns Tont attri-
buée àMesahalach,les autres à Ptolomee,
combien que long tépsauparauant auoit
cslé inuenté d'Abraham, ou d Vn nomme
Lab,dót quelques vns ont voulu deriuer
ce nom Astrolabe, comme du premier
Auteur.
Afin doneques ample fie fa-
d'auoirplus
cile intelligence dudit Astrolabe, nous dé-
clarerons maintenant les noms; fie parties
contenues en iceluy.

1%+Armïllc,
DP I/ABTROLABEJ n
Premièrement a larmille ou anneau
y
auec lanse, par lesquels pendons l'Astro-
hbc prendre les hauteurs du Soleil,
pour
estoilles, fie autres obseruations.
Apres est l'Astrolabe en figure platte fie
ronde ( comme auons dict ) lequel à deux
faces ou superficies,à fçauoir l'interieure,
autremét dicte la mere>àcause qu elle peut
contenir en fa concauité tables,
plusieurs
seruantesà diuerses eleuations de pôle fur

J'Horizon>delaquelseparlerons cy âpres.
Et laposterieure,appelleeledos de la-
quelle s'enfuit la declaratiô.En icellesont
plusieurs lignesfiecercles,dont les premiè-
res quisótpresdelamarge cótiennét les

degrez d'altitude, lcfquelé ont deux offi-


ces , car en les référât aux nombres eserits
l'extremité de rinstrument,dô t le nó
Eres
re n excedepo. degrez,representct les de
grezdeshautcurs,pour fçauoir còbien le
Soleil ou estoilles sont eleuées fur nostre
Horizójfieautrescômoditez.Maisélesa-
dreílat aux nóbres descrits au dessous .qui
procèdent de 3o.en30.dénoter les degrez
des 1 %, signes du zodiaque ou ils sont des-
crits auec leurs nosfiecaracteres,pour trou
uer !c vray lieu du Soleil vn chacun iour.
S ij
, Lis NOMS ÌT PARTIE*

En âpres vienent d autres cercles, ou sot


descritslcs douzemois del a,rcfpôdá$aux
douzesignés du zodiaque, fieleursiours
diuisez chacun à part foy, ou de deux en
deux ,auec leurs nombres > ou de }. en
5. ou de 10. en 10. nepassant neâtmoins 31.
ipurs,qui est la quâtité du plus grad mois,
selon la fupputatiô Romaine,parlesquels
D BL* A $ T R O LA B E. 13
chacun iour en quel degré fie
pncognoist
du est le l Soleil.
signe zodiaque
sont deux lignes dia-
Conséquemment
métrales, s'entrecoupent au cë-
lesquelles
tre de ì'Astrolable par angles droicts l'vne

appellee la ligne de Midy, qui descend de


I anneau par ledit centre en baSjl'autre có-
mençant en Orient parle centre tendant
en Occident, qui nous l'Ho-
représente
rizon vniuersellement:aux cxtremitez de
laquelle çômepçent indifferëment les de-
grez Sç nóbres des hauteurs dcssusdictcs.
/ Tout ainsi quon trouve par la
figurerons
parle nostre ^tuteur 5 le degré du Soleil ,au%o*
dìaqueiausti par la mefme figure ,peut-on trouver
le contraire', est, par le du Soleil 5 trou»
qui degré
Ver, le quatriesn\e du mots il est. Que fi on me de
a moyen de trouver le
mande/ily degré du Soleil,
fans la cognoijfanceduiourdumois ì
iexefyons
qùouy, Car en prenant leleuation méridienne du
Soleil, par la cinquiesineproposition.&poÇat la
partis de la ligne Ecclyptiquejn la quelleestteSp*
leil ( & pour çest il faut fçauoir ft le So-
ejfaiít
leilest auxsignes, montans, ou
descenaaus,que
on ne U siait. on le peut çognoistre,
fi par deux
obfernations méridiennes) fur la tiçnede midy,&
hdegréquiy tombera iustentent\stra celuy au*
LES NOMS ET PARTIES.
est le Soìeik mais de cecy il en fera parlé ,fur
quel
proposition de la première partie.
l*%6.

par laquelle on trouue te du Soleil


Jfigure degré
au zgd/aque.par la comoifiance du iour,
& au contraire.

m ll faut noter Id
que figure immédiatement
auant U reformation du ça*>\
supérieure, estfaitte
DE L*AST ROL.ABE, 14
lendrier. temps elle efloit bonne & IV/î
auquel
encor aujìi aux lieux ou ceste reformation r/a
point deliew.mak ou ladite reformatiùn est ob-
struée , il y a dix iours de difference^ainfi quil fe-
ra dit enta première proposition }de la première
partie de ce traiíiê,
» Et prés de ceste ligne font en aucuns
Astrolabes six petites lignes cn manières
d'arcs qui se ioigncc toutes au cëtre auec-
ques l'horizó,descrites de l'vn ou des deux
çostez,pour trouuer les heures inégales :
combien qu'elles ne sont fort nécessaires
en çe lieu, d'autât quelles se peutient pra-
plus justement par la
ctiquer description
sc faict fous l'Horifô és tables
d*celies,qui
des regions,finon qu elles sont générales,
pour toutes eleuations de Pôle, pour s'en
aider ouildefaudroit quelque table*
n de ceste : c'est à dtrepres de la
Etires ligne
A C la
ligne qui est ligne demtdy, laquelle couppe
B D en angles droiïls au point E est le cen-
qui
tre, auquel Heu sèioignent les fix petites
lignes
dont est parlé AU texte, *4infi quilfèvoiden U
figure[muante. Des heures inégales jl enfera par-
lé en la de la première
proposition vnziesine.
pawe.
LES NOMS ET PARTI*!

trouuerles heures laquelle


figure pour wegales,
toutesfovs cctrçuuerarimtnt auxinstrumens.

rScmblablemcnt est vn quarté géométri-


que nômé leschelle altimètre, diuiíee fur
dcuxcostez chacun en 1.2. poincts ou par-
ties cgales.de laquelle parlcrô* amplemçt
au dernier traicté.

„«*»-*»«
t)ï L*A ST R O l ABE 1$

figure en Usuelle est refrcfentie l*es*


thelle sAltmctre*

Outre plus nous auons descriten nostre


Astrolabe dessus les degrez des haulteurs
au bord de i'instrument les \%. vents, à fin
de çognoistre de quelle du monde
part
chacun vêt procedc,auecques vnebanic-
re, fie vn petit quadran à comme
ayguìlse,
dirons cy âpres.
LES NOMS ET PARTIES

des dou%e Vents.


Figure

la immédiatement outre lés


Figure supérieure,
n.vent $ ^marquetés 14» h. égales Jadiuision
duccrcleen$6o. degrés tes u trop, ÍEqui.

l*Hor.droiiïétobliqt
Et finablementèstlá reigie tourne
qui
surledosdel'Astrolabe>dictcAhlidadacn
D E L'ASTROL A B E. lè
Arabe, Dioptra en Grecfie Mediclinium,
ou Radius selon les Latins:en laquelle sot
deux tablettes, autrement dictes pinules
de deux petis pertuisou fentes,
percées
la hauteur du Soleil des
pour prendre
estoilles fie autres obseruations.

la rewle du dos, dite ^Ihidadé.

les noms & partie s de t autre


facejiítelamere.
Premièrement en scelle face est le circuit
appelé le limbe, ou marge diuifé en 360.
degrez, auccques les nóbres
croiflas com-
munément de J. en 5.fie distinguez par li-
gnes plus logues que celles des degrez,les-
quels nombres auons continuez iufquesà
}6o, 0
ficnonparoo.començancài'Ho-
rizon droict en la partie d'Oriëcfiece pour
trouver plus facilemSc les affëfiós des si-
gnes fie estoillcs(côme verrez ) I-
cy âpres
ceux cerclesfic l'E-
degrez no9represétent
quinoctial, oií sot mesurées fie distribuées
DÉCLARATION
les 24. heures égales que nous appellós p
heuresd'Horologes,dot chacune d'icelles
contient i$.degrez, fie chacun desdicts de-
grez vault4.minutes,telle,nët que cha-
cune heure est composée de 60. minutes.
0 Nostre *Aui eur dit ky ,quen la
figure,des
2 4. heures égales. il a diuise la marçe ou limbe en
360. parties tout d'vne mefme fritte i & non
dit*il par 90. ce qui cependant ne si trouve pas
tel à lafigure,bien est vray, qu'il importe peu que
ceste marge soit ainsiicy marquée, maùilferoii
bien neèeffaire que celafust quand toutes ces pic*
ces icy spécifiées font assemblées en vn seul inflru*
ment. Que cycelan'e/t^commettfe trouve peu
fouvent)iífaut tousiours se souvenir,que quadit
est question des des signes, il faut conter
afjenfions
depuis te vray point <t Orient, tout ívnesuittei
t entour du cercle, sans le prendre par quarts i
p Heures dHorologesyou heures E quìnocTta-

Us,àcausiquelefdiíies heures ,sontmesurées par


• Veleuation ï Équinoxial
dei$t degre^de fur
lHori%ontt$oùils enfuit,puiíquilya 24 heu*
res au iour, que ÍEquinoStial cotiet 3 60.degrés

doutantque 14. foit^.font 360.6^ four ceste


heures égaies.
faufefonUellesappellces
Figftré
DE t'ASTROLABE ìj

Figure dis 14. heures égales'.

Pûìss'ésuitlededas d'kelle fatíé,qui est


Concaue pour cótcnir plufieíirs tables oii
Tympánes;seruas, à diuei ses regiôs Jelô lá
variété des latitùdes,ou eieuauós du Pôle
fur rHorizon,sur le centre d'icellcs tables
fontdescrits trois Cercles Cócëtricques,
' •'
-'G
LES NOMS ET PAkTÍEs
desquels le plus petit prés le centre est se
tropicque deCancer,iiommé en laSphere

TiopicqueestiuaLEtlemoyëcerclereprc-
scntel'hquinoctial,seque4 passé par le cô-
mçncement d'Aries fie de Libra où est fai-
te lequatió du iour à la nuict par tout lv-
niucrselmonde quand leSoleil y passe : à
fçauoir enuiron le q 10. de M^ars, fie le
13.de Septembre, de nostre témps.Copse'
, qucmmëtleplusgrâddes dcssuldicts Cer-
cles, prés le bord des tables est le trppíf-
de Capricorne(outrelequel n'y ariçn
3ue
escrit és tables) nómé en laSphere se trp-
picque d Y uer,qpi nous cause le plus bçief
lourde l'an,enuironlc 12. de Décembre.
Etfaultcntcdrcqucles dessusdictsEqui-
poctial fie tropiçques enl'Horizó oblique
tà^VvérsOriëtquedelapaitic^Occidér,
distinguét trois pointsdignesdememoire,
à fçauoir l'cquinoctial enla partie oriëtalc;
le vray Oriëtrle tropicque le Cancer IO-
rienc d'Esté,fic Capricorneeeluy d! Yuer.
Pareillement dénotent trois semblables
Occidents,enla partie opposite.
Depuis la reformation au Calendrier, lès
q
Equinoxes se trouventje io de Mars^lettk
de Septembre. Semblablement* est* uj marqué
í)t t1 A ST R P t A B E. \$
pour le plus tous iour de támee sien, dèì>ççtìfy*
brcmait a présent c'est le n.duditmoù.

Partieivnèdès tables contenues


en ta mère.

r mstWMrettfpdmtdelafgmïmmé*
Sâteme^is$èpefiem%dítquWmrque^
iign&dïwemiti,*Js*Mirlrw^ qui
C ij
/ LES NOMS ET PARTIES
tfitepoinftN,auqucllieutHoritfdroìff,(frró"
blique\auccf Equinoclìalse coupent: &*au de/**
som de M. qui est dedans CEquino£tial,FHori*>
zon oblique coupe le de Cancer, qui est
tropique
t Orient d'Esté ; mais la tu ledit Horizon touche
ìe tropique du Capricorne , qui est hors P E qui**
noSlial au dessus de N. est l'Orient de l'Hyuer,
Par la cognoijjance de ces trots diuers Orients, il
est facile de trouver les trots O aident s y comme
porte le texte.
Item csdictes tables sont ses s Al*
micantaraths dicts Cercles des haulteurs,
qui sont pardessus à nostre Hé-
descrit|
misphère, desquels les vns sont entiers fie
les autres imparfaicts. Le premier d'iceux
nous reprefemcl'Horison oblique, lequel
diuise le monde cn deux hemispheres,dôt
Tvn nous est manifeste, fie l'autre caché
soubz-terre> vers les Antipodes.
s ll esta noter
que combien que nostre *4M«
teur die icy quil y à des ^ilmicantarahts impar*
failts, que c'est à V de la icy mise : cot
égard figure
CHorizon cn
puisque oblique est U premier yle*
n est pas vn Cercle{mparfaid, & tout
quel que
les autres font defjm depuis ledit
Horizon iuf*
qu4nostre %enith & pour ceste cause font appel**
des haulteurs} il est qu'il ne
U^Cercles manifeste
DE t* A $ TROMBE.' t$
les fout pas imaginertels.mais dans te$ instru*
ments il n'est pas nécessaire qu ils soient tpu* par-
faits. Ces Cercles dònc,font Cercles lesquels font
Parallèles entr eux,tellement le second *4lmi~
que
cantarath est vn Cercle Parallèle a t Horizon &
ainsi des autres: félon qu'il si peut mefme trcs-bíen
recueillir du texte%

Table de* vjlmicantaraths.


LES *ÍO#S ET PARTI**
Et saut noter que le t zenithde la ré-
gion est le pôle âd'Horizon d'icellcpour
laquelle la table est défaite, fie est entendu
se centre du plus petit Almican tarath;
par
car entre iceux depuis i'Horizon audit zé-
nith, de toute part, sont compris 90. de*
fie trassez,ou de a. en a. ou de
grez,diuifez
3. en 3. ou de 5. en 5. ou de 10. en 10 selon
la capacité de Tinstrument & interualç d'i*
ceux Almicanraraths, lesquels font faicts
pur y appliquer se Soleil, ou les Estoilles
S. xes à chacune heure que Ton prent leurs
hauteurs fur THorizon.
$ Sur la Maxime treweritahle, le %e*
que
nith de nostre teste.ou habitation est le pôle dcno*>
stre Hori%pn/l en resuite vne belle conséquence,
a\fçauoir que teste distance quily 4 de nostre îfa*
tHthàfEquinofíialitetlcesttclcuation du p oie du
monde fur nostre Horizon : ainsi qu'il sera veu
en la proposition 30. de ta première partie de
ce traitte.
Pareillement cn scelles tables est vne.
autre manière de Cercles imparfaicts, ap-
pejlé$ Azimuthz par les Arabes, qui pas-
sent tous par nostre zenith> dont peuuent
estre nommez Cercles verticaux, lesquels
éntrecouppent &diuisem vn chacun Al*
Pi L*A STRO LABLI. 20
micantarathen 36*0. degrez, dcscrits ou
trassez de fr en $, oudcio.cnio. ou de 15.
cn 1?. selon 1a dcscrip t ion, C4//4ÙVÍO«^>»Ì«-
^^dcsdiucrsinstrumcnts.íeclcparquatro
quartiers,ayant chacun90. degrez, les-
sont distinguez lvn de 1 autre par
eux
3uels Azimuthz à fçauoir là
principaux,
ligne Méridienne, ie l-Azimur Equino-
ctial» qui passe du vray Orient par nostre
Zenith au vray Occident,ou nous com-
mençons communément [à compter ses
degrez defdits quarts, tirant vers Midy,
ou Septentrion,qui font faits pour fça-
uoir cn quelle pajtie du mohdcse troutie
le Soleil fie Estoilles, tant en leu an t qu'eh
couchant , fie autres heures que l'on
vpudfy

Ciiii
ÌE« tfOMS ET PARTIE*

Table des ^zymfithfo

u Outre les ^ézymufhs defcrits, encestesigure^


il y autres choses, comme entr autres
aplusieurs
DE L*ASTROLABE, aï
la ligneDD, qui est pour la construction desdicls
^zymuthj > pour ^explication dequoy voy
Stopher.
En sont au dessous fie hors l'Ho-
apre$
jizon oblique,des heures inégales///w/S-
ra parlé en la proposition vn^iesme ) ,dictes ai*-
trement heures desPlancttes, comprises
par 10. petits arcs, lesquels auecla ligne de
hiinuict fie ledit Horizon, tant en la partie
d'Orient que d*Occident, distinguent les
n. heures inegases,fie ont leur commence-
ment en lapartÌcd'Ocçident,tendant, à la
ligne de Mínuict, finissant en Orient : co-
rne pouuez voir par leurs nombres dcs-
çrits dessous ledit Horison en la figure
(uiuante.
I £ïS NOMS ET PARTIE*.

des heures égales & inégales.


Figure

les noms & Caractères des sept Planettes .filon


leur
ordrefontfigureçtjn ceste manière.
í> i Saturne.
^ z Iupiter.
o* 3 Mars*
PI L'AITRQLABI, 22
0 4 Le Soleil,
o. j Venus.
9 6 Mercure*
<C La Lune.
y

Aussnrouucrc^ dessous ledict Horizon

pbliquevnelignenomméeCrespuculine»
entre les heures dénotée par les
inégales,
deuxlettre* A,fieB,pour trouuer seçpinct
LES NOMS ET PARTIES
du iour fie le commencement de lanuìct,
comme nous dirons cy âpres çn nos Ca-
lons.
Semblablement sont deux lignes diamé-
trales , qui se coupent au Centre desdictes.
tables,lvne nommée la ligne de Midy,de-
seendant de l'anneau par le Centre en
bas,dontìapartied'icelse çomprinscfur
l'Horizonpbliquejnous représente, laii-
gne mçridienne,comme l'autre partie d'e-
bas,laligne de Minuict.Etrauuelignc qui
trenchedroictementla méridienne par le
Centrcà droictsangles,denote THorizon
droìctà fçauoir de ceux qui habitent fous
l'EquinoctiaLdont la partie depuis le cen-
tre tendant outre,vers la main senestre de
'çeluy qui régarde l'Astrolabe, est la ligne
d'Orient : L'autte partie,est celle d'Occi-
dent , fiediuiscnt cesdictes lignes les Tro-,
piques auecques l'Equinoctial en quatre
quartiers également.
D'auantagesont descrits quatre grands,
arcs, touchant de leurs extremitez le Cer-
cle du Capricorne,lesquels passent to\\s
par le poinct ou sentrecouppent le Méri-
dien fiel'Horizon oblique: fie aueciceux
díuisent TEquateur en douze parties ega-
t>t L'AST* OL AÍI. ij
les, tellement que par iceux est distinguée
fie diuiseetantla supérieure que in-
partie
férieure des tables, chacune cn six parties
ou intcruales,qui nous représentent ses
douze maisons du Ciel adiouítee pour
plus facilement domifìer fie dresser
figu-
res Astronomiques à toutes heures selon
Purbachcjfiede Monté regio, desquelles
la première maison commence en la par-
tie Orientale dé l'Horizon oblique, ius-

ques à Tinterualle de trente degrez en l'E-


incontinent commence la
Í[uinoctial,ou
econde i fie ainsi
les autres maisons selon
l'ordre des signes:fie sont lés six premières
d scelles sous l'Horizon, fie les six autres
au deítus en nostre Hémisphère.
LEt 14011$ ET PARTIES

Figure des n, maisons du Ciel,

Apres auoir déclaré les


parties dés ta-
bleSjS enfuit l'Araigne du zodiaque,qui est
vnc table escrit e à part>fic v niuerselle pour
chacune desdictes tables^ contenant pre-
mièrement vn Cercle, ou sont les npms
De L'AST ROL A B E. ia\
des douze signes Célestes, diuise en 360.
degrez par sems nombr.es procedans Ac)<.
en $. ou de 10. en lo.iufqucs à 30.qui est la
d'vn des douze fie la Cir-
quantité signes,
conférence d'iceluy Cercle nous repre-
sentcTEclyptiqueou voyç duSoleil.

F'^troigne du Zodiaque,

Contient aussi ladiste


Araignc certain
nombre des Estoilles plus claires fie reluy-
sentes au Ciel, situées fie'caseuiées selorii
lcur^vrays Ueu&fiir petites poinctes,aueo
la nature fie: grandeur d'icelses, dénotées*
par aucuns nombres fie Caractères^ àíça»
LES NOMS IT PARTIES
boir ,i. 2.. 3. fiec. signifient scelles cstrc
qúi
de première ou seconde ou tierces gran-
deurs.Et par ces Caractères des P lan et tes

ïupiter, Vcpus.Mars, fie Mercureestre


de la nature de Iupiter,Venus,Mars, fie de
Mercure, fie u ainsi des autlcs,

Conséquemment y a la petite reigle nô-


ìnée én Latin Index, ou ostensor,
quitour*
hesurleceMredei'instrument autour du
limbe ,pour monstrer íèicuant fie cou-
chant du Soleil, des Estoilles fie autres
commodité*;

l'qfl enseur. oupetitercigté.

Les arabes appellent ceste petite reigle


lélmurii

Finablcmeritestíepcrtuis du milieu de
ainsi y a en yne chacune
sAraignc, qu'il
desdictes tables , qui nòus représente se
Pôle du monde. Par lequel pertuis fie se
clou du milieu sont sefdictes tables con-
iointes
Dl l'ASTROX A B EV 25
ioinstes ensemble, auec tout Tinstrument.
Qui sera la fin des noms fie parties, con-
tenues cn cepresentinstrument,
lesquel-
les bien entendues, il sera facile com-
prendre ce quil sera dit en nos
cy apres
Canons.

Le Clou.

u Et ainsi des outres : c'està dire> Saturne, le


Soleil, cjrla Lune. Or damant qu'il y a peu
d instruments>où ces Caractèressoient,tyqu'tly a
en ce lieu
plusieurs personnes qui pourront désirer
vn petit mot 5 ie donneras la nature des Estoilles
contenues en ladite Craigne,qui en commen •
font
ç*nt i Aries, vne Eftotlle d'Andromeda, qui
est de U 3. grandeur. & estde la nature de Ve-
nus , apres font Cauda fie venter Ceti, i:U
QtteUe 0* le ventre, de la Balaine. de la mefme
grandeur, & de la nature de Saturne.
qui font
Suit le Taureau ,0/* est premièrement à remar-

querson oeìldroitf. Arabicè Aldebaran^ww»


D
LES NOMS ET PARTIES
appelle communément oculus Tauri, qui est de
la première est de ta nature de Mars
grandeur,&
apres est Caput Medusie, i : chef de Medu*
se, Arabicè ui est delasecondcgft
kasdalgol,f
deur&estdctanaturedc Saturne & de lupi-
ter : suit Dextrum latus Pcrsci i : le cofté
dextre de Perse Arabicè Algcnib. qui est de
la & est de la mesmì nature:
mefme grandeur,
vient Gemini, ou se trouve Hircus i : le Bouc
QuiaCheure Arabicè Albajoth,*/>w est sini-
liter pés Orionis i : le pied d'extre d'Orion-
Arabicè Rigel A\gouzc,quiestdelapremic-
re & est de la nature de #*
grandeur, Iupiter
Saturnci/»/> Dexter humérus Orionis i:
droifle d%O rion, est de la
lefpaule qui mefmegra-
deur > & est de la nature de Mars & de
Mercure.Pw de Cancer sont les deux Chiens*
le petits tous
legrand,^ deuxdelapremiercgra-
deur, Canis Maior, siueCanicula, Grèce
Sirius, Arabicè Alhabor,qui estdelanature
f/dupiter,eW*Mars.Canis Minor, Grè-
ce Procyon, Arabicè Algomeifa,qui'est de
ta nature de Mercure & de Mars :fuit le Liô,
où est le coeur du Lion, qui est de la premièregra-
deur . le coeur de la Hydre , & la première
dela qucttestelagrande Q \ttk^ quifontde lafe*
codegrandeur.CoxLeQnìSfïícgulus, Basiii-
Dl L*A STRO L A BE %6
cus. Arabicè Calbeleced. qui estdelanature
<fc M ars, <*rrfd upiter. Lucida Hydracvcl
Sa-
Cov*t\t9bkòA\fhÁïd.ejldelanaturede
turne <& de Venus. Piima cauda? ,v'rsie
maioris,e/î^/4»^»rfíífMars:fr«^Vir-
est la Queue du Lion, qui est de la première
go,
le Bec du Corbeau, est de la y. &
grandeur, qui
{extrémité de \ixfe>qui est
laQueiïedêlagrand'O
dela 2. Cauda Lconis, Arabicè Deneb
ÛQOcdiestdeUnaturedeS^tm'tìC, Venus,^
Mercure.Rostrum Corui, qui est commune
il'Hy dre, estde lanature de Saturne & de
Mars, Extrema Cauda:, vrfo maioris, est
de la nature de Mars '.prés de L ibra/ôtff / Efpic
de la 0* *Ar£lure 5 font de la première
virge, qui
grandeur, Spica virginis, Arabicè Azimech,
est dela nature de V cnu$, ç£* de Mars. Arctu-
rus, Arabicè Alramech, est dela nature de
M ars &de\ : le ou est -
upiter fuit Scorpion, jeu
lement le Coeur ^«Scorpion }qui est de la second?
grandeur. Cor Scorpij, Arabisé Antares,
est de la nature de Mars, & de i upiter : suit le
de U main^
Sagittaire,/>m duquel sot lapaulme
&ta Teste de l'ophiuche, de la -
qui sont 3. gran
deur, Palma ,eftdela nature de Sa-
Ophíuchi
turne & de Venus.comme est4«/?/Caput
Ophinchi Arabicè Rasaben:pres le Capri-
Dij
LES NOMS ET PART. DB L'ASTRO/.
corne, est la Lyre, qui est de la première gran-
deur, laqUeUe du Cygne <jp t*4iglc qui font dela
{«ttwíe.LyrascuFidiculaôc Vuiturcadens
ArabicèAsangevcl vcga,estdelanaturede
Venus &de Mercure, Cauda Cygm feu
Arabicè Dcneb, Adigege* est de la
galina,
tnesmenâture, Aquilaseu vuitur volans, A?
t2foìcz.h\chûï,estdelanMurcdeM%m>&de
Iupitcrî Suit Aquarius ôePisces,/>r«lesquels
font la queue du Capricorne, U queue du Vau*
phin. ty la tombe du ces deux- là dt ta 3.
Pégase,
& celle cy dela seconde, Cauda Ca-
grandeur,
pricorni, estdelomtture de Saturne O* de lu-
pltcr, Cauda de Sa-
Delphini,^<fe/4»4fwe
turnecMfMars, Crus Vcg*si>estdcla natu-
re de Mars, & Mercure.
Iupiter,
LA PREMIERE
PARTIE DE L'VSAGEET
Ví'llÏTl' PE L'ASTROLABE.

Première proposition.

Vourtrouuerlefigne^U degré du signe,auquel


est le Soleil chacun iour, auecques le signe
(p* degré opposite*

4d autant le So-
tô^^teOvn que

^es mouucmcns du Csel» se


3 ^ §I?VK!>

Wk fSírew» mieredece monde, par le-


quel se faict la distinction du
temps, tant
en qualité qu'en mesure ,scra
trcs conuenable entre les vsagesidel'A-
strolabe commencer par luy,comme vray
directeur de tout Tvsage Cosmographi-
que. A ceste causepour çognoistre le vray
lieu d'iccluy, fçauoir cn quel signe, fie de-

gré il estdu zodiaque vn chacun iour /po-


sez la reigle du dos,sur lc iour du mois que
vouiez çognoistre vostre degré, fie ou la

reigle touchera auCercic'des douze si-

gnes, là estle vray lieu du Soleil à ce iour.


Diij
L' V S A G Í E T V T 1 11 T %
Et sous l'autre partie d'icélle reigle çst son
degré oppositêiappellé desr Arabesse Na-
dirh du Solcil,qui se p eut trouuer pareille-
ment en prenant tousiours autant de de-
grez du signe opposite, ( quiest le septief-
me ) comme en a le Soleil en son signe.
bb Exemple,En mettant la reigle fur se
quinziesme d'Auriljie voy îcclle reigle
droictemcnt tomber sur le cinquiesme de-

gré du TaureaUjàu Cercle des lignes. Par-


quoy ie iugelc Soleil estre cn celuy degré
ce iour euuiron midy, fie sous la partie op-
posite de la reigle, ie trouue le cinquiesme
duScorpi6,quiestseNadirhduSoseilpour
ledict temps.
aa Nostre auteur,appelle icy JeSoleil, la re*
des mouvemens duCiel,& le Roy
gleprìnàpallc
des Estoilles, letout certes non fans raison ; car
quand nom disons que le g. Ciel faitT;son tour en
49000. ans. ces ans Lt, font ans du Soleil} O*
ainsi des autres Mobiles. Et de fai& comme nom
auons dit en la lettre *A. Le premier mobile
faiSí vn tour tout autour du monde, en 14. heu*
r es: emportant quandé*tuy toutes les Sphères in*
ferieures; d'Orient par Midy. ou Occident, &
parcemoyes'engedre vne de sis %o,filles dot par-
le t Enigme font moitié blanches & moitié
qui
DE CASTRO L ABE? 28
noires-cor ce mouvement nous faiSt succestiuc**
mentiouir ytfr estrepriue%dela lumière du So^
Us nuiSis
leil$arlcsiours*Artificicls,(fr ^írtifi*
deux soeurs
cieltes,qui font dijferetes, quisenge-
drent (fr tucntl'vnctautre. Moisie Soleil par
est au contraire de ce-
fin propre mouvement\qui
faiSi ÎHyuer en Printemps, le
stuy-cy changer
printemps en Esté}. 'Esté en automne,(fr ï*4u**
tomneen fíyuer, nous faisanta nous qui habit os
en la Sphère oblique les deux soeurs, dont ie viens
déparier en vn temps moindre y ïvne que Fautre
(fr autrefois au contraire,selon tordre des 183. .
poinSls desquels tvn âpres l'autre Use leue (fr
couche dessus nostre Horizon. Le Soleil est situé
ou milieu des planettes, oyant fur foy^,^,(fr
&.&audeJJousÇ.'Ç.&laLune:Vcnu$&*
Mercure estant comme les gardes. (fr tomes
auec les Eflottlesdu Firmament,r eçoiuentlumic'
redeluyyausti est.il appelle Lampe de la lumière,
ejr vie des hommes,(fr qui considéra bien le mou*
vement (fr ordre perpétuel, (fr inuariable. de ces
Planettes. il aura occasion d'entrer en admiration
tvn tel tjt por ce moyen sera induiSl i
ouvrage,
odorer (frferuir la vraye lumière^ qui illumine
tout homme venant au monde, (fr qui est lasour-
ce inépuisable des bonte%j& beaute^Eternelles,
Mtest à remarquer quequondles trots hautes Plo*
D iiij
t'vS-A^Í ET V.TlLlTE'
netf.esse viennent conioindre au Soleil, elles
s'est
leuent au haut de leur Epkycles,commepar reue-
rence de'úe í leur Roy: çfr en estant plus
esteignées
files descendent au bas en de dueil. Mais il
signe
referuer ce disiours.pour vn autre lieu,
faut
bb Cest exempte estoit bon auant la rtfor*
motion Grégorienne, (fr encor à présent és lieux
où on ne l'obstrue point : mais és lieux ou elle est
obstruée,U y amanque de dix iours: (fr partant
aux astrolabes reformés ) en posant l'^lhidade.
on trornera le zf.ijïics : ce
surlel^Â'^suril,
dessus doit estre entendu : pour les exemples
que
où il est question de trouuer le
cy dessous, degré du
Soleil. EtpoursonNadirhlet^de libroeynon.
le e, du Scorpions

Seconde proposition.
Trouuer le degré du SoleUés ans
quenousauons Bissexte.

Faut entcndrequelanest faict de trois,


cens soixante cinq iours Naturels ,8e enui-
ron vn quart,qui sont fi x heures égaies ,dé
laquelle portion de quatre ans en quatre
ans nous faisons vniowr, lequel est mis fie
inseréfursesixiesmciourdedeuantlesKa-
lendes du mois de Mars, que Ton dit Bis-
DE L* A s T R o t A B E; 29
sexte, quasi vn iour faict fie célébré deux
fois fur scelle 6. Kalcnde,qui est le iour de
fainct Mathias, fie alors i'an est augmente
d'vn iour en^er, fie est faict de trois cens
soixante sixiours. pour trouuer
Parquoy
le degré du Soleil, quand il fera Bissexte, si
c'est apres le mois deFeurier, faut tou-
siours cc d'vh iour,
iufques à
anticiper
lafindeladicte année: CQmme si l'on veut
trouuer le degré du Soleil se premier de
Mars, conuient mettre lareiglefurle se-
cond iour d'iceluy,fie prendre lcMegré qui
se trouuerasousladicte reigle, pour le pre-
mier iour dessufdict,fie ainsi des autres.

Exemple,l'An 1544, an Bissextii, voulát


trouuer le degrédu Soleil le quinziefme
d'Auril, ie mets la reigle du dos (u r le fai-
ziestpe dudict mois, soùbs laquelle voy
choir le sixiesme du Taureau,qui
degré est
le degré du Soleil, pour ce iour quinzief-
me de Mars Faut corriger c'est exemple par le
précédent.
Et pour Tan du dd Bissexte 0*
fçauoir
stczdelasomnvsdes années
ceste somme
1500.0e partissez le reste par 4. Si apres di-
uisiô faite vous reste vne ou déux,ou trois
années, asseurez-v PUS qvfe vous estes hors
L'V£ -A G E ET VTI.t'ITE
deBissexte:mais si ladiuision ne voiìs lais-
se pour fraction aucune année croyez seu-
rement quevous estes én année Bissextile*
Les exemptes sepeuuent aisément pren-
dre és années, 1550.55.57. fie és années
1552. j6\ fie pourl'adúenir 1560.
cc ìlfaut commencer ceste anticipation U19,
iour de Feurier. (fr continuer iufques à la fin du*
dit mots, de tannée fumante*, or la raison pour-

quoyjlfaut commencer le 19. de Feurier. est que


dans les astrolabes ce mois la n'a queiS. iours ;
(fr pourtantdesirans fçauoir le degré du Soleil Je
dernier iour de Feurier, ìóiô.onnéeBissextile,
il faut le premier de Mars
poser t*Alhiidadcsur
(fr on trouueralcio. des poijjonsy& le de~
degré
firans trouver le 23;. d'^íurilduditan. ilfaut po-
ser ï^âhidade fur le2$. iourdudit mois, &ie
trouuele de Taurus. Que fi ondeftfefòn
5.degré
fegréUij. délauier 1617, faut poser tuilhU
daie fur le 24Í dudit mois, (fr on trouuera lej.
-
efoWd'Aquariús.
ad ìlfaut expliquer le moyen de trouuer fi on

estenBifst^te.ounon,plus clairement.(fr am-

plement c'est que des annés courantes %il enfoui


retreneher toutes les Centaines, &la toison est
qu elle sont chacune composée de 2$ifois 4. &
partir le resttpor 4. s'il ne reste rien.on est en Bisi
DE L* *V'T R O L A B f, tp
an \6t6.ousoustrait
fixte:Commepourexemptes
lóoQ*qHÌswtles Cétoines, (frreste\6, qui diuifes
ne resie rien, ce qui rnistre que telle année
par 4.//
est Bissextile, Quesiquelqu'vndemarìdôhpour»
tel ans appelle an de Bijfextcùeluy ref*
quoyvn
ponds que c'est doutant y que le i^.iourde Feurier
est le 6. des Kolendes de Mars, ey que c'est en ce
lieu-là, quonmetle lourde Bifsexte,carleïourS.

Mathias,qui est aux autres années /* 24. iour de


feurier est aux ans de Bissexte,le 25. (fr ainsi i
telle annie on peut dire le 6. (fr 6, des Kolendes
de Mars, comme vn tel iour, estant conte pour
deux.
Trotfiefme proposition.

Obseruer lahaulteur du Soleil.

Pour obscruer chacun iour à toutes heu-


res,combien le Soleil est esteué dessus no*
stre Horizon, tant deuant qu apres midy.
Le Soleil reluisant, pendez voítre Astro-
labe iustement sans contrainte par fan-
neau ayant le dos vers les rayons du So-
leil , puis haussez, ou baissez la reigle tant
quelesdits rayons passent droictement par
les pertuis des deux de iadicté rei-
pinules
gle , en notant le nombre des degrez, des*
t' V S A G! ET VT I L I % E*
critsiouxtc le bord del'instrument, com-
mençant à la plus prochaine extrémité de
Ja ligne Tranfuerfale míauons appellee
l'Horizon,fiesceluynt)mbrededegrezsc,
ralahaulteur du Soleil.
Exemple,Leqtiinzicsmed'Aurilauma*
tin dresian t la reigle du dos droit les ray ós
du Soleil, iusqucs a ce que lcsdicts rayons
passent iustement par lespertuis,ou fentes
des deux Pinules, auons trouuédedâs Pa-
ris à l'altitude de48. degrez (ou adresse-
rons ee tous nos exemples) le Soleil ef»
leué fur nostre Horizon dejo.degrezen
comptant depuis ledit Horizoniufques au
lieu de la reiglejaquellehaujteur nous fer-
uira à trouuer les heures, fie plusieurs au-
tres vfages cy apres deduicts.
Et conuient entendre que celle haul-
tcur se trouue de deux différences : à fça-
ubir Matutine,ou Vefpertine,dont celle
du matin se faict pendant que le Soleil
monte d'Orieutà Midy^, fielc demeurant
du iour la Vespertine, parquoy si enuiron
le midy estes en doubte, si celle haulteur
est matutine, ou vespertine, faut obseruer
Et silaseconde haulteur est
par deux sois.
plus grande que la première, l'on iugera
Dfc L'ASTROLABE: 31
celse là estoit matutine, fie plus petite
que
yefpéttinç.
Apres auoir trouué la haul-
Exemple,
teur du Soleil de 46. degrez, ie fuis en
doute s'il est deuant ou apres Pour <
midy.
oster ce scrupule quelque peu de cemps a*
pres, f obsefue derechef scellehaulteur,
laquelle ie trouuede 4/5. degrez fie demy,
fie pour tan t qu'elle est plus grandeque cel-
le de deuant,se iugequ'il estencoresde-
uantmidy : Quelque temps aptes ierepre
mon Astrolabe, fie moyennant iceluy, ie
trouue se Soleil auoir 4o\degrezTeulemee
de haulteur, lors ie m asscure Soleil
quele
á
passé midy.
e; Nostre Auteur donne 48. í alti-
degrés
tude à Ports en * toute*fois 4%. &0-.O. mi*
qui
nutes.
Quotriefine proposition*

Sçauoirdenuictla haulteur des Estoilles.

Ceste proposition, fie certaines autres


quis'cnfuyuent,prcsuposent desia auoir
cognoìífôce de quelque Estoilse. Parquoy
le lieu d'e traicter,si n estoit
requerroit que
plusieurs autres choses sont requises fie ne-
L'VSAGE ET VTÌLITÉ
CeíTaìrcs auát que les cognoistre.dont só-
mes contraincts les différer fié traicter en
leur JEt afin
ordre de venir à nostre pro-
pos faut entendre, qu'entre l'obseruation
de la hauteur des estoilles,à celle du Soleil
n'y àautredifferéce,sinon quepource que
les Estoilles ne font vmbre assez apparête,
les faut regarder par les trouz des deux

PinuleSjenpendátrAstrolabeiuílcment
au dessus de fccil* fie en haussant ou bais-
sant la reigle iufques à ce que par les trouz
desdictes Pinules d'vn oeil seulement l'on

puisseveoirl'Estoiile dot l'on veut obser-


uer la hauteur, ce saict les degrez, entre
THorizon 8e scelle reigle\ mesurent la
hauteur de ladicteEstoille selon les nom-
bres des
degrez efcrits
ìouxte.le.poinct
touche la reigle. Et s'il áduient que
qui
l'on soit en doute íi la hauteur d'icelle E-
stoiileest Orientale,ou Occidentale, la
faut obseruerdeuxfois, 8e en iuger, co-
rne auons dictdu Soleil.
Exemple, Voulant obscruer la haulteur
de l'Estoille nommée en LatinSpica vir-
ginis, Et en François l'Espy de la virge,
l'Astrolabe pendu par son Anse au dessus
démon oeil, ie tourne la reigle iufques à
DE, L'ASTROLABE , ji
ce que par les trouz des Pinules ie puiste
vòir ladite estoille Spica Virginis~.Cc fait,
laissantla reigle fur ce poinct, ie trouve
touche le trétiesinc degré de haul-
qu'elle
teur, parquoy ie dis quelle est d'autanc
esteuée fur nostre Horizon. En tcllema- ,
niere l'on peut prendre la haulteur du Sor
leil,alors qu'il ne faict ombré, pourueu
toutesfois l'on Jepuisse veoir à tra-
que
uers les nues, qui est bon remède en têps
nubileux.

Cinquiesme proposition,

Obseruerla haulteur Méridienne du


S oleil, ou d'vne Estoille,

Parla hauteur Méridienne entendons


laplus grande de tout le iour qui se faict

quand le Soleil ou l'Estoille passent par se

ccLciemeridicJaquelle se peutpractiquer
entroismanieres,dontles deux sont par- .
ticulíeres : L'vne qui présuppose ja cer-
taine cognoissance de l'eleuation du Pose,
descriteen vnetablede l'Astrolabe. L'au-
tre vne description de la
ligne Méridien-
ne,qui n'est chose que l'on puisse porter
ne dresser aisément en sa disposition sans
L'VSAGÈ ET VTILlf %
àutreaide, Et la troïsiesme est plus
qui
certaine fie vniuerselle n'a que faire d'au-
tre cognoissance. bu instrument.
Éault doncques considérer que pour
trouuer scelle haulteur par la première
manière: mettez le degré du Soleil^Hroi-

ctemenrturlalignedeMidy,entrcles Al?
micantaraths ou cercles des haulteurs ,
défaits pour l'eleuatió du lieu ou voulez

fçauoir scelle haulteur, fie le nombre des


entre lesdicts Almicantarahts du
degrez
à
poinct que touche ledict degré iufques
l'Horizon obhque,sera ce iour,la hauteur
du Soleil à midy. Ainsi pourrez faire dV
he Estoille, pour trouuer lahauteur Mé-
ridienne d'icelle.
ff ExemplCîLe quinziesme d'Auril dési-
rant çognoistre dedans Paris de combien
le Soleil sera efleué à midy, ie mets le cin-
quiesme du Taureau, ( qui est le lieu du
Soleil ) sur la ligne de Midy en la table,qui
a 48,. degrez d'elcuation : parquoy trouue
sa hauteur à midy estre enuirójo*.
degrez,
en comptant l'Horizon
depuis oblique,
iufques a la ligne de Midy entre les Al-
micantarahs.
Quand à la seconde faut auoir la descri- <

ption de
;
ï> E t' As * R Ò ï A B ït
3|
de là lighê Mcridicnncainsi que fe-
ptìon
ra demòhftré cy apres, fie observer la hau-,
teur du Soleil, lors que f ombre dela ver-
fera c onjoincte ayec la ligne
ge Septen-
hauteur à telle heure
uionajf^uelse pri-
se , seráffplus grande que puisse a voirie
Soleil ce iour, qu'on appelle la hauteur
Méridienne.
t- Reste laítoisiesme, qui est plus conue-
nable ( tomme il est dict) fie est vmyersel-
le, laquelle nous practiquons cn ceste ma-
nière. Ilfaut commencer vn peu devant
midy à observer scelle hauteur plusieurs
fois par intervalles 8e la retenir ou escrire,
fie quand vous verrez qu'elle ne croist plus
ains plustost diminue, alors de toutes ses
hauteurs la plus grande *
obfervées,prenez
pour celle de midy.
L'exemple est facile, comme si en obscr*
vant la hauteur du Soleil,ie trouve 30. de-»
d'élévation * vn 30. fit de-
grez peu apres
my,puis30. seulement ,ieiugeray 30. de-
grez fie demy estre la hauteur Méridienne
du Soleil à ce jour.
Julien du du Taureau, U md *
ff e,degré faut
trele c'est ^tnnéede Bijfex--
%$,degré&^Jrtes,cy
les dites aux deux •
tf, pour raisons premières pro
E
L'VSACE ** VTILIT^
netrouvera^ que SU dc~
positions ^& portanton
gre\delahauteurMéridienne (fr non 56Ki

Sixìefinepropofitionè
•#Tfr
Adresser le degré du S olcU,ou4qgucÌquë
Estoille fur leurs hauteurs, entre ses AU
micantaraths.

Vous devez prendre le degré du Soleil,


oulextrcmité del'Estoille qu'avez cy de-
vant cogneuc à l'Araigne du Zodiaque,
fie les mettre fur les Almicantaraths eti
hauteur semblable que les aurez trouvez
(par le dos) élevez fur l'Horizon cômen-
à compter cn la partie Orientale de
Í:ant
'Horizon obliquc,si c'est devant midy,ou
cn 10 ccidentale,si c'est apres,iufques à ce

qu ayez trouvél'Almicantarath»respon-
dant à vo stre hauteur, fie là asseoir vostre
degré du Soleil ou Estoille.
ExemplcLe Soleil estantauj.degré du
Taureau, fie fa hauteur trouvée de 45. de-
grez avant midy , je conte scelle hauteur
entre les Almicantaraths,commençant, à
la partie Orientale(pourcequ scelle estoit
matutine; fie là adresse ledict degré d u S 0*
DE L'ASTROLABE. 34
íeíì} quoy faisent est disposé en semblable
hauteur,quìl a esté trouvé au Ciel, qui est
les heures, fie autres practi-
pour trouver
qucs » ainsi que sera demonstré présente-
ment.
'
fSeptiefineproposition,

Çognoistre de ipuriustemenc
l'Heure égale.

Apres avoir cogneu ledegré du Soleil


la a i-
par la première proposition hauteur
ccluy,parla troisiesme,fàut par là précé-
dente diriger ledit degré du Soleil en telltí
hau teur entre les Almicantaraths: puis en
mettât la reigle fur le degré du Soieil>vous?
verrez fur quantes heures 8e minutes (sii
aucunes cn y a ) ladicte reigle cherra au
Cercle des heures, défaites au limbe de
l'instrumént, en prenant quinze degrez
pour chacune heure, 8e quatre minutes
pour chacun degré.
gg Exemple, Le 15.d'Avrildesirantco-
gnoistre l'heure, jetreuvela hauteur du
Soleil de trente degrez avant midy. Ainsi
je mets le cinquiesme du Taut eau ( qui est
se degré du Soleil) cn telle hauteur entre
E i)
1
LVsAGE ET VTI&XtE
les Almicantaraths de la partie Q rien taie:
fie fur iccluy degré applique la reigle, la-
me monstre à la marge de luistru-
quelle
ment estrc environ huict heures de matin.
En c'est Exemple est encor employé le $k
gg
du Taureau pourle \%.&Arìes, tellement qu'on
trouve enuiron huiSi heures du matin: mais en
auiouMuy le 15. degré d'Arles, qui
appliquant
le au 1j. $*4vril. on trou*
esi degré qui respond
uera 8 \heures ejt 16. minutes.
HuiSliefineproposition,
Sçavoir deiour les Heures inégales.
Semblablement apres avoir dirigé le
degré du Soleil en fa hauteur*, ou à l'en-

droictdel'heureegale,quiest alorsjsc Na-


'dirhdu Soleil vous móstrera soubs l'Ho-
rizon i'heure inégale entre les arcs des-
crits pour lesdictes heures.
W Comme par l'exemple précédent ie

regarde à huict heures du matin ou chet le


5 du Scorpion ( quicstleNadirhduj.du
Taureau) & le treuvefur se troisiefme heu-
re inégalé entre les Cercles soubs l'Hoû*
zon, lesquelles heures commencent en la
partie de rOccidét,tendant par la ligne de
Minuict en Orient, comme il estdictcy
deuant. Par ainsi le degré opposite du So-
DE L'ASTROLA BÏ. 35
leil me monstre trois heures inégales fie
demie.
hh En t Exempté de lapropofìtionprecedcn*
te,nous avons montré. qu'au lieu de trouver lu*
flement 8. heures, oh en trouve 8. & i 6. nûnu~
tes.Etfautsiavoir qu'estantiustement S,heurés
ilsitrouvoit iustement yheures inégales: mais il
dit environ 8. heures (fr trouve ^.heures (fr de*
mie inégale ce quin'estpM,carjlfMidroit qu'ilfust
iustement 8*heures (fr 40.minutes afin de trou*
1
ver trots htures(fr demye^çfrtl est certain qu ap-
Taureau, on trouveroit tu*
pliquant lefjegrédu
stement %,heures$pourtant le mot environ ny
est pas bon.
N eufiefine proposition,

Çognoistre les heures égales fie inégales


de nuict par les Estoilles.
Quand on veut par les Estoilles sçavoir
de nuict les heures,prenez(come il est dict
par laquatriesme)la hauteur d'vneEstoii
le descrite * ou mise en l'Astr olabe, fie ad-
dressez fa hauteur entre les Almicátaraths
selon qu'on 1 aura trouvé au dos dudict
Astrolabe, apres amenez la reigle parle
degré du Soleil, fie scelle vous monstrera
l'heure égaie en la marge, comme icel'uy
mefme les heures
degré vous enseignera
E iij
L'VSA-GB W VTILITE'I
'
inégalés entrcles AÌCS descript& soussMér
rizon : Car il faut entendre
que le degré
du Soleil monstre de nuict ia heures des
Planettes dictes son degré
megales,cbme
oppositéle monstroit de iour.;
ExepicLe quinziesme d'Avril i'ay trou-
vé de nuict l'estoille Spica VirginiSjeleúee
de tréte degrez en la partie d'Orient, par-
quoy j'adresse 1 extrémité,'.ou la poinctc
d'icelle fur ladicte hauteur, fie api* es mets
"
la reigle fur le degré du Soleil, cinquies-
me du Taureau, laquelle me monstre en
lamargederinstrument9> heures,fie en-
viron demie apres midy dedans Paris.
Semblablement par se mefme degré du
kk Soleil entre les heures inégales appert
cstre trois heures inégales^, nô encores ac-

complies apres le Soleil couché. Ainsi

pourrez vous faire de routes les autres


Estoilles dcscrites cn vostre Àraigne du
Zodiaque, en observant la hauteur d'iccl-
les.
ii Paut encore prendre le 2 $, £ stries, pour le
pour les raisins fufiiic7es,éi
5. degréduToureau,
partant on trouvera au lieu de 9. heures (fr enui*
ron demie,pres de 10. heures,
kk Nostre auteur nous trouve prés de 3.
DE L'ASTROXAÏÍ 36*
heures inégales, mats ilya vnegrond faute en ce
Heu, ùaril devroit dire 4. heures & quelques mi*
mites. Makpofitntfur le ijf on
degré â'Aries.
trouverapres de 5.heures inégales.

pixiesme proposition.

Trouver lìieure inégale par vn quadran,


mis au dos de T Astrolabe.

Vous pouvez aussi observer les heures


inégalés, auec vn quadran deserit au dos
derAstrôlabe,préslalignederHorizon
par six petits Arcs, non pas si iustement,
mais est ledict Quadran gênerai pour tou-
tes régions Î l'on n'auroit
pour lesquelles
tables déscrstes, en prenant la hauteur du
Soleil à midy párla cinquiesme proposi;
tionjSesur icelle mettant les degrez d, altU
tû3êj faudra noter en quel poinct la ligne
de six rouppe icelle reigle, fie celuy
h^ires
pomct marquer de cire,ou encre, laquelle

marque vous seruira pour deux ou trois


iours. Apres pendez vostre Astrolabe en
la main , fie faictesque les rayons du So-
leil passent les trouz dés Pinules dela rei-
gle , fie telle marque vous monstrera les
E iiij
L'VSAOE ET VWLITÌ''
heures inégales entrç leurs arcs éc Cer-
jÇlesifie les; égales aussi; si elles y estoiéç des-
qivelses ne peuuent estre
^riptesíeombien
vniuerselles comme les inégales.

Exemple*Le quinziefme d'Auril ie trou-


ve la hauteur du Soleil à midy de $!,& non
les raisons cy dessus diSles de cin quante-
pour
cinq degrez , parquoy en telsehauteur,
adressant la reigle du dos', se marque le
où elle touche la ligne de six heures:
point
apres pour çognoistre lheurc inéga-
puis
le, ie dirige la rçigle iufques à ce que les;
rayons du S oleil passent par les trouz des;
deux Pinules, quisetrouuéeleuéedéjj.
degrez 5 lors voy scelle marque tomber
sur trois heures fie fur
presque inégales,
huict heures fie douze minutés entre les
Jheures egalcs,qui sont descriptes pour Te-
llevatìon de 48. degrez,

í. Vntiefine proposition.

\ Sçavoir quel Planette domine fie règne


à chacune heure du iour
fie dela nuict.

A cause que nous avons


parlé des heu-
res U inégales, qui font; attribuées aux
DR L* AS T R Ó L A B E* y?
Planettes, le lieu requiert donner à
sept
çognoistreà toutes heures, tant de iour

que 4e nuict, quel Pianette règne. Donc-


faut entendre y a deux différen-
ques qu'il
ces d'heures, à sçavoir la oómune ou vul-
se faict par les heures egales,def-
gaire,quí
mm chacune contient la 24 par-
quelles,
tie du iour naturel. L'autre est particulière
aux Physiciens, qui se réfère aux natures,
fie qualitez des Planettes, à ceste cause soc

appellées heures naturelles ou inégales;


pource»» quelles font la dpuziefme par-
tie des iours,fie desnuicts Artificiels, qui
sont lé plus souvent inégaux l'vn de l'au-
tre, fie ne respondent les heures du iour à
celles dela nuict,ains sont plus longues,
ou plus briefucs, sinon au cotnmécemenc
des deux EqúinoXés,oii le iour, fie la nuict
sent 00 faict* de douze heures égaies par
tout le monde/
U Heures il faut sçavoir que les
inégales,
Naturalistes, divisent le iour
artificiel,soit long
ou bref, en
12.parties égales ^(fr la nuiSl sembla»
blementdes luiss obfervoient en leurs iours, vne.
telle division: mais comme il a esté dit cy dessus,
fueillet 28. ceux qui ont la Sphère Oblique ont
tousiours leurs ioHrs artificiels (frsembloblemtt
L'VSAGE ET VTILITE
leurs nuiSts artificielles £inègole grandeur ex*;
ceptéou temps de tEquinoxe-.telles heures font
appellees inégales > pour deuix raisons principates.
La première $ entant que les heures du iour font
a celles de lanuiSt. & au contraire, La
inégales
seconde i entant que celles du tour d?aujour£huy:
font moindres que celles du iour de demain, (dou-
tant que le Soleil est aux signes montons,) que s'il
esloit auxsignes descendons,ceferoìt ou contrai*'
r e. Biles font aussiappellees heures des planettes,,
doutant que les Astrologues Judiciaires tiennent

que chacune des 7 .Planettes reignent tvne apres


Poutre la 11 partie du iour artificiel & sembla-
blement tanùiSt. ïls atribuentauSoleillapre<*
mère heure du iour. jirtificiel du Dìmen-
inégale
che~, (fr celle au Lundy i la Lune, (fr ainsi des,
autres,comme la tablesuivante U demonstre,
mm Le iour naturel est lo revolution,vnefi'ts
foiSle de lEquinoSfiol à l'entour du monde,avec

ceste mefme partie dudit Cercle que le Soleil ad-


nance iour. par fin propre mouvements
chaque
siubs la ligne Eclyptique,
nn Par le iour artificielestentenduletemps

que le Soleil est fur nostre tíorizo* : & parla


nuiSÍ artificielle le temps qu'il est foubs ledit

Hori%$n.
OQ De dire que t Equinoxe (lors quele Soleil*
DE ^ASTROLABE. 3?
décrit ÏEquinoSliaì ) soit partout le mnde, est
vn mot trop gênerai (fr lequel\oiipourroitar*
t, Car tEquinoxe ne/Jut^requel^
guerdefaux
où ÏEquinoSliaì &ÏHori%$nspntre*coupent}
exporteur interse&ìonjlsfont^bglcs Spheraux
t>roiSís *ycnla Sphère UroiSte.ejs O bit que s en U
Sphère Oblique. Mois oul'Equ'w&}4l(frÏHo*
rizon ne se coupent point \ oins ne font qu'vn
seul Cercle, comme en la Sphère Parallèle, ils net
peuvent avoir vn iour de ii.heures, ny vne,
nuits de pareille longueur. Et Uraisimestqùens
tels lieux lors que le $oleibcpmmencea]motcrfitr
leur demeure six mois è vnefuitte (fr
Hori^oily
aussi lors qu il commence à leur útjfaroistre. ils le
perdent pour vn pareil temps. Que si par ces six
mois de iour &fix denuiSl,on veut f air et E-

quinoxe comme veulent quelques vns} ie rcfpons


les six mois, de iour, du Pote Septentrional^
que
contiennent iBè.'iours, (fr les/tx mois de mi fl.
ne contiennent que vj$.iourS',quifontcnfemble
$6f, iours : (fr partant t Equinoxe ny est qu'en
égalité de moùté* non en de tenips, qui est
égalité
pourtant où il lésaut prendre: &par ainsitobje*
cJionnefaifirien contre mus.
Et pour çognoistre en quelle puissance
fie domination des Planettes, est vne cha-
cune heure. Avons icy ordonné vne table,
delaquclle l'vsagcest tel.
L'VSAGE ET VTIL1TE*
U faut à quel iour nous som-
regarder
mes dela f pmainedcscript à la main se-
nestre de 1 :able ensuivate,fie quelle heu-
re inégale du iour nous tenons -, lesquelles
trouverez en la partie d'enhaut d'scclle ta-
ble, distinguées par deux fortes
denom-
bre:rvndechiffre,pour les heures du iour
fie l'autre pour celles de la nuict.
vulgaire
Ce faict, vous convient d'iccluy nombre
descendre à l'Angle commun au droict de
vostreiour, ou se trouvera le Carractere
du Planettcqúilors domine.

Table pour trouver s Heure des sept


Planettes,

HiHtisdtnuit\uì|iiii| T|_W | vHJviii|ix j * j xi[xi | o| o j i\ìT\


i\Bimuiohtr\0\9\ $J y \Ì)\W\ ^Iglg-'j >ï> | jíí vFj
Ijtundi. ì_> | J>J % M ©J 9J â 12 |T| v t£| 0Jijì? f
>|Mardi. Ic^lQ 1 9'l_g I > 1 *? I g MO I $ I g | ? | jj^ï
4|Mcrcrcdi. I1DI& |¥ MOJ ? IJS| jjj[ÍV |ç*|©j$l
7ii^ân~jy (or; |jfì $ IJ? I_>J_III i^ [<a>mgj >JJO
,^iv^dtcayy$|j?[})ìi)i v |j^| o 191« LllìlJtí'sllSl
7istmeay._i^|y|^0i9iyjy|fi|y|^|0[9|^i})i

Si defiroit fçauoir la raisin pour*


p/? quclquvn
uoy le s Planettes ne font pas aux iours
rongées
2 úascpmáìncselonlcur ordre au Ciel tîlfàut qu'il
DE L'ASTROLABE. 3$
la première heure du tour du Vimencht
/fache que
au Soleil (fr que ceste première heurt
appartient
commence 4 Soleil huant,depuis lequel temps iusi
lundyilya t^Jheures : (fr
quàcequilseleuele
les Planettes 7. chacune
que qui font reignant
[vn apres tautre.vne de ces 24. pOrties j V*oh
i enfuit que les 7. Planettes reignent durant ce
tempschoeuney fois (fr pour faire %a,.ttcnfaut
encortroisfar $.fotsj.font aï. (fr pourtant en
le 0 pour faire 22. Ç pour faire iy(fr
prenant
$ pour faire 14. la Lune fi trouvera en fuitte
la première heuredulundy x (fr ainsi des
pour
outres.
Exemple, Le iour du Dimanche ie veux
Planette domine à quatre
sçavoir quel
heures inégales de iour, Ie viens à la table
trouver le iour du Dimanche à main se*
nestre, fie le nombre 4. au front de la table
cn chiffre. Apres en descendant en
cscrìpt
bas iufques àl'Anglecommunaudroict
du Dimanche »ie trouve ce Carractere >,
m c dénote estre l'heure de la Lune. Et
Íuic estoit de nuict,ieprcndroîs ce nombre
iiij. vulgaire : fie en descendant à l'Angle
commun, ie trouve le Carractere de V e-
nus.qui domine à quatre heures de nuict.
Et ainsi conséquemment des autres heu-
LVsACE ET VTILITE*
m du iour fie de la nuict,
Vou^iesmeproposition.
Çognoistre se commencement du
CrcpusculincMatutin,fiela
fin du Vespertin.
Par le commencement du Crépuscule
Matutin, entendons 1 aube du iour, ou
se point auquel le iour commence à
appa-
roir^ par le Vespertin, la fin du iour vui-
gaire,fie le commencement de la nuict ob-
scure. Et pour çognoistre chacun iour la
íin ou commencement deídicts Crepu-
fcules,dirigez le degré du Soleii,auecques
la petite reigle fur la ligne Crepusculine>si
elle est portraite en l'Astrolabe du costé
d'Orient, icelle vous môstrerai'heure que
commence leCrcpufculc matutin. Pareil-
lement trouverez ie Vespertin en appli-
quant le degré fie reigle sur la partie Occi-
dentale de la ligne Crepuseuline. Et si la-
dicte ligne n*est en f instrument, mettez se
degré opposite du Soleil furie i8.degré de
hauteur entre les Almicantaraths, vers la
partie d'Occident,la reigle mise fur le de-
gré du Soleil vous monstrera entré les
heures égales, le commencement du Cré-

puscule Matutin. Ainsilcdict degré oppo-


DE L'ASTROLAÏL 4<j
sitc,assis fur le i8. Almicantarath en la par*
tie d'Orient, la reigle dressée fur le degré
du Soleil,denotera au Kmbc 1 heure fie mi-
nutes queledict Vespertin fi-
Crépuscule
nira.
qq Exemple, Pour fçauoir au 15. iour
d'Avril se còmencemen t de l'aube du iour
ie mets se 5. du Scorpion (oppositeau j.
du Taureau ou est se Soleil ) fur le 18. Al-
micantarath vers Occident, puis j'appli-
que U reigle fur le 5. du Taureau, laquelle
me monstre au bord de l'A stròlabe i.hcu-
res 8e41.minutes.ie dis donc que se iour
commence à poindre presque à trois
heu-
res apres minuict. Semblablement si se
mets le 5. du Scorpion au 18. Almicanta-
rath du costé d'Orient, Sc la reigle fur le

cinquiesme du Taureau vers Occident,ie


verr ay le Crépuscule du soir termine-
que
raà neut heures fie presque vn quart apres
midy. Ceste derniere manière est meil-
leure fie plus seurequela première qui se
fait parlaligneGrepusculine.
qq+Autourdhuy \6lj*anneede elle
Bistexte{car
dure iusqu'au dernier de Feurier) lei 5. iour &*4~

utilrcfyond ou 24. degréd'\Artes & non au 'cÀu


Taureau : semblablement son degré opposite, est
L'VSAGE ET VTÏLITB*
te lïÀegré de Libraf& non le$,du Scorpion (fr
on trouvera que te
partant àteltemps Crepufcu*
le matutin commence à 3. heures n, minutes*
Quefionfe voutoitfirvirdu 5.degrédu Taureau
&du$.du Scorpion, jlfaudroitestreauifjour
Û\4vrilk Et le Crépuscule commenceroit k a, W
n'544. minutes.
TreÍT^esme proposition,
Sçavoir la quantité du Crépuscule
matutin,8e vespertin.
Le Crépuscule est trouvé cn deux diffé-
rences (comme il est dict.) L a quantité, ou
durée de temps du Crépuscule matutin»
est le temps depuis le poinct du iour, iuf-
ques au Soleil levant:estant egalau Cré-
vespertin, qui se mesure depuis se
puscule
Soleil couché, iufques à la nuict obscure.

Lesquels Crepusctdes, les vulgaires attri-


buent au iour Artificiels les Philosophes
à la nuict. Ec pour çognoistre chacun iour
combien durcie Crépuscule matutinssauc
sçavoir par la doctrine précédente à quel-
le heure il commence, fie par la 14, l'heure

que le Soleil se leue, fie la différence de*


deux Temps notée au Cercle des heures,
Vous donnera la quantité dudict Crépus-
cule matutin, auquel est tousiours egal,le
vespertin
D n L'ASTROLAB E? 41
du mefme iour.
vespertin
Exemple, Voulant fçauoir combierfdu-
re'le Crépuscule matutin du quinziesme
d'Auriliiemcts rr se s.du Taureau fur la

reigle en
ligneCrcpusculincaueclapetitc
la partie a Orient, suiuant la manière qui
a esté obscruéeen la précédente,fie trouué
commence enuiron trois heures au
qu'il
limbe de l'instrumcnt : apres ie transporte
sedict degré, ensemblela reigtè sur nostre
Horizon Oriental,ouievoy parcillemct
audictlimbelcSoleilleuer 4 minutes,de-
uant cinq heures, par quoy apperçoy icel-
le durée estre de deux heures égales fie vn
quarr,laquelsecst semblableàla Vesperti-
ne,qut sera deux heures, depuis le Soleil
à la fin du iounCarla qua»
couchéjiusques
tité de i'vn cognctië, son cognoist facile-
ment l'autre»
rr esté diSl en la lettre NN,
Suiuantceqma
nom pofinsleif, &*Aries furïHorixpn
degré
me. le Soleil ce leuer à y heu-
Obliquerai marque
resnt minutes (fr par la précédente le Crépuscule
Commençaitì iz, minutes & partant
^.heures
lodurée du Crépuscule matutin fera de z, heures
(fr le vejpertinfiduant le texte,luyseraegaL
M*k en prenant le y, degré du Taureau qui
L'y s AÇB ï T ynUTl'
U iy. d\4urilon trouveroitle Crépuscule*
seroit
estrede z»heures IJ* minutes suiuant letexte*

Quatorzefme proposition,

Sçauoir Thcure que le Soleil scleue,


pu couche chacun iour.

Mettezsedegtédu Soleil'^sur l'Horizo


pbliquede vostrc table cn la partie d'O-
rient, fie cn appliquant yostre reigle des-
sus,elle vous mpnstrcraau limbelheurç
que se Soleil se seuc, en toutes régions de
Jatitude semblable à vostre table ou pro-
chame; fié cn transportant ìadictereiglc,
auec se degré du Soleil sur l'Horizon ei\
la partie Occidentale: semblablcmet vou$
demonstrcà quelle heure se Soleil se cou-
chera.
SS ExempleJEn mettant le. j.du Taureau
sur s H orizon Oblique,cn la partie Orien-
tale, ievoy que se Soleil seîeue presqueX
cinq heures, fie cn le retirant en la partie.
Occidentale, ie çognois aussi qu'il se coi^-
çhe presque à sept heurc$.
ss C est Exemple est vray
fi on fur entendis
2j, ívduril: maisfion diSi)ei$.U neseroitpas.
DE L'ASTRO LABE.' 41
bon,à couse quêle 15, è*Amft ne rtspond pas
auiourthuy an%, degré duTmreau,ains oust,
(taries : comme il a esté dit en la tj.propo*
degré
ption,
Qwnxjefine proposition.

Mesurer la quantité du iour Arti-


ficiel, fie delanui#.

Par la quantité du iour,cn tendons l'ef-


tt de temps, le leuer du
pace depuis
Soleil, iufques au coucher, lequel est me-
suré en lare Equinoctiai » montant sur
s Horizon, auec la moitié du Zodiacque,
au du Soleil, iufques
commençant degré
au Nadirh d'iceluy ,fcló Tordre des signes.
Et pour çognoistre icelle quantité,mettcz
en O rient le degré du Soleil fur le premier
Almicantarath, ou fur l'Horizon Obli-

que,puis faictes tourner se degré du Soleil


auec ladicte reigle, fie arrestez la reigle fie
le degré fur l'Horizon Occidental,cnno-
tantbien le lieu que touche la petite rei-
gle és degrez du limbe, fie le mouvement
oc lareigse,depuislepoinct dX)nent,ius-
ques à celuy d'Occident, au Cercle des
heures est l'Arciournel, ou quantité du
Fy
LVSAGE ET VTILITE
Artificiel, fie le reste dudit Cercle est
jour
dela nuict;car ses deux Arcs ensem-
celuy
ble contiennent 360. degrez, m qui est
enuiron la quantité du iour naturel.

Exemple , Le cinquiesme degré du


Taureau, mts (urì'Horizon Oblique en
Oriér,me mostre auec la reigle,quele So-
leil leueraà cinq heures, fie iceluy trans-
porté en Occident sur l'Horizon auec i-
cellé çeiglc,ie voy son coucher estre à sepp
heures > donc ie dis l'Arc ou quantité du
iour estre de14.heures.fie celuy delanuict
de 10. heures > qui est le reste du iour na-
turel.
Ce que pourrez trouuer plus façilemíç
en comptant depuis leleuer du Soìéil,ius-
àla de midy : Car icelle espace,
ques ligne
vous monstrera la moitié du iour, lequel
doublé en prouiendra le iour entier. Pa-
reillement si vous comprez* depuis icelse
note iufques àlalignedcminuict, aurez
\i moitié de la nuict,dont le double mon-
strera la nuict ençicre.
Exemple, En mettant le 5. du Taureau
fur l'Horizon Oblique à la table de 48.
d'elcuation,ictrouueleSoIeillcueràcinq
béurcs : ie compte ceste
pourquoy depuis
D B CASTRO LA B E. 43
a la
note iufques ligne de midy,on trouve
ledemy Arc iournel éstrc de sept heures:
cn doublant iceluy,cognoistout le
puis
iour estre,fie contenir 14* heures entières:
Scmblabiementie trouue depuis le poinct
que touche la reigle iufques à la ligne de
minuictja quantité fie moitié dela nuict
estre de cinq heures,icelle doublée en vic-
dra dix heures , pour la quantité de là
huict.
tt Plusieurs, ausquelsiay tut honneur d'ensei-
i ont trouvé le discours de ceste proposition
gner
trop ample. (fr toutefois obscur, & pourtant te la
le plus bricsuemcnt& clairement qu'il
propofiray
mefiropostiblepour satisfaire à feur defir. Pour

doncquesfçauoìrla quantité ou durée dn iout Ar-


( or du iour il en k e»
tificiel artificiel esté parlé
la lettre K K) ìlfaut pofir le du Soleilstír
degré
t Horizon du costé <t Orient (frï^íií-
oblique
nous theure de son le-
mur{ posé dessus marque
este dit est le
ûcr(ainfiquia entapreu\âente)\quì
tommencement du iour Artificiel *>(fr la mefmé
chose obseruée en la partie dfo&ident nous don-
nera theure de son couèher-, q.ìti est la fin dudit
iour artificiel, EtttÀrc du C'írcle compris de~
puislcpoinSldu,leuer possontt far midy iusquau
foin ft d» coucher est te iour *A nificiel é* le reste,
F iij
L' VS A G E ET VTillTI^
*du
Cercleestlo nuiSi «artificielle. ìlfaut noter
le y. degré du Taureau rapporté aux deux
que
Exemptes ae ceste proposition ressoude au zy.
iourd'^urit,
ws lacquinot dit icy que le Cercle qui confie t
3 6 o, est enuiron la quantité tvn iour Naturel
ce qui pourroit sembler rude ì ceux qui ne sont

bìenverscxjnl* Sphère : maissuiuant la


défini*
tion du iour Naturel que i ay apportée en la let-
tre II, il est manifeste que le iour Naturel con*
tient plus que le Cercle (fr ce plus est la
partie
que le Soleil aduonce choque tour en son propre
mouvement (fr parla doSlrine des offensions
efr Dejsinfions des signes,lesdits iour s font iné-
: a de f
gaux cause inégalité du leuer ou monter
des dégrade ÍEcclyptiquefurlHorizon,

Sai^efine proposition.
1*Arc du iour fie dela
Çognoistre
nuict des Estoilles.

L'Arç iourneldes Estoilless*appelle l'e-

space de tempsídurantlequel elles passent


d'Orient par midy en Occident, en quel-
heure ce soit, ou dciôur ou de
que que
nuict. Et l'Arc nocturne l'efpace qu'elles
demeurent delToubs l'Horizon,lcíquelles
Djl tVsTROtABÌ. 44
éípaces scmefurentparlesdegrczdcl'E-
quatcur, descrípts au bord dé l'Astrolabc:
pour laquelle chose çognoistre» mettez la
poincte des Estoilles qúi couchent ou le-
uéritsurl'HorizonObliqúcaueclareigle,
cn marquant le lieu au limbe, queladicte
reigle touche: puis comptez de ceste note
iufques àlalîgnede midy ,fii vous aurez
lamoitiédel'Arc Diurnel d'icelleFstoil-
le, lequel pris deux sois monstrcral'Arc
entier, qui est se temps qu'il demeure fur
nostre Hctnifpheié.
Exemple, ie mets le bout de i'EftoilIc
Spica virginis fur l'Horizon oblique d'O-
rient, en appliquant la reifledeílùs, cela
me monstre à del'instrií-
tòcirconferjncé
ment l'hêure fie minute qu'elle commen-
ce à soy ésletier fur nostre Horizon, à fça-
uoir six heures 40. minutes dedans Pa-
ris , duquel poinct ie compte iufques à la
ligne de midy , fié trouue le demy Arc
Diurnél estré dé cinq heures fie 20, minu-
tes : lequel Arc ie doublé, fi: Cn prouient
dix heures 40. minuies,quiestl'espace de

temps , qu elle met à.passer d'Orient etí


Occident:&sereste de24. heures,à fça-
uoir 13, héures,6£ 20. minutes, sera la qûá.
F iiij
L'VSAGE ETVTILITE'
titéquicelle Estoille demeure soubsnch
stre Horizon.

Vixseptiesmeproposition.

Compter quantes heures égales sont pas-


sées de iour depuis le leuer, ou de nuict
depuis le coucher du Soleil.

.Pour fçauoir quantes heures sont passées


depuis le Soleil leuant iufques à l'hcure de
vostre considération, appliquez le degré
ou est le Soleil, fie lareigle fur l'Almican-
tarath, suiuant la hauteur du Soleil que
vous auez trouuée au dos de finstrument,
fie vers la d'Orient ou
marquez partie
d'Occident'aiíborddc l'Astrolabe,lelieu
de la reigle, le lieu da So-
puis rapportez
leil fur l'Horizon Oriental, ou bien Oc-
cidental. Ce faict, comptez au bord de
l'instrument les degrez qui sont entre la

premiere.fic seconde marquc,lesqucls con-


uertiz en heures fie minutes d'heures
le temps à
vous monstrent que lc Soleil
employé depuis son leuant iufques à la

première marque.Tout le semblable vous


ferez pour fçauoir de nuict le nombre des
heures se trouueronr entre se
égales qui
í) E L'ASTROLAÌE. 4 f
temps par vousarresté, fiei'Occidcnt.
Exemple, soit se Soleil trouué se ly;
d'Auril xx auy.degrcduTaureau»auát
midy fahauteur soit trouuéede 3y. degrez,
lesquels nombrez en l'Almicantarath, ie
mets fur semblable hauteur le lieu du So-
leuNsçauoir est Iey.duTaureáu,fie ouant fie
quant la reigle qui me monstrcau bord de
l'instrument 8. heures, fie presque demie.
Ie marque ce lieu d ancre ou de cire,fií rap-
portant le degré du Soleil, fie la reigle fur
l'Horizon Oriental, ie voy quelareigse
monstre au bordpresque cinq heures. le
trouue don c entre la première marque fie
la reigle 54. degrez, qui me font dire que
le Soleil depuis son leuát,iusqucs à la hau-
teur des 3y.degrez,à employé trois heures
8e36, minutes: caries iy. degrez de l'E-
quatcurfont vne heureegaiç,fie vn degré
faict4 minutes de temps.
xx D'autat qtêOuiour<thuy(come il a esté dit cy
dessus) le tpourí Aurilne rejfidpasou 5.degré
du Taureau ains au 2y, J stries :çfr le $, duTau-

teaureffiondou t%,iour S OuriU c'est pourquoy a)


fin quel Exempte apporte por nojtre auteur joie
Véritable, il le fautrapporter au ty. iour d'Auril
(fr non au 15. Quefionveut fçauoir quantes heu*
i'tfsAGÏ ET
VTILITB
res ce sont passées depuis leteuer du Soleil
iufqk%
ce quilfoitésteué de 3y.
degre%jurl'fíori^onlc
ly. iour d'^íurilnous nousjerutrons du 2y.
degré
iïArics & trornerons 3, heures 58. minutes.

Vixhuiff/esine proposition. ,

Réduire les heures égaies, qu'on ap-


pelle heures d'Horologe eh
heures inégales.

Réduction des heures égales à inégales,


Puau contraire,est proprement par Ja co-
. gnoissance des vncs,venir à la cognoissan-
ce àc$ autres. Cé qui se peutpràctiquer
pari'Astrolabe èn ceste manière.
Premièrement, Pour réduire les heures
égales à inégales, faut adresser yy se de-
gré du Solei^aueclareigle ëndroictl'heu*
re cgalé qui sera lorsîfieapres si c'est de iour
regarder au Nadirh du h Pleil quelle heure
inégale il monstre entre les Cercles d'i-
celles': Oú si c'est de nuict au mefme de^
gré du Soleil,cefaisant vPús fçaurez quel-
le heure inégale il fera.

Exemple, Posons le cas que voulions


réduire 4 h. égales en inégales, c'est à dire,
'î)t L'ASTROLÁÌÈ 4e
Çognoistre alors quelle heure inégale il se-
ra: làut radresser se reigle auec le degré du
Soleil, qui est le y. du Taureau, fur quatre
heures égaies apres midy : puis regarder an
Nadirh du Soleil, qui est le cinquiesme du
Scorpion, foubs l'Horizonquimemon-
stre to. heures ••mais sic'estoit de
inégales
nuict,adope faudroit regarder au degré
du Solciljfie non au Nadirh, eommeiicst
dit deuant. Au contraire, pourreduirc les
inégales auxegales,faut adresser leNaduh
du Soleil fur quelque heure inégale: puis
mettra la reigle fur le degré du Soleil, fie
elle vous monstrera au limbe Theure éga-
le, refpondante à l'heure inégale. Mais si
c'est dé nuict, faudroit fous icelle adresser
le degré du Soleil,fie non son Nadirh.
yy il du du So *
n'est befoing desejeruir degré
leil, car puk qu'on cognoist quelle heure ilest,d
n est du
befoing degré auquel est le Soleil r}-la
raison est, que les heures inegales,ne font pas dans
S du Zodiaque, (fr icelle Craigne est
Craigne qu
Mobile : mots les heures inégales font en la Table
de la lHorizon (frleê
région.foubs Oblique,
heures égales ou limbe de t instrument,,
Í'VSAGE ET VTILITE'

Vtxneusiesine proposition,

tous les iours l'heureque se se*


Sçauoir
uent ou couchent les Estoilles déf-
aites cnl'Astrolabe.

Ce Canon s'entend seulement des Ë-


stoilles se leuent fie couchent, fie non
qui
de celles qui demeurent tousiours foubs
l'Horizon ,à fçauoir les plus prochaines
du Pose. Pour çognoistre doneques le le-
ucr fie coucher des dessufdictes,mettez la
poincte d'icelle fur l'Horizon Oriental dé
vostrcregion,& la reigle posée sur le de-
gré du Soleil, vous monstrerá au bord de
Imstiument Theure fie minutes qu'elles se
leuent. Semblablement en les tournant
fur l'Horizon en la partie d'Occident, le*
dict degré du Soleil, auec la reigle, voua
demonstrel'heurede leur coucher dedans
se Cercle des heures»
Exemple» Si ie veux sçauoir à quelle
heure se leue S pica virginis , ie mets la
poincte d'icelle fur nostre Hotizon Orié-
tal, fie en posant la reigle fur le y. de Tau-
rus( ou supposons estre se Soleil ce ìour)io
DE L'ASTROLABI. 47
se leue entre cinq fie six
cognois qu'elle
: fie ep la tournant en la partie
apres midy
Occidentale fur ledict Horizon,le trouve
coucher ce iour enuiron 4. heures du
matin* l

Vingtìcsme proposition.

auec degré du Zo-


Çognoistre quelque
diacquc chafque Estoille sel eue, ou
couche,fie passe parlemidy»

II conuient adresser la poincte de l'E-


stoille fur l'Horizon oblique, en la partie
Orientale,fie se degré du Zodiacque, qui
sera trouuésiir iceluy Horizon, est le de-
gré qui s'efleue auecques elle.Sembìable-
ment pour sçauoir auec quel degré elle
couche,la faut transporter en la partis
Occidentale. Aussi pour auoir le degré

auecques lequel vient à midy, la conuient

diriger fur la ligne de midy,fie se degré qui


tombera fur ladicte ligne, est celuy auec
qui elle passe au milieu du Ciel. Notez
qu'en ía Sphère droicte le mefme degré*
auecques íequel,rEstoille vient à midy,
çst celuy auec qui elle couche fie leue.

Exemple, IemctslapoinctederEstpil-
L'VSAGE ET VTILITE*
le Spica virginis, fur l'Horizon
Oblique
vers Orient, ce faict i'apper çoy qu'elle se
leue auec le 18. degré fie quarante minutes
du signe deLibra, fie en la ramenant en
Occident fut ledict Horizon, ie trouue
quel) e couche auec
se néufiefme dudict si-
gne. Pareillement ie trouue le 16. de Lì-
bra auecques elle, au milieu du Ciel, le-
quel degré viendra ensemble à l'Horizon
Droict,tant cn Orient qu'en Occident.

Vingt (fr xniesmeproposition,

Trouuer se Zenith Oriental ou Occiden-


tal du Soleil ou des Estoilles.
t
Par le Zenith en ce Heu entendons
l'Arc de!'Horizon, qui setrouueentre se
vray Orient ou Occidct,fiele.poinct auec
lequel le Soleil, ou vne des Estoilles s'este*
uent ou couchent. Parquoy faut noter qu'en-
tre les Cercles Verticaux,nommez par les
Arabes A zimuths en y a deux principaux,
à sçauoir le Meridien,fie celuy qui passe du
vray Orientpar nostre poinct Vertical au
vray Occident, que nous auons nommé
Azimuth Equinoctial, lequel auec le Me«
DE L*A S.T RO L A BE. 48
ridien^iuise nostre Hemifphere,fie l'Ho-
rizon Oblique en quatre quarts, chacun
est diuise en nonante degrez,dót
desquels
les norpbres d'iceux commencent com-

munemçhtàl'AzimuthEquinoctial,ten-.
dançvers Midy fie Septentrion iufques à
ponapte degrez.
Pour çognoistre doneques iceluy Ze-
nith ( que np$ Docteurs nomment Am-

plitude Orientale ou Occidentale) met-


tez le degré du Soleil ou l'extremité de
f Estoille fur l'Horizon Oriental, ou Oc-
cidental, fie les Cercles Verticaux dits A-
zimuths,vous demonstreront leurs distá-
ces du vray Orient ou Occidenr, en com-
mençant depuis le vray Azimuth Equi-
noctial, tant dç la partie d'Orient que Oc-
cident , selon la valeur d'vn chacun intei-
ualle defdicts Azimuths enfuiuans.
Exçmpse» Voulant sçauoir dé combien
estlç Zenith, ou rAmplitudeOrientase-
du y. degré du Taureau, ie mets ledit de-
gré fur l'Aprizon Oblique en Oricnt^puia >
ie compte dpí'Azimuth iuf-
Equihoctial,
ques au lieu ou estledict degré, tirant en
Septentrion, pu ie trouue çnuironl'cspa-
ce de deux Azimuths en la tablé , où ils
L'VSAÇK ET VTILITEf
sont defcrits chacup de dix degrez, fie par
ce moyen ie cognois la distanre d'entre lç
leue ledit degré, fie le vray O-
poin&ou
rientestreenuiron 20. degrez cn la quar-
te Orientale de Septentrion,qui est l'Am-
plitude Boréale du Soleil, lors qu'il est à
çedegré. Ainsi faut procéder pour trou-
uer le Zenith de l'Occident en la
partie
Occidentale de nostre Horizon.
Et faut entendre (comme il est dict)
si lefdictes parties tombent dedans l'Equi-
noctiai vers se Pôle Oursin qu'elles sont
SeptentrionaleS)fie dehors Meridionase*.

Vingt epdeuxie/meproposition.

Çognoistre se Zenith de la hauteur


du Soleil, ou des Estoilles.

• Entre se Zenith des l'Oric-


hauteurs,fie
tal,ou Occidental est telle différence, que
celuy des hauteurs ne se prend auleuer,
ou coucher comme
l'autre,mais seulemct
le Soleil ou Estoilles sont eflcuez
quand
íur nostre Horizon,fie demonstrccombic
elles sont loing de l'vne des quartes, 8c en

laquelle d'iccllcs, qui se trouue cn ceste


manie-
DE L'ASTROLABÈ. 49
maniere.Prenez parle dos de l'Astrolabe)
l'Altitudc du Soleil, ou de l'Estoille donc
voulez sçauoir le Zenith de hauteur, en
adressant sondcgré sur les Almicantaraths
en mefme Altitude que l'aurez tropuéí
puisprenez garde fur quants Azimuthz
cherra ledict degré ou Estoille,
encomp*
tant depuisTAzimuth Equinoctial, iuf-
à f Azimuth fur lequel il se trouve-
ques
ra:ficiceluy vous monstrera son Zenith>fie
en quelle quarte fie distance, laquelle sera
Orientale, Septentrionale, ou Orientale
* ou Occidentale
Australe, Septentrional
le, ou bien Occidentale Australe.
i Exemple,Le iy.d'Avril le Soleil estât
cfleué de 40. degrez, ie mets son degré
( qui est le y. du Taureau ) entre les Almi-
cantaraths en fa hauteur du costé d'Oriét,
fie trouve en laquarte Orientale de Midy
son Amplitude estre de 28.
degrez Ho-
font 28. Azimuths : fie ainsi
rizontaux,qui
faut faire des Estoilles en prenant leurs
hauteurs, fie ses disposant comme se degré
du Soleil.
1 les raisins fus diSíes, il
D'autant'que pour
fout prendre le 15, d'^ries, au lieu du j.du Tau-
reou}pourle$\^d\4vril on treuvero 3 6, degrés
G
, L'VSAOE ET VTILITE-
Horizontaux, au lieu de 28. ainsi qu'ily• a en
t Exemple de nostre auteur,

^ Vingt (fr troifiesme proposition.


en tous Pays fie Régions les
Çognoistre
du monde, à sçauoir O-
quatres parties
rient, Occident, Midy,fie Septentrion.
- Nous en plu-
lepourrons çognoistre
sieurs &: diuersesmanieres.Premierement
par vn petit Quadran à'Aiguille, que Ton
peut mettre au dos de l'Astrolabe,cn sorte
que la ligne fie partie Méridionale d'ice-
luy Quadran, soient directement dirigées
fur la Méridienne de l'Astrolabe deuers
l'Anneau :puis faut tourner ledict Astro-
labe ( qui doit estre couché à l'Equidistan-
ce de l'Horizon) auec le Quadran, ius-
l'Aiguille Mobile refponde
Î[uesàceque
ur la ligne fixe. Alors l'extremité four-
cheuë dela petite Aiguille,( qui tousiours
se dirige au Poi Arctique) nous demon-
strcra la partie Septentrionale, ensemble
la ligne de l'Astrolabe, tendant de ceste
part, à iopposite la partie Australe* Pa-
reillement la ligne de oMieures dudit Qua-
dran,tanten Orient qu'en Occident,auec
la ligne Transuersale de TAstrolabe, qui
'
"D E <L'A s t í ò t A d fe. yO
fasse,par lé Centre , nous demonstré
l'O rient fie f Occident : à sçauoir ia par-
tie senestre^Orien^fiel'OccidéntJadeX*
trfc: supposé que l'Anneau de l'Àstrolabe
soit tourné vers
Midy. La practique de co
en est facile, fie se peut faire en tout temps.
*
Ceste façon de trouver les 4. parties du
Monde n est point véritable cy la rai/òn est que
t^éiguMe ^iymantéefe àctourrte quelque peu du
poincf Polaire (fr par conséquent tout ce
qu'on
bastirafur ceste sauce posion fera tousiours faux.
Ï Autrement fie plus seurementpourreia
descrire vn Cercle, fie au Centre d'iceluy
dresser Perpendiculairement vne Verge
égaie au scmidiametre du Cercle*. Se o'bscr-
uezau Matin lors quel'extrèmité de som-
bre d'iceletouche la circôferécedu Cercle
en entrant dedans, laquelle marquerez de
quelque note. Pareillement
apres Midy
notez le poinct par ou lombrede l'extrè-
mité de la Verge sortira du Cercle, puis
faut trouuer se milieu entre les deux no-
tes, fie trasser vne
ligne qui pallàntpar se
Centre, fie le milieu de l'Arc ti oupé entre
les deux notes tout le Cercle en
,couppe
deux parties laquelle íi
égales, ligné'ferez
longue qu'il vous plaira, Içd'y que teileli*
^VSAGE, ET V T I L I T E
est la vray e ligne Meridiane, laquelle
gne
vous monstrerale vray Orient fie Occidëc
si vous la couppez au Centre du Cercle à
Droicts Angles : car le bout de la ligne
croisant à Droicts Angles la Méridienne,

C CtntniuCifeU.
. C D ta vtrgettê ejïtuit Hortho£oniïmtntt
A Lt point diUAntnìdy.
B Ciluvstpretmify.
Vous monstre a main gauche le vray O;
DÉÏASTROt AÏÏ" 51
rient,fierautreboutlevrayOccidét.Voy-
lal'Artifice pour trouuer les quatre An-
gles du Monde , ainsi qu'il appert en la fi-
gure cy deuant.
j Quand est de ceste façon de trouuer tes q,par->
la chose soit tres* vcrita~
tiesduMonde,quoy que
bletl est certain que lacquinot ne donne pas a en-
tendre ce quiy est a obstruer : Car ta Verge estant
ou femidiametre il arriuera plus de fix?
égaie que
mois dcïiAnncclOmbre ne
viendrapoinSlégaie
afin cërpsx cequin'arriue,que quand le Soleilest
esteuéde q^degren^i les ombres
auquel temps
font égaux à leur corps, comme il fera dit en
la première proposition dela seconde partie de ce
traiSlé,) efr pourtant de ce pouvoirferuir de
afin
cestefaçí toute Cannée il faire plusieurs
foudroie
Cercles tjr que la vergette nefust quête femidia-
metre ívn des Cercles moyens afin que t Ombre
d icellepeust toucher quelqu'vndefdióís Cercles,
soit que le Soleil fustplus ou moins esteue de 4y.
au reste %faire ainsi (tue porte le textex
degrctyuis
P ourlefaiSl des Perpendiculaires oquoy est requis
vnpeu de Géométrie .nous n en dirons rien à
coujedebriefueti.
En apres fuit vne autre manière qui ap-
partient proprement à l'Astrolabe qu'on
peut prastiquer par les Ázimuthsdeíquels
G iij
L'VsACE ET YTIXÍTE*
diuise ( comme il est dict) nostre Hé-
misphère en quatres quartes, chacune çô-
tenant 90. degrez, lesquelles sont pareil-
lement entendues au dos de 1 Astrolabe,à
fçauoir la quarte qui est depuisí extrémi-
té senestre dela Ligne Transversale nom-*
mée H orizon , iufques à la ligne de M idy
louxte f Armeille;nous représente la quar-
te Orientale Australe. Et d'icelle Armilse
iufques àlextremitédroictede ladicteH'
gne Transversale,demonstre l'Occidenta-
se Australe: La subséquente iufques â la li-

gne de Minuict,s'appelle quarte Occiden-


tale,Septentrionase:fie la derniere decelse
ligne de minuict iufques à la partie sene-
stre 4'içelse Transversale,nousreprcsente
ía quarte Orientale : fie ce
Septentrionale
pourueuqu'ayezlafacetournéeversMidy.
. .Pour donc obseruer lefdictes parties.,
pj^nez la hauteur duSpleilàtelseíheure
qiievpudrcz,puis mettez le degré du So-
leil en teíse hauteur, entre les Almiçanta-
rathsjcn considérant fur quelle quarte il
cherra entre les Azimuths.fie en quelle di-
stance du çommep.cement dts quartes, à
fçaupir fur se csesdicts Azi~
qúahtîefmíe
JP$h$:puis çop^he^l'Astrplajíesurlafa-
DE ÏASTROtABE. Jt
ce i fie mettez fAlhidade én semblable
&c a esté trouvéiïntrè *
quarte hautcuííqu'il
les Almicantaraths,en faisant que sombre
des Pinules soit Èquidistante fit droicte-í
selon la reigle: lors aurez les quatres par-
ties du Monde par les quatre exuemitez
des deux lignes diamétrales du dos, àfça*
uoirMidy par laligne tendant du Centre
vers l'Anneau,fieSeptentrion à l'opposité:
O rient à main Occident à droi-
gauche,8e
cte, par laligne
Transuersase,|r^#^
4 Exemple, Le quinziefme d'A uril le <
Soleil estant au y. de Taurus ie prens fa
hauteur fur l'Horizon, laquelle trouue de
quarante degrez auant Midy,icelle dispo-
sée entre les Almicantaraths,ie trouue ice-
luy degré romberau 28. Azimuth^enla
quarte Orientale Australe.Ce faict ie còu*
che l'Astrolabe le dos en haut à TEquidi-
stance del'Horizon,ensortequela ligne
tirant du Centre à l'Armille soit vers la
partie Australe,puisl*Alhidade en sembla-
ble quarte fie degrez qu'estoitse Soleil en-
trelcs Azimuths, à sçauoir sur se vingt-
huictiesme se la ligne Transversale en O*
rient/tendant vers Midy ,fie fais tournés
l'Astrolabe( l'Alhidade demeurant fixe)
Ci íiij
L'VSACB BT VTILITE'

iufques à ce que sombre des Pinulesrc-


1 aux
fponde, fie soit Equidiflfante lignes de
la reigle, lors la ligne du Centre tendant à
, l'Armille me monstre la partie Australe,
• fie son la Septentrionale, fi* l'ex»
opposite
tremitédelaligneTranfversale,quiestdu
r costésenestre,le vray Oricnt,comme l'au-
tre partie, l'Óccidenr, pourveu que la fa-
ce de lhomme fie l'Armille de T Astrolabe
soient toiftnez vers Midy.
4 r^En c'est cemme aux précédents. U
Exemple
faut prendrele ay* acgré<£*4rìcs aulieu du%, du
Taureau entant qu'pnface cesteobferuation /* iy.
d'avril en^innée Bissextile : car s'il nestoit
il faudroìtprendre le 24. degré í^iries.
Bissexte
Et cecy soit dit pour tous les Exemptes précédents
(fr les situants : car austi les Exemples de nostre
auteur font tous pris fur Tannée iy44. «An-
née Bissextile, Et austt en prenant le ay, d*stries
on trouvera le $6. au lieu dui%.
Atynuth
Vingt & quatrtefine proposition,
Çognoistre de Nuict au Ciel ses Estoilles
descripres en l'Astrolabe.
Faut par la 19. çognoistre le leuerd'i-
celles, fie leur
Ampiitude^ntaJ^^
vingt Bi vniefme, puis à cejxamSSg^sft ,
examinée par vn Horologe bien iuftifiá
DE l% A S T K O t A B t, $}
disposerez s Astrolabes comme auons de-
monstre aux 4. parties du Monde. Apres
dirigez la reigle du dos verslepoinct de
rHorizon, auquel elle doit leuer, &celle
Estoille que verrez alors efleuer par les
pertuis des Pinules fur nostre Horizon»
fera celle que vous cerchez , laquelle de-
uez obseruer parla figure des Estoilles à
elle prochaines,ou autre signe, afin que.
par ellé^puisltez cognoistre Theure de
nuict, ôe les autres Estoilles à nousinco*
gneuës. Pareillement pourrez faire quâd
l'Estoille couchera,n6 pas fi cômodemêt,,
àcause se sépare de nostre veuë.
quelle
Exemple, Voulant cognoistre l'Estoille
S pica V nginis, ie regarde par 1*Astrolabe,
l'neure qu'elle se doit leuer, & en quelle
quarte ôcpartieduMonde, adoncte me
transporte en vn lieAu desçouuert»en dis-
posant mon Astrolabeaux quatre parties
du Monde, selon la précédente proposi-
tions adressant ma reigle du dàs au sém*
biable degré de la quarte,ou l'Estoille doit
leuer:puis"tegardantparlespèrtUisdes Pi-
nuleSiCelleEstoillefortclaireôcestinçelâ-
te,que i'appercoy lors efleuérsui' nostre
Horizon, ie suis certain qt*e c'est celle
l/v<AGB IT VTIIITE.
dont ie cherche la cognoissance.
Autrcmcnt/audra au soir quand le S o-
leil est couchê,mettre la reigle dessus quel,

que heure certaine ,obscruéeparvn Hò-


jrologe, comme deuant: Scia petite reigle
assise sur l'heure, tournerez vostre Zodia-
> iusques à ce que le degré du Soleil
que
vienne tomber àlendroict deladicterei-
regardez en 1*Astrolabe l'Estoil-
e que
Î;le,alors voudrez cognoistre au Ciel,
degrez cs Almicantaraths elle a
^Suants
e hauteur , Sc en quelle partie+Orientale,
^ou Occidentale. En âpres prenez la reigle
du dos, & la mettez fur autant de degrez,
és Cercles de hauteur du dos, comme l'E-
stoille a eu d* Altitude és Almicantaraths;
puis pendez yostreAstrolabepar son An*

Jse, ôc regardez au Ciel de celle part que


J'Estoìileaj^hwm^^ , ou
-pcçident,^a^pIurcíJi^ftoiile ^appa-
, que vous venez iustementàíen-
rente
des deux Pinules,sera celle que vous
jlroit
demandez.
&s Exemple,Le quatriesme de Ium,vou-
*
lant cognoistre sEstoille Spica Virginis, à
dix*heures au soir, prinsepar vn Horolo^
ge, iaddreffçla le degré du 5o-
reiglefc
DE L ASTKOUBE; 54
estiez, degré 40* minutes des
lril(qui
Gémeaux ) fur icelle heure & l'Araigne
ainsi disposée,ie treuveentre les Almicá-
taraths l'Estoille efleuée de í.4. degrez en
la partied'Occident.parquoy iedisposcla
dosen telle haut eur,&: me tour-
reigledu
ne vers la Occidentale,iusques à ce
partie
que par icelle dispositionic puifleapper-
çevojr vne Estoille claire que ie dis estre
Spica Virgínis,
j Cest Exempte ,tomme les précédents, estoìt
vray auantla reformation tjr f est
Grégorienne,
encor, où elíe n Apoint de lieu $ mm fi enlaprece*
dente «4nnie 1616.0$ eust voulu wnoistrel'E*
ftoille^ Spica VirvinisiMtempsait parnoflre
«dateur 9àfçauoirîe, 4. iour de Juin, à dix heu*
m dufòirileustfaUumettref^lmurífùr le 14»

degré des Gémeaux, lieu auquel est le Soleil audit


temps, puis adrejjer ledit degré auec l'*4lmurì
fitriQ. kures du soir ty on trouvera F Estoille,
;Spiça Virginis de prés deîç. degre^Jcleua*
tibn enla partie Occidentale Méridionale. (Mais
faut noter que fi nomfaifions ladiïfe obstrua-
tìonen vne *4nn(equi ne fust point Bissextile;
comme 1$ prestntej6ij. on trpuyeroitle
degré
du Soleil au des Gémeaux. )^iant dit
13. degré
trouuéle 29. degré de Zenith de hauteur en la
V VS A GE ET V T I t ï T t#
fJtti'e Occidentale Méridionale ie pofil*^ilhi*
dade en pareille hauteur & tournant
verscefie
tnefhîe part,par le moyen des 4. parties du Mon*
de cy
dessus trouvées proposition ty le suspens
mon est dit en la ^propo-
«JJlrotabt>tainfi qu'il
rtion & incontinent ïapperçoy ">»* beHe&clai*
rfre£stoillequeicdìtsestveSpk&Vitpnì$.
Outre plus pourrez cognoistre facile-
ment les Estoilles font
au zodiaque,
qui
ou celles qui n'ont latitude, en
pas grande
cognoissant à qu'elle nuict,& à quelle heu-
re d'icellé huict la Lune doit venir prés
d'icelles.Cequise çognoistparles Signes
& dègrelde l'vne &del'autre, par les E-
phemeridcs,ou autres Tables.
*
Exemple, Voulant cognoistre l'Estoille
Royalle nommée en latin Cor Leonis,
iobserue ou Alma-
par les Ephemerides,
nachs, quad la Lune fera au Signe du Lió,
enuirònleij.degréjôcl'Eftoillequeievoy
' celle nuict bien claire d clle,ie iuge
auprès
infalliblement estre Cor Leonis.Ee ce
par
moyen viedrez aussi à la cognoissance des
Plánettest ce que dessus bië obserùé,pour-
rez encorcs cognoistre plusieurs Estoilles
ànousincogneuês.
Dfi t'ASTR.OtABE. 5J

Vingt& chfiiefme proposition,


Comment par vne Estoille cogncuc pour*
rôtis trouuer les autres descrites
en l'Astrolabe.

Apres auoir cogneu vne Estoille les


par
vous cognoistrez aylement
précédentes,
toutes les autres descriptes en TAstrolabe,

prenant la hauteur de l'Estoille cogneuë»


& la disposant entre les Alrnicantaiarhs,
Ce faict, regardez la situation de celle que
voulez cognoistre,àsçauoirsurle quan-
tiesme Almicantarath, 8c en quelle partie
du Ciel elle se trouuepuis de celle part re-
gardez parlespertuis des Pinulesf Sc cel-
le qui se verra entre les autres la plus clai-
re, fera celle que Ton cerche. Ainsi vne.
cogneuè,vous móstreralheure que leuent
les autres, & par ce moy é les pourrez voir
leuer, pour les cognoistre plus feulement,
vn H orologe.
que par
Exemple » Voulant cognoistre l'Estoille
Cor Leonis, ie prens la hauteur de Spica

Virginis à moy cogneuë , laquelle trouùe

dego.degrezvcrs Orient,puis icelle dis-


posée en fa hauteur és Almicantaraths, ie
voy ìapoincie de Cor Leonis, tomber fur
Í'VSAGB ET VTIUTE'
le 45. Almicantarath, prés la ligne de Mi-
ie dispose la reigle du dos en
dy.parquoy
semblable hauteur,6c me tourne vers icel-
le partie: Adonc l'Estoille que ie voy à l'é-
droict; des Pinules, ie iuge que c'est Cor
Leonis. Tout ainsi pourrez vous saìre des
autres*
Vingt &fixìesme proposition,
Cognoistre les Estoilles, quineíbnt dét-
entes cnl'Astrolabe, 6c sembla-
blement les Planettes.
6 Ce présent 6c plusieurs
Canon, autres
comme de sç auoir le lieu du S oleil,sans a*
uoir cognoissance du iour, la Latitude des
Estoilles fixes 8c Erraticques,ou si celles
Erratiques sont Rétrogrades , ou Di-
rectes ,& en quelle Mansion du Ciel est
la Lune: font de nulle certitude par l'A-
strolabe, ains requièrent tables propres
& particulières, calculées à c'est office,
comme font les Ephemcrides* 6c autres,

parquoy nous les délaisserons , 6c reje-


cterons du présent vsage > comme a faict

Stopher,qui entre les autres à escrit de ce-


ste matiere,amplement de bien doctemêt.
6 IacQuinotsuit icy [opinion de Stopherpour
Urcjçftw de plusieurs propositions quonfaiíi
DE ^ASTROLABE S#
tníest endroit!:, combien qu'en ïaugmentation
de t astrolabe ( mise a U fin de ce liure ) faite pat
B AÍ]en tin BstoJJbis, lien parle assez* an*
Jacques
,cést on y aura recours : mais
plement pourquoy
tl reste surceste prûposition lieu du
desçauoirle
Soleil sans auoir la cognoifsance du iour ce que no -
sire auteur nie pouvoir estrefaitlpartastrola-
be ( ce qui toutefois est fort facile corne st jera dit
cy âpres ) & par conséquent trouver le quant iefi
m; iour du mois il estqui est le contraire des deux
de ce traifté.
premières propositions
pour doncques venir a la déduction de nostre
est de trouver le du , au*
direqui degré signe
quel est le Soleil fans la cognoifsance du iour du
mou auquel on est typar conséquent le quantiè-
me iour tl du mots. Faut premièrementstauott
est
<pitly a fix Signes qùon appelle Signes Montans%
&fix qu'on appelle Vefccndans, les montas font
Us & du Printemps quisont 2b
Signes (tHyuer
«te X • V. \i> rt. & sont
ainsi appeUesìcause
que durant que le Soleil est en iceux> il approche
de iour en iour de
nostre Zenith ,cest d dire que
auiourihuy $o.iourdelanuier le Soleil à Midy
fera plus esteuéquil nefioìt hier a Midy & quii
lésera plus demain, quil ne lésera auiourd'huy
& ainsi en continuant depuis qu'il est entré au
Capricorne iufqu à la fin de Gemini. Lèsfixau*
l'VsÀGE ET VTICITE'.
ires qui font les Signes des Esté & det«Autom*
ne s'appellent Signes descendant a cause que le So-
leil baijf/ì ou se recule de iour en iour de noíìre Ze*
nith&fwt <&. Q.tîp.ta.ítv. &'$* doncques
on est certain que le Soleil soit aux Signes Mon*
tans^ou Defcendans» on pourra facilement trou*
ver son degré en la ligne E clyptique: <£» pour ce
faire faut prendre ta hauteur Méridienne par la
proposition, de ce traité, tjt tourner
cinquiesmè
tant t Craigne du Zodiaque ton voye vn
que
de la +4scen~
degré ligne Eclyptiquedélamoitté
dante {file Soleilyest)
oudelaùescendantefur
t^ximuth Méridien, en la hauteur trouvées (p
le iour deUdìcle
teldegréestlelieuduSoleìUpour
la table de la
obseruation\pourueu que Région soit
bien faible. Et est à noter que les plus
grands *A-
strolabes, ( en cela particulièrement t quoy
qui
toutes autres choses, & ainsi de tous instrumets

Mathématiques^ font IcsmeìUcurs. Ayat donc-


ainsi trouvé le degré auquel est le Soleil, il
ques
faut par iceluy trouver le iour du
quantiefine
mois il est ce quicefait en ceste manière,faut poser
ÎAlhidadesurle Signe® degré du
Signe auquel
ona trouvé le Soleil par la première partie de ce-
ste proposition & elle monfhera de ceste mesme
part dans les dégrevés mois le quantìefue du
mois (lest} bien estvray quel^nnècduBiJsex-
te,il
t) B V À ST H Ò t A ï lî 57
'te il faut prendre vn iour moins enion ne trouve.
Exemple, dans Paru le $o. tour d* Janvier,
I6lj.?ay televatìoé Méridienne du So-
obserud
leil laquelle f ay
tròúvéeestfedet^degre^o.
minutes ou envìron,typour te queiene me veux

feruir de Ucognoissancequetaydecéditiour,ou
f ignorant volontairement je regarde quel degré
de laligne Eclyptiquedes Signes montant (d'au-
tant que le Soleil est en tceux) tombe fur s*At%i-
muth Méridien &ìe trouve quec*estìe loÂegré
isAqu&riusïuiyantdoncques ainsitrouvélexq,
ie fçaypar son moyen en miel mois ie
dégreva
& le iour du mou, il est en ceste
fuis quantiefine
façon ie pose t^lhidaàefurie 10, degré «a. &
trouvesoubsladite Mhtdade de la mesmepàrt le

31 Jour de lanvier : mais £ autant que nousjbnt*


mes encor èn Biffexte iusquaupremier de Mari
ïenyctranchc vn & me reste le ^oÀuditmóis &
ainsi des autres. Q^efiquelqtívndemSdoitcom*
met il luyfmdroitfaire quand le Sò»
s*il ìgnoroìt
Uihstaux Signes Montansy>uDcstendans,ie luy
rejponist Méridienne du
qu^tlíobseruetélévation
Soleil deux fois aefitìt?e& s'il trouvela seconde

plus grande quela première i il iugeraquele So~


(é)l est aux Signes Montons} que fi elle est moìn*
ireildiraqÙHestauxì>estendansr
H
IVSAG1 ET yrijfrtt 1
Carratteres des n. Signes auec leursnomsé
Y. Ariei. J&« | Libia.
#. Taufui, *fy <eorjpint,;
d. Gemini. *», Sftgíttarius*
©. Cancer. £C»* Capricornuf;
$. ! Léo* , *» Aqutriut,
*». I Viígo. X« *&*•.

Pí»£í &fiptìefine proposition.


Cognoistre pour quelle élévation de Pô-
le chacune table desAstrolabc
est descripte»
Si vous
voulez à
sçavpir quelle Latitu-
de ou élévation de Pôle vine chacune ta*
ble deTAstrolabe est descrite, voyez la li-
gne de Midy,quams Almicantaraths font
depuis le au
CercleÉquinoctiáÌ»iusques
Zenith ou bien du Polc(qui est le Centre
de T Astrolabe) iusques à l'Horizon vers
Septentrion^ à icellelatitudeestla tablé
composée, laquelle vous pourra servir au
lieu de semblable latitude, ou prochaine
d'yn degré ou deux > comice quarante-
huictd*eletfation, servira &ns erreur se|isi-
ble a quarante sept, 6c quarante-neuf, 6c
en plus grandedifference à yn
besoingl
Vc ce fexempWest difficile,8ctfya
que deprendre garde à combiê son t cras-
Dp ^ASTKOLABE. $8
fez to divises les Almicantaraths, àsça-
voir de deux en deux comme aux grands
inítrumcnsjou de trois en trqis,òu de cinq
ên cinq, comme ftux petits.
Et faut noter, si vous survenez en quel*
la Latitude,
que lieu dont ne sçacliiez que
vous le pourrez cognoistre par íe$ propo-
sitions ensuivantes.

Vingt (y huitïicsmeproposition.

Observer tpjjs les iòjïrs de combien 1c So«


leil est loin g dé nostre Zenith.
Pour ce faire sont deux manières, dont
lvne est particulière, & se refèìe seulemêc
aux lieuxpour on á tablés enl'A-
lesquels
strolahe, &: l'autre est vriiuerselle.Si donc-
vous voulez dístáce du So-
ques sçavbitla
leil au Zénith la son
par prémiere,mettez
degré sur la ligne dé midy, à la table faicte

pour vostre entré


elcuàtion,&coirçptcz
les Almicantaraths vóstre Zenith,
depuis
îusquesaudist ainsi aurez la diffé-
degré,
rence.
P^ir la seconde, quí est gefterale, elle se
peut faire à Mídy, oú autre heure du iour:
^areriSqustrayantía hauteur du Soleil à

Mídy dé?o. demeurera la dtstau-


degrez,
l'VsAGE ET VTlUTl'
ce entre le Zenith, ôclc Soleil. Pareille»
ment à toutes les autres heures la hauteur
du Soleil de 90. trouverez ladite distan-
ce du Soleil à nostre Zenith.
Exemple de la seconde maniérée trou*
ve la hauteur du Soleil à Midy estre 41.de*
grez,laquelle i'ay Soustraite de 90. & me
demeure 48 • degrez,qui est la distance du
Soleil à nostre zénith ce iour. Ainsi pour-
rez faire des Estoilles fixcs,cn prenât leurs
hauteur$Meridiennes>& les Soustraire de
90. degrez.

Vingt & neufiesmeproposition*

Cognoistre chacun iour


de quants de-
grez le Soleil, ou autres Estoilles»
déclinent del'Equateur.
Déclinaison se prend de l'Equinoctial,
vers f vn ou l'autre Pôle du monde, à ràifó

dequôy iVne est Septentrionale,* l'autre


Méridionale :& la plus grande n'excède
90* degrez. Doncques pour icelles discer-
ner,faut mettre le degré du Soleil fur la

lignede Midy^nl'vnedes tablesdel'A-


strolabe* 6c les degrez des.Almicátaraths,
qui font depuis rEquinoctial iufquesau-
dit degré du Soleil, demonstreront fa de**
í)l L'ÌSTROUBL 5p
clinaison Septentrìonale,$'il chct dedans
rEquinoctial, vers le Pôle Arctiques ou
Australe, si le degré cbet hors rEquino-
ctial * en tirant vers le Cercle de Capri-
corne»
Excmplejcvcuxsçavoiiia déclinaison
du Soleil, estant au cinquiesme degré du
Taureau, ie mets iccluy degré fur la ligne
de Midy,6c trouve fa déclinaison estre de
13. degrez, en comptant depuis l'Equino*
stial iufques audict degré. Alors ie dy ,quc
ceste déclinaison est Septentrionale, à cau-
se que elle chet dedans rEquinoctial, v ers
te Centre de l'Astrolabe» Pareillement

iuger des Estoilles,en dirigeant


a ppinsted'icelles
Í>ourrcz fur la lignede Midy,8c
comptant depuis l'Equinoctial, comme
nous avons faict du degré du Soleil.
Et pource que ceste présente proposi-
tion est bien vtile pour ayder à cognoistre
les L atitudes des Regions>nous auons ad-
iousté vne petite table de la déclinaison
du Soleil, par laquelle on cognoistraplus
iustement icelle. déclinaison 5 que pari A-
strolabe.
Hiij
ivsagedeíadiéleTéie.

Apres aùoir tiòàtfêlë degré díi Sóîèij,

pòurfçáùòírfa déclinaison,fatíttídiáiëf
le Signe du Soleil ën haut, ou en bas dé la
table, selon que se trótniérà efcrit son: no,
ou Caractere>6c lenoímbfc dés dègrëz d?i-
celuy,à còsté sehëstre do h table,( íi lëdist
Signe est aii front d'icëllë ) òa s'il se trou*
ué au pied de la fáblëjfaûdraprerídre le
nombreà costédëxrtc: Géfaict, ërï pro-
cédant à commun, réfporïdarit
l'Angle
audit Signé 8c degré,se trouuëront les de-
grez 6c minutes dëlaí)eclinaisondu Só*
file So-
îèiUí^ùe^
leil est êtí lVtì des six prcinier? Sig;nes: íça-
uôír est, au Bellier, au Taureau, aux Gé-
meaux^!* Cancrá, au L ion, à lá Virge^ou
Australe,s'il$tt àl'yn des six derniers, cô-
fne és B al en ces, au Scorpion, au Sagittal
(d. #i|-CfìpricfOMé » au Verseau,au*Pois-

TabledeUdeclìnaison du Soleils
filon Q/cnce.
^v*W^%tl»«M II ~)
Çrf][ anjj-nAifW W. Jf-wwiîjl àr^mmfUeT'
• ffo I o 11 » 1 & 11 IQ 1 u 11 |Q
* H o I »4 II t! ( yt H io [ j5 H^
*. II » 1 4f || U [ U )) to | -|7 n t8
.1 U I h ù 11, U I tl 11 10 | 4» H *7
4 II, I | i* H- ii 1 » H » I ;Q II *<~
$ 11 * 1° II i| 1 >* 11 ** 1 .» II,M
* H * I ** H '* I » H « I " 11 M;
J
7 II » I 4? || i| | H 11 M 1 3* 11/*?
» II i 1 « *Tìl *' 1 **
"înVj lL*f
9 ll ? 1 M . fl Hl tt II »| t *' ,fl...»'.
^o 11 ? I Jt iPTf s'il ** 1 o ll *°
n n 4 i 4*tl ni.iò Is»* r. ». Il 1»
tl (| 4 p4pj| 1| | »* H U I '7 IL?»
i) II ri » II « 1 47 lP*> I H^LÌ?..
"4 II 5 I J* || l« I 5ÎI ** I »» lljf
HT; (TTl n H *« I M Isn I »'4 JL
»* íl < j *» II ** | 40 I] U | 4<H»4
»? H * | 4* H tê | fy H u | st || i|
; '»' H 7 1 5 11 *7 1 Ml M*, s yy II y*
Jjl.ll 7 I < *iJ}J!ll.JLJLitM H .il.

THl $ [ i, || >» | ? || M | u.ll.f


II » I )i II «fT '* M M I ts 1! »
Jii
>M. íl > I S'II «g 1 H íl
«r.l.iLJLj?
y I ».«...II » 1 JlLlI^l-
..Hjll l_4f.llM
1M II Vl ,4T|1 H>J 4~>1 .M s *4 II 5
JLJI ie_U_N"îl.rj!!LIIJi.l ÌÍJGL
*i 7 ILîî Lií II »4_l !î II J:' r*7 II 5
tH) 10 I +f ||> I 4* II *? > *8 fHT
*9 II » s » II I» I 59 !(,.,*? I >Q II l
fjo II a H t} I 30 H 0
|[jT ioj
~ìì ip^rTTTst *f**J\ <&<+> 11
£vY f GZ EtVTIUT %]

Trentiefine proposition.
S ça voir en tous lieux, óu Ton se trouvera
combien il y a de Latitude de Région
ou Eíeuation du Pôle.
Latitude d'vnlieu(à çepropos) est la
distance de rEquinoctial, iufques au zé-
nith dudictlieu, qui se mesure aux degrés
du Cercle se trouve en
Mcridiçnjlaquelle
diverses manières, donc la plus facile est
par la hau,teurjMerìdiennedu Solei^quád
il est au commencement d'Arles, ou de
Libra: Car en S óustrayát celle hauteur dç
9o.Degrez,demeurela]distancedenostre
zénith a rEquinoctial> qui est la Latitude
du lieu ou nous sommes tousiours égaie à
l'elcuation duPolesurTHorizon.
7 1540.le10.deMarsle
Exemple,L'an
5 oleil entrant à Midy (au premier du Bé-
lier, nous avons observé la hauteur Me*
ridienne d'iceluy, dedans la ville de Palis,
laquelle avons trouvée de 41* Degré &
6 environ 20» minutes. Icelle r éjectée de
nonante degrez, demeure quarante huict
Degrez,&40. minutes,qui est lavrayc
Latitude dudict lieu.
7 çV/î, Exemple la reforma-
estoit bon avant
Di i'ÁS.THQ^ÀBE. 6%
pan, mais maintenant qùivoudroit en la
précé-
dente- +Annèe iftttf. le 10 Je Mars trouver te
lieu du Soleil,on le trouveroìt auto, des
Poistons
0*son élévation Méridienne de%y. tys*^ &
a o. minutes ou envìrm,qm Soustraits de 90. re-
minutes*, rna'u celanefait rkn
st*$^digrex4Ç»
pour trouver l'eleuation du pol$: mais prenant
f de nostre <4uteur, il fera bonpourveu
Exemple
heu du 10. de Mars ton prennele %u audit
quau
mou, & on trouvera dans Paris la hauteur Me-
ridienc duSoleilde ^i.degré & xo.mi. qui Sou-
straits de çOé degre^jefte^i* degre%,&* 40.
minutes pour f élévation Polaire.
Mai$ si le iour quelonveut observer icel-
le Latitude, le Soleil à aucune Déclinai-
son, comme il advientaux autres Signes
8c degrez. Apres avoir observé la hauteur
Méridienne d'iccluy ,faut sçauoirla Dé-
clinaison de son Degré,par la proposition
précédente:^ si elle est Septentrionale, la
conuient oster de la hauteur du Soleil,pri-
se à Midy si Méridionales Adjousterôc de
cë^iSdra la hauteur del'Équateur,laquel*
le rejectée de nonante Degrez, restera la
Latitude d'icelqy lieu ou nous faisons tel*
les obseruations*
I Exemple» Le 14. d'Avril auons trouve
!?VS*Ô! <t V*HÏTE'
dedans Paris,quelè4.du Tátireaùaúoit
j2,Degttóy& fj.jWrïUtë&fé Déclinaison
verslapartieSeptcntrioriale,&:quelahau«
f:eur du Soleil à Midy estóit dé 54» Degrez
éc ^.minutes, dont nous rejetons la De-
plinaisoh,^áuoir est, 12. Dëgrez,ac 5 j. mi-
refte
41 Dcgté, èc io, mu
fiutesípar^uoy
nu ces, est la hauteur de lEquinoctial,
qui
jíquelle ië rejette de 90. í>tgrëi, 8cU me
demeure 48. degrez, $c 40. minutes pour
ìà Latitude de ceste ville dePariSiOuauôç
faict telle obíeruatiori.

an t^iUries,
tjriïofidu^dejfféduTaureau,
& a tel Joij^/e^o/è// f^óìfìf'^l^tó'tfAf. ^o«^^r«^c%
mats il décline de FÈqùìnoítiM 8. àègre^ol
minutes en la partit Septentrionale, (fpourtant
té SoustraitsiJegre^^o.minutesdeVeclinai-

Septentrionale s de yo. d&rè^tetèvation


fbn
Méridienne, &reste 4t.degrés 20. ttoiriures,
quilfaut maintenant Soustraire deçojegrefó
reste 4$. degré? 40. minâtes, est la di»
tutelle
stance du Zenith i ÍEquinoSlial, &par confe?
quent f élévation du Pôle dti monde fus tHorì*
ton,
Ty^irc ^ vnìefinepropofiiiónf
Trouver la Lungitudedvne Ville pu au-
tre lieu,par 1 Eçlypse de la Lune.

Par la Longitude dvn lieu^à présent en-


tendons la distace depuis le Méridien des
Ifles Fortunées, tendant Vers Orient, iuf-

ques au Méridien d'iceluyLieu, laquelle


se doit compter dedans les degrez de l'E-
ou autres Parallèles : mais la
Îuinoctial Ville à l'autre, est la dif-
•ohgittidedVrie
férence de leurs deujc Mctidiens,compri*
se és Degrez de TEquinoctial.
Parquóy faut entendre quePtoloméé,
entrëles autres Cosmographes,à obseruè
des Longitudes de plusieurs
grande partie
Villes 8c Régions, lesquelles U est facile
trouucr en fa Géographie:mais quand en,
aucuns lieux la Longitude est incogneuç,

ilconuicntfçauoír en quel temps se dc%


commencer vne Eclypse future de la Lá-\
në,en Vvndes Lieux de la Longitude có*
grieuë. Puis au lieu de la Longitude inco*
gneuè,le iour que së doit faire ladicte E«
clypsë 9 faut obseruer par l'Astrolabe à
quelle heure elle commencera: car si elle
commence à rhësme heure que l'on trou*
1
1,'VtÀGE BT-VrtXlïÊ
qepar supputation doit commen*
quelle
cerauLieudela Longitude cogneuë U
feroic manifeste ces Lieux seroient
que
de mefme : mais si elle comen-
Longitude
cc piqstost, ou plus tard, y aura différence
félon la varietéde temps qui fera trouvé,
comme si elle comrrtençoie plus tost d'vne
heure, au Lieu de Longitude cogneuë,
qu'à celuy de Longitudeincogneuë, l'on
pourra facilement iuger que la Longitu-
de du Lieu incogneu, est plus grande dV-
ne heure qui vaut quinze degrez, quç cel-
le du lieu anouscognev. Et semblable-*
rrìent saut entendre des autres diíferences
de temps selonla valeur des Degrez, eri
prenant tousiours 15. Degrez pour vne
heure, 8c quatres minutes chacun
pour
Degré.
Pour exemple, ie trouve dedans Ptolo-

snéc,quelaLpngitudedelaVìllede Paris
estdez$« degrez.30. minutes, &qu*vtie
de la Lune doit commencer audit
Eclypse
lieu a trois heures aprcsMinuict: fur ce

poinctieveux sçauoir combien Tubinge


Ville renommée à de Longitude, pour ce
faire i'obseruc au dict Lieu de Tubinge |c
temps que se faict ladite Eclypse,& trou-
t>t l'A kTKÓLÁÍt éj
lie son commencement à 3. heures, 24*
minutes Minúict, sont -
après qui 24>minu
tes dauantage plus qu'à Paris ^valant 6.
Degrez lesquels ieAdio'ustc à la Longitu-
de de Paris ,pour autant que le commen-
cement faisoít plustost : 8c
del'Eclypícs'y
par ce moyen iecognoisque Tubinge à
& neuf * rrenteminu^
vingt Degrez,&
tes de Longitude.
9 Mais il faut entendre toufiours que lesdits
doiuent prendre sur sEquinofiial : cat
Vegre%se
les 23. S ° >nùtdc la de Parts
degrexffr Longitude
ne valîtpas chacun 62, Milles: &demyawstque
veut Ptolomée : la raison décela est que de tous
les Parallelcs^descritssur le Globe leplus
grand
est tjSquinoèHal & tantplue on s'en recules
tant moindreilssont.
Pareillement si l'onnesçauoit la Longi-
tude d aucuns Lieux, 5c on la vouloit ob-
struer en deux,trois,ou tant de Lieux que
bon scmbleroit, il est requis en chacun
desdicts lieux vn Astrologue, lesquels en
ces lieux obserueront au vray le temps que
ce commence t icelles iceux
Eclypses puis
assemblez viendront à conférer ledict
temps, 8c selon la différence qu'ils auront
trouvée, l'on cognoistra la Longitude des
'
,.' l'vSAOE ET VTIIITE'
lieux: ou sont faictes telles obseruationsj
èn prenant toúsiours ( comme il est dict)

pour chacune heure quinze Degrez, &

pour quatre minutes vn Degré, si f ó veut


réduire la Longitude en Degrez*
De ceste observation toute lá
despend
Vraye description Géographique , car
pour descrirc vn Lieu au vray,n est requis:
íinon fçáuo'ir fa Latitude 8C Longitude,

laquelle est plus difficile à obseruer, 3c né


se trouve facilement chacun iour comme
la Latitude*
*
Autrement trouver 1 adiffererice de
pour
Longitude entre deux Villes» seiort
Gemma Frisius.

Nous lç povrrons sçauoir aiutíc Vne pe-


tite Monstre d'H orologe bien iustifiée en
mettant K Aiguille sur vne heure certaine
rectifiéeauec Mstrplabe^quádyous parti-
rez d'vnlieu poiir ailcr en vn autre, ayant
tousiours csgard à vostre dicte Monstre
de la conduire iustement, de sorte que só
mouvement soit vnisoritíe 8c continuel,
8c quand vous serez arriué au lieu preten-
du,alor$ obier ucz l'heure auec T Astrola-
be , 8c Yoycz si elîe conuient auec celle de
tì% X'ÀSÍ itò-i£}i» £4
vostre Monstre ou non, en notant diligé-
mënt la différence: car s'il ne s'en trouyoit

point, vous seriez efieoressoubsvn mès-


mc Méridien 4 8c par conséquent soubs
mcsme , mais si ei|e est plus
Longitude
grande,oumoitidre,diuì(erezladiffeicn«
ce des heures par Degrez ôc minutes, co-
rne auons dict cy deniant 5ôc ainsi sçaurez
la différence des Longitudes entre deux
villes. ;.;";,". '.;v".'.v
Exemple, ]Enpartai|t déParispour al-
ler à Lyon,ie reftifiema Monstre d?JhÌ9r
rologeauecrAstrolabe:ÔCquandiesuisar-
riué à ladíâfce Ville <se J-yon, ievoy que
rAiguiìip d'iceileMpstf^JP^sCwhuíéfc
heures du matin précisément : 8c ínco#ti*:
ricntauccrAstrolabci'obseruel'heure,^:
. trouue huict heures moins trois Degrez,
qui valent douze minutes : adonc ie
iugc
auoir différence entre les deux Villes de
a $ tellement que si Paris à
Degrez, 23
degrez &: demy de Longitude,la Ville de
Lyon en aura 16,8c demy,&: ainsi pourrez
faire de tous autres Lieux.
Ì*VS AÒÏ ÏT VTÎLÍTE-
Trente & deuxiesmeproposition.
la distance fur Terre de
Cognoistre
deux Villes,ou Régions.

Apres auoir cogneu la Longitude 8c lá


Latitude de deux Villes» Si vous voulez
sçauoir quáts Miliere$,ouËieuës sot entre
içelles. Faut entendre qu'il y a tróls ma-
nières de trouver les ce qu au-
distáces,par
cuns Lieux ont seulement distance en La*
titude,aucuns en seulë Longitude,lçs au-
tres en Longitude 8c Latitude ensemble.
La distance donc de deux Lieux qui ont
mesme Longitudes diffèrent seulement
en Latitude, estplus facile à trouuer que
les autres: Car (selon Ptolomée te autres)

qu à vn chacun degré de Latitude


depuis
M tfo.Milìercsï-
rëipondenúouûótfrs,
talicques, âpres auoir la différence de La-
titude de deux Lieux > né faut que pour
chacun degré prendre 60. miliere^ou 30.
Lieues FranÇoises,ÔC pour chacune minu-
te vn M iiiere, ain si aurez la distance des»
dits Lieux.
** îly a faute eníestendroìticarPtolomíe dine
ìchaquedegrédu CiehólMille&dtmyquisfo
500 'pas typarainfivndcgrévaudrap. Lieues
&vn
DE VAj5Tfc Ò t A^E. 6$
fy* —mahp'our emiter la fraBjon, plusieurs le
comme nostre y^Hteur^ $* endormant
prnnent
-~-
p.Lieu'e'sà* JlyauraentreParû&Thúlose,
l$6,Li*HéS & ^tteft ì noter que combien que
Paris & Tbólofisoientsoubsmejme Méridiens
partatayent mefiftp Logitude qu'il ny ap^s pòúr?
tant autant de Lieues de chacune desditlcs Vils
Us soubs le Méridien des Canaries, ains il y a z,
íïeues & -~rde c. 4. d. a 2,
différence qujly
Lieues & -gamins de chemin dcparisfiubs ledit
Méridien que de thplostx U raison de ctfie dijffo
renceenest au texte fiàvênt.
Exemple, Paris 8c; Tholose sont pres-

que soubsmesme Méridien, & pourtant


íans Longitude; mais ils sontdifferensen
Latitude : car la Ville de Paris est de 48.
degrez,de Tholosede 43, ostez l'vne Al-
titude oú Latït u de,dc l'autre restet5. De-
grez lesquels multipliez par 60. font 300.
Milles d'Italie qui font cent chiquantes
Lieues Françoiîes »i'entend si l'on prend
le chemin de droict fil fie à droicte ligne Es
par ainsi il faut arrester par ceste exemple
que les Degrez de Latitude retiennent
généralement fur le dos de la terre egal
nombre de Millíers,foient ItaUques,Ger*
maniques, ouLíeuës Françoises.
I
l/VsAGE BT VTtiïtfE'
Qjuand aux lieux qui ont raesine Lati-
tude:mais diffèrent en Longitude,certai-
nement la forme de la mesure terrestre,
que nous auons baillée à la différence de
Latitude ne peut satisfaire à la différence
desdeux longitudcs,d autant que la forme
terrestre qui se recrestitvers les deux Pô-
les ne sepeut mesurer eg^.ementjfors qu'à
l'endroit del'Eq'.iateur ou 18. degrez plus
haut ou plus bas. Et autrement non : car
tant plus vous tirez vers le Pol Vrsin, ou
contre Vrsin, partant de f Equateur tant
plus les Equidistancesterrestressestreíis-
sent, pareillement les espaces de leurs De*
grez, tan t pour la diminution de leurs Pa-
rai leles , que pour la concurrence des li-
gnes Méridiennes, tendans aux deux Pô-
les du inonde.- parquoy les distances des
Lieux 8C Villes en Longitude ont bon be*
soin d'vne tablejaquellemonstre par tou-
te l'Europe quelle quantité de Miliers Ita-
liques ou de lieues Françaises faut donner
à chasque Degré du Parallèle terrestre,
qui est suiect à vne certaine Eleuatîon du
Pôle, de laquelle table l'vsage est tel.
Ellant tout certain de la distance, qui
c'a entre deux Villes,quand à la Longicu-
è k L* AsT k b L A ï il 6ê
âèseulement,ìa commune Latitude deì
deux Villes soit ccrché en la première co-
lomnë dé la table commençant à 35.3c fi-
hiilàntà58. & trouverez tout vis avis dé
vostre Latitude défia trouvée les Milierà
Italiques, ou lès lieues Fráçoises qu'il faut
âpphquërà peu prés àvri degré deLon-
gitude:puis prenez la différence des deu&
Villes eh Degrez de Longitude, laquelle
Vous multiplierez par les Miltersqui sorìt
destinez ëhvh Degré de Longitudes lè
Produict delá Multiplication vous mon-
strerala distante des deux Villes par Mil-
líers,òii Lieues selon leur
Longitude.
« La Ville de Paris 8c V Vni-
Exemple,
té de Tubinge ont mesme Latitude, sça-
uoir ëst,dc 48. Degrez » touteisois (seloh
Ptolorriéë) ili font différents en Longitu-
de: carlon donne à Paris 23 -~ de Longi-
tude 8c à Tubinge 2?i Degrez4* Ostez
Tvne Longitude delautrëteste 6. Degrez
de Longitude. Auec la commune Latitu-
de i entré dans la table.Ie trouue eh la pre-
mière colomne à main gauche 48. & tout
vis à vis je voy 4 3 Miliers.ou 21. Lieues 8C
demie, mais prenons les Lieues Françoi-
scs,lesquelles ie Multiplie par 6. differice
1 */
L'VSAGÏ ET VTHITE
de ces deux Longitudes, i'auray 129 ic dy
doncqu'entreParis ficTubingolon doit
compter de droict chemin 129.lieues Fr a*
doublées font 158. Mil-
Í:oiscs,lesquelles
icrs ltaliques,qui sot six fois 43. Milliers»
ainsi qu'il appert en la table.
>» lly a
faute en ce lieu, Car Paris fy* Tu*-
en îélévation dupole ^StVegre^o*
bingefont
minutes : Pour Paris il a bien 2j. Uegre%,& ~-
ma'ts Nostre auteur ne
Tubinge cnajo,(ít*~.
donnant que 19 J)cgre%jfy* ~>ì>Tubìnge trou*
ve 1 içMciïès FraçoisesimaisiileustmisTubin*
ge à 30. degre^fy -f- ,qui est fi vraye Longitu-
desteust trouvétntre ladite Ville fy* parts 150.
lieues.
La table suivante est calculée à raison de$o.
Lieues Françoifis au cy
degré austi ïExemple
dessus est calcule à mefine raison, comme austi les
/uivans.
'
DE L*ASTROLABE. 6y
TabledesMUiers appartenant aux Lon- ,
'
gitudes des Régions 8c Villes
principa- '' -
les de l'Europe/clondiucrs Parallèles >
& Latitudes des Régions. *,

D*- Milim \lHHts1rl' De Sitlitrt | Lirunbrí


gret ltnU^u$$ joistsfemr pi* IttUftis ffìfAféw
dela piurvn \vn Degré dtU four-vn v*ùfyrfc,-
tim- Degré de de le»* WH> \Dtgridt d$ ùnp-
dts. tfgitude {située. du, \\VigitHdt fwfr.'y.^.
\$ fr* Mì£jjL _Í£L H2W*
^nZ\
!í_ 'IIL ÌLJÌ. -JlL tíUiíi^
r î£j_ ZLtL.
ÎL_JL íiUliL."^

39 ïT[_ i±~JL -*Jíi~ 12 JíiZsí


40 4$ \___- 14 o^ 54^ Î3L J î? L
4> 4? j M J 5Î_ IÌLJ ty -?
4V 47 |_ if_*T '*_
54_]£I j_

'
44 ïïT^ !iL_ _ *íJiL _
T iîlJi.
431 j »* *i
*+1._ /T , JZj Jí2L. «1

Et si vouiez est la distan-


sçavoir qu'elle
ce de deux Lieux differens en Latitude 8C
, tçóuvez leurs Latitudes 8c
Lottgitudé
leur différence, mettez à part. Pareille-
ment tables dçPtolomée
sçachçfc parles
'
L' V S AGÏ I TV T t L ZTt'
leurs Longitudes, & mettez à part leur
différence,vous reduirez çn Quarréçes
deux différences de Longitude 8C Latitu-
de 8c leurs Qiiarrcïíaíleblerez, 8c de c'est
assemblage ccrchercz la Racine Quarrée^'
Jaquelle Multiplierez par £o. Milicrs>Ita-
liquesîou3o.heués Françoises,&le Pro*
Jluict vous monstrera la mesure terrestre,
est entre les deux Villes,
qui
nt Mots
Exemplc,SelonPtolomce,Les
de la Lune doù procède le Nil,ont 12. de-

grez de Latitude* & j7.de Longitude.Le


grand Promontoire Àspre en Ethiopie à
dé Latitude 8 .degrezôc de Lógitude73.1a
différence des Logitudes faict16. degrez,
la différence des Latitudes 4.QuarrezlV-
neôc l'autre difference,ivne fera 16,8c l'au-
tre i$6. les deux Quarrez assemblez font
29 6. desquels la Racine Qujrrée faict 1.7,
8c } ie Multiplie ceste Racine
presque
30.se Prqduict me faict dire qu'être le
par
Promótoire d'Ethiopie5& lesMôts source
du N U y a 516. lieues Franco ìses, qui font
ï.032. MiUed'ltalie» ces choses ont lieu és
lieux8ç qui sont soubs ou
Régions auprès
de la ligne Equinoctiaie 8c qui ont seule-
tpeut 18. Dçgrez de Latitude, maU si les
• DE LÀSTfcOtAlE
68^
lieux sont differens en Latitude de plus de ;
leurs différences '
i8. Dcgrezí lors prenez
comme à esté disk cy dessus, tant des Lon-
que Latitudes,/! les differeces des
Íjitudes
atitudçssont petites ay dez vous de laTa-
blepreçedente,comme vous verrez par le
premier exemple. Si elles sont
prochain
trop grandes 8c la Table précédente ne
YOUS peut satisfaire fans évidente erreur,
il vous faudra aider de la Table fubseque-
te.ainsi que vous verrez par leprochain se-
cond
exemple.
** Les Latitudes dont
est parlé enc est Exem-
ple fònt Latitudes Méridionales. Quand à la di*
stance que nostre auteur notes dit estre entre ces
deux Lieux dont ilparle^Ueestfauffe^arìl est
tres certainquet^îdditiode t%6.Quarréde 16.
fy*dei6* Quarré de 4. ne font pas amfi quildiì
296 sains seulement 27 2. dqnt la Racine Quar-
te est 1$ eSP-™- qui. Multiplies par 30. ain fi
qu'il veut ne font que 494* Lieues Françoises
fy* 109 o. pas fy* -~~ de pas que fi P addition des
Jguarre&dei6. fy* de 4. eussent fiais 19 6. ci-
me veut nostre auteur son conte et fust trouvé
btn\ mats cestefaute-là d les autres. Que
engendré
st onfaifoit valoir chaque Degré 3t. Lieues &
—* on trouvé Lieues françoises & 3 03,
eust 51 J.
I ïúj
t'viAdi EX vritm*.
pas fy*-L. de pas. Mais nostre auteur iieyprk
30. Lieues Prançoiseipourvn Degré tant pour
éviter la FraftiM, telle l
que dúsú r|í opinion
àepluficursifytiieÙeriïstnylâTcrrecohtimen
fa CirconférencexoiooXièues^ selon taufti
opinion elle en contient ui^ò» réussi Iacqúinot
donne à P arts feulement 48. VegreZde LititU*
de, fy* H a 48. Òtgre%,& 40. min% Sembla*
blement il donne ì Bordeaux
q^Vegre&stuler
ment fy* il a min, ainsi qu'il
4J. £^^44.
se void en t Exemplefuìuaht.
Premier Lahujitude de Paris
exemple,
faict 48. Degrez, celle de Bordeaux, 45.
leur différence 5. Degrez, la longitude de
Paris est de 23. -f- celle de Bordeaux de.
ï8. -~
leurdifferehcej.Degrezpariesla-
titudesdecesdeux Villes iëtroùue pref-
que mefme nombre de lieues, qui est de
22. lieues. Pàrquoy voyant fi petit nom*
breie maddreffe àlaprochàineTable a-
uec les deux latitudes, lesquelles me bail*
vne minuté désE-
lentpresque quarante
lesquelles ie Multiplie par la dis*
Î[uateur,
èrence des longitudes, sçavoirest,pàt j*
Degrez,le Produict memohstre J. Degret
8c 25. minutes dei'Iiquateur^econcíudsí
donc quesoubs les Parallèles de 4ï-4^»47
DE L* ASTROIA BBJ 69
& 48.degr. les j.Degrcz a j, mjnut.de l'E-

respondent de satis-font aux $•


Îuateur
tegté de longitudes qui sont entre les 2.
Villes.Ie Multiplie Quarrément 3. Dcgr.
2j.min.i'auray presque 12. Degrez je Mul-
ti plie ; .différence de auray 2 J,
longitude,!
iasscmblo, »J Somme 37. dont ietirela
Racine Quarrée,quimc faict presque6.

lesquels ie par 30. ie dy donc*


Multiplie
ques qu entre Paris 8c Bordeaux y a à peu
prés 180. lieues Françoises. Mais si par la
Table supérieure VOUÍ, voyezYne moult
grande différence delieuëïentrelesLa-
titudes des deux Villes, leurs distances se
en ceste sorte. Mettez à
cognoistront part
les deux différences des Latitudes^ Lon-
: puis prenez iustement la moitié
gitudes
de la différence des latitudes*laquelle Ád-
iousterez à la moindre latitude, ou bien
losterez de la plus grande, &ce
qui pro-
viendra de l'Àddition ou Soustraction,
soit mis à pareil signifie que c'est la moitié
de la Latitude, est comprinse 8c trou*
qui
yéeentreìes deux Ville?. Vous cercherez
ceste moyenne Latitude és premiers no-
bres de la
prochaine Table, qui vous mot*
strera en la seconde colomiie les minutes
ì! V S A G t Et V T t 11 T I
de TEquateur appartenans à vn Degré de
Longitude, qui est entre les deux Villes.
minutes del'Equateur,ie Mul-
Lesquelles
tiplie par la différence des Longitudes 8c
le Prodnictme faict veoir le nombre des
8c minutes del'Equateur, qui se
Degrez
trouvét entre les deux Villes, il faudra cc%
uertir en nombre Quarré l'Arc de l'Equa-
teur ,8c semblablement la différence des
deux Latitudes,&au reste procéder com-
me nous auons faict és deux derniers

exemples.
M Nostre auteur dit icy que la Racine Qttar*
fée de 37. est presque 6.fy* cestpìw de ôxar c'est
& pourtant il çest abusé en cest en-
6<&-~s
droit ; que fi les deux Produisis ^diouste^en-*
, fdft iustement 37. il y auoit,
semble eussent
Calcul entre Paris fy* Bordeaux 182.
filon son
Lieues fy* 6i%.pasfyt^ depas.
* La Latitude de Paris soit
Exemple,
de 48. Degrez, celle de Constantinople
soude 43. selon Ptolomée.La Longitude
de Paris contient 23.-7- Celle de Constâ-
tinople est de 56 Degrez. La différence
entre les deux I atitudes faict j. Degrez.
Ladifference entre les Longitudes est de
trente-deux degrez. -p La moitié de la
DE l'-ASTH.0L4B«.' 70
differëce des deux Latitudes vient à deux
degrez -7- laquellei'Adiousteàla moin-
dre Latitude 43. Degrez par ainsi i'auray
45» -f- ou bien ie lolte de la plus grande
qui est 48. parquoy i'auray 45. -f C'est la
vray e Latitude tenát à la Ville
appar qui se
trouvera entre Paris 8c Constantinople,
auec laquelle i entre en la prochaine Ta-
ble,8cvojrtoutvisàvis dc4J.Degrez 30*
minutes 42. minutes de TEquateur, les-
quelles ie Multiplie par la différence des
Longitudes,qui est32. -J- I'auray donc
1355. miruqui valent 2a. -7- 8c -7? c'est à di-
re 23. Degrez 35. minutes de l'Equateuv:
lesquels Multipliez par soy-mcsmc font
presque 5io.Multipliezauffiparsoy-mcs-
me j. qui est la différence des latitudes,
vous aurez 15. Adioustez ces deux-Quar-
rez somme, 535. dont la Racine Quarrée
fait presque 39.
23.1aquclle Multipliécpar
le Produict me faict dire que de Paris à
Constantinople on y peut comptera peu
prés, 69Q. íieuê's Françoiscs qui vasent^
Ï380. Mille d'Italie. Voicy la Table par
laquelleles Degrez delongitude font c6-
yertisen Degrez de lati,tude,selonlc çaj*
cul d* Apian en fa
Cosmographie.
L'vSAdB t* I t|T
V* t1
«4
Nostre auteur poursuit enceri dïner 4I,
la Latitude de paris oui end comme
gre^pour
f ay dit 48. &*4<>. msnu. Semblablement Con*
stantinopleì^ menutes moins quil ne luy don»
cela ily a faute ma.
$9*MáisÇansnoH$arrísterà
nifesteen fin Calcul\Cdr JÎ. D%rex& \ qui
est Udtfferencedela Longitude de paris icelle de
Constantinople à son conte Multiplies par 42,
minutes de tEquinoftial ( que chacun Degré de
doit valoir a esté trouvé par
différence ainsi qu'il
la Tablé supérieure) fonti$6$. minutes ne
qui
font que ti. Degfe^jfy*45.minutes (pluy ne
moins fy*
iroutequeiffl.minutésquifontío
iépendant ilirouve 23. Degré* }$* minutes, en
fort pektvérst en arithmétique,
ilparoist
Íuoyf abondant il netrouve 535. pour les Pro-
que
duiclsdez^. Degrt^fy*tf,minu,fy*aufiipOHr
les fi ce encor faux, car fans par*
Degrés qui est
ìerdes 35. minuterie Quarré de 23. Degrés
faictfiulfif. fy*celuydçi,quiest 25. Ad\oustè.
auec ftç, font mtD*avantageil dit que la Ra-
cine Qnarréedtf$tf. f ait presque í$>fy*'ttestcer-
•—• deDe*
tainqtteoutre23. quelledonneilreste
Mais cesfaute$> car elles nesepeuvet
gi. laissons
fy* Multiplions Jguarrément 2,2. De*
excuser
«w*W nous avons trouve
&*%,&4f* que
des des de paris
provenir dtferences Longitudes
tj* Constantinoplcfy*noHStrouvcrons$i*}J)e«
grcK& ^deDegréauquel nombre nom *4d~
esterons 25 «Produiçl du Quarré des diferencei
des Latitudes de Paris & Const3tìnopkijpt*4dì*
tiondonneratf?, Degrezjans le reste qu'on re*
jeté comme de peu de considération. ^/prés faut
prendre U RacineQuarree <fe$39. quìtst *3'P**

t?<K& £- #* dinsi à 30, Lieues pour Degré


nom trouverons qu d y a entre Paris fy* Con-

stantinople 696. Lieues peu plm.


t VSA G t ET YTIllTl'
Table dct
Derre^ des Longitudes enuerti\en Pe*
gre^ de l'Bquêttur, eu de Latitude.
Dfgri* c^ \MÍ»HU$& Digrtt <$»|Minuitt0>
minutad« \*t*9»dttde Mmmtsdt\ Sewndttìt
Ittìtoié. \lE$HMHur. . Latitude, j l'eqnáUur.
ilíg. mi. |cni. > ^ dcg tnì.| mi. ~>
» 0
Uj> o| 4Q__;, S*
? 2, \i] l
l\ Hlf» so\~* . \*ì jbMÍu H
\S O [48 \%\ , | 48 o||tO »
—-li 8
# !?!Ì5Z-JHL >o|í}'^r~~^
37 0|l47 U» °lHy **
ssl^
M HU; 1«Q U?" J°1U* *8
j* *\ |47 i«j ho 'ojh* M
\} JO11:* j71 h<> >olit< »
?» "ollVtf,. ^f I Jï ©11J7 4J
'
?y 301|j* t7| . 151 <olì)7 *'
40 oj Ì4J 57s_ 15* ojil* íf
40 SQl|4f )7| |5* »bjhí )i
41 o| ù< H (o 5 jh; l
«1^ 1Q1Ì44 j6j Jfj jojjM 4J
4L— 0' l'i £'—< ,J *J ?) l*í_ ^
V* >ô||44 M|_ !;Ì ?Q!1H Í°
4J olÌ4l fM |f5 o| (» *4
ÍL-^Í^L^JÏÏL- -J 5Ì 3f>ïfj4 íf
44 ô| |»t »j |t* O'ÌIM h
44 foll 4» 47 j |j* |o|||* î
AS oj 14* *fl 157 Oj\ji 40
"
45 HÙ* ?l l*7 }o|h* '4
4* o|Ì4ií 4QJ h* ojls' 47
»,^I >o|l4» «8| l I I, I I »!——
' »—*——»——--—»«* » I II'*
t)i LYSTKÒLÁBI. 7Ì
Trente fy* troifiesme proposition.

Auoir la cognoissance des Vents,&de


quelle part ils procèdent.
Veu que les Vents changent sensible*
ment TA ir, 8c disposent les corps en cestô
Région bafle,causant aucunesfoisChaud,
Froid, Pluye ou beau temps: il sera con-
uenablesçavoir quec'estqueVent>ôcd où
il procède.
Vent est vne Exalaizon attirée de la
Terre,(parlavertuduSoleil,&desEstoil-
lcs ,)Chaudc ôc Seiche à fa première nais-
sance. Laquelle (aptes auoir esté repoul-
séedela froidure,estant en la seconde Ré-
gion de l*Air ) se meut obliquement enui-
ronlaTerre&prouient de diuerses par-
ties desHôrizoniPourceont les Vents di-
uers noms, selon les parties du Monde,
ou ils sortent U soufflent.
Pour trouver doncquesen certain téps
quel Vét règne, & de quelle part de l'H o-
rizon il procède, faut disposer s A strolabe
le Dos en haut, aux Quatre du
parties
monde ( par la 23. propolition ) en vn
lieu ou le Vent puilìe venir naturelle-
ment, fans aucune reuerberation, empcs--
i'VsÀCE ET vîiCm'. .
chcment de muraille, ou d'autre chose, ù
dresser vne Bannière Mobile au Centre
du Dos,laquelle agitée dd Vent, tournera
tellement la Charnière ou Girouet-
que
te d'icelle Bannière vous monstrera le
Vent,qui pour lors souffle fie Règne au
circuit du DOS de s Astrolabe, ou nous a-
uons deferit les Quatre Vents Cardi-
naulx: auec leurs Colateráux>à sçavoir sur
la lignedu vray Orient:î>ubsolanus,&ses
deux Colateraux Eurus/Sc Vulturnus. Et
à loppofíte vers la partie Occidentale Fa*
uonius ou Zephirus,& ses deux Colace.
raulx, Aphricus & Chorus. Semblable-
ment auons deferit en la partie de Midy,
Austcr ou Notus, Vent de la Mèr;& à co-
sté ses deux voisins Euroauster, de Ait-

stroaphricué. Conséquemment en Septé-


trion est deferit le Vent nomméSepten-
trional,ou Aparstias}áuecques ses circon-
uoisinS;Circius& Boreas,commeil appert
par la figure défaite par cy deuant,à la dé-
claration des parties.
E t conuient crìtendre>que d'iccux Vêts
les vns sot salutaites,les autres pernicieux:
& mal-sains, selon le lieu 8c Région d'où
ils procèdent. Car Subsolanus Vent du
vray
DE Ì'ASTRÛIÀBÌ, 73
Vray Orient est Chuid,Scc, Pur & Subtil:
^engendre les Nues, fait fleurir les Ar-
bres , & donne santé au corps:Ses Colate*
raulx sont de mesme nature , sinon que
Vulturnus Vent
d'Orient dEsté,deseichc
tout. Et les Vents opposites eh la partie
d'Occident,sont froids & Humides, eau-
fans Maladies, Pluyes>& Tonnerres.
Apres le V ent qui vient de M idy, avec
ses deux Golateraulx, est Chaudôc Hu-
mide , engendrant plusieurs Maladies, &
grandes PÍuyes.
FinablementÀparctias vent deSeptí-
trion, avec ces circonvoisins, est froid 6c
Secdèchaísànt la Pluyc, donnant santé au
corp$,mais nuysant aux fleurs de* Arbres,
& aux biens de la Terre.

Trente e^quatriefiné proposition k


Des Ascensions des Signes,& au*
tres Arcs du Zodiaque.

Faut nóter qUcl'Ascension dVn Signe*


Ou áutre Arc du Zodiaque, est r Arc de
ÍEquinoctial, montant avecques le Signe
ou î Arc du Zodiaque,ou lcspace de teps,
pendát lequel iceluy Arc se levé fur l'Ho-
rizon. Austi convient entendre que les
K
LVSÀGE ET VTrUTE
Ascensions sont en deux différences : sja-
voirest,Droictes8c Obliques. Les Drói-
ctes sont celles que Ton considère en
THorizon de la Sphère Droi&e, & les O-
bliqúes,cn T Horizon Oblique: 8c en lvne
8C l'autre, vn Signe est dict monter Droi-
ctement, avec lequel plus de trente De-
grez se lèvent de rEquinoctial, ou quand
il met plus de deux heures à sestever fur
rHorizon:& Obliquement avec lequel y
à rhôlhs de trente Degrez, ou quand il ne
met deux heures entières à se lever fur le-
dict Horizon.
D avantage est à considererque com-
munément lesdicìes Ascensionscomme-
cent au premier poind du Bélier, fors
quand Ton veut trouver les Ascensions
particulières AVn Signe ou degré,6c dau-
tres Arcs de TEclyptique.
Trente
fy*cinquiefineproposition.

Cognoistre l/Ascension des Signes en la


Sphère proifte,
II faut mettre la fin de quelque Signe,
ou autre Arc de TEclyptique surl'Hori-
zon Droict,& la petite'reiglc niiseôc située
Í ... i^
,--«n rn en cernent du Bélier j vous
D E l'AST R. O L A 8 E. 74
bioristreraleurs, Ascensions Droicies, au
Cercle des heures, depuis le poind qui
touche la reigle iufques à THorizon
Droict.
Exemple, Désirant cognoistre TAsccn-
sion du dernier Degré'du Taureau, je
mets la fin diceluy fur THorizon en O-
rient, 8C en adrefïântla icigleau commen-
cement du Bélier, ievoy énue le poincì:
qui touche la réigíe& sextremité de THo-
rizon Droict, qu'il y a 5.8. Degrez pour so
ascension Droicte. Mais fi Ton veut sa-
voir i Ascension particulièredudit Signé
du Taureau,saut icuiement remuer la rei-
gle, 8ch transporter sur le commence-
ment diidicì:Signe>& depuis la note qu'ck
le tou cheraau Limbe, iufques à THorizo
Dioict,là sera son Ascension particulière.-
Comme par Texemple précédente en lais-
sant la fin du Taureau,íur THorizo droid
8c la reigle mise au commencement du-
dict Signcie treuvcau Limbe son Ascen-
sion particulière estrede v trente De-
grez. Et notez la Sphère
qu'en Droicìe
quatre signes, sçavoir les GemeauX,le Cá-
cre,& leurs opposités>qui sont le Sagittai-
re 8c le Capricorne Levcnt, &: Couchent
K ij
t'VSAOE ET VTJXITE
Droicìement, 8c les 8. autres
Oblique-
ment. Car la portion de TEquateur mon-
tant ou dévalant, avec vn defdicts 4. Si-
gnes? surmonte 3o.Degrez,& avec vn des
autres huict,tl faict moins de 30. Degrez.
15 lacquinot ce contrarie en ceste proposition,
car il dit en ce lieu que leTaureauc*est levé avec
30. Dcjre%jdelEqkinoc~ìial%& surlafindeceste
proposition y tl dit que les 4» Signes qui fi lèvent
Droitement surpassent 50» Dégrève'est à dire
qu'Use levéplus de 30. Degreqjíel'Equinoflial
pendant leur lever ey avec les S.autres U sefleve
moins de$o.DegYe%detEqUÌnotfìaL Est donc
À Noter pour vne Maxime tr es-certaine qùen
quelque disposition de Sphère qu'on voudra ja.
mm Une je lcue$o. UegrczdeV Equinoflial a-
vec vn d tou -
SìgneÇqùten&ktw&Tï&quUy
jours plus ou moins, La Table suivante qui est
pour la Sphère DroìltefaicJ foy pour telle dis
position de Sphère, fy* tout cela arrive a cause de
t Obliquité au Zodiaque duqtid les qutl
angles
saisi auec Ftíori%pH varient perpétuellement,
mais il n en est pas ainsi des angles que FEqui-
nottialefr ttíorixçnfont enfèblccar en la Sphè-
re Droifte lefdits Anglesfont toujours DroiSls
(penloblique toujours Obliques >cenx cyplm
ou moins filon que la Sphère est situ ou moins O-
DE I* A STS.OIABE»
0"
bliqueiselon qudíi verra auxtables quenowt
neronssurla $j.prpposttion.
Table du Lever des Signes *en U
Sphère Droifíc.

\Signtt. | D<gr*jj M****-\^ 2l jjjggJfggL


OblqurneM. -mJU *7 Í4 I * 5l ì6

xUroitïtmtnt. Et )o l I .* I *» *8 A8
4
l<3>*»| '* I I I
j

Pow r explication de la Table supérieure il faut


sçaveir qu'ils à 4. £g»f* qui fi lèvent en vn
à dire quechacun defdits 4,$/-
mesmeternfSycest
fy* consume autant d son lever que Vau-
gnesmet
tre & pourtant je les ay tous mis en vne mefint
Ça*£fy*enfuitteaymtslesDegrez fy* Min.de
lEquìnoílialcorreponàantsi chaque Signe *$*
aufii les Heures comme cela est facile à voir 0
Exemple, Defirant stavoir combien ~4rit$
met & consume à son lever,je cerche séries dans
ladifte Table fy* trouvje que pendants qu'il fì
levé il fi levé 27. Degrez 54. Min. de l'Equinc
ftialqui valentvne heure jl. Min. fy*$6, se-
condes s fyr ainsi des autres qui font enta mefme
Ofr. Si je cerche le Taureauie trouveray iç*
K iij
l'VsAGE ET VTÏXItE'
Dewezejr 5 4. Minu. qui rejpondènt à vne hen*
te & w.min.é* 3 6 .Secondtsify* ain/ides autres
de U mefme Ca%e. Haissiieveuxsçavoirle ler
ver de Gemini , ie trouve yi.Dcgreî(\ikminu*
tes qui reftondentà 2. heures %. minutes & 48.
Secondes fy* ainsi des cintres de U mefme Caz.e.
Et d'autant ceux cy consumentplus de deux
que
heures à lever ils font dits se lever Droiéíement
fy* les autres, qui y font moins de deux heures
fontditsse lever obliquement.
Trente fy*fixiesmeproposition.
Trouver 1*Ascension des Estoilles descti-
tes en TAraigne du Zodiaque.
Pour cognoistre T Ascension Droicìe
des Estoilles>quifont descrites en TAstro-
tabe, mettez lapoincte d'icelles fur THo-
rizon Droìcì;, 8c la reigle au commence-
ment d'Aries, lors comptez de THorìzorï
Droict les Degrez du Limbe »Iufques au
touche icelle 8c vous
poinstque reigle,
aurez ladicte Ascension*
Exemple, si ieveux scavoir combien à
d'Ascension l'Estoille Spica
Virginis, ie
mets fa poincte fur l'Horizon
Droict: cn
ía partie d'Orient , 8c en dressant la reigle
fur le commencement d'Aiies, ie trouve
f—~ •*"»
DE t* A STH.P t A BE. 76
son Ascension Droicte estrc dei$íy. De-
entre le poinct qui touche la reigle,
grez,
iufques à THorizon Droict.

Trente fy*septiefme proposition.


Sçavoir i'Asccnsion des Signes en
la Sphère Oblique,
Mettez le commencement d Vn Signe,
ou autre Arc fur f Horizon de
Oblique
vostreTable, auec Ja reigle, en marquant
au Limbe le poinct quelle touche, puis
tournerez le Zodiaque iufques à ce que là
fin du Signe, ou Arc viennent Droicte-
ment fur THorizon Oblique, laissant Ja
reigle fur le commencement d'iceluy : cè
faict, faut compter les Degrez au Limbe
depuis la première marque que touche la
reigle» iufques à la seconde/par ainsi voUs
aurez icelle Ascension Oblique.
Exemple, Ie veux sçavoir combien le Si-
gne du T aureau met à se lever à Televatió
de48. Degrez, pour ce faire ie mets son
commencement sur THorizon Oblique
d'icelle table, avecques la reigseôc note le
poinct reípondant au Limbe , puis fais
tourner le Zodiaque avecques la reigle
iufques à ce que le dernier Degré d'iceluy
K iiij
i'Vs&qE ET VTILITE^
tombe fur ledict Horizon : ainsi Tespaco
entre les deux notes» me demonstre que
son Ascension particulière estdei?. De-
8ç *< Et convient entendre,
grez demy.
qu'en la Sphère Oblique sixSignes, sça-
voir est depuis le commencement du Ca-
ere, iufques au dernier du Sagittaire, mó-
tent fur nostre Horizon Droictement, 6c
couchent Obliquement: mais les six au-
tres depuis le premier du Capricorne,ius-
ques à la fin des Gémeaux, lèvent Obli-
quement,^: secouchent Droictement.
** O-
Jacquinotditencelteu^uenla Sphère
bUqueUyafis Signes qui se lèvent DròiSlemet
iÁfintM SignesDefiendans) tjrÇtx oblique-
ment (quifont les Signes Uontans\ce quinest
pas toujours vray car tìoulà Sphère àstulemet
Elévation de Pôle 4 4k
stxpegr.f np.fy **este*
vent Obliquement ( dire devroient
quifihnson
UverDrciftement)femblablement%.fy*Tist
lèvent Droiftemmt ( fy* i fin dire ils lèvent
Obliquement. La Table est pour vne
suivante
telle EUvationàsçavoìrdc 6. Degrés Eleva*
pondePole*
DE L'A STRO t ABÍ yj
Table du lever des signes en la Sphère
Oblique de 6. Degre^.
'
~\Signts\Dtgr.\Mi»u | HtnrJ Minu. | St con.
obi^utu \y~yCs~iT j 40 j" » j 4< j 40
Obliqués. |V«g| %9~] S* I l T 55
}""4Q^
Dw^. [iJ K> | U 1 48 Lj__l ? I '.*
Òroifts. jgp4»| )t | 3* j.t ) IQ 1 i4
Vfisit. i^nyi »o ( « | x 1 $I
j*_
ÒMqutt. \tîpJh\ X9 | S | I s |S j !*_
P4K /* Table supérieure il est cler fy* manifeste
la Sphère oblique il n'est pas toufiours
qu'en
vray que tesfix Signes qui font depuis Cancer tuf"
lafinduSagittaireseleventDroittementti*
Íntà
et fixautres car on trouve np fy*
Obliquement:
& fi lever obliquement veu que pendants leur
lever il nefi levé 29. minutes de
que Degrés,
lequel temps ne dure qu'une heure
VEquateur
*}6. minutes d? 132. Secondes fy* au contraire on
trouve que fendant que u fy* le %filevent il
se levé 31, Degrez, 4$. minutes de t Equateur
lequel temps dure 2. heures j.minutes,ii. Se*
condes. Bien est vray que le dire de nostre *Au-
teur est véritable H oùily a plus &Elévation de
Pole^comme il appert en la Table suivante qui
est Calculée pour t Elévation de Paru qui d 48.
Vegre&fy* 40.Mw.de Latitude Septetrionalc,
L'VSAGE ET v* *~., ,
Table du lever des
signes en la Sphère oblique
là toi le
Poleàsfò. Degre&^o. Minu-
tes de Latitude.
- ri mì - '' -—' i ,. —-—<, - i ». ii- »i'>"
l Signes \Degi. \Mb21t \fíeu,
\Min. \$eco».
oûi^utír\y_ x }~~i4~ | "TT""s"V~]" $* ï PT~
hiliques. iV^l if | I
îí_ Q* ( 14 1 «2_
Otrltqïíes. \n fh\ 17 | Fa { "ï I 49 t
~'JL-
Df'oUfsT~\Ìb te | y ]~ | t | *8 { M
aSi^f. lol^tl 4» J
uj Q 4t I o
Drg/ffj. \Úpúh\
4«~J í7 "j"', V, 1 4t j *
Zr rrAste
porte.que les Signes qui se lèvent
Droitement se couchent Obliquement fy* ats
contraire ce noter là
qui est vray (pfaut dejstts
que les Signes quise lèvent le plus
obliquement
comme Stfrics &
Pistesfi couchent le plus Droi~
Bernent fy* ainsi des
autres, fy* le tout doit estre
entendu en la
Sphère oblique: car en la Sphère
Droible il n en
est pas ainfi. Ordececytlen
en la est
parlé propositionsuivante.
Trente
fy-huìEliesmeproposition.
De Kpscension dés Signes, tant en la
Sphère Droicte qu'en TOblique.
PourlaDcscension n'est besoin bailler
reigle à cause qu e la Sphère Droicte TAs-
DE l'ASTRÒtAl t. 78
çenfion 8C Descension du Signe est tout
yn. Et en TOblique la Descension d vn

Signe se trouve par T Ascension de son

opposite, auquel il est toujours egal.


Exemple, La Descensiondu Signe du
Taureau sera de 41. Degrez, à cáuse que
T Ascension du Signe du Scorpion, qui est
son pppositc,est trouvée avoir tant dé De-
grez: aussi la Descension du Scorpion se*
ra de 18. Degrez &demy,qui est T Ascen-
sion du Taureau,& ainsi des autres:en Di-
visant iceux Degrez par quinze,& le reste
soit Multiplié par quatre, vous aurez les
heures & minutes ausquelles iceux Signes
se ievent 6c couchent.
Trente & neufiefme proposition.

Trouver les quatres Angles, ou Centres


du Ciel)à sçavoir les Maisons
quatres
principales.
Faut entendre que tout le Ciel est divi-
sé en plusieurs 6c diverses manières : L es
vnes pour mesurer les heures, 3c autres es-
paces de temps,qui se reduisent en TEqui-
hoctial, selon le mouvement du Premier
Mobile: Les autres pour la distinction des
propres mouvemes des Estoilles, ' lesquel-
. -^ ..y . • .
'|-
t'vSAOE ET VTrilTE*
les se réfèrent aux i7 douze Signes Céle-
stes de l'Eclyptique du Premier Mobile.
Et pource qu outre le temps 6c les mou-
vemens desusdicts, Ton considère les In-
fluences des Estoilles selon l'vn 8c l'autre
mouvements la diuersc situation dïcei-
les. Les Philosophes Antiques ont divisé
le Ciel en " douze parties egales,qu o ap-
pelle communément les IÎ. Maisons, 6c
ce par six Cercles permanens (comme a-
vons dicta la déclaration des parties) dot
les deux principaux font THorizon Obli-
que, 6c le Méridien,lesquels distinguent
toujours les quatres parties '? Cardina-
les du Monde.à sçavoir Orient, M inuict,
O ccident 6c Midy : qui s'appellent la pre-
miere,4*7.6e dixiesme Maison, Pour dôc-
ques trouver 6c avoir leur commence-
mentîíaut mettre leJDegtélduStMLcn-
tre les Almicantaraths, en mefme hauteur
que f aurez trouvé parle Dos de T Astrola-
bei& le degré du Zodiaque, qui cherra en
lapartie Orientale de THorizonObiique,
fera TAngle d'Orient,que nous appelions
Horoscopc^ou première Maison, duquel
le Degré opposite i qui cherra sur lcdict
Horizon en Occident,est TAneleOcci-
D E t' A S T R O L A B E» 70
dental,autrementdictla septiefme Mai-
son. Conséquemment le Degré, qui est
droictement sur la ligne de Midy , serà
T Angle de Midy^omméladixiesme Mai-
son, Se son N adirh qui touche la ligne de
Minuict,est T Angle de la Terre, appelle la

quat riesme Maison.


*o //
est parle en ce lieu des i %.signes Célestes
de ÍEclyptiquedu Premier Mobile\SurqUoyfaut
noter qùily a grande différence entre le Zodia»
du Premier Mobile fy* celuy du Firmament:
que
celuy la n ayant aucunes Estoilles fy* celuy cy
ayant ces Estoilles qu on appellent communément
les 12. font Y. \j. fy*c. lesquels
Signes qui font
ainsi appelles non i cause de la disposition ou fi-
des Estoilles qui font en ces lieux trains plu-
gure
stest à caist que U Soleil estant entels lieux rend
le temps avn tempérament semblable i celuy de
l\4nìmàl dont ceste partie est dénommée, fy*
voilapourquoy est fait mention en ce lieu detE-
clyptique du Premier Mobile : car c'est ì
légard
des i x. parties de ceste le
Eclyptiquelà que Soleil
nous commence les Saisons fy* autres particulari*

texjfrnonpasàtegarddelaligne du
Ecliptique
firmament bien quelles soient l*vne fous Vautre,
mais ì cause des divers mouvements {dont à
esté
parlé'a la première annotation marquée ** le
LvSAGE ET VTIIITE'
Soleil estant au premier Degré de séries du Prer
mier Mobile, n est pas au Premier
Degréde l*A~
ries du Firmament.
'8 Les 12. Maisons dont est parlé en ce lieu
font ainsi appellées pour la similitude , car tout
ainsi quvne Maison est faite pour habiter,de mes*
me les deux Luminaires fy* les cinq Pla*
grands
nettes en faisant leursrévolutions itentour du
Monde font chacune vn certain temps dans lei

Signes & à ceste cause font appelles Maisons dot


le Soleil fy* la Lune en ont chacun vneejr les

cinq Planettes én ont chacun deuxja Maison du


Soleil est le Lion, celle de la Lune Cancer \ Celles
de Saturne font *&, pour le iour & %>,pcur la
Nuict : Celles de 1£. te. pour le iour fy* X t0UY
la Nuits: Celles de o* .font Y. pour le iour fy* le
^\\. pour U Nuits: Celles de ?. font £z pour le
iour fy* le ftf< pour la NuiEh : Et celles de Ç.fo't
n. peur le iour &\xp. pour la Nui U» lisant
aussi sçavoir que quand les Planettes font aux Si-
qui leur attribués pour Maisons Us ont
gnes font
de vertu du Ciel fy*
lapins qùen vnautrepartie
tout ainsi qu'ils ont de certains Signes pour leurs
Maisons aussi y a il de certains Signes ausquels e»
stans Us font dites estre en Exil, comme lors que
le Soleil est en s*, la >, e n %. p. en Çl. fy* au
$s>.y.eniy,fy*xt\&.en&!. fy*an tf.?.**
DE L'ASTROLAB E* 8Ò
itl.ejr en Y. & $ auï>. fy* aux X. Sembla-
blement il y a de certains Signes oulefdites pla-
nettes estans elles font dites exaltées comme /f0.
en Y-la }.e» V- V- cn&.l). enÇh.Ç. en
o*. *» 2> • $. e# X • ^ Teste du en
íip. Dragon
u.é* la Queue au V£ Demefmts ilyade cer-
tains ou lefdites Planettes est ans elles font
Signes
dites de jetées, comme le &. en kQj. la y. au Ht. I).
*» Y. ip au 2>. o*, en Ç5. $. f» ijp. £• <w X ^
7V/?í? duDragonau ¥>.fy*la Queue en n:.
llfaut noter que combien qu'on appelle com-
munément Ariesla première Maison fy* Tourné
la fiçonde fy* ainsi ensuivants des autres que ce-
la se doit entendre àraison de com-
l^njequel
mence toujours à proprement parler lors que le
Soleil entre à ceSizne,mauen vnmot le si?ne
qui je trouve en la Racine d vne Notivitc ou au-
tre spéculationfiit de Maladie,
Voyage\ fy*c. est
.toujours la première Maifon^fyc. Ceste premie*
re la
Maison est M,tison de Vie fy* du commen-
cement de toutes choses c. a. d.par
laquelle on lu-
ge de la vie, tyc. La seconde ejì la Maison de Sub-
stancejant des appartenates à la vie qu'au*
choses
tre choses. La troisième est des Frères fy* Parens
fy*auf$ides voyages de briesve durée\ La Qm-
triejmeestU Maison quiiuge des Héritages fy*
autres Immeubles. La cinquiefinc est la
Mai/on
t/ VS ACE ET VT1LÌTÉ*
des des Testaments & À*
Enfam,dts Messagers^
mitiés. La fìxiefme est la Maison des Maladies,
Seigneuries,Serviteurs,BestesDomestiques,Pri>-
fonniers &des Membres du corps humain. La
Maison de la Moitié de la vie hu-
feptiefineestla
maine des Contentions c Débats, des Femmes
ejt du Mariage. La huitliefme est la Mai fonde U
Mort. La neufiefme est la Maison des
Longi
Voyages,Foyi Religion & Sapience. La dixiefine
est la Maison lmpenaUe 9 RoyaHe,deNobleJsei
Honneur , Exaltation fy* bonne renommée*
LÌvn%iesme est la Maison qui luge del'Espéran-
ce, Confiance fy* bonne ou mauyaise adventure
de Dhomme. La dowzjesme fy* derniere est la
M aifin dEnvie fy* de Tri sieste,de Finesse ejr de
Tromperie.
19 Les Cardinales >qùon appeU
quatre parties
le autrement JeS Gons du Ciel}& cejl ce qùil ap-

pelle puis âpres, les Cest quatredi-je


cingles.
les principaux d vne Horoscope, fy* sur les-
font
quels onfande les principaux Ingcments* Et Ces
points là font les premiers trouve^par
quatre
ceux qui domifient par t astrolabe : mais ceux
fi servent des Bphemerides cerchent pre-
qui
mièrement la dixiefine Maison qui est le milieu
ou haut du Cielejr qui est icy appelle tringle de
Midytjrdelaoncercheapre$lon7áefme,puûU
douces*
, DE t* Ai fk o IA B *£' 2i
de la on vient à l'Horofiope yêií
Úoù%iestne&
première Maison ,pùti alaseconde\ tjrdeïaàla
é* &*** trouvé ces 6.tì lettré
3i Signts oppoÇi*
tes font les 6. autres.
*° Voulant drcíTef Vne figu^
Exemple,
fcepòurvh quièstnélèijídu moisdèlúiià
à quatre heures âpres Midy,léSoleilestât
au troisiefme du Cancre ,.ie prens la h au-
teur dii Soleil, ad Dos de T Astrolabe, la-
quelle trouve de 34; Degrez âpres Midy,
àdóc le Degré du Soleil, mis 8c apposé sur
mesmehameur entreles Almicantaraths,
iqtrouvele 19..du Scorpion, tomber íur
THorizpn Oblique en Orient, qui serai
Xti oroscope dïcelle Nativ jtéÎ6c íe.16. du
Taureau en Occident, quiestsorf opposi-
te:pareillcmét sur la ligne de Midy jetrou-
vc le premier des Gémeaux, 6c en la ligne
de Mihuict le premier Degré des Poiíîôs,
qui est son Nadirh, lesquels avons disposé
en ceste figure Géométrique, ainsi qu'on
à de coustumefaire en Astronomie.
*•
u4ujour£huyU 15, jour de tùin, le Soleil
est au 14. de n. fy* hon au 3 * du Cancre* Or te
24. de n. mis entre les almicantaraths, en U
hauteur trouvée, Midyy
qui est 54. Degre^apres
cela marque le tomber fur l'Horìion
14, du^i
L
L'VSAGB ET VTIÌITEV
Oblique^n la partie Orientale puisera t H ori^o
dtcelle Nativité-) fy* le14, du Taureau en la par*
tie Occìienulc^quicfìstn Degré oppositey fy* fur
de Midy,je trcuve le %8.du Lion ,• ejr en
laligne
laligne deMinuidle ti. ^^iquarim, qui est
fin Nadirh. Le reste ce trouve suivant le texte
de nostre auteur.
J^arantiesme proposition. : (
dresser le&doUze Maisons du,
Sçavoir
Ciel a toutes heures, 6c en
tout temps. . ,. . i

II y à deux yòyesprihgpases* pour drés?


fer les Maisons du C:él,dòht Tvne est bail'-
léepar les AncienSp&spar lé$f Astrologues
Modernes : sçavoir est,par dé Monte Re-
gio, 6c Purbache, 6c combíéiì'qu elleVàít?
terent peu entre elles, si ÍA M ó-
est-^eque
derne à quelque commodité davantage^
6c est celle dont l on' v se pòùr lé jotfrd'huy
comiiiunément, tìeantmoins nousénfei^
gnetorts la practique de toutes les'dètó
Aucuns adjóustentîatròisié^
selon Campanus, laquelle nie trouvons a-
voir ertcttrés esté traictce eh Tvsage de
TAstrolabé.
Pour dresser donc vne figure selon la
manière dé,deMonte Regio, laquelle en-
trelesáutres est la meilleure 6c plus raiío-
sçavoir justement f heure
nablc^ohvient
par le ooíéil, Estoille, ou Horologe : 6c
mettre la petite reigle avec
le Degré du
Soleil, sur icelle heure ( comme avonsde-
monstre cy devant) en tenat fer me le Zo-
Lii
L'VSAGE ET
^J^ÌTE'
diaque en icelle situationJPuj^cercherez
^quatçe Angles par la doctrine précédente,
qui seront pour le commencement dé la
première, quatriesme,septiefme, 6c dixief-
me Maisons. Au reste, pour les huict au-
tres , faut regarder les huict Degrez de
fEclyptiquc, qui tombent dessus ïvne &
l'autre partie,des^4; grands Cercles, des-
crits tant dessus comme dessoubs THori-
zon,és Tables des Regions:à sçavoir pour
la seconde Maison le Degré d uZodiaque,
qui est sur TAjc prochain de THorizon
Obliquctendant à la ligne de Minuict, &í
la troisiesmeau semblable Arc ensuivant.
Conséquemment pour la cinquiesme &
6c sixiesme prendrez garde aux deux Arcs
d entre T Angle de la Terre 6c d'Occident.
Et âpres avoir cóstitué icelles six premie
rés fans regarder fur les parties d'iceux
Arcs, vous pourrez trouver par sembla-
ble Degré des S ignés opp osites les six au-
tres Maisons : caria première est opposite

âlaseptiesme, (comme nous aifóìTsdict)


la seconde à la huictiesmeja troisiefmc à la
neufiesmc :T
Angle de la Terre à la dixieí-
me la cinquiesme à Tynziesme : 6c finale-
ment la sixieímeà la douziesme,
DE 't'Atrioï AÏE?

Figure pour Exemple. ,

Thcma coeleste.^K>

Quarante fy^wniesmeproposition.
La seconde manière pour Domi-
fier selon les Anciens.
Vous pourrez d avantage(selQhles An-
ciens ) trouver les douze Maisons du Ciel'
par la doctrine qui s'enfuit. Premicrcmét
faut cognoistre comme dessus les quatre
L iij
* ** „>•' '...'.
>'" LVS A GE E t jf'-T'l 11 TE'
adresserez le Degré de TAs-
A'ngles^puis
cendanTíïir í'Arc de la huictiesme heure
inegale,6c le Degré qui cherra sur la ligne
de Minuict est )e commencement de la
seconde Maison, 8c le Degré opposite se
trouve au commencement delahuióties-
rae Maison.En âpres ramènerez derechef
ledict Ascendat àlafindeiadixiçsmehpu*
re inégale, de le Degré que -trouverrez fur
ladite ligne de Minuictestle commence-
ment delatroisiçfmeMaisoo.'Et son degré

opposite tenant la ligne Méridienne côm-

pîencelaneufiesmeMaifón.Cefaict/prc-
drez le Degré dela septiesméÎBc le dresse-
rez sur la seconde heure inégale ,adonçle
Degré du Signe qui cherra sur la ligne de
M inuictjsera le commencement de la cin-

quiesme Maison, 6c son Degré opposite


tient f entrée deTonziesme Maison. Sem-
blablement vous tournerez ledict Degré
de la septiesme suctaquatriesme heure
inégales le Degré tenant la ligne de Mi-
nuict commencera la fixtesme M aison ,8c
son Degré opposite tenant la ligne de Mi-
dy , doit commencer la douziesme Mai-
son. Vt*us voyez toutes les ii. Maisons
D E '.ÏÀStïò't Ai il 84
égalées selon lamode des Anciens, suivat
la précédente figure.

ÏÏjp&g^^

Figuré pòùr co-


ghoistrc les 12. Mai-
sons Célestes, fé-
lonies Anciens.

Vous pourrez aussi par autrç supputa-


tion (selon ceste seconde manière ) trou-
ver àpeupreslesdictes douze Maisons,en
mettant la reigle fur le Degré de T Ascen-
dant H marquât le poinct du L imbe quel-
ce Diviserez en troispar-
lctouche.Apres
L iiîj
V VSACE ET
y.T-t'il'TEÍ
tses egases'TÁrcquiest depuis ledit poinct
íá de M la
iufques à ligne idy ,8c reigle dres-
sée à 1$ première division, qui est sur THo-
rizon, d\visera6c distinguerale commen-
cement de la douziesme M aison, aux De-

grez de TEclyptiquë. Aussi icelle reigle


sur là secondé divisiòu, en ti-
transportée
rant à Ja ligne dé Midy,demonstrera Tyn-
ziesme Maison.
SemblablementTArç,quiest depuis.le
poiiict rioté à TAscendant jusques à la li-
gne de Mtnuict, divisé en trois
portions
, egalesmous enseignera le commencemét
des autres Maisons: assavoir la seconde
par là première division notée sous THo-
rizon , 8c la troisiefmepar la seconde divi-
sion, tendant en laligrie.de Minuict , en y
adressant la reigle par leur commence-
ment,comme il est dict:par les Degrez op*
d'icelles cognoistrez le commen-
posites
cement des autres Maisons comme de-
vant.
Qumnte'deuxiesmeproposition.
les tant
Cognoistre Aspects6cRegards,
des Estoilles Fixes que des Planettes.

L'yyspe ft des Estoilles, tyju Fixes cómç,


P E L' A Vf R 0 t A B.£ 5j
Erraticques >n est autre chose qu'vne cer7
taine habitude qu'elles ont aucuncsfois
ensemble au Ciel, selon laquelle commu-
niquent plus sensiblement leurs lumières,
&c Influénccs.Ët pombien que lesdicts As-
pectsiepuissent cognoistre fans T Astrola-

be,toutesfoispouLcc que nous avons par-


lé des douze M aifons du Ciel, concernât
les jugemens d'Aítrologie , ausquels les
Aspects font requis, est çonuenable brief-
vementen selon les Degrez
parler deTE-
clyptique, qui est la modeplus vniverfel-
le, car quand aux autres manières de p ra-
stiquer lesdicts Aspects, font requises Ta*
bJes,commç celles de,deMonteRegio,ou
autres. Faut doncques entendre , qu'en
comprenant la conjonction entre les As-
pects (mais improprement) il s'en trouve
de cinq espèces, à sçavoir. Conjonction,
Opposition*Trine,Quadrat,èç Sextil.
Parquoy si vous voulez Cognoistre par
T Astrolabe lesdicts Aspect$,faut entendre
que tous les Degrez ou Estoilles distantes
de deux Signes (qui est la lixiesme partie
de tout le Cercle) se regaident dvn As-
pect sextil, corne le premier du Bélier au
9
premier des Gémeaux. Pareillemétsi \o
i'VsAGE ET VTíCïTE*.
Voyez trois Signes ou nonante Degrez,
entre deux Estoilles ( qui est la quatriefme
partie dudict Cercle) ce sera vn Aspect
Quadrat, comme lé premier du Bélier au
du Cancre. Plus si vous trouvez
Ì>remier
a distance de quatre Signes , qui font cent
vingt Degrez, ou la troisiefihe partie de
TEclyptique, c*est vn Aspect Trine, com-
me seroit ie du Bélier au premier
premier
du Lyon. D avantage si lesdicts lieux sot

loing f vn de l'autre de six Signes, ou cent


octante Degrez ( qui est la moitié du Cer-
cle) ils se regarderont d Vn Aspect oppo«
áte, comme le premier d'Aries, Bc le pre-
micr de Libt&ssont en ^stefîi Opposition.
Finablement quand deux Etstoiiles sont
ensemble en vn mefme Signe8c Degré,
cela est dit Conjonction.
E t convient sçavoir que desdíts Aspects
en y a trois, sçavoir est, le S extil, le Qua-
drat, U leTrine, qui font doubJ es, regar-
dáns à dextre 6c à ícncstre.L'A ipect sene-
stre est fait selon Tordre des douze Signes
du Zodiaque ôc le dextre, au contrairecô-
treTordre,8csuccessiondefdicts Signes.
Exemple, La Lune estant au premier
du Bélier regarde Iupiter au commence-
DE ÎÍASTILOXAEE ífo
ment du Verseau d'vn Aspect Sextil dex-
tre: 6c d'autre costéregarde Venus enflant
au premier des Gémeaux , d'vn mpcct
Sextil scnestre 8c ainsi des autres, dequoy
auez la figure cy âpres defçrite.
En outre , faut-entendre que desdicts
Aspects,lesVnssoçitbons 6çtempérez,&c
les autres mauyais, selon la répugnance,
ou similitudedes Lieux où ils font faits^ou
scló la Qualité des Estoilles^qui se trouvét
ausdicts Lieux,eommeleSextil est faict do
deux Signes, convenans eh vne Qualité,
ainsi quele Bélier, 6c les Gémeaux sem-
blables en Chaleur, qui est Aspect d*Ami-
tié moyenne.
Et le Trine est faict de deux Signes d'vnc
mefme Nature 6c Qualité, comme le Bél-
licr 6c le Lyon, qui font Chaulds 6c Secs,
parquoy est Aspect de parfaicte Amitié 6c
convenance: mais les Afpcctsdlnimitié
se font en Sig'nes rcpugnans en vne, ou
deux Qualitez, dot le Quadiat est Aspect
dìnimitié moyennes Topposite de Hai -
ne complettcmesme est estime maling,tát
pour la distace dvn lieu à Tautre,quc pour
leur contrariété.
ET yfiiiirV,
yys^oE
Caraftercs des ^íjpefts,

'&'% Sextil Jfcitt.

^* Conjonftton.
<P* Ofptfitió».-

Jguarante fy* troìficfme proposition.

SçavoirTHoroscope 8cDcgré, Ascendít


des Révolutions du Monde,ou desNa,-
tivitez,6c autres commencemens.
c í> ì t* X i Á B i. 8*
iiiàj
Révolution des Ansdumondc.est qiíâa
le Soleil retourne au premier Dégrite mi-
nute du Signed'Arics, qui est de nostre*
temp$,environ kídixiesmedéMars, OU*]
nous avons TEquinoxé du Printemps^
Faut dire aujourahuy environ le io.de Mars*%
LaRevolutió des Nativitezy ou
d'autre^
feMáfe fe^me d'Edifice, Election, 6c m*j
tres commencemens: est quaridle Soleils
rentre au mefme Degré êc minute qu'il?,
estoit à celle heure, que ces choses ont eu,
leurs commencemens.
Doncques pour sçavoir tou$ les Ans
THoroscope desdictes Révolutions pâi;
TAstrolabe^jl vous convient avenir vhej
Racine6c temps certain » du commence-'
ment d'icellc chose, ou d'vnc des Révolu-
tions précédentes : & noter iceluy temps
par les heures 6c minutes, au Limbe de„
P Astrolabe, pour vostre RacimSEnapres
pour chacun A n subséquent, Sut coptes
du poinct d'icelle sept De-
Racinéfcctante
grez^ vingt minutcs,ou cinq heures, 6c
environ quarante-neuf minutes, prenant
quinze Degrez pour Vné heure %6c quatre
minutés pour vn Degré : Puis dresserez la
reigle fur la fin d'icetuy nombre,soubs la-
I^VSAGE ET VTIXiTÉ
So-
quclleamenerezleDegréoucstoitle
leil,au temps de la Racine d icelle Revo-
luiionfce faict aurezTH oroscope avec les
autres Angles, suivant lesqucispourrez
trouver les autres huict Maisons du Ciel*
fcomme il est dict cy dessus,6c dresser la Fi-
gure Astronomique,pourjueer de la dis-
position d'icelle Révolution»
» *» Jbxempie,nni/\nneei5oo.ieioDto-
ledixiesme de Mars à six heures 12.
jphler,
limites apres Midy , le Soleil entra au

f remier Degré du Bélier. Iecomptedóc-


questoutee temps, au bord de T Astrola-
be, 6c le marque diligemment: car pour
les Années futures il me doit servir de
Racine. Cela fak^pour sçavoir le Degré
de Révolution, pourTAnnée isi^ostez
de ceste somme 1500. restent 15. Années,
auec lesquelles i entre dans la prochaine
Table des Révolutions 6c voy toutàlen-
droit cinquante cinq Degrez,8csix minu-
tesdeíquels Devrez 6cminutes je compte
au bord de TAstrolabe, depuis la marque,
en tirant à main droicte contre Tordre des
douze ; 6c à la fin du compte j'ap*
Signes
» le bout de la reigle» auec le premier
plique
Degré du Bélier. Lors je voy qneie 14.au
DE L'AST*QXABI,\ 88
Scorpion touche THorizon Oriental, le
dy donc que le 14. Degré du Scorpion,
faictlavrayeRevolutionde TAnnée 1513.
6c pendant le quatorziesme du Scor-
que
touche 6cse tien t à T H or izon Orien-
pion
tal, vous verrez en mcsmc instant les De-

grez des autres vnze Maisons, suivant la


manière de faire de lean de Mont-Royal,
** En tous ces a cela à confidc.
Exemples ily
rer%cyest que Stophler fy* nostre auteur ont par-*
lé avant la reformât ion dn Calendrier, & pour-
tant faut toujours dire 10. touysplus ì rai»
queux
fin aequoy faut direà présent, le ao. de Marsjfr
non le to. Lereste de l Exemple fi doit reformer

suivant ce dit en
quia este tMxempledela^
proposition* '".."';.
Ì'VÌÁGÌ ET VflUTE'

dressée suivant la doílrine


tigm
précédente.

Table
Í>E t'ÂSTR.ÓtABEr $9
Table de»
Révolutions pour les Années,,
futures des Nativitez 6c Edifices. >>*-- ;«

ïenUrt\\úsDe- \UtMi~\ \U^^tl^tTSe^]i„*$• .


(ittAns. \\grtz, \»utts._J \iet^m. \\$tex>. \nn^.

i ll'74 1**1 Ji/ ||44 V"


5 iu« |57 i jii JIM^^ÍILZ
4 |j>49 j'* | "jo
Ì/JL.JÌÍ*
5_ lb 6 I** 1 IflJjï^-j'g _
^ If6* ÍH, j J40 |j*sj [£
te I
L_JËi_ J^_JII!l_ÌîC
? lla«: 1M. . 1 >
;l»Hj_jg3..':
? ll*s lso I [too ||Ì?I j*r.:n
[o jl'53 b I \€F2:*
JÌ2ÎLJI,8Í_.
« [I140 |
jtf Jl°JLjíî^ 1^
»i 11*2.7 I47 f, fcLjíl^T^Jl
** \\SS l«J J*Pg_Jlff Ì4£VVsi
[4 II'4* 1*5 , | r.N^^EZJiJL,
y; 11**9 N [ {700 |l»8o Ht

Mais pour autant que ce serokvnecho-


se laborieuse de compter tousiours v ^
depuis -,;
la Racine autant de fois 87. Degrez, 6c
%fe*j
*M
dix nèûTlrunutes , au Limbe de Tin*
strument,comme ily a d'Annéespassécs.
Nous avons icy adjousté vne table appar-
M
VVSACE ET VTIIITE
tenant à Stofler»par laquelle pourrons fa-
Ucilement ttouver^lesdictes Révolutions,
en regardant les Ans qui sont depuis^Ja
iufques à celuy de vostre
RacineSSSí
ívevolution, en entrant auec íenombre
diceux descrics dessoubs ce tiltrc(lenó*
bredes Ans)au costé scnestre de laTa-
ble, au droict
duquel à la main
droicte
trouverez le nombre des Dcgrez,qunaut
compterau Limbe deTAstrolabe, depuis
la marque de la Racine jusques à la sin d'i-
. ceux Degrez: par ainsi vous aurez Thcure
quecefaictlaRevolution,6c dresserez les
douze Maisons du Ciel, comme il est dit.
* Et s'il
advient que les Ans depuis vo-
'stre Racinene se trouvent en aucuns des
nombres de la première colonne qui est à
costé scnestre, faut prendre le plus pro-
chain^SvP^ffëSs'ï *^ puis entrer avec ce
de tout le nombres iceux
^u'ilendeffaut
>egrcz trouvez à deux fois les Adjouster
ensemble, en rejettant tousiours ^óofs'il
est besoing ,6c le reste compter depuis le
lieu de la Racine, selon Tordre de la des-
cription des heures.
Exemple, Posez qu'il y eust depuis la
Racine d vne Nativité iufques à fa Revo-
y DE ÍASTROIABÏ, 90
limon vingt 6c cinq Ans >j entre prcmie*
rement en la Table avec vingt, <jui est le
nombre inférieur plus prochain, au droist
ie trouve 306. Degrez 6c 19, Mi-
duquel
hutes>8c pour ce qu'il reste encores 5. Ans,
ie viens au droict de ce nombre y,à ladicte
Table,ousetrouve76. Degrez,6C35. Mi-
nutes. Lesquels nombres conjoinctsen*
semble font 382,. Degrez, 6c 54. Minuccs:
parquoy en rejettant 360. qui est tout le
Gercle,en démeure encores zz.DegréZjôc
54. M imites, qu'il faut compter du lieu de
la Racine, 6c là amener le lieu du Soleil,
àvcc la reigle. Ainsi verrez Theure que
commence Révolutions8cTHo«
ladite
iroscoped'icelle, comme il est dict. &£&&
<Vè»f(Uuny KW^ "b**í *Í*>Î<Pfir>«Sn*??WSÇ--

to FlN fcV TRiMIEK TE.AICTE'

Mij
LE SECOND

TRAICTE' DE L'ASTRO-
Ï.ABE, COMPRENAIT l'vSAGE
des dime nfions Géométriques, par te fi
chelle ÍAltimcttredefiritcan dos
dteeluy instrument, dicJe
autrement Quarré
Géométrique.

PRFS avo*r *ufyues *cy


^3^/^§aè
fun^^amment déclaré Tvsa-
f^^O^W
8e ^c l*Astrolabe , èn tant
f ^^\ y^
que touche la spéculation
^Wj^jè^Ó
;. X£j&w \. ^ reste de
Cosmographique
? Altimètre mise
déduireTvsagedeTeschelle
. 6c dêscriteau dos dudïct Astrolabe. Icel-
»• lcEschelle à deux còstezegaux, cleuez
perpendiculairement Tvn fur l'autre Qua-
dran dlceluy dos soubs THorizon, dont
la partie de dessoubs, croisant la ligne de
Minuict, s appelle Ombre, ou Eichelle
droicte ^ qui est faicte des corps eleuez
droictement fur la Terre, comme est vne
Tour,8c autre chose semblable : EtTautre

cjiii descend de THorizon sur icelle Es-


chelle droicte ,equidistante de la ligne de
DV QVARfcÉ GEOMETRIQVE 91
Minuict,cstappcllée Ombre Verse,ourê-
versécqui se faict de la lôgueur d'vn corps

cquidistant à la su perficie de la Terre, co-


rne est vne perche fichée en vn Mur, sur
laquelle le Soleil donne, 6c ontlesdictes
Eschelles douze poincts parla position,
desquels nous entendons les choses que
voulons mesurer estre divisées en sembla-
bles nombres,6c D avantage
proportions.
la reigle du dosticntle lieudela ligne vi*
suelle,cestàdire,cclle quis'estend depuis
le Centre de ToeiUusques à la sommité de
la chose*terminéc, ou bien pour le rayon
duSoleil,quitouche le bout d'cnhaultde
la chose qu'on veut mesurer,finissant en la
superficie de THorizon. Pareillement la
ligne de Minuict,qui descend par le Cen-
tre deT Astrolabe,nous représente les cho-
ies qu'on mesure, 6c est mise au lieu des
hauteurs 6c profonditez.

M iij
I A PRACTXQJ^

De la quantité ejs proportion des Mesures.

Premier que descendre à la practique


des mesures, sera commode de déclarer la
quantité 6t portion de celles desquelles
son vse communément,8çavantcé con-
vif *u entendre dimension des cho-
qiiela
fes,se trouve en trois différences. la pre-
mière est dite Altimctrie5par laquelle font
DV QJARRE OEOMETRTCÍVI. pi
me. :rées toutes longueurs simples, com-
me la hauteur d'vne Tour, la longueur
d'vnChamp,distancedes Villes, & autres
: L'autre Planimetric
Longitudes qui se
faict en longueur 6c largeur, comme sont
Arpens de terre, 6c toutes autres mesures

superficielles.Latroisiesme,Steieometrie,
ou Solimetrie,qui.cst en largcur,longucur
& profohdité ce qui appartient aux corps
solides, Vaisseaux contenans huiles, vins,
,bleds,scautres choses scmblablcs,desquel-
les différences en Tvsagç de TAsirolabe
l'on ne traictç communément que de la
qui est simple,par laquelle se me-
.pvAmietg
íurentla hauteur des Toúçs, Arbres, Co-
lonnes : longueur d vn Chjamp , largeur
dVf»eA,íUuiere,pro d vri Puys, 6t
fondis
autres choses semblables j j ; ;\
Mesurer donc eji ceste mjiAiere, est co*

gnoistre coinbien la entre les cx-


ligpéd
tremitez d'icelle longuOiirí, contient de
mesures fameuses. Nòu,s appelions me-
sures fameuses ou vulgáirc|s,çellesquiont
moins d'inégalité entreljèlès,^ sont pîus
cogneucs à 1 homme, coiime fònt
doigts,
pieds^as^autres d'i-
mesi&jeíj composées
çelies.parquoy faut doigt
en^|lre,qiiVn
wi *
Miiij
:
tA IKKtlCQJt
est Tintcrvale de quatre grains dorgc
couchez en large 6c non du long.
La palme est composée de quatre doigts.

Lepied,dequatrepaìmes5ou\6. doigts,
La couldce, d'vn pied 6C demy.
JLc pas Geometrique,de cinq pieds.
Le commun, de deux pieds 6c demy.
Latoyse,desixpied$.
JU vergeou perche,de a.pas,ou dix pieds!

Lastadedecent 6c

vingt-cinq pas»^'
LcMiliere Italique,
de huict stades,ou
mil pas.
fa-t^'f)
La lieue Françoise
^§ est faicte de deux

M'ûkïcs.jU^q^f
Et combien que les;
Sir' ^ieds des homes se
8a: trouvée inégaux,
"'s neátmóinsl'óade
ST s
coustumedeéslire
*!;.* ynpropre,àla pro-
portion duquel se
«Et
mesurêt les terres:
édifices", 6c autres

mefurespubliques
d'vn pays»
PV QVAR.RE GEoMBTRIQVE. 93
, Première proposition du Quarré
Géométrique.
Trouver la hauteur d'vne Tour, ou autre
chose par TOmbredu Soleil;
** est élevé
Sçaçhez quand le Soleil
de 45. Degrez parla quatriesmeproposir
tion du premier traicté, qui se faict seule-
ment en nostre Région, ou le Pôle este-

leuésurl,Horizon,48.Degrez,8C40.Mi-
nut. quád le S oleii se trouve entre le neu-
fiesme Degré duBelierôclezi.delaVir-
ge. U se trouve iustement eleué de 45.

Degrez à Midy, deux fois T Année, sça-


voir est, environ le neufiesme 6c dixiesme
du Belier,6caussienvironle vingtiesme 6c

vingt 6cvniesmcdelaVirgc. Lors le So-


leil rend justement la longueur des Om-
bres égales à la hauteur de leurs eorps.Ve-
tens ces choses és pays 6c contrées qui ont
vne Latitude semblable à celle de Paris-.*'
" Tout ainsi que par le Soleil on trouve U
hauteur Tour y òn outre Corps élevé Or~
d'vne
thogonellcment tfíorì&on -, de mefmcs le
fur
peut onpraBiquerpar le mòyende la Lune-, Mais
soit par le Soleil, ou paria Lune qu on f ace, telle
observation, // est t Ombre du Corps à
requis que
E A P R. A CTI QJTI
Mesurer, donne sur vn Pla.r bien droiét (? vny$
autrement ne peu/on rien f aire de certain. Mais
st autant qu'il est fort fafiheux diattendre que le
la Lune soientde 4 c. Eleva-
Splei!,on Degrés
$idn> auquel temps mefinespeut arriver, que le
Ciel fera Nébuleux ^partant t Ombre nc paroi-

stra point : Outre plus ainstque dit nostre au-


teur ì nostre Elévation de Pôle laplmpart de
l\Année^ le Soleil ne vint à telle altitude; cest
nous donnerons vn moyen dt faire tel*
pourquoy
le observation par vne voye gvnçrale bien est
n appartient pas à astrolabe. Il faut
vrayquelle
avoir vn Boston d'vne certaine mesure cogneuë,
comme pour Exemple de q.pieds de longs, lequel
kVheure qùon veut mesurer quelqus Corps faut
dr ester perpendiculairement fy* e/tmefmetemps
observer la grandeur de fin Ombre fy* de celle du
Corps à mesurer, fy*pour Eqémplefiit s'Ombre
du Boston de y.pieds fy* celle de la Tour de 150..
dire par la Reigle de trois droicJe, S.i
\4pres faut
7.pieds et Ombre viennent de ^pieds de haut de
combien viennenc 150. pieds £ Ombre tjr U reU
estant faitte on trouvera $5. pieds fy* cinq
gle
de pied pour lahauteur de la Tour. Ceste
septième
façon de trouver vne hauteur est tres-vniuerfiU
le, car soit que le Soleils ou la Lme soient élevés
de *» ou de.}%ou de 30,0» 6 o. fy*c% ccut
Degrés
1
PV QUARRE GÏOM'ETRlqyi 94
n importe, car il y a toufiours pareille raison de
l Ombre du Boston au Boston, que de lOmbre
delaTourìlaTour.

Seconde proposition.

Sçavoir la hauteur par la


ligne visuelle.
Geste proposition est plus vniversdle
la précédente, à cause ie Soleil ne
que que
vient pas tousiours à Televation de45.De-
advient seulement vne fois de-
Çrez,ce qui
A EA P E'ACT I QJ^ E
vant Midy,6cvneaïitrefpísapres,le So-
leil allant depuis le 9. du Bélier iufques au
2.0. de la Virge:8cest aussi aucìinesfois ob-
scurs caché des nues, Si donc alors, Sc à
toutes autres heures, soit matin ou autre
téps,Vouiez mesurer les hauteurs, U vous
convient miettre la reigle du doslurl'Eì-
levation de45. p,egréz,ou fur le u.poíncT:
deTEfçhelljMu coing qui joinct f Ombre
droicte 8c renversée, puis en tenant vOstre
-Astrolabe iustement par son .A nse,
pendu
avec la main, vous approcherez ou reçu-,
lerez de la chose que mesurez,tant que par
les deuxpertuis de la reigte voyez la som-
mité d'icelle.Ce fait,verre2í Tcspace qui est
entre vouj 6ckf içd d icelïe>estre égaie &
sa hauteur, én^adioustant ç^lle de vostre
; wil, à cause^gyilnVílàla^erficiedc
' ' ""' '
îa
..fiaist?i* ""\< -
——--- - '""'-".
.»-.*.•—«
VVtlVt
DV QVARRE* GEOMEtMQVE.^

Troifiesme proposition.
Trouver la hauteur d*vne sans
Tour^
Astrolabe, avec deux Rei-
glesjOuVergettes.
Combié que ceste proposition, 8cquel-
ques autres suivantes, ne soient de Tvfa-
gede T Astrolabe, nous les avons icy Ad-
joustées pour mesurer les hauteurs, 6c en
vscr parfautedudíctinstrument.
Vousprendrez deux reigles,"
doneques
Tvne de la
moitiéplus petite que Tautre:8C
. , LÀ P R A CTI CtVE
t'
îes sur vn lieu plat, posanda
élèverez pe-
tite loing de l'autre, autât comme empor-
tela grandeur d icelle petite-.puiè regarde-
rez la Tour par la sommité aesdictes rei-
gles,envous approchant;ouestoignant;
iufques à ce que voyez le d'i*
couppeau
celles la distance d'entre la petite reigle,
6c le pied de la Tour, fera la mesure de sâ
hauteur, en Adjoustant seulement la quá-
tité d'icelle petite reigle.
Í)V QJAREE' GEOMETRIQUE. 9^
• La
H Tour i Mesurer est ^4 B les deux Fer"
Jp E la à E G l*
geftes font grande,double
E, G. est distante de D E. défi
petite laquelle
fauteuren fortequilya telle distancede D a f.
a de E a G fy*ainsiTosil estant aupoinii
quily
G. regardant par le poinfi 'B.> void aussi lé
^. la Tour, cela
pointe qniestïExtrémitéde
le C en la
fai6t faut marquer poincl forte que
distance C E fy* E G soient égales ^& ainsi on
M dire distance de B.
p afstimmentquUyatelle
a ^i a de B a C: fy* quily a austi telle di-
quily
de I k*A quily a de G à I : & ainsi G
stance
H E. estvn Triangle ifascele Orthogone fy*
pareillement G I ^ est vn semblable Triant

gle comme aussi C B ^4.Et est à Noter en ce


lieu que qui n*auroit que le Boston D E.fau*
droit poser l'wttau poinSÍC: fy* en voyant par
E. le poin6l »4 on auroit aussi le requisé Mah
en ceste proposition cwme aux précédentes, fy*
aux suivantes iufquì la huiB]esmeinclufivemét9
il est requis de pouvoir approcher du pied de lâ

ebofi à mesurer $fy* aussi quête ptanfiit bien vnj<

Quatriefme proposition.
Sçavoir autrement la hauteur de la
.Tourpat vn Miroir.

Mettez vostre Miroir sur la terre, droi-


1A P .R ACT I QJf-E ./
ctçment 6c îustement,autaht loing de vós
pieds, comme est la hauteur de vos yeux:
6c si bon vous semble,Tattacherez au bout
d'vne verge.puis regarderez diligemment
dedans ledict Miroir en approchant:, ou
cfloignant (la distance tousiours gardée)
à ce que voyez la sommité de la
iufques
Tour dedans le Miroir. Apres mesurez
Tespace qui est entre le Miroir, 6c lé pied
d'icelle Tour : 6t par ainsi vous aurez iu-
stement fa hauteur fans rien y Adiouster.
Généralement en regardant* vrie Tout
dedans vn Miroir, telle proportion qu'à
Tespace d'entre vostrepied,8c le Miroir à
la hauteur de Tceil: telle sera la distance d'ê-
tre le M iroir»8cle pied de la Tour à la hau-
teur d'icellcpar la 4. proposition du tf.li-
urèd'Euclide»

i^laTour
DV QJTARkE* QÌOM*EtRiqjEÌ $J

*4 La Tour k mesurer est *4 B c le Miroir


est C lespiéds de [homme D &* les yeux E. En
ceste Prafíique esta Observer que *4 BC.fys
C D E\font deux Triangles îfosceles Ortho*

gones,s% estoìít Scalènes re*


Ufaudroittoufiòùrs
garder quelle proportionily auroitde CD. à D
Efy*la ntcsmeferoit de B CdB. *4,comme pour
exemple fi D C estoitla moiûé de D M Sembla»
blement B Cferoit la moitié de B *d,fy* ainsi
des autres nombres.

Cinquiesme proposition.
Autre document bien facile à trou-
ver les hauteurs.
Pour scávoii: tàiít de iour que de
N
LA vR A c t í qjf i
nuift,la hauteur des corps eleuez furTHo-
rizon,mettcz vous en vn lieu plain, 6c fur
vne table,cfcabelle,ou autre chose,mise à
niveau, 6c mettez á plomb vne
plantez
bien droicte,à f environ de laquelle
verge
defcrirez vne circonférence par vn com-
estant ouvert selon la longueur dela-
pas
dicte verge, mettant Tvndes pieds fur le
ou elle sera plantée, puis il faudra
poinct
attëdre iufques à ce que TOmbre du bouc
de ladiétc verge touchera ladicte Circon-
fercnce,6clors 6c cnmcûne instant si me-
surez toute de ce qui sera élevé
TOmbre
sur THorizo, vous direz que ce est la vray e
hauteur de ce qui rend ladicte Ombré. Ce
qui advient seulement quand le Soleil, ou
la Lune sont eleuez de 45. Degrez fur
THorizon.

Sixiefine proposition.

Cognoistreles hauteurs quand le Soleil


est élevé fur nostre Horizon,moins de
quarante cinq Degrez, v
Pour ce faut noter que toutesfois que
Ton prend la hauteur du Soleil, 6c elle se
trouve moindre de De-
quarante cinq
grez, Tinferieure partie delareigle^herta
ÒVQVA1.RE' C EaMETRIQjvi^íJ
tousiours sur Teschellc versé, 6c alors les
Ombres des corps perpendiculairement
eléucz furTHorizon,sont plus longues
quela hauteur d'icellechose, en telle pro-

portion que douze excède le nombre des


poincts que touche la reigle.

Exémple,Si la reigle tombe fur le sixiè-


me poinct dcTEschellcverse,Tpmbreestf
double à fa hauteur, ainsi que douze est
double à six. Sisutlequatriefme qui
est la troisième partie de douze ,1a
hauteur ne sera que la troisiesme
partie. Ainsi faudra iuger des
autres proportions.

N ij
LA P R ATI CC^VE

Séptiesme proposition.
Avoir la cognoissance desdictes hauteurs,
quand le Soleil est eleué plus de
quarante- cinq Degrez.
II convient practiquer ainsi que nous
avons dict,parlapropositionprecedente,
sinon qu'il faut entendre que les hauteurs
descorps,excedentleslongueurs,deleurs
Ombres droictes, d autant que TOmbre
excède les corps, parla susdicte proposi-
tion,quandla reigle toucheies poinct s de
DV QJARRE GEOMETRIQUE. 99
TEschclle versc,6cne faut avoir esgard qu a
ía proportion des poincts que touche la
reigle, à douze.
Exemple, si la reiele tombe furie sixics-
me poinct de TEschelle droicte,cela de-
monstrera TOmbre estre à moitié de la
hauteur de son corps , pointant que six
poincts font la moitié de douze,& ainsi
faut iuger des autres.

Huìtlìesmepropostticn,
Trouver la hauteur la lij:ne v i sucHe.
par
N iij
LA v %Á c T i<xy i
Pour trouver en gençral la hauteur d*vn
çorps,elevépcrpëdicujairementsurTHo-
rizon, par la ligne Visuelle,faut noter que
la sommité d vne Tour, ou au-
regardant
tre chose,la reigle tombera entreles deux
Esehelles, ou fur vne d'icclles. Parquoy
s'il advient qu elle chéc entre les deux,
Tespace sera égaie à la hauteur de la Tour,
en adjoustant la distance de vostre oeil à la
terre, comme il est cy devant demonstré*
Mais si ladicte reigle çouppoit TEschello
droicte, Tespace avec la hauteur deToeil,
sera autant moindre,qnc la grandeur de la
Tour, comme les poincts que touchera la
reigle,scrontmoins que douze. Au con-
traire, si elle touche TEschclle verse, icelle
espace sera avecques la hauteur de Toeil,
autant plus grande que la grandeur de la
Tour, comme u, poincts excéderont les.
poincts de ladite Eichclle, ou se trouve la
reigle Mobile.
Exemple, Si en regardant les
par pcrtuis
de la reigle, le haut 6c fómitédVneTour,
la reigle lesixiesme
coupe poinct de so-
bre verse.íe diray Tespace d'entremó pied
6claTour,cpntenirdeuxfois autant que
la Tour a de hauteur par dessus mon ail.
5V
QjAÍtktfÔïd^ÏTlttQVE.IOÒ
en mesurant icelle distance, 6c
Parquoy
prenantlamoitié dìcellé, vous aurezTv-
niuersellc hauteur dicellc Tour. En ad-
joustant contre terre la distance, qui est
entre mon oeil Bc mon pied. Semblable-
ment faut iuger des poincts de TEschclle
droicte.

Neufiesme proposition.
Trouver la hauteur d vne Tour de laquel-
le on nepeuc approcher,
Si dVn fossé ou
par Tcmpcschemem
N iiij
: XA PR
A^TTQV^
dyne rivière vous ne pouyez'apprqcher,
Hu pied deia chose qu'il faut mesurer;
vous trouverez sa mesur^ toutesfois en
eesté sorte. Dressez yostrçi|istrumem en
Ueuplat 6c vnyidefortequjç^ous voyez 14
hauteur de ía place à travers les Pinules,
6c prenez fur quel co-
garde diligemment
ftédmQmbred
. cjiiellé tombant fur la ligne de TOmbrfc
íenversee (ainsi qu'il advient le plus fout-

quants poincts elle deî-


yéritjlors^yoyez
coupes paf k%nombre des poincts, divif-
sczle nombre douze, 6c mettezà part h)
Quotient ^cómineuMa^reigle tombe sur
•quatrepoincts,lors cndìVi^ntdouze par
quatre, vous aurez trois pour QuotíentL
que vous mettrez à part, puis àprés avoir
marqué lelieu ou vous aurez faict la pref
miere observation, vn peu d<|
estoignez
ce lieu, en reculant, 6c en vn autrelieu e}
lèvez vostreinstrument,6c en Voyant lé
feste de la chose élevée
par les Pinuses,
voyez en quel endroictíardglrdeçoupê
f Ombre renversées parle h ombre quel-
le touche, Divisez vne au tiefóís les clou-
te, 6C le.Quotient mettez à part, lequel
obères du premier , EL le premier
yc/us
gy. 024***' P^OMETRIQVE. ÎQj
Quotient est plus grands6c s'il est plus
pe;-
tic vous Tosterez du second , 6c leur diffé-
rence soit mise à part, comme si la reigle
en la seconde citation tombe fur deux, par
iceux soit Divisé douze du Quotient qui
est six ostcz trois, qui est íç premier Quo-
tient, restent trois qu'il faut mettre à
part,
mesurez Tespace qui est entre la pre-
puis
mière 8c féconde Station par Pieds ,Toi-^
fesjou Perches, 8c Divisez le nombre de
ceste mesure par h différence 3 6c le nóbre
de télse Diuision, en y ad-
qui proviendra
ioustantvostrélbngueur,vousmonstrera
çc que? demandez.
Ëxemplé, L'on me demande la hauteur
dvne Tour est toute environnée d'vn
qui
fossé plain d'eau, 6c pourtant íe ne puisai
jer au pi^d dcìa place, au moyen dequoy;
çn rh*approch*nt au bord du fossé.. ou ie
fais ma première pose qui estK/ie voy â
íraverslesPinulesh ,quifaitleplus haut
cîe la ToMr>8c ce pendait la reigle me mar-

queaudos de fînstrumcnttf. par lesquels


ie biyísefl ifeay jpòur Quotient 2. que ie
mets a part. Cclafaítie me recule en proi-
fais ma sccódeStation en l,par
stéiighe,6c
ou ie voy à trayers ìes Pinules le festedo
LA PRACTIQJVE
a Tour qui est h, 6c cependant la reigle
me marquesix»par lesquels ie Divise do u-
izcôc ay pour Quotient deux,lefqucls j o-
ste de six, premier Quotient; lay de reste
que ie mets à partxela faict,ie me*
ure 1 espace des deux Stations
Îjuatre k, 6c 1, 6c
trouveíeizeToises, lesquelles ie Divise

parla différence gardée, qui est quatre, le


Quotient me faict dire en y adioustant ma
hauteur qui est de cinq Pieds,quelaTour
á de hauteur cinq Toises moins vnPicd.
mieux entendre -
Maispour cesteproposi
lion 16c la subséquente, notez première-
ment que si vn vous reste pour différence»
lors Tintervalle des deux Srations sera e-
à la hauteur du corps élevé, en y Ad-
gale
ioustant tousiours la hauteur du Mesu-
reur. S'il yadeuxdedifference,la distance
des deux Stations sera double à la hau-
teur du corps élevé. S'il reste trois, Tespace
des deux Stations estant triplée sera égaie
à la hauteur du corps élevé 3 en y Ad;ou-
stant tousiours la hauteur du Mesureur,
son pied iufques à Toeil. Seconde-
depuis
ment notez que les pertuis des deux Pi-
aules doivent estre moult petits
pour évi-
ter toute occasion d erreur.
DV QVARRE* GlOM ETRIQVE. lot

M En la proposition précédente
qui cstlaneu*
fefine est enseigné ì mesurer la hauteur d vne
Tour de laquelle on ne peut approcher é» ce par
deux Stations: Mais s'il n y avoit moyen ìeti
faire deux à cause deïincommodité dulieusonde*
mande i il yapeinít moyen de prendre fa hauteur
par vne seule Station ? i quoyie reffionds qùouy.
u4pres doncquesavoir tt/ouvéparlesprécéden-
tes laproportion a de voús a la Tour, ìU-
qu'ilj
difteTourfaut par la proposition vnziesmetrou-
njerlaàtstance quily adcvousalaTour & ain-
LA * RÁCTÏ
<^vs
vousaurex, le requis. Mm
st fi quelqu*vnm*
dit; cydestksilya des
propositions qui enseignent
à prendre la hauteur dyne Tour
sans ^fstrolaí
besidocquctpar ceste voyefavois trouvélapro)
postttoçyaentre moy fy* vne Tour de loquets
le ie ne puis approcher,
n%est*ilpoint moyen dp
trouver ^distance quily a de moy à la Tour
fins
^istrolabeUeresfonds qrìouy. Eaut disposer en)
le bort 4e Ton Chapeau
forte quepar ïextremit f
iiceluy onv&yelepieddela Tour, celafáifisaut
tourner versvn lieu
se auquel on puissealler é*
vn pareilespacede chemin
regarder Jequel estant
on aura ce qu'on, çerche:en tout
mesuré cecy est rem
^
quistiestreìusteenscs observations.
Dixiestntproposition*
Çognoityre lahauteur dVneToux
située sur yçe Montaigne.

Si vous voulez sçavoir la hauteur d vne


Tour ou autre chose estant sur vne Mon-

taigne, mettez vous en vn lieu plat píreá


d*icelle: puis selon la doctrine premísc des
deux Stations, prendrez la hauteur de la
Tenir, 6c de la Montaigne ensemble,dere«
chef prendrez la hau teur de la
Mátaignci
part, laquelle Soustraicte de la hauteur

première demeurera celle dela Tour,


J>V QVARRE tîEÔlilETRiqtyE. ÏOJ
Voulant mesurer vne Totfr;
Exemple,
située sur vne Montaigne, ie regarde pre-
mier la hauteur d'ieelleTour, comme si
elle estoit en pleine terreJaqueUe ie trou-
ve de 100. Et pource
pas. que la Mo1»1^
donne ad vantage, j observe à parc
gneluy
suivant la manière défaire de la précéden-
te propositions hauteur laquelle ie trou*
ve de 50. pas,queieSoustraisde toute la
hauteur,auparauan t de moy trouvée, 6C il
m'en demeure 50. pas qui est la hauteur
particulière d'icelle Tour. Par cemoyen
vous pourrez mesurer la longueur d1 vne
fenestre, ou Tad vantage de la couverture
d'vne Maison $*% autres choses sembla-
bles.
LA E R A c T 1 Qjr E

rn%iesme proposition.
Mesurer la longueur d'vn Champ»
ou autres planures»

Es précédentes propositions par la Lô-


çitude incogncuc \6c certaine vousauez
apprins T Altitude de quelque corps élevé
qui vous estoit paravant incogneuë, par la
présente vous aurez le rebours, c'cstasça-
voir,que par la hauteur au-
cogneuévous
rez la longueur incogneuë en ceste sorte.
*« hau-
Ay ex vne mesure comprenant la
DV <tJ?ARR$ GE0MEÍ RIQyE. Ió4
tour de v ost re oeil, iufques à la plan te de
vostre pied, mesure soit iustemec
laquelle
Divisée en 1a. pars »fur le bout de laquelle
dressez vostre instrument. 6c visez si bien
vous voyez le bout 6C l'vnité do la
que
Plaine que vous voulez mesurer. Cela
faict, voyez en quel endroict de TOmbre
renversée la
reigle repose. Prenez les
la reigle Divise, 6c d'iceux
que
Kuisez u. le Quotient
Eoincts vous dira quelle
est la portion de la verge au respect de la
Plaine que vous mcsurez.carsila reigle se
joinct au Diamètre du Quadran, lors là

longueur de la Plaine sera égaie à la hau-


teur du pastô. Si la reigte touche le poinct
11.de TOmbre renverlée,lorsla longueur
de la Plaine, aura vne longueur 6c yne vn-
ziesme partie du Baston. Si elle touche le

dixiesmepoinót de TOmbre renversée, la


Plaine contiendra vne fois la longueur du
Baston 6c"vn cinquiesme de dix. Et ainsi

jugerez des autres poincts par lesquels


(commeiay dict) vous Diviserezn.qui
font U hauteur du Baston, 6c le Quotient
vous monstrera quantesfois la longueui
delaPlainedoitcomprendredefoislalô'
gueur du Baston,
LA V R ACT I Q.VÈ
u II faut noter en ce lieu que pour prendre
vne distance,ilest nécessaire de slclever
grande
vnpeu haútfy*teptttshaut qu'on fclcve,faiít
prendre vne plus grande distance*, comme
pour
Exemple, fi on faifòit ceste pracli que estant fur
*vneTour quifufì de 600. pieds de haut qmsont
iòo. Toises ònpourroit mesurer vne espace de
lioo. Jgùe fi ón n est élevé quedeJO.
Toises.
Toises on ne peut mesurer quenò. Toises de di+
ladoítrine de nostre Auteur.
stànce, filon
Exemple,Iòvueilsçavoir de quelle
est vne piece de terre, ie dresse
longueur
mon Bastòh perpendiculairement part y
en U.6C par son bout â travers les Pinules*
ie voy la borne de la piece, 6c quant 6c

quant i ay arresté la reigle fur lè troisiefme

poinst,ie Divise 1%. par trois, le Quotient


me faict
direquela piece deterreàdelô-
gueur quatre rois la longueur du Baston.

Dóu&icfme
1
IV QyARR» ÇEOMETRIQJE. ÏOJ

Dou^iesme proposition.
Mesurer les Puys, Fosses, Cistcrnes, 6c
6c autres lieux déprimez desquels
Ton peut voir le fond, 6c.
dont la largeur est
çogneucV
Tout ainsi que nous Mesurons ses hau-
teurs incogneuès, par les distances co-
eneuè's -.Pareillement Meluionslcspro*
fonditez de leurs lar-
parlacognoissance
geurs.
Q
LA PRACTlQJE
Pour trouver la profonditi
doncques
d vn PuysJa faut regarder par la reigle, en
adressant la veuëdçpuislaplus prochaine
partie du bord du Puys,iusquesàl;opposi-
tc>6cplus distante dcTcau,6clorssilarei-
fur le u» de l*vne ou de
poinct,
autre Eschelle de f Ombre
Î^leçhet renversée, la
largeur du Puys sera égaie à là profondi-
çc: mais si elle tombe fur TEschêlle Droi-
cte (comme il advient ordinairemenc)la-
dicte profondité sera plus grande que la
largueur de la gueule ou Puys'ï d'autant
que les poincts que touchera icelle reigle,
feront moins que douze. Ait contraire,
quand elle tombe fur les poincts de TOm-
bre vcrsc,laprofonditéestplus petite que
la largeur , selon la proportion ' d'icçux
"
poinlsàdouze.
Voulant mesurer la •
Exemple, profon
dité d'vn Puys,qui soit ABC D, eh regardât
par les deux poincts opposites du haut, 6c
du bas, comme A b, ie trouve la reigle du

Dos,coupperíe douziesmé poinct > en-


tre TEschêlle Droicte6c verfoParceieco-
gnois laprofonditc d'iceluy Puys ,estre e-
à la largeur:mais si elle tomboit fur lc
gaíe
íîxiesmé poinct de TEschêlle Droicte ( co-
DV QyARRE'dEOMBTRIQ^VE 10$
me il advient ordinairement en telles di-
mensions ) alors la largeur scroit la moi-
tié de la drofonditéjtellémcntqucsi la lar-
dudict Puys se trouve de six pieds, ie
geur
dy le Puys estre profond de douze Pieds.
Pareillement si la reigle touchoit fur le

premier poinct d'icelíé Eschelle, qui est la


douziesine partie de la largeur : alors le
Diamettre sera la douzieime partie de fa

profondité, laquelle selon Texcmpleprc-


niise,contiendra septante 6c deux pieds Et
ainsi faut iuger des autres proportions,se-
lon les poincts que touchera la reigle.

O ij
LA RRÀÇT* ^
ç^y
JLX jyjL i JL X JL X Vu4 Jx."
TION DE L/VSAGE DE

LASTRÒlÀBEj POVR .0 B-
server les vrais lieux
des Astres*

Coíripôfiepáï lacquts Baffeniih Bfiojfoií.

De t simplification de Ivfige de tJistulabc^ fys*


de certain adjoustemcrit a la d tccluy.
fabrique

CHAPITRE t

E vx qui ont escrit de


Iffi^A^^Í

n'oht point encor mis


^u^^^^Ku
eh avant cestinstrumcr,
^K^M^W^S

wÇ^^fu^ phere, Taccommodant


bien peu aux observations que Ton peut
faire des Astres: mefme S tofìer ( qui a esté
Tvn des plus amples} dit en la 3$. propo-
sition de la secondé partie de son livre dé
T Astrolabe, que par ledit instrument ón
nêpeutsjaVoirle Degré du Signe ou est
la Lune,hy semblablement les vrais lieux
de chacune des autres Planettes i excepté
O j»j
AMPtIMC. X>E t'vSAGE
le Soleii:& aussi qu'ô ne peut sçavoir leurs
Latitudes>ne quand elles font Directes ou
Rétrogrades: mefmementil entend qu'é-
cores 1 on ne peut sçavoir le Degré du Si-
gne auquel sont les Estoilles Fixes, tant
celles qui sont en TAraigncque celles qui
n'y sont point: disant aussi que les Latitu-
des des Estoilles Fixes ne peuvent estré
T Astrolabe $ lesquelles cho-
cogneucs par
ses sont les plus necessaires,6C font fort re-
quises par ceuxqui se delectct en te) Art Ce
que nous voyans, avons icy mis la maniè-
re par laquelleìefdictes choses Te pourront
faire. Et outre avons adiousté aucunes
autres propositions,en apìplifiant la pla-
stique de cest instrument> & ce àvec de>
monstrations Géométriques, desquelles
par cy devant n'a point esté sai ft mention
en Tvsage dé T Astrolabe»
Pour venir doncàla^mahieré de trou-
ver les choses dessusdictes; ilconvict pre-
mièrement noter quelque Adieutstement
que nous avons faict fur la Fabrique du-
dict in strument, lequel est tel.,
II faut mettre en son lieu le Pôle du
Zodiaque fur TÀraigne : qui est chose ai-
sée és Astrpìabes,desquels ieÇolurc Sol-
Dfe I'ASTR ÒLABE, ïûfc
sticial deTAraigne est continué sans estre
éntrcrompu'. Orestantledit Coluresans
éntrerompure,Timposition dudìtPole se*
ira telle : le commencement du
Appliquez
de Capricorne, au Méridien de la
Signé
Taolé de vostre Region.puis nombrez au
ìcì'ng dtidict Méridien depuis TEquino*
ctialvcrs le CentredeTAstrolabe.tf^De-
6c }o Minutes:8c à la sin de la suppu-
grez
tation faictes vne marque fur la Drcicte

ligne du Gòture;qui passe par les comme-


cemensdu Cancre6cde Capricorne, la-
quelle Marque représentera tousiours lé
Polè du Zodiaque ou de TEclyptiqufe.
Sehiblablement à cause des Latitudes
des Planettes Méridionales, estans aux Si*
gnes vers le Tropique d'Hy ver, pour les
observations d'icéiles ; est nécessaire que
f Astrolabe soit augmenté de huict Almi-
cantaraths complets outre le Cercle dé
Capricorne. Enquòy combien que la Ca-

pacité delinstrumént soitággrandie,tou>


tesfois le diamètre dcTEclyptique ne será
point changé. Et de cela nous suffise tòu»
chant TAdioustement faict sur la Fabri-
que des Astrolabe.
O iiij
AMPtmc. BE L*VSAGÉ
pour demonstrer en quel endroit c'est que le lieu
de ne de
apparent [Estoille diffère po'mt fin
vray lieu filon la Longitude duZodiaquet
C HA P. II»
s vray es Longitudes des Astres sot
LE déterminées par les gráds cercles,pas«
fans parles Pôles defEclyptique,8cparole
Centre du corps de TAstrc: pourcela di-
verse situation du PoledcTEçlyptique au
Cercle qu'il deferit par le mouvement
íournel à Tentour du Pôle du Monde,
faict, que le Cercle qui passe parles Pôles
deTEclyptique, 6c par le Centre du corps
de l'Estoille, entre coupe le Cercle V erti-
cal au Centre de ladite Estoille» dont le
lieu Visual de l'Estoille en Longitude sera
tousiours diffèrent du vray lieu, fors seu-
lement quant il adviendra que ladicte E-
stoille aura fa distance depuis la ligne de
Midy (selon T Arc de THorizon) égaie à
celle du Pôle de TEclyptique, depuis la li-
gne de Minuict. Et lors le grand Cercle
qui passe par les Pôles de TEclyptique, 6c
par le C entre de l'Estoille passeia aussi par
îc poinct duZenith Dont le lieu Visual de
'
l'Estoille en Longitude ne differerapoinc
du vray : de forte qu'en telle situation se
DE t'AS T R o t A B E. IÔ£
trouve que tousiours le Degré de TEcly-
dela Longitude de 1 Estoille, sera
ptique
distante parla quarte partie de TEclypti-
en comptant depuis le Degré
que, qui
lors monte en THorizon contre Tordre 6c
succession des Signes. D ont est aussi
qu e
telle lit uatipn i'Arc de THorizon ( ce que
nous appelions amplitude ortive) com-
pris entre le Degré de TEclyptique,qui est
ascendant sur THorizon 6c le poinct du

vray Orientou se levéTEquinoctial, sera


à T Arc dudict Horizon, compris en*
egal
MtíïíC. DÉ t VSAfcB
tre le Méridien 6c le Cercle
Vertical, qtii
dénote TAzimuth de l'Estoille : comme
l'on peut voir en ceste figure, ou T H orizô
est ABC p , le^enith ou point Vertical est
M, le Pôle du Mode est P,6C le point z,est le
Pôle du Zodiaque, én la Circonférence

duCercleArctique,le Cerclé Méridien est


i> M B,dont le Cercle Vertical,òu se levé 8f
couche est A M C , Le poinct
fEquihoctiàí
de TOrierittcst A ,6c celuy de TOccident
este.

Soitdòrícquèle PoledeTEclyptiqùe z,
6c le Centie de l'Estoille, se trouve en vn
mesmp Cercle passanepar le poinct duZc*
nitli M,comme est de T Arc z M s.-puis fur le

ÍPosedeTEclyptique z,defcrivons vn Arc


d,Vh grand Cercle èé t, lequel représen-
tera lïclyp tique. Maintenant pource que
leSemicercleHs F,estpaiíant parles Po-
les,£est àfçavoirdef Eclyptiqucau point
z,6cde l'Horizon,àu poinct M, il sera ert
coupant ladicte Eclyptiqué au poinct o, 6c
THorizon au poinct r, à Angles Droicts.

Parquoy est nécessaire que les Pôles du-


dict Cercle H s F , soient aux Circonféren-
ces de l'Eclyptique 6c de THorizon aux
poincts c, 6c E. Dont les Arcs G O > 6c G F,
DE L*ÀSTROiAÌEf no
font QûadranSjainsi que demóstreTheò-
doseen ses propositions. Semblablement
U faut conclure que c B, est Qu^drán dé
THorizon. Mais T Arc G C, est TAmplitu*
de o r rive du
degré de TEçlyptique eii,
THprizon:8c F B,est la distance de la. Piaf,
nette du Méridien déterminé parl'Azi-
muth, ou Cercle Vertical H M S F. DoncA

ques TArc F C, de THorizon, qui est com-


mun aux deux Quadrans F G, 6C B F , estant
Soustraits d^ceuxdes Arcs GC,6CFB,reste-
ront egaux.dont aulïi T Arc p%, qui est là
distance du Pôle de rEclyptique, depuis la
lignede Minuit, çj^tégaieaudict F B,, qui
est ía cjistajicè 4$ lJEstpilje di^ JMipûfyçti.
íi%pQurççquisfô V£ay lijç^deTftftpille çflt [
dé^rnlinépar se grand Çml$ qui;pa$a
p^les Pql& dju^diaquje, >&$*¥ se Ceg^
tredeTEstoiîie:: 6c queseliçu apparent çst
de terminé par le grand Cercle qui passe
par le Zenith, 6c par le Centre de ladicte
Estoillç.dont en ceste figure se tei'minocn
vn mefme lieu enTEçlyptique au point ç* ;
qui est.distant du Degré qui est; eflJ'Hòfir.
zon^par vncqyartepartsede l'Eclyptlque:
donques l'Amplitude du Degré Amen-
dant estant egaseàla dutanec de U Pla-
ÀMPLIFIC. DE Ì'VSAGE
nette du Méridien, est nécessaire que lë
Degré deTEclyptique auquel la Planettë
est selon fa Longitude , soit par nonante
Degrez distant depuis TAsecndant. Cë
qu'il a fallu demonstrer.
Pour trouVcr lès vra'ys Longitudes & tàtitùi
dès des BstoílleS fixes,qui
font.posées eh tj[-
raigne,enfimblela dénomination de leur LÀ*
titudè.
CHÀP, Ilíi

regardant tousiours TEstoillcprò-


EN pôsée,8clePoledeTEclyptique,tour-
nez les quant 6c quant TAraigne, iufques
à ce que ladicte Estoille, avec le Pôle dé

TEclyptique se trouve delongsoubs vn


mefme Azimuth,ou CercleVërtical,tnar-
qué en la Table de vostte Région: Car en
telle situation, si vous regardez le Degré
de TEclyptique, à lors qu'il est en THori-
zon, 6cdepuis iceluy,nombrant£o. De-
contré Tordre des
Signés, aurez le
segré 6c minute
{rez i enquoy est vostre E-
stòìllc, selon la Longitude du Zodiaque*
Mais en la plus part des Astrolabes les A-
zimuthsncsontmarquezparligncs.finon
dedixen dix, ou bien en quelques vns de
Dl tVfTHOLAVl.. Ifs
cinq en cinq:dont il advient en faisant IV
dessus,queladicteEstoillc6c
e Pôle de TEclyptique»
(terationcy ne se rencontre-
(ont que peu souvent fus vn Azimuth qui
soit marqué. Parquoy sera nécessaire d'en
imaginer d'autres, entre cçux qui fócmar-
quez.Car s'ils font de dix en dix»
marquez
lors convient imaginer neuf Cercles en-

tremy,qui dix espaces.


feront Et en ceux
qui sont de cinq en cinq,convient sembla-
blement imaginer Cercles en-
quatre
tremy.
St doneques vous desirez sçavoir la

vraye Longitude Estoille, la-


dequelque
quelle ne se rencontre avec le Poíé
point
defEclypHquéisurTyn desditsAzímuths
marquez en TAstrolabe, il convient lors
proportionner la distance de TEstoille,de-
puis le Méridien à la distance du Pose dç

TEclyptique, depuis la ligne de Minuit),


selon l'Arc de THorizon, déterminé par
TAzimuth,ou Cercle Vcrtical,qui estima*
ginépasser pat les lieux d'iccuxidemanie-
reque la distance de Ty ne soit devers TO*
rient, 6c la distance de l'autre vers fOcci-
dent.Puís regardezle DegrédeTEclypti.
que,quiestlors Aseendanr,enftiíantco«
AMÍUBÏC. DE í'vfAGE
mëaesté dlct cy dessus.
Mais fi en vostre luftiumentlePolcde

l'Eclyptiquènëpeutèstrè posé,à cause dé


rinterrompure dessufdtcte,lòrs faicte vo-
stre operattori,ávecladiftancedcTEstoil-
le du Méridien, àTAmplitudèdu Degré
de TEclyptique Ascendant. Ayant donc
le Degré de la Longitude de TEstoille.nô^
trezaulohg du Cercle Vertical,les Al-
micantaraths entre lcdict Degré
compris
de TEclyptique 6c le lieu ou est posé le Ce-
tre de voftreEstostleiCar teinombre d'Al-
micarìtaraths, s'ils sont marquez de De-
gré en È)égré, sera la Latitude dé l'Estoil-
le, laquelle Latitude prendra fa dénomi-
nation si elle est comprise
Septentrionale,
dedans la Circonférence de TEclyptique,
vers leCentte dé TInstrument,ou Pôle du.
Mondcou bien se dénomination sera M c-
ridionale,quand elle se trouvera comprise
ehtreladìctè Circonférence de TEclypti-

que,6clé Limbe de TInstrument,


Exemple, Supposons que nous ayons
vn Astrolabe duquel la Table soit faicte

pour TElcvationdu Pôle de 45. Degrez,


6c Timp o(ìcion des Estoilles en T A ra igné,
âit esté selon lés Tables deCopetnique,
DE I/ A S T R G>X A B EJ JU
entreles autres est vne Estoille
desquelles
de la première Magnitude nommée Lan-
cëator,de laquelle ie veux sçavoir U vray e

Longitude Ôc Latitude,pour se temps que


línstrumentà esté faict. le tourne donc
T Araigne, en faisant circuir iadicte Eítoil-
le,8c le P oie de TEclyptique parmy
les A-
zimuths, iufques à çe qu'ils le rencontre-
ront fus y n mefme Cercle Vertical : 6c
advienne au Cercle Vertical, qui dénote
VAzimuthde, 57. Degrez,8c 34.Minu.de-
uis le poinct de T Occidental! se couche
f' Equirioctial,vers le Méridien, dont le
Pôle de TEclyptique sera çn mefme Cer-
cle Vcrtical,qui denoterAzimuth57.De-
6C 34. Minu. depuis lepoinctdu vray
grez
Orient, ou se levé TEquinoctial, vers Sep-
tentrion. Parquoy TArcdeTHorizon en-
tre l'Estoille 6c le- Méridien sera 31. De-
grez 6c ze*. Minù! depuis lé Méridien vers
TOccident:6c T Arcdudict Horizonentre
le Pôle de TEclyptique &la ligne de Mi-
nuict, sera semblablement de trente deux
Degrez 6c 26. Minu, depuis ladicte ligne
de Minuict,vers Orient:lesquels Arcs sent
tousiours egaux à T Amplitude ortive du

Degré de TEclyptique,qui est en THorizo,


AtoPLlEIG. DE
XVSAOE
fur laquelle se trouve pour lors la fin du i S.
de Capricorne : dont la Sou-
Degré par
straction de g>o. Degrez , contre Tordre
des Signes,ie trouve que la vraye Longi-
tude de l'Estoille Lanceator, estlei&Dò;-
gré de Libra. Cela faict, ie nombre les Air
micantaraths au long dudict Cercle Ver-
tical,compris entrele i8.Degréde Libra,
6c le Centre deT£stoille,ou ie trouve que
fa Latitude est de 5r. Degrez 8c 30. Minu-
tes Septentrionales : 6ç ainsi faudra faire
des autres Estoilles.
Pour trouver les vrayes Longitudes fy* Latitu-
des deiEstoilles %quincjontsituées enl'oároh

tpar vne position feinte : par laquelle


gne
manière aussi on aura les vrayes Longitudes
fy* Latitudes des Planettes, yuirìontjenfible
diversité'duéjpeSl.
CHAP.. ML

la Multitude des Estoilles au


POur Firmament 6c Tincapacité des instrur
mens, les Estoilles qui sont posées en TA-
ne font que quelques vnes des plus
raigne
notables, comme celle de lapremitre, ou
seconde Magnitude: doncques en regar-
dant quelques Estoilles. au Firmament,
qu^
DE t'ÁST*. Ol A IF. I13
estpoint mise én TArâigne, 6c dési-
quin
rait sf avoir sa vraye Longitude 6c Latitu-
des conviéndrapremierement faire vne

imposition feinte de ceste Estoille, selon


la manière qui s'en suit.
L'Estoille proposée qui n'est point mise
en TArâigne estant sur THorizon qu'on la -
observez sa hauteur 6c Azi-
puislfe voir,
muth,lesquels garderez à part : Puis dili»

gemment observes la hauteur 6c Azimuth


d'vnedes Estoilles posées en vostre Arai*
gne,6c quant 6c quant mettez le poinct de
l'Estoille qui est en TArâigne fur sembla-
ble hauteur bármy les Almicantaraths,sur
semblable Azimuth qu'elle au i a esté ob-
servée,puis en tenant T Araigné sas la bou-
ger, imaginezparmy lesdicts Almicanta-
ràthsôe Azimuth vn poinct. selon qu'à esté
la hauteur 6c Azimuth dé l'Estoille Y qui
n'est point mise en TArâigne auquel join-
la droicte de TOstenseur,8c fai •
gnez ligne
ctes vne marque en iceluy au droict dudit
poinctimaginé, Et en tenant tousiours Ic-
dtct Ostenseur ferme sáns se varie r, regar-
dez au degré de TEclyptique où il touche:
celuy sera le Degré avec lequel ladicte E-
stoille viendra au Méridien. Si doneques
P
AMEtlEIC. DE t'vSAQE
vous circuiez ladictc Araigne 8c l'Ostcá-
seur tous deux ensemble, iufques à ce que
ladicte ligne de T Ostenseur soit joinctc
avec celuy du Méridien,vous verrez la dé-
clination qu'aura ladicte Estoille. Car TQ-
stenseur estant tousiours joinctaudict De-
gré de TEclyptique,ladicte marque en ice-
luy vous signifiera vne imposition feinte
de vostre Estoille en TArâigne :
laquelle
vous seruira à faire tout ce que voudrez

par ladicte Estoille,tout ainsi que de celles


qui sont mises en TArâigne. Exemple,
SoitpropoféeTEstoilleappeltéeVinde*
miator, qui est en la figure 6c image de la
V irge, laquelle Estoille n'est point en mó
Araigne : 6c soit que ie la voyefurl'H ori-
zon douze Degrez de hauteur vers TOc-
cident : j'observe son Azimuth, 6c trouve
par exemple y. Degrez de TOccident vers
Scptentrion.Celafait,ie voy l'Estoille La-
ceator,qui est en mon observe
Araigne:6c
diligemment sa hauteur sur THorizon, la-
quelle je trouvepar exemple, de 3t. Degr.
5 j.Minutes vers TOccident, je la pose doc
fur semblable hauteur parrny les Almicá-
tarath$,6c imaginant vn poinct parrny les
Almicantaraths 6cAzimuths,tel qu'il a
Dk t'ASTROlABE, ït^
esté observé pour l'Estoille
\;indemiator,
TOstëfeur audit poinct.je trou-
ícjoignát
ve TOsteriseur sur T/nziesme 6c
Degré
trcntiesme Minute de Libra, qui est le lieu
de TEclyptique qui vient au
Méridien,
avec ladicte Estoille Vindemiator. Puis
fans bouger TÓstcnseur fais vne marque
enlaligneFiduciale dudit Ostenseur : la*

quelle me signifiera la vray e place de l'E-


stoille, comme fi elleestoit en TArâigne.
Doncsansaucun exemple il vous seta fa-
cile de tro u vei la vray e Longitude 6c La-
titude d'icelle,si bien avez entendu la pré-
cédente proposition.
Par semblable manière pourrez faire des
Planettes, desquelles la diversité d'Aspect
est bien peu perceptible,comme principa-
lement de Saturne, lupiter 6c Mars : donc

par laprecedete proposition, aurez à tout

temps 6c heurè ( moyennant qu'on les


voye fur THorizon) leurs vrayes Longi-
tudes 6c Latitudes.

Des diversité^ des *djpe£ls, fy* pour trouver


\ les Vrayes Longitudes des Planettes,
desquel»
les la de est sensible.
diversité l*djpett
P ij
AMPLISIC. DE t*V$AG*

CtíAE. V.

convient autrement opérer ^u'au*


IL précédentes pour avoir le vray lieu de
quelque Planette, qui a sensible diversité
d'Aspect.comme delaLune,8c de Mercu-
re,6c selon aucuns,de Vcnus.desquelics au
temps de Tobservation, le lieu Visual ou
apparent diffère du vray lieu en vn mefme
Cercle de hauteur: la raison est , que tant
plus la Planette est prés de nous en appro-
chant au Centre du Monde, tant plus le
Semidiametre de la terre à sensible quan-
tité au regard du Semidiametre de fOrbe
d'icelle Planette.Párquoy la ligne Visuale,
& celle du vray lieu ( quis'entrecouppent
au Centre dela Planette) feront plus gra-
de ouverture,comprenant plus grand Are
auCerclcdclahauteur:dontlelicuVisual
ou apparent sera tant plus diffèrent du
vray lieu de la Planette : Comme pouvez
veoir selon ceste figure» ou le Centre du
Monde est A : 8c le Semidiametre de la
Terre est A o: le Semidiametre de TOrbe
de la Lune est A H : 6c le semidiametre de
TOrbe do Mercure est AU
j&E VA^TROL ABE, t!J

le Cercle de la hauteur soit


Doncques
ICDIF;& le o, soit dénoté
par poinct
nostre oeil en la superficie de la Ter re : la
L une estant donques au poinct M,6C Mer*
cure au i, leur vray lieu sera au
poinct
déterminé la A M r.mais
par ligne
Ííoincti,
e heu Visual dela Lune sera au poinct c,
déterminé la o M c : Et le lieu.
par ligne
P iij
AMPMVIÇ DE h'vsAGi
Visual de Mercure au poinct D i détermi-
ne par la ligne o ID. Orcstil que ïArc c
ï,deladiverlitcderAspectdeîaLunecó-
pretd l'ArcD £, qui estlà diversité deTA-
ipe 1 de Mercure lè surmontant de touc
1 Arc CD Parquoy la Lune (qui éít plus
pvoch une de nous ) à plus grande diversi-
- Mercure.
té d \ïpect,que Çès divcrsitez
ont variation selon quelaPÌanettécstelc-
vce sur l'Horizon-* car tant plus qu*elle$
font prés deTHorizon, & plus ladictç di-'
yersitéestgiande,tellementqueiaPlahet-
te qui pasle par le poinct de nóstre Z enith,
comme au poinct: p. estant làt'n a nulle di-
versité d'Aspect:dòt il faut noter qiiepouì;
làdiversité del'Aspect lìmplemët est ente-
duc vne Diagonale d vnefigure Quadra-
gulaiie dont les costez représentent la dï-
yersicéderAfpect en Longitude6cen La-
titude,comme son peut veoîr selon ceíle
présente figure,òu le Méridien est A C ï:le
Zenith eit ìe poinct B: & THonzon est  B
c : le Cercle de la hauteur est F S L B le Pô-
le du Mondeestï>,& le Pôle du Zodiaque
é!t z: nVclyptique est D E G H: le vray lieii
de la Planette efUu poinct: s, 6dc lieu ap-
parent au poinct L. Produisons donc par
Di L'ASTROLAII; U6
le lieu apparent le Cercle K
i^equidistác
: Semblablement
de l'Eclyptique par le
vraylicule Cerclées o: Puis soient me-
nez du Pôle de TE cly p tique z, les Arcs
des grans Cercles passans par le vray lieu
U le lieu Visual de la Planette : comme
sont les Arcs z s i, &; z L G. donc TArcj s L,

la figure Quadrila-
(quiestDiagonalde
est la diversité de f Aspect au Cercle
tère)
de la h auteur :dont le costé K t, est la diver-
sité de en Longitudes i s, làdi-
respect
versité de 1 Aspect en Latitudes pource
P iij|
AMfcLlfXC. DE t'vSAGE
nonantieíme Degré de l'Eclyptiquc
eptiis f Ascendant
3u'au la diversité de la Lon-
gitude est nulle : il est nécessaire aux Pla-
nettes qui ont sensible diversité d'Aspect,
observer le vray Lieu en Longitude au
temps que la Planette fera parvenue au
nonantiesme Degré de l'Eclyptique de-
puis l'Ascendant, en essayant tousiours se-
lon les précédents Chapitres 5 qùerAm-
olitude ortive du Degré Ascendant soit
égaie à la distance de la Planette,depuis le
Méridien selon l'Arc de THorizon : car
lors la diversité 4? l'Aspect ne fera feule-
ment qu'en Latitude*
Exemple.
Letroisiesmede Décembre, TAn Mil
cinq cens cinquante U quatre,â cìnq heu-
resapres Midy, j ay voulu observer dedâs
la Ville de Lyon le vray lieu de la Lune,
selon la LongitudedM^odiaquCj&par le.
moyen d'vne Estoille Fixe ay observé le
Degré de TEclyptique Ascendant ; ou j ay
trouvé que TAmplitude^rtiveestoit vers
Septentrion, & la distanccHe la Lune de-
puis le Méridien>selonrArcprisenrHo-
rizonestòit vers l'Orientplus grande que
F Amplitude ortive: que
quidemonstroit
la Lynenestoitpasencorçvenirë au no-
Dï tfASTROiABE. «7
nantiesme de l'Eclyptique depuis
Degré
l'Ascendit. Puis vn peu âpres par sembla-
ble manière j ay observé tousiours de peu
çn peu, essayant que je trouvasse TAmpli;
tudc égaie à ladicte distance de la, Lune:
là ou j ay trouvé que ladicte Amplitude
estoit quasi de trente-trois Degrez 6c vingt
Minutes,vcrs Septentrion. Dont letrei-
aiesine Degré U environ vingt Minutes
de Cancer,estoicnt en rAsccndant.IçRc-
trois Signes en l'Ecly-
trogradedonques
ptique^ trouve que la_Lune estoit treize

Degrez ôc environ vingt Minutes 4'A-


ries. Cela faict, j observe le temps- de ceste
considération, par vne Estoille nommée
Aldebaran, de laquelle la hauteur estoit
surl'Horizon de vingt &trois Degrez 8c
demy: ou j'ay trouvé par le Degré du So-
leil, que le temps de ma considération e-
stoit à cinq heures & cinquante fix Minu-
tes âpres Midy.Et nonobstant qucles Ta-
bles communes nous donnent le lieu de
la Lune 15. Degrez de vingt-trois Minu*
tesdAries, pour le mesme temps dedans
Lyonjeneveux pas pourtant que cesto
observation soit pour reprouver à pré-
sent les caiculationa, mais pourlincapar
AMPtIFIC. DE IVSAGE
cité de Tlnstrument qu'elle soit prise tant
feulement exemple de nostre Cha-
pour
pitre.
ï>u mouvement journal de U Píanette ^ pour
sçavoirjîelleejì bireth ou
Rettograie , ou
StAcìonnsire,
CHAP. y L

dpncques vousyoulçz sçavoir en


SI quelque temps proposé, combien vne
Píanette de son propre mouvement che-
mine en vn jour dedans l'Ecly p tique : il.
faut premièrement avoir observé le yray
lieu de la Píanette en Longitude au jour

precedent,selon qu'avons enseigné cy de-


vant , en observant le temps qu'a esté la
consideration.Par semblable manière ob-
seruez au jour ensuivant le vray lieu en

Longitudes aussi le temps, de lobserva-


tion : puis par la Soustraction du temps le
Mineur du Maieur,aurez letempsientre
les deux considérations : lequel réduises
couten Minutes dheures.Consequément
regardez le mouvement de la Píanette,
qui est entre les deux considérations, en le.
reduisant à minime fraction, selon les A-
stronomes, comme en minutes de Degr.
DE L'ASTftOlABE. Jl8
en secondes:^ la somme desdictes se-
puis
condes (qui est du mouvement) partissez
par la somme des Minutes des heures, qui
est du temps.*& le Produict vous monstre*
ra le mouvement de la Píanette en vne
heureJeijuel si vousmultipUcz par24.au-
rez le mouvement journal de la Píanette.
Ayant doneques le mouvement journal
de quelque Planettcpar T Addition d'ice*
luy, furie mouvement du temps de 1 ob-
servation, aúrezlè vray lieu de la Píanet-
te pour le jour suivant 9 à telle heure qu'à;
esté Tobservation du jour précédent, mais
par la Soustraction dudict mouvement
journal, du mouvement qui est au temps
de 1 observation , aurez le vray lieu de la
Píanette auióur précedét ,pour telle heu-
re qu'à esté ladicte observation. Car lex-
cés du mouvement journal de quelque
Planettccstpeu diffèrentd'vn iour à fau-
ne, Si doneques desirez le vray lieu de la
Planettcà quelque heure du iour, ayez la
différence du de l'heure à
temps proposée
ecluy de^observation, de consequemmet
le mouvement du
pour ladicte différence
temps. Et si le temps proposé est précedét
celuy de l'observatioh,lors du mouvcmét
AMPLIÏIC. DE l'vSACB
delobservation, Soustrayez le mouve-
ment qui se faict en la différence du temps;
ou les Adjoustcz si le temps proposé est
ensuivant le temps de robservation, de
aurez le vray lieu de la Píanette pour le
temps proposé.
Si donc le mouvement de quelque.Pla-
netteen la seconde observation est trou-
vé plus grand (selon Tordre des Signes)
qu'au temps de la première obscrvatiomla
Píanette fera Directe,&si moindre,elle se-
ra Rétrograde: mais quand elle se trouve
fans varier,clleest dicte Stacionnaire. .

Exemple, Le quatriesme de Décembre


f An mil cinq cens cinquante quatre à sept
heures de deux minutes âpres Midy J'ay
observé oue la Lune estoit au nonantics-
del'Eclyptique depuis ï Ascen-
meDcgre
dant: dont j'ay trouvé quelelieud'icclle
cstoitvingt-huictdcgrésaArics:&auiour
à cinq heures de 5 6*. minutes a-
précédent
pres Midy, j'ay ois observé le vray lieu d'i-
cellc au 13. Degré St vingt minutes du-
dict Signe. Ie pren donc la différence da

temps des considérations, & trouve 25.


heures de six minutes. Consequemment
»jepren lemouvement de la Lune entre lca
DE L'ASTROIABE, II$
considérations qui est ( en Soustrayant lé
Mineur du Majeur) 14. Degrez&40, Mi-
nutes. Puis je reduyle temps en Minutes
d'heures, de envient 1506 Minut. d'heu-
res. Conséquemment ie reduyle mouve-
ment de la Lune en minutes de Degrez*

puis en secondes J& en vien15 z8oo. SccÔ-

des,lesquelies je partis par 1506. de envier

pour le Quotient 55. Minu. Autant che-


mine la Lune en vne heure. Si donc vous
le Multipliez par 24. &la somme partisses
par 60. vous trouverez que le mouveméc
que la Lune saict en vn iour, est 14. De-
grez. Parquoy la Lune en son mouvemét
sera appeilée Vélo ce, à cause que só mou -
vementen vn iour excède treize Degrez
de dixminutes,qui est son mouvement ré-

gulier.
Pour trouver de F^JpeBen
ladiverfite Longi-
tude &* latitude aspirent,
CMA P« vn.
A R. les précédentes ayez le vray lieu
P de la Píanette selon la Longitude du
Zodiaqueau temps proposé: ccque pou-
vez aussi en tout temps faire aux Planettcs
qui ont la diversité de l'Aspectpercepti-
ÀMPtIFIC. UB L VfA'QB
blc : laquelle chose est par l'Addition du
Mouvement en heures de minutes depuis
le lieu au temps de 1 observation de la Pla-
netteaujourprecedent,estant au nonati«
tiesme Degré de TEclyptique depuis l'Af*
íccndánt.Celafaìct,obseivez la hauteur de
la Píanette fur l'Horizen, consequemmét
l'Azimuth,& fàictes vne imposition fein-
te du lieu apparent, comme enseigne lé
quatriesme Cnapitre. Puis par le troisies-
me Chapitre ayez la Longitude du lieu
apparent de la Píanette, ensemble la Lati-
tude apparente dicelleaudict temps pro-
posé.Puis conférez leviay lieu au lieu ap-

parent selon leurs Longitudes, en Sou-


strayant le Mineur du Majeur,& vous au-
rez la diversité deT Aspect en Longitude.

Exemple,Soit proposé àsçavòirla di-


versité de l'Aspect de la Lune en Longi-
tudes Latitude apparente pour le temps
tìenostre Année 1554. le quatriesme de
Décembre â quatre heures âpres Midy.
Par la précédente, je prens le mouvemêt
de la Lune pour le temps qui est entre lob*
servation du jour précédent de du tempe
: c'est à sçavoir pour le têps deaz#
proposé
heures de quatre minutes:^: je trouve que
DE L'ASTÌOIABE IJÓ
íe mouvement de la Lune est u. Degrez
51. minutes*, lequel j'adiouste au mouve-
ment de la Lune 13. Degrez de 10. minu-
tes d*Ariés, de trouve que le vray lieu Ue la
Lune est à z6> Degrez,6e 12, Minutes du-
dit Aries pour le temps proposé. Puis
j observe la hauteur de la Lunesurl'Ho-
rizon,& la trouve de zo. Degrez. Conse-
j'observe FAzimuth : de le trou*
quemmét
ve deij. Degrez de vh sixiesme Oriétal de
Méridional. Puis je fais vne imposition du
lieu apparent dela Lune qui est en imagi-
nant vn poinctparmy les Almicantarafhs
de Azimuthsjteiqueìí'on a observé la hau-

hauteurôd'Azimuth.Ievienspuis âpres à

transporter le lieu de simposition apparé-


te dela Lune vers leMeridien:& cn cher-
chant la Longitudediceluy(comme en-
seigne le troisiesine Chapitre )ie trouve
25.Degrez d'Aries ,& environ trois cin-

quiesmes d'vn Degré. Doneques par la


Soustraction de Z5. Degrez de trois cin-

quiesmede26.& vncinquíesme,je troú-


veladiversité del'Aspectcn Longitude,
troiscinquiesme dvn Degré* Puis ienó-
breles Almicantarathscomprisentrel'E-
clyptique de le lieu de simposition appa*
AMPLIMC. DE L'VSACE
rente: tic trouve que la Latitude
apparen-
te estoit cinq Degrez ,8c environ cinq si-
xiesme d Vn Degré vers le Midy.

Peur muverla Longitude des Citez (p Villes


autrement çjuepar les Eclypfes.
CHA>. ViIÍ,

ceste proposition n'y a autre diffi-


EN culté, fors seulement que deux
con*
siderations ( en diverses Longitudes de
la terre) ayant à observer aux Méridiens
le vray lieu dela Lunefeion la Longitu-
de du Zodiaque. Laquelle chose se faict
par le cinquiefnié ôclixiesme Chapitres;
Dont la Longitude de l'habitation de
l'vnestant bien vérifiée,la Longitude de
l'habitation d è l'autre sera cogneuë.* de ce
parlaSoustractiortduvray lieu de la Lu*
ne(aux Meridiés) le Mineur du Majeur,
la différence sera appellée le mouvement
de la Lune entre les Méridiens, lequel
mouvement entre les Mçridiens faut par*
tir par le mouvemenc de la Lune en vne
heure ( se qui se peut coUigcrparlesixies*
me Chapitre ) de en viendra la différence
dela Longitude des Méridiens en heures
& minutes, faut réduire en De-
lesquelles
grez;
I
t>E L'ÁCT.K OLA BE, Ì2Ì
& minutes deTEquinoctial : & vous
grez
aurez, la différence de la Longitude des
Méridiens en degrez & minutes ; laquel-
le différence par |s Addition, ou Soustra-
ction d'icfcluy aueçla Longitude du Me*
ridien cogneu , aurez Ja Longitude du
Méridien incogneu; là où faut noter
qu'au lieu où le mouvement dela Lune
a esté plus grands estre vers l'Occident au
regard dii Méridien 4 iceluy, bù ledit
mouvement a esté le plus petit. Si donc
ladicte différence dumouvemet dela Lu-
ne entre les Méridiens,ne se peut partir
par le mou vemen t de la Lune en vne heu-
re: lors faut Multiplier lempuyement en-
tre les Méridiens 60. de la somme
par par-
tir par lc mouvement en vne heure. Pre-
nez garde doc à la denominatió du Quo-
tient de la partition pour les réductions
des nombres aux moindres fractions, en
faisant comme l'on fait és fra-
l'operatíon
ctions Astronomiques. Exemple.
Soit proposé que lc troisiesme iour de
Decébre 1 j54.à i2,heurcsdejour,quel-
que obseruateur a trou vé le vray lieu de la
Lune 9. degr.ôc 26. minutes.d'Aries:& la
question est de sjauoir ìa Longitude de la
AMPU*IC« DE t'vSÀ'GB

negion dudit observatcur.Ie reeours doc*


ques à mes observations faictes,par les-
quelles je trouve que ledit jour a 5. heures
de $6. minutes, j'auois observé le vray lieu
dela Lune,ij.dcgr. de io. minutes d'A-
rics.Puis je rectifie lc lieu dela Lune pour
le temps de mon M idy, comme enseigne
le sixiesme chapitre; ce oui ce faict en pre-
nant lemouvemenr Luneen j.hcu-
<Jpla
resôc 56. minutes >dt le trouve}, degrez
*7« minutes de 40.secondes, que je Sou-
de 20. -
stray de 13. degrez minutes, qui e
stoit lemouvement dela Lune au temps
de mon observation : de trouve que le lieu
de la Lune à douze de monMidy,
heures
estoit neuf degrez cinquante trois minu-
tes ,& vingt secondes d'Aries. Mainte-
nant je Soustray le mouvement de laLu-
he neuf degrez de vingt-six
minutes d* A*
ries, de neuf degrez cinquante trois mi-
nutes de vingtsecondes : Et trouve quele
mouvement de la Lune entre les Méri-
diens, est vingt sept minutes de vingt se-
códes d'vn degré : lequel je reduis à moin-
dre fraction,de en vient 1640secondes :
Puis ie partis la somme pat le mouvemen t
de la Lune en vne heure,qui est trente
DE L'AST KOI Aïtl tu
minutes xde en vient
cinq pour le Quo-
tient quasi quarante sept minutes d'vnè
heure: qùejcreduits en degrez
delEqui-
noctial ( qui est en partant, la somme
par
4) de en vient vnze degrez de quarante

cinq minutes, autant fera la différence de


laLongitudeentreles Meridiens.Et parce
quela Longitudedemon Méridien est co.
gneuë vingt six degrez ,6c que le mouve-
ment de la Lune a mon Méridien à esté
le plus grand : je conclu que iobservateur
estoit plus vers l'Orient. rarquoy j'Adiou-
ste la différence de la Longitude des Méri-
diens à ma Longitude ,& trouve que la
Lógitudedu Méridien incogneu est tren-
te deux degrez quarante cinq minutes,
Pôle du Lieu in-
parce quel'elevationdu
,ma esté fáit sçavoir de cinquan-
cogneu
te deux degrez vingt minutes par lbbscr-
vateur» fans m avoir déclaré le lieu : 1 e có-
clu qu'il estoit au temps de fa considéra-
tion dedans la Ville deMagdebourg en
de laquelle la Longitude est
Allemagne,
trente quarante cinq minu-
sept degrez
tes, de la latitude est cinquante deux de-

grez de vingt minutes.


AMPLIMC. DE l'VSAGE

Pour trouver la distance tntre le Lieu de vostre


habitation tjr quelquedutre »
Région y
les çfr
desquelles Longitudes
Latitudes font cogneues.

CHAP. IX.

"D premièrement que la tablé


Egardez
-^•de rinstrumentïoit pour l'clcvation
du Pôle, ou Latitude de vostrc Région,
Puis joingnez TOstenseur auec le Méri-
dien de vostredictetables ennombrant
la Latitude de l'autre Région, propo/éo
aulongdudit Méridien, depuis lEquino-
ctial vers le Centre de l'Instrumënt,ferez
vne marque en l'Ostenseur,au droict de la
fin de vostre supputation. Puis considérez
les Longitudes des deux Régions, 6c pre-
nez leur différence ': laquelle différence
nombrezau Limbe de vostre.Instrumét,
depuis la ligne de vostre Méridien : de à la
fin de la supputation l'Ostenseur.
joignez
Cclafaict, nombrez les Almicantaraths,
compris entre lc Zenith de lc poinct qui
est marqu é en l'Ostenseur : Autant de de*
grez sera s Arc itincral. Regardez donc
DE t'ASTR.OtABE. IZ$
combien de Lieues respondcnt à vn de-
gré. Car si vousMultipliezJenotnbre des
Lieues qui respondent à vn degré parle
nombre des degrez de l'Arc itinèral vous
aurez la distance par le nombie de sem-
blables Lieues , entre vostre Région, de k

Région proposée?
Exempie,SoitproposéelaVîlledeHam-
en Allemagne de laquelle la Lon-
bourg
est,34. degrez, de la Latitude est
gitude
54. degrez 6c trente minutes Septentrio-
nales, le veux Cçavoir la distance d'ifceUc
droict chemin dela Ville de Lyon,ou
par
est mon habitation , dequoy la Latitude
est. qua»ntecinq degrez êç vingts minu-
tes Septentrionales , de la Longitude est
six degrez. îeposcdôc la table pour
vingt
l'elevation du Pôle à quarantecinq de-

grez de vingts minutes plus prochaine


dessoubs l'Araigne: de puis j'applique i'O-
stéscur au Méridien en nombrant la Lati-
tude de la Région proposée cinquante
quatredegrez&trentesixminutes depuis
l'Equinoctial au 16g dudit Méridien vers (
le centre deTlnllrument. Et au droict de
la fin de la ie fais vne marque
supputation
cnlOstcscur,.puisjeSoustraislamomdre
QJij
- DE l/vSAÔÌ
AMLIfíC
degrez, de la majeur
Longitude vingtsix
uentequatre degrez, de trouve que leur
différence est huictdegrcz,puisjelc nom-*
bre au Limbe de rinílrument depuis le
Méridien, cn appliquant FÙstenseur là
dessus, où âpres je nombre les Almican-
taraths compris entre la marque de VO«i
stenseur de le point du Zenith: oc trouve
dix degrez de trente minutes que je mul-
tiplie par les Lieues qui respohdeht à vn
degré comme par les lieues Françoises
(desquelles à vn de-
trentereíj>oiident
gré ) de trouve J15. Lieues, autant sera la
distance entre la Ville deLyon en France,;
de la Ville de Hambourg en Allçinagne.
124*
L ES

DEMONSTRATIONS
POVR LA PRACT1QVE
ET VSAOÏ ©V GNOMON, OV
, de l'Eschelle Altimètre;

ET PR.EMIIREMENT.

J)es Dimensions épuisef ont par vne


feule Station*

PROPOSITION I.

O VK mieux retenir la pra*


^^mê^^i
<2| ctiquedu Gnomon oul'es-
|^jt^
Hn chelleAltimetre,nousav6$
ipsíag
icyr^is vne démonstration
i$i liSsìí
M^im^^^ <ìui ^ert en gênerai pour les
dimensions qui se trouvent par trois ter-
mes cogneuz, de desquels le troiíiesmc
estre mesurc,pour auoir le quart, qui
peut
est incogneu : Laquelle chose se faict par
deuxTriácles semblables ficOrthogones,
desquels lvn se forme dans
ledictGno*
mon * & l'autre'dehors, d'autant que la.
chose à mcsure&soit hautcprofonde^on-
ÀMptnxc. ÛE LVSAOE
gue,oularge, est tousiours equidistante
o u parallèle à l'vn des costez dydist Gho-
fiduciele óu visuele •
mbn.Parquòy'lalignc
qui les cntïccouppejcauseles Angles sem-
blables. Donc par lâ similitude des Trian-
gles, les costez sont propòhioriaux. Car,
st ladicte ligne visuele cntrecouppe l'Es-
chellc de f Ombre droite, àSoncques la
hauteur de la chose à mesurer, aura telle
proportion àdouze, que la distance'dela
chose au regard du nombre des poincts
de ladicte EschcUe de l'Ombre droicte.
Semblablement la d vne cho-
profondeur
se aura à douze telle proportion, que fa
largeur au nombre dès poincts del Om-v
bre droicte: Comme voir en ceílc
pouvez
figure, ou lahàuieurd'vtìeTouràmeìu-;
rer est A8, & vostre Station au poinct
Di CASTROLABBJ ÏI%
Ç, ou la ligne fiducieleentrecóupperÊé
chelìe 4c 1 Ombre droicte , au poinct F.
Maintenant la lignc^de.la Station G c. est
à À B/mais pourcc que la ligne vi-
parallèle
í'ueleF c A,les entrecouppc au poincts c,8c
c,duTriangle FCG,seracgal â*
A,TAngle
1'Angle,A, duTriáglc c A B,par la seconde

partie de la vihgtheuficsme proposition


du premiçr liure d'Euclide, par laquelle
aussi l'Angle j,du Triangle c F c.cst egal à
c, duTriarigíò A c B.Párquóy les
VAngle
deux Orthogones FGC , de
Triangles
CBA : font cquianglés. Dont les costez
qui. regardent semblables Angles font

proport ionaux, ainsi quedemonstrcEu-


clide en la qiíatriesme proposition de son
sixiesme liure. La proportion doneques
des 6 .à GC, est conïmedc F B, à B A: de ces

quatre les trois sont donnez, c'est à sça-


úoir F c, de GC, quisont du Gnomon : de
ÇB, pour lavoir mcsuré:dont par la rciglc
de proportion le quart B A, sera cogneu.
Semblablement faut entendre que qdand
ladicte ligne fiduciele emrccpuppe, les-
chelle de l'O mbre verse,coriime au poinct
H, ou la Station est D. Adoncques 1ahau-
teur de la chose à mesurer, auiatellepro-
AMPIWO.•** t'VSACE
au nombre des poincts dci'Om-
Eortion
rp verse, que la distance au regard de
douzc:ôclaprofonditéauregarddesdict&
poincts de iQmbre droicte fera çe que la
largeur est au rcgardde 12. car parla pre-
mière partie dela 29. proposition suího-
mccrÀnglc H, du Triágle E H D,est egal à
l'Angle A,du triangle D AB, Et les Angles

çontrepoíìtesau poinct p, sont egauxpar


la quinziesine dupremiendont les 2.Tria-
gles Orthogones feront semblables, &
pource les costez seront
proportionnaux:
parquoy comme dessus, on a trois termes
cogneuz,c est à scauoir DE, E H. & D B.par-
quoy on aura le quart cogneu» qui est A B.

Des Dimensions quisefintpar deux


Stations.
r \
PROPOSITION H.

si la choseîmesurer est inaccessi-


OR ble alors ìe}. de 4. terme seront in-
congneuz,parquoy il convient opérer au-
trement dot la démonstration
que deílus,
s'enfuit: Soit AB, lahauteurdelaTour,
de laquelle on ne peut approcher, Ççsoit
D ï L* A S T * O t A B ï.' 1*6
que la ligne fiducteleaux
premièrement
Stations c de D, entrecouppent i'Eschclle
de l'Òmbrc verse, au poincts F & H > donc
les deux Triangles F D E fie A D B,pour leurs
similitudes» ce faict que Ï E , est contenu
tant de fois en ç D, que A B, en Bp, parquoy
E D, (qui en rinstrument est xu poincts)
estant par ty par f E , en vient vn nombre,
demonstrant fois AB, est en B D*
quantes

Semblablement pour la similitude des


Triangles HCGÔCA CB.
cefaictqueGH,est
contenu tant de fois en G C, que A B,en BC:
doneques le nombre demonstrant le
Quotient que A% estenBc, feracogneu:
parquoy lé Quo tient de A B,en c Dosera co*
AM*tIÏIC. DE t'vSACE
gncu. Doneques CD, estant party par içe^
luy nombrcQuoticnt en vient, AB,a quoy
faut Adjouster ta hauteur pour avoir k
hauteur dcsiréc.Mais s!il advient auxdeux
Sations que la ligne fiducielc entrecoupe
I'Eschclle de f Ombre droicte, cómcaux

M,& iXoperationsefaaiitre au'cl*


e n'a esté dessus: car il faut Multiplier
{)oincts la di-
stance entre les deux Stations par douze^
DÉ x'ASTTt/OtABE. lits
de partir la somme par la différence des
de en viendra la hauteur demari*
poincts
déc , de laquelle chose voyez la démon-
stration.
1
Pour la similitude des Triangles MCP,
de c AB, la proportion de M P, à c B,est com-
me de f c, à AB, semblablement la pro-

portion de L p, à D B, est comme P D, à A B,


BC, à B A,
ôcpourccquelaproportionde
est semblable à laproportion de D p, à B A,
donc s'enfuitquelaproportion de M P, à
CB, cstcommcLp, à D B. Parquoy parla
iç proposition du cinquiesme liure d'Eu-
clydele résidu L M, au résidu D c, est com-
me le total t. p,au total D I: mais LP, à DB,
est comme^PD, à B À: parquoy doneques
L M, à D c, est comme P D, à B A , de ces

quatre les trois LM,D c, 6c PD, sot cogneuz,

parquoy le quart B A> que nous deman-


dons sera cogneu.
Nous pouvons encore
plus facilement
avoir la hauteur
d'vné chose de laquelle
on ne peut approcher, de ce, pourveu que
l'on puisse faire deux Stations,
desquelles
en l'vne la ligne fiduciele soit avec la ligne
de 1 Ombre du milieu,& l'autre à la volon-
té, car lors faut la distance des
Multiplier
ÀMPIIFIC, DE LVÌAGE
Stations par le nombre
des poincts,& pair*
tir la somme par la différence que lefdits
ont à douze, de eh viendra la hau-
poincts
teur de la chose , laquelle seratousiours
égaie à la distance de vostre première Sta-
tion.
Exemple , comme si la différence des
Stations CD, estoit dix pas de la ligne fidu-
ciele entrecouppant l'Eschelle de l'Om-
bre verse au poincts F. 8. poincts Multi-
plions doneques cD,dixpasparGF,huict
de en viendra octante: lesquels
poincts,

estans partis par F H , quatre poincts, en


viendra vingt, autant de pas contient AB,
qui est la hauteur,ou B1c , qui est la distance
dela première Station. La demonstra-
DE LASTROLABE, ïït
tion. Pour la similitudedes Triangles» la
de c G, à GH, est comme c B ,à
proportion
B A. de pource que c G, est cgal à G H , donc
conclurons CB, estreegalà AB. Sembla*
blement la proportion de DG, à GF, est co-
rne de D B, à B A, maintenant par laseisies-
me proposition du sixiesmed'Euclidc, ce
c en A B, est cgal à ce
quí est de G, qui est de
G H,en c B,semblablcmcnt ce qui est de D G,
en AB,seraegal à ce qui est de GF, en DB*
mais pource qu'en vne-chacune desdites
si milit udes le premier de le quart sont tou-
siours mefmes de egaux, il s'enfuit done-
ques que ce qui est de G F, en D B, est egal à
ce qui est de GH,en c B, parquoy la propor-
tion de G P, à G H,est comme c B,à DB, par la
seconde partie de ladicte seisiesme propo-
sition. Le résidu P H, au résidu
doneques
CD,fera comme la totale GH, à la totale BD,
parla 19. proposition du cinquiesine : de

pource quePH,àcD,&GP,àBC, font cha-


cune en mesme proportion, comme le to-
tal au total, la proportion dócques de p H,
à CD jscra comme GF, à Bc,de ces quatre les
sont cogneuz, dont le quart c B , qui
ttpis
est égal à A B; sera
cogneu.

F; N.