Vous êtes sur la page 1sur 35

Dr N.

Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

UNIVERSITE D’ALGER
BENYOUCEF BENKHEDDA

FACULTE DE MEDECINE D’ALGER


DEPARTEMENT DE MEDECINE MOHAMED MAHERZI

NODULE FROID
THYROIDIEN

Docteur NOUREDDINE AIT BENAMAR


Clinique Djillali Rahmouni

25/04/2003

1
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

SOMMAIRE

I. INTRODUCTION
II. DMARCHE DIAGNOSTIQUE
II.1. Clinique
II.2. Biologie
II.3. Echographie
II.4. Scintigraphie
II.5. Cytoponction
II.5.1. Introduction
II.5.2. Technique
II.5.2.1. Prélèvement
II.5.2.2. Etalement
II.5.2.3. Fixation et coloration
II.5.3. Avantages et limites
II.5.4. Principes
II.5.5. Complications
II.5.6. Interprétation
II.5.7. Résultats
II.5.7.1. Cytologies bénignes
II.5.7.2. Cytologies suspectes
II.5.7.3. Cytologies malignes
II.5.7.4. Cytologies non significatives
II.5.8. Performances
II.5.9. Immunohistochimie
II.5.9.1. Anticorps monoclonal spécifique de la peroxydase
Thyroïdienne (TPO)
II.5.9.2. Dipeptidyl Amino. Peptidase IV (DAP IV)
II.5.9.3. Galectine 3
II.5.9.4. Anticorps monoclonal HBME1
II.5.9.5. Cytokératine-19 (CK-19)
II.5.10. Conclusion

III. TRAITEMENT
III.1. Chirurgie
III.2. Examen Anatomopathologique Extemporané (EAE)
III.2.1. Introduction
III.2.2. Principes
III.2.3. Limites
III.2.4. Résultats

2
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

III.2.4.1. Lésions bénignes


III.2.4.2. Lésions malignes
III.2.4.3. Lésions suspectes
III.2.5. Performances
III.2.6. Indications
III.3. Elargissement du geste chirurgical
IV. SURVILLANCE
V. CONCLUSION

3
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

I. INTRODUCTION

La thyroïde est particulière par rapport aux autres glandes endocrines. Elle se
caractérise par sa localisation superficielle la rendant accessible à l’examen clinique,
morphologique et cyto anatomopathologique.

Elle comporte une grande variété d’affections de nature différente par leurs
caractéristiques fonctionnelles et anatomopathologiques. Parmi ces affections, le
nodule thyroïdien constitue la pathologie la plus fréquente, son incidence augmente
avec l’âge et peut affecter 4 à 11 % de la population générale [1, 2, 3,4]. Ce
pourcentage est plus élevé en région d’endémie goitreuse faisant du nodule thyroïdien
un important motif de consultation (environ 20 % des thyroïdopathies) [5].

L’examen clinique révèle l’existence d’un nodule isolé dans 3 à 5 % des sujets
soumis à une consultation de médecine de travail. Cette fréquence varie en fonction
des régions d’étude et de l’apport iodé dans ces régions [6]. Le développement de
l’échographie cervicale à partir de 1985 a permis de déceler chez 50% des sujets de 40
ans et plus, des nodules thyroïdiens n’ayant aucune traduction clinique [7]. Dans 40%
des cas de nodules cliniquement solitaires, l’échographie révèle la présence d’autres
nodules infra cliniques. Sur 1000 autopsies de personnes cliniquement indemnes de
pathologie thyroïdienne, Mortensen et col [8] notent la présence de nodules dans 50%
des thyroïdes examinées. Seulement 12 % des sujets autopsiés avaient les nodules de
plus de 1cm de diamètre.

Les nodules thyroïdiens sont des tuméfactions localisées correspondants à des


structures anatomiques organisées plus ou moins nettement du parenchyme thyroïdien
normal ou hypertrophique. Ils peuvent être solide ou kystique, leur évolution se fait,
soit vers la régression spontanée ou sous hormonothérapie freinatrice, soit constitue la
première manifestation d’un goitre multi nodulaire.

La classification des nodules thyroïdiens est fondée sur la scintigraphie qui distingue
les nodules chauds des nodules froids, par rapport à l’intensité de captation de l’iode
radioactif par la formation nodulaire. En fait, le problème du nodule thyroïdien est

4
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

dominé par son risque potentiel de malignité qui est de l’ordre de 10 à 20 % [3, 9,10]
mais qui se caractérise par l’absence de critères prédictifs clinique, biologique,
échographique et scintigraphique de la nature cancéreuse du nodule. De là, le principe
du recours systématique à la lobectomie suivie d’un contrôle anatomopathologique
extemporané systématique a été de mise depuis longtemps.

Le rationnel de cette approche est basée sur la chirurgie à visée diagnostique qui va
traiter des nodules qui s’avéreront bénins à l’examen histologique dans 80 à 90 % des
cas [11, 12, 13]. La faible prévalence du carcinome thyroïdien ne peut justifier le
recours systématique à la chirurgie qui va augmenter le nombre de thyroïdectomies
inutiles et son corollaire les complications inhérentes à cette chirurgie (lésions
récurrentielles et parathyroïdiennes).

Cette stratégie diagnostique a été remise en question, on lui substitue une nouvelle
approche pragmatique, économique et scientifique fondée sur la cytoponction
thyroïdienne qui permet d’assurer le diagnostic de nature du nodule, de sélectionner
les nodules à la chirurgie, de limiter les indications de l’extemporané et enfin de
surveiller les nodules bénins qui ne seront pas opérés.

En raison de sa fiabilité, de sa simplicité, de son innocuité et de son faible coût [14,


15,16], la cytoponction est désormais la méthode de choix des équipes nord
américaines et scandinaves [12,17-21]. Elle est indiquée de première intention devant
tout nodule thyroïdien à TSH normale où légèrement élevée. Elle est souvent associée
à l’échographie qui garde une place importante dans cette nouvelle stratégie [22-24]
par contre la Scintigraphie qui occupait une place déterminante, s’est vu écarter de
l’arbre décisionnel à cause de son coût élevé et surtout de l’incapacité de cet examen à
distinguer les lésions bénignes du cancer [24-27]. Toutes fois, elle ne garde son intérêt
que dans les nodules à TSH basse ou indétectable et chez les patients présentant un
goitre multi nodulaire pour détecter un nodule fonctionnel autonome [24-27].

L’introduction de la cytoponction dans les différents centres nord américains et


particulièrement à la Mayo Clinic a permis de réduire le coût de la prise en charge des

5
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

patients de 25%, de baisser la chirurgie thyroïdienne de 67 à 43 % et d’augmenter les


cas de cancer de la thyroïde trouvés sur pièces opératoires de 14 à 29% [11, 25, 28,29].

Si la découverte d’un nodule thyroïdien soulève d’emblée l’éventualité de sa nature


cancéreuse, les particularités anatomocliniques, évolutives et pronostiques du nodule
cancéreux expliquent que les modalités thérapeutiques demeurent controversées,
notamment sur le plan chirurgical vis-à-vis à la fois de la thyroïde et des ganglions.
Certains auteurs [30-33] se référant au bon pronostic habituel, y voient un argument
pour proposer une thyroïdectomie partielle, d’autres mettant en avant la fréquence non
négligeable de récidives locorégionales, de métastases viscérales, concluent à
l’inverse, à la nécessité d’un traitement radical d’emblée, à savoir la thyroïdectomie
totale avec curage lymphatique central systématique [34-38]. Le traitement doit être
adapté, mesuré ; il doit éviter les séquelles, les indications thérapeutiques seront en
fonction des facteurs anatomocliniques préalablement établi [10, 24, 31,35].

II. DEMARCHE DIAGNOSTIQUE

II.1. CLINIQUE : Le nodule thyroïdien est fréquemment retrouvé comme motif de


consultation [2, 5]. Il est le plus souvent découvert de manière fortuite, par le patient
ou son entourage notant une voussure cervicale ; par le médecin au cours d’un examen
physique systématique, ou orienté par les antécédents personnels ou familiaux de
dysthyroidie ou de néoplasie endocrinienne multiple 2 (NEM2). Parfois c’est la
symptomatologie qui attirera l’attention sur la thyroïde : signes compressifs cervicaux
(dysphonie, dyspnée, dysphagie), ou signes évocateurs d’un carcinome médullaire de
la thyroïde (CMT). L’examen clinique est le temps le plus important de l’évaluation
du goitre nodulaire. On perçoit le nodule sous la forme d’une hypertrophie arrondie
localisée, cervicale antérieure, et sous hyoïdienne, mobile à la déglutition dont on
notera le siège, la consistance, les dimensions, la sensibilité et les contours.
L’inspection et la palpation vont permettre de mettre en évidence le caractère
nodulaire isolé développé au sein d’une thyroïde normale ou hypertrophique et de

6
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

classer le goitre. A cet effet, en 1962, dans le cadre de l’organisation mondiale de la


santé, Perez et Munoz [39] ont proposé la classification suivante :

-stade 0 : la thyroïde n’est pas palpable, les lobes thyroïdiens n’excédent pas la
dernière phalange du pouce, le sujet n’est pas porteur d’un goitre.

-stade 1: le goitre n’est pas visible en position normale de la tête. En revanche, la


palpation le met en évidence.

-stade 2 : le goitre est visible en position normale de la tête.

-stade 3 : le goitre est volumineux.

L’examen clinique s’attachera d’explorer les chaînes ganglionnaires cervicales


bilatérales (jugulo-carotidiennes, spinales, sus claviculaires).

En fait, la difficulté réside pour le médecin dans l’appréciation de la nature de ce


nodule. L’évaluation de la malignité passe par la recherche des critères de présomption
clinique, biologique, échographique et scintigraphique.

Les différents examens pratiqués ne permettent pas de rassurer de façon formelle sur la
nature du nodule. La confirmation de la malignité exige une étude cytologique mais
surtout histologique de la pièce de résection thyroïdienne.

La découverte d’un nodule non fonctionnel, sans signes de dysthyroidie clinique chez
l’enfant peut conduire à la chirurgie, car à cet âge la fréquence du cancer peut atteindre
30% [39, 40, 41]. De même chez l’homme, le nodule thyroïdien, quoi que moins
fréquent que chez la femme (4 femmes pour un homme dans la série de Framingham),
il est le plus souvent malin [41,42]. La notion d’irradiation cervicale dans l’enfance
peut également favoriser l’apparition des nodules, car à cet âge, la thyroïde étant
partiellement sensible [7].

La recherche d’un cancer papillaire ou médullaire dans la famille, d’augmentation


rapide du volume du nodule doit faire envisager la chirurgie de même que la dureté, la
fixité, le caractère compressif et l’existence d’adénopathies cervicales homolatérales

7
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

ou bilatérales. Les caractères cliniques sont importants à rechercher, leurs évaluations


à travers de grandes séries a montré qu’ils ont une sensibilité de l’ordre de 60% et une
spécificité de 72% [7 ,43].

II.2. BIOLOGIE : L’examen biologique permet de définir le statut fonctionnel du


nodule par le dosage de la TSHus qui est normal ou légèrement élevée. Le dosage de
la TSHus, des hormones thyroïdiennes (Tз , T4), des auto anticorps, ne permet pas de
prédire de la nature du nodule thyroïdien. A l’inverse, selon deux études prospectives
[44,45], le dosage de la calcitonine de routine chez les patients porteurs de nodules
thyroïdiens a permis le diagnostic de carcinome médullaire. Aussi, ce dosage a été
conseillé lors de la première évaluation des nodules thyroïdiens [46].

II.3. ECHOGRAPHIE : L’échographie thyroïdienne et cervicale occupe maintenant


une place essentielle dans le diagnostic et la surveillance de la pathologie thyroïdienne
[46]. Son rôle dans la prise en charge du nodule n’est plus contesté. Elle met en
évidence le nodule thyroïdien dans prés de la moitié des sujets (comme dans les études
autopsiques des années 1950) [8]. Un nodule est visible à l’échographie par son effet
de masse (déformation des contours), son contraste ultrasonore par rapport au
parenchyme adjacent ou par le refoulement des structures vasculaires à sa périphérie
(halot et encorbellement). Il s’agit d’une structure qui apparaît ovoïde sur deux coupes
perpendiculaires [23]. L’échographie permet une analyse descriptive de la
morphologie de la thyroïde. Elle apprécie les dimensions de chaque lobe, étudie les
caractéristiques du nodule : l’écho structure (c’est le caractère liquidien ou solide) ;
l’echogénicité concerne les nodules solides, elle est définit par rapport au parenchyme
normal (hyper, iso, ou hypoéchogene). Les contours sont aussi un élément très
important dans l’évaluation du nodule. Trois types de contours peuvent être décrits,
nets, flous, ou festonnés. L’existence d’un halot doit être signalée, c’est un élément
rassurant quant il est complet. La forme doit être également analysée, en effet, un
nodule plus épais que haut serait plus suspect. Les micros calcifications sont
considérées comme élément de suspicion de cancer, correspondent aux calcosphérites,
quasiment pathognomonique du cancer papillaire considérée comme des reliquats des
papilles tumorales ayant disparus. De même pour la vascularisation intra nodulaire qui

8
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

est considérée comme un élément hautement suspect. Enfin, l’échographie cervicale


explore les aires ganglionnaires cervicales (taille, aspect et situation des adénopathies)
[47, 48]. La validité des critères échographiques de suspicion de malignité (nodule
solide, hypoéchogene, contours flous, halot incomplet, micro calcifications, hyper
vascularisation intra nodulaire), est étayée par de nombreuses études. Des études
récentes [23, 47-49] ont montré que plusieurs critères pris isolement n’ont aucune
valeur formelle. En revanche, l’association de plusieurs caractères a une valeur
prédictive démontrée avec le diagnostic de cancer [23,47-51].

Figure 1 : Nodule à Contours festonnés


Figure 2 : Micro calcifications intra
(Coupe longitudinale)
nodulaires en mode B

9
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

Figure 3 : Nodule plus épais que haut Figure 4 : Vascularisation intra


nodulaire en doppler énergie

Figure 5 : Écho doppler couleur d’un nodule

Solide, hypoéchogene, à contours flous

10
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

Aucune de ces études n’a permis de définir l’importance de ces différents critères
échographiques. Ainsi, l’échographie est considérée comme un élément indispensable
d’aide au diagnostic, permet de définir le statut anatomique du nodule, de guider la
cytoponction thyroïdienne et enfin de surveiller l’évolution des nodules bénins à la
cytologie [46, 48].

II.4. SCINTIGRAPHIE : La scintigraphie apprécie la répartition au sein de la glande


d’un isotope radioactif de l’iode ou de technétium. Il s’agit d’un examen fonctionnel et
morphologique de la thyroïde Elle distingue le nodule froid (hypofixant) nodule chaud
(hyperfixant). Les cancers thyroïdiens sont essentiellement observés parmi les nodules
hypofixations et isofixants. Mais la plupart de ces nodules sont bénins de l’ordre de
90% [3, 7,9]. La scintigraphie ne permet pas de poser le diagnostic de malignité d’un
nodule. Le caractère non fixant n’est pas discriminant, il ne suffit pas pour adopter une
attitude systématisée [46], car opérer sur ce seul argument revient à opérer inutilement
des nodules froids (hypofixant) qui se révèlent bénins à l’histologie [24, 27]. En plus,
la généralisation de l’échographie thyroïdienne a limité les indications de la
scintigraphie qui ne garde son intérêt qu’en cas d’hyperthyroïdie nodulaire pour en
préciser l’étiologie et en cas de goitre multi nodulaire pour détecter un nodule
fonctionnel autonome [24, 27, 46].

II.5. CYTOPONCTION

VI.5.1. Introduction : En présence d’un nodule thyroïdien, deux questions


fondamentales se posent : Est-il fonctionnel ou non ? Est-il bénin ou malin ?
La fonction thyroïdienne est appréciée par la biologie et la scintigraphie.
La cytoponction est apparue comme un moyen direct et précis pour distinguer le
nodule bénin du nodule malin. Connue depuis le 16ème siècle, où la première ponction
évacuatrice a été pratiquée sur un jeune soldat suisse qui présentait un volumineux
goitre suffocant [52], la généralisation de la cytoponction s’est effectuée dans les
années trente. Entre 1934 et 1951, au Mémorial Hospital de New York, 98 cancers
papillaires ont été diagnostiqués par cet examen. Mais, le pourcentage élevé de faux
négatifs décourage les auteurs américains qui abandonnent la méthode. Il faudra
attendre les années cinquante pour que la cytoponction se développe en Suède où elle

11
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

fût intégrée par Soderstrom en 1952 dans la stratégie diagnostique [53,54].


La cytoponction fût réintroduite par Martin et Ellis aux USA, il y a plus de 70 ans
[55,56] et fût largement répandue dans les centres à partir de 1980. Elle a
complètement supplanté les autres moyens décrits antérieurement (échographie,
scintigraphie, biologie). La stratégie idéale du diagnostic du nodule thyroïdien est
d’identifier avec certitude le cancer en préopératoire et de le traiter en une seule
opération. La cytoponction représente actuellement une approche incontournable
destinée à sélectionner les nodules thyroïdiens malins et suspects à la chirurgie et les
distinguer des nodules bénins à surveiller. Elle a permis de diminuer de plus de 50%
les interventions thyroïdiennes à visée diagnostique et d’augmenter de 15 à 30 %
l’incidence du cancer dans le nodule thyroïdien [11, 25, 28, 29,57].

II.5.2. Technique : La technique de ponction du nodule thyroïdien n’est pas figée et


admet plusieurs variantes. Elle comporte quatre temps : le prélèvement, l’étalement, la
fixation et la coloration.

II.5.2.1. Prélèvement : Deux modes de prélèvements sont possibles, ponction


thyroïdienne directe et ponction écho guidée. Elles sont l’une et l’autre effectuée sur
un patient en position allongée, le cou en hyper extension. La ponction est assurée par
des aiguilles fines dont le calibre varie de 23 gauge (0,6 mm) à 27 gauge et de 16 à 35
mm de longueur [16,58]. La ponction à l’aiguille seule, sans aspiration est préférable
à l’aiguille montée sur une seringue. On pratique pendant dix secondes un mouvement
d’aller retour associé à un mouvement de vrille pour permettre d’augmenter la
cellularité du prélèvement [16,58]. La ponction est renouvelée 3 à 6 fois sur le même
nodule [46].

II.5.2.2. Etalement : Une micro goutte de matériel recueilli sera déposée sur quatre
lames successives et rapidement étalée pour un rendement optimal.

II.5.2.3. Fixation et coloration : La fixation du prélèvement étalé sur lame peut se


faire soit à l’air suivi d’une coloration par le May –Grunwald- Giemsa (MGG) soit au
liquide (Alcool, éther) suivi d’une coloration classique de Papanicolaou.

12
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

II.5.3. Avantages et limites : La cytoponction thyroïdienne est une méthode rapide,


peu coûteuse, reproductible et anodine. Elle fournit plus d’informations et permet au
clinicien de décider de l’intervention chirurgicale [46,59]. Ses limites, les nodules trop
petits ou trop postérieurs ou dans un cou court ou tout simplement trop mous pour être
palpés et immobilisés. La ponction écho guidée palliera à ces inconvénients et trouve
sa place dans les nodules de petites tailles difficilement palpable à l’examen clinique
[22, 23, 46,58-60].

II.5.4. Principes: Un échantillon est admis comme significatif ou adéquat s’il permet
d’observer un matériel épithélial suffisant pour l’analyse. Cinq à dix amas cellulaires
provenant du même nodule au moyen de 2 à 6 ponctions par nodule selon sa taille et
l’habilité du ponctionneur [46]. Chaque amas cellulaire doit contenir 08 cellules
épithéliales [46]. Si le prélèvement ne souscrit pas à ces critères, il est dit non
significatif, inadéquat ou encore ininterprétable ; il n’est pas informatif. Dans le cas
d’un matériel non significatif qui représente 10 à 20 % [16, 58,60], la cytoponction
doit être répétée dans trois à six mois. La répétition de la ponction thyroïdienne réduit
à 5% la proportion de frottis non significatifs [16, 46, 58,60]. Le succès de la
cytoponction à l’aiguille fine repose sur l’entraînement à la palpation, à la ponction, à
l’étalement et surtout au degré d’implication dans la qualité des résultats. Un minimum
de cent ponctions thyroïdiennes par an semblent requises tant au niveau de la ponction
que de la lecture pour acquérir un niveau d’expérience acceptable [16].

II.5.5. Complications : Cette technique qui n’a pas de contre indications est
classiquement atraumatique. Néanmoins, des accidents ont été décrits, ils sont très
rares : infarcissement du nodule thyroïdien rendant le diagnostic histologique ultérieur
impossible [61], hématome compressif de la loge thyroïdienne par rupture de l’artère
thyroïdienne lors d’une déglutition accidentelle [62] et un cas d’ensemencement du
trajet de ponction a été rapporté dans la littérature [63]. A l’échelon microscopique,
des complications précoces peuvent se voir à type d’hémorragie, de phénomènes de
réparation qui accompagnent la ponction (tissu de granulation, réaction à cellules
géantes, foyers de résorption macrophagique riche en sidérophage). Aussi des
complications tardives à type de fibrose pouvant entrainer une réaction inflammatoire

13
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

du stroma péri thyroïdien rendant parfois laborieux la chirurgie du lobe intéressé par la
ponction, réaction à corps étranger, foyers de kystisation et certaines images de
pénétration capsulaire [16].

II.5.6. Interprétation : La cytoponction doit être interprétée par un cytopathologiste


ayant une connaissance approfondie de l’histopathologie et maîtrisant les critères
d’identification cytologique des lésions thyroïdiennes (recommandations de l’ANAES)
[46]. L’analyse cytologique permet d’évaluer les caractères cytoplasmiques et
nucléaires sur un échantillon adéquat. Le compte rendu établi selon les
recommandations de la SOR (Standard, options et recommandation) [64], doit
indiquer :

- L’aspect et la nature du fond


- La densité cellulaire
- Le nombre et la forme des amas cellulaires
- Le type de cellule et son mode de regroupement.
- L’aspect du cytoplasme, noyau et nucléoles
- Les éléments associés

Cette analyse descriptive permet de conclure en un prélèvement non contributif,


cytologie bénigne, cytologie maligne et cytologie douteuse ou suspecte pour laquelle
on ne dispose pas d’éléments cytologiques assez convaincants pour affirmer la
malignité ou la bénignité. Le prélèvement non contributif est souvent le fait de nodules
thyroïdiens trop petits (infra centimétrique) ou très gros (supérieur à 4cm), de lésions
kystiques, plus rarement de nodules fibreux calcifié [16, 58,65].

II.5.7. Résultats

Les principales lésions que l’on est amené à diagnostiquer par la cytologie sont d’une
part, les états d’hyperplasie nodulaire, les thyroïdites, les tumeurs bénignes et les
tumeurs malignes [11, 16, 59, 66-69].

II.5.7.1. Cytologie bénigne : Elle est constituée par les cellules thyroïdiennes
pratiquement normales. Elle représente 65 à 75 % des cas, et regroupe :

14
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

• le goitre nodulaire colloïde


• le kyste colloïde
• La thyroïdite subaiguë ou lymphocytaire chronique
• L’adénome macro folliculaire parfois confondu avec le nodule hyperplasique.

II.5.7.2. Cytologie suspecte (10 à 30 %) : Elle regroupe les néoplasmes folliculaires


et oncocytaires et quelques rares tumeurs papillaires. Elle désigne l’ensemble des
lésions de haute densité cellulaire, d’architecture micro folliculaire et oncocytaire pour
lesquelles il est difficile de les distinguer des carcinomes (carcinome folliculaire,
carcinome oncocytaire et carcinome papillaire variante folliculaire : CPVF), car le
diagnostic de malignité est basé essentiellement sur les critères architecturaux
d’invasion capsulaire et surtout de pénétration vasculaire [16,70]. Ces critères ne sont
pas accessibles à la cytologie. La règle veut qu’on arrête au diagnostic de néoplasme
folliculaire ou oncocytaire. Cette conclusion impose la sanction chirurgicale et c’est
l’examen histologique minutieux de la pièce opératoire qui va infirmer ou affirmer la
malignité. Parmi les lésions suspectes, seulement 15 à 20 % sont des cancers [1, 16,
69,71]. Se basant sur ces résultats, certains auteurs [1, 13, 25,69] ont montré que la
répétition de la cytoponction en cas de lésion suspecte corrige le diagnostic dans 30%
des cas [1, 16, 65, 69,72].

II.5.7.3. Cytologie maligne (5 à 10%) : Elle correspond au carcinome papillaire,


folliculaire, médullaire et anaplasique. Le cancer papillaire est le plus fréquent des
cancers thyroïdiens. Le diagnostic cytologique du carcinome papillaire dans sa forme
classique est facile et hautement spécifique avec une précision qui avoisine 98% [1,
15, 16,65]. En revanche le carcinome papillaire variante folliculaire (CPVF) est
difficile à mettre en évidence à cause des chevauchements cytomorphologiques avec
les lésions folliculaires [7, 65, 73-75].Aussi, les caractéristiques nucléaires du
carcinome papillaire ne sont pas toujours franches et elles peuvent être focales. Dans la
littérature 60 à 90% des cancers papillaires variante folliculaire sont reconnus à la
cytologie [65,73-75].

15
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

II.5.7.4. Cytologie non significative : Elle est dite inadéquate ou non représentative,
elle ne comporte pas assez de cellules épithéliales, représente 3 à 20 % [16, 58,60].
L’examen doit être répété, un nouveau prélèvement aboutit à un résultat significatif
dans plus de 50% des cas, un peu plus si la ponction est faite sous échographie [76,77].
Si le résultat reste toujours non significatif, le nodule sera alors opéré à visée
diagnostique. On estime que 5 à 10% des ponctions inadéquates correspondent à des
lésions malignes [16, 58, 65, 77-80].

II.5.8. Performances

Variable d’une série à une autre [16, 24, 65,81], l’analyse de la performance de la
cytoponction est rendue difficile par l’hétérogénéité des séries publiées et dans la
façon dont l’analyse a été conduite. Gharib [13] montre dans une méta analyse que le
taux de faux négatifs se situe entre 1,3 et 11,5 % (moyenne 5,2%). Caruso [1] trouve
une moyenne de faux négatifs de 5% sur 919 cytologies. Les cytologies bénignes
représentent de 65 à 75 % des lésions ponctionnées, les cytologies malignes de 5 à
10% et les cytologies douteuses de 10 à 30 % [16,65].

Au sein de ces groupes, la réponse définitive sur le nodule opéré permet de constater
que 81% des réponses cytologiques malignes correspondent à des cancers. Seulement,
24% des réponses cytologiques douteuses se sont avérés des carcinomes à l’histologie.
On retrouve enfin 3% de cancer parmi les cytologies bénignes [17, 65,85]. Une méta
analyse récente de l’ensemble de la littérature [65] permet de s’en faire une bonne
appréciation. Lorsque le diagnostic du carcinome papillaire, médullaire ou anaplasique
est proposé à la cytoponction, la valeur prédictive positive (VPP) ou précision dans la
malignité est comprise entre 93 et 100%. Lorsque la lésion est classée bénigne, la
valeur prédictive négative (VPN) ou précision dans la bénignité varie entre 82 et
100%. Par contre, lorsque la lésion est classée tumeur folliculaire par opposition aux
lésions macro folliculaires et mixtes ; la spécificité (Sp) et la sensibilité (Se), la VPP et
la VPN diminuent considérablement sauf dans quelques équipes très bien entraînées
[11, 16, 32, 65,81].

16
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

Les faux négatifs (FN) varient de 0,7 à 15 % (moyenne 5%) et sont observés dans
l’erreur d’échantillon ou erreur d’interprétation [66-69], c’est le cas du carcinome
papillaire variante folliculaire. Ils peuvent être diminués en observant les règles strictes
d’échantillonnage.

Les faux positifs varient de 0,5 à 8 % (moyenne 3%) ne constituent pas de problème
car la chirurgie sera indiquée. Le résultat cytologique peut être corrigé par l’examen
extemporané [11, 12, 16, 65, 66,69].

Pour améliorer la performance de la cytoponction des auteurs [82-84] proposent de


ponctionner le nodule thyroïdien sous échographie. En effet, Yokozawa [84] rapporte
un pourcentage élevé de cancer détecté par la cytoponction écho guidée et conclut que
pour obtenir un diagnostic correct pour les petits nodules inférieurs à 2 cm et réduire le
nombre des interventions inutiles, il est recommandé de pratiquer la ponction des
nodules thyroïdiens sous échographie [10, 24, 84].

II.5.9. Immunohistochimie

La cytologie thyroïdienne à l’aiguille fine est considérée actuellement comme la


meilleure méthode de dépistage des cancers thyroïdiens. A côté des avantages évidents
(rapidité, simplicité, innocuité et faible coût), la cytoponction a des limites qui
réduisent ces performances. Devant ces difficultés, de nombreux travaux ont été
consacrés à la recherche de marqueurs de malignité des cellules thyroïdiennes [85,
86,87]. Parmi les marqueurs, on distingue : la thyroperoxydase, la dipeptidyl amino
peptidase IV (DAP IV), la Galectine 3, HBME 1 et plus récemment la Cytokératine –
19(CK-19).

II.5.9.1. Anticorps monoclonal spécifique de la peroxydase thyroïdienne (TPO)


Anticorps monoclonal de la peroxydase thyroïdienne, appelé AC M 47 produit une
immunoréaction positive sur le tissu thyroïdien normal et 94% des tumeurs bénignes
mais il ne réagit qu’avec 3% des tumeurs malignes [88]. L’analyse de
l’immunodétection à la TPO montre que 86,6 % des nodules bénins comportent plus
de 80% de cellules positives alors qu’aucun des nodules malins n’en présentent plus de

17
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

75%. La valeur de 80% de cellules de TPO positives a donc été choisie comme seuil
pour le diagnostic de malignité. En utilisant ce critère, la sensibilité des tumeurs
thyroïdiennes malignes est de 100% [86]. L’immunomarquage de la TPO apporte une
amélioration significative du diagnostic de malignité sur la cytoponction thyroïdienne.
Il facilite le diagnostic de CPVF ou de carcinome papillaire forme kystique à l’origine
de la plupart des faux négatifs sur l’examen standard et permet également de
distinguer les carcinomes folliculaires des tumeurs micro folliculaires [85,89].

II.5.9.2. Dipeptidyl Amino Peptidase IV (DAP IV): C’est une exopeptidase qui n’est
pas exprimée normalement par les cellules thyroïdiennes mais apparaît dans les
tumeurs malignes. Sa sensibilité est moins bonne que celle de la TPO, car elle est
négative dans les carcinomes médullaires, le cancer oncocytaire et le cancer
indifférencié [85,90].

II.5.9.3. Galectine 3 : Protéine d’adhésion cellulaire, la Galectine 3 n’est pas


exprimée par la cellule thyroïdienne que lorsqu’elle est maligne [85-86].La sensibilité
globale varie de 87 à 100% et la spécificité à 95% (82-100 %) [85-86].

II.5.9.4. Anticorps monoclonal HBME 1 : Il est considéré comme un


immunomarquage efficace pour différencier les carcinomes papillaires et folliculaires
des lésions bénignes (adénome folliculaire, adénome à cellule de Hürthle) qui sont
toujours HBME négatif [91].

II.5.9.5. Cytokeratine -19 (CK-19) : Elle est actuellement la plus prometteuse et


apparaît donc comme un outil complémentaire précieux dans l’analyse d’une tumeur
d’architecture folliculaire suspecte.

II.5.10. Conclusion

La cytologie thyroïdienne par ponction à l’aiguille fine est considérée


actuellement comme la meilleure méthode de dépistage des cancers thyroïdiens.
La spécificité de cet examen pour le diagnostic des nodules thyroïdiens est excellente,
il y a peu de faux positifs. Sa sensibilité est moindre, cela est du à deux ordres de
faits : il existe une zone d’incertitude dans le diagnostic différentiel entre tumeur

18
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

folliculaire bénigne et maligne ( carcinome papillaire variante folliculaire, carcinome


folliculaire] et aussi des carcinomes papillaires inaccessibles à la ponction à l’aiguille
fine et qui de toute façon restent de surprise histologique.

III. TRAITEMENT

III.1. CHIRURGIE : Le terme de nodule fait naître immédiatement chez le patient la


crainte de cancer, mais la plupart (80-90%) des nodules thyroïdiens sont bénins [3, 9,
10,49]. la seule certitude diagnostique est anatomopathologique, mais on ne peut
l’appliquer à tous les nodules en faisant opérer tous les patients. La cytoponction est
apparu comme la méthode diagnostique la plus efficace pour estimer la probabilité de
bénignité ou de malignité du nodule et pour éviter une chirurgie à but diagnostique
dans 50% des cas.

19
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

VII. Traitement

La chirurgie du nodule froid thyroïdien consiste en une loboisthmectomie extra


capsulaire. L’énucléation du nodule ou la lobectomie intra capsulaire sont
actuellement abandonnées. La chirurgie peut être indiquée devant un caractère
cliniquement suspect du nodule (consistance dure, caractère fixé, signes de
compression, adénopathies suspectes, augmentation rapide du nodule, l’existence de
signes évocateurs de CMT), parfois à la demande du patient pour des raisons
esthétiques [7, 35, 41,49]. Actuellement la chirurgie est fondée sur le résultat
cytologique. En cas de bénignité, on peut proposer une surveillance attentive assortie
de ponction répétée car la valeur prédictive négative de la cytoponction est excellente
et varie entre 82 et 100% [13, 16, 58, 65, 77-80]. Lorsque la cytologie est suspecte ou
maligne, le nodule sera opéré avec ou sans examen anatomopathologique
extemporanée [1, 16, 69, 71].

Figure 7 : Loboisthmectomie

20
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

III.2. EXAMEN ANATOMO-PATHOLOGIQUE EXTEMPORANE (EAE)

III.2.1. Introduction : Le premier examen extemporané a été réalisé en 1891 pour


une tumeur bénigne du sein La commercialisation des premiers microtomes à
congélation dans les années 1960 a amélioré les conditions techniques permettant des
coupes tissulaires fines entre 5 et 10 microns [92]. L’examen extemporané en
pathologie thyroïdienne est souvent difficile, considéré comme « la plus grande leçon
d’humilité du pathologiste ». Ces difficultés résident sur le plan technique à se limiter
à 2 ou 3 coupes de prélèvement tissulaire, sur la taille de la lésion et enfin
l’architecture folliculaire encapsulée dépourvue de signes d’invasion [11, 12, 93,94].
Avec l’avènement de la cytoponction, la sélection par la cytologie préopératoire des
nodules thyroïdiens à la chirurgie s’est naturellement accompagnée d’une
augmentation de cas difficiles à l’examen extemporané diminuant ainsi une sensibilité
déjà médiocre [17,93]. Dans le contexte actuel de réduction de dépense de santé, un
certain nombre d’auteurs [73,95-98] proposent d’abandonner une grande partie de
l’activité extemporanée thyroïdienne et de faire reposer le choix du geste chirurgical
sur le diagnostic cytologique préopératoire [24]. D’autres auteurs [93, 94,99]
considèrent que dans certaines situations (cytologie indéterminée: inadéquate ou
suspecte) l’association des deux examens est bénéfique [11, 12, 93, 94,100]. L’examen
extemporané est utilisé pour décider au cours d’une intervention de l’étendue de
l‘exérèse chirurgicale par les équipes traitant le cancer par thyroïdectomie totale [46,
95,101]. L’objectif est de réaliser l’intervention en un seul temps pour un meilleur
résultat à moindre coût.

III.2.2. Principes : Un examen extemporané est une consultation


anatomopathologique per opératoire à la fois macroscopique et microscopique, rapide
après congélation d’un fragment tissulaire prélevé durant une intervention chirurgicale
[46]. Le délai de réponse diagnostique est immédiat (10 à 15 mm). L’examen
extemporané n’est justifié que s’il est susceptible de modifier le déroulement de l’acte
opératoire. Le diagnostic extemporané repose donc sur trois outils qui ne sont pas
exclusifs mais complémentaires: l’examen macroscopique, les empreintes

21
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

cytologiques et l’examen microscopique sur deux au maximum trois coupes


congelées. Une bonne connaissance de chacun d’eux permet d’augmenter sa fiabilité
diagnostique et d’éviter trois écueils : les faux positifs qui se traduisent par une
totalisation abusive et les faux négatifs qui imposent une chirurgie en deux temps et
enfin les diagnostics différés de l’extemporané [93, 94, 95]. Un délai moyen de 10 à 15
minutes entre la réception du prélèvement et la réponse est souhaitée par l’ANAES, ce
délai est augmenté par le temps de transfert quand l’extemporané est réalisé à distance
du bloc opératoire.

III.2.3. Limites : Selon les recommandations de L’ANAES, il est conseillé de ne pas


effectuer un examen extemporané sur une lésion infra centimétrique, une lésion
calcifiée ou totalement nécrotique. Pour les lésions folliculaires encapsulées, la
multiplication des prélèvements à la recherche des signes d’invasion n’est pas
souhaitable en examen extemporané. Il est recommandé de ne pas examiner plus de
trois coupes d’une lésion. La pratique d’apposition peut aider à établir le diagnostic de
carcinome papillaire variante folliculaire.

III.2.4. Résultats : Le contenu de la réponse se limite à bénin et malin. Pour toute


lésion dont le diagnostic est incertain, la réponse est différée jusqu'à l’examen
histologique définitif [46].

III.2.4.1. Lésions bénignes : Goitre nodulaire colloïde, hyperplasie, adénome macro


vésiculaire et adénome mixte (macro et micro vésiculaire).

III.2.4.2. Lésions malignes : Ce sont des lésions où l’agressivité de la tumeur et son


caractère invasif sont évidents (effraction capsulaire, embole vasculaire, extension au
parenchyme thyroïdien adjacent) ; ou ceux, où l’architecture tumorale n’est pas
folliculaire, le carcinome papillaire dans sa forme classique remplit plusieurs de ces
conditions. Le plus souvent le diagnostic extemporané est aisé [93, 94, 100, 102, 103].

III.2.4.3. Lésions suspectes : Elles constituent la majeure partie des situations


difficiles où la réponse sera différée. Elles ne sont pas rares (10 à 20 %) et sont
responsables de la sensibilité médiocre de l’extemporané [11, 12, 93, 94]. L’examen

22
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

extemporané qui n’analyse que deux à trois niveaux de coupes ne peut affirmer la
malignité que dans 60 à 70% des cancers [93, 94]. Le nodule encapsulé d’architecture
micro folliculaire représente la majorité des cas difficiles. Il est donc en grande partie
responsable de cette mauvaise sensibilité [12, 93, 95]. Trois diagnostics sont à
discuter : adénomes micro folliculaire (éventuellement atypique), carcinome
folliculaire encapsulé avec invasion minime et carcinome papillaire variante
folliculaire. Il est le plus souvent impossible de trancher entre les deux premiers
diagnostics. La probabilité d’observer un franchissement capsulaire ou un embol
vasculaire lors de l’examen extemporané est faible [71]. Le carcinome papillaire
encapsulé d’architecture folliculaire est une éventualité plus fréquente, de diagnostic
difficile puisque d’une part manquent les deux critères principaux à savoir la papille et
les signes d’invasion [93,94], d’autre part les anomalies nucléaires du carcinome
papillaire peuvent être masquées par les artéfacts de la congélation [104, 105]. En
l’absence d’élément formel de diagnostic, celui-ci est souvent différé conduisant à une
reintervention pour totalisation après examen histologique conventionnel qui met en
évidence le carcinome. Le diagnostic de carcinome papillaire variante folliculaire,
(CPFV) peut être facilité par la cytologie extemporanée [104, 105]. Shen et col [105]
rapportent que la pratique de la cytologie extemporanée a permis de faire six fois sur
sept le diagnostic de CPVF ; alors que l’examen des coupes congelées ne le permet
que deux fois. Aussi, le diagnostic est différé devant une tumeur encapsulée à cellules
oxyphiles (cellules de Hürthle), les critères de malignité sont les mêmes que ceux d’un
carcinome folliculaire avec invasion minime [106].

III.2.5. Performances : L’efficacité diagnostique de l’examen extemporané varie de


77 à 99 %. La sensibilité entre 64 et 78%, la spécificité 99 à 100%. Ses valeurs
prédictives positives et négatives sont respectivement de 78 à 100% et de 71 à 99%
[71, 92, 93, 107,108]. Le problème essentiel est celui des faux négatifs. Ils
représentent 2,7 à 43% [71,93, 106,109]. Ces échecs trouvent plusieurs explications
comme la calcification, la taille du nodule (< 1,5 cm). Aussi, à la difficulté
d’interprétation histologique, comme c’est le plus souvent le cas des tumeurs
folliculaires encapsulées dont le diagnostic est fait dans moins de la moitié des cas, et

23
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

celui-ci est différé dans 8 à 55 % des cas [107-111]. Elles peuvent correspondre à
l’examen histologique définitif, soit à des carcinomes papillaires variante folliculaire
(sensibilité de l’extemporané de 27%), soit à de véritables carcinomes folliculaire
encapsulés à invasion minime, soit à des tumeurs oncocytaires [108, 111]. Par ailleurs,
un cancer peut également se développer au sein d’un nodule volumineux dont la seule
partie bénigne aura été examinée lors de l’examen extemporané [94]. La grande
variation de la sensibilité et de la spécificité de l’examen extemporané dans la
littérature traduit des attitudes différentes vis à vis de cet examen [71, 92, 93]. Certains
auteurs (Hamburger, Layfield, Rosen) cherchent avant tout une grande sensibilité qui
permet de réduire au maximum le nombre de reprises chirurgicales souvent mal vécues
par les patients [12, 94, 95, 99, 104, 109]. La qualité première de l’extemporanée
thyroïdienne doit être une spécificité parfaite qui permettra de compléter le geste
opératoire au lobe controlatéral en toute certitude [93, 94].

III.2.6. Indications : L’avènement de la cytologie thyroïdienne s’est accompagné au


cours de ces dernières années d’une remise en question de l’extemporanée
systématique pour toute thyroïde. Certains auteurs [92, 95,111] considèrent qu’une
cytologie thyroïdienne adéquate préopératoire rend inutile la majeure partie de
l’activité extemporanée à visée diagnostique. Selon Hamburger et col, l’examen
extemporané a une sensibilité médiocre, augmente la durée et le coût de l’intervention
sans influencer le geste chirurgicale dans la majorité des cas [95, 102]. Cet avis est
partagé par Mc Henry pour qui l’examen extemporané ne s’est révélé utile que dans
deux cas sur 76 pour un coût de 26040$ [11, 17, 111]. Pour ces auteurs, l’examen
extemporané ne serait indiqué qu’en absence de diagnostic cytologique préopératoire.
D’autres auteurs partagent ce point de vue, moins de la moitié des faux négatifs de la
cytologie est corrigé par l’extemporané, il est donc logique de considérer qu’un
diagnostic cytologique de bénignité rend inutile l’examen extemporané [17, 111]. Si
la cytologie porte le diagnostic de tumeur micro folliculaire ou à cellules de Hürthle,
on considère que le risque de cancer est d’environ 20 à 25 % [13, 14]. La pratique de
l’extemporané aboutit très souvent à un diagnostic différé [98, 104, 105]. Dans le cas
où la malignité est affirmée à la cytoponction, la spécificité du diagnostic cytologique

24
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

est excellente, beaucoup d’auteurs considèrent donc que l’extemporané est inutile [95,
102, 109, 111,112]. Hamburger et Hussaim reconnaissent que les patients préfèrent
une thyroïdectomie totale en un temps qu’une chirurgie en deux temps lorsque le
diagnostic de cancer est établi en préopératoire [102]. Si le taux de faux positifs est
effectivement faible, La Rosa [67] 2,2 %, Hamburger [95] 6,2%, Layfield [99] 9%,
l’extemporané pourrait être justifiée par la capacité de cet examen a démasqué les
faux positifs à la cytologie. Le dernier cadre de diagnostic cytologique est celui des
cytologies suspectes de malignité. Dans ce groupe, bien que l’extemporané ait une
sensibilité médiocre, elle peut dans certains cas permettre d’affirmer ou d’exclure le
diagnostic de cancer. Hamburger, Layfield défendent l’utilité de l’extemporané en cas
de cytologie suspecte.

Le dogme de l’examen extemporané systématique sur pièce opératoire thyroïdienne est


donc vraisemblablement dépassé. L’examen extemporané est :

- Indispensable en cas de nodule thyroïdien sans diagnostic préopératoire (cytologie


non faite ou inadéquate) ou de nodule de découverte préopératoire.

- Utile dans les lésions suspectes de malignité à la cytologie.

- Inutile en cas de nodule malin ou bénin à la cytologie, ou en cas de tumeur


folliculaire ou oncocytaire.

III.3. ELARGISSEMENT DU GESTE CHIRURGICAL : Basés sur les propriétés


biologiques du tissu thyroïdien et des caractères évolutifs du cancer de la thyroïde, des
protocoles rigoureux de traitement et de surveillance permettent d’obtenir d’excellents
résultats dans la très grande majorité des cas. Toutes fois, le cancer différencié de la
thyroïde soulève encore beaucoup de controverses notamment sur le plan chirurgical
vis-à-vis à la fois de la thyroïde et des ganglions. Certains auteurs [24, 30-33] se
référant au bon pronostic habituel, y voient un argument pour proposer un traitement
conservateur (thyroïdectomie partielle), d’autres mettant en avant la fréquence non
négligeable des récidives, 10 à 15 % et des métastases viscérales [113] concluent, à
l’inverse, à la nécessité d’un traitement radical d’emblée, à savoir la thyroïdectomie

25
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

totale avec un curage lymphatique central systématique [24, 34, 38]. Par contre, le
carcinome médullaire de la thyroïde mieux connu grâce aux acquisitions génétiques
doit suivre les recommandations thérapeutiques du groupe d’étude des tumeurs à
calcitonine (GETC). En raison d’attitudes diagnostiques parfois opposées, le
traitement des cancers différenciés de la thyroïde ne recueille pas de consensus. Cela
s’explique par le bon pronostic relatif de ce cancer, par son évolution longue qui rend
difficile les analyses statistiques [114]. On admet que 80% des patient vont guérir, 5%
vont mourir car porteur d’emblée d’un cancer grave et 15% vont récidiver ou garde
une maladie évolutive. Ce dernier groupe doit être considéré comme un échec au
traitement initial. Il est donc essentiel d’identifier ces patients à risque de récidives
pour les faire bénéficier d’un traitement plus agressif [114]. Le traitement doit être
adapté, mesuré, il doit éviter les séquelles, il vise à assurer la guérison. Le but du
traitement du cancer thyroïdien est de maximaliser l’efficacité du traitement et de
minimiser la morbidité [31, 32, 113,115]. Le diagnostic de cancer est établi. Doit-on
systématiquement recourir à une thyroïdectomie totale ou peut on, au moins, dans
certains cas se contenter d’une thyroïdectomie partielle ? La thyroïdectomie totale
constitue aujourd’hui un geste simple dont la morbidité a largement diminué dans
toutes les séries rapportées dans la littérature [36, 116]. Elle présente l’avantage
théorique de répondre aux exigences classiques de la cancérologie et permet
d’optimiser les méthodes de dépistage des métastases par la scintigraphie et le dosage
de la thyroglobuline plasmatique [117, 118]. Toutes fois, la thyroïdectomie totale n’est
jamais dépourvue de risques. La paralysie récurrentielle n’est dramatique que
lorsqu’elle est bilatérale, éventualité devenue rarissime [119, 120]. La lésion
unilatérale peut être cliniquement latente. La dysphonie peut être compensée par
quelques séances d’orthophonie. Sa prévalence est variable, 2% dans la série de
Mazzaferi [36]. Le risque majeur est celui de l’hypoparathyroïdie définitive. Certes, le
traitement vitamino-calcique est efficace mais sa conduite demande outre la contrainte
médicamenteuse, une surveillance attentive de la calcémie. Sa prévalence est très
variable selon les équipes, jamais négligeable, 9% dans la série de Collen et Flynn
[116], 5% dans celle de Mazzaferi [36]. Après lobectomie unilatérale, il n’y a
évidemment, ni hypothyroïdie, ni hypocalcémie et l’atteinte récurrentielle est

26
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

négligeable (moins de 1%) [32,115-118]. Les inconvénients reprochés au traitement


conservateur est la fréquence relativement élevée des récidives locorégionales [32, 34,
36, 117,121] qui ne modifient que peu la survie, mais sont la source de reinterventions
parfois délabrantes et entraînent une morbidité non négligeable. Outre les récidives, la
thyroïdectomie partielle rend difficile la surveillance post opératoire des patients [36,
117, 121,122]. En termes de pronostic, la thyroïdectomie partielle a prouvé la même
efficacité que la thyroïdectomie totale dans le traitement des cancers bien différencié
de la thyroïde [24]. Des résultats similaires ont été rapportés par des centres nord
américains (Cleve- Land, Lahey et la Mayo Clinic). [50-52]. Si le consensus sur
l’étendue de l’exérèse thyroïdienne semble se faire en faveur de la thyroïdectomie
totale, l’indication du curage ganglionnaire reste un sujet plus complexe. Les grandes
séries de la littérature font état d’un taux de curage ganglionnaire de 25% à 40 % [37,
38, 126]. Le curage ganglionnaire systématique diminuerait le risque de récidive
cervicale et pour certains auteurs améliorerait la survie [24, 37, 38, 126]. L’attitude qui
est actuellement la plus logique est sans doute le curage systématique dans les formes
invasives. Certains auteurs préfèrent réaliser dans le compartiment central un curage
systématique afin d’éviter une reintervention dangereuse dans la loge thyroïdienne. Le
curage centrale va intéresser les chaînes jugulo-carotidiennes moyenne, récurrentielle
et sous hyoïdienne sans agrandissement de l’incision cervicale pour thyroïdectomie
totale [24, 37, 38]. L’emploi de l’iode radioactif comme complément thérapeutique à
la thyroïdectomie totale est impératif chaque fois qu’il existe une extension
métastatique de la tumeur [24, 118, 202,203]. L’iratherapie permet de détruire les
reliquats thyroïdiens rendant plus fiable la surveillance, mais surtout elle diminue le
nombre de récidive par deux et améliore la survie [103, 127,128]. A titre systématique,
l’iratherapie semble avoir une excellente action sur les micros métastases qui existent
dans 80% des cas au niveau des ganglions et 10 à 15 % au niveau pulmonaire.
L’hormonothérapie suppressive ou freinatrice est une thérapie adjuvante, efficace qui
élimine les récidives et améliore le pronostic en raison de la présence des récepteurs
pour la TSH des cellules thyroïdiennes carcinomateuses [127].

27
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

IV. SURVEILLANCE

Si la surveillance d’un cancer de la thyroïde est bien codifiée, fondée sur la clinique, la
biologie (TSH, thyroglobuline, plasmatique) et morphologique (téléhorax, échographie
et scintigraphie corps entier), la surveillance des nodules froids thyroïdiens bénins à la
cytoponction, ne relevant pas de la chirurgie, n’est pas codifiée [60]. Bien que pour
l’ANAES en 1997, « une cytologie bénigne soit un élément important mais non formel
de bénignité », les statistiques récentes [58,65] prouvent que pour les cytologies
réalisées dans de bonnes conditions [46, 58], le diagnostic de bénignité est fiable avec
moins de 3% de faux négatifs [65]. Les réponses bénignes strictes à la cytologie
peuvent elles représenter des gisements de cancer ? Cette interrogation appelle un
certain nombre de questions qui méritent d’être posées.

- Une cytologie initialement bénigne le demeurera- t-elle au long court ? -


- Quelle est la proportion des cytologies bénignes qui ultérieurement deviennent
suspectes ou malignes ?

- Avec quelle fréquence doit-on refaire un examen cytologique d’un nodule


thyroïdien ?

Le diagnostic cytologique initial montre que 65 à 75% des nodules ponctionnés sont
bénins [129]. Les cytologies restent bénignes pour 96% des nodules sur une période
comprise entre 3 ans et 7ans (durée moyenne 2 ans et demie). Si 4% des cytologies
sont devenues suspectes à des examens ultérieurs et seront par conséquent confiés au
chirurgien, seulement 1,3 % des nodules sont histologiquement malins [60]. Ces
résultats sont confirmés par les travaux effectués par Hamburger [130]. Ceux -ci
confortent la place de la cytoponction dans la prise en charge du nodule thyroïdien. Ils
permettent de dire que la cytoponction est capable de sélectionner les nodules bénins
qui bénéficient d’une simple surveillance dans près de 99% des cas [60,130]. Au
regard des cytologies où la malignité est affirmée secondairement, il apparaît que des
modifications échographiques nodulaires surviennent avec la découverte de la
cytologie suspecte pour laquelle la malignité est confirmée [47, 48,58]. Ces
modifications sont représentées par l’augmentation de volume, la transformation des

28
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

contours du nodule, les micros calcifications intra nodulaires, le changement


d’échogénicité. La surveillance des nodules bénins par la cytologie est efficace et
permet de dépister le cancer. La réduction des faux négatifs passe par le respect de
recommandations dictées par L’ANAES. D’après Hamburger, le respect de ces
conditions peut réduire le taux de faux négatifs aux environs de 1%. La répétition de la
ponction au cours de la surveillance d’un nodule cytologiquement bénin est réalisée de
2 à 3 ans d’intervalle, à condition que le nodule ne présente pas des modifications
échographiques. Si la nouvelle ponction est décrite comme très richement cellulaire,
comportant des cellules atypiques, considérée comme « douteuse », une nouvelle
ponction à 3 ou 6 mois d’intervalle doit être réalisée et analysée par le même
cytologiste qui comparera les deux ponctions [46]. En l’absence d’éléments évolutifs
suspects, clinique, échographique du nodule, il ne semble pas nécessaire de renouveler
la cytoponction pendant un délai de 2 à 3 ans [58]. Devant une modification
échographique isolée et un examen cytologique bénin, il n’y a pas lieu d’opérer mais
d’établir une surveillance cytologique rapprochée. Un protocole de surveillance d’un
nodule bénin à la cytologie initiale a été proposé selon le schéma suivant [58] :
Examen clinique et échographique annuelle, une nouvelle cytoponction au bout de 2 à
3 ans en l’absence de modifications cliniques ou échographiques suspectes.

V. CONCLUSION

La prise en charge chirurgicale du nodule thyroïdien non secrétant (TSHus normal) en


Algérie où sévit encore l’endémie goitreuse, nécessite une collaboration étroite et
rigoureuse entre clinicien, échographiste, cytopathologiste et chirurgien. Chacun doit
totalement s’impliquer dans la prise de décision thérapeutique et appliquer la même
terminologie pour classer les nodules thyroïdiens. Cette nouvelle stratégie permettrait,
en dehors des considérations purement budgétaires, une réduction de la durée de
l’intervention, une économie de temps pour le chirurgien et le pathologiste et une
planification préopératoire concertée avec le patient. Ceci nécessite, toutes fois, des
changements importants des habitudes de travail et des mentalités. Chaque équipe,
endocrinologiste, chirurgien, pathologiste doit se déterminer en fonction des critères

29
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

locaux impossible à généraliser : diffusion, qualité de la cytologie à l’échelle locale,


stratégie chirurgicale, acceptation ou non d’une chirurgie en deux temps.

Références bibliographiques

1- CARUZO.D., MAZZAFERI. EL: Fine needle aspiration biopsy in the management of thyroid nodules.
Endocrinologist 1991, 1: 194 – 202
2- GHARIB. H: Current evaluation of thyroid nodules
Br j Surg. 1994; 5: 365 – 9
3- LEGER. A :Nodules du corps thyroïdien.
Editions techniques encyclop Med- Chir (Paris). Endocrinol nutrit 1994, 10- 10009-4-10
4- SIMONIN. R : « Quand faut-il faire opérer un nodule Thyroïdien ? »
Rev – Franç- Endocrinol- Clini – 1990 -31 – p : 309-322.
5- DJEMLI : Aspects anatomo-cliniques, thérapeutiques et pronostiques des cancers thyroïdiens en Algérie.
Thèse DESM Alger- 1981.
6- BORRYS., BRIQUE. D : Intérêt du dépistage des nodules thyroïdiens en médecine du travail.
Thèse de médecine ; Lille 1991.
7- LECLER. J., WERYHA. G., PASCAL.V., DUQUENNE. M : La pris en charge du nodule thyroïdien en
épidémiologie.
Ann Endocrinol (Paris); 1993, 54, 213-217
8- MORTENSEN. J., WOOLNER. L., BENNET. W: Gross and microscopic finding in clinically normal thyroid
gland.
J. Clin Endocrinol Metab; 1955, 15, 1270- 1280
9- BELANGER. R., MATTI. R., GRAIL. G : Diagnostic des cancers thyroïdiens différenciés.
Ann Endocrinol (Paris) 1995, 56: 107-110
10- BROOKS. J., STARNES. H., BROOKS. D: Surgical therapy of thyroid carcinoma.
A review of 1249 solitary thyroid nodules.
Surgery 1988, 104: 940-6
11- CARACI. P., AVERSA. S., MUSSA. S., PANCANI.G., ONDOLO. C: Role of fine needle aspiration
biopsy and frozen section evaluation in the surgical management of thyroid nodules.
Br j Sur 2002, 89,797-801
12- ROSEN , ROSENBLATT, SALTZMAN: Intraoperative pathologic diagnosis of thyroid neoplasm. Report of
experience with 504 specimens.
Cancer 1990; 66: 2001-6
13- GHARIB. H., GOELLNER. J: Fine needle aspiration biopsy of the thyroid an appraisal.
Ann Intern Med 1993 ; 118 : 282-9
14- ABELE. J., MILLER. T: Fine needle aspiration cytology: clinical application.
St. Louis-cv-Mosby-co 1985
15-FRABLE. W., FRABLE. M: Fine needle aspiration biopsy of thyroid: histopathology and clinical correlation.
New York, Masson publishing - USA 1980-vol: 1 105-118
16- FRANC.B., ALLORY. Y., BLUM. G : La cytoponction des tumeurs de la thyroïde.
La revue du praticien (Paris) 1996, 46, 2315-2322
17- MC HENRY.C., ROSEN. L., WALFISH. P: Influence of fine needle aspiration biopsy and frozen section
examination of the management of thyroid cancer.
Am J Surg 1993; 166: 353-356
18- WOEBER. K: Cost -effective evaluation of the patient with thyroid nodule.
Surg Clin North Am 1995; 75(3): 357-62
19- OERTEL. Y., OERTEL. J: Diagnosis of benign thyroid lesions: Fine lesion aspiration and histopathology
correlation.
Ann Diagn Pathol 1998; 2(4):250-63
20- ST LOUIS. J., LEIGHT. G., TYLER. D: Follicular neoplasm. The role for observation, fine needle
aspiration biopsy thyroid suppression and surgery.
Semin Surg Oncol 1999; 16: 5-11
21- ELARCK. O: Fine needle aspiration biopsy and management of thyroid tumours.
Am. J. Clin Pathol 1997; 108 (suppl 4): S22 - S25

30
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

22- MARQUESEE. E., BENSON. C., FRATES. M: Use fullness of ultra sonography in the management of
nodular thyroid disease.
Annals of Internal Medicine 2000-133: 696 -70
23- FRATES. M., BENSON.C., CHARBONNEAU. J: Management of thyroid nodules detected at us society of
radiologist in ultrasound consensus conference statement.
Radiology 2005; 237: 794-800
24- PACINI. F., SCHUMBURGER. M., DRALLE. H: European, consensus for the management of patients with
differentiated thyroid carcinoma of the follicular epithelium.
European Journal of Endocrinology (2006); 154: 787-803
25- GHARIB. H., GOELLNER. R., ZINSMEISTER. A: Fine needle aspiration biopsy the thyroid the problem of
suspicious cytologic finding.
Ann Int Med 1984; 101: 25-28
26- ESSELSYNN. C: Aspiration biopsy cytology in diagnosis of thyroid cancer.
World J Surg 1981; 5: 70 – 71
27- PACINI. F, BURRONI. L, DICARANO. G., GUARINO. E: Management of thyroid nodules: A clinico-
pathological evidence -based approach.
European Journal of nuclear medicine and molecular imaging 2004; 31: 1443-1449
28- HAMBURGER. B, GHARIB. H, MELTOU. I, GOELLNER. JR, ZINSMEISTER.
Fine needle aspiration biopsy of thyroid practice and cost of care.
Am J Med 1982; 73:381-384
29- SILVERMAN. J., WEST. R., LARKIN. E: The role of fine needle aspiration biopsy in the rapid diagnosis
and management of thyroid neoplasm.
Cancer 57: 1164-1170; 1986.
30-CARANGIU. M., ROSAI. J: Papillary carcinoma of the thyroid: A clinico-pathology study of 241 cases
treated at the University of Florence.
Cancer 1985; 55:805-828
31-SHAH. J., LOREE. T., DHAKER. D., STRONG. E: Prognostic factors in differentiated carcinoma of the
thyroid.
Am J Surg 1992; 164:658-661
32- HAY. I., GRANT. C., TAYLOR. W., MC CANAHAY. W: Ipsilatéral lobectomy versus bilateral lobar
resection in papillary thyroid carcinoma. A retrospective analysis of surgical out come using a novel prognostic
scoring system.
Surgery 1987; 102: 88-1095
33- GRAN. C., HAY. I., GOUG. IR : Local recurrence in papillary thyroid carcinoma. Is extended of surgical
resection important? Surgery 1988; 104: 954-962
34- TUBIANA . M ., SCHLUMBERGER. M ., ROUGIER .P ET COLL: Long term result and prognostic
factors in patient with differentiated thyroid carcinoma. Cancer 1985; 55: 794-805
35- DEGROOT. L., KAPLAN. E., MC CORMICK. K., STRAMS. F: Natural history, treatment and course
papillary thyroid carcinoma
J.clini Endocrinol Metab 1990, 71: 414-424
36-MAZZAFERI. E., JHIANG. S: Long term impact of initial surgical and medical therapy or papillary and
follicular thyroid cancer.
Am .J.Med: 1994; 97: 418-28
37- NOGUCHI. M ., KUMAKI.T., TANIYA. T ET COLL: Impact of neck dissection on survival in well
differentiated thyroid cancer: A multivariate analysis of 218 cases.
Int Surg 1990; 75: 220-224
38- NOGUCHI. S., MURAKANI. N., YAMASHITA. T., KAWAMOTO. H: Papillary thyroid carcinoma
modified radical neck dissection improves prognosis.
Arch Surg 1998; 133: 276-280
39- HARNESS. J., THOMPSON. N., MC LEOD. M., PASICKA. J., FUKUWCHI.ADifferentiated thyroid
carcinoma in children and adolescents
World J Surg 1992; 16: 547-53
40- MC HENRY. C., SMITH. M., LAWRENCE. A: Nodular thyroid disease in children and adolescents: A high
incidence of carcinoma.
Ann Surg, 1988, 54:444 – 7
41- HAFIDI. A, SAFI. S, GHARBI. M., BELKAMAR. A., BERNNANI. S., KADRI.
Nodules thyroïdiens et malignité.
Revue maghrébine d’endocrinologie- diabète et de reproduction, Vol 3, N°4 P154-162
42- BELANGER. R., MATTE. R., GARIEPY .G: Diagnostic des cancers thyroïdiens différenciés.
Ann endocrinol (Paris) 1995, 56: 107

31
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

43- HAMMING. J., GOSLING. B: The value of fine needle aspiration biopsy in patient with nodular thyroid
disease divided into group of suspicious or malignant neoplasms on clinical grounds.
Arch Intern Med 1990, 150: 113
44- PACINI. F., FONTANILLI. M., FUGAZOLLA. L: Routine Measurement of serum calcitonine in nodular
thyroïd diseases a low the preoperative diagnostic of unsuspected sporadic medullary thyroïd carcinoma.
J.Clin Endocrinol Metab 1994, 78: 826
45- RIEU. M., LAME. M., RICHARD. A: Prevalence of sporadic medullary thyroïd carcinoma. The importance
of routine measurement of serum calcitonine in the diagnosis evaluation of thyroïd nodules.
Clin endocrinol (oxf) 1995, 42: 453
46- ANAES PUBLICATIONS : Exploration thyroïdienne autres que biologiques (septembre 1997)
47- MONPEYSSEN. H., TRAMALLONI. J: Echographie de la thyroïde.
EMC (El Sevier, SAS, Paris), Endocrinologie- nutrition, 10-002-F-15, 2006
48- PECCIN. S., DECASTRO. J., FURNLANETTO. T ET COLL: Ultrasonography; is it useful in the diagnosis
of cancer in thyroïd nodules?
J. Endocrinol invest 2002, 25 (1): 39-43
49- GUEVARA. N., CASTELO. L., SANFINI. J : Diagnostic d’un nodule thyroïdien.Application de la
médecine fondée sur le niveau de preuve.
Ann oto laryngol. clin Cervico fac, 2004, 121, 6: 350-359
50- CHAMAS. M., GERARD. R., DE OLIVEIRA. I ET AL: Thyroid nodule: Evaluation with power Doppler
and duplex Doppler ultrasound.
Oto Laryngol Head Neck Surg 2005; 132 (6): 874-82
51- PAPINI. E., GUGLIELNI. R., BRANCHIMI. A: Risk of malignancy in non palpable thyroïd nodules
predictive value of ultrasound and colour Doppler features
J. Clini Endocrinol metab 2002; 87(5): 1941-6
52- CROTTI. A : Diseases of the thyroïd, parathyroid and thymus.
Lea and Febiger 1938
53- SODERSTROM. N: Aspiration biopsy; punctur of goiters for aspiration biopsy.
Acta-Med - Sacndin- 1952; 144: 237-244
54- SODERSTROM. N: Fine needle aspiration biopsy used as direct adjunct in clinical diagnostic Work.
Stockholm -Acn quist and Wick sell- 1966
55- MARTIN. H., ELLIS. E : Aspiration biopsy.
Surg Gynecol -obst- 1934; 79: 579-589
56- MARTIN. H., ELLIS. E: Biopsy by needle puncture and aspiration.
Ann Surg - 1930; 92: 169-181
57- SUEN. K: Fine needle aspiration biopsy of the thyroïd.
CMAJ 2002 Sep 3; 167(5): 491 – 5. Review.
58- GHOFRANI. M: The value of on site adequacy assessments of thyroïd fine needle aspiration is function of
operator experience.
Cancer 2006 Apr 25; 108 (2): 110-3
59- CRAMER. H: Fine needle aspiration cytology of the thyroïd. An apparaisal
Cancer (cancer cyto pathology) December 25, 2000/ volume 90/ Number: 325-329
60- REMERCERON. J., CORDRTY. J., M. JOUSSEMET : Résultat de la surveillance échographique et
cytologique de 311 nodules thyroïdiens initialement non suspects.
Annales d’endocrinologie (Paris) 1997, 58 : 463-468
61- JUNDJINS. A., LIVOLSIVA. R: Utility of immunohistochemistry in the evaluation of necrotic tumour
Hum pathol 1999 Nov; 30(11): 1373-6
62- ROH. J: Intra thyroid haemorrhage and acute upper air way obstruction after fine needle aspiration of the
thyroïd gland.
Laryngoscope 2006 Jan; 116(1): 154-6
63- ITO. Y: Need tract implantation of papillary thyroïd carcinoma after fine needle aspiration biopsy.
World J Surg 2005 De; 29(12): 1544-9
64- ARNOULD. L., M. FICHE. M., VINCENT. M., LEDOUSSAL. V., ZAFRANI. B
Standards, options et recommandations pour la rédaction d’un compte rendu d’anatomie et cytologie
pathologiques en cancérologie.
Ann Pathol 2003; 23: 79-95
65- WANG. H: Reporting thyroid fine needle aspiration literature review and proposal.
Diagn cyto pathol. 2006 Jan; 34(1): 67-76 Review
66- LOPEZ. L., CANTO. J., HERRERA. M: Efficacy of fine needle aspiration biopsy of the nodules;
Experience of Mexican institution World J Surg; 21: 408 - 411, 1997

32
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

67- LA ROSA. G., A. BELFIORE. A., GUIFFRIDA. D ET COLL: Evaluation of the fine needle aspiration
biopsy in the preoperative selection of cold thyroïd nodules.
Cancer 67: 2137 - 2141, 1991
68- NATHAN. A: Fine needle aspiration biopsy of cold thyroïd nodules.
Cancer 62: 1337- 1342, 1988
69- SIDAWY. M., DELVECCHIO. D., KNOLL. S: Fine needle aspiration of thyroïd nodules cancer.
Cancer cyto patho 1997; 81:253 -9
70- GREAVES. T., OLIVERA. M., FLORENTINE. B: Follicular lesions of thyroïd. A 5 Years fine needle
aspiration experience.
Cancer (cancer cyto patho) 2000; 90: 335-341
71- ROACH. J., HELLER. K ET COLL: The value of frozen section examination in determining the extent of
thyroïd surgery in patients with indeterminate fine needle aspiration cytology.
Arch oto laryngol Head neck surg /vol 128, May, 2002
72- FROST. A., SIDAWY. M: The effect of suppressive therapy on thyroïd fine needle aspiration cytology.
Acta Cytol 1995; 39: 402-8
73- YAN. Z., YANG. G., WARSMAN. J: A low power « Architectural » clue to the thyroïd adeno carcinoma in
aspiration biopsy.
Acta Cyto 2000; 44: 211-217
74- YANG. G., LIEBESKIND. D., MESSINA. A: Diagnostic accuracy of follicular variant of papillary thyroïd
carcinoma in fine needle aspiration processed by ultra fast papanicolaou stain.
Cancer (cancer cyto pathol) 2006; 108: 174-9
75-GUYETANT. S., MICHALUK. S., VALLO. I : Diagnostic de la variante vasculaire du carcinome papillaire
de la thyroïde
Ann pathol. 2003 ; 23 : 11-20
76- TAMBOURET. R., SZYFELBEIN. W., PITMAN. M: Ultrasound guided fine needle aspiration biopsy of
the thyroïd.
Cancer (cancer cyto pathol); 1999, 87: 299-309
77- READING. C., GORMAN. C: Thyroid imaging techniques.
Clini lab Med 1993; 13: 711-24
78- GOELLNER. J., GHARIB. H: Fine needle aspiration cytology of the thyroïd, 1960-1986
Acta cyto; 1987; 31: 587-90
79- SHMIDT.T., RIGGO. M., SPEIGHT. V: Significance of non diagnostic fine needle aspiration of the thyroid.
South Med J; 1997; 90: 1183-6
80- MC HENRY. C., WALISH. P., ROSEN. I: Non diagnostic fine needle aspiration biopsy a dilemma in
management of nodular Thyroïd disease
Am J Surg 1993, 59: 415-9
81- CHANG. S., JOO. M., KIM. H: Fine needle aspiration biopsy of thyroïd nodules in children and adolescents.
J. Korean Med Sci 2006; 21: 469 -73
82- HATADA. T., OKADA. K., ISHI. H: Evaluation of ultrasound guided fine needle aspiration biopsy for
thyroïd nodules.
Am J Surg 1998; 175: 133-136
83- GIARD. R., JUHERMANS: Use and accuracy of fine needle aspiration cytology in histologically proven
thyroïd carcinoma.
Cancer (cancer cyto pathol) 2000; 90: 330-334
84- YOKOZAWA. T., FUKATA. S., KUMA. K: Thyroïd cancer detected by ultrasound guided fine needle
aspiration biopsy.
World J Surg; 1996; 20:848-853
85- DE MICCO .C : Marqueurs de malignité en cytologie thyroïdienne
Annales de pathologie Nov. 2001 : S67-S69
86- BATOLLAZI: Application of an immunodiagnostic method for improving preoperative diagnosis of nodular
thyroïd lesions.
Lancet 2001; 357: / 644-50
87- RAVETTO. C., COLOMBO. L., DOTTORINI. M: Use Fullness of fine needle aspiration biopsy of the
thyroïd carcinoma.
A retrospective study in 37895 patients.
Cancer 2000; 90: 357-63
88-DE MICCO. C., RUF. J., HENRY. J., CARAYON. P: Thyroglobuline and thyroid peroxyadase as thyroïd
cell markers in the diagnostic of the thyroid carcinoma.
Diagn oncol 1991; 1: 190-3

33
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

89- DE MICCO. C., VASSKO. V., HENRY. J: The value of thyroïd peroxydase immunohistochemistry for
preoperative fine needle aspiration diagnosis of the follicular variant of papillary thyroïd cancer.
Surgery 1999, 126 : 1200 -4
90- ZORO. P., VASSKO. V., GARCIA. S., DE MICCO. C : Marqueurs de malignité dans le cytodiagnostic des
nodules thyroïdiens. Révélation de l’activité dipeptidyl amino-peptidase (DAP IV).
Ann pathol. 1996; 16: 261-5
91- MIELLINEN. M., KARKKAINEM. P: Differential HBME -1 reactivity of HBME -1 and CD-15 antibodies
in benign and malignant thyroïd nodules. Preferential reactivity with malignant tumors.
Virchows Arch int J pathol 1996; 429: 213-9
92- CHRISTIAN. M., ZANARET. M : Anatomo pathologie des tumeurs thyroïdiennes.
Chirurgie de la thyroïde et de la parathyroïde.
Monographie Amplifon ; 2006 : P 47-52
93- GUYETANT. S, SAINT ANDRE. J : L’examen extemporané en pathologie thyroïdienne techniques et
indications actuelles.
Arch anat cytol pathol.1998, 46, n° 1-2, 121-127
94- GODEY. P., LECLERCH. G., LEGALL. F., BENST. L., BOURDINIERE. J : Examen anatomo
pathologique extemporané dans la chirurgie des cancers thyroïdiens.
Intérêts et limites.
Ann oto laryngol chir cervico fac 1996, 113 : 219-224
95- HAMBURGER. J., HAMBURGER. S: Declining role of frozen section in surgical planning for thyroïd
nodules.
Surgery - 1985; 98: 307-312
96- BOYD. L., EARNHARDT. R., DUNN J: Preoperative evaluation and predictive value of fine needle
aspiration and frozen section of thyroïd nodules.
J. Am Coll Surg 1998; 187: 494- 502
97- LIN. H., KOMISAR. A., BLANGRUND. S: Surgical management of thyroïd masses assessing the need for
frozen section.
Laryngoscope 1999; 109: 868-873.
98- CHEN. H., NICOL. T., UDELSMAN. R: Follicular lesions of the thyroïd: Does frozen evaluation alter
operative management?
Ann Surg 1995; 222: 101 – 106
99- LAYFIELD. J., MOHRMANN. R: Use for aspiration cytology and frozen section examination for
management of benign and malignant thyroïd nodules.
Cancer 1991 ; 68 : 130-134
100- RIGAUD. C : L’examen extemporané en pathologie thyroïdienne pourquoi et comment ?
Ann pathol, 1989, 9, N° 5 P 305-307
101- MAZZAFERI. E: Management of solitary thyroïd nodules.
N. ENG. J. Med 1993; 328: 553-559
102- HAMBURGER. J., HUSSAIM. M: Contribution of intra operative pathology evaluation to surgical
management of thyroid nodules.
Endocrinol metab clini north Ann 1990 19: 509-22
103- SAHA. A., DIMIAO.T. WEBBER. H., JAFFE. B: Intra operative decision making during thyroïd surgery
based on the results of preoperative needle biopsy and frozen section.
Surgery 1990; 108: 964-71
104- BRONNER. M., HAMILTON. R., LIVOLSI. V: Utility of frozen section analysis on follicular lesions of
the thyroïd.
Endocri pathol 1994; 5: 154-161
105- SHEN. P., KUHEL. W., YANG. G., HODA. S: Intraoperative touch imprints cytological diagnosis of
follicular variant of papillary thyroid carcinoma.
Diagn cyto pathol 1997; 17; 80-83
106- UDELSMAN. R., DONOVAN. P., CAMERON. J: Randomized prospective evaluation of frozen section
analysis for follicular neoplasm of the thyroid.
Annales Surgery; 2001. Vol 233, N° 5, 716-722.
107- LIVOLSI. V., BALOCH. Z: Use and abuse of frozen section in the diagnosis of follicular thyroïd lesions.
Endocripathol 2005; 16(4): 285-93
108- ANDERSON. C., MC LAREN. L: Best practice in thyroid pathology.
J clin pathol 2003; 56: 4O1 -405
109– IRISH. J., VAN NOSTRAND. A., GULLANE. P: Accuracy of pathology diagnosis thyroid lesions.
Arch oto laryngol head neck surg 199,118: 918-22

34
Dr N. Ait Benamar : Nodule froid thyroïdien

110- Boutin. P: Results of fine needle aspiration biopsy, frozen section diagnosis and definite histological results
in thyroid pathology. Report of 163 cases.
RevlLaryngol oto rhinol (Bord) 2003; 124 (1); 59-63
111- MC HENRY. C., RAEBURN. C., MARTY. J: The utility of routine frozen section examination for
Intraoperative diagnosis of thyroid cancer.
Am J Surg 1996; 172: 658-661
112- KOPALD. K., LAYFIELD. L: Clarifying the role of fine needle aspiration cytology evaluation and frozen
section examination in the operative management of thyroid.
Cancer Arch surg 1989; 124: 1201-1203
113- SANDERS. L., CANDY. B: Differentiated cancer re-examination of risk group and out come of treatment.
Arch surg 1998; 133: 419-424
114- HAY. I., BERGSTRALH. E., GOELLNER. J: Predicting out come in papillary thyroïd carcinoma
development of reliable prognostic scoring system in a cohort of 1779 patients surgically treated at one
institution during 1940 through 1989.
Surgery 1993; 144; 55: 794 - 805.
115- SCHORD. D: Operative strategy for thyroïd cancer. Is total thyroïdectomy worth the price?
Cancer 58: 2320 - 2328; 1986
116- BHATTADRARYYA. N., FRIED. M: Assessment of the morbidity and complications of total
thyroïdectomy.
Arch oto laryngol head neck surgy / vol 128, Apr/ 2002
117- PROYES. C., CARNAILLE. B., GONTIER. A ET AL : Devenir à long terme des thyroïdectomies moins
que totales pour cancer papillaire.
Étude rétrospective de 132 cas sur 309 cas traités de 1964 à 1990 - suivis de 5 à 32 ans.
Lyon chir, 93/6, 1997
118 – MAZZAFERI. E., YOUNG. R: Papillary thyroid carcinoma; 10 years follow up report of the impact of
therapy in 576 Patients.
Ann J Med 97: 511-8; 1981
119- DELBRIDGE. L: Total thyroïdectomy: the evolution of surgical technique.
ANZ J Surg 2003; 73(9): 760-8
120- ZANBRIDRO. A., RODRIGUEZ. J., RIQUELME. J: Prospective study of post operative complication
after total thyroïdectomy for multinodular goiters by surgeons with experience in endocrine surgery.
Ann. Surg 2004 ; 240 (1) : 18-25
121- ANDRY. G., DELMELLA. M., PAESMONS. M : Traitement chirurgical et médical des cancers
différenciés de la thyroïde ; suivi à long terme, résultats.
Lyon chir. 91 : 437 - 41, 1999
122- CUNNINGHAM. M., DUDA. R., RECANT. W: Survival discriminant for differentiated thyroïd cancer.
Ann J Surg 110: 344-7; 1990
123- CRILE. G: Changing end results in patients with papillary carcinoma in a defined population: 1960 to 1977
Am J Surg 1983; 146: 349 – 354
124- CADY. B: Surgery of thyroïd cancer.
World J Surg 1981; 5: 3-14
125- CRILE. G: The advantages of subtotal thyroïdectomy and suppression of TSH in the primary treatment of
papillary carcinoma of the thyroid.
Cancer 1985; 55; 2691- 2697
126- SHEUMANN. G., WEGENER. G ET AL: Prognostic significance and surgical management of local
regional lymph node metastasis in papillary thyroïd cancer.
World J Surg 1994; 18: 559 -561
127- SAMAAN. N., SCHULTZ. P: The result of various modality of treatment of well differentiated thyroïd
carcinoma. A retrospective view of 1599 patients.
J. Clin Endocrinol Metab 1992; 75: 714-720
128- BELLABARBA. D., LANGLOIS. M., CARPENTIER. A : Consensus et contreverses au sujet du
traitement des cancers thyroïdiens différenciés.
Annales d’endocrinologies (Paris) 1995 ; 56 ; 115-118
129- DE MICCO. C : La cytologie thyroïdienne : bilan et perspectives.
Ann Endocrinol (paris) 1993 ; 54 ; 258 -63
130- HAMBURGER. J: Consistency of sequential needle biopsy for thyroïd nodules
Arch Inter Med 1987; 147: 97-9

35