Vous êtes sur la page 1sur 24

Faculté des Sciences Ministère des Finances et

Rabat de la Privatisation

Rapport de stage
Effectué au :

Service Informatique de la Direction du Trésor et des Finances


Extérieures

Titre :

Supervision du Réseau

Réalisé par : KHALLOUKI Hicham

Année universitaire 2007/2008


Remerciement

Je tiens à exprimer ma gratitude et mes remerciements les plus sincères


à Monsieur LAZRAK Mohammed Noureddine chef du Service Informatique
qui a accepté de bien vouloir encadrer ce travail ainsi que Madame Nezha
BASIR que j’estime ma première initiatrice dans le domaine
professionnel ; sans oublier la gentillesse, la bonne humeur permanente et
la dynamique de tous les membres de ce service.

2
Plan

Introduction

A. Présentation du Ministère des Finances et de la Privatisation

I. Présentation du MFP
II. L’organigramme du MFP
III. Présentation de la Direction du Trésor et des Finances Extérieures (DTFE)
IV. Service informatique

B. Supervision de réseau

I. Importance de la supervision du réseau au sein de la DTFE


II. Moyen disponible pour superviser un réseau
III. Nagios
1. Présentation
2. Fonctionnalités de Nagios

C. Mise en œuvre

I. Installation de Nagios
II. Installation des plugins
III. Configuration de l’interface web
IV. Configuration de Nagios
V. Ajout d’un script dans les commandes Nagios
• Service SNMP

Conclusion

3
Introduction

Afin de mettre en application les connaissances théoriques acquises, et


de s’adapter avec l’environnement professionnel, j’ai été affecté au
Ministère des Finances et de la Privatisation pour effectuer un stage d’un
mois allant du 4 Février au 4 Mars, période dans laquelle j’ai pu suivre de
près les différentes opérations réalisées au sein du service informatique
ce qui m’a permis de se familiariser avec le milieu professionnel.

Grâce aux conditions favorables de travail et à l’encadrement du personnel


dans la réalisation de tous les travaux, ce stage a été pour moi très
fructueux.

Le projet qui m’a été confié est de développer un logiciel libre qui permet
la supervision du réseau.

4
A. Présentation du Ministère des Finances et de la Privatisation :

I. Présentation du Ministère des Finances et de la Privatisation :

Le Ministère des finances et de la privatisation élabore la politique financière, monétaire et du


crédit, des finances extérieures et des investissements extérieurs et en assure et en suit l'exécution
conformément aux lois et règlements en vigueur et sous réserve des compétences dévolues au
Premier ministre en matière de coordination et de suivi de l'exécution de la politique
gouvernementale dans le domaine des relations avec les institutions du groupe de la banque
mondiale.

En outre, il participe activement à l'élaboration, à la mise en oeuvre et à l'évaluation des


politiques économiques, sectorielles et sociales.

A ce titre, il est chargé notamment :

• D’élaborer le projet de loi de finances sur la base des scénarios de politique économique et
financière ;

• de proposer les mesures de nature à promouvoir le développement économique national et à


encourager l'investissement public et privé en relation avec les autorités gouvernementales
concernées
De même, ce Ministère élabore la politique financière de l'Etat et en assure et en suit
l'exécution conformément aux lois et règlements en vigueur.

• de préparer les projets de lois de finances et de veiller à l'exécution de ces lois ;

• d'élaborer le rapport accompagnant le projet de loi de finances et exposant les grandes lignes
de l'équilibre économique et financier ;

• d'élaborer et de mettre en oeuvre la politique fiscale et douanière ;

• d'assurer le recouvrement des recettes publiques et le paiement des dépenses publiques ainsi
que la gestion de la trésorerie publique ;
• d'assurer la liquidation et le paiement des rémunérations du personnel civil et militaire de
l'Etat et le paiement des pensions, rentes et allocations ;

• de contrôler toutes les opérations de recettes et de dépenses publiques ;

• de viser les projets de textes susceptibles d'avoir une incidence financière directe ou
indirecte;

• d'exercer le contrôle des finances des collectivités locales et de leurs groupements ;

• d'assurer le contrôle financier de l'Etat sur les offices, établissements publics et sociétés
concessionnaires ainsi que sur les sociétés et organismes bénéficiant du concours financier de
l'Etat ou des collectivités publiques ;

5
• de définir les conditions de l'équilibre financier interne et externe, d'assurer la mobilisation
des ressources nécessaires à cet effet, d'élaborer et de mettre en oeuvre la politique
d'endettement ;

• d'assurer la tutelle sur les intermédiaires financiers, les banque, les établissements de crédit et
le marché des capitaux, de réglementer et de suivre leur activité ;

• de réglementer et de contrôler l'activité des entreprises d'assurance, de réassurance et de


capitalisation et de participer à l'élaboration de la réglementation et au contrôle des
organismes de prévoyance sociale ;

• d'effectuer les actes d'administration et de disposition sur les biens mobiliers et immobiliers
constituant le patrimoine privé autre que forestier de l'Etat ;

• de représenter le gouvernement aux institutions de financement internationales et régionales ;

• de représenter les intérêts du trésor en justice ;

• d'assurer la défense des administrations publiques en justice, par le biais de l'agence


judiciaire du royaume.

En outre, ce Ministère exerce les pouvoirs du Ministère chargé de la mise en oeuvre des
transferts des entreprises publiques au secteur privé tels que fixés par le décret n° 2.90.403 du
25 rabia I 1411 (16 octobre 1990). A ce titre, il est chargé notamment :

• d'élaborer et proposer la politique générale et sectorielle de l'Etat en matière de réformes, de


rationalisation et de restructuration du secteur public ainsi que de son ouverture au secteur
privé et veille à sa mise en oeuvre;

• de donner son avis sur tout projet de cession d'actifs ou de participations d'entreprises
publiques, de fusion d'entreprises publiques, d'augmentation ou de réduction de la partie
sociale détenue par l'Etat dans le capital des entreprises publiques présenté par l'organe
délibérant ;

• de préparer, en concertation avec les ministres concernés, les contrats programmes à conclure
avec les établissements et entreprises publics, destinés à définir les relations entre l'Etat et
lesdits organismes et en suivre l'exécution …

Le ministère des Finances et de la Privatisation comporte les directions suivantes :


L'inspection Générale des Finances
L'administration des Douanes et Impôts Indirects
La Trésorerie Générale du Royaume
La Direction Générale des Impôts
La Direction du Budget
La Direction du Trésor et des Finances Extérieurs
La Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation
La Direction des Domaines
La Direction des Assurances et de la Prévoyance Sociale
La Direction des Affaires Administratives et Générales
La Direction des Etudes et de la Prévision Financière
La Direction des Etudes et de la Prévision Financière

6
II. L’organigramme du MFP :

III. Présentation de la Direction du Trésor et des Finances Extérieures (DTFE) :

La Direction du Trésor et des Finances Extérieures est chargée de :

• faire toute proposition et de procéder a toute étude de nature a éclairer les choix du
Ministre en matière de politique financière, monétaire, du crédit et de l'endettement;

• tracer les conditions de l'équilibre financier interne et externe en tenant compte de la


conjoncture économique et financière ;

• définir l'équilibre du trésor et de contribuer a cet effet a l'élaboration de la Loi de


Finances et au suivi de sa mise en oeuvre ;

7
• assurer les conditions d'équilibre du trésor, d'établir la situation prévisionnelle des
charges et ressources et d'identifier et de mettre en oeuvre, en relation avec la Trésorerie
Générale du Royaume, les moyens de gestion de la trésorerie publique. La Direction
procède à cet effet aux émissions et placements d'emprunts du Trésor ;

• instruire les projets ou opérations requerrant la garantie de l'État ou bénéficiant de la


rétrocession de financements extérieurs ;

• assurer la gestion des ressources humaines qui lui sont rattachées et des ressources
matérielles qui lui sont affectées ainsi que de concevoir et de gérer ses systèmes
d'information, en harmonie avec la politique de gestion des ressources et de l'information
développée par le ministère.

• gérer la dette du trésor, d'élaborer et de mettre en oeuvre les stratégies de restructuration


de la dette extérieure publique et de centraliser les données y afférentes ;

• élaborer les études et analyses nécessaires pour la définition de la politique monétaire et


du crédit, et de veiller à l'équilibre monétaire ;

• préparer les projets de textes législatifs et réglementaires dans les domaines de la


monnaie et du crédit et de veiller a leur exécution ;

• procéder aux analyses et études nécessaires pour l'élaboration de la politique de change


en concertation avec les organismes et établissements concernes, de participer a
l'élaboration de la réglementation des changes et d'assurance a l'exportation et de suivre
leur exécution ;

• procéder aux analyses et études nécessaires pour l'élaboration de la politique de change


en concertation avec les organismes et établissements concernes, de participer a
l'élaboration de la réglementation des changes et d'assurance a l'exportation et de suivre
leur exécution ;

• déterminer la politique, la stratégie et les normes en matière de financements extérieurs ;

• superviser et de coordonner les taches de négociation, de mobilisation et de suivi des


financements extérieurs;

IV. Le service Informatique :

Les principales missions du service informatique au sein de la DTFE sont les suivantes :

o Etudier, concevoir et mettre en place les systèmes informatiques relatifs aux


métiers de la direction ;
o Maintenir et gérer le réseau informatique ;
o Maintenir et gérer les équipements informatiques,
o Formation des utilisateurs pour la maîtrise des outils bureautiques et des logiciels
relatifs à leurs tâches.

8
B. Supervision de réseau :

I. Importance de la supervision du réseau au sein de la DTFE :

La supervision de réseau peut être définie comme l’utilisation de ressources réseaux adaptées dans le
but d’obtenir des informations (en temps réel ou non) sur l’utilisation ou la condition des réseaux et
de leurs éléments afin d’assurer une bonne qualité et une répartition optimale de ceux-ci, elle a pour
objet :

o Alerter l’administrateur en cas de disfonctionnement d’une partie du system informatique


o Anticiper les incidents
o Cibler le problème des son apparition => Agir rapidement

II. Moyen disponible pour superviser un réseau :

Il existe de nombreuse plateformes du réseau, certaines se contentent de connaître à tout instant l’état
des nœuds du réseau, d’autres permettent également de connaître l’état des services sur ces nœuds,
les derniers offrent la possibilité de ressortir de nombreuses statistiques du réseau permettant une
analyse assez fine.

Les éditeurs se sont alors lancés dans la course aux produit de supervision, deux familles
apparaissent, celle proposant des solutions généraliste supervisant le réseau, les serveurs, les
applications, les sites web, … etc (comme Patrol, MAinview, Unicenter, Tivoli, BigBrother …) et
l’autre qui supervise des domaines plus spécifiques comme gérer l’aspect de sécurité (Panorama)
ou comme superviser les applications (PathWAI).

Tout ces solutions ont un point commun : prix élevé !!!

Il existe des solutions de supervision libre qui sont professionnelles, le plus répandu et le plus suivi
par la communauté des développeurs est :

9
III. Nagios :

1. Présentation :
Nagios est un logiciel de supervision des systèmes et des réseaux développé pour des
plateforme linux.

Il supervise des hôtes (serveurs, stations de travail, routeurs, ...) et des services (http,
ftp, smtp, pop3, ...). Cependant, il ne fait pas d'analyse de trafic, de reniflage de
paquet, etc. Nagios est en fait l'évolution de Netsaint, auquel de nouveaux outils ont
été ajoutés et de nombreuses corrections apportées.

Le but principal de Nagios est de surveiller les services qui fonctionnent sur la
machine et qui sont fournis par les serveurs ou les dispositifs physiques du réseau. Il
est évident que si un serveur ou un dispositif sur le réseau est hors service, tous les
services qu'il offre sont également indisponibles. De même, si un serveur devient
inaccessible, Nagios ne pourra pas surveiller les services qui lui sont liés.

Nagios identifie et essaye de vérifier si un problème sur un service correspond à un


scénario existe. Dès qu'un contrôle de service atteint un niveau non satisfaisant,
Nagios essayera de vérifier si le serveur et le service en cours sont toujours
opérationnels. C'est en « pingant » le serveur et en voyant si une réponse est donnée
que l'alerte est déclenchée si le besoin s'en fait sentir.

Nagios n'informe que les contacts concernés des problèmes d'un serveur ou de son
inaccessibilité. Si la commande de contrôle du serveur renvoie un état OK, Nagios
identifiera que le serveur est fonctionnel et enverra seulement une alerte pour le
service qui pose problème.

2. Fonctionnalités de Nagios :
 Supervision d'hôtes, services, ressources (charge processeur, espace disque, ...)
 Hiérarchisation des hôtes et des services permettant la détection et la distinction entre les
pannes et l'inaccessibilité
 Système de notification à des contacts de l'apparition ou de la disparition de problèmes via
email, pager ou toute méthode définie par l'utilisateur
 Possibilité de définir des gestionnaires d'événements lancés automatiquement à l'apparition
d'un événement pour une résolution préventive des problèmes
 Rotation automatique des fichiers journaux
 Interface graphique Web
 Interface WAP
 Interpréteur Perl intégré
 Détection d'oscillation pour les changements d'état trop fréquents
 Support de bases de données MySQL et PostgreSQL pour la configuration

Il est tout à fait possible depuis un poste Windows de surveiller à distance l'état général du
réseau et d'accéder à l'interface graphique Web de Nagios avec NTRAY.

10
C. Mise en œuvre

I. Installation de Nagios :

Nagios ne s’installe que sous Linux, j’ai utilisé Fedora core 6 comme système d’exploitation, il
se peut que quelque commande ne fonctionne que sous ce dernier :

On tape la commande suivante si nous ne sommes pas connecté en tant que root :

• su –l (ensuite on tape le password)

Pour assurer le bon fonctionnement de nagios, on commence d’abord par installer les outils
suivants (on va utiliser la commande ‘yum’ c’est pourquoi une connection à internet est
indispensable) :

• Apache HTTP Server : yum install apache


• GCC compiler : yum install gcc
• GD development libraries : yum insall gd gd-devel

On crée un utilisateur nagios :

• adduser nagios

On crée le répertoire d’installation et on change son propriétaire par l’utilisateur nagios :

• mkdir /usr/local/nagios
• chown nagios.nagios /usr/local/nagios

On identifie l’utilisateur du serveur web (Apache) :

• grep "^User" /etc/httpd/conf/httpd.conf

On crée un nouveau group nagcmd pour les commandes externes, ce groupe inclura les utilisateurs
apache et nagios :

• /usr/sbin/groupadd nagcmd
• /usr/sbin/usermod -G nagcmd apache
• /usr/sbin/usermod -G nagcmd nagios

 On télécharge Nagios depuis son site officiel www.nagios.org/download/, j’ai utilisé


la version 2.x puisque c’est la seule qui est stable pour le moment.

On se place dans le répertoire ou on a téléchargé nagios (via Firefox c’est /root/Desktop) :

• cd /root/Desktop
11
On extrait la distribution (le champ en bleu dépend de la version actuelle de la distribution) :

• tar xzf nagios-2.10.tar.gz

Dans le répertoire courant, on remarquera l’ajout d’un nouveau répertoire sous le nom de
nagios-2.10 :

• cd nagios-2.10

On lance le script de configuration pour initialiser les variables et créer un Makefile :

• ./configure --prefix=prefix --with-cgiurl=cgiurl --with-htmurl=htmurl --with-nagios-


user=someuser --with-nagios-group=somegroup --with-command-group=cmdgroup

o On remplace prefix par le répertoire d’installation de Nagios qu’on a créé


avant (/usr/local/nagios)
o On remplace cgiurl par l’url qu’on utilisera pour accéder au cgi-bin (/nagios/cgi-bin)
o On remplace htmurl par l’url qu’on utilisera pour accéder à l’interface web de
Nagios (/nagios)
o On remplace someuser par le nom d’utilisateur qui possédera les fichiers installés
(nagios)
o On remplace somegroup par le nom du group qui possédera les fichiers
installés (nagios)
o On remplace cmdgroup par le nom du group qui fait tourner le serveur web
(nagcmd)

On compile le code source :

make all

On installe les Binaires, le Script d’initialisation, les fichiers de configuration, et on définit les
permissions pour le répertoire des commandes externes :

• make install
• make install-init
• make install-config
• make install-commandmode

Après on se déplace dans le répertoire d’installation de Nagios (cd /usr/local/nagios) et il faut qu’on
trouve cinq sous répertoires :

Sous répertoire Contenu

bin/ Ensemble des programmes pour Nagios

etc/ Les fichiers de configuration

sbin/ CGI

share/ Les fichiers Html (Pour l’interface web et la documentation en ligne)

12
var/ Répertoire vide pour les fichiers de log, les fichiers de statuts, les
fichiers de retentions … etc
var/archives Répertoire vide pour les journaux archivés

var/rw Répertoire vide pour le fichier des commandes externes

II. Installation des plugins :

Les plugins est une centaine de mini programmes que l'on peut compléter en fonction de nos besoins
pour superviser chaque service ou ressource disponible sur l'ensemble des ordinateurs ou éléments
réseaux de notre SI
On récupère la dernière version des plugins qui est disponible sur www.nagios.org/download/
On se place dans le répertoire où on a téléchargé les plugins pour Nagios (via Firefox
c’est /root/Desktop) :

• cd /root/Desktop
• tar xzf nagios-plugins-1.4.11.tar.gz

Tout comme l’installation de Nagios, on remarquera l’ajout d’un nouveau répertoire dans le
répertoire courant sous le nom de nagios-plugins-1.4.11 :

• cd nagios-plugins-1.4.11

13
On lance le script de configuration pour initialiser les variables et créer un Makefile :

• ./configure --with-nagios-user=nagios --with-nagios-group=nagios

On compile et on installe les plugins :

• make
• make install

Les plugins sont installés dans le répertoire libexec (/usr/local/nagios/libexec), ainsi un nouveau
sous répertoire sera ajouté à votre répertoire d’installation de Nagios :

14
III. Configuration de l’interface web (Apache) :

Afin d’accéder à l’interface web de Nagios, on ajoute dans le fichier httpd.conf


(/etc/httpd/conf/httpd.conf) ces lignes :

ScriptAlias /nagios/cgi-bin /usr/local/nagios/sbin

<Directory "/usr/local/nagios/sbin">
Options ExecCGI
AllowOverride None
Order allow,deny
Allow from all
AuthName "Nagios Access"
AuthType Basic
AuthUserFile /usr/local/nagios/etc/htpasswd.users
Require valid-user
</Directory>

Alias /nagios /usr/local/nagios/share

<Directory "/usr/local/nagios/share">
Options None
AllowOverride None
Order allow,deny
Allow from all
AuthName "Nagios Access"
AuthType Basic
AuthUserFile /usr/local/nagios/etc/htpasswd.users
Require valid-user

</Directory>

Ensuite, on redémarre le serveur web en exécutant la commande suivante :

/etc/rc.d/init.d/httpd restart

Après on spécifie les droits d’accès à l’interface web de Nagios en utilisant la commande suivante :

htpasswd -c /usr/local/nagios/etc/htpasswd.users nagiosadmin

Avec la même commande on peut ajouter d’autre utilisateur :

htpasswd /usr/local/nagios/etc/htpasswd.users <nom_utilisateur>

15
On redémarre le serveur web pour que ces modifications auront lieu :

/etc/rc.d/init.d/httpd restart

On vérifie ces modifications en pointant le navigateur (Firefox) sur http://127.0.0.1/nagios :

16
Les CGIs n’afficheront aucune information pour le moment, mais ça sera résolu après la
configuration des fichiers de Nagios :

17
On tape la commande suivante :

/etc/rc.d/init.d/nagios restart

Et on s’assure que notre machine figure dans l’onglet ‘Service detail’ sous le nom de localhost :

18
IV. Configuration de Nagios :

Dans le fichier nagios.cfg (/usr/local/nagios/etc/nagios.cfg), on affecte a


check_external_commands la valeur 1 :

• check_external_commands=1

 Ajout de nouveau hôte à surveiller :

Dans la partie #HOSTS# du fichier localhost.cfg (/usr/local/nagios/etc/localhost.cfg) on


ajoute :

define host{
use linux-server

variable that are defined

host template definition


host_name <nom de l’hôte>
alias <surnom>
address <adresse IP de l’hôte>

19
On reprend la même méthode afin d’ajouter d’autre hôte à superviser

 Spécification des services :

Toujours dans le fichier localhost.cfg, dans la partie #SERVICES#, on ajoute :

define service{
use local-service
host_name <<hôte1>,<hôte2>,…>
service_description <description du service>
check_command <check_command>
}

 Regroupement des hôtes :

Dans la partie #HOST GROUPS# du fichier localhost.cfg, on ajoute :

define hostgroup{
hostgroup_name <le nom du groupe>
alias <surnom>
members <<hôte1>,<hôte2>,…>
}

V. Ajout d’un script dans les commandes Nagios :

Le script (ou plugin) à ajouter dans Nagios doit respecter plusieurs critères :

• être exécutable sur le système d’exploitation hébergeant Nagios, avec les droits de
l’utilisateur Nagios (classiquement nagios).
• afficher un message, de préférence une seule ligne, décrivant la situation du service (par
exemple : Temps de réponse OK - 0.564 secondes).
• posséder un code de retour (généralement renvoyé par la fonction exit) qui indique le statut
du service :
o valeur 0 : OK (le service fonctionne correctement).
o valeur 1 : Warning (le service fonctionne en mode dégradé).
o valeur 2 : Critical (le service ne fonctionne plus).
o valeur 3 : Unknown (impossible de déterminer l’état du service).

Par exemple :

./check_exemple -H XXX.XXX.XXX.XXX -p 389 -w X -c X

Ce script prend 4 arguments en ligne de commande :

• -H : le nom ou l’adresse IP de la machine à superviser.


• -p : le port du programme à superviser.
• -w : le niveau d’alerte Warning.
• -c : le niveau d’alerte Critical.

(Il se peut qu’un script prenne d’autre argument !)

20
 Installation du script :

Pour l’installer, il suffit de le copier dans le répertoire des scripts Nagios (libexec) et de le rendre
exécutable :

• cp check_exemple /usr/local/nagios/libexec/
• chmod 755 /usr/local/nagios/libexec/check_exemple

Création d’une commande dans Nagios :

Pour cela on édite le fichier commands.cfg (vi /usr/local/nagios/etc/commands.cfg) et on ajoute


ces lignes à la fin du fichier :

define command{
command_name exemple
command_line $USER1$/check_exemple -H $HOSTADDRESS$ -p $ARG1$ -w 5 -c 10
}

On enregistre et on ferme le fichier.


La commande check_exemple est a présent disponible dans Nagios.

Définition d’un service pour une machine supervisée :

On ajoute dans la partie #SERVICES# du fichier localhost.cfg


(vi /usr/local/nagios/etc/localhost.cfg) ces lignes :

define service{
use generic-service
host_name Dtfe
service_description <description du service>
check_command exemple!389
}

Le service generic-service sera utilisé pour déclarer le service Exemple.


On enregistre et on ferme le fichier. Le service Exemple a été créé pour la machine Dtfe.

Redémarrage de Nagios :

On s’assure que la configuration est valide :

• /usr/local/nagios/bin/nagios –v /usr/local/nagios/etc/nagios.cfg

Si aucune erreur n’est détectée, on redémarre le service Nagios :

• /etc/init.d/nagios restart

Le service Exemple apparaît maintenant dans l’interface web !


Les scripts sont disponibles sur www.nagiosexchange.org/Check_Plugins.21.0.html

21
• Service SNMP :

On commence par télécharger le script SNMP qui est disponible sur http://nagios.manubulon.com ,
comme exemple, j’ai choisi check_snmp_storage.pl qui permet de visualiser à distance l’espace
libre du disque dur (On suivra la même procédure pour ajouter d’autre script SNMP).
On le copie dans le fichier libexec et on le rend exécutable (on suit les étapes du paragraphe
précèdent ‘Installation du script’).
On ajoute dans le fichier commands.cfg ces lignes (Les arguments peuvent être différents pour
d’autres scripts SNMP) :

define command{
command_name check_snmp_storage
command_line $USER1$/check_snmp_storage.pl –H $HOSTADDRESS$ -C
$ARG1$ -m $ARG2$ -w $ARG3$ -c $ARG4$
}

Puis on définie le service check_snmp_storage dans le fichier localhost.cfg (on suit les étapes du
paragraphe prétendent ‘Définition d’un service pour une machine supervisée’, dans
service_description, j’ai mis : Disk Space).
Ensuite on redémarre Nagios (les mêmes étapes du paragraphe précèdent ‘Redémarrage de Nagios’)

Dans la machine à superviser, on s’assure que le service SNMP est actif, au niveau de cette machine,
on ouvre le gestion de l’ordinateur ‘right click sur’ Poste de travail > Gérer, on se place dans
Services et applications > Services, et on vérifie que le service SNMP est actif :

22
Le service check_snmp_storage apparaît maintenant dans l’interface web !

23
Conclusion

Le stage que j’ai effectué au sein du Service Informatique du


Ministère des Finances et de la Privatisation m’a permis d’atteindre les
objectifs visés :

• Mettre en pratique les connaissances acquises.


• Se familiariser avec le milieu professionnel.

Il s’est avéré donc que le stage est un complément nécessaire et


primordial à la formation théorique, qui assure le passage du savoir au
savoir faire, et qui sera utile dans notre vie professionnelle dans le
futur.

24