Vous êtes sur la page 1sur 8

Section

Secteur – granulats 1
Page

1 de 8
Détermination de la densité
Date
MÉTHODE D’ESSAI et de l’absorption du 2009 12 15
granulat fin
LC 21-065

1. Objet
La présente méthode d’essai consiste à déterminer la densité brute et la densité apparente
à 23 °C/23 °C du granulat fin et de son pourcentage d’absorption après 24 heures dans l’eau.
Le tout est basé sur l’état d’un granulat saturé et superficiellement sec.
La méthode est utilisée pour déterminer la densité et l’absorptivité du granulat fin naturel
(ø des particules ≤ 5 mm), du granulat fin concassé de classe granulaire 0/D où D ≤ 2,5 mm ou
de la fraction du granulat fin concassé passant le tamis de 2,5 mm. Dans le cas d’un granulat
fin concassé de classe granulaire 0/D où D > 2,5 mm, la méthode d’essai LC 21–066 « Déter-
mination de la densité et de l’absorption du granulat fin de classe granulaire d/D » doit être
utilisée pour déterminer la densité et l’absorptivité de la fraction retenue au tamis de 2,5 mm.
La méthode est recommandée pour déterminer l’état SSS du granulat fin provenant de
dépôts naturels non consolidés (sablières) et de la fraction inférieure ou égale à 2,5 mm des
matériaux provenant de carrières ou de dépôts naturels non consolidés (gravières) où seule la
fraction la plus grossière du dépôt est concassée.

2. Références
La présente méthode d’essai renvoie à l’édition la plus récente des documents suivants :

NORMES :

ORGANISATION INTERNATIONALE DE NORMALISATION


ISO 5725 « Exactitude (justesse et fidélité) des résultats et méthodes de mesure ».

AUTRES DOCUMENTS :

MINISTÈRE DES TRANSPORTS DU QUÉBEC, LABORATOIRE DES CHAUSSÉES


LC 21–015 « Réduction des échantillons pour essais en laboratoire ».
LC 21–040 « Analyse granulométrique ».
LC 21–066 « Détermination de la densité et de l’absorption du granulat fin de classe
granulaire d/D ».

3. Définitions
Les définitions suivantes s’appliquent à la présente méthode d’essai :

3.1 Pourcentage d’absorption


Pourcentage d’eau qui pénètre et remplit les pores perméables d’un corps solide poreux
exprimé par rapport à sa masse sèche.

3.2 Densité brute


Rapport, à une température donnée, entre la masse dans l’air d’une unité de volume d’un
matériau perméable et la masse dans l’air d’un égal volume d’eau. Le volume du matériau
Section
Secteur – granulats
1
Page

2 de 8
Détermination de la densité
Date

2009 12 15
et de l’absorption du MÉTHODE D’ESSAI
granulat fin
LC 21-065

inclut les vides perméables et les vides imperméables à l’eau. La mesure de la densité brute
nécessite d’amener le matériau à l’état saturé et superficiellement sec.

3.3 Densité apparente


Rapport, à une température donnée, entre la masse dans l’air d’une unité de volume d’un
matériau perméable et la masse dans l’air d’un égal volume d’eau. Le volume du matériau inclut
les vides imperméables à l’eau seulement.

4. Appareillage
4.1 Balance
La balance doit avoir une capacité et une sensibilité telles que la densité puisse être calculée
avec une précision de quatre chiffres significatifs, c’est-à-dire trois décimales. Pour répondre à
cette exigence, la balance doit avoir une sensibilité de ± 0,1 g.

4.2 Pycnomètre
On doit utiliser comme pycnomètre un flacon ou tout autre contenant approprié qui permet
d’y introduire facilement l’échantillon et de reproduire le volume à ± 0,1 cm3. Le volume du
récipient rempli jusqu’au trait de jauge doit être égal ou supérieur à 150 % du volume occupé
par l’échantillon.

4.3 Moule
On doit utiliser un moule métallique ayant la forme d’un cône tronqué, dont les dimensions
sont les suivantes :

– diamètre intérieur à sa partie supérieure : 40 mm ± 3 mm;

– diamètre intérieur à la base : 90 mm ± 3 mm;

– hauteur : 75 mm ± 3 mm.

Le métal constituant le moule doit avoir une épaisseur minimale de 0,8 mm.

4.4 Pilon
On doit utiliser un pilon métallique ayant une masse de 340 g ± 15 g. La surface pour pilonner
doit être plate, de forme circulaire et avoir un diamètre de 25 mm ± 3 mm.

5. Préparation de la prise d’essai


Bien mélanger tout l’échantillon de granulats soumis et le réduire conformément à la
méthode d’essai LC 21–015 « Réduction des échantillons pour essais en laboratoire », de
manière à obtenir la masse minimale requise de 1 kg.
Dans le cas de granulats pour enrobés bitumineux, laver la prise d’essai suivant la méthode
décrite à la section 7.2 de la méthode d’essai LC 21–040 « Analyse granulométrique ».
Couvrir d’eau et laisser tremper l’échantillon pendant 24 h ± 4 h.
Section
Secteur – granulats 1
Page

3 de 8
Détermination de la densité
Date
MÉTHODE D’ESSAI et de l’absorption du 2009 12 15
granulat fin
LC 21-065

5.1 État saturé et superficiellement sec du granulat fin


5.1.1 Granulat fin de sablière et criblure 0/D, où D ≤ 2,5 mm
Enlever par décantation l’excès d’eau tout en veillant à ne pas perdre de particules fines.
Étendre la prise d’essai sur une surface plane et non absorbante exposée à un léger courant
d’air chaud, puis la remuer fréquemment pour obtenir un séchage uniforme. Si désiré, on peut
utiliser un moyen mécanique pour remuer la prise d’essai et ainsi l’aider à atteindre l’état dit
« saturé et superficiellement sec ». Continuer cette opération jusqu’à ce que le granulat fin coule
à peu près librement. La présence ou non d’eau à la surface des particules doit être déterminée
selon la procédure décrite à l’article 5.1.1.1. Il est entendu que le premier essai au cône doit être
exécuté sur le granulat encore partiellement humide, c’est-à-dire avec un peu d’eau en surface.
Continuer de sécher tout en remuant constamment et reprendre l’essai au cône à de fréquents
intervalles. Si l’essai indique que la prise d’essai a atteint l’état de surface sèche, cela signifie
que cette dernière a été trop séchée et qu’elle a dépassé l’état dit « saturé et superficiellement
sec » (SSS). Dans ce cas, il faut ajouter aux granulats fins quelques centimètres cubes d’eau,
mélanger à fond la prise d’essai et la laisser reposer pendant 30 minutes dans un contenant
couvert. Revenir ensuite à la procédure de séchage et d’essai au cône à intervalles réguliers.
5.1.1.1 Essai au cône pour déterminer l’état SSS
Placer la base du cône sur une surface lisse et non absorbante, et l’y maintenir fermement.
Verser dans le cône une partie de la prise d’essai partiellement séchée, le remplir jusqu’à ce
qu’il déborde et même y amasser sur le dessus un surplus du matériau qu’on retient alors en
encerclant le haut du moule de ses doigts. Pilonner le granulat fin dans le moule de 25 légers
coups de pilon. À chaque coup, le pilon doit par la seule force de gravité tomber librement d’une
hauteur d’environ 5 mm de la surface du granulat. Il faut donc après chaque coup réajuster la
hauteur de chute (5 mm) par rapport au nouveau niveau de surface obtenu, tout en veillant à
distribuer uniformément les 25 coups sur toute la surface du matériau. Lorsque le pilonnage est
terminé, enlever tout le sable libre autour du moule et soulever ce dernier verticalement. S’il y
a encore de l’humidité superficielle, le granulat fin conservera la forme du moule. Par contre,
lorsque le granulat fin s’affaisse légèrement, cela signifie qu’il a atteint l’état recherché dit
« saturé et superficiellement sec ». Toutefois, il faut bien noter que certains granulats fins à forme
anguleuse, telles les criblures de pierre, et d’autres matériaux contenant un fort pourcentage
de particules passant au tamis de 80 µm, peuvent, tout en ayant atteint l’état dit « saturé et
superficiellement sec », ne pas s’affaisser à l’essai du cône. Ce peut être le cas si, en prenant
alors une poignée du matériau, après l’avoir laissé tomber d’une hauteur de 100 cm à 150 cm,
il en résulte qu’une partie des particules fines demeurent en suspension dans l’air. Pour ces
matériaux, on doit considérer comme atteint l’état dit « saturé et superficiellement sec » aussitôt
qu’un côté ou une parcelle du granulat fin s’affaisse légèrement lorsqu’on enlève le moule. Le
critère suivant peut également être utilisé sur les granulats qui ne présentent pas d’affaissement
du cône alors que l’état SSS est atteint.
Essai provisoire de surface : si des particules sont observées en suspension dans l’air alors
que le cône ne s’affaisse pas et que le granulat fin semble avoir atteint l’état SSS, ajouter plus
d’humidité au granulat fin, continuer le séchage et, au moment où l’état SSS semble être atteint,
Section
Secteur – granulats
1
Page

4 de 8
Détermination de la densité
Date

2009 12 15
et de l’absorption du MÉTHODE D’ESSAI
granulat fin
LC 21-065

tapoter légèrement avec une main environ 100 g du granulat sur une surface plane, sèche,
propre, foncée ou sur une surface terne non absorbante, telles une feuille de caoutchouc, une
surface d’acier, usée par oxydation, galvanisée ou une surface métallique peinte en noir.
Après une à trois secondes, enlever le granulat fin. Si des traces d’humidité sont obser-
vées sur la surface d’essai pendant plus d’une à deux secondes, on doit encore considérer la
présence d’humidité sur la surface des granulats fins. L’état SSS est considéré comme atteint
lorsque le granulat ne laisse plus de trace d’humidité sur la surface utilisée.

6. Mode opératoire
6.1 Granulat fin

6.1.1 Remplir partiellement le pycnomètre d’eau et y introduire immédiatement environ 500 g du


granulat fin à l’état saturé et superficiellement sec (noter la masse exacte comme étant D) tel
qu’il a été préparé, selon les prescriptions des articles 5.1.1 ou 5.1.2, puis ajouter de l’eau
jusqu’à 90 % de la capacité du pycnomètre. Retourner le pycnomètre sens dessus dessous,
le rouler et l’agiter pour éliminer toutes les bulles d’air. Un bain à ultrasons peut également
être utilisé pour enlever les bulles d’air dans le pycnomètre. Amener la température à
23 °C ± 1,7 °C, si cela est nécessaire, en plongeant le pycnomètre dans de l’eau en circu-
lation. Porter le niveau d’eau dans ce pycnomètre jusqu’au trait de jauge de sa capacité.
Déterminer la masse totale du pycnomètre avec la prise d’essai et l’eau (masse C). Le
résultat de cette pesée et de toutes celles qui suivront doit être noté à 0,1 g près.

6.1.2 Retirer la prise d’essai du pycnomètre et la faire sécher à 110 °C ± 5 °C jusqu’à l’obtention
d’une masse constante. La laisser refroidir dans l’air à la température de la pièce de 30
à 90 minutes, et la peser à 0,1 g près (masse A).

6.1.3 Déterminer la masse du pycnomètre rempli jusqu’au trait de jauge de sa capacité d’eau
à 23 °C ± 1,7 °C (masse B).

7. Calcul des densités et de l’absorptivité


7.1 Granulat fin
Pour effectuer ce calcul, les définitions suivantes sont utilisées :

A : masse dans l’air de la prise d’essai séchée à l’étuve, en grammes;

B : masse du pycnomètre rempli d’eau, en grammes;

C : masse du pycnomètre contenant l’échantillon et rempli d’eau jusqu’au trait de jauge,
en grammes;

D : masse du granulat fin « saturé et superficiellement sec » introduit dans le pycnomètre,


en grammes.
Section
Secteur – granulats 1
Page

5 de 8
Détermination de la densité
Date
MÉTHODE D’ESSAI et de l’absorption du 2009 12 15
granulat fin
LC 21-065

7.1.1 Densité brute (basée sur l’état sec)


Calculer la densité brute à 23 °C/23 °C, telle qu’elle a été définie à l’article 3.2, à l’aide de
la formule suivante :
Densité brute = A / (B + D – C)

7.1.2 Densité apparente


Calculer la densité apparente, telle qu’elle a été définie à l’article 3.3, à l’aide de la formule
suivante :
Densité apparente = A / (B + A – C)

7.1.3 Absorptivité
Calculer le pourcentage d’absorption en eau, telle qu’elle a été définie à l’article 3.1, à l’aide
de la formule suivante :

% d’absorption = [(D – A) / A] x 100

8. Calcul et expression des résultats


On doit calculer et rapporter à 0,001 près la densité, et à 0,01 % le pourcentage d’absorption.
De plus, on doit indiquer de quel type de densité il s’agit.

Note :
L’annexe A présente les relations mathématiques entre les trois types de densi-
tés et l’absorptivité. Ces relations, outre qu’elles peuvent être utiles pour vérifier
la justesse des résultats fournis, permettent de calculer à l’aide d’un autre résul-
tat une valeur qui n’a pas été fournie.

8.1 Calcul des valeurs moyennes


8.1.1 Densité moyenne
Lorsque l’essai a été réalisé individuellement sur des fractions de l’échantillon séparées
selon la grosseur des particules, les valeurs moyennes des trois types de densités peuvent être
obtenues par pondération des résultats calculés selon les formules à l’article 7. Calculer alors
la moyenne pondérée à l’aide de la formule suivante :

Σ Pn
d=
P1 P2 Pn
+ +
d1 d2 dn

d : densité moyenne (selon le type);
P1, P2, Pn : pourcentages respectifs en poids dans l’échantillon original
de chaque fraction utilisée;
d1, d2, dn : densités appropriées respectives de chaque fraction utilisée
(selon le type).
Section
Secteur – granulats
1
Page

6 de 8
Détermination de la densité
Date

2009 12 15
et de l’absorption du MÉTHODE D’ESSAI
granulat fin
LC 21-065

8.1.2 Pourcentage d’absorption moyen


Dans le même cas, la valeur moyenne du pourcentage d’absorption peut être obtenue par
pondération des résultats calculés selon la formule mentionnée à l’article 7.1.4. Calculer alors
la moyenne pondérée à l’aide de la formule suivante :
P1 A1 + P2 A2 + Pn An
A=
Σ Pn


A : pourcentage moyen d’absorption;
A1, A2, An : pourcentages d’absorption respectifs pour chaque fraction utilisée;
P1, P2, Pn : pourcentages respectifs (selon la masse) dans l’échantillon original de chaque
fraction utilisée.

9. Fidélité
9.1 Les critères d’acceptabilité des résultats obtenus par la présente méthode d’essai sont
donnés au tableau 1.

9.2 Les chiffres de la colonne 2 représentent les écarts types que l’on juge acceptables dans
les conditions d’essai données dans la colonne 1. Les chiffres de la colonne 3 représentent
les limites admissibles de l’écart entre les résultats donnés par deux essais correctement
exécutés.

9.3 Les termes « répétabilité » et « reproductibilité » ont le sens donné dans la norme
ISO 5725 « Exactitude (justesse et fidélité) des résultats et méthodes de mesure ».

10. Approbation
La présente méthode d’essai a été approuvée par le responsable du Secteur sols, fondations
et granulats de la Direction du laboratoire des chaussées.

Claude Robert, ing., M. Sc.


Service des matériaux d’infrastructures

Signature
Section
Secteur – granulats 1
Page

7 de 8
Détermination de la densité
Date
MÉTHODE D’ESSAI et de l’absorption du 2009 12 15
granulat fin
LC 21-065

Tableau 1
Tableau des indices de fidélité
Densité et absorptivité du granulat fin
Écart type Différence entre deux essais
Entre laboratoires
(1S)(1) (D2S)(1)
Densité brute (base sèche) 0,0152 0,043
Densité apparente 0,0209 0,059
Pourcentage d’absorption 0,244 0,68
Écart type Différence entre deux essais
Pour un même opérateur
(1S)(1) (D2S)(1)
Densité brute (base sèche) 0,0046 0,013
Densité apparente 0,0054 0,015
Pourcentage d’absorption 0,060 0,16
1. 1S représente l’écart type maximal d’une série de résultats et D2S représente la différence
entre deux résultats qui ne doit pas être dépassée dans plus de 5 % des cas.
Section
Secteur – granulats
1
Page

8 de 8
Détermination de la densité
Date

2009 12 15
et de l’absorption du MÉTHODE D’ESSAI
granulat fin
LC 21-065

Annexe A
Relations entre les densités et l’absorptivité

Si

db : densité brute (sur base sèche)

dsss : densité brute (sur base saturée)


dapp : densité apparente

A : absorption en %

1) dsss = (1 + A /100) db

2a) dapp =
( )( )
db
1
1


A
100
=
1 –
db
Adb
100

2b) dapp =
( )( ) 1
1+A /100
dsss

A
100
=
1 –
A
dsss

100
(dsss – 1)

3) A= ( ) dsss
db
–1 x 100

4) dapp – dsss
A= x 100
dapp (dsss – 1)