Vous êtes sur la page 1sur 16

Université LUMIERE LYON 2 union scoff

I.U.T. Lumière
Département Gestion Logistique et Transport

Recherche d’améliorations de la zone de stockage

RAPPORT DE STAGE

Soutenu le 16 mai 2003 par Emmanuel BRUN

Tuteur entreprise : Nicolas BARATTE, responsable logistique


Tuteur I.U.T. : Catherine DURNERIN, Année 2002-2003
REMERCIEMENTS

Je tiens à remercier toutes les personnes qui ont contribué à l’avancement de mon projet
professionnel, et aussi à mon insertion au sein de l’entreprise Union S.CO.F.F.

Je tiens à remercier en premier lieu mon tuteur entreprise, M. Nicolas BARATTE pour
m’avoir fait confiance et accueilli au sein du service logistique de l’entreprise Union
S.CO.F.F.
Je remercie également toutes les personnes travaillant au sein de la plate-forme logistique et
des bureaux administratifs pour leur accueil, leur aide quotidienne et le temps qu’ils m’ont
consacré tout au long de ma mission.
Mes remerciements s’adressent aussi au responsable des approvisionnements, M. José
GASPAR qui a su prendre de son temps pour m’aider et me guider.

De plus, je tiens à remercier ma tutrice I.U.T., Mme Catherine DURNERIN pour son
accompagnement et son aide tout au long de ce stage.

Enfin, mes remerciements s’adressent à M. Joël Stives qui m’a apporté tous les supports
techniques et l’aide nécessaire à la réalisation des différents plans, durant ma mission.
SOMMAIRE

INTRODUCTION

Présentation de l’entreprise

L’entreprise Union S.C.O.F.F.


Le service logistique

Présentation et déroulement du stage

La découverte de l’activité

La présentation des objectifs

Le déroulement de la mission

Les résultats

Les autres missions

Bilan

Conclusion

La liste des annexes

La bibliographie

Les annexes
INTRODUCTION

Le stage en entreprise s’est déroulé du 31 mars au 16 mai 2003. Ces 7 semaines rentrent dans
le cadre de ma formation à l’I.U.T. Lumière Lyon 2, en première année au département
Gestion Logistique et Transport. Le diplôme préparé se déroule sur 2 ans et en alternance la
seconde année. Le stage permet donc dans un premier temps de découvrir le monde de
l’entreprise et le secteur d’activité (logistique ou transport) et, dans un second temps, de servir
de « période d’essai » en vue d’obtenir un contrat d’alternance pour la deuxième année de
formation.

Mon stage s’est déroulé au sein de l’entreprise UNION de Sociétés Coopératives Fromagères
Françaises (S.CO.F.F.) dans la plate-forme logistique. Cette entreprise se situe dans la zone
industrielle du Gier, à Givors (69).

Ma mission s’est déroulée au sein de la plate-forme logistique, dans les différents services tels
que la réception, la préparation de commande, l’expédition et les approvisionnements. La
mission principale qui m’a été confié a été d’analyser le mode de stockage utilisé, de
rechercher des solutions simples en vue de rationaliser les flux et le stock et d’optimiser le
stockage et la préparation. Par la suite, j’ai aussi pu réaliser certaines tâches comme la gestion
et le suivi des stocks, la mise en place d’un système d’adressage des emplacements et la
création d’un inventaire sur un type d’articles particuliers. De plus, ce stage m’a aussi permis
de m’intégrer dans l’entreprise et d’en découvrir le fonctionnement.

Dans un premier temps, je vais présenter l’union S.CO.F.F., ensuite, dans un second temps,
j’expliquerai la mission qui m’a été confié et les autres tâches auxquelles j’ai participé lors du
déroulement de mon stage. Enfin, dans un troisième et dernier temps, je dégagerai un bilan
qui conclura ma formation au sein de l’entreprise.
A. Présentation de l’entreprise1
L’entreprise Union S.CO.F.F.2

La

Le service logistique

- Présentation :

Le service logistique comprend diverses activités telles que la réception, la préparation de


commande, l’expédition, les approvisionnements et l’exportation. Les commandes sont faîtes
par les magasins clients qui sont en forte majorité des établissements de grande distribution
(Leclerc, Carrefour, Auchan,…) mais aussi des petites surfaces de ventes spécialisées (ex :
fromagerie, coopératives,…), sans oublier les exportations (USA et Europe) qui représentent
environ 20% de l’activité de la société.
On trouve plusieurs types de postes dans se service :
- Le préparateur de commande
- Le réceptionnaire
- L’approvisionneur
- Les postes d’encadrement
Hormis pour les postes d’encadrement, certains préparateurs partagent leurs temps de travail
sur plusieurs activités (ex : réception et préparation) mais tous les employés sont désignés
comme préparateurs de commande.

La marchandise stockée étant des produits frais, la gestion des D.L.C. (date limite de
consommation) et D.L.U.O. (date limite d’utilisation optimale) ne permet pas de bénéficier
d’un stock de réserve important ! Cependant, certains produits à forte rotation possèdent un
stock de sécurité pour pallier à la demande commandée par les clients.
De plus, un système de livraison quotidien est mis en place par l’approvisionnement qui tient
compte d’un délai de livraison de un, deux ou trois jours selon le fournisseur. Ainsi, les stocks
sont gérés au quotidien et se faisant, les préparateurs peuvent réaliser leurs commandes.

L’entreprise SCOFF travaille avec des transporteurs précis et les livraisons et les expéditions
sont effectuées par les mêmes entreprises de transport, à savoir T.F.E., Tranafis, Moncoffre,
Bonnefoux et quelques autres, spécialisés dans le transport frigorifique.
Les horaires d’expédition et de réception sont déterminées à l’avance et constantes (ex :
12h30, 16h00, pour les expéditions et de 6h30 à 9h00 pour les réceptions).

1
Voir annexe X pour la présentation de l’union des coopératives.
2
Voir annexe X pour la plaquette de présentation de l’entreprise.
B. Présentation et déroulement du stage

- La découverte de l’activité
Lors de la première semaine de stage, j’ai pu rencontrer les différents membres du personnel qui
travaille dans l’enceinte de la plate-forme logistique mais aussi du siège social, situé à proximité.
Ainsi, j’ai pu comprendre les relations entre les services et les membres du personnel. J’ai également
pu visiter l’usine de conditionnement qui fait partie du bâtiment de la plate-forme logistique et
améliorer mes informations sur le fonctionnement de cette dernière et l’interaction entre le
conditionnement et le stockage et la préparation de commande.
J’ai eu, de plus, l’occasion de visiter l’usine de Crest (Drome), qui est un des fournisseurs de
l’entreprise SCOFF, ce qui m’a permit de découvrir les particularités de la fabrication de leurs
spécialités fromagères et les contraintes qu’occasionnaient de tels produits (DLC, transports)

- La présentation des objectifs


L’objectif principal du stage a été d’analyser le mode de stockage utilisé et de rechercher des solutions
simples en vue, d’une part, de rationaliser les flux et le stock et, d’autre part, d’en optimiser le
stockage et la préparation.
La zone de stock n’étant pas très importante en terme de superficie (m²) ma tâche à consister à
l’analyse de l’existant et à la mise en place « fictives » d’améliorations. C’est pourquoi, avant toute
chose, je me suis renseigné sur l’activité des préparateurs de commande, de la réception et de
l’expédition afin de connaître le déroulement de ces activités et d’en tirer une analyse pertinente et
critique. De cette manière, la mise en place de mes hypothèses a été favorisée.

- Le déroulement de la mission
Dans un premier temps, il m’a fallu découvrir le fonctionnement des préparateurs, mais aussi, mieux
connaître la zone de stockage3 et les particularités de son emplacement actuel. De plus, il m’a aussi
fallu apprendre à me diriger en fonction de l’implantation des produits et à en reconnaître certains.

1. La préparation de commande

Lors de mon stage, il m’a fallu découvrir la préparation de commande, et la meilleure façon a été de
pratiquer, d’abord en accompagnant un préparateur, puis en travaillant seul. Ainsi, je me suis
familiarisé avec les outils de manutention (transpalette manuel et transpalette électrique gerbeur) et les
habitudes des préparateurs, c'est-à-dire les déplacements avec le transpalette pour aller chercher des
produits, ou les déplacements à pieds pour ne prendre que quelques colis et ainsi ne pas manipuler une
charge palettisée lourde !
Les bons de préparation sont reçus par échange de données informatique (EDI) et sont affectés et
regroupés avec leurs étiquettes d’adressage, puis dispatchés selon leurs affectations et enfin répertoriés
à l’aide d’un code de couleur qui permettra de les donner aux bons préparateurs.
Il faut savoir que chaque préparateur est rattaché, dans un premier temps a un bureaux représentant un
type de commande précis (ex : pour un transporteur, en national, local ou régional, en palette
complète, …) puis une fois les commandes du bureaux réalisées, le préparateur aide à terminer les
autres bons de préparations restants. Une fois que toutes les commandes ont été terminées, les
préparateurs effectuent un comptage physique du stock restant qu’ils comparent avec le listing du
stock théorique de la journée. Ainsi, cette vérification quotidienne du stock est suivi d’un régule dudit
stock par le responsable des approvisionnements afin d’avoir un stock théorique équivalent au stock
physique et de vérifier les écarts et les causes de ces derniers (ex : mauvaise saisie des quantités
réceptionnées dans le stock de l’AS 400, erreur de comptage d’un préparateur,…).

3
Voir annexe X pour plan de la zone de stockage
Il est important aussi de savoir que les quelques heures passées à préparer des commandes ne suffisent
pas à avoir une connaissance suffisante des produits, des emplacements et des « détails » de chaque
préparation. Mais, la pratique de la préparation de commande était un passage obligé pour la suite de
ma mission.

2. L’analyse de la zone de stockage

Afin de pouvoir avoir une base de travail fiable et à jour, j’ai pris des notes au fur et à mesure de la
durée de mon stage afin de pouvoir commencer mes recherches d’amélioration. De même que j’ai du
remettre à jour les plans des zones de stockage, de réception, de préparation palette et d’expédition, à
l’aide des plans fournis par mon tuteur.
Dès que les plans4 ont été achevés, j’ai pu débuter ma mission. Toutefois, il est important de préciser
que du fait de la nature des produits, certains articles, présents lors de ma mise à jour, ne se trouvent
plus en stock ou ont été remplacés par d’autres, de même que si des emplacements étaient vides le jour
de la création des plans, il se peut que depuis, ils aient été réaffectés pour d’autres codes de produits.
L’implantation actuelle de la zone de stockage est faite de telle sorte que l’on retrouve les
produits les plus vendus près des bureaux des préparateurs et de la zone de préparation
palette.
Certains produits comme les articles lourds (ex : raclettes et morbiers) sont regroupés
ensemble. De même que certains produits tels que les « marques distributeurs » (ex :Leader
Price), qui représentent de fortes ventes se trouvent, au fond de la zone et sont regroupés avec
d’autres références fortes, ce qui permet de désengorger la préparation palette.
Pour la majorité des autres produits, il n’y a pas de règles concernant le stockage. La gestion
des emplacements en hauteur étant là aussi réalisé au mieux en fonction de la place et de
l’encombrement. En générale, le stockage est réalisé pour que la réserve (quand il y en à sur
ce produit !) se trouve au dessus de l’emplacement au sol, ce qui n’est pas toujours le cas.

3. L’analyse des produits

Grâce au fichier de l’historique des ventes fourni par le responsable logistique, j’ai pu réaliser un
classement5 des ventes selon la méthode ABC, sur la période du premier trimestre 2003 et ainsi,
pouvoir juger des produits à forte ou à faible rotation.
Cependant, le listing représentant l’historique des ventes du premier trimestre 2003 a été difficile à
traiter en raison du mélange de toutes les références (produits en stock, produits destinés à l’export,
références mortes ou abandonnées…). Les informations présentes sur ce listing ont été complété par
différents fichiers informatique tel que les fiches techniques de produits 6 qui m’ont été très utile car ils
représentaient une mine d’information sur les produits (ex : le nombre d’unité de vente par colis, la
référence…).

4. Les problèmes rencontrés

Les problèmes furent nombreux, mais la plupart furent résolus ce qui me permit d’avancer dans mon
travail. En effet, le premier souci rencontré a été l’identification, en zone de stockage, des
emplacements de chaque produit. Il a fallu gérer ce non adressage des emplacements en mettant en
place un système d’identification, sur le terrain, avec des plaquettes aimantées correspondantes à
chaque produits et aux bons endroits car les références n’étaient pas toute correspondantes sur les
fichiers informatique et les bons de préparation. De plus, les listings et autres fichiers informatique
étaient tellement complets qu’il m’a fallu beaucoup de temps pour arriver à en dégager uniquement les
produits réellement implantés dans la zone de stock. Un autre souci, majeur celui la, a concerné la
zone de réception et son utilisation ainsi, que la place qu’occupe les produits en attente de
4
Voir annexe X1 pour plan des zones mis à jour.
5
Voir annexe X2 pour le classement des ventes selon la méthode ABC.
6
Voir annexe X3 pour la fiche technique produit.
conditionnement dans la zone de stockage. La zone de réception étant occupée en très forte majorité
par des produits en attente car le conditionnement ne possède pas d’emplacement frigorifique qui
pourrait recevoir ces produits, et en attendant, le stock s’amoncelle dans cette zone et dans la zone de
stockage. Ainsi, on ne peut donc pas utiliser ces deux zones pour leur seule activité propre !
Les autres problèmes rencontrés concernent la préparation et le manque, ou l’absence de
réglementation (ex : sens de circulation, …), entraînant des situations à risques (ex : collision, gène,
…). De plus, il m’a fallu prendre en compte les habitudes des préparateurs qui pour la plupart, sont
employés depuis de nombreuses années et peut-être récalcitrants à tout changement perturbant leurs
manières de travailler.

5. Les idées et les essais

Une fois les problèmes réglés, il m’a fallu me lancer dans le grand bain et commencer à regrouper mes
idées sur l’amélioration de cet espace de rangement. Je me suis donc basé sur mes connaissances du
milieu professionnel, les différents stages et emplois saisonniers ou en intérim pour me diriger dans
mon chantier ! Il en est ressorti quelques esquisses qui me parurent plausibles.

Tout d’abord, la première hypothèse qui m’avait été soufflé par mon tuteur d’entreprise, était
l’insertion d’un ligne de rack supplémentaires, raccourcissant de ce fait les allée de passage 7. La
deuxième idée, elle aussi soutenu par le responsable logistique, fut de voir qu’elle serait le gain de
place obtenu par la démolition de la cloison séparant les zones de stockage de celle de la préparation
palettes. Pour ma part, mes recherches se sont tournées sur l’insertion de racks dans certains endroits
comme la préparation palette et le stockage dans la zone export ; le changement de position des allées
de stockage (verticalement au lieu de horizontalement) ; mais aussi une recherche en hauteur en
intégrant un niveau supplémentaire et en adaptant la hauteur des espaces dans les racks.

De plus, mes recherches ne se sont pas seulement dirigées dans un aménagement de la structure, mais
aussi dans l’analyse des ventes grâce au classement des ventes du 1er trimestre 2003. Ainsi, je me suis
demandé si il ne serait pas plus judicieux d’intervenir sur les articles ne représentants qu’une très
faible rotation, et donc très peu de ventes. Par ailleurs, peut-être serait il possible de regrouper dans un
secteur de la zone de stockage des emplacements prévus pour ne recevoir que de très faibles quantités
de produits sur support palette et ainsi, dégager des emplacements supplémentaires pour des articles
plus prisés par les consommateurs.

Toutes ces suggestions et autres « projets » furent sujets aux renseignements du personnel et aux
questionnements des préparateurs de commande qui étaient les premiers concernés par mes travaux. Il
apparu que le manque de place et l’encombrement par les produits destinés au conditionnement étaient
les réponses les plus fréquemment citées.

Par ailleurs, mes recherches m’ont conduites à essayer de voir pour effectuer des améliorations au
niveau des bons de préparation et des réceptions mais pour cause de « dépendance » des besoins des
clients, ces idées furent abandonnées.

6. Les choix et les mises en place

Suite à mes hypothèses, et au suivi de ma mission par mon tuteur, je pris la direction de
l’aménagement d’une rangée de racks supplémentaires pour essayer de gagner de la place dans la zone
de stock. Aussi, je me dirigeai vers l’idée de la démolition de la cloison, qui pourrait occasionner un
gain d’emplacement et la réactualisation des emplacements picking en fonction du classement ABC
des ventes8.
Une fois mes choix effectués, je pu me lancer dans la réalisation des plans et des modifications pour
en faire part au responsable logistique. De plus, j’eu connaissance du projet de fabrication prochaine,
d’un frigo dans l’enceinte de l’usine de conditionnement, ce qui encouragea grandement mon travail
7
Voir annexe X pour schéma de la 1ère hypothèse.
8
Voir annexe X et X pour schéma des emplacements selon les ventes (ABC).
de recherche de place car la zone de réception ne servira vraiment qu’à la réception, et les racks
occupés par les produits en attente de mise en emballage ne seront plus stockés dans la zone de stock.

Certaines hypothèses ont été abandonné pour diverses raisons comme le coût trop important des
améliorations (ex : agrandir la zone de stockage), la difficulté de mise en place d’un étage
supplémentaire sur les racks, en raison de la hauteur insuffisante et de la présence des ventilateurs, des
éclairages et de tuyaux. De même que les changements concernant le fonctionnement du système
informatique (AS 400), serait trop lourd à réaliser. Pour ces raisons, je me suis concentré uniquement
sur les choix cités auparavant.

- Les résultats9
Comme le résultat de ma mission n’était pas une modification immédiate mais plutôt une
analyse et une recherche d’améliorations éventuelles, j’ai été amené à utiliser de multiples
plans afin de réaliser mon travail. C’est pourquoi, il m’a été plus simple de me baser sur des
schémas et des plans, plus compréhensibles et représentant au mieux les modifications, que
sur des écrits peu représentatifs pour des personnes étrangères ou ne connaissant pas bien la
structure de l’entreprise et la zone de chantier sur laquelle j’ai été amené à travailler.

1. Les résultats de ma mission

Tout d’abord, je pense que les objectifs de ma mission, à savoir la proposition d’une
modification du stockage après l’analyse de ce dernier, ont été atteints. Les plans en annexe 7
montrent l’état actuel de la zone de stockage avant et après la mise à jour du classement ABC.
En ce qui concerne le gain d’emplacement, l’hypothèse numéro 1 apparaît comme la plus
intéressante en terme de recherche de place. Bien entendu, se ne sont que des hypothèses,
mais elles peuvent servir de point de départ, je le répète, à une recherche beaucoup plus
poussée. La mise en place prochaine de pistolets à lecture optique ainsi que les changements
d’organisation (changement des tournées) du service de préparation de commande peuvent
être adaptés ou, au contraire, totalement inadapté à ce premier jet. L’espace disponible restant
un problème majeur pour l’entreprise, il peut être aussi envisageable de parier sur l’avenir en
investissant dans un chantier d’agrandissement des locaux.

2. la limite de ces recherches

Il est important de noter que les produits actuellement en stock aujourd’hui, ne le soient plus demain,
ou bien même que leurs fréquences de ventes aient explosé ou, au contraire, chuté. C’est pourquoi il
faut prendre en compte le caractère périodique des produits, l’arrivé de nouveaux articles ou l’abandon
d’autres, les résultats de mes recherches ne sont qu’à titres indicatifs.
De plus, le caractère promotionnelle de certaines saisons (ex : Noël, hiver, été…) reste un facteur
permanent de modifications.
Pour bien faire, il faudrait un suivi des ventes et une mise à jour perpétuel des emplacements et des
produits pour sans cesse améliorer l’activité des préparateurs et de l’entreprise. Bien entendu, il est
clair que ce suivi, si il devait voir le jour, devrait être intégré sur le progiciel de l’entreprise (AS 400)
afin de faciliter les éventuelles modifications et la mise à jour du suivi des ventes.

- Les autres missions


Au cours de la période de stage, j’ai été amené à me familiariser avec la gestion des stocks et des
travaux effectués au sein du bureaux des approvisionnements. Il m’a donc fallu apprendre à me diriger
sur le progiciel de l’entreprise (AS 400) et à en connaître les différentes procédures, ainsi que la
9
Voir annexe X pour les plans des différentes hypothèses.
lecture des différents bons de livraison, de préparation et de retours des marchandises. J’ai également
été amené à m’occuper de la validation des commandes préparées, à mettre à jour les fichiers de suivi
des retours, à créer des étiquettes d’adressage, à regrouper et à dispatcher les bons de préparation et
aussi à mettre en place et à réaliser un fichier d’inventaire de la zone de dégagement.

Durant une journée complète (le 17 avril) et pendant toute une semaine (du 28 avril au 02 mai), j’ai eu
l’occasion de mettre en pratique les connaissances acquises avec le responsable des
approvisionnements car ce dernier était en congés lors de cette période. J’ai ainsi du procéder à la
saisie des quantités entrées en tenant compte du nombre d’unité de vente dans chaque colis et
m’obligeant à la plus grande rigueur dans mes calculs, très souvent sources d’erreurs, en partie du à
ma mauvaise connaissance des conditionnements et des produits ! J’ai pu également effectuer le régul
des stocks10 après le contrôle physique des stocks par les préparateurs. Cette tâche, effectuée
quotidiennement est donc un bon moyen pour le contrôle des quantités entrées et la recherche des
erreurs de préparation.

J’ai également réaliser un inventaire des marchandises mises en zone de dégagement et qui sont en
attente car ces articles sont des retours (produits non commandés, inversés, en mauvais état, avec une
DLC trop courte ou encore du à un retard du transporteurs).

10
Voir annexe X pour exemple de régul des stocks.
C. Bilan
Lors de ces sept semaines de stage, j’ai pu découvrir l’entreprise Union S.CO.F.F. et l’activité qu’elle
exerçait. Le secteur de l’agroalimentaire m’intéressant grandement, j’ai pu profiter de cette période
pour approfondir mes connaissances et mes interrogations. De plus, je souhaitais évoluer dans une
petite structure car j’avais déjà eu l’occasion d’évoluer, en tant que stagiaire dans une grande
entreprise.

J’ai pu, grâce à cette période, effectuer une mission très intéressante qui m’a amené à observer très
attentivement les caractéristiques des différents services, les méthodes de travail de chacun ainsi que le
fonctionnement de la société. Par ailleurs, j’ai été amené à rencontrer les principaux responsables des
services composant le site de l’entreprise.

Ce stage a été pour moi l’occasion de mettre en pratique des connaissances acquises durant la première
année à l’I.U.T., mais aussi les connaissances de mon cursus post I.U.T. (B.E.P. Distribution et
Magasinage et Bac Professionnel Logistique). En plus de mes connaissances en logistique, le milieu
professionnel m’a permis de mettre en pratique des enseignements, comme l’utilisation de l’outil
informatique, lors du traitement des fichiers informatiques de l’entreprise (classement des ventes selon
la méthode ABC sur Excel). De plus, l’insertion dans l’entreprise et l’équipe de travail de la plate-
forme logistique ont été facilité par certains cours (ex : Organisation et Relations Sociales) dispensés
en classe, ce qui m’à permis de mieux comprendre d’une part, la culture de l’entreprise (ex : les
coutumes et les habitudes des employés) et d’autre part, le type de management exercé au sein du site.

La mission qui m’a été confié, à savoir la recherche d’améliorations de la zone de stockage, a été pour
moi un premier « challenge ». Cette mission étant très importante pour l’entreprise car elle représente
un objectif concret. J’ai pu évoluer de manière très autonome durant toute la durée de ce stage
témoignant ainsi de la confiance donnée par mon tuteur, M. Baratte, qui m’apporta un soutien constant
et un suivi de tout les instants, afin de répondre à mes interrogations et de suivre l’avancée de mon
travail.

Le second « challenge » qui se présentait à moi a été de remplacer le responsable des


approvisionnements pendant plusieurs jours. Cette mission « annexe » fut elle aussi une expérience
très enrichissante car elle m’a obliger à être plus rigoureux, notamment dans la gestion des produits
entrés dans les stocks. La découverte d’un autre aspect du travail avec un suivi et une relation avec les
partenaires de l’entreprise (ex : transporteurs, fournisseurs, …) très poussées m’ont permis là encore,
d’élargir mes connaissances de l’activité de l’entreprise et de m’être en pratique certaines
interventions (comme les simulations d’appels téléphoniques) dispensées en cours.

Cependant, ayant déjà eu l’occasion de constater l’écart entre les deux « école », à savoir la théorie
(I.U.T.) et la pratique (stage), il m’apparaît encore plus flagrant aujourd’hui (ex : problèmes
journaliers comme le manque d’effectif, les retards, …). Ainsi, je me rends compte de la dépendance
entre les services de l’entreprise, mais aussi entre les partenaires en amont (fournisseurs) et en aval
(clients). D’où l’intérêt du suivi de ses partenaires mais aussi de ses services, d’une réactivité de tous
les instants et d’un contrôle permanent de la situation (malheureusement quasi impossible !). C’est le
principe même de la supply chain, où tout problème, quelqu’il soit, agira sur le reste du circuit
logistique.

En ce qui concerne mon projet professionnel, je peux dire que ce stage correspond à ce que je
recherchai car je souhaitais évoluer au sein d’une petite structure, afin de comprendre dans sa globalité
l’activité et ainsi pouvoir agir sur plusieurs services. De plus, le domaine de la logistique étant le
critère principal de ma recherche de stage, l’entreprise Union S.CO.F.F. correspondait bien à mes
attentes.
Le terme du stage, signifiant la reprise des cours à l’I.U.T. sera suivi, je l’espère, d’une nouvelle
collaboration, plus suivie (contrat d’alternance par quinzaine de jour par mois en milieu
professionnel), car elle interviendra sous la forme d’un apprentissage en alternance. Ainsi, de
nouvelles missions seront à mettre en œuvre afin de rechercher les éventuelles améliorations pouvant
représenter un gain pour l’entreprise et ses différents services.
- Conclusion
Mon stage au sein de l’entreprise Union S.CO.F.F. s’est déroulé sur la plate-forme logistique à givors.
J’ai du, dans un premier temps apprendre à connaître le fonctionnement de l’entrepôt ainsi que les
membres du personnel avant de pouvoir évoluer et accomplir la mission qui m’avait été confié.

Le but de ma mission a été d’analyser le mode de stockage utilisé et de rechercher des solutions
simples en vue de rationaliser les flux et les stocks et d’en optimiser le stockage et la préparation.
J’ai donc réalisé différents plans de modification selon mes recherches grâce au classement des ventes
selon la méthode ABC et à l’analyse de la structure des différentes zones de la plate-forme logistique.

Ces recherches devraient constituer le point de départ d’une base de travail qui devrait conduire à la
mise en place de modifications qui, je l’espère, me seront connues lors de la réalisation de mon contrat
d’alternance ici même, lors de la deuxième année de formation.
- La liste des annexes
- La bibliographie

Sites Internet de l’entreprise : www.union-scoff.fr


- Les annexes