P. 1
Comment montrer qu'une suite est convergente ?

Comment montrer qu'une suite est convergente ?

|Views: 13,162|Likes:
Publié parexos2math
Utiliser plusieurs manières pour montrer qu'une suite converge. Terminale S
Utiliser plusieurs manières pour montrer qu'une suite converge. Terminale S

More info:

Categories:Types, School Work
Published by: exos2math on Mar 13, 2011
Droits d'auteur :Traditional Copyright: All rights reserved

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
See more
See less

05/20/2014

F

i
c
h
e
S
u
i
t
e
s

M
é
t
h
o
d
e
s
e
t
A
n
n
a
l
e
s

h
t
t
p
:
/
/
e
x
o
s
2
m
a
t
h
.
f
r
e
e
.
f
r
/
Montrer qu’une suite réelle est convergente.
Rappel de cours
Définition
Une suite (u
n
)
n∈N
est dite convergente vers un réel ℓ, si tout intervalle ouvert contenant ℓ contient tous les termes
de la suite à partir d’un certain rang n
0
. Une suite qui ne converge pas est dite divergente.
Propriétés
• Si une suite converge, alors sa limite est unique : limu
n
= ℓ.
• Si (u
n
) converge vers ℓ, si (v
n
) converge vers ℓ

, et si, à partir d’un certain rang : u
n
≤ v
n
, alors ℓ ≤ ℓ

.
• Si (u
n
) tend vers +∞, et si, à partir d’un certain rang : u
n
≤ v
n
, alors (v
n
) tend vers +∞.
• Si, à partir d’un certain rang : |u
n
−ℓ| ≤ v
n
, et si la suite (v
n
) converge vers ℓ

, alors (u
n
) converge vers (ℓ +ℓ

).
• Soit (u
n
)
n≥n0
une suite définie pour tout n ≥ n
0
par u
n
= f(n). Si lim
x→+∞
f(x) = ℓ, alors lim
n→+∞
u
n
= ℓ.
Théorèmes
• Si deux suites (u
n
) et (v
n
) convergent vers un réel ℓ, et si, à partir d’un certain rang : u
n
≤ w
n
≤ v
n
, alors (w
n
)
converge aussi vers ℓ (Théorème des gendarmes).
• Une suite croissante et majorée est convergente (Théorème de la convergence monotone).
• Une suite décroissante et minorée est convergente (Théorème de la convergence monotone).
• Soit (u
n
)
n≥n0
une suite définie par récurrence pour tout n ≥ n
0
par u
n+1
= f(u
n
). Si cette suite est convergente
et si la fonction f est continue en ℓ, alors sa limite ℓ est une solution de l’équation ℓ = f(ℓ).
Méthode
Pour savoir si une suite converge, vous l’aurez compris, il faudra essayer « d’encadrer » cette suite.
On pourra donc étudier ses bornes puis s’aider des propriétés et des théorèmes rappelés ci-dessus pour conclure.
Exercice 1 (Polynésie 2013)
On considère la suite (u
n
)
n∈N
définie par u
0
=
1
2
et telle que pour tout entier naturel n, u
n+1
=
3u
n
1 + 2u
n
.
On admet que pour tout entier naturel n, 0 < u
n
< 1.
Démontrer que la suite (u
n
) est croissante. En déduire que la suite (u
n
) converge.
Exercice 2 (Pondichéry 2013)
Soit les suites (I
n
) et (J
n
) définies pour tout n ∈ N par : I
n
=

1
0
e
−nx
1 + x
dx et J
n
=

1
0
e
−nx
(1 + x)
2
dx.
1. Montrer que pour tout entier n ≥ 0 et pour tout réel x ∈ [0; 1] : 0 ≤
e
−nx
(1 + x)
2

e
−nx
1 + x
≤ e
−nx
.
2. Montrer que les suites (I
n
) et (J
n
) sont convergentes et déterminer leur limite.
Exercice 1
1. Comme pour tout n ∈ N, u
n
> 0, pour étudier les
variations de la suite, on peut comparer
un+1
un
à 1 :
u
n+1
u
n
=
3un
1+2un
u
n
=
3
1 + 2u
n
mais pour tout n ∈ N : u
n
< 1
⇔2u
n
< 2 ⇔1 + 2u
n
< 3 ⇔1 <
3
1+2un
car 1 + 2u
n
> 0.
Finalement la suite (u
n
) est croissante.
2. La suite (u
n
) est croissante et majorée par 1 ; elle
converge donc vers ℓ ≤ 1 d’après le théorème de la conver-
gence monotone.
Attention : ne pas conclure que la limite vaut 1 ! En
effet, on a aussi u
n
< 10 mais on ne peut pas conclure
non plus que sa limite vaut 10. Pour calculer la limite il
faut donc mieux encadrer u
n
ou obtenir son expression.
Exercice 2
1. x ≥ 0 ⇒1 +x ≥ 1 ⇒
1
1+x

1
1
or e
−nx
> 0 donc pour
tout n ∈ N :
e
−nx
1+x
≤ e
−nx
.
De plus 1 +x ≥ 1 ⇒(1 +x)
2
≥ 1(1 +x) ⇒
1
(1+x)
2

1
1+x
donc pour tout n ∈ N :
e
−nx
(1+x)
2

e
−nx
1+x
.
Enfin il est évident que pour tout n ∈ N :
e
−nx
(1+x)
2
≥ 0
donc on obtient bien : 0 ≤
e
−nx
(1+x)
2

e
−nx
1+x
≤ e
−nx
.
2. Par intégration sur l’intervalle [0; 1] des inégalités pré-
cédentes, on obtient par croissance de l’intégrale, la rela-
tion pour tout n ∈ N : 0 ≤ J
n
≤ I
n


1
n
e
−nx

1
0
.
Soit : 0 ≤ J
n
≤ I
n
≤ −
1
n

e
−n
− 1

. Or lim
n→+∞
e
−n
= 0
donc par produit de limites lim
n→+∞

1
n

e
−n
−1

= 0.
D’après le théorème des gendarmes, (I
n
) et (J
n
)
convergent vers 0.

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->