Vous êtes sur la page 1sur 3

Département de Math.

Info
IPEI-EL Manar
1ère PC+PT
Année 2009-2010

Correction d’Examen 1 D’algèbre 2009-2006


Durée : 2h

Exercice 1 Sot f l’application de R3 dans lui même définie par

f (x, y, z) = (2x − y, y + 2z, x + z)

1. Etude de f

a) Facile.
b)

Kerf = {(x, y, z ∈ R3 /(2x − y, y + 2z, x + z) = (0, 0, 0)}



  x = −z 
3
= (x, y, z ∈ R / y = −2z
z∈R

= Vect(−1, −2, 1)

Imf = {(x0 , y 0 , z 0 ) ∈ R3 /∃(x, y, z) ∈ R3 , (2x − y, y + 2z, x + z) = (x0 , y 0 , z 0 )}


= {(x0 , y 0 , z 0 ) ∈ R3 /x0 + y 0 − 2z 0 = 0}

c) f ◦ f 6= f .Alors f n’est pas une projection.

2. Etude d’une projection

a) H∩Ker f = {(0, 0, 0)}.


Soit (a, b, c) ∈ R3 .

(a, b, c) = (0, b − 2a, c + a) + (a, 2a, −a)


| {z } | {z }
∈H ∈Kerf

Donc R3 ⊂ H + Ker f . D’autre part H + Ker f ⊂ R3 (car H et Ker f sont deux


sous ev de R3 ). D’où
R3 = H + Ker f
Finalement H et Ker f sont supplimentaire

1
b) Soit (x, y, z) ∈ R3 . En utilisant la décomposition de l’exercice précédent,

(x, y, z) = (0, y − 2x, z + x) + (x, 2x, −x)


| {z } | {z }
∈H ∈Kerf

Alors p(x, y, z) = p(0, y − 2x, z + x) + p(0, y − 2x, z + x) = (0, y − 2x, z + x)



Exercice 2 On note Z[ 2] l’ensemble des réels défini par :
√ √
Z[ 2] = {n + p 2, n, p ∈ Z}

1. • Z[ 2] ⊂ R
√ √
• 1 = 1 + 0 2 ∈ Z[ 2]
√ √ √
• Soient a√1 + b1 2 et a2√ + b2 2 ∈ Z[ 2] √ √
(a1 + b1 √2) − (a2 +√b2 2) =√(a1 − a2 ) + (b1 − b2 ) 2 ∈ Z[ 2]
(a1 + b1 2)(a2 + b2 2) ∈ Z[ 2]

2. On considère l’application √ √
ϕ : Z[ 2]√ → Z[ 2]√
n + p 2 7→ n − p 2
√ √ √
Soient z1 = a1 + b1 2 et z2 = a2 + b2 2 ∈ Z[ 2].

• ϕ(z1 + z2 ) = ϕ(z1 ) + ϕ(z2 )


• ϕ(z1 .z2 ) = ϕ(z1 ).ϕ(z2 )
• ϕ(1) = 1
√ √ √ √ √
• ∀z = a + b 2 ∈ Z[ 2], z = ϕ(a − b 2), (a − b 2 ∈ Z[ 2) ⇒ ϕ est surjective. De
plus ϕ est injective car kerϕ = {0}

PROBÈME. Etude d’affinité vectoriel

1. ∀x ∈ E s’crit de maniére unique : x = y + z, avec y ∈ F et z ∈ G et s est un


endomorphisme de E défini par s(x) = y − z. Donc s est une affinité d’axe F et de
direction G et de rapport −1.

2. Soit α ∈ R\{0, 1} et f un endomorphisme de E tel que f 2 − (α + 1)f + αidE = 0L(E)

a) f ◦ ( f −(α+1)idE ) = ( f −(α+1)idE ) ◦ f = id . Alors f est un isomorphisme er f −1 =


α α E
f −(α+1)idE
α
.

2
b) Soit x ∈ E. On a
1 1
(f − idE )( 1−α (f (x) − αx)) = 1−α
(f 2 (x) − (α + 1)f (x) + αidE (x)) = 0 et
1 1
(f − αidE )( 1−α (x − f (x))) = 1−α
(f (x) − αidE (x) − f 2 (x) + αf (x)) = 0
c) Soit x ∈ E.
1 1
x= (f (x) − αx)) + (x − f (x)) ∈ F + G
1−α 1−α
Alors E ⊂ F + G. D’autre part F et G sont deux sous espace vectoriel de E. Alors
F + G ⊂ E. D’où F + G = E.
De plus, F ∩ G = {0E }. Donc E = F ⊕ G.
d) Soit x ∈ E.
1 1
x= (f (x) − αx)) + (x − f (x))
1
| − α {z } | 1 − α {z }
=x1 ∈F =x2 ∈G

1 1 1
D’autre part f (x1 ) = f ( 1−α (f (x)−αx)) = 1−α (f 2 (x)−αf (x)) = 1−α (f (x)−αx) = x1
et
1 1 1
de même f (x2 ) = f ( 1−α (x − f (x)) = 1−α (f (x) − f 2 (x)) = 1−α (−α(f (x) − x) = αx2 .
Par suite f (x) = f (x1 + x2 ) = f (x1 ) + αf (x2 ). Donc f est une affinité d’axe F et
de direction G et de rapport α.

Application:
Dans ce cas α = 3, alors d’aprs 2, on a

E = Ker (f − idE ) ⊕ Ker (f − 3idE )

et f est affinité d’axe Ker (f − idE ) et de direction Ker (f − 3idE ) et de rapport 3.