Vous êtes sur la page 1sur 2

Différentiel

Un différentiel est un système mécanique qui a pour fonction de distribuer une vitesse de
rotation de façon adaptative aux besoins d'un ensemble mécanique.

Fonctionnement

 Sur ces deux images la motricité provient de la grande flèche rouge


 Sur l'image de gauche, les deux arbres de sortie (à droite et à gauche) tournent à la
même vitesse, l'effort de rotation est donc réparti équitablement.
 Sur l'image de droite, un des arbres est bloqué (croix rouge). Grâce au pignon
intermédiaire situé dans la cage, l'autre arbre continue de tourner, et à une vitesse
supérieure.

Le système fonctionne de manière adaptative : si l' on bloque « légèrement » un des deux


arbres (pincement, frottement…), la vitesse de cet arbre se trouve alors ralentie, la vitesse de
l'autre augmentant d'autant.

Par contre, ce procédé présente le désavantage de transférer le couple, c'est-à-dire l'effort en


rotation, dans le même sens, car dans la plupart des cas d'utilisation, il serait plutôt
souhaitable d'appliquer un couple supérieur sur l'arbre opposant la plus grande résistance.

Sous sa forme la plus fréquente le différentiel est composé d'un pignon conique (solidaire de
l'arbre moteur) entraînant perpendiculairement une couronne dentée conique supportant une
cage de pignons satellites, ceux-ci entraînant deux pignons planétaires solidaires des arbres
entraînés.

Le différentiel mécanique fut inventé en 1827 par le mécanicien français Onésiphore


Pecqueur (1792-1852). Il fut employé dès 1860 sur les premiers véhicules routiers à vapeur.
Cas d'utilisation

Boîte de vitesses de différentiel

Différentiel du Porsche Cayenne

Le cas d'utilisation le plus répandu est l'entraînement d'un véhicule. Dans un virage, la roue
située à l'intérieur (du côté où l'on tourne), ayant une distance plus faible a parcourir, tourne
moins vite que la roue située à l'extérieur. Grâce au différentiel, la motricité est maintenue
tout en autorisant la différence de vitesse entre les roues. Il assure ainsi une meilleure tenue de
route (sans différentiel, un véhicule tend à aller tout droit) et permet de limiter l'usure des
pneumatiques.

Malheureusement, lorsqu'une roue quitte le sol, ou si l'adhérence au sol diminue, il n'y a plus
de motricité (annulation des couples). Pour remédier à cela, certains différentiels peuvent être
bloqués, cette manœuvre est intéressante sur les véhicules tout-terrain. Les différentiels dits
autobloquants automatisent cette opération dès que le glissement relatif des roues motrices est
trop important.

Il a aussi existé des véhicules sans différentiel, choix dicté souvent par économie de poids : la
Lancia Lambda de 1921, la Voisin Laboratoire de 1923, l'Isetta de 1953. Dans ces deux
derniers cas, le problème était résolu par une voie arrière très réduite.

Vous aimerez peut-être aussi