Vous êtes sur la page 1sur 2

INTERROGATION SUR L'ALCOOLISME

1. Le texte commence en faisant un des plusieurs examples de cas 
d'alcoolisme chez les jeunes.
2. Le lundi matin dans la banlieue de Lyon, dans un lycée, l'infirmière 
met un lit à disposition des jeunes pour ce reprendre de la cuite du 
week­end. 
­Beaucoup de fois les professeurs doivent envoyer les èlèves à 
la maison parce que encapables de se tenir droit. 
­La plupart d'eux a 14 ou 15 ans et la cause de cet abus 
d'alcool est le fait qu'ils rentrent déjeuner chez eux et ils 
boivent des quantités astronomiques de bière...
3. Voilà deux des nombreux témoignages sur ce fléau­­­mal de l'humanité.
4. Même si la consommation globale est en baisse, cette ammélioration 
c'est “grace” aux adultes, qui arrêtent de boire, le regad sur l'acool 
des jeunes a changé et ils continuent jours par jours à en consommer 
plus. En effet dans les années 70 seulement 10% des jeunes avaient été 
ivres des 15­18 ans.Aujourd'hui ils représentent 50%!
5. En outre dans nos jours, les adolescents ne boivent plus l'alcool 
comme consommation usuelle, mais comme produit pour passer des moments 
de boneur avec les amis en etant ivres.
6. Mais il y a des moyens pour éviter la cuite du déjeuner, un d'eux a 
été pris en considération par un directeur d'une ècole: tous les jours 
il contôle les élèves après le déjeuner, s'ils sont ivres ils viennent 
renvoyés.
7. Le phénomène de prendre une cuite peut aussi être appelé «BINGE 
DRINKING».
8. Un autre problème est la permission par l'état et par les familles des 
premix, mélanges alcool­soda, qui sont en train d'ammener à l'alcool 
beaucoup plus de jeunes adolescents. Les parents, en effet, ne 
connaissent pas la gravité de ces fêtes entre amis ou on consomme 
alcool.
9. La consommation d'alcool a des conséquences très dangereuses: 
­perte de contrôle immédiate.
­prises de risques sexuels.
­comas éyhyliques.
10. En tout cas on doit rappeler que ces adolescents qui prennent des 
cuites importantes et régulière ne sont pas des alcooliques, et ils 
vont un jour ou l'autre arrêter, parce que leur vie professionnelle ou 
leur vie de parents ne sera plus compatible avec ces alcoolisations 
puissantes. Mais plus tard, quand ils devront faire face à des 
problèmes, leur cerveau sera moins déterminé et ils auront plus de 
risques que les autres, de tomber dans l'alcoolisme.
11. Contrairement aux idées des gens, sont les milieux favorisés les plus 
gros consommateurs d'alcool. Ces adolescents ont les moyens de 
s'acheter des bouteilles, ils ont surtout la possibilité de se servir 
chez eux, en plus, ils sont beaucoup abandonnés à eux­mêmes.
12. Quelques chiffres: 
­Les garçons boivent plus que les filles.
­Á 12 ans, plus de 3 éléves sur 5 déclarent avoir déjà consommé de   
l'alcool.
­12% des garçons, à 19 ans, déclarent boir plus de 90 verres d'alcool 
par mois, soit 3 par jour.
­Un jeune de 17 ans sur 2 dit avoir bu au moins 5 verres d'alcool 
dans une même occasion.
13. Un autre grand problème est l'acool volant: dans 85% des cas 
d'accidents mortels liés à l'alcool,les responsables étaient des 
buveurs occasionnels. Il suffit souvent d'une fête de famille ou entre 
amis. L'alcool est en effet à l'origine de 34% des accidents mortels 
pendant toute l'année, qui touchent les jeunes de 18 à 24 ans. En 
coséquence, est interdit de conduire avec taux d'alcool égal ou 
supérieur à 0.5 grammes par litres de sang.