Vous êtes sur la page 1sur 11
Antiquitésaficaines 129, 1993, p. 151-161 ORIGINE ET DIFFUSION D’UNE FORME PEU COURANTE DE CERAMIQUE AFRICAINE NOUVELLE CONTRIBUTION A LA CONNAISSANCE DU COMMERCE DE BYZACENE AU lll® s. APRES J.-C. por Ricardo GONZALEZ VILLAESCUSA* Résumé Dans cet article ona tent identifier une forme oframiue gui a probablement é4 produte en Byzacéne. Son origin et son aire de distribution permetent de conelure dune structure commerciale hirarch ‘développement économique et social que va connalze cet région a partir du milieu du I sigce pets J.-C, Le contexte matériel ‘qu met en évidence ce systéme commercial est comparable & celui erééen Méditerranée par exportation massive de hulle de Byzactne, dans des contenans fabriqués dans cette région, et avec la dispersion de Ia vasselle de table Connue sous le nom Je sigille afrcaine « C » Resumen En cl presente articulo se identifica una forma cerimica cuya zona de produccin se eneventraprobablemente en la regin de 1a Byzacena. Su origen y dstribocon permiten conjeturar un estructura comercial jerarquizada,refljo de un comercio aFican ligado al ange social y econdmico qua gora esta regicn desde mediados del siglo Id. de C. El contexto material que pone en evidencia este sistema comerciales el mismo que el eriginado por laexportacion masiva, através del Mediterrneo, del aceite de Ja Byzacena en contenedores de eta repin y la dispersion dela vajlla de mesa conocida como sgillata arcana « C», Abstract ‘This essay identifies a ceramic form whose production area is probably sited in the region of Byzacena. Is origin and istibution fetus surmise an hierarchical commercial structure due to an AMfican td, and also fo the social and economic apogee ‘hat tis region had since the midale ofthe third century after Chest. Phe material context thats shown by this commercial system is the same thatthe one originated by the masive exportation through the Mediterranean Sea of Byeacena’s oil im containers fom this region, andthe dispersion of the table service known as African red slip ware = C » Ce travail se propose de présenter une forme peu connue de céramique, qui, jusqu’a présent, n'a pas été Sudiée en dehors de son aire de production. Il s‘agit d’une cruche (cdntaro) & bee pineé bilobé que la pate et les caractétistiques techniques rapprochent des productions de la « vaisselle africaine de cuisine » et dont VPorigine se situerait, d'une fagon générale, dans la province d'Africa Proconsularis, * Dr Fleming, 5.6%, 46920 Mislata (Valencia), Espagne. La traduction de cet atcle en frangais est due A M. Franois Amigues, et la wadction de Abstract & Mlle Cristina Garcia Gomez, 152 R. GONZALEZ VILLAESCUSA Nous avons déja étudié deux exemplaires apparus dans un contexte et avec une datation prévise !, cela nous amena & rassembler une documentation bibliographique sur les pices semblables afin d’obtenir des éléments de comparaison sur leur chronologie, leur origine et leur diffusion. Cette recherche, loin d°étre infructueuse, nous permit de rencontrer quelques exemplaires dans diverses publications spécialisées 2 et une pidce inédite conservée dans les fonds du musée de Jévea (Alicante). La confirmation de leur chronologie ainsi qu’une diffusion restreinte et assez particuligre rendaient ces pices suffisamment intéressantes pour leur consacrer une ‘étude monographique dont on pourrait tirer des conclusions de caractére général sur le commerce africain au IIE s, de notre ére et sur I’expansion de I’aire de distribution de ces produits en Méditerranée occidentale, Les gisements Ibiza (Baléares) ‘Au cours des fouilles de sauvetage effectuées dans le centre-ville actuel d’Ibiza, au n° 3 de l'Avenue Espagne, on a mis au jour un matériel céramique provenant essentiellement du nord de l'Afrique, en méme temps que quelques pices communes de production locale. Cet ensemble était constitué par une accumulation de vaisselle, amphores, lampes et verre mélangés & des ma ‘ouvait en présence d’un dépotoi res organiques, ce qui laisse supposer que l'on se Le matériel céramique d'origine africaine était composé de vaisselle de table (formes Lamboglia 193 et la forme Hayes 200) qui permirent de dater "ensemble du milieu du IIs, ap. 1.C. La Punta de Arenal (Jévea, Alicante) Le gisement connu depuis ts longtemps, fit "objet dune fouille au cours de laquelle on put identifier une officine de traitement du poisson dont les niveaux d'occupation allaient de la fin du I siele av, J.C jusqu’aw IV* sitele ap. J.C. °, Cependant on a pu récemment constaterI'exstence sur le méme site d'une phase tardive ui atteint le VIF sidele ap. 1. De tout l'ensemble du matériel publié nous avons pensé qu'il serait intéressant en vue de Igtude qui nous occupe de prendre en considération un groupe intégré & un niveau d'occupation daté,& premiére vue par les auteurs, du milieu du IF sigcle ap. J.C. ; parmi la céramique culinare aficaine de ce groupe on peut retenir quelques formes Hayes 45 et 50 en sigillée afticaine « C », et les formes Hayes 23 B, 196, 197; on pourrait joindre & ce matériel les n™ 3 et 4 que nous présentons dans cete étude et une forme Osti I fig. 273 = Hayes " Lrétude que nous présentons est le développement de celle des pidces provenant du dépotir de Avenue d"Espagne, 1° 3, GonzAvez ViLtaEscusa (R.), El veriedero de la Avda, de Espafa, 3 y el siglo Il d. de C. en Ebusus, Trabajos del Museo Arquelégico de Ibiza, 1° 22, Tiza, 1990, 2 VAN DER WeRFF (.H.), Usita, Vondstenmateriaal uit een anticke nederztting in Midden Tunesi®(Usita, matériel de foulles d'une cité antique en Tunisie centrale), Ly Ml, Utrecht, 1982, p.397 > MarTiN (G.), SeRRES (M" D.), La factoria pesquera de Punta de Arenal y otros restos romanos de Javea (Alicante). Trabajos Varios del SLLP. 38, Valencia, 1970; BOLUFER 1 MARQUES (J), Cerimigues fines tadanes de la Punta de I'Arcnal abiga, 1.4, 1988, pp. 40-53, ORIGINE ET DIFFUSION D'UNE FORME PEL COURANTE DE CERAMIQUE AFRICAINE 153 Fic. 1, — Carte dela Méditerranée occidentale ; localisation des divers gisements od ont été touvés des fragments identifables de la forme Unita, fig. 48, . 1. Usit, 2. - Oste,3.~ Ebvrvs, 4, - aves, 193 que nous avons eu T'occasion de reconnaitre lorsque nous avons revu de plus prés quelques une des pidces non publiées provenant de ce gisement 4 tude et parallétes ‘Nous nous trouvons en présence d'un petit ensemble de matériaux trés homogénes, mais parmi lesquels nous pouvons distinguer deux groupes & partir de leurs caractéristiques morphologiques et celles de leurs pies. Dune part nous pouvons regrouper les n® 1, 2 et 4 dont la pate est d'un ton rougeatre et posséde une patine ccendrée, et d'autre part isoler le n® 3 dont la pate est de couleur ocre jauntre ou eréme et qui ne présente pas de patine cendrée. Si nous prenons en compte ces deux groupes en considérant maintenant leurs caractéristiques ‘morphologiques, nous trouvons 1a méme dichotomie : d'un cOté les formes 1, 2 et 4 sont plus robustes et présentent un col plus cylindrique ; par contre, le n° 3 posséde un col avec des lignes plus convergentes et avec des arétes interes beaucoup plus marquées que les premiers exemplaies, * Nous tenons i remercier J. Bolufer de nous avoir indigué existence de quelques exemplaressemblables aux nétes sur le site de la Punta de Arenal: ces pies sont actuellement deposées au Musée Archéologiqe et Exhnographigue J. Soler Blasco de Jivea ; nos remerciements es plus sinebres vont également J, Casabé ct Antoni Espinos, responeables du musée, pour nous avoir faite Facets & ce matériel