Vous êtes sur la page 1sur 70

ONT L’HONNEUR DE VOUS EXPOSER

Monsieur Julien COUPAT et Madame Yildune LEVY sont mis en examen dans le cadre d’une
instruction diligentée par Monsieur Thierry FRAGNOLI, Monsieur Yves JANNIER et Monsieur
Edmond BRUNAUD,  Juges d’Instruction près le Tribunal de Grande Instance de PARIS (N° de
Parquet : 0810739023 et N°Instruction : 17/08).

Il leur est notamment reproché des faits de dégradations de la ligne à grande vitesse Paris –
Strasbourg, la nuit du 7 au 8 novembre 2008 à DHUISY, par la pose, sur les caténaires, d’un
crochet usiné en fer à béton, lequel accroché par le pantographe de la motrice du premier train
ouvreur a dégradé et détérioré l’alimentation de la ligne, interrompant temporairement le trafic
ferroviaire.

Ces faits ont été qualifiés juridiquement de destructions, dégradations de biens en réunion en
relation avec une entreprise terroriste.

Dans le cadre de leur enquête préliminaire ouverte pour association de malfaiteurs en vue de la
préparation d’un acte de terrorisme, le 16 avril 2008 1, les services enquêteurs de la Sous-direction
Anti-terroriste (ci-après SDAT) assistés de la Direction centrale du renseignement intérieur (ci-
après DCRI) ont réalisé des surveillances physiques de Monsieur Julien COUPAT et de Madame
Yildune LEVY.

Par procès-verbal en date du 8 novembre 2008 coté D104 dans la procédure d’instruction,
Monsieur MANCHERON, Lieutenant de police au sein de la SDAT et rédacteur dudit procès-
verbal relatait une surveillance qui serait intervenue dans la nuit du 7 au 8 novembre 2008.

                                                                                                                     
1
 Il est important de préciser qu’avant les faits survenus à DHUISY dans la nuit du 7 au 8 novembre 2008, Monsieur
Julien COUPAT et Madame Yildune LEVY faisaient l’objet d’une enquête préliminaire ouverte, pour association de
malfaiteurs en vue de la préparation d’un acte de terrorisme, le 16 avril 2008.
Le 10 novembre 2008, Monsieur le Procureur de la République de PARIS requérait la poursuite de l’enquête en
flagrance des chefs de destructions, dégradations graves de bien d’utilité publique, commises en réunion et en
relation avec une entreprise terroriste, à la suite des faits commis à DHUISY.
L’instruction diligentée par Monsieur Thierry FRAGNOLI a été ouverte le 15 novembre 2008.
Le même jour, Monsieur Julien COUPAT et Madame Yildune LEVY étaient mis en examen des chefs de :

Page 2 sur 71
 
Ce procès-verbal apparaissant comme l’unique élément à charge retenu par les Juges d’Instruction
à l’encontre de Monsieur Julien COUPAT et de Madame Yildune LEVY pour déterminer
l’existence d’indices graves et concordants de leur participation aux faits susvisés.

Cet élément ayant en outre motivé leur placement en détention provisoire dans le cadre de cette
instruction.

Dans le cadre de ce procès-verbal, les services enquêteurs indiquaient ainsi avoir suivi le véhicule
de marque MERCEDES immatriculé 277 AEX 76 conduit par Monsieur Julien COUPAT et à
bord duquel se trouvait également Madame Yildune LEVY à compter de 11h10 le 7 novembre
2008.

Au cours de cette surveillance, les officiers de police judiciaire notaient que Monsieur Julien
COUPAT et Madame Yildune LEVY s’arrêtaient à 21h50 sur la RN3 à TRILPORT, pénétrant
dans le restaurant « BELLA VITA » pour s’y attabler.

C’est après avoir quitté ce restaurant vers 22h35, qu’ils auraient jeté dans une poubelle à
proximité divers objets se trouvant dans le véhicule, et notamment des documents d’information
de la SNCF comportant les horaires des TGV ainsi qu’un emballage de lampe frontale.

De 23 heures à 23h10, les officiers de police judiciaire constataient que le véhicule était stationné
à TRILPORT jusqu’à 23h40, de la buée étant visible de l’extérieur, puis affirmaient qu’à 3h50 le
véhicule démarrait reprenant sa route.

Selon les officiers de police judiciaire, le véhicule se trouvait ensuite stationné à 4h05 jusqu’à
4h20, sur la rampe d’accès de la SNCF où le train ouvreur accrochait des pantographes
consécutivement à la pose d’un crochet sur les caténaires.

A 4h45, il était noté que le véhicule reprenait la route en direction de PARIS, faisait un arrêt de
quelques minutes au pied du pont de la Marne sur la commune de TRILPORT avant de regagner
la région parisienne.

Ce procès-verbal est l’unique élément permettant d’établir que Monsieur Julien COUPAT et
Madame Yildune LEVY se trouvaient sur les lieux des faits.

Aucune autre pièce du dossier ne vient le corroborer.

Pis, seul un policier, Monsieur Bruno MANCHERON a dressé un procès-verbal de cette


surveillance alors que l’Instruction a révélé que les officiers de police judiciaire présents étaient
plus d’une vingtaine (14 de la SDAT et 6 de la DCRI).

Monsieur Julien COUPAT et Madame Yildune LEVY ont pour leur part toujours contesté avec
vigueur avoir participé à ces faits et avoir, ne serait-ce qu’avoir été présents en ces lieux.

Les Conseils des mis en examen avaient relevé l’existence d’incohérences et d’invraisemblances
au sein de ce procès-verbal, qu’ils ne manquaient bien évidemment pas d’indiquer au Magistrat
Instructeur au moyen de notes et de demandes d’actes.

Page 3 sur 71
 
Le 2 novembre 2009, la Défense adressait une note afin d’attirer son attention sur les
incohérences et invraisemblances résultant de l’enquête diligentée par la Sous-Direction Anti-
Terroriste de la Direction centrale de la Police Judiciaire.

Elle avait relevé que les indications fournies et constatations des services enquêteurs mentionnées
au procès-verbal D104 étaient :

- contredites par d’autres pièces de procédure ;;


- incompatibles avec la topographie du lieu des faits et les indices et traces recueillis sur les
lieux ;;
- temporellement invraisemblables.

Le 5 novembre 2009, le Magistrat instructeur adressait un soit transmis aux services de police afin
que des vérifications soient effectuées et des précisions soient apportées quant aux opérations de
surveillance mentionnées au procès-verbal coté D104.

Le 22 février 2010, les Conseils des mis en examen adressaient au Magistrat Instructeur des
demandes d’actes afin que des réponses puissent être apportées à ces questions.

Ils sollicitaient notamment qu’une reconstitution soit organisée et que les intervenants sur les
lieux des faits dans la nuit du 7 au 8 novembre 2008 (officiers de la SDAT, gendarmes et agents
de la SNCF) soient entendus.

Les pièces d’exécution du soit-transmis en date du 5 novembre 2009, pour certaines datées du
mois de mars 2010, n’étaient malheureusement retournées au Cabinet du Juge d’Instruction qu’à
l’issue d’un délai de deux mois, soit le 28 mai 2010 pour être cotées au dossier courant juin 2010.

Les nouvelles pièces d’exécution, qui devaient « préciser » certains points incohérents de
l’enquête de police, n’ont ajouté que de nouvelles invraisemblances et démontré
l’absence d’authenticité du procès-verbal de surveillance coté D104.

Le 1er septembre 2010, plusieurs demandes d’actes étaient de nouveau adressées au Magistrat
Instructeur par les Conseils des mis en examen.

Ils insistaient alors au regard de ces nouvelles pièces cotées au dossier, sur la nécessité de réaliser
la reconstitution à laquelle le Juge d’Instruction ne s’était pas opposé.

Le 13 janvier 2011, un transport était organisé, sur le site de DHUISY en présence des Magistrats
Instructeurs, du Ministère Public, de Monsieur Julien COUPAT et de Madame Yildune LEVY,
de leurs Conseils et des Avocats des parties civiles.

Elle faisait suite à une précédente reconstitution effectuée le 4 janvier 2011 par le Magistrat
Instructeur et les services de la SDAT hors la présence de la Défense.

En effet, le Magistrat Instructeur avait jugé utile de ne pas inviter la Défense à participer à cette
« répétition » en dépit de sa volonté manifestée à plusieurs reprises d’interroger les officiers de la
SDAT.

Page 4 sur 71
 
La mise en situation intervenue le 13 janvier 2011 était une manière détournée pour le Magistrat
Instructeur de donner satisfaction à la Défense tout en éludant les questions essentielles que cette
dernière avait posée.

Malgré le peu de vérifications opérées par le Magistrat Instructeur, ce nouvel acte n’a fait
qu’entériner les doutes qu’avait la Défense sur l’authenticité du procès-verbal D104.

En conséquence, Monsieur Julien COUPAT et Madame Yildune LEVY entendent


déposer plainte contre X pour des faits de faux et usage de faux en écriture publique.

Page 5 sur 71
 
SOMMAIRE

DISCUSSION

I/ La recevabilité de la plainte

A/La saisine directe du Juge d’Instruction (article 85 du Code de procédure pénale)

B/Les conditions posées par l’article 2 du Code de procédure pénale

C/ L’inopposabilité de l’article 6-1 du Code de procédure pénale

II/ Le bien-fondé de la plainte

A/ L’infraction de faux en écriture publique

1/ Le support probatoire de l’infraction


2/ L’existence d’une falsification

a/La matérialité
En droit
En fait
b/ Le caractère préjudiciel de la falsification
c/Le caractère intentionnel de la falsification

B/L’infraction d’usage de faux en écriture publique

1/La condition préalable : l’existence d’un faux en écriture publique


2/L’acte d’usage de faux en écriture publique
3/L’élément intentionnel de l’usage de faux en écriture publique.

Page 6 sur 71
 
DISCUSSION

I/ La recevabilité de la plainte

La présente plainte concerne des faits criminels ce qui autorise par conséquent Monsieur Julien
COUPAT et Madame Yildune LEVY à saisir directement la Juridiction d’Instruction de leur
plainte (A).

Les conditions posées par l’article 2 du Code de procédure pénale sont remplies (B).

Enfin, l’article 6-1 du même Code n’est pas opposable au dépôt de la présente plainte (C).

A/La saisine directe de la Juridiction d’Instruction (article 85 du Code de procédure


pénale)

L’article 85 du Code de procédure pénale dispose que :

« Toute personne qui se prétend lésée par un crime ou un délit peut en portant plainte se
constituer partie civile devant le pôle de l'instruction compétent en application des
dispositions des articles 52, 52-1 et 706-42.

Toutefois, la plainte avec constitution de partie civile n'est recevable qu'à condition que la personne justifie soit que
le procureur de la République lui a fait connaître, à la suite d'une plainte déposée devant lui ou un service de police
judiciaire, qu'il n'engagera pas lui-même des poursuites, soit qu'un délai de trois mois s'est écoulé depuis qu'elle a
déposé plainte devant ce magistrat, contre récépissé ou par lettre recommandée avec demande d'avis de réception, ou
depuis qu'elle a adressé, selon les mêmes modalités, copie à ce magistrat de sa plainte déposée devant un service de
police judiciaire. Cette condition de recevabilité n'est pas requise s'il s'agit d'un crime ou s'il
s'agit d'un délit prévu par la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse ou par les articles L. 86, L. 87, L.
91 à L. 100, L. 102 à L. 104, L. 106 à L. 108 et L. 113 du code électoral. La prescription de l'action
publique est suspendue, au profit de la victime, du dépôt de la plainte jusqu'à la réponse du procureur de la
République ou, au plus tard, une fois écoulé le délai de trois mois. »

Il résulte de cet article que toute personne qui se prétend lésée par un crime peut directement
saisir le Pôle de l’instruction de sa plainte.

En l’espèce, Monsieur Julien COUPAT et Madame Yildune LEVY déposent plainte pour des
faits de faux et usage de faux en écriture publique prévus et réprimés par les articles 441-1 et
suivants du Code pénal.

Ces infractions revêtent la qualification de crime, ce qui a notamment confirmé par un arrêt de la
Cour de cassation en date du 28 octobre 2003 (Crim, 28 octobre 2003- Pourvoi n° 02-87.628) aux
termes duquel il apparaît qu’un policier qui altère la vérité d’un procès-verbal commet le crime de
faux en écriture publique. Selon la jurisprudence et la doctrine, les écritures publiques sont des
écrits rédigés par un représentant quelconque de l’autorité publique agissant en vertu des
fonctions dont il est légalement investi.

Dès lors, un procès-verbal apparaît comme une écriture publique et peut, en cas de faux en son
sein et d’intention frauduleuse de la part de son auteur, entraîner l’application de l’article 441-4 du

Page 7 sur 71
 
Code pénal (Cass. Crim., 23 sept. 1880, Cass. Crim., 31 mars 1949, Cass. Crim., 23 septembre
1842).

La Juridiction d’Instruction de Céans est compétente pour instruire la présente plainte puisque le
procès-verbal D104 a été rédigé par le Lieutenant MANCHERON, Lieutenant de Police en
fonction à la SDAT, en résidence à LEVALLOIS-PERRET (92300) et ce, conformément à
l’article 52 du Code de procédure pénale.

La présente plainte est en conséquence parfaitement recevable sur le fondement de


l’article 85 du Code de procédure pénale.

B/Les conditions posées par l’article 2 du Code de procédure pénale

Il résulte de l’article 2 du code de procédure pénale que :

« L'action civile en réparation du dommage causé par un crime, un délit ou une contravention appartient à tous
ceux qui ont personnellement souffert du dommage directement causé par l'infraction .

La renonciation à l'action civile ne peut arrêter ni suspendre l'exercice de l'action publique, sous réserve des cas visés
à l'alinéa 3 de l'article 6. »

Il découle de cet article que l’action civile en matière pénale n’est recevable que si celui qui
l’intente a effectivement subi un préjudice du fait de l’infraction et si ce préjudice est actuel,
personnel et direct.

Il résulte de la jurisprudence constante de la Cour de cassation que devant les juridictions


d’instruction, le demandeur n’a pas à prouver l’existence d’un préjudice puisque « pour qu’une
constitution de partie civile soit recevable devant la juridiction d’instruction, il suffit que les circonstances sur
lesquelles elle s’appuie permettent au juge d’admettre comme possible l’existence d’un préjudice allégué et la relation
directe de celui-ci avec une infraction pénale » (Crim, 6 octobre 1984, BC n0 256 ;; Crim 2 avril 2003 BC
n°83).

Concernant plus particulièrement l’infraction de faux en écriture publique, la Cour de Cassation a


estimé que la falsification d’un document porte nécessairement atteinte à la foi publique ce qui
établit automatiquement l’existence d’un préjudice éventuel que le juge n’a pas à constater (Cass
Crim 24 mai 2000 n° pourvoi 99-81.706).

En tout état de cause, le préjudice subi par Monsieur Julien COUPAT et Madame Yildune LEVY
est démontré puisque le faux allégué réside en une pièce de procédure, unique élément à charge
ayant justifié leur mise en examen pour les faits de dégradations commis à DHUISY dans la nuit
du 7 au 8 novembre 2008.

Aussi, il est évident que l’usage qui en a été fait, le versement en pièce de procédure, leur a causé
un préjudice certain, direct et personnel.

Ladite plainte ne pourra qu’être déclarée recevable sur le fondement de l’article 2 du


Code de procédure pénale.

Page 8 sur 71
 
C/ L’inopposabilité de l’article 6-1 du Code de procédure pénale

L’article 6-1 du Code de procédure pénale dispose que :

« Lorsqu'un crime ou un délit prétendument commis à l'occasion d'une poursuite judiciaire impliquerait la
violation d'une disposition de procédure pénale, l'action publique ne peut être exercée que si le caractère illégal de la
poursuite ou de l'acte accompli à cette occasion a été constaté par une décision devenue définitive de la juridiction
répressive saisie. Le délai de prescription de l'action publique court à compter de cette décision ».

Ce texte crée une exception préjudicielle à la mise en mouvement de l’action publique jusqu’à la
constatation de l’irrégularité de « l’acte incriminé ».

Cependant cette exception n’est pas opposable à la poursuite de tout crime ou délit
prétendument commis à l’occasion d’une procédure judiciaire.

Il faut que l’infraction dénoncée implique une violation d’une disposition de procédure pénale et
que cette irrégularité ait été constatée définitivement pour permettre le déclenchement de l’action
publique, ce qui signifie que cette irrégularité doit constituer l’élément matériel de l’infraction.

Tel ne sera pas le cas, lorsque l’infraction dénoncée, commise à l’occasion d’une
procédure, pourra être constituée en elle-même, sans qu’il soit nécessaire de constater
une irrégularité de procédure.

Ainsi, l’article 6-1 du Code de procédure pénale ne doit pas recevoir application lorsque la
plainte vise des faits qui ne constituent pas en eux-mêmes une irrégularité de procédure.

En ce qui concerne plus particulièrement l’infraction de faux et d’usage de faux en écriture


publique, la Chambre criminelle a considéré par décision en date du 1er février 1988 (Crim 1er fev
1988, n°87-81.860 non publiée), que :

« les faits dénoncés dans la plainte et qualifiés de faux en écritures publiques n’impliquant pas par eux-mêmes la
violation d’une disposition de procédure pénale, l’arrêt attaqué à méconnu le sens et la portée des textes susvisés »

Dans cette espèce, le demandeur au pourvoi avait porté plainte contre deux officiers de police
judiciaire pour faux en écriture publique et la chambre d’accusation avait considéré que, dès lors
que la demande en nullité des actes litigieux avait été définitivement rejetée, l’action publique ne
pouvait pas s’exercer, en vertu de l’article 685 alinéa 5 du Code de procédure pénale devenu
article 6-1 du Code de procédure pénale.

Selon l’arrêt de la Chambre d’accusation, il était reproché aux deux officiers de police judiciaire
agissant sur commission rogatoire, d’avoir faussement rendu compte du déroulement des
opérations de perquisition.

La Chambre criminelle a censuré cet arrêt en considérant que le faux, susceptible d’avoir
été commis dans de telles circonstances, n’impliquait pas la violation d’une règle de
procédure pénale et que par conséquent, il n’y avait pas lieu de mettre en œuvre
l’exception préjudicielle de l’action publique.

Page 9 sur 71
 
Par arrêt en date du 16 octobre 2001, la Chambre criminelle a approuvé un arrêt de la chambre
d’accusation de Grenoble qui a considéré que « le fait d’avoir commis un faux n’est pas un manquement à
la procédure pénale, mais une infraction pénale » et qu’ainsi « l’article 6-1 ne peut recevoir application en l’espèce
puisqu’il y a suspicion non d’une violation d’une règle de procédure pénale mais de commission d’une infraction ».

En l’espèce, le plaignant dénonçait sous la qualification de faux, le procès-verbal de gendarmerie


relatant les circonstances de son interpellation, en soutenant que cette relation était
volontairement inexacte.

La Chambre criminelle a considéré que la poursuite du faux ainsi dénoncé n’était pas
subordonnée à la constatation de la violation d’une disposition de procédure pénale.

Dans une décision en date du 6 janvier 2009 (N° 08-81.464), la Cour de cassation a confirmé
cette position en ces termes :

« Ne justifie pas sa décision au regard de ce texte, l’arrêt qui déclara qu’il n’y a pas lieu à informer des chefs de
faux en écriture publique, destruction ou soustraction de preuve alors que les faits dénoncés, consistant en la
substitution et la destruction d’objets qui avaient été régulièrement saisis et placés sous scellés, n’implique pas la
violation d’une règle de procédure pénale ».

La présente plainte est portée par devant la Juridiction d’Instruction, alors qu’une instruction est
actuellement diligentée par Monsieur le Juge Thierry FRAGNOLI, Monsieur Yves JANNIER et
Monsieur Edmond BRUNAUD.

L’infraction alléguée est celle de faux et usage de faux en écritures publiques.

Le support de ce faux est un procès-verbal de surveillance dressé par des officiers de la SDAT
(D104).

L’article 6-1 du Code de procédure pénale ne saurait recevoir application en l’espèce puisque ce
faux et l’usage qui en est fait n’est pas constitutif d’une violation d’une règle de procédure pénale.

Ce procès-verbal n’a aucune incidence sur la preuve de l’accomplissement de telle ou telle


obligation procédurale.

En conséquence, l’exception préjudicielle à la mise en mouvement de l’action publique


ne saurait être opposée aux plaignants.

Par ailleurs, les plaignants répondent aux obligations d'élection de domicile prévues par
l'article 89 du Code de procédure pénale (Pièce n°2).

La présente plainte avec constitution de partie civile est donc recevable au sens des
articles 11 et suivants, 85 et suivants du Code de procédure pénale.

Page 10 sur 71
 
II/ Le bien-fondé de la plainte

A/ L’infraction de faux en écriture publique (article 444-1 du Code pénal)

Le faux est défini à l’article 444-1 du Code pénal qui dispose que :

« Constitue un faux toute altération frauduleuse de la vérité de nature à causer un préjudice et accomplie par
quelque moyen que ce soit, dans un écrit ou tout support d’expression de la pensée qui a pour objet ou qui peut
avoir pour effet d’établir la preuve d’un droit ou d’un fait ayant des conséquences juridiques »

L’article 441-4 Code pénal prévoit dans son alinéa 1er que l’infraction de faux en écriture publique
est puni de 10 ans d’emprisonnement (150000 € d’amende), dans son alinéa 2 que l’usage de faux
en écriture publique est puni des mêmes peines et dans son 3e alinéa que les peines sont aggravées
(15 ans de réclusion criminelle et 225000 € d’amende) lorsque les faits sont commis par des
personnes dépositaires de l’autorité publique.

Sera donc constitutif d’un faux en écriture publique l’altération frauduleuse préjudiciable d’une
écriture publique qui a pour objet ou qui peut avoir pour effet d’établir la preuve d’un droit ou
d’un fait ayant des conséquences juridiques.

1/ Le support probatoire de l’infraction

La jurisprudence reconnaît qu’un procès-verbal constitue une écriture judiciaire, et donc une
écriture publique.

Dans un arrêt du 28 octobre 2003 (n°02-87628), la Chambre criminelle a ainsi jugé que
l’altération frauduleuse de la vérité affectant la substance d’un procès-verbal dressé par un
commissaire de police, fonctionnaire public, dans l’exercice de ses fonctions revêt la qualification
criminelle de faux, alors même qu’un tel procès-verbal ne vaudrait qu’à titre de simple
renseignement.

Ainsi, à la lecture de cet arrêt qui casse un arrêt de la Chambre d’Instruction ayant confirmé une
ordonnance de non-lieu par laquelle le juge avait refusé d’instruire au regard de l’objet limité du
procès-verbal en cause, il apparaît que tout procès-verbal, quelque soit son objet ou ses effets, dès
lors qu’il a été dressé par un fonctionnaire de police dans l’exercice de ses mission, est de nature à
constituer le support probatoire de l’infraction.

En toute hypothèse, il apparaît comme certain, au regard de notre espèce, que l’élément matériel
relatif au support de la falsification ne pose pas de difficulté :

ƒ d’une part il s’agit d’un procès-verbal dressé par des policiers dans l’exercice de leur
mission,
ƒ d’autre part il s’agit d’un procès-verbal qui peut évidemment avoir « pour effet d’établir la
preuve d’un droit ou d’un fait ayant des conséquences juridiques ».

Page 11 sur 71
 
Ce procès-verbal D104 est un élément de preuve censé démontrer la présence de Monsieur Julien
au COUPAT et de Madame Yildune LEVY sur le lieu des faits commis à DHUISY dans la nuit
du novembre.

Ce document est l’unique preuve selon laquelle les plaignants auraient été présents sur les lieux.

A ce titre, on rappellera qu’aucune photographie n’a été prise par les services de police et aucun
autre élément de preuve subjectif (témoignage, aveu..) ou objectif (traces ADN, bornage
téléphonique…) n’atteste de leur présence sur ces lieux

En conséquence, le procès-verbal D104 constitue bien le support probatoire de


l’infraction de faux.

2/ L’existence d’une falsification

¾ a/La matérialité

En droit

Le faux intellectuel est un « défaut de véridicité » touchant à l’information contenue dans le


support probatoire. Il est tout autant poursuivi que le faux matériel, seulement sa démonstration
découlera de sa confrontation avec des éléments qui lui sont extérieurs.

Il résulte de la jurisprudence de la Cour de cassation que l’altération de la vérité peut se réaliser


par la déclaration ou la constatation de faits faux, c’est à dire par commission, mais aussi par
omission de faits exacts (Crim 25 janvier 1982 bull crim n°29).

Le mensonge caractéristique du faux intellectuel est le plus souvent réalisé par affirmation comme
vrais de faits faux. Peu importe alors qu’il s’agisse de travestir ou de modifier des faits réels ou
d’affirmer des faits imaginaires, le mensonge étant pareillement caractérisé.

Par un arrêt du 14 mai 1990 (n°89-84807), la Chambre criminelle a retenu au titre de la


falsification des « mentions inexactes » relatives à des opérations portées sur des écritures
comptables.

Dans un arrêt en date du 6 avril 1933 (BC n°75), la Chambre Criminelle de la Cour de cassation a
reconnu que les fausses déclarations peuvent consister en la mention de la présence d’une
personne en réalité absente ou en la présence d’une personne différente de celle qui est
effectivement présente au moment de l’acte.

Ainsi, mensonges, omissions, travestissements de la réalité ou inexactitudes peuvent recouvrir la


qualification de la falsification.

Page 12 sur 71
 
Toutefois, la jurisprudence impose une double exigence à l’établissement de la falsification :

- D’une part la falsification doit porter sur des éléments considérés comme des faits, « c'est-
à-dire des événements dont l’existence est présentée comme certaine et ne fait pas de doute ».

- Il faut d’autre part que le mensonge porte sur des faits substantiels, c'est-à-dire qui sont
l’objet même de l’acte falsifié.

En fait : Il convient de démontrer en l’espèce la matérialité de la falsification, soit les


éléments permettant d’établir que le procès-verbal D104 constitue une falsification.

PLAN
I/ La contradiction manifeste entre le procès-verbal de surveillance coté
D104 et l’analyse du trafic téléphonique couvrant le lieu des dégradations

¾ L’impossible présence des fonctionnaires de police à DHUISY à 5h23 et


à TRILPORT à 5h30

¾ L’impossible présence des fonctionnaires de police en deux endroits et au


même moment, soit à DHUISY et à TRILPORT à 5h50

II/ Le positionnement du véhicule Mercedes entre 4h et 4h20 au regard


du procès-verbal D104 et des autres pièces du dossier

III/ L’invraisemblable positionnement du véhicule 1 du dispositif de


surveillance entre 4h et 4h20 (D1625) au regard du procès-verbal D104

¾ L’improbable position du véhicule 1 des effectifs de police au regard des


constatations du fonctionnaire ayant opéré l’approche piétonne

¾ L’improbable position du véhicule 1 au regard du procès-verbal du


Lieutenant-colonel GOSSET (D626)

¾ L’improbable position du véhicule 1 des effectifs de police au regard de


la position des autres effectifs de police entre 4h et 4h20

IV/ L’absence dans le procès-verbal D104 d’indication relative aux


opérations de surveillance entre 4h20 et 5 heures
 
V/L’improbable cheminement des forces de police dans le cadre de leurs
recherches d’indices aux abords et sur la voie SNCF à compter de 5
heures décrit dans le procès-verbal D104

VI/ L’improbable arrêt au pied du pont de la Marne à 4h45

VII/ La possibilité évoquée de la présence d’une balise GPS placée sous


le véhicule MERCEDES de Monsieur Julien COUPAT démontrant la
falsification du procès-verbal D104

Page 13 sur 71
 
I/ La contradiction manifeste entre le procès-verbal de surveillance coté D104 et l’analyse
du trafic téléphonique couvrant le lieu des dégradations

Selon le procès-verbal D104, les services de la SDAT, après avoir constaté le départ du véhicule
de Monsieur Julien COUPAT à 4h20, se seraient positionnés à « l’endroit exact » (sic) où le véhicule
aurait été observé à l’arrêt, afin de procéder à un encerclement piéton des abords immédiats des
lieux.

A 5 heures, ils auraient procédé à une « minutieuse recherche aux abords immédiat de la voie ferrée et du
pont de chemin de fer » (sic) (D104/6).

A 5h10, ils auraient constaté, au passage d’un train à grande vitesse « à l’aplomb exact du pont de
chemin de fer », « une gerbe d’étincelles accompagnée d’un grand bruit sec ». (D104/6)

Ils auraient alors immédiatement rendu compte à leur hiérarchie des faits observés : « Faisons
immédiatement aviser l’État-major de la Direction centrale de la Police Judiciaire » (D104/6)

A 5h30, ils seraient arrivés à TRILPORT pour se positionner à proximité de la poubelle publique
sise à l’angle de la rue du Général de Gaulle, poubelle dans laquelle Julien COUPAT avait été
aperçu déposant des objets :

« A CINQ HEURES TRENTE minutes entrons dans le village LE TRILPORT » et nous


positionnons à proximité de la poubelle publique sise à l’angle de cette rue du Général de Gaulle, poubelle dans
laquelle Julien COUPAT a été vu déposant des objets. » . (D104/6)

A 5h50, ils auraient quitté TRILPORT et les effectifs en charge de la filature de Julien COUPAT
auraient eu pour instruction de regagner leur service.

« Dès lors, donnons pour instruction aux effectifs ayant poursuivi la surveillance du véhicule de Julien
COUPAT de mettre fin à celle-ci et de regagner le service. Ils nous indiquent que le véhicule vient de quitter la
RN3 et qu’il s’engage sur le boulevard périphérique intérieur. Il est CINQ HEURES CINQUANTE
minutes. » (D104/7)

A 5h55, la fiche des scellés correspondant aux objets qui auraient été recueillis dans la poubelle à
TRILPORT étaient constituée.

« Dont procès-verbal que nous signons ainsi que les fiches des scellés ainsi constitués à CINQ HEURES
CINQUANTE-CINQ minutes » (D104/7)

Ces affirmations sont en totale contradiction avec les pièces transmises par les officiers
de la SDAT, le Capitaine LAMBERT et le Lieutenant MANCHERON dans le cadre de
l’exécution du soit-transmis du Magistrat Instructeur en date du 5 novembre 2009.

Page 14 sur 71
 
En effet, pour tenter de démontrer l’authenticité du procès-verbal D104 et donc justifier
l’existence de leurs démarches, fouilles et vérifications sur la commune de DHUISY, à l’endroit
exact où le véhicule de Monsieur Julien COUPAT aurait été observé (intersection RD23 et LGV)
dont ils font état dans ce procès-verbal, les officiers de la SDAT et le Lieutenant MANCHERON
ont transmis des tableaux retranscrivant l’ensemble des appels téléphoniques passés à DHUISY
entre 5 heures 10 et 6 heures.

« Visons et annexons au présent procès-verbal un schéma retraçant chronologiquement la chaine de


transmission de l’information à compter de l’heure de constatation des dégradations soit 05h10 et jusqu’à 06h00.
Précisons que sur instruction du magistrat instructeur, seuls apparaissent dans ce trafic les numéros d’appel
intéressant nos investigations, soit celui du chef de groupe opérationnel et celui de son chef de service, les autres
numéros constitués des numéros personnels et professionnels de fonctionnaires de police des deux directions présents
sur place ainsi que de tiers étant « biffés » pour des raisons de confidentialité et de sécurité » (D1626/9)

L’analyse de ces tableaux démontre que les services de la SDAT ne pouvaient être aux
endroits et heures indiqués dans le cadre du procès-verbal D104.

Ils ne pouvaient être : - à DHUISY à 5h25 et à TRILPORT à 5h30 ;;


- à DHUISY et à TRILPORT à 5h50.

Page 15 sur 71
 
¾ L’impossible présence des fonctionnaires de police à DHUISY à 5h25 et à
TRILPORT à 5h30

Le tableau du trafic téléphonique fait apparaître deux conversations intervenues le 8/11/08 à


5h23.49 d’une durée de 1 minute et onze secondes et une seconde, à 5h25 d’une durée de 34
secondes depuis le téléphone cellulaire numéro 06.67.83.20.73 attribué au Ministère de l’Intérieur
(D1626/10).

(D1626/10)

Page 16 sur 71
 
(D1626/11)

Selon le Lieutenant MANCHERON, la conversation de 5h23.49 correspondrait au compte-rendu


dressé par la SDAT au commissaire divisionnaire de police Fabrice GARDON (D1626/2).

La cellule activée lors de cet appel est celle de « DHUISY-COULOMBS EN VALOIS ».

En outre, le tableau met en relief les communications téléphoniques des services de la


SDAT avec des correspondants dont les numéros sont « biffés » pour des « raisons de
confidentialité et de sécurité » alors qu’ils se trouvaient à DHUISY, au moins jusqu’à 6
heures 00.40 (dernière trace d’appels émis ou reçus par la SDAT sur la tranche horaire exploitée,
soit de 5h10 à 6h).

Page 17 sur 71
 
(D1626/11)

(D1626/12)

En conséquence, ces éléments attestent de la présence des services de la SDAT sur les
lieux des dégradations à DHUISY jusqu’à 6 heures.

Or, le Capitaine LAMBERT a reconnu à plusieurs reprises que la distance séparant le site de la
SNCF à DHUISY de la Commune de TRILPORT est de 27km et qu’il est impossible de la
parcourir en moins de 25 minutes (D1623/14).

Lors du transport effectué le 14 janvier 2011, les Juges d’Instruction ont relevé que pour
parcourir cette distance 32 minutes sans que la signalisation ne soit respectée, étaient
nécessaires.

Il est donc inconcevable que les effectifs de la SDAT aient parcouru la distance
DHUISY- TRILPORT en 5 minutes, en quittant DHUISY à 5h25 et en arrivant à
TRILPORT à 5h30, sauf à admettre qu’ils auraient parcouru cette distance à 324 km/h
en moyenne.

Page 18 sur 71
 
Cette invraisemblance ne saurait pour autant être une simple erreur de retranscription,
telle que les services de la SDAT l’ont péniblement et de manière plus que risible soutenu
concernant l’horaire de départ de TRILPORT à 3h50 du véhicule Mercedes. (D1623/13)

En effet, les pièces d’exécution du soit-transmis en date du 5 novembre 2009 ont permis
de mettre en relief une impossibilité matérielle retranscrite dans le procès-verbal D104.

Les services de la SDAT avaient été très précis quant aux horaires de leurs constatations dans le
procès-verbal D104.

Selon cette pièce, les tranches horaires suivantes avaient été relevées :

- De 23h40 à 3h50, le véhicule est stationné à TRILPORT.


- A 3h50, le véhicule « chemine à allure normale » en direction de la FERTE-SOUS-
JOUARRE et prend la RN3 vers MONTREUIL AUX LIONS au croisement de la RN3
et de la D401, il rejoint la D81 en direction de DHUISY qu’il traverse avant de s’arrêter
aux abords de la voie ferrée à 4 heures ;;
- De 4 heures à 4h20, le véhicule est stationné près de la voie ferrée.

Il résulte du procès-verbal que le véhicule aurait parcouru la distance séparant la commune de


DHUISY et la commune de TRILPORT à celle de DHUISY en 10 minutes.

Or la distance est de 26.6 kilomètres.

En conséquence, la vitesse moyenne de la voiture aurait du être de 159.6 kilomètres par heure, ce
qui est manifestement contradictoire avec la mention figurant au procès-verbal selon laquelle le
véhicule « cheminait à allure normale » sur des routes départementales et vicinales.

La seule explication qui pourrait justifier la présence des services de police à 5h25 à DHUISY et à
5h30 à TRILPORT serait que le dispositif de surveillance ait été scindé en deux groupes dès 5
heures : le premier restant sur les lieux des dégradations et le second se rendant à TRILPORT.

Cependant, une telle justification ne saurait être admise en l’espèce puisque le procès-verbal D104
n’en fait pas état alors qu’à chaque fois qu’une telle opération se déroulait, il en était fait mention.

A titre d’exemple on relèvera :

- Qu’à 4 heures, les services de police indiquent : « Eu égard au comportement atypique du


véhicule et à l’isolement des lieux, décidons d’élargir le dispositif de surveillance mis en place en nous
positionnant aux abords de la RD23 »

- Qu’à 4 heures 20, ils précisent : « A cet instant donnons pour instruction au reste du dispositif
de surveillance de poursuite la filature du véhicule et nous positionnons à l’entrée de la voie de service
sise au pied du pont de chemin de fer, à l’endroit exact où le véhicule a été observé à l’arrêt. (sic)»

Page 19 sur 71
 
Mais surtout, le Capitaine LAMBERT précise, à la demande exprès du Magistrat Instructeur 2, que
tous les effectifs de police ont quitté le site de DHUISY « immédiatement » après avoir effectué une
inspection des voies, pour se rendre à TRILPORT:

« Après avoir franchi les deux portails l’ensemble des effectifs ont quitté la zone
immédiatement afin de se rendre sur la commune de TRILPORT et de procéder à des recherches dans la
poubelle ou Julien COUPAT avait été observé jetant des objets quelques heures auparavant. » (D1625)

Enfin, les services de la SDAT ne peuvent valablement soutenir que la poubelle située à
TRILPORT a été fouillée à 5h30 par l’équipe qui suivait Julien COUPAT puisqu’elle se trouvait à
ce moment précis à BONDY, soit à plus de 40 km de TRILPORT (D104/6).

Par ailleurs, au vu de la brièveté des conversations téléphoniques reportées sur le tableau, on ne


peut que s’étonner que le Lieutenant MANCHERON prétende que ces appels téléphoniques
mentionnés au procès-verbal D104 sous la formule : « Faisons immédiatement avisé l’Etat-Major de la
DCPJ et rendons compte des faits que nous avons observé aux abords de l’intersection de la RD23 et de la voie de
chemin de fer. Demandons que soient immédiatement avisés des responsables de la SNCF et que soit opérée une
inspection des lieux par des agents qualifiés. », correspondent à « plusieurs discussions » avec sa hiérarchie
consistant en « un compte-rendu » de l’opération de surveillance et sur l’opportunité de faire aviser, via l’Etat
Major de la DCPJ, la SNCF » (D1626/2) :

- Le 8/11/08 à 5h23.49 depuis le téléphone cellulaire numéro 06.67.83.20.73 attribué au


même titulaire et utilisé par le commissaire divisionnaire de police Fabrice GARDON,
d’une durée de 1 minute et onze secondes.

- Le 8/11/08 à 5h25.19 d’une durée de 34 secondes.

                                                                                                                     
2
 Point 3 de la commission rogatoire du 5 novembre 2009 : « Sur les diverses personnes s’étant rendues sur les lieux ou
était stationné le véhicule faisant l’objet de la surveillance, le 8/11/2008 après le départ de celui-ci à 4h20

« Dès le départ du véhicule faisant l’objet de la surveillance a 4h20, préciser chronologiquement, les diverses personnes s’étant rendues sur
les lieux leurs qualités les motifs de leur présence l’endroit où elles ont circulé et où les véhicules les ayant conduit se sont stationnés, ces
dernières précisions devant être portées sur les photographies aériennes des lieux qui vous ont été transmises par la gendarmerie nationale. »

Page 20 sur 71
 
Les contradictions entre le procès-verbal D104 et l’ensemble des pièces d’exécution de la
du soit-transmis démontrent l’absence d’authenticité de ce premier.

¾ L’impossible présence des fonctionnaires de police en deux endroits et au même


moment, à DHUISY et à TRILPORT à 5h50

Il résulte du procès-verbal D104 qu’à 5h30, le dispositif de surveillance était scindé en deux
groupes (et cela depuis 4h20), l’un poursuivant le véhicule de Julien COUPAT et l’autre se
trouvant à TRILPORT.

A 5h50, le dispositif de surveillance en place à TRILPORT aurait quitté les lieux tout en donnant
pour instruction à l’équipage assurant la filature d’y mettre un terme et de rentrer au service
(D104/7).

Il convient de rappeler qu’à ce stade plus aucun effectif de police n’est censé se trouver à
DHUISY.

Pourtant, il résulte du tableau du trafic téléphonique couvrant le lieu des dégradations le 8


novembre 2008 fourni par la SDAT, que les fonctionnaires de police ont activé les cellules de
DHUISY à l’occasion de plusieurs conversations téléphoniques entre 5h23 et 6h00.46.
(D1626/10)

Les appels ont bien été passés par les fonctionnaires de police puisqu’ils ont « biffé » les numéros
de téléphones, sur demande du Magistrat Instructeur, « pour des raisons de sécurité » (sic).

Cela est manifestement en contradiction avec le procès-verbal D104.

Il y a donc lieu de s’interroger sur la manière, l’heure et les circonstances dans lesquelles les
services de police ont fouillé les poubelles et récupéré les objets placés sous scellés, mais aussi sur
la manière avec laquelle ils ont obtenu ces éléments techniques.

Les services de police ont donc altéré la vérité, de sorte que le procès-verbal de
surveillance D104 est un faux.

Page 21 sur 71
 
II/ Le positionnement du véhicule Mercedes entre 4h et 4h20 au regard du procès-verbal
D104 et des autres pièces du dossier

Pour la première fois depuis l’ouverture de l’instruction, les services de la SDAT, en la personne
du Capitaine LAMBERT, ont communiqué dans le cadre de l’exécution du soit-transmis en date
du 5 novembre 2009, une carte du site de DHUISY sur laquelle figure la position du véhicule
MERCEDES de Monsieur Julien COUPAT entre 4 heures et 4h20, ainsi que celle des véhicules
de police, mais pour ces derniers uniquement à compter de 5 heures.

Il en ressort que le véhicule de Monsieur Julien COUPAT aurait été positionné sur la voie
de service principale Nord Est entre 4 h et 4h20, le 8 novembre 2008, à une centaine de
mètres du pont (D1625 et s.).

LA POSITION DU VEHICULE MERCEDES ENTRE 4H ET 4H20

D’APRES LA SDAT TELLE QU’INDIQUEE DANS LES PIECES D’EXECUTION DU

SOIT TRANSMIS.

Page 22 sur 71
 
Le positionnement du véhicule à cet endroit précis est en totale contradiction avec ce qui
a été écrit et soutenu par l’ensemble des acteurs de la procédure (SDAT, Juge
d’instruction, Ministère public), qui ont toujours placé le véhicule Mercedes au pied du
pont sur la voie de service secondaire Nord-Ouest sise au pied du pont de chemin de fer,
on ne citera que 8 exemples l’illustrant.

ƒ Le procès-verbal de surveillance et de filature D104

Monsieur Bruno MANCHERON, rédacteur du procès-verbal, indique que la position du


véhicule MERCEDES à 4h05 comme suit.

1_ «A QUATRE HEURES CINQ minutes, une approche piétonne des lieux, à savoir,
de la RD 23 en direction de DHUISY au niveau du pont de chemin de fer, nous
permet de constater la présence du véhicule, stationné tous feux éteints sur
l’entrée de la voie de service sise quelques mètres avant le pont de chemin de fer,
sur le côté gauche de la chaussée . Il nous est impossible de distinguer si le véhicule est occupé ou
non.

Les indications géographiques données dans le cadre de ce procès-verbal, de la situation du


véhicule à 4h05 sont les suivantes :

- 1- A l’entrée de la voie de service

- 2- Avant le pont de chemin de fer

- 3- Quelques mètres avant le pont de chemin de fer

4- Sur le côté gauche de la chaussée (de la voie de service) 3

Afin de comprendre la position du véhicule MERCEDES telle que décrite dans le cadre
du procès-verbal susvisé, il convient de relever et d’identifier à l’aide de plusieurs
schémas chaque indication donnée par le Lieutenant MANCHERON pour fixer la
position du véhicule.

                                                                                                                     
3
  Le côté gauche de la chaussée de la voie de service puisque le sujet de cette proposition est le véhicule et
non la RD23. Si les membres de la SDAT peuvent avoir autant de versions que de dépositions (on
remarquera la similitude avec Monsieur J-H BOURGEOIS), ils n’ont pas encore le pouvoir de changer les
règles de la grammaire française.  

Page 23 sur 71
 
1- STATIONNEMENT A L’ENTREE DE LA VOIE DE SERVICE

Au vu de cette indication, le véhicule pourrait être stationné à trois endroits différents, marqués
en jaune correspondant aux trois voies de services de la SNCF (1), (2) et (3) à l’intersection de la
ligne TGV et de la RD23.

3   1
 

2  

Page 24 sur 71
 
2- STATIONNEMENT A L’ENTREE DE LA VOIE DE SERVICE (a) + AVANT LE
PONT DE CHEMIN DE FER (b)

Au vu des indications a+b, le véhicule pourrait être stationné à deux endroits différents, marqués
en jaune.

En effet, si les services de la SDAT circulent sur la RD23 en direction de DHUISY, les voies de
services avant le pont ne peuvent être qu’au nombre de deux et sont identifiables par la couleur
jaune (1) et (2).

1  

2  

Page 25 sur 71
 
En dépit du schéma figurant ci-dessus, à ce stade de l’analyse, l’on comprend déjà que la voie
de service (2) ne peut correspondre à celle décrite par le procès-verbal D104 comme le lieu
où se serait stationné Julien COUPAT.

En effet, elle ne débouche pas, contrairement aux voies de services (1) et (3) sur la RD23,
mais sur la voie de circulation, de sorte que la mention « avant » ou « après le pont » n’est pas
appropriée pour en donner une description.

Les indications « débouchant sur la voie de circulation » ou « permettant d’accéder aux bâtiments de la
SNCF » pour décrire la voie de service (2) auraient été plus pertinentes.

Dès lors, la voie de service visée au procès-verbal D104 apparaît déjà comme étant la n°(1).

Page 26 sur 71
 
3-STATIONNEMENT A L’ENTREE DE LA VOIE DE SERVICE (a) + QUELQUES
METRES (b)+ AVANT LE PONT DE CHEMIN DE FER (c)

Au vu des indications a+b+c, le véhicule ne pourrait qu’être stationné à un seul endroit, marqué
en jaune ;;

En effet, la voie de service se situe à quelques mètres du pont de chemin de fer, alors que la voie
de service qui n’est plus en jaune mais positionnée en bas du schéma est à une centaine de mètres
du pont de chemin de fer.

1  

Quelques
mètres avant le
pont

2   A une centaine
de mètres du
pont

Page 27 sur 71
 
Cet élément est confirmé par la description de la voie de service menant aux bâtiments de la
SNCF (donc celle du bas du schéma) donnée par le Capitaine LAMBERT (D1625) « C’est après
avoir parcouru plusieurs centaines de mètres que le fonctionnaire a pu distinguer brièvement à l’aide du matériel
d’intensification de lumière le véhicule MERCEDES qui était stationné dans la voie d’accès à
l’emprise SNCF, environ une centaine de mètres avant de déboucher sur la RD23. »

Quelques
mètres avant le 1  
pont  

Une centaine de
mètres du pont
2   avant de
déboucher sur la
RD23

Page 28 sur 71
 
4- STATIONNEMENT A L’ENTREE DE LA VOIE DE SERVICE (a) + QUELQUES
METRES (b)+ AVANT LE PONT DE CHEMIN DE FER (c) + SUR LE COTE GAUCHE
DE LA CHAUSSEE (d)

Au vu des indications a+b+c+d, le véhicule ne pourrait qu’être stationné à un seul endroit,


marqué en jaune (1).

1  

2  

Page 29 sur 71
 
Ce lieu ne saurait être la voie de service figurant en (2) puisqu’à l’endroit ou se situait l’agent de la
SDAT, il ne pouvait constater eu égard à la distance si le véhicule était sur le côté gauche ou droit
de la chaussée.

Page 30 sur 71
 
A titre d’exemple on constatera sur la photographie ci-dessous qu’il est impossible même à une
distance très rapprochée d’indiquer si le camion de la SNCF est sur le côté droit ou gauche de la
chaussée, tout simplement parce que la voie de service est très étroite.

Page 31 sur 71
 
Il convient en outre de noter que ce lieu de positionnement du véhicule de Julien COUPAT dans
le cadre du procès-verbal D104, soit la voie de service (1), correspond à celui désigné par les
services de Gendarmerie dans le cadre de leur enquête de flagrance.

PHOTOGRAPHIE DE LA GENDARMERIE REPRESENTANT LA VOIE DE


SERVICE (1)

Cette photographie vient confirmer que le procès-verbal D104 visait bien cette voie, puisqu’elle
est large et a un double sens de circulation matérialisé par la ligne blanche de stop figurant sur la
chaussée gauche de la voie de service.

Page 32 sur 71
 
PHOTOGRAPHIE DE LA GENDARMERIE REPRESENTANT LE COTE GAUCHE
DE LA CHAUSSEE DE LA VOIE DE SERVICE (1)

Page 33 sur 71
 
La suite du procès-verbal D104 à compter de « 4h20 » confirme la position présentée sur les
schémas.

Il résulte du procès-verbal coté D104 qu’à 4h20, les effectifs de police ont vu le véhicule
Mercedes quitter le site de DHUISY et qu’immédiatement après, une partie du dispositif de
surveillance a poursuivi la filature alors que l’autre partie s’est positionnée « à l’endroit exact où le
véhicule a été observé à l’arrêt », soit « sur la voie de service au pied du pont de chemin de fer. »

Or la nouvelle version du Capitaine LAMBERT est en totale contradiction avec les


affirmations initiales.

D’après le Capitaine LAMBERT, les policiers ne se seraient jamais « positionnés » à l’ « endroit


exact » du lieu de stationnement du véhicule de Julien COUPAT pour ne pas « polluer » les lieux.

Le véhicule de Julien COUPAT ne se serait donc, selon lui (dans sa nouvelle version), jamais
stationné au pied du pont mais à une centaine de mètres de celui-ci.

Ce dernier indique que les services de police se sont stationnés à partir de 5 heures à l’opposé du
lieu où était stationné le véhicule Mercedes et ce, dans le but de ne pas « polluer » les lieux
« où pouvait avoir été commis une infraction » :

« Une fois assurés que les objectifs étaient éloignés et ne risquaient pas de revenir sur les lieux et de nous voir, soit à
partir de 5 heures les recherches afin de déterminer les raisons de l’arrêt se sont opérées comme suit :

Les véhicules du dispositif restés sur place se sont stationnés sur deux espaces situés devant les deux portails d’accès
à la voie ferrée du côté opposé au lieu où était stationné le véhicule Mercedes objet de notre
surveillance par rapport à la D23, en l’occurrence du côté droit lorsque l’on vient de COULOMBS EN
VALOIS.

Concernant la préservation des traces et indices postérieurement à l’inspection de la voie ferrée par nos soins :

Aucun gel des lieux aux fins de préservation des traces et indices n’a été effectué au moment du départ des
fonctionnaires de la zone (…)

Page 34 sur 71
 
Cette absence de gel des lieux sera d’ailleurs effective jusqu’à 13h25 le 8/11/2008 tel qu’il
est mentionné dans les procès-verbaux de constatations effectués par la gendarmerie
nationale dans le cadre de la procédure de flagrant délit numéro 2008/2945 et ce alors
qu’après notre intervention sur place les effectifs de la SNCF se rendront sur les lieux sans prendre de précautions
particulières.

(…)

Concernant le cheminement des fonctionnaires sur la zone : ceux-ci ont pris soin de pénétrer dans l’emprise SNCF
par les portails situés à l’opposé du stationnement du véhicule dans lequel se trouvaient Yildune LEVY et Julien
COUPAT afin de ne pas « polluer » les lieux où pouvait avoir été commis une
infraction. »(D1525)

Il explique, en outre, qu’aucun gel des lieux n’a été effectué par ses services et qu’il a fallu
attendre l’arrivée des gendarmes le 8 novembre 2008 à 13h25 pour que de telles précautions
soient prises.

Or, il est particulièrement surprenant de constater que les gendarmes ont gelé la voie de service
(1) et non la (2) qui correspondrait pourtant au lieu de positionnement de Monsieur Julien
COUPAT dans le cadre de la nouvelle version des pièces d’exécution de la commission rogatoire.

Les membres de la SDAT qui avaient connaissance des documents des gendarmes puisque ces
derniers ont été dessaisis le 10 novembre 2008 à leur profit, n’ont pourtant jamais émis de
critiques ou de regrets à l’égard du travail des gendarmes.

Au contraire, ils s’en sont même servi pour fonder leur accusations et ce, alors que les gendarmes
avaient imaginé un cheminement des auteurs sur les voies parfaitement erroné si l’on en croit les
pièces d’exécution du soit-transmis, puisqu’ils avaient positionné le véhicule des « saboteurs » sur
la voie (1).

En conséquence, il y a une contradiction manifeste entre le procès-verbal D104 et le


positionnement du véhicule fixé par les nouvelles pièces d’exécution du soit-transmis du
5 novembre 2009.

Page 35 sur 71
 
ƒ Le procès-verbal de synthèse du Capitaine LAMBERT D688/5

Le Capitaine LAMBERT, rédacteur du procès-verbal et présent lors de la filature, confirme à


deux reprises sa description du lieu d’arrêt du véhicule Mercedes :

- Une première fois, il précise que le véhicule est à l’APLOMB de la voie ferrée, soit à la
verticale :

- Une seconde fois, il indique que le véhicule est SOUS la voie ferrée:

Page 36 sur 71
 
ƒ Le procès-verbal de première audition de garde à vue de Monsieur
Julien COUPAT en date du 14 novembre 2008 à 12 heures (D659/5)

Le Lieutenant MANCHERON, rédacteur du procès-verbal D104 et présent lors de la filature,


précise à Monsieur Julien COUPAT que son véhicule a été « observé stationné SOUS un pont de
chemin de fer SUR LA RD23 (…) » de 4 heures à 4 heures 20 :

Page 37 sur 71
 
ƒ Le procès-verbal du Lieutenant GOSSET (D644)

Il précise que le véhicule MERCEDES était stationné SOUS le pont et SUR LA RD23 :

ƒ La commission rogatoire internationale à l’attention des autorités


judiciaires de la République d’Autriche en date du 27 juillet 2009
(D1581/3)

Le Magistrat Instructeur indique que le véhicule MERCEDES était « à proximité immédiate


du pont » :

« Il avait aussi été observé à la faveur du dispositif de surveillance, que dans la nuit du 7 au 8 novembre
2008, Julien COUPAT s’était rendu, et avait stationné plusieurs heures, en compagnie de Yildune
LEVY, sur la commune de DHUISY (Seine et Marne), à proximité immédiate d’un pont
juste au dessus d’une voie ferrée, où il sera constaté plus tard des dégradations (…) »

ƒ La commission rogatoire internationale à l’attention des autorités


judiciaires du Canada en date du 23 décembre 2008 (D1614/3)

« Il avait été observé à la faveur du dispositif de surveillance que dans la nuit du 7 au 8 novembre 2008,
Julien COUPAT s’était rendu et avait stationné plusieurs heures en compagnie d’Yildune
LEVY sur la commune de DHUISY (Seine et Marne) sur un pont juste au-dessus d’une
voie ferrée , ou il sera constaté plus tard des dégradations à la suite du passage d’une motrice de TGV
(…) »

Page 38 sur 71
 
Il résulte donc de l’ensemble des pièces citées que :

- L’auteur du schéma reproduit ci-dessus, à savoir le Capitaine LAMBERT, a modifié la


version initiale selon laquelle le véhicule MERCEDES se situerait lors de l’opération de
surveillance sur la voie de service secondaire Nord-Ouest ;;

- Le Lieutenant MANCHERON, ayant participé à la surveillance du 7 au 8 novembre 2008


et rédigé le procès-verbal D104, a toujours affirmé jusqu’ alors, que le véhicule se situait
sur la voie de service secondaire Nord-Ouest ;;

- L’ensemble des autorités judiciaires dont le Magistrat Instructeur ont validé la position du
véhicule fixée sur la voie de service secondaire Nord Ouest.

Pourtant, l’ensemble de ces éléments n’empêche pas le Capitaine LAMBERT, 18


mois plus tard, dans le cadre des pièces d’exécution du soit-transmis, d’attribuer une
nouvelle place de stationnement au véhicule de Julien COUPAT.
 

Page 39 sur 71
 
III/ L’invraisemblable positionnement du véhicule 1 du dispositif de surveillance entre
4h et 4h20 (D1625) au regard du procès-verbal D104

Les nouvelles pièces de procédure issues de l’exécution du soit-transmis du 5 novembre 2009, ont
fixé la position du véhicule de Julien COUPAT entre 4 heures et 4h20, sur la voie de service
située à une centaine de mètres du pont de chemin de fer.

Ce positionnement a appelé de nombreux commentaires des Conseils, lesquels constatent qu’il


s’agit d’une énième version des faits proposée par les services de police.

En outre, alors que le Magistrat Instructeur leur demandait dans le cadre du premier point de
vérification du soit-transmis 4 , de préciser « le nombre de fonctionnaires de police mobilisés et le type de
véhicules utilisés lors de cette surveillance », le Lieutenant LAMBERT n’apporte que des
approximations :

« le dispositif de surveillance de la journée du 7 novembre 2008, à l’instar de l’ensemble des surveillances


exercées sur la personne de Julien COUPAT depuis le mois d’août 2008, composée de fonctionnaires de la
SDAT, en l’occurrence 6 personnels, assistés d’un groupe de surveillance de la DCRI, soit une vingtaine de
fonctionnaires au total. Ceux-ci étaient munis d’une douzaine de véhicules automobiles, de motos banalisées et
de véhicules d’observations. « (D1623/3)

Sous couvert de ne pas « dévoiler l'ensemble des techniques de surveillance policières qui doivent rester
confidentielles » (D1623/3), il est tout autant impossible de savoir qui était exactement présent et où
se situaient exactement les protagonistes. Quel est ce mystérieux « groupe de surveillance de la DCRI »
composé de quatorze personnes, soit plus de deux fois les effectifs supposés de la SDAT ce soir-
là, et dont on ne sait rien?

En définitive, seul le « véhicule 1 » mentionné par le Capitaine LAMBERT est localisé (dans un
endroit dont il n'avait jamais été fait mention auparavant) et les 4 véhicules stationnés de chaque
côté du pont à 5h du matin (D1625/6).

De la même façon sont toujours désignés les « points de passage obligés du véhicule suivi » mais ces
derniers ne sont jamais localisés.

Ce n’est pas faute pour la Défense d’avoir sollicité à plusieurs reprises dans le cadre du transport
sur les lieux le 13 janvier 2011 que la localisation des véhicules de police soit indiquée.

Les Juges d’Instruction ont toujours refusés d’apporter des précisions ou d’interroger les services
de police à ce sujet.

Ce flou prétendument nécessaire à la préservation des techniques d'investigation de la SDAT, au-


delà du fait qu'il fait écran aux questions posées par le Magistrat instructeur, donnent le
désagréable sentiment que tout est malléable, flexible en fonction des contradictions relevées par
la défense.

                                                                                                                     
4 « Sur la surveillance du véhicule dans lequel Julien COUPAT et Yildune LEVY ont circulé pendant 12 heures dans la région de
MEAUX »

Page 40 sur 71
 
Toutefois, la comparaison du procès-verbal D104 et des pièces d’exécution de la
commission rogatoire du 5 novembre 2009 fait apparaître des divergences notoires en
plusieurs endroits, concernant la phase postérieure de la filature à compter de 4h20,
rendant invraisemblable le positionnement dudit véhicule 1.

¾ L’improbable position du véhicule 1 des effectifs de police au regard des


constatations du fonctionnaire ayant opéré l’approche piétonne

Il résulte du procès-verbal rédigé par Monsieur LAMBERT que le véhicule 1 aurait progressé sur
une route parallèle à celle dans laquelle progressait le véhicule Mercedes en vue de maintenir « un
visuel ponctuel » et se serait stationné « sur cette voie dans un creux formé par la route au
niveau de la ferme de BOYENVAL sise sur la Commune de COULOMBS EN VALOIS
ce afin de ne pas être vu de la route parallèle qu’empruntait le véhicule MERCEDES. »
(D1623)

La ferme de BOYENVAL est située comme suit :

Page 41 sur 71
 
Ce descriptif de l’opération de police apparaît comme une innovation au regard du procès-verbal
D104 lequel n’avait jamais fait mention de la ferme de BOYENVAL, ni d’une quelconque
habitation.

De plus, le procès-verbal D1623 précise que le véhicule 1 des services de la SDAT « maintenait un
visuel ponctuel » sur le véhicule MERCEDES depuis la voie parallèle.

Or, au vu de la topographie du site de DHUISY, cela est manifestement impossible, la V4 étant


rapidement séparée de la voie de circulation longeant la LGV EST par un bois puis par le relief 5.

La Défense avait pourtant demandé aux Magistrats Instructeurs lors du transport sur les lieux le
13 janvier 2011 que les parcours des différents véhicules soient reconstitués afin de constater qu’il
était impossible d’apercevoir un véhicule d’une voie à l’autre, ces derniers ont toujours refusé de
procéder à ces vérifications.

Cela est d’autant plus surprenant que la Gendarmerie de MEAUX avait effectué dans le cadre de
son enquête de flagrance, une enquête de voisinage au « hameau de BOYENVAL », « seul lieu
d’habitation situé à proximité du lieu de sabotage », auprès des propriétaires qui curieusement, n’avaient
rien constaté d’anormal cette nuit-là.

« Une enquête de voisinage est effectuée au « hameau de Boyenval » sur la commune de COULOMBS
EN VALOIS, seul lieu d’habitation situé à proximité du lieu de sabotage. Monsieur FOUAN Benoît et
VINOT Franck, respectivement au n°1 et 2 de la rue de Boyenval, déclarent n’avoir rien vu
d’anormal. » (D614)

                                                                                                                     
 Cette contradiction entre le procès-verbal D104 et la topographie des lieux n’est pas isolée, on
5

notera à cet égard que les services de police indiquent à plusieurs reprises suivre le véhicule
MERCEDES qui emprunte la voie située sous l’autoroute A4 à proximité de la commune de
MARIGNY EN ORXOIS alors que cette voie se trouve au-dessus de l’autoroute A4 : « Le
véhicule fait à nouveau demi-tour et repart vers l’autoroute. Parvenu à l’intersection de la voie de circulation et de la
RN3, le véhicule fait encore demi tour et repasse vers le center de MARIGNY-EN –ORXOIS et tourne à
droite, il emprunte alors la RD11 puis tourne encore à droite et repart sur cette route en direction de MEAUX »
(D104/3)    
Page 42 sur 71
 
Innovation particulièrement surprenante lorsque l’on s’attarde sur les déplacements effectués par
le chauffeur de ce véhicule.

Page 43 sur 71
 
x Le procès-verbal mentionne que le chauffeur se serait déplacé à pieds afin de
déterminer uniquement « le positionnement » du véhicule Mercedes.

Il aurait ainsi emprunté la route afin de progresser vers la RD23 dans le sens de progression initial
du véhicule suivi.

Après avoir parcouru plusieurs centaines de mètres, il aurait aperçu le véhicule Mercedes.

Le procès-verbal retrace ces opérations comme suit :

« C’est après quelques minutes, aucun autre véhicule du dispositif n’ayant observé le véhicule suivi que le chauffeur
du véhicule 1, comprenant que n’ayant pas été annoncé par ses collègues le véhicule suivi s’était manifestement arrêté
sur la voie longeant la voie ferrée, toujours par souci de discrétion, a quitté son véhicule qui était dissimulé dans un
creux formé par le relief et s’est avancé à pieds sur la route afin de remonter en haut d’une butte formée par la
chaussée et de progresser en direction de la RD23 dans le sens de progression initial du véhicule suivi.

C’est après avoir parcouru plusieurs centaines de mètres que le fonctionnaire a pu distinguer brièvement
à l’aide du matériel d’intensification de lumière le véhicule MERCEDES qui était stationné dans la voie
d’accès à l’emprise SNCF, environ une centaine de mètres avant de déboucher sur la
RD23. »

La description de ces opérations est surprenante en effet, il apparaît improbable qu’en 5 minutes,
le fonctionnaire du véhicule 1 ait pu réaliser l’ensemble des opérations décrites (attendre le signal
des autres véhicules, sortir de son véhicule et atteindre la RD23, parcourir plusieurs centaines de
mètres et distinguer le véhicule).

Page 44 sur 71
 
Ces déplacements peuvent être matérialisés comme suit :

Or, il apparaît que ce procès-verbal est en contradiction avec le procès-verbal D104.

Page 45 sur 71
 
Selon le procès-verbal D104 :

A QUATRE HEURES CINQ minutes, une approche piétonne des lieux, à savoir de la RD23
en direction de DHUISY au niveau du pont de chemin de fer, nous permet de constater la
présence du véhicule, stationné tous feux éteints sur l’entrée de la voie de service sise quelques mètres avant le pont
de chemin de fer, sur le coté gauche de la chaussée. Il nous est impossible de distinguer si le véhicule est occupé ou
non.

Position du
fonctionnaire
selon D104

Page 46 sur 71
 
x De plus, après avoir parcouru plusieurs centaines de mètres, il aurait distingué le
véhicule « brièvement à l’aide du matériel d’intensification de lumière le véhicule
MERCEDES qui était stationné dans la voie d’accès à l’emprise SNCF, environ une
centaine de mètres avant de déboucher sur la RD23 (…) » (D1623/5)

Cette précision est en contradiction avec le procès verbal D104 qui indique que le fonctionnaire
a constaté « la présence du véhicule tous feux éteints sur l’entrée de la voie de service sise quelques mètres
avant le pont de chemin de fer (…) »

Il ne s’agit pas d’une imprécision mais d’une contradiction, la version du fonctionnaire


change quant à son évaluation de la position du véhicule Mercedes.

De plus, il est important d’insister sur le fait qu’il n’avait jamais été fait état auparavant de
l’utilisation du « matériel d’intensification de lumière ».

Le 13 janvier 2011, dans le cadre du transport sur les lieux à DHUISY, il a pu être constaté
que muni du matériel d’intensification de lumière, le conducteur du véhicule V1 n’avait
pu qu’apercevoir des individus lorsqu’il avait regardé en direction du véhicule.

x En tout état de cause, on imagine mal que quelqu'un qui a marché plusieurs
centaines de mètres à découvert pour observer un « objectif » et qui dispose de
matériel d'intensification de lumière se contente de l'observer à peine « quelques
secondes » avant de s'en retourner, et que son matériel ne lui serve pas à observer si
des silhouettes se découpent ou non sur le théâtre d'ombre formé par la ligne
LGV Est à cet endroit.

D'ailleurs, il est constant que les enquêteurs de la SDAT surveillaient ce soir-là les occupants du
véhicule qu’ils suspectaient d'avoir des intentions criminelles autant que le véhicule. Ils allaient
ainsi jusqu’à relever ce que ces occupants jetaient dans les poubelles et leur entrée dans un
restaurant l'une des rares fois où ils sortaient de leur voiture ce soir-là.

Le Lieutenant MANCHERON justifie la si brève action du fonctionnaire du véhicule 1 par le fait


que l’arrêt du véhicule MERCEDES « n’était pas en lui-même suspect » :

« Cette mission de positionnement du véhicule suivi effectuée, le fonctionnaire a alors prévenu ses collègues
de la localisation du véhicule afin d’être à son bord au cas où le véhicule suivi viendrait à repartir.

En effet, il convient de rappeler qu’à cet instant l’arrêt du véhicule MERCEDES


n’est pas en lui-même suspect et peut correspondre à un énième arrêt ou changement de
voie comme Julien COUPAT en avait effectué de nombreux depuis le début de la journée
(…)
Ce n’est que le prolongement de l’arrêt qui conduira à 4h20 à s’interroger sur les raisons de celui-ci.

Ainsi, très matériellement, cette incursion à pieds n’ayant pas pour but initial d’observer
les agissements des passagers du véhicule (ceci étant d’ailleurs impossible dans des conditions de

Page 47 sur 71
 
discrétions acceptables) mais de positionner le véhicule suivi après avoir repéré le véhicule en
l’observant à peine quelques secondes , le fonctionnaire a immédiatement repris son chemin pédestre en
sens inverse afin de regagner son véhicule dans les plus brefs délais ne prêtant ainsi plus du tout attention au
véhicule MERCEDES et à l’environnement de celui-ci qu’il perdait d’ailleurs de vue rapidement basculant dans
le creux du relief où était stationné son véhicule à l’abri des regards, un éventuel départ du véhicule observé
« pouvant être pris en charge par ses collègues disposés aux « points de passage obligés » rendant ainsi toute
observation permanente du véhicule inutile et risquée. »

L’explication du Lieutenant MANCHERON apparaît surréaliste lorsque l’on reprend le rapport


de synthèse du Capitaine LAMBERT en date du 15 novembre 2008 qui voyait en la voie ferrée
« une cible potentielle de la mouvance anarcho-autonome » :

(688/5)

Page 48 sur 71
 
¾ L’improbable position du véhicule 1 au regard du procès-verbal du Lieutenant-
colonel GOSSET (D626)

Dans le cadre des nouvelles pièces d’exécution du soit-transmis, le Lieutenant MANCHERON a


confirmé les constatations effectuées dans le cadre du procès-verbal D104, indiquant que le
fonctionnaire en charge du « positionnement » du véhicule n’avait pas aperçu ses occupants :

« Ces évaluations sont rendues encore plus ardues par le fait que le comportement des occupants du véhicule de
Julien COUPAT n’a pu être observé entre 4h et 4h20. » (D1626/6).

Les déclarations du Lieutenant MANCHERON viennent ainsi entériner l’existence d’une


contradiction avec le procès-verbal du Lieutenant Colonel GOSSET relative à la présence d’un
individu sur les voies de la SNCF qui aurait été aperçu par un fonctionnaire de la SDAT.

A cet effet, il convient de rappeler que le Lieutenant-colonel GOSSET, dans un procès-verbal en


date du 8 novembre 2008, avait mentionné s’être entretenu avec un agent de la SDAT ayant
participé à la surveillance lequel lui aurait indiqué qu’il avait vu un individu :

« avoir suivi et observé un individu qui s’est stationné à l’intersection entre la D23 et la ligne
à grande vitesse Est pendant une vingtaine de minutes entre 4 heures et 4h20. Cette personne a accédé à
l’emprise sécurisée de la SNCF sans qu’il puisse déceler ses agissements . » (D626)

Les pièces d’exécution de la commission rogatoire ne rendent aucunement compte de cette


contradiction.

Le Lieutenant MANCHERON explique qu’il peut exister des contradictions entre le procès-
verbal D104 et le procès-verbal du Lieutenant-colonel GOSSET, en raison de l’existence d’une
« distorsion de l’information » dans la chaîne de l’information.

Les informations communiquées par les services de la SDAT relatives à leur constatations lors de
la surveillance du 7 au 8 novembre 2008, auraient été déformées par la chaîne de personnes ayant
été successivement avisées de la rupture des caténaires.

Il précise :

« Il convient de noter que treize interlocuteurs différents interviennent à divers endroits de la chaîne de
transmission de l’information, cette multiplicité d’intervenants créant inexorablement des distorsions du message
initialement transmis.

En outre, cette distorsion apparaît d’autant plus clairement que plusieurs des intervenants parties
prenantes de cette chaîne de transmission de l’information, entendus par les militaires de l’Arme, ne
retranscrivent pas un message dont ils ont été directement destinataires mais énoncent
des informations telles qu’elles leur ont été relatées par des membres directs de cette chaîne de
transmission de l’information. »
Page 49 sur 71
 
(…)

Au delà du nombre important d’individus intervenant dans la transmission de l’information, il existe


donc un double degré dans cette chaine de transmission, le premier degré étant constitué d’individus ayant été
directement destinataires des informations, alors que le second est constitué d’individus ne faisant que relater les
propos tenus par ces membres de la chaine du premier degré. (D1626/6 et /7)

Il est exact comme l’indique Monsieur MANCHERON qu’il existe généralement un double
degré dans les chaînes de communication entre plusieurs protagonistes :

- Les personnes destinataires d’une information transmise par un témoin direct d’une
scène ;;
- Les personnes auxquelles une information est répercutée par une personne qui n’a pas été
témoin direct d’une scène.

Dans l’absolu, ce schéma n’est pas faux : il peut exister des distorsions dans les informations qui
sont transmises.

Or, cette théorie, aussi fondée soit-elle, ne saurait s’appliquer en l’espèce.

Pour Monsieur MANCHERON, le procès-verbal du Lieutenant-colonel GOSSET, est l’exemple-


type de la distorsion d’information de ce dossier.

Ce dernier relève ainsi :

« Au terme de ces propos, il apparait clairement que le message est déjà déformé par le rédacteur du procès-verbal
dans un souci de clarté et de concision et ce alors même qu’il s’est entretenu directement avec l’un des enquêteurs en
charge des investigations. Cela transparait de façon évidente notamment lorsqu’il est indiqué « un individu qui s’est
stationné » alors qu’il s’agit à l’évidence d’un véhicule. » (D1626/7)

Pourtant, le risque évoqué de distorsion ne saurait concerner le cas de Monsieur GOSSET lequel
a été en contact direct avec l’agent « anonyme » de la SDAT ayant participé à la surveillance, il
n’y a donc eu aucun intermédiaire dans la chaîne de transmission de cette information.

Il convient en outre de rappeler que la thèse du Lieutenant MANCHERON selon laquelle


l’expression « un individu qui s’est stationné », utilisée dans le corps du procès-verbal du Lieutenant-
Colonel GOSSET, résulterait d’une déformation de l’information, aurait été plausible s’il n’avait
pas opéré une citation tronquée de ce procès-verbal.

Page 50 sur 71
 
Si l’on peut admettre que seul un véhicule peut se stationner et non un individu, on ne peut pour
autant décemment affirmer que lorsque le Lieutenant-colonel GOSSET écrit : « Cette personne
a accédé à l’emprise sécurisée de la SNCF sans qu’il puisse déceler ses agissements. » (D626) qu’il parle d’un
véhicule.

Il est en effet inconcevable d’utiliser les termes « personne » et « agissements » pour désigner un
véhicule et particulièrement en l’espèce, où il est matériellement impossible qu’un véhicule « accède
à l’emprise sécurisée de la SNCF », sauf si les portails et grillages avaient été détruits par le passage du
véhicule, ce qui n’est pas le cas.

Il est étonnant de constater que le Lieutenant MANCHERON n’apporte pas d’explication sur le
contenu du dernier procès-verbal du Lieutenant-colonel GOSSET (D644) pourtant
contradictoire avec celui susvisé, dans le cadre duquel il signale avoir eu des « échanges d’information
avec les services de police compétents » aux termes duquel il a appris que les services de la SDAT n’ont
pas pu observer d’individus lors de leur surveillance.

De surcroît, il est important de rappeler que la même information, à savoir celle selon
laquelle un individu aurait été aperçu au sein de l’emprise SNCF, a été transmise à
l’ensemble des personnes qui ont été avisées des dégradations, de sorte que la théorie de
Monsieur MANCHERON ne saurait prospérer en l’espèce.

Il suffit pour s’en convaincre de reprendre l’ensemble des déclarations des personnes avisées
pour constater que les informations transmise sont identiques, qu’elles aient été en contact direct
avec un agent de la SDAT ou que l’information leur ait été répercutée.

Page 51 sur 71
 
Il en découle que toutes ces personnes évoquent l’information selon laquelle :

- Un individu a été observé par les officiers de la SDAT (BARBOT- D625 ;; POIROUX-
D624 ;; VILLEPOIX D629 ;; Eddy OLIVIER D632 ;; LGV EST D633- LAMMERS
D627 ;; GOSSET D626)

- Cet individu a été aperçu alors qu’il accédait à l’emprise sécurisée de la SNCF
(BARBOT- D625 ;; POIROUX- D624 ;; VILLEPOIX D629 ;; Eddy OLIVIER
D632 ;; LGV EST D633- LAMMERS D627 ;; GOSSET D626)

En ce qui concerne l’information relative à l’horaire auquel aurait été aperçue cette
personne, tous les protagonistes évoquent les alentours de 5 heures du matin (BARBOT-
D625 ;; POIROUX- D624 ;; Eddy OLIVIER D632 ;; LGV EST D633- LAMMERS
D627 ;; GOSSET D626), hormis Monsieur De VILLEPOIX qui ne précise pas d’horaire
et Monsieur GOSSET qui évoque la période de 4h à 4h20.

Au vu de ces éléments, la thèse de Monsieur MANCHERON qui visait vraisemblablement à


annihiler la valeur probante du procès-verbal de Monsieur GOSSET, lequel est en contradiction
avec celui de la surveillance de la SDAT coté D104, est inefficace et infondée.

En effet, parce que le procès-verbal du Lieutenant-colonel GOSSET se fonde sur une


information directement transmise par un agent de la SDAT ayant participé à la surveillance et
qui s’avère être en contradiction avec celui de la SDAT coté D104, il devient particulièrement
gênant pour la démonstration de Monsieur MANCHERON.

Il convient par ailleurs, de souligner que l’usage que le Lieutenant MANCHERON fait du
procès-verbal du Lieutenant-colonel GOSSET est l’illustration même de la réinterprétation
opportune des procès-verbaux du dossier opérée par le Capitaine LAMBERT et le Lieutenant
MANCHERON dans le cadre de l’exécution de la commission rogatoire du 5 novembre 2009.

On relèvera à ce titre que le Capitaine LAMBERT (D1623) s'appuie sur le procès-verbal du


Lieutenant-colonel GOSSET pour étayer son explication de l'« erreur matérielle » concernant
l'heure de départ de TRILPORT de la MERCEDES alors que le Lieutenant MANCHERON le
disqualifie en arguant qu'en son sein « le message est déjà déformé ».

Autrement dit, le témoignage de Monsieur GOSSET est fiable lorsque cela arrange les services de
la SDAT et ne l’est plus, lorsqu’ils n’arrivent plus à trouver d’explication plausible à leurs
incohérences.

En conséquence, les pièces d’exécution du soit-transmis n’apportent aucune explication


à la contradiction soulevée par les Conseils, au contraire, elles tendent à les conforter
dans l’idée que le procès-verbal D104 ne serait pas authentique sur ce point.

Page 52 sur 71
 
Enfin, il est important de rappeler que lors du transport sur les lieux qui s’est déroulé le
13 janvier 2011 sur le site de DHUISY en présence des Magistrats Instructeurs, du
Procureur de la République, des mis en examen et des Conseils des parties, il a pu être
constaté que si un individu avait été présent près du véhicule Mercedes lorsque celui-ci
était stationné sur la voie d’accès à l’emprise SNCF il aurait nécessairement été aperçu
par le conducteur du véhicule V1 à l’aide de son matériel d’intensification de lumière.

¾ L’improbable position du « véhicule 1 » des effectifs de police au regard de la


position des autres effectifs de police entre 4h et 4h20

Si les nouvelles pièces de la procédure ont permis d’évaluer approximativement le nombre de


véhicules assurant la surveillance, soit une « douzaine », il n’en résulte pas pour autant que leur
position exacte lors de la surveillance entre 4h et 4h20 soit indiquée.

Hormis la position du véhicule 1, le seul élément précis en notre possession est le positionnement
des quatre véhicules de police à 5 heures lorsqu’ils entament des recherches pédestres aux abords
de la voie de chemin de fer.

En effet, le procès-verbal D104 indiquait que le reste du dispositif était positionné « aux abords de
la RD23 » :

« Eu égard au comportement atypique du véhicule et à l’isolement des lieux, décidons d’élargir le dispositif de
surveillance mis en place en nous positionnant aux abords de la RD23, il est QUATRE HEURES. »

Le Lieutenant MANCHERON, dans le cadre de la commission rogatoire du 5 novembre 2009,


indiquait que les services de police s’étaient positionnés aux « points de passage obligés » du véhicule
de Julien COUPAT :

« Le véhicule 1 est alors resté à cette place en attendant que les autres véhicules du dispositif implantés
aux points de passages obligés ou devait débouché le véhicule suivi, s’il avait maintenu sa
progression, annoncent son passage (D1623/4) »

Il est important de rappeler que les Magistrats Instructeurs lors du transport sur les lieux du 13
janvier 2011 ont toujours refusé de répondre à la question du positionnement des autres
véhicules des services de police.

Il ressort du procès-verbal D104, que les véhicules de police devaient nécessairement être
stationnés à proximité immédiate de la voie de chemin de fer puisqu’en l’espace d’un « instant » à
compter du départ du véhicule Mercedes à 4h20, ils procèdent à un encerclement piéton des
« abords immédiats des lieux ».

De plus, au moment où l’encerclement piéton est effectif, le véhicule de Julien COUPAT est
« observé franchissant l’intersection de la RD23 et de la voie communale V4 en direction de DHUISY » :

Page 53 sur 71
 
« A QUATRE HEURES VINGT minutes, constatons que le véhicule allume ses feux et s’engage sur la
RD23 en direction de DHUISY.

A cet instant, donnons pour instruction au reste du dispositif de surveillance de poursuite la filature du
véhicule et nous positionnons à l’entrée de la voie de service sise au pied du pont de chemin de fer, à l’endroit exact
où le véhicule a été observé à l’arrêt.

Procédons à un encerclement piéton des abords immédiats des lieux dans l’attente de l’annonce par le reste du
dispositif de l’éloignement du véhicule utilisé par Julien COUPAT.

Le véhicule est alors observé franchissant l’intersection de la RD23 et de la voie communale V4 en direction
de DHUISY. » (D104/5)

Dès lors, le reste du dispositif de surveillance est arrivé sur les lieux aux alentours de 4h22, eu
égard à la distance approximative de 2 km séparant « l’entrée de la voie de service sise au pied du pont de
chemin de fer » et « l’intersection de la RD23 et de la voie communale V4 en direction de DHUISY ».

Dans ces conditions, plusieurs questions restent en suspens :

- On comprend en effet, difficilement que ce soit le fonctionnaire du véhicule 1


stationné au niveau de la ferme de BOYENVAL qui se soit déplacé afin de
« positionner » le véhicule MERCEDES alors que les autres véhicules du dispositif de
surveillance étaient manifestement plus près de la voie de chemin de fer que ce
premier ;;

D’autant plus que si l’on reprend le procès-verbal D104, le fonctionnaire chargé de la surveillance
piétonne aurait aperçu le véhicule MERCEDES, alors qu’il se trouvait lui-même « au niveau du
pont de chemin de fer,, » (D104)

- De même, l’on ne s’explique pas que le reste du dispositif de surveillance n’ait pu


apercevoir le véhicule MERCEDES stationné ou du moins un individu accéder à
l’emprise de la SNCF.

L’ensemble des observations ci-avant formulées démontrent que le récit des


services de police dans le cadre du procès-verbal D104 et des pièces d’exécution du soit-
transmis du 5 novembre 2009, paraît pour le moins invraisemblable.

Page 54 sur 71
 
IV/ L’absence dans le procès-verbal D104 d’indication relative aux opérations de
surveillance entre 4h20 et 5 heures

A la lecture des pièces d’exécution du soit-transmis du 5 novembre 2009, on constate qu’il n’y a
aucune précision apportée sur la surveillance de la SDAT entre 4h20 et 5 heures.

Or, des précisions auraient été utiles puisqu’il ressort du procès-verbal D104 un flou sur les
opérations policières dans ce laps de temps.

En effet, le procès-verbal D104 précise :

« A CINQ HEURES, le véhicule quitte MEAUX et poursuit son cheminement en direction de PARIS.

A cet instant renouvelons nos instructions au reste du dispositif de surveillance aux fins de poursuite de la filature
du véhicule et décidons de gagner la RD23 sur la Commune de DHUISY en direction de GERMIGNY SOUS
COULOMBS »

A la lecture de ce paragraphe, il apparait que l’ensemble du dispositif avait quitté le site de la


SNCF contrairement à ce qu’indique la cote D1625.

L’expression le « reste du dispositif » laisse entendre que le dispositif de surveillance est scindé en
deux groupes, celui qui poursuit la filature du véhicule de Julien COUPAT et celui dont fait partie
le rédacteur du procès-verbal.

Or, si le premier groupe n’est pas sur le site de la SNCF puisqu’on lui enjoint de poursuivre la
filature du véhicule MERCEDES, il apparaît que le deuxième groupe auquel appartient Monsieur
MANCHERON, rédacteur du procès-verbal, n’est pas resté sur ce site tel que l’expose le procès-
verbal D1625 puisqu’il est indiqué en D104 : « décidons de gagner la RD23 sur la Commune de
DHUISY en direction de GERMIGNY SOUS COULOMBS ».

En outre, il est pour le moins curieux que les fonctionnaires de police se stationnent sur les voies
d’accès opposées à celle ou se serait stationné Monsieur Julien COUPAT.

Les fonctionnaires de police justifient ce choix par la volonté « de ne pas « polluer » les lieux ou
pouvait avoir été commis une infraction ». (D1625)

Page 55 sur 71
 
Cette justification est particulièrement singulière au regard de l’état d’esprit des fonctionnaires de
la SDAT au moment de la recherche sur les voies tel que rapporté par le Capitaine LAMBERT
dans le cadre des pièces d’exécution de la commission rogatoire :

« Aucun gel des lieux aux fins de préservation des traces et indices n’a été effectué au moment du départ des
fonctionnaires de la zone car il convient de rappeler que la gerbe d’étincelle observée au passage du
train, si elle avait effectivement attirée notre attention et engendré des interrogations,
n’avait pas en elle-même, permis de déterminer la commission d’une infraction, notre
connaissance de la circulation ferroviaire ne permettant pas de caractériser le caractère
inhabituel ou non de ce phénomène, d’autant que le train ne s’était pas arrêté . » (D1625)

La description que fait le Capitaine LAMBERT de l’état d’esprit de son équipage apparaît encore
une fois comme une nouvelle version des pièces du dossier.

En effet, le Capitaine LAMBERT, lequel déclare que la gerbe d’étincelles a juste attiré son
attention et engendré des interrogations, écrivait pourtant le 15 novembre 2008 dans son rapport
de synthèse qu’il avait après le passage du train, immédiatement opéré un rapprochement de ce
qu’il avait vu avec « l’idéologie de blocage des axes de communication » :

(688/5)

L’agent de la SDAT avec lequel le Lieutenant Colonel GOSSET avait été en contact confirmait
l’état d’esprit du Capitaine LAMBERT :

(D626)

Page 56 sur 71
 
A considérer que leur intention était celle de garder intact ces lieux, on ne s’explique pas pourquoi
l’ensemble du dispositif a quitté le site à la suite de l’inspection des voies sans attendre qu’une
équipe spécialisée vienne procéder à des constatations techniques sur les lieux, d’autant que les
fonctionnaires sont censés être une vingtaine munis d’une douzaine de véhicules lors de cette
surveillance.

Plus encore, si les services de la SDAT étaient soucieux de ne pas polluer les lieux, il
aurait été inimaginable qu’ils ne préviennent pas la gendarmerie ou la SNCF de
« l’endroit exact » du stationnement du véhicule MERCEDES et des véhicules de police.

Ces précisions auraient été indispensables pour leur permettre de réaliser les
constatations et les relevés dans les meilleures conditions, sans risque d’atteinte à
l’intégrité des éléments qu’ils trouvaient.

A l’évidence, s’ils avaient été avisés des constatations faites dans le cadre de la
surveillance de la SDAT, la SNCF n’aurait pas stationné son camion sur la voie de service
principale, et la gendarmerie n’aurait pas relevé des traces et d’indices que la SDAT
revendique à présent comme siens.

Page 57 sur 71
 
V/L’improbable cheminement des forces de police dans le cadre de leurs recherches
d’indices aux abords et sur la voie SNCF à compter de 5 heures décrit dans le procès-
verbal D104

Selon le procès-verbal D1625 :

« L’ensemble des fonctionnaires restés sur la zone ont alors cheminé jusqu’au portail d’accès situé sur la droite
avant le pont de chemin de fer en venant de COULOMBS EN VALOIS (Seine et Marne) qu’ils ont franchi
en enjambant le grillage . Puis ceux-ci ont cheminé vers la voie ferrée se rendant vers le fond de la zone en
longeant le talus en contrebas jusqu’à accéder à la voie ferrée le longeant en direction de PARIS. Puis après environ
une centaine de mètres, ils sont revenus sur leur pas en cheminant en direction de STRASBOURG cette fois en
marchant sur la voie ferrée jusqu’à dépasser l’aplomb (toujours sur la voie ferrée) de l’endroit ou était stationné le
véhicule de Julien COUPAT (représenté en noir sur le schéma) »

ƒ De nouveau, le cheminement des services de police sur les voies tel que
représenté dans le cadre d’un schéma joint au dossier, étonne par
l’absence d’approche du lieu où aurait été positionné Julien COUPAT.

Si les services de police indiquent ne pas souhaiter se stationner sur la voie dans laquelle aurait été
aperçu le véhicule de Julien COUPAT pour ne pas « polluer la scène », ils n’en inspectent même
pas les abords.

ƒ De plus, la position des véhicules de police et le tracé du cheminement


pédestre des fonctionnaires ne correspondent pas aux constatations
matérielles recueillies sur les lieux par la brigade de LIZY sur OURCQ.

La Brigade de LIZY sur OURCQ avait notamment constaté la présence sur le chemin d’accès au
portail Nord-Ouest de « traces de pneumatiques laissées par un véhicule ayant effectué un demi-tour »
(D620/6) et n’avait constaté aucune trace de pas au sud de la LGV, ni de trace de franchissement
du portail sud, côté DHUISY.

Or, le Capitaine LAMBERT a indiqué que deux véhicules de police étaient stationnés au niveau
du portail Nord-Ouest, ce qui ne correspond manifestement pas aux constatations techniques
susvisées qui indiquent qu’un seul véhicule aurait été stationné à cet endroit précis, et qu’une
équipe de policiers avaient marché sur flanc sud de la LGV et franchi ce portail.

ƒ De plus, le vocabulaire utilisé par le Capitaine LAMBERT pour décrire le


cheminement des officiers de la SDAT pour accéder aux voies est
parfaitement inadéquat.

Il indique que les fonctionnaires ont « enjambé le grillage » pour accéder à l’emprise sécurisée de la
SNCF.

Page 58 sur 71
 
Or, il convient de rappeler que le grillage en question n’est pas susceptible d’être « enjambé » vu
sa hauteur.

La brigade de LIZY sur OURCQ avait constaté dans le cadre de ses opérations de police
technique et scientifique :

« Le site et les voies ferrées sont protégés par une clôture métallique mesurant environ deux mètres,
surmontée par un fil barbelé. Au niveau des trois accès au site, des portails métalliques sont fermés au moyen de
serrures. Ces portails mesurent eux aussi environ deux mètres de hauteur. » (D620/4)

ƒ Dans le cadre du procès-verbal D1625 ils indiquent que, ne découvrant


pas d’indice suspect, les services de police sont revenus sur leur pas puis
ont été surpris par l’arrivée du train « ouvreur » à tel point qu’ils auraient
sauté dans le talus pour éviter l’accident.

Cette scène est narrée comme suit :

Puis ne découvrant aucun indice suspect, les fonctionnaires sont revenus sur leur pas et c’est alors qu’ils venaient de
dépasser le pont à cinq heures dix minutes, qu’un TGV arrivant de PARIS a été repéré qu’il a été
donné pour ordre à haute voix et par radio, aux effectifs de s’écarter de la voie ferrée afin
de ne pas se faire percuter par le train. Ceux-ci ont alors sauté dans le talus situé de part
et d’autre de la voie ferrée. C’est au passage de ce train qu’il a pu être observé une gerbe d’étincelle au
niveau de la caténaire accompagné d’un bruit sec tel qu’il est mentionné sur le procès-verbal de surveillance du
7/11/2008 et coté 161/2008/surv/22.

Il est étonnant de constater que le procès-verbal D104 ne mentionnait aucunement ces


circonstances particulièrement épiques.

De plus, la description de cette scène est en contradiction avec la description de l’opération de


vérification des voies, fournie au Lieutenant Colonel GOSSET par l’agent « anonyme » de la
SDAT.

Le procès-verbal D626 précise que les fonctionnaires ont attendu le passage du train ouvreur et
non qu’ils ont été surpris par celui-ci.

Page 59 sur 71
 
(D626)

ƒ Enfin, le lieu où les services de la SDAT constatent la gerbe


d’étincelles ne correspond pas au lieu de la dégradation.

Dans le cadre du procès-verbal D104, les services de la SDAT indiquent que la gerbe d’étincelles
se produit « à l’aplomb exact du pont de chemin de fer » :

« A CINQ HEURES DIX minutes, constatons le passage sur la voie ferrée d’un train à grande
vitesse. Indiquons que lorsque le train passe à l’aplomb exact du pont de chemin de fer, se
produit une gerbe d’étincelles accompagnée d’un grand bruit sec. Voyons le caténaire (sic) se détendre puis
se retendre. Le train semble poursuivre son cheminement sans encombre. » (D104/6)

Ce positionnement de la gerbe d’étincelles apparaît confirmé par les pièces d’exécution de la


commission rogatoire.

Les fonctionnaires décrivent qu’après avoir dépassé le pont en revenant sur leurs pas, ils étaient
surpris par l’arrivée du train.

A son passage, ils constataient une gerbe d’étincelles.

« Puis ne découvrant aucun indice suspect, les fonctionnaires sont revenus sur leur pas et c’est alors qu’ils
venaient de dépasser le pont à cinq heures dix minutes, qu’un TGV arrivant de PARIS a été repéré
qu’il a été donné pour ordre a haute voix et par radio, aux effectifs de s’écarter de la voie ferrée afin de ne
pas se faire percuter par le train. Ceux-ci ont alors sauté dans le talus situé de part et d’autre de la voie
ferrée. C’est au passage de ce train qu’il a pu être observé une gerbe d’étincelle au niveau de la caténaire
accompagné d’un bruit sec tel qu’il est mentionné sur le procès-verbal de surveillance du 7/11/2008 et
coté 161/2008/surv/22 ». (D1625)

Or, il résulte de l’enquête de la Gendarmerie que la zone de découverte de la griffe, n’est pas à
l’aplomb du pont de chemin de fer, dès lors, la gerbe d’étincelles n’a pu se produire à l’endroit où
les services de police l’ont indiqué.

Page 60 sur 71
 
PHOTOGRAPHIE DE LA GENDARMERIE DE MEAUX
POINT KILOMETRIQUE PK 45.030 (D618/2)

Page 61 sur 71
 
(D618/10)

Page 62 sur 71
 
Le positionnement de la gerbe d’étincelles est confirmé par les déclarations de Monsieur Patrice
CERRO (D621) :

******

Ainsi que nous venons de le montrer, les dernières pièces d'exécution de la commission rogatoire
(D1621) ne font qu'ajouter de nouvelles invraisemblances à un procès-verbal déjà invraisemblable
– le D104.

Or c'est sur ce procès-verbal que repose toute la présente procédure. C'est lui qui motive tant les
arrestations que les perquisitions, les mises en examen et pour finir les incarcérations.

Dans leurs demandes d'actes successives, les Conseils avaient émis des doutes quant à
l'authenticité du D104. Avec ces nouvelles pièces, ce sont les fonctionnaires de police en charge
de la surveillance qui prouvent par eux-mêmes que le D104 est un faux, qu'ils n'étaient pas à
DHUISY entre 4h00 et 4h20, et qu'ils n'y ont pas vu le véhicule de COUPAT, qui n'y était pas
non plus.

Là où les conseils avaient demandé des actes circonstanciés tels que l'audition en leur présence de
Messieurs PLEINET et BARBOT, messieurs LAMBERT et MANCHERON répondent par de
véritables plaidoyers pro domo en forme de procès-verbal.

x Ils ne procèdent à aucune audition, mais livrent leur réinterprétion opportune


des procès-verbaux du dossier qui les embarrassent, y compris de ceux
rédigés par leurs soins.
 
L'usage fait par les enquêteurs du procès-verbal du lieutenant colonel GOSSET (D626) est un cas
exemplaire. Tandis que le capitaine LAMBERT (D1623) s'appuie sur lui pour étayer son
explication de l'« erreur matérielle » concernant l'heure de départ de TRILPORT de la
MERCEDES, le lieutenant MANCHERON le disqualifie en arguant qu'en son sein « le message est
déjà déformé » afin de sauver le D104.

Page 63 sur 71
 
Et ce cas n'est pas isolé : alors que le Capitaine LAMBERT cite Monsieur BARBOT, Madame
Anne MARCEAU et Monsieur GOSSET pour appuyer ses dires, son collègue MANCHERON
les considère tous uniformément comme ayant été sujets à une « distorsion de l’information ».

- Des explications fantaisistes

Lorsque les enquêteurs de la SDAT ne peuvent maintenir, face à l'évidence, leur version des faits,
comme dans le cas du départ de TRILPORT à 3H50, pour une arrivée à DHUISY à 4H00, soit
une vitesse moyenne de circulation de 160 km/h, ils plaident l'«erreur matérielle », la justifiant par
le fait qu'ils ne peuvent s'être trompés trois fois, s'appuyant sur leur propres déclarations que rien
ne corrobore, quant à la présence de la MERCEDES à DHUISY à 4H00, 4H05 et 4H20.

On pourrait aussi bien arguer que s'ils se sont trompés une fois, ils peuvent aussi bien se tromper
trois fois, mais qu'importe. L'« erreur matérielle » qui aurait vu le « 30 » de « 3H30 » se
transformer en « 50 » de « 3H50 » est justifiée par le fait que « les chiffres « 3 » et « 5 » peuvent
facilement être confondus non seulement en raison de leurs dessins approchants, mais aussi eu égard aux
circonstances nocturnes de prise de note.

Indiquons en effet concernant ces prises de notes ayant permis la rédaction du procès-verbal coté D104, qu’elles se
sont effectuées de nuit, en mouvement, à bord d’un véhicule et ce, avec les contraintes liées aux impératifs de
discrétion, ceci tout en continuant l’observation des objectifs de surveillance. »

Si le « 3 » ressemble au « 5 », pourquoi ne pas dire qu'il ressemble au « 2 » tout aussi bien. On peut
en outre imaginer qu'en dépit de la nuit, les voitures de la SDAT sont dotées de plafonniers.
Quant au mouvement, l'argument serait d'intérêt si à ce point de la filature, la voiture suivie, et
donc celles de la SDAT, n'avaient pas été stationnées depuis plusieurs heures.

L'explication est, comme on le voit, fantaisiste.

- La réponse par le flou, ou pas de réponse du tout

Comme on l’a vu précédemment, sous prétexte de préserver les techniques d’investigations de la


SDAT, les policiers se permettent de répondre par le plus grand flou aux questions du Magistrat
Instructeur.

Plus encore, il arrive même que les enquêteurs de la SDAT ne répondent tout simplement pas
aux questions posées par le magistrat instructeur. A la question : « Sachant que la pose du crochet, en
pleine nuit, a pu avoir lieu avec l’utilisation d’une ou plusieurs lampes, expliquer pour quelles raisons la luminosité
qui a dû en résulter n’est pas mentionnée au procès-verbal de surveillance », ils n'apportent aucune réponse
bien que son intitulé figure dans leurs propres procès-verbaux.

Le fonctionnaire de police se contente d’éluder la question en répondant à une toute autre.

Or, ce point a toute son importance quand on connaît la topographie du site de DHUISY,
maintes fois évoquée au cours de ce dossier et que l’on prend en considération les allégations
maintes fois réitérées depuis le début de l’instruction selon lesquelles une lampe frontale, dont
l’emballage aurait été trouvé dans la poubelle de TRILPORT, aurait été utilisée pour poser le
crochet.

Page 64 sur 71
 
Le Magistrat instructeur demande aussi, dans sa commission rogatoire, de « préciser
chronologiquement les diverses personnes s'étant rendues sur les lieux, leurs qualités, les motifs de leur présence à
l'endroit où elles ont circulé » à DHUISY « dès le départ du véhicule faisant l'objet de la surveillance à 4h20 ».
Or, les enquêteurs ne donnent des éléments de réponses, encore que vagues, que pour l'horaire
postérieur à 5h00 du matin.

Au vu de ce qui vient d’être développé, il n’existe plus de doutes sur le fait que le procès-
verbal D104 n’est pas authentique mais qu’il correspond à une falsification.

VI/ L’improbable arrêt au pied du pont de la Marne à 4h45

Selon le procès-verbal D104 :

« a QUATRE HEURES QUARANTE CINQ minutes, le véhicule s’arrêt au pied du pont de la Marne
sur la commune de TRILPORT, puis après quelques minutes repart en direction de PARIS »

Dans le cadre de son soit-transmis en date du 5 novembre 2009, le Magistrat Instructeur avait
sollicité des services de police qu’ils effectuent des recherches sous-marine à l’aplomb du Pont de
la Marne où les policiers sont censés avoir vu le véhicule de Monsieur Julien COUPAT s’y
stationner.

Le 15 février 2010, soit plus de 18 mois après les faits, des plongeurs initiaient des recherches
sous marine.

N’arrivant pas à se plaquer sur le sol tellement le courant était fort, ils remontaient rapidement
après avoir fait de vaines recherches (D1666).

La Brigade fluviale dressait le rapport suivant :

« Ce jour, à 7H30, conformément aux instructions du chef de poste (bon de


Commande n°2010/508) au moyen du TC 308 attelé fun pneumatique et accompagné du
Sous/Brigadier GENOUX je me suis rendu sur la commune de TRILPORT (77) pour le motif
cité en objet.

Sur place, à 9H00, en contrebas du pont - le la N3 (point GPS 48,95749°N


2,94515°U) j'ai pris contact avec le Capitaine de Lieutenant de Police LAMBERT Arnaud
de la
DCPJ/SDAT qui m'a indiqué rechercher un objet métal que de .forme courbée aux
extrémités et pesant 1.044 Kg et des tubes PVC de 1 mètre environ pouvant se trouver
dans la Marne sous le pont de la nationale 3 ou dans une zone en amont ou en aval de
celui-ci.

En accord avec le Capitaine LAMBERT et au" des conditions de crue une zone de
recherche a été définie an aval du pont sur 10 mètres et 5 mètres vers le milieu du chenal (voir
plan).

Je me suis immergé de 1 0H à 11H. La recherche s'est avérée négative,


Le fond est très accidenté, profond (7-8 mètres) et il y a de nombreux débris qui

Page 65 sur 71
 
jonchent le sol.

Les recherches n'ont pas été continuées dans l’après-midi. car les conditions de crue
(plus de 50m3/S au lieu de 50m3/S en tant normal) n'ont pas permis d'effectuer une
recherche ;; efficace »

Il ressort de ce rapport, qu’alors que le Magistrat Instructeur avait demandé que des recherches
soient effectuées en ces termes :

« Faire vérifier par recherche sous-marine à l’aplomb de cet arrêt-ainsi que 30 m en amont et 30 mètres en aval de
ce point- si des objets quelconques, qui pourraient être en relation avec les mis en examen et les faits reprochés, s’y
trouvent, le cas échéant le saisir et les placer sous scellés. » (D1621) »

le capitaine LAMBERT demande aux plongeurs de chercher :

« un objet métal que de forme courbée aux extrémités et pesant 1.044 Kg et des tubes
PVC de 1 mètre environ pouvant se trouver dans la Marne sous le pont de la nationale 3
ou dans une zone en amont ou en aval de celui-ci ».

Le 24 mars 2010, les plongeurs remontaient à la surface plusieurs tubes de PVC pour
certains posés à même le sol d’une longueur de 1m40 à 2m10 (D1670).

Ces tubes étaient confiés à un expert pour que soit relevées d’éventuelles traces ADN, en
vain (D1682).

Les services de police focalisaient leur attention sur deux tubes objets des scellés
MAR/QUATRE et MAR/CINQ et initiaient des recherches quant à l’origine de ces tubes auprès
du distributeur JARDIBRIC (D1900).

Monsieur Antoine de BOUVILLE, attaché de direction au sein de cette société était


entendu et précisait que ce type de tube était commercialisé à plus de 10.000 exemplaires
(D1899/5).

Souhaitant manifestement voir ces tubes comme des objets ayant permis au
saboteur de poser le fer à béton et qu’un lien puisse être établi avec Monsieur Julien
COUPAT, les services de police décidaient d’entreprendre des recherches dans les
enseignes BRICORAMA afin de déterminer si des ventes de tubes avaient été réalisées le
7 novembre 2008 à des heures où le véhicule MERCEDES aurait échapper à leur
vigilance des services de police.

Le magasin BRICORAMA de CHATILLON faisait état d’une vente de tubes et d’articles


en promotion à 14h20 le 7 novembre 2008.

Les services de police insinuaient ainsi que Monsieur Julien COUPAT aurait acheté ces
tubes le 7 novembre 2008 avant de s’en servir pour poser le fer à béton puis les aurait jeté lors de
son arrêt au pied du pont de la Marne de « quelques minutes ».

Page 66 sur 71
 
Cette construction intellectuelle créée par les services de police s’oppose
cependant aux constations du procès-verbal D104 puisque ce dernier précise que le
véhicule s’est arrêté mais n’indique aucunement que des individus auraient sortis de la
voiture des objets et les auraient jeté dans la Marne.

Il est ainsi particulièrement étrange de constater que les services de police ont
suivi Monsieur Julien COUPAT et Madame Yildune LEVY pendant deux jours entiers et
que pour autant, dès qu’il se passait quelque chose d’essentiel ils n’en étaient pas
témoin :

- Lors de l’achat du matériel ;;


- Lors de l’usage du matériel ;;
- Lors du jet du matériel.

VII/ La possibilité évoquée de la présence d’une balise GPS placée sous le


véhicule MERCEDES de Monsieur Julien COUPAT

Dans le cadre d’un article de presse paru le 20 février 2011sur le site internet du Nouvel obs,
Monsieur Olivier TOSCER et Madame Isabelle MONNIN écrivaient :

« Les policiers qui filaient le militant autonome depuis qu'il avait quitté la résidence de ces parents en fin de
matinée, ont en effet perdu sa trace à hauteur de la porte de Chatillon vers midi. "Il était suivi à bonne distance
grâce à une balise GPS placée sur sa vieille Mercedes, révèle une source proche de l'enquête. A midi, le signal a
disparu comme cela arrive quand la cible entre dans un parking souterrain. Et justement, le Bricorama de
Châtillon en possède un pour ses clients". A 14h50, la balise avait recommencé à émettre. Et les hommes de la
SDAT avaient pu alors reprendre leur filature. » (Pièce n°3)

Il en résulte qu’une balise aurait été posée sur le véhicule MERCEDES, elle l’aurait été en
violation des dispositions du Code de procédure pénale.

Si cette information s’avérait vérifiée, elle pourrait démontrer l’absence d’authenticité du procès-
verbal D104, les services de police ne pouvant raisonnablement déclarer procéder à des
constatations visuelles alors qu’ils ne faisaient que suivre une balise.

Cette hypothèse permettrait quoiqu’il en soit d’expliquer les nombreuses incohérences et


contradictions résultant du procès-verbal D104.

Page 67 sur 71
 
b/ Le caractère préjudiciel de la falsification

L’élément préjudiciel a été précisé par la Chambre criminelle dans un arrêt du 15 juin 1962 où il
est affirmé qu’il n’y a faux punissable qu’autant que la pièce contrefaite ou altérée est susceptible
d’occasionner à autrui un préjudice actuel ou éventuel (Bull Crim, n°222, D.1962.505).

Cela-dit, il apparaît qu’en matière de faux en écriture publique, le préjudice est systématiquement
caractérisé en raison de la nature du support (écrit public) et de sa valeur probatoire, l’atteinte à la
confiance de l’Etat, intérêt protégé par la répression des faux, étant alors réalisée..

Cette analyse ressort d’un arrêt du 24 mai 2000 (n°99-81706) par lequel la Chambre criminelle a
posé que « le préjudice auquel peut donner lieu un faux dans un acte authentique résulte nécessairement de
l’atteinte portée à la foi publique et à l’ordre social par une falsification de cette nature ».

Les effets de cet arrêt relatif aux actes authentiques est transposable aux écritures publiques.

En tout état de cause, la caractérisation du préjudice des plaignants ne pose guère de difficulté
puisque, comme il a été évoqué à plusieurs reprises, ce procès-verbal constitue la pierre angulaire
de l’accusation, le seul élément attestant de la présence de Monsieur Julien COUPAT et de
Madame Yildune LEVY sur les lieux des faits.

c/Le caractère intentionnel de la falsification

L’article 441-1 du Code pénal vise l’altération frauduleuse de la vérité, ce qui implique que l’auteur
des faits l’ait accomplie intentionnellement.

L’élément moral est la volonté de réaliser la falsification tout en ayant conscience d’accomplir une
altération de la vérité de nature à causer un préjudice. (Crim, 15 juin 1962 ;; Bull Crim, n°222,
D.1962.505).

En l’espèce, les services de la SDAT, rédacteurs du procès-verbal D104 ne peuvent invoquer avec
vraisemblance leur ignorance des faits qu’ils ont pour mission de constater.

Page 68 sur 71
 
B/L’infraction d’usage de faux en écriture publique

L’usage de faux est prévu et réprimé par les articles 441-1 et suivants du Code pénal mais
constitue pour autant une infraction distincte du faux.

L’article 441-4 alinéa 2 et 3 du Code pénal réprime l’usage de faux des mêmes peines que le faux
commis dans une écriture publique c'est-à-dire : 10 ans d’emprisonnement et 150.000 €
d’amende.

Les peines sont portées à 15 ans de réclusion criminelle et à 225.000 € d’amende quand le faux ou
l’usage de faux est commis par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une
mission de service public agissant dans l’exercice de ses fonctions ou de sa mission.

L’usage de faux ne saurait se concevoir sans un faux préalable (1), cette infraction impliquant la
réalisation de l’infraction de faux (2) ainsi qu’un élément intentionnel (3).

1/La condition préalable : l’existence d’un faux

L’acte d’usage de faux nécessite la réalisation d’un faux au préalable lequel doit bien évidemment
remplir toutes les conditions relatives aux faux lui-même.

Pour que l’usage de faux soit réprimé il faut que soit caractérisé un faux punissable quand bien
même l’auteur du document falsifié resterait inconnu.

Ce n’est qu’une fois que l’existence du faux punissable est relevé que l’acte d’usage de ce faux
peut alors être recherché.

En l’espèce, il a été démontré que le procès-verbal D104 était un faux, en conséquence la


condition préalable de l’infraction d’usage de faux est remplie.

Page 69 sur 71
 
2/L’acte d’usage de faux

Il n’existe pas de définition légale de l’acte d’usage de faux, cependant la jurisprudence considère
de manière constante qu’ : « il suffit, pour constituer l’usage de faux, que le détenteur de cette pièce l’ait utilisée
par un acte quelconque en vue du résultat final qu’elle était destinée à produire » Cass. Crim. 15 juin 1939
(Bull Crim n°130)

Cet acte d’usage est notamment caractérisé par la production en justice de l’écrit ou du support
falsifié. (Cass. Crim 25 janvier 1961, Bull. crim , n°46).

Par une décision en date du 16 février 1977 (n° 75-90803), la Chambre criminelle de la Cour de
cassation a précisé concernant la production en justice d’écrits :

« Qu’en effet est constitutive d’un usage de faux, la production en justice d’un document
contrefait de nature à avoir une valeur probatoire et à entrainer des effets juridiques »

En l’espèce, l’acte d’usage est démontré puisque les services de police ont dressé ce procès-verbal
dans le cadre de leurs missions avec bien évidemment vocation à ce que celui-ci ait une valeur
probatoire.

L’acte d’usage est donc démontré.

3/ L’élément moral de l’usage de faux

L’article 441-1 du code pénal ne définit pas l’élément moral de l’usage de faux.

L’intention se caractérisera donc selon la jurisprudence et la doctrine par la volonté d’user de la


pièce fausse tout en ayant conscience de sa fausseté.

En l’espèce, l’intention frauduleuse est bien évidemment établie lorsque l’auteur de l’usage de
faux est aussi l’auteur de la falsification.

Ces agissements caractérisent donc les crimes de faux et usage de faux en écriture
publique prévus et réprimés par les articles 441-1 du Code pénal.

En conséquence, Monsieur Julien COUPAT et Madame Yildune LEVY déposent plainte


contre X des chefs sus-énoncés.

Les requérants se constituent partie civile entre vos mains et offrent de consigner toute
somme qu’il vous plaira de fixer et qui soit bien entendu proportionnelle à leurs revenus
(Pièce n°1).

Paris, le 21 février 2011

Monsieur Julien COUPAT Madame Yildune LEVY


 

Page 70 sur 71
 
 

BORDEREAU DE PIECES COMMUNIQUEES

¾ Pièce n°1 : Avis d’imposition 2010 de Monsieur Julien COUPAT et Yildune LEVY

¾ Pièce n°2 : Déclaration d’adresse

¾ Pièce n°3 : Article paru sur le site du Nouvel Obs. com le 20/02/2011

Page 71 sur 71