Vous êtes sur la page 1sur 50

Fascicule de Gestion Financière Formateur M.

DJANE KABRAN Aristide

GESTION FINANCIERE

Manuel préparé par

M. DJANE Kabran Aristide


Cél : (+225) 05 86 82 69
E-mail : djanekabran@yahoo.fr

Dans le cadre des formations professionnalisées

1
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

INTRODUCTION GENERALE ............................................................................................ 4


Cadre générale ............................................................................................................................ 4
PARTIE I : ANALYSE DES DIFFERENTS BILAN SELON LE SYSCOHADA .................. 6
CHAPITRE1 : LE BILAN NORMAL ..................................................................................... 7
Definition du Bilan ..................................................................................................................... 7
Les éléments de l’Actif .............................................................................................................. 7
II- Les éléments du Passif .......................................................................................................... 8
III- PRESENTATION DU BILAN .......................................................................................... 10
CHAPITRE2 : BILAN FONCTIONNEL ............................................................................... 11
I-GÉNÉRALITÉ ...................................................................................................................... 12
II-Retraitement nécessaire pour le passage du Bilan comptable au Bilan ............................... 12
fonctionnel ................................................................................................................................ 12
III-Bilan Fonctionnel proprement dit après retraitement.................................................. 13
IV- Application 1 ..................................................................................................................... 14
Application 2 ............................................................................................................................ 16
CHAPITRE 3 : BILAN FINANCIER ..................................................................................... 18
I- GENERALITE ................................................................................................................. 19
II- RETRAITEMENTS ......................................................................................................... 19
III- Bilan Financier proprement dit après retraitement ........................................................ 21
Application ............................................................................................................................... 21
CHAPITRE 4 : ANALYSE DE L’ENTREPRISE A PARTIR DU BILAN : FONDS DE
ROULEMENT, BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT(BFR), TRESORERIE
NETTE(TN) ............................................................................................................................. 23
I- LE FONDS DE ROULEMENT : FR ................................................................................... 24
II- LE BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT : BFR ......................................................... 24
III-LA TRESORERIE NETTE (TN) ....................................................................................... 25
Application (voir application suivante) .................................................................................... 26
CHAPITRE 5 : LE DIAGNOSTIC DE L’ENTREPRISE A PARTIR .................................... 26
DES RATIOS DU BILAN ....................................................................................................... 26
I-DEFINITION ET INTERETS DES RATIOS ....................................................................... 27
II- LES DIFFERENTS RATIOS DU BILAN .......................................................................... 27
Application (voir application précédente)............................................................................ 30
PARTIE II: L’ETUDE DESCRIPTIVE DU COMPTE DE RESULTAT ............................. 31
CHAPITRE 1 : LE COMPTE DE RESULTAT ..................................................................... 31
I- DEFINITION........................................................................................................................ 32
II. Présentation du Compte de Résultat................................................................................. 32
APPLICATION ........................................................................................................................ 33
CHAPITRE 2 : LES SOLDES INTERMEDIAIRES DE GESTION (SIG) ........................... 34
I- Les Marges Brutes ................................................................................................................ 35
II- La valeur ajoutée (VA) ........................................................................................................ 35
III- L’Excédent Brut d’Exploitation (EBE) ............................................................................. 36
IV- Le Résultat d’Exploitation (RE) ........................................................................................ 36
V- Le Résultat Financier (RF) .................................................................................................. 36
VI- Le Résultat de l’Activité Ordinaire (RAO) ................................................................... 37
VII- Le Résultat Hors Activité Ordinaire (RHAO) .................................................................. 37
VIII- Le Résultat Net (RN) ...................................................................................................... 37
Application ............................................................................................................................... 39

2
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

CHAPITRE 3 : LE TABLEAU DE FINANCIER DES RESSOURCES ET DES EMPLOIS


(TAFIRE) ................................................................................................................................. 41
I- GENERALITES ............................................................................................................. 41
II- Définition ...................................................................................................................... 41
III- OBJECTIF ..................................................................................................................... 41
IV- PRESENTATION DU TAFIRE ....................................................................................... 41
1ère PARTIE : DETERMINATION DES SOLDES FINANCIERS DE .......................... 41
L’EXERCICE N ............................................................................................................... 41
B-2ème Partie : Tableau de financement des emplois et ressources .................................. 44
Application ............................................................................................................................... 45
Application ............................................................................................................................... 48

3
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

INTRODUCTION GENERALE

I-Cadre générale
1-Définirons de la Gestion Financière
La Gestion Financière se définit comme un ensemble de techniques qui permettent
d’apprécier grâce à des critères d’évaluation, de bien définir la rentabilité économique,
financières des investissements et des capitaux.
La Gestion Financière consiste donc à gérer les ressources financières de l’entreprise et à
traduire toute décision en termes de rentabilités de la prise en compte du risque. Elle ré pose
cependant sur deux outils complémentaires :
-Un outil d’analyse afin de mettre à nu l’équilibre financier
-Un outil de prévision afin de trouver les moyens nécessaires d’atteindre les objectifs
Assignés par les dirigeants.

2- Objectif de la Gestion Financière


-La Gestion Financière permet d’assurer à l’entreprise de façon régulière des
ressources financières nécessaires à son équipement rationnel et à son fonctionnement
régulier.
-Elle veille à une meilleure utilisation des ressources mises à la disposition de
l’entreprise. En d’autres termes, la Gestion Financière va permettre de mieux contrôler la
rentabilité des équipements financés ainsi que les capitaux investis. La Gestion financière
vient en complément à l’analyse financière, il existe une corrélation entre ses deux concepts
qui font partie intégrante de la fonction financière de l’entreprise.

3- Définition de l’analyse Financière


Elle consiste en un ensemble d’outils et de méthodes permettant d’utiliser l’activité et
la situation de l’entreprise afin de mesurer ses performances économiques et financières et
d’apprécier son Équilibre financier

4- Objectif de l’analyse Financière


Elle à pour but de :
-Rechercher dans quelle mesure l’entreprise est assurée de maintenir son équilibre financier à
court, moyen, et long terme et de faire des prévisions afin d’améliorer la santé financière de
celle -ci.
-En d’autres termes, elle a pour objet la recherche et les interpretation des élements
d’informations permettant d’apprécier la situation financière d’une entreprise sous touts ses
aspects.
-Elle vise également à réduire le risque financier de l’entreprise.
-L’analyse financière fournit des informations très intéressantes pour diverses personnes
physiques et morales.Il s’agit notament de :
* Des dirigeants de l’entreprise pour orienter leur gestion.
* Des Preteurs pour leur permettre de se prononcer sur l’opportunié des conditions et
des limites des concours bancaires financiersq’ils envisagent de consentir à
L’entreprise.
*Des fournisseurs pour fixer leur politique de crédit à l’égard de leurs differents
clients.
*Des clients pour apprécier la bonne fin de l’exécution de certains marchés.
4
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

*Des investisseurs pour guider leur opération d’achat ou de ventre de titre


*Le personnel pour son information sur la marche de i’Etat et l’exercice de ses droits
en matière d’intéressement au bénéfice.
*L’Etat dans le cadre de son rôle économique et de ses actions dans le contrôle fiscal.
II- Les Documents de base à l’etude de la Gestion Financière
Pour faire une bonne étude de la gestion financière,il faut connaître
parfaitement un certain nombre de documents dont les plus importants sont :
-Le bilan
-Le Compte de Résultat
-Les Etats annexés
-Le Tableau de Financement des Ressources et des Emplois

5
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

PARTIE I : ANALYSE DES DIFFERENTS BILAN SELON LE


SYSCOHADA

6
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

CHAPITRE1 : LE BILAN NORMAL

Definition du Bilan

Le bilan est un document comptable établi à un moment donné pour faire l’inventaire de tout
ce que l’entreprise possède et de tout ce qu’elle doit. C’est un document très utile dont l’étude
permet aux chefs d’entreprise et aux tires intéressés de porté un jugement sur la situation
actuelle et passée, de l’aider à prendre des décisions qui engaent l’avenir. Il comprend deux
parties : l’actif et le passif.

A l’actif nous avons :

Les éléments de l’Actif


A-L’Actif immobilisé ou Emplois stables

1-Les charges immobilisées :


- les frais d’établissement : ce sont des frais fictifs sans valeur économique. Ils se
composent des frais de constitution (droit d’enregistrement, honoraire du notaire, annonce
légale et officielle…) ; les frais de démarrage (publicité, prospection) ; les frais d’entrée à la
bourse, les frais d’augmentation de capital.

- les charges à repartir sur plusieurs exercices : ce sont des charges engagées au cours
d’un exercice et qui concernent les exercices suivants qui doivent être étalées sur 5 ans ( les
frais d’émission des emprunts)

- les primes de remboursement des obligations : ce sont des frais liés à l’émission des
emprunts obligataires à prime ( les titres négociables, les actions, les obligations).

2- les immobilisations incorporelles :


- les frais de recherche et de développement : ils concernent les projets. Ce sont les
dépenss réalisées par l’entreprise dans le domaine de la recherche et du développement.

- le brevet : c’est un droit permettant à un inventeur ou toute personne ayant acquise


ledit brevet, d’exploiter en exclusivité une invention pendant un certain temps.

- la licence : c’est une autorisation d’exploiter un brevet concedé par le détenteur de


celui-ci.
- le logiciel : c’est un ensemble de programmes, de procédés et de règles.

- le fonds commercial : lorsqu’un commerçant vend son entreprise, l’acheteur doit


payer en plus de la valeur estimée, les différents biens composant l’actif, une certaine somme
représentant cet actif ( la clientèle, le nom de l’entreprise, la restauration)

3- les immobilisations corporelles :


Terrain, bâtiment, matériel de transport

* les avances et acomptes versés sur immobilisations :


Somme versée par l’entreprise à des tiers pour des commandes en cours d’immobilisation
corporelle ou incorporelle.

7
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

4-immobilisations financières :

- les titres de participation : ce sont des parts sociales dont la possession est estimée
utile à l’activité et au développement de l’entreprise et qui donne droit sur le capital.

- les autres immobilisations financières : les dépôts et cautionnement, prêt et créance


non commercial, titres immobilisés.

Tout cet ensemble cité ci-dessus, est appelé actif immobilise.

B-L’Actif Circulant

1-stocks (valeur d’exploitation) : marchandises, matières premières,


en cours, produits fabriqués

2-créances et emplois assimilés (valeur réalisée) : fournisseurs, avances


versées, clients, autres créances

L’ensemble stock et créances, est appelé actif circulant.

C-Trésorerie – Actif (valeur disponible)

- les titres de placement : ce sont des titres négociables acquis et cessibles (qu’on
vend) à tout moment en vue de réaliser un gain. Exemple : bon de caisse, action,
obligation titre de trésor.
- les valeurs à encaisser
- Banque, chèques postaux, caisse

D-Ecart de Conversion – Actif(ECA)

- perte probable de change : différence de change résultant de la conversion des


créances ; dettes en devise au cours de change de l’inventaire soldé par une perte
de change.

Au passif du bilan nous avons :

II- Les éléments du Passif

A- Les Capitaux Propres

1- le capital
- actionnaires capital non appelé (capital non encore libéré)

2- Primes et réserves
La prime est le droit d’entrée demandé au nouvel actionnaire.

- prime d’apport : différence entre la valeur des biens apportés et la valeur nominale
des actions ou parts sociales.

8
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

- prime d’émission : prime payée par les actionnaires lors de l’émission de nouvelles
actions. C’est aussi l’excédent du prix d’émission sur la valeur nominale des actions
ou parts sociales attribué à l’apporteur.

- prime de fusion : c’est la plus value dégagée lors d’une opération de fusion. C’est
aussi la différence entre la valeur réelle de l’entreprise absorbée et la valeur nominale
des actions ou parts sociales rémunérant l’apport

- écart de réévaluation : il s’agit d’un réajustement en franc courant des capitaux


propres (capital) pour compenser les pertes de l’exercice. Il n’est pas distribuable.

- réserves indisponibles : ce sont des réserves qu’une assemblée générale ordinaire ne


peut distinguer. Nous avons les réserves légales et les réserves statutaires ou
reglémentées.
- la réserve légale : c’est une réserve obligatoire dans les SA et les SARL.
- la réserve statutaire : en cas de bénéfice cette réserve doit être constituée en vertu des
statuts.
- les réserves libres : ce sont les réserves dont l’assemblée générale a la disposition.
L’assemblée générale peut ainsi préléver les dividendes sur les réserves en indiquant
expressement les postes sur lesquels les prélèvements sont effectués.

3- le report à nouveau : ce sont des pertes (report à nouveau débiteur) ou des


bénéfices (report à nouveau créditeur) constaté à la clôture d’exercice et reporté sur
l’exercice suivant.

4- autres capitaux propres

- les subventions d’investissment : ce sont des aides non remboursables que l’Etat et
les organismes internationaux apportent le plus souvent aux entreprises privées ou publiques
lorsqu’elles ont besoin d’un financement.

5- provisions réglementées et fonds assimilés


Ce sont des provisions ne correspondant pas à l’objet normal d’une provision mais
comptabilisé en application des tests fiscaux et légaux.

B Les Dettes Financières ou Dettes à Long et moyen terme

Ce sont des emprunts à plus d’un an.

1- les dettes de crédit-bail :


ce sont des dettes concernant les contrat de location des biens mobiliers ou immobiliers ;
c’est-à-dire qui portent sur des immobilisations corporelles (bâtiment, matériel, installation)
ou incorporelles (brevet), assorties d’une possibilité de rachat par le locataire à certaine date et
en particulier à la fin du contrat.

2- les provisions financières pour risques et charges : ce sont des


provisions évaluées à l’arrêt dezs comptes destinées à couvrir des risques et des charges que
les évènements survenus ou encours rendent probables.

9
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

L’ensemble des capitaux propres et les dettes financières constituent les ressources stables
ou durables ou les capitaux permanents.

C-Passif Circulant (dettes à court terme)


1-Clients, avances reçues
2-- les fournisseurs d’exploitation : ce sont des tiers auxquels l’entreprise à recours
pour ses achats de fournitures de toute nature et de services.
3-Dettes fiscales
-Dettes sociales
- les risques provisionnés : risque correspondant à des provisions pour risques et
charges à un an donc rapidement décaissable.

D-Trésorerie -Passif

1- Banque crédit -d’escompte : montant brut ( avant agio) des effets remis à
L’escompte des banques et non encore échus et reglés.

2- Banque crédit de trésorerie : dettes à court terme envers les banques ou


établissement de crédits contractés dans le cadre de la gestion des équilibres au jour le jour de
la trésorerie de l’entreprise.

3- Banque à crédit découvert ou banque découvert : le compte banque est à découvert


lorsque l’entreprise débourse d’avantage d’espèce qu’elle n’en aurait reçu en banque.

E-Ecart de Conversion Passif(ECP)


Différence de change résultant de la conversion des créances dettes en devises au cours de
change de l’inventaire soldé par un gain de change

III- PRESENTATION DU BILAN

Le bilan peut être présenté sous deux formes à partir du bilan en système normal : le bilan
fonctionnel et le bilan financier. Dans cette représentation, le SYSCOA recommande que
chaque poste doit faire l’objet d’une référence alphabétique à deux lettres afin de faciliter
l’établissement des états financiers comptables.

10
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

Actif Montants Passif Montants


Actif immobilisé Capitaux propres
- -
- -
- -
Total actif immobilisé X Total capitaux propres A
Actif circulant d’exploitation Dettes financières
- -
- -
- -
Total actif circulant d’exploitation y -
Total dettes financières B
Actif circulant H .A. O Passif circulant d’exploitation
- -
-Total actif circulant H.A.O Z -
-
Total a
passifcirculantd’exploitation
Total actif circulant Y+z=Y Passif circulant HAO
-
-
Total passif circulant HAO b
Trésorerie actif Total passif circulant a+b=C
-
-
-
Total trésorerie actif Z
Trésorerie passif
-
-
-
Total trésorerie passif D
Total Actif X+Y+Z A+B+C+
D

Illustration

CHAPITRE2 : BILAN FONCTIONNEL


11
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

I-GÉNÉRALITÉ
C’est un bilan élaboré avant répartition des bénéfices .Il s’intéresse au montant brut
du bilan en système normal. Des retraitements des postes de l’actif et du passif sont
nécéssaires pour dresser un bilan fonctionnel et faire une analyse de l’entreprise.Les
retraitements sont des ajustements préalables qui ont pour objectif de corriger les
insuffisances des documents transmis afin d’assurer l’homogénéité de l’analyse .Le bilan
fonctionnel est une image de fonctionnement de l’entreprise dans laquelle les ressources et les
emplois sont évalués à leurs valeurs d’origines et sont classés selon le cycle d’investissement,
de financement, et d’exploitation.Les ajustements correspondants supposent donc de ne
prendre en considération les postes que pour leur valeur d’or igine(valeur brute), les
amortissements et provisions ou les charges provisionnées correspondantes sont considérés
comme des ressources qui figureront au passif dans les capitaux propres comme eléments
d’autofinancement de l’entrepris

II-Retraitement nécessaire pour le passage du Bilan comptable au Bilan


fonctionnel

Postes d’Actif à retraiter Retraitements


Charges Immobilisées :
Frais d’établissement Reclasser dans l’Actit immobilisé
Charges à repartir sur plusieurs exercices Idem si les informations ont bété données en
annexe dans le cas contraire ils considérés
comme actifs fictifs .
Prime de remboursementdes obligations A éliminer de l’Actif ; puis à déduire des
dettes financières
Immobilisation incorporelles Démeure à son poste
Immobilisation corporelles Démeure à son poste
Crédit bail(V.O) Intégrer dans l’Actif Immobilisé à sa valeur
d’origine puis reclasser l’amortissement fictif
du bien pris en crédit bail dans les capitaux
propres,ensuite reclasser dans les dettes
financières l’équivalent de montant net
comptable du crédit bail
Immobilisations financières : A éliminer des immobilisations financières
Intérêts courus non échus sur prêt et à reclasser dans l’Actif circulant H.A.O.
Amortissements et provisions sur immo A reclasser dans les capitaux propres

Actlf circulant :
Stocks : Repris pour leurs montants nettes
Stock outil A éliminer des stocks
Créances et Emplois assimilés A reclasser dans l’Actif Immobilisé
Repris pour leurs montants nets
Charges constatées d’avances A reclasser dans les créances selon les infos
Actionnaires capital non appélé A éliminer de l’Actif puis à déduire des
capitaux propres

Disponibilité :

12
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

Concours bancaireset soldes créditeurs des A retrancher des dettes financières et ajouter
banques aux dettes circulantes
Ecarts de convertion -Pour ce qui est de l’écart d’actif, il est
rajouté aux créances et retranché des dettes
l’écart respectif qui les conserne.
-Pour ce quiest de l’écart passif, il faut
rajouter aux dettes et retrancher aux créances
l’écart qui les conserne.
Effet escomptés non échus A réintégrer dans l’Actif circulant dans les
créances d’exploitation d’une part et dans le
Passif Circulant dans les soldes créditeurs
des banques d’autre part
Provisions financières pour risque et charges. Selon les informations données en annexes
soit à reclasser dans les capitaux propres ou
soit reclasser dans les dettes financières
TVA déductible récupérable sur immo Elle est rangée dans l’actif circulant HAO
Compte courant associé créditeur Il est porté dans les dettes financières

NB : Dans le cas ou on ne donne pas d’information hors bilan sur les frais d’établissement et
les charges à repartir sur plusieurs exercices , on les retrancher de l’actif et on les déduire des
capitaux propres.

III-Bilan Fonctionnel proprement dit après retraitement

Actif Montants Passif Montants


Actif immobilisé Capitaux propres
- -
- -
Total actif immobilisé X Total capitaux propres A
Actif circulant d’exploitation Dettes financières
- -
- -
Total actif circulant d’exploitation y Total dettes financières B
Actif circulant H .A. O Passif circulant d’exploitation
- -
-Total actif circulant H.A.O Z -Total Passif circu’d’exploi A
Total actif circulant Y+z=Y Passif circulant HAO
-
Total passif circulant HAO B
Trésorerie actif Total passif circulant a+b=C
-
-Total trésorerie actif Z
Trésorerie passif
-
Total trésorerie passif D
Total Actif X+Y+Z A+B+C+
D

13
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

IV- Application 1

Le bilan de la SA Petit Jeton se présente comme suit au 31/12/2006


Actif Brut Amorts et Net Passif Montant
Prov.
Actif Immobilisé Capitaux propres
Prime de rembl 25 000 25 000 capital 650 000
Fonds commercial 152 000 152 000 Réserve légale 15 960
Terrain 456 000 456 000 Réserve facultative 142 700
Bâtiments 905 200 142 310 762 890 Report à nouveau 54 950
Matériel et 841 500 338 607 502 893 Résultat de l’exercice 134 000
outillage Subvention d’invst. 202 860
Total I 2 379 700 480 917 1 898 783 Total I 1 200 470
Actifs circulant 1 011 850 Dette financière
Marchandises 1 029 072 17 222 1 728 841 Emprunt et dette (1) 801 817
Clients (3) 1 776 945 48 104 236 055 Emprunt oubli (2) 1 000 000
Créance sur CI 236 055 19 930 Provisi pour risque 75 694
Charges cstés d’av 19 930 Provis pour charge 40 130
Total II 3 062 002 65 326 2 996 676 Total II 1 917 641
Trésorerie-actif 1 230 29 645 Passif circulant
Titre de placement 30 875 52 255 Fournisseurs 1 233 165
Disponibilités 52 255 Dettes fiscales 533 418
Total III 83 130 1230 81 900 Frss d’investis. 43 883
ECA 75 694 75 694 Prodt ostés d’avce 56 322
Total III 1 866 788
ECP 68 154
TOTAL Général 5 600 526 547 473 5 053 053 TOTAL Général 5 053 053

Informations complémentaires :
(1) ce poste comprend 200 000 F de concours bancaires courants et 15 000 F d’intérêts courus et
non échus.
(2) Dont 75 000 d’intérêt et non échus.
;
(3) Les écarts de conversion se repartissent comme ainsi :

ECA Montant ECP Montant


Diminution de créance 48 331 Augmentation de 40 464
créance
Augmentation de dette 27 363 Diminution de dette 27 690
Total 75694 Total 68 154

TAF : Déterminer le bilan fonctionnel détaillé et condensé de la SA Petit Jeton

14
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

Solution

15
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

Application 2

: Passage du bilan comptable SYSCOHADA au bilan fonctionnel


Le bilan au 31-12-2005 de la SA « LAVAGE » se présente comme indiqué àl’annexe1
Annexe 1 : bilan comptable SYSCOHADA au 31-12-2005

Actif MtBrut Amorts & Mtant Passif Montant


Provisions Net
Actf immobilisé Resces stables
- Chargesimmobilisées(4 Capitaux propres
Frais d’établissement 400 400 Capi tal 100.000
Chges à repartir /plusexo 3500 3500 Actionnaires Ksna -15.000
Prime de rembde oblg 2.000 2.000 Prime d’émission 12.000
-Immo incorporelles Réserve légale 3.000
Fraisderecrche&dévpmt 5280 2640 2.640 Autres reserves 27.000
Concession brevet 300 250 50 RAN 150
Fonds commercial 3.000 3.000 Résultat de l’Exo 23.600
-Immo corporelles Subv d’invest 4.200
Terrains 260 00 26.000 Prov réglémentées 1.300
Constructions 90.000 75000 15.000 Total C propres 156.250
Inst tech,mat ;etoutindust 108.000 .29000 79.000 Dettes financières
Autres immo corporelles 22000 4500 17.500 Emprunt oblg 40.000
Immo en-cours 3000 3.000 Emprunt & dtes 23.000
Prov pr risq &chg 2.850
-Immo financières Total Dettes Fin 65.850
Participations 25000 7500 17.500
Prêts(2) 10405 500 9.905
Autres immo financières 300 600

Total Actif immobilisé 299485 119390 180.095 Total R.stables 222.100


Actif Circulant Dettes C H.A.O
-Actif circulant H A O Frss d’invest 5.000
Créances HAO 7.000 7.000 Total P C H. A.O 5.000
-Actif Circulantd’Exploit Avces &acptesrçu 1600
Mat 1ères 60.000 800 59.200 Frss & cptes ratch 52.600
En-cours de prodt finis 4.000 4000 Dettes sociales 40000
Prodt intermédiares finis 30.000 2500 27.500 Dettes fiscales(a) 14.900
Créances &Emplsassimil Autresdetesd’expl 2200
Frss,avces & acptesvsés 2800 2.800 Dépré& risqprovn 850
Clients & cptes rattachés 55000 1275 53.725 Prodts cont d’avce 50
Autres créances 2900 2.900
Chges constatées d’avces 900 900
Total Actif circulant 162600 4575 158.025 Total Passif Circl 117.200
Vals mobilières deplacment Bq,créditd’escmpt 3500
Caisse, Banque 1.000 500 500
5280 5280
Total Trésorerie Actif 62800 500 5.780 Total Tréso Passif 3.500
E.C.A 13000 1.300 E.C. P 2400
Total Actif 469.665 124.465 345.200 Total Passif 345.200
(a) dont Impôt BIC :2500

TAF : 1- Etablir le bilan fonctionnel détaillé de la SA


1- Etablir le bilan fonctionnel condensé de la SA

Annexe 2 : Renseignements complémentaires


(1) L’ecart de conversion Actif conserne les créances clients.
L’écart de conversion passif conserne les créances clients pour 400 les dettes fournisseurspour 800
les emprunts pour 1400

16
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

(2) Les emprunts obligataires comptennent des intérêts courus pour 5000 Les intérêts courus sur prêts
pour 25
(3) La SA « lavage » utilise depuis trois ans un matérielindustriel financé par un contrat de crédit bail
mobilier dont les conditions sont les suivantes :
- Date de contrat :31-12-2000
- Valeur neuf du matériel : 20.000
- Durée du contrat : 5 ans
- Valeurdu matériel enfin de contrat Néant
- Loyer annuel :5000
La valeur du crédit bail excédait 5% du total brut des immobilisations mais le retraitement n’a pas été
effectué au 31//12/2008
(4) Charges immobilisées :
-Fraus d’etablissement brut depuis 2005 : 800ortisur 2ans)
-Charges à repartir sur plusieurs exercices (brut) depuis 2005 :5250( amorti sur 3ans)
-Prime de rembousement des obligationsbrut depuis 2002 10.000(amortir sur 5ans)

SOLUTION

17
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

CHAPITRE 3 : BILAN FINANCIER

18
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

I- GENERALITE

Un bilan financier est un document élaboré après repartions des bénéfices ; il concerne les
mouvements nets du Bilan Normal. Ces rubriques et postes sont fondés sur des critères de
liquidité (actif) et d’exigibilité (passif) et dont les classements sont en général dichotomiques
à l’actif et au passif dans un ordre décroissant. Le B Fonctionnel et le B Comptable ne
fournissent pas toutes les informations liées aux risques encourus par l’entreprise en égard aux
dettes et créances et leurs échéances. C’est donc pour prévenir ces risques de fiabilité liés à la
solvabilité et à la liquidité qu’on élabore un BF. La construction du bilan financier nécessite
un certain nombre de retraitement.

II- RETRAITEMENTS
A- ELABORATION DU TABLEAU DES P°LUS OU MOINS VALUES

Puisque l’analyse est essentiellement conduite pour apprécier les garanties offertes par le
patrimoine de l’entreprise, la logique de la démarche veut qu’on procède à une évaluation des
postes en termes de valeur de marché (valeur actuelle ou vénale) dans la mesure ou le BC peut
contenir dans son évaluation des surévaluations. O n dresse alors un tableau de calcul des
écarts de réévaluation entre valeur Réelle et valeur Comptable appelé tableau de plus value

B- RETRAITEMENTS PROPREMENT DIT

a) les non valeurs ou actifs fictifs (frais d’établissement, les charges à repartir sur
plusieurs exercices, prime de remboursement des obligations).
Ils sont éliminés de l’actif et déduire des capitaux propres.

b) les immobilisations corporelles


Elles sont considérées comme ayant une valeur économique justifiée. En ce qui concerne les
frais de recherches et de développement, la partie concernant un investissement certain est à
retrancher à l’actif immobilisé, l’autre partie sans valeur c’est-à-dire non rentable est à
retrancher des capitaux propres.

c) les immobilisations corporelles


Évaluer à leur valeur réelle et rattacher l’actif immobilisé.

d) les immobilisations financières


De façon générale elles sont rattachées à l’actif immobilisé à leur valeur réelle. Cependant si
une partie des titres est cessible dans l’immédiat, alors elle doit être rattachée à la trésorerie
nette.

e) les stocks
Ils font l’objet de provision pour dépréciation lorsque leur valeur vénale est inférieure à leur
coût historique. Néanmoins dans certains cas ils peuvent être réestimées à la hausse. Les
stocks qui figurent au bilan comprennent une partie appelé stock outil ou immobilisation qui
est rattaché à l’actif immobilisé et une autre partie appelé stock flottant ou d’exploitation
rattachée à l’actif circulant.

f) les créances et autres comptes rattachés

19
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

Ces éléments posent peut de problèmes d’évaluation ; mais par contre leur reclassement par
liquidité est parfois délicat. On distingue parmi eux certaines valeurs rattachables à l’Actif
circulant et d’autres à la trésorerie Actif. Néanmoins certaines peuvent être rattachées à
l’Actif Immobilisé lorsqu’elles sont difficilement recouvrables ou recevables à plus d’un an

g) Charges constatées d’avance


Elles représentent souvent des stocks de fourniture non stockés.de ce point de vue les
fournitures ont en principe une valeur marchande .les créances correspondantes sont
considérées comme des créances réelles dans le bilan normal .Par ailleurs ils correspondent à
des charges déjà payées mais relatives à l’exercice suivant .Du point- de vue financier ce
sont incontestablement des actifs fictifs mais qu’il convient de laisser dans le patrimoine,
sauf à retirer des dettes fournisseurs.
Cependant deux cas peuvent se présenter :
Si la charge constatée d’avance concerne un loyer payé d’avance ou une prime
d’assurance dans la perspective d’un arrêt brutal de l’activité, la charge constatée d’avance
doit être considérée comme un actif sans valeur car le loyer ou la prime d’assurance ne sera
pas récupérée

Si En réalité lors d’une liquidation, ils peuvent devenir des non valeurs

h) les écarts de conversion actif (ECA)


L’ECA représente une perte de change latente due soit à une diminution de créance soit à une
augmentation de dette libellé en monnaies étrangères. Du point de vu financier les ECA de
conversions sont considérés comme réalisés. Ils doivent être éliminés de l’actif et retranchés
des dettes financières (provision pour risque et charge ou provision pour risque à court terme
selon le poste l’ECA est attaché mais seulement dans la mesure ou la perte latente est
couverte par une provision

C) LES RETRAITEMENTS DU PASSIF


a) Les capitaux propres
Ils représentent le montant issu du bilan comptable majoré des provisions pour risques et
charges sans objet de l’ECA passif et de l’économie d’import sur actif fictif diminué des
actifs fictifs des impôts différés ou latents de la partie du résultat distribué

b) les impôts différés


Certains postes des capitaux propres devront être plus tard réintégrés au résultat fiscal afin de
supporter l’impôt sur les bénéfices se sont : les subventions, les provisions réglementées (
provision pour hausse de prix, provision pour investissement- provision pour fluctuation des
coûts, les plus values de cession à réinvestir par exemples) et les plus values de fusion. Les
dettes fiscales latentes font l’objet de retraitement suivant ; retrancher des capitaux propres et
ajouter aux dettes financières ou aux dettes à cout termes selon l’échéance.

c) les provisions ou risques provisionnés non justifiés


Lorsqu’elles sont sans objet réel ou dont on a les doutes sur la sincérité de l’évaluation sont
imposables à l’impôt BIC. Elles sont retranchées des dettes financières ou passif circulant et
ajoutée sur les capitaux propres pour leur montant net et l’impôt BIC reclassé sur les dettes à
court termes

d) les dettes financières

20
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

Se sont des dettes réelles à plus d’un an d’échéance y compris leurs provisions pour risque et
charges lorsqu’elles sont justifiées. Arriver à échéance à moins d’un an doit être intégré aux
dettes à court termes

e) les dettes à court termes


Se sont toutes les dettes à échéances de moins d’un an quelque soit leur nature on peut citer
les dettes fournisseurs et comptes rattachés, les salaires les charges sociales etc.

f) les disponibilités
il s’agit des crédits bancaires de trésorerie, les effets escomptés non échu, les concours
bancaires etc.

III- Bilan Financier proprement dit après retraitement

Actif Montants Passif Montants


Actif immobilisé Capitaux propres
- -
- -
Total actif immobilisé X Total capitaux propres A
Actif circulant d’exploitation Dettes financières
- -
- -
Total actif circulant d’exploitation y Total dettes financières B
Actif circulant H .A. O Passif circulant d’exploitation
- -
-Total actif circulant H.A.O Z -Total passif circulant A
d’exploitation
Total actif circulant Y+z=Y Passif circulant HAO
-
Total passif circulant HAO B
Trésorerie actif Total passif circulant a+b=C
-
-Total trésorerie actif Z
Trésorerie passif
-
Total trésorerie passif D
Total Actif X+Y+Z A+B+C+
D

Application

Le bilan de la SA Petit Jeton se présente comme suit au 31/12/2006


Actif Brut Amorts et Prov. Net Passif Montant

21
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

Actif Immobilisé Capitaux propres


Prime de rembl 25 000 25 000 capital 650 000
Fonds commercial 152 000 152 000 Réserve légale 15 960
Terrain 456 000 456 000 Réserve facultative 142 700
Bâtiments 905 200 142 310 762 890 Report à nouveau 54 950
Matériel etoutillage 841 500 338 607 502 893 Résultat del’exercice 134 000
Subvention d’invst. 202 860
Total I 2 379 700 480 917 1 898 783 Total I 1 200 470
Actifs circulant 1 011 850 Dette financière
Marchandises 1 029 072 17 222 1 728 841 Emprunt et dette (1) 801 817
Clients (3) 1 776 945 48 104 236 055 Emprunt obli (2) 1 000 000
Créance sur CI 236 055 19 930 Provisi pour risque 75 694
Charges cstés d’av 19 930 Provis pour charge 40 130
Total II 3 062 002 65 326 2 996 676 Total II 1 917 641
Trésorerie-actif 1 230 29 645 Passif circulant
Titre de placement 30 875 52 255 Fournisseurs 1 233 165
Disponibilités 52 255 Dettes fiscales 533 418
Total III 83 130 1230 81 900 Frss d’investis. 43 883
ECA 75 694 75 694 Prodt ostés d’avce 56 322
Total III 1 866 788
ECP 68 154
TOTAL Général 5 600 526 547 473 5 053 053 TOTAL Général 5 053 053

Informations complémentaires :
(4) ce poste comprend 200 000 F de concours bancaires courants et 15 000 F d’intérêts courus et
non échus.
(5) Dont 75 000 d’intérêt et non échus.
;
(6) Les écarts de conversion se repartissent comme ainsi :

TAF : Déterminer le bilan financier détaillé et condensé de la SA Petit Jeton

Résolution

22
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

CHAPITRE 4 : ANALYSE DE L’ENTREPRISE A PARTIR DU BILAN : FONDS DE


ROULEMENT, BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT(BFR), TRESORERIE
NETTE(TN)

23
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

I- LE FONDS DE ROULEMENT : FR

1- Définition

Le fonds de roulement c’est l’excédent des ressources sur les immobilisations ; c’est la partie
des ressources stables qui finance autre chose que les immobilisations. Il sert à mesurer les
conditions d’équilibre financier la liquidation des actifs et l’exigibilité de l’endettement. Il
apprécie les conditions de l’harmonisation et le temps de transformation des l’actifs en
monnaies et le rythme de remboursement des dettes. Il permet de créer une marge de sécurité
pour l’entreprise. Nous avons deux types de fonds de roulement :
- le Fonds de Roulement Net Global (FRNG) pour le bilan fonctionnel ou le Fonds de
Roulement Financier (FRF) pour le bilan financier.
- Le Fonds de Roulement Propre (FRP).

2- Formules
FRNG=Ressources stables (RS)– Emplois Stables(ES)

3- Interprétation

* Si FR > 0 : l’entreprise dégage un volant de sécurité. Il existe un équilibre stable et un


volant de liquidité potentielle. Il y a aussi possibilité de réalisation des encours de court terme.
Plus le FR est élevé, plus les disponibilités de l’entreprise sont importantes ; plus grande est la
marge de sécurité financière de l’entreprise.

* si le FR = 0 : cela signifie que les entrées prévisibles de fonds garantissent les règlements
prévisibles de nos dettes à l’échéance, la solvabilité de l’entreprise à court terme est assurée ;
nous sommes dans une situation d’équilibre fragile. La marge de sécurité financière de
l’entreprise n’est pas grande.

* Si le FR < 0 : nous sommes dans une situation d’équilibre instable et très préoccupante. Il
faut faire quelque chose pour améliorer la situation de l’entreprise parce que la liquidité
potentielle ne couvre pas l’exigibilité potentielle ; c’est-à-dire que les capitaux propres de
l’entreprise n’arrivent pas financer en totalité l’actif immobilisé ou les emplois stables.
L’entreprise doit donc faire recours à d’autres moyens de financement tels que : les dettes à
court terme ou les dettes financières. Cette situation permet à l’entreprise d’accroître ses
apports ou de retrouver des moyens de financement durable.

4- Modification du fonds de roulement


* Le FR augmente lorsque : les amortissements, les bénéfices, les cessions d’immobilisations
et le capital augmentent.

* Le FR diminue lorsqu’il y a acquisition d’immobilisations, distribution de bénéfices ou de


réserves, remboursement de dettes à long et moyen terme et la diminution des capitaux.

II- LE BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT : BFR

1- Définition

24
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

Il est appelé aussi le besoin de financement d’exploitation (BFE). C’est un besoin financier dû
à une confrontation entre les flux physiques (stocks, créances) et les flux monétaires
(dettes…) engendrées par les flux physiques. Le BFR peut être cyclique c’est-à-dire un besoin
permanent lié à l’exploitation ou acyclique c’est-à-dire un besoin instable, besoin HAO
(dettes fiscales…).
Le BFR peut exprimer un besoin structural c’est-à-dire un besoin stable lié à la structure de
l’entreprise ou un besoin conjoncturel c’est-à-dire un besoin instable lié à la conjoncture
financière. Il existe deux sortes de besoin :
- le BFE ou BFR
- le BF (HAO)

2- Formules

BFR (BFE) = Actif Circulant (AC) - Passif Circulant (PC)

Besoin en Fonds de Roulement Global (BFRG) = Besoin de Financement Exploitation


(BFE)+ Besoin de Financement (Hors Activité Ordinaire)

NB : le BF (HAO) est souvent moins important que le BFE

3- Interprétations

- Si le BFR > 0 : AC – PC > 0 : AC > PC


Le stock ne circule pas rapidement, l’entreprise a un cycle d’exploitation long entrainé par
une élévation de la valeur ajoutée. L’entreprise exprime un besoin de financement. Elle
accorde un délai client relativement long.

NB : on appelle emploi cyclique, les besoins à fiancer périodiquement en fonction de la


vitesse de rotation du cycle d’exploitation. On a :
Emploi cyclique = Actif circulant = stock, encours, créances.
On appelle ressources cycliques, les dettes d’exploitation qui sont : dettes fiscales, sociales,
fournisseurs

- Si le BFR < 0 ; AC – PC ; AC < PC (ou les emplois cycliques sont < aux ressources
cycliques). Le stock a une vitesse de rotation rapide. L’entreprise a une capacité de
financement ; elle n’a pas besoin de fonds de roulement. Elle possède un crédit fournisseur
normal et un crédit client nul. En d’autres termes, les crédits à court terme obtenus sont
supérieurs au financement des stocks et aux crédits accordés aux clients.

NB : l’entreprise peut résoudre son besoin de fonds de roulement (BFR) en agissant sur le
temps d’écoulement des stocks et sur le volume des stocks.

III-LA TRESORERIE NETTE (TN)


1- Définition

25
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

La Trésorerie Nette permet d’éviter les difficultés financières pertinentes qui viendront
bloquer son financement. La Trésorerie Nette permet de couvrir sans difficulté les dettes qui
arrivent à échéance. Elle exprime clairement comment le BFR est financé.

2- Formules

Trésorerie Nette (TN) = Trésorerie Actif (TA) – Trésorerie Passif (TP)


AI + AC + TA = CP + DF + PC + TP
(AC – PC) + (TA – TP) = (RS – AI) donc TN = FR – BFR

3- Interprétations

- Si TN > 0, cela signifie que l’entreprise a un volant de liquidité excédentaire pour éteindre
les dettes bancaires sans mettre en cause l’activité de l’entreprise. Les ressources stables (RS)
sont supérieures pour financer les immobilisations et emplois cycliques. Nous sommes dans
une situation d’équilibre financier stable.
- Si TN < 0 ; TA - TP < 0 ; TA < TP : nous sommes dans une situation d’équilibre financier
instable. L’entreprise est tributaire (dépend) des ressources de trésorerie bancaire. Elle
emprunte pour financer les cycles d’exploitation.

Application (voir application suivante)

CHAPITRE 5 : LE DIAGNOSTIC DE L’ENTREPRISE A PARTIR


DES RATIOS DU BILAN

26
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

I-DEFINITION ET INTERETS DES RATIOS

U n ratio peut se définir comme un rapprochement entre deux valeurs qui en constituent le
numérateur et le dénominateur. Ces valeurs recourent des données brutes (postes du bilan) ou
données élaborées (valeur ajoutée, l’EBE, le FR) exprimés (ratios) en francs ou en
pourcentage (lorsqu’on multiplie par 100) ; sont des indices significatifs de l’activité de la
structure financière ou de la rentabilité de l’entreprise. Dans son principe, le recours à la
méthode des ratios traduit le souhait de déterminer les seuils ou les normes qui devraient
permettre de juger l’état d’une entreprise grâce à la comparaison entre les ratios calculés et les
ratios de référence. La méthode des ratios est intéressante car :
- les ratios calculés peuvent être comparés aux ratios de l’entreprise calculés sur plusieurs
périodes.
- les ratios calculés peuvent être comparés aux ratios déterminés dans les entreprises
similaires.
- les ratios calculés peuvent être comparés aux ratios médians ou moyens de la confession ou
du secteur d’activité.

II- LES DIFFERENTS RATIOS DU BILAN


A- Les ratios de structure
Les ratios de structure permettent d’analyser la structure financière et économique de
l’entreprise en comparant les différents postes d’actif et du passif du bilan regroupés en
grandes catégories au bilan.

1- Les ratios de structure financière


* Le ratio d’autonomie financière :
il mesure le degré d’indépendance financière de l’entreprise vis-à-vis des créanciers. Il varie
selon l’activité de l’entreprise étudiée.
R = CP / DF * 100 si et seulement si CP > DF R est en % R = CP / DF en norme ou en F
CFA

* Le ratio d’endettement à long terme :


Ce ratio mesure la part respective du financement propre et de l’endettement. Il permet
d’apprécier le risque financier.

R = CP / RS * 100 > ou = 50%

Si R < ou = 50%, les RS excédent fortement les CP ; alors la capacité d’endettement de


l’entreprise est saturée.

* Le ratio de capacité de remboursement :

R = DF / CAFG < ou = 4 ans CAFG = capacité d’autofinancement global

L’endettement à terme ne doit pas excéder 4 années, seuil au-delà duquel le banquier refusera
de traiter.

* Le ratio de financement des immobilisations ou des investissements :


il montre la façon dont les investissements ont été financés dans l’entreprise.

R = RS / AI > 1 dans ce cas, l’entreprise à un volant de liquidité

27
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

R = CP / AI > ou = 0 dans ce cas, la situation de l’entreprise est confortable.

Les immobilisations doivent être financées par les ressources stables qui demeurent à la
disposition de l’entreprise aussi longtemps que l’immobilisation n’est pas amortie.

* Le ratio de financement de stocks :

R = FR / Stocks

Il détermine la part des stocks financée par le fonds de roulement (FR).

* Le ratio de solvabilité :
la solvabilité est la possibilité pour l’entreprise de rembourser ses dettes en liquidant
l’ensemble de ses actifs.

R = ANCC / Total Actif R = Actif réel / Dettes

ANCC : Actif Net Comptable Corrigé

2- Le ratio de liquidité
Il permet d’étudier les ratios de trésorerie.

* Le ratio de liquidité générale :

il détermine la dépendance de l’entreprise vis-à-vis des rentrées de trésorerie. Plus la valeur


du ratio est importante, moins l’entreprise est exposée. Il est souhaitable qu’il soit > ou = 1.

R = (AC + TA) / PC > ou = 1

AC + TA > ou = PC

* Le ratio de liquidité réduite :


Appelé aussi le ratio de trésorerie globale, il indique la situation de la trésorerie de
l’entreprise. Il doit être voisin de 1 pour que l’entreprise ne soit pas en difficultés financières.

R = (Actif circulant – stocks + TA) / PC voisin de 1

R = [Valeur réalisable (créance) + disponibilité (TA)] / PC voisin de 1

* Le ratio de liquidité immédiate :


il permet de mesurer la solvabilité à vue des dettes à moins d’un an et apprécier le degré de
liquidité de l’entreprise.

R = TA / PC

3- Les autres ratios de structure

* Le ratio de mesure du poids des immobilisations corporelles : R1

28
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

R1 = [Immobilisations corporelles / Total actif] * 100

* Le ratio de mesure du poids des immobilisations financières : R2

R2 = [Immobilisations financières / Total actif] * 100

Il s’agit de lire pour ces deux ratios, les stratégies de croissance de l’entreprise : croissance
interne et la croissance externe.

Si R1 est important, c’est une stratégie de croissance interne.


Si R2 est important, c’est une stratégie de croissance externe.

B- Les ratios de rentabilité


Les ratios de rentabilité permettent de tirer des enseignements utiles pour l’analyse des
opérations passées ; mais aussi la prise des décisions ultérieures.

1- Le ratio de rentabilité financière ou ratio de rentabilité des capitaux


propres ou rendement des capitaux investis
Il détermine la rentabilité des fonds investis dans l’entreprise ; il exprime également la
capacité de l’entreprise à faire croître ses capitaux propres et donc à financer sa croissance
interne. Il doit être supérieur ou égal à 10%. Dans ce cas les activités sont rentables.

R = Résultat net / Total actif * 100 > ou = 10%¨

2- Le ratio de rentabilité économique

R = Résultat net / Total actif * 100 ou R = EBE / Total actif * 100

C- Le ratio de rotation de stocks


1-Le ratio de durée d’écoulement des marchandises
C’est le rapport et le stock moyen de marchandises
SM = (SI + SF) / 2 et les achats de marchandises hors taxe corrigés de la variation multiplié
par 360 ce qui permet de connaître le nombre de jours moyen de détection de stock avant que
sa vente ne se réalise.

R = SM de marchandises / CAMV * 360

2- Le ratio de durée d’écoulement de matière première

R = SM / CAMC * 360

3- Le ratio de durée d’écoulement de produits finis

R = (SM * 360) / CX°PFV

Rotation = Val annuelle / SM

29
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

Application (voir application précédente)

30
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

PARTIE II: L’ETUDE DESCRIPTIVE DU COMPTE DE RESULTAT

CHAPITRE 1 : LE COMPTE DE RESULTAT

31
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

I- DEFINITION

Le compte de résultat est la synthèse des opérations d’achats et de ventes de biens et services
au cours d’une période. Il comprend une partie Charges qui regroupe tous les comptes de la
classe 6 et quelques comptes de la classe 8(impaire) et une autre partie Produits qui regroupe
tous les comptes de la classe 7 et quelques comptes de la classe 8(paire) .Le compte de
résultat récapitule les produit et les charges qui font apparaître par différence le bénéfice ou la
perte de l’entreprise .Le SYSCOA est organisé de manière à faire apparaître les soldes
intermédiaires de gestion (SIG) aussi appélés les soldes caractéristique de
gestion (SCG) ou encore soldes significatif de gestion (SSG) qui fournissent aux opérateurs
des informations capitales sur les performances l’entreprises.

II. Présentation du Compte de Résultat

Charges d’exploitation Produits d’exploitattion

Charges financières Produits financiers

Charges HAO Produits HAO

Chares globales
RESULTAT
(- impôt sur le résultat – participation des
travailleurs)

III- LES QUATRES NIVEAUX D’ANALYSE DU COMPTE DE RESULTAT

1- Le niveau d’exploitattion

On distingue à ce niveau les éléments d’exploitation qui sont réguliers et cycliques ; c’est clui
qui comporte le plus d’informations à saisir. Il comprend les charges d’exploitation (60 – 66)
et les produits d’exploitattion (70 – 75).
Les charges d’exploitation pour une entreprise commerciale seront constituées essentiellement
par les achats des marchandises tandisque les produits d’exploitation seront constitués des
ventes de marchandises.

2- Le niveau financier

Les éléments à ce niveau se dinstinguent par leur caractère financier. Cette nature bien
spécifique est mise en évidence à travers les charges financières (67) et les produits
financiers (77). Comme charges financières on a : les intérêts dus, mes pertes de change.
Comme produits financiers on a : les intérêts obtenus, les gains de change.

3- Le niveau hors activité ordinaire (HAO)

Ce sont des éléments à caractères extraordinaires, anormaux, irréguliers, non courant, qui
surviennent rarement et modifient cependant le résultat de l’exercice. Le SYSCOA utilise

32
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

l’expression HAO pour bien souligner leurs caractères extraordinaires. Ils s’agit notamment
des charges HAO (87 ; 81 ; 85) et des produits HAO (82 ;84 ;86 ;88).

4- Le niveau global

Ce sont des charges qui n’existent que globalement.

APPLICATION

Le compte de résultat de la SA « Bobalaba » se présente comme suit


N° comptes Compte de résultats par ordre alphabétique 20N
601 Achats de marchandises 3246900
602 Achats de matières premières 18816000
604 Achats stockés de matières et fournitures liées 1800000
605 Autres achats 6000000
836 Abandon de créances (charges HAO) 153600
66 Charges du personnel 28218600
67 Charges financières (sauf 676,679) 2244900
659 Charges provisionnées d’exploitation 60900
679 Charges provisionnées financières 72300
681 Dotation aux amortissements d’exploitation 1810500
853, 854 Dotation aux provisions HAO 581100
776 Gain de change 4500
64 Impôts et taxes 4474200
891 Impôts sur les sociétés 4102000
6581 Jeton de présence et autres rémunération d’administrateurs. 1650000
87 Participation des travailleurs 429600
676 Perte de change 300300
72 Production immobilisée 151200
707 Produits accessoires 6428400
754 Produits de cession courante d’immobilisation 923300
822 Produits de cession d’immobilisations corporelles (HAO) 4658100
758 Produits divers 14400
84 Produits HAO 274800
6521,6525 Quote-part charges sur opérations faites en commun 135000
7521, 7525 Quote-parts produits sur opérations faites en commun 445000
6029 Rabais, remises et remises obtenue 225000
759 Reprise de charges provisionnées d’exploitation 6000
779 Reprise de charges provisionnées financières 60000
86 Reprise HAO 71700
13 Résultat de l’exercice 6434600
77 Revenues financières (sauf 776,779) 1132500
62, 63 Services extérieurs A et B 6 911 700
706 Services vendus 2 700 000
71 Subvention d’exploitation reçue 60 000
61 Transports 1 885 000
781 Transfert de charges d’exploitations 1 500
787 Transfert de charges financières 75 000
705 Travaux facturés 1 054 200
654 Valeurs comptables des cessions courantes d’immobilisations 874 200
812 Valeurs comptables des cessions d’immobilisation HAO 3 642 900
6333 Variation de stock d’autres approvisionnements -128 100
736 Variation de stock de produits finis 6 307500
7352 Variation de stock de services en-cours 120 900
6031 Variation de stock de marchandises 787 200
6032 Variation de stock de matières premières -2 120 000
701 Vente de marchandises 2 730 000
702 Vente de produits finis 67 605 000

33
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

Dont 848 ‘‘ transfères de charges HAO’’ : 105000


Dont 865 reprises de subventions d’investissement : 30000

Variation de stock de matières et marchandises = SF- SI


Produits stockées = SF – SI

Travail à faire : présenter en liste le compte de résultat SYCOHADA de l’exerce 20N (système normal) en
faisant apparaître les résultats suivants : RE, RF, RHAO et le résultat net d’impôts sur les sociétés.

Résolution

CHAPITRE 2 : LES SOLDES INTERMEDIAIRES DE GESTION (SIG)

34
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

Les soldes de gestion ont pour objet de fournir une explication progressive du résultat net. Le
SYSCOA fait apparître neuf comptes de gestion.

I- Les Marges Brutes


1- La Marge Brute sur marchandises (MB/m)

C’est un concept qui ne s’applique qu’aux entreprises commerciales. En effet, la marge brute
sur marchandises est déterminée sur les marchandises c’est-à-dire sur les biens achetés et
revendus en état ; c’est la différence entre les ventes et les prix d’achat des biens vendus.

MB/m = Ventes – Achats + +/- variation de stocks de marchandises

Avec

Variation de stocks = stock initial – stock final

2- La Marge Brute sur Matières Premières (MB/p)

La marge brute sur matières premières est déterminée par les activités de transformation
notamment les entreprises industrielles et celles des travaux publics. Elle est l’équivalente
dans les entreprise commerciales de la marge brute sur marchandises. Ce solde nous permet
d’apprécier la performance de l’entreprise industrielle.

MB/p = Production de la période – consommation de la période


Avec

Production de la périodde = production vendue + production stockée + production


immobilisée

Et

Consommation de la période = Achat de matières et fournitures + variation de stock de


matières et fournitures.

II- La valeur ajoutée (VA)

La valeur ajoutée est un indicateur fondammental. Elle mesure la contribution réelle de


l’entreprise à la création de richesse dans le circuit économique. La valeur ajoutée peut être
déterminée selon deux méthodes :

1- Selon la méthode soustractive

VA = MB/m + production – consommation

A partir du SYSCOA,

VA = Comptes (70 à 75) – comptes (60 à 65)

35
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

Avec

Production = Production stockée + production immobilisée + subvention d’exploitation


+ Les autres produits

Et

Consommation = Achat de matières et autres approvisionnements + variation de stock


de matières et autres approvisionnements + le transport + services
Extérieurs A et B + impôts et taxes + divers achats.

2- Selon la méthode additive

Selon cette méthode, la VA est déterminée par la somme des rémunérations des facteurs de
production.

S-

III- L’Excédent Brut d’Exploitation (EBE)

C’est le plus important des soldes intermédiares de gestion. Il indique la performance


économique de l’entreprise et sa capacité à financer l’investissement. Il représente la capacité
d’autofinancement de l’exploitation (CAF), puisqu’il est le point de départ de son calcul.

EBE = VA – charges de personnel

Il est obtenu en retranchant de la VA les charges du personnel qui représente selon les cas et
selon les secteurs d’activité 30% à 80% de la VA.

IV- Le Résultat d’Exploitation (RE)

Le résultat d’exploitation est déterminé avant toutes les charges financières et tous produits
financiers. Ce résultat mesure la performance de l’entreprise sur le plan commercial et
industriel indépendamment de la politique financière et fiscale de l’entreprise. Il se distingue
du solde précédent en ce qu’il prend en compte la politique d’investissement de l’entreprise.

RE = EBE + reprise / amortissements et provisions + transfert de charges – dotation aux


amortissements et provisions

V- Le Résultat Financier (RF)

Le résultat financier correspond à la somme algébrique des produits financiers et des charges
financières. Il permet d’apprécier la qualité de la gestion financière de l’entreprise et
particulièrement la qualité de la gestion de la trésorerie de l’entreprise. Il permet aussi
d’apprécier l’importance du résultat financier dans la détermination du résultat global.

RF = Produits financiers – charges financières

36
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

Les produits financiers sont issus des placements de l’entreprise ; les charges finacières sont
engendrées par les emprunts effectués par l’entreprise.

VI- Le Résultat de l’Activité Ordinaire (RAO)

RAO = Somme RE + RF

Pour beaucoup d’utilisateurs, c’est un solde utile à connaître, parce qu’il est plus significatif et
plus prédicatif que le résultat net. Toutefois, il comporte un impôt non négligeable voir
important.

VII- Le Résultat Hors Activité Ordinaire (RHAO)

RHAO = Produits HAO – charges HAO

Ce solde permet d’apprécier l’importance des engagements HAO dans la déterminantion du


résultat net.

VIII- Le Résultat Net (RN)

Le résultat net correspond à la somme algébrique del’ensemble des produits et des charges
emputés toutefois de la participation des salariés et de l’impôt sur le bénéfice. Il traduit
l’enrichissement ou l’appauvrissement de l’entreprise au cours de la période ou de l’exercice
considéré.

RN = RAO + RHAO – (participation des travailleurs + impôt sur le bénéfice)

X-Tableau récapitulatif des soldes significatifs de gestion SYSCOHADA

37
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

(Entreprises industrielles
N° Charges Montant N° produits Montant
compte compte
601 Achats de marchandises ( -6019) 701 Vente de marchandises
6031 + Variation de stock (SI – SF)
Marge Brute sur Marchandises (+/-) =
6021 à Achats de matières premières et 702 à Ventes de produits fabriqués
6024 fournitures liées 704 Travaux facturés
6029 -RRR obtenus + 705 Services vendus
6032 Variation de stock (SI – SF) 706 Production immobilisée
72 Production stockée
73
Marge Brute sur Matières (+/-) =
604 Achats stockés ( -6049) 1321 Marge brute sur marchandises
605 Autres achats (-6059) 1322 Marge brute sur matières
608 Autres approvisionnements (-6089) 707 Produits accessoires
6033 + Variation de stock (SI – SF) 71 Subvention d’exploitation
61 Transports 75 Autres produits
62 ,63 Services extérieurs
64 Impôts et taxes
65 Autres charges

Valeur Ajoutée(+/-) =
66 Charges de personnel 133 Valeur ajoutée

Excédent Brut d’Exploitation (+/-) =


681 Dotation aux amortissements d’exploitation 134 Excédent brute d’exploitation
791 Reprise de provision
691 Dotation aux provisions d’exploitation 798 d’exploitation
781 Reprise d’amortissement
Transfère de charges
d’exploitation
Résultat d’Exploitation (+/-) =
67 Frais financiers 77 Revenus financiers (sauf 776)
676 Perte de change 776 Gain de change
687 Dotation aux amortissements à caractère financier 787 Transfère de charges financières
Dotation aux provisions financières 779 Reprise de charges provisionnées
697 Financières
797 Reprise de provisions financières
Résultat Financier (+/-) =
1359 Perte d’exploitation 1351 Bénéfice d’exploitation
1369 Pertes financières 1361 Bénéfice financier
Résultat des activités ordinaires(+/-) =
81 Valeur comptable des cessions 82 Produits des cessions
83 Charges HAO 84 Produits HAO
85 Dotation HAO (sauf
848)
848 Transfert de charges HAO
86 Reprise HAO
88 Subvention d’équilibre
Résulta hors activités ordinaires (+/-) =
1379 1371
1389 1381
Pertes activités ordinaiers Bénéfice activités ordinaires
Pertes HAO Bénéfice HAO
Résultat comptable av impôt et Participation (+/-) =
Perte comptable avant impôts et partic Bénéfice comptable avant impôt
87 Participation des travailleurs et participation

891 .Impôts sur le bénéfice

Résultat net (±) =………………..


701 Vente de marchandises
702à704 Ventes de produits fabriqués
705 Travaux facturés
706 Services vendus
707 Produits accessoires

Chiffre d’affaires =…………………

38
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

Application
Le compte de résultat de la SA « Bobalaba » se présente comme suit
N° comptes Compte de résultats par ordre alphabétique 20N
601 Achats de marchandises 3246900
602 Achats de matières premières 18816000
604 Achats stockés de matières et fournitures liées 1800000
605 Autres achats 6000000
836 Abandon de créances (charges HAO) 153600
66 Charges du personnel 28218600
67 Charges financières (sauf 676,679) 2244900
659 Charges provisionnées d’exploitation 60900
679 Charges provisionnées financières 72300
681 Dotation aux amortissements d’exploitation 1810500
853, 854 Dotation aux provisions HAO 581100
776 Gain de change 4500
64 Impôts et taxes 4474200
891 Impôts sur les sociétés 4102000
6581 Jeton de présence et autres rémunération d’administrateurs. 1650000
87 Participation des travailleurs 429600
676 Perte de change 300300
72 Production immobilisée 151200
707 Produits accessoires 6428400
754 Produits de cession courante d’immobilisation 923300
822 Produits de cession d’immobilisations corporelles (HAO) 4658100
758 Produits divers 14400
84 Produits HAO 274800
6521,6525 Quote-part charges sur opérations faites en commun 135000
7521, 7525 Quote-parts produits sur opérations faites en commun 445000
6029 Rabais, remises et remises obtenue 225000
759 Reprise de charges provisionnées d’exploitation 6000
779 Reprise de charges provisionnées financières 60000
86 Reprise HAO 71700
13 Résultat de l’exercice 6434600
77 Revenues financières (sauf 776,779) 1132500
62, 63 Services extérieurs A et B 6 911 700
706 Services vendus 2 700 000
71 Subvention d’exploitation reçue 60 000
61 Transports 1 885 000
781 Transfert de charges d’exploitations 1 500
787 Transfert de charges financières 75 000
705 Travaux facturés 1 054 200
654 Valeurs comptables des cessions courantes d’immobilisations 874 200
812 Valeurs comptables des cessions d’immobilisation HAO 3 642 900
6333 Variation de stock d’autres approvisionnements -128 100
736 Variation de stock de produits finis 6 307500
7352 Variation de stock de services en-cours 120 900
6031 Variation de stock de marchandises 787 200
6032 Variation de stock de matières premières -2 120 000
701 Vente de marchandises 2 730 000
702 Vente de produits finis 67 605 000

Dont 848 ‘‘ transfères de charges HAO’’ : 105000


Dont 865 reprises de subventions d’investissement : 30000

Variation de stock de matières et marchandises = SF- SI


Produits stockées = SF – SI

Travail à faire : Déterminer selon l’annexe le SIG

39
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

Résolution

N° Charges Montant N° produits Montant


compte compte
601 Achats de marchandises ( -6019) 701 Vente de marchandises
6031 + Variation de stock (SI – SF)
Marge Brute sur Marchandises (+/-) =
6021 à Achats de matières premières et 702 à Ventes de produits fabriqués
6024 fournitures liées 704 Travaux facturés
6029 -RRR obtenus + 705 Services vendus
6032 Variation de stock (SI – SF) 706 Production immobilisée
72 Production stockée
73
Marge Brute sur Matières (+/-) =
604 Achats stockés ( -6049) 1321 Marge brute sur marchandises
605 Autres achats (-6059) 1322 Marge brute sur matières
608 Autres approvisionnements (-6089) 707 Produits accessoires
6033 + Variation de stock (SI – SF) 71 Subvention d’exploitation
61 Transports 75 Autres produits
62 ,63 Services extérieurs
64 Impôts et taxes
65 Autres charges

Valeur Ajoutée(+/-) =
66 Charges de personnel 133 Valeur ajoutée

Excédent Brut d’Exploitation (+/-) =


681 Dotation aux amortissements d’exploitation 134 Excédent brute d’exploitation
791 Reprise de provision
691 Dotation aux provisions d’exploitation 798 d’exploitation
781 Reprise d’amortissement
Transfère de charges
d’exploitation
Résultat d’Exploitation (+/-) =
67 Frais financiers 77 Revenus financiers (sauf 776)
676 Perte de change 776 Gain de change
687 Dotation aux amortissements à caractère financier 787 Transfère de charges financières
Dotation aux provisions financières 779 Reprise de charges provisionnées
697 Financières
797 Reprise de provisions financières
Résultat Financier (+/-) =
1359 Perte d’exploitation 1351 Bénéfice d’exploitation
1369 Pertes financières 1361 Bénéfice financier
Résultat des activités ordinaires(+/-) =
81 Valeur comptable des cessions 82 Produits des cessions
83 Charges HAO 84 Produits HAO
85 Dotation HAO (sauf
848)
848 Transfert de charges HAO
86 Reprise HAO
88 Subvention d’équilibre
Résulta hors activités ordinaires (+/-) =
1379 1371
1389 1381
Pertes activités ordinaiers Bénéfice activités ordinaires
Pertes HAO Bénéfice HAO
Résultat comptable av impôt et Participation (+/-) =
Bénéfice comptable avant impôt
et participation
87
891
Perte comptable avant impôts et partici.
Participation des travailleurs
Impôts sur le bénéfice
Résultat net (±) =………………..
701 Vente de marchandises
702à704 Ventes de produits fabriqués
705 Travaux facturés
706 Services vendus
707 Produits accessoires

Chiffre d’affaires =…………………

40
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

CHAPITRE 3 : LE TABLEAU DE FINANCIER DES RESSOURCES ET


DES EMPLOIS (TAFIRE)
I- GENERALITES

Pour mieux comprendre l’activité d’une entreprise, il est nécessaire de disposer pour chaque
exercice d’un certain nombre d’informations que ne fournissent pas directement les
documents classiques que sont : le bilan et le compte de résultat. Citons à titre d’exemple :
le montant des investissements réalisés, le montant de l’endettement contracté, le montant des
dividendes distribués, le montant de la capacité d’autofinancement etc.
De telles inforamations sont contenues dans le TAFIRE. Il en résulte que le TAFIRE facilite
l’analyse des différentes stratégies mises en œuvre par l’entreprise (stratégie de croissance, de
financment, de distribution de dividendes, de recentrage). Donc le TAFIRE permet de :
- déterminer la variation de la trésorerie de l’exercice
- étabir un diagnostique sur la situation de l’entreprise en complément à d’autres analyses.
Le TAFIRE tente de repondre aux questions suivantes :
- comment l’entreprise dégage t-elle de la trésorerie ? (1ère partie du tableau, détermination
des soldes financiers de l’exercice).
- que fait-elle ? (2ème partie : tableau proprement dit).

II- Définition

Le TAFIRE est le tableau des ressources et des emplois qui explique les variations du
patrimoine de l’entreprise au cours de la période de référence. La période de référence est
naturellement la durée de l’exercice comptable. Le patrimoine de l’entreprise étant décrit dans
le bilan :
- ce sont donc les bilans au 31/12/N-1 et au 31/12/N qui serviront d’éléments de comparaison
pour l’exercice N. Notons bien que ces bilans sont les bilans avant repartition des résultats.
- le compte de résultat relatif aux opérations courantes et aux opérations HAO (produits de
cession d’élément del’actif immobilisé)
- tableaux en annexe (tableaux des immobilisations, des amortissements, des proviisions, des
créances et des dettes).

III- OBJECTIF

Le TAFIRE permet de :
- Déterminer la variation de la trésorerie de l’exercice.
-vérifier si les principes de l’équilibre financier ont été appliqués de la période écoulée.
-D’établir un diagnostic sur la situation de l’Entreprise en complément à d’autres analyse

IV- PRESENTATION DU TAFIRE


ère
1 PARTIE : DETERMINATION DES SOLDES FINANCIERS DE
L’EXERCICE N

Les soldes financiers ou surplus monétaire sont généralement :


- la capacité d’autofinancement (CAF)
- l’autofinancement (AF)
- la variation du besoin de financement d’exploitation (VBFE)
41
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

- l’excédent de trésorerie d’exploitation (ETE)

1- La capacité d’autofinancement (CAF)

a- Définition

Elle représente la capacité pour une entreprise à financer elle-même ses investissements,
capacité de degagée au cours de l’exercice. En d’autres termes, elle constitue son aptitude
potentielle à se financer, engendrée par l’exploitation d’un exercice.

b- Mesure de la capacité d’autofinancement

La capacité d’autofinancement peut être déterminée selon une méthode additive et selon une
méthode soustractive.
- Selon la méthode soustractive, la capacité d’autofinancement part de l’éxcédent brut
d’exploitation (EBE) auquel on ajoute tous les produits encaissables restants et auquel on
déduit toutes les charges décaissables restantes.

CAF = EBE + transfert de charges+autres produits d’exploitation


- autres charges d’exploitation +/- quote part sur opération
+ produits financiers – charges financières + produits exceptionnels
- charges exceptionnelles – participation – impôt / bénéfice

NB : on exclut des produits exceptionnels et des charges exceptionnelles les + ou - values de


cession et les reprises sur les provisions.

- Selon la méthode additive, la CAF est déterminée à partir du résultat net auquel on ajoute
les dotations aux amortissements et aux provisions et duquel on déduit les profits
exceptionnels. En d’autres termes :

CAF = RN + dotation aux amortissements + dotation aux provisions à caractère de


réserve + pertes exceptionnelles – profits exceptionnels

2- L’Autofinancement (AF)

a- Définition

L’AF représente pour une entreprise, son aptitude réelle à financer elle-même ses
investissements, capacité engendrée par l’exploitation d’un exercice, après rémunération des
capitaux apportés par les associés.

b- Mesure de l’Autofinancement

L’AF part de la CAF de laquelle l’on déduit les dividendes à payer.

AF = CAF – dividendes à distribuer

AF = Résultat mis en reserve + dotation aux amortissements + dotation aux provisions à


caractère de réserve + pertes exceptionnelles – profits exceptionnels.

42
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

La Variation du Besoin de Financement d’Exploitation (VBFE)

Il s’agit de la variation du besoin de financement d’exploitation issu du décallage entre les


entrées et les sorties des flux réels et des flux monétaires au niveau des actifs circulants et des
dettes circulants d’exploitation.

VBFE = varition de stock + variation de créances - variation de dettes circulantes sauf


éléments HAO

4- L’excédent de trésorerie d’exploitation (ETE)

a- Définition

C’est le flux dégagé par l’activité quotidienne de l’entreprise. Il représente pour le particulier,
la différence entre les recettes perçues et les dépenses de consommations courantes. Dans
l’entreprise l’ETE est le solde issu du rapprochement entre les dépenses d’exploitation et les
recettes d’exploitation. Il traduit les flux de trésorerie sécrétés pendant une période.

b- Mesure de l’excédent de trésorerie d’exploitation

L’ETE part de l’EBE duquel l’on déduit la variation du BFE, duquel l’on déduit également la
provision immobilisée.

ETE = EBE – VBFE – provision immobilisée

43
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

ème
B-2 Partie : Tableau de financement des emplois et ressources
Ref Exercice N Exercice N-1
Emplois Ressources (E-R)
I- Investissements et désinvestissements
FA Charges immobilisées (augmentation ds l’Exo
Croissance interne
FB Acquisition/Cession d’immobilisation
incorporelle
FC Acquisition/ Cession d’immobilisation
corporelles
Croissance externe
FD Acquisition/Cession d’immobilisations
financières
FF Investissement Total
FG II-Variation du Besoin de Financement
d’exploitation
FH A-Emplois /Economiques a Financer (FF+FG)
FI III-Emplois /Ressources(BF.HAO)
FJ IV-Emplois Financiers courants
Remboursement (selon échéancier) des emprunts et
dettes financières
à l’exclusion des remboursements anticipés portés en VII
FK B. Emplois totaux à Financer
V-Financement Interne
FL Dividendes (emplois)/CAFG(Ressources)
VI-Financement par les capitaux propres
FM Augmentation de capital par apport nouveaux
FN Subvention d’investissement
FP Prélèvement sur le capital
VII-Financement par de nouveaux emprunts
FQ Emprunts
FR Remboursement anticipés inscrits séparément
en emplois
FS C-Ressources nettes de financement
Ressources nettes de financement- Emplois
totaux (Emplois stables+BFG)=Trésorerie nette
D-Excédent ou Insuffisance de ressources de
ET financement(C-B)
VIII-Variation de Trésorerie
Trésorerie nette à la clôture de l’exercice
Trésorerie nette à l’ouverture de l’exercice
FW Variation de la Trésorerie (+si E ;- si R
Contrôle :D = VIII avec signe

Contrôle à partir des masses des bilans N-N-1 Emplois ou Ressources


Variation du Fonds de Roulement : FdR(N)- FdR(N-1) + +
Variation du FFG : BFG(N)- BFG(N-1) + +
Variation de Trésorerie(T) : T(N)- T(N-1) + +
Total T T

44
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

Application
Les bilans au 31-12-(N-1) et au 31-12-N de la société DE-VALDEX, vous ont été
communiqués.
ACTIFS N-1 N PASSIF N-1 N
Immobilisation corp. 6230000 6 860 000 Capital 4 000 000 4 000 00
Immobilisation fin. 1105000 2 890 000 Réserves 371 000 401 000
Stocks 427000 422 000 Résultats 430 000 480 000
Dépréciation des stocks -64000 -62 000 Subv. D’invest. 92 000 80 000
Créances 2350000 2 30 000 Prov. Pour risque et charge 143 000 135 000
Dépréciation des créances -142000 -160 000 Emprunt 4 080 000 5 480 000
Trésorerie actif 1123000 544 000 Fournisseur 1 720 000 1 500 000
Etat 193 000 748 000
TOTAUX 11029000 12824000 TOTAUX 11029000 12824000

On vous informe par ailleurs :


-en N, il y a eu distribution de dividendes pour 400000. Le reste du résultat (N-1) est porté en
réserve.
La société a remboursé les emprunts pour 520000.
-Il y a eu cession d’immobilisation corporelle dont la valeur d’origine est de 344000 et déjà
amortie pour 284000. Le produit de cession s’élève 75000.
-il y a eu acquisition des immobilisations financières pour 1800000 et une cession (à
déterminer).
-il y a eu reprise de provisions pou risques et charge de 8000. Il y a eu constatation des
charges provisionnées de 164000 et une reprise de 148000.
-les immobilisations apparaissent au bilan leurs valeurs nettes. Leur valeur sont
respectivement de :
 Immobilisation corporelles en N-1 : 16415000 ; en N : 17841000.
 Immobilisations financières en N-1 : 1235000 ; en N : 3020000

Travail à faire :
1) Calculer la CAFG (à partir du résultat N) et en déduire l’auto financement.
2) Présenter le tableau de variation du BFR ( DBFE).
3) Présenter le TAFIRE
4) Déterminer les fonds de roulements au 31 /12/N-1 et au 31/12/N : et vérifier
que la variation du fonds de roulement est bien celle qui apparaît dans le
TAFIRE.

45
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

Résolution

Annexe

46
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

Ref Exercice N Exercice N-1


Emplois Ressources (E-R)
I- Investissements et désinvestissements
Charges immobilisées(augmentation ds l’Exo
Croissance interne
FA Acquisition/Cession d’immobilisation
incorporelle
FB Acquisition/ Cession d’immobilisation
corporelles
FC Croissance externe
FD Acquisition/Cession d’immobilisations
financières

FF Investissement Total
FG II-Variation du Besoin de Financement
d’exploitation
FH A-Emplois /Economiques a Financer (FF+FG)
FI III-Emplois /Ressources(BF.HAO)
FJ IV-Emplois Financiers courants
Remboursement (selon échéancier) des emprunts et
dettes financières
à l’exclusion des remboursements anticipés portés en VII
FK B. Emplois totaux à Financer
V-Financement Interne
FL Dividendes (emplois)/CAFG(Ressources)
VI-Financement par les capitaux propres
FM Augmentation de capital par apport nouveaux
FN Subvention d’investissement
FP Prélèvement sur le capital
VII-Financement par de nouveaux emprunts
FQ Emprunts
FR Remboursement anticipés inscrits séparément
en emplois
FS C-Ressources nettes de financement
Ressources nettes de financement- Emplois
totaux (Emplois stables+BFG)=Trésorerie nette
D-Excédent ou Insuffisance de ressources de
ET financement(C-B)
VIII-Variation de Trésorerie
Trésorerie nette à la clôture de l’exercice
Trésorerie nette à l’ouverture de l’exercice
FW Variation de la Trésorerie (+si E ;- si R
Contrôle :D = VIII avec signe

Contrôle àpartir des masses des bilans N-N-1 Emplois ou Ressources


Variation du Fonds de Roulement : FdR(N)- FdR(N-1) + +
Variation du FFG : BFG(N)- BFG(N-1) + +
Variation de Trésorerie(T) : T(N)- T(N-1) + +
Total T T

47
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

Application
Après votre brillante réussite au BTS FC 2008 vous être admis en stage dans la SA
« Sarah Tabayard » .Votre Directeur Financier M. Gbénou Marius vous fournit différents
documents (annexes 1, 2,3) afin d’effectuer une analyse fonctionnelle et financière de la SA .

Annexe 1 : Bilan de la SA « Sarah Tabayard » au 31/12/2006

Actif Brut A&P Net Passif Montants


Charges à Reptir 180.000 180.000 Capital Social 10.000000
Frais d’établt 500.000 500.000 Prime d’émission 1.700.000
Prime de Rbrsmt 130.000 130.000 Réserves Légale 900.000
Frais deReches 300.000 100.000 200.000 Autres réserves 4.000.000
Fonds deCmerce 3.400.000 3.400.000 RAN 50.000
Terrains 2.600.000 2.600.000 Bénéfice 3.517.500
Constructions 8.000.000 8.000.000 Subv d’investmts 200.000
Mat de Transport 9.000.000 5.000.000 4.000.000 Prov réglemtées 100.000
Titres de partic 2.000.000 250.000 1.750.000 Emprunts Oblig 4.700.000
Autres Titres imo 170.000 170.000 Emprunts Bcres 6.500.000
Prêts 10.000 10.000 Prov risq &charg 250.000
Actif Immobilisé 26..290.000 5.350.000 20.940.000 Rsrces durables 31.917.500
Stocks 6.400.000 350.000 6.050.000 Fournisseurs 2.800.000
Clients 6.800.000 200.000 6.600.000 Client avces acpt 200.000
Autres créances 150.000 50.000 100.000 Risq provisinés 927.000
Effets à Recevoir 3.000.000 3.000.000 Dettes Fiscales 1.100.000
Crces sur cession 250.000 250.000 Frss d’invest 600.000
Chge ctatéed’avce 15.000 15.000 Prodt ctésd’avce 60.000
Autres Dettes 40.000
Actif Circulant 16.615.000 600.000 16.015.000 Passif Circulant 5.727.500
Titres de Placmts 80.000 80.000 Crédit de
Banque 200.000 200.000 Trésorerie 80.000
Caisse 500.000 500.000
Trésorerie Active 780.000 780.000 Trésor Passive 80.000
ECA 10.000 10.000 ECP 20.000
Total Actif 43.695.000 5.950.000 37.745.000 Total Passif 37.745.000

Annexe 2 : Etats des échéances des Créances et des Dettes au 31/12/2006


Annexe 2 : Etats des échéances des Créances et des Dettes au 31/12/2006

Créances Mtants bruts < 1 an Supérieur 1 an


Prêts 10.000 4.000 6.000
Clients 6.800.000 3.400.000 3.400.000
Autres Créances 150.000 80.000 70.000
Créances sur cession d’immobilisation 250.000 200.000 50.000
Charges constatées d’avances 15.000 15.000
Total 7.175.000 3.679.000 3.496.000

48
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

Dettes Mtants bruts < 1 an Supérieur 1 an


Emprunts cbligataires 4.700.000 2.000.000 2.700.000
Emprunts bancaires 6.500.000 3.000.000 3.500.000
Fournisseurs 2.800.000 1.800.000 1.000.000
Autres dettes d’exploitation 40.000 40.000
Fournisseurs d’invest 600.000 400.000 200.000
Dettes fiscales 1.100.000 500.000 600.000

Total 15..740.000 7..740.000 8.000.000

Annexe3 : Informations complémentaires

1- Il sera distribué au cours de l’exercice 2007 un dividende par action de 2.000f


2- La SA utilise une machine sous contrat de crédit bail qui , si elle avait été acquise
présenterait à fin 2006 les caractéristiques suivantes : valeur d »origine 3.000.000,
amortissements cumulés 1.000.000, valeur nette 2.000.000
3- Les Terrains valent réellement le double de leur valeur comptable
4- Les titres de participations sont constitués de 200 actions de la SA Gbénou. Une
expertise récente a estimé chaque action de la SA a 12.000f
5- Une décote de 10% est applicable au stock, par ailleurs, à propos de celle-ci, un
minimum de 1.500.000est considéré comme indispensable à la bonne marche de la
SA « SarahTabayard »
6- Détail des charges à repartir : brut 200.000, amortissement 20.000
7- Les écarts de conversions actifs sont dus aux clients pour 6.000 aux fournisseurs pour
3.000 et aux prêts pour 1.000. Quant aux écarts de conversions passifs ils ont
essentiellement dus aux fournisseurs
8- Les charges et produits constatés d’avances sont relatif à l’exploitation de la SA
9- La provision pour risque et charge d’un montant de 100.000est sans objet, par ailleurs
la fraction restante concerne un procès dont le jugement sera rendu dans 6 mois
NB : La valeur nominale de l’action Gbénou est de 10.000f

TAF : 1- Présenter le bilan fonctionnel détaillé de la SA et ses agrégats


2-Présenter le bilant de liquidité détaillé de la SA

Créances Mtants bruts < 1 an Supérieur 1 an


Prêts 10.000 4.000 6.000
Clients 6.800.000 3.400.000 3.400.000
Autres Créances 150.000 80.000 70.000
Créances sur cession d’immobilisation 250.000 200.000 50.000
Charges constatées d’avances 15.000 15.000

49
Fascicule de Gestion Financière Formateur M. DJANE KABRAN Aristide

50