Vous êtes sur la page 1sur 9

Les effets thérapeutiques du miel

Depuis la nuit des temps le miel sont fortement utilisé, les Grecs et Egyptiens
l’employaient pour traiter les envenimations, les médecins militaires du XVII au XX siècle
pour traiter les plaies, les « Grands-mères » pour préparer des tisanes pour endormir
leurs enfants. Nombreux furent les usages en médecine vétérinaire, en particulier en tant
que véhicule pour de nombreux médicaments. Cette substance a des effets
thérapeutiques incroyables, antiseptique, cicatrisant aussi bien sur les hommes que sur
les animaux.
D’où viennent ses pouvoirs et quelles sont les vertus thérapeutiques du miel ?
PLAN :
A) Des abeilles au miel. B) Les effets thérapeutique du miel
1° De la fleur au miel V 1° Les effets thérapeutiques sur les animaux …
V
2° La composition du miel V 2°... Et sur les hommes
V
3°Les pouvoirs du miel V a) En usage interne V / b) En usage
externe V

A) Origine du miel.
1) De la fleur au miel.
Les abeilles ouvrières butineuse recueillent le miel ainsi que le miellat,
( miellat : excrétion produite par des insectes suceurs comme le puceron, la
cochenille ou le metcalfa ) à partir de la sève des arbres pour le miellat et à
partir de fleurs pour le miel. Le miellat sera utilisé de la même façon que le
nectar de fleur.
Du fait de leur anatomie et en particulier de la longueur de leur langue
(qui mesure entre 5,3 et 7,2 mm selon la race), les abeilles ne peuvent récolter
le nectar que sur certaines fleurs, qui sont dites alors mellifère. Une fois posée
sur la fleur, l'abeille en écarte les pétales, plonge sa tête à l'intérieur (Pp),
allonge sa langue et aspire le nectar qu'elle stocke provisoirement dans son
jabot, (Pp) (Le jabot est une poche dut au renflement de l’œsophage que les
abeilles butineuse utilise comme réservoir à nectar, lors des prélèvements au
niveau des fleurs et du transport jusqu’à la ruche, Il a une capacité de 50 à 70
µl.)
Le miel est alors préparé dans le jabot lors du retour de l’ouvrière vers la
ruche. Pour le remplit l'abeille doit collecter environ 5 mg de nectar. Pour cela
elle doit visiter plusieurs dizaines de fleurs. Quand l’abeille est de retour à la
ruche elle régurgite le nectar de son jabot. De jeunes ouvrières l'ingurgitent à
leur tour pour ensuite aller le déposer dans des cellules (ou le transmettre à
d’autres abeilles.)
Ce transfert du nectar d'abeille en abeille s'appelle la Trophallaxie. Même une
fois déposé dans une alvéole le nectar est repris et régurgité par les abeilles.
Cette transmission de jabot en jabot est fondamentale dans la transformation
du nectar en miel.
En effet, Les abeilles emmagasinent le nectar dans leurs jabots et le
rapportent à la ruche en y ajoutant de la salive contenant une enzyme
(l’invertase) (une enzyme de la famille des diastases ), elle a la capacité
d’hydrolyser le saccharose (L'hydrolyse d'une substance est sa décomposition
par l'eau grâce aux ions H3O+ et HO- provenant de la dissociation de l'eau. ) , il y
a alors une réaction chimique (Pp) : La molécule de saccharose(-> sucre
complexe) est décomposé en deux nouvelles : le fructose et le glucose(->
sucres simples)
Ce nectar est alors déposé par les abeilles dans les alvéoles de la ruche,
grâce à une température de la ruche maintenue entre 36 et 37 degrés et une
ventilation de la ruche effectuée par les abeilles ventileuses, le miel va peu à
peu perdre plus de 50 % d’eau, pour arriver au final aux proportions : 18 %
d’eau et 80 % de fructose et de glucose.
Cette ventilation peut prendre jusqu'à 20 minutes. Le miel est alors prêt à
être consommé ou utilisé à des fins thérapeutiques 
A) Origine du miel.
2) Composition du miel
On ne peut donner que les grandes «lignes» de la composition du miel à
cause de sa diversité, la composition du miel varie en fonction de son origine
florale.
Tout d’abord le miel est un produit biologique auquel la loi interdit d'y
ajouter quoi que ce soit.
Il est composé :
• De l’eau pour une quantité de 17 à 18 % (s’il contient plus de 20% d’eau,
le miel dégagera du CO2 et fermentera)
• Des glucides (sucres) en grande quantité : 78 à 80 %,
• Représentés essentiellement par du fructose (ou lévulose) :38 % et du
glucose (ou dextrose) :31 %(Pp)
• ainsi que du maltose, du saccharose (Pp) et divers autres polysaccharides
(mélibiose, turanose, mélézitose…). (Pp)
• Des glucides présents en grande quantité (75 à 80 %) et des lipides (acides
gras) en quantité infinitésimale.
• Des protides, (substances azotées) très pauvres moins de 1 %, mais contient
néanmoins de nombreux acides aminés (Pp) essentiels pour notre
métabolisme.
• Un grand nombre de vitamines, (Pp) dont les quantités, loin de couvrir les
besoins journaliers des humains, n'en constituent pas moins un appoint non
négligeable. Le miel contient essentiellement les vitamines B1, B2, B3 (ou
vitamine PP), B5, B6, C, et accessoirement les vitamines A, B8 (ou vitamine
H), B9, D et K.
• Des enzymes (Pp), nous avons vu que les abeilles utilisent leur salive lors
de la sécrétion salivaire pour la transformation du nectar et du miellat,
cette salive est composée d’enzymes que l’on retrouve dans le miel,
Ces enzymes sont très fragiles et se détruisent sous l’action de la
chaleur.
• Des sels minéraux, (Pp) de 0,2 % pour les miels de nectar et jusqu’à 1 % pour
les miels de miellat. La concentration des sels minéraux peut cependant varier
de 1 à 5. Les oligo-éléments (Pp) s’avèrent indispensables au développement
de notre organisme et leur carence peut provoquer de nombreux troubles et
maladies. Ils ont comme propriétés de renforcer les défenses de l’organisme
voire du terrain immunitaire. Plus le miel est sombre plus le contenu en sels
minéraux est élevé ;
• Des antibiotiques naturels regroupés sous le nom d’inhibine (hormone
peptidique), un bactériostatique puissant qui empêche le développement des
bactéries mais ne les tue pas.
• Des flavonoïdes aux propriétés intéressantes pour notre santé : actions
anti-inflammatoires, antivirales, cicatrisantes, antitoxique et anti-
oxydantes ;
des alcools, des esters (corps gras résultant de l’action d’un acide sur un
alcool avec élimination d’eau).
• De nombreuses autres substances biologiques diverses :
o un principe cholinergique proche de l'acétylcholine, un principe
œstrogène,
o des substances aromatiques qui non seulement donnent l'arôme
(comme l'acide phénylacétique) et le goût spécifique d'un miel
donné, mais qui ont aussi des vertus thérapeutiques.
o des matières pigmentaires, spécifiques à chaque miel, qui lui
donnent sa couleur propre.
• Et enfin des grains de pollen qui en signent l'origine botanique.
• D'un point de vue analyse élémentaire, le miel est donc essentiellement
composé de carbone, d'hydrogène et d'oxygène (composants de base
des composés organique)
Les propriétés physiques et chimiques du miel :
-La densité du miel est de 1.41 à 1,43 à 20°C ; Sa viscosité diminue quand la
température s'élève à 30°C.
- Les miels à pH acide estimé entre 4,31 et 5,5, il est généralement inférieur à 4
dans les miels de nectar, supérieur à 5 dans ceux de miellat (sapin = max 5,3),
se dégradent plus facilement, il faudra alors prendre soin de leur conservation.
- Le miel est 14 fois moins bonnes conductrices que l'eau ; sa conductibilité
électrique se range entre 1 et 2,5 x 10-4 S/cm (colza, acacia).
- Enfin son indice de réfraction est entre 13 à 26%, selon la teneur en eau et s’il
est liquide ou non. La coloration est très variable selon les miels, il peut être
incolore ou presque noir. Elle varie selon l'espèce butinée (teneur en différents
sucres) et la rapidité de la sécrétion (par exemple le miel est clair si la
sécrétion est rapide).
A) Origine du miel.
3) Les pouvoirs du miel.
A partir des toutes ses informations on va donc pouvoir expliquer d’où vient
les effets antibactériens :
Le miel contient deux protéines qui expliquent ses propriétés antibiotiques:

• des inhibines, qui freinent ou inhibent la reproduction des bactéries ;


• des défensines (protéines qu'on trouve chez divers vertébrés et
invertébrés, dont insectes) et qui jouent un rôle chez l’homme, dans le
système immunitaire). Un dysfonctionnement de cette protéine provoque
des maladies chroniques, dont la maladie de Crohn (maladie
inflammatoire chronique de l'ensemble du tube digestif)

Les propriétés bactériostatiques du miel viennent de son acidité et de sa


densité élevée et non de sa composition. Les traces d'antibiotiques que l'on
peut trouver dans le miel viennent de la propolis que l'on trouve dans toute la
ruche et comme tapisserie des alvéoles. Le miel est parfois utilisé, aussi bien
par des médecins hospitaliers que les vétérinaires, pour aider à la cicatrisation
de plaies.

Les sucres sont la base de toutes les autres propriétés du miel,


l'enchaînement de plusieurs éléments va aboutir à une propriété
antibactérienne, les éléments sont aux nombres de trois, certain appelle sa « la
triple entente » :

Le premier élément de la triple entente est du au glucose créé à la suite de


l'hydrolyse du saccharose, il va être transformé par l'enzyme glucose oxydase,
en acide gluconique. Cette transformation chimique va rejetée du peroxyde
d'hydrogène, de formule H2O2, derrière ce nom ce cache simplement de l'eau
oxygénée. Comme chacun sait, l'eau oxygénée est un excellant désinfectant, il
est donc antibactérien.

L'acide gluconique précédemment formé va lui crée un pH acide, comme c'est


un acide, il possède donc beaucoup d'ions oxonium or c'est cet ion qui
détermine le pH par conséquent, l'acide gluconique induit un pH acide, le pH
acide est défavorable à la prolifération microbienne, par conséquent il est
antibactérien.

Le dernier élément concerne tout simplement les propriétés anti bactérienne


de la plante butinée. Ainsi si nous récapitulons, le miel doit son action
désinfectante aux propriétés de la plante butinée (Pp), mais aussi aux sucres
(Pp) contenus dans le miel qui grâce à l'eau mais aussi grâce à l'enzyme
invertase des abeilles (Pp), produit de l'eau oxygénée et de l'acide gluconique
qui sont des agents désinfectants.

B) Les effets thérapeutiques du miel


1) Les effets thérapeutiques du miel chez nos amis les animaux
Le miel aussi bien que chez les hommes, a des effets thérapeutiques sur
les animaux.

La propolis est en réalité un mélange complexe de résines et d'autres


substances que les abeilles utilisent pour sceller la ruche et la sécuriser contre
les bactéries et d'autres micro-organismes. Les abeilles fabriquent la propolis
en combinant les résines végétales avec leurs propres sécrétions. Les résines
trouvées dans la propolis représentent seulement une petite partie des
phytonutriments trouvés dans la propolis et le miel. Des chercheurs ont montré
que d'autres phytonutriments trouvés aussi bien dans le miel que dans la
propolis possèdent des propriétés pour prévenir le cancer et lutter contre les
tumeurs.
Ces phytonutriments incluent l'acide caféique, le pentényle caffeate et le
pentényle dimethylcaffeate. Les chercheurs ont découvert que ces substances
préviennent le cancer du côlon chez les animaux en arrêtant l'activité de 2
enzymes (phosphatidylinositol et lipoxygénase). Quand le miel brut est
largement traité et chauffé, les bienfaits de ces phytonutriments sont en
grande partie éliminés.
Les constipations modérées des chiots et chatons peuvent être soignés avec
l’administration d’eau minérale tiède additionnée de miel d’acacia, à raison de
½ cuillerée à café de miel pour ½ verre d’eau.

Le Miel comme excipient : Le miel peut servir de véhicule pour l’administration


au chien des huiles essentielles ou pour celle de certains extraits de plante
médicinale. Il est possible de faire de petites boulettes de miel avant de les
déposer dans une assiette au réfrigérateur. Ainsi durcie, la boulette de miel
pourra être additionnée du remède, pétrie entre les doigts brièvement pour ne
pas la ramollir, avant d'être administrée aisément au chien.

Usage externe : Le miel, en application externe, sera employé pour ses vertus
antiseptiques et cicatrisantes. Dans le cas de blessure ou de brûlure
superficielle, il faut en étaler une couche mince sur la lésion, puis recouvrir la
lésion ainsi traitée d’une gaze avant de faire le pansement qui ne doit pas être
occlusif. Le nettoyage devra être fait avec du miel, jamais avec de l’eau qui
diminuerait l’action du miel. Il faut choisir un miel liquide, comme le miel
d'acacia, dans le but de faciliter l'application.

• Attention : Par contre :


Le miel ne doit jamais être administré à un chat, animal chez qui
l'administration de miel peut occasionner des troubles sévère, comme la
diarrhée ou des troubles de l’estomac. (Pp)

2) … et sur Les Hommes


En milieu hospitalier ? Oui, effectivement, cela peut paraître étonnant, mais
le professeur Descottes, éminent chercheur et médecin, ancien chef du service
de chirurgie viscérale de Limoges et fondateur de l'association francophone de
l'apithérapie utilisait le miel dans son service.
Le miel est très efficace et son pouvoir thérapeutique permet de l’utiliser dans
beaucoup de maladies, sans aucun effet secondaire. Bien que sucré, le miel
peut être utilisé chez les diabétiques, si l’on respecte les doses
médicamenteuses.

a) Usage Interne
Chez les enfants :
Le miel est aussi utilisé pour lutter contre les états de faiblesse sous toutes
leurs formes notamment chez l'enfant, les terrains constitutionnels déficients,
et les états de carences divers, retard de croissance, insuffisance pondérale. Le
miel favorise la croissance et fortifie le squelette.

Le botulisme infantile :
Ici le miel a un effet néfaste sur l’être humain plus précisément sur un
nourrisson, en effet lorsque l’on donne du miel a un enfant ayant moins d’un
an, il provoque une maladie aussi appelé le botulisme infantile (le botulisme
infantile est une maladie neuroparalytique qui affecte par ailleurs des enfants en bonne
santé âgés de moins d'un an.) Cette maladie a été reconnue pour la première fois
en 1976. Les symptômes préliminaires du botulisme infantile sont la
constipation, la faiblesse générale et un faible pleurnichement. Bien que la
plupart des cas nécessitent l'hospitalisation, les cas mortels sont rares.
Le botulisme infantile est provoqué par la bactérie Clostridium botulinum qui
cause l'intoxication alimentaire. Il s'agit de la même bactérie que celle qui
provoque l'intoxication alimentaire connu sous le nom de «botulisme». Les
spores bactériennes sont avalées par le nourrisson, croissent et produisent une
neurotoxique (c.à.d, du poison) dans l'intestin. De nombreux enfants chez qui le
botulisme est diagnostiqué ont été nourris au miel qui est la seule source
alimentaire identifiée de spores de C. botulinum provoquant le botulisme
infantile. Trois des seize cas de botulisme infantile (jusqu'en juin 1999) déclarés
au Canada depuis 1979 ont été associés au miel

La toux :
Une étude américaine a testé le miel puis le Dextrométhorphane (un analgésique
qui est le principe actif de la plupart des médicaments contre la toux) pour soigner la
toux chez les enfants. Elle a trouvé que le miel est plus efficace.
L'étude a été menée auprès de 105 enfants souffrant d'une toux très gênante.
Les enfants ont pris soit une cuillère de miel avant d'aller se coucher, soit un
sirop contre la toux, soit rien du tout. D'après les résultats, les enfants du
groupe ayant pris du miel sont ceux qui ont le moins toussé la nuit, et donc le
mieux dormi. Il soulage les gorges irritées du fait de la présence d'acide
formique permettant ainsi de soulager les bronches. Autrefois lorsqu'on le
mélangeait avec un jus de citron ou une cuillérée de vinaigre, il pouvait servir
de sirop contre la toux.
Ses pouvoirs antibactériens lui permettent ainsi de lutter contre les infections.
On le consomme aussi sous formes de pastilles ou bonbons à sucer. On ne
chauffe pas un miel si l'on veut l'utiliser à usage thérapeutique.

Le miel possède des qualités thérapeutiques exceptionnelles autres que celle-ci


: il est utilisé en cas de troubles digestifs et d'ulcères gastriques, d'asthénies
(états de fatigue physique, psychique ou intellectuelle), d'anorexie (manque
d'appétit). Outre ses propriétés bactéricides et antibiotiques il est approprié
pour certaines affections O.R.L (laryngites, toux), et pour les maladies
intestinales et rénales. Il permet de lutter contre les affections respiratoires.

D'après les observations du Dr Jarvis, la plupart des cas de sinusite ne


résistaient pas au-delà de la première journée. La technique consistait alors à
mastiquer un morceau de miel en rayon pendant un quart d'heure avant de
recracher la cire résiduelle, et de recommencer plusieurs fois, toutes les
heures. L'intérêt du miel en rayon est sans doute la prolongation de la
présence du miel dans la cavité buccale. Probablement peut-on obtenir des
résultats similaires en suçant longuement une cuillérée de miel.
Dans le cas des maladies ORL, les chercheurs canadiens de l'hôpital d'Ottawa
ont testés ses capacités à soigner la sinusite là où les antibiotiques n'avaient
pas d'effets.
In vitro, ils ont démontrés que le miel pouvait non seulement détruire les
bactéries résistantes aux traitements antibiotiques, mais qu'il pouvait aussi
traverser la pellicule biologique, un regroupement de micro-organismes qui
enveloppe les bactéries et les isole (une sorte de bouclier anti-agression que
les antibiotiques, eux, n'arrivent pas à franchir). Résultat: entre 61% et 91%
des bactéries étaient détruites.

Tous les miels ne procurent pas ces bienfaits de guérison. Il vous faudra
privilégier les miels de couleurs foncées, surtout le miel des fleurs de sarrasin
ou de sauge, qui contiennent une plus grande quantité d'antioxydants que les
autres types de miel. Cherchez en priorité aussi le miel brut non traité, qui
contient la plus grande variété de substances bénéfiques pour la santé

Le miel agit aussi sur :


• Maladie Cardiaque
• Cholestérol
• Arthrites et autres rhumatismes inflammatoires
• inflammatoires Infection de la vessie
• Douleurs dentaires
• Grippe Douleurs gastriques mauvaise digestion
• Ballonnements
• Système immunitaire
• Obésité
• Cancer : Les recherches effectuées récemment en Australie et au Japon
démontrent que les cancers de l’estomac et des os sont
considérablement soulagés par la prise régulière l’association
Miel/cannelle. Les personnes atteintes de ces formes de cancer doivent
prendre tous les jours une cuiller à soupe de miel avec une cuillère à
café de cannelle trois fois par jour pendant un mois au moins et pendant
toute la durée de leur chimiothérapie ou radiothérapie si ces traitements
sont utilisés. Leur défense immunitaire sera ainsi renforcée.
• Fatigue : Des études effectuées par le Dr Milton, gérontologue, ont
démontré que les personnes âgées, fatiguées ou convalescentes qui
prennent du miel et de la cannelle en poudre à parts égales, sont plus
attentives et plus stables.
• Mauvaise haleine

Ce qu'il faut retenir : le miel brut (recueilli à la ruche sans subir aucun
traitement ni transformation) peut aider à prévenir le cancer et à lutter
contre les tumeurs. Le miel brut est également antibactérien, anti-viral et
antimycosique (agissant contre les mycoses).
B) usage externe.
Durant les deux guerres mondiales, le miel était reconnu pour ses
propriétés antiseptiques (désinfectant), antibiotiques et cicatrisantes.
Pour des usages externes, le pouvoir du miel est cicatrisant a été
scientifiquement démontré et utilisé. En effet, il permet la cicatrisation des
plaies ; ses vertus cicatrisantes sont connues depuis l'antiquité et continuent
depuis ce temps. Le miel est prescrit dans la plupart des maladies ORL car il
détient un pouvoir antibactérien. En effet, il a une enzyme spécifique qui
produit du peroxyde d'hydrogène (eau oxygénée), un antiseptique reconnu...
C'est d'ailleurs pour cela qu'il est si efficace pour guérir les blessures en
application externe.
Les médecins ont trouvés, eux aussi que les propriétés thérapeutiques du miel
était intéressante puisque il les utilise dans les milieux hospitalier :
Pansements au miel
Un pansements est fondamental pour la cicatrisation, il doit être fermé sur la
plaie car l’humidité favorise la cicatrisation. Le pansement au miel est donc
conseillé.

Sur les plaies :


Une autre étude a examiné les bienfaits du miel pour guérir les plaies sur les
patientes après une section césarienne et une hystérectomie. Comparé au
groupe qui a reçu la solution standard de iodine et d'alcool, le groupe traité
avec du miel ne souffrait pas d'infection en moins de jours, se guérissait plus
proprement et avait réduit la durée de leur séjour à l'hôpital.
Plusieurs mécanismes ont été suggérés pour expliquer les bienfaits du miel
pour guérir les plaies. Parce que le miel est composé principalement de glucose
et de fructose, 2 sucres qui attirent beaucoup d'eau, le miel absorbe l'eau dans
la plaie, l'assèche de la sorte que la croissance des bactéries et des mycoses
soit inhibée.
En plus de ses enzymes spécifiques a la guérison, un antioxydant en
particulier, la pinocembrine (contenue uniquement dans le miel), est
actuellement étudiée pour ses propriétés antibactériennes. Diverses études
ont montré que le miel non pasteurisé lutte contre la bactérie "Staphylocoque
doré" (elle provoque des infections surtout au niveau des plaies ouvertes),
inhibe les bactéries "Escherichia coli" (une bactérie intestinale des mammifères
très commune chez l'être humain) et "Candida albicans" (l'espèce de levure la
plus importante et la plus connue du genre Candida).

Il soigne aussi bien les brûlures et blessures, que :


Les plaie cutanée infectée, ulcère variqueux, acné, escarre, brûlures,
engelures, gerçures et crevasses, les furoncles (Le furoncle se manifeste par
l'apparition progressive d'une tuméfaction conique, rouge, chaude et très
douloureuse, autour d'un poil. Au sommet de la tuméfaction apparaît une
pustule jaunâtre qui va bientôt s'ouvrir, et le bourbillon s'élimine), il peut aussi
traiter les maladies des yeux ou servir comme purgatif.

Le miel contient deux protéines qui expliquent ses propriétés antibiotiques:


• La première est l'inhibine qui ralentis la reproduction des bactéries ;
C'est une hormone peptidique. Chez certains insectes, on a montré que
l'inhibine jouait un rôle naturel (antibactérien) dans le miel.
• La deuxième est la défensives (protéines qu'on trouve chez divers
vertébrés et invertébrés, dont insectes) et qui jouent un rôle chez
l’homme, dans le système immunitaire. Un dysfonctionnement de cette
protéine provoque des maladies chroniques, dont la maladie de Crohn.
L'abeille produit ces deux protéines et en ajoute au miel qui d'après ce que l'on
sait garde leurs propriétés immunitaires.
Il contient de plus des propriétés humectantes car le miel agit sur et sous la
peau : son abondance en sucre facilite la fixation des molécules d’eau qui
protège la peau de la déshydratation en lui conservant sa souplesse et sa
douceur. Bourré de substances minérales, vitamines et acides aminés, le miel
adoucit, tonifie et nourrit la peau. Régénérerait les cellules superficielles, de la
peau, en la nourrissant et en activant sa microcirculation et en l’hydratant. Le
miel, grâce à ses sels minéraux, aide à la croissance en favorisant la rétention
du calcium et du magnésium et aide à combattre l’anémie en favorisant la
production de globules rouges.

Le miel a un usage thérapeutique efficace :


· Pour tuer les bactéries,
· Pour calmer les nerfs et faciliter l’endormissement,
· Pour cicatriser les plaies externes,
· Contre les inflammations de l’estomac et de l’intestin,
· Contre les maladies de bronches
· Contre la diarrhée

Conclusions
D’après plusieurs médecins, scientifiques, et plusieurs études le miel à bien
des effets thérapeutiques sur l’homme grâce à son origine florale et aux
abeilles. Le miel agit sur des maladies interne et externe.

Voici quelque exemple :

Acacia : Il sert de calmant, reconstituant et de régulateur intestinal.


Amandier : Vertus dermatologique.
Bruyère : Diminue l'anémie, la fatigue et traite les infections des voies
urinaires.
Fleurs sauvages : Idéal contre la grippe.
Forêt : Pour tous les problèmes respiratoire.