Vous êtes sur la page 1sur 7
chapitre 1 Rappels sur les suites Récurrence Corrigés des exercices Pour progresser (page 14) Généralités

chapitre

1

Rappels sur les suites Récurrence

Corrigés des exercices

Pour progresser

(page 14)

Généralités sur les suites

Pour progresser (page 14) Généralités sur les suites v 2 = 5 . v n +

v 2 = 5 .

v n + 2 = 3 v n + 1 – 1 = 3(3 v n – 1) = 9 v n – 4.

v 1 = 2

et

2 u n + 1 = ---------------------------- n + 1 n 2 + 2n +
2
u n + 1 =
---------------------------- n + 1
n 2 + 2n + 5
n
------------------
.
u 2 n =
2n 2 + 2

;

u n – 3 =

------------------------------ n 3 n 2 6n + 13

;

Note : Dans les exercices 3 à 5, on applique l’une des trois méthodes décrites page 15.

n u n + 1  2 3 a) Pour n > 0, ------------- =
n
u n + 1
 2
3
a) Pour n > 0,
------------- =
------------
n + 1
u n
décroissante.
b) u n
=
3n + 4 –
3n + 1
+
1
u n

crois-sante.

< 1

> 0

:

:

( u n ) est

(

u n )

est

c) u n = f ( n ) avec f ( x ) =

2x 1

---------------

x + 4

; f ( x ) =

9

------------------- > 0 .

(x + 4) 2

f est croissante, donc ( u n ) est croissante.

4
4

Corrigé dans le manuel.

 
5
5

a)

u n + 1 u n = – 3 < 0

: ( u n ) est décroissante.

b) ( u n ) change de signe à chaque indice, donc pas de

monotonie.

c) Tous les termes de la suite sont positifs,

et

u n + 1

-------------

u n

= 2 > 1 : ( u n ) est croissante.

6
6

a) u n + 1 u n = – 3 < 0

: ( u n ) est décroissante.

b) u n = f ( n ) avec f ( x ) =

x + 1

------------

x + 2

;

f ( x ) =

1

-------------------

+ 2) 2

(x

.

f est croissante, donc ( u n ) est croissante.

7
7

a) u n > 0

et

u n + 1

-------------

u n

= 2 > 1 : ( u n ) est croissante.

b) u n change de signe à chaque indice, donc pas de

monotonie.

u n + 1 8 a) u n > 0 et ------------- = n +1>1
u n + 1
8
a) u n > 0 et
-------------
= n +1>1 : ( u n ) est croissante.
u n
1
1
b) u n + 1 – u n =
sante.
-------------------- – -----
< 0 : ( u n ) est décrois-
(n + 1) 2
n 2
(n
+ 1) 2
u n + 1
n! (n + 1)
9
a) u n > 0
et
------------- =
-------------------- × ----- = -----------------
;
u n
(n + 1)!
n 2
n 2
si
g ( x ) = x 2 – x – 1 ;
g ′ ( x ) = 2 x – 1, donc n 2 > n + 1 dès

que n 1 et ( u n ) est croissante.

b) u n + 1 – u n = (– --------------- 1) n n +
b) u n + 1 – u n =
(– --------------- 1) n
n + 1
, donc pas de monotonie.
10
Corrigé dans le manuel.
1
1
11
------------ +
+ ------
,
d’où :
v n =
n + 1
2n
1 1
1
1
------------ +
… + ----------------
------------ +
+ ------
v n + 1 – v n =
n + 2
2n + 2
n + 1
2n
1
1 1

v n + 1 v n =

---------------- 2n + 1 +

----------------

2n + 2

– ------------ n + 1

1

------------------------------------------

(2n + 1)(2n + 2) (v n ) est croissante.

v n + 1 v n =

> 0 ;

12 a) u 0 = 8 ; u 1 = 8 et u n =
12
a) u 0 = 8 ;
u 1 = 8
et u n = 8 pour tout n, donc
(u n ) est constante.
7
3
b) u 0 = 2 ,
u 1 =
---
d’où
u 1 – u 0 =
---
;
2
2
3
---
(u n – u n – 1 ) ;
u n + 1 – u n =
4

(u n + 1 u n ) est une suite géométrique de premier

3

---

2

et de raison

terme

est croissante.

3

---

4

.

Donc

13
13

Oui, car pour tout n :

u n + 1 u n > 0

et (u n )

(u n + 1 + v n + 1 ) – (u n + v n ) = (u n + 1 u n )

+ (v n + 1 v n ) 0 .

14
14

• (u n ) est décroissante, (v n ) est croissante.

n 1

------------

n 2

u n + v n =

n 2 .

u n v n = –

; (u n + v n ) est décroissante pour

1

-----

n 3

;

(u n v n ) est croissante.

15
15

• Pour tout n, v n + 1 v n = 3(u n + 1 u n ) = 3r et

w n + 1 w n = u 2n + 2 u 2n = 2r.

Suites arithmétiques Suites géométriques

16
16

Puisque le triangle est un rectangle, la mesure

la plus grande est 90 en degrés. Si on note r la raison de la suite arithmétique, les autres mesures sont 90 – r et 90 – 2r .

Comme (90 – r) + (90 – 2r) = 90 , il vient 3r = 90, soit

r = 30 et les mesures sont 30, 60 et 90 .

17
17

• Par récurrence, v n > 0 .

1

1

+

v

n

1

= ----- + 1

v n

u n + 1 =

suite arithmétique de raison 1 .

------------ =

v n + 1

---------------

v n

= u n + 1 ; (u n ) est une

18 Comme trique de raison
18
Comme
trique de raison

2

------------- = ---

3

u n + 1

u n

, (u n ) est une suite géomé-

2

--- . On peut aussi écrire u n =

3

1

---

3

2

---

3

n

.

19
19

• Comme u 5 = (5 – 2)r + u 2 , on trouve r = – 18 .

• Puis u 20 = u 5 + (20 – 5)(– 18) = – 283 .

20
20

puis :

• De

u 10 = u 7 q 3 , on déduit q 3 =

q =

30

------

13

.

u 30 = u 10 q 20 =

25

-------------

2 197

30

------

13

20

.

25 × 1 080 2 197

-------------------------

,

21
21

Corrigé dans le manuel.

22
22

u 25 = u 0 + 25r = – 3 – 50 = – 53 ;

u 125 = u 0 + 125r = – 3 – 250 = – 253 ;

S =

(53 253) × 101

---------------------------------------------

2

= – 15 453 .

23
23

1. u n = – 2 × 3 n 1 .

2. S = – 28 × 3 29 .

3. De v n = u 2n , on déduit que (v n ) est une suite géo-

métrique de raison 9 et de premier terme v 1 = u 2 = – 6.

3 Et S = --- (1 – 9 n ) . 4 8 1 –
3
Et
S =
---
(1 – 9 n ) .
4
8
1
– 2
24
S = u 3
--------------
1 – 2

8

= 1 × 2 3

255

-------------

1

= 2 040 .

25
25

En regroupant :

S =

S =

--------------------------- + -------------------------------- (1 + 10) × 10

1

--- ++

2

--- + --- × 5

3

---

2

9

2

2

9

+ ---

2

+ (1 + 2 + … + 10)

2

=

25

------

2

1

2

+ 55 =

135

---------

2

.

26
26

On reconnaît une suite géométrique de pre-

mier terme 0,02 et de raison – 5 . Le dernier terme u n = 312,5 = u 0 (– 5) n permet de trouver (– 5) n = 15 625 ou n = 6 .

1 – (– 5)  7  Alors S = 0,02 ------------------------ = 260,42 .
1
– (– 5)
7 
Alors S = 0,02
------------------------
= 260,42 .
1 – (– 5)
27
● 1. a = 2 +
3
et
b = 2 –
3
.
2.
v n + 1 = u n+2 – (2 +
3
)u n+1
= (4u n+1 – u n ) – (2 +
3
)u n+1
= (2 –
3
)u n + 1 – u n
= (2 –
3
)[u
– (2 +
3
)u n ]
n + 1
= (2 –
3
)v n .

(v n ) est géométrique de raison 2 –

terme v 0 = – 2

3. De même, (w 0 ) est géométrique de raison 2 +

et de premier terme w 0 = 2

4. v n = – 2

et de premier2 + et de premier terme w 0 = 2 4. v n = – 2

(2 +premier terme w 0 = 2 4. v n = – 2 et de premier 3

3
3
3
3

) n .

3
3

.

(2 –

3
3

.

w

n = 2

3
3

)2 et de premier (2 + 3 3 ) n . 3 . (2 – 3

n et

De

v n = u n + 1 au n

w n = u n + 1 bu n

, on déduit v n w n = (b a)u n ,

et, en définitive :

1 ------------ (v n – w n ) u n = b – a 1
1
------------
(v n – w n )
u n =
b – a
1
n
=
--------------- [
– 2
32(
3)
2
32(
+
3)
n ]
– 2
3
= (2 –
3
)
n + (2 +
3
) n .
b
28
● Si on note q la raison, alors a =
---
et c = bq et
q
les hypothèses donnent :
b 3 = 343
b = 7
b
ou
---
+ b + bq = 36,75
q 2 – 4,25q + 1 = 0
q

Soit q = 4 ou q = 0,25 . Les triplets solutions sont :

et

(1,75 ; 7 ; 28)

(28 ; 7 ; 1,75) .

29
29

● ● On a

b = aq

et

c = aq 2 .

La seconde hypothèse permet d’écrire, en notant r la raison de la suite arithmétique, 2b = 3a + r et c = 3a + 2r .

D’où la relation c = 3 a + 2(2 b – 3 a) = 4 b – 3 a , soit :

aq 2 = 4aq – 3a

ou

q 2 – 4q + 3 = 0 ,

c’est-à-dire q = 1 ou q = 3 .

Vérifions :

• si

thèses ;

• si q = 3, (a, 3a, 9a) et (3a, 2a, a) vérifient les hypo- thèses.

(a, a, a) et (3a, 2a, a) vérifient les hypo-

q = 1,

30
30

Corrigé dans le manuel.

31
31

● ● La suite définie pour tout n par : v n = 9 A n + 1

est géométrique et v n = 10 n .

10 n + 1 – 10 v 1 + v 2 + … + v
10 n + 1 – 10
v 1 + v 2 + … + v n = 9 S n + n =
---------------------------
d’où,
9
1
---
--------------------------- 10 n + 1 – 10 – n
.
S n =
9
9
7
7
32
● 3. v n + 1 =
---
(n + 1) – ------
● u n + 1 –
4
16
7
7
= 5u n – 7n –
---
(n + 1) – ------
4
16
7
7
= 5
u
– --- n – ------
= 5v n ;
n
4
16

(v n ) est une suite géométrique de raison 5 et de premier

7

------

16

73

------

16

terme

v 0 = 5 – 0 –

73

------

16

(5) n ,

=

.

73

------

16

4. v n =

5. S n = u 0 + u 1 + … + u n

puis u n =

(5n) +

7

---

4

n +

= ------ 16 73 (1+5+…+5 n )+

7

---

4

(1 +…+n)+

7

------

16

7

------

16

.

(1+…+1)

=

=

73

------

16

73

------

64

1

---------------------

1 5

5

n + 1

7

+ ---

4

(n + 1)n

---------------------

2

45

– ------

64

.

5 n + 1

+ --- 7 8 n

2

+

------ 21 16 n

7

+ ------ (n + 1)

16

Démontrer des égalités, des inégalités

33
33

1. a) 1 ;

5 ;

14 ;

30 .

b) S n + 1 = S n + (n + 1) 2 .

2. On note P n la proposition « S n =

+ 1)(2 + 1)

• P 1 est vraie car

• On suppose que P n est vraie. Alors :

S n + 1 = S n + (n + 1) 2

n(n + 1)(2n + 1)

------------------------------------------ ».

6

11(

--------------------------------------

6

= 1 = S 1 .

=

=

n(n + 1)(2n + 1)

------------------------------------------

6

(n + 1)

------------------------------------------------------

+ 7n + 6)

+ (n + 1) 2

(

2n

2

6 .

On vérifie que

(n + 2)(2n + 3) = 2n 2 + 7n + 6 ,

S n + 1 =

(n + 1)(n + 2)(2n + 3)

--------------------------------------------------------

6 ,

et :

donc P n + 1 est vraie. Donc la proposition est vraie pour tout n 1 .

34
34

On note P n la proposition :

« 1 + 2 × 2! + … + n × n! = (n + 1)! – 1 » .

• P 1 est vraie car 1 = 1

• On suppose que P n est vraie. Alors :

1 + 2 × 2! + … + n × n! + (n + 1) × (n + 1)!

et

(1 + 1)! – 1 = 1 .

= (n + 1)! – 1 + (n + 1)(n + 1)!

= (n + 1)! [1 + (n + 1)] – 1 = (n + 1)! (n + 2) – 1

= (n + 2)! – 1 .

Donc P n + 1 est également vraie.

• La proposition P n est vraie pour tout entier n non nul.

35
35

On note P n la proposition « S n = T n » .

1 × 2 × 3

---------------------

3

• P 1 est vraie car

S n + 1 = 1 × 2 + 2 × 3 + … + n(n + 1) + (n + 1)(n + 2)

S 1 = 1 × 2 = 2

et

T 1 =

= 2 .

On suppose que P n est vraie et on calcule S n + 1 .

1

= n(n + 1)(n + 2) + (n + 1)(n + 2)

---

3

(n + 1)(n + 2)

= (n + 3) = T n + 1 .

-----------------------------------

3

Donc P n + 1 est vraie.

• Et la proposition P n est vraie pour tout entier n non nul.

36
36

Pour tout entier n supérieur ou égal à 2, on

note P n la proposition : « S n = (n – 1)2 n n2 n 1 + 1 ».

•P 2 est vraie puisque S 2 = 1 et (2 – 1)2 2 –2×2 21 + 1 = 1.

• On suppose que P n est vraie. Alors :

S n + 1 = 1 + 2 × 2 + … + (n – 1)2 n 2 + n2 n 1

= (n – 1)2 n n2 n 1 + 1 + n2 n 1 = (n – 1)2 n + 1 . Or on veut prouver que :

S n + 1 = n2 n + 1 – (n + 1)2 n + 1

= 2n × 2 n n2 n – 2 n + 1 = (n – 1)2 n + 1 . Donc P n + 1 est vraie.

• Et la propriété est vraie pour tout n 2 .

37
37

On note P n la proposition :

« 1 × 2 × 3 + 2 × 3 × 4 + … + n(n + 1)(n + 2)

=

n(n + 1)(n + 2)(n + 3)

--------------------------------------------------------- » .

4

1 × 2 × 3 × 4

------------------------------

4

• P 1 est vraie car

• On suppose que P n est vraie. Alors :

1

1 × 2 × 3 = 6

et

= 6 .

× 2 × 3 + … + n(n + 1)(n + 2) + (n + 1)(n + 2)(n + 3)

+ (n + 1)(n + 2)(n + 3)

n(n + 1)(n + 2)(n + 3)

=

---------------------------------------------------------

4

=

(n + 1)(n + 2)(n + 3)

-----------------------------------------------------

4

(n + 4) ,

et P n + 1 est vraie.

• P n est donc vraie pour tout entier n non nul.

Chap. 1 • Rappels sur les suites. Récurrence

9

38
38

Soit P n la proposition : « n! 2 n 1 » .

• P 1 est vraie car 1! = 1

• On suppose que P n est vraie. Alors, pour tout n 1 :

(n + 1)! = n! (n + 1) 2 n 1 (n + 1) 2 n 1 × 2 = 2 n . Donc P n + 1 est vraie.

• P n est donc vraie pour tout n 1 .

et

2 n 1 = 1 .

Remarque : Il y a (n – 1) facteurs, dans le membre de gauche, supérieurs à 2 donc en multipliant…

39
39

La propriété est vraie pour n = 2 car

5 2 = 4 2 + 3 2 . Supposons que pour un entier naturel n 2, 5n 4 n + 3 n . 5 n + 1 5 × 4 n + 5 × 3 n 4 × 4 n + 3 × 3 n : la propriété est vraie pour tout n 2.

40
40

a) La propriété est vraie pour n = 1 car

(1 + a) 1 = 1 + a. Supposons que pour un entier naturel n 1, (1 + a) n 1 + na. (1 + a) n + 1 (1 + na) (1 + a) = 1 + (n + 1)a + na 2 1 + (n + 1)a : la propriété est vraie pour tout n 1. b) Si q > 1, alors il existe a > 0 tel que q = 1 + a, donc q n 1 + na.

Comme ● 41
Comme
41

lim

n +

na

= +

,

lim

n +

q

n

= +

.

1. On note P n la proposition : « 3n 2 (n + 1) 2 ».

• P 2 est vraie car

• On suppose que P n est vraie, alors :

3(n + 1) 2 = 3n 2 + 6n + 3 (n + 1) 2 + 6n + 3 = n 2 + 8n + 4 n 2 + 4n + 4 = (n + 2) 2 .

P n + 1 est vraie.

• Pour tout n 2, P n est vraie.

2. a) Notons P n la proposition : « 3 n 2 n + 5n 2 ».

• 3 2 + 5

3 × 2 2 = 12

et

(2 + 1) 2 = 9 .

Pour

n = 1 ,

est fausse.

• 9 4 + 20 est fausse.

Pour

n = 2 ,

• 27 8 + 45 est fausse.

Pour

n = 3 ,

• 81 16 + 80 est fausse.

Pour

n = 4 ,

• 243 32 + 125 est vraie.

Pour

n = 5 ,

n = 5 est donc la plus petite valeur non nulle pour laquelle P n est vraie.

b) Supposons que pour n 5, P n est vraie et cherchons

à savoir si P n + 1 est vraie.

3 n + 1 = 3 × 3 n 3(2 n + 5n 2 ) 2 × 2 n + 5 × 3n 2 , et d’après le 1., 3n 2 (n + 1) 2 .

D’où

• P n est donc vraie pour tout n 5 .

3 n + 1 2 n + 1 + 5(n + 1) 2

et P n + 1 est vraie.

● 42 1. • 3 0 = 1 et (0 + 2) 2 = 4
42
1. • 3 0 = 1 et (0 + 2) 2 = 4
donc P 0
est fausse.
• et
3 1
= 3
(1 + 2) 2 = 9 donc P 1 est fausse.

• et (2 + 2) 2 = 16 donc P 2 est fausse.

• 3 3 = 27

est vraie.

3 2 = 9

et

(5 + 2) 2 = 25

donc P 3

10

2. n 3 ; on suppose que P n est vraie. Alors :

3 n + 1 = 3 n × 3 3(n + 2) 2 = 3n 2 + 12n + 12 . Il reste donc à prouver que :

3n 2 + 12n + 12 (n + 3) 2

ou

2n 2 + 6n + 3 0 ,

ce qui est vérifié pour n 3 . Donc P n + 1 est vraie.

• Pour tout

n 3 ,

3n (n + 2) 2 .

Conjecturer puis démontrer

43 ● ● ●
43

Pour apprendre à chercher

Les outils :

Raisonnement par récurrence. Les objectifs :

Savoir conjecturer une propriété après le calcul des premiers termes.

Savoir prouver la conjecture.

u 4 = 50 002 ;

u 5 = 500 002 .

2. Lorsque n prend les valeurs 1, 2, 3, …, il y a 0, 1,

2, …, zéros entre le 5 et le 2.

3. a) En fait, on peut écrire pour n = 1, 2, 3, 4, 5 :

u n = 5 × 10 n + 2 .

b) On suppose que cette proposition est vraie au rang n.

Alors

= 5 × 10 n + 1 + 2 . P n + 1 est vraie et la proposition est vraie pour tout n.

1. u 0 = 7 ; u 1 = 52 ; u 2 = 502 ;

u 3 = 5 0002 ;

u n + 1 = 10u n – 18 = 10(5 × 10 n + 2) – 18

44
44

1. u 0 = 2 ; u 1 = 1 ; u 2 = – 1 ; u 3 = – 5 ; u 4 = – 13 ;

u 5 = – 29 .

 

u 1 – 3 = – 2 ;

u 2 – 3 = – 4 ;

u 3 – 3 = – 8 ;

u 4 – 3 = – 16 ;

u 5 – 3 = – 32 .

 

Il semble donc que u n = 3 – 2 n .

2. u n + 1 – 3 = (2u n – 3) – 3 = 2u n – 6 = 2(u n – 3) .

La suite (u n – 3) est géométrique de raison 2 et de premier terme – 1 . Donc u n – 3 = – 1 × 2n 3 – 2 n = u n pour tout entier naturel n.

45
45

3 ;

u 5 = 1 . Il semble donc que lorsque n est pair, u n = 3

n est impair,

2. Posons P n la proposition : « u 2n = 3 et u 2n + 1 = 1 ».

P 0 , P 1 , P 2 sont vraies. On suppose que P n est vraie.

et lorsque

1. u 0

=

3 ;

u 1

=

1 ;

u 2

=

3 ;

u 3

=

1 ;

u 4

=

u n = 1 .

Alors

u 2n + 2

u 2n + 3

=

=

u

u

2n + 1

2n + 2

+ 4 = 3

+ 4 = 1

et P n + 1 est vraie.

La proposition P n est vraie pour tout entier naturel n.

46
46

Corrigé dans le manuel.

47
47

● ● 1. u 0 = 1 ; u 1 = 1 ; u 2 = 2 ; u 3 = 4 ; u 4 = 7.

2. Remarque : u 5 = u 0 + 1 + 2 + 3 + 4.

Conjecture : pour tout entier n,

n(n 1)

-------------------- = ------------------------

n 2 n + 2

u n = 1 +

La propriété est vraie pour n = 0, car :

2

2

.

0 2 0 + 2

----------------------- = 1.

u 0 =

Supposons que pour un entier naturel n 1,

2

n 2 n + 2

------------------------ , alors :

u n =

2

n 2 n + 2

------------------------

2

u n + 1 =

+ n

(n + 1) 2 (n + 1) + 2

= ------------------------ = -----------------------------------------------------

n 2 + n + 2

2 2

et la propriété est vraie pour tout entier n.

1 1 48 ● 1. u 0 = 1 ; u 1 = ● ;
1 1
48
● 1. u 0 = 1 ; u 1 =
● ; u 2 =
---
---
3
7
1
u 5 =
------
.
63

; u 3 =

1

------

15

; u 4 =

Conjecture : pour tout naturel n, u n =

1

--------------------- .

2 n + 1 1

1

------

31

;

2. La propriété est vraie pour n = 0, car :

1

u 0 =

Supposons que pour un entier naturel n 1,

u n =

------------ = 1.

2 1

1

---------------------

2 n + 1 1

, alors :

u n + 1 =

1

---------------------

------------------------------- 2 n + 1 1 =

1

--------------------- + 2

2 n + 1

1

1

---------------------------------------

1

1)

+

22 (

n + 1

1

= --------------------- :

2 n + 2 1

la propriété est vraie pour tout entier n.

Divisibilité

49
49

• P 0 est vraie car

4 0 + 5 = 6 .

• On suppose que P n est vraie, c’est-à-dire que

4 n + 5 = 3p,

4 n + 1 + 5 = 4(4 n ) + 5 = 4(3p – 5) + 5 = 12p – 15 = 3(4p – 5) ,

ce qui prouve que 4 n + 1 + 5 est un multiple de 3.

P n + 1 est donc vraie.

• Pour tout entier naturel n, 4 n + 5 est un multiple de 3.

p entier.

50
50

1. Si on suppose que P n est vraie pour un

entier n, alors 10 n + 1 + 1 = 10(10 n ) + 1 = 10(9p – 1) + 1

= 90p – 9 = 9(10p – 1) , donc 10 n + 1 + 1 est un multiple de 9 et P n + 1 est vraie.

2. Pourtant 10 n + 1 s’écrit

1 0 … 0 1

(n 1) zéros

.

Et comme la somme des chiffres est 2, le nombre n’est pas divisible par 9. Donc P n n’est jamais vraie.

51
51

Soit P n la proposition : « 2 3n – 1 est un multi-

ple de 7 » .

• P 0 est vraie puisque

• On suppose que P n est vraie pour un certain n. Alors :

2 3(n + 1) – 1 = 2 3n × 2 3 – 1 = 8(7p + 1) – 1

= 56p + 7 = 7(8p + 1) . 2 3(n + 1) – 1 est un multiple de 7 et P n + 1 est vraie.

(p )

2 2 × 0 – 1 = 0 .

• La propriété P n est donc vraie pour tout entier natu- rel n .

52
52

Pour n = 0 : 3 0 – 1 = 0.

Supposons que pour un entier naturel n, 3 2n – 1 est un multiple de 8.

3 2(n + 1) – 1 = 3 2 × 3 2n – 1 = 3 2 (3 2n – 1) + 8 : la propriété

est vraie pour tout entier n.

53
53

Corrigé dans le manuel.

 
54
54

● ● • P 0 est vraie car

3 1 + 2 2

est égal à 7 .

• P n est supposée vraie, pour un entier n 0 . Il s’agit de prouver que P n + 1 est vraie, c’est-à-dire que :

3 2(n + 1) + 1

+ 2 (n + 1) + 2 = 3 2n + 3 + 2 n + 3

est un multiple de 7 . Soit encore :

3 2n + 3 + 2 n + 3

– (3 2n + 1 + 2 n + 2 )

est multiple de 7 ,

3 2n + 1 (3 2 – 1) + 2 n + 2 (2 – 1)

3 2n + 1 (8) + 7(3 2n + 1 ) +

ce qui est vrai par hypothèse de récurrence. Donc P n + 1 est vraie et la proposition P n est vraie pour tout n .

est multiple de 7 ,

est multiple de 7 , est multiple de 7 ,

2 n + 2 (1)

3 2n + 1 + 2 n + 2

Divers

55
55

1. n , u n + 1 u n = 2n + 3 > 0 ; la suite (u n )

est strictement croissante.

2. Pour n = 0, u 1 = 1 > 0 2 .

Supposons que pour un entier naturel n, u n > n 2 .

u n + 1 > n 2 + 2n + 3 = (n + 1) 2 + 2 > (n + 1) 2 : pour tout entier naturel n, u n > n 2 .

56
56

u 0 ]0 ; 1[ ; la propriété est vraie au rang 0.

Supposons que pour un entier naurel n : 0 < u n < 1.

u

n + 1 = f(u n ) avec f définie sur par f(x) = x(2 – x).

f

est dérivable sur , f’(x) = 2(1 – x) > 0 sur ]0 ; 1[.

f

est donc strictement croissante ]0 ; 1[.

Puisque 0 < u n < 1, alors f (0) < f (u n ) < f (1) soit :

0 < u n + 1 < 1. Conclusion, pour tout entier n, 0 < u n < 1.

Chap. 1 • Rappels sur les suites. Récurrence

11

57
57

1. u n = 1 + 2n.

2. v 0 = 1 = 1 + 0 2 , la propriété est vraie au rang 0.

Supposons la vraie au rang n. v n + 1 = v n + u n = 1 + n 2 + 1 + 2n = 1 + (n + 1) 2 : la pro- priété est donc vraie pour tout n.

58
58

1. Soit P n la proposition : « 0 u n 2 » .

• P 0 est vraie car

• On suppose que P n , soit 0 u n 2 , alors :

On a bien

• Pour tout entier naturel n, P n est vraie.

u 0 = 1 .

tout entier naturel n , P n est vraie. u 0 = 1 . . 0

tout entier naturel n , P n est vraie. u 0 = 1 . . 0

tout entier naturel n , P n est vraie. u 0 = 1 . . 0

.

0 u n + 1 2 ,

P n + 1 est vraie.

2. u n + 1 u n =

2 2 + u – n u n – u n = -------------------------------- 2 +
2
2
+
u
n
u n
– u n =
--------------------------------
2 +
+ u n
u n
(
2
u
(
1
+
u
n )
n )
= ---------------------------------------- . 2 + + u n u n
=
----------------------------------------
.
2 +
+ u n
u n

Ce quotient est positif car 0 < u n < 2 et (u n ) est stric- tement croissante.

59
59

On note P n la proposition : « 0 u n 1 » .

1. • P 0 est vraie puisque u 0 = 1 .

• On suppose que P n est vraie pour un entier n 0 .

Alors u n + 1 =

u n + 1 u n + 3

---------------

0 .

D’autre part u n + 1 – 1 =

2 u n + 3

---------------

0 .

La propriété P n + 1 est vraie.

• La propriété est donc vraie pour tout entier naturel n.

2. u 0 = 1 ,

• On suppose que u n + 1 < u n .

Comme la fonction

est strictement

u 1 =

1

---

2

donc

u 1 < u 0 .

x + 1

------------

x + 3

x f(x) =

  f(x) = ------------------- > 0

2

2

,

f(u n + 1 ) < f(u n ), soit

(x + 1) u n + 2 < u n + 1 et la suite (u n ) est strictement décrois-

sante.

croissante

60
60

● ● On note P n la proposition : « il existe p n , q n

3
3

)

n

= p

n + q

n

3
3

».

entiers tels que (2 +

• P 1 est vraie, en prenant p 1 = 2 et

q 1 = 1 :

(2 +

3
3

)

1

=

2 +

3
3

.

• On suppose que P n est vraie. Alors :

(2 +

3 )

3
3

)

n + 1 = (2 +

= (2 +

3 3
3
3

)(2 +

)(p

n

3 ) n n
3
) n
n

+ q

= (2p n + 3q n ) + (2q n + p n )

3
3

.

Les nombres 2p n + 3q n et 2q n + p n sont des entiers, donc P n + 1 est vraie.

• P n est donc vraie pour tout entier n 1 .

12

2 θ 61 ● ● a) u 1 = 1. 2(1 + cosθ) = 4
2 θ
61
● ● a) u 1 =
1.
2(1 + cosθ)
= 4 cos
---
2
θ
u 2 = 2 cos
---
4 .
b)
Récurrence immédiate.
2.
Vrai pour n = 0.

=

2 cos

θ

---

2 ;

Supposons que pour un entier naturel n,

θ   u n = 2 cos ----- .  n  2 θ
θ
u n = 2 cos
-----
.
n
2
θ
θ
2
2
+ 2
cos
-----
= 4 cos
------------
u n + 1 =
n 
2 n + 1
2

=

2

cos

θ

------------

2 n + 1

:

la propriété est vraie pour tout entier n.

● ● A. 1. u 3 = 5 , A. 1. u 3 = 5 ,

Il semble que u n = 2n – 1

2. Cette proposition est vraie pour 1, 2, 3 .

• Si elle est vraie pour u n

u n + 2 = 2(2n + 1) – (2n – 1) = 2n + 3 .

• La proposition est vraie pour u n + 2 et donc vraie pour tout n .

B. • P n est vraie pour n = 0

• On suppose que P n est vraie jusqu’au rang n + 1. Alors :

u 4 = 7 ,

u 5 = 9 .

pour

et

n 1 .

u n + 1 ,

n 1 ,

alors :

et

n = 1 .

u n + 2 =

5

2

-------------------------------

5

n + 1

+ 3

n + 1

6

2

-----------------

5

n

n

+ 3

2 n + 2