P. 1
Construire.Piscine by_aqwpmn

Construire.Piscine by_aqwpmn

|Views: 1,734|Likes:
Publié parbenkacem47

More info:

Published by: benkacem47 on Mar 29, 2011
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

03/29/2011

pdf

text

original

Sections

  • LES BONS CHOIX TECHNIQUES
  • LES BASSINS
  • LE TYPE DE TERRAIN
  • LES TECHNIQUES DE CONSTRUCTION
  • LES NORMES ET GARANTIES
  • LA SISMICITÉ
  • LA FILTRATION
  • LE CHAUFFAGE DU BASSIN
  • RÉALISEZ VOTRE PISCINE
  • L’OFFRE DU MARCHÉ
  • LES SOLUTIONS TECHNIQUES
  • LE BUDGET
  • LA PRÉPARATION DU CHANTIER
  • LA MISE EN ŒUVRE
  • LES ENDUITS
  • LES TUYAUTERIES DU BASSIN
  • LES BRANCHEMENTS
  • LE LINER
  • EMPLACEMENT
  • TUYAUTERIES
  • ÉLECTRICITÉ
  • CONCLUSION
  • Les moins
  • Les plus
  • Les projets
  • Annexe 1 : la sismicité
  • Annexe 2 : les ciments
  • Annexe 3 : le dosage des bétons
  • Annexe 4 : la perte de charge du circuit de filtration
  • Annexe 5 : liste des plastiques techniques

C

e

d
o
c
u
m
e
n
t

e
s
t

la

p
r
o
p
r

t
é

e
x
c
lu
s
iv
e

d
e

b
la
b
a

c
h
e
r
ia

(
t
a
g
c
h
e
r
ia
@
g
m
a
il.
c
o
m
)

-

2
6

O
c
t
o
b
r
e

2
0
0
9

à

1
1
:
4
6
Jean-Philippe Foray
sa
piscine
Construire soi-même
Construire soi-même sa piscine ? C’est possible ! Mais quels
produits choisir, quelles solutions adopter ? Quelles techni-
ques mettre en œuvre, pour quel budget et quel planning ? Et,
surtout, une fois ces choix réalisés, comment les appliquer ?
L’auteur de cet ouvrage, Jean-Philippe Foray, a décidé de mettre
à profit ses compétences de bricoleurs en réalisant sa propre
piscine. Après s’être lui-même lancé dans cette aventure
d’autoconstructeur, il vous fait partager son expérience et
sa connaissance en vous expliquant pas à pas les différentes
étapes de sa construction. Solutions techniques, budget,
démarches, délais... Appuyé sur une étude de cas réelle, cet
ouvrage sera pour vous un véritable mode d’emploi, guide
indispensable du prêt à plonger !
C
o
n
s
t
r
u
i
r
e

s
o
i
-
m
ê
m
e

s
a

p
i
s
c
i
n
e
J
e
a
n
-
P
h
i
l
i
p
p
e

F
o
r
a
y
sa
piscine
Construire soi-même
Jean-Philippe Foray
C
o
d
e
é
d
i
t
e
u
r
:
G
1
1
9
9
8

I
S
B
N
:
2
-
2
1
2
-
1
1
9
9
8
-
4
25 €















Construire soi-même
sa piscine


















Dans la même collection
Jean ZERLAUTH. – L’autoconstruction en bois, janvier 2006 - 84 p.
Chez le même éditeur
Brigitte VU. – Récupérer les eaux de pluie, juin 2006 - 84 p.
Olivier LABESSE. – Utiliser la chaux naturelle hydraulique, juillet 2006 - 64 p.
Jean-Claude GUICHARD. – La soudure à l’arc électrique, juin 2006 - 110 p.
















Construire soi-même
sa piscine
Jean-Philippe Foray
















Le code de la propriété intellectuelle du 1
er
juillet 1992 interdit en effet expressément la photocopie à
usage collectif sans autorisation des ayants droit. Or, cette pratique s’est généralisée notamment dans
les établissements d’enseignement, provoquant une baisse brutale des achats de livres, au point que la
possibilité même pour les auteurs de créer des œuvres nouvelles et de les faire éditer correctement est
aujourd’hui menacée.
En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le
présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans l’autorisation de l’Éditeur ou du Centre Français d’exploitation
du droit de copie, 20, rue des Grands Augustins, 75006 Paris.
© Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11998-4
ÉDITIONS EYROLLES
61, bld Saint-Germain
75240 Paris Cedex 05
www.editions-eyrolles.com
















REMERCIEMENTS
Ce livre n’aurait sans doute pas existé sans la réussite du projet en lui-même
et sans la mobilisation des amis (Bernard, José, Laurent, Michel, Michel), de
mes enfants (Alexandre, Elisa, Cyprien) et de mon épouse Françoise.
Ce livre n’aurait sans doute pas été aussi enrichi sans la contribution de socié-
tés spécialisées dans le secteur de l’eau (piscines privées, piscines publiques
et traitement de l’eau potable). Je remercie les personnes de ces sociétés pour
leur aide efficace et précieuse. Par ordre alphabétique :
– Albon, transformateur de feuille plastique pour liner, PVC, bâche ;
– Hayward, fabricant de matériel pour piscine (pompe, filtre…) ;
– Hervé Thermique, département piscine, prestataire en ingénierie
et maintenance ;
– Technofil Industrie, M. Labbé, fabricant de matériel pour
le traitement des eaux ;
– Syclope, M. Breton, fabricant d’appareillage électronique
pour le traitement de l’eau.















POURQUOI FAIRE SOI-MÊME
SA PISCINE
La piscine est devenue, au fil des années, un complément de prestation d’une
maison individuelle aussi apprécié et presque aussi indispensable que le
chauffage central par exemple. Nombre de maisons se sont vendues aisément
grâce à cet accessoire de vie. La piscine traditionnelle participe donc à la
valeur du patrimoine immobilier.
Cependant, au-delà de cet aspect mercantile, la piscine correspond à un nou-
veau besoin de nos sociétés dites de loisirs. En effet, qui n’a pas rêvé de se
rafraîchir le corps lorsqu’il fait chaud ou de se baigner les soirs d’été. Éclairé
par les seuls projecteurs de la piscine, vous contemplez, en faisant la planche,
la myriade d’étoiles qui illumine ce ciel d’été. Vision tirée d’un livre à succès ?
Pas du tout, expérience vécue dans ma piscine le premier été de sa mise en
service !
Parce que la piscine correspond à un réel besoin de bien être, il n’est pas éton-
nant que ce marché soit en croissance de 20% par an et que l’on comptait fin
2003 un million de bassins privés.
Malgré la démocratisation de la piscine, le coût d’une construction dite « prête
à plonger », dans le jargon des pisciniers, reste élevé. Le prix d’un bassin
construit de manière traditionnelle en 2002 (par exemple pour la piscine que
j’ai réalisée et que nous étudierons en deuxième partie de cet ouvrage) était
de 22 000 €. Pour un peu moins de 10 000 € et avec du matériel de meilleure
facture, vous pouvez accéder à ce rêve, car, finalement, faire sa piscine n’est
pas si sorcier !
Je vous propose dans cet ouvrage mon expérience réussie de bricoleur, en
espérant que le partage de ce savoir-faire vous permettra, à vous aussi, de
contempler les étoiles !
Bonne lecture et bon bricolage.
Jean-Philippe Foray















INTRODUCTION
Que l’on construise soi-même ou que l’on fasse faire sa piscine, le rêve pré-
domine toujours. Les formes des bassins deviennent torturées. On y ajoute
volontiers des cascades voire des petits ponts. Après cette phase naturelle
d’élucubrations techno-esthétiques, la réalité reprend le dessus et le prag-
matisme gomme les premières formes pour revenir à des dimensions plus
classiques.
En première partie, vous trouverez tous les éléments techniques qui m’ont
permis de bâtir mon projet piscine (type de bassin, technique de construc-
tion, étanchéité, filtration, régulation).
En deuxième partie, vous pourrez suivre pas à pas la construction du projet
avec l’argumentation de mes choix, selon mes ressentis techniques, d’une
part, et comment je voulais vivre ma piscine d’autre part.
Pour les parties filtrations et traitements, le référentiel piscine publique
sera souvent utilisé pour positionner l’offre piscine privée. L’objectif est,
qu’en ce domaine, tout à chacun puisse se déterminer en fonction de son res-
senti chimique.















SOMMAIRE
LES BONS CHOIX TECHNIQUES
1. Les bassins
Le type de terrain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
Les techniques de construction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
Les normes et garanties . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
La sismicité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
L’étanchéité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
2. Le traitement de l’eau
Les polluants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
La filtration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
La désinfection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
Le chauffage du bassin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
RÉALISEZ VOTRE PISCINE
3. conception du projet
L’offre du marché . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
Les solutions techniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
Le budget . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
Les démarches administratives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39















4. le déroulement des travaux
La préparation du chantier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
La mise en œuvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
Les enduits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
Les tuyauteries du bassin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
Les branchements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
Le liner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
5. le local technique
Emplacement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
Tuyauteries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
Électricité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
CONCLUSION
Épilogue
Les moins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
Les plus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
Les projets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
Pour en savoir plus
Annexe 1 : la sismicité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
Annexe 2 : les ciments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
Annexe 3 : le dosage des bétons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
Annexe 4 : la perte de charge du circuit de filtration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
Annexe 5 : liste des plastiques techniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
SOMMAIRE






























LES
BONS CHOIX
TECHNIQUES
1. LES BASSINS
Le type de terrain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
Les techniques de construction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
Les normes et garanties . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
La sismicité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
L’étanchéité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
2. LE TRAITEMENT DE L’EAU
Les polluants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
La filtration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
La désinfection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
Le chauffage du bassin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32















12
LES BASSINS
1
LE TYPE DE TERRAIN
Le fond du bassin repose, après décaissement, sur le
sol naturel. Un bassin en porte-à-faux, c’est-à-dire sur
pilotis, est un type de construction pour lequel l’expé-
rience décrite dans cet ouvrage ne convient pas. On
rencontre ce type de construction sur les bassins à
débordement en bout de terrasse par exemple
1
.
LES TECHNIQUES DE CONSTRUCTION
Tous les bassins, quelle que soit leur forme, doivent
former une cuve solidaire et étanche (pour revête-
ment non résilient).
Dans le jargon, le bassin est distingué par trois par-
ties distinctes (fig. 1.2).
L’arase, repère 1 de la figure 1.2, est
le chaînage haut. Elle permet de
régler la hauteur du bassin par rap-
port à l’empilement, non exact, des
éléments de constructions (moellons
ou stepoc). Elle est obtenue par coffrage.
Le mur, repère 2 de la figure 1.2, constitue les parois
du bassin. Des fers verticaux (repère 4) et horizontaux
(non représentés) renforcent l’ouvrage.
Le radier, repère 5 de la figure 1.2, supporte la struc-
ture. Un treillis en fer (repère 6) de 15 x 15 cm en fil de
6 mm renforce l’ouvrage.
Le bassin en moellons
Le moellon est aussi appelé parpaing. C’est l’élément
de construction le plus classique en maçonnerie.
Réaliser un bassin en moellons est économiquement
plus intéressant mais techniquement plus exigeant.
C’est l’«ancienne» manière de construire des bas-
sins. Elle est toujours en vigueur chez certains
maçons.
La technique du moellon pour bassin exige une très
bonne connaissance de la maçonnerie, car il faut
assembler les moellons sur lit de mortier de manière
rectiligne verticalement et horizontalement puis ren-
forcer la structure par des « poutres » armées coffrées.
Vous pouvez remplacer la poutre de chaînage si vous
utilisez des «U» de chaînage.
La figure 1.4 (page suivante) montre un bassin en
moellons en coupe avec :
. l’arase (repère 1), pour mettre à la cote la hauteur
du mur du bassin en fonction de la hauteur «H» d’eau
désirée ;
12
LES BASSINS
1
Fig. 1.1
Bassin reposant, après
décaissement, sur le sol
naturel
Fig. 1.2
Coupe partielle d’un bassin
Fig. 1.3
Coupe d’un bassin en
moellons avec « poutres »
verticales et horizontales
armées coffrées
1
Le type de bassin pris en
exemple dans notre étude de
cas répond au terrain plat
ou avec une légère pente
(voir la partie 2 de
cet ouvrage «Réalisez
votre piscine»).















13
1-LES BASSINS
Fig. 1.4
Coupe d’un bassin en moellon
Fig. 1.5
Répartition du béton dans les
stepoc lors de la coulée
. le chaînage haut en U (repère 2) ou en poutre hori-
zontale coffrée armée ;
. le moellon (repère 3) ;
. le chaînage intermédiaire en U (repère 4) ou en
poutre horizontale coffrée armée entre 1/3 (H > 2 m)
et 1/2 (H < 1,5 m) de la hauteur du bassin (poussée
de l’eau) ;
. le radier (repère 5) ;
. le treillis de renfort du radier (repère 6).
Le bassin en béton banché
C’est la technique de construction des immeubles.
Elle est appelée couramment «béton armé». On rem-
place les stepoc par un coffrage. Il donne la forme de
la piscine et permet d’avoir un bassin armé de grande
dimension et de grande résistance.
Le bassin en stepoc
2
Stepoc, agglo piscine ou bloc à bancher, voici les
trois appellations principales de cet élément de
construction préfabriqué en béton. Mais il y a une
petite différence entre les stepoc (agglo piscine) et
les blocs à bancher.
Les catalogues des fabricants revendiquent le stepoc
pour les piscines et pour la construction anti-sismi-
que dans certains cas, car il consomme entre 110 l/m
2
et 120 l/m
2
de béton. En revanche, ils ne revendi-
quent pas les blocs à bancher pour les piscines ni
pour l’anti-sismique, cependant très utilisés en rai-
son de leur prix. Leur consommation en béton est de
100 l/m
2
.
Le stepoc en polystyrène est très léger à manipuler et
permet une bonne adhésion du mortier. Pourtant, la
profession lui préfère la version originelle en béton.
Le stepoc en béton (fig 1.7) se présente sous forme
de creux empilable et emboîtable à sec. Une fois le
bassin monté, on coule le béton à l’intérieur (fig. 1.8).
Chaque rang est renforcé par deux fers horizontaux
et chaque alvéole de stepoc est renforcée par un ou
deux fers verticaux (fig. 1.9), ce qui lui attribue une
bonne résistance à la coulée et à la pression du
béton.
13
1-LES BASSINS
2
Le bassin en stepoc, et
plus précisément le bassin
en stepoc béton, est
la solution retenue pour
la piscine étudiée dans
la partie 2 de l’ouvrage,
voir p. 35.
Fig. 1.6
Schéma de maillage des fers
de renforcement des murs
en stepoc















La figure 1.9 montre un bassin en stepoc en coupe
avec :
. l’arase (repère 1) pour mettre à la cote la hauteur du
mur du bassin en fonction de la hauteur «H» d’eau
désirée ;
. le stepoc (repère 2) ;
. les fers horizontaux de renfort au plan de joint
(repère 3) ;
. le radier (repère 4) ;
. le treillis de renfort du radier (repère 5).
Les bétons
Le béton est un mélange entre des agrégats (sable,
gravier...), un liant argilo-calcaire et de l’eau de
gâchage. L’avantage du béton est qu’il n y a pas de
limite de réalisation. Seule la mise en œuvre est un
frein. Si l’on maîtrise le coffrage et le ferraillage, pres-
que toutes les formes sont possibles !
Le ciment
C’est Louis Vicat qui inventa, en 1817, le ciment artifi-
ciel à partir d’une formulation de ciment romain (opti-
misation scientifique des dosages et ajout d’éléments
complémentaires).
C’est le liant des mortiers et bétons. Sa composition
est très élaborée et correspond à des résistances et
des emplois spécifiques. Chaque construction a son
ciment.
La base du ciment artificiel (ciment moderne) est le
clinker (argile et calcaire). Des éléments d’addition
sont incorporés pour améliorer la résistance, l’hy-
draulicité, la prise par grand froid, etc.
Le ciment classique le plus utilisé en bricolage est le
CEMII 32,5
3
(voir en annexe le tableau des ciments
pour plus d’informations techniques).
Le béton
C’est le mélange de ciment, de gravier, de sable de
rivière et d’eau de gâchage (de ville ou de puits mais
potable de préférence et pas d’eau de mer).
Le dosage usuel est de 300 kg/m
3
à 350 kg/m
3
.
Attention, ce n’est pas la résistance du béton mais la
proportion de ciment par m
3
de béton prêt à l’usage
(ciment + gravier + sable + eau).
On utilise du gravier et du sable dans un agrégat
mélangé et prédosé appelé le paveur. Si vous achetez
séparément le gravier, on prend en général une granu-
lométrie de gravier allant de 5 à 20 mm. Pour le sable,
on prend une granulométrie allant de 0,5 à 1 mm.
Le béton fibré
Issu de la technologie des stratifiés (le mat de
verre), le béton fibré est un béton auquel on ajoute
des fibres pour de meilleurs résultats.
LES BONS CHOIX TECHNIQUES
14
3
Le CEMII 32,5 est le ciment
utilisé à l’étude de cas,
p. 35.
CONSEIL
CONSISTANCE DU BÉTON
La consistance du béton pour couler dans les stepoc doit être
celle d’une pâte à gâteau fluide. Trop liquide, votre béton
perdra en résistance. Il est admis qu’1 % d’eau en excès réduit
de 1% la résistance du béton. Pour plus d’informations à ce
sujet, vous pouvez vous reporter à l’annexe en fin d’ouvrage.
Fig. 1.7
Bassin en stepoc















1-LES BASSINS
Fig. 1.8
Fibre polypropylène de
19 mm de longueur
4
Cette partie,
rébarbative de prime
abord, est néanmoins
très importante.
Sa lecture est
indispensable si
vous voulez faire un
revêtement carrelage.
15
Caractéristiques du matériau :
. Fibre plastique
. Matériau : base polypropylène
. Diamètre : 18µm
. Longueur usuelle : 6 à 19 mm
. Dosé : 600g à 900g/m
3
. Quantité : 1 dose de 600g contient environ 18 mil-
lions de fibres
. Fibre métallique : de différentes formes en agrafe,
en Z ou en forme de tige, la fibre métallique peut rem-
placer le treillis de résistance. Bien que très efficace,
sa mise en œuvre reste une affaire de professionnel.
. Ne peut remplacer que le treillis de fissuration
Le mortier
C’est le mélange de ciment, de sable de rivière et
d’eau de gâchage (de ville ou de puits mais potable
de préférence et pas d’eau de mer).
Le dosage usuel est de 300 kg/m
3
à 400 kg/m
3
.
Attention, ce n’est pas la résistance du mortier mais la
proportion de ciment par m
3
de mortier prêt à l’usage
(ciment +sable + eau). Beaucoup de gens confondent
la résistance du ciment en MPa et le dosage du mortier
exprimé en kg/m
3
. Naturellement, le dosage corres-
pond à une certaine résistance mais les fluctuations
dues au ciment, au dosage en volume, au malaxage, à
la quantité d’eau, à la propreté du sable, etc. font que
celle-ci varie beaucoup. Aussi, l’usage en maçonnerie
veut que l’on parle en dosage pour implicitement don-
ner un ordre de grandeur de la résistance de l’ouvrage.
L’enduit
L’enduit bâtard est le mélange de sable et de 50 % de
ciment et 50 % de chaux et d’eau. Cet enduit est sur-
tout utilisé pour les murs extérieurs.
L’enduit ciment est un mortier plus dosé en ciment
avec un sable plus fin en général. Il est projeté à la
main (jeté) ou au compresseur d’air (le sablon) puis
lissé à la taloche. Cette finition est appelée taloché
fin.
Pour les murs, l’enduit doit être d’une épaisseur de 8
mm à 2 cm, dosé à 500 voire 600 kg/m
3
avec du sable
(0,2 mm) puis taloché fin.
Pour le radier, la chape de finition doit être d’une
épaisseur de 3 à 5 cm, dosée à 350 kg/m
3
avec du
sable de 0,5 ou 0,6 mm puis taloché fin.
L’enduit primaire est appelé gobetis dans le jargon,
c’est une couche primaire d’accrochage. Le gobetis
est dosé entre 400 et 500 kg/m
3
. Il est très liquide.
Son épaisseur est de quelques millimètres.
La résistance des matériaux (RDM)
4
Avant de commencer votre piscine, il est important
d’avoir quelques notions sur la résistance des maté-
TABLEAU DE DOSAGE
DOSAGE POUR UN MORTIER DE 1 M
3
DOSÉ À 400 KG
ÉLÉMENT SPÉCIFICITÉ ÉLÉMENT POIDS VOLUME
Ciment CEM II 32,5 400 kg 1
Sable Granulométrie 680 kg 1
de rivière courante de 0,5 mm
à 0,6 mm
Eau Ville ou puit potable Na 0,5















5
L’épaisseur du radier
retenue pour l’étude de
cas est de 20 cm.
riaux et surtout de connaître le domaine d’application
du béton armé.
1. La résistance du béton
Contrairement à l’acier, qui, lui, conserve ses caracté-
ristiques en traction comme en compression, le béton
ne travaille pas en traction mais en compression. La
résistance à la compression du béton est de 14 fois
supérieure à celle de la traction.
2. La contrainte de flexion
Le treillis doit être posé côté face étirée lors
d’une contrainte de flexion : le béton, par
rapport à l’acier, est moins résistant à la
flexion.
Une dalle en appui sur deux points et sou-
mise à une charge centrale va fléchir. La RDM
nous enseigne que la flexion n’est pas homo-
gène sur les deux faces de la dalle. La face supérieure
est comprimée tandis que la face inférieure est étirée.
Comme le béton ne travaille qu’en compression, il
faudra renforcer par un treillis de résistance la face
étirée, soit le bas de la dalle dans l’exemple de la
figure 1.9.
Dans le cas d’une piscine, le radier étant posé directe-
ment sur le fond en terre du bassin, la déformation
n’est pas évidente à prédéfinir en cas de sol meuble.
Dans ce cas, il faut armer les deux faces du radier
comme un plancher de maison.
Un radier armé correctement de treillis de résistance
en haut et en bas ne fléchira pas en cas de mouve-
ment du terrain. À partir d’un radier de 12 cm et a for-
tiori à partir de 15 cm d’épaisseur, il est conseillé de
mettre 2 treillis. Pour un radier de 10 cm d’épaisseur,
l’usage veut qu’on ne mette qu’un seul treillis.
3. La distance de surface
Le treillis doit se trouver à une
certaine distance de la surface
pour être efficace : l’enrobage
du treillis (figure 1.10), dans le
jargon, suit des règles très précises liées à de savants
calculs. En règle générale, l’enrobage A varie de 2 cm
à 5 cm. En piscine, on utilise A = 5 cm afin d’éviter la
corrosion des fers par infiltration d’eau. La corrosion
fait gonfler les aciers qui éclatent le béton.
4. L’épaisseur du radier
La théorie simplifiée des dalles de plancher en béton
armé voudrait que l’épaisseur soit égale à 1/30° à
1/20° de la portée de la dalle. En fait, c’est lié à la sta-
bilité de votre terrain et au type de revêtement
d’étanchéité que vous voulez mettre. Ainsi, l’épais-
seur des radiers oscille entre 10 cm pour les kits et 15
à 20 cm
5
pour un bassin en stepoc ou moellons.
Cependant, plus votre revêtement est peu résiliant
(carrelage) et plus vous serez obligé de construire
rigide.
16
REMARQUE
LA FIBRE NEUTRE
Le centre de la dalle n’est soumis à aucune contrainte
de compression ou d’étirement. On appelle le centre
de la dalle : la fibre neutre. Mettre un treillis au milieu
de la dalle n’a pas de sens pour la contrainte de flexion.
C’est pourtant un réflexe naturel pour beaucoup
de gens.
SAVOIR-FAIRE
RÉGLER LA COTE DE POSITIONNEMENT
Pour régler la cote de positionnement il faut caler avec
des accessoires appelés cales ou distanceurs, et réaliser
des passages d’accès. Mais dans la pratique, il suffit
d’observer et on se rend compte que le treillis est tiré
avec un crochet de manière à ajuster la cote. On peut se
poser la questions de la précision de la cote A. C’est pour
cela que beaucoup de radiers n’ont qu’un treillis, car plus
facile de mise en œuvre.
LES BONS CHOIX TECHNIQUES
Fig. 1.9
Flexion d’une dalle
entre 2 points d’appuis
Fig. 1.10
Position d’un treillis d’un
radier soumis à la flexion















1-LES BASSINS
6
DTU : Documents
techniques unifiés
Figure 1.11
Globalement, la France
métropolitaine n’est
pas une zone sismique
très active. Pour plus
d’informations,
reportez-vous
à « La sismicité »
page suivante
7
Rectitude : planéité
mais sur un axe
et non sur un plan
17
5. Treillis de fissuration et treillis de structure
Les différences entre le treillis de fissuration et le
treillis de structure sont le diamètre des fils (trame
et chaîne) et la qualité de l’acier. Beaucoup de brico-
leurs pensent avoir bien fait (rassurant) en armant
leur dalle d’un treillis mais bien souvent, ils n’ont
posé qu’un treillis de fissuration et non un treillis de
structure. Les calculs donnent une densité de ferrail-
lage à respecter en fonction de l’épaisseur de la
dalle. La pratique est plus empirique.
Caractéristiques du treillis de fissuration :
Ø du fil 4,5 mm
maille mini. : 200 x 200 mm
acier : qualité basse
Caractéristiques du treillis de structure :
Ø mini du fil 5,5 mm.
maille mini. : 200 x 200 mm
acier : qualité moyenne à haute
LES NORMES ET GARANTIES
Tout constructeur et ce, quelle que soit la nature de
l’ouvrage réalisé, est responsable pendant 10 ans
vis-à-vis du maître de l’ouvrage des malfaçons ren-
dant celui-ci impropre à sa destination.
Comme toute construction de bâtiment, l’entrepre-
neur doit souscrire une garantie décennale bâti-
ment, comme le lui impose la loi Spinetta de 1978.
La piscine familiale enterrée extérieure n’étant pas
considérée comme un bâtiment, il semblerait qu’il
n’y ait pas obligation pour un entrepreneur de sous-
crire une assurance garantie décennale. Comme
pour le propriétaire (maître d’ouvrage) de souscrire
une assurance de «Dommage – Ouvrage». Sauf
dans le cas d’une construction de piscine inté-
rieure, pour lequel le code des assurances consi-
dère le bassin comme couvert, donc comme un
bâtiment.
La piscine familiale enterrée de plein air est considé-
rée comme relevant du génie civil : l’entrepreneur
doit souscrire une garantie décennale génie civil.
La construction du bâtiment est régie par les DTU
6
.
Par exemple un plafond en placoplâtre d’une maison
individuelle doit avoir une rectitude
7
de 3 mm sous
la règle de 1 m. Un carrelage doit avoir une rectitude
de 5 mm sous la règle de 3 m. Chaque corps de
métier a ses DTU. En cas de litige, l’expert judiciaire
se base sur ces documents. Il n’ y a pas de DTU pour
les piscines privées familiales à ce jour.
Le propriétaire de piscine, achetée ou construite soi-
même, doit réaliser une extension de sa garantie
civile et inclure le bassin dans le périmètre du















Fig. 1.12
Pour revêtement carrelage,
très grande piscine, terrain
instable
contrat. En général, c’est une simple extension du
contrat «Responsabilité du chef de famille».
LA SISMICITÉ
Construire une piscine est une entreprise en soi
donc autant s’assurer qu’un évènement extérieur
ne viendra pas perturber l’ouvrage. Aussi, si vous
êtes dans une région à «risque», il faudra
construire soit plus solide soit adapter le revête-
ment d’étanchéité (abandonner le carrelage par
exemple au profit d’un revêtement plus souple de
type liner ou PVC armé).
L’ÉTANCHÉITÉ DES BASSINS
Le carrelage
8
Le carrelage a longtemps été utilisé par les Grecs et
les Romains pour étanchéifier
9
les piscines après le
marbre. C’est un système qui nécessite une construc-
tion «blockhaus» du bassin. La figure 1.12 est un
exemple de montage en stepoc et ferraillage du
radier, d’un bassin pour carrelage ou ciment peint.
Le radier ainsi que les murs doivent êtres coulés en
même temps jusqu’au chaînage. Le ferraillage est le
même que pour le plancher d’une maison, mais à l’en-
vers. Le plancher de l’étage est le radier, et les murs
qui soutiennent le plancher, une fois retournés,
deviennent les parois du bassin.
On compte deux treillis de structures haut et bas du
radier ainsi que des fers filants de renforts.
Un enduit hydrofuge multicouche de forte épaisseur
doit être appliqué sur les parois intérieures du bassin.
Ce type de revêtement n’admet aucun travail du bas-
sin. On retrouve ce revêtement dans les piscines de
luxe ou publique.
Le gel coat et le stratifié
Utilisé dans la construction des bateaux, ce produit
issu de la technologie des stratifiés est la couche de
peinture étanche des coques en stratifié.
Les principales résines sont le polyester (la plus
connue), le vinyle ester, le polyuréthane (sans odeur
et à l’eau pour certaine) et l’époxy (la plus résistante
et la plus chère).
L’application de la technique d’un bateau mais à l’en-
vers. Sur un bateau la partie lisse et belle, le gel coat,
est à l’extérieur tandis que pour une piscine coque, la
partie belle et lisse sera à l’intérieur du bassin.
Le mélange gel coat et stratifié polyester est aussi uti-
lisé sur des bassins en béton. Cela permet des fantai-
sies de forme et surtout cela permet de s’affranchir
d’un liner incompatible avec des formes «exotiques».
Cependant, les gel coat ont une tendance hydrophile
naturelle et ils sont donc sensibles à l’osmose (le can-
cer des stratifiés). Cela a été un vrai problème dans
les années 1970 où beaucoup de bateaux de plai-
sance étaient «infectés».
Aujourd’hui, les formulations des gel coat ont évo-
lués. Il y a un gel coat pour chaque sous-couche, cou-
che et finition. Le gel coat doit être garanti contre
l’hydrolyse du sel. Les produits de qualité ne posent
plus de problème mais le risque est potentiellement
toujours présent.
18
LES BONS CHOIX TECHNIQUES
9
Si le carrelage était
autrefois utilisé dans le but
principal d’étanchéifier
les piscines, il est toujours
très apprécié aujourd hui,
surtout pour des bassins
8
Contrairement aux idées
reçues, ce n’est pas
le carreau qui fait
l’étanchéité mais le béton.
de luxes.















1-LES BASSINS
11
Pour l’étude de cas
de cet ouvrage, il a été
retenu un liner
d’épaisseur 75/100°.
Figure 1.14
La conception (forme,
bassin etc.) et le choix
des matériaux sont trés
liés. Bien penser votre
piscine visuellement et
techniquement vous
aidera à faire les bons
choix techniques
19
Le PVC armé
C’est la nouvelle vogue en termes de revêtement
souple des bassins. Il s’agit en fait de deux liners
assemblés avec un tissu polyester pris en sandwich.
L’épaisseur totale du complexe est de 1,5 mm. Il est
très résistant à l’abrasion et il permet surtout des
fantaisies de forme mais moindre par rapport à un
carrelage faïence ou un gel coat.
Le PVC armé est constitué de rouleau dont les lés sont
coupés à la longueur désirée. Ils sont ensuite assem-
blés par soudure au fer à souder à air chaud
10
puis un
joint de colle PVC liquide parfait l’étanchéité de la
soudure. La soudure représente une petite marche de
1,5 mm. Un bon PVC armé doit être traité contre les
UV.
Ce type de revêtement extrêmement résilient permet
au bassin de travailler sans risque de fuite.
Il permet des formes plus complexes qu’avec un liner
mais toujours moins sophistiquées qu’avec un carre-
lage, un stratifié ou un ciment peint.
Le liner
Le liner est le revêtement en vogue des années 1990.
C’est une poche en PVC (voir figure 1.14) soudée par
ultra-son (technique industrielle de soudure des
plastique dont le PVC).
Trois épaisseurs courantes de liner sont disponibles
50/10°, 75/100° et 80/100°.
11
Un bon Liner doit être traité contre les UV.
Ce type de revêtement, extrêmement résilient (mais
moins résistant à l’abrasion et à la perforation que le
PVC armé), permet au bassin de travailler sans risque
de fuite.
10
Fer à souder à air
chaud : appelé plus
couramment Leister
(marque déposée
de fer à air chaud).
Fig. 1.13
Exemple de pose
d’un PVC armé















Voici une étape très importante de votre piscine. Cela
ne veut pas dire que la précédente ne l’est pas mais
in fine c’est le traitement de l’eau qui vous fera aimer
votre piscine. Vous y baigner deviendra un réel plaisir.
L’eau (symbole chimique H
2
O) est un élément extra-
ordinaire et indispensable à toute vie. Mais, pour une
piscine, cela prend un sens différent et cette propriété
vertueuse se transforme en contrainte quotidienne
voire en cauchemar si la filtration et le traitement de
l’eau sont mal adaptés.
La première étape est de réaliser un traitement physi-
que de l’eau par un tamis (le filtre) afin d’enlever tou-
tes les grosses particules et impuretés. Comme la
filtration n’aura pas enlevé les bactéries, germes et
kystes, il faudra désinfecter par un traitement chimi-
que ad hoc.
L’eau
L’eau du robinet est très surveillée et les installations
industrielles de traitement des villes font pâlir l’utili-
sateur de piscine et le chimiste en herbe que nous
sommes.
1
Cependant, la qualité de l’eau des lacs, rivières et
puits n’égale pas toujours celle de l’eau du réseau
urbain loin de là. Dans la nature, il y a dégradation,
par exemple, des végétaux qui avec l’azote se trans-
forment en ammonium qui se transforme… C’est le
cycle de la vie. Votre eau sera écologiquement riche.
Mais pour une piscine, cela voudra dire qu’outre les
paramètres classiques de pH, TH , TAC, il faudra enga-
ger des actions fongicides et algicides plus consé-
quentes qu’avec de l’eau du robinet
2
.
Si vous êtes l’heureux propriétaire d’un captage
d’eau naturelle et que vos analyses obligatoires indi-
quent une eau potable, vous n’aurez pas plus de pro-
blèmes de pollutions qu’avec votre eau du robinet.
LES POLLUANTS DE L’EAU
3
On compte les polluants parmi les éléments suivants :
. Les particules : résidus solides tels que vase, rouille,
colloïdes (matière organique servant de bus de trans-
port aux bactéries et virus globe-trotters), poussières…
. Les impuretés inorganiques : tous sels solubilisés
tels que le fer et l’aluminium, le sulfate, le carbonate
de magnésium et de calcium formant le tartre…
. Les impuretés organiques : huiles solaires, urines,
matières fécales, sueurs, cheveux, pesticides (vent),
dégradation biomasse (vent et pelouse proche bassin)…
. Les contaminants biologiques : virus, bactéries,
protozoaires, levures…
20
LE
2
1
Pour plus d’information,
vous pouvez consulter le site
http://www.
lesagencesdeleau.fr
2
Remplir sa piscine avec
l’eau du réseau urbain est
une simplification de
la gestion de son eau de
baignade et moins de
produit chimique
dans le bassin !
3
L’idéal serait de filtrer
le plus finement possible
pour supprimer les bus de
transports des contaminants
biologiques.
LE TRAITEMENT DE L’EAU
À SAVOIR
LA DOUCHE : UNE INSTALLATION NON NÉGLIGEABLE
Le pollueur le plus important pour l’eau d’une piscine,
c’est le baigneur non douché. En effet, dans les piscines
publiques, on se lave avant de se baigner ! L’installation
d’une douche (voir figure 3.4) n’est donc pas un luxe
contrairement aux idées reçues. C’est un complément
indispensable à votre stratégie de désinfection de l’eau
de votre bassin.
EXEMPLE DE TABLEAU
L’EAU DISTRIBUÉE DANS LA RÉGION LYONNAISE (AVEC NORME EN ROUGE)
DURETÉ PH CONDUCTIVITÉ SULFATES CHLORURES NITRATES
OU TH (°F) EN µS/CM (MG/L) (MG/L) (MG/L)
18-22 7,0-8,0 310-410 25-39 10-16 5-8
>15 6,5-9,0 - <250 <200 <50















Caractéristique d’une eau de piscine
En tant que particulier vous n’aurez pas les moyens
techniques de caractériser votre eau comme le font
les techniciens du réseau d’eau publique ou des pis-
cines publiques. Aussi, les paramètres se réduisent
au pH, au TH et au TAC.
Le TH (titre hydrotimétrie)
4
Le titre hydrotimétrie ou la « dureté de l’eau » dans le
langage courant est la concentration en ions calcium
et magnésium. L’unité est exprimée soit en degrés
français (°f ) soit en particule par million (PPM).
. Eau douce, TH < 10°f
. Eau dure, 10°f < TH < 20°f
. Eau très dure, TH > 35°f
Le TAC (titre alcalimétrique complet )
5
Le titre alcalimétrique complet ou «tampon de l’eau»
dans le langage courant est la concentration en ions
carbonates et bicarbonates. L’unité est le degré fran-
çais (°f ). Plus le TAC a une valeur élevée et plus il sera
difficile d’ajuster son PH. Dans certains cas, la seule
solution est de vidanger partiellement voire complè-
tement le bassin pour ramener le TAC dans des
valeurs gérables.
Le pH
6
C’est le « potentiel hydrogène » de l’eau correspon-
dant à un équilibre chimique entre le TH et le TAC.
. Une eau douce a un pH à 7. On dit qu’elle a un pH
neutre.
. Une eau acide a un pH < 7.
. Une eau basique ou alcaline a un pH > 7.
Quand le pH est réduit ou augmente de 1 en valeur,
l’acidité ou l’alcalinité varie dans un rapport de 10 !
C’est ce qu’on appelle une échelle log (logarithme de
base 10).
Le diagramme d’équilibre de l’eau
Comme vous ne pouvez mesurer avec des bandelet-
tes ou avec un réactif liquide pour piscine, soit le TA
(mais TA <>TAC), soit pH soit le TH, soit une combi-
naison des deux mais jamais les trois, il suffit de
reporter les valeurs mesurées sur le graphe et de les
joindre par un trait. La droite ainsi tracée coupera
21
2-LE TRAITEMENT DE L’EAU
4
En piscine publique le TH
n’est pas réglementé mais il
est préconisé de le maintenir
entre 10°f <TH< 20°f.
5
En piscine publique le TAC
n’est pas réglementé mais il
est préconisé de le maintenir
entre 10°f <TH< 30°f.
Fig. 2.1
Diagramme d’équilibre de
l’eau, ou table de Taylor,
donné pour une eau à 20°C
6
En piscine publique le pH
est réglementé et il est
fonction du désinfectant
choisi.
6,9< pH < 7,7
pour le chlore ;
7,8< pH < 8,2
pour le brome ;
6,9 < pH <7,5
pour le PHMB.
EXEMPLE DE PH
QUELQUES VALEURS DE PH DE PRODUITS COURANTS
JUS DE CITRON VINAIGRE VIN BLANC JUS DE RAISIN EAU PLUIE
2,3 2,8 2,8-3,6 4 5,5-6,5
ATTENTION
TA ET TAC
Les bandelettes «Total Alkalinity» ne mesurent pas le TAC
mais le TA (alcalinnité totale). Même si dans certains cas
TA=TAC, il faut déduire le TAC à partir de la table de Taylor !
Pour plus d’information, reportez-vous à la figure 2.1 ci-contre.















l’axe de l’indicateur manquant. Il n’y a plus qu’à lire la
valeur. En mode manuel, il est fortement conseillé de
mesurer régulièrement le pH de son eau. En mode
régulation pH automatique
7
, le pH n’est plus un souci
mais il faut quand même surveiller son TH de manière
à contrôler l’effet tampon de l’eau. Lorsque le TAC est
trop élevé, il devient difficile de réguler le pH. On dit
que l’eau est tamponnée. La solution : vider partielle-
ment voire totalement si l’eau est trop tamponnée et
ajouter de l’eau neuve.
LA FILTRATION
La filtration est basée sur le principe de l’échange
mécanique. Plus je prends mon temps et meilleur est
le résultat.
Il existe plusieurs systèmes de filtration mais voici les
principaux étudiés dans le cadre du projet.
La filtration à sable
La filtration lente sur sable se passe de stérilisation
8
.
En effet avec une vitesse de filtration de 0,1 à 0,2 m/h
pour une épaisseur de sable de 0,6 m de granulomè-
trie variant de 0,15 à 0,30 mm, l’eau produite est
potable. Avec des caractéristiques différentes, le filtre
à sable est le grand système de filtration des piscines
privées, des piscines publiques et des systèmes com-
munaux de traitement. Il est simple et rustique. Sa
finesse de filtration varie entre 50 et 25 µm selon la
granulométrie du sable choisi et la vitesse de passage
de l’eau.
La première couche de sable de plus grosse granulo-
métrie (2 à 4 mm) est au niveau de la crépine (repère
4 sur la figure 2.2). La deuxième couche de sable fin
(0,4 à 0,6 mm en général) est au-dessus de la pre-
mière couche et c’est elle qui filtre l’eau arrivant du
bassin. L’eau traverse d’abord la couche de sable fin
puis celle du sable grossier. Le rôle de celui-ci est
d’empêcher l’obturation des trous de la crépine par
contact direct avec le sable fin.
Une vanne multivoie (repère 7 figure 2.2) permet de
sélectionner six modes d’utilisation du filtre (filtra-
tion, vidange, lavage, etc.).
LES BONS CHOIX TECHNIQUES
22
7
Le mode régulation du pH
automatique est l’option
choisie pour l’étude de cas
de cet ouvrage.
8
Source : Centre
international de l’eau et de
l’assainissement / IRC 1991
Fig. 2.2
Coupe filtre à sable Side
CONSEILS
PH, TH ET TAC...
Réguler son pH permet d’avoir une eau douce mais
permet en gérant le TH de maîtriser le pouvoir tampon
de l’ eau (TAC).
Un pH à 7,2 permet d’être ciblé sur le pH du liquide
lacrymale des yeux (entre 7 et 7,5) !
1. Diffuseur : l’eau arrive par le haut et se répand
sur le sable
2. Cuve en plastique ou fibre de verre
3. Collecteurs avec crépines de collecte de
l’eau filtrée
4. Bouchon de vidange
5. Socle de stabilité
6. Vanne 6 positions pour distribution (filtration, lavage...)
7. Bouchon purgeur manuel d’air
8. Purge automatique pour évacuer l’air emprisonné
pendant la filtration
9. Couvercle pour accès intérieur filtre
(chargement sable)















9
À titre indicatif,
la filtration à sable
est la filtration choisie
pour l’étude de cas de
cet ouvrage.
23
Un petit exercice...
Mon filtre à sable de 760 mm de diamètre a une sur-
face simplifiée S de 0,45 m
2
. Avec une vitesse de fil-
tration préconisée de 0,2 m/h, mon débit sera de
0,09 m
3
/h soit 177 fois plus faible que le débit
actuel de mon filtre à sable ! Et si je devais respec-
ter la vitesse de 0,2 m/h, mon filtre à sable devrait
avoir une surface de 1,3 fois ma piscine !
Ce petit exercice pour montrer que le couple «vitesse
de filtration/finesse de filtration» joue un rôle très
important dans la qualité de l’eau traitée et que, par
manque de place et de coût, nous sommes condam-
nés à désinfecter chimiquement notre bassin.
Les avantages
L’avantage majeur est la simplicité de fonction-
nement et un élément filtrant (le sable) à «vie».
Le contre-lavage du filtre ne demande pas de démon-
tage (petit avantage, car on a souvent le filtre de la
pompe et les filtres des skimmers à démonter aussi).
Les inconvénients
Un des inconvénients est que cela demande un peu
de tuyauterie.
Pour obtenir une bonne filtration, cela nécessite de la
place.
Cette filtration génère un bio-film qu’il convient de
nettoyer lors de l’hivernage du bassin.
Un autre inconvénient est la perte d’eau lors du
contre-lavage
9
.
Les bonnes pratiques en piscine publique
Pour une filtration sable, la règle est d’avoir une hau-
teur de sable d’au moins 80 cm (1 m en pratique).
Idéalement, une vitesse de passage de l’eau de
20 m/h bien que certains filtres arrivent à une vitesse
de passage de l’eau à 40 m/h voire plus.
Pour une vitesse de 35-40 m/h, sable de 0,4 à 0,6 de
granulométrie, hauteur de sable de 1 m, finesse de
filtration 20 à 25 µm.
La filtration à cartouche
Habituellement, on trouve ce système sur les pisci-
nes à faible volume d’eau ou lorsqu’il y a un pro-
blème de place pour le système de filtration.
Constitué d’un cylindrique contenant la cartouche fil-
trante synthétique, la finesse de filtration est de 40 à
15 µm. Certains filtres utilisent la technique des plis
pour augmenter la surface d’échange. Les capacités
des filtres à cartouche varient maintenant de 6 à
39 m
3
/h.
La durée de vie d’une cartouche varie entre 600 et
1 000 heures. Une cartouche coûte entre 10 et 150 €.
Les avantages
L’encombrement est faible ce qui permet de l’intégrer
aisément dans un local technique préfabriqué enterré
qui se trouvera proche du bassin, par exemple.
Les prix sont jusqu’à deux fois moins chers qu’un fil-
tre à sable.
Les inconvénients
On est obligé de démonter la cartouche pour la laver
(dans tous les cas de figure, le préfiltre de la pompe
doit être démonté pour lavage).
La fréquence de lavage est importante si le volume
est supérieur à 30 m
3
.
Il y a un risque d’encrassement avec des eaux calcaires.
Certaines cartouches sont incompatibles avec un
traitement PHMB, une floculation, un traitement algi-
cide à base d’ammonium quaternaire.
Les bonnes pratiques en piscine publique...
Pour des raisons de maintenabilité, le filtre à cartou-
che est considéré comme inadapté aux bassins de
collectivités, malgré sa performance de filtration et
sa faible perte de charge. La finesse de filtration varie
entre 40 à 20 µm pour les filtres synthétiques et de
20 à 5 µm pour les filtres à base de fibres végétales.
Quant à la vitesse, elle est lente puisqu’elle est de
0,5 à 1 m/h.
2-LE TRAITEMENT DE L’EAU















Fig. 2.3
Coupe filtre à diatomée
Pro Grid
Fig. 2.4
Schéma de principe d’une
filtration à filtre à sable à
l’instar de l’étude de cas
de cet ouvrage
(voir partie 2, p. 35)
La filtration à diatomées
La diatomite est une poudre blanche obtenue par
concassage et calcination d’une roche de faible den-
sité poreuse provenant de la fossilisation d’algues
microscopiques : les diatomées.
C’est peut-être le mariage entre un
filtre à cartouche et un filtre à
sable ? En effet, il est constitué
comme un filtre à sable mais avec
des poches synthétiques (repère 3
figure 2.3) qui retiennent la diato-
mée en suspension dans l’eau.
Lorsque la pompe marche, la diato-
mée vient se déposer uniformé-
ment sur la paroi du filtre. Une
épaisseur de quelques millimètres
est ainsi créée. La finesse de filtra-
tion varie, selon la diatomée, entre
5 et 10 µm. Lorsque la pompe s’ar-
rête, la diatomée retombe au fond
du filtre. On charge le filtre en ver-
sant directement devant les skim-
mers la diatomée.
Les avantages
On obtient une très belle qualité de
l’eau grâce à sa finesse de filtration.
Le contre-lavage du filtre se fait sans démontage
(petit avantage, car on a souvent le filtre de la pompe
et les filtres des skimmers à démonter aussi).
Les inconvénients
Cela demande un peu de tuyauterie.
La diatomée est perdue à chaque contre-lavage du fil-
tre. On recharge environ 1/3 de diatomite.
Le prix d’un filtre est en moyenne de + 40 % par rap-
port à un filtre à sable.
Il y a un risque d’encrassement et d’entartrage si
l’eau est dure.
La diatomée, au microscope, a une structure alvéo-
laire de type nid d’abeille. Malgré les contre-lavages,
il y a saturation des alvéoles nécessitant un change-
ment complet de la diatomée.
Les bonnes pratiques en piscine publique
La granulométrie est de 15 à 45 µm. La vitesse de fil-
tration ne doit pas dépasser 5 m/h. La quantité de
diatomite est de 0,5 à 1,5 kg/m
2
de toile soit une
épaisseur par toile de 1,4 à 2,8 mm.
Dans ces conditions, le résultat escompté se traduit
par une finesse de filtration de 0,1 à 3 µm.
Le circuit du système de filtration
Le but du système de filtration est de prendre l’eau
du bassin puis de la faire passer dans un ensemble
d’éléments qui retient les impuretés (organiques et
inorganiques) et renvoie l’eau «propre» dans le
bassin.
Pour cela, on prélève l’eau par deux écumeurs de sur-
face ou skimmers (1 skimmer pour 3 m linéaires de
paroi) et une bonde de fond. L’eau après être passée
dans le filtre (cartouche, sable, diatomée) repart vers
les deux buses de refoulement.
Pour le nettoyage, la prise balai peut être branchée en
direct ou en cas d’utilisation d’un robot, passée par
un surpresseur (fig. 2.4).
24
LES BONS CHOIX TECHNIQUES
1. Purgeur manuel
2. Cuve en plastique résistant anti-corrosion
3. Grille synthétique retenant la diatomite
4. Collier serrage des deux demi cuves
5.Tubulure d’entrée et de sortie de l’eau
6. Bouchon de vidange de l’eau















Fig. 2.5
Exemple de pompe
(Max Flo)
25
La bonde de fond
Doit-on mettre une bonde de fond ? Il existe deux
écoles à cette réponse...
La première considère que la bonde de fond est inutile
et que tout doit se faire par la surface. Avec une vitesse
d’eau de surface importante, toutes les matières invisi-
bles polluantes sont drainées jusqu’aux skimmers. Le
bloc de filtration est spécifique et basé sur un filtre à
poche ou cartouche. La forme du bassin est aussi
adaptée afin de favoriser les mouvements d’eau.
La deuxième école, inspirée des piscines publiques
dont la norme impose qu’au moins 50 % du débit soit
fait par l’ eau de surface, considère que la bonde de
fond peut alors assurer les autres 50%. La bonde de
fond contribue à l’homogénéisation du désinfectant
dans le bassin (partie grand bain). En cas d’utilisa-
tion d’un robot avec surpresseur, une partie des sale-
tés sont mises en suspension pour que la bonde de
fond les aspire.
La bonde de fond, lorsque le bassin en est pourvue,
permet de baisser le niveau d’eau pour un hivernage
passif, en cas de pluie ou pour vidanger le bassin
(changement liner ou renouvellement de l’eau par
exemple).
La tuyauterie
Le tuyau est un élément pour lequel il ne viendrait
pas à l’idée de se poser dix mille questions. Et pour-
tant, il y a quelques règles et précautions à prendre.
La tuyauterie des pièces à sceller doit être tirée en
PVC souple pression. Certains la tirent en rigide. Le
souple est plus cher, mais il est plus facile à faire cou-
rir dans une tranchée et peut absorber les mouve-
ments de terrain surtout dans la jonction bassin -
local technique.
Dans tous les cas, les tuyaux doivent descendre ver-
ticalement jusqu’au trottoir du radier et courir sur un
lit de sable le long des murs.
Il y a trois diamètres de tuyaux PVC couramment uti-
lisés le 32 mm, le 50 mm et le 63 mm. Attention, ce
sont les diamètres extérieurs et l’épaisseur est en
général de 4 mm.
Les bonnes pratiques en piscine publique : les DTU
limitent la vitesse dans les tuyaux PVC d’aspiration à
1,5 m/s et de refoulement à 2 m/s. Attention, le fonc-
tionnement en piscine publique est 24/24 h.
La pompe de filtration
C’est le cœur de votre filtration. Sans elle, il n’y aurait
pas de circulation d’eau donc pas de traitement de
l’eau. Si votre pompe tombe en panne en pleine sai-
son chaude, votre eau peut virer dans la journée.
Corps résistant aux corrosions chimique et saline.
Il y a deux éléments importants qui font la différence
de qualité.
Le joint tournant (repère 2 figure 2.5), c’est le point
faible des pompes, des compresseurs... de tout ce
qui tourne et qui a besoin d’être étanche. Une mau-
vaise qualité et vous avez une fuite d’eau vers le
moteur. Si le départ de votre ligne électrique du local
FORMULE
LA FORMULE
3
Exemple : mes tuyaux ont 50 mm et 4 mm d’épaisseur.
Appliquons la formule qui va bien, ce qui donne pour :
3
3
Au-delà des vitesses préconisées, il y a risque de cavitation.
(comme un torrent). En régime turbulent, il y a dégradation
des matériaux par érosion.
2-LE TRAITEMENT DE L’EAU
1. Moteur électrique asynchrone
200 V alternatif
2. Joint tournant en céramique
3. Turbine
4. Couvercle transparent
5. Panier préfiltre
Débit (m /h) = [60 x 2 (mm) x V (m/s)] / 21220.
Le régime de l’eau dans les tuyauteries est turbulent
– le refoulement : D=[60x(50-2x4)2x2]/21220=9,97 H 10 m /h.
– l’aspiration : D= [60x(50-2x4)2x1,5]/21220= 7,48 H7,5 m /h















10
Voir en annexe 5, la liste
des matières plastiques
et leurs dénominations
commerciales.
12
Débit théorique de ma
pompe, car le même modèle
m’a été donné pour 16 m3/h
et pour 18m3/h.
11
La formule D = 0,42 *S -1,2
est une formule que j’ai mise
au point par analyse
des systèmes de piscines
existantes. Elle est sans
garantie et donnée à titre
informatif.
13
Attention, quand vous
comparez les puissances
entre les pompes, ne prenez
pas la mécanique pour
l’électrique !
technique n’est pas protégé par un différentiel 30 mA,
c’est une panne électrique très facile à diagnosti-
quer : les «plombs» de la maison sautent.
Le matériau de la turbine (repère 3 figure 2.5) doit
être stable dimensionnellement (reprise d’eau notam-
ment) et être résistant à l’érosion de l’eau et des pro-
duits chlorés comme salins.
10
En ce qui concerne le débit, L’usage veut que l’on consi-
dère, ad minima, l’une des quatre règles suivantes.
1. La pompe doit avoir un débit capable de renouveler
l’eau du bassin en 3 ou 5 heures pour certains ou en
4 ou 6 heures pour d’autres.
2. Le temps de filtration (heures de fonctionnement de
la pompe) doit être égale au temps d’ensoleillement.
3. La température de l’eau donne le temps de filtra-
tion (voir tableau).
4. Utilisez la formule suivante
11
D = 0,42 *S -1,2 avec D
pour débit en m
3
/h et S pour surface du bassin en m
2
.
Ce qui veut dire, une pompe capable de tourner au
plus forte chaleur jusqu’ à 10 à 12 heures par jour. Il
vaut mieux prendre du bon matériel !
En piscine publique, le temps (T) de renouvellement
pour déterminer le débit de l’installation est fonction
de la hauteur (H) de l’eau du bassin (pour un bassin
de baignade et non de jeux).
H < 1,5 m
©
T= 1 heure
1
/
2
H > 1,5 m
©
T= 4 heures
Une pompe est caractérisée par un débit sous une
colonne d’eau H exprimée en mètre (figure 2.6 page
suivante).
Comment comparer les pompes ?
Les fabricants ou les revendeurs donnent la perfor-
mance des pompes en choisissant sur la courbe un
point de fonctionnement. Il faut donc savoir à quelle
colonne d’eau, le débit annoncé correspond. Puis, il
faut chercher sur la courbe le point équivalent à la
pompe que vous comparez.
En général, la puissance
13
de la pompe affichée est la
puissance mécanique et non la puissance électrique
absorbée. La puissance mécanique c’est ce qui sert à
garantir pour une colonne d’eau ou perte de charge,
le débit de la pompe. Par allégorie on peut dire que la
26
LES BONS CHOIX TECHNIQUES
TABLEAU
TEMPS DE FILTRATION
TEMPÉRATURE DE L’EAU °C TEMPS DE FILTRATION
10 2 H
12 3 H
16 5 H
20 7 H
24 8 H
28 ET + 9 H
ÉTUDE DE CAS
APPLIQUER LES FORMULES...
Application de la règle piscine publique à son bassin.
Le volume d’eau est de 63 m
3
, soit avec un renouvellement
en 4 h, le débit de la pompe doit être de 63/4 = 15,75 m
3
/h.
La pompe a un débit théorique de 16 m
3
/h.
12
Application de la formule (4) à son bassin dont la surface
2
D = 0,42 x 44-1.2 soit D H 17 m
3
.
ÉTUDE DE CAS
LE CHOIX DE LA POMPE
Mon choix de pompe a été influencé par deux pisciniers :
pour 16 m
3
/h et pour 18 m
3
/h. Les deux ont raison car
si l’on regarde la courbe, ma pompe est capable d’assurer
les deux débits mais pour une colonne d’eau différente.
Et dans la pratique, c’est 16 ou 18 ?
À 16 m
3
/h la pompe choisie a une colonne d’eau de 9 m
ou une perte de charge de 0,9 bar. À 18 m
3
/h elle a
une colonne d’eau de 8 m ou perte de charge de 0,8 bar.
Si je veux la comparer avec une autre pompe, il me faut
choisir la valeur de la colonne d’eau puis comparer
les débits.
est de 8 x 5,5 = 44 m . Le débit D de la pompe sera :














Fig. 2.6
Courbe de ma pompe
14
Pour plus d’information,
vous pouvez vous reporter
à l’annexe 4 à la fin de
cet ouvrage.
Fig. 2.7
Pince ampérométrique
de contrôle de la
consommation du cou-
rant de la pompe
27
puissance électrique absorbée, est l’équivalente à la
quantité d’essence que vous mettez dans votre voi-
ture pour que votre moteur vous délivre les x che-
vaux prévus.
Si on reprend ma pompe, la puissance catalogue est
de 0,55 kW. Après vérification à la pince ampéromé-
trique, cette pompe en fonctionnement consomme
4,01 A. Sa puissance électrique absorbée est selon la
formule P = U x I , 4,01A x 230V = 0,92 kVA.
0,92 kVA de consommation électrique pour 0,55 kW
de puissance mécanique. La différence entre les
deux s’appelle le rendement dont le symbole est ␩.
Quelle sera la perte de charge de mon circuit de filtra-
tion ? Voilà une autre bonne question ! Car après
avoir déterminé le débit de renouvellement de l’eau
du bassin, il faut estimer la perte de charge du circuit
pour trouver d’après les courbes des pompes le débit
«vrai ». C’est seulement une fois l’installation réali-
sée que l’on saura si l’on a fait juste ou pas. Mais on
doit l’estimer plus ou moins empiriquement !
14
Attention, le débit de la pompe (même théorique)
doit toujours être inférieur ou égal au débit du filtre
(cartouche, sable, diatomée).
Les pièces à sceller
Voici la liste des pièces à sceller qui doivent être inté-
grées au bassin :
. les deux skimmers ;
. la bonde de fond ;
. les buses de refoulement (choisir des buses de
refoulement à jet orientable.)
Position des pièces à sceller
Écumeurs de surface ou skimmer, position: à 1 à 2 cm
sous l’arase et 1 skimmer pour 3 m de paroi avec
départ à 70 cm minimum de l’angle du mur ;
Buse, position : à 50 cm sous l’arase et à 70 cm mini-
mum d’un angle de mur ;
Prise balai, position : à 30 cm sous l’arase ;
Projecteur, position : à 70 cm sous l’arase et au
milieu de la longueur si 1 projecteur ou à
1
/
4
du mur
si deux projecteurs.
LA DÉSINFECTION DE L’EAU
Le traitement à l’ozone
L’ozone dont le symbole est O3, est le système de
désinfection naturel des eaux extérieures (en cas
d’orages par exemple). L’appareil est constitué d’une
chambre d’ozonisation avec une injection d’air.
Cependant, ce système bien que séduisant ne
2-LE TRAITEMENT DE L’EAU
H
[m]
15
10
5
0
0 5 10 15 20 25 Q [m
3
m⁄h]















Fig. 2.8
Spectre des ondes
électromagnétiques
émises par le soleil
s’auto-suffit pas et un complément de fond au brome
est vivement conseillé et nécessaire. Certaines villes
traitent leur eau potable avec ce système afin de
réduire le taux de chlore qui reste encore le traite-
ment chimique officiel des eaux potables.
La réglementation des piscines publiques n’autorise
aucune trace d’ozone dans le bassin. La désinfection
doit se faire et se finir entièrement dans les canalisa-
tions. Plus aucune trace dans l’eau du bassin.
Le traitement non rémanent obligeant à fonctionner
régulièrement. Il reste encore cher pour un particulier
(3500 € en 2002).
En piscine publique, l’ozone doit être en contact avec
l’eau pendant au moins 4 minutes pour la désinfecter.
Un bac de désozonation pour dégazage ou une filtra-
tion sur charbon actif est obligatoire. En effet, la régle-
mentation interdit toute trace d’ozone (<0,4 mg/l)
dans l’eau arrivant au bassin.
Le traitement aux UV
L’UVC du spectre électromagnétique est germicide
entre 250 et 260 nm. Cette particularité a été décou-
verte au début du siècle ou l’on a constaté un arrêt du
développement des bactéries soumises à un fort
ensoleillement. Cette propriété est utilisée dans le
cadre de ces appareils de traitement des eaux. L’eau
passe dans une chambre ou une lampe émettant dans
la longueur d’onde des UVC germicides, irradie le
fluide circulant.
Ce traitement est non rémanent, un complément de
fond chlore ou brome lui est généralement associé. À
titre indicatif, en 2002, les premiers prix étaient de
1 250 €, départ usine, hors installation.
En piscine publique, l’UV est autorisé avec en complé-
ment un traitement rémanent. La puissance doit être
au minimum de 25000 µWs/cm
2
(micro Watt seconde
par cm
2
).
Le traitement à l’oxygène actif
L’oxygène actif de symbole O
2
est un traitement chi-
mique non rémanent bien que certaines formulations
récentes le revendiquent. L’O
2
désinfecte l’eau et
oxyde les impuretés organiques. Sans goût ni odeur,
il est considéré comme un produit écologique. Sa
présence ne change pas le pH de l’eau mais il est
détruit par les fortes températures. Ce traitement
convient en général à de faibles bassins < 30 m
3
. Il
peut être couplé avec un traitement de fond au
chlore ou au brome. Cependant, certains fabricants
proposent des produits pour bassin allant jusqu’à
60 m
3
d’eau. Sous forme liquide à verser dans le bas-
sin ou en forme de pastille, ce produit reste encore
cher.
Le H
2
O
2
est aussi la forme thérapeutique de l’«oxy-
gène actif » (peroxyde d’oxygène).
Certains produits de piscine sont à base de peroxyde
d’oxygène et en cas de complément au chlore, leurs
effets sont annihilés. D’autres produits utilisant
l’appellation «oxygène actif » sont à base de mono-
persulfate de potassium.
28
O
2
+ chlore actif = bonne désinfection
H
2
O
2
+ chlore actif = ne désinfecte pas.
LA DÉSINFECTION
À RETENIR
LES BONS CHOIX TECHNIQUES















29
Le traitement au brome
Le brome (couleur pourpre royal) fut utilisé par les
Romains pour la teinture des tissus des riches prati-
ciens. En 1826, Antoine J-Balard découvre chimique-
ment le brome et l’appelle Bromos (origine grecque
signifiant puanteur).
Le brome est un grand classique en piscine. Utilisé en
piscine privée il n’est pas pur : traditionnellement, il
contient en élément additif complémentaire, du
chlore ou de l’oxygène actif. D’autres éléments vien-
nent finir la formulation selon les fabricants.
Exemple de composition d’un galet brome, car il est
très difficile de savoir exactement ce qu’il y a dans un
galet : Brome + Chlore + Dyméthyl Hydantoine.
Comme le chlore, le brome à base chlorhydrique est
couramment stabilisé aux UV à l’acide isocyanuri-
que.
La cinétique de solubilisation des galets de brome
étant plus lente que celle du chlore, elle est moins
sensible à l’élévation du pH.
Le brome génère de la bromamine au contact des
déchets ammoniaqués (résultat de la désinfection)
non odorants. Il n’a jamais été utilisé dans le traite-
ment de l’eau potable.
Le brome est rémanent.
En piscine publique, le brome est utilisé à l’état
liquide (couleur brun rouge). Il est très soluble dans
l’eau. Il dégage des vapeurs très dangereuses (mor-
telles selon la dose) et très corrosive. Il est sensible
au pH. En dessous de pH 7,0, l’ eau devient verdate
si la dose de brome est trop importante. Un excès de
produit avec un mauvais pH, les bromamines devien-
nent irritantes.
Le traitement par nanofiltration
Le traitement des eaux saumâtres des aventuriers et
des armées. On trouve dans les boutiques des peti-
tes pompes à cartouches céramiques basées sur la
technologie de la nanofiltration pour vous fabriquer
quelques litres à partir d’une eau de puits groupie.
Devenu procédé industriel de traitement des eaux
potables, la technique nécessite des installations
conséquentes. La nanofiltration va de 0,01 micron de
millimètre à 0,001 micron alors que l’osmose inverse
va de 0,001 micron à 0,0001 micron. Une pression
pousse l’eau à travers une membrane ultrafine. Ce
qui est retenu part à l’égout. L’eau qui passe est pure
et consommable.
Le PHMB
Le chlorhydrate de PolyHéxaMéthylène Biguanides
ou appelé commercialement aussi «Polymère d’Hexa
Méthylène Biguanide» est un désinfectant des
années 1990 des piscines publiques entre autres. Le
biguanide, dans les documents médicaux, est une
classe de molécule d’antiseptique comme l’insuline
ou la sulfamide. Chaque classe a ses propriétés.
Ainsi, on retrouve les molécules de biguanide aussi
bien pour le traitement de certains diabètes comme
dans certains produits désinfectants hospitaliers.
En piscine, ce traitement revendique :
. une insensibilité aux UV,
. une longue durée d’action (rémanent),
. bactéricide, fongicide, stérilisant,
. sans goût ni odeur,
. sous forme liquide il est versé dans le bassin,
. concentration idéale de PHMB entre 30 et 50 PPM.
En piscine publique, le PHMB a été testé de 1988 à
1991. Puis l’accord n’a pas été prorogé jusqu’à ce jan-
vier 2006 où l’agrément pour 3 ans a été accordé en
attente de l’inscription du produit dans la réglemen-
tation européenne sur les biocides (98/8/CE).
Le PHMB est incompatible avec le chlore, le brome,
l’adoucisseur d’eau, les appareils de traitements
électro-physiques. Filtres à charbon actif.
Le passage d’un traitement chlore à PHMB et vice versa
nécessite la vidange du bassin.
LES INCOMPATIBILITÉS
ATTENTION
2-LE TRAITEMENT DE L’EAU















15
On peut établir le postulat
suivant : ce qui est bon pour
mon eau du robinet sera bon
pour mon eau de baignade!
Le traitement au sel
C’est en fait un traitement au chlore éphémère, car le
principe de ce traitement est de créer du chlore (acide
hypochloreux) à partir du sel. En effet, un appareil est
inséré entre la sortie du filtre et l’injection des buses
de refoulement. Le bassin est salé à 4g/l contre 30g/l
pour l’eau de mer. L’électrolyse du sel génère de la
Javel (hypochlorite de sodium et chlorure de sodium)
qui au contact de l’eau se transforme en soude et en
acide hypochloreux. Le produit est actif uniquement
dans la canalisation car une fois dans le bassin, les
UV du soleil dégrade le chlore. Le pH a tendance à
augmenter. En cas de forte chaleur ou de surpopula-
tion de baigneurs pollueurs, il faut un temps de traite-
ment plus important qu’avec un produit rémanent.
Le traitement au sel n’est pas considéré comme réma-
nent.
Les fabricants donnent une durée de vie des électro-
des d’environ 10 000 heures ou de 3 à 5 ans selon la
maîtrise du TH et pH.
Est-ce que le pH a une influence dans le traitement au
sel ? Avec un pH à 7,2 (la cible en régulation de pis-
cine) le taux de transformation d’acide hypochloreux
(chlore) sera de l’ordre de 70 %. Mais un pH > 8 fera
tomber ce taux à moins de 25 %.
Le traitement au chlore
Le désinfectant universel en matière de traitement de
l’eau potable depuis 1911. La littérature est riche sur
le sujet et les auteurs intarissables. Il ne sera rap-
porté que l’essentiel utile à un bricoleur/baigneur.
Le chlore a été découvert par le chimiste suédois
Schelle.
Puis en 1789, le comte Claude Louis Berthollet décou-
vre les hypochlorites. Il en mélange avec l’eau du vil-
lage de Javel et découvre le pouvoir désinfectant de
ce nouveau produit.
À ce jour, l’eau de votre réseau urbain est traitée au
chlore plus ou moins fortement si la société en charge
de l’eau a équipé ses installations de traitement com-
plémentaire type ozone ou UV par exemple.
Depuis presque 100 ans que l’on traite au chlore, on
commence à avoir un bon retour d’expérience sur ce
produit et à connaître ses bons et ses mauvais côtés.
Le chlore est un produit rémanent.
Les versions stabilisées (piscine de plein air) aux UV,
utilisent principalement de l’acide isocyanurique
(AC). Le chlore pur des piscines publiques couvertes,
n’a pas de stabilisant.
Le chlore a un comportement chimique propre et lors
de la désinfection il se décompose (tableau ci-contre)
en bon chlore et en mauvais chlore.
Un bon chlore : le chlore actif et le chlore potentiel.
Ils sont en attente dans le bassin et dès qu’un bai-
gneur apporte de la sueur (azote) ou perd des poils –
cheveux (ammoniaque), le chlore se met au travail
indépendamment du fonctionnement de la pompe. Le
résultat de la désinfection est le chlore combiné avec
les chloramines.
30
ATTENTION
LA STABILISATION DU SEL
Certains sels sont stabilisés et dans ce cas on se retrouve
avec les problèmes du chlore et de son stabilisant : l’acide
isocyanurique ; obligeant à terme à une vidange du bassin.
TABLEAU
DÉCOMPOSITION PRINCIPALE D’UNE CHLORATION
RÉMANENCE
Acide hypochloreux Hypochlorite
Chlore actif Chlore potentiel
Chlore libre
DÉSINFECTION RÉALISÉE
Chloramine Autres formes
Chlore combiné
LES BONS CHOIX TECHNIQUES















16
Dans le jargon,
il est souvent dit
qu’une piscine qui
sent le chlore
(combiné), manque
de chlore (libre) !
17
300 ppm : c’est la
limite des bandelettes
de test des produits
américains car je n’ ai
pas trouvé de produit
français pour mesurer
le stabilisant des
produits chlorés.
18
Pour info, au bout
de 4 ans, après une
canicule (2003) et
trois hivernages
passifs, la teneur en
acide isocyanurique
de mon bassin est
à 50 ppm ou mg/l.
31
Un mauvais chlore. Les chloramines sont le résultat
du combat de désinfection qui a eu lieu dans le bas-
sin. Mais un manque de chlore libre, dû à un manque
de galet ou d’UV (dôme verre, manque soleil) ou d’un
pH mauvais, fait que les chloramines ne sont pas
détruites. Elles saturent le bassin et deviennent odo-
rantes et irritantes.
16
La méthode industrielle de réajustement est celle du
break-point mais pour le particulier elle se réduit à
un traitement chlore choc. L’excédent temporaire en
chlore sera rapidement absorbé par les chloramines
et autres composés du chlore dérivés (comme la tri-
chloramine entre autre). Le dosage usuel peut
reprendre.
Afin d’éliminer le chlore combiné (chloramines), res-
ponsable des irritations et des odeurs, un complé-
ment aux UV peut être envisagé.
Les piscines doivent être vidangées tous les 3 ou 5
ans. Le chlore comme le brome, en galet et résistant
aux UV, sont stabilisés à l’acide isocyanurique. Le
stabilisant est cumulatif dans le bassin. Si le pH est
mauvais et qu’il y a beaucoup de traitement choc,
le phénomène ne fait que s’amplifier. Aussi, lorsque
le taux d’acide isocyanurique a atteint un seuil de
300
17
ppm ou mg/l, il faut impérativement changer
son eau.
La réglementation en piscine publique fixe un taux
maximum d’acide isocyanurique de 75 mg/l ou
PPM.
18
Les bandelettes de contrôle
Quel que soit le désinfectant choisi, il serait bon de
pouvoir contrôler la qualité de l’eau (TH, TAC, pH) et
du désinfectant sélectionné. Le point d’interrogation
( ?) signifie que je n’ai pas trouvé de test.
Ensoleillement
Au vu de la figure 2.9, certaines régions sont
mieux servies que d’autres en termes d’ensoleille-
ment. Notre astre tant aimé, émet une lumière
dont le spectre électromagnétique (voir figure 2.8)
va des UV (ultra-violet), en passant par la lumière
visible (pour l’œil humain) et jusqu’aux IR (Infra
Rouge). Les IR vont chauffer l’eau tandis que les
UV auront un rôle germicide et destructeur de
chloramine, de Javel, d’oxygène actif… dégrada-
tion des plastics.
TABLEAU
EFFICACITÉ DU CHLORE EN FONCTION DU PH
PH CHLORE ACTIF
6 Presque 100%
6,9 80%
7.7 40%
8 25%
À SAVOIR
EAU SATURÉE EN STABILISANT
Lorsque la valeur en acide isocyanurique atteint les
150 ppm, il est conseillé de vidanger la moitié du bassin
et lorsqu’elle atteint les 100 ppm, il est conseillé de
vidanger 1/3 du bassin.
TABLEAU
DÉSINFECTANT TESTS NOMBRE DE TESTS PRIX MOYEN EN ¤
PHMB PHMB/H
2
O
2
/pH 10 15
Oxygène actif O
2
/pH 20 18
Chlore libre Cl/pH 20 17
Brome Brome/pH 20 14
Ozone O
3
? ?
Sel NaCl 10 15
Acide cynurique AC 10 20
2-LE TRAITEMENT DE L’EAU















Figure 2.9
Carte des degrés
LE CHAUFFAGE DU BASSIN
Garder la chaleur
Le premier réflexe est de mettre une bâche solaire la
nuit pour éviter le refroidissement du bassin. En effet,
et sauf quelques semaines l’été, les températures
nocturnes sont de moitié des températures diurnes.
Le deuxième réflexe est de mettre un dôme en verre
ou plastic translucide. Cependant, il faut faire atten-
tion au traitement chloré du bassin. Les produits à
base de chlore dégagent par combinaisons chimiques
successives de la trichloramine, gaz très volatile irri-
tant et à l’origine des maladies professionnelles des
MNS (maître nageur secouriste).
Dôme + chlore = ventilation (très conseillée) ou autre
traitement de l’eau (le plus sage).
Par apport de chaleur
Le choix est large. De la chaudière de la maison en
passant par la pompe à chaleur et en s’arrêtant sur le
solaire. Les combinaisons ne manquent pas et les
coûts d’exploitation grimpent en fonction de la tech-
nologie choisie.
32
LES BONS CHOIX TECHNIQUES
Figure 2.10
Bonde de fond
Figure 2.11
Buse de refoulement
Figure 2.12
Skimmer















33
2-LE TRAITEMENT DE L’EAU















Dimensions : longueur 8 m, largeur 5,5 m Profondeur : 1,5 m grand bain et 1,2 m petit bain
Technique de fabrication : radier béton + mur en Stepoc + revêtement liner
Filtration : filtre à sable Traitement de désinfection : chlore stabilisé avec régulation du pH
Chauffage: par bâche à bulle Technique d’hivernage : passif
Budget : 10000 € Délais des travaux : 4 mois
FICHE TECHNIQUE















RÉALISEZ
VOTRE PISCINE
3. CONCEPTION DU PROJET
L’offre du marché . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
Les solutions techniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
Le budget . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
Les démarches administratives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
4. LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX
La préparation du chantier. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
La mise en œuvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
Les enduits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
Les tuyauteries du bassin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
Les branchements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
Le liner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
5. LE LOCAL TECHNIQUE
Emplacement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
Tuyauteries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
Électricité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66















L
e projet a duré 6 mois. La construction de la pis-
cine, du premier coup de pelleteuse au premier
plongeon, a duré 4 mois. Mes week-ends et
quelques jours de congés ont suffi à concrétiser le
projet.
L’OFFRE DU MARCHÉ
Notre première démarche a été de consulter des pis-
ciniers, car au départ et bien que bricoleur, je ne me
voyais pas et mon épouse non plus, me lancer dans
une telle entreprise. Les principales solutions ont été
chiffrées.
Pour une piscine prêt à plonger, les solutions tradi-
tionnelles nous laissaient prévoir un budget d’environ
22000 €
1
. Ce budget comprenait le bassin et son
étanchéité ainsi que les margelles de pourtour, sans
le local technique ni les plages.
La solution des kits n’ayant pas été retenue pour
cause de bassin avec obligation de fosse à plonger,
j’ai commencé à regarder la faisabilité de faire moi-
même ma piscine.
Faisant le tour de mes contacts, je me suis rendu
compte que, outre les maçons, d’autres se sont lan-
cés dans cette réalisation comme des paysagistes...
Pourquoi un bricoleur ne serait-il donc pas à même
de réaliser sa propre piscine ? In fine, la construc-
tion d’une piscine s’avère n’être qu’une succession
de tâches techniques simples vraiment accessibles
à un bricoleur. Devant ce constat, nous décidâmes
mon épouse et moi de confier la construction de
notre piscine à moi-même !
Fier de cette promotion, j’entrepris mon affaire avec
enthousiasme et paradoxalement, le béton, qui n’a
jamais été mon point fort, s’est avéré au fil des ste-
poc très coopératif.
LES SOLUTIONS TECHNIQUES
En première partie, les principales solutions de
constructions puis de traitement de l’eau ont été
exposées. Dans cette seconde partie et en préam-
bule du récit de la construction de la piscine, je vous
livre l’argumentaire de mes choix qui sont selon moi,
de bons compromis entre simplicité et robustesse.
Le bassin à fond plat
Faire une fausse à plonger, un fond plat, deux pen-
tes à fond plat… que de questions pour quelque
chose de banal de prime abord !
La réponse fut donnée par l’observation des bai-
gneurs à la mer. Si vous avez l’occasion de regarder
une photo d’une plage en août, vous observerez
que 90 % des gens se baignent et jouent dans une
profondeur d’eau ne dépassant pas la taille. Nous
avons donc opté pour un fond plat avec deux
niveaux pour les grands et les plus jeunes.
36
CONCEPTION DU PROJET 3
PREMIER DEVIS
Traditionnelle : prix Oui 100 %
moyen 22 000 €
Bâche suspendue Non
Coque polyester Oui 70%
TYPE DE PISCINE DEVIS PRIX EN % D’UNE PISCINE TRADITIONNELLE
(PRISE COMME RÉFÉRENCE, TARIF 2002)
Kit alu/tôle fer Oui 64 %
Stratifie polyester Non
paroie brute
1
Prix donné à titre indicatif.















Le bassin - mur en stepoc
Ce qui m’a plu dans le Stepoc, c’est qu’il était facile-
ment empilable. Cela permet de se rendre compte du
montage d’un mur et de régler son équerrage par
contrôle de la diagonale (l’hypoténuse du triangle).
De plus, il est préconisé pour la construction des pis-
cines.
On coule le stepoc une fois le mur monté à sec.
Le bassin - le liner
Ne voulant pas construire une piscine «blockhaus»,
il me fallait un revêtement très résilient. J’avais le
choix entre un liner ou un PVC armé. Le PVC armé
étant entre 2 et 3 fois plus cher qu’un liner pour une
résistance au délavement identique (UV). En effet,
que la membrane PVC fasse 50/100°, 75/100° ou
150/100° de mm, la face (la peau) en contact avec
l’eau et les UV est la même.
N’ayant pas de formes torturées, le liner fut adopté.
Le traitement de l’eau - le filtre à sable
Le filtre à sable est utilisé dans la filtration d’eau
potable. Le matériau de filtration est un élément natu-
rel (la silice) et en choisissant la grosseur on peut
légèrement améliorer la finesse de filtration. Il n’y a
pas de consommation de sable. Le nettoyage du filtre
se fait par simple contre-lavage en tournant une
vanne avec, il est vrai, une consommation d’eau.
Quand mon filtre est vraiment sale, je perds 1 cm de
hauteur d’eau soit 500 litres environ.
Le traitement de l’eau - le chlore
Selon le principe de Lavoisier « Rien ne se crée, rien
ne se perd, tout se transforme », tout traitement de
désinfection serait générateur de déchets. La problé-
matique serait alors de savoir quel niveau acceptons-
nous. Dans ce contexte, comment positionner l’ offre
des nouveaux traitements sur lesquels, nous ne
connaissons que peu de choses. Le choix du traite-
ment de désinfection est presque cornélien.
La rémanence, voilà un concept qui a fortement
contribué au choix du chlore. En effet, si votre produit
n’est pas rémanent et que vous ne gérez pas votre pH,
vous serez obligé de faire tourner votre pompe pres-
que 12 heures par jour en pleine saison.
Le chlore est le système de désinfection de la pla-
nète depuis 1911. Il est encore utilisé aujourd’hui
comme traitement principal ou de fond des réseaux
d’eau publique. Donc, même si le chlore n’est pas la
panacée, il semblerait que l’on n’ait pas trouvé
mieux pour notre eau potable. De plus, le retour
d’expérience est exhaustif et les mécanismes chimi-
ques connus, maîtrisés et réglementés.
Le chlore est rémanent et se contrôle aisément par
bandelettes commercialisées
2
.
37
3-CONCEPTION DU PROJET
VÉCU
STEPOC BÉTON OU POLYSTYRÈNE ?
Pourquoi avoir pris des stepoc en béton et non en polystyrène?
La tentation a été grande, je l’avoue. Car, pourquoi se
fatiguer avec un stepoc alors que le même en polystyrène
ne pèse rien. Et bien, parce qu’au début du projet, je pensais
monter mon mur complètement puis couler en une fois comme
cela doit se faire. Aussi, un mur en polystyrène de 1,6 m avec
un coffrage supérieur pour l’arase me paraissait peu résistant
au vent et aux coulées de boue. Effectivement, la météo n’a pas
été très sympathique avec mon chantier et j’ai été souvent
inondé avec affaissement des parois du terrassement. Mais
heureusement, mes stepoc juste empilés n’ont pas bronchés.
Enfin, dans la terre, il y a des rongeurs et les rongeurs aiment
bien le polystyrène comme la laine de roche ou de verre...
DÉFINITION
LA RÉMANENCE
En piscine publique, l’eau doit être désinfectée et
désinfectante. Elle doit arriver déjà traitée dans le bassin
et, au contact du baigneur, activer la désinfection.
C’est la notion de rémanence.
2
On peut établir le postulat
suivant : ce qui est bon pour
mon eau du robinet sera bon
pour mon eau de baignade!















4
Vous devez vérifier
les calculs avec le débit
de la pompe corrigée
des pertes de charges
estimées du circuit.
Référez-vous à l’annexe
4 pour plus de détails.
3
D = débit en m
3
/h ;
S = surface en m
2
;
V = vitesse en m/h ;
Ø = diamètre
Fig. 5.1 Plan du bassin
La filtration
Pour calculer le dimensionnement de la filtration nous
nous arrêtons d’abord sur le débit de la pompe avant
de calculer le débit du filtre.
Débit de la pompe
Pour calculer le débit de la pompe nous devons tenir
compte de la règle de renouvellement ; en effet, le
renouvellement doit se faire toutes les 4 heures.
Le volume du bassin fait 63 m
3
. Le débit par heure sera
donc le volume divisé par 4, c’est-à-dire de 16 m
3
.
D = 63/4
©
D H 16 m
3
/h.
Formule de la surface : La surface (S) de mon bassin fait
44 m
2
(8 x 5,5). Le débit D = 0,42 x S-1,2
©
D ~
– 17 m
3
/h.
Débit du filtre
Pour obtenir une eau de qualité, il faut la filtrer le plus
doucement possible. J’ai d’abord fait mon calcul avec
une vitesse de passage de 20 m/h comme préconisé
en piscine publique.
Le débit se calcule en multipliant le volume par la sur-
face (D = S x V), on peut aussi en déduire que la for-
mule suivante S = D/V, soit S= 16/20
©
S= 0,8 m
2
,
ce qui implique que filtre = 2 x √ (S /π)
Ø
= 1 m. Le
plus gros filtre à sable faisait un diamètre de 0,96 m
et il était donné pour 32 m
3
/h.
3
Sous l’influence de mon piscinier, je l’avoue, je suis
redescendu à un diamètre de 0,76 m soit un filtre de
24 m
3
/h.
Contrôle de la vitesse de l’eau par calcul inverse
La surface du filtre S = π x 2 /4
Ø
S = 3,1416 x 0,762 /
4
©
S = 0,45 m
2
.
Calcul de la vitesse de passage de l’ eau
V = D/S
©
V = 16 / 0,45
©
V~
– 35 m/h.
Avec 35 m/h je suis dans la norme actuelle des pisci-
nes publiques. Mon filtre de 24 m
3
/h est conçu pour
une vitesse de passage de 50 m/h. Avec 35 m/h de
passage j’ai baissé la vitesse de 42 % donc amélioré
la qualité de filtration d’autant.
Pertes de charges tuyauteries
C’est vraiment lorsque la piscine sera en eau que l’on
pourra savoir si tous nos calculs sont justes. Mon
erreur a été de 10% sur les pertes de charges.
4
Temps de filtration
Le vrai test de la qualité de ma filtration et de ma stra-
tégie de désinfection (chlore au minimum), a été lors
de la canicule de 2003. L’eau est montée à 40 °C
(dans la région lyonnaise). Le temps de filtration a
toujours été le même en été. En plein mois de juillet
et en plein mois d’août, il est de 5 heures. Bilan,
aucune chloration choc en 2003 comme pendant les
4 années d’utilisation.
Le secret serait bien dans la filtration !
LE BUDGET
Le bassin
Nous avons choisi un bassin de 8 m de longueur et de
5,5 m de largeur (voir figure 5.1). Un petit bain de
1,20 m de profondeur (h = 1,2 m) et un grand bain de
1,50 m de profondeur (H = 1,5 m). Les fonds sont plats
et mesurent pour le grand bain 3 m de long (pgb =
3 m) et pour le petit bain 3 m (ppb = 3 m).
RÉALISEZ VOTRE PISCINE
Longueur
L
a
r
g
e
u
r
H
pgb
ppb
h
38















Un escalier est installé sur le côté pour accéder au
bassin.
Le premier réflexe est d’estimer son budget, car l’ob-
jectif est de gagner de l’argent sinon autant le faire
faire par un professionnel. Les montants sont les
dépenses réelles aux tarifs 2002.
Le total des dépenses est de 9986 € (soit + 25% par
rapport à mon estimé avant travaux). Cette offre est
l’équivalent d’une offre prêt à plonger des pisciniers.
Rappelons que pour une piscine traditionnelle, il fal-
lait compter en moyenne 22 000 €. En réalisant votre
piscine vous même vous dépenserez environ
10000 € et économiserez 12000 € (plus de 50 % du
prix de départ) !
LES DÉMARCHES
ADMINISTRATIVES
Avant toute chose, vous devez obtenir un permis
de construire. Faites-en la demande auprès de
votre mairie mais, auparavant, renseignez-vous
surtout sur le POS (plan d’occupation des sols). En
effet, d’un terrain à un autre, les contraintes peu-
vent changer et, ce que votre voisin aura pu faire,
vous ne pourrez peut-être pas le reconduire systé-
matiquement.
Avant la mise en eau de votre bassin vous devrez
envoyer le document d’achèvement des travaux qui
déclenchera le recalcul de vos impôts et taxes.
Notez que la quote-part de l’augmentation de mes
impôts imputable à ma piscine est insignifiante.
3-CONCEPTION DU PROJET
39
TABLEAU DES DÉPENSES
Terrassement + évacuation des terres 1 039 €
Radier ou dalle 1 415
Mur en stepoc 1 672
Enduit fin + chape 1 219
Pièces à sceller 311
Système filtration 897
Tuyaux + accessoires 863
Liner + accessoires de pose 1 835
Margelles bassin 448
Remise en place des terres 287
TOTAL (EN EUROS) 9986















LA PRÉPARATION DU CHANTIER
Le marquage au sol
Il convient de vérifier si le bassin choisi s’implantera
dans le jardin. C’est une étape extrêmement impor-
tante. Pour la réussir, il ne faut pas hésiter à marquer
au sol les bassins escomptés (fig. 4.1). Laissez mûrir
et ne gardez que celui qui correspond le mieux.
L’implantation doit tenir compte des vents dominants
et de l’ensoleillement. En effet, vous devez position-
ner les skimmers sous le vent dominant de manière à
ce que les saletés soient poussées vers ceux-ci. Par
ailleurs, le vent ne doit pas s’opposer aux buses de
refoulement même si la réalité en décide souvent
autrement.
1. Tracez à la rubalise la forme intérieure (cote utile de
baignade).
2. Tracez à la rubalise la cote extérieure de décaisse-
ment afin d’avoir une meilleure visibilité du terrasse-
ment à effectuer.
Le terrassement
Même un terrain plat a une pente ! Après avoir mar-
qué votre décaissement, vous devez planter des
piquets (voir figure 4.2) à niveau de manière à mettre
en évidence le relief du terrain et identifier le point le
plus bas et le point le plus haut. Réglez votre terrain
si nécessaire.
Faites dépasser les piquets de la hauteur des plages
et plantez-les à 0,5 m à l’extérieur du périmètre de
décaissement (voir figure 4.3). Avec une bombe de
chantier, marquez le périmètre de décaissement, car
lorsque le tractopelle viendra creuser, la rubalise aura
40
LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX 4
Fig. 4.1
Marquage au sol
À RETENIR
DIMENSIONNEMENT DU DÉCAISSEMENT
Décaissement = cote intérieure piscine + épaisseur mur +
passage
Passage :
Côté mur sans tuyau : 0,2 m de mur + 0,5 m de passage.
Côté mur avec tuyau : 0,2 m de mur + 0,7 m de passage.
Côté mur skimmers : 0,2 m de mur + 1 m de passage.
VÉCU
SURÉLÉVATION DES PLAGES
Les sommets des piquets doivent représenter les futures
plages sans les margelles et dalles. Afin d’éviter que
la pluie, qui a ruisselé dans l’ herbe, vienne polluer votre
bassin, il est conseillé de surélever vos plages
(8 à 15 cm dans mon cas) !















sauté et le marquage au sol sera là pour guider tant
que faire se peut le machiniste.
À partir des cotes utiles du bassin, réalisez un plan
en coupe de celui-ci (voir figure 4.4) à partir de vos
nouvelles références (piquets). Intégrez ce document
dans une pochette plastique car il ne doit plus vous
quitter durant tout le temps du chantier.
Le terrassement a été effectué par un professionnel
qui a réalisé le trou en 8 heures avec évacuation des
terres. Attention, les terres d’excavation - le déblai -
doivent être évacuées, car la DDE interdit de régaler
(étendre) les terres sur le terrain. Le coût de la mise
en carrière du déblai était de 3,96 € HT/tonne. Avec
20 % minimum de foisonnement
de la terre, j’en avais pour 784 €
TTC de traitement des déblais.
4
Nivelez manuellement les fonds
des petit et grand bain (fig. 4.6 et
4.7). Utilisez un théodolite de géo-
mètre (fig. 4.8) ou, à défaut, ten-
dez des ficelles en travers du
bassin à partir des piquets de
niveau, plantés au début du mar-
quage, afin de régler les hauteurs.
41
4-LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX
Fig. 4.2
Réglage de la hauteur des
plages en déduisant la cote
du terrassement
Fig. 4.3
Réglage de la hauteur
des plages et de la cote de
profondeur de terrassement
avec piquets hors zone
de terrassement
Fig. 4.5
Après le terrassement,
il convient de régler le niveau
du fond du terrassement
et de le mettre à la cote de
profondeur
Fig. 4.4
Plan en coupe du bassin pour
terrassement et montage. Ce
plan doit être dans une
pochette plastique et vous
suivre partout sur le chantier.
4
Avant de déduire la cote
de terrassement, déterminez
la cote de baignade.















Fig. 4.6
Épaisseur du radier
Fig. 4.7
Fixation du repère de hauteur
de radier au mortier
Fig. 4.8
Mesure à l’aide
d’un géomètre
Fig. 4.9
Grattage et mise à niveau
avec une règle de 3 m
Fig. 4.10
Coupe du bassin avec puit
de décompression
5
Paveur : gravier concassé
mélangé avec du sable
utilisé pour les chemins
ou les bétons
6
Régaler : étaler avec
mise à la cote de
hauteur et planéité
Pour régler les terres du fond, utilisez un râteau ou la
pelle pour décaper des plus grosses parties. Cela
vous demandera deux jours de travail si votre ter-
rassier a bien maîtrisé le décaissement. Si vous êtes
plus bas que votre cote, vous pouvez utiliser du
paveur
5
. Certain coule une dalle en béton maigre sur
un géotextile non tissé.
Une fois le fond bien réglé, il faut planter des piquets
(figure 4.6 et 4.7) dont la partie émergée de la terre
correspond à l’épaisseur du radier. J’ai coulé un radier
de 17 cm d’épaisseur. Taillez une planche de 3 m équi-
valente à l’épaisseur du radier (figure 4.9) et, avec un
niveau, réglez le sol droit.
Le bassin
Normalement si le plan de masse de votre maison ou
le POS ou la DDE, ne vous ont pas alerté, vous ne
devriez pas avoir la mauvaise surprise de découvrir
une source ou des infiltrations. En général, le voisi-
nage ou les anciens résidents connaissent très bien
les lieux, ils sont une très bonne source d’information
et de confirmation.
Néanmoins, si un tel cas vous arrive, il convient de
faire appel à des professionnels qui canaliseront ou
dériveront la ou les sources. En cas d’infiltration ou de
terre très humide, il convient de réaliser un puits de
décompression.
Quand nous avons creusé le bassin, les terres pour-
tant argileuses étaient très sèches. Je n’ai pas réalisé
de puits de décompression ni de drain sous la dalle.
Certaines pratiques consistent à régaler
6
du gros gra-
vier puis du paveur afin de drainer l’eau sous la dalle.
Si, lorsque vous creusez vous arrivez au gravier vous
n’avez pas besoin de faire un drain. Dans le cas
contraire et si vos terres sont humides, faites plutôt
RÉALISEZ VOTRE PISCINE
42
DÉFINITION
QU’EST CE QU’UN PUITS DE DÉCOMPRESSION ?
C’est une sorte de puits perdu à l’ envers (figure 5.9). Le rôle
d’un puits perdu est de capter les eaux de surface et de les
évacuer dans le sol. Dans notre cas, le puits de décompres-
sion «capte» les eaux emprisonnées sous la dalle du bassin.
Les eaux se libèrent dans la cheminée du puits. En effet, les
eaux d’infiltrations exercent une poussée par gonflement
des terres. Le poids du bassin crée une poussée opposée
qui ne permet pas toujours de vaincre celle des terres
humides. Dans ce cas, il y a risque de détérioration de
l’ouvrage (surtout si vous avez opté pour du carrelage).















Fig. 4.11
Drain avec géotextile
en papillote
7
Le radier repose sur
les terres alors que la
dalle repose sur une
préparation en béton
maigre ou en paveur.
Figure 4.12
Étanchéifier avec du
téflon
Figure 4.13
Visser le raccord
43
un puits de décompression, car un drain seul apporte
peu de bénéfice.
La figure 4.10 est un exemple de drain PVC simple.
Creusez une tranchée de manière à placer un tuyau
PVC pour drain (strié et perforé). Mettez un géotextile
non tissé au-dessus des fentes afin de les protéger
d’éventuelles obstructions par les fines (terres ou
sables).
La figure 4.11 est un exemple de
drain cailloux. Creusez une
tranchée de manière à placer
un géotextile non tissé impu-
trescible au fond. Remplissez
de cailloux de calibre 30/40
puis rabattez en portefeuille le géotextile sur le des-
sus.
Puits de décompression
Fabriquez une cheminée (puits de décompression) à
partir d’un tuyau PVC de 200 mm de diamètre.
Raccordez le drain au pied de la cheminée. Mettez un
couvercle de visite en béton de 500 x 500. Faites
attention aux plages, vous devez prévoir un accès à
votre puits. Le drain doit être au point le plus bas du
bassin, en périphérie ou en étoile à partir du centre.
La science du drain est empirique !
LA MISE EN ŒUVRE
Le radier
Le radier ou dalle de fond du bassin est le départ de
la construction du bassin.
7
La bonde de fond
Avant de couler le radier, il convient de préparer la
bonde de fond du bassin. C’est une étape très impor-
tante qu’il convient de réaliser avec précaution.
Le raccord vissé de la bonde de fond doit être parfai-
tement étanche. Pour cela, il existe deux techniques :
.Étanchéifier avec du téflon (fig. 4.12). Faire 80 tours
en créant un cône. Visser le raccord sur le corps de la
bonde de fond.
. Coller avec une colle technique anaérobie d’étan-
chéité.
Préparation du radier
La préparation du radier est l’étape préliminaire au
coulage du radier.
À notre stade, nous avons un fond plat bien réglé
en petit bain et comme en grand bain. La pente a
aussi été bien préparée. Il faut replanter des
piquets afin de retracer à la bombe de chantier le
bassin en veillant à ce que les angles soient droits.
La piscine doit être un carré ou un rectangle mais
pas un trapèze.
Les piquets des angles doivent être faits avec du fer
de 8 ou 10 mm et doivent être assez grands pour pou-
voir tendre un décamètre ou un double décamètre en
diagonale.
Le travail est le même que celui du terrassement. Il
faut refaire le marquage.
4-LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX















Figure 4.14
Chaînage triangulaire
comme guide d’appui
pour tirer le radier
Figure 4.15
Chaînage triangulaire
de 9 x 9 x 9 cm
Fig. 4.16
Préparation du radier avant
le coulage du béton
Dans le sens longitudinal, j’ai placé équitablement
distants 4 chaînages triangulaires. Un sous chaque
mur et deux répartis sur la largeur du bassin. Ils ont
été scellés au mortier prompt et calé en hauteur à la
cote du radier.
La figure 4.16 montre la préparation du fond avec :
Les guides (surligné en rouge) pour tirer le béton.
Les fers (surlignés en noir) de poussées latérales liant
les murs au radier. Un fer par alvéole de stepoc,
planté de 30 cm dans la terre et dépassant de 50 cm
(soit environ de 2 rangs de stepoc).
La bonde de fond est scellée au ciment prompt
(ciment à prise rapide) et réglée à la hauteur défini-
tive de la chape de finition.
Y a-t-il un treillis dans le radier ? Non, car lorsque l’on
a creusé les terres, pourtant argileuses, elles étaient
sèches. Le revêtement choisi était le liner. Sauf spéci-
fication de votre part le treillis qu’on vous vend, en
tant que bricoleur, est généralement un treillis anti-
fissuration et non de structure. Pour ces trois raisons,
j’ai opté pour le béton fibré non armé. Si vous rencon-
trez de l’eau et qu’en plus vos terres sont argileuses,
la réalisation d’un puit de décompression est forte-
ment conseillée.
RÉALISEZ VOTRE PISCINE
44
EXPÉRIENCE
DES CHAÎNAGES TRIANGULAIRES COMME GUIDES D’APPUI
N’étant pas maçon, je risquais fort de tirer mon radier
de travers. Alors j’ai utilisé des triangles de chaînages
(peints en orange à la figure 4.14).
Le chaînage triangulaire est une armature préfabriquée
en 6 m de longueur qui permet de renforcer les structures
banchées (poteaux, seuil porte, mur…). Je les ai utilisés
comme guides de tirage. Le but était que tout à chacun
puisse prétirer le béton, car nous étions débutants en
maçonnerie et en bétonnerie.
Rappel de trigonométrie d’un triangle rectangle :
Le plus connu est le théorème de Pythagore (500 av. J.-C.).
Il nous permet dans le cadre d’un triangle rectangle
(avec un angle droit, c-à-d à 90°) de connaître à partir
d’une valeur d’un côté, les autres valeurs.
Dans notre cas a = b et l’inconnue c’est h (hypoténuse
du triangle)
A B H
1 1 1,414
2 2 2,828
3 3 4,24
¯ ¯
METTRE LES MURS D’EQUERRE
EXPLICATIONS















45
La formule du théorème de Pythagore : h
2
= a
2
+ b
2
Fig. 4.a
En passant par les angles :
Tangente :
Tg ␣ = b/a et tg ␤ = a/b.
␣ = ArcTg ou Tg
-1
(b/a) et ␤ = Tg
-1
(b/a)
Sinus :
Sin ␣ = b/h et Sin ␤ = a/h
␣ = ArcSin ou Sin
-1
(b/h) et ␤ = Sin
-1
(a/h)
Cosinus :
Cos ␣ = (a/h) et Cos ␤ = (b/h)
␣ = ArcCos ou Cos␤
-1
(b/h) et ␤ = Sin
-1
(a/h)
Fig. 4.b
COMMENT METTRE UN BASSIN D’ÉQUERRE?
Par rapport au décaissement, dégauchissez (positionnement
grossier) le bassin et matérialisez les angles par des piquets
rigides (fer de 8 mm). Les piquets doivent représenter l’axe
des murs.
Mon bassin fait 8 m intérieur pour la longueur et 5,5 m
intérieur pour la largeur. Mes stepoc font 20 cm de largeur :
a = 8m + 0.2 m = 8,2 m
b = 5,5m + 0,2 m = 5,7 m
D1 = D2 = racine carré (a
2
+b
2
) = 9,986 m (figure 4.c).
Contrôlez au décamètre les cotes a et b puis les diagonales.
Corrigez la diagonale en déplaçant le piquet sans altérer les
cotes a ou b.
¯ ¯
Même processus pour l’escalier et ses diagonales D3 et D4.
Fig. 4.c
Contrôle des diagonales pour garantir les angles droits d’un bassin carré
ou rectangulaire
Cette méthode n’est valable que si les piquets sont verticaux
et inflexibles. La mesure au décamètre se fait tendue à
l’horizontale.
Mais en pratique, on laisse reposer au sol le décamètre
qui suit le profil du bassin (fig. 4.d). Dans ce cas,
on réalise une erreur sur la mesure amenant à l’inégalité
entre D1 et D2 !
Fig. 4.d
Coupe bassin à 2 niveaux
Selon la méthode de mesure on a :
Mesure horizontale avec décamètre tendu,
la distance a = a1 + a2 + a3 = 8,2 m.
Mesure avec décamètre au sol,
la distance a = a1 + a4 + a3 = 8,222 m.
Avec a4 = racine carré (a2
2
+h1
2
).
Le tableau de la page suivante donne le pourcentage
d’erreur en fonction de l’écart de niveau
des bassins.
¯ ¯
4-LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX















Le coulage du radier
Il est maintenant possible de couler le radier grâce à
l’aide de quatre amis.
Deux camions sont nécessaires : le premier de 9 m
3
(plein) et le second de 4 m
3
. En tout, 13 m
3
de béton
ont été consommés pour réaliser le radier.
Le béton commandé est du B35/25 CPJ45 dosé à
350 kg/m
3
fibré.
Le camion à béton (appelé toupie) doit être au plus
près du bassin. Il déverse le béton du côté petit bain
et il faudra l’emmener à la brouette dans le grand
bain. Si la toupie ne peut pas venir au bord parce
qu’il y a une haie ou un mur, vous devrez en plus du
prix du béton ajouter le prix de la location d’un
Pumi
8
.
La figure 4.17 montre le départ du réglage du radier
par tirage du béton. On peut remarquer l’absence de
fer de reprise des murs sur le devant. En effet, le
béton étant versé de ce côté, les fers ont été enlevés
afin de facilité le régalage du béton jusqu’au grand
bain. Cette opération de régalage du béton déversé
se fait à l’aide de pelles, de brouettes et de râteaux.
RÉALISEZ VOTRE PISCINE
46
Écart de niveau h1 Écart sur la cote a en %
0,3 0,27 %
0,5 0,75 %
0,6 1,07 %
0,9 2,35 %
1 2,87 %
Dans le cadre de ma longueur l’erreur est de 2 mm, donc
négligeable ! Mais attention sur un bassin de 0,9 m d’écart
de niveau, l’erreur sur la longueur peut être de presque
3 cm !
ET POUR LA DIAGONALE ?
Fig. 4.e
la diagonale D = racine carrée (b
2
+ a
2
) = 9,986 m.
Mesure avec décamètre au sol,
la diagonale D = d1 + d’ + d3 = 10,033 m.
Les variables a2, h1 et d’ sont représentées sur
la figure 4.e.
Avec d’ = racine carré (a2
2
+h1
2
)/cos(arctg(b/a)),
avec d1 = a1/cos(arctg(b/a)), avec d3 = a3/cos(arctg(b/a)).
Le tableau ci-contre donne le pourcentage d’erreur en
fonction de l’écart de niveau des bassins.
¯ ¯
Écart de niveau h1 Écart sur la cote a en %
0,3 0,27 %
0,5 0,75 %
0,6 1,07 %
0,9 2,35 %
1 2,87 %
L’écart entre les deux méthodes représente une dispersion
sur la mesure de presque 3 cm ! Comme le ruban aura
tendance à faire des plis, se vriller, machinalement vous le
tendrez peu ou prou. Vous serez en permanence entre les
deux méthodes. Donc ne cherchez pas la petite bête.
Refaites le calcul en fonction de vos cotes. Vous aurez ainsi
votre tolérance d’équerrage.
8
Pumi : nom d’un matériel
devenu commun.
C’est une pompe qui
permet à l’aide
d’un bras aérien de
délivrer le béton à 30 m
d’un accès camion.
Diagonale dans les plans horizontaux et verticaux
Selon la méthode de mesure on a :
Mesure horizontale avec décamètre tendu,















Fig. 4.18
Tirage du radier
Fig. 4.19
La bonde de fond
protégée est noyée
dans le radier.
Fig. 4.21
Tous les matériaux sont
livrés déposés
sur le radier.
Fig. 4.20
Le radier est coulé
et tiré de niveau
en 2 heures.
47
La technique est simple. On répartit le plus uniformé-
ment à l’œil jusqu’à ce que les guides (figure 4.18) en
triangle de chaînage peints en orange chantier soient
recouverts de béton.
La préparation est un succès. Chacun tire sa partie
de radier très simplement en laissant reposer la
règle de maçon sur le guide en triangle de chaînage
(figure 4.18). Il n’est pas besoin de talocher la sur-
face du radier. Au contraire, il faut la laisser brut de
tirage. Les aspérités serviront d’accroche à la
chape de finition. À la fin, la bonde de fond doit
être surélevée de l’épaisseur de la chape de fini-
tion (figure 4.20).
Le radier est tiré. La dernière opération est de remettre
la rangée de fer sur le côté où l’on a versé le béton. On
étend un décamètre (le ruban est plus souple qu’un
mètre et il fera toute la longueur) au sol et à l’entraxe
de chaque alvéole d’un stepoc. Puis, on plante un fer
de 8 mm de 80 cm de longueur. On
laisse dépasser de 40 cm à 50 cm
au-dessus du radier.
Après 2 heures de travail à 5 per-
sonnes, le radier est coulé et tiré de
niveau. Il ne reste plus qu’à le lais-
ser sécher tranquillement (figure
4.21).
Les murs en stepoc
Après avoir calculé le nombre de stepoc nécessaires,
faites-vous livrer vos matériaux directement dans le
bassin (figure 4.22). Attention, vous devez laisser
sécher votre radier et attendre les 28 jours de
séchage réglementaire. Si vous n’attendez pas (ce
qui est souvent le cas en réalité) vous risquez de
déformer votre radier sous la charge des palettes de
stepoc.
4-LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX
Fig. 4.17
Régalage du béton à
hauteur des guides en
triangle de chaînage















Fig. 4.23
Montage des stepoc
9
Perforateur : perceuse à
percussion pneumatique
permettant de réaliser des
trous dans du béton avec
une facilité déconcertante.
Fig. 4.24
Coffrage de la pente + arase
pour mise à niveau première
ceinture
Servez-vous des palettes de stepoc pour créer une
desserte d’approvisionnement du béton avec des
planches de coffrage.
Montage de la première ceinture de stepoc
Après avoir calculé votre hauteur d’eau, vous avez
déterminé l’empilement des stepoc nécessaires pour
réaliser la première ceinture. La figure 4.22 indique ce
que l’on souhaite obtenir. La première ceinture a pour
rôle de mettre de niveau le petit bain et le grand bain.
Après, il sera possible d’empiler les stepoc jusqu’en
haut si l’on souhaite, et tout couler d’un coup.
Cependant, j’ai opté pour 3 ceintures coulées à la
bétonnière. Le béton à la bétonnière est moins cher
(différence significative mais pas énorme) qu’à la tou-
pie (camion béton), mais cela m’a surtout laissé le
temps de préparer le travail suivant.
Posez le premier rang par-dessus les fers laissés en
attente dans le radier. Si vous avez bien travaillé, cha-
que alvéole doit avoir son fer de 8 mm. Dans le cas
contraire et en cas d’oubli de quelques fers, vous
pouvez (petit bain) et vous devez (grand bain) par-
faire l’omission en perçant au perforateur
9
, un trou de
8 mm avec une mèche rallongée, de manière à ce que
chaque alvéole ait un fer.
Posez 2 fers de 6 mm horizontalement à chaque rang.
Le fer vertical est pris en sandwich par les 2 fers hori-
zontaux.
Réglez les équerrages par contrôle des diagonales
(voir l’encadré de la page précédente, «Mettre les
murs d’équerre»).
Si vous avez mal tiré votre radier - mais après avoir
contrôlé les angles des murs - vous pouvez monter le
premier rang sur un lit de mortier afin de le mettre de
niveau.
Compte tenu de ma différence de niveau, le premier
rang de stepoc du petit bain a servi de référence pour
ajuster la hauteur du grand bain par montage de 2
rangs de stepoc + une arase de 20 cm (voir figure
4.23). La pente fut réalisée par coffrage. Dans une
planche de 500 mm de large (figure 4.23 repère A),
découper le profil de la pente. Bloquez bien le bas du
coffrage par des stepoc, surtout côté bassin, car la
poussée du béton écartera la planche. Pour cela, j’ai
placé quelques stepoc dans la pente. Ils m’ont servi à
fixer la partie basse de la planche de coffrage par des
vis et chevilles dans le stepoc, comme pour fixer quel-
que chose au mur d’une maison. De la même
manière, j’ai utilisé des petites pattes de fixation sur
les côtés comme bride d’ablocage de la planche de
coffrage. Les serre-joints ne servaient que pour le
haut du coffrage.
RÉALISEZ VOTRE PISCINE
48















10
Voir dans la première
partie «Les bons
choix techniques»
le paragraphe sur
les bétons.
Fig. 4.24
Mise à niveau
des 2 bains par arase
intermédiaire
49
Avec une planche de coffrage (figure 4.23 repère B)
réalisez l’arase de 20 cm. Coffrez le demi perimètre du
grand bain pour mettre de niveau la première ceinture.
Serrez par des serre-joints de maçon tous les 1,5 m le
coffrage en partie supérieure.
L’ensemble est coulé d’un seul bloc de manière à réa-
liser une ceinture sans reprise.
Une fois mon périmè-
tre coffré ainsi que ma
pente, une bétonnière
et 3 personnes sont
nécessaires pour cou-
ler dans la journée la
première ceinture. Les
tâches sont réparties
comme suit : 1 per-
sonne au remplissage
des stepoc, 1 personne au transport par seau de
béton de la bétonnière à la desserte, 1 personne à la
bétonnière. Un copain qui s’ennuie, les enfants qui
participent, voilà l’équipe est prête !
Le béton doit être ni trop liquide ni trop épais. La
consistance d’une pâte à gaufre fluide est une bonne
représentation de sa fluidité. Le dosage devant la
bétonnière est simple.
10
Il faut doser à 350 kg – sous
entendu 350 kg/m
3
– soit 1 seau de ciment et 4,5 seaux
de paveur. Il n’est pas très pratique d’avoir 4,5 seaux
de paveur : le préposé à la bétonnière doit alors étalon-
ner son coup de pelle ! Pour cela, il remplit un seau de
paveur en comptant et en mémorisant la grosseur de
ses pelletées. On considère qu’avec une bonne béton-
nière 3 minutes suffisent pour avoir un mélange homo-
gène du béton.
Si vous devez acheter une bétonnière, ne prenez pas
les premiers prix : les bras en tôles embouties avec
une cuve en forme de cylindre mélangent très mal.
Prenez plutôt une bétonnière avec des bras en fer
plat soudés pliés au milieu comme un coude et avec
une cuve en forme de chaudron.
Les matériaux utilisés sont :
. le ciment CEM II à 32,5 Mpa,
. le paveur : sable 0-5 + gravier 0-10.
Les seaux de bétons sont amenés
en bout de desserte. Une per-
sonne alimente chaque stepoc en
béton. Puis, à l’aide d’un bâton,
elle fait pénétrer le béton tout en
débullant (voir figure 4.25) l’air,
emprisonné lors de la coulée du
béton.
Après avoir rempli un stepoc (voir
figure 4.25), insérez dans chaque
alvéole de celui-ci un fer de 8 mm
préalablement découpé à la cote de l’arase. Ces fers
reprennent la continuité verticale des fers noyés
dans le radier.
À la fin de la rangée, on sera immédiatement
confronté aux angles.
Réalisation des angles avec les stepoc
Chaque palette contient un certain nombre de stepoc
d’angles et de faux demi-stepoc. Mais leur nombre
sera insuffisant et vous serez obligé de recourir au
système D. Dans ce cas, on prend deux stepoc nor-
maux et on ampute une jambe (voir figure 4.26) à
chaque stepoc de manière à l’appairer dans l’angle.
MISE EN GARDE
STEPOC ET GRANULOMÉTRIE
Attention, il est conseillé de remplir les stepoc avec du
gravier de granulométrie de 10 mm maximum. En effet, ceci
vous permettra de bien remplir les cavités d’une part, et
d’éviter les bouchons donc les poches d’air, d’autre part.
Fig. 4.25
Pénétration du béton
avec débullage
4-LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX















Fig. 4.26
Angle avec des stepoc
«amputés»
Fig. 4.28
Armature dans les angles
Fig. 4.27
Armature des stepoc
Souvent, l’assemblage laissera un
jour qu’il faudra boucher avec une
planchette tenue de l’intérieur par du
fil de ligature.
L’astuce de cette planchette, retenue
par un fil de ligature traversant le
mur et fixée à une chute de fer, ser-
vira plus souvent que l’on ne croit. En
effet, les cotes n’étant pas exactes et
les stepoc ne marchant qu’en entier
ou en demi, cette astuce permettra
de combler les trous par coffrage.
Ferrailler les stepoc
Verticalement : on a vu que l’on doit insérer dans cha-
que alvéole un fer débité de la hauteur du mur, arase
comprise. Il y a donc continuité avec le fer noyé dans
le radier.
Horizontalement : on pose 2 fers de 6 mm de diamè-
tre (figure 4.27). De longueur 6 m, il faudra les pro-
longer mais pas bout à bout. Une zone de
recouvrement, avec ligature acier (fil recuit de 1 à 2
mm de diamètre), devra être réalisée. On estime
qu’un recouvrement de 40 à 50 fois le diamètre du
fer est suffisant. Pour mes fers horizontaux de 6 mm
de diamètre, la longueur de recouvrement est de 24
cm à 30 cm. J’ai recouvert mes fers sur 500 mm. La
ligature a pour rôle de tenir les deux fers raboutés
pendant la coulée du béton. Ils n’ont aucun rôle
mécanique, donc, ne vous embarrassez pas à faire
des nœuds simples à une boucle avec nœuds torsa-
dés pour le serrage.
Ferrailler dans les angles
À chaque rangée de stepoc, on place 2 fers de 6 mm
de diamètre côte à côte. Il faut commencer par les
angles (figure 4.28)
en pliant les fers au
milieu de manière à
augmenter la résis-
tance des angles. En
effet, beaucoup de
désordres de bas-
sins maçonnés sont
dus aux angles qui
cèdent. On dit que le bassin s’ est ouvert.
La figure 4.30 montre de quelle manière ont été pla-
cés les fers horizontaux de chaque rangée de ste-
poc. J’ai démarré par les angles pour éviter un
raboutage en plein virage.
En effet, les angles récupèrent la poussée des murs.
Il y a un moment de flexion (terme de RDM) impor-
tant absorbé par les angles.
Il suffit de rabouter pour assurer la continuité du fer-
raillage. En recouvrant de 30 cm au minimum chaque
bout par un fer ligaturé.
RÉALISEZ VOTRE PISCINE
50















Fig. 4.30
Cale de largeur pour
coffrage (encadré)
11
Plant de joint : on
appelle plan de joint
les faces en contact,
de deux parties
de structures
indépendantes, pour
assemblage, montage,
collage ou soudage.
51
Maintenir la cote de largeur avec le coffrage
Dès le premier coffrage vous allez avoir le problème
de maintenir la côte de largeur en haut de coffrage.
Pour cela, il suffit de couper un fer de 6 mm à la lar-
geur des stepoc (20 cm) et l’insérer à 1 cm en des-
sous du sommet des planches (figure 4.30). Le
serre-joint ne doit pas être positionné trop haut, car
la force de serrage sera absorbée par la cale en fer de
6 et non par les stepoc. Il faut donc placer les serre-
joints le plus près
possible des ste-
poc pour que l’es-
sentiel de la force
de serrage soit
absorbé par eux.
Le coffrage n’aura
pas tendance à
boucher lors de la
coulée du béton.
Placer les planches de coffrage
Comment place-t-on les planches de coffrage tout
seul ? Voilà un problème auquel j’ai été confronté !
Préparant mon chantier tout seul (sauf pour le cou-
lage du béton), il a fallu trouver un truc pour coffrer
seul des planches de 4 m de long !
J’ai donc utilisé un clou d’accroche qui permet de
faire tenir la planche pendant que j’installais les
serre-joints. Au départ, je marque à 50 cm de chaque
extrémité de la planche la cote à coffrer. Puis, je
cloue une pointe en biais de manière à ce que la
pointe qui ressortira soit orientée vers le bas afin
d’accrocher sur le dessus des stepoc.
Ne clouez pas de l’intérieur de la planche, car la tête
du clou sera prise dans le béton. Ce sera plus difficile
à décoffrer d’une part et, d’autre part, vous risquez
de vous blesser, car les pointes ressortiront du
béton.
Commencez par la planche côté extérieur et finis-
sez par la planche côté intérieur. Une fois vos deux
planches de part et d’autres installées, vous pou-
vez poser vos serre-joints en serrant de manière à
ce que la planche ne puisse bouger en hauteur
qu’au coup de marteau. Dans ce cas les clous ne
gêneront pas, car, en général, il n’ y a pas beau-
coup à corriger. Lorsque la pointe du clou remonte,
cela signifie que la planche était trop haute de
quelques millimètres et qu’en la rabaissant le clou
s’est relevé.
Montage de la deuxième ceinture de stepoc
Une fois la première ceinture réalisée, décoffrez au
bout d’une semaine ou deux (selon les conditions
météorologique). Faites attention, car le béton reste
fragile (il n’aura pas 28 jours de séchage) et des par-
ties peuvent sauter.
Il faut empiler les stepoc selon le plan de montage.
Trois rangs dans mon cas (voir figure 4.31 de la
page suivante). Je n’ai coulé que deux rangs et
demi de manière à ne pas avoir de reprise de cou-
lée au plan de joint
11
des stepoc.
Ma reprise de coulée entre la deuxième et la troi-
sième ceinture se fera au milieu d’un stepoc.
Fig. 4.29
Pliage de barre de 6 m
des fers horizontaux
4-LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX















Fig. 4.31
Montage d’une deuxième
ceinture de stepoc
Figure 4.32
Troisième ceinture
avec arase
Fig. 4.33
Coupe d’un projecteur
Eurolite light pour liner
Fig. 4.34
Scellage de la coque
du projecteur avec réserve
de l’enduit
13
Contrôle de la cote : soit
1,61m - 0.70m = 0,91 m
12
Ciment prompt : nom
commercial d’ un ciment de
Vicat à prise rapide qui est
devenu une appellation cou-
rante. Sceller au prompt veut
dire sceller avec un ciment à
prise rapide.
Montage de la troisième ceinture de stepoc
La troisième ceinture est composée de deux rangs de
stepoc et d’une arase. Il faudra en tout remplir l’équi-
valent de trois rangs : les deux rangs de la troisième
ceinture, le demi-rang de la deuxième ceinture laissé
pour la reprise de coulée et enfin l’arase de 10 cm.
À partir de la troisième ceinture, il faut commencer à
s’occuper des pièces à sceller. Une fois le mur monté
(figure 4.32) et avant de couler le béton, placez les
pièces à sceller. À partir de votre plan, tracez leur
emplacement.
Le projecteur
Pour la première pièce à sceller, la cote conseillée est
de moins de 70 cm sous l’arase, car elle est la plus
basse du bassin. Commencez par celle-ci, car si vous
ne la réussissez pas, les défauts ne se verront pas
trop. Dans mon bassin, le projecteur se trouve à 91 cm
à partir du fond
13
.
Tracez un cercle correspondant à l’encastrement du
projecteur (voir figure 4.33). Percez des trous de 6 mm
de diamètre à la perceuse à percussion tous les 2 cm
sur la périphérie du cercle afin de préparer le défon-
çage de la face du stepoc. Il faut casser à la broche
pour créer le trou et parfaire l’encastrement circulaire.
Protégez la face de la coque et scellez au ciment
prompt
12
la coque du projecteur tout en laissant du
passage au béton. La face de la coque doit être verti-
cale (contrôlez au niveau) et parallèle au mur horizon-
talement (contrôlez à la barre de 1 m).
Pour la réserve de l’enduit, il faut placer la coque à
une certaine distance du mur, mais quelle distance
prévoir ? J’ai eu tous les conseils du monde. Je suis
allé voir des piscines en cours de construction autour
de chez moi. Et voici ce que j’en ai déduit : si on bosse
comme un maçon, on peut laisser 5 mm pour l’enduit,
RÉALISEZ VOTRE PISCINE
52















Fig. 4.36
Passage de la gaine
du projecteur
Fig. 4.35
Presse-étoupe
14
Gaine avec aiguille :
tube en plastique avec
à l’ intérieur un fil acier
appelé aiguille.
Cette aiguille permet
d’accrocher le câble. On
tire à l’autre extrémité à
l’ aide du fil acier afin
de faire traverser le
câble électrique.
53
mais pour cela, il faut un mur droit d’équerre et paral-
lèle. Si notre mur comporte des défauts, il faut pren-
dre une marge. J’ai donc pris ma règle de 3 m et j’ai
jaugé mes murs. J’avais entre 5 mm et 10 mm de
défaut (le plus mauvais). J’ai donc opté pour une
réserve de 15 mm pour l’enduit.
On remarque sur la figure 4.33 :
. la coque encastrée et scellée dans le mur,
. le joint néoprène autocollant 1 face pour étan-
chéité liner,
. la bride de serrage optique sur coque encastrée,
. l’optique d’éclairage.
Un projecteur est un élément électrique, donc il faut
prévoir le passage du câble. Installez une gaine avec
aiguille
14
. Cassez le dernier stepoc pour faire sortir la
gaine et la libérer du futur coffrage de l’arase. Il
existe des gaines électriques toutes prêtes appelées
«passe câble» pour les projecteurs, mais, en fonc-
tion de vos plages, les dimensions ne peuvent pas
toujours convenir (ce qui est mon cas, ici) : vous êtes
alors obligé de réaliser la fixation vous-même.
La coque du projecteur doit être munie d’un presse-
étoupe de qualité permettant le vissage de la gaine
électrique et l’étanchéité du câble.
La figure 4.35 montre la partie presse-étoupe :
. le repère 1 : on remarque qu’il doit y avoir un file-
tage intérieur au pas de la gaine électrique,
permettant une excellente fixation de celle-
ci ou un trou lisse permettant son collage.
. le repère 2 : écrou du presse étoupe
. le repère 3 : joint caoutchouc en nitrile ou
néoprène qui après déformation sous la
pression de l’écrou (2) crée l’étanchéité du
câble passant à l’intérieur.
Les buses de refoulement
Pour les buses de refoulement, il est conseillé de
prendre une cote de moins de 50 cm sous l’arase.
Pourquoi 50 cm et non 20 ou 10 cm ? Voilà, en syn-
thèse ce que j’ai pu conclure des diverses discussions
sur le sujet : pour avoir une efficacité de drainage de
la surface de l’eau et entraîner vers les skimmers les
saletés chargées en spores, bactéries, virus, kyses,
etc. il faut créer un courant de surface le plus fort pos-
sible. Dans ce cas, les buses doivent être proches de
la surface de l’eau. C’est la théorie des piscines sans
bonde de fond. Cependant, les UV du soleil ont une
fâcheuse tendance à modifier les produits chimiques
de traitement. Dans ce cas, l’expérience a montré
qu’il fallait mieux diffuser l’eau des buses de refoule-
ment loin de la surface de l’eau. Le corollaire à cette
théorie est qu’il faut installer une bonde de fond.
Ayant opté pour la bonde de fond, j’ai donc installé
mes buses à 50 cm de l’arase et à 15
mm du mur (voir figure 4.37).
La buse de refoulement est consti-
tuée de deux pièces. Une traversée
de paroi (pièce standard) qui est
scellée dans le mur et l’embout qui
se fixe à son extrémité et qui crée la
fonction : refoulement ou prise
balai.
La traversée de paroi et l’embout fonctionnel (buse
ou prise balai) sont assemblés par vissage et étan-
Fig. 4.37
Une des trois buses de
refoulement
4-LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX















15
Voir dans cette partie,
le paragraphe sur la
bonde de fond.
Fig. 4.39
Arase large pour margelle,
largeur > stepoc standard.
Fig. 4.38
Margelle posée sur arase de
largeur des stepoc.
chéifiés au ruban téflon ou à la colle d’étanchéité.
15
Après avoir marqué leur emplacement sur le mur, per-
cez quelques trous sur la périphérie du trou puis finir
à la broche. Encastrez la pièce et réglez la cote en
fonction de la réserve d’enduit (voir figure 4.37).
Scellez au mortier tout en veillant à laisser du passe
au béton.
La prise balai
La prise balai s’installe de la même manière que les
buses de refoulement.
Les skimmers
La cote conseillée pour l’installation des skimmers est
de moins de 1 à 2 cm sous l’arase.
Les skimmers ont été coffrés et coulés individuelle-
ment et indépendamment du mur. Pourquoi ne pas
avoir tout coulé ensemble ? Parce que les skimmers
sont fragiles, volumineux et que lorsque l’on coule le
béton on n’a pas le temps de «finioler » !
Après renseignements, quelques désordres provien-
nent des skimmers qui lors du tassement des terres
cassent. Afin d’éviter qu’un tel écueil n’arrive, j’ai
coulé une assisse (figure 4.38) à partir de la deuxième
ceinture.
L’arase
L’arase doit compenser l’empilage non exact des ste-
poc. Dans mon cas, l’arase fut de 10 cm. Dans une
construction en moellon l’arase est souvent incluse
dans le chaînage haut.
La largeur de l’arase n’est pas forcément celle du mur
mais plutôt celle des margelles.
Les margelles
Les margelles ont en général une largeur supérieure à
celle des stepoc. Lors de l’élaboration de mon projet,
j’avais trouvé des margelles de 50 x 20 cm. J’ai donc
choisi de ne pas élargir mon arase.
Malheureusement, lorsque j’ai voulu acheter ces mar-
gelles, il était trop tard. J’ai donc posé des margelles
de tailles classiques soit 50 x 32 cm. Et ce qui devait
arriver arriva. Comme le montre la figure 4.38, quel-
ques margelles se sont fissurées. Heureusement, mes
plages étant coulées, armées et reposant sur des pilo-
tis, les dégâts ont été limités.
La figure 4.39 montre ce qu’il aurait fallu faire. Le der-
nier rang est monté en stepoc de largeur 30 cm. Bien
qu’au catalogue de certains fabricants, tous les
revendeurs n’en approvisionnent pas forcément.
Dans ce cas, il faut coffrer en décalant la planche de
coffrage par un chevron de 10 cm.
RÉALISEZ VOTRE PISCINE
54















Fig. 4.41
Pilier pour supporter la
dalle des plages sans
reprise au chaînage de
l’arase
Fig. 4.40
Influence de la forme
du nez de margelle
sur le décollement
de celle-ci
Fig. 4.42
Ferraillage du chaînage
haut pour reprise sur
les murs de la dalle des
plages
55
Il n’est pas rare de voir des margelles boiter (voir
figure 4.40). En effet, à force de plonger et sauter, les
baigneurs sollicitent excessivement ces éléments.
Lors de mon projet, j’ai vu beaucoup de nombreux
propriétaires de piscine dont toutes les margelles qui
boitaient avaient une forme similaire. Elles avaient
un nez protubérant. Certes, cette forme est plus
esthétique, car elle cache le haut de revêtement
(liner ou PVC armé ou carrelage), mais elle est plus
sensible au décollement qu’une forme plus droite
(absence de nez).
Les plages indépendantes du bassin
Autour du bassin, j’ai coulé des plages de 1,5 m de
largeur et de 10 cm d’épaisseur ferraillées avec du
treillis de structure. En fond de fouille et tous les
2.5 m des piliers ont été réalisés afin de supporter le
poids de la dalle (voir figure 4.41) et de lui permettre
de travailler indépendamment du bassin (conformé-
ment aux DTU des piscines publiques). En effet, une
des causes du désordre d’ouverture des bassins est
la reprise des plages sur l’arase des murs de la pis-
cine. Les piliers sont réalisés à partir de U de chaî-
nage assemblés face à
face et cerclés avec du fil
de ligature. Ils sont posés
verticalement les uns sur
les autres avec coffrage
final jusqu’à l’arase moins
10 cm (épaisseur de la
dalle des plages).
Les plages reprises sur le bassin
Voici une technique que je n’ai pas utilisée mais qui
est très usitée. L’arase se transforme en chaînage
haut avec une armature carrée de 10 x 10 cm. Une
équerre d’environ 1 x 1 m en fer de 10 mm est plan-
tée dans chaque alvéole. Deux ou trois fers horizon-
taux de 8 ou 10 mm et espacés de 0,2 à 0,3 m sont
ligaturés sur les équerres afin de renforcer la dalle
des plages.
L’arase
Tout le périmètre fut coffré de manière à couler tou-
jours en une seule fois. La reprise de coulée se fera
en plein stepoc de la deuxième ceinture.
Vous devez mettre de niveau les planches, car
l’arase reçoit le profilé Hung d’accroche du liner. Si
votre arase n’est pas de niveau et que votre liner a
4-LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX















Fig. 4.43a
Arase des murs
Fig. 4.43b
Coffrage d’angle de l’arase
Fig. 4.46
Cote de l’escalier maçonné
Fig. 4.44
Coffrage droit de l’arase.
Armature centrale d’un fer
de 8 mm repris sur les fers
verticaux des stepoc
Fig. 4.45
Une personne remplit les
stepoc pendant que l’autre
les finit.
une frise, la ligne d’eau fera ressortir votre
défaut d’horizontalité !
Mon liner a une frise et les motifs me permettent
d’évaluer in fine mon défaut de niveau. J’ai donc
5 mm d’écart sur mon périmètre !
Les fers verticaux de chaque alvéole de stepoc ont été
recourbés de manière à arriver au milieu de la hauteur
de l’arase. Un fer de 8 mm horizontal et ligaturé à ces
fers verticaux constitue une armature centrale de
l’arase (voir figure 4.43 et 4.44).
Le coulage de l’arase a nécessité l’aide de 4 person-
nes : 1 à la bétonnière, 1 au transport des seaux, 2 au
remplissage des stepoc (figure 4.47).
L’escalier
L’escalier a été une formalité. Un peu long mais pas
compliqué du tout. La seule difficulté a été de le des-
siner sur le papier. Aussi, je me suis inspiré d’esca-
liers de piscines existantes. Avec un liner, vous ne
pouvez faire que des formes géométriques droites. La
première marche (petite plage) est à 40 cm de l’arase
et à 45 cm de la margelle. Elle est un peu plus haute
que les autres (+ 10 cm) à cause des skimmers qui
génèrent une perte de hauteur. En liner, il est
conseillé de laisser une hauteur de 30 cm d’eau sur la
première marche afin d’éviter qu’il ne se décolle par
manque de force de plaquage. Les autres marches
font environ 30 x 30 cm.
La plage (palier de la première marche) fait 90 cm de
long : petit détail qui a toute son importance, car elle
permet de se détendre, allongé dans l’eau, les épaules
au soleil, mais elle permet
aussi aux tout-petits
d’avoir une pataugeoire à
leur taille. Les adultes sur
les marches du bas peu-
vent se tremper complète-
ment, tout en surveillant
les enfants.
Pour réaliser l’escalier, j’ai empilé 120 moellons de 20 x
20 x 50 cm. Afin d’avoir un aperçu du futur escalier, j’ai
tracé à la bombe de chantier son profil.
RÉALISEZ VOTRE PISCINE
56
ASTUCE
METTRE DE NIVEAU (SANS LASER) LE COFFRAGE SUR SON PÉRIMÈTRE
J’ai utilisé une règle de maçon de 4 m et un pivot placé au
milieu du bassin. Sur mon niveau, j’ai posé deux morceaux
de scotch transparents tangent à la bulle. Mon coffrage
a été posé au niveau et contrôlé ensuite par rapport au
pivot. Cela m’a permis de corriger légèrement les planches
et d’éviter les erreurs cumulées.
Ensuite, il faut parfaire le serrage des planches de coffrage
en installant tous les 1,5 m un serre-joint. J’ai donc acheté
50 serre-joints de maçon (voir figure 4.43). Il faut caler avec
des fers de 6 mm coupés à la cote de 0,2 m (0,195 exacte-
ment, car les stepoc étaient légèrement plus faibles).















Fig. 4.47
Emplacement
de l’escalier
16
Le coût de la chape
de finition réalisée par
un maçon a été en 2002
de 1 300 €.
Fig. 4.48
Coffrage et bétonnage
des creux
Fig. 4.50
Enduit mur vers
projecteur
Fig. 4.51
Enduit mur
vers buse
Fig. 4.49
Enduit mur vers
skimmer
57
L’escalier étant trapézoïdal, les manques ont été
comblés par du béton. Utilisez les moellons d’angles
(avec un trou), ils vous serviront pour fixer à l’aide de
serre-joints la planche de coffrage (voir figure 4.48).
LES ENDUITS
Le bassin est presque terminé. Il ne reste plus qu’à
faire la chape de finition au sol et à enduire les murs
(voir figure 4.49 à 4.51). J’avais commencé à regarder
la faisabilité de le faire moi-même mais devant le
timing serré, j’ai confié cette opération à un maçon
16
.
Si vous voulez faire vous-même les enduits, vous
devez commencer par les murs.
Les murs
Deux solutions s’offrent à vous.
Le jeté à la main : la méthode traditionnelle des
enduits. Il faut réaliser d’abord un gobetis (mortier
liquide dosé à 400 ou 500 kg/m
3
et mélangé à du
sable de 0-2 mm) et le projeter en faisant des grandes
traînées. Le gobetis, en séchant, sert de primaire d’ac-
crochage pour la charge future (couches). Toujours
dosé à 400 ou 500 kg/m
3
et mélangé à du sable de
INFO
LA COMMANDE DU LINER
À ce stade, votre bassin est fini. Vous pouvez précommander
votre liner en donnant déjà une première cotation de votre
bassin. Cela permet de réserver votre place dans le planning
de production très chargé en pleine saison.
4-LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX















17
À titre indicatif,
mon maçon a repris
deux zones.
18
R pour rayon 0-2 mm, le mortier est plus compact, plus plastique. Il
doit s’écraser sur le mur préparé et gardé de l’épais-
seur. Tout est dans le geste et le dosage en eau du
mortier. Il faut, après que le mortier a tiré un peu, dres-
ser le mur à la règle puis talocher. Il ne doit pas avoir
de reprise sur la face d’un mur. Le maçon a réalisé les
enduits des murs intérieurs en une journée à deux !
Le projeté aux sablons. Lorsque j’ai découvert cette
technique, j’ai failli me lancer. Le sablon est une sorte
de pistolet à peinture, mais pour mortier. Le bidon
rond du pistolet à peinture laisse la place à une sorte
d’entonnoir en forme de skimmer. Il faut un compres-
seur d’air de 30 CV à moteur thermique et des tuyaux
d’air de grandes longueurs. L’aspect des murs est
taloché fin.
Pour vérifier l’acceptation des enduits de murs, tapo-
tez avec la main, point serré : l’enduit ne doit pas son-
ner creux. Marquez à la craie les zones « creuses » et
faites-les reprendre par le maçon
17
.
La chape
La chape au sol a une épaisseur de 3 cm. Elle est dosée
à 350 kg/m
3
avec un mortier au sable de 0-6 mm. La
dalle a été coulée par le maçon en une journée.
Les arrondis d’angles
Les arrondis (pour liner) ont été réalisés au mortier dosé
à 500 kg/m
3
au sable de 0-2 mm. Les angles verticaux
des murs ont un arrondi de R
18
= 150 mm et les angles
horizontaux du radier/mur ont un arrondi de R = 5 cm.
LES TUYAUTERIES DU BASSIN
Le bassin est fini d’être maçonné. Avant la pose du
liner, il convient de coller les tuyaux et de les tirer « en
attente » jusqu’ au local technique.
Le collage des tuyaux est d’une simplicité enfantine.
En effet, on prend de la toile émeri ou du papier de
verre et on décape l’extrémité du tuyau et l’intérieur
du coude. On crée un chanfrein sur le tuyau de
manière à faciliter l’emmanchement des pièces et évi-
ter le reflux de colle si l’on encolle les deux pièces
(PVC souple). On prend un chiffon imbibé d’acétone
et on nettoie les deux parties toilées.
PVC rigide. On dépose un film de colle homogène sur
la partie à encoller. On emmanche le tube et on laisse
sécher en place sans manipulation au moins 3 mn.
PVC souple. On dépose un film de colle homogène sur
les deux parties à encoller. On laisse sécher légère-
ment. Il faut que ça poisse au doigt. Emmancher sans
réaliser de torsion. Le geste doit être précis et sans
reprise, car il ne faut pas cisailler le film de colle. Ne
touchez plus les pièces collées pendant au moins 3 h.
Matériaux. Tube PVC pression 16 bars, 50 mm de dia-
mètre en barre de 6 m. Tuyau PVC souple pression
diamètre 50 mm en rouleau de 25 m.
Réalisation de la tuyauterie
On commence par positionner les coudes. On prend la
cote entre chaque raccord, coude ou manchon. À cette
cote, on ajoute l’emmanchement théorique moins un
jeu de montage (max 3 mm). Une fois le circuit monté
à sec, faites un trait au feutre de limite d’emmanche-
RÉALISEZ VOTRE PISCINE
58
À SAVOIR
COMMANDES ET PLANNING
Prendre les cotes réelles du bassin (longueurs haute et
basse, largeurs haute et basse, profondeurs aux quatre
angles, escaliers et diagonales hautes et basses).
À partir de ces cotes, confirmez votre commande de liner.
Vous pourrez compter 3 semaines de délai en pleine saison.
Cela vous laissera le temps de faire le local technique et les
branchements hydrauliques et électriques.















Fig. 4.53
Fonction de trop-plein
et connexion au tuyau
d’aspiration
59
ment et un trait vertical d’orientation angulaire (trait
prenant les deux pièces à coller). Démonter et encol-
ler. Remonter sans reprise et en se calant aux repères
d’emmanchement et d’orientation.
LES BRANCHEMENTS
En tuyauterie, il faut équilibrer les circuits de manière
à conserver les débits, ce qui veut dire que le paral-
lèle symétrique est l’usage. Le repère 1 de la figure
4.52 indique les buses de refoulement du bassin.
Elles sont au nombre de trois : la buse d’escalier
prend 50 % du débit de refoulement et les deux
autres buses prennent les 50 % restants. Pour ces
deux dernières, leurs tuyauteries doivent donc être
symétriques à partir du T de répartition si l’on veut le
même débit dans les deux buses.
Les buses de refoulement
Les buses de refoulement sont représentées en
repère 1.
L’escalier a une buse orientable. La buse a sa canali-
sation propre de manière à avoir 50 % de la puis-
sance et du débit. En effet, cela permet de créer un
tourbillon d’eau qui évite à la saleté de s’agglutiner
sur la première marche (petite plage).
Les deux buses de poussées sont sur le même circuit
mais symétriques à partir du T de séparation.
Le tuyau utilisé est souple, en PVC armé spécial pres-
sion. Il faut descendre verticalement le tuyau puis le
faire courir sur le talon du radier. Il est conseillé de
mettre du sable dessous et dessus. Les terres de
remblai étaient exemptes de cailloux et gravier, j’ai
donc remblayé avec mes terres sauf autour des
tuyaux verticaux. En effet, les terres argileuses sont
de la vraie glue et en collant aux tuyaux, elles peu-
vent les casser ou les démonter.
Les skimmers
Deux skimmers avec chacun sa tuyauterie. Si vous
branchez les skimmers en série, le premier prendra
plus de débit que le second. Les tuyauteries des deux
skimmers arrivent à la nourrice (repère 8 de la figure
4.52).
Le trop-plein (figure 4.53) est une fonction impor-
tante en liner et PCV armé voire en carrelage ou autre
pour des raisons d’inondation périphérique.
Fig. 4.52
Schéma de filtration
4-LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX















Fig. 4.54
Débit du trop-plein un jour
de pluie
18
Le fait de le poser
moi-même ne m’a fait
économiser que
la main d’œuvre
soit 592 € TTC
(tarif 2002).
Fig. 4.55
Pose du profilé Hung
Lorsqu’on opte pour un liner, l’eau peut
passer derrière - surtout si l’on n’a pas
mis du jonc de blocage - et s’infiltrer. La
putréfaction commencera et des taches
noires apparaîtront. Il faut raccorder son
trop-plein à un puits perdu et surtout
pas au réseau d’égout (interdiction de la
DDASS). Ne faites pas courir l’excédant
d’eau dans votre jardin en pente s’il y a
un voisin en contre-bas.
La prise balai
Elle est raccordée en tuyau rigide de 50 mm de diamè-
tre, car j’utilise un compresseur. Elle travaille de deux
manières :
. soit en aspiration pour le balai,
.soit en refoulement via un compresseur qui reprend
le débit de la pompe en relevant la pression. C’est la
forme de la roue à aubes du compresseur qui permet
cette différence entre débit et pression.
La bonde de fond
Elle est tirée en tuyau PVC souple pression de 50 mm
de diamètre. Elle permet la vidange du bassin et
contribue à l’homogénéisation du désinfectant dans
le volume d’eau.
La remise en place des terres
J’ai loué un engin de terrassement un petit bulldozer
appelé couramment Bobcat. C’est un engin extraordi-
naire. Maniable à souhait et très joueur. Après les pre-
mières frayeurs, on devient plus productif.
Tout le monde dit qu’il faut remblayer avec du gravier.
Dans tous mes devis de piscine, on remblayait avec
mes terres. J’ai donc décidé d’en faire autant mais
avec le bémol suivant : afin d’éviter que les terres en
se tassant viennent rompre mes pièces à sceller, j’ai
coffré un U en bois que j’ai soulevé avec le Bobcat. À
l’intérieur, je remplissais de sable de manière à créer
une colonne de protection autour de mes tuyaux ver-
ticaux. Puis, à l’extérieur du coffrage, je remplissais
de terre. Afin que vos terres descendent, mouillez au
jet d’eau. Vous pourrez remblayer plus justement et
éviter le travail des plages.
LE LINER
La pose du liner
Une opération délicate d’après les personnes à qui
j’avais fait part de mon intention de le poser moi-
même. Après avoir discuté et écouté, et comme je ne
voyais toujours pas de contre-indication à ce que j’en-
treprenne cette affaire, nous nous sommes donc lan-
cés, mon fils et moi, dans la pose de notre liner.
Le liner a été posé en 1 heure ! Cela a tellement été
vite que nous n’avons pas eu le temps de prendre de
photos.
18
Fixation des profilés Hung
La pose du profilé Hung (repère A figure 4.55) permet
l’accrochage du liner. Le profil est posé affleurant à
l’intérieur du mur. En cas de pose d’une moquette ver-
ticale (ne se fait plus, car la moquette sur les murs se
décolle et tombe derrière le liner), il faut avancer le
profil de 1 à 1,5 mm.
RÉALISEZ VOTRE PISCINE
60















Fig. 4.56
Pose de moquette
imputrescible
19
Ne pas poser de
moquette par grand
vent !
61
Percez au perforateur ou à la perceuse à percussion. Il
faut percer en biais vers l’arrière du bassin de manière
à ce que le trou fuie la face intérieure du bassin. Cela
améliore la résistance et en cas de rencontre avec un
caillou récalcitrant évite d’éclater un morceau de mur.
Le profilé Hung est fixé par des rivets. La fixation d’un
rivet (repère B figure 4.55) se fait par frappe d’un clou
qui écarte le rivet déformable et le bloque dans le trou.
Aspiration du bassin
Tout le périmètre du bassin est équipé de profil hung.
On aspire tous les grains et poussières du sol. J’ai
loué un aspirateur industriel en bidon équipé de
deux moteurs. Je n’aurais jamais cru enlever autant
de poussières et particules.
Pose de la moquette
Avant de mettre le liner, j’ai posé une moquette sur le
sol grand bain et petit bain. Le dessus des marches
de l’escalier a été aussi recouvert d’une moquette.
Elle est collée par petite zone à l’aide d’une colle
acrylique. Il faut poser les lés bord à bord. Pour cela,
on chevauche (voir figure 4.56) deux lés sur 10 cm. Le
doigt sur la figure 4.56 montre le recouvrement du lé
inférieur.
Coupez au cutter (lame neuve) les lés.
Enlevez les chutes supérieures et inférieures. Vos
deux bords sont jointifs sans aucun jour. Cela est très
important, car avec la pression, la moquette va
s’écraser et le moindre jour se verra.
19
La moquette doit être imputrescible et
dosée à 500 g/m
2
.
La sensation douce sur les escaliers (sur-
tout la plage) et sur le petit bain est très
appréciable. En revanche, dans le grand
bain, elle est écrasée par le poids de l’eau
et en termes de confort, elle ne sert à rien.
Accrochage du liner
Voici l’instant décisif. Ai-je bien fait de le faire moi
même ? Cette question m’a taraudé la première
minute puis l’action arrivant, je n’y ai plus pensé.
Sur chaque pièce à sceller, il faut poser un joint en
caoutchouc autocollant sur une face (livré avec la
pièce à sceller : 2 joints par pièce) de manière à avoir
une étanchéité entre le mur cimenté et le liner. Le
joint est rectangulaire pour les skimmers et rond
pour les buses, le projecteur et la prise balai.
Le liner est livré dans un car-
ton très épais pesant plus de
30 kg. Il faut descendre le
carton au fond du petit bain.
Le liner était théoriquement
repéré de manière à le
déplier dans le bon sens.
N’ayant pas trouvé les repè-
res, on a passé 30 minutes à
accrocher, décrocher le liner,
tourner le liner et réessayer.
Au bout de la troisième ten-
tative et plusieurs minutes de réflexion, on a trouvé
le sens du liner par rapport au bassin. Ça aura été
notre seule frayeur.
L’accrochage du liner (figure 4.59) n’est pas difficile,
car le liner a une goutte d’eau avec une forme anti-
retour. Il se pose facilement. Par contre n’étant pas tiré
ATTENTION
LES TROUS DE FIXATIONS
Il faut aussi prêter une attention toute particulière aux
trous de fixation des pièces à sceller. En effet, une fois
le liner posé, si les trous des vis sont sales ou obstrués,
il sera trop tard.
Fig. 4.57
Accrochage du liner
dans le profilé Hung
4-LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX















par le poids de l’eau, il peut également se dégrafer faci-
lement. Afin d’éviter cette mésaventure, on place tous
les 50 cm ou tous les 1 m, des pinces à linges (en bois)
dans le profilé hung. Cela plaque le liner et l’anti-retour
de la forme en goutte d’eau se bloque sur le profilé.
Votre liner est maintenant accroché avec les angles
aux angles et les pinces à linges insérées dans les
profilés. Pieds nus, vous vous placez dos au mur et à
l’aide de vos talons, plaquez le liner contre le mur
après avoir réalisé un petit saut en arrière. Faites le
périmètre de manière à enlever les plus gros plis et à
équilibrer le liner.
Ensuite, il faut passer à l’étape magique : la dépres-
sion ! Vous placez un aspirateur prêt d’un skimmer.
Vous enfilez le tuyau par le skimmer et descendez,
après avoir dégrafé juste à l’endroit du tube le liner, le
tube entre le liner et le mur. Vous devez arriver pres-
que en bas du mur (1,61 m de hauteur de mur pour
mon bassin). Vous bouchez le regard du skimmer par
des chiffons afin de faire étanchéité.
Enlevez le filtre à poussière de votre aspirateur pour
gagner en débit d’aspiration. Comme le bassin est
propre, votre moteur ne risque pas grand chose.
Branchez votre aspirateur et observez. Les plis du liner
disparaissent comme par enchantement. Votre liner pla-
que le mur comme une seconde peau. Cette prouesse
s’est faite en quelques minutes d’aspirateur. Seules les
marches d’escalier ont nécessité une retouche de notre
part. La prochaine fois, on utilisera deux aspirateurs. Un
pour le skimmer et un pour l’escalier. On fera d’abord le
coté escalier et une fois les marches bien plaquées, on
mettra l’aspirateur du skimmer en route.
La facilité avec laquelle le liner fut plaqué nous a un
peu déconcerté mon fils et moi, car aux dires des
gens, on allait à la catastrophe. Merci au feutre qui
nous a servi de filtre à air ! En effet, on m’avait dit que
je serai obligé de tirer le liner, avec des bottes en
caoutchouc avec les pieds et sous 10 à 20 cm d’eau,
afin de faire disparaître les plis. En effet, le liner arrive
par endroit à faire ventouse au contact direct de la
chape talochée fin.
Au bout d’une demi-heure, que l’on regardait le bassin
sans que rien d’extraordinaire ne se passe, si ce n’est
que l’aspirateur aspirait et que le liner plaquait sans
plis les murs et le sol, on décida de remplir le bassin.
En attendant que le niveau monte, il faut préparer la
fixation des brides. En effet, le liner est pris en sand-
wich entre le joint caoutchouc collé à la pièce à scel-
ler et le joint caoutchouc collé à la bride. J’ai utilisé un
crayon gras de carreleur et avec le pouce j’ai cherché
l’emplacement des vis. Un coup de crayon gras pour
marquer l’endroit (les professionnels percent directe-
ment au tournevis pour marquer l’endroit et installent
la bride). J’ai commencé par la bonde de fond avant
que l’eau ne la recouvre. Puis le projecteur (2° pièces
à sceller la plus profonde) et enfin les autres.
La piscine fut remplie au tuyau d’arrosage du jardin
en deux jours et demi.
Lorsque la bonde de fond (grand bain) fut recouverte
de 20 cm d’eau, j’ai fixé la grille après avoir collé le
joint. Mes marques de crayon n’ayant pas bougé,
RÉALISEZ VOTRE PISCINE
62
ANECDOTE
REMPLISSAGE DE LA PISCINE
J’avais prévenu la société de gestion de l’eau que
j’allais remplir ma piscine pour qu’elle surveille le niveau
des bâches. Bon réflexe citoyen mais à l’allure où le bassin
s’est rempli (2,5 jours pour 63 m
3
), ça n’a pas servi à grand
chose : au bout de deux jours, j’ai eu un coup de fil me
demandant si j’avais bien rempli ma piscine ! Voilà pour
la petite histoire.















63
avec un tournevis j’ai perforé le liner et fixé la bride
avec les vis inox. Puis, à l’aide d’un cutter j’ai percé
l’intérieur de la bonde de fond en taillant le liner en
croix et détouré l’intérieur de la bonde de fond en
enlevant le liner inutile.
Le projecteur fut réalisé juste quand l’eau arrivait à
son niveau.
Le mode d’emploi est le même pour les autres pièces
à sceller.
Lorsque le niveau est arrivé à la première marche de
l’escalier (petit bain avec 30 cm d’eau) l’aspirateur
fut débranché et rebranché au niveau de l’escalier. En
effet, avec le poids de l’eau, l’effet filtre à air du
grand bain n’apporte plus rien. On dégrafe le liner
juste pour passer le tuyau. Comme le vide est arrêté,
le liner se décolle et on peut parfaire quelques
angles et plis de l’escalier. On rebranche l’aspirateur
et la magie recommence.
Lorsque le niveau est atteint on coupe l’aspirateur. On
enlève les pinces à linges et on les remplace par du
«jonc de blocage» ou «stop out ». C’est un profilé en
plastique souple et en forme de clou plat. Vendu en
bobines de 10 m ou à la coupe, il permet de garantir
le bon accrochage de l’anti-retour du liner d’une part
et d’«étanchéiser » le système d’accrochage du liner
dans le profilé en cas de débordement ou obstruction
du trop-plein du skimmer d’autre part.
La hauteur d’eau
La hauteur d’eau n’est pas liée à l’épaisseur du
radier mais à la cote entre la chape de finition (l’en-
duit du sol) et la ligne d’eau du skimmer. Cette cote
est influencée par trois paramètres.
Les skimmers. Il y a deux types de skimmers : le
fonction anti-vague réalisée par un volet flottant
articulé sur un axe. Sa fonction est de réduire la
consommation d’eau par perte dans les trop-pleins
et les trappes de regard des paniers des skimmers.
Le principe est de laisser passer la première vague
et le ressac ferme le volet qui freine ainsi les vagues
suivantes. La différence de hauteur entre les deux
skimmers correspond à l’épaisseur du volet. La cote
X (voir figure 4.58) dépend donc du type de skimmer
mais on peut, en l’absence de mesure directe sur la
pièce, estimer à 50 voire 70 % de la hauteur du skim-
mer. Les skimmers choisis pour la réalisation de la
piscine font 235 mm de hauteur. La cote x d’après le
croquis de la pisicne, fait 6 cm. En fait, le niveau
d’eau réel est plus bas que le laisse croire la cote X.
En effet, entre le trop-plein et le manque d’eau, le
skimmer admet une variation de hauteur de l’ordre
de 5 cm. Partez sur une cote X égale à 50 % de la
hauteur extérieure de la bride du skimmer. Ce qui
devrait correspondre à la hauteur d’eau en été de
votre skimmer.
La chape radier. Comme couler une dalle n’est pas
votre passe-temps favori, vous ne pourrez pas faire
une finition taloché fin directement. Aussi, il faut pré-
voir une chape de finition (l’enduit du sol). La chape
de finition, ici, fait 3 cm.
L’enfoncement des skimmers par rapport à l’arase.
La mode est aux piscines à débordement, mais avec un
liner cette option est impossible. Aussi, la position du
skimmer va déterminer votre
hauteur d’eau de baignade.
La figure 4.58 donne une cote
entre 1 et 2 cm. Prendre 2 cm,
car si la margelle bouge légè-
rement, la bande de béton
au-dessus des skimmers cra-
quera. En cas de sollicitation
plus importante des margel-
les ou des plages, augmenter
la cote.
Fig. 4.58
Hauteur d’eau
d’après skimmer et
épaisseur chape
4-LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX
modèle simple et le modèle à volet. Ce dernier a une















C’est une partie importante, car elle renferme le
matériel de filtration. En général, le local technique
(voir figure 5.1) est réduit à sa plus simple expression
par manque de place bien souvent, mais parfois par
méconnaissance de l’importance du rôle des équipe-
ments de filtration.
Voici mon local technique dans les grandes lignes. Je
ne mettrai en exergue que les points jugés importants
et complémentaires au sujet de ce livre.
EMPLACEMENT
J’avais un coin qui ne me servait à rien dans un angle de
mon jardin et à 3 m du bassin. Le sol fut abaissé de
70 cm de manière à ce que la pompe, une fois sur la
dalle, soit au niveau de l’eau. Le local (figures 5.3 et 5.4)
fut monté en moellon et un W.-C. est prévu plus une
soupente pour ranger le matériel (bâche été, bâche
hivers, flotteurs d’hivernage, produits chimiques...).
TUYAUTERIES
Tous les fluides et énergie arrivent par le dessous
(figure 5.5). Sur la photo 5.5, nous avons l’électricité
(2 tubes bleus foncés), l’eau du réseau publique
(petit tube noir à droite du tube vertical), le surpres-
seur (tube rigide vertical), les fluides piscines (tuyaux
bleus clairs).
Un caniveau (figure 5.5) est même prévu avec éva-
cuation au puits perdu, car lors de l’hivernage, il
64
LE LOCAL TECHNIQUE 5
Fig. 5.1
Local technique
préfabriqué
Fig. 5.4
Fin de la construction
du local technique
Fig. 5.2
Filtration prémontée
Fig. 5.3
Début de construction
du local technique















faut vidanger le filtre à sable, la pompe et le sur-
presseur.
Si le montage de la filtration vous effraye, vous pou-
vez acheter prémonté et livré sur platine, le groupe
de filtration (voir figure 5.2).
La nourrice ou collecteur
Les tuyaux du bassin (voir figure 5.6) remontent
verticalement pour se raccorder soit à la nourrice
(repère 8) soit à la sortie de la vanne du filtre
(repère 5).
Chaque départ ou arrivée doit posséder une vanne
d’isolement ou d’arrêt. Pour éviter la cavitation il
faut prendre une nourrice adaptée. Cependant, si
on prend une pièce commerce, on n’aura pas le
choix. Ma nourrice possède 3 arrivées en 50 mm de
diamètre et une sortie de 63 mm. Le mélange se
fait par tube transversal de 75 mm de diamètre
(67 mm intérieur).
En piscine publique, la règle hydraulique est que
la vitesse d’eau dans la nourrice ne dépasse pas
0,5 m/s. À cette vitesse, il n’y a pas de risque de
cavitation et d’augmentation des pertes de charge.
Ma vitesse d’eau à l’intérieur de ma nourrice est de
1,26 m/s soit 3 fois la vitesse préconisée des bas-
sins publics. Si vous réalisez vous-même votre
nourrice avec une croix et des coudes à 90°,
comme la plupart des pisciniers et des bricoleurs,
votre vitesse d’eau passera à 3,2 m/s et vous ne
ferez pas d’économie !
65
Fig. 5.5
Arrivée des tuyaux
Fig. 5.6
Schéma de filtration
TARIFS
TARIFS DES COLLECTEURS
53
Collecteur Tarif 2006 pièces Collecteur Tarif 2006 pièce
réalisé soi-même à l’unité préfabriqué à l’unité
2 coudes à 90° 4 € Collecteur 3 entrées 15,9 €
en 50 et sortie en 63
1 croix en 63 12,4€
3 réducteurs 6,9 €
63/50
Total pièces 23,30 € Total pièce 15,9 €
53
Les prix des pièces sont issus du même catalogue 2006.
5-LE LOCAL TECHNIQUE















Fig. 5.7
Pompe
Fig. 5.8
Circulation
de l’eau
Fig. 5.9
Différentiel 30 mA,
départ ligne
électrique local
technique piscine
Le filtre à sable
À partir de la pompe (repère 6 de la figure 5.6) l’eau
arrive à 16 m
3
/h par un tuyau de 63 mm de diamètre
(54 intérieur). La vitesse de mon eau arrivant dans
le filtre est de 2 m/s environ.
Le chargement du sable est une opération très facile.
Il suffit juste de prendre quelques précautions
comme :
. mettre un sachet sur la buse du collecteur ;
. verser la quantité de gravier préconisé en pre-
mier ;
. verser la quantité de sable préconisé.
La pompe de filtration
Le tuyau à partir de la nourrice ou collecteur est de
63 mm de diamètre. À partir de la pompe, l’eau
arrive à 16 m
3
/h (en théorie) par un tuyau en 63 mm.
La figure 5.8 montre le sens de circulation de l’eau
dans la pompe (repère 6).
Le surpresseur
Le surpresseur est pris en parallèle sur la canalisa-
tion de refoulement et se repique sur la canalisation
de la prise balai en aspiration par défaut selon le
schéma de principe. Le surpresseur est encadré par
deux vannes à boisseau d’isolement. Attention, en
cas de mise en marche du surpresseur pour le
robot, il ne faut pas oublier d’ouvrir les vannes du
surpresseur et de fermer celles d’aspiration de la
prise balai.
ÉLECTRICITÉ
C’est une partie réservée aux bricoleurs ayant déjà
des connaissances en électricité et qui ont déjà
RÉALISEZ VOTRE PISCINE
66















20
∑ : rendement
donné à titre indicatif,
veuillez consulter votre
revendeur de matériel
pour avoir les chiffres
exacts.
67
effectué des travaux dans ce domaine. Si vous
n’avez pas d’expérience dans ce domaine, il est
vraiment préférable de confier cette tâche à un pro-
fessionnel.
La ligne électrique
Il convient de rappeler, entre autre, la norme élec-
trique NF C15-100 qui impose que tout départ de
ligne à partir du tableau général soit protégé par
un différentiel 30 mA (voir figure 5.9).
Pour dimensionner la ligne, il suffit de cumuler les
puissances électriques absorbées. Pour les pom-
pes et surpresseurs, vous n’aurez que les puissan-
ces mécaniques. Aussi, il faudra diviser la
puissance mécanique par le rendement (∑
20
=0,6
pour une pompe et ∑=0,85 pour un surpresseur)
pour obtenir la puissance électrique absorbée.
La section de câble que l’on doit tirer doit tenir
compte de la puissance à passer et de la distance
de transport de l’électricité.
Le tableau suivant indique les distances maximales
admissibles en m pour une section de câble.
TABLEAU DES PUISSANCES
BILAN DES PUISSANCES
Organes Puissance Rendement ∑ Puissance Courant
mécanique absorbée absorbé
en KW en KVA en A.
Pompe 0,55 0,6 0,9 4
filtration
Surpresseur 0,75 0,85 0,88 3,8
robot
Projecteur - - 300 1,3
bassin
Néon du local 100 w - - 0,43
technique
Régulateur 0,030 0,8 0,038 0,16
pH
Total
˜
– 10 A
TABLEAU DES DISTANCES
DISTANCES ET SECTIONS DE CÂBLES
Intensité en A Section du câble en mm
2
Puissance en KW
1,5 2,5 4 6 10 16 25
2,2 100 165 265 395 0,5
4,3 50 84 135 200 335 530 1
6,5 33 57 90 130 225 355 565 1,5
8,7 25 43 68 100 170 265 430 2
10,8 20 34 54 89 135 210 340 2,5
13 17 29 45 66 110 180 285 3
15,2 14 24 39 56 96 155 245 3,5
5-LE LOCAL TECHNIQUE















21
Janolène : nom
commercial du produit
passé dans le langage
courant.
Mon câble part du garage (différentiel à côté du
tableau général) dans une gaine enterrée jusqu’au
local technique. La distance totale est de 24 m.
D’après le tableau des longueurs admissibles, j’ai
10 A de consommation de courant et 20 m de trans-
port d’électricité. Le câble sera un 2,5 carré (dans le
jargon).
Le câble aura un neutre (normalisé bleu), une phase
(marron ou noir) et une terre (normalisé jaune-vert)
ainsi qu’un gainage spécial câble enterré. Il sera
passé dans une gaine de protection.
Enterrer une ligne électrique
Entre mon local technique et mon garage, j’ai environ
30 m. J’ai enfoui ma ligne électrique. Le câble électri-
que enterré doit être de type RO2V (couleur noire en
général) et il doit passer dans une gaine type
Janolène
21
de couleur rouge. Recouvrez-le de 30 cm de
sable puis d’un avertisseur rouge.
Le coffret électrique
Le câble d’alimentation générale, de type H05VVF,
arrive au coffret des départs. Un disjoncteur bipo-
laire permet de sectionner l’alimentation pour lors
des interventions en aval de la ligne et de protéger
contre les surcharges à l’instar des fusibles mais
sans les inconvénients. En sortie de disjoncteur, on
distribue la phase et le neutre par pont via les bor-
nes de connections. Ainsi, chaque appareil aura son
alimentation propre à partir des bornes de
connexions.
Asservissement des appareils
Voilà une opération qui est très intéressante, car le
branchement des appareils, par défaut, est prévu
pour une marche manuelle. Cependant, lorsque l’hor-
loge commande la pompe de filtration, on aimerait
bien que le surpresseur et que la régulation de pH se
mettent en marche en même temps sans intervention
manuelle.
Pour la régulation du pH, c’est une nécessité d’asser-
vir à la marche de la pompe de filtration, car si vous
êtes en demande de produit pH et que votre pompe
s’arrête, vous allez vider votre bidon de 25 l de pro-
duit pH ! Dans ce cas, vous avez la seule piscine qui
lave plus blanc que blanc !
J’ai acheté le coffret de base comprenant l’horloge
avec le départ moteur de la pompe et le transforma-
teur pour le projecteur. Le coffret était précâblé à l’in-
térieur.
Malgré un schéma électrique, des plus succincts, j’ai
été obligé de suivre les fils pour comprendre le
câblage et m’intercaler au bon endroit.
Aussi, les repères ne sont donnés qu’à titre indicatif,
car chaque coffret et chaque matériel électrique ont
leurs repères propres. Les repères mentionnés sont
les vrais repères de mes appareils. Ils sont rapportés
pour la compréhension du principe d’asservisse-
ment des autres appareils électriques. En fonction
RÉALISEZ VOTRE PISCINE
68
DÉFINITION
QU’EST-CE QUE RO2V ?
Il s’agit d’une norme électrique. RO2V est une désignation
préconisée pour les câbles enterrés passant dans une gaine
(obligatoire).
DÉFINITION
QU’EST-CE QUE H05VVF ?
C’est une norme électrique des câbles d’intérieur
des bâtiments. H pour norme harmonisée ; 05 pour 500 V
de tension assignée ; VV pour gaine conductrice et
enrobage câble en PVC ; F pour feuillard (feuille alu
de protection entourant les câbles).















Fig. 5.10
L’intérupteur
Fig. 5.11
Schéma du circuit
électrique
69
de votre matériel, il faudra réadapter le schéma et
ces repères.
L’interrupteur en position
automatique enclenche la
pompe en fonction de la
programmation des picots
de l’horloge. Ainsi, le relais
de sortie de l’horloge (repè-
res CH1 figure 5.9) est
piloté. Ce qui veut dire qu’il
y a contact entre les bornes
(3) et (4). Les bornes (4) et
(5) ne sont plus en contact
lorsque l’horloge s’enclen-
che. Lorsque l’horloge ne
s’enclenche pas, les bornes (4) et (5) sont toujours en
contact. Les bornes (1) et (2) sont l’alimentation en
230 V du moteur de l’horloge électromécanique.
Reportons-nous au schéma de la figure 5.11. Tout
doit être commandé uniquement lorsque le relais
de la pompe de filtration (repère Rp) est piloté. Ce
relais est actionné soit en mode manuel par l’inter-
rupteur, soit en mode automatique par l’horloge
électromécanique du coffret (bornes 3 et 4 sortie
CH1 figure 5.10). Cette fonctionnalité est câblée
d’origine dans le coffret, elle ne sera pas rapportée
dans le schéma.
Coffret régulation du pH : on vient en parallèle des
bornes (2) et (4) du relais de la pompe alimenter le
coffret.
Coffret du robot : après la protection moteur (MTs),
on sort de la borne (1L1) pour partir vers un contact
disponible du relais de la pompe de filtration (Rp) en
7. Puis, on repart en (8) pour aller au pivot central de
l’interrupteur du robot (Is). Le contact manuel de l’in-
terrupteur (Is) par alimenter le surpresseur du robot.
Lorsque le mode automatique est sélectionné, c’est
l’horloge (bornes (3) et (4) coffret du robot) qui fera
tourner le surpresseur si le relais de la pompe (Rp)
est enclenché.
Dans tous les cas le relais de la pompe de filtration
(Rp) est en série dans la chaîne de commande ou de
puissance des appareils électriques connexes.
ATTENTION
PROTECTION MAGNÉTOTHERMIQUE
Attention, en mode automatique, de ne pas laisser fermées
les vannes du surpresseur. Malgré la protection moteur
magnétothermique, il y a risque de casse ou d’endommage-
ment sévère voire irréversible.
Les protections magnétothermiques des moteurs se règlent
par une petite molette en face avant. Si votre protection se
déclenche intempestivement, ne gonflez pas l’intensité pour
masquer le problème. Cherchez plutôt la cause !
5-LE LOCAL TECHNIQUE






























CONCLUSION
ÉPILOGUE
Les moins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
Les plus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
Les projets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
POUR EN SAVOIR PLUS
Annexe 1 : la sismicité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
Annexe 2 : les ciments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
Annexe 3 : le dosage des bétons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
Annexe 4 : la perte de charge du circuit de filtration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
Annexe 5 : liste des plastiques techniques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77















ÉPILOGUE
Après avoir terminé la construction de ce projet et
aujourd’hui avec plus de recul, voici les aspects néga-
tifs et positifs de cette réalisation.
Les moins
Une filtration pas assez fine malgré la taille de mon fil-
tre, j’aurais peut-être dû prendre un filtre à diatomée à
condition de respecter les vitesses. En effet, avec les
pratiques actuelles de dimensionnement, le filtre à
diatomée n’aurait pas plus apporté (le cas d’un ami).
J’aurais dû accrocher mes plages à mon arase par des
fers laissés en attente. Malgré mes piliers, mes plages
ont travaillé et quelques-unes se sont fissurées.
J’aurais dû faire ma piscine d’un mètre de plus, soit
9 m au lieu de 8 m. Mais je devais décaisser une butte
paysagère et devant le projet de la piscine, j’avais
estimé la tâche déjà amplement suffisante.
Les plus
Mon régulateur de pH et ma filtration, qui malgré tout
est excellente, m’ont permis de passer 4 ans, dont
une canicule, sans chloration choc, même préventive-
ment. La filtration tourne 5 heures l’été. Les gens,
après un bain, sont surpris lorsque je leur annonce
que je traite au chlore.
Mon radier fibré qui m’a épargné l’utilisation d’un
treillis. Aucun désordre n’a été recensé.
La coulée des stepoc en ceinture et à la bétonnière,
car cela m’a permis de réaliser mes murs sans stress
et à mon rythme.
Les projets
Un chauffage solaire même si la bâche à bulle est très
efficace mais nous préférons voir le bleu de notre eau
de piscine que le bleu du PVC de la bâche.
Améliorer la finesse de filtration pour réduire encore
le désinfectant.
Gérer le désinfectant par le potentiel Redox
1
de
manière à avoir un taux constant de produit oxydant
rémanent dans le bassin.
POUR EN SAVOIR PLUS…
Annexe 1 : la sismicité
D’après le site www.prime.net du ministère de l’Éco-
logie et du Développement durable, le décret du 14
mai 1991 détermine cinq zones de sismicité crois-
sante.
Une zone 0 de «sismicité négligeable mais non nulle»
où il n’y a pas de prescription parasismique particu-
lière : aucune secousse d’intensité supérieure à 4 n’y
a été observée historiquement.
Quatre zones Ia, Ib, II et III où l’ application de règles
de construction parasismique est justifiée (voir figure
1.11 p.17). Ces quatre zones sont définies de la
manière suivante :
. Une zone I de «sismicité faible» où :
– aucune secousse d’intensité supérieure ou
égale à 4 n’a été observée historiquement,
– la période de retour d’une secousse d’intensité
supérieure à 8 dépasse 250 ans,
72
CONCLUSION
1
Redox : Potentiel Redox,
mesure par sonde
de l’oxydoréduction
correspondant à une
présence de désinfectant















– la période de retour d’une secousse d’inten-
sité supérieure à 7 dépasse 75 ans.
Cette zone est elle-même subdivisée en deux : Ia et
Ib.
. une zone Ia de «sismicité très faible mais non
négligeable» où aucune secousse d’intensité supé-
rieure à 8 n’a été observée historiquement. Les
déformations tectoniques récentes sont de faible
ampleur.
. Une zone Ib de «sismicité faible» qui reprend le
reste de la zone I.
. Une zone II de «sismicité moyenne» où :
– soit une secousse d’intensité supérieure à 4 a
été observée historiquement,
– soit les périodes de retour d’une secousse d’in-
tensité supérieure ou égale à 8 et d’une secousse
d’intensité supérieure ou égale à 7 sont respective-
ment inférieures à 250 et 75 ans.
.Une zone II de «forte sismicité», limitée aux
départements de la Guadeloupe et de la Martinique,
où la sismicité relève de plaques tectoniques diffé-
rentes.
En France métropolitaine, trente sept départements
sont classés, en tout ou partie, en zone de sismicité
Ia, Ib ou II. Huit d’entre eux sont concernés dans
leur intégrité : Alpes de Haute Provence, Alpes
Maritimes, Pyrénées Orientales, Haut Rhin, Savoie,
Haute-Savoie, Vaucluse et Territoires de Belfort.
Annexe 2 : les ciments
Tableau de synthèse des ciments de construction
courante. Attention, l’ancienne appellation CPx est
remplacée par l’appellation CEMx.
73
POUR EN SAVOIR PLUS
TABLEAU DES CIMENTS
TYPE DE CIMENT ANCIENNE APPELLATION NOUVELLE APPELLATION % CLINKER ELÉMENTS D’ADDITION DOMAINE D’EMPLOI
Ciment Portland CPA CEM II Min. 95 % Max 5 % de Filler Bétons armés
Ciment portland composé CPJ CEM II/A ou 80 % à 94 % Max. 35 % de cendres Travaux de dallage, route
volantes, pouzzolanes,
CEMII/B 65 à 79% laitiers haut fourneau
Ciment de haut fourneaux CHK CEM III/A 35 à 64 % De 35 à 80 % de laitiers Travaux hydrauliques souterrains,
de haut fourneau ouvrages massifs, pas de grand
CHF CEM III/B 20 à 34 % froid ni de grosse chaleur
Ciment de haut fourneaux CLK CEM III/C 5 à 19% 81 % à 95 % de laitiers Travaux hydrauliques souterrains,
de haut fourneau ouvrages massifs, pas de grand
froid ni de grosse chaleur
Ciment aux laitiers CLC CEM V/A 40 à 64 % 18 à 30 % de laitier +… Travaux hydrauliques souterrains,
et aux cendres ouvrages massifs, pas de grand
CEM V/B 20 à 39% 31 à 50 % de laitier + … froid ni de grosse chaleur















Classe de résistance : la résistance normale d’un
ciment est donnée à 28 jours de séchage dans des
conditions de température et d’humidité bien préci-
ses. À partir de ce temps, on estime que la résistance
a atteint 80 % de sa valeur.
Les ciments sont répertoriés en trois classes.
.32,5 : signifie une résistance minimale à 28 jours de
32,5 MPa ou de 32,5 daN/cm
2
.
.42,5 : signifie une résistance minimale à 28 jours de
42,5 MPa ou de 42,5 daN/cm
2
.
.52,5 : signifie une résistance minimale à 28 jours de
52,5 MPa ou de 52,5 daN/cm
2
.
Attention : la résistance du ciment n’est pas celle du
béton ou du mortier !
Annexe 3 : le dosage des bétons
Le béton prêt à l’emploi acheté à une centrale à béton
et livré par camion (toupie) est régi par une codifica-
tion spécifique. Les bétonniers sont peu loquasses
CONCLUSION
74
À SAVOIR
À QUOI CORRESPONDENT LES INFORMATIONS MARQUÉES SUR LE
SAC DE CIMENT ?
En dessous du logo « CE » on remarque deux informations :
EN 197-1 , c’est la norme européenne en vigueur.
CEM II/B - LL 32,5 R voir explication figure A.1
Fig. A.1
Légende du code ciment
marqué sur les sacs
TABLEAU
PROPORTION DU BÉTON
Béton à Masse ciment Masse sable Masse gravier
350 kg/m
3
Béton 350 kg 650 kg 1175 kg
en unité (10 sacs) (0,45 m3) (0,74 m3)
Béton en 1 2 3
2
volume (3,5 théoriquement)
Béton à Masse ciment Masse paveur
3
350 kg/m
3
Béton en unité 350 kg 1530 kg
(10 sacs) (1 m
3
)
Béton en volume 1 4,5
TABLEAU
QUELQUES POIDS DE GRANULATS POUR 1 M
3
Granulat Granulométrie Granulométrie
de 0,3 mm de 0,6 mm
Sable 1,6 t à 1,8 t 1,45 t à 1,6 t
Granulat Granulométrie Granulométrie de
de 5/15 ou 15/25 mm 40/60 mm (galet)
Gravier 1,5 t à 1,8 t 1,45 t à 1,5 t
Granulat Granulométrie Usage
de X mm
Paveur 1,65 t pour x=0/20 Radier
Paveur 1,7 t pour x=0/10 Stepoc
Résistance du ciment
à 28 jours en MPa
32,5 R
N prise de résistance normale
R prise de résistance améliorée
Voir «Tableau
des ciments»
élément d’addition
L ou LL pour calcaire
-LL CEM II/B
2
Avec la règle des 1-2-3
du béton en volume on ne
respecte pas le dosage
théorique mais devant la
bétonnière c’est quand
même plus pratique !
3
Avec le paveur, la règle de
dosage en volume de 1 pour
4 ou 5 n’est pas mal non
plus et plutôt pratique
devant la bétonnière !















sur leurs désignations, et en tant que particulier vous
aurez du mal à savoir exactement ce qu’il y a dedans.
Car les prix varient en fonction du ciment utilisé, du
paveur et des adjuvants ajoutés en fonction de la sai-
son froide ou chaude. Voici la désignation du béton
utilisé ici pour couler le radier : Béton B35/25 CPJ45
350 kg/m
3
fibré.
Annexe 4 : la perte de charge
du circuit de filtration
La perte de charge de mon circuit de filtration est de
0,8 b ou 8 mCE. La valeur est lue directement à partir
du manomètre monté sur la vanne de commande du
filtre. En sélectionnant chaque élément, j’ai pu mesu-
rer leur contribution à la perte de charge. Seule la
perte de charge des «canalisa-
tions skimmers et buses» a été
déduite.
À partir de la figure A.2, donnant
la courbe de fonctionnement de
ma pompe, le débit résultant
d’une perte de charge de 0,8 b
ou 8 mCE est 17 m
3
/h.
Estimation de la perte de charge des lignes de
tuyauteries
En utilisant l’abaque de la figure A.3 de la page sui-
vante ou le tableau ci-dessous, on estime la perte de
charge de chaque ligne de tuyaux en amont de la
nourrice ou collecteur de la pompe de filtration.
Ci-dessous la constitution de mes trois lignes de
tuyauteries de mon circuit de filtration.
Le résultat à partir du tableau ou de l’abaque, n’est
pas mal puisque la théorie donne une perte de
charge du circuit de filtration à 0,51 b pour 0,47 b
réel, soit 8 % d’écart.
POUR EN SAVOIR PLUS
75
BÉTON
BÉTON Le diamètre maximum des granulats sera
généralement de 32 mm.
B35/25 B35 : valeur moyenne de la résistance à la
compression en N/mm
2
.
B25 : valeur minimale de la résistance à la
compression en N/mm
2
(dans 98% des cas).
300 KG/M
3
Dosage du ciment en kg pour 1 m
3
de béton
prêt à l’emploi.
FIBRE Ajout de fibre polypropylène pour remplacer
le treillis de fissuration dû au retrait.
Fig. A.2
Courbe de ma pompe
TABLEAU
Organe Perte de charge Perte de charge
en bar en mH
2
O (en mètre
de colonne d’eau)
Filtre sable 0,25 2,5
propre
Canalisations 0,55 5,5
Skimmer et buses
Total filtration 0,8 8
TABLEAU
Ligne Taux Nbre Longueur Débit îP pour îP
Aspiration filtration ligne ligne 100 m ligne
Skimmers 50 % 1 8 8 (7,5) 11,2 0,896
Bonde de fond 50 % 1 5 8 (7,5) 11,2 0,56
Ligne Taux Nbre Longueur Débit îP pour îP
refoulement filtration ligne ligne 100 m ligne
Buses escaliers 50 % 1 16,5 8 (7,5) 11,2 1,848
Buses bassin 50 % 1 16,5 8 (7,5) 11,2 1,848
Total îP des lignes de tuyaux en mCE 5.15
H
[m]
15
10
5
0
0 5 10 15 20 25 Q [m
3
m⁄h]















Estimation de la perte de charges du circuit
de filtration
Dans ce tableau qui est à compléter en fonction de
votre projet, les valeurs fixes sont ramenées à la valeur
unitaire de 1 m
3
/h. Il suffit de multiplier la « îP pour
1 m
3
/h» par le débit de votre bassin et d’estimer avec
l’abaque ou le tableau la îP de la tuyauterie. Ainsi,
vous aurez un bon aperçu de votre système.
CONCLUSION
76
TABLEAU
Organe Perte de charge îP pour îP pour…
en bar pour 1 m
3
/h m
3
/h
15 m
3
/h
Filtre sable 0,25 0,017
propre
Canalisations
Skimmer et
buses d’après
abaque ou
tableau .. ..
Total filtration .. ..
TABLEAU
COEFFICIENT DE PERTE DE CHARGE EN MÈTRE CALCULÉ
POUR 100 MÈTRES DE TUYAUTERIE
La partie grisée est une zone de débit ou les pertes
de charges augmentent sévèrement
TUYAUTERIE
Débit en 3/4’’ 1’’ 1’’1/4 1’’1/2 2’’ 2’’1/2
m
3
/h 20/27 26/34 33/42 40/49 50/60 66/76
1 6,4 1,68 0,4 0,16
1,5 13,6 4 0,8 0,4 0,08
2 26,4 7,2 1,6 0,72 0,24
3 16,8 3,6 1,76 0,48 0,08
4 25,6 6,08 2,8 0,8 0,16
5 10,4 4,8 1,44 0,32
6 13,6 6,4 2 0,4
7 20 9,6 2,8 0,56
8 26,4 11,2 3,6 0,8
9 15,2 4,56 0,96
10 18,4 5,6 1,2
12 26,4 8 1,76
15 12 2,72
20 20,8 4,8
25 32 7,52
30 10,8
Fig. A.4
Abaque des pertes
de charge en millimètres
par mètre de tuyau
en fonction du débit
en litre par seconde















77
Annexe 5 : liste des plastiques techniques
TABLEAU
CODE CHIMIQUE NOM CHIMIQUE NOMS COMMERCIAUX
PEI Polyétherimide Ultem.
PES Polyéthersulfone Victrex-PES, Ultrason E, Baketile BP.
PETP Polyethylène Téraphtalate Ertalyte, Arnite, Rynite, Crastin, Novatron, Valox.
PI Polyimide Kinel, Vespel, Kapton.
PMMA Polymétacrylate de méthyle Altuglass, Plexiglass, Casocryl, Transpalite, Perxpex, Orgalan, Sustonat, Jupilon, Diakon
POM Polyacétal, Polyoxyméthylène Ertacétal, Delrin, Hostaform, Celcom, Zellamid, Acétal, Ultraform, Oilex, Duracon, Kematal.
PP Propylène Ertalène PP, Hostalon PP, Vestalen, Novolen, Napryl, Eltex, Moplen, Coroflex, Daplen, Escon,
Lotren P, Noblen, Ply-pro, Propathène, Pro-fax, Propylex, Prylène, Phiamer PP, Symalen, Trolen,
Trovidur PP.
PPO Oxyde de Phénylène Noryl.
PPS Sulfure d’epolyphénylène Ryton, Tédur, Supec.
PS Polystyrène Q2000, Polystyrol, Rexolite, Vestyron, Lacrène, Gedex, Styron.
PTFE Polytétrafuoroéthylène Téflon, Gaflon, Hostaflon, Fluon, Soréflon, Lubriflon, Algoflon, Halon, Tétraflon, Fluosint.
PUR Polyuréthanes Alcathan, Adiprène Castethane, Cellasto, Chemigun S, Contilan, Cyanaprène, Desmopan,
Durolan, Elastollan, Elastotthane, Estane, Genthane, Lamigom, Microvan, Multrathane,
Pagulan, Phocenolan, Prescollan, Roylar, Texin, Urepan, Vibrathane, Vulkollan.
PVC Polychlorure de Vinyle Armodur, Trovidur, Hostalite, Bron, Vinoflex, Simona, Estralon, Benvic, Corvic, Ekavyl, Gedevyl,
Géon, Irvinyl, Lucoflex, Marvinol, Rhodopas, Sicron, Solvic, Supradur, Trovidur, Vestolit, Vinnol,
Vinopac, Welvic.
PVDF Polychlorure de Vinylidène Solef, Foraflon, Dyflor.
PROPRIÉTÉS PLASTICS PARTICULIÈREMENT PERFORMANTS POUR CETTE PROPRIÉTÉ
Reprise d’eau PVDF, PTFE, PCTFE, PE, PP, PETP, PPO, PMMA, PEEK, PPS.
Résistance aux UV PPS, PAI, PTFE, PVDF, PETP, PEI, PMMA, PPO.
POUR EN SAVOIR PLUS

















Construire soi-même sa piscine ? C’est possible ! Mais quels
produits choisir, quelles solutions adopter ? Quelles techni-
ques mettre en œuvre, pour quel budget et quel planning ? Et,
surtout, une fois ces choix réalisés, comment les appliquer ?
L’auteur de cet ouvrage, Jean-Philippe Foray, a décidé de mettre
à profit ses compétences de bricoleurs en réalisant sa propre
piscine. Après s’être lui-même lancé dans cette aventure
d’autoconstructeur, il vous fait partager son expérience et
sa connaissance en vous expliquant pas à pas les différentes
étapes de sa construction. Solutions techniques, budget,
démarches, délais... Appuyé sur une étude de cas réelle, cet
ouvrage sera pour vous un véritable mode d’emploi, guide
indispensable du prêt à plonger !




sa
piscine
Construire soi-même
Jean-Philippe Foray
C
o
d
e
é
d
i
t
e
u
r
:
G
1
1
9
9
8

I
S
B
N
:
2
-
2
1
2
-
1
1
9
9
8
-
4

Construire soi-même sa piscine

Dans la même collection
Jean Zerlauth. – L’autoconstruction en bois, janvier 2006 - 84 p.

Chez le même éditeur
Brigitte Vu. – Récupérer les eaux de pluie, juin 2006 - 84 p. Olivier Labesse. – Utiliser la chaux naturelle hydraulique, juillet 2006 - 64 p. Jean-Claude Guichard. – La soudure à l’arc électrique, juin 2006 - 110 p.

Construire soi-même sa piscine Jean-Philippe Foray .

sur quelque support que ce soit. cette pratique s’est généralisée notamment dans les établissements d’enseignement. sans l’autorisation de l’Éditeur ou du Centre Français d’exploitation du droit de copie. provoquant une baisse brutale des achats de livres.editions-eyrolles. au point que la possibilité même pour les auteurs de créer des œuvres nouvelles et de les faire éditer correctement est aujourd’hui menacée.com Le code de la propriété intellectuelle du 1er juillet 1992 interdit en effet expressément la photocopie à usage collectif sans autorisation des ayants droit. ISBN : 2-212-11998-4 .ÉDITIONS EYROLLES 61. En application de la loi du 11 mars 1957. 20. 2006. bld Saint-Germain 75240 Paris Cedex 05 www. Or. rue des Grands Augustins. © Groupe Eyrolles. il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage. 75006 Paris.

bâche . – Hervé Thermique. fabricant d’appareillage électronique pour le traitement de l’eau. fabricant de matériel pour piscine (pompe. Labbé. José. Ce livre n’aurait sans doute pas été aussi enrichi sans la contribution de sociétés spécialisées dans le secteur de l’eau (piscines privées. M. M. Elisa. Michel). Laurent. Cyprien) et de mon épouse Françoise. Michel. Breton. – Hayward. fabricant de matériel pour le traitement des eaux . – Syclope. . département piscine. PVC. transformateur de feuille plastique pour liner. de mes enfants (Alexandre.REMERCIEMENTS Ce livre n’aurait sans doute pas existé sans la réussite du projet en lui-même et sans la mobilisation des amis (Bernard. – Technofil Industrie. Par ordre alphabétique : – Albon. prestataire en ingénierie et maintenance . filtre…) . piscines publiques et traitement de l’eau potable). Je remercie les personnes de ces sociétés pour leur aide efficace et précieuse.

vous pouvez accéder à ce rêve. Jean-Philippe Foray . dans le jargon des pisciniers. de contempler les étoiles ! Bonne lecture et bon bricolage. Éclairé par les seuls projecteurs de la piscine. au fil des années. vous contemplez. faire sa piscine n’est pas si sorcier ! Je vous propose dans cet ouvrage mon expérience réussie de bricoleur. Nombre de maisons se sont vendues aisément grâce à cet accessoire de vie. La piscine traditionnelle participe donc à la valeur du patrimoine immobilier. Le prix d’un bassin construit de manière traditionnelle en 2002 (par exemple pour la piscine que j’ai réalisée et que nous étudierons en deuxième partie de cet ouvrage) était de 22 000 €. Vision tirée d’un livre à succès ? Pas du tout. la piscine correspond à un nouveau besoin de nos sociétés dites de loisirs. en espérant que le partage de ce savoir-faire vous permettra. un complément de prestation d’une maison individuelle aussi apprécié et presque aussi indispensable que le chauffage central par exemple. Pour un peu moins de 10 000 € et avec du matériel de meilleure facture. Malgré la démocratisation de la piscine. à vous aussi. reste élevé. finalement. Cependant.POURQUOI FAIRE SOI-MÊME SA PISCINE La piscine est devenue. En effet. le coût d’une construction dite « prête à plonger ». il n’est pas étonnant que ce marché soit en croissance de 20 % par an et que l’on comptait fin 2003 un million de bassins privés. la myriade d’étoiles qui illumine ce ciel d’été. expérience vécue dans ma piscine le premier été de sa mise en service ! Parce que la piscine correspond à un réel besoin de bien être. qui n’a pas rêvé de se rafraîchir le corps lorsqu’il fait chaud ou de se baigner les soirs d’été. au-delà de cet aspect mercantile. car. en faisant la planche.

régulation). . et comment je voulais vivre ma piscine d’autre part. Après cette phase naturelle d’élucubrations techno-esthétiques. En première partie.INTRODUCTION Que l’on construise soi-même ou que l’on fasse faire sa piscine. L’objectif est. technique de construction. Les formes des bassins deviennent torturées. qu’en ce domaine. étanchéité. vous trouverez tous les éléments techniques qui m’ont permis de bâtir mon projet piscine (type de bassin. En deuxième partie. la réalité reprend le dessus et le pragmatisme gomme les premières formes pour revenir à des dimensions plus classiques. d’une part. le rêve prédomine toujours. filtration. le référentiel piscine publique sera souvent utilisé pour positionner l’offre piscine privée. tout à chacun puisse se déterminer en fonction de son ressenti chimique. vous pourrez suivre pas à pas la construction du projet avec l’argumentation de mes choix. On y ajoute volontiers des cascades voire des petits ponts. selon mes ressentis techniques. Pour les parties filtrations et traitements.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 1. . . . 17 La sismicité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 La filtration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 Le chauffage du bassin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le traitement de l’eau Les polluants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Les techniques de construction . . . . . . . .SOMMAIRE LES BONS CHOIX TECHNIQUES Le type de terrain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 RÉALISEZ VOTRE PISCINE 3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Les démarches administratives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les bassins 2. . . . . . . . . . . . . . . 36 Le budget . . . . . . . . 22 La désinfection . . . . conception du projet L’offre du marché . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 L’étanchéité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Les solutions techniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Les normes et garanties . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 CONCLUSION Épilogue Les moins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .SOMMAIRE 4. . . . . . . . . . . . . 72 Les projets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Annexe 4 : la perte de charge du circuit de filtration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 La mise en œuvre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . le local technique Emplacement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 Les tuyauteries du bassin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 Les branchements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Pour en savoir plus Annexe 1 : la sismicité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . le déroulement des travaux La préparation du chantier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Tuyauteries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Les plus . . . . . . . . . . . . . . . 72 Annexe 2 : les ciments . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 . . . . . . . 64 Électricité . . . . . . . . . . . . . . . 60 5. . 75 Annexe 5 : liste des plastiques techniques . . 43 Les enduits . . . . . . . . . 73 Annexe 3 : le dosage des bétons . . . . . . . . 59 Le liner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La filtration . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’étanchéité . . LES BASSINS Le type de terrain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LE TRAITEMENT DE L’EAU Les polluants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le chauffage du bassin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LES 12 12 17 18 18 20 22 27 32 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les techniques de construction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les normes et garanties . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .BONS CHOIX TECHNIQUES 1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La désinfection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La sismicité . .

1. supporte la structure. L’arase. doivent former une cuve solidaire et étanche (pour revêtement non résilient). Le mur. Fig. Le radier. On rencontre ce type de construction sur les bassins à débordement en bout de terrasse par exemple1.4 (page suivante) montre un bassin en moellons en coupe avec : l’arase (repère 1).1L Le type de bassin pris en exemple dans notre étude de cas répond au terrain plat ou avec une légère pente (voir la partie 2 de cet ouvrage « Réalisez votre piscine »). LES TECHNIQUES DE CONSTRUCTION Tous les bassins. sur le sol naturel. Un treillis en fer (repère 6) de 15 x 15 cm en fil de 6 mm renforce l’ouvrage. car il faut assembler les moellons sur lit de mortier de manière rectiligne verticalement et horizontalement puis renforcer la structure par des « poutres » armées coffrées. 1. le bassin est distingué par trois parties distinctes (fig. repère 2 de la figure 1.3 Coupe d’un bassin en moellons avec « poutres » verticales et horizontales armées coffrées La figure 1. 1.2.2. Vous pouvez remplacer la poutre de chaînage si vous utilisez des « U » de chaînage. des éléments de constructions (moellons ou stepoc). 1.2). est le chaînage haut. Elle est toujours en vigueur chez certains maçons. est un type de construction pour lequel l’expérience décrite dans cet ouvrage ne convient pas. . après décaissement. sur le sol naturel Fig. constitue les parois du bassin. quelle que soit leur forme. c’est-à-dire sur pilotis. pour mettre à la cote la hauteur du mur du bassin en fonction de la hauteur « H » d’eau désirée . Elle est obtenue par coffrage.2. Dans le jargon. Un bassin en porte-à-faux.2 Coupe partielle d’un bassin Fig. Elle permet de régler la hauteur du bassin par rapport à l’empilement. après décaissement. C’est l’« ancienne » manière de construire des bassins. repère 1 de la figure 1. Des fers verticaux (repère 4) et horizontaux (non représentés) renforcent l’ouvrage. Réaliser un bassin en moellons est économiquement plus intéressant mais techniquement plus exigeant. repère 5 de la figure 1. 12 . La technique du moellon pour bassin exige une très bonne connaissance de la maçonnerie. Le bassin en moellons Le moellon est aussi appelé parpaing.1 Bassin reposant. C’est l’élément de construction le plus classique en maçonnerie. 1 ES BASSINS LE TYPE DE TERRAIN Le fond du bassin repose. non exact.

Elle est appelée couramment « béton armé ». on coule le béton à l’intérieur (fig. Le stepoc en polystyrène est très léger à manipuler et permet une bonne adhésion du mortier. 1.8). son de leur prix. Mais il y a une petite différence entre les stepoc (agglo piscine) et les blocs à bancher. Il donne la forme de la piscine et permet d’avoir un bassin armé de grande dimension et de grande résistance. et plus précisément le bassin en stepoc béton. est la solution retenue pour la piscine étudiée dans la partie 2 de l’ouvrage. Pourtant.4 Coupe d’un bassin en moellon Le bassin en béton banché C’est la technique de construction des immeubles. le moellon (repère 3) . agglo piscine ou bloc à bancher. Le stepoc en béton (fig 1. le chaînage intermédiaire en U (repère 4) ou en poutre horizontale coffrée armée entre 1/3 (H > 2 m) et 1/2 (H < 1. Fig. le radier (repère 5) .9). Fig. 1. Leur consommation en béton est de 100 l/m2. ils ne revendiquent pas les blocs à bancher pour les piscines ni pour l’anti-sismique. voir p.6 Schéma de maillage des fers de renforcement des murs en stepoc 13 . 1. Chaque rang est renforcé par deux fers horizontaux et chaque alvéole de stepoc est renforcée par un ou deux fers verticaux (fig. En revanche.5 m) de la hauteur du bassin (poussée de l’eau) . . . 1. ce qui lui attribue une bonne résistance à la coulée et à la pression du béton.7) se présente sous forme de creux empilable et emboîtable à sec. Le bassin en stepoc2 Stepoc. voici les trois appellations principales de cet élément de construction préfabriqué en béton. 1.5 Répartition du béton dans les stepoc lors de la coulée 2 Le bassin en stepoc. Une fois le bassin monté. . . . le treillis de renfort du radier (repère 6). Les catalogues des fabricants revendiquent le stepoc pour les piscines et pour la construction anti-sismique dans certains cas. On remplace les stepoc par un coffrage. cependant très utilisés en raiFig. 35. la profession lui préfère la version originelle en béton. car il consomme entre 110 l/m2 et 120 l/m2 de béton.1-LES BASSINS le chaînage haut en U (repère 2) ou en poutre horizontale coffrée armée .

3 Le CEMII 32. presque toutes les formes sont possibles ! CONSEIL CONSISTANCE DU BÉTON La consistance du béton pour couler dans les stepoc doit être celle d’une pâte à gâteau fluide. le radier (repère 4) . Le ciment C’est Louis Vicat qui inventa. Sa composition est très élaborée et correspond à des résistances et Le béton fibré Issu de la technologie des stratifiés (le mat de verre).7 Bassin en stepoc Le ciment classique le plus utilisé en bricolage est le CEMII 32. 14 . Fig. Si vous achetez séparément le gravier. le béton fibré est un béton auquel on ajoute des fibres pour de meilleurs résultats. 1. Pour le sable. de gravier.53 (voir en annexe le tableau des ciments pour plus d’informations techniques). Si l’on maîtrise le coffrage et le ferraillage. La base du ciment artificiel (ciment moderne) est le clinker (argile et calcaire). . un liant argilo-calcaire et de l’eau de gâchage. p. etc. L’avantage du béton est qu’il n y a pas de limite de réalisation. on prend une granulométrie allant de 0. . Chaque construction a son ciment.5 est le ciment utilisé à l’étude de cas. . gravier. On utilise du gravier et du sable dans un agrégat mélangé et prédosé appelé le paveur. les fers horizontaux de renfort au plan de joint (repère 3) . .5 à 1 mm. Le dosage usuel est de 300 kg/m3 à 350 kg/m3. Attention. l’hydraulicité. le treillis de renfort du radier (repère 5).).. Seule la mise en œuvre est un frein. vous pouvez vous reporter à l’annexe en fin d’ouvrage. C’est le liant des mortiers et bétons. Les bétons Le béton est un mélange entre des agrégats (sable. on prend en général une granulométrie de gravier allant de 5 à 20 mm. . Il est admis qu’1 % d’eau en excès réduit de 1% la résistance du béton. ce n’est pas la résistance du béton mais la proportion de ciment par m3 de béton prêt à l’usage (ciment + gravier + sable + eau). la prise par grand froid. votre béton perdra en résistance. le ciment artificiel à partir d’une formulation de ciment romain (optimisation scientifique des dosages et ajout d’éléments complémentaires). Le béton La figure 1. en 1817.9 montre un bassin en stepoc en coupe avec : l’arase (repère 1) pour mettre à la cote la hauteur du mur du bassin en fonction de la hauteur « H » d’eau désirée .LES BONS CHOIX TECHNIQUES des emplois spécifiques. le stepoc (repère 2) . Trop liquide. Des éléments d’addition sont incorporés pour améliorer la résistance. de sable de rivière et d’eau de gâchage (de ville ou de puits mais potable de préférence et pas d’eau de mer). 35. C’est le mélange de ciment.. Pour plus d’informations à ce sujet.

Il est très liquide. Pour les murs. rébarbative de prime abord. au malaxage. etc. la chape de finition doit être d’une épaisseur de 3 à 5 cm. Beaucoup de gens confondent la résistance du ciment en MPa et le dosage du mortier exprimé en kg/m3. . l’enduit doit être d’une épaisseur de 8 mm à 2 cm. de sable de rivière et d’eau de gâchage (de ville ou de puits mais potable de préférence et pas d’eau de mer). 4 15 .2 mm) puis taloché fin. Le gobetis est dosé entre 400 et 500 kg/m3. Ne peut remplacer que le treillis de fissuration . sa mise en œuvre reste une affaire de professionnel. celle-ci varie beaucoup. Son épaisseur est de quelques millimètres.5 Granulométrie courante de 0.8 Fibre polypropylène de 19 mm de longueur Le mortier C’est le mélange de ciment.5 mm à 0. Cet enduit est surtout utilisé pour les murs extérieurs. . Le dosage usuel est de 300 kg/m3 à 400 kg/m3. . est néanmoins très importante. c’est une couche primaire d’accrochage. Bien que très efficace. en Z ou en forme de tige. Fig.6 mm puis taloché fin. TABLEAU DE DOSAGE DOSAGE POUR UN MORTIER DE 1 M3 DOSÉ À 400 KG ÉLÉMENT SPÉCIFICITÉ ÉLÉMENT POIDS VOLUME Ciment Sable de rivière Eau CEM II 32. font que La résistance des matériaux (RDM)4 Avant de commencer votre piscine. . Pour le radier. L’enduit primaire est appelé gobetis dans le jargon. Aussi. à la propreté du sable. dosée à 350 kg/m3 avec du sable de 0. à la quantité d’eau. l’usage en maçonnerie veut que l’on parle en dosage pour implicitement donner un ordre de grandeur de la résistance de l’ouvrage.1-LES BASSINS Caractéristiques du matériau : Fibre plastique Matériau : base polypropylène Diamètre : 18µm Longueur usuelle : 6 à 19 mm Dosé : 600g à 900g/m3 Quantité : 1 dose de 600g contient environ 18 millions de fibres Fibre métallique : de différentes formes en agrafe. Cette finition est appelée taloché fin. L’enduit ciment est un mortier plus dosé en ciment avec un sable plus fin en général. le dosage correspond à une certaine résistance mais les fluctuations dues au ciment. Sa lecture est indispensable si vous voulez faire un revêtement carrelage. Naturellement.5 ou 0. . au dosage en volume. . . dosé à 500 voire 600 kg/m3 avec du sable (0. la fibre métallique peut remplacer le treillis de résistance.5 L’enduit L’enduit bâtard est le mélange de sable et de 50 % de ciment et 50 % de chaux et d’eau. il est important d’avoir quelques notions sur la résistance des maté- Cette partie. Il est projeté à la main (jeté) ou au compresseur d’air (le sablon) puis lissé à la taloche.6 mm Ville ou puit potable 400 kg 680 kg 1 1 Na 0. Attention. 1. ce n’est pas la résistance du mortier mais la proportion de ciment par m3 de mortier prêt à l’usage (ciment +sable + eau).

Cependant. lui. En règle générale. le béton ne travaille pas en traction mais en compression. La RDM nous enseigne que la flexion n’est pas homogène sur les deux faces de la dalle. car plus facile de mise en œuvre. il faut armer les deux faces du radier comme un plancher de maison. 5 Dans le cas d’une piscine. Ainsi. La contrainte de flexion Le treillis doit être posé côté face étirée lors d’une contrainte de flexion : le béton. il suffit d’observer et on se rend compte que le treillis est tiré avec un crochet de manière à ajuster la cote. par rapport à l’acier. plus votre revêtement est peu résiliant (carrelage) et plus vous serez obligé de construire rigide. qui. 16 . 4. il faudra renforcer par un treillis de résistance la face étirée. Comme le béton ne travaille qu’en compression. 1.10). Fig. La résistance à la compression du béton est de 14 fois supérieure à celle de la traction. 1. Dans ce cas. En piscine. l’enrobage A varie de 2 cm à 5 cm. 1. La corrosion fait gonfler les aciers qui éclatent le béton. À partir d’un radier de 12 cm et a fortiori à partir de 15 cm d’épaisseur.9 Flexion d’une dalle entre 2 points d’appuis SAVOIR-FAIRE RÉGLER LA COTE DE POSITIONNEMENT Pour régler la cote de positionnement il faut caler avec des accessoires appelés cales ou distanceurs. conserve ses caractéristiques en traction comme en compression. Mettre un treillis au milieu de la dalle n’a pas de sens pour la contrainte de flexion. C’est pour cela que beaucoup de radiers n’ont qu’un treillis. 2. La face supérieure est comprimée tandis que la face inférieure est étirée. suit des règles très précises liées à de savants calculs. Mais dans la pratique. REMARQUE LA FIBRE NEUTRE Le centre de la dalle n’est soumis à aucune contrainte de compression ou d’étirement. la déformation n’est pas évidente à prédéfinir en cas de sol meuble. Un radier armé correctement de treillis de résistance en haut et en bas ne fléchira pas en cas de mouvement du terrain. La résistance du béton Contrairement à l’acier. dans le jargon. l’épaisseur des radiers oscille entre 10 cm pour les kits et 15 à 20 cm5 pour un bassin en stepoc ou moellons. L’épaisseur du radier La théorie simplifiée des dalles de plancher en béton armé voudrait que l’épaisseur soit égale à 1/30° à 1/20° de la portée de la dalle. il est conseillé de mettre 2 treillis. soit le bas de la dalle dans l’exemple de la figure 1. C’est pourtant un réflexe naturel pour beaucoup de gens. c’est lié à la stabilité de votre terrain et au type de revêtement d’étanchéité que vous voulez mettre. l’usage veut qu’on ne mette qu’un seul treillis. et réaliser des passages d’accès. En fait.LES BONS CHOIX TECHNIQUES riaux et surtout de connaître le domaine d’application du béton armé. Une dalle en appui sur deux points et soumise à une charge centrale va fléchir. est moins résistant à la flexion. on utilise A = 5 cm afin d’éviter la corrosion des fers par infiltration d’eau. L’épaisseur du radier retenue pour l’étude de cas est de 20 cm. La distance de surface Le treillis doit se trouver à une certaine distance de la surface pour être efficace : l’enrobage du treillis (figure 1. Pour un radier de 10 cm d’épaisseur. On appelle le centre de la dalle : la fibre neutre. 3.10 Position d’un treillis d’un radier soumis à la flexion Fig. le radier étant posé directement sur le fond en terre du bassin.9. On peut se poser la questions de la précision de la cote A.

l’expert judiciaire se base sur ces documents.5 mm. comme le lui impose la loi Spinetta de 1978. En cas de litige. Il n’ y a pas de DTU pour les piscines privées familiales à ce jour. 17 . La piscine familiale enterrée extérieure n’étant pas considérée comme un bâtiment. reportez-vous à « La sismicité » page suivante LES NORMES ET GARANTIES Tout constructeur et ce. La construction du bâtiment est régie par les DTU6. Le propriétaire de piscine. donc comme un bâtiment. Treillis de fissuration et treillis de structure Les différences entre le treillis de fissuration et le treillis de structure sont le diamètre des fils (trame et chaîne) et la qualité de l’acier.1-LES BASSINS 5. achetée ou construite soimême. Chaque corps de métier a ses DTU. l’entrepreneur doit souscrire une garantie décennale bâtiment. est responsable pendant 10 ans vis-à-vis du maître de l’ouvrage des malfaçons rendant celui-ci impropre à sa destination. la France métropolitaine n’est pas une zone sismique très active. Par exemple un plafond en placoplâtre d’une maison individuelle doit avoir une rectitude7 de 3 mm sous la règle de 1 m. Comme toute construction de bâtiment. pour lequel le code des assurances considère le bassin comme couvert. : 200 x 200 mm acier : qualité basse Caractéristiques du treillis de structure : Ø mini du fil 5. Un carrelage doit avoir une rectitude de 5 mm sous la règle de 3 m.11 Globalement. : 200 x 200 mm acier : qualité moyenne à haute La piscine familiale enterrée de plein air est considérée comme relevant du génie civil : l’entrepreneur doit souscrire une garantie décennale génie civil. quelle que soit la nature de l’ouvrage réalisé. maille mini.5 mm maille mini. La pratique est plus empirique. Les calculs donnent une densité de ferraillage à respecter en fonction de l’épaisseur de la dalle. Beaucoup de bricoleurs pensent avoir bien fait (rassurant) en armant leur dalle d’un treillis mais bien souvent. Sauf dans le cas d’une construction de piscine intérieure. Pour plus d’informations. il semblerait qu’il n’y ait pas obligation pour un entrepreneur de souscrire une assurance garantie décennale. ils n’ont posé qu’un treillis de fissuration et non un treillis de structure. Caractéristiques du treillis de fissuration : Ø du fil 4. doit réaliser une extension de sa garantie civile et inclure le bassin dans le périmètre du 6 DTU : Documents techniques unifiés Rectitude : planéité mais sur un axe et non sur un plan 7 Figure 1. Comme pour le propriétaire (maître d’ouvrage) de souscrire une assurance de « Dommage – Ouvrage ».

deviennent les parois du bassin. le polyuréthane (sans odeur et à l’eau pour certaine) et l’époxy (la plus résistante et la plus chère). Le gel coat doit être garanti contre l’hydrolyse du sel. couche et finition. une fois retournés. Aussi. il est toujours très apprécié aujourd hui. 9 Fig. Ce type de revêtement n’admet aucun travail du bassin. très grande piscine. Il y a un gel coat pour chaque sous-couche.12 est un exemple de montage en stepoc et ferraillage du radier. surtout pour des bassins de luxes. Le gel coat et le stratifié Utilisé dans la construction des bateaux. c’est une simple extension du contrat « Responsabilité du chef de famille ». il faudra construire soit plus solide soit adapter le revêtement d’étanchéité (abandonner le carrelage par exemple au profit d’un revêtement plus souple de type liner ou PVC armé). ce n’est pas le carreau qui fait l’étanchéité mais le béton. les gel coat ont une tendance hydrophile naturelle et ils sont donc sensibles à l’osmose (le cancer des stratifiés). le gel coat. L’application de la technique d’un bateau mais à l’envers. si vous êtes dans une région à « risque ». On compte deux treillis de structures haut et bas du radier ainsi que des fers filants de renforts. Un enduit hydrofuge multicouche de forte épaisseur doit être appliqué sur les parois intérieures du bassin. la partie belle et lisse sera à l’intérieur du bassin. L’ÉTANCHÉITÉ DES BASSINS Contrairement aux idées reçues. Le ferraillage est le même que pour le plancher d’une maison.12 Pour revêtement carrelage. En général. 1. est à l’extérieur tandis que pour une piscine coque. C’est un système qui nécessite une construction « blockhaus » du bassin. et les murs qui soutiennent le plancher. ce produit issu de la technologie des stratifiés est la couche de peinture étanche des coques en stratifié.LES BONS CHOIX TECHNIQUES contrat. Les principales résines sont le polyester (la plus connue). Si le carrelage était autrefois utilisé dans le but principal d’étanchéifier les piscines. les formulations des gel coat ont évolués. d’un bassin pour carrelage ou ciment peint. le vinyle ester. Le mélange gel coat et stratifié polyester est aussi utilisé sur des bassins en béton. Le plancher de l’étage est le radier. 8 Le carrelage8 Le carrelage a longtemps été utilisé par les Grecs et les Romains pour étanchéifier9 les piscines après le marbre. Aujourd’hui. Cela permet des fantaisies de forme et surtout cela permet de s’affranchir d’un liner incompatible avec des formes « exotiques ». Cependant. mais à l’envers. LA SISMICITÉ Construire une piscine est une entreprise en soi donc autant s’assurer qu’un évènement extérieur ne viendra pas perturber l’ouvrage. Les produits de qualité ne posent plus de problème mais le risque est potentiellement toujours présent. Cela a été un vrai problème dans les années 1970 où beaucoup de bateaux de plaisance étaient « infectés ». La figure 1. Sur un bateau la partie lisse et belle. terrain instable 18 . Le radier ainsi que les murs doivent êtres coulés en même temps jusqu’au chaînage. On retrouve ce revêtement dans les piscines de luxe ou publique.

La soudure représente une petite marche de 1. Trois épaisseurs courantes de liner sont disponibles 50/10°. Figure 1. permet au bassin de travailler sans risque de fuite.13 Exemple de pose d’un PVC armé Le PVC armé est constitué de rouleau dont les lés sont coupés à la longueur désirée.5 mm. Un bon PVC armé doit être traité contre les UV. Le liner Le liner est le revêtement en vogue des années 1990. L’épaisseur totale du complexe est de 1. bassin etc. il a été retenu un liner d’épaisseur 75/100°. 19 .11 Un bon Liner doit être traité contre les UV. Ce type de revêtement extrêmement résilient permet au bassin de travailler sans risque de fuite. 1. extrêmement résilient (mais moins résistant à l’abrasion et à la perforation que le PVC armé). un stratifié ou un ciment peint. Ils sont ensuite assemblés par soudure au fer à souder à air chaud10 puis un joint de colle PVC liquide parfait l’étanchéité de la soudure. Fig.14 La conception (forme. Bien penser votre piscine visuellement et techniquement vous aidera à faire les bons choix techniques 11 Pour l’étude de cas de cet ouvrage. Il est très résistant à l’abrasion et il permet surtout des fantaisies de forme mais moindre par rapport à un carrelage faïence ou un gel coat.1-LES BASSINS Le PVC armé C’est la nouvelle vogue en termes de revêtement souple des bassins. Il permet des formes plus complexes qu’avec un liner mais toujours moins sophistiquées qu’avec un carrelage.14) soudée par ultra-son (technique industrielle de soudure des plastique dont le PVC). 75/100° et 80/100°. Il s’agit en fait de deux liners assemblés avec un tissu polyester pris en sandwich. Ce type de revêtement. C’est une poche en PVC (voir figure 1.5 mm. 10 Fer à souder à air chaud : appelé plus couramment Leister (marque déposée de fer à air chaud).) et le choix des matériaux sont trés liés.

4) n’est donc pas un luxe contrairement aux idées reçues. pesticides (vent). matières fécales. protozoaires.2L Remplir sa piscine avec l’eau du réseau urbain est une simplification de la gestion de son eau de baignade et moins de produit chimique dans le bassin ! 2 E TRAITEMENT DE L’EAU Voici une étape très importante de votre piscine. 3 LES POLLUANTS DE L’EAU3 On compte les polluants parmi les éléments suivants : Les particules : résidus solides tels que vase. vous n’aurez pas plus de problèmes de pollutions qu’avec votre eau du robinet. La première étape est de réaliser un traitement physique de l’eau par un tamis (le filtre) afin d’enlever toutes les grosses particules et impuretés. il faudra engager des actions fongicides et algicides plus conséquentes qu’avec de l’eau du robinet2. dégradation biomasse (vent et pelouse proche bassin)… Les contaminants biologiques : virus. poussières… Les impuretés inorganiques : tous sels solubilisés tels que le fer et l’aluminium. . il y a dégradation.5-9. Comme la filtration n’aura pas enlevé les bactéries. lesagencesdeleau. le carbonate de magnésium et de calcium formant le tartre… Les impuretés organiques : huiles solaires. rivières et puits n’égale pas toujours celle de l’eau du réseau urbain loin de là. cheveux.0-8.1 EXEMPLE DE TABLEAU L’EAU DISTRIBUÉE DANS LA RÉGION LYONNAISE (AVEC NORME EN ROUGE) DURETÉ OU TH (°F) PH CONDUCTIVITÉ EN µS/CM SULFATES (MG/L) CHLORURES (MG/L) NITRATES (MG/L) À SAVOIR LA DOUCHE : UNE INSTALLATION NON NÉGLIGEABLE Le pollueur le plus important pour l’eau d’une piscine.0 310-410 - 25-39 10-16 5-8 >15 <250 <200 <50 Cependant. dans les piscines publiques. urines. c’est le baigneur non douché. sueurs. cela voudra dire qu’outre les paramètres classiques de pH. forment en ammonium qui se transforme… C’est le cycle de la vie. pour une piscine. . le sulfate. Mais. L’eau (symbole chimique H2O) est un élément extraordinaire et indispensable à toute vie. par exemple. cela prend un sens différent et cette propriété vertueuse se transforme en contrainte quotidienne voire en cauchemar si la filtration et le traitement de l’eau sont mal adaptés. C’est un complément indispensable à votre stratégie de désinfection de l’eau de votre bassin. colloïdes (matière organique servant de bus de transport aux bactéries et virus globe-trotters). Vous y baigner deviendra un réel plaisir. TAC. Si vous êtes l’heureux propriétaire d’un captage d’eau naturelle et que vos analyses obligatoires indiquent une eau potable. TH . vous pouvez consulter le site http://www. 18-22 7. L’eau Pour plus d’information. L’idéal serait de filtrer le plus finement possible pour supprimer les bus de transports des contaminants biologiques. il faudra désinfecter par un traitement chimique ad hoc. Votre eau sera écologiquement riche. Mais pour une piscine. des végétaux qui avec l’azote se trans- 20 . rouille. Dans la nature. la qualité de l’eau des lacs. germes et kystes. on se lave avant de se baigner ! L’installation d’une douche (voir figure 3.0 6. Cela ne veut pas dire que la précédente ne l’est pas mais in fine c’est le traitement de l’eau qui vous fera aimer votre piscine. levures… . bactéries. En effet. .fr 1 L’eau du robinet est très surveillée et les installations industrielles de traitement des villes font pâlir l’utilisateur de piscine et le chimiste en herbe que nous sommes.

Le diagramme d’équilibre de l’eau Comme vous ne pouvez mesurer avec des bandelettes ou avec un réactif liquide pour piscine. Fig.5 pour le PHMB. TH > 35°f Quand le pH est réduit ou augmente de 1 en valeur.5-6. 7.6 4 5. 4 En piscine publique le TH n’est pas réglementé mais il est préconisé de le maintenir entre 10°f <TH< 20°f. soit pH soit le TH.9 < pH <7.2-LE TRAITEMENT DE L’EAU Caractéristique d’une eau de piscine En tant que particulier vous n’aurez pas les moyens techniques de caractériser votre eau comme le font les techniciens du réseau d’eau publique ou des piscines publiques. 5 En piscine publique le TAC n’est pas réglementé mais il est préconisé de le maintenir entre 10°f <TH< 30°f. soit le TA (mais TA <> TAC).2 pour le brome . L’unité est le degré français (°f ). donné pour une eau à 20°C Le pH6 C’est le « potentiel hydrogène » de l’eau correspondant à un équilibre chimique entre le TH et le TAC. Dans certains cas.9< pH < 7. Une eau basique ou alcaline a un pH > 7. EXEMPLE DE PH QUELQUES VALEURS DE PH DE PRODUITS COURANTS JUS DE CITRON VINAIGRE VIN BLANC JUS DE RAISIN EAU PLUIE 2. 6. Une eau douce a un pH à 7. . il faut déduire le TAC à partir de la table de Taylor ! Pour plus d’information.8< pH < 8. Le TAC (titre alcalimétrique complet ) 5 Le titre alcalimétrique complet ou « tampon de l’eau » dans le langage courant est la concentration en ions carbonates et bicarbonates. il suffit de reporter les valeurs mesurées sur le graphe et de les joindre par un trait. ATTENTION TA ET TAC Les bandelettes «Total Alkalinity» ne mesurent pas le TAC mais le TA (alcalinnité totale). 6. Une eau acide a un pH < 7.3 2. l’acidité ou l’alcalinité varie dans un rapport de 10 ! C’est ce qu’on appelle une échelle log (logarithme de base 10). soit une combinaison des deux mais jamais les trois. 10°f < TH < 20°f Eau très dure. . au TH et au TAC. L’unité est exprimée soit en degrés français (°f ) soit en particule par million (PPM). 6 21 . TH < 10°f Eau dure. ou table de Taylor.1 ci-contre. Plus le TAC a une valeur élevée et plus il sera difficile d’ajuster son PH. Eau douce. . . . .8 2. La droite ainsi tracée coupera En piscine publique le pH est réglementé et il est fonction du désinfectant choisi. Aussi. 2.8-3. les paramètres se réduisent au pH. Même si dans certains cas TA=TAC. On dit qu’elle a un pH neutre. reportez-vous à la figure 2.1 Diagramme d’équilibre de l’eau. la seule solution est de vidanger partiellement voire complètement le bassin pour ramener le TAC dans des valeurs gérables.5 Le TH (titre hydrotimétrie) 4 Le titre hydrotimétrie ou la « dureté de l’eau » dans le langage courant est la concentration en ions calcium et magnésium.7 pour le chlore .

il est fortement conseillé de mesurer régulièrement le pH de son eau. Socle de stabilité 6. Diffuseur : l’eau arrive par le haut et se répand sur le sable 2. En mode régulation pH automatique7. 2. 7. Il existe plusieurs systèmes de filtration mais voici les principaux étudiés dans le cadre du projet.2 m/h pour une épaisseur de sable de 0. Purge automatique pour évacuer l’air emprisonné pendant la filtration 9..15 à 0. des piscines publiques et des systèmes communaux de traitement. lavage. le filtre à sable est le grand système de filtration des piscines privées.4 à 0. TH ET TAC. Cuve en plastique ou fibre de verre 3.LES BONS CHOIX TECHNIQUES l’axe de l’indicateur manquant..1 à 0. Fig.5) ! LA FILTRATION La filtration est basée sur le principe de l’échange mécanique. 1. En effet avec une vitesse de filtration de 0. il devient difficile de réguler le pH. La solution : vider partiellement voire totalement si l’eau est trop tamponnée et ajouter de l’eau neuve. le pH n’est plus un souci mais il faut quand même surveiller son TH de manière à contrôler l’effet tampon de l’eau. Bouchon purgeur manuel d’air 8. L’eau traverse d’abord la couche de sable fin puis celle du sable grossier. 22 .) Réguler son pH permet d’avoir une eau douce mais permet en gérant le TH de maîtriser le pouvoir tampon de l’ eau (TAC). Lorsque le TAC est trop élevé. Le rôle de celui-ci est d’empêcher l’obturation des trous de la crépine par contact direct avec le sable fin.6 mm en général) est au-dessus de la première couche et c’est elle qui filtre l’eau arrivant du bassin. vidange.2). Sa finesse de filtration varie entre 50 et 25 µm selon la granulométrie du sable choisi et la vitesse de passage de l’eau. Il est simple et rustique. Collecteurs avec crépines de collecte de l’eau filtrée 4.30 mm. etc. Il n’y a plus qu’à lire la valeur.2 Coupe filtre à sable Side CONSEILS PH. l’eau produite est potable. Vanne 6 positions pour distribution (filtration. En mode manuel.. Un pH à 7. 7 Le mode régulation du pH automatique est l’option choisie pour l’étude de cas de cet ouvrage.. Avec des caractéristiques différentes.6 m de granulomètrie variant de 0. Une vanne multivoie (repère 7 figure 2. Couvercle pour accès intérieur filtre (chargement sable) La filtration à sable Source : Centre international de l’eau et de l’assainissement / IRC 1991 8 La filtration lente sur sable se passe de stérilisation8. La deuxième couche de sable fin (0. La première couche de sable de plus grosse granulométrie (2 à 4 mm) est au niveau de la crépine (repère 4 sur la figure 2.2 permet d’être ciblé sur le pH du liquide lacrymale des yeux (entre 7 et 7. lavage. Plus je prends mon temps et meilleur est le résultat. On dit que l’eau est tamponnée.2) permet de sélectionner six modes d’utilisation du filtre (filtration.). Bouchon de vidange 5.

Il y a un risque d’encrassement avec des eaux calcaires.. mon filtre à sable devrait avoir une surface de 1. Avec une vitesse de filtration préconisée de 0. Les bonnes pratiques en piscine publique Pour une filtration sable. Idéalement. on trouve ce système sur les piscines à faible volume d’eau ou lorsqu’il y a un problème de place pour le système de filtration. la filtration à sable est la filtration choisie pour l’étude de cas de cet ouvrage. par exemple..2-LE TRAITEMENT DE L’EAU Un petit exercice. La durée de vie d’une cartouche varie entre 600 et 1 000 heures. Certaines cartouches sont incompatibles avec un traitement PHMB.09 m3/h soit 177 fois plus faible que le débit actuel de mon filtre à sable ! Et si je devais respecter la vitesse de 0.. Le contre-lavage du filtre ne demande pas de démontage (petit avantage. Une cartouche coûte entre 10 et 150 €. Pour obtenir une bonne filtration. Pour des raisons de maintenabilité.2 m/h. le filtre à cartouche est considéré comme inadapté aux bassins de collectivités. malgré sa performance de filtration et sa faible perte de charge. Pour une vitesse de 35-40 m/h.45 m2. À titre indicatif. Certains filtres utilisent la technique des plis pour augmenter la surface d’échange.5 à 1 m/h. La fréquence de lavage est importante si le volume est supérieur à 30 m3. La filtration à cartouche Habituellement. la règle est d’avoir une hauteur de sable d’au moins 80 cm (1 m en pratique). Un autre inconvénient est la perte d’eau lors du contre-lavage9. La finesse de filtration varie entre 40 à 20 µm pour les filtres synthétiques et de 20 à 5 µm pour les filtres à base de fibres végétales. elle est lente puisqu’elle est de 0. nous sommes condamnés à désinfecter chimiquement notre bassin. Les bonnes pratiques en piscine publique. une floculation.6 de granulométrie. mon débit sera de 0. 9 23 . Les capacités des filtres à cartouche varient maintenant de 6 à 39 m3/h.2 m/h.3 fois ma piscine ! Ce petit exercice pour montrer que le couple « vitesse de filtration/finesse de filtration » joue un rôle très important dans la qualité de l’eau traitée et que. hauteur de sable de 1 m. par manque de place et de coût. car on a souvent le filtre de la pompe et les filtres des skimmers à démonter aussi). Les inconvénients Un des inconvénients est que cela demande un peu de tuyauterie. Mon filtre à sable de 760 mm de diamètre a une surface simplifiée S de 0. Les avantages L’encombrement est faible ce qui permet de l’intégrer aisément dans un local technique préfabriqué enterré qui se trouvera proche du bassin. Les inconvénients On est obligé de démonter la cartouche pour la laver (dans tous les cas de figure. un traitement algicide à base d’ammonium quaternaire. finesse de filtration 20 à 25 µm. la finesse de filtration est de 40 à 15 µm. Les prix sont jusqu’à deux fois moins chers qu’un filtre à sable.. Constitué d’un cylindrique contenant la cartouche filtrante synthétique. Les avantages L’avantage majeur est la simplicité de fonctionnement et un élément filtrant (le sable) à « vie ». Cette filtration génère un bio-film qu’il convient de nettoyer lors de l’hivernage du bassin. le préfiltre de la pompe doit être démonté pour lavage). cela nécessite de la place. sable de 0. une vitesse de passage de l’eau de 20 m/h bien que certains filtres arrivent à une vitesse de passage de l’eau à 40 m/h voire plus. Quant à la vitesse.4 à 0.

2.4 à 2. 1. 24 . La vitesse de filtration ne doit pas dépasser 5 m/h.LES BONS CHOIX TECHNIQUES La filtration à diatomées La diatomite est une poudre blanche obtenue par concassage et calcination d’une roche de faible densité poreuse provenant de la fossilisation d’algues microscopiques : les diatomées. Il y a un risque d’encrassement et d’entartrage si l’eau est dure. Lorsque la pompe s’arrête. sable.3 Coupe filtre à diatomée Pro Grid Les avantages On obtient une très belle qualité de l’eau grâce à sa finesse de filtration. C’est peut-être le mariage entre un filtre à cartouche et un filtre à sable ? En effet. Dans ces conditions.1 à 3 µm. selon la diatomée. le résultat escompté se traduit par une finesse de filtration de 0. Les inconvénients Cela demande un peu de tuyauterie. entre 5 et 10 µm. 2. car on a souvent le filtre de la pompe et les filtres des skimmers à démonter aussi). p.5 kg/m2 de toile soit une épaisseur par toile de 1. Malgré les contre-lavages. L’eau après être passée dans le filtre (cartouche. Le prix d’un filtre est en moyenne de + 40 % par rapport à un filtre à sable. il y a saturation des alvéoles nécessitant un changement complet de la diatomée.Tubulure d’entrée et de sortie de l’eau 6. Le circuit du système de filtration Le but du système de filtration est de prendre l’eau du bassin puis de la faire passer dans un ensemble d’éléments qui retient les impuretés (organiques et inorganiques) et renvoie l’eau « propre » dans le bassin. Les bonnes pratiques en piscine publique La granulométrie est de 15 à 45 µm. La finesse de filtration varie. Pour cela. a une structure alvéolaire de type nid d’abeille. Le contre-lavage du filtre se fait sans démontage (petit avantage. la diatomée vient se déposer uniformément sur la paroi du filtre. Cuve en plastique résistant anti-corrosion 3. La diatomée.4).4 Schéma de principe d’une filtration à filtre à sable à l’instar de l’étude de cas de cet ouvrage (voir partie 2. la diatomée retombe au fond du filtre.3) qui retiennent la diatomée en suspension dans l’eau.5 à 1. On charge le filtre en versant directement devant les skimmers la diatomée.8 mm. Une épaisseur de quelques millimètres est ainsi créée. On recharge environ 1/3 de diatomite. au microscope. la prise balai peut être branchée en direct ou en cas d’utilisation d’un robot. Purgeur manuel 2. Lorsque la pompe marche. 35) Pour le nettoyage. La diatomée est perdue à chaque contre-lavage du filtre. Fig. il est constitué comme un filtre à sable mais avec des poches synthétiques (repère 3 figure 2. Grille synthétique retenant la diatomite 4. Collier serrage des deux demi cuves 5. 2. Bouchon de vidange de l’eau Fig. on prélève l’eau par deux écumeurs de surface ou skimmers (1 skimmer pour 3 m linéaires de paroi) et une bonde de fond. La quantité de diatomite est de 0. diatomée) repart vers les deux buses de refoulement. passée par un surpresseur (fig.

5). ce sont les diamètres extérieurs et l’épaisseur est en général de 4 mm.. c’est le point faible des pompes. La forme du bassin est aussi adaptée afin de favoriser les mouvements d’eau. Attention. En cas d’utilisation d’un robot avec surpresseur. il y a quelques règles et précautions à prendre. La bonde de fond contribue à l’homogénéisation du désinfectant dans le bassin (partie grand bain). Il y a deux éléments importants qui font la différence de qualité. La tuyauterie des pièces à sceller doit être tirée en PVC souple pression.48 H7.5]/21220= 7.5 m3/h – le refoulement : D=[60x(50-2x4)2x2]/21220=9. Avec une vitesse d’eau de surface importante. des compresseurs. La bonde de fond.. votre eau peut virer dans la journée.2-LE TRAITEMENT DE L’EAU La bonde de fond Doit-on mettre une bonde de fond ? Il existe deux écoles à cette réponse. Panier préfiltre Corps résistant aux corrosions chimique et saline. Le souple est plus cher. Au-delà des vitesses préconisées. Une mauvaise qualité et vous avez une fuite d’eau vers le moteur. de tout ce qui tourne et qui a besoin d’être étanche. La deuxième école. mais il est plus facile à faire courir dans une tranchée et peut absorber les mouvements de terrain surtout dans la jonction bassin local technique. Il y a trois diamètres de tuyaux PVC couramment utilisés le 32 mm. La première considère que la bonde de fond est inutile et que tout doit se faire par la surface. Couvercle transparent 5.97 H 10 m3 /h. ce qui donne pour : – l’aspiration : D= [60x(50-2x4)2x1. Le joint tournant (repère 2 figure 2. Dans tous les cas. La tuyauterie Le tuyau est un élément pour lequel il ne viendrait pas à l’idée de se poser dix mille questions. Sans elle. La pompe de filtration C’est le cœur de votre filtration. lorsque le bassin en est pourvue. Et pourtant..5 Exemple de pompe (Max Flo) 25 . inspirée des piscines publiques dont la norme impose qu’au moins 50 % du débit soit fait par l’ eau de surface. Appliquons la formule qui va bien. Si le départ de votre ligne électrique du local Fig. le fonctionnement en piscine publique est 24/24 h. permet de baisser le niveau d’eau pour un hivernage passif. Le régime de l’eau dans les tuyauteries est turbulent (comme un torrent).. 2. Si votre pompe tombe en panne en pleine saison chaude. Moteur électrique asynchrone 200 V alternatif 2. une partie des saletés sont mises en suspension pour que la bonde de fond les aspire. Certains la tirent en rigide. FORMULE LA FORMULE Débit (m3/h) = [60 x 2 (mm) x V (m/s)] / 21220. les tuyaux doivent descendre verticalement jusqu’au trottoir du radier et courir sur un lit de sable le long des murs. Les bonnes pratiques en piscine publique : les DTU limitent la vitesse dans les tuyaux PVC d’aspiration à 1. il n’y aurait pas de circulation d’eau donc pas de traitement de l’eau. En régime turbulent. en cas de pluie ou pour vidanger le bassin (changement liner ou renouvellement de l’eau par exemple). toutes les matières invisibles polluantes sont drainées jusqu’aux skimmers.5 m/s et de refoulement à 2 m/s. il y a dégradation des matériaux par érosion. considère que la bonde de fond peut alors assurer les autres 50 %. le 50 mm et le 63 mm. Turbine 4. 1. Exemple : mes tuyaux ont 50 mm et 4 mm d’épaisseur. Attention. Joint tournant en céramique 3. il y a risque de cavitation. Le bloc de filtration est spécifique et basé sur un filtre à poche ou cartouche.

5) doit être stable dimensionnellement (reprise d’eau notamment) et être résistant à l’érosion de l’eau et des produits chlorés comme salins. Elle est sans garantie et donnée à titre informatif.2 est une formule que j’ai mise au point par analyse des systèmes de piscines existantes. La pompe doit avoir un débit capable de renouveler l’eau du bassin en 3 ou 5 heures pour certains ou en 4 ou 6 heures pour d’autres.5 m © T= 4 heures Attention.42 x 44-1.10 En ce qui concerne le débit. La formule D = 0. Il vaut mieux prendre du bon matériel ! En piscine publique. 1. Les deux ont raison car si l’on regarde la courbe. 11 TABLEAU TEMPS DE FILTRATION TEMPÉRATURE DE L’EAU °C 10 12 16 20 24 28 ET + TEMPS DE FILTRATION 2H 3H 5H 7H 8H 9H ÉTUDE DE CAS LE CHOIX DE LA POMPE Mon choix de pompe a été influencé par deux pisciniers : pour 16 m3/h et pour 18 m3/h. ad minima. La température de l’eau donne le temps de filtration (voir tableau). car le même modèle m’a été donné pour 16 m3/h et pour 18m3/h. 12 Une pompe est caractérisée par un débit sous une colonne d’eau H exprimée en mètre (figure 2.2 soit D H 17 m3. À 18 m3/h elle a une colonne d’eau de 8 m ou perte de charge de 0. Application de la règle piscine publique à son bassin. L’usage veut que l’on considère. Par allégorie on peut dire que la 26 . ÉTUDE DE CAS APPLIQUER LES FORMULES.42 *S -1. Le matériau de la turbine (repère 3 figure 2.75 m3/h. 4. H < 1. Puis. La pompe a un débit théorique de 16 m3/h. La puissance mécanique c’est ce qui sert à garantir pour une colonne d’eau ou perte de charge. Ce qui veut dire. c’est 16 ou 18 ? À 16 m3/h la pompe choisie a une colonne d’eau de 9 m ou une perte de charge de 0. ne prenez pas la mécanique pour l’électrique ! 13 En général.LES BONS CHOIX TECHNIQUES technique n’est pas protégé par un différentiel 30 mA. ma pompe est capable d’assurer les deux débits mais pour une colonne d’eau différente. soit avec un renouvellement en 4 h. Utilisez la formule suivante11 D = 0. Si je veux la comparer avec une autre pompe. 2.42 *S -1. quand vous comparez les puissances entre les pompes..5 = 44 m2. Le débit D de la pompe sera : D = 0. Il faut donc savoir à quelle colonne d’eau. 3.8 bar.6 page suivante). le débit de la pompe. Le temps de filtration (heures de fonctionnement de la pompe) doit être égale au temps d’ensoleillement.9 bar. la puissance13 de la pompe affichée est la puissance mécanique et non la puissance électrique absorbée. Comment comparer les pompes ? Les fabricants ou les revendeurs donnent la performance des pompes en choisissant sur la courbe un point de fonctionnement. Et dans la pratique. Le volume d’eau est de 63 m3. c’est une panne électrique très facile à diagnostiquer : les « plombs » de la maison sautent. Débit théorique de ma pompe. le débit annoncé correspond. 10 Voir en annexe 5. il faut chercher sur la courbe le point équivalent à la pompe que vous comparez.5 m © T= 1 heure 1/2 H > 1. il me faut choisir la valeur de la colonne d’eau puis comparer les débits.. l’une des quatre règles suivantes.2 avec D pour débit en m3/h et S pour surface du bassin en m2. le temps (T) de renouvellement pour déterminer le débit de l’installation est fonction de la hauteur (H) de l’eau du bassin (pour un bassin de baignade et non de jeux). une pompe capable de tourner au plus forte chaleur jusqu’ à 10 à 12 heures par jour. le débit de la pompe doit être de 63/4 = 15.12 Application de la formule (4) à son bassin dont la surface est de 8 x 5. la liste des matières plastiques et leurs dénominations commerciales.

est l’équivalente à la quantité d’essence que vous mettez dans votre voiture pour que votre moteur vous délivre les x chevaux prévus. Projecteur.55 kW. sable. . .7 Pince ampérométrique de contrôle de la consommation du courant de la pompe 27 . position: à 1 à 2 cm sous l’arase et 1 skimmer pour 3 m de paroi avec départ à 70 cm minimum de l’angle du mur . cette pompe en fonctionnement consomme 4. Prise balai. diatomée). position : à 70 cm sous l’arase et au milieu de la longueur si 1 projecteur ou à 1/4 du mur si deux projecteurs. Position des pièces à sceller Écumeurs de surface ou skimmer. la puissance catalogue est de 0. 14 Fig. Buse. est le système de désinfection naturel des eaux extérieures (en cas d’orages par exemple). L’appareil est constitué d’une chambre d’ozonisation avec une injection d’air.92 kVA de consommation électrique pour 0.55 kW de puissance mécanique.2-LE TRAITEMENT DE L’EAU Quelle sera la perte de charge de mon circuit de filtration ? Voilà une autre bonne question ! Car après avoir déterminé le débit de renouvellement de l’eau du bassin.01 A. vous pouvez vous reporter à l’annexe 4 à la fin de cet ouvrage. Cependant. La différence entre les deux s’appelle le rendement dont le symbole est . position : à 30 cm sous l’arase .6 Courbe de ma pompe puissance électrique absorbée. il faut estimer la perte de charge du circuit pour trouver d’après les courbes des pompes le débit « vrai ». Après vérification à la pince ampérométrique. LA DÉSINFECTION DE L’EAU Le traitement à l’ozone L’ozone dont le symbole est O3.92 kVA. 2. 2. 0. Mais on doit l’estimer plus ou moins empiriquement !14 Attention. le débit de la pompe (même théorique) doit toujours être inférieur ou égal au débit du filtre (cartouche. Sa puissance électrique absorbée est selon la formule P = U x I . Les pièces à sceller Voici la liste des pièces à sceller qui doivent être intégrées au bassin : les deux skimmers . C’est seulement une fois l’installation réalisée que l’on saura si l’on a fait juste ou pas.) H [m] 15 10 5 0 0 5 10 15 20 25 Q [m3 m⁄h] Pour plus d’information. 4. . la bonde de fond . les buses de refoulement (choisir des buses de refoulement à jet orientable. ce système bien que séduisant ne Fig.01A x 230V = 0. position : à 50 cm sous l’arase et à 70 cm minimum d’un angle de mur . Si on reprend ma pompe.

Ce traitement convient en général à de faibles bassins < 30 m3. leurs effets sont annihilés. un complément de fond chlore ou brome lui est généralement associé. À RETENIR LA DÉSINFECTION O2 + chlore actif = bonne désinfection H2O2 + chlore actif = ne désinfecte pas. Le traitement à l’oxygène actif L’oxygène actif de symbole O2 est un traitement chimique non rémanent bien que certaines formulations récentes le revendiquent.4 mg/l) dans l’eau arrivant au bassin. La désinfection doit se faire et se finir entièrement dans les canalisations. Sans goût ni odeur. Il reste encore cher pour un particulier (3 500 € en 2002). Cette particularité a été découverte au début du siècle ou l’on a constaté un arrêt du développement des bactéries soumises à un fort ensoleillement. Le traitement aux UV Fig. Certaines villes traitent leur eau potable avec ce système afin de réduire le taux de chlore qui reste encore le traitement chimique officiel des eaux potables. Le H2O2 est aussi la forme thérapeutique de l’« oxygène actif » (peroxyde d’oxygène). Il peut être couplé avec un traitement de fond au chlore ou au brome. l’UV est autorisé avec en complément un traitement rémanent. Un bac de désozonation pour dégazage ou une filtration sur charbon actif est obligatoire. Sous forme liquide à verser dans le bassin ou en forme de pastille. L’eau passe dans une chambre ou une lampe émettant dans la longueur d’onde des UVC germicides. Certains produits de piscine sont à base de peroxyde d’oxygène et en cas de complément au chlore. l’ozone doit être en contact avec l’eau pendant au moins 4 minutes pour la désinfecter. départ usine. En piscine publique. À titre indicatif. Sa présence ne change pas le pH de l’eau mais il est détruit par les fortes températures. en 2002. 28 . Plus aucune trace dans l’eau du bassin. La réglementation des piscines publiques n’autorise aucune trace d’ozone dans le bassin. D’autres produits utilisant l’appellation « oxygène actif » sont à base de monopersulfate de potassium. les premiers prix étaient de 1 250 €. En piscine publique. La puissance doit être au minimum de 25 000 µWs/cm2 (micro Watt seconde par cm2). En effet. L’O2 désinfecte l’eau et oxyde les impuretés organiques. certains fabricants proposent des produits pour bassin allant jusqu’à 60 m3 d’eau. 2.8 Spectre des ondes électromagnétiques émises par le soleil L’UVC du spectre électromagnétique est germicide entre 250 et 260 nm. Cependant. Le traitement non rémanent obligeant à fonctionner régulièrement. il est considéré comme un produit écologique. la réglementation interdit toute trace d’ozone (<0. irradie le fluide circulant. Cette propriété est utilisée dans le cadre de ces appareils de traitement des eaux.LES BONS CHOIX TECHNIQUES s’auto-suffit pas et un complément de fond au brome est vivement conseillé et nécessaire. Ce traitement est non rémanent. ce produit reste encore cher. hors installation.

Ainsi. il contient en élément additif complémentaire. On trouve dans les boutiques des petites pompes à cartouches céramiques basées sur la technologie de la nanofiltration pour vous fabriquer quelques litres à partir d’une eau de puits groupie. sous forme liquide il est versé dans le bassin. les appareils de traitements électro-physiques. En dessous de pH 7. Chaque classe a ses propriétés. les bromamines deviennent irritantes. Le brome est un grand classique en piscine. Comme le chlore. Il dégage des vapeurs très dangereuses (mortelles selon la dose) et très corrosive. . le PHMB a été testé de 1988 à 1991.01 micron de millimètre à 0. ATTENTION Le traitement par nanofiltration Le traitement des eaux saumâtres des aventuriers et des armées. . le brome est utilisé à l’état liquide (couleur brun rouge). dans les documents médicaux. . En piscine. le brome à base chlorhydrique est couramment stabilisé aux UV à l’acide isocyanurique. Le brome génère de la bromamine au contact des déchets ammoniaqués (résultat de la désinfection) non odorants. ce traitement revendique : une insensibilité aux UV. Le brome est rémanent. car il est très difficile de savoir exactement ce qu’il y a dans un galet : Brome + Chlore + Dyméthyl Hydantoine. stérilisant. Exemple de composition d’un galet brome. LES INCOMPATIBILITÉS Le PHMB est incompatible avec le chlore. En piscine publique. Il n’a jamais été utilisé dans le traitement de l’eau potable. Un excès de produit avec un mauvais pH.0001 micron. sans goût ni odeur. En 1826. Antoine J-Balard découvre chimiquement le brome et l’appelle Bromos (origine grecque signifiant puanteur). le brome. 29 . . l’ eau devient verdate si la dose de brome est trop importante. Le biguanide. la technique nécessite des installations conséquentes. Ce qui est retenu part à l’égout. Une pression pousse l’eau à travers une membrane ultrafine.2-LE TRAITEMENT DE L’EAU Le traitement au brome Le brome (couleur pourpre royal) fut utilisé par les Romains pour la teinture des tissus des riches praticiens. L’eau qui passe est pure et consommable. Puis l’accord n’a pas été prorogé jusqu’à ce janvier 2006 où l’agrément pour 3 ans a été accordé en attente de l’inscription du produit dans la réglementation européenne sur les biocides (98/8/CE). on retrouve les molécules de biguanide aussi bien pour le traitement de certains diabètes comme dans certains produits désinfectants hospitaliers. . est une classe de molécule d’antiseptique comme l’insuline ou la sulfamide. fongicide. du chlore ou de l’oxygène actif.001 micron à 0. . Il est très soluble dans l’eau. En piscine publique.0. Devenu procédé industriel de traitement des eaux potables. La nanofiltration va de 0. Filtres à charbon actif. elle est moins sensible à l’élévation du pH. une longue durée d’action (rémanent). bactéricide. D’autres éléments viennent finir la formulation selon les fabricants. l’adoucisseur d’eau. Le PHMB Le chlorhydrate de PolyHéxaMéthylène Biguanides ou appelé commercialement aussi « Polymère d’Hexa Méthylène Biguanide » est un désinfectant des années 1990 des piscines publiques entre autres. Le passage d’un traitement chlore à PHMB et vice versa nécessite la vidange du bassin. concentration idéale de PHMB entre 30 et 50 PPM. La cinétique de solubilisation des galets de brome étant plus lente que celle du chlore. Il est sensible au pH.001 micron alors que l’osmose inverse va de 0. Utilisé en piscine privée il n’est pas pur : traditionnellement.

La littérature est riche sur le sujet et les auteurs intarissables. le chlore se met au travail indépendamment du fonctionnement de la pompe. Il ne sera rapporté que l’essentiel utile à un bricoleur/baigneur. Les fabricants donnent une durée de vie des électrodes d’environ 10 000 heures ou de 3 à 5 ans selon la maîtrise du TH et pH. En effet. Chloramine Chlore combiné Autres formes Le traitement au chlore Le désinfectant universel en matière de traitement de l’eau potable depuis 1911. Un bon chlore : le chlore actif et le chlore potentiel. Mais un pH > 8 fera tomber ce taux à moins de 25 %. utilisent principalement de l’acide isocyanurique (AC). Le pH a tendance à augmenter. Le bassin est salé à 4g/l contre 30g/l pour l’eau de mer. Le résultat de la désinfection est le chlore combiné avec les chloramines. L’électrolyse du sel génère de la Javel (hypochlorite de sodium et chlorure de sodium) qui au contact de l’eau se transforme en soude et en acide hypochloreux. Le chlore est un produit rémanent. obligeant à terme à une vidange du bassin. on commence à avoir un bon retour d’expérience sur ce produit et à connaître ses bons et ses mauvais côtés. il faut un temps de traitement plus important qu’avec un produit rémanent. Les versions stabilisées (piscine de plein air) aux UV. À ce jour. l’eau de votre réseau urbain est traitée au chlore plus ou moins fortement si la société en charge de l’eau a équipé ses installations de traitement complémentaire type ozone ou UV par exemple. Le chlore pur des piscines publiques couvertes. Puis en 1789. Le chlore a été découvert par le chimiste suédois Schelle. Le produit est actif uniquement dans la canalisation car une fois dans le bassin. 30 . Il en mélange avec l’eau du village de Javel et découvre le pouvoir désinfectant de ce nouveau produit. n’a pas de stabilisant. un appareil est inséré entre la sortie du filtre et l’injection des buses de refoulement. Est-ce que le pH a une influence dans le traitement au sel ? Avec un pH à 7.LES BONS CHOIX TECHNIQUES Le traitement au sel On peut établir le postulat suivant : ce qui est bon pour mon eau du robinet sera bon pour mon eau de baignade ! 15 C’est en fait un traitement au chlore éphémère. Le traitement au sel n’est pas considéré comme rémanent. Le chlore a un comportement chimique propre et lors de la désinfection il se décompose (tableau ci-contre) en bon chlore et en mauvais chlore. En cas de forte chaleur ou de surpopulation de baigneurs pollueurs. le comte Claude Louis Berthollet découvre les hypochlorites. TABLEAU DÉCOMPOSITION PRINCIPALE D’UNE CHLORATION RÉMANENCE Acide hypochloreux Chlore actif Chlore libre DÉSINFECTION RÉALISÉE Hypochlorite Chlore potentiel ATTENTION LA STABILISATION DU SEL Certains sels sont stabilisés et dans ce cas on se retrouve avec les problèmes du chlore et de son stabilisant : l’acide isocyanurique . car le principe de ce traitement est de créer du chlore (acide hypochloreux) à partir du sel.2 (la cible en régulation de piscine) le taux de transformation d’acide hypochloreux (chlore) sera de l’ordre de 70 %. Depuis presque 100 ans que l’on traite au chlore. Ils sont en attente dans le bassin et dès qu’un baigneur apporte de la sueur (azote) ou perd des poils – cheveux (ammoniaque). les UV du soleil dégrade le chlore.

Si le pH est mauvais et qu’il y a beaucoup de traitement choc. Mais un manque de chlore libre. Les IR vont chauffer l’eau tandis que les UV auront un rôle germicide et destructeur de chloramine. Pour info. un complément aux UV peut être envisagé. après une canicule (2003) et trois hivernages passifs.9. fait que les chloramines ne sont pas détruites. À SAVOIR EAU SATURÉE EN STABILISANT Lorsque la valeur en acide isocyanurique atteint les 150 ppm. TAC. Elles saturent le bassin et deviennent odorantes et irritantes. Le chlore comme le brome. Le point d’interrogation ( ?) signifie que je n’ai pas trouvé de test. La réglementation en piscine publique fixe un taux maximum d’acide isocyanurique de 75 mg/l ou PPM. manque soleil) ou d’un pH mauvais.9 7. certaines régions sont mieux servies que d’autres en termes d’ensoleillement. Les chloramines sont le résultat du combat de désinfection qui a eu lieu dans le bassin. la teneur en acide isocyanurique de mon bassin est à 50 ppm ou mg/l. pH) et du désinfectant sélectionné. Afin d’éliminer le chlore combiné (chloramines). il est conseillé de vidanger 1/3 du bassin. il est conseillé de vidanger la moitié du bassin et lorsqu’elle atteint les 100 ppm.18 17 Ensoleillement Au vu de la figure 2. dû à un manque de galet ou d’UV (dôme verre. Dans le jargon. de Javel. Le dosage usuel peut reprendre. il faut impérativement changer son eau. 300 ppm : c’est la limite des bandelettes de test des produits américains car je n’ ai pas trouvé de produit français pour mesurer le stabilisant des produits chlorés.8) va des UV (ultra-violet). responsable des irritations et des odeurs. le phénomène ne fait que s’amplifier. Aussi. au bout de 4 ans. il serait bon de pouvoir contrôler la qualité de l’eau (TH. Notre astre tant aimé. 18 31 . en galet et résistant aux UV. 16 Les bandelettes de contrôle Quel que soit le désinfectant choisi. d’oxygène actif… dégradation des plastics.16 La méthode industrielle de réajustement est celle du break-point mais pour le particulier elle se réduit à un traitement chlore choc.2-LE TRAITEMENT DE L’EAU Un mauvais chlore.7 8 Presque 100% 80% 40% 25% Acide cynurique AC Les piscines doivent être vidangées tous les 3 ou 5 ans. lorsque le taux d’acide isocyanurique a atteint un seuil de 30017 ppm ou mg/l. émet une lumière dont le spectre électromagnétique (voir figure 2. en passant par la lumière visible (pour l’œil humain) et jusqu’aux IR (Infra Rouge). Le stabilisant est cumulatif dans le bassin. manque de chlore (libre) ! TABLEAU DÉSINFECTANT PHMB Oxygène actif Chlore libre Brome Ozone Sel TESTS PHMB/H2O2/pH O2/pH Cl/pH Brome/pH O3 NaCl NOMBRE DE TESTS 10 20 20 20 ? 10 10 PRIX MOYEN EN ¤ 15 18 17 14 ? 15 20 TABLEAU EFFICACITÉ DU CHLORE EN FONCTION DU PH PH CHLORE ACTIF 6 6. il est souvent dit qu’une piscine qui sent le chlore (combiné). L’excédent temporaire en chlore sera rapidement absorbé par les chloramines et autres composés du chlore dérivés (comme la trichloramine entre autre). sont stabilisés à l’acide isocyanurique.

Cependant. et sauf quelques semaines l’été. Par apport de chaleur Le choix est large.11 Buse de refoulement LE CHAUFFAGE DU BASSIN Garder la chaleur Le premier réflexe est de mettre une bâche solaire la nuit pour éviter le refroidissement du bassin. En effet. les températures nocturnes sont de moitié des températures diurnes.10 Bonde de fond Figure 2. Les combinaisons ne manquent pas et les coûts d’exploitation grimpent en fonction de la technologie choisie.12 Skimmer 32 . Les produits à base de chlore dégagent par combinaisons chimiques successives de la trichloramine. il faut faire atten- Figure 2. gaz très volatile irritant et à l’origine des maladies professionnelles des MNS (maître nageur secouriste).LES BONS CHOIX TECHNIQUES tion au traitement chloré du bassin. Le deuxième réflexe est de mettre un dôme en verre ou plastic translucide. De la chaudière de la maison en passant par la pompe à chaleur et en s’arrêtant sur le solaire. Dôme + chlore = ventilation (très conseillée) ou autre traitement de l’eau (le plus sage).9 Carte des degrés Figure 2. Figure 2.

2-LE TRAITEMENT DE L’EAU 33 .

FICHE TECHNIQUE Dimensions : longueur 8 m.5 m grand bain et 1. largeur 5.2 m petit bain Traitement de désinfection : chlore stabilisé avec régulation du pH Technique d’hivernage : passif Délais des travaux : 4 mois Technique de fabrication : radier béton + mur en Stepoc + revêtement liner .5 m Filtration : filtre à sable Chauffage: par bâche à bulle Budget : 10 000 € Profondeur : 1.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les branchements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Électricité . . LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX La préparation du chantier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LE LOCAL TECHNIQUE Emplacement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. . . . . . . CONCEPTION DU PROJET L’offre du marché . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 36 38 39 RÉALISEZ 40 43 57 58 59 60 64 64 66 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les tuyauteries du bassin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les démarches administratives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La mise en œuvre . . . . Le liner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les enduits . . . . . . . . . . . Les solutions techniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Tuyauteries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5. . . . . . . . . . . . . . . . .VOTRE PISCINE 3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le budget . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

de bons compromis entre simplicité et robustesse. a duré 4 mois.3C ONCEPTION DU PROJET L e projet a duré 6 mois. du premier coup de pelleteuse au premier plongeon. Ce budget comprenait le bassin et son étanchéité ainsi que les margelles de pourtour. La solution des kits n’ayant pas été retenue pour cause de bassin avec obligation de fosse à plonger. le béton. j’ai commencé à regarder la faisabilité de faire moimême ma piscine. outre les maçons. Nous avons donc opté pour un fond plat avec deux niveaux pour les grands et les plus jeunes. TARIF 2002) 100 % 64 % LES SOLUTIONS TECHNIQUES En première partie. Mes week-ends et quelques jours de congés ont suffi à concrétiser le projet. car au départ et bien que bricoleur. s’est avéré au fil des stepoc très coopératif. 36 . PREMIER DEVIS T YPE DE PISCINE Traditionnelle : prix moyen 22 000 € Kit alu/tôle fer Bâche suspendue Stratifie polyester paroie brute Coque polyester DEVIS Oui Oui Non Non Oui PRIX EN % D’UNE PISCINE TRADITIONNELLE (PRISE COMME RÉFÉRENCE. sans le local technique ni les plages. j’entrepris mon affaire avec enthousiasme et paradoxalement. la construction d’une piscine s’avère n’être qu’une succession de tâches techniques simples vraiment accessibles à un bricoleur. les solutions traditionnelles nous laissaient prévoir un budget d’environ 22 000 €1. nous décidâmes mon épouse et moi de confier la construction de notre piscine à moi-même ! Fier de cette promotion.. Faisant le tour de mes contacts. me lancer dans une telle entreprise. je vous livre l’argumentaire de mes choix qui sont selon moi. d’autres se sont lancés dans cette réalisation comme des paysagistes. vous observerez que 90 % des gens se baignent et jouent dans une profondeur d’eau ne dépassant pas la taille. 1 Prix donné à titre indicatif. un fond plat. qui n’a jamais été mon point fort. L’OFFRE DU MARCHÉ Notre première démarche a été de consulter des pisciniers. Si vous avez l’occasion de regarder une photo d’une plage en août. les principales solutions de constructions puis de traitement de l’eau ont été exposées. deux pentes à fond plat… que de questions pour quelque chose de banal de prime abord ! La réponse fut donnée par l’observation des baigneurs à la mer. Dans cette seconde partie et en préambule du récit de la construction de la piscine. je ne me voyais pas et mon épouse non plus.. Pourquoi un bricoleur ne serait-il donc pas à même de réaliser sa propre piscine ? In fine. je me suis rendu compte que. Pour une piscine prêt à plonger. Devant ce constat. La construction de la piscine. 70 % Le bassin à fond plat Faire une fausse à plonger. Les principales solutions ont été chiffrées.

mes stepoc juste empilés n’ont pas bronchés. le liner fut adopté. un mur en polystyrène de 1.le liner Ne voulant pas construire une piscine « blockhaus ».. Le PVC armé étant entre 2 et 3 fois plus cher qu’un liner pour une résistance au délavement identique (UV). Enfin. je perds 1 cm de hauteur d’eau soit 500 litres environ. une consommation d’eau. maîtrisés et réglementés. tout traitement de désinfection serait générateur de déchets. voilà un concept qui a fortement contribué au choix du chlore. Le traitement de l’eau . Le chlore est le système de désinfection de la planète depuis 1911. Quand mon filtre est vraiment sale. Donc. Il est encore utilisé aujourd’hui comme traitement principal ou de fond des réseaux d’eau publique. Il n’y a pas de consommation de sable. dans la terre. pourquoi se fatiguer avec un stepoc alors que le même en polystyrène ne pèse rien. il semblerait que l’on n’ait pas trouvé mieux pour notre eau potable. le retour d’expérience est exhaustif et les mécanismes chimiques connus. La problématique serait alors de savoir quel niveau acceptonsnous. il est vrai. je l’avoue. si votre produit n’est pas rémanent et que vous ne gérez pas votre pH. Elle doit arriver déjà traitée dans le bassin et. De plus. En effet. rien ne se perd. En effet. c’est qu’il était facilement empilable. Car.3-CONCEPTION DU PROJET Le bassin . J’avais le choix entre un liner ou un PVC armé. N’ayant pas de formes torturées. activer la désinfection. Aussi. On peut établir le postulat suivant : ce qui est bon pour mon eau du robinet sera bon pour mon eau de baignade ! 2 37 .mur en stepoc Ce qui m’a plu dans le Stepoc. Le traitement de l’eau . C’est la notion de rémanence. au contact du baigneur. légèrement améliorer la finesse de filtration. la météo n’a pas été très sympathique avec mon chantier et j’ai été souvent inondé avec affaissement des parois du terrassement. que la membrane PVC fasse 50/100°. Le choix du traitement de désinfection est presque cornélien. tout se transforme ». Et bien. Mais heureusement. Le chlore est rémanent et se contrôle aisément par bandelettes commercialisées2. parce qu’au début du projet. je pensais monter mon mur complètement puis couler en une fois comme cela doit se faire. il me fallait un revêtement très résilient. Le nettoyage du filtre se fait par simple contre-lavage en tournant une vanne avec. 75/100° ou 150/100° de mm. comment positionner l’ offre des nouveaux traitements sur lesquels. Le matériau de filtration est un élément naturel (la silice) et en choisissant la grosseur on peut La rémanence.le filtre à sable Le filtre à sable est utilisé dans la filtration d’eau potable. l’eau doit être désinfectée et désinfectante. DÉFINITION LA RÉMANENCE En piscine publique.le chlore Selon le principe de Lavoisier « Rien ne se crée. On coule le stepoc une fois le mur monté à sec. VÉCU STEPOC BÉTON OU POLYSTYRÈNE ? Pourquoi avoir pris des stepoc en béton et non en polystyrène ? La tentation a été grande. vous serez obligé de faire tourner votre pompe presque 12 heures par jour en pleine saison. De plus. même si le chlore n’est pas la panacée. la face (la peau) en contact avec l’eau et les UV est la même. il y a des rongeurs et les rongeurs aiment bien le polystyrène comme la laine de roche ou de verre. il est préconisé pour la construction des piscines.6 m avec un coffrage supérieur pour l’arase me paraissait peu résistant au vent et aux coulées de boue. Dans ce contexte.. Le bassin . Cela permet de se rendre compte du montage d’un mur et de régler son équerrage par contrôle de la diagonale (l’hypoténuse du triangle). nous ne connaissons que peu de choses. Effectivement.

Contrôle de la vitesse de l’eau par calcul inverse La surface du filtre S = π x 2 /4 Ø S = 3. Calcul de la vitesse de passage de l’ eau V = D/S © V = 16 / 0.8 m2 .50 m de profondeur (H = 1. 5.4 Débit de la pompe Pour calculer le débit de la pompe nous devons tenir compte de la règle de renouvellement . en effet. je suis redescendu à un diamètre de 0.20 m de profondeur (h = 1.3 Sous l’influence de mon piscinier. Formule de la surface : La surface (S) de mon bassin fait 44 m2 (8 x 5.1416 x 0. c’est-à-dire de 16 m3.RÉALISEZ VOTRE PISCINE La filtration 4 Vous devez vérifier les calculs avec le débit de la pompe corrigée des pertes de charges estimées du circuit. Mon filtre de 24 m3/h est conçu pour une vitesse de passage de 50 m/h. il faut la filtrer le plus doucement possible.76 m soit un filtre de 24 m3/h. il est de 5 heures. LE BUDGET Le bassin Nous avons choisi un bassin de 8 m de longueur et de 5.45 © V~ 35 m/h. V = vitesse en m/h . Mon erreur a été de 10 % sur les pertes de charges. Le débit se calcule en multipliant le volume par la surface (D = S x V). D = 63/4 © D H 16 m3/h.5). Le débit D = 0. soit S= 16/20 © S= 0. Référez-vous à l’annexe 4 pour plus de détails. Pour calculer le dimensionnement de la filtration nous nous arrêtons d’abord sur le débit de la pompe avant de calculer le débit du filtre.5 m).2 © D ~17 m3/h.45 m2. Pertes de charges tuyauteries C’est vraiment lorsque la piscine sera en eau que l’on pourra savoir si tous nos calculs sont justes. Le débit par heure sera donc le volume divisé par 4.1 Plan du bassin 38 h Largeur D = débit en m3/h . Ø = diamètre . on peut aussi en déduire que la formule suivante S = D/V. Le plus gros filtre à sable faisait un diamètre de 0. En plein mois de juillet et en plein mois d’août. le renouvellement doit se faire toutes les 4 heures. Bilan. ce qui implique que filtre = 2 x √ (S /π) Ø = 1 m.762 / 4 © S = 0. Un petit bain de 1. J’ai d’abord fait mon calcul avec une vitesse de passage de 20 m/h comme préconisé en piscine publique.5 m de largeur (voir figure 5. – Avec 35 m/h je suis dans la norme actuelle des piscines publiques. je l’avoue. Avec 35 m/h de passage j’ai baissé la vitesse de 42 % donc amélioré la qualité de filtration d’autant. Les fonds sont plats et mesurent pour le grand bain 3 m de long (pgb = 3 m) et pour le petit bain 3 m (ppb = 3 m). – Temps de filtration Le vrai test de la qualité de ma filtration et de ma stratégie de désinfection (chlore au minimum). Le volume du bassin fait 63 m3. Le secret serait bien dans la filtration ! Débit du filtre Pour obtenir une eau de qualité.1). aucune chloration choc en 2003 comme pendant les 4 années d’utilisation. 3 Longueur H ppb pgb Fig. L’eau est montée à 40 °C (dans la région lyonnaise).42 x S-1.2 m) et un grand bain de 1. a été lors de la canicule de 2003. Le temps de filtration a toujours été le même en été. S = surface en m2 .96 m et il était donné pour 32 m3/h.

TABLEAU DES DÉPENSES Terrassement + évacuation des terres Radier ou dalle Mur en stepoc Enduit fin + chape Pièces à sceller Système filtration Tuyaux + accessoires Liner + accessoires de pose Margelles bassin Remise en place des terres TOTAL (EN EUROS) 1 039 € 1 415 1 672 1 219 311 897 863 1 835 448 287 9 986 39 . vous ne pourrez peut-être pas le reconduire systématiquement.3-CONCEPTION DU PROJET Un escalier est installé sur le côté pour accéder au bassin. les contraintes peuvent changer et. Le total des dépenses est de 9 986 € (soit + 25 % par rapport à mon estimé avant travaux). Le premier réflexe est d’estimer son budget. car l’objectif est de gagner de l’argent sinon autant le faire faire par un professionnel. d’un terrain à un autre. En effet. Cette offre est l’équivalent d’une offre prêt à plonger des pisciniers. auparavant. En réalisant votre piscine vous même vous dépenserez environ 10 000 € et économiserez 12 000 € (plus de 50 % du prix de départ) ! LES DÉMARCHES ADMINISTRATIVES Avant toute chose. il fallait compter en moyenne 22 000 €. renseignez-vous surtout sur le POS (plan d’occupation des sols). vous devez obtenir un permis de construire. ce que votre voisin aura pu faire. Rappelons que pour une piscine traditionnelle. Faites-en la demande auprès de votre mairie mais. Avant la mise en eau de votre bassin vous devrez envoyer le document d’achèvement des travaux qui déclenchera le recalcul de vos impôts et taxes. Les montants sont les dépenses réelles aux tarifs 2002. Notez que la quote-part de l’augmentation de mes impôts imputable à ma piscine est insignifiante.

Par ailleurs. Pour la réussir. Réglez votre terrain si nécessaire.2 m de mur + 1 m de passage. Afin d’éviter que la pluie.2) à niveau de manière à mettre en évidence le relief du terrain et identifier le point le plus bas et le point le plus haut.1). Fig.7 m de passage.4L E DÉROULEMENT DES TRAVAUX LA PRÉPARATION DU CHANTIER Le marquage au sol Il convient de vérifier si le bassin choisi s’implantera dans le jardin. 4. À RETENIR DIMENSIONNEMENT DU DÉCAISSEMENT Décaissement = cote intérieure piscine + épaisseur mur + passage Passage : Côté mur sans tuyau : 0. L’implantation doit tenir compte des vents dominants et de l’ensoleillement.3). le vent ne doit pas s’opposer aux buses de refoulement même si la réalité en décide souvent autrement. il est conseillé de surélever vos plages (8 à 15 cm dans mon cas) ! Faites dépasser les piquets de la hauteur des plages et plantez-les à 0. vous devez positionner les skimmers sous le vent dominant de manière à ce que les saletés soient poussées vers ceux-ci. marquez le périmètre de décaissement.2 m de mur + 0.1 Marquage au sol Le terrassement Même un terrain plat a une pente ! Après avoir marqué votre décaissement. vous devez planter des piquets (voir figure 4. Côté mur skimmers : 0. C’est une étape extrêmement importante. 1. 4. Tracez à la rubalise la forme intérieure (cote utile de baignade).2 m de mur + 0.5 m de passage.5 m à l’extérieur du périmètre de décaissement (voir figure 4. vienne polluer votre bassin. qui a ruisselé dans l’ herbe. car lorsque le tractopelle viendra creuser. il ne faut pas hésiter à marquer au sol les bassins escomptés (fig. la rubalise aura 40 . VÉCU SURÉLÉVATION DES PLAGES Les sommets des piquets doivent représenter les futures plages sans les margelles et dalles. Tracez à la rubalise la cote extérieure de décaissement afin d’avoir une meilleure visibilité du terrassement à effectuer. Avec une bombe de chantier. En effet. 2. Côté mur avec tuyau : 0. Laissez mûrir et ne gardez que celui qui correspond le mieux.

Le coût de la mise en carrière du déblai était de 3.4-LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX Fig. Ce plan doit être dans une pochette plastique et vous suivre partout sur le chantier. À partir des cotes utiles du bassin. 4.96 € HT/tonne. 4. Attention.6 et 4. il convient de régler le niveau du fond du terrassement et de le mettre à la cote de profondeur 41 .4 Plan en coupe du bassin pour terrassement et montage. Intégrez ce document dans une pochette plastique car il ne doit plus vous quitter durant tout le temps du chantier. Fig. plantés au début du marquage. Avec 20 % minimum de foisonnement de la terre. Avant de déduire la cote de terrassement. à défaut. 4.5 Après le terrassement. Utilisez un théodolite de géomètre (fig. 4.4 Nivelez manuellement les fonds des petit et grand bain (fig.2 Réglage de la hauteur des plages en déduisant la cote du terrassement Fig. afin de régler les hauteurs. tendez des ficelles en travers du bassin à partir des piquets de niveau. déterminez la cote de baignade. j’en avais pour 784 € TTC de traitement des déblais. car la DDE interdit de régaler (étendre) les terres sur le terrain. 4. Le terrassement a été effectué par un professionnel qui a réalisé le trou en 8 heures avec évacuation des terres.8) ou.4) à partir de vos nouvelles références (piquets).7). 4.3 Réglage de la hauteur des plages et de la cote de profondeur de terrassement avec piquets hors zone de terrassement 4 sauté et le marquage au sol sera là pour guider tant que faire se peut le machiniste. les terres d’excavation . réalisez un plan en coupe de celui-ci (voir figure 4. Fig.le déblai doivent être évacuées.

il convient de réaliser un puits de décompression. il convient de faire appel à des professionnels qui canaliseront ou dériveront la ou les sources. 4.7 Fixation du repère de hauteur de radier au mortier Fig.9). lorsque vous creusez vous arrivez au gravier vous n’avez pas besoin de faire un drain. Fig. avec un niveau.7) dont la partie émergée de la terre correspond à l’épaisseur du radier. si un tel cas vous arrive. Dans le cas contraire et si vos terres sont humides. En cas d’infiltration ou de terre très humide. Taillez une planche de 3 m équivalente à l’épaisseur du radier (figure 4.10 Coupe du bassin avec puit de décompression 42 . vous pouvez utiliser du paveur5. vous ne devriez pas avoir la mauvaise surprise de découvrir une source ou des infiltrations. 4. il faut planter des piquets (figure 4. Une fois le fond bien réglé. Si vous êtes plus bas que votre cote. Le rôle d’un puits perdu est de capter les eaux de surface et de les évacuer dans le sol. DÉFINITION QU’EST CE QU’UN PUITS DE DÉCOMPRESSION ? C’est une sorte de puits perdu à l’ envers (figure 5. les terres pourtant argileuses étaient très sèches.8 Mesure à l’aide d’un géomètre Fig. le puits de décompression « capte » les eaux emprisonnées sous la dalle du bassin. réglez le sol droit. utilisez un râteau ou la pelle pour décaper des plus grosses parties. Quand nous avons creusé le bassin. les eaux d’infiltrations exercent une poussée par gonflement des terres.RÉALISEZ VOTRE PISCINE les lieux. Certain coule une dalle en béton maigre sur un géotextile non tissé. J’ai coulé un radier de 17 cm d’épaisseur. Certaines pratiques consistent à régaler6 du gros gravier puis du paveur afin de drainer l’eau sous la dalle. Le poids du bassin crée une poussée opposée qui ne permet pas toujours de vaincre celle des terres humides. Si. ils sont une très bonne source d’information et de confirmation. le voisinage ou les anciens résidents connaissent très bien Fig.9) et.6 Épaisseur du radier Fig. 4. En général.9 Grattage et mise à niveau avec une règle de 3 m Pour régler les terres du fond.6 et 4. 4. faites plutôt 5 Paveur : gravier concassé mélangé avec du sable utilisé pour les chemins ou les bétons 6 Régaler : étaler avec mise à la cote de hauteur et planéité Le bassin Normalement si le plan de masse de votre maison ou le POS ou la DDE. Dans ce cas. il y a risque de détérioration de l’ouvrage (surtout si vous avez opté pour du carrelage). Je n’ai pas réalisé de puits de décompression ni de drain sous la dalle. Les eaux se libèrent dans la cheminée du puits. Néanmoins. En effet. Dans notre cas. ne vous ont pas alerté. Cela vous demandera deux jours de travail si votre terrassier a bien maîtrisé le décaissement. 4.

LA MISE EN ŒUVRE Le radier Le radier ou dalle de fond du bassin est le départ de la construction du bassin. Faites attention aux plages. Les piquets des angles doivent être faits avec du fer de 8 ou 10 mm et doivent être assez grands pour pouvoir tendre un décamètre ou un double décamètre en diagonale. il existe deux techniques : . vous devez prévoir un accès à votre puits. Le travail est le même que celui du terrassement.10 est un exemple de drain PVC simple.11 Drain avec géotextile en papillote Le raccord vissé de la bonde de fond doit être parfaitement étanche. . car un drain seul apporte peu de bénéfice. Le drain doit être au point le plus bas du bassin. 43 . À notre stade. La science du drain est empirique ! Figure 4. Pour cela. en périphérie ou en étoile à partir du centre. Mettez un géotextile non tissé au-dessus des fentes afin de les protéger d’éventuelles obstructions par les fines (terres ou sables). Préparation du radier La préparation du radier est l’étape préliminaire au coulage du radier. C’est une étape très importante qu’il convient de réaliser avec précaution.4-LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX un puits de décompression.7 La bonde de fond Avant de couler le radier. Il faut refaire le marquage. La pente a aussi été bien préparée.12). 7 Le radier repose sur les terres alors que la dalle repose sur une préparation en béton maigre ou en paveur. La piscine doit être un carré ou un rectangle mais pas un trapèze. Faire 80 tours en créant un cône. Creusez une tranchée de manière à placer un tuyau PVC pour drain (strié et perforé).11 est un exemple de drain cailloux. nous avons un fond plat bien réglé en petit bain et comme en grand bain. La figure 4. il convient de préparer la bonde de fond du bassin.12 Étanchéifier avec du téflon Figure 4. Mettez un couvercle de visite en béton de 500 x 500.13 Visser le raccord Fig. Il faut replanter des piquets afin de retracer à la bombe de chantier le bassin en veillant à ce que les angles soient droits. Visser le raccord sur le corps de la bonde de fond. Étanchéifier avec du téflon (fig. 4. Raccordez le drain au pied de la cheminée. La figure 4. Creusez une tranchée de manière à placer un géotextile non tissé imputrescible au fond. 4. Remplissez de cailloux de calibre 30/40 puis rabattez en portefeuille le géotextile sur le dessus. Coller avec une colle technique anaérobie d’étanchéité. Puits de décompression Fabriquez une cheminée (puits de décompression) à partir d’un tuyau PVC de 200 mm de diamètre.

car lorsque l’on a creusé les terres. 4.). Dans notre cas a = b et l’inconnue c’est h (hypoténuse du triangle) A 1 2 B 1 2 3 H 1.414 2. Je les ai utilisés comme guides de tirage. Ils ont EXPLICATIONS METTRE LES MURS D’EQUERRE Rappel de trigonométrie d’un triangle rectangle : Le plus connu est le théorème de Pythagore (500 av. la réalisation d’un puit de décompression est fortement conseillée. en tant que bricoleur. mur…). est généralement un treillis antifissuration et non de structure. Le chaînage triangulaire est une armature préfabriquée en 6 m de longueur qui permet de renforcer les structures banchées (poteaux. c-à-d à 90°) de connaître à partir d’une valeur d’un côté. elles étaient sèches. Le revêtement choisi était le liner.14 Chaînage triangulaire comme guide d’appui pour tirer le radier Figure 4.16 montre la préparation du fond avec : Les guides (surligné en rouge) pour tirer le béton. j’ai placé équitablement distants 4 chaînages triangulaires. Un fer par alvéole de stepoc.RÉALISEZ VOTRE PISCINE EXPÉRIENCE DES CHAÎNAGES TRIANGULAIRES COMME GUIDES D’APPUI N’étant pas maçon. été scellés au mortier prompt et calé en hauteur à la cote du radier. Les fers (surlignés en noir) de poussées latérales liant les murs au radier.-C.24 Fig. Le but était que tout à chacun puisse prétirer le béton. Sauf spécification de votre part le treillis qu’on vous vend. Un sous chaque mur et deux répartis sur la largeur du bassin. j’ai opté pour le béton fibré non armé. J.14).16 Préparation du radier avant le coulage du béton 3 ¯ 44 . Figure 4. Y a-t-il un treillis dans le radier ? Non. car nous étions débutants en maçonnerie et en bétonnerie. je risquais fort de tirer mon radier de travers. La bonde de fond est scellée au ciment prompt (ciment à prise rapide) et réglée à la hauteur définitive de la chape de finition. Alors j’ai utilisé des triangles de chaînages (peints en orange à la figure 4.15 Chaînage triangulaire de 9 x 9 x 9 cm Dans le sens longitudinal. Si vous rencontrez de l’eau et qu’en plus vos terres sont argileuses. Pour ces trois raisons. planté de 30 cm dans la terre et dépassant de 50 cm (soit environ de 2 rangs de stepoc). les autres valeurs. seuil porte. Il nous permet dans le cadre d’un triangle rectangle (avec un angle droit. pourtant argileuses.828 4. La figure 4.

a En passant par les angles : Tangente : Tg = b/a et tg = a/b.2 m b = 5.7 m D1 = D2 = racine carré (a2+b2) = 9. Mais en pratique. Mon bassin fait 8 m intérieur pour la longueur et 5. 4. la distance a = a1 + a4 + a3 = 8.d Coupe bassin à 2 niveaux Selon la méthode de mesure on a : Mesure horizontale avec décamètre tendu. on réalise une erreur sur la mesure amenant à l’inégalité entre D1 et D2 ! Cosinus : Cos = (a/h) et Cos = (b/h) = ArcCos ou Cos -1 (b/h) et = Sin-1 (a/h) Fig. Mes stepoc font 20 cm de largeur : a = 8m + 0.2 m = 5. Contrôlez au décamètre les cotes a et b puis les diagonales.c Contrôle des diagonales pour garantir les angles droits d’un bassin carré ou rectangulaire = Tg-1 (b/a) = Sin-1 (a/h) Cette méthode n’est valable que si les piquets sont verticaux et inflexibles.222 m.c).4-LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX La formule du théorème de Pythagore : h2 = a2 + b2 Même processus pour l’escalier et ses diagonales D3 et D4. on laisse reposer au sol le décamètre qui suit le profil du bassin (fig. Fig. 4.2 m = 8.986 m (figure 4. = ArcTg ou Tg-1 (b/a) et Sinus : Sin = b/h et Sin = a/h = ArcSin ou Sin-1 (b/h) et Fig. Les piquets doivent représenter l’axe des murs. Dans ce cas. ¯ ¯ 45 .2 m. La mesure au décamètre se fait tendue à l’horizontale.b COMMENT METTRE UN BASSIN D’ÉQUERRE ? Par rapport au décaissement.5m + 0. Fig. 4. Corrigez la diagonale en déplaçant le piquet sans altérer les cotes a ou b. Avec a4 = racine carré (a22+h12). 4. la distance a = a1 + a2 + a3 = 8. dégauchissez (positionnement grossier) le bassin et matérialisez les angles par des piquets rigides (fer de 8 mm). Le tableau de la page suivante donne le pourcentage d’erreur en fonction de l’écart de niveau des bassins.5 m intérieur pour la largeur. Mesure avec décamètre au sol.d). 4.

avec d1 = a1/cos(arctg(b/a)). Fig.033 m.5 0. la diagonale D = racine carrée (b2 + a2) = 9.e Diagonale dans les plans horizontaux et verticaux Selon la méthode de mesure on a : Mesure horizontale avec décamètre tendu. Donc ne cherchez pas la petite bête. Avec d’ = racine carré (a22+h12)/cos(arctg(b/a)).9 1 Écart sur la cote a en % 0.27 % 0. Le béton commandé est du B35/25 CPJ45 dosé à 350 kg/m3 fibré.986 m. Le coulage du radier Il est maintenant possible de couler le radier grâce à l’aide de quatre amis. Refaites le calcul en fonction de vos cotes.e.3 0.9 m d’écart de niveau.35 % 2. La figure 4.07 % 2.5 0. de brouettes et de râteaux. Le camion à béton (appelé toupie) doit être au plus près du bassin. Les variables a2.07 % 2. En effet. le béton étant versé de ce côté. Vous serez en permanence entre les deux méthodes.87 % Écart de niveau h1 0. C’est une pompe qui permet à l’aide d’un bras aérien de délivrer le béton à 30 m d’un accès camion. Vous aurez ainsi votre tolérance d’équerrage.6 0.27 % 0. se vriller.75 % 1. Le tableau ci-contre donne le pourcentage d’erreur en fonction de l’écart de niveau des bassins. l’erreur sur la longueur peut être de presque 3 cm ! ET POUR LA DIAGONALE ? L’écart entre les deux méthodes représente une dispersion sur la mesure de presque 3 cm ! Comme le ruban aura tendance à faire des plis.35 % 2. Deux camions sont nécessaires : le premier de 9 m3 (plein) et le second de 4 m3. donc négligeable ! Mais attention sur un bassin de 0.75 % 1. ¯ 46 . On peut remarquer l’absence de fer de reprise des murs sur le devant. machinalement vous le tendrez peu ou prou. Mesure avec décamètre au sol. les fers ont été enlevés afin de facilité le régalage du béton jusqu’au grand bain. 4.9 1 Écart sur la cote a en % 0. Il déverse le béton du côté petit bain et il faudra l’emmener à la brouette dans le grand bain. 13 m3 de béton ont été consommés pour réaliser le radier. 8 Pumi : nom d’un matériel devenu commun.87 % Dans le cadre de ma longueur l’erreur est de 2 mm.3 0. Si la toupie ne peut pas venir au bord parce qu’il y a une haie ou un mur.17 montre le départ du réglage du radier par tirage du béton. h1 et d’ sont représentées sur la figure 4. avec d3 = a3/cos(arctg(b/a)).RÉALISEZ VOTRE PISCINE Écart de niveau h1 0.6 0. En tout. vous devrez en plus du prix du béton ajouter le prix de la location d’un Pumi8. la diagonale D = d1 + d’ + d3 = 10. Cette opération de régalage du béton déversé se fait à l’aide de pelles.

Puis. Si vous n’attendez pas (ce qui est souvent le cas en réalité) vous risquez de déformer votre radier sous la charge des palettes de stepoc.19 La bonde de fond protégée est noyée dans le radier.18 Tirage du radier La technique est simple. vous devez laisser sécher votre radier et attendre les 28 jours de séchage réglementaire. Les aspérités serviront d’accroche à la chape de finition. on plante un fer de 8 mm de 80 cm de longueur. Fig. On répartit le plus uniformément à l’œil jusqu’à ce que les guides (figure 4. 4. La préparation est un succès. Il ne reste plus qu’à le laisser sécher tranquillement (figure 4. À la fin. il faut la laisser brut de tirage. faites-vous livrer vos matériaux directement dans le bassin (figure 4. le radier est coulé et tiré de niveau.21). Après 2 heures de travail à 5 personnes. La dernière opération est de remettre la rangée de fer sur le côté où l’on a versé le béton. Fig.4-LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX règle de maçon sur le guide en triangle de chaînage (figure 4. 4. la bonde de fond doit être surélevée de l’épaisseur de la chape de finition (figure 4. Au contraire. Fig.18). Attention. Fig.18) en triangle de chaînage peints en orange chantier soient recouverts de béton. Le radier est tiré. On laisse dépasser de 40 cm à 50 cm au-dessus du radier. Il n’est pas besoin de talocher la surface du radier.20).21 Tous les matériaux sont livrés déposés sur le radier. 47 . Chacun tire sa partie de radier très simplement en laissant reposer la Les murs en stepoc Après avoir calculé le nombre de stepoc nécessaires. 4.17 Régalage du béton à hauteur des guides en triangle de chaînage Fig. On étend un décamètre (le ruban est plus souple qu’un mètre et il fera toute la longueur) au sol et à l’entraxe de chaque alvéole d’un stepoc. 4.22).20 Le radier est coulé et tiré de niveau en 2 heures. 4.

mais après avoir contrôlé les angles des murs . chaque alvéole doit avoir son fer de 8 mm. Montage de la première ceinture de stepoc Après avoir calculé votre hauteur d’eau.23 Montage des stepoc Perforateur : perceuse à percussion pneumatique permettant de réaliser des trous dans du béton avec une facilité déconcertante. car la poussée du béton écartera la planche.RÉALISEZ VOTRE PISCINE Servez-vous des palettes de stepoc pour créer une desserte d’approvisionnement du béton avec des planches de coffrage. j’ai opté pour 3 ceintures coulées à la bétonnière. découper le profil de la pente.vous pouvez monter le premier rang sur un lit de mortier afin de le mettre de niveau. surtout côté bassin. 4. et tout couler d’un coup. 48 . il sera possible d’empiler les stepoc jusqu’en haut si l’on souhaite. Si vous avez mal tiré votre radier . Le fer vertical est pris en sandwich par les 2 fers horizontaux. Pour cela. Le béton à la bétonnière est moins cher (différence significative mais pas énorme) qu’à la toupie (camion béton). le premier rang de stepoc du petit bain a servi de référence pour ajuster la hauteur du grand bain par montage de 2 rangs de stepoc + une arase de 20 cm (voir figure 4. Compte tenu de ma différence de niveau. « Mettre les murs d’équerre »). Bloquez bien le bas du coffrage par des stepoc. Si vous avez bien travaillé. De la même manière. La pente fut réalisée par coffrage. 4. Cependant.24 Coffrage de la pente + arase pour mise à niveau première ceinture 9 Posez le premier rang par-dessus les fers laissés en attente dans le radier.23). Dans le cas contraire et en cas d’oubli de quelques fers. Fig. un trou de 8 mm avec une mèche rallongée. Les serre-joints ne servaient que pour le haut du coffrage. Dans une planche de 500 mm de large (figure 4. Fig. Ils m’ont servi à fixer la partie basse de la planche de coffrage par des vis et chevilles dans le stepoc. Après. Posez 2 fers de 6 mm horizontalement à chaque rang. Réglez les équerrages par contrôle des diagonales (voir l’encadré de la page précédente. j’ai placé quelques stepoc dans la pente. comme pour fixer quelque chose au mur d’une maison. La première ceinture a pour rôle de mettre de niveau le petit bain et le grand bain. mais cela m’a surtout laissé le temps de préparer le travail suivant. vous avez déterminé l’empilement des stepoc nécessaires pour réaliser la première ceinture. de manière à ce que chaque alvéole ait un fer. La figure 4. vous pouvez (petit bain) et vous devez (grand bain) parfaire l’omission en perçant au perforateur9. j’ai utilisé des petites pattes de fixation sur les côtés comme bride d’ablocage de la planche de coffrage.23 repère A).22 indique ce que l’on souhaite obtenir.

Mais leur nombre sera insuffisant et vous serez obligé de recourir au système D. d’autre part.5 m le coffrage en partie supérieure.25) l’air. à l’aide d’un bâton. Voir dans la première partie « Les bons choix techniques » le paragraphe sur les bétons. Coffrez le demi perimètre du grand bain pour mettre de niveau la première ceinture. 49 . Dans ce cas. On considère qu’avec une bonne bétonnière 3 minutes suffisent pour avoir un mélange homogène du béton. .24 Mise à niveau des 2 bains par arase intermédiaire Les seaux de bétons sont amenés en bout de desserte.5 seaux de paveur : le préposé à la bétonnière doit alors étalonner son coup de pelle ! Pour cela. on sera immédiatement confronté aux angles. Ces fers reprennent la continuité verticale des fers noyés dans le radier. les enfants qui participent. .23 repère B) réalisez l’arase de 20 cm. Serrez par des serre-joints de maçon tous les 1. Fig. Une personne alimente chaque stepoc en béton. le paveur : sable 0-5 + gravier 0-10.25). il remplit un seau de paveur en comptant et en mémorisant la grosseur de ses pelletées. 1 personne au transport par seau de béton de la bétonnière à la desserte. MISE EN GARDE STEPOC ET GRANULOMÉTRIE Attention. Il n’est pas très pratique d’avoir 4. Fig. on prend deux stepoc normaux et on ampute une jambe (voir figure 4. ne prenez pas les premiers prix : les bras en tôles embouties avec une cuve en forme de cylindre mélangent très mal.26) à chaque stepoc de manière à l’appairer dans l’angle. Puis. emprisonné lors de la coulée du béton. Une fois mon périmètre coffré ainsi que ma pente. Les tâches sont réparties comme suit : 1 personne au remplissage des stepoc.4-LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX Avec une planche de coffrage (figure 4. La consistance d’une pâte à gaufre fluide est une bonne représentation de sa fluidité. 1 personne à la bétonnière. Si vous devez acheter une bétonnière. et d’éviter les bouchons donc les poches d’air. 4. Après avoir rempli un stepoc (voir figure 4.5 Mpa. L’ensemble est coulé d’un seul bloc de manière à réaliser une ceinture sans reprise. insérez dans chaque alvéole de celui-ci un fer de 8 mm préalablement découpé à la cote de l’arase. ceci vous permettra de bien remplir les cavités d’une part. elle fait pénétrer le béton tout en débullant (voir figure 4. Un copain qui s’ennuie.10 Il faut doser à 350 kg – sous entendu 350 kg/m3 – soit 1 seau de ciment et 4. 4. voilà l’équipe est prête ! Le béton doit être ni trop liquide ni trop épais. En effet. une bétonnière et 3 personnes sont nécessaires pour couler dans la journée la première ceinture. Les matériaux utilisés sont : le ciment CEM II à 32.5 seaux de paveur.25 Pénétration du béton avec débullage 10 Réalisation des angles avec les stepoc Chaque palette contient un certain nombre de stepoc d’angles et de faux demi-stepoc. Le dosage devant la bétonnière est simple. Prenez plutôt une bétonnière avec des bras en fer plat soudés pliés au milieu comme un coude et avec une cuve en forme de chaudron. il est conseillé de remplir les stepoc avec du gravier de granulométrie de 10 mm maximum. À la fin de la rangée.

Ils n’ont aucun rôle mécanique.30 montre de quelle manière ont été placés les fers horizontaux de chaque rangée de stepoc. on place 2 fers de 6 mm de diamètre côte à côte. 4.26 Angle avec des stepoc « amputés » Horizontalement : on pose 2 fers de 6 mm de diamètre (figure 4. L’astuce de cette planchette. servira plus souvent que l’on ne croit. les cotes n’étant pas exactes et les stepoc ne marchant qu’en entier ou en demi. il faudra les prolonger mais pas bout à bout.27 Armature des stepoc 50 . J’ai recouvert mes fers sur 500 mm. La ligature a pour rôle de tenir les deux fers raboutés pendant la coulée du béton. Il y a un moment de flexion (terme de RDM) important absorbé par les angles. devra être réalisée. Fig. En recouvrant de 30 cm au minimum chaque bout par un fer ligaturé. En effet. ne vous embarrassez pas à faire des nœuds simples à une boucle avec nœuds torsadés pour le serrage.27). les angles récupèrent la poussée des murs. arase comprise.28 Armature dans les angles Fig. 4. La figure 4. Ferrailler les stepoc Verticalement : on a vu que l’on doit insérer dans chaque alvéole un fer débité de la hauteur du mur. la longueur de recouvrement est de 24 cm à 30 cm. Une zone de recouvrement. Il y a donc continuité avec le fer noyé dans le radier. donc. On estime qu’un recouvrement de 40 à 50 fois le diamètre du fer est suffisant. Ferrailler dans les angles À chaque rangée de stepoc. 4. Pour mes fers horizontaux de 6 mm de diamètre. retenue par un fil de ligature traversant le mur et fixée à une chute de fer. J’ai démarré par les angles pour éviter un raboutage en plein virage.RÉALISEZ VOTRE PISCINE Souvent. l’assemblage laissera un jour qu’il faudra boucher avec une planchette tenue de l’intérieur par du fil de ligature. Il faut commencer par les angles (figure 4. En effet. beaucoup de désordres de bassins maçonnés sont dus aux angles qui cèdent. Fig. cette astuce permettra de combler les trous par coffrage. On dit que le bassin s’ est ouvert. avec ligature acier (fil recuit de 1 à 2 mm de diamètre).28) en pliant les fers au milieu de manière à augmenter la résistance des angles. De longueur 6 m. En effet. Il suffit de rabouter pour assurer la continuité du ferraillage.

30).29 Pliage de barre de 6 m des fers horizontaux Maintenir la cote de largeur avec le coffrage Dès le premier coffrage vous allez avoir le problème de maintenir la côte de largeur en haut de coffrage. Montage de la deuxième ceinture de stepoc Une fois la première ceinture réalisée. Ma reprise de coulée entre la deuxième et la troisième ceinture se fera au milieu d’un stepoc. cela signifie que la planche était trop haute de quelques millimètres et qu’en la rabaissant le clou s’est relevé. car la force de serrage sera absorbée par la cale en fer de 6 et non par les stepoc. 11 51 . Puis.30 Cale de largeur pour coffrage (encadré) Placer les planches de coffrage Comment place-t-on les planches de coffrage tout seul ? Voilà un problème auquel j’ai été confronté ! Préparant mon chantier tout seul (sauf pour le coulage du béton). Dans ce cas les clous ne gêneront pas. Il faut donc placer les serrejoints le plus près possible des stepoc pour que l’essentiel de la force de serrage soit absorbé par eux. pour assemblage. Pour cela. Je n’ai coulé que deux rangs et demi de manière à ne pas avoir de reprise de coulée au plan de joint11 des stepoc. Le coffrage n’aura pas tendance à boucher lors de la coulée du béton. Au départ. 4. Fig. en général. je marque à 50 cm de chaque extrémité de la planche la cote à coffrer. Une fois vos deux planches de part et d’autres installées. Commencez par la planche côté extérieur et finissez par la planche côté intérieur. Il faut empiler les stepoc selon le plan de montage. décoffrez au bout d’une semaine ou deux (selon les conditions météorologique). il suffit de couper un fer de 6 mm à la largeur des stepoc (20 cm) et l’insérer à 1 cm en dessous du sommet des planches (figure 4. car. d’autre part. il a fallu trouver un truc pour coffrer seul des planches de 4 m de long ! Plant de joint : on appelle plan de joint les faces en contact. Lorsque la pointe du clou remonte. Fig. Trois rangs dans mon cas (voir figure 4. car le béton reste fragile (il n’aura pas 28 jours de séchage) et des parties peuvent sauter. Faites attention. Ce sera plus difficile à décoffrer d’une part et.31 de la page suivante). car les pointes ressortiront du béton. vous risquez de vous blesser.4-LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX J’ai donc utilisé un clou d’accroche qui permet de faire tenir la planche pendant que j’installais les serre-joints. car la tête du clou sera prise dans le béton. collage ou soudage. montage. je cloue une pointe en biais de manière à ce que la pointe qui ressortira soit orientée vers le bas afin d’accrocher sur le dessus des stepoc. Ne clouez pas de l’intérieur de la planche. 4. de deux parties de structures indépendantes. il n’ y a pas beaucoup à corriger. vous pouvez poser vos serre-joints en serrant de manière à ce que la planche ne puisse bouger en hauteur qu’au coup de marteau. Le serre-joint ne doit pas être positionné trop haut.

La face de la coque doit être verticale (contrôlez au niveau) et parallèle au mur horizontalement (contrôlez à la barre de 1 m).61m .91 m Fig. À partir de votre plan. Commencez par celle-ci. Et voici ce que j’en ai déduit : si on bosse comme un maçon. Dans mon bassin. mais quelle distance prévoir ? J’ai eu tous les conseils du monde.0. Le projecteur Pour la première pièce à sceller. Tracez un cercle correspondant à l’encastrement du projecteur (voir figure 4.33 Coupe d’un projecteur Eurolite light pour liner À partir de la troisième ceinture.32 Troisième ceinture avec arase Fig. car elle est la plus basse du bassin. le projecteur se trouve à 91 cm à partir du fond13. 4. Fig. la cote conseillée est de moins de 70 cm sous l’arase. Sceller au prompt veut dire sceller avec un ciment à prise rapide. il faut commencer à s’occuper des pièces à sceller. tracez leur emplacement. il faut placer la coque à une certaine distance du mur. Percez des trous de 6 mm 13 Contrôle de la cote : soit 1. 12 Montage de la troisième ceinture de stepoc La troisième ceinture est composée de deux rangs de stepoc et d’une arase.70m = 0. 4. Je suis allé voir des piscines en cours de construction autour de chez moi.34 Scellage de la coque du projecteur avec réserve de l’enduit 52 . car si vous ne la réussissez pas.RÉALISEZ VOTRE PISCINE de diamètre à la perceuse à percussion tous les 2 cm sur la périphérie du cercle afin de préparer le défonçage de la face du stepoc. Une fois le mur monté (figure 4. Il faudra en tout remplir l’équivalent de trois rangs : les deux rangs de la troisième ceinture. les défauts ne se verront pas trop. Figure 4. Pour la réserve de l’enduit.32) et avant de couler le béton. 4. Il faut casser à la broche pour créer le trou et parfaire l’encastrement circulaire.31 Montage d’une deuxième ceinture de stepoc Ciment prompt : nom commercial d’ un ciment de Vicat à prise rapide qui est devenu une appellation courante. le demi-rang de la deuxième ceinture laissé pour la reprise de coulée et enfin l’arase de 10 cm. placez les pièces à sceller. on peut laisser 5 mm pour l’enduit.33). Protégez la face de la coque et scellez au ciment prompt12 la coque du projecteur tout en laissant du passage au béton.

La traversée de paroi et l’embout fonctionnel (buse ou prise balai) sont assemblés par vissage et étan- Fig. Une traversée de paroi (pièce standard) qui est scellée dans le mur et l’embout qui se fixe à son extrémité et qui crée la fonction : refoulement ou prise balai. en fonction de vos plages. kyses. J’ai donc pris ma règle de 3 m et j’ai jaugé mes murs. j’ai donc installé mes buses à 50 cm de l’arase et à 15 mm du mur (voir figure 4. . Il existe des gaines électriques toutes prêtes appelées « passe câble » pour les projecteurs. Installez une gaine avec aiguille14. . Dans ce cas. les buses doivent être proches de la surface de l’eau. donc il faut prévoir le passage du câble. il faut prendre une marge.37 Une des trois buses de refoulement 53 . Cassez le dernier stepoc pour faire sortir la gaine et la libérer du futur coffrage de l’arase. . . C’est la théorie des piscines sans bonde de fond.4-LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX mais pour cela. il faut créer un courant de surface le plus fort possible.36 Passage de la gaine du projecteur La coque du projecteur doit être munie d’un presseétoupe de qualité permettant le vissage de la gaine électrique et l’étanchéité du câble. On remarque sur la figure 4. On tire à l’autre extrémité à l’ aide du fil acier afin de faire traverser le câble électrique.35 montre la partie presse-étoupe : le repère 1 : on remarque qu’il doit y avoir un file- Fig. La figure 4. Si notre mur comporte des défauts. en synthèse ce que j’ai pu conclure des diverses discussions sur le sujet : pour avoir une efficacité de drainage de la surface de l’eau et entraîner vers les skimmers les saletés chargées en spores. etc. . J’ai donc opté pour une réserve de 15 mm pour l’enduit. Pourquoi 50 cm et non 20 ou 10 cm ? Voilà. le joint néoprène autocollant 1 face pour étanchéité liner. l’optique d’éclairage. 4. il est conseillé de prendre une cote de moins de 50 cm sous l’arase. . 4. Le corollaire à cette théorie est qu’il faut installer une bonde de fond. la bride de serrage optique sur coque encastrée.33 : la coque encastrée et scellée dans le mur. ici) : vous êtes alors obligé de réaliser la fixation vous-même. l’expérience a montré qu’il fallait mieux diffuser l’eau des buses de refoulement loin de la surface de l’eau. Fig. permettant une excellente fixation de celleci ou un trou lisse permettant son collage. Les buses de refoulement Pour les buses de refoulement. les UV du soleil ont une fâcheuse tendance à modifier les produits chimiques de traitement. Ayant opté pour la bonde de fond. le repère 2 : écrou du presse étoupe le repère 3 : joint caoutchouc en nitrile ou néoprène qui après déformation sous la pression de l’écrou (2) crée l’étanchéité du câble passant à l’intérieur. Dans ce cas.35 Presse-étoupe 14 Gaine avec aiguille : tube en plastique avec à l’ intérieur un fil acier appelé aiguille. Cette aiguille permet d’accrocher le câble. J’avais entre 5 mm et 10 mm de défaut (le plus mauvais). tage intérieur au pas de la gaine électrique. 4.37). bactéries. il faut un mur droit d’équerre et parallèle. mais. les dimensions ne peuvent pas toujours convenir (ce qui est mon cas. virus. . Un projecteur est un élément électrique. La buse de refoulement est constituée de deux pièces. Cependant.

Malheureusement. Heureusement. lorsque j’ai voulu acheter ces margelles. il faut coffrer en décalant la planche de coffrage par un chevron de 10 cm. chéifiés au ruban téflon ou à la colle d’étanchéité. J’ai donc choisi de ne pas élargir mon arase. Bien qu’au catalogue de certains fabricants. Et ce qui devait arriver arriva. j’avais trouvé des margelles de 50 x 20 cm.15 Après avoir marqué leur emplacement sur le mur.39 Arase large pour margelle. j’ai coulé une assisse (figure 4.37). Pourquoi ne pas avoir tout coulé ensemble ? Parce que les skimmers sont fragiles. L’arase L’arase doit compenser l’empilage non exact des stepoc. Dans mon cas. Les margelles Les margelles ont en général une largeur supérieure à celle des stepoc. l’arase fut de 10 cm. armées et reposant sur des pilotis. 4. il était trop tard. 54 . les dégâts ont été limités.38 Margelle posée sur arase de largeur des stepoc. La prise balai La prise balai s’installe de la même manière que les buses de refoulement.38. percez quelques trous sur la périphérie du trou puis finir à la broche. La figure 4. tous les revendeurs n’en approvisionnent pas forcément. mes plages étant coulées. La largeur de l’arase n’est pas forcément celle du mur mais plutôt celle des margelles. Les skimmers La cote conseillée pour l’installation des skimmers est de moins de 1 à 2 cm sous l’arase. Encastrez la pièce et réglez la cote en fonction de la réserve d’enduit (voir figure 4. Dans ce cas. Scellez au mortier tout en veillant à laisser du passe au béton. Fig. Le dernier rang est monté en stepoc de largeur 30 cm. volumineux et que lorsque l’on coule le béton on n’a pas le temps de « finioler » ! Après renseignements. Les skimmers ont été coffrés et coulés individuellement et indépendamment du mur. quelques margelles se sont fissurées.39 montre ce qu’il aurait fallu faire.38) à partir de la deuxième ceinture. Comme le montre la figure 4. 4. Lors de l’élaboration de mon projet. largeur > stepoc standard. quelques désordres proviennent des skimmers qui lors du tassement des terres cassent.RÉALISEZ VOTRE PISCINE 15 Voir dans cette partie. Fig. le paragraphe sur la bonde de fond. Dans une construction en moellon l’arase est souvent incluse dans le chaînage haut. Afin d’éviter qu’un tel écueil n’arrive. J’ai donc posé des margelles de tailles classiques soit 50 x 32 cm.

40 Influence de la forme du nez de margelle sur le décollement de celle-ci Les plages indépendantes du bassin Autour du bassin.41 Pilier pour supporter la dalle des plages sans reprise au chaînage de l’arase Fig. car elle cache le haut de revêtement (liner ou PVC armé ou carrelage). Elles avaient un nez protubérant. une des causes du désordre d’ouverture des bassins est la reprise des plages sur l’arase des murs de la piscine. Certes. Deux ou trois fers horizontaux de 8 ou 10 mm et espacés de 0. Les plages reprises sur le bassin Voici une technique que je n’ai pas utilisée mais qui est très usitée. Une équerre d’environ 1 x 1 m en fer de 10 mm est plantée dans chaque alvéole. Fig.3 m sont ligaturés sur les équerres afin de renforcer la dalle des plages. En fond de fouille et tous les 2. Si votre arase n’est pas de niveau et que votre liner a 55 . à force de plonger et sauter.4-LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX Il n’est pas rare de voir des margelles boiter (voir figure 4. les baigneurs sollicitent excessivement ces éléments.42 Ferraillage du chaînage haut pour reprise sur les murs de la dalle des plages L’arase Tout le périmètre fut coffré de manière à couler toujours en une seule fois. j’ai coulé des plages de 1. La reprise de coulée se fera en plein stepoc de la deuxième ceinture. 4. En effet. Vous devez mettre de niveau les planches.5 m de largeur et de 10 cm d’épaisseur ferraillées avec du treillis de structure. L’arase se transforme en chaînage haut avec une armature carrée de 10 x 10 cm. j’ai vu beaucoup de nombreux propriétaires de piscine dont toutes les margelles qui boitaient avaient une forme similaire. 4. car l’arase reçoit le profilé Hung d’accroche du liner.40). Lors de mon projet. 4. En effet.41) et de lui permettre de travailler indépendamment du bassin (conformément aux DTU des piscines publiques). mais elle est plus sensible au décollement qu’une forme plus droite (absence de nez). Ils sont posés verticalement les uns sur les autres avec coffrage final jusqu’à l’arase moins 10 cm (épaisseur de la dalle des plages). cette forme est plus esthétique. nage assemblés face à face et cerclés avec du fil de ligature.2 à 0. Les piliers sont réalisés à partir de U de chaî- Fig.5 m des piliers ont été réalisés afin de supporter le poids de la dalle (voir figure 4.

43b Coffrage d’angle de l’arase ASTUCE METTRE DE NIVEAU (SANS LASER) LE COFFRAGE SUR SON PÉRIMÈTRE J’ai utilisé une règle de maçon de 4 m et un pivot placé au milieu du bassin. La première marche (petite plage) est à 40 cm de l’arase et à 45 cm de la margelle. 4.43a Arase des murs Fig. J’ai donc 5 mm d’écart sur mon périmètre ! L’escalier Fig. allongé dans l’eau. 2 au remplissage des stepoc (figure 4. J’ai donc acheté 50 serre-joints de maçon (voir figure 4. La plage (palier de la première marche) fait 90 cm de long : petit détail qui a toute son importance. il faut parfaire le serrage des planches de coffrage en installant tous les 1. 4. car elle permet de se détendre. Armature centrale d’un fer de 8 mm repris sur les fers verticaux des stepoc Fig. Afin d’avoir un aperçu du futur escalier. Pour réaliser l’escalier. j’ai posé deux morceaux de scotch transparents tangent à la bulle. vous ne pouvez faire que des formes géométriques droites. Les autres marches font environ 30 x 30 cm. Cela m’a permis de corriger légèrement les planches et d’éviter les erreurs cumulées. Un peu long mais pas compliqué du tout. 1 au transport des seaux. car les stepoc étaient légèrement plus faibles). Il faut caler avec des fers de 6 mm coupés à la cote de 0. Sur mon niveau.47). Les adultes sur les marches du bas peuvent se tremper complètement.195 exactement. 56 . mais elle permet aussi aux tout-petits d’avoir une pataugeoire à leur taille. Le coulage de l’arase a nécessité l’aide de 4 personnes : 1 à la bétonnière. 4. Mon coffrage a été posé au niveau et contrôlé ensuite par rapport au pivot.44 Coffrage droit de l’arase.45 Une personne remplit les stepoc pendant que l’autre les finit. j’ai tracé à la bombe de chantier son profil. les épaules au soleil. Avec un liner. j’ai empilé 120 moellons de 20 x 20 x 50 cm.43 et 4.5 m un serre-joint. Mon liner a une frise et les motifs me permettent d’évaluer in fine mon défaut de niveau.RÉALISEZ VOTRE PISCINE une frise.44). 4. L’escalier a été une formalité.43). je me suis inspiré d’escaliers de piscines existantes. Aussi. Un fer de 8 mm horizontal et ligaturé à ces fers verticaux constitue une armature centrale de l’arase (voir figure 4.2 m (0.46 Cote de l’escalier maçonné Les fers verticaux de chaque alvéole de stepoc ont été recourbés de manière à arriver au milieu de la hauteur de l’arase. La seule difficulté a été de le dessiner sur le papier. Elle est un peu plus haute que les autres (+ 10 cm) à cause des skimmers qui génèrent une perte de hauteur. Fig. Ensuite. tout en surveillant les enfants. 4. la ligne d’eau fera ressortir votre défaut d’horizontalité ! Fig. il est conseillé de laisser une hauteur de 30 cm d’eau sur la première marche afin d’éviter qu’il ne se décolle par manque de force de plaquage. En liner.

votre bassin est fini. INFO LA COMMANDE DU LINER À ce stade. Vous pouvez précommander votre liner en donnant déjà une première cotation de votre bassin. 4. 4.51). Il faut réaliser d’abord un gobetis (mortier liquide dosé à 400 ou 500 kg/m3 et mélangé à du sable de 0-2 mm) et le projeter en faisant des grandes traînées.48 Coffrage et bétonnage des creux Les murs Deux solutions s’offrent à vous. Le jeté à la main : la méthode traditionnelle des enduits. J’avais commencé à regarder la faisabilité de le faire moi-même mais devant le timing serré. Toujours dosé à 400 ou 500 kg/m3 et mélangé à du sable de 57 . Utilisez les moellons d’angles (avec un trou). les manques ont été comblés par du béton. Il ne reste plus qu’à faire la chape de finition au sol et à enduire les murs (voir figure 4.49 Enduit mur vers skimmer Fig. Cela permet de réserver votre place dans le planning de production très chargé en pleine saison. 4.51 Enduit mur vers buse Fig. sert de primaire d’accrochage pour la charge future (couches). 4.50 Enduit mur vers projecteur Fig.4-LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX LES ENDUITS Le bassin est presque terminé. vous devez commencer par les murs. Si vous voulez faire vous-même les enduits.47 Emplacement de l’escalier 16 Le coût de la chape de finition réalisée par un maçon a été en 2002 de 1 300 €.49 à 4.48). Fig. Le gobetis. ils vous serviront pour fixer à l’aide de serre-joints la planche de coffrage (voir figure 4. en séchant. j’ai confié cette opération à un maçon16. 4. Fig. L’escalier étant trapézoïdal.

point serré : l’enduit ne doit pas sonner creux. On prend un chiffon imbibé d’acétone et on nettoie les deux parties toilées. plus plastique. Marquez à la craie les zones « creuses » et faites-les reprendre par le maçon17. On laisse sécher légèrement.RÉALISEZ VOTRE PISCINE 18 R pour rayon 0-2 mm. confirmez votre commande de liner. Le sablon est une sorte de pistolet à peinture. 17 La chape La chape au sol a une épaisseur de 3 cm. tapotez avec la main. On crée un chanfrein sur le tuyau de manière à faciliter l’emmanchement des pièces et éviter le reflux de colle si l’on encolle les deux pièces (PVC souple). après que le mortier a tiré un peu. Avant la pose du liner. À SAVOIR COMMANDES ET PLANNING Prendre les cotes réelles du bassin (longueurs haute et basse. Tout est dans le geste et le dosage en eau du mortier. Matériaux. on ajoute l’emmanchement théorique moins un jeu de montage (max 3 mm). mon maçon a repris deux zones. Il doit s’écraser sur le mur préparé et gardé de l’épaisseur. Réalisation de la tuyauterie On commence par positionner les coudes. À cette cote. coude ou manchon. 50 mm de diamètre en barre de 6 m. Le geste doit être précis et sans reprise. Vous pourrez compter 3 semaines de délai en pleine saison. On emmanche le tube et on laisse sécher en place sans manipulation au moins 3 mn. dresser le mur à la règle puis talocher. Le bidon rond du pistolet à peinture laisse la place à une sorte d’entonnoir en forme de skimmer. PVC rigide. Ne touchez plus les pièces collées pendant au moins 3 h. Il faut. Tuyau PVC souple pression diamètre 50 mm en rouleau de 25 m. En effet. Tube PVC pression 16 bars. Il ne doit pas avoir de reprise sur la face d’un mur. Emmancher sans réaliser de torsion. On prend la cote entre chaque raccord. PVC souple. des murs ont un arrondi de R18 = 150 mm et les angles horizontaux du radier/mur ont un arrondi de R = 5 cm. Il faut un compresseur d’air de 30 CV à moteur thermique et des tuyaux d’air de grandes longueurs. faites un trait au feutre de limite d’emmanche- Les arrondis d’angles Les arrondis (pour liner) ont été réalisés au mortier dosé à 500 kg/m3 au sable de 0-2 mm. À partir de ces cotes. le mortier est plus compact. LES TUYAUTERIES DU BASSIN Le bassin est fini d’être maçonné. on prend de la toile émeri ou du papier de verre et on décape l’extrémité du tuyau et l’intérieur du coude. Le maçon a réalisé les enduits des murs intérieurs en une journée à deux ! Le projeté aux sablons. À titre indicatif. L’aspect des murs est taloché fin. il convient de coller les tuyaux et de les tirer « en attente » jusqu’ au local technique. Il faut que ça poisse au doigt. On dépose un film de colle homogène sur les deux parties à encoller. car il ne faut pas cisailler le film de colle. escaliers et diagonales hautes et basses). Pour vérifier l’acceptation des enduits de murs. Lorsque j’ai découvert cette technique. Elle est dosée à 350 kg/m3 avec un mortier au sable de 0-6 mm. largeurs haute et basse. On dépose un film de colle homogène sur la partie à encoller. mais pour mortier. Le collage des tuyaux est d’une simplicité enfantine. Les angles verticaux 58 . La dalle a été coulée par le maçon en une journée. Une fois le circuit monté à sec. Cela vous laissera le temps de faire le local technique et les branchements hydrauliques et électriques. j’ai failli me lancer. profondeurs aux quatre angles.

Les terres de remblai étaient exemptes de cailloux et gravier. Si vous branchez les skimmers en série. 4. Pour ces deux dernières.52). les terres argileuses sont de la vraie glue et en collant aux tuyaux. Fig. Il est conseillé de mettre du sable dessous et dessus. Fig. Le repère 1 de la figure 4. En effet. Le tuyau utilisé est souple. En effet. L’escalier a une buse orientable. Démonter et encoller. il faut équilibrer les circuits de manière à conserver les débits. 4.52 Schéma de filtration Les buses de refoulement Les buses de refoulement sont représentées en repère 1. le premier prendra plus de débit que le second. Les skimmers Deux skimmers avec chacun sa tuyauterie. Elles sont au nombre de trois : la buse d’escalier prend 50 % du débit de refoulement et les deux autres buses prennent les 50 % restants.53 Fonction de trop-plein et connexion au tuyau d’aspiration 59 . Les deux buses de poussées sont sur le même circuit mais symétriques à partir du T de séparation.52 indique les buses de refoulement du bassin. cela permet de créer un Le trop-plein (figure 4. j’ai donc remblayé avec mes terres sauf autour des tuyaux verticaux. ce qui veut dire que le parallèle symétrique est l’usage. en PVC armé spécial pression. Remonter sans reprise et en se calant aux repères d’emmanchement et d’orientation. La buse a sa canalisation propre de manière à avoir 50 % de la puissance et du débit.53) est une fonction importante en liner et PCV armé voire en carrelage ou autre pour des raisons d’inondation périphérique. elles peuvent les casser ou les démonter. Les tuyauteries des deux skimmers arrivent à la nourrice (repère 8 de la figure 4. leurs tuyauteries doivent donc être symétriques à partir du T de répartition si l’on veut le même débit dans les deux buses.4-LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX ment et un trait vertical d’orientation angulaire (trait prenant les deux pièces à coller). Il faut descendre verticalement le tuyau puis le faire courir sur le talon du radier. LES BRANCHEMENTS En tuyauterie. tourbillon d’eau qui évite à la saleté de s’agglutiner sur la première marche (petite plage).

dans la pose de notre liner. Après avoir discuté et écouté. En cas de pose d’une moquette verticale (ne se fait plus. LE LINER La pose du liner Une opération délicate d’après les personnes à qui j’avais fait part de mon intention de le poser moimême. À l’intérieur. Il faut raccorder son trop-plein à un puits perdu et surtout pas au réseau d’égout (interdiction de la DDASS). La bonde de fond Elle est tirée en tuyau PVC souple pression de 50 mm de diamètre. mon fils et moi. à l’extérieur du coffrage. La remise en place des terres J’ai loué un engin de terrassement un petit bulldozer appelé couramment Bobcat. j’ai coffré un U en bois que j’ai soulevé avec le Bobcat. 4. et comme je ne voyais toujours pas de contre-indication à ce que j’entreprenne cette affaire. Le profil est posé affleurant à l’intérieur du mur. il faut avancer le profil de 1 à 1.54 Débit du trop-plein un jour de pluie une colonne de protection autour de mes tuyaux verticaux. Le liner a été posé en 1 heure ! Cela a tellement été vite que nous n’avons pas eu le temps de prendre de photos.55) permet l’accrochage du liner. J’ai donc décidé d’en faire autant mais avec le bémol suivant : afin d’éviter que les terres en se tassant viennent rompre mes pièces à sceller. Le fait de le poser moi-même ne m’a fait économiser que la main d’œuvre soit 592 € TTC (tarif 2002).55 Pose du profilé Hung 60 . Elle permet la vidange du bassin et contribue à l’homogénéisation du désinfectant dans le volume d’eau.RÉALISEZ VOTRE PISCINE Lorsqu’on opte pour un liner.surtout si l’on n’a pas mis du jonc de blocage . 18 La prise balai Elle est raccordée en tuyau rigide de 50 mm de diamètre. Fixation des profilés Hung La pose du profilé Hung (repère A figure 4. je remplissais de sable de manière à créer Fig. je remplissais de terre. C’est un engin extraordinaire. . Elle travaille de deux manières : soit en aspiration pour le balai. nous nous sommes donc lancés. Afin que vos terres descendent. Après les premières frayeurs. Puis. on remblayait avec mes terres. Fig. La putréfaction commencera et des taches noires apparaîtront. Ne faites pas courir l’excédant d’eau dans votre jardin en pente s’il y a un voisin en contre-bas. C’est la forme de la roue à aubes du compresseur qui permet cette différence entre débit et pression. 4. l’eau peut passer derrière .et s’infiltrer. mouillez au jet d’eau. Vous pourrez remblayer plus justement et éviter le travail des plages.5 mm. Dans tous mes devis de piscine. car la moquette sur les murs se décolle et tombe derrière le liner).18 . Tout le monde dit qu’il faut remblayer avec du gravier. on devient plus productif. Maniable à souhait et très joueur. car j’utilise un compresseur. soit en refoulement via un compresseur qui reprend le débit de la pompe en relevant la pression.

une fois le liner posé. Le liner est livré dans un carton très épais pesant plus de 30 kg. Le dessus des marches de l’escalier a été aussi recouvert d’une moquette. car avec la pression. Il faut percer en biais vers l’arrière du bassin de manière à ce que le trou fuie la face intérieure du bassin. N’ayant pas trouvé les repères. Enlevez les chutes supérieures et inférieures. Au bout de la troisième tentative et plusieurs minutes de réflexion. Le joint est rectangulaire pour les skimmers et rond pour les buses. Il faut poser les lés bord à bord. Il faut descendre le carton au fond du petit bain. le projecteur et la prise balai. Coupez au cutter (lame neuve) les lés.56) deux lés sur 10 cm. Cela est très important. En revanche. La fixation d’un rivet (repère B figure 4. 4.4-LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX Percez au perforateur ou à la perceuse à percussion. il faut poser un joint en caoutchouc autocollant sur une face (livré avec la pièce à sceller : 2 joints par pièce) de manière à avoir une étanchéité entre le mur cimenté et le liner.56 Pose de moquette imputrescible ATTENTION LES TROUS DE FIXATIONS Il faut aussi prêter une attention toute particulière aux trous de fixation des pièces à sceller. car le liner a une goutte d’eau avec une forme antiretour. Le liner était théoriquement repéré de manière à le déplier dans le bon sens. Le doigt sur la figure 4. J’ai loué un aspirateur industriel en bidon équipé de deux moteurs. Accrochage du liner Aspiration du bassin Tout le périmètre du bassin est équipé de profil hung.55) se fait par frappe d’un clou qui écarte le rivet déformable et le bloque dans le trou. Pour cela. elle ne sert à rien.56 montre le recouvrement du lé inférieur. La moquette doit être imputrescible et dosée à 500 g/m2. j’ai posé une moquette sur le sol grand bain et petit bain.57 Accrochage du liner dans le profilé Hung Ne pas poser de moquette par grand vent ! 19 61 . Ai-je bien fait de le faire moi même ? Cette question m’a taraudé la première minute puis l’action arrivant. Il se pose facilement. il sera trop tard. on a passé 30 minutes à accrocher. On aspire tous les grains et poussières du sol. Pose de la moquette Avant de mettre le liner. on chevauche (voir figure 4. si les trous des vis sont sales ou obstrués. la moquette va s’écraser et le moindre jour se verra. décrocher le liner. tourner le liner et réessayer.59) n’est pas difficile. Le profilé Hung est fixé par des rivets. dans le grand bain.19 Fig. L’accrochage du liner (figure 4. 4. Je n’aurais jamais cru enlever autant de poussières et particules. Elle est collée par petite zone à l’aide d’une colle acrylique. En effet. je n’y ai plus pensé. Par contre n’étant pas tiré Fig. Voici l’instant décisif. Cela améliore la résistance et en cas de rencontre avec un caillou récalcitrant évite d’éclater un morceau de mur. Vos deux bords sont jointifs sans aucun jour. La sensation douce sur les escaliers (surtout la plage) et sur le petit bain est très appréciable. on a trouvé le sens du liner par rapport au bassin. elle est écrasée par le poids de l’eau et en termes de confort. Ça aura été notre seule frayeur. Sur chaque pièce à sceller.

Un coup de crayon gras pour marquer l’endroit (les professionnels percent directement au tournevis pour marquer l’endroit et installent la bride). Comme le bassin est propre. Merci au feutre qui nous a servi de filtre à air ! En effet. j’ai fixé la grille après avoir collé le joint. Lorsque la bonde de fond (grand bain) fut recouverte de 20 cm d’eau. on allait à la catastrophe. Au bout d’une demi-heure. ANECDOTE REMPLISSAGE DE LA PISCINE J’avais prévenu la société de gestion de l’eau que j’allais remplir ma piscine pour qu’elle surveille le niveau des bâches. des pinces à linges (en bois) dans le profilé hung. 62 .RÉALISEZ VOTRE PISCINE par le poids de l’eau. En attendant que le niveau monte. Cela plaque le liner et l’anti-retour de la forme en goutte d’eau se bloque sur le profilé. Ensuite. Vous bouchez le regard du skimmer par des chiffons afin de faire étanchéité. j’ai eu un coup de fil me demandant si j’avais bien rempli ma piscine ! Voilà pour la petite histoire. Seules les marches d’escalier ont nécessité une retouche de notre part. votre moteur ne risque pas grand chose. Afin d’éviter cette mésaventure. il faut passer à l’étape magique : la dépression ! Vous placez un aspirateur prêt d’un skimmer. on m’avait dit que je serai obligé de tirer le liner. si ce n’est que l’aspirateur aspirait et que le liner plaquait sans plis les murs et le sol. Votre liner est maintenant accroché avec les angles aux angles et les pinces à linges insérées dans les profilés. après avoir dégrafé juste à l’endroit du tube le liner. le tube entre le liner et le mur.5 jours pour 63 m3). que l’on regardait le bassin sans que rien d’extraordinaire ne se passe. Branchez votre aspirateur et observez. on mettra l’aspirateur du skimmer en route. le liner est pris en sandwich entre le joint caoutchouc collé à la pièce à sceller et le joint caoutchouc collé à la bride. On fera d’abord le coté escalier et une fois les marches bien plaquées. le liner arrive par endroit à faire ventouse au contact direct de la chape talochée fin. Puis le projecteur (2° pièces à sceller la plus profonde) et enfin les autres. car aux dires des gens. Faites le périmètre de manière à enlever les plus gros plis et à équilibrer le liner. afin de faire disparaître les plis.61 m de hauteur de mur pour mon bassin). il faut préparer la fixation des brides. En effet. avec des bottes en caoutchouc avec les pieds et sous 10 à 20 cm d’eau. Bon réflexe citoyen mais à l’allure où le bassin s’est rempli (2. J’ai commencé par la bonde de fond avant que l’eau ne la recouvre. Votre liner plaque le mur comme une seconde peau. on place tous les 50 cm ou tous les 1 m. Un pour le skimmer et un pour l’escalier. Les plis du liner disparaissent comme par enchantement. Vous enfilez le tuyau par le skimmer et descendez. Cette prouesse s’est faite en quelques minutes d’aspirateur. il peut également se dégrafer facilement. plaquez le liner contre le mur après avoir réalisé un petit saut en arrière. En effet. Vous devez arriver presque en bas du mur (1. ça n’a pas servi à grand chose : au bout de deux jours. Pieds nus. La facilité avec laquelle le liner fut plaqué nous a un peu déconcerté mon fils et moi. on utilisera deux aspirateurs. Mes marques de crayon n’ayant pas bougé. La prochaine fois. on décida de remplir le bassin. La piscine fut remplie au tuyau d’arrosage du jardin en deux jours et demi. J’ai utilisé un crayon gras de carreleur et avec le pouce j’ai cherché l’emplacement des vis. Enlevez le filtre à poussière de votre aspirateur pour gagner en débit d’aspiration. vous vous placez dos au mur et à l’aide de vos talons.

estimer à 50 voire 70 % de la hauteur du skimmer. 4. le liner se décolle et on peut parfaire quelques angles et plis de l’escalier. Vendu en bobines de 10 m ou à la coupe. Ce qui devrait correspondre à la hauteur d’eau en été de votre skimmer. On enlève les pinces à linges et on les remplace par du « jonc de blocage » ou « stop out ». mais avec un liner cette option est impossible. Comme couler une dalle n’est pas votre passe-temps favori. fait 6 cm. La cote x d’après le croquis de la pisicne. l’effet filtre à air du grand bain n’apporte plus rien. il permet de garantir le bon accrochage de l’anti-retour du liner d’une part et d’« étanchéiser » le système d’accrochage du liner dans le profilé en cas de débordement ou obstruction du trop-plein du skimmer d’autre part. vous ne pourrez pas faire une finition taloché fin directement. La figure 4. En cas de sollicitation plus importante des margelles ou des plages. On rebranche l’aspirateur et la magie recommence. le niveau d’eau réel est plus bas que le laisse croire la cote X. Aussi. C’est un profilé en plastique souple et en forme de clou plat. Fig. Le projecteur fut réalisé juste quand l’eau arrivait à son niveau. Lorsque le niveau est arrivé à la première marche de l’escalier (petit bain avec 30 cm d’eau) l’aspirateur fut débranché et rebranché au niveau de l’escalier. La différence de hauteur entre les deux skimmers correspond à l’épaisseur du volet.58 donne une cote entre 1 et 2 cm. Aussi. le skimmer admet une variation de hauteur de l’ordre de 5 cm. La chape de finition. La mode est aux piscines à débordement. En fait. En effet. ici. La chape radier.58) dépend donc du type de skimmer mais on peut. à l’aide d’un cutter j’ai percé l’intérieur de la bonde de fond en taillant le liner en croix et détouré l’intérieur de la bonde de fond en enlevant le liner inutile. On dégrafe le liner juste pour passer le tuyau.58 Hauteur d’eau d’après skimmer et épaisseur chape La hauteur d’eau La hauteur d’eau n’est pas liée à l’épaisseur du radier mais à la cote entre la chape de finition (l’enduit du sol) et la ligne d’eau du skimmer. Partez sur une cote X égale à 50 % de la hauteur extérieure de la bride du skimmer. Cette cote est influencée par trois paramètres. Les skimmers choisis pour la réalisation de la piscine font 235 mm de hauteur. Le principe est de laisser passer la première vague et le ressac ferme le volet qui freine ainsi les vagues suivantes. En effet. Le mode d’emploi est le même pour les autres pièces à sceller. entre le trop-plein et le manque d’eau. augmenter la cote. La cote X (voir figure 4. Puis. il faut prévoir une chape de finition (l’enduit du sol). Il y a deux types de skimmers : le modèle simple et le modèle à volet. Ce dernier a une fonction anti-vague réalisée par un volet flottant articulé sur un axe. la bande de béton au-dessus des skimmers craquera. L’enfoncement des skimmers par rapport à l’arase. Comme le vide est arrêté. Sa fonction est de réduire la 63 . avec le poids de l’eau. car si la margelle bouge légèrement. Prendre 2 cm. la position du skimmer va déterminer votre hauteur d’eau de baignade. consommation d’eau par perte dans les trop-pleins et les trappes de regard des paniers des skimmers. Les skimmers. en l’absence de mesure directe sur la pièce. fait 3 cm. Lorsque le niveau est atteint on coupe l’aspirateur.4-LE DÉROULEMENT DES TRAVAUX avec un tournevis j’ai perforé le liner et fixé la bride avec les vis inox.

5L
Fig. 5.1 Local technique préfabriqué

E LOCAL TECHNIQUE
C’est une partie importante, car elle renferme le matériel de filtration. En général, le local technique (voir figure 5.1) est réduit à sa plus simple expression par manque de place bien souvent, mais parfois par méconnaissance de l’importance du rôle des équipements de filtration. Voici mon local technique dans les grandes lignes. Je ne mettrai en exergue que les points jugés importants et complémentaires au sujet de ce livre. 70 cm de manière à ce que la pompe, une fois sur la dalle, soit au niveau de l’eau. Le local (figures 5.3 et 5.4) fut monté en moellon et un W.-C. est prévu plus une soupente pour ranger le matériel (bâche été, bâche hivers, flotteurs d’hivernage, produits chimiques...).

Fig. 5.2 Filtration prémontée

Fig. 5.4 Fin de la construction du local technique

EMPLACEMENT
J’avais un coin qui ne me servait à rien dans un angle de mon jardin et à 3 m du bassin. Le sol fut abaissé de

TUYAUTERIES
Tous les fluides et énergie arrivent par le dessous (figure 5.5). Sur la photo 5.5, nous avons l’électricité (2 tubes bleus foncés), l’eau du réseau publique (petit tube noir à droite du tube vertical), le surpresseur (tube rigide vertical), les fluides piscines (tuyaux bleus clairs).
Fig. 5.3 Début de construction du local technique

Un caniveau (figure 5.5) est même prévu avec évacuation au puits perdu, car lors de l’hivernage, il

64

5-LE LOCAL TECHNIQUE
(repère 8) soit à la sortie de la vanne du filtre (repère 5). Chaque départ ou arrivée doit posséder une vanne d’isolement ou d’arrêt. Pour éviter la cavitation il faut prendre une nourrice adaptée. Cependant, si on prend une pièce commerce, on n’aura pas le choix. Ma nourrice possède 3 arrivées en 50 mm de diamètre et une sortie de 63 mm. Le mélange se fait par tube transversal de 75 mm de diamètre (67 mm intérieur). En piscine publique, la règle hydraulique est que la vitesse d’eau dans la nourrice ne dépasse pas 0,5 m/s. À cette vitesse, il n’y a pas de risque de cavitation et d’augmentation des pertes de charge. faut vidanger le filtre à sable, la pompe et le surpresseur. Si le montage de la filtration vous effraye, vous pouvez acheter prémonté et livré sur platine, le groupe de filtration (voir figure 5.2). La nourrice ou collecteur Les tuyaux du bassin (voir figure 5.6) remontent verticalement pour se raccorder soit à la nourrice Ma vitesse d’eau à l’intérieur de ma nourrice est de 1,26 m/s soit 3 fois la vitesse préconisée des bassins publics. Si vous réalisez vous-même votre nourrice avec une croix et des coudes à 90°, comme la plupart des pisciniers et des bricoleurs, votre vitesse d’eau passera à 3,2 m/s et vous ne ferez pas d’économie !

Fig. 5.5 Arrivée des tuyaux

Fig. 5.6 Schéma de filtration

TARIFS
TARIFS DES COLLECTEURS53
Collecteur réalisé soi-même 2 coudes à 90° 1 croix en 63 3 réducteurs 63/50 Total pièces Tarif 2006 pièces à l’unité 4€ 12,4€ 6,9 € 23,30 €
53

Collecteur préfabriqué Collecteur 3 entrées en 50 et sortie en 63

Tarif 2006 pièce à l’unité 15,9 €

Total pièce

15,9 €

Les prix des pièces sont issus du même catalogue 2006.

65

RÉALISEZ VOTRE PISCINE
Le filtre à sable À partir de la pompe (repère 6 de la figure 5.6) l’eau arrive à 16 m3/h par un tuyau de 63 mm de diamètre (54 intérieur). La vitesse de mon eau arrivant dans le filtre est de 2 m/s environ. La pompe de filtration Le tuyau à partir de la nourrice ou collecteur est de 63 mm de diamètre. À partir de la pompe, l’eau arrive à 16 m3/h (en théorie) par un tuyau en 63 mm. La figure 5.8 montre le sens de circulation de l’eau dans la pompe (repère 6). Le surpresseur Le surpresseur est pris en parallèle sur la canalisation de refoulement et se repique sur la canalisation de la prise balai en aspiration par défaut selon le schéma de principe. Le surpresseur est encadré par deux vannes à boisseau d’isolement. Attention, en cas de mise en marche du surpresseur pour le robot, il ne faut pas oublier d’ouvrir les vannes du surpresseur et de fermer celles d’aspiration de la prise balai.
Fig. 5.7 Pompe

ÉLECTRICITÉ
Le chargement du sable est une opération très facile. Il suffit juste de prendre quelques précautions comme : mettre un sachet sur la buse du collecteur ; verser la quantité de gravier préconisé en premier ; verser la quantité de sable préconisé.

. . .

C’est une partie réservée aux bricoleurs ayant déjà des connaissances en électricité et qui ont déjà

Fig. 5.8 Circulation de l’eau

Fig. 5.9 Différentiel 30 mA, départ ligne électrique local technique piscine

66

2 100 50 33 25 20 17 14 2. 4 3. Le tableau suivant indique les distances maximales admissibles en m pour une section de câble.6 pour une pompe et ∑=0.5 2 2.5 3 3.5 8.6 0.85 pour un surpresseur) pour obtenir la puissance électrique absorbée. il suffit de cumuler les puissances électriques absorbées.5 2.43 0.85 0.8 13 15. La ligne électrique Il convient de rappeler. la norme électrique NF C15-100 qui impose que tout départ de ligne à partir du tableau général soit protégé par un différentiel 30 mA (voir figure 5.3 6. veuillez consulter votre revendeur de matériel pour avoir les chiffres exacts.030 20 ∑ : rendement donné à titre indicatif.8 Néon du local 100 w technique Régulateur pH Total 0. Aussi. Si vous n’avez pas d’expérience dans ce domaine. entre autre.5 67 . il faudra diviser la puissance mécanique par le rendement (∑20=0.3 0. TABLEAU DES DISTANCES DISTANCES ET SECTIONS DE CÂBLES Intensité en A 1.9). TABLEAU Organes DES PUISSANCES BILAN DES PUISSANCES Puissance mécanique en KW 0.5 165 84 57 43 34 29 24 Section du câble en mm2 4 6 265 135 90 68 54 45 39 395 200 130 100 89 66 56 335 225 170 135 110 96 530 355 265 210 180 155 565 430 340 285 245 Puissance en KW 10 16 25 0.55 0. il est vraiment préférable de confier cette tâche à un professionnel.75 Rendement ∑ Puissance absorbée en KVA 0.7 10.5 1 1.8 1. Pour dimensionner la ligne. Pour les pompes et surpresseurs.5-LE LOCAL TECHNIQUE effectué des travaux dans ce domaine.038 Courant absorbé en A.88 300 0. La section de câble que l’on doit tirer doit tenir compte de la puissance à passer et de la distance de transport de l’électricité.9 0. vous n’aurez que les puissances mécaniques.2 4.16 – ˜ 10 A Pompe filtration Surpresseur robot Projecteur bassin 0.

05 pour 500 V de tension assignée . 68 . Il sera passé dans une gaine de protection. j’ai été obligé de suivre les fils pour comprendre le câblage et m’intercaler au bon endroit. Le câble sera un 2. car chaque coffret et chaque matériel électrique ont leurs repères propres. par défaut. En fonction Janolène : nom commercial du produit passé dans le langage courant. car si vous êtes en demande de produit pH et que votre pompe s’arrête. Le coffret électrique Le câble d’alimentation générale. 21 DÉFINITION QU’EST-CE QUE RO2V ? Il s’agit d’une norme électrique. VV pour gaine conductrice et enrobage câble en PVC . Le câble aura un neutre (normalisé bleu). J’ai enfoui ma ligne électrique. vous avez la seule piscine qui lave plus blanc que blanc ! J’ai acheté le coffret de base comprenant l’horloge avec le départ moteur de la pompe et le transformateur pour le projecteur. Cependant. RO2V est une désignation préconisée pour les câbles enterrés passant dans une gaine (obligatoire). H pour norme harmonisée .RÉALISEZ VOTRE PISCINE Mon câble part du garage (différentiel à côté du tableau général) dans une gaine enterrée jusqu’au local technique. lorsque l’horloge commande la pompe de filtration. Le câble électrique enterré doit être de type RO2V (couleur noire en général) et il doit passer dans une gaine type Janolène21 de couleur rouge. on aimerait bien que le surpresseur et que la régulation de pH se mettent en marche en même temps sans intervention manuelle. vous allez vider votre bidon de 25 l de produit pH ! Dans ce cas. DÉFINITION QU’EST-CE QUE H05VVF ? C’est une norme électrique des câbles d’intérieur des bâtiments. La distance totale est de 24 m. Le coffret était précâblé à l’intérieur. Ainsi. Ils sont rapportés pour la compréhension du principe d’asservissement des autres appareils électriques. des plus succincts. Pour la régulation du pH. Enterrer une ligne électrique Entre mon local technique et mon garage. En sortie de disjoncteur. on distribue la phase et le neutre par pont via les bornes de connections. j’ai environ 30 m. Asservissement des appareils Voilà une opération qui est très intéressante. Recouvrez-le de 30 cm de sable puis d’un avertisseur rouge. Malgré un schéma électrique.5 carré (dans le jargon). Les repères mentionnés sont les vrais repères de mes appareils. Aussi. Un disjoncteur bipolaire permet de sectionner l’alimentation pour lors des interventions en aval de la ligne et de protéger contre les surcharges à l’instar des fusibles mais sans les inconvénients. est prévu pour une marche manuelle. arrive au coffret des départs. de type H05VVF. car le branchement des appareils. j’ai 10 A de consommation de courant et 20 m de transport d’électricité. chaque appareil aura son alimentation propre à partir des bornes de connexions. une phase (marron ou noir) et une terre (normalisé jaune-vert) ainsi qu’un gainage spécial câble enterré. F pour feuillard (feuille alu de protection entourant les câbles). les repères ne sont donnés qu’à titre indicatif. c’est une nécessité d’asservir à la marche de la pompe de filtration. D’après le tableau des longueurs admissibles.

Ainsi. ne gonflez pas l’intensité pour masquer le problème. Cette fonctionnalité est câblée 69 .11. Puis. on sort de la borne (1L1) pour partir vers un contact disponible du relais de la pompe de filtration (Rp) en 7. le relais de sortie de l’horloge (repères CH1 figure 5.10 L’intérupteur ATTENTION PROTECTION MAGNÉTOTHERMIQUE Attention. d’origine dans le coffret. Le contact manuel de l’interrupteur (Is) par alimenter le surpresseur du robot.5-LE LOCAL TECHNIQUE de votre matériel. Fig. il y a risque de casse ou d’endommagement sévère voire irréversible. Les protections magnétothermiques des moteurs se règlent par une petite molette en face avant. Cherchez plutôt la cause ! Fig.10). soit en mode automatique par l’horloge électromécanique du coffret (bornes 3 et 4 sortie CH1 figure 5. en mode automatique. on repart en (8) pour aller au pivot central de l’interrupteur du robot (Is). 5. de ne pas laisser fermées les vannes du surpresseur. c’est l’horloge (bornes (3) et (4) coffret du robot) qui fera tourner le surpresseur si le relais de la pompe (Rp) est enclenché. Les bornes (4) et (5) ne sont plus en contact lorsque l’horloge s’enclenche. Ce relais est actionné soit en mode manuel par l’interrupteur. elle ne sera pas rapportée dans le schéma. 5. Tout doit être commandé uniquement lorsque le relais de la pompe de filtration (repère Rp) est piloté. Les bornes (1) et (2) sont l’alimentation en 230 V du moteur de l’horloge électromécanique. L’interrupteur en position automatique enclenche la pompe en fonction de la programmation des picots de l’horloge. Si votre protection se déclenche intempestivement. les bornes (4) et (5) sont toujours en contact. il faudra réadapter le schéma et ces repères.11 Schéma du circuit électrique Reportons-nous au schéma de la figure 5. Lorsque le mode automatique est sélectionné.9) est piloté. Lorsque l’horloge ne s’enclenche pas. Coffret régulation du pH : on vient en parallèle des bornes (2) et (4) du relais de la pompe alimenter le coffret. Ce qui veut dire qu’il y a contact entre les bornes (3) et (4). Dans tous les cas le relais de la pompe de filtration (Rp) est en série dans la chaîne de commande ou de puissance des appareils électriques connexes. Coffret du robot : après la protection moteur (MTs). Malgré la protection moteur magnétothermique.

.

. . . . . . . . . . . . . . . . Annexe 5 : liste des plastiques techniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Annexe 3 : le dosage des bétons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . POUR EN SAVOIR PLUS Annexe 1 : la sismicité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Annexe 4 : la perte de charge du circuit de filtration . . . . . . . . 72 72 72 72 73 74 75 77 . . . . . . . . . . . . . Les plus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .CONCLUSION ÉPILOGUE Les moins . . . . . . . . Les projets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Annexe 2 : les ciments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

sans chloration choc. Aucun désordre n’a été recensé. j’aurais peut-être dû prendre un filtre à diatomée à condition de respecter les vitesses. . 72 . mes plages ont travaillé et quelques-unes se sont fissurées. Mais je devais décaisser une butte paysagère et devant le projet de la piscine. Les plus Mon régulateur de pH et ma filtration. Gérer le désinfectant par le potentiel Redox1 de manière à avoir un taux constant de produit oxydant rémanent dans le bassin. Quatre zones Ia. J’aurais dû faire ma piscine d’un mètre de plus. – la période de retour d’une secousse d’intensité supérieure à 8 dépasse 250 ans. le filtre à diatomée n’aurait pas plus apporté (le cas d’un ami). voici les aspects négatifs et positifs de cette réalisation.17). le décret du 14 mai 1991 détermine cinq zones de sismicité croissante. Les projets Un chauffage solaire même si la bâche à bulle est très efficace mais nous préférons voir le bleu de notre eau de piscine que le bleu du PVC de la bâche.CONCLUSION ÉPILOGUE Après avoir terminé la construction de ce projet et aujourd’hui avec plus de recul. qui malgré tout est excellente. mesure par sonde de l’oxydoréduction correspondant à une présence de désinfectant POUR EN SAVOIR PLUS… Annexe 1 : la sismicité D’après le site www. j’avais estimé la tâche déjà amplement suffisante. 1 Redox : Potentiel Redox. sont surpris lorsque je leur annonce que je traite au chlore. La coulée des stepoc en ceinture et à la bétonnière. Améliorer la finesse de filtration pour réduire encore le désinfectant. Les gens. même préventivement. dont une canicule. après un bain. m’ont permis de passer 4 ans. Mon radier fibré qui m’a épargné l’utilisation d’un treillis. avec les pratiques actuelles de dimensionnement. En effet. J’aurais dû accrocher mes plages à mon arase par des fers laissés en attente. Ces quatre zones sont définies de la manière suivante : Une zone I de « sismicité faible » où : – aucune secousse d’intensité supérieure ou égale à 4 n’a été observée historiquement.11 p. Une zone 0 de « sismicité négligeable mais non nulle » où il n’y a pas de prescription parasismique particulière : aucune secousse d’intensité supérieure à 4 n’y a été observée historiquement. La filtration tourne 5 heures l’été. II et III où l’ application de règles de construction parasismique est justifiée (voir figure 1. Les moins Une filtration pas assez fine malgré la taille de mon filtre. soit 9 m au lieu de 8 m.prime. Malgré mes piliers.net du ministère de l’Écologie et du Développement durable. car cela m’a permis de réaliser mes murs sans stress et à mon rythme. Ib.

laitiers haut fourneau De 35 à 80 % de laitiers de haut fourneau DOMAINE D’EMPLOI Bétons armés Travaux de dallage. Une zone II de « sismicité moyenne » où : – soit une secousse d’intensité supérieure à 4 a été observée historiquement. . Savoie. Cette zone est elle-même subdivisée en deux : Ia et Ib. en zone de sismicité Ia. pas de grand froid ni de grosse chaleur Ciment de haut fourneaux CLK 81 % à 95 % de laitiers de haut fourneau Ciment aux laitiers et aux cendres CLC CEM V/A CEM V/B 40 à 64 % 20 à 39 % 18 à 30 % de laitier +… 31 à 50 % de laitier + … 73 . 95 % 80 % à 94 % 65 à 79 % 35 à 64 % 20 à 34 % 5 à 19 % ELÉMENTS D’ADDITION Max 5 % de Filler Max.Une zone II de « forte sismicité ». route Ciment de haut fourneaux CHK CHF CEM III/A CEM III/B CEM III/C Travaux hydrauliques souterrains.POUR EN SAVOIR PLUS – la période de retour d’une secousse d’intensité supérieure à 7 dépasse 75 ans. Haut Rhin. Ib ou II. . ouvrages massifs. pas de grand froid ni de grosse chaleur Travaux hydrauliques souterrains. – soit les périodes de retour d’une secousse d’intensité supérieure ou égale à 8 et d’une secousse Annexe 2 : les ciments Tableau de synthèse des ciments de construction courante. 35 % de cendres volantes. En France métropolitaine. Huit d’entre eux sont concernés dans leur intégrité : Alpes de Haute Provence. . pas de grand froid ni de grosse chaleur Travaux hydrauliques souterrains. ouvrages massifs. Attention. . où la sismicité relève de plaques tectoniques différentes. en tout ou partie. une zone Ia de « sismicité très faible mais non négligeable » où aucune secousse d’intensité supérieure à 8 n’a été observée historiquement. Pyrénées Orientales. ouvrages massifs. Une zone Ib de « sismicité faible » qui reprend le reste de la zone I. TABLEAU DES CIMENTS T YPE DE CIMENT Ciment Portland Ciment portland composé ANCIENNE APPELLATION CPA CPJ NOUVELLE APPELLATION CEM II CEM II/A ou CEMII/B % CLINKER Min. limitée aux départements de la Guadeloupe et de la Martinique. pouzzolanes. Les déformations tectoniques récentes sont de faible ampleur. Haute-Savoie. trente sept départements sont classés. Alpes Maritimes. l’ancienne appellation CPx est remplacée par l’appellation CEMx. d’intensité supérieure ou égale à 7 sont respectivement inférieures à 250 et 75 ans. Vaucluse et Territoires de Belfort.

8 t Granulométrie de X mm 1.5 théoriquement) Masse paveur3 .65 t pour x=0/20 1. Attention : la résistance du ciment n’est pas celle du béton ou du mortier ! Avec le paveur.5 daN/cm2 . À partir de ce temps.CONCLUSION Classe de résistance : la résistance normale d’un ciment est donnée à 28 jours de séchage dans des conditions de température et d’humidité bien précises.5 : signifie une résistance minimale à 28 jours de 42.5 t à 1.45 t à 1. on estime que la résistance a atteint 80 % de sa valeur.5 t Usage Radier Stepoc Résistance du ciment à 28 jours en MPa N prise de résistance normale R prise de résistance améliorée Granulat Gravier CEM II/B -LL 32. A. CEM II/B .5 MPa ou de 52. 2 650 kg (0.1 350 kg (10 sacs) 1 1530 kg (1 m3) 4. c’est la norme européenne en vigueur.5 TABLEAU QUELQUES POIDS DE GRANULATS POUR 1 M3 Granulat Sable Granulométrie de 0.3 mm 1.5 daN/cm2.8 t Granulométrie de 5/15 ou 15/25 mm 1. Les ciments sont répertoriés en trois classes.5 R voir explication figure A.LL 32.5 R Granulat Fig.6 t à 1.6 t Granulométrie de 40/60 mm (galet) 1. 32.5 daN/cm .45 m3) 2 1175 kg (0.6 mm 1.1 Légende du code ciment marqué sur les sacs Voir « Tableau des ciments » élément d’addition L ou LL pour calcaire Paveur Paveur 74 . la règle de dosage en volume de 1 pour 4 ou 5 n’est pas mal non plus et plutôt pratique devant la bétonnière ! 3 Masse ciment À SAVOIR À QUOI CORRESPONDENT LES INFORMATIONS MARQUÉES SUR LE SAC DE CIMENT ? En dessous du logo « CE » on remarque deux informations : EN 197-1 .7 t pour x=0/10 Granulométrie de 0. Annexe 3 : le dosage des bétons Le béton prêt à l’emploi acheté à une centrale à béton et livré par camion (toupie) est régi par une codification spécifique.45 t à 1.5 : signifie une résistance minimale à 28 jours de 52.5 MPa ou de 42.74 m3) 32 (3.5 : signifie une résistance minimale à 28 jours de 32. 52.5 MPa ou de 32. Avec la règle des 1-2-3 du béton en volume on ne respecte pas le dosage théorique mais devant la bétonnière c’est quand même plus pratique ! 2 PROPORTION DU BÉTON Béton à Masse ciment 350 kg/m3 Béton en unité Béton en volume Béton à 350 kg/m3 Béton en unité Béton en volume 350 kg (10 sacs) 1 Masse sable Masse gravier . 42. Les bétonniers sont peu loquasses TABLEAU .

et en tant que particulier vous aurez du mal à savoir exactement ce qu’il y a dedans.47 b réel.5 5.8 b ou 8 mCE. Fig. n’est pas mal puisque la théorie donne une perte de charge du circuit de filtration à 0.2 îP ligne 0. H [m] 15 10 5 0 0 5 10 15 20 25 Q [m3 m⁄h] BÉTON BÉTON B35/25 Le diamètre maximum des granulats sera généralement de 32 mm. 300 KG/M3 FIBRE Dosage du ciment en kg pour 1 m3 de béton prêt à l’emploi. Ajout de fibre polypropylène pour remplacer le treillis de fissuration dû au retrait. 75 .5 16.5 Débit ligne 8 (7.2 îP ligne 1. La valeur est lue directement à partir du manomètre monté sur la vanne de commande du filtre.55 0.2.5) îP pour 100 m 11. soit 8 % d’écart. B35 : valeur moyenne de la résistance à la compression en N/mm2. En sélectionnant chaque élément. du paveur et des adjuvants ajoutés en fonction de la saison froide ou chaude.5) 8 (7.896 0.8 Le résultat à partir du tableau ou de l’abaque. le débit résultant d’une perte de charge de 0. j’ai pu mesurer leur contribution à la perte de charge.3 de la page suivante ou le tableau ci-dessous. Voici la désignation du béton utilisé ici pour couler le radier : Béton B35/25 CPJ45 350 kg/m3 fibré. A. Car les prix varient en fonction du ciment utilisé.5) 8 (7. perte de charge des « canalisations skimmers et buses » a été déduite. B25 : valeur minimale de la résistance à la compression en N/mm2 (dans 98 % des cas).848 5.51 b pour 0. Seule la Ligne Aspiration Skimmers Bonde de fond Taux filtration 50 % 50 % Nbre 1 1 Longueur ligne 8 5 Débit ligne 8 (7.5) îP pour 100 m 11.25 0. À partir de la figure A.15 TABLEAU Organe Perte de charge en bar Perte de charge en mH2O (en mètre de colonne d’eau) 2.2 Courbe de ma pompe TABLEAU Annexe 4 : la perte de charge du circuit de filtration La perte de charge de mon circuit de filtration est de 0.56 Ligne Taux refoulement filtration Buses escaliers 50 % 50 % Nbre Longueur ligne 16.8 b ou 8 mCE est 17 m3/h.2 11.2 11. on estime la perte de charge de chaque ligne de tuyaux en amont de la nourrice ou collecteur de la pompe de filtration. donnant la courbe de fonctionnement de ma pompe. Estimation de la perte de charge des lignes de tuyauteries En utilisant l’abaque de la figure A. Ci-dessous la constitution de mes trois lignes de tuyauteries de mon circuit de filtration.848 1.POUR EN SAVOIR PLUS sur leurs désignations.5 8 1 1 Buses bassin Total îP des lignes de tuyaux en mCE Filtre sable propre Canalisations Skimmer et buses Total filtration 0.

6 8 12 20.56 0.2 18. Ainsi.4 1’’1/2 40/49 0.8 7.68 4 7.8 6.96 1.4 0.72 1. vous aurez un bon aperçu de votre système.6 1’’1/4 33/42 0..4 13.4 26.4 0.44 2 2.48 0.76 2. .4 9..8 1.76 2..16 0.6 6. A. 76 . .08 10.56 5.CONCLUSION Estimation de la perte de charges du circuit de filtration Dans ce tableau qui est à compléter en fonction de votre projet.8 2’’ 50/60 2’’1/2 66/76 Filtre sable propre Canalisations Skimmer et buses d’après abaque ou tableau Total filtration Fig.72 4.8 3. .4 Abaque des pertes de charge en millimètres par mètre de tuyau en fonction du débit en litre par seconde .4 0.2 1. les valeurs fixes sont ramenées à la valeur unitaire de 1 m3/h.4 1’’ 26/34 1.8 32 0.6 11.4 13.6 3.4 0.24 0.08 0.6 26.2 15. Il suffit de multiplier la « îP pour 1 m3/h » par le débit de votre bassin et d’estimer avec l’abaque ou le tableau la îP de la tuyauterie.32 0. TABLEAU Organe Perte de charge en bar pour 15 m3/h 0.8 1.2 16.6 4.08 0..8 4.8 0.52 10.8 25.6 20 26.5 2 3 4 5 6 7 8 9 10 12 15 20 25 30 3/4’’ 20/27 6.16 0.25 îP pour 1 m3/h 0.017 îP pour… m3/h TABLEAU COEFFICIENT DE PERTE DE CHARGE EN MÈTRE CALCULÉ POUR 100 MÈTRES DE TUYAUTERIE La partie grisée est une zone de débit ou les pertes de charges augmentent sévèrement TUYAUTERIE Débit en m3/h 1 1.

Téflon. Estane. PAI. Sustonat. Vespel. Dyflor. PPO PPS PS PTFE PUR Oxyde de Phénylène Sulfure d’epolyphénylène Polystyrène Polytétrafuoroéthylène Polyuréthanes PVC Polychlorure de Vinyle PVDF Polychlorure de Vinylidène PROPRIÉTÉS Reprise d’eau Résistance aux UV PLASTICS PARTICULIÈREMENT PERFORMANTS POUR CETTE PROPRIÉTÉ PVDF. Ultrason E. Pro-fax. Ertalène PP. Urepan. Polystyrol. Texin. Géon. Napryl. Zellamid. Daplen. Fluosint. Lubriflon. Kinel. Armodur. Hostaflon. Ply-pro. Orgalan. Trolen. Prescollan. Foraflon. Welvic. Hostalite. Vestalen. Novatron. Elastollan. PEI. Prylène. Ekavyl. Arnite. PMMA. Altuglass. Gedevyl. Trovidur. Tédur. PPS. Crastin. Q2000. Diakon Ertacétal. Celcom. Valox. Hostaform. Sicron. Vulkollan. Trovidur PP. Oilex. Supec. Solvic. Chemigun S. Phiamer PP. PPO. Benvic. Pagulan. Algoflon. Rexolite. Corvic. Genthane. Baketile BP. PEEK. Contilan. Acétal. Supradur. Adiprène Castethane. PE. Noblen. 77 . Ertalyte. Jupilon. Microvan. Victrex-PES. Ultraform. Moplen. Polyoxyméthylène Propylène NOMS COMMERCIAUX Ultem. Fluon. Lucoflex. Kematal. Tétraflon. Cellasto. Transpalite. PVDF. Gaflon. Symalen. Cyanaprène. Vestyron. Durolan. Estralon. Kapton. Multrathane. Gedex. PCTFE.POUR EN SAVOIR PLUS Annexe 5 : liste des plastiques techniques TABLEAU CODE CHIMIQUE PEI PES PETP PI PMMA POM PP NOM CHIMIQUE Polyétherimide Polyéthersulfone Polyethylène Téraphtalate Polyimide Polymétacrylate de méthyle Polyacétal. Desmopan. Trovidur. Hostalon PP. PP. Irvinyl. Novolen. Propathène. PPO. Propylex. Eltex. Phocenolan. Rhodopas. Perxpex. Delrin. PETP. Ryton. PTFE. Bron. Lotren P. Roylar. PETP. Plexiglass. Casocryl. Escon. Vinopac. Vestolit. PMMA. Coroflex. Soréflon. Noryl. Vinoflex. Simona. Lacrène. Lamigom. Elastotthane. PTFE. Styron. Solef. Marvinol. Duracon. Vibrathane. Alcathan. Vinnol. PPS. Rynite. Halon.

cet ouvrage sera pour vous un véritable mode d’emploi. une fois ces choix réalisés. quelles solutions adopter ? Quelles techniques mettre en œuvre. il vous fait partager son expérience et sa connaissance en vous expliquant pas à pas les différentes étapes de sa construction.Construire soi-même Construire soi-même sa piscine ? C’est possible ! Mais quels produits choisir. a décidé de mettre à profit ses compétences de bricoleurs en réalisant sa propre piscine. guide indispensable du prêt à plonger ! piscine Jean-Philippe Foray sa Code éditeur : G11998•ISBN : 2-212-11998-4 . délais.. Appuyé sur une étude de cas réelle. Jean-Philippe Foray. Solutions techniques. pour quel budget et quel planning ? Et. budget. Après s’être lui-même lancé dans cette aventure d’autoconstructeur.. surtout. comment les appliquer ? L’auteur de cet ouvrage. démarches.

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->