Vous êtes sur la page 1sur 5

Partie 2: http://www.youtube.com/watch?

v=Dr88I2DR90w&feature=related
Partie 3: http://www.youtube.com/watch?v=Njq_y2ZJIYA&feature=related
Partie 4: http://www.youtube.com/watch?v=eW_TDCTLGTc&feature=related
Partie 5: http://www.youtube.com/watch?v=zzRFAYwBzUE&feature=related
Partie 6: http://www.youtube.com/watch?v=L95BoczvUpE&feature=related
Partie 7: http://www.youtube.com/watch?v=s1UXagno8V4&feature=related
Ne desespere pas d'une personne mecréante, regarde comment était Omar Ibn Khattab (r
adi'Allahou Anhou) et regarde ce qu'il est devenu.
Ya Rabbi, fais nous vivre jusqu'au Ramadan ? Amine
Envie celui qui à la science etc .. et n'envie pas celui qui a ce bas monde
On est tous différents Allah nous a donnés diverses origines diverses langues matern
elles et même diverses coutumes , mais on a une chose en commun : l'Islam & la foi
e envers Allah
Pour ceux et celles qui veulent le sahih Al Boukhary voici les liens...: ils est
4 tomes et il est en arabe et en français
http://www.megaupload.com/?d=4KFWFHI3 tome1
http://www.megaupload.com/?d=N0F4NH46 tome2
http://www.megaupload.com/?d=GB2VL6PC tome 3
...http://www.megaupload.com/?d=FKPU7M2G tome 4
Tu veux te marier avec tel ou telle fille? Va voir son père directement au lieu de
lui parler par sms etc ... Même si tu la connai pas cela vaut mieux pour toi...
O ma soeur O mon frere ne rend personne mécréants ou d'égarés ni d'innovateurs allons-no
us faire le travail à la place d'Allah 'azawajel? ne polémique jamais, ne met ni en
garde contre les ahbachi ni contre les tablighi ni contre les salafi si tu n'es
pas d'accord sur une chose fait le comprendre à ton frere ou ta soeu...r avec hikm
a ne mettons pas de barrière entre nous UNISSONS LA OUMMA NE LA DIVISONS PAS !
Dieu ne juge pas par l'apparence ni par les vetements,
La preuve on sera tous nu le jour du jugement !!!
?" N'attends pas d'être bien pour prier , prie pour être bien ! N'attend pas d ' être
bien pour lire le Coran , Lis le Coran pour être bien ! ? "

Dans la Rivière du Haram j'ai Failli me Noyer, L'Islam a été Ma Boué, sans Elle Cheytane
m'Aurai Coulé...
celui qui délaisse la prière jusqu à sa mort est mécréant, ça concerne celui qui la faisai
t a arrété de la faire sans l avoir reprise CAR DANS UNE DE SES FATAWAS cheikh uthaym
ine rahimahullah di que celui qui prie dès fois et délaisse la prière dès fois, sans l a
bandonner, alors c est un musulman qui a des branches de la foi et des branches
de mécréance. Il fai, dans ce cas, de la mécréance mineure comme le disent cheikh albani
et cheikh ibn taymiyyah rahimahumu llah)

cheikh uthaymine rahimahullah dit que si ils se repentent de leurs polythéisme mais
ne font pas la prière et ne paient pas la zakat alors ils ne sont pas nos frères de
religion ; si ils font la prière mais ne paient pas la zakat alors ils ne sont pa
s nos frères de religion (sachant que la zakat est un grand péché et ça ne fai pa sortir
de l islam à elle seule d après l avis le plus authentique comme l a di cheikh uthay
mine rahimahullah à cause de la fin du hadith rapporté dans sahih muslim concernant
celui qui ne paie pas la zakat : puis il y aura une issue soit au paradis soit en
enfer. Sheikh uthaymine rahimahullah dit que si le fait de ne pas payer la zakat
faisai sortir de l islam il n y aurai pa d issue possible au paradis comme cité d
ans le hadith, donc ça prouve que ne pas payer la zakat est un grand péché pour lequel
celui qui ne s est pa repenti sera sous la volonté d ALLAH : si IL le veut Il le
lui pardonnera de par Sa grace mais si IL le veut Il le chatiera de par Sa justi
ce. Et il existe une mécréance mineure qui fai partie des grands péchés mais qui est plu
s grave que les grands péchés, comme dans le hadith : insulter un musulman c est de
la perversité et le tuer c est de la mécréance mais la mécréance citée ici est une mécréanc
eure, kufr douna kufr c est à dire une mécréance sous une mécréance. L imam ahmad, dans un
e des ses versions, di que ne pas payer la zakat fai sortir de l islam mais plus
ieurs savants ne sont pas d accord avec lui)
L imam Ahmad soutient l impiété de celui qui abandonne la prière par paresse. Cet avis est
le plus solide parce qu étayé par des arguments tirés du Coran, de la Sunna, des propos
des anciens et de l examen exact. Voir ash-Sharh al-mumti ala zad al-mustaqna, 2/2
6.
Celui qui réfléchit profondément sur les textes du Coran et de la Sunna découvre qu ils in
diquent que celui qui abandonne la prière tombe dans l infidélité qui l exclut de la relig
ion. Voici ce qu en dit le Coran : « Mais s' ils se repentent, accomplissent la Salâ
et acquittent la Zakat, ils deviendront vos frères en religion. Nous exposons inte
lligiblement les versets pour des gens qui savent. » (Coran, 9:11).
Quant à l indication par la Sunna de l impiété de celui qui abandonne la prière, elle résid
ans les propos du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) « l engagement qui nous l
ie à eux repose sur la prière. Quiconque l abandonne devient mécréant ». (Rapporté par Ahma
Abou Dawoud, at-Tarmidhi, an-Nassaï et Ibn Madja. L impiété dont il est question ici est
celle qui exclut son auteur de la religion car le Prophète (bénédiction et salut soie
nt sur lui) considère la prière comme le signe qui permet de distinguer entre les cr
oyants et les mécréants. Or il est bien connu que la voie de l impiété n est pas celle de l
lam et quiconque n est pas lié par ledit engagement fait partie des infidèles.
Nous disons que cela n est pas permis parce qu il implique deux choses à éviter. La prem
ière consiste à annuler l aspect considéré par le législateur et sur lequel il fait reposer
le jugement. En effet, le jugement de l infidélité est lié par le législateur à l abandon e
as à la négation. De même il fait dépendre la fraternité en religion de l observance de la
rière et non de l affirmation de son caractère obligatoire. En effet, Allah le Très Haut
n a pas dit : « S ils se repentent et reconnaissent l obligation de prier » et le Prophète
(bénédiction et salut soient sur lui ) n a pas dit : « Seule la négation du caractère obli
atoire de la prière sépare le fidèle de l impiété et du polythéisme ou «l engagement qui no
eux repose sur la reconnaissance du caractère obligatoire de la prière. Quiconque en
nie le caractère obligatoire est mécréant. » Si ce sens était voulu par Allah le Très Haut
et son Messager, le fait de ne pas l exprimer clairement serait contraire à la bonne
explication pour laquelle le Coran est révélé.
S il est clair que celui qui abandonne la prière sans excuse commet une impiété qui l excl
ut de la religion aux termes des arguments présents, l avis juste s avère celui soutenu
par l imam Ahmad, qui correspond aussi à l un des avis de Shafi i sur le sujet d après une
ffirmation d Ibn Kathir dans le cadre de son commentaire des propos du Très Haut : «Pu
is leur succédèrent des générations qui délaissèrent la prière et suivirent leurs passions.
s se trouveront en perdition, » (Coran, 19 : 59). Dans son ouvrage intitulé As-salât,
Ibn al-Qayyim affirme que cet avis est l un des deux ainsi soutenus dans l école shafi i
te et que at-Tahawi l a rapporté directement de Shafi i lui-même.
Cet avis s atteste dans les propos de la majorité des Compagnons. Bien plus, d aucuns
disent qu il fut l objet d un consensus en leur sein. Abd Allah Ibn Shaqiq dit : « L aban
don d aucun acte n était perçu par eux comme une impiété, hormis la prière » (rapporté par
idhi, et al-Hakim l a authentifié sur la base des conditions de Boukhari et Mouslim)
. Ishaq Ibn Rahouya, l imam bien connu, a dit : « Il a été rapporté de façon sûre que le Pr
e (bénédiction et salut soient sur lui ) a dit que celui qui abandonne la prière est u
n mécréant. Ce qui a été l avis des ulémas depuis l époque du Prophète (bénédiction et salu
r lui) jusqu à nos jours c est que celui qui abandonne la prière délibérément sans excuse e
ersiste dans son attitude jusqu à la sortie de l heure de la prière est un mécréant. Ibn Ha
m affirme que cet avis a été rapporté d Omar, d Abd Rahman Ibn Awf, de Mouadh Ibn Djabal,
d Abou Hourayra et d autres compagnons. Et il dit : nous ne connaissons aucun compag
non qui aurait soutenu

Allah le Très Haut dit:


"Si nous avions eu un choix quelconque dans cette affaire, dirent-ils, Nous n'au
rions pas été tués ici..."(1)
et il dit:
"Ceux qui sont restés dans leur foyer dirent à leurs frères: "S'ils nous avaient obéi, i
ls n'auraient pas été tués..." (2)
Dans le recueil de hadiths authentiques [de Muslim], Abû Hurayhah (radhia Allahou
'anhou) rapporte que le Prophète (sallaAlahou alayhi wa selem) a dit: "Recherche a
rdemment ce qui t'est bénéfique, demande l'aide d'Allah
et ne te démotive pas. Si quelque chose t'arrive, ne dis pas: "Si j'avais fais cel
a, il se serait produit telle et telle chose." mais dis plutôt: "C'est Allah qui p
rédestine et Il fait ce qu'Il veut", car "si" donne l'occasion a Satan d'agir." (3
)

(1) La Famille d'Imran, v.154.


(2) La Famille d'Imran, v.168.
(3) Rapporté par Muslim (2664) dans le livre du destin.
Les points à retenir:
1.L'explication des deux versets de la sourate la Famille d'Imran (Âli 'Imran)
2.L'interdiction claire de l'usage du terme "si" lorsque quelque chose nous arri
ve.
3.La cause de l'interdiction de ce terme est que ce dernier est que ce dernier d
onne l'occasion à Satan d'agir.
4.L'orientation vers la bonne parole.
5.L'ordre de rechercher ce qui nous est bénéfique en demandant l'aide d'Allah.
6.L'interdiction du contraire, à savoir le démotivation.

Commentaires:
L'auteur a écrit ce chapitre car beaucoup de gens s'opposent au destin en se basan
t sur leurs actes. ils pensent que s'ils avaient fait certains actes, la situati
on aurait été différente. Or, Allah a prédestiné l'acte et sa conséquence. Tout est donc en
accord avec Sa Sagesse.
([...] "Si nous avions eu un choix quelconque dans cette affaire, dirent-ils, No
us n'aurions pas été tués ici." "Ceux qui sont restés dans leur foyer dirent à leurs frères
"S'ils nous avaient obéi, ils n'auraient pas été tués...") : l'utilisation du terme "si
" pour une chose qui s'est réalisée dans le passé n'est pas permise: elle est interdit
e. La preuve à ce sujet est que l'utilisation du terme "si" est une caractéristiques
des hypocrites, c'est donc la preuve de son interdiction.
(Dans le recueil de hadiths authentiques [de Muslim], Abû Hurayhah (radhia Allahou
'anhou) rapporte que le Prophète (sallaAlahou alayhi wa selem) a dit: "Recherche
ardemment ce qui t'est bénéfique, demande l'aide d'Allah et ne te démotive pas. Si que
lque chose t'arrive, ne dis pas:..."): cette interdiction indique la prohibition
.
("..."Si j'avais fais cela, il se serait produit telle et telle chose." mais dis
plutôt: "C'est Allah qui prédestine et Il fait ce qu'Il veut", car "si" donne l'occ
asion à Satan d'agir.") : de même, l'utilisation de ce terme engendre la faiblesse d
u c ur et son impuissance. Et l'interdiction de l'utilisation des termes "si", "si
seulement"et assimilés concerne leur utilisation lorsque l'on se lamente sur le p
assé.
En revanche, l'emploi du terme "si" est permis pour un projet bénéfique futur, en es
pérant la récompense divine et en employant des moyens bénéfiques pour réaliser le bien.
Par contre, si son utilisation laisse transparaitre un certain orgueil et une ar
rogance, alors elle n'est plus permise, car elle reviendrait à vouloir contrôler le
destin.
le contraire. Les propos d Ibn Hazm ont été rapportés par al-Moundhiri dans At-targhib w
a at-tarhib et il a ajouté les noms des Compagnons : Abd Allah Ibn Masoud, Abd All
ah Ibn Abbas, Djabir Ibn Abd Allah et Abou Darda (P.A.a). Ensuite il dit : « En de
hors des Compagnons, (l avis est soutenu par ) Ahmad Ibn Hanbal, Ishaq Ibn Rahouya
, Abd Allah Ibn al-Moubarak, an-Nakhai, al-Hakam Ibn Utba, Ayyoub as-Sikhtiyani,
Ibn Harb et d autres ». Allah le sait mieux.

Vous aimerez peut-être aussi