P. 1
Sciences.ch1 (Physique Quant...

Sciences.ch1 (Physique Quant...

|Views: 1,378|Likes:
theory of quantum mechanics
theory of quantum mechanics

More info:

Published by: Selma Abdelkhalek on Apr 05, 2011
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

07/03/2013

pdf

text

original

Remarque: La lecture des lignes qui vont suivre pourrait s'avérer assez abstraite.
Cependant, si vous ne comprenez pas grand chose ce n'est pas bien grave car souvent tout
devient évident pendant l'étude et les développements d'exemples concrets qui seront donnés
plus loin.

Considérons les deux intégrales étendues à tout l'espace (à l'intérieur de l'intégrale il s'agit
d'une multiplication de fonctions et d'opérateurs) :

et

(42.56)

Rappelons que la notation est le conjugué complexe de z.

Définition: Il y a entre les opérateurs et une correspondance biunivoque, nous disons que
est "l'adjoint" de (la transposée de la conjuguée) et nous écrivons :

(42.57)

De cette définition, nous déduisons l'identité suivante :

(42.58)

Sciences.ch (physique quantique ondulatoire 1/2)

http://www.sciences.ch/htmlfr/physatomique/physatommecquantond01....

13 sur 82

10/02/2009 21:17

Remarque: Nous démontrerons, plus loin, la relation ci-dessus dans un exemple concret
mais particulier de la physique quantique des champs (chapitre suivant) et nous y reviendrons
de manière plus rigoureuse dans notre présentation du formalisme de Dirac dans le présent
chapitre.

L'opérateur adjoint a les propriétés suivantes (ce sont les mêmes que pour la matrice adjointe
vue dans le chapitre d'algèbre linéaire) :

P1.

qui est inutile à démontrer car cette relation découle de la définition de
l'opérateur adjoint et des propriétés des nombres complexes.

P2. étant envisagé comme un nombre complexe (opérateur particulier) nous avons alors
(suffisamment évident pour que le lecteur puisse faire la vérification)

P3.

(suffisamment évident à vérifier si nous prenons le cas particulier où

les deux opérateurs sont des nombres complexes)

P4.

(même remarque que précédemment)

Définition: Une catégorie extrêmement importante d'opérateurs est constituée par les
"opérateurs hermitiques self-adjoints", égaux par définition à leurs adjoints:

(42.59)

Ils jouent vis-à-vis des opérateurs en général, un rôle assez analogue à celui des nombres réels
vis-à-vis des nombres complexes.

Remarque: Le terme "hermitique" ou "hermitien" sont équivalents et rappelez-vous que
ces opérateurs peuvent être aussi des matrices!

Définition: En multipliant un opérateur hermitique par le nombre complexe i, nous obtenons
un opérateur dit "anti-hermitique" (la dénomination est assez logique...).

Remarque: Le produit d'un opérateur hermitique par un nombre réel reste bien
évidemment un opérateur hermitique.

Un opérateur quelconque, soit , peut se décomposer d'une façon unique en parties
hermitique et anti-hermitique, c'est-à-dire que nous pouvons écrire:

(42.60)

sont hermitiques.

Démonstration:

Si :

(42.61)

donc:

(42.62)

La somme de l'opérateur et de son adjoint est donc un opérateur hermitique.

Sciences.ch (physique quantique ondulatoire 1/2)

http://www.sciences.ch/htmlfr/physatomique/physatommecquantond01....

14 sur 82

10/02/2009 21:17

En général, il est trivial que le produit de deux opérateurs hermitiques

n'est pas

nécessairement un opérateur hermitique, car nous vérifions que la condition pour laquelle le
produit de deux opérateurs hermitiques soit lui-même hermitique, est que les deux opérateurs
"commutent" (voir ce qui suit).

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->