Vous êtes sur la page 1sur 4

TP n°4 

: détermination de la masse molaire d’un


polymère par mesure de viscosité
Introduction :
On peut définir un polymère comme une macromolécule consistante d'un grand nombre d'unités
répétitives qui sont les unités monomères. Le nombre moyen de ces unités de base dans les
molécules finales (polymères) est le degré de polymérisation.
Un polymère n’est pas un corps pur, mais un mélange de macromolécule de différentes tailles
et de compositions variées si l’on a plusieurs monomères différents.
Pour caractériser un polymère, on utilise des données statistiques : composition chimique
moyenne, masse moléculaire moyenne, degré de polymérisation, structure (amorphe ou semi-
cristalline), indice de polydispersité (dispersion en masse autour de la masse moyenne).
On ne peut pas parler de masse molaire mais de masse molaire moyenne car un polymère est
constitué d’une distribution de chaines de longueurs différentes. Il existe plusieurs types de
masses molaires qui sont obtenues par différentes méthodes : masse molaire moyenne en
nombre, masse moyenne en poids, masse molaire moyenne en Z et masse molaire moyenne
viscosimétrique.

 Définition de la masse molaire viscosimétrique :


La viscosité des polymères est reliée à la masse molaire moyenne viscosimétrique par la
relation de Mark-Houwink-Sakurada :
[ η ] =K
Avec
[ η ] : viscosité intrinsèque,
(η−ηo)
lim ∗1
tel que C →0 ηo
[ η ]=
C
Avec : η : viscosité de la solution polymère et solvant
ηo : viscosité de solvant
c : concentration de polymère dans le solvant
K, α : constantes caractéristiques d’un couple polymère/solvant
M v : Masse molaire moyenne viscosimétrique
 

Cette masse molaire moyenne viscosimétrique est calculée par la relation suivante :
1
∑ niMi( 1+α ) α
i
¿
∑ niMi
i

α est en général voisin de 0,65


Donc pour la détermination de la masse molaire moyenne viscosimétrique on doit mesurer la
viscosité intrinsèque.

 Lorsqu’on introduit un soluté dans un solvant, les interactions moléculaires augmentent et


la viscosité aussi.

Afin de différencier les influences du soluté (ou de la phase dispersée) et du solvant, on


définit quelques termes :

La viscosité relative :
η
ηrel =
η0
C’est le rapport des viscosités dynamiques de la solution polymère/toluène (η) et du solvant
pur (η0 ).
La viscosité spécifique :
η−η0
η spe=
η0
La viscosité réduite :
C’est l’augmentation relative de la viscosité à cause du soluté, elle dépend de la concentration
du soluté :

1
∗η−η0
ηspe C
η¿ = =
C η0
La viscosité inhérente :
log ηrel 1 η
ηinh = = ∗log
c C η0

La valeur de la viscosité intrinsèque est à l'intersection de l'axe y pour une valeur de


concentration égale à zéro. (Cette viscosité intrinsèque est donc issue d'un calcul :
(η−ηo)
lim ∗1
ηo
[ η ] = C →0
C
Avec : η : viscosité de la solution polymère et solvant
ηo : viscosité de solvant
c : concentration de polymère dans le solvant

Ou d'une construction graphique en traçant la viscosité réduite sur l'axe des ordonnées et la
concentration sur l'axe des abscisses (pour différentes concentrations mesurées), on obtient un
graphe qui ressemble un peu à ça :

But de la manipulation:
Cette manipulation est consiste à déterminer la masse molaire d’un polymère (polystyrène
commercial) en utilisant la méthode de viscosimètre.
Mode Opératoire:
Dans cette manipulation, on se propose d’utiliser un viscosimètre qui est schématisé dans la
figure suivante :
Figure 1: viscosimètre de Ubbelohde

Le viscosimètre est plongé dans un bain thermostaté à 25 °C .


On prépare

Vous aimerez peut-être aussi