Vous êtes sur la page 1sur 73
La consiruction mixte acier-béton CONSTRUCTION MIXTE ACIER-BETON RESUME Aprés quelques généralités sur le développement actuel et les avantages de la construction mixte acier-béton, le chapitre est consacré & Ia conception et au calcul des éléments mixtes de batiment : poutres, connexions, poteaux, dalles et assemblages. Les principaux aspects traités sont les suivants : © les caractéristiques mécaniques des divers matériaux (béton, armatures, aciers de consiruction, ties minces profiiées) qu'il convient d'utilser, avec leurs coefficients partiels de sécurité propres ; les états limites ultimes des poutres englobant la résistance des sections et leur classification vis-G-vis du voilement local, la résistance au déversement des poutres mixtes continues, et les différents types d'analyse globale des poutres (plastique, élastique fissurée, élastique non fissurée} ; © la connexion acier-béton, en introduisant les concepts de connecteurs ductiles et non ductiles, de connexion compiéte et partielle, et en abordant la vérification des armatures transversales ; C1 les états limites de service des poutres, en se limitant & des méthodes simples de calcul des fléches, de contrdle de la fissuration du béton et éventueliement des vibrations : © ies dalies mixtes, calculées aux divers états limites, aussi bien en phase de construction suivant I'Eurocede 3 qu'au stade de fonctionnement définitif selon les méthodes spécifiques de I'Eurocode 4; © ies poteaux mixtes, en mettant l'accent sur la méthode simplifiée adoptée dans I'Eurocode 4 pour les poteaux considérés isolément et applicable dans la piupart des cas renconirés en pratique ; © les assemblages mixtes, en indiquant des critéres de classification et en proposant quelques formules simples pour déterminer leurs caractéristiques de comportement : rigidité en flexion, résistance et capacité de rotation. ENPC. "CASME” ee J. Browerti La construction mixte acier-beton 1. INTRODUCTION Dune maniére générale, un élément structural en construction peut étre défini comme mixte s'il associe deux matériaux de nature et de propriétés différentes avec lobjectif de tirer le meilleur parti possible de cette association au plan mécanique. Dans ce chapitre. on considére le cas le plus frequent des constructions mixtes acier-béton, avec l'idée d'utiliser ~ le béton pour résister aux efforts de compression : - acier pour résister aux efforts de traction et aux efforts tranchants, La méme idée est exploitée en béton arme ; mais il existe un autre aspect tout a fait spécifique des constructions mixtes : cest le rdle essentie! joué par Ja connexion. Un exemple trés simple, @ la figure 1. permet d'en comprendre rapidement I'intérét ; on considére une poutre simplement appuyée, constituée de deux sections rectangulaires identiques superposées. dans un cas sans liaison, et dans Yautre parfaitement solidarisées. Si l'on suppose un comportement élastique, il est immédiat de verifier que la présence d'une liaison parfaite va réduire, pour le méme chargement, les contraintes maximales de moitié et diviser les fléches par quatre. éformations déformations a/ sections non solidarisées by sections parfaitement solidarisées Figure 1 - Effet de solidarisation entre deux poutres en flexion En général, dans les constructions mixtes acier-béton, l'adhérence entre "élément en acier et celui en béton nlexiste pas natureliement, en dehors du cas des poteaux mixtes et de certaines dalles mixtes avec des formes particuliéres de profil de tdle (par exemple, profil en queue d’aronde) ; la solidarisation des deux matériaux est obtenue au moyen dorganes de liaison, dits "connecteurs”, fixés sur I'élément métallique (par exemple, des goujons soudés, des comiéres soudées ou clouées, des butées, etc) dont le réle est d'empécher, ou du moins de limiter, le glissement pouvant se produire le long de linterface acier-béton. En fait, selon la densité de ces connecteurs, on sera amen¢ & distinguer plus loin, pour des applications au bétiment, le cas dit de "connexion complete” et celui de "connexion partielle” : plus précisément, une connexion de poutre est compléte lorsqu'une augmentation du nombre des connecteurs n’entraine plus d'augmentation de la résistance a la flexion de la poutre : dans le cas contraire, la connexion est partielle La pratique actuelle en Europe montre clairement que la construction mixte peut étre tout & fait compétitive, en termes de coiit global, vis-a-vis des constructions en acier comme des constructions en béton. Ceci est vrai pour les batiments & plusieurs étages, notamment lorsque sont exigées des portées entre poteaux de 12, 15 voire 20 métres (par exemple : exigences de circulation pour les parkings, facilités d'agencement des bureaux en l'absence de poteaux intermédiaires), mais également pour les ouvrages d'art de moyennes portées (par exemple, bi- outres continues avec une travée centrale de 50 & 80 métres et des travées de rive de 30 a 40 métres), voire des ouvrages de grandes portées s'ils doivent avoir une dalle en béton pour d'autres raisons et s'il y a limpératif de construire rapidement et simplement. ENPC: "CASME" ee J. Brozzet La construction mixte acier-béton Diun point de vue structural. le principe de fonctionnement est le méme pour un plancher de batiment a ossature métallique et un tablier de pont métallique lorsque ceux-ci sont constitués d'une poutraison métallique connectée une dalle en béton armé (ou éventuellement a une dalle mixte pour le batiment) la dalle, soumise directement aux charges, les transmet aux poutres par flexion locale ; les poutres, soumises aux réactions d'appui de la dalle, reportent ces forces a leurs propres appuis par flexion générale. Le béton étant lié @ lacier, il participe a cente flexion générale, notamment dans les zones sous moments positifs oi il est comprimé, jouant en quelque sorte le rdle de membrure supérieure de la poutre mixte. Il convient également de noter que Je plus souvent I'épaisseur de dalle est imposée par la flexion locale et qu'elle est surabondante vis-a-vis de la flexion générale. Le domaine des ponts mixtes ne sera pas traité dans le cadre de ce chapitre ; toutefois, on concoit aisément que Ja collaboration de la dalle peut se traduire par une réduction du poids de la structure métallique. assurer un contreventement au niveau supérieur vis-a-vis des efforts de vent et autres efforts de freinage. et améliorer a stabilité au déversement des poutres continues en double té en zone de moments négatifs (cette stabilité étant en général pleinement assurée par ia dalle en zones de moments positifs), En revanche. au voisinage des appuis intermédiaires, la dalle risque de se fissurer si elle n'est que simpiement armée (c'est-i-dire sans armatures additionnelies ou sans systéme de précontrainte) ; des verifications de calcul et des dispositions constructives précises seront alors satisfaire (utilisation d'un béton & retrait modéré, modalités de coulage de la dalle, calcul de laire, du diamétre et de l'espacement des armatures passives) si l'on veut limiter une valeur raisonnable (par exemple 0,2 mm) ouverture des fissures dans les conditions normales de service. En ce qui conceme jes planchers mixtes de batiment, la collaboration de la dalle (en béton de masse volumique courante ou éventueliement en béton léger) avec les poutres et solives métalliques offre plusieurs avantages, entre autres les suivants réduction du poids de la structure métallique chargement égal (cette réduction est encore accentuée si l'on peut tirer parti d'une continuité en flexion générale, par suite des possibilités de redistribution des moments fléchissants, comme cela sera expliqué plus loin) ; Gi augmentation de Ja rigidité en flexion du plancher (dans ses deux directions principales), d'oii une réduction es fléches en service ; © amelioration sensible de la résistance a T'incendie des poutres et solives métalliques, pouvant devenir importante si l'ime de ces poutres et solives est elie-méme enrobée de béton (voir figure 2.4) ; 7 réduction de la hauteur des planchers, d’oi la réduction de Ja hauteur totale du batiment 4 nombre d'étages fixe. La figure 2 montre des sections différentes de poutres mixtes en présence d'une dalle pleine. La présence d'un renformis (fig. 2b), toutefois assez rare en batiment, va se traduire par une plus grande excentricité de la dalle par rapport a axe du profilé métallique, d'ow une plus grande inertie en flexion et un plus grand moment résistant de la section mixte. _ «@ b/ dalle avec renformis ©! Poutre métallique en caisson d/ poutre métallique panietlement enrobee GQ a/ section mixte en T Figure 2 - Différentes sections de poutres mixtes ENPC: "CASME" “3. J. Brozzett