P. 1
Le Chomage

Le Chomage

|Views: 119|Likes:
Publié parOmar Chentoufi

More info:

Published by: Omar Chentoufi on Apr 11, 2011
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

03/17/2012

pdf

text

original

Le présent exposé à pour objectif de présenter le chômage et l’emploi sur ce nous essaierons de répondre à certaines questions qui nous

en guidés à confectionner notre travail : 123456Qu’est ce que le chômage ? Comment mesure t’on le chômage ? Qu’elles sont les différentes formes du chômage ? Qu’elles sont les conséquences du chômage (sur l’économie et l’Homme) ? Qu’est ce que la politique de lutte contre le chômage ? Qu’elles sont les politiques de l’emploi ?

Pour répondre à toutes ces questions, nous avons scindé notre travail en trois chapitres : Chapitre I : présentation, typologie et forme du chômage Chapitre II : causes et conséquences du chômage Chapitre III : l’emploi ou politique de lutte contre le chômage

1

Chapitre I – Présentation. on établit le rapport entre les chômeurs et la population active occupée. C’est une période d’inactivité forcée qui caractérise une personne capable et désireuse de travailler mais qui ne parvient pas à trouver un emploi. Parmi ces transformations. 100 La population active II – Typologie du chômage : Le chômage concerne plus ou moins certaines catégories : a) Par secteur : Le chômage touche le secteur de l’industrie plus que les autres secteurs d’activités. I –1/ Définition du chômage : Le chômage est l’arrêt ou l’interruption de l’activité volontaire ou involontaire. elle est utilisée par de nombreux autres pays selon les recommandations de l’Organisation International Du Travail (OIT). l'évolution de la structure de du chômage et de l’emploi est sans aucun doute le problème le plus préoccupant de la société moderne. b) Par catégories socioprofessionnelles : Les ouvriers et employés qualifiés sont les premières victimes du chômage. Pour calculer le taux de chômage. qui recherche activement du travail. toute personne âgée de plus de 15ans . A partir d’une enquête mensuelle menée sur un échantillon représentatif de la population active des informations sont obtenues à propos de l’activité de chaque personne en age de travailler et chômeur. sans travail. Taux de chômage = Nombre de chômeurs . immédiatement disponible pour occuper un emploi. 2 . disponible pour travailler et en recherche effective I -2/Mesure du chômage : La méthode de mesure du chômage la plus utilisé a été développée aux Etats-Unis dans les années 30 . Les cadres et les professions intermédiaires sont moins atteints à condition de se recycler régulièrement. salariale ou indépendante. au sens de cette organisation. Selon le Bureau International Du Travail (BIT) le chômage est le fait d’être sans travail. l’ensemble formant ce que l’on appelle la population active. pour des raisons qu’on citera plus loin dans cet exposé. typologie et forme du chômage I – Présentation : La société actuelle est soumise à des transformations profondes qui en touchent les fondements et le fonctionnement.

En effet. les meilleurs conditions de travail …. mais les salariés de plus de 50ans retrouvent difficilement un emploi en cas de licenciement. III – Les différentes formes du chômage : On peut distinguer quatre groupes de facteurs déterminant les entrées au chômage : La mobilité volontaire des travailleurs. Certaines régions sont plus touchées par le chômage que d’autres. Le saisonnier. A la mobilité entre les différents emplois s’ajoute la mobilité entre l’inactivité et des activités domestiques. il existe un chômage de mobilité incompréhensible qui contribue à une utilisation optimale du facteur travail. 3 . même s’il existe à tout moment un poste disponible pour chaque individu à la recherche d’un emploi. Le niveau d’activité. même en situation de pleins emplois. de région. de conditions de travail. Les travailleurs ne sont pas immobilisés en permanence dans un emploi donnée. e) Selon l’age : Les sans qualifications et les sans expériences sont plus atteints . de façon à trouver le meilleur salaire. instable ou instable frictionnel. de poste …etc. mais il s’agit la d’un chômage volontaire qui améliore la situation finale de l’individu et celle de l’économie nationale : Il élève la productivité en orientent les travailleurs vers les emplois pour lesquels ils sont les plus qualifiés. Mais le chômage de mobilité est compatible avec le plein emploi.etc. L’individus à intérêt à consacrer un certain temps à la recherche d’information sur les emplois disponibles. plus de la moitié des chômeurs sont des femmes. f) Selon la nationalité : Les émigrés sont plus exposés au chômage car ils sont peu qualifiés et souvent non diplômé. il ne serait pas rationnel pour les individus concernés d’accepter le premier emploi venu. à titre d’exemple : Les femmes à l’occasion des naissances et de l’éducation des enfants pour revenir après sur le marché du travail. de salaire.c) Par régions : La localisation géographique joue également un rôle. A tout moment. a) Le chômage de mobilité : Aussi appelé chômage inconstant. Ainsi. Les structures économiques et sociales. des individus quittent un emploi pour changer de patron. d) Par sexe : Les femmes sont plus touchées que les hommes. Ce temps de recherche implique une période de chômage.

f) Le chômage de longue durée : Il s’agit de demande d’emploi enregistrer à l’ANPE (Agence Nationale Pour l’Emploi) en fin de mois. ce qui conduit ces dernières à limiter la production. En d’autre terme il est lié à l’évolution négative de l’économie. e) Le chômage saisonnier : Il se définie comme étant l’ensemble des activités qui se déroulent selon un cycle qui n’est pas constant dans le temps. Or. g) Le chômage keynésien : Chômage qui est du à une insuffisance de la demande de biens et services anticipée par les entreprises. depuis plus de 12 mois consécutifs. La consommation et la production entraînent inévitablement des entrées au chômage. C'est-à-dire que lorsque le cycle économique connaît un ralentissement.b) Le chômage conjoncturel : C’est celui qui résulte d’un ralentissement de l’activité économique. Ce type de crise est survenu dans le passé comme pour la crise des années trente. défaut d’approvisionnement en pièces …. C’est l’exemple de la panne des machines. h) Le chômage classique : Il est du à une rentabilité insuffisante de la production qui incite les entreprises à ne pas investir. d) Le chômage technique : C’est l’inactivité forcée dans l’entreprise en raison de circonstances particulière et indépendantes de l’entreprise. l’entreprise ne peut plus écouler ses produits. ce qui peut aussi constituer une cause de chômage structurel. ce dernier peut être cause du chômage. 4 . ce qui fait qu’elle peut être contrainte à licencier ses employés. c) Le chômage structurel : Il découle de l’inadéquation qualitative entre l’offre et la demande de travail.etc. C’est le cas par exemple lorsque le volume de production dépasse la demande des consommateurs. Le produit intérieur brut détermine le nombre d’emplois. Ce type de chômage concerne par exemple : les activités liés au tourisme ou encore certaines activité agricoles. les secteurs sinistrés pour résister aux secteurs en expansion substituent du capital au travail. les entreprises réduisent sensiblement leur volume de production. Durant les périodes de mutation industriels certains secteurs déclinent rapidement au profit de nouveaux secteurs en développement.

surtout quand les caisses de l'état sont vides..La crise économique et le ralentissement de la croissance. il est presque préférable de percevoir des indemnités de chômage plutôt que de reprendre un travail.La durée du chômage s'accroît ce qui augmente les difficultés de réinsertion. . mais aussi l'industrie. .Le taux de chômage diminue selon l'élévation du diplôme. .Le progrès technique et l'évolution de la productivité (plus de machines mois d'hommes). enfin le chômage dépend de la situation économique au niveau national. Dans certains cas. domaines dans lequel l'Etat manque de pouvoir d'intervention. (Secteurs en récession.Les ouvriers et les employés sont plus touchés que les cadres et les professions intermédiaires. Une partie de la population n'a aucune qualification ou une qualification qui ne correspond pas à la demande. . . . européen et mondial..Les jeunes et les femmes sont les plus touchés.Chapitre II – Causes et conséquences du chômage I – Les caractéristiques du chômage : .) 5 .Baisse importante de l'emploi dans l'agriculture surtout.Les emplois précaires (emplois à durée limitée) risquent de s'ajouter aux demandeurs d'emploi. II – Les causes du chômage : Les principales causes du chômage sont connues: • • • • Le coût du travail industriel est trop élevé en grande partie à cause des charges qui présentent sur les entreprises. II -1/ Les causes économiques du chômage : .

III -3/ Les conséquences du chômage : Elles sont particulièrement graves. le financement des aides accordées aux chômeurs est de plus en plus lourd.Facteur sociologique avec le développement du travail féminin. 6 . celle-ci se définissant comme l’ensemble des interventions publiques visant à améliorer le fonctionnement de marché du travail et à en réduire les déséquilibres.L'évolution démographique (des tranches d'âge. .Refus des demandeurs d'occuper certains emplois.Réduction de la demande suite à la baisse du niveau de vie. .Formation professionnelle insuffisante ou inadaptée. II -2/ Les causes démographiques : . marginalisation d'une partie de la population.Effritement du lien social. plus d'arrivants que de partants sur le marché).. On peut distinguer les conséquences économiques et les conséquences sociales : a) Les conséquences économiques : La population au chômage est improductive. .Le chômage d'incohérence (coexistence du chômage et pénurie de main d'oeuvre). b) Les conséquences sociales : . .Coût social du chômage. . VI – Les solutions : Le traitement du chômage ne représente qu’une dimension de la politique de l’emploi. ou sentiment d'incertitude. . .Perte de confiance dans l'efficacité du gouvernement et risques de conflits. la hausse du chômage fait augmenter les dépenses de l’Etat et des entreprises. aussi bien pour l’économie d’un pays que pour les personnes qui en sont victimes.Les délocalisations d'entreprise et la concurrence des pays à faible coût de maind'oeuvre.

également. .Le chômage en Algérie : Le chômage est l’un des graves problèmes que connaît actuellement l’Algérie.2% du total.VI-1/ Le traitement social du chômage : . Ce taux était.Aide à la recherche d'emploi. Elles représentent plus de 20% de l’ensemble des demandeurs d’emploi et 16. le BTP (bâtiments et Travaux Publics) et l’industrie emploient respectivement 18%. Le taux de chômage en Algérie aurait chuté pour atteindre 12.7%. le commerce et les services. Ces derniers ont moins de difficultés à trouver un travail qu’auparavant. V. En effet. Le secteur de l’agriculture. les nouvelles modifications apportées au dispositif de l’emploi et d’investissement offrent plus d’opportunités pour les jeunes chômeurs. Les salariés permanents ne représentent que 32. . En l’espace de cinq ans seulement.Création d'emplois publics (emplois jeunes). Ils sont d’ailleurs moins touchés par rapport à la gente féminin. D’après les derniers chiffres de l’ONS. incitation à la mobilisation géographique. 14% et 14. Le rapport de l’ONS indique que plus de 62% des chômeurs en Algérie résident en milieu urbain et plus de 37% en zone rurale. De tels chiffres renseignent de la difficulté des secteurs stratégiques à redémarrer leurs appareils. Cela signifie que la précarité touche une bonne partie du monde des travailleurs.Indemnisation du chômage. le taux de chômage en Algérie a diminué de plus de la moitié. par une forte proportion à l’auto-emploi sous forme de commerçants individuels et d’entreprises unipersonnelles.7% en 2004 et de 30% en 2000.Une formation professionnelle plus adaptée aux emplois demandés et offerts.Réduction de la durée du travail (les 35 h). le secteur de la Fonction publique détient la plus forte proportion de la population active soit 53% sont employés dans l’administration publique. . La création d’emplois dans les secteurs moteurs de développement économique reste très timide. rappelons. de son côté.3% de la population active en octobre 2006 selon l’Office national des statistiques.le.9% du total des personnes occupées. moins de charges). . Il relève.Diminution de la population active (rallonger la scolarité et avance l'âge de la retraite). Ce chiffre est insuffisant par rapport à l’ensemble de la population active. le fait que la population occupée se caractérise. Ce nouveau record contre le chômage prouve l’efficacité des mécanismes de création d’emplois. Le taux de chômage est plus élevé dans les zones urbaines. dont 70% des jeunes ont moins de 30 ans. . VI-2/Le traitement économique (objectif : création de nouveaux emplois) : . 7 .Baisse du coût du travail (subvention à l'embauche. de 17. les femmes sont plus touchées que les hommes par le chômage. Selon le même rapport.

7% en milieu urbain et 9. Le BTP arrive en seconde position avec 17.7% du total des occupés. Les employeurs et indépendants représentent 29. Estimé à 40.5 %. et l'industrie arrivent en troisième et quatrième position avec les proportions respectives de 13.0% des chômeurs résident en milieu urbain et 39.3%.Salariés Permanents . Le taux d’emploi où proportion des occupés sur l'ensemble de la population en âge d'activité se situe à 35.8 Population occupée du moment .374.000 personnes en octobre 2007. la plus forte proportion est enregistrée par les salariés qui représentent un peu plus du tiers (33. exercent leur activité marchande.8%.9% du total des occupés. La population active occupée du moment est estimée à 8 594 000 personnes.3% du total de la population occupée.0% du total des occupés. d’après les données de l’enquête emploi auprès des ménages.Employeurs. L’emploi non permanent et donc instable.0 en zone rurale. la prépondérance du secteur "commerce. est estimée à 1.2% en zone rurale.Salariés N.2 RURAL 3 305 654 978 811 849 299 1 189 398 288 147 496 354 3 802 008 13.1 TOTAL 8 594 243 2 515 977 2 908 861 2679977 489 428 1 374 663 9 968 906 13. au sens BIT est estimée à près de 9 969 000 personnes en octobre 2007.Pour l’année 2007 : La Population Active du moment.6 et 12. le taux d’activité accuse une légère diminution par rapport à 2006 où il était de 42. administration publique et autres services" où plus de la moitié (56.6% ont moins de 35 ans.Indépendants . soit un taux de chômage de 13. Selon la situation dans la profession.7% de l’ensemble des occupées : 19. réalisée durant le dernier trimestre 2007. La population active en Chômage ou population active à la recherche d'un emploi. On observe une légère remontée du taux de chômage par rapport à 2006 où il était de l’ordre de 12.8%) du total des occupés. La structure de l’emploi selon le secteur d'activité met en relief.Aides Familiaux Population en Chômage Population Active du moment Taux de chômage 8 .7%) de l'ensemble de la population occupée. soit un taux d’occupation de 25. Il s’agit principalement d’un chômage d’insertion dans la mesure où 72. Les femmes représentent 15. L'agriculture. représenté par les salariés non permanents.9% en octobre 2007.3 %.0% de l’ensemble des chômeurs ont moins de 30 ans et 85.P+Apprentis . les apprentis et les aides familiaux est estimé à 36. 61. Les femmes représentent 22.0% de l’ensemble de la population active en chômage.5% d’après les données de la même enquête. Tableau synoptique de la population active en Octobre 2007 URBAIN 5 288 588 1 537 166 2 059 562 1 490 579 201 281 878 309 6 166 897 14.

audacieuses. il faut éliminer ses causes. Le président de la république a évoqué de nouvelles mesures. pour contenir ce fléau. Pour lutter contre une maladie. les politiques de lutte contre le chômage ont été conduites dans le but de remédier aux disfonctionnement du marché du travail car le chômage est une plaie des temps modernes. 9 . Mais l’influence sur l’emploi n’est pas évidente car les pays qui connaissent le moins de chômage sont également ceux ou l’on travaille le plus (Le Japon et la Suisse) La relance des exploitations pour relancer la production L’indication à l’investissement pour améliorer la compétitivité La diminution des charges fiscales et sociale pour réduire les coûts. cette confrontation donne lieu à la détermination conjointe d’un niveau d’emploi et d’un taux de salaire d’équilibre. Les jeunes sans emploi seront prioritaires dans le nouveau programme : « La population jeune vient bien entendu en premier lieu » ajouta le présidant. ». offreurs et demandeurs individuels recherchant la maximisation de leurs intérêt respectifs. Différentes politiques de l’emploi ont été mises en œuvres comme le traitement social : Création d’emplois publics Aide aux chômeurs créateurs d’entreprises Stages de formations Réduction du temps de travail. b) La politique de l’emploi et le traitement du chômage en Algérie : Les différents dispositifs mis en place jusqu’à présent (citer dans le chapitre II) n’ont pas donné de grands résultats. Aussi la plupart des pays comptent sur des régimes d’indemnisation et des régimes d’assurance chômage (ne couvre qu’un quart des 150 millions de chômeurs dans le monde). II – Les politiques de l’emploi : a) Les politiques de l’emploi et le traitement du chômage dans le monde : Depuis une dizaine d’années. « L’état qui a les moyens compte bien les prendre en charge et rien ne pourra décourager notre volonté d’ouvrir grand les portes de l’espoir et la prospérité à l’ensemble de notre peuple et plus particulièrement aux jeunes générations que nous voulons sortir définitivement du désespoir et du découragement.Chapitre III – l’emploi ou politique de lutte contre le chômage I – Le marché de travail : C’est le lieu de rencontre entre l’offre globale et la demande agrégée de travail.

L’offre de travail est donc dépendante de la volonté de consommation des agents économiques. La qualité de travail est seule susceptible d’être modifier à court terme. d’une part il correspond pour le travailleur à un revenu et de l’autre part. les actions de la Caisse National d’Assurance Chômage (CNAC) étaient également citées comme moyen de lutte pour préservation de l’emploi. Par quel nouveau miracle compte t’on lancer cette micro entreprise (Une micro entreprise est une bonne solution pour commencer une activité. en effet il n'y a pas d'obligation comptable. simplement une déclaration de chiffre d'affaires à joindre avec votre déclaration d'impôt sur le revenu) et créer des postes d’emploi ? Les jeunes attendent toujours du concret et non des dispositifs qui ne leurs garantissent pas un emploi permanant. de qualification et d’apport personnel pour le lancement de micro entreprises. le capital étant supposé être constant. compte de résultat à remettre à l'administration fiscale.Le dispositif repose en fait sur le soutien aux jeunes chômeurs répondant aux critères d’age (entre 19 et 35ans). alors la fonction de demande de travail est une fonction croissante. pas de bilan. Mais à quoi devraient s’attendre les chômeurs. III – La demande et l’offre de travail : a) Néoclassiques : 1) La demande de travail : Les entreprises offrent des emplois sur lesquelles elles vont embaucher des travailleurs. De la coopérative immobilière à la micro entreprise en passant par le micro crédit et le contrat de pré emploie. il permet à celui-ci de consommer des biens et des services. C’est en 1996 que le premier dispositif d’aide à l’emploi a été lancé par l’Etat en créant l’Agence National de Soutien à l’Emploi des Jeunes (ANSEJ). 10 . cette formule a certe donné des résultats encourageants mais cela reste insuffisant. et d’avoir un impact positif sur le niveau de production. l’Etat n’a cessé de tester ces remèdes contre le chômage sans pour autant réussir à enregistrer une baisse importante. Notamment dans le programme du gouvernement. 2) L’offre de travail : L’offre de travail est plus difficile à appréhender car le salaire a deux dimensions.

De ce fait leurs calculs en termes d’offre de travail se fondent sur les salaires nominaux et non pas sur des salaires réels comme chez les classiques.b) Keynésiens : Dans l’analyse keynésienne la demande de travail émanant d’une entreprise est une fonction décroissante du salaire réel. Il est clair que dans ses conditions les travailleurs ne pourront pas avoir un comportement d’optimisation semblable à celui de l’offre rationnel de l’analyse classique. Par contre les offreurs de travail sont prisonniers des apparences monétaires. 11 .

il est aujourd’hui une réalité quotidienne pour de très nombreuses personnes. il est aussi l’objet de débats chez les économistes. Il n’y a pas de problème sans solution mais il n’y a pas de solution miracles ni guérison immédiates ou bien sans efforts considérablement importants.Conclusion : Le chômage est un phénomène majeur dans la plupart des pays industrialisés. 12 .

htm#POPULATION EN CHÔMAGE 13 .htm http://spoirier.htm http://www.org/wiki/Ch%C3%B4mage http://lamoitier.ons.com/Fichiers%20HTML/Que-Faire/lutter_contre_les_causes_du_chom.lautre.dz/emploi/emploi2007/emp_rép07.ons.wikipedia.htm http://www. repère pratique Htier Economica Année 1992 1997 1999 1998 2-Sites Internet : http://fr.dz/them_sta.net/chomage.Bibliographie : 1-Ouvrages : Auteurs Daniel Martina Jaques Genereux Jean Yves Capul et Olivier Garnier N.Grégory – Mankieux Titre Précis d’économie Introduction à l’économie Dictionnaire d’économie et science sociales Principes d’économie Edition Seuil Nathan.

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->