Vous êtes sur la page 1sur 11

Prix bande dessinée

« J'aime pas les gens qui se prennent


pour… »
Cestac Florence (Editions Hoëbeke)

Qui sont ces gens qui se prennent pour... Et pourquoi ?


Par orgueil, par méchanceté, parce qu'ils sont machos, snobs,
schizophrènes, obsessionnels ? Parce que la société du spectacle, la
pipolisation du monde leur imposent un rôle : celui de leur âge, de leur
catégorie sociale. Parce que, dans cette société hypermédiatisée où les
stars du show bizz sont déifiées, il ne suffit plus d'être soi-même pour
exister, mais il est important de ressembler à tel couturier à la mode ou à
tel acteur de cinéma. Ils sont à tout moment autre chose qu eux-mêmes...
C est ce manque d authenticité que Florence Cestac traque dans ces
courtes histoires de deux pages. Elle met en boîte tous les protagonistes
de ce carnaval des emmerdeurs et des prétentieux, comme cette baba
cool adepte des médecines parallèles qui a toujours une potion magique
à vous prescrire, ce mari au petit soin qui trompe sa femme, ce navigateur
du dimanche qui se prend pour Eric Tabarly. Florence Cestac n’a pas son
pareil pour saisir tous les comportements stéréotypés, tous les tics de
ces introvertis. Ses dialogues sont vifs et c est la chute de ces courts
portraits qui démystifie avec drôlerie le narcissisme contemporain,
préfacé par Jean Teulé.
Prix bande dessinée

« Alice au Pays des Merveilles »


David Chauvel (Auteur), Xavier Collette (Illustrations)

(Editions DRUGSTORE)

Le monde magique que découvre Alice en tombant dans le terrier du Lapin


Blanc est sombre, effrayant... délicieusement dangereux. Il a perdu toute
logique et, pour qui ne connaît pas les règles, le risque est grand de
perdre la tête, au sens propre du terme !

Voici une nouvelle version du chef-d'oeuvre de Lewis Carroll, très fidèle à


l'histoire originelle et magnifiée par un dessin délicat, rehaussé d'une
subtile mise en couleurs. Petits et grands y (re)découvriront ainsi un
imaginaire extraordinaire, qu'aucune entrave ne vient limiter. Pour leur
première collaboration, les auteurs David Chauvel et Xavier Collette
livrent avec Alice au pays des Merveilles un hommage amoureux à ce
conte onirique, d'une évidente modernité.
Prix bande dessinée

« Mon Gras et moi »

Gally – (Diantre ! Editions)

Elle est grosse, très grosse, et entretient depuis toujours des rapports
existentiels avec son gras. Elle croque avec un humour à double
tranchant sa lutte contre ses bourrelets, les orgies de barres diététiques,
et le regard d'autrui.

Source de bien-être zygomatique, cette BD couvre 100% des apports


journaliers recommandés en matière drôle... Histoire de ne pas laisser le
lecteur sur sa faim !
Prix bande dessinée
« La vieille dame qui n'avait jamais joué au tennis et
autres nouvelles qui font du bien »
Zidrou (Editions DUPUIS)

Dessins de Collectif : Colombo (Pedro) , Cordoba , Gili , Homs , Hureau ,


Lafebre (Jordi) , Sempere (Jordi) , Siri , Van Beughen

Zidrou s'est entouré de 9 jeunes dessinateurs pour illustrer 15 petites


perles d'émotion, de tendresse, de sourire. Ca parle de la vie, la vraie,
l'humaine. Ca parle de ces rapports magiques, de ce petit-fils tolard et
musicien avec son grand-père au coeur d'artichaut, de cet homme sans
vie qui va la redécouvrir avec l'enfant que personne ne veut regarder, de
l'intimité belle et nue de cet homme et cette femme, et de cette petite
dame qui regarde Rolland Garros avec son chat, son chien et son
perroquet ...

La rencontre du scénariste et des dessinateurs a fonctionné à merveille.


Ce sont vraiment des nouvelles qui font du bien
A prescrire d'urgence pour passer les moments gris.
Prix roman
« Vingt et un »
Jean-François Kierzhowski
(Editions Les Perseïdes)

Jean, 84 ans, mène une vie sans histoire dans une ferme isolée de
Pontchâteau. Mais des événements surnaturels surviennent dans son
jardin.

Sûr que l’apocalypse approche !

Boris, le magnétiseur, confirme ce diagnostic et accuse le fils des nouveaux


voisins de Jean d’être à l’origine du mal.

Biographie de l’auteur
Jean-François Kierzkowski, né le 20 février 1975 à Saint-Nazaire, habite
désormais à Nantes où il se consacre à l'écriture ainsi qu'à
l'enseignement des mathématiques.

Prix roman
« Le mec de la tombe d’à côté »
Katarina Mazetti
(Editions Actes Sud, Babel)

Désirée se rend régulièrement sur la tombe de son mari, qui a eu le mauvais


goût de mourir trop jeune. Bibliothécaire et citadine, elle vit dans un
appartement tout blanc, très tendance, rempli de livres. Au cimetière, elle
croise souvent le mec de la tombe d'à côté, dont l'apparence l'agace autant que
le tape-à-l'œil de la stèle qu'il fleurit assidûment. Depuis le décès de sa mère,
Benny vit seul à la ferme familiale avec ses vingt-quatre vaches laitières. Il s'en
sort comme il peut, avec son bon sens paysan et une sacrée dose
d'autodérision. Chaque fois qu'il la rencontre, il est exaspéré par sa voisine de
cimetière, son bonnet de feutre et son petit carnet de poésie. Un jour pourtant,
un sourire éclate simultanément sur leurs lèvres et ils en restent tous deux
éblouis... C'est le début d'une passion dévorante. C'est avec un romantisme
ébouriffant et un humour décapant que ce roman d'amour tendre et débridé
pose la très sérieuse question du choc des cultures.

Biographie de l'auteur
Née en 1944, Katarina Mazetti est journaliste à la radio suédoise. Auteur de
livres pour la jeunesse et de romans pour adultes, elle a rencontré un succès
phénoménal avec Le Mec de la tombe d'à côté, traduit en de nombreuses
langues.

Prix roman
« Le premier amour »
Véronique Olmi
(Editions Grasset)

Une femme prépare un dîner aux chandelles pour fêter son anniversaire de
mariage. Elle descend dans sa cave pour y chercher une bouteille de vin,
qu'elle trouve enveloppée dans un papier journal dont elle lit distraitement les
petites annonces. Soudain, sa vie bascule : elle remonte les escaliers, éteint le
four, prend sa voiture, quitte tout. En chacun d'entre nous repose peut-être,
tapie sous l'apparente quiétude quotidienne, la possibilité d'être un jour requis
par son premier amour...

Biographie de l'auteur
Véronique Olmi est née en 1962 à Nice. Elle est l'auteur d'une quinzaine de
romans et pièces de théâtre, récompensées par de nombreux prix et jouées en
Europe, au Canada et en Amérique latine. Ses romans, de Bord de mer à La
Promenade des Russes, ont fait l'objet de nombreuses traductions.

Prix roman policier

« Maudit blues à Nantes »


Jean-Pierre Bathany
(Editions Alain Bargain, enquêtes et suspens)

Un polar qui swingue, au phrasé à la fois désopilant et tragique comme celui


du blues. Mais l'humour n'est-il pas l'expression d'une forme de désespoir?
Charly a-t-il passé dix années en prison pour rien et sa libération lui apportera-
t-elle la réponse? Rien n'est moins sûr, d'autant que le sort s'acharne sur lui. Et
puis, il entend à la radio cette voix de contralto, celle d'une chanteuse de
blues. Charly a comme une révélation : cette femme détiendrait-elle la vérité? Il
veut la rencontrer... Un suspense habilement dosé...

Biographie de l'auteur
Natif de la presqu'île de Crozon, l'auteur habite Nantes. Nantes, la ville où s'est
déroulé le premier concert de jazz sur le continent européen et où circule un
bus de la TAN, le "569." Celui-ci rend hommage à cet événement et à cette
musique. Jazz et Polar, le mariage est toujours dans l'air. Avec Maudit Blues à
Nantes, l'auteur signe son cinquième roman.

Prix roman policier


« La mélodie des cendres »
Hervé Sard
Editions Kraoken

Hiver 2007, près de Nantes. Un squelette est retrouvé, un diamant autour du


cou et une gourmette au poignet. Le commissaire Czerny, chargé de découvrir
l'identité de cette femme morte il y a plus d'une vingtaine d'années, mène
l'enquête aidé de son équipe. Grâce au bracelet, ils se basent sur leur seule
certitude, son prénom : Marie.
Mais laquelle ? Marie Caron ou Marie Chevalier, toutes deux portées disparues
depuis des années ? Au même moment, Nicolas Moulin, le fils de l'une des
deux Marie, arrive tout droit du Québec, pour essayer de retracer le passé de
sa mère et comprendre ce qui s'est produit au moment du drame.

La mélodie des cendres est un livre qui amène à se poser énormément de


questions pour tenter de deviner l'identité du cadavre. Mais chaque réponse
apporte son nouveau lot d'interrogations. Hervé Sard sait manier les mots et
brouiller les pistes. Il emmène le lecteur sur son terrain, et lui donne une
longueur d'avance sur le commissaire, pour tenter de remettre l'histoire dans
l'ordre et comprendre qui sont réellement les différents personnages et quel a
été leur rôle dans l'histoire.
Et tout comme dans ses précédents livres, Vice Repetita et Mat à mort, ce n'est
qu'à la toute fin que l'auteur lève le rideau et répond à toutes les questions.

Au final, on ne peut que souligner l'imagination et le sens de l'intrigue de Hervé


Sard, qui encore une fois réussit le pari de l'originalité et du suspense.

Prix roman policier


« Jeux de masques sur l'Erdre »
Jean-Luc Russon
Editions d’Orbestier

La belle Alizée, marchande de poupées anciennes, amie du lieutenant de police


Elisée Loudéac, a disparu un lundi matin quelque part au nord de Nantes, sur
les bords de la belle rivière Erdre.

Elle est captive, aux mains d'individus aux motivations mystérieuses. Bientôt,
les cadavres s'accumulent.

Après « Nantes, rue des Orties » et « Les Chemins noirs du Pays blanc », Jean-
Luc Russon livre un cinquième roman, intuitif et plein de mystère, où Elisée
Loudéac et sa belle compagne se débattent au coeur d'une sombre intrigue
dans un haletant jeu de masques.

A propos de l’auteur

Menuisier ébéniste, brocanteur et écrivain, Jean-Luc Russon est l’auteur de


plusieurs ouvrages de science-fiction, polars et livres de mémoire. Jeux de
masques sur l’Erdre est son cinquième roman policier publié aux Éditions
D’Orbestier