Vous êtes sur la page 1sur 5

Mémoire « Master Recherche »: Points de repères

1. Qu’est-ce qu’un mémoire "recherche"


1. 1. Un projet
Le mémoire doit correspondre à un projet. A la différence des travaux scolaires ou
universitaires de Licence, préférentiellement descriptifs et pour lesquels les connaissances
acquises par ailleurs constituent l’essentiel des contenus, le mémoire « Master recherche »
doit être l’aboutissement d’un projet. Ce projet est défini en accord avec le ou les directeurs
de mémoire. Le projet est finalisé : il doit correspondre à un (ou plusieurs) objectifs clairs.

1. 2. Une démarche personnelle et autonome


Le travail est avant tout personnel. L’étudiant doit montrer qu’il est capable, avec une certaine
autonomie, de le mener à bien. L’enseignant ou les enseignants qui le dirigent ont pour
mission de l’épauler dans sa réalisation. Ils dispensent des conseils méthodologiques,
bibliographiques et ils peuvent fournir des commentaires sur le contenu du travail.

1. 3. Un travail novateur
A la différence des travaux réalisés en Licence (rapports de stage, compte rendu etc.), le
mémoire de recherche du Master ne doit pas être une compilation de documents ou un
résumé de travaux existants.
Il peut s’agir, en relation avec le projet de M2 de chacun,
• soit d’une recherche empirique personnelle aboutissant à des résultats inédits. Le
travail doit aboutir à des résultats qui apportent au moins quelques connaissances
nouvelles et/ou des pistes méthodologiques innovantes.

• soit d'une réflexion théorique approfondie, fondée sur une importante recherche
bibliographique, qui doit aboutir à des conclusions substantielles.

1. 4. Un travail de qualité
L’équipe des enseignants-chercheurs du Master ne s’engage nullement à valider un travail qui
ne serait que méritoire et ne correspondrait pas à un niveau minimum défini par l’ensemble de
l’équipe.

Qui propose le sujet ?


• Dans le cadre de leurs activités de recherche ou d’expertises, les enseignants de
l’option peuvent proposer des sujets.
• Il est fréquent qu’un étudiant envisage de lui-même un projet de recherche. Dans ce
cas, il contacte un enseignant qui l’oriente vers la personne (de l’équipe) la plus
compétente et la plus disponible sur le thème.

2. Le temps
Le temps est une ressource critique lors de la rédaction de votre mémoire, et tout projet qui
aspire à une réussite nécessite une planification. Une bonne gestion de votre temps doit,

1
inclure une estimation du temps à passer sur chaque étape et l’élaboration d'
un planning
cohérent de suivi du travail.

3. Quelle doit être la structure du mémoire?


3. 1. Le titre
Le titre renseigne sur le contenu du mémoire. Il doit être synthétique et si possible assez
précis. Un titre général dénote une problématique de départ assez vague.

3. 2. Le résumé
Lorsqu' il est bien préparé, le résumé permet au lecteur de prendre connaissance du contenu
essentiel d'un document avec rapidité et précision. Ainsi, il est en mesure de décider de la
validité du travail en fonction de ses intérêts particuliers vis-à-vis du sujet traité.
Le résumé ne devrait jamais contenir d' informations ou de conclusions que l'on ne trouvera
pas dans le rapport.

Principaux points à respecter:


• le résumé ne devrait pas excéder 250 mots
se limiter à une brève description du problème étudié et des principaux objectifs à
atteindre
• éviter d' inclure les détails expérimentaux, seule une brève description de la
méthodologie générale est nécessaire
• éviter d' inclure les références exhaustives de travaux précédents
• préciser l' étude en évitant d'élaborer sur la théorie trop générale qui s'
avère alors
inutile
• faire un sommaire des résultats
• énoncer les conclusions principales

3. 3. Le plan
Le plan dépend de la problématique et des objectifs. Aucun travail, quel qu’il soit ne peut être
présenté sans un plan rigoureux.
Je vous conseille de prendre votre temps pour établir le sommaire, il s’agit du plan du
mémoire. C’est important de le faire au début. Dans le sommaire, prévoyez les chapitres, mais
aussi les sous chapitres et pourquoi pas insérer des commentaires si vous souhaitez traiter des
points particuliers à certains niveaux.
Une fois votre sommaire terminé, il faut le soumettre à votre directeur de mémoire car il saura
l’apprécier et vous guidera au cas où des points importants ont été omis.
La problématique
Elle répond à plusieurs questions :

• De quoi est-il question ? La problématique doit présenter le sujet, le thème, les enjeux
et l’intérêt du travail.

• Pourquoi a-t-on choisi ce sujet ? Il faut présenter «l’état de l’art » (ou état des
connaissances), à l’aide de références bibliographiques aux travaux existant sur la
question. L’étudiant doit montrer qu’il s’inscrit dans une perspective, ou qu’il s’en
démarque.

2
3. 4. L’introduction
Le but de l'introduction est de présenter le minimum d'informations de base afin que le lecteur
puisse comprendre facilement et évaluer les résultats, sans être dans l'
obligation de consulter
la bibliographie disponible sur le même sujet.

Principaux points à respecter:


-l'
introduction doit présenter en premier lieu, et ce le plus clairement possible, la nature du
problème et la raison de son étude
-la littérature doit être mentionnée afin de situer le lecteur; les références doivent être choisies
avec attention afin de fournir des informations pertinentes sur le sujet et non une étude
exhaustive de tous ses aspects
-la méthode d ' étude doit être exposée brièvement, et si nécessaire, la raison du choix d' une
méthode particulière
-les principaux résultats doivent être cités, on ne garde pas pour la fin de l' article des résultats
qui semblent plus importants
-enfin, l 'explication de termes spécialisés et d' abréviations qui seront utilisés ultérieurement,
trouvent sa place dans l' introduction.
Méthodes et outils utilisés
• Dans la section ' 'Introduction''la méthodologie employée a été mentionnée et si
nécessaire, les raisons de ce choix par rapport à une autre méthode. Dans la section
''
Méthodes et outils' '
, il s'
agit maintenant de détailler.
• En fait, c’est la partie où on peut présenter des algorithmes ou des approches qui
existent et que vous avez utilisé ou modifier ou améliorer pour mener à terme votre
projet.

3. 5. Développement
Il importe ici de ne pas écrire pour écrire. Le but de l'
étude, ses raisons, son cheminement et
ses grandes idées ont déjà été décrits. Le développement devrait favoriser les points qui
suivent. Cette section peut être subdivisée en section ayant pour titre l'idée maîtresse qu'
elle
véhicule.

3. 6. Présentation des résultats


• Les résultats doivent être présentés avec les conditions d’élaboration et leurs limites.
Ces résultats peuvent être quantitatifs ou qualitatifs. Ils doivent faire l’objet d’une
présentation logique (classement, hiérarchisation, logique de répartition spatiale etc.).
En règle générale, ils donnent lieu à des représentations iconographiques (tableaux,
graphiques, …) dont la réalisation doit être parfaitement soignée et complète. Ils doivent être
sélectionnés afin de n’en retenir que les plus significatifs, numérotés, et appelés - donc
commentés - dans le texte.
Si le document iconographique est repris d’un ouvrage ou d’un article, il faut mettre la
mention :

– « tiré de... » si le document est intégralement repris


– ou bien « d’après... », s’il est reproduit avec quelques modifications,
– ou encore « modifié de... » si le document a été remanié par l’étudiant.

3. 7. Interprétation des résultats
L’interprétation pertinente des résultats nécessite qu’ils soient replacés dans un contexte. La
valeur des résultats n’a de portée que s’ils sont comparés à d’autres concernant des corpus

3
similaires et dans des contextes comparables. En général, il est conseillé d’utiliser des bases
de test connues.

Principaux points à respecter:


-ne pas récapituler les résultats, mais les discuter et les interpréter
-souligner les exceptions ou les manques de corrélation, et définir les points nébuleux
-démontrer comment les résultats ou interprétations sont en accord ou en désaccord avec
d'autres publications sur le même sujet
-discuter des implications théoriques de l' étude et de ses applications pratiques possibles
-énoncer les raisons sommaires de chaque conclusion, mais surtout énoncer des conclusions
claires et précises.

3. 8. La conclusion

3. 9. Les annexes
Les annexes sont souvent fort utiles. Elles ne sont pas le reliquat de ce qui n’a pu être placé
dans le corps du texte, mais au contraire l’endroit où sont exposées en détail des données ou
documents importants, servant à la démonstration, et appelés dans le texte. On pourra par
exemple placer en annexe un tableau détaillé de données, et placer dans le corps du texte le
tableau synthétique.

3. 10. Les remerciements


Il est important de souligner dans cette toute petite section les collaborateurs qui ne sont pas
considérés comme co-auteurs, ainsi que tout organisme ou toute personne qui a pu rendre
possible l'
étude sur laquelle l'
article est basé.

Principaux points à respecter:


-il faut être bref et précis
-évitez à tout prix la flatterie

3. 11. La bibliographie
Les références bibliographiques sont un élément fondamental du mémoire.
Commencez à établir votre bibliographie dés que vous commencez vos recherches
bibliographiques car vous risquez d’oublier beaucoup de vos premières lectures, qui pourtant
ont énormément influencé vos choix conceptuels ultérieurs.
Pratiquement, il y’a deux possibilités pour présenter une bibliographie, soit par ordre
chronologique d’apparition de la référence dans le texte, soit sous la forme [1], [2] etc. dans la
partie bibliographie les références sont présentées dans cet ordre. La deuxième manière de
faire est de présenter la référence par le (ou les ) nom de l’auteurs, par exemple (Strik, 2007),
dans la partie bibliographie les références sont présentées par ordre alphabétique. Je vous
conseille vivement la deuxième façon car il n’est pas aisé de respecter l’ordre des références
imposé par la première méthode surtout sur un long document que l’on rédige
progressivement ; en fait, la première méthode est plutôt utilisée dans les articles
scientifiques.

A titre d’exemple, voici le modèle de références adopté par elsevier:

4
Dans le texte:
Siegler (1999), Chelba and Acero (2005), Garofolo et al.(2000)
Dans la section Références:
Siegler, M.A., 1999. Integration of continuous speech recognition and information retrieval
for mutually optimal performance, Ph.D. Thesis, Carnegie Mellon University.
Baeza-Yates, R., Ribeiro-Neto, B., 1999. Modern Information Retrieval. Addison Wesley,
New York, pp. 27–30 (Chapter 2).
Chelba, C., Acero, A., 2005. Indexing uncertainty for spoken document search. In:
Proceedings of Eurospeech, ISCA, Lisbon, Portugal,
pp. 61–64. Available from: <http://research.microsoft.com/srg/papers/2005-chelba-
eurospeech.pdf>.