Vous êtes sur la page 1sur 6

Formes diérentielles

Jérémy Cochoy

19 mai 2011

Ce document, inspiré du cours donné par Olga Kravchenko à l'UCBL, est une première
approche des formes diérentielles. Nous dénirons ces dernières et admétrons quelques propriétés
qui leur sont relatives. Par la suite, K désigne un corps de caractéristique 6= 2.

1 Applications multilinéaires anti-symétriques


Dénition 1.1 (Application multilinéaire anti-symétriques):
Une application k-linéaire (i.e. linéaire en chacune de ses k coordonnées) sur le K-espace vectoriel
Kp
L : (Kp )k −→ Kq
est dite anti-symétrique ssi la permutation de deux variables change le signe, i.e.
∀i 6= j, L(v1 , . . . , vi , . . . , vj , . . . , vk ) = −L(v1 , . . . , vj , . . . , vi , . . . , vk )

Remarque: Puisque l'on suppose que la caractéristique du corp n'est pas 2, dans le cas où deux
variables prènent la meme valeur, l'image est le vecteur nul, c'est-à-dire :
∀i 6= j, vi = vj ⇒ L(v1 , . . . , vi , . . . , vj , . . . , vk ) = 0

Exemple: Un exemple d'application bilinéaire sur R3 est donnée par le produit vectoriel, que l'on
notera ×. En eet :
(λv~1 + v~2 ) × w
~ = λ(v~1 × w)
~ + (v~2 × w)
~
et
~v × w
~ = −w
~ × ~v

Dénition 1.2 (k-formes multilinéaires anti-symétriques):


Soit f une application k-linéaire anti-symétrique. On dit qu'elle est une k-forme si elle prend ses
valeurs dans le corps, i.e.
L : (Kp )k −→ K

Dénition 1.3 (Produit extérieur):


Soient deux formes multilinéaires anti-symétriques
A ∈ L((Kp )k , K)B ∈ L((Kp )l , K)

1
1 APPLICATIONS MULTILINÉAIRES ANTI-SYMÉTRIQUES 2

On dénit le produit extërieur de ces deux formes comme la k + l forme multilinéaire anti-
symétrique :
X
A ∧ B(v1 , . . . , vk+l ) = (σ)A(vσ(1) , . . . , vσ(k) )A(vσ(k+1) , . . . , vσ(k+l) )
σ∈Sl+k

où (σ) est la signature de la permutation σ.

Cette dénition peut paraitre confuse au premier abord, et nous ne l'utiliserons pas par la
suite. On reconnait le  motif de l'expression du déterminant.

Proposition 1.4:
Le produit extérieur de k formes linéaires a l'expression suivante :

A1 (v1 ) . . . Ak (v1 )

A1 (v2 ) . . . Ak (v2 )
A1 ∧ · · · ∧ Ak (v1 , . . . , vk ) = . ... ..
..

.
A1 (vk ) . . . Ak (vk )

Il est de cette façon beaucoup plus simple de se représenter le produit extérieur de plusieures
formes linéaires.
Exemple: Le produit extérieur de deux formes linéaires 1 dxm : R2 → R; (x, y) 7→ x et dym :
R2 → R; (x, y) 7→ y est alors

dx (u) dym (u)
dxm ∧ dym (u, v) = m = dxm (u)dym (v) − dxm (v)dym (u)
dxm (v) dym (v)

Proposition 1.5 (Propriétées du produit extérieur):


Si A et B sont des applications k et l linéaires anti-symétriques, alors
Anti-symétrie A ∧ B = (−1)k+l B ∧ A
Associativité (A ∧ B) ∧ C = A(B ∧ C)
Bilinéarité A ∧ (B1 + λB2 ) = (A ∧ B1 ) + λ(A ∧ B2 )
Remarque: On a donc dxm ∧ dxm = 0.
Nous admettrons la proposition suivante :

Proposition 1.6 (Base de l'ensemble des k-formes diérentielles):


Soit k ∈ N∗ xé. Une base de l'espace vectoriel 2 des formes k-linéaires anti-symétrique sur
l'espace vectoriel est donnée par les diérentes combinaisons de k formes linéaires formés en
utilisant le produit extérieur.
1. On rapelle que dx1 : Kp → L(Kp → R). On noteras donc dx1m := dx1 (m) = (x1 , . . . , xp ) 7→ xi . Le point
m est arbitraire, et n'a aucune importance car l'image de ce point m par dxi est toujours l'application linéaire
qui nous donne la ième coordonnée. Si l'on s'enbarasse de cette notation, c'est que par la suite, nous ferons le
raporchement avec les diérentielles des fonctions.
2. L'ensemble des formes k-linéaires anti-symétriques peut eectivement être munit d'une structure d'espace
vectoriel.
2 FORMES DIFFÉRENTIELLES 3

En d'autres mots, si l'on se donne dx1m , . . . , dxkm formes linéaires dxim : Kp → K, alors
une base est donnée par :
dx2m ∧ dx3m ∧ . . . ∧ dxkm
dx1m ∧ dx3m ∧ . . . ∧ dxkm
..
.
dx1m ∧ · · · ∧ dxim ∧ dxi + 2m . . . ∧ dxkm
..
.
dx1m ∧ . . . ∧ dxk−1 m

Remarque: Sur un espace vectoriel Kp , on a p


formes k-linéaires antisymétriques indépendantes.

k

2 Formes diérentielles
Dénition 2.1:
Une k-forme diérentielle sur un ouvert U ⊂ Kp est une application qui à chaque point de son
ensemble de dénition associe une forme k-linéaire anti-symétrique.
ω : U → L(Kp , K)x 7→ ωx

où ωx est k-linéaire anti-symétrique. On note l'ensemble des k-formes diérentielles Ωk (U ).


Remarque: On pourra écrire une 1-forme (et plus généralement une k-forme) sur Kp grace à la
base dx1 , . . . , dxk comme
ω = P1 (x1 , . . . , xk )dx1 + · · · + Pk (x1 , . . . , xk )dxk

On a bien, pour tout point m ∈ Rp


ω(m) = P1 (m)dx1m + · · · + Pk (m)dxk

qui est une forme linéaire (et plus généralement une forme multilinéaire anti-symétrique).
Exemple: Voici la structure des formes diérentielles de R3 :
0-forme f (x, y, z)
1-forme α = P (x, y, z)dx + Q(x, y, z)dy + R(x, y, z)dz
2-forme ω = S(x, y, z)dx ∧ dy + T (x, y, z)dx ∧ dz + U (x, y, z)dy ∧ dz
3-forme µ = H(x, y, z)dx ∧ dy ∧ dz
(k + 3)-formes ζ = 0
où P , Q, etc. sont des fonctions arbitraires.

Proposition 2.2 (Dualité):


Soit x ∈ U . Etant donné une forme 1-diérentielle sur U , et un produit scalaire 3 < ., . >, il existe
3. On peut, si on le désire, dénir un produit scalaire diérent en chaque point x ∈ U . Pour simplier, j'ai
choisit le cas où ce produit scalaire est constant. Pourtant, dans la pratique, il est très courant de considérer une
surface comme un plan munit d'un produit scalaire en chacun de ces points, dont l'évolution de ce dernier respecte
une certaine forme de continuitée. Certains reconnaitrons peut-être le nom de surface riemannienne.
3 OPÉRATEUR DE DE RHAM 4

un unique champs de vecteurs V~ sur U tel que, en chaque point x, l'application multilinéaire anti-
symétrique appliquée à un vecteur w~ soit le produit scalaire de w~ au vecteur V (x) du champs en
ce point. En d'autres termes, il existe un isomorphisme
Ω1 (U ) −→ Vect(U )
~
α 7−→ V

t.q.
∀w,
~ αx (w) ~x |w
~ =< V ~>

Remarque: L'espace des 1-formes diérentielles en un point est dual à l'espace des vecteurs de
Kp .
Exemple (Produit extérieur de deux formes diérentielles): Pour conclure cette partie, executons
un petit exemple de produit extérieur sur deux 1-formes diérentielles.
Soient α = Pα (x, y)dx + Qα (x, y)dy et β = Pβ (x, y)dx + Qβ (x, y)dy .
α ∧ β = (Pα (x, y)dx + Qα (x, y)dy) ∧ (Pβ (x, y)dx + Qβ (x, y)dy)
= Pα (x, y)Qβ (x, y)dx ∧ dy + Qα (x, y)Pβ (x, y)dy ∧ dx
= (Pα (x, y)Qβ (x, y) − Qα (x, y)Pβ (x, y)) dx ∧ dy

3 Opérateur de De Rham
Par la suite, on sous entendras que le produit entre deux dxi est le produit extérieur.

Dénition 3.1 (Opérateur de De Rham):


L'opérateur de De Rham est, en coordonnés :
i=p
X ∂
d= dxi
i=1
∂x i

L'application de De Rham àune forme diérentielle s'apelle sa dérivée extérieure.


Remarque: L'opérateur de De Rham sur les k-formes diéentielles prend ses valeurs dans les
(k + 1)-formes diérentielles. On a donc, pour U ⊂ Kp :
d d d d d
Ω(U )0 → Ω(U )1 → . . . → Ω(U )k → Ω(U )k+1 → . . .

Bien entendu, les k-formes linéaires pour k > p sont toutes nulles.

Proposition 3.2 (Carré de l'opérateur de De Rham):


On a toujours d2 = 0.
3 OPÉRATEUR DE DE RHAM 5

Démonstration. En coordonné 4 :
i=p j=p
2
X ∂ X ∂
d =( dxi )( dxi )
i=1
∂x i j=1
∂x i

X ∂ ∂ X ∂ ∂
= ◦ dxi dxi + ◦ dxi dxj
i=j
∂xi ∂x i ∂x i ∂x j
i6=j
X ∂ ∂ X ∂ ∂
=0+ ◦ dxi dxj + ◦ dxi dxj
i<j
∂xi ∂x j i>j
∂xi ∂x j

X ∂ ∂ X ∂ ∂
= ◦ dxi dxj + ◦ dxj dxi
i<j
∂xi ∂x j i<j
∂xj ∂x i

X ∂ ∂ X ∂ ∂
= ◦ dxi dxj − ◦ dxi dxj
i<j
∂xi ∂x j i<j
∂xi ∂x j

=0

Dénition 3.3:
On dit d'une k-forme diérentielle ω ∈ Ωk (U ), U ⊂ Kp qu'elle est fermée si dω (le produit
extérieur de d et de ω) est nul.

Dénition 3.4:
On dit d'une k-forme diférentielle qu'elle est exacte si
∃α ∈ Ωk−1 (U ), U ⊂ Kp t.q. ω = dα
Remarque: Si ω est exacte, alors ∃µ t.q. dµ = ω et alors dω = d2 µ = 0. Ainsi, ω est fermée.
Observons ces expressions dans le cas des 1-formes diérentielles.
Exemple: Soit la 0-forme diérentielle de R3 donnée par f (x, y, z) à valeur dans le corps. On lui
applique alors l'opérateur de De Rham une première fois. On obtient la diérentielle de f :
∂f ∂f ∂f
df = dx + dy + dz
∂x ∂y ∂z
On a alors →

∀w, ~ =< 5f, w
~ df (w) ~>
De plus, soit une 1-forme diérentielle de R2 , α = P dx + Qdy . On a alors la condition de
fermeture suivante :
∂ ∂
dα = 0 ⇔ ( dx + dy)(P dx + Qdy) = 0
∂x ∂y
∂Q ∂P
⇔ dxdy + dydx = 0
∂x ∂y
∂Q ∂P
⇔( − )dxdy = 0
∂x ∂y
∂Q ∂P
⇔( − )=0
∂x ∂y
4. On remarqueras l'utilisation du théorème de Schwarz
3 OPÉRATEUR DE DE RHAM 6

On vérit alors qu'une 1-forme diérentielle exacte est necessairement fermée car si ∃F t.q. dF =
α alors P (x, y) = ∂x (x, y) et Q(x, y) = ∂y (x, y), donc en appliquant le théorème de schwartz.
∂F ∂F

Théorème 3.5 (Poincaré):


Les k-formes diérentielles sur un ouvert étoilé U ⊂ Kp (on peut avoir U = Kp ) sont exactes si
et seulement si elles sont fermées.
Remarque: Ce théorème est cruciale, car les formes exactes sont les formes  intégrables . Le
théorème de Poincaré nous donne une condition necessaire et susante pour que de telles formes,
dénient sur un ensemble étoilé, soient intégrables.

Vous aimerez peut-être aussi