Vous êtes sur la page 1sur 18

Le métier de « e–mécènes »

Mise en place de mécénats stratégiques

1. Être à l’écoute des entreprises


2. Réunir des projets de qualité
3. Créer des partenariats cohérents et crédibles grâce à des valeurs communes

© e-mécènes
Qui est « mécène » ?
Préambule : le point de départ du mécénat est un geste généreux, l’envie d’offrir.
Chacun de nous a déjà donné pour faire du bien à quelqu’un d’autre. Le mécénat
existait bien avant l’entrée en vigueur de définitions fiscales et juridiques.

Aujourd’hui, nous nous servons des définitions fournies par l’administration fiscale
parce qu’elles ont permis de rendre le mécénat plus attractif pour les entreprises :
leur soutien est devenu vital pour tous ceux qui s’engagent dans des projets
philanthropiques.

© e-mécènes
Le mécénat d’entreprise
Cette expression suggère une certaine forme de mécénat :
 un mécénat qui prend en compte les dispositifs fiscaux définis par l’État ;
 un mécénat qui est plus que le coup de cœur d’une seule personne,
mais la volonté de plusieurs ;
 un mécénat professionnalisé qui exprime les valeurs du monde économique
relatives à la qualité, la viabilité, la rentabilité, la transparence, etc. ;
 un mécénat qui s’intègre dans la stratégie de l’entreprise.

© e-mécènes
L’angle de l’administration fiscale
Définition du « mécénat » :

C’est « le soutien matériel apporté sans contrepartie directe de la part


du bénéficiaire à une œuvre ou à une personne pour l’exercice
d’activités présentant un intérêt général ».
(Arrêté de 1989)

© e-mécènes
Un dispositif fiscal favorable...
Selon l’article 238 bis du CGI (loi Aillagon d’août 2003) :

Déduction fiscale de 60 % du don de l’impôt sur les sociétés dans la limite de 0,5 %
du CA.
En cas de dépassement, l’entreprise peut reporter l’excédent sur les cinq exercices suivants.

Nota bene : L’organisme bénéficiaire doit être habilité à recevoir


un don au titre du mécénat.

© e-mécènes
C’est « le soutien matériel apporté sans contrepartie directe de la part
du bénéficiaire à une œuvre ou à une personne pour l’exercice
d’activités présentant un intérêt général ».

« Soutien matériel »
• Le mécénat financier (dons en numéraire)

• Le mécénat en nature (dons ou prêts en matériel informatique, en mobilier, en marchandises…)

• Le mécénat technologique (mobiliser le savoir-faire, le métier de l’entreprise au bénéfice du « mécéné » )

• Le mécénat de compétences (mise à disposition des compétences d’un salarié de l’entreprise)

• Le mécénat associé (l’entreprise ajoute sa contribution aux sommes versées par ses salariés)

© e-mécènes
C’est « le soutien matériel apporté sans contrepartie directe de la part
du bénéficiaire à une œuvre ou à une personne pour l’exercice
d’activités présentant un intérêt général ».

« Sans contrepartie directe »


L’administration fiscale admet l’existence de contreparties dans une opération de
mécénat à condition qu’il existe une disproportion marquée entre les sommes
données et la valorisation de la prestation rendue.

Le montant des contreparties autorisées a été limité par la jurisprudence à < 25 % du


montant total du don (instruction fiscale du 26 avril 2000).

Nota bene : Les messages publicitaires sont considérés comme


des contreparties directes et ne rentrent pas dans le champ
du mécénat, mais dans celui du parrainage.

© e-mécènes
C’est « le soutien matériel apporté sans contrepartie directe de la part
du bénéficiaire à une œuvre ou à une personne pour l’exercice
d’activités présentant un intérêt général ».

Exemples de contreparties :
• Mention sur le site Internet du porteur de projet
• Logo et mention du mécène à l’entrée du site/de l’événement
• Logo sur les affiches
• Mention dans la brochure qui communique sur les activités du porteur de projet
• Une page dans le dossier de presse du porteur de projet
• Mise à disposition d’invitations pour les inaugurations
• Utilisation des images pour la communication
• Manifestation privée sur le site
• Billets d’entrée au site
• Conférence dans vos locaux
• Communication sur votre engagement auprès de vos clients (sur les factures, p.ex.)
 Fin de l’anonymat du mécène
(instruction fiscale du 26 avril 2000)

© e-mécènes
C’est « le soutien matériel apporté sans contrepartie directe de la part
du bénéficiaire à une œuvre ou à une personne pour l’exercice
d’activités présentant un intérêt général ».

L’organisme d’« intérêt général »


Le porteur de projet bénéficiaire doit être un organisme
d’intérêt général ou reconnu d’utilité publique
ayant une activité non lucrative,
une gestion désintéressée
et étant au
profit d’un cercle non restreint

à caractère philanthropique, éducatif, scientifique, social, humanitaire, sportif, familial,


culturel, ou concourant à la mise en valeur du patrimoine artistique, à la défense de
l’environnement naturel ou à la diffusion de la culture, de la langue et des
connaissances scientifiques françaises.

© e-mécènes
C’est « le soutien matériel apporté sans contrepartie directe de la part
du bénéficiaire à une œuvre ou à une personne pour l’exercice
d’activités présentant un intérêt général ».

L’organisme d’« intérêt général »


Il est le bénéficiaire.

L’organisme doit être d’intérêt général ayant une activité non lucrative, une gestion
désintéressée et étant au profit d’un cercle non restreint.

 association
 fondation
 établissement public
 établissement public de coopération intercommunale (EPCI)
 collectivité territoriale
 syndicat mixte (constitué de communes et EPCI, p.ex. parcs naturels régionaux)
 etc.

© e-mécènes
Pour être en règle...
On peut avoir recours au « rescrit fiscal » pour s’assurer de l’éligibilité au mécénat
fiscal de l’organisme.

• Le bénéficiaire formule une demande auprès de la direction départementale des services fiscaux au siège
de sa structure.
• Cette demande doit être établie conformément à un modèle fixé par voie réglementaire.
• Elle permet à l’administration d’apprécier si le porteur de projet relève de l’une des catégories mentionnées
dans les articles relatifs au mécénat du CGI.

Nota bene : La demande n’est pas obligatoire, mais elle permet


de savoir si l’organisme demandeur remplit les critères
d’éligibilité à délivrer un reçu fiscal.

© e-mécènes
Une démarche facile...
 Pour bénéficier de la réduction d’impôt liée à leur action de mécénat, les entreprises
doivent fournir un reçu fiscal de don aux œuvres (cerfa n° 11580*02).

• Ne relevant pas d’une activité économique, le mécénat ne rentre pas dans le champ d’application de la TVA.

• Le chiffre d’affaires à prendre en compte est le chiffre d’affaires comptable hors taxes de l’exercice au cours
duquel les versements ont été effectués.

• La réduction d’impôt ne concerne que le chiffre d’affaires correspondant aux bénéfices imposables en France.

© e-mécènes
Pourquoi devenir mécène...
L’État accorde une réduction d’impôt importante.

Mais le mécénat, c’est surtout un moyen pour :

• impliquer le personnel autour d’un projet commun ;


• valoriser l’image de l’entreprise d’une façon non publicitaire, mais stratégique ;
• contribuer à l’attractivité du territoire.

© e-mécènes
Petite comparaison avec nos voisins…

En Allemagne, Espagne, Italie, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et en Suisse, la


déduction fiscale est nettement en dessous de 60 % (10 à 30 %) !

La différence mécénat / sponsoring n’existe pas.

Les entreprises donnent quand même.

 C’est plutôt une question culturelle qu’une démarche de réduction d’impôts !

© e-mécènes
Les atouts du mécénat environnemental

 Nous sommes tous concernés par les questions relatives à l’environnement.


 Le mécénat permet d’agir collectivement.
 Souvent, les projets sont encore à définir et peuvent être construits ensemble.
 Leur caractère de longue durée permet un vrai partenariat.
 Un projet de mécénat environnemental peut incarner les idées du développement
durable.
 La démarche est stimulante pour les salariés et valorisante pour l’entreprise.

© e-mécènes
Choisir le bon porteur de projet
Une entreprise se doit d’être exigeante par rapport :

• à la qualité du projet ;
• à la cohérence avec ses employés, son activité et son image ;
• à la viabilité ;
• à la transparence de la gestion ;
• à l’ouverture vers le privé ;
• au retour / à la lisibilité des actions engagées.

 Mécénat sur mesure, porté par toute l’entreprise !

© e-mécènes
Un réseau compétent
Profitez…

… des partenaires sur place : CCIR / DREAL / ADMICAL / DRAC / Ordre des experts
comptables ;

… des publications spécialisées ;

… et des professionnels présents sur le terrain comme e-mécènes 

© e-mécènes
Merci beaucoup de

votre attention.

© e-mécènes

Vous aimerez peut-être aussi