REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de l’Habitat Séisme de BOUMERDES – 21 mai 2003 / Rapport préliminaire

9

4. Comportement des bâtiments avec voiles en béton armé
Par rapport à d’autres systèmes constructifs tels que les portiques, les structures à voiles en béton armé présentent, particulièrement en zone sismique, plusieurs avantages : Leur présence limite les déformations latérales, Leur rigidité permet de protéger les éléments non-structuraux et quelques poteaux existants, Leur présence permet de s’affranchir du difficile problème posé par la réalisation des nœuds des portiques, Elles permettent de ne pas être pénalisé dans le choix du coefficient de comportement en cas de panneaux de remplissage. En conclusion, de multiples raisons d’ordre structural et économique poussent à promouvoir l’utilisation de ces structures en zone sismique. Les images suivantes montrent l’excellent comportement des bâtiments comportant des voiles en béton armé dans la zone sinistrée suite au séisme de Boumerdes du 21 mai 2003

Victor DAVIDOVICI – Consultant – 8 juin 2003

4.6 Bâtiment en cours de construction dont la sauvegarde est due à la présence des cages d’ascenseur en voile en béton armé (fig. 4. 4. très bonne résistance à l’action sismique Fig.REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de l’Habitat Séisme de BOUMERDES – 21 mai 2003 / Rapport préliminaire 10 Fig. 4. 4. très bonne résistance à l’action sismique Fig.2 Bâtiment en cours de construction avec voiles en béton armé.11 et 4. très bonne résistance à l’action sismique Fig. 4.3 Bâtiment en cours de construction avec voiles en béton armé.1 Bâtiment avec voiles en béton armé. 4.4 Détail de bâtiment en cours de construction avec voiles en béton armé Fig.12) Victor DAVIDOVICI – Consultant – 8 juin 2003 .5 Bâtiments construits environ en 1960 avec grands panneaux préfabriqués Bonne résistance à l’action sismique Fig.

11 La présence des voiles en béton armé au droit de la cage d’ascenseur à certainement sauvé le bâtiment (fig.10 Bâtiment en cours de construction dont la sauvegarde est due à la présence des cages d’ascenseur en voile en béton armé Fig.7 Bâtiment en cours de construction dont la sauvegarde est due à la présence des cages d’ascenseur en voile en béton armé Fig.12 La présence des voiles en béton armé au droit de la cage d’ascenseur à certainement sauvé le bâtiment (fig. 4.6) de l’effondrement Fig.9 Bâtiment en cours de construction dont la sauvegarde est due à la présence des cages d’ascenseur en voile en béton armé Fig. 4. 4.6) de l’effondrement Victor DAVIDOVICI – Consultant – 8 juin 2003 . 4. 4.8 Bâtiment en cours de construction dont la sauvegarde est due à la présence des cages d’ascenseur en voile en béton armé Fig.REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de l’Habitat Séisme de BOUMERDES – 21 mai 2003 / Rapport préliminaire 11 Fig. 4. 4. 4.

cette dernière cède en donnant lieu à une fissure oblique.Interaction panneau . 5. 5.3).REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de l’Habitat Séisme de BOUMERDES – 21 mai 2003 / Rapport préliminaire 12 5. ce panneau a tendance à se déformer en parallélogramme.poteaux dans le plan du portique Si l’on considère un panneau soumis à des forces agissant parallèlement à son plan (fig. Lorsque les effets s’inversent.5). les panneaux de remplissage en maçonnerie développent. 5.1 Structure en portique (poteaux – poutres). Mécanisme de ruine des structures à portiques et murs de remplissage Les bâtiments constitués par une structure en portiques (poteaux et poutres) en béton armé avec des remplissages en maçonnerie représentent entre 80 % à 90 % des constructions réalisées dans la zone sinistrée par le séisme de Boumerdes du 21 mai 2003. Victor DAVIDOVICI – Consultant – 8 juin 2003 . 5.2). 5.4) et on retrouve la classique fissuration en X (fig. Il se découpe alors dans la maçonnerie une diagonale active comprimée et une diagonale active tendue . c’est au tour de l’autre diagonale de céder (fig. 80 % à 90 % de la construction dans la zone sinistrée Qu’ils soient pris en compte ou non dans les justifications de résistance aux efforts sismiques. Les conséquences de la présence de panneaux de remplissage dans un bâtiment comportant des portiques en béton armé peuvent se résumer sous deux aspects : (a) . Fig. des bielles actives fonctionnant en compression et constituant avec l’ossature un système triangulé (Fig. suivant leurs diagonales dans un sens puis dans l’autre.

5. 5. 5.5 Après séisme. le panneau en maçonnerie se trouve avec une fissuration en X Victor DAVIDOVICI – Consultant – 8 juin 2003 .REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de l’Habitat Séisme de BOUMERDES – 21 mai 2003 / Rapport préliminaire 13 Fig.3 Sous l’action sismique formation d’une diagonale comprimée et d’une diagonale tendue Fig. si le portique (poteaux et poutres) a été calculé et réalisé suivant les règles parasismiques.2 Portique (poteaux – poutres) avant l’action sismique Fig.4 Changement de direction du séisme : inversion des sollicitations des diagonales Fig. 5.

des éléments de remplissage. ont agi comme des « fusibles » avec un relatif bon comportement des étages. ce qui démontre que le portique n’a pas eu l’occasion de fonctionner en tant que tel.2. il est important de souligner que la destruction d’un panneau se traduit inévitablement par la « surcharge » des panneaux restant. Ce concept a été introduit dans la réglementation PS 92. surtout pour la vérification à l’effort tranchant des poteaux situés à l’intersection de deux panneaux rectangulaires.REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de l’Habitat Séisme de BOUMERDES – 21 mai 2003 / Rapport préliminaire 14 (b) – Sollicitation des poteaux d’angle Formation concomitante des bielles de compression dans la façade et dans le pignon situés de part et d’autre de l’angle du bâtiment qui a pour conséquence un délestage plus important du poteau. les jonctions (noeuds) poteau-poutre sont restées pratiquement indemnes. bien avant que les oscillations latérales aient atteint l’amplitude voulue. même lorsque la résistance de ces derniers n’est pas prise en compte dans les calculs. Dans bon nombre de situations. Victor DAVIDOVICI – Consultant – 8 juin 2003 . même si les deux efforts tranchants n’atteignent pas en même temps leur valeur maximale. ⇒ parce qu’ils ne reçoivent comme charge verticale que le poids d’un quart de travée. La destruction des poteaux d’angle entraîne celle des poteaux des pignons. alors que la poussée de la bielle qu’ils ont à équilibrer est celle qui correspond à une travée complète.3. l’effondrement s’est produit sous l’effet initial. Dans d’autres cas. de façon aussi fidèle que possible. puis dans la direction perpendiculaire n’est pas acceptable. article 12. les panneaux en maçonnerie au rez-de-chaussée. les étages supérieurs viennent « s’asseoir » entre les poteaux de pignons après avoir broyé le rez-de-chaussée. Par ailleurs.4. Il est donc raisonnable d’envisager la situation créée dans ce type de structures par la disparition d’un ou plusieurs panneaux. avec le risque de rupture en « chaîne ». le modèle de calcul doit tenir compte. Enfin. Les poteaux de béton armé bordant les panneaux de maçonnerie négligés doivent être vérifiés dans les mêmes conditions que si ces panneaux étaient actifs. Les poteaux d’angle sont les plus vulnérables : ⇒ parce qu’ils reçoivent le cisaillement dans les deux directions horizontales. et il correspond à la rupture fragile des poteaux encadrant les panneaux de maçonnerie. La simplification consistant à supposer que l’action sismique s’exerce seulement dans une direction horizontale. En fait.

6 Dispositions constructives conformes aux règles PS : Armatures transversales dans les zones critiques d’extrémité des poteaux et des poutres. environ tous les 5 cm.REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de l’Habitat Séisme de BOUMERDES – 21 mai 2003 / Rapport préliminaire 15 Zon iti e cr qu ou ep t re n Zo qu iti r ec u tea o ep Nœ tra ud : n s ar ve ma rsa tu les res Surface de reprise de bétonnage Fig. Victor DAVIDOVICI – Consultant – 8 juin 2003 . Armatures transversales dans les nœuds au croisement poteau – poutre. 5. exige des plans avec les détails des nœuds à l’échelle 1:1 et des ferrailleurs hautement spécialisés. Seulement deux surfaces de reprise de bétonnage en pied et en tête du poteau. Mise en œuvre très difficile .

7 Dispositions constructives NON . 5. Victor DAVIDOVICI – Consultant – 8 juin 2003 . Mise en place d’une talonnette en pied de poteau d’environ 5 à 10 cm en mortier de mauvaise qualité Quatre surfaces de reprise de bétonnage en pied et en tête du poteau à cause de la présence des deux talonnettes. transv.CONFORMES aux règles PS Absence des armatures transversales dans les zones critiques d’extrémité des poteaux et des poutres. dans la zone critique du poteau Deux surfaces de reprise de bétonnage 5 à 10 cm de talonnette en béton armé de mauvaise qualité Nœud : absence armatures transversales Fig. transv. Absence des armatures transversales dans les nœuds au croisement poteau – poutre.REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de l’Habitat Séisme de BOUMERDES – 21 mai 2003 / Rapport préliminaire 16 Insuffisance des armat. Structure sans résistance à l’action sismique. dans la zone critique de la poutre Insuffisance des armat.

5. Absence d’armatures transversales dans le nœud.8 Arrêt du coulage du poteau à environ 5 cm sous la sous face de la poutre.REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de l’Habitat Séisme de BOUMERDES – 21 mai 2003 / Rapport préliminaire 17 Fig. Fig.12 Effondrement à cause de l’absence d’armatures transversales dans le nœud et dans la zone critique du poteau Fig.10 Arrêt du coulage du poteau à environ 5 cm sous la sous face de la poutre. 5. Fig. Absence d’armatures transversales dans le nœud.9 Arrêt du coulage du poteau à environ 5 cm sous la sous face de la poutre. 5.11 Endommagement à cause de l’absence d’armatures transversales dans le nœud Fig. Absence d’armatures transversales dans le nœud Fig. 5.13 Effondrement à cause de l’absence d’armatures transversales dans le nœud et dans la zone critique du poteau Victor DAVIDOVICI – Consultant – 8 juin 2003 . 5. 5.

19 Insuffisance d’armatures transversales. 5. 5. 5. rupture au droit de la surface de reprise Fig.16 Béton de mauvaise qualité. présence du papier en-dessous de la talonnette de 6 cm Fig. rupture au droit de la surface de reprise Victor DAVIDOVICI – Consultant – 8 juin 2003 .REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de l’Habitat Séisme de BOUMERDES – 21 mai 2003 / Rapport préliminaire 18 Fig. talonnette de 6 cm Fig. béton de mauvaise qualité. béton de mauvaise qualité.14 Talonnette et enrobage des armatures de 8 cm au lieu de 2 cm Fig.15 Talonnette de 10 cm en mortier de très mauvaise qualité Fig.18 Insuffisance d’armatures transversales. 5. absence d’armatures dans la zone critique.17 Béton de mauvaise qualité. 5. 5.

Si en outre le bâtiment est soumis à une accélération verticale ascendante. les poteaux peuvent se trouver délestés dans une proportion suffisante pour que leur résistance à l’effort tranchant se trouve diminuée de façon considérable : ruine par rupture au cisaillement.22 Endommagement à cause de l’absence d’armatures transversales dans le nœud et dans la zone critique du poteau Fig.REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de l’Habitat Séisme de BOUMERDES – 21 mai 2003 / Rapport préliminaire 19 Fig. 5. Victor DAVIDOVICI – Consultant – 8 juin 2003 .24) à leur extrémité supérieure une composante verticale ascendante qui tend à délester le poteau.23 Effondrement à cause de l’absence d’armatures transversales dans le nœud et dans la zone critique du poteau L’effondrement des bâtiments. 5. dont la structure est réalisée par des portiques en béton armé avec remplissage en maçonnerie s’explique par le processus suivant : les bielles développent (Fig.20 Effondrement à cause de l’absence d’armatures transversales dans le nœud et dans la zone critique du poteau Fig. et une composante horizontale qui tend à le cisailler. 5. 5. 5.21 Effondrement à cause de l’absence d’armatures transversales dans le nœud et dans la zone critique du poteau Fig.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful