P. 1
Plan national de contingence sur les cyclones et les inondations (BNGRC/2010)

Plan national de contingence sur les cyclones et les inondations (BNGRC/2010)

|Views: 957|Likes:
Ce plan a montré son utilité en tant qu’outil de référence nationale pendant les saisons cycloniques successives. La préparation, les évaluations et les réponses ont été coordonnées au niveau central par le BNGRC avec l’appui du Comité de Réflexion des Intervenants en Catastrophe (CRIC) et d’OCHA pour le Bureau du Coordonnateur Résident, et réalisées à travers les groupes sectoriels opérationels : « Eau et assainissement », « Education », « Habitat », « Logistique », « Nutrition », « Santé », et « Agriculture & Sécurité alimentaire ». Le groupe sectoriel « Protection » est en cours de mise en place. Chaque année, ce plan de contingence est mis à jour en prenant en compte les leçons apprises des saisons précédentes ; les versions revisées sont alors testées par des exercices de simulation.
Cependant, son application avait été assez limitée pendant l’année 2009 avec le début de la crise politique à Madagascar, en particulier en ce qui concerne la collaboration avec les partenaires. La version revisée de 2010-11 a pris en compte les contraintes identifiées ainsi que les leçons apprises (leçons apprises au niveau des deux régions les plus affectées par la tempête HUBERT et leçons apprises nationales) afin de beaucoup améliorer ce mode de partenariat malgré la situation socio-politique encore instable.
****************************
BNGRC - 2010
Ce plan a montré son utilité en tant qu’outil de référence nationale pendant les saisons cycloniques successives. La préparation, les évaluations et les réponses ont été coordonnées au niveau central par le BNGRC avec l’appui du Comité de Réflexion des Intervenants en Catastrophe (CRIC) et d’OCHA pour le Bureau du Coordonnateur Résident, et réalisées à travers les groupes sectoriels opérationels : « Eau et assainissement », « Education », « Habitat », « Logistique », « Nutrition », « Santé », et « Agriculture & Sécurité alimentaire ». Le groupe sectoriel « Protection » est en cours de mise en place. Chaque année, ce plan de contingence est mis à jour en prenant en compte les leçons apprises des saisons précédentes ; les versions revisées sont alors testées par des exercices de simulation.
Cependant, son application avait été assez limitée pendant l’année 2009 avec le début de la crise politique à Madagascar, en particulier en ce qui concerne la collaboration avec les partenaires. La version revisée de 2010-11 a pris en compte les contraintes identifiées ainsi que les leçons apprises (leçons apprises au niveau des deux régions les plus affectées par la tempête HUBERT et leçons apprises nationales) afin de beaucoup améliorer ce mode de partenariat malgré la situation socio-politique encore instable.
****************************
BNGRC - 2010

More info:

Published by: HayZara Madagascar on May 03, 2011
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

02/06/2013

pdf

text

original

PLAN NATIONAL DE CONTINGENCE – Cyclones et inondations 2010-11

MINISTERE DE L’INTERIEUR BUREAU NATIONAL DE GESTION DES RISQUES ET DES CATASTROPHES

PLAN NATIONAL DE CONTINGENCE SUR LES CYCLONES ET LES INONDATIONS

Pays Période couverte Numéro de la version Période couverte par le Plan Contingences couvertes Liste des groupes d’acteurs humanitaires impliqués

Madagascar Saison cyclonique 2010_2011 N° 04 1 an Cyclones, inondations BNGRC et Directions des Ministères Techniques de Tutelle en charge de la GRC Clusters Humanitaires Croix Rouge Malagasy ONG nationales Partenaires privés : Telma, Orange, Airtel

1

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11

Sommaire
1. RÉSUMÉ EXÉCUTIF ................................................................................................................................. 3 1.1. CONTEXTE ................................................................................................................................................ 3 1.2. MISE A JOUR DU PLAN DE CONTINGENCE ........................................................................................................ 4 2. ANALYSE DU CONTEXTE ET ÉVALUATION DES RISQUES ......................................................................... 5 2.1. ANALYSE DU CONTEXTE ............................................................................................................................... 5 a) Contexte physique et climatique ................................................................................................... 5 b) Contexte politique ......................................................................................................................... 6 c) Contexte socio-économique .......................................................................................................... 6 d) Sécurité alimentaire ...................................................................................................................... 7 e) Facteurs de vulnérabilité ............................................................................................................... 8 f) Principales urgences connues récemment .................................................................................... 9 g) Grands risques identifiés (classés selon leur amplitude et fréquence) ........................................ 10 h) Capacité locale d’adaptation et de réponse ............................................................................... 11 2.2. RISQUES IDENTIFIES POUR LE PLAN DE CONTINGENCE ...................................................................................... 12 3. SCENARIO RETENU POUR LE PLAN DE CONTINGENCE ......................................................................... 13 3.1. CARTOGRAPHIE DU SCENARIO..................................................................................................................... 13 3.2. DESCRIPTION ET DETAILS SUR LE SCENARIO RETENU POUR 2010 - 2011 ............................................................. 15 4. OBJECTIFS DU PLAN ............................................................................................................................ 16 4.1. OBJECTIFS GENERAUX ............................................................................................................................... 16 4.2. OBJECTIFS OPERATIONNELS ........................................................................................................................ 18 5. GESTION D’ENSEMBLE ET COORDINATION ......................................................................................... 26 5.1. MECANISMES DE COORDINATION ................................................................................................................ 26 5.2. POINTS FOCAUX AU NIVEAU NATIONAL ......................................................................................................... 28 5.3. ACTEURS DANS LES DIFFERENTS SECTEURS D’INTERVENTION HUMANITAIRE () ....................................................... 29 5.4. INDICATEURS ET SEUIL DE DECLENCHEMENT D’UNE INTERVENTION GLOBALE ........................................................ 30 5.5. MATRICE DE REACTION RAPIDE ................................................................................................................... 30 5.6. MOBILISATION DES RESSOURCES ................................................................................................................. 32 5.7. DIFFERENTS TYPES D’EVALUATIONS DES DOMMAGES ET DES BESOINS ................................................................. 32 6. REPONSES SECTORIELLES .................................................................................................................... 35 6.1. PARTICIPATION DES GROUPES SECTORIELS/CLUSTERS DANS LES EVALUATIONS ...................................................... 35 6.2. REPONSES INITIALES PREVUES PAR LES GROUPES SECTORIELS/CLUSTERS .............................................................. 37 6.3. BUDGET ................................................................................................................................................. 39 6.4. MANQUES ET CONTRAINTES ....................................................................................................................... 40 7. MAINTENANCE DU PLAN .................................................................................................................... 41 8. ANNEXES ............................................................................................................................................ 42

2

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 1. RÉSUMÉ EXÉCUTIF 1.1. Contexte L’île de Madagascar est exposée à de nombreuses catastrophes naturelles telles que les cyclones, les inondations, la sécheresse, les épidémes/pandémies et auxquels s’ajoutent les incendies et les invasions acridiennes. La dernière saison cyclonique la plus intense remonte à 2007-2008, avec un passage d’un cyclone tropical de catégorie 4, ayant affecté directement environ 525.000 personnes et dont les dommages et pertes ont été estimés à 333 millions de $USD. Des études menées en 2008 par la Direction de la Météorologie Malagasy sur les changements climatiques prévoient, pour les 50 prochaines années, une plus grande intensification des cyclones dans le bassin Sud-Ouest de l’Océan Indien, dans lequel se trouve Madagascar. En 2010, toutes les catastrophes naturelles ont simultanément affecté le pays, dont la tempête tropicale modérée HUBERT ayant causé des inondations exceptionnelles dans le Grand Sud-Est du pays. D’autre part, la sécheresse présente dans le Grand Sud depuis 2009 a persisté et s’est aggravée, la grippe AH1N1 a touché plus de 1.000 personnes dont 3 décès. Les invasions acridiennes menacent plus de 500.000 hectares de culture tandis que les incendies ravagent régulièrement des petits villages dans le pays. Pour la saison cyclonique 2010/2011 en particulier, les prévisions de précipitation émises par la météo malagasy indiquent des pluies abondantes sur la bande centrale de Madagascar entre janvier et mars 2010. Ces conditions météorologiques, associées à une augmentation de la vulnérabilité des populations, aggraveront les conditions de vie d’une proportion grandissante de personnes et de ménages. Conscient de la nécessité d’intégrer des stratégies de long terme à leurs exercices de planification pour pouvoir répondre à une situation de plus en plus volatile, l’Etat malgache et ses partenaires développent des mesures de réduction des risques et de prévention des catastrophes parallèlement au renforcement des capacités en réponse, basées sur les contraintes majeures identifiées. A travers la structure de coordination existante, le gouvernement malgache à travers le Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes (BNGRC) et ses partenaires a élaboré en 2007 pour la toute première fois un plan de contingence national sur les cyclones et les inondations. Ce plan a montré son utilité en tant qu’outil de référence nationale pendant les saisons cycloniques successives. La préparation, les évaluations et les réponses ont été coordonnées au niveau central par le BNGRC avec l’appui du Comité de Réflexion des Intervenants en Catastrophe (CRIC) et d’OCHA pour le Bureau du Coordonnateur Résident, et réalisées à travers les groupes sectoriels opérationels : « Eau et assainissement », « Education », « Habitat », « Logistique », « Nutrition », « Santé », et « Agriculture & Sécurité alimentaire ». Le groupe sectoriel « Protection » est en cours de mise en place. Chaque année, ce plan de contingence est mis à jour en prenant en compte les leçons apprises des saisons précédentes ; les versions revisées sont alors testées par des exercices de simulation. Cependant, son application avait été assez limitée pendant l’année 2009 avec le début de la crise politique à Madagascar, en particulier en ce qui concerne la collaboration avec les partenaires. La version revisée de 2010-11 a pris en compte les contraintes identifiées ainsi que les leçons apprises (leçons apprises au niveau des deux régions les plus affectées par la tempête HUBERT et leçons apprises nationales) afin de beaucoup améliorer ce mode de partenariat malgré la situation sociopolitique encore instable.

3

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 1.2. Mise à jour du Plan de contingence Le processus de la mise à jour du plan de contingence national a été initié pendant l’atelier national du 26 et 27 octobre 2010. En se basant sur les exercices sur les leçons apprises de la dernière saison cyclonique, menées respectivement dans les régions de Vatovavy Fitovinany, d‘Atsimo Atsinanana et au niveau national ; et sur les prévisions météorologiques pour la saison cyclonique 2010/2011, sept points essentiels ont été relevés: 1. L’hypothèse de planification n’a pas été modifiée, le nombre des personnes sinistrées a été maintenu à 600.000 et celui des régions à risque à 13. 2. Le cas de l’inondation dans la plaine d’Antananarivo (dans la région d’Analamanga) où 20.000 personnes déplacées ont été recensées habituellement, a été aussi maintenu dans le plan de contingence révisé (ce plan de réponse pour la plaine d’Antananarivo est porté dans l’Annexe 2. 3. Des définitions communes ont été adoptées pour quelques terminologies clés qui étaient sources des différentes interprétations dans le passé ; il s’agit entre autre de « personnes sinistrées », « personnes sans abris » et « personnes déplacées ». (voir Annexe 4g. Définitions des terminologies clés). 4. L’utilisation de critères communs de vulnérabilité et de ciblage des bénéficiaires ( Voir Annexe 3a) a été adoptée comme base de planification aux assistances humanitaires. 5. Des appuis dans les régions et les districts ont été introduits dans le cadre de la coordination. La concrétisation de ces appuis reste pourtant progressive et nécessite un fort engagement du BNGRC et une volonté de partenariat des acteurs présents sur place. L’appui au niveau des régions consiste à la coordination générale des activités alors que l’appui au niveau district est plutôt opérationnel. 6. La standardisation des évaluations à caractère conjoint, notamment l’élaboration de Termes de Référence pour les missions conjointes de survol et d’Evaluation Rapide Multi-sectorielle qui décrit le processus de ces évaluations et les engagements des acteurs. 7. Grace à la couverture géographique accrue des réseaux de téléphonie mobile à Madagascar et l’augmentation du nombre de téléphones mobiles (enviro six millions de puces actives dans le pays pour quelques 20 millions d’habitants, avec 24% de taux de possession de téléphone portable), la prise en compte des données issues des évaluations au moyen de SMS, a été initiée sous la coordination du réseau de Relèvement Précoce, ceci pour accélérer la transmission des premières données post-catastrophes alimentant la prise de décision. Le groupe sectoriel « Protection » est en cours de mise en place au niveau de la partie nationale, avec l’appui de l’UNICEF ; la sécurité alimentaire est fusionné avec le groupe sectoriel « Agriculture ». Ces ajustements entrent dans le cadre de la mise en cohérence du plan de contingence national avec le plan de contingence inter-agences de l’Equipe Pays Humanitaire. Cette quatrième version mise à jour du plan de contingence national reprend les plans de réponse sectoriels, lesquels plans sectoriels prévoient des réponses humanitaires conformément aux différentes normes (SPHERE, etc) pendant la phase d’urgence. Avec les réponses prévues par les groupes sectoriels, le plan est budgétisé à 7,157,000 $USD ; ce budget correspond au besoin non couvert de prépositionnements (les pré-positionnements disponibles sont évalués à environ 2,035,000 $USD) et à la mobilisation des ressources humaines et des autres services de support. Ce plan actualisé prend également en compte à part les activités prioritaires de préparation précyclonique (pré-positionnement de vivres et de non vivres), et les opérations clefs post-urgences sur lesquelles reposent la qualité de la collecte des premières informations humanitaires et de la logistique, la fourniture d’abris temporaire aux personnes déplacées, la distribution rapide de vivres et de non vivres, le rétablissement des capacités en matière de santé, d’hygiène, d’assainissement et au niveau des écoles, la relance du secteur agricole ainsi que les activités qui permettent de réduire les risques d’insécurité alimentaire, et enfin le respect des besoins fondamentaux liés genre et aux personnes les plus vulnérables. Note sur les statistiques utilisées :

4

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 Pour assurer une cohérence entre le plan actualisé et les plans sectoriels, les statistiques proviennent des documents le plus récents possibles (EDS 2008/2009, Rapport mondial sur le Développemen Humain Durable 2010, Cartographie censitaire dans le cadre de la RGPH 2009-10) 2. ANALYSE DU CONTEXTE ET ÉVALUATION DES RISQUES 2.1. Analyse du contexte a) Contexte physique et climatique Située entre 11° 57' et 25° 30' de latitude sud et entre 43° 14' et 50° 27' de longitude est, à cheval sur le Tropique du Capricorne, Madagascar se trouve dans l’hémisphère Sud, dans le sud-ouest de l’Océan Indien, séparé de la côte sud-est de l’Afrique par le canal de Mozambique, à 350 km des côtes sud-est de l’Afrique. Madagascar est la quatrième plus grande île du monde (superficie totale de 587.041 km²) et compte de nombreuses petites îles périphériques. L’île s’étend sur environ 1.500 km dans sa plus grande longueur et près de 500 km dans sa plus grande largeur. Un plateau central montagneux au climat tempéré, de 800 m à 1.800 m d’altitude - les Hautes Terres -, domine l’île et occupe les deux tiers de sa superficie. Partiellement volcaniques, les montagnes s’élèvent jusqu’à 2.876 m au Maromokotro, dans le Massif du Tsaratanana au nord. La chaîne de l’Ankaratra, dont l’extrémité Nord est située non loin de la ville d’Antananarivo, atteint 2.643 m d’altitude. À l’est, le terrain s’abaisse en pente raide vers une étroite bande côtière au climat tropical chaud en bordure de l’Océan Indien, tandis qu’à l’ouest, il décline doucement vers une plaine côtière plus large bordant le Canal de Mozambique et au climat en général plus aride typique des régions situées sous le Tropique du Capricorne. L’aspect massif du relief et la complexité du système hydrologique ne favorisent pas l’établissement de voies de communication. Selon le découpage administratif en vigueur, Madagascar compte 22 régions divisées en 119 districts. (Voir Annexe 1a : Carte administrative de Madagascar). La situation géographique, le relief, l’influence maritime et le régime des vents sont à l’origine de conditions climatiques très variées. On distingue principalement deux saisons séparées par deux courtes inter-saisons d’un mois chacune : la saison chaude de novembre à avril, et la saison fraîche de mai à octobre. La pluviométrie est très variable, pouvant aller de 400 mm à 2.300 mm selon les régions. La côte Est demeure la plus arrosée; elle est aussi la région la plus exposée aux cyclones tropicaux qui se forment dans l’Océan indien. Le sud du pays est moins arrosé et sujet à des périodes de sécheresse. Les aires cultivables du pays représentent environ 9.500.000 hectares dont seuls 24% sont 1 exploités par divers types de cultures spécifiques à chaque région. L’île compte plusieurs lacs continentaux aux particularités biologiques propres mais qui sont actuellement menacées par la pollution, l’ensablement et la surexploitation. En saison cyclonique, du mois de novembre au mois d’avril, de très fortes pluies et des vents extrêmes ont pour conséquences une mortalité directe ainsi que des inondations, la destruction des cultures et des infrastructures, des crues soudaines et des glissements de terrain. Les effets secondaires de ces cyclones et inondations sont une augmentation de l’insalubrité et une baisse de la sécurité alimentaire entraînant une augmentation importante de la morbidité, en plus de la dégradation de l’environnement. Ses conditions physiques et climatiques font de Madagascar un pays fortement vulnérable aux aléas (le premier pays le plus exposé au cyclone en Afrique et 25% de la population totale qui vit dans les zones à risque), ce qui génère chaque année des situations de crise. Cette vulnérabilité déjà forte est aggravée par un taux élevé de pauvreté (68,7% en 2006), une grande vulnérabilité sociale de la population et des problèmes d’accès à certaines zones - en raison du manque d’infrastructures. La combinaison de ces évènements, qui a pour conséquence une augmentation des taux de mortalité et de morbidité, ralentit le développement du pays, et justifie les interventions de préparation, de

Source : Système des Nations Unies Madagascar. Présentation de Madagascar à la Session du Conseil Economique et Social Assemblée générale des Nations Unies - Juillet 2000 - New York.

1

5

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 mitigation et de réponse aux urgences menées par le Gouvernement malgache à travers le BNGRC et ses partenaires. Pour cette saison cyclonique 2010-2011, les prévisions météorologiques montrent qu’il y a une forte chance qu’il y ait des pluies inférieures à la normale entre la période d’octobre à décembre 2010 pour la grande partie de l’île sauf la côte Est et Nord-est où les précipitations prévues restent normales. La bande centrale présente ensuite une forte chance de recevoir des pluies supérieures à la normale voire abondantes entre janvier et mars 2011, précipitations inférieures à la normale pour la partie nord et normales pour les trois régions du Grand sud. b) Contexte politique Madagascar a retrouvé son indépendance en 1960 après 64 ans de colonisation française. La Première République a pris fin en 1972 et le pays, devenu la République Démocratique de Madagascar, s’aligna sur le bloc soviétique. Après la fin de la Guerre Froide, le pays se démocratise à nouveau. Une crise politique a éclaté en 2001 suite à la contestation des résultats de l’élection présidentielle. La Cour constitutionnelle a finalement déclaré Marc Ravalomanana vainqueur, président et dont le mandant a été renouvelé lors de l’élection de 2006. Au début de 2009, une nouvelle crise politique a frappé Madagascar. Cette crise a propulsé M. Andry Rajoelina à la tête du régime de transition. Le 17 novembre 2010, un référendum constitutionnel a été organisé. Les activités de GRC n’en n’ont pas été épargnées. Pour la saison dernière 2009/2010, l’impact s’est traduit par une coordination affaiblie, des réponses sporadiques par les acteurs humanitaires, des plaidoyers de mobilisation de ressources sans résultat. La crise a ainsi révélé la limite du plan de contingence national et du Comité Permanent dont la mise en œuvre a été fortement perturbée pendant les interventions en 2010. Les leçons apprises de cette saison ont souligné ces lacunes. Le plan de contingence de la saison 2010/2011 en tient compte dans les mises à jour adoptées.

c) Contexte socio-économique La population malagasy est estimée à 20.097.000 habitants en 2010 , avec une croissance 3 démographique de 3,01%. La mortalité infantile s’élève à 48 pour 1 000 pour les enfants < 4 ans, et plus de 9 femmes meurent par jour suite à des complications liées à leur maternité. Ll’espérance de 4 2 vie moyenne à la naissance est de 61 ans . La densité moyenne est de 34 habitants au km en 2010, les Hautes Terres étant plus densément peuplées que les côtes. Madagascar est classée parmi les pays les moins avancés, à faible revenu et à déficit vivrier. Le Taux d’incidene à la pauvreté est 5 provisoirement estimé à 76,5 % . En 2010, l’Indicateur de Développement Humain (IDH) est de 0,435% (0,509 en 2007/2008), Madagascar entre ainsi dans le groupe des pays à développement humain faible (IDH<0,5). Le taux de croissance économique prévisionnel pour 2010 est de 0%.La crise socio-politique s’est traduite au niveau de la vie quotidienne par l’accroissement du taux de chômage, environ 200.000 emplois (directs et indirects) sont perdus depuis le début de la crise politique en 2009. Le secteur primaire occupe une place essentielle dans l’économie malgache. Bien qu’il mobilise la quasi majorité de la population active de Madagascar (75,4 % de la population active travaille dans le secteur agricole) et contribue pour 80% aux exportations, il ne contribue que pour environ un tiers du PIB. Les principales activités du secteur primaire sont : l’agriculture, avec principalement des cultures vivrières (riz, maïs, patate douce, manioc), des cultures industrielles (coton, canne à sucre) et des cultures d’exportation (notamment la vanille, le girofle et le café) - qui représentent plus du tiers des
2

2 INSTAT – Base de données censitaires – RGPH 2009/2010 3 Enquête démographique et sanitaire 2008-2009 4 Rapport Mondial sur le Développement Humain - PNUD 2010. 5 Enquête Permanente auprès des Ménages 2010 (version draft).

6

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 recettes. L’ancienne province d'Antananarivo regroupe plus des deux tiers des entreprises 6 industrielles du pays. La part du secteur tertiaire (52,4% du PIB en 2006 ) comprenant le secteur informel est prépondérante à Madagascar. C’est le secteur qui contribue le plus au PIB, à travers ses différentes branches d’activités (tourisme, transport, zones franches, télécommunications, soustraitance/saisie de données). Le secteur du tourisme est le troisième secteur national pourvoyeur de devises après les épices (vanille et girofle) et la pêche maritime /aquaculture. Les réseaux de transport sont faibles. La plupart des infrastructures importantes telles que les voies ferrées, les ports et le réseau routier sont en phase de réhabilitation. De nombreuses régions du pays sont isolées des routes principales, et parfois complètement coupées du reste du pays pendant les périodes cycloniques. Madagascar dispose de six ports long courrier internationaux et de 12 ports de cabotage qui permettent de répondre aux besoins de communication maritime avec l’étranger. Cinquante-sept (57) aérodromes sont repartis de manière assez homogène sur l’ensemble du pays (trois aéroports internationaux, 14 aéroports munis de bloc technique et 40 aérogares sans bloc technique). (Annexe 6 : Cartes des ports, et des aéroports). Parallèlement au démarrage des grands chantiers d’exploitation d’ilménite à Toalagnaro dans le sud de l’île, un port maritime supposé être un des plus grands de la sous-région de la SADC est opérationnel depuis 2009 pour servir dans un premier temps de port d’exportation de l’ilménite en question, pour devenir ensuite un port commercial au service de l’économie nationale. Une grande évolution a été enregistrée au niveau des télécommunications, avec quelques six millions de puces téléphoniques activées dans le pays et une couverture de téléphonie mobile qui est de plus en plus grande. Toutefois, une grande superficie du pays n’est joignable que par communication radio BLU et, dans certains cas, par courrier pédestre entre les centres administratifs et les villages environnants. Les infrastructures sanitaires, scolaires, d’adduction d’eau potable et d’assainissement, restent quant à elles très insuffisantes. En 2006, seulement 38 % de la population de Madagascar avait accès 7 à l’eau potable (avec une grande disparité entre le milieu rural et urbain) et 51 % à un système d’assainissement de base. Cette situation a un impact négatif sur la santé de la population en général ème ainsi que sur ses capacités d’apprentissage et de production. Les maladies diarrhéiques sont la 2 cause de morbidité et elles atteignent 51% des enfants de moins de cinq ans. Du fait des maladies diarrhéiques, il est estimé une perte de six millions de journées de travail par an et de 3,5 millions de journées d’écoles (Source : UNICEF, 2004). Depuis 2007, des efforts soutenus ont été effectués pour améliorer l'accès à l'eau et à l'assainissement. Ces efforts ont été ensuite concrétisés par la création du Ministère de l’Eau en 2008. Grâce à la politique de l’école obligatoire en cycle fondamental niveau 1 encouragée par la dotation en kit scolaires, la construction de 2000 salles de classe par an, l’allocation de 2000 ariarys par élève (1$USD) par le Fiarahamiombon’Antoka ho Fampandrosoana ny Fampianarana (FAFF) ou caisse école, le taux brut de scolarisation est passé de 122 à 124% en 2008 sans différence majeure entre les filles et les garçons.

d) Sécurité alimentaire En 2008, Madagascar est considéré parmi les 30 pays les plus vulnérables à la flambée des prix des denrées alimentaires en raison d'une forte dépendance vis-à-vis des importations de produits pétroliers et de céréales. Par ailleurs, l'état nutritionnel de la population est fragilisé : 42% des enfants 9 de moins de cinq ans souffrent d’insuffisance pondérale et 48% de retard de croissance . Les aléas climatiques deviennent de plus en plus fréquents, ont des conséquences importantes sur l’état nutritionnel de la population, et sur celui des enfants et des femmes en particulier.
8

6 Rapport national de suivi des OMD 2007 7 BADEA 2006 et Enquête Permanente auprès des Ménages - INSTAT 2005 8 Note de référence concernant l’impact des prix mondiaux de produits alimentaires de base sur les groupes de population les plus vulnérables de Madagascar _ Système des Nations Unies - 2008. 9 Enquête démographique et sanitaire 2004 (données à jour non disponibles dans EDS 2008)

7

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 L’insécurité alimentaire à Madagascar est également associée à la faiblesse de la capacité de réponse locale qui est souvent entravée par le mauvais état des infrastructures (l’accès routier constitue un problème majeur à travers le pays), et des stratégies de survie limitées accentuent la vulnérabilité de la population face aux catastrophes naturelles. En période post-cyclonique, le risque d’insécurité alimentaire atteint souvent des seuils critiques dans les régions les plus vulnérables (Office National de la Nutrition, Enquête anthropométrique 2008). L’ensablement des rizières et des réseaux hydroagricoles, la destruction de récoltes et semences, l’inaccessibilité accrue par la destruction des infrastructures routières et l’augmentation des prix des denrées créent une situation extrêmement défavorable aux ménages les plus vulnérables. L’insécurité alimentaire saisonnière est beaucoup plus sévère entre le mois de novembre et le mois de mars, c’est-à-dire pendant la période de soudure. Pendant cette phase on enregistre une diminution des stocks alimentaires des ménages, une hausse saisonnière du prix des denrées de base et la chute de production des cultures de rente. Comme la période de soudure coïncide avec la saison cyclonique, l’insécurité alimentaire saisonnière est aggravée par l’impact des cyclones et des inondations. L'analyse globale de la sécurité alimentaire et de la vulnérabilité en milieu rural menée par le PAM 10 en 2005 rapporte que 25% de la population rurale est affecté par l'insécurité alimentaire chronique. A ceux-là s'ajoutent 14% qui sont vulnérables à l'insécurité alimentaire liée aux catastrophes naturelles, 6% vulnérables à l'insécurité alimentaire liée aux augmentations des prix, et 3% vulnérables à l'insécurité alimentaire liée au décès du chef de ménage. Il n'y a que 15% de la population rurale qui est en situation de sécurité alimentaire. Les 37% restants sont vulnérables à l'insécurité alimentaire mais à de moindre degré et pour des causes surtout de perturbation de marché ou d'échec de campagne agricole. e) Facteurs de vulnérabilité L’impact des catastrophes sur la population, surtout sur les personnes les plus vulnérables et dans les zones vulnérables, est exacerbé par les facteurs de vulnérabilité suivants : o l’impact de la crise politique sur les secteurs socio-économiques : perte d’emploi, rupture de certains services sociaux de base (chaîne de froid, vaccination, approvisionnement en médicaments essentiels, service de santé reproductive, etc). la pauvreté : le taux d’incidence de la pauverté atteint 76,5%
11

o o o o

;

une croissance démographique et une urbanisation rapides, faisant face à une forte dégradation de l’environnement et des ressources forestières ; l’insécurité alimentaire : 50% des enfants souffrent de malnutrition chronique 26% sévère) ;
12

(24% modérée et

des infrastructures précaires : faute de moyens matériels et financiers, les pauvres vivent dans des endroits exposés à des aléas et construisent des habitations qui n’offrent aucune sécurité en cas de catastrophe ; un fort taux d’analphabétisme de 47% pour l’âge de 15 ans et plus
13

o o

;

un accès insuffisant aux centres de santé et à l’eau potable : 1/3 de la population rurale et 2/3 de la population urbaine seulement ont accès à l’eau potable, et seuls 40% consultent un service sanitaire en cas de difficulté ; un faible revenu des paysans dû, entre autres, à peu ou pas d’accès aux informations et aux marchés, au faible niveau d’organisation de la filière agricole et à une faible productivité des sols du fait de la dégradation de l’environnement.

o

Madagascar Comprehensive Food security and Vulnerability Analysis, WFP Madagascar 2005 (résultats de 2010 en cours de traitement).
11
12

10

Policy Brief – Enquête Permanente auprès des Ménages 2010

Enquête Démographique et Sanitaire (EDS) 2008. 13 Rapport national de suivi des OMD - 2007

8

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11

f)

Principales urgences connues récemment

En 1997, le cyclone Gretelle a fait 140 morts et touché environ 600.000 personnes, dont 80.000 se sont retrouvées sans abris ; en 2000, le cyclone Eline a fait 130 morts et touché environ 736.000 personnes, dont 10.000 se sont retrouvées sans abris. En mars 1999, une épidémie de choléra provenant de l’Archipel des Comores a sévi à Madagascar depuis la province de Mahajanga au nordouest du pays. L’épidémie s’est propagée dans l’ensemble du pays jusqu’en septembre 2001, avec plus de 45.000 cas cumulés, et 2.638 décès. Au début de l’année 2004, les cyclones Elita et Gafilo ont fait 363 morts et plus de 1.000 blessés, touché plusieurs centaines de milliers de personnes en laissant 360.000 sans abris. Les infrastructures et les cultures agricoles ont été largement touchées sur l’ensemble du pays. La saison cyclonique 2006–2007 a été particulièrement sévère, avec le passage de six systèmes dépressionnaires de type cyclonique ou tempête tropicale. Quatre d’entre eux ont directement frappé le pays et touché au total plus de 2 millions de personnes dans le nord, le nord-ouest et l’ensemble de la côte Est, faisant près de 180 morts et un très grand nombre de blessés et détruisant presque toutes les infrastructures routières du nord du pays. En 2008, trois systèmes dépressionnaires ont frappé Madagascar - dont Ivan qui était de degré 4 - et ont touché 525.000 personnes. Les dommages et pertes économiques engendrées ont été évalués à 333 millions de dollars US. En 2009, 5 systèmes depréssionnaires ont touché 7 régions. Le bilan a fait état de 121.819 sinistrés dont 29 morts, 43 blessés, 01 disparus, 8.102 sans abris, et 17.426 cases d’habitations endommagées. Le tableau ci-après donne un aperçu des plus importants aléas climatiques qui ont frappé Madagascar pendant ces 30 dernières années : Crise Année 2010 2009 2008 Cyclone 2007 2004 2002 2000 1997 1994 2010 Sécheresse (Grand sud du pays) 2009 2006 2002 1988 1981 2005 2009/2010 3 1028 180 363 1 000 2 000 000 988 139 526 200 736 937 600 000 720 000 381 000 232 690 600 000 950 000 1 000 000 14 000 enfants Décès 86 28 83 et 177 disparus Blessés ou malades 183 43 583 Affectés 114 537 525 000 Les dommages et pertes économiques sont estimés à 333 millions de dollars US selon le JDLNA Le nord, le nord-ouest et l’ensemble de la côte Est 360 000 sans abris Observations Essentiellement causé par la tempête HUBERT
14

140

80 000 sans abris 200.000 dans une situation de difficulté alimentaire aigûe

-

-

Limitée à trois régions du Sud du pays

Crise nutritionnelle Epidémie

Vangaindrano et Manantenina (Sud-est) Grippe AH1N1

14

EM-DAT (Emergency Event Database) : The OFDA/CRED International Disaster Database

9

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 2008 1999 19 2 638 514 45 000 Fièvre de la Vallée du Rift Cholera

g) Grands risques identifiés (classés selon leur amplitude et fréquence) Le pays fait face à une large gamme d’aléas hydrométéorologiques (fortes pluies, cyclones, sécheresses). De par sa topographie très variée, il est également sujet à une géodynamique particulièrement accentuée qui est à l’origine d’inondations, de glissements de terrain et d’éboulements fréquents. Les principaux risques auxquels le pays fait face sont les suivants. i. Aléas hydrométéorologiques Même en l’absence de cyclones, des inondations surviennent, qui ne détruisent pas seulement les récoltes sur pied mais des biens et infrastructures ainsi que l’ensablement également des aires agricoles, exposant les ménages à différentes maladies diarrhéiques liées à la consommation et à l’utilisation d’eau insalubre ainsi qu’au manque d’hygiène. Les systèmes cycloniques se développent vers le milieu ou l’Est du Bassin de l’Océan indien, en général dans une zone comprise entre 50 et Zéro degrés de longitude Est par Zéro à 15 degrés de latitude Sud. Renforcés par les conditions de température de l’Océan, ces systèmes se développent en tempêtes tropicales de plus en plus intenses, tout en se dirigeant vers l’ouest en fonction des fronts. Une étude conduite en 2008 par la Direction de la Météorologie prévoit les phénomènes suivants pour les 50 prochaines années : (1) les températures augmenteront ; (2) les quantités de pluies augmenteront sur une grande partie de Madagascar sauf sur les versants Est et Sud–Est ; (3) le nombre de jours secs augmentera ; (4) le début des pluies connaîtra des retards ; (5) les fortes pluies seront fréquentes ; et (6) l’intensité des cyclones touchant Madagascar augmentera avec un léger déplacement des trajectoires vers le Nord.

ii. Sécheresse La sècheresse est le deuxième facteur de risque de catastrophes à Madagascar. Depuis un siècle, le service de la météorologique a avancé une petite élévation de la température, en général, à Madagascar avec des perturbations du climat, qui pourraient être aggravées par les effets du changement climatique. Des périodes d’importantes sécheresses récurrentes touchent les communautés des zones littorales et intérieures avec pour conséquence une forte aggravation des indicateurs de santé de la population. Le très faible développement des infrastructures, la grande vulnérabilité des populations et le manque de pratiques de protection augmentent encore plus l’impact des périodes de sécheresse. Le Grand Sud de Madagascar est frappé par cette sècheresse qui devient de plus en plus régulière ; en moyenne 600 mm de pluies seulement tombent dans cette zone annuellement. Depuis 2009, les précipitations annuelles sont descendues en dessous de 400 mm et quatre récoltes 15 successives ont été perdues depuis 2009. Ces faibles précipitations diminuent significativement la production, et ont des impacts graves et prolongés sur la sécurité alimentaire. Les cours d’eau qui se tarissent, privent la population d’une eau potable saine pour l’alimentation et la santé, accentuant encore sa vulnérabilité. Pour 2010 et 2011, d’après les prévisions du service de la météorologie national, les pluviométries dans le Grand Sud ont plus de chance d’être en dessous de la normale entre octobre et décembre 2010 ; entre janvier et mars 2011, les précipitations sont prévues atteindre le niveau normal. Le processus d’élaboration d’un plan de contingence sur la sécheresse est en cours de préparation. iii. Epidémies En plus du risque de choléra qui reste présent dans le pays, il y existe également des foyers de peste. ème Signalée dès la première moitié du 20 siècle, la peste reste présente sur les Hautes Terres sous

15

80% de perte moyenne en production céréalière en 2009-10 selon le Crop Assessment PAM-FAO

10

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 forme endémo- épidémique ou sporadique. Le paludisme, les arboviroses de type « dengue » et « chikungunya » demeurent des causes majeures de morbidité et de mortalité. Les ICAM (Intoxication par consommation d’animaux marins) collectives sont surtout présentes dans les villages côtiers du littoral Est et sont en nette diminution depuis les années 1990. La fièvre de la Vallée du Rift, réapparue en 2008 après sa dernière apparition en 1979, a fait 20 morts. Les grippes pandémiques font partie des risques encourus par le pays, et cette menace a été analysée et prise en compte dans un plan de contingence spécifique. Après la grippe aviaire H5N1 en 2006, le pays a été aussi touché par la grippe AH1N1 en 2009/2010. Un plan de contingence sur les pandémies et les épidémies majeures est en cours de mise à jour dans le cadre de l’approche « société toute entière ». Il s’agit d’une approche qui intègre les réponses des autres secteurs essentiels (Transport, Finance, Energie, Commerce, Justice, Eau, Télécommunication, Communication, Sécurité et Défense) en dehors du secteur santé. Ces secteurs assurent la continuité de leurs services, en s’équipant des Plans de Continuité d’Activités et en s’intégrant dans les Plans de Contingence.

iv. Risques de catastrophes anthropiques Les incendies détruisent parfois des marchés entiers dans les grandes villes du pays mais leur impact – fort heureusement – ne va pas au-delà des dégâts matériels. En 1998 par exemple, un incendie s’est déclaré à l’usine de Höechst dans la capitale, incendie suivi d’une explosion chimique 16 dans les entrepôts. Il ressort d’un rapport émis par l’Office National pour l’Environnement (ONE) en mai 1999 que les populations voisines ont montré des signes d’empoisonnement toxique. L’incendie a eu également des impacts considérables sur l’environnement, du fait des pesticides produits par l’usine. Pour Hoechst et l’Etat malagasy, le coût économique des pertes a été évalué à environ six milliards de francs malagasy (un million de dollars US à l’époque). En 2008 encore, des incendies sont survenus dans 13 régions du pays - tout le littoral Est, les Hautes Terres et le Sud -, incendies qui ont affecté directement 3.331 personnes. Les feux de brousse, qui sont parfois volontairement déclenchés, en raison de l’insécurité rurale et de certaines pratiques culturales traditionnelles, sont un phénomène destructeur sur les hauts plateaux. Ils fragilisent les sols, les rendent plus vulnérables à l’érosion, augmentent la fréquence des glissements de terrain et la disparition des terres arables, et enfin contribuent, sur le long terme, aux changements climatiques. Pour ce qui est du transport, de la manutention et du stockage de matériaux et produits dangereux, les écoulements d’hydrocarbures (« marées noires ») sont pris en compte par un office spécialisé – l’OLEP (Organe de Lutte contre l'Evénement de Pollution marine par les hydrocarbures en mer) – et lors des accidents enregistrés, des réponses ont été apportées avec les moyens disponibles à Madagascar ou des moyens que les pays voisins ont mis à la disposition de Madagascar. Le principe du « pollueur payeur » a été en outre adopté.

h) Capacité locale d’adaptation et de réponse La capacité d’adaptation de la population se mesure à son aptitude à atténuer l’impact d’un aléa. Cette capacité varie énormément en fonction du niveau de préparation de la population locale, de la fragilité de l’environnement, de la diversité des activités génératrices de revenus et de l’état des infrastructures sociales et routières. Les capacités d’adaptation sont évaluées sur une échelle allant de « très faible » à « très importante » et permettent d’identifier les populations qui n’ont pratiquement pas les moyens de faire face aux chocs externes et celles qui au contraire peuvent adapter facilement leur modes de consommation pour compenser les pertes. Dans son ensemble, Madagascar reste très vulnérable aux chocs. Si les impacts directs sont relativement limités (mortalité directe plutôt faible en comparaison à d’autres pays et reconstruction/réhabilitation rapide des habitations), les impacts indirects à moyen et long terme influent cependant grandement sur la vulnérabilité des ménages déjà en situation de précarité. Depuis 1996 et les débuts de la réflexion sur une stratégie nationale de gestion des risques et des catastrophes à Madagascar, l’Etat malagasy et ses partenaires opèrent suivant une logique de

16

Office National pour l’Environnement

11

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 prévention et de préparation pour optimiser la réponse aux catastrophes naturelles. La Primature et le Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation en sont aujourd’hui les points d’ancrage décisionnel et sont chargés de la coordination des actions des partenaires. Certains ministères ont développé leurs propres capacités de réponse (le Service d’Urgence et des Catastrophes du Ministère de la Santé Publique, le Corps de la Protection Civile (CPC), l’Office des Travaux d’Urgence et la Direction des entretiens routiers du Ministère des Travaux Publics, les Forces de développement du Ministère de la Défense, la Cellule d’Urgence du Ministère de l’Education nationale, le Fonds de contingence du Ministère des Finances). La capacité de réponse du Gouvernement est parfois limitée par le contexte économique et géographique, bien qu’il y ait une volonté politique de mobiliser plus de ressources et d’optimiser l’action humanitaire. Par ailleurs, si la crise politique de 2009-10 avait beaucoup handicapé les activités de préparation et de réponses pendant la saison cyclonique 2009-10 (faible coordination des réponses au niveau des régions et des districts, manque de formations en GRC, comités locaux de GRC non opérationnels, très faible niveau de prépositionnements, manque de campagne de sensibilisations par voies radiophonique et télévisuelle, etc), des bonnes initiatives ont été notées en 2010 pour renforcer la coordination surtout au niveau local et améliorer la préparation à la saison cyclonique 2010-11 malgré que la crise politique persiste et les comités locaux de GRC restent plus ou moins non opérationnels. A l’issue des trois ateliers de leçons apprises successifs conduits en octobre 2010 (dont deux au niveau des régions les plus affectées et un au niveau national), le BNGRC s’est engagé à assurer la mise en place des comités locaux de GRC au moins dans les zones à risque aux cyclones/inondations, identifier tous les membres potentiels de ces comités et commencer à les redynamiser. Les partenaires ont manifesté de leur côté leur volonté d’appuyer la coordination régionale. Les clusters humanitaires en appui aux groupes sectoriels du Gouvernement commencent progressivement à se décentraliser ; le cluster Wash est présent dans 5 régions sur les 13 régions à risque (Analanjirofo, Atsinanana, Sofia, SAVA, Diana) Par ailleurs, l’utilisation des SMS pour la transmission des données post-catastrophes, même si limitée à cinq régions sur les 13 régions à risque, va augmenter la capacité de réponse en accélérant l’obtention des premières informations/tendances et faciliter la mise en place rapide de réponses correspondantes. 2.2. Risques identifiés pour le plan de contingence Parmi les risques majeurs auxquels Madagascar pourrait être confronté pendant la saison cyclonique 2010-2011, le cyclone est toujours placé en premier. Probabilité globale d’occurrence Très probable Probabilité chiffrée d’occurrence Probabilité de près de 100% dans l’année entre 10% et 100% de probabilité dans l’année, et au moins une chance dans les dix prochaines années Aléa / catastrophe - Cyclone - Inondation - Sécheresse qui touche assez régulièrement la partie australe de l’île. - Épidémies importantes (par le taux d’attaque et/ou la létalité) touchant une grande ville ou s’étendant à une ou plusieurs régions du pays - Crise nutritionnelle qui même en absence d’aléa climatique, pourrait toucher une partie des régions vulnérables à l’insécurité alimentaire.

Probable

12

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11

3. SCENARIO RETENU POUR LE PLAN DE CONTINGENCE Le présent plan traite des crises liées aux cyclones et aux inondations. Les zones identifiées comme les plus vulnérables sont sur la côte Est (régions de Sava, d’Analanjirofo, d’Atsinanana, de Vatovavy Fitovinany et d’Atsimo Atsinanana), au Nord-Ouest (régions de Diana, de Sofia, de Betsiboka et de Boeny), la côte Ouest (régions du Melaky et du Menabe) et la partie centrale de l’île (la région d’Analamanga - notamment la Plaine d’Antananarivo et celle d’Alaotra Mangoro). Le scénario le plus probable a été élaboré à partir des prévisions des précipitations aux niveaux régional et national en ce qui concerne la saison cyclonique 2010/2011 et des tendances des trajectoires des cyclones depuis les 30 dernières années. Ce scénario est présenté dans la carte qui suit et détaillé dans le tableau de la page suivante. 3.1. Cartographie du scénario

Octobre à décembre 2010 Janvier à mars 2011 Prévision régionale (SARCOF - zone SADC)
Zone IV: Western parts of Madagascar. Increased chances of normal to abovenormal rainfall Zone VII: Most of Madagascar. Increased chances of normal to belownormal rainfall Zone VII: Bulk of Malawi, northern Mozambique and bulk of Madagascar. Increased chances of abovenormal to normal rainfall Zone VIII: Southern Madagascar. Increased chances of normal to above-normal rainfall

Octobre à décembre 2010 Janvier à mars 2011 Prévision nationale (METEO MALAGASY)
Bonne Pluviométrie (Normale) Pluviométrie insuffisante (déficitaire) Pluviométrie insuffisante (déficitaire) Pluviométrie abondante (excédentaire) Bonne Pluviométrie (Normale)

13

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11

Modélisation des trajectoires cycloniques pendant 30 ans

Scénario 2010 – 2011

Le scénario le plus probable a été élaboré à partir des prévisions des précipitations aussi bien au niveau régional que national en ce qui concerne la saison cyclonique 2010-2011 et les tendances des trajectoires des cyclones depuis 30 dernières années. Ce scénario est présenté dans la carte qui suit et détaillé dans le tableau de la page suivante.

14

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 3.2. Description et détails sur le scénario retenu pour 2010 - 2011 Niveau des risques Description de chaque niveau de risqué appliqué aux cyclones
o o o Peu de cyclone à faible intensité Environ trois ou quatre cyclones, dont un au moins très puissant, qui touchent Madagascar pendant la saison Passage de cyclones très puissants et successifs en l’espace de quelques semaines/mois

Peu probable Plus probable Possible
o

Description: Environ trois ou quatre cyclones, dont au moins un très puissant, affectent 13 régions vulnérables de Madagascar pendant la saison, suivis d’inondations plus fortes que la normale sur les Hautes Terres (plaine d’Antananarivo et plaine d’Alaotra Mangoro) Présence d’une forte tempête tropicale menaçant une des côtes de Indicateurs d’alerte Madagascar (vitesse de vent entre 100 et 120km/h) 17 Indicateurs de déclenchement Déplacement temporaire (10.000 personnes ) de la population Durée de la phase d’urgence 1 mois Conséquences humanitaires et sur les infrastructures  Augmentation de la mortalité à court terme et de la morbidité dans les jours et semaines suivant la crise Augmentation des populations vulnérables (blessés, nfants Non Accompagnés, (ENA), ménages déstructurés, malades, handicapés,) Accès restreints aux services de base (eau potable, nourriture, abris, écoles, centres de santé) Augmentation du risque épidémique de choléra, rougeole, maladies diarrhéiques, méningite, fièvres, etc. Dégradation des infrastructures et des moyens économiques de la population locale : route, piste, ponts, électricité, ports, etc Inondation et ensablement des terrains agricoles Inondation des grandes agglomérations (plaine d’Antananarivo) et des agglomérations du versant ouest du Lac Alaotra, entraînant plusieurs milliers de sans abri.  Hypothèses de planification 600 000 personnes sinistrées, dont 340 morts, 150 blessés, et 100 disparus  Assistance multisectorielle immédiate pour 65.000 personnes sur une durée de deux fois 15 jours. Education :  600 infrastructures scolaires endommagées  Enfants privés d’éducation, certains à risque de déscolarisation permanente, d’exploitation ou d’abandon Habitat :  220.000 sans abris de tous types  114.000 cases endommagées Logistique :  100 ponts (toute catégorie) endommagés et temporairement non fonctionnels  5% des routes nationales et 30% des routes secondaires impraticables  Réseau ferroviaire interrompu  Quelques aéroports impraticables pendant trois jours à une semaine dans les zones affectées et vulnérables Protection :  Vulnérabilité accrue des groupes vulnérables et de leurs besoins en assistance immédiate (personnes agées, femmes enceintes et jeunes enfants, personnes souffrant de handicap physique, de handicap mental et de maladies chroniques, enfants isolés et non accompagnés)  Dispersion des familles avec risque d’enfants séparés de leurs parents  Risque de discrimination dans l’apport de l’assistance humanitaireRisque de violences sexuelles et d’accroissement des situations d’exploitation, particulièrement des enfants de familles démunies, des femmes et jeunes filles Santé :  50 infrastructures sanitaires endommagées  Services de soin interrompus dans les zones les plus affectées  Incapacité d’assurer les soins aux blessés et malades chroniques Sécurité alimentaire :  30 à 40% des pertes en agriculture  Perte de bovins : environ 1.100

 

17

Il s’agit d’un seuil estimatif au dessus duquel la capacité de réponse nationale serait dépassée.

15

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11

4. OBJECTIFS DU PLAN Le présent plan de contingence, comme les plans de réponses sectoriels, a été élaboré conformément à l’esprit de la Charte de l’action humanitaire qui réaffirme le droit des populations 18 victimes de catastrophes à la protection, à l’assistance et à vivre dans la dignité . Ce plan a pour but d’identifier les actions à mener : o Dans le cadre de la préparation de la réponse : désignation des points focaux ; identification des équipes d’évaluation ; identification des besoins et des manques, du stockage, du prépositionnement des moyens de réponse ; calcul de coûts initiaux ; identification des bénéficiaires potentiels ; et actions d’information et de formation pour l’atténuation des impacts. o Dans le cadre de la gestion de la réponse :  Organisation des premières évaluations d’urgence puis de la réponse immédiate pour restaurer des conditions de vie convenables aux populations (selon les normes nationales et/ou internationales). Planification et coordination du processus de relèvement précoce qui, en renforçant le travail des humanitaires (en commençant dans la phase d’urgence) et en posant des fondations solides pour le développement (en stabilisant la situation et en accélérant le retour à la vie normale d’avant-crise), a pour but de :  suppléer aux opérations d’assistance humanitaire déjà en cours pour veiller à ce que les ressources injectées favorisent une certaine autonomie et un développement socio-économique chez les populations touchées ; promouvoir les initiatives spontanées des populations touchées en s’assurant qu’elles soient viables et qu’elles puissent éviter les futurs risques ; et poser les bases d’un relèvement à long terme.

 

o Dans le cadre de la gestion de la situation d’après-crise : continuum, suivi et évaluation de la qualité des programmes menés ; évaluations du niveau de relèvement. 4.1. Objectifs généraux Les huit plans sectoriels qui sont présentés en Annexe 3 visent à permettre la mise à disposition immédiate de moyens de réponse aux besoins les plus urgents. Les secteurs couverts sont les suivants : Eau et Assainissement, Education, Habitat, Logistique, Nutrition, Protection, Santé et Sécurité alimentaire. Les objectifs communs des Groupes sectoriels (GS) sont : o la coordination opérationnelle et stratégique des partenaires par secteur ; o une bonne connaissance de la population vulnérable (avant et après la catastrophe selon les différentes phases de l’urgence) et de ses besoins ; o la mise en commun des ressources et informations pour les évaluations et les enquêtes ; et o l’inventaire commun des capacités et ressources disponibles.

En plus de ces objectifs communs, chaque GS a identifié des objectifs spécifiques conformes à ses activités propres : Le Groupe sectoriel EAU, HYGIENE et ASSAINISSEMENT assure l'accès des sinistrés à l’eau et à l’assainissement et réduit les risques d’apparition et de propagation des maladies à transmission vectorielles dans les zones touchées.

Charte Humanitaire SPHERE, basée sur les principes et les dispositions du droit humanitaire international, du droit international, des Droits de l’Homme, du droit relatif aux réfugiés et du « Code de conduite pour le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et pour les organisations non gouvernementales (ONG) lors des opérations de secours en cas de catastrophe ».

18

16

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 Le Groupe sectoriel EDUCATION assure la réalisation du droit à l’éducation basé sur les normes fondamentales de l’Education en situation d’urgence en renforçant la sensibilisation et l’information avant les crises, en supportant des interventions pour une continuité des enseignements, un retour rapide de tous les élèves du préscolaire à l’enseignement primaire, secondaire et technique dans les zones touchées par les catastrophes ou les crises. Il veille encore à un accès équitable aux examens et au suivi et retour à l’école des enfants et jeunes en difficulté en collaboration avec les partenaires de protection. Le Groupe sectoriel HABITAT veille à ce que les populations touchées aient, dans les meilleurs délais, des abris adaptés aux contraintes climatiques existantes, en fournissant des logements temporaires aux sans-abris et en soutenant les efforts menés par les populations touchées pour reconstruire ou réhabiliter leurs habitations, tout en promouvant l’adoption de normes et standards adaptés aux conditions climatiques spécifiques à chaque région. Le Groupe sectoriel Logistique appuie les autres groupes sectoriels pour que toutes les opérations de secours d’urgence, provoquées par n’importe quelle crise, puissent optimiser l’utilisation des moyens logistiques possibles et disponibles et la coordination des informations sur l’état des infrastructures. Le Groupe sectoriel NUTRITION se prépare à éviter une détérioration du statut nutritionnel de la population touchée par les cyclones/inondations, en répondant aux besoins alimentaires immédiats des ménages qui n’ont plus accès à la nourriture et en renforçant la prise en charge précoce de la malnutrition aigüe par les structures de routine. Le Groupe sectoriel PROTECTION veille à la mise en place de mesure de protection contre les pratiques discriminatoires, la négligence, l'exploitation, la violence et les abus en particulier à l’encontre des groupes les plus vulnérables et les personnes affectées par la crise humanitaire (voir Annexe 3a. Critères de vulnérabilité). Le Groupe sectoriel SANTE réduit la mortalité, la morbidité et les incapacités évitables avec emphase pour les groupes vulnérables tels que les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans, suite aux catastrophes naturelles et minimise leur impact sanitaire sur la population en général et celle des zones affectées en particulier. Le Groupe sectoriel AGRICULTURE et SECURITE ALIMENTAIRE relance le secteur de la production alimentaire (élevage, pisciculture, infrastructures agricoles, équipement et outillages, cultures de bas-fonds) des ménages après la catastrophe en réhabilitant les réseaux hydroagricoles et les circuits d’approvisionnement en intrants et de commercialisation des produits ; afin de favoriser l'accès à la sécurité alimentaire et éviter une détérioration de la situation de sécurité alimentaire de la population. Le réseau IEC est représenté au niveau de chaque groupe sectoriel, il a pour rôle de fluidifier les échanges d’informations avant pendant et après les aléas pour que les intervenants de chaque secteur puissent prendre les mesures adéquates en vue d’actions pertinentes. Le relèvement précoce a été également constitué en réseau et il a pour objectif d’augmenter les opérations d'assistance en cours dans une situation d'urgence en renforçant les programmes humanitaires, afin que leurs apports puissent devenir des ressources de développement à long terme et favorisent ainsi l'autonomie des populations touchées en les aidant à rétablir leurs moyens de subsistance ; soutenir les initiatives de relèvement spontanées de la part des communautés touchées et modifier les risques et les dynamiques de conflits; poser les bases du relèvement à plus long terme.

-

-

-

-

-

-

-

-

A noter que le cadre stratégique du relèvement précoce à Madagascar, cadre élaboré en 2008 pour la période mai 2008/2009, formule l’objectif général de ce processus comme suit : « L’objectif stratégique de relèvement précoce à Madagascar est de restaurer et de renforcer les capacités des communautés et des autorités à mener une réponse humanitaire qui appuie le développement sur le long terme. » Cet objectif s’applique ensuite aux secteurs humanitaires existants pour la coordination du relèvement précoce dans la réponse. Pour optimiser ces actions, les éléments suivants ont été identifiés : capacités de pré-positionnement, infrastructures, moyens de transport, les fréquences radio utilisées par les partenaires. (Voir : Annexe 6h - Carte des magasins de stockage ; Annexe 5b - Fréquences
radio ; Annexe 6 - Infrastructures : Aéroports, Ports, Axes routiers ; Transports : Offres ferroviaires, aériennes, maritimes et routières).

17

PLAN NATIONAL DE CONTINGENCE – Cyclones et inondations 2010-11 4.2. Objectifs opérationnels Le tableau ci-après reprend les objectifs opérationnels ainsi que les actions pouvant être menées par chaque groupe sectoriel avant et après le cyclone et/ou l’inondation. Les détails de ces actions sont fournis dans l’Annexe 3 – Plans de réponses sectorielles. Secteur d’intervention Agriculture et Sécurité alimentaire Contribution des partenaires à l’objectif Avant le cyclone et/ou l’inondation Après le cyclone et/ou l’inondation Coordination des partenaires. - Evaluation et analyse. Calcul des besoins. - Distribution des intrants préApproche relationnelle avec les positionnés et implémentation du bailleurs, les fournisseurs. programme de relance. Préparation logistique et opérationnelle. - Enquête de diagnostic de Formation des techniciens. production. Préparation des actions et évaluations. - Enquête sécurité alimentaire Capitalisation des données et informations.

Objectif opérationnel Relance Agricole suite à aléa (Elevage, Pisciculture, Infrastructures Agricoles, Equipement et outillages, Cultures de Bas), et réhabilitation des réseaux hydro agricoles (traditionnels), des circuits d’approvisionnement en intrants et de commercialisation des produits.  Rétablir les réseaux des aménagements hydro agricoles, en priorisant les réseaux traditionnels endommagés (barrages et canaux en terre, siphon en bois, etc.)  Rétablir les principales pistes rurales d’approvisionnement des marchés pour la reprise des circuits des produits agricoles, essentiellement de rente (litchi, banane, vanille, poivre et café)  Rétablir les capacités matérielles de production pour la saison suivante (semences, intrants, petit matériels agricoles)  Rétablir les étangs de pisciculture ; disponibilité d’alevins et équipements de pêche  Rétablir le cheptel de base (ovins, caprins, bovins, porcins) et du petit élevage (volailles, petits mammifères, apiculture)  Faire une enquête sur la production agricole et un diagnostic sur la sécurité alimentaire afin de prévoir une éventuelle crise ou difficulté alimentaire dans les prochains mois  Surveiller la sécurité alimentaire à travers une évaluation rapide initiale de la sécurité alimentaire.  Répondre aux besoins alimentaires immédiats des ménages ayant perdu leurs moyens d’accès à la nourriture   Satisfaire les besoins en eau potable de la population affectée pendant 15 jours ; Approvisionner en eau en quantité suffisante pour satisfaire les besoins en hygiène et assainissement de la population affectée pendant 15 jours ; -

Eau et Assainissement

-

-

Coordination des intervenants. Centralisation des données relatives aux lieux d’évacuation et aux capacités d’accueil. Préparation logistique et stratégique. Préparation des évaluations d’urgence.

-

-

Evaluation rapide. Coordination avec les intervenants et programmes partenaires. Zonage des actions, cartographie Réponse : promotion de

18

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 Secteur d’intervention     Contribution des partenaires à l’objectif Avant le cyclone et/ou l’inondation Après le cyclone et/ou l’inondation Identification des ressources l’hygiène, approvisionnement en mobilisables. eau potable et sensibilisation sur le VIH SIDA - Evacuation des excréments, - Gestion des déchets. - Elimination des flaques d’eau et eau stagnante - Assainissement du village et/ou quartier

Objectif opérationnel Doter des matériels de pompage pour éliminer les flaques d’eau et/ou eau stagnante ; Collaborer avec le groupe sectoriel « habitat » pour le nettoyage des canaux d’évacuation et drainage d’eau usées et assainissement des villages (système HIMO) ; Faciliter l’élimination sans risques des excréments et déchets solides Assurer la mise en place de latrines et de douches provisoires pour l’ensemble des abris communs dans le respect des normes permettant une sécurité optimale, particulièrement des femmes et des enfants ; Assurer de meilleures conditions d'hygiène à la population affectée. Rendre disponible les premières informations sur les dégâts dans les 72 heures Assurer les petites réparations des salles de classe et des équipements -

  

Education

-

Assurer l’envoi des informations par les Services Techniques Déconcentrés Prévoir dans le programme d’emploi de la caisse école les petites réparations (Directeurs des écoles, FAFF, FRAM) Vérifier l’état des salles de classe et des équipements Pré -positionner les équipements et les matériels pour les salles de classe temporaire, identifier le lieu d’implantation Intégrer dans les modules de formation en GRC le volet eau et assainissement

-

-

-

Communiquer les données statistiques sur les dégâts au niveau CISCO Réaliser les petites réparations

 Mettre à disposition des salles de classe temporaires -

-

Installer les salles de classe temporaire Procéder à l’assainissement, à la désinfection avant la reprise des cours. Mettre en place des kits Wash Appliquer des classes multigrades : fonctionnement à temps partiel, organisation des cours de rattrapage.

Assainir rapidement les salles de classe et l’environnement scolaire Opérationnaliser le dispositif pour la pédagogie d’urgence  Accompagnement des élèves en déplacement ou accueillis dans les familles  Avec le soutien des partenaires de protection, assurer le suivi psycho-social des élèves en difficulté, dont ceux qui ne reviendraient pas spontanément dans les centres

-

-

-

Consolidation des acquis des enseignants en matière d’organisation pédagogique d’urgence.

-

19

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 Secteur d’intervention Contribution des partenaires à l’objectif Avant le cyclone et/ou l’inondation Après le cyclone et/ou l’inondation

Objectif opérationnel  d’enseignement Assurer un suivi des examens qui étaient prévus pendant la période d’urgence et assurer une continuité pour les élèves affectés (report, transport, etc…) -

Mettre à disponibilité les kits scolaires d’urgence : kits scolaires et kits récréatifs pour l’amélioration des conditions de travail des enfants Disposer des données statistiques de l’évaluation approfondie au plus tard un mois et demi après la catastrophe, incluant celles sur le nombre de non-retour des élèves et / ou des enseignants Faire la préparation psycho - social pour le retour a la vie scolaire

Pré-positionner des kits d’urgence scolaire (Fournitures scolaires, School in a Box, Recréation Kit…) Organiser la formation des acteurs éducatifs sur la collecte des données spécifiques éducation. En assurer le pré-positionnement des fiches de collecte. Identifier les institutions spécialisées en matière d’accompagnement psycho social. Organiser la formation des acteurs éducatifs en matière de GRC Renouveler l’édition des manuels élèves et les guides pour les maîtres Initier les actions de reforestation.

-

-

-

-

-

Poursuivre le renforcement des capacités en Réduction des Risques de Catastrophes des acteurs éducatifs au niveau déconcentré : enseignants, chefs ZAPs, Equipe Cisco et DREN

-

-

-

Identifier les élèves ayant perdu leurs fournitures scolaires, distribuer les kits et en assurer le suivi Traiter et consolider les informations puis les mettre à disponibilité au niveau des partenaires pour la réhabilitation et la reconstruction. Assurer l’accompagnement psycho-social avec les mesures de mise en œuvre : child friendly space, soutien nutritionnel. Formation à mettre en œuvre pour les zones OUEST, SUD OUEST, CENTRE Assurer le dispatching des manuels et des guides au niveau des écoles n’ayant pas encore reçu leur part.

Plaidoyer la mise en place de la filière de GRC au niveau de l’enseignement supérieur

-

Mobiliser et sensibiliser les partenaires du MEN (enseignement supérieur) pour la mise en place de la filière et la conception des modules de formation. Planifier les actions Identifier structures en dur disponibles (Eglises, Mairies, maisons familiales, etc) ; Identifier les sites potentiels Assurer la mise en œuvre et établir le rapport Evaluer les dégâts en termes d’abris Appuyer les populations affectées dans leur efforts de reconstruction

 Habitat  

Faire le suivi et l’évaluation des activités réalisées Fournir des logements temporaires aux sans abris Promouvoir les normes et standards adaptés aux conditions climatiques spécifiques de chaque région (normes anticycloniques…).

-

-

20

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 Secteur d’intervention Contribution des partenaires à l’objectif Avant le cyclone et/ou l’inondation Après le cyclone et/ou l’inondation d’hébergement sécurisés et disponibles / réhabilitation de leurs habitats. sur lesquels des tentes peuvent être - Recenser les abris à montées (espace sportifs, espaces non réhabiliter /reconstruire inondables…) ; - Réaliser des projets de Inventorier les stocks d’abri temporaires relèvement précoce en Abris disponibles au niveau local, national voire régional. Inventaire des moyens de transport - Coordination des partenaires disponibles et relation avec les logistiques. fournisseurs par zone géographique. - Evaluation de l’impact et des Inventaire de la capacité routière par besoins. zone géographique. - Mise à jour des capacités Coordination des opérations de prélogistiques par zone positionnement. géographique Inventaire des capacités de stockage - Partage d’un bulletin d’information de fuel par zone géographique. (capacités logistiques, publication Faire une convention de prix avec les des états de stocks…) fournisseurs de biens et services - Facilitation de la coordination des (transport, …). opérations logistiques. Solliciter les autorités compétentes - Support au BNGRC pour locales à recourir à la réquisition en cas coordonner les demandes d’aides de nécessité. extérieures.

Objectif opérationnel

Soutien et appui pour que toutes les opérations d’évaluation et de secours d’urgence puissent optimiser l’utilisation de tous les moyens logistiques possibles.  Coordination et partage des informations sur l’aspect logistique avec l’équipe humanitaire ;  Mobilisation des ressources ou appui externe au cas où le « Groupe sectoriel Logistique » est activé entièrement ;  Inventorier et actualiser un maximum d’offres commerciales en matière de logistique, selon les disponibilités et les capacités de rendre des services ;  Mettre à la disposition de tous les autres secteurs les informations les plus actualisées possibles sur les offres existantes ;  Participer aux évaluations après désastres;  Appuyer et faciliter l’acheminement des moyens humains et matériels sur le terrain en temps opportun, en qualité et en quantité, au meilleur coût, et au bon endroit ; avec un minimum de risque possible. (procédure de dédouanement,…) ;  Rétablir dans un meilleur délai l’électricité, les télécommunications et les voies de communication (routières, aériennes, ferroviaires, fluviales) coupées ou endommagées par l’aléa.    Eviter une détérioration du statut nutritionnel de la population affectée par le cyclone et/ou l’inondation Mettre en place ou renforcer les services de dépistage et prise en charge de la malnutrition aigüe Etablir à travers des enquêtes quantitatives l’état nutritionnel

Logistique

-

-

-

Nutrition

-

Coordination des partenaires. Préparation des évaluations. Pré- positionnement de vivres. Création de bases de données population.

-

Evaluations. Listing des bénéficiaires. Coordination avec les autres GS impliqués dans le prestation de services.

21

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 Secteur d’intervention   Contribution des partenaires à l’objectif Avant le cyclone et/ou l’inondation Après le cyclone et/ou l’inondation Définition des paquets minimum - Acheminement et distribution des d’intervention. Identifier les partenaires. vivres. Préparation logistique et stratégique. - Enquête Nutritionnelle. Mise en Mise en place de protocoles d’accord. place d’activités de secours et de Cartographie des zones d’interventions relèvement. et de vulnérabilités. Inventaires des commodités disponibles.

Objectif opérationnel des enfants de moins de 5 ans Organiser et mettre en œuvre la distribution d’aliments (farines) enrichis pour les femmes enceintes et allaitantes et les enfants en état de malnutrition modérée Equiper les centres de santé, en personnel formé, aliments thérapeutiques et médicaments pour la prise en charge de la malnutrition aigüe sévère -

Protection

Assurer la protection contre la discrimination, la négligence, l'exploitation, la violence et les abus des groupes les plus vulnérables affectés par la crise humanitaire. Mettre en place un système opérationnel de « protection » des populations affectées, dont les victimes de violences et d’abus par une prise en charge respectueuse des standards humanitaires Assurer que les besoins de protection spécifiques aux personnes et groupes les plus vulnérables soient pris en compte avant, pendant et après les catastrophes Assurer que toutes les populations affectées, particulièrement les femmes, les enfants et les plus vulnérables, bénéficient d’une protection et assistance adéquates particulièrement dans les sites d’hébergement temporaires, établis et gérés dans le respect des normes internationales Surveiller, identifier, documenter, traiter, et dénoncer les abus et violations des droits humains, particulièrement ceux affectant les groupes les plus vulnérables à l’impact des crises et catastrophes

Prévenir l’impact négatif des désastres sur les populations civiles, particulièrement l’accroissement des risques sur les plus vulnérables en mobilisant les différents partenaires pour la mise en place de mesure de prévention et d’assistance immédiate Plaidoyer pour et supporter la mise en place de mesure de prévention des abus et l’exploitation sous toutes ses formes par l’ensemble de la chaine d’assistance humanitaire (institutions étatiques, Nations Unies, agences non gouvernementales) Supporter la mobilisation des différents acteurs, dont les réseaux de protection de l’enfant, pour l’identification des plus vulnérables au niveau des fokontany en préparation à la saison cyclonique Contribuer au renforcement des capacités des structures étatiques et de la société civile pour prévenir l’impact des désastres naturels sur les plus vulnérables Préparer un mapping des organisations

Assurer que l’assistance humanitaire soit gérée de façon équitable, transparente et non-discriminatoire Veiller à l’intégration des aspects relatifs à la « protection», dont celles liées au genre, dans les interventions mises en œuvre par les autres secteurs de réponse (clusters) Avec le secteur Education, mobiliser les acteurs sociaux pour le soutien des élèves et personnel éducatif ainsi que pour le suivi des élèves ne revenant pas en cours pour prévenir la déscolarisation et les situations d’exploitation Avec le secteur Santé, veiller à la référence des personnes à risque aux structures de santé et au suivi des personnes souffrant de traumatismes ou victimes d’abus , notamment de violences sexuelles et leurs références aux services spécialisés, sociaux ou d’assistance juridique Avec le secteur Nutrition, veiller à l’assistance immédiate et à la surveillance des personnes et groupes vulnérables depuis les

22

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 Secteur d’intervention Contribution des partenaires à l’objectif Avant le cyclone et/ou l’inondation Après le cyclone et/ou l’inondation oeuvrant dans le secteur de la protection, premières heures de l’alerte dont les centres d’hébergement pour Avec le secteur Sécurité alimentaire, personnes vulnérables (enfants, malades, évaluer les besoins en soutien des personnes souffrant de handicaps, etc…) groupes vulnérables par la prise en charge des besoins de survie, dont Mettre en place des mesures prévenant celle des stocks, du petit bétail et l’accroissement des violences basées sur le volailles genre en situation d’urgence et de postAvec le secteur Eau et urgence dont assainissement, assurer que les - Les violences sexuelles pendant et points d’eau, douche et toilettes immédiatement après la crise, provisoires soient placés dans des notamment dans les sites lieux sécurisés pour l’utilisation par d’hébergement provisoire les femmes, adolescents et enfants, - Les violences intrafamiliales particulièrement à proximité des - L’exploitation sexuelle en lien avec écoles et des Espaces Amis des l’assistance humanitaire et Enfants l’accroissement de la prostitution des Avec le secteur Habitat, supporter la groupes vulnérables mise en place d’abris temporaires Intégrer les questions de protection dans respectueux de l’intimité (prévention les évaluations pour assurer la prise en de la promiscuité) des personnes et compte des besoins de protection des familles, ainsi que d’hébergements personnes et groupes les plus vulnérables particuliers pour les femmes et jeunes et des problématiques liées au genre et à filles isolées l’enfance Avec le secteur Logistique, veiller à ce que les lieux et personnes isolées puissent être désenclavées dans les Assurer que les messages de prévention, délais les plus brefs pour bénéficier l’information sur l’impact de la crise sur les de l’assistance d’urgence services et la disponibilité de l’assistance Avec les partenaires du secteur de humanitaire soient diffusés au travers des communication, assurer que les média traditionnels et les vecteurs de informations, dont celles relatives à communications communautaires ; une l’assistance humanitaire et de attention particulière sera portée sur des reconstruction soient mises à la messages de non discrimination, de disposition de tous, par les moyens prévention de la séparation des enfants et appropriés dont la mobilisation des de prévention des actes de violence média et des réseaux d’organisations

Objectif opérationnel

23

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 Secteur d’intervention Contribution des partenaires à l’objectif Avant le cyclone et/ou l’inondation Après le cyclone et/ou l’inondation gouvernementales et de la société civile Mobiliser et mettre à disposition les soutiens techniques et services appropriés pour garantir une référence et prise en charge adéquate et dans les plus courts délais des victimes de violence et abus, notamment dans les domaines médical, psychosocial et légal et pour le renfort des structures d’accueil des plus vulnérables, dont les jeunes enfants, les personnes souffrant de handicaps ou de maladies chroniques Plaidoyer pour que des enquêtes indépendantes soient diligentées sur tous les cas d’abus et de violation des droits et que les abus et violations soient dénoncés par les autorités compétentes Assurer que les victimes de violence et de violation aient accès à une assistance rapide et appropriée (traitement médical, abri, assistance juridique, etc.) dont un accès à la justice le cas échéant Supporter la documentation et le suivi des abus et violations des droits humains et de l’assistance aux victimes - Assurer les éventuelles évacuations sanitaires. - Evaluations initiales. - Déparasitage des enfants, prise en charge des sinistrés,

Objectif opérationnel

Santé

  

Assurer les soins d’urgence pour les victimes ; Orienter les stratégies d’intervention sur la base des évaluations et du suivi de la situation sanitaire selon les différentes étapes de la crise humanitaire. Assurer la surveillance, la prévention et la riposte aux maladies

-

Sensibilisation et formation. Coordination des partenaires. Inventaire des moyens existants. Formation et remise à niveau des personnels de santé.

24

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 Secteur d’intervention Contribution des partenaires à l’objectif Avant le cyclone et/ou l’inondation Après le cyclone et/ou l’inondation Pré- positionnement de kits d’urgence. désinfection, désinsectisation. de kits individuels (accouchements et - Mise en place des COINTRO et hygiène) de la surveillance Activation, maintien du système épidémiologique. d’alerte épidémique. Mapping des - Vaccination rougeole 100% pour risques. les enfants >6 mois à <15 ans. Préparation des équipes médicales - Distribution de moustiquaires. d’urgence. - Mise en œuvre d’activités pour Intégration d’une prise en compte du les populations vulnérables. VIH/Sida dans les plans de réponse, y - Mise à disposition de préservatifs compris l’approvisionnement et le - Assurer la continuation des prépositionnement d’antiretroviraux traitements et (ARV) approvisionnements en ARV des Pré stockage de PEP Kits. personnes à risque. - Rétablissement des services essentiels de SR

Objectif opérationnel à potentiel épidémique et autres risques sanitaires majeurs en situation d’urgence dans les zones affectées. Assurer la disponibilité et l’accès gratuit aux services essentiels de santé aux populations affectées avec une attention particulière portée aux groupes vulnérables et aux personnes à risques : soins de santé primaire, santé de la reproduction (MISP), maladies chroniques et santé mentale. Établir une structure de coordination efficace des intervenants en matière de santé pour permettre une action coordonnée et efficiente vers les priorités et besoins identifiés. Assurer la coordination avec les autres Groupes Sectoriels (WASH, Nutrition, Logistique, Abris, Protection…) -

-

-

 

-

25

PLAN NATIONAL DE CONTINGENCE – Cyclones et inondations 2010-11 5. GESTION D’ENSEMBLE ET COORDINATION 5.1. Mécanismes de coordination Niveau national Au niveau national, le Conseil National de Gestion des Risques et des Catastrophes (CNGRC), présidé par le Premier Ministre et composé des différents Ministres comme membre, définit les stratégies nationales de GRC. La Cellule de Gestion et de Prévention des Urgences (CPGU), rattachée au niveau du Bureau du Premier Ministre, appui le Premier Ministre dans l’élaboration de cette stratégie nationale, l’analyse et le suivi des activités de GRC. La Gestion des Risques et Catastrophes (GRC) à Madagascar est sous la responsabilité du Ministre de l’Intérieur. La structure de GRC est décentralisée jusqu’au niveau des Fokontany, le découpage administratif le plus bas de Madagascar (voir Annexe 1d. Schéma de structure de GRC à Madagascar). Le Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes (BNGRC) est la structure opérationnelle. Le BNGRC a donc pour mandat d’assurer la coordination de la GRC au niveau national. Cette responsabilité comprend la prévention, la préparation, la planification stratégique ainsi que la réponse humanitaire opérationnalisée à travers le Comité de Réflexion des Intervenants en Catastrophes (CRIC). L’Equipe Humanitaire du Pays, présidée par le Coordinateur Résident du Système des Nations Unies, est la déclinaison du Comité Permanent Inter-Agences (IASC) au niveau du pays. Elle dispose de l’Intercluster comme structure technique de coordination des clusters et de conseil/suivi. L’Intercluster appuie le CRIC à travers des techniciens issus des clusters humanitaires. Le CRIC fonctionne sous l’égide du BNGRC, entretient un lien actif avec les groupes sectoriels de l’Etat et les clusters humanitaires issus de l’Equipe Humanitaire du Pays. Au niveau opérationnel, l’ancienne structure est maintenue, c’est à dire les groupes sectoriels travaillent en étroite collaboration avec les clusters humanitaires aussi bien au niveau national qu’au niveau décentralisé, ce qui se traduit par l’unicité et la mise en œuvre conjointe des activités de planification dans le domaine des catastrophes naturelles. Ainsi, les groupes sectoriels et les clusters sont alignés par secteur, le plan national dispose maintenant de sept groupes sectoriels opérationnels (Agriculture & Sécurité alimentaire, Eau et assainissement, Logistique, Nutrition, Santé, Education, Habitat) ; un groupe sectoriel Protection sera mis en place en 2011 ; jusqu’alors, le cluster Protection, opérationnel sous la coordination de l’Equipe Humanitaire du Pays, appuiera les groupes sectoriels d’une manière transversale alors que ceux de l’Information, de l'Education et Communication (IEC) et du Relèvement précoce gèrent un réseau de points focaux issus des groupes sectoriels/clusters. Le Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA/BCAH) apporte un soutien à la coordination, à la préparation et à la gestion des catastrophes au Bureau du Coordinateur résident (BCR) du Système des Nations Unies, à l’Equipe Humanitaire du Pays, à l’Intercluster et au BNGRC. En cas de crise, le BNGRC convoque une réunion du CRIC qui décide de l’activation du plan national de contingence et active immédiatement la matrice de réaction rapide (cf. tableaux de matrice de réaction rapide, pages 32 à 36). L’état d’urgence est déclaré par le gouvernement au niveau national, à travers le Ministère des Affaires Etrangères, sur proposition du BNGRC et après consultation de la CPGU. Au niveau décentralisé, le Comité Local de GRC peut proposer à sa hiérarchie une situation de crise localisée à l’intérieur de sa circonscription. Une situation de crise politique peut retarder voire empêcher ce processus, et les partenaires doivent assumer leurs mandats et leurs responsabilités à défaut d’une telle déclaration. Niveau décentralisé (Région et District) La coordination opérationnelle locale se fait au niveau des districts, sous la coordination des Comités de District de Gestion des Risques et des Catastrophes (CDGRC) ; le Comité Régional de GRC (CRGRC) assure la coordination générale des CDGRC, la centralisation des informations et la prise des décisions majeures.

26

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 20 Pendant la phase d’urgence aigüe, les comités locaux de GRC au niveau des régions et des de districts seront renforcés par des équipes centrales de BNGRC. Les partenaires les plus présents au niveau région et district, en particulier pendant la phase d’urgence, pourront apporter des appuis à la coordination locale selon leur convenance. En cas d’urgence majeure, OCHA déploiera ces services « en stand-by » pour supporter la coordination des réponses sur le terrain. La figure ci-après montre la structure de coordination existante et les différents liens entre les plateformes.

27

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclone et inondations 2010-11 5.2. Points focaux au niveau national Les techniciens points focaux humanitaires des ministères de tutelles des groupes sectoriels, des clusters/réseaux ainsi que ceux de l’équipe nationale de coordination sont portés ci-après. Les points focaux de tous les partenaires humanitaires fournis dans l’Annexe 5a.
Président Technique Point focal Téléphone Mail Agence Cluster Lead Coordonnateurs des clusters Téléphone Mail

Groupes sectoriels du Gouvernement
Agriculture et Sécurité Alimentaire Eau et assainissement Education Habitat MinAgri ME MEN MAT MT Logistique MTPM Nutrition Protection Santé ONN en cours MSanP RANDRIANA Victor 034 04 175 20 randriana-victor@caramail.com dsa@maep.gov.mg mem-dea@moov.com andriamialina@yahoo.fr dat.mprdat@yahoo.fr;rabeharim@moov.mg Sécurité alimentaire et moyens de subsistance Eau et assainissement Education Habitat PAM FAO UNICEF UNICEF IFRC/CRM

Clusters humanitaires
Nicolas Babu Louis Muhigirwa Evariste Ekouassikomlan Margarita Focas Licht Dr Razafindrakoto Josselyn Aline Rumonge 032 07 137 27 032 64 598 99 032 05 426 72 032 05 426 39 032 05 221 07 032 07 137 40 032 41 124 92 032 05 426 26 033 23 42 613 032 03 303 15 nicolas.babu@wfp.org Louis.Muhigirwa@fao.org ekouassikomlan@unicef.org mfocaslicht@unicef.org joss.razaf@yahoo.fr Aline.Rumonge@wfp.org Razafimahatratra.Christian@wfp.org pvalenti@unicef.org kristine_peduto@hotmail.com, cpeduto@unicef.org Rakotonl@mg.afro.who.int

ANDRIAMAMONJY Mahavonjiniaina 032 40 160 37 RANDRIAMIALIONA François RABE Harimanana RAZAFIMAHAFALY RAMAROVELO Eloï RAKOTOARIVO Jean M. RAJAOBELISON Josia N/A Dr RAJAOARIVELO 033 33 270 51 032 07 150 57 032 43 284 66 033 12 805 95 033 12 842 41 033 11 449 71 _ 034 02 143 04

dr@mtpm.gov.mg;eloi.r-velo@mtpm.gov.mg chsse@mt.gov.mg onn@blueline.mg, seecfs@moov.mg

Logistique Nutrition Protection

PAM Razafimahatratra Christian UNICEF UNICEF OMS Paola Valenti Kristine Peduto (ProCAP) Dr Lamina Arthur

surecasan@gmail.com ou suca@sante.gov.mg

Santé

Réseau transersal
Information, Education, Communication Relèvement Précoce BNGRC BNGRC Dia Styvanley Soa Col RAMBOLARISON Charles 034 01 225 99 032 45 570 33 com.bngrc@bngrc.mg protimamo@yahoo.fr Relèvement précoce BCR/BCPR

Réseau transersal

Coordination nationale
Secrétaire Exécutif Secrétaire Exécutif Adjoint Direction Opération Direction Protection Civile Partenariat Suivi-Evaluation Information, webmaster BNGRC BNGRC BNGRC BNGRC BNGRC BNGRC BNGRC RAKOTONIRAINY Louis de G. RANDRIATAHIANA Raymond Col Elack Olivier Andriakaja Col Miha Col RAMBOLARISON Charles Col Edmond Randriamanantsoa RANDRIANARIVELO Nianja 032 49 736 35 032 43 654 82 032 45 570 33 033 12 121 42 033 11 658 32 sp.bngrc@bngrc.mg sp.bngrc@bngrc.mg bngrc@bngrc.mg mihanfn@yahoo.fr protimamo@yahoo.fr edmondmad@yahoo.fr web.bngrc@bngrc.mg Appui au Coordonnateur Résident du SNU Coordonnateurs d'urgence OCHA/BCR OCHA/BCR FAO UNICEF

Coordination nationale
Rakotoson Rija Pierre Gelas Alexandre Huynh Dominique Stolarow 032 05 076 93 254 733 721 051 032 04 737 20 033 40 411 22 rakotoson@un.org gelas@un.org alexandre.huynh@fao.org dstolarow@unicef.org

28

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclone et inondations 2010-11 5.3. Acteurs dans les différents secteurs d’intervention humanitaire (19)
Eau et assainissement Ministères Directions/Services au sein des Ministères
ME

Education
MEN MAT

Habitat

Logistique
MTPM MT Direction des routes (DR) Direction des Entretiens Routiers (DER) OTU (MTPM) OLEP (MEEFT) FID (Primature) CPC ONN

Nutrition

Protection
MIinPOP Min Justice MSanP

Santé

Agriculture & Sécurité alimentaire
MinAgri

Direction de l'Eau (DEPA)

DPFEA

Direction de l'Aménagement du Territoire (DAT) FID (Primature) CPC

Service de la Nutrition (SNUT)

PACTE Ministère du Travail CPC BNGRC BMH/CUA

Direction des Urgences, de Service de la Gestion de Riposte et de Lutte contre les Catastrophe et Urgence Maladies Negligées (SGCU) (DURLMN) SURECA (MinSanP) SNUT (MinSanP) GENIE RURAL (MinAgri) ONN (Primature) PSDR (MinAgri) FID (Primature)

Structures attachées au Gouvernement/Ministères

ANDEA (MEM) SAGS MinSanP WASH (MEM) APIPA BMH/CUA UNICEF BCR/OCHA CRM/IFRC BCR/OCHA

FID (Primature) BNGRC METEO

FID (Primature)

Système des Nations Unies et Associations Internationales (clusters humanitaires)

UNICEF BIT UNESCO BCR/OCHA IFRC/CRM

IFRC / CRM OIM UNHABITAT PNUD BCR/OCHA

PAM UNICEF BCR/OCHA IFRC/CRM

UNICEF PAM OMS BCR/OCHA IFRC/CRM CARE International CRS ADRA SIF TANY MAITSO ASOS SALFA CDA AAA GRET SAFFJKM RTM ASERN CSA CDD AZAFADY SPC 2H MONDOBIMBI TAMAFA ECHO USAID

UNICEF PNUD DHH UNFPA BCR/OCHA UNHABITAT CICR HCDH

Associations, ONG nationles, Société Civile

MEDAIR CRS CARE International CARITAS SIF ONG St Gabriel - FSG ONG Miarintsoa SOMECA PSI Madagascar PAMOELA ASOS AQUASURE SAFFJKM BUSHPROOF CDA VOAHARY SALAMA Toutaglos/Manasoa

AIDE ET ACTION CARE International

CARE Interntional CRS

OMS UNICEF ONU SIDA FNUAP IFRC/CRM BCR/OCHA MDM SIF MSF

FAO PAM BCR/OCHA

CRF

SAF FJKM AQUALMA

HI CRF-PIROI SAFFJKM CIC/CMT CDA

SPDTS ONG ManaoDE Manda/PFSCE Groupe Développement SOS Victime non Droit ACAT Madagascar SOS Village d'Enfants Village d'Enfants Association LAKANA TAIZA SAGE AMU Justice et Paix SAMPATI ONG ManaoDE Handicap International

ASOS CRM RTM SALFA SFC SDC SPC

ADRA CRS CARE International SIF CARITAS SAF FJKM AAA 2H ASOS RTM

Donateurs

ECHO USAID

BAD JICA

BANQUE MONDIALE USAID ECHO

USAID ECHO

BANQUE MONDIALE ECHO France USAID

Le BNGRC et la CPGU, en tant que structures nationales de GRC, ne sont pas considérés comme membres des Groupes Sectoriels. Les principaux bailleurs interviennent sur tous les secteurs de l’urgence primaire. Ils sont mentionnés sur leurs principaux secteurs d’intervention.

19

29

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 5.4. Indicateurs et seuil de déclenchement d’une intervention globale Pour le cas de cyclone, le « nombre de personnes sans abris » a été choisi comme indicateur d’intervention globale. Le seuil de 10.000 personnes sans abris a été fixé, et au dessus duquel une intervention globale devrait être lancée. Par ailleurs, chaque groupe sectoriel/cluster a fait le même exercice pour identifier les indicateurs sectoriels pertinents ainsi que les seuils respectifs correspondants. Quand ces seuils sectoriels sont atteints, une intervention globale à l’intérieur du secteur sera activée pour apporter les réponses humanitaires. Clusters Eau et assainissement Education Habitat Logistique Nutrition Cyclone, inondation
o Nombre de personnes qui n’ont plus accès à l’eau potable dans les jours qui suivent la catastrophe, dans une même région > 5,000 o Nombre de salles de classe non opérationnelles à cause de la vitesse du vent ou de la montée de l’eau >10 National : o Nombre de sans abris > 2.000 familles (environ 10.000 personnes), y compris le cas de la plaine d’Antananarivo o Absence d’accès à 10.000 personnes suite au cyclone/inondation ou d’autres crises MAG >10% o Plus de 20 disparus dans une ville et/ou 200 dans un district aux premières heures d’un désastre naturel o Plus de 30 enfants non-accompagnés o Plus de 5 cas de violences sexuelles rapportées dans une ville / 10 dans un district o Plus 5.000 personnes hébergées dans des sites des zones affectées durant plus de 72h qui suivent l’alea o Cas de plusieurs pillages rapportés dans une ville ou un district o XX cas de violences / actions de bandes criminelles observées o Dénonciation de détournement de l’aide humanitaire rapportée et documentée par des acteurs crédibles o Pratique discriminatoire pour l’accès à l’assistance d’urgence et/ou humanitaire et/ou de reconstruction documentée par des acteurs crédibles o Destruction (ou coupure des accès à) d’1 CSB desservant au moins 10,000 habitants ou dépourvu de personnels suite au sinistre o Flambée épidémique d’une maladie grave : o TBM20 supérieur à 1/10000 hab/j ; o TMM5 supérieur à 2/10000 enfants de moins de 5a /j o 5000 personnes sans abris dans la même zone dans les 48h qui suivent l’alea o Personnes menacées d’insécurité alimentaire sur zone d’impact du passage >10.000 o 30% de cultures vivrières détruites

Protection

Santé

Agriculture et Sécurité alimentaire

5.5. Matrice de réaction rapide NATIONALE La matrice présente de manière succincte les actions clés à prendre pendant les deux premières semaines après le passage d’un cyclone ou d’une inondation. C’est un outil de coordination et de partage de responsabilités très important lors de l’activation du plan de contingence. La liste des activités n’est pas exhaustive, mais au moins représente le minumum à faire. N° Activités AVANT L’ENTREE DU CYCLONE (24 ou 48 HEURES) 1 2 3 Convoquer une réunion du CRIC si la menace est importante Partager les informations clés pour une mobilisation régionale (détails spécifiques, zones vulnérables à prévenir, information par les médias, dont les radios,…) Assurer que les mécanismes de coordination locale de tous les intervenants (au niveau des régions, districts, communes) sont activés BNGRC BNGRC/METEO BNGRC Par qui ?

20

TMB : Taux brut de mortalité

30

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 N° Activités PREMIERES 24 HEURES 3 Collecter et traiter les premières informations générées dans les régions affectées Réunir les membres du CRIC pour : i) partager les informations sur la situation, ii) prendre des décisions sur la première évaluation conjointe (survol ou autre), iii) et ainsi activer le plan de contingence Conduire des réunions sectorielles de mise au point en vue de la préparation des évaluations Produire l’information nécessaire pour permettre la prise de décision du Gouvernement en ce qui concerne la déclaration de l’état d’urgence. Si une déclaration d’état d’urgence est jugée nécessaire par un consensus des partenaires mais n’est pas émise suffisamment tôt par le Gouvernement, le CRIC se mobilise pour apporter des suppléments d’informations et aider le Gouvernement dans sa prise de décision. Assurer que la coordination locale de tous les intervenants (au niveau des régions, districts, communes) soit activée Faire une première communication à l’endroit des populations affectées, du public, et des medias. Déclencher les premiers secours d’urgence sur la base des informations disponibles (zones affectées, intensité de l’aléa…) PREMIERES 72 HEURES 10 11 12 13 14 15 Déclencher la première evaluation conjointe (le cas échéant) Débloquer les fonds d’urgences Renforcer la coordination générale de la réponse : nationale, décentralisée, sectorielle et inter-sectorielle Poursuivre l’effort d’information à l’endroit des populations affectées, du public et des médias, y compris la publication d’un rapport de situation Restituer les résultats de la première évaluation conjointe (généralement le survol s’il y a lieu) Déclencher la mission d’Evaluation Rapide Multisectorielle (si justifiée) DEUX PREMIERES SEMAINES 16 17 18 19 20 21 22 Présenter les résultats et partager le rapport de la mission d’Evaluation Rapide Multisectorielle au CRIC Poursuivre les efforts de coordination à tous les niveaux (réunir les réseaux IEC, Relèvement Précoce à intervalle plus rapproché). Lancer le processus d’un appel à l’aide internationale (si nécessaire) Réconcilier l’information (3Ws), analyser les lacunes et le flux de l’assistance matérielle Conduire des évaluations humanitaires plus approfondies et planifier l’intervention sur les 6 prochains mois, identification des conséquences immédiates et effets induits Réunir le CRIC pour faire le bilan sommaire de l’évolution de la situation et des réalisations et le diffuser Tenir des briefings et points de presse pour les partenaires et les medias Equipe d’évaluateurs BNGRC BNGRC et Gouvernement BNGRC et CRIC Groupes sectoriels et clusters BNGRC BNGRC CRIC Tous les intervenants BNGRC BNGRC Chef de l’Equipe conjointe CRIC BNGRC Et tous les intervenants BNGRC Chefs de file Groupes sectoriels / Clusters Par qui ?

4

5

6

BNGRC

7 8 9

BNGRC BNGRC Tous les intervenants

31

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 5.6. Mobilisation des ressources Dès l’annonce d’une crise ou en anticipation à une crise, les partenaires vont identifier des bailleurs de fonds potentiels pour la mobilisation de ressources. Pour beaucoup de donateurs et de partenaires, les fonds d’urgence et l’assistance extérieure ne pourront être alloués que suite à une déclaration d’état de crise et un appel à l’aide internationale parla partie nationale. En cas de catastrophe naturelle ou de situation de crise, il arrive que le processus de mobilisation de ressources soit retardé par une déclaration tardive de cet état de crise. Afin de pallier à ce problème, il est possible que la partie nationale émette une déclaration spécifique ou limitée géographiquement. A défaut d’une telle déclaration, L’Equipe Humanitaire du Pays active le processus de lancement d’un appel rapide à financement ou « Flash Appeal » quand l’amplitude de la crise le justifie. 5.7. Différents types d’évaluations des dommages et des besoins Les groupes sectoriels, sous la coordination du BNGRC et appuyés par les clusters humanitaires, prévoient des évaluations des dommages et des besoins depuis le début d’une crise jusqu’à la phase de relèvement. Au cours de l’atelier annuel de mise à jour du plan de contingence nationale pour 2010-2011, la communauté humanitaire n’a pas modifié les évaluations identifiées en 2009. Il est important de noter qu’il s’agit d’une liste indicative des évaluations, chaque évaluation n’est pas obligatoire et deux évaluations pourraient être combinées en fonction du contexte. Deux éléments majeurs ont été apportés :

1) Une grande évolution a été introduite dans le mode de collecte et de transmission des informations postcatastrophes. Ainsi, en collaboration avec l’ONG HNI (Humanitarian Network International), et sous la coordination du réseau de relèvement précoce, les premières informations multisectorielles seront reçues dans les 24 heures après la catastrophe par SMS, et traitées automatiquement à l’aide d’un programme informatique installé au niveau du BNGRC. Les données traitées sont soit cartographiées automatiquement soit présentées sous forme de tableau pour être discutées au cours d’une première réunion du CRIC après la catastrophe. Parallèlement, les données sont consultables sur internet en temps réel sur le site suivant : htttp://www.bngrc.mg/applicationsms Les données sont collectées au niveau des fokontany (le découpage administratif le plus bas) à l’aide d’une fiche d’évaluation sms (voir Annexe 4b.) et des agents de terrain qui habitent dans ces fokontany (voir Annexe 4f. Contacts des agents de transmission des données par sms), puis transmises immédiatement en temps réel au niveau du BNGRC. Les trois opérateurs de téléphonies mobiles à Madagascar (Airtel, Orange et Telma) travaillent étroitement avec le BNGRC dans le cadre de ce projet (voir Annexes 5e. 5f. et 5g. Cartes de couverture des opérateurs de téléphonie mobile). Pendant cette saison cyclonique 2010-11, cinq régions en plus de la plaine d’Antananarivo seront couvertes par le projet. D’autre part, l’utilisation de la fiche EIMA (Enquête Initiale Multi-aléas) reste valide pour toutes les régions, le projet SMS n’en étant qu’à une phase expérimentale. 2) Le processus des évaluations conjointes (survol et évaluation rapide multisectorielle) a été standardisé. Ainsi, une équipe multisecotrielle a été créée et sera formée pour être disponible dés le premier jour d’une catastrophe pour mener les évaluations à caractère multisectoriel et conjoint. Chaque secteur a fourni 10 techniciens (Voir Annexe 4e. Liste et contacts des techniciens pour les évaluations conjointes) qui seront capables de conduire une évaluation conjointe c'est-à-dire capables de comprendre et de remplir l’outil d’évaluation multisectorielle. Les Termes de Références de ces évaluations conjointes ainsi que les outils conjoints développés sont fournis dans l’Annexe 4.

32

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11

Nom

Objectifs

Echéance après Durée l’entrée du probable cyclone

Moyens de déplacement probables - Par terre : à pied, motos, en vedette - Par sms

Conjointe / Non conjointe

Outils utilisés

Demande expertise technique ou équipe mixte

Pré-évaluation (Diagnostic Initial)

EVALUATION PAR SURVOL (voir TDRs en Annexe 4a)

1. Obtenir les données préliminaires partielles, dont celles relatives au nombre de morts, de blessés, du nombre 24h des premières personnes hébergées dans les sites communaux, etc 1. Délimiter la zone géographique affectée Des que 2. Apprécier les besoins urgents pour possible, sauver des vies souvent dans 3. Identifier l'état des infrastructures les premières d’accès 72 heures après 4. Apprécier l'ampleur des dégâts le feu vert de (maisons détruites/décoiffées, étendu l'Aviation Civile des rizières inondées, etc), de Madagascar 5. Permettre de décider si une évaluation rapide s’impose

-

CONJOINTE entre les différents acteurs régionaux

1. Fiche EIMA 2. Téléphones mobiles 3. BLU

Non

Quelques heures à 1 jour

Aérien : ULM, hélicoptère, petit avion

1. Camera CONJOINTE : entre les 2. Appareils Autorités nationales, photos les représentants des 3. Cartes FTM bailleurs, les 4. Fiche de Non techniciens des survol clusters, les 5. cartes de la journalistes cartographie censitaire et GPS 1. Fiche conjointe d’Evaluation Rapide Multisectorielle 2. Ordinateur et logiciel pour l’analyse des données 3. cartes de la cartographie censitaire 1. Fiche sectorielle : déjà disponible au niveau de tous les

EVALUATION RAPIDE MULTISECTORIELLE (voir TDRs en Annexe 4a)

1. Quantifier les dégâts (bilan chiffré mais provisoire) et les besoins urgents pour sauver des vies 2. Orienter les futures évaluations à 3 à 4 jours conduire par les différents secteurs 3. Identifier les besoins d'urgence pour permettre de produire un Flash Appeal et/ou un CERF en cas de besoin

3 à 4 jours

Aérien ou en partie par terre : motos, voiture, en vedette

CONJOINTE : entre techniciens qui constituent une équipe multisectorielle

Non

EVALUATIONS SECTORIELLES INTEGREES

1. Déterminer les dégâts spécifiques par secteur et les besoins à court termes (12 mois)

Une semaine à 15 jours

4 jours à 1 semaine

Par terre : en voiture, en vedette

CONJOINTE : équipes nationales et régionales

Non expertise par secteur mais équipe mixte

33

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 Echéance après Durée l’entrée du probable cyclone Moyens de déplacement probables Demande expertise technique ou équipe mixte

Nom

Objectifs

Conjointe / Non conjointe

Outils utilisés clusters 2. cartes de la cartographie censitaire

1. Déterminer les impacts à moyen terme (3-6 mois), par exemple sur l’agriculture, sur la nutrition, sur les prix, etc EVALUATIONS 6ième - 10ième 1 à 2 2. Evaluer les réponses sectorielles APPROFONDIES semaine semaines initiales pour une éventuelle réorientation 3. Permettre la révision du Flash Appeal 1. Evaluer tous les besoins de relèvement 2. Quantifier les coûts des pertes et des Post Disaster Needs dommages et leurs effets sur l’économie Entre 2ième et 1 à 2 mois Assessment nationale 3ième mois 3. Formuler un appel pour la réhabilitation Dépend de EVALUATION DE LA l'exercice (ne 1. Evaluer l'efficacité du plan de QUALITE ET DE nécessite pas contingence national, RTE, Peer reviews, L'IMPACT DE LA forcément exercice de leçons apprises; REPONSE d'attendre la fin de la réponse

Par terre : en voiture,

1. Fiche NON CONJOINTE sectorielle : déjà (sectorielles) mais disponible au arrangement niveau de tous les intersectoriel possible clusters

Expertise sectorielle

Aérien et par terre

CONJOINTE

Nouvelle Méthodologie PDNA

Expertise d’une équipe d’économistes

Par terre : en voiture

Multidimensionnelle

Outils multiples (selon les options retenues)

Oui pour une meilleure recevabilité

34

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 6. REPONSES SECTORIELLES Le présent Plan de contingence a été élaboré sur la base des plans sectoriels, fournis et détaillés en Annexe 3. La fonction de ce plan est de faciliter la coordination de la préparation, des évaluations et des réponses de tous les acteurs humanitaires, sous l’égide du BNGRC. 6.1. Participation des groupes sectoriels/clusters dans les évaluations Le projet de participation des groupes sectoriels, appuyés par les clusters, dans les différentes évaluations conjointes et sectorielles est synthétisé dans le tableau qui suit, avec les noms des organismes qui vont participer à ces évaluations. Les noms et les contacts des techniciens sont fournis dans l’Annexe 4e. Il faut noter que le décalage en termes de temps est différent d’un secteur à l’autre, même s’il s’agit d’un même type d’évaluation (évaluation approfondie par exemple). Secteur Types d’évaluation Evaluation rapide multisectorielle (ERM) Evaluation sectorielle : Enquête de sécurité alimentaire Partenaires participants Partenaires choisis en fonction de la zone concernée MinAgri, DRDR FAO PAM CARE ONN SAFFJKM AAA CRS CARITAS Rapporte à qui et comment o Dans le cadre du CRIC en utilisant la fiche conjointe d’ERM o Dans le cadre du groupe sectoriel. o En utilisant le manuel d’évaluation de la sécurité alimentaire en situation d’urgence du PAM. o Utilisation des fiches d’enquête focus groupe et ménage spécifiques à l’Agriculture et à la sécurité alimentaire. o Recommandation pour les réhabilitations d’urgence o Dans le cadre du groupe sectoriel. o Rapport de diagnostic à restituer et à transmettre au CRIC pour validation o Recommandations pour les réhabilitations structurelles

Agriculture et Sécurité alimentaire

Diagnostic de production et diagnostic approfondi (3 mois à 5 mois après l’aléa)

MAEP/DRDR FAO PAM ONN SIRSA CARE SAFFJKM CRS AAA CARITAS Antananarivo UNICEF Mineau BMH/CUA CRM AQUASURE ONG Manasoa Membres sectoriel du National UNICEF MinEau CRM Medair

Evaluation Rapide Multi-sectorielles (ERM)

Eau et assainissement

o Dans le cadre du CRIC en utilisant la fiche conjointe d’ERM

Evaluation sectorielle approfondie

Groupe

o Dans le cadre du groupe sectoriel/cluster. o Rapport d’évaluation à restituer et à transmettre au CRIC o Fiche EIMA : CLGRC (Chef ZAP, Chef Fokontany) o Dans le cadre du CRIC en utilisant la fiche conjointe d’ERM

Educati on

Evaluation Rapide Multi-sectorielles (ERM)

MEN UNICEF Aide et action FID IOGA

35

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 Secteur Types d’évaluation Partenaires participants BNGRC SAFFJKM CARITAS SIF Membres du Groupe sectoriel MSanP : SURECa + Santé Environnement BNGRC DCSSM / MFA OMS CRM ASOS Membres du Groupe Sectoriel Santé Membres du Groupe Sectoriel Santé Membres Groupe Sectoriel Santé Membres du Groupe Sectoriel Santé MSanP(SURECa/SMI,SSE pi), OMS, ONGs OMS, UNICEF OMS, UNICEF Rapporte à qui et comment

Evaluation sectorielle approfondie Evaluation Rapide Multi-sectorielles (ERM)

o Fiche de collecte de données spéciales MEN o Questionnaire d’évaluation sanitaire initiale rapide (IRA) o Fiche conjointe d’ERM

Evaluation sectorielle approfondie : Evaluation sanitaire approfondie Evaluation pré-crise des besoins de santé Evaluation des ressources et services sanitaires des zones affectées Evaluation de la performance du système de santé dans les zones affectées Surveillance hebdomadaire des maladies à risque épidémique Enquête de mortalité Evaluation des besoins en santé maternelle Evaluation Rapide Multi-sectorielles (ERM)

o Questionnaire standard o OMS o Questionnaire spécifique o OMS o Formulaire HeRAMS21 adapté o UNICEF o Formulaire spécifique o UNFPA o Système d’alerte épidémique o OMS o Formulaire spécifique o OMS o Guides et questionnaires spécifiques o UNFPA o Dans le cadre du CRIC en utilisant la fiche conjointe d’ERM, le volet nutrition est intégré dans le volet santé. o Dans le cadre du groupe sectoriel/cluster. o En utilisant le protocole et méthodologie SMART (Standardized Methodology for Assessments in Relief and Transition) o Rapport d’enquêtes à restituer au GS et au CRIC o Fiche de recensement de la CRM o Dans le cadre du CRIC en utilisant la fiche conjointe d’ERM

Santé

ONN SNUT UNICEF

Nutrition

Evaluation sectorielle approfondie : Enquête nutritionnelle

ONN SNUT PNSAN UNICEF

Habitat

Recensement des personnes déplacées Evaluation Rapide Multi-sectorielles (ERM)

CRM CRM CPC OIM CARE MAT CPC FID

Evaluation sectorielle approfondie

21

HeRAMS : Health Ressource Availability and Mapping System

36

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 Secteur Types d’évaluation Partenaires participants CRM OIM BM CARE UNICEF PNUD UNFPA Membres des sous cluster formés CPiE, GBV, autorités locales Rapporte à qui et comment

Protection

Evaluation Rapide Multi-sectorielles (ERM)

o Fiche d’ERM o Matrice d’évaluation Protection o Représentant du Cluster Protection

Evaluation sectorielle

6.2. Réponses initiales prévues par les groupes sectoriels/clusters Les groupes sectoriels, appuyés par les clusters, prévoient de participer ou de mener les activités suivantes, avec les besoins en termes de moyens, dans la première phase de l’urgence. Secteur Agriculture et Sécurité alimentaire Réponse initiale o Participation à la mission de survol et de diagnostic initial o Participation à la mission d’Evaluation Rapide Multisectorielle Ressources nécessaires Chef de mission : 1 Hydraulicien : 1 Carte (1/50000) : 24 Chef de mission : 1 Chef d’équipe : 5 Equipe agriculture : 10 personnes Superviseur : 25 Agent enquêteur : 50 Véhicule 4x4 Kit d’enquête : 50 Chef de mission : 1 Chef d’équipe : 5 Equipe agriculture : 10 personnes Opérateurs de saisie : 10 Chef de mission : 1 Chef d’équipe : 5 Equipe agriculture : 10 personnes Stocks d’urgence (vivres, médicaments pour le traitement systématique, aliments thérapeutiques et de supplémentation) Fond pour transport semences Fond pour distribution semences Assurance pour transport semences par bateau 1 chef de mission 3 techniciens spécialisés en WASH 5 chefs de missions 10 techniciens WASH 60 agents distributeurs distribution des paquets minimums en WASH

o Mission de diagnostic en sécurité alimentaire

o Création d’emplois temporaires sous forme VCT au ACT HIMO o Collecte des données secondaire auprès des entités concernées, o Identification des travaux de réhabilitation des infrastructures hydro-agricoles traditionnelles endommagées et des pistes rurales d’acheminement des produits agricoles approvisionnant les marchés. o Distribution des semences de riz, de maïs, de haricot, des cultures potagères et des filets selon la disponibilité financière et physique. Eau et assainissement Secteur o Participation à la mission de survol

o Intervention pour réponses immédiates

o Participation à la mission d’Evaluation Rapide Multisectorielle o Mission d’évaluation approfondie

1 chef de mission

37

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 Secteur Réponse initiale o pour l’identification des zones ayant besoin d’intervention de secours Ressources nécessaires 10 techniciens WASH 25 superviseurs 200 enquêteurs Véhicules 4*4 Fiches d’évaluation spécifique WASH 5 chefs de missions Véhicules 4*4 10 techniciens WASH 60 agents distributeurs distribution des paquets minimums en WASH 5 chefs de missions Véhicules 4*4 10 techniciens WASH 60 agents distributeurs distribution des paquets minimums en WASH Fiche de survol Fiche conjointe d’ERM 01 spécialiste en logistique

o Intervention de secours : auprès des ménages, des abris communs et des centres de soins

o Intervention de secours : auprès des ménages, des abris communs et des centres de soins

Logistique

Education

o Appui à l’organisation d’une première mission de survol en fournissant tous les besoins en information. o Participation à la mission d’Evaluation Rapide Multisectorielle o Fourniture des mapping des différentes situations d’accessibilité des régions touchées par l’aléa. o Fourniture de toutes les informations nécessaires pour faciliter et rendre rapide avec le minimum de coût possible l’acheminement des matériels, des intrants, des vivres et des non-vivres. o Participation à la mission d’Evaluation Rapide Multisectorielle o Mise en application de la stratégie d`urgence o Remise en fonction priorisée des écoles sélectionnées o Collecter le nombre des groupes vulnérables (enfants < 5 ans, femmes enceintes et allaitante) sinistrés o Enquête sur la situation nutritionnelle o Estimation des besoins de moyen terme et création des stratégies et programmes de réponse.

Equipe d`évaluation Fiche conjointe d’ERM Fiche de collecte de données spéciales MEN Kits scolaire Tente école Réponses aux chocs

Nutrition

Equipe d`évaluation Fiche de collecte de données en nutrition. Outils de gestion (fiche de distribution, registre…) Matériels anthropométriques

Protection

o Participation à la mission d’Evaluation Rapide Multisectorielle o Fourniture des mapping des différents acteurs des régions touchées par l’aléa. o Recensement régulier des personnes déplacées o Participation à la mission de survol o Intervention pour réponses immédiates Fiche de recensement Equipe de recensement Un représentant du secteur Habitat Appareil photo, fiche évaluation Déplacement en avion Carte géographique Carte de la population par Région 20 volontaires pour la mise en place des tentes.

Habitat

38

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 Secteur Réponse initiale o Participation à la mission d’Evaluation Rapide Multisectorielle Ressources nécessaires Un représentant du secteur Habitat par zone, Appareil photo Fiche évaluation Déplacement en voiture Mise à jour des normes anticycloniques Formation des acteurs locaux sur la mesure à prendre avant/pendant/après. Formation en sécurisation foncière Intégration dans le plan de développement du plan de relèvement précoce Site planning IEC : norme anticyclonique, texte de loi (réforme foncière et gestion du sol) Sécurisation : avant la prévention Appui aux initiatives communautaires (reconstruction et réduction des risques) Mise en place de comité de pilotage et comité de secours Mise en place des communes pilotes Equipe d`évaluation Fiche conjointe d’ERM Fiche de collecte de données spéciales Emergency Health Kits Coordinateur des actions de santé : 1 Chefs d’équipe Mobilisation de l’équipe SURECa PEP kits et préservatifs Kits individuels (accouchement, et hygiène)

o Intervention de secours : auprès des ménages, des abris communs et des centres de soins

Santé

o Participation à la mission d’Evaluation Rapide Multisectorielle o Support au MiSanP pour le fonctionnement des services d’urgence o Renforcement des outils de collecte d’information de santé o Mise à disposition des stocks et moyens d’urgence o Estimation des besoins de moyen terme et création des stratégies et programmes de réponse. o Mise en œuvre des activités de prévention VIH/Sida et distribution de préservatifs o Mise en place du DMU (Dispositif Minimum d’Urgence) en santé reproductive

6.3. Budget La budgétisation du plan s’est basée sur les coûts opérationnels des plans sectoriels élaborés à partir des différentes phases : la phase de préparation, la phase d’urgence aigüe qui s’étale jusqu’à 15 jours à 1 mois selon le secteur, et la phase d’urgence/relèvement précoce qui s’étend sur une durée de 1 à 2 mois. Le budget présenté ci-après constitue le budget conjoint des groupes sectoriels et des clusters de l’équipe humanitaire. Pour chaque secteur, le calcul tient compte des deux éléments suivants : o Les besoins identifiés qui incluent les vivres, les non-vivres, et les équipements. Ces besoins varient en fonction de la population affectée, et sont basés sur les différents standards minimums définis dans les normes SPHERE ou autres normes. o Les coûts de fonctionnement liés au personnel requis pendant la durée de l’intervention, ainsi que les coûts liés aux différents services transversaux tels que les transports, les assurances, la distribution, etc.

39

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11
Dont plaine d’Antananarivo (besoins additionnels) $ USD

Nature des besoins

Groupe sectoriel

Disponibles (pré-positionnement) $ USD

Besoins additionnels $ USD

Agriculture & Sécurité alimentaire Eau/Assainissement Education Intrants requis Habitat (IDPs et NFIs) Logistique Nutrition Protection Santé Sous-total des besoins en intrants Agriculture & Sécurité Personnel alimentaire requis ou Eau/Assainissement services Education divers Habitat (IDPs et NFIs) Sous-total des services divers 2,035,304

1,103,000 783,783 133,121 0

6,380,000 -

1,107,830.4
936,969.6 1,567,400 100,000

37,611.5
-

391,850

15,400

677,430 10,769,630 234,000 429,461.5

315,074
36,039 116,600 701,713 44,792

15,642
-

29,150

TOTAL GENERAL
6.4. Manques et contraintes

2,035,304

11,471,343

474,253.5

Risques, manques et contraintes Situation politique o Possible changement de certaines personnes en charge de présider les comités locaux de GRC structures étatiques (chefs de région, chefs de district, maires, chef fokontany) qui sont les interlocuteurs privilégiés du BNGRC et des membres du CRIC Communication et télécommunication o Le réseau HF (BLU) ne couvre pas tout le territoire national o Le système réseau téléphonique ? ou autre chose ? peut être affecté par les intempéries.

Conséquences ou suggestions (si possible) o Besoin de sensibilisation et de formation accrue sur la GRC o Bouleversement des activités de préparation o Affaiblissement des leçons apprises et des réponses

o Limitation du transfert d’information par voie hertzienne. o Partage d’information sur les opérations limitée. o Long délais dans la remontée des informations sur les dégâts humains et matériels dans les zones non couvertes encore par la transmission par sms Suggestion : élargissement du nombre des régions pour le transfert de données par sms o L’incompatibilité des réseaux Tel Sat, filaires et mobiles pose parfois des problèmes de transmission de l’information, et affecte la sécurité des opérations. o Difficulté à répondre rapidement à un accident/incident hors des centres urbains o Nécessité de protection pour les stocks, les convois, les biens et parfois les personnes. Suggestion : Diffusion de sensibilisation préalable sur la protection et de messages particuliers sur le droit à la vie, la non-discrimination et sur la protection des personnels et

o Pas de couverture Thuraya. o Faible équipement des partenaires en téléphone satellite. Sécurité o Limitation des moyens de communication. Limitation des infrastructures o Possible tension sociale et épisodes de violence dans certaines grandes villes

40

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 biens humanitaires o o Accès / Logistique / Transport En saison cyclonique, l’accès par la mer aux zones littorales est rendu impossible par la houle. En saison cyclonique, sur la cote Est, l’accès par la Canal des Pangalanes (voie de transport fluvial) présente beaucoup de risques à cause de la prolifération des jacinthes d’eau Aérodromes souvent inondés pour plusieurs jours après un cyclone. Accès par train : réseau très parcellaire et rendu inopérant en saison des pluies par les glissements de terrain. Il n’y a que cinq hélicoptères à Madagascar. Aucun gros porteur, le plus gros appareil disponible étant une Alouette II. o Difficulté de conduire les évaluations, d’apporter de l’assistance et suivre les réponses humanitaires. o Coût financier élevé des réponses humanitaires

o o o

o Impossibilité de poser des avions sur les zones sinistrées. o Transport de frêt peu opérationnel par le rail.

o

o o o o o

o Concurrence autour des équipements pour les évaluations. o Impossibilité d’utiliser ce mode de transport pour les opérations Pour le cas de la plaine d’Antananarivo, la o Les sites identifiés ne remplissent pas le minimum des disponibilité des endroits pour servir de sites conditions requises : accessibilité, sécurité, hygiène et d’hébergement est très limitée. assainissement, etc. Capacité des partenaires & capacité d’urgence Très fiable niveau des stocks de préo La capacité de réponse nationale risque d’être rapidement positionnements par le BNGRC dépassée en cas de cyclones multiples ou en cas de La plupart des partenaires humanitaires cyclone particulièrement virulent Suggestions : présents à Madagascar interviennent dans o Aider au renforcement des interventions de prévention, le secteur du développement. (digues, habitations et équipements aux normes antiLe nombre de partenaires est limité. cycloniques et aux capacités d’ajustement des La couverture du territoire est limitée populations capacités des ONG locales. En cas de d’aléas frappant simultanément o Favoriser l’implantation temporaire ou à long terme de plusieurs endroits du pays, ni le BNGRC, ni nouveaux partenaires les partenaires humanitaires ne sont en o Favoriser la mise en place de nouveaux programmes tels mesure d’apporter une réponse suffisante. que DIPECHO.

7. MAINTENANCE DU PLAN Ce plan de contingence est par définition dynamique ; il est le fruit d’une réflexion commune basée sur des éléments concrets. De ce fait, il sera régulièrement mis à jour pour l’enrichir avec les nouvelles informations qui sont à la disposition du groupe. Le tableau ci-après présente un calendrier de mise à jour du Plan de contingence. Cependant, en fonction des événements, des changements et des données disponibles, ce calendrier pourra être revu. Type de changement Mise à jour du répertoire des contacts d'urgence et du personnel spécialisé dans chaque organisation dans le pays Actualisation du niveau des stocks pré-positionnés Actualisation régulière des fiches et documents annexes, particulièrement les inventaires (matériel du BNGRC, équipements de communication et procédures administratives/ financières d’urgence) Processus d’actualisation et Révision annuel du Plan de Contingence Dates ou fréquence Mensuelle Mensuelle Janvier 2011 Mars 2011 Mai 2011 Par Qui? BNGRC OCHA/BCR Webmaster du BNGRC OCHA/BCR BNGRC Groupes sectoriels Clusters CRIC

Septembre 2011

41

PLAN DE CONTINGENCE NATIONAL – Cyclones et inondations 2010-11 8. ANNEXES Annexes 1. Informations générales 1a. Carte administrative de Madagascar 1b. Carte démographique de Madagascar 1c. Nombre de toits par districts 1d. Noms des cyclones pour 2010-2011 1e. Schéma de structure de GRC à Madagascar Annexes 2. Plaine d’Antananarivo 2a. Plan de réponse du Comité Local GRC Analamanga 2b. Carte des réseaux d’annonce des crues sur la plaine d’Antananarivo 2c. Carte des zones inondables sur la plaine d’Antananarivo (Nord et Sud) Annexes 3. Activités de préparation, Plans Sectoriels et Critères de Vulnérabilité 3a. Critères de vulnérabilité de ciblage des bénéficiaires 3b. Plan sectoriel Eau et assainissement 3c. Plan sectoriel Education 3d. Plan sectoriel Habitat 3e. Plan sectoriel Logistique 3f. Plan sectoriel Nutrition 3g. Plan sectoriel Protection 3f. Plan sectoriel Santé 3h. Plan sectoriel Sécurité alimentaire 3i. Carte de pré-positionnements 2010-11 3j. Carte des activités de préparation à la saison cyclonique 2010-11 Annexes 4. Evaluations conjointes 4a. Termes de Référence des évaluations conjointes 4b. Fiche d’évaluation par SMS 4c. Fiche de survol 4d. Fiche d’Evaluation Rapide Multisectorielle 4e. Liste et contacts des techniciens pour les évaluations conjointes 4f. Contacts des agents de transmission par SMS des données post-catastrophes 4g. Définitions des terminologies clés Annexes 5. Contacts et télécommunications 5a. Qui fait Quoi Où au niveau National 5b. Liste des fréquences radio BLUs 5c. Carte de BLUs opérationnelles du BNGRC 5d. Fréquence Téléphone satellite 5e. Couverture téléphonique d’AIRTEL 2010 5f. Couverture téléphonique de TELMA 2010 5g. Couverture téléphonique d’ORANGE 2010 Annexe 6. Infrastructure et logistique 6a. Fiches techniques des aéroports 6b. Fiche technique des ports maritimes et fluviaux 6c. Fiche technique des axes routiers 6d. Offres de transport diverses : offres ferroviaires, aériennes, maritimes, et routières 6e. Carte des aéroports 6f. Carte des ports : maritimes et fluviaux 6g. Carte de vulnérabilité des routes 6h. Carte des magasins de stockage fonctionnels 6i. Carte de présence des stations JOVENNA en province 6j. Carte de présence des stations JOVENNA à Antananarivo 6k. Circuits de transports alternatifs 6l. Présence nationale des Stations GALANA 6m. Présence nationale des stations TOTAL Annexe 7. Acronyme

42

Annexe 01a – Les pays de la SADC Madagascar : Carte des Provinces, Régions, et des Districts
Antananarivo
Analamanga
101-Antananarivo RV 117-Antananarivo ATS 102-Antananarivo AVA 103-Ambohidratrimo 115-Andramasina 106-Manjakandriana 104-Ankazobe 107-Anjozorobe

Bongolava
119-Fenoarivo Afovoany 111-Tsinoanomandidy

Itasy
105-Arivonimamo 113-Soavinandriana 112-Miarinarivo

Vakinankaratra
108-Antsirabe I 118-Antsirabe II 114-Antanifotsy 116-Faratsiho 109-Betafo 110-Ambatolampy

Fianarantsoa
Haute Matsiatra
201-Fianarantsoa I 220-Fianarantsoa II 219-Ikalamavony 205-Ambalavao 208-Ambohimahasoa

Amoron’i Mania
202-Ambatofinandrahana 203-Ambositra 204-Fandriana 223-Manandriana

Vatovavy Fitovinany
207-Nosy varika 211-Ikongo 206-Ifanadiana 209-Mananjary 210-Manakara 212-Vohipeno

Atsimo Atsinanana
213-Farafangana 214-Vangaindrano 222-Befotaka 215-Midongy Atsimo 217-Vondrozo

Ihorombe
216-Ihosy 218-Ivohibe 221-Iakora

Toamasina
Betsiboka
416-Kandreho 404-Maevatanana 408-Tsaratanana

Analanjirofo
303-Maroantsetra 315-Vavatenina 302-Nosy Boraha 304-Mananara Nord 305-Fenoarivo Est 318-Soanierana Ivongo

Toliary
Anosy
515-Taolagnaro 517-Betroka 519-Amboasary Atsimo

Atsinanana
301-Toamasina I 310-Toamasina II 306-Vohibinany 307-Vatomandry 309-Marolambo 308-Mahanoro 311-Antanambao Manampotsy

Androy
514-Tsihombe 513-Beloha 518-Bekily 516-Ambovombe Androy

Atsimo Andrefana
501-Toliary I 520-Toliary II 507-Ampanihy 512-Sakaraha 506-Betioky Atsimo 521-Benenitra 503-Beroroha 504-Morombe 505-Ankazoabe Atsimo

Alaotra Mangoro
316-Andilamena 312-Amparafaravola 313-Ambatondrazaka 314-Moramanga 317-Anosibe An’Ala

Mahajanga
Boeny
401-Mahajanga I 415-Mahajanga II 407-Mitsinjo 406-Marovoay 403-Soalala 405-Ambato Boina

Menabe
508-Morondava 511-Miandrivazo 510-Belo Tsiribihina 509-Mahabo 502-Manja

Sofia
411-Analalava 414-Bealanana 423-Mampikony 409-Boriziny 410-Mandritsara 412-Befandriana Nord 413-Antsohihy

Antsiranana LEGENDE
Limite Province Limite Région Limite District Diana
715-Antsiranana I 713-Antsiranana II 717-Ambilobe 719-Ambanja 718-Nosy Be

Sava
711-Sambava 712-Andapa 716-Vohimarina 710-Antalaha

Melaky
417-Ambatomainty 402-Besalampy 422-Morafenobe 421-Maintirano 420-Antsalova

Annexe 1d. Schéma de la structure de GRC à Madagascar

 

 

Annexe 2a. Plan de réponse pour la Plaine d’Antananarivo.

1. SCENARIO LE PLUS PROBABLE POUR LA PLAINE D’ANTANANARIVO POUR 2010-2011 Les problèmes de la plaine d’Antananarivo sont liés aux déplacements temporaires mais brusques d’une frange de la population urbaine. Aussi, tous les secteurs ne sont pas systématiquement concernés. Description: Déplacement temporaire mais brusque d’une frange de population urbaine Présence d’un cyclone à partir de catégorie 4 (vitesse de vente > 210 km/h), l’équivalent du cyclone tropicale intense, qui traverse la bande centrale de Madagascar. Indicateurs d’alerte Présence de plus de 2 cyclones successifs en espace de quelques jours, qui traversent la bande centrale de Madagascar Persistance d’une zone de convergence inter-tropicale pendant plus d’une semaine Indicateurs de déclenchement Durée de la phase d’urgence Atteinte du seuil d’alerte de l’APIPA Débordement des rivières (Ikopa, Sisaony, etc) Début de l’existence des personnes déplacées à l’intérieur de la plaine 1 mois 20.000 personnes (4.000 ménages) se déplacent doivent être hébergées dans des abris temporaires pendant 1 mois, ayant besoin d`une distribution des Kits WASH Hypothèse de planification Eau, Assainissement et Hygiène (WASH) Education Habitat Santé Protection Vulnérabilité accrue des groupes vulnérables et de leurs besoins en assistance immédiate (personnes agées, femmes enceintes et jeunes enfants, personnes souffrant de handicap physique, de handicap mental et de maladies chroniques, enfants non accompagnés) Risque d’insécurité et de pillage Risque de discrimination dans l’apport de l’assistance humanitaire Risque de violences sexuelles et d’accroissement des situations d’exploitation, particulièrement des enfants de familles démunies, des femmes et jeunes filles Une vingtaine d’écoles primaires non accessibles, suspension des cours pour environ 10.000 élèves. 10 centres de santé sont inondés et s’arrêtent de fournir les services sanitaires 20.000 personnes sont accueillies dans des sites d’hébergement et ont besoin d’assistance sanitaire immédiate pendant 1 mois.

2. ZONES HABITEES INONDABLES DANS LA PLAINE D’ANTANANARIVO

ZONES HABITEES INONDABLES SUR LA PLAINE D’ANTANANARIVO

3. MATRICE DE REACTION RAPIDE POUR LA PLAINE D’ANTANANARIVO La gestion de l’inondation de la plaine d’Antananarivo a fait l’objet d’un mécanisme de réaction rapide spécifique sous la responsabilité du Comité Régional de Gestion des Risques et des Crises (CRGRC) de la région d’Analamanga, décrit dans le tableau ci-après. PHASE DE MENACE DE L’INONDATION Activités Par qui ? Informer sur les prévisions des précipitations dans la Région Météo Malagasy Analamanga. Décentraliser jusqu’au niveau des Communes la surveillance CRGRC Région de l’état des digues et du niveau de l’eau des différentes Analamanga, Maires rivières et canaux principaux dans la plaine d’Antananarivo APIPA Déclencher l’alerte APIPA Communication aux : o Région o BNGRC o CUA o Membres du CRIC Convoquer une réunion d’alerte à l’inondation suivant la côte Région Analamanga d’alerte des rivières. Les acteurs seront informés d’une CRGRC? prévision sur l’étendue de l’inondation : les quartiers/fokontany menacés, le nombre probable de population affectée, etc. Visiter préalablement les sites d’hébergement pour contrôler Santé, CUA, si les conditions d’accueil sont remplies : accessibilité, Communes affectées hygiène et assainissement, etc. des districts Avaradrano, atsimondrano BMH Autorités locales Déclarer l’alerte et contacter en même temps les communes Région Analamanga, touchées ou menacées (appuyée par APIPA) Radiodiffusion et point de presse Se préparer à une éventuelle réponse : ressources humaines Région CRGRC?, en stand-by, intrants divers en pré-positionnement. CPC, Sapeur pompier, Groupes sectoriels, et acteurs de la Plaine Activer les « andrimasom-pokonolona », quartier mobile Fokontany Coachs CUA et communes périphériques Il n’y a pas de plan d’évacuation et de relogement ? PREMIERES 24 HEURES Fournir les premiers besoins de secours : sauvetage des vies humaines et des personnes en difficulté par rapport à la montée de l’eau etc…. Demande d’aide envoyée au BNGRC, Déclarer la situation d’urgence pour la plaine et communiquer les premières informations disponibles Convoquer une réunion du Comité Local GRC et des acteurs humanitaires opérant dans la Plaine et activer une salle des opérations Fournir les premiers secours d’urgence : installation des tentes, etc Conduire une mission d’évaluation rapide multisectorielle pour identifier les besoins de secours. Pompier, CPC, forces de l’ordre CRGRC Gouvernement, sur proposition de la région Analamanga CRGRC? Région Analamanga CRGRC ? Secteur Habitat / CRM

N° 01 02

03

04

05

06

07

08

09

10

11

12

13

Groupes sectoriels Pompiers

14

Sécuriser les maisons et des liens abandonnés par les personnes déplacées

Andrimasompokonolona, Quartier mobile, force de l’ordre

15

PREMIERES 48 HEURES Présenter les résultats de l’évaluation multisectorielle initiale à la Région / CRGRC, et transmettre au BNGRC/CRIC pour information. Conduire le premier recensement des personnes deplacées regroupées dans tous les sites d’hébergement Centraliser toutes les informations et suivre l’évolution du nombre des personnes deplacées Définir un plan d’intervention et répartir les rôles et des responsabilités : à proposer à la Région CRGRC, et transmettre au CRIC/BNGRC pour information Mettre en œuvre un plan de communication : à l’endroit des populations affectées, public, media Déclencher la mise en place de secours d’urgence sur la base des informations disponibles (zones affectées, nombre de sinistrés, etc) Transmettre une note d’information concise aux différentes hiérarchies

16

17

Initié par la Région Analamanga CRGRC avec les groupes sectoriels Chefs des Fokontany appuyé par CRM et une personne ressource parmi les déplacées District, puis Région, puis transmission au BNGRC. Groupes sectoriels

18

19

Région Analamanga (CRGRC) Intervenants

20

21

CRGRC au travers du BNGRC Intervenants Groupes sectoriels

22 23

Déployer le personnel additionnel requis Mettre en place les réponses multi-sectorielles selon les priorités identifiées Communiquer la tendance de l’évolution du niveau de l’eau des rivières dans les prochains jours/semaines Evaluer les besoins en matière de sécurité sur les sites d’hébergement

24

APIPA, METEO

25

Les Fokontany, qui communiquent aux Districts Police / Gendarmerie / CPC ? Groupes Sectoriels, communication aux Districts et puis à la Région Fokontany avec l’appui de la CRM CRGRC Région Analamanga Porte Parole Groupes sectoriels et intervenants CRGRC Région et intervenants CRGRC Région Analamanga

26

4 PREMIERES SEMAINES Réconciler les 3Ws, analyser les lacunes et le flux de l’assistance matérielle Poursuivre le recensement journalier des personnes deplacées Tenir des briefings et points de presse quotidiens / réguliers pour les partenaires et les media Mettre en œuvre des évaluations spécifiques et poursuivre les réponses Tenir une réunion de préparation sur la déclaration de la fin de la situation d’urgence Déclarer la fin de la situation d’urgence

27 28 29 30

31

4. STRUCTURE DE COORDINATION ET CONTACTS

COMITE LOCAL DE GRC ANALAMANGA Cellules techniques Secours Travaux d’urgence d’urgence Préfet de Police CPC Sapeurs Pompier RM1 JIRAMA BMH CRM BPPAR DRS / MinSan OTU / DRTP Génie rural/MinAgri APIPA BPPAR JIRAMA Groupes humanitaires Education DREN UNICEF FID Aide et Action CRM Habitat MAT CRM BNGRC UNHABITAT CPC SAFFJKM CDA UNICEF UNFPA BNGRC CPC Protection Santé DURLMN, DRS OMS CRM UNFPA ONUSIDA Sécurité alimentaire MinAgri PAM, FAO FID CRS CARE ADRA CARITAS SAFFJKM Wash Dir Eau, MinEau UNICEF SAGS (VPMSan) PSI Mcar ONG Miarintsoa Aquasure CRM Bushproof Réseau IEC Région APIPA Météo 1 point focal par cellule technique et par groupe humanitaire

Secteurs DDR DAGT

Organisme Abel

Noms Rakotoarisoa Rodolphe RASOLONJAFINDRAKOTO Jean Noël Adelin RAMBOASOLO Haingo M RAHARISON Miarana NJAKALALAINA Raherimiandrisoa ANDRIAMIHITSAKISA Timothée Roger RAKOTOASIMBOLA Iangotiana RANDRIANTSENA Raelinoro Pascaline

Téléphone 033 02 683 72 _ 034 29 414 80 033 12 5436 48 032 53 348 83 032 02 099 90 032 04 197 07 033 09 453 33 033 04 723 95 032 49 995 52 032 51 558 55

E-mail

Chef Service GRC Analamanga Chef District TANA I Chef District TANA II Chef District TANA III COMITE LOCAL DE GRC Analamanga Adjoint Chef District TANA IV Adjoint Chef District TANA V Adjoint Chef District TANA VI

DAT Analamanga

Capitaine RAZAFIMAHEFA Jocelyn, Responsable du centre d'information et de coordination des opérations,

033 15 501 71

DRS Direction de l'Assistance Sociale et de la Santé Publique

RAHARINANDRASANA Hajatiana

033 07 077 50

Secteurs DREN DRDR Génie Rural Justice

Organisme

Noms Ramiaramanana Jean Claude

Téléphone 033 12 434 29

E-mail drenanalamanga@yahoo.fr

MinPop, DRPAS CISCO MI IEC METEO APIPA APIPA APIPA OTU DRTP Analamanga Génie Rural JIRAMA BPPAR Prefet de Police Centre de Sapeur Pompier SECOURS D’URGENCE Corps de Protection Civile BMH BMH

Razazatiana Louisette

032 40 129 09

RAZAFIMANANTSOA Mbolatiana RATELOSON Philippe ANDRIANASOLO Mahery Rajaonarivelo Noel Aimé

032 07 180 57 032 40 391 90 _ 033 12 528 31 032 43 946 55 032 07 754 02

apipatana@yahoo.fr rateloson_dat@yahoo.fr apipatana@yahoo.fr drtp.aga@moov.mg

TRAVAUX D’URGENCE

Rakotonirina Rija RAKOTONIAINA Augustin Ltn Faly ALITIANA Fabien RAHARIMANGA Mbolatiana Ny Aina RAKOTOARISOA Aristide Randriamanantena Armand Colin

032 47 969 20 033 15 500 54 032 42 645 57 033 14 084 55 033 65 555 22 032 05 520 33 032 05 221 42

bppar@moov.mg

Aritiana23@yahoo.fr m.annyaina@yahoo.fr

Randriamanantenacolin@yahoo.fr

CRM RM1 DRS

Ramisaharinoro Noeline

Annexe 3a. CRITERES DE VULNERABILITE & CIBLAGE DES BENEFICIAIRES

  CRITERES   Phase d’urgence  Avant la   catastrophe 

‐ ‐ ‐ ‐

  BENEFICIAIRES SELON LA PHASE D’URGENCE 

VULNERABILES 

‐ ‐ ‐ ‐

Critères  Femmes enceintes et allaitantes  Personnes âgées sans soutien familial  Enfants orphelins,   Autres enfants isolés (sans supervision familiale /  tuteur)  comme  les  enfants  travailleurs  ou  scolarisés loin de leurs familles  Enfants moins de 5 ans   Handicapés physiques   Handicapés mentaux  Les  malades  souffrant  de  maladies  chroniques  (diabétiques,  VIH/SIDA,  TB,  épileptiques,  lépreux, AVC , etc…)  Cible  à  considérer  pour  l’information :  les  personnes  isolées  et  institutions  isolées  et  qui  n’ont  pas  accès  aux  informations  (radio,  TV,  routes passantes)   

Observations  Critères de vulnérabilité  d’ordre général en temps  « normal »     Travail de préparation,  sensibilisation et  communication à renforcer  afin que les personnes  vulnérables soient identifiées  et considérées en priorité  pendant la phase« précédent »  la catastrophe et /ou aux  premières heures de la  catastrophe ou de la crise    NB : ce sont des personnes à  identifier avant la catastrophe  au niveau des fokontany. Elles  ont la priorité en terme de  secours et d’assistance et  un  système doit permettre la  vérification effective de leur  situation  afin qu’elles  bénéficient des secours. 

En plus des vulnérables identifiés pendant la phase « avant la catastrophe »
Premières   72 heures  ‐ Personnes  blessées  et  malades  suite  à  la  catastrophe   ‐ Personnes  sans  abris  déplacées  ailleurs  et/ou  regroupées, dont les familles monoparentales  ‐ Personnes  isolées  (habitants  surpris  par  la  montée des eaux, les itinérants, …)   ‐ Institutions « critiques » dépourvues d’électricité  (centre de santé et hôpitaux qui ont une chaîne  de froid à faire fonctionner)    ‐ Toutes personnes vulnérables avant la  catastrophe  ‐ Personnes qui ont perdu leur stock de vivres  ‐ Personnes dépourvues d’approvisionnement en  eau potable ? et/ou de latrine    ‐ Toutes personnes vulnérables avant la  catastrophe  ‐ Personnes sans abris regroupées  ‐ Familles qui n’ont plus de ressource / stock  ‐ Familles qui ne peuvent plus subvenir à leurs  besoins fondamentaux   NB : les services publics  essentiels (médecins,  pompiers, …) à restaurer sont  prioritaires pour venir en aide  aux populations vulnérables  définies auparavant 

Après   72 heures 

 

Après   2 semaines 

 

 

PLAN SECTORIEL WASH _ Madagascar Annexe 3b. Plan de Réponse Sectorielle Groupe sectoriel WASH

2010/2011

1. OBJECTIFS Objectifs généraux Assurer l'accès des sinistrés à l’eau et à l’assainissement et réduire les risques d’apparition et de propagation des maladies à transmission vectorielles dans les zones touchées. Objectifs opérationnels • • • • • • • Satisfaire les besoins en eau potable pour la population affectée pendant 15 jours ; Approvisionner en eau en quantité suffisante pour satisfaire les besoins en hygiène et assainissement de la population affectée pendant 15 jours ; Doter des matériels de pompage pour éliminer les flaques d’eau et/ou eau stagnante ; Collaborer avec le groupe sectoriel « habitat » pour le nettoyage des canaux d’évacuation et drainage d’eau usées et assainissement des villages (système HIMO) ; Faciliter l’élimination sans risques des excréments et déchets solides Assurer la mise en place des latrines provisoire pour l’ensemble des abris communs ; Assurer des meilleures conditions d'hygiène à la population affectée.

2. PRESUPPOSES POUR LA PLANIFICATION

PLAN SECTORIEL WASH _ Madagascar

2010/2011

Contingence

Eléments déclencheurs

Conséquences humanitaires Conséquences humanitaires - Croissance de pauvreté suite à la destruction des biens (habitations, plantations, bétails, etc.) - Augmentation des violences à l’égard des enfants et des femmes. - Emergence des maladies à caractères épidémiques (rougeole, conjonctivite, choléra, gale), les infections respiratoires aiguës, les fièvres, etc. - Emergence des maladies diarrhéiques et les maladies véhiculées par l’eau et par les excréments dues à la perturbation/destruction des infrastructures sanitaires et des systèmes d’hygiène ainsi qu’à la contamination des sources d’eau potable. - Coupure des systèmes d`approvisionnement en eau - Concentration des sinistrés dans des lieux inappropriés. Besoins (non quantifiés) o Distribution d`eau gratuite (milieu urbaine et peri-urbaine); o Reconstitution des moyens de subsistance (bétail, habitation, plantation Tana et hors Tana

National (Tana et hors Tana)

Supérieur à 5,000 personnes sans abris dans les jours qui suivent la catastrophe, dans une même région

Hypothèse de planification (Population affectée/localisation, dégâts matériels, etc) Dégâts humains : o 220 000 personnes soit 44 000 familles ayant besoin d`une distribution des Kits WASH dont 154 000 en milieu rural et 66 000 en milieu urbain) o 65 000 personnes soit 15 000 familles ayant besoin d`assistantes immédiates pour les 15 premiers jours o 50 centres de santé o 600 écoles Dégâts matériaux o 400 points d`eau (forage, puit, borne fontaine) 1000 latrines communautaires et o publiques 100 infrastructures WASH o scolaires o 50 infrastructures WASH au niveau des CSBs Canaux de drainage bouché o o Déchets solides éparpillés Localisation (régions concernées) o Analanjirofo, Antsinanana, Atsimo Atsinanana, Vatovavy Fito vinany, Menabe, Sofia, Diana, SAVA, Boeny, Betsiboka, Melaky, Analamanga, Alaotra Mangoro Evolution temporelle Cas de la plaine d’Antananarivo o 20 000 personnes déplacées et regroupées aux abris communs soit 4 000 familles ayant besoin d`une distribution des Kits WASH 10 centres de santé 20 écoles

Acteurs disponibles
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o

Contraintes/lacunes

Cyclone et inondation

Medair CRM ASOS FID SAHI PRIMAS Saint Gabriel ODDIT JIRAMA Toutagglos WATALYS PSI AQUASURE VOAHARY Salama CRS CARE FNUAP SAGs/Min San Min Eau Dir EAU BNGRC SITA AGRIVET

o

o

o

o o

o

o o

Cas de la plaine d’Antananarivo o Medair CRM o o CDA/Aquasure Toutagglos o WATALYS o o Miarintsoa FID o Aquasure o PSI o o JIRAMA SAGs/Min San o Min Eau o o BNGRC BMH o SITA o o AGRIVET LISTE/Facultés o des sciences

o o

o

Actualisation des bases des données pour WASH (niveau national et régional) Manque des cartes d`intervenants pour les urgences (actualisation de matrice WASH national et régional) Paquet minimum WASH non compatible à la réalité et besoin sur terrain (adaptation des kits selon les besoins identifiés sur terrain) Norme et standards non respecté Recours aux fournisseurs locaux pour réduire les couts Insuffisance ou manque des stocks de prépositionnement dans les régions Maque d`évaluation d`impact Manque des fonds pour maintenir tout au long de la saison la réponse Insuffisance de coordination pendant la réponse d`urgence

Cas de la plaine d’Antananarivo

PLAN SECTORIEL WASH _ Madagascar

2010/2011

3. ESTIMATION DES BESOINS POUR LE SECTEUR 3.1. Standard minimum

Expliquer et détailler quels standards (ou normes) utilisent le Groupe sectoriel dans ses réponses aux urgences. Par phase : court terme (0 à 15 jours) – moyen terme (15 jours à 60 jours) – long terme (3 à 12 mois) Par niveau : Abri commun (A) – Ménage individuel (B) – Centre de Soins (C) – Ecole (D)
Phase 0 Promotion de l’Hygiène1 Niveau A Diffusion des messages clés : - Lavage des mains avec du savon - Utilisation effective des latrines - Préservation de la qualité de l’eau - Consultation immédiate auprès des centres de santé en cas d’apparition de symptômes liés aux maladies diarrhéiques Diffusion des messages clés : - Lavage des mains avec du savon - Utilisation effective des latrines - Préservation de la qualité de l’eau - Consultation immédiate auprès des centres de santé en cas d’apparition de symptômes liés aux maladies diarrhéiques et en cas fièvre Diffusion des messages clés : - Lavage des mains avec du savon - Utilisation effective des latrines - Préservation de la qualité de l’eau - Bonne application de la politique de gestion des déchets médicaux Diffusion des messages clés : - Lavage des mains avec du savon - Utilisation effective des latrines - Préservation de la qualité de l’eau - Consultation immédiate auprès des centres de santé en cas d’apparition de symptômes liés aux maladies diarrhéiques Diffusion des messages clés : - Lavage des mains avec du savon - Utilisation effective des latrines - Préservation de la qualité de l’eau - Consultation immédiate des centres de santé en cas d’apparition de symptômes liés aux maladies diarrhéiques et en cas fièvre Diffusion des messages clés : - Lavage des mains avec du savon - Utilisation effective des latrines - Préservation de la qualité de l’eau - Bonne application de la politique de gestion des déchets médicaux Diffusion des messages clés : - Lavage des mains avec du savon - Utilisation effective des latrines - Préservation de la qualité de l’eau - Consultation immédiate des centres de santé en cas d’apparition de symptômes liés aux maladies diarrhéiques Diffusion des messages clés : - Lavage des mains avec du savon - Utilisation effective des latrines - Préservation de la qualité de l’eau - Consultation immédiate auprès des centres de santé en cas d’apparition de symptômes liés aux maladies diarrhéiques et en cas fièvre Diffusion des messages clés : - Lavage des mains avec du savon - Utilisation effective des latrines - Préservation de la qualité de l’eau - Bonne application de la politique de gestion des déchets médicaux Phase 1 Phase 2

Niveau B

Niveau C

1

Affiche à concevoir et à diffuser à échelle nationale

PLAN SECTORIEL WASH _ Madagascar Phase 0 Approvisionnement en eau potable Niveau A - Fûts de 210 litres avec robinet : 1 unité/3-5 ménages - Unité de traitement d’eau2 : suivant le cas/protocole d’utilisation des unités existantes - Sûr’Eau : 1 flacon/ménage/mois - Seau : 2 unités de 15 litres/ménage - Jerrycan ou Seau avec couvercle (si possible avec robinet): 1 unité de 10 litres/ménage - Timbale : 2 unités/ménage - Sûr’Eau : 2 flacon/ménage/mois - Savons: 2 barres/ ménage /mois - Promotion de l’hygiène - Outils IEC inclus dans le kit - Fûts de 210 litres : 1 unité/42 patients en consultation externe; ou 1 unité/18 patients en consultation externe et 3 patients en surveillance. - Patients en consultation externe : 5 – 7% des sinistrés - Filtre à eau - Unité de traitement d’eau - Sûr’Eau : 6 flacons/mois/centre de soin - Fut de 215 l : 2 unités/école - Jerrycan : 5 unités/école - Timbales : 5 unités/école - Sûr’Eau: 14 unités/école - Seau de 15 l : 10 unités - Filtre : 02 unités/école - Outil IEC et promotion a l’hygiène - Unité de traitement d’eau : suivant le cas/protocole d’utilisation des unités existantes - Sûr’Eau : 2 flacon/ménage/mois Phase 1 Phase 2

2010/2011

Niveau B

- Désinfection des sources d’approvisionnement en eau - Réhabilitation des points d’eau détruits par les catastrophes - Sûr’Eau : 1 flacon/ménage/mois

- Réhabilitation des points d’eau détruits par les catastrophes - Réalisation de nouveaux points d’eau

Niveau C

- Désinfection des sources d’approvisionnement en eau - Réhabilitation des points d’eau détruits par les catastrophes - Filtre à eau - Unité de traitement d’eau - Sûr’Eau : 6 flacons/mois/centre de soin

- Réhabilitation des points d’eau détruits par les catastrophes - Réalisation de nouveaux points d’eau

Niveau D

-

-

2

Inventaire des unités de traitement d’eau existantes à faire avec précision sur leurs spécifications techniques, détenteurs - protocole d’utilisation harmonisé à élaborer.

PLAN SECTORIEL WASH _ Madagascar Phase 0 Evacuation des excréments Niveau A Installation latrines provisoires : - kit latrine provisoire3 - plan type4 Cf. promotion de l’hygiène Installation latrines provisoires : - kit latrine provisoire - plan type Cf. promotion de l’hygiène Installation latrines provisoires : - kit latrine provisoire - plan type Phase 1 Phase 2

2010/2011

Niveau B Niveau C

Installation latrines provisoires : - kit latrine provisoire - plan type Lutte anti-vectorielle Niveau A

- Programme de promotion de latrine familiale - Réhabilitation des latrines endommagées par les catastrophes - Réalisation de nouvelles latrines

- Savon : 250 gr/personne/mois - Savon : 250 gr/personne/mois - Produit de désinfection des abris et latrines (HTH ou Fendona : 1 sachet de 125gr/250m2) Niveau B - Savon : 250 gr/personne/mois - Savon : 250 gr/personne/mois - Produit de désinfection des lieux d’habitation (HTH ou Fendona : 1 sachet de 125gr/250m2) - Savon : 10x250gr/centre de soin/mois Niveau C - Savon : 10x250gr/centre de soin/mois - Produit de désinfection des centres de soin et latrines (HTH ou Fendona : 1 sachet de 125gr/250m2) Gestion des déchets solides et liquides (autre que les excréments) Niveau A Niveau B Niveau C Cf. promotion de l’hygiène Cf. promotion de l’hygiène

Cf. promotion de l’hygiène

Cf. Promotion de l’hygiène

Cf. promotion de l’hygiène

3 4

Conception kit par SAGS – à pré positionner dans des zones stratégiques Conception plan type par SAGS – à distribuer pendant les formations des responsables régionaux des urgences

PLAN SECTORIEL WASH _ Madagascar

2010/2011

3.2. Besoins du Groupe sectoriel pour répondre aux scénarios (ou niveau de préparation requis)
Nombre total de bénéficiaires à cibler (selon les HYPOTHESES DE PLANIFICATION) Coûts des besoins additionnels ($USD)

Contingence

Membres

Niveau/type de stocks actuels

Bénéficiaires assistés selon la capacité disponible

Besoins additionnels requis

Réponse Immédiat o 240 000 personnes soit 48 000 familles ayant besoin d`une distribution des Kits WASH dont 65 000 personnes ayant besoin d`une assistance immédiat o 60 centres de santé o 620 écoles Réhabilitation et reconstruction 400 points d`eau (forage, puit, borne fontaine) 1000 latrines communautaires et publiques 100 infrastructures WASH scolaires 50 infrastructures WASH au niveau des CSBs Canaux de drainage bouché Déchets solides éparpillés

o o o o o o o o UNICEF o o o o o o o o o o o o o o o o

Cyclone et inondation

Medair

Savons 15 936 barres Seau de 15litres 39 791 pièces Timbale de 1 litre : 20 170 Sureau : 5 060 Jerrycan : 65 300 pièces Fut de 215 litres :43 pièces Tablette Nadcc : 435 000 comprimes Filtre a bougie : 7 424 bougies et 6402 seaux Bladder 5 m3 : 15 Bladder 10 m3 : 17 Unite de distribution capacité 1500 litres : 27 Unité de traitement capacité de 5m3/h : 12 Latrine provisoire (dalles) : 1051 Outils IEC : 9 856 Moto pompe : 8 Kit analyse d`eau : 9 Pompe submersible : 4 Seau de 15 litres : 4 201 Timbales de 1 litres : 4 040 Savons : 2 810 barres Motopompe : 6 Groupe : 2 HTH : 80 Kit analyse : 1

Réponse immédiate et Tana ville : produit de purification d`eau pour 17 000 familles et outils IEC o o o 15 000 familles 25 CSBs 50 écoles Réponse au niveau national : 20 familles 35 CSbs 570 écoles

Réponse immédiate : 516 886 .84$ Tana ville : 53 253.26 $ National : 852 764.84 $

2 000 familles

Idem

AQUASURE/CDA

- 2 unités de traitement

SAGs

- 20 latrines provisoires

PLAN SECTORIEL WASH _ Madagascar
Nombre total de bénéficiaires à cibler (selon les HYPOTHESES DE PLANIFICATION)

2010/2011
Coûts des besoins additionnels ($USD)

Contingence

Membres

Niveau/type de stocks actuels

Bénéficiaires assistés selon la capacité disponible

Besoins additionnels requis

Toutagglos

- 4 latrines provisoires

CRM

Savons 24 544 barres Seau de 15litres14 579 pièces Timbale de 1 litre : 40 173 Jerrycan : 1 148 pièces Fut de 215 litres :43 pièces Tablette Nadcc :50 kg Filtre a bougie : 7 424 bougies et 6402 seaux o Bladder 5 m3 : 3 o Bladder 10 m3 : 4 o Unité de traitement capacité de 5m3/h : 6 o Latrine provisoire (dalles) : 52 o Moto pompe : 7 o Kit analyse d`eau : 2 Pompe submersible : 1 o o o o o o o o o o Jerrycan : 3100 Savons : 15 500 Kit analyse d`eau : 4

12 000 familles en moyenne

CRS

7 750 familles pour les savons

Autres partenaires

o

Dépend des financements reçus

PLAN SECTORIEL WASH _ Madagascar 3.3. Activités à entreprendre AVANT LE CYCLONE, INONDATION # 1. Activités Activités liées CYCLONE et INONDATION Assurer une réunion périodique au moins une fois pour les 15 jours et assurer les échanges et partage d`information soit par email soit par courrier pour les tous les membres WASH (1 er mercredi du mois et 3 mercredi du mois) Actualisation des intervenants en WASH avec leur base et leur capacité des stocks, pre-positionnement Mise à jour de carte d`intervention (localisation, capacité de réponse…) Identification de tous les principaux fournisseurs Renforcement de capacité des partenaires national et régional Préparation manuel urgence WASH Elaboration fiche d`évaluation d`impact Actualisation d`une liste de personnes qui vont participer à la première mission d`évaluation au niveau National Inventaires des outils IEC disponible Liste d`une personne qui vont participer a la première évaluation pour Tana ville

2009/2010

Responsable Unicef

Echéance Tous les mois

2. 3. 4. 5 6. 7. 8. 9. 10

Secteur WASH Secteur WASH Secteur WASH UNICEF Secteur WASH Secteur WASH Secteur WASH Secteur WASH Secteur Wash

Sept, Oct, Nov Sept, Oct, Nov Oct Nov, Dec Dec, Janv Nov, Dec Nov Nov Nov

3.4. Activités à entreprendre PENDANT et APRES LE CYCLONE, INONDATION # 1. 2. 3. 4. Activités Participation à la mission de sur vol Participation à l`évaluation rapide Coordination avec les interventions des partenaires des autres secteurs Intervention immédiate Responsable Groupe sectoriel WASH Groupe sectoriel WASH Groupe sectoriel WASH Groupe sectoriel WASH Groupe sectoriel WASH Groupe sectoriel WASH Groupe sectoriel WASH Groupe sectoriel WASH Groupe sectoriel WASH Echéance Juste pares passage des catastrophes

5 6. 7. 8. 9.

Identification des zones nécessitant une évaluation spécifiques Mission d`évaluation spécifique Actualisation mapping Interventions pour les réponses de secours Mission d`évaluation d`impact

Apres quelques jours qui suivent le passage de catastrophes Première semaine après passage catastrophe Première semaine après passage catastrophe

1 mois après passage des catastrophes 3 à 6 mois après passage des catastrophes

PLAN SECTORIEL WASH _ Madagascar 3.5. Participation aux évaluations Type d’évaluation Membres participants Au niveau National UNICEF MinEau CRM Medair Evaluation Rapide Multisectorielles conjointe Pour la ville de Tana UNICEF Mineau BMH/CUA CRM AQUASURE ONG Manasoa

2009/2010

Quel Outil ?

Qui rapporte ?

Fiche EIMA et fiche spécifique WASH Fiche d`évaluation multi sectoriel

UNICEF

Autre évaluation conjointe Evaluation sectorielle Approfondie WASH

Membre Groupe sectoriel

Fiche spécifique WASH Fiche d`évaluation multisectoriel

UNICEF

PLAN SECTORIEL WASH _ Madagascar

2010/2011

4. PRE-REQUIS GAP  Réponse  immédiat  GAP  Réponse  TANA  ville     0  0  0  0  0  423,750  3,340  0  0  951  607  8  265  0  0     99,280  3,380  3,700     0  0  964        0  0  400     0  0  0  0  52,000  68,250  4,180  0  0  0  0  0  0  0  0     34,690  0  1,550        42,043  29,852  0  32,417  465,000  465,000  31,000  176  0  1,500  0  62  0  0  14     34,690  0  2,914     GAP  Réponse  national  Pré‐requis  réponse  immédiate     3.35  1.20  0.20  0.01  0.25  0.09  4.68  8.00  2.00  98.00  1,396.00  524.00  1,850.00  0.00  0.00  0.00  0.00  0.00  106,630.60  300.60  0.00  0.00  1,902.00  59,486.00  11,168.00  138,860.00  0.00  0.00  0.00  0.08  1.10  46.79  0.00  0.00  45,105.56  0.00 

items/partenaires  1. BESOINS EN EAU seau de 15 litres  jerrycan de 10 litres  jerrycan 20 litres  timbales de 1 litres  Tablette NaDCC  (purificateur d'eau)  Water maker ou PUR  Sureau  Bougie pour filtre  Seau pour filtre  Robinet pour filtre  Fut (1 pour 5 ménages)  Bladder 5000litres ou  tank  Bladder 1500 litres ou  tank  Bladder de 10 000 litres  Unité de traitement (1  pour 1000 ménages) 

TOTAL  disponible 

BESOIN 

GAP Total     42,043  29,852  0     32,417  517,000  957,000  38,520  176  0  2,451  607  70  265  0    

PU 

Pré‐requis  Tana Ville 

Pré‐requis  national 

Pré‐requis  total 

         60,457  102,500  69,548  99,400        70,383  102,800  440,000  0  13,560  7,424  6,402  2,849  43  18  35  34  30  957,000  957,000  52,080  7,600  3,800  3,800  650  88  300  0  44 

0.00 0.00 0.00 0.00 655.20 17,174.13 376.20 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 18,716.00 0.00

140,844.05 35,822.40 0.00 6,483.40 5,859.00 117,010.57 2,790.00 823.24 0.00 3,000.00 0.00 86,552.00 0.00 0.00 181,734.00 0.00 2,919.74 0.00 72,524.50 0.00

140,844.05 35,822.40 0.00 6,483.40 6,514.20 240,815.30 3,466.80 823.24 0.00 4,902.00 59,486.00 97,720.00 138,860.00 0.00 181,734.00 0.00 2,919.74 0.00 136,346.06 0.00

14  12,981.00    

2. BESON EN ASSAINISSEMENT   64,590  Savon (barre de 800g)  Produit de désinfection  (fendona, DDT)  Latrine provisoire (1  pour 50 personnes)  Squatting plate 80*60  10,500  1,636       

PLAN SECTORIEL WASH _ Madagascar

2010/2011

3.BESOIN EN HYGIENE  Kit outils IEC (1 pour 10  personnes)  Depliant  Message pour la  promotion a l'hygiene (1  pour 10 personnes)  4.AUTRES BESOINS  Motopompe  Groupe electrogene  HTH  Sulfate d'alumine  Bac de decantation  10m3  Kit analyse  Bacteriologique  Reactif pour analyse de  l`eau  Pompe immerge  WATALYS  Watalys flacons  Robinet  Pulverisateur 

      10,458  3,536  9,033  30,800        25  15  342  145  4  18  16  5  11  10,660  2,000  6  12  6  400  500  12  26  26  0  0  0  0  0  30,800  30,800 

   2,542  9,464 

   2,300  2,300 

   15,500  15,500 

   20,342  27,264 

   0.10  0.10 

0.00  254.20  946.40 

0.00 230.00 230.00 230.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00

0.00 1,550.00 1,550.00 1,550.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00

0.00 2,034.20 2,726.40 2,176.70 0.00 0.00 0.00 21.89 134.00 14,800.00 28,000.00

3,967     0  0  58  355  8  8  10  0     0     0     0     0       

2,300     0  0  0  0  0  0  0                

15,500     0  0  0  0  0  0  0 

21,767     0  0     58  355  8  8  10  0  0  0  0  0 

0.10  550.00  0.38  0.38  1,850.00  3,500.00  120.00  8,340.00  0.00  0.00  0.00  0.00 

396.70  0.00  0.00  0.00  21.89  134.00  14,800.00  28,000.00  1,200.00  0.00  0.00  0.00  0.00  0.00 

Total Pré‐positionnement  Participation survol  Evaluation approfondie  Distribution  Désinfection des PE et autres  Transport  Total personnel requis  Total en  US$ 

409,205.95 300.00 15,000.00 26,000.00 5,000.00 61,380.89 107,680.89 516,886.84

0.00 0.00 1,200.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 0.00 37,611.53 661,012.90 1,107,830.38 0.00 600.00 900.00 2,000.00 30,000.00 47,000.00 8,000.00 62,000.00 96,000.00 0.00 0.00 5,000.00 5,641.73 99,151.94 166,174.56 15,641.73 191,751.94 315,074.56 53,253.26 852,764.84 1,422,904.94

PLAN SECTORIEL WASH _ Madagascar

2010/2011

5. MEMBRES ET 3W
QUI ? Point focal Téléphone Quoi ? - Participation à toutes les missions d’évaluation - Diffusion des messages clés par rapport à l’eau assainissement et hygiène (au niveau ménage, abris communs, centre de santé) - Distribution des kits WASH ménages (seau, jerrycan, timbale, savon, sur’eau) - Distribution des équipements pour les abris communs (fût, latrines provisoires équipées de système de lave-main, bac à ordure) - Désinfection des abris communs - Distribution des équipements et kits WASH pour les centres de soin (filtre à eau, sur’eau, savon, produits de désinfection) - Désinfection des puits - Analyse de qualité de l`eau - Participation à toutes les missions d’évaluation - Diffusion des messages clés par rapport à l’eau assainissement et hygiène (au niveau ménage, abris communs, centre de santé) - Distribution des kits WASH ménages (seau, jerrycan, timbale, savon, sur’eau) - Distribution matériel IEC pour la bonne utilisation des sur`eau - Distribution des équipements pour les abris communs (fût, latrines provisoires équipées de système de lave-main, bac à ordure) - Désinfection des abris communs - Distribution des équipements et kits WASH pour les centres de soins (filtre à eau, sur’eau, savon, produits de désinfection) - Désinfection des puits - Fourniture et installation de forage d`urgence - Analyse et test de la potabilité de l`eau - Participation à toutes les missions d’évaluation - Diffusion des messages clés par rapport à l’eau assainissement et hygiène (au niveau ménage, abris communs, centre de santé) - Distribution des kits WASH ménages (seau, jerrycan, timbale, savon, sur’eau) - Distribution des équipements pour les abris communs (fût, latrines provisoires équipées de système de lave-main, bac à ordure) - Désinfection des abris communs - Distribution des équipements et kits WASH pour les centres de soins (filtre à eau, sur’eau, savon, produits de désinfection) - Désinfection des puits - Approvisionnement en eau par unité de traitement de grandes capacités - Participation à toutes les missions d’évaluation - Diffusion des messages clés par rapport à l’eau assainissement et hygiène (au niveau ménage, abris communs, centre de santé) - Distribution des kits WASH ménages (seau, jerrycan, savon, Ou ?

Nom

Email

UNICEF

EVARISTE KOUASSI RAKOTONIAINA Naina

033 40 20012 033 23 42644

ekouassikomlan@unicef,org nrakotoniaina@unicef.org

22 régions

- 032 05 146 83 - 032 05 146 91 - 032 05 146 90

- cdmadagascar@medair.org - dcdmadagascar@medair.org - dpmmaro@medair.org

MEDAIR

- Yves Pascal Suter - Anne Hageman - Tianarivelo Andry

22 régions

- 032 05 22109 - 032 05 22107

- watsan@crmada.org - grc5@crmada.org

CRM/IFRC

- RAJAONALISON Sitraka - Jocelyn RAZAFINDRAKOTO

22 régions

Equipe humanitaire

CRS

- Jeanne Ella Andrianambinina - Nourbay Rosanaly

- 034 05 157 65 - 034 17 344 02

-

jandrian@mg.saro.crs.org nrosanal@mg.saro.crs.or g

22 régions

PLAN SECTORIEL WASH _ Madagascar

2010/2011

QUI ?

Nom

Point focal Téléphone

Email

Quoi ? sur’eau) Distribution des équipements et kits WASH pour les centres de soin (sur’eau, savon) Désinfection des puits Analyse de qualité de l`eau Désinfection des puits (curage, HTH) Dotation de Filtre à eau au niveau CSB Fourniture de Sûr’Eau pour les kits WASH Diffusion des messages clés par rapport à l’eau assainissement et hygiène (au niveau ménage, abris communs, centre de santé) Désinfection des centres de soins Désinfection des puits Distribution des équipements pour les abris communs (fût, latrines provisoires équipées de système de lave-main, bac à ordure Fourniture du kit d’urgence AQUASURE pour la potabilisation de l’eau (kit + palette de pastilles de traitement) et l’approvisionnement des communautés en eau potables selon les normes internationales et malgaches Fourniture de stocks de pastilles complémentaires Formation des acteurs de l’urgence sur le kit Diffusion des messages clés par rapport à l’eau dans les collectivités et formation sur ces messages Pour le relèvement précoce et le développement : mise en œuvre de l’unité de traitement « Village/Développement » AQUASURE Participation a toutes les missions d`évaluation Formation des acteurs pour les urgences Distribution des kits WASH Sensibilisation WASH Participation à toutes les missions d’évaluation Diffusion des messages clés par rapport à l’eau assainissement et hygiène (au niveau ménage, abris communs, centre de santé) Distribution des kits WASH ménages (seau, jerrycan, timbale, savon, sur’eau) Distribution des équipements pour les abris communs (fût, latrines provisoires équipées de système de lave-main, bac à ordure) Désinfection des abris communs Distribution des équipements et kits WASH pour les centres de soins (filtre à eau, sur’eau, savon, produits de désinfection) Désinfection des puits Approvisionnement en eau par unité de traitement de grandes capacités

Ou ?

PSI Madagascar Toutaglos/Man asoa

- Nicole Andriamampianina

- 032 41 52397

- nicolea@psi.mg

- 033 02 66159 - Andriamitandaza Eric - 033 11 209 43 - 033 14 162 80 - RASOAMAHEFA Zenyah - RAKOTOARISOA Fanco

- andriamitandaza@voila.fr

- Zenyah2007@yahoo.fr - Rcfranco40@yahoo.fr

AQUASURE

- 032 07 579 48 - rakotosaminanana@voahary -salama.org -

22 régions

VOAHARY SALAMA Partenaires Techniques et Financiers

- RAKOTOSAMINANA - 033 11 997 56

Atsimo atsinanana, V7V, haute matsiatra, Amoron`i Mania, Antsinana

- madagascar@busproof.com

BUSHPROOF

- RANAIVOJAONA serge

-

22 regions

Ministères et services techniques rattachés

Min EAU

- Mahavonjiniaina Andriamamonjy - RANDRIANAIVO RAVELO Herve Serge

- 033 12 37608 - 033 07 030 02

- mahavonjiniaina@yahoo.fr - Rva.ravelo@yahoo.fr - depa@mineau.gov.mg

Participation à toutes les missions d’évaluation Analyse de qualité de l`eau Désinfection des puits (ressources humaines) Mise à disposition d’une base de données des points d’eau et des latrines avec coordonnées géographiques. - Mise à disposition d’une base de données des ressources en eau

22 régions

PLAN SECTORIEL WASH _ Madagascar

2010/2011

QUI ?

Nom

Point focal Téléphone

Email

Quoi ? souterraine et surface. Mise à disposition d’une base de données sur les coûts estimatifs de chaque ouvrage Désinfection des centres de soins Désinfection des puits Distribution des équipements pour les abris communs (fût, latrines provisoires équipées de système de lave-main, bac à ordure Participation à toutes les missions d’évaluation Mise à disposition d’une base de données des magasins de stockage et fournisseurs locales Mise à disposition d’une base de données de nombre des sinistrées Facilitation sur la gestion d`information Appui sur la coordination des réponses

Ou ?

- 033 02 78207 SAGS/Min San - Lanto Hery RALISON 033 02 28677 034 18 70119

- flambotal@yahoo.fr - minsags@moov.mg

-

22 régions

-

BNGRC

Hanitriniaina Sahondramalala RAMIARAMANANA Hanitra

cnsmira@netclub.mg, basecns@yahoo.fr

22 régions

BMH/CUA

Dr Allyre Razanakombana Dr Hary

033 05 544 30

-

rrallyre@yahoo.fr

- Désinfection des centres de soins - Désinfection des puits - Distribution des équipements pour les abris communs (fût, latrines provisoires équipées de système de lave-main, bac à ordure

Tana ville

6. MEMBRES AU NIVEAU REGIONAL CLUSTER WASH REGION DIANA Points focaux urgence par agence Entité/Agence Nom ONG PRIMAS Maniry Christophe Direction de l’Eau Association Ravinala CRM VAGNONA CDD Diego RID AVOTRO VATOHERY SAF FJKM SANTATRA IDEA Be Martial Rakotoniaina Armand Rambolamanana Eugène Boanarijesy Jean Claude Remi Ndeha RANDRIANASOLO René Guy Aimé Allain Mamy Ali Hassan RAVELOVAO Mariot Dhinilla MANJARIVELO Berthollet RAZAFINDRAJAONA Samuel RAKOTOBE AUGUSTIN Jao Georges Téléphone 033 02 665 93 032 04 549 93 032 58 285 80 032 40 186 63 032 69 514 53 032 02 407 89 032 07 566 54 032 49 904 30 032 04 520 85 032 40 344 31 033 07 229 22 034 03 026 83 032 49 907 94 032 02 198 29 032 49 367 97 Email maniryc@yahoo.fr

ravinala_association@yahoo.f r claudedr@live.fr

PLAN SECTORIEL WASH _ Madagascar

2010/2011

Entité/Agence UNFPA District Diego I FANDROSOANA ESM

Nom RASOAMPARANY Fréderic RANALISON Laurent SILOAMA Reberni Gilbert

Téléphone 032 07 844 72 032 07 710 50 032 40 441 92 032 42 149 19

Email

CLUSTER WASH REGION SAVA Points focaux urgence par agence Entité/Agence Nom ONG PRIMAS Maniry Christophe Direction de l’Eau SF Scout CRM ONG SAIOZ SANTATRA SIRINARY RAHARINIRINA Pierette TSARAZANDRY Tombozafy RAKOTOBE Téléphone 033 02 665 93 032 04 549 93 033 18 584 55 032 72 358 04 032 43 334 92 032 07 766 06 032 02 198 29 Email maniryc@yahoo.fr

CLUSTER WASH REGION SOFIA Points focaux urgence par agence Entité/Fonction DAGT Chef District Bealanana Adjoint Chef District Antsohihy Chef District Port Berge Adjoitn Chef District Anlalava Chef district Befandriana Nord Chef District Mandritsara Chef District Mampikony Commandant d’armes Journaliste RCA Resp SAF FJKM Journaliste ASTV Noms et Prénoms TATA Albert NAZIR Jacob Arsène Razafindravoka Laurent Eddie Rabe Jocelyn Léon Fulgence René Jafasy Bruno Razafimanantsoa Georges Fidèle Nivo Rakotovazaha Emile Rabemiafara Pierrette Ratsara N tel , email 03242 574 72 03204 801 23 032 42 837 58 033 14 504 77 032 74 566 47 034 38 764 35 03311 956 76 033 19 936 02 032 04 662 27 032 40 818 27 033 18 613 45 -032 40 889 90 033 04 858 96 034 39 083 02 nivorakotovazaha@yah oo.fr Email regionsofia@yahoo.fr

PLAN SECTORIEL WASH _ Madagascar

2010/2011

Entité/Fonction RPSN ORN CRM port bergé Coordonnateur CRM régional SOFIA Monitrice CRM analalava Monitrice CRM a/hy PDT CRM befandriana CRM bealanana Resp SAF FJKM UNFPA Moniteur district mampikony Cameraman TVM AHY DIR FFTS Pdt ONG Miantra SAHI Coordonnateur

Noms et Prénoms Robilahy Jacques Landry Razafimanantsoa hery tiana Emmanuel Jean Marizara Séraphine Rasoanantenaina Brigitte Firose Razafinarivo jeanne Patricia Tiarisoa Billy Honorat Emile Rabemiafara Ladyslas Ramasy Norohatamalala Françine Olga Rasolomandimby Roland Filiposaonina Ramoasiely Fanjanirina Randriamampionona Jean José

N tel , email 034 11 270 18 032 51 058 11 032 05 221 95 032 44 019 14 034 16 821 15 033 23 112 52 032 05 226 74 032 72 551 91 033 04 858 96 032 40 594 57 032 49 033 43 033 18 506 08 032 02 627 55 034 00 17118- 034 09 324 24 03304 721 57 033 04 721 58

Email ornsofia@gmail.com

unfpasofia@yahoo.fr

sahi_as@yahoo.fr,nirin ajjr@gmail.com

CLUSTER WASH REGION ANTSINANANA Points focaux urgence par agence Partenaires/Agence Nom FSG RAVELOSON Charles Albert Frere Edwin Joseph DIREAU CRGRC CRM SAF/FJKM ORN ODDIT/ CRS DRS PSI RAMIHAJA VONINTSOA Marie Pierrette TALATA Michel CHEN Thomas Michel RAHAINGONIVOLA Charnette RAHARINIRINA Béatrice Marie Ange RASOAMANATENA RABENANDRASANA Didier RAINY PIERRET TEFISON Jean Harivonjy Telephone 034 01 296 20 03312 061 46 032 69 900 60 033 14 951 51 033 01 001 09 032 04 231 36 032 05 221 44 033 14 152 79 53 311 01 034 11 258 24 032 07 220 34 032 07 220 41 032 04 136 39 53 300 76 Email ravelocharles@yahoo.fr

ramihaja@yahoo.fr regioatsinanana@moov.mg tomichcrm@yahoo.fr saftms@yahoo.fr seectmv@moov.mg cr-to@moov.mg zobayantdrs@yahoo.fr yjnov@hotmail.com

PLAN SECTORIEL WASH _ Madagascar

2010/2011

Partenaires/Agence SAVONERIE TROPICALE SCOUT ONG MITIA

Nom RANDRIAMBOAVONJY Hugues RABEALA Sadesy RANDRIANTAFIKA Jean Michel

Telephone 033 11 056 40 034 10 389 98 032 04 155 49

Email savmelv@moov.mg

jeanmisaela@yahoo.fr

CLUSTER WASH REGION ANALANJIROFO Points focaux urgence par agence Partenaires /Agence Nom ASOS RAMAROSON Jacques MEDAIR Andry TIANARIVELO Frère EDWIN Joseph ONG Saint Gabriel INDROZELINA Elie Rosse RABETSARA André CRM RAKOTOMIHANTA Mbolatiana MATEZA BANO James SAF/FJKM RAKOTOMANGA Joel RANDRIANARISON Romuald ITER AIDE DIDIER Young CARE INTERNATIONAL TOVONTSOA PASCAL MADAGASCAR NATIONAL PARK RAKOTOARIVELO Jean Jacques CR Antsiatsiaka CR Soanierana Ivongo REGION DREN CR Ampasimazava DIDEC JIRAMA DRSPF ASSOCIATION ESPOIR Commune LEMENA D’Assise INDIANA Alain DOKOLAHY Lainirina Donné RAHARISON Edmond Dédé SELINA Justin Père GUSTAVE RABENANDRASANA Hery RASOLOFONIRINA Jean Paul RASOLOFO Martens IMBOALAHY Bernard Telephone 0331460340 032 05 146 91 0331223467 0330196487 0330160239 0332527339 0330878616 ou 0324270454 03314 089 49 0331208467 ou 0324024029 Email Ramaroson007@yahoo.fr dpmmaro@medair.org edwinfsg@moov.mg fsgranotsara@yahoo.fr andrerabetsara@yahoo.fr Mbolarakoto1@yahoo.fr safufen@yahoo.fr Romuald172@yahoo.fr

0330931454 0330766612 0324312949 0330212192 0341851279 0324742109 0332489919

jeanjacquesrakotoarivelo@y ahoo.fr

nirinadonne@yahoo.fr dren_jirofo@yahoo.fr

0340226906 033 12 23314 0330477050 033 17 833 94

jirafest@moov.mg drspf_arofo@yahoo.fr drspf_arofo@yahoo.fr

PLAN SECTORIEL EDUCATION _ Madagascar   Annexe 3c. Plan de Réponse Sectoriel  Groupe sectoriel EDUCATION 

Saison 2010_2011

1. Objectifs Objectifs généraux

Assurer de la réalisation du droit à l’éducation basé sur les normes fondamentales de l’Education en situation d’urgence en renforçant la
sensibilisation et l’information avant les crises, en supportant des interventions pour une continuité des enseignements, un retour rapide de tous les élèves aux préscolaires à l’enseignement primaire, secondaire et technique dans les zones touchées par les catastrophes ou les crises Et en veillant un accès équitable aux examens et un suivi des enfants et jeunes en difficulté avec les partenaires de protection. Objectifs opérationnels 1 - Disposer des premières informations sur les dégâts dans les 72 heures 2 - Assurer les petites réparations au niveau des salles de classe et des équipements 3 - Mettre à disposition des salles de classe temporaires 4 - Assainir rapidement les salles de classe et l’environnement scolaire 5 - Opérationnaliser le dispositif pour la pédagogie d’urgence

*Accompagnement des élèves en déplacement ou accueillis dans les familles
* Avec le soutien des partenaires de protection, assurer le suivi psycho-social des élèves en difficulté, dont ceux qui ne reviendraient pas spontanément dans les centres d’enseignement * Assurer un suivi des examens qui étaient prévus pendant la période d’urgence et assurer une continuité pour les élèves affectés (report, transport, etc…) 6 - Mettre à disposition les kits d’urgence : kits scolaires et kits récréatifs pour l’amélioration des conditions de travail des enfants 7 - Disposer des données statistiques de l’évaluation approfondie au plus tard un mois et demi après la catastrophe, incluant celles sur le nombre de non-retour des élèves et / ou des enseignants 8 - Faire la préparation psycho - social des élèves et des professionnels de l’éducation pour le retour à la vie scolaire 9 - Poursuivre le renforcement des capacités en Réduction des Risques de Catastrophes des acteurs éducatifs au niveau déconcentré : enseignants, chefs ZAPs, Equipe Cisco et DREN. 10 - Faire le suivi et l’évaluation des activités réalisées

PLAN SECTORIEL EDUCATION _ Madagascar 2. Présupposés pour la planification Contingence
Eléments déclencheurs Une dizaine d’écoles non opérationnelles à cause de la vitesse du vent ou de la montée de l’eau Conséquences humanitaires Besoins 35 000 élèves sont privés de cours et sont psychologiquement affectés 430 salles de classes complètement détruites Le droit des enfants à une éducation est temporairement perturbé Augmentation des risques de violation des droits des enfants à l’éducation Cas de la plaine d’Antananarivo Augmentation du risque épidémique de choléra, rougeole, maladies Déplacement temporaire de la population Inaccessibilité aux services sociaux (écoles, CSB) Hypothèse de planification (Population affectée/localisation, etc) Dégâts humains : o 600.000 personnes affectées dont 60.000 ont besoin d’assistance immédiate. o 100 000 enfants scolarisés : 80% pour le préscolaire et l’éducation fondamentale 15% pour le post-fondamentale (collèges), 5% lycées, enseignements techniques. Répartition : 10 000 enfants à Antananarivo et 90 000 dans les autres zones), °Une soixantaine d’enseignants ne peuvent pas assurer momentanément les cours. 100 000 élèves sont privés de cours, 2000 salles de classe sont non fonctionnelles Dégâts matériaux ° 600 établissements scolaires détruits ou endommagés (soit 1,800 salles de classe), incluant mobiliers, manuels et fournitures scolaires

Saison 2010_2011

Acteurs disponibles

Contraintes/lacunes

Membres Groupe sectoriel : Education : MEN Central , DREN, CISCO, ZAP, UNICEF, Aide et Action, Département de la Météorologie, Croix rouge, SAF FJKM ,CARITAS , IOGA(Institut Observatoire Géophysique d’Antananarivo), PNUD, BNGRC, UNESCO, FID, SIF

o Capacité locale et nationale affaiblie en termes de collecte et transmission d’information (remplacement de la majorité des autorités décentralisées, budget de fonctionnement limité, etc)

Cyclone + Inondation

°Voies de communication (ponts, routes…) endommagées et détruites empêchent les élèves d’avoir accès aux écoles ou aux examens même si celles-ci n’ont pas été touchées °100 000 habitations d’enfants et d’enseignants détruites ou endommagées Localisation (régions concernées) 13 régions déjà identifiées dans le plan national 2008 + plaine d’Antananarivo Période De Décembre à Juin 2011 Cas de la plaine d’Antananarivo Dégâts o Une vingtaine d’écoles primaires non accessibles, suspension des cours pour environ 10.000 élèves

Cas de la plaine d’Antananarivo o Capacité locale et nationale affaiblie en termes de collecte et transmission d’information (remplacement de la majorité des autorités décentralisées, budget de fonctionnement limité, etc)

3. Estimation des besoins pour le secteur 3.1. Standard minimum Les normes minimales de l’éducation en situation d’urgence tenant comptent les nouveaux principaux engagements humanitaires permettant la reprise de l’éducation dans les huit premières semaines après le passage de l’aléa ou de la catastrophe sont les suivantes :

PLAN SECTORIEL EDUCATION _ Madagascar Saison 2010_2011 - Une salle de classe provisoire dispose d’une capacité d’accueil d’au moins 50 élèves; pourtant l’organisation des classes à mi-temps ou classes multigrades peut doubler cette capacité. - La salle de classe doit disposer un tableau noir et les possibilités d’assise pour les élèves selon les moyens disponibles sur place. - Les élèves ayant perdu leurs fournitures scolaires bénéficient de cahier, stylos, crayon, gomme pour l’amélioration de leur condition de travail - Les enseignants de l’établissement bénéficient des outils pédagogiques tels que globe terrestre, équerre, rapporteur et compas. - Les préscolaires et les élèves participent aux divers jeux tels que les sports collectifs ou individuels. L’appui pour une école correspond à un kit récréatif contenant les éléments mentionnés auparavant. - Le soutien psychosocial est appliqué pour le retour à la normale de la concentration des élèves. - Chaque école doit disposer le kit WASH. - Tous les élèves doivent réintégrer l’enseignement après la période d’urgence 3.2. Besoins du groupe sectoriel pour répondre aux scénarios (ou niveau de préparation requis) Les besoins du groupes sectoriel sont calculés par scénario de crise et sur la base des ses standards et ses hypothèses de planification.

Nombre total de bénéficiaires à cibler

Membres

Niveau/type de stocks actuels

Bénéficiaires assistés selon la capacité disponible

Besoins additionnels requis o Confection tables bancs provisoires pour 1800 salles de classe o Kits Wash pour 1800 salles o 1225 salles de classe provisoire o 1254 school in a box et 760 kits récréatifs o 1225 tableaux noirs o 65 000 manuels GRC

Coûts des besoins additionnels ($USD)

o o

Assurer la reprise des cours de 100.000 élèves entre 2 à 8 semaines après le passage de l’aléa

UNICEF o o MEN, AeA, SAF FJKM, CARITAS, IOGA (Institut Observatoire Géophysique d’Antananarivo), PNUD, BNGRC, UNESCO, FID, SIF, CRM, Météo, Groupe sectoriel au niveau déconcentré

Equipements pour 429 salles de classe provisoire. 367 school in a Box avec ardoisine et 206 kits récréatifs pour 30 282 élèves. 371 tableaux noirs 10 000 manuels GRC

o

30 000 élèves dans le niveau préscolaire, primaire et secondaire des régions vulnérables

963 533.06

Ressources humaines pour la collecte des informations, animation sensibilisation, coordination des actions du terrain

Frais de communication Déplacement lors des opérations

PLAN SECTORIEL EDUCATION _ Madagascar 3.3. Activités à entreprendre avant le cyclone et inondation # 0. Elaboration du Plan de Contingence Activités Responsable
Aide et Action, SAF FJKM, CRM, Météo, SAF FJKM, CARITAS, IOGA (Institut Observatoire Géophysique d’Antananarivo), PNUD, BNGRC, UNESCO, FID, SIF

2010-2011

Echéance Fin Novembre 2010

1. 2

Pré-positionnement des fiches de collecte de données spécifiques Education Elaborer et envoyer les notes de services pour l’application des consignes sur l’Education en situation d’urgence Renforcement des capacités des DREN, CISCO, ZAP et Enseignants en matière de RRC et de l’Education en Situation d’Urgence(EiE) : DREN IHOROMBE, ATSIMO ANDREFANA, ANALAMANGA, ALAOTRA MANGORO, VAKINANKARATRA.

MEN, DREN, CISCO MEN

Fin Novembre 2010 Novembre 2010

3.

UNICEF, MEN (Cellule d’Urgences), AeA, Département de la Météorologie, IOGA (Institut
Observatoire Géophysique d’Antananarivo), BNGRC, SAF FJKM, CARITAS

Décembre 2010

6.

Suivi de la mise en application des consignes et recommandations des ateliers

UNICEF, MEN, AeA, département de la Météorologie, IOGA (Institut
Observatoire Géophysique d’Antananarivo), BNGRC, SAFFJKM, CARITAS, SIF, FID

Décembre 2010

3.4. Activités à entreprendre pendant et après le cyclone et inondation # 1. Evaluation rapide de la situation 2. Organisation des actions au niveau terrain Activités Responsable UNICEF, MEN, AeA, département de la Météorologie, IOGA (Institut Observatoire Géophysique
d’Antananarivo), BNGRC, SAFFJKM, CARITAS, SIF, FID

Echéance 3 jours après le passage de l’aléa A partir du 2ème jour jusqu’à la huitième semaine

3.

4.

5.

- Disposer des premières informations sur les dégâts dans les 72 heures Assurer les petites réparations au niveau des salles de classe et des équipements - Mettre à disposition des salles de classe temporaires - Assainir rapidement les salles de classe et l’environnement scolaire - Opérationnaliser le dispositif pour la pédagogie d’urgence - Mettre à disponibilité les kits d’urgence

UNICEF, MEN, membres du Groupe sectoriel national et déconcentrés DREN, Cisco, ZAP, Directeurs d’Etablissement, membres d’Autres Groupe sectoriels : WASH, Protection, Logistique, Agriculture, Santé et Nutrition UNICEF, MEN, AeA, FID département de la Météorologie, IOGA (Institut Observatoire Géophysique
d’Antananarivo), BNGRC, SAFFJKM, CARITAS, SIF, FID

3 jours après le passage de l’aléa 3 à 7 jours après le passage de l’aléa 3 à 7 jours après le passage de l’aléa 3 à 7 jours après le passage de l’aléa 3 à 7 jours après le passage de l’aléa A partir du 3ème jour jusqu’à la huitième semaine

FRAM, Cisco, ZAP, Directeurs d’Etablissement et Enseignants

UNICEF, FRAM, MEN Cisco, ZAP, Directeurs d’Etablissement et Enseignants FRAM, MEN Cisco, ZAP, Directeurs d’Etablissement et Enseignants Directeurs d’Etablissement et Enseignants

6.

7

8.

UNICEF, SAF FJKM, DREN, Cisco, ZAP, Directeurs d’Etablissement et Enseignants, FRAM

PLAN SECTORIEL EDUCATION _ Madagascar

2010-2011

#

Activités

Responsable

Echéance après le passage de l’aléa Avant la reprise des cours et pendant les récréations Avant la reprise des cours A la reprise des cours

9.

- Organiser les jeux récréatifs pour les élèves

Directeurs d’écoles et Enseignants

10.

11

12.

13

- Faire le soutien psycho social pour le retour à la vie scolaire - Collaborer avec les partenaires de protection pour le suivi des enfants ne revenant pas à l’école - Disposer les données statistiques détaillées au plus tard un mois et demi après la catastrophe Faire le suivi et l’évaluation des activités réalisées

Travailleurs sociaux et Enseignants

Direction de la Population et des Affaires Sociales, réseaux de protection de l’enfant, dont les travailleurs sociaux et ONGs spécialisés MEN et membre GROUPE SECTORIEL

45 jours après le passage de l’aléa

GROUPE SECTORIEL

A partir d’un mois d’intervention

3.5. Participation aux évaluations Type d’évaluation Membres participants MEN, UNICEF, Aide et action, FID, IOGA (Institut Observatoire Géophysique d’Antananarivo), BNGRC, SAFFJKM, CARITAS, SIF, FID. Quel Outil ? Fiche conjointe d’ERM Qui rapporte ? UNICEF

Evaluation Rapide Mutlisectorielle (ERM)

Autre évaluation conjointe

McRAM

UNICEF

PLAN SECTORIEL EDUCATION _ Madagascar

2010-2011

1. Pré-requis Les pré-requis seront élaborés sur la base des besoins quantifiés à couvrir et disponibles identifiés dans la partie 3.2. et les activités avant et pendant la crise qui nécessitent une mobilisation des ressources internes ou externes. Personnel requis Contingence Activités Pré positionnement des fiches de collecte de données spécifiques Education Elaborer et envoyer les notes de services pour l’application des consignes sur l’Education en Situation d’Urgences Identifier les intervenants dans le domaine de l’Education
Désignation Quantité Coût ($USD) Désignation

Equipement ou intrants requis
Besoins additionnels (quantité) Coût additionnel ($USD) Disponible en stock (quantité) Coût stock disponible ($USD)

CYCLONE ET INONDATION

Agents spécialisés (MEN, DREN, CISCO) Agent spécialisé : Cellule des Urgences MEN Groupe sectoriel niveau central et groupe sectoriel régional UNICEF

136

Photocopies au niveau CISCO

2

Envoi par poste, colis express ou par taxibrousse Communicati on par e-mail

4

Pré positionnement des stocks pour les réponses

4

Stockage dans les magasins à Antananarivo et Toamasina 43 580

Renforcement des capacités des DREN, CISCO, ZAP et Enseignants en matière de RRC et de

UNICEF, MEN (Cellule d’Urgences ),AeA, Départeme

20

PLAN SECTORIEL EDUCATION _ Madagascar Personnel requis Contingence Activités l’Education en Situation d’Urgence (EiE) : DREN IHOROMBE, ATSIMO ANDREFANA, ANALAMANGA,ALA OTRA MANGORO,VAKINAN AKARATRA Suivi de la mise en application des consignes et recommandations des ateliers
Désignation Quantité Coût ($USD) Désignation

2010-2011 Equipement ou intrants requis
Besoins additionnels (quantité) Coût additionnel ($USD) Disponible en stock (quantité) Coût stock disponible ($USD)

nt de la Météorologi e,IOGA
(Institut Observatoire Géophysique d’Antananarivo ),BNGRC, SAFFJKM, CARITAS, SIF, FID.

UNICEF, MEN, AeA, départemen t de la Météorologi e ,IOGA
(Institut Observatoire Géophysique d’Antananarivo ),BNGRC, SAFFJKM, CARITAS, SIF, FID.

6

Disposer les premières informations sur les dégâts dans les 72heures - Assurer les petites réparations au niveau des salles de classe et des équipements - Mettre à disposition des salles de classe temporaires

Ciscos, MEN Central, Groupe sectoriel FRAM, FAFF, Dirécoles GROUPE SECTORIE L, FRAM, FAFF, Main

36

Communicati on par tél, mail ou par courrier 1 000

Ft

400

500

Matériaux et matériels

2 000

215

20 618

1225

245 000

Bois ronds, Fils de fer, pointes et tarpolins

PLAN SECTORIEL EDUCATION _ Madagascar Personnel requis Contingence Activités
Désignation Quantité Coût ($USD) Désignation

2010-2011 Equipement ou intrants requis
Besoins additionnels (quantité) Coût additionnel ($USD) Disponible en stock (quantité) Coût stock disponible ($USD)

d’œuvre spécialisé

pour 400 tarpatentes 25 tentes à ossature métallique Tables bancs Pour 1800 salles de classe Kits Wash 131 412,58

- Assainir rapidement les salles de classe et l’environnement scolaire

- Opérationnaliser le dispositif pour la pédagogie d’urgence - Mettre à disponibilité les kits d’urgence

FRAM, FAFF, Directeurs d’écoles, personnels santé Enseignant s DREN, Cisco, ZAP, Dir écoles, ONGs et association s

500

1 000

Kits Wash au niveau des salles de classe

176 223

700

36

Déplacement frais des agents sur place School in a box Recreation Kit

36

3619

367 school in a Box 371 tableaux noirs

77 070 7 791

1254

218 695

10 000 manuels GRC

5 000

760

146 978 206 kits récréatifs 43 260

- Organiser les jeux récréatifs pour les élèves - Faire le soutien psycho - social pour le retour à la vie scolaire

Enseignant s Travailleurs sociaux, Formateurs centraux et Enseignant

700

760

10 824

Fournitures

10 833

PLAN SECTORIEL EDUCATION _ Madagascar Personnel requis Contingence Activités
Désignation Quantité Coût ($USD) Désignation

2010-2011 Equipement ou intrants requis
Besoins additionnels (quantité) Coût additionnel ($USD) Disponible en stock (quantité) Coût stock disponible ($USD)

- Collaborer avec les partenaires de protection pour le suivi des enfants ne revenant pas à l’école

- Disposer les données statistiques détaillées au plus tard un mois et demi après la catastrophe Faire le suivi et l’évaluation des activités réalisées Total besoins cyclone inondation

s Directeurs d’école avec Direction de la Population et des Affaires Sociales, réseaux de protection de l’enfant, dont les travailleurs sociaux et ONGs spécialisés MEN, DREN, Cisco, Groupe sectoriel Groupe sectoriel central

Budgétisé par le Secteur Protection

36

6

2597

Déplacement des missionnaire s

1350 litres de gasoil

1809

36 039

936 969,58

133 121

PLAN SECTORIEL EDUCATION _ Madagascar

2010-2011

2. Membres et 3W
Groupe sectoriel Partenaires Point focal Téléphone Email 0332342639 mfocaslicht@unicef.org 0332342660 jrandimbiarison@unicef.org Quoi ? - L’évaluation et l’élaboration des dossiers relatifs aux actions entreprises - La mobilisation et la coordination du soutien des donateurs - La coordination au sein du Groupe sectoriel Aide et Action Equipe Humanitaire RAKOTONDRAZAFY Jocelyne Norohanta Raveloarijaona Rado Irène RANAIVOZANANY UNESCO PNUD Louisette RANOROVOLOLONA 0331108551 louisette.ranorovololona@undp.org 0324001616 aea.cagpc@moov.mg Ou ?

Nom Margarita Focas Licht UNICEF RANDIMBIARISON Jacky Roland

22 régions

0330783537

ji.ranaivozanany@unesco.org

-

Partenaires Techniques et Financiers

EDUCATION

CRM SAF FJKM vonjy voina

Jocelyn R.

0320451738

crm5@moov.mg

- Participation à des missions d’évaluation - Participation à des séances de renforcement des capacités 22 régions

Solomampiandra RALiSAON RANDRIAMIALISONA François de Sales

0331493734

ralisaona_solo@yahoo.fr

0331284241

andriamialina@yahoo.fr andriravelo@yahoo.fr

Ministères et services rattachés

MEN

RAVELONALOHOTSY Charles Rivo RABETRANO Raoelijaona DieuDonnée

0324599347 rivorabetrano@yahoo.fr 0331501606 0320214908

-

Evaluation des dégâts Coordination du Groupe sectoriel Encadrement technique Participation à des séances de renforcement des capacités

22 régions

isdt@fid.mg

FID

METEO

Sahondrarilala Raveloarisoa Rambolamanana Gérard

0324148076

meteo.dem@moov.mg

0340409490

IOGA

- Reconstruction ou réhabilitation d’infrastructures éducatives dans le cadre de réponses aux chocs ou de la décentralisation - Renforcement de capacité - Travaux HIMO contre cash en protection sociale dans le cadre de réponses aux chocs - Participation à des séances de renforcement des capacités - Elaboration des dossiers techniques - Sensibilisation - Participation à des séances de renforcement des capacités - Elaboration des dossiers techniques - Sensibilisation

22 régions

22 régions

PLAN SECTORIEL HABITAT _ Madagascar

2010/2011

Annexe 3d. Plan de Réponse Sectorielle Groupe Sectoriel HABITAT (SHELTER & NFIs)

1. OBJECTIFS Objectifs généraux Permettre aux populations affectées de retrouver un habitat adapté aux contraintes climatiques dans les meilleurs délais. Objectifs opérationnels o o o o Fournir des logements temporaires aux sans abri et aux personnes déplacées Assurer la disponibilité d’un minimum de « basic living ustensils » (lit, couverture, ustensiles de cuisine) pendant le séjour des sinistrés dans les sites d’hébergement. Appuyer les populations affectées dans leurs efforts de reconstruction et/ou de réhabilitation de leurs habitats. Promouvoir l’application des normes et standards adaptés aux conditions climatiques spécifiques à chaque région (normes anticycloniques).

2. PRESUPPOSES POUR LA PLANIFICATION

PLAN SECTORIEL HABITAT _ Madagascar

2010/2011

Contingence

Eléments déclencheurs National o Appel de l’autorité o Nombre de familles sinistrées atteignant 2000

Conséquences humanitaires National Conséquences humanitaires o Déplacement temporaire de la population affectée ; o Perte des ustensiles de cuisine Besoins Tentes Kit cuisine Education sur la construction des cases résistantes au coup de vent.

Hypothèse de planification (Population affectée/localisation, dégâts matériels, etc) National Dégâts humains : Environ 600.000 personnes affectées (125.000 familles) dont : - 60.000 personnes (12.000 familles) nécessitent une intervention immédiate en termes de fourniture d’abri temporaire. - 40.000 personnes en dehors de la plaine d’Antananarivo, 1/3 auront besoin d’être hébergés dans des tentes (environ 13.000 personnes ou 2.600 familles, réparties dans 20 sites d’hébergement), 1/3 pourront être hébergés dans les centres d’hébergement en dur (20 sites), 1/3 seront hébergés par leurs voisins ou leurs familles proches. Dégâts matériaux - 125.000 cases locales endommagées dont 5.000 détruites. Localisation (régions concernées) - Alaotra Mangoro, Analanjirofo, Atsinanana, Sofia, DIANA, Menabe, SAVA, Analamanga.

-

Acteurs disponibles CRM CPC BNGRC UN Habitat OIM CARE Medair SAF/FJKM FID BM UNICEF

Contraintes/lacunes Pratique sur la construction des cases résistantes insuffisantes pour certains membres du Groupe Sectoriel.

Cyclone et inondation

Cas de la plaine d’Antananarivo o Appel de la Mairie. o Nombre de famille atteignant 500

Cas de la plaine d’Antananarivo o Terrain d’installation des tentes. o Tentes. o Kit cuisine. o Couverture (à cause du froid) o Sensibilisation pour la réhabilitation et la réintégration.

Cas de la plaine d’Antananarivo - Parmi ces 60.000 personnes, 20.000 (4.000 familles) ont besoin des abris temporaires sur la plaine d’Antananarivo.

-

CRM CPC BNGRC UN Habitat OIM CARE FID BM UNICEF

Cas de la plaine d’Antananarivo Incapacité financière des familles à réhabiliter les maisons détruites.

PLAN SECTORIEL HABITAT _ Madagascar 3. ESTIMATION DES BESOINS POUR LE SECTEUR

2010/2011

3.1. Standard minimum a) Pour réhabiliter/reconstruire les cases d’habitation, les standards adaptés aux contextes socioculturels, économiques et aux conditions climatiques locales seraient : - Dimension : 3 x 4 m² - Nombre de pièce : une pièce, - Reconstruction : site initial si possible - Utilisation des matériaux locaux : structure charpente en bois carré de type Eucalyptus, planché en bois ou Rapaka, toiture en Ravinala, fondation profonde et ancrage renforcé NB : Il faut considérer le fait que la dimension d’une case familiale dans les Régions à risque est environ 2,5 X 3,5 m2

b) -

En plus des tentes, les éléments/fournitures suivants sont requis : ustensiles de cuisine : une assiette + une cuillère par personne « basic living ustensils » : lit picot, couverture, habillement : un kit par tente. mise en place d’une zone cuisine pour chaque site d’hébergement (en dur ou tentes) clôture des sites d’hébergement (tentes) surveillance et organisation sur les besoins sectoriels: santé, eau et assainissement, violence, alimentation.

Cadre d’intervention du Groupe Sectoriel

Cadre d’activité Groupe

Renforcement des Relocation des cases à catastrophe Abris CYCLE Reconstruction des Foncier Norme A é

t

Réhabilitation bâtiments publics

PLAN SECTORIEL HABITAT _ Madagascar

2010/2011

3.2. Besoins du Groupe Sectoriel pour répondre aux scénarios (ou niveau de préparation requis) a) Phase d’urgence : 2 semaines au maximum. Les familles malagasy evitent au maximum l’hebergement dans les sites et prefèrent s’heberger chez leurs familles ou dans les vestiges de leurs maisons. - Créer un centre d’accueil temporaires pour les sans abri. - Utiliser les bâtiments en dur existants à aménager provisoirement pour accueillir les sans abris en respectant le plus possible l’intimité de famille - Gérer les activités dans les sites d’hébergement. b) Phase de relèvement précoce et de relèvement : commence juste après le cyclone/inondation et pourrait continuer au-delà de 2 semaines. - Appuyer les sinistrés dans leurs efforts de reconstruction des cases d’habitation. Nombre total de bénéficiaires à cibler Assurer l’hébergement temporaire des 60.000 personnes, dont 20.000 personnes se trouvent sur la plaine d’Antananarivo Niveau/type de stocks actuels Capacité actuelle Tente pour 4 familles: 40 Plastic sheeting : 925 Tente familial : 385 Kit familial : 5.880 Tente familiale : 1.120 Plastic sheeting : 800 Kit familial : 4000 Bénéficiaires assistés selon la capacité disponible 160 familles 925 familles 385 familles 5.880 familles 1.120 familles 8.000 familles 4000 familles Capacité d’héberger 10.590 familles Kit familial pour 9.880 familles 15.000 us$ 16.800 us$ Besoins additionne ls requis Coûts des besoins additionne ls ($USD)

Membres CPC CRM

BNGRC CARE

Total

Détenteurs Fabrication Dimension des tentes Chinoise (mxm) 4X4 8X5

Capacité 1 famille 2à3 familles 1 famille 1 famille 1 famille 1 famille 1 famille 4 familles 2 familles 10 familles

Nombre disponible

2,058 X 2,5 1 famille Japonaise Arabie Saoudite BNGRC Marocaine Française Française CRM CPC CARE Plastic sheeting Chinoise Française 3X3 4X4 4X4 5x4 62 m3 4X4

400 2 385 20 6 400

PLAN SECTORIEL HABITAT _ Madagascar

2009/2010

3.3. Activités à entreprendre AVANT LE CYCLONE / INONDATION # 1. Activités Sensibiliser les responsables régionaux et des district sur les consignes et modalités d’évacuation, les zones de regroupement. Sensibiliser les autorités à identifier les fournisseurs nationaux et régionaux (bâches, plastic sheeting, tentes…) et les lieux de stockage de matériaux de construction dans les chefs lieux de province et des Régions. Sensibiliser les autorités à identifier les moyens de transport disponibles pour livrer les abris temporaires et les matériaux de construction Elaborer une liste de contacts à jour des personnes responsables des abris dans chaque agence, et aussi au niveau local Lister les Moyens humains disponibles pour l’opération Améliorer des méthodes de construction des cases traditionnelles Renforcer la capacité du BNGRC et de ses partenaires en évaluation « dommages, pertes et besoins » (méthodologie et approche commune pour les évaluations) Mettre en commun les méthodologies et les approches d’intervention Responsable Intervenants membres Echéance

2.

Intervenants membres

3.

Intervenants membres et Groupe Sectoriel logistique Chef Groupe Sectoriel

4.

5.

6. 7.

CRM, CARE, avec l’appui des partenaires nationaux (BNGRC, CPC). BM, Medair, SAF FJKM CPGU

8.

Intervenants membres

3.4. Activités à entreprendre PENDANT ET APRES LE CYCLONE / INONDATION # 1. 2. Activités Activer le secteur Habitat – Réunion de crise S’assurer de la présence d’un professionnel Habitat dans la 1ère équipe d’évaluation / Communication avec le terrain Evaluer les dégâts en termes d’abris Prévoir des personnes pour le déploiement Rester en liaison permanente avec le terrain, dissémination information sur le plan en marche Répartir les capacités formées pour l’encadrement de la reconstruction entre les différentes zones touchées Recenser les abris à réhabiliter /reconstruire Apporter les tentes ou plastic sheeting pour héberger les familles sans abris. Gérer les activités dans les sites d’hébergement Réaliser des projets de relèvement précoce en Habitat Responsable CRM/IFRC Groupe Sectoriel Echéance Juste après la crise

3. 4. 5. 6.

Groupe Sectoriel CRM / CPC Groupe Sectoriel Partenaires nationaux (BNGRC, Autorités locales) Groupe Sectoriel CRM, CPC, CARE CRM, OIM Groupe Sectoriel

Après l’urgence Pendant Juste après la crise

7. 8. 9. 10.

Après l’urgence

Phase relèvement précoce

Mesures de relèvement précoce : Elaboration (ou mise à jour) par les Autorités, de plans d’aménagement communaux en précisant les zones à risque (Inondations, glissements de terrains, vents…) pour les rendre inconstructibles et en élaborant des plans de restructuration des zones sensibles aux catastrophes (accès aux infrastructures et équipements).

PLAN SECTORIEL HABITAT _ Madagascar -

2009/2010

-

-

Assurer la disponibilité de supports techniques IEC/CCC et de modèles de structures d’habitat adaptés aux différentes régions (manuels techniques, affiches diffusés largement dans les communes des zones à risque). Assurer la disponibilité de ressources humaines ayant reçu une formation adéquate, pour encadrer les populations et les différents intervenants dans les opérations de reconstruction / réhabilitation. Disponibilité des ressources financières nécessaires.

3.5. Participation aux évaluations

Type d’évaluation Mission de survol

Membres participants Tous les membres doivent avoir la capacité d’effectuer une évaluation.

Evaluation Rapide Mutisectorielle (ERM)

Représentants de chaque cluster

Evaluation sectorielle

Membres opérationnels CRM, CARE, CRS Mg

Quel Outil ? Photo Film Canevas Photo Film Canevas d’interview avec autorité et communauté Photo Film Observation et transect, interview, EIMA

Qui rapporte ? Ceux qui participent

Ceux qui participent

Ceux qui participent

PLAN SECTORIEL HABITAT _ Madagascar

2010/2011

4. PRÉ-REQUIS Personnel requis Contingence Activités Réunion de coordination Evaluation survol Evaluation rapide Désignation Chef Groupe Sectoriel et membres Perdiem membre Perdiem membre Perdiem volontaire Perdiem membre Perdiem volontaire Perdiem volontaires CRM Quantité tous 2x2j 5x4j 400 5x7j 400 500x30j Coût ($USD) 0 200 1.000 1.000 1.750 1.000 37.500 Matériel de mission Location de voiture Carburant Kit mission Location de voiture Carburant Transport tentes Kit famille Bois de chauffe, eau Fonctionnement Location de voiture Carburant Location Matériaux Matériel Fourniture Location voiture Carburant 2 5x4j 5 5x7j 50 2.000 2.000 1.000 3.500 2.000 8.000 120.000 6.000 5.000 7.000 3.000 1.000 1.000.000 1.000 10.000 4.000 1.175.550 391.850 1,567,400 Désignation Besoins additionnels (quantité) Coût additionnel ($USD)

Cyclone et inondation

Evaluation sectorielle

Hébergement des sinistrés

8 régions 8.000 40 sites

Suivi des normes et des besoins Coût magasin préposition Reconstruction des cases

Membres

5x10j

2.500

5x14j

Main d’œuvre Suivi

5.000x3pers 5x20

0 37.500 5.000

10x1 mois 5.000

5x20j

Total hors plaine d’Antananarivo Total plaine d’Antananarivo Total général

87.450 29.150 116.600

PLAN SECTORIEL HABITAT _ Madagascar

2010/2011

5. MEMBRES ET 3W Partenaires
CRM/IFRC CARE

Nom
Dr Joss Razafindrakoto Didier Young SEE Monique Ando Ratsimamanga RAMANANTSOA Serge

Point focal Téléphone
032 05 221 07 032 07 810 46 033 12 422 83

Email
grc@crmada.com didier@care.mg seemonique@hotmail.com aratsimamanga@worldbank.org

Domaine
Secourisme, mise à disposition des tentes et des équipements électriques, gestion des sites d’hébergement, recensement des sans abris Pré-positionnement et distribution des Tarpolin, réhabilitation post cyclonique, recensement Supervision et Gestion des sites d’hebergement Appui à la reconstruction selon les normes Encadrement technique ou assistance technique Formation Reconstruction des cases résistantes. Reconstruction des cases résistantes. Appui à la réhabilitation d’urgence des cases d’habitation

Zone
Dans tout Madagascar Dans tout Madagascar Dans tout Madagascar Dans tout Madagascar Vatovavy, Atsimoandrefana; Analamanga Vatovavy Maroantsetra Dans tout Madagascar

Equipe Humanitaire

OIM Banque Mondiale UNHABITAT SAF FJKM Medair

033 02 688 07 033 14 962 17 033.07.835.37 032.05.146.84

ramanantsoa_serge@yahoo.fr monique.rakotoarison@undp.org cd-madagascar@medair.org

RAKOTOARISON Monique Solo Audrey Yves Pascal

es Techniqu es et Financier

USAID

RANAIVOJAONA Riri

033 12 422 84

sranaivojaona@usaid.gov

Ministères et Services Techniques rattachés

MAT

RABE Harimanana

033 11 449 71

dat.mprdat@yahoo.fr ; rabeharim@moov.mg ; rabeharim@yahoo.fr

Suivi, Données

FID

RAKOTOSAMIMANANA

032 07 579 48

rpst@fid.mg

- Réhabilitation et/ou reconstruction post catastrophes d'infrastructures sociales (sanitaire ou scolaire) bâtiments administratifs, déblocages, productives, ... - Renforcement de capacités - Travaux HIMO contrat cash pour la "sécurité alimentaire"
Mise à disposition des tentes, Transport et prépositionnement des tentes, évaluation des besoins en Habitat Secourisme, Dégagement, Electricité, appui au montage des tentes, évaluation, déblayage pour la construction

Dans tout Madagascar

BNGRC

RAONIVELO Nianja

033 11 658 32

bngrc@bngrc.mg sp.bngrc@bngrc.mg aritiana23@yahoo.fr

Dans tout Madagascar Dans tout Madagascar

CPC

FALY Aritiana Fabien

032 42 645 57

PLAN SECTORIEL LOGISTIQUE _ Madagascar

2010/2011

Annexe 3e. Plan de Réponse Sectorielle Groupe sectoriel LOGISTIQUE

1. OBJECTIFS Objectifs généraux Le Groupe sectoriel Logistique appuie les autres Groupe sectoriels pour que toutes les opérations de secours d’urgence, provoquées par n’importe quelle crise, puissent optimiser l’utilisation des moyens logistiques possibles et disponibles et la coordination des informations sur l’état des infrastructures. Il est à noter que ce plan peut changer ou être modifié selon l’ampleur de l’urgence. Il vise à assurer le déploiement de l’assistance humanitaire dans les délais les plus brefs permettant une assistance d’urgence aux populations affectées dont celles vivant dans des zones isolées ou coupées des circuits de communication. Objectifs opérationnels • Coordination et partage des informations sur l’aspect logistique avec l’équipe humanitaire ; • Mobilisation des ressources ou appui externe au cas où le « Groupe sectoriel Logistique » est activé entièrement ; • Inventorier et actualiser un maximum d’offres commerciales en matière de logistique, selon les disponibilités et les capacités de rendre des services ; • Mettre à la disposition de tous les autres secteurs les informations les plus actualisées possibles sur les offres existantes ; • Participer aux évaluations après désastres; • Appuyer et faciliter l’acheminement des moyens humains et matériels sur le terrain en temps opportun, en qualité et en quantité, au meilleur coût, et au bon endroit ; avec un minimum de risque possible. (procédure de dédouanement,…) ; • Rétablir dans un meilleur délai l’énectricité, la télécommunication et les voies de communication (routières, aériennes, ferroviaires, fluviales) coupées ou endommagées par l’aléa. 2. PRESUPPOSES POUR LA PLANIFICATION • • • • • • • • • • • • Un appui à la mission de survol par avion le lendemain du passage du cyclone/inondation pour délimiter les zones les plus touchées ; Envoie d’une mission d’évaluation en hélicoptère. Une mission d’une équipe du BNGRC bien avant l’arrivée du cyclone pour préparer les personnes dans les zones touchées et renforcer les comités locaux de GRC. Envoie d’une équipe du Corps de Protection Civile pour les autres opérations de secours et de déblaiement. Envoie de premier convoi d’aides de secours d’urgence. Les zones affectées sont inaccessibles par voie terrestre, voire pendant quelques semaines Le coût des différents transports monte significativement. La disponibilité des moyens de transport est limitée alors que les besoins augmentent significativement (retenus dans les zones affectées…) Les capacités de certaines infrastructures routières, sociales et économiques sont largement limitées (pont, bac, etc). L’accessibilité par voie fluviale présente encore beaucoup de risque. Le trafic et les spéculations de carburants et ses produits dérivés augmentent pendant des semaines. Les réseaux de télécommunication et d’électricité sont coupés pendant les quelques jours après le passage du cyclone.

PLAN SECTORIEL LOGISTIQUE _ Madagascar

2010/2011

3. ESTIMATION DES BESOINS POUR LE SECTEUR 3.1. Standard minimum Le secteur logistique joue plutôt un rôle transversal pendant les activités pré cyclone et inondation qui consistent au rassemblement de toutes les données nécessaires à la facilitation de la prise de décision et des interventions des autres Groupe sectoriels après le passage du cyclone et de l’inondation. Ces données sont régulièrement mises à jour et seront mises à la disposition de tous les utilisateurs pendant la période d’urgence. La seconde responsabilité majeure du secteur logistique estd’organiser et/ou de faciliter les activités nécessitant la mobilisation des grands moyens logistiques incombent à la responsabilité du Groupe sectoriel logistique.

3.2. Besoins du Groupe sectoriel pour répondre aux scénarios (ou niveau de préparation requis)

Contingence

Nombre total de bénéficiaires à cibler (selon les HYPOTHESES DE PLANIFICATION)

Membres

Niveau/type de stocks actuels

Bénéficiaires assistés selon la capacité disponible

Besoins additionnels requis

Coûts des besoins additionnels ($USD)

Toutes crises confondues

o Coûts de mission de survol ; o Production de cartes pour le support aux missions ; o Missions par route ; o Coûts d’un expert pour la coordination du Groupe sectoriel

PAM ou autre membre du Groupe sectoriel logistique

o

N/A

o

N/A

o N/A

100,000

PLAN SECTORIEL LOGISTIQUE _ Madagascar 3.3. Activités à entreprendre AVANT LE CYCLONE ET L’ INONDATION # Activités Mise à jour des moyens de transports terrestres, aériens, ferroviaires, fluviales et maritimes disponibles par zone géographique : fournisseurs, contact, capacité, offres disponibles, coût, etc Mise à jour de l’état des principaux axes routiers vulnérables à des coupures : villes reliées, charges maximales supportées, etc. Réapprovisionnement en pont Bailey par région : 3Km de pont Bailey Révision du recensement des ports maritimes et des pistes d’atterrissage : capacité respective, disponibles locales (fuel, etc.), Optimisation des moyens de transport via coordination des acteurs humanitaires par zone géographique Mise à jour du recensement des outils de support logistique : communication, générateur, fuel disponible, espace de travail disponible, etc.) Coordination des activités de pré positionnement de vivres et de non vivres S’assurer de la disponibilité en fuel au moins pour 1 mois de fonctionnement Mapping des entrepôts disponibles et potentiels entrepôts Clarifier et faciliter les procédures de dédouanement des biens humanitaires pour les interventions d’urgence Définir les critères d’identification des bénéficiaires Mise à jour des fournisseurs nationaux de non-vivres S’assurer que les procédures de réquisition existent, sont communiquées et bien comprises par les autorités locales

2010/2011

Par qui PAM et autres membres du Groupe sectoriel MTPM/ARM/ BNGRC/MT/NGOs MTPM BNGRC/OCHA/MT/ ACM BNGRC/PAM/CPC/ ONGs/Autorités locales Groupe sectoriel

Quand Mi Novembre

2. 3. 4. 5.

Mi Novembre Mi Novembre Mi Novembre Mi Novembre Mi Novembre Avant intervention

6.

7. 8. 9. 10.

Groupe sectoriel Tous les intervenants PAM et membres du Groupe sectoriel Démarche collective de l’équipe humanitaire

Mi Novembre Mi Novembre Mi Novembre

11. 12. 13.

Groupe sectoriel BNGRC

3.4. Activités à entreprendre PENDANT et APRES LE CYCLONE ETL’ INONDATION # 1. Activités Réunion de crise du Groupe sectoriel Logistique Par qui Représentants Logistique de tous les intervenants PAM Quand Juste avant, pendant et immédiatement après l’aléa Immédiatement après l’aléa Immédiatement après l’aléa

2 . 3 .

4 .

Assurer de la présence d’un professionnel logistique dans la 1ère équipe d’évaluation / Communication avec le terrain Analyse et Action plan Vérifier moyens de communication disponibles et état de marche Appuyer tous les intervenants à l’analyse du type de transport efficace et à moindre coût Re-mapping, remontée d’informations du terrain via les ingénieurs des travaux publiques

MTPM, SOGEA, COLAS, ARM

Envoi d’information continue au point focal du Groupe sectoriel Logistique

5 . 6. 7.

Organiser du convoi, des dispatches et des réceptions Coordonner avec les équipes logistiques sur le terrain, définir les rôles et les responsabilités sur le terrain. Anticiper, étudier la montée en puissance des besoins logistiques

Groupe sectoriel Groupe sectoriel Groupe sectoriel

PLAN SECTORIEL LOGISTIQUE _ Madagascar # 8. Activités Suivre l’évaluation et mise à jour en continu des données du terrain sur l’opération. Emission régulière de bulletin d’information logistique Mettre en place un système de suivi des états de stock Participer à la mission de diagnostic approfondi, pour voir l’état de tous les moyens logistiques après l’aléa. Par qui Groupe sectoriel

2010/2011 Quand

9. 10.

Groupe sectoriel Groupe sectoriel

3.5. Participation aux évaluations Type d’évaluation Evaluation Rapide Multisectorielle Autre évaluation conjointe Evaluation sectorielle Un membre du Groupe sectoriel PAM Membres participants Un membre du Groupe sectoriel Un membre du Groupe sectoriel Quel Outil ? Qui rapporte ? PAM PAM

PLAN SECTORIEL LOGISTIQUE _ Madagascar

2010/2011

4. MEMBRES ET 3W
Groupe sectoriel Partenaires PAM Point focal Téléphone 032 07 137 40 Quoi ? Coordonne l’éventuelle demande de support logistique extérieur. Facilitation de l’accès et des distributions pour les partenaires. Avec UNHAS, point focal support aérien. Collecte de données auprès de ses partenaires et transmission des infos post aléas - Réhabilitation des pistes par le système HIMO/VCT ou ACT - Réhabilitation des infrastructures communautaires - Ces deux dernières activités dépendront les ressources disponibles - Stocks de repositionnement. - Appui aux missions de reconnaissance. - Appui à la distribution et au stockage. - Participation à des missions d’évaluation - Requête de financement - Renforcement des stocks régionaux d’intervention (PIROI Réunion) - Mise en place des stocks régionaux décentralisés (tous pays membres) - Renforcement et formation de l’Equipe Départementale d’Intervention Rapide à la Réunion - Renforcement et formation de l’Equipe Régionale de Personnes Ressources - Elaboration d’un Plan régional d’Intervention en cas de catastrophe. - Renforcement et formation des Réseaux de secouristes des Sociétés Nationales membres - Mise en œuvre de projets de sensibilisation et de réduction des risques dans les communautés cibles Ou ? Dans tout Madagascar Vakinakaratra, Atsinanana, Analanjirofo, Androy, Atsimo Atsinanana, Vatovavy Fitovinany Cote Est Dans tout Madagascar

Nom Aline Rumonge

Email Aline.rumonge@wfp.org

Equipe Humanitaire

CRS

Fidy Randrianasolo Fafa Razakaboay

034.05.157.17 034.05.157.34

fnrandria@mg.saro.crs.org frazakab@mg.saro.crs.org

CARE

Didier Young

034.05.157.17

didier@care.mg sranaivojaona@usaid.gov.o rg

USAID

Riri Ranaivojaona

LOGISTIQUE

Partenaires Techniques et Financiers

CRM CRF/PIROI

Dr Josselyn Razafindrakoto Hicham SAQALLI

032 05 221 07 261 (0)33 13 13 472

Joss.razaf@yahoo.fr

Dans tout Madagascar

SAFFJKM

- Mise à disposition de locaux disponibles pour stockage des matériels et vivres - Participation à des enquêtes post-aléa

MTPM

Ramarovelo Eloi

034 05 560 79

Dr-iel@mtpm.gov.mg

- Remise de la circulation en cas de coupure - Mise à disposition de locaux disponibles pour stockage des matériels et vivres

Maroantsetra Mananara Nord Sambava Fénérive Est Amparafaravola Anjozorobe Andramasina Manajary Toliara Route Nationale et Route d’Intérêt provinciale Dans chaque Direction Régionale des Travaux Publics

Ministères et services Techniques rattachés

PLAN SECTORIEL LOGISTIQUE _ Madagascar

2010/2011

Groupe sectoriel

Partenaires MTPM/DGTP OTU

Nom Razamimahafaly RAKOTONIRAINY Barisoa

Point focal Téléphone 032 04 571 89 032 05 146 94

Email Dgtpattache1@mtpm.gov.mg otu273@gmail.com

Quoi ? - Remise de la circulation en cas de coupure - Mise à disposition des Techniciens pour l’évaluation des dégâts Maîtrise d'ouvrage déléguée dans le domaine des infrastructures routières par : - La gestion du réseau des Routes Nationales qui lui sont confiés (30%) et leurs emprises ; - La mise en œuvre et l'exploitation des travaux routiers y compris les bacs sur le réseau des Routes Nationales ; - Elaborer, mettre en place et mettre à jour les plans de lutte, - Coordonner les opérations de lutte en cas de déversements des hydrocarbures, - Organiser les exercices de simulation, - Organiser des formations (à l’intérieur ou l’extérieur) pour les acteurs des plans de lutte. - Reconstruction ou réhabilitation d’infrastructures sociales (sanitaires ou scolaire), de déblocage ou productives, dans le cadre de réponses aux chocs ou de la décentralisation - Renforcement de capacité - Travaux HIMO contre cash en protection sociale dans le cadre de réponses aux chocs - dégagement d’axes vitaux - appui à l’hébergement d’urgence - poste médical avancé option TRI si nécessaire - abattages et élagage d’arbre menaçant. - appui aux transports des matériels et des personnels - reconnaissances aériennes supplémentaires sur demande en coordination avec la BATAC (3 ULM)

Ou ? Dans tout Madagascar

ARM

RAVOHITRA Harinaly

032 02 937 10

ravohitra.r@a-routiere.mg

Dans tout Madagascar

OLEP

ANDRIANARISON Aurélien

034 06 48352 ou 032 04 546 92

cna.frex@olep.mg, makivisy@yahoo.fr

Dans tout Madagascar

FID

Raoelijaona DieuDonnée

0320214908

isdt@fid.mg

Dans tout Madagascar

CPC

Ltn Aritiana Faly

032 42 645 57

aritiana23@yahoo.fr

Dans tout Madagascar

PLAN DE CONTINGENCE SECTORIEL 2010 - 2011 SECTEUR SANTE

 

 

 

        Ministère de la Santé Publique 

Organisation Mondiale de la Santé 

Plan sectoriel santé Madagascar 2010 2011 
Annexe 3f. Plan de Réponse Sectorielle Groupe Sectoriel SANTE

1. OBJECTIFS

Objectifs généraux Réduire la mortalité, la morbidité et les incapacités évitables suite aux catastrophes naturelles, troubles sociopolitiques, et minimiser leur impact sanitaire sur la population en général et celle des zones affectées en particulier. Objectifs opérationnels

1. Orienter les stratégies d’intervention sur la base des évaluations et du suivi de la situation sanitaire selon les différentes étapes de la crise humanitaire. 2. Assurer la surveillance, la prévention et la riposte aux maladies à potentiel épidémique et autres risques sanitaires majeurs en situation d’urgence dans les zones affectées. 3. Assurer la disponibilité et l’accès gratuit aux services essentiels de santé aux populations affectées : soins de santé primaire, santé de la reproduction (MISP), maladies chroniques et santé mentale. 4. Établir une structure de coordination efficace des intervenants en matière de santé pour permettre une action coordonnée et efficiente vers les priorités et besoins identifiés. 5. Assurer la coordination avec les autres Groupes Sectoriels (WASH, Nutrition, Logistique, Abris, Protection…)

2. PRE SUPPOSES

POUR LA PLANIFICATION

  1 

Plan sectoriel santé Madagascar 2010 2011 
Acteurs disponibles (liste non exhaustive)

Eléments déclencheurs

Conséquences humanitaires

Hypothèse de planification (Population affectée/localisation, dégâts matériels, etc.)

Contraintes/lacunes

Conséquences humanitaires Un ou plusieurs des éléments suivants : - Destruction post cyclonique de (ou coupure des accès à) 50 CSB desservant au moins 600 000 habitants dont 108 000 enfants moins de 5 ans et 27 000 femmes enceintes et/ou - Destruction suite à l’inondation de (ou coupure des accès à) 10 CSB desservant au moins 20 000 habitants dont 3600 enfants moins de 5 ans et 900 femmes enceintes ou les mêmes types de CSB dépourvu de personnels suite au sinistre o o o Déplacement temporaire de la population affectée ; Pertes ou destructions de biens, produits et champs ; Tensions sociales (manifestation pour accessibilité à la nourriture) ; Coupure des axes routiers avec enclavement de certaines localités ; etc

Dégâts humains : 600.000 personnes affectées dont 60.000 personnes (dont 10 800 enfants moins de 5 ans et 2700 femmes enceintes en situation de détresse) ont besoin d’assistance immédiate (40.000 hors Tana et 20.000 à Tana) : - 40.000 hébergés dans les sites de sinistrés : 20.000 hors Tana et 20.000 à Tana -10.000 hors Tana ayant également perdu leur maison et autres biens, sont néanmoins hébergés dans des familles parents ou proches -10.000 hors Tana se trouvent dans des localités totalement isolées pendant la phase aigue (coupure de route et autres accès physiques aux centres de santé). Membres du Groupe Sectoriel Santé : - capacités locales affaiblies en termes de collecte et transmission des informations ; - coordination des actions défaillante d’où un ralentissement de la réponse entraînant la nécessité de reprendre le renforcement de capacité, - acteurs communautaires également affectés par la crise.

o

o

Besoins (non quantifiés) o o o o Abris temporaires (tentes, …) ; Aliments thérapeutiques et de supplémentassions, Distribution alimentaire gratuite ciblée ; Reconstitution des moyens de subsistance (bétail, semences, Besoins essentiels non

- MSanP (SURECa, SMI de région touchée) - MFA (DCSSM, CPC) - BNGRC (santé) - OMS - UNICEF - UNFPA - ASOS - CRM

o

  2 

Plan sectoriel santé Madagascar 2010 2011 
Acteurs disponibles (liste non exhaustive)

Eléments déclencheurs

Conséquences humanitaires

Hypothèse de planification (Population affectée/localisation, dégâts matériels, etc.)

Contraintes/lacunes

- Flambée épidémique - TBM1 supérieur à 1/100000 hab/j ; - TMM52 supérieur à 2/100000 enfants de moins de 5 ans /j ; - Prévalence de la malnutrition supérieure à 15% (en collaboration avec le Groupe Sectoriel Nutrition) .

couverts (services essentiels de base, eau potable, assainissement, source d’énergie…)

- en tout : 150 blessés et 340 décès. - le groupe des enfants de moins de 5 ans et femmes en âge de procréer sont les plus vulnérables

Cas de la plaine d’Antananarivo Idem

Dégâts matériaux Sur un total de 300 CSB et 20CHD/CHR (dont 5 CHD2/CHR): - 60 centres de santé (1 sur 5), mais pouvant aller jusqu’à 100, seraient endommagés dont :
• 5 complètement détruits

nécessitent une reconstruction totale et ne sont plus fonctionnels ; • le reste fonctionnels mais nécessite des réhabilitations légères à moyennes ; • 10 inondés dont 5 ont

                                                            
1 2

TMB : Taux brut de mortalité TMM5 : Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans (Taux de mortalité infanto-juvénile)

  3 

Plan sectoriel santé Madagascar 2010 2011 
Acteurs disponibles (liste non exhaustive)

Eléments déclencheurs

Conséquences humanitaires

Hypothèse de planification (Population affectée/localisation, dégâts matériels, etc.)

Contraintes/lacunes

leurs stocks de médicaments complètement avariés du fait des inondations du magasin (PHAGECOM) ; • 5 ont leurs réfrigérateurs détériorés et non fonctionnels - 2 CHD endommagés mais fonctionnels

Localisation (régions concernées) o 13 régions de la côte Est, de la partie Nord et Nord-Ouest, et plaine d’Antananarivo.

Période de janvier à mai 2011.

  4 

Plan sectoriel santé Madagascar 2010 2011 
3. ESTIMATION DES BESOINS POUR LE SECTEUR

3.1. Standard minimum Besoin pour assurer un standard minimum de soin de santé 1. Niveau communautaire : • 3 agents communautaires de santé par fokontany, formés en secourisme • 1 secouriste communautaire par fokontany. 2. Niveau structure sanitaire (fixe ou mobile) : • 1 structure sanitaire pour 10 000 personnes - au moins deux Agents techniques - au plus 50 consultations/jour/agent qualifié (médecin ou paramédical) - taux d’utilisation des formations sanitaires dans une période déterminée: 4 fois à la normale

3. Niveau de référence 1 hôpital de référence (centre hospitalier) pour 50 000 personnes avec : - au moins 5 agents qualifiés (médecin ou paramédical) - 1 agent pour 20 à 30 lits (service de 24 heures) - 1 technicien de laboratoire.

3.2. Besoins du Groupe Sectoriel pour répondre aux scénarios (ou niveau de préparation requis) Les besoins du Groupe Sectoriel sont calculés par scénario de crise et sur la base de ses standards et ses hypothèses de planification.

  5 

Plan sectoriel santé Madagascar 2010 2011 
Bénéficiaires assistés selon la capacité disponible et selon mandat des agences 0 personne Coûts des besoins additionnels ($USD) 350,000 8,000 800,000

Contingence

Nombre total de bénéficiaires à cibler

Membres

Niveau/type de stocks actuels3

Besoins additionnels requis

Cyclone et inondation (côte Est)

o Assurer la réponse aux besoins sanitaires urgents de 40 000 personnes (sinistrées et sans abris). o Assurer l’accès continu à des soins préventifs et curatifs de santé incluant la SR aux 600 000 habitants des zones affectées par les cyclones o Assurer la prévention, la surveillance et la riposte aux épidémies dans les zones affectées.

Groupe Sectoriel/OMS Groupe Sectoriel/UNICEF

o 0 Kits IEHK

0

0 personne

o 4 Kits IEHK o DOT, PCT o PEC gratuite des 40 sinistrés hospitalisés (0,1%) Vaccins, MII, autres intrants pour PEC enfants (18% des 600 000 habitants dans les zones affectées et les sites d’hébergement) Kits SR d’urgence et Kits hygiène, dépend résultats rapide (23% des 600 000 habitants dans les zones affectées et les sites) Préservatifs, 10 370 boites (20% homme sexuellement active, 20% utilisant 12 préservatifs/mois, pour 3 mois) Kit PEP

Groupe Sectoriel/UNFPA

1000 kits individuels (accouchements et hygiène)

1000 femmes enceintes ou venant d’accoucher

350,000

36, 500

Inondation (plaine de Tanà)

o Assurer la réponse aux besoins sanitaires urgents de 20 000 personnes (sinistrées et sans abris). o Assurer l’accès continu à des soins préventifs et curatifs de santé incluant la SR aux 100 000 personnes servies par les CSB non fonctionnels des zones affectées par l’inondation

Groupe Sectoriel/OMS

o 0 Kits IEHK

0 personne

o 2 Kits IEHK o DOT, PCT o PEC gratuite des 20 sinistrés hospitalisés (0,1%)

175,000

4,000 Groupe Sectoriel/UNICEF 0 0 personne Vaccins, MII, autres intrants pour PEC enfants (18% des 100 000 habitants dans les zones affectées et les sites 135,000

                                                            
3

Niveau/type de stock disponible : stock physique non disponible, mais ressources financières et techniques mobilisables immédiatement.

 

Plan sectoriel santé Madagascar 2010 2011 
Bénéficiaires assistés selon la capacité disponible et selon mandat des agences Coûts des besoins additionnels ($USD)

Contingence

Nombre total de bénéficiaires à cibler

Membres

Niveau/type de stocks actuels3

Besoins additionnels requis

d’hébergement) o Assurer la prévention, la surveillance et la riposte aux épidémies dans les zones affectées.

Groupe Sectoriel/OMS

0

0 personne

Groupe Sectoriel/UNFPA

1500 kits individuels (accouchements et hygiène)

1500 femmes enceintes et venant d’accoucher

Kits SR d’urgence et Kits hygiène, dépend résultats rapide (23% des 100 000 habitants dans les zones affectées et les sites) Préservatifs, 1750 boites (20% homme sexuellement active, 20% utilisant 12 preserv/mois, pour 3 mois) Kit PEP

58,500

6, 500

 

Plan sectoriel santé Madagascar 2010 2011 
3.3. Activités à entreprendre AVANT LE CYCLONE ET L’INONDATION Activités Responsable Redynamiser et revaloriser la plate forme de coordination du Groupe Sectoriel santé à chaque niveau. Partager aux membres du cluster santé la cartographie des partenaires présents dans tout Madagascar. Mettre à jour les outils de gestion : Fiche d’évaluation approfondie du cluster santé Tenir un atelier d’élaboration du curriculum de formation en matière de santé pour les Comité GRC au niveau région, district, commune. Former les comités GRC et les SMI de la région d’Analanjirofo et Atsinanana sur la GRC en matière de santé. Impliquer les comités GRC des régions et district dans la formation des comités GRC des communes. Partager aux 22 DRS et 111 Districts le canevas de surveillance épidémiologique spéciale (avec guide) à appliquer en cas de catastrophes naturelles. Reconstituer l’Equipe Médicale d’Intervention Rapide (EMIR) pour la ville d’Antananarivo Groupe Sectoriel Santé (GS)

#

Echéance D’ici décembre 2010

1

BNGRC (Santé)

D’ici décembre 2010

2.

3.

Groupe Sectoriel Santé (OMS, SURECa) Groupe sectoriel santé

D’ici décembre 2010

D’ici Décembre 2010

4

SURECa, avec l’appui des partenaires (OMS) Groupe sectoriel santé

Juillet 2011

Aout 2011

5.

SURECa, avec l’appui des partenaires (OMS, UNICEF, CRM)

D’ici Décembre 2010

6

7

8 9

Renforcer le système de PEC des urgences obstétricales Pré-positionner des stocks d’urgence Centraliser les informations sur les stocks de médicaments et consommables médicaux des membres du Cluster au SURECa Former les prestataires de service des régions exposées sur le MISP (DMU), la PEC médicale de la malnutrition sévère, la prise en charge IST/VIH/SIDA et violences sexuelles. Former les coordonnateurs DMU (Equipe Pays) Former en DMU les Coordonnateurs régionaux de CRM, Chefs SMI, FISA, dans 22 Régions Partager aux membres du cluster Santé les échantillons de support IEC disponibles au niveau du BNGRC. Inventorier les messages et supports IEC en matière de Santé, disponibles au niveau de chaque membre du Cluster Santé, et les centraliser au

SURECa BNGRC DRSP Analamanga Santé Militaire/CPC SDSP Tana Ville CRM MSanP(SURECa, Sce SR), UNFPA, ONGs Membres du Cluster SURECa, tous les membres du Cluster

D’ici décembre.2010

continue Selon la crise D’ici Décembre 2010

10

11

MSanP (SURECa, Sce SR) UNFPA, ONUSIDA, ( Collab Groupe Sectoriel Nut)

Dès décembre 2010

12 13

MSanP(SURECa/Sce SR) UNFPA, CRM, FISA, MSanP (SURECa/ Sce SR) UNFPA, CRM, FISA, BNGRC (Santé)

Novembre 2010 Mi novembre 2010Début Décembre 2010. Fin Novembre.

14

Membres du Cluster santé

D’ici mi Décembre

15

  8 

Plan sectoriel santé Madagascar 2010 2011 
# Activités SURECa. 16 17 Reproduire et diffuser des messages IEC sur les risques sanitaires liés aux cyclones Designer les 10 représentants du Cluster qui participeront a la formation sur l’évaluation rapide multisectorielle. Tenir un atelier d’harmonisation du cadre de collaboration entre les intervenants dans le Cluster santé (Ministères- SNU -ONGs) 3.4. Groupe Sectoriel Santé Période pré cyclonique Responsable Echéance

18

Chef de file GS (SURECa), Cluster Lead (OMS), BNGRC et Partenaires Groupe Sectoriel Santé Dr Arthur (OMS), Chef SURECa

Mi Décembre ou Janvier Mi Décembre

  9 

Plan sectoriel santé Madagascar 2010 2011 
3.5. Activités à entreprendre PENDANT ET APRES LE CYCLONE ET OU L’INONDATION Activités Designer le ou les Représentants du GS qui participent à l’évaluation rapide multisectorielle. (au moins un représentant au nom du Cluster). Réaliser une évaluation sanitaire rapide et/ou approfondie dans les zones affectées Activer le mécanisme de coordination (intra et inter-Groupe Sectoriel) de support logistique (transport, communication….) et administratif Impliquer les structures de santé communautaire existantes dans les réponses aux situations de catastrophes Assurer l’approvisionnement coordonné en intrants médicaux incluant médicaments, vaccins, kits SR aux services médicaux des Districts/Régions affectés. Assurer la distribution gratuite des moustiquaires imprégnées, kits d’hygiène et préservatifs aux populations cibles (moins de cinq ans et femmes enceintes) Assurer de l’effectivité de la Vaccination des enfants contre la rougeole dans les zones touchées Assurer le traitement d’urgence gratuit et les évacuations sanitaires des traumatismes liés au sinistre Assurer la prise en charge médicale gratuites des sinistrés dans les camps ou sites d’hébergement et en stratégie avancée ou mobile. Assurer de la mise en œuvre de la surveillance épidémiologique appropriée selon le canevas du SURECa Assurer la prise en charge gratuite des maladies chroniques Assurer la prise en charge gratuite incluant la référence contre référence des soins obstétricaux d’urgence, Assurer la gratuité du paquet minimum de santé de la reproduction incluant la prise en charge des violences sexuelles (PEP kits, kits viols) pour les régions touchées Elaborer et soumettre des appels de fonds d’urgence Responsable Chef de file du GS (SURECa), Cluster Lead (OMS), BNGRC (Santé) Groupe Sectoriel santé Dans la première semaine Groupe Sectoriel santé, autres Groupes Sectoriels Echéance

1

Selon la crise

2

3

Des la première semaine après passage de l’aléa

4

MSanP (SURECa/SMI et SDSP), UNICEF, ONGs

En continu

5

MSanP (SURECa/SMI, Sce SR, SV), UNICEF, OMS, UNFPA, ONGs

Dans la première semaine

6

MSanP (SURECa/SMI, Sce SR), UNICEF, OMS, UNFPA, ONGs

Apres le première semaine

7

MSanP (SURECa/SMI, SV), UNICEF, OMS MSanP (SDSP/SMI), agents de santé, ONGs MSanP (SURECa/SMI, SDSP et ou EMIR) OMS, UNICEF, UNFPA, ONGs SURECa, OMS

Pendant l’urgence

8

Phase aigue

9

Pendant l’urgence

10

Pendant l’urgence MSanP (SURECa/Programmes verticaux), OMS MSanP (SURECa/SMI, Sce SR), UNICEF, OMS, UNFPA, ONGs Points focaux des régions, agents de santé, UNFPA, ONGs, ONUSIDA

11

Pendant l’urgence

12

Pendant l’urgence

13

Pendant l’urgence

14

Gouvernement (appuis techniques GS santé)

Apres la première semaine

  10 

Plan sectoriel santé Madagascar 2010 2011 

Activités Mener une évaluation plus approfondie des besoins et assurer le Suivi et l’évaluation des activités. Réévaluer les dégâts et pertes au niveau du secteur santé Renforcer le suivi de la situation nutritionnelle et sanitaire des enfants et des femmes enceintes en collaboration avec le Groupe Sectoriel nutrition Assurer la réhabilitation physique et fonctionnelle des formations sanitaires endommagées

Responsable Groupe Sectoriel santé

Echéance

15 16

Dans le premier mois Groupe Sectoriel santé MSanP(SURECa, SNut), UNICEF, PAM, OMS A partir de 3ème mois

17

A partir du 3ème mois

18

MSanP (SILo) et Groupe Sectoriel santé

A partir du 3ème mois

3.6. Participation aux évaluations Type d’évaluation Membres participants

Quel Outil ?

Qui rapporte ?

Membres Groupe Sectoriel Santé Evaluation Rapide Multisectorielle (ERM)

Questionnaire d’évaluation sanitaire initiale rapide (IRA) Fiche conjointe d’ERM

OMS

OMS, UNICEF, UNFPA Autre évaluation conjointe

McRAM JDNLA partie santé

UNICEF OMS

Evaluation sectorielle Evaluation sanitaire approfondie Evaluation pré-crise des besoins de santé Evaluation des ressources et services sanitaires des zones affectées Evaluation de la performance du système de santé dans les zones affectées Surveillance hebdomadaire des maladies à risque épidémique Enquête de mortalité Evaluation des besoins en santé maternelle

Membres du Groupe Sectoriel Santé Membres du Groupe Sectoriel Santé Membres Groupe Sectoriel Santé Membres du Groupe Sectoriel Santé MSanP(SURECa/SMI,SSEpi), OMS, ONGs OMS, UNICEF OMS, UNICEF

Questionnaire standard Questionnaire spécifique Formulaire HeRAMS4 adapté Formulaire spécifique Système d’alerte épidémique Formulaire spécifique Guides et questionnaires spécifiques

OMS OMS UNICEF

UNFPA

OMS OMS UNFPA

                                                            
4

HeRAMS : Health Ressource Availability and Mapping System

  11 

Plan sectoriel santé Madagascar 2010 2011 
4. PRE REQUIS Equipement/intrants requis Désignation Dose de vaccin SAB Safety box, 5ltr Coton (desinfectant)(1 rouleau de 500g pour 500 enfants) Refrigerateurs / chaine du froid (Sibir V170 GE vaccine fridge, operated on electricity and/or gas) Portes vaccins 1.8 ltr, with 4 ice packs Glacieres (Pack of 24) Haricots (kidney dish s.s., 24cm) Carburant frigos (en litres) Accumulateurs de froid - ice pack, Electrolux vaccine, 600 ml (24 pièces) Blouses medicales Gants latex, taille standars, unité (Bte de 50 paires) Unite unité unité unité unité unité Quantité 15 000 15 000 150 35 5 Coût unitaire ($) 0,02 5,5 1 1,05 1 391,00 Durée (j) 1 Montant ($) 300 82 500 150 36,75 6955 Coût total ($) 300 82 500 150 36,75 6 955

unité unité unité litre unité unité unité

10 3 10 100 3 50 5

28,8 35,9 2,45 1,5 35,9 24 1,75

288 107,7 24,5 150 107,7 1200 8,75 0

288 107,7 24 ,5 150 107,7 1200 14 0 0 51,9

1 200 Capsule de 100000 UI (une capsule pour 1 enfant pendant 2 jours) avec 5% de perte (Bte/1000) Capsule de 100000 UI (une capsule pour 1 enfant ) avec 5% de perte (Bte/1000) 3 17,3

0 51,9

1 200 3 17,3

0 51,9

0 21,8

  13 

Plan sectoriel santé Madagascar 2010 2011 
9 600 Capsule de 200000 UI avec 5% de perte (Bte/1000) Ciseaux Gants latex, taille standars, unité (Bte de 50 paires) Kit Cholera renewable supplies HTH (bidon de 45 Kg) Moustiquaire impregnees (2 MID/menage et 5 pers/menage) (mosquito net 130x180x150cm, long-lasting insecticide treated, Duranet) Albendazole 400mg tab x 1+ 1% de pertes et imprevus (Bte/1000) Kit 10,000 personnes 3 mois (IEHK) Integrated Emergency Health Kit (à specifier selon catalogue OMS et selon besoins du Pays) Kit Chirurgical (kit A et kit B) pour 100 personnes Kit accouchement normal (1 kits pour 20 accouchements par region) à préciser Kit PEC complications obstétricales (césariennes, …) Kit Sécurité transfusionnelle kits PEC IST Kits PEC violences sexuelles Kits hygiène individuelle Unité Unité 10 20 5 21,7 1,1 1,75 0 217 22 8,75 0 2 4 15 000 2 407,00 4,5 4,05 4814 18 60 750 0 217 22 14 0 4 814 18 60 750

0 5 6 3,4 25 000,00 35,9 150 000,00

0 35,9 150 000,00

0 1 15 2 2 10 3 7 500 22 000 800 2 900,00 1 200,00 800 1 900,00 9 Total général 22 000,00 12 000,00 5 800,00 2 400,00 8 000,00 5 700,00 67 500,00 677 430 22 000,00 12 000,00 5 800,00 2 400,00 8 000,00 5 700,00 67 500,00 677 430

  14 

Plan sectoriel santé Madagascar 2010 2011 
5. MEMBRES 3W Point focal Partenaires Nom Téléphone Email Support structurel et financier au Ministère de la Santé (niveaux central et décentralisés) : Donation de matériel médical, organisation de la réponse, mise en œuvre des systèmes de monitoring de la morbidité. Support et approvisionnement en intrants pour la limitation de la transmission du VIH et des IST. Support structurel et financier au Ministère de la Santé (niveaux central et décentralisés). Mise à disposition de moyens humains et médicaux. Mise en œuvre de campagne de vaccination, de programmes nutritionnels et de programmes médicaux pour les femmes et les enfants. Support structurel et financier au Ministère de la Santé (niveaux central et décentralisés). Mise à disposition de moyens humains et médicaux. Mise en œuvre d’activités visant à assurer la continuité et l’accès des femmes en âge de procréer à la santé reproductive, la prévention des IST et VIH, et la prise en charge des victimes de violence liée au genre Support technique pour la limitation de la transmission du VIH et Sida. 033 14 617 56 jcrakotomalala@yahoo.fr joss.razaf@yahoo.fr grc@crmada.org Sensibilisation, promotion de la santé communautaire Quoi ? Où ?

OMS cluster lead

Dr Lamina Arthur Rakotonjanabelo

Rakotonl@mg.afro.who.int 032 03 303 15

22 régions

Dr Issa Coulibaly UNICEF Dr Andry Ravalitera Equipe Humanitaire

033 23 426 51 033 23 426 06

icoulibaly@unicef.org aravalitera@unicef.org

22 régions

UNFPA

Dr Solomandresy Ratsarazaka

0320256581

solomandresy@unfpa.org

22 régions

ONUSIDA

Dr Clarimond Raveloson Dr Jean Claude Rakotomalala Drs Joss Razafindrakoto

ASOS

CRM

0320522107

Sensibilisations, Prise en charge

Selon besoin

  15 

Plan sectoriel santé Madagascar 2010 2011 
Point focal Partenaires Nom Randriambololona Perle 0320522102 - Pré-positionnement des kits médicaux d’urgence et autres intrants de santé - Coordination des activités de réponse sanitaire - Gestion sanitaire des sites d’hébergement des sinistrés - Appuis techniques et logistiques aux structures de santé mobile dans les zones affectées enclavées - Eau, Assainissement, Hygiène au niveau sites d’hébergement et gestion des déchets de soins au niveau des formations sanitaires - Pré positionnement des kits médicaux - Appui aux postes médicales avancées (PMA) Téléphone Email cpfnuap@crmada .org noroperle@yahoo.fr Quoi ? Où ?

MsanP (SURECa)

Dr Rajaoarivelo

033 33 270 51

suca@sante.gov.mg ou surecasan@gmail.com

22 régions

Equipes Gouvernementales

MSanP/SSEnv TATA Venance

032 02 703 93 033 14 797 71

tata_ssenv@yahoo.fr minsansags@moov.mg sp.bngrc @bngrc.mg

22 régions

MININTER/BNG RC

Dr RAMIARAMANANA HANITRA

032 02 128 04

22 régions

Cptne Faly Fabien MFA (DCSSM/CPC) Médecin Cl Lucien

032 05 645 57

Aritiana23@yahoo.fr

- Appui à la médicalisation de l’avant (PMA) - Création des sites d’hébergement d’urgence et sécurisation - Appui à l’évacuation sanitaire et secourisme - Appui au transport des personnels et matériels

22 régions

032 03 002 20

raeliarijaonalucien@yahoo.fr

  16 

PLAN SECTORIEL PROTECTION _ Madagascar

2010-11

Annexe 1f. Plan de Réponse « PROTECTION » Cluster Protection

OBJECTIFS
OBJECTIF GENERAL L'objectif global est d'assurer la protection contre la discrimination, la négligence, l'exploitation, la violence et les abus pour les groupes les plus vulnérables touchées par la crise humanitaire. OBJECTIFS SPECIFIQUES Volet assistance

Mettre en place un système opérationnel de « protection » des populations affectées, dont les victimes de violences et d’abus par une prise en charge respectueuse des standards humanitaires Assurer à ce que l’assistance humanitaire soit gérée de façon équitable, transparente et nondiscriminatoire Assurer que les besoins de protection spécifiques aux personnes et groupes les plus vulnérables soient pris en compte avant, pendant et après les catastrophes Assurer que toutes les populations affectées, particulièrement les femmes, les enfants et les plus vulnérables, bénéficient d’une protection et assistance adéquate particulièrement dans les sites d’hébergement temporaire, établis et gérés dans le respect des normes internationales Veiller à l’intégration des aspects relatifs à la « protection», dont celles liées au genre, dans les interventions mises en œuvre par les autres secteurs de réponse (clusters), dont, mais pas exclusivement… Avec le secteur Education, mobiliser les acteurs sociaux pour le soutien des élèves et personnel éducatif ainsi que pour le suivi des élèves ne revenant pas en cours pour prévenir la déscolarisation et les situations d’exploitation Avec le secteur Santé, veiller à la référence des personnes à risque aux structures de santé et au suivi des personnes souffrant de traumatismes ou victimes d’abus , notamment de violences sexuelles et leurs références aux services spécialisés, sociaux ou d’assistance juridique Avec le secteur Sécurité alimentaire, veiller à l’assistance immédiate et à la surveillance des personnes et groupes vulnérables depuis les premières heures de l’alerte Avec le secteur Sécurité alimentaire, évaluer les besoins en soutien des groupes vulnérables par la prise en charge des besoins de survie, dont celle des stocks, du petit bétail et volailles Avec le secteur Eau et Assainissement, assurer que les points d’eau, douche et toilettes provisoires soient placés dans des lieux sécurisés pour l’utilisation par les femmes, adolescents et enfants, particulièrement à proximité des écoles et des Espaces Amis des Enfants Avec le secteur Habitat, supporter la mise en place d’abris temporaires respectueux de l’intimité (prévention de la promiscuité) des personnes et familles, ainsi que d’hébergements particuliers pour les femmes et jeunes filles isolées Avec le secteur Logistique, veiller à ce que les lieux et personnes isolées puissent être désenclavées dans les délais les plus brefs pour bénéficier de l’assistance d’urgence Avec les partenaires du secteur de communication, assurer que les informations, dont celles relatives à l’assistance humanitaire et de reconstruction soient mises à la disposition de tous, par les moyens appropriés dont la mobilisation des média et des réseaux d’organisations gouvernementales et de la société civile

-

-

-

-

PLAN SECTORIEL PROTECTION _ Madagascar

2010-11

Mobiliser et mettre à disposition les soutiens techniques et services appropriés pour garantir une référence et prise en charge adéquate et dans les plus courts délais des victimes de violence et abus, notamment dans les domaines médical, psychosocial et légal et pour le renfort des structures d’accueil des plus vulnérables, dont les jeunes enfants, les personnes souffrant de handicaps ou de maladies chroniques
Volet surveillance et documentation des problèmes de protection Surveiller, identifier, documenter, traiter, et dénoncer les abus et violations des droits humains, particulièrement ceux affectant les groupes les plus vulnérables à l’impact des crises et catastrophes Plaidoyer pour que des enquêtes indépendantes soient diligentées sur tous les cas d’abus et de violation des droits et que les abus et violations soient dénoncés par les autorités compétentes Assurer que les victimes de violence et de violation aient accès à une assistance rapide et appropriée (traitement médical, abri, assistance juridique, etc.) dont un accès à la justice le cas échéant Supporter la documentation et le suivi des abus et violations des droits humains et de l’assistance aux victimes Mise en place de mécanismes de feedbacks des communautés aux réponses de catégories 4 par exemple, car c’est lourd et couteux et il faut que les ONGs soient intéressées.

PLAN SECTORIEL PROTECTION _ Madagascar

2010-11

PRESUPPOSES POUR LA PLANIFICATION Hypothèse de planification (Population affectée/localisation, dégâts matériels, etc) Dégâts humains : 200 000 sinistrés dont 100 000 de 0 à 18 ans et 36 000 enfants de moins de 5 ans 10 % de sans abris de plus d’une semaine = 20 000 dont 10 000 de moins de 18 ans et 3 200 de moins de 5 ans Les enfants sont séparés de leurs familles et les enfants sans supervision de leurs familles (orphelins, enfants travailleurs, étudiants) privés d’assistance d’urgence. Les groupes vulnérables et les groupes minoritaires font face à une discrimination, sont négligés, victimes d'exploitation, de violence et d’abus. Dégâts matériels et impacts sur les services Habitations endommagées ou détruites ; écoles et centres de santé non fonctionnels ; forces de l’ordre inopérantes et justice non fonctionnelle

Eléments déclencheurs

Conséquences humanitaires Conséquences humanitaires

Acteurs disponibles

Contraintes/lacunes

Un ou plusieurs des éléments suivants : 600 000 sinistrés dont 340 morts, 150 blessés, 100 disparus, enfants séparés /non accompagnés - Messages discriminatoires émis par les leaders, les autorités ou véhiculés par les média - Demande d’assistance par les partenaires des zones affectées Région District 5000 personnes sans abris dans la même zone dans les 48h qui suivent l’alea

Détérioration / perte d’un environnement protecteur, particulièrement pour les enfants et groupes vulnérables, dégradation de la cellule familiale avec des risques accrus de violences intrafamiliales Séparations familiales, fugue, disparitions d’enfants Conditions d’hébergement des déplacements propices aux abus et violations Augmentation des vols, pillages et d’actes de violence impliquant les enfants et les jeunes Augmentation des violences commises contre les groupes les plus vulnérables, plus particulièrement les femmes et les enfants Conditions d’hébergement dans les sites d’hébergement temporaires propices à l’augmentation des violences faites aux femmes, notamment de nature sexuelle Besoins (non quantifiés) Prévention, identification, surveillance, dénonciation et documentation des cas d’abus et de violations (dont les violences sexuelles et les situations d’exploitation) Soutien psycho social, prise en charge médicale et assistance juridique pour les victimes

Administrations décentralisées (CUA, communes, districts, fkt, personnels de police et de gendarmerie) Congrégations religieuses Associations de femmes Foyers sociaux et centres d’hébergement (orphelinats, centres d’accueil, centres de jour) Réseaux de protection de l’enfant Travailleurs sociaux, de l’état et du secteur non-gouvernemental dont SPDTS Centre d’Ecoute et de Conseil Juridique

Manque de capacité au niveau national en matière de protection, notamment en situation d’urgence, d’assistance pour les victimes de violence et d’abus Capacités insuffisantes en protection au sein des agences onusiennes Manque de partenaires internationaux et nationaux de protection Accès difficile aux personnes affectées par les désastres naturels Manque d’approche protection transversale, résultant en l’absence de données compréhensives et multisectorielles (genre, âge, etc.) Absence de

PLAN SECTORIEL PROTECTION _ Madagascar

2010-11

Eléments déclencheurs

Conséquences humanitaires

Hypothèse de planification (Population affectée/localisation, dégâts matériels, etc) Institutions accueillant des enfants places détruites Circuits d’assistance insuffisants ou dysfonctionnels Biens personnels détruits affectant les possibilités de relèvement rapide des familles et groupes les plus vulnérables Documentations perdues ou détruites (papiers d identité, certificats de naissance ou de nationalité, carnets de santé, effets scolaires…) Secteur économique local durablement affecté Localisation (régions concernées) 13 régions

Acteurs disponibles CRM

Contraintes/lacunes mécanismes de référence. Manque de données de base Peu de programmes et financements pour renforcer l’état de droit. Acteurs, gouvernement et autres clusters peu de notion sur la protection

Prévention des séparations familiales et aide à la réunification familiale des enfants séparés. Manque de connaissance et/ou de compréhension des droits humains et des obligations légales correspondantes par la population et l’Etat. Forces de sécurité en incapacité de protéger la population dans la situation de crise Manque d’institutions et mécanismes indépendants pour défendre les droits humains (CNDH et services de réclamations) et accès difficile à la justice pour les victimes d’abus et de violations des droits de l’homme Non compatibilité des lois nationales applicables pendant des urgences avec les normes internationales et/ou non application des dispositions légales

ONGs dont ENDA OI, SAGE, VS, SPDTS, Groupe Développement

PLAN SECTORIEL PROTECTION _ Madagascar

2010-11

ESTIMATION DES BESOINS POUR LE SECTEUR Standard minimum Les partenaires humanitaires s’appuieront sur le principe énoncé par le Secrétaire Général des Nations Unies selon lequel les risques et le potentiel de catastrophes liés aux dangers naturels sont fortement influencés par les niveaux de vulnérabilité préexistant et par l’efficacité des mesures entreprises pour prévenir, atténuer et préparer à ces catastrophes. Les normes minimales pour la protection des personnes affectées par les situations d’urgence, dont celles affectées par les désastres naturels s’appuieront sur les recommandations du … - IASC sur La protection des personnes affectées par les catastrophes naturelles, Les directives opérationnelles sur les droits de l’homme et les catastrophes naturelles de l’IASC, 2006 - Rapport du Secrétaire Général à l’Assemblée Générale « Sur la coopération internationale en termes d’assistance humanitaire dans le domaine des catastrophes naturelles, du secours jusqu’au développement », A/60/227 - Rapport du Représentant du Secrétaire Général sur les Droits de l’Homme des Personnes Déplacées dans leur Propre Pays, E/CN.4/2006/71 - Engagements principaux pour les enfants (CCC) Besoins du cluster pour répondre aux scénarios (ou niveau de préparation requis) 1. Disposer d’un mapping des services disponibles et des partenaires pouvant être mobilisés pour la réponse dans les urgences 2. Besoin d’outils d’évaluations des besoins en protection et de documentation des abus et violations commis dans le contexte d’urgence. 3. Besoin d’un système standard d’identification des personnes et des groupes vulnérables au niveau national pouvant être mis en œuvre au niveau décentralisé 4. Avoir un système de recherche familiale pour retrouver les personnes disparues, en particulier les enfants particulièrement en cas de déplacement interne soudain 5. Renforcer les acteurs de protection au niveau communautaire pour la mise en œuvre des activités de sensibilisation sur les risques accrus d'exploitation et les abus sexuels dans le contexte d'urgence. 6. Avoir des mécanismes de réponse et des capacités de déploiement rapide des intervenants (travailleurs sociaux, personnels juridiques, médical etc.) sur les zones affectées pour assurer une assistance rapide des groupes les plus vulnérables et les victimes de violence, d’abus et d’exploitation 7. Assurer les liens avec les autres secteurs/clusters 8. Disponibilité des ressources financières, ressources matérielles et humaines 9. Disponibilité des fournitures et du système logistique en place pour la distribution rapide

PLAN SECTORIEL PROTECTION _ Madagascar

2010-11

Nombre total de bénéficiaires à cibler Membres Niveau/type de stocks actuels Bénéficiaires assistés selon la capacité disponible Besoins additionnels requis

Coûts des besoins additionnels ($USD)

Assistance à 10 000 enfants de moins de 18 ans

UNICEF / SPDTS

25 kits Espaces Amis des Enfants

8 à 10 000 enfants dans 25 Espaces Amis des Enfants Défraiements des ressources humaines à mobiliser et éventuellement déplacer pour le suivi des populations affectées Défraiements des professionnels mobilisés pour le traitement et le suivi des dossiers Mobilisation dans les zones affectées Prise en charge des soins de santé d’urgence non gratuits, traitements de long terme dont les besoins en appareillage Besoin budgétisé par le secteur santé Budgétisé sous le volet santé

Surveillance de 40 000 enfants de moins de 18 ans

UNICEF / SPDTS

Travailleurs sociaux au niveau central et régional ; animateurs communautaires

10 000 familles dont 40 000 enfants

Prise en charge médicale, juridique et sociale des victimes d’abus et de violences

UNFPA / PNUD / UNICEF

Réseaux de protection de l’enfant, centres d’écoute, cliniques juridiques et avocats

Victime de violations et d’abus

Suivi psychosocial des victimes d’abus de violence

UNICEF / UNFPA

Travailleurs sociaux actifs dans le pays

Toute victime appartenant aux groupes les plus vulnérables

Prise en charge de toute l’assistance médicale des victimes parmi les groupes les plus vulnérables (voir critères identifiés dans le document)

UNICEF / UNFPA / HI

Stocks de médicaments et ressources des hôpitaux et centres de santé

Toute victime appartenant aux groupes les plus vulnérables

Assistance spécifiques pour les victimes de violences sexuelles

: UNFPA

kits PEP par NOMBRE de districts affectés

Toute victime de violence sexuelle

PLAN SECTORIEL PROTECTION _ Madagascar

2010-11

Activités à entreprendre AVANT UNE URGENCE Prévenir l’impact négatif des désastres sur les populations civiles, particulièrement l’accroissement des risques sur les plus vulnérables en mobilisant les différents partenaires pour la mise en place de mesure de prévention et d’assistance immédiate Plaidoyer pour et supporter la mise en place de mesure de prévention des abus et l’exploitation sous toutes ses formes par l’ensemble de la chaine d’assistance humanitaire (institutions étatiques, Nations Unies, agences non gouvernementales) Supporter la mobilisation des différents acteurs, dont les réseaux de protection de l’enfant, pour l’identification des populations les plus vulnérables au niveau des fokontany en préparation à la saison cyclonique Contribuer au renforcement des capacités des structures étatiques et de la société civile pour prévenir l’impact des désastres naturels sur les plus vulnérables Préparer un mapping des organisations oeuvrant dans le secteur de la protection, dont les centres d’hébergement pour personnes vulnérables (enfants, malades, personnes souffrant de handicaps, etc…) Particulièrement, mettre en place des mesures prévenant l’accroissement des violences basées sur le genre en situation d’urgence et de post-urgence dont - Les violences sexuelles pendant et immédiatement après la crise, notamment dans les sites d’hébergement provisoire - Les violences intrafamiliales dans les groupes vulnérabilisés par les catastrophes - L’exploitation sexuelle en lien avec l’assistance humanitaire et l’accroissement de la prostitution des groupes vulnérables # Activités Responsable Echéance

Activités communes pour toutes les crises 1. 2. Revue et finalisation du plan de contingence Intégrer les questions de protection dans les missions d’évaluation pour assurer la prise en compte des besoins de protection et des problématiques liées au genre et à l’enfance, particulièrement ceux des personnes et groupes les plus vulnérables Développement d’outils standards à utiliser pour les évaluations en protection Formation des membres de l’équipe mobilisable pour conduire les évaluations Renforcer le leadership du BNGRC pour mobiliser et coordonner les interventions des ministères concernés sur les questions de protection Mapping des partenaires mobilisables en cas d’urgence Constituer des stocks d’urgence pour la mise en place des Espaces Amis des Enfants Constituer stock d urgence Kits PEP et kits « Dignité des femmes » Réaliser avec les partenaires un « check list » des actions immédiates de protection (plan d’action) Développer et multiplier les outils d’évaluation Membres sous cluster Cluster Protection Cluster Protection 20 décembre

3.

Cluster Protection

15 janvier 2011 31 décembre

4.

Cluster Protection

5.

BNGRC / Cluster Protection

15 décembre 2010

6.

Cluster Protection

31 décembre 2010 15 décembre

7.

UNICEF

8.

UNFPA

15 novembre 2010 15 janvier 2011 Juin 2011

9.

10.

PLAN SECTORIEL PROTECTION _ Madagascar

2010-11

#

Activités (identifier les partenaires qui vont faire l’évaluation rapide, élaborer les TdR et un questionnaire d’évaluation)

Responsable GBV (référence cluster santé) MinPAS avec le soutien du Cluster Protection dont UNICEF Gouvernance ET ???

Echéance

11.

Supporter l’identification des groupes et personnes vulnérables par les DirPAS en collaborations avec les acteurs sociaux locaux et les fokontany

12.

Renforcement de capacités des partenaires, agents de santé formés à la prise en charge en urgence des victimes de GBV Pré-positionner les outils et le matériel pour le plaidoyer et le matériel pour la prévention des abus sexuels et des exploitations Support des travailleurs sociaux et des réseaux de protection dans les 7 régions dans les techniques de recherche familiale Renforcement de capacités des partenaires des réseaux de protection de l’enfant en réponse aux urgences Formation de points focaux sur les aspects relatifs au genre dans les différents clusters Renforcement de capacités en matière de soutien psychosocial mobilisables notamment pour le suivi des enfants ne revenant pas à l’école, les victimes de violences sexuelles et domestiques, personnes traumatisées Mobiliser les réseaux de jeunes pour la mise en œuvre d’activités de prévention des actes de délinquance pendant les urgences et les actes de violences contre les enfants Renforcement des capacités d’intervention d’urgence des personnels dans les Cliniques juridiques / centres d’écoute Assurer que les messages de prévention soient diffusés au travers des média traditionnels et les vecteurs de communications communautaires ; une attention particulière sera portée sur des messages de non discrimination, de prévention de la séparation des enfants et de prévention des actes de violence Développement d’un plan global de mise en œuvre de la Circulaire du Secrétaire Général contre l’Exploitation Sexuelle pour les Nations Unies et l’ensemble de ses partenaires Mener des séances d’information auprès des équipes

UNFPA / CRM

Décembre 2010

13.

Membres sous cluster GBV UNICEF Gouvernance / SPDTS UNICEF Gouvernance

31 janvier 2011

14.

15.

En cours / 31 décembre 2011 31 janvier 2011

16.

UNFPA

17.

UNICEF et SPDTS / UNFPA

18.

UNICEF Jeune

Février 2011

19.

UNFPA

Mars 2011

20.

BNGRC (Section IEC)

21.

Cluster Protection

En 2011

22.

Cluster Protection / Sous

En 2011

PLAN SECTORIEL PROTECTION _ Madagascar

2010-11

#

Activités humanitaire pour l’application de la « Bonne conduite » et la prévention de tout risque de violence et d’exploitation sexuelle

Responsable Cluster GBV

Echéance

23.

Mise en place d’un système de signalement et de références des cas de violences sexuelles dans les zones à risque

UNFPA / Sous Cluster GBV

En 2011

Activités à entreprendre PENDANT et APRES LES CRISES

Activités Evaluation rapide de la situation

Responsable Membres du Cluster Protection Cluster Protection (dont UNFPA / UNICEF)

Echéance Au plus tard 3 jours après le passage de l’aléa 1 à 7 jours après le passage de l’aléa

Contact avec les partenaires opérationnels sur site

Assurer que les messages de prévention, l’information sur l’impact de la crise sur les services et la disponibilité de l’assistance humanitaire soient diffusés au travers des média traditionnels et les vecteurs de communications communautaires ; une attention particulière sera portée sur des messages de non discrimination, de prévention de la séparation des enfants et de prévention des actes de violence Disposer des premières informations sur les dégâts dans les 72 heures (évaluation rapide) (lien avec évaluation rapide multisectorielle) Tenir une réunion spéciale pour l’organisation de la réponse En fonction des résultats de l’évaluation rapide, organiser la réponse avec les partenaires opérationnels dont ceux du sous cluster GBV et du sous cluster Protection de l’Enfant Planifier l’organisation des actions au niveau terrain avec les partenaires institutionnels, dont le MinPAS et le BNGRC

BNGRC (Section Communication)

Cluster Protection avec le MinPAS et le BNGRC Membres du Cluster Protection Membres du Cluster Protection

3 jours après le passage de l’aléa 3 jours après le début de l’urgence 1 à 7 jours après le début de l’urgence A partir du 2ème jour jusqu’à la huitième semaine

Assurer la mise à l’abri des personnes les plus vulnérables, dans le respect de l’intimité et avec des espaces particuliers pour les femmes et jeunes filles isolées Déployer du personnel spécialisé dans les zones affectées Activation du système de signalement et de références des cas de violences sexuelles Mettre à disposition des espaces pour les Espaces Amis des Enfants/ « sahan’ny ankizy » dans les zones affectées Assainir et mettre aux normes les espaces rendus disponibles

Cluster Protection avec le MinPAS et le BNGRC en lien avec les communes ou districts concernés Responsables des abris (Communes, BMH, BNGRC si opérationnel) MinPAS / Cluster Protection Partenaires opérationnels UNFPA Communes, FKT touchés UNICEF gouvernance et WASH + communauté

1 à 7 jours après le passage de l’aléa

Maximum A partir de 7 jours l’aléa

Maximum A partir de 7 jours l’aléa Au fur et a mesure de la mise à disposition

PLAN SECTORIEL PROTECTION _ Madagascar

2010-11

Activités Former des volontaires pour les Espaces Amis des Enfants / « sahan’ny Ankizy » Mettre à disponibilité les kits Espaces Amis des Enfants Organiser les activités récréatives pour les enfants Assurer le soutien psycho - social pour les personnes les plus affectées et les enfants dans les « sahan’ny Ankizy » Mettre en place un mécanisme de dépistage et de prise en charge des cas de maltraitance, d’abus et de violations

Responsable UNICEF / SPDTS UNICEF Volontaires et partenaires Travailleurs sociaux DirPAS + travailleurs sociaux + volontaires des Sahan n'y ankizy/ réseaux de protection UNICEF et travailleurs sociaux, PMPM UNICEF et travailleurs sociaux, PMPM Cluster Protection dont UNFPA et PNUD

Echéance Au fur et a mesure de la mise à disposition A l’ouverture des espaces

Tout au long de la réponse

Mettre en place les mécanismes de recherche des enfants disparus, égarés ou séparés et réunification familiale Mettre en place un mécanisme de suivi des enfants ne revenant pas à l’école Mobiliser les cliniques juridiques ou centres d’écoute pour le suivi et documentation des violations droits humains ; identifier un mécanisme alternatif dans les zones dépourvues de ce type de structure Informer les populations sur l’existence de service de réclamation accessible pour les personnes victimes d’abus et de violations de leurs droits Assurer un suivi des pratiques discriminatoires dans l’accès à l’assistance d’urgence et de reconstruction Supporter la diffusion de messages appropriés sur l’assistance humanitaire d’urgence et de reconstruction Mettre en place un mécanisme de suivi et d’évaluation des activités réalisées, y compris les activités des autres secteurs qui ont un lien avec la protection. Faire un rapport d’évaluation sur les besoins identifiés et les réponses mises en œuvre

Le plus rapidement possible Dès la réouverture des écoles (permanentes ou temporaires) Dès le début de l’urgence

Cluster Protection

Immédiatement

Cluster Protection

Un mois après le début de l’urgence

PARTICIPATION AUX ÉVALUATIONS Type d’évaluation Evaluation Rapide Mutlisectorielle (ERM) Evaluation sectorielle Membres participants Membres de l’équipe Protection préidentifiés Quel Outil ? Fiche d’ERM Qui rapporte ? Chef de file de la mission d’évaluation

PLAN SECTORIEL PROTECTION _ Madagascar
PRÉ-REQUIS Personnel requis Activités Gestionnaire du programme de crise pour le soutien des interventions sur les zones touchées Elaboration Coordination et suivi de la réponse Désignation UNFPA consultant extérieur consultant extérieur Volontaires des communautaires et des réseaux de protection 100 pour les 3 premiers mois Quantité Coût ($USD) 50,000 1

2010-11

Equipement ou intrants requis Besoins Coût Désignation additionnels additionnel (quantité) ($USD)

Disponible en stock (quantité)

Coût stock disponible ($USD)

1 25 kits 25 120 000

Espaces Amis des Enfants

4 par espace

10 000

Soutien psycho social

Travailleurs sociaux + autorités locales 8,000 par mois pour trois mois

24 ,000 En fonction de la gravité de la crise et de l étendue géographique De 10 à 30 9,000 Idem De 5 à 10

Aménageme nts divers et achats locaux Elaboration et multiplication de tous les supports nécessaires

50 000

10 000

Réunification familiale

Prévenir, identifier, surveiller, dénoncer et documenter tous les cas de mauvais traitements, de violence et d’exploitation Capacity building

Travailleurs sociaux + autorités locales 3000 par mois pour trois mois Travailleurs sociaux + autorités locales Volontaires et partenaires

Mobilisation d un maximum d acteurs 10 000

PLAN SECTORIEL PROTECTION _ Madagascar
Personnel requis Activités Total besoins Cyclone Désignation Quantité Coût ($USD)

2010-11
Equipement ou intrants requis Besoins Coût Désignation additionnels additionnel (quantité) ($USD)

Disponible en stock (quantité)

Coût stock disponible ($USD)

MEMBRES ET 3W Partenaires Lead PROCAP Unicef Gouvernance PNUD DDH UNFPA OCHA BCR / ER BCR / Com Unicef Urgence Partenaires Techniques Equipe humanitaire Unicef Protection de l’enfant Urgence CICR HCDH Syndicat des Professionnels diplômés en Travail Social (SPDTS) Point focal Nom Kristine Peduto Elsa Laurin Axel Etoundi Tolotra Andriamanana Rija Rakotoson Christophe Legrand Edvige Dominic Stolarow Michaela Olivier Jenard Marco Kalbush Jeannoda Norotiana Quoi ? Ou ? National National National andriamanana@unfpa.org rakotoson@un.org christophe.legrand@undp.org National National National National dstolarow@unicef.org 033 40 41 122 033 08 207 15 033 07 30 311 00277 987 666 802 032 07 596 09 dstolarow@unicef.org ojenard@icrc.org mkalbush@ohchr.org norotiana.jeannoda@yahoo.fr Soutien des populations vulnérables dont les femmes et les enfants National National National National Analamanga, Atsinanana Boeny, Anosy Haute Matsiatra Diana, Atsimo Andrefana Betsiboka, Sofia

Téléphone 033 23 42 613 033 34 42 616 033 15 102 12 032 43 321 11 032 05 076 93 033 15 008 55 033 11 066 96

Email kristine_peduto@hotmail.com elaurin@unicef.org

PLAN SECTORIEL PROTECTION _ Madagascar
Point focal Nom

2010-11

Partenaires

Téléphone

Email

Quoi ?

Ou ? Sava, Androy

Menja SAGE Tantely AMU Justice et Paix Cliniques juridiques (soutien PNUD) Centres d’écoute (soutien UNFPA) SAMPATI Ps Lucien RANDRIANARI ZAY July RAHARINIAINA Mme Monique RAKOTOVAO

033 14 594 18

sage@blueline.mg

033 04 293 78

ratalha@yahoo.fr

033 08 411 77

justicetpaix@yahoo.fr

Protection des enfants et des personnes vulnérables, réinsertion, environnement Prise en charge et accompagnement des enfants et des femmes Droits humains,

régions Diana, Sava, Boina, Menabe

National INSERER LES DETAILS INSERER LES DETAILS

034 04 038 58

lucran61@yahoo.fr

033 12 286 21

manaode.tana@netclub.mg

ONG ManaoDE

ONG Manda / PFSCE

Miarintsoa RAZANAKINIAI NA

032 02 229 82 020 26 772 30

ongmanda@gmail.com

Actions de prévention avec le mouvement scout protestant a Madagascar Prise en charge, protection et amélioration des conditions de vie des enfants en situation difficile, dont la scolarisation des enfants des rues et des quartiers défavorisés Centre d’accueil de nuit pour les enfants des rues Lutte contre l'exploitation sexuelle des enfants Réinsertion de jeunes prostituées

Regions Sava, Analanjirofo, Atsinanana, Atsimo Atsinanana, Ihorombe,

Antananarivo, Toamasina

Antananarivo

ONG Groupe développement

Fabiene ARNOULD

22 613 98 032 503 97 47

groupedeveloppement@blueli ne.mg

Antananarivo, Nosy Be Mahajanga

PLAN SECTORIEL PROTECTION _ Madagascar
Point focal Nom Dr Mathilde RABARY Maitre Maria RAHARINARIV ONIRINA Mme Jeanne RAVAOARISOA

2010-11

Partenaires ONG SOS Victimes du non droit ONG ACAT Madagascar Villages d'Enfants de Madagascar Handicap International Association Lakana Réseau de protection des enfants Tana TAIZA Ministère de la Population et des Affaires Sociales

Téléphone 032 02 419 01 033 12 118 77

Email mrabary@yahoo.fr acatmadagascar@yahoo.fr

Quoi ? Centre d'écoute, de conseils et d'action Lutte contre les violations des droits de l’homme Scolarisation des enfants démunis et soutien familial Suivi des personnes souffrant de handicap Suivi des enfants des rues Promotion et protection des enfants Identification des personnes et groupes vulnérables, facilitation de leur prise en charge

Ou ? Chefs lieu des régions Tana, Mahajanga, Sambava, Toliara, Manakara, Toamasina Antananarivo et régions

033 11 578 48 06 60 63 18 59

RALAITAFIKA HANITRA Dr Aristide et Dr Paul

032 04 069 04 020 24 554 15

ralaitafikahanitra@yahoo.fr celltaiza@yahoo.fr

Antananarivo Antananarivo

National Analamanga, Haute Matsiatra, Vakinankaratra, Atsimo Andrefana, Anosy, Atsynanana, Alaotra Mangoro, Diana. 22 régions

Gouvernement

PACTE Ministère du Travail

Jerry Dominique RATSIMANDRE SY

034 04 185 71

pactemada@yahoo.fr

??

CPC

Ltn Aritiana Fabien Faly

032 04 645 57

Aritina23@yahoo.fr

DPMPM / Police nationale

Robert Gaston VELONSTARA

032 46 386 33

National

PLAN SECTORIEL PROTECTION _ Madagascar
Point focal Nom A Véronique RABODONIAIN M. Francia Tolotra Nomenjanahary M. Raymond Andriatahina

2010-11

Partenaires Ministère de la Justice

Téléphone 033 117 30 78

Email v.rabodoniaina@yahoo.fr

Quoi ?

Ou ?

National

CUA/BMH BNGRC Secrétaire Exécutif Adjoint

033 12 642 41

Action sociale dans la commune urbaine d'Antananarivo Gestion des Risques et Catastrophes, Point Focal Secteur Protection

Commune Urbaine Antananarivo

034 05 480 02 / 034 05 580 04

National

PLAN SECTORIEL Agriculture et Sécurité alimentaire_ Madagascar Annexe 3h. Plan de Réponse Sectoriel Groupe Sectoriel Agriculture et SECURITE ALIMENTAIRE

2010-2011

1. OBJECTIFS Objectifs généraux o o o Relancer l'Agriculture (Agriculture, Elevage, Pêche, Infrastructures Agricoles) et ; Réhabiliter les infrastructures rurales favorisant l'accès à la sécurité alimentaire; Eviter une détérioration de la situation de sécurité alimentaire de la population

Objectifs opérationnels o o Rétablir les réseaux des aménagements hydro agricoles, en priorisant les réseaux traditionnels endommagés (barrages et canaux en terre, siphon en bois, etc.) Rétablir les principales pistes rurales d’approvisionnement des marchés pour la reprise des circuits des produits agricoles, essentiellement de rente (litchi, banane, vanille, poivre et café) Rétablir les capacités matérielles de production pour la saison suivante (semences, intrants, petit matériels agricoles) Rétablir les étangs de pisciculture ; disponibilité d’alevins et équipements de pêche Rétablir le cheptel de base (ovins, caprins, bovins, porcins) et du petit élevage (volailles, petits mammifères, apiculture) Faire une enquête sur la production agricoles et un diagnostic sur la sécurité alimentaire afin de prévoir une éventuelle crise ou difficulté alimentaire dans les prochains mois Surveiller la sécurité alimentaire à travers une évaluation rapide initiale de la sécurité alimentaire. Répondre aux besoins alimentaires immédiats des ménages ayant perdu leurs moyens d’accès à la nourriture

o o o o o o

2. PRESUPPOSES POUR LA PLANIFICATION

1

PLAN SECTORIEL Agriculture et sécurité alimentaire_ Madagascar
Eléments déclencheurs National Présence d’un cyclone à partir de catégorie 2 (vitesse de vente > 154 km/h), l’équivalent du cyclone tropical, dans les 100 km au large des côtes de Madagascar, en s’y approchant. Conséquences humanitaires Conséquences humanitaires Augmentation de la mortalité et de la morbidité. Augmentation de la vulnérabilité des populations dans les zones affectées Inaccessibilité des services de base (eau potable, nourriture, abris, éducation, santé) Dégradation des moyens économiques et sociaux de la population locale : route, piste, ponts, écoles, centres de santé Inondation et ensablement des terrains agricoles Destruction des champs de cultures (vivrières et de rente) Destruction des stocks vivriers et d’intrants agricoles Inondation des grandes agglomérations (exemple : plaine d’Antananarivo, et les agglomérations du versant ouest du Lac Alaotra), entraînant plusieurs milliers des gens sans abri. Augmentation de la violation des droits humains Perte de cheptel animal Problèmes de santé animale Besoins (non quantifiés) o Sanction du gouvernement contre les spéculations des marchands. o Distribution alimentaire gratuite ciblée ; o Reconstitution des moyens de subsistance (bétail, semences, Cas de la plaine d’Antananarivo et de l’Aloatra Présence d’un cyclone à partir de catégorie 4 (vitesse de vente > 210 km/h), l’équivalent du cyclone tropicale intense, qui traverse la bande centrale de Madagascar. Présence de plus de 2 cyclones successifs en espace de quelques jours, qui traversent la bande centrale de Madagascar Positionnement de la zone de convergence intertropical (ZCIT) pendant plus de 10 jours Atteinte du seuil d’alerte de l’APIPA Cas de la plaine d’Antananarivo Destruction des champs de cultures – agriculture urbaine (vivrières et de rente) Augmentation du risque épidémique de choléra, rougeole, maladies Déplacement temporaire de la population Inaccessibilité aux services sociaux de base Hypothèse de planification (Population affectée/localisation, dégâts matériels, etc) Dégâts humains : 600.000 personnes affectées dont 60.000 ont besoin d’assistance immédiate (soit 12 000 ménages). Dégâts matériaux 30 – 40 % des rizières sont inondées 15% des rizières ensablés 60% des fruits des cultures de cueillette (fruit à pain, banane, Ampaly) sont emportés par le vent 40% des autres cultures vivrières sont détruites (manioc, maïs, patate douce) 30% des cultures de rente pérenne sont détruites 30% des réseaux hydro-agricoles traditionnels sont endommagés (canal, drain, barrage, etc) 5% du cheptel animal sont disparus ou morts. 10% des paysans de la côte pratique la pêche maritime comme activité principale ou secondaire, et 20% du matériel de pêche sont disparus ou endommagés (pirogues, filets, etc) 80% des étangs sont affectes (ou rizière avec rizipisciculture) 20% des pistes rurales reliant les différents marchés pour l’acheminement des produits agricoles présentent des points de coupure 90 % des stocks de semences et d’intrants des ménages affectées sont détruits (riz, maïs, haricot, cultures maraîchères) Localisation (régions concernées) 13 régions de la côte Est et la partie Nord-est + plaine d’Antananarivo Evolution temporelle De Déc 09 à Mai 2010 Cas de la plaine d’Antananarivo Déplacement de 9.000 personnes vivant de l’agriculture urbaine 30 – 40 % des champs de cultures (riziculture, cultures vivrières) inondées ou détruites Acteurs disponibles MinAgri FAO PAM CRS CARE ADRA RTM GRET CRM

2010-2011
Contraintes/lacunes Capacité locale et nationale affaiblie en termes de collecte et transmission d’information (remplacement de la majorité des autorités décentralisées, budget de fonctionnement limité, etc)

Accessibilité aux zones affectées

Cas de la plaine d’Antananarivo MinAgri FAO PAM CRS CARE ADRA RTM GRET CRM

Cas de la plaine d’Antananarivo Capacité locale et nationale affaiblie en termes de collecte et transmission d’information (remplacement de la majorité des autorités décentralisées, budget de fonctionnement limité, etc)

2

PLAN SECTORIEL Agriculture et sécurité alimentaire_ Madagascar 3. ESTIMATION DES BESOINS POUR LE SECTEUR 3.1. Standard minimum

2010-2011

Dans l’établissement des standards, chacun des intervenants du secteur s’est assuré de la prise en compte des principes généraux du projet Sphère, assurant ainsi la compréhension des différents besoins, vulnérabilités, intérêts, capacités et stratégies d’adaptation des hommes et des femmes et des différents effets de la catastrophe sur les populations affectés. a. Standard pour le calcul des besoins Les superficies suivantes constituent le standard minimum en agriculture pour un ménage agricole, permettant de lui satisfaire ces besoins alimentaires après le passage de la catastrophe. Quantité de semence nécessaire (Kg) 4,5 3 3 5g par spéculation Densité de semis (kg /ha) 30 75 20 Rendeme nt moyen (kg/ha) 1200 1000 700 170 Producti on estimée (Kg) 180 40 105 4,25

Spéculati on Riz Haricot Maïs Potagère

Superfic ie (ha) 0,15 0,04 0,15 0,025

b. Détail sur les cultures potagères Quantité de semence nécessaire (g) 4000 7,5 2 2 1 2 3,75 2 1,25 0,5 12,5 30 8 8 4 8 15 8 5 2 50 200 200 150 200 200 200 200 70 150 200 50 50 37,5 50 50 50 50 17,5 37,5 50 Densité de semis (g/are) Rendeme nt moyen (kg/are) Product ion estimée (Kg)

Spéculati on Pomme de terre Carotte Choux pommé Choux fleur Aubergine Petsai Poireau Poivron Salade/La itue Tomate Oignon

Superfic ie (are) 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25

Pour une superficie totale de 136,5 ares, les paysans peuvent cultiver des plantes sources d’énergie (riz, maïs), de protéines (haricot) et d’oligo-éléments (potagers) pouvant éviter une éventuelle crise de malnutrition après le passage du désastre. Toutes ces plantes sont de cycle court allant de 2 à 4 mois. Pour une famille composée de 6 personnes, la production en riz est suffisante pour 3 mois et celle en maïs pour 2 mois. Elles assurent donc au total une d’autosuffisance alimentaire de 5 mois. Toutefois, les paysans peuvent commencer déjà à reconstituer leurs cultures en plantes à tubercules comme la patate douce qui est aussi de cycle moyen, en utilisant les boutures déjà existantes sur place. Environ 45 kg de légumes par famille pourraient être produites sur une parcelle de 2,5 ares. Selon les tableaux ci-dessus, le paquet minimum par famille est composé de : semence de riz : 4,5Kg, ce qui donne une dose de 20 kg/ha

-

3

PLAN SECTORIEL Agriculture et sécurité alimentaire_ Madagascar -

2010-2011

semence de haricot : 3Kg, ce qui donne une dose de 75 kg/ha semence de maïs : 3Kg, ce qui donne une dose de 20 kg/ha et semence de cultures potagères : 5g par spéculation, et pour 3 spéculations par ménage, soit au total 15g de ménage.

c. Poids volumique des semences Semences Riz Maïs Haricot Potagères Poids volumique 1 tonne par 2,5m3 3 1 tonne par 3,0m 3 1 tonne par 2,5m 3 1 tonne par 20m Observations C’est le volume total occupé sans tenir compte des aérations et des allées lors du stockage Poids volumique avec emballage

d. Curage des canaux/drains Le rendement en VCT d’une personne par jour est de 15 mètres linéaire. L'effectif des bénéficieras est constitue de 40% du sexe masculin et 60% du sexe opposé) e. Ouverture des pistes rurales, traitement des points de coupure (éboulement, ponts en bois, etc.) Le rendement d’une personne (homme ou femme) par jour est de 3 mètres linéaires. A. Activités en Agriculture Les activités sont donc constituées par les six composantes suivantes : 1. Fourniture en semences de riz, maïs, haricot, pomme de terre (pour la Région d'Analamanga) et de maraîchage. Pour le manioc, les expériences passées ont montré que les gens n’ont pas besoin de boutures, ils peuvent toujours se servir des restes de boutures locales. 2. Réhabilitation post-catastrophe : curage des canaux d’irrigation et de drainage par VCT et/ou Argent Contre Travail (ACT) 3. Ouverture des pistes rurales utilisées pour l’approvisionnement des marchés en produits agricoles, par VCT et/ou ACT) 4. Approvisionnement en alevins 5. Remplacement des pirogues, des filets et accessoires et ; 6. Remplacement petit matériel agricole Les calculs détaillés sont portés comme suivant : Semences Toutes les superficies totales sont issues des chiffres officiels du dernier recensement agricole en 2005, mené par le MAEP. Le calcul se limite aux 12 régions concernées cités et retenus pour le scénario Culture Riz Haricot Maïs Superficie totale (ha) 791 021 24 195 94 234 % perte 30-40% 40% 40% Superficie perte (ha) 276 857 9 678 37 694 Dose semences par ha 20 kg/ha 75 kg/ha 20 kg/ha Besoins en semences (t) 5 537 725 753

Pour les cultures maraîchères, en général ces cultures ne subissent pas de pertes, car soient elles ne sont pratiquées que très peu dans les régions concernées, soit elles se trouvent sur des endroits non vulnérables aux inondations. L’intervention ne consiste pas donc à compenser les pertes, qui n’existent pas évidemment, mais plutôt à approvisionner les ménages affectés en semences potagères qui vont leur permettre pour les prochains mois à la fois à satisfaire les besoins en oligo-éléments (Sécurité alimentaire) et surtout à améliorer la trésorerie des ménages dans un court laps de temps. Quantité de semences nécessaires par ménage (g) 15 Estimation es ménages agricoles 1 948 121

Culture Potagères

40% des ménages concernés 779 248

Besoins en semences (tonne) 11.6

4

PLAN SECTORIEL Agriculture et sécurité alimentaire_ Madagascar

2010-2011

B. Activités de Distribution Générale de vivres et de Vivres-Contre-Travail (ou Argent-ContreTravail) a, Besoins correspondant à la distribution générale de vivres Distribution ciblée ou distribution générale de ration familiale composée de 450 g de céréales, 100 g de légumineuse et 35 g d’huile par personne par jour pendant une durée minimum de 15 jours, préférablement 4 semaines. b, Besoins correspondant à la réhabilitation des réseaux hydro-agricoles traditionnels La superficie totale où des réseaux hydro-agricoles traditionnels sont supposés existants a été prise toujours à partir du dernier recensement agricole Superficie riz irriguée (ha) 568 099 Longueur moyenne des canaux/ha (m) 200 Longueur totale des canaux (km) 113 620 Rendement moyen par personne par jour (m) 1.5 Nombre d’homme jours nécessaires 22 724 000

% des canaux ensablés 30%

Longueur des canaux à curer (km) 34 085

Avec 2kg de riz blanc et 300g de légume sec par homme-jour, les besoins s’élèvent donc à : Vivres Riz blanc Légume sec Ration journalière 2kg/hj 0,3kg/hj Besoins totaux en vivres (tonne) 45 448 6 817

c. Besoins correspondants à l’ouverture des pistes Longueur des points noirs à traiter (km) 520 Rendement moyen par personne par jour (m) 3 Nombre d’homme jours nécessaires 173 330

L’estimation de cette longueur se base sur l’hypothèse suivante : 65 districts concernés, les expériences passées ont montré 40km en moyenne de longueur totale de piste ayant présenté des points noirs par district. Soit donc 2 600 km de pistes coupées, et avec la présupposée de 20% de tronçons représentant des points noirs, on retrouve 520 km de longueur à traiter. Avec 2kg de riz blanc et 300g de légume sec par homme-jour, le besoin s’élève pour les activités de VCT de réhabilitation des pistes : Type de ration Riz blanc Légume sec Quantité/jour 2 kg/hj 0,3 kg/hj Besoins en vivres (t) 350 52

C. Fourniture d'alevins et de matériel de pêche a. Alevins Nombre total d’alevins 135 994 b. Filets et accessoires (pêche maritime) Nombre total de filets Filet senne : 15 394 Pourcentage de perte 20% Besoin 3 788 Eleveurs 9 651 % perte 80% Besoin en alevins 108 795

5

PLAN SECTORIEL Agriculture et sécurité alimentaire_ Madagascar D. Récapitulation des besoins

2010-2011

A priori, aucun stock d’intrants (semences) et de matériel de pêche n’est disponible. Pour les stocks de vivres, ils existent mais leur destination finale est orientée aux sinistrés regroupés dans des sites. C’est à dire que les autres secteurs (nutrition, etc.) vont les prendre en charge. Tableau 1. Récapitulation du Besoin en Intrants Stock de Organisme Unité Besoin total contingence détenteur disponible Tonne 5 537 (0) Tonne 753 (0) Tonne 725 (0) Tonne 11.6 (0) Tonne Tonne Tonne Tonne Tête pièce

Type de besoins Semences de riz Semences de maïs Semences de haricot Semences potagères Semences pomme de terre Semences Sorgho Vivre : riz blanc Vivre : légumes secs Alevins Filet senne

Lieu de stockage

45 798 6 869 108 795 3 788

(0) (0) (0) (0)

3.2. Besoins du Groupe sectoriel pour répondre aux scénarios
Nombre total de bénéficiaires à cibler (selon les HYPOTHESES DE PLANIFICATION) Assurer les besoins alimentaires de base à 290 000 individus pendant 1 mois puis pour 120 000 individus (24 000 ménages) pendant 3 mois de réhabilitation Assurer la relance du secteur agricole Membres Niveau/type de stocks actuels 1 400 MT de vivres pré positionnés dans les zones à risque pour les activités de secours PAM 22 MT de biscuits à haute valeur énergétique 44 000 individus recevant une ration de biscuits énergétiques pendant 5jours Maraichage 264 sachets + Riz 46MT +maïs 78MT + haricots 427MT + manioc (2200000 boutures) + patates douces (2200000 lianes) + 88000 unités d’outillages+440MT d’autres intrants Bénéficiaires assistés selon la capacité disponible 80 000 individus recevant une ration de distribution générale ciblée pendant 4 semaines 6 840MT 6 300 000 Besoins additionnels requis Coûts des besoins additionnels ($USD)

FAO

24 MT riz (manakara) + potentiel de 150MT de semence de riz + maïs10 MT + 13MTd’haricot +15000 sachet pour Antalaha

44,000 HH

400,000

3.3. Activités à entreprendre AVANT LE CYCLONE ET L’INONDATION # 1. 2. 3. 4. 5 Activités Responsable Echéance Continu

Activités communes pour toutes les crises Appui aux sites sentinelles dans les grandes villes PAM Identification des facilités de stockage disponibles et capacités Tous les membres Vérification de la situation de la disponibilité de semences FAO Mise à jour des listes des fournisseurs des matériels et outillages agricoles Identification des facilités de stockage disponibles et capacités Tous les

Dec 2010

6

PLAN SECTORIEL Agriculture et sécurité alimentaire_ Madagascar # 6. Activités Evaluation des capacités d’intervention locale de chaque partenaire : en matière de distribution des vivres, des semences, de suivi/encadrement. Mise à jour des listes des fournisseurs de semences, des vivres, alevins (contact, disponibilité et lieu, prix actuel, etc.) Préparation des missions d’évaluation (constitution des fiches d’enquête, des équipes nominales) pour les évaluations approfondies, enquête sécurité alimentaire et enquête de diagnostic de production Pré-positionnement des vivres et non-vivres dans les zones à risque

2010-2011 Echéance Oct-Nov 2010

Responsable membres Tous les membres FAO

7.

Dec 2010

8.

Tous les membres

Nov 2010

9.

PAM, FAO

Dec 2010

3.4. Activités à entreprendre PENDANT et APRES LE CYCLONE ET L’INONDATION # 1. Activités Participation à la mission de survol Responsable Echéance Selon nécessité, juste après l’aléa quand les conditions sont favorables Après évaluation des données/informations primaires reçues Selon nécessité. Après récession des eaux (quand la situation se stabilise) 15 jours après l’aléas

2.

Identification des zones ayant besoin d’une évaluation rapide Evaluation rapide et enquête sur la sécurité alimentaire Rapport de recommandation sur les interventions immédiates, sur la relance agricole à court terme, et sur les interventions à long terme (réhabilitation des infrastructures en dur) Distribution sur la base du pré-positionnement et la répartition entre les acteurs Suivi / encadrement des actions menées auprès des bénéficiaires Enquête de diagnostic de production et éventuellement enquête d’évaluation approfondie

Tous membres Tous membres FAO/PAM

les

3.

les

4.

5 6 7

Tous les membres Tous les membres FAO/PAM

Au moment de la récolte (riz surtout)

3.5. Participation aux évaluations Type d’évaluation Membres participants Evaluation Rapide Multisectorielle (ERM) Autre évaluation conjointe Evaluation sectorielle : Evaluation de la situation alimentaire en situation d’urgence (EFSA) Diagnostic des Récoltes PAM, FAO, CARITAS, CARE, CRS, ADRA PAM, FAO,

Quel Outil ? Fiche conjointe d’ERM MCRAM

Qui rapporte ? PAM/FAO/CARE

UNICEF

PAM, FAO, CARITAS, CARE, CRS, ADRA PAM, FAO, CARITAS, CARE, CRS, ADRA, RTM

Fiche spécifique EFSA Fiche de diagnostic de récolte

PAM/FAO

PAM/FAO

7

PLAN SECTORIEL Agriculture et sécurité alimentaire_ Madagascar 4. PRE-REQUIS Personnel requis Activités Distribution familiale ciblée DCF Réhabilitation
Désignation Quantité Coût ($USD) Désignation

2010-2011

Equipement ou intrants requis
Besoins additionnels (quantité) Coût additionnel ($USD) Disponible en stock (quantité) Coût stock disponible ($USD)

Ressources internes et externes Ressources internes et externes

100

144,000

Vivres PAM Biscuits HEB Semences et intrants agricoles Vivres (VCT) PAM

3,540MT -

3,800,000

1400 MT 22 MT

1,065,000 38,000

60

90,000

80 000

3,300 MT

Total

160

234,000

2,500,000 6,380,000

1,103,000

D. MEMBRES ET 3W
Qui ? MinAgri MinAgri GENIE RURAL Nom Randriana Victor Ralph Andrianiaina RAZAFINJATO Point focal Téléphone 033 11 272 87 22 416 41 Email cneagr@cneagr.mg Quoi ? Evaluation des dégâts par les DRDR : sur les cultures et les infrastructures agricoles Identification des intrants nécessaires Distribution des semences et des outils agricoles selon leur disponibilité Encadrement technique : cultures et infrastructures Reconstruction ou réhabilitation d’infrastructures sociales (sanitaires ou scolaire), de déblocage ou productives, dans le cadre de réponses aux chocs ou de la décentralisation - Renforcement de capacité - Travaux HIMO contre cash en protection sociale dans le cadre de réponses aux chocs L’évaluation et la surveillance des dégâts subis par les récoltes. La mobilisation et la coordination du soutien des donateurs pour la relance agricole. La coordination des activités agricoles Evaluation et analyse de vulnérabilité VCT : ration de protection de semences, réhabilitation des réseaux hydro agricoles traditionnels, réhabilitation de pistes rurales - Enquête, évaluation et analyse des données après les aléas - Distribution des semences, couplée à la distribution alimentaire (cf. Nutrition) - Participation à des missions d’évaluation - Requête de financement Ou ?

22 régions

Mamisoa Rapanoelina FID Achille Razakatoanina FAO Louis Muhigirwa

22 361 50 032 07 233 30 0 32 02 277 11 032 71 008 06

ucs@fid.mg

22 régions

rfdc@fid.mg Louis.muhigirwa@fao.org Maherisoa.Rakotonirainy @wfp.org Nicolas. Babu@wfp.org caritasm@moov.mg

22 régions

PAM CARITAS CRS ADRA RTM CARE USAID

Maherisoa Rakotonirany Nicolas Babu BODOSOA Lakermance

032 07 136 92 03 207 137 27 22 271 78 032 04 148 33

22 régions

22 régions

Didier Young Ranaivojaona Riri

032 07 81046 033 12 422 84

didier@car.mg sranaivojaona@usaid.gov .mg

8

PLAN SECTORIEL NUTRITION _ Madagascar Annexe 3d. Plan de Réponse Sectorielle Groupe Sectoriel NUTRITION

2009/2010

1. OBJECTIFS Objectifs généraux Eviter une détérioration de l’état nutritionnel des populations affectées Objectifs opérationnels • • • • • • Conduire une évaluation rapide pour estimer la sécurité alimentaire des ménages et l’état nutritionnel des enfants de moins e 5 ans Répondre aux besoins alimentaires immédiats des ménages ayant perdu leurs moyens d’accès à la nourriture Mettre en place ou renforcer les services de dépistage et prise en charge de la malnutrition acute Quantifier à travers enquêtes quantitatives l’état nutritionnel des enfants de moins de 5 ans Organiser et mettre en œuvre distribution des aliments (farines) enrichis pour les femmes enceintes et allaitantes et les enfants en Malnutrition Modérée Equiper les centres de santé, en personnel formé, aliment thérapeutique, et médicaments pour la prise en charge de la malnutrition aigue sévère

2. PRESUPPOSES POUR LA PLANIFICATION

PLAN SECTORIEL NUTRITION _ Madagascar

2009/2010

Contingence

Eléments déclencheurs

Conséquences humanitaires Conséquences humanitaires o Augmentation de la morbidité et mortalité parmi les groupes à risque : enfants <5 ans, femmes enceintes et allaitantes

National Pertes de cultures, terrains cultivables et bétails Epidémie de maladies diarrhéiques Diminution de l’accès aux services de santé Cyclone et inondation

Besoins (non quantifiés) o Médicaments, aliments thérapeutiques, et de supplémentation, o Personnel de santé à former et recycler o Distribution alimentaire ciblée ;

Hypothèse de planification (Population affectée/localisation, dégâts matériels, etc) Dégâts humains : o 80.000 enfants 6-59 mois et 27 000 femmes enceintes et allaitantes o 8.000 enfants <5 ans en malnutrition modérée à supplémenter o 2.000 <5 ans en malnutrition acute sévère à prendre en charge

Acteurs disponibles

Contraintes/lacunes

o Ministère de la Santé o ONN o PAM o UNICEF o NGO

o o

o o

Dégâts matériaux o –Destruction des centres sanitaires de base : centre de santé et hôpitaux o Perte de stock des aliments thérapeutiques, médicaments et matériel thérapeutique au niveau des centres de santé de base--Localisation (régions concernées) o Nord-est, o Nord o Nord-ouest----

Accessibilité aux zones affectées Accessibilité des bénéficiaires aux centres sanitaires Disponibilité staff formé Disponibilité immédiate du stock

Evolution temporelle o 3 mois-

PLAN SECTORIEL NUTRITION _ Madagascar 3. ESTIMATION DES BESOINS POUR LE SECTEUR 3.1. Standard minimum 3.2. Besoins du Groupe Sectoriel pour répondre aux scénarios (ou niveau de préparation requis)
Nombre total de bénéficiaires à cibler (selon les HYPOTHESES DE PLANIFICATION) o Assurer les

2009/2010

Contingence

Membres

Niveau/type de stocks actuels

Bénéficiaires assistés selon la capacité disponible o 27.000 enfants 6-59 mois dépistés pour malnutrition aigue 2 000 enfants avec Malnutrition Aigue Sévère (MAS) fréquentant les services CRENAS aux centres de santé de base

Besoins additionnels requis

Coûts des besoins additionnels ($USD)

o

Cyclone et inondation (hypothèse : 600.000 personnes affectées) o

o

besoins alimentaires de base à 80.000 enfants 6-59 mois et 27 000 femmes enceintes et allaitantes pendant 2 semaines Assurer la prise en charge de la malnutrition aigue chez les enfants 6-59 mois Prévenir la malnutrition aigue chez les femmes enceintes et allaitantes

Equipements anthropométriques et staff suffisants pour conduire un dépistage actif Aliments thérapeutiques et équipements anthropométriques suffisants pour conduire couvrir les besoins de prise en charge 2.00 enfants avec Malnutritions sévère

o UNICEF o

o Aliments thérapeutiques et médicaments pour le traitement systématique pour 2.000 enfants avec MAS

350,000

PAM

0 MT

Aliments de supplémentassions pour 10,000 enfants avec MAM et 39,000 FE/FA (882 MT de CSB et 110 MT d’huile)

1,000,000

NGO à spécifier

PLAN SECTORIEL NUTRITION _ Madagascar

2009/2010

3.3. Activités à entreprendre AVANT LE CYCLONE ET L’INONDATION # 1. 2. 3. 4. Activités Positionnement matériel anthropométriques pour évaluation et enquêtes Positionnement médicaments, aliment de supplémentation et thérapeutiques Pool staff formé pour enquête et évaluation nutritionnelles Données de base de sécurité nutritionnelle disponibles : tendances selon enquêtes anthropométriques depuis 2006 et données de sites de surveillance sécurité nutritionnelle mis en place depuis 2009 Positionnement matériel anthropométriques pour évaluation Positionnement médicaments, aliment de supplémentation et thérapeutiques Pool staff formé pour évaluation nutritionnelle rapide Données de base de sécurité nutritionnelle disponibles : tendances selon enquêtes anthropométriques depuis 2006 Responsable UNICEF UNICEF UNICEF UNICEF Echéance Déc-09 Déc-09 Déc-09 Déc-09

5. 6. 7. 8.

UNICEF UNICEF UNICEF UNICEF

Déc-09 Déc-09 Déc-09

3.4. Activités à entreprendre PENDANT et APRES LE CYCLONE ET L’INONDATION # 1. 2. 3. Activités Responsable Echéance Dans les 15 jours Dans le mois Pendant les premiers 10 jours Cyclone et inondation / troubles sociopolitiques Pendant toute la période d’urgence Pendant toute la période d’urgence Dans les 15 jours Dans le mois Pendant les premiers 10 jours Pendant toute la période d’urgence Pendant toute la période d’urgence

4 5 6. 7. 8.

9 10

Activités communes pour toutes les crises Evaluation nutritionnelle rapide et enquêtes UNICEF nutritionnelles Organisation et déroulement dépistage actif pour UNICEF malnutrition aigue UNICEF Distribution supplémentation alimentaire (biscuits énergétiques) enfants <5 ans, femmes enceintes et allaitantes Mise en œuvre service pour prise en charge UNICEF malnutrition aigue sévère chez les enfants <5 ans Mise en place système de suivi et évaluation des UNICEF activités Evaluation nutritionnelle rapide UNICEF Organisation et déroulement dépistage actif pour UNICEF malnutrition aigue Distribution supplémentation alimentaire (biscuits UNICEF énergétiques) enfants <5 ans, femmes enceintes et allaitantes Mise en œuvre service pour prise en charge UNICEF malnutrition aigue sévère chez les enfants <5 ans Mise en place système de suivi et évaluation des UNICEF activités 3.5. Participation aux évaluations

Type d’évaluation

Membres participants PAM, UNICEF, ONG, Ministère de la Santé, ONN

Quel Outil ? Questionnaire, Périmètre Brachiale

Qui rapporte ?

Evaluation rapide conjointe

UNICEF

Evaluation sectorielle Enquête nutritionnelles Révision données des sites de surveillance sécurité nutritionnelle Méthodologie SMART UNICEF

PLAN SECTORIEL NUTRITION _ Madagascar

2009/2010

4. PRÉ-REQUIS Personnel requis Contingence Activités Evaluation nutritionnelle rapide Organisation et déroulement dépistage actif pour malnutrition aigue Distribution supplémentation alimentaire (biscuits énergétiques) enfants <5 ans, femmes enceintes et allaitantes Mise en œuvre service pour prise en charge malnutrition aigue sévère chez les enfants <5 ans
Désignation Quantité Coût ($USD) Désignation

Equipement ou intrants requis
Besoins additionnels (quantité) Coût additionnel ($USD) Disponible en stock (quantité) Coût stock disponible ($USD)

Equipe d’enquêteurs Equipe d’enquêteurs

10 20

10.000 15.000

Périmètre brachial Périmètre brachial

10 pack de 50 20 pack de 50

0 0

500 pack 500 pack

1.650 1.650

Equipe de distributeurs

50

40.000

Biscuits énergétiques

9.450 cartons

749.000

0

0

Cyclone et inondation

Equipe des Centre de Santé de base

50

80.000

RUTF Médicament

2.200 cartons 2.000 traitements systématiques 50 sets

136.000 15.000

1.000 500

56.000 3.750

Mise en place système de suivi et évaluation des activités

Nutritionniste Staff national Total

1

6.000

Matériel Anthropomét rique : Balance et Toise Ordinateur Matériel de gestion

10.000

10

2.000

1 50 sets

2.000 5.000 917,000

0 0

0 0 65,050

151,000

PLAN SECTORIEL NUTRITION _ Madagascar

2009/2010

5. MEMBRES ET 3W
Partenaires Equipe Humanitaire UNICEF PAM Paola Corrado USAID EU GRET Ministère de la Santé/SNUT ONN Ministères et Services Techniques rattachés Paola.corrado@wfp.org Point focal Téléphone Quoi ? - Evaluation et surveillance état nutritionnel Mobilisation et coordination du soutien des donateurs pour la Prise en charge précoce Malnutrition Aigue - Participation à des missions d’évaluation - Requête de financement - Participation mission d’évaluation et suivi des activités au niveau du système sanitaire - Collaboration dans la gestion des intrants - Participation mission d’évaluation et suivi des activités au niveau de la communauté Dans les zones affectées Ou ? Dans les zones affectées

Nom Paola Valenti

Email pvalenti@unicef.org

Partenaires Techniques et Financiers

Dans les zones affectées Dans les zones affectées

CARTE DES PREPOSITIONNEMENTS 2010-2011 (SITUATION 17 DECEMBRE 2010)
HABITAT UNICEF 5 tentes rectangulaires, 24m² 114 ropes 220 m 5 caisses corde (kit 100 familles) 7 kits corde 200 rope, all purpose, polyprop, coil of 220m CRM/PIROI - 504 lampes tempete - 504 réchaud - 842 plastic sheeting 4x6 - 8 plastics sheeting 4x60 - 227 tentes 4x6 - 6 générateurs SANTE SIRECa/SMI Médicaments, consommables et matériels médicaux d'urgence UNICEF -10 pump, electric, sbmr, bh, -27 cbm/hr@130m tmh -2 500 gloves, exam,latex,large,disp/box-100 -5 340 net, ln, polyeth, w/b/g,190x180x150cm -1 620 nystatin oral sus 100,000iu/ml/bot-30ml -390 erythromycin 250mg tabs/pac-100 -52 paracetamol 500mg tabs/pac-1000 -340 paracetamol 1000mg tabs/pac-1000 -4217 sul.met.+trim.pdr/o.s.240mg/5ml/bot100ml -1 088 zinc 20mg tablets/pac-100 -5900 sulfameth.+trimeth.100+20mg tabs/pac-100 -26 oral reh.salts,new formula,1l s/car-1000 -700 tetracycline eye ointment 1%/tbe-5g -80 erythromycin 250mg tabs/pac-100 -10 midwifery kit,2-equipment -10 000 net,ln,110-150d,w/b/g 190x180x150cm CRM/PIROI Matériels de premiers secours WASH UNICEF - 33 futs de 215 litres - 4 portable bacteriological field tst kits 1 - 2 moto-pompes 3 m 3 - 15 tuyaux de refoulement de 50m - 2 649 robinets pour filtre - 7170 timbales 1litre - 19 495 seaux 15litres, -2 280 seaux 20l pour filtre (set de 2) - 5 051 Sureau - 27 water tank, collapsible, 1500l, w/dist.kit - 4 350 water cont, pvc/pe, collapsible, 10l, 1m tst - 3 930 water cont, pvc/pe, collapsible, 20l, 1m tst - 600 water cont, pvc/pe, 10l, collaps, w/o logo - 16 reagents pack for water quality assessment kit - 16 water quality assessment kit,basic - 5 water quality assessment kit,basic - 600 guide wash - fahalalana mahavonjy - 4 pump,electric,sbmr,bh,27cbm/hr@130m tmh - 12water pur. unit, skid, 5m/3hr@20mtmh.diesel CRM/PIROI - 1 142 Jerrycans + robinets - 4 unités de traitement d’eau (12m3/j chacun) NUTRITION UNICEF 3 500 Biscuits, high energy /protein, CAR/20x400g EDUCATION UNICEF - 367 school in a box - Equipements pour 420 tarp tentes - 371 tableaux noirs - 10 000 manuels - Recreation kit MEN 25 tentes scolaires FOOD SECURITY CRS/SALOHI - 391 100 Kg de riz - 396 Litres d'huile - 866 Kg de CSB

SANTE DIANA SURECa/SMI Médicaments, consommables et matériels médicaux d'urgence

SANTE SAVA SURECa/SMI Médicaments, consommables et matériels médicaux d'urgence
WASH CRM/FICR Kit WatSan pour 3 400 familles HABITAT CRM/FICR Kit cuisine pour 3 400 familles

SANTE BOENY SURECa/SMI Médicaments, consommables et matériels médicaux d'urgence HABITAT CRM/FICR Kit cuisine pour 71O familles WASH CRM/FICR Kit WatSan pour 710 familles

SANTE BOENY SURECa/SMI Médicaments, consommables et matériels médicaux d'urgence HABITAT CRM/FICR Kit cuisine pour 2 347 familles WASH CRM/FICR Kit WatSan pour 2 347 familles

HABITAT CARE - 1860 kit urgence ménage (marmites, couverts, drap….) - 1860 sacs étanches - 2000 kits habitat FOOD SECURITY PAM/CARE FAO 130 t vivres (riz, légumes secs, huile) 10 T de semence de riz

SANTE BOENY SURECa/SMI Médicaments, consommables et matériels médicaux d'urgence HABITAT CRM/FICR Kit cuisine pour 72O familles WASH CRM/FICR Kit WatSan pour 720 familles

SANTE BOENY SURECa/SMI Médicaments, consommables et matériels médicaux d'urgence HABITAT CRM/FICR Kit cuisine pour 1 105familles WASH CRM/FICR Kit WatSan pour 1 105 familles

FOOD SECURITY PAM/MEDAIR 150 t de vivres (riz, légumes secs, huile) WASH MEDAIR 2000 Kits wash

HABITAT CARE

- 1 860 kit urgence ménage (marmites, couverts, drap ….) - 1 860 sacs étanches - 2 000 kits habitat
FOOD SECURITY PAM/CARE FAO 130 t de vivres (riz, légumes secs, 20 t de semence de riz huiles) SANTE SURECa/SMI

SANTE ALAOTRA SURECa/SMI Médicaments, consommables et matériels médicaux d'urgence SANTE SURECa/SMI SANTE BONGOLAVA SURECa/SMI Médicaments, consommables et matériels médicaux d'urgence

Médicaments, consommables et matériels médicaux d'urgence

HABITAT UNICEF
-50Tentes rectangulaires 24M² -11 tarpaulins, reinforc, polyeth, roll, 4x50m -330 Blankets -10 tarpaulins, reinforc, plastic, sheet 4x5 M

Médicaments, consommables et matériels médicaux d'urgence

CRS/SALOHI
-2 500 Cuvettes en plastique -2 500 Moustiquaires imprégnées -2 500 Seaux en plastique de 15 litres -3 750 Bougies Maronjana (paquet de 10) -2 500 Verres en plastique de 1,5 litre -2 500 Couvertures 10 points -2 500 Allumettes (paquet de 10) -2 500 Jerrican en plastique de 20 litres -12 500 Savons Nosy 300g

SANTE SURECa/SMI Médicaments, consommables et matériels médicaux d'urgence

HABITAT CARE 458 rouleaux de plastic sheeting FOOD SECURITY CARE/SALOHI - 242 533 Kg de riz - 6 975 Kg de CSB - 23 980 Litres d’huile

FOOD SECURITY CRS/SALOHI
- 62 960 Litres d’huile - 671 300 Kg de riz - 261 725 Kg de CSB

FOOD SECURITY PAM/CARITAS 122 t de vivres (riz, légumes secs, huiles)
SANTE SURECa/SMI

FOOD SECURITY CARE/SALOHI - 52 450Kg de riz - 1 719 Litres d’huile - CSB

WASH UNICEF
16 300 water cont, pvc/pe, collapsible, 10l,1m tst 12 070 water cont, pvc/pe, collapsible 20l,1m tst 200 squatting plate, plastic, w/o pan,120x80cm 115 squatting plate, plastic, 80x60cm 200 pan and goose neck for 5007335 215 pan and goose neck trap for squatting plate 3500 filter candles, spare, set of 4 20 water tank, collapsible, 10000l, w/dist.kit 10 water tank, collapsible, 5000l,w/dist.kit

Médicaments, consommables et matériels médicaux d'urgence

FOOD SECURITY
ADRA/SALOHI - 1 777.33 Kg d’huile - 3 454.12 Kg de CSB - 1 512.2 Kg de riz

SANTE SURECa/SMI Médicaments, consommables et matériels médicaux d'urgence

FOOD SECURITY PAM/RTM 120 t de vivres (huiles, riz, légumes secs) FAO 43.5 t de semences de sorgho SANTE SURECa/SMI Médicaments, consommables et matériels médicaux d'urgence

SANTE SURECa/SMI Médicaments, consommables et matériels médicaux d'urgence FOOD SECURITY PAM/RTM 100 t de vivres (riz, légumes secs, huile) SALOHI/LOL - 629 000 Kg de riz - 44 000 Kg de VO - 58 000 Kg de CSB SANTE SURECa/SMI Médicaments, consommables et matériels médicaux d'urgence FOOD SECURITY CRS/BEDM - 140 120 Kg de sorgho - 3 640 Litres d'huile - 7 625 Kg de CSB FOOD SECURITY PAM/CARITAS 120 t de vivres (riz, huile, légumes sec) SANTE SURECa/SMI Médicaments, consommables et matériels médicaux d'urgence

SANTE SURECa/SMI Médicaments, consommables et matériels médicaux d'urgence

EDUCATION UNICEF 50 Recreation Kits

FOOD SECURITY CRS/BDEM ADRA/SALOHI - 8 163 Kg de riz - 145 926.9 Kg de riz - 4 672 Litres d'huile - 4 920.43 Kg d'huile - 87 462.50 Kg de CSB - 29 601.3 Kg de CSB FAO 34 t de semence de riz PAM/RTM 120 t de vivre (riz, huiles, legumes secs)

SANTE SURECa/SMI Médicaments, consommables et matériels médicaux d'urgence FOOD SECURITY CRS/SALOHI - 48 275 Kg de riz - 1 414.6 Litres d'huile - 3 352 Kg de CSB

SANTE SURECa/SMI Médicaments, consommables et matériels médicaux d'urgence

FOOD SECURITY ADRA/SALOHI - 68 474.42 Kg d’huile - 179 675.7 Kg de CSB - 199 654.9 Kg de riz

LEGENDE
FOOD SECURITY CARE/SALOHI - 48 Mt de sorgho - 2 438 Litres d’huile SANTE SURECa/SMI Médicaments, consommables et matériels médicaux d'urgence

FOOD SECURITY PAM/CARE 130 t de vivres (riz, légumes secs, huiles)

Zones à risque de passage de cyclones et d’inondation Zones à risque de passage de cyclones Zones hors scénario Limites des régions

1   

TERMES DE REFERENCE DES MISSIONS D’EVALUATION CONJOINTE POST-CATASTROPHES
(Survol et Evaluation Rapide Multi-sectorielle)

A. CONTEXTE Madagascar disposait depuis 1962 un organe national de secours qui s’appelait Conseil National de Secours (CNS). Depuis 2003, cet organe a été transformé en Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes (BNGRC) dont les mandats sont élargis à la préparation et à la réponse aux catastrophes naturelles. Ce bureau, qui maintient toujours son mandat de secours d’urgence, coordonne à la fois au niveau national, régional, district, communal et fokontany toutes les activités de préparation et de réponses. L’approche de responsabilité sectorielle a été adoptée dans le pays depuis 2007 et des groupes sectoriels dirigés par les services techniques des ministères ont été mis en place. Les partenaires humanitaires, regroupés au sein du Comité de Réflexion des Intervenants en Catastrophe (CRIC) se sont ainsi intégrés dans ces groupes sectoriels. Les clusters humanitaires, selon les directives du Comité Permanent Inter-agence (IASC1), existent également et sont activés selon la nature de la crise Depuis 2007, des évaluations à caractère conjoint, en particulier le Survol et l’Evaluation Rapide Multisectorielle, ont été organisées au sein du CRIC et des groupes sectoriels, avec l’appui des clusters. Cependant, les outils utilisés n’étaient pas toujours conjoints, chaque secteur avait favorisé leurs propres outils respectifs et le processus de ces évaluations conjointes (engagement des participants, reporting, etc) n’a pas été clairement défini. En 2009, un premier outil commun d’évaluation conjointe a été développé, aussi bien pour le survol que pour l’Evaluation Rapide Multisectorielle, et une première équipe conjointe a été constituée préalablement. Les leçons apprises de la saison cyclonique 2009-2010 ont montré des faiblesses en termes d’évaluation conjointe, y compris le processus. Les présents Termes de Référence visent donc à adresser cces déficiences.

B. OBJECTIFS o o La Communauté Humanitaire a une compréhension commune de la situation d’une crise, sur la base des mêmes sources d’informations. Toutes les initiatives sont partagées et coordonnées ceci étant faciliter par une standardisation des outils et la définition d’un processus d’évaluation commune, dont la participation d’équipes d d’évaluation. Les besoins provisoires post-catastrophes, en particulier ceux des personnes les plus vulnérables comme définis dans les critères de vulnérabilité avant catastrophes et les critères de ciblage des bénéficiaires selon les différentes phases de l’urgence, sont évalués conjointement (Annexe 1. Critères de vulnérabilité et de ciblage des bénéficiaires).

o

                                                            
1

 Inter‐Agency Standing Committee 

2   
C. PROCESSUS ET ENGAGEMENT o o La décision de conduire des évaluations conjointes est prise à l’issue d’une réunion du CRIC, dirigée par le BNGRC avec l’appui de l’OCHA/BCR, des clusters et des groupes sectoriels. Tout autre initiative d’évaluation serat partagé dans ce forum afin d’optimiser les moyens (financiers et logistiques), la mobilisation des ressources humaines et la meilleure couverture géographique. Les zones à visiter et la durée de la mission sont déterminées de commun accord, soit pendant la réunion du CRIC, soit par une réunion regroupant seulement les coordonnateurs des clusters, les chefs de file sectoriels, le représentant du bailleur qui finance l’évaluation, sous la coordination du BNGRC. L’équipe d’évaluateurs travaille pour l’ensemble de la communauté humanitaire et non pour son organisme. Ainsi, l’équipe est engagée pour participer effectivement à toute la durée de l’évaluation jusqu’à la présentation du rapport d’évaluation selon le délai décidé. L’équipe est constituée au moment de la prise de décision, parmi les techniciens des groupes sectoriels/clusters préalablement désignés et formés. Leur nombre et leur composition (homme, femme, logisticien, etc) sont décidés selon le contexte, la nature de la crise et les besoins spécifiques de la mission. Des journalistes et représentants des bailleurs feront partie de la mission selon les besoins et les capacités de transport. Un chef de mission sera désigné, responsable de compiler les contributions de chaques secteurs (état des dégats, des besoins et recommandations pour action). Le Chef de mission est le point focal de toute la communauté humanitaire pendant le processus et assure l’organisation de l’équipe pour le bon déroulement de la mission. Le cluster/groupe sectoriel logistique assure un rôle important pour supporter les évaluations conjointes : facilitation dans la mise à disposition des gros moyens de déplacement, coordination technique des mouvements des appareils aériens, etc. Le BNGRC désignera un point focal pour faciliter les évaluations : fourniture d’autorisation spéciale pour les déplacements de l’équipe (en cas de besoin), organisation des rencontres diverses avec les Comités locaux dans les zones à visiter, et tout autre besoin selon la circonstance. L es résultats de l’évaluation seront présentés au CRIC ; d’autres présentations pourront être effectuées pour des besoins/groupes spécifiques.

o

o

o

o

o

o

o

3   
PARITE I. SURVOL La mission de survol sera menée dans les premières 24 heures, ou au plus tard dans les 48 heures, après l’entrée d’un cyclone, d’une tempête ou d’un début d’une inondation. Sa durée doit être le plus courte possible, 1 à 2 jours. Toutefois, en fonction des différentes contraintes (mobilisation des moyens, conditions climatiques, etc), une mission de survol retardée ou prolongée pourrait être combinée directement avec une mission d’Evaluation Rapide Multisectorielle. I.1. RESULTATS ATTENDUS o o o o o Avoir une idée globale de la situation post-catastrophe (cartographie simple) Etablir une cartographie simple délimitant les zones les plus touchées par la catastrophe : les zones inondées, les zones ravagées par les vents, etc. Identifier les zones qui ont besoin de secours d’urgence ou d’évacuation : villages isolés ou menacés par des crues/inondations, etc. Identifier les zones accessibles et inaccessibles jusqu’au niveau le plus bas possible Donner des informations plus détaillées (photos, film, etc) sur les dégâts importants : ponts disparus ou déplacés, aéroport, port ou rails endommagés, portion de route nationale complètement coupée, etc. Recommander s’il y a besoin de conduire une Evaluation Rapide Multisectorielle ou directement des évaluations sectorielles approfondies.

o

I.2. DEROULEMENT a. Préparation o o o o o Identifier et réunir l’équipe d’évaluation, parmi les techniciens préalablement identifiés, avec un ou deux représentants du cluster/groupe sectoriel Logistique. Rassembler et analyser les premières informations/données collectées, notamment par sms. Elaborer le plan de vol avec la compagnie aérienne : zone d’atterrissage, zone à survoler seulement, endroit de ravitaillement en carburant, etc. Contacter tous Comités locaux de GRC concernés. Rassembler tous les matériels et les outils nécessaires (GPS, cartes papiers et électroniques, bloc-notes, appareil photo, camera, etc).

b. Terrain L’équipe suit la fiche de survol (Annexe 2). Entre autre, il s’agira d’évaluer le pourcentage des maisons détruites, apprécier la gravité des inondations, vérifier si les voies d’accès sont indemnes ou non (route, chemin de fer, port, aéroport), vérifier s’il y a des gens en position dangereuse (entourés d’eau, sur le toit, sous les éboulements, en mouvement…), rapporter les informations clés sur une carte, avoir des entretiens avec les autorités locales, en priroité des comités locaux de GRC , les femmes, les notables, responsables religieux, responsables d’ONGs, de la Croix Rouge les enfants, prendre le maximum de photos et de films dans le respect de la dignité des personnes. c. Rapport et conclusions o Si le contexte le permet, l’équipe peut envoyer à une personne au niveau BNGRC, pendant la mission, des photos prises sur le terrain. Elle peut recommander le déploiement de secours d’urgence au cas où des vies seraient directement menacées. Au retour, une restitution est conduite au niveau du CRIC 1 jour au plus tard avec une présentation au format PowerPoint, avec des photos, des cartes et des films en appui. Une version électronique complète sera remise aux coordonnateurs des clusters et aux chefs de file sectoriels. L’équipe doit recommander, en précisant les zones concernées et les moyens logistiques les plus appropriés, si : i) des éventuelles actions de sauvetage doivent être menées, ii) une Evaluation Rapide Multisectorielle doit être déclenchée.

o o o

4   
PARTIE II. EVALUATION RAPIDE MULTISECTORIELLE La mission d’Evaluation Rapide Multisectorielle devrait être menée idéalement dans les premières 3 jours après l’entrée d’un cyclone ou la survenue d’une inondation, pour une durée de 3 à 4 jours. Les informations/données obtenues de cette évaluation pourrait servir de base d’un appel à l’aide internationale et de mobilisation de ressources si la situation le justifie. I.1. RESULTATS ATTENDUS o o o o Affiner et compléter les statistiques sur les dégâts pour obtenir les données les plus complètes et fiables possibles. Quantifier les dégâts multisectoriels (bilan chiffré mais provisoire) et les besoins urgents (désagrégés par genre), pour sauver des vies. Déterminer les dégâts spécifiques par secteur ainsi que les conséquences à caractère transversal et évaluer les impacts de ces dégâts dans le court et moyen termes (1 à 3 mois). Orienter les futures évaluations en fonction de l’amplitude des dégâts par secteur.

I.2. DEROULEMENT a. Préparation o Identifier le nombre de techniciens nécessaire et réunir l’équipe d’évaluation, parmi les techniciens préalablement identifiées, avec un ou deux représentants du cluster/groupe sectoriel Logistique. L’équipe sera multisectorielle et sa composition est formée selon le contexte et les besoins. En cas de mobilisation de plusieurs équipes avec des gros moyens, désigner un point focal du secteur logistique pour coordonner tous les mouvements aériens des équipes. Si nécessaire, le chef d’équie conduira une petite séance de recyclage sur le mode de remplissage de la fiche d’évaluation mult-sectorielles. Etablir la liste des localités à visiter : communes, districts et régions Etablir le planning de la visite des zones. Contacter toutes les Autorités locales / Comités locaux de GRC concernés. Rassembler tous les matériels et les outils nécessaires (GPS, cartes, bloc-notes, appareil photo, camera, etc).

o o o o o o

b. Terrain o o Survoler chaque district affecté Commencer par une rencontre avec le Comité local de GRC sur place, avec une présence de tous les membres de ce comité. Affiner avec les Comités locaux de GRC au niveau district la liste des communes les plus affectées, en plus des communes chefs lieu des districts et identifier les moyens à utiliser pour y aller (hélicoptère, vedette rapide, moto et voiture) Faire participer au maximum les membres des Comités Locaux de GRC, les sinistrées, les notables, les Mpanjaka, les religieux, les ONGs locales, groupes de femmes, personnels de santé, de l’éducation et du secteur social etc dans les visites de terrain et pour la collecte des données. Evaluer en commençant par le chef lieu de district Se réunir périodiquement avec le chef d’équipe Débriefer les résultats préliminaires de la mission à chaque Comité Local de GRC concerné. Tenir une réunion de synthèse finale entre toutes les équipes pour sortir les conclusions et les recommandations de la mission. Chaque membre de l’équipe tiendra un carnet personnel de notes répertoriant les personnes rencontrées et les résultats des entretiens conduits

o

o

o o o o o

5   
c. Rapport et conclusions o o o o o Si le contexte le permet, l’équipe peut envoyer au point focal BNGRC, pendant la mission, des données préliminaires et des photos prises sur le terrain. Au retour, une première restitution sera conduite au niveau du CRIC dans le 1 jour après l’arrivée avec une présentation au format PowerPoint (photos, cartes et films en appui). Une version électronique complète, y compris la base de données brute issue des fiches d’évaluation, doit être remise aux coordonnateurs des clusters et aux chefs de file sectoriels. Un rapport final sous format Word est produit dans les 3 jours après l’arrivée de l’équipe. L’équipe doit recommander si : i) un appel à l’aide international est opportun, ii) le même type d’évaluation devrait être conduit dans d’autres zones non couvertes, iii) des évaluations sectorielles approfondies sont nécessaires, iv) la coordination des réponses doit être renforcée pour certaines zones. Le rapport final sera constitué au moins : Rappel des objectifs de la mission Organisation, méthodologie et participants Contexte local avant et après l’aléa Cartographie de la zone touchée, classée selon le niveau de dégâts Synthèse des dégâts, analyse/estimation des besoins et recommandations détaillées par secteurs • Education • Eau, hygiène et assainissement • Habitat • Logistique • Santé • Sécurité alimentaire et moyen de subsistance • Protection • Coordination locale • Tableaux récapitulatifs des dégâts Recommandations générales Annexes • Termes de Références • Listes des communes survolées / affectées • Données secondaires clés • Photos

6    Annexe 1. Critères de vulnérabilité et de ciblage des bénéficiaires (à insérer une fois validés)

7    Annexe 2. Fiche de survol (version 2009)
EVALUATION CONJOINTE DES DEGATS  : FICHE DE SURVOL 
1‐ EN VOL
Date :  Evaluateurs :  Type Appareil : Durée : Si un des grands barrages  listés au verso se trouvent  dans la zone affectée, il  faut répondre si les digues  sont intactes, submergées,  menacées ou cassées  LOGISTIQUE INFORMATIONS A METTRE SUR LES  CARTES (1/100.000) :
1. Dégâts sur les routes nationales : pont  déplacé, pont coupé, route coupée, route  inondée, gros éboulements,  fonctionnement des bacs, etc 2. Praticabilité des ports et aéroports  HABITAT & EAU ASSAINISSEMENT
% zone inondée  (réf surface  habitée) < 10% 10 à 25% 25 à 50% 50 à 75% > 75% Y : Case d'habitation Nb appro des maisons X :   < 10% inhabitables 10 à 20% inhabitables 20 à 40% inhabitables 40 à 60% inhabitables 60 à 80% inhabitables > 80% inhabitables  Nb appro des maisons X :   < 10% 10 à 25% 25 à 50% 50 à 75% > 75% Y : < 10% inhabitables 10 à 20% inhabitables 20 à 40% inhabitables 40 à 60% inhabitables 60 à 80% inhabitables > 80% inhabitables  Nb appro des maisons X :   < 10% 10 à 25% 25 à 50% 50 à 75% > 75% Y : < 10% inhabitables 10 à 20% inhabitables 20 à 40% inhabitables 40 à 60% inhabitables 60 à 80% inhabitables > 80% inhabitables  Nb appro des maisons X :   < 10% 10 à 25% 25 à 50% 50 à 75% > 75% Y : < 10% inhabitables 10 à 20% inhabitables 20 à 40% inhabitables 40 à 60% inhabitables 60 à 80% inhabitables > 80% inhabitables  < 10% 10 à 25% 25 à 50% 50 à 75% > 75% Faible (< 25%) Moyen (25 à 50%) Important (> 50%) Détruit Décoiffé Inondé Isolé Intact Détruite Décoiffée Inondée Isolée Intacte < 10% 10 à 25% 25 à 50% 50 à 75% > 75% Faible (< 25%) Moyen (25 à 50%) Important (> 50%) Détruit Décoiffé Inondé Isolé Intact Détruite Décoiffée Inondée Isolée Intacte < 10% 10 à 25% 25 à 50% 50 à 75% > 75% Faible (< 25%) Moyen (25 à 50%) Important (> 50%) Détruit Décoiffé Inondé Isolé Intact Détruite Décoiffée Inondée Isolée Intacte < 10% 10 à 25% 25 à 50% 50 à 75% > 75% Faible (< 25%) Moyen (25 à 50%) Important (> 50%) Détruit Décoiffé Inondé Isolé Intact Détruite Décoiffée Inondée Isolée Intacte Rizières  inondées

Trajet du survol : 
COMMUNES survolées
Nom sur la carte Coordonnées  géographiques

AGRICULTURE

INFRASTRUCTURES SOCIALES (EDUCATION ET SANTE) Nombre Ecole Nombre

Dégâts sur les cultures  de rente Centres de santé

Observations diverses (commune  complètement isolée, présence de cadavres  d'animaux/humains, etc) 

8   

Questionnaire guide en cas d'aterrissage
Nombre approximatif de maisons détruites ? Nombre approximatif de personnes rassemblées au même endroit ? Y a‐t‐il un endroit dégagé pour établir un site d’hébergement ? Disponibilité des matériaux locaux pour la reconstruction ? Accessibilité de la zone : situation des routes, ponts, ports, aéroports,… Variation des prix des PPN par rapport à ceux de l'avant cyclone Situation générale de la campagne agricole : stade de développement végétatif du riz,  Nombre délèves sinistrés (cours suspendus) Pourcentage des matériels pédagogiques détruits (livres scolaires, tableau blanc, etc) Nombre de salles de classe potentiellement ou totalement inutilisables, dont détruits

Liste des grands barrages (obligatoirement à visiter s'ils sont inclus dans la zone affectée)
Nom du barrage Bevava Sahamaloto PC 23 Dabaraha Antanimenabaka Marofarihy Prise Bevoay Mantasoa Tsiazompaniry Andekaleka Nature du barrage Hydroagricole Hydroagricole Hydroagricole Hydroagricole Hydroagricole Hydroagricole Hydroagricole hydroélectrique hydroélectrique hydroélectrique Antanimenabaka Marofarihy Ambahikily Mantasoa X Y Ilafy Commune District Ambatondrazaka Amparafaravola Amparafaravola Morondava Andilemena Manakara Morombe Manjakandriana Manjakandriana Brickaville Région Alaotra Mangoro Alaotra Mangoro Alaotra Mangoro Menabe Alaotra Mangoro Vatovavy Atsimo Andrefana Analamanga Analamanga Atsinanana Intact Submegé Menacé Cassé

9    Annexe 3. Fiche d’Evaluation Rapide Multisectorielle (en cours de révision)

MINSTERE DE L’INTERIEUR

REPOBLIKAN’I MADAGASIKARA TANINDRAZANA-FAHAFAHANA-FANDROSOANA EVALUATION RAPIDE PAR SMS

BUREAU NATIONAL DE GESTION DES RISQUES ET DES CATASTROPHES COMITE DE REFLEXION DES INTERVENANTS AUX CATASTROPHES (CRIC)

IDENTIFICATION DE LA ZONE
1. Région : ………………………………………………… 2. District : ………………………………………............. 3. Commune :………………….………………………….. 4. Fokontany : …………………………………………. DONNEES A ENVOYER PAR SMS A. IMPACTS SUR LES HUMAINS
1. 2. 3. 4.
 

Nombre total d’habitants avant catastrophe ………………………………. Nombre de décès ……………………………….……………………………. Nombre de blessés nécessitant hospitalisation …………………………… Nombre de disparus ………………………………………………………….

B. DEGATS HABITAT
5. 6. 7.

Nombre total de maisons avant catastrophe ………………………………. Nombre de maisons inhabitables post-catastrophe ……………………… Nombre de personnes déplacées (regroupées dans des centres) ………

C. ACCES / LOGISTIQUE 8. Est-ce que la voie d’accès habituelle est praticable ? Si Oui, inscrire : 1 - Si Non, inscrire : 2 ….……………. D. DEGATS INFRASTRUCTURES SANTE
1.

La structure de santé est-elle fonctionnelle ? Si Oui, inscrire :1 - Si Non, inscrire : 2 …………………. S’il n’y avait pas de structure avant la catastrophe, inscrire : 0 …

2.

Y-a-t-il un médecin en poste? Si Oui, inscrire : 1 - Si Non, inscrire : - Si Non, inscrire : 2 …………………. 2 …………………. Y-a-t-il un personnel paramédical en poste? Si Oui, inscrire : 1

3.

4.

Est-ce que les médicaments essentiels sont disponibles en quantité suffisante ? Si Oui, inscrire : 1 - Si Non, inscrire : 2 ………………….

E. INFRASTRUCTURES
5.

Où sont regroupées les personnes déplacées ? Si Pas de personnes déplacées, inscrire : 0 Si Ecole, inscrire : 1 Si Tentes, inscrire : 2 Si Eglise, inscrire : 3 Si Maison commune, inscrire : 4 Si Autres bâtiments administratifs, inscrire : 5

 

S’il y a plusieurs Lieux de regroupement à la fois, Inscrire successivement chacun des numéros correspondant à chaque lieu dans la case (ex : 2345 si Eglise et Maison Commune et Autres Bâtiments administratifs à la fois) – Pour le SMS, saisir le nombre exactement tel qu’il apparait dans la case (Ex : 2345) F. COMMENTAIRES   6. Quel est le besoin le plus urgent ? Si Evacuation sanitaire, inscrire : 1 Si Eau, inscrire : 2 Si Vivres, inscrire : 3 Si Tentes/Bâches plastiques/couvertures/ustensiles : 4 Si Service santé/Médicaments : 5 Si Autres : 6
RAHA MILA FANAZAVANA DIA ANTSOY NY BIRAOM-PIRENENA MOMBA NY FITANTANANA NY LOZA AO ANTANIMORA

 +261 (0) 22 594 50/51; Mailaka : sp.bngrc@bngrc.mg

 

EVALUATION CONJOINTE DES DEGATS  : FICHE DE SURVOL 
1‐ EN VOL
Date :  Evaluateurs :  Type Appareil : Durée : Si un des grands barrages  listés au verso se trouvent  dans la zone affectée, il  faut répondre si les digues  sont intactes, submergées,  menacées ou cassées  LOGISTIQUE INFORMATIONS A METTRE SUR LES  CARTES (1/100.000) :
1. Dégâts sur les routes nationales : pont  déplacé, pont coupé, route coupée, route  inondée, gros éboulements,  fonctionnement des bacs, etc 2. Praticabilité des ports et aéroports  HABITAT & EAU ASSAINISSEMENT
% zone inondée  (réf surface  habitée) < 10% 10 à 25% 25 à 50% 50 à 75% > 75% Case d'habitation Nb appro des maisons X :   < 10% inhabitables 10 à 20% inhabitables 20 à 40% inhabitables 40 à 60% inhabitables 60 à 80% inhabitables > 80% inhabitables  Nb appro des maisons X :   < 10% 10 à 25% 25 à 50% 50 à 75% > 75% < 10% inhabitables 10 à 20% inhabitables 20 à 40% inhabitables 40 à 60% inhabitables 60 à 80% inhabitables > 80% inhabitables  Nb appro des maisons X :   < 10% 10 à 25% 25 à 50% 50 à 75% > 75% < 10% inhabitables 10 à 20% inhabitables 20 à 40% inhabitables 40 à 60% inhabitables 60 à 80% inhabitables > 80% inhabitables  Nb appro des maisons X :   < 10% 10 à 25% 25 à 50% 50 à 75% > 75% < 10% inhabitables 10 à 20% inhabitables 20 à 40% inhabitables 40 à 60% inhabitables 60 à 80% inhabitables > 80% inhabitables  < 10% 10 à 25% 25 à 50% 50 à 75% > 75% Important (> 50%) Moyen (25 à 50%) Faible (< 25%) Détruit Décoiffé Inondé Isolé Intact Détruite Décoiffée Inondée Isolée Intacte < 10% 10 à 25% 25 à 50% 50 à 75% > 75% Important (> 50%) Moyen (25 à 50%) Faible (< 25%) Détruit Décoiffé Inondé Isolé Intact Détruite Décoiffée Inondée Isolée Intacte < 10% 10 à 25% 25 à 50% 50 à 75% > 75% Important (> 50%) Moyen (25 à 50%) Faible (< 25%) Détruit Décoiffé Inondé Isolé Intact Détruite Décoiffée Inondée Isolée Intacte < 10% 10 à 25% 25 à 50% 50 à 75% > 75% Important (> 50%) Moyen (25 à 50%) Faible (< 25%) Détruit Décoiffé Inondé Isolé Intact Détruite Décoiffée Inondée Isolée Intacte Rizières  inondées

Trajet du survol : 
COMMUNES survolées
Nom sur la carte Coordonnées  géographiques

AGRICULTURE

INFRASTRUCTURES SOCIALES (EDUCATION ET SANTE) Dégâts sur les cultures  Nombre de rente Centres de santé Nombre Ecole

Observations diverses (commune  complètement isolée, présence de cadavres  d'animaux/humains, etc) 

Y :

Y :

Y :

Y :

Questionnaire guide en cas d'aterrissage
Nombre approximatif de maisons détruites ? Nombre approximatif de personnes rassemblées au même endroit ? Y a‐t‐il un endroit dégagé pour établir un site d’hébergement ? Disponibilité des matériaux locaux pour la reconstruction ? Accessibilité de la zone : situation des routes, ponts, ports, aéroports,… Variation des prix des PPN par rapport à ceux de l'avant cyclone Situation générale de la campagne agricole : stade de développement végétatif du riz,  Nombre délèves sinistrés (cours suspendus) Pourcentage des matériels pédagogiques détruits (livres scolaires, tableau blanc, etc) Nombre de salles de classe potentiellement ou totalement inutilisables, dont détruits

Liste des grands barrages (obligatoirement à visiter s'ils sont inclus dans la zone affectée)
Nom du barrage Bevava Sahamaloto PC 23 Dabaraha Antanimenabaka Marofarihy Prise Bevoay Mantasoa Tsiazompaniry Andekaleka Nature du barrage Hydroagricole Hydroagricole Hydroagricole Hydroagricole Hydroagricole Hydroagricole Hydroagricole hydroélectrique hydroélectrique hydroélectrique X Y Ilafy Commune District Ambatondrazaka Amparafaravola Amparafaravola Morondava Andilemena Manakara Morombe Manjakandriana Manjakandriana Brickaville Région Alaotra Mangoro Alaotra Mangoro Alaotra Mangoro Menabe Alaotra Mangoro Vatovavy Atsimo Andrefana Analamanga Analamanga Atsinanana Intact Submegé Menacé Cassé

Antanimenabaka Marofarihy Ambahikily Mantasoa

MADAGASCAR Fiche d’Evaluation Rapide Multisectorielle
  1. Participants à la mission  Organisme  Nom   Organisme  Nom   1.    4.    2.    5.    3.    6.      2. Localisation / Accessibilité / Sécurité    Décalage après le désastre : |__|__|JOURS      Date de collecte des données : |__|__|/ __|__|/__|__| 2.2.  District………………………………………  2.3 Commune……………………..………….    2.1 Région…………………………………..  Coordonnées géographiques :     Longitude   |__|__|__|__|__|__|__|  Latitude |__|__|__|__|__|__|__|     2.7. La localisation est t’elle accessible par route ?  OUI         NON    SI Non, expliquez     2.8 Distance avec le chef lieu de district le plus proche? |__|__|__| km    2.9 Y a‐t‐il des problèmes d’insécurité ?   NON         OUI      2.10 Si OUI quel type d’insécurité ? Armée     Bandits    autres à préciser …………………………………………………………….…        3. Population sinistrée   
Nombre de famille sinistrée : |__|__|__|__|   Nombre d’individus sinistrés : |__|__|__|__|__|__|    Nb Femmes |__|__|__|__|__|  Quel est l’effectif des personnes sinistrées par sexe?    Nb Hommes |__|__|__|__|__|                                 Quel est l’effectif des  personnes sinistrées  par âge? 0‐5 ans                   6‐18 ans                 19‐55 ans             56 ans et +                         

 

Impact humain 
Nombre de décès : |__|__|__| Causes principales de décès ? …………………………………………………………………………………………………….………….    Par âge?       0‐4 ans         5‐18 ans      19‐55 ans              56 ans et +          Nombre total de blesses : |__|__|__|    Par âge?       0‐4 ans         5‐18 ans          Nombre total de blesses  graves : |__|__|__|    Personnes disparues :          Enfants      Femmes           

    19‐55 ans              56 ans et +           

  Hommes 

 

1

4. Habitats et besoins non alimentaires    4.1 Nombre total d’édifices publics détruites:   a. totalement……  b. partiellement : ……..   4.2 Nombre de case d’habitation locale : a. détruite ……..   b. décoiffée …….  c. inondée ……….  4.3. Nombre de site d’hébergement :  a. en dur ………  b. tente …………….  4.4 Nombre de personnes hébergées :   a. Total …….  b. Femmes enceintes ………  c. Enfants < 5ans  …………   4.3 Besoins non alimentaire  a. Couverture ?   OUI      NON    b. Lit ?    OUI    NON  c. Ustensiles de cuisine  OUI   NON   4.4 Quels sont les besoins prioritaires identifiés par la communauté ?  4.4.1…………………………………………………………..  4.4.2………………………………………………………………………4.4.3…………………………………………………………     4.4.3. Combien de pourcentage de ménages ont perdu leurs ustensiles de cuisine ?  ……………  4.4.4. Parmi les maisons endommagées/détruites, combien de pourcentage ont été réhabilité/reconstruite :  ……………..     Recommandation pour les abris et les besoins non alimentaire  1.)  2.)  3.) 

  5. Sécurité alimentaire et moyens de subsistance    5.1 Les ménages ont‐ils accès à leur terre ?  OUI      NON                     5.2 Les ménages ont‐ils accès au  marché ?  OUI      NON        MARCHE  MENAGE  Origine :   Changement de  Variation  Rétention de  Existence de  Si Stock : pour  Denrées  Disponibilité sur  P
le marché  OUI ou NON  1‐ production de la  commune,   ou 2‐ ailleurs  prix sur le  marché  OUI ou NON  des prix  en %  stock par les  commerçants ?  OUI ou NON  stock chez les  ménages ?  OUI ou NON  combien de  semaines 

(

Riz                Maïs                Manioc                Sucre                Huile                Farine                Patate                douce  Fruit à pain                5.3  Quels  sont  les  trois  principales  sources  de  revenu  des  ménages  de  la  commune et  leur  proportion?  5.3.1……………… (……%), 5.3.2 ………………….. (……%) 5.3.4 …………………. (……%)   5.4 Qui d’entre eux sont les plus affectés par le cyclone ? ……………………...   5.5 Le nombre journalier des repas a‐t‐il changé ?  OUI      NON     5.6  Si  Oui  combien  de  fois  la  majorité  des  ménages  prenaient‐ils  de  repas  par  jour  avant ?…………..  et  maintenant ?……………………  

2

5.7  La  quantité  (ration)  de  repas  consommé  par  jour  a‐t‐elle  changé ?  OUI          NON  Si  oui  comment  ……………..     5.8 Le principal aliment de base a‐t‐il changé ?  OUI      NON      5.9  Si  Oui  quel  était  le  principal  aliment  de  base  avant ?............................  et  maintenant ?.........................................  5.10 Quel est le pourcentage de la population pour lequel la situation alimentaire est affectée depuis le choc ?  ……%  5.11 Comment jugez‐vous la situation d’insécurité alimentaire dans votre commune  Faible      Modérée       Sévère    5.12  Quelles  stratégies  l’ensemble  des  ménages  adoptent  actuellement  pour  faire  face  à  cette  situation ?..................................................  5.13  Si  des  difficultés  alimentaires  ont  été  rencontrées  suite  au  choc,  selon  vous  combien  de  temps  cette  situation persisteront‐elles ?.................... mois   5.17 Pourquoi ? ……………………………………………………………………………………………….  5.14 Est‐ce que votre commune a reçu de l’aide alimentaire au cours des deux dernières semaines ?  OUI       NON  Si oui, pour combien de ménages ?...........................    5.15  Y  a‐t‐il  dans  votre  commune  des  associations  /  groupements  communautaires  exerçant  des  travaux  collectifs ?  OUI      NON    Si Oui, quels types d’activités communautaires ……………………………………………    5.16 Agriculture  Superficies estimatives  Superficies  Pourcentage de  Possibilité de  Si oui, date limite  Speculation 
cultivées avant la  tempête  (Ha)  estimatives détruites  après la tempête  (Ha)  destruction  relance  1 : oui ; 2 :  non  de replantation 

Riz  Maïs  Haricot  Manioc  Patate douce  Igname  Banane  Fuit à pain  Jaquier  Girofle  Vanille  Café  Autres (à préciser)……..    5.17 Calendrier cultural    Jan  Culture Vivriere  Riz  1er (Hosy)    Riz 2eme  (Vatomandry)    Patate douce    Maïs    Manioc    ……………………….   

                         

                         

                         

                         

                         

Fev                         

Mar             

Avr             

Mai             

Juin             

Juil             

Aou             

Sept             

Oct             

Nov             

Dec 

3

  Jan  Fev  Mar  Avr  Mai  Juin  Juil  Aou  Sept  Oct  Nov  Dec  ……………………….                          Culture de Rente   Café                            Banane                            Letchis                            Vanille                          ……………………….                          ……………………….                          Période de Soudure                              Code: P = Préparation sol    S = Semis    R =  Repiquage    M = Moisson/Récolte    Principales recommandations pour la sécurité alimentaire /aide alimentaire  et agriculture  1.)  2.)  3.)    6. Eau et assainissement  6.1 Sources actuelles d’approvisionnement en eau   Sources   Pompe  Puits  Puits  Source  Source non  Robinet  Borne  aménagé  traditionnel  aménagée  aménagée  fontaine  Nombre total                Nombre                fonctionnel  Nombre non                fonctionnel                  Boisson/  Cuisson*  Bain/vaisselle*                 * (cote 1 = utilise toujours ; 2 = utilisation moyenne ; 3 = ne l’utilise pas)    6.2. La quantité d’eau disponible est elle suffisante ?  OUI      NON  6.3 Quantité d’eau (en litre) utilisée par personne et par jour est estimée : 0‐5    6‐10  11‐15     > 15    6.4 La qualité de l`eau disponible est‐elle potable ? OUI    NON    6.5 Est‐ce que la population a –t‐ elle accès aux produits de purification ou autre materiels de traitement  d`eau ? OUI  NON  lequel ?.....  6.6 Type de récipient utilisé pour la collecte et la conservation de l’eau : bassine/seau non couvert      bassine/seau couvert   Jerrycan  autre à spécifier ……………  6.7 Estimation du nombre du nombre d’habitant par source d’approvisionnement en d’eau ……………………………  6.8 Elimination des excrétas    Type  A l’air libre  Simple trou  Latrine  Toilette  Toilette  Autre à  traditionnel  avec dalle  moderne  spécifier  lavable  (fosseptique) 

4

Nombre des              ménages  Nombre  Non            fonctionnel  applicable  Nombre non  Non            fonctionnel  applicable      6.9 Estimation du nombre de personnes par latrine =   ……………/…………..  6.10 Le sol est il adapté à la construction des latrines ?   OUI    NON,  Partiellement    Ne sait pas   6.11 La population a‐t‐elle accès aux matériels pour l`EAH ? (dalle sanplat, buse, …) OUI  NON  6.12 La population a‐t‐elle accès au savon ?  OUI    NON  6.13 Quels sont les besoins prioritaires de la communauté ?  6.13.1………………………………………………………………………  6.13.2………………………………………………………6.13.3………………………………………………………………………..  Principales recommandations pour l’eau et l’assainissement        1.)  2.)  3.)    7. Santé /Nutrition  7.1. Existe‐t‐il des maladies épidémiques en train d’affecter ou de menacer la population ? suivre le nombre  total de consultants externes et le nombre de cas pour les 3 maladies ou syndromes à risque épidémique ci‐ après au cours de la semaine précédant le cyclone (semaine du 1er mars) et les semaines qui l’ont suivi   
1 - 7 mars Maladies diarrhéiques Syndrome dengue like IRA Total consultants < 5 ans 8 - 14 mars 15 - 21 mars 1 - 7 mars 5 ans et + 8 - 14 mars 15 - 21 mars

   De  plus,  demander  et/ou  vérifier  dans  le  registre  de  consultation  si  des  cas  de  rougeole  ou  des  cas  ou  décès  anormalement groupés d’autres maladies sont apparus au cours de la période dans le secteur.    7.2 Combien de centres de santé et d’hôpitaux ont été affectés par le sinistre ? à demander dans un premier  temps au niveau SSD avec vérification éventuelle au niveau des Communes silencieuses ou à information  douteuse. Utiliser le tableau de données Santé par District  Nb CSB affectés :____/ ; Nb Hôpitaux affectés : _____/ ; Nb CSB affectés non fonctionnels (NF) : _____/ ; Nb  CSB NF faute de personnel : ___/ ; Nb total des populations couvertes par les CSB NF : ______/ ; Nb total  population n’ayant pas un accès géographique à un CSB : ______/ ;     7.3 Le District sanitaire ou le centre de santé ou l’hôpital n’est‐il pas en rupture de stock de médicaments ou  autres intrants essentiels ou menacé de l’être dans les prochaines semaines ?     Etat des stocks des médicaments et des équipements médicaux (cocher si insuffisant ou non disponible) 

5

Antibiotiques orales   ; Antibiotiques injectables   Antipaludiques   ;  SRO   ; Consommables et intrants  pour OCs   ; Autres Médicaments essentiels   ; TDR palu   ; Consommables (gants, bande de gaz,  antiseptiques…)  VitA   ; Vaccin  ; Equipement pour la vaccination  ; Chaîne de froid   ; Kit  d’accouchement individuel  ; lait thérapeutique  ; Aliment thérapeutique  Moustiquaires Imprégnées    Sang testé   boites de sécurité   Ringer lactate  perfuseurs   Vitamine K1 injectable     Nb CSB avec arrêt de vaccination : ____/ ; Nb CSB avec arrêt du TPI femmes enceintes : _____/ ; Nb CSB avec  arrêt autres prestations préventives ou promotionnelles (préciser) : _____/.    7.4 La population n’est‐elle pas en difficulté d’accéder géographiquement ou financièrement aux prestations  de santé curatives, préventives ou promotionnelles ?  Poser la question à des informateurs clés (prestataires de santé, éducateurs, animateurs communautaires, …)  ou carrément à la population. Ou apprécier à travers le suivi sur les trois semaines du nombre d’utilisateurs (voir  tableau Suivi Fréquentation)    Principales causes de la non utilisation des services de santé  /nutrition ;……………………………………………………………...  ………………………………………………………………………………………………………………………………………………    7.5 Nombre de cas de malnutrition……………..7.51 Nombre de cas de marasme………………7.5.2 Nombre de cas de  kwashiorkor/œdème……… 7.5.3 Nombre des femmes enceintes présentant la malnutrition    Est‐ce que le fonctionnement des  CRENI et CRENA a été affecté par le sinistre ?........................................    7.6 Quels sont les besoins prioritaires identifiés par la communauté 7. 6.1  ……………………………………………………………….    7.6.2…………………………………………………………………….7.6.3……………………………………………………………..    Principales recommandations pour santé /nutrition      1.)  2.)  3.)    8. Protection  Comment l’assistance humanitaire est‐elle gérée ?  ………………………………………………………………………………………………………………………………..………………………………………… …………………………………………  Y a t‐il eu une identification des personnes / groupes prioritaires ?    Quels critères ont été utilisés pour la distribution de l’aide de première urgence ?    Y a‐t‐il eu une publicité sur les critères de distribution de l’aide ? (média, affichage, réunion publique, etc…)    Y a‐t‐il des allégations de discrimination dans l’attribution de l’aide ?  Selon l’appartenance religieuse, l’appartenance familiale, l’appartenance politique, la localisation  géographique, l’origine ethnique ?  Détails ………………………. 

6

Des personnes se sont‐elles vues refuser de l’assistance à cause de l’absence de papiers d’identification ?    Les personnes non enregistrées ont‐elles reçues de l’assistance humanitaire ?    Y‐a‐t‐il des structures d’assistance pour les personnes et groupes vulnérables ?      Structure 1  Structure 2  Structure 3  Personnes âgées        Handicapés mentaux        Handicapés physiques        Malades chroniques        VIH‐SIDA  Lépreux  Diabétiques  Tuberculeux  Autre (spécifier)  Orphelins  Prostitué(e)s  Familles vivant dans les rues  Enfants vivant dans les rues        Nombre d’orphelins avant la crise ……..   Nombre d’enfants dont les deux parents sont morts pendant la crise  Nombre d’enfants dont le père est mort pendant la crise  Nombre d’enfants dont la mère est morte pendant la crise  Nombre d’enfants dont les deux parents ont disparu pendant la crise  Nombre d’enfants dont le père a disparu pendant la crise  Nombre d’enfants dont la mère a disparu pendant la crise    Qui s’occupe des enfants ? Frère/Sœur    autres membres de la famille   Voisins   Autre enfants dans les  rues    Centre / ONGs (spécifier ……..)     Autres à préciser………..    Nombre d’enfants séparés de leur parent du fait de la crise……….    Qui s’occupe des enfants ? Frère/Sœur    autres membres de la famille   Voisins   Autre enfants dans les  rues    Centre / ONGs (spécifier ……..)     Autres à préciser………..  Y a‐t‐il eu recherche des familles ?    Comment / par qui les enfants sont‐ils pris en charge ?    Principales cause de séparation ?  .....................................................................................................................................................    Y a‐t‐il eu des vols pendant / après la crise ?  Y a‐t‐il eu des pillages pendant / après la crise ? 

7

Si oui,   8.8 Les enfants ou adolescents sont‐ils soupçonnés d’avoir pris part aux vols ou pillages ?  OUI    NON    8.9 Si oui que font ils ? Repérage     Prise d’arme    Surveillance    Vol / Pillage    Revente   Autre à  préciser …………………………………………….    Y a‐t‐il eu des violences autres ? menaces, attaques contre les personnes, meurtres,  OUI    NON   Si oui, détails    Des plaintes ont‐elles été déposées ?  OUI    NON    Y a‐t‐il eu des personnes arrétées ou poursuivies ?  OUI    NON  Les victimes disposent‐elles d’une assistance juridique ?  OUI    NON  Gratuite    Payante    8.10. Y a‐t‐il eu des viols ou des violences à l’égard des femmes ?  OUI    NON   Si oui qui sont les auteurs ?..........................................  Des plaintes ont‐elles été déposées ?  OUI    NON  Y a‐t‐il eu des personnes arrétées ou poursuivies ?  OUI    NON  Les victimes disposent‐elles d’une assistance juridique ?  OUI    NON  Gratuite    Payante    8.13 Existent‐ils des espaces sécurisés pour les loisirs des enfants ?  OUI    NON  Existent‐ils des espaces sécurisés pour les loisirs des jeunes ?  OUI    NON  Y avait‐il des personnes se livrant à la prostitution ?  OUI    NON  Détails sur les prostituées (age / lieu) ……………………………………………………………………..    Y a‐t‐il une augmentation de la prostitution depuis la crise ?  OUI    NON  Détails ……………………………………………………………………..    8. 14 Quels sont les besoins prioritaires identifiés par la communauté   8.14.1…………………………………………………………….  8.14.2………………………………………………………………………  8.14.3…………………………………………………………    Principales recommandations pour la protection   1.)  2.)  3.)        9. Education  9.0 Y‐a‐t‐il des établissements préscolaires   OUI    NON si oui, combien sont ils ? .....................................    9.1Y a‐t‐il des écoles primaires  OUI    NON si oui, combien sont ‐elles ? ………………………………………………………  Sont‐elles fonctionnelles ?  OUI    NON  Sont elles permanentes ou temporaires ?.....................................  9.2 Combien d’enseignants sont présents ?.........................  Population hôte : Hommes…………….Femmes………..     Population déplacée : Hommes…………… Femmes………….. 

8

9.3. Combien y a‐t‐il d’élèves sinistrés ?   Préscolaire …G……F   Primaire G……F…..  Secondaire …G……….F       TOTAL   G………. F…….  9.4 Les cours ont été  suspendus depuis combien de jours? ……………  9.5 Y a‐t‐il des fournitures scolaires en quantité suffisante pour les enseignants  OUI    NON et les élèves ?  OUI    NON   9.6 La communauté scolaire a‐t‐elle accès à l’eau potable  OUI    NON  aux latrines ?  OUI    NON  9.7 Quels sont les besoins prioritaires identifiés par la communauté éducative (enseignants, FRAM, FAFF,  ELEVES, ZAP)?   *9.7.1 ………………………………………………………..  *9.7.2…………………………………………………………..  *9.7.3…………………………………………………………..    Principales recommandations pour l’éducation  à remplir par l’évaluateur    1.)  2.)  3.)      10. Logistique (chek list)  Logistique  ‐ Accessibilité des sites identifiés  (District/Communes/Fokontany) ;  ‐ Existence de moyens de transport entre magasin  et site ;   ‐ Etat général des routes ; distances, capacités  ‐ Existence du personnel en charge d’organiser  l’assistance humanitaire ;  ‐ Existences des transporteurs sur places, flottes,  capacités, contact des propriétaires    Communication  ‐ Existence de moyens de communication fiable ;  (Equipements)  ‐ Personnel formé pour utilisation des radios ;  ‐ Existence d’autres moyens d’alerte ;  ‐ Couverture réseaux mobiles    Infrastructures  ‐ Existence d’espace de stockage (Vivres et Non  vivres) ;   ‐ Magasin de l’Etat   ‐ Magasin privé, contact propriétaire  ‐ Capacité de stockage ;  ‐ Emplacement ;  ‐ Personnel forme pour la gestion de l’assistance.    11. Dimensions transversales     Quelques questions à poser aux administrations mais également aux OSC pour comparer:   ‐ Comment sont coordonnées les activités des acteurs de votre district/commune depuis le début des  inondations ? (Réunions, bulletin d’informations, etc…)  

9

‐ ‐ ‐ ‐

Comment l’information sur l’évolution de la situation (ex. : dégats, ouverture des routes, récessions  des eaux, etc…) est‐elle collectée dans votre district/commune? Par voie orale, fiche EIMA, lors d  eréunion de cooridnation, etc….   Quelle sont les principales sources de cette information ? OSCs, Chef Fokontany, populations, etc…   Que faites‐vous des données collectées à votre niveau ?   Recevez‐vous des informations de la part de la région (pour les districts), du district (pour les  communes)   Etes‐vous satisfait avec la coordination de la réponse aux inondations ? (en termes de gestion de  l’information, structure de cooridnation, action de réponses menées, etc.)   o Si non, quelles seraient vos propositions pour améliorer cet aspect de la réponse ?   Pensez‐vous avoir informé les populations de manières suffisantes et régulières ?   o Si oui, quels moyens avez‐vous utilisé pour les informer ?  

  Questions pour les populations :   ‐Considérez‐vous, que le public, c'est‐à‐dire vous,  est bien informé de ce qui s’est passé ou ce qui se passe en  terme de réponse aux inondations ? oui/non   ‐ Si oui, comment et par qui avez‐vous été informé ?   ‐ Si non, qui pensez‐vous devrait vous donner ces informations   ‐ Quelles types d’informations voudriez‐vous en fait recevoir ?  

10

Annexe 4e. LISTE DES EVALUATEURS POUR LES EVALUATIONS CONJOINTES  
Secteur COORDINATION N° 1 2 3 4 Nom Colonel Seva Jean Claude Rakotoson Rija Razafindratsita Bodo Col ELACK RAKOTONIAINA Naina 1 Lanto RAHARIJOHN 2 3 EAU ET ASSAINISSMENET 4 Tianaharivelo Andry RAKOATOARISOA Franco 5 Zenyah RASOAMAHEFA Nourbay Rosanaly 6 Jeanne ella Andrianambinina Tata Venance 7 Lanto Hery Ralison 8 9 Eric Andriamitandaza RAKOTOSAMIMANANA Toutagglos Voahary Salama SAGS/Min San CRS Aquasure RANDRIANAIVO Ravelo Hérvé Mahavonjiniaina Andriamamonjy Sitraka Rajaonarison Yves Suter Medair 033 01 034 34 andry@medair.mg Ministère de l`Eau CRM UNICEF 033 23 426 39 DIROP Fonction Logistic BNGRC HAO Organisme BNGRC UNOCHA UNICEF BNGRC Tél 034 05 480 08 032 05 076 93 033 23 426 22 034 05 480 03 033 23 426 44 nrakotoniaina@unicef.org Mail Sp.bngrc@bngrc.mg rakotoson@un.org brazafindratsita@unicef.mg

Secteur EDUCATIO N

N° 1 2 3 1 2 3

Nom Randimdiarison Jacky Andriamialina François RAVELONALOHOTSY Charles Didier Young Mamy Rija Dr Josselyn Razafindrakoto Aly NDRT Nicolas NDRT Serge Ramanantsoa Rosa Nianja Raonivelo Aline Rumonge Christian Razafimahatratra Faly Aritiana Fabien Ltn Solo Ramarovelo Eloi Razafimahafaly Andrianasy Alphonse Rabestimahafotsy

Fonction UNICEF MEN MEN

Organisme

Tél 033 23 426 60
033 12 842 41 032 45 993 47

Mail jrandimbiarison@unicef.org
andriamialina@yahoo.fr andriravelo@yahoo.fr

CARE International CARE International CARE International CRM CRM CRM UNHABITAT UNHABITAT BNGRC PAM PAM CPC BNGRC MTPM MTPM / DGTP MTPM MTPM

032 07 810 46 032 02 248 89

didier@care.mg mamy@care.mg

HABITAT

4 5 6 7 8 10 1 2 3

032 05 221 07

Joss.razaf@yahoo.fr

033 02 688 07

Web.bngrc@bngrc.mg Aline.rumonge@wfp.org Razafimahatratra.Christian @wfp.org 032 05 645 57 034 01 757 90 032 40 165 54 Aritiana23@yahoo.fr

LOGISTIC

4 5 6 7 8

032 04 571 89

Dgtp-attache1@mtpm.gov.mg

Secteur

N° 9 10 13 14 15 1 2 3 4

Nom Dider Young Mamy Andriamasinoro Rija Randrianarisoa Hory Rakotozanany Laetichia Rakotoarison RAJAOARIVELO RAZAFINDRAKOTO H Honoré ANDRIANARISAINA Benalisoa VOLOLONIAINA N Manuela RAKOTOMALALA N Ludovic RAMANITRARIVO Onisoa RAMIARAMANANA Hanitra RAELIARIJAONA Lucien RAKOTOJANABELO Arthur RANDRIAMBOLOLONA N Perle RANJOHANISON Jeanne

Fonction

Organisme CARE International CARE International CARE International CARE International UNICEF

Tél 032 07 810 46 032 02 248 89

Mail didier@care.mg mamy@care.mg

Médecin Chef SUREca Médecin de Santé Publique Médecin de Santé Publique Médecin de Santé Publique Médecin urgentiste Technicien génie sanitaire Médecin Médecin colonel DPC

SURECa / MSanP

033 33 270 51 / 52

SANTE

5 6 7 8 9 10 11

Santé Environnement / MSanP Santé BNGRC DCSSM / MFA OMS CRM ASOS

032 02 154 83 032 02 128 04 032 03 002 20 032 03 303 15 033 02 472 16 033 13 163 65 rakotonl@who.afro.int.org

 

Annexe 5f. Liste des agents de terrain responsables de la transmission des données post-catastrophes par sms.
NOM  MARIE  RANDRIAMIHAJA  RAJAONARISON  RANDRIARISON  NARCIS  LEON  MAMPITSANGA  MIHEVERAMANA  TSITAPANY  LEMANETSAKA  JEAN  ALDA  RAMBELSON  RAVELOMANANA  TANINA  BERNARDETTE  TSABOTO  BOTOMANDROSOARIVO  BOTO  BOTOTSIRERAKA  MAHATOMBO  SAMUEL  ZAFINDRAMENA  DONA  JUSTIN  REGIS  GERARD  VELOMILA  FERDINAND  RAZAFINDRATERA  ANDRIANAMELANTSOA  NABOTOSON  RAMANKEVITTRA  PRENOM  JOCELYNE   RICHARD   CYRIAQUE         PAUL         REMI   FELIX   FRANÇOIS   FELICE   ADOLPHE   PIERRE   GEORGE      JEAN PIERE      FELIX            PIERROT RICHARD   ROBERTIN   GEORGES               GUY STANISLAS   KOTONIAINA LALANIRINA   GUY ALAIN   FIDEL   034 29 566 73 / 032 43 743 31  034 17 789 65  033 02 781 36 NUMERO TELEPHONE 034 10 528 42  ORGANISME SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI REGION VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA DISTRICT  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VANGAINDRANO VANGAINDRANO  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO VANGAINDRANO  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO VANGAINDRANO  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO VANGAINDRANO  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO COMMUNE IVATO  IVATO  IVATO IVATO  IVATO  IVATO ANDEMAKA  ANDEMAKA  ANDEMAKA ANDEMAKA  ANDEMAKA  ANDEMAKA ANDEMAKA  ANDEMAKA  ANDEMAKA ANDEMAKA  ANDEMAKA  ANDEMAKA ANDEMAKA  ANDEMAKA  VOHIMALAZA VOHIMALAZA  VOHIMALAZA  VOHIMALAZA VOHIMALAZA  VOHIMALAZA  VOHIMALAZA VOHIMALAZA  VOHIMALAZA  VOHIMALAZA VOHIMALAZA  VOHIMALAZA  VOHIMALAZA FOKONTANY VOASARY  VOASARY  TANANDAVA TANANDAVA  IVATO  IVATO VOHITROMBY  VOHITROMBY  TODIA TODIA  TENIMASY  TENIMASY MAROHANKA II  MAROHANKA II  MAROHANKA I MAROHANKA I  MAHAZOARIVO  MAHAZOARIVO MAHANORO  MAHANORO  VOHIMALAZA SARILASY  SARILASY  SAHAROANGA SAHAROANGA  NOSOA  NOSOA MAHASOA  MAHASOA  BEZAVO BEZAVO  AMBIA  AMBIA

NOM  LEZOMA  RABE  ZAKOLIZA  DONNE  TSARAFAVY  ROGER  RATSIMIDISO  FRANCK  GERARDIN  JOJIANY  BETOZY  RABENANDRASANA  MAZOTOMILA  ARNEST  BRUNO  ZOANY  MAHATOMBO  ALEXANDRE  JEAN  GENOIT  RANDRIAMANANTENA  JEAN  GARISON  TATA  JEAN  ZOARISON  REARA  DETSY  JEAN  RANDRIATSOTSO  TSABOTO  ZAFIGNANARA  EVARISTE  SOZA  RAMILSON 

PRENOM     JEAN               ALEXANDRE            AUGUSTIN   FREDERIC   LOSTEN               EDOUARD   GOLBERT   VICTOR      ALPHONSE      FELIX   DELPHONSE      JEAN LOUIS      CLAUDE   ROGER   JOSEPH   LEONARD      ALPHONSE     

NUMERO TELEPHONE

ORGANISME SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI 

REGION ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY 

DISTRICT  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO VANGAINDRANO  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO VANGAINDRANO  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO VANGAINDRANO  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO VANGAINDRANO  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO VANGAINDRANO  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO VANGAINDRANO  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO VANGAINDRANO  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO VANGAINDRANO  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO 

COMMUNE MATANGA  MATANGA  MATANGA MATANGA  MATANGA  MATANGA MATANGA  MATANGA  MATANGA MATANGA  MATANGA  MATANGA MATANGA  ISAHARA  ISAHARA ISAHARA  ISAHARA  ISAHARA ISAHARA  ISAHARA  ISAHARA ISAHARA  ISAHARA  ISAHARA ISAHARA  ISAHARA  ISAHARA TATAHO  TATAHO  TATAHO TATAHO  TATAHO  TATAHO TATAHO  TATAHO 

FOKONTANY VOHITSIRIKA  VOHITRAPALY  VOHIMENA VOHIMARY  TAVIVOLA  TANATANA MAROFOTOTRA  MANDRITSARA  MAHAVELO FAPIRA  BEVALEVY  AMBATOMITIO AMBALENGO  TANAMBAO  TANAMBAO MAROSALALA  MAROSALALA  ISAHARA ISAHARA  ANEZANDAVA  ANEZANDAVA ANDRAREZO  ANDRAREZO  AMPASITSIRIRY AMPASITSIRIRY  AMBALASAVOA  AMBALASAVOA VOHIDRANAHY  VOHIDRANAHY  MASIAKAKOHO MASIAKAKOHO  MAHATSINJORIAKA  MAHATSINJORIAKA ANDROMBA  ANDROMBA 

034 13 311 11  034 46 770 76

SALOHI  SALOHI SALOHI 

032 56 863 30 

SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI 

NOM  RAZAFY  JEAN  RANDRIANAIVO  MANEVALAHY  RAHARISON  RANDRIANJOBILY  LEONOS  SIKARA  MARTIN  FAUSTIN  RAKAMISY  RAMARO  LAIZAFIMAMONJY  JEAN  RAMANGASON  RATIARIMANANA  CLARISSE  RAVELO  BOTO  RAKOTOARISON  TIANAIVO  RAZAFINJATO  GEORGES  RAMIMY  AIME  TATA  MAHEZA  ROBINAIVO  BOTANIVO  VELOMILA  ALEXIS  RESARY  JEAN  RANDRIANANTENAINA  RABENASY 

PRENOM  ANDRE   LOVITSOA   JEAN BAPTISTE   EVARISTE      JEAN OBERLIN   EDWIN   SIMONE JULLIETTE   JEAN CLAUDE   BERGE   JEAN LOUIS         CLAUDE   JEAN   JOACHIN      SYLVAIN   MARTIAL   DELPHIN   JUSTIN   CHARLIN      JEAN CLAUDE      ERNEST   PIERRE   EVARISTE   CONSTANT   ERNEST      JEAN THEOPHILE   FELIX   RICHARD   BERGER  

NUMERO TELEPHONE 032 58 553 40 

ORGANISME SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI 

REGION VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  ANALANJIROFO  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA 

DISTRICT  MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO MANAKARA ATSIMO  FENERIVE EST  FARAFANGANA FARAFANGANA  FARAFANGANA  FARAFANGANA FARAFANGANA  FARAFANGANA  FARAFANGANA FARAFANGANA  FARAFANGANA  FARAFANGANA FARAFANGANA  FARAFANGANA 

COMMUNE TATAHO  TATAHO  TATAHO TATAHO  TATAHO  TATAHO MAROFARIHY  MAROFARIHY  MAROFARIHY MAROFARIHY  MAROFARIHY  MAROFARIHY AMBILA  AMBILA  AMBILA AMBILA  AMBILA  AMBILA AMBILA  AMBILA  AMBILA AMBILA  MIORIMIVALANA  FARAFANGANA FARAFANGANA  FARAFANGANA  FARAFANGANA FARAFANGANA  FARAFANGANA  ANOSIVELO ANOSIVELO  ANOSIVELO  ANOSIVELO ANOSIVELO  ANOSIVELO 

FOKONTANY ANALABE  ANALABE  AMBOHIMANDROSO AMBOHIMANDROSO  AMBODIMANGA  AMBODIMANGA MIDEBOKA  MAROFARIHY  AMBOTAKA AMBOTAKA  AMBOHIMANDROSO  AMBOHIMANDROSO VOHILAVA  TAMBORO EST  TAMBORO EST MANDROSOVELO  LOHARANO  BERETRA BEANANA  AMBILA  AMBILA AMBAROLAVA  AMBINANIVOLOSY  MAHASOA MAHASOA  ANDRANOMAKOKO  ANDRANOMAKOKO AMBOANIO  AMBOANIO  VOLOTARA VOHILAVA  TOMBATAFIKA  RANOLAVA MAZAVATSIOTRA  MAROLAVA 

034 84 421 16 

SALOHI  SALOHI SALOHI 

032 08 555 58  033 72 787 13

SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI

034 60 146 17 

SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI 

033 16 300 54 033 72 787 24  033 28 731 86  032 78 592 14

SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI 

034 03 588 34 

SALOHI  SALOHI

032 56 096 07  032 58 655 37 

SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI 

NOM  VELOMIARY  RALAIVAO  ELIEN  TATA  RAZAFISON  TSABOTO  TSABOTO  RANDRIANAMANY  JEAN  RAHARIVONY  TATASOLO  FITANAMILA  RAZAFIASY  ZAFITODIARIVO  RAVELOJAONA  RAZAFITSIRY  MAHITAVELO  SOLANGE  LALA  SERGENT  JEAN  AUGUSTE  BARNIA  MAHATOMBO  BEZARY  MANANGA  MAMPIONONA  TATAFERENA  RAVANOMANANA  EDVIN  FELIX  BOTOHARSON  ZAOZAO  JIKITERA  RAJONSON 

PRENOM     JEAN      ROBERT      AUGUSTIN   RAMITENY   BERNARD   MARCEL   RODIN   CELESTIN      GEORGE      JEAN NOEL   ALBERT   CHARLES   VARIALIARISOA   NICOLETTE   RATISBONNE   GASTON      JULIEN         EDSON   GEORGE      ROBIN               JEROME   DAMIEN  

NUMERO TELEPHONE

ORGANISME SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI

REGION ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ANALANJIROFO 

DISTRICT  FARAFANGANA  FARAFANGANA  FARAFANGANA FARAFANGANA  FARAFANGANA  MANAKARA ATSIMO MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO  VOHIPENO  VOHIPENO  FARAFANGANA  FARAFANGANA FARAFANGANA  FARAFANGANA  FARAFANGANA FARAFANGANA  FARAFANGANA  FARAFANGANA FARAFANGANA  FARAFANGANA  FARAFANGANA FARAFANGANA  FARAFANGANA  FARAFANGANA FARAFANGANA  FARAFANGANA  FARAFANGANA FARAFANGANA  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO VANGAINDRANO  VAVATENINA 

COMMUNE ANOSIVELO  ANOSIVELO  ANOSIVELO ANOSIVELO  ANOSIVELO  AMBILA AMBILA  MAROFARIHY  MAROFARIHY MAROFARIHY  MAROFARIHY  ANDEMAKA ANDEMAKA  ANOSIVELO  ANOSIVELO ANOSIVELO  ANOSIVELO  FARAFANGANA FARAFANGANA  FARAFANGANA  FARAFANGANA MANAMBOTRA ATSIMO  MANAMBOTRA ATSIMO  MANAMBOTRA ATSIMO MANAMBOTRA ATSIMO  MANAMBOTRA ATSIMO  MANAMBOTRA ATSIMO MANAMBOTRA ATSIMO  MANAMBOTRA ATSIMO  MANAMBOTRA ATSIMO MANAMBOTRA ATSIMO  MATANGA  MATANGA MATANGA  AMPASIMAZAVA 

FOKONTANY MANDATSA  LOKANDAMBO  ENIFAPA ANOSIVELO  ANAKATRIKA  VOHIPANANY  ANDRAINA  MIDEBOKA  ALAKAMISY ALAKAMISY  MAROFARIHY  ANDEMAKA CENTRE ANDEMAKA CENTRE  MANAMBOTRA NORD  AMBALAVONTAKA BAKAKA  FIERENA  MAHATSARA NORD MAHATSARA NORD  ANOSINAKOHO  ANOSINAKOHO MANAMBOTRA  MANAMBOTRA  MAHAVELO MAHAVELO  MAROMPANAHY  MAROMPANAHY BEKARAOKA  BEKARAOKA  MAROROKA MAROROKA  MATANGY CENTRE  AMBATSIPAKY ANEZANDAVA  AMPAHIBE 

033 12 739 78 

SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI

032 07 993 82 

SALOHI  SALOHI 

033 11 766 39

SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI 

032 82 154 75

SALOHI SALOHI  SALOHI 

032 55 748 09

SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI 

033 09 567 24 

SALOHI 

NOM  TOTOMARO  RAZAFINDRAMENA  CLEBERT  PASCAL  VONY  VONA  RABE  MIFALIA  EMMA  BE  BE JORSON  RAKOTO  ALEXANDRE  BATA  JOSEPH   TOMBO   INJARY   FELICIEN   RAZANAMASY   ZAHELY   RAZAFINDRAMANANA   TODY   MARIA  RAZAFY   RAODY   RAZAFIMANDIMBY   TAVONY   RASOAZANANY   JEAN   RABO   BENOIT  TOTO   TOTO   PETERA  

PRENOM  ALEXIS   JAONINA         BRUNO   STEPHAN   VICTOR         PLACIDE  LOUIS  REMI        CHARLES  STEPHAN NOEL  ALFRED  KALOZANANY  DELPHINE  DAVID  FAUSTIN  MAURICE     MAROA JUSTINE  DONATIEN  FIDELIS VICTOR  JOSEPH  NATHALIE  CLAUDE  RANDRIANARISON     PIERROT  JOACHIN  SAONINA 

NUMERO TELEPHONE

ORGANISME SALOHI  SALOHI 

REGION ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO 

DISTRICT  VAVATENINA  VAVATENINA  VAVATENINA FENERIVE EST  VAVATENINA  MANANARA‐AVARATRA MANANARA‐AVARATRA  MANANARA‐AVARATRA  MANANARA‐AVARATRA MAROANTSETRA  MAROANTSETRA  FENERIVE EST FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST 

COMMUNE AMPASIMAZAVA  AMPASIMAZAVA  AMPASIMAZAVA MIORIMIVALANA  MIARINARIVO  IMORONA IMORONA  ANTANAMBE  ANTANAMBE MAROANTSETRA  MAROANTSETRA  MAHAMBO MAHAMBO MAHAMBO  MAHAMBO  MAHAMBO MAHAMBO MAHAMBO  MAHAMBO  MAHAMBO MAHAMBO  MAHAMBO  MAHAMBO MAHAMBO  MAHAMBO  MAHAMBO MAHAMBO  MAHAMBO  MAHAMBO MAHAMBO  MAHAMBO  AMBODIMANGA II AMBODIMANGA II  AMBODIMANGA II 

FOKONTANY AMPASIMBOLA  CR AMPASIMAZAVA  AMBODIHAZOVOLA CR MIORIMIVALANA  ANDRORANGABE  ANTSERANAMBE ANTSERANAMBE  AMBODIMANGA  AMBODIMANGA ANDAVANIO  ANKIAKABE  ANDROKA ANDAMPY AMBODIMANGATELO  AMBODIFIZIKA  TANAMBAZAHA AMBODIGAVO BENAVONY AMBODIBONARA  ANDRANONAOMBY  SAVAHONDA ANJIRO  MAHAMBO DOANY  ANTSIRADAVA II LAKANDAVAINA  AMBOHIMALAZA  SAHAVARY NAMAHOAKA  ANTSIKAFOKA  AMBODISAKOANA MAHAMBO BAZAR  SALAFAINA  AMBODIFLERA MANAKAMBAHINY  AMBOAKARIVO 

033 01 196 72 033 07 740 54  033 06 238 77  033 01 347 90 033 03 152 23  033 07 601 97  033 20 990 96 0325069702  0324312709  0337192981 0337192983 0337192984  0337193014  0337193016 0337193019 0337193023  0337193030  0337193031 0337193033  0337193035  0337193037 0337193039  0337193040  0337193043 0343142651  0343142652  0343142653 0343142654  0343902130  0337192982 0337192986  0337192988 

SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI MEDAIR  MEDAIR  CARE CARE CARE  CARE  CARE CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE 

NOM  BAKOSON  LEON   TOTOMORA   TALATA   MAROJONINA   LAVA   LEMENA   TSIANAVA  JEAN   DOXIE  NDIAMANIPY   CHARLES   ANDRIAMBELONA   LAHADY   ARSEN  TSARAVELO   TOTOZAFY   TOTOMAINTY   SAVIEN  RAVELO   VINCENT  RAMANANTOANINA  RAZAFINDRASOA   PAUL   RAZAFINDRAVELO   RAVO   RATSIMBA   RANDRIA  RAFIDISON   SUZETTE  RAKOTONIRINA   TOTO   TOTO   GERARD   SIZALINE  

PRENOM     MAURELLE  FIDELE  FRANÇOIS  FAUSTIN  DONATIEN  BENOIT GEORGES  MYRIAM CHRISTINE  LOUIS     GERARD  DOMINIQUE  CHARLES  CASTELLENI     EUSTASE  DESIRE  THOMAS     AMEDE        AUGUSTINE  JEAN  CERISE  BARTHELEMY  FELIX     MAURICE     CLAUDIO  AUGUSTIN  SYLVAIN  PHILBERT  JOSEPHINE 

NUMERO TELEPHONE 0337192989  0337192990  0337192991 0337193013  0337193017  0337193020 0337193021  0337193022  0337193024 0337193032  0337193036  0337193038 0337193042  0337193045  0343142650 0343902133  0343902131  0343902132 0337192985  0337192992  0337192998 0337193029  0337192987  0337193009 0337193010  0337193011  0337193018 0337193025  0337193027  0337193028 0337193034  0337193041  0337193044 0343902124  0343902121 

ORGANISME CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE 

REGION ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO 

DISTRICT  FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO 

COMMUNE AMBODIMANGA II  AMBODIMANGA II  AMBODIMANGA II AMBODIMANGA II  AMBODIMANGA II  AMBODIMANGA II AMBODIMANGA II  AMBODIMANGA II  AMBODIMANGA II AMBODIMANGA II  AMBODIMANGA II  AMBODIMANGA II AMBODIMANGA II  AMBODIMANGA II  AMBODIMANGA II AMBODIMANGA II  AMBODIMANGA II  AMBODIMANGA II AMPASIMBE MANATSATRANA  AMPASIMBE MANATSATRANA  AMPASIMBE MANATSATRANA AMPASIMBE MANATSATRANA  VOHILENGO  VOHILENGO VOHILENGO  VOHILENGO  VOHILENGO VOHILENGO  VOHILENGO  VOHILENGO VOHILENGO  VOHILENGO  VOHILENGO ANTANIFOTSY  ANTANIFOTSY 

FOKONTANY ANTANETILAVA II  AMPASIPOTSY II  MAROJOMANA SAHAFILO  MANANARA HELY  ANTETEZAMPAFANA VOHITRAMBO  AMBODIMANGA I  TANAMBIAVY TANAMBAO MANANARAHELY  BETAMPONA  ANARIVO MAROVATO I  VOHIPENOHELY  ANTANETILAVA I AMBINANY IAZAFO  AMBODIMANDRESY  MAHATSARA II TANAMBAO A/TSONDRONA  ANJAHAMBE  MAHASOA LOHARANO MAROVOVONANA  AMBODIVOAPAKA  VOHITSANTSOTSY SAHABELAFIKA  VOHILENGO  MAROAOMBY AMBODISARY  AMBOLOMADINIKA  VOHIBE AMPASIMBOLA MAHATSARA II  VOHILENGO  AMBODIVOANIO MAROGISY ATF  MAHATSARA ATF 

NOM  ZAKA   RASO   LALA   MOMO  JUVENCE   TIDA   RASY   DENIS  KALO   LEMADIO   SOPRIEN   JERISAINA  VELONTRASINA   BODY   VELONJORO   MORABE   HOVA   SAMUEL   LAINIRINA   EDMOND  NAVAVY   MARABINA   RASY THEODOSIE  RAPIANY  TOTOLALAHY  VELONJARA   LAHADY   BOTSY   IAMBY   RASARY   BE   RAHARISAINA   DELIEN  BETANY   RABESON  

PRENOM  PIERRE  ANDRIATASY IARY  SAMUEL     HEVITRA  DOMINIQUE  THEODOSIE     FLORINE  KALOHELY  LEVAHINY     MARTINE  ERNEST GASTON  ARLETTE  JOSOA  BRUNO  ALEXANDRE        ARLETTE  MARCELLIN        LAURENT   THEODORE  MARCELLIN  JULES ALBERT  EDMOND  ALPHONSE  PAULEX  PIERRE     JARSON  JULIEN 

NUMERO TELEPHONE 0343902122  0343902118  0343902123 0337193004  0337192996  0337192997 0337192993  0343902127  0343902125 0343902112  0343902128  0343902111 0343902114  0343902117  0343902116 0343902113  0337192999  0337193000 0337193001  0337193005  0337193002 0337193003  0337192993  0343902126 0343902115  0343902120  0343902110 0343902129  0343902119  0340447489 0327322466  0331835212  0334033845 0331858991  0324269222 

ORGANISME CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE 

REGION ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  SAVA SAVA  SAVA  SAVA SAVA  SAVA 

DISTRICT  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  ANTALAHA  ANTALAHA  ANTALAHA  ANTALAHA  ANTALAHA  ANTALAHA 

COMMUNE ANTANIFOTSY  ANTANIFOTSY  ANTANIFOTSY ANTANIFOTSY  ANTANIFOTSY  ANTANIFOTSY SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  FOTSIALANANA FOTSIALANANA  FOTSIALANANA  FOTSIALANANA FOTSIALANANA  FOTSIALANANA  ANTALAHA AMPOHIBE  AMBALABE  AMBOHITRALANANA AMPANAVOANA  ANTANANAMBO 

FOKONTANY MANJATO ATF  MAROVINANTO ATF   ANTANIFOTSY ATF AMBODIBONARA ATF  ANTANETILAVA II  AMPASIMAZAVA ATF ANTSIRAGAVO  ANDAVANIOBE SIV  ANAMBORANO SIV MANANKATAFANA SIV  TSIRARAFANA SIV  SAHAMALAZA SIV MANANKINANY SIV  VOHILAVA SIV  TANAMBAO MATSOKELY SIV SAHAKA SIV   SAHAKA SIV  ANJAHAMARINA MENATANY SIV  ANDILANKELY SIV  AMPASIMBOLA SIV ANDATSADRANO SIV  ANTSIRAGAVO SIV  TANAMBAO FOTSIALANANA VOHIDROMBA FTL  SAHAFARY FTL  FANDRIANOMBY FTL FOTSIALANANA FTL  SAHASOA ATF 

     

     

NOM  FENO   RABE   TAHISY  RAMAHAFALY   ANDRIAMANEVA   RANAIVOSON   BETOMBOTSARA   TOMBOSON   RAJONSON  TOTOMARO  RAZAFINDRAMENA  CLEBERT  GEORGES  PASCAL  VONY  VONA  RABE  MIFALIA  EMMA  SAHOLY  JUSTERA  ELISABETHE  EMILE  ERIC 

PRENOM  JACQUOT  JOSEPH     DAVID JEAN  MATHIEU  RALAVA  JULIEN  MODESTE  DAMIEN  ALEXIS  JAONINA           BRUNO  STEPHAN  VICTOR        FRANCELINE  MARCEL        PAPPADAKIS 

NUMERO TELEPHONE 0341096229  0324116149  0324318977 0324947757  0320251454  0325193685 0324410377  0324410082  0330956724

ORGANISME CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARITAS CARITAS  CARITAS 

REGION SAVA  SAVA  SAVA SAVA  SAVA  SAVA SAVA  SAVA  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  MENABE  MENABE MENABE  MENABE  MENABE

DISTRICT  ANTALAHA  ANTALAHA  ANTALAHA  ANTALAHA  ANTALAHA  ANTALAHA  ANTALAHA  ANTALAHA  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  MORONDAVA  MORONDAVA MORONDAVA  MORONDAVA  MORONDAVA

COMMUNE ANTSAHANORO  AMPAHANA  AMBINANIFAHO LANJARIVO  ANTOMBANA  MAROFINARITRA ANTSAMBALAHY  SARAHANDRANO  AMPASIMAZAVA AMPASIMAZAVA  AMPASIMAZAVA  AMPASIMAZAVA MIORIMIVALANA  MIORIMIVALANA  MIARINARIVO IMORONA  IMORONA  ANTANAMBE ANTANAMBE  MORONDAVA  MORONDAVA MORONDAVA  MORONDAVA  MORONDAVA

FOKONTANY      

     

      AMPAHIBE AMPASIMBOLA  CR AMPASIMAZAVA  AMBODIHAZOVOLA AMBINANIVOLOSY  CR MIORIMIVALANA  ANDRORANGABE ANTSERANAMBE  ANTSERANAMBE  AMBODIMANGA AMBODIMANGA  BEMOKIJY  BEMOKIJY BEMOKIJY  TANAMBAO  TANAMBAO

033 01 196 72 033 28 731 86  033 07 740 54  033 06 238 77 033 01 347 90  033 03 152 23  033 07 601 97 033 20 990 96  0326335955  0324826483 0330827418  0327808422  0343747562

CARITAS CARITAS  CARITAS  CARITAS CARITAS  CARITAS  CARITAS CARITAS  ETAT  ETAT ETAT  ETAT  ETAT

 

Annexe 4g. Terminologie communes     

Sinistrés (ou  Traboina) 
Les  personnes  qui  sont  touchées  directement  par  la  catastrophe  et  qui  sont  victimes  de  dégâts  humains et/ou matériels.   

Sans abris hébergés par les voisins (ou Tsy manan‐kialofana) 
Les  personnes  qui,  du  fait  de  la  catastrophe,  ont  perdu  leur  habitation  ou  ayant  leur  habitation  temporairement inondée, et sont hébergés par leurs voisins.    

Sans abris hébergés dans les sites communs (ou Tsy manan‐kialofana) 
Les  personnes  qui,  du  fait  de  la  catastrophe,  ont  perdu  leur  habitation  ou  ayant  leur  habitation  temporairement inondée, et sont hébergés dans les sites communs.   ‐      

Annexe 5a. 3W : QUI FAIT QUOI OU (2010 – 2011)
Secteur QUI ? Point focal Margarita Focas Licht UNICEF RANDIMBIARISON Jacky Roland Tél 0332342639 0332342660 Mail mfocaslicht@unicef.org jrandimbiarison@unicef.org FAIT QUOI ? o L’évaluation et l’élaboration des dossiers relatifs aux actions entreprises o La mobilisation et la coordination du soutien des donateurs o o La coordination au sein du Groupe sectoriel o OU ?

EDUCATION

22 régions

Aide et Action

UNESCO PNUD CRM SAF FJKM vonjy voina

RAKOTONDRAZAFY Jocelyne Norohanta Raveloarijaona Rado Irène RANAIVOZANANY Louisette RANOROVOLOLONA

0324001616

aea.cagpc@moov.mg

0330783537 0331108551

ji.ranaivozanany@unesco.org louisette.ranorovololona@undp.org

o o o Participation à des missions d’évaluation o Participation à des séances de renforcement des capacités 22 régions

Jocelyn R.

0320451738

crm5@moov.mg

Solomampiandra RALiSAON RANDRIAMIALISONA François de Sales MEN RAVELONALOHOTSY Charles Rivo RABETRANO Raoelijaona DieuDonnée FID

0331493734 0331284241

ralisaona_solo@yahoo.fr andriamialina@yahoo.fr andriravelo@yahoo.fr o Evaluation des dégâts o Coordination du Groupe sectoriel o Encadrement technique o Participation à des séances de renforcement des capacités

0324599347 rivorabetrano@yahoo.fr 0331501606 0320214908

22 régions

isdt@fid.mg

Sahondrarilala Raveloarisoa METEO Rambolamanana Gérard IOGA

0324148076

meteo.dem@moov.mg

0340409490

AGRICU LTURE SECURIT

MAEP

o Reconstruction ou réhabilitation d’infrastructures éducatives dans le cadre de réponses aux chocs ou de la décentralisation o Renforcement de capacité o Travaux HIMO contre cash en protection sociale dans le cadre de réponses aux chocs o Participation à des séances de renforcement des capacités o Elaboration des dossiers techniques o Sensibilisation o Participation à des séances de renforcement des capacités o Elaboration des dossiers techniques o Sensibilisation o Evaluation des dégâts par les DRDR : sur les cultures et les infrastructures agricoles o Identification des intrants nécessaires o Distribution des semences et des outils agricoles selon leur disponibilité

22 régions

22 régions

National

Secteur

QUI ?

Point focal

Tél

Mail

FAIT QUOI ? o Encadrement technique : cultures et infrastructures

OU ?

FID

Mamisoa Rapanoelina

Tél 22 361 50 032 07 233 30 0 32 02 277 11

ucs@fid.mg

Achille Razakatoanina

rfdc@fid.mg

o Reconstruction ou réhabilitation d’infrastructures sociales (sanitaires ou scolaire), de déblocage ou productives, dans le cadre de réponses aux chocs ou de la décentralisation o Renforcement de capacité o Travaux HIMO contre cash en protection sociale dans le cadre de réponses aux chocs o - L’évaluation et la surveillance des dégâts subis par les récoltes. o - La mobilisation et la coordination du soutien des donateurs pour la relance agricole. o - La coordination des activités agricoles o Evaluation et analyse de vulnérabilité

National

FAO Louis Muhigirwa 032 71 008 06 Louis.muhigirwa@fao.org

National

PAM Maherisoa Rakotonirany Nicolas Babu 032 07 136 92 03 207 137 27 Maherisoa.Rakotonirainy@wfp.org Nicolas. Babu@wfp.org

National

o Distributions gratuites et/ou Vivres Contre travail sou forme de Travaux HIMO visant a améliorer la sécurité alimentaire et au redressement post catastrophe o Enquête, évaluation et analyse des données après les aléas o Distribution des semences, couplée à la distribution alimentaire (cf. Nutrition) o Participation à des missions d’évaluation o Requête de financement o Participation à toutes les missions d’évaluation o Analyse de qualité de l`eau o Désinfection des puits (ressources humaines) o Mise à disposition d’une base de données des points d’eau 22 régions et des latrines avec coordonnées géographiques. o Mise à disposition d’une base de données des ressources en eau souterraine et surface. o Mise à disposition d’une base de données sur les coûts estimatifs de chaque ouvrage o Participation à toutes les missions d’évaluation o Diffusion des messages clés par rapport à l’eau assainissement et hygiène (au niveau ménage, abris communs, centre de santé) o Distribution des kits WASH ménages (seau, jerrycan, 22 régions timbale, savon, sur’eau) o Distribution des équipements pour les abris communs (fût, latrines provisoires équipées de système de lave-main, bac à ordure) o Désinfection des abris communs National National

CARITAS USAID

BODOSOA Lakermance

22 271 78 032 04 148 33

caritasm@moov.mg

Ministère de l’EAU

Mahavonjiniaina Andriamamonjy RANDRIANAIVO RAVELO Herve Serge

033 12 37608 033 07 030 02

mahavonjiniaina@yahoo.fr Rva.ravelo@yahoo.fr depa@mineau.gov.mg

EAU ET ASSAINISSEME NT

UNICEF

EVARISTE KOUASSI RAKOTONIAINA Naina

033 40 20012 033 23 42644

ekouassikomlan@unicef,org nrakotoniaina@unicef.org

Secteur

QUI ?

Point focal

Tél

Mail

FAIT QUOI ?

OU ?

MEDAIR

Yves Pascal Suter Anne Hageman Tianarivelo Andry

032 05 146 83 032 05 146 91 032 05 146 90

cdmadagascar@medair.org dcdmadagascar@medair.org dpmmaro@medair.org

CRM/IFRC

RAJAONALISON Sitraka Jocelyn RAZAFINDRAKOTO

032 05 22109 032 05 22107

watsan@crmada.org grc5@crmada.org

CRS

Jeanne Ella Andrianambinina Nourbay Rosanaly

034 05 157 65 034 17 344 02

jandrian@mg.saro.crs.org nrosanal@mg.saro.crs.org

o Distribution des équipements et kits WASH pour les centres de soin (filtre à eau, sur’eau, savon, produits de désinfection) o Désinfection des puits o Analyse de qualité de l`eau o o Participation à toutes les missions d’évaluation o Diffusion des messages clés par rapport à l’eau assainissement et hygiène (au niveau ménage, abris communs, centre de santé) o Distribution des kits WASH ménages (seau, jerrycan, timbale, savon, sur’eau) o Distribution matériel IEC pour la bonne utilisation des sur`eau o Distribution des équipements pour les abris communs (fût, 22 régions latrines provisoires équipées de système de lave-main, bac à ordure) o Désinfection des abris communs o Distribution des équipements et kits WASH pour les centres de soins (filtre à eau, sur’eau, savon, produits de désinfection) o Désinfection des puits o Fourniture et installation de forage d`urgence o Analyse et test de la potabilité de l`eau o Participation à toutes les missions d’évaluation o Diffusion des messages clés par rapport à l’eau assainissement et hygiène (au niveau ménage, abris communs, centre de santé) o Distribution des kits WASH ménages (seau, jerrycan, timbale, savon, sur’eau) o Distribution des équipements pour les abris communs (fût, latrines provisoires équipées de système de lave-main, bac à 22 régions ordure) o Désinfection des abris communs o Distribution des équipements et kits WASH pour les centres de soins (filtre à eau, sur’eau, savon, produits de désinfection) o Désinfection des puits o Approvisionnement en eau par unité de traitement de grandes capacités o o Participation à toutes les missions d’évaluation o Diffusion des messages clés par rapport à l’eau assainissement et hygiène (au niveau ménage, abris 22 régions communs, centre de santé) o Distribution des kits WASH ménages (seau, jerrycan, savon, sur’eau)

Secteur

QUI ?

Point focal

Tél

Mail

FAIT QUOI ? o Distribution des équipements et kits WASH pour les centres de soin (sur’eau, savon) o Désinfection des puits o Analyse de qualité de l`eau o Désinfection des puits (curage, HTH) o Dotation de Filtre à eau au niveau CSB o Fourniture de Sûr’Eau pour les kits WASH o Diffusion des messages clés par rapport à l’eau assainissement et hygiène (au niveau ménage, abris communs, centre de santé) o Désinfection des centres de soins o Désinfection des puits o Distribution des équipements pour les abris communs (fût, latrines provisoires équipées de système de lave-main, bac à ordure o Fourniture du kit d’urgence AQUASURE pour la potabilisation de l’eau (kit + palette de pastilles de traitement) et l’approvisionnement des communautés en eau potables selon les normes internationales et malgaches o Fourniture de stocks de pastilles complémentaires o Formation des acteurs de l’urgence sur le kit o Diffusion des messages clés par rapport à l’eau dans les collectivités et formation sur ces messages o Pour le relèvement précoce et le développement : mise en œuvre de l’unité de traitement « Village/Développement » AQUASURE o Participation a toutes les missions d`évaluation o Formation des acteurs pour les urgences o Distribution des kits WASH o Sensibilisation WASH o Participation à toutes les missions d’évaluation o Diffusion des messages clés par rapport à l’eau assainissement et hygiène (au niveau ménage, abris communs, centre de santé) o Distribution des kits WASH ménages (seau, jerrycan, timbale, savon, sur’eau) o Distribution des équipements pour les abris communs (fût, latrines provisoires équipées de système de lave-main, bac à ordure) o Désinfection des abris communs o Distribution des équipements et kits WASH pour les centres de soins (filtre à eau, sur’eau, savon, produits de désinfection) o Désinfection des puits o Approvisionnement en eau par unité de traitement de grandes capacités

OU ?

032 41 52397 PSI Madagascar Nicole Andriamampianina 033 02 66159 Toutaglos/Manasoa Andriamitandaza Eric

nicolea@psi.mg

andriamitandaza@voila.fr

033 11 209 43 033 14 162 80

Zenyah2007@yahoo.fr Rcfranco40@yahoo.fr

AQUASURE

RASOAMAHEFA Zenyah RAKOTOARISOA Fanco

22 régions

032 07 579 48 VOAHARY SALAMA RAKOTOSAMINANA 033 11 997 56

rakotosaminanana@voaharysalama.org

Atsimo atsinanana, V7V, haute matsiatra, Amoron`i Mania, Antsinana

madagascar@busproof.com

BUSHPROOF

RANAIVOJAONA serge

22 regions

Secteur

QUI ?

Point focal

Tél

Mail o o

FAIT QUOI ?

OU ?

033 02 78207 SAGS/Min San Lanto Hery RALISON

flambotal@yahoo.fr minsags@moov.mg

033 02 28677 034 18 70119 BNGRC Hanitriniaina Sahondramalala RAMIARAMANANA Hanitra

cnsmira@netclub.mg, basecns@yahoo.fr

- Désinfection des centres de soins - Désinfection des puits - Distribution des équipements pour les abris communs (fût, 22 régions latrines provisoires équipées de système de lave-main, bac à ordure o Participation à toutes les missions d’évaluation o Mise à disposition d’une base de données des magasins de stockage et fournisseurs locales o Mise à disposition d’une base de données de nombre des 22 régions sinistrées o Facilitation sur la gestion d`information o Appui sur la coordination des réponses o Désinfection des centres de soins o Désinfection des puits o Distribution des équipements pour les abris communs (fût, Tana ville latrines provisoires équipées de système de lave-main, bac à ordure o Participation mission d’évaluation et suivi des activités au Dans les zones niveau du système sanitaire affectées o Collaboration dans la gestion des intrants o Participation mission d’évaluation et suivi des activités au niveau de la communauté o o Evaluation et surveillance état nutritionnel Mobilisation et coordination du soutien des donateurs pour la Prise en charge précoce Malnutrition Aigue o Mobilisation des ressources et contribution a la prise en charge de la Malnutrition aigue Modérée et la prévention de la malnutrition pour les FE/FA o Participation à des missions d’évaluation o Requête de financement Dans les zones affectées Dans les zones affectées National

033 05 544 30 BMH/CUA Dr Allyre Razanakombana Dr Hary

rrallyre@yahoo.fr

NUTRITION

SNUT - Ministère de la Santé ONN

UNICEF

PAM

USAID et EU

Dans les zones affectées

LOGISTIQ UE

PAM

Aline Rumonge

032 07 137 40

Aline.rumonge@wfp.org

CRS

Fidy Randrianasolo Fafa Razakaboay

- Coordonne l’éventuelle demande de support logistique extérieur. - Facilitation de l’accès et des distributions pour les partenaires. - Avec UNHAS, point focal support aérien. - Collecte de données auprès de ses partenaires et transmission des infos post aléas

Dans tout Madagascar Vakinakaratra, Atsinanana,

Secteur

QUI ?

Point focal

Tél 034.05.157.17 034.05.157.34

Mail fnrandria@mg.saro.crs.org frazakab@mg.saro.crs.org

FAIT QUOI ? - Réhabilitation des pistes par le système HIMO/VCT ou ACT - Réhabilitation des infrastructures communautaires - Ces deux dernières activités dépendront les ressources disponibles - Stocks de repositionnement. - Appui aux missions de reconnaissance. - Appui à la distribution et au stockage. - Participation à des missions d’évaluation - Requête de financement - Renforcement des stocks régionaux d’intervention (PIROI Réunion) - Mise en place des stocks régionaux décentralisés (tous pays membres) - Renforcement et formation de l’Equipe Départementale d’Intervention Rapide à la Réunion - Renforcement et formation de l’Equipe Régionale de Personnes Ressources - Elaboration d’un Plan régional d’Intervention en cas de catastrophe. - Renforcement et formation des Réseaux de secouristes des Sociétés Nationales membres - Mise en œuvre de projets de sensibilisation et de réduction des risques dans les communautés cibles

OU ? Analanjirofo, Androy, Atsimo Atsinanana, Vatovavy Fitovinany Cote Est Dans tout Madagascar

CARE

Didier Young

034.05.157.17

didier@care.mg

USAID

Riri Ranaivojaona

sranaivojaona@usaid.gov.org

CRM CRF/PIROI

Dr Josselyn Razafindrakoto Hicham SAQALLI

032 05 221 07 261 (0)33 13 13 472

Joss.razaf@yahoo.fr

Dans tout Madagascar

SAFFJKM

- Mise à disposition de locaux disponibles pour stockage des matériels et vivres - Participation à des enquêtes post-aléa

Maroantsetra Mananara Nord Sambava Fénérive Est Amparafaravola Anjozorobe Andramasina Manajary Toliara Route Nationale et Route d’Intérêt provinciale Dans chaque Direction Régionale des Travaux Publics Dans tout Madagascar

MTPM

Ramarovelo Eloi

034 05 560 79

Dr-iel@mtpm.gov.mg

- Remise de la circulation en cas de coupure - Mise à disposition de locaux disponibles pour stockage des matériels et vivres

MTPM/DGTP

Razamimahafaly

032 04 571 89

Dgtp-attache1@mtpm.gov.mg

- Remise de la circulation en cas de coupure - Mise à disposition des Techniciens pour l’évaluation des dégâts

Secteur OTU

QUI ?

Point focal RAKOTONIRAINY Barisoa

Tél 032 05 146 94

Mail otu273@gmail.com -

FAIT QUOI ?

OU ?

ARM

RAVOHITRA Harinaly

032 02 937 10

ravohitra.r@a-routiere.mg

OLEP

ANDRIANARISON Aurélien

034 06 48352 ou 032 04 546 92

cna.frex@olep.mg, makivisy@yahoo.fr

Maîtrise d'ouvrage déléguée dans le domaine des infrastructures routières par : - La gestion du réseau des Routes Nationales qui lui sont confiés (30%) et leurs emprises ; - La mise en œuvre et l'exploitation des travaux routiers y compris les bacs sur le réseau des Routes Nationales ; - Elaborer, mettre en place et mettre à jour les plans de lutte, - Coordonner les opérations de lutte en cas de déversements des hydrocarbures, - Organiser les exercices de simulation, - Organiser des formations (à l’intérieur ou l’extérieur) pour les acteurs des plans de lutte. - Reconstruction ou réhabilitation d’infrastructures sociales (sanitaires ou scolaire), de déblocage ou productives, dans le cadre de réponses aux chocs ou de la décentralisation - Renforcement de capacité - Travaux HIMO contre cash en protection sociale dans le cadre de réponses aux chocs - dégagement d’axes vitaux - appui à l’hébergement d’urgence - poste médical avancé option TRI si nécessaire - abattages et élagage d’arbre menaçant. - appui aux transports des matériels et des personnels - reconnaissances aériennes supplémentaires sur demande en coordination avec la BATAC (3 ULM)

Dans tout Madagascar

Dans tout Madagascar

FID

Raoelijaona DieuDonnée

0320214908

isdt@fid.mg

Dans tout Madagascar

CPC

Ltn Aritiana Faly

032 42 645 57

aritiana23@yahoo.fr

Dans tout Madagascar

PROTECTON

PROCAP Unicef Gouvernance PNUD DDH UNFPA OCHA BCR / ER BCR / Com Unicef Urgence Unicef Protection de l’enfant Urgence CICR

Kristine Peduto Elsa Laurin Axel Etoundi Tolotra Andriamanana Rija Rakotoson Christophe Legrand Edvige Dominic Stolarow Michaela Olivier Jenard

033 23 42 613 033 34 42 616 033 15 102 12 032 43 321 11 032 05 076 93 033 15 008 55 033 11 066 96 033 40 41 122 033 08 207 15 033 07 30 311

kristine_peduto@hotmail.com elaurin@unicef.org

National National National

andriamanana@unfpa.org rakotoson@un.org christophe.legrand@undp.org

National National National National

dstolarow@unicef.org dstolarow@unicef.org ojenard@icrc.org

National National National

Secteur HCDH

QUI ?

Point focal Marco Kalbush Jeannoda Norotiana

Tél 00277 987 666 802 032 07 596 09

Mail mkalbush@ohchr.org norotiana.jeannoda@yahoo.fr

FAIT QUOI ?

OU ? National

o Soutien des populations vulnérables dont les femmes et les enfants

Syndicat des Professionnels diplômés en Travail Social (SPDTS)

Menja SAGE AMU Justice et Paix Cliniques juridiques (soutien PNUD) Centres d’écoute (soutien UNFPA) Ps Lucien RANDRIANARIZAY SAMPATI Tantely Mme Monique RAKOTOVAO

033 14 594 18

sage@blueline.mg

o Protection des enfants et des personnes vulnérables, réinsertion, environnement o Prise en charge et accompagnement des enfants et des femmes o Droits humains, o o

Analamanga, Atsinanana Boeny, Anosy Haute Matsiatra Diana, Atsimo Andrefana Betsiboka, Sofia Sava, Androy régions Diana, Sava, Boina, Menabe

033 04 293 78 033 08 411 77

ratalha@yahoo.fr justicetpaix@yahoo.fr

National INSERER LES DETAILS INSERER LES DETAILS Regions Sava, Analanjirofo, Atsinanana, Atsimo Atsinanana, Ihorombe, Antananarivo, Toamasina Antananarivo

034 04 038 58

lucran61@yahoo.fr

o Actions de prévention avec le mouvement scout protestant a Madagascar

July RAHARINIAINA ONG ManaoDE Miarintsoa RAZANAKINIAINA ONG Manda / PFSCE ONG Groupe développement ONG SOS Victimes du non droit ONG ACAT Madagascar Villages d'Enfants de Madagascar Handicap International Association Lakana RALAITAFIKA HANITRA

033 12 286 21

manaode.tana@netclub.mg

032 02 229 82 020 26 772 30 22 613 98 032 503 97 47 032 02 419 01 033 12 118 77

ongmanda@gmail.com

o Prise en charge, protection et amélioration des conditions de vie des enfants en situation difficile, dont la scolarisation des enfants des rues et des quartiers défavorisés o Centre d’accueil de nuit pour les enfants des rues

Fabiene ARNOULD Dr Mathilde RABARY

groupedeveloppement@blueline.m g mrabary@yahoo.fr acatmadagascar@yahoo.fr

o Lutte contre l'exploitation sexuelle des enfants o Réinsertion de jeunes prostituées o Centre d'écoute, de conseils et d'action

Maitre Maria RAHARINARIVONIRINA Mme Jeanne RAVAOARISOA

o Lutte contre les violations des droits de l’homme

033 11 578 48 06 60 63 18 59 032 04 069 04 020 24 554 15 ralaitafikahanitra@yahoo.fr

o Scolarisation des enfants démunis et soutien familial o Suivi des personnes souffrant de handicap o Suivi des enfants des rues

Antananarivo, Nosy Be Mahajanga Chefs lieu des régions Tana, Mahajanga, Sambava, Toliara, Manakara, Toamasina Antananarivo et régions

Antananarivo

Secteur

QUI ?

Point focal

Tél

Mail celltaiza@yahoo.fr

FAIT QUOI ? o Promotion et protection des enfants o Identification des personnes et groupes vulnérables, facilitation de leur prise en charge

OU ? Antananarivo National Analamanga, Haute Matsiatra, Vakinankaratra, Atsimo Andrefana, Anosy, Atsynanana, Alaotra Mangoro, Diana. 22 régions National

Réseau de protection des Dr Aristide et Dr Paul enfants Tana TAIZA Ministère de la Population et des Affaires Sociales

PACTE Ministère du Travail

Jerry Dominique RATSIMANDRESY

034 04 185 71

pactemada@yahoo.fr

CPC DPMPM / Police nationale Ministère de la Justice CUA/BMH BNGRC Secrétaire Exécutif Adjoint

Ltn Aritiana Fabien Faly Robert Gaston VELONSTARA A Véronique RABODONIAIN M. Francia Tolotra Nomenjanahary

032 04 645 57 032 46 386 33 033 117 30 78 033 12 642 41 034 05 480 02 / 034 05 580 04

Aritina23@yahoo.fr

v.rabodoniaina@yahoo.fr Sp.bngrc@bngrc.mg o Action sociale dans la commune urbaine d'Antananarivo o Gestion des Risques et Catastrophes, Point Focal Secteur Protection o Pré-positionnement des kits médicaux d’urgence et autres intrants de santé o Coordination des activités de réponse sanitaire o Gestion sanitaire des sites d’hébergement des sinistrés o Appuis techniques et logistiques aux structures de santé mobile dans les zones affectées enclavées o Support structurel et financier au Ministère de la Santé (niveaux central et décentralisés) : Donation de matériel médical, organisation de la réponse, mise en œuvre des systèmes de monitoring de la morbidité. o Support et approvisionnement en intrants pour la limitation de la transmission du VIH et des IST. o Support structurel et financier au Ministère de la Santé (niveaux central et décentralisés). Mise à disposition de moyens humains et médicaux. Mise en œuvre de campagne de vaccination, de programmes nutritionnels et de programmes médicaux pour les femmes et les enfants. o Support structurel et financier au Ministère de la Santé (niveaux central et décentralisés). Mise à disposition de moyens humains et médicaux. Mise en œuvre d’activités visant à assurer la continuité et l’accès des femmes en âge de procréer à la santé reproductive, la prévention des IST et VIH, et la prise en charge des victimes de violence liée au

National Commune Urbaine Antananarivo National

M. Raymond Andriatahina

SANTE

MSanP (SURECa) Dr Rajaoarivelo 033 33 270 51 suca@sante.gov.mg ou surecasan@gmail.com

22 régions

OMS

Dr Lamina Arthur Rakotonjanabelo

032 03 303 15

Rakotonl@mg.afro.who.int

22 régions

UNICEF

Dr Issa Coulibaly Dr Andry Ravalitera

033 23 426 51 033 23 426 06

icoulibaly@unicef.org aravalitera@unicef.org

22 régions

UNFPA

Dr Solomandresy Ratsarazaka

0320256581

solomandresy@unfpa.org

22 régions

Secteur

QUI ?

Point focal

Tél

Mail genre

FAIT QUOI ?

OU ?

ONUSIDA ASOS

Dr Clarimond Raveloson Dr Jean Claude Rakotomalala Drs Joss Razafindrakoto Randriambololona Perle 0320522102 033 14 617 56 0320522107 jcrakotomalala@yahoo.fr joss.razaf@yahoo.fr grc@crmada.org cpfnuap@crmada .org noroperle@yahoo.fr tata_ssenv@yahoo.fr minsansags@moov.mg sp.bngrc @bngrc.mg

o Support technique pour la limitation de la transmission du VIH et Sida. o Sensibilisation, promotion de la santé communautaire o Sensibilisation o Prise en charge Selon besoin

CRM

MSanP/SSEnv TATA Venance MININTER/BNGRC Dr RAMIARAMANANA HANITRA Cptne Faly Fabien MFA (DCSSM/CPC) Médecin Cl Lucien

032 02 703 93 033 14 797 71 032 02 128 04 032 05 645 57 032 03 002 20

Aritiana23@yahoo.fr raeliarijaonalucien@yahoo.fr

o Eau, Assainissement, Hygiène au niveau sites d’hébergement et gestion des déchets de soins au niveau des formations sanitaires o Pré positionnement des kits médicaux o Appui aux postes médicales avancées (PMA) o Appui à la médicalisation de l’avant (PMA) o Création des sites d’hébergement d’urgence et sécurisation o Appui à l’évacuation sanitaire et secourisme o Appui au transport des personnels et matériels o Secourisme, mise à disposition des tentes et des équipements électriques, gestion des sites d’hébergement, recensement des sans abris o Pré-positionnement et distribution des Tarpolin, réhabilitation post cyclonique, recensement o Supervision et Gestion des sites d’hebergement o Appui à la reconstruction selon les normes o Encadrement technique ou assistance technique o Formation

22 régions 22 régions

22 régions

HABITAT

CRM/IFRC CARE OIM Banque Mondiale

Dr Joss Razafindrakoto Didier Young SEE Monique Ando Ratsimamanga

032 05 221 07 032 07 810 46 033 12 422 83

grc@crmada.com didier@care.mg seemonique@hotmail.com aratsimamanga@worldbank.or g

Dans tout Madagascar Dans tout Madagascar Dans tout Madagascar Dans tout Madagascar Vatovavy, Atsimoandrefana; Analamanga

UNHABITAT

RAMANANTSOA Serge

033 02 688 07

ramanantsoa_serge@yahoo.fr monique.rakotoarison@undp.or g

RAKOTOARISON Monique SAF FJKM Medair USAID Solo Audrey Yves Pascal RANAIVOJAONA Riri

033 14 962 17 033.07.835.37 032.05.146.84 033 12 422 84

o Reconstruction des cases résistantes.

Vatovavy Maroantsetra Dans tout Madagascar

cd-madagascar@medair.org sranaivojaona@usaid.gov dat.mprdat@yahoo.fr ; rabeharim@moov.mg ; rabeharim@yahoo.fr

o Reconstruction des cases résistantes. o Appui à la réhabilitation d’urgence des cases d’habitation

MAT

RABE Harimanana

033 11 449 71

o Suivi, Données

Secteur

QUI ?

Point focal

Tél

Mail

FAIT QUOI ? o Réhabilitation et/ou reconstruction post catastrophes d'infrastructures sociales (sanitaire ou scolaire) bâtiments administratifs, déblocages, productives, ... o Renforcement de capacités o Travaux HIMO contrat cash pour la "sécurité alimentaire" o Mise à disposition des tentes, Transport et prépositionnement des tentes, évaluation des besoins en Habitat o Secourisme, Dégagement, Electricité, appui au montage des tentes, évaluation, déblayage pour la construction

OU ?

FID

RAKOTOSAMIMANANA

032 07 579 48

rpst@fid.mg

Dans tout Madagascar

BNGRC

RAONIVELO Nianja

033 11 658 32

bngrc@bngrc.mg sp.bngrc@bngrc.mg aritiana23@yahoo.fr

Dans tout Madagascar Dans tout Madagascar

CPC

FALY Aritiana Fabien

032 42 645 57

Radios à manivelle pour 400 Fokontany Radios BLU avec groupes électrogènes pour 23 Communes Formation des animateurs radios de proximité dans 05 Régions

CSP Review, Madagascar – Octobre 2007/PD/DO/HA

Annexe 5d. Contacts irridium des agences du SNU

PNUD

UNICEF PAM BM FMI FAO DSS FNUAP OIT OMS ONUDI ONUSIDA UNV (field use) OCHA

00 881 631 519 554 00 881 631 519 555 00 881 631 519 556 00 873 762 360 390 00 873 761 481 640 00 881 621 45 5 043 00 881 621 455 044 00 881 641 431 954 00 881 631 554 990 00 881 631 437 060 00 873 764 475 275 00 873 764 475 285 00 881 641 479 440 00 870 763 192 383 00 881 631 519 558 00 881 631 519 057 00 881 631 519 058 00 881 631 520 029 00 881 631 520 024 00 881 631 519 312

DISTRIBUTION RESTREINTE

OCTOBRE 2007

Annexe 5g g. Carte nationale de couverture de ORANGE ‐ 2010  o v R  

 

NOM  MARIE  RANDRIAMIHAJA  RAJAONARISON  RANDRIARISON  NARCIS  LEON  MAMPITSANGA  MIHEVERAMANA  TSITAPANY  LEMANETSAKA  JEAN  ALDA  RAMBELSON  RAVELOMANANA  TANINA  BERNARDETTE  TSABOTO  BOTOMANDROSOARIVO  BOTO  BOTOTSIRERAKA  MAHATOMBO  SAMUEL  ZAFINDRAMENA  DONA  JUSTIN  REGIS  GERARD  VELOMILA  FERDINAND  RAZAFINDRATERA  ANDRIANAMELANTSOA  NABOTOSON  RAMANKEVITTRA  LEZOMA  RABE 

PRENOM  JOCELYNE   RICHARD   CYRIAQUE         PAUL         REMI   FELIX   FRANÇOIS   FELICE   ADOLPHE   PIERRE   GEORGE      JEAN PIERE      FELIX            PIERROT RICHARD   ROBERTIN   GEORGES               GUY STANISLAS   KOTONIAINA LALANIRINA   GUY ALAIN   FIDEL      JEAN  

NUMERO TELEPHONE 034 10 528 42 

ORGANISME SALOHI  SALOHI 

REGION VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA 

DISTRICT  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VOHIPENO  VANGAINDRANO VANGAINDRANO  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO VANGAINDRANO  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO VANGAINDRANO  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO VANGAINDRANO  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO VANGAINDRANO  VANGAINDRANO 

COMMUNE IVATO  IVATO  IVATO IVATO  IVATO  IVATO ANDEMAKA  ANDEMAKA  ANDEMAKA ANDEMAKA  ANDEMAKA  ANDEMAKA ANDEMAKA  ANDEMAKA  ANDEMAKA ANDEMAKA  ANDEMAKA  ANDEMAKA ANDEMAKA  ANDEMAKA  VOHIMALAZA VOHIMALAZA  VOHIMALAZA  VOHIMALAZA VOHIMALAZA  VOHIMALAZA  VOHIMALAZA VOHIMALAZA  VOHIMALAZA  VOHIMALAZA VOHIMALAZA  VOHIMALAZA  VOHIMALAZA MATANGA  MATANGA 

FOKONTANY VOASARY  VOASARY  TANANDAVA TANANDAVA  IVATO  IVATO VOHITROMBY  VOHITROMBY  TODIA TODIA  TENIMASY  TENIMASY MAROHANKA II  MAROHANKA II  MAROHANKA I MAROHANKA I  MAHAZOARIVO  MAHAZOARIVO MAHANORO  MAHANORO  VOHIMALAZA SARILASY  SARILASY  SAHAROANGA SAHAROANGA  NOSOA  NOSOA MAHASOA  MAHASOA  BEZAVO BEZAVO  AMBIA  AMBIA VOHITSIRIKA  VOHITRAPALY 

033 02 781 36

SALOHI SALOHI 

034 17 789 65 

SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI

034 29 566 73 / 032 43 743 31 

SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI 

NOM  ZAKOLIZA  DONNE  TSARAFAVY  ROGER  RATSIMIDISO  FRANCK  GERARDIN  JOJIANY  BETOZY  RABENANDRASANA  MAZOTOMILA  ARNEST  BRUNO  ZOANY  MAHATOMBO  ALEXANDRE  JEAN  GENOIT  RANDRIAMANANTENA  JEAN  GARISON  TATA  JEAN  ZOARISON  REARA  DETSY  JEAN  RANDRIATSOTSO  TSABOTO  ZAFIGNANARA  EVARISTE  SOZA  RAMILSON  RAZAFY  JEAN 

PRENOM              ALEXANDRE            AUGUSTIN   FREDERIC   LOSTEN               EDOUARD   GOLBERT   VICTOR      ALPHONSE      FELIX   DELPHONSE      JEAN LOUIS      CLAUDE   ROGER   JOSEPH   LEONARD      ALPHONSE      ANDRE   LOVITSOA  

NUMERO TELEPHONE

ORGANISME SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI 

REGION ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY 

DISTRICT  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO VANGAINDRANO  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO VANGAINDRANO  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO VANGAINDRANO  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO VANGAINDRANO  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO VANGAINDRANO  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO VANGAINDRANO  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO VANGAINDRANO  VANGAINDRANO  VANGAINDRANO VANGAINDRANO  MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO 

COMMUNE MATANGA  MATANGA  MATANGA MATANGA  MATANGA  MATANGA MATANGA  MATANGA  MATANGA MATANGA  MATANGA  ISAHARA ISAHARA  ISAHARA  ISAHARA ISAHARA  ISAHARA  ISAHARA ISAHARA  ISAHARA  ISAHARA ISAHARA  ISAHARA  ISAHARA ISAHARA  TATAHO  TATAHO TATAHO  TATAHO  TATAHO TATAHO  TATAHO  TATAHO TATAHO  TATAHO 

FOKONTANY VOHIMENA  VOHIMARY  TAVIVOLA TANATANA  MAROFOTOTRA  MANDRITSARA MAHAVELO  FAPIRA  BEVALEVY AMBATOMITIO  AMBALENGO  TANAMBAO TANAMBAO  MAROSALALA  MAROSALALA ISAHARA  ISAHARA  ANEZANDAVA ANEZANDAVA  ANDRAREZO  ANDRAREZO AMPASITSIRIRY  AMPASITSIRIRY  AMBALASAVOA AMBALASAVOA  VOHIDRANAHY  VOHIDRANAHY MASIAKAKOHO  MASIAKAKOHO  MAHATSINJORIAKA MAHATSINJORIAKA  ANDROMBA  ANDROMBA ANALABE  ANALABE 

034 13 311 11 034 46 770 76 

SALOHI SALOHI  SALOHI 

032 56 863 30

SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI

032 58 553 40 

SALOHI  SALOHI 

NOM  RANDRIANAIVO  MANEVALAHY  RAHARISON  RANDRIANJOBILY  LEONOS  SIKARA  MARTIN  FAUSTIN  RAKAMISY  RAMARO  LAIZAFIMAMONJY  JEAN  RAMANGASON  RATIARIMANANA  CLARISSE  RAVELO  BOTO  RAKOTOARISON  TIANAIVO  RAZAFINJATO  GEORGES  RAMIMY  AIME  TATA  MAHEZA  ROBINAIVO  BOTANIVO  VELOMILA  ALEXIS  RESARY  JEAN  RANDRIANANTENAINA  RABENASY  VELOMIARY  RALAIVAO 

PRENOM  JEAN BAPTISTE   EVARISTE      JEAN OBERLIN   EDWIN   SIMONE JULLIETTE   JEAN CLAUDE   BERGE   JEAN LOUIS         CLAUDE   JEAN   JOACHIN      SYLVAIN   MARTIAL   DELPHIN   JUSTIN   CHARLIN      JEAN CLAUDE      ERNEST   PIERRE   EVARISTE   CONSTANT   ERNEST      JEAN THEOPHILE   FELIX   RICHARD   BERGER      JEAN  

NUMERO TELEPHONE

ORGANISME SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI 

REGION VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  ANALANJIROFO ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA 

DISTRICT  MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO  FENERIVE EST FARAFANGANA  FARAFANGANA  FARAFANGANA FARAFANGANA  FARAFANGANA  FARAFANGANA FARAFANGANA  FARAFANGANA  FARAFANGANA FARAFANGANA  FARAFANGANA  FARAFANGANA FARAFANGANA  FARAFANGANA 

COMMUNE TATAHO  TATAHO  TATAHO TATAHO  MAROFARIHY  MAROFARIHY MAROFARIHY  MAROFARIHY  MAROFARIHY MAROFARIHY  AMBILA  AMBILA AMBILA  AMBILA  AMBILA AMBILA  AMBILA  AMBILA AMBILA  AMBILA  MIORIMIVALANA FARAFANGANA  FARAFANGANA  FARAFANGANA FARAFANGANA  FARAFANGANA  FARAFANGANA ANOSIVELO  ANOSIVELO  ANOSIVELO ANOSIVELO  ANOSIVELO  ANOSIVELO ANOSIVELO  ANOSIVELO 

FOKONTANY AMBOHIMANDROSO  AMBOHIMANDROSO  AMBODIMANGA AMBODIMANGA  MIDEBOKA  MAROFARIHY AMBOTAKA  AMBOTAKA  AMBOHIMANDROSO AMBOHIMANDROSO  VOHILAVA  TAMBORO EST TAMBORO EST  MANDROSOVELO  LOHARANO BERETRA  BEANANA  AMBILA AMBILA  AMBAROLAVA  AMBINANIVOLOSY MAHASOA  MAHASOA  ANDRANOMAKOKO ANDRANOMAKOKO  AMBOANIO  AMBOANIO VOLOTARA  VOHILAVA  TOMBATAFIKA RANOLAVA  MAZAVATSIOTRA  MAROLAVA MANDATSA  LOKANDAMBO 

034 84 421 16

SALOHI SALOHI  SALOHI 

032 08 555 58 033 72 787 13 

SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI 

034 60 146 17 

SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI

033 16 300 54  033 72 787 24  033 28 731 86 032 78 592 14 

SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI 

034 03 588 34

SALOHI SALOHI 

032 56 096 07  032 58 655 37

SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI 

NOM  ELIEN  TATA  RAZAFISON  TSABOTO  TSABOTO  RANDRIANAMANY  JEAN  RAHARIVONY  TATASOLO  FITANAMILA  RAZAFIASY  ZAFITODIARIVO  RAVELOJAONA  RAZAFITSIRY  MAHITAVELO  SOLANGE  LALA  SERGENT  JEAN  AUGUSTE  BARNIA  MAHATOMBO  BEZARY  MANANGA  MAMPIONONA  TATAFERENA  RAVANOMANANA  EDVIN  FELIX  BOTOHARSON  ZAOZAO  JIKITERA  RAJONSON  TOTOMARO  RAZAFINDRAMENA 

PRENOM     ROBERT      AUGUSTIN   RAMITENY   BERNARD   MARCEL   RODIN   CELESTIN      GEORGE      JEAN NOEL   ALBERT   CHARLES   VARIALIARISOA   NICOLETTE   RATISBONNE   GASTON      JULIEN         EDSON   GEORGE      ROBIN               JEROME   DAMIEN   ALEXIS   JAONINA  

NUMERO TELEPHONE

ORGANISME SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI 

REGION ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY  VATOVAVY FITOVINANY  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA  ATSIMO ATSINANANA  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO 

DISTRICT  FARAFANGANA  FARAFANGANA  FARAFANGANA MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO  MANAKARA ATSIMO VOHIPENO  VOHIPENO  FARAFANGANA FARAFANGANA  FARAFANGANA  FARAFANGANA FARAFANGANA  FARAFANGANA  FARAFANGANA FARAFANGANA  FARAFANGANA  FARAFANGANA FARAFANGANA  FARAFANGANA  FARAFANGANA FARAFANGANA  FARAFANGANA  FARAFANGANA FARAFANGANA  FARAFANGANA  VANGAINDRANO VANGAINDRANO  VANGAINDRANO  VAVATENINA VAVATENINA  VAVATENINA 

COMMUNE ANOSIVELO  ANOSIVELO  ANOSIVELO AMBILA  AMBILA  MAROFARIHY MAROFARIHY  MAROFARIHY  MAROFARIHY ANDEMAKA  ANDEMAKA  ANOSIVELO ANOSIVELO  ANOSIVELO  ANOSIVELO FARAFANGANA  FARAFANGANA  FARAFANGANA FARAFANGANA  MANAMBOTRA ATSIMO  MANAMBOTRA ATSIMO MANAMBOTRA ATSIMO  MANAMBOTRA ATSIMO  MANAMBOTRA ATSIMO MANAMBOTRA ATSIMO  MANAMBOTRA ATSIMO  MANAMBOTRA ATSIMO MANAMBOTRA ATSIMO  MANAMBOTRA ATSIMO  MATANGA MATANGA  MATANGA  AMPASIMAZAVA AMPASIMAZAVA  AMPASIMAZAVA 

FOKONTANY ENIFAPA  ANOSIVELO  ANAKATRIKA VOHIPANANY   ANDRAINA  MIDEBOKA ALAKAMISY  ALAKAMISY  MAROFARIHY ANDEMAKA CENTRE  ANDEMAKA CENTRE  MANAMBOTRA NORD AMBALAVONTAKA  BAKAKA  FIERENA MAHATSARA NORD  MAHATSARA NORD  ANOSINAKOHO ANOSINAKOHO  MANAMBOTRA  MANAMBOTRA MAHAVELO  MAHAVELO  MAROMPANAHY MAROMPANAHY  BEKARAOKA  BEKARAOKA MAROROKA  MAROROKA  MATANGY CENTRE AMBATSIPAKY   ANEZANDAVA  AMPAHIBE AMPASIMBOLA  CR AMPASIMAZAVA 

033 12 739 78 

SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI 

032 07 993 82 

SALOHI  SALOHI

033 11 766 39 

SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI

032 82 154 75 

SALOHI  SALOHI  SALOHI

032 55 748 09 

SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI 

033 09 567 24

SALOHI SALOHI  SALOHI 

NOM  CLEBERT  PASCAL  VONY  VONA  RABE  MIFALIA  EMMA  BE  BE JORSON  RAKOTO  ALEXANDRE  BATA  JOSEPH   TOMBO   INJARY   FELICIEN   RAZANAMASY   ZAHELY   RAZAFINDRAMANANA   TODY   MARIA  RAZAFY   RAODY   RAZAFIMANDIMBY   TAVONY   RASOAZANANY   JEAN   RABO   BENOIT  TOTO   TOTO   PETERA   BAKOSON  LEON  

PRENOM        BRUNO   STEPHAN   VICTOR         PLACIDE  LOUIS  REMI        CHARLES  STEPHAN NOEL  ALFRED  KALOZANANY  DELPHINE  DAVID  FAUSTIN  MAURICE     MAROA JUSTINE  DONATIEN  FIDELIS VICTOR  JOSEPH  NATHALIE  CLAUDE  RANDRIANARISON     PIERROT  JOACHIN  SAONINA     MAURELLE 

NUMERO TELEPHONE 033 01 196 72  033 07 740 54  033 06 238 77 033 01 347 90  033 03 152 23  033 07 601 97 033 20 990 96  0325069702  0324312709 0337192981  0337192983  0337192984  0337193014  0337193016 0337193019  0337193023 0337193030 0337193031  0337193033  0337193035 0337193037  0337193039  0337193040 0337193043  0343142651  0343142652 0343142653  0343142654  0343902130 0337192982  0337192986  0337192988 0337192989  0337192990 

ORGANISME SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  SALOHI  SALOHI SALOHI  MEDAIR  MEDAIR CARE  CARE  CARE  CARE  CARE CARE  CARE CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE 

REGION ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO 

DISTRICT  VAVATENINA  FENERIVE EST  VAVATENINA MANANARA‐AVARATRA  MANANARA‐AVARATRA  MANANARA‐AVARATRA MANANARA‐AVARATRA  MAROANTSETRA  MAROANTSETRA FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST 

COMMUNE AMPASIMAZAVA  MIORIMIVALANA  MIARINARIVO IMORONA  IMORONA  ANTANAMBE ANTANAMBE  MAROANTSETRA  MAROANTSETRA MAHAMBO  MAHAMBO  MAHAMBO  MAHAMBO  MAHAMBO MAHAMBO  MAHAMBO MAHAMBO MAHAMBO  MAHAMBO  MAHAMBO MAHAMBO  MAHAMBO  MAHAMBO MAHAMBO  MAHAMBO  MAHAMBO MAHAMBO  MAHAMBO  MAHAMBO AMBODIMANGA II  AMBODIMANGA II  AMBODIMANGA II AMBODIMANGA II  AMBODIMANGA II 

FOKONTANY AMBODIHAZOVOLA  CR MIORIMIVALANA  ANDRORANGABE ANTSERANAMBE  ANTSERANAMBE  AMBODIMANGA AMBODIMANGA  ANDAVANIO  ANKIAKABE ANDROKA  ANDAMPY  AMBODIMANGATELO  AMBODIFIZIKA  TANAMBAZAHA AMBODIGAVO BENAVONY  AMBODIBONARA ANDRANONAOMBY SAVAHONDA  ANJIRO  MAHAMBO DOANY ANTSIRADAVA II  LAKANDAVAINA  AMBOHIMALAZA SAHAVARY  NAMAHOAKA  ANTSIKAFOKA AMBODISAKOANA  MAHAMBO BAZAR  SALAFAINA AMBODIFLERA  MANAKAMBAHINY  AMBOAKARIVO ANTANETILAVA II  AMPASIPOTSY II 

NOM  TOTOMORA   TALATA   MAROJONINA   LAVA   LEMENA   TSIANAVA  JEAN   DOXIE  NDIAMANIPY   CHARLES   ANDRIAMBELONA   LAHADY   ARSEN  TSARAVELO   TOTOZAFY   TOTOMAINTY   SAVIEN  RAVELO   VINCENT  RAMANANTOANINA  RAZAFINDRASOA   PAUL   RAZAFINDRAVELO   RAVO   RATSIMBA   RANDRIA  RAFIDISON   SUZETTE  RAKOTONIRINA   TOTO   TOTO   GERARD   SIZALINE   ZAKA   RASO  

PRENOM  FIDELE  FRANÇOIS  FAUSTIN  DONATIEN  BENOIT GEORGES  MYRIAM CHRISTINE  LOUIS     GERARD  DOMINIQUE  CHARLES  CASTELLENI     EUSTASE  DESIRE  THOMAS     AMEDE        AUGUSTINE  JEAN  CERISE  BARTHELEMY  FELIX     MAURICE     CLAUDIO  AUGUSTIN  SYLVAIN  PHILBERT  JOSEPHINE  PIERRE  ANDRIATASY IARY 

NUMERO TELEPHONE 0337192991  0337193013  0337193017 0337193020  0337193021  0337193022 0337193024  0337193032  0337193036 0337193038  0337193042  0337193045 0343142650  0343902133  0343902131 0343902132  0337192985  0337192992 0337192998  0337193029  0337192987 0337193009  0337193010  0337193011 0337193018  0337193025  0337193027 0337193028  0337193034  0337193041 0337193044  0343902124  0343902121 0343902122  0343902118 

ORGANISME CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE 

REGION ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO 

DISTRICT  FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO 

COMMUNE AMBODIMANGA II  AMBODIMANGA II  AMBODIMANGA II AMBODIMANGA II  AMBODIMANGA II  AMBODIMANGA II AMBODIMANGA II  AMBODIMANGA II  AMBODIMANGA II AMBODIMANGA II  AMBODIMANGA II  AMBODIMANGA II AMBODIMANGA II  AMBODIMANGA II  AMBODIMANGA II AMBODIMANGA II  AMPASIMBE MANATSATRANA  AMPASIMBE MANATSATRANA AMPASIMBE MANATSATRANA  AMPASIMBE MANATSATRANA  VOHILENGO VOHILENGO  VOHILENGO  VOHILENGO VOHILENGO  VOHILENGO  VOHILENGO VOHILENGO  VOHILENGO  VOHILENGO VOHILENGO  ANTANIFOTSY  ANTANIFOTSY ANTANIFOTSY  ANTANIFOTSY 

FOKONTANY MAROJOMANA  SAHAFILO  MANANARA HELY ANTETEZAMPAFANA  VOHITRAMBO  AMBODIMANGA I TANAMBIAVY  TANAMBAO MANANARAHELY  BETAMPONA ANARIVO  MAROVATO I  VOHIPENOHELY ANTANETILAVA I  AMBINANY IAZAFO  AMBODIMANDRESY MAHATSARA II  TANAMBAO A/TSONDRONA  ANJAHAMBE MAHASOA  LOHARANO MAROVOVONANA  AMBODIVOAPAKA VOHITSANTSOTSY  SAHABELAFIKA  VOHILENGO MAROAOMBY  AMBODISARY  AMBOLOMADINIKA VOHIBE  AMPASIMBOLA MAHATSARA II  VOHILENGO AMBODIVOANIO  MAROGISY ATF  MAHATSARA ATF MANJATO ATF  MAROVINANTO ATF  

NOM  LALA   MOMO  JUVENCE   TIDA   RASY   DENIS  KALO   LEMADIO   SOPRIEN   JERISAINA  VELONTRASINA   BODY   VELONJORO   MORABE   HOVA   SAMUEL   LAINIRINA   EDMOND  NAVAVY   MARABINA   RASY THEODOSIE  RAPIANY  TOTOLALAHY  VELONJARA   LAHADY   BOTSY   IAMBY   RASARY   BE   RAHARISAINA   DELIEN  BETANY   RABESON   FENO   RABE  

PRENOM  SAMUEL     HEVITRA  DOMINIQUE  THEODOSIE     FLORINE  KALOHELY  LEVAHINY     MARTINE  ERNEST GASTON  ARLETTE  JOSOA  BRUNO  ALEXANDRE        ARLETTE  MARCELLIN        LAURENT   THEODORE  MARCELLIN  JULES ALBERT  EDMOND  ALPHONSE  PAULEX  PIERRE     JARSON  JULIEN  JACQUOT  JOSEPH 

NUMERO TELEPHONE 0343902123  0337193004  0337192996 0337192997  0337192993  0343902127 0343902125  0343902112  0343902128 0343902111  0343902114  0343902117 0343902116  0343902113  0337192999 0337193000  0337193001  0337193005 0337193002  0337193003  0337192993 0343902126  0343902115  0343902120 0343902110  0343902129  0343902119 0340447489  0327322466  0331835212 0334033845  0331858991  0324269222 0341096229  0324116149 

ORGANISME CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARE  CARE 

REGION ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO SAVA  SAVA  SAVA SAVA  SAVA  SAVA SAVA  SAVA 

DISTRICT  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO ANTALAHA  ANTALAHA  ANTALAHA  ANTALAHA  ANTALAHA  ANTALAHA  ANTALAHA  ANTALAHA 

COMMUNE ANTANIFOTSY  ANTANIFOTSY  ANTANIFOTSY ANTANIFOTSY  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO  SOANIERANA IVONGO FOTSIALANANA  FOTSIALANANA  FOTSIALANANA FOTSIALANANA  FOTSIALANANA  FOTSIALANANA ANTALAHA  AMPOHIBE  AMBALABE AMBOHITRALANANA  AMPANAVOANA  ANTANANAMBO ANTSAHANORO  AMPAHANA 

FOKONTANY ANTANIFOTSY ATF  AMBODIBONARA ATF  ANTANETILAVA II AMPASIMAZAVA ATF  ANTSIRAGAVO  ANDAVANIOBE SIV ANAMBORANO SIV  MANANKATAFANA SIV  TSIRARAFANA SIV SAHAMALAZA SIV  MANANKINANY SIV  VOHILAVA SIV TANAMBAO MATSOKELY SIV  SAHAKA SIV   SAHAKA SIV ANJAHAMARINA  MENATANY SIV  ANDILANKELY SIV AMPASIMBOLA SIV  ANDATSADRANO SIV  ANTSIRAGAVO SIV TANAMBAO FOTSIALANANA  VOHIDROMBA FTL  SAHAFARY FTL FANDRIANOMBY FTL  FOTSIALANANA FTL  SAHASOA ATF      

     

     

NOM  TAHISY  RAMAHAFALY   ANDRIAMANEVA   RANAIVOSON   BETOMBOTSARA   TOMBOSON   RAJONSON  TOTOMARO  RAZAFINDRAMENA  CLEBERT  GEORGES  PASCAL  VONY  VONA  RABE  MIFALIA  EMMA  SAHOLY  JUSTERA  ELISABETHE  EMILE  ERIC 

PRENOM     DAVID JEAN  MATHIEU  RALAVA  JULIEN  MODESTE  DAMIEN  ALEXIS  JAONINA           BRUNO  STEPHAN  VICTOR        FRANCELINE  MARCEL        PAPPADAKIS 

NUMERO TELEPHONE 0324318977  0324947757  0320251454 0325193685  0324410377  0324410082 0330956724 

ORGANISME CARE  CARE  CARE CARE  CARE  CARE CARITAS  CARITAS  CARITAS

REGION SAVA  SAVA  SAVA SAVA  SAVA  SAVA ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  ANALANJIROFO ANALANJIROFO  ANALANJIROFO  MENABE MENABE  MENABE  MENABE MENABE 

DISTRICT  ANTALAHA  ANTALAHA  ANTALAHA  ANTALAHA  ANTALAHA  ANTALAHA  FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  FENERIVE EST FENERIVE EST  FENERIVE EST  MORONDAVA MORONDAVA  MORONDAVA  MORONDAVA MORONDAVA 

COMMUNE AMBINANIFAHO  LANJARIVO  ANTOMBANA MAROFINARITRA  ANTSAMBALAHY  SARAHANDRANO AMPASIMAZAVA  AMPASIMAZAVA  AMPASIMAZAVA AMPASIMAZAVA  MIORIMIVALANA  MIORIMIVALANA MIARINARIVO  IMORONA  IMORONA ANTANAMBE  ANTANAMBE  MORONDAVA MORONDAVA  MORONDAVA  MORONDAVA MORONDAVA 

FOKONTANY      

     

AMPAHIBE  AMPASIMBOLA  CR AMPASIMAZAVA AMBODIHAZOVOLA  AMBINANIVOLOSY  CR MIORIMIVALANA ANDRORANGABE  ANTSERANAMBE  ANTSERANAMBE AMBODIMANGA  AMBODIMANGA  BEMOKIJY BEMOKIJY  BEMOKIJY  TANAMBAO TANAMBAO 

033 01 196 72  033 28 731 86  033 07 740 54 033 06 238 77  033 01 347 90  033 03 152 23 033 07 601 97  033 20 990 96  0326335955 0324826483  0330827418  0327808422 0343747562 

CARITAS  CARITAS  CARITAS CARITAS  CARITAS  CARITAS CARITAS  CARITAS  ETAT ETAT  ETAT  ETAT ETAT 

 

Annexe 6a. Fiche technique des aéroports ouverts

AERODROMES N° 01 02 03 04 COORDONNES AMBALAVAO 21°47’ S / 046°55’ E (*) AMBATO BOENI 16°27’ S / 046°46’ E (*) AMBATOFINANDRAHANA 28°30’ S / 046°46’ E (*) AMBATOLAHY 20°01’ S / 045°32’ E (*) AMBATOLAHY ANKAZOABO 22°24’58’’ S / 044°12’26’’ E (**) AMBATOMAINTY 17°42’ S / 045°36’ E(*) QFU 113° / 292° 145° / 325° 111° / 291° 070° / 250° 091° / 271° ALT [m] Portance Ou PCN TWO TWO MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg NAT H H T T H

DIMENSIONS [m] PISTE 1 100 x 30 945 x 40 800 x 40 800 x 30 1 300 x 40 TWY AST Carbu rant SLIA

SERVICES AFIS CTR Situation Juridique Terrain TD TD TD TD USAGE EXPLOITANTS

972 14 1 403 90

-

-

-

-

-

CAP Restreint Restreint Restreint Privé

Sans assistance DISTRICT AMBATO BOENI DISTRICT AMBATOFINANDRAHANA DISTRICT MIANDRIVAZO MAF Madagascar – BP 132 Ivato Aéroport – ANATANANARIVO Tél. 22 582 79 – Fax 22 453 22 – BLU 7036 KHz LSB Mafm-mad@iris.mg RABETANETY Marc Alphonse Atsimondalana – Tél. 033 11 214 59 – 032 05 048 22 – BLU USB 6852 KHz AMBATOMAINTY 404 RAZAKALALAO Jn Christophe Lot 22-167 Madiotsifafana Ambatondrazaka – Tél. 54 811 87 – 033 14 630 40 – 032 42 925 74 – Fax 54 811 87 – rjc@wanadoo.mg – vololonad@yahoo.fr LES GAMBAS DE L’ANKARANA 2 rue La Vigerie BP 212 – Tél. 82 231 41 – Fax 82 213 42 – igadiégo@dts.mg ANTSIRANANA SOCTAM 15 rue Georges V – BP 340 – Tél. 62 236 15 – Fax 62 293 29 MAHAJANAGA Sans assistance AMBATOVY PROJECT DYNATEC – Tél. 22 397 35/37 – Fax 22 540 30 – dynatecmad@wanadoo.mg DISTRICT AMBATONDRAZAKA DSENIS MURAT BRIQUETERIE AMBOHIMENA 5 rue de Russie Isoraka Tél. 032 07 635 47 DISTRICT MAEVATANANA DISTRICT AMBOVOMBE

05

060° / 240°

630

T

850 x 20

-

-

-

-

-

-

TD

06

065° / 265°

320

TWO

H

1 300 x 60

-

-

-

-

-

-

TD

CAP

07

AMBATONDRAZAKA FERAMANGA 17°47’45’’ S / 048°26’36’’ E (***)

129° / 309°

766

TWO

H

1 300 x 30

100

100x 80

-

-

-

L

TD

CAP

08

AMBAVANANKARANA 12°56’14’’ S / 048°58’24’’ E (**) AMBESISIKA 16°30’26’’ S / 046°51’30’’ E (**) AMBILOBE MAHAVAVY 13°11’ S / 048°59’ E (*) AMBOHIBARY MORAMANGA 18°55’01’’ S / 048°18’58’’ E (**) AMBOHIMANGA 17°41’ S / 048°28’ E (*) AMBOHIMENA AMBATOLAMPY 19°28’42’’ S / 047°27’14’’ E (**) AMBONGABE 16°48’ S / 047°00’ E (*) AMBOVOMBE 25°12’ S / 046°04’ E (*)

154° / 334°

26.8

MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg

T

1 000 x 36

-

-

-

-

-

-

TP Sté AQUAL MA

Privé

09

120° / 290°

41.14

H

965 x 27

-

-

-

-

-

-

TP Sté SOCTAM TD TP Loué par Dynatec

Privé

10

115° / 295° 052° / 232°

22 286

DC4 MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg

B H

1 500 x 30 1 200 x 30

80 -

55 x 40 Accolé à la piste

-

-

-

-

CAP Privé

11

12

104° / 284° 128° / 308°

759 1 570

H H

1 320 x 80 295 x 20

-

-

-

-

-

-

TD TP

Restreint Privé

13

14 15

011° / 191° 138° / 318°

100 130

ULM MTOW ≤ 5 700 kg

H H

890 x 35 1 220 x 100

-

-

-

-

-

-

TD TD

Restreint Restreint

AERODROMES N° COORDONNES QFU ALT [m] Portance Ou PCN MTOW ≤ 5 700 kg NAT

DIMENSIONS [m] PISTE TWY AST Carbu rant SLIA

SERVICES AFIS CTR Situation Juridique Terrain TP STE AQUAL MA USAGE EXPLOITANTS LES GAMBAS DE L’ANKARANA 2 rue La Vigerie BP 212 – Tél. 82 231 41 – Fax 82 213 42 – igadiégo@dts.mg ANTSIRANANA Société EGMA lot 123 AZB Anosizato - ANATNANARIVO

16

AMBOVONAHOMBY 12°43’42’’ S / 048°56’49’’ E (**) AMPAMPAMENA AMBANJA 13°29’ S / 048°38’ E (*) AMPANAVOANA 15°41’ S / 050°21’ E (*) AMPANIHY 24°42’ S / 044°44’ E(*)

126° / 306°

68.64

H

610 x 30

-

-

-

-

-

-

Privé

17 18 19

150° / 330°

11

TWO MTOW ≤ 5 700 kg DC3

B

1 160 x 15

-

-

-

-

-

-

TD

CAP

020° / 200° 130° / 310°

5 235

H H

645 x 35 1 100 x 30

94 x 15

60 x 80

-

-

-

-

TD TD

Restreint CAP

DISTRICT ANTALAHA Sans Assistance MADRIGAL – Lot VV 197 DJ Bis – BP 5183 Manakambahiny Tél. 22 077 55 – Tél.Fax 22 369 95 madrigal@wanadoo.mg ANATANANARIVO LE MARTIN PECHEUR – BP 216 – Tél. 92 213 64 / 92 211 55 – Fax 92 214 73 / 92 214 60 TOLAGNARO DISTRICT ANTSOHIHY Société EGMA lot 123 AZB Anosizato - ANATNANARIVO Sans Assistance DISTRICT ANDILAMENA DISTRICT MAMPIKONY

20

AMPARAFARAVOLA 17°39’24’’ S / 048°13’18’’ E (**) AMPASIMASAY 24°19’05’’ S / 047°20’42’’ E (**) ANAHIDRANO 15°01’ S / 047°55’ E (*) ANALALAVA 14°38’ S / 047°46’ E (*) ANDAPA 14°39’ S / 049°37’ E (*) ANDILAMENA 17°01’ S / 048°32’ E (*) ANDRANOMANGATSIAKA MAMPIKONY 16°03’ S / 045°38’ E (*) ANDRANOMAVO 16°35’ S / 045°33’ E (*) ANDRIAMENA 17°27’ S / 047°31’ E (*) ANIVORANO NORD 12°47’ S / 049°15’ E (*)

096° / 276°

785

TWO

H

1 070 x 30

-

-

-

-

-

-

TD

Privé

21

040° / 220°

4.27

MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg TWO

H

310 x 20

-

15 x 10 QFU22

-

-

-

-

TP LMP

Privé

22

010° / 190° 113° / 293° 170° / 350° 020° / 200° 130° / 310°

60 105

T H

1 035 x 25 1 200 x 22 1 030 x 26 1 250 x 30 900 x 40 950 x 60

160x 15 -

85 x 93

-

-

-

-

TD TD

Restreint CAP

23 24 25 26

473 51

DC3 MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg

B H H

75 x 35 -

-

-

-

-

TD TD TD

CAP Restreint Restreint

27 28 29

030° / 210° 161° / 341° 075° / 255°

350 792 340

T T T

1 000 x 40 850 x 50 1 000 x 30

-

-

-

-

-

-

TD TD TD

Restreint Restreint Restreint

DISTRICT SOALALA DISTRICT TSARATANANA DISTRICT ANIVORANO NORD MAF Madagascar – BP 132 Ivato Aéroport – ANATANANARIVO Tél. 22 582 79 – Fax 22 453 22 – BLU 7036 KHz LSB Mafm-mad@iris.mg GROUPE L’HOTEL BP 445Nosy Be Tél. 86 612 49 – Fax 86 616 13 – airhotel@simicro.mg

30

ANJABETRONGO 22°31’36’’ S / 043°31’04’’ E (**) ANJAJAVY 15°01’15’’ S / 047°14’14’’ E (**)

030° / 210°

60

H

1 000 x 20

-

-

-

-

-

-

TD

Privé

31

116° / 296°

14.94

T

1 025 x 25

-

Accolé à la piste

-

-

-

-

TD

Privé

AERODROMES N° COORDONNES QFU ALT [m] Portance Ou PCN MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg NAT

DIMENSIONS [m] PISTE TWY AST Carbu rant SLIA

SERVICES AFIS CTR Situation Juridique Terrain TP LMP USAGE EXPLOITANTS LE MARTIN PECHEUR – BP 216 – Tél. 92 213 64 / 92 211 55 – Fax 92 214 73 / 92 214 60 TOLAGNARO Michel PAIN Avocat à la cour d’appel – BP 3 Tél.. 22 209 84 – Fax 22 223 68 m.pain@simicro.mg Société EGMA lot 123 AZB Anosizato - ANATNANARIVO Sans Assistance MARCO POGNANTE Sté CAPOC NOSY BE Tél. 032 07 210 79 UNIMA 1ere étage Immeuble IKOPA CENTER – Tanjombato – Tél. 22 478 80 – Fax 22 478 88 ANTANANARIVO ANDRY DEVELOPPEMENT 418 route de Vohémar Tél. 032 07 161 01 – BP 165 Fax 032 08 161 03 Mhkz41@sat.blueline.mg ANTALAHA Société COLAS MADAGASCAR BP 133 – Tél. 22 204 16 – Fax 22 327 21 - ANATANANARIVO

32

33

34 35

36

ANKARAMANY 24°24’52’’ S / 047°18’02’’ E (**) ANKASETRA (NOSY VALIHA) 14°09’24’’ S / 047°48’07’’ E (**) ANKAVANDRA 18°48’ S / 04517’ E (*) ANKAZOABO 22°18’ S / 044°32’ E ANKIBANIVATO NOSY BE ( HYDROBASE) 13°19’08’’ S / 04810’10’’ E (***)

050° : 230°

15.24

H

385 x 20

-

Accolé à la piste

-

-

-

Privé

010° / 190°

3.5

H

520 x 20

-

Accolé à la piste

-

-

-

-

TP M PAIN

Privé

162° / 342° 146° / 326° 010° / 190°

130 430 00

TWO TWO 472.5 kg ULM 912S

H H E

1 000 x 30 1 070 x 45 250 x 30

78 300x 30

80 x 60 -

-

-

-

-

TD TD TD

CAP CAP Privé

37

ANKOKOAMBO 16°36’ S / 044°26’ E (**)

060° / 240°

2

MTOW ≤ 5 700 kg

T

975 x 60

-

Accolé à la piste

-

-

-

-

TD

Restreint

38

ANTALAHA 15°00’ S / 050°19’ E (***)

174° : 354°

6

12/F/B/Z/T

B

1 193 x 27

-

80 x 65

-

-

x

-

TD

CAP

39

40

ANTANAMBE 16°26’19’’ S / 049°51’34’’ E (**) ANTANIMORA 24°50’ S / 045°41’ E (*) ANTANIMALANDY 15°08’57’’ S / 047°04’45’’ E (**) ANTANIMALANDY 2 15°08’53’’ S / 047°04’50’’ E (**) ANTSALOVA 18°42’ S / 044°37’ E (*)

070° / 250°

1.54

MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg

T

800 x 30

-

Accolé à la piste

-

-

-

-

TD

Privé

178° / 358° 110° / 290°

176 65

T T

1 500 x 60 900 x 40

-

-

-

-

-

-

TD TP CAUVIN

Restreint Privé

41

DISTRICT AMBOVOMBE JACQUES CAUVIN Lodge des Terres Blanches Antanimalandy - ANALALAVA PATRICK ROCHET Les Jardins d’Ambatobe Appartement 35 D – Tél. 033 14 255 96 - Ambatobe ANTANANARIVO Société EGMA lot 123 AZB Anosizato – ANATNANARIVO TRANSIT ANDRIANINA Lot VA 33 IC route de l’Université Tsiadana – Tél. 22 022 51 – Fax 22 665 10 – transni@simicro.mg ANTANANARIVO

42

105° / 285°

18

MTOW ≤ 5 700 kg

T

355 x 26

-

-

-

-

-

-

TP CAUVIN

Privé

43

046° : 226°

168

TWO

H

920 x 30

-

-

-

-

-

-

TD

CAP

44

ANTSIRABE 19°50’05’’ S / 045°04’01’’ E (***)

049° / 229°

1 533

ATR42

H

1 500 x 30

-

-

-

-

-

-

TD

CAP

AERODROMES N° COORDONNES QFU ALT [m] Portance Ou PCN NAT

DIMENSIONS [m] PISTE TWY AST Carbu rant JET A1 / AVGA S SLIA

SERVICES AFIS CTR Situation Juridique Terrain USAGE EXPLOITANTS AEROPORTS DE MADAGASCAR (ADEMA) BP 5271 – Tél. 22 440 42 / 41 – Fax 22 440 42 – adema@dts.mg Mandrosoa Ivato ANTANANARIVO Sté MAGRAMA sa BLU LSB 7030 KHz Tél. 22 300 42

45

ANTSIRANANA 12°21’04’’ S / 049°17’39’’ E (***) ANTSOHAMAMY IANAPERA 23°53’45’’ S / 045°10’13’’ E (**) ANTSOHIHY AMBALABE 14°54’11’’ S / 047°59’37’’ E (***) BEALANANA ANKAIZINA 14°33’ S / 048°42’ E (*) BEFANDRIANA NORD 15°12’ S / 048°29’ E (*) BEHARA 24°59’ S / 046°235’ E (*)

133° / 313°

114

28.2/F/B/X/T

B

1 500 x 30

75

140 x 70

X

x

x

TD

CAP

46

002° / 182°

502

MTOW ≤ 5 700 kg

T

1 000 x 30

-

-

-

-

-

-

TD

Privé

47

014° / 194°

28

11/F/B/Z/U

B

1 500 x 30

115

80 x 75 40 x 30 Accolé -

JET A1

-

x

-

TD

CAP

Ex SECAERO

48 49 50

178° / 358° 173° / 353° 167° / 347°

1 120 250 44

TWO TWO MTOW ≤ 5 700 kg

H H T

1 215 x 30 1 270 x 50 1 190 x 65

-

-

-

-

-

TD TD TD

CAP CAP Restreint

Sans Assistance Sans Assistance DISTRICT AMBOASARY ONG MANDROSO Lot C 23 Cité des Assureurs Itaosy Tél. 22 048 91 / 032 04 377 78 naryklaudius@yahoo.fr ANTANANARIVO MAF Madagascar – BP 132 Ivato Aéroport – ANATANANARIVO Tél. 22 582 79 – Fax 22 453 22 – BLU 7036 KHz LSB Mafm-mad@iris.mg RICHARD D. FIENENA AERO SUR-OUEST BP 8261 – Tél. 22 681 06 Fax 22 680 45 MAF Madagascar – BP 132 Ivato Aéroport – ANATANANARIVO Tél. 22 582 79 – Fax 22 453 22 – BLU 7036 KHz LSB Mafm-mad@iris.mg DISTRICT BETIOKY DISTRICT BEKILY SHTM : Sté HOTELIERE ET TOURISTIQUE DE MCAR ET DEHEAULME - BP 37 Bd Galliéni – Tél. 92 211 32 TOLAGNARO DISTRICT BELO SUR TSIRIBIHINA Sans Assistance

51

BEKILY 24°14’ S / 045°18’ E (*)

030° / 210° 136° / 316°

387

TWO

H

1 280 x 40 780 x 35

94

70 x 50

-

-

-

-

TD

CAP

52

BEKODOKA 16°58’ S / 045°05 E (**)

030° / 210°

270.3

MTOW ≤ 5 700 kg

H

850 x 30

-

Accolé à la piste

-

-

-

-

TD

Privé

53

BELO SUR TSIRIBIHINA 19°41’ S / 044°32’ E (*)

146° / 326°

47

TWO

T

1 350 x 30

25

50 x 50

-

-

-

-

TD

CAP

54

BEMANA 21°43’13’’ S / 045°09’14’’ E (**) BENENITRA 23°25’ S / 042°02’ E (*) BERAKETA 25°00’29’’ S / 046°18’07’’ E (*)

140° / 320°

210

MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg

T

850 x 30

-

-

-

-

-

-

TD

Privé

55 56

131° / 311° 100° / 280° 142° / 322°

128 540

T H

1 050 x 60 800 x 30 850 x 30

-

-

-

-

-

-

TD TD

Restreint Restreint

57

58 59

BERENTY 25°00’29’’ S / 046°18’07’’ E (**) BEREVO 19°43’ S / 045°00’ E (*) BEROROHA ANTSOHA 21°36’ S / 045°08’ E (*)

150° / 330°

51.82

MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg TWO

H

1 000 x 45

-

Accolé à la piste

-

-

-

-

TP SHTM

Privé

150° / 330° 018° / 198°

10 250

H H

900 x 35 950 x 30

-

30 x 30 Accolé

-

-

-

-

TD -

Restreint CAP

AERODROMES N° COORDONNES QFU ALT [m] Portance Ou PCN NAT

DIMENSIONS [m] PISTE TWY AST Carbu rant SLIA

SERVICES AFIS CTR Situation Juridique Terrain TP STE AQUAL MA USAGE EXPLOITANTS Sté AQUALMA BP 93 Immeuble SCIM rue Bereni Tél. 62 236 06 / 62 242 25 Fax 62 227 04 / 62 242 24 MAHAJANGA Société EGMA lot 123 AZB Anosizato - ANATNANARIVO Sans Assistance Entreprise SARA ET Cie Av du Gl Ratsimandrava – BP 337 Tél. 22 218 32 – Fax 22 227 05 sara@wanadoo.mg ANTANANARIVO DISTRICT BETIOKY SOCTAM 15 rue Georges V – BP 340 – Tél. 62 236 15 – Fax 62 293 29 MAHAJANAGA

60

61 62

BESAKOA MAHAJAMBA 15°40’28’’ S / 047°03’51’’ E (**) BESALAMPY 16°45’ S / 0444°29’ E (*) BETIOKY 23°16’28’’ S / 046°07’30’’ E (*) BETROKA 23°44’ S / 044°23’ E (*)

138° / 318°

3

MTOW ≤ 5 700 kg

H

1 040 x 25

-

Accolé à la piste

-

X

-

-

Privé

083° / 263° 153° / 333°

38 280

ATR42 TWO

B H

1 500 x 20 1 330 x 30

-

-

-

-

-

-

TD TD

CAP CAP

63

020° / 200° 080° / 260°

866

MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg 11/F/B/Z/U MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg

T

1 300 x 30 1 250 x 30

-

x

-

-

-

-

TD

Privé

64

BEZAHA 23°30’ S / 044°29’ E (*) BEVILANY 16°42’25’’ S / 046°57’38’’ E (**) DOANY 14°22’ S / 049°31’ E (*) EJEDA 24°21’ S / 044°32’ E (*) FARAFANGANA 22°48’ S / 047°50’ E (***) FAUX CAP 25°30’ S / 045°30’ E (*) FENERIVE EST 17°21’ S : 049°24° E (*) FIADANANA FANDRIANA 20°22’ S / 047°23’ E (*) FIANARANTSOA BERAVINA 21°20’ S / 047°06’ E (***)

062° / 242° 140° / 320°

128 41

T H

1 010 x 30 750 x 30

-

43 x 20

-

-

-

-

TD TP SOCTAM

Restreint Privé

65

66 67 68

105° / 285° 062° / 242° 030° / 210° 128° / 308°

500 200 8

H T B

1 500 x 30 1 000 x 50 876 x 80 1 050 x 25

94.6

65 x 46.7 -

-

-

-

x

TD TD TD

Restreint Restreint CAP

DISTRICT ANDAPA DISTRICT AMPANIHY EX SECAERO

69 70 71

100° / 280° 019° / 199° 175° / 355°

7 9 125

H H T

800 x 40 750 x 20 890 x 30

-

-

-

-

-

TD TD TD

Restreint Restreint Restreint

DISTRICT TSIHOMBE DISTRICT FENERIVE EST DISTRICT FANDRIANA AEROPORTS DE MADAGASCAR (ADEMA) BP 5271 – Tél. 22 440 42 / 41 – Fax 22 440 42 – adema@dts.mg Mandrosoa Ivato ANTANANARIVO AERO CLUB DE TANA BP 165 Ivato – Tél. 22 447 38 act@netclub.mg

72

080° / 260°

1 115

8/F/A/Z/U

B

1 250 x 25

x

x

-

x

x

x

TD-

CAP

73

74

FIHAONANA 18°34’33’’ S / 047°14’20’’ E (**) FOULPOINTE 17°43’ S / 049°29’ E (*)

140° / 320° 110° / 290°

1 390

MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg

T

950 x 30 650 x 20

-

x

-

-

-

-

TD

Privé

044° / 224°

5

T

723 x 30

-

-

-

-

-

-

TD

Restreint

DISTRICT FOULPOINTE

AERODROMES N° COORDONNES QFU ALT [m] Portance Ou PCN NAT

DIMENSIONS [m] PISTE TWY AST Carbu rant SLIA

SERVICES AFIS CTR Situation Juridique Terrain USAGE EXPLOITANTS SEEM : Sté Electricité Electronique Malagasy Lot III L 31 Soanierana – Tél. 22 544 23 / 032 07 933 49 – Fax 22 568 17 – seem@dts.mg ANTANANARIVO DISTRICT IKALAMAVONY DISTRICT AMBOSITRA LE MARTIN PECHEUR BP 216 – Fax 92 214 73 / 60 Tél. 92 213 64 / 92 211 55 TOLAGNARO AEROPORTS DE MADAGASCAR (ADEMA) BP 5271 – Tél. 22 440 42 / 41 – Fax 22 440 42 – adema@dts.mg Mandrosoa Ivato ANTANANARIVO DIOSCESE IHOSY Eglise Catholique JANGANY SOCTAM 15 rue Georges V – BP 340 – Tél. 62 236 15 – Fax 62 293 29 MAHAJANAGA LE MARTIN PECHEUR – BP 216 – Tél. 92 213 64 / 92 211 55 – Fax 92 214 73 / 92 214 60 TOLAGNARO DISTRICT MIDONGY DU SUD DISTRICT AMBATO BOENI AEROPORTS DE MADAGASCAR (ADEMA) BP 5271 – Tél. 22 440 42 / 41 – Fax 22 440 42 – adema@dts.mg Mandrosoa Ivato ANTANANARIVO KRAOMITA MALAGASY BP 936 – Tél. 22 243 04 Fax 22 246 54 – kraoma@wanadoo.mg ANATANANARIVO ACM à titre proviso ire

75

IHOSY 22°24’ S / 046°10’ E (*)

178° / 358°

762

TWO

T

1 600 x 30

450

100 x 80

-

-

-

-

TD

CAP

76 77

IKALAMAVONY 21°07’ S / 046°32’ E (*) IMERIN’IMADY 20°33’ S / 047°20’ E (*) ITAPERA 24°53’40’’ S / 047°07’14’’ E (**)

129° / 309° 130° / 310° 010° / 190°

800 1 260 3

MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg

T T H

1 000 x 50 700 x 20 500 x 20

-

Accolé à la piste

-

-

-

-

TD TD TP LMP

Restreint Restreint Privé

78

79

IVATO ANTANANARIVO 18°47’47’’ S / 047°28’34’’ E (***)

113°293°

1 279

59/F/B/X/T

B

3 100 x 45

C: 149.5 W: 450

385 x 90

JET A1 / AVGA S

x

x

x

TT

CAP

80

JANGANY 22°52’ S / 045°48’ E (**) LABANDIKELY 15°59’01’’ S / 047°38’30’’ E (**) LAVANONO 25°25’42’’ S / 044°56’23’’ E (**) LAVARATY 23°15’ S / 047°00’ E (*) MADIROVALO 16°27’ S / 046°34’ E (*)

090° / 270°

917

MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg

T

800 x 20

-

70 x 20 Accolé Accolé à la piste

-

-

-

-

TP ECAR JANGAN Y TP SOCTAM

Privé

81

105° / 285°

51

H

1 330 x 25

-

-

-

-

-

Privé

82

150° / 330°

5

H

500 x 10

-

-

-

-

-

-

TP LMP

Privé

83 84

030° / 210° 127° / 307°

600 82

H H

1 000 x 30 900 x 50

-

-

JET A1 / AVGA S

-

-

-

TD TD

Restreint Restreint

85

MAHAJANGA AMBOROVY 15°40’00’’ S / 046°21’04’’ E (***)

143° / 323°

27

46/F/B/X/U

B

2 200 x 45

292.5

203 x 90

x

x

x

TT

CAP

86

MAHAMAVO 17°37’58’’ S / 047°43’32’’ E (**)

132° / 312°

766

MTOW ≤ 5 700 kg

T

800 x 40

-

Accolé à la piste

-

-

-

-

TP KRAOMI TA

Privé

87

MAHANORO 19°50’ S / 048°48’ E (*)

030° / 210°

5

TWO

H

1 350 x 30

40 x 15

60 x 26.5

-

-

x

x

TD

CAP

AERODROMES N° COORDONNES QFU ALT [m] Portance Ou PCN NAT

DIMENSIONS [m] PISTE TWY AST Carbu rant JET A1 / AVGA S SLIA

SERVICES AFIS CTR Situation Juridique Terrain TD USAGE EXPLOITANTS Entreprise ENTRAPIDE Lot 83 Cité Manjarisoa Tél. 65 020 22 / 032 04 194 65 / 033 11 701 40 - MAHAJANGA Sans Assistance Entreprise BAO Lot ITL 28 bis – Tél. 22 618 72 032 04 421 35 / 033 11 679 06 ANTANANARIVO Entreprise KALOFARY Lot 135 Parcelle 11/12 Tél. 032 04 487 08 – Ambatomantsina MANANARA NORD AEROPORTS DE MADAGASCAR (ADEMA) BP 5271 – Tél. 22 440 42 / 41 – Fax 22 440 42 – adema@dts.mg Mandrosoa Ivato ANTANANARIVO Sans Assistance DISTRICT BETAFO Société EGMA lot 123 AZB Anosizato - ANATNANARIVO DISTRICT BEROROHA Société COLAS MADAGASCAR BP 133 – Tél. 22 204 16 – Fax 22 327 21 - ANATANANARIVO RICHARD D. FIENENA AERO SUR-OUEST BP 8261 – Tél. 22 681 06 Fax 22 680 45 Groupement des Opérateurs de Maroantsetra (GOEM) BP 22 – Tél. 032 02 566 08 Fax 57 721 35 / 49 – BLU USB 5853 KHz (RAMA EXPORT) Ankiakalava MAROANTSETRA MAF Madagascar – BP 132 Ivato Aéroport – ANATANANARIVO Tél. 22 582 79 – Fax 22 453 22 – BLU 7036 KHz LSB Mafm-mad@iris.mg LE MARTIN PECHEUR – BP 216 – Tél. 92 213 64 / 92 211 55 – Fax 92 214 73 / 92 214 60 TOLAGNARO

88

89

MAINTIRANO 18°03’03’’ S / 044°01’56’’ E (***) MALAIMBANDY 20°21’ S / 045°33’ E (*) MANAKARA 22°07’14’’ S / 048°01’16’’ E (***) MANANARA AVARATRA 16°09’49’’ S / 049°46’11’’ E (***)

102° / 282° 028° / 208°

23

TWO

H

1 300 x 30 1 285 x 40

55

50 x 30

-

-

x

CAP

081° / 261° 053° / 233°

182 10

TWO 12.2/F/B/Z/T

H B

1 195 x 30 1 200 x 25

80 -

80 x 60 37.5 x 40

-

-

-

TD TD

CAP CAP

90

91

112° / 292°

3

11/F/C/Z/T

B

1 250 x 25

100

85 x 65

-

-

X

x

TD

CAP

92

MANANJARY 21°12’24’’ S / 048°21’22’’ E (***)

041° / 221°

6

26/F/A/Y/U

B

1 800 x 30

x

x

JET A1 / AVGA S

-

x

x

TD-

CAP

93 94 95 96 97

MANDABE 21°02’ S / 044°57’ E (*) MANDOTO 19°34’ S / 046°19’ E (*) MANDRITSARA 15°50’ S / 048°50’ E (*) MANDROANARIVO 21°08’ S / 045°46’ E (*) MANERINERINA 16°17’58’’ S / 047°18’36’’ E (**) MANJA 21°25’ S / 044°19’ E (*)

102° / 282° 131° / 311° 095° / 275° 013° / 193° 132° / 312°

290 870 307 401 99

TWO MTOW ≤ 5 700 kg TWO MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg

H H H T T

1 070 x 30 650 x 30 1 140 x 30 750 x 30 1 090 x 30

-

30 x 40 Accolé à la piste

-

-

-

-

TD TD TD TD TP TIKO

CAP Restreint CAP Restreint Privé

98

108° / 288°

240

TWO

H

1 600 x 30

-

210 x 63

-

-

-

-

TD

CAP

99

MAROANTSETRA 15°26’ S / 049°41’ E (***)

141° / 321°

4

12/F/B/Z/U

B

1 300 x 30

150

85 x 65

-

-

-

x

TD

CAP

100

MAROLAMBO 20°03’44’’ S / 048°07’10’’ E (**)

072° / 252° 051° / 231°

548.5

MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg

T

420 x 20 200 x 20

-

-

-

-

-

-

TD

Privé

101

MAROROY 24°11’41’’ S / 047°23’26’’ E (**)

040° / 220°

10

H

585 x 20

-

-

-

-

-

-

TP LMP

Privé

AERODROMES N° COORDONNES MAROVASA ANJAJAVY 14°56’59’’ S / 047°18’12’’ E (**) MATSOANDAKANA 15°03’ S / 049°19’ E (*) MIANDRIVAZO 19°34’ S / 045°27’ E (*) MIFOKO 15°08’11’’ S / 047°06’39’’ E (**) MITSINJO 16°00’ S / 045°52’ E (*) MITSINJO MAF 22°31’36’’ S / 043°31’04’’ E (**) QFU ALT [m] Portance Ou PCN MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg TWO MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg NAT

DIMENSIONS [m] PISTE TWY AST 30 x 30 Accolé Carbu rant SLIA

SERVICES AFIS CTR Situation Juridique Terrain TD USAGE EXPLOITANTS RANARIVELO THIERRY 30rue Emile Ranarivelo Behoririka ANATANANARIVO DISTRICT BEFANDRIANA NORD Société EGMA lot 123 AZB Anosizato - ANATNANARIVO Sté AQUALMA BP 93 Immeuble SCIM rue Bereni Tél. 62 236 06 / 62 242 25 Fax 62 227 04 / 62 242 24 MAHAJANGA DISTRICT MITSINJO MAF Madagascar – BP 132 Ivato Aéroport – ANATANANARIVO Tél. 22 582 79 – Fax 22 453 22 – BLU 7036 KHz LSB Mafm-mad@iris.mg ELITAFA BASILE Lot F 38 – Ambohimanjaka Tél. 032 02 268 37 – BLU LSB 6525 / 7052 KHz MORAFENOBE Sté AQUALMA BP 93 Immeuble SCIM rue Bereni Tél. 62 236 06 / 62 242 25 Fax 62 227 04 / 62 242 24 MAHAJANGA RICHARD D. FIENENA AERO SUR-OUEST BP 8261 – Tél. 22 681 06 Fax 22 680 45 AEROPORTS DE MADAGASCAR (ADEMA) BP 5271 – Tél. 22 440 42 / 41 – Fax 22 440 42 – adema@dts.mg Mandrosoa Ivato ANTANANARIVO Sté SIRAMA BP 1633 – Tél. 22 252 35 – Fax 22 272 31 – sirama@wanadoo.mg ANTANANARIVO AEROPORTS DE MADAGASCAR (ADEMA) BP 5271 – Tél. 22 440 42 / 41 – Fax 22 440 42 – adema@dts.mg Mandrosoa Ivato ANTANANARIVO

102 103 104

154° / 334°

18

T

850 x 20

-

-

-

-

Privé

108° / 288° 163° / 343°

850 -

T B

1 000 x 45 1 100 x 30

60

65 x 50

-

-

-

-

TD TD TP STE AQUAL MA

Restreint CAP

105

111° / 291°

5

T

950 x 30

-

65 x 30 Accolé

-

-

-

-

Privé

106

030° / 210°

20

T

980 x 40

-

-

-

-

-

-

TD

Restreint

107

030° / 210°

621

T

1 000 x 30

-

-

-

-

-

-

TD

Privé

108

MORAFENOBE 17°51’ S / 044°45’ E (*)

037° / 217°

228

TWO

B

850 x 20

-

30 x 20 Accolé

-

-

-

-

TD

CAP

109

MORAMBA ANKAREFO 14°53’ S / 047°17’ E (**)

010° / 190°

2

MTOW ≤ 5 700 kg

T

850 x 30

-

-

-

-

-

-

TP STE AQUAL MA

Privé

110

MOROMBE 21°45’05’’ S / 043°22’35’’ E (***) MORONDAVA 20°17’05’’ S / 0444°19’27’’ E (***)

045° / 225°

5

ATR42

B

1 300 x 30

98

98 x 68

-

-

-

-

TD

CAP

111

103° / 283° 7 139° / 319°

86/F/A/X/T B TWO

1 500 x 30 1 345 x 30

E : 210 W: 135

138 x 75 112 x 75

JET A1 / AVGA S

x

-

x

TD

CAP

112

NAMAKIA 15°55’46’’ S / 04)50’27’’ E (**)

150° / 330°

19

MTOW ≤ 5 700 kg

H

1 225 x 31

-

50 x 30

-

-

-

-

TP SIRAMA

Privé

113

NOSY BE FASCENE 13°19’15’’ S / 048°18’33’’ E (***)

052° / 232°

10

53/F/B/X/T

B

2 190 x 45

E : 145 W : 80

150 x 67

JET A1 / AVGA S

x

x

x

TT

CAP

AERODROMES COORDONNES N° 114 NOSY SABA 14°21’41’’ S / 047°38’00’’ E (**) NOSY VARIKA 20°38’ S / 048°31’ E (*) 050° / 230° 9 MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg H QFU ALT [m] Portance Ou PCN NAT

DIMENSIONS [m] PISTE TWY AST Carbu rant SLIA

SERVICES AFIS CTR Situation Juridique Terrain TP STE SABA USAGE EXPLOITANTS RAMANANTSOA ALAIN Gérant Sté SABA Sarl Fokontany Central ANALALAVA 405 DISTRICT NOSY VARIKA Association TAMBABE Bureau de liaison - rue Cl Barre Tél.62 221 68 / 032 04 985 35 Fax 22 419 49 Razafimahefa3@gmail.com BLU USB 5135 KHz MAHAJANGA GROUPE L’HOTEL BP 445Nosy Be Tél. 86 612 49 – Fax 86 616 13 – airhotel@simicro.mg GROUPE L’HOTEL BP 445Nosy Be Tél. 86 612 49 – Fax 86 616 13 – airhotel@simicro.mg Sté HOTELIERE DE L’ISALO BP 132 – RANOHIRA 313 MAF Madagascar – BP 132 Ivato Aéroport – ANATANANARIVO Tél. 22 582 79 – Fax 22 453 22 – BLU 7036 KHz LSB Mafm-mad@iris.mg LE MARTIN PECHEUR – BP 216 – Tél. 92 213 64 / 92 211 55 – Fax 92 214 73 / 92 214 60 TOLAGNARO AEROPORTS DE MADAGASCAR (ADEMA) BP 5271 – Tél. 22 440 42 / 41 – Fax 22 440 42 – adema@dts.mg Mandrosoa Ivato ANTANANARIVO Société COMINAS / IANAPERA Lot II F 11 Ambondrona ANTANANARIVO 101 LE MARTIN PECHEUR – BP 216 – Tél. 92 213 64 / 92 211 55 – Fax 92 214 73 / 92 214 60 TOLAGNARO AEROPORTS DE MADAGASCAR (ADEMA) BP 5271 – Tél. 22 440 42 / 41 – Fax 22 440 42 – adema@dts.mg Mandrosoa Ivato ANTANANARIVO

600 x 35

-

Accolé à la piste

-

-

-

Privé

115

030° / 210°

5

H

1 300 x 30

-

-

-

-

-

-

TD

Restreint

116

PORT BERGE 17°35’ S / 047°37’ E (*)

106° / 286°

65

TWO

H

1 300 x 30

70 x 50

AP

-

-

-

-

TD

CAP

117

118

119

PLAN D’EAU ANJAJAVY 14°59’04’’ S / 047°14’22’’ E (**) PLAN D’EAU TSARABANJINA 13°00’51’’ S / 048°32’07’’ E (**) RELAIS DE LA REINE 22°38’50’’ S / 045°19’50’’ E (**) SAHAKEVO 20°16’ S / 047°51’ E (**)

060° / 240°

00

-

E

2 500 x 300

-

-

-

-

-

-

TD

Privé

-

00

MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg

E

4 000 x 400 3 000 x 300

-

-

-

-

-

-

TD

Privé

044° / 224°

827

H

1 000 x 30

-

x

-

-

-

-

TD

Privé

120

130° / 310°

720

T

650 x 20

-

-

-

-

-

-

TD

Privé

121

SAINTE LUCE 24°46’40’’ S / 047°10’47’’ E (**)

060° / 240°

3

MTOW ≤ 5 700 kg

H

400 x 25

-

Accolé à la piste

-

-

-

-

TP LMP

Privé

122

SAINTE MARIE 17°05’ S / 049°49’ E (***)

007° / 187°

2

10/F/C/Z/U

B

1 025 x 30

105 x 15

75 x 75

-

x

x

x

TD

CAP

123

SAKALAVA HAUT IANAPERA 23°37’03’’ S / 045°08’53’’ E (**) SALARY 22°33 ‘ S / 043°17’ E (**)

035° / 215°

479

MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg

T

950 x 30

-

-

-

x

-

-

TD

Privé

124

163° / 343°

4

H

510 x 30

-

80 x 50

-

-

-

-

TP LMP

Privé

125

SAMBAVA 14°17’ S / 050°10’ E (***)

162° / 342°

6

74.1/F/A/X/T

B

1 800 x 30

98

130 x 75

-

x

x

x

TD

CAP

AERODROMES N° COORDONNES SOALALA ANDRANOMAVO 16°06’ S / 045°22’ E (*) QFU ALT [m] Portance Ou PCN NAT

DIMENSIONS [m] PISTE TWY AST Carbu rant SLIA

SERVICES AFIS CTR Situation Juridique Terrain TD USAGE EXPLOITANTS Sté AQUAMAS Quai Barricand – BP 284 Tél. 62 239 79 / 032 07 415 92 Fax 62 225 74 - MAHAJANGA Société EGMA lot 123 AZB Anosizato - ANATNANARIVO DISTRICT SAHAMANGOKY AEROPORTS DE MADAGASCAR (ADEMA) BP 5271 – Tél. 22 440 42 / 41 – Fax 22 440 42 – adema@dts.mg Mandrosoa Ivato ANTANANARIVO AEROPORTS DE MADAGASCAR (ADEMA) BP 5271 – Tél. 22 440 42 / 41 – Fax 22 440 42 – adema@dts.mg Mandrosoa Ivato ANTANANARIVO AEROPORTS DE MADAGASCAR (ADEMA) BP 5271 – Tél. 22 440 42 / 41 – Fax 22 440 42 – adema@dts.mg Mandrosoa Ivato ANTANANARIVO Société EGMA lot 123 AZB Anosizato - ANATNANARIVO MADAGASCAR OIL Villa Oervenche – Lotissement Bonnet Ivandry ANATANANRIVO NOUVELLE SOMACODIS Lot IVN 76 bis – Tél. 22 540 58 / 033 11 184 55 – Fax 22 224 20 Ankadifotsy ANTANANARIVO DISTRICT AMBALAVAO DISTRICT AMBOASARY ZAMA à L’EST “HOTEL Bazar” VANGAINDRANO 320

126

127° / 307°

43

TWO

B sur 870 m

1 250 x 20

-

Accolé sur côté QFU 13 -

-

-

-

CAP

127 128

TAMBOHORANO 17°29’ S / 043°58’ E (*) TANANDAVA 21°42’ S / 045°46’ E (*)

135° / 315° 158° / 338°

7 27

TWO MTOW ≤ 5 700 kg

H T

1 000 x 35 1 384 x 50

-

-

-

-

-

TD TD

CAP Restreint

129

TOAMASINA 18°06’57’’ S / 049°23’36’’ E (***)

008° / 188°

6

21.1F/A/X/T

B

2 200 x 30

x

x

-

-

x

x

TT

CAP

130

TOLAGNARO 25°02’17’’ S / 046°57’22’’ E (***)

076° / 256°

8

56.7/F/A/X/T

B

1 800 x 30

133

140 x 70

JET A1 / AVGA S

x

x

x

TD

CAP

131

TOLIARY 23°23’22’’ S / 043°43’32’’ E (***) TSARATANANA 16°45’ S / 047°37’ E (*) TSIMIRORO ANKISATRA 18°20’55’’ S / 045°00’41’’ E (**) TSIROANOMANDIDY 18°45’ S / 046°03’ E (***) TSITONDROINA 21°20’ S / 046°00’ E (*) TSIVORY 24°03’ S / 046°04’ E (*) VANGAINDRANO 23°21’06’’ S / 047°34’44’’ E (*) VATOMANDRY 19°23’ S / 048°57’ E (*) VOHEMAR 13°22’22’’ S / 049°59’56’’ E (***)

043° / 223° 109° / 289°

8

37.1/F/B/X/T

B

2 000 x 30 800 x 15

62.5

130 x 70

JET A1 / AVGA S

x

x

x

TD

CAP

132

173° / 353° 050° / 230°

327 241

TWO MTOW ≤ 5 700 kg

H T

1 320 x 30 1 384 x 50

-

-

-

-

-

-

TD TD

CAP Privé

133

134

043° / 223°

846

TWO MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg Twin Otter

T

1 075 x 30

-

-

-

-

-

-

TD

CAP

135 136 137

033° / 213° 140° / 320° 045° / 225°

625 -

T H H

960 x 45 1 000 x 50 900 x 30

-

70 x 35

-

-

-

-

TD TD TD

Restreint Restreint CAP

138

048° / 228°

12

Twin Otter

H

1 175 x 33

-

-

-

-

-

-

TD

CAP

ACM à titre proviso ire

139

Ex SECAERO 141° / 321° 150 9/F/C/Z/U B 1 300 x 25 85.5 62 x 40 x TD CAP

AERODROMES N° COORDONNES QFU ALT [m] Portance Ou PCN NAT

DIMENSIONS [m] PISTE TWY AST Carbu rant SLIA

SERVICES AFIS CTR Situation Juridique Terrain USAGE EXPLOITANTS MAF Madagascar – BP 132 Ivato Aéroport – ANATANANARIVO Tél. 22 582 79 – Fax 22 453 22 – BLU 7036 KHz LSB Mafm-mad@iris.mg Société COLAS MADAGASCAR BP 133 – Tél. 22 204 16 – Fax 22 327 21 - ANATANANARIVO

140

VOREHE 22°16’10’’ S / 043°38’25’’ E (**) VOHIDIALA 17°53’48’’ S / 047°18’14’’ E (**)

180°360°

150

MTOW ≤ 5 700 kg MTOW ≤ 5 700 kg

H

1 005 x 20

-

-

-

-

-

-

TD

Privé

141

140° / 320°

811

T

1 000 x 25

-

-

-

-

-

-

TD

Privé

LEGENDE ALT : Altitude NAT :Nature du revêtement TWY : Bretelle de raccordement AST : Aire de stationnement H : Herbe Arrêté la présente liste au nombre de 141 aérodromes dont : 55 Aérodromes ouverts à la Circulation Aérienne Publique (CAP) 48 Aérodromes à usage privé 38 Aérodromes à usage restreint B : Bitumée TD : Terrain Domanial TP : Terrain Privé TT : Terrain Titré T : En Terre (*) = Coordonnées IGN (Institut Géographique National) (**) = Coordonnées GPS (***) = WGS 84

PORT D’ANTSIRANANA

AGENCE PORTUAIRE, MARITIME ET FLUVIALE INFRASTRUCTURE PORTUAIRE LONGUEUR QUAI (m) TIRANT D’EAU (m) TERRE REEFER LONG PLEIN (m²) (m²) CABOTEUR CHALUTIER QUAI RADE COURS 301 62 51 8.50 14 6 602 2 830 SERVICE PORTUAIRE DESIGNATIO N PILOTAGE MANUTENTION NOM OPERATEUR SMOI CMDMD COMADIE SG TPSM ADRESSE POSTALE Bp 3160 Antananarivo 101 BP 5 Antsiranana 201 BP 205 Antsiranana 201 Antsiranana 101 2001 189 913 TEL 261 20 22 243 87 261 20 82 226 06 261 20 82 233 33 261 20 82 233 33 2002 207 483

MAGASINS (m²) 6 274

Postes de mouillage Nombre Tirant d’eau (m) 04 8 à 14 MAIL Smoi.mar@wanadoo.mg Comadie@dts.mg sgtpsm@wanadoo.mg 2004 248 039

FAX 261 20 22 215 82 261 20 82 293 89 261 20 82 226 06 261 20 82 233 33 2003 290 287

TRAFIC PORTUAIRE (TONNES) 2000 192 311

PORT DE MAHAJANGA

AGENCE PORTUAIRE, MARITIME ET FLUVIALE INFRASTRUCTURE PORTUAIRE LONGUEUR QUAI (m) TIRANT D’EAU (m) TERRE PLEIN REEFER LONG (m²) (m²) CABOTEUR QUAI RADE COURS 819 4.50 12 16 935 SERVICE PORTUAIRE DESIGNATIO N PILOTAGE MANUTENTION NOM OPERATEUR SMOI COMAMA SEMS 2000 309 844 ADRESSE POSTALE Bp 3160 Antananarivo 101 13 rue Jules Ferry MAHAJANGA BP 1244 MAHAJANGA TEL 261 20 22 243 87 261 20 62 242 78 261 20 62 228 76

MAGASINS (m²) 20 060 FAX 261 20 22 215 82 261 20 62 242 79 261 20 62 293 20 2003 386 979

Postes de mouillage Nombre Tirant d’eau (m) 11 3 à 12 MAIL Smoi.mar@wanadoo.mg comama@malagasy.com

TRAFIC PORTUAIRE (TONNES) 2001 409 765 2002 356 206 2004 301 429

PORT DE TOAMASINA

AGENCE PORTUAIRE, MARITIME ET FLUVIALE INFRASTRUCTURE PORTUAIRE LONGUEUR QUAI (m) TIRANT D’EAU (m) REEFER TERRE PLEIN (m²) LONG (m²) CABOTEUR QUAI RADE COURS 706 314 12 14 870 000 SERVICE PORTUAIRE DESIGNATIO N PILOTAGE MANUTENTION 2000 2 369 096 NOM OPERATEUR SEPT CONTAINER : ICTSI CONVENTIONNEL : SEPT 2001 TRAFIC PORTUAIRE (TONNES) 2002 1 632 547 ADRESSE POSTALE Toamasina TEL 261 20 53 321 55 261 20 53 321 56

MAGASINS (m²) 53 020 FAX

SILO CEREALE (T) 25 000

SILO CIMENT (T) 20 000 MAIL

sept@dts.mg gcdorsamy@ictsi.com sept@dts.mg 2003 2 421 145 2004 2 405 845

2 369 940

Les postes de mouillage : 1- côte de fond 16 m : - 18° 9’ 05’’ latitude sud ; 49° 25’ 25’’ longitude est. 2- côte de fond 11 m : - 18° 8’ 55’’ latitude sud ; 49° 25’ 15’’ longitude est. 3- côte de fond 20 m : - 18° 8’ 51’’ latitude sud ; 49° 25’ 34’’ longitude est. 4- côte de fond 15 m : - 18° 8’ 41’’ latitude sud ; 49° 25’ 17’’ longitude est AGENCE PORTUAIRE, MARITIME ET FLUVIALE INFRASTRUCTURE PORTUAIRE LONGUEUR QUAI (m) TIRANT D’EAU (m) TERRE REEFER PLEIN (m²) (m²) LONG COURS CABOTEUR QUAI RADE 169 DESIGNATIO N PILOTAGE MANUTENTION 144 NOM OPERATEUR SMOI SEMS COMATO 8 14 23 500 SERVICE PORTUAIRE ADRESSE POSTALE Bp 3160 Antananarivo 101 BP 1244 MAHAJANGA BP 460 TOLIARY 2001 150 011 TEL 261 20 22 243 87 261 20 62 228 76 261 20 94 410 31 2002 135 031 FAX 261 20 22 215 82 261 20 62 293 20 261 20 94 419 87 2003 188 898 MAIL Smoi.mar@wanadoo.mg comato@wanadoo.mg 2004 219 018

PORT DE TOLIARY

MAGASINS (m²) 8 945

Postes de mouillage Nombre Tirant d’eau (m) 02 8.5 à 14

TRAFIC PORTUAIRE (TONNES) 2000 96 631

PORT DE NOSY BE

AGENCE PORTUAIRE, MARITIME ET FLUVIALE INFRASTRUCTURE PORTUAIRE LONGUEUR QUAI (m) TIRANT D’EAU (m) TERRE PLEIN (m²) LONG COURS CABOTEUR QUAI RADE 150 DESIGNATIO N PILOTAGE MANUTENTION 2000 59 815 NOM OPERATEUR SAMM 2001 47 398 5 14 11 250

REEFER (m²)

MAGASINS (m²) 3 259

SERVICE PORTUAIRE ADRESSE POSTALE TEL 261 20 86 613 69 TRAFIC PORTUAIRE (TONNES) 2002 36 300 2003 44 490 2004 54 071 FAX MAIL samm@dts.mg

AGENCE PORTUAIRE, MARITIME ET FLUVIALE PORT DE PORT SAINT LOUIS LONGUEUR QUAI (m) LONG CABOTEUR COURS 120 DESIGNATIO N PILOTAGE MANUTENTION 2000 39 866 QUAI 4 INFRASTRUCTURE PORTUAIRE TIRANT D’EAU (m) RADE 16 TERRE PLEIN (m²) 1 000 SERVICE PORTUAIRE NOM OPERATEUR ADRESSE POSTALE TEL FAX MAIL REEFER (m²) MAGASINS (m²) 8 994

TRAFIC PORTUAIRE (TONNES) 2001 17 187 2002 5 772 2003 2 341 2004 2 917

AGENCE PORTUAIRE, MARITIME ET FLUVIALE PORT D’ANTSOHIHY LONGUEUR QUAI (m) LONG CABOTEUR COURS 185 DESIGNATIO N PILOTAGE MANUTENTION 2000 10 876 QUAI 2 INFRASTRUCTURE PORTUAIRE TIRANT D’EAU (m) RADE TERRE PLEIN (m²) 2 520 SERVICE PORTUAIRE NOM OPERATEUR ADRESSE POSTALE TEL FAX MAIL REEFER (m²) MAGASINS (m²) 409

TRAFIC PORTUAIRE (TONNES) 2001 15 431 2002 11 820 2003 18 440 2004 21 482

AGENCE PORTUAIRE, MARITIME ET FLUVIALE PORT DE MAINTIRANO LONGUEUR QUAI (m) LONG COURS CABOTEUR 66.20 DESIGNATIO N PILOTAGE MANUTENTION 2000 3 095 INFRASTRUCTURE PORTUAIRE TIRANT D’EAU (m) QUAI RADE 5 TERRE PLEIN (m²) 1 750 REEFER (m²) MAGASINS (m²) 85 FAX MAIL

SERVICE PORTUAIRE NOM OPERATEUR ADRESSE POSTALE TEL

TRAFIC PORTUAIRE (TONNES) 2001 3 192 2002 3 176 2003 1 688 2004 3 268

AGENCE PORTUAIRE, MARITIME ET FLUVIALE PORT DE MORONDAVA LONGUEUR QUAI (m) LONG COURS CABOTEUR 137 DESIGNATIO N PILOTAGE MANUTENTION 2000 16 786 INFRASTRUCTURE PORTUAIRE TIRANT D’EAU (m) QUAI RADE 2 16 TERRE PLEIN (m²) 4 775 REEFER (m²) MAGASINS (m²) 2 059 FAX MAIL

SERVICE PORTUAIRE NOM OPERATEUR COMAMO TRAFIC PORTUAIRE (TONNES) 2001 15 118 2002 28 676 2003 20 449 2004 18 718 ADRESSE POSTALE TEL

AGENCE PORTUAIRE, MARITIME ET FLUVIALE PORT DE MOROMBE LONGUEUR QUAI (m) LONG COURS CABOTEUR INFRASTRUCTURE PORTUAIRE TIRANT D’EAU (m) QUAI RADE TERRE PLEIN (m²) SERVICE PORTUAIRE DESIGNATIO N PILOTAGE MANUTENTION 2000 3 240 NOM OPERATEUR ADRESSE POSTALE TEL FAX MAIL REEFER (m²) MAGASINS (m²)

TRAFIC PORTUAIRE (TONNES) 2001 5 325 2002 3 566 2003 2 875 2004 2 844

AGENCE PORTUAIRE, MARITIME ET FLUVIALE PORT DE TOLAGNARO LONGUEUR QUAI (m) LONG COURS CABOTEUR 145 DESIGNATIO N PILOTAGE MANUTENTION TRAFIC PORTUAIRE (TONNES) 2000 38 782 2001 39 239 2002 27 247 2003 26 029 2004 30 163 INFRASTRUCTURE PORTUAIRE TIRANT D’EAU (m) QUAI RADE 1.50 14 TERRE PLEIN (m²) 6 565 REEFER (m²) MAGASINS (m²) 2 985 FAX MAIL

SERVICE PORTUAIRE NOM OPERATEUR SOBAFOR ADRESSE POSTALE TEL 261 20 92 21 16

AGENCE PORTUAIRE, MARITIME ET FLUVIALE PORT DE MANAKARA LONGUEUR QUAI (m) LONG CABOTEUR COURS 214 DESIGNATIO N PILOTAGE MANUTENTION 2000 17 974 QUAI 2.50 INFRASTRUCTURE PORTUAIRE TIRANT D’EAU (m) RADE 16 TERRE PLEIN (m²) 7 785 SERVICE PORTUAIRE NOM OPERATEUR SBM 2001 16 819 2002 22 792 ADRESSE POSTALE TEL 261 20 72 211 07 TRAFIC PORTUAIRE (TONNES) 2003 14 034 2004 8 070 FAX 261 20 72 211 87 MAIL REEFER (m²) MAGASINS (m²) 6 802

AGENCE PORTUAIRE, MARITIME ET FLUVIALE PORT DE MANANJARY LONGUEUR QUAI (m) LONG COURS CABOTEUR 157 DESIGNATIO N PILOTAGE MANUTENTION 2000 2 011 INFRASTRUCTURE PORTUAIRE TIRANT D’EAU (m) QUAI RADE 1.50 16 TERRE PLEIN (m²) 980 REEFER (m²) MAGASINS (m²) 2 510 FAX MAIL

SERVICE PORTUAIRE NOM OPERATEUR ADRESSE POSTALE TEL

TRAFIC PORTUAIRE (TONNES) 2001 1 809 2002 2 671 2003 426 2004 1 000

AGENCE PORTUAIRE, MARITIME ET FLUVIALE PORT DE MAROANTSETRA LONGUEUR QUAI (m) LONG COURS CABOTEUR 190 DESIGNATIO N PILOTAGE MANUTENTION 2000 10 838 INFRASTRUCTURE PORTUAIRE TIRANT D’EAU (m) QUAI RADE 2 10 TERRE PLEIN (m²) REEFER (m²) MAGASINS (m²)

SERVICE PORTUAIRE NOM OPERATEUR ADRESSE POSTALE TEL FAX MAIL

TRAFIC PORTUAIRE (TONNES) 2001 8 370 2002 7 782 2003 14 377 2004 17 194

AGENCE PORTUAIRE, MARITIME ET FLUVIALE PORT D’ANTALAHA LONGUEUR QUAI (m) LONG COURS CABOTEUR 183 DESIGNATIO N PILOTAGE MANUTENTION INFRASTRUCTURE PORTUAIRE TIRANT D’EAU (m) QUAI RADE 2 TERRE PLEIN (m²) 3 800 REEFER (m²) MAGASINS (m²)

SERVICE PORTUAIRE NOM OPERATEUR SAMA ADRESSE POSTALE TEL 261 20 88 810 33 TRAFIC PORTUAIRE (TONNES) 2000 36 016 2001 25 706 2002 29 580 2003 32 568 2004 31 741 FAX MAIL

AGENCE PORTUAIRE, MARITIME ET FLUVIALE PORT DE VOHEMAR LONGUEUR QUAI (m) LONG COURS CABOTEUR 100 DESIGNATIO N PILOTAGE MANUTENTION INFRASTRUCTURE PORTUAIRE TIRANT D’EAU (m) QUAI RADE 8 8 TERRE PLEIN (m²) 14 619 SERVICE PORTUAIRE NOM OPERATEUR SGPI ADRESSE POSTALE Andranomasikely Vohémar TEL 261 20 32 40 110 20 FAX MAIL REEFER (m²) MAGASINS (m²) 1 400

TRAFIC PORTUAIRE (TONNES) 2000 33 365 2001 72 538 2002 86 477 2003 116 204 2004 105 904

LES CARACTERISTIQUES (QUAI ET TERRE PLEIN) DES PORTS DE MADAGASCAR

Nom du port Port d’Antsiranana Port de Mahajanga Port de Toamasina Port de Toliara Port de Nosy-Be Port de port Saint Louis Port d’Antsohihy Port de Maintirano Port de Morondava Port de Morombe Port de Tolagnaro Port de Manakara Port de Mananjary Port de Maroantsetra Port d’Antalaha Port de Vohémar

Longueur quai (m) Long Courrier 301 706 169 Caboteur Chalutier 62 819 314 144 150 120 185 66.20 137 145 214 157 190 183 100 51 -

Surface du terre plein (m²) 6 602 16 935 870 000 23 500 11 250 1 000 2 520 1 750 4 775 6 565 7 785 980 3 800 14 619

Annexe 8a. Fiche technique des routes AXE Villes reliées PK début et Fin Charges maximales Coupure Observation (PK du point critique)

PROVINCE DE MAJUNGA
RN 1bis Orimbaton’i Tavolomanana Maintirano 108+000 – 405+000 10 Tonnes Oui PK 113 PK 120 PK 140 au PK 150 PK158 au PK 163 PK 173 PK 204+500 (Brèche) PK 206+000 (Eboulement) PK 216+300 (Brèche) PK 374+100 (Eboulement) PK 364+200 (Brèche) PK 396+000 au PK 400+000 (Chaussée Submersible) PK 437+800 (Brèche) PK 31 au PK 32 (Chaussée submersible) PK 120 au PK 154 (Bourbier)

RN 4

Antapoketsa - Maevatanana

180+000 – 315+000

25 Tonnes

Oui

RN 4

Maevatanana - Mahajanga Ambondromamy Mampikony Mampikony – Port Bergé Port Bergé - Antsohihy Antsohihy - Ankaramibe Antsalova - Bekopaka Antsalova - Maintirano Mandrosoa - Marovoay Marovoay - Ambolomoty PK 306 de la RN 04 – Kandreho Kandreho - Ambatomainty

315+000 – 570+000

25 Tonnes

Oui

RN 6 RN 6 RN 6 RN 6 RN 8 RN 8a RN 8b RN 8b RN 8c RN 8c

0+000 – 82+000 82+000 – 159+000 159+000 – 280+000 280+000 – 440+000 0+000 – 95+000 0+000 – 123+000 0+000 – 11+000 11+000 – 19+000 0+000 - 120+000 120+000 – 180+000

25 Tonnes 25 Tonnes 25 Tonnes 25 Tonnes 10 Tonnes 10 Tonnes 25 Tonnes 10 Tonnes 10 Tonnes 10 Tonnes

Oui Oui Non Non Oui Oui Non Oui Oui Oui

PK 23 PK 27 (Passage à gué) PK 65 PK 98 au PK 116 (Chaussée submersible) PK 11 au PK 18 (Chaussée submersible) PK 7 (Rivière) PK 20 PK 37 au PK 38 Zone inondable PK 265 PK 270 PK 285 PK 299+000 (Rivière)

RN 8c

Ambatomainty Bemahatazana

180+000 – 318+000

10 Tonnes

Oui

AXE
RN 19 RN 19

Villes reliées
Katsepy - Mitsinjo Mitsinjo - Soalala

PK début et Fin
0+000 – 80+000 80+000 – 156+000

Charges maximales
10 Tonnes 10 Tonnes

Coupure
Oui Oui

Observation (PK du point critique)
PK 54 au PK 75(Zone inondable) PK 98 au PK 105 (Zone inondable) PK 126+000 (Rivière) PK 161 au PK 163 (Zone inondable) PK 240 au PK 250 (Zone inondable) PK 316 (Rivière) PK 317 au PK 322 (Zone inondable) PK 342 (Rivière) PK 493 (rivière) PK 522 (Rivière) PK 17 (Brèche) PK 20 (Pont submersible) PK 39 (Brèche) PK 42 au PK 53 (Eboulement) PK 72 (Brèche) PK 75 (Brèche) PK 92 (Bourbier) PK 102 (Bourbier) PK 112 (Radier) PK 117 (Radier) PK 0 au PK 3 (Chaussée submersible) PK 5 au PK 7 (Chaussée submersible) PK 15 (Radier) PK 39 Fondation affouillée PK 62 (brèche en accès) PK 15 au PK 20 (Bourbier) PK 110 PK 111 (Brèche) PK 127 au PK 142 (Chaussée submersible) PK 170 (Brèche) PK 181 (Brèche) PK 49 PK 60 PK 69 PK 73 PK 79

RN 19

Soalala - Besalampy

156+000- 323+000

5 Tonnes

Oui

RN 19

Besalampy - Maintirano

323+000 – 547+000

10 Tonnes

Oui

RN 31

Ankazobetsihay - Bealanana

0+000 – 97+000

25 Tonnes

Oui

RN 31

Bealanana – Ambatoriha

97+000 – 127+000

10 Tonnes

Oui

RN 31a

Tsinjomorona - Analalava

0+000 – 72+000

5 Tonnes

Oui

RN 32

Andilambe -Befandriana

0+000 – 76+000

25 Tonnes

Oui

RN 32

Befandriana - Mandritsara

76+000 -186+000

25 Tonnes

Oui

RN 33 a

Ambohimanatrika Tsaratanana

0+000 – 86+000

10 Tonnes

Oui

AXE
RN 33b RN 54

Villes reliées
Andranofasika – Ambato Boeny Mahajanga - Amborovy

PK début et Fin
0+000 – 25+000 0+000 – 8+000

Charges maximales
10 Tonnes 25 Tonnes

Coupure
Oui Non PK 12 PK 19

Observation (PK du point critique)

PROVINCE DE TAMATAVE RNT 11 Nosy Varika - Mahanoro RNT 23 RNT 20 RN 11A Mahanoro – Marolambo Mahanoro – Tanambao Manampotsy Mahanoro – Vatomandry – BrickavilleManjakandriana – Moramanga – BrickavilleToamasina Moramanga – Ambatondrazaka Amparafaravola Ambatondrazaka – AmparafaravolaAndilamena AmparafaravolaAndriamena Toamasina – Fénérive Est- Soanierana Ivongo Soanierana IvongoMananara Nord Mananara NordMaroantsetra

5 tonnes 5 tonnes 5 tonnes 15 tonnes

Non Non Non Non

-Bac au PK 173+200,155+100, 137+600 - Pont Mabey PK 120 - Bac au PK 12+000 - Risque d’éboulement - Risque d’éboulement - Ponts en mauvais état - Risque d’éboulement

RN 2

20 tonnes

Non

- Risque d’éboulement sur tout le long du trajet

RN 44

10 tonnes

Non

- Risque d’éboulement et de submersion de certains tronçons - Risque de submersion de certains tronçons

RN 3A

10 tonnes

Non

RN 33 RN 5 bitumée RN 5 en terre RN 5 en terre

15 tonnes 10 tonnes 5 tonnes

Non Non Non

- Risque d’éboulement - Accès des ponts - Pont flottant au PK 300+500 - Risque d’éboulement - Bac aux PK 162+500, 172+500, 191+300, 212+000, 221+500, 239+500 - Risque de disparition des ponts provisoires pendant les crues notamment aux PK 296+300, 338+600, 355+900 - Bac aux PK 289+900, 299+200, 308+300, 314+900, 328+700, 356+700

2 tonnes

Non

Annexe 6d. Transports aériens Offres aériennes

  Compagnie     AEROMARINE      

Type d’appareil C 207 C 310 R C 310 R Beech 95C55 PA 23-250 PA 23-250 Corvette SN 601 PA 31

Coût à l'heure de vol Hors debours Indisponible 1 571 804 Ariary Hors 1 571 804 Ariary Hors 1 571 804 Ariary Hors 1 571 804 Ariary Hors 1 571 804 Ariary Hors Indisponible 1 608 620 Ariary Hors

Nombre de place 4 + 1 pilote 4 + 1 pilote 5 + 1 pilote 5 + 1 pilote 5 + 1 pilote 6 + 1 pilote

Co (poids pax/bges) 350 Kg 350 Kg 350 Kg 350 Kg 350 Kg 500 Kg

Fréquence de vols

Adresse

Tél 033 11 444 44 032 11 444 44

Mail

Point focal

Zone Industrielle VOLS A LA FORELLO DEMANDE sur les Tanjombato réseaux régionaux et ANTANANARIVO 102 domestiques BP 38 44

032 11 444 45 033 11 444 45 020 22 482 86 020 22 580 26 aeromarine@blueline.mg RAJAOBELINA Hando

Les coût à l'heure de vol sont variables et susceptibles de changement mensuellement 

Debours :    ‐ Indemnité de journée/nuitée pilote   ‐ Redevances passagers     ‐ Taxes de navigation   ‐ Taxe d'atterrissages   ‐ Balisage de nuit   

Montant en Ariary  70 000 / 120 000 6 000/passagers/décollage  230 000/jour 13 000 /16 000 selon appareil  450 000 Ivato / 230 000 Majunga  ou Tamatave / 180 000 Nosy be ; Toliara : Tolagnaro

  En cas d'Evacuation sanitaire :  ‐ Nous fournissions une équipe médicale urgentiste à bord (tarif à communiquer lors de l'évacuation)  ‐ A nous communiquer l'hopitale de destination ; contact de l'ambulance à la réception  ; le contact du médecin traitant du patient ou hopital       Compagnie  
SERVICES ET TRANSPORTS   Type d’appareil C 421 C C 210 N C 402 B Coût 2 290 000 Ar 957 000 Ar 1 145 000 Ar Nombre de place 7 5 7 VOLS A LA DEMANDE sur En fonction de la les réseaux régionaux et destination domestiques Charge maximale Fréquence de vols Adresse 15, rue Ratsimilaho Antaninarenina Immeuble OPTICAM Antananarivo 101 Tél 22 345 90 22 230 34 stacommercial@gmail.com Mail

 
Les prix sont ceux de 2007, ceux de 2008 sont en cours de révision

 

Compagnie

                                   

Déstination par rapport à Ivato Antananarivo Ambatofinandrahana

Distance (Km) 211 231 150 727 714 464 512 229 496 520 300 435 488 646 324 396 389 635 448 298 424 366 370 285 379 359 440 440 228 287 538 370 355 577 372 396 696 640 148 507

Charge maximale au Coût du vol direct décollage (Ariary) d'Antananarivo (Kg) 1 010 988 1 069 500 516 762 713 990 501 978 921 1 018 992 585 899 828 834 594 779 1 086 802 1 050 1 050 1 094 844 864 785 785 784 934 704 1 051 866 948 856 842 891 918 1 115 720 2 658 600 2 910 600 1 890 000 9 160 200 8 996 400 5 846 400 6 451 200 2 885 400 6 249 600 6 552 000 3 780 000 5 481 000 6 148 800 8 139 600 4 082 400 4 989 600 4 901 400 8 001 000 5 644 800 3 754 800 5 342 400 4 611 600 4 662 000 3 591 000 4 775 400 4 523 400 5 544 000 5 544 000 2 872 800 3 616 200 6 778 800 4 662 000 4 473 000 7 270 200 4 687 200 4 989 600 8 769 600 8 064 000 1 864 800 6 388 200

Charge maximale au décollage d'Ivato avec escale Charge Coût du vol Escale offerte (Kg) (Ariary)

Adresse

Tél

Mail

Point focal

Ambatomainty Ambatondrazaka Ambovombe Ampanihy Analalava Andapa Ankavandra Ankazoabo Antalaha Antsalova Antsohihy Bealanana Bekily Belo Tsiribihina Beroroha Besalampy Betioky MAF (Mission  Farafangana Aviation  Fianarantsoa Fellowship  Ihosy M/car) Mahajanga Maintirano Mananjary Mananara Mandritsara Manja Maroantsetra Miandrivazo Morafenobe Morombe Morondava Port Bergé Sambava Soalala Tambohorano Tolagnaro Toliary Tsiroanomandidy Vangaindrano

Tolagnaro Toliary Antsohihy Antalaha

816 779 970 923

9 530 000 9 650 000 5 920 000 7 030 000

Toliary Morondava Maintirano Toliary Mananjary Fianarantsoa

810 1 035 950 867 906 939

9 270 000 4 810 000 5 730 000 8 510 000 5 780 000 5 440 000

Ivato Aéroport CP 105 Antananarivo BP 132

22 453 22 033 11 656 05

mafm-ops@iris.mg

Rahajarijaona Mamy

Morondava Antalaha

939 959

5 900 000 6 590 000

Toliary Antsohihy Mahajanga Maintirano

861 1 000 976 990

8 590 000 5 510 000 5 370 000 5 220 000

Mananjary

845

6 570 000

Prix valables pour 2008 mais susceptibles d'une légère ou importante modification.

Autres compagnies (prix, charge et nombre de place en cours de collecte)

  Compagnie
AIR HOTEL  

Type d’appareil C 208 Caravan I C 208 Caravan I C 401 C551 Citation C 182 E PA 23-250 SA 316 B Alouette III PA 31 T Cheyenne II

Fréquence de vols VOLS A LA DEMANDE sur les réseaux régionaux et domestiques VOLS A LA DEMANDE sur les réseaux régionaux et domestiques VOLS A LA DEMANDE sur les réseaux régionaux et domestiques VOLS A LA DEMANDE sur les réseaux régionaux et domestiques VOLS A LA DEMANDE sur les réseaux régionaux et domestiques

Adresse Hell Ville 207 - NOSY BE BP 445 Hangar Cessna Nord de la Société HFF & Cie ANTANANARIVO 105 Lot VB II 058 Malaza Tanjombato Antananarivo 102 30, rue Emile Ranarivelo, Behoririka Antananarivo 101 Zone Industrielle FORELLO Tanjombato - Antananarivo 102 Route Des Hydrocarbures - Immeuble DIGITAL Lot II J 17 Ter Ivandry

Tél 86 612 49 86 615 69 Aéroport Ivato 22 582 59 033 02 023 23 22 583 08 22 467 33 22 467 30 22 289 15 22 324 93 22 489 25 22 489 25 22 538 38 24 242 55 032 07 242 55 032 05 538 38 22 432 20 24 242 57 032 41 786 49

Mail airhotel.compta@moov.mg

HFF TRAVEL AIRWAYS

hff.airways@moov.mg

SUN & SEA

sun_sea@moov.mg

MADAGASCAR HELICOPTER

madaheli@simicro.mg

HAZOVATO

jpmonloup@hazovato.com toa@moov.mg  ops.toa@blueline.mg dt.toa@blueline.mg

TRANS OCEAN INDIEN

PA 23-250

VOLS A LA DEMANDE sur les réseaux régionaux et domestiques

MADAGASCAR TRANS AIR

PA 23-250

VOLS A LA DEMANDE sur les réseaux régionaux et domestiques

Base AéroNavale Ivato. Antananarivo 105. BP 4070

Annexe 9c. Transports routiers Offres de transports routiers

Nom de la société WAIBEL Erick FARALAHY Nirina Léon Transporteur Maritime MARTHA Transporteur de MAROANTSETRA Ets JEAN BALBINE et FILS KOLO ROGER FV Pravina RAMANLAL PREMDJEE PIARALY JOULFIKAR RAZY HASSANALY Transport MASOANDRO RAVELOMANANTSOA Rivolala Transport BIENVENUE COMPAGNIE DU SUD ZAKAMANA ARCADIUS MAINTSOKELY ANIL HOUSSEN AKBARALY EZAKA TRANSPORT VOLOLOMALALA Georgiana MAROMAHAY MAMODALY Rassoul Eric FANIRY ENTREPRISE RIVO ZAFIMBELO Randimbison Ignace RAVEROMANITRA Holita Marie G BONNE AMBIANCE ENTREPRISE MONDESIR MAMPISAINA R. Hajanirina Andrianjafy MARA Raymond WAIBEL Erick

Nom du gérant

Adresse 15, route d'Ivoloina 9 Rue de la Poudrière Anjoma Toamasina Lot 24, Rue Ile de France Toamasina Maroantsetra Ankilimarovahatse-Toliara Besakoa-Toliara PK1, RN7 TSF Sud Andabizy TSF BP 249 Toliara Ampasikibo Toliara Besasavy Andaboly Toliara Tanambao I Boulevard Campistron Ambohimandroso Lot 509 F Antsirabe Amborongony Toliara Villa Marie Louise Ampasikibo Toliara Andabizy Côté SEIMAD Tsihombe, Anjà Tsihombe Tsihombe Anjatoa II Ambovombe Anjatoka I Ambovombe BP 19 Ambovombe Andaboly Ambovombe Morafeno-Amboasary-Sud Ampanihy Ouest Ampanihy Ouest Ampanihy Ouest Beloha Tsaramandroso, Bekily Isoanala Isokaka Fort Dauphin

Contacts Fixe / BLU Mobile 53 319 61 033 11 248 22 53 345 31 033 12 994 61 032 04 435 51

Zones d'intervention Antananarivo, Mananjary, Fianarantsoa, Vatomandry Antananarivo, Vatomandry, Mahanoro, Fénérive Est

Nombre de véhicules (si disponible) < 5T 5T à 10T 10T à 20T >20T 1 2 2 1 2 2 2 2 2 15

Magasin de stockage

Assurances marchandises OUI OUI

FARALAHY Nirina Léon MAURICE GOULAMHOUSSEN IKBAL JEAN BALBINE/MICHEL BALBINE KOLO ROGER Kolo Samarthe Georges M. RAMANLAL PREMDJEE PIARALY JOULFIKAR RAZY HASSANALY WAI HONG MONG Rakotonirina Eloi RANDRIAMIARANTSOA Jules Etienne NOURAH Irsad'Aly Gilles SALMON ZAKAMANA ARCADIUS RAHERIMAMPIONONA Violette Samueline ANIL RANDRIANARIVONY Laurent VOLOLOMALALA Georgiana RAMANANTSOA Armand Charles MAMODALY Rassoul Eric TOVONIAINA Henri RAZAFIKOARIVO Jean Louis ZAFIMBELO Randimbison L. RAVEROMANITRA Holita Marie G. BEATRICE Sylvie MONDESIR RANDRIAMBOAVONJY TSARANDRO Tsikoza Henri R. HAJANIRINA Andrianjafy MARA Raymond

032 05 154 14 94 422 19 94 429 69 94 429 77 032 02 178 01 032 04 097 51 032 02 254 93 032 07 551 23 033 12 311 77 032 07 426 66 032 42 727 03 032 44 475 21 032 02 082 75 032 04 624 09 032 04 701 46 033 12 719 79

Maroantsetra, Mananara, Sainte Marie, Tamatave Toliara, Fianarantsoa, Antananarivo Tout Madagascar Tout Madagascar Morombe, Ankazoabo, Betroka Tolagnaro, Fianarantsoa Farafangana, Antananarivo, Tolagnaro Betroka, Morondava Toliara, Antananarivo, Tamatave Tout Madagascar Toliara, Itampolo, Androka Toliara, Anakao, Beheloka Fort Dauphin, Itampolo, Androka Tuléar Tuléar, Antananarivo Amboasary, Ambovombe, Beloha Tuléar Tout Madagascar Tuléar Tuléar, Antananarivo Amboasary, Tsivory, Ambovombe, Fort Dauphin, Tuléar, Fianarantsoa Ampanihy Tout Madagascar Ampanihy Tuléar Tuléar, Antananarivo Bekitro, Ampanihy Fort Dauphin, Manantenina 4

2 4

OUI OUI

7 6 OUI

11 9 5 1 Anketa : 430 t

OUI NON NON NON NON NON Tsihombe : 20 t Tsihombe : 500 t Antananrivo : 100 t Tsihombe : 60 t Ambovombe : 20 t Ambovombe : 100 t Ambovmbe : 1 000 t Ambovombe : 50 t Amboasary : 30 t OUI

94 426 66

94 436 37 94 437 21 94 438 60 92 723 49 92 724 39

2 2 1 1 2 5 1

032 40 907 24 92 701 20 032 02 745 95 032 40 907 95 032 07 968 42 94 600 21

1 1 1 1 1 1 2 2 1

032 04 298 11 032 02 387 80 BLU 5789 032 02 659 30

1

Ampanihy : 150 t Beloha : 30 t Bekily : 100 t Isoanala : 80 t Esokaka : 20 t

OUI OUI

Nom de la société MARA Raymond NY FANAHY RO VATSY RAZAFIMINO Marcien A.J.E.T / TRANSPORT MAMISOA TRANSPORT TRANSPORT TAM YOCK HU

Nom du gérant MARA Raymond RAZAFINDRAKOTO Eugène RAZAFIMINO Marcien RASOLOFO Adolphe MANAHIVELO Pierre TAM YOCK HU

Adresse Isokaka Fort Dauphin Belamoty Fort Dauphin Amboanato Fort Dauphin Isokaka Fort Dauphin Amboanato Fort Dauphin LOT 181 H Amborompotsy Talatamaty Tsaravavaka Antsirabe Lot 234/9 Andrefambohitra-Ampitatafika Lot VF 84 Bis Volotara Andoharanofotsy Avotia-Land Tsarafiraisana AntsirabeII Lot 50E Bis Antanifotsy Imerinafovoany Lot 112C Amborompotsy Talatamaty Loit VIG 37 Imerintsiatosika Lot III K 13 Ter Andavamamba 11, Rue Andrianary Ratianarivo Lot AAM 189 Ambatofotsy Gare Lot 214 MC Bis Mandrosoa Ivato Lot K4 057BIS IVATO Ambohidratrimo

Contacts Fixe / BLU Mobile 032 02 659 30 033 14 284 71 033 04 725 76 92 211 78 033 12 516 64 033 12 530 90 22 445 92 032 07 256 63

Zones d'intervention Fort Dauphin, Manantenina Tuléar, Antananarivo, Fianarantsoa Régions Anosy, Androy Régions Anosy, Androy Régions Anosy, Androy Diégo, SAVA, Mahajanga, Morondava Sud-est, Tuléar, Fort-Dauphin Tana, Toamasina, Majunga Toliara Fort Dauphin, Toliara, Ambatondrazaka Tamatave, Majunga, Toliara, Diégo Antsirabe, Morondava, Fianarantsoa Mananjary, Manakara, Farafangana, Vangaindrano, Fianarantsoa Tamatave, Majunga, Fianarantsoa Toliara Regions Itasy, Bongolava, -Ambatondrazaka Majunga, Fianarantsoa, Tuléar Sud et Sud Est

Nombre de véhicules (si disponible) Magasin de < 5T 5T à 10T 10T à 20T >20T stockage 1 1 Esokaka : 20 t 1 1 1 1 1 Fort Dauphin : 30 t

Assurances marchandises

OUI

TRANSPORT POPAT ERIC RAHARISON ANDRE RAKOTONIRINA FELIX AVOTIA LAND CONSTRUCTION des BATIMENTS INDUSTRIELS et CIVILS (CBIC) TRANSPORTS RAKOTOBE DOMINIQUE (TRD) RNI RAMILISON ENTREPRISE COLIS EXPRESS TRANSPORT RAZAFINDRATAFIKA B. VELO HENRI TRANSPORTS TAM HUI Christophe RANDRIAMASY Emmanuel Transport RAVAOARIMEJA Bodo

POPAT ERIC RAHARISON ANDRE RAKOTONIRINA FELIX BIEBERICH-NOROHANTA Fara RASENDRASON Jimmy Eddy RAJOELISOLO RIVO VOAVY HOLISON Miandrisoa RAMILISON RAHAJARIZAFY Rija RAZAFINDRATAFIKA Benjamina VELO Henri TAM HUI Christophe

44 051 44

033 11 065 26 033 11 290 72

Antsirabe : 5,4 t Ampitatafika : 35 t Itaosy : 65 r Antsirabe : 72 m2 Fitroafana : 1 000 t

OUI OUI OUI NON NON OUI NON NON

24 225 36

032 40 071 18 032 02 263 64 033 11 735 75 032 02 176 44 033 11 512 76 033 11 474 88 032 07 936 16 032 02 232 61 033 11 247 56

22 584 75 22 455 84 48 860 29

22 623 05 22 552 43 24 217 30 24 336 79

032 02 209 79 033 11 057 40 033 11 057 41 032 05 303 25

Tout Madagascar Antananarivo Diégo, Mahajanga, Morondava, Tuléar, Fort Dauphin SAVA, SUD-EST Tout Madagascar Tout Madagascar Sainte Marie, Mananara, Maroantsetra, Antalaha, Sambava

Itaosy : 600 t Mandrosoa : 500 t

OUI OUI NON

RANDRIAMASY Emmanuel RAVAOARIMEJA Bodo

Lot VIG Imerintsiatosika Arivonimamo Lot IVL 36 Anosivavaka

48 860 27 24 267 45

032 40 791 27 033 02 493 09 032 02 582 56

Imerintsiatosika : 150 t NON Itaosy : 900 t OUI

SAMPIVONY Claudine

Sampivony Claudine

Lot 1 parcelle 11-58 Ankirihiry Toamasina

032 04 166 83

Ankirihiry : 250 t

OUI

Annexe 6. Transports Annexe 6a. Transports ferroviaires

Offres ferroviaires (Axes Nord et Est) Charges maximales en wagons plateforme conteneurs 40 Tonnes 40 Tonnes 40 Tonnes 40 Tonnes 40 Tonnes 40 Tonnes 40 Tonnes Charges maximales en wagons couverts 35Tonnes 35 Tonnes 35 Tonnes 35 Tonnes 35 Tonnes 35 Tonnes 35 Tonnes Délai minimum de réservation (en jour) 3 3 3 3 3 3 3 Responsable à contacter (Nom, tél, mail) Standard général 22 345 99 22 345 99 22 345 99 22 345 99 22 345 99 22 345 99 22 345 99

Villes reliées

Fréquence

Coût actuel Par wagon AR HT 1 785 600 1 049 400 585 600 2 455 200 1 650 000 930 600 676 800

Durée du trajet en heures 15 h 00 08 h 00 05 h 00 15 h 00 12 h 00 06 h 45 06 h 45

Tanà - Tamatave Tanà – Antsirabe Tana - Moramanga Toamasina - Tana Toamasina - Moramanga Moramanga - Morarano Chrome via Vohidiala Morarano Chrome - Moramanga via Vohidiala

Quotidien 3 fois par semaine Quotidien Quotidien Quotidien Quotidien Quotidien

N.B. : Dans le cas où on aura besoin de savoir les tarifs des autres relations non stipulées dans le tableau, il suffit de faire la somme. Exemple : Toamasina - Morarano Chrome : (Toamasina - Moramanga) + (Moramanga - Morarano Chrome) (1 650 000) + (930 600) = 2 580 600 AR HT

Liste des gares ferroviaires fonctionnelles par axe
Tanà - Tamatave Tanà – Antsirabe Tana - Moramanga Toamasina - Tana Toamasina - Moramanga Moramanga - Morarano Chrome via Vohidiala

SOARANO SOANIERANA ANJEVA NANDIHIZANA MANJAKANDRIANA ANJIRO MORAMANGA ANDASIBE AN'ALA FANOVANA AMBATOVOLA ANDEKALEKA LOHARIANDAVA FANASANA RAZANAKA ANIVORANO BRICKAVILLE AMBILA LEMAITSO ANDRANONKODITRA TAMPINA ANKAREFO VOHITEZA MANANGAREZA TOAMASINA

SOARANO SOANIERANA AMBATOFOTSY BEHENJY AMBATOLAMPY SAMBAINA ANDRANOMANELATRA ANTSIRABE

SOARANO SOANIERANA ANJEVA NANDIHIZANA MANJAKANDRIANA ANJIRO MORAMANGA

TOAMASINA MANANGAREZA VOHITEZA ANKAREFO TAMPINA ANDRANONKODITRA AMBILA LEMAITSO BRICKAVILLE ANIVORANO RAZANAKA FANASANA LOHARIANDAVA ANDEKALEKA AMBATOVOLA FANOVANA AN'ALA ANDASIBE MORAMANGA ANJIRO MANJAKANDRIANA NANDIHIZANA ANJEVA SOANIERANA SOARANO

TOAMASINA MANANGAREZA VOHITEZA ANKAREFO TAMPINA ANDRANONKODITRA AMBILA LEMAITSO BRICKAVILLE ANIVORANO RAZANAKA FANASANA LOHARIANDAVA ANDEKALEKA AMBATOVOLA FANOVANA AN'ALA ANDASIBE MORAMANGA

MORAMANGA AMBOHIDRAY ANDAINGO VOHIDIALA MORARANO CHROME

Les opérations de déchargement et de chargements sont faisables dans les gares stipulées dans cette liste car elles sont toutes dotées de deuxième voie pour les manœuvres - stationnement de wagon et opérations terminales Pour les arrêts techniques dans d'autre lieu non stipulé dans cette liste mais desservi par le rail, une organisation préalable d'ordre d'arrêt du train est faisable avant le départ du train ( déchargement ou chargement en pleine voie ).

La carte de la portance des aérodromes à Madagascar
(Sources Aviation Civile de Madagascar, 2009)

U LM 912S ULM TW O M T O W < 5 ,7 T DC4 DC3 B 767 B 747 B 737 AU TR E ATR 72 ATR 42

LES PORTS MARITIMES ET FLUVIAUX DE MADAGASCAR


PORT ST LOUIS

ANTSAHAMPANO ANKIFY

● ● ●

● ●

ANALALAVA NARINDA

● ●●ANTSOHIHY

● ANTALAHA ● MAROANTSETRA


MANANARA BESALAMPY

SOANIERANA IVONGO

●●

TAMBOHORANO

● MAINTIRANO ● ●

● ● ●

MANANGAREZA

TOAMASINA

●VATOMANDRY ● ●MAHANORO ●NOSY VARIKA ● ● MANANJARY ● ● ●
LEGENDE :

SOALARA

●● ●

●● TOLANARO EHOALA

● ● ● ● ● ● ●

PORTS CLASSES EXISTANTS PORTS NON CLASSES PORTS FLUVIAUX PORTS SUJET A EXTENSION DANS 05 ANS NOUVEAUX PORTS DANS 05 ANS PORTS SUJET A EXTENSION DANS 10 ANS NOUVEAUX PORTS DANS 30 ANS

AID NAV MAI 2008

Madagascar Etat Estimatif des Routes Nationales Juin 2010
N6n


ANTSIRANANA ANTSIRANANA
N6N N5A Ambilobe N30A Andoany (Hell-Ville) Ambanja N5A Iharana (Vohemar)

N6N N6S

N5A N6S Bealanana Analalava N31 Antalaha N5A N3B Andapa N5A

Sambava Sambava

Antsohihy Antsohihy
N6S Boriziny

N32

Befandriana Avaratra Maroantsetra

MAHAJANGA MAHAJANGA
Mitsinjo Soalala

N54 N4 Marovoay N4 Ambato-Boeni N33A N5 Tsaratanana N21 Andilamena Ambodifotatra N5 N22 N33 Amparafaravola N3A N6S Mampikony Mananara Ava. Mandritsara N5

Besalampy

Can al de Moza m biqu e

N19 N8C Kandreho N8C Morafenobe N1BIS Ambatomainty

N4

Fenoarivo Atsinanana Fenoarivo Atsinanana
N2 N2

Maintirano Maintirano
N8A Antsalova

N1BIS N1BIS N1BIS N1

Ambatondrazaka Ambatondrazaka
Ankazobe Fenoarivobe N36 Anjozorobe

TOAMASINA TOAMASINA

ANTANANARIVO N1BIS ANTANANARIVO Tsiroanomandidy Tsiroanomandidy N23A N7 Miarinarivo Miarinarivo Ambatolampy
N8 Miandrivazo Belo/Tsiribihina Betafo N43 N34 Antanifotsy

Brickaville Andevoranto N11A Vatomandry

Anosibe An'Ala

N11A Mahanoro N34 Marolambo Fandriana N11 N7

Morondava Morondava

N35

Mahabo N9 N35 N35 Ambatofinandrahana

Ambositra Ambositra
N11 Ambohimahasoa N24 N45 Ifanadiana

Nosy-Varika

Ikalamavony Manja Beroroha Morombe N7

Mananjary

N9

N7 Ambalavao

Ikongo N12

Ankazoabo N15 N9 Sakaraha N7

Ihosy Ihosy

N7 Ivohibe N12

Manakara Manakara
Vohipeno

LÉGENDE
Chef lieu de Région Chef lieu de Fivondronana Limites régionales

N16 N13 Iakora N10 N7 N17A Betioky N13 Benenitra Betroka

N27 Vondrozo N12

Farafangana Farafangana

TOLIARA TOLIARA

Vangaindrano Midongy Atsimo 12A Befotaka

Classification Technique
Routes revêtues Routes non-revêtues

N10 Bekily

N13 Ampanihy N10 Amboasary-Atsimo Beloha N13

Etat des Routes Nationales
Ambovombe Ambovombe

ARM / DG / DT / DEGR Edition : 19 Juillet 2010 Source : ARM/FTM

BON MOYEN MAUVAIS Travaux en cours

Ocea n Ind ien

Mahajanga

Toamasina

Toliara

Annexe 6l. Présence nationale des stations de services GALANA (2010) 

Annexe 6m. Présence nationale des stations de services TOTAL 

   

Annexe 10. Acronyme ADRA ANDEA APIPA ARM ASOS BAD BCR BM BNGRC CARE CARITAS CDA CDC CERF CHD CICR CISCO CNGRC CNLPGA CNS CPAP CPC CRIC CRM CRS DH DNM DSRP EDS FAO FENU FFKM FICR FID FIDA FMI GEM GS HNI IDH INSARAG INSTAT Adventist Development and Relief Agency Autorité Nationale de l’Eau et de l’Assainissement Autorité de la Protection contre l’Inondation de la Plaine d’Antananarivo Autorité Routière de Madagascar Programme de nutrition communautaire Banque Africaine pour le Développement Bureau du Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies Banque Mondiale (WB) Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (Ex CNS) Cooperative for Assistance and Relief Everywhere Confédération des organisations catholiques d’urgence, de développement et des services sociaux Centre de Développement d’Andohatapenaka Center for Disease Control Central Emergency Response Fund Centre Hospitalier de District Comité International de la Croix Rouge Circonscription Scolaire Comité National de Gestion des Risques et des Catastrophes Comité National de Lutte contre la Pandémie de la Grippe Aviaire Conseil National des Secours Plan d’Action du Programme Pays Corps de Protection Civile (Ministère de la Défense Nationale) Comité de Réflexion des Intervenants en Catastrophes Croix Rouge Malgache Catholic Relief Services Droits Humains Direction Nationale de la Météorologie Document de Stratégie pour la Réduction de la Pauvreté Enquête Démographique et Sanitaire Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture Fonds d’équipements pour les Nations Unies Groupement des Eglises Chrétiennes de Madagascar Fédération Internationale de la Croix Rouge Fond d’Intervention pour le Développement Fonds d’Intervention pour le Développement Agricole Fonds Monétaire International Groupement des Entrepreneurs de Madagascar Groupe Sectoriel Humanitarian Network International Indicateur de Développement Humain International Search and Rescue Advisory Group Institut National de la Statistique

ISS MA ME MFA MP MDM ME MEDAIR MEN MI MinEnv MinSanP MAT MT MTPM OCHA OHCHR OLEP OMD OMS ONG ONN ONUDI ONUSIDA OSOCC OTU PAM PAMOELA PIB PIROI PNUD PSDR SAGS SAP SARCOF SIDA SNU SNUT SOMECA SURECA TELMA UE UNDAC UNDAF UNDGO

Integrated Support Services (Services d’appui intégrés) Ministère de l’Agriculture. Ministère de l’Elevage Ministère des Forces Armées Ministère de la Pêche Médecins du Monde Ministère de l’Eau ONG internationale d’assistance humanitaire Ministère de l’Education Nationale Ministère de l’Intérieur Ministère de l’Environnement Ministère de la Santé Publique Ministère de l’Aménagement du Territoire Ministère des Transports Ministère des Travaux Publiques et de la Météorologie Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires Haut Commissariat aux droits de l’homme Office de Lutte contre les Epanchements Pétroliers Objectif du Millénaire pour le Développement Organisation Mondiale de la Santé Organisation Non Gouvernementale Office National de la Nutrition Organisation des Nations Unies pour le Dévoloppement Industriel Organisation des Nations Unies contre le On Site Operation and Coordination Center Office des Travaux d’Urgence Programme Alimentaire Mondial Projet d’appui à la maîtrise d’ouvrage locale pour l’eau et l’assainissement Produit Intérieur Brut Plate Forme d’Intervention Régionale Océan Indien Programme des Nations Unies pour le Développement Projet de Soutien au Développement Rural Service d’Assainissement Générale et Sanitaire Système d’Alerte Précoce Southern Africa Regional Climate Outlook Forum Syndrome d’Immunodéficience Acquis Système des Nations Unies Service de la Nutrition Société de mécanique automobile et de représentation S.A. Service des Urgences et des Catastrophes Télécom Malagasy Union Européenne United Nations Disaster Assessment and Coordination United Nations Development Assistance Framework (2005-2009) United Nations Development Group Office

UNDMT UNDSS UNESCO UNFPA UNICEF USAID VAM VIH WWF ZAP

United Nations Disaster Management Team United Nations Department of Safety and Security United Nations Educational Scientific and Cultural Organization Fonds des Nations Unies pour la Population Fonds des Nations Unies pour l’Enfance United States Agency for International Development Vulnerability Assessment M Virus de l'Immunodéficience Humaine World Wildlife Fund Zone d’Activités Pédagogiques

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->