Vous êtes sur la page 1sur 35

n°30 avril 2011

de LaQuotidienne

Enquête

Bien préparer
ses réunions
Destination

Maroc,
Mazagan, Azemmour et El Jadida,
les belles fiancées du Printemps !

A la UNE

Isabelle
Cordier
Directrice générale de
CARREFOUR Voyages
« le client, le client et encore le client ! »
Édito

Sun Tzu, un bon patron ?


Créer et développer une entreprise nécessite de nombreux moyens, des moyens humains, des moyens logis-
tiques et techniques et des moyens matériels mais le carburant indispensable pour faire avancer toute cette
machinerie est encore et toujours l’argent.

L’argent est le moteur de l’entreprise et le plus dur est sans doute d’amorcer la pompe. Les premiers fonds sont
ceux qui permettent de démarrer la machine et d’attirer la richesse.

La logique économique et libérale dans laquelle nous vivons implique que nous soyons capables dans nos
entreprises de faire de l’argent avec de l’argent. En effet une entreprise se doit d’être un centre de profit à part
entière et le cash flow est là pour faciliter l’autofinancement.

Pour se développer, pour assurer une croissance saine et durable, il faut pouvoir faire appel à des financements
externes. Il est plus facile d’emprunter quand on peut montrer que l’on gagne de l’argent et que l’on est capable
d’assumer ses engagements comme ses remboursements.

La règle est simple : l’argent va à l’argent et plus on crée de richesses et de profits, plus on peut bénéficier de
nouveaux financements. C’est à travers ce cercle vertueux, remarquablement analysé il y a quelques siècles
par le chinois Sun Tzu, que l’on comprend mieux que l’argent est le nerf de la guerre économique et qu’un bon
patron « préfère perdre de l’argent que de donner de l’argent !», selon le célèbre stratège de l’empire du milieu…

Bonne lecture

Amicalement

Philippe

Directeur de la publication Rédacteur en Chef


Philippe Reibec Dominique Gobert
Design graphique Assistante de production
Vincent Jamgotchian Catherine Martinon

COPYRIGHT & AVERTISSEMENT


Toute reproduction totale ou partielle sans la permission ou l’autorisation de Cebier Group Inc. est formellement interdite.Toutes les informations et
les crédits sont exacts au moment de la publication mais sont sujets à changements .
HTTP://www.laquotidienne.fr © 2008 B2-Bigsbi.com

2
Sommaire

à la UNE Isabelle Cordier, CARREFOUR Voyages page 4

Interview FLASH Lorenzo DONATO / Claude BLANC page 10

Enquête Bien préparer ses réunions. page 14

Destination Maroc : Mazagan, Azemmour et El Jadida page 18

Portraits d’AGV N. Besnard, H. Gelloul, L. Lelong et I. Martino page 30

3
Isabelle
à la UNE CORDIER
Directrice général de
CARREFOUR Voyages

« le client,
le client
et encore le client ! »
Isabelle Cordier dirige Carrefour Voyages depuis 2003. Pas de répit pour cette jeune
femme, qui ne mâche pas ses mots et qui ne veut pas «se scléroser». Mais qui ne veut
surtout pas se prendre au sérieux, car; dit-elle, « il se passe trop de chose autrement
inquiétantes et dramatiques dans le monde pour que l’on se prenne au sérieux ». Pour
l’instant, elle a décidé de se consacrer au développement de son entreprise. Mais regarde
la profession dans son ensemble, considère qu’il faudra rénover cette profession et
attend son heure. Mais « il est encore trop tôt pour moi », confie-t-elle. Rencontre avec
une femme qui n’a pas la langue dans sa poche !
à la UNE
Isabelle Cordier

Quelle est l’actualité de Carrefour Voyages ? avec plusieurs prénoms. Ainsi Carrefour, la marque et
Notre actualité, c’est que Carrefour Voyages a vingt le nom, qui au fur et à mesure vont devenir «Carrefour
ans. Une belle actualité, non ? Il faut ses souvenir Planète», ce sont les «gros», la mar que Champion (il y
que, vingt ans plus tôt, lorsque Carrefour a débuté en a quand même un millier) qui deviennent Carrefour
dans le voyage, tout le monde a dit : «oh là, la grande Market, tous les Shop et autres qui deviennent Carrefour
distribution qui se mêle du voyage, quelle horreur ! Ca City, Contact ou Express selon les zones, urbaines ou
va tuer les agences de voyages !». Je me souviens à rurales. Carrefour est le nom, Voyages, en l’occurrence
l’époque, j’étais chez déjà dans la grande distribu- est le prénom. Ce qui donne quand même une énorme
tion, le groupe Casino à l’époque et je sais que c’était visibilité à la marque, qui, ne l’oublions pas, regroupe
déjà très mal accueilli. Comme dix ans après, c’est quelque 140.000 salariés en France.
Internet qui a pris le relais. Sauf que dix ans, c’est
l’âge de la maturité et que nous sommes de véri- Un bilan de l’année écoulée,
tables agents de voyages… et que nous ne mettons Quelle année ? Si c’est 2010, il y a longtemps que
pas les voyages en boite. Dans les rayons en quelque c’est fini. Nous avons terminé avec une progres-
sorte ! Nous avons de vrais points de ventes, avec sion de 6 et quelque pour cent. Je pense que nous
de véritables conseillers, des tarifs négociés pour nos avons gagné des parts de marché et notamment sur
clients. Notre véritable souci, c’est le service rendu le transport. Nous avons beaucoup investi dans les
au client et parce que, souvent on oublie le client. outils de «transport», notamment vis-à-vis des clients
Chez Vacances Carrefour, c’est le client, le client et qui ne peuvent pas acheter sur Internet certains tarifs
encore le client. Avec des collaborateurs heureux tels les «prepaid» ou les tarifs «jeunes»… Ils viennent
pour servir le client. C’est une philosophie. Il est faire leurs courses et en même temps peuvent s’ar-
beaucoup plus agréable de travailler d’une manière rêter dans nos agences, ce qui est rassurant pour
conviviale. Après, il faut savoir bien s’entourer, avoir eux. Autre avantage, tout ce qui apparait sur Internet
confiance dans ses collaborateurs et moi, il se trouve figure dans nos agences au même tarif. Un exemple
que je n’ai que des collaborateurs de talent. simple: un client peut mettre, pour un voyage, une
option sur Internet et venir la concrétiser dans nos
Beaucoup de femmes… agences. Bien évidemment, il y a le call-center, bref,
Oui et non. Quoique l’équipe soit composée à 92 % nous accordons une part importante au multicanal.
de femmes, c’est vrai. Mais un métier de service, c’est
quand même avant tout féminin, non ? Je pense que 2011 ?
nous, femmes, sommes plus «commerciales»? Mais Je ne suis pas Madame Irma. Je ne me plains pas,
dans l’équipe nous avons quand même beaucoup d’élé- mais en même temps, je pensais que le volcan,
ments masculins: aux services informatiques, à la comp- «c’était le pompon»! Et bien je pense, très sincère-
tabilité. En fait, nous avons presque plus d’hommes au ment que 2011 va couter beaucoup plus cher que
siège qu’en agences de voyages. C’est vrai que dans le Volcan ! Le volcan a duré une semaine. Là, ça fait
nos agences, nous avons une large majorité de femmes. un mois et demi que ça dure ! Il y a des destina-
Mais, en même temps, c’est un peu normal. Ce sont tions complètement paralysées. Prenons l’exemple
souvent les femmes qui viennent réserver et qui se sen- de la Tunisie : tant que l’on montrera des images
tent souvent plus en confiance pour poser des questions de la Lybie en disant que c’est à côté de la frontière
qu’un homme n’oserait (ou ne penserait pas) à aborder. tunisienne, les gens auront peur ! Donc, la Tunisie,
c’est paralysé, l’Egypte n’a pas retrouvé le niveau de
Combien d’agences de voyages ? confiance de la part des touristes. Ce sont quand
102… et 350 points de vente «spectacle». Car, je même de grosses destinations. .. de masse. Du
gère les deux activités. Le spectacle, il y en a dans coup, par ricochet, les clients ont peur du Maroc, la
tous les hypermarchés et pas mal dans les «Carrefour Turquie ca devient moyen, la Syrie est fermée, on
Market». ne va plus en Jordanie, le Japon il va falloir attendre
encore. La Chine, comme ce n’est pas très loin, il va
On s’y perd un peu dans les Carrefour… aussi y avoir suspicion. Nous avons la chance d’avoir
En fait, Carrefour a une super idée. C’est ce qui s’appelle une offre très large. Et nous travaillons énormément
la «convergence d’enseigne». Il y a plusieurs marques, la France; De plus, nous avons de nombreuses pro-
mais le groupe a décidé de donner un seul nom… mos à l’occasion de nos vingt ans. Nous avons éga-

5
à la UNE
Isabelle Cordier

lement remis la Grèce en avant, une belle destination de flux pour survivre. D’où l’envie de s’appuyer sur
de repli. En fait, pour 2011, nous étions extrêmement une marque afin de bénéficier d’un apport de clientèle
bien partis et, pour l’instant, à date, nous sommes important. Mais qui ne veulent pas, en même temps,
toujours en progression. Mais il est vrai que nous s’adosser à une marque lourde, dont les contrats sont
bougeons beaucoup et que nous tenons le cap. extrêmement contraignants et peu souples.
Mais pour moi, ce n’est pas suffisant. Je m’étais fixé
des objectifs beaucoup plus ambitieux. Mais il est En clair, des agences qui ne veulent pas
vrai que nous n’attendons pas que le client rentre d’une franchise TUI ou Thomas Cook ?
dans nos agences. Nous allons le chercher… Je ne sais pas. Il faut prendre en considération que
nous, Carrefour, nous leur apportons beaucoup de
A Top Résa, vous avez lancé les «franchi- variétés en termes de produits. Nous avons un stock
sés» Carrefour Voyages»… important, des prix qui défient toute concurrence, et
C’est un concept qui me trottait dans la tête depuis puis, quand même, on va leur donne des niveaux de
quatre ans. Au début, ma hiérarchie était plutôt réticente. rémunération conséquents. Ce n’est pas du 13 %
Moi, qui connais plutôt bien le marché, j’étais sûre que comme certains réseaux… Nous, on joue la transpa-
les clients avaient besoin d’être rassurés. On a quand rence, on a une Centrale d’Achats…
même assisté à un certain nombre de dépôts de bilans
qui ne mettaient pas forcément le client en position de Mais vous leur donnez combien ?
confiance. Une marque aussi puissante que Carrefour Ah ça, c’est un secret… mais c’est pas mal ! On
ne pouvait que donner de la confiance. J’ai quand même part sur un partenariat et nous les accompagnons
tenté l’opération à Top résa. Un succès. Les demandes complètement. On ne leur dit pas de «se débrouiller».
ont afflué… et le Groupe a donné son accord ! Du L’esprit de la franchise, c’est vraiment un vrai par-
coup, il a fallu mettre en place tout un plan. Une phase tenariat, en transparence, et après c’est un pour-
d’analyse afin de répertorier tous les modèles écono- centage que nous réclamons en fonction du volume
miques existants, examiner la façon dont travaillaient nos d’affaires qu’ils réalisent. En fait, plus ils travaillent
concurrents, voir ce que nous pouvions apporter à nos avec nous, moins ils payent. Il va y avoir un fixe, clas-
futurs franchisés de «différenciant». Nous avons enfin ter- sique, et en fin d’année, on fait les comptes. Plus le
miné toute la partie contrats, concepts, garantis et nous franchisé aura réalisé son volume avec nous, moins il
sommes actuellement en phase de recrutement. aura à payer. C’est simple.

Concrètement, combien de franchisés, Comment se passe le recrutement ?


comment…? Tout simplement. Depuis le lancement, à IFTM Top
Pour cette année, j’ai un objectif de dix franchisés. Avec résa en septembre, nous avons reçu un certain
plusieurs typologies. Des franchisés dans des galeries nombre de candidatures. Actuellement, nous étu-
marchandes, à proximité d’un Carrefour, d’autres en dions les bilans de chacun et nous allons procéder
centre ville pas très loin d’un Carrefour Market, on va au recrutement des dix élus de cette année. Mais
prendre une dizaine de franchisés un peu différents les nous allons étudier très soigneusement. Il n’est pas
uns des autres pour bien les accompagner. En fait, on va question de se tromper. Tout ceci sera opérationnel
bien les accompagner et en même temps, nous allons dès la rentrée de septembre.
apprendre les uns des autres, jusqu’à la fin de l’année.
Nous en tirerons un bilan, procéder surement à quelques Quels seront les droits… et les devoirs des
petits ajustement ce qui est normal et après… on ouvre franchisés ?
les vannes. L’objectif est d’une centaine de franchisés Il est bien évident qu’ avec une marque comme
pour l’année prochaine ! Carrefour, on doit respecter certains critères. Il faudra
évidemment vendre nos produits référencés, et ils
Vous avez déjà beaucoup de demandes ? seront bien entendu présents sur notre site Internet.
Vous n’avez pas idée! Heureusement que nous avons Un client qui repère un produit sur le site Carrefour
pu nous adjoindre Catherine Aiello qui gère tout ceci à la Voyages pourra l’acheter dans son agence franchi-
perfection. En fait, nous avons beaucoup de demandes sée au même tarif. Ils porteront l’enseigne Carrefour
de la part d’agences qui ne sont pas nécessairement en Voyages, mais ils pourront aussi arborer leur propre
détresse, mais qui constatent qu’elles n’ont pas assez nom… en dessous !

6
à la UNE
Isabelle Cordier

Confiante, Isabelle Cordier ?


Je ne veux pas de «Crash test». Mais je suis extrêmement confiante. D’une part, je ne veux pas d’agences
qui croient que nous allons les sortir de la difficulté. Nous, nous offrons des outils performants, des stocks,
une véritable assistance, tant juridique qu’en ressources humaines, formation. Sans oublier quand même
notre centrale de paiement qui garanti quand même l’agence d’être payée… en cas de défaillance du TO, par
exemple! L’affaire Marsans, par exemple, ne nous a rien couté, contrairement aux agences indépendantes
qui y ont laissé quelques plumes !

Quels sont vos rapports avec les TO ?


Moi, j’ai fait beaucoup de ménage! J’ai gardé les TO avec qui nous avions envie d’avancer et nous avons
avec eux de vrais rapports de partenariat. S’ils ont besoin de Carrefour pour mettre leurs produits en avant, je
suis là. En revanche, j’ai besoin de leur formation et ils viennent. En fait, il y en avait trop. Moi, je préfère avoir
de gros partenaires avec des partenariats importants, en termes de volumes qui nous permettent de bien
travailler. Chacun ! Nous, nous avons un Club des Quinze… Ce sont nos partenaires privilégies, sur lesquels
nos vendeurs sont «commissionnés». Nous pilotons nos ventes !

Et vos franchisés auront plus de liberté…


Par définition, ils sont libres. S’ils ont des accords avec certains, ils seront tout à fait libre de le faire. En
revanche, ils ne bénéficieront pas de notre centrale de paiement. Mais il y aura quand même un minimum à
faire…

Entre vos confrères de la Grande Distribution, vos rapports sont-ils harmonieux ?


Nous sommes certainement les plus «sains» de la profession. Vous savez, le métier a tellement changé, les
habitudes ont tellement évoluées que nous sommes obligés d’évoluer constamment. Nous nous rencontrons
souvent et nous échangeons beaucoup. Contrairement à certains de la profession qui iront dans le mur…

BIO EXPRESS
1989 : la chute du mur de Berlin et la naissance de mon fils
2003 : Mon entrée dans le Groupe Carrefour
2009 : Je repasse ma licence de pilote d’avion
2011 : Vogue la franchise

7
Interview FLASH

Ou êtes-vous parti l’été dernier ? Qu’avez-vous réussi de mieux professionnellement ?


A Formentera, la plus petite île de l’archipel espagnol des Je suis fier d’avoir pu travailler et faire mes preuves à l’étranger.
Baléares ! Une destination fantastique. Et assouvir mon rêve de découvrir des pays et des cultures
différentes. Grâce à Alitalia, j’ai pu ainsi travailler en Algérie
Vous faites rimer «vacances» avec... ? pendant 4 années, apprendre le français et venir travailler en
Activités sportives et visites culturelles ! France. Pour mon plus grand bonheur.

Comment évacuez-vous votre stress ? Vos films ou pièces de théâtre cultes ?


Je décompresse essentiellement par le sport, notamment la L’un de mes films culte est « Les évadés » avec Tim Robbins
natation, le tennis et la course à pied. et Morgan Freeman, un éloge magnifique à la liberté et au libre
arbitre de chaque individu !
Que possédez-vous de plus cher ?
Ma famille ! Ecrivains ?
J’aime beaucoup les romans historiques ! Mon dernier coup
Votre meilleur souvenir de vacances ? de cœur est « Samarcande « d’Amin Maalouf, un écrivain fran-
Il y a dix ans, 3 semaines de vacances pour visiter le Mexique, le cophone d’origine libanaise.
Guatemala et le Belize. Trois cultures très différentes qui m’ont
fortement impressionné. Que vouliez-vous faire quand vous étiez petit ?
Etre un nageur de classe mondiale. Mon idole était l’américain
Le secret, selon vous, de vacances réussies ? Mark Spitz.
Il faut bien préparer son séjour. Surtout si, comme moi, on ne
prend pas beaucoup de vacances dans l’année !
Son choix photo : Mark Spitz
Les vacances, c’est en bande, en solo ou en famille ?
D’origine sicilienne, je suis très famille. Mais pour mes vacances,
j’aime bien être en solo ou avec ma bande d’amis.

La chanson que vous sifflez sous la douche ?


J’aime beaucoup la musique Rock. J’apprécie des groupes
comme Tears for Fears ou Depeche Mode mais mon préféré
reste U2.

Le dress-code, en vacances, c’est ?


Très très casual...

Pour vous, qu’est ce qu’être heureux ?


Entouré de ma famille et de mes amis, au bord de la mer ….

8
entrez...www.travelcube.fr

Entrez...
nous vous
offrons
le monde entier

...entrez
TravelCube est un tour-opérateur Accédez à + de 37,000 propriétés
en ligne, réservé exclusivement aux hôtelières dans le monde entier avec
agents de voyages confirmation en temps réel.

Transferts, excursions, spectacles: Disponibilité immédiate et tarifs


vendez des services à destination à dynamiques sur les plus grandes
forte valeur ajoutée chaînes d’hôtels

Centre d’appels au 0826 108 108 Numéro d’assistance locale 24h/24

hôtels • appartements • excursions • transferts


Interview FLASH
Lorenzo Donato

Quel talent auriez vous aimé avoir ? La distribution des voyages en France est-elle, selon
Mes trois passions sont le cinéma, le sport et la Musique. vous, bien structurée ?
J’aurais adoré avoir le talent par exemple du guitariste de U2, Nous avons assisté à de grands bouleversements dans la dis-
The Edge ! tribution. Le rapprochement de grandes entités telles Afat et
Sélectour ou Carlson et Havas par exemple a, et aura encore,
De quoi avez-vous le plus peur ? de grande répercussion sur le marché dans son ensemble.
Les problèmes géopolitiques actuels et leurs conséquences Je pense que cette mutation va continuer et le nombre d’ac-
souvent dramatiques me préoccupent énormément. teur en présence probablement diminuer. Aujourd’hui chaque
réseau possède son identité propre. Alitalia reste évidement un
Quel est le prochain rêve que vous souhaitez réaliser ? partenaire privilégié pour chacun d’entre eux.
Aller à la découverte de l’Australie, un pays qui me fascine
depuis toujours. Dernière question : ou partirez-vous cet été ?
En Corse, faire un périple à moto avec des amis !
Quelle est votre destination préférée ?
J’ai un coup de cœur particulier pour les îles éoliennes… au
large de la Sicile.

Qu’est-ce que vous aimez que l’on dise de vous ?


Que je suis quelqu’un de sociable, abordable facilement et
avec une grande ouverture d’esprit !

Votre péché mignon ?


La gourmandise ! J’aime les bonnes tables et les bons vins…

L’agent de voyage idéal, vous le voyez comment ?


En plus des qualités professionnelles de ventes et de sa
connaissance des destinations, l’AGV idéal, selon moi, doit
être un véritable partenaire avec ses fournisseurs compa-
gnies aériennes, chaines hôtelières ou tour opérateurs. Son
approche commerciale doit être très claire en termes de choix Destination préferée : Iles éoliennes
et de respect des engagements. Le client étant l’élément cen-
tral, l’agence doit également avoir une stratégie multicanale très
détaillée.

Votre actualité celle de votre entreprise ?


Le lancement de notre nouveau vol Toulouse-Rome, inauguré BIO EXPRESS
le 27 mars dernier. Ce vol opéré en partenariat avec Air France
complète l’offre journalière de la desserte (matin et soir) dans
1974 : Naissance à Messine, en Italie.
le cadre d’une joint venture entre les deux compagnies. Notre
actualité, c’est aussi le développement de notre offre long cour- 1999 : Master en économie du tourisme, université de
rier avec l’entrée dans la joint venture Transatlantique avec Delta, Milan.
Air France et KLM. Avec des vols et des tarifs combinables, on
pourra facilement rejoindre cinq destinations aux USA, Toronto 2001 : Entrée chez Starhotels, à Milan, coordinateur
au Canada, Buenos Aires, Caracas et Sao Paulo en Amérique ventes et Marketing.
du Sud et à partir du 4 juin, Rio de Janeiro et Pékin. Enfin, nous
2002 : BTI Italia, directeur régional des ventes.
procédons au renouvellement complet de notre flotte (arrivée
des nouveaux Airbus A330-200 & Embraer 175) et reprenons 2003 : Domina hotels, directeur des ventes.
nos vols directs vers Tokyo, sans escale technique à Osaka.
2005 : Alitalia, Country manager Algérie & Maroc.

2009 : Directeur Alitalia France.

10
Loisirs

G-Sales RCS Nanterre 482 063 328 - Photo : Graphic Obsession/Westend 61

´
LE PACK LOCATION POUR MES ENVIES D’EVASION !
Le pack 15 Loisirs est la formule idéale de location de voiture pour les week-ends, les courts séjours et
les vacances (de 5 à 29 jours). Economique et pratique, il inclut de nombreuses prestations : 3 000 km
(quelle que soit la durée de la location), le(s) conducteur(s) additionnel(s), l’assurance conducteurs/
passagers, le rachat partiel de franchise en cas de dommage, d’accident ou de vol, la redevance frais
d’immatriculation. Enfin, avec ce pack, pas de supplément en gare et en aéroport !
Le pack 15 Loisirs est donc un produit complet, simple à vendre et qui présente un avantage supplémentaire :
il est commissionné à 15 % !

Informations et réservations : par GDS, code /CD-P15LSR, par téléphone


0825 16 12 12 (0.15€/min) ou sur le microsite http://resolution.citer.fr
Interview FLASH

Ou êtes-vous parti l’été dernier ?


Nous avons découvert Amorgos, une petite île grecque au sud
des Cyclades, là ou Luc Besson a tourné son « Grand Bleu » !

Vous faites rimer «vacances» avec... ?


Avec Romance, avec jouissance et avec nonchalance… !

Comment évacuez-vous votre stress ?


Par le rire. Le rire est pour moi la meilleure thérapie contre le
stress.

Que possédez-vous de plus cher ?


Ma famille !

Votre meilleur souvenir de vacances ?


Nos dernières vacances à Amorgos. Sinon, j’ai le souvenir Son choix photo : Ayers Rock
d’une croisière sur le Nil en mai 2009 avec la famille ou nous
avons vécu des instants inoubliables.
Le dress-code, en vacances, c’est ?
Le pire ? Le plus décontracté possible : espadrilles, maillot de bain et
L’année dernière à Noël nous sommes allés dans une petite tee-shirt.
station des Alpes de Haute Provence pour skier et… il n’a
pas neigé mais plus tout le temps ! C’était très dur pour tout le Pour vous, qu’est ce qu’être heureux ?
monde et nous avons du abréger notre séjour Etre au milieu de ma tribu !

Le secret, selon vous, de vacances réussies ? Qu’avez-vous réussi de mieux professionnellement ?


Il faut savoir lâcher prise. Etre capable de se déconnecter des A ne jamais me prendre trop au sérieux. Garder de la distance
contraintes et des habitudes du reste de l’année. par rapport à soi-même me semble indispensable à l’équilibre.

Les vacances, c’est en bande, en solo ou en famille ? Vos films ou pièces de théâtre cultes ?
En famille ! Je suis fan des films dialogués par Michel Audiard, le plus
connu étant « les tontons flingueurs » et des « western-spa-
La chanson que vous sifflez sous la douche ? ghettis » de Sergio Léone. Un de mes autres films- culte est
Je suis très éclectique dans mes gouts musicaux qui vont de « Amadeus », le chef d’œuvre de Milos Forman.
Mozart à Benjamin Biolay en passant pas les Black Eyes Peas
ou Marc Lavoine, par exemple ! Ecrivains ?
Jean d’Ormesson, Frédéric Dard ou Jacques Attali entre autres !

12
Interview FLASH
Claude Blanc

Votre péché mignon ?


Le chocolat ….

L’agent de voyage idéal, vous le voyez comment ?


Il fait preuve d’écoute et comprend très bien les besoins de son
client. Il est flexible, souple et chaleureux. Son objectif : faire que
l’acte d’achat soit un vrai plaisir pour le client.

Votre actualité celle de votre entreprise ?


Aujourd’hui, nous constatons que l’Australie repart bien. Après
un premier trimestre difficile notamment du aux inondations au
Queensland ou au séisme en Nouvelle-Zélande, la demande
redémarre. La côte d’amour des français pour l’Australie est
bien réelle. La multiplication des dessertes aériennes a éga-
lement favorisé ce redémarrage. Malgré le cout élevé actuel
du dollar, l’attrait de la destination ne faiblit pas. Notre actua-
lité, c’est également le retour de Pascale Lebrun en renfort de
l’équipe commerciale, qui nous permet de couvrir commercia-
lement la zone quart Sud Est de la France.

La distribution des voyages en France est-elle, selon


vous, bien structurée ?
La distribution s’organise, elle se polarise et tend à se concen-
trer de plus en plus. Les rapports de forces sont plus favorables
aux distributeurs. Les tour-opérateurs doivent composer avec
cela.

Dernière question : ou partirez-vous cet été ?


Son choix photo : « Amadeus » selon Milos Forman En Corse, une semaine à Porto Vecchio puis une semaine près
de Bastia !
Que vouliez-vous faire quand vous étiez petit ?
Acteur de cinéma je crois.

Quel talent auriez vous aimé avoir ?


Le talent d’un grand pianiste
BIO EXPRESS
De quoi avez-vous le plus peur ?
De la perte d’un être cher. 1959 : Naissance à Grenoble
1984 : Entrée chez Go Voyages, directeur commercial.
Quel est le prochain rêve que vous souhaitez réaliser ? 1987 : Directeur du réseau Sélectour.
Un tour du monde en famille. 1991 : RCI (Resort Condominium International),
directeur filiale France.
Quelle est votre destination préférée ? 1998 : Directeur chez Rosenbluth International.
L’Australie, notamment Sydney, Ayers Rock et les territoires du 2001 : Lancement de Karavel Promovacances avec
nord. Christian Blanc et Alain de Mendoza.
2003 : Nouvelles Frontières, directeur du e-business.
Qu’est-ce que vous aimez que l’on dise de vous ? 2007 : Création avec Jacques Judeaux de la holding
Que je suis disponible ! Travel & Co. Rachat de Terres de Charme.
2008 : MBA, HEC Paris.
2009 : Rachat d’Australie Tours.

13
Enquête
Bien préparer ses réunions

Bien préparer
ses réunions
Tout le monde voudrait échapper aux réunions marathon. Economisez du temps et de
l’énergie en suivant ces conseils pour gagner toujours plus en efficacité.

Combattre la réunionite.
Les réunions qui n’en finissent pas, qui s’écartent de l’ordre du jour et qui ne sont pas assez cadrées par l’animateur ont toutes
le même effet : les participants en sortent frustrés et il faut organiser une deuxième réunion. Ce phénomène porte un nom : la
réunionite…
Les séances de travail collectif font partie des figures imposées du manager et le temps qui leur est dévolu augmente chaque
année. Selon l’Apec, un cadre sur quatre y consacre plus de dix heures par semaine. Il n’était qu’un sur sept il y a dix ans ! Bref, la
réunionite rôde. La raison ? La généralisation des organisations matricielles et du management par projet. Plus l’entreprise devient
communicante et plus les interfaces entre les salariés se font indispensables. Avec un coût croissant pour l’entreprise. « Réunir dix
commerciaux une fois par mois pendant une journée revient au minimum à 50 000 Euros par an » calcule Pierre Boulinier, dirigeant
d’une société de conseil commercial. Pas étonnant que la conduite de réunion fasse partie du Top 20 des formations les plus
demandées à la Cegos.
Les recettes anti-réunionnite sont bien connues, mais tout le problème est de les appliquer. Si personne ne conteste l’utilité d’un
ordre du jour ou d’un compte rendu, il n’est pas évident de les utiliser au quotidien. Et surtout de les imposer à ses collègues car on
touche directement à leurs habitudes de travail. Pourtant le résultat peut être spectaculaire : on peut diminuer d’un tiers la durée des
réunions grâce à quelques astuces concrètes.
La première question à se poser : cette réunion est-elle vraiment utile ? Si elle apparait comme la seule solution pour résoudre un
problème, échanger des informations ou motiver une équipe, la réponse est oui. Dans le cas contraire, mieux vaut recourir à d’autres
moyens tels que mails, téléphone, fax, face à face, etc.

Bien soigner sa préparation


Deuxième tâche : bien cadrer la séance. S’agit-il d’une réunion d’information, de travail, de service, de revue de projet, de créativité,
de négociation, de décision ? Quels sont les objectifs à atteindre ? Quels sont les points à aborder dans l’ordre du jour ? Surtout ne
traite pas trop de sujets à la fois : mieux vaut résoudre un seul problème rapidement qu’en trainer dix pendant des mois. « Pour éviter
les discussions qui s’éternisent, prévoyez dès la convocation le temps qui sera consacré à chaque point clé, ainsi que la durée totale
» conseille Jean-Louis Mesta, responsable de l’offre « efficacité professionnelle » à la Cegos. Pour cela, pas besoin de littérature :
quelques lignes envoyées par mail suffisent.
Autre point clé : n’invitez pas toute l’entreprise ! Ne mobilisez que les personnes directement concernées par le problème et qui ont
une réelle plus value à apporter. Leur nombre dépend du type de réunion : on peut convoquer une centaine de personnes pour une
réunion d’information descendante, mais pas plus d’une dizaine pour une réunion de décision. « On voit de plus en plus de gens
qui viennent en réunions avec leur Blackberry ou leur Iphone et font le pot de fleur en traitant leurs mails » constate Serge Boulard,
directeur de projet en systèmes d’information. « J’essaye de limiter le nombre de participants et de ne pas toujours inviter les mêmes
personnes. Je peux aussi mobiliser pendant dix minutes un « sachant » pour avoir rapidement un avis technique ».
Ne négliger pas les questions matérielles, en choisissant une salle adaptée, en vérifiant la disponibilité et en testant le matériel au
préalable –projecteur, ordinateur, pointeur, etc.).
L’heure a aussi son importance, comme l’a bien compris Juliette Delgrand, juriste chez un grand tour opérateur : « J’organise tou-
jours mes réunions le matin entre 10h et 12h, car les gens sont plus disponibles et plus attentifs qu’après le déjeuner (surtout s’il a
été arrosé…) ou après 17h. »
Rappelez les participants 10 minutes avant le début de la réunion et démarrez toujours à l’heure. Si des retardataires gênent le début
de la séance, attendez qu’ils s’asseyent dans un silence réprobateur. Si cela se reproduit la fois suivante, rappelez fermement que la

14
Bien plus qu’un Vol
...Redécouvrir le plaisir de voyager
Création : a.w.a.p. - Crédit photos : Kenya Tourist Board

Plus de 40 destinations en Afrique et Océan Indien


Jusqu’à 6 vols directs chaque semaine entre Paris et Nairobi
en partage de code avec Air France

Kenya Airways est membre


de l’Alliance SkyTeam et membre
du programme de fidélité Flying Blue

Air France représente


et commercialise Kenya Airways en France

Toutes informations auprès de votre interlocuteur habituel Air France

www.kenya-airways.com
une société
TROPHÉE
TMS CONTACT
2011
DES LOTS PRESTIGIEUX
OFFERTS AUX GAGNANTS

LA THAILANDE
LA CORSE de Voyageurs Associés La CROISIERE
d’Ollandini Hébergement 4/5* de la Compagnie
Hôtel de charme 4* Internationale de
+ Vols A/R Croisières en
+ location de voiture Méditerranée

HERTZ LA CORSE
Des locations de voiture de SNCM
et des concerts Traversée voiture et
en loge VIP cabine 2 personnes

LA GRECE L’EGYPTE
d’Aegan de STI Voyages
2 vols A/R Athènes Croisère sur le Nil 5*
+ location de voiture + Vols A/R

Découvrez les meilleurs QUI PEUT PARTICIPER ?


Toutes les agences souscrivant des produits individuels ou groupes TMS CONTACT*
vendeurs d’assurances
du 1er trimestre sur QUE GAGNE-T’ON ?
Tous les trimestres, TMS CONTACT vous communique votre classement. En fonction de vos
www.tmscontact.com ventes d’assurances, vous gagnez :
• Des INVITATIONS VIP pour des concerts en loge privée ou
• Des SMARTBOX

COMMENT DE DÉROULE LA FINALE ?


© 2011

Au terme du challenge (fin août), les 50 agences qui ont obtenu les meilleurs résultats sont
invitées à l’étranger durant le mois d’octobre (4jours/3 nuits) pour se départager et repartir
avec des voyages pour deux.
Enquête
Bien préparer ses réunions

ponctualité fait partie des règles du jeu. Tout se joue avant la réunion. Une séance réussie est une séance bien préparée en amont
par l’animateur et par les participants. Pour cadrer la rencontre, l’animateur doit préciser sur la convocation le type de réunion, l’ob-
jectif, la liste des participants, l’ordre du jour, la durée consacrée à chaque point, la date et le lieu. La convocation doit être envoyée
suffisamment à l’avance pour que les participants aient le temps de consulter les documents éventuels et de murir leurs proposi-
tions. Idéalement il faudra limiter les réunions de travail à dix personnes. Au-delà, le groupe peut perdre de son efficacité.

Gérer les rôles de chacun


L’animateur cumule plusieurs rôles : il est à la fois producteur, facilitateur et régulateur. En tant que producteur, il ouvre la séance,
rappelle l’objectif, les points à l’ordre du jour et participe aux débats. Facilitateur, il doit aider le groupe à mieux communiquer,
permettre à chacun de s’exprimer, reformuler, synthétiser, avec toute l’empathie et la capacité d’écoute que cela suppose.
Enfin, à lui de rappeler les règles, de gérer les conflits et de surveiller que les horaires prévus sont bien respectés. Si l’on a du
mal à assumer tous ces rôles en même temps, n’hésitez pas à en déléguer une partie, par exemple en désignant parmi les
participants un « gardien du temps » chargé de rappeler le timing, voire en missionnant un consultant extérieur pour animer les
rassemblements les plus importants.
Les managers rencontrent une difficulté supplémentaire quand ils réunissent leur équipe, difficulté due à leur position hiérar-
chique : si les participants ont le sentiment d’être évalués par leur chef ou qu’ils n’osent pas le contredire, ça ne facilitera pas les
échanges. D’où cette astuce : Quand on utilise un paperboard, on peut jouer sur le langage du corps : debout, j’anime et je dirige
les débats ; assis, j’écoute les autres et je participe.
Pourtant il ne faut pas en profiter pour noyer l’auditoire sous une avalanche de slides et de tableaux illisibles. Effet somnifère
garanti… Il faut mieux se limiter à trois slides maximum, en se concentrant sur le factuel (chiffres, dates, noms, etc.).
Plus radicaux, certains cadres vont même jusqu’à supprimer le volet information en début de réunion et joignent toute la docu-
mentation en annexes à la convocation.
Enfin, il ne faut pas mettre trop de pression en sommant les participants de trouver rapidement la solution. Contraindre le groupe
par une obligation de résultat est contre-productif. La résolution collective de problème suppose que « la mayonnaise prenne
» entre les membres, ce qui nécessite du temps et de la confiance. En matière de réunion, trop d’efficacité tue l’efficacité ! Par
ailleurs des études ont montré qu’il était difficile de maintenir son attention plus de 20 minutes d’affilée…

Toujours assurer un suivi de ses réunions


A la fin de la réunion, l’animateur reprend la parole pour synthétiser les débats, récapituler les décisions qui ont été prises ainsi que
les points demeurant en suspens. C’est l’occasion de s’assurer que tout le monde a bien compris la même chose. Reste alors à
rédiger le fameux compte-rendu, indispensable pour assurer la traçabilité des décisions. Sans lui la réunion n’aura servi à rien…
Pourtant, ce document est souvent un pensum, que personne n’a envie d’écrire, ni de lire …
Animer et noter étant deux tâches difficiles à effectuer en même temps, les experts conseillent de designer avant la réunion un
« secrétaire » chargé de le rédiger. Rien de pire qu’un compte rendu bâclé qui arrive en retard ou dont on conteste le contenu.
Envoyez-le aux participants le lendemain au plus tard. Là encore, la littérature n’est pas de mise : un simple tableau ou des fiches
actions suffisent largement.
Pour que ce document ne reste pas lettre morte, suivez méthodiquement entre mes réunions la réalisation de chacune des déci-
sions arrêtées, relancez les responsables aux dates butoirs et ressortez le document au début de la séance suivante pour faire e
point sur l’avancée des actions.
L’idéal est de rédiger le compte rendu pendant la séance et de le remettre aux participants à la fin.
Il suffit de noter au fur et à mesure les données dans un tableau préétabli à six colonnes :
•  Actions
•  Informations complémentaires
•  Décisions prises
•  Qui ?
•  Quand ?
•  Mode de suivi.
On peut le faire sur un paperboard, une feuille A3 ou un tableur. Le résultat est photocopié et distribué à chacun. Cela permet d’as-
surer la traçabilité » des décisions et d’impliquer les participants dans leur réalisation.

17
Destination

Maroc :
Mazagan, Azemmour et El Jadida, les belles fiancées du Printemps !
Il fait encore très beau et chaud, mais la foule a disparu. La fin de l’hiver dans ce nord ouest maro-
cain a quelque chose de paradisiaque… surtout au Mazagan Beach Resort, le projet pharaonique
(et totalement réussi) de Sol Kerner à une heure de Casablanca et deux heures de Marrakech.
Cette région océanique ne manque pas de charme et de beauté, ses plages, ses vestiges, ses sites
naturels incroyables et un climat tempéré toute l’année en font une très agréable surprise.
Destination
Maroc

Mazagan Beach Resort, un Resort unique


dans un cadre idyllique
Mazagan Beach resort est un très élégant établis-
sement situé à 70 km au sud de Casablanca, les
pieds dans l’eau, à une heure de route de l’aéro-
port international Mohammed V de Casablanca,
le plus important du Maghreb. Carrefour aérien,
Casablanca est à 3 heures de vol en moyenne de
la France et accueille une multitude de compagnies
aériennes et de location de voitures. Avec son port et
la future entrée en activité de sa marina, Casablanca
sera ainsi le premier port croisiériste du royaume.
De très beaux bâtiments de style mauresque aux
tuiles multicolores, entourées de jardins luxuriants à
la végétation méditerranéenne, tel un village posé le
long d’une plage. C’est sur un terrain acquis dans le sage fait pour être cadré par un pare-brise de voi-
cadre du plan horizon 20010 que Sol Kerner et ses ture. Les premiers touristes à s’être laisser envouter
équipes se sont lancé dans l’aventure en ouvrant un par la magie des lieux furent les romains qui fondè-
établissement top luxe, convivial pour les familles, les rent sur le site actuel d’El Jadida une cité dénommée
couples ou les voyageurs d’affaires. Peu à peu, le Rusibis. Des siècles plus tard (1502) les portugais y
lieu s’est transformé en point d’attraction pour toute accostèrent, éblouis par sa magnifique baie, sa posi-
la région avec l’adjonction des golfs et plus récem- tion géographique idéale, ses richesses maritimes et
ment du casino. agricoles et décidèrent de bâtir en 1513 cité fortifiée
« Mazagâo », Mazagan, proclamée patrimoine mon-
Une histoire de couleurs dial en 2004 par l’Unesco.
Mazagan Beach Resort possède, malgré son éten-
due, un charme inimitable comme on peut le trouver El Jadida, la belle oubliée
dans une maison de famille, le service impeccable en El Jadida est une ville côtière du Maroc, à 96 km de
plus. C’est une adresse que l’on peut se transmettre Casablanca. C’est la préfecture de la province d’El
entre initiés, une clientèle d’habitués, de « repea- Jadida. Les fortifications portugaises de Mazagan,
ters » se partage régulièrement une partie des 500 qui font aujourd’hui partie de la ville d’El Jadida,
chambres et des suites reparties sur quatre étages. à 90 km au sud-ouest de Casablanca, furent édi-
L’ambiance marocaine est classique chic et les fiées comme colonie fortifiée sur la côte atlantique
matériaux utilisés authentiques : poutres apparentes au début du XVIe siècle. La colonie fut reprise par
dans les parties communes, sols en marbres ou en les Marocains en 1769. Les fortifications, avec leurs
terracotas, murs blanchis à la chaux. Les chambres, bastions et remparts, constituent un exemple pré-
simples et spacieuses, sont garnies de jolis meubles coce de l’architecture militaire portugaise de la
anciens, de grands lits confortables et possèdent de Renaissance. Les édifices portugais encore visibles
vastes salles de bains. Si votre fenêtre donne sur la sont la citerne portugaise, la forteresse portugaise de
grande bleue, vous pourrez admirer le coucher de Mazagan et l’église de l’Assomption, construite dans
soleil sur l’océan Atlantique juste en face. le style manuélin. La ville portugaise de Mazagan,
l’un des premiers établissements en Afrique occi-
Le Nord Ouest, un Maroc très peu connu dentale des explorateurs portugais qui faisaient
des français. route vers l’Inde, offre un témoignage exception-
Bien plus qu’un voyage, se balader dans cette nel des influences croisées entre les cultures euro-
région est une source d’inspiration. Ici, le ciel se fait péenne et marocaine, qui apparaissent clairement
plus grand qu’ailleurs et l’espace saisit et illumine dans l’architecture, la technologie et l’urbanisme. Au
les cœurs. Pour appréhender cet espace, il faut cours de son histoire, la ville d’El Jadida a porté plu-
s’y perdre. Et pour s’y perdre, il faut prendre son sieurs noms. Elle est ainsi appelée Mazagan en ama-
temps… Prendre la route est idéal pour découvrir ce zigh, Rusibis par les Romains, El Jadida (la nouvelle)
Maroc sublime et presque inconnu du grand public par les Marocains, puis Mazagan par les Portugais.
français. Rouler, en se laissant porter par un pay- C’est pendant son long voyage que l’amiral cartha-

20
Destination
Maroc

sés comme des cathédrales naturelles, protégeant


la ville de l’hégémonisme de l’humidité océanique
toute proche. Dans une promenade de plein air, il
ne faut pas hésiter pas à approcher quelques sculp-
tures en forme d’« oreilles », chus là par un étrange
miracle culturel. Eh oui, El Jadida, l’ex-Mazagna,
qu’on surnommait « le Deauville Marocain » a des
oreilles pour écouter le brouhaha de ses enfants.
Après une pause verte entre dragonniers et autres
arbres exotiques, il faut marcher le long de la sublime
corniche et ses nombreux cafés face à la Mer
jusqu’à la cité Portugaise. Il se peut que l’on tombe
nez à nez avec une animation culturelle de l’associa-
tion de la cité portugaise. Et dans la ruelle principale
de la cité, n’hésitez pas à visiter les œuvres expo-
ginois Hannon fut le premier à parler d’El Jadida. sées dans les deux galeries d’art du nom de deux
Plusieurs siècles plus tard, Ptolémée parla du port mentors natifs de la région : Chaibia Tahlal, l’artiste
de Rusibis situé au niveau 6° 40’ en latitude dans peintre dont les tableaux font les beaux jours des
son système de coordonnées, ce qui correspond à plus grandes galeries dans le Monde, une peinture
la ville d’El Jadida actuelle (32° 10’). Les Portugais qui symbolise l’enfance de l’art et Abdelkebir Katibi,
occupèrent la région, précieuse par sa valeur stra- l’écrivain sociologue et philosophe qui représente
tégique et fondèrent la forteresse de Mazagan vers le renouveau de la recherche en sciences sociales
1506. La ville elle-même fut fortifiée dès 1542 et, dans le Monde.
grâce à une ceinture d’épaisses murailles, devint
une redoutable citadelle. Le Maroc a essayé de Une atmosphère douce et chaleureuse
prendre la ville pendant longtemps. Durant deux Si l’on aime les bains de foule et le spectacle des
siècles, Mazagan résista aux assauts. Les Portugais couleurs et saveurs de la Medina, ne résistez pas
ont même dû transformer le grenier en citerne pour à l’envie de flâner du côté du marché des légumes
stocker l’eau potable afin de tenir longtemps face à et fruits avoisinant les remparts de la cité, les maro-
ces assauts (citerne portugaise). La présence portu- cains sont un peuple hospitalier et très avenant.
gaise prit fin en 1769, quand la ville fut prise par Sidi Allez déambuler, seul ou de préférence accompa-
Mohamed ben Abdellah. Dans la seconde moitié du gné d’un fils de la ville, dans les ruelles de la Medina,
XIXe siècle, la vieille ville d’El Jadida a été peuplée vous trouverez certes une chaussée occupée anar-
par une importante communauté juive et fut trans- chiquement par des vendeurs occasionnels de
formée en Mellah (quartier juif), puis désertée dans produits comestibles et bon marché. Mais n’ayez
les années 1950 par une grande partie de ceux-ci. crainte, derrière chacun de ces vendeurs faméliques
C’est en 1912, sous le protectorat français, que la et souriants, ce cache un amoureux de la ville dont
ville reprit le nom de Mazagan. El Jadida compte le plaisir sera de voir l’admiration de ces lieux dans
180 000 habitants. les yeux du voyageur.

Un potentiel touristique incontestable La citerne portugaise d’El Jadida


Il existe trois plages à El Jadida, dont une est Cette vaste salle souterraine et voûtée faisait partie
bien connue dans tout le pays. Ces plages sont : du château fort construit en 1514 par les Portugais.
Deauville, Al Haouzia et Sidi Bouzid , cette dernière Elle servit probablement de salle d’armes avant
est la plus connue : c’est une station balnéaire, limi- d’être utilisée comme réserve d’eau. Sur un plan
trophe d’El Jadida. Elle attire chaque année des carré de 34 m de côté, elle comporte six nerfs
milliers de vacanciers, venus soit d’El Jadida, soit dont les voûtes d’arêtes reposent sur 25 colonnes
d’autres villes marocaines et bien sûr de l’étranger. et piliers. La travée centrale est percée d’un large
Dès l’entrée dans l’avenue Mohamed VI, on peut oculus par où se déverse la lumière du jour qui pro-
régaler son regard en allant visiter le parc Mohamed duit par réflexion sur l’eau de la citerne, un surpre-
V avoisinant le siège de la Banque Populaire. Une nant effet de miroir imprégnant le lieu d’une étrange
trentaine d’araucarias souhaitent la bienvenue, dres- atmosphère. La majestueuse citerne portugaise d’El

22
Découvrez
l’île Kuoni !

HTTP://PRO.KUONI.FR
0821 330 335  (0.12 €ttc / min)
Destination
Maroc

Jadida, qui d’ailleurs fut classée sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en 2004, séduisit Orson Welles
au point qu’il y tourna certaines séquences de son film Othello. Quelques scènes des films le retour de l’étalon
noir, produit par Francis Ford Coppola et Harem, d’Arthur Joffé, ont également été tournées ici.

Azemmour la superbe, cité des artistes, peintres et sculpteurs


Azemmour fut peut être une escale pour les navigateurs puniques, mais rien, pour l’instant, ne renseigne
sur son histoire lointaine. On sait seulement que vers 1376 le sultan mérinide Abd er Rahman s’empara de
la ville. il en fut chassé un an plus tard par son rival, Abou el Abbas Ahmed, qui régnait à Fès. Quand aux
relations du Portugal avec Azemmour, elles se nouèrent en 1486, lorsque Jean II obtint d’y être représente
par un ambassadeur : les Portugais achetaient du blé, des chevaux, des djellabas et des haïks qu’ils impor-
taient ou qu’ils échangeaient en Afrique noire contre des esclaves et de l’or. A partir de 1502, les relations
entre le Portugal et Azemmour se détériorent. Apres plusieurs expéditions et tentatives d’établissement, les
Portugais évacuèrent la place en 1541. Séparée d’El Jadida par la commune d’El Haouizia, Azemmour a pour
caractéristique d’être la dernière halte du fleuve Oum-Erbia qui poursuit une course effrénée vers la mer. C’est
de la route qui descend de Casablanca que l’on aura la plus belle vue sur Azemmour. On déambulera avec
plaisir dans la médina ou les portes des maisons blotties le long de l’oued comportent maintes réminiscences
d’architecture portugaise. Dans la Kasbah, le Dar el Baroud, en ruine, est dominé par une tour à fenêtre de
style gothique. Autrefois, les remparts de la kasbah enserraient le mellah à l’intérieur duquel subsiste une
modeste synagogue reconnaissable à ses inscriptions en hébreu. Du chemin de ronde des remparts, la vue
s’étend sur l’océan et l’Oum er Rbia. Le poète Ibn al Khatib (milieu du XIVe siècle) écrit à son propos : «c’est
la fiancée du printemps et de l’automne. Ses phares et ses créneaux, tels des astres brillants, observent sa
vallée». A Azemmour, Il fait très bon flâner dans les rues paisibles et anciennes de la médina, parmi les mos-
quées, les nombreuses échoppes d’artisans, tisserands et dans le marché couvert qui vend les babouches
typique d’Azemmour et de la fine broderie. Les maisons cubiques aux façades blanches égayées de bou-
gainvillées s’étagent parmi les grenadiers, les oliviers et les tamaris, faisant d’Azemmour l’une des cités les
plus paisibles au Maroc. On reconnaît l’influence idrisside et almoravide en contemplant certaines maisons,
munies de très beaux heurtoirs mais aussi l’influence portugaise par la présence de belles portes cintrées, à
clé de voûte sculptées. Les murs de la ville et ceux de la kasbah sont bien conservés, le mellah est toujours
aussi charmant, et les bastions encore armés de canons portugais. Dar El Baroud, la poudrière érigée sur
le rempart occidental de la Kasbah est en rénovation, elle a conservé sa tour percée de fenêtres en ogives.
La nouvelle ville dispose de deux modeste hôtels tandis que l’ancienne médina d’Azemmour possède main-
tenant de vrais riads traditionnels transformés en maison d’hôtes : le RIAD AZAMA demeure historique du

24
Madère

lespecialiste

GROUPES

18ème siècle, classée «charme et tradition» du nom


de l’ancienne cité carthaginoise, le Riad7, authen-
tique riad avec sa magnifique décoration contempo-
raine, le Riad «DAR WABI» ou la modernité côtoie
le raffinement Marocain, mais aussi L’Oum Errebia

Lic.n° 07596 0195 - Photos libres de droits - akestekop 2010


avec sa magnifique vue sur le fleuve et le delta, et
DAR LKBIRA, tous classés 2ème catégorie par les
autorités touristiques.

Une offre balnéaire de haut niveau


Azemmour possède une plage immense prisée
par les adeptes du surf, kit surf, et bodyboard : El
Haouzia. Située à 2 km d’Azemmour, on peut y Spéciales croisières
pratiquer le bodyboard, le jet-abra, le ski-nautique, sur le Nil
la planche-a-voile, le surf ... mais aussi l’équitation
«libre» sur la plage et les dunes, sans oublier le golf Hiver 2011
avec 2 sublimes parcours a moins de 5mm en taxi
des remparts de la médina, l’un au milieu d’une
végétation dense et luxuriante l’autre dessiné par
N 5*"
Croisière "ATOion
Gary Player avec pour seul horizon l’océan atlan- complète
8 jours/7 nuits en pens
E
tique.... Comme El Jadida, Azemmour se met en au départ de PARIS & PROVINC
marche pour construire son avenir. Plusieurs inves-

574 € TTC
tisseurs ont transformé Azemmour et El Haouizia
en véritable royaume touristique avec des projets
d’envergure dont Mazagan ou le projet Azemmour
Beach qui projettent la création de plusieurs com-
plexes hôteliers agrémentés d’importantes installa- Départs de PARIS
tions touristiques dans le cadre du développement les 01/01/11 - 04 -18 & 25/06/11
Base 40 participants
de la province de Doukkala.
0825 13 11 11
sti.groupe@stivoyages.com
www.stivoyages.biz
Destination
Maroc

Que voir ? Que visiter à Mazagan et dans la région ?

A El JADIDA
•   La Cité portugaise et ses remparts avec sa célèbre citerne 
•   La ville, ses jardins, sa plage 
•   L’Hippodrome sur la route de Casablanca 
•   Le port de pêche,
•   Le Phare, édifi é entre 1914 et 1916
•   Le môle d’El Jadida

A AZEMMOUR
•    La  médina,  ses  remparts,  ses  fours  traditionnels  et  ses 
peintures murales
•   Le souk du mardi matin 
•   Les berges de l’oued Oum Errabiaa
•   Le mausolée Lalla AÏcha

Et à quelques kilomètres …

•   La Kasbah de Boulaouane
•   Les fabuleux abris en terre sèche,
•   Les fauconniers de Doukkala,
•   Oualidia et sa célèbre lagune,
•   Sidi Bouzid pour la plage et le coucher de soleil incroyable,

26
Destination
Maroc

Mazagan, les meilleurs spots !


Voici les meilleures adresses de la rédaction, pour une escapade en juin ou en juillet

1 - Où dormir ? 2 - Le bon resto ?


A Mazagan Beach Resort A El Jadida : Le Bellevue.
Un resort comme nulle part ailleurs ! Le complexe créé Célèbre pour la fraîcheur du poisson, le res-
par Sol Kerzner s’étend sur 250 hectares, au bord d’une taurant Le Bellevue est situé face au parc d’El
magnifique plage de 7 kilomètre. Il offre 500 chambres et Jadida et offre une magnifique vue sur la mer.
suites climatisées ainsi qu’un Club Lounge privé. Réparties
sur quatre étages, elles offrent toutes des vues spectacu- 46, avenue Mohammed VI
laires sur l’océan atlantique, les lagons, le terrain de Golf
ainsi que sur le patio, la piscine et les jardins luxuriants.
L’établissement accueille également le plus grand casino
d’Afrique du nord !
4 - La boîte à la mode ?
Mazagan Beach Resort
Tel.: +212 5 2338 8000 A Mazagan : Le Sanctuary est à l’intérieur
http://www.mazaganbeachresort.com du Mazagan Beach Resort. C’est un endroit qu’il
faut absolument connaitre. Ouvert les vendredis et
samedi, il offre un line up de DJ venus du monde
entier. Lindsay Lohan ou Naomi Campbell se sont
assise sur les confortables coussins rouges de ce
3 - Pour boire un verre ? night club, créé par le décorateur du Bouddha
Bar Jeffrey Beers, selon les directives de Raymond
A Al Jadida : Le Borj Mazagan. Visan, grand innovateur dans le domaine des
C’est un bar très fréquenté. L’établissement fait aussi night-clubs.
office de restaurant, de glacier et de salon de thé. Il se
situe au 4ème étage du centre Marhaba et possède
une belle terrasse vue mer.

54, avenue Mohammed VI


El Jadida

Les tour opérateurs indispensables Comment y aller ?

Directours Royal Air Maroc


Go Voyages Kuoni Emotion Air Arabia
Nouvelles Frontières Greens du Monde Alitalia,
Voyages Gallia Voyageurs du monde.

27
Destination
Maroc

AVIS DE L’ EXPERT
Emmanuel Comble
Directeur du Marketing et des Ventes
Mazagan Beach Resort

Quels sont les arguments forts pour convaincre les touristes français de venir à Mazagan ?
Le premier argument fort, c’est le climat. Il règne dans la région un climat cément et tempéré toute l’année.
On dit souvent que l’été au Maroc est trop chaud. C’est faux. Nous avons à Mazagan une température de 30°
en moyenne sur l’année. La brise venue de l’Atlantique permet d’avoir au maximum 32° l’été. La distance de
vol depuis Paris (3h) est un autre argument décisif. On peut venir à Mazagan même le temps d’un week-end
(3 ou 4 nuits).
La variété et la diversité des publics qui fréquente le Resort est également un véritable plus.
En famille, pour profiter de la plage ou des trois différents kid’s clubs, en couple pour le repos ou le spa ou
entre amis, pour le golf, le VTT et les nombreux types de sports, tout le monde peut trouver soin bonheur à
Mazagan. La région alentour possède de nombreux attraits (A Jadida ou Azemmour notamment).
Côté affaires, on peut venir ici pour organiser ou assister à des conférences ou des séminaires.
A partir du hub de Casablanca, on est connecté avec toutes les grandes villes d’Europe et, depuis la France,
venir à partir de nombreuses villes de province (Lille, Lyon, Toulouse entre autres).
Mazagan est sans conteste une destination très abordable et très facilement approchable.

Quels sont les cibles prioritaires visées en termes de clients ?


Nos marchés sont saisonniers. L’hiver, nous accueillons une importante clientèle de golfeurs ainsi qu’une
grande clientèle affaires (séminaires, conventions, incentives) séduite par la proximité et la qualité des ins-
tallations. Nous avons aussi une clientèle de connaisseurs du Maroc qui cherche souvent une alternative à
Marrakech, Agadir ou les villes impériales.
L’été, nous visons une clientèle famille plus attirée par le climat doux et la proximité du bord de mer.

Toutes les nationalités sont représentées ?


En 2010, nous avons reçu 200 000 clients. 25 % de ces clients étaient français. Les nationalités les plus
représentées sont les britanniques, principalement anglais, la clientèle locale marocaine, les italiens (il y a 40
connexions aériennes par semaine de l’Italie vers Casablanca), les belges et les suisses.
Les allemands sont également présents mais souffrent du manque de bonnes connexions aériennes, des
jours et des horaires de programmation, le tissu touristique allemand étant très régional.
Nous sommes d’ailleurs en veille permanente concernant les routes aériennes car elles sont déterminantes
pour notre business. BMI, au départ d’Heathrow, a commencé à opérer à partir du 2 avril dernier et Air Berlin
ouvrira, à partir du mois de Mai, une desserte depuis Cologne.
Le marché russe, présent au Maroc depuis une dizaine d’année, nous intéresse également car Agadir n’est
plus leur seul centre d’intérêt. La RAM a d’ailleurs ouvert depuis le 15 mars une ligne directe sur Moscou,
avec 4 rotations par semaine pour le marché business et le marché loisirs.

Quelle place occupe le B2B français dans la stratégie de développement commercial du Resort ?
Nous avons un effort particulier à faire pour mieux travailler avec les réseaux français de d’agences de voyages.
A l’ouverture, notre stratégie était basée sur le développement de nos accords avec les tour- opérateurs, nous
sommes aujourd’hui conscients de la nécessité d’affiner et de conforter notre présence auprès des réseaux.
Cela va passer par des visites personnalisées, l’organisation d’actions promotionnelles, une présence plus
importante sur les évènements majeurs de la profession et plus généralement une proximité accentué avec
ces différents acteurs.

28
*

Sur ANA, la culture japonaise se traduit dans le service à bord jusque dans
les moindres détails ; vous arrivez détendu et serein. Et voyager devient un art.

www.ana.fr
* Quand voyager devient un art
Portraits d’AGV

Portraits d’AGV
Chaque mois, B2Bigsbi vous présente des personnalités agents de voyages.
Vous pouvez vous aussi figurer dans cette rubrique.
Envoyez nous un mail à l’adresse suivante: portraits@laquotidienne.fr

Ce mois-ci :
Nathalie Besnard, Hakima Gelloul, Laurence Lelong et Isabelle Martino

30
Portraits d’AGV

B E S N A R D
Nat h a l i e

O
n peut dire que c’est vraiment par hasard que je suis devenue agent de voyages. Je travaillais dans
une boutique de prêt à porter. Quand j’ai quitté cette entreprise, un spécialiste du voyage d’affaires
m’a contacté pour un emploi et j’y travaille toujours aujourd’hui. Un bon agent de voyages doit être
très proches de ses clients et beaucoup s’impliquer pour la réalisation de leurs voyages. L’implication per-
sonnelle du vendeur est selon moi le plus important. Ma destination préférée est Londres. L’atmosphère
particulière de la capitale anglaise m’a toujours fasciné.

31
Portraits d’AGV

a G E L L O U L
H akim

A
près des études littéraires, je me suis dirigé vers un BTS tourisme en alternance. Puis j’ai intégré une
agence de voyages ou le directeur m’a transmis son savoir faire et son amour du tourisme. Les princi-
pales qualités pour être un bon agv c’est d’abord être passionné par son métier et toujours à l’écoute
de ses clients. Etre curieux et beaucoup voyager est également un réel plus en termes de crédibilité vis-à-vis
du client. Ma destination préférée est le Vietnam pour le dépaysement et la culture merveilleuse et magique.
J’ai aimé l’accueil de la population, le sourire permanent, les paysages et les coutumes millénaires.

32
"Vous ne prenez pas une photographie, vous la faites."






Ansel Adams

ALEXANDRE NESTORA PHOTOGRAPHE INDEPENDANT

TOURISME
Reportages destinations, photos d'illustration Web & Presse
EVENEMENT
Couverture des événements, congrès, conférences de presse, soirées, animation studio photo...
PRODUITS
Prises de vues en studio ou sur place, catalogues, sites Internet, édition
PORTRAIT
Réalisation de portraits de dirigeants d'entreprise pour la communication
ENTREPRISE
Reportages photo d'entreprise. Photos corporatives, d'illustration, objets...

Plus de photos, d'informations et les tarifs sur le site


WWW.NESTORA.COM

COURRIEL ALEXANDRE@NESTORA.COM TEL +33(0) 662 032 785


Portraits d’AGV

Laurence LE
LONG

A
rrivée à ce métier par hasard après un Bac L, je me suis inscrite à un BTS Tourisme. Après un contrat
en alternance, l’agence de voyages m‘ a proposé un CDI. Le bon AGV doit savoir écouter et rentrer
dans une relation de confidence avec son client qui doit toujours se sentir à son aise. Il doit savoir
décrypter rapidement une brochure et bien connaitre les sites pros B2B des fournisseurs. Je reste une grande
fan des Etats-Unis et notamment de New York que je pourrais visiter chaque année pendant cent ans !

34
Portraits d’AGV

Isabelle MA
RTINO

J
’ai eu la chance de beaucoup voyager depuis mon plus jeune âge grâce à mes parents. Après un job
d’été dans un club en Turquie, je me suis inscris en BTS tourisme en alternance. La vocation m’est venue
en travaillant et je suis toujours très heureuse dans ce métier. Le bon agent de voyage doit être attentif
à la demande du client et donc bien évaluer son profil. Il ne faut pas hésiter à questionner puis faire des pro-
positions en mettant en avant son expérience professionnelle. Ma destination préférée ? Le Maroc, pour la
chaleur de la population et l’ambiance festive à chaque coin de rue. J’aime beaucoup déambuler dans les
souks et boire un thé à la terrasse des cafés !

35