Vous êtes sur la page 1sur 15

Julien CROTEAU

Groupe 01

504-MCA-LS
Langage Visuel

Snow White and The Seven Dwarfs (1937)

Pésenté à
Madame Nathalie Nicole Bouchard

Conservatoire Lassalle
Hiver 2010
9 février 2011

1 sur 15
Table des matières
Introduction …........................................................................................................................... p.3
1. Résumé su film …........................................................................................................... p.3
2. Blanche-Neige par les frères Grimm …....................................................................... p.4
3. Walt Disney ou David Hand? …................................................................................... p.4
4. David Hand .................................................................................................................... p.5
5. La production ................................................................................................................ p.5
5.5 Inspirations ….......................................................................................................... p.6
6. Réaction du publique …................................................................................................ p.7
7. Prix reçus …................................................................................................................... p.8
8. Raisons su succès …....................................................................................................... p.9
9. Ce que le film a apporté au cinéma …......................................................................... p.10
10. Transformation de la reine …....................................................................................... p.12
11. Thèmes et messages ….................................................................................................. p.12
12. Appréciation personnelle ….......................................................................................... p.12
Médiagraphie ….........................................................................................................................p.14
Appendices

2 sur 15
Snow White and the Seven Dwarfs (1937)
De tous les films des studios de Disney, ce film est surement le plus connu autant des petits et

des plus vieux. Snow White and the Seven Dwarfs, la version originale de Blanche Neige et les sept

nains, a su captiver plusieurs générations à travers le temps et est, à ce jour, l'un des plus grands chef-

d'œuvre d'animation. Ce film a révolutionné le cinéma de plusieurs manières. C'était une première en

son temps. Le film est une fiction animée de genre comédie musicale fantastique.

1. Résumé du film

Par un beau jour ensoleillé, Blanche-Neige, une princesse, n'a rien de mieux à faire que de laver

son château. En prenant de l'eau dans son puis, elle aperçoit soudain qu'un prince l'observait. En cinq

secondes elle tombe follement amoureuse avec lui. Pendant ce temps, l'affreuse reine demande à son

miroir quelle fille est la plus belle. Celui-ci lui répond que c'est Blanche-Neige. Furieuse, la reine

décide d'envoyer son chasseur tuer la princesse et lui demande de rapporter son cœur. Le chasseur n'est

pas capable de tuer Blanche-Neige, il rapporte un cœur d'animal à la Reine. Blanche-Neige, trop

effrayée, s'enfuit dans la forêt puis va se loger dans la maison des sept nains. La reine se rend compte

de la ruse du chasseur et elle va tuer Blanche-Neige déguisée en sorcière. Le prince trouve la dépouille

de Blanche-Neige dans son cercueil puis il décide de lui donner un bec. Blanche-Neige se réveille et le

prince l'amène dans son château. Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants.

3 sur 15
2. Blanche-Neige par les Frères Grimm

L'histoire écrite par les frères Grimm n'était pas assez magique et « politicly correct » pour

Disney. Son équipe a dû travailler fort pour écrire une histoire qui était à la fois de son époque et

convenable pour toute la famille. Dans la version des frères Grimms, Blanche-Neige a sept ans. Les

sept nains ne sont pas très importants. Quand Blanche-Neige arrive chez les nains, tout est très net et

ceux-ci accepte Blanche-Neige chez eux à condition qu'elle fasse le ménage et les repas. La Reine va

visiter trois fois avec des cadeaux empoisonnés puis le troisième cadeau, la pomme, a raison de

Blanche-Neige. Le prince, lui, va se loger chez les sept nains et en voyant le cadavre de Blanche-Neige,

l'achète, puis l'amène à son château. En chemin, Blanche-Neige tousse le morceau de pomme qu'elle

avait avalé puis elle se réveille.

3. David Hand ou Walt Disney?

La réalisation du film est attribuée à David Hand. Par contre, aussitôt qu'on parle de Blanche-

Neige dans les livres sur la compagnie Disney, tous basés sur les témoignages de la famille Disney et

des gens de l'entreprise, on dit que le film était la vision de Disney. En effet, il avait le droit de véto sur

tous les décisions de Hand et il choisissait les séquences qui allaient être portées au grand écran. Le

travail de David Hand comme réalisateur était d'exécuter les décisions de Walt, d'aider ses animateurs

et prendre soin qu'ils puissent bien exécuter leur travail. Les voix du film arrivaient à David déjà

enregistré sans qu'il ait un mot à dire puis il devait faire en sorte qu'elles soiten animées de la bonne

manière. Dans ce cas, on pourrait dire que le véritable directeur était Walt Disney, mais Hand qui était

trop occupé à produire de nouveaux film, ne s'était pas rendu compte que Walt prenait le crédit pour un

4 sur 15
œuvre qui était le résultat du travail d'une immense équipe. C'est une des raisons pourquoi il quitte le

studio.

4. David Hand

David Dodd Hand est né le 23 janvier 1900 au New Jersey aux États-Unis. Avant de commencer

sa carrière chez Disney, il travaille dans des petits studios d'animation à New York. En janvier 1930, il

s'installe à Los Angeles pour travailler comme animateur au studio Disney. Après quelque productions,

le studio commençait à prendre plus de place et Hand est nommé réalisateur. Sa première réalisation

était Building a Building mettant en vedette Mickey et Minie Mouse. Après cela, Hand dirige plusieurs

cours métrages primés par les Oscars chez Disney. C'est pour ça que Walt Disney lui confie son projet

qui lui tient le plus à cœur, Blanche-Neige. En 1944, il quitte le studio parce qu'il est tanné de se faire

diriger par quelqu'un qui est plus jeune que lui. Après, il essaie de bâtir un studio d'animation aussi fort

que celui de Disney, mais sans succès. Il termine sa vie en 1986 dans une petite ville côtière de la

Californie. Il sera toujours reconnu comme le réalisateur de Bambi (1942) et Snow White and the Seven

Dwarfs (1938).

5. La Production

Disney, en voyant que ses cours métrages animés ne rapportaient pas assez d'argent a une idée

saugrenue, celle de faire un long métrage en dessin animé. Tout Hollywood disait que c'était de la folie

et que Walt allait perdre tout son argent. N'écoutant personne, Disney débute la production de Blanche-

Neige en 1934 avec un budget de 150 000$ en se basant sur le budget de ses silly symphonies, des cours

métrages synchronisés avec la musique et les sons qui ont, en quelque sorte, engendré Blanche-Neige.

5 sur 15
Plus la production avance plus les prix du film dépassent le budget initial, à un point tel que Walt

hypothèque sa propre maison. Le film coute plus chère à cause de toutes les nouvelles technologies que

l'équipe du film a développé et acheté pour que le film soit parfait tel que les caméras multiplane pour

donner une impression de profondeur aux images et le Technicolor, un procédé pour colorer les films.

Le travail des animateurs était très difficile parce que jusqu'à maintenant ils avaient seulement

fait des cours métrage mettant en vedette des animaux. À chaque jour ils devaient innover. Ils ont

même pris des cours sur le corps humain pour mieux animer les personnages. Disney demandait

souvent qu'on redessine des scènes entières. Par exemple, un dessinateur avait montré un scène à Walt

où Simplet avait de la misère à suivre les autres nains et était maladroit, après cela, Walt a demandé

qu'on redessine toutes les scènes où Simplet se trouvait pour que Simplet ait cette attitude tout au long

du film. Le film est terminé en 1937 avec un budget de 1.5 million de dollar, ce qui était gigantesque à

l'époque.

Plus tard un animateur explique dans sa biographie qu'à cause de la tension qui rôdait dans le

studio vers la fin, les animateurs dessinaient les personnages dans des scènes pornographiques.

5.5 Inspirations

Le film de Blanche-Neige et les sept nains pige dans beaucoup d'ouvrages. En 1935 Walt

revient d'un voyage d'Europe et ramène avec lui 350 livres de contes illustrés pour inspirer les artiste à

la tâche. Aussi, pendant la production, une salle de projection est utilisée pour montrer aux animateurs

tous les films du Noir et Blanc à la couleur en passant par le parlant dont les films Dr. Jekyll et Mr

6 sur 15
Hyde (1932) et Le cabinet du docteur Calgary (1920). L'équipe emprunte aussi beaucoup à l'art

nouveau. La maison des nains, les sculptures de bois et la forêt sont inspirées des mères patries de deux

artistes qui ont travaillé à la direction artistique du film soit la Suède et la Suisse.

6. Réaction du publique

Le film sort pour la première fois le 21 décembre 1937. Les critiques crient au génie et le public

l'acclame. Tous les gens qui avaient prédit un échec au box office pour Blanche-Neige ont aussitôt

changé d'idées. On compare Walt Disney à Charlie Chaplin pour le pas de géant qu'il vient d'accomplir

pour le cinéma. Les enfants adorent le compte de fée. Tout le monde est séduit par les différentes

personnalités des nains. Par contre tous les critiques ne sont pas si élogieuses. On reproche beaucoup à

Disney d'être trop simpliste dans ses histoires et ses dessins, d'être trop commercial. On blâme aussi le

fait que la technique du rotoscope, c'est-à-dire copier les contours de personnes filmés, a été utilisé

pour animer le prince et Blanche-neige comme par exemple dans la scène de Lucy in the Sky With

Diamonds dans le film Yellow submerine (1968). Des critiques trouvent que tous les personnages

ressemblent à des caricatures, ce que faisait la plupart des animateurs avant d'être animateurs.

Tout le monde veut emporter Blanche-neige chez eux, la VHS n'étant pas encore inventée

Disney fait faire plein de marchandise dérivée comme des montres, des peluches, des figurine, des

B.D., etc. Le studio se fait remboursé le film plusieurs fois.

Au fil du temps, le film ressort plusieurs fois dans les cinémas et on le restaure à chaque fois.

Les critiques évoluent avec la société, la vision du film change beaucoup. On qualifie le film de sexiste,

7 sur 15
à un point tel que le film est interdit à certains endroits de peur qu'il influence les jeunes enfants. Les

gens se rendent compte que le film n'était pas si parfait et que les techniques utilisées manquaient de

réalisme puisqu'ils pouvaient comparer le film avec d'autres film d'animation. C'est seulement dans les

années 80 que le public réalise que Blanche-Neige a les yeux fermé pendant quasiment tout le film et

qu'elle est animée en rotoscope.

7. Prix reçus

Snow White and the Seven Dwarfs se voit recevoir un Oscar mais, pas dans n'importe quelle

catégorie. Walt Disney reçoit l'oscar mythique avec sept autres mini Oscar dans la catégorie

honorifique pour l'incroyable innovation qu'il venait d'accomplir. Voici une liste1 des prix qu'il a

gagné :

Prix Année Cathégorie


Academy Award 1939 Honorifique
Saturn Award 2002 Meilleure sortie d'un DVD d'un

classique
Motion Picture Screen 1987 Honorifique

Cartoonists Award
Inclus dans le National Film 1989

Registry
New York Film Critics Circle 1939 Honorifique

Award
Trophé du grand art biennal 1938

1 http://www.imdb.com/title/tt0029583/awards (consultée le 5 février 2011)

8 sur 15
Le film a aussi son étoile dans le Walk of Fame. Il est classé 122e dans le Top 1000 Grossing

films du site internet MovieWeb avec des recetttes totalisant 184 925 000$. Blanche-Neige est aussi

classé 34e dans le top100 des meilleurs films du American Film Institute. Le long métrage est aussi

classé 1er dans le top 10 des meilleurs films d'animation de la même institution.

8. Les raisons du succès

En 1934, quand la production s'est déclenchée, le monde était en dépression économique.

Plusieurs artistes de renommé ne pouvaient vivre de leur art et les studios Disney étaient les seuls à les

engager massivement. Alors, les artistes ont afflué vers les studios, d'ailleurs, après Blanche-Neige,

certains quitte à cause de l'atmosphère de travail qu'ils méprisaient. Une autre raison est que le film

ressemblait beaucoup à un film en chair et en os et les personnages principaux étaient même tracés sur

des vrais humains pour pas qu'ils n'aient l'air des caricatures. L'abondance d'animaux anthropomorphes

n'est pas une coïncidence non plus, ils sont dans le film parce que les animateurs avaient acquis de

l'expérience en les animant dans les Silly Symphonies. En d'autres mots, ils étaient une valeur sûre. Le

long métrage était aussi un des premiers film fantastique ou les lieux étaient issu de l'imaginaire. Plus

tard, MGM sort le film The Wizard of Oz (1939) pour compétitioner avec Blanche-Neige.

9. Ce que le film a apporté au Cinéma

Dès la sortie du film, on se rencontre qu'il est une révolution pour le monde du cinéma. Le film

9 sur 15
change le destin du dessin animé. Blanche-Neige et les sept nains est le premier long métrage en dessin

animé. C'est des studios Disney qu'est né quasiment toutes les techniques modernes pour l'animation

2d. L'œuvre a aussi réinventé le genre fantastique avec plein de nouveaux effets spéciaux et des décors

bâtis seulement de l'imaginaire qui n'avaient encore jamais été fait dans les films. Il a aussi popularisé

les adaptations de conte de fées. Un autre aspect de sa contribution, un peu négligé, est que le film a

sauvé la compagnie Disney de la faillite après la deuxième guerre mondiale pour amener la compagnie

à ce qu'on connait d'elle maintenant.

10 sur 15
11 sur 15
10.La transformation de la reine

L'extrait présenté lors de l'oral est celui où la reine fait de la potion magique et elle se

transforme en vielle dame hideuse. Cet extrait est un bel exemple de l'époque ou le film a été fait de

références et d'exercices de style. Dans cette scène, la reine fabrique sa potion magique non pas dans

une marmite, mais dans un laboratoire. Ce qui reflète la fascination pour la science de l'époque dans le

cinéma. On retrouve des influences de l'expressionnisme allemand (lorsqu'on voit son ombre se

transformer) et une référence au film Dr. Jekyll et Mr Hyde (1932). Dans cette scène comme dans tout

le film, les plans sont assez long et il a seulement des plans narratifs.

11.Thèmes et message

Les thèmes abordés dans l'histoire sont : La jalousie, la beauté, la nature, la monarchie et la

pureté. La morale du film est : Le mauvais karma vous surveille toujours.

12.Appréciation personnelle

Je trouve que tous les éléments immobiles sont des chefs-d'œuvres. Par contre, je n'aime pas que

tous les personnages et les éléments qui bougent soit seulement des lignes et des couleurs sans aucun

tons. Je trouve que ça enlève la troisième dimension au film. L'utilisation du rotoscope est inutile à mes

yeux puisque les personnages qui ont l'air les plus vivants sont les nains et la reine et ça enlève pas mal

12 sur 15
de mérite au film. Je n'approuve pas vraiment la manière dont Disney a changé l'histoire des frères

Grimms puisque dans sa version, Blanche-Neige a l'air d'une femme soumise et complètement stupide

et dans celle des deux frères Blanche-Neige a plus de crédibilité. Les chansons sont juste là pour

remplir des trous plate et si on ôte les chansons, le film est encore plus plate.

13 sur 15
Médiagraphie

Livres :

CND Intenational, Disney Channel, Paris, Hachette Éditions No1, 1986.

FINCH, Christopher, The Art of Walt Disney : From Mickey to the Magic Kingdoms, New York, HNA
books, 2004, 504 pages.

GIRVEAU, Bruno, Lella Smith, Pierre Lambert, Charles Solomon, Robin Allan, Holly Crawford et
Dominique Païni, Il était une fois Walt Disney aux sources de l'art des studios disney, Paris, Éditions de
la Réunion des musées nationaux, 2006, 358 pages.

Sites Internet :

American Film Institute, America's greatest movies : 100 years 100 movies, 2007,
http://www.afi.com/100years/movies10.aspx (Du recueil, p.83).

American Film Institure, 10 top 10, 2008, http://www.afi.com/100years/movies10.aspx


(Du recueil, p.92).

BARRIER, Micheal, David Hand, 2003,


http://www.michaelbarrier.com/Interviews/Hand/interview_david_hand.htm .

Little Snow-White, http://www.pitt.edu/~dash/grimm053.html .

MovieWeb, All Time Top 1000 Highest Grossing Films (US Domestic Ranks in
Millions), Février 2011, http://www.movieweb.com/box-office/alltime?pg=2 (Du recueil
p. 30).

Articles de journaux :

ARNOUX, Alexandre, « Le Cinéma, Blanche-Neige et les sept nains », 14 mai 1938.

HAESEKER, Fred, « Snow White belies her 46 years... », Calgary Herald (Calgary), 22
juillet 1983.

HUME, Christopher, « The fairest of them all », The Toronto Star (Toronto), 2 juillet
1993.

14 sur 15
KEHR, Dave, « Snow white Disney movie's 50th anniversary celebrated the 'cast' of Walt
Disney's full-length animated classic », Calgary Herald (Calgary), 12 juillet 1987.

« Le Cinéma, Blanche-Neige et les sept nains », mai 1938.

TERRIER, Georges, « L'«affaire» Blanche-Neige, Le conte de fées se vendra bien cette


année », 13 mai 1938.

15 sur 15