Vous êtes sur la page 1sur 5

LYCEE SECONDAIRE

SIJOUMI DEVOIR DE CONTROLE N° 2

Sections : TECHNIQUE Coefficient : 4


SCIENCES EXPERIMENTALES Coefficient : 4

EPREUVE : SCIENCES PHYSIQUES Durée : 2 heures

Proposé par : Mr Benaich Date : 26 / 01 / 2008

L’épreuve comporte deux exercices de chimie et deux exercices de physique répartis sur trois
pages numérotées de 1/3 à 3/3 .

Chimie :  Exercice 1 : Hydrolyse . Physique :  Exercice 1 : Oscillations électriques


 Exercice 2 : Loi de modération . libres non amorties .
 Exercice 2 : RLC forcé .

On réalise un mélange équimolaire contenant 0,6 mol d’éthanoate d’éthyle et 0,6 mol d’eau
additionné de quelques gouttes d’acide sulfurique concentré . On partage le mélange et on obtient
alors 2 échantillons identiques (A) et (B) .
L’échantillon (A) est porté à la température 50°C et l’échantillon (B) à 80°C .
On relève le nombre de moles d’ester restant en fonction du temps dans chaque échantillon
à différentes t et pour chaque échantillon , on représente les variations de nester en fonction du
temps . On obtient les courbes (1) et(2) suivantes .

nester ( mol )
0,30

(2)
0,25

0,20

(1)
t ( min )
0,15
0 20 40 60 80 100 120 140

1°) a) Préciser le rôle de l’acide sulfurique concentré ;


b) Expliquer l’écart entre les deux courbes (1) et (2) . Associer à chacune des deux courbes
l’échantillon correspondant .
2°) a) Déterminer la composition molaire du système de chaque échantillon à l’équilibre dynamique .
b) Déduire la constante d’équilibre associée à l’équation chimique qui symbolise l’hydrolyse de
l’éthanoate d’éthyle à la température 50°C et à la température 80°C .
c) Que peut-on dire quant au caractère énergétique de cette réaction ? Justifier votre
réponse .
Page 1/3
Voir suite au verso 
Dans un récipient de volume V = 6 L où l’on a préalablement fait le vide , on introduit
2 mol d’iodure d’hydrogène HI , la température est maintenue à 627°C .
Le système évolue selon la réaction représentée par l’équation suivante :
( 1)
2 HI (g) I2 (g) + H2 (g)
( 2)
Quand l’équilibre dynamique est atteint , la somme des quantités de matière de H2 et de I2 est
égale à 0,5 mol .
1°) a) Dresser le tableau descriptif de l’avancement de la réaction étudiée .
b) Déterminer les valeurs de l’avancement final xf et de l’avancement maximal xmax .
c) Déduire la valeur du taux d’avancement final τf1 . Conclure .
2°) On ajoute 1 mol de HI à ce système en équilibre , le volume et la température étant maintenus
constants .
a) Dans quel sens évolue le système ? Justifier la réponse .
b) Déterminer la composition du mélange lorsque le nouvel état d’équilibre est établi
caractérisé par un nombre total de moles égal à 3 moles .
3°) Le taux d’avancement final de cette réaction est à τf2 = 0,22 à 440°C .
Que peut-on conclure quant au caractère énergétique des deux réactions associées au sens (1)
et (2) ? Justifier la réponse .
4°) La température étant maintenue constante , quel est l'effet d'une augmentation de pression
sur cet équilibre ? Justifier la réponse .

C
A i B

On dispose d’un condensateur de capacité C et d’une bobine


purement inductive d’inductance L . K
On charge préalablement le condensateur à l’aide d’un
L
générateur de tension continue de f.é.m. Eg = 6 V et de
résistance interne négligeable , puis on réalise le circuit de
la figure 1 .
figure 1
1°) Etablir l’équation différentielle traduisant la variation de
la tension instantanée UAB(t) = UC(t) aux bornes du condensateur .
Quelle est la forme de la solution de cette équation différentielle ?
2°) a) Donner l’expression de l’énergie électromagnétique E du circuit électrique en fonction
de L , C , UC (t) et i(t) . Ee (10-6 J)
b) Montrer que cette énergie E est constante . figure 2
3°) La figure 2 représente les variations de 18
l’énergie électrostatique Ee emmagasinée
par le condensateur .
a) Justifier théoriquement l’allure de cette
9
courbe et déterminer la relation entre la
période T de l’énergie Ee et la période
propre T0 de l’oscillateur .
t (ms)
b) Déduire à partir de la courbe les valeurs 0 π π

de T , T0 , C et L .
Page 2/3
On monte , en série , un résistor de résistance R = 50 Ω , une bobine d'inductance L et de
résistance r et un condensateur de capacité C = 1µ µF . On applique entre les bornes A et M du
dipôle ainsi obtenu une tension alternative sinusoïdale de fréquence N réglable . On relie la voie I ,
la voie II et la masse d'un oscilloscope bicourbe respectivement aux points A , B et M du circuit
(figure 3) .
r,L C
M B A
R
figure 3

Voie II Voie I
Masse

I/ Pour une fréquence N1 de la tension d’alimentation , on obtient sur l’écran de l’oscilloscope


les courbes (a) et (b) de la figure 4 :

1°) Identifier chaque sinusoïde de l’oscillogramme . Tensions ( en V )


Justifier votre réponse ;
2°) Déterminer le déphasage ∆ϕ = (ϕ
ϕu - ϕi) de 6
la tension u(t) par rapport au courant 5 a
πNt + ϕi) parcourant le circuit
i(t) = Im.sin(2π
électrique alimenté par le générateur .
Déduire si ce circuit électrique est inductif, 0 t (ms)
0,4 0,8
capacitif ou résistif .
3°) Déterminer l’intensité maximale Im du courant
et l’impédance Z du circuit . b
4°) Faire la construction de Fresnel en tenant
compte des données et déduire les valeurs de
la résistance r et de l’inductance L de la figure 4
bobine .
II/ On fait varier la fréquence N du G.B.F. .
1°) Pour quelle valeur de la fréquence , les deux sinusoïdes deviennent-elles en phase ?
2°) Quel est l’état du circuit ?
3°) Définir et calculer le facteur de surtension . Conclure .
4°) Quelle est la valeur indiquée par un voltmètre entre les bornes A et B ?

Page 3/3
Correction du devoir de contrôle N°2

1°) a) L’acide sulfurique joue le rôle de catalyseur

b) L’écart est dû à la différence de la température .

Courbe (1) : échantillon (B) et courbe (2) : échantillon (A)

2°) a) D’après la courbe , (nester)éq = 0,2 mol .

Ester + Eau Acide + Alcool


t=0 0,3 0,3 0 0 (mol)
t qqe. 0,3-x 0,3-x x x (mol)

(nest.)éq. = (neau)éq. = 0,2 mol

D’autre part , 0,3-x = 0,2 ⇒ x=0,1 mol soit (nac.)éq. = (nal.)éq. = 0,1 mol
[ac.]éq. .[al.]éq n 0,1
b) K50 = K80 = = ( ac. )2 = ( )2 soit K50 = K80 = 0,25
[est.]éq .[eau]éq. nest. 0,2

c) K50 = K80 ⇒ réaction athermique

1°) a)
Equation de la réaction 2 HI (g) I2 (g) + H2 (g)
Etat du système Avancement Quantités de matière (mol)
Initial 0 2 0 0
Intermédiaire x 2 - 2x x x
Final xf 2 - 2 xf xf xf

b) D’après la courbe , xf + xf = 0,5 mol ⇒ xf = 0,25 mol

Si la réaction était totale , 2 - 2 xmax = 0 ⇒ xmax = 1 mol


xf 0,25
c) τf1 = A.N. : τf1 = soit τf1 = 0,25
x max 1

τf1 < 1 ⇒ réaction limitée

2°) nHI  à volume constant , [HI]  ; d’après la loi de modération , l’éq. est déplacé dans le sens qui fait
diminuer [HI] ⇒ sens direct

3°) Si T  , τf  ⇒ l’éq. est déplacé dans le sens inverse (2) .


D’autre part , si T  , d’après la loi de modération , l’éq. est déplacé dans le sens exothermique .

Donc , sens (2) : exothermique et sens (1) : endothermique

4°) L’augmentation de la pression n’a aucun effet sur l’équilibre car aucun des deux sens ne fait
varier ng ( 2 = 1 + 1 ) . UC

A i C B

di d2 q d2 (C.UC ) d2UC
1°) Loi de mailles : UC + UL = 0 . Avec UL =L =L 2 = L = L.C K
dt dt dt2 dt2
L
2
d UC
i
1
D’où , 2
+ UC = 0
dt L.C UL
La solution de cette équation s’écrit sous la forme : UC(t) = UCm.sin( ω0t + ϕUC ) Page 1/2
1 1
2°) a) E = C. UC2 + L.i2
2 2
2 2
dU 1 di dUC dq d q dUC d(C.UC ) d (C.UC )
b) dE = 1 C.2.UC C + L.2.i = C.UC +L = C.UC + L
dt 2 dt 2 dt dt dt dt 2 dt dt dt2

dUC 2 dUC
d2UC 2 dUC
d2UC 1
= C.UC + L.C 2 = L.C ( 2
+ UC ) = 0 ⇒ E = constante
dt dt dt dt dt L.C
1
3°) a) Ee = C. UC2 0 d’après 1°)
2
Soit, Ee(t) = 1 C. UCm
2
sin2( ω0t + ϕUC ) = 1 C. UCm
2
[ 1 + cos( 2ω0t + 2ϕUC )]
2 4
T
Donc, Ee(t) est une fonction périodique de période T = 2π = 1 2π soit T = 0
2ω0 2 ω0 2
b) D’après la courbe , T = π.10-3 s ⇒ T0 = 2π.10-3 s
1 1 2.E 2x18.10 -6
Eem 2
= C. UCm = C. Eg2 ⇒ C = 2em A.N. : C = soit C = 10-6 F = 1 µF
2 2 Eg 62

1 4π 2 1 T02 4π 2 .10 -6
ω02 = ⇒ = ⇒ L = A.N. : L = soit L = 1 H
LC T02 LC 4π 2 C 4π 2 .10 -6

I/ 1°) On montre que Um > URm ⇒ (a) → u(t) et (b) → uR(t)

2πΔt 2π × 1 π π
2°) ∆ϕ = = = rad . Donc , ϕu - ϕi = - rad
T 12 6 6
u(t) est en retard de phase par rapport à i(t) ⇒ circuit capacitif

URm 5
3°) URm = R.Im ⇒ Im = A.N. : Im = soit Im = 0,1 A
R 50
Um 6
Um = Z.Im ⇒ Z = A.N. : Z = soit Z = 60 Ω
Im 0,1
ω.Im
L.ω
π (R + r).Im Um π 6 3 +
4°) cos = ⇒r= cos - R A.N. : r = - 50 soit r = 2Ω
6 Um Im 6 0,1 2 (R+r).Im
1 1 π 1
N= = = 1250 Hz . .Im
T 0,8.10 -6 6 C.ω
1 Um
( - Lω).Im Um
π Cω 1 1 π
sin = ⇒L= ( - sin ) soit L = 0,012 H
6 Um 2πN 2πNC Im 6
1 1
II/ 1°) U(t) et UR(t) en phase ⇒ N = N0 = A.N. : N0 = soit N0 = 1452Hz
2π LC 2π 0,012x10 -6
2°) Il s’agit de la résonance d’intensité : Le circuit est résistif
Ucm 1 1
3°) Par définition , Q = = A.N. : Q = soit Q = 2,11
Um Cω 0 (R + r) 2πx1452X52X10 -6
On a phénomène de surtension .
4°) A la résonance d’intensité ; U = ( R + r ).I (1)
et UAB = r.I (2)
(2) UAB r r Um
⇒ = ⇒ UAB = soit UAB = 0,16 V
(1) U R+r R+r 2

Page 2/2