Vous êtes sur la page 1sur 57

n°1

avril 1988
mensuel

ïr\
0

c
o
o
k
0

N
2
o
al
x
CD
1002000
COFFRETS HEILAND HE 2 2 2
Coffrets de petite taille pour de multiples applications. Idéal pour l'optoélectronique (boîtier
transparent ou Infra-Rouge). Une seule taille permet des dimensions inférieures par simple
découpe des deux moitiés à la même longueur.
- Fermeture type "tiroir" sans vis ni colle.
- Deux bossages permettent d'immobiliser le circuit imprimé, laissant libre un empJacement
pour la pile 9 V.
- Polycarbonate transparent, finition brillante ; - usinage et perçage très facile ; - dim. du
coffret = 141 X 57 X 24 mm ; - Dim. du circuit imprimé : 110 X 53,5 mm (avec pile) ; - dim. du
circuit imprimé ; 135 X 53,5 mm (sans pile). DE POCHE
Trois présentations : transparent cristal, Circuit imprimé pastillé universel pour les
transparent fumé et noir brillant trans- coffrets HEILAND. Dim. 110 X 53,5 mm - à changement de
parent aux infra-rouges. gamme automatique
Coffret HE 222 cristal _ _ _ _ _ La plaque EPOXY pastillé 3 1 / 2 digits
101.6526 33,00 F 110X53,5 Dimensions : 108 X 56 X 10 mm ! +
WM 3 2 4 0 F
Coffret HE 222 fumé » ' Gammes de mesure :
1016527 -VDC:de1mVà400Vf2%
36,00 F La plaque HBiAND p astl ,| ée avec |lgnes LES PLUS GRANDES -VAC:de1mVà400V±3%
Coffret HE 222 spécial infra-rouge d'alimentation sur la face côté composants -n:deO,1ftà2Mn±2%
101.6528 45,30 F 101.6590 35,60 F MARQUES EIM DIRECT - Test de continuité IBuzzer) ^
jMrfF
CHEZ VOUS ! 102.6611 245,00 F

BOITE DE CIRCUIT - C O N N E X I O N S A N S SOUDURE "DOUBLE FACE"


K ,FCWOWQUES
Les seuls boîtiers homologués par l'éducation nationale pour l'équipement des collèges
-M987/&Ô
sieber scientific

TARIF SPÉCIAL
PRIX TARIF RÉSERVÉ AUX
LECTEURS O'ELEX
£9,00? 84,1
IjWWfF 110,00 F
jttjg 164,00 F
258,00 F
358£0f 327,00 F
Également disponibles :
Cartes d'études 80 X 100 et 100 X 160 mm permettant de transposer
directement votre prototype.

Pour faciliter le traitement de vos commandes, veuillez mentionner la RÉFÉRENCE COMPLÈTE des articles commandés

Règlement à la commande : Commande inférieure à 600 F :


ajouter 28,00 F forfaitaire pour frais de port et emballage.
Commande supérieure à 600 F : port et emballage gratuits.
- Règlement en contre-remboursement : joindre environ 20%
d'acompte à la commande.
Frais en sus selon taxes en vigueur. B.P. 513 - 59022 LILLE CEDEX - TEL 20.52.98.52
- Colis hors normes PTT : expédition en port dû par messageries. MAGASIN : 86, RUE DE CAMBRAI - 59000 LILLE
• ASSIS
l'illustration de couverture:
explorer l'électronique par l'expérimentation

SOMMAIRE ELEX N° 1

EXPÉRIMENTATIONS 43 FABRIQUER DES PILES


LUMINEUSES SUR DES PILES SOI-MÊME
MONTEES EN SERIE Provoquer une réaction chimique qui donne
naissance à une tension électrique. Une
Une ou deux piles, quelques ampoules, des bouts expérience qu'il faut avoir faite. . .
5 LES PILES, SOURCES DE de fil, il ne faut rien de plus que cela pour
commencer à comprendre ce qu'est la tension.
TENSION INOFFENSIVES 44 DES LIVRES POUR DECOUVRIR
La vogue des piles connaît des hauts et des bas.
Elles sont impopulaires auprès des parents, mais
28 DU BON USAGE DES PRISES L'ELECTRONIQUE
toujours très demandées par les enfants. Il en
existe une variété extraordinaire," et grâce à la
faible consommation des appareils modernes,
SECTEUR
elles restent des sources de tension de tout Soyez vigilants : 220 V est une tension
premier choix, notamment en raison de leur
caractère inoffensif pour le débutant.
dangereuse! 46 DOUBLE REGLAGE DE BALANCE
POUR AUTO-RADIO
30 ALIMENTATION SIMPLE DE Pour une stéréo optimale pour tous les passagers,
6 LES PLATINES 4,5 V aussi bien à l'avant qu'à l'arrière.
d'expérimentation d'ELEX: trois formats,, une
à faire soi-même!
formule unique!
Le circuit de base de toutes 53 LA LOGIQUE SANS HIC
les alimentations, présenté ici 1ère partie :
dans toute sa simplicité. Pour
7 L'ART DE SOUDER le réaliser, on peut même se
Pour apprendre à se débrouiller avec des " 1 " et
de " 0 " .
Quelques règles à respecter, et des gestes passer de circuit imprimé.
simples.
56 COMMANDE AUTOMATIQUE DE
10 TESTEUR DE CONTINUITÉ PLAFONNIER
à faire soi-même! 32 TESTEUR DE TRANSISTORS un super gadget pour l'auto
L'outil électronique le plus à faire vous-même! à réaliser soi-même!
simple et le moins cher, et L'électronique est une tech- Quand vous montez dans
pourtant il est très utile. Indis- nique qui a ceci d'original l'auto, le plafonnier s'allume;
pensable sur toutes les qu'elle permet de construire dès que vous refermez la
CçCwmaSnm. ' tables de travail! soi-même ses outils et ses portière il s'éteint. Avec ce
instruments de travail. Nous circuit, la lampe reste
commençons ici la construc- allumée le temps que vous
tion d'un véritable petit labo. trouviez la clef de contact.
12 SIRÈNE DE VÉLO
à faire soi-même!
C'est le printemps, on va
35 LA MESURE ANALOGIQUE
pouvoir sortir en bécane. 1ère partie :
Que diriez vous de remplacer Mesurer l'électricité, c'est passionnant, à condition
le banal DRING de la de savoir interpréter les mesures, apprécier les
sonnette mécanique risques d'erreur, etc.
actionnée par le pouce, par
une superbe sirène de police
électronique? 37 REGENERER DES PILES 58 TESTEZ LES PILES A
L'AMPEREMETRE
14, 16, 52 RÉSI ET TRANSI . . . avant de les jeter. Il ne suffit pas de mesurer
Une bande dessinée dans un magazine d'initiation la tension aux bornes d'une pile déjà utilisée pour
à l'électronique! Mais oui, pourquoi se refuser ce 40 ALIMENTATION STABILISEE À voir si elle est vraiment à plat
plaisir, puisqu'en 2 pages de BD on apprend
facilement et durablement des notions qui TENSION DE SORTIE VARIABLE
autrement restent 1e plus souvent lettre morte. DE 0 à 15 V 61 LE CODE DES COULEURS DES
Rési (qui sait tout) explique à Transi (qui fait
semblant de ne presque rien savoir) ce qu'est la à faire soi-même! RÉSISTANCES
tension. Les piles c'est très bien pour en couleurs, toutes les résistances de la série E12
de nombreuses applications,
notamment pour les
17 LES COMPOSANTS expérimentations. Mais une dans les prochains numéros :
fois que l'on a acquis un peu un chargeur d'accumulateur Cd-Ni universel
utilisés dans ELEX et les symboles d'expérience, que l'on
correspondants. un ohmmètre linéaire
aborde des montages dont la un témoin de feux stop pour l'auto
consommation de courant un gradateur pour lampe de poche
est plus élevée, et que le
20 LE RADAR, comment ça marche? nombre de ces montages
un gyrophare pour modèle réduit
une commande automatique de feux de
augmente, il faut une
stationnement
alimentation de table dont la
25 PILES EN SERIE tension de sortie soit
un thermomètre électronique
un variateur de vitesse pour mini-perceuse
Deux ou plusieurs piles en série, cela s'appelle variable.
des décades de résistances et de condensateurs. . .
une batterie.

sommaire elex n°1 • avril 88 3


/

éditorial
Et oui, c'est encore par la lecture que nous acquérons l'essentiel de nos connaissances, il
est donc logique que pour vous entraîner à la découverte de l'électronique, fût-ce par la
pratique et l'expérimentation, nous commencions par une invitation à la lecture.
Voici donc en quatre mots le résumé des idées d'où est né ce magazine :
ÉLECTRONIQUE - EXPÉRIMENTATION - LECTURE - EXPLORATION
L'ELECTRONIQUE parce que c'est elle qui en moins d'un demi-siècle a transformé le
monde plus qu'aucune autre discipline ne l'avait tait auparavant. Et ce n'est pas fini. , .
L'EXPERIMENTATION parce que c'est le gôut de la manipulation qui un jour a fait du
tibia une flûte, de la tige de pnc une sarbacane; c'est lui qui de chiffons mouillés et de
quelques plaques de métal a fait une pile électrique, et qui de \'homo erectus a fait un
homo electronicus.
La LECTURE... qui permettra à des dizaines de milliers d'amateurs d'électronique
d'apprécier le contenu de ce magazine,
L'EXPLORATION, ,, au-delà du goût de l'expérimentation et de la bidouille sans panache,
il y a la passion de l'inconnu, la soif de comprendre, la détermination face à l'hostilité, le
sens de l'effort (souvent) gratuit, , . En deux mots, tout ce qui fait la différence entre passion
et indifférence,
ELEX est un magazine réalisé par une équipe de rédaction permanente et internationale
composée d'électroniciens et de techniciens, bien sûr, mais aussi de journalistes et de
pédagogues, qui mettent la maîtrise de leur discipline au service de ceux qui abordent aux
rivages de l'électronique avec ce premier numéro. Le choix des articles n'est dû ni à la
complaisance ni au hasard, mais répond à un programme établi dès maintenant pour
plusieurs années, avec des pôles didactiques sur lesquels sont centrés les montages
présentés, TOUS LES SCHEMAS ELECTRONIQUES PUBLIES ONT NON SEULEMENT
ETE TESTES UN A UN, MAIS SONT AUSSI LE FRUIT DE TECHNIQUES DE
CONCEPTION SPECIALEMENT MISES AU POINT POUR OBTENIR UNE
REPRODUCTIBILITE OPTIMALE.
- « Une technique difficile, l'électronique ? », dites-vous.
Non, c'est une technique d'une richesse et d'une variété rares, qu'il suffit d'aborder comme
nous le ferons, c'est-à-dire progressivement et patiemment afin de ne pas tout mélanger : la
tension et le courant, la résistance et la capacité, l'alternatif et le continu, l'intégré et le
discret, l'analogique et le numérique, et ainsi de suite.

L'électronique est une discipline extrêmement originale par le fait qu'elle consacre
l'essentiel de ses efforts à se perfectionner elle-même. Ceux qui la pratiquent vi utilisent-ils
pas sans cesse leurs connaissances et leur expérience pour réaliser eux-mêmes leurs
propres outils au fur et à mesure de l'apparition des besoins ?
La formule d'ELEX est originale elle aussi ; centrée sur des platines d'expérimentation
universelles conçues spécialement pour les novices, elle offre un mélange d'informations
ayant trait de près ou de loin à l'électronique, sa théorie, sa pratique, la recherche, les tech-
niques de pointe etc. Elle incorpore aussi les deux personnages d'une bande dessinée en
couleur : RESl(stance) et TRANSI(stor) que nous vous invitons à découvrir à la page 14 de
ce magazine. Après ça vous serez lancé et le reste ira tout seul, . .

A vos fers à souderl

elex n°-\ avril 88


piles:
sources tension
En cherchant à dresser une liste des différentes
sources de tension non spécifiques et à la
portée de n'importe qui, on s'aperçoit qu'il n'y a
guère de choix: soit c'est la prise de courant du
réseau EDF, soit c'est la banale pile domestique.
Banale et néanmoins fascinante. . .
Les piles électriques sont détails de ce qui se passe,
des sources de tension par- on peut dire que la pile s'use
faitement inoffensives en tant du fait de la désagrégation téton - pôle positif
que telles. On peut donc les du zinc (qui se transforme en
utiliser pour faire des expé- chlorure de zinc) au fur et à
riences électriques de toutes mesure que la pile fournit d u
sortes. Elles méritent qu'on courant. Pour que la solution
s'intéresse à elles. a m m o n i a q u é e ne puisse pas
Les piles cylindriques ordi- s'échapper de la pile usée,
naires, également appelées celle-ci comporte une enve-
piles sèches sont constituées loppe de protection étanche.
d'éléments dits " à couple Il arrive que les piles usées
zinc-charbon". Lorsqu'elles que l'on a laissé traîner finis- baguette de charbon
sont chargées, la tension à sent tout de m ê m e par lais- sciure imprégnée d'ammoniaque
leurs bornes est de 1,5 V. ser échapper du liquide cor- ç> réservoir en zinc (pôle négatif!
Pour qu'il y ait une tension, rosif. Une négligence aux enveloppe métallique (tôle)
c'est-à-dire pour qu'il règne conséquences souvent
une différence de potentiel, il fâcheuses...
faut qu'il y ait deux bornes:
le pôle positif, qui se présen-
te sous la forme d'un petit té-
é
ton central en haut du cylin-
dre, isolé du boîtier, et le pôle
négatif de l'autre côté du cy- PILES ET FACE
lindre, relié au boîtier. Sur la Il existe un grand nombre de
figure 1 on peut voir c o m - types de piles différents. En
ment est faite une pile électri- pratique, c'est surtout par
que; le croquis donne aussi leur taille qu'on les distingue
fond = pôle négatif

le symbole utilisé dans les entre elles. La figure 2 en


schémas pour représenter montre trois que tout le mon-
un élément de pile de 1,5 V de connaît. Il s'agit d'élé- Figure 2 - Trois des piles de 1,5 V les plus répandues. Leurs di-
ments de 1,5 V qui se distin- mensions ont été normalisées par le Commission Electrotechni-
Le principe de fonctionne- guent par leur capacité, que Internationale.
ment d'une pile est basé sur c'est-à-dire la réserve de cou-
une réaction chimique entre rant qu'elles représentent. fournirait une petite pile pen- mercure l'auto-décharge est
l'enveloppe de zinc et une Une grosse pile est capable dant le m ê m e temps, soit de plus lente que sur d'autres
solution a m m o n i a q u é e soit de fournir pendant un fournir la m ê m e quantité de piles; sur les piles au lithium,
(chlorhydrate d'ammonia- temps donné un courant courant que la petite pile, elle est encore plus faible.
que). Sans entrer dans les plus élevé que celui que mais pendant une durée Les piles «alcalines» sont ca-
plus longue. C'est ce qui ractérisées par des capacités
justifie l'existence de piles de assez élevées pour une auto-
taille différente pour un tensi- décharge faible; c'est aussi
on nominale identique (1,5 V). cela qui explique qu'elles
Par ailleurs, les caractéristi- soient nettement plus chères
ques des différents types de que les piles zinc-charbon
piles sont pour l'essentiel ordinaires. Un autre inconvé-
très étroitement liées à leur nient des piles alcalines est
principe de fonctionnement qu'elles ne supportent pas
chimique: ce qui compte de régénération: lorsqu'on
n'est pas ce qui est écrit des- cherche à les recharger, el-
sus, ni la taille apparente de les explosent. Il est donc
la pile, mais ce qui se passe strictement interdit d'utiliser
dedans! Les piles au mercu- le régénérateur de piles dé-
re qui se sont répandues crit ailleurs dans ce numéro
R20 (mono) sous forme de piles «bouton» pour rajeunir des piles alcali-
60x33 0 (on les trouve notamment nes.
dans les montres-bracelet) Au fil des prochains numé-
ont une très petite taille et el- ros, nous reparlerons de ces
Figure 1 - Dans les piles cylindriques que nous utilisons quoti- les se conservent longtemps. sympathiques réservoirs
diennement, un bâton de charbon (des cornues) trempe dans de Leur tension nominale est de d'énergie que sont les piles
la sciure gorgée d'une dissolution de chlorhydrate d'ammonia- 1,4 V. La longévité de toutes et nous ferons la connaissan-
que. Tout autour se trouve une gaine en zinc (le pôle négatif) les piles est limitée par un ce de leurs cousins moder-
elle-même prise dans une enceinte métallique en principe étan- phénomène naturel d'auto- nes, les accumulateurs re-
décharge; sur les piles au chargeables.
che.

piles : source de tension • elex n°1 • avril 88 5


Les électroniciens de la jeune génération n'ont pas connu les
montages volants tels qu'ils se pratiquaient du temps des tubes.
Tant mieux pour eux! Qu'ils jettent donc un coup d'oeil à
l'embrouillamini d e composants caché sous le châssis d'une
vieille radio à lampes. Aujourd'hui, cet enchevêtrement de résis-
tances et de condensateurs laisse perplexe, et on pourrait dire
qu'il est à l'électronique moderne ce qu'un sac de jute est à la
dentelle.
Quiconque a connu les difficultés que comporte le montage
volant des composants sait apprécier le progrès énorme que
représente le circuit imprimé. Ceci dit, notre époque est déjà
profondément marquée par le recul du circuit imprimé clas-
sique; après avoir connu divers avatars, notamment sous la
forme de circuits souples, la carte i m p r i m é e se miniaturise avec
les Composants Montés en Surface et soudés du côté où ils
sont implantés. La très petite taille des CMS les rend assez diffi-
cilement manipulables; ces composants n'ont évidemment pas
été conçus pour être implantés et soudés à la main.
Or c o m m e ELEX n'est pas un magazine qui s'adresse aux
robots, nous en resterons donc, avec nos platines expérimen-
tales, à l'implantation classique des composants de taille
normale, dont les broches traversent la carte et sont soudées de
autre côté. Une platine d'ELEX n'est pas une platine normale.
Elle ne ressemble à aucune autre platine d'expérimentation.
(Il est néanmoins parfaitement possible de réaliser les
montages d'ELEX sur des platines d'expérimentation ou des
circuits à pastilles ordinaires).
Faites d'un matériau époxy renforcé par de la fibre de verre, elles
sont, c o m m e le montrent les photographies ci-contre, sérigra-
phiées et percées (écart standard de 2,54 m m = 1/10ème de
pouce). Côté composants apparaît le dessin des pistes dont le
tracé a été étudié spécialement par une équipe de spécialistes.
Le dessin des pistes apparaît dans deux couleurs (blanc et bleu)
afin de faciliter leur repérage. Les pistes de cuivre sont étamées
(le cuivre est recouvert d'une couche spéciale d'étain lui-même
protégé par un vernis qui facilite le soudage et combat
l'oxydation).

Les platines elexpérimentales existent en trois formats qui


s'adaptent à tous les besoins et à tous les coffrets modernes:

format 1 (1/4 du format européen)


40 m m x 100 m m
format 2 (1/2 format européen)
80 m m x 100 m m
format 3 (format européen)
160 m m x 100 m m

Le format européen est un standard auquel se réfèrent la majo-


rité des fabricants de coffrets pour l'électronique. Sur une
platine de format 1, il est possible de caser environ quatre
supports de circuit intégré DIL (broches disposées en deux
rangées parallèles) à quatorze broches.

Les platines ELEX, diffusées par la société PUBLITRONIC, sont disponibles chez
certains revendeurs de composants électroniques.

6 platines d'expérimentation • elex n°1 • avril 88


Figure 1 - Thermostaté ou pas,
votre fer devra être de bonne
qualité, et sa pointe d'une
grande finesse.

II est un mot que beaucoup d'électroniciens


aiment utiliser pour qualifier les circuits
qui marchent particulièrement bien et
qu'ils apprécient beaucoup: ils
parlent de «bijou». Le choix de tre plan de travail que vous
puissiez toujours y poser fa-
ce mot s'explique peut-être cilement le fer dès que vous
avez fini une soudure. Ceci
par le fait que l'électronicien est important non seulement
pour votre propre confort,
assemble ses circuits mais aussi pour la sauvegar-
de des tapis, moquettes et
autres revêtements inflam-
comme le bijoutier mables!
• Pour les soudures norma-
ses bijoux, les en électronique, fuyez
c o m m e la peste tous les pro-
c'est-à-dire en duits décapants, les graisses
à souder et autres poudres
les soudant. . . • Il faut, pour poser le fer
de perlimpinpin.

chaud, un support que


l'on peut éventuellement réa-
liser soi-même (figure 2). Les LES PRÉPARATIFS
brûlures provoquées par une
pointe portée à 180 °C sont • Les composants à souder
graves. Ne faites jamais de et les surfaces de cuivre doi-
grands gestes, le fer à sou- vent être propres et dégrais-
der à la main. Placez le sup- sées (utiliser éventuellement
compliqués doivent passer à port de telle manière sur vo- de l'alcool à brûler).
travers les soudures les plus
banales. Or ces signaux sont
parfois très faibles, d'autres
fois ce sont des courants au
contraire très élevés, et il im-
porte dans un cas c o m m e
dans l'autre de veiller à ce
que les soudures n'opposent
aucune résistance au passa-
ge des signaux. Il en va de
Le fer à souder est l'outil par m ê m e d'ailleurs pour les
excellence de l'électronicien. pistes de cuivre et les fils,
Il est à peu près impossible mais c'est une autre histoire.
de s'en passer quand on as-
semble des composants
électroniques. La fonction de LE FER ET L'ÉTAIN Figure 2 - // n'est pas difficile de réaliser soi-même un bon
la soudure est d'ailleurs support de fer à souder.
double: non seulement elle • Votre choix se portera de
établit le contact électrique préférence sur un fer à
entre les composants et les souder de 15 à 30 W, à poin-
conducteurs (que sont les te fine et rectiligne. Celle-ci
pistes de cuivre, les fils, etc), est aussi appelée panne. Par
mais elle sert aussi à fixer «fine» on entend une largeur
les composants et à les de 2 m m à la pointe. Il n'est
maintenir en place. Il ne faut pas inutile d u tout de faire
néanmoins jamais s'en re- les frais d'une panne de
mettre à la seule soudure bonne qualité, quitte à la
pour maintenir en place les payer plus cher qu'une pan-
composants volumineux ou ne (et un fer) bon marché
lourds, elle n'est pas faite qui tardera pas à se déliter
pour ç a . . . au bout de quelques mois.
Quiconque aspire à se lan- Si vous achetez un fer de
cer dans l'électronique doit qualité, ceci ne vous dispen-
envisager l'achat d'un fer à se pas, bien au contraire,
souder de bonne qualité; en- d'en prendre le plus grand
suite, il reste encore à ap- soin. N'utilisez jamais la pan-
prendre l'art de (bien) sou- ne du fer à souder pour dé-
der. L'amateur débutant a nuder le fil électrique ni pour Figure 3 - On reconnaît les bonnes soudures à leurs pentes légè-
tendance à sous-estimer percer des trous dans des rement creuses comme celles d'un volcan. Les mauvaises
l'importance des soudures: il coffrets en matière plastique. soudures forment un boudin à la base de la broche, ce qui
ne devrait pourtant jamais Cette façon de procéder est indique qu'il n'y a pas de bonne prise entre l'étain et le matériau
perdre de vue le fait que les souvent une solution de faci-
de la broche. Utilisez une grosse loupe pour vérifier vos
signaux électriques qui en- lité, et ses conséquences
sont désastreuses sur la lon- soudures.
trent et sortent des circuits
intégrés m ê m e s les plus gévité de la panne.

l'art de souder • elex n°1 • avril 88 7


• Les composants fixés par
une vis (les transistors de
puissance par exemple), ou
maintenus en place par une
bride ou un collier (les gros
condensateurs par exemple),
doivent être fixés d'abord et
soudés ensuite (et non l'in-
verse!). On ne soudera ja-
mais de fils électriques direc-
tement sur les platines: utili-
ser des picots.
• Les pattes des petits com-
posants (résistances, dio-

• Une bonne soudure à


l'aspect du col et du gou-
lot d'une bouteille. On peut
aussi la comparer au som-
met évasé d'une quille. Cet
aspect est un détail import-
Figure 6 - Réchauffer simulta- ant: lorsque l'étain forme un
nément la broche à souder et boudin aux bords arrondis,
la pastille de cuivre. cela indique que son adhé-
rence est mauvaise; dans la
plupart des cas, le contact
est incertain, voire inexistant
et l'on parle de «soudure froi-
la pointe d u fer à souder de» (figure 3).
n'est pas pré-étamée, le • Pour réussir les soudures,
transfert de chaleur de la il faut obtenir réchauffe-
panne aux parties à souder ment convenable d e s pièces
• ' • • • • ' • • • • ' • • sera médiocre et lent. SI à souder. Les températures
Figure 7 • Présenter lé tain,.. l'une des pièces à souder a de soudure sont élevées,
une masse très supérieure à mais les composants les
celle de l'autre pièce, faites-la supportent puisqu'ils sont
des, condensateurs, . . .) bien soignée peut durer des chauffer d'abord séparé- conçus pour cela. Un hom-
doivent être coudées légère- années, m ê m e si vous vous ment. m e peut passer sa main à
ment à ras de la platine de en servez tous les jours! • Au m o m e n t d'effectuer la travers une f l a m m e vive
façon à ce que le composant • La pointe de la panne doit soudure proprement dite, sans ressentir la moindre
ne retombe pas lorsque l'on toujours être recouverte l'étain ne doit jamais être ap- brûlure: il en va de m ê m e
retourne le circuit imprimé d'une fine couche d'étain pliqué sur la panne, mais sur avec les composants électro-
pour souder. frais. les pièces à souder, ce qui niques. Leur échauffement
• On peut couper les pattes • Il ne faut utiliser que de la implique bien entendu que reste inoffensif tant qu'il ne
avant de souder, mais ce- soudure spéciale pour leur température ait atteint le dure que quelques secon-
la d e m a n d e une certaine ex- l'électronique, c o m p o s é e gé- seuil de fusion de l'étain. des, le temps de la soudure.
périence; au débutant, nous néralement de 6 0 % d'étain • Maintenir le fer en place Il ne faut pas négliger les ef-
r e c o m m a n d o n s de ne pas le et 4 0 % de plomb. Le fil de pendant une ou deux se- fets cumulatifs de plusieurs
faire! soudure est creux: le canal condes pour obtenir une soudures effectuées succes-
• Collez sur le support de médullaire contient une rési- bonne répartition de l'étain sivement sur les broches
votre fer à souder un mor- ne décapante qui s'évapore liquéfié. d'un m ê m e composant: un
ceau d'épongé et maintenez- lorsque l'on soude. Outre sa • Une fois que l'on aura reti- transistor s'échauffe beau-
le toujours humide de façon fonction de décapant, cette ré la panne, il faut absolu- coup plus fortement lorsque
à pouvoir y essuyer d'un résine joue aussi le rôle ment que pendant la phase l'on soude ses trois pattes
geste rapide la panne de d'anti-oxydant. Nous vous re- de solidification de l'étain les immédiatement l'une après
votre fer après chaque c o m m a n d o n s de ne pas utili- pièces à souder restent par- l'autre que lorsque l'on effec-
soudure, ou au moins toutes ser de fil d e soudure de plus faitement immobiles. Si les tue d'autres soudures entre
les fois que vous le reposez d'1 m m d'épaisseur. pièces bougent, des fissures temps. De manière générale,
sur le support. Ne frottez ja- se forment dans la masse il est préférable de ne pas
mais la panne de votre fer d'étain: les mauvais contacts souder toutes les broches
avec du papier de verre. Ne qui en résultent sont difficiles des composants d'un seul
la limez pas. Ne la mettez ja- à détecter; des électroniciens coup. Une fois la première
mais en contact avec des POUR SOUDER m ê m e chevronnés peuvent broche soudée, revérifiez la
substances autres que la • Chauffer simultanément mettre des heures avant de polarisation et la position du
soudure. Une bonne panne les détecter! composant, et faites les cor-
les deux pièces à souder. Si

l'art de souder • elex n°1 • avril 88


Figure 8 - Laisser refroidir la
soudure sans bouger.

Figure 9 - Pour supprimer un


excédent de soudure, renver-
ser le circuit imprimé et
échauffer l'étain pour qu 'il
s'écoule sur la panne du fer.

rections nécessaires le cas


échéant.
• Si l'on a affaire à des c o m -
posants très fragiles et ex- Figure 10 - Utilisation de la
ceptionnellement sensibles à
tresse à dessouder.
un échauffement excessif, on
peut évacuer une partie de
la chaleur dégagée par le fer
en saisissant la patte du servez-vous en c o m m e tres-
composant avec une pince se à dessouder.
métallique qui tiendra lieu de • La p o m p e à dessouder
radiateur. Il est rarissime est assez populaire mais
qu'un traitement normal des nous n'en r e c o m m a n d o n s
composants entraîne une pas l'emploi. Lourde, e n c o m -
brante, difficile à manipuler,
elle fait souvent des ravages
sur les pistes de cuivre chau-
des qu'elle décolle!
• Pour déboucher un trou
métallisé rempli d'étain, il
suffit de chauffer la pastille et
de piquer dans la soudure
POUR DESSOUDER avec une mine de crayon à
papier. . . Retirer la panne et
Celui qui dessoude beau- attendre que l'étain soit
coup n'est pas forcément un refroidi.
mauvais électronicien qui • La mine de crayon à pa-
cannibalise des montages pier peut servir aussi pour
qui n'ont jamais marché. On supprimer les ponts de sou-
dessoude aussi des compo- dure entre pistes ou pastilles
sants pour les récupérer sur voisines. Mais attention le re-
des montages qui ont mar- m è d e peut être pire que le
ché mais ne servent plus, et mal: les résidus de graphite
l'on est a m e n é à dessouder qui subsistent sont eux-
aussi quand on améliore des m ê m e s conducteurs!
Figure 11 - L 'étain forme une pellicule qui recouvre le trou même circuits en phase expérimen-
une fois que l'on a retiré la broche dessoudée. Embêtant... tale. Bref! un bon électroni- Il y aurait beaucoup de cho-
Crever la pellicule avec la pointe d'un crayon à papier. cien doit savoir aussi bien ses à dire encore sur l'art de
dessouder qu'il sait souder. souder et celui de dessou-
• On c o m m e n c e r a par sup- der, mais nous en resterons
destruction par échauffement res auront tôt fait de primer le plus possible là pour l'instant. N'hésitez
au m o m e n t de la soudure. s'émousser. d'étain en échauffant la sou- pas à faire des essais préli-
• Fermez les yeux ou tour- dure et en maintenant la pla- minaires sur des chutes de
nez la tête au m o m e n t de tine à l'envers de telle sorte fil et sur des composants de
couper! que l'étain liquide soit entraî- récupération avant de vous
APRÈS AVOIR SOUDÉ • Une fois que toutes les né par la gravité sur la lancer dans vos premières
soudures d'un circuit im- panne d u fer. Les virtuoses réalisations grandeur nature!
• L'excédent de longueur primé ont été effectuées, d u dessoudage appliquent le Si possible, faites vos pre-
des pattes des compo- nettoyez-les avec de l'essen- fer sur la soudure, puis don- miers pas avec une person-
sants doit être coupé à ras ce ou de l'acétone. Attention! nent un coup sec à la platine ne expérimentée et
de la soudure à l'aide d'une De tels produits peuvent atta- pour faire tomber une goutte demandez-lui de vérifier vos
pince fine spécialement con- quer non seulement la séri- d'étain liquide (méthode effi- premières soudures; cela
çue pour cela. Là encore, il graphie pour l'implantation cace, mais dangereuse en vous évitera bien des déboi-
convient de faire les frais des composants, mais ils raison des sérieux risques res. Et n'oubliez jamais que
d'un outil de qualité, et de le sont dangereux aussi pour d e brûlure!). de la m ê m e manière q u ' u n e
réserver strictement à son votre propre santé: protégez • L ' e m p l o i de tresse à des- chaîne n'est jamais plus forte
usage initial afin d'éviter une votre peau et n'inhalez pas souder spéciale facilite que le plus faible de ces
usure prématurée. Si vous les vapeurs d'acétone ou énormément les choses, maillons, un montage élec-
utilisez une petite pince d'essence. mais il est. . . ruineux! Ne tronique m ê m e le plus com-
"électronique" pour couper jetez jamais de câble blindé, pliqué ne vaut jamais plus
autre chose que des pattes m ê m e le plus petit morceau: que ce que vaut la plus mo-
de composants, ses mâchoi- récupérez le blindage est deste de ses soudures!

l'art de souder • elex n°1 • avril 88


application du multivibrateur astable

Quand vous l'aurez construit,


ce testeur de continuité sera
pour vous une véritable
" b o n n e à tout faire". Grâce à
lui, vous pourrez vérifier la
continuité de câbles, de bo-
binages, de pistes de cuivre,
de contacts mécaniques, en
s o m m e de tout ce qui con-
duit ou qui devrait conduire
l'électricité.
Dès que l'on place entre les
deux sondes d u testeur un
objet conducteur, le haut-
parleur émet un signal sono-
re.

Figure 1 • Le testeur de conti-


nuité.

CIRCUIT
T2 conduit, T3 laisse passer
Les transistors T1 et T2 for- un courant par le haut-
ment le générateur de sons. parleur. C o m m e le courant
Ils sont montés en multivibra- d'émetteur change au ryth-
teur astable, un circuit dont m e de 1 kHz, le haut-parleur
nous allons expliquer le prin- voit circuler un courant col-
cipe. Le signal produit est lecteur alternatif de 1 kHz. En
amplifié par le transistor T3. agitant l'air ambiant, la m e m -
Le courant d'alimentation brane du haut-parleur trans-
passe a travers les deux forme cette oscillation en un
sondes et à travers le contact son.
testé. La résistance du con-
ducteur testé peut atteindre Testeur de continuité pour
100 Q. On peut donc vérifier haute impédance
aussi la continuité des bobi- La modification illustrée à la
nages d'un transformateur figure 4 permet de vérifier
ou d'un relais. des composants dont la ré-
sistance peut monter jusque
1 MS. Ceux qui veulent ren-
dre le testeur universel peu-
vent lui adjoindre un interrup-
MULTIVIBRATEUR teur monté suivant le sché-
m a de la figure 5.
Les transistors T1 et T2 con-
duisent à tour de rôle. Sup-
posons par exemple que le
transistor T1 soit passant.
Dans ces conditions, sa ten- REALISATION
sion de collecteur est basse
(environ 0,2 V). Du fait de la On montera le testeur de
présence du condensateur tre temps le condensateur se soit déchargé à travers la continuité sur un petit circuit
C1, la tension de base de T2 C2 s'est chargé à travers la résistance R2 et que la va- imprimé Elex (format 1). Si
est basse elle aussi, du résistance R4 car son autre leur d e la tension d u collec- l'on veut faire des écono-
moins dans un premier armature est connectée à la teur du transistor T1 atteigne mies, on peut se contenter
temps; T2 est bloqué. La ré- base du transistor T1 dont la à nouveau 0,7 V. Le proces- d'un morceau de circuit im-
sistance R3 laisse passer un valeur d e la tension est 0,7 V. sus décrit se répète de la primé de 5,5 c m de large. Le
courant qui va charger le C o m m e la valeur de la tensi- m ê m e manière et l'on dit reste sera scié. Les pistes de
condensateur C2. La valeur on du collecteur du transistor que le multivibrateur oscille. cuivre sur le côté inférieur
de la tension de la base d u T2 diminue brutalement, le Sa fréquence se situe aux constituent les connexions. Il
transistor T2 connectée au condensateur C2 chargé for- environs de 1 kHz (mille ne faut que deux ponts de
condensateur C1 augmente ce la valeur de la tension de oscillations par seconde). câblage en plus. Sur le plan
donc. Dès qu'elle atteint la base d u transistor T1 à Le courant d'émetteur d u de la disposition des compo-
0,7 V, le transistor T2 entre en chuter aussi. Le transistor T1 transistor T2 passe à travers sants on a représenté les dif-
conduction: sa tension de est à son tour bloqué jusqu'à la diode base-émetteur d u férents éléments ainsi que
collecteur chute aussitôt. En- ce que le condensateur C2 transistor T3 (figure 2). Quand les ponts de câblage. Si vous

10 testeur de continuité • elex n°1 • avril 88


A B
H
' T T T^ fa

83610X-2

Figure 2 - Le schéma du montage. Figure 3 - Schéma du multivibrateur astable.

a = arrêt
QÉSX.
A CB b = résistance forte
c = résistance faible
4 44

%6 _V

.83610X-4 Figure 5 • Avec un commuta-


teur on passe facilement de la
mesure "à résistance élevée"
Figure 4 - Le testeur de continuité pour les composants à ré- à la mesure "à résistance fai-
sistance élevée. ble".

Liste des composants du HP (LS) = haut-parleur éventuellement:


testeur de continuité: 8 Q/0,2 W 1 commutateur 2 circuits
1 boîtier 3 positions
R1, R4 = 2,2 kQ 2 embases femelles pour Accessoires:
fiches bananes
R2, R3 = 56 kQ 2 fils de mesure (env.
R5 = 10 Q 2 piles 1,5 V R6 50 cm)
C1, C2 = 10 nF 4 fiches bananes
Figure 6 - La disposition des
T1, T2, T3 = BC 547 2 pinces crocodiles composants sur une platine
Elex de format 1. Le haut-
employez pour les ponts des sur la m e m b r a n e ! On facilite- parleur (HP) est désigné ici par
chutes de pattes de résistan- ra la prise de la soudure sur les lettres LS (de l'anglais
ces dénudées, il faudra faire les fiches bananes en les loudspeaker).
attention à ce qu'il n'y ait pas étamant au préalable. Après
de court-circuit entre une avoir dévissé l'anneau d'iso-
connexion du haut-parleur et lation en matière plastique,
un des ponts. Pour la soudu- on chauffe l'extrémité de la
re des composants, il faut douille banane et on laisse
suivre scrupuleusement l'or- couler un peu d e soudure
dre suivant: les ponts de câ- dans le petit tube. Ce chauf-
blage, et les picots, les ré- fage réclame un peu de pa-
sistances, les condensateurs, tience car la douille doit être
les transistors. En fait on assez chaude pour que la
c o m m e n c e par les compo- soudure parvienne à se li-
sants les moins sensibles à quéfier. Pour souder les fils
la chaleur. de connexion, il est préféra-
Vous trouverez, sur l'art et la ble de dévisser aussi les an-
manière de souder, des indi- neaux d'isolation en plasti-
cations détaillées ailleurs que pour qu'ils ne se défor-
dans ce numéro. ment pas.
L ' e n s e m b l e sera monté Pour compléter l'ensemble, il
dans un boîtier; le haut- faut deux cordons de mesu-
parleur sera collé sur l'inté- re avec chacun une fiche ba-
rieur du couvercle. Attention
de ne pas mettre de colle

testeur de continuité • elex n°1 • avril 88 11


Imaginez-vous la situation densateurs et enfin les semi-
suivante: vous vous prome- conducteurs. Un radiateur
nez tranquillement le long sur le transistor T1 l'empê-
d'une rue. Soudain, la sirène che de s'échauffer excessi-
de style Kojak hurle derrière
vous. Vous vous retournez,
Faites de votre bicyclette une vement. On orientera les
deux circuits intégrés de ma-
mais vous cherchez en vain
un feu gyroscopique; vos
bécane hurlante, comme la nière à ce que leur encoche
soit du côté de l'inscription
yeux ne rencontrent que le
regard goguenard d'un cy-
Chevrolet de Mister Kojak, "Elex" de la platine. Dans le
s c h é m a on trouve deux ver-
cliste, le sourire aux lèvres, sions pour la charge. On ob-
qui a construit une sirène Ko- grâce à cette sirène de police tient le meilleur niveau sono-
jak et l'a montée sur son vé- re avec trois haut-parleurs de
lo. américaine. Ouahouahouah! 8 Q montés en série. Il est
plus économique mais
les trous pour les deux ré- moins efficace de monter un
FREQUENCE DE HURLEMENT REALISATION sistances variables au moy- seul haut-parleur de 8 S avec
en d'une perceuse ou d'une une résistance de 47 Q en
Le montage est très simple. Les composants, tous très alêne. On soude ensuite, série. La figure 2 montre l'en-
Le circuit intégré IC2 forme courants, sont montés sur dans l'ordre, les supports semble du montage de la si-
avec les résistances R2, R3, une petite platine Elex (for- des circuits intégrés, les rène pour bicyclette. Pour
P2 et le condensateur C3 un mat 1). Auparavant il faut élar- ponts de câblage, les ré- rhabillage approprié au mon-
oscillateur qui produit une gir au diamètre de 1,3 m m sistances, ensuite les con- tage chacun donnera libre
tension alternative dont la fré-
quence se situe dans le do-
maine des fréquences audi-
bles. C o m m e le circuit inté-
gré IC2 ne fournit pas un
courant suffisant pour action- Remarque: Cette sirène ne
ner un haut-parleur, il est sui- remplace en aucune façon la
vi d u transistor T1 qui travail- sonnette réglementaire sur
le en émetteur suiveur ou en les bicyclettes. Il est préféra-
collecteur-commun. Il n'am- ble de ne pas l'utiliser dans
plifie guère la valeur de sa ten- la circulation sur la voie pu-
sion de base, mais l'intensité blique.
de son courant d'émetteur est
bien plus forte que celle de
son courant de base.
La fréquence de l'oscillateur,
qui correspond à la hauteur
du son de la sirène, dépend
d'une part de la position de
potentiomètre P2, et d'autre
part de la valeur de la tensi-
o n à la broche 5 d u circuit in-
tégré. La tension de sortie
d'un autre oscillateur réalisé
à l'aide du circuit intégré IC1
est appliquée sur la broche 5
d'IC2 à travers la résistance
R5. Ce circuit intégré produit
une tension qui tour à tour
augmente puis diminue len-
tement. La hauteur d u son
de la sirène change en con-
cordance. C'est ainsi qu'est
produit le son typique de la
Chevrolet de Mr Kojak.
Tout le montage est alimenté
à partir de la d y n a m o . Com-
m e celle-ci produit un cou-
rant alternatif, nous le redres-
sons à l'aide du pont de dio-
des B1. Le condensateur
électrolytique C1 lisse la ten-
JE
sion continue avant qu'elle
soit appliquée au montage
(voir aussi les articles "ali-
mentation 4,5 V simple" et
"alimentation réglable de 0 à
15 V".
Figure 2 - Voyez la manière de connecter les éléments du montage. Le choix du boîtier est laissé à l'appréci

12 sirène de vélo • elex n°1 • avril 88


Liste des composants:

m R1
R2
R3
R4
=
=
=
=
22 kQ
3,3 kQ
56kQ
1 kQ
R5 = 27 kQ
P1.P2 = 500 kQ
C1 = 1000 //F/25 V
électro-chimique
IC1 IC2 C2 = 10 //F/25 V
555 555 électro-chimique
**jgg C3 = 4,7 nF
B1= B40C500 B1 = B40C500
T1 = BC 141
IC1 = IC2 = 555
S1 = bouton poussoir
1000M

X 25V
!
HP=8n/0,2W
Haut-parleur:
3 HP 8 Q/0,2 W
ou 1 HP 8 Q/0,2 W avec
une i ésistance d e 47 Q
± p toge
flT H© Divers
Trigger I

M

f "•J Discharge
1. Ground 5. Contrai Voltage
6. Threshold
1 radiateur en étoile
yJ i o> Threthold 7. Discharge pour T1
1 plat ne Elex format 1
Re«et I ^ »-"»
r v Control Voltage

Figure 1 - La sirène pour vélo tire son énergie de la dynamo.

cours à sa fantaisie. Le bou- en conséquence le seuil su-


ton poussoir S1 sera fixé sur périeur sont élevés, plus la
le guidon. Il faudra éventuel- durée de la charge du con- 6308. L ' A u t O - c y c l e , corne i pavillon
recourbé, en cuivre nickelé, poire extra,
lement monter un interrup- densateur augmente. Les long, totale 28 "/•', pavillon de 115 •»/•».
Modèle 1res sonore, convient également
teur supplémentaire pour oscillations seront d'autant pour moto et voiturette 11.25
éteindre le phare. P2 sert au plus lentes. 6312. P o i r e de rechange montée'. 3 . 5 0
réglage de la hauteur du son
et PI fixe la vitesse du chan-
gement de hauteur du son.
On peut préférer de vrais po-
tentiomètres aux résistances
variables P1 et P2.

ICI ET IC2
Le temporisateur 555 aux
multiples applications est uti-
lisé ici c o m m e oscillateur.
Les résistances P1 et R1
chargent le condensateur C2
aux bornes duquel la tension
augmente lentement. Quand
elle atteint les deux tiers de
la valeur de la tension d'ali-
mentation (seuil supérieur),
le circuit intégré décharge le
condensateur jusqu'au tiers
de la valeur de la tension
d'alimentation. Puis la broche
"de décharge" (broche 7) se
bloque et le condensateur
c o m m e n c e à se recharger.
La valeur de la tension aux
bornes du condensateur et
la valeur de la tension de
sortie varient entre 1/3 et %
de la valeur de la tension
d'alimentation. IC2 travaille
de la m ê m e manière mais
sa fréquence est commarr-
dée par la broche 5. Cette
tension fait varier le seuil su-
périeur de la tension aux Figure 3 - La disposition des éléments sur la platine Elex. Il est
bornes du condensateur. possible d'employer pour le pont redresseur un modèle rond aus-
tion de chacun. i Plus la valeur de la tension et si bien qu'un modèle rectangulaire.

sirène de vélo • elex n°1 • avril 88 13


AH, 7'AccoRpJ osi ?ovtfffî\ CAR $UK o*ie '""s
piRE auB lA TETifS/on/, yne, IL N'Y A
HfiRtpue <$oe
L 'ëLec mlct TF.. ZZo ût-Ts 3V/~
(<m VsiôH/fiiTMT)

exister Aux BoRNes ?e


ih rtflse seereuR, tf<Wi
ce QU'IL -FfiurZroH
teflf(C fOOR <£ù'lL
VotiC, LES 22o VOLTS se TRoUV&tr
P4vs LA rahe: sec-reUK »ÊH€.
L/jKS<pu'OA/ N' y A PAS £NFVM.&
FitHB ? ÎL.S SON T
15 OONJG «ési ET" £ A VEUT £>/R£"
EST Quoi' CE~TE V/A<SUE " A PEU PRÈS " Z Z O \ / ,
SUR L ' é r / a u e r r e - D E L A •J'/'MAG/'AVE ?
PERCEUSE ? /
MAI5 A / 0 A / TRAK>SÏ / /
C'EST POUR, LA
TEiUSKW ALTEB.MAT\\/E !
<^u L / E U t>'ETRE ÛO^/TI^UE: ,
3U S T A B L E S i ' T U P R É F È R E S ,COnf1Ê"
SUR UfUE P/LE , L A T E M S K W goUSE
I o u r LE TET1RS, E L L E MONTE SU-e , £ ^ M TOUTE V/ÎTESSEr T . . J / E T C'EST « A , SES;,)
L C
^J-T U
IL- ' AALTERA
LTERMAT/r p y
H
Ç/\ VEUT DÎR.E R E Si" OUI E T O i V D I T A L T E R N A T
^T

Q.UE LE «cviOS DtV/EwT PAP.cE GLU'À C-WAS-UE NOW


LE PLUS ? A C-HAQUE DESCENTE ELLE
CMA/UG.E DE POLARTTÉ OUAIS /
ET C A WA V/TE", 7RAWS î
L-A SUR L A VVK\\E ELECTRIQUE AU M U R
LE TROU D E 6 A U C M E ^ S T L6 PLUS QUfi\+Jb L'AUTRE
e&T L.E no'iUS , PUI-S C'EST L</~KLV&=lSE~ .
irmr
£> ACCORD fKÉs'li
E r £ A C-tfA^U&E 50 fois PAPk SECONDE .'/ ET C ' E S T P O U R CA <3UE SUR]
UÊriQusTrs C'EST ECR/T-
KIOU T R A / ^ / S / , C'EST P*S DES MACW/MS . "5*? H#<LH/KJ " . . .
'Hz. " St'&NiF/E HBfKTZ. ,CES"À"-t>i"RE O/VË FolSj IE
PAR, SECONDE _ 5 0 / / 2 C'EST Î > O ^ C 5"0 ro/'s
P*>R. SECOKI t> E , Prrr / )
ET J E COHPRETUÛS MA/Kyre^Aïur
POURQUOI' J E T>EUX HET-RE LAricner Î V W S L A I
"DAAJS V'/IPORTÊ" QUEL SeN/s i

KM
J E TROUVE TOUT C E L A OM PEU E>éB'LE"_
CETTg- TEX/S/b/U Q u i C - K A I U G E TOUT
LE TEMî>S CE SEfJS ? . .
EXACT, "TRANIS' .
TU GSJ FA/S U N / E T Ê T E

''MAS/'iUE
oiu
âmmiiÈu
U^/E LOCO
R/SQUEF^A/T-
•-
/?
HAIS

ÛU/ T R A C T E
P A S D'ALLeR.
Ulk/ T R A / \ /
LO^V A V E C
U M E LOCO ' A C T E R j U A T o / ' b E *

2^ TE|U E A i s ' P A S ( T R A ^ S r
TA LOCO M- F/*VT TE L ' / ' M A S / ' I U E R A U T R E M E N T , COMnE -S/" ELLG' R E L I A / T
P A R / 5 - ^ l A R S e ' L L E - B O R b E A U x f E>U COUT/'tJU, ELLE P A R T Dfc P A R J ' 5 , ELLEf
A-p^RU/E" « MARSEILLE"..-PUIS À BORDEAUX E T REfUTRE D f R E C T E M E ^ T A P A R l ' S -
£fJ A L T E R . M A T / ^ E L L E A R R I V E " A BORDEAUX. E T T A i ' T D E M l ' - T O U F V
m
£T E L L E RETOU
À" M A R S E I L L E

E T ELLE REPART

iDAtUS L'AUTRE S E W S

JELLE
z
PASSE P A A . . . • AU P A / T
ftÉS/', DAiUS T t W T » A / W , CES CASSE-CftOU
l"(_S 5.0(UT M E I L . L E U R S E N / A L T E R M A T -
Û U E M COuTiK/D r>

Rési&Transi • elex n°1 • avril 88


Diodes Transistors Circuits intégrés
Désignées par la lettre D, les diodes sont les semi- Les transistors bipolaires sont des semi-conducteurs Dans les schémas, les circuits intégrés sont désignés par
conducteurs les plus simples. On peut les considérer comme les diodes et les LED. Ils comportent néanmoins les lettres «IC» de l'anglais integrated circuit. Il existe
comme des «rues à sens unique» ou des «clapets anti- trois connexions : la base, l'émetteur et le collecteur. Il désormais tant de cicuits intégrés différents qu'il est
refoulement» électroniques. Elles ne laissent passer le existe des transistors PNP et des transistors NPN. Sur ces devenu impossible de les caractériser de façon générale, si
courant que dans un seul sens, indiqué par l'orientation de derniers, l'émetteur se trouve toujours à un potentiel ce n'est en disant d'un circuit intégré qu'il s'agit d'un
la pointe de la flèche du symbole. Dans le sens direct (ou négatif par rapport au potentiel du collecteur, tandis que agglomérat complexe de jonctions semi-conductrices
passant) d'une diode au silicium apparaît une différence de sur les transistors PNP c'est l'inverse. fortement miniaturisé. Jusqu'à une date récente, la plupart
potentiel de 0,6 V entre ses bornes; on parle de chute de des circuits intégrés apparaissait sous la forme de boîtier
tension ou de seuil de conduction. Les deux connexions DIL {duai in Une - broches disposées sur deux rangées
d'une diode s'appellent l'anode (côté du symbole qui parallèles). Dans les schémas d'ELEX nous continuerons
ressemble au A majuscule) et la cathode (côté du symbole d'utiliser ce type de composants. La broche 1 des circuits
qui ressemble au K majuscule); cette dernière est marquée intégrés DIL se trouve toujours à gauche du repère lorsque
sur le corps de la diode par un anneau de couleur, un point celui-ci se trouve en haut du circuit intégré vu de dessus,
ou un méplat.
Pour déterminer la polarité d'une diode dépourvue de
repère, utiliser le dispositif représenté ci-dessous :

ampoule

[-0-®-—
Un faible courant de base (qui circule entre la base et
l'émetteur) provoque l'apparition d'un courant beaucoup
plus important entre le collecteur et l'émetteur; on dit que
le transistor amplifie le courant de base. Les transistors
"Ce- restent les
d'amplification.
composants essentiels en matière

La lampe ne s'allume que si la diode est polarisée dans le


sens indiqué.
Les caractéristiques essentielles d'une diode sont la
tension de blocage et le courant maximal en sens direct.
Dans Elex, nous utiliserons essentiellement les diodes
1N4148 (tension de blocage 75 V, courant max. 200 mA)
et 1N4001 (tension de blocage 50 V, courant max. 1 A).

Il existe pour la plupart des circuits intégrés des équivalents


plus ou moins nombreux. Dans les listes de composants, il
est impossible de mentionner toutes les références disponi-
bles; le plus souvent, seule la partie significative de la réfé-
Diode zener rence est mentionnée; par exemple 741 pour LM741,
//A741, MC741, SN72741, etc. . .
Il existe des diodes qui, polarisées en inverse, ne bloquent Sauf mention spéciale, il est préférable de prévoir systéma-
plus le passage du courant en sens inverse au-delà d'une Dans nos schémas, nous utilisons essentiellement les tran- tiquement des supports de bonne qualité pour les circuits
certaine tension appelée tension zener. La tension aux sistors de type BC547 (NPN) et BC557 (PNP) dont le intégrés utilisés dans les schémas d'ELEX.
bornes d'une telle diode devenue passante en sens inverse brochage est d'ailleurs identique. Dans beaucoup de
reste relativement constante. Les diodes zener sont dispo- schémas, il est possible de remplacer ces transistors par
nibles avec des tensions et des puissances variées. des équivalents aux caractéristiques proches ou identi-
ques. Par exemple : Symboles
ÎW NPN - BC548, BC549, BC107(-8,-9), BC237(-8,-9)
Les symboles utilisés dans les schémas d'ELEX, notam-
Diodes électro-luminescentes PNP - BC558, BC559, BC177(-8,-9), BC251(-2,-3)
ment ceux des opérateurs logiques, ne sont pas les
Les LED (light emitting diodes) ou DEL sont moulées dans symboles industriels normalisés.
un corps translucide qui leur permet d'émettre de la Transistors spéciaux
lumière. Le seuil de conduction de ces diodes n'est pas de
0,6 V, mais varie, selon la couleur émise, entre 1,6 V et Il existe bon nombre de transistors de types différents; Elex
2,4 V. L'intensité du courant est comprise entre 15 et citons notamment les phototransistors et les FET. Le photo-
25 mA. A la cathode de la diode correspond la connexion transistor peut être considéré comme une photodiode
la plus courte. Elle est repérée sur le corps de la diode par amplifiée, ou encore un transistor dont le courant de base
un méplat. est fourni par la lumière incidente. Le FET (fieid effect tran-
sistor) ou transistor à effet de champ est commandé par
une tension, et non par un courant de base. Tout comme il
existe des transistors bipolaires NPN et PNP, il existe des
FET à canal N et des FET à canal P.

Photodiode
D//

4+
La fonction d'une photodiode est l'inverse de celle d'une
LED. Au lieu d'émettre de la lumière, la photodiode fournit
^ 0?
un courant proportionnel à l'intensité de la lumière reçue. phototransistor (NPN)
avec et sans base

opérateur
AND (ET)

et MJ-FET
à canal N
J-FET
à canal P
opérateur
NAND (NON ET)

opérateur
Autres composants actifs OR (OU)

Diode capacitive
^K^
Polarisée dans le sens bloquant, la diode capacitive se
Le thyristor est une diode commandée par un courant de
gâchette. Le trfac fonctionne comme le thyristor, mais dans
les deux sens, ce qui permet de l'utiliser pour commander
comporte comme un condensateur dont la capacité varie le passage du courant alternatif. Le diac bloque dans les opérateur
en fonction de la tension aux bornes de la diode. Il s'agit deux sens jusqu'à ce que la tension dépasse un certain NOR (NON OU)
donc d'un condensateur commandé en tension. seuil, au-delà duquel le diac conduit dans les deux sens.

opérateur EXOR
(OU exclusif)

•+ opérateur EXNOR
(NON OU exclusif)

c o m p o s a n t s • elex n°1 • a v r i l 8 8 17
Résistances Ohms et farads Divers symboles utilisés dans les s c h é m a s

Les c o m p o s a n t s m a r q u é s par ta lettre R s o n t des résisteurs La valeur de résistance et de c a p a c i t é est indiquée en frac-
c o u r a m m e n t appelés résistances, d o n t la valeur o h m i q u e t i o n s d ' o h m s ou de farads à l'aide des préfixes suivants:
est indiquée par u n c o d e de couleurs :
p as piCO = lO « un millionième de millionième
n « narto m 10' = un miîllardième
m
1 « micro 10 » un millionième
»
1
1 fim Ht
i
m »
k -
M =
milH
kilo
mega
* 10"3
« tO*
*» 10
» un millième
= mille
« un million
0
i
u \ \
G = giga = 1Q9 ™ un milliard

Pour faciliter la lecture, le préfixe est utilisé dans ELEX non


»

couleur

noir

chiffre

-
V
2ème
0
nombre
de zéros

-
tolérance
en %

-
s e u l e m e n t pour remplacer les zéros avant o u après la
virgule, mais aussi pour remplacer la virgule elle-même ;
3 k 9 = 3,9 k£3 - 3 9 0 0 Q
Afxl = 4 , 7 //F = 0 , 0 0 0 0 0 4 7 F

chiffre
marron i 1 0 ±1%
Condensateurs
rouge 2 2 00 ±2% Hh
Les c o n d e n s a t e u r s s o n t de petits réservoirs de charge dési-
orange 3 3 000
- g n é s par la lettre C. Ils s ' o p p o s e n t au passage des t e n s i o n s
c o n t i n u e s , mais servent à a c h e m i n e r les t e n s i o n s alterna-
jaune 4 4 0000 - t i v e s . La taille de la charge a d m i s e par u n c o n d e n s a t e u r est interconnexions
vert 5 5 00000 ±0,5% appelée sa c a p a c i t é et est exprimée en farad. La valeur des
c o n d e n s a t e u r s ordinaires (céramique ou à film) est
bleu 6 6 000000
- c o m p r i s e entre 1 pF et 1 /^F, c'est-à-dire 1 millionième de
violet 7 7 - - m i l l i o n è m e de farad et 1 millionième de farad. Selon les
f a b r i c a n t s , la c a p a c i t é est indiquée de d i f f é r e n t e s manières croisement sans
interconnexions
gris 8 8
- - sur le c o n d e n s a t e u r l u i - m ê m e :
1n5 - 1,5 nF; 0 , 0 3 / ( F - 3 0 nF; 100 p <n100 ou n i ) =
blanc 9 9
- - 100 pF
or - - xO.I ±5% Il arrive aussi que le dernier chiffre indique le n o m b r e de
zéros d ' u n e valeur e x p r i m é e en picofarads ; 152 =
argent - - xO.Ol ± 10%
1 5 0 0 pF » 1,5 nF.
rien - - - ± 20% La t e n s i o n indiquée sur les c o n d e n s a t e u r s doit être supé-
rieure de 2 0 % au m o i n s à la t e n s i o n à laquelle les c o n d e n - interrupteur (ouvert)
sateurs s o n t utilisés.
Exemples ;
marron-rouge-marron-argent: 120 Q ± 1 0 % bouton poussoir (ouvert)
jaune-violet-orange-argent : 4 7 0 0 0 = 4 7 kQ (ou 4 7 k)
±10%
connexion inamovible
marron-vert-vert-or : 1 5 0 0 0 0 0 = 1,5 MQ (ou 1,5 M)
±5%
connexion amovible
Dans les s c h é m a s d'ELEX n o u s n'utilisons que des résis-
t a n c e s de la série E12, à 1 0 % ou 5 % de tolérance. Sauf
m e n t i o n spéciale, la puissance n o m i n a l e des résistances ie)evê démesure
est de 1/4 w a t t .
• __ source de tension continue
Condensateurs électrolytiques
* I—C—J (batterie,accumulateur)
Les c o n d e n s a t e u r s é l e c t r o l y t i q u e s o u é l e c t r o c h i m i q u e s o n t
une c a p a c i t é élevée par rapport aux autres c o n d e n s a t e u r s photorésistance
(entre 1 //F et 10 0 0 0 //F). Ils sont polarisés, ce qui signifie
q u ' i l s ont une borne positive et une borne négative q u ' i l ne
f a u t pas intervertir! Sur les c o n d e n s a t e u r s au tantale (une
variété de p e t i t s c o n d e n s a t e u r s é l e c t r o l y t i q u e s ) , l'armature
positive est toujours reliée à la plus longue des deux thermistance
c o n n e x i o n s d u condensateur. La t e n s i o n de service des (coefficient négatif)
c o n d e n s a t e u r s é l e c t r o c h i m i q u e s est toujours indiquée
d a n s le s c h é m a et dans la liste des c o m p o s a n t s . Il est
interdit d'utiliser des c o n d e n s a t e u r s d o n t la t e n s i o n de
Potentiomètres service m a x i m a l e est inférieure à la valeur indiquée. Il est
permis d'utiliser des condensateurs d o n t la t e n s i o n de
La lettre P sert à désigner les p o t e n t i o m è t r e s m ê m e lorsque service m a x i m a l e est supérieure à la tension indiquée d a n s
c e u x - c i s o n t utilisés en résistance variable (une e x t r é m i t é la liste des c o m p o s a n t s , mais cela implique d a n s la plupart
de la piste inutilisée o u reliée au curseur). Le curseur du des cas u n e n c o m b r e m e n t plus i m p o r t a n t .
p o t e n t i o m è t r e prélève sur la piste d u p o t e n t i o m è t r e une
p o r t i o n de la t e n s i o n présente aux e x t r é m i t é s de la piste. Il bobine
existe, outre les p o t e n t i o m è t r e s ordinaires, de petits p o t e n -
t i o m è t r e s sans axe, que l'on a c t i o n n e à l'aide d ' u n tour-
nevis et des p o t e n t i o m è t r e s d o u b l e s (sur le symbole, le bobine avec noyau
curseur ne se t e r m i n e pas en f o r m e de flèche, mais en
f o r m e de T),

transformateur

relais
(contact travail)

résistance variable
mini-potentiomètre
Condensateurs variables
Tout c o m m e il existe des résistances variables, il existe des
c o n d e n s a t e u r s variables, a c t i o n n é s soit par un axe, soit par
un tourne-vis.

petit condensateur variable

Relevés de mesure
Dans certains s c h é m a s et dans les textes d e s c r i p t i f s f i g u -
rent des relevés de mesure c h i f f r é s q u ' i l c o n v i e n t de c o n s i -
dérer c o m m e des valeurs nominales : les valeurs réelles
p e u v e n t dévier j u s q u ' à 10 % (en raison de la tolérance des
c o m p o s a n t s , des appareils de mesure, etc) sans que cela
indique u n d é f a u t significatif. Les mesures e f f e c t u é e s sur
les p r o t o t y p e s s o n t e f f e c t u é e s à l'aide d ' u n m u l t i m è t r e
condensateur variable universel d o n t la résistance interne est de 2 0 kQ/V.

18 composants • elex n°1 • avril 88


l§Ss ISS! - in co oo o oo o ISSSS, * E

0
c

c
o

i i
>
jfi i E LL Q
i uro<
-
I
CT) I -

7 S « M lu
r-
Lu U.

** ° î
«g IIS,
iiyP
9) -S

»Eï, O o c a-5 O C "•


S

Kl
c
i"î < S
k ° p
1-œ |
"S
0) o^5
c
(0 < Q
c
•H '
3 H .
n ~ ^
li
ir:
*•5
ttSS € »I u-œ E
(SI CgO"C Q à i C G C Q C O C O C Q N SQ

>2S
SKI
sa
?SI§§ISIgSIssSSlsS5s5sf e s II
O O O

«h
Lu ki
^ i o t o o i ^ œ
n i - o w o c o f f i McoœttD'j-^-inr-.co'j-u
ocûi-T-oicjicD»-'-
SS! Eiï
> 5 CN r- r - i œ m r- • - " - - - c

o o
irmr-coco^-'-coo
( N m in
(fil I

ISsslIllSS aSHMs il!


- ê x
li i»
>•
u (rt ^ o o-5 co —)
J ce CÛ o- CO x Cu en CD . - — CN Cu CN CQ -
>
!3«
c i iri

< ... m in* •!i!«ili' <•* S ^

Q cm-
<o m" c i <•>'<• Mii**ffOi-uin*Nu)Nmnnnu)W(,)<î'-neoœo)0

-r-0)0'tOO'->-W ,,
5!

en
isiir 5^ï

ï53Saaa3S2aSS35555S555S iintOMniommmm ™u
•o e s
o > > > > o o
"- 1 co co co co CN CN

en 0ce) ^ N B f l ^ H ' - N N N ^ o o M O O O O O N N O O O O ' - r r o r ^ o o o o ^ o o o O ' - r ^ f M (/> C 0 ) .


OO

: O m . . T - CM eo
:H
ce
r* co
co eo
Q ai ^ og
~ J ^r <D <o
TCDr^tûr^coa;0(Dr^coa>0050 Q < - CM CM C3(J
oo <i>
§tt$ii$NI&i
mn
L O < Lfl
• — < i r ce r r ce
EL CL CL D_

o o c

ssssiinisiipi
O O c

D 0D «* u )OtDCO(NCO^(

:> l O O
5 ^ h <JO
(- O O O

i co co ,
O
l M i - ^ i - t - r t i - ^ r -

ï O O CM co co r
r-
«J

Sô?«

LU III! 5S3S|S|= IlilSI islllllïlï iiiiii


s
o o o c O O C
o o o c
PS»*" .3333 II1II1I1111 1111;
so ô o
3 CM r ^ *
MCOCMCO^
ô o o c
<© CO ( M C
liSiilIllilliilIiilll; Q O o

- - ^ C M C N C N C O C O
Ln i n co co

I— K l — t-

a Ils
I N I V O T J " t i "^ S
N OW L LO
O ^O O
^ TT
* - •—'

,iiiii§ O O o O o O - - f , ' c - l n , î ' C Û 0 N


o o m o r t ' * ( Û I ' ~ ' " m f) co en CD o < O o > C ) O O o o x i ^ ^ L n

illsi
O o o O -j O
O O O OO OO O oC D Q O O 0 0 ^ * -
O O O O - — C O
•J O J CD CJ3 CJ3 CJJ sj CM CM O J CM - •

'J °\L <i m< u<m<cS û u i û û< L LO <


;<<^<
u û
lllllililllllïii
J Q Q _l Q
c o o c o c j i c d o J x ^ S ^ ^ c c ^

D eo co "i
111111 C O N C Q C O O 3 CO CO CD CO C
CO i
- (D co o en co T
I C T - T- T
mm
§§g§§§§ggj
|i;ïg§3SH3» g993 3H
Q »s"; CM * *
CO CO <-,
O O CM -CO|{?iocD'd-LOL M CQ CM CO CM ^ CO c

iSSi
iillill
~ 1 D O ) 0 0 C O ( D 1
—> °°i -ce ce ZZ. ^ < S L O L O L O ' ^ 1 ^ LO CÛ CD CO < •

S333 liât j D < U J L U L J L J l u i n u j < i u Q u <

Z UQ
O O O O O O O

O r^ncor^i^inincococor^enoicncni^coif)
LO O O O
r-" oo o » «- m" co
O

^ ^ C N
O O

> > «->


IIP
INslHll! •* >
o ooooo o
> > > > >
O

o
O O
CD CO
o ooooo o CC O
en m ^J- CD * f r CD CD CD -et

<<<<<<< o
^ ^ • C O C O O J C O l f l I-
I sJosKvjcoojojtNninncorocnww^ït^miniDoo^tM^co'
T— T— CN
ço
Q 5 Q 5 S 5 Q
LU CD CD CD CD CD CD CO
O O CN CN CO 'd- CD
E
CN CN CN CN CN CN CN >
CO O CJ CJ O CJ O O
z ^c çj çj çj

U CD»- « t c o c o c M c o o î O C O L o n M L O i r î ^ c
- en r». t- en en CM

iniiiiii
m
Ol CD
en co
^_ COCO CO 01 O 2L b ce ce or ce L

C
^ ^ CO ^ CO
oionorvicocsf^j-r^Lficor^coco^j-iiir^coocOLni-cono^-cnoiDcoocNco—i _i co m ^j- LO ^>
oo«- *-< - en CD - - s en
r^-cocoOïcnoicNcNLCicocococDr^r^r^r^r^OîCDOîxt-cor^cDCNCM^-^-^-rvcocO'- i-
CNrvICNrvICNCNCOCOCnfncnCOCOC^COCOcnCOCOCOCOLnLnLniiîCOCDCÛCOCÛCDCÛCOCO CO

IU m 'llllllll!
:x-o^co^Lnr--cO'-cr)r--coa)tx)Co
, C M ' N t , ï ^ , * ' 3 - ' ^ - ' ^ - L O L O i f ) L O L n c i D r - -

m
rCNCNCMCMCMCMCMCNCMCNICMCMCMCMCM

CN|«*CNNCNCNI^r^CNI{NCMCNCNWmCNIi^r^CNCSICSIC^

31
y Jg 0 ' - c N c o ^ L O V v t
» c n o « - r M c o « t i n v ^o^cNCDr^coocNcvir^coocMr^^T-^^^irj^LficûcrJi^cûo^cMcoi^
MJîCTÎ^CN

o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
CN^CMtNrMCMCOinOOtD coco-*Lncj)cncnTtt-^c)CTjLor^Lîi^O(Nr^(OOTcn
** M ** r-" ** •* «t ri cri cri -# «* un •* eo »(f LO OO •* in r-" r-* oj m •* co
T - CM 1 - »- I - t -
CDcocMr^TtLDtooincn

r- ^ m
lii
cMcocor-OLOcM^r-r-
O O O ' t C D M X ^ ' - ' -
3 § S O Z Z r

tNCNNCNCMroer>CNICSjeM«tf**N*tMLOTt«ï*tfCMNCN|i^

o iBûUkî
6 § u
\m
- " ^ c L > ^ ^ ^ O ï
ocoSco<5S>rr:

elex n°1 • avril 88 19


Figure 2 - Une antenne RADAR.

L ' é c h o est un p h é n o m è n e
naturel troublant. La fascina- titue pas un obstacle à la
tion exercée sur nous par la propagation des ondes radio,
première observation de ce le RADAR continue de «voir»
p h é n o m è n e laisse générale- . dans des conditions où l'oeil
ment un souvenir humain ne perçoit stricte-
inoubliable. ment rien (nuit, brouillard,
. . .). Deux des applications
Et bien c'est sur l'écho qu'est
basé le principe de fonction- «Comment s'appelle le maire les plus connues du RADAR
sont:
nement du RADAR. Ce
terme nous vient de l'anglais
RAdio Détection And
de Carqueiranne?. . \ âne.» • 1. La détection (surveil-
lance) des navires, aéro-
nefs, côtes et tous autres
Ranging, c'est-à-dire détec-
tion et télémétrie par ondes (Question subsidiaire: objets dignes d'une attention
radio. Un émetteur spéciale- quelconque,
ment conçu pour cela
rayonne à l'entour un signal
Et le maire de Tarascon?) • 2. La détection des excès
de vitesse dans la circu-
radio dont la fréquence est lation automobile, les fameux
un «oostacle», un navire, une Le signal de retour (écho) est radars disposés sur le bord
comprise entre 0,3 et 30 GHz montagne, un avion voire capté par un récepteur, puis de la route.
(lire «gigahertz»; 1 GHz = une automobile, ce signal est
1 milliard de périodes par subit un traitement
réfléchi par cet obstacle: électronique. Ici nous ne nous intéresse-
seconde). Lorsqu'il rencontre c'est l'apparition de l'écho. C o m m e l'obscurité ne cons- rons qu'au premier de ces
20 le radar, comment ça marche • elex n°1 • avril 88
moteur de rotation

Figure 1 - Principe de fonctionnement d'une station RADAR.


L 'émetteur produit le signal RADAR que rayonne ensuite
l'antenne. La même antenne sert à capter l'écho du signal. Cet
écho apparaît lorsque le signal est réfléchi, par un navire par
exemple. Un commutateur transmet l'écho du signal vers le
récepteur et l'écran de visualisation.

deux domaines, à savoir voiture, la surface de


celui de la surveillance visant l'antenne concentre l'impul-
à la sécurité de la navigation sion électro-magnétique pour
maritime et aérienne. qu'elle se dirige vers une
tranche très précise de
l'horizon. Après chaque
impulsion, l'antenne (le
récepteur en fait) se met à
IMPULSIONS l'écoute dans la direction
ALLER&RETOUR dans laquelle a été envoyée
l'impulsion, pour détecter un Figure 3 • Antenne et console de visualisation d'une station
éventuel écho qui résulterait RADAR mobile.
Les stations RADAR sont
aisément reconnaissables de la réflexion de l'impulsion
aux antennes radar de électro-magnétique par un représentée sur une carte l'horizon, lequel est matéria-
grandes dimensions que l'on objet quelconque. Plus la topographique en relief. Le lisé par le bord de l'écran.
y voit tourner jour et nuit. La distance entre le radar et centre de l'écran correspond S'il reçoit un écho, c'est-à-
figure 1 donne une vue l'objet (ou obstacle) est à la position au sol de la dire si l'impulsion électro-
d'ensemble des principaux importante, plus la durée station RADAR. A l'instant magnétique est réfléchie par
éléments constitutifs d'une entre le départ de l'impulsion précis du départ de l'impul- un obstacle, le récepteur
installation RADAR. et le retour de l'écho sera sion, un point invisible quitte allume brièvement le point
L'antenne du RADAR émet longue. le centre de l'écran en direc- mobile. L'endroit correspon-
un bref signal radio sous Le récepteur comporte un tion du bord. Ce point repré- dant sur l'écran reste illu-
forme d'une impulsion. A la écran circulaire. sente l'impulsion électro- miné un court instant. Plus la
manière du réflecteur Sur cet écran, la position de magnétique émise par la distance entre l'objet et le
concave d'un phare de l'objet apparaît c o m m e station radar en direction de RADAR est importante, plus
le radar, comment ça marche • elex n°1 • avril 88 21
L'ORDINATEUR S'EN MELE
Les stations RADAR
modernes, celles qui assu-
rent le contrôle de la circula-
tion aérienne en particulier,
sont sensiblement plus
complexes et plus volumi-
neuses. Entre la station
RADAR proprement dite et
l'écran, on a intercalé un
ordinateur. Celui-ci
rassemble les informations
fournies par le récepteur de
la station RADAR et les traite
avant de les envoyer vers
l'écran. De cette manière, le
contrôleur dispose d'une
image stable dont les points
restent illuminés en perma-
nence. Les détails superflus,
tels que relief non significatif
ou constructions humaines
ne sont plus visualisés. A
leur place, l'ordinateur repré-
sente une carte qui indique,
dans le cas d'un RADAR de
circulation au sol sur une
aérodrome par exemple, les
différentes pistes et chemins
de roulement; dans le cas
d'un RADAR de circulation
aérienne, il fera apparaître la
position des «autoroutes d u
ciel», des zones interdites et
toute sorte d'informations
additionnelles indispensables
au contrôleur.
L'installation représentée en
figure 4, un RADAR secon-
daire, permet l'identification
automatique des différents
avions en vol, à condition
bien sûr que ceux-ci soient
équipés d'un transpondeur.
Un transpondeur est un
émetteur-récepteur qui capte
le signal du RADAR et
répond par l'émission d'un
signal propre (sur
1 090 MHz). Ce signal
comporte un code affiché
par le pilote sur le boîtier de
c o m m a n d e du transpondeur.
L'ordinateur qui alimente le
RADAR secondaire en infor-
mations utiles capte cette
information par l'intermé-
diaire de l'antenne, décode
le code émis par l'avion et
l'affiche sur l'écran. Si l'ordi-
nateur est p r o g r a m m é avec
les informations convena-
Figure 4 - Devant l'écran RADAR. Un contrôleur au travail. bles, il est m ê m e en mesure
de faire apparaître sur
la durée entre le départ de l'émission de chaque impul- progressivement de sorte l'écran du contrôleur l'indi-
l'impulsion et le retour de sion, le point quitte le centre qu'après chaque tour catif d'appel de l'avion.
l'écho est grande, et plus le de l'écran en direction du d'antenne on observe une Chaque plot lumineux
point illuminé est éloigné du bord extérieur, dans la direc- visualisation remise à jour. Si retrouve ainsi son identité.
centre de l'écran. La tion qui correspond très les stations RADAR implan- La densité de la circulation
distance du plot (c'est ainsi exactement à la position de tées à sur terre sur un site aérienne est telle qu'un
que l'on appelle le point illu- l'antenne à cet instant précis. fixe permettent la détection contrôle capable d'assurer
miné sur l'écran radar) par Si l'antenne fait face au nord d'objets mobiles (navires, aux avions un niveau de
rapport au centre de l'écran par exemple, le point quitte avions, etc), le RADAR sécurité suffisant est impen-
donne ainsi une indication le centre de l'écran et se embarqué sur un navire ou sable aujourd'hui sans
de l'éloignement de l'objet. dirige vers le haut le long un avion permet à celui-ci de RADAR.
d'une ligne verticale. Au déterminer sa propre
L'antenne tourne sur elle- cours d'une rotation de position en s'aidant des
m ê m e à une vitesse régu- l'antenne, le point balaie la repères terrestres (relief,
lière (entre 20 et 30 rotations totalité de la surface de villes, fleuves).
par minute) pour permettre l'écran. Partout où le fais- Ce type de RADAR mobile
au RADAR de détecter des ceau du RADAR a rencontré ne c o m p r e n d plus guère
objets sur l'ensemble de un obstacle, il a laissé une actuellement que deux sous-
l'horizon. Tout au long de sa trace lumineuse. On constate ensembles: l'écran associé à
rotation, l'antenne émet des ainsi l'apparition sur l'écran une boîte noire électronique
impulsions puis en capte les d'une sorte de représenta- et l'antenne proprement dite
échos qui sont visualisés sur tion cartographique. (figure 3).
l'écran (quelque 5 000 fois
par seconde). A l'instant de La trace lumineuse disparaît

22 le radar, comment ça marche • elex n°1 • avril 88


A CLERMONT-FERRAND

ELECTRON SHOP
UN MAGASIN SPECIALISE UN MAGASIN SPECIALISE

dans dans

Tél.: 47.38.23.23 Télex : 752196 F • les composants • les HAUTS-


FAX : 4 7 . 3 8 . 2 2 . 8 0 PARLEURS
• les KITS-OK-Plus-
WELLEMAN-
^ • AMPLI sono-table
ELCO-PACK. . .
COMPOSANTS ELECTRONIQUES \ de mixage-micro-
toutes marques • les appareils de casques
mesures-
• jeux de lumière-
APPAREILS de MESURE multimètres
boule à facettes-
oscilloscopes
projecteur de
CONNECTEE scene-rayon
• librairie technique
KITS TË balladeur etc. . .

Le spécialiste des écoles 20, Av de la 23, Av de la


République République
Devis sur demande Tel: 73-92-73-11 Tel: 73-90-99-93

LA QUALITE PROfiSSIOMmiB

elex n°1 • avril 88 23


CONDITIONS D E V E N T E : PAR CORRESPONDANCE UNIQUEMENT. NOS PRIX SONT T T C .
ENVOIS EN RECOMMANDE URGENT SOUS 2 4 HEURES DU MATERIEL D I S P O N I B L E .
- PAIEMENT A LA COMMANDE + 2 7 F DE F R A I S DE PORT ET D'EMBALLAGE. FRANCO AU DESSUS DE 4 0 0 F .
- CONTRE REMBOURSEMENT; I O X A L A COMMANDE 1 PORT ET EMBALLAGE : 4 5 F )
- NOUS ACCEPTONS LES BONS DE COMMANDE DE L ' A D M I N I S T R A T I O N .

I4.JJ-lll-L.. — «.1.1.fin i | CQHHUTRTEUR5 ROT DXOOES EN PONT


fcOSO fc 1812 1 CIR.12 POS. PIECE 1 1 . 5 0 F fc 5 2 1 1 . 5 A 5 0 V ROND lts 4 10.OO F
fc 0 6 0 fc 1626 2 CIR. 6 POS. PIECE U.50 F fc531 1 . 5 A 4 0 0 V EN L I G N E les 2 10.OO F
CUIVRE BRUT PLUIES OE 200 I 300 h 1834 3 CIR. 4 POS. PIECE 1 1 . 9 9 F fc 5 3 4 4 A 4 0 0 V EN L I G N E PIECE 9.00 F
H C C U S C H Q N I C K E L «o 1B43 4 CIR. 3 POS. PIECE 1 1 . 5 0 F fc 5 4 0 1 0 A 2 0 0 V CARRE PIECE 1B.OO F

NB 10B6 TYPE R 6 0.5A 1.24V les 2 30.00 F fc 8 5 0 1 B A K E L I T E l FACE FR2 les 3 2 7 . OO F


Hi 1094 TYPE R 1 4 1.21 1.24V 1 K 2 6 8 . OO F
te 1096 TYPE R 2 0 1.» 1.24V 1 M 2 8 4 . OO F fc8521 VERRE EPDXY 1 FKE FM PIECE 2 4 . OO F DIODES ET ORTO I N F O R M A T I Q U E
fe 1089 TYPE 6 F 2 2 0 . » IV PIECE 6 8 . OO F to 8 5 2 2 VERRE EPOXY 2 FACES FM PIECE 2 7 . OO F
fc 5 0 1 IN 4 0 0 1 1rs 10 3.50 F ND 034 BPW 3 4 les 2 24.OO F fc 2 7 6 4 2 7 6 4 EPRDH 35.OO F
fc 5 0 2 IN 4 0 0 2 les 10 3.50 F No 0 4 4 BP 1 0 4 les 2 2 8 . OO F fc 6 8 0 2 6 8 B 0 2 PIECE 4 5 . OO F
QQRMIERS POUR CUIVRE PK5ENSI1ILISC POSITIF 200 I 300
fc 5 0 4 IN 4 0 0 4 l t s 10 3.50 F ND 0 7 1 LD 271 los ï 12.00 F fc 6 8 2 1 6 8 B 2 1 PIECE 2 8 . OO F
LIVRE AVEC REVELATEUR
fc 5 0 7 IN 4 0 0 7 les 10 4.00 F fc 0 7 2 TIL 32 les 3 7.50 F fc 4 7 0 0 4 7 0 «S LES 4 84.00 F
RB 1 9 2 2 BORNIERS 2 PLOTS les 2
fc 5 1 4 IN 9 1 4 les 10 4.00 F fc 0 7 9 CQX 9 9 les 3 9.0O F
fc 1 9 2 3 BORNIERS 3 ROTS les 2 » 8551 BAKELITE I FACE FR2 PIECE
fc 5 4 8 IN 4 1 4 8 les 20 4.0O F h 090 LDR 0 3 les 2 15.OO F fc 1 9 3 0 1 PER1TEL H Î 2 B 10.00F
fc 4 3 1 TL 4 3 1 PIECE 10.00F TIL les 2 1 0 . OO F
•Q3SEEE1 D8561
to 8 5 6 2
PAPIER
PAPIER
EPOXY
EPOXY
1 FICE PIECE
2 FACES PIECE
ki 1070 P L A S T . N O I R i i u 11 10.OO F
kl 1072 P L A S T . N O I R l i â t 21 15.OO F «0 8 5 7 1 V E R R E EPOXY 1 FKE FM PIECE
ht 1080 A L U . MEC «THE diaa 16 10.OO F ND 8 5 7 2 V E R R E EPOXY 2 FACES F M PIECE
fc 1082 A L U . MEC «POE f i t * 22 12.OO F
VALEURS AU CHOU : 3.6 3.9 4.3 4.7 5.1 S.i
i.2 6.3 7.5 8.2 9.1 16 11 12 13 It VOUS

LINERIRES ET nsBSSEsa ZENER 0 . 4 N Iss 10 ce M M valeur 6.00 F


fc 1 9 0 0 POUSSOIRS NINIAT. CONTACT POUSSE les 2
No 1 9 1 0 POUSSOIRS NINIAT. CONTACT REPOS les 2
fc 371 TL 071 In 2 11.50 F fc 386 386 1K 2 26. OO F ZENER 1 . 3 M les 10 de m e «.leur 9.00 F
te 372 TL 0 7 2 les 2 18.OO F fc 420 5 5 5 les 5 9.0O F
No 374 TL 0 7 4 PIECE S.OO F (kl 376 5 7 6 B PIEU 36. OO F
No 381 TL 0 8 1 lis 2 lO.BO F fc 430 7 4 1 les 5 9.00 F
fc 382 TL 0 8 2 lis 2 18.OO F MB 440 TBA 8 1 OS PIECE B.OO F
fc 384 TL 0 8 4 PIECE 15.OO F fc 442 8 2 0 PIECE 6.00 F No 8 0 5 8 1 HP 8 DHHS 5 0 Mfl 0 . 2 W 13.OOF
TBA
No 121 L 1 2 1 PIECE 36.OO F fc 460 fc 8 0 7 8 1 HP B M B 7 0 MM 0 . 5 W 16.OO F
5AB 0 6 0 0 PIECE 34.OO F
fc 8 1 0 8 1 HP 8 OHMS 1 0 0 MM 1W 21.50F
fc 170 UAA 1 7 0 PIECE 22.OO F fc 458 1 4 5 8 les 2 12.0O F
LM
fc 180 UAA 1 8 0 PIECE 22.OO F fc 462 18.OO F
11.OO F fc 463
TDA 2 0 0 2 les 2 2 0 RAPIDES les 14 de eccc valeur 7.00
fc 411 LM 311 I H 2 2 0 0 3 lts 2 20.00 F
No 424 324 IH 2 17. 40 F ND 464 TDA 2 0 0 4 PIECE
LM 18.OO F
ND 3 3 4 LM 334Z I n 2 21.20 F fc 466 TDA
XR 2 2 0 6 PIECE S.OO F i 1 7 5 0 PORTE-FUSIK.ES 5 X
fc 3 3 5 LM 3 3 5 ici 2 3 0 . OO F fc 362 CA 3 1 6 1 E + 3 1 6 2 E l i s 2 58.OO F i 1 7 6 0 PORTE-FUSIBLES 5120 P MICRO ELECTRET.
ND 3 3 6 LM 3 3 6 le* 2 19.60 F fc 474 TMS 3874 N PIECE 32.OO F
No 450 TDA 4 0 5 0 PIECE 22.OO F
fc 465 TDA 4 5 6 5 les 2 98.OO F

No 0 0 3 ROUGES 0 3 les 10 6.0O F No5003 R 03 «.les 5 1 2 . 5 0 F fc OOB HUEES «ECl.lt» S


fc 0 0 5 ROUSES 0 5 les 10 6 . 0 O F fc 5 0 0 5 R 05 HL les 5 12.50F
fc 0 1 3 VERTES 0 3 les 10 8 . 0 0 F No5013 V 03 HL les 5 14.OO F
fc 2 0 1 4001 B les 5 t B.OO F fc 2 3 3 4033 B les 2 2 4 . OO F fc 2 7 2 4072 P les 7 4.00 F fc 0 1 5 VERTES OS les 10 8 . 0 0 F fc5015 V 05 HL les 5 1 4 . OO F
fc 2 0 2 4002 B les 2 ï 3.00 F fc 2 3 5 4035 B tes 2 9.0O F fc 2 7 3 4073 P les 2 5.00 F fc 0 2 3 JAUNES 0 3 les 10 8 . 0 0 F fc 5 0 2 3 J 03 HL les 5 14.OO F
fc 2 0 7 4007 B les 2 ! 3.20 F fc 2 4 0 4040 P les 7 9.00 F fc 2 7 5 4075 P les 2 3.20 F fc 0 2 5 JAUNES 0 5 les 10 B.OO F fc 5 0 2 5 J 05 HL les 5 14.OO F
fc 2 1 1 4011 B les 3 : B.OO F ND 2 4 3 4043 B les 7 9.60 F fc 2 7 7 4077 B les 2 S 5.00 F
fc 2 1 2 4012 B les 2 i 4.50 F fc 2 4 6 4046 B les 2 11.OO F fc 2 7 8 4078 R les 2 ; 7.00 F
fc 2 1 3 4013 B les 2 1 4.00 F fc 2 4 7 4047 B les 2 1O.0O F fc 2 8 1 4081 B les I 7.20 F M U L T I M E T R E S
No 2 1 4 4014 B le* 2 1 11.OO F fc 2 4 9 4049 R les 2 5.50 F fc 2 8 2 4082 R les 2 4.SO F
fc 2 1 5 4015 B les 2 1 8.50 F fc 2 5 0 4050 B les 2 5.50 F fc 2 9 3 4093 R les 3 : 8. ÎO F
ta 2 1 6 4016 B les 2 1 4.00 F fc 2 5 1 4051 R les 2 10.80 F fc 3 0 2 4502 P les 2 9.50 F ) 3650 M 3650 3 1/7 BI61TS 20A 690.00 F fc 4 6 5 0 M 4650 4 1/2 1I6ITS 20 A , IEH01REI 1 0 0 . OO F
to 2 1 7 4017 B les 2 i B.OO F fc 2 5 2 4052 B les 2 7.00 F fc 3 1 1 4511 B les 7 10.OO F
4020 B Ici 2 i B.OO F fc 2 5 3 4053 7.00 F fc 3 1 8 4518 B les 2 ;
ki 224 4024 B 1» 2 : 1O.0O F fc 2 6 0 4060 B les 7 7.20 F fc 3 2 0 4520 B les 2 s 7.SO F
fc
fc
225
227
4025
4027
B
B
lis
les
2
2
t
i
6.80 F
5.00 F
fc 2 6 6
fc 2 6 8
4066
4068
B
R
les
les
2
2
4.00
4.50
F
F
fc 3 2 1
fc 3 2 8
4521 B
4528 R
les
les
2
2
; B.OO
B.OO
F
F
tÊBSBOBBBBBB
fc 228 4028 B les 2 1 8.50 F fc 2 6 9 4069 P les 2 4.0O F fc 3 3 8 4538 P les 2 9.50 F No 1 9 6 0 P O M P E A DESSOUKR 1 70 M PIECE 6 0 . OO F 1/4 ï 5 1 SERIE E17 UNIBUEHEIT
ND 2 2 9 4029 B les 2 1 10.OO F fc 2 7 0 4070 P les 2 4.00 F fc4106 4584B les 2 9.0O F fc 1 9 6 1 1 EHJOUT T E F L O N POUR POMPE A DESS. 1 4 . O O F te lotte a lofehi[PRECISES LA VALEUR IESIREE)
fc 2 3 0 4030 B les 2 i 7.00 F fc 2 7 1 4071 P les 2 4.00 F fc4103 40103 les 2 24.OO F 1000 1 0 résistances de rnt valeur l.OO F
fc 4 1 7 4 40174 les 2 : 12.OO F POTENTIOMETRE
K 100 o*is a 7 Note(PRECISER LA VALEUR DESIREE)
i 1 1 5 0 A J U S T . Horiz. PU les 5 de tête valeur 5.00 F
i 1 2 5 0 A J U S T . Vertic.PH les 5 de cece valeur 5 . 0 0 F fc 1 5 0 T R I A C S 8 A 4 0 0 V isoles les 3 10.20F

fc 2 0 0 0 74 HC OO 2.50 F fc 2 0 8 5 74 HC 5 50 F fc 2 1 7 5 74 HC 1 7 5 4.00 F I 1 3 5 0 1 5 TOURS Horiz.les 2 de eece valeur 1 2 . O O F fc 1 5 5 D I A C S 3 2 V les 10 14.OO F


fc 2 0 0 2 74 HC 02 2.50 F fc 2 0 8 6 74 HH 3 fc 2 2 4 0 74 HC 2 4 0
ND 2 0 0 4 74 HC 04 2.SO F fc 2 1 3 2 74 HH 6 50 F fc 2244 74 HC 2 4 4 6.0O F K 100 oies a 4.7Noht(PRECISER LA VALEUR RESINEE) i 159 THYRISTORS 1A 400 V les 3 ÎB.OO F
fc 2 0 0 8 74 HC 08 2.50 F fc 2 1 3 8 74 HC 3 70 F fc 2245 74 HC 2 4 5 7.60 F fc 1 4 5 0 P O T . AXE 6 LIN.les 2 de tête valeur 6.60 F i 160 THYRISTORS 5A 400 V les 3 18. OO F
No 2 0 1 4 74 HC 14 3.40 F fc 2 1 3 9 74 HC 3 70 F fc 3017 74 HC4Û17 9.00 F
fc 2 0 2 0 74 HC. 20 2.50 F fc 2 1 5 3 74 HC 4 OO F fc 3 0 4 9 74 HC4049 6.20 F
•0 2O3O 74 HC 30 2.50 F fc 2157 74 HH 3 BO F fc 3050 74 HC4050 5.00 F
No 2 0 3 2 74 HC 32 2.SO F fc 2 1 6 1 74 HC 4 50 F fc 3 0 6 0 74 HC4060 7.00 F
No 2 0 4 2 74 HC 42 4.00 F fc 2 1 6 3 74 HC 4 50 F fc 3111 74 HC4511 S.OO F fc 9 0 0 32.7È8 Khi les 2 : 12.00 F fc 9033.27iB Hhz les 2 : 17.OO F ND 9 0 6 É.55J6 Rhz PIECE : 12.OO F
10 2 0 7 4 74 HC 74 3.00 F fc 3138 74 HC4538 S.OO F fc 9 0 1 1.0000 » ! PIECE i 60.00 F fc 913J.57Ï5 Nhz PIECE : 12.OO F fc 9 0 8 6.8000 Hhz PIECE I 12.OO F
fc 9 1 1 1.8432 Hhz PIECE : 24.OO F 4.0000 Itiz PIECE : 12.OO F fc 9 1 0 10.000 Hhz l e s 2 : 19.OO F
fc 9 0 2 2.0000 Nhz PIECE i 24.OO F fc 9044.1152 Nkz PIECE : 12.OO F fc 9 1 6 16.000 Hhz PIECE : 12.OO F
fc 914
C O N D E N 5 R T E U R S C H I M I Q U E S
R E D U L B T E U R S D E T E N S I O N
No 7 0 1 1 uF 13 ¥ les 10 B.OO F No 711 47 «F 40 V les 10 7.00 F No 7 3 0 470 iF 40 V les 5 16.50 F
fc 7 0 2 2.2 uF a V les 10 9.00 F fc 712 47 «F 75 V l e s 10 9.00 F fc 7 3 1 470 «F 25 V tes 5 19.60 F fc 0 9 5 7QL.03 0.14 U ï 9 . 0 0 F fe U 7 L M 3 1 7 T les î 10.00 F fc 123 u a 7 2 3 le» î 13.OO F
fc 7 0 3 4.7 uF a V les 10 9.00 F fc 718 100 uF a V les 10 19.OO F fc 7 3 3 470 «F 10 V les 5 6.00 F fc 0 9 7 7 8 L 1 2 0.1A U 3 9 . 0 0 F Noll9 L f l 3 3 7 T les 2 1 8 . OO F fc 130 7 9 L 0 5 0.1* 1s 2 Î O . OO F
fc 7 0 6 10 uf 40 V les 10 B.OO F fc 719 100 uF 40 V l e s 10 13.OO F fc 7 3 9 lOOOuf 63 V les 3 16.50 F fc 1 0 0 7 3 M 0 5 0.5* 1s 3 9 . 0 0 F fc 1 2 0 L 2 0 0 7* les 7 1 8 . OO F fc 132 7 9 L 1 2 0.1A l s 2 10.00F
fc 7 0 7 22 uF U V les 10 1 0 . O O F fc 720 100 uF 25 V l e s 10 10.OO F fc 7 4 0 lOOCuf 40 V les 3 12.OO F fc 1 0 5 7 8 0 5 1.5A les 3 1 2 . O O F fc 1 2 5 7 8 T 0 5 3A PIECE 1 5 . OO F fc 135 7 9 0 5 LIA les 3 13.50F
No 7 0 8 22 uF 40 V les 10 9.00 F fc 725 220 uF 40 V les 10 16.OO F Ho 7 4 3 lOOOuf 10 V les ï 8.00 F fc 1 0 8 7 8 0 8 1.5A les ï 1 5 . O O F fc 1 2 9 7 8 T 1 2 3A PIECE 17.OO F fc 142 7 9 1 2 1.5A les 3 15.0OF
fc 7 0 9 22 uF 25 V les 10 B.OO F fc 726 220 uF 25 V les 10 15.OO F fc 7 5 0 I200rf 40 V les 2 15.OO F fc 1 1 2 7 8 1 2 1.5* les ï 1 2 . O O F
fc 7 1 0 47 uf U V les 10 7.0O F fc 7 5 1 72O0uF 25 V les 2 14.OO F
fc 7 5 3 4700 uF 25 V les 2 1B.OO F
fc 7 5 4 4700 uF 40 V les 2 27.OO F

C U N D E N S H T E U R 5
im.n.' fc5412
fc 5 4 2 2
12V 1RT 1 0 A 200 OHE PIECE
1 2 V 2RT 2 X 5 A 200 MM PIECE

fc 8 0 0 1 n F les 10 B.50 F fc 8 1 0 1 0 n F les 10 9.50 F fc 8 2 0 ÎOO nF les 10 10.50 F


fc 8 0 2 2 . 2 n F les 10 B.50 F fc 8 1 2 2 2 n F les 10 9.50 F fc 8 2 2 220 nF les 10 17.OO F S U P P O R T S E l C O N T H C T l_YRE
fc 8 0 4 4 . 7 n F les 10 9.0O F *>B14 47 n F les 10 10.OO F fc 8 2 4 470 nF les 5 1 2 . OO F
No 8 3 0 1 uF les 5 1 5 . OO F OB BRUCHES les 10 6 . 5 0 F Ko 1 0 1 8 I l BROCHES les 5 7 . S O F to 1 0 2 4 24 BROCHES l e s 4 6 . B O F
14 (ROCHES les 10 S . O O F fc 1 0 2 0 70 BROCHES l e s 5 7 . 5 0 F fc 1 0 2 8 28 MOCHES t e s : 4 . 0 0 F
le MOCHES les 5 S . O O F fc 1 0 2 2 72 BROCHES l e s 4 6 . 0 0 F to 1 0 4 0 40 BROCHES l e s 2 6 . 0 0 F

d O N O E I M S n T E U R

UPPQKTS CI CONTRAT
No 7 6 6 1 uF 35 V les 10 10.OO F fc 7 7 3 3.3 uF 75 V tes 10 16.OO F fc 782 10 uF 75 V les 10 2 4 . O O F
fc 7 6 8 1.5 uF 25 V les 10 k 1108 08 BROCHES les 5 6 . 0 0 F 18 BROCHES le» 2 7 . OO F No 1 1 2 4 24 BROCHES les 2 1 0 . OO F
11.OO F fc 7 7 4 3.3 i F I H les 10 14.OO F fc 783 10 uF le V les 10 2 0 . O O F
fc 1 1 1 4 14 BROCHES les 5 2 . 0 0 F 20 BROCHES les 2 8 . OO F No 1 1 2 8 21 BROCHES les 2 l l . O O F
fc 7 7 0 2.2 «F 25 V les 10 14.OO F fc 7 7 6 4.7 kf 25 V les 10 18.OO F fc 787 22 uF 16 V les 5 1 5 . OO F
fc 1 1 1 6 lb BROCHES les 3 8 . 4 0 F 27 BROCHES les 2 9 . OO F fc 1 1 4 0 40 BROCHES les 2 1 2 . OO F
No 7 7 1 7.2 *F H V les 10 10.00 F fc 7 7 7 4.7 uF U V tes 10 1 5 . OO F to 792 47 u f 16 V l e s 5 3 5 . OO F

l.iLI.'Hfl. na
CQNDENSRTEUR
ITT'IdT 1. B3333 to 6 0 8
fc 6 10
7.N
2N
1617.
1711
les 5 1 2 . 5 0 F
les 10 1 8 . OO F
fc 6 7 8
fc 6 8 8
BC
BC
1078
1088
les 10 1 6 . 0 0 F
les 10 1 6 . OO F
to 6 4 5
fc 6 5 0
BC
BC
5 1 7 les 4 10.OO
5 4 7 8 les 20 l l . O O
F
F
K 4.7 i f i 10 itFtPRECISER LA VALEUR BE5IREE) fc 1Û90 CONTACTS PRESSION POUR PILES V V l e s 5 5.00 F
fc 8 4 0 10 COND CERAK1BUE5 » MM valeur 3 OO F fc 1097 2 COUPLEURS K 1 PILE R 6 4.50 F to 6 1 9 2N 2219 les S l l . O O F fc 6 9 8 BC 109B les 10 1 6 . 0 0 F fc 6 5 1 BC 5 4 7 C les 20 l l . O O F
fc 1098 2 COUPLEURS K 7 PILES R 6 6 . OO F to 6 2 0 2N 2222 les 10 1 5 . O O F fc 6 9 9 BC 109C les 10 1 6 . OO F to 6 5 3 BC 5 4 8 B les 20 l l . O O F
fc 862 10 COND. CERM10UES de 22nF 5 OO F fc 1099 1 COUPLEUR K J PILES R 6 1 0 . OO F to 9 4 6 2N 2646 les 7 1 6 . 0 0 F fc 6 3 5 BC 2378 les 70 l l . O O F fc 6 6 0 BC 5 5 7 B les 20 l l . O O F
fc 883 10 COND. CERM1BUES de 33nF 5 OO F fc 6 2 5 2N 2905 les 10 2 0 . 0 0 F to 6 3 6 BC 237C les 70 l l . O O F to 6 6 3 BC 5 5 B B les 20 l l . O O F
fc IlOO 1 COUPLEUR « 4 PILES R 6 12.OO F
fc 884 10 COND CERMIOUES de 47nF 5 OO F fc HOl 1 COUPLEUR K 6 PILES R 6 1 5 . OO F to 6 3 0 2N 2907 les 10 1 6 . O O F to 6 3 B BC 238B les 20 l l . O O F to 6 6 5 BD 1 3 5 les 1 6.00 F
fc 891 10 COND CERMiBUES de lOOnF 6 OO F fc 1103 2 COUPLEURS BE 1 PILE R 1 4 7.00 F fc 6 3 3 2N 3055 les 7 1 0 . OO F to 6 4 0 BC 307B les 70 l l . O O F to 6 6 6 BD 1 3 6 les J 6 . OO F
fc 892 5 COND CERMIOUES de 220nF 7 OO F fc 1104 1 COUPLEUR DE 7 PILES R 1 4 6.0O F fc 9 4 9 2N 3819 les 3 9.00 F to 6 4 3 BC 337B les 20 l l . O O F ND 6 6 8 BF 2 4 5 les 2 5.00 F
to 6 7 0 BF 4 9 4 les J 4.50 F

24 elex n°1 • avril 88


Il existe des piles dont la pile (une cellule) ne fournit logées dans un m ê m e ( c o m m e c'est le cas ici), elle
tension est supérieure à en principe que 1,5 V? boîtier. Au fond, dès lors sera orientée du " m o i n s "
1,5 V, puisque l'on trouve des La figure 1 montre qu'il n'y a q u ' u n e pile fournit plus de vers le "plus", ou inverse-
piles cylindriques de 3 V, des pas de mystère : en fait de 1,5 V, nous s o m m e s en ment. Ce qu'il importe de
piles plates de 4,5 V, et Pien pile, il s'agit de batteries de présence d'une batterie (de retenir à ce sujet, pour
sûr les fameux blocs piles, c'est-à-dire que piles); ceci explique d'ailleurs l'instant, c'est que les flèches
compacts de 9 V. C o m m e n t plusieurs cellules sont sans doute la présence du des différentes piles mises
est-ce possible puisqu'une connectées en série, et chiffre 6 dans la référence en série doivent toutes être
que portent souvent les tournées dans le m ê m e
blocs compacts de 9 V : sens.
6F22. Il y a en effet 6 cellules
de 1,5 V dans ce type de Partant de cellules de 1,5 V,
réservoir d'énergie. nous pouvons obtenir une
Ce principe de fabrication tension de 12 V en mettant
industrielle peut également 8 piles en batterie (comme
1,5 v ] * . être utilisé en mettant en sur une voiture); 10 piles
série des piles dans un forment une batterie de 15 V,
1JBV support spécialement conçu et 19 cellules donnent 28,5 V,
1 ^ pour cela, et muni d'un etc. Aux t e m p s épiques des
connecteur de sortie appareils à lampes et néan-
0 (figure 2). On veille à ce que
le " p l u s " d'une pile entre en
moins portables, il existait
des batteries de 120 V
contact avec le " m o i n s " de formées de 80 cellules, dont
la pile suivante. Tout se le volume était celui d'un
passe c o m m e dans les carton à chaussures. . .
chemins de fer : quand est aujourd'hui, on se contente
convoi est trop lourd pour de supports pour 4 (6 V) ou
une seule locomotive, on en 6 (9 V) cellules (figure 2).
met deux. Les deux locomo-
•Q tives doivent bien entendu
1,5V tirer dans le m ê m e sens. . .
La tension d'un ensemble de
piles connectées en série est
égale à la s o m m e des
tensions des cellules mises
en série. Selon que la flèche
2 symbolise le sens des élec-
trons ou qu'elle se réfère à la
i 1,5V
3L polarité de la tension

T.

®-{\-\\-\}-Q
1.5V 1,5V 1,5V

Figure 1 - Trois types de piles bien connus; il s'agit en fait de


batteries de 2, 3 ou 6 cellules dont la tension globale est de 3 V, Figure 2 - Les supports de piles R6 permettent d'obtenir facile-
4,5 V et 9 V. ment des tensions de 6 V et 9 V.
piles en série • elex n°1 • avril 88 25
^SVFlQ
?c4^ îm(ÊMïèmïèi©M
M O D È L E S E N CVTIVHE P O R T
5662.
Lanterne
ML£M(&W
cuivre nickelé
à débit d'eau,
réglable,
9
grand réflec-
teur, ne s'en- MODÈLES DE LUXE
fumant pas, avec verres de cûté
verre bombé
de zoo m / n j ,
vis sous le bée
permettant de
le purger avec
une.pompe.Eelairage i o bougies.Durée:.
©M$mâ 5705.
Lanterne
de luxe, petit,
modèle en cui-
vre nickelé, len-
tille .optique de
3 heures environ, hauteur 19 c/m, poids 69 m / m , verres
410 gr. Fabrication supérieure.. 7.50 latéraux de cou-
5665., B e c s p é c i a l d e rechange. , 9 . 3 0 leur., taillés, à
5668. V e r r e spécial de rechange, j . 6 5 f a c e t t e s . Lu-
5672. J o i n t de lanterne, mière8j ï o t o u -
• • en caoutchouc souple,
La pièce...;... ».40
<? o gies. Durée 2*heures, poids 36o~gr.
Modèle léger et tris coquet....... 6.78
I m p o r t a n t . Indiquer le modèle de
lanterne ou, à défaut^ les diamètres inté- 5708. B e c spécial de rechange. ».30
rieur et extérieur. .' . 5711. V e r r e spécial de rechange. » .90

Voici la liste des objets et des


outils nécessaires aux quel- Rien de tel pour digérer la couvercle (après avoir re-
dressé les deux languettes
ques expériences auxquelles de la pile). Soulever progres-
nous vous proposons de théorie que quelques sivement le couvercle en fai-
vous livrer: sant le tour de la pile. Sous
• une pile plate de 4,5 V (si
vous ne trouvez pas de pi-
expériences pratiques. Les le couvercle apparaît le som-
met des trois cellules qui for-
le plate de 4,5 V, vous pou-
vez la remplacer par trois pi-
manipulations que nous vous ment la pile plate. Grattez les
restes de résine qui empê-
les R6 de 1,5 V)
• une ampoule de lampe de
proposons de faire vous chent l'accès aux bornes
des trois cylindres.
Connectez l'un des fils de la
poche de 4,5 V (si c'est
une ampoule de 3,8 V ou permettront de vérifier ce qui a douille au pôle "-" de la pile
6 V ce n'est pas grave) (c'est la languette la plus lon-
• une douille pour l'ampoule été dit sur les piles et leur gue); prenez l'extrémité de
l'autre fil entre vos doigts et
• deux morceaux de fil de
câblage multibrins de
20 c m environ chacun
branchement en série. faites-la entrer en contact
successivement avec cha-
• éventuellement une cun des trois pôles des cellu-
deuxième pile plate ou les cylindriques. Les résultats
une pile " b â t o n " (R6) de obtenus sont-ils conformes
1,5 V aux indications de la figure
2? C'est donc la preuve que
Vérifions d'abord le bon état les différences de luminosité
de tous les composants. de l'ampoule sont dues à
Il faut c o m m e n c e r par dénu- des différences de tension,
der l'extrémité des fils, puis non?
nous visserons l'ampoule La tension totale des élé-
dans la douille et nous con- ments mis en série importe
necterons une extrémité dé- donc peu. Ce qui compte,
nudée de chaque fil aux bor- c'est la tension effectivement
nés de la douille. L'autre ex- appliquée à l'ampoule. On
trémité des fils sera reliée peut poursuivre l'expérience
aux bornes de la pile: l'am- avec deux (ou trois) piles pla-
poule doit s'allumer aussitôt. tes «charcutées» et mises en
Maintenant le m o m e n t est série c o m m e sur la figure 3,
venu de charcuter la pile pla- pour obtenir la source de
te: pour cela, on déconnecte tension expérimentale de la
les deux fils de l'ampoule et figure 4, avec des tensions
l'on arrache l'étiquette. On étagées par pas de 1,5 V de
engage ensuite un tourne-vis 0 V à 9 V (ou encore de 0 V
fin ou un couteau sous le à 13,5 V). . .

Figure 1 - Première étape de notre expérience: vérifier le matériel!

luminosité forte luminosité faible

i ,,.) ±
luminosité moyenni l'ampoule est éteinte

S: 1.5 V j

1,5 V I x
*1
x. 1.5 v l
JE 1,5 V I x 5V I

11 ïl Œ
U
Figure 2 - L 'expérience comporte 4 manipulations fondamentales. Pour l'ampoule, seules comptent les cellules prises dans la boucle
de courant. La luminosité de l'ampoule est plus ou moins forte en fonction du niveau de tension appliqué.

26 expérimentations lumineuses • elex n°1 • avril 88


donne rien moins q u e
4,5 A. Quatre ampères
et demi, mais ce n'est
rien, direz-vous,
inoffensives, les piles? puisque la tension est
si faible. Et bien mettez
Dès q u ' u n appareil est donc les doigts sur la
alimenté à travers un résistance pour voir. . .
transformateur, il y a La puissance que doit
une menace; le dissiper la résistance
danger est latent. . . (P=UI) est d'une ving-
Alors qu'avec les piles taine d e watts, m e s
on est tranquille de ce amis, alors q u e notre
côté-là. Oui, c'est vrai, pauvre résistance ordi-
les piles modernes naire ne supporte en
sont inoffensives en principe q u ' u n tout
Figure 3 - Deux piles plates dont on a "ouvert" le couvercle et
tant q u e sources d e petit quart d e watt. On
que l'on a connectées en série peuvent fournir six tensions diffé-
tension continue. ne s'étonne plus q u e
rentes, de 1,5 V à 9 V.
Il ne faut pas oublier ça chauffe! Expéri-
néanmoins q u e le menter avec des piles,
courant q u e certaines d'accord, mais à
piles et batteries d e condition d e mettre
piles ou d'accumula- des gants!
teurs sont capables de
fournir peut provoquer Au fait, avez-vous bien
un échauffement saisi la distinction à
considérable des faire entre les piles, les
résistances qu'il batteries et les accu-
traverse. Bien des mulateurs. Une pile est
manipulateurs impru- une cellule dans
dents se sont laissés laquelle une réaction
surprendre à chimique produit de
empoigner des l'électricité; une fois
composants brûlants, que cette réaction
ce qui n'a pas m a n q u é chimique est terminée,
de leur causer une la pile est usée. On ne
douleur aussi cuisante «met» pas d'électricité
qu'inattendue, quand dans une pile; on ne
ce ne furent pas des peut la charger, ni la
brûlures aiguës. Expé- recharger (tout au plus
rimenter avec des peut-on la rafraîchir ou
piles, d'accord, mais la régénérer). Une
attention aux courts- batterie de piles est le
circuits durables. branchement en série
de deux ou plusieurs
Si nous faisons un piles. Dès-lors qu'une
Figure 4 - Représentation schématisée de la source de tension rapide calcul à partir "pile" présente une
de la figure 3. de la loi d ' O h m , nous tension supérieure à
1,5 V (3 V, 4,5 V, etc), il
nous apercevons q u e
convient de parler de
les choses peuvent bel
ENIGME batterie.
et bien prendre une
Et pour vous donner envie tournure brûlante. Un accumulateur est
de continuer les expériences Considérons par un appareil qui emma-
à partir des sources de tensi- ï>—&KK) exemple le montage gasine l'énergie élec-
on, nous vous proposons
une énigme (à résoudre en
théorie aussi bien qu'en pra-
tique): quelle est la tension
± en série d e trois
bonnes grosses piles
R20 de 1,5 V, dont la
trique fournie par une
réaction chimique (au
cours de la charge), et
la restitue sous forme
tension globale est
qui règne aux bornes du cir- de courant. La réaction
cuit suivant, réunissant une donc de 4,5 V. Imagi-
nons que pour une chimique d'accumula-
pile plate de 4,5 V et une pile
"bâton" de 1,5 V. Avant de
répondre, regardez-bien la
polarité des piles. . .
l O raison quelconque une
résistance ordinaire
(1/4 W) d e 1 Q vienne
tion peut être répétée
de nombreuses fois :
l'accumulateur est par
court-circuiter notre définition rechargeable.
batterie d e piles. On parle d e batteries
jejisoujujni -!BJ}snos jnsj |i 'se|n||eo sej} L'intensité d u courant d'accumulateurs dès
ep uosjBjedujoo ep sresse -nB sep eneo B yoddej jBd qui circulera à travers lors que plusieurs
sep JUBSJBJ ue e|nodujB,| 88SJ8AU! 8}UB|Ôd BS B A G' l cette résistance est cellules rechargeables
ep e||d B| euiiuoo SJBIAJ définie par la formule I sont connectées en
oeAB jejjueA zeAnod snoA
A 9 Jsuuop jiBJASp inb eo = U/R, ce qui nous série.
AB» ASVASV = n
ejne uo,| enb eyos ep 'sejj 'eues ue A Q'I- ©P S8|n||80
-ns SJOJ) sep uojsuej BS ej 8J}Bnb ue|q B Â |! :ssuodey
expérimentations lumineuses • elex n°1 • avril 88 27
mt(BWT

Dans ce bref article, nous Figure 1 • Ce transformateur


n'avons pas l'intention de comporte un enroulement
vous apprendre quelque d'entrée et un enroulement
chose qu'en fait vous ne
sachiez déjà. Son sujet nous de sortie.
paraît néanmoins d'une
importance vitale : la tension
de 220 V du réseau de distri-
bution électrique domestique
est dangereuse, voire mortelle
dans certaines conditions!
Vous vous d e m a n d e z sans
doute pourquoi on n'a pas l'utiliser, on fait appel à des
cherché à fabriquer, pour transformateurs qui sont,
supprimer ce danger, des c o m m e leur n o m l'indique,
appareils domestiques que des convertisseurs de
l'on puisse alimenter en tension alternative. Ils
courant à partir de tensions permettent par exemple
inoffensives? La réponse à d'abaisser une tension relati-
cette question est simple : il vement élevée en une
est malheureusement tension de valeur plus faible.
impossible d'obtenir la puis- Nous n'allons pas entrer ici
sance relativement élevée dans le détail d u principe de
nécessaire au fonctionne- fonctionnement d'un trans-
ment efficace des appareils formateur.
à partir de tensions d'alimen- Le transformateur d e la
tation faibles. Au prix actuel
des piles ( m ê m e les plus
récentes baptisées " à haute-
énergie"), le prix d'un kilo-
watt/heure dépasserait large-
ment le millier de francs.
L'électronicien n'a d'autre
choix q u e d e se résoudre à
utiliser le courant bon
marché fourni par les prises
secteur; en raison d u danger
représenté par cette tension,
nous avons établi un tableau
récapitulatif des mesures à
respecter lorsque l'on figure 1 possède deux
travaille avec la tension bornes d'entrée et deux
secteur (voir ci-contre). bornes de sortie. Les bornes
d'entrée (reliées à l'enroule-
ment primaire) reçoivent la
tension de 220 V du secteur.
Le transformateur Aux bornes d e sortie
(l'enroulement secondaire)
C o m m e vous le savez sans on dispose d'une tension
doute, la tension d u réseau alternative de valeur plus
EDF domestique est une faible, 10 V dans le cas
tension alternative. Pour présent.

28 du bon usage des prises secteur • elex n°1 • avril 88


S°S
Voici un ensemble de règles à respecter lors de la réalisation de
montages électroniques alimentés par la tension du réseau
220 V.

1 - A la construction
• Les liaisons qui véhiculent la tension secteur doivent être
isolées de telle manière qu'il soit impossible d'entrer en contact
avec elles, même avec un tournevis par exemple.

• Toutes les pièces métalliques accessibles de l'extérieur


doivent être mises à la terre (si elles ne sont pas isolées à l'inté-
Figure 2-11 existe des transformateurs à tensions de sortie multi- rieur du coffret de l'appareil). Un interrupteur marche/arrêt à
ples dotés d'enroulements secondaires séparés, ou à un seul levier métallique doit également être mis à la terre même s'il est
enroulement secondaire avec une ou plusieurs prises inter- monté sur un coffret en plastique. Utilisez donc de préférence
médiaires. des interrupteurs marche/arrêt entièrement en matière
plastique.
Cette tension-là ne présente La valeur de la tension • Si l'appareil n'est pas muni d'un cordon d'alimentation avec
pas le moindre danger. disponible au secondaire une fiche spéciale pour embase "CEE" ou "euro", le cordon
La caractéristique la plus (qui n'est évidemment pas d'alimentation doit nécessairement traverser la paroi métallique
importante d'un transforma- toujours de 10 V) est déter- du coffret de l'appareil en passant par un passe-fil à la fois anti-
teur est l'absence totale de minée lors de la fabrication traction et isolant.
liaison galvanique entre les du transformateur, par le
bornes d'entrée et de sortie rapport entre le nombre de • Les 3 fils du cordon d'alimentation doivent être fixés solide-
(c'est ce que l'on appelle spires de l'enroulement ment dans le coffret pour en éviter l'arrachement par traction.
l'isolation ou séparation primaire et celui de l'enroule- Il est exclu de se contenter de les souder au transformateur sans
galvanique). L'usager ne ment secondaire. Quand on autre fixation mécanique. De façon générale, la soudure ne doit
court donc aucun risque en achète un transformateur jamais servir de fixation mécanique.
touchant les extrémités de d'alimentation, il faut donc
cet enroulement secondaire. indiquer la tension souhaitée
au secondaire. • La ligne de mise à la terre (de couleur vert-jaune) doit être
Il faut cependant éviter plus longue que les deux autres lignes (la phase et le neutre),
d'entrer en contact avec le Il existe aussi des transfor-
mateurs avec deux (trois, de sorte qu'en cas d'arrachement elle soit la dernière à lâcher.
secondaire d'un transforma-
teur présentant une tension voire plus) enroulements
secondaires, soit isolés les • Entre deux composants non-isolés reliés à des tensions
supérieure à 42 V, car i) y a
uns des autres, soit dangereuses et tout autre conducteur non-isolé, il doit y avoir
danger au-delà de cette
connectés en série (figure 2). un espace de 3 mm au minimum.
valeur!

2 - Lors des essais


• Tous les travaux (soudures, modifications, montage, etc)
effectués à l'intérieur du coffret d'un appareil alimenté par le
secteur ne doivent être entrepris qu'après que la prise secteur
a été débranchée. Il ne suffit pas de mettre le montage hors-
tension à l'aide de son interrupteur marche/arrêt.

• Avant de procéder à la mise sous tension de l'appareil, véri-


fiez la parfaite immobilisation de toutes les pièces qui véhicu-
lent les tensions dangereuses. Utilisez un ohmmètre ou un
testeur de continuité pour rechercher selon le cas, l'absence de
conduction et/ou la présence de courts-circuits involontaire(s).

• Lors d'essais à effectuer sur des composants susceptibles de


véhiculer une tension dangereuse, commencez par connecter
les pointes de touche isolées de l'instrument de mesure aux
points concernés avant d'enficher le cordon d'alimentation dans
la prise. Ne retirez les pointes de touche qu'après avoir entière-
ment débranché l'appareil!

• Lors de mesures effectuées dans la partie du montage véhi-


culant la tension secondaire d'un montage, il faut impérative-
ment isoler toutes les parties qui se trouvent en liaison avec les
tensions dangereuses, afin d'éviter tout contact accidentel avec
Figure 3 - Ce transformateur est en mesure de fournir deux
l'une d'entre elles.
tensions comprises entre 10 et 15 V, indépendantes l'une de
l'autre.
du bon usage des prises secteur • elex n°1 • avril 88 29
Liste des composants de
S'il comporte des compo- l'alimentation simple
sants g o u r m a n d s , c o m m e le
sont les ampoules, les relais, B1 «= B40C1000
ou encore les diodes électro- T r i = transformateur
luminescentes, un montage d'alimentation
électronique m ê m e simple et 4,5 V/0,5 A (ou transfor-
de petite taille aura tôt fait de
p o m p e r toute l'énergie con- mateur de sonnette
tenue dans une pile ou dans 5 V/1 A)
un accumulateur recharge- La = lampe témoin
able. Il nous faut donc un cir- 220 V
cuit pour remplacer les piles F1 = fusible 200 m A
dans nos circuits d'expéri- rapide
mentation. Depuis que l'usa-
S1 = interrupteur sec-
ge des calculatrices de table
s'est répandu, les transfor- teur bipolaire
mateurs d'alimentation basse
tension prêts à l'emploi sont Divers:
devenus des objets de gran- Cordon d'alimentation
de consommation et on les Boîtier en plastique
trouve un peu partout à des Fiche banane rouge
prix de plus en plus raison-
Fiche banane bleue
nables. Dans l'ensemble,
nous r e c o m m a n d o n s l'usa- Porte-fusible cylindrique
ge de ces transformateurs avec écrou
pour des raisons de sécurité;
ces appareils sont conçus Eventuellement:
de telle sorte que l'usager R1 = 180 S
soit à l'abri de tout contact LED rouge (ou jaune, ou
avec les tensions dangereu- verte)
ses (220 V). Mais ceci n'est
pas une raison valable pour
que nous négligions d'ap-
prendre ce qu'est une ali-
mentation et c o m m e n t on la
construit soi-même.

Avant d'entrer dans le vif du


sujet, signalons que les diffé-
rents articles de ce numéro
forment un tout et se c o m -
terrupteur d'alimentation bi-
polaire: ceci signifie que les Les piles, c'est bien joli, mais
deux conducteurs sont inter-
plètent en proposant chacun
une approche différente du rompus lorsque l'interrupteur ça s'use. Les accumulateurs
est ouvert. Ce détail est très
problème des sources de
tension; c'est pourquoi nous important pour notre sécuri-
té. Il faut savoir aussi que S1
rechargeables, ce n'est pas mal
r e c o m m a n d o n s au lecteur
de les lire soigneusement. doit être un «vrai» interrup-
teur marche/arrêt haute ten-
non plus, mais ce n'est pas
sion, caractérisé par un écart
de 6 m m au moins entre ses
bon marché.
broches. Il faut éviter d'utili-
UN PONT DE DIODES ser les petits interrupteurs à
levier, certes pratiques et bon fur et à mesure qu'augmente La lampe témoin La s'allume
Le s c h é m a de la figure 1 marché, mais qui ne sont le courant qui le traverse, pour indiquer la présence de
remplit deux fonctions diffé- absolument pas conçus jusqu'à fondre si ce courant la tension d'alimentation de
rentes: pour servir d'interrupteurs dépasse une certaine limite. 220 V à l'enroulement primai-
1. le transformateur réduit la d'une tension de 220 V (mê- Tant que le courant reste in- re du transformateur. La pré-
tension alternative de 220 V m e si sur leur boîtier on trou- férieur à la valeur limite fixée sence d'une telle lampe-
à 4,5 V ve souvent l'inscription par le concepteur du circuit, témoin est indispensable sur
2. les quatre diodes redres- "250 V"). tout va bien; si ce courant tous les appareils équipés
sent la tension alternative Avant d'arriver à l'interrup- augmente démesurément, le d'un transformateur, de telle
pour en faire une tension teur l'un des fils du cordon circuit électrique est inter- sorte que l'utilisateur soit in-
continue. d'alimentation passe par un r o m p u parce que le fil du fu- formé instantanément de la
La liaison entre le transfor- fusible. Ce mot signifie "ca- sible fond. La fonction du fu- présence dans l'appareil
mateur et la prise murale est pable de fondre"; il s'agit sible est donc de surveiller le d'une tension dangereuse.
établie par un cordon d'ali- d'un fil spécial placé dans courant, et de l'interrompre
mentation électrique dont les un tube de verre, et fabriqué en cas d'augmentation anor-
de telle sorte qu'il chauffe au male. Sur l'enroulement secondaire
deux fils sont reliés à un in-
du transformateur règne une
tension alternative de 4,5 V
que l'on applique à un pont
redresseur formé par quatre
diodes. Celles-ci sont des
"[] composants très utiles qui
ne laissent pas le courant
que dans un sens. Elle se
& présente alors c o m m e un in-
terrupteur fermé, ainsi que le
montre la figure 2. Lorsque le
courant se présente dans
l'autre sens, la diode se blo-
que (figure 3) et s'oppose au
passage du courant c o m m e
le ferait un interrupteur ou-
vert.
Le propre du courant alterna-
tif est de se présenter tantôt
Figure 1 - Schéma de l'alimentation de 4,5 V. Comme lampe-témoin, on pourra employer au choix dans un sens, tantôt dans le
une petite ampoule à filament pour tension de 220 V connectée à l'enroulement primaire du trans- sens opposé. C'est pourquoi
formateur, ou une LED avec une résistance de limitation de courant connectées à l'enroulement se- les diodes sont montées par
condaire du transformateur. paire, c o m m e le montrent

30 alimentation simple • elex n°1 • avril 88


on trouve une LED et une ré-
sistance. Celles-ci ont ici une
fonction de lampe témoin et
peuvent remplacer La. Atten-
tion à la polarité de la LED!

INSTRUCTIONS DE
MONTAGE
L'utilisation de boîtiers en
matière plastique moulée est
à conseiller pour la plupart
des montages, notamment
pour les alimentations (pas
de risque de court-circuit
avec la tôlerie d u coffret; faci-
lité de perçage; adjonction
de cloisons intérieures). Sui-
vez toujours scrupuleuse-
ment les indications que
nous vous donnons ailleurs
dans ce m ê m e numéro, il va
de votre sécurité et de celle
de votre entourage. Il existe
des redresseurs cylindriques,
d'autres sont parallélépipédi-
ques. Dans le cas de l'ali-
mentation que nous fabri-
quons, deux des broches
(marquées du signe " « " ) se-
ront reliées directement au

les figures 4 et 5. D'abord les


'imjpM broches de l'enroulement se-
condaire du transformateur.
Les deux autres broches du
redresseur sont reliées direc-
tement aux bornes de sortie
(douilles "bananes") par du
diodes D2 et D3 sont passan- fil de câblage isolé. Vérifiez
tes c o m m e sur la figure 2,
tandis que les diodes D1 et
©-w-e bien les connexions au fur et
à mesure que vous les éta-
D4 sont bloquées c o m m e blissez. Refaites une vérifica-
celle de la figure 3. Le cou- tion systématique et globale
Figure 2 - La diode est polarisée en sens direct, elle ne s'oppose
rant "entre" en haut à gau- avant de mettre le circuit
pas au passage du courant et fonctionne comme un interrupteur sous tension pour la premiè-
che, passe par D2, entre
dans le circuit (non représen- fermé. re fois. Si vous avez suivi nos
té ici) par le " + ", en ressort indications, le circuit marche-
par le "-.", travers D3 et re- ra tout de suite, c'est-à-dire
tourne de là où il vient par la GH>O—© & © q u ' i l . . . ne se passera abso-
flèche noire. lument rien! Mais en sortie
Un centième de seconde de votre alimentation vous
plus tard, la polarité de la disposerez d'une tension qui
tension alternative a changé: Figure 3 - La diode est polarisée en sens inverse, elle s'oppose pourra remplacer une ou
le pôle positif (la flèche blan- plusieurs piles dans bon
au passage du courant et fonctionne donc comme un interrup-
che) se trouve en bas du nombre d'applications.
teur ouvert.
s c h é m a de la figure 5: le
courant arrive par D4, traver-
se le circuit (non représenté
ici) et repart par D1. Cette fois
D2 et D3 s'opposent au pas-
sage du courant qui n'est
pas polarisé dans le bon
sens. Un centième de secon-
de plus tard, tout est de nou-
veau inversé, et l'on retrouve
la situation de départ.
Nous constatons qu'à droite
du circuit la polarité ne
change jamais (le " + " est en
haut, et le "-" en bas); c'est
une tension continue. Celle-ci Figure 4 - Les diodes D2 et D3 sont passantes toutes les deux ensembles, tandis que D1 et D4 sont
ne change pas de polarité, bloquées.
mais elle ondule encore à la
fréquence de la tension alter-
native; cette ondulation est
nettement perceptible lors-
que l'alimentation est utilisée
pour fournir du courant à un
appareil équipé d'un haut-
parleur; c'est le fameux ron-
flement que l'on entend sur
les appareils de mauvaise
qualité. Un premier remède
peut consister à mettre un
condensateur électro-chimi-
que en parallèle sur les bor-
nes de sortie du redresseur,
à l'endroit où sur la figure 1 Figure 5 - La polarité du courant est inversée par rapport à la figure 4. Maintenant D1 et D4 sont
i passantes tandis que D2 et D3 sont bloquées.

alimentation simple • elex n°1 • avril 88 31


Tous les transistors se ressemblent, et pourtant il
y n'y en a pas deux pareils. ELEX vous propose
de réaliser un appareil qui vous permettra d'en
mesurer une caractéristique fondamentale: le
gain en courant.
Les transistors sont des am- deux courants, c'est-à-dire surer individuellement avec compare la valeur de la ten-
plificateurs de courant. Un c o m b i e n de fois la valeur du un transistormètre. sion relevée sur le collecteur
courant base-émetteur ouvre courant collecteur est supé- Le transistormètre que nous d u TAT (c'est-à-dire la borne
le passage à un courant col- rieure à celle d u courant de vous présentons est simple inférieure de R3) à une va-
lecteur-émetteur. Le courant base, est ce que l'on appelle et économique. Il est conçu leur de tension variable. Cet-
de collecteur est beaucoup pour tous les types de tran- te dernière nous est fournie
plus important que le cou- sistors NPN. Le s c h é m a de par une source de tensionva-
rant d e base. Sur la figure 2 riable représentée sous la
nous avons représenté le forme d'une "pile variable"
chemin parcouru par les c o m m e le montre le symbo-
deux courants. A gauche le le connecté à l'entrée positi-
ve de IC1 sur la figure 3.
Quand les deux tensions
comparées sont égales, la
LED s'allume, et on peut lire
la valeur du facteur de gain
en courant B sur l'échelle de
la source de tension variable.
Nous avions bien dit qu'il
s'agissait de mesurer la chu-
te de tension, non?

LE CIRCUIT
La source de courant con-
stant est constituée des com-
posants RI, R2, D1 et T1. Le
fonctionnement d'une source
de courant constant est dé-
taillé dans un autre article de
ce numéro. Nous prions le
Z— lecteur de s'y référer avant
de poursuivre la lecture de
cet article.
principe (figure 3) met claire- La diode zener D1 stabilise la
ment en évidence les fonc- tension de la résistance
tions de notre appareil de d'émetteur RI. La tension
mesure. L'exemplaire de constante aux bornes de R1
transistor à mesurer est mar- a pour conséquence un cou-
qué "TAT" pour "transistor à rant de collecteur constant. Il
tester". Une source de cou- se situe, c o m m e nous
rant fournit un courant con- l'avons vu, aux environs de
stant de 10 nP\ à la base du 10 j«A et circule vers le pôle
transistor TAT. Il y a une chu- négatif de la pile en passant
courant de base qui c o m - le gain en courant 8 qui est te de valeur de la tension par la base d u transistor tes-
m a n d e le transistor, et à droi- aussi appelé facteur de gain dans R3 qui d é p e n d d u cou- té. Le courant de collecteur
te le courant du circuit de en courant continu. Il existe rant de collecteur l c , donc de provoque une chute de va-
collecteur. Il est pratique de différentes définitions du gain B. Il ne nous reste plus qu'à leur de la tension aux bor-
se représenter le transistor en courant qui correspon- mesurer la chute de tension nes de R3.
c o m m e une soupape c o m - dent aux différentes métho- aux bornes de R3. Voici un exemple: soit un
m a n d é e par le courant de des de mesure (Béta:hfe). transistor TAT qui a un fac-
base qui laisserait passer le teur de gain en courant de
courant collecteur. Mais cette courant d e collecteur 200. La valeur du courant de
B
représentation n'est pas tout courant de base collecteur s'élève alors à
à fait correcte car le flux à C o m m e B est la caractéristi- MESURE ELECTRONIQUE 200x10//A = 2 mA
travers une soupape d é p e n d que la plus importante des Aux bornes de R3 la chute
de la pression: cela signifie transistors, il serait bon de Pour des raisons d'écono- de valeur de la tension est
dans le cas d u transistor que les classifier en fonction d e mie, cette mesure sera faite de
la valeur du courant de col- la valeur de B. Ceci n'est électroniquement sur notre 2 m A x 1 kS = 2 V
lecteur varierait en fonction de malheureusement pas pos- appareil. En effet, un galva- On retrouve cette tension à
la tension collecteur-émetteur, sible: le gain en courant des nomètre coûte beaucoup l'entrée inverseuse de ICI.
or ce n'est pas le cas. En transistors varie énormément plus cher que les quelques L ' entrée non inverseuse est
réalité la valeur d u courant d'un exemplaire à l'autre. Si composants utilisés pour connectée au curseur d u po-
de collecteur d é p e n d seule- l'on veut connaître avec pré- procéder à une mesure élec- tentiomètre P1. Le potentio-
ment de la valeur du courant cision le gain en courant tronique. mètre est monté en parallèle
de base. Le rapport entre les d'un transistor, il faut le me- Un comparateur de tension avec la diode zener D1. Il est

32 testeur de transistors • elex n°1 • avril 88


soumis à une différence de
Liste des composants potentiel constante (4,7 V). De
cette manière la valeur de la
tension peut varier de 0 à
R1 = 390 kQ 4,7 V sur le curseur. La va-
R2 - 680 Q leur de la tension réglable
R3 = 1 kS ainsi que la valeur de la ten-
R4 = 390 S sion de R3 sont mesurées
P1 = 500 kQ(A) linéaire par rapport au pôle positif.
D1 = diode zener IC1 est un amplificateur opé-
4,7 V/400 m W rationnel qui amplifie les dif-
férences de potentiel entre
D2 = LED ses deux entrées. Le gain
T1 = BC 557B d'un tel amplificateur est de
IC1 = LF356 plusieurs fois 100 000. La va-
S1 = interrupteur à con- leur de la tension de sortie
tact fugitif (bouton pous- ne peut toutefois pas dépas- if—
soir) ser la valeur de la tension

Divers: -®
Platine Elex format 1
1 connecteur pour pile Figure 3 - Le schéma de prin-
compacte de 9 V cipe. Une source de courant
1 pile compacte de 9 V constant alimente la base du
3 pinces crocodiles minia- transistor TAT. La valeur du
ture avec fils courant collecteur est mesurée
1 clip de fixation de LED par la valeur de la chute de va-
1 potentiomètre 100 kQ leur de la tension aux bornes
linéaire (pour l'étalon- de R3.
nage)
boîtier
boutons
accessoires de m o n t a g e

rapport au pôle positif). En


fait, à l'instant pécis où la di-
ode s'allume, les deux ten-
sions sont égales.

REALISATION
L ' e n s e m b l e d u circuit est tel-
lement petit qu'il tient tout
entier sur une demie platine
Elex de format 1. On peut
éventuellement scier l'autre
moitié de la platine et la gar-
der pour un autre montage.
La liste des composants et le
plan d'implantation des c o m -
posants faciliteront les achats
et la réalisation. Les fils de li-
aison seront dénudés à leur
Figure 1 - L 'emploi du testeur de transistors est fort simple: pincer les pattes du transistor entre extrémité sur 2 m m , passés
les dents des pinces crocodiles, fermer l'interrupteur et tourner le bouton jusqu'à ce que le témoin au travers des trous de la
s'allume. platine du côté des c o m p o -
sants et soudés sur la face
d'alimentation (elle varie cuivrée. Il faudra veiller à ce
donc de 0 à 9 V). Si l'on con- que les conducteurs dénu-
transistor NPIM sidère que le gain est d e plu- dés n'entrent en contact ni
sieurs fois 100 000, la diffé- directement ni indirectement
rence maximale amplifiable avec d'autres composants.
entre les tensions d'entrée Pour la fixation de la diode
collecteur est limitée + 4 5 ^ V seule- LED au boîtier, il existe des
ment, à défaut de quoi la clips spéciaux. Deman-
+ tension de sortie est prati- dez-les à votre revendeur. On
<
quement toujours 0 V ou 9 V. marquera les trois fils pour-

b!!1 WjÀ
Or, c o m m e la différence en- vus de petites pinces croco-
tre les tensions d'entrée n'est diles des lettres " E " , " B " et
pratiquement jamais inférieu- "C".
re à 45 iN, la valeur de la On peut éventuellement rem-
\1- courant de collecteur l c
tension de sortie sera tou-
jours soit de 0 V soit de 9 V.
placer l'amplificateur opéra-
tionnel LF356 par un TL081.
A 0 V, la diode LED s'allume Au pire on peut encore em-
courant de base ] < car il y a une différence de ployer un 741. Mais avec ce
potentiel de 9 V aux bornes circuit, on ne pourra pas tes-
des composants R4-D2 mon- ter des transistors dont la va-
-* S émetteur 83651X-2 tés en série. L'allumage de leur du gain B est inférieure
la diode LED signifie que la à 120. C'est en particulier le
valeur de la tension sur le cas des transistors de puis-
curseur du potentiomètre est sance.
Figure 2 - La valeur du courant de la base détermine la valeur du supérieure à la chute de ten-
sion sur R3 (mesurées par C o m m e toujours, il faut faire
courant du collecteur. Les deux courants passent par l'émetteur. attention à la position du re-

testeur de transistors • elex n°1 • avril 88 33


père du circuit intégré lors entre 25 et 450 (courant de
de la mise en place sur le collecteur divisé par 10 ^A).
support: il sera dirigé vers Si l'on a obtenu lors de la
l'inscription Elex de la plati- première mesure une valeur
ne. On reserrera légèrement du courant d e base différen-
les broches du circuit intégré te de 10//A, on choisit pour
vers l'intérieur pour faciliter les courants d e collecteur elex-abc
sa mise en place. des multiples du courant de
base mesuré.
Par exemple, si on a obtenu Pour réaliser et régler
11 (iA pour la valeur d u cou- ce testeur, il faut dispo-
rant de base: ser d'un bon multimè-
ETALONNAGE la position B=25 est obtenue 83651X-6
tre, doté d'une fonction
pour un courant de collec- Figure 6 • Mesure du courant ampèremètre avec un
Il faut maintenant créer teur de 0,275 mA,
l'échelle de graduation d u là position B=50 est obtenue de la source. calibre «//A». Puisque
potentiomètre P I Pour cela pour un courant de collec- dans sa fonction am-
on c o m m e n c e par mesurer teur de 0,55 m A , pèremètre le multimè-
la valeur d u courant fourni la position B=100 est obte- tre est chargé de me-
par la source de courant nue pour un courant de col-
constant. On branche la bor-
I surer un courant, celui-
lecteur d e 1,1 mA, I ci va circuler à travers
ne (+) du multimètre (calibre et ainsi de suite. I
des fiA) au fil marqué B et la les pointes de mesure,
borne (-) au fil m a r q u é E (fi-
gure 6). Par cette mesure, on
s'assurera que la valeur d u
~kI
pinces crocodiles et
autres. . . D'ailleurs
l'ampèremètre est con-
courant avoisine les 10 nA. t mADC
Le multimètre est ensuite
TRANSISTORS PNP I necté en série dans le
raccordé avec un potentio-
circuit de mesure,
Le circuit de la figure 8 fonc- c o m m e indiqué ci-
mètre linéaire de 100 kQ tionne d'une manière sem-
c o m m e sur la figure 7. Par ce 83651X -7 contre. Lorsqu'un mul-
blable au circuit décrit. Com-
montage de test, on simule m e on a inversé la source de Figure 7 - On construit l'échel- timètre fonctionne en
différents courants de collec- courant, ce sont les transis- le de l'appareil avec un multi- voltmètre, c'est-à-dire
teur compris entre 0,25 m A tors PNP que l'on pourra tes- quand il est chargé de
et 4,5 m A par sauts de mètre et un potentiomètre.
ter. mesurer une tension
0,25 m A et 0,5 m A . Après
chaque saut, on marque la
- u n e différence de po-
position du curseur du po- tentiel entre deux
tentiomètre P1 quand la LED points d'un circuit-, il
s'allume et on inscrit à côté est connecté en paral-
de cette position la valeur de lèle sur le circuit. Dans
B correspondante, comprise ces conditions le cou-
rant qui circule à tra-
vers l'instrument de
mesure est négligea-
ble en tant que tel, et
la qualité d u contact
électrique à travers les
:9v sondes d u multimètre
n'est pas critique. En
fonction ampèremètre,
l'absence de résistan-
ces (de transfert et de
contact) parasites est
en revanche très im-
\Wm :: .•• ••:WI portante. Si le contact
Figure 4 - L 'ensemble complet. L 'amplificateur opérationnel ICI entre les différents con-
détecte l'égalité de la valeur de la tension au point inférieur de ducteurs traversés par
R3 à celle relevée sur le curseur de P1. le courant de mesure
n'est pas parfait, si ces
conducteurs présen-
tent e u x - m ê m e s une
résistance non négli-
geable, la mesure de
• •#•- courant sera d'autant
plus fausse que les ré-
TAT sistances parasites
+•€> |PNP sont élevées. Méfiez-
vous donc des disposi-
L-ZÏ-i ©
tifs de mesure installés
hâtivement et de façon
c générale, proscrivez
l'usage de fiches "ba-
|9V
BC nane" sans ressort, de
547B pinces "crocodile" fati-
guées, et de cordons
Di JL P1_L -LCA3140
0 douteux ou en mau-
vais état.
400 mW )j

iJ 1 :
\J». I 1 i „
Figure 5 - C'est une pile de Figure 8 - Cette version pour la mesure des transistors PNP fonc-
9 V qui alimente le montage. tionne de la même manière que le montage décrit.

34 testeur de transistors • elex n°1 • avril 88


Bien qu'il existe des accumu- de diodes suffisant pour ra-
lateurs rechargeables depuis mener la tension de service
belle lurette, il reste des bri- à une tension de 1,7 V par
coleurs, des inventeurs et cellule à régénérer, à raison
des scientifiques qui n'arri- de 0,6 V de chute de tension
vent pas à se faire une rai- par diode.
son et refusent de jeter les
piles ordinaires une fois
qu'elles sont déchargées.
Leur obsession: recharger FAISONS UN ESSAI
les éléments au zinc et au
charbon des piles ordinaires. Disons que l'appareil est un
A notre connaissance il poste radio à transistors ali-
n'existe pas d e moyen d e re- menté par 6 piles qui en-
charger ces éléments. Mais il Piles-phénix: est-il possible de semble fournissent 9 V.
n'est pas impossible de les Quand on branche le bloc
rafraîchir dans une certaine
mesure: une partie de la
rafraîchir la charge de piles d'alimentation par le secteur,
celui-ci fournit une tension
charge peut être régénérée
efficacement si l'on s'y prend
ordinaires? de service de 11 V. La ten-
sion de régénération de nos
au bon moment.
La réponse est affirmative, à piles ne doit pas excéder
6 x 1,7 V, soit 10,2 V. La diffé-
rence de 0,8 V ne peut pas
De nombreux appareils à pi-
les (lecteurs de cassettes, ra- condition de s'y prendre bien être résorbée avec une seule
dio à transistors, etc) peuvent diode; nous en mettrons
être alimentés au choix par et au bon moment. donc deux en série. La ten-
sion qui régnera aux bornes
les piles ou par un bloc d'ali-
mentation relié au réseau
électrique domestique basse tension, if s'agit le plus
(220 V). Il suffit de peu de souvent d'une fiche cylindri-
composants pour doter de que, dont l'embase est un
tels appareils d'un dispositif connecteur mâle cylindrique
de rafraîchissement des pi- lui aussi, solidaire du châssis vers la pile
les. de l'appareil, et dotée égale- vers le circuit
L ' idéal est d e disposer ment d ' u n micro-inverseur.
vêts l'alimentation
d'une embase mâle pour Lorsque que le cordon est
cordon d'alimentation munie mis en place, les piles sont
d'un micro-inverseur qui mises hors circuit, et vice
change de position lorsque versa au m o m e n t où l'on ex-
le cordon est e n place dans trait la fiche de l'embase.
l'embase. Sur beaucoup
d'appareils alimentés directe- Le circuit formé d'une ré-
ment par le réseau 220 V, sistance et de quelques dio-
cette embase ressemble à des fournit un courant de ré-
celle que nous avons repré- génération aux piles
sentée ci-contre. Sur les ap- lorsqu'elles ne sont pas en
pareils alimentés par une service.

des piles sera par consé-


quent de 11 V - ( 2 x 0,6 V),
*£»—oi soit 9,8 V, c'est-à-dire 1,63 V
par cellule. Nous s o m m e s
dans les normes, car si la
tension appliquée aux piles -
descend en-dessous de la
valeur nominale des piles, à
savoir 1,5 V, celles-ci ne sont
plus régénérées.
Et le courant? Et bien il suffit
<3> pour déterminer le courant
d'appliquer la règle suivante:
QUELLE EST LA TENSION Nombre de cellules x 8 8
Figure 1 - Le circuit d'origine comporte un inverseur qui est com- DE RÉGÉNÉRATION? Pour vous faciliter les cho-
mandé par l'embase du cordon d'alimentation; quand celui-ci ses, voici une liste de valeurs
n'est pas en place, les piles sont mises en service automatique- La tension de régénération de résistances que nous
des piles ne doit pas excé- avons calculées pour diver-
ment. Ici le cordon est engagé dans l'embase puisque l'interrup- der 1,7 V par élément. Il faut ses tensions,de service:
teur est en position «bloc d'alimentation par le secteur». donc abaisser à l'aide de
diodes la tension U b k ) C four-
nie par le'bloc d'alimenta- TABLEAU 1
tion.
Avant tout, on c o m m e n c e r a tension de valeur de Rr
Dr Rr 9 par relever la tension Ub|OC
présente sur l'inverseur «ali- service des normalisée
;-H~-MC=H mentation/piles». Pour ne pas piles en série
fausser la valeur de la ten- 12 V 68 S
sion mesurée, il vaut mieux
9V 47 S
réduire le plus possible la
consommation en courant 7,5 V 39 2
de l'appareil, en réduisant 6V 33 2
par exemple le volume sono- 4,5 V 22 2
X <3> re s'il s'agit d'une radio ou
d'une lecteur de cassettes,
ou en supprimant l'éclairage Pour qu'il n'y ait pas de ma-
ou d'autres charges (moteur lentendu, précisons qu'il ne
Figure 2 - Quand le cordon n'est pas en place, l'inverseur intégré d'entraînement de la bande) s'agit, ici que de régénérer (et
à l'embase prélève la tension d'alimentation sur les piles. susceptibles d'abaisser la non de recharger) des piles,
Le circuit de régénération ne comporte guère qu'une résistance tension de service au mo- et que cette régénération ne
de limitation de courant et une, deux ou plusieurs diodes pour ment de la mesure. Il faut en- fonctionne qu'avec des piles
abaisser la tension de régénération à la valeur convenable. suite intercaler un n o m b r e au couple zinc/charbon.

régénérer les piles • elex n°1 • avril 88 35


Dans les laboratoires d'électronique allemands on
entend répéter un calembour qui n'a pas
d'équivalent (à notre connaissance) en français :
Wer misst misst Mist. Ce qui pourrait donner
quelque chose c o m m e : mesure toujours, tu
m'intéresses. . .
Mesurer n'est rien,
encore faut-il savoir
que l'on peut
se tromper.

1 ma HP

Contrairement à c e q u e pen- La nécessité de disposer l'aide d'appareils de mesure


sent beaucoup de gens, un d'un appareil de mesure le précis diffèrent sensiblement LES GALVANOMÈTRES ET
créateur doit faire preuve plus précis possible ne fait des valeurs théoriques qu'il
d ' u n esprit de clarté et d'une de doute pour personne; avait calculées. Il vaut mieux
INDICATEURS
rigueur hors pair (du moins mais il ne faut jamais oublier cela que l'inverse, de toute ENCASTRABLES
q u a n d il est à jeun c o m m e que quiconque ne sait pas façon; il n'est pas très grati-
tout le monde). Ceci est vrai s'y prendre, peut faire avec fiant en effet de se retrouver partie d u courant à mesurer
dans beaucoup de domai- sérieux et application des face à un montage qui ne (l'intensité des courants à
nes, y compris celui de .mesures totalement erro- m a r c h e pas, alors que les re- mesurer est forte pour le fra-
l'électronique; un bon concep- nées, avec des appareils levés d e mesure sont confor- gile bobinage d u galvanomè-
teur ne laisse rien au hasard pourtant archi-précis. L'enfer mes au millivolt près aux cal- tre qui serait réduit en fumée
Deux fois rien, c'est pas est paraît-il pavé de bonnes culs théoriques. . . instantanément si te courant
grand chose, et pourtant, intentions et l'on y trouve dit- Ces différences entre valeurs à mesurer le traversait tout
avec trois fois rien, on peut on des multimètres d'une théoriques et relevés de me- entier). Son échelle imprimée
déjà faire pas mal! précision diabolique. . . sure pratiques sont à mettre le plus souvent en noir sur
Un musicien écoute, un pein- Les multimètres utilisés de au compte notamment de la fond blanc est établie en
tre regarde, un cuisinier nos jours par les électro- tolérance de la valeur des fonction des caractéristiques
h u m e et goûte. . . l'électro- niciens amateurs présentent composants utilisés. Les rési- de l'instrument de mesure.
nicien mesure! une tolérance faible; les va- stances ordinaires présentent Les caractéristiques les plus
leurs relevées par ces appa- une tolérance de +10%; pour importantes des indicateurs
reils ne risquent de dévier un condensateur, une tolé-
L'ENFER DE LA MESURE sont indiquées par des
que de quelques pour cent rance de ±10% est déjà symboles (pictogrammes)
par rapport aux valeurs réel- considérée c o m m e serrée,
O n entend dire parfois q u e les telles que les relèverait ce qui est plus qu'honorable.
«la mesure est la langue des un appareil de classe profes- M ê m e des tensions réputées TABLEAU 1
électroniciens, et les sché- sionnelle. stables, telle que la tension
mas leur écriture». Mouais! Il
Malheureusement les cho- de seuil du silicium (0,6 V) ou
est vrai que seules les mesu-
res et les valeurs qu'elles ses ne sont pas aussi sim- les tensions zener, varient de
10 à 15% en fonction du cou-
O instrument à bobine
(cadre) mobile
fournissent apportent à
l'électronicien des indications
ples. La précision des appa-
reils de mesure modernes rant et surtout d e la tempéra-
ture du semi-conducteur.
lu instrument à fer mobile

r
fiables sur ce qui se trame incite l'utilisateur à penser
que les valeurs mesurées ne En conclusion, il ne faut
dans un circuit, sur son fonc-
devraient différer que très fai- prendre les relevés de va- courant continu
tionnement et surtout sur la
blement des valeurs de réfé- leurs donnés dans un sché-
raison de son non- Ow
rence indiquées sur le sché- m a ou dans un texte que courant alternatif
fonctionnement. Il reste enco-
ma, ou calculées théorique- pour ce qu'ils sont, à savoir
re à interpréter lé résultat _ „
ment. Or il n'en est rien, car des points de référence autour courant continu
des mesures, et éventuelle-
ment à critiquer les métho- l'écart entre valeurs théori- desquels les valeurs réelles <v ou alternatif

ques et valeurs pratiques est peuvent varier.


des de mesure mises en implantation en
oeuvre. Mesurer est un art, souvent spectaculairement
grand. Les instruments de mesure
1 position verticale
et c o m m e tous les arts, il a
ses techniques qu'il convient vendus par les détaillants de
implantation en
d'apprendre. Plusieurs composants électroniques n position horizontale
articles paraîtront au fil des peuvent être répartis en
prochains numéros de ce
TOLERER LES TOLERANCES deux catégories: les galvano-
angle d'inclinaison,
magazine pour vous appren- mètres et indicateurs encas- /«>'
Par m a n q u e d'expérience, trables à calibre de mesure par exemple 60°
dre la manière d'effectuer beaucoup de jeunes lecteurs
des mesures correctes et fixe, et les instruments de
mettre en lumière les situa-
tions d'où naissent les
n'arriveront pas à accepter
que les tensions ou les cou-
mesure à calibres multiples,
q u e l'on appelle aussi multi-
O tarage (remise à
zéro de l'aiguille)
rants qu'ils relèvent sur le mètres et qui permettent
erreurs qui faussent grave-
ment les résultats. Avant
montage qu'ils ont réalisé
soient assez éloignés des
d'effectuer des mesures en
tous genres.
te tension de test : 500 V

d'entrer dans le vif du sujet,


il nous paraît indispensable
valeurs indiquées par le
concepteur. Un concepteur Dès leur fabrication, les indi-
te tension de test : 2 kV

d e c o m m e n c e r par quel- débutant s'étonnera d e voir cateurs de ce t y p e sont do- 0.5 classe, par exemple 0,5
ques généralités sur les va- son montage fonctionner tés le cas échéant d'un
leurs relevées au cours des parfaitement, alors q u e les shunt, c'est-à-dire d'une rési- Tableau 1. Signification des
mesures. valeurs qu'il a relevées à stance de dérivation d'une symboles

36 la mesure analogique • elex n°1 • avril 88


placés le plus souvent en multimètre permet égale- (ou la masse). Sur de n o m -
bas à gauche et à droite. Le ment de mesurer des ten- breux multimètres, le pôle
tableau 1 récapitule la signifi- sions alternatives. La pile sert négatif est baptisé " C O M "
cation des symboles les plus à fournir le courant nécessai- (de l'anglais common, con- 220 V
—(+)—
courants. Le terme «classe» re à la mesure de la valeur nexion c o m m u n e ) . —rft—n alimentation
•r
„,. rirmilhtriir *;
désigne la catégorie de pré-
cision à laquelle appartient
d'une résistance.
Le cadran d'un multimètre
Quand on ne connaît pas la
polarité de la tension à me-
ni i ^3-
l'instrument. Le chiffre indi- comporte un n o m b r e surer, on adopte la procé-
que la déviation maximale d'échelles égal au nombre dure suivante: choisir sur le 83660X2

de l'indicateur par rapport à de types de mesures qu'il multimètre un calibre voltmè-


la valeur réelle, et cela en x permet d'effectuer. En raison tre élevé et établir un contact
pour cent de la valeur la plus de l'exiguïté du cadran, ces fugitif entre les pointes d e
élevée indiquée sur l'échelle. échelles sont identifiées cha- touche et les points de me- MESURER DES
Prenons l'exemple d'un gal- cune à l'aide d'un symbole, sure. Si l'aiguille se déplace RÉSISTANCES
vanomètre à bobine mobile et parfois à l'aide de cou- dans le mauvais sens, il surfit
de 10 V, en classe 2,5. leurs différentes. Le tableau 2 d'inverser les deux pointes à-dire régler son aiguille de
D'après ie fabricant, l'erreur indique la correspondance de touche. telle façon qu'elle indique
maximale peut atteindre entre le symbole et la fonc- Dans le cas d'une tension zéro q u a n d les deux pointes
2,5% de la valeur la plus éle- tion. Bien que la manipula- dont le niveau est inconnu, de mesure sont court-
vée de l'échelle, soit ±0,25 V. tion de la plupart des multi- on adoptera un procédé circuitées (on les fait entrer
Cette erreur est la m ê m e mètres soit simple, il faut res- identique: choisir un calibre en contact l'une de l'autre):
quel que soit le calibre. Si le pecter certaines règles afin de voltmètre élevé, noter l'or- en agissant sur la molette de
galvanomètre indique 1 V d'éviter que ces appareils dre de grandeur d u déplace- tarage, on déplace l'aiguille
par exemple, la plage de coûteux n'indiquent des va- ment de l'aiguille puis passer pour l'amener au début de
tolérance s'étend de 0,75 V à leurs erronées; ce qui serait au calibre immédiatement l'échelle (0 Q). Après chaque
1,25 V, soit ±25% de la valeur plus grave encore, c'est que inférieur; répéter l'opération c h a n g e m e n t de calibre de
mesurée. Relisez bien ce pas- l'on détruise définitivement jusqu'au calibre adéquat. Ce l'ohmmètre, il n'est pas inuti-
sage pour être sûr d'avoir un multimètre par négligen- calibre est celui dans lequel le d e vérifier le tarage d u
compris avant de ce de ces quelques règles l'aiguille se trouve dans le nouveau calibre. Si l'aiguille
continuer. . . fondamentales. Prenez donc tiers supérieur de l'échelle. n'indique pas 0 Q quand les
Les instruments de mesure le t e m p s d'étudier conscien- L'erreur instrumentale (clas- pointes de touche sont court-
précis (et donc chers, mal- cieusement le «mode d'em- se) est alors la plus faible circuitées, il faut la remettre
heureusement) utilisés dans ploi» de l'appareil que vous possible. Important: en cours en face du zéro à l'aide de la
les laboratoires appartien- venez d'acquérir, et de préfé- de mesure, il ne jamais chan- molette. Quand le tarage de
nent à des classes compri- rence avant de vous en ser- ger la position du sélecteur de l'ohmmètre devient difficile,
ses entre 0,1 et 0,5 et les ap- calibre; avant d'agir sur ce c'est un signe qui indique
pareils utilisés dans l'indus- que la pile est déchargée. Il
trie à des classes comprises Inscription Dénomination Remarque
faudra la remplacer sans tar-
entre 1 et 5. der par une pile de m ê m e
VDC tension continue valeur affichée en V (volt) type.
La plupart des instruments DC: direct current = courant continu
de mesure comportent un mA = courant continu valeur en mA (mA = milliampère) En fonction ohmmètre, on
galvanomètre à bobine mo- A= courant continu valeur en A (ampère) constate sur la plupart des
bile. On utilise également S résistance valeur en Q (ohm) multimètres une inversion de
des galvanomètres à aimant ke résistance valeur en kS (kiloohm) la polarité qui s'explique
VAC tension alternative valeur en V quand on connaît la
mobile qui ont le double
AC: alternating current =
avantage d'être moins chers courant alternatif
structure de l'appareil. Le
et de permettre la mesure de principe de l'ohmmètre est
tensions alternatives, ce qui Tableau 2. Correspondance des abréviations de mesurer l'intensité du
n'est pas le cas avec les gal- courant que la pile de
vanomètres à bobine mobile. La position horizontale ou ver- commutateur, déconnectez l'instrument fait circuler par
Ils ont cependant l'incon- ticale des galvanomètres au moins une pointe de me- la résistance inconnue. La
vénient d'une sensibilité ATTENTION: Un galvanomè- sure. figure 3 donne une idée
moins grande. tre ne devrait, en principe, globale de ce qui se passe
être utilisé q u e dans la pos- dans un ohmmètre.
ition (horizontale ou verticale) COURANT CONTINU Le pôle négatif d u galvano-
LES MULTIMÈTRES prévue par le fabricant sous mètre se trouve normale-
peine de fournir des valeurs Lorsqu'il mesure l'intensité ment à la connexion " C O M " .
Les instruments de mesure à erronées. Si l'on utilise en de courants continus, l'élec- Le pôle positif devra donc
calibres multiples compor- position verticale un indica- tronicien inexpérimenté est être relié au pôle positif de la
tent une série de shunts et teur conçu pour être utilisé en proie au doute face à pile de l'instrument. Dans
de résistances de limitation en position horizontale (ou in- certains problèmes de pola- ces conditions, le pôle
commutables, un redresseur versement), il ne suffit pas de rité, c o m m e celui qu'illustre négatif de la pile se trouve
et une pile en plus d u galva- compenser la déviation de la figure 2: on y fait appel à connecté à l'entrée de
nomètre à bobine mobile. Il l'aiguille à l'aide d e la molet- une alimentation pour mesure Q, alors que le pôle
suffit de changer la position te de tarage (c'est la petite charger un accumulateur. positif est du côté de l'entrée
du sélecteur central du multi- vis centrale qui permet de Le pôle négatif de l'ampère- " C O M " . Il faut garder en mé-
mètre et/ou de modifier la corriger la position de l'ai- mètre doit être relié au pôle moire cette configuration par-
connexion des sondes de guille au repos), car la force positif de l'accumulateur à ticulière de la polarité du
mesure pour que la fonction des petits ressorts de rappel charger. Pour dissiper le courant sur un o h m m è t r e
voltmètre cède la place à la est faible, et le déplacement doute et tous les malen- analogique, et s'en souvenir
fonction ampèremètre. Dans par gravité de l'aiguille dû à tendus, on adoptera la lorsque l'on fera des mesu-
chacune de ces deux fonc- la position non conforme d u recette suivante: le pôle res d e résistance d e semi-
tions, l'appareil dispose de galvanomètre entraîne des positif de l'instrument de conducteurs.
plusieurs calibres commuta- erreurs de mesure non négli- mesure est toujours du côté
bles. geables. d u pôle positif de la source multimètre en fonction ohmmètre (Cl)
de tension (qui est ici
Un calibre est une plage (ou
domaine) de mesure, agen-
l'alimentation) et le pôle
négatif de l'instrument de
r—t-—i
cée de manière à utiliser au LA POLARITÉ mesure est d u coté d u pôle
mieux la précision de l'indi-
cateur en fonction de la
grandeur à mesurer: on
n'utilise pas un décamètre-
ruban pour mesurer des mil-
limètres, de m ê m e que l'on
Lorsque l'on mesure l'intensi-
té d'un courant ou la valeur
d'une tension continus, il est
impératif de respecter la
polarité. La solution la plus
négatif de la source de
tension. En d'autres termes:
sur le trajet d e connexion le
plus court reliant l'instrument
de mesure à la source de
tension, on retrouve deux
m objet à
mesurer

ne s'amuse pas à arpenter simple consiste à toujours pôles de m ê m e polarité.


un c h a m p avec une règle d e utiliser le câble d e mesure
30 c m ! de couleur rouge pour le Avant de se lancer dans la i COM
Grâce au redresseur (qui pôle positif, et le câble de mesure de la valeur d'une
convertit une tension alterna- mesure de couleur noire (ou résistance, il faut procéder i
tive en tension continue), le i bleue) pour le pôle négatif au tarage de l'ohmmètre, c'est-

la mesure analogique • elex n°1 • avril 88 37


Voici un circuit aux appli-
cations variées: l'alimentation Tableau 1.
stabilisée.
Sa tension de sortie peut Tension relevée sur: valeur: vérifier:
être réglée de 0,5 V à 15 V et
son courant de sortie peut primaire d u transformateur 220 V » prise, cordon, fusible
atteindre 0,5 A. On trouvera, secondaire du transformateur environ 18 V » transformateur
pour l'essentiel, les explicati- C1 environ 25 V = B1, C1
ons sur la partie gauche du D1 16 V = R1, D 1 , P I , C3
montage dans {'article "Ali- C4 0 . . .15 V = P I , C4, T1 (jonction
mentation simple 4,5 V".
Le transformateur d'alimenta- collecteur-émetteur)
tion délivre une tension sortie 0. . .15 V = T1, C2
alternative de 18 V. Après le
pont redresseur B1, on trou-
ve le condensateur C1 (un telle alimentation sur une leur déterminée. C o m m e la doit être aussi stable et
condensateur électrolytique). chaîne Hi-Fi par exemple, on valeur de la tension varie à exempte de ronflement que
Pour comprendre son utilité entendrait un désagréable l'entrée du transitor, celui-ci possible. C'est le rôle d e
nous devons nous pencher ronflement. aura à la réduire tantôt plus R1.C3 et D1 (figure 5). La di-
sur la nature d u courant al- (quand la valeur de la tensi- ode zener D1 est montée en
ternatif. on est élevée), tantôt moins sens inverse. Il ne peut pas-
(quand la valeur de la tensi- ser aucun courant à travers
CONDENSATEUR DE on est moins élevée). elle. Quand la tension à ses
COURANT ALTERNATIF LISSAGE Pour constituer le régulateur, bornes dépasse une certaine
on fabrique d'abord une ten- valeur, appelée tension zener
SINUSOÏDAL Le condensateur électrolyti- sion de référence (une tension (ici 16 V), la diode conduit.
que lisse la tension redres- continue) dont on peut faire Dans notre montage, un cou-
Le courant alternatif de 50 Hz sée puisée. Il peut emmaga- varier la valeur de l'extérieur. rant passe alors à travers R1
en usage chez nous ne siner le courant électrique et Cette tension de référence et s'écoule à travers la diode
change pas brusquement de fonctionne en quelque sorte

) Qcrt o
Mm®mfëmM@m MM
Manger pour vivre ou vivre pour
manger?. . . en électronique, les
alimentations sont là pour «nourrir»
les autres circuits. Pour équilibrer
les menus, on a recours à un
dispositif de stabilisation; pour
varier les menus, on propose une
tension de sortie variable, et pour
éviter les indigestions on limite le
courant.

polarité, mais il le fait d'une c o m m e un réservoir d'éner-


manière progressive. Le dia- gie. Quand la tension redres-
g r a m m e de la figure 2 mon- sée puisée croît, le conden-
tre son évolution au cours du sateur électrolytique se char-
temps. C'est ce que l'on ap- ge. Dès que la tension dé-
pelle une onde sinusoïdale. croît, il prend la relève et
L ' o n d e est constituée d'une rend sa charge, nivelant ainsi
demi-alternance positive et les creux que laisse la tensi-
d'une demi-alternance néga- on puisée.
tive. A la sortie d u transfor- La tension continue lissée
mateur on retrouve cette on- par le condensateur-réservoir
d e dont la tension a été semble déjà plus utilisable
abaissée (figure 3a). Le pont c o m m e le montre la figure 4.
redresseur laisse passer di- On appelle ondulation résidu-
rectement les alternances elle les variations qui sub-
positives par sa sortie positi- sistent sur la tension conti-
ve, tandis que les alternan- nue. C'est le transistor T1 qui
ces négatives sont inversées. va supprimer cette ondulati-
La tension illustrée par la fig- on résiduelle. Il se trouve en-
ure 3a est appelée tension tre l'entrée du montage (le
continue puisée. S'il est vrai transformateur, le pont re-
qu'elle ne change pas d e po- dresseur, le condensateur de
larité, son amplitude diminue filtrage qui livrent la tension)
et réaugmente une centaine et les bornes de sortie. La
de fois chaque seconde. Cet- jonction collecteur-émetteur
te tension puisée est inutilisa- doit réduire la tension fournie
ble pour les appareils élec- par le condensateur électro-
troniques. En employant une lytique de lissage à une va-

38 alimentation stabilisée • elex n°1 • avril 88


Liste des composants de TW"Ï-X B D 2 4 1

l'alimentation réglable -o>%-


R1 = 220Q/0,5W
P1
C1
= 1kQ/0,5 W linéaire
= 2200//F/40 Vélec-
"[]
C2
trolytique
= 1 /(F/25 V tantale
=€£
C3,C4 = 470 //F/25 V élec-
trolytique
B1 = pont redresseur
B40C1000
^v
D1 = diode zener
16V/1 W Figure 1 - Schéma complet de l'alimentation réglable de 0 à 15 V.
T1 = BD241
Tri = transformateur zener. La tension est ainsi ra- curseur prélève uhe partie l'on trouve sur le condensa-
d'alimentation menée à 16 V. C'est ainsi de la tension zener. Suivant teur de filtrage C1 et qui dé-
18 V/0.5A qu'aux bornes d'une diode la position du curseur, on y passe la tension de sortie
La = lampe témoin zener on relève une tension relèvera une tension compri- que l'on veut obtenir. Com-
220 V stable, de sorte que ce dis- se entre 0 V et 16 V. Cette ment le transistor s'acquitte-t-
S1 = interrupteur sec- positif peut servir de source tension est appliquée à la il de sa tâche?
de tension de référence. Le base du transistor. Le con- Supposons d'abord que la
teur bipolaire
condensateur électrolytique densateur C4 contribue à tension U B à la base d u tran-
220 V C3 améliore le filtrage de la stabiliser cette tension à la sistor est plus grande que la
F1 = fusible 200 mA tension de référence en la base du transistor (en la lis- tension de sortie U s o r t i e . La
lissant exactement c o m m e le sant c o m m e le font C1 et diode base-émetteur est
fait C1 pour la tension re- C3). d o n c conductrice, ce qui im-
Divers: dressée. C o m m e nous l'avons vu plus plique qu'il y a une chute de
La tension qui règne aux haut, le transistor doit réduire tension de 0,6 V entre ses
coffret (en plastique) bornes.
bornes de la diode zener va le surplus de tension. Par ex-
embase pour cordon d'ali- cédent d e tension, on désig-
alimenter le potentiomètre di-
mentation avec porte-fusible viseur de tension P1, dont le ne la partie de la tension que LU U B -0,6 V.
1 platine Elex format 2
1 bouton
2 douilles pour fiches bana- ""*
nes (rouge et bleu) demie alternance positive
1 radiateur pour T1
(16°C/W)
+220 V - -/ÇLi^TS^. /
•PW
6 picots I/IOO 6 0 * sec \ /i/50èmes
- 2 2 0 V-,

éventuellement:
demie alternance négative
1 galvanomètre 20 V 83622X-2

1 galvanomètre 0,5 A
Figure 2 - Courbe de l'onde sinusoïdale du réseau d'alimentation
électrique domestique.

•18V
>ymm temps
+18V- ••f~—
\ / ---
tem s
l
1/100*™ sec V y 1 y 5 0 ème sgc
I/10O'™ sec 1/50*™ sec.

Figure 3 - La tension en amont du redresseur (a), puis en aval


sans condensateur de lissage (b).

Figure 4 - La tension aux bornes du condensateur de lissage.

D1 C3
I P1

Figure 5 - Un détail du schéma


de l'alimentation: la source de
wu
Figure 6 - Le potentiomètre P1
tension de référence. divise la tension zener.

alimentation stabilisée • elex n°1 • avril 88 39


La tension de sortie suit ainsi
la tension choisie U B , déter-
minée par la position du cur-
seur d u potentiomètre. C'est
exactement ce que l'on vou-
^2PT^
lait obtenir. A condition néan-
moins que notre tension U B 20V ( J J 0.15V
soit toujours supérieure à
Usortie- Si ce n'était pas le cas "G
la jonction base-émetteur se-
rait bloquée. Il n'y aurait à c e
m o m e n t aucune tension en
sortie et elle ne pourrait d o n c Figure 11 - Connexion de deux
certainement pas être supé- galvanomètres sur la sortie de
rieure à U B . l'alimentation pour afficher di-
rectement la tension et le cou-
Qui veut construire une versi- rant de sortie.
on luxueuse de l'alimentation
peut adjoindre à l'ensemble
un volmètre et un ampère- et on y indiquera en clair
mètre pour la mesure et l'af- quelques valeurs typiques.
fichage de la tension et du Si vous pouvez vous le per-
courant de sortie. mettre, faites les frais de
deux galvanomètres que
vous connecterez conformé-
ment aux indications de la
figure 11 pour obtenir un affi-
chage direct et simultané de
REALISATION la tension et d u courant de
sortie.
Le plan d'implantation des
composants de la figure 8
montre l'emplacement des
éléments sur une petite plati-
ne Elex (format 1). On suivra
de préférence l'ordre d'im-
plantation suivant: ponts de
câblage, résistances, con- Figure 8 - Plan d'implantation des composants du schéma de la
densateurs et semi-
conducteurs. Hormis les ré- figure 1 sur une platine Elex de format 2.
sistances, tous les c o m p o -
sants sont polarisés. Le pôle
positif de la diode zener (la
barre sur le schéma) se re-
connaît à l'anneau i m p r i m é s~"*. O
sur le corps de la diode.
te
C o m m e en fonctionnement
le transistor s'échauffe, il faut
le monter sur un radiateur
(voir la liste des composants) "1
h UA
r

[
T
1 charge

et ceci de préférence avant

•v
de le souder. Le radiateur UB

n'est pas lourd et sera soute-


nu par le transistor soudé. 83622X-7V ïh
Pour une dissipation optima-
le de la chaleur, le transiter
et le radiateur seront ferme-
ment vissés l'un à l'autre. Le Figure 7 - Le fonctionnement Figure 10 - L 'embase pour
radiateur est alors en contact de 71. cordon d'alimentation avec
électrique avec le collecteur
du transistor. porte-fusible incorporé.

Le raccordement d e la plati-
ne et des autres compo- pas, ne fume pas, ne brûle
sants, le potentiomètre, les pas, n'explose pas et s'il n'y LES COMPOSANTS
prises, l'interrupteur, le fusi- a pas d'autre catastrophe, on
ble, le transformateur, l'am- a passé le premier test. A l'achat des composants il.
poule témoin se fait en sui- Pour le deuxième test, la sor- faut veiller à ce qu'ils répon-
vant le plan. Il est recom- tie d u montage est branchée dent aux spécifications. Cela
m a n d é de se référer attenti- sur un voltmètre (contrôleur concerne particulièrement le
vement aux directives don- universel). La tension varié-t- courant maximal admis à
nées ailleurs dans ce-numé- elle avec la rotation d u poten- travers la diode D1 et le po-
ro pour ce qui concerne le tiomètre? Alors tout est en tentiomètre PI, ainsi que la
montage des composants re- ordre et l'on peut refermer le tension maximale admise
liés directement au réseau boîtier. Fini! aux bornes des condensa-
électrique. teurs. S'il vous est impos- Figure 9 - Tels qu'ils sont re-
Si l'appareil ne fonctionne sible de mettre la main sur
une diode zener de 16 V, présentés ici, le transistor et
Pour le prototype nous avons pas, on vérifie tout depuis le
utilisé une prise de courant début, c'est-à-dire en c o m - remplacez-la par une diode les deux redresseurs sont en-
particulièrement pratique mençant par les connexions zener de 15 V. La résistance viron deux fois plus grands
avec porte fusible incorporé. d u cordon secteur au trans- thermique d u radiateur ne que nature. Pour B1, vous pou-
Quand tout a été méthodi- formateur. On terminera par doit pas dépasser 16 °C vez implanter au choix un mo-
q u e m e n t vérifié, et plus parti- la fin, c'est-à-dire les fiches par W. On trouve des ponts dèle rond (muni ici d'un radia-
culièrement les composants de sortie. Le tableau 1 donne redresseurs de différents mo- teur qui n'est pas nécessaire)
reliés directement à la tensi- les tensions typiques à rele- dèles; o n peut en utiliser un
de forme parallélépipédique ou rectangulaire. Quel que soit
on du secteur, on effectuera ver en divers points du cir-
le premier test dit "le test de cuit et donne des renseigne- aussi bien q u ' u n d e f o r m e le modèle, on n'implante évi-
fumée". Le boîtier reste ou- ments sur le composant qui ronde c o m m e le B40C1000. demment qu'un seul redres-
vert, l'interrupteur d e mise peut être défaillant si l'une Pour faciliter, le réglage de la seur et non les deux! Que les
en service fermé (contact ou l'autre tension relevée tension, on dessinera une modèles représentés soient du
établi), et la fiche enfoncée s'écarte nettement de la va- échelle graduée en volts à type B80C1500 au lieu de
dans la prise. Si cela ne sent leur typique annoncée. placer sous le bouton de P1, B40C1000 importe peu.

40 alimentation stabilisée • elex n°1 • avril 88


Perfectionnement Schémas
Le cours technique 3 0 0 circuits
Amateur plus ou moins averti ou débutant, ce livre vous concer- Ce livre regroupe 300 articles dans lesquels sont pré-
ne; dès (es premiers chapitres, vous participerez réellement a sentés des schémas d'électronique complets et facile-
l'étude des montages fondamentaux, puis vous concevrez et ment réalisables ainsi que des idées originales de
calculerez vous-même des étages amplificateurs, ou des oscilla- conception de circuits. Les quelques 250 pages de
teurs. En somme, un véritable mode d'emploi des semiconduc-
teurs discrets qui vous aidera par après à résoudre tous les " 3 0 0 CIRCUITS" vous proposent une multitude de
problèmes et tes difficultés de montages plus comp/iqués. projets originaux allant du plus simple au plus
prix: 58 FF sophistiqué. prix: 84 FF
DIGIT I 301 circuits
Ce livre donne une introduction par petits pas â la théorie de Second ouvrage de la série "30X". Il regroupe 301
base et l'application de ('électronique numérique- Ecrit dans un schémas et montages qui constituent une mine
style sobre, il n'impose pas l'apprentissage de formules sèches d'idées en raison des conceptions originales mises en
et abstraites, mais propose une explication claire des fonde- euvre. «rf*« QZL
prix: CE
94 FF
ments de systèmes logiques, appuyée par des expériences
destinées à renforcer cette connaissance fraîchement acquise.
C'est pourquoi DIGIT î est accompagné d'une plaquette expéri- 302 circuits
mentale qui facilite la réalisation pratique des chémas. (avec cir- 302 exemples d'applications pratiques couvrant '302 circ
cuit imprimé) prix: 135 FF l'ensemble du spectre de l'électronique, ce qui n'est
pas peu dire. Parmi ceux-ci, se trouve sans aucun
tats,
doute celui que vous recherchez depuis si longtemps
L'électronique, pas de panique! prix: 104 FF
Vous êtes claustrophobe, hydrophobe, vous faites un complexe
d'infériorité parce que vous avez l'impression de "rien y com- Electronique pour Maison et Jardin prix 6 3 FF.
prendre à l'électronique", pas de panique!
Voici votre bouée de sauvetage. L'électronique? pas de panique! 9 montages
premier tome d'une série d'ouvrages consacrés à l'électronique Electronique pour l'Auto, la Moto et le Cycle
et conçus tous spécialement à l'intention de ceux qui débutent prix: 6 3 FF
dans ce domaine. prix: 143 FF ,e*éati0
9 montages
Construisez vos appareils de mesure
^ 10 montages et appendice technique
^ prix: 6 3 FF
Disponible: — chez les revendeurs Publitronic
Créations électroniques , I
— chez les libraires
— chez Publitronic, B.P. 55, 59930 La Recueil de 42 montages électroniques sélectionnés
Chapelle d'Armentières ( + 25 F frais de parmi les meilleurs publiés dans la revue Elektor.
port) prix: 119 FF.
UTILISEZ LE BON DE COMMANDE EN ENCART

C'EST
Pour v o u s A n a t e u r s ,
Professionnels, Enseign^pfs,^
Le p l u s grand c h o i *
de co Mpo s an t s^&é qua 1 i y ^ ,
LA ISIBRAIRIE
LES KITS
/OUTILLAGE
LE SERVICE

Nous réalisons vos circuits


iwpriwes sinple ou double face
d'après tous docuwents
ELECTRO'PLUS POITIERS
19 rue des TROIS ROIS
TEL : 49 41 24 72
SOLISELEC SUPER DISCOUNT — SOLISELEC SUPER DISCOUF
INFORMATIQUE HALF/FULL DUPLEX. COFFRETS ALARMES
Sortie imprimante série. COFFETSALU SIRENE ELECTRONIQUE
Claviersfioppypériphériques,
Répertoire 36 numéros 430 x 440 x 172 150* Alimentation 12 volts continu, 100 dB.
monitors, ordinateurs, cordons, COFFRETS RACK19"
programmables et Equerre de fixation. Idéale pour
imprimantes. composition automatique. L:48-H:132-P:75 60* alarmes auto 95*
COMPOSEZ VOTRE Ecran 21 cm. Définition L:48-H:220-P:140 90* • REFERENCE 1500
25 lignes, 40 ou 80 colonnes COFFRETS MINI RACK 1 centrale alarme à boucle magnétique -
ORDINATEUR 310* (Port dû SNCF) L:362-H:66-P:100 60* 5 contacts magnétiques d'ouverture - 4
GRANDE MARQUE SINCLAIR COFFRETS COULEUR CREME contacts chocs - 1 bouton d'appel d'ur-
EXTENSIONS ZX 81 L:295-H:380-P:165 80* gence - 1 sirène intérieure supplétive
MULTIPROCESSEURS L:295-H:200-P:165 50*
Alimentation ZS 81 70* avec câble de 15 m - Entrées : 1 boucle
(matériel à revoir) Adaptateur manette de jeux L:295-H:280-P:110 80* instantanée - 1 boucle temporisatrice.
Coffret 400* programmable 66* L:180-H:145-P:70 22* Sorties : alarme sonore incorporée,
Alimentation à découpage 50 W .... 350* alarme sonore supplétive, alarme lumi-
Adaptateur manette de jeux 60* LES GROSSES
1 clavier 450' neuse - Temporisation : entrée/sortie,
ACCESSOIRES ZX 81
1 visu 600*
Coffret avec clavier d'origine 90* AFFAIRES alarme sonore réglable de 0,3 minutes
3 cartes (préciser le modèle) 600*
Si vous achetez l'ensemble :
Auto-repeat clavier 45* Matériel à revoir environ, alimentation batterie non four-
Bip clavier 45* JEUX VIDÉO nie et secteur 986*
VALEUR : 2200*
Extension 1K 65* 6 jeux, tir, tennis, foot, pelote avec • REFERENCE 22
Avec alimentation 50 W 975*
Auto-collant gravure de clavier 12* poignée de jeu, alimentation Tête hyper-fréquence. Portée 10 m
Carte supplémentaire 200* et 300*
Suivant détail ci-dessous (Port dû SNCF) APPLE 2 par pile 100* 12 volts extérieure. Champ réglable.
EXTENSIONS JEUX VIDEO A CASSETTE Poids :0,8 kg 699*
Alimentation secteur et poignée • REFERENCE 1700
DESCRIPTION Synthétiseur sonore 260* de jeux 150*
IMPRIMANTE 1 centrale d'alarme avec détecteur infra-
COFFRET CONSOLE REPONDEUR rouge passif incorporé, sirène modulée,
Equipé de connecteurs pour les cartes Grande marque, neuve à revoir 690* Utilisation simplifiée, dépannage facile. enrouleur automatique de câble secteur,
230x100: 132 colonnes matricielles (Port dû SNCF) Dim. : 30x17 185* câble secteur et poignée de transport.
- Avec alimentation 50 W. ALIMENTATION A DECOUPAGE LOT DE 10 CALCULETTES Entrée : 1 boucle temporisée - Sorties :
CARTES 230 x 100 1 6 5 W + 5 ; + 12; + 12,220 V 700* LOT DE 5 RECEPTEURS « POCKET » alarme sonore incorporée alarme sonore
- 8088-8 200* 120W + 5 ; + 12 400* PO-GO ou GO. L'ensemble 100* réglable de 0 à 3 minutes environ. Com-
- 8088-16 300* 50W + 5 ; + 2 4 ; - 5 300* INTERPHONES mande et visualisation : sur centrale par
- Z80 200* SPECTRUM (SINCLAIR) Secteur, modulation de fréquence, clé de sécurité. Alimentation batterie
- Carte synchrone, asynchrone 200* EXTENSIONS SINCLAIR touches à effleurement, 3 canaux, non fournie et secteur 986*
- Carte DMA disquettes 5" 100* Adaptateur joystick programmable . 90* possibilité de blocage pour surveillance • REFERENCE 737
- Textes graphiques 200* Synthétiseur vocal 180* chambre d'enfant. Lapaire 246* (tête complémentaire de la réf.l 700).
- Carte RL-LAN 200* ORIC RADIO Tête infrarouge. Passif. Détecte la tem-
- Carte contrôleur de disque dur permet EXTENSIONS Récepteur PO-GO à encastrer, tête de lit, pérature du corps d'un intrus à 15
le contrôle de 2 disques durs aux normes Carte buffer 160* boiseries, cuisine. Alimentation secteur, mètres maximum. Alimentation 12 volts.
SHUGART. Alimentation + 5 + 12 Adaptateur joystick 45* dimensions 385 x 100 x 100 95* Sortie par relais. Réglage de faisceau
entrée normes SASI. Dim. : 20 x 14,5 Modulateur n/b 90* ANALYSEUR COULEUR tous azimuts. Poids 0,8 kg 580*
Vendu tel quel sans documentation 300* MO 5 Pour tirage photos couleur. Assure un
- Carte RAM PROM 200* EXTENSIONS calcule rapide du temps de pose et TRANSFORMATEURS
- Carte contrôleur de disques DMA Interface joystick 115* d'équilibrage couleur LA SECURITE N'A PAS DE PRIX
5"-8" disque dur 300* AMSTRAD (petite panne) 450*
TRANSFOS D'ISOLEMENT
MONITEUR VIDEO Crayon optique avec logiciel (K7) ... 135* BLOC DE COMMANDE
Alimentation extérieure 12 volts, tube Entrée 200, sortie 220 ou 110 V
Interface joystick 90* Pour fondu/enchaîné synchronisé par
31 cm, vert, définition 25 x 80, entrée Synthétiseur vocal 220* 100 W 100*
magnétophone aux normes carousel
signal TTL compatible PC 500* Adaptateur péritel avec câble péritel 60* 160 W 150*
(sans documentation) 296* 250 W 180*
Lecteurs de disquettes 5" neufs ALIMENTATION DEMODULATEUR VIDEO
(Remises par 10 pièces : -10 %) 400 W 250*
ININTERRÙPTIBLE VHF et UHF, programmation 6 chaînes,
A revoir sans garantie, simple face 360* 600 W* 350*
Neuve, accu à changer 4800* neuf avec choc, horloge 350*
Lecteurs de disquettes 5" neufs, ('port dû SNCF)
500 watts -1/4 H 3400*
sans garantie, 80 pistes 635* 250 watts - 3/4 H 3800* AUTORADIO PO-GO, 12 V. TRANSFO DE SECURITE
Disques durs 5" pleine (Expédition SNCF uniquement) Les 3 appareils 110*
Pour chantiers extérieurs
hauteur BASF 450* APPAREILS PHOTO Format 110 -126 - Entrée 220, sortie 24 V, 250 W, 6 Kg 295F
Carte prolongateur de connecteur stan-
Disque durs 5'" 1/2 hauteur disque, les 3 125* Pour votre atelier
dard PC 2 x 31 sur époxy 24 cm.
SHUGART 5 MG 500* RADIATEUR ALU 200 x 170, épaisseur Coffret plastique, fixation murale
2 jeux de connecteurs sur la même
C O F F R E T 2 lecteurs 8" 40, perçage pour un TO 3 pour ampli Entrée 220, sortie 24 V, 100 W, 4 Kg 150*
carte 310*
L : 52 - 1 : 44 - h : 13
EPOXY 20 x 32 par 5 plaques 135* classe A. Poids 1,7 kg 130* Entrée 220, sortie 24 V, 160 W, 5 Kg 220e
disque double face. Alim 220 V à Entrée 220, 380/24 V, 120 W, 2,5 Kg 150*
Par 20 plaques '. 480* CAMERA 16 mm type KB 9 A objeatif
découpage. Ventilé avec nappe 2 x 25. Entrée 220, 380/24 V, 750 W, 12 Kg 300F
Poids 18 kg 600* (port dû SNCF) 35 mm, F 3,5, capacité film 35 ft, vitesse Entrée 220,380/24 V, 1000 W, 19 Kg 50V
D I S Q U E 8" double face 200* 32 images/seconde. Alim. 24 à 29 V. Entrée220,380/24 V, 1500 W, 25Kg 220*
Par 2 pièces 150* (la pièce)
LES COMPOSANTS Matériel militaire aviation neuf année,
(port dû SNCF) ACTIFS 1950. Poids 0,960 Kg 1000* TRANSFOS SECURITE
COFFRET pour micro-ordinateur TRIPHASE nous consulter
LES CIRCUITS INTEGRES CARTE POUR RECUPERATION
plastique gris. Dessus métal amovible. En moyenne, 80 supports de CL, tulipe 1000 types divers en stock. Posez-nous
Dim. : 52 x 32 x 12 200* 2716 -les5pièces 100* dorée par carte 14 et 16 points 105* vos questions.
• Clavier numérique 16 touches 20* 2764 -les4pièces 110*
• Clavier QUERTY extra plat 2732 -les 5pièces 125* Amis clients, vous qui travaillez dans une entreprise traitant d'électronique,
69 touches 60* 27128 - les 5 pièces 175* sachez que nous sommes acheteurs de toutes quantités de composants
• Clavier à contact AZERTY ILS 2114 -les8pièces 120*
73 touches 150* 2102 -les8pièces 120* POUR TOUTE COMMANDE D'UN MONTANT DE 250*, VOUS RECEVREZ I
• Clavier à contact AZERTY ILS 6402 -les3pièces 100* GRATUITEMENT UN DÉPOUSSŒREUR POUR VOTRE PLATINE DISQUES HDTll
81 touches avec pavé numérique ... 175* 2803 -les3pièces 100* POUR TOUTE COMMANDE D'UN MONTANT DE 1000*, VOUS RECEVREZ 1
• Clavier QUERTY avec pavé numérique 4116 -leslOpièces 120* GRATUITEMENT UNE P VIDEO VHF ENREGISTRÉE (FILM) I
3 couleurs 90 touches, sortie parallèle 4164 - les 1Q pièces 100*
code ASCII 380* 1488-1489-les8jeux 100* Tous les prix annoncés sont valables jusqu'à épuisement du stock.
• Clavier AZERTY 104 touches en coffret 6821 -les 7 pièces 100*
sortie série 3 couleurs 300* 6840 -les4pièces 100*
• Clavier AZERTY ou QUERTY,
2 couleurs, en coffret, 100 touches. 300* DIODES DE PUISSANCES
CORDON LIAISON
137, avenue Paul-Vaillant-Couturier • 94250 GENTILLY
400 V, 36 A .... 25*
Fiche mâle/femelle DB 25, 200 V, 36 A .... ... 20* Tél. : 47.3S.19.30
11 conducteurs longueur 2 m. 1000 V, 36 A .. .20* Le long du périphérique entre la porte d'Orléans et la porte de Gentilly - Parking à votre disposition
Les 3 câbles 120* 1000 V, 60 A .. .45* Ouvert d e 10 h à 13 h et de 14 h à 19 h - F e r m é d i m a n c h e et lundi
1200 V, 60 A .. .60* SOLISELEC p r a t i q u e l e s prix g r a n d public, 1/2 g r o s , g r o s
TERMINAL INFORMATIQUE 1400 V, 60 A .. ... 80*
ASCII Expéditions par poste recommandé jusqu'à 5 kg : 56 F
1500 V, 36 A .. .60*
A revoir, sans documentation. 8000 V, 0,5 A . 100*
Non recommandé : 37 F • An-dessus de 5 kg, en port dû SNCF
Modem intégré programmable 150 KV, 0,1 A . 150* Conditions valables exclusivement pour la France métropolitaine
75 /150 / 300 /1200. AUCUN ENVOI CONTRE-REMBOURSEMENT

42 elex n°1 • avril 88


W1WM

fabriquer des piles


soi-même

Figure 1 - Le dispositif expéri-


mental est prêt à recevoir la
solution d'eau salée. La LEO
est encore éteinte.
Figure 2 - La «pile» foncti-
onne: la LED est allumée.

Ne croyez pas trouver ici la électrique!


solution économique ou C o m m e la tension obtenue
écologique aux problèmes est faible, nous allons faire
de renouvellement de une batterie en mettant deux
l'énergie. Si nous vous piles en série, ce qui nous
proposons de construire permettra d'alimenter une
vous-même une pile élec- diode électro-luminescente et
trique, ce n'est ni pour faire de la faire briller : connecter
des économies, ni pour la broche la plus courte de la
préserver le milieu contre LED à la feuille d'aluminium
l'accumulation de résidus de et le fil de cuivre à la broche
métaux lourds, mais simple- la plus longue.
ment pour revivre l'expé- On remarquera qu'au bout
rience fascinante que fit le d'un certain t e m p s le cuivre
sieur Alessandro Volta au devient plus brillant. Ce
début du XIX è m e siècle dispositif peut servir en effet
lorsqu'il fabriqua la première Figure 2 - La «pile» fonctionne: la LED est allumée. à nettoyer le cuivre ou
pile électrique. l'argent; dans ce cas, la LED
Voici la recette : Dans un n'est plus nécessaire.
gros bocal à conserves Tapissez les parois inté-
propre, dissolvez la valeur PILES ÉLECTRIQUES rieures du récipient de
d'une petite cuiller d e gros papier d'aluminium et
ACCESSOIRES POUR PILES LECLANCHÉ
sel, et la valeur d'une petite « SAC ET UCOMBE
trempez les objets à nettoyer
cuiller de soude (NA 2 S0 3 ) B o c a u x verre forme dans le liquide d e telle façon
dans un peu moins d'un litre carrée, avec goulot à bec qu'ils entrent en contact avec
pc^ir le crayo"n de zinc,
d'eau chaude. convenant_ pour piles la feuille d'alu.
Suspendez dans le liquide n° 4300 et n° 4303.
une bande de papier 4320. Hauteur 14 c / m .
Prix ...' ».30
d'aluminium de 4 c m de 4320A.Hauteur 16 c / m .
large et 15 à 20 c m de long.
Repliez la bande sur le bord,
Prix
432QB.Hauteur 18 c/m
D.40 ALESSANDRO et LUIGI
et faites-là tenir avec un Prix. ..50
verre paraffiné, - forme En construisant la première
élastique pour la faire tenir. Bocaux
C a i s s e à é l é m e n t s , en bois poli, pile en 1800, Alessandro
carrée, avec goulot rond pour piles
Dénudez un morceau de fil «• 4310 et n° 4315. pour batteries dé piles; genre Leclanché. Volta (1745-1827) poursuivait
de câblage en cuivre de 15 à 4325. Hauteur 14 c/m . )j.4o Livrée sans piles : ' •' '
en fait les travaux de Luigi
20 c m de long (entortillez les — 16 c/m.. •,.50 4300. Pour2piles, diœ.2SX2SXi2=/». 1.10
— 18 c/m. J..6O « M i l . — 3 '— — 37x25X12=/™. 1.50 Galvani qui avait découvert
brins) et trempez-le dans la 1.1MB. — 4 — — 4 7 X 2 S X 1 2 ' / - . 1.7S l'électricité galvanique en
solution. Veillez à ce que V a s e s p o r e u x garnis « S O C . - , 5 — — 5 0 X 2 5 X 1 2 ' / » . 2 . i>
de bioxyde de manganèse, tMOt. — 6 - r • — 7 0 X 2 5 X 1 2 = / » . 2.25 1780. La pile de Volta était
l'aluminium et le cuivre spéciaux pour"piles Leclari- constituée de 30 puis ulté-
n'entrent pas en contact. ché,rnodèle courant,ft^àSOO, PILES GENRE " BUNSEN "~
rieurement de 70 plaques de
Aussitôt apparaît une diffé- montés avec ! piûce ejiïvre Ces piles réunissent lès avantages • des
mobile à vis^.r pour le modèles qui précèdent; à savoir : la zinc et d'argent empilées,
rence de tension d'environ raccord dés fils'. :"\,-; '' durée et la force."-Elles s'emploient mais séparées par des
1 V entre l'aluminium et le '4330 , Haut 14 c/m. H.70 principalement, pour la galvanoplastie e.t
morceaux de tissu
cuivre, le pôle négatif étant la 4330 A. — 16 c / m . » . 8 0 aussi pour l'éclairage. * \ <
4330 B. — 18 c/m. 1 . 1 5 Les 'piles Bunsen s'actionnent avec de imprégnés d'eau salée. Volta
feuille d'aluminium et le pôle Variât nitriqi/e et de l'acide sùlfurique lui-même baptisa son inven-
positif le fil de cuivre. Vous vendus d part. ' . tion du n o m de «moteur
avez fabriqué une pile électrique».

viva volta • elex n°1 • avril 88 43


]
' l(B©ïèmMi(giw
des collaborateurs du maga-
zine ELEX (que vous tenez
entre les mains) :
L'édition actuellement
disponible de l'ouvrage l'électronique, pas de panique!
mentionné ci-dessus a été
émise à jour par J.P. Oehmi- a été écrit par A. Schommers. bonheur d'une part le sérieux
chen qui est aussi l'auteur Cet ouvrage s'attache à et l'exactitude de la matière
d'un bon ouvrage d'initiation : présenter de l'électronique électronique et d'autre part le
son côté le plus simple et le dessin et les réparties humo-
plus pratique, celui qui est ristiques. Bourrée d'astuces
A tout seigneur tout honneur, Apprendre l'électronique fer à
souder à la main. accessible à tous ceux qui pédagogiques, préparée
Rési et Transi, nos deux
veulent s'intéresser à cette soigneusement par une
sympathiques personnages
Selon l'auteur, "il faut lire (un discipline, qu'il soient forts en équipe pluridisciplinaire, elle a
de bande dessinée ont eu des
peu) et expérimenter (beau- t h è m e ou pas. Et la théorie? Il été traduite dans plusieurs
ancêtres, ou du moins des
coup)". C'est là une affirma- langues et diffusée dans de
prédécesseurs, à savoir les
tion tout à fait sensée. D'autant nombreux pays, et a été
deux fameux personnages
plus que ce livre ne traite pas utilisée par les professeurs
Curiosus et Ignotus de
l'expérimentation c o m m e une d'électronique et les parents
fin en soi, mais c o m m e un clairvoyants c o m m e support
La Radio.. . mais c'est très éducatif.
simple moyen de se frayer un
c h e m i n vers la théorie. Les Pierre-Frédéric Caillaud, un
formules, les calculs et la garçon de Lyon d'une
théorie y tiennent néanmoins douzaine d'années, très doué
une place de choix, sous en électronique déclarait
forme notamment d'un jeu de récemment à la télévision
questions et de réponses qui
interpelle le lecteur. Mettant à
profit une astuce de mise en
page, l'auteur ne donne pas
les réponses directement,
mais indique le numéro des
pages sur lesquelles elles se
ECHEC AUX

Apprendre
I électronique en faut bien, direz-vous. . .
Et bien, il y en a aussi, mais à
petites dose.
Le volume 1 actuellement
disponible traite du courant'
de E.Aisberg, paru en 1936 continu; un deuxième volume
dans sa première édition. est annoncé; il sera consacré
Mais oui, ce livre a plus de à l'alternatif.
cinquante ans! l'électronique pas de panique
Depuis, il a été réédité et remis A. Schommers
à jour plusieurs fois, ce qui lui qu'il avait fait ses débuts avec
Publitronic
a permis d'être l'ABC de deux %%»&ie&$*' :
et grâce à Rési et Transi. Son
générations d'électroniciens. père, satisfait d'avoir eu la
Il continue aujourd'hui de Nous sommes fiers de main si heureuse le jour où il
figurer parmi les ouvrages les pouvoir annoncer une grande avait offert à son fils d'album
plus clairs et les plus agréa- trouvent, ce qui incite nouvelle dans cette rubrique : des aventures de Rési&Transi,
bles pour aborder l'étude des l'apprenti électronicien à réflé- l'album de bande dessinée a déclaré, enthousiaste : «un
phénomènes électriques et chir. . . et feuilleter Rési et Transi n*1, épuisé
électriques. tel ouvrage devrait être
ardemment. jusqu'à une date récente, est
déclaré d'utilité publique».
Il compte plus de '250 pages Apprendre l'électronique à nouveau disponible.
Rési&Transi
de dialogues entre les deux fer à souder à la main
personnages, et un nombre Echec aux mystères de
J.P Oehmichen Rési et Transi
important d'illustrations Editions Radio Echec aux mystères de l'électronique
souvent "manuscrites". l'électronique Y. Doffagne & Y. Caussin
La Radio et la TV. . . mais Pour découvrir, comprendre Publitronic
c'est très simple et apprécier l'électronique, il d'Yvon Doffagne et Yves
L 'électricité - L 'électronique existe une foule d'ouvrages. Caussin est la seule BD entiè- Sur un tout autre registre,
E. Aisberg En voici encore un, tout rement consacrée à l'électro- mais néanmoins tout à fait à
Editions Radio récent, né de la plume de l'un nique; elle conjugue avec sa place dans cette rubrique,
44 livres • elex n°1 • avril 88
Pour rafraîchir rapidement plus que MIDI, est un
le cours technique des notions de base déjà
acquises, mais devenues eO(?ey|^ acronyme formé à partir de
MUSICAL INSTRUMENT
concepfton et ç floues par manque de DIGITAL INTERFACE, une
des Ofcutts de base pratique, on peut avoir interface conçue spéciale-
recours à un ment pour les instruments de
Aide-mémoire musique et adoptée à
électronique
radio tv hi-fi
IPCME
c o m m e celui de R. Besson.
Cet opuscule compact, au
format de poche, contient un
nombre
d'informations
impressionnant
sur
domaines n o m m é s dans le
les
MIDI
sous-titre. Ce n'est pas un livre
c o n ç u pour vous apprendre
des c h o s e s . . . et pourtant, en
le feuilleatnt, on y découvre
des notions sur l'un ou l'autre M > '
aspect de l'électronique qu'on
n'aurait peut-être jamais
abordé autrement.
le cours technique Electronique 300 circuits l'échelle mondiale depuis
conception et calcul des radio tv hi-fi 301 circuits quelques années par tous les
circuits de base à semi- R. Besson 302 circuits fabricants d'instruments de
conducteurs Dunod d'Elektor. Nous sommes musique électroniques (et
heureux d'annoncer ici la maintenant aussi pour
publication prochaine d'un d'autres types d'appareils,
de P. Lambrechts, un ouvrage
quatrième volume dans cette c o m m e les ordinateurs bien
plusieurs fois réédité, traduit sûr, et les accessoires de trai-
série, lequel comportera. . .
dans plusieurs langues, et par
lequel
nombreux
"ont passé" de
électroniciens
302 circuits 303 circuits, on s'en serait
douté.
tement du son) à c o m m a n d e
numérique.
300/301/302 circuits Si vous n'êtes pas encore
autodidactes. Ce n'est pas un
Publitronic dans MIDI, mais déjà dans la
ouvrage pour les vrais débu-
musique et que l'électronique
tants (c'est quoi un tran-
De Belgique nous vient un ne vous laisse pas indifférent,
sistor?), mais il ne faut pas non
remarquable livre qui n'a rien n'attendez plus, il est encore
plus être sorti de la cuisse
à voir avec l'initiation à l'élec- t e m p s de prendre le train en
d'un semi-conducteur pour
tronique, du moins pas direc- marche; grâce à ce livre bien
pouvoir en tirer profit.
tement. Il s'agit d'un ouvrage documenté, généreusement
le cours technique
sur la musique électronique, illustré, vous pourrez aborder
P. Lambrechts
et plus précisément de cette le système MIDI sans que l'on
Publitronic
invention (monstrueuse, ou vous abreuve de notions inbu-
"en pleine crise de crois- vabies et floues. On peut noter
sance" c o m m e dit l'auteur) avec satisfaction que la termi-
qu'est l'interface MIDI. Publié nologie a été francisée dans
c o m m e dossier de l'ACME une plus large mesure qu'on
(dynamique Atelier Créatif de ne le fait généralement dans
Musique Electro-Acoustique), ce genre d'ouvrages.
"MIDI est là, tant mieux",
le système MIDI conclut laconiquement J.J.
La mémoire de l'électronicien Quinet après l'avoir soigneu-
ne peut pas tout retenir de la sement décrit, sans jamais
matière complexe et variée d e Jean-Jacques Cuinet est
l'ouvrage de référence que chercher midi à quatorze
qu'il traite au fil des mois et heures.
des années. Il n'est pas néces- doivent avoir sous la main
saire non plus de réinventer tous ceux (et celles) pour qui les dossiers de /ACME
ce que d'autres on déjà trouvé la prise DIN à 5 broches est Le système MIDI
et mis au point. C'est pourquoi devenue aussi familière que le Jean-Jacques OU/NET
il existe une remarquable sont la prise Jack 6,5 m m (liai- ACME 99 av. du Cor de
série de recueils de schémas sons analogiques entre instru- Chasse
d'une richesse et d'une ments et sono) ou les prises B - 1170 BRUXELLES
variété inconnues jusqu'alors. Cinch (ou tulipe; liaisons entre
Il s'agit de la fameuse série appareils Hi-Fi).
des Vous n'ignorez sans doute

Ets. MAJCHRZAK J. F.
COMPOSANTS ÉLECTRONIQUES H
SEMI-CONDUCTEURS ACTIFS/PASSIFS
MESURE
TOUT POUR LE CIRCUIT IMPRIMÉ

107. rue Paul Guieysse TÉL. 97 21 37 03.


56100 L0RIENT TÉLEX MAJC0MP 950017 F

livres • elex n°1 • avril 88 45


(ws:
â@wM@ mâM
.jpêwu?
curseur d u potentiomètre en-
traîne un changement de la
valeur des deux résistances
partielles, dans un sens op-
posé: le volume sonore d u
haut-parleur arrière augmen-
te, alors que celui du haut-
parleur avant diminue. Le po-
tentiomètre fonctionne c o m -
m e deux réglages de volu-
m e couplés mais inversés
l'un par rapport à l'autre. Les
Figure 1 - Le montage est peu trois autres ensembles -
encombrant et trouve place composés chacun d'un
commutateur et de résistan-
dans un petit boîtier. ces - fonctionnent strictement
de la m ê m e manière. S1b, la
seconde galette d u c o m m u -
tateur S1, modifie l'équilibre
avant/arrière des haut-
parleurs de droite; le c o m -
mutateur double S2 règle la
balance droite/gauche.
Rajoutez deux haut-parleurs dans votre auto et Le signal transmis au haut-
parleur, que ce soit de la
remplacez le banal réglage de balance DROITE- musique ou des paroles, est
alternatif, mais les résistan-
GAUCHE par un double réglage panoramique ces fonctionnent exactement
de la m ê m e manière avec le
DROITE-GAUCHE/AVANTARRIERE. courant alternatif qu'avec le
courant continu: elles rédui-
sent l'intensité de ce courant.

Les postes de radio stéréo- pas possible de régler une sans boîtier, devrait être de
phoniques ainsi que les lec- installation comportant qua- l'ordre de quelques dizaines PUISSANCE ADMISSIBLE
teurs de cassettes sont très tre haut-parleurs à la parfaite de francs.
appréciés à bord des voitu- satisfaction de tous les occu- Bien que les 20 résistances Malheureusement, ce confort
res: cela tient en grande par- pants d'un véhicule, mais il soient disposées en carré, il d'écoute présente un incon-
tie au fait q u e le petit volume est possible de concevoir un ne s'agit pas d'un circuit vénient: les résistances dissi-
d'écoute d'une auto donne à système simple répartissant connu sous le n o m de pont pent en chaleur une partie
l'image stéréophonique un le son d'une manière opti- de Wheatstone. Nous avons de la puissance de l'amplifi-
relief saisissant. C'est pour male entre tous les passa- représenté isolément sur la cateur: c'est autant d'énergie
cette raison que les fans de gers. figure 4 le principe de l'un qui ne parviendra pas aux
haute fidélité en voiture m o n - Notre double réglage de ba- des quatre ensembles de ré- t y m p a n s des auditeurs. La
tent couramment deux pai- lance comporte deux com- sistances en série, afin de perte de puissance acousti-
res de haut-parleurs: l'une mutateurs doubles, à six vous faciliter la compréhen- que n'est toutefois pas très
sur la plage arrière, et l'autre positions chacun. Celui de sion d u principe de ce importante. En revanche, il
dans les garnitures des por- gauche permet de déplacer double réglage d e balance. faut que les résistances
tières à l'avant. Mais la dis- l'image sonore vers la droite Le symbole du potentiomètre soient en mesure de suppor-
tance qui subsiste dans ce ou vers la gauche, celui de remplace sur la figure 4 le ter cette dissipation de cha-
cas entre les haut-parleurs et droite vers l'avant ou l'arrière. commutateur S1a ainsi que leur. Des résistances à cou-
les auditeurs est si réduite Le s c h é m a de principe (fi- les résistances R1 à R5. Le che de carbone, d'une puis-
qu'elle nous pose un problè- gure 3) montre le peu de courant à travers chaque sance de 1 W, peuvent être
me: la répartition du volume composants nécessaires: haut-parleur rejoint la masse utilisées pour des instal-
sonore est radicalement dif- deux commutateurs rotatifs en traversant une partie de la lations de 10 W m a x i m u m .
férente pour chacune des et 20 résistances suffisent. piste du potentiomètre. Cha- Un calcul nous prouverait
places des passagers. Il n'est Le prix d u montage, avec ou que résistance partielle ré- que cette puissance d'ampli-
duit le courant qui circule à ficateur est déjà trop forte,
travers le haut-parleur auquel mais c o m m e elle n'est attein-
elle est connectée, ce qui te que rarement en pratique,
agit en proportion sur sa la situation n'est pas critique;
puissance sonore. Plus la va- de toute façon, lorsqu'il se
leur de la résistance partielle produit, le p h é n o m è n e reste
est élevée, moins il circule bref et nous n'avons pas à
de courant et plus le signal craindre une surcharge des
sonore sera atténué. Quand résistances. Pour des étages
la résistance du morceau de de sortie plus puissants,
piste du potentiomètre entre nous pouvons utiliser des ré-
le haut-parleur avant et la sistances à couche métalli-
masse augmente, celle du que de 2 W qui sont à peine
fragment de la piste placée plus chères que les résistan-
entre le haut-parleur arrière ces ordinaires à couche de
Figure 2 - Les deux boutons permettent de déplacer l'image so- et la masse diminue. Le carbone. Notre double balan-
nore dans toutes les directions. changement de position d u ce peut être utilisée ailleurs

46 double réglage de balance • elex n°1 • avril 88


T&mlmmm
w$@°2?mûî©
que dans une voiture. Equi-
pée de résistances de plus
forte puissance, elle peut
quette, des commutateurs
miniature, parce que leurs
cosses sont très proches les
rv *z^
aussi être branchée derrière unes des autres: à partir de
un amplificateur stéréo clas- la troisième ou quatrième ré-
sique. Dans ce cas, les résis- sistance, leur mise en place
tances extérieures RI, R5, R6,
RIO, R11, R15, R16, et R20 se-
devient une véritable torture
pour ceux qui n'ont pas des
Î Av

ront des modèles de 10 W, doigts d'orfèvre.


tandis que pour les douze Les cinq raccordements,
autres, une puissance de quatre pour les haut-parleurs effectués selon les indi-
5 W suffira. plus celui de la masse, sont cations de la figure 3. Quand / RI . . . F
réalisés avec des cosses S2 est en butée à gauche ou
spéciales pour l'électricité à droite, les deux haut-
auto. Les vis de fixation de parleurs d'un canal se trou-
MONTAGE ces cosses serviront égale- vent reliés en parallèle direc-
ment au raccordement inté- tement à la masse. La mise
La photo de la figure 5 vous rieur. Pour notre prototype, en parallèle de deux haut-
montre le prototype testé au nous avons placé des cos- parleurs de 4 Q, équivaut
laboratoire d'ELEX. Toutes les ses à souder sous leurs grosso m o d o à une impé-
résistances sont soudées di- écrous. Les deux commuta- dance de 2 Q. Il faut donc Figure 4 - Pour faciliter la com-
rectement sur les cosses teurs comportent d e u x cir- s'assurer auparavant que préhension du montage, nous
(broches) des commutateurs. cuits à six positions. l'amplificateur accepte une
Il est inutile de réaliser un cir- impédance de charge aussi avons remplacé S1a et
cuit imprimé, et on peut mê- faible. En règle générale, RI.. .R5 par un potentiomètre;
m e se passer de circuit d'ex- c'est le cas. Sinon, vous ne on voit que le commutateur
périmentation à pastilles (fi- BRANCHEMENT devrez pas tourner à fond fonctionne comme deux com-
gure 6). Nous vous déconseil- S2, au risque de détruire mandes de volume montées
lons d'utiliser, c o m m e nous L'appareil une fois terminé, l'étage de sortie de l'amplifi- tête-bêche: quand l'une aug-
l'avons fait pour notre ma- les cinq raccordements sont cateur. mente l'autre diminue.

Oà voie gsuch*

voie

09

Figure 6 - Inutile de monter le


réglage de balance sur un cir-
cuit imprimé: les résistances
peuvent être soudées directe-
ment sur les commutateurs.
Figure 3 - Bien que le montage soit carré, il ne s'agit pas d'un Cela fera un excellent exercice
pont. de soudage et de câblage.

double réglage de balance • elex nQ1 • avril 88 47


DIS DOtfC . LES CODES ^ B*R«E5 , " - y e N A M Ê M E SU», L A C O U V E R T U R E Ï>'ELE>.
riAÎNTE-f-wvsT. T U SAIS cor-vnenT <j./iHflnc«E r o i ?
Ou't Bi*EN SÛR I"1
M s TOI' , T R A N J S I ? i BAMS LES NASASIMS ILS S'EN 5ERVENT Â~ LA CA^SE ffcJUR ENRfcGfsTREP.
LES MARCHANDISES, SANS TAPER. DE PRIX
MJLLE: M I L L I A R D S D'AMPÈRES
[ E - X A - C T E - METNI .' L * CAÎSSÎÈRE ? R D M £ N e 5UR L'ETïQUETTE
«UJ'ESTCE; QUE TU ME cttftwTEs :
UVE espèce: Î>E cRAyo-vi ouf L Î T LE CODE A BARRES , LIRE " P P

DANS LA PO'IM I E DU CRAYON


SE" "TROUVE U N E LAT~\PE <3>UÏ E-K/VO/E
UKJ z/\yofj Luniueux. SUR LE CODE . L E P A P Î E R . 8LA»VC KB^USCHÏT
t.uH/e«.e, LES TR/OTS NOIRS /.'ABSORBENT, DERRIÈRE LA CE:MT/"LL£_BU
c R . * v o w S E TRouvE A U S S I ' UN CAPTEUR DE LUNÎÈTRE" ET
C'EST L.UI
Si TU VEUX Mfti'S WE M/N7ERRDNPS QUi LiT |P*>S
. . . PAT», L E C Â B L E Q U I R E L Î E LE CRAYON t e s FRAiTS ?.
A LA CAISSE , Le CAPTEUR T R A N S N E T LES if^FOfKH^Tio/^IS
E T LA CAISSE , Lues S U R L' É T I Q U E T T E
Q A J ' E S T C E QU'ELLE fAR.R£TE UK PEU
L E Nofe ET LE 6LANC #
Es/ FAiT ? C
. . . LE HOf« C'EST RÉÉési',
E S O N T DES C-^ÎFFTRES
un M ", £ T L E B L A N C ' TU N E H&TS E N
•POUR E L L E . . .
UN " O " TRAMSES .
JE COMMENCE A ou L'f MVER.SE: .
N'EMMÊLER CE COLLECTEUR, E T L' E M E T Ï E U R \
[ C O M M E N T U l U t CAISSE ? e u 7 - ELLE S A V O I R , À TARTÎR DE TES O ET DE TES A
CE Q.UG j'AC-HÈÎG E T CE Q U E <^A COÛTE" j *
R E P R E N O N S T O U T P « \ R LA-
LE CALCUL, . . &ASE, VEUX-TU^ TRANS"?
. . S / N A I ' R E , T U A S £>rr B / X / A Î R E AS-TU J A M A I S EN TEisI DU PARLER
D E CALCUL 3 / N A I R E ?
/R.A-MSI JVE & A C H E P A S L ' A T M o s P ^ E R t .
^ O R M A L E T - t E N / T VOUS COMPTOM.S AUfeC. VNt. KJUM(ÈR^TTOSJ ûêc/"NA*-E
c'ésT- À -DTRE <aue: wous UT/CYSONS -10 C-HTPC-RES O E O À 9 ) / N-ène POUR.
COMt>TE?R ftU-t>E<_A DE 3
o u ? , O M LES COMSIWE
"•V^R. D E U X , T R o i s , Q U A T R E
L E SySTEn-tc £E A U T A N T <a.u'cvu VEVJ • /
^ U H é ^ A T ' O / ^ £/>UAl"R.E ME C O ^ A S / A T T 3C TT 33
Que: Û E U X c-HirPAEs : o ET -1 . POUR COMPTER. AU-DE<-À. D E -4 f
O/u C O M g / W E LES C ^ / f f R E S 0 E~H EXACTCMEN" COMAf C ÛW COH 8//uE" y
LES e - M / r ^ R e S DE O Â 9 ?6UR C O M P T E R . A U , D E L À DE 9 .

=' cw Peu» ALLE*^.

'CotinE A V E C L A MUMERAT/OAV
LOëc/Af/ÏCE . . .

IL N'y A f¥\S DE
UMiTE , TRAN51

Rési&Transi • elex n°1 • avril 88


la logique sans hic
1ère partie: et - ou - non
Au début, m ê m e lorsqu'on a compris grosso m o d o en qui seront mis en lumière. C'est donc en nous basant
quoi consistait le m o d e de calcul binaire, on n'en saisit sur des circuits concrets que nous progresserons, et
pas encore très bien l'intérêt. Il faut un certain t e m p s non en alignant des théorèmes sur le papier. C'est
et une vue d'ensemble avant d'arriver à apprécier à l'électronique qui nous intéresse, c'est d'elle que nous
quel point le m o d e binaire est efficace. Ne vous impa- partons et c'est vers elle que nous reviendrons sans
tientez donc pas: si vous n'éprouvez pas encore de cesse! Aussi les niveaux logiques, les fameux " 1 " et
sympathie pour le numérique, accrochez-vous malgré " 0 " peuvent-ils à tout m o m e n t être imaginés c o m m e
tout! Ç a viendra bien, et peut-être plus vite que vous des interrupteurs ouverts ("0") ou fermés ("1"). Dites-
ne le pensez. . . vous bien que les difficultés d u début ne durent pas.
C o m m e n ç o n s par définir quelques termes. On parle Dès que l'on a trouvé un moyen de se représenter
de calcul binaire parce que l'on utilise deux chiffres, au clairement les niveaux logiques dans son esprit, toute
lieu de dix dans le calcul décimal, ou seize dans le cal- la logique binaire devient paradoxalement bien plus
cul hexadécimal. Pourquoi deux chiffres seulement? Et concrète et tangible que toutes les nuances de l'élec-
bien pour des raisons pratiques étroitement liées à la tronique analogique: ni courant, ni tension, ni fréquen-
technologie électronique: pour compter de 0 à 9, il ce, ni résistance, ni impédance, seulement des " 1 " et
nous faut dix signes assez différents les uns des au- des " 0 " !
tres pour que nous ne les confondions entre eux. Si
l'on remplaçait ces chiffres par de l'électricité, il nous
faudrait dix "grandeurs" électriques suffisamment dis-
tinctes les unes des autres pour ne pas être confon- La combinaison logique ET (AND)
dues, or ceci est très difficile à réaliser à moindres
frais. Pour concrétiser les chiffres avec d e l'électricité, La figure 1 montre deux interrupteurs qui forment une
on a trouvé un système tout bête qui consiste à comp- combinaison ET. Le principe est simple: la lampe ne
ter jusqu'à 1. C'était ce qu'il y avait de plus facile à fai- s'allume que si l'interrupteur A ET l'interrupteur B sont
re avec de l'électricité: 0 = il n'y en a pas; 1 = il y en a. allumés.

Mais alors c o m m e n t fera-t-on pour compter au-delà de sA Se


1? Et bien de la m ê m e manière que l'on fait pour
compter au-delà de 9 en base décimale! Que fait-on
pour écrire 10 dans le calcul classique? On utilise
deux chiffres: l'un pour indiquer que l'on a compté
une première fois de 0 à 9 (c'est le 0 d u nombre 10,
c'est-à-dire le chiffre des unités) et l'autre pour indiquer
c o m b i e n de fois on a compté de cette façon (le chiffre
des dizaines). Dans le nombre 20, le 2 indique que l'on
a c o m p t é 2 fois d e 0 à 9.
En calcul binaire, c'est la m ê m e chose, à ceci près
que cela paraît plus compliqué pour l'homme qui est
habitué à la base décimale. Quand on a compté une 03619X-Î
fois de 0 à 1, on ne peut pas compter plus loin en ba-
se binaire. On rajoute donc un d e u x i è m e chiffre pour Pour noter ce genre de combinaisons, les électroni-
indiquer que l'on a compté de 0 à 1 et on recommen- ciens font appel à des tables de vérité. Celles-ci sont à
ce. Avec deux chiffres binaires, on peut compter de 0 la logique ce que les tables de multiplication sont à
à 3 (00=0, 01=1, 10=2, 11=3); ensuite on rajoute un l'arithmétique courante. Une table de vérité comporte
chiffre avec lequel on comptera jusqu'à 7 (100=4, toutes les combinaisons possibles entre deux ou plu-
101=5, 110=6, 111=7); chaque chiffre supplémentaire sieurs variables d'entrée, et elle indique le résultat ob-
double le nombre de combinaisons possibles. Pour tenu pour chacune de ces combinaisons.
éviter les confusions, les chiffres binaires sont appelés
des bits; ce mot vient de l'anglais binary digit qui signi- sA sB L4
fie chiffre binaire. Et puisque nous parlons de mots, ouvert ouvert éteinte
fermé ouvert éteinte
profitons-en pour signaler que les adjectifs "numéri- ouvert fermé éteinte
que" et "digital" sont synonymes; le mot "digital" fermé fermé allumée
nous vient à travers l'anglais digit du latin digitus qui
désignait les chiffres 1 . . .9, ceux précisément que l'on Les interrupteurs S A et S B ne connaissent chacun que
comptait sur ses doigts!!! deux états différents: ils sont ouverts ou fermés, de
Et la logique dans tout cela? C'est ce qui vient m ê m e que la lampe ne peut être qu'allumée ou étein-
maintenant. . . te. Ce qui correspond bien à nos deux chiffres binai-
res, le " 0 " et le " 1 " . Nous dirons que l'interrupteur fer-
Une des manipulations que l'on peut effectuer sur les m é est symbolisé par le " 1 " , et que le m ê m e interrup-
nombres binaires, ce sont les combinaisons bit par bit, teur ouvert est symbolisé par le " 0 " . A la lampe allu-
qui donnent lieu à des opérations logiques qui res- m é e correspond aussi le " 1 " , tandis que le " 0 " est à
semblent de loin aux additions ou aux soustractions l'image de la lampe éteinte. Si nous considérons A et
de l'arithmétique décimale, mais en sont très différen-
B c o m m e les deux entrées de notre table de vérité (à
tes en fait. On connaît trois opérations fondamentales:
la place des interrupteurs d u m ê m e n o m , et OUT
• la combinaison ET logique (AND en anglais) c o m m e sa sortie (à la place de la lampe), nous au-
• la combinaison OU logique (OR en anglais) rons:
• la combinaison NON logique, ou négation (NOT en
A B OUT
anglais)
0 0 0
f 0 0
Dans le cadre de ce cours d'initiation, ce sont essen- 0 1 0
tiellement les aspects pratiques de la logique binaire 1 1 1

la logique sans hic • elex n°1 • avril 88 53


Vous vous demandez sans doute à quoi peut bien Les operateurs logiques sont normalises et peuvent
nous mener ce petit jeu. En quoi cela peut-il débou- être littéralement emboîtés les uns derrière les autres:
cher à des calculs dans un ordinateur? la sortie d'un opérateur peut attaquer directement l'en-
Et bien si vous remplissez un bulletin d'abonnement à trée d'un ou plusieurs autres opérateurs. Sur la fi-
elex en y mettant vos coordonnées, ET si vous payez gure 4 par exemple, un premier opérateur c o m b i n e
le montant correspondant au prix de l'abonnement, deux conditions d'entrée avant d'en appliquer le résul-
l'ordinateur qui gère les fichiers d'abonnés vous enre- tat à un deuxième opérateur qui le c o m b i n e à son tour
gistrera dans ses fichiers. Autrement dit, il faut que les avecune troisième condition d'entrée. Si nous repre-
deux conditions d'entrée soient réunies pour qu'une nons notre exemple de l'abonnement, les trois con-
opération ait lieu. L'interrupteur S A est fermé si vos ditions dont dépendent l'envoi d'un magazine pour-
coordonnées figurent sur le bulletin d'abonnement; raient être les coordonnées du destinataire, le paie-
l'interrupteur S B est fermé si l'abonnement a été payé; ment du montant requis et la parution d'un nouveau
or nous avons vu que si les deux interrupteurs sont numéro: la sortie du deuxième opérateur ne présente-
fermés, la lampe s'allume: l'abonnement sera servi. ra de niveau " 1 " que lorsque l'entrée A ET et l'entrée B
On peutdans ce cas remplacer le " 1 " par le concept ET l'entrée C seront elles-mêmes à ce niveau.
"vrai", et le " 0 " par le concept "faux". Et l'on obtient
alors la table de vérité suivante: I "V
a l

coordonnées abonnement abonnement


co—
[±J 1
• V• O OUT

communiquées payé servi


83619X-4
faux faux faux
vrai faux faux
faux vrai faux A B C OUT
vrai vrai vrai coordonnées abonnement numéro abonnement servi
communiquées payé paru magazine expédié
Le p r o g r a m m e qui tourne dans l'ordinateur gérant les faux faux faux faux
abonnements de ce magazine est très complexe, faux faux vrai faux
faux vrai faux faux
mais il est certain qu'à un endroit donné, on y retrouve faux vrai vrai faux
une combinaison logique de type ET, exactement vrai faux faux faux
c o m m e nous l'avons établie ci-dessus! vrai faux vrai faux
vrai vrai faux faux
En électronique, les opérateurs logiques, aussi appelés vrai vrai vrai vrai
portes, sont représentés par des symboles très sché-
matiques, un peu difficiles à distinguer les uns des au-
tres au début. Les lignes d'alimentation de ces opéra- Il existe aussi des opérateurs à trois entrées (et plus)
teurs ne sont pas représentées, afin de simplifier la que l'on pourra utiliser au lieu de combiner plusieurs
lecture des schémas. opérateurs à deux entrées.
Le symbole de l'opérateur ET est le suivant:

HE^
Les opérateurs des familles logiques les plus utilisées,
à savoir HC-TTL (il n'y a encore pas si longtemps TTL La combinaison logique OU (OR)
et TTL-LS) fonctionnent avec une tension d'alimentation
de 5 V. C'est aussi (en gros) le niveau de tension d u C o m m e nous avons illustré le principe de la combinai-
" 1 " logique, tandis qu'une tension de 0 V correspond son logique ET à l'aide de deux interrupteurs, nous al-
à un " 0 " logique. Une entrée laissée en l'air —ce qu'il lons les réutiliser pour montrer c o m m e n t fonctionne
ne faut jamais faire— est en principe équivalente d'un l'opération logique OU. Pour que la lampe s'allume, il
niveau logique " 1 " . Si nous établissons une table de suffit que l'interrupteur S A OU l'interrupteur S B soit fer-
vérité de combinaisons ET de tensions, nous aurons: mé.
entrées sortie sA
A B OUT
0 V 0 V 0 V
5 V 0 V 0 V
SB
0 V 5 V 0 V
5 V 5 V 5 V

D'où l'on peut retenir définitivement que le niveau logi-


que de la sortie d'un opérateur ET est à " 1 " unique- T
t ' c
ment lorsque l'entrée A ET l'entrée B sont elles-mêmes
au niveau logique " 1 " . JL
'
} 83619X-6

s. sB LA
ouvert ouvert éteinte
fermé ouvert allumée
ouvert fermé allumée
fermé fermé allumée

L'opérateur logique OU symbolisé sur la figure 7 aura


une tension de sortie de 5 V si l'une OU l'autre de ses
Une démonstration pratique de cette combinaison entrées A et B est elle-même à 5 V.
nous est donnée par le circuit d e la figure 3. Une sour-
ce de tension et deux inverseurs sont mis en oeuvre
pour appliquer tour à tour les niveaux logiques " 0 " et
" 1 " aux entrées d'un opérateur logique ET dont la sor-
tie c o m m a n d e une diode électro-luminescente.
E>
54 la logique sans hic • elex n°1 • avril 88
entrées sortie L'opérateur ET supplémentaire reconnaît le double
A B OUT
paiement et le signale en plaçant un " 1 " sur la sortie
0 V 0 V 0 V
5 V 0 V 5 V
OUT2 lorsque le double paiement se produit. Ilappar-
0 V 5 V 5 V tient à la logique placée en aval déxploiter ensuite cet-
5 V 5 V 5 V te information.

Pour en revenir à notre "application" de gestion


d'abonnement, on pourraitrajouter une information
supplémentaire en disant que le paiement du montant La combinaison logique NOM jjjjjjj
requis pourra être effectué au choix par chèque ban-
caire OU par virement postal. La table de vérité corres- En fait de combinaison, il s'agit plutôt d'une simple in-
pondante devient: version du niveau logique: le " 1 " devient " 0 " et le " 0 "
devient " 1 " . Une sortie inversée est surmontée d'une
barre de négation. Le petit cercle placé sur la sortie d u
A B OUT
chèque chèque abonnement symbole indique que la sortie est inverseuse. On trou-
bancaire postal paye ve aussi ce cercle à l'entrée de certains symboles.
faux faux faux
vrai faux vrai
faux vrai vrai
vrai vrai vrai 40 1 ^>° O*
Que les deux conditions soient réunies c o m m e c'est le
cas dans la dernière ligne de la table de vérité, cela in-
dique peut-être qu'il y a de l'eau dans le gaz, ou enco-
entrée sortie
re que des lecteurs enthousiastes paient leur abonne- A Â
ment deux fois. . . en tous cas, cela ne nous empê- 1 0
chera pas de continuer de lire elex. 0 1

Nous pouvons maintenant mélanger nos combinai- Dans notre exemple de gestion des abonnements, l'in-
sons: si le chèque bancaire OU le virement postal ont verseur va nous servir à bloquer l'abonnement lorsque
été reçus, l'abonnement est payé. En appliquant la la banque refuse d'honorer le chèque (à découvert).
sortie de l'opérateur OU de la figure 7 à l'entrée du Le nouvel élément c o m p o s é d'un inverseur et d'un
premier opérateur ET de la figure 4, nous obtenons un opérateur ET introduit dans le circuit de la figure 11 la
circuit à quatre entrées (figure 8). Le nombre de com- fonction ". . . ET le chèque N'est PAS couvert"!
binaisons possibles est maintenant de 16, que l'on re-
trouve énumérées systématiquement dans la table de
vérité suivante; un magazine est expédié dans trois AO-
BO-
cas, car la sortie est à " 1 " pour trois combinaisons
d'entrée:

^r^iE)-^_E>
OUT 2
-O
n° A B C D s
1 0 0 0 0 0
2 0 0 0 1 0
3 0 0 1 0 0
4 0 0 1 1 0
5 0 1 0 0 0
6 0 1 0 1 0
L'entrée E reçoit un niveau " 1 " (5 V) quand la banque
7 0 1 1 0 0 signale que le chèque n'est pas couvert. En sortie de
8 0 1 1 1 0 l'inverseur se trouve alors un " 0 " ; la sortie de l'opéra-
9 1 0 0 0 0
10 1 0 0 1 0
teur ET suivant est donc " 0 " , quel que soit le niveau
11 1 0 1 0 0 de l'entrée C. Si entre-temps le lecteur envoie son
12 1 0 1 1 1 paiement par virement postal (entrée B à "1"), l'abon-
13 1 1 0 0 0 nement sera servi malgré le refus de la banque d'ho-
14 1 1 0 1 1
15 1 1 1 0 0
norer le chèque. La table de vérité de ce circuit s'est
16 1 1 1 1 1 allongée, puisqu'elle ne compte pas moins de
32 lignes. Pourquoi 32? Et bien c'est tout simplement
N parce que chaque élément nouveau, chaque entrée
f 8
h supplémentaire, chaque condition rajoutée multiplie
v >-J par deux le nombre des combinaisons (théoriques)
p
_J / existant jusqu'alors: pour chacune des combinaisons
l& V-——O OUT

83619X8
connues, la nouvelle entrée peut présenter un " 1 " ou
un " 0 " , d'où la multiplication par deux d u n o m b r e de
combinaisons. . .

C o m m e nous s o m m e s des gens honnêtes et sérieux,


nous considérons que le double paiement de l'abon- nombre nombre des
nement est vraisemblablement le résultat d'une erreur d'entrées combinaisons
et nous excluons donc ce cas de figure de nos combi- 0 1
1 2
naisons; c'est pourquoi nous rajoutons un opérateur 2 4
c o m m e on le voit sur la figure 9: 3 8
4 16
5 32

Les nombres de la colonne de droite ne sont pas des


inconnus, n'est-ce pas?

Dès la prochaine séance nous c o m m e n c e r o n s à mon-


ter des applications pratiques de circuits logiques et
nous vous proposerons un circuit d'expérimentation
vraiment e/extraordinaire.

la logique sans hic • elex n°1 • avril 88 55


lafonnier
Liste des composants
que
R1 = 2,2 kS
R2 = 150 kQ
C1 = 1 00 //F/1 6 V
électro-chimique
* » • * > • •
T1 = BC557
D1 = 1N4148
Re = relais 12 V/280 Q
1 contact repos

Divers:
Les minuteries de cage
1 platine Elex format 1 d'escalier ont fait la preuve
D2 = diode au silicium
3A de leur efficacité depuis
4 picots
belle lurette. Pourquoi
n'adopterait-on pas le même
principe pour l'éclairage
intérieur des voitures?
• .• :
MMMM

wmm*
• • »

Ml

Sur la plupart des voitures matique à l'ouverture de la


automobiles, on trouve un in-
terrupteur actionné par l'ou-
verture de la portière pour
porte et l'éclairage constant.
L ' automatisation q u e nous
vous proposons de réaliser
'pus^r^y | I jjj
l'allumage du plafonnier lors va consister à connecter un
de l'embarquement. Et puis? relais en parallèle sur S2.
La nuit, une fois la portière Le transistor PNP T1 laisse
refermée, il faut tout de mê- passer un courant de collec-
m e tâtonner dans te noir teur q u a n d sa tension de ba- Figure 1 - Circuit d'automatisation du plafonnier. Il suffit de réali-
pour trouver le contact, pê- se descend de 0,7 V en des- ser la partie gauche du schéma; la partie droite existe déjà sur le
cher la ceinture de sécurité, sous de la tension d'alimen- véhicule.
etc. Pour que l'éclairage res- tation. Au repos, quand la
te allumé 10 à 15 secondes porte est fermée, le transistor
après la fermeture des por- est bloqué, car il ne circule
tes, il suffit d'un transistor et pas de courant de base. Dès
d'une poignée de compo- que l'on ferme l'interrupteur
sants (et bien sûr un peu de S1 par l'ouverture de la por-
savoir faire en la matière). te, le courant de base circule
Pourquoi se priver de cet élé- à travers la résistance RI, et
ment de confort aussi utile le courant de collecteur du
qu'agréable, et parfaitement transistor T1 excite le relais.
inoffensif en ce qui concerne L'éclairage fonctionne.
la sécurité?
Après l'embarquement,
quand la portière est refer-
mée, S1 est à nouveau ou-
LE SCHÉMA vert, et le transistor, privé de
son courant de base, devrait
La partie droite d u s c h é m a à nouveau se bloquer. Mais
montre le circuit d'origine de le condensateur C1, encore
la connexion du plafonnier déchargé, s'y oppose. Il se
charge lentement à travers la 83621X-2
tel qu'il existe sur le véhicule.
L'interrupteur S1 est fermé à résistance R2 et surtout à tra-
l'ouverture de la portière. vers la diode base-émetteur.
L'interrupteur S2, incorporé Ce courant de base main- Figure 2 • Si l'on prend la précaution de rajouter la diode D2, le
au plafonnier, permet de tient le transistor à l'état con- circuit d'automatisation du plafonnier fonctionne quelle que soit
choisir entre l'éclairage auto- ducteur. Après 10 à la position de S2.

56 commande automatique de plafonnier • elex n°1 • avril 88


15 secondes, quand le con-
densateur est chargé, le
courant de base disparaît. Le
transistor se bloque, le relais
décolle et la lampe s'éteint. REALISATION
La diode de protection D1
e m p ê c h e que, lors de la L'assemblage de ce petit des composants. Lors d u
coupure du courant, l'éner- montage qui ne comporte choix du relais il ne faut pas
gie accumulée dans la bobi- que six composants ne négliger un détail: les
ne du relais n'envoie un pic devrait pas poser de contacts doivent supporter le
de tension négative qui dé- problèmes. C o m m e le courant des lampes qui se
truirait une partie du monta- montre le plan d'implanta- situe entre 1,5 et 2 A.
ge. tion, l'ensemble des compo- C o m m e les broches de
L'interrupteur S2 doit être sants et les ponts de câblage connexion des relais ont
dans la position neutre, si- tiennent sur un morceau de pour la plupart une section
non le relais est sans effet 5 c m environ d'une platine de 1,3 m m mais que les
(RI conduit alors le courant à Elex (format 1). La platine trous d u circuit imprimé
montée sera fixée avec des n'ont que 1 m m de diamètre, Figure 3 - La moitié d'une
travers S2 et les contacts du
vis M3 à un endroit appro- il faudra les élargir. On peut petite platine ELEX suffit pour
relais). Si l'interrupteur S2
n'est pas pourvu d'un point prié dans la voiture. Pour le le faire avec une perceuse et caser les composants du
neutre, il faudra couper le prototype nous avons une m è c h e de 1,3 à 1,5 m m , circuit d'automatisation du
conducteur marqué du signe employé un relais Siemens mais un poinçon ou une plafonnier, relais compris!
x (sur la figure 1). Il est toute- V23027 pour circuit imprimé. alêne peuvent aussi faire
fois plus élégant de placer à A sa place on peut employer l'affaire. Pour la mise au
cet endroit une diode com- n'importe quel relais de 12 V point, on corrigera la valeur
m e indiqué sur la figure 2. Le dont la résistance avoisine de la résistance R2 si le
montage fonctionne alors in- les 300 Q. Au pire, on devra temps d'allumage est trop
d é p e n d a m m e n t de S2. revoir un peu l'implantation long ou trop court.

Illlllllllllll! IHHIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIlilllllllllllil

Une lecture superficielle potentiel sur la borne du


de l'article décrivant la relais reliée à la borne décharge d'un condensa- cette ligne devait être
c o m m a n d e de plafonnier négative de la batterie de teur, quoi de plus Panai! interrompue? Avez-vous
pour auto peut laisser la voiture ne sera jamais Le débutant, soucieux compris pourquoi la
croire que ce montage ne plus positif que celui de d'élargir son horizon élec- présence de D2 avait le
contient pas grand chose la borne reliée normale- tronique, n'a guère envie m ê m e effet qu'une inter-
d'intéressant. C'est faux, ment au pôle positif de la d e s'intéresser à ce genre ruption? Le problème qui
car c o m m e la plupart des batterie (par l'intermé- de futilités. Pourtant, on se pose ici est classique
circuits m ê m e les plus diaire du transistor T1), retrouve des condensa- et tout électronicien
simples, il est le fruit abstraction faite du seuil teurs qui se chargent et concepteur de circuits
d'une réflexion ingé- de conduction de la se déchargent jusque (quels qu'ils soient) y est
nieuse et cache l'une ou diode elle-même. Autre- dans les circuits les plus confronté fréquemment :
l'autre astuce utilisable ment dit, si une inversion compliqués, qu'il s'agisse les conditions qui font
dans bien d'autres de polarité s'amorçait aux de filtres, de lignes à Pasculer un circuit dans
circonstances. bornes de cette diode, la retard, de mémoires ou un état donné ne doivent
Ici, pour c o m m e n c e r par différence de potentiel ne de dispositifs de remise à pas l'y verrouiller indéfini-
le détail le plus anodin, il dépassera pas 0,6 V zéro. . . ment. Dans le cas qui
y a D1, la diode de environ. En se mettant à Nous voudrions égale- nous occupe, il importe
protection contre la conduire, la diode court- ment attirer votre attention que le courant de base
tension négative qui circuite la bobine, et le sur le problème de l'inter- de T1 ne puisse pas
apparaît aux bornes de la potentiel dangereux ruption de la liaison circuler à travers S2 et à
bobine d'excitation du s'effondre aussitôt. marquée d'une croix, et travers le contact d u relais
relais au m o m e n t de la Le deuxième détail à l'implantation éventuelle quand celui-ci est excité.
coupure de la tension. souligner est la fonction de D2. Avez-vous cherché Pigé?
Grâce à cette diode, le de C1. La charge et la à comprendre pourquoi

commande automatique de plafonnier • elex n°1 • avril 88 57


PILE V?COUVf?BNT
A PLAT OU PAS? LéLecTRoNiQue
comment savir

On jette souvent des piles ou l'ampèremètre doit dévier


des batteries bien avant jusqu'à 0,5 A au moins. La
qu'elles ne soient tout à fait charge est vraiment considé-
déchargées. C'est rable quand l'intensité du
d o m m a g e , non? courant atteint 5 A avec les
piles R24, 3 A avec les piles
Si cela arrive, c'est parce R14 3 A et 1,5 A avec les
que la tension de la pile piles R6. Ne prolongez pas
baisse au fur et à mesure de cette mesure, car vous
l'usure. Ainsi une pile à auriez tôt fait de décharger
moitié déchargée ne votre pile!
présente-t-elle plus en
charge q u ' u n e tension égale
à 60 ou 7 0 % de la tension
nominale imprimée sur la
pile. Certains appareils refu-
sent alors d e fonctionner, et
les piles sont considérées un
peu hâtivement c o m m e
vides. . .
Pour nous autres électroni-
ciens, de telles piles peuvent
rendre encore bien bien des
services au cours de nos
expérimentations. Comment
faire pour distinguer une pile
vraiment déchargée d'une
ëoHBc Aux
autre pile dont la charge est
encore à moitié intacte? La
mesure de la tension à vide
n'est pas concluante : le volt-
mètre indique parfois 1 V
pour des cellules pourtant VB L'ELecrRON/GUB' *
entièrement déchargées. Il
vaut mieux passer en fonc- LA SEULE BD D'INITIATION A L'ELECTRONIQUE!
tion ampèremètre et mettre Nouvelle édition disponible à partir de MAI chez les libraires ou chez
le commutateur du multi- PUBLITRONIC BP 55- 59930 LA CHAPELLE D'ARMENTIERES
mètre sur le calibre 2 A ou PRIX: 80 F (+ PORT)
5 A. En court-circuitant briè-
vement la pile, l'aiguille de

58 elex n°1 • avril 88


ALIMENTATIONS
VARIABLES FIXES VARIABLES

AL 784 13,8 V 3 A
375 TTC

A L 781 N 0-30 V 0-5 A A L 745 AX 1-15 V 0-3 A


1 900 TTC 675 TTC

A L 786 5 V 3 A
375 TTC

AL 823 2 x 0-30 V 0-60 V A L 785 13.8 V 5 A A L 812 1-30 V 0-2 A


2x 0-5 A o u 0-5 A 475 TTC 750 TTC
3 200 TTC

AL 813 13,8 V 10 A A L 821 24 V 5 A


750 TTC 750 TTC

MULTITENSIONS

AL 841 3 - 4 . 5 - 6 - 7 . 5 - 9 - 12 V 1- 3 Ï PHOV 1A A L 843 6-12 V 10 A = et nj


A L
200 TTC '"* ± 12 à 15V 1A 24 A 5 A = et nj
900 TTC 1 550 TTC

CONVERTISSEUR

elc^Mz? 59,avenue des Romains 74000 A N N E C Y


Tel 50 57 30 46 Télex 309 463 F

CV 851 Entrée 12 V =
2 300 TTC Sortie 220 V ~ 220 VA
Documentation complète contre 5 timbres à 2 F20 en précisant "SERVICE I03~
En vente chez v o t r e fournisseur de composants électroniques ou les spécialistes en appareils de mesure.

elex n°1 • avril 88 59


LA NOTORIETE DE FLUKE
NE SE MESURE PLUS...
MÂisMÉsy^HSi Fluke 77
Fluke 73 Fluke 75
- Affichage — Affichage — 3 200 points de
analogique/ analogique/ mesure.
numérique. numérique. — Changement de
- Volts, ohms 10 A, — Volts, ohms, 10 A, gamme
essai de diode. mA, essai de automatique.
- Sélection diode. — Affichage
automatique de — Continuité analogique
gamme. indiquée par (bargraph).
- Précision signal sonore. — Gamme 10 A.
nominaie des — Sélection — Mode maintien
tensions automatique de de la mesure
continue : 0,7% gamme. «Touch Hold».
- Durée de vie de — Précision — Mode veille
la pile : plus de nominale des mettant en
2 000 heures. tensions sommeil
- Garantie 3 ans. continue : 0,5%. l'appareil après
— Durée de vie de une heure de

839F
la pile : plus de non-utilisation.
2 000 heures. — Une bonnette
TTC — Garantie 3 ans. pour mesure de
continuité.

1078F TTC
— 3 ans de garantie.

1499FTTC

RIE MM de chez
MM 350
• Affichage digital 2 000
MM 970 points 3 1 2 digits.

O urmfu|
— Affichage digital 2 000 • Indications des polarités.
points, 3 1/2 digits. • Test batterie.
— Commutation automatique 5 indicateurs digitaux de
des calibres. dépassement.
— Mise en mémoire des Courant CC/CA 10 A.
valeurs mesurées. POWSR V/CC de 2 V à 1 000 V (4
:Sjgm •*m échelles).
— Indication des polarités. ::-H j V/CA de 200 à 750 V (2
— Test diode.
— Test batterie. échelles).
fi 0
DCV ACV j
— Test sonore par buzzer. Résistances de 2 kQ à
— Mesure de gain des 2» jàm 2 Mfi (4 échelles).
transistors (PNP/NPN).
#•*#• Dimensions 150 x 74 x
— 3 indicateurs digitaux de 35 mm.
dépassements. -Bi Poids 240 g.
— Courant CC/CA 10 A. Garantie 1 an.
-»•
249F
— V/CC de 200 mV à 1 000 V •*20 '
(5 échelles).
— V/CA de 2 V à 750 V (4 vm *^BH *2O0 i TTC
échelles). OC A 2Wm* m\
— Résistances de 200 FT55 U 2O0S
X 2 Oui)
MULTIMETRES
à 20 Mfi (6 échelles). COM 4 V-D-mA VENTE PAR CORRESPONDANCE :
— Dimensions 150 x 75 X
34 mm.
— Poids 230 g.
mm Forfait de port : 30 F par envoi.

— Garantie 1 an. - COM |


F 0T MM 070 ÂUTORAftjfSE
:
M M 3 5 0 AUT0RAN6E

369 TTC

VIENT DE
*ACER composants REUILLY c o m p o s a n t s
PARAITRE :
42, rue de Chabrol, 79, boulevard Diderot,
GUIDE DE MESURE
75010 PARIS, s 47.70.28.31 75012 PARIS. ® 43.72.70.17
Télex 643 608 Tous sur les appareils de mesure. 20 F
Télex 643 608
(remboursé dès la 1 " commande de 250 F).

60 elex n°1 • avril 88


3 - 160 x 100 mm
2 - 8 0 x 100 mm

FORMAT
platines expérimentales ELEX

Titres
1-40
ôg
0> 3 O. o

x 100 mm
- " 3
- c» 3

a
n eu
° C3D
3
CD Q)
W _

Q . en'
. 3 v>
eu o .
3 eu
%™ (38 F + 7 F)
m
(23 F + 5 F)
(60 F + 10 F)

(p.u. + port)
•a
5 5'
S
O
O
r-f CU

E CD
II
e» Q
> ™

1-2 n H I I I ^
Iiji a. 5
CD 3
O
. ç.a
c
CD

n 120 « H B C h
prix*

- J -f» N)
prix

O CJl CO
total net à payer:

en
Tl Tl Tl
m 1,2 k ^ H E E C ^
S 3
Cft CD'
- ^ CD
i" I 12 ^ H D = 3 -
•D
•o 120 kn H 0 Z O -
forfait port

3
quant.

UM^HBIIIH
quant.

CD> C
C0
1,5 n
S.? 15 Î2

CD +
39 150 fi
S I
O 1,5 k n 4,7 kn H K I H
total

ro
—, CD
CJl
Tl N
15 k n
CL f )
CD Q)
Tl
47 kfi «—QlIIM
150 kfi 470 ko. .—Q0] 1^-H
1,5 Mfi 4,7 Mî2 I—QflT^-H

5-6 « H D E Q -
-a eu i—
o N) CD eu
-i
o> eu
c c
O O
35 eu ï}
o
-> — eu 560 n •—{[TT^V-
(métropolitaine)

o-
CD- 5. CD i— o
J > CD 3
=>"! 5,6 kn H D H } -
190 FF

France

œ3
< ?»
= §i
_ 3 <»
56 k î ] ^ [ n H
il 3 (t J
— S> en
560 ko H t t X > ^
3, o
3
» o 3

S- ~ 5,6 MO H W E H
CD>
b. c eu
o eu
="•0 2 :
m 2,2 « H D Z I H 6,8 n
o Q) 0

S'aeu eu
O 22 « H E C H 68 O
a.
CD =r «
CD 5 o 220 n HEΠ680 n
o
(et O.M.)
étranger

CD d

09 6,8 kn H E C H
270 FF

CD ™ 5'S
Ol N>3
2,2 kfi HEŒ
il i
10 CJl 12.
NI
vl
°0Dmg
n
eu
-n »•
Tl"
o
O 22 k n H D Z l h 68 kn
•a = " SE.» 680 ko
CD"D C
bUirn» 1s 220 ka —fEl3"^
6,8 Mn
i—
m
CD
3
2,2 Mfi H D X ^ H
m
CD 3
C <
3 S>
CT n
tu 3 -
2,7 n H D l > 8,2 fi
S
= eu
tu 3 nCD
ea Q .
27 ^ H U O - 82 n H H H
Suisse
85 FS

CD en T3 CD ^J.
' Q.
*

CD ' S »
o CD
3 6 -
m 270 ^ H L E O " 820 il H H D —
IÏ I CT 3 -»
2,7 kÇï H U E
3
CD
<
o O
eu
c
S-
8,2 kfi H H H H
T3
T3
co " 5' 27 kfi H I H 82 k f i
o 9-H-
m 270 kfi H O ~ 820 k f i
3
0 3"
2,7M0HHTH 8,2 Mfi H H H I H
par avion

• eu
370 FF

m_Q
3 C
_» Œ

00°.
' en


xS,