Vous êtes sur la page 1sur 2

Rencontre avec Eva LEONARD

J’ai croisé la route d’Eva il y a deux mois, au hasard de mes premières navigations sur
une plate-forme musicale concurrente où je venais de m’inscrire. J’ai immédiatement été
séduit par ses chansons : de jolis textes, un vocabulaire coloré, une très jolie voix, un
rythme musical en harmonie qui porte le texte sans le masquer.

Eva est une jeune fille attachante, assez discrète,


qui a un univers musical bien à elle. Je vous
propose de mieux la connaître au travers de
l’interview qu’elle m’a accordée.

Eva, d’où vient ta passion pour la musique ?


Je ne saurais dire depuis quand, ni comment, ni
pourquoi. Comme si c’était une évidence... c’est
comme si tu me demandais si j’aime l’air que je
respire. Avons-nous pour autant une passion pour
l’oxygène ? Mon premier cri fut ma première note;
ensuite j’ai eu la chance d’avoir un entourage qui vit avec la musique au quotidien.
Comme je le dis dans ma bio, mon père, ma mère et mon frère sont musiciens; sans
oublier les oncles, les tantes … même mon grand-père joue de l’harmonica (rire).

Tu as plusieurs cordes à ton arc : cours de piano, de danse et de théâtre. Une artiste
complète en quelque sorte ? Je souhaite passer un DE (Diplôme d'Etat) pour devenir prof
de danse et de piano... Je n’ai pas d’autre choix que d’apprendre encore et encore.
J’aime çà, ce n’est pas une contrainte pour moi. Pour le théâtre, je suis déterminée à
prendre des cours pour bousculer ma timidité mais je n’ai pas encore franchi le pas.

Tes premiers tours de chants, ce sont des concerts


caritatifs organisés par ton père, puis la Star’Ac en
2007. Aujourd’hui, tu chantes dans des soirées de gala
et fais de la figuration pour le cinéma et la télé. Quel
regard portes-tu sur ces expériences ? Ce sont de
belles et riches expériences !!! Que ce soit avec mon
père, la Star’Ac7 ou les scènes que je fais aujourd’hui,
tout cela me procure énormément de plaisir et me fait
vivre de belles rencontres. Ce fut un grand bonheur de
partager des moments et surtout la scène avec
Christophe Willem, Amel Bent, Lorie, Koxie, Frédéric
François, Christophe Maé, Florent Pagny, Shy’m...
j’espère en vivre encore plein d’autres. Je continue à
faire des galas de danse, des séances photo, des
défilés et des figurations. Je reconnais ma chance !!!

Interview Eva Léonard -1- Mag Belgodisc n°3, 2 mai 2011


J’aime quand tu te décris comme une saltimbanque, qui
compose avec 4 amis qui partagent leurs rêves. On sent
que tes chansons sont aussi nourries par ton vécu et
rythmées par la notion du temps, du passé et de l’avenir.
Peux-tu nous en dire plus sur ton univers musical ? Que
veux-tu traduire et partager dans tes chansons ?
Mon univers musical est en construction, en perpétuelle
évolution. Je pense pouvoir te donner une réponse
correcte dans 20 ou 30 ans... (hi hi hi). Au risque d’être
banale, j’aime toutes sortes de musiques. Pour ce qui est
de mes chansons, il n’y a pas de message particulier : je
raconte des histoires et suis heureuse lorsque ceux qui
les écoutent se laissent embarquer ou mieux encore s’y
reconnaissent. L’important, c’est le partage...

Des rythmes très différents au travers de tes premières compositions. Tu n’aimes pas
être cataloguée ni cantonnée dans un seul style. C’est important pour toi ?
J’en ai beaucoup souffert lors de la Star’Ac, je ne sais toujours pas pourquoi ils ont
voulu me coller à tout prix cette étiquette de chanteuse RnB. Depuis lors, je veille à ne
pas me retrouver enfermée dans une case de peur de ne plus jamais en sortir.

Tu craignais que produire un premier album sur


une plate-forme participative ne soit qu’une
illusion. Maintenant que tu as rejoint Belgodisc,
où tu connais une très belle progression, quel est
ton état d’esprit ? Beaucoup plus sereine... J’en
profite pour remercier tous les producteurs qui
me font confiance. Grâce à tous, j’espère faire
partie des premiers artistes produits...
Avant, sur une autre plate-forme, j’étais perdue
parmi plus de 4 000 artistes; il était vraiment
difficile de se faire entendre... La belle idée de
Belgodisc, c’est la sélection à l’entrée; et puis on
y trouve beaucoup de chaleur humaine. Longue
vie à Belgodisc !!!

Un mot de conclusion ? Je n’aime pas les fins …

Merci Eva !

Propos recueillis par Patrick Françoisse, avec la complicité d’Eva Léonard. © Avril 2011

Retrouvez Eva sur internet : http://www.evaleonard.fr/

Interview Eva Léonard -2- Mag Belgodisc n°3, 2 mai 2011