Vous êtes sur la page 1sur 78

D2

COMPAGNIE IVOIRIENNE D’ELECTRICITE

FACILITE ACP/UE POUR L’ENERGIE

Renforcement et extension du réseau électrique


de distribution dans 107 localités en milieu
rural en Côte d’Ivoire

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES


APPEL D’OFFRES OUVERT LOCAL
VOLUMES 3 et 4
CIE – DEMO 015/01/FED

Janvier 2011

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 1


D2

VOLUME 3
SPECIFICATIONS TECHNIQUES POUR
L’EXECUTION DES TRAVAUX ET LA
FOURNITURE DU MATERIEL DE RESEAU

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 2


D2
TABLE DES MATIERES

A – OUVRAGES EN MOYENNE TENSION--------------------------------------------------------7


A 1 – OUVRAGES SUR LIGNE HTA AERIENNE------------------------------------------------7
A 1.1 - ETENDUE DES TRAVAUX--------------------------------------------------------------------7
A 1.2 - FOUILLES -----------------------------------------------------------------------------------------9
A 1.3 - MASSIFS DE FONDATION....................................................................................12
A 1.4 – SUPPORTS BETON ARME....................................................................................15
A 1.5 - FERRURES METALLIQUES POUR ARMEMENTS...........................................18
A 1.6 - ASSEMBLAGE ET MONTAGE DES CHAINES COMPLETES D’ISOLATEURS
SUSPENDUS.........................................................................................................................19
A 1.7 - DEROULAGE DES CONDUCTEURS....................................................................20
A 1.8 - MANCHONS DE RACCORDEMENT ET DE REPARATION.............................25
A 1.9 - BRETELLES.............................................................................................................26
A 1.10 - SECTIONNEMENT DE LIGNE IACM.................................................................26
A 1.11 - NUMEROTATION DES SUPPORTS....................................................................27
A 1.12 - ESSAIS ...................................................................................................................27
A 1.13 - INSPECTION FINALE DE LA LIGNE ..............................................................28
A 2 - PLANS ET DOCUMENTS A FOURNIR PAR L'ENTREPRISE-----------------------28
A 2.1 – Avant les travaux......................................................................................................28
A 2.2 – Pendant les travaux...................................................................................................28
A 2.3 - A la fin des travaux....................................................................................................28
A 3 - MISE EN SERVICE DE LA LIGNE AERIENNE OU DU CABLE SOUTERRAIN
29
A 4 - METRE-----------------------------------------------------------------------------------------------29
B – OUVRAGES DE POSTE DE TRANSFORMATION-----------------------------------------------30
B 1 – POSTE DE TRANSFORMATION SUR POTEAU (H61)-------------------------------30
B 1.1 - ETENDUE DES TRAVAUX....................................................................................30
B 1.2 - Parafoudres................................................................................................................30
B 1.3 –Transformateur de puissance triphasé........................................................................30
B 1.4 - Coffret BT haut de poteau..........................................................................................31

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 3


D2
B 1.5 - Liaison transformateur - coffret BT...........................................................................31
B 1.6 - Précautions à prendre par l'Entreprise lors du raccordement.....................................31
B 1.7 - Outillage.....................................................................................................................31
B 1.8 - Accessoires................................................................................................................31
B 1.9 – Mises à la terre..........................................................................................................31
C – OUVRAGES EN BASSE TENSION ET ECLAIRAGE PUBLIC--------------------------------32
C 1 - STRUCTURE DES RESEAUX BT/EP ------------------------------------------------------32
C 2 - ETENDUE DES TRAVAUX---------------------------------------------------------------------33
C 3 - SUPPORTS DE LIGNE BT --------------------------------------------------------------------34
C 3.1 - des supports béton......................................................................................................34
C 4 - TRAVAUX PREALABLES ---------------------------------------------------------------------34
C 4.1 – Débroussaillage et Elagage.......................................................................................34
C 5 - ALIGNEMENT ET IMPLANTATION DES SUPPORTS---------------------------------34
C 5.1 – Fouilles et Massifs de Fondation...............................................................................34
C 5.2 – Remarques générales sur les fouilles........................................................................35
C 6 - TRANSPORT ET MANUTENTION DES SUPPORTS----------------------------------35
C 6.1 – Supports béton...........................................................................................................35
C 6.2 – Levage des supports..................................................................................................35
C 7 - MONTAGE DES ACCESSOIRES DE CABLES TORSADES------------------------35
C 7.1 - Pince de suspension ..................................................................................................35
C 7.2 - L'ancrage ...................................................................................................................35
C 8 - DEROULAGE DU CABLE TORSADE------------------------------------------------------36
C 8 1 – Spécifications techniques du câble............................................................................36
C 8.2 – Etendue des travaux..................................................................................................36
C 8. 3 – Tirage des câbles......................................................................................................37
C 8. 4 – Réglage de câble torsadé..........................................................................................37
C 8. 5 – Mise sur pinces.........................................................................................................37
C 9 - ECLAIRAGE PUBLIC ---------------------------------------------------------------------------38
C 9. 1 – Mise en place des foyers lumineux..........................................................................38
C 9. 2 – Coffret d'Eclairage Public........................................................................................39
C 10 - MISES A LA TERRE ---------------------------------------------------------------------------39
C 10.1 - Emplacement ...........................................................................................................39

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 4


D2
C 11 - TRAVAUX ANNEXES -------------------------------------------------------------------------40
C 11. 1 – Numérotation des poteaux......................................................................................40
C 11.2 – Raccordement des lignes B.T. /E.P au poste de transformation.............................40
C 12 - PLANS ET DOCUMENTS A FOURNIR PAR L'ENTREPRISE---------------------40
C 13 - ESSAIS TECHNIQUES------------------------------------------------------------------------40
C 14 - INSPECTION FINALE DU RESEAU BT/EP --------------------------------------------41
C 15 - MISE EN SERVICE DU RESEAU BT/EP-------------------------------------------------41
D - TRAVAUX D’OUVERTURE DES LAYONS--------------------------------------------------------41
D 2 - DOCUMENTS DE TRAVAIL-------------------------------------------------------------------------41
D 3 - SEQUENCE DES TRAVAUX--------------------------------------------------------------------------42
D 3 1 - Recherche de piquets ................................................................................................42
D 3 2 - Zone de dégagement .................................................................................................42
D 3.3 - Zone de plantation.....................................................................................................42
D 3.4 - Zone de défrichement................................................................................................42
D 3.5 - Piste carrossable.........................................................................................................42
D 3 6 - Piste d'accès...............................................................................................................42
D 3 7 - Dièdre de 45 degrés par rapport à l'horizontal...........................................................42
D 4 - ETAT DU CHANTIER A LA FIN DES TRAVAUX----------------------------------------43
D 4.1 - Documents à remettre à la CIE à la fin des travaux..................................................43
D 4.2 - Constats......................................................................................................................43
D 4 3 - Indemnisation............................................................................................................43
D 5 - OBLIGATIONS------------------------------------------------------------------------------------43
D 5 1 - Paiement des indemnités............................................................................................43
D 5 2 - Capacité manuelle et matérielle.................................................................................43
D 5.3 - Dispositions préventives contre les feux de brousse.................................................43
D 5 4 - Déplacement d'engin à chenilles ...............................................................................43
D 5.5 - Traversée des lieux sacrés.........................................................................................44
D 6 - RECEPTION DES TRAVAUX-----------------------------------------------------------------44
E.1. - ETENDUE DU CAHIER DE SPECIFICATIONS TECHNIQUES :------------------45
E.2. - OBJET DU MARCHE :--------------------------------------------------------------------------45
E.3. - CONSISTANCE DE LA FOURNITURE :--------------------------------------------------45
E.4. - PRESCRIPTIONS TECHNIQUES GENERALES : -------------------------------------46
E.4.1- Conditions environnementales :..................................................................................46

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 5


D2
E.4.2 - Caractéristiques générales du réseau :........................................................................46
E.4.3 - Prescriptions générales relatives au matériel.............................................................47
E.4.4 - Livraison du matériel.................................................................................................49
E.5. - PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES :--------------------------------50
E.5.1. - ETENDUE DU CAHIER DE SPECICATIONS
TECHNIQUES PARTICULIERES:......................................................................................50
E.5.2. - SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVE AUX SUPPORTS BETON
ARME :..................................................................................................................................50
E.5.3 - SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVE AUX TRANSFORMATEURS
DE PUISSANCE TRIPHASE:..............................................................................................51
E.5.4 - SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVE AUX INTERRUPTEURS
AERIENS...............................................................................................................................54
E.5.5 - SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVE AUX PARAFOUDRES :...........55
E.5.6 - SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVE DISJONCTEUR HAUT DE
POTEAU :..............................................................................................................................55
E.5.9 SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVE AUX CONDUCTEURS HTA
AERIENS...............................................................................................................................56
E.5.10 - SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVE AUX CABLES BTA AERIENS
................................................................................................................................................57
E.5.11 SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVE AUX COFFRET DE
COMPTAGES EP ET AUX CELLULES ............................................................................59
E.5.12 SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVE AUX LANTERNES ET LAMPES
D’ECLAIRAGE PUBLIC.....................................................................................................60
E.5.13 SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVE AUX ARMEMENTS ET
ACCESSOIRES HTA............................................................................................................62
E.5.14 - SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVE AUX ARMEMENTS BTA.....68
E.5.15 - ATTESTATION D’ORIGINE................................................................................70
VOLUME 4 72
DECOMPOSITION GLOBALE ET FORFAITAIRE---------------------------------------------------72
BORDEREAU DE PRIX---------------------------------------------------------------------------------------74
VOLUME 5 75
DOCUMENTS DE CONCEPTION, ET LES PLANS----------------------------------------------------75
CONSULTANT: ------------------------------------------------------------------------------------------------78
RESPONSABLE: -----------------------------------------------------------------------------------------------78

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 6


D2

A – OUVRAGES EN MOYENNE TENSION


A 1 – OUVRAGES SUR LIGNE HTA AERIENNE
A 1.1 - ETENDUE DES TRAVAUX
Les ouvrages qui font l'objet des présentes spécifications techniques sont des lignes aériennes
MT triphasées à simple terne de tension nominale 33 kV à construire sur des supports béton.

Elles sont destinées à raccorder les futurs postes de transformation MT/BT à construire pour
assurer l'extension et le renforcement de réseaux BTA dans les centres de consommation des
localités concernées par le projet FACILITE ENERGIE UE/ACP.

Les travaux comprennent:

 Les travaux préalables ;

 Les reprises d'alignement ;

 L'exécution des fouilles ;

 Le coffrage ;

 Le transport et levage des supports béton ;

 La fabrication du béton pour massif ;

 L'assemblage et montage des accessoires de ligne ;

 Le déroulage des conducteurs;

 La confection des manchons de raccordement et de réparation ;

 La mise sur pinces des conducteurs ;

 La pose des plaques de numérotation et de danger ;

 La confection des mises à la terre ;

 L'inspection finale de la ligne ;

 Les essais électriques ;

 La confection de tous les plans et documents relatifs aux ouvrages construits ;

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 7


D2
 La mise en service de la ligne.

A 1.1.1 - Travaux préalables

A 1.1.1.1 - Nettoyage et élagage

Le réseau MT de distribution dont il est question dans la présente spécification est en général
localisé à la périphérie et à l'intérieur des lotissements; néanmoins, il peut exister sur le tracé, des
arbres le long des rues.

L'entrepreneur abattra les arbres sur lesquels des personnes sont susceptibles de monter, pour une
raison quelconque ou élaguera les branches qui risqueraient d'approcher les conducteurs de
moins de 2,5 m en cas de balancement des conducteurs.

A 1.1.2 - Reprise d'alignement et piquetage

Le parcours des lignes de distribution MT tient compte du plan de lotissement des quartiers
existants ainsi que des futurs quartiers d'extension d'habitation; l'Entreprise devra effectuer la
reprise d'alignement avant le piquetage.

A 1.1.2.1 - Reprise d'Alignement

Le profil en long des tracés de ligne de distribution HTA n'a pas été relevé. L'Entreprise
vérifiera l'existence des bornes le long des voies concernées par le projet et l'implantation des
poteaux sur le terrain.

Le tracé proposé dans le plan de situation des villages et des quartiers devra être vérifié par
rapport aux bornes de lotissement et le cas échéant, réaliser les reprises d'alignement et les points
d'angle de la ligne.

Il vérifiera tous les croisements avec les lignes électriques ou de télécommunication, routes, rues,
pistes, maisons et tout autre obstacle naturel ou non du terrain. Il remettra ensuite au Maître
d'Œuvre une copie du tracé projeté avec les données pour vérification avant le démarrage du
piquetage.

Les modifications éventuelles acceptées par le Maître d'Œuvre seront reportées sur les plans et
documents.

Lorsque la ligne traverse des ouvrages particuliers tels que les chemins de fer, l'entrepreneur
confectionnera tous les documents nécessaires pour l'obtention des permis de passage.

A 1.1.2.2 - Piquetage

Les supports seront localisés sur le terrain au moyen de piquets en bois dont la tête sera peinte en
rouge. Tous les piquets seront maintenus en place jusqu'à ce que le Maître d'Œuvre effectue la
réception du piquetage.

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 8


D2
L'Entreprise sera responsable de la localisation correcte des supports sur le terrain et de la
longueur définitive des portées dont les valeurs exactes seront mesurées par ses services et
reportées dans le carnet de piquetage.

L'Entreprise devra remettre au Maître d'œuvre une copie du plan avec les données vérifiées par
lui afin d'obtenir la réception du piquetage, c'est à dire l'approbation du Maître d'œuvre sans
laquelle il ne pourra commencer les fouilles des massifs des supports.
A 1.2 - FOUILLES
Pendant tout le temps que durera l'exécution des fouilles, l'Entreprise devra veiller à conserver en
bon état les piquets.

Il prendra aussi toutes les précautions nécessaires afin d'éviter leur enlèvement ou leur
déplacement par la population et particulièrement par les enfants dans la localité des travaux.

Dans le cas des zones inaccessibles (marécage, traversée de ruisseau), l'entrepreneur devra
construire, à ses frais tous les aménagements nécessaires au passage, sans risque pour les
personnes, des équipements et / ou du matériel à pied d'œuvre.

En règle générale, les fouilles seront réalisées aux dimensions réglementaires en vigueur des
supports à implanter et demeureront ouvertes le moins de temps possible. Au besoin elles seront
récurées avant l'implantation du support et la coulée du béton.

NB : L’Entreprise prendra toutes les précautions nécessaires afin que les fouilles ne restent pas
plus de 72 heures ouvertes avant le levage des supports. Par ailleurs, il lui appartient de prévoir
la protection nécessaire des fouilles contre les personnes.

L'Entreprise devra éviter les fouilles de dimensions excessives et s'en tenir aux dimensions
théoriques comme spécifiées dans la norme NFC 67-101 et NFC 67-250. Elles seront
parallélépipédiques. Toutefois l’Entreprise pourra utiliser les engins mécaniques (foreuses). Ces
dernières étant de forme cylindrique, elles peuvent être admises pour les supports béton à la
condition de respecter pour chaque support, suivant sa hauteur et son effort, un diamètre
minimum donné par la formule :

D+0,15cm

"D" étant la longueur de la diagonale mesurée au pied de chaque support (exprimée en cm.)

Dans tous les cas où ce diamètre ne pourrait être respecté, il sera demandé à l'Entreprise un
"équarrissement" de la fouille.

Les dimensions à respecter sont les suivantes :

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 9


D2
1- PROFONDEUR DES FOUILLES

Elle est donnée tant pour les supports béton, que pour les supports bois, par la formule :

P = H/10+0,50 (en mètres)

H étant égale à la hauteur totale du support en mètres.

2- LONGUEUR et LARGEUR

Le tableau ci-dessous donne ces dimensions en fonction de la hauteur et de l'effort de chaque


support.

9 à 12 mètres 13 à 14 mètres 15 mètres

Effort Longueur Largeur Longueur Largeur Longueur Largeur


du (centimètres) (centimètres) (centimètres) (centimètres (centimètres) (centimètres)
support )
(Kg)

150-200 60 40 60 40 60 40

330 60 40 70 40 70 40

400 65 45 70 45 75 45

500 70 45 75 45 80 45

650 75 50 80 50 85 50

800 85 70 90 70 95 70

1000 95 75 100 75 105 75

1250 100 85 100 85 105 85

2000 100 95 110 95 115 95

Les fouilles en trop seront remplies de mortier compact ou d'agglomérés à la charge de


l'Entreprise.

A 1.2.1 - Orientation des fouilles

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 10


D2
La vérification de l'alignement des supports est de la responsabilité de l'Entreprise qui devra
procéder elle-même aux travaux et repérage nécessaires.

Les massifs des supports d'alignement seront orientés pour que leurs consoles soient
perpendiculaires à la direction de l'alignement.

Les massifs des supports d'IACM et d'arrêt de ligne seront également orientés pour que leurs
consoles soient perpendiculaires à la direction de la ligne.

Les massifs des poteaux d'ancrage seront :

 pour un angle de déviation compris entre 10 et 50 degrés, orientées pour que leur console soit
dirigée suivant la bissectrice de l'angle,

 pour un angle de déviation compris entre 50 et 90 degrés, orientées pour que leur console
principale soit perpendiculaire à la direction de la ligne.

A 1.2.2 - Explosifs

Les travaux s'effectuant à proximité ou à l'intérieur des lotissements des localités, l'utilisation
des explosifs est proscrite.

A 1.2.3 - Pompage

L'Entreprise, pendant l'exécution des fouilles dans des sites à niveaux phréatiques élevés, devra
disposer d'équipements de pompage à haute capacité afin de maintenir aussi bas que possible, le
niveau d'eau; le puisard et le drainage seront disposés de manière à permettre d'assécher
totalement le fond de la fondation.

A 1.2.4 - Coffrage

Le massif de fondation des supports béton se confectionne à fond de fouille jusqu'au niveau du
sol. Néanmoins dans le cas des terrains friables, le Maître d'oeuvre peut exiger de l'Entreprise la
confection et la mise en place de coffrage pour consolider cette fondation.

Les coffrages seront alors suffisamment résistants, rigides et étanches. Ils doivent supporter les
charges engendrées par le bétonnage et la vibration et résister sans déformation préjudiciable aux
actions extérieures (poussée de terre, etc.). Dans le cas des supports béton, les coffrages ne seront
pas récupérés (coffrages perdus).

L'Entreprise aura le choix pour les matériaux de coffrage. Les coffrages ordinaires peuvent être
en bois, métalliques ou autres matériaux dont l'aspect de surface correspond à celui de coffrages
en bois non rabotés ou plus lisses. Les bois employés seront de première qualité, sans gros
nœuds, ou autres défauts.

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 11


D2
Le coffrage sera construit conformément aux dimensions du béton achevé, comme prévu dans la
spécification. Il se fera avec grand soin, (alignement parfait, bien droit et d’aplomb). En outre, il
sera suffisamment étanche pour prévenir les fuites de mortier.

NB: La décision et le choix du type de coffrage devront être soumis à l'approbation du Maître
d'œuvre.
A 1.3 - MASSIFS DE FONDATION
A 1.3.1 - Importance des travaux

Les travaux comporteront l'exécution des fouilles, du bétonnage et éventuellement d’un


terrassement léger. Il faut y inclure, par ailleurs, la fourniture de matériel et l'exécution du
compactage ainsi que des dispositifs de protection contre l'érosion des fondations des supports.

A 1.3.2 - Béton

L'Entreprise fournira tous les matériaux et les moyens nécessaires et elle effectuera tous les
travaux de bétonnage.

A 1.3.3 - Composition du béton

Le béton sera composé de ciment, d'agglomérés fins ou grossiers et d'eau. La composition devra
assurer un béton plastique malléable et approprié aux conditions d'utilisation et de mise en place.
Correctement traité, on obtiendra les niveaux de résistance, de dureté et d'imperméabilité
indispensables pour l'usage auquel il sera soumis. La résistance est égale ou supérieure à 250
Kg/cm2.

A 1.3.4 - Ciment

Le ciment utilisé est du type PORTLAND CP A 250 Kg ou ciment de laitier au clinker ou


équivalent.

L'entrepreneur est tenu de commander à temps le ciment afin d'éviter un stockage prolongé. Dès
sa livraison sur le site, le ciment sera entreposé sous un hangar sec et à l'abri des intempéries
avec les moyens adéquats pour éviter d'absorber de l'humidité.

Tout ciment contenant des blocs, détérioré ou jugé non recevable ne sera pas utilisé. Par ailleurs,
la température du ciment au moment de son utilisation ne peut excéder sensiblement la
température ambiante.

L'Entreprise ne pourra évoquer la mauvaise qualité d'un lot de ciment pour demander une
prolongation de délais; il est tenu d'avoir sur le chantier un stock suffisant de ciment de bonne
qualité.

Pour l'utilisation des sacs détériorés pendant le stockage, le Maître d'œuvre se réserve le droit de
procéder à une pesée pour vérifier le poids du contenu de l'emballage; la tolérance sur le poids
est de 1 %.

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 12


D2
A 1.3.5 - Sable

Le sable naturel est constitué de grains secs granuleux, crissant à la main; il est propre,
débarrassé de toutes parties terreuses et d'autres corps étrangers, et au besoin, passé au tamis. Le
pourcentage en poids des matières terreuses et impalpables ne peut dépasser 2 %. Le sable
obtenu par concassage ne peut être utilisé s'il présente des éléments dont la plus grande
dimension dépasse 1,5 fois la plus petite dimension. Le sable de mer est strictement
INTERDIT.

Le sable sera stocké de manière à éviter toute intrusion de corps étrangers dans le béton et toute
ségrégation ou détérioration.

A 1.3.6 - Gravier

L'Entreprise choisira des endroits ou des carrières d'approvisionnement en gravier qui devront
être approuvés par le Maître d'œuvre.

Le gravier sera du type naturel ou de concassage de rocher dur, de dimension comprise entre 5 et
33 mm. Il doit être formé d'éléments bien proportionnés, de qualité dure et lourde.

Chaque morceau doit présenter au moins deux faces de brisure. Les pierres plates (plaquettes) ou
allongées (aiguilles) sont exclues. Le gravier doit avoir un son net et purgé de toutes matières
terreuses ou organiques.

L'aire de stockage sera aménagée pour éviter toute souillure des matériaux.

A 1.3.7 - Eau de gâchage

L'eau de gâchage doit être propre et la teneur en matières nocives, telles que acides, alcalis,
sulfates, matières sucrées, matières organiques, doit être limitée compte tenu de la nature du
ciment.

Elle ne doit pas provenir de terrains marécageux ou bourbeux, et ne doit pas contenir d'impuretés
en suspension ou dissoutes.

Les eaux douteuses ou susceptibles de contenir des matières organiques seront soumises
obligatoirement à l'analyse chimique aux frais de l'Entreprise.

Pour 1 m3 de béton, de résistance égale à 250 Kg/cm2, le dosage des différents agrégats est le
suivant:

 450 litres de sable, soit 9 brouettes

 800 litres de gravillons, soit 16 brouettes

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 13


D2
 250 Kg de ciment PORTLAND, soit 5 paquets

 170 litres d'eau environ.

A 1.3.8 - Fabrication du béton

Les installations pour la fabrication et la mise en place du béton seront soumises à l'approbation
du Maître d'œuvre, qui pourra obliger l'Entreprise à améliorer ses installations ou à en augmenter
la capacité, si la qualité du béton laissait à désirer ou si le rendement de fabrication était
insuffisant.

Les matériaux constitutifs du béton seront soigneusement mesurés sur la plate-forme de


chargement.

Le ciment sera mesuré au poids et le sable et les agrégats dans des cuves calibrées ou des
brouettes qui auront été approuvées par le Maître d'œuvre.

Le béton sera préparé dans une bétonnière à entraînement mécanique dont le type et la capacité
auront préalablement été approuvés par le Maître d'œuvre. De plus, de par sa conception, cette
bétonnière assurera une répartition uniforme de tous les éléments au sein du mélange.

La cuve de la bétonnière déchargera le mélange sans qu'il y ait apparition de ségrégation.

A 1.3.9 - Transport et mise en place

Aucun béton ne pourra être coulé sans la présence du Maître d'œuvre et ce, seulement après qu'il
ait été inspecté les fonds de fouille, les coffrages, ainsi que les parties encastrées et
éventuellement renforcées.

La coulée du béton sera interdite si le Maître d'œuvre juge que les conditions pour une mise en
place convenable ne sont pas remplies.

Seules les méthodes de transport et de coulée qui éviteront toute ségrégation et toute perte
éventuelle de béton seront permises. De plus, l'Entreprise doit utiliser les moyens nécessaires
permettant d'amener à pied d'œuvre un béton de consistance requise. Quoi qu'il en soit, le béton
qui aura été transporté sur une distance appréciable sera convenablement mélangé avant son
déchargement au point d'utilisation.

Le béton sera mis en place avant la première prise du ciment et dans les 30 minutes qui suivent
sa préparation, dans le meilleur des cas, le plus rapidement possible.

Lors de la coulée du massif, la hauteur maximale permise de chute libre du béton, ne devra
jamais excéder 2 mètres ceci pour éviter toute ségrégation. Dans les endroits où cela aura été
spécialement autorisé par le Maître d'œuvre, celui-ci imposera à l'Entreprise l'utilisation de
gouttière de coulée.

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 14


D2
Par ailleurs, en vue de l'obtention d'un massif dense, homogène, et sans poche d'air, l'Entreprise
devra procéder au compactage du béton, à l'aide d'un vibreur

Dans le cas des coffrages les réparations des imperfections du béton seront effectuées dans les 24
heures qui suivent le décoffrage. Les bavures seront enlevées sur les surfaces visibles du béton.
Le béton endommagé ou qui présente des cavités sera enlevé par fragments jusqu'au béton sain et
sera remplacé par un mortier de ciment.

NB : Les massifs des supports béton devront être bétonnés à pleine fouille, afin d'assurer une
bonne cohésion entre le support et le terrain.

A 1.3.10 - Vérification de la qualité du béton

Au cours des travaux de bétonnage, des essais de contrôle par éprouvettes seront effectués
régulièrement à toute demande du Maître d'œuvre.

Pour ce faire, l'Entreprise préparera à ses frais et conformément aux prescriptions du Maître
d'œuvre des éprouvettes de béton et les fera tester dans un laboratoire approuvé par ce dernier.

Les essais seront conformes aux normes en vigueur et dans le cadre de la présente spécification,
ils seront réalisés par le LBTP. Un nombre suffisant de cubes sera fait pour obtenir le plus grand
nombre d'échantillonnages des résultats de la résistance du béton pendant la période de
bétonnage.

Le Maître d'œuvre se réserve le droit de demander modification de la composition du mélange, si


la résistance à l'écrasement est inférieure à la résistance demandée, c’est-à-dire 250 kg/cm2

A 1.3.11 - Protection des massifs contre les eaux et l'érosion

L'Entreprise exécutera des dispositifs de protection des massifs des supports contre les eaux et
l'érosion, partout où les conditions locales l'exigent ou du fait des terrassements exécutés pour
l'établissement des fondations.

En outre, les pointes de diamant seront soigneusement confectionnées sur le massif de chaque
support béton. Ils auront une hauteur de 25 cm par rapport au niveau du sol et seront terminés par
un cône de 5 cm. Ce cône devra adhérer parfaitement au support afin d'éviter les infiltrations
d'eau.

A 1.4 – SUPPORTS BETON ARME


A 1.4.1 - Approvisionnement du matériel

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 15


D2
A 1.4.1.1 - Supports en béton

Les supports en béton sont de classe A. Dans le cadre de la présente spécification, les efforts en
tête disponibles à 25 cm du sommet des supports retenus sont de 300, 650, 800, 1000 et 1250
daN.

En général, la hauteur totale des supports varie de 9 mètres à 15 mètres, et le poids varie de 1340
à 2 735 Kg.

Suivant l'endroit d'implantation l'on distingue trois types de supports : alignement, angle ou
dérivation et arrêt. Les efforts de tête peuvent être très variables.

A la prise en charge des supports au parc de stockage, l'Entreprise, devra vérifier que ceux-ci ne
comportent ni épaufrure, ni éclat, ni trace de manutention.

Toutes anomalies ou dégâts constatés sur les supports aux différentes réceptions partielles ou
provisoires seront considérés comme de la responsabilité de l'Entreprise et leur remplacement
sera au frais et à la charge de l'Entreprise.

A 1.4.1.1.1 - Le support d'alignement

Il sert uniquement à supporter la ligne et n'est utilisé que dans les sections rectilignes ou pour des
angles de déflexion faibles jusqu'à 10 degrés. Il est conçu pour une hauteur normale de 12 mètres
et muni d'une console nappe voûte droite ou des armements BIS (Bras Incliné Suspendu).

Disposition des armements :

 Nappe voûte : d'aplomb sur le support,

 BIS : quinconce ou drapeau selon le cas.

A 1.4.1.1.2 - Le support d'ancrage et d'angle

Il est prévu pour supporter un angle de déflexion important compris entre 10 et 90 degrés.
Armements : Nappe d'arrêt avec simple ou double herse selon le cas.

A 1.4.1.1.3 - Le support de dérivation

Il est prévu pour permettre une dérivation en ligne et pour supporter la charge unilatérale.
Armements: Nappe voûte ou BIS et herse d'ancrage.

A 1.4..1.1.4 - Le support de sectionnement de ligne

Il sert à supporter l'Interrupteur Aérien de Coupure Manuelle (IACM). .Armements: double herse
d'ancrage.

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 16


D2
A 1.4.1.1.5 - Le support de poste de transformation

Il est prévu comme support d'arrêt de ligne sur lequel sera accroché le poste de transformation
MT/BT (type H.61).

A 1.4.2 – Transport et manutention des supports béton armé

Les supports seront livrés et chargés à Abidjan, au départ, et transportés par voie routière, sur le
site de mise en œuvre. Les distances sont longues et les routes parfois mauvaises. Ces aléas
peuvent être la cause de détériorations éventuelles.

L'Entreprise est tenue de vérifier avant la prise en charge du support, la date de fabrication. Les
supports ne sont transportables qu'après un temps de séchage d'au moins 28 jours. Le transport et
la manipulation doivent se faire avec soin comme préconisé ci-dessous :

A 1.4.2.1 - Manutention

Au cours des opérations mettant en jeu le poids propre (transport, mise en dépôt, bardage et
levage), le poteau doit être sollicité suivant son sens de plus grande inertie, compte tenu des
indications que doit fournir le fabricant : poids, position du centre de gravité et des points
d'élingage. Les opérations de manutention doivent être conduites de façon à ne pas faire subir
aux poteaux de surcharges dynamiques.

Les dispositifs d'élingage seront pourvus de garniture souple garantissant efficacement le béton
contre tout risque d'épaufrure. Le calage est fait avec des barres de bois.

A 1.4.2.2 - Transport

Le transport par route est fait au moyen d'une remorque rigide et de longueur suffisante pour
éviter des porte-à-faux excessifs. Cette remorque doit être munie d'un dispositif coulissant
permettant le réglage suivant la longueur des supports transportés. Le châssis est monté sur
ressorts. Les essieux sont munis de freins et les roues équipées de pneumatiques. Si le pied des
supports repose sur la plate-forme du tracteur, celle-ci est munie d'une traverse pivotante évitant
la flexion des supports dans les virages. Les points d'appui, au nombre de 3, des supports se
trouvent dans un même plan et présentent une surface suffisante. Les supports ne doivent jamais
être transportés à plat. La remorque ne doit jamais être attachée au camion par son crochet
d'attelage normal si les supports portent sur le camion et sur la remorque.

Quand il y a plusieurs couches de supports, elles sont séparées par des cales en bois de largeur
suffisante. Ces cales auront 10 mm d'épaisseur au minimum et seront toujours placées à l'aplomb
des points d'appui des supports de la première couche.

A 1.4.2.3 - Le déchargement

Le déchargement a lieu par l'intermédiaire de palans, au moyen de potences, monorails ou de


portiques amovibles ou par tout autre dispositif mécanique. Le procédé de ripage sur glissières
inclinées n'est autorisé que si elles sont complétées par des moyens de retenue mécanique.

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 17


D2
A 1.4.2.4 - Le barrage

Lorsqu'il n'est pas possible d'accéder à pied d’œuvre directement par route, on pourra utiliser des
fardiers ou des trinqueballes. Les supports doivent être alors soulagés et protégés par une poutre
de répartition de longueur appropriée. Dans le cas de long parcours, il y a intérêt à transporter
simultanément deux ou plusieurs supports solidarisés.

Dans tous les cas, le traînage sur le sol est formellement proscrit.

Les supports en dépôt à pied d’œuvre doivent être placés sur champ en 2 points au minimum et
reposer sur des cales en bois ou tout autre dispositif approprié.

Les porte-à-faux ne doivent pas dépasser la longueur indiquée par le fabricant, d'une part pour le
transport, d'autre part pour le dépôt à pied d’œuvre.

A 1.4.2.5 - Levage et implantation des poteaux en béton

L'implantation des supports sera faite avec tout le soin nécessaire. Il ne sera pas toléré
d'implantation en défaut d'alignement de plus de 10 cm pour les poteaux.

L'Entreprise devra toujours disposer des moyens nécessaires pour évaluer les efforts qui seront
imposés aux engins de levage et aux supports, au cours de l'opération.

Les supports devront être manutentionnés avec précaution; les chocs seront évités au maximum;
les élingues de levage devront être en bon état; l'utilisation de chaînes métalliques est
formellement « INTERDITE ».

Les supports seront levés sans à-coups et déposés dans la fouille délicatement ; ils devront être
centrés par rapport à l'axe de la fouille, il est interdit de placer le support en contact avec la paroi
de la fouille. Ce support sera implanté verticalement et dans l'alignement de la ligne. Dans les
angles et arrêts, il est formellement interdit d'incliner le support dans le sens contraire à l'effort.

A la fin du levage, le massif du support sera protégé par la confection d'une pointe de diamant
(en béton) d'environ 0,25 rn de hauteur surmonté d'un cône de 0,05 rn. Ce massif de protection
sera lissé à la truelle pour éviter l'infiltration d'eau.

A 1.5 - FERRURES METALLIQUES POUR ARMEMENTS


Toutes les ferrures sont en acier galvanisé à chaud et doivent correspondre à la norme NF C66-
428 ou équivalent:

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 18


D2
 pour le poteau d'alignement, un armement suspendu nappe voûte (185-125, 85 Kg) ou un
bras incliné pour isolateur suspendu sera utilisé. La tolérance d'utilisation de ce type
d'armement peut s'étendre à l'angle souple jusqu'à 10 degrés.

 Pour le poteau d'angle et de dérivation, l'entrepreneur utilisera une herse d'ancrage composée
d'une traverse, d'un tirant et des étriers U. Cette herse peut être simple (40 Kg) ou double (80
Kg) selon la situation du support sur le réseau.

Tous les armements tordus ou endommagés pendant le transport seront refusés et remplacés aux
frais de l'entrepreneur. Il en est de même pour les armements rouillés du fait du mauvais
stockage et ceux dont la galvanisation est endommagée.

Les Entreprises, mettant en place les armements avant le levage, doivent veiller:

 à leur serrage sur le support

 à ce qu'ils ne viennent en aucun cas butter quoi que ce soit pendant le levage du support.

 à ce que, le support levé, les armements soient bien dans l'alignement du support, et le cas
échéant, l'Entreprise procédera à un nouveau réglage.

A 1.6 - ASSEMBLAGE ET MONTAGE DES CHAINES COMPLETES


D’ISOLATEURS SUSPENDUS
A1.6.1 – Isolateurs en capot tige verre (CTV)

Les isolateurs en verre trempé seront livrés en caisse horizontale à claire-voie de 2 ou 3 éléments
pré assemblés en usine.

Les chaînes d'isolateurs seront constituées de 2 ou 3 éléments selon la tension (15 ou 30 KV) et
le niveau de pollution, les goupilles verrouillées lors du pré assemblage en usine. Il appartient à
l'Entreprise de vérifier l'état de ces goupilles et de les signaler au besoin au Maître d'œuvre pour
remplacement.

L'Entreprise vérifiera également la propreté des isolateurs et le bon état du verre. Il en effectuera
éventuellement le nettoyage.

Les accessoires des chaînes seront transportés de manière à les prémunir de tout contact avec le
sol. Ces accessoires de chaînes, de la norme 11 ou 16 (étrier, oeillet à rotule, ball-sockets,
chapes, manilles, biellettes, pinces, etc.) sont d'un modèle agréé et conforme à la norme NF C66-
495 et CEI-120.

Chaque élément sera nettoyé et contrôlé avant le montage pour écarter tous ceux qui possèdent
des défauts visibles. L'assemblage sera effectué conformément aux plans et aux

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 19


D2
recommandations du constructeur. Les boulons seront convenablement serrés, conformément
aux règles de l'art régissant les constructions de lignes aériennes.

Les chaînes de suspension seront fixées à la console par l'intermédiaire d'œillet à rotule et à
l'armement de telle sorte que chaque goupille fasse face au fût du support.

Les capots d'isolateurs des chaînes d'ancrage seront placés de manière à ce que l'ouverture de
l'œillet soit dirigée face au sol pour permettre un bon drainage de l'eau.

Les isolateurs ne seront pas déballés de leur emballage d'origine avant leur installation sur le
support.

A.1.6.2 – Isolateurs en composite siliconé

Pour les zones en bordure de mer, des isolateurs en composite siliconé de type N16 seront
utilisés; la charge mécanique spécifiée sera de 70kN, ball-sockets pré-monté en usine
conformément.

La tension de ligne de service admissible sera 45kV.


A 1.7 - DEROULAGE DES CONDUCTEURS
L'Entreprise exécutera tous les travaux nécessaires depuis la réception l'entrepôt jusqu'à la mise
en place définitive des conducteurs, des chaînes d'isolateurs, des ferrures, des bretelles, et autres
pièces accessoires des conducteurs, en accord avec la présente spécification, celles des fabricants
de matériel et les données fournies par le Maître d' œuvre.

L'Entreprise devra disposer des moyens appropriés pour que le transport et le déchargement
n'affectent pas les conducteurs et autres matériels.

Le conducteur de phase est constitué par un conducteur nu en Almélec de 34,4 mm² ou 54,6 mm²
de section. Il est livré sur touret en bois, récupérable par le Maître d'œuvre en fin de travaux.

Les tourets de conducteur ne devront pas être roulés. Pour les manipuler, l'on utilisera leurs axes
comme points d'appui.

Les douves des bobines ne devront être retirées qu'après la mise en place sur le dévidoir.

Pendant la période de stockage, le matériel sera placé sur terrain dur et sec, dans des endroits ne
pouvant conserver d'eau, les tourets disposés sur les joues.

Tout le matériel devra être soigneusement classifié avant la fin du levage des supports sur toute
la ligne.

Les conducteurs seront déroulés avec attention pour éviter toute tension, perte de brins, éraflures,
entailles ou tout autre dommage.

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 20


D2
De manière expresse et ce durant toutes les opérations de déroulage, l'on veillera à éviter toute
surcharge aux supports et aux fondations. Tout dommage qui leur sera occasionné au cours des
travaux sera réparé aux frais de l'Entreprise. Celui-ci prendra toutes les précautions nécessaires
pour que les supports, pendant le déroulage des conducteurs ne soient pas soumis à des charges
supérieures à celles pour lesquelles ils ont été calculés (coefficient 3).

Par ailleurs les poulies de déroulage qui seront utilisées ne devront causer aucun dégât aux
conducteurs. Les poulies de déroulage auront un diamètre minimum en fond de gorge de 2,5 fois
le diamètre respectif du conducteur. Elles seront à faible friction, de préférence à roulement à
billes et seront graissées de façon à tourner aisément, et toute poulie que le Maître d'œuvre jugera
non conforme sera enlevée de la ligne et remplacée.

Les poulies seront accrochées aux chaînes d'isolateurs ou à des crochets, ou élingues de longueur
suffisante pour que les câbles occupent respectivement la hauteur que les phases occuperont
après leur mise sur pinces.

La gorge des poulies sera garnie de néoprène ou de caoutchouc. Les poulies seront conçues et
utilisées de manière à ce que la force de tirage n'entraîne pas de dommage ou de dépôt de corps
étrangers dans la couche de néoprène ou de caoutchouc qui pourraient blesser le conducteur. Les
joints ne passeront pas dans les poulies. Les poulies ayant servi au tirage de conducteur en cuivre
seront proscrites.

Pendant le déroulage, les chaînes d'isolateurs doivent être relevées, ou maintenues écartées afin
de ne pas gêner le fonctionnement normal des poulies.

Les travaux de déroulage seront effectués en respectant les règles de sécurité des travaux de
montage pour le personnel et le public.

Afin d'éviter les phénomènes d'induction, durant les travaux de déroulage, de réglage et de mise
sur pinces, à proximité d'autres ouvrages électriques sous tension (MT, HT), tous les câbles
conducteurs seront mis à la terre à des endroits approuvés par le Maître d'œuvre. L'Entreprise
notera alors les différents points de mise à la terre et avant de signaler que la ligne peut être mise
sous tension, il fournira au Maître d'œuvre un document écrit certifiant que toutes les mises à la
terre ont été enlevées et que le personnel a été informé de ce qu'il n'y aurait dorénavant plus
d'intervention sur la ligne sans une autorisation écrite du Maître d'œuvre.

De même, l'Entreprise fournira et installera toute protection (portique) nécessaire aux


croisements des lignes électriques et téléphoniques, chemins de fer, routes, autoroutes et
obstacles pour leur protection et celles des câbles. Immédiatement après la fin des travaux de
déroulage d'une section de ligne, l'Entreprise démontera et enlèvera tous les portiques de
protection.

Les conducteurs ne seront pas soulevés au moyen d'outils à faible rayon de courbure ou de nature
à causer des blessures; la courbure de la surface de contact sera au moins égale à celle imposée
ci-dessus pour les poulies. Toute portion de conducteurs présentant une blessure quelconque sera
éliminée. Les chutes de conducteurs inférieures à 100 mètres ne seront pas utilisées en ligne;
elles pourront servir à la confection des bretelles.
CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 21
D2
A 1.7.1 - Dispositions

De nombreuses dispositions sont à prendre avant et pendant le déroulage. Celui-ci peut se faire
de deux manières :

A 1.7.1.1 - Déroulage sous-tension mécanique

Il est réalisé avec l'utilisation d'engins mécaniques et hydrauliques spéciaux (dérouleuse, tireuse,
freineuse).

Dans ce cas, le conducteur, étant déroulé sous tension mécanique, par conséquent en dehors des
portiques de traversées de routes et autres voies, il n'est pas nécessaire de prévoir des protections
spéciales.

A 1.7.1.2 - Déroulage classique

Etant réalisé par tirage du conducteur à dos d'hommes et de ce fait sans tension mécanique, il
nécessite en plus des protections évoquées plus haut, une préparation importante par la mise en
place de protections qui éviteront au conducteur de traîner au sol.

Les travaux se réalisant à l'intérieur des lotissements, l'Entreprise devra repartir régulièrement
son personnel sur tout le parcours du conducteur par intervalles de 10 mètres environ afin
d'éviter que le câble traîne au sol. Le tirage devra se faire sans à-coups.

En fin de déroulage, l'Entreprise réalisera immédiatement les ancrages provisoires.

A 1.7.2 - Ordre de déroulage des phases

Les conducteurs seront déroulés dans l'ordre suivant :

1. Conducteur phase supérieure ;

2. Conducteur phase centrale ;

3. Conducteur phase inférieure.

A 1.7.3 - Réglage des conducteurs

Le réglage sera fait séparément pour chacun des cantons de pose, délimités par les supports
d'arrêt de ligne; des réglages intermédiaires seront nécessaires chaque fois que l'on ne pourra
garantir l'uniformité de la composante horizontale de la tension entre toutes les portées du
canton, soit à cause des frottements dans les poulies, soit à cause des dénivellations.

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 22


D2
Les opérations de mise sous tension et réglage seront conduites avec la plus grande attention de
façon à ne jamais surcharger les supports.

Il appartiendra à l'Entreprise d'haubaner éventuellement les supports, compte tenu des cas de
charge pour lesquels les différents supports sont calculés.

Le réglage des conducteurs sera basé sur la température ambiante, diminuée de 15°C.

Le thermomètre à utiliser pour la mesure des températures sera un thermomètre à mercure,


protégé par une gaine d’aluminium avec rainure pour la lecture. La mesure sera faite une demi-
heure après la pose du thermomètre. Celui-ci sera placé à la hauteur moyenne du conducteur et
sa gaine ne devra pas être en contact avec aucun objet. Il sera exposé au même ensoleillement
que le conducteur.

Au cours du réglage de chaque canton, tous les conducteurs seront traités aussi uniformément
que possible, afin qu’ils subissent ultérieurement le même fluage. A cette fin, on veillera
notamment à terminer, autant que faire se peut, les opérations de réglages le même jour pour tous
les conducteurs d’un même canton de pose.

Les tableaux de pose indiqueront la composante horizontale de la tension à réaliser dans les
câbles ainsi que la flèche maximum en fonction de la portée équivalente et de la température à
envisager. La portée équivalente pour chaque canton de réglage sera calculée par l’Entreprise sur
la base des portées réelles qu’il aura relevées au préalable.

A la fin du réglage, et sauf conditions météorologiques exceptionnelles, les conducteurs seront


fixés aux chaînes d’isolateurs suspendues de façon que ces dernières soient verticales. La
tolérance sur la flèche de réglage des conducteurs sera de + ou – 2%. Par contre, dans une portée
déterminée quelconque, les différences entre les flèches des divers conducteurs ne pourront pas
dépasser la moitié de la tolérance ci-dessus.

Les flèches des conducteurs seront contrôlées au moyen de mesures directes par visée de support
à support ou à l’aide du théodolite, sur simple demande du Maître d’œuvre.

La flèche des câbles devra être vérifiée dans deux portées au moins par canton de pose,
suffisamment écartées l’une de l’autre pour pouvoir apprécier l’uniformité de la tension. Il est à
noter que les mesures de flèches ne seront pas basées sur les côtes de niveaux indiquées sur le
profil en long, mais bien en situation réelle sur le terrain après l’implantation des supports.

S’il est constaté que la distance de garde au sol d’un conducteur est inférieure aux distances
réglementaires, l’Entreprise en avisera aussitôt le Maître d’œuvre et proposera les mesures
propres à y remédier.

Les conducteurs déroulés devront rester au repos sur poulie pendant 24 heures avant le réglage.
Le réglage des conducteurs s’effectuera après que tous ont été déroulés.

Entre les opérations de déroulage et de réglage, il devra s’écouler au minimum 24 heures.

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 23


D2
Après réglage, les câbles seront maintenus tendus pendant au moins 48 heures pour dissiper
l’énergie de torsion prise sur le touret et les laisser prendre une position stable. Passé ce délai le
réglage sera vérifié et les conducteurs pourront être fixés sur les chaînes d’isolateurs.

A 1.7.3.1 - Ancrages provisoires et ancrage d'équipements

Les ancrages provisoires de conducteurs et d'équipements de déroulage, seront placés en


alignement avec les conducteurs à ancrer ou à dérouler. L'angle formé par la ligne reliant le
croisillon le plus proche au point d'ancrage et la ligne horizontale ne dépassera pas 30°.

Les ancrages devront résister aux sollicitations les plus fortes auxquelles ils vont être -soumis,
avec un coefficient de sécurité de 3. Les pieds des poteaux ne seront pas utilisés comme points
d'ancrages à moins d'une autorisation expresse du Maître d'ouvrage et dans la mesure où l'on
protège suffisamment le support.

La tension sera appliquée aux conducteurs de façon à ne pas dépasser la tension indiquée sur le
tableau de pose; celui-ci est établi en tenant compte de ce que le câble conducteur subira un
certain fluage sous l'effet des oscillations auxquelles il sera soumis après la pose. Les tableaux de
pose des différents types de câbles seront remis à l'Entreprise par le Maître d'œuvre.

A 1.7.3.2 - Mesure de la température

L'Entreprise devra être munie d'un thermomètre de précision, sur lequel elle aura enroulé un brin
du conducteur. L'ensemble sera accroché en haut du support, sur le conducteur en attente de
réglage pendant 30 minutes minimum.

Au bout de ce temps, la température sera lue sur le thermomètre, et en fonction de cette dernière,
la flèche sera choisie sur le tableau de pose établie par l'Entreprise et vérifié par le maître
d'œuvre. Le réglage proprement dit se fait par la mise en place des nivelettes et le réglage à la
jumelle du conducteur à la flèche déterminée.

L'utilisation de dynamomètre n'est pas conseillée du fait du manque de précision de cet appareil.

La tolérance de réglage sera de l'ordre de 2%, mais dans tous les cas, les distances minimales
réglementaires par rapport au sol ou à d'autres croisements doivent être impérativement
respectées.

A 1.7.3.3 - Méthode de réglage

La méthode sera celle du métrage de flèches sur les portées préalablement déterminées sur les
tableaux de pose.

L'emploi de dynamomètres ne sera permis que comme moyen de vérifications ou


d'approximation.

On établira les portées de réglage et de vérification selon la longueur des parties à régler. Les
portées de réglage sont celles sur lesquelles on place la flèche. Leur longueur, de même que la

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 24


D2
différence de niveau devront être contrôlées avant l'opération de réglage. Les portées de
vérification serviront à contrôler les erreurs possibles de réglage, et spécialement par rapport au
fonctionnement des poulies de déroulage. Elles devront être éloignées le plus possible des
portées de réglage.

Les portées de réglage et de vérification seront établies de la façon suivante :

 Pour les cantons allant jusqu'à 5 portées: 1 de réglage et 1 de vérification ;

 Pour les cantons de 5 à 10 portées: 1 réglage et 2 de vérification ;

 Pour les cantons de plus de 10 portées: 2 réglages et 3 de vérification.

Les vérifications se porteront sur les portées les plus longues, ou celles qui présentent
d'importantes différences de niveaux.

Les portées de réglage, seront choisies parmi celles dont la longueur se rapproche le plus de la
portée moyenne du canton à régler, et sous lesquelles le terrain semble le plus de niveau.

A 1.7.4 - Mise sur pinces

En alignement, les câbles seront placés dans les pinces de suspension.

Les pinces de suspension utilisées pour attacher les conducteurs aux chaînes d'isolateurs seront
des pinces oscillantes. Pendant le montage des pinces de suspension, les chaînes d'isolateurs
seront maintenues verticales.

Lors du changement du conducteur des poulies aux pinces, on utilisera des outils et des
dispositifs de courbure assez protégés et amples pour éviter de causer des mortaises ou des
dommages au conducteur. Les couples de serrage spécifiés par le fabriquant de pinces seront
appliqués au moyen de clefs dynamométriques régulièrement calibrées. L'entrepreneur devra
obtenir du Maître d'œuvre, les informations et documents nécessaires.

Après la mise sur pinces, les chaînes d'isolateurs ne devront présenter aucune inclinaison
anormale dans le sens de la ligne; Le Maître d'œuvre se réserve le droit de vérifier la verticalité
de ces chaînes ainsi que la valeur correcte de la flèche des conducteurs. Cette vérification aura
lieu pour un canton donné, après le réglage des deux cantons adjacents.

Les pinces d'ancrage à serrage mécanique sont à installer de manière telle que le conducteur ne
se déforme pas en forme de cage, ni que les divers fils, conducteurs couches, ne soient soumis à
une sur-contrainte, ou que le conducteur soit endommagé ou déformé d'une manière quelconque.
A 1.8 - MANCHONS DE RACCORDEMENT ET DE REPARATION
Les manchons de raccordement seront de type à sertissage, et ceux de réparation seront effectués
avec des jonctions spiralées.

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 25


D2
Pour la réalisation de ces joints, l'Entreprise respectera les prescriptions fournies par le fabricant.
L'entrepreneur devra obtenir du Maître d'œuvre, les informations et documents nécessaires.

Lorsque la blessure d'un conducteur n'affecte pas plus de trois brins d'aluminium, soit qu'ils
soient cassés, soit qu'ils soient blessés sur une profondeur supérieure à 1/3 de leur diamètre, l'on
utilisera un manchon de réparation. Là où les dégâts sont plus importants, la section
endommagée du câble conducteur sera coupée et les extrémités jointes par un manchon de
jonction.

Dans une même portée, il ne sera toléré qu'un seul manchonnage. Il n'y aura pas de
manchonnage à moins de 10 mètres de la pince la plus proche.

Aucun manchon ne sera placé dans une portée croisant une grande route, une rivière ou des
lignes de télécommunication ou de transport d'énergie électrique.

Un inventaire de toutes les jonctions de raccordement et les jonctions de réparation sera tenu à
jour et transmis au Maître d'œuvre.
A 1.9 - BRETELLES
Les bretelles seront réalisées à l'aide de connecteurs bifilaires. L'Entreprise respectera les
prescriptions du fabricant quant à la pose de ces connecteurs.

Les bretelles devront être confectionnées en observant que les pinces et la bretelle de conducteur
restent dans le même plan vertical.

La confection de ces bretelles s'effectuera en même temps que la mise sur pince.

A 1.10 - SECTIONNEMENT DE LIGNE IACM


Le raccordement de la ligne sur l'Interrupteur Aérien se fait par chaînes d'ancrage.

Pendant les travaux le levier de commande peut être bloqué par cadenas installé par l'Entreprise.
A l'emplacement du levier de manœuvre, une plate-forme en béton armé sera montée, reliée à
toutes les pièces conductrices se trouvant à portée de la main.

La poignée de manœuvre est placée à 1,3 rn au-dessus de la plate-forme en béton.

La tringle rie de commande comprend en plus de la poignée de manœuvre, un levier


d'entraînement, un bloc d'articulation et 2 tuyaux en acier galvanisé. Il incombe à l'Entreprise de
régler la longueur des tuyaux de mouvement de façon à ce que la distance de déplacement du
tuyau entraîne correctement l'axe rotatif de l'interrupteur dans ses deux positions
"enclenchement" et "déclenchement".

Plate-forme de manœuvres :

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 26


D2
Il sera construit en béton au pied du support, au droit de la poignée de commande. Ses
dimensions sont d'environ 70 cm de côté et 7 cm d'épaisseur.
A 1.11 - NUMEROTATION DES SUPPORTS
La numérotation sera réalisée au pochoir avec de la peinture rouge ou noire sur la petite face du
support à une hauteur de 1,5 m du sol.
A 1.12 - ESSAIS
Il appartient à l'Entreprise, d'une part d'informer le Maître d'œuvre que les lignes sont prêtes pour
les essais et d'autre part, de participer aux essais en présence du concessionnaire, et suivant les
instructions du Maître d'œuvre.

A 1.12.1 – Essais de fonctionnement des interrupteurs et du Poste de transformation sur


support

Avant la mise sous tension, l'Entreprise fera la mesure de résistance de la terre des masses.

Après mise sous tension, l'Entreprise fera les essais de fonctionnement ci-après :

 à l'interrupteur de coupure en charge :

 Vérification des positions enclenchement et déclenchement,

 vérification de la coupure rapide de l'arc au niveau des couteaux,

 vérification du mouvement du crochet entraînement du couteau,

 manipulation répétée de la tringle rie pour juger la précision et la facilité de manœuvre.

 au poste de transformation sur support :

 choix de position du commutateur au transformateur en fonction de la tension à vide,

 vérification des tensions aux départs BT et EP,

 mesure de résistance de la terre des masses.

A 1.12.2 – Essais électriques

Les installations de câbles terminées devront subir un essai de tenue de tension. Cet essai sera
réalisé par le concessionnaire à la demande du Maître d'œuvre.

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 27


D2

A 1.13 - INSPECTION FINALE DE LA LIGNE


A la fin des travaux et avant la mise en service des ouvrages, le Maître de l'Ouvrage procédera à
une vérification générale de la ligne en présence de l'Entreprise.

Cette vérification portera sur la totalité des travaux (montage des supports et des armements,
verticalité des chaînes le long de la ligne, etc.). Pour cette vérification l'Entreprise doit mettre les
moyens nécessaires à la disposition du Maître de l'Ouvrage.

Pendant cette inspection finale, un rapport sera préparé sur la parfaite exécution de la ligne, en
indiquant tous les contrôles effectués.

A 2 - PLANS ET DOCUMENTS A FOURNIR PAR


L'ENTREPRISE
A 2.1 – Avant les travaux
L'Entreprise recevra de la CIE pour les travaux à réaliser, le plan de situation et des
recommandations suite aux études.
A 2.2 – Pendant les travaux
L'Entreprise devra noter en rouge sur un tirage propre réservé à cet effet, toutes les modifications
ayant eu lieu pendant les travaux, par exemple: modification sur profils en long, portées, type de
massif utilisé pour chaque support, etc.

Il devra remettre ces documents au Maître d'œuvre avec les explications nécessaires.

A 2.3 - A la fin des travaux


L'Entreprise complétera le carnet de piquetage de la ligne en ce qui concerne les portées
réellement exécutées. Toutes les modifications s'avérant nécessaires lors de l'exécution des
travaux seront reportées également dans le carnet de piquetage. Le document sera remis au
Maître d'œuvre à la fin des travaux.

L'Entreprise transcrira tous les détails sur les calques originaux qu'elle remettra au Maître
d'œuvre avec trois (3) tirages. Ces documents comporteront l'inscription "Plan conforme à
l'exécution".

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 28


D2
A 3 - MISE EN SERVICE DE LA LIGNE
AERIENNE OU DU CABLE SOUTERRAIN
La mise sous tension de la ligne aérienne ou du câble souterrain sera effectuée par le
Concessionnaire à la demande du Maître de l'Ouvrage et en présence de l'entrepreneur.

Un procès verbal de réception et de mise en service sera délivré par le Maître de l'ouvrage à
l'Entreprise.

A 4 - METRE
A la fin des travaux, l'Entreprise procédera sous le contrôle du Maître de l'ouvrage ou son
Délégué, au métré quantitatif contradictoire des prestations réalisées sur le chantier.

Ce document sera joint au procès verbal de réception pour la facturation du décompte définitif de
l'Entreprise.

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 29


D2

B – OUVRAGES DE POSTE DE
TRANSFORMATION
B 1 – POSTE DE TRANSFORMATION SUR
POTEAU (H61)

B 1.1 - ETENDUE DES TRAVAUX


Les ouvrages qui font l'objet des présentes spécifications techniques sont les équipements des
postes HTA/BTA sur poteau en 33 kV.

Ils sont destinés à alimenter l'extension et le renforcement de réseaux MT dans les centres de
consommation des localités concernées par le projet FACILITE ENERGIE UE/ACP.

Les matériels d'équipement des postes H 61 sont :

 les parafoudres,

 le transformateur de puissance triphasé,

 le coffret disjoncteur BT haut de poteau complet,

 le câble BT de liaison transformateur-coffret BT.

Tous ces matériels seront montés par l'Entreprise suivant le plan fourni par le Maître- d'œuvre.

B 1.2 - Parafoudres
B 1.3 –Transformateur de puissance triphasé
Il est du type triphasé 50 KVA ou 100 KVA ou 160 KVA, étanche, à remplissage intégral, à
isolement dans l'huile et à refroidissement naturel.

Le transformateur est muni de crochets pour faciliter et permettre son accrochage par
l'intermédiaire d'une ferrure de fixation au sommet du support sur une console métallique.

La console métallique et la ferrure sont à fournir et à installer par l'entrepreneur.

Les transformateurs ne doivent pas nécessiter de traitement avant montage. Les poids
approximatifs sont les suivants :

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 30


D2
--Transformateur triphasé :

50 KVA 310 Kg

100 KVA 655 Kg

160KVA 840 Kg
B 1.4 - Coffret BT haut de poteau
La protection BT se fera par disjoncteur sous coffret isolant en polyester et les manœuvres seront
effectuées à partir de la base du poteau au moyen d'une commande mécanique.
B 1.5 - Liaison transformateur - coffret BT
La liaison transformateur - coffret BT sera réalisée en câble aluminium isolé au PRC à 6000V de
section 3x70+54,6mm² (pour les transformateurs de 50 et 100kVA) et 3x150+70mm²
(transformateurs 160kVA).
B 1.6 - Précautions à prendre par l'Entreprise lors du raccordement
 Diriger les extrémités des conducteurs (côté transformateur et côté ligne basse tension) vers
le bas, afin d'éviter les infiltrations d'eau dans les gaines (hauteur de la crosse: environ 15
cm).

 Eviter de blesser la gaine isolante et de dénuder au minimum les extrémités afin que
l'ensemble BT ait une tenue diélectrique suffisante.

 Raccorder le pôle neutre du disjoncteur de façon que lorsque l'appareil est ouvert, la masse
du poste soit réunie au neutre du transformateur et non au neutre du réseau (voir schéma de
raccordement à l'intérieur du coffret).
B 1.7 - Outillage
L'Entreprise fournira tout l'outillage et la matière consommable en quantité suffisante pour
l'exécution des lignes de distribution dans les délais prévus et suivant les règles de l'art.
B 1.8 - Accessoires
L'Entreprise fournira tous les petits matériels entrant dans le montage des lignes; aucun matériel
ne sera fourni par la CIE.
B 1.9 – Mises à la terre
Les mises à la terre seront du type CIE, et seront situées au niveau des supports d'IACM et des
Postes de transformation MT/BT.

Une fois la mise à la terre effectuée, on procédera en présence du Maître d'œuvre à une mesure
de la résistance de terre. Dans le cas où celle-ci serait supérieure à 20 Ohms, l'Entreprise
procédera à une amélioration de la résistance de terre par confection d'une nouvelle terre.

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 31


D2

C – OUVRAGES EN BASSE TENSION ET


ECLAIRAGE PUBLIC
C 1 - STRUCTURE DES RESEAUX BT/EP
Les réseaux BT des quartiers sont de structure radiale simple. Cette structure qui s'étend le long
des rues ne ménage qu'un seul point de raccordement avec la sortie BT du poste de
transformation.

Par ailleurs, le réseau BT n'est pas bouclé sur lui même quel que soit le plan de lotissement du
quartier concerné. Chaque réseau arborescent est alimenté par un seul transformateur; dans le cas
du poste Haut de poteau H61 un ou deux départs BT et pour le poste en cabine H59 équipé de
tableaux urbains réduits (TUR) BT à plusieurs départs.

Dans les villages et les localités présentant une certaine étendue, le réseau complet est formé de
sous-réseaux arborescents indépendants les uns des autres et dont les transformateurs sont
alimentés par une ligne de distribution MT raccordée à l'artère principale de répartition par un
interrupteur aérien qui permet de connecter ou de déconnecter l'ensemble.

Le réseau BT est aérien et monté sur des supports béton (aux alignements, aux arrêts et aux
angles).

Chaque réseau arborescent est conçu en respectant les critères suivants :

 limitation de la chute de tension maximale en extrémité de ligne à 7,5 % dans le réseau de


distribution.

 limitation de la chute de tension dans le réseau d'éclairage public à 5 %, compte tenu du


réglage à vide du transformateur de + 5 % de manière à faire fonctionner les lampes dans une
plage de tension comprise entre 0,95 et 1,05 fois la tension minimale ;

 limitation des pertes de puissance active dans le réseau à 10 % de la puissance injectée ; la


portée moyenne entre deux supports est de 45m.

 chaque support est équipé d'un foyer d'éclairage public.

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 32


D2
C 2 - ETENDUE DES TRAVAUX
La réalisation et le montage des réseaux BT s'effectueront conformément à la conception des
réseaux des différentes localités, comme indiqué sur les avant-projets d'exécution qui seront
remis par le Maître d'œuvre à l'Entreprise avant le démarrage des travaux.

Les travaux à exécuter sont :

 débroussaillage des tracés dans les rues non ou insuffisamment ouvertes,

 transport et stockage de tout le matériel de montage et de l'outillage nécessaire à la


construction du réseau,

 exécution des travaux préparatoires,

 exécution des fouilles, fondations et pose des supports,

 confection des prises de terre du neutre ainsi que leur raccordement,

 pose du matériel de fixation des câbles torsadés aux supports,

 déroulage, jonction, tirage réglage et mise sur pinces des câbles torsadés,

 raccordement des câbles BT/EP à disjoncteur BT du poste sur support,

 réalisation de l'éclairage public,

 contrôle et vérification des travaux exécutés,

 essai de fonctionnement de l'appareillage installé dans le réseau,

 mesure des résistances de prise de terre, effectuées en présence du Maître de l'ouvrage,

 mise en place des plaques de numérotation,

 ouvrages spéciaux pour l'exécution des travaux de traversée des voies publiques, lignes
électriques, lignes de télécommunication,

 tous les travaux de remaniement qui devraient être effectués même après l'achèvement des
lignes, pour que l'installation réponde à toutes les prescriptions et règlements en vigueur,

L'énumération des principales étapes ci-dessus des travaux ne limite en aucun cas la
responsabilité de l'Entreprise pour l'accomplissement de tous les travaux suivant les règles de
l'art et la fourniture de l'outillage, main-d'œuvre, équipement et matériels complémentaires
exigés par les documents du contrat.

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 33


D2
C 3 - SUPPORTS DE LIGNE BT
Les supports du réseau BT/EP utilisés dans le présent projet sont :
C 3.1 - des supports béton
Les supports bétons utilisés sont de classe A et de hauteur 9 m ou 10 m, d'effort 200, 300, 500,
650 et 800 daN, le poids de ces poteaux varie de 860 à 1 230 kg environ.

Ils sont utilisés aux alignements, aux arrêts (ancrages), aux angles et aux dérivations.

C 4 - TRAVAUX PREALABLES
C 4.1 – Débroussaillage et Elagage
Les spécifications de l'article A 1.1.1.1. seront d'application mais l'Entreprise devra, pendant les
travaux, éviter au maximum les dégâts sur les arbres fruitiers et arbres d'ombrage situés le long
des voies à électrifier.

C 4.2 - Accès
Le tracé des lignes "en Basse Tension" se situe le long des rues des localités à électrifier.

C 5 - ALIGNEMENT ET IMPLANTATION DES


SUPPORTS
Pour le profil en long des tracés de lignes de distribution BT/EP, Les spécifications de l'article
A1.1.2 seront d'application.

En basse tension, le réseau sera implanté à 0,5m de l'alignement des bornes (côté chaussée) de la
voie considérée.

Les plans de lotissement varient d'une localité à une autre, aussi est-il expressément demandé à
l'Entreprise d'éviter l'implantation des supports:

 aux entrées de concessions (logements, garages, boutiques…)

 aux endroits à forte fréquentation (marché, place publique, aire de fêtes etc.),

 dans l'enceinte des écoles.


C 5.1 – Fouilles et Massifs de Fondation
Tous les quartiers et localités du présent projet sont situés sur un sol ferme en dehors des vallées
marécageuses. De ce fait, les fouilles et les fondations en béton à exécuter pour les supports
béton sont comme définies aux points A1.2 et A1.3 de la présente spécification.

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 34


D2
C 5.2 – Remarques générales sur les fouilles
Les travaux se réalisant dans les zones habitées et non éclairées au départ, il est formellement
interdit à l'Entreprise de laisser les fouilles ouvertes plus de 48 heures avant l'implantation des
supports. Elle devra prendre toutes précautions nécessaires pour la protection contre les
personnes et particulièrement les enfants. Sa responsabilité demeure engagée quant aux
conséquences éventuelles qui pourraient survenir du fait de la non observation de ce principe.

C 6 - TRANSPORT ET MANUTENTION DES


SUPPORTS
C 6.1 – Supports béton
Les spécifications des points A 1.4..2 restent d'application.
C 6.2 – Levage des supports
Les spécifications du point A1.4.2 restent d'application.

NB: Les travaux se déroulant à proximité des habitations, l'Entreprise devra prendre toutes les
précautions utiles pour prévenir tout risque d'accident.

C 7 - MONTAGE DES ACCESSOIRES DE CABLES


TORSADES
C 7.1 - Pince de suspension
Les câbles torsadés sont suspendus à l'aide d'une pince oscillante formée d'un berceau destiné à
recevoir toute la torsade. La pince est suspendue à un crochet (console) solidaire d'une tige, qui
traverse le support béton et qui est bloqué à l'autre côté par rondelle et écrou.

C 7.2 - L'ancrage
L'ancrage du câble torsadé est réalisé à l'aide d'une pince du type à coincement conique.

La fixation des pinces d'ancrage aux supports d'angle, d'arrêt et d'étoilement est réalisée à l'aide
d'une console.

Cet ensemble peut se transformer en ensemble double par l'adjonction d'une seconde pince
identique à la précédente.

 la hauteur du poteau hors sol est de 8 m,

 les torsades sont ancrées à 0,25 m du sommet.

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 35


D2
Tous les matériels d'ancrage et de suspension sont basés sur le principe qu'aucun effort
mécanique important ne doit être appliqué aux conducteurs de phase.

C 8 - DEROULAGE DU CABLE TORSADE


C 8 1 – Spécifications techniques du câble
Les câbles utilisés pour le réseau basse tension seront du type pré-assemblé en faisceau
comprenant :

- un câble porteur isolé de section 54,6 mm2 en almélec,

- trois câbles de phases isolés de sections 3 x 35, 3x50, ou 3x70 mm2 en Aluminium

- un câble isolé de section 16 mm2 servant de phase pour l’éclairage public (EP). L'isolement de
ces conducteurs est en PRC,

- seul le neutre de la torsade est porteur et par conséquent devra être tendu à l'installation. Les
conducteurs de phase et de l'EP sont considérés comme supportés par le neutre,
C 8.2 – Etendue des travaux
Les principaux travaux à réaliser lors du déroulage des câbles torsadés sont, sans que cette
énumération soit limitative :

- approvisionnement de l'outillage, treuil ou tracteur (déroulage sous tension),

- transport de tourets à pied d'œuvre,

- installation des gabarits de protection aux traversées de routes, etc.

- fixation des poulies aux supports,

- déroulage du câble torsadé sur le tronçon prévu,

- tirage et réglage du câble torsadé,

- confection des manchons de raccordement éventuel,

- mise sur pince de suspension et d'ancrage,

- réalisation des raccords par connecteurs,

- retour au dépôt du Maître d'œuvre des tourets vides et du matériel excédentaire repris
par lui,

- évacuation des matériaux d'emballage,

- remise en état des lieux.

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 36


D2
C 8. 3 – Tirage des câbles
Les dispositions du point A 1.7 restent d'application.

En particulier, les câbles torsadés seront déroulés avec attention pour éviter toute éraflure,
entaille ou autre dommage.

Durant les opérations de déroulage, on veillera à éviter toute surcharge des supports.

Les poulies de déroulage ne devront causer aucun dégât aux câbles torsadés. Elles seront en
matière plastique, à faible friction, de préférence à roulement- à billes. Elles auront un diamètre
minimum en fond de gorge de 160 mm et un diamètre de gorge de 40 mm.

Les poulies seront accrochées, soit au crochet de la pince de suspension, soit à l'aide d'un
dispositif de fixation de poulies directement au support, à hauteur du crochet pour faciliter la
mise en place de la pince de suspension.

Si, par suite de mauvaise conditions atmosphériques ou de panne d'engin, il s'avère nécessaire de
laisser le câble torsadé sur la poulie pendant les travaux de déroulage, le câble devra être laissé
suspendu avec une flèche correspondant au moins à deux fois la flèche normale.

Les manchons de raccordement seront du type à compression. Dans une même portée, il ne sera
admis qu'un seul joint. Un inventaire de toutes les jonctions sera tenu à jour et transmis au Maître
d'œuvre.
C 8. 4 – Réglage de câble torsadé
Le réglage des câbles torsadés se fera de façon similaire à celle des câbles conducteurs de lignes
aériennes. Les spécifications générales de l'article A1.7.3 seront d'application.
C 8. 5 – Mise sur pinces
C 8 .5. 1 - Alignement

Les câbles torsadés seront suspendus à l'aide d'une pince oscillante formée d'un berceau destiné;
à recevoir le neutre porteur. L'intérieur du berceau est garni d'un manteau de néoprène qui
enserre le câble neutre et évite une détérioration de l'isolant au niveau de la pince. Le neutre est
serré dans la pince à l'aide d'une vis papillon, ce qui évite l'emploi d'une clé. Ce type de pince
permet un angle de déflexion maximum de la ligne égal à 15°.

C 8 .5. 2 - Ancrage

Les câbles torsadés sont ancrés à l'aide d'une pince du type à coincement conique. Le maintien
du neutre porteur dans les pinces d'ancrage s'effectue par coincement à l'aide de fourrures en
matière isolante.

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 37


D2
C 8 .5. 3 - Dérivation

Le raccordement des dérivations de lignes sera réalisé à l'aide de connecteurs à perforation


d'isolement. Lors du serrage des écrous, les mâchoires dont chaque gorge est munie, perforent
l'isolation des deux câbles et assurent le contact entre eux. Cette conception évite de devoir
dénuder les câbles à droite de la dérivation, maintient l'isolement partout, le long des conducteurs
et autorise même la réalisation d'un branchement sous tension sans aucun danger.

C 8 .5. 4 – Mise en œuvre des raccordements

Les raccordements des dérivations devront se faire par perforation d’isolant et non par dénudage
des conducteurs.

C 9 - ECLAIRAGE PUBLIC

C 9. 1 – Mise en place des foyers lumineux


L'éclairage public sera constitué de luminaires de type fermé, avec appareillage à amorçage et à
correction de cosinus (Phi) et équipés de lampes au sodium haute pression (SHP) de puissance
250W ou 150W.

Chaque support est équipé d'un seul lampadaire. Le lampadaire complet est composé d'un
luminaire, d'une lampe SHP 250 W ou de 150 W, des fils de raccordement souple de 2,5 mm2,
d'une crosse métallique et d'un dispositif de fixation sur support béton.

La crosse du luminaire est en tube acier cylindrique galvanisé creux .Elle est percée de deux
trous pour permettre la fixation sur le poteau .Elle sera de 1,50 m ou de 2,00 m d'avancée. La
crosse doit être orientée perpendiculairement à la rue. En bout de réseau la fixation est réalisée à
l'aide de ferrures de fixation sur les supports en béton. .

Il incombe à l'Entreprise de fournir le petit matériel et de réaliser les travaux suivants, sans que
cette énumération soit limitative :

- approvisionnement de l'outillage, échelles etc.,

- transport de caisses et de matériel à pied d'œuvre, montage du dispositif de fixation au


support,

- montage et orientation correcte du lampadaire,

- raccordement du lampadaire par 2 connecteurs au conducteur EP et au neutre,


évacuation du matériel d'emballage,

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 38


D2
C 9. 2 – Coffret d'Eclairage Public
Le coffret est réalisé en polyester armé de fibres de verre, et comprend une cuve et un couvercle ;
le tout est étanche à la pluie et à la poussière.

La cuve est pré-percée de quatre (4) trous de diamètre 8 mm et est équipée des éléments
suivants:

- 1 sectionneur porte-fusible,

- 1 contacteur et relais thermique,

- 1 interrupteur mono simple allumage pour la commande manuelle,

- 1 bornier pour le raccordement des câbles de sorties.

Le coffret sera livré par l'Entreprise, équipé et câblé prêt à fonctionner. Un contrôle de la
conformité sera fait par le Maître d'œuvre avant son raccordement au réseau par l’Entreprise.

L'emplacement du coffret sur le réseau BT sera judicieusement choisi et proposé au maître


d'œuvre. De préférence il sera situé au pied du support d'étoilement le plus proche du poste de
transformation. Au sommet de ce support, et du côté opposé à la crosse, sera installée la cellule
photoélectrique : le LUMANDAR. La flèche gravée sur le socle sera toujours dirigée vers le Sud
au moment de l'installation du LUMANDAR.

L'Entreprise exécutera tous les raccordements du LUMANDAR au coffret EP.

C 10 - MISES A LA TERRE
La terre à confectionner est du type CIE.
C 10.1 - Emplacement
- Terre des masses: elle sera réalisée au pied du support du poste de transformation.
L'Entreprise réalisera tous les raccordements de liaison de la terre à la masse
(transformateur, parafoudres, disjoncteur BT, TUR).

- Les prises de terre du neutre (terre de service) seront réalisées par piquets au pied du
support et seront situées :

o au premier support béton (en général) après le transformateur MT/BT. Cette


terre est directement reliée au réseau B.T.

o sur les faisceaux BT: certains poteaux d'extrémité des lignes B.T., environ
tous les 300 rn

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 39


D2
C 11 - TRAVAUX ANNEXES
C 11. 1 – Numérotation des poteaux
La numérotation des supports sera réalisée à l'aide de chiffres en aluminium qui seront collés sur
les poteaux Bétons.

Les chiffres sont à orienter du côté rue pour qu'ils soient rapidement lisibles à partir d'un
véhicule d'entretien.

Les chiffres sont à fournir par l'Entreprise.


C 11.2 – Raccordement des lignes B.T. /E.P au poste de transformation
A une hauteur de 7,1 rn environ du niveau du sol, le perçage du support du poste de
transformation permet l'ancrage de câbles torsadés BT/EP.

Le raccordement du réseau B.T. au poste de transformation se fera par câbles à travers le


disjoncteur B.T. qui en assure la protection contre les surtensions en basse tension.

 Liaison transformateur -disjoncteur B.T.: Elle est réalisée en conducteurs isolés ; B.T. de
section 70 ou 150 mm² PRC,

 Départ B.T : Il est réalisé en conducteurs isolés pré-assemblés avec neutre porteur ancré sur
le support. Cette liaison est directe au disjoncteur.

C 12 - PLANS ET DOCUMENTS A FOURNIR PAR


L'ENTREPRISE
Les dispositions du point A3 restent d'application.

C 13 - ESSAIS TECHNIQUES
Il appartient à l'Entreprise, d'une part d'informer le Maître d'œuvre de ce que les lignes sont
prêtes pour les essais et d'autre part, de conduire ces essais en présence et suivant les instructions
du Maître de l'ouvrage.

Le niveau d'isolation des trois phases sera mesuré avant la mise sous tension.

Les essais de fonctionnement des lignes BT/EP seront effectués en présence du représentant du
Maître de l'Ouvrage et seront concentres particulièrement sur:

 le bon fonctionnement de l'éclairage public,

 la mesure de la tension (entre phases et entre phases et neutre).

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 40


D2
L'Entreprise effectuera toute autre mesure jugée nécessaire et demandée par le Maître de
l'Ouvrage.

C 14 - INSPECTION FINALE DU RESEAU BT/EP


Les spécifications de l'article A1.13 seront d'application.

C 15 - MISE EN SERVICE DU RESEAU BT/EP


La mise sous tension des ouvrages sera effectuée par le Concessionnaire à la demande du Maître
de l'Ouvrage et en présence de l'entrepreneur.

NB: Sous quelque prétexte que ce soit, l'Entreprise ne devra en aucun cas effectuer d'essai
technique en l'absence du Maître d'œuvre, ni mettre sous tension les ouvrages construits.

D - TRAVAUX D’OUVERTURE DES


LAYONS
D 1 - ENTENDUE DES TRAVAUX
D'une façon générale les travaux, objet de la présente spécification, concernent l'ouverture du
layon ayant pour axe le tracé défini par le géomètre, et matérialisé sur le terrain par des piquets
d'alignement et des bornes d'angles.

Les travaux comprennent notamment :

- Ouverture d'un layon suivant le tracé et le plan définis de la ligne, consistant en


l'abattage, au dégagement des troncs d'arbres et des broussailles.

- Réalisation d'une piste carrossable de 3 m de large dans le layon.

- Abattage des arbres se trouvant dans le dièdre de dégagement à 45 degrés de part et


d'autre du layon.

- Les pistes d'accès demandées par le maître de l'ouvrage en dehors de ceux nécessaires
pour l'exécution du présent contrat.

Le contractant, pour mener à bien les travaux mentionnés plus haut, devra disposer de tous les
outils, véhicules et équipements nécessaires.

D 2 - DOCUMENTS DE TRAVAIL
Les travaux seront réalisés à partir du plan d'itinéraire et du profil en long fournis par la CIE.

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 41


D2

D 3 - SEQUENCE DES TRAVAUX


D 3 1 - Recherche de piquets
Le contractant devra retrouver les piquets qui ont servi au balisage de l'axe du layon; le contour
de ces piquets sera bien dégagé; ils ne doivent pas être déplacés ni détruits.
D 3 2 - Zone de dégagement
Une zone sera dégagée sans dessouchage des arbres et broussailles de part et d'autre de l'axe
défini ci-dessus sur une largeur totale "a=8 m".
D 3.3 - Zone de plantation
Dans cette zone de plantations agricoles, un passage carrossable de 3 m uniquement est à
prévoir.
D 3.4 - Zone de défrichement
Les arbustes seront coupés à ras du sol, toutes les branches et chicots devront être dégagés;
aucune souche ne doit exister.
D 3.5 - Piste carrossable
Une piste de circulation de 3 mètres sera aménagée dans la zone de défrichement, elle servira
d'accès aux véhicules participant à la construction de la ligne et par la suite à ceux utilisés pour la
visite et l'entretien par le personnel de l'exploitant.

Cette piste de circulation ne pourra être interrompue que par la présence d'obstacles naturels
importants tels que marécages, marigots, rivières, gros rochers en place, dénivellation ou pente
trop accentuée du terrain naturel.

D 3 6 - Piste d'accès
Le contractant exécutera toutes les pistes d'accès au layon rendues nécessaires pour les
approvisionnements de la ligne.
D 3 7 - Dièdre de 45 degrés par rapport à l'horizontal
Dièdre de 45 degrés par rapport à l'horizontal à partir des points définis par les distances de garde
de part et d'autre de l'axe du layon, tous les arbres et plantes de grandes hauteurs dont les
sommets sont dans l'emprise du dièdre de 45 degrés par rapport à l'horizontal, seront abattus au
pied. Cette disposition permet d'éviter que les grands arbres ou plantes atteignent les conducteurs
en cas de chute.

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 42


D2
D 4 - ETAT DU CHANTIER A LA FIN DES
TRAVAUX

D 4.1 - Documents à remettre à la CIE à la fin des travaux


Il sera relevé par le contractant un état précis des destructions de biens pouvant engendrer une
indemnisation ainsi que les noms des propriétaires. Ces indications seront reportées sur un
exemplaire du profil qui sera remis à la CIE.
D 4.2 - Constats
Une expertise des dommages causés aux tiers sera effectuée en présence des victimes, de la
SOPIE et du service administratif compétent.
D 4 3 - Indemnisation
Les indemnisations occasionnées par la réalisation des travaux de déforestation sont à la charge
de la CIE.

D 5 - OBLIGATIONS

D 5 1 - Paiement des indemnités


Le contractant s'interdit de prendre au nom de la CIE tout engagement de paiement des
indemnités de quelque nature que ce soit.
D 5 2 - Capacité manuelle et matérielle
Le contractant doit, au moment de son offre, remettre la liste détaillée du personnel et du
matériel qu'il compte utiliser pour le chantier.
D 5.3 - Dispositions préventives contre les feux de brousse
 L'utilisation des feux de brousse comme moyen de débroussaillage est strictement interdite.

 Le contractant veillera à ce que les feux pour préparation de nourriture soient soigneusement
éteints à la fin du repas.

 Le contractant s'engage à supporter seul les responsabilités des dommages causés à la nature
et/ou à des tiers par le feu qu'il aurait allumé et à tenir la CIE indemne de toute poursuite
judiciaire. En outre, il s'expose à des poursuites judiciaires.
D 5 4 - Déplacement d'engin à chenilles
 Afin d'éviter la détérioration des chaussées, l'entrepreneur prendra toute disposition utile pour
assurer l'approvisionnement en engin à chenille (bulldozer) sur le chantier par porte-char,

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 43


D2
 Le contractant s'engage à assumer seul et à la décharge de la CIE la responsabilité de tout
dégât causé à la chaussée du fait de la circulation de ses engins
D 5.5 - Traversée des lieux sacrés
Si le tracé de la ligne rencontre un lieu sacré impossible à éviter et dont la traversée nécessite des
sacrifices coutumiers, le contractant prendra à sa charge les frais relatifs à ces sacrifices. Ces
frais seront pris en compte dans le décompte définitif des travaux.

D 6 - RECEPTION DES TRAVAUX


A la fin des travaux et à la demande du contractant, la CIE procédera au métré contradictoire et
à la réception des travaux en présence du contractant ou de son représentant. Un procès -verbal
de réception sera délivré au contractant par la CIE une fois que toutes les réserves éventuelles
auront été levées.

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 44


D2

E – FOURNITURE DE MATERIEL
E.1. - ETENDUE DU CAHIER DE
SPECIFICATIONS TECHNIQUES :
Le présent cahier des spécifications techniques s’applique à la fourniture du matériel prévu dans
le cadre des travaux complémentaires des 45 localités du dossier ‘Renforcement et extension
du réseau électrique de distribution dans 107 localités en milieu rural en Cote d’ivoire’. Il
prescrit les exigences et conditions de conception, de fabrication, d’approvisionnement du
matériel prévu dans ce marché.

E.2. - OBJET DU MARCHE :


Il s’agit de :

- la conception, la fabrication et la livraison de matériels électriques.

- La fourniture de toute la documentation permettant, la mise en œuvre, l’exploitation


et la maintenance du matériel fourni.

La liste du matériel à fournir est contenue dans le bordereau de prix ci-joint

Pour chaque famille de matériel, le fournisseur fera obligatoirement une proposition d’offres sur
chaque matériel du bordereau de prix.

E.3. - CONSISTANCE DE LA FOURNITURE :


L’ensemble du matériel défini dans ce présent dossier (nécessaire à la bonne exécution du
marché), sera fourni en totalité par le contractant.

Chaque ligne du bordereau de prix correspond à un matériel précis, et s’entend avec tous ses
accessoires de bonne mise en œuvre, et de bonne exploitation (visserie de fixation, manivelle de
manœuvre, huile isolante pour transfo, etc…)

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 45


D2
E.4. - PRESCRIPTIONS TECHNIQUES
GENERALES :
E.4.1- Conditions environnementales :
Tout équipement destiné à être installé à l’air libre doit être conçu pour les conditions
environnementales suivantes :

Température maximale : 45 °C

Température minimale : 12 °C

Température moyenne : 28 °C

Niveau isokéraunique : 120

Altitude au dessus du niveau moyen de la mer : 1000 m

Humidité relative : 100%

Vitesse du vent : 120 km/h

Pluviométrie moyenne : 1900 mm/année

Niveau de pollution : selon l’environnement spécifié

E.4.2 - Caractéristiques générales du réseau :


E.4.2.1 - Tension nominale :

Pour le niveau ’30 kV’ : 33 kV

E.4.2.2 - Tension d’isolement ou tension assignée :

Pour le niveau ’30 kV’ : 36 kV

E.4.2.3 - Tension de tenue électrique :

Pour le niveau ’30 kV’ :

Tension de tenue à l’onde de choc : 170 kV

Tension de tenue à la fréquence industrielle : 70 kV

E.4.2.4 - Régime de mise à la terre du neutre :


CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 46
D2
Le neutre en 30 kV est mis à la terre par une résistance.

E.4.2.5 - Fréquence du réseau

La fréquence nominale est de : 50 Hz

La variation maximale est de +/- 1 Hz

E.4.3 - Prescriptions générales relatives au matériel


E.4.3.1 - Principes généraux et guide de conception :

Concevoir le matériel afin de faciliter l’exploitation, l’inspection et la maintenance.

Concevoir le matériel pour une exploitation satisfaisante dans les conditions climatiques
spécifiées et pour les variations de charge, de tension et condition d’effort sur le système y
compris celles dues aux courants de courts circuits et autres défauts.

Concevoir le matériel de sorte que la pesanteur, le vent, la pression et les vibrations soient sans
influence sur leur fonctionnement.

Intégrer dans la conception toutes les précautions raisonnables pour assurer la sécurité de tout le
personnel d’exploitation et de maintenance.

Concevoir le matériel de manière à éviter tout contact accidentel du personnel avec des parties
sous tension.

Concevoir le matériel de sorte à minimiser les troubles pouvant être occasionnées par les dépôts
de poussière, d’humidité et de sel.

Concevoir le matériel pouvant supporter les niveaux actuels de courants de court circuit.

Concevoir le matériel simple, fiable, facile à maintenir et à exploiter, permettant de minimiser les
coûts de maintenance et d’exploitation.

E.4.3.2 - Matériel

Tout le matériel doit être neuf, de la meilleure qualité et de fabrication récente. Il doit être le
mieux indiqué pour l’exploitation dans les conditions spécifiées.

Le matériel de même type doit être interchangeable. Dans le cas où elles sont fournies, les pièces
de rechanges doivent être identiques aux pièces qu’elles doivent remplacer.

Prendre les dispositions pour réduire, voire annuler les effets de la corrosion et des dépôts de
poussière sur le matériel.

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 47


D2
Peindre toutes les surfaces extérieures non galvanisées du matériel. La peinture devra être
résistante à la chaleur, aux températures extrêmes et à l’épreuve des intempéries.

Munir les matériels suivant d’une plaque signalétique : Transformateur, Cellule, Disjoncteur
Haut de poteau, Interrupteur aérien. En plus pour ce type de matériel, et pour les autres matériels,
fournir une notice de présentation, de montage, d’entretien et d’exploitation, et une notice
donnant les caractéristiques techniques.

Les étiquettes et plaques signalétiques sur le matériel devront être en acier inoxydable et fixées
sur le matériel avec des vis auto-taraudeuses. Inscrire en langue française, toutes les informations
sur les étiquettes et les plaques signalétiques.

E.4.3.3 - Normes :

Tout le matériel doit être conforme aux éditions les plus récentes de la norme CEI (Commission
Electrotechnique internationale) ou tout autres normes équivalentes et validées par le maître
d’œuvre, ou assurant une qualité supérieure.

CEI 71-1 Coordination de l’isolement

CEI 694 Clauses communes pour les normes de l’appareillage à haute tension.

CEI 76 Transformateur de puissance

CEI 137 Traversées isolées pour tensions alternatives supérieures à 1000 V

CEI 296 Spécifications des huiles minérales isolantes neuves pour transformateurs et
appareillage de connexion.

CEI 129 Sectionneur et sectionneur de terre à courant alternatif

CEI 265 Interrupteur à haute tension

CEI 99 Parafoudre

CEI 120 Dimensions des assemblages à rotule et logement de rotule des éléments de
chaînes d’isolateurs.

CEI 168 Essais des supports isolants et éléments des colonnes d’intérieur et extérieur,
destinés à des installations de tension nominale supérieure à 100 V

CEI 207 Conducteurs câblés en Aluminium

CEI 209 Conducteurs en Aluminium - Acier

CEI 305 Caractéristiques des éléments de chaînes d’isolateurs du type capot et tige.

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 48


D2
CEI 372 Dispositifs de verrouillage pour les assemblages à rotule et logement à rotule des
éléments de chaînes d’isolateurs ; dimensions et essais.

CEI 183 Guide pour le choix des câbles haute tension

CEI 228 Ames des câbles isolés

CEI 230 Essai de choc des câbles et de leurs accessoires

CEI 391 Marques de repérage des conducteurs isolés

CEI 282 Coupe circuit à fusibles haute tension

CEI 298 Appareillage sous enveloppe pour courant alternatif de tensions assignées
supérieures à 1 kV et inférieures ou égales 52 kV.

CEI 947 Appareillage basse tension

Le fournisseur précisera pour chaque matériel, la norme sur la base de laquelle le matériel
a été fabriqué.
E.4.4 - Livraison du matériel
E.4.4.1 - Généralités :

Le contractant fait de son affaire, la livraison jusqu’aux sites du chantier, l’ensemble du matériel
prévu dans le cadre de ce projet.

Il doit concevoir les emballages de manière à :

. supporter tous les aléas relatifs à leur manutention

. résister aux diverses contraintes de transport par voie terrestre, maritime ou aérienne.

. résister à des périodes d’entreposage pouvant se prolonger sur la période de mise en œuvre du
projet (3 ans), dans les conditions climatiques stipulées au chapitre

E.4.4.2 - Matériel électrique :

Lorsque des dispositifs sont enlevés d’un matériel pour rendre son transport commode, les
orifices ouverts doivent être convenablement bouchés.

A l’exception des conducteurs et des supports, le matériel doit être toujours expédié dans des
caisses.

Les conducteurs doivent être livrés en tourets avec les longueurs normalisées.

Dans tous les cas, le matériel doit être livré conformément aux prescriptions de l’article 37 du
Journal officiel des Communautés européennes.

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 49


D2
E.4.5 - Limites de responsabilité du fournisseur :
La responsabilité du Contractant, quant à ce qui concerne la qualité du matériel, ne se limite pas
à la livraison du matériel, mais aussi à la mise en service effective des ouvrages, même si la mise
en œuvre est faite par un autre Contractant.

E.5. - PRESCRIPTIONS TECHNIQUES


PARTICULIERES :
E.5.1. - ETENDUE DU CAHIER DE SPECICATIONS
TECHNIQUES PARTICULIERES:
Cette partie prescrit de façon particulière, les exigences de la conception de chaque matériel
prévu dans le marché FACILITE ENERGIE UE/ACP RURAL et listé en annexe 2.

Pour chaque type de matériel, la quantité est spécifiée dans le bordereau de prix ; nous nous
contenterons donc, dans ce chapitre, à décrire le matériel concerné.

E.5.2. - SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVE AUX SUPPORTS


BETON ARME :
E.5.2.1 - Désignation :

Support béton armé (hauteur en m / effort en daN)

E.5.2.2 - Donnée de base :

Support béton armé 9/200

Support béton armé 9/400

Support béton armé 9/650

Support béton armé 9/800 A

Support béton armé 10/400 A

Support béton armé 10/650 A

Support béton armé 11/800 A

Support béton armé 11/1250 A

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 50


D2
Support béton armé 12/300 A

Support béton armé 12/400 A

Support béton armé 12/650 A

Support béton armé 12/800 A

Support béton armé 12/1000 A

Support béton armé 12/1250 A

Support béton armé 13/300 A

Support béton armé 13/500 A

Support béton armé 13/650 A

Support béton armé 13/800 A

Support béton armé 13/1000 A

Support béton armé 13/1250 A

Support béton armé 15/500 A

Support béton armé 15/800 A

Support béton armé 15/1250 A

E.5.3 - SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVE AUX


TRANSFORMATEURS DE PUISSANCE TRIPHASE:
E.5.3.1 - Désignation :

Transformateur de puissance triphasé

E.5.3.2 - Donnée de base :

Transformateur de puissance triphasé type haut de poteau H61 33kV ; 50 kVA B2

Puissance assignée : 50 kVA

Tension primaire : 33kV

Tension secondaire (entre phases) : 400 V

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 51


D2
Fréquence : 50Hz

Tension de tenue à fréquence industrielle (50Hz)

: 70 kV (bornes primaires)

: 10kV/12 kV (bornes secondaires)

Tension de tenue aux ondes de choc

: 170 kV (bornes primaires)

: 30 kV (bornes secondaires)

Température de fonctionnement : +10 à +50°C

Echauffement

: 65 K (échauffement moyen des enroulements)

: 60 K (échauffement huile partie supérieure)

Couplage des enroulements : Y Zn 11

Pertes à vide : 250 W

Mode de refroidissement : ONAN

Pertes en charge : 1450 W

Appareil à remplissage intégral

Courant à vide : 6%In

Tension de court circuit : 4,5%Un (à 75°C)

Prise de tension : + ou - 2,5%Un

Puissance acoustique : 54dB

Transformateur doit être du type bordure de mer

Transformateur de puissance triphasé type haut de poteau H61 33kV; 100 kVA B2

Puissance assignée : 100 kVA


CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 52
D2
Tension primaire : 33kV

Tension secondaire (entre phases) : 400 V

Fréquence : 50Hz

Tension de tenue à fréquence industrielle (50Hz)

: 70 kV (bornes primaires)

: 10kV/12 kV (bornes secondaires)

Tension de tenue aux ondes de choc

: 170 kV (bornes primaires)

: 30 kV (bornes secondaires)

Température de fonctionnement : +10 à +50°C

Echauffement

: 65 K (échauffement moyen des enroulements)

: 60 K (échauffement huile partie supérieure)

Couplage des enroulements : Y Zn 11

Pertes à vide : 425 W

Mode de refroidissement : ONAN

Pertes en charge : 2340 W

Appareil à remplissage intégral

Courant à vide : 5.1%In

Tension de court circuit : 4,5%Un (à 75°C)

Prise de tension : + ou - 2,5%Un

Puissance acoustique : 58dB

Transformateur de puissance triphasé type haut de poteau H61 33kV; 160 kVA B2

Transformateur doit être du type bordure de mer

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 53


D2
Les transformateurs de puissance seront livrés avec l’huile isolante. Cette huile sera exempte de
produit à base de PCB (polychoro byphéniles).

Des dispositions devront être prises pour permettre l’entretien et même, le remplacement de
l’huile isolante (orifice de remplissage, orifice de prélèvement, orifice de vidange…)

Des dispositions devront être prises pour permettre le retrait des enroulements de la cuve à des
fins d’entretien (couvercle à visser sur la cuve…).

E.5.4 - SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVE AUX


INTERRUPTEURS AERIENS
E.5.4.1 - Désignation :

Interrupteur Aérien à Commande Mécanique (IACM)

E.5.4.2 - Donnée de base :

Interrupteur aérien à commande mécanique 36 kV, 200 A, PC 50 A

Tension assignée : 36 kV

Courant assigné : 200 A

Pouvoir de coupure :

Charge principalement active : 50 A

Transfo à vide : 2.5 A

Charge de boucle : 200 A sous 36 kV

Ligne à vide : 10 A

Distance entre pôles : 800 mm

Isolement phase terre :

choc de foudre : 170 kV

à 50 HZ sous pluie : 70 kV

Courant de courte durée :10 ka/1 s

Courant crête admissible : 25 kA

Niveau d’isolement sur distance d’ouverture :

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 54


D2
au choc foudre : 250 kV

à 50 HZ sous pluie : 75 kV

Pouvoir de fermeture sous crête 36 kV : 25 kA

Fournir la tringlérie et ses accessoires de fixation et de réglage.

E.5.5 - SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVE AUX


PARAFOUDRES :
E.5.5.1 - Désignation :

Parafoudre 36 kV complet à oxyde de zinc

E.5.5.2 - Donnée de base :

Parafoudre moyenne tension 36 kV Norme NF. C 65-101/A1 juill. 2000

Tension assignée : 36 kV

Courant assigné de décharge : 10 kA

Tension d’amorçage à 50 HZ : 72 kV eff

Tension d’amorçage maxi à l’onde 1.2/50 µs : 125 Kv crête

Tension résiduelle maxi onde de courant 8/20µs : 125 Kv crête

Tenue aux ondes de courant de grande amplitude : 100kA onde 4/10µs

Tenue aux ondes de longue durée : 150 A onde 2000µs

Le parafoudre doit être muni d'un deconnecteur.

Conditionnement : par jeu de 3 parafoudres, et fourniture d'accessoires de fixation du


parafoudre.

Une plaque signalétique sur laquelle doit figurer les caractéristiques électriques du parafoudre

Notice d'installation du parafoudre en français

Raccordement aux bornes du parafoudre.


E.5.6 - SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVE DISJONCTEUR
HAUT DE POTEAU :
E.5.6.1 - Désignation :

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 55


D2
Disjoncteur haut de poteau équipé de sa commande (11 m) et de bloc déclencheur.

E.5.6.2 - Donnée de base :

Disjoncteur haut de poteau H61 D 165T 50 à 100 KVA à image thermique

Bloc associés : 3T/6T

Tension assignée : 440 V

Courant assigné : 165A

Pouvoir de coupure et fermeture : 4000A

Nombre de pôles :4

Dispositif de commande : manuel (longueur 11 m)

Raccordement : par bornes

Accessoires : indicateur de charge

Nombre de sorties :1

Capacité maxi : 25/70 mm²

Tenue diélectrique onde de choc/masse : 20 KV

à 50 Hz : 10 KV

entre pôles : 3 KV

E.5.9 SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVE AUX


CONDUCTEURS HTA AERIENS
E.5.9.1 - Désignation :

Conducteur Almélec 34,4 mm²

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 56


D2
Conducteur Almélec 54,6 mm²

E.5.9.2 - Donnée de base :

Conducteur en Almélec 34.4 mm². Norme NF C34-125 ou normes équivalentes

Matière : alliage d'aluminium (Almélec)

Section : 34,4 mm²

Intensité admissible : 137 A

Intensité de court-circuit conduisant à un échauffement de 330°C : 2,58 kA

Charge de rupture : 1105 daN

Composition : 7 brins de 2,5 mm

Conducteur en Almélec 54.6 mm². Norme NF C34-125 ou normes équivalentes

Matière : alliage d'aluminium (Almélec)

Section : 54,6 mm²

Intensité admissible : 190 A

Intensité de court-circuit conduisant à un échauffement de 330°C : 4,1 kA

Charge de rupture : 1755 daN

Composition : 7 brins de 3,15 mm

E.5.10 - SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVE


AUX CABLES BTA AERIENS
E.5.10.1 - Désignation :

Câble Alu torsadé PRC 3x35+54,6+16 mm²

Câble Alu torsadé PRC 3x70+54,6+16 mm²

Câble Alu torsadé PRC 2x16 mm²

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 57


D2
E.5.10.2 - Donnée de base :

Câble Alu torsadé PRC 2x16 mm² UTE C 33-209

Ame câblée circulaire rigide classe 2 en Alu écroui 3/4 dur, isolée au PRC noir

Tension nominale : 1 000 V

Intensité admissible à 30°C : 83 A

Température maxi à l'âme : 90° C en permanence, 250° C en court circuit.

Section : 2x16 mm²

Diamètre maxi extérieur (mm)

- sur élément : 7,9

- sur torsade : 19

Masse approximative (kg/ km) : 140

Résistance à la rupture de chaque âme (daN): 290

Chute de tension (V/A/km) : 3,3

Assemblage : Torsade des conducteurs

Repérage des conducteurs : "1" - "2"

Les tourets seront livrés avec des longueurs de 850 m.

Câble Alu torsadé PRC 3x70+54,6+16 mm² UTE C 33-209

Composition : 3 conducteurs Phase de section 70 mm² en Alu de classe 2,

plus 1 conducteur EP de section 16 mm² en Alu de classe 2,


1 conducteur neutre porteur en Aster câblé de section 54,6
mm²

Marquage : Référence Fabriquant

Tension nominale : 1000 V

Intensité nominale conducteur phase : 213 A

Intensité nominale conducteur EP : 83 A

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 58


D2
Température maximale à l'âme : 90°C en permanence et 250°C en court circuit

Isolation PR couleur noire

Repérage des phases : « 1 », « 2 », « 3 »

Les tourets seront livrés avec des longueurs de 630 m.

Câble Alu torsadé PRC 3x35+54,6+16 mm² UTE C 33-209

Composition : 3 conducteurs Phase de section 35 mm² en Alu de classe 2,

plus 1 conducteur EP de section 16 mm² en Alu de classe 2

1 conducteur neutre porteur en Aster câblé de section 54,6²

Marquage : Référence Fabriquant

Tension nominale : 1000 V

Intensité nominale conducteur phase : 138 A

Intensité nominale conducteur EP : 83 A

Température maximale à l'âme : 90°C en permanence et 250°C en court circuit

Isolation PR couleur noire

Repérage des phases : « 1 », « 2 », « 3 »

Les tourets seront livrés avec des longueurs de 870 m.

E.5.11 SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVE AUX


COFFRET DE COMPTAGES EP ET AUX CELLULES
PHOTOELECTRIQUES

E.5.11.1 Désignation :

Coffret de comptage triphasé 80 A

Coffret de comptage triphasé 125 A

Cellule Photo électrique type LUMANDAR

E.5.11.2 Donnée de base :

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 59


D2
Coffret de comptage triphasé 60 A

Coffret de comptage triphasé 80 A

Cellule photo électrique type LUMANDAR

Contacteur crépusculaire débrochable automatique complet type extérieur pour fixation sur
façades ou poteaux, type A 4 lux, contact fermé la nuit

Tension nominale : 240V

Tenue aux ondes de choc : 20kV

Température de fonctionnement : 12°C à +60°C

E.5.12 SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVE AUX LANTERNES


ET LAMPES D’ECLAIRAGE PUBLIC
E.5.12.1 Désignation :

Lanterne fermée Sodium Haute Pression (SHP) 250 W

Lanterne fermée Sodium Haute Pression (SHP) 150 W

Lampe Sodium Haute Pression (SHP) 250 W

Lampe Sodium Haute Pression (SHP) 150 W

Crosse galvanisée pour EP 33/42, avancée 1,5m

Crosse galvanisée pour EP 40/49, avancée 2m

E.5.12.2 Donnée de base

Lanterne fermé Sodium Haute Pression (SHP) 150 W

Lanterne avec appareillage incorporé pour lampe SHP 150 W

Composition : corps en polyester armé, platine porte appareillage amovible en


duralinox, réflecteur en verre pressé prismatique métallisé à 500°C douille E40

Tension nominale : 230/240V

Lanterne fermé Sodium Haute Pression (SHP) 250 W

Lanterne avec appareillage incorporé pour lampe SHP 250 W

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 60


D2
Composition : corps en polyester armé, platine porte appareillage amovible en
duralinox, réflecteur en verre pressé prismatique métallisé à 500°C douille E40

Tension nominale : 230/240V

Lampe Sodium Haute Pression (SHP) 150 W

Tension nominale : 230/240V

Puissance : 150 W

Sodium Haute Pression (SHP)

Lampe Sodium Haute Pression (SHP) 250 W

Tension nominale : 230/240V

Puissance : 250 W

Sodium Haute Pression (SHP)

Crosse galvanisée pour EP 33/42, avancée 1,5m

Crosse en tube galvanisé à chaud

Matière : Acier E24 (A35-501 ou équivalent)


galvanisé à chaud après usinage selon la norme NF
C 66-400 ou équivalent

Epaisseur de revêtement mini. : 70μm

Diamètre intérieur : 33 mm

Diamètre extérieur : 42 mm

Saillie ou avancée : 1,5m

Hauteur : 1,2m

Crosse galvanisée pour EP 40/49, avancée 2m

Crosse en tube galvanisé à chaud

Matière : Acier E24 (A35-501 ou équivalent) galvanisé à chaud après usinage


selon la norme NF C 66-400 ou équivalent

Epaisseur de revêtement mini. : 70μm

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 61


D2
Diamètre intérieur : 40 mm

Diamètre extérieur : 49 mm

Saillie ou avancée : 2m

Hauteur : 1,4m

E.5.13 SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVE AUX ARMEMENTS


ET ACCESSOIRES HTA
E.5.13.1 Désignation :

Traverse d’ancrage double 1,5 m

Traverse d’ancrage simple 1,5 m

Traverse d’ancrage double 1,2 m

Traverse d’ancrage simple 1,2 m

Bras Incliné Suspendu BIS 60-600

Bras Incliné Suspendu BIS 70-600

Isolateur CTV 175/40 à 3 éléments

Isolateur CTV 240/40 à 3 éléments

Isolateur CTV 254/40 à 3 éléments

Isolateur composites en silicone avec extrémité BS 70

Pince d’alignement

Pince d’ancrage

Rallonge d’ancrage

Cosse almélec 34 mm²

Cosse almélec 54,6mm²

Cosse droite Alu à poinçonner type C 2A-150 mm²

Cosse droite Alu à poinçonner type C 2A-240 mm²

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 62


D2

E.5.13.2 Donnée de base

Isolateur CTV 175/40 à 3 éléments

Matière : verre trempé avec classe U 40 (CEI 60305)

Composé de - 1 étrier E 14-70-120

- 1 œillet à rotule OL 40 norme 11

- 3 isolateurs CT 175/40 couleur verte

- 1 ball-socket BS

- 1 pince de suspension

Charge mécanique de rupture : 40 kN, Diamètre 175 mm, Pas 110 mm

Ligne de fuite : 555 mm

Tenue à fréquence industrielle :

- sous pluie 32 kV sous moyenne pollution

Tenue au choc foudre : 70 kV

Isolateur CTV 254/40 à 3 éléments

Matière : verre trempé avec classe U 100 (CEI 305)

Composé de : - 1 capot en fonte galvanisée

- 1 tige dont la corrosion est renforcée par une rondelle sacrificielle en zinc

- 1 goupille en acier inoxydable

- 1 ball-socket

CT : capot tige

Norme de : 11

Diamètre : 255 mm

Charge mécanique de rupture : 40 kN


CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 63
D2
Pas : 110 mm

Ligne de fuite : 320 mm

Tenue à fréquence industrielle :

- sous pluie 40 kV

- à la perforation 130 kV

Tenue au choc foudre : 100 kV

Ball – socket : Norme CEI 60120

Goupille : Norme CEI 60372

Essais : Norme CEI 60383

Isolateur composite en silicone avec extrémité BS 70

Matière : caoutchouc élastomère silicone HTV

Composé de :

- 1 noyau : élément mécanique porteur (tige en résine époxy renforcée par fibres de verre)

- Revêtement (jupes) : en caoutchouc élastomère silicone traité à haute pression et


vulcanisé température (HTV)

- 1 goupille en acier inoxydable

- 2 Extrémités métalliques : armatures en acier forger galvanisé à chaud assemblées au


corps par sertissage coaxial (1 ball-socket et embout à rotule)

Norme de : 16

Diamètre (mini) : 110mm

Charge mécanique de rupture : 70 kN

Pas : 36 mm

Ligne de fuite : 960 mm

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 64


D2
Longueur : 470 mm

Tenue à fréquence industrie. à sec : 100 kV

Tenue au choc foudre : 200 kV

Ball – socket : Norme CEI 60120

Goupille : Norme CEI 60372

Essais : Norme CEI 1109 – 61466-1/2 – IEC 120

Nappe voûte

Armements nappe - voûte pour ligne 33 kV (NV2). Norme NF. C66-428 mars 1989 ou normes
équivalentes.

Acier E24 (A35-501 ou équivalent) nuance 33 – galvanisé à chaud après usinage selon la norme
NF C 66-400 ou équivalent

Epaisseur de revêtement mini. : 70μm

Epaisseur mini de cornière après usinage : 7mm

Masse mini : 27,95 kg

Elle comprend :

. une traverse TN 2 pour NV2

. deux montants

. deux boulons BH 14-40 à tête hexagonale avec écrou H, conformes aux normes en vigueur pour
la fixation des traverses sur le montant.

Marquage : Référence Fabriquant ; Année de fabrication

Nappe voûte 170-125-50-50

Nappe voûte 170-125-50-70

Nappe voûte 140-75

Nappe voûte 180-125

Traverse d'ancrage double 1,50 m

Matière : Cornière en L en acier galvanisé après usinage nuance 33

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 65


D2
Dimensions des cornières : 70 x 70 x 7 mm

Ecartement entre conducteurs (Ec) : 1,50 m

Effort nominal horizontal : 340 daN

Effort nominal vertical : 140 daN

Effort nominal contrefiché : 250 daN

Traverse d'ancrage simple 1,50 m

Matière : Cornière en L en acier galvanisé après usinage nuance 33

Dimensions des cornières : 70 x 70 x 7 mm

Ecartement entre conducteurs (Ec) : 1,50 m

Effort nominal horizontal : 580 daN

Effort nominal vertical : 70 daN

Effort nominal contrefiché : 125 daN

Traverse d'ancrage double 1,20 m

Matière : Cornière en L en acier galvanisé après usinage nuance 33

Dimensions des cornières : 70 x 70 x 7 mm

Ecartement entre conducteurs (Ec) : 1,20 m

Effort nominal horizontal : 400 daN

Effort nominal vertical : 190 daN

Effort nominal contrefiché : 425 daN

Traverse d'ancrage simple 1,20 m

Matière : Cornière en L en acier galvanisé après usinage nuance 33

Dimensions des cornières : 70 x 70 x 7 mm

Ecartement entre conducteurs (Ec) : 1,20 m


CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 66
D2
Effort nominal horizontal : 640 daN

Effort nominal vertical : 100 daN

Effort nominal contrefiché : 215 daN

Bras Incliné Suspendu BIS 60-600

Matière : Cornière en U en acier galvanisé après usinage

Epaisseur (e) : 40 mm ; Largeur cornière : 60 mm

Saillie(s) : 600 mm

Effort nominal horizontal : 350 daN

Effort nominal vertical : 65 daN

Poids : 6,5 kg

Bras Incliné Suspendu BIS 60-700

Matière : Cornière en U en acier galvanisé après usinage

Epaisseur (e) : 40 mm ; Largeur cornière : 70 mm

Saillie(s) : 600 mm

Effort nominal horizontal : 350 daN

Effort nominal vertical : 65 daN

Poids : 6,5 kg

Pince d'ancrage à serrage mécanique par étrier pour conducteur Almélec S< 75,5 mm²

Matière : Le corps et le chapeau sont en alliage d'aluminium, étrier en acier à haute limite
d'élasticité et galvanisé à chaud.

La pince est équipée d'un œillet de mise sous tension mécanique.

Etrier : nombre 2 ; diamètre 10 mm.

Pince : écartement 13 mm ; longueur 80 mm ; capacité 22 à 75 mm²

Résistance à la rupture : 24 kN.

Poids : 0,420 kg

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 67


D2
Pince d'alignement avec manille de suspension pour conducteur Almélec 75,5 mm²<S <
117 mm²

Matière : le corps et le chapeau sont en alliage d'aluminium, étrier en acier à haute limite
d'élasticité et galvanisé à chaud

Etrier : nombre 1 ; diamètre 10 mm ; couple de serrage 25 m.N

Manille : acier galvanisé

Pince : écartement 74 mm ; longueur 100 mm ; capacité 75 à 117 mm²

Résistance à la rupture : 3000 daN

Poids : 0,515 kg

Pince d'alignement avec manille de suspension pour conducteur Almélec S <75,5 mm²

Matière : le corps et le chapeau sont en alliage d'aluminium, étrier en acier à haute limite
d'élasticité et galvanisé à chaud

Etrier : nombre 1 ; diamètre 10 mm ; couple de serrage 25 m.N

Manille : acier galvanisé

Pince : écartement 54 mm ; longueur 90 mm ; capacité 22 à 75 mm²

Résistance à la rupture : 1500 daN

Poids : 0,44 kg

Rallonge d’ancrage 300 mm RL40

Rallonge d’ancrage 300 mm RL70

E.5.14 - SPECIFICATIONS TECHNIQUES RELATIVE AUX


ARMEMENTS BTA
E.5.14.1 - Désignation :

Ensemble de suspension ES 54-140

Ensemble d’ancrage simple EAS 54-100

Ensemble d’ancrage double EAD 54-100

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 68


D2
E.5.14.2 - Donnée de base

Ensemble de suspension ES 54-140

Composition : Console de suspension CS 54-140 (saillie de 14) + Pince de


suspension PS 1500

Capacité neutre porteur : 54,6 mm²

Tenue diélectrique : 6 kv

Ensemble d'ancrage simple EAS 54-100

Composition : Console de suspension CA1500 (saillie de 100)+1 PA 54-1500

Capacité neutre porteur : 54,6 mm²

Résistance à la traction : 1500 daN

Tenue diélectrique : 6kv

Ensemble d'ancrage double EAD 54-100

Composition : 1 Console de suspension CA 54-10 (saillie de 100) + 2 Pinces


d'ancrage PA 54-1500

Capacité neutre porteur : 54,6 mm²

Tenue diélectrique : 6kv

Connecteurs de Dérivation à serrage simultané pour torsade

Matière du corps : Corps en matière isolante PRC de haute résistance


mécanique et climatique

Visserie de serrage : A tête fusible hexagonale de 13mm sur plat pour le


contrôle du serrage simultané, la vis est galvanisé à chaud et
reste hors potentiel.

Lames de contact : à perforation d’isolant en ALU ou CU étamé

Tenue diélectrique : 6kV

Plages de raccordement :

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 69


D2

Plages de Sections CONNECTEURS CONNECTEURS DE CONNECTEURS


DE RESEAU – BRANCHEMENT POUR EP
CDR 1S/CT 70
CBS 1S/CT 70 CES 1S/CT 70

1. Principal 35 à 95mm² 16 à 70mm² 16 à 70mm²

2. Dérivé 16 à 70mm² 6 à 35mm² 1,5 à 35mm²

N.B.: Le bout du câble dérivé est logé dans un bouchon amovible sans graisse

E.5.15 - ATTESTATION D’ORIGINE


Le matériel à fournir doit provenir de l’Union Européenne

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 70


D2

VOLUME 4

MODELE D’OFFRE FINANCIERE

DECOMPOSITION DE LA SOMME GLOBALE ET FORFAITAIRE DANS


LES CONTRATS FORFAITAIRES

BORDEREAU DE PRIX DANS LES CONTRATS A PRIX UNITAIRES

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 71


D2

VOLUME 4

DECOMPOSITION GLOBALE ET FORFAITAIRE

Section 4.1

Décomposition du forfait

Sous-Section 4.1.1 Préambule

Sous-Section 4.1.2 Décomposition du montant de l’offre – Non applicable

Sous-Section 4.1.3 Résumé – Non applicable

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 72


D2
4.1.1 Préambule

1. GENERAL

Le paiement de tous les postes, à l’exception de la section 4.2 Echéancier de travail quotidien, seront
effectués sur la base d’un forfait conformément à la clause X des conditions du contrat. La description du
poste figurant dans la décomposition ne limite en aucun cas les obligations du titulaire au titre du contrat
dans la réalisation complète des travaux décrits par ailleurs.

Tous les postes doivent être chiffrés en Franc CFA.

Le montant de la soumission ne doit pas inclure les taxes, droits de douane et d’importation perçus
conformément aux lois et règlements du pays du maître d’ouvrage pour la production, l’assemblage, la
vente ou le transport de l’équipement du titulaire, des machines, matériaux et fournitures utilisés ou
fournis dans le cadre du contrat.

Ces indications doivent être fournies séparément.


Nonobstant toute limite découlant du libellé de postes individuels, le titulaire accepte pleinement que les
montants indiqués portent sur des travaux complètement terminés.
Il est censé avoir pris en compte toutes les exigences et obligations, expresses ou implicites, visées par le
contrat et avoir rempli les postes en conséquence. Le montant doit par conséquent couvrir toutes les
dépenses incidentes ou imprévues, ainsi que les risques de toute nature nécessaires à la construction,
l’achèvement et l’entretien de l’ensemble des travaux. A moins que des postes séparés soient indiqués
dans la décomposition, les taux et prix incluent tous les coûts concernés pour les différents postes de la
décomposition.
Les montants indiqués par le titulaire au regard de tous les postes de la décomposition doivent refléter
correctement les coûts d’exécution des travaux prévus au contrat. Tous les coûts, commissions et autres
charges (à moins qu’ils ne soient séparément indiqués) qui sont applicables au contrat dans son ensemble
doivent être indiqués dans les différents montants de la décomposition, alors que ceux concernant des
sections particulières du contrat doivent être répartis dans les postes auxquels ces sections se réfèrent.

Les montants indiqués dans la décomposition seront utilisés à des fins de calcul lors du paiement, des
paiements intermédiaires et de l’appréciation des modifications.

La Section 2 prévoit des montants provisoires destinés à être utilisés lorsque les travaux sont réalisés sur
la base d’un échéancier quotidien. Cette formule ne peut être utilisée que sur la base d’un ordre du
représentant du maître d’ouvrage et conformément aux termes du contrat.

2. PAIEMENTS

Paiement mensuel

Quand un poste de la décomposition indique une ‘’somme’’, le paiement doit être fait lors de
l’achèvement de ce poste. Quand un poste indique ‘’par unité’’, le paiement s’effectue à la réalisation de
chaque unité. Les travaux exécutés sur la base d’un échéancier quotidien sont réglés lors de l’approbation
des feuilles quotidiennes de travail.

Retenue

La retenue sera conservée conformément aux dispositions du contrat.

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 73


D2

VOLUME 4

BORDEREAU DE PRIX

(VOIR CADRE DQE)

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 74


D2

VOLUME 5

DOCUMENTS DE CONCEPTION, ET LES PLANS

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 75


D2
Section 5.1

Liste des plans joints

No. Nom Plan No Dessin No

1.

2.

3.

4.

5.

6.

7.

8.

9.

10.

11.

12.

13.

14.

15.

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 76


D2
Section 5.2
Liste des documents de conception disponibles

Document
No. Concepteur Intitulé du document Date

1.

2.

3.

Les plans sont disponibles pour examen à compter de [date] à l’adresse suivante:

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 77


D2
Consultant:
Responsable:
Tel. N°: +

Fax N°: +

E-mail:

Signature:

(personne(s) autorisée(s) à signer pour le compte du soumissionnaire)

Date:

CIE – DEMO 015/01//FED – DAO TRAVAUX ELECTRIFICATION RURALE Page 78