Vous êtes sur la page 1sur 130

SOMMAIRE :

"
I. Introduction

Pourquoi la fibre
Procédés de fabrication
Longueur d’onde
Les puissances de 10
Qu’est ce qu’une fibre optique?
Pourquoi la fibre optique ?

Pourquoi une transmission par la fibre optique?

Une fibre Optique pèse quelques grammes au km pour un diamètre de 125


microns, d’où la possibilité de fabriquer:

Des câbles à grand nombre de fibres pour un encombrement limité, des câbles
de faible poids pouvant être tirés en grande longueur donc diminution du
coût de la pose et du nombres d’épissures. La fibre ne conduit pas
l’électricité, elle est insensible à toute perturbation d’origine électrique
(lignes HT, orages, émetteurs radio…..),elle à une faible atténuation et une
grande capacité de transmission

La fibre est réalisée avec de la silice tirée des roches siliceuses donc une
matière première abondante
Procédés de Fabrication
Plusieurs méthodes ont été mise au point qui font appel à la réaction
en phase vapeur.
La technique la plus employée est appelée CVD ( Chemical Vapour
Déposition)

Elle consiste à partir d’un tube(1m de long & 20mm de diamètre) de


silice pure qui constituera la gaine à déposer à l’intérieur et par
couches successives les matériaux du cœur. Ces dépôts sont faits de
particules de verres obtenues par oxydation à haute température de
chlorures gazeux et réactions chimiques. L’adjonction de dopants
(oxyde de germanium ou phosphore) permet de faire varier l’indice du
matériau. Une fois le dépôt terminé, le tube est refermé sur lui-même
formant alors un Barreau plein appelé PREFORME

Une préforme de verre d’une longueur de 1m et d’un diamètre de 10cm


permet d’obtenir par étirement une fibre monomode d’une longueur de
150km
Procédés de Fabrication
Procédés de Fabrication
Le principe de la fabrication est le suivant: On étire la préforme en la chauffant
pour obtenir une fibre de 125 microns de diamètre

Ceci est réalisé de la manière suivante: La préforme sera installée verticalement


au premier étage de la tour de fibrage et chauffé par des rampes à gaz

Le verre va s’étirer et couler en direction du sol pour être enroulé sur une
bobine.
On mesure l’épaisseur de la fibre (125 microns) pour réguler la vitesse du moteur de
l’enrouleur, afin d’assurer un diamètre constant.

La dernière étape consiste en l’application de sa couche protectrice (250 micron).


La fibre est enduite d’un polymère sous forme liquide. Cette couche sera cuite
et solidifié par chauffage ou par rayonnement UV et sera stockée sur une
bobine.
La coloration peut-être réalisée après cette phase ou dans la foulée de la
couche protectrice en aval de la tour de fibrage.

En bout de la chaine de fabrication, des tests sont effectués


Longueur d’onde
Longueur d’onde λ :
Signal périodique : répétition
de la période T

Fréquence : nombre de période


en une seconde. f=1/T (Electronique)
γ=1/T (Optique)
#$ %

& &
'

λ
Les puissances de 10
Nom Symbole Puissance Nombre
Téra T 1012 1000000000000
Giga G 109 1000000000
Méga M 106 1000000
Kilo K 103 1000
Unité 100 1
déci d 10-1 0,1
centi c 10-2 0,01
milli m 10-3 0,001
micro 10-6 0,000001
nano n 10-9 0,000000001
pico p 10-12 0,000000000001
( ) $ %
* + , + ,

- + , * + ,! + ,
Qu’est ce qu’une fibre optique ?
Une fibre optique est un guide d’onde optique à symétrie circulaire tel
que schématisé sur la figure. Ce guide est constitué de deux ou
plusieurs couches de matériaux diélectriques transparents (verre ou
plastique) d’indices de réfraction différents assurant le confinement
de la lumière au voisinage du centre.

" ,
. ,.
- $. %
Chapitre II
Réfraction de la lumière

Longueur d‘onde et fréquence

Ouverture numérique

Réflexion de Fresnel

Pertes de couplage

Qu‘est-ce qu‘un mode

Dispersion chromatique

PMD

Type de fibre

Type de câble

Mode de pose des Câbles


Réfraction de la lumière
/' ' ' ( / + "" " * ≈ ,,
,,,*

' &'
& 0 ' ' 1
' &' 2 ) , 3
, & '
, ) 0 &
& 2 3 2 ,,0,,,4 5 )
2 6
62 ' ' 0 ' )
' & 0
' 7 &

' ( 2
2 )3 '
longueur d‘onde et fréquence
UV IR

20 18 16 14 12 10 8 6
10 10 10 10 10 10 10 10 Frequence
(Hz)

1pm 1nm 1µm 1mm 1m 1km

Longueur
d'onde
Lumière visible

400nm 600nm 800nm 1000nm 1200nm 1400nm 1600nm


Ouverture numérique
86
θ

9 & '
/
:
9 & '

Ouverture numérique: Valeur qui correspond à la propriété


d’une fibre à collecter la lumière pour la protéger
Réflexion de Fresnel
Réflexion de Fresnel et Pic Fantôme
Pic de Fresnel = Rupture d’Indice Centreur

! " " " # $% ! "


& '
$
( ! ! ) $
(! ) * ! " +
) $
" )
) !
' $
Pertes de couplage dans une
liaison en Fibre Optique
;, ' "
- $

Décalage
Offset Interstice
angulaire

Fissure (Haarriss) Reflexion

Excentricité du coeur Coeur elliptique


Qu‘est-ce qu‘un mode ?

& 2 3
' < 3
9 $ &%

< & 9 $2 %
0 6 &
& $ % 2 3
' 3
& ' &
Dispersion chromatique (DC)
) 3 ' &
' = '
2 & < <'
<9 <' 3 6
> & > ' / '&
' & ) '
& 6 ) ? ' &
@A < 6 '
5$ B4 %
La dispersion de mode de
polarisation (Polarisation Dispersion Mode)
(PMD>délai temporel)
- La lumière se propage dans la fibre sous deux modes
de polarisation, chacun voyageant dans la fibre à des
vitesses différentes en fonction de l’asymétrie de la
fibre. La différence de vitesse de propagation des 2
modes de polarisation entraine un élargissement du
signal lumineux et génère un dédoublement des
impulsion optiques au cours de la propagation. La
PMD est un phénomène qui varie selon la
température, les stress extérieurs ou simplement lors
de la manipulation des fibres. La dispersion modale
de polarisation (PMD) est exprimée en
picoseconde/km½ .
Différence de temps de
r parcours à cause des
différentes longueurs de
chemin.L‘indice du coeur
n de la fibre est constant
Multimode (MM)
Fibre à saut d'
indice (1)
r L‘indice de réfraction
diminue du centre du
coeur vers la périphérie,
n les temps de propagation
des rayons sont à peu
prés égalisés
fibre à gradient d'
indice (2)
r Multimode (MM)

Seulement un mode
n dans l‘axe optique.
Singlemode-Faser (SM)
SM fibre monomode à saut d'
indice(3)
Type de fibre
Il existe deux classes de fibres optiques
Fibre monomode (9/125) '

/C "
Fibre multimode (50/125, 62,5/125 …)

' . /0 1/

: 3 : 3&
Type de fibre

Fibre Multimode à saut indice


Ce type de fibre n’est pratiquement plus
utilisé aujourd’hui, ses performance
n’étant pas suffisantes pour répondre aux
besoins des applications des
télécomunications
Type de fibre

Fibre à gradient d’indice


Le coeur n’est plus homogène : la valeur de
l’indice décroit depuis l’axe jusqu’a l’interface
Les rayons guides suivent une trajectoire
d’allure sinusoïdale
La gaine d’indice (n2) n’intervient pas
directement mais élimine les rayons trop
inclinés.
Type de fibre

Fibre monomode
aucune dispersion intermodale
importance considérable dans les transmissions à grande
distance
Une fibre monomode est à saut d’indice
Type de fibre
Les principales Normes
G651 Fibre optique multimode à gradient d’indice (50/125)

G652 Cette fibre est la plus couramment utilisé,cette fibre est optimisé pour 1550nm et
est limité dans l’utilisation de la technologie DWDM (Dense Wavelenght Division
Multiplexing) en terme de distance et de nombre de longueur d’ondes. Les opérateurs
conventionnels possèdent la majeur partie de leurs réseaux en G652.Ils ont fait évoluer les
potentialités de cette fibre en G652C de façon à couvrir la grande majorité des
applications,longue et courte distance, haut et bas débit.

G655 Cette fibre permet d’augmenter les débits transmis, en particulier dans le
domaine du DWDM.
G655 CORNING LEAF > 1.469 G655 ALCATEL TERALIGHT > 1.470
G655 LUCENT TRUEWAVE > 1.470 G655 PIRELLI FREELIGHT > 1.469

La fibre optique noire désigne une fibre optique brute installée mais qui n'est pas
encore activée, ni à plus forte raison, utilisée. Elle est appelée ainsi car elle n'
est pas encore
alimentée par une source lumineuse
Types de câbles
Câble à jonc rainuré
Types de câbles
Câble à tubes
Types de câbles
Câble micro-gaine
Types de câbles
câble autoporté
Principe de la fibre optique
Câble à fibre optiques :
Structures standards
Câble à structure libre tubée : n fibre dans m tubes de protection
libres en hélices autour d’un porteur central
La capacité type est de 2 à 432 fibres.
Câble à tube central : n fibres libres dans un tube central
Câble ruban central : n fibres les unes à coté des autres dans m
rubans dans 1 tube central). La capacité type de 12 fibres par 18
rubans, soit 216 fibres
Câble à structure serrée : 6 ou 12 fibres bufférisées à 900 µm
assemblés en hélices autour d’un porteur central
Les couleurs de câbles
Les câbles multimodes avec fibres 62,5/125um sont de couleur orange
Les câbles multimodes avec fibres 50/125um sont de couleur grise
Les câbles monomodes avec fibres 9/125um sont de couleur jaune
Principe de la fibre optique
Câbles à fibres optiques
La réalisation des câbles doit tenir compte des
contraintes physiques et chimiques ainsi que des
conditions de sécurité de l’environnement ou ils sont
déployés :
Spécificité des câbles
• câble LSOH (ignifugés et sans halogène)
• Câble armé métallique (mises à la terre)
• câble sans métal (diélectrique) résistant aux rongeurs
• câble résistant aux termites
• câble pour l’industrie pétrochimique
• câble pour égout
Principe de la fibre optique
Câbles à fibres optiques
Caractéristiques optiques :
Fibre optique monomode G652

Fibre optique multimode OM1 et OM2

D1 8/@ 8E ,"5 ,,
Mode de pose des Câbles
-Pose du câble au treuil:
Elle se pratique de moins en moins, notamment sur les réseaux très longues
distance, les méthodes de portage ou de soufflage remplaçant progressivement
les treuils. Seuls d’éventuels câbles de diamètre supérieur à 36mm et armés
devront encore être tirés au treuil, le portage et le flottage ne disposant pas de
machine.
-Pose du câble par soufflage:
Cette méthode aussi appelé «Push-Pull » consiste à pousser le câble
mécaniquement tout en le tirant par la tête à l’aide d’un furet étanche poussé
par l’air comprimé. Cette méthode est moins performante et moins fiable que le
portage mais toujours pratiquée. L’étanchéité reste de mise et le lubrifiant devra
être du même type que pour la traction et sera utilisé en quantité importante.
-Pose du câble par portage:
C’est sans la méthode la plus pratiquée de par le monde. le câble est toujours
poussé mécaniquement, mais contrairement à la méthode par soufflage, il n’est
pas tiré par la tête à l’aide d’un furet, mais par un très fort courant d’air qui
passe à grande vitesse le long du câble et qui par sa viscosité l’agrippe sur
l’ensemble de sa surface pour le tirer à l’intérieur du fourreau. Cette méthode
est de loin la moins contraignante et celle qui assure la plus grande sécurité
pour le câble
Mode de pose des Câbles
Pose du câble en caniveau:
Sauf pour de très courte longueurs, elle se fera en déplaçant le
touret le long du caniveau, en laissant le câble se dérouler sans
torsion.la vitesse de déroulement sera lente et surtout maîtrisée.
Cette technique s’applique sauf présence d’obstacle physique.
-Pose du câble enterré:
On rencontre deux type de techniques:
-Pose de câble en tranchée ouverte et
-Pose de câble derrière une trancheuse ou soc
Les règles de l’art en la matière devront être respectées. Nivelage
et granulométrie des fouilles autour des câbles, profondeur
d’enfouissement, règles de proximité des ouvrages, dispositifs
avertisseurs. En ce qui concerne les câbles diélectriques, la
question de la localisation ultérieur du câble devra être abordée.
Chapitre III
Raccord de fibres

• Soudure
• Définition d’un connecteur
• Les principaux types
• Budget de lien
• Réseau de fibre
Raccord de fibres
SCHEMA D’UN CONNECTEUR

F < # 2 ' F <

F' /
SCHEMA DE FICHES OPTIQUES
2 -34

/8G =H
8 =#= =
G@@#1@I =8 ==
F= I =J=1= # 118:=
FI#8 ==
=11@ #
/@ 1 J=F /K= 81# LI=
F= I =/= 8- LI=
SCHEMA DE FICHE OPTIQUE
59000-34

3 %.3 52 .5 36%7,52 8
M < 42
' &
N & O '
&
M 3 ,. ' 2
' '
RACCORDEMENT DE CONNECTEUR
9 (
- &

- '

= & &

< '

/ ' &
LES CONNECTEURS
FIBRE OPTIQUE STANDARDS
CONTACT
NOM FO COULEUR FORME FIXATION MATERIAU OPTIQUE
ST/PC multimode metal baïonnette métallique droit
ST/PC monomode metal baïonnette métallique droit
EC monomode gris clips plastique angulaire 12°
FC/PC multimode metal vis métallique droit
FC/PC monomode metal vis métallique droit
FC/APC* monomode metal/vert vis métallique angulaire 8°
SC/PC multimode blanc clips plastique droit
SC/PC monomode bleu clips plastique droit
SC/APC* monomode vert clips plastique angulaire 8°
VFO monomode metal vis métallique droit
PFO multimode metal vis métallique droit

Autres connecteurs monomodes : LC, MU (miniatures) E2000 (volets de protection)


*Aujourd'
hui il est reconnu que seuls les polissages machine permettent de garantir les performances des connecteurs APC.
Nouveaux connecteurs multimodes : VF45, MTRJ, SCRJ, Opti Jack, Fiber Jack …
LES CONNECTEURS FIBRE OPTIQUE STANDARDS
TYPE DE POLISSAGE CONNECTIQUE

J 6 & ' ( ' & < '


3< ' ' 2 6 ' 6
' < 3 ' 9 F/) 1/) 1#
' ' 2 6 > P <9 P ' 6
> 6 ) > M J 2 ) '
' & ' < $ ' %

J 6 & ' ( ' &


< ' ' ' 6
' 2' < 3 ' F/) 1/ '
' & > P <9 P ' 6 > 6
) > M

8
- ' $& & 69 % > ' $ < %)
' ) ' ' ) ' ' 6
> ' M 2 ' 6 F

! 8
& ' 6 ' ) ' '
2 & 3 > 6 ' ' 3 > 9 ' ) '
&
LES CONNECTEURS
FIBRE OPTIQUE STANDARDS
Un connecteur fibre optique est composée de 2 fiches et d' 1 traversée. Le
centreur de la traversée permet d' aligner l'
une en face de l'
autre les férules
des 2 fiches.
Chaque type de connecteur est normalisé pour être utilisé avec les 3
composantes (fiches et traversée) du même type. Ne pas respecter les
normes altère les performances et ne permet pas de garantir les installations
dans le temps.
Exemple 1 : monomode PC/multimode PC
Un connecteur mononode est conçu avec une mécanique de plus grande
précision qu'un connecteur multimode.
Ainsi, une traversée multimode utilisée avec des fiches monomodes
risque de donner une atténuation importante (de 1 à 3 dB) et ses
performances se dégraderont dans le temps.
En effet le centreur de traversées multimodes est en général en métal ou
en plastique alors que le centreur des traversées monomode est en
céramique.
Le contraire : traversée monomode avec des fiches multimodes garantira une
plus grande durée de vie du connecteur sans améliorer nettement les
performances : il s'agit d'
aligner environ 50 µm et non plus 9 µm.
LES CONNECTEURS
FIBRE OPTIQUE STANDARDS
Exemple 2 : monomode APC / monomode PC
Les traversées monomodes SC/APC (vert) ou SC/PC (bleu) sont en théorie identiques.
Leur utilisation réciproque ne présente pas de risque d'
altération mais de gros risques de confusion.
Raccorder une fiche APC sur une fiche PC risque d' endommager les connecteurs et surtout
altère de manière très importante la perte et le taux de reflexion :
Les surfaces optiques ne sont plus en contact, l'alignement est donc moins bon (atténuation) et surtout
le taux de réflexion est maximum (>-20 dB au lieu de -30 dB pour du PC et -60 dB pour de l' APC)

Exemple 3 : monomode ajusté APC / monomode non ajusté APC


Il existe 2 "types" de montage de fiches SC/APC : l' ajusté (<0,3 dB ) et le non ajusté (< 0,5 dB )
(valeurs usine). Lors du montage de l' ajusté, on tourne la férule en face d' une fiche référence pour
trouver la valeur la meilleure. La férule est alors fixée dans le corps de fiche :
l'excentricité du coeur de la fibre dans la férule a été optimisée
La différentiation ajusté (tuned) / non ajusté (untuned) n' est pas réalisée par le fabricant mais par le
monteur des fiches sur les pigtails ou cordons.
Le fabricant propose des fiches ajustables (tunable) ou non ajustables (untunable).
Le monteur choisit ses fiches et son mode de montage en fonction des spécifications du client et de
ses process internes.
Les traversées SC/APC sont identiques.

Mesurer une fiche ajustée avec une bobine amorce équipée d' une fiche ajustée est
indispensable pour obtenir les résultats voulus.
Mesurer une fiche ajustée avec une fiche non ajustée donne une valeur comparable à celle obtenue
avec 2 fiches non ajustées.
La connectique
Type de connecteur
/ 2 &
3< & ' $8 /%

Epissures mécaniques
Les épissures par capillarité et à élastomères reposent sur l’alignement
des diamètres extérieurs
Nécessitent une bonne concentricité du coeur et de la gaine

Coque en
polymère

Gaine cylindrique
Orifice
extérieure en verre
d’entrée
conique
Epissures mécaniques
Les épissures permanentes utilisent de la
colle époxy qui durcit aux ultraviolets

Une majorité d’épissures modernes


tiennent par la pression sur l’enrobage
primaire
Epissurage par fusion
Les différentes étapes
de l’épissurage

Les fibres sont positionnées


par micro manipulation
Les machines modernes
alignent automatiquement les
fibres et calculent une
estimation de la perte.
Epissurage par fusion
Cassette de protection d’épissure
/ 2 '

/ 2 '
Protection des épissures
Les fibres épissurées sont protégées par des tubes en métal ou
en plastique remplis d’époxy (rétreint / cigarette thermorétractables
/ Smouv … )
Une cassette d’épissures maintient les protections et permet
l’identification
Un love de 1,2 m de fibre nue de part et d’autre de l’épissure
permet :
De réaliser l’épissure dans une zone stable
De garder un love de réserve pour des interventions futures
Planification de câblage
Calcul de l’atténuation (Bugdet link)
connecteurs
épissures

BUDGET LINK

A= L . αe + nsp . asp + ncn . acn


Perte maximum pour un connecteur (en dB)
Nombre de connecteurs
Perte Maximum pour une épissure (en dB)
Nombre d’épissures (splices)
Atténuation de la fibre ( en dB/km)
Longueur de la liaison
Réseau sur fibre
STATION

BUS

BOUCLE

ETOILE
Structuration d’un câblage fibre optique

/ '
# & &
< &
# & &
< &

< O ) M

G & 6
/Q 2
1 O &

# 6
& 6
/ 6
'
#
3
&
# ' &
& $ ' '
%
. ;' " '
Chapitre IV
• Laser : définition
• La sécurité
Le LASER
Light Lumière
Amplification Amplifiée par
by the
Stimulation
Stimulated
d’ Emission
Emission of
de Radiation
Radiation

L’invention du LAZER en 1960, amorça réellement la transmission d’information par le moyen de la lumière.
Cette lumière est en effet, directive et stable en amplitude et en fréquence
Le LASER
Le laser est une onde à haute énergie

Que sa longueur d’onde soit dans le visible ou non, ne doit


pas être regardé directement.
Le LASER
Classe I
Appareils intrinsèquement sans danger en raison de leur conception technique :
c'
est un système clos.
Toutefois, ne jamais les ouvrir en cours de fonctionnement.

Classe II
Ils ne sont pas intrinsèquement sans danger, mais la protection de l'
œil est
normalement assurée par le réflexe de l'
œil.

Classe IIIA
la vision directe dans le faisceau est dangereuse:
si elle se prolonge plus de 0,25 seconde,
si elle se fait à travers des instruments optiques,
les réflexions diffuses ne sont pas dangereuses.

Classe IIIB
la vision directe dans le faisceau est dangereuse,
les réflexions diffuses sont sans danger sous certaines conditions :
si le temps d' exposition est limité à 10 secondes,
et si la distance d'observation est supérieure à 13 cm.

Classe IV
L'
exposition de l'
œil ou de la peau au rayonnement direct ou diffusé est
dangereuse, leur utilisation exige des précautions rigoureuses.
Le LASER
Dangers Classe I Classe II Classe IIIA Classe IIIB Classe IV

OEIL : rayon direct et réflexions


spéculaires x x + +

OEIL : réflexions diffuses + +

PEAU # +

INCENDIE +

+ : Danger
x : si l'
œil est gardé volontairement ouvert plus de 0,25 secondes dans le faisceau
# : une sensation de picotement ou d' échauffement prévient bien avant l'
apparition de lésion pour les émissions continues.
Le LASER
Risques dus au faisceau laser
L'œil est l'organe cible. Des lésions graves mais surtout irréversibles
au niveau de structures particulièrement fragiles comme la rétine,
peuvent être provoquées même par des lasers de faible puissance et
les effets sont très différents selon la longueur émise.
La peau peut être atteinte de brûlures plus ou moins profondes.

Ressent-on l' accident ?


si la lésion est importante, il y a douleur immédiate, et perte de champ
visuel central,
si la lésion est périphérique, les effets ne se feront sentir que
quelques heures plus tard.
Dans tous les cas d' éblouissement laser, et dans les 24 heures, il faut
se rendre pour consultation dans un service médical qui jugera de la
nécessité d'un examen par un service ophtalmologique spécialisé.
Chapitre V
Recette et audit : définition
Inspection visuelle
Mesures des fibres
Cahier de recette et rapport d’audit
Recette et audit
Recette :
Vérification d’une nouvelle installation pour s’assurer de le
conformité à la norme et au cahier des charges ainsi que la
constitution d’un cahier de mesures.
C’est le dernier contrôle avant utilisation, il faut donc être
très rigoureux

Audit
Vérification d’un réseau existant pour s’assurer soit de son
vieillissement soit de sa conformité à ses spécifications
nouvelles ou anciennes.
Recette et audit
Les étapes d’une vérifications :
• Inspection visuelle

Contrôle de tous les éléments physiques de


l’installation (rayons de courbure, tenue
mécanique des arrimages, respect des règles
de cablage, possibilité de réintervention,
repérage..)
Contrôle de l’environnement (bonne
installation, propreté, rebouchage des
passages….)
Recette et audit
Les étapes d’une vérification :
• Mesures des caractéristiques des fibres
optiques

Faire les tests demandés dans le cahier des charges .


La norme ISO 11801 n’est pas obligatoire, sauf pour
les marchés publics
La norme ISO 11801 demande des tests par insertion
avec source laser et photomètre ainsi qu’au
réflectométre dans les 2 sens (EO, OE) et aux 2
longueurs d’ondes (MM : 850 et 1300 nm, SM : 1310 et
1550 nm)
Recette et audit
Les étapes d’une vérifications :
• Cahier de recette :

Il doit reprendre tous les éléments de description de


l’installation (plans, norme mises en œuvres,
caractéristiques des principaux composants)
Un rapport de mesures décrivant les méthodes et
les appareils utilisés (continuité, photométrie,
réflectométrie, référence des appareils avec numéro
de série… .)
Chapitre VI
Les caractéristiques utiles pour
installation

• Traction
• Ecrasement
• Courbure
• Type de fibre
• Code de couleur
L’installation
Les caractéristiques utiles pour la:

Résistance à l’effort de traction : exemples


• Câble 12 fibres pour chemin de câble : 800 N
• Câble 36 fibres pour chemin de câble : 2500 N
• Câble 12 fibres armées non métallique extérieur : 3000 N
• Câble 48 fibres armés non métallique extérieur : 4500 N

1N = 1 Newton
1Kg = 9,81 N soit 10 N
L’installation
Les caractéristiques utiles pour la:

Résistance à l’effort d’écrasement : exemples


• Câble 12 fibres pour chemin de câble : 500 N/cm
• Câble 36 fibres pour chemin de câble : 1000 N/cm
• Câble 12 fibres armées non métallique extérieur :
2000 N/cm
• Câble 48 fibres armés non métallique extérieur :
3000 N/cm

• 1N = 1 Newton
• 1Kg = 9,81 N soit 10 N
L’installation
Les caractéristiques utiles pour le:

Rayon de courbure minimum : exemples


• Câble 12 fibres pour chemin de câble : 7 cm
• Câble 36 fibres pour chemin de câble : 10 cm
• Câble 12 fibres armés non métallique extérieur : 12 cm
• Câble 48 fibres armés non métallique extérieur : 20 cm

• 1N = 1 Newton
• 1Kg = 9,81 N soit 10 N
L’installation
Les caractéristiques utiles pour le:
Raccordement

• Type de fibre (diamètre du cœur)


• Indice de la fibre
Multimode (MM)
– 62,5/125 : 1,490
– 50/125 : 1,475
Monomode (SM) : 1,465
L’installation
Les caractéristiques utiles pour le:
Code des couleurs : Attention il en existe
plusieurs
Le code FOTAG 12 FO
1-Bleu 7- Rouge

2-Orange 8- Violet

3-Vert 9- Blanc

4- Marron 10- Noir

5- Gris 11- Rose

6- Jaune 12- Turqoise


L’installation
Les caractéristiques utiles pour le raccordement
Code des couleurs pour les câbles France
Télécom :

1- Rouge 7- Orange

2- Bleu 8- Gris

3- Vert 9- Marron

4- Jaune 10- Noir

5- Violet 11- Rose

6- Incolore 12- Turquoise


L’installation
•Câble 36 fo : 6 tubes de 6 fibres

Tube 1 : Rouge # ( H
fo 1 : Bleu "( G
fo 2 : Rouge ,( &
1- Rouge ( R
fo 3 : Vert
2- Bleu fo 4 : Jaune ( H
fo 5 : Violet ( R
3- Vert fo 6 : Blanc ( G

4- Jaune Tube 2 : Bleu # ( R


fo 7 : Bleu ( G
5- Violet ( &
fo 8 : Rouge
6- Incolore fo 9 : Vert ( R
fo 10 : Jaune !( H
fo 11 : Violet "( R
fo 12 : Blanc ,( G

Tube 3 : Vert # ( G
fo 13 : Bleu ( G
fo 14 : Rouge ( &
fo 15 : Vert ( R
fo 16 : Jaune ( H
fo 17 : Violet ( R
fo 18 : Blanc ( G
Chapitre VII

Mesures d’insertion
La réflectométrie
Causes de l‘affaiblissement
Le réglage du réflectomètre
Recette optique
Test de la fibre
La norme
Mesures d’Insertion
Les mesures d’insertion sont des mesures QUANTITATIVES

Ce paramètre intervient sur les liaison multimodes comme sur les liaison
monomode. Le budget optique représente le cumul des pertes dans les
constituants de la liaison.

La mesure de (photométrie ou insertion) l’atténuation globale du segment


sera effectuée dans les deux sens de propagation et aux deux longueurs
d’ondes.
Mesures d’insertion

Test par insertion 2 jarretières

Référence à 0 dB
Mesures d’insertion
Test par insertion 2 jarretières

Utilisation :

Test de les conditions


d’utilisation réseau
Mesure d’un segment
(2 connecteurs et
longueur de fibre)
– test d’un lien
complet
– Test d’une
jarretière

Inconvénients:
Mesure globale, pas de détail.
Difficulté d’interprétation des
résultats
Mesures d’insertion
Test par insertion 1 jarretière (ou demi-
insertion)
F 3
Source Photo
laser métre

Coupleur

Support universel
Laser en sortie de fibre
Puce photo sensible
Mesures d’insertion

Source Photo
laser métre

Test par Insertion 1 jarretière

Utilisation :
• Mesure d’un connecteur sur les jarretières
– La longueur étant faible l’atténuation due
à la fibre est négligeable.
• Méthode de mesure des pigtails
La Réflectométrie

Bobine d’amorce Fibre à tester


La réflectométrie
> 2 &
) >' &
' ' &

/< ''
'

= ' )
& ) 9 ') S > '
) & ) ' > ' )
> ' >

/ ' 6 T
& < > 3 >
6 ' '
La réflectométrie

'Le calcul de la distance est en effet effectué par l'appareil à


partir des mesures de temps sur les ondes et dépend de
l’indice de réfraction du coeur

D= distance

C= célérité de la lumière

N= indice de réfraction de la fibre

T= temps écoulé entre l’émission de l’impulsion et la


réception de l’impulsion réfléchie par l’événement à
localiser.
La réflectométrie
Les mesures de réflectométrie sont des mesures QUALITATIVES
Réalisées à l’aide d’un réflectomètre, ces mesures permettent d’apprécier les
paramètres suivant:
- Mesures de distance: Consiste à déterminer la longueur de tout ou partie d’une liaison
optique. Cette mesure de distance est obtenue par mesure du temps mis par
l’impulsion lumineuse pour effectuer, dans la fibre un trajet aller-retour
- Mesure d’affaiblissement ou d’atténuation: La pente de la courbe de rétrodiffusion est
proportionnel à la valeur de l’affaiblissement de la fibre. Il est donc possible de
mesurer les pertes dues aux épissures aux connecteurs ou à d’éventuels défauts. Le
réflectomètre permet d’effectuer des mesures sur la liaison d’au moins trois façons
différentes.
- La mesures automatique qui détectera et mesurera de manière automatique tous les
événements du tronçon et fin a fin de fibre. Néanmoins, une mesure automatique ne
détectera pas et n’analysera pas un événement réfléchissant présentant une perte
égale à 0
- La mesure semi-automatique mesurera et analysera un événement se trouvant à la
position ou aura été placé un marqueur. Cette méthode permet de placer des
marqueurs à des endroits fixés afin de mesurer les fibres d’un même câble dans les
mêmes conditions et d’assurer que le nombres d’événements sera constants d’une
fibre à l’autre et dans les deux sens de mesure
- La mesure méthode des deux points ou l’utilisateur doit en premier lieu positionner
un curseur sur la partie se trouvant avant l’événement à mesurer, puis un second
curseur se trouvant après l’événement .La perte est la différence entre les deux
mesures de niveau des curseurs.
- La mesure manuelle permet d’obtenir une analyse plus détaillée, d’avoir la maitrise
totale des fonction de mesure. On y aura recours pour lever le doute dans les cas
difficiles.
Causes de l‘affaiblissement

Pertes de Pertes de
Affaiblissement couplage
de couplage découplage

Input Output

Macro- ou
affaiblissement Micro-Bending
par diffusion
Absorption (Scattering)

Affaiblissement dû à l'inhomogénéité
de la structure (Diffusion Loss)
Causes de l‘affaiblissement

- À l‘injection du signal, une partie de la puissance est réfléchie au


connecteur.
- Absorption dans la fibre.
- Affaiblissement par la diffusion de Rayleigh.
- Une partie de la lumière s‘échappe du coeur et passe dans le
manteau aux endroits où la surface entre le manteau et le coeur
n‘est pas absolument lisse.
-Macrobending: le rayon de courbure de la fibre est plus petit que
le minimum admissible.
- Microbending: les contraintes thermiques durant le processus de
refroidissement provoquent une déformation de la surface limite
entre coeur et manteau. A ces endroits une partie de la lumière
se diffuse dans le manteau.
- Pertes de couplage aux connecteurs et épissures.
- Pertes de couplage au connecteur du récepteur.
Le réglage du réflectométre
Le réglage du réflectométre
Le réglage du réflectomètre
Temps de mesure : lissage de la courbe
• L’OTDR affiche une courbe moyenne de toutes
les mesures (plusieurs milliers),
• donc plus le temps est long, moins la trace
moyenne aura de bruit.

U L
) & 2 ) )
T< '
2
Le réglage du réflectomètre
Largeur d’impulsion:
• Puissance du signal de mesure envoyé par l’OTDR.

# ( ( # & (
- ' & -
< < ' )
? 2
&) & 3
2 T ) '2'
& '
< <'
Le réglage du réflectomètre
Portée : elle doit être supérieure à la longueur de la fibre en test avec les
bobines amorces (en général Lx1,5 ou Lx2)

# ( H 3 &
1

' '

# & (
,V '2 & (
& V 3 ,V
< ,,V
Recette optique

- Bobines Amorces

Le Branchement du réflectomètre sur le lien à "qualifier"


s'effectue au travers d'une bobine amorce qui joue
plusieurs rôles. Elle permet notamment de qualifier la
connectique et de s'affranchir de la zone morte du
réflectomètre. Afin d'obtenir de bonne condition d'injection,
la bobine amorce doit avoir les mêmes caractéristiques que
la fibre testée

La même fiche de la fibre amorce est utilisée pour


caractériser les connecteurs dans les deux sens de
mesures. En aucun cas la fibre amorce affectée à une tête
de câble ne doit être changée pendant la durée du contrôle.
Cette règle doit être respectée scrupuleusement pour
effectuer les mesures.
Recette optique

- Contrainte

L'affaiblissement mesuré à 1550 nm est supérieur à celui


mesuré à 1310 nm de 0,10dB
ou
L'affaiblissement mesuré à 1625 nm est supérieur à celui
mesuré à 1550nm de 0,20dB

Tout dépassement de cette tolérance est révélateur d'une


contrainte physique évolutive ou non dans la zone proche
d'un événement ou au niveau de lui même. On ne peut
diviser un défaut de ce type sur plusieurs événements ; sa
valeur est intrinsèque
Test de la fibre
TEST réflectométrique 1 bobine

Fibre à tester

Bobine d’amorce

Pic de début Pic connecteur Pic de fin


Test de la fibre
Bobine d’amorce Fibre à tester

Test réflectométrie 1 bobine


Utilisation:
• Test d’une seule extrémité
• Test de la longueur d’un segment*
• Test de l’affaiblissement linéique
• Test avant tirage de la fibre*
• Test rapide d’un connecteur
• Test d’une épissure

Inconvénient :
• La mesure est insuffisante pour un test complet :
seulement un sens : ordre de grandeur
Test de la fibre
Test réflectométrie 2 bobines

Bobine Bobine
d’amorce Fibre à d’amorce
N°1 tester N°2
Test de la fibre
Test de réflectométrie 2 bobines

Bobine Bobine
d’amorce N°1 Fibre
à tester d’amorce N°2

Pic de fin

Pic de début

Pic connecteur
Pic connecteur
Test de la fibre
Bobine Bobine
d’amorce Fibre à d’amorce
N°1 tester N°2

Test de réflectométrie 2 bobines


Utilisation :
• Test complet d’un segment pour 1 sens
• Test du connecteur distant
• Test de la longueur d’un segment
• Test de l’affaiblissement linéique
• Test de continuité
Inconvénient :
– Temps de mise en œuvre pour les 2 sens :
déplacements
Test de la fibre
Test de réflectométrie 3 bobines (méthode bouclage)

Bobine
Fibre à
d’amorce N°1
tester
Bobine
d’amorce N°2

Bobine
d’amorce N°3 Fibre à
tester
Test de la fibre
Test réflectométrie 3 bobines (méthode bouclage)

Bobine
N°1 O
Fibre à
tester Bobine
E N°2

Bobine
N°3 O Fibre à
tester
E

Bobine Fibre à Fibre à Bobine


O Bobine E
N°1 tester tester N°3
N°2
E O
Test de la fibre
Test réflectométrie 3 bobines (méthode bouclage)
Bobine O Fo N°1 Bobine E Fo N°2 Bobine
N°1 à tester à tester N°3
N°2

E O

O
E
E
Fo N°1 Fo N°2 O
Bobine N°1 Bobine N°2 Bobine N°3
à tester à tester
Test de la fibre
Test réflectométrie 3 bobines (méthode bouclage)
V1
V2

V3
V4
O
E
E
Fo N°1 Fo N°2 O
Bobine N°1 Bobine N°2 Bobine N°3
à tester à tester

ORIGINE EXTREMITE
SENS OE EO MOY OE EO MOY
FO1 V1 V2
FO2 V4 V3
Test de la fibre
Test de réflectométrie 3 bobines (méthode bouclage)

Bobine
d’amorce N°1 Fo N°1
à tester
Bobine
d’amorce N°2

Bobine
d’amorce N°3 Fo N°2
à tester
Test de la fibre
Test réflectométrie 3 bobines (méthode bouclage)
Bobine
N°1 O Fo N°1
à tester Bobine
E N°2

Bobine
N°3 O Fo N°2
à tester
E

Bobine Fo N°2 à Fo N°1 Bobine


O Bobine E à tester
N°3 tester N°1
N°2
E O
Test de la fibre
Test réflectométrie 3 bobines (méthode bouclage)
Fo N°2 Fo N°1
Bobine Bobine Bobine
à tester à tester
N°3 N°2 N°1
O E

E O

O
E
E
Fo N°2 Fo N°1 O
Bobine N°3 à tester Bobine N°2 à tester Bobine N°1
Test de la fibre
Test réflectométrie 3 bobines (méthode bouclage)
V5
V6

V7
V8
O
E
E
Fo N°1 Fo N°2 O
Bobine N°1 Bobine N°2 Bobine N°3
à tester à tester

ORIGINE EXTREMITE
SENS OE EO MOY OE EO MOY
FO1 V1 V8 V2 V7
FO2 V5 V4 V6 V3
Test de la fibre

Test de réflectométrie 3 bobines (méthode bouclage)


Utilisation :
• Test complet d’un segment pour 1 sens
• Test des 2 sens sans déplacer le réflectométre
• Test des deux connecteurs distants
• Test du deuxième segment dans le sens inverse

Inconvénient :
• Manque de précision pour les grandes longueurs
• Pas de test de dépairage
• Complexité de mise en œuvre et de lecture des courbes.
Test de la fibre
La norme
L’atténuation d’une épissure (850,1300 et 1550
nm)
• ISO11801
– Épissure mécanique à 0,30 dB
Rien sur les épissures par fusion
• Etat de l’art : pas de distinction entre fusion
et mécanique
– 0,10 0,15 0,2 dB en moyenne des 2 sens
En fonction des opérateurs de
télécommunication
Test de la fibre
La Norme
- L’affaiblissement linéique : mesure de vérification, c’est une
caractéristique de la fibre.
Multimode
• 62,5/125 à 850 nm : <3,50 dB/km et à 1300 nm :<1,50 dB/km
• 50/125 à 850 nm : <3,20 dB/km et à 1300 nm : <1,20 dB/km
Monomode :
• 9/125 à 1310 nm : <0,40 dB/km et à 1550 nm <0,28 dB/km
Test de la fibre
La Norme
La réflectance :

Attention selon le type de connectique ou selon le cahier


des charges
Dans tous les cas, pour toutes les mesures c’est le cahier
des charges qui est le plus important.
Chapitre IX
Lecture de la
courbe

Identification
des évênements
Zone morte
Pic fantôme
Rayon de
courbure
Lecture de la courbe
Identification
Zone morte à L’impulsion
Pic de Fresnel (les connecteurs)
Pente de la fibre
Evénement non réflectant (épissure)
Réflexion de fin de fibre
Lecture de la courbe
Atténuation : méthode 2 points

Atténuation Curseur A Curseur B


dB

Atténuation
De
l’événement

Distance
m
Lecture de la courbe
Atténuation : méthode 5 points (LSA)

Atténuation Curseur A Curseur B


dB

Atténuation
de
l’événement

Distance
m
DELTA 2 METHODES
Atténuation Curseur A Curseur B
dB

Distance
m

8 ' 2 '<
8 ' 2 '<
J 6 '< ' 7
2 '<
DEFORMATION COURBE
THEORIQUE COURBE REELLE

( 2 <

=6 ( '2'
<

J ' ( ,) G
'
MAUVAISES PENTES
, , G54

, G54

6'2

4 8
8 , ( ,) G54 W N ,, G54
8 , ( ,) , G54 W N ,, G54
Epissure positive
convention de signe

Atténuation Curseur A Curseur B


dB

Distance
m

'2' ) & '& 7 '


3 2 2 $ 6N,) , G%
MESURE EPISSURE
'

Atténuation - @=
dB

' Distance
@= m

Atténuation
dB - =@
' Distance
=@ m

2 ' 3 2 9
R 9+ $ ' @=W ' =@%5
Lecture de la courbe
Pic fantôme
Bobine
Fibre à tester
d’amorce

Bobine
d’amorce

Fibre à tester
Bizarre ?
Lecture de la courbe
Pic fantôme : c’est un pic ne correspond pas à un événement. Donc pas
de rupture du plateau et de la fibre et la distance est particulière.

Fibre à tester Bizarre ?

Bobine
d’amorce

D1 D2

D1 = D2
Lecture de la courbe
Pic fantôme :
Bobine
Fibre à tester
d’amorce

Bobine
d’amorce

D D
Lecture de la courbe
Mesure sur épissure normale

Pentes (affaiblissement linéique) :

Atténuation α 1310 nm <0,4 dB/km


dB α 1550 nm affaiblissement <0,25 dB/km

∆ 1550

∆ 1310

Distance
m

∆ 1310 > ∆ 1550 MESURE BONNE


Lecture de la courbe
Mesure sur épissure avec un problème de rayon de
courbure :CONTRAINTE

Pentes (affaiblissement linéique) :


Atténuation
dB α 1310 nm <0,4 dB/km
α 1550 nm affaiblissement <0,25 dB/km
∆ 1550
∆ 1310

Distance
m

∆ 1550 - ∆ 1310 > 0,10 dB Contrainte evolutive


Lexique français /anglais
Les termes les plus courants :

OTDR : réflectomètre
Power meter : photomètre, dBmètre, puissance mètre optique, « radiomètre »
Network : réseau
Wavelength : longueur d’onde
Single mode (SM) : monomode
Cœur/ gaine / revêtement // core/cladding/ coating
Multimode (MM) : multimode
Splice : épissure
Loss : perte
Cutter : cliveuse
Bit : bit
Byte : octet
Pigtail : queue de cochon, bout de 1 à 10 m de fibre équipé d’une fiche pour
raccordement d’une tête de câble par épissure
Return loss : réflectance
ORL : Optical Return Loss
LAN : Local Area Network
WAN : Wide Area Network
NOTES
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
NOTES
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________