Vous êtes sur la page 1sur 29

LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

Remerciements

En préambule à ce mémoire, je souhaitais adresser mes remerciements


les plus sincères aux personnes qui m'ont apporté leur aide et qui ont
contribué à l'élaboration de ce mémoire ainsi qu’à la réussite de cette
formidable année universitaire.

Je tiens à remercier sincèrement Monsieur EL MOUTAWAKIL Taib, qui,


en tant qu’encadrant de mémoire, s'est toujours montré à l'écoute et très
disponible tout au long de la réalisation de ce mémoire, ainsi pour
l'inspiration, l'aide et le temps qu'il a bien voulu me consacrer et sans qui
ce mémoire n'aurait jamais vu le jour.

Je n'oublie pas mes parents pour leur contribution, leur soutien et leur
patience. Enfin, j'adresse mes plus sincères remerciements à tous mes
proches et amis, qui m'ont toujours soutenue et encouragée au cours de la
réalisation de ce mémoire.
Merci à tous et à toutes.

1
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

CHAPITRE 1: Passage aux normes IFRS........................................................5

.......................................................................................................5
Section 1 : Enjeux de l’harmonisation comptable internationale.....................................6
A.le référentiel comptable européen :.........................................................................6
B.le référentiel comptable Américain :........................................................................6
C.le référentiel international : les IFRS .......................................................................7
Section 2 : la mise en place des IFRS..............................................................................8
A.le fonctionnement de l’IASB.....................................................................................8
B. l’élaboration des normes.........................................................................................9
D.le cadre conceptuel de l’IASB.................................................................................10
a.Hypothèses de base :.........................................................................................10
b.Caractéristiques qualitatives des états financiers :.............................................10
c.Contraintes à respecter pour que l’information soit pertinente et fiable :...........11

CHAPITRE 2 : Les instruments financiers selon les normes internationales......12


Section 1 : Les textes de référence...............................................................................14
A.Présentation des normes :......................................................................................14
a.La norme IAS 32 :...............................................................................................14
b.La norme IAS 39 :...............................................................................................14
c.La norme IFRS 7 :................................................................................................14
E.Champ d’application des normes :.........................................................................15
Section 2 : Classification et évaluation des instruments financiers..............................16
A.Classification des instruments financiers :.............................................................16
a.Selon la norme IAS 39 :......................................................................................16
b.Classification selon la comptabilité de couverture :............................................18
F.Evaluation des instruments financiers :..................................................................19
a.Par la méthode de la juste valeur :.....................................................................19
b.Par la méthode du coût amortis :........................................................................19

CHAPITRE 3 : Le passage aux normes IFRS Avantages et limites.................21


Section 1 : L’impact sur l’activité financière au sein d’une économie...........................22
A.La comparabilité des comptes :.............................................................................22
G.L’amélioration de la valorisation des actifs et de la transparence :.......................22
H.Les coûts de la conversion ....................................................................................22
Section 2: l’impact sur le secteur bancaire et la stabilité financière.............................23
A.L’impacte sur le secteur bancaire..........................................................................23
a.Les conditions d’exercices de l’activité bancaire................................................23
b.Le regard de la supervision prudentielle.............................................................23
I.L’impact sur la stabilité financière :.........................................................................24
a.Comptabilisation en juste valeur:.......................................................................24
b.La volatilité sur les marchés :.............................................................................25

2
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

INTRODUCTION

L’introduction des normes IAS/IFRS a souvent été décrite comme


entraînant une révolution de l’information financière.

Les marchés financiers internationaux revêtent de plus en plus


d’importance pour les entreprises cherchant à accéder à des sources de
financement à l’échelle international.
Le nombre des transactions menées sur les marchés monétaires et
financiers internationaux enregistrent une croissance sans précédent. La
transparence devient alors un facteur-clé de l’efficacité des marchés de
capitaux. C’est précisément pour cette raison qu’il est indispensable de
pouvoir comparer les états et les résultats financiers des différentes
entreprises du monde entier d’où l’idée de l’uniformisation des normes
IAS/IFRS.

Dans le contexte actuel de mondialisation, l'harmonisation


internationale ; ou encore la réduction des différences entre les
réglementations comptables nationales, est devenue un enjeu pour les
entreprises. Cette harmonisation leur permettra notamment d'accéder à
tous les marchés financiers sans avoir à établir un jeu de comptes
particuliers pour chaque place financière.
Parallèlement, les investisseurs pourront plus facilement évaluer la
performance de toute entreprise sans avoir à connaître les spécificités de
chaque comptabilité locale.

Ce travail s’articule autour du processus du passage aux normes IFRS


et son impact sur l’analyse financière des entreprises et la stabilité des
systèmes financiers.
Dans un premier lieu, nous allons traiter le processus du passage aux
normes IFRS. Puis, nous allons analyser les apports des normes IAS 32, IAS

3
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

39 et IFRS 7 concernant les instruments financiers. Et en dernier lieu, nous


examinerons l’impact de ce passage d’une part sur l’activité financière en
son ensemble, et d’autre part sur les établissements de crédits et la
stabilité financière.

4
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

CHAPITRE 1: PASSAGE AUX NORMES


IFRS

D’une harmonisation vers une normalisation comptable

1
Selon Colasse « On entend par harmonisation comptable, un
processus institutionnel, ayant pour objectif de mettre en
convergence les normes et les pratiques comptables nationales
et, par conséquent, de faciliter la comparaison des états
comptables produits par les entreprises de pays différents. On
peut distinguer l'harmonisation de la normalisation en
considérant que cette dernière a pour objet d'application des
normes identiques dans le même espace géographique et vise à
l'uniformité des pratiques comptables au sein de cet espace.
L'harmonisation, au contraire, est censée autoriser une certaine
diversité des pratiques comptables et vise seulement à établir
des équivalences entre elles; elle est en principe moins
contraignante que la normalisation, cela dit, on peut aussi
considérer que l'harmonisation est une forme atténuée de la
normalisation et une première étape vers celle-ci ».

Même si les normes IFRS ne constituent pas la panacée 2, elles


ont l’avantage de se placer au niveau international, voire
supranational.

Ce chapitre aborde dans une première section l’environnement


comptable international dans lequel opère la comptabilité, puis
dans une deuxième section le processus de la mise en place des
normes IFRS.

5
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

Nb : voir1 et 2

Section 1 : Enjeux de l’harmonisation comptable


internationale

Les trois référentiels les plus connus et utilisés sont, depuis le début des
années 1990, le référentiel européen, le référentiel américain et le
référentiel international (IAS / IFRS).

A. le référentiel comptable européen :

La 4ème directive européenne relative aux comptes individuels (1978) et


la 7ème directive européenne relative aux comptes consolidés (1983) ont
pour objet d’harmoniser les comptabilités financières des entreprises des
Etats de l’Union Européenne. Elles ont entraîné une nette amélioration de
la qualité des états financiers individuels et consolidés mais elles n’ont
pas permis la comparaison des performances des entreprises. La raison en
est connue : ces deux directives comportaient (et comportent encore) de
nombreuses options, c'est-à-dire la possibilité de comptabiliser ou
d’évaluer une même opération de manières différentes.

B. le référentiel comptable Américain :

C’est d’abord aux Etats-Unis qu’une harmonisation comptable a été


mise en place par la profession comptable en 1939 sous l’égide du
Commitee on Accounting procedures (CAP) de l’AICPA (American Institut of
Certified Public Accountants). Cette organisation a pris ensuite vis à vis de
la profession comptable son indépendance en devenant le Financial
Accounting Standards Board (FASB).

Aux Etats-Unis les règles comptables ne sont pas définies dans des
textes législatifs ou réglementaires. La SEC (Security and Exchange
Commission) a délégué la responsabilité de la définition des règles
comptables à l’AICPA qui a ensuite elle-même désigné en 1973 le FASB
(Financial Accounting Standards Board) pour accomplir cette tâche.

Le FASB est généralement considéré comme l’organisme le plus


important du monde anglo-saxon en matière de recommandations
concernant la publication des états financiers. Les deux premiers mots de

1
B. Colasse, contrôle de gestion et audit, Encyclopédie, 2000, partie «Harmonisation comptable
internationale ».
2
M. Nahmias, L’essentiel des normes IAS/IFRS, éditions d’organisation, 2004, p 26

6
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

FASB (financial accounting) font référence à l’information financière


publiée par une organisation et destinée à un public qui ne participe pas à
sa gestion.

Le FASB publie un ensemble de textes qui constituent les US-GAAP


(generally accepted accounting principles), parmi lesquels :
- SFAS (statements of financial accounting standards);
- SFAC (statements of financial accounting concepts) ;
- Les interprétations (commentaries ou extensions des SFAS).

C. le référentiel international : les IFRS

C’est sur le modèle de l’organisme américain ( le FASB) , et aussi de


l’organisme britannique ( l’ASC : Accounting Standard Commitee) que
s’est bâti depuis 1973 ; l’International Accounting Standard Commitee
(IASC) autant qu’organisme non gouvernemental à la suite d’un accord
entre les organisations comptables d’Australie, du Canada, de France,
d’Allemagne, du Japon, du Mexique, des Pays-Bas, du Royaume-Uni,
d’Irlande et des Etats-Unis.
L’IASC a modifié son nom en IASB (B pour Board) en 2001, à la suite de
la modification de ses structures qui donne une importance nettement
plus importante au Board 3.
Le rôle de l’IASB est de contribuer au développement et à l’adoption des
principes comptables pertinents, équilibrés et comparables
internationalement, et d’encourager leur observance dans la présentation
des états financiers.
Les IFRS n’empiètent pas sur le droit souverain des Etats à percevoir
des impôts : L’IASB étant un organisme privé à but non lucratif,
indépendant et d’intérêt international.

3
Dans la traduction française, devient « conseil »

7
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

Section 2 : la mise en place des IFRS

L’objectif de l’IASB (IASC avant 2001) est d’élaborer, dans l’intérêt


général, un jeu unique de normes comptables4 de haute qualité,
compréhensibles et applicables dans le monde entier.

A. le fonctionnement de l’IASB

L’IASB est structuré de façon à respecter un équilibre entre, d’une part


la légitimité des différentes instances et comités, basée sur la
représentativité en termes de nationalité et professionnel de leurs
membres et, d’autre part, la compétence technique et l’indépendance de
ces derniers. L’IASB est ainsi composé :

- d’un conseil da surveillance IASCF ;


- comité exécutif BOARD ;
- comité permanent d’interprétation des normes IFRIC ;
- comité consultatif de normalisation SAC.

Source : Guide de référence sur les IFRS, publié par Deloitte, 2008

4
Une liste des normes comptables internationales figure dans l’annexe N°

8
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

B. l’élaboration des normes5

Le processus d’élaboration des normes de l’IASB

Groupe de travail Comité consultatif et


Conseil Public
. autre organisation

Constitution Etude des


d’un groupe problèmes
de travail

Approbation

Projet de déclaration de
principes

Approbation

Commentaires

Déclaration de
Principes

Approbation

Exposé - sondage

Approbation
(majorité 2/3)

Commentaires

Projet de norme
Approbation
(majorité
NORME 3/4)

5
Pour plus de détail: S.Brun, les normes comptables internationales IAS/IFRS, édition Broché, 2006, p28

9
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

D.le cadre conceptuel de l’IASB

Le Cadre de Préparation et de Présentation des Etats Financiers


(Framework for the Preparation and Presentation of Financial Statements)
a été élaboré par l'IASC en avril 1988 et publié en juillet 1989. Il constitue
un "système cohérent d'objectifs interdépendants et de concepts qui
permettent d'aboutir à une comptabilité et des systèmes d'information
uniformes".

a. Hypothèses de base :
 Comptabilité d’engagement :
Les effets des transactions et autres événements sont comptabilisés
quand ces transactions ou événements se produisent, et ils sont
enregistrés dans les livres comptables et présentés dans les états
financiers des exercices auxquels ils se rattachent.

 Continuité d’exploitation :
L’entité doit établir ses états financiers sur la base de continuité
d’exploitation, en cas de doute elle doit l’indiquer.

b. Caractéristiques qualitatives des états financiers :


 Les Caractéristiques qualitatives fondamentales :

 L’image fidèle : Elle requiert la juste représentation des effets des


transactions et autres événements et conditions conformément aux
définitions et critères de constatation relatifs aux actifs, passifs,
produits et charges définis par le cadre conceptuel pour la
préparation et la présentation des états financiers.

 La prééminence de la substance sur la forme : C’est un concept qui signifie


qu’il faut s’attacher plutôt à la réalité financière et économique de
l’opération qu’à sa forme juridique.

 Les caractéristiques qualitatives dérivées :

 Prudence : C’est la prise en compte d’un certain degré de précaution


dans l’exercice des jugements nécessaires pour préparer les
estimations dans des conditions d’incertitude, pour faire en sorte
que les actifs et produits ne soient pas surévalués et que les passifs
et les charges ne soient pas sous –évalués.

10
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

 Neutralité : L’information contenue dans les états financiers doit être


neutre pour ne pas influencer les prises de décisions ou jugements
afin d’obtenir un résultat prédéterminé.

 Exhaustivité : Pour qu’une information soit exhaustive, il faudrait


qu’elle soit vraie, réelle par conséquent fiable et suffisamment
pertinente.

 Non compensation : Les actifs et les passifs ou produits charges ne


doivent pas être compensés sauf si la compensation est imposée ou
autorisée par une autre norme.

 Importance relative : Une information est considérée comme significative


si son omission ou son inexactitude peut influencer les décisions
économiques que les utilisateurs prennent sur la base des états
financiers.

 Les Caractéristiques qualitatives de base :

 Intelligibilité : Une qualité essentielle de l’information est d’être


compréhensible immédiatement par les utilisateurs. Cependant, une
information relevant d’un sujet complexe ne doit pas être exclue au
seul motif qu’elle est trop difficile à comprendre.

 Pertinence : L’information possède la qualité de pertinence lorsqu’elle


influence les décisions économiques des utilisateurs en les aidant à
évaluer des événements passés, présents ou futurs ou en corrigeant
leurs évaluations passées.

 Fiabilité : L’information est fiable lorsqu’elle est exemptée d’erreur et


de biais significatifs et que les utilisateurs peuvent lui faire confiance
pour présenter une image fidèle de ce qu’elle est censée présenter.

 Comparabilité : L’évaluation et la présentation de l’effet financier des


transactions et d’événements semblables doivent être effectuées
de façon cohérente et permanente pour une ou plusieurs entités.

c. Contraintes à respecter pour que l’information soit


pertinente et fiable :

 Célérité :
L’information peut perdre sa pertinence si elle est fournie avec un
retard indu. la direction peut avoir à trouver un équilibre entre les métiers
relatifs d’une information prompte et ceux d’une information fiable. Pour
atteindre l’équilibre entre pertinence et fiabilité, la considération
dominante doit être de satisfaire au mieux les besoins des utilisateurs en
matière de prise de décisions économiques.

11
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

 Rapport coût/ avantage :


Les avantages obtenus de l’information doivent être supérieurs au coût
qu’il a fallu consentir pour la produire.

 Equilibre entre les caractéristiques qualitatives :


Des informations qualitatives doivent être données dans le respect
d’une certaine mesure tournée vers la satisfaction des lecteurs des
comptes.

CHAPITRE 2 : LES INSTRUMENTS


FINANCIERS SELON LES NORMES
Les IAS/IFRS sont donc un ensemble de normes comptables
INTERNATIONALES
internationales qui ont pour but d’uniformiser les principes
comptables utilisés, afin de fournir aux investisseurs des
informations plus claires et plus comparables.
Dans le cadre de ces normes, on comptabilise
différemment, un certain nombre d’opérations (sans pour
autant modifier la comptabilisation légale et fiscale du
pays). Ce sont donc surtout les pratiques comptables qui
vont changer soit par des imputations, soit par des jeux
d’écritures différents. La gestion des instruments financiers
est par ailleurs très touchée : elle nécessite une
modification radicale des modes d’organisation et des
façons d’évaluation.

Le présent chapitre sera donc consacré à présenter dans


une première section les normes relatives aux instruments
financiers en précisant leur champ d’application. Et dans
une deuxième section la classification de ces instruments
financiers (selon la norme IAS 39 et selon la comptabilité
de couverture), et leurs différentes méthodes d’évaluation
12
(juste valeur et coût amortis).
pkj

LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

13
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

Section 1 : Les textes de référence

A. Présentation des normes :

Dès 1989, l’IASB s’était engagée dans l’élaboration de normes globales


régissant les instruments financiers. C’est alors que fut l’approbation de
trois normes ; notamment l’IAS 32, l’IAS 39 et l’IFRS 7 .

a. La norme IAS 32 :

Cette norme, intitulée « Instruments financiers : informations à fournir


et présentation », a été élaborée en 1995. Selon l’IAS 32 un instrument
financier est « tout contrat qui donne lieu à un actif financier d'une entité
et à un passif financier ou à un instrument de capitaux propres d'une autre
entité »6. Cette norme a pour objectif de présenter les définitions des
différentes catégories des instruments financiers et de clarifier leur
classification, ainsi qu’elle établie une distinction entre dette et capitaux
propres. Un instrument de capitaux propres d’après cette norme est « tout
contrat mettant en évidence un intérêt résiduel dans les actifs d'une entité
après déduction de tous ses passifs » 6.

b. La norme IAS 39 :

La norme IAS 39 « instruments financiers : comptabilisation et


évaluation », a été élaborée en 1998 et a été révisée en 2003 et puis en
2004. Cette norme présente les principes de comptabilisation et de
classification des différentes formes des instruments financiers, ainsi que
leurs modes d’évaluation. Elle expose aussi les méthodes spécifiques de
comptabilisation des instruments financiers dits de couverture.

c. La norme IFRS 7 :

L’IFRS 7 est une norme qui est nommée « Instruments financiers :


informations à fournir », elle est publiée en 2005 et mise en application en
2007. Cette norme amendent la partie de la norme IAS 32 consacrée aux
informations à fournir, et remplace la norme IAS 30 : « Informations à
fournir dans les états financiers des banques et institutions financières
assimilées ». La présente norme a pour objectif d’imposer aux entités de
fournir des informations dans leurs états financiers de façon à permettre
aux utilisateurs d’évaluer l'importance des instruments financiers au
regard de la situation financière et de la performance financière de l'entité

6
: Norme comptable internationale 32 : Instruments financiers: présentation ; Journal officiel de l'Union
européenne 29.11.2008

14
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

ainsi que la nature et l’ampleur des risques découlant de ces instruments


financiers.

E. Champ d’application des normes :

Les normes relatives aux instruments financiers doivent être appliquées


à tous les types d’instruments financiers excepté ceux couvertes par une
autre norme. On peut alors schématiser le champ d’application comme
suit :

Avantages au
Titres consolidés
personnel
(IAS 27, IAS 28
(IAS 19,
et IAS 31)
IFRS2)
Instruments financiers
non dérivés :
Titres, Prêts, Créances…..

Instruments financiers
dérivés :
Swaps de taux, de devises,
Contrat de Achats/ventes de devises…..
location Immobilisatio
(IAS 17) ns
incorporelles
(IAS 38)
Contrats
d’assurance
( IFRS 4)

15
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

Section 2 : Classification et évaluation des instruments


financiers

A. Classification des instruments financiers :

La norme IAS 39 prévoit une double classification des instruments


financiers : la première selon qu’il s’agit d’actif financier, de passif
financier ou d’un instrument dérivé, et la deuxième liée à la comptabilité
de couverture.

a. Selon la norme IAS 39 :


La norme IAS 39 distingue pour chaque instrument financier plusieurs
catégories :

 Les actifs financiers :


Se définissent comme de la trésorerie, ou droits contractuels à recevoir
d'autres actifs financiers (exemple : titres de dette, prêts, créances), ou
comme le droit d'échanger d'autres instruments financiers dans des
conditions potentiellement favorables (exemple : primes d’option) et enfin
comme des instruments de capitaux propres d'une autre entreprise
(exemple : actions à l’exception des titres de filiales, entreprises associées
et coentreprises compris dans le champ de la consolidation).
On distingue quatre catégories d’actifs financiers :

 Actifs de transaction : Se sont des actifs détenus en vue de réaliser un


bénéfice à court terme. Une entité peut désigner tout instrument financier
comme détenu à des fins de transaction, lors de la comptabilisation
initiale, mais ce choix est irrévocable à l'acquisition ou à l'émission et il n’y
a pas de reclassement ultérieur possible.

 Actifs disponibles à la vente : Il s’agit d’une catégorie par défaut comprenant


notamment, les titres de participation non consolidés, les autres titres
détenus à long terme et certaines opérations exclues des autres
catégories.

 Prêts et créances émis par l'entreprise : Il s’agit d’actifs financiers à revenu


déterminable émis du fait de la remise directe à un débiteur d'argent, de
biens ou de services, sauf s’ils sont émis dans l'intention de les vendre à
court terme. Il existe une possibilité de classer des prêts et créances émis
par l'entreprise en actifs disponibles à la vente ou dans le portefeuille de
transaction.

 Titres détenus jusqu'à l'échéance : Cette catégorie est ouverte aux instruments à
revenu déterminable et maturité fixée (obligations, TCN…) dont

16
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

l’entreprise a l’intention expresse et la capacité de les conserver jusqu'à


l'échéance. En cas de cession ou de transfert, il y aura requalification de la
totalité du portefeuille et interdiction de la catégorie pendant deux ans.
Cependant, quelques exceptions sont permises telles une vente proche de
l'échéance/après le remboursement quasi-intégral de l'investissement
initial (plus de 90%), ou une vente en réponse à un évènement externe,
isolé ou imprévisible (exemple : dégradation significative du risque de
crédit de l'émetteur).

 Les passifs financiers :


Un passif financier est défini par l’IAS 32 comme étant une obligation
contractuelle de remettre à une autre entreprise de la trésorerie ou un
autre actif financier (exemples : une dette fournisseurs, un emprunt…..),
et une obligation contractuelle d’échanger des instruments financiers à
des conditions potentiellement défavorables.
La norme IAS 39 distingue alors deux catégories de passifs financiers :

 Passifs comptabilisés à la juste valeur7 par le résultat : Cette catégorie comprenne les
passifs détenus par l’entreprise à des fins de transaction c'est-à-dire les passifs qui ont
été assumés dans le but de dégager des profits à court terme grâce aux fluctuations de
marché ou à la réalisation d’une marge sur la transaction. Elle comprenne aussi les
passifs évalués à la juste valeur par option ; c'est-à-dire les passifs qui répondent à
l’amendement apporté en juin 2005 à l’IAS 39 précisant les conditions que doivent
remplir les instruments financiers pour être ainsi classés (par exemple un instrument
financier hybride8 doit avoir un impact significatif sur les flux de trésorerie pour faire
part de cette catégorie).

 Autres passifs : Il s’agit des instruments qui figurent par défaut dans la catégorie passif
comme les fournisseurs, les garanties financières émises…..

 Les instruments dérivés :


Un dérivé est un instrument financier qui varie en fonction de la valeur
d’un sous-jacent tel que les taux d’intérêts ou le cours d’une action. Ce
sont généralement des instruments avec un effet de levier important et
une mise de départ nulle ou faible, et qui sont réglés à une date future.
Les instruments dérivés usuels sont les swaps, les options et les
opérations à terme.

Il existe plusieurs cas où l’instrument dérivé est considéré dans le


champ d’application de l’IAS 39 ou hors champs d’application. On peut
résumer ces cas dans le schéma suivant :

7
La notion de juste valeur sera expliquée au niveau du paragraphe traitant l’évaluation des instruments
financiers.
8
C’est un instrument financier qui comprend un dérivé incorporé. Ce dernier doit être lié étroitement au contrat
hôte sinon il doit être évalué à la juste valeur comme un dérivé autonome.

17
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

b. Classification selon la comptabilité de couverture :

La relation de couverture établit un lien entre trois éléments :


 L’élément couvert :
C’est un actif ou un passif financier ou non financier ( ex : créance client,
stock de marchandises), une transaction quasi certaine ( ex : d’une
commande client), ou une transaction future hautement probable ( ex : un
budget de vente en devise), qui exposent l’entreprise à un risque de variation
de flux de trésorerie futur.

 L’instrument de couverture :
Il peut être un ou plusieurs instruments dérivés désignés par l’entreprise, ou
un actif ou passif financier non dérivé (mais c’est uniquement pour le cas
d’un risque de change), dont on s’attend à ce que les flux de trésorerie
compensent les variations de flux de trésorerie d’un élément couvert
désigné.

 Le risque couvert :
Ça peut être un risque de change, risque de taux d’intérêt, risque sur actions,
risque de crédit, risque de prix de marchandises pouvant impacter le résultat
consolidé de l’entité. A ce niveau on peut prétendre deux cas :
 Si l’élément couvert est un instrument financier : Il est possible de désigner un,
plusieurs ou tous les risques attachés à cet élément : exemple
d’obligation à taux fixe en devise dont l’entité peut couvrir le risque
de taux et/ou de change et/ou de crédit.

 Si l’élément couvert est un instrument non financier : Il est possible de désigner


soit la totalité des risques attachés, soit le risque de change
uniquement : exemple des stocks dont l’entité ne peut désigner que
le risque de prix.

18
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

F. Evaluation des instruments financiers :

a. Par la méthode de la juste valeur :

La notion de la juste valeur a été introduite par la norme IAS 32, et elle
est définie comme « le montant pour lequel un actif pourrait être échangé,
ou un passif éteint, entre parties bien informées, consentantes et agissant
dans des conditions de concurrence normale »9. Pour un instrument
financier dont il existe une cotation sur un marché organisé, l’entité
utilisera cette cotation pour établir la juste valeur de l’instrument
financier. Si le marché de l’instrument financier n’est pas actif, l’entité
établira la juste valeur en utilisant une technique d’évaluation.

L’objectif d’une technique d’évaluation est d’établir quel aurait été le


prix de transaction dans un marché concurrentiel, à la date d’évaluation,
motivés par des raisons normales d’activité. Pour cela, l’entité utilisera les
estimations et les hypothèses cohérentes avec les informations
disponibles que les participants du marché utiliseraient en établissant le
prix de l’instrument financier.

Ils sont alors évalué à la juste valeur :


- Les actifs de transaction ;
- Les actifs disponibles à la vente ;
- Les passifs à la juste valeur par le résultat (les passifs de
transaction et les passifs à la juste valeur sur option).

b. Par la méthode du coût amortis :

Le coût amorti est le montant actualisé, au taux d’intérêt effectif, des


flux futurs générés par l’instrument financier, restant jusqu’à l’échéance.
Le taux d’intérêt effectif (TIE) est le taux qui permet d’égaliser les flux
futurs attendus, au montant d’origine, c'est-à-dire comprenant le cas
échéant les sur cotes/décotes et les frais de transaction. Pour calculer le
taux d'intérêt effectif, une entité doit estimer les flux de trésorerie en
prenant en considération toutes les modalités contractuelles de
l'instrument financier (par exemple, options de paiement anticipé, de
rachat et assimilé) mais ne doit pas tenir compte des pertes sur crédit
futures.

Ils sont alors évalués au coût amortis :


- Les prêts et créances ;
9
Norme comptable internationale 32 : Instruments financiers: présentation ; Journal officiel de l'Union
européenne 29.11.2008

19
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

- Les actifs détenus jusqu’à l’échéance ;


- Les autres passifs ( autres que ceux comptabilisés à la juste
valeur par le résultat.

20
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

CHAPITRE 3 : LE PASSAGE AUX NORMES


IFRS AVANTAGES ET LIMITES
La réforme qui rendait obligatoire pour les
entreprises cotées d’appliquer les normes IFRS à
partir du 1er janvier 2005, avait pour objectif de créer un
marché financier performant et de faciliter l’évaluation des
entreprises par une meilleure transparence financière.
Après avoir présenté le processus du passage aux normes
IFRS, les organes responsables de l’élaboration de ces
dernières, leurs apports en termes d’évaluation des actifs
financiers et leur classification. On a pu remarquer qu’elles
se caractérisent par un recours accru à la notion de juste
valeur, susceptible d’introduire une plus grande volatilité
dans les bilans et les comptes de résultat. Ceci met en
reliefs le rôle des normes IFRS en termes d’évaluation des
actifs des entreprises et plus particulièrement des
établissements de crédit dans un environnement de plus en
plus harmonisé, mais aussi la question de la stabilité
financière du point de vue de la supervision bancaire.
Avant de présenter l’impact des IFRS sur l’activité
bancaire et la stabilité financière, on ne peut se passer des
avantages et des limites de ces normes internationales en
matière de l’activité financière dans son ensemble.

pkj

21
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

Section 1 : L’impact sur l’activité financière au sein


d’une économie

A. La comparabilité des comptes :

En effet, le passage aux normes IFRS est supposé faciliter la


comparabilité des comptes pour un fonctionnement efficient des marchés
de capitaux. Il renforce leur compétitivité dans la mesure où transparence
des comptes aide les sociétés à affronter leurs concurrents à armes
égales. Ce développement de la compétitivité se matérialise autant pour
les opérations transfrontalières et les cotations sur d’autres bourses que la
place locale.
Certes le passage aux normes IFRS est un « nouveau langage », mais le
travail des analystes financiers ne changera pas ; il sera tout de même
plus facile et plus complet du fait que les données financières fournies
seront plus abordables puisque l’information comptable est supposée
« intelligible » avec les IFRS. De plus, ils pourront consacrer plus de temps
sur des analyses plus approfondies en utilisant la masse d’information qui
sera disponible sur chaque valeur. Et enfin, ils pourraient s’intéresser
davantage à l’analyse des performances et aux aspects stratégiques d’un
groupe.

G.L’amélioration de la valorisation des actifs et de la


transparence :

La communication financière est indispensable pour promouvoir l’image


des sociétés cotées. Son amélioration à travers la présentation des
comptes d’une manière plus claire augmentera la valeur des titres des
sociétés.
Cependant, contrairement à ce que pensait beaucoup d’analystes, le
recours accrus à la comptabilisation en juste valeur n’est pas uniquement
source de volatilité. Certainement, elle reflète mieux la réalité économique
(principe de prépondérance de l’aspect économique sur l’aspect juridique
dans la valorisation) et prendra plus en compte des risques. C’est le cas
des produits dérivés, inscrits en hors bilan et donc échappant à tout
contrôle qui représentent une source majeure d’effet de levier ; puisqu’ils
permettent de prendre de grosses expositions mais avec de petites
sommes déboursées. Les produits dérivés sont en fait une énorme bulle
spéculative alors qu’ils sont censés être utilisé à des fins de couverture,
raison pour laquelle ils sont réintégrés dans les bilans avec les IFRS.

H.Les coûts de la conversion

22
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

Tous ces avantages ne peuvent se faire sans de grandes


transformations au niveau du système de comptabilisation d’une
entreprise. Il faut savoir que tous les logiciels qu’utilise une entreprise
doivent être ajustés aux nouveaux modes de comptabilisation voire même
les changer, former le personnel afin de les adapter aux mutations
suscitées par le passage aux nouvelles normes.
Ces frais peuvent varier entre 300.000 et 400.000 dirhams, estime
GERALDINE LEYMARIE, directeur associé du Cabinet « Scacchi Maroc ».
Selon des sources du Cabinet « Masnaoui & Mazars », ce coût peut
atteindre 1 million de dirhams pour les grandes Entreprises.10
A dénombrer ces chiffres, les PME ne peuvent même pas y penser.
Malheureusement, c’est une grande perte pour l’objectif principal de l’IASB
notamment la comparabilité des informations comptables au niveau
international. Ceci peut se présenter plus sensible dans les pays qui ne
généralisent pas encore ce processus du passage aux IFRS pour tout type
d’entreprises et pas justes pour les banques comme c’est le cas pour le
Maroc.

Section 2: l’impact sur le secteur bancaire et la stabilité


financière

A. L’impacte sur le secteur bancaire

a. Les conditions d’exercices de l’activité bancaire

Certaines normes IFRS peuvent ne pas prendre en compte les


conditions d’exercices de certaines activités, l’exemple le plus typique est
l’IAS 39 sur la comptabilisation des instruments financiers qui a été jugée
inacceptable par les banquiers, les assurances, de nombreuses grandes
entreprises et même des autorités publiques comme la commission
européenne.
En effet, la norme IAS 39 serait inadaptée à l’activité bancaire en
Europe caractérisée par la prédominance de l’activité de transformation et
d’intermédiation de ressources stables (dépôts) dans des crédits à taux
fixe à l’économie. L’IASB ne tiens pas compte de la stabilité des dépôts à
vue, historiquement démontrée selon les banquiers.11

b. Le regard de la supervision prudentielle

10
Economie entreprises : Le magazine du Maroc en mouvement ( http://www.economie-entreprises.com/adr.php?
n=14)
11
M. Nahmias « L’essentiel des normes IAS/ IFRS » Edition d’Organisation, 2004, p56.

23
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

Si on prend un autre angle de vision, du coté de la supervision


prudentielle des établissements de crédit ou de leur compétitivité, les
données comptables constituent, entre autres, la base de calcul des
exigences prudentielles, notamment pour le ratio de solvabilité 12. Leur
influence s’exerce directement d’une part sur le calcul de leur exposition
au risque (le dénominateur du ratio de solvabilité), d’autre part sur le
montant et la qualité de leurs fonds propres prudentiels (le numérateur du
ratio de solvabilité).

Du point de vue prudentiel, la détérioration de la qualité des crédits de


la banque entraînerait elle-même une baisse de valeur de ses propres
obligations émises, ce qui augmenterait les capitaux propres, si la valeur
des actifs (surtout les prêts octroyés) devait rester inchangée. En effet,
« cette amélioration de la solvabilité liée à la détérioration du risque de
crédit de la banque est illogique et très controversée, en particulier du
point de vue surveillance bancaire », écrivait la Banque Centrale
Européenne dans son bulletin mensuel13.
La différence fondamentale tient que, pour les IFRS, les capitaux
propres sont un poste d’ajustement des variations de juste valeur, alors
que dans la réglementation prudentielle bancaire, les fonds propres
constituent les réserves pour couvrir les risques de perte sur engagement
des banques.
Les normes comptables ont donc une influence directe sur le
comportement des établissements de crédit qui recherchent les moyens
d’optimiser le respect des exigences prudentielles et de maximiser la
rentabilité de leurs capitaux propres.

I.L’impact sur la stabilité financière :

Du fait de leur impact potentiel sur le comportement des entreprises et,


tout particulièrement, des établissements de crédit et du système
financier dans son ensemble, les normes comptables internationales se
caractérisent en effet par un recours accru à la notion de juste valeur,
susceptible d’introduire une plus grande volatilité dans les bilans et les
comptes de résultat. Or, une partie de la volatilité ainsi suscitée peut être
de nature artificielle. Ces normes compliquent en outre la mise en oeuvre
des techniques de gestion des risques habituellement utilisés et tendent
souvent à s’écarter significativement du principe de prudence.

a. Comptabilisation en juste valeur:

La comptabilisation en juste valeur (élément central du référentiel


IAS/IFRS) n’est pas forcement la méthode la plus fiable pour tous les
instruments financiers, notamment pour ceux qui ne sont négociés sur un
marché actif et liquide (exemple : les prêts bancaires). La prise en compte
12
Ratio de solvabilité = Fonds propres / Risques de crédit opérationnel et de marché.
13
M. Nahmias « L’essentiel des normes IAS/ IFRS » Edition d’Organisation, 2004, p57.

24
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

des plus-values potentielles peut devenir une source de volatilité et


surtout contraire au principe de prudence, et finalement trompeur pour les
investisseurs.

b. La volatilité sur les marchés :

La liberté de choix ouverte par l’option juste valeur (« fair value option
») pour quelques actifs réduit la comparabilité des états financiers. Ces
différents éléments prennent d’autant plus d’importance du point de vue
des superviseurs bancaires que l’introduction des IFRS a un impact direct
sur le calcul des ratios de gestion prudentiels auxquels sont soumis les
établissements de crédit.14
L’IASB a rappelé que la notion de la juste valeur a vocation à
s’appliquer, à terme, à l’intégralité des valeurs enregistrées au bilan des
entreprises (modèle dit de juste valeur totale « full fair value »). En
effet, valoriser tous les titres et instruments financiers, hors titres
d’investissement, quelles que soient leur liquidité, leur négociabilité ou
l’intention des établissements, à leurs valeurs de marché contrevient au
principe de prudence dans la mesure où certaines plus-values potentielles
ainsi calculées peuvent s’avérer totalement illusoires.15

14
PATRICK AMIS & ÉRIC ROSPARS Secrétariat général de la Commission bancaire, Direction de la
Surveillance générale du système bancaire, Service des Études comptables ; « Surveillance prudentielle et
évolution des normes comptables : un enjeu de stabilité financière »
Banque de France • Revue de la stabilité financière • Novembre 2005

15
SYLVIE MATHERAT Secrétariat général de la Commission bancaire Service des Études bancaires ;
« Normalisation comptable internationale et stabilité financière »
Banque de France • Revue de la stabilité financière • Juin 2003

25
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

CONCLUSION

Malgré les critiques des analystes sur les fondements des normes
internationales IAS/IFRS, surtout en termes de comptabilisation par la juste
valeur, l’harmonisation de tous les référentiels comptables vers un seul
référentiel bien structuré ne sera que bénéfique pour la comparabilité des
comptes à l’échelle internationale. L’harmonisation de l’information
comptable permettra donc de passer à d’autres étapes en faveur de la
mondialisation.

En effet, une transparence de la comptabilité et une information


comptable plus pointue est en soi un gage de l’amélioration de la
compétitivité des entreprises voire même un approchement vers
l’efficience des marchés.

La notion de la comptabilisation par la juste valeur a été mise à


l’évidence plus particulièrement dans ce contexte de crise, où les marchés
eux-mêmes sont perturbés par une volatilité excessive sans que celle-ci
ne soit justifiée, ce qui pourrait aggraver la confusion actuelle des
marchés.

Pour lisser les « lacunes » observées par les analystes concernant


l’adaptation des normes aux exigences de chaque métier, l’IASB et la
Banque Centrale Européenne sont entrain d’étudier des solutions (en
améliorant les normes existantes ou en ajoutant d’autres) pour mieux
ajuster les normes d’information comptable internationales aux besoins
des entreprises et surtout afin de limiter l’utilisation du la notion de la
juste valeur pour les seuls cas des actifs économiquement et
financièrement justifiés (opérations de marché essentiellement).

26
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

27
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

BIBLIOGRAPHIE

OUVRAGES :

- ROBERT OBERK « Pratique des normes IFRS »_comparaison avec les règles
(*)
françaises et les US-GAAP » ; édition DUNOD 2006

- MURIEL NAHMIAS : « L’essentiel des normes IAS/IFRS » Éditions


d’Organisation, 2004

- HUBERT DE LA BRUSLERIE : « Analyse Financière, information financière et


diagnostic » ; 3èm édition DUNOD 2006

- DENIS CORMIER : « Comptabilité anglo-saxonne et internationale » ;


2èm édition ECONOMICA 2007

- ELISABETH BERTIN : « Les états financiers consolidés IAS/IFRS » Edition


Gualino paris 2007

- GRÉGORY HEEM : « Lire les états financiers en IFRS » Éditions


d’Organisation, 2004

- GRÉGORY HEEM & PHILIPPE AONZO : « La normalisation comptable


internationale : quelle légitime pour des organismes privés »

- Ouvrage collectif d’un groupe de travail de l’Association nationale des Directeurs


Financiers et de Contrôle de Gestion : « Normes IAS/IFRS, Que faut-il faire ? ,
Comment s’y prendre ? » Éditions d’Organisation 2004
( 1ère édition , 2ème édition)

REVUES :
- « Spécial IAS/IFRS » Septembre 2005 ; ODILE DANDON & LAURENT
DIDELOT.

- « Instruments financiers aux IFRS » Séminaire du 18-19 avril 2007


Casablanca ; ANTOINE SARDI
- « Diagnostic des performances financières en normes IAS/IFRS »
JEAN-GUY DEGOS ( IAE - © Cahier 15 – 2005)

- « Surveillance prudentielle et évolution des normes comptables :


un enjeu de stabilité financière » PATRICK AMIS & ÉRIC ROSPARS
Banque de France • Revue de la stabilité financière • N° 7 • Novembre 2005.

28
LES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES IFRS

(*) L’ouvrage le plus intéressant

- Dossier pratique « Normes IAS/IFRS » Francis Lefebvre Formation.16

- « Synthèse sur l’Elaboration des Normes ifrs »


Gilbert GÉLARD (Membre de l’IASB).

SITES WEB :

Etats unis :
http://www.iasb.org/Home.htm
http://www.ifac.org/
https://www.iosco.org/library/

France :
http://www.efrag.org/homepage.asp
http://www.amf-france.org/documents/general/5271_1.pdf
http://www.focusifrs.com/

Cabinet d’audit et de conseil présentant des informations sur les normes IFRS :
http://www.ey.com/SearchResults?query=ifrs&search_option=country_name
http://www.iasplus.com/index.htm
http://www.kpmg.com/Global/Pages/Results.aspx?k=ifrs
http://fre.mazars.com/content/search
http://www.pwc.com/gx/en/ifrs-reporting-services/index.jhtml

16

29