Vous êtes sur la page 1sur 115

Ministère de l'Éducation Nationale, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche

Conservatoire National des Arts et Métiers


École Supérieure des Géomètres et Topographes
1 Boulevard Pythagore – 72000 LE MANS

Mémoire de travail de fin d'études


en vue de l'obtention du
Diplôme d'Ingénieur de l'ESGT

AUDIT DES DIFFÉRENTS RÉSEAUX D'AUSCULTATION TOPOGRAPHIQUE


DES BARRAGES DE LA SOCIÉTÉ DU CANAL DE PROVENCE ET
D'AMÉNAGEMENT DE LA REGION PROVENÇALE

MY

Mémoire soutenu par : Membres du jury :

MELON Yvann Président : M. JUNG, directeur de l'ESGT

Le 30 juin 2005 Maître de stage : M. JAUBERT,


Société du Canal de Provence

Professeur référent : Melle NICOLAS


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

AVANT-PROPOS

Ce mémoire est dédié aux 423 victime s de la rupture du barrage de Malpasset


ainsi qu'à son concepteur, le polytechnicien André COYNE, décédé à l'age de 69 ans
après avoir été profondément affecté par cet événement. Il fut néanmoins le maître
incontesté dans le domaine des barrages au siècle dernier ne serait-ce que par la
construction d'une centaine de barrages à travers le monde entier mais aussi par le
développement de nombreuses techniques (déversoir-ski, auscultation acoustique,
ancrage des ouvrages par tirants d'acier pré-tendus…). Il transmit son savoir en se
voyant chargé du cours sur les grands barrages à l'École Nationale des Ponts et
Chaussées.

Je tiens à remercier M. Jaubert pour son accueil ainsi que toute la section
Topographie de la Société du Canal de Provence et d'Aménagement de la Région
Provençale.

Je suis reconnaissant envers toutes les personnes qui m'ont écouté, conseillé
et aidé pendant la réalisation de ce Travail de Fin d'Études et l'écriture du présent
mémoire.

Mais avant et pour tout, à toi Patrice…

MELON Yvann -2- mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

SOMMAIRE

INTRODUCTION....................................................................................................................- 5 -

CHAPITRE I : POURQUOI RÉALISER L'AUSCULTATION DES BARRAGES ? .............- 7 -


1) LA CATASTROPHE DE MALPASSET ................................................................................. - 7 -
a.
L'événement ............................................................................................................- 7 -
b.
Historique du barrage ..............................................................................................- 8 -
c.
Résultats des expertises .........................................................................................- 9 -
d.
Premières conséquences......................................................................................- 10 -
2) LA LEGISLATION .......................................................................................................... - 10 -
a. Textes généraux....................................................................................................- 10 -
b. Textes de "l'avant Malpasset" ...............................................................................- 11 -
c. Textes de "l'après Malpasset"...............................................................................- 11 -
3) LE CEMAGREF ............................................................................................................. - 13 -
4) L'EXPLOITATION DES BARRAGES A LA SOCIETE DU CANAL DE PROVENCE .................... - 13 -
a. Le service Exploitation ..........................................................................................- 13 -
b. Le service Équipement..........................................................................................- 15 -
c. Le service Ingénierie .............................................................................................- 15 -

CHAPITRE II : ÉTUDE DES RÉSEAUX D'AUSCULTATION TOPOGRAPHIQUE DE DEUX


GRANDS BARRAGES DE LA SOCIÉTÉ DU CANAL PROVENCE.................................- 16 -
1) METHODE D 'ETUDE ..................................................................................................... - 16 -
a.
But de l'étude .........................................................................................................- 16 -
b.
Les moyens mis à disposition de l'étude ..............................................................- 16 -
c.
La résolution par la méthode des moindres carrés (d'après DURAND, 2004) ....- 18 -
d.
Fonctionnement de Geolab ...................................................................................- 20 -
2) BARRAGE DU VALLON DOL .......................................................................................... - 22 -
a. Présentation du barrage ........................................................................................- 22 -
b. Étude......................................................................................................................- 25 -
c. Résultats................................................................................................................- 29 -
d. Premiers commentaires ........................................................................................- 31 -
3) BARRAGE DE BIMONT .................................................................................................. - 33 -
a. Présentation du barrage ........................................................................................- 33 -
b. Étude......................................................................................................................- 35 -
c. Résultats................................................................................................................- 36 -
d. Premiers commentaires ........................................................................................- 39 -

CHAPITRE III : MODIFICATIONS ÉVENTUELLES À EFFECTUER POUR AMÉLIORER


LES RÉSULTATS................................................................................................................- 41 -
1) DANS LES RESEAUX .................................................................................................... - 41 -
a.
Barrage du Vallon Dol ...........................................................................................- 41 -
b.
Barrage de Bimont.................................................................................................- 43 -
c.
Positionnement du réseau par rapport à la zone d'action du barrage .................- 43 -
2) DANS LES METHODES .................................................................................................. - 44 -
a. Les instruments .....................................................................................................- 44 -
b. Le nivellement direct .............................................................................................- 45 -
c. Les tours d'horizon ................................................................................................- 45 -
3) RISQUES ENCOURUS SI DES MODIFICATIONS SONT EFFECTUEES .................................. - 46 -

MELON Yvann -3- mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

4) DANS LES CALCULS ET L 'INTERPRETATION ................................................................... - 46 -


a. AUSCULT..............................................................................................................- 46 -
b. Des coordonnées en Lambert 93 ?.......................................................................- 47 -
c. L'interprétation brute..............................................................................................- 47 -
d. L'interprétation statistique, le modèle "HST" (d'après ROYET, 2002) .................- 48 -

CHAPITRE IV : ANALYSE DES RÉSULT ATS BRUTS DU BARRAGE DU VALLON DOL,


EXPLOITATION DES MESURES DE 1985 À 2005 ...........................................................- 50 -
1) INFORMATIONS SUR L 'OUVRAGE .................................................................................. - 50 -
2) MESURES UTILISEES ................................................................................................... - 51 -
a. Mesures topographiques .......................................................................................- 51 -
b. Mesures de pentes, furets hydrauliques ...............................................................- 52 -
3) ANALYSE ..................................................................................................................... - 53 -
a. Des mouvements de la digue................................................................................- 53 -
b. Des tassements.....................................................................................................- 55 -
4) AVIS SUR L 'EVOLUTION DU BARRAGE DU VALLON DOL ................................................. - 56 -

CONCLUSION.....................................................................................................................- 57 -

BIBLIOGRAPHIE:................................................................................................................- 58 -

RÉSUMÉ………………………………………… .………………………………………………- 62 -

ANNEXES ............................................................................................................................- 65 -

MELON Yvann -4- mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

INTRODUCTION

La Société du Canal de Provence et d'Aménagement de la Région Provençale


(SCP) fut crée le 9 juillet 1957 dans le cadre du développement du Sud-Est de la France.
Son siège social se situe actuellement au château du Tholonet, commune voisine d'Aix en
Provence. Elle concrétise 200 ans de projets pour la résolution des problèmes
d'alimentation en eau de cette région. Le rôle de cette société d'économie mixte de droit
privé est mentionné dans ses statuts, reçus par la SCP le 29 septembre 1959 : "concourir
au développement économique de la région par l'aménagement hydraulique en vue de
l'irrigation et de l'alimentation en eau pour usages domestiques, agricoles et industriels,
par la mise en valeur agricole et par l'aménagement rural". Ainsi les principaux
actionnaires sont la ville de Marseille, les départements des Bouches du Rhône et du Var
et la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur. Le Canal de Provence répond à cette attente.
C'est pourquoi par décret du 15 mai 1963 (décret n° 63-509), l'État accorde une
concession d'État, d'une durée de 75 ans renouvelable, pour les travaux et l'exploitation
du Canal de Provence. De plus, la vocation de la société a été étendue en avril 1990 par
l'État : "la vocation principale de la société est de contribuer à l'aménagement,
l'équipement et le développement économique de la région PACA ; à ce titre, et en
étroite relation avec les organisations professionnelles, elle est un instrument privilégié
pour la mise en œuvre des politiques qu'entendent y conduire l'État, la Région, les
départements et les collectivités locales". Ainsi la SCP intervient en tant que maître
d'ouvrage, maître d'œuvre, exploitant ou mandataire sur les différents ouvrages du Canal
de Provence.

Le Canal de Provence, vaste ouvrage hydraulique, composé de canaux à ciel


ouvert, galeries sous pression ou non, aqueducs, réserves et barrages, distribue les eaux
pures du Verdon (collectées à Gréoux Les Bains sur un canal mixte EDF/SCP) à travers
toute la Provence jusqu'à Marseille dont l'alimentation unique par le canal de Marseille
saturait avec la croissance de la cité phocéenne au cours des 50 dernières années.
SCP

Carte de situation

Le Canal de Provence doit assurer l’acheminement de l’eau, ainsi que la


constitution de réserves permettant de distribuer les 660 millions de m3 consommés

MELON Yvann -5- mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

annuellement. C’est notamment le rôle des barrages de Bimont, du Trapan et du Vallon


Dol, exploités par la SCP. Un barrage est un ouvrage d'art ou remblai retenant ou
pouvant retenir de l'eau, il est généralement construit dans un talweg. Dans le cas d'un
ouvrage retenant de l'eau, le problème de la sécurité ne doit pas être négligé : l'eau de la
retenue est telle une épée de Damoclès pour la population en aval de l'ouvrage. Ainsi
l'auscultation des barrages, observation poussée de l'ouvrage, permet d'établir un
diagnostic quant à l'évolution de ce dernier et aux risques encourus.

La SCP réalise elle- même l'auscultation de ses barrages mais aussi par contrat
celle de deux autres : Saint Christophe, propriété de la Société des Eaux de Marseille
(SEM) et La Laye, fermage de la SCP appartenant au Syndicat Intercommunal d’Irrigation
de la Région de Forcalquier (SIIRF). Tous les barrages mentionnés sont placés sur la
carte de situation.

Une grande partie de l'auscultation est un travail topographique, dans lequel


la précision des points calculés influe sur les interprétations possibles. L'ingénieur
géomètre topographe est à même de critiquer les réseaux d'auscultation topographique
et de déterminer les ellipses de confiance sur les points d'auscultation. Il doit aussi
pouvoir faire une analyse de ses propres mesures même s'il n'est pas lui- même un
spécialiste des barrages. Aussi ai-je proposé de réaliser, dans le cadre de mon Travail de
Fin d'Études l'analyse des réseaux d'auscultation topographique de deux barrages de la
SCP : Bimont et Vallon Dol. Cette étude consiste principalement à calculer les ellipses de
confiance des différents points des réseaux à partir du traitement des observations mais
aussi en une analyse de l'aspect physique de ces réseaux et de la mise en œuvre
humaine de l'auscultation.

Avant d'étudier ces réseaux, la nécessité de l'auscultation de tels ouvrages


sera expliquée. Les résultats de l'étude seront commentés et des solutions seront
envisagées si des défauts apparaissent dans ces réseaux. Enfin, l'auscultation du Vallon
Dol fera l'objet d'une attention particulière avec l'analyse des mesures effectuées au
cours des vingt dernières années.

MELON Yvann -6- mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

CHAPITRE I : POURQUOI RÉALISER L'AUSCULTATION


DES BARRAGES ?

La France a connu "seulement" deux ruptures de barrage (Bouzey en 1895 et


Malpasset en 1959). La tragédie engendrée par un tel événement est suffisante pour
comprendre la nécessité d'observer les barrages ; c'est pourquoi j'ai choisi la catastrophe
de Malpasset pour ouvrir ce mémoire.

1) La catastrophe de Malpasset

a. L'événement

2 décembre 1959, 21h13 : explosion du barrage de Malpasset ! Une vague de


plus de 40 mètres de haut s'engouffre dans la vallée à 70 km/h en direction de Fréjus. À
partir de cet instant, plus rien n'arrêtera la mort qui s'apprête à frapper la petite cité
fréjussienne…

423 personnes perdent la vie cette nuit-là, plus précisément 134 hommes,
112 femmes, 135 enfants de moins de 15 ans, 15 jeunes de 15 à 21 ans mais aussi 27
personnes qui ne seront jamais identifiées. Bien que les pertes humaines soient les plus
déplorables, les dégâts matériels sont énormes : 951 immeubles touchés (photo n°1)
dont 150 totalement pulvérisés, plus de 1 000 hectares de terres agricoles entièrement
ravagés (80 000 hl de vins perdus, 1 000 moutons tués), 2,5 km de voie ferrée
emportés, toutes les routes de la plaine impraticables, coupure des réseaux téléphonique
et électrique.
MY

MY

photo n°1 : maison détruite par la vague Malpasset photo n°2 : bloc de la voûte de Malpasset (à 500 m
à mi-chemin entre le barrage et Fréjus de l'ancien emplacement)

Un tel bilan était inévitable sous le passage de la vague de Malpasset ! Celle-ci


fut si puissante qu'elle charria des blocs de béton du barrage de 600 m3 à plus de 500 m
de l'ouvrage (photo n°2). La vallée et la plaine n'étaient plus qu'une étendue de boue
meurtrie au petit matin. VAR nice-matin titrait ce jeudi 3 décembre 1959 : "Le barrage
de Malpasset (Var) cède sous la pression des eaux qui déferlent sur Fréjus ; il y aurait de
nombreuses victimes".

MELON Yvann -7- mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

Ce drame se ressent encore aujourd'hui sur le site de Malpasset, où les blocs


de béton armé charrié avec leur armature de fer dépassant sont toujours visibles. Du
barrage, il ne reste plus que la partie rive droite (photo n°3). Un fragment de la rive
gauche est encore accroché et la vue de ce dernier, depuis l'emplacement des fondations
du barrage, procure une sensation de vertige (photo n°4).

MY
MY

photo n°3 photo n°4

Les Fréjussiens, encore traumatisés de cet événement (ANNEXE 1), ne


considèrent pas le site comme un lieu touristique mais comme un lieu de mémoire.
Devant les vestiges de cette catastrophe, on ne peut que prôner la surveillance de tels
ouvrages, afin d’en éviter d’autres. Vérifier la qualité des mesures d'auscultations de
barrages de la SCP contribuera à cette tâche.

b. Historique du barrage

Cette catastrophe doit être expliquée aux victimes survivantes et l'historique


du barrage peut apporter des réponses, mais ce qui importe le plus ce seront les
mesures prises suite à cet évènement.

Comme partout dans la région, le problème de l'eau se posait pour Fréjus. La


croissance démographique et touristique ainsi que les besoins de l'agriculture mais aussi
la volonté de lutter contre les incendies faisaient ressentir la nécessité de la mise en
place de réserves d'eau pour Fréjus.

Le choix d'un site devait donc s'effectuer. De nombreuses propositions et


études furent menées par les techniciens des administrations chargées de ce projet. Le
Ministère de l'Agriculture trancha le 3 août 1950 pour le site de "Malpasset". Un barrage
à cet endroit, dans la vallée du Reyran, répondrait aux exigences d'apport en eau mais
permettrait également la maîtrise du cours d'eau occasionnant régulièrement des
inondations dans la plaine fréjussienne. En effet, le Reyran, association de mots signifiant
en provençal "torrent à foison", a un débit fort capricieux : à sec les trois quarts de
l'année, il entraîne dans son cours énormément de sables et de cailloux (provenant de
l'Esterel où il prend sa source) pendant la période des pluies.

La réalisation du barrage fut confiée au très célèbre bureau d'études COYNE et


BELLIER, qui aujourd'hui encore demeure le spécialiste mondial en matière de barrages

MELON Yvann -8- mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

avec plus de deux cents études et constructions de barrage à son actif. Toutes les étapes
d'un projet de cette ampleur furent respectées, à commencer par l'étude préliminaire
géologique, confiée à un professeur de la faculté de Marseille. Le terrain se présentait
comme parfaitement étanche : un massif hercynien. De légers accidents superficiels
furent découverts dans le gneiss et les micaschistes mais n'affectaient en rien la solidité
des roches, perme ttant ainsi l'édification d'un ouvrage.

Il fut décidé de construire un barrage voûte, qui s'adapterait parfaitement à la


vallée étroite et aux flancs raides de cette dernière. Le principe de ce type de barrage
réside dans le renvoie de la pression de l'eau sur les extrémités de l'ouvrage plutôt que la
simple opposition du poids de l'ouvrage ; il requiert une grande robustesse des rives, très
sollicitée par une telle force. Le site de Malpasset n'étant pas assez abrupt sur sa rive
gauche, on décida la construction d'une culée de béton (visible sur la rive gauche du
barrage, photo n°5) pour appuyer le barrage.

http://www.ville-frejus.fr/hermes/
patrimoine/malpasset.htm
photo n°5 : barrage de Malpasset

Il fut achevé en 1954, après trente mois de construction interrompus par


intermittence pour des problèmes techniques ou financiers. Ses caractéristiques étaient
les suivantes :
- hauteur de 60 m (cote du couronnement à 102 m),
- développement de crête de 225 m,
- rayon de courbure de la voûte de 100 m,
- 49 300 000 m3 d'eau retenue dont la moitié pourra être utilisée,
- épaisseur du mur allant de 6,78 m à la base à 1,50 m sur la crête.
Ce barrage de type "voûte mince" était alors le plus mince d'Europe. L'épaisseur du
barrage ne sera jamais remise en cause, d'ailleurs les ruptures de barrage voûte mince
sont des faits rarissimes.

La mise en eau débuta en 1954 mais le manque de précipitations et un


propriétaire refusant son expropriation retardèrent la phase de remplissage. Le mois de
décembre 1959 essuya des pluies diluviennes qui remplirent complètement la réserve ;
d'autre part la construction d'un pont autoroutier en aval de Malpasset empêchait
l'ouverture des vannes de vidange. Cette montée rapide des eaux ne put donc pas être
contrôlée ; habituellement, la mise en eau jusqu'à la cote maximale se fait par palier
dans le but d'observer le comportement de l'ouvrage. De légères fuites furent tout de
même constatées à l'aval du barrage. Il atteignit sa cote maximale le 2 décembre à
18h00, heure à laquelle les exploitants de l'ouvrage décidèrent l'ouverture des vannes.
Le niveau baissa de 2 cm en trois heures, si bien que le gardien nota dans son carnet :
"21h00 RAS".

13 minutes plus tard, le drame commençait !

c. Résultats des expertises

Outre les pouvoirs publics qui chercheront à établir la vérité, M. COYNE


laissera comme testament à ses employés "trouvez pourquoi Malpasset a cédé". Mais
surtout, des responsables sont recherchés…

MELON Yvann -9- mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

La justice écartera, suite aux rapports d'experts (au nombre de trois : Tribunal
de Grande Instance et Cour d'Appel – deux appels ont été demandés), les causes
sismiques ou relatives à l'utilisation d'explosifs sur le chantier de l'autoroute. Le barrage,
ou plutôt son emplacement, fut remis en cause. Une série de failles sur la rive gauche
découvertes pendant les expertises montre que le barrage ne s'appuyait pas sur une
roche homogène.

L'infiltration d'eau dans ces failles par foliation a créé un phénomène de "sous-
pression" (poussée d'Archimède) qui a fait "sauter comme un bouchon" la culée rive
gauche, amplifiant la catastrophe car la voûte reposait sur cette culée.

Après huit longues années de procédure, à la question "Aurait-on pu passer à


coté de cette tragédie ?", la Cour de Cassation arrête en 1967 qu'…"aucune faute, à
aucun stade, n'a été commise". Les études préliminaires géologiques avaient bel et bien
eu lieu… Le seul coupable de cette tragédie reste la fatalité !

Un tel évènement traumatisant la population ne pouvait qu'entraîner la prise


de nouvelles mesures sur le plan juridico-technique.

d. Premières conséquences

L'effort de solidarité national et même international mis en place dans les


jours suivant la rupture du barrage est considérable. La reconstruction de la zone
sinistrée sera donc rapide et efficace, conjuguant les talents du Génie militaire de
Grenoble, de la SNCF, des PTT mais aussi des centaines de volontaires venus
spontanément à Fréjus. Parmi tous les dons, Fréjus gardera de quoi s'occuper de ses
orphelins jusqu'à leurs 21 ans. Tout cet élan de solidarité est à saluer.

Le premier mariage à titre posthume sera officié pour que l'amour survive au
drame et qu'un enfant puisse porter le nom de son père.

Une prise de conscience générale sur la qualité des auscultations se


développera : auscultations étendues aux fondations, création de nouveaux appareils
(pendules inversés). Certains projets de barrage seront modifiés (Saint-Cassien). Le
Comité Français de Mécanique des Roches (CFMR) sera créé et la troisième commission
d'experts du "procès Malpasset" suggérera la création d'un comité technique sur les
barrages.

Les textes juridiques évolueront eux aussi mais la démarche parlementaire


sera plus longue à se mettre en place : le poids de Malpasset se fera tout de même
ressentir.

2) La législation

a. Textes généraux

Même si en France la catastrophe de Malpasset a relancé le débat


parlementaire sur les barrages, des textes faisaient déjà loi, entre autre pour étoffer les
articles du Code Civil concernant la responsabilité (article 1382 à 1384 – ANNEXE 2) : le
propriétaire est responsable des dommages consécutifs à la construction de son ouvrage,
qu'il y ait faute, imprudence ou négligence ou même sans faute de sa part (personne
dont on doit répondre et choses que l'on a sous sa garde). L'article 1386 (ANNEXE 2)
rend responsable le propriétaire des dommages causés par la ruine de son ouvrage suite

MELON Yvann - 10 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

à un défaut d'entretien ou un vice de construction (mais ce dernier peut faire valoir la


responsabilité décennale du maître d'œuvre – articles 1792 et 2270, ANNEXE 2).

L'auscultation permet de déterminer certains entretiens du barrage non


décelables à l'œil. Un défaut d'auscultation entraînerait donc un défaut d'entretien qui
engagerait la responsabilité du propriétaire. C'est une première raison à la nécessité
d'ausculter ou de faire ausculter ses barrages.

b. Textes de "l'avant Malpasset"

• La circulaire du 15 juin 1927


Elle aborde la notion de barrages intéressant la sécurité publique. Elle impose
un contrôle de l'Administration pour le suivi des barrages.

• La circulaire du 20 juillet 1927


Elle décrit les procédures d'établissement et de fonctionnement des barrages
et réservoirs. Pour ce qui est de l'inspection et de la surveillance, les procédures et
modes de contrôle des barrages intéressant la sécurité publique sont exposés ainsi que
les documents à conserver et mettre à jour : dossier spécial pour chaque barrage,
registre spécial pour chaque barrage, registre de l'exploitant. Des visites d'inspections
périodiques sont également prévues.

• La circulaire du 20 août 1928


Elle complète la circulaire du 20 juillet 1927 et prévoit l'établissement d'une
liste générale des barrages.

c. Textes de "l'après Malpasset"

• Le décret de concession d'État du 15 mai 1963


La SCP fut créée à la même période que ce tragique incident. Le réseau
hydraulique du Canal de Provence allait nécessiter l'usage de barrages. Ces deux
éléments incitèrent les rédacteurs du décret de concession d'État du 15 mai 1963 à
l'écriture de l'article 12 du cahier des charges général de concession, annexe du décret :
"le concessionnaire sera tenu de se conformer aux règlements existants ou à intervenir,
notamment en ce qui concerne (…) la police des eaux, la protection contre les
inondations, la salubrité publique, la protection des sites et paysages, la défense
nationale, l'urbanisme et le permis de construire" en ce qui concerne l'exploitation des
ouvrages. De ce fait, la société était tenue de respecter les textes mentionnés
précédemment ainsi que ceux qui vont suivre.
L'article 25 désigne le ministère de l'Agriculture comme étant chargé du
"contrôle technique de l'exploitation (…) par les ingénieurs du service du génie rural et
par les ingénieurs du service des ponts et chaussées". Ce ministère est donc chargé de la
police quant à la bonne exécution de l'exploitation des ouvrages et du respect des actions
à effectuer.
• Le décret du 13 juin 1966
La première réaction gouvernementale fut la création du Comité Technique
Permanent des Barrages (CTPB) par le décret du 13 juin 1966, publié au J.O n°139 du 17
juin 1966 (page 4892). Cette instance doit être consultée pour tout projet de barrage
dont la hauteur au-dessus du point le plus bas du terrain naturel est supérieure à 20 m.
Il est composé de huit membres : six fonctionnaires comprenant deux personnes
désignées par chacun des ministères suivants : Agriculture, Équipement et Industrie,
ainsi que de deux personnalités hautement qualifiées par leurs études et leurs travaux en
matière de barrages, désignées par les ministères précédemment cités.
Le CTPB se prononce sur les dossiers montés par le propriétaire (ou son
maître d'œuvre) à propos des conditions d'exécution des travaux, de la compétence du

MELON Yvann - 11 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

directeur des travaux et des éventuels problèmes techniques qui pourraient être
rencontrés lors des travaux. Une visite du site est systématiquement effectuée par les
membres du CTPB qui peuvent examiner pendant celle-ci les résultats des investigations
diverses (mais plus particulièrement celles concernant la géologie et l'hydrologie).
Cependant, le rôle du CTPB reste seulement un contrôle a priori des ouvrages et n'aborde
pas les problèmes d'auscultation.

• La circulaire interministérielle du 14 août 1970


La circulaire interministérielle du 14 août 1970 abroge les précédentes
circulaires de 1927 et 1928 pour ce qui est de la surveillance et de l'inspection des
barrages. Cette dernière fait ressentir la volonté de tenir compte de l'expérience acquise
durant les quarante années précédentes mais aussi de satisfaire la sécurité d'un parc de
barrages en pleine croissance. Toutefois, le poids de Malpasset se fait ressentir, trois ans
après que la Cour de Cassation ait arrêté qu'…"aucune faute, à aucun stade, n'a été
commise" ! Elle définit donc les modalités du contrôle a posteriori.
Elle insiste sur la notion de barrage intéressant la sécurité publique : barrage
dont la rupture éventuelle aurait des répercussions graves pour les personnes. Sont
concernés les barrages soumis à la consultation du CTPB, mais aussi ceux dont le volume
de la retenue et l'occupation de la vallée en aval seraient une menace pour la population
en cas de rupture. Une circulaire ministérielle en date du 23 mai 1997 prévoit que les
même dispositions soient prises pour les barrages et digues dont la hauteur est
supérieure à 10 m et dont le produit H2 .V1/2 est supérieur à 200, où H est la hauteur de
l'ouvrage en mètres et V le volume de la retenue en millions de m3 .
Plus particulièrement, cette circulaire impose une surveillance spécifique lors
de la première mise en eau avec l'usage d'appareils d'auscultation divers permettant de
connaître avec précision le comportement de l'ouv rage. Ces instruments seront ensuite
utilisés pendant toute l'exploitation de l'ouvrage. Toutes ces actions doivent être
contenues dans les dossiers du service du contrôle (DDE – Direction Départementale de
l'Équipement, DDAF – Direction Départementales de l'Agriculture et des Forêts ou Service
de la Navigation en fonction de leur usage et de leur Ministère d'attribution) et du
propriétaire ou concessionnaire…
Toutes les informations notées dans ces dossiers doivent permettre "de
connaître aussitôt que possible tous les incidents qui (…) affectent [l'ouvrage] de manière
à parer à leurs conséquences dangereuses, de découvrir tous les symptômes
d'affaiblissement de manière à prévenir leur aggravation, de vérifier le bon
fonctionnement de tous les organes essentiels d'exploitation et de vidange afin de
pouvoir compter sur eux au moment où on aura à s'en servir" comme le mentionnait déjà
la circulaire du 20 juillet 1927.
Les prescriptions techniques de l'auscultation lors de la première mise en eau
prévoient des mesures d'autant plus fréquentes que le plan d'eau sera élevé.
L'auscultation est l'ensemble des mesures topographiques, des relevés des
extensomètres, tubes piézométriques, cellules de pression interstitielle, pendules, drains
et fuites. Ces auscultations doivent aussi porter sur les fondations ainsi que sur les
versants de la retenue (pour prévenir du détachement d'un morceau de terrain qui
provoquerait une vague submergeant le barrage).
Ensuite, pendant la vie de l'ouvrage, il est prévu de mesurer les débits de
fuites et les débits des drains au moins toutes les deux semaines. Les mesures des
niveaux piézométriques, des pendules seront faites au moins tous les mois. Les mesures
plus complexes peuvent être réalisées deux fois par an mais jamais moins d'une fois.
Toutes les mesures d'auscultations doivent être interprétées par des
spécialistes qui tacheront de différencier les variations réversibles (dues à la température
ou à la cote du plan d'eau) des irréversibles.
L'exploitant doit fournir au Service du Contrôle les rapports de la surveillance
de l'ouvrage. Le service du Contrôle procède à une visite annuelle des barrages et à une
visite complète décennale (après vidange de la retenue mais il est possible d'obtenir une
dérogation).

MELON Yvann - 12 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

• Décret n°88-622 du 6 mai 1988 relatif aux plans d'urgence


Un plan d'urgence recense les mesures à prendre et les moyens à mettre en
œuvre pour un risque particulier. Il est préparé par le préfet avec les autorités, services
et organismes compétents. Ce décret contient des dispositions concernant les barrages
devant faire l'objet d'un Plan Particuliers d'Intervention (PPI mis en place par la loi n°87-
565 du 22 juillet 1987 relative à l'organisation de la sécurité civile (…) et la prévention
des risques majeurs). Ces barrages sont ceux dont la hauteur est au moins égale à 20 m
et la capacité à 15 000 000 m3 .

3) Le Cemagref

Le Cemagref (Centre national du machinisme agricole, du génie rural, des


eaux et des forêts) est un établissement public à caractère scientifique et technologique
sous la tutelle des ministères chargés de la Recherche et de l'Agriculture. Son rôle dans
les compétences en matière de barrage est arrivé assez tardivement. Historiquement, le
contrôle des barrages était du ressort des DDE, DDAF ou des Services de la Navigation
suivant leurs utilisations. Ces services rendaient leurs conclusions à leurs ministères
respectifs. Mais les transferts de compétences en matière de police de l'eau de 1976 et
1979 entre les ministères de l'Agriculture et de l'Équipement d'une part et le ministère de
l'Environnement d'autre part, attribuent désormais le contrôle des barrages au ministère
en charge de l'Environnement.

Or le ministère de l'Environnement a confié en 1989 au Cemagref une mission


d'investigation technique sur les barrages dans tous les départements français. Un
catalogue des barrages intéressant la sécurité publique a été établi à la suite de cette
mission. Les services de contrôle ont aussi été auditionnés lors de cette mission. L'action
administrative en matière de barrage a donc été éclaircie tant pour les services de l'État
que pour les exploitants des barrages.

Le Cemagref reste à la disposition de ces services et des exploitants de


barrage si ces derniers rencontrent des problèmes particuliers au niveau technique : il
assure une mission de conseil mais se charge aussi de former les exploitants.

4) L'exploitation des barrages à la Société du Canal de Provence

a. Le service Exploitation

Le décret de concession d'État déclare la Société du Canal de Provence comme


explo itant des ouvrages publics composant le réseau hydraulique du Canal de Provence
(dont les barrages), elle doit donc se comporter comme le véritable propriétaire de ces
biens. Ce rôle incombe au service Exploitation dirigé par M. FUND. Il doit s'assurer du
respect de la législation en vigueur pour ses ouvrages.

Devant l'importance et l'étendue sur toute la région Provence Alpes Cote


d'Azur du parc immobilier de la société, le service est divisé en trois grands secteurs
géographiques (Alpes – Pays d'Aix, Var, Durance – Touloubre) auxquels sont rattachés
de nombreux Centre Régionaux d'Exploitation (CRE). Les barrages de Bimont et du
Vallon Dol dépendent tous les deux du CRE de la Vallée de l'Arc.

Les personnes responsables de ces sites logent sur place. Elles assurent
principalement une mission de gardiennage. Cette présence au barrage de Bimont résulte
entre autre du Plan de Prévention et d'Intervention (PPI) pesant sur l'ouvrage. La

MELON Yvann - 13 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

surveillance consiste aussi à s'assurer qu'aucune personne extérieure ne vient polluer le


site car la mission première de la SCP est de "fournir de l'eau potable" ; et ce
particulièrement à la réserve du Vallon Dol, prise d'eau de la SEM à qui la SCP certifie
distribuer de l'eau de bonne qualité. Elles sont aussi chargées d'effectuer les mesures
d'auscultation (autres que topographiques) à la fréquence fixée par les lois : mesures des
piézomètres, des fissuromètres, des drains (photos n°6 et n°7), lecture des pendules, de
la pluviométrie… Elles s'assurent du bon fonctionnement de tous les appareillages
équipant le barrage (sismographes, pendules électroniques, treuils, vannes – photo n°8,
pompes). Ces personnes connaissent parfaitement l'ouvrage auquel elles ont été
affectées et le moindre détail anormal leur apparaîtrait lors de leurs nombreuses
inspections visuelles de l'ouvrage. Leur rôle est fondamental car ces connaissances
humaines de l'ouvrage et de son comportement seraient difficilement modélisables.

MY

MY
photo n°6 : drain, intérieur de l'ovoïde photo n°7: ovoïde de drainage (Vallon
de drainage (Vallon Dol) Dol)

Le service Exploitation décide de l'intervention du service Maintenance quand


un disfonctionnement est détecté même si ce dernier ne porte pas préjudice à la sécurité
de l'ouvrage.

Le service Exploitation commande au service Équipement les auscultations


topographiques.
MY

MY

photo n°8 : essai mensuel des vannes de vidange photo n°9


(Vallon Dol), les eaux partent dans les égouts de
Marseille

MELON Yvann - 14 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

Le Centre Général de TéléContrôle (CGTC) du Tholonet assure la régulation


dynamique de l'ensemble de l'infrastructure du Canal de Provence électroniquement. Cet
organe dépend aussi du service Exploitation et les agents sur le terrain prennent le relais
du CGTC si jamais les informations ne peuvent être transmises (panne électronique ou
mécanique). La salle de contrôle du CGTC apparaît en photo n°9.

b. Le service Équipement

Le service Équipement est dirigé par M. NIQUET. Ce service contient deux


sections, l'une gérant la conduite des travaux et l'autre s'occupant des missions
topographiques, dirigée par M. JAUBERT, où j'ai été accueilli pour réaliser mon Travail de
Fin d'Études.

La section Topographie a mis en place les divers réseaux d'auscultation des


ouvrages de la société. Le travail d'auscultation n'est pas uniquement fait sur les
barrages mais aussi pour les aqueducs, le long des cuvettes (nom donné au Canal de
Provence quand il est à l'air libre), dans les galeries souterraines, etc.

La section réalise les mesures sur les ouvrages puis expose les résultats des
diverses auscultations sous forme de tableau et sous forme graphique. Elle centralise
certaines données pour les mettre en page : télépendule, piézomètre, etc. Les archives
de la section contiennent les mesures des cinq derniè res années et tous les résultats
d'auscultation depuis la création de la société.

c. Le service Ingénierie

La SCP est dotée d'un service Ingénierie composé d'une quarantaine de


personnes qui suivent les ouvrages de la SCP depuis leur création et pendant toute leur
utilisation. Ce service est dirigé par M. CARRON.

En tant que conceptrice des ouvrages, l'ingénierie est parfois demandeuse de


réseaux d'auscultation même si la loi ne l'impose pas ; par exemple pour vérifier ses
hypothèses quant au vieillissement de l'ouvrage. Quelle que soit la motivation d'un
réseau d'auscultation, l'ingénierie fait part de ses attentes à la section Topographie pour
avoir les mesures l'intéressant.

Les spécialistes des ouvrages de la SCP ainsi que les spécialistes en matériaux
dépendent du service Ingénierie, c'est ce service qui "épluche" les résultats des
auscultations et qualifie les mouvements observés : mouvement normal ou anormal !
Toutefois une donnée venait à manquer lors de l'interprétation des résultats des
auscultations topographique : les ellipses de confiance des points observés. Ce mémoire
portant sur l'étude des réseaux d'auscultation topographique répond à cette attente.

MELON Yvann - 15 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

CHAPITRE II : ÉTUDE DES RÉSEAUX D'AUSCULTATION


TOPOGRAPHIQUE DE DEUX GRANDS BARRAGES DE LA
SOCIÉTÉ DU CANAL PROVENCE

1) Méthode d'étude

a. But de l'étude

Les réseaux d'auscultation des grands barrages de la SCP permettent par un


suivi régulier de déterminer les mouvements de l'ouvrage. Ces mouvements sont calculés
par une méthode différentielle (mise au point par EDF pour l'auscultation de ses propres
barrages). Les mouvements tangentiels, radiaux et verticaux du point sont donnés par la
section Topographie de la SCP. Ces mouvements sont la simple différence des
coordonnées calculées lors de la dernière visite avec celle de "l'opération zéro"
(premières mesures de l'ouvrage), ce sont des mouvements relatifs.

Ces mouvements sont calculés à partir des mesures de topographie de base, à


savoir angles horizontaux, angles zénithaux, dénivelées et parfois distances par un
logiciel baptisé AUSCULT. Ce logiciel a été développé par le service informatique de la
SCP en collaboration avec les employés de la section topographie dans les années 80. Le
langage de programmation est aujourd'hui le FORTRAN. Ce programme donne
directement les mouvements et ne renseigne pas des coordonnées des points.

Le service Ingénierie précédemment cité n'est pas le seul à réclamer le calcul


des ellipses de confiance. Le Cemagref qui contrôle la surveillance des barrages déplorait
aussi ce manque et le bureau d'études COYNE et BELLIER, ayant signé une convention
d'assistance technique avec la SCP pour le barrage de Bimont, note dans son rapport
annuel de l'Ingénieur conseil pour l'année 2004 qu'…"Il serait utile de disposer des
ellipses d'incertitudes [synonyme d'ellipse de confiance] attachées aux résultats
régulièrement publiés". En effet, la dispersion effective des mesures topographiques peut
laisser croire à des mouvements du barrage qui n'en sont pas !

Cette étude répond à cette demande en attribuant à chaque point


d'auscultation placé sur l'ouvrage sa zone de confiance dans les trois dimensions de
l'espace. Cette étude étant une étude statistique, il faut fixer une probabilité : 95 %
puisque ces mesures touchent la question de sécurité publique. La position du point sera
désormais assurée à 95 % d'être dans la zone de certitude calculée.

Les résultats seront commentés quant à leurs valeurs et quant aux moyens
techniques permettant de les obtenir, afin de réfléchir si des modifications peuvent
apporter des améliorations sur la précision des points. Enfin, les mouvements d'un
ouvrage seront déterminés avec plus de certitude grâce aux résultats de cette étude.

b. Les moyens mis à disposition de l'étude

• Les logiciels
Les calculs des ellipses de confiance planimétriques ont été effectués à l'aide
du logiciel Geolab, version 3.90, mis à disposition par l'ESGT. Les plages d'erreurs
altimétriques ont été calculées à l'aide de Microsoft Office Excel 2003 par calcul matriciel,
non pas que Geolab n'en soit pas capable mais des données manquaient pour mener à
bien ce calcul avec le logiciel. Dans les deux cas, la méthode utilisée est celle des

MELON Yvann - 16 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

moindres carrés. La différence vient du fait que Geolab est conçu pour les calculs
topométriques alors que sous Excel, l'utilisateur doit faire correspondre lui- même ses
observations à un système matriciel. Cette correspondance sera plus détaillée dans la
partie 1) c..

• Les données
Les données utilisées pour ces calculs viennent des archives de la section
topographique de la SCP (coordonnées de piliers en Lambert III, corrections à apporter,
gisements…) et des observations des ouvrages de l'année, mesurées par la section
topographique à l'aide des instruments dont elle dispose. Ces instruments sont :
- Le T3, théodolite conçu par Wild, est d'une grande précision (s = 0,25 mgon, un gon
correspond à un grade) et d'un grossissement de coefficient multiplicateur égal à 40.
Il permet un pointé fin.
- Le TCA2003 est une station totale motorisée développée par Leica. La précision
atteinte est de 0,5 mgon et le grossissement est le
même que celui du T3 mais son réticule est plus épais
que celui du T3. Son intérêt est l'enregistrement des
mesures sur carte PCMCIA.
- Le NA3000 et ses mires "code-barres" en invar. Ce
niveau électronique de Leica associé aux mires assure
une précision de 0,4 mm.
MY

MY

MY
un T3 le TCA2003 le NA3000 et les mires "code-barres"
2 et 3 m

Les points mesurés sont des cocardes fixées sur la paroi du barrage ou sur des
plots solidement fixés à l'ouvrage. Pour le nivellement direct, la référence altimétrique
est un rivet métallique solidaire du plot.
MY

MY
MY

cible ou cocarde rivet de nivellement sur plot

Suivant les points, la mesure porte sur l'angle horizontal pour la planimétrie et
sur l'angle zénithal ou sur la dénivelée pour l'altimétrie.

MELON Yvann - 17 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

c. La résolution par la méthode des moindres carrés (d'après DURAND, 2004 )

• Le système matriciel
Cette méthode doit résoudre une équation matricielle du type
B = f (X ) + e
avec pour hypothèse principale le fait que l'erreur de mesure suive une loi normale
centrée. Dans cette équation, X est la matrice des paramètres, B celle des observations
et e représente l'erreur de mesure.
La résolution de cette équation ne peut s'effectuer que si la fonction ƒ est
linéaire d'où la nécessité de linéariser les relations d'observations par un développement
de Taylor en une valeur approchée des paramètres (X°). Le premier ordre est suffisant
car le principe d'itération succecives convergentes permet de négliger les termes des
ordres suivants.

∂f
f ( X ) = f ( X °) + ∑ ⋅ ( X i − X i °) + o( X − X °)
i ∂X i
La linéarisation permet de construire la matrice A du système matriciel habituellement
résolu. Mais la résolution ne se fait qu'avec la connaissance du poids des mesures. La
matrice P, matrice des poids, associe pour chaque observation l'inverse du carré de
l'écart type (a priori) de la mesure (1/s i 2 ). C'est une matrice diagonale si les mesures
sont indépendantes les unes des autres mais elle n'est pas forcément une homothétie de
la matrice identité : les mesures peuvent avoir été effectuées par des appareils
différents, dans des conditions différentes.

B = A⋅ X +V
V est la matrice des résidus d'observation, différence entre la mesure et la lecture
calculée après obtention des valeurs des paramètres. Si p est le nombre de paramètres
et o celui d'observations (si on mesure x fois un angle, il n'est comptabilisé que comme
une seule observation : la moyenne qui peut-être pondérée), les matrices ont les
dimensions suivantes : B (ox1), A (oxp), X (px1), V (ox1) et P (oxo). Seuls les systèmes
matriciels dont le degré de liberté (le chiffre o–p) est positif sont solubles : on ne peut
pas avoir plus d'inconnues que d'observations…

• La résolution
La condition des moindres carrés signifie matriciellement que le terme VT .P.V
doit être minimum, ce qui correspond aussi à AT .P.V = 0. Ce qui permet la résolution du
système, l'équation devient :

AT ⋅ P ⋅ B = AT ⋅ P ⋅ A ⋅ X
Le système devient ainsi normal : la matrice N = AT .P.A est une matrice carrée de
dimension p appelée matrice normale et la matrice C = AT .P.B est appelée matrice des
termes constants. N est en principe inversible, d'où la solution :

X = N −1 ⋅ C
Dans le cas d'une linéarisation, où X est la différence entre le paramètre calculé et le
paramètre approché, il faut réitérer le processus jusqu'à obtenir la solution convergente
dans la fourchette fixée, généralement 0,1 mm.

• Validation du calcul
L'intérêt principal des moindres carrés n'est pas dans la résolution mais dans
la validation des calculs et des observations faites par des analyses statistiques dont
notamment le test du chi-2… On peut détecter ainsi des fautes.
Le point de départ de ce test est le facteur unitaire de variance, so ², qui se
calcule à partir des résidus d'observations et de la matrice des poids.

MELON Yvann - 18 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

^ V T ⋅ P ⋅V
so 2 =
o− p
Pour que le test soit validé, ce chiffre doit être compris dans un intervalle [γ1 ,γ2 ]. Les
bornes de cet intervalle sont lues dans la table inverse de la loi du chi-2 (ANNEXE 3) en
fonction du degré de liberté du système et de la probabilité voulue car il est admis que le
facteur unitaire de variance est distribué comme le χ²o-p (graphique n°1).

http://www.math2.org/math/stat/distributions/chi-dist.htm
graphique n°1 : distribution du χ²o-p

L'échec de ce test signifie la présence de fautes dans les observations,


retrouvées dans V ou une mauvaise appréciation de l'écart type a priori sur les mesures.
Dans un tel cas, il faut vérifier l'exactitude des mesures et si cela s'avère nécessaire,
augmenter les écarts-types. Ces manipulations sont à réaliser avec précaution pour
rester cohérent avec l'exactitude de la campagne d'observation.
La réussite du test ne signifie pas pour autant l'absence de fautes, il peut en
rester des mineures qui sont passées à travers le test. Les fautes sont recherchées sur
les résidus normés wi . Ces derniers sont calculés à partir des éléments diagonaux ? i ² de
la matrice de variance/covariance sur les résidus S'V .
^
∑ V ' = s o ⋅ ( P −1 − A ⋅ N −1 ⋅ A T )
2

vi
wi =
ρi
Le résidu normé ne doit pas dépasser γ en valeur absolue. Comme vi suit une loi normale
centrée d'écart type ? i et que so ² suit une loi du chi-2 à o-p degrés de liberté et dépend
lui- même de vi , wi suit par conséquent une loi du Tau à o-p degrés de liberté. Cette
distribution peut-être assimilée à une distribution de Student si le degré de liberté est
supérieur à 3 mais c'est plus exact à partir de la dizaine. γ est donc lu dans la table
inverse de la loi de Student à o-p degrés de liberté (ANNEXE 4).

• Zone de confiance des points calculés


La présente étude ne détermine pas la position tridimensionnelle du point par
un unique calcul, la planimétrie et l'altimétrie ayant chacune fait l'objet d'un calcul. Le
résultat des paramètres est donc accompagné d'une ellipse de confiance pour les
paramètres planimétriques et d'un intervalle de confiance pour les paramètres
altimétriques. Les ellipsoïdes de confiance qualifient des paramètres tridimensionnels.

MELON Yvann - 19 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

- intervalle de confiance
Il se calcule à partir de l'écart type a posteriori (s i ) sur le paramètre calculé.

{ }
^
σ i = s o 2 ⋅ N −1 i ,i

Le rapport entre la différence entre le paramètre réel et le paramètre calculé sur cet
écart-type suit une distribution de Student à o-p degrés de liberté, donc l'intervalle de
confiance est centré sur la valeur calculée du paramètre de demi-longueur γ.s i , où γ
est lu comme précédemment.
- ellipse de confiance
Pour un point donné auquel sont associées les matrices M, vecteur des 2 paramètres
planimétriques calculés (i et k) du point, et M*, vecteur des 2 paramètres exacts,
correspond la matrice de variance/covariance SM . Cette matrice contient les éléments
de la matrice N-1 qui concernent le calcul du point :
^ { } {N }
 N −1 i,i −1

∑ M = so ⋅  N −1
2 i, k

 { } {N }
i ,k
−1

k ,k 

L'équation de l'ellipse se déduit de cette matrice :

(M − M *)T ⋅ ∑M ⋅(M − M *) = k 2
où k est le facteur d'amplification ; il dépend de la probabilité choisie (k = 2,447 pour
p = 0,95). Les demi-axes de l'ellipse se déduisent des valeurs propres de SM et
l'orientation de celle-ci de l'angle nécessaire pour rendre SM diagonale par "simple"
rotation.
Les paramètres de l'ellipse de confiance du point sont donc :

a=
k
⋅ {N } + {N }
−1
i ,i
−1
k,k + ({N } − {N } )
−1
k ,k
−1
i ,i
2
{ }
+ 4 ⋅ N −1
2
i, k
2

b=
k
⋅ {N } + {N }
−1
i ,i
−1
k ,k − ({N } − {N } )
−1
k ,k
−1
i ,i
2
{ }
+ 4 ⋅ N −1
2
i, k
2

Ψ=
1 
⋅ arctan  −1
{ }
2 ⋅ N −1 i ,k 

2 { } { }
 N i ,i − N
−1
k ,k


a est le demi-grand axe de l'ellipse, b est le demi-petit axe et ? est l'azimut du grand
axe.

d. Fonctionnement de Geolab

• Fichier *.iob
Les données sont enregistrées dans un fichier *.iob. Il faut commencer par
présenter les paramètres du système dans lequel les points sont définis : ellipsoïde et
projection. En cas de non-présentation des paramètres, Geolab travaille par défaut dans
Clarke 1880 et en coordonnées géocentriques.
Les points sont ensuite présentés, qu'ils soient connus ou à déterminer. Les
points à déterminer doivent être accompagnés de coordonnées approchées (facultatif si
les points sont rayonnés). Voici un exemple de présentation de point :
NEO 101 P 122477.133 848261.764 254.025 LIII m
Les premiers caractères indiquent dans quel système le point est connu (coordonnées
géocentriques, planimétriques, type d'altitudes – orthométriques, normales-) ; les

MELON Yvann - 20 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

chiffres suivants renseignent la connaissance des coordonnées (1 pour fixées et 0 pour


approchées). Le point est ensuite nommé et ses coordonnées écrites, en précisant la
projection et l'unité des coordonnées.
Les autres informations de ce fichier sont les observations (angles, distances,
dénivelées). Les observations s'accompagnent d'un écart-type qui est défini de manière
globale pour une station ou uniquement pour une observation.
DIR G R 0 1 19. 9000
Dans cet exemple, DIR indique que l'observation est un angle horizontal, pris du point G
sur le point R, de valeur 0,011 99 grades.

• Fichier *.cfg
Les calculs sont configurés dans le fichier *.cfg. La fenêtre de dialogue active
ouverte par l'édition de ce fichier dans Géolab (capture d'écran n°1) comporte cinq
onglets : Drawing, Adjustemment, Statistics, Outpout Configuration et Outpout
Composition.
- l'onglet Drawing
L'utilisateur choisit la configuration du dessin exposant les résultats (fichier *.net
présenté ci-après), à savoir les éléments qu'il souhaite faire apparaître (visées,
ellipses, points, projection, etc.)
- l'onglet Adjustement
L'utilisateur choisit les options de calculs. Il précise tout d'abord si ce calcul est une
simulation (absence de mesure) ou un ajustement statistique. Dans le cas d'un
ajustement, les coordonnées approchées peuvent être calculées par le logiciel
(Generate Initial Coordinate), les valeurs approchées des paramètres recalculés après
les itérations (Re-Transform Obs After 1st Pass). Un nombre maximum d'itération est
choisi ainsi que le critère de convergence qui définit le moment où les itérations
seront stoppées.

Geolab

capture d'écran n°1

- L'onglet Statistics
Il sert à définir les statistiques suivies : pourcentage des régions de confiance, loi
suivie pour le rejet des résidus, type de région de confiance à définir (intervalle,
ellipse, ellipsoïde) et l'usage du facteur de variance.

MELON Yvann - 21 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

- L'onglet Output Configuration


Dans cet onglet, l'utilisateur choisit la configuration du fichier *.lst (présenté ci-après)
que le logiciel va produire ; en particulier le nombre de décimales et le fait de réaliser
ou non le test du chi-2.
- L'onglet Output Composition
Ici s'effectue le choix des éléments à éditer dans le fichier *.lst : la présentation des
paramètres et observations du système, un résumé des options choisies dans ce
fichier, les résultats ajustés et leurs formats, les résidus et les ellipses de confiance
pour les plus couramment édités.

• Fichiers *.lst et *.net


Les calculs lancés, Geolab construit un fichier de résultats : le fichier *.lst. Un
dessin peut aussi être fait : le fichier *.net. Le fichier *.lst présente d'abord le degré de
liberté du système et les configurations de calculs choisies. Les résultats intermédiaires
sont présentés sous le format géographique et les résultats définitifs sous la forme
demandée. Enfin, le test du chi-2 est exposé avant les ellipses de confiance sur les
paramètres ajustés.

2) Barrage du Vallon Dol

a. Présentation du barrage

La cité phocéenne avait beau être alimentée par le Canal de Marseille depuis
le milieu du XIX ème siècle ; le canal restant la seule adduction d'eau de la ville, il fallait
songer à une alimentation de secours, d'autant plus que la consommation augmentait
considérablement avec l'industrie et l'agriculture. La réserve du Vallon Dol se présenta
comme la solution. La construction de cet ouvrage faisait partie de la mission de la SCP,
définie dans ses statuts. Les études furent réalisées par la SCP avec le concours du
bureau COYNE et BELLIER et d'EDF. La construction eut lieu entre 1969 et 1975. Ce
barrage qui retient les eaux acheminées par les galeries souterraines du Canal de
Provence (branche de Marseille Nord – Eaux du Bimont – et branche de Marseille-Est)
dans le massif de l'Étoile est une digue en enrochement (photos n°10 et 11).
MY

MY

photo n°10 : vue d'ensemble photo n°11 : tour de prise de la retenue

Une digue en enrochement résiste à la poussée de l'eau suivant le principe du


barrage poids. Un masque d'étanchéité en béton bitumineux permet de retenir l'eau. Les
principales caractéristiques du barrage sont les suivantes :
- hauteur de 52 m (cote du couronnement à 255 m),
- crête de 270 m de long sur 9 m de large,
- largeur au sol de 220 m maximum,

MELON Yvann - 22 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

- pente amont de 50,0 %,


- pente aval de 58,8 %,
- volume du remblai de 480 000 m3 .
Celles de la cuvette sont :
- cote normale du plan d'eau à 250 m NGF,
- cote maximale à 252 m NGF,
- 2 980 000 m3 d'eau retenue à la cote 250 m NGF,
- surface du plan d'eau de 17 ha,
- périmètre de la crête de 1 720 m,
- volume total des déblais de 1 400 000 m3 ,
- volume total des remblais de 700 000 m3 ,
- surface du revêtement de 19,5 ha.

L'auscultation de l'ouvrage se fait depuis quinze piliers (photo n°12) installés


autour de la réserve ; ces piliers sont bien ancrés dans la
roche et ne subissent pas de perturbations qui pourraient
les faire bouger. Ces piliers sont équipés de plaque de
centrage forcé type EDF (figure n°1). Les points visés sont
des cocardes fixées sur des plots ou cabines solidaires de la
digue. Ces plots comportent aussi un rivet de nivellement.
Une cible (n° 360) est posée sur la tour de prise. Le fluage
du revêtement (glissement de la couche de béton) est
surveillé par des cocardes placées sur ce dernier. (photos

SCP
n°13 et 14)
figure n°1
MY

MY

photo n°12 photo n°13 : cabine sur l'aval de la digue

Le dispositif d'auscultation est


présenté en figures n°2 et 3 : les piliers sont
désignés par les lettres de l'alphabet, les
points sont nommés par numéro double
puisqu'ils sont l'intersection de visées sur
deux cocardes. Les points 1/3 à 1/5 sont les
points d'auscultation du fluage sur la digue
principale (parement amont). Les points 15/3
et 16/2 sont placés entre les piliers M et N et
représentent la seconde auscultation du
fluage. Tous les autres points se situent sur le
parement aval de la digue.
MY

photo n°14 : cibles pour l'auscultation du fluage

MELON Yvann - 23 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

15/3
16/2

tour (cible 360)

SCP

fluage de la digue principale (1/3 à 1/5)

SCP

figure n°2 : réseau d'auscultation du barrage


du Vallon Dol

MELON Yvann - 24 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

SCP
figure n°3 : points d'auscultation de la digue du Vallon Dol (aval) et cheminement de nivellement

b. Étude

L'étude du réseau d'auscultation du barrage fut effectuée à partir des mesures


prises entre le 14 et le 18 mars 2005. La cote du plan d'eau était à 248,85 m NGF. Tous
les points ont fait l'objet d'une lecture d'angle horizontal. Les plots ont été nivelés et les
cibles du fluage ont été lues en angle zénithal, tout comme la tour. Pour cet ouvrage, les
lectures d'angles sont effectuées avec le TCA2003.
MY

figure n°4

MELON Yvann - 25 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

Geolab a servi de support à l'étude planimétrique seulement, la justification du


non-emploi du logiciel pour l'étude altimétrique sera donnée plus tard. Les coordonnées
Lambert III des piliers étaient dans les archives de la société. Les visées de référence
(entre piliers) se font sur les cocardes et non sur l'axe vertical du pilier. Il faut donc
corriger les lectures sur ces derniers car les coordonnées sont connues à l'axe. L'angle de
correction c fut déterminé lors de "l'opération zéro" et apparaît dans les fichiers
d'AUSCULT (figure n°4). Les visées de B sur les autres piliers n'ayant pas de corrections
connues, les lectures de B ont été supprimées ainsi que les points du fluage 539 et 540
(l'intersection n'étant plus réalisable avec les lectures manquantes). Cette absence de
corrections est très certainement du au fait que le pilier B ne servait pas au calculs des
cibles lors de l'élaboration du logiciel. Les mesures ayant été effectuées avant de
connaître le fonctionnement du logiciel, les angle c à partir du pilier B n'ont pas été
mesurés ; dans le cas contraire, il aurait été possible de conserver les mesures sur les
points 539 et 540.

Bien que la case "Generate Initial Coordinate" fut cochée, le logiciel ne pouvait
pas trouver de solutions et atteignait le maximum d'itérations possibles. En fait, les
coordonnées de départ données par Geolab étaient (0 ; 0). Après avoir décoché cette
case et lu au kutch sur le plan d'auscultation de la réserve du Vallon Dol (au 1 : 1000)
les coordonnées approchées des cibles, les calculs réussirent. Geolab ne doit pouvoir
effectuer ce calcul de coordonnées approchées uniquement si des mesures de distances
ont été faites. Le premier test du chi-2 a échoué avec un facteur de variance égal à
5 106 386 ! Après correction des erreurs de copie, le test ne passait toujours pas à
2 593 038. Tous les gros résidus se situant sur les piliers, l'exactitude des coordonnées
de ceux-ci ou des corrections à apporter fut mise en doute. Les coordonnées des piliers
internes au réseau (ceux qui visent et sont visés) furent donc ajoutées aux paramètres à
calculer, diminuant ainsi le degré de liberté du système. En fonction des résidus,
certaines visées furent supprimées. En effet, un gros résidu signifie souvent une erreur
sur la lecture ; il faut faire en sorte de garder au moins une mesure quand il y a des
lectures réciproques. Le fait de viser un point imaginaire dans le plot à partir de deux
cocardes en trois visées contribue à des résidus élevés (figure n°5) : une seule des
visées sur la même cocarde a donc été gardée afin d'obtenir une intersection plus fine.
MY

figure n°5

Le test a finalement été réussi pour un facteur de variance de 1,025. Les


fichiers *.iob et *.lst sont consultables à l'ANNEXE 5 ainsi qu'à l'ANNEXE numérique 13.
Une simulation de l'auscultation avec des piliers non flottants a été réalisée pour
comparaison.

À la lecture du fichier plani_s5.lst, deux résidus se distingue des autres, ils


sont d'ordre décimétrique : celui du paramètre "Est" du point 15/3 (0,183) ainsi que le
paramètre "Est" du pilier M (0,119).

MELON Yvann - 26 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

L'absence de mesure de distance entre les points semblait empêcher Geolab


de réaliser les calculs du nivellement indirect, l'étude altimétrique fut donc réalisée sous
Excel pour ce nivellement ; arbitrairement, il fut décidé de faire aussi les calculs de
nivellement direct avec Excel bien que Geolab les fasse sans problèmes.

• Le nivellement direct

MY

MY
figure n°6 photo n°15

À partir de la figure n°6, schématisant le nivellement direct (photo n°15),


peut-être isolée la relation liant les altitudes des points :

Z 2 − Z1 = D + v
où D représente la dénivelée entre les points 1 et 2 ; D est la différence des lectures 2 et
1 sur la mire. Cette relation étant linéaire, aucune difficulté n'est rencontrée dans la
construction du système matriciel. Les points intermédiaires n'apparaissent pas dans les
calculs, le poids des dénivelées les incluant est donc plus important. En effet, pour un
cheminement (ensemble de plusieurs dénivelées), on utilise fréquemment la relation
suivante sur l'écart type :

σ cheminemen t = σ mesure ⋅ n
avec n le nombre de dénivelées mais il existe aussi des relations incluant la dénivelée ou
la longueur du cheminement en kilomètres.
La résolution s'est faite sans entrave, seuls quelques facteurs étaient à ajouter
ou supprimer des matrices pour réussir les produits matriciels. Le test du chi-2 a
validé le calcul et les intervalles de confiance ont pu être calculés. Le fichier
VD_nivel.xls est disponible sur le CD-ROM, ANNEXE numérique 13.

• Le nivellement indirect
MY

figure n°7

MELON Yvann - 27 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

Contrairement au précédent, ce nivellement ne s'effectue pas dans un plan


horizontal et les lectures sont des lectures d'angles zénithaux. L'angle est lu sur le cercle
gauche et sur le cercle droit ; la somme des deux devant faire 400 grades, la mesure est
ainsi corrigée de cv, la correction de collimation verticale :

400 − (lecture CG + lecture CD)


cv =
2
La relation d'observation se déduit de la figure n°7 :

 Dh 
Dz = arctan  
Z −Z 
 o p 
avec Dz la distance zénithale, Dh la distance horizontale, Zo l'altitude du point observé et
Zp celle du point observant (altitude de l'axe des tourillons). L'altitude connue est celle du
téton sur la plaque de centrage forcée mais comme les appareils sont systématiquement
mis en station de la même manière (vis rouge au plus proche du téton, à 5 tours ; le
réglage du plan horizontal se faisant uniquement avec les deux autres vis de calage),
l'axe des tourillons est toujours 28 cm au-dessus de ce téton altimétrique. Linéarisée,
cette relation devient :

Dz − Dz c + v = −
(Z i − Z ia ) ⋅ sin ( Dz c )
Dc
où l'indice c correspond aux valeurs calculées à partir des coordonnées approchées,
l'indice a aux coordonnées approchées et D la distance selon la pente entre les deux
points.
Trois itérations ont suffi à déterminer une solution. Le test du chi-2 fut réussi
mais l'analyse des résidus normés montre une erreur probable sur la cible 15/3 à
nouveau (elle avait déjà été remarquée lors de l'analyse des résidus du calcul
planimétrique) ; en effet, le résidu normé (2,826) est supérieur à la valeur de γ (2,306)
correspondant à p = 0,975 et o-p = 8. Les conséquences d'une telle observation ont déjà
été expliquées au 1) c.. Les intervalles de confiance ont ensuite été calculés. Le fichier
des calculs (VD_fluage.xls) se trouve aussi sur le CD- ROM, ANNEXE numérique 13.

MELON Yvann - 28 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

c. Résultats

Les résultats sont présentés sous la forme de tableaux :

test chi² réussi (terrain)


points demi-grand axe demi-petit axe
(mm) (mm) Az (Gr) Gt T (Gr) Ang normale/ellipse demi-intervalle Z (mm)
1/3 15,4 2,9 59 271,9 87,10 368,1
F
2/3 15,8 3,1 65 271,9 93,10 383,9
L
3/3 15,7 2,9 71 271,9 99,10 365,2
U
4/3 15,1 2,6 78 271,9 -93,90 319,9
A
5/3 13,8 2,1 85 271,9 -86,90 255,9
G
15/3 476,4 127,1 69 134,8 34,20 201,9
E
16/2 161,4 5,3 112 134,8 77,20 155,7
TOUR 360 12,6 5,6 78 134,8 - 382,3
250/251 6,5 5,4 37 71,9 65,10 18,0
252/253 6,8 5,5 59 71,9 87,10 18,0
258/259 7,3 6,5 150 71,9 -21,90 36,2
260/261 13,1 5,6 12 71,9 40,10 40,2
266/267 7,9 6,7 147 71,9 -24,90 40,3
268/269 8,1 6,9 148 71,9 -23,90 39,9
270/271 8,0 7,1 166 71,9 -5,90 37,0
272/273 8,6 6,2 15 71,9 43,10 35,9
276/277 8,6 6,8 147 71,9 -24,90 31,4
D 278/279 8,9 7,0 150 71,9 -21,90 29,4
I 280/281 9,1 7,0 125 71,9 -46,90 27,1
G 282/283 8,6 7,4 144 71,9 -27,90 27,9
U 284/285 8,6 7,5 177 71,9 5,10 28,4
E 286/287 9,3 7,5 18 71,9 46,10 28,5
288/289 9,6 6,9 143 71,9 -28,90 28,2
290/291 11,3 7,0 156 71,9 -15,90 27,6
292/293 12,1 7,2 164 71,9 -7,90 26,5
294/295 10,5 7,4 158 71,9 -13,90 24,9
cab1 7,5 6,0 144 71,9 -27,90 voir tableau n°2
cab2 6,9 6,2 161 71,9 -10,90 voir tableau n°2
cab3 7,9 6,4 145 71,9 -26,90 voir tableau n°2
cab4 7,6 6,4 153 71,9 -18,90 voir tableau n°2
cab5 8,5 6,6 144 71,9 -27,90 voir tableau n°2
D 7,0 6,4 16 - - -
P G 4,2 3,6 121 - - -
I H 4,4 4,0 4 - - -
L I 9,7 4,7 133 - - -
I M 293,3 4,4 82 - - -
E N 203,9 5,5 119 - - -
R O 9,1 2,6 126 - - -
S R 5,9 5,6 77 - - -
S 4,3 3,6 56 - - -
tableau n°1

Az est le gisement du grand axe de l'ellipse, Gt T celui d'un vecteur tangent à l'ouvrage et
l'angle intéressant pour les commentaires est l'angle entre la normale à l'ouvrage et le
grand axe de l'ellipse. La figure n°8 aide à la compréhension des résultats présentés
dans les divers tableaux. Les coordonnées altimétriques des piliers étant fixées, il n'y a

MELON Yvann - 29 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

pas eu lieu de calculer leurs certitudes et l'orientation des piliers par rapport à la digue
n'est pas significative. Le tableau n°1 est séparé en 4 parties : le fluage, la tour, la digue
aval avec l'abréviation cab pour cabine et les piliers.

MY
figure n°8

cabine point demi-intervalle Z (mm)


5 31,9
cabine 1 6 32,9
9 34,7
7 37,5
cabine 2 8 37,5
10 39,9
16 42,6
cabine 4 17 42,6
18 42,6
20 42,7
cabine 3 21 42,7
22 42,7
32 37,2
cabine 5 33 37,2
34 37,2
tableau n°2

Les intervalles de confiance de l'altimétrie des cabines sont présentés dans le


tableau n°2. En effet, les rivets de nivellement se situent à l'intérieur des cabines ; il y en
a trois par cabine.

Le tableau n°3 contient les résultats de la simulation avec les piliers fixes. Il
est construit de la même manière que le tableau n°1 (la partie pilier n'existe plus
cependant). De même la colonne nivellement a disparu car le fait de fixer les
coordonnées des piliers influence seulement le calcul des coordonnées planes.

Dans chaque tableau apparaissent en gras les meilleurs résultats ainsi que les
plus mauvais en terme de certitude.

MELON Yvann - 30 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

simulation (piliers fixes)


points
demi-grand axe (mm) demi-petit axe (mm) Az (Gr) Gt T (Gr) Ang normale/ellipse
1/3 13,7 2,8 59 271,9 87,1
F
2/3 14,1 2,9 65 271,9 93,1
L
3/3 14,2 2,8 72 271,9 -99,9
U
4/3 13,8 2,4 78 271,9 -93,9
A
5/3 12,7 1,9 86 271,9 -85,9
G
15/3 347,5 1,4 61 134,8 26,2
E
16/2 3,8 1,1 167 134,8 -67,8
TOUR 360 6,2 2,9 59 - -
250/251 3,6 1,9 41 71,9 69,1
252/253 3,9 1,8 67 71,9 95,1
258/259 3,5 2,5 87 71,9 -84,9
260/261 8,8 2,2 8 71,9 36,1
266/267 3,8 2,7 104 71,9 -67,9
268/269 4,2 2,1 111 71,9 -60,9
270/271 3,4 2,9 66 71,9 94,1
272/273 4,1 2,4 31 71,9 59,1
276/277 4,4 2,8 116 71,9 -55,9
D 278/279 4,7 2,4 121 71,9 -50,9
I 280/281 9,9 4,2 40 71,9 -131,9
G 282/283 3,7 2,2 70 71,9 98,1
U 284/285 3,9 2,8 57 71,9 85,1
E 286/287 4,7 3,1 44 71,9 72,1
288/289 5,1 3,3 127 71,9 -44,9
290/291 6,7 2,8 144 71,9 -27,9
292/293 7,5 2,6 152 71,9 -19,9
294/295 6,2 2,3 139 71,9 -32,9
cab1 3,5 2,4 123 71,9 -48,9
cab2 3,1 2,8 26 71,9 54,1
cab3 3,6 3,1 114 71,9 -57,9
cab4 3,4 3,1 150 71,9 -21,9
cab5 4,2 3,2 122 71,9 -49,9
tableau n°3

d. Premiers commentaires

• Le fluage
Il convient de distinguer le fluage sur l'amont de la digue principale et le
fluage entre les piliers M et N.
Les ellipses des cibles de la digue principale ont toutes des dimensions
similaires (15 mm de demi-grand axe et 3 mm de demi-petit axe). Elles sont orientées
symétriquement par rapport au milieu de la digue : l'angle formé par 1/3 avec la normale
s'oppose à celui de 5/3, idem pour 2/3 et 4/3, et 3/3 épouse la digue. Si le demi-grand
axe paraît important, il faut relativiser par rapport aux mouvements à mettre en
évidence : le fluage ! Si le béton glisse le long du parement amont, la cible fixée à ce
revêtement aura un mouvement radial à la digue (et vers le centre de la retenue). Il faut
donc considérer le demi-petit axe de l'ellipse qui est orienté suivant la direction radiale.
Un déplacement de 6 mm peut être décelable et certifié à 95 %. Les intervalles de
confiance altimétrique sont très grands (demi-longueur de plus de 30 cm), difficile d'être
précis avec un tel résultat mais là encore, il faut relativiser pour les mêmes raisons que
celles évoquées précédemment : le mouvement à mettre en évidence est un glissement.

MELON Yvann - 31 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

Les résultats concernant le fluage pour les points 15/3 et 16/2 sont beaucoup
moins bons ! Les projections les plus importantes des demi-axes sur la normale sont
409,2 mm pour 15/3 et 65,0 mm pour 16/2. Les commentaires précédents sur
l'altimétrie sont valables pour ces cibles aussi.
- projection du demi-grand axe a : a.cos(Ang normale/ellipse)
- projection du demi-petit axe b : b.sin(Ang normale/ellipse)
Ces résultats sont la suite logique de l'observation des résidus important
remarqué suite au calcul :15/3 et M avait des résidus décimétriques ; de plus le point
15/3 est mesuré à partir du pilier M.
La détection du fluage nécessite-t-elle un dispositif aussi lourd pour des
résultats moyens, en particulier entre les piliers M et N ? Comme un barrage fait toujours
l'objet d'une inspection visuelle quotidienne, celle-ci ne serait-elle pas meilleure pour ces
deux points à problème ?

• La tour
Il n'y a pas de direction privilégiée d'observation. Le demi-grand axe est de
12,6 mm, si le déplacement se fait suivant la direction de cet axe (le cas le moins
détectable), un déplacement pourra être affirmé à 95 % à partir de 2,52 cm. Cependant
un déplacement suivant le petit axe le serait pour 1,12 cm. La tour faisant 49 m de haut
et la cible se situant à mi-hauteur, les déplacements observables sont suffisants. Ils
correspondraient à une inclinaison de la tour de 0° 1'34", inclinaison que la structure
devrait parfaitement supporter.

• La digue
C'est précisément la stabilité de celle-ci qui est à déterminer. Seuls quatre
demi-grands axes sur 22 plots sont supérieurs à 10 mm. Le plus petit étant de 6,5 mm.
Les demi-petits axes n'excèdent pas 7,5 mm. Les directions des ellipses sont variées
mais la différence entre petit et grand axes étant faible (moyenne de 1,8 mm en
supprimant le point 260/261 et son écart de 7,5 mm), les ellipses peuvent être
assimilées à des cercles de rayon le demi-grand axe. Un déplacement supérieur à 2 cm
sur la digue pourrait être certifié à 95 %, cette valeur parait grande d'autant plus qu'une
digue en enrochement est un ouvrage très stable aux mouvements légers (pas plus de
1 cm) ; d'ailleurs le risque majeur n'est pas la rupture mais l'infiltration.
Du point de vue altimétrique, les demi-intervalles se situent dans une
fourchette [2 cm ; 4 cm] : des valeurs élevées surtout que si la digue subit un tassement
(trente ans après sa construction), celui-ci devrait ne pas les dépasser.

• Les piliers
Les ellipses de confiance des piliers influent peu sur l'ouvrage même si elles
conditionnent elles- mêmes les ellipses des plots. Pour les piliers du bas de digue (D, R,
S, G et H), elles sont presque circulaires avec un rayon compris entre 4 mm et 7 mm.
Les piliers I et O de la rive droite ont des ellipses de confiance de demi-grand
axe 9 mm mais au petit axe similaire à celui des autres piliers pour I (5 mm) mais
inférieur pour O (moins de 3 mm).
M (déjà cité) et N sont positionnés avec beaucoup moins de précision : 20 cm
et 30 cm de demi-grand axe. En revanche, le demi-petit axe ne présente pas de
différence par rapport à l'ensemble des piliers. Ces résultats s'expliquent entre autre par
la suppression des mesures de ces piliers à partir de B ; à part leurs visées réciproques,
les calculs ont été effectués sans visées sur ces piliers.

• La simulation
Un maillage rigide des piliers d'observations augmente la qualité d'un réseau :
la simulation étudiée considère les coordonnées des piliers parfaitement connues et non
plus flottantes.
Une légère amélioration (1,7 mm au mieux) des ellipses du fluage de la digue
principale est visible, l'orientation est inchangée. Ce résultat vient du fait que dans le
calcul avec "les valeurs terrain", les piliers d'auscultation des ces points étaient déjà fixés

MELON Yvann - 32 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

car il manquait des visées pour pouvoir les déterminer, la géométrie du réseau est donc
restée la même or elle seule influe l'orientation des ellipses.
Les cibles 15/3 et 16/2 voient leurs ellipses s'améliorer grandement (13 cm
pour la première et 16 cm pour la seconde), les angles d'orientation sont changés (en
fixant les cordonnées, on n'a pas gardé la même géométrie) mais ne correspondent
toujours pas à une direction privilégiée. L'observation de 16/2 permettrait de bons
résultats mais pas celle de 15/3 : son demi-grand axe est encore trop grand (35 cm).
Le déplacement de la tour sera certifié plus finement : 1,24 cm suivant le
grand axe et 0,58 cm suivant le petit.
Les plots de la digue diminuent leur demi-grand axe de 1,9 mm en moyenne.
L'orientation des ellipses est changée sans que des systématiques n'apparaissent.

Si la précision de l'auscultation topographique paraît surprenante pour les


cibles du fluage, les résultats de la simulation laissent entrevoir de bons résultats
concernant la tour et les cibles des plots de la digue ; mais pour ce faire, il faudrait
pouvoir fixer les cordonnées des piliers d'auscultations. Des solutions seront envisagées
dans la suite de ce mémoire.

3) Barrage de Bimont

a. Présentation du barrage

Ce barrage est antérieur à la SCP. Son rôle


était d'alimenter la région d'Aix en Provence avec les
eaux contenues du bassin versant de l'Infernet (face
Nord de la montagne Sainte Victoire) et celles du
Verdon (prise dans le canal du Verdon construit au
XIX ème siècle et apportées par une galerie). Sa
construction fut décidée par le département des
Bouches du Rhône et financée par le plan Marshall.

La création de la SCP et la concession d'État


de 1963 en changèrent le rôle et l'exploitant. Il est
l'élément central du Canal de Provence : c'est le
"château d'eau" de tout le réseau hydraulique de la MY

région provençale. Il est le point de départ de la


branche de Marseille Nord. photo n°16

La construction de ce barrage voûte-poids dura six ans et s'acheva en 1952.


La résistance à l'eau se fait par le poids de l'ouvrage mais principalement par sa forme
arquée qui transmet les efforts de l'eau aux deux rives (photo n°16). Il possède une
double courbure. Ses caractéristiques sont les suivantes :
- hauteur de 86,50 m (cote du couronnement à 351,80 m),
- longueur de crête de 180 m,
- épaisseur en crête de 4,30 m,
- épaisseur au pied de 17,40 m,
- volume de béton de 150 000 m3 .
Le mur est constitué de 15 plots (à ne pas confondre avec les plots d'a uscultation du
barrage du Vallon Dol ; les plots d'un barrage voûte sont les différents éléments
verticaux le composant, ils sont séparés par des joints) ; le plan d'ensemble du barrage
est en ANNEXE 6.

MELON Yvann - 33 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

Le barrage est exploité de façon à pouvoir faire face aux crues. Le tableau n°4
montre la capacité du barrage à retenir 5 000 000 m3 d'eau supplémentaire jusqu'à la
cote des déversoirs, ce qui correspondrait à une crue qui statistiquement se produirait
tous les 400 ans. Le barrage pourrait même supporter une crue de période de retour
10 000 ans (volume de 25 000 000 m3 ) sans dépasser la cote maximale. Ce rôle
protecteur du barrage représente un avantage de plus pour la région.

Volume en Volume supplémentaire


Cotes principales Niveau NGF
millions de m3 stockable en millions de m3
Cote à la hauteur maximale 350 39 0
Cote de remplissage maximum
345 26 13
par le Canal de Provence
Cote d'exploitation maximale
341 25 14
autorisée
Cote des déversoirs 336 19 20
25
Cote d'exploitation normale 329,5 14
(5 jusqu'aux déversoirs)
tableau n°4 : caractéristiques de la retenue aux différentes hauteurs d'eau

Les piliers d'observations, au nombre de 4, sont ancrés dans les flancs


rocheux à l'aval du barrage. Comme ceux du barrage du vallon Dol, ils sont équipés de
plaque de centrage forcé type EDF. Leur positionnement est visible sur le plan
d'ensemble (ANNEXE 7), les notations grecques ont été abandonnées : A pour α, B pour
β, C pour γ et D pour ∆). Les cocardes visées sont fixées à la paroi des différents plots
constituant l'ouvrage. Des rivets sont fixés sur le couronnement à chaque plot (sous la
chaussée, en contact direct avec le béton), ce sont les repères de nivellement. Le
cheminement de nivellement part de repères éloignés du barrage en zone stabilisée. Ce
dispositif d'auscultation est présenté sur la figure n°9 ; il contient d'autres informations
que les informations d'auscultation topographique.

SCP

figure n°9

MELON Yvann - 34 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

b. Étude

L'étude de ce réseau a été réalisée à partir des mesures effectuées entre le 8


et le 10 mars 2005. La cote du plan d'eau était à 324,75 m. Les cocardes sont lues en
angle horizontal seulement (avec le T3) : les mouvements verticaux de ces dernières ne
sont pas déterminés. Le plot est sensé bouger verticalement dans son ensemble et ce
mouvement est mis en évidence par le nivellement du couronnement. Les plots 6, 7 et
15 ne sont pas équipés de cocardes.

Les calculs planimétriques avec Geolab se sont déroulés sans entraves. Tout
comme pour le barrage du Vallon Dol, des corrections ont été apportées aux visées sur
piliers. Les archives contenaient les coordonnées Lambert III des piliers mais aucun plan
ni aucune archive donnaient de coordonnées des cocardes : un point unique en aval de
l'ouvrage fut choisi comme coordonnées approchées. Comme pour les visées du Vallon
Dol, il fallut corriger les lectures sur piliers pour ramener la visée de la cocarde à l'axe de
ce dernier ; ces corrections étaient disponibles dans le code d'AUSCULT. La première
tentative de test du chi-2 a échoué (facteur de variance de 4643 pour peu de grands
résidus). L'écart type de 0,25 mgon s'avérait trop optimiste, il fut remplacé par 0,5 mgon
(écart type de l'étude du barrage du vallon dol avec le TCA2003). Le facteur de variance
passa alors à 742. En fixant uniquement les piliers C et D (les plus éloignés du barrage),
le facteur de variance tomba à 17 mais le test échouait toujours. L'étude des résidus
montra qu'il fallait supprimer la visée B- D. Le test réussit pour un facteur de variance de
1,06 mais les ellipses de confiance des cocardes n'étaient pas bonnes (tableau n°6). Ces
mauvais résultats venaient de la "mobilité" des piliers A et B. Un deuxième fichier *.iob
fut créé en remplaçant les coordonnées trouvées pour A et B dans les archives de la
société par celles du précédant calcul. Le premier test ne passa pas et les résidus
montraient à nouveau un problème sur la visée B- D : elle fut supprimée. Le test passa !
Cependant un écart-type de 0,5 mgon pour un T3 paraissait un peu trop large pour un tel
instrument, il fut ramené à 0,4 mgon ; il ne pouvait pas être diminué plus. Le facteur de
variance était alors de 1,47.

Une simulation fut aussi faite avec un ajout de visée. En effet, le pilier D ne
sert qu'aux visées inter-piliers, pourquoi ne pas lui faire viser des cibles ?

Les impressions des fichiers *.iob et *.lst sont placées à l'ANNEXE 7.

Le nivellement du couronnement est un nivellement direct, la mise en place


du système matriciel s'est faite comme pour le nivellement direct du barrage du Vallon
Dol (partie 2) b. de ce chapitre). La dénivelée entre les points RNB1 et RNB2, points
connus, était différente de la différence d'altitude de 1,3 mm ; un autre calcul matriciel
fut préparé sans cette observation en pensant améliorer les résultats mais il n'en fut rien.
Les deux calculs ont été validés par le test du chi-2. Le fichier de ces calculs
(BIM_nivel.xls) est sur le CD-ROM, ANNEXE numérique 13.

MELON Yvann - 35 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

c. Résultats

Les résultats sont présentés sous la forme de tableau de la même manière


que les résultats du barrage du Vallon Dol.

Le tableau n°5 présente les résultats du nivellement, avec et sans la dénivelée


entre les points connus RNB1 et RNB2.

Le tableau n°6 présente les mouvements planimétriques des cibles quand les
coordonnées des piliers A et B ne sont pas fixées. Ici, l'angle de référence pour la paroi
du barrage est l'angle Gt R, radial à la voûte, se reporter à la figure n°8 du 2) c. pour
comprendre plus facilement ces résultats

Le tableau n°7 présente les mouvements des mêmes cibles mais les
coordonnées des piliers A et B sont aussi figées, ce sont celles déterminées par le calcul
produisant le tableau de résultat n°6.

Le tableau n°8 présente les résultats d'une simulation attribuant plus de


visées (au pilier D).

La plus grande et la plus petite valeur de chaque tableau sont à nouveau en


gras.

demi-intervalle Z (mm)
plots avec sans
RNB2 ---> RNB1 RNB2 ---> RNB1
P1 7,2 8,5
P2 7,2 8,5
P2bis 7,2 8,5
P3 6,4 7,6
P4 7,3 8,7
P5 7,3 8,7
P6 6,4 7,7
P7 7,3 8,7
P8 7,3 8,7
P9 6,3 7,5
P10 7,2 8,6
P11 7,2 8,6
P12 6,1 7,2
P13 7,0 8,4
P14 5,7 6,7
P15 6,7 7,9
tableau n°5

MELON Yvann - 36 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

test chi² réussi (terrain - piliers flottants)


plots points
demi-grand axe (mm) demi-petit axe (mm) Az (Gr) Gt R (Gr) Ang normale/ellipse
489 17,0 2,9 66 266,00 0,00
1 490 16,7 2,8 66 266,80 -0,80
494 16,3 2,9 77 279,76 -2,76
229 18,5 4,1 89 298,84 -9,84
230 18,6 4,0 99 306,72 -7,72
2 491 18,0 3,9 103 311,60 -8,60
495 17,8 3,8 108 318,30 -10,30
63 17,2 2,9 69 271,32 -2,32
30 16,5 2,9 70 271,80 -1,80
31 16,1 2,8 71 272,65 -1,65
3 32 17,7 3,1 80 284,55 -4,55
400 17,5 3,1 80 284,76 -4,76
492 17,0 3,0 81 285,14 -4,14
4 24 18,1 3,2 90 298,44 -8,44
33 18,1 3,2 90 298,44 -8,44
5 34 18,0 3,2 90 298,44 -8,44
35 18,3 3,3 104 316,02 -12,02
26 18,1 3,3 103 315,52 -12,52
36 17,0 2,9 71 272,22 -1,22
8
37 17,9 3,2 103 314,80 -11,80
38 18,4 3,3 111 326,52 -15,52
9 27 18,0 3,2 111 325,58 -14,58
10 28 18,4 3,3 116 332,30 -16,30
29 17,0 2,8 62 261,374 0,63
39 16,9 2,8 64 264,076 -0,08
11
40 17,1 2,9 66 266,993 -0,99
41 17,3 2,9 69 271,230 -2,23
42 16,3 2,7 61 261,374 -0,37
13
43 16,4 2,8 65 264,076 0,92
14 44 15,9 2,8 69 269,920 -0,92
X A 10,8 1,8 49 - -
X B 11,6 2,3 138 - -
tableau n°6

MELON Yvann - 37 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

test chi² réussi (terrain - piliers fixes)


plots points
demi-grand axe (mm) demi-petit axe (mm) Az (Gr) Gt R (Gr) Ang normale/ellipse
489 3,4 1,0 73 261,374 11,63
1 490 3,2 1,0 77 264,076 12,92
494 3,2 0,9 74 261,374 12,63
229 3,0 1,0 81 266,00 15,00
230 2,9 1,0 83 266,80 16,20
2 491 3,1 1,0 80 266,993 13,01
495 2,9 0,9 81 264,076 16,92
63 2,5 1,0 91 269,920 21,08
30 2,9 1,1 86 271,32 14,68
31 2,6 1,1 90 271,80 18,20
3 32 2,5 1,0 93 272,65 20,35
400 2,8 1,1 88 272,22 15,78
492 2,9 1,1 85 271,230 13,77
4 24 2,3 1,2 99 279,76 19,24
33 2,6 1,3 95 284,55 10,45
5 34 2,5 1,3 95 284,76 10,24
35 2,4 1,3 98 285,14 12,86
26 4,5 1,8 63 298,84 -35,84
36 2,4 1,5 95 298,44 -3,44
8
37 2,4 1,5 95 298,44 -3,44
38 2,4 1,5 96 298,44 -2,44
9 27 5,3 1,7 118 306,72 11,28
10 28 5,1 1,7 122 311,60 10,40
29 5,1 1,8 126 318,30 7,70
39 2,5 1,5 90 316,02 -26,02
11
40 2,4 1,5 90 315,52 -25,52
41 2,4 1,5 89 314,80 -25,80
42 2,7 1,4 93 326,52 -33,52
13
43 2,6 1,4 91 325,58 -34,58
14 44 2,9 1,3 97 332,30 -35,30
tableau n°7

MELON Yvann - 38 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

simulation (visées sur cocardes pour le pilier D)


plots points
demi-grand axe (mm) demi-petit axe (mm) Az (Gr) Gt R (Gr) Ang normale/ellipse
489 3,7 1,2 72 261,374 10,63
1 490 3,5 1,2 75 264,076 10,92
494 3,6 1,0 72 261,374 10,63
229 3,3 1,2 79 266,00 13,00
230 3,2 1,2 80 266,80 13,20
2 491 3,4 1,3 78 266,993 11,01
495 3,2 1,1 79 264,076 14,92
63 2,7 1,2 88 269,920 18,08
30 3,2 1,3 83 271,32 11,68
31 2,9 1,3 87 271,80 15,20
3 32 2,7 1,3 90 272,65 17,35
400 3,1 1,4 85 272,22 12,78
492 3,2 1,4 82 271,230 10,77
4 24 2,5 1,4 94 279,76 14,24
33 2,9 1,6 89 284,55 4,45
5 34 2,8 1,6 90 284,76 5,24
35 2,6 1,6 92 285,14 6,86
26 5,6 2,0 63 298,84 -35,84
36 2,8 1,8 87 298,44 -11,44
8
37 2,8 1,8 87 298,44 -11,44
38 2,8 1,8 87 298,44 -11,44
9 27 4,2 2,0 109 306,72 2,28
10 28 4,0 2,1 112 311,60 0,40
29 3,9 2,1 114 318,30 -4,30
39 3,0 1,7 85 316,02 -31,02
11
40 3,0 1,7 84 315,52 -31,52
41 2,9 1,7 83 314,80 -31,80
42 3,3 1,5 89 326,52 -37,52
13
43 3,1 1,5 87 325,58 -38,58
14 44 3,5 1,4 93 332,30 -39,30
tableau n°8

d. Premiers commentaires

• Le nivellement du couronnement
La prise en compte ou non de la dénivelée RNB2-RNB1 dans le cheminement
modifie le degré de liberté du système (toujours autant de paramètres inconnus). Plus ce
dernier est élevé, plus les résultats peuvent être précis. Cette tendance est confirmée par
les résultats du nivellement bien que l'écart entre la dénivelée RNB2-RNB1 et la
différence des altitudes des deux points connus ait pu causer une perte en précision.
Avec la dénivelée RNB2-RNB1, l'intervalle de confiance des mesures
altimétrique est de 11,4 mm pour le plot 14 (minimum) et de 14,6 mm pour les plots 4,
5, 7 et 8 (maximum) soit une moyenne de 13,7 mm. Les déplacements verticaux
centimétriques seront assurés à 95 %.
Les résultats sans les dénivelées RNB2- RNB1 sont moins bons : la moyenne
de l'intervalle de confiance est 16,3 mm.

• Les mouvements de la voûte


Si les piliers A et B ne sont pas fixés, leurs coordonnées calculées se situent
respectivement dans des ellipses de demi-axes 10,8 mm sur 1,8 mm et 11,6 mm sur
2,3 mm et de gisement de grand axe de 49 grades et 138 grades. Dans ce cas, le degré
de liberté est réduit (perte de 4 paramètres connus et ajout de 4 paramètres inconnus).

MELON Yvann - 39 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

Les ellipses de confiance des cocardes ont un demi-grand axe de 17,4 mm en moyenne
(minimum de 15,9 mm et maximum de 18,6 mm) et un demi-petit axe de 3,1 mm en
moyenne (minimum de 2,7 mm et maximum de 4,1 mm). Les ellipses étant
pratiquement orientées "normalement" au barrage (l'écart maximum avec la normale est
de 16,30 grades), les précisions des déplacements tangentiels sont données par les
petits axes et celles des déplacements radiaux par les grands axes. Un déplacement
tangentiel de 6,3 mm en moyenne peut-être certifié à 95 %. Les mouvements radiaux
étant nécessaires pour un barrage voûte (élasticité face à la poussée de l'eau et face aux
écarts de température), l'écart de précision n'a pas lieu d'être inquiétant.

Les ellipses de confiance sont beaucoup plus fines quand tous les piliers
d'auscultation sont fixés : moyenne de 6,0 mm pour le grand axe et 2,6 mm pour le petit
axe. Les mouvements radiaux seront donc déterminés plus finement en calculant ainsi
mais l'orientation des ellipses est plus désorganisée, elles s'écartent de la normale de 35
grades au maximum. Ce sont plus particulièrement les ellipses de la rive gauche (plots
11, 13 et 14) qui ont cette orientation.

• La simulation
En ajoutant des visées sur les cocardes à partir du pilier D, on augmente le
degré de liberté. Cependant les résultats de cette simulation sont un peu moins bons que
ceux réalisés avec les visées actuelles. L'avantage de telles mesures serait de ramener
l'axe des ellipses vers la normale sur vingt cocardes mais celles de la rive gauche sont
encore plus écartées que précédemment.

Au vu des caractéristiques d'un barrage voûte (forte elasticité de par la cote


du plan d'eau et les variations de température), la précision obtenue sur les cocardes
d'auscultation apparaît pleinement satisfaisante mais celle du nivellement du
couronnement pourrait être améliorée.

Les zones de confiance de tous les points des réseaux d'auscultation


topographique des barrages de Bimont et du Vallon Dol ont été présentées, mais aussi la
méthode utilisée pour les calculer ; de quoi satisfaire le bureau d'études COYNE et
BELLIER ainsi que le Cemagref et les divers services de la SCP.

MELON Yvann - 40 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

CHAPITRE III : MODIFICATIONS ÉVENTUELLES À


EFFECTUER POUR AMÉLIORER LES RÉSULTATS

Les résultats de l'étude ne peuvent se satisfaire des rapides commentaires du


chapitre précédent, un ingénieur doit pouvoir expliquer ses résultats à son
commanditaire. Ce chapitre me permet ainsi de souligner, pour la section Topographie,
les éléments à l'origine de la rigueur des résultats mais aussi de proposer des
modifications qui pourraient affiner ces ellipses de confiance. L'auscultation étant
l'observation d'un réseau et la transformation de ces observations par des calculs, les
modifications qui changeraient ces résultats peuvent s'effectuer à trois niveaux
différents : dans le réseau lui- même, dans les méthodes, dans les calculs et
l'interprétation des résultats.

1) Dans les réseaux

a. Barrage du Vallon Dol

Pour rappel, le réseau d'auscultation topographique du barrage du Vallon Dol


est en figures n°2 et 3 pages 22-23. Ce réseau est très étalé et suffisamment dense ; les
résultats de l'étude de précision sont assez variés en fonction des éléments auscultés. La
précision de 2 cm sur la digue pourrait être affinée ainsi que celle des mesures
altimétriques.

• Le réseau planimétrique
Pour la précision planimétrique, l'étude a montré la nécessité d'abandonner
des visées pour s'en tenir à deux par plots ce qui a réduit considérablement le degré de
liberté du système. Or j'ai déjà précisé que la finesse d'un réseau est accentuée par un
degré de liberté élevé, ce qui serait le cas pour des visées multiples. Il faut donc pouvoir
viser le même point de plusieurs piliers (trois serait un minimum). Ceci n'est pas possible
avec les plots actuels. L'installation d'un support à prisme sur les plots serait une solution
efficace. À titre moins onéreux, un axe placé verticalement sur le plot conviendrait aussi
puisque seules les mesures d'angle horizontal permettent la détermination des points.
Le second problème rencontré pendant les calculs sur ce réseau fut
l'impossibilité de fixer les coordonnées des piliers, augmentant ainsi encore le degré de
liberté du système. Cet incident de calcul vient sûrement de la non-coïncidence des
coordonnées trouvées dans les archives de la section avec les coordonnées actuelles (un
léger mouvement des piliers est possible) ; cet écart n'excède pas 3 mm sauf pour les
piliers M et N ou il serait d'ordre supérieur (de 1,7 cm à 11,9 cm) mais le point M a fait
l'objet de doute lors des calculs avec l'apparition de résidus élevés. Une nouvelle
triangulation de ces piliers permettrait de déterminer exactement les coordonnées pour
les calculs futurs. Lors de cette triangulation mais aussi lors des prochaines mesures,
l'installation de voyants sur embase permettrait d'avoir des visées d'orientation à l'axe
des piliers, ne laissant plus de doute aux corrections appliquées.

• Prendre des mesures de distance ?


La mise en place de prismes pour améliorer la précision des plots ma is aussi la
rigidité du réseau soulève la question de la prise de mesures de distance. En effet, ce
serait désormais possible si on équipait les plots de support à prisme surtout que le
TCA2003 est équipé d'un distancemètre. Des supports à prisme de type "écrou" déjà
utilisé par la SCP sur la réserve de Fuveau seraient peu onéreux par contre en fonction

MELON Yvann - 41 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

du mode opératoire à mettre en place, il faudrait acheter plus ou moins de prismes et ce


sont eux qui sont les seuls susceptibles d'augmenter le coût de ce changement.
La mesure des distances apporterait des observations supplémentaires qui
augmenteraient le degré de liberté du système. Cependant la nature même de la digue
(en rochers calcaires) ainsi que son orientation (plein sud) nuit à cette hypothèse : les
rayons du distancemètre traverseraient une zone sous l'influence d'un gradient de
température "trop" complexe à modéliser pour corriger les mesures (figure n°10). Les
mesures de distances sur les plots en périphérie de digue pourraient être intéressantes ;
pour les visées entre piliers (hormis celle passant au-dessus de la digue), ces mesures
amélioreraient la triangulation et l'orientation des piliers.

MY
figure n°10 : effet du gradient de température sur les rayons du distancemètre

• Le réseau altimétrique
Les résultats altimétriques sont largement meilleurs pour le nivellement direct
que pour le nivellement trigonométrique, sans être non plus excellent.
Pour le nivellement trigonométrique, seul l'ajout de visées pourrait améliorer
la précision mais la configuration des cibles du fluage ne facilite pas cette solution :
l'angle zénithal sur les cibles de l'amont de la digue peut justement être lu depuis le pilier
O mais aucune autre lecture zénithale ne pourrait être ajoutée. La prise de mesure de
distance peut encore faire l'objet d'une hypothèse à considérer. En effet, la distance
entre le pilier et la cible est nécessaire à la résolution par moindres carrés or les
précédents calculs ont été résolus à partir de distances calculées avec les coordonnées
issues du calcul planimétrique. Mais le point altimétrique n'étant pas confondu avec le
point planimétrique, une différence de distance peut être à l'origine des résultats quelque
peu décevants. Autant la mise en place de support à prisme est simple sur les plots de la
digue, mais elle l'est beaucoup moins pour le fluage où toutes les cibles seraient à
refaire. L'observation du fluage nécessite-t-elle un tel coût?
Le cheminement de nivellement (présenté en figure n°3 page 23) peut faire
l'objet de quelques retouches qui amélioreraient la précision des altitudes calculées. On
constate avec étonnement qu'aucun repère de stabilité ne se situe sur la rive gauche, à
l'aval de la digue. Est-ce du à la présence des canalisations (photo n°17) alimentant
l'usine de la Société des Eaux de Marseille (SEM) ? Sinon, un point de stabilité serait le
bienvenu à la suite du point 28.

MELON Yvann - 42 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

MY
photo n°17 : installations pour l'alimentation de
l'usine de la SEM à l'aval, rive gauche

b. Barrage de Bimont

• Le réseau planimétrique
La précision des mesures sur ce barrage est bonne malgré les petites
difficultés rencontrées lors de l'étude. La situation topographique du barrage est à
l'origine de l'étroitesse du réseau (ANNEXE 6). Cette étroitesse est à l'origine de
l'allongement des ellipses de confiance dans le sens normal à la voûte, ces ellipses
pourraient être réduites s'il était possible d'installer un pilier afin d'effectuer des visées
plus écartées mais le relief des lieux ne s'y prête pas.
L'absence de cibles sur les plots 6, 7, 12 et 15 est regrettable. Certes un
mouvement tangentiel du plot voisin se répercuterait mais les mouvements radiaux ne
peuvent pas se déduire ainsi car les joints entre plots permettent un tel mouvement. Le
plot 7 étant équipé d'un télépendule, un mouvement d'ensemble du plot peut être
observé.

• Le réseau altimétrique
Les deux tiers des plots sont des points nivelés par rayonnement, c'est-à-dire
qu'ils forment une antenne sur le cheminement. Ils sont lus entre la lecture arrière et la
lecture avant. Ces points perdent l'avantage que donne un cheminement en précision,
d'ailleurs ce sont eux qui ont les plus grands intervalles de confiance. Même si les
prendre tous en "lecture arrière - lecture avant" augmenterait considérablement le
nombre de portées et donc l'écart tolérable de fermeture, les points gagneraient en
précision.

c. Positionnement du réseau par rapport à la zone d'action du barrage

Une évidence est que les réseaux d'auscultation topographique doivent


comporter des ancrages en dehors de la zone d'action du barrage. Cette zone peut être
définie par un angle de 45° partant du point le plus bas de l'ouvrage (figure n°11) ; c'est
ainsi que sont définie les zones de risques d'affaissement de sol en région minière. Cette
zone peut être agrandie en fonction des résultats des études géologiques préalables à la
construction du barrage.

MELON Yvann - 43 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

MY
figure n°11

Il est certain que les deux barrages étudiés ont des piliers et des repères de
nivellement en dehors de cette zone. Si des piliers se trouvent à l'intérieur de cette zone,
l'incidence n'est pas grave : la probabilité que le pilier ait un mouvement dans le temps
est beaucoup plus importante. Il suffit donc de ne pas fixer ses coordonnées mais de les
laisser flottantes. Un tel cas est problématique pour une analyse différentielle mais pas
pour un calcul des coordonnées en absolu ; se reporter aux explications ci-après.

2) Dans les méthodes

a. Les instruments

• Le TCA2003
C'est l'instrument d'auscultation du barrage du Vallon Dol, sa précision est
satisfaisante (5 mgon). Sa carte PCMCIA rend simple et rapide l'enregistrement et la
transmission des mesures à l'ordinateur de calculs.
Le TCA2003 contient un distancemètre intégré qui s'avérerait fort utile si la
décision était prise de mesurer des distances.
Le reproche à faire à cet appareil est le pas de sa motorisation pour les
rotations de faible amplitude : il empêche un pointé fin. Si l'opérateur tourne une vis très
lentement, aucun déplacement ne sera effectué ; s'il la tourne un peu plus rapidement, le
mouvement commencera par un petit saut. Il n'est donc pas conseillé de s'arrêter juste à
coté du centre de la cible avant d'affiner le pointé mais plutôt de s'arrêter juste au point
voulu. Ceci n'est pas évident et il faut montrer preuve de patience : l'opérateur réitère
son pointé jusqu'à en obtenir un bien centré.
Par contre, les options de centrage fin sur le prisme d'un tel instrument
peuvent le rendre très intéressant pour les auscultations utilisant un prisme (distance ou
mise en place de prisme).

• Le T3
Le T3 est un instrument extrêmement précis (s = 2 mgon), peu d'instruments
sont aujourd'hui plus fins (pour exemple, l'ELTA S10 a un écart-type de 0,3 mgon) mais
le T3 est vieux de plus d'un demi-siècle ! Il ne faut pas oublier que cette précision
s'atteint sur plusieurs pointés (cinq) et plusieurs tours (quatre).
La lecture sur les limbes se fait par l'opérateur ce qui permet une interpolation
affinant la mesure. Les vis entraînent parfaitement les axes comme le demande
l'opérateur : il y a continuité entre la main de l'opérateur et son appareil.
Cependant le T3 n'enregistre pas les mesures… C'est un appareil entièrement
analogique ! Les lectures sont notées sur des carnets qui seront ensuite transcrites
manuellement à l'ordinateur. Le fait de recopier deux fois au moins les valeurs créé un
risque d'erreur de transmission.

MELON Yvann - 44 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

• Le NA3000
Il n'y a rien à reprocher à ce niveau sauf que comme pour le T3, les
dénivelées sont notées sur des carnets et que le risque d'erreur de transmission est
encore présent. Sa précision de 0,4 mm est intéressante mais il faut signaler que le N3
avec micromètre avec lecture sur mire invar (dont dispose la SCP) permet un écart-type
de 0,3 mm. Cependant le N3 n'étant pas un niveau automatique, le porte- mire devrait
maintenir plus longtemps la mire verticale de façon à ce que l'opérateur ajuste la lame
parallèle et fasse sa lecture. Dans un nivellement de précision, une erreur de verticalité
de la mire n'est pas permise.

b. Le nivellement direct

Afin d'éviter les erreurs systéma tiques liées à la non-horizontalité du plan de


lecture, le niveau est placé entre les deux lectures (avant et arrière). Mais pour les points
rayonnés, le niveau n'est pas placé à égale distance et une erreur peut entacher la
dénivelée.
Le cheminement ne commence qu'après vérification de l'absence d'erreur.
Cette vérification s'effectue en comparant la dénivelée entre deux points, le niveau placé
à mi-distance de ces points et le niveau placé différemment. Dans le cas de l'impossibilité
de placer le niveau mi-distance et pour les lectures sur les points rayonnés, les distances
devraient être notées, d'autant plus que le NA3000 les calculent lui- même suivant la
méthode des fils stadimétriques. Le niveau a certes été vérifié avant le cheminement
mais il n'est pas à l'abri d'une chute lors d'un nivellement sur une digue en enrochement
(rocher de diamètre inférieur à 0,5 m et pente de 60 %) qui le dérèglerait ; des résultats
potentiellement exploitables seraient ainsi calculés en attendant une nouvelle opération
de vérification sur le terrain.

c. Les tours d'horizon

Pour chaque pilier, on fait deux tours (cercle gauche et cercle droit) avec cinq
pointés par tour. Les cibles sont visées de sorte à ne pas revenir en arrière lors du tour :
rien à redire.

Par contre, le fait que les tours d'horizon de l'opération i soient faits avec les
carnets de l'opération i + 1, dans le but de déceler une fausse lecture ou un mouvement
sur le terrain avant même les calculs n'est peut-être pas forcément une bonne idée. Le
barrage n'est pas statique, c'est un fait indéniable et donc aucune campagne de mesures
ne peut avoir les mêmes résultats, ne serait-ce que par l'imprécision des résultats du
calcul (la dispersion des mesures et l'ajustement par moindres carrés font que le centre
de la cocarde peut ne pas avoir bougé alors que les lectures diffèrent ainsi que la solution
convergente). La présence des carnets peut influencer l'opérateur dans son pointé,
surtout quand les deux pointés initiaux sont différents de plus de 10 mgon, dans ce cas,
un des deux est à supprimer mais lequel ? Il faut faire des pointés jusqu'à en obtenir cinq
dans une fourchette de 10 mgon.

Le vrai problème est que les tours de toutes les opérations commencent
toujours par la même référence sur le même pilier : premier tour, Vo = 0, 012 5 gon ;
second tour, Vo = 100,072 5 gon). Pourquoi prendre toujours des références identiques
alors que n'importe quelle valeur du cercle horizontal pourrait correspondre puisque la
différence est ensuite faite entre la lecture de l'angle sur la cible et celle sur la
référence ? De plus, un tel changement n'empêcherait pas les vérifications sur le terrain
puisque l'opérateur à la tenue du cahier est chargé de "réduire les carnets" en
simultané ; une page de carnet est présentée en exemple à l'ANNEXE 8 ("Réduire les
carnets" signifie faire les moyennes et les différences entre les pointés et les tours.)

MELON Yvann - 45 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

3) Risques encourus si des modifications sont effectuées

Les mesures d'auscultation sont effectuées par la section Topographie depuis


bien longtemps. Aujourd'hui, "l'opération zéro" du barrage de Bimont correspond à
l'année 1971 et "l'opération zéro" de celui du Vallon Dol à l'année 1972. Toutes les
mesures effectuées depuis cette époque l'ont été sans modifications significatives. Les
seules modifications réelles ont été l'arrivée des instruments électroniques (NA3000 et
TCA2003).

Par contre les modifications ne sont pas à l'avantage de la méthode


différentielle. En effet, comme toutes les campagnes de mesures sont comparées à
"l'opération zéro", si une erreur est systématiquement commise par un instrument ou la
forme du réseau, à chaque opération, la même erreur se produira si aucun changement
n'est effectué : elle disparaîtra lors de la comparaison !

Il n'est donc guère envisageable d'effectuer des modifications. Une telle action
rendrait obsolète "l'opération zéro" déjà existante. À chaque modification, il faudrait
refaire une série de mesures qui deviendrait "l'opération zéro bis". Ceci serait inutile
seulement dans le cas où les positions des cibles avant et après modifications resteraient
identiques. Pour s'en rendre compte, il faut comparer les positions absolues des cibles ;
ce problème est soulevé au 4) b..

4) Dans les calculs et l'interprétation

a. AUSCULT

AUSCULT, le logiciel de calculs des mesures d'auscultation, développé par le


prédécesseur du 2SI (Service du Système d'Informations – service Informatique de la
SCP) est programmé en FORTRAN. J'ai analysé le code source de ce programme car
personne ne connaissait son fonctionnement réel : la présence d'un calcul par moindres
carrés était supposée mais ce programme restait une boite noire pour la section
Topographie.

Les cibles sont calculées une à une et non pas dans leur ensemble pour la
planimétrie. Les calculs sont faits par moindres carrés si le logiciel trouve assez
d'observations, sinon il procède par "simple" intersection. Les piliers sont forcément
fixés. À partir d'un fichier *.op0 que va chercher le logiciel dans lequel sont indiqués les
gisements des vecteurs normaux ou radiaux à l'ouvrage, il donne directement des
mouvements T et R (tangentiels et radiaux) pour chaque point par rapport à "l'opération
zéro".

Le nivellement ne fait pas l'objet d'un ajustement par moindres carrés mais
tout simplement d'une compensation des erreurs sur la longueur du cheminement.
Aucune compensation ne peut être réalisée sur les points rayonnés. Une fois encore, le
résultat édité est la différence entre "l'opération zéro" et celle du calcul.

Si ce programme devait être réécrit ou si la section Topographie devait se


munir d'un autre logiciel, il serait bon que ce dernier calcule tout (planimétrie et
altimétrie) avec la méthode d'ajustement par moindres carrés (en bloc et non
individuellement).

MELON Yvann - 46 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

b. Des coordonnées en Lambert 93 ?

AUSCULT laisse apparaître la grande différence entre ses calculs et les calculs
effectués lors de cette étude : l'absence de coordonnée pour les cibles ! Seuls des
mouvements relatifs à une position initiale sont présentés. Sans archive, la destruction
d'AUSCULT par un virus ou toute autre possibilité entraînerait l'impossibilité de continuer
les auscultations de cette façon. C'est le risque encouru à travailler en relatif.

Au contraire, des cordonnées dans un système absolu sont pérennes même si


le système est local… Actuellement la SCP possède des coordonnées en Lambert III mais
suite au décret du 26 décembre 2000, publié au JO du 28 décembre 2000, rendant
obligatoire l'usage de la projection Lambert 93 pour les travaux géographiques en France
métropolitaine, cette dernière pourrait paraître plus adaptée. En tout cas, elle est
parfaitement adaptée à la technologie GPS en terme de précision. De plus l'auscultation
aura très certainement recours aux scanners topographiques dans les prochaines années
(actuellement la précision atteinte n'est que de 6 mm sur un point quelconque mais elle
est de 1,5 mm sur une cible) et ces instruments sont déjà capables de fournir des nuages
de points dans cette projection si la station est connue dans ce système et que des
prismes-cibles connus dans la projection sont placés dans son champ.

Par contre il sera impossible de comparer les anciennes positions des cibles en
Lambert III avec les nouvelles en Lambert 93, même en absolu. Transformer des points
du système RGF au système NTF reviendrait à en dégrader la qualité mais les points en
Lambert III sont de moins bonne qualité que ceux de la projection Lambert 93. La
meilleure transformation qu'on puisse faire serait d'intégrer des paramètres locaux pour
faire une similitude des coordonnées cartésiennes géocentriques locale au barrage, le
résultat ne sera toutefois guère plus précis que celui qu'on obtiendrait avec la grille
GR3DF97A de transformation de l'Institut Géographique National. Si l'usage du Lambert
93 venait à être décidé, je préconise un double calcul pour l'opération témoin de ce
changement, afin d'avoir les mêmes positions dans les deux systèmes. Et des
comparaisons pourraient être faites en passant par les valeurs de cette opération témoin.

c. L'interprétation brute

L'interprétation brute est l'interprétation des résultats du calcul (d'AUSCULT)


sans les avoir modifiés.

Une première interprétation de ces résultats est réalisée par la section


Topographie : elle consiste à qualifier les déplacements par rapport à l'opération
précédente. Les écarts entre deux opérations ne doivent pas dépasser une certaine
marge, fixée par le service Ingénierie. Cette marge est différente pour chaque point ; par
exemple un point en clé de voûte aura des mouvements plus amples (plus de 1 cm)
qu'un autre au pied du barrage. Les points proches des fondations sont censé être rigide
alors que d'autres (plus éloignés de ces dernières) doivent avoir une liberté de
mouvement nécessaire pour résister sans tensions aux forces appliquées à l'ouvrage.

Lors de la réalisation des graphiques évolutifs pour chacun des points


(ANNEXE 9), le dessinateur perçoit si un point s'éloigne d'une tendance qu'il semblait
suivre les années précédentes ou s'il la conserve.

Ces premières observations sont transmises avec les résultats au service


Ingénierie ainsi qu'au service Exploitation. Ceci sert d'amorce au travail de la personne
qui les analyse car toute interprétation commence par une observation attentive des
valeurs brutes avant de se lancer dans une analyse plus statistique.

MELON Yvann - 47 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

d. L'interprétation statistique, le modèle "HST" (d'après ROYET, 2002)

Le barrage est sous l'influence de divers facteurs qui sont à l'origine de ses
variations, il convient de pouvoir distinguer les mouvements qui sont dus à ces éléments
et donc prévisibles de ceux qui ne le sont pas. Les principaux facteurs sont les conditions
climatiques, les conditions hydrostatiques et l'âge du barrage.

Les conditions n'étant jamais les mêmes pour deux auscultations différentes, il
semble difficile de tirer des conclusions à partir de la simple analyse des mesures brutes
mais au contraire de ramener ces dernières à des conditions identiques. C'est le travail
du Service Ingénierie qui analyse ces mesures.

Dans cette optique, EDF a développé un modèle statistique : le modèle "HST".


"H" représente les effets de la cote du plan d'eau, les conditions hydrostatiques ;
"S" l'effet saisonnier, les conditions climatiques et "T" l'effet du temps, l'âge du barrage.
Le but de ce modèle est de créer un modèle explicatif à partir des résultats bruts. Si la
valeur explicative du mouvement Y est notée YE, cette valeur se décompose ainsi :

YE = Y0 + H (t ) + S (t ) + T (t )
avec Y0 un paramètre et H(t), S(t) et T(t) les fonctions représentant les effets
précédemment mentionnés ; ces fonctions dépendent de la date t de l'auscultation au
cours de l'année.

L'interprétation statistique est l'analyse des résidus e, différence du résultat


brut et du modèle explicatif.

• L'effet "H"
L'effet hydrostatique noté "H" est un effet réversible, il correspond aux
variations d'effort dues à la cote du plan d'eau : une réserve pleine appuie plus sur un
ouvrage qu'une à moitié pleine. Il est modélisé par une fonction polynomiale de degré 4
en principe mais le degré 2 peut suffire ;

H (t ) = a1 + a 2 ⋅ z 2 + a 3 ⋅ z 3 + a4 ⋅ z 4
z est une fonction de t, c'est la cote du plan d'eau à la date des mesures.

• L'effet "S"
L'effet saisonnier noté "S" est lui aussi un effet réversible. Il témoigne de
l'action des écarts thermiques entre les périodes froides et chaudes. Les années se
suivant mais ne se ressemblant pas, une modélisation de période un an était à éviter.
Cet effet est représenté par une série de Fourier :

S (t ) = b1 ⋅ sin (θ ) + b2 ⋅ cos(θ ) + b3 ⋅ sin 2 (θ ) + b4 ⋅ sin (θ ) ⋅ cos(θ )


? est une fonction de t, ?(t) = 2?.t / 365,25. La fonction S est donc "six mois-
périodique". Mais on pourrait envisager une période plus courte dans des zones non
tempérées où le Printemps et l'Automne sont des saisons bien différentes (saison des
pluies par exemple).

• L'effet "T"
Seul effet irréversible, l'effet du temps noté "T" marque les dégradations de
l'ouvrage liées à l'écoulement des années. Il est représenté par la somme de trois
fonctions : une linéaire, une exponentielle positive pour les évolutions rapides et une
exponentielle négative pour les évolutions amorties.

T ( t ) = c1 ⋅τ + c2 ⋅ eτ + c3 ⋅ e −τ

MELON Yvann - 48 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

τ est le temps réduit sur l'intervalle de temps [ti ; tf] sur lequel le calcul des paramètres
a été effectué,

τ (t )= t −ti
t f −ti

• Adaptations
Des adaptations peuvent être réalisées en fonction du type d'ouvrage analysé.
Un barrage dont la cote du plan d'eau n'évolue pas pourra se dispenser des paramètres
de l'effet "H". Les digues subissent moins l'influence de la température que les voûtes en
béton… Un autre effet commence cependant à être étudié pour les remblais : l'effet des
précipitations noté "P". Cet effet "P" comme l'effet "S" est tributaire d'un temps de
réponse des ouvrages. La recherche dans l'analyse des barrages essaie de changer S(t)
et P(t) en S(t - t r) et P(t – t r) où tr est le temps de réponse.

• Le calcul des paramètres


Les onze paramètres (Y 0 , a1, a2 , a3, b1 , b2 , b3 , b4 , c1, c2 et c3 ), s'il n'y a pas
d'adaptation, sont calculés par ajustement par moindres carrés en ayant pris soin de
linéariser la relation de la valeur explicative. Les paramètres doivent être calculés pour
chacun des résultats bruts (que ce soit X, Y, Z, T ou R) de chaque cible ; en général,
l'ajustement est fait à partir de dix années d'observations pour dégager les fortes
tendances : les contributions dues à des effets s'estompant sont ainsi négligées. Des
logiciels ont été développés pour réaliser ces calculs assez lourds à mettre en place :
SURVEY du Cemagref, Condor pour EDF. Cette étude statistique n'est pas propre à la
topographie et se fait pour toutes les autres mesures d'auscultation (pendule,
fissuromètre…). Cependant seul le barrage de Bimont voit ses mesures analyser de la
sorte.
Ces calc uls ne sont pas menés par la section Topographie, bien qu'un
ingénieur géomètre topographe en soit à la hauteur, mais le bureau d'études COYNE et
BELLIER a fait savoir à la SCP dans son rapport annuel de l'Ingénieur conseil pour l'année
2004 sur le barrage de Bimont la nécessité de recalculer ces paramètres pour les divers
points d'auscultation. Les derniers calculs de ce type furent réaliser en 1994 et les
mesures des dix dernières années montreront que le barrage à tendance à suivre une
évolution différente, une stabilisation de certains mouvements de dérive temporelle.

Les contraintes d'un tel modèle montrent à quel point il est nécessaire de
noter la cote du plan d'eau, la date et la température au jour des mesures. Ceci a
toujours été fait lors des auscultations menées par la section Topographie. La
température est importante, elle peut être source d'explication si les résidus à analyser
sont importants. Il se peut que la température s'éloigne beaucoup de la moyenne
interannuelle et dans ce cas la modélisation S(t) ne correspond plus à la réalité au
moment des observations.

En plus de disposer de l'analyse des réseaux d'auscultation topographique des


barrages de Bimont et du Vallon Dol, la SCP peut décider à partir des commentaires fait
dans ce chapitre de mettre en place ou non les modifications proposées. La prochaine
tâche pour un ingénieur à la section Topographie pourrait être de calculer les paramètres
du modèle "HST" afin d'établir si des conclusions peuvent être faites suite à l'analyse
statistique avec les ellipses de confiance déterminées lors de mon Travail de Fin d'Étude.

MELON Yvann - 49 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

CHAPITRE IV : ANALYSE DES RÉSULTATS BRUTS DU


BARRAGE DU VALLON DOL, EXPLOITATION DES
MESURES DE 1985 À 2005

Les résultats de l'analyse des réseaux d'auscultation topographique des


barrages, et en particulier la détermination des ellipses de confiance, doivent permettre
d'exploiter plus rigoureusement les mesures d'auscultation des barrages. Mon Travail de
Fin d'Études devant initialement porter sur le barrage du Vallon Dol, je me devais de
terminer mon mémoire sur l'analyse des mouvements de ce barrage à la suite du travail
préalablement réalisé pour la SCP, à savoir la détermination des ellipses de confiance.

1) Informations sur l'ouvrage

Les caractéristiques du barrage du Vallon Dol ont déjà été spécifiées au 2) a.


du chapitre II. La figure n°12 présente une coupe de la digue. Les digues en
enrochements sont des ouvrages très solides, très surs. Le barrage du Vallon Dol étant
construit au-dessus de Marseille, une attention particulière doit être portée à son
auscultation. 800 000 personnes vivent à l'aval… Une rupture entraînerait la mort d'une
grande partie des marseillais et priverait la cité phocéenne de son eau potable. Ce
barrage ne fait pas l'objet d'un PPI car sa capacité est largement inférieure à celle pour
laquelle la loi oblige la constitution d'un PPI.
A : drain 5 -100 mm
B : enrochements amont 0 – 100 mm
C : enrochements aval 100 – 500 mm
D : enrochements sélectionnés 500 –
1000 mm
E : enrochements 0 – 500 mm
F : alluvions sableuses 0 - 75 mm

SCP- MY
figure n°12

Les risques pour un barrage de ce


type sont surtout la submersion par une
vague et l'infiltration. Pour ce qui est de la
submersion par une vague, vu la topographie
des lieux (photo n°18), celle-ci ne pourrait
pas être causée par un détachement de flanc
de montagne mais par contre, la chute de la
tour de prise pourrait déclencher une telle
vague. Les vannes de vidange et de prise
étant au pied de cette tour, la chute de cette
dernière libérerait les flots dans les égouts de
MY

Marseille qui serviraient d'évacuateur à la


réserve de façon non contrôlée. photo n°18 : vue d'ensemble du Vallon Dol

MELON Yvann - 50 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

2) Mesures utilisées

a. Mesures topographiques

Pour pouvoir certifier des mouvements à 95 %, l'analyse portera sur des


points du réseau d'auscultation dont l'étude du chapitre II a révélé une précision
importante. Ces points doivent être aussi judicieusement placés sur le barrage : pied et
haut de digue, milieu et rives. Le choix s'est donc porté sur les cibles suivantes :
250/251, 252/253, 282/283, 294/295, 286/287 et cab2 (figure n°13) ; le point 8 sera le
point référant l'altimétrie de cab2.

SCP
figure n°13

Le fluage ne sera pas étudié du fait que le mouvement de ce dernier est


parfaitement connu et normal. D'ailleurs un système d'essai avait été installé pendant la
construction sur une pente non loin du barrage pour étudier le glissement du revêtement
bitumineux, ce glissement est de quelques millimètres par an. De même, les
mouvements de la tour qui, a priori, ne suivent pas le modèle "HST" ne seront pas
étudiés.

Sachant que la dimension des ellipses de confiance résulte de la structure du


réseau d'observation et de l'écart type sur les mesures, les ellipses déterminées dans
l'étude du chapitre II à partir des mesures de l'opération n°56 de mars 2005 sont
valables pour toutes les autres opérations, même pour celles réalisées au T3 : le T3 étant
plus précis (écart-type sur les mesures inférieur à celui du TCA2003), les ellipses ne
peuvent qu'être plus fines. Plutôt que de recalculer les positions absolues des points
choisis avec Geolab, l'analyse se fera à l'aide des résultats d'AUSCULT ; même s'il ne
réalise pas les calculs en bloc, AUSCULT effectue sur la plupart des cibles un ajustement
par moindres carrés, solution très fiable.

L'analyse consiste à établir un mouvement avec 95 % de certitude sur les


points choisis. Pour ce faire, une fois le point de l'opération n°56, les points des autres
opérations ont été placés avec les valeurs de T et R. Le mouvement est assuré si le
nouveau point se trouve à l'extérieur d'une ellipse double de l'ellipse de confiance : il ne
faut pas que les ellipses de chacun des points se chevauchent car une telle zone peut
contenir le point pour les deux opérations différentes à 95 % (figure n°14).

MELON Yvann - 51 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

MY
figure n°14 : en vert l'ellipse de confiance du point initial et son ellipse double
en bleu l'ellipse d'un point centré en dehors de l'ellipse verte mais pas de l'elipse
aux caractéristiques doubles
en rouge l'ellipse d'un point dont le mouvement peut être certifié à 95 %

b. Mesures de pentes, furets hydrauliques

• Le furet hydraulique TÉLÉMAC


Le barrage du Vallon Dol est équipé de furets hydrauliques TÉLÉMAC (photos
n°19 et 20) dans chacune des cabines de la digue (l'emplacement des cabines est placé
sur la figure n°13 page 49). Ces instruments ont pour but de déterminer les tassements
internes de la digue. TÉLÉMAC est une société commercialisant et développant des
appareils d'auscultation. C'est un des derniers barrages de France utilisant encore ce
dispositif, même les furets d'EDF ne sont plus en état de fonctionnement.
MY

MY

photo n°19 photo n°20


MY

MY

figure n°15

MELON Yvann - 52 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

Ce dispositif réside sur le principe hydraulique des vases communicants (figure


n°15). Le furet est envoyé dans un tube au cœur de la digue par un mécanisme à
poulies, il laisse s'évacuer l'eau du tuyau auquel il est fixé dans le tube et la burette
(seconde extrémité du tuyau) fixée au mur de la cabine, sur cette dernière est lue la
hauteur à laquelle se situe le furet dans le tube. Un rivet est fixé au pied de la burette, ce
dernier faisant partie du cheminement est nivelé à chaque
opération. L'altitude du furet peut donc être connue dans le
système NGF.
Le tube dans lequel est introduit le furet est paré
d'anneaux métalliques régulièrement espacés ; le furet métallique
crée une légère tension au passage de ces anneaux (phénomène
d'inductance). Le furet étant relié à un télémètre couplé avec un
haut-parleur (photo n°21), les mesures sont lues au maximum de
tension (signal sonore le plus rapide). À la lecture de hauteur
correspond une lecture de longueur (le câble entraînant le furet
est gradué) pour savoir la distance entre l'entrée du tube et le

MY
furet.
photo n°21

• Observation analysée
Les tubes ont été posés lors de la construction de la digue suivant une pente
de 2 %, les mesures permettent de calculer la pente du tube pour chaque opération.
L'évolution de cette pente permet de constater des tassements internes à la digue.
La lecture sur le câble du furet a pour précision 1 cm (longueur de la zone sur
laquelle le signal est maximum), celle de la burette est millimétrique. En considérant des
erreurs maximales sur les lectures, la différence de pente n'est pas significative
(0,016‰). La régression linéaire sur neuf valeurs au moins (tube n°5) n'augmentera pas
cette imprécision.
Les lectures sont notées dans la fiche présentée en ANNEXE 10, elles font
ensuite l'objet d'une régression linéaire. L'analyse des pentes ne porte pas sur la période
1985-2005 puisque les archives les plus anciennes de la SCP sur les furets sont celles de
l'opération n°38 du 10 mai 1990 mais donc sur une période de quinze ans.

3) Analyse

a. Des mouvements de la digue

L'analyse des mouvements (T et R) constatés par la section Topographie est


très décevante (ANNEXE 11) ! Le point ne sort jamais de la double ellipse de confiance
sur les vingt années de mesures ! Seul le point 294/295 s'est trouvé deux années
consécutives en dehors de l'ellipse de confiance de 1985 (figure n°16). Les mouvements
de la digue ne peuvent donc pas être certifiés. À l'intérieur de l'ellipse, le point a
tendance à se situer autour de la position de 2005, centre de l'ellipse. Seul le point cab2
aurait glissé vers la rive gauche.

Toutefois, l'analyse de ces mêmes mouvements avec les ellipses de confiance


obtenues par la simulation fixant les coordonnées des piliers permet de confirmer
certains mouvements (ANNEXE 12). Les points cab2 et 252/253 n'ont pas assez bougé
pour que leurs mouvements soient certifiés. Les mouvements des autres points sont
présentés dans les figures n°17 à 20 (extraits de l'ANNEXE 12). Un déplacement vers la
rive gauche est perceptible, il n'excède cependant pas le centimètre. La figure n°21
matérialise les déplacements observés sur la digue (par les flèches bleues). À partir de
ceux-ci, une rotation est mise en évidence sur le haut de la digue (flèche rouge).

MELON Yvann - 53 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

(Note pour la lecture des figures d'analyse n°16 à n°20 : l'amont est orienté vers le haut
et la rive gauche vers la droite, le lecteur doit s'imaginer être face au barrage ; l'ellipse
centrale avec ses demi-axes est l'ellipse de confiance du point, la seconde étant l'ellipse
double ; les déplacements entre chaque opération sont matérialisés en violet ; les
valeurs des demi-axes sont données afin de renseigner l'échelle)

MY

MY

MY
MY

MY
MY
figure n°16 : 294/296 figure n°17 : 250/251 figure n°18 : 282/283
a=7,4 mm ; b=10,5 mm a=1,9 mm ; b=3,6 mm a=2,2 mm ; b=3,7 mm
MY

MY
figure n°19 : 286/287 figure n°20 : 294/296
a=3,1 mm ; b=4,7 mm a=2,3 mm ; b=6,2 mm
SCP- MY

figure n°21

MELON Yvann - 54 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

b. Des tassements

L'analyse des tassements se fait par l'analyse du nivellement


et celles des pentes déduites des mesures par furets hydrauliques. La
concordance des deux observations n'est pas obligée : les furets
constatent des déformations internes qui peuvent ne pas être vues en
surface par le nivellement direct.

(Note pour la lecture de la figure d'analyse n°22 : le trait rouge est


l'intervalle de confiance altimétrique (55,8 mm) centré sur "l'opération
zéro" (en vert) ; la croix est la position actuelle et les traits violets
représentent les différentes altitudes au cours des opérations de la
période d'analyse)

MY
figure n°22

Du fait de l'importance des intervalles de confiance sur le paramètre


altimétrique, aucun tassement de surface ne peut être garanti par l'analyse, les
opérations des vingt dernières années se situant à l'intérieur de l'intervalle… La figure
n°22 est l'analyse faite du point 282/283 dont l'intervalle de confiance est dans la
moyenne des autres du barrage.

pente
n° d'opération date informations diverses
tube n°1 tube n°2 tube n°3 tube n°4 tube n°5
56 bis 20/04/2005 1,94% 1,94% 1,94% 1,93% 1,91%
56 22/03/2005 1,90% 1,95% 1,94% 1,91% 1,91%
55 13/04/2004 1,97% 1,96% 1,94% 1,91% 1,92%
54 13/05/2003 1,97% 1,95% 1,93% 1,92% 1,92%
53 15/04/2002 1,97% 1,95% 1,93% 1,92% 1,92%
52 26/06/2001 1,97% 1,95% 1,94% 1,91% 1,92%
51 23/02/2001 réserve vide 1,92% 1,95% 1,94% 1,91% 1,92%
50 17/04/2000 1,97% 1,95% 1,94% 1,92% 1,92%
49 20/04/1999 1,97% 1,95% 1,95% 1,92% 1,91%
48 --- absence de mesures --- --- --- --- ---
47 16/03/1998 1,98% 1,95% 1,94% 1,92% 1,92%
46 28/04/1997 1,97% 1,95% 1,94% 1,93% 1,93%
45 --- absence de mesures --- --- --- --- ---
44 10/05/1996 1,97% 1,95% 1,94% 1,92% 1,93%
43 21/06/1995 1,97% 1,95% 1,94% 1,92% 1,92%
--- 18/10/1994 nouveau cable (furet n°4) --- --- --- 1,92% ---
--- 17/10/1994 --- --- --- 1,92% ---
42 19/04/1994 1,96% 1,95% 1,94% 1,92% 1,92%
41 20/04/1993 1,98% 1,98% 1,94% 1,92% 1,92%
40 01/06/1992 1,97% 1,95% 1,95% 1,92% 1,92%
39 13/05/1991 1,97% 1,95% 1,95% 1,93% 1,93%
38 10/05/1990 1,97% 1,95% 1,93% 1,91% 1,92%
0 ??? date des mesures inconnue 1,99% 1,95% 1,96% 1,95% 1,96%
tableau n°9

Les résultats du tableau n°9 laisse apparaître un léger tassement de la digue.


Les pentes sont légèrement plus faibles que lors de "l'opération zéro" :0,05 % pour les
tubes n°1 et 5 au maximum, soit un tassement au cœur de la digue inférieur à 5 cm. La

MELON Yvann - 55 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

valeur de la pente pour le tube n°1 lors de l'opération n°56, étant inhabituelle, a suscité
une opération bis. Cette dernière a confirmé la tendance du tube n°1 à s'affaisser mais
ce n'est pas un tassement significatif (moins de 5 cm). En dehors de ces différences avec
"l'opération zéro", aucun mouvement particulier ne se distingue et les variations de
0,01 % observées ne sont que le résultat du jeu des arrondis. Même la vidange de 2001
n'a pas provoqué de mouvements internes.

4) Avis sur l'évolution du barrage du Vallon Dol

L'analyse des mesures d'auscultation du barrage du Vallon Dol sur vingt ans
confirme la très bonne stabilité des digues en enrochement. Avec le réseau
topographique actuel, aucun mouvement des plots n'est décelable et les tubes placés
dans la digue se sont très légèrement affaissés.

Toutefois, une nouvelle triangulation des piliers du réseau d'auscultation et


l'application de changements présentés au chapitre précédent permettraient de faire des
mesures dans les conditions de la simulation réalisée lors de l'étude de ce réseau. Dans
un tel cas, des mouvements de faible amplitude (4,8 mm en moyenne) seraient mis en
évidence. Ces mouvements, tant qu'ils gardent cette amplitude, ne remettent pas en
cause la stabilité de l'ouvrage.

La durée de vie de ce barrage sera longue car une digue en enrochement est
peu soumise à l'influence des facteurs extérieurs (humidité, chaleur, cote du plan
d'eau…) ; même le temps qui passe est sans effet sur elle. De ce point de vue, aucun
risque pour la population marseillaise. Malgré tout, la digue continuera d'être auscultée,
le fluage devra être suivi avec attention puisqu'en mouveme nt continuel. Second élément
qui vieillira mal avec le fluage : le béton. Ainsi, plus les années vont passer, plus la
surveillance de la tour de prise et des canalisations véhiculant l'eau à l'usine de la SEM
devra être accentuée.

Au vu de ces éléments, il n'est pas certain que la ville de Marseille obtienne la


réalisation du PPI du barrage du Vallon Dol, d'autant plus que la juridiction ne l'impose
pas pour ce dernier (volume d'eau retenu "trop faible"). L'usage d'un tel outil de
prévention est cependant compréhensible : il permet aux administrations locales de
montrer leur attachement à la sécurité de la population administrée mais cette sécurité
est déjà assurée par l'auscultation.

MELON Yvann - 56 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

CONCLUSION

"De tous les ouvrages faits de la main de l'homme, les barrages sont les plus
meurtriers" affirmait André COYNE. Fort conscient de ces dangers, l'État contrôle la
surveillance par l'intermédiaire de ses établissements publics. La Société du Canal de
Provence (SCP) a toujours ausculté régulièrement les barrages qu'elle exploite avec le
plus grand soin comme le postule la circulaire du 14 août 1970. Cependant, un manque
d'information sur la quantification des erreurs était ressenti par le Cemagref et le bureau
d'études COYNE et BELLIER. Ce dernier demanda expressément en juin s'il pouvait
disposer des ellipses de confiance des points auscultés au barrage de Bimont.

Mon Travail de Fin d'Études sur les réseaux d'auscultation topographique des
barrages de la SCP (Bimont et Vallon Dol) tombait à point nommé ! En effet, l'analyse
débuta par la détermination de ces ellipses. Les ellipses calculées sont bonnes pour le
barrage de Bimont de par leur taille (demi-grand axe de 3 mm en moyenne) et de par
leur orientation (le grand axe suivant la normale du barrage suivant laquelle se font les
mouvements les plus amples du barrage). Au contraire celles du barrage du Vallon Dol
sont plus grandes (demi-grand axe de 8,6 mm en moyenne) ; d'ailleurs une simulation a
montré qu'elles pourraient être affinées si des modifications étaient faites (nouvelle
triangulation des piliers). L'analyse fut accompagnée de commentaires permettant de
comprendre les résultats et de pouvoir les améliorer.

Ce Travail de Fin d'Études s'est terminé par la visite annuelle du barrage de


Bimont le 16 juin 2005 en présence du directeur adjoint à l'Exploitation de la SCP (M.
MEYLAN), des chefs des services Exploitation et Maintenance, du chef du secteur Alpes –
Pays d'Aix, du chef du CRE de la vallée de l'Arc, de l'agent d'exploitation du barrage de
Bimont, d'un expert et chargé de mission du Service Ingénierie et de l'ingénieur conseil
du bureau d'études COYNE et BELLIER (M. GOGUEL). Je représentais moi- même la
section Topographie à cette réunion. La réunion était animée par M. PORTEHAULT,
ingénieur divisionnaire de la DDAF, organe de contrôle du barrage de Bimont. Je
remettais lors de cette réunion les valeurs des ellipses de confiance du barrage de
Bimont à l'ingénieur conseil ainsi qu'un extrait remanié de mon mémoire afin de
présenter ma méthodologie.

Dès lors, la section Topographie devrait envisager les modifications possibles


en termes de faisabilité et de budget pour affiner les ellipses de ces réseaux. De plus ce
mémoire ayant été rédigé pour faciliter la compréhension de la méthode d'analyse, le
futur ingénieur de la section pourra continuer cet audit sur les autres barrages auscultés.

Personnellement je sors de ce Travail de Fin d'Études en ayant conforté mes


connaissances de topométrie approfondie et en ayant développé un attrait pour
l'auscultation topographique même si je n'ai pas pratiqué toutes les méthodes
d'auscultation (photogrammétrie, scanner, auscultation automatisé – CYCLOP de la
société Sol Data). Ces autres méthodes peuvent être intéressantes à mettre en place en
situation de crise car elles permettent un suivi beaucoup plus régulier, même continu et
automatisé (système CYCLOP), mais malgré l'exactitude de toutes ces mesures, rien ne
remplacera l'œil de l'homme de terrain.

MELON Yvann - 57 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

Bibliographie:

plaquettes de communication de la SCP

"L'auscultation des barrages à EDF" ; 6 pages

Barrages n°4 ; 2ème trimestre 1993 ; 4 pages

CD-ROM de présentation de la Société du Canal de Provence ; juin 2004

BARRADA Bassem, BREGLER Damien, MAURY Julien, MELON Yvann, ESGT ; janvier
2005 ; "Préparation d'une campagne de mesures topométriques en Islande" ; 26 pages ;
projet de fin d'études

CARLIER M, ingénieur en chef du génie rural ; novembre 1974 ; "La réglementation


française en matière d'inspection et surveillance des barrages" ; 8 pages ; Travaux

DAUGET Maurice, ingénieur des travaux ruraux ; août 1972 ; "La surveillance des
ouvrages à la Société du Canal de Provence et d'Aménagement de la Région
Provençale" ; 16 pages ; Société du Canal de Provence

DEGOUTTE Gérard, ENGREF ; ROYET Paul, Cemagref ; 1994 ; "Sécurité des barrages en
service, session de formation continue, Montpellier, 25-28 mai 1993, Cemagref,
ENGREF" ; 250 pages ; Cemagref Éditions

DURAND Stéphane, ESGT ; octobre 2004 ; "Topométrie de précision" ; 102 pages ;


service reprographie ESGT

DUQUENNE Henri, IGN ; DURAND Stéphane, ESGT ; novembre 2003 ; "Topométrie


approfondie, La méthode des moindres carrés en topométrie et géodésie : présentation
générale, nivellement" ; 47 pages ; service reprographie ESGT

DUQUENNE Henri, IGN ; DURAND Stéphane, ESGT ; novembre 2003 ; "Topométrie


approfondie, La méthode des moindres carrés en topométrie et géodésie : ajustements
des réseaux traditionnels" ; 39 pages ; service reprographie ESGT

DUQUENNE Henri, IGN ; NICOLAS Joëlle, ESGT ; novembre 2003 ; "Topométrie


approfondie, topométrie tridimensionnelle" ; 65 pages ; service reprographie ESGT

FINE Xavier, ESGT ; juin 1998 ; "Etude des affaissements miniers, applications aux
houillères de Provence" ; 54 pages ; mémoire de fin d'études

FRÉMY Dominique et Michèle ; "Quid 2002" ; Robert Laffont

International Commission On Large Dams; 2001 ; "Automated dam monitoring systems,


guidelines and case histories" ; 253 pages ; bulletin 118

LEBRETON A, Ministère de l'Industrie ; 1997 ; "Prévision des risques dus aux barrages" ;
6 pages ; Urgences, 108-113

MOREL Laurent, ESGT ; octobre 2004 ; "Cours de Géodésie ES3" ; 81 pages ; service
reprographie ESGT

MELON Yvann - 58 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

POUPART M, EDF ; octobre 1997 ; "Principe et pratiques de la surveillance des grands


ouvrages de Génie Civil à Électricité De France" ; 37 pages ; EDF -DTG

POUPART M, EDF ; ROYET Paul, Cemagref ; mai 2001 ; "La surveillance des barrages" ;
48 pages ; Colloque technique CFGB, Aix en Provence

ROYET Paul, Cemagref ; LE TRIONNAIRE Y, Ministère de l'Environnement ; Février 1993 ;


"Comment s'assurer de la sécurité d'un parc de barrages important et dispersé ?" ;
9 pages ; Journées nationales d'études, Petits barrages, Bordeaux

ROYET Paul, Cemagref ; 1994 ; "La surveillance et l'entretien des petits barrages, guide
pratique" ; 87 pages ; Cemagref Éditions

ROYER Paul, MERIAUX Patrice, POULAIN Daniel, PARADES Frédéric ; Septembre 1995 ;
"Évaluation de la sécurité des barrages autorisés" ; 8 pages ; Ingénieries EAT n°3, 37-44

ROYET Paul et MERIAUX Patrice, Cemagref ; 1998 ; "Sécurité des barrages et des
digues" ; 9 pages ; Ingénieries EAT , 59-67

ROYET Paul, Cemagref ; 2001 ; "L'analyse des mesures d'auscultation des barrages" ;
19 pages

ROYET Paul, Cemagref ; NENARD Marie-Pierre, Ministère de l'Écologie et du


Développement Du rable ; septembre 2003 ; "Sécurité des barrages autorisés, aspects
réglementaires et administratifs" ; 17 pages

SCHATTEMAN Karine, ESGT ; 1994 ; "Suivi du comportement des barrages, ajustement


d'un modèle statistique" ; 66 pages ; mémoire de fin d'études

TINLAND J-M, EDF -DEPT ; avril 1994 ; "Maintenance des barrages à Electricité de
France" ; 8 pages ; Barrages et Réservoirs n°1, 8-15

Textes juridiques

décret n°63-509 du 15 mai 1963, concession des travaux de construction du canal de


Provence et d'aménagement hydraulique et agricole du basin de la Durance, Journal
Officiel du 25 mai 1963

décret du 13 juin 1966, institution d'un comité technique permanent des barrages,
Journal Officiel du 17 juin 1966

Sur le net…

http://www.ecologie.gouv.fr/IMG/eau/D-13061966.html visité le 11 février 2005


Décret du 13 juin 1966 instituant un comité technique permanent des barrages

http://www.prim.net./professionnel/guiprim/barrage.htm visité le 11 février 2005


Guide juridique de la prévention des risques majeurs: BARRAGES

http://www.prim.net/citoyen/definition_risque_majeur/21_9_risq_barrage.html
visité le 11 février 2005
Le risque de rupture de barrage

MELON Yvann - 59 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

http://www.icold-cigb.org/BARC.htm visité le 11 février 2005


International symposium on the new trends and guidelines on dam safety

http://www.icold-cigb.org/security.htm visité le 11 février 2005


Les barrages et la sécurité

http://www.industrie.gouv.fr/energie:electric:se_c0799.htm visité le 11 février 2005


Sécurité des zones situées à proximité ainsi qu'à l'aval des barrages et
aménagements hydrauliques, face aux risques lies à l'exploitation des ouvrages

http://www.tourisme83.com/malpasset.htm visité le 22
mars 2005
Le site de Malpasset

http://www.ville-frejus.fr/hermes/patrimoine/malpasset .htm visité le


22 mars 2005
Le barrage de Malpasset à Fréjus

http://www.ville-frejus.fr/hermes/culture/musee.htm visité le
22 mars 2005
Fréjus: musées et salles d'exposition

http://www.alertes-meteo.com/catastrophe/malpasset.htm visité le
22 mars 2005
La catastrophe de Malpasset

http://www.mines.u-nancy.fr/wwwste/webT/malpasset.html visité le
22 mars 2005
Le barrage de Malpasset: un cadeau empoisonné

http://perso.wanadoo.fr/minus0202/MALPASSET.htm visité le
22 mars 2005
Malpasset

http://www.esgt.cnam.fr/fr/dpe/memoires/beunard.pdf visité
le 18 mai 2005
Positionnement géométrique du spectromètre LISE (Ligne d'Ions Super
Épluchés) installé au GANIL, associé à un ensemble détecteur modulaire de neutrons

http://www.ensg.ign.fr/~bouteloup/www/www_dpts/tps1000/en_savoir_plus.
php visité le 18
mai 2005
Surveillance du site ENSG/ENPC (Marne la vallée)

http://www.coyne-et-bellier.fr/general/historique.html visité
le 18 ma i 2005
Historique de la Société

http://www.enpc.fr/fr/enpc/historique/bio_coyne.htm visité
le 18 mai 2005
Biographie de Coyne

http://www.imep-cnrs.com/avner/DeugB/node99.html visité
le 30 mai 2005
Tables de valeurs numériques

MELON Yvann - 60 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

http://www.math2.org/math/stat/distributions/chi-dist.htm visité
le 6 juin 2005
chi-distributions

Visites

Site de Malpasset, Fréjus, Var

Musée d'Histoire Locale, Fréjus, Var

Films

"Malpasset" de Marc NARDINO et Véronique LHORME, réalisé en 1997, vu au


Musée d'Histoire Locale de Fréjus

MELON Yvann - 61 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

RÉSUMÉ

La Société du Canal de Provence et d'Aménagement de la Région Provençale


(SCP) est concessionnaire du vaste réseau hydraulique que constitue le Canal de
Provence depuis 1963. Cet ouvrage est composé entre autres de barrages constituant les
réserves d'eau. Dans le cadre de mon Travail de Fin d'Étude, j'ai été amené à me
pencher sur les réseaux d'auscultation topographique de ces derniers : j'ai déterminé les
ellipses de confiance des points auscultés et j'ai cherché les raisons de la finesse ou non
de ces ellipses.

Depuis la catastrophe de Malpasset (2 décembre 1959, 423 morts), la


législation française s'est renforcée concernant les barrages. Tout d'abord fut créé le
Comité Technique Permanent des Barrages (CTPB), organe qui doit être consulté pour
chaque nouvel édifice de plus de 20 m de haut. La circulaire du 14 août 1970 rappelle la
nécessité d'ausculter les barrages aussi bien pendant leur construction que pendant la
première mise en eau et toute la vie de l'ouvrage ensuite. Les auscultations
topographiques s'effectuent au moins deux fois par an.
À la SCP, le service Exploitation, responsable du parc immobilier de la société,
commande ces auscultations à la section Topographie du service Équipement qui m'a
accueilli. Le développement de ces mesures se fait par le service Ingénierie et par le
bureau d'études COYNE et BELLIER pour le barrage de Bimont, barrage faisant l'objet
d'un Plan de Prévention et d'Intervention (PPI). Mais le bureau d'études déplorait le
manque d'information sur la dispersion des mesures : il réclamait les ellipses de
confiance des points.

Cette étude s'est restreinte à deux barrages : Bimont et Vallon Dol. La


première étape était de déterminer les ellipses de confiance des points auscultés au
niveau planimétrique et les intervalles de confiance altimétriques. Ces points sont des
cocardes fixées à l'ouvrage et observées depuis des piliers ancrés
dans la roche. Les mesures sont réalisées au théodolite T3 ou
TCA2OO3 (Leica) et au NA3000. J'ai moi- même participé aux
campagnes d'auscultation du début de l'année 2005. Ce sont ces
mesures qui m'ont servi au calcul des ellipses et intervalles suite à
un ajustement par moindres carrés des cordonnées de ces points.
Le logiciel Geolab réalise l'ensemble de ces étapes mais ne
pouvant effectuer ce calcul pour la composante altimétrique des
points nivelés trigonométriquement, les intervalles de confiance
de cette composante ont été calculés matriciellement "à la main"
avec Excel afin d'avoir une méthode homogène pour l'ensemble
MY

de l'altimétrie sur les divers réseaux.


Pilier d'auscultation et
cocardes au Vallon Dol
Le barrage du Vallon Dol, une digue en enrochement, s'est avéré ne pas avoir
un fin réseau : la moyenne des demi-grands axes des ellipses de la digue est de 8,6 mm
et de 15,2 mm pour les points du fluage de la digue principale (le fluage est l'écoulement
du masque de béton bitumineux assurant l'étanchéité de la réserve) ; les autres points
du fluage ont des ellipses dont le grand axe fait plus de 30 cm ; les piliers d'observation
se situent dans une ellipse dont le demi-grand axe vaut en moyenne 6,4 mm.
L'inconvénient de ce réseau était l'impossibilité de fixer les coordonnées des piliers pour
le calcul, les causes sont diverses : écart entre la lecture et la valeur de calcul,
coordonnées des piliers peut-être plus valables… Au point de vue altimétrique, les

MELON Yvann - 62 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

résultats ne sont pas bons non plus : intervalles de confiance de 6,8 cm en moyenne
(plus petit de 3,6 cm). Pour le fluage, le résultat est sans grande conséquence car les
mouvements sont connus mais pour la digue, la taille des ellipses empêche l'observation
de mouvements ces dernières années. Une simulation de calcul avec les coordonnées des
piliers fixées a diminué de moitié ces ellipses.
Les résultats du barrage de Bimont, barrage voûte, sont beaucoup mieux.
L'étude n'a pas rencontré de difficultés majeures si ce n'est la nécessité de recalculer les
coordonnées de deux piliers. Pour ce réseau, les coordonnées de piliers purent être fixées
pour le calcul. Les ellipses ont un demi-grand axe de 3 mm en moyenne et un demi-petit
axe de 1,3 mm ; elles sont orientées avec le grand axe suivant la normale, direction dans
laquelle s'effectue le mouvement le plus ample ; tout ceci est très intéressant pour la
détection de mouvements. Du point de vue altimétrique, la moyenne des intervalles de
confiance des plots (éléments verticaux de béton composant la voûte du barrage) est de
13,7 mm. Les mouvements verticaux sont donc moins décelables.

À la suite de ces résultats, il fallait expliquer l'origine de la finesse mais


surtout de la non finesse des ellipses. Pour améliorer ces résultats, des modifications
peuvent être faites à trois niveaux : sur les réseaux eux- mêmes, dans les méthodes et
dans les calc uls et l'interprétation.
La mise en place des réseaux s'est heurtée à la topographie des lieux, qui est
donc un élément clé de leur forme. Rares sont les piliers auxquels des visées peuvent
être rajoutées. Cependant, une nouvelle triangulation de ces pilie rs avec des mesures de
distance permettrait de fixer les coordonnées pour les prochains calculs et de se rendre
compte si ceux placés à l'intérieur de la zone d'action du barrage (en général, un cône à
45° partant du point le plus bas du barrage) ont bougé.
De légers changements seraient à effectuer dans les méthodes.
L'enregistrement automatique des mesures permet d'éviter les erreurs de transcription
mais n'est pas possible avec tous les appareils. Les points rayonnés en nivellement direct
ne peuvent avoir la même précision, faudrait-il les proscrire ?
Les changements, même s'ils apportent de la finesse aux ellipses du réseau,
ne sont pas forcément bons : l'avantage d'utiliser la même méthode permet d'annuler les
erreurs systématiques et comme l'analyse des barrages se fait par méthode différentielle
(comparaison de chaque campagne de mesures à la campagne initiale), il est préférable
de conserver la même méthode d'analyse.
Actuellement, le logiciel de calcul utilisé à la SCP ne fournit que des résultats
différentiels à "l'opération zéro" (l'opération initiale) sous la forme T et R (respectivement
mouvements Tangentiels et Radiaux). Des résultats dans un système absolu (Lambert 93
par exemple) seraient tout autant comparables et n'empêcheraient pas des
changements. Un élément à intégrer aux calculs serait l'analyse statistique des mesures.
En effet, les personnes analysant les mouvements n'analysent pas les mouvements bruts
mais corrigés de manière statistique par le modèle "HST" (H pour l'effet hydrologique, S
pour l'effet saisonnier et T pour l'effet temporel). Le paramètre Y étudié est comparé à
une valeur explicative YE:

YE = Y0 + H (t ) + S (t ) + T (t )
où H(t) est une fonction polynomiale en fonction de la cote du plan d'eau, S est une série
de Fourier à l'ordre deux de période bi-annuelle et T(t) une somme d'exponentielle
(croissante et décroissante), soit un total de onze paramètres à calculer pour chaque
point ausculté.

Ce Travail de Fin d'Études fut aussi l'occasion d'analyser les mouvements du


barrage du Vallon Dol sur les vingt dernières années. Hélas, les mesures topographiques
ne sont pas assez précises pour permettre de distinguer un mouvement de la digue
inférieur au centimètre ; quoique avec les ellipses de la simulation, de légers
mouvements peuvent être confirmés plus particulièrement sur le haut de la digue. Le
barrage du Vallon Dol est équipé de furet hydraulique TÉLÉMAC, ce dispositif

MELON Yvann - 63 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

d'auscultation reposant sur le principe des vases communicants permet de suivre


l'évolution de la pente de tubes placés à l'intérieur de la digue. Ces tubes ont vu leur
pente diminuée de 0,04 % au cours des quinze dernières années (il n'y avait plus
d'archives antérieures à 1985 concernant ces mesures). Cette analyse s'est révélée peu
intéressante principalement du au fait que les digues en enrochement sont extrêmement
stables. D'ailleurs, les risques de ce barrage pourront plus particulièrement venir du
vieillissement du béton de la tour de prise que de celui de la digue. La stabilité d'un
ouvrage de ce type et le fait que le Vallon Dol soit un réservoir de faible capacité
(3 000 000 m3 inférieur à la capacité nécessitant l'élaboration d'un PPI) font que la cité
phocéenne n'est pas prête d'obtenir la réalisation du PPI du Vallon Dol, d'autant plus qu'il
est ausculté avec attention.

Ce Travail de Fin d'Études s'est clos sur la visite annuelle du barrage de


Bimont en présence de l'ingénieur conseil du bureau d'étude COYNE et BELLIER,
personne à laquelle j'ai présenté mon travail sur le réseau d'auscultation topographique
du barrage de Bimont. De cette expérience, j'ai confirmé mes connaissances en
topométrie approfondie et je me suis familiarisé à l'auscultation topographique et au
monde des barrages.

MELON Yvann - 64 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

ANNEXES

Annexe 1: Témoignage

Annexe 2: Code Civil

Annexe 3: Table inverse de la loi du chi-2

Annexe 4: Table inverse de la loi de Student

Annexe 5: Fichier Geolab de l'étude du réseau d'auscultation topographique du barrage


du Vallon Dol

Annexe 6: Plan d'ensemble du barrage de Bimont

Annexe 7: Fichier Geolab de l'étude du réseau d'auscultation topographique du barrage


de Bimont

Annexe 8: Carnet de mesures du barrage de Bimont

Annexe 9: Représentation des mouvements bruts de planimétrie

Annexe 10: Fiche de terrain pour le relevé des tubes d'auscultation (furets hydrauliques
TÉLÉMAC)

Annexe 11: Déplacements de points privilégiés sur la digue du barrage du Vallon Dol de
1985 à 2005

Annexe 12: Déplacements de points privilégiés sur la digue du barrage du Vallon Dol de
1985 à 2005 (ellipses de confiance déterminées par simulation)

Annexe numérique 13: Fichiers informatiques (Excel et Geolab)

MELON Yvann - 65 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

ANNEXE 1: Témoignage

Picard Louis et son fils Christian le 29/12/59


Bourg St Zhégonnec- Finistère

Monsieur le directeur, et Monsieur Chieusse,

Nous avons pleuré tous les deux sur vos lettres, qui nous vont droit au cœur,
et aussi très touché par vos secours que nous avons reçu ce matin. Je tacherai
d'apprendre à mon fils d'être digne de cette sympathie, surtout venant de vous, qui avez
déjà tant fait pour eux. Dans notre douleur nous nous comprenons mieux et je vous écrit
à cœur ouvert. Et je sais combien vous devez souffrir devant ces pupitres vides des
élèves disparus, car ces petits garçons étaient aussi un peu vos enfants. Je voudrais
surtout que vous parliez à Madame Coulomb de notre petit Michel, lui, souriait toujours
et je suis sur que sa maîtresse garde un bon souvenir de lui.
Avec Christian ils étaient toujours pressés d'aller en classe, on leur confiait
souvent pour la route des enfants de l'école maternelle. Ils aimaient l'école et ils
aimaient leur maître, ils nous racontaient leur petite journée d'écolier et des matières
que vous avez si bien su leur enseigner. Ils appréciaient cela d'autant plus, qu'avant ils
étaient à l'école à l'Ile de Gorcé, ou la vie était très dure pour eux parmi les Africains.
Nous vivions heureux au Quartier Villeneuve dans le bonheur le plus total,
hélas il me semble que ce sont ces familles qui sont toujours les plus frappée. Le 1er
décembre la pluie et les vagues inondaient les routes à Fréjus-Plage. Le 2 dans la
journée, le temps se calmait, mais plusieurs signalaient des infiltrations d'eau dans les
sous sols. C'était peut-être les signes précurseurs de cette nuit d'épouvante. On s'était
couché de bonne heure comme d'habitude et on dormait en paix avec nos petits anges.
Cet eau glacée, boueuse a arraché les portes, les fenêtres et cloisons pour nous séparer,
les faire périr de la mort la plus cruel. Nous sommes resté longtemps dans ces ténèbres,
dans cette boue, Michel et Marc avait cessé de vivre. Mon épouse délirait quand on l'a
transporté à l'hopital il était trop tard. Christian ne réalisait plus et ses membres étaient
raides, comment a-t-il pu survivre?…
Il est resté simplement un peu nerveux, anxieux. Pour moi ce sera toujours ces gouts de vase,
ces cris, un cauchemar jour et nuit.
Je vais aussi écrire à Madame Tuby car ces gestes généreux nous donne un
souffle de courage et on essaye de se ressaisir ne serait-ce que pour pouvoir vous
témoigner notre gratitude.
Dès que mon état de santé le permettra, je m'efforcerai d'aller jusqu'à Fréjus
et vous rendre visite. Je vous connais bien vous voyant souvent le soir guider vos élèves
paternellement pour traverser la route.
Je vous promets que Christian vous écrira ainsi qu'à Madame Tuby. Mais
actuellement chaque fois qu'on lui parle de Fréjus, il a les larmes aux yeux. Il aissaye de
réaliser mais ne peut comprendre. Je crains qu'en le faisant écrire ces souvenirs, cela le
déchire encore d'avantage. Avec le temps, cela s'arrangera un peu pour lui; tout en
restant marqué par ces épreuves.
Croyez Monsieur le directeur et Monsieur Schieusse à nos meilleurs sentiments
les plus respectueux et sincères.

signature

NB: les fautes d'orthographes sont conservées, marquantes elles- même de l'émotion.

MELON Yvann - 66 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

ANNEXE 2: Code Civil

Art.1382 – Tout fait quelconque de l'homme, qui cause à autrui un dommage, oblige
celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer.

Art.1383 – Chacun est responsable du dommage qu'il a causé non seulement par son
fait, mais encore par sa négligence ou par son imprudence.

Art.1384 – On est responsable non seulement du dommage que l'on cause par son
propre fait, mais encore de celui qui est causé par le fait des personnes dont on doit
répondre, ou des choses que l'on a sous sa garde.

Art.1386 – Le propriétaire d'un bâtiment est responsable du dommage causé par sa


ruine, lorsqu'elle est arrivée par suite du défaut d'entretien ou par le vice de sa
construction.

Art.1792 – Tout constructeur d'un ouvrage est responsable de plein droit, envers le
maître ou l'acquéreur de l'ouvrage, des dommages, même résultant d'un vice du sol, qui
compromette la solidité de l'ouvrage ou qui, l'affectant dans l'un de ses éléments
constitutifs ou l'un de ses éléments d'équipement, le rendent impropre à sa destination.
Une telle responsabilité n'a point lieu si le constructeur prouve que les dommages
proviennent d'une cause étrangère.

Art.1792-1 – Est réputé constructeur de l'ouvrage:


1. Tout architecte, entrepreneur, technicien ou autre personne liée au maître de
l'ouvrage par un contrat de louage d'ouvrage;
2. Toute personne qui vend, après achèvement, un ouvrage qu'elle a construit ou
fait construire;
3. Toute personnes qui, bien qu'agissant en qualité de mandataire du propriétaire de
l'ouvrage, accomplit une mission assimilable à celle d'un locateur d'ouvrage.

Art.1792-2 – La présomption de responsabilité établie par l'article 1792 s'étend


également aux dommages qui affectent la solidité des éléments d'équipement d'un
bâtiment, mais seulement lorsque ceux-ci font indissociablement corps avec les ouvrages
de viabilité, de fondation, d'ossature, de clos ou de couvert.
Un élément d'équipement est considéré comme formant indissociablement corps avec
l'un des ouvrages mentionnés à l'alinéa précédent lo rsque sa dépose, son démontage ou
son remplacement ne peut s'effectuer sans détérioration ou enlèvement de matière de
cet ouvrage…

Art.1792-3 – Les autres éléments d'équipement du batiment font l'objet d'une garantie
de bon fonctionnement d'une durée minimale de deux ans à compter de la réception de
l'ouvrage.

Art.1792-4 – Le fabricant d'un ouvrage, d'une partie d'ouvrage ou d'un élément


d'équipement conçu et produit pour satisfaire, en état de service, à des exigences
précises et déterminées à l'avance est solidairement responsable des obligations mises
par les articles 1792, 1792-2, et 1792-3 à la charge du locateur d'ouvrage qui a mis en
œuvre, sans modification et conformément aux règles édictées par le fabricant,
l'ouvrage, la partie d'ouvrage ou l'élément d'équipement considéré.

MELON Yvann - 67 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

Sont assimilés à des fabricants pour l'application du présent article:


Celui qui a importé un ouvrage, une partie d'ouvrage ou un élément d'équipement
fabriqué à l'étranger;
Celui qui l'a présenté comme son œuvre en faisant figurer sur lui son nom, sa marque de
fabrique ou tout autre signe distinctif.

Art.2270 – Toute personne physique ou morale dont la responsabilité peut être engagée
en vertu des articles 1792 à 1792-4 du présent code est déchargée des responsabilités et
des garanties pesant sur elle, en application des articles 1792 à 1792-4, après dix ans à
compter de la réception des travaux ou, en application de l'article 1792-3, à l'expiration
du délai visé à cet article.

MELON Yvann - 68 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

ANNEXE 3: Table inverse de la loi du chi-2

Table à double entrée (degré de liberté, probabilité)

0.01 0.025 0.05 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6 0.7 0.8 0.9 0.95 0.975 0.99
P

1 0.00 0.00 0.00 0.01 0.06 0.14 0.27 0.45 0.70 1.07 1.64 2.70 3.84 5.02 6.63

2 0.02 0.05 0.10 0.21 0.44 0.71 1.02 1.38 1.83 2.40 3.21 4.60 5.99 7.37 9.21

3 0.11 0.21 0.35 0.58 1.00 1.42 1.86 2.36 2.94 3.66 4.64 6.25 7.81 9.34 11.34

4 0.29 0.48 0.71 1.06 1.64 2.19 2.75 3.35 4.04 4.87 5.98 7.77 9.48 11.14 13.27

5 0.55 0.83 1.14 1.61 2.34 2.99 3.65 4.35 5.13 6.06 7.28 9.23 11.07 12.83 15.08

6 0.87 1.23 1.63 2.20 3.07 3.82 4.57 5.34 6.21 7.23 8.55 10.64 12.59 14.44 16.81

7 1.23 1.68 2.16 2.83 3.82 4.67 5.49 6.34 7.28 8.38 9.80 12.01 14.06 16.01 18.47

8 1.64 2.17 2.73 3.48 4.59 5.52 6.42 7.34 8.35 9.52 11.03 13.36 15.50 17.53 20.09

9 2.08 2.70 3.32 4.16 5.38 6.39 7.35 8.34 9.41 10.65 12.24 14.68 16.91 19.02 21.66

10 2.55 3.24 3.94 4.86 6.17 7.26 8.29 9.34 10.47 11.78 13.44 15.98 18.30 20.48 23.20

11 3.05 3.81 4.57 5.57 6.98 8.14 9.23 10.34 11.52 12.89 14.63 17.27 19.67 21.92 24.72

12 3.57 4.40 5.22 6.30 7.80 9.03 10.18 11.34 12.58 14.01 15.81 18.54 21.02 23.33 26.21

13 4.10 5.00 5.89 7.04 8.63 9.92 11.12 12.33 13.63 15.11 16.98 19.81 22.36 24.73 27.68

14 4.66 5.62 6.57 7.78 9.46 10.82 12.07 13.33 14.68 16.22 18.15 21.06 23.68 26.11 29.14

15 5.22 6.26 7.26 8.54 10.30 11.72 13.02 14.33 15.73 17.32 19.31 22.30 24.99 27.48 30.57

16 5.81 6.90 7.96 9.31 11.15 12.62 13.98 15.33 16.77 18.41 20.46 23.54 26.29 28.84 31.99

17 6.40 7.56 8.67 10.08 12.00 13.53 14.93 16.33 17.82 19.51 21.61 24.76 27.58 30.19 33.40

18 7.01 8.23 9.39 10.86 12.85 14.43 15.89 17.33 18.86 20.60 22.75 25.98 28.86 31.52 34.80

19 7.63 8.90 10.11 11.65 13.71 15.35 16.85 18.33 19.91 21.68 23.90 27.20 30.14 32.85 36.19

20 8.26 9.59 10.85 12.44 14.57 16.26 17.80 19.33 20.95 22.77 25.03 28.41 31.41 34.16 37.56

21 8.89 10.28 11.59 13.23 15.44 17.18 18.76 20.33 21.99 23.85 26.17 29.61 32.67 35.47 38.93

22 9.54 10.98 12.33 14.04 16.31 18.10 19.72 21.33 23.03 24.93 27.30 30.81 33.92 36.78 40.28

23 10.19 11.68 13.09 14.84 17.18 19.02 20.69 22.33 24.06 26.01 28.42 32.00 35.17 38.07 41.63

24 10.85 12.40 13.84 15.65 18.06 19.94 21.65 23.33 25.10 27.09 29.55 33.19 36.41 39.36 42.97

25 11.52 13.11 14.61 16.47 18.93 20.86 22.61 24.33 26.14 28.17 30.67 34.38 37.65 40.64 44.31

26 12.19 13.84 15.37 17.29 19.82 21.79 23.57 25.33 27.17 29.24 31.79 35.56 38.88 41.92 45.64

27 12.87 14.57 16.15 18.11 20.70 22.71 24.54 26.33 28.21 30.31 32.91 36.74 40.11 43.19 46.96

28 13.56 15.30 16.92 18.93 21.58 23.64 25.50 27.33 29.24 31.39 34.02 37.91 41.33 44.46 48.27
http://www.imep -cnrs.com/avner/DeugB/node99.html

29 14.25 16.04 17.70 19.76 22.47 24.57 26.47 28.33 30.28 32.46 35.13 39.08 42.55 45.72 49.58

30 14.95 16.79 18.49 20.59 23.36 25.50 27.44 29.33 31.31 33.53 36.25 40.25 43.77 46.97 50.89

31 15.65 17.53 19.28 21.43 24.25 26.43 28.40 30.33 32.34 34.59 37.35 41.42 44.98 48.23 52.19

32 16.36 18.29 20.07 22.27 25.14 27.37 29.37 31.33 33.38 35.66 38.46 42.58 46.19 49.48 53.48

33 17.07 19.04 20.86 23.11 26.04 28.30 30.34 32.33 34.41 36.73 39.57 43.74 47.39 50.72 54.77

34 17.78 19.80 21.66 23.95 26.93 29.24 31.31 33.33 35.44 37.79 40.67 44.90 48.60 51.96 56.06

35 18.50 20.56 22.46 24.79 27.83 30.17 32.28 34.33 36.47 38.85 41.77 46.05 49.80 53.20 57.34

MELON Yvann - 69 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

0.01 0.025 0.05 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6 0.7 0.8 0.9 0.95 0.975 0.99
P

37 19.96 22.10 24.07 26.49 29.63 32.05 34.22 36.33 38.53 40.98 43.97 48.36 52.19 55.66 59.89

38 20.69 22.87 24.88 27.34 30.53 32.99 35.19 37.33 39.56 42.04 45.07 49.51 53.38 56.89 61.16

39 21.42 23.65 25.69 28.19 31.44 33.93 36.16 38.33 40.59 43.10 46.17 50.65 54.57 58.12 62.42

40 22.16 24.43 26.50 29.05 32.34 34.87 37.13 39.33 41.62 44.16 47.26 51.80 55.75 59.34 63.69

41 22.90 25.21 27.32 29.90 33.25 35.81 38.10 40.33 42.65 45.22 48.36 52.94 56.94 60.56 64.95

42 23.65 25.99 28.14 30.76 34.15 36.75 39.07 41.33 43.67 46.28 49.45 54.09 58.12 61.77 66.20

43 24.39 26.78 28.96 31.62 35.06 37.69 40.04 42.33 44.70 47.33 50.54 55.23 59.30 62.99 67.45

44 25.14 27.57 29.78 32.48 35.97 38.64 41.02 43.33 45.73 48.39 51.63 56.36 60.48 64.20 68.70

45 25.90 28.36 30.61 33.35 36.88 39.58 41.99 44.33 46.76 49.45 52.72 57.50 61.65 65.41 69.95

46 26.65 29.16 31.43 34.21 37.79 40.52 42.96 45.33 47.78 50.50 53.81 58.64 62.82 66.61 71.20

47 27.41 29.95 32.26 35.08 38.70 41.47 43.94 46.33 48.81 51.56 54.90 59.77 64.00 67.82 72.44

48 28.17 30.75 33.09 35.94 39.62 42.42 44.91 47.33 49.84 52.61 55.99 60.90 65.17 69.02 73.68

49 28.94 31.55 33.93 36.81 40.53 43.36 45.88 48.33 50.86 53.66 57.07 62.03 66.33 70.22 74.91

http://www.imep -cnrs.com/avner/DeugB/node99.html
50 29.70 32.35 34.76 37.68 41.44 44.31 46.86 49.33 51.89 54.72 58.16 63.16 67.50 71.42 76.15

60 37.48 40.48 43.18 46.45 50.64 53.80 56.62 59.33 62.13 65.22 68.97 74.39 79.08 83.29 88.37

100.4
70 45.44 48.75 51.73 55.32 59.89 63.34 66.39 69.33 72.35 75.68 79.71 85.52 90.53 95.02 2

101.8 106.6 112.3


80 53.54 57.15 60.39 64.27 69.20 72.91 76.18 79.33 82.56 86.11 90.40 96.57 7 2 2

101.0 107.5 113.1 118.1 124.1


90 61.75 65.64 69.12 73.29 78.55 82.51 85.99 89.33 92.76 96.52 5 6 4 3 1

10 102.9 106.9 111.6 118.4 124.3 129.5 135.8


70.06 74.22 77.92 82.35 87.94 92.12 95.80 99.33
0 4 0 6 9 4 6 0

20 156.4 162.7 168.2 174.8 183.0 189.0 194.3 199.3 204.4 209.9 216.6 226.0 233.9 241.0 249.4
0 3 2 7 3 0 4 1 3 3 8 0 2 9 5 4

MELON Yvann - 70 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

ANNEXE 4: Table inverse de la loi de Student

Table à double entrée (degré de liberté, probabilité)

P 0.55 0.6 0.65 0.7 0.75 0.8 0.85 0.9 0.95 0.975 0.99 0.995

1 0.1584 0.3249 0.5095 0.7265 1.0000 1.3764 1.9626 3.0777 6.3137 12.7062 31.8210 63.6559

2 0.1421 0.2887 0.4447 0.6172 0.8165 1.0607 1.3862 1.8856 2.9200 4.3027 6.9645 9.9250

3 0.1366 0.2767 0.4242 0.5844 0.7649 0.9785 1.2498 1.6377 2.3534 3.1824 4.5407 5.8408

4 0.1338 0.2707 0.4142 0.5686 0.7407 0.9410 1.1896 1.5332 2.1318 2.7765 3.7469 4.6041

5 0.1322 0.2672 0.4082 0.5594 0.7267 0.9195 1.1558 1.4759 2.0150 2.5706 3.3649 4.0321

6 0.1311 0.2648 0.4043 0.5534 0.7176 0.9057 1.1342 1.4398 1.9432 2.4469 3.1427 3.7074

7 0.1303 0.2632 0.4015 0.5491 0.7111 0.8960 1.1192 1.4149 1.8946 2.3646 2.9979 3.4995

8 0.1297 0.2619 0.3995 0.5459 0.7064 0.8889 1.1081 1.3968 1.8595 2.3060 2.8965 3.3554

9 0.1293 0.2610 0.3979 0.5435 0.7027 0.8834 1.0997 1.3830 1.8331 2.2622 2.8214 3.2498

10 0.1289 0.2602 0.3966 0.5415 0.6998 0.8791 1.0931 1.3722 1.8125 2.2281 2.7638 3.1693

11 0.1286 0.2596 0.3956 0.5399 0.6974 0.8755 1.0877 1.3634 1.7959 2.2010 2.7181 3.1058

12 0.1283 0.2590 0.3947 0.5386 0.6955 0.8726 1.0832 1.3562 1.7823 2.1788 2.6810 3.0545

13 0.1281 0.2586 0.3940 0.5375 0.6938 0.8702 1.0795 1.3502 1.7709 2.1604 2.6503 3.0123

14 0.1280 0.2582 0.3933 0.5366 0.6924 0.8681 1.0763 1.3450 1.7613 2.1448 2.6245 2.9768

15 0.1278 0.2579 0.3928 0.5357 0.6912 0.8662 1.0735 1.3406 1.7531 2.1315 2.6025 2.9467

16 0.1277 0.2576 0.3923 0.5350 0.6901 0.8647 1.0711 1.3368 1.7459 2.1199 2.5835 2.9208

17 0.1276 0.2573 0.3919 0.5344 0.6892 0.8633 1.0690 1.3334 1.7396 2.1098 2.5669 2.8982

18 0.1274 0.2571 0.3915 0.5338 0.6884 0.8620 1.0672 1.3304 1.7341 2.1009 2.5524 2.8784

19 0.1274 0.2569 0.3912 0.5333 0.6876 0.8610 1.0655 1.3277 1.7291 2.0930 2.5395 2.8609

20 0.1273 0.2567 0.3909 0.5329 0.6870 0.8600 1.0640 1.3253 1.7247 2.0860 2.5280 2.8453

21 0.1272 0.2566 0.3906 0.5325 0.6864 0.8591 1.0627 1.3232 1.7207 2.0796 2.5176 2.8314

22 0.1271 0.2564 0.3904 0.5321 0.6858 0.8583 1.0614 1.3212 1.7171 2.0739 2.5083 2.8188

23 0.1271 0.2563 0.3902 0.5317 0.6853 0.8575 1.0603 1.3195 1.7139 2.0687 2.4999 2.8073

24 0.1270 0.2562 0.3900 0.5314 0.6848 0.8569 1.0593 1.3178 1.7109 2.0639 2.4922 2.7970

25 0.1269 0.2561 0.3898 0.5312 0.6844 0.8562 1.0584 1.3163 1.7081 2.0595 2.4851 2.7874

26 0.1269 0.2560 0.3896 0.5309 0.6840 0.8557 1.0575 1.3150 1.7056 2.0555 2.4786 2.7787

27 0.1268 0.2559 0.3894 0.5306 0.6837 0.8551 1.0567 1.3137 1.7033 2.0518 2.4727 2.7707
http://www.imep -cnrs.com/avner/DeugB/node99.html

28 0.1268 0.2558 0.3893 0.5304 0.6834 0.8546 1.0560 1.3125 1.7011 2.0484 2.4671 2.7633

29 0.1268 0.2557 0.3892 0.5302 0.6830 0.8542 1.0553 1.3114 1.6991 2.0452 2.4620 2.7564

30 0.1267 0.2556 0.3890 0.5300 0.6828 0.8538 1.0547 1.3104 1.6973 2.0423 2.4573 2.7500

40 0.1265 0.2550 0.3881 0.5286 0.6807 0.8507 1.0500 1.3031 1.6839 2.0211 2.4233 2.7045

50 0.1263 0.2547 0.3875 0.5278 0.6794 0.8489 1.0473 1.2987 1.6759 2.0086 2.4033 2.6778

60 0.1262 0.2545 0.3872 0.5272 0.6786 0.8477 1.0455 1.2958 1.6706 2.0003 2.3901 2.6603

70 0.1261 0.2543 0.3869 0.5268 0.6780 0.8468 1.0442 1.2938 1.6669 1.9944 2.3808 2.6479

MELON Yvann - 71 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

ANNEXE 5: Fichier Geolab de l'étude du réseau


d'auscultation topographique du barrage du Vallon
Dol

Fichier plani_s5.iob:

+--------------------------------------------------------------------------------------------+
| RESEAU D'AUSCULTATION DU BARRAGE DU VALLON DOL |
+--------------------------------------------------------------------------------------------+

¤ Définition de l'ellipsoïde
--------------------------
ELIP C1880IGN 6378249.2 6356515 m

¤ Définition de la projection
---------------------------

XLAM LIII n 44 6 0.000000 e 2 20 14.025000 200000 600000 n 43 11 57.449000 n


44 59 45.938000 m

¤ Définitions de l'unité angulaire


--------------------------------

ANGT GRD

¤ Coordonnées des piliers du réseau d'auscultation


------------------------------------------------

pilier A
NEO 111 A 122915.008 848304.517 268.741 LIII m

pilier B
NEO 111 B 122849.277 848602.727 262.234 LIII m

pilier C
NEO 111 C 122564.318 848558.902 264.762 LIII m

pilier D
NEO 001 D 122453.446 848576.094 252.282 LIII m

pilier E
NEO 111 E 122194.705 848595.494 234.771 LIII m

pilier F
NEO 111 F 122105.314 848353.288 246.069 LIII m

pilier G
NEO 001 G 122291.606 848446.534 213.186 LIII m

pilier H
NEO 001 H 122294.801 848322.953 251.744 LIII m

pilier I
NEO 001 I 122412.574 848234.381 263.602 LIII m

pilier J
NEO 111 J 122725.403 848046.598 264.810 LIII m

pilier K
NEO 111 K 122893.859 848062.421 265.205 LIII m

pilier L
NEO 111 L 122967.050 848248.834 276.293 LIII m

pilier M
NEO 001 M 122908.807 848316.798 267.887 LIII m

pilier N
NEO 001 N 123001.516 848469.897 263.887 LIII m

MELON Yvann - 72 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

pilier O
NEO 001 O 122537.198 848153.995 261.958 LIII m

pilier P
NEO 111 P 122477.133 848261.764 254.025 LIII m

pilier Q
NEO 111 Q 122628.688 848564.584 258.352 LIII m

pilier R
NEO 001 R 122418.163 848550.177 242.736 LIII m

pilier S
NEO 001 S 122295.321 848391.221 228.970 LIII m

¤ Cibles visées
-------------
aval de la digue

NE 000 280/281 122436 848303 LIII m


NE 000 282/283 122450 848330 LIII m
NE 000 284/285 122462 848357 LIII m
NE 000 286/287 122476 848384 LIII m
NE 000 288/289 122488 848411 LIII m
NE 000 290/291 122503 848438 LIII m
NE 000 292/293 122513 848464 LIII m
NE 000 294/295 122527 848492 LIII m

NE 000 270/271 122444 848364 LIII m


NE 000 272/273 122458 848393 LIII m
NE 000 cab5 122468 848420 LIII m
NE 000 276/277 122483 848446 LIII m
NE 000 278/279 122497 848473 LIII m

NE 000 260/261 122428 848372 LIII m


NE 000 cab4 122438 848402 LIII m
NE 000 cab3 122454 848428 LIII m
NE 000 266/267 122468 848454 LIII m
NE 000 268/269 122481 848480 LIII m

NE 000 cab2 122422 848410 LIII m


NE 000 cab1 122438 848437 LIII m
NE 000 258/259 122454 848462 LIII m
NE 000 250/251 122388 848425 LIII m
NE 000 252/253 122399 848453 LIII m
fluage

NE 000 1/3 122534 848455 LIII m


NE 000 2/3 122520 848428 LIII m
NE 000 3/3 122508 848400 LIII m
NE 000 4/3 122495 848374 LIII m
NE 000 5/3 122483 848346 LIII m

NE 000 539 122940 848350 LIII m


NE 000 540 122940 848350 LIII m

NE 000 15/3 122960 848402 LIII m


NE 000 16/2 122954 848480 LIII m

tour
NE 000 360 122555 848328 LIII m
piliers d'observations

! NEO 000 Ba 122849.277 848602.727 LIII m


! NE 000 Da 122453.446 848576.094 LIII m
! NE 000 Ga 122291.606 848446.534 LIII m
! NEO 000 Ha 122294.801 848322.953 LIII m
! NEO 000 Ia 122412.574 848234.381 LIII m
! NEO 000 Ma 122908.807 848316.798 LIII m
! NEO 000 Na 123001.516 848469.897 LIII m
! NE 000 Oa 122537.198 848153.995 LIII m
! NEO 000 Pa 122477.133 848261.764 LIII m
! NEO 000 Qa 122628.688 848564.584 LIII m
! NE 000 Ra 122418.163 848550.177 LIII m
! NE 000 Sa 122295.321 848391.221 LIII m

MELON Yvann - 73 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

¤ Précisions instrumentules
-------------------------

SIGM H 5

¤ Tours d'Horizon
---------------

! HI B 0.28 m
! DSET H

! DIR B Na 0 0 0.00
! DIR B N 0 0 0.0000
! DIR B Qa 256 59 39.8
! DIR B Q 256 59 39.8000
! DIR B Ma 358 77 71.2
! DIR B M 358 77 71.2000
! DIR B 539 364 18 95.2
! DIR B 540 365 48 5.2

! ZANG H B Na 99 63 93.5000
! ZANG H B 539 102 47 60.5
! ZANG H B 540 102 48 63.5

HI D 0.28 m
DSET H
DIR D G 399 95 78.3000
DIR D H 21 34 36.7000
DIR D I 49 40 53.7000
DIR D E 352 21 52.2000
! DIR D cab1 49 83 78.0
DIR D cab3 56 82 12.5
DIR D 258/259 56 91 47.0
DIR D cab5 63 13 99.0
DIR D 266/267 64 87 22.0
DIR D 276/277 71 71 42.0
DIR D 288/289 70 46 89.5
DIR D 268/269 75 16 68.5
! DIR D 290/291 78 39 52.0
DIR D 278/279 82 36 83.5
! DIR D 292/293 88 96 60.5
DIR D 294/295 102 83 82.0

HI G 0.28 m
DSET H

DIR G R 0 1 19.9000
DIR G E 91 78 23.8000
DIR G F 184 61 30.9000
DIR G H 256 71 13.5000
DIR G 288/289 343 44 32.1
DIR G cab5 345 77 4.5
DIR G cab3 347 76 16.9
DIR G cab1 350 10 90.0
DIR G 290/291 352 24 73.2
DIR G 276/277 354 77 32.5
DIR G 266/267 357 34 53.0
DIR G 292/293 360 14 61.0
DIR G 258/259 360 51 48.8
DIR G 278/279 363 13 80.8
DIR G 268/269 366 18 15.5
DIR G 294/295 367 5 77.5

HI H 0.28 m
DSET H
DIR H I 399 94 6.2000
DIR H D 105 35 30.4000
! DIR H S 140 50 71.6000
DIR H G 142 63 70.8000
DIR H F 230 88 90.3000
! DIR H 280/281 31 59 30.0
! DIR H 282/283 43 31 48.5
! DIR H 284/285 53 24 60.0
! DIR H 270/271 57 90 2.5
! DIR H 286/287 61 34 0.0
DIR H 260/261 62 91 80.0

MELON Yvann - 74 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

DIR H 272/273 66 20 65.0


! DIR H cab4 72 30 26.5
! DIR H cab2 77 97 66.0
! DIR H 250/251 93 59 87.0
! DIR H 252/253 97 26 70.5

HI I 0.28 m
DSET H
DIR I H 0 5 13.3000
DIR I O 204 62 95.4000
DIR I D 333 52 51.8000
DIR I R 340 98 27.7000
DIR I 360 277 97 65.5
DIR I 286/287 315 35 79.0
DIR I 284/285 315 91 19.5
DIR I 282/283 316 73 90.0
DIR I 280/281 318 30 40.0
DIR I 272/273 323 1 93.0
DIR I 270/271 325 25 87.5
! ZANG H I Ha 105 32 19.5000
! ZANG H I Oa 100 92 16.5
! ZANG H I 360 101 81 88.5

HI M 0.28 m
DSET H
DIR M N 0 4 9.1000
DIR M B 47 77 39.1000
DIR M J 196 74 54.5000
DIR M 15/3 399 80 50.5
DIR M 16/2 17 32 1.0
! ZANG H M Na 101 60 80.5
! ZANG H M 15/3 111 23 56.0
! ZANG H M 16/2 106 49 74.5

HI N 0.28 m
DSET H

DIR N M 0 5 23.7000
DIR N B 289 4 72.9000
DIR N Q 318 88 63.7000
DIR N 16/2 318 8 50.3
DIR N 15/3 0 33 32.5
! DIR N 539 396 79 53.8
! DIR N 540 397 92 84.2
! ZANG H N Ma 98 75 58.5
! ZANG H N Ba 100 69 53.5
! ZANG H N 16/2 117 60 97.0
! ZANG H N 15/3 110 69 27.5
! ZANG H N 539 105 34 71.5
! ZANG H N 540 105 53 56.5

HI O 0.28 m
DSET H
DIR O J 0 1 29.0000
DIR O Q 119 6 98.2000
DIR O 360 126 49 77.4
! DIR O P 165 39 52.4000
DIR O I 196 55 56.7000
! ZANG H O 360 101 17 54.0
! ZANG H O Ia 99 49 57.0

HI P 0.28 m
DSET H
DIR P Q 399 98 26.0000
! DIR P Oa 261 96 20.0
DIR P O 261 89 39.1000
DIR P 1/3 11 33 61.5
DIR P 2/3 13 2 34.0
DIR P 3/3 15 63 63.5
DIR P 4/3 19 32 32.5
DIR P 5/3 25 45 81.5

MELON Yvann - 75 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

! ZANG H P Qa 99 28 4.5
! ZANG H P 1/3 101 18 39.5
! ZANG H P 2/3 101 38 66.0
! ZANG H P 3/3 101 70 32.0
! ZANG H P 4/3 102 12 33.0
! ZANG H P 5/3 102 80 3.0

HI Q 0.28 m
DSET H
! DIR Q Pa 0 0 0.00
! DIR Q P 0 0 0.0000
! DIR Q Oa 15 59 63.9
DIR Q O 15 60 16.0000
! DIR Q Ba 140 48 37.4
DIR Q B 140 45 93.8000
DIR Q 1/3 383 86 17.6
DIR Q 2/3 386 88 89.7
DIR Q 3/3 389 21 8.4
DIR Q 4/3 390 71 44.9
DIR Q 5/3 391 87 57.9
! ZANG H Q Pa 100 90 60.5
! ZANG H Q 1/3 103 58 45.0
! ZANG H Q 2/3 102 98 94.5
! ZANG H Q 3/3 102 52 79.0
! ZANG H Q 4/3 102 21 45.0
! ZANG H Q 5/3 101 96 76.5

HI R 0.28 m
DSET H
! DIR R Ga 0 0 0.00
DIR R G 399 94 39.5000
! DIR R Sa 14 39 74.8
DIR R S 14 38 60.5000
! DIR R Da 191 37 21.3
DIR R D 191 39 22.9000
! DIR R E 342 1 29.3
DIR R E 341 97 57.8000
DIR R 250/251 42 64 20.7
DIR R 252/253 46 98 22.7
DIR R cab2 60 14 14.0
! DIR R 260/261 61 9 39.7
DIR R cab4 66 38 87.3
DIR R cab1 68 33 36.3
! DIR R cab3 75 11 42.7
! DIR R cab5 80 74 53.7
! DIR R 258/259 81 82 92.5
! DIR R 288/289 86 66 5.7
! DIR R 266/267 88 10 78.7
! DIR R 276/277 93 2 72.2
DIR R 290/291 97 45 64.7
! DIR R 268/269 104 30 38.5
! DIR R 278/279 107 55 96.0
DIR R 292/293 110 41 0.5
! DIR R 294/295 124 90 15.2

HI S 0.28 m
DSET H
! DIR S Ra 0 0 0.00
DIR S R 399 99 79.1000
! DIR S Ga 44 89 5.9
DIR S G 44 87 89.7000
! DIR S F 153 15 52.0
DIR S F 153 15 66.0000
! DIR S Ha 239 95 54.0
! DIR S H 240 2 59.3000
DIR S 280/281 304 98 25.6
DIR S 282/283 316 30 30.9
DIR S 284/285 327 46 90.9
DIR S 270/271 329 39 24.7
DIR S 260/261 331 48 93.3
DIR S 286/287 337 71 25.9
DIR S 272/273 340 66 88.3
DIR S cab4 344 80 48.7
DIR S cab2 348 89 98.9
DIR S 250/251 362 51 38.2
DIR S 252/253 373 95 4.4

MELON Yvann - 76 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

Fichier plani_s5.lst (partiel):

================================================================================
plani_s5.iob
GeoLab V3.90 C1880IGN UNITS: m,GRAD Page 0001
================================================================================
12:17:21, Thu May 19, 2005
Input file: C:\SCPMail\MY\TFE_180505b\barrages\Vallon_Dol\plani\plani_s5.iob
Output file: C:\SCPMail\MY\TFE_180505b\barrages\Vallon_Dol\plani\plani_s5.lst
Options file: C:\SCPMail\MY\TFE_180505b\barrages\Vallon_Dol\plani\conf.cfg

-----------------------------------------------------------------------------
| PARAMETERS | OBSERVATIONS |
|-----------------------------------------------------------------------------|
| Description | Number | Description | Number |
|-----------------------------------------------------------------------------|
| No. of Stations | 52 | Directions | 99 |
| Coord Parameters | 80 | Distances | 0 |
| Free Latitudes | 40 | Azimuths | 0 |
| Free Longitudes | 40 | Vertical Angles | 0 |
| Free Heights | 0 | Zenithal Angles | 0 |
| Fixed Coordinates| 76 | Angles | 0 |
| Astro. Latitudes | 0 | Heights | 0 |
| Astro. Longitudes| 0 | Height Differences| 0 |
| Geoid Records | 0 | Auxiliary Params. | 0 |
| All Aux. Pars. | 11 | 2-D Coords. | 0 |
| Direction Pars. | 11 | 2-D Coord. Diffs. | 0 |
| Scale Parameters | 0 | 3-D Coords. | 0 |
| Constant Pars. | 0 | 3-D Coord. Diffs. | 0 |
| Rotation Pars. | 0 | | |
| Translation Pars.| 0 | | |
| | | | |
| | -------- | | -------- |
| Total Parameters | 91 | Total Observations| 99 |
|-----------------------------------------------------------------------------|
| Degrees of Freedom = 8 |
-----------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------------
SUMMARY OF SELECTED OPTIONS
-------------------------------------------------------------------------------
OPTION | SELECTION
-------------------------------------------------------------------------------
Computation Mode | Adjustment
Maximum Iterations | 32
Convergence Criterion | 0.00010
Residual Rejection Criterion | Normal Max
Confidence Region Types | 2D Station Relative
Relative Confidence Regions | Connected Only
Variance Factor (VF) Known | Yes
Scale Covariance Matrix With VF | No
Scale Residual Variances With VF | No
Force Convergence in Max Iters | No
Distances Contribute To Heights | No
Compute Full Inverse | Yes
Optimize Band Width | Yes
Generate Initial Coordinates | No
Re-Transform Obs After 1st Pass | Yes
Geoid Interpolation Method | Bi-Quadratic
-------------------------------------------------------------------------------

Itérations et résidus masqués

================================================================================
plani_s5.iob
GeoLab V3.90 C1880IGN UNITS: m,GRAD Page 0016
================================================================================
Adjusted NEO Coordinates:
NORTHING EASTING O-HEIGHT
CODE FFF STATION STD DEV STD DEV STD DEV MAPPROJ
---- --- ------------ ---------------- ---------------- ---------- -------
NEO 001 1/3 122534.3414 848456.5387 0.0000 LIII m 0
0.0034 0.0054 0.0000
SFMC 1/3 0.9999600204 1.0000000000 2 8 0.510000 LIII
NEO 001 15/3 122959.4953 848399.9101 0.0000 LIII m 0
0.0850 0.1826 0.0000
SFMC 15/3 0.9999591660 1.0000000000 2 7 59.250000 LIII
NEO 001 16/2 122955.1389 848482.3461 0.0000 LIII m 0
0.0243 0.0613 0.0000
SFMC 16/2 0.9999591808 1.0000000000 2 8 1.790000 LIII
NEO 001 2/3 122521.6059 848429.4965 0.0000 LIII m 0
0.0030 0.0059 0.0000
SFMC 2/3 0.9999600440 1.0000000000 2 7 59.660000 LIII

MELON Yvann - 77 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

plani_s5.iob
GeoLab V3.90 C1880IGN UNITS: m,GRAD Page 0017
================================================================================
Adjusted NEO Coordinates:
NORTHING EASTING O-HEIGHT
CODE FFF STATION STD DEV STD DEV STD DEV MAPPROJ
---- --- ------------ ---------------- ---------------- ---------- -------
NEO 001 250/251 122388.4686 848424.6065 0.0000 LIII m 0
0.0025 0.0024 0.0000
SFMC 250/251 0.9999603108 1.0000000000 2 7 59.350000 LIII
NEO 001 252/253 122400.7373 848452.1094 0.0000 LIII m 0
0.0024 0.0027 0.0000
SFMC 252/253 0.9999602882 1.0000000000 2 8 0.220000 LIII
NEO 001 258/259 122453.2983 848460.4183 0.0000 LIII m 0
0.0029 0.0028 0.0000
SFMC 258/259 0.9999601833 1.0000000000 2 8 0.530000 LIII
NEO 001 260/261 122430.6602 848371.7046 0.0000 LIII m 0
0.0052 0.0025 0.0000
SFMC 260/261 0.9999602221 1.0000000000 2 7 57.770000 LIII
NEO 001 266/267 122468.7681 848452.8905 0.0000 LIII m 0
0.0031 0.0029 0.0000
SFMC 266/267 0.9999601517 1.0000000000 2 8 0.320000 LIII
NEO 001 268/269 122481.6203 848480.0640 0.0000 LIII m 0
0.0032 0.0030 0.0000
SFMC 268/269 0.9999601279 1.0000000000 2 8 1.170000 LIII
NEO 001 270/271 122445.6166 848364.4677 0.0000 LIII m 0
0.0032 0.0029 0.0000
SFMC 270/271 0.9999601916 1.0000000000 2 7 57.560000 LIII
NEO 001 272/273 122458.3898 848391.3793 0.0000 LIII m 0
0.0035 0.0026 0.0000
SFMC 272/273 0.9999601679 1.0000000000 2 7 58.410000 LIII
NEO 001 276/277 122484.1539 848445.6593 0.0000 LIII m 0
0.0033 0.0030 0.0000
SFMC 276/277 0.9999601203 1.0000000000 2 8 0.110000 LIII
NEO 001 278/279 122496.9711 848472.7254 0.0000 LIII m 0
0.0034 0.0031 0.0000
SFMC 278/279 0.9999600966 1.0000000000 2 8 0.960000 LIII
NEO 001 280/281 122437.8415 848301.9455 0.0000 LIII m 0
0.0032 0.0035 0.0000
SFMC 280/281 0.9999602025 1.0000000000 2 7 55.620000 LIII
NEO 001 282/283 122450.5952 848328.8821 0.0000 LIII m 0
0.0033 0.0032 0.0000
SFMC 282/283 0.9999601789 1.0000000000 2 7 56.470000 LIII
NEO 001 284/285 122463.3722 848356.0381 0.0000 LIII m 0
0.0035 0.0031 0.0000
SFMC 284/285 0.9999601553 1.0000000000 2 7 57.320000 LIII
NEO 001 286/287 122476.1557 848382.9929 0.0000 LIII m 0
0.0037 0.0031 0.0000
SFMC 286/287 0.9999601317 1.0000000000 2 7 58.170000 LIII
NEO 001 288/289 122489.1264 848410.0764 0.0000 LIII m 0
0.0036 0.0033 0.0000
SFMC 288/289 0.9999601077 1.0000000000 2 7 59.020000 LIII
NEO 001 290/291 122502.0826 848437.2195 0.0000 LIII m 0
0.0044 0.0032 0.0000
SFMC 290/291 0.9999600837 1.0000000000 2 7 59.870000 LIII
NEO 001 292/293 122514.9100 848464.4024 0.0000 LIII m 0
0.0048 0.0032 0.0000
SFMC 292/293 0.9999600600 1.0000000000 2 8 0.730000 LIII
NEO 001 294/295 122527.6229 848491.5369 0.0000 LIII m 0
0.0041 0.0032 0.0000
SFMC 294/295 0.9999600365 1.0000000000 2 8 1.580000 LIII
NEO 001 3/3 122507.7945 848400.0900 0.0000 LIII m 0
0.0023 0.0061 0.0000
SFMC 3/3 0.9999600695 1.0000000000 2 7 58.730000 LIII
NEO 001 360 122555.0643 848327.6057 0.0000 LIII m 0
0.0025 0.0051 0.0000
SFMC 360 0.9999599693 1.0000000000 2 7 56.550000 LIII
NEO 001 4/3 122495.2214 848373.6936 0.0000 LIII m 0
0.0017 0.0060 0.0000
SFMC 4/3 0.9999600927 1.0000000000 2 7 57.900000 LIII
NEO 001 5/3 122482.6029 848347.3116 0.0000 LIII m 0
0.0010 0.0056 0.0000
SFMC 5/3 0.9999601161 1.0000000000 2 7 57.070000 LIII
NEO 111 539 122940.0000 848350.0000 0.0000 LIII m 0
0.0000 0.0000 0.0000
SFMC 539 0.9999592012 1.0000000000 2 7 57.680000 LIII
NEO 111 540 122940.0000 848350.0000 0.0000 LIII m 0
0.0000 0.0000 0.0000
SFMC 540 0.9999592012 1.0000000000 2 7 57.680000 LIII
NEO 111 A 122915.0080 848304.5170 268.7410 LIII m 0
0.0000 0.0000 0.0000
SFMC A 0.9999592477 0.9999577959 2 7 56.250000 LIII
NEO 111 B 122849.2770 848602.7270 262.2340 LIII m 0
0.0000 0.0000 0.0000
SFMC B 0.9999594011 0.9999588177 2 8 5.390000 LIII

MELON Yvann - 78 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

================================================================================
plani_s5.iob
GeoLab V3.90 C1880IGN UNITS: m,GRAD Page 0018
================================================================================
Adjusted NEO Coordinates:
NORTHING EASTING O-HEIGHT
CODE FFF STATION STD DEV STD DEV STD DEV MAPPROJ
---- --- ------------ ---------------- ---------------- ---------- -------
NEO 111 C 122564.3180 848558.9020 264.7620 LIII m 0
0.0000 0.0000 0.0000
SFMC C 0.9999599680 0.9999584207 2 8 3.700000 LIII
NEO 001 cab1 122437.6051 848435.1529 0.0000 LIII m 0
0.0029 0.0027 0.0000
SFMC cab1 0.9999602129 1.0000000000 2 7 59.740000 LIII
NEO 001 cab2 122424.6500 848408.1660 0.0000 LIII m 0
0.0028 0.0026 0.0000
SFMC cab2 0.9999602369 1.0000000000 2 7 58.890000 LIII
NEO 001 cab3 122453.0467 848427.9392 0.0000 LIII m 0
0.0030 0.0028 0.0000
SFMC cab3 0.9999601814 1.0000000000 2 7 59.530000 LIII
NEO 001 cab4 122440.1704 848400.7875 0.0000 LIII m 0
0.0030 0.0027 0.0000
SFMC cab4 0.9999602052 1.0000000000 2 7 58.680000 LIII
NEO 001 cab5 122468.5149 848420.5275 0.0000 LIII m 0
0.0032 0.0030 0.0000
SFMC cab5 0.9999601498 1.0000000000 2 7 59.320000 LIII
NEO 001 D 122453.4199 848576.0869 252.2820 LIII m 0
0.0028 0.0026 0.0000
SFMC D 0.9999601917 0.9999603806 2 8 4.110000 LIII
NEO 111 E 122194.7050 848595.4940 234.7710 LIII m 0
0.0000 0.0000 0.0000
SFMC E 0.9999607132 0.9999631305 2 8 4.410000 LIII
NEO 111 F 122105.3140 848353.2880 246.0690 LIII m 0
0.0000 0.0000 0.0000
SFMC F 0.9999608751 0.9999613563 2 7 56.830000 LIII
NEO 001 G 122291.6008 848446.5436 213.1860 LIII m 0
0.0015 0.0016 0.0000
SFMC G 0.9999605071 0.9999665202 2 7 59.920000 LIII
NEO 001 H 122294.7966 848322.9663 251.7440 LIII m 0
0.0018 0.0016 0.0000
SFMC H 0.9999604914 0.9999604651 2 7 56.110000 LIII
NEO 001 I 122412.5634 848234.3994 263.6020 LIII m 0
0.0030 0.0032 0.0000
SFMC I 0.9999602482 0.9999586029 2 7 53.510000 LIII
NEO 111 J 122725.4030 848046.5980 264.8100 LIII m 0
0.0000 0.0000 0.0000
SFMC J 0.9999596073 0.9999584132 2 7 48.070000 LIII
NEO 111 K 122893.8590 848062.4210 265.2050 LIII m 0
0.0000 0.0000 0.0000
SFMC K 0.9999592719 0.9999583512 2 7 48.750000 LIII
NEO 111 L 122967.0500 848248.8340 276.2930 LIII m 0
0.0000 0.0000 0.0000
SFMC L 0.9999591397 0.9999566100 2 7 54.590000 LIII
NEO 001 M 122908.8165 848316.9016 267.8870 LIII m 0
0.0165 0.1187 0.0000
SFMC M 0.9999592609 0.9999579300 2 7 56.630000 LIII
NEO 001 N 123001.4854 848469.9592 263.8870 LIII m 0
0.0406 0.0728 0.0000
SFMC N 0.9999590875 0.9999585582 2 8 1.460000 LIII
NEO 001 O 122537.1957 848154.0037 261.9580 LIII m 0
0.0023 0.0031 0.0000
SFMC O 0.9999599921 0.9999588611 2 7 51.170000 LIII
NEO 111 P 122477.1330 848261.7640 254.0250 LIII m 0
0.0000 0.0000 0.0000
SFMC P 0.9999601206 0.9999601069 2 7 54.430000 LIII
NEO 111 Q 122628.6880 848564.5840 258.3520 LIII m 0
0.0000 0.0000 0.0000
SFMC Q 0.9999598395 0.9999594274 2 8 3.950000 LIII
NEO 001 R 122413.1502 848550.1793 242.7360 LIII m 0
0.0023 0.0024 0.0000
SFMC R 0.9999602706 0.9999618797 2 8 3.260000 LIII
NEO 001 S 122295.3161 848391.2277 228.9700 LIII m 0
0.0016 0.0017 0.0000
SFMC S 0.9999604955 0.9999640415 2 7 58.220000 LIII

Distances et angles recalculés masqués

MELON Yvann - 79 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

================================================================================
plani_s5.iob
GeoLab V3.90 C1880IGN UNITS: m,GRAD Page 0024
================================================================================
-----------------------------------------------------------------------------
| |
| S T A T I S T I C S S U M M A R Y |
| |
-----------------------------------------------------------------------------
| | |
| Residual Critical Value Type | Normal Max |
| Residual Critical Value | 3.4781 |
| Number of Flagged Residuals | 0 |
| Convergence Criterion | 0.0001 |
| Final Iteration Counter Value | 5 |
| Confidence Level Used | 95.0000 |
| Estimated Variance Factor | 1.0253 |
| Number of Degrees of Freedom | 8 |
| | |
-----------------------------------------------------------------------------
| |
| Chi-Square Test on the Variance Factor: |
| |
| 4.6777e-01 < 1.0000 < 3.7629e+00 ? |
| |
| THE TEST PASSES |
| |
-----------------------------------------------------------------------------

-----------------------------------------------------------------------------
| |
| NOTE: All confidence regions were computed using the following factors: |
| ---------------------------------------------------------------- |
| Variance factor used = 1.0000 |
| 2-D expansion factor = 2.4477 |
| |
| Note that, for relative confidence regions, precisions are |
| computed from the ratio of the major semi-axis and the spatial |
| distance between the two stations. |
| |
-----------------------------------------------------------------------------

MELON Yvann - 80 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

================================================================================
plani_s5.iob
GeoLab V3.90 C1880IGN UNITS: m,GRAD Page 0025
================================================================================
2-D and 1-D Station Confidence Regions (95.000 and 95.000 percent):
STATION MAJOR SEMI-AXIS AZ MINOR SEMI-AXIS VERTICAL
------------ --------------------- --- ------------------- --------------------
1/3 0.0154 59 0.0029 0.0000
15/3 0.4764 69 0.1271 0.0000
16/2 0.1614 112 0.0053 0.0000
2/3 0.0158 65 0.0031 0.0000
250/251 0.0065 37 0.0054 0.0000
252/253 0.0068 59 0.0055 0.0000
258/259 0.0073 150 0.0065 0.0000
260/261 0.0131 12 0.0056 0.0000
266/267 0.0079 147 0.0067 0.0000
268/269 0.0081 148 0.0069 0.0000
270/271 0.0080 166 0.0071 0.0000
272/273 0.0086 15 0.0062 0.0000
276/277 0.0086 147 0.0068 0.0000
278/279 0.0089 150 0.0070 0.0000
280/281 0.0091 125 0.0070 0.0000
282/283 0.0086 144 0.0074 0.0000
284/285 0.0086 177 0.0075 0.0000
286/287 0.0093 18 0.0075 0.0000
288/289 0.0096 143 0.0069 0.0000
290/291 0.0113 156 0.0070 0.0000
292/293 0.0121 164 0.0072 0.0000
294/295 0.0105 158 0.0074 0.0000
3/3 0.0157 71 0.0029 0.0000
360 0.0126 78 0.0056 0.0000
4/3 0.0151 78 0.0026 0.0000
5/3 0.0138 85 0.0021 0.0000
cab1 0.0075 144 0.0060 0.0000
cab2 0.0069 161 0.0062 0.0000
cab3 0.0079 145 0.0064 0.0000
cab4 0.0076 153 0.0064 0.0000
cab5 0.0085 144 0.0066 0.0000
D 0.0070 16 0.0064 0.0000
G 0.0042 121 0.0036 0.0000
H 0.0044 4 0.0040 0.0000
I 0.0097 133 0.0047 0.0000
M 0.2933 82 0.0044 0.0000
N 0.2039 119 0.0055 0.0000
O 0.0091 126 0.0026 0.0000
R 0.0059 77 0.0056 0.0000
S 0.0043 56 0.0036 0.0000

Imprecision sur les distances masquées


12:17:21, Thu May 19, 2005

MELON Yvann - 81 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

Fichier simu_plani_s5_pil.iob:

+--------------------------------------------------------------------------------------------+
| RESEAU D'AUSCULTATION DU BARRAGE DU VALLON DOL |
+--------------------------------------------------------------------------------------------+

¤ Définition de l'ellipsoïde
--------------------------
ELIP C1880IGN 6378249.2 6356515 m

¤ Définition de la projection
---------------------------
XLAM LIII n 44 6 0.000000 e 2 20 14.025000 200000 600000 n 43 11 57.449000
n 44 59 45.938000 m

¤ Définitions de l'unité angulaire


--------------------------------

ANGT GRD

¤ Coordonnées des piliers du réseau d'auscultation


------------------------------------------------

pilier A
NEO 111 A 122915.008 848304.517 268.741 LIII m

pilier B
NEO 111 B 122849.277 848602.727 262.234 LIII m

pilier C
NEO 111 C 122564.318 848558.902 264.762 LIII m

pilier D
NEO 111 D 122453.420 848576.087 252.282 LIII m

pilier E
NEO 111 E 122194.705 848595.494 234.771 LIII m

pilier F
NEO 111 F 122105.314 848353.288 246.069 LIII m

pilier G
NEO 111 G 122291.601 848446.544 213.186 LIII m

pilier H
NEO 111 H 122294.797 848322.966 251.744 LIII m

pilier I
NEO 111 I 122412.563 848234.399 263.602 LIII m

pilier J
NEO 111 J 122725.403 848046.598 264.810 LIII m

pilier K
NEO 111 K 122893.859 848062.421 265.205 LIII m

pilier L
NEO 111 L 122967.050 848248.834 276.293 LIII m

pilier M
NEO 111 M 122908.817 848316.902 267.887 LIII m

pilier N
NEO 111 N 123001.485 848469.959 263.887 LIII m

pilier O
NEO 111 O 122537.196 848154.004 261.958 LIII m

pilier P
NEO 111 P 122477.133 848261.764 254.025 LIII m

pilier Q
NEO 111 Q 122628.688 848564.584 258.352 LIII m

pilier R
NEO 111 R 122413.150 848550.179 242.736 LIII m

MELON Yvann - 82 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

pilier S
NEO 111 S 122295.316 848391.228 228.970 LIII m

¤ Cibles visées
-------------
aval de la digue

NE 000 280/281 122534.341 848456.539 LIII m


NE 000 282/283 122450.595 848328.882 LIII m
NE 000 284/285 122463.372 848356.038 LIII m
NE 000 286/287 122476.156 848382.993 LIII m
NE 000 288/289 122489.126 848410.076 LIII m
NE 000 290/291 122502.083 848437.220 LIII m
NE 000 292/293 122514.910 848464.402 LIII m
NE 000 294/295 122527.623 848491.537 LIII m

NE 000 270/271 122445.617 848364.468 LIII m


NE 000 272/273 122458.390 848391.379 LIII m
NE 000 cab5 122468.515 848420.528 LIII m
NE 000 276/277 122484.154 848445.659 LIII m
NE 000 278/279 122496.971 848472.725 LIII m

NE 000 260/261 122430.660 848371.705 LIII m


NE 000 cab4 122440.170 848400.788 LIII m
NE 000 cab3 122453.047 848427.939 LIII m
NE 000 266/267 122468.768 848452.891 LIII m
NE 000 268/269 122481.620 848480.064 LIII m

NE 000 cab2 122424.65 848408.166 LIII m


NE 000 cab1 122437.605 848435.153 LIII m
NE 000 258/259 122453.298 848460.418 LIII m
NE 000 250/251 122388.469 848424.607 LIII m
NE 000 252/253 122400.737 848452.109 LIII m
fluage

NE 000 1/3 122534.341 848456.539 LIII m


NE 000 2/3 122521.606 848429.497 LIII m
NE 000 3/3 122507.795 848400.090 LIII m
NE 000 4/3 122495.221 848373.694 LIII m
NE 000 5/3 122482.603 848347.312 LIII m

NE 000 539 122940 848350 LIII m


NE 000 540 122940 848350 LIII m

NE 000 15/3 122959.495 848399.910 LIII m


NE 000 16/2 122955.139 848482.346 LIII m

tour
NE 000 360 122555.064 848327.606 LIII m
piliers d'observations

! NEO 000 Ba 122849.277 848602.727 LIII m


! NE 000 Da 122453.446 848576.094 LIII m
! NE 000 Ga 122291.606 848446.534 LIII m
! NEO 000 Ha 122294.801 848322.953 LIII m
! NEO 000 Ia 122412.574 848234.381 LIII m
! NEO 000 Ma 122908.807 848316.798 LIII m
! NEO 000 Na 123001.516 848469.897 LIII m
! NE 000 Oa 122537.198 848153.995 LIII m
! NEO 000 Pa 122477.133 848261.764 LIII m
! NEO 000 Qa 122628.688 848564.584 LIII m
! NE 000 Ra 122418.163 848550.177 LIII m
! NE 000 Sa 122295.321 848391.221 LIII m

¤ Précisions instrumentules
-------------------------
SIGM H 5

¤ Tours d'Horizon
---------------
! HI B 0.28 m
! DSET H
! DIR B Na 0 0 0.00
! DIR B N 0 0 0.0000

MELON Yvann - 83 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

! DIR B Qa 256 59 39.8


! DIR B Q 256 59 39.8000
! DIR B Ma 358 77 71.2
! DIR B M 358 77 71.2000
! DIR B 539 364 18 95.2
! DIR B 540 365 48 5.2
! ZANG H B Na 99 63 93.5000
! ZANG H B 539 102 47 60.5
! ZANG H B 540 102 48 63.5

HI D 0.28 m
DSET H

DIR D G
DIR D H
DIR D I
DIR D E
! DIR D cab1 49 83 78.0
DIR D cab3
DIR D 258/259
DIR D cab5
DIR D 266/267
DIR D 276/277
DIR D 288/289
DIR D 268/269
! DIR D 290/291
DIR D 278/279
! DIR D 292/293
DIR D 294/295

HI G 0.28 m
DSET H
DIR G R
DIR G E
DIR G F
DIR G H

DIR G 288/289
DIR G cab5
DIR G cab3
DIR G cab1
DIR G 290/291
DIR G 276/277
DIR G 266/267
DIR G 292/293
DIR G 258/259
DIR G 278/279
DIR G 268/269
DIR G 294/295

HI H 0.28 m
DSET H
DIR H I
DIR H D
! DIR H S
DIR H G
DIR H F
! DIR H 280/281
! DIR H 282/283
! DIR H 284/285
! DIR H 270/271
! DIR H 286/287
DIR H 260/261
DIR H 272/273
! DIR H cab4
! DIR H cab2
! DIR H 250/251
! DIR H 252/253

HI I 0.28 m
DSET H

DIR I H
DIR I O
DIR I D
DIR I R

MELON Yvann - 84 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

DIR I 360
DIR I 286/287
DIR I 284/285
DIR I 282/283
DIR I 280/281
DIR I 272/273
DIR I 270/271

! ZANG H I Ha
! ZANG H I Oa 100 92 16.5
! ZANG H I 360 101 81 88.5

HI M 0.28 m
DSET H
DIR M N
DIR M B
DIR M J
DIR M 15/3
DIR M 16/2
! ZANG H M Na 101 60 80.5
! ZANG H M 15/3 111 23 56.0
! ZANG H M 16/2 106 49 74.5

HI N 0.28 m
DSET H
DIR N M
DIR N B
DIR N Q
DIR N 16/2
DIR N 15/3
! DIR N 539 396 79 53.8
! DIR N 540 397 92 84.2

! ZANG H N Ma 98 75 58.5
! ZANG H N Ba 100 69 53.5
! ZANG H N 16/2 117 60 97.0
! ZANG H N 15/3 110 69 27.5
! ZANG H N 539 105 34 71.5
! ZANG H N 540 105 53 56.5

HI O 0.28 m
DSET H
DIR O J
DIR O Q
DIR O 360
! DIR O P 165 39 52.4000
DIR O I
! ZANG H O 360 101 17 54.0
! ZANG H O Ia 99 49 57.0

HI P 0.28 m
DSET H

DIR P Q
! DIR P Oa 261 96 20.0
DIR P O
DIR P 1/3
DIR P 2/3
DIR P 3/3
DIR P 4/3
DIR P 5/3

! ZANG H P Qa 99 28 4.5
! ZANG H P 1/3 101 18 39.5
! ZANG H P 2/3 101 38 66.0
! ZANG H P 3/3 101 70 32.0
! ZANG H P 4/3 102 12 33.0
! ZANG H P 5/3 102 80 3.0

HI Q 0.28 m
DSET H
! DIR Q Pa 0 0 0.00
! DIR Q P 0 0 0.0000

MELON Yvann - 85 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

! DIR Q Oa 15 59 63.9
DIR Q O
! DIR Q Ba 140 48 37.4
DIR Q B
DIR Q 1/3
DIR Q 2/3
DIR Q 3/3
DIR Q 4/3
DIR Q 5/3
! ZANG H Q Pa 100 90 60.5
! ZANG H Q 1/3 103 58 45.0
! ZANG H Q 2/3 102 98 94.5
! ZANG H Q 3/3 102 52 79.0
! ZANG H Q 4/3 102 21 45.0
! ZANG H Q 5/3 101 96 76.5

HI R 0.28 m
DSET H

! DIR R Ga 0 0 0.00
DIR R G
! DIR R Sa 14 39 74.8
DIR R S
! DIR R Da 191 37 21.3
DIR R D
! DIR R E 342 1 29.3
DIR R E

DIR R 250/251 42 64 20.7


DIR R 252/253
DIR R cab2
! DIR R 260/261 61 9 39.7
DIR R cab4
DIR R cab1
! DIR R cab3 75 11 42.7
! DIR R cab5 80 74 53.7
! DIR R 258/259 81 82 92.5
! DIR R 288/289 86 66 5.7
! DIR R 266/267 88 10 78.7
! DIR R 276/277 93 2 72.2
DIR R 290/291
! DIR R 268/269 104 30 38.5
! DIR R 278/279 107 55 96.0
DIR R 292/293
! DIR R 294/295 124 90 15.2

HI S 0.28 m
DSET H
! DIR S Ra 0 0 0.00
DIR S R
! DIR S Ga 44 89 5.9
DIR S G
! DIR S F 153 15 52.0
DIR S F
! DIR S Ha 239 95 54.0
! DIR S H 240 2 59.3000
DIR S 280/281
DIR S 282/283
DIR S 284/285
DIR S 270/271
DIR S 260/261
DIR S 286/287
DIR S 272/273
DIR S cab4
DIR S cab2
DIR S 250/251
DIR S 252/253

MELON Yvann - 86 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

Fichier simu_plani_s5_pil.lst:

================================================================================
simu_plani_s5_pil.iob
GeoLab V3.90 C1880IGN UNITS: m,GRAD Page 0001
================================================================================
11:11:21, Thu May 19, 2005
Input file: C:\SCPMail\MY\TFE_180505b\barrages\Vallon_Dol\simulations\simu_plani_s5_pil.iob
Output file: C:\SCPMail\MY\TFE_180505b\barrages\Vallon_Dol\simulations\simu_plani_s5_pil.lst
Options file: C:\SCPMail\MY\TFE_180505b\barrages\Vallon_Dol\simulations\simu.cfg

-----------------------------------------------------------------------------
| PARAMETERS | OBSERVATIONS |
|-----------------------------------------------------------------------------|
| Description | Number | Description | Number |
|-----------------------------------------------------------------------------|
| No. of Stations | 52 | Directions | 99 |
| Coord Parameters | 62 | Distances | 0 |
| Free Latitudes | 31 | Azimuths | 0 |
| Free Longitudes | 31 | Vertical Angles | 0 |
| Free Heights | 0 | Zenithal Angles | 0 |
| Fixed Coordinates| 94 | Angles | 0 |
| Astro. Latitudes | 0 | Heights | 0 |
| Astro. Longitudes| 0 | Height Differences| 0 |
| Geoid Records | 0 | Auxiliary Params. | 0 |
| All Aux. Pars. | 11 | 2-D Coords. | 0 |
| Direction Pars. | 11 | 2-D Coord. Diffs. | 0 |
| Scale Parameters | 0 | 3-D Coords. | 0 |
| Constant Pars. | 0 | 3-D Coord. Diffs. | 0 |
| Rotation Pars. | 0 | | |
| Translation Pars.| 0 | | |
| | | | |
| | -------- | | -------- |
| Total Parameters | 73 | Total Observations| 99 |
|-----------------------------------------------------------------------------|
| Degrees of Freedom = 26 |
-----------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------------
SUMMARY OF SELECTED OPTIONS
-------------------------------------------------------------------------------
OPTION | SELECTION
-------------------------------------------------------------------------------
Computation Mode | Simulation
Confidence Region Types | 2D Station Relative
Relative Confidence Regions | Connected Only
Variance Factor (VF) Known | Yes
Scale Covariance Matrix With VF | No
Scale Residual Variances With VF | No
Force Convergence in Max Iters | No
Distances Contribute To Heights | No
Compute Full Inverse | Yes
Optimize Band Width | Yes
Generate Initial Coordinates | No
Re-Transform Obs After 1st Pass | Yes
Geoid Interpolation Method | Bi-Quadratic
-------------------------------------------------------------------------------

Coordonnées géographiques masquées

-----------------------------------------------------------------------------
| |
| NOTE: All confidence regions were computed using the following factors: |
| ---------------------------------------------------------------- |
| Variance factor used = 1.0000 |
| 2-D expansion factor = 2.4477 |
| |
| Note that, for relative confidence regions, precisions are |
| computed from the ratio of the major semi-axis and the spatial |
| distance between the two stations. |
| |
-----------------------------------------------------------------------------

MELON Yvann - 87 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

================================================================================
simu_plani_s5_pil.iob
GeoLab V3.90 C1880IGN UNITS: m,GRAD Page 0006
================================================================================
2-D and 1-D Station Confidence Regions (95.000 and 95.000 percent):
STATION MAJOR SEMI-AXIS AZ MINOR SEMI-AXIS VERTICAL
------------ --------------------- --- ------------------- --------------------
1/3 0.0137 59 0.0028 0.0000
15/3 0.3475 61 0.0014 0.0000
16/2 0.0038 167 0.0011 0.0000
2/3 0.0141 65 0.0029 0.0000
250/251 0.0036 41 0.0019 0.0000
252/253 0.0039 67 0.0018 0.0000
258/259 0.0035 87 0.0025 0.0000
260/261 0.0088 8 0.0022 0.0000
266/267 0.0038 104 0.0027 0.0000
268/269 0.0042 111 0.0021 0.0000
270/271 0.0034 66 0.0029 0.0000
272/273 0.0041 31 0.0024 0.0000
276/277 0.0044 116 0.0028 0.0000
278/279 0.0047 121 0.0024 0.0000
280/281 0.0099 40 0.0042 0.0000
282/283 0.0037 70 0.0022 0.0000
284/285 0.0039 57 0.0028 0.0000
286/287 0.0047 44 0.0031 0.0000
288/289 0.0051 127 0.0033 0.0000
290/291 0.0067 144 0.0028 0.0000
292/293 0.0075 152 0.0026 0.0000
294/295 0.0062 139 0.0023 0.0000
3/3 0.0142 72 0.0028 0.0000
360 0.0062 59 0.0029 0.0000
4/3 0.0138 78 0.0024 0.0000
5/3 0.0127 86 0.0019 0.0000
cab1 0.0035 123 0.0024 0.0000
cab2 0.0031 26 0.0028 0.0000
cab3 0.0036 114 0.0031 0.0000
cab4 0.0034 150 0.0031 0.0000
cab5 0.0042 122 0.0032 0.0000

Imprecision sur les distances masquées


11:11:21, Thu May 19, 2005

MELON Yvann - 88 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

ANNEXE 6: Plan d'ensemble du barrage de Bimont

SCP

MELON Yvann - 89 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

ANNEXE 7: Fichier Geolab de l'étude du réseau


d'auscultation topographique du barrage de Bimont

Fichier plani_4s.iob:

+--------------------------------------------------------------------------------------------+
| RESEAU D'AUSCULTATION DU BARRAGE DE BIMONT |
+--------------------------------------------------------------------------------------------+

¤ Définition de l'ellipsoïde
--------------------------
ELIP C1880IGN 6378249.2 6356515 m

¤ Définition de la projection
---------------------------
XLAM LIII n 44 6 0.000000 e 2 20 14.025000 200000 600000 n 43 11 57.449000
n 44 59 45.938000 m

¤ Définitions de l'unité angulaire


--------------------------------

ANGT GRD

¤ Coordonnées des piliers du réseau d'auscultation


------------------------------------------------

NEO 000 A 142921.649 858450.546 325.470 LIII m


NEO 000 B 142784.816 858456.831 232.407 LIII m
NEO 111 C 142858.653 858382.974 309.735 LIII m
NEO 111 D 142763.556 858363.149 315.147 LIII m

¤ Coordonnées approchées des cocardes


-----------------------------------

! NE 000 21 142800 858500 LIII m


! NE 000 22 142800 858500 LIII m
NE 000 24 142800 858500 LIII m
! NE 000 25 142800 858500 LIII m
NE 000 26 142800 858500 LIII m
NE 000 27 142800 858500 LIII m
NE 000 28 142800 858500 LIII m
NE 000 29 142800 858500 LIII m
NE 000 30 142800 858500 LIII m
NE 000 31 142800 858500 LIII m
NE 000 32 142800 858500 LIII m
NE 000 33 142800 858500 LIII m
NE 000 34 142800 858500 LIII m
NE 000 35 142800 858500 LIII m
NE 000 36 142800 858500 LIII m
NE 000 37 142800 858500 LIII m
NE 000 38 142800 858500 LIII m
NE 000 39 142800 858500 LIII m
NE 000 40 142800 858500 LIII m
NE 000 41 142800 858500 LIII m
NE 000 42 142800 858500 LIII m
NE 000 43 142800 858500 LIII m
NE 000 44 142800 858500 LIII m
NE 000 63 142800 858500 LIII m
NE 000 229 142800 858500 LIII m
NE 000 230 142800 858500 LIII m
NE 000 400 142800 858500 LIII m
NE 000 489 142800 858500 LIII m
NE 000 490 142800 858500 LIII m
NE 000 491 142800 858500 LIII m
NE 000 492 142800 858500 LIII m
NE 000 494 142800 858500 LIII m

MELON Yvann - 90 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

NE 000 495 142800 858500 LIII m

¤ Précisions instrumentules
-------------------------

SIGM H 4

¤ Observations
------------

HI A 0.28 m
DSET H

DIR A B 326 53 67.2000


DIR A D 361 60 79.9000
DIR A C 381 65 88.5000
DIR A 494 213 67 40.7000
DIR A 489 214 55 19.5000
DIR A 490 219 56 22.2000
DIR A 495 223 16 88.8000
DIR A 229 224 64 29.4000
DIR A 230 226 9 21.2000
DIR A 491 224 3 8.8000
DIR A 400 234 30 25.1000
DIR A 63 235 70 63.1000
DIR A 492 230 99 58.8000
DIR A 30 231 51 93.3000
DIR A 31 235 67 47.1000
DIR A 32 239 36 44.2000
DIR A 24 248 93 29.7000
DIR A 33 248 83 85.1000
DIR A 34 249 80 97.0000
DIR A 35 252 71 13.4000
DIR A 36 263 51 88.9000
DIR A 37 263 28 53.1000
DIR A 38 263 60 49.7000
DIR A 39 279 4 50.7000
DIR A 40 279 16 45.4000
DIR A 41 279 3 27.1000
DIR A 42 287 37 73.9000
DIR A 43 287 47 11.0000
DIR A 44 291 97 87.2000
DIR A 27 272 13 96.5000
DIR A 28 277 91 88.4000
DIR A 29 284 4 56.8000

HI B 0.28 m
DSET H
DIR B C 56 16 91.6000
DIR B A 103 22 36.4000
! DIR B D 391 93 45.7000

DIR B 494 124 39 9.4000


DIR B 489 126 87 33.6000
DIR B 492 134 11 99.5000
DIR B 495 127 94 86.1000
DIR B 490 128 36 6.0000
DIR B 229 130 53 12.9000
DIR B 230 130 1 61.1000
DIR B 63 130 63 71.1000
DIR B 491 130 82 63.1000
DIR B 30 134 1 29.3000
DIR B 400 134 69 26.6000
DIR B 31 133 3 93.3000
DIR B 32 132 85 53.6000
DIR B 24 138 17 76.1000
DIR B 33 145 0 82.0000
DIR B 34 144 81 45.0000
DIR B 35 143 86 14.3000
DIR B 36 157 68 84.3000
DIR B 37 157 81 18.8000
DIR B 38 157 59 66.0000
DIR B 26 157 51 53.0000
DIR B 39 175 87 80.2000
DIR B 40 174 87 66.1000
DIR B 41 173 34 55.6000
DIR B 42 188 68 98.5000
DIR B 43 186 46 33.4000
DIR B 44 196 99 30.6000

MELON Yvann - 91 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

HI C 0.28 m
DSET H

DIR C A 175 98 9.3000


DIR C B 273 80 78.8000
DIR C D 336 89 78.8000
DIR C 494 187 42 22.8000
DIR C 489 188 68 46.8000
DIR C 490 190 82 40.0000
DIR C 495 191 72 7.3000
DIR C 491 193 29 25.8000
DIR C 229 193 35 30.0000
DIR C 230 193 56 60.2000
DIR C 63 196 82 95.6000
DIR C 492 197 5 8.5000
DIR C 30 197 17 34.8000
DIR C 400 198 42 13.5000
DIR C 31 198 5 75.7000
DIR C 32 199 15 78.5000
DIR C 24 205 25 57.5000
DIR C 33 208 61 8.8000
DIR C 34 208 89 93.2000
DIR C 35 209 57 87.7000
DIR C 36 220 51 46.4000
DIR C 37 220 46 16.1000
DIR C 38 220 51 50.6000
DIR C 26 220 85 22.6000
DIR C 39 235 17 5.1000
DIR C 40 234 87 39.4000
DIR C 41 234 25 54.2000
DIR C 42 243 80 61.7000
DIR C 43 243 15 33.6000
DIR C 44 248 75 22.5000
DIR C 27 227 57 40.8000
DIR C 28 231 81 15.8000
DIR C 29 237 41 37.8000

HI D 0.28 m
DSET H

DIR D C 116 23 40.4000


DIR D A 135 26 58.4000
! DIR D B 188 92 89.2000

MELON Yvann - 92 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

Fichier plani_4s.lst (partiel):

================================================================================
plani_4s.iob
GeoLab V3.90 C1880IGN UNITS: m,GRAD Page 0001
================================================================================
11:18:41, Fri May 20, 2005
Input file: C:\SCPMail\MY\TFE_190505a\barrages\Bimont\Geolab\plani_4s.iob
Output file: C:\SCPMail\MY\TFE_190505a\barrages\Bimont\Geolab\plani_4s.lst
Options file: C:\SCPMail\MY\TFE_190505a\barrages\Bimont\Geolab\conf.cfg

-----------------------------------------------------------------------------
| PARAMETERS | OBSERVATIONS |
|-----------------------------------------------------------------------------|
| Description | Number | Description | Number |
|-----------------------------------------------------------------------------|
| No. of Stations | 34 | Directions | 96 |
| Coord Parameters | 64 | Distances | 0 |
| Free Latitudes | 32 | Azimuths | 0 |
| Free Longitudes | 32 | Vertical Angles | 0 |
| Free Heights | 0 | Zenithal Angles | 0 |
| Fixed Coordinates| 38 | Angles | 0 |
| Astro. Latitudes | 0 | Heights | 0 |
| Astro. Longitudes| 0 | Height Differences| 0 |
| Geoid Records | 0 | Auxiliary Params. | 0 |
| All Aux. Pars. | 4 | 2-D Coords. | 0 |
| Direction Pars. | 4 | 2-D Coord. Diffs. | 0 |
| Scale Parameters | 0 | 3-D Coords. | 0 |
| Constant Pars. | 0 | 3-D Coord. Diffs. | 0 |
| Rotation Pars. | 0 | | |
| Translation Pars.| 0 | | |
| | | | |
| | -------- | | -------- |
| Total Parameters | 68 | Total Observations| 96 |
|-----------------------------------------------------------------------------|
| Degrees of Freedom = 28 |
-----------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------------
SUMMARY OF SELECTED OPTIONS
-------------------------------------------------------------------------------
OPTION | SELECTION
-------------------------------------------------------------------------------
Computation Mode | Adjustment
Maximum Iterations | 32
Convergence Criterion | 0.00010
Residual Rejection Criterion | Normal Max
Confidence Region Types | 2D Station Relative
Relative Confidence Regions | Connected Only
Variance Factor (VF) Known | Yes
Scale Covariance Matrix With VF | No
Scale Residual Variances With VF | No
Force Convergence in Max Iters | No
Distances Contribute To Heights | No
Compute Full Inverse | Yes
Optimize Band Width | Yes
Generate Initial Coordinates | No
Re-Transform Obs After 1st Pass | Yes
Geoid Interpolation Method | Bi-Quadratic
-------------------------------------------------------------------------------

Itérations et résidus masqués

================================================================================
plani_4s.iob
GeoLab V3.90 C1880IGN UNITS: m,GRAD Page 0013
================================================================================
Adjusted NEO Coordinates:
NORTHING EASTING O-HEIGHT
CODE FFF STATION STD DEV STD DEV STD DEV MAPPROJ
---- --- ------------ ---------------- ---------------- ---------- -------
NEO 001 229 142926.5374 858513.8514 0.0000 LIII m 0
0.0024 0.0051 0.0000
SFMC 229 0.9999247637 1.0000000000 2 13 35.590000 LIII
NEO 001 230 142924.9849 858511.9128 0.0000 LIII m 0
0.0024 0.0050 0.0000
SFMC 230 0.9999247659 1.0000000000 2 13 35.520000 LIII
NEO 001 24 142899.7741 858520.0238 0.0000 LIII m 0
0.0015 0.0052 0.0000
SFMC 24 0.9999248047 1.0000000000 2 13 35.750000 LIII
NEO 001 26 142866.0349 858541.5318 0.0000 LIII m 0
0.0013 0.0060 0.0000
SFMC 26 0.9999248573 1.0000000000 2 13 36.370000 LIII

MELON Yvann - 93 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

plani_4s.iob
GeoLab V3.90 C1880IGN UNITS: m,GRAD Page 0014
================================================================================
Adjusted NEO Coordinates:
NORTHING EASTING O-HEIGHT
CODE FFF STATION STD DEV STD DEV STD DEV MAPPROJ
---- --- ------------ ---------------- ---------------- ---------- -------
NEO 001 27 142849.2538 858541.9276 0.0000 LIII m 0
0.0016 0.0060 0.0000
SFMC 27 0.9999248828 1.0000000000 2 13 36.360000 LIII
NEO 001 28 142839.1795 858537.1701 0.0000 LIII m 0
0.0018 0.0058 0.0000
SFMC 28 0.9999248979 1.0000000000 2 13 36.200000 LIII
NEO 001 29 142826.0332 858533.3410 0.0000 LIII m 0
0.0021 0.0056 0.0000
SFMC 29 0.9999249176 1.0000000000 2 13 36.070000 LIII
NEO 001 30 142919.4925 858519.7752 0.0000 LIII m 0
0.0022 0.0053 0.0000
SFMC 30 0.9999247748 1.0000000000 2 13 35.760000 LIII
NEO 001 31 142915.3714 858515.4330 0.0000 LIII m 0
0.0020 0.0051 0.0000
SFMC 31 0.9999247808 1.0000000000 2 13 35.620000 LIII
NEO 001 32 142911.8598 858513.4162 0.0000 LIII m 0
0.0019 0.0050 0.0000
SFMC 32 0.9999247860 1.0000000000 2 13 35.560000 LIII
NEO 001 33 142895.4574 858534.1475 0.0000 LIII m 0
0.0014 0.0057 0.0000
SFMC 33 0.9999248121 1.0000000000 2 13 36.180000 LIII
NEO 001 34 142894.4457 858532.9451 0.0000 LIII m 0
0.0014 0.0056 0.0000
SFMC 34 0.9999248136 1.0000000000 2 13 36.140000 LIII
NEO 001 35 142891.8065 858528.7625 0.0000 LIII m 0
0.0013 0.0055 0.0000
SFMC 35 0.9999248173 1.0000000000 2 13 36.010000 LIII
NEO 001 36 142866.9508 858542.9544 0.0000 LIII m 0
0.0010 0.0059 0.0000
SFMC 36 0.9999248560 1.0000000000 2 13 36.420000 LIII
NEO 001 37 142867.1116 858543.4590 0.0000 LIII m 0
0.0011 0.0059 0.0000
SFMC 37 0.9999248558 1.0000000000 2 13 36.430000 LIII
NEO 001 38 142866.9372 858542.6922 0.0000 LIII m 0
0.0010 0.0059 0.0000
SFMC 38 0.9999248560 1.0000000000 2 13 36.410000 LIII
NEO 001 39 142829.6547 858543.8127 0.0000 LIII m 0
0.0017 0.0058 0.0000
SFMC 39 0.9999249127 1.0000000000 2 13 36.400000 LIII
NEO 001 40 142830.6668 858542.4413 0.0000 LIII m 0
0.0017 0.0058 0.0000
SFMC 40 0.9999249111 1.0000000000 2 13 36.360000 LIII
NEO 001 400 142916.4312 858520.0656 0.0000 LIII m 0
0.0021 0.0053 0.0000
SFMC 400 0.9999247794 1.0000000000 2 13 35.770000 LIII
NEO 001 41 142832.5083 858540.9543 0.0000 LIII m 0
0.0017 0.0057 0.0000
SFMC 41 0.9999249082 1.0000000000 2 13 36.310000 LIII
NEO 001 42 142807.9766 858539.0073 0.0000 LIII m 0
0.0024 0.0056 0.0000
SFMC 42 0.9999249454 1.0000000000 2 13 36.220000 LIII
NEO 001 43 142810.4187 858536.8429 0.0000 LIII m 0
0.0023 0.0055 0.0000
SFMC 43 0.9999249416 1.0000000000 2 13 36.160000 LIII
NEO 001 44 142796.0906 858534.4327 0.0000 LIII m 0
0.0028 0.0054 0.0000
SFMC 44 0.9999249632 1.0000000000 2 13 36.070000 LIII
NEO 001 489 142935.3509 858507.5642 0.0000 LIII m 0
0.0027 0.0049 0.0000
SFMC 489 0.9999247499 1.0000000000 2 13 35.400000 LIII
NEO 001 490 142931.0542 858509.9515 0.0000 LIII m 0
0.0026 0.0050 0.0000
SFMC 490 0.9999247566 1.0000000000 2 13 35.470000 LIII
NEO 001 491 142927.2412 858514.9027 0.0000 LIII m 0
0.0024 0.0051 0.0000
SFMC 491 0.9999247627 1.0000000000 2 13 35.620000 LIII
NEO 001 492 142920.0500 858520.3134 0.0000 LIII m 0
0.0022 0.0053 0.0000
SFMC 492 0.9999247739 1.0000000000 2 13 35.780000 LIII
NEO 001 494 142934.4837 858500.8539 0.0000 LIII m 0
0.0027 0.0047 0.0000
SFMC 494 0.9999247509 1.0000000000 2 13 35.190000 LIII
NEO 001 495 142927.3916 858507.5781 0.0000 LIII m 0
0.0024 0.0049 0.0000
SFMC 495 0.9999247620 1.0000000000 2 13 35.390000 LIII
NEO 001 63 142915.8885 858509.8193 0.0000 LIII m 0
0.0020 0.0049 0.0000
SFMC 63 0.9999247796 1.0000000000 2 13 35.450000 LIII

MELON Yvann - 94 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

Adjusted NEO Coordinates:


NORTHING EASTING O-HEIGHT
CODE FFF STATION STD DEV STD DEV STD DEV MAPPROJ
---- --- ------------ ---------------- ---------------- ---------- -------
NEO 001 A 142921.7017 858450.4689 325.4700 LIII m 0
0.0024 0.0027 0.0000
SFMC A 0.9999247673 0.9999488874 2 13 33.620000 LIII
NEO 001 B 142784.8175 858456.8240 232.4070 LIII m 0
0.0029 0.0026 0.0000
SFMC B 0.9999249758 0.9999635017 2 13 33.650000 LIII
NEO 111 C 142858.6530 858382.9740 309.7350 LIII m 0
0.0000 0.0000 0.0000
SFMC C 0.9999248591 0.9999513584 2 13 31.450000 LIII
NEO 111 D 142763.5560 858363.1490 315.1470 LIII m 0
0.0000 0.0000 0.0000
SFMC D 0.9999250026 0.9999505085 2 13 30.720000 LIII

Distances et angles recalculés masqués


================================================================================
plani_4s.iob
GeoLab V3.90 C1880IGN UNITS: m,GRAD Page 0020
================================================================================

-----------------------------------------------------------------------------
| |
| S T A T I S T I C S S U M M A R Y |
| |
-----------------------------------------------------------------------------
| | |
| Residual Critical Value Type | Normal Max |
| Residual Critical Value | 3.4699 |
| Number of Flagged Residuals | 1 |
| Convergence Criterion | 0.0001 |
| Final Iteration Counter Value | 8 |
| Confidence Level Used | 95.0000 |
| Estimated Variance Factor | 1.6599 |
| Number of Degrees of Freedom | 28 |
| | |
-----------------------------------------------------------------------------
| |
| Chi-Square Test on the Variance Factor: |
| |
| 1.0454e+00 < 1.0000 < 3.0362e+00 ? |
| |
| ******** THE TEST FAILS ******** |
| |
-----------------------------------------------------------------------------
-----------------------------------------------------------------------------
| |
| NOTE: All confidence regions were computed using the following factors: |
| ---------------------------------------------------------------- |
| Variance factor used = 1.0000 |
| 2-D expansion factor = 2.4477 |
| |
| Note that, for relative confidence regions, precisions are |
| computed from the ratio of the major semi-axis and the spatial |
| distance between the two stations. |
| |
-----------------------------------------------------------------------------

MELON Yvann - 95 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

================================================================================
plani_4s.iob
GeoLab V3.90 C1880IGN UNITS: m,GRAD Page 0021
================================================================================
2-D and 1-D Station Confidence Regions (95.000 and 95.000 percent):
STATION MAJOR SEMI-AXIS AZ MINOR SEMI-AXIS VERTICAL
------------ --------------------- --- ------------------- --------------------
229 0.0136 66 0.0023 0.0000
230 0.0134 66 0.0023 0.0000
24 0.0130 77 0.0023 0.0000
26 0.0148 89 0.0033 0.0000
27 0.0149 99 0.0032 0.0000
28 0.0144 103 0.0031 0.0000
29 0.0143 108 0.0031 0.0000
30 0.0137 69 0.0023 0.0000
31 0.0132 70 0.0023 0.0000
32 0.0129 71 0.0023 0.0000
33 0.0141 80 0.0025 0.0000
34 0.0140 80 0.0025 0.0000
35 0.0136 81 0.0024 0.0000
36 0.0144 90 0.0026 0.0000
37 0.0145 90 0.0026 0.0000
38 0.0144 90 0.0026 0.0000
39 0.0147 104 0.0026 0.0000
40 0.0145 103 0.0026 0.0000
400 0.0136 71 0.0023 0.0000
41 0.0144 103 0.0026 0.0000
42 0.0147 111 0.0026 0.0000
43 0.0144 111 0.0026 0.0000
44 0.0147 116 0.0026 0.0000
489 0.0136 62 0.0022 0.0000
490 0.0135 64 0.0023 0.0000
491 0.0137 66 0.0023 0.0000
492 0.0138 69 0.0024 0.0000
494 0.0130 61 0.0021 0.0000
495 0.0131 65 0.0022 0.0000
63 0.0128 69 0.0022 0.0000
A 0.0087 49 0.0015 0.0000
B 0.0093 138 0.0018 0.0000

Imprecision sur les distances masquées

11:18:41, Fri May 20, 2005

MELON Yvann - 96 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

Fichier plani_tt_111calc_4s.iob:

+--------------------------------------------------------------------------------------------+
| RESEAU D'AUSCULTATION DU BARRAGE DE BIMONT |
+--------------------------------------------------------------------------------------------+

¤ Définition de l'ellipsoïde
--------------------------

ELIP C1880IGN 6378249.2 6356515 m

¤ Définition de la projection
---------------------------

XLAM LIII n 44 6 0.000000 e 2 20 14.025000 200000 600000 n 43 11 57.449000


n 44 59 45.938000 m

¤ Définitions de l'unité angulaire


--------------------------------
ANGT GRD

¤ Coordonnées des piliers du réseau d'auscultation


------------------------------------------------
NEO 111 A 142921.702 858450.469 325.470 LIII m
NEO 111 B 142784.818 858456.824 232.407 LIII m
NEO 111 C 142858.653 858382.974 309.735 LIII m
NEO 111 D 142763.556 858363.149 315.147 LIII m

¤ Coordonnées approchées des cocardes


-----------------------------------
! NE 000 21 142800 858500 LIII m
! NE 000 22 142800 858500 LIII m
NE 000 24 142800 858500 LIII m
! NE 000 25 142800 858500 LIII m
NE 000 26 142800 858500 LIII m
NE 000 27 142800 858500 LIII m
NE 000 28 142800 858500 LIII m
NE 000 29 142800 858500 LIII m
NE 000 30 142800 858500 LIII m
NE 000 31 142800 858500 LIII m
NE 000 32 142800 858500 LIII m
NE 000 33 142800 858500 LIII m
NE 000 34 142800 858500 LIII m
NE 000 35 142800 858500 LIII m
NE 000 36 142800 858500 LIII m
NE 000 37 142800 858500 LIII m
NE 000 38 142800 858500 LIII m
NE 000 39 142800 858500 LIII m
NE 000 40 142800 858500 LIII m
NE 000 41 142800 858500 LIII m
NE 000 42 142800 858500 LIII m
NE 000 43 142800 858500 LIII m
NE 000 44 142800 858500 LIII m
NE 000 63 142800 858500 LIII m
NE 000 229 142800 858500 LIII m
NE 000 230 142800 858500 LIII m
NE 000 400 142800 858500 LIII m
NE 000 489 142800 858500 LIII m
NE 000 490 142800 858500 LIII m
NE 000 491 142800 858500 LIII m
NE 000 492 142800 858500 LIII m
NE 000 494 142800 858500 LIII m
NE 000 495 142800 858500 LIII m

¤ Précisions instrumentules
-------------------------

SIGM H 4

MELON Yvann - 97 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

¤ Observations
------------

HI A 0.28 m
DSET H

DIR A B 326 53 67.2000


DIR A D 361 60 79.9000
DIR A C 381 65 88.5000
DIR A 494 213 67 40.7000
DIR A 489 214 55 19.5000
DIR A 490 219 56 22.2000
DIR A 495 223 16 88.8000
DIR A 229 224 64 29.4000
DIR A 230 226 9 21.2000
DIR A 491 224 3 8.8000
DIR A 400 234 30 25.1000
DIR A 63 235 70 63.1000
DIR A 492 230 99 58.8000
DIR A 30 231 51 93.3000
DIR A 31 235 67 47.1000
DIR A 32 239 36 44.2000
DIR A 24 248 93 29.7000
DIR A 33 248 83 85.1000
DIR A 34 249 80 97.0000
DIR A 35 252 71 13.4000
DIR A 36 263 51 88.9000
DIR A 37 263 28 53.1000
DIR A 38 263 60 49.7000
DIR A 39 279 4 50.7000
DIR A 40 279 16 45.4000
DIR A 41 279 3 27.1000
DIR A 42 287 37 73.9000
DIR A 43 287 47 11.0000
DIR A 44 291 97 87.2000
DIR A 27 272 13 96.5000
DIR A 28 277 91 88.4000
DIR A 29 284 4 56.8000

HI B 0.28 m
DSET H
DIR B C 56 16 91.6000
DIR B A 103 22 36.4000
! DIR B D 391 93 45.7000

DIR B 494 124 39 9.4000


DIR B 489 126 87 33.6000
DIR B 492 134 11 99.5000
DIR B 495 127 94 86.1000
DIR B 490 128 36 6.0000
DIR B 229 130 53 12.9000
DIR B 230 130 1 61.1000
DIR B 63 130 63 71.1000
DIR B 491 130 82 63.1000
DIR B 30 134 1 29.3000
DIR B 400 134 69 26.6000
DIR B 31 133 3 93.3000
DIR B 32 132 85 53.6000
DIR B 24 138 17 76.1000
DIR B 33 145 0 82.0000
DIR B 34 144 81 45.0000
DIR B 35 143 86 14.3000
DIR B 36 157 68 84.3000
DIR B 37 157 81 18.8000
DIR B 38 157 59 66.0000
DIR B 26 157 51 53.0000
DIR B 39 175 87 80.2000
DIR B 40 174 87 66.1000
DIR B 41 173 34 55.6000
DIR B 42 188 68 98.5000
DIR B 43 186 46 33.4000
DIR B 44 196 99 30.6000

HI C 0.28 m
DSET H
DIR C A 175 98 9.3000
DIR C B 273 80 78.8000
DIR C D 336 89 78.8000

DIR C 494 187 42 22.8000

MELON Yvann - 98 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

DIR C 489 188 68 46.8000


DIR C 490 190 82 40.0000
DIR C 495 191 72 7.3000
DIR C 491 193 29 25.8000
DIR C 229 193 35 30.0000
DIR C 230 193 56 60.2000
DIR C 63 196 82 95.6000
DIR C 492 197 5 8.5000
DIR C 30 197 17 34.8000
DIR C 400 198 42 13.5000
DIR C 31 198 5 75.7000
DIR C 32 199 15 78.5000
DIR C 24 205 25 57.5000
DIR C 33 208 61 8.8000
DIR C 34 208 89 93.2000
DIR C 35 209 57 87.7000
DIR C 36 220 51 46.4000
DIR C 37 220 46 16.1000
DIR C 38 220 51 50.6000
DIR C 26 220 85 22.6000
DIR C 39 235 17 5.1000
DIR C 40 234 87 39.4000
DIR C 41 234 25 54.2000
DIR C 42 243 80 61.7000
DIR C 43 243 15 33.6000
DIR C 44 248 75 22.5000
DIR C 27 227 57 40.8000
DIR C 28 231 81 15.8000
DIR C 29 237 41 37.8000

HI D 0.28 m
DSET H
DIR D C 116 23 40.4000
DIR D A 135 26 58.4000
! DIR D B 188 92 89.2000

MELON Yvann - 99 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

Fichier plani_tt_111calc_4s.lst:

================================================================================
plani_tt_111calc_4s.iob
GeoLab V3.90 C1880IGN UNITS: m,GRAD Page 0001
================================================================================
11:28:54, Fri May 20, 2005
Input file: C:\SCPMail\MY\TFE_190505a\barrages\Bimont\Geolab\plani_tt_111calc_4s.iob
Output file: C:\SCPMail\MY\TFE_190505a\barrages\Bimont\Geolab\plani_tt_111calc_4s.lst
Options file: C:\SCPMail\MY\TFE_190505a\barrages\Bimont\Geolab\conf.cfg

-----------------------------------------------------------------------------
| PARAMETERS | OBSERVATIONS |
|-----------------------------------------------------------------------------|
| Description | Number | Description | Number |
|-----------------------------------------------------------------------------|
| No. of Stations | 34 | Directions | 96 |
| Coord Parameters | 60 | Distances | 0 |
| Free Latitudes | 30 | Azimuths | 0 |
| Free Longitudes | 30 | Vertical Angles | 0 |
| Free Heights | 0 | Zenithal Angles | 0 |
| Fixed Coordinates| 42 | Angles | 0 |
| Astro. Latitudes | 0 | Heights | 0 |
| Astro. Longitudes| 0 | Height Differences| 0 |
| Geoid Records | 0 | Auxiliary Params. | 0 |
| All Aux. Pars. | 4 | 2-D Coords. | 0 |
| Direction Pars. | 4 | 2-D Coord. Diffs. | 0 |
| Scale Parameters | 0 | 3-D Coords. | 0 |
| Constant Pars. | 0 | 3-D Coord. Diffs. | 0 |
| Rotation Pars. | 0 | | |
| Translation Pars.| 0 | | |
| | | | |
| | -------- | | -------- |
| Total Parameters | 64 | Total Observations| 96 |
|-----------------------------------------------------------------------------|
| Degrees of Freedom = 32 |
-----------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------------
SUMMARY OF SELECTED OPTIONS
-------------------------------------------------------------------------------
OPTION | SELECTION
-------------------------------------------------------------------------------
Computation Mode | Adjustment
Maximum Iterations | 32
Convergence Criterion | 0.00010
Residual Rejection Criterion | Normal Max
Confidence Region Types | 2D Station Relative
Relative Confidence Regions | Connected Only
Variance Factor (VF) Known | Yes
Scale Covariance Matrix With VF | No
Scale Residual Variances With VF | No
Force Convergence in Max Iters | No
Distances Contribute To Heights | No
Compute Full Inverse | Yes
Optimize Band Width | Yes
Generate Initial Coordinates | No
Re-Transform Obs After 1st Pass | Yes
Geoid Interpolation Method | Bi-Quadratic
-------------------------------------------------------------------------------

Itérations et résidus masqués

================================================================================
plani_tt_111calc_4s.iob
GeoLab V3.90 C1880IGN UNITS: m,GRAD Page 0013
================================================================================
Adjusted NEO Coordinates:
NORTHING EASTING O-HEIGHT
CODE FFF STATION STD DEV STD DEV STD DEV MAPPROJ
---- --- ------------ ---------------- ---------------- ---------- -------
NEO 001 229 142926.5377 858513.8512 0.0000 LIII m 0
0.0005 0.0012 0.0000
SFMC 229 0.9999247637 1.0000000000 2 13 35.590000 LIII
NEO 001 230 142924.9852 858511.9126 0.0000 LIII m 0
0.0004 0.0012 0.0000
SFMC 230 0.9999247659 1.0000000000 2 13 35.520000 LIII
NEO 001 24 142899.7745 858520.0237 0.0000 LIII m 0
0.0005 0.0009 0.0000
SFMC 24 0.9999248047 1.0000000000 2 13 35.750000 LIII
NEO 001 26 142866.0354 858541.5316 0.0000 LIII m 0
0.0011 0.0017 0.0000
SFMC 26 0.9999248573 1.0000000000 2 13 36.370000 LIII

MELON Yvann - 100 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

plani_tt_111calc_4s.iob
GeoLab V3.90 C1880IGN UNITS: m,GRAD Page 0014
================================================================================
Adjusted NEO Coordinates:
NORTHING EASTING O-HEIGHT
CODE FFF STATION STD DEV STD DEV STD DEV MAPPROJ
---- --- ------------ ---------------- ---------------- ---------- -------
NEO 001 27 142849.2542 858541.9276 0.0000 LIII m 0
0.0012 0.0019 0.0000
SFMC 27 0.9999248828 1.0000000000 2 13 36.360000 LIII
NEO 001 28 142839.1799 858537.1702 0.0000 LIII m 0
0.0013 0.0018 0.0000
SFMC 28 0.9999248979 1.0000000000 2 13 36.200000 LIII
NEO 001 29 142826.0336 858533.3411 0.0000 LIII m 0
0.0014 0.0017 0.0000
SFMC 29 0.9999249176 1.0000000000 2 13 36.070000 LIII
NEO 001 30 142919.4929 858519.7750 0.0000 LIII m 0
0.0005 0.0012 0.0000
SFMC 30 0.9999247748 1.0000000000 2 13 35.760000 LIII
NEO 001 31 142915.3717 858515.4328 0.0000 LIII m 0
0.0004 0.0011 0.0000
SFMC 31 0.9999247808 1.0000000000 2 13 35.620000 LIII
NEO 001 32 142911.8602 858513.4161 0.0000 LIII m 0
0.0004 0.0010 0.0000
SFMC 32 0.9999247860 1.0000000000 2 13 35.560000 LIII
NEO 001 33 142895.4578 858534.1473 0.0000 LIII m 0
0.0006 0.0011 0.0000
SFMC 33 0.9999248121 1.0000000000 2 13 36.180000 LIII
NEO 001 34 142894.4462 858532.9450 0.0000 LIII m 0
0.0006 0.0010 0.0000
SFMC 34 0.9999248136 1.0000000000 2 13 36.140000 LIII
NEO 001 35 142891.8069 858528.7624 0.0000 LIII m 0
0.0005 0.0010 0.0000
SFMC 35 0.9999248173 1.0000000000 2 13 36.010000 LIII
NEO 001 36 142866.9513 858542.9543 0.0000 LIII m 0
0.0006 0.0010 0.0000
SFMC 36 0.9999248560 1.0000000000 2 13 36.420000 LIII
NEO 001 37 142867.1121 858543.4589 0.0000 LIII m 0
0.0006 0.0010 0.0000
SFMC 37 0.9999248557 1.0000000000 2 13 36.430000 LIII
NEO 001 38 142866.9377 858542.6921 0.0000 LIII m 0
0.0006 0.0010 0.0000
SFMC 38 0.9999248560 1.0000000000 2 13 36.410000 LIII
NEO 001 39 142829.6552 858543.8126 0.0000 LIII m 0
0.0006 0.0010 0.0000
SFMC 39 0.9999249127 1.0000000000 2 13 36.400000 LIII
NEO 001 40 142830.6674 858542.4412 0.0000 LIII m 0
0.0006 0.0010 0.0000
SFMC 40 0.9999249111 1.0000000000 2 13 36.360000 LIII
NEO 001 400 142916.4316 858520.0654 0.0000 LIII m 0
0.0005 0.0011 0.0000
SFMC 400 0.9999247794 1.0000000000 2 13 35.770000 LIII
NEO 001 41 142832.5088 858540.9542 0.0000 LIII m 0
0.0006 0.0010 0.0000
SFMC 41 0.9999249082 1.0000000000 2 13 36.310000 LIII
NEO 001 42 142807.9772 858539.0073 0.0000 LIII m 0
0.0006 0.0011 0.0000
SFMC 42 0.9999249454 1.0000000000 2 13 36.220000 LIII
NEO 001 43 142810.4193 858536.8429 0.0000 LIII m 0
0.0006 0.0010 0.0000
SFMC 43 0.9999249416 1.0000000000 2 13 36.160000 LIII
NEO 001 44 142796.0912 858534.4327 0.0000 LIII m 0
0.0005 0.0012 0.0000
SFMC 44 0.9999249632 1.0000000000 2 13 36.070000 LIII
NEO 001 489 142935.3512 858507.5640 0.0000 LIII m 0
0.0005 0.0013 0.0000
SFMC 489 0.9999247499 1.0000000000 2 13 35.400000 LIII
NEO 001 490 142931.0545 858509.9513 0.0000 LIII m 0
0.0005 0.0013 0.0000
SFMC 490 0.9999247566 1.0000000000 2 13 35.470000 LIII
NEO 001 491 142927.2415 858514.9025 0.0000 LIII m 0
0.0005 0.0012 0.0000
SFMC 491 0.9999247627 1.0000000000 2 13 35.620000 LIII
NEO 001 492 142920.0503 858520.3132 0.0000 LIII m 0
0.0005 0.0012 0.0000
SFMC 492 0.9999247739 1.0000000000 2 13 35.780000 LIII
NEO 001 494 142934.4840 858500.8537 0.0000 LIII m 0
0.0005 0.0013 0.0000
SFMC 494 0.9999247509 1.0000000000 2 13 35.190000 LIII
NEO 001 495 142927.3919 858507.5779 0.0000 LIII m 0
0.0004 0.0012 0.0000
SFMC 495 0.9999247620 1.0000000000 2 13 35.390000 LIII
NEO 001 63 142915.8889 858509.8191 0.0000 LIII m 0
0.0004 0.0010 0.0000
SFMC 63 0.9999247796 1.0000000000 2 13 35.450000 LIII

MELON Yvann - 101 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

================================================================================
Adjusted NEO Coordinates:
NORTHING EASTING O-HEIGHT
CODE FFF STATION STD DEV STD DEV STD DEV MAPPROJ
---- --- ------------ ---------------- ---------------- ---------- -------
NEO 111 A 142921.7020 858450.4690 325.4700 LIII m 0
0.0000 0.0000 0.0000
SFMC A 0.9999247673 0.9999488874 2 13 33.620000 LIII
NEO 111 B 142784.8180 858456.8240 232.4070 LIII m 0
0.0000 0.0000 0.0000
SFMC B 0.9999249758 0.9999635017 2 13 33.650000 LIII
NEO 111 C 142858.6530 858382.9740 309.7350 LIII m 0
0.0000 0.0000 0.0000
SFMC C 0.9999248591 0.9999513584 2 13 31.450000 LIII
NEO 111 D 142763.5560 858363.1490 315.1470 LIII m 0
0.0000 0.0000 0.0000
SFMC D 0.9999250026 0.9999505085 2 13 30.720000 LIII

Distances et angles recalculés masqués


================================================================================
plani_tt_111calc_4s.iob
GeoLab V3.90 C1880IGN UNITS: m,GRAD Page 0020
================================================================================

-----------------------------------------------------------------------------
| |
| S T A T I S T I C S S U M M A R Y |
| |
-----------------------------------------------------------------------------
| | |
| Residual Critical Value Type | Normal Max |
| Residual Critical Value | 3.4699 |
| Number of Flagged Residuals | 0 |
| Convergence Criterion | 0.0001 |
| Final Iteration Counter Value | 8 |
| Confidence Level Used | 95.0000 |
| Estimated Variance Factor | 1.4688 |
| Number of Degrees of Freedom | 32 |
| | |
-----------------------------------------------------------------------------
| |
| Chi-Square Test on the Variance Factor: |
| |
| 9.4991e-01 < 1.0000 < 2.5697e+00 ? |
| |
| THE TEST PASSES |
| |
-----------------------------------------------------------------------------
-----------------------------------------------------------------------------
| |
| NOTE: All confidence regions were computed using the following factors: |
| ---------------------------------------------------------------- |
| Variance factor used = 1.0000 |
| 2-D expansion factor = 2.4477 |
| |
| Note that, for relative confidence regions, precisions are |
| computed from the ratio of the major semi-axis and the spatial |
| distance between the two stations. |
| |
-----------------------------------------------------------------------------

MELON Yvann - 102 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

================================================================================
plani_tt_111calc_4s.iob
GeoLab V3.90 C1880IGN UNITS: m,GRAD Page 0021
================================================================================
2-D and 1-D Station Confidence Regions (95.000 and 95.000 percent):
STATION MAJOR SEMI-AXIS AZ MINOR SEMI-AXIS VERTICAL
------------ --------------------- --- ------------------- --------------------
229 0.0030 81 0.0010 0.0000
230 0.0029 83 0.0010 0.0000
24 0.0023 99 0.0012 0.0000
26 0.0045 63 0.0018 0.0000
27 0.0053 118 0.0017 0.0000
28 0.0051 122 0.0017 0.0000
29 0.0051 126 0.0018 0.0000
30 0.0029 86 0.0011 0.0000
31 0.0026 90 0.0011 0.0000
32 0.0025 93 0.0010 0.0000
33 0.0026 95 0.0013 0.0000
34 0.0025 95 0.0013 0.0000
35 0.0024 98 0.0013 0.0000
36 0.0024 95 0.0015 0.0000
37 0.0024 95 0.0015 0.0000
38 0.0024 96 0.0015 0.0000
39 0.0025 90 0.0015 0.0000
40 0.0024 90 0.0015 0.0000
400 0.0028 88 0.0011 0.0000
41 0.0024 89 0.0015 0.0000
42 0.0027 93 0.0014 0.0000
43 0.0026 91 0.0014 0.0000
44 0.0029 97 0.0013 0.0000
489 0.0034 73 0.0010 0.0000
490 0.0032 77 0.0010 0.0000
491 0.0031 80 0.0010 0.0000
492 0.0029 85 0.0011 0.0000
494 0.0032 74 0.0009 0.0000
495 0.0029 81 0.0009 0.0000
63 0.0025 91 0.0010 0.0000

Imprecision sur les distances masquées


11:28:55, Fri May 20, 2005

MELON Yvann - 103 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

Fichier plani_pilfix+visees.iob:

+--------------------------------------------------------------------------------------------+
RESEAU D'AUSCULTATION DU BARRAGE DE BIMONT |
+--------------------------------------------------------------------------------------------+

¤ Définition de l'ellipsoïde
--------------------------
ELIP C1880IGN 6378249.2 6356515 m

¤ Définition de la projection
---------------------------
XLAM LIII n 44 6 0.000000 e 2 20 14.025000 200000 600000 n 43 11 57.449000
n 44 59 45.938000 m

¤ Définitions de l'unité angulaire


--------------------------------
ANGT GRD

¤ Coordonnées des piliers du réseau d'auscultation


------------------------------------------------
NEO 111 A 142921.702 858450.469 325.470 LIII m
NEO 111 B 142784.818 858456.824 232.407 LIII m
NEO 111 C 142858.653 858382.974 309.735 LIII m
NEO 111 D 142763.556 858363.149 315.147 LIII m

¤ Coordonnées approchées des cocardes


-----------------------------------
! NE 000 21 142800 858500 LIII m
! NE 000 22 142800 858500 LIII m
NE 000 24 142899.7741 858520.0238 LIII m
! NE 000 25 142800 858500 LIII m
NE 000 26 142866.0349 858541.5318 LIII m
NE 000 27 142849.2538 858541.9276 LIII m
NE 000 28 142839.1795 858537.1701 LIII m
NE 000 29 142826.0332 858533.3410 LIII m
NE 000 30 142919.4925 858519.7752 LIII m
NE 000 31 142915.3714 858515.433 LIII m
NE 000 32 142911.8598 858513.4162 LIII m
NE 000 33 142895.4574 858534.1475 LIII m
NE 000 34 142894.4457 858532.9451 LIII m
NE 000 35 142891.8065 858528.7625 LIII m
NE 000 36 142866.9508 858542.9544 LIII m
NE 000 37 142867.1116 858543.459 LIII m
NE 000 38 142866.9372 858542.6922 LIII m
NE 000 39 142829.6547 858543.8127 LIII m
NE 000 40 142830.6668 858542.4413 LIII m
NE 000 41 142832.5083 858540.9543 LIII m
NE 000 42 142807.9766 858539.0073 LIII m
NE 000 43 142810.4187 858536.8429 LIII m
NE 000 44 142796.0906 858534.4327 LIII m
NE 000 63 142915.8885 858509.8193 LIII m
NE 000 229 142926.5374 858513.8514 LIII m
NE 000 230 142924.9849 858511.9128 LIII m
NE 000 400 142916.4312 858520.0656 LIII m
NE 000 489 142935.3509 858507.5642 LIII m
NE 000 490 142931.0542 858509.9515 LIII m
NE 000 491 142927.2412 858514.9027 LIII m
NE 000 492 142920.05 858520.3134 LIII m
NE 000 494 142934.4837 858500.8539 LIII m
NE 000 495 142927.3916 858507.5781 LIII m

¤ Précisions instrumentules
-------------------------
SIGM H 5

MELON Yvann - 104 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

¤ Observations
------------

HI A 0.28 m
DSET H

DIR A B
DIR A D
DIR A C
DIR A 494
DIR A 489
DIR A 490
DIR A 495
DIR A 229
DIR A 230
DIR A 491
DIR A 400
DIR A 63
DIR A 492
DIR A 30
DIR A 31
DIR A 32
DIR A 24
DIR A 33
DIR A 34
DIR A 35
DIR A 36
DIR A 37
DIR A 38
DIR A 39
DIR A 40
DIR A 41
DIR A 42
DIR A 43
DIR A 44
DIR A 27
DIR A 28
DIR A 29

HI B 0.28 m
DSET H
DIR B C
DIR B A
DIR B D

DIR B 494
DIR B 489
DIR B 492
DIR B 495
DIR B 490
DIR B 229
DIR B 230
DIR B 63
DIR B 491
DIR B 30
DIR B 400
DIR B 31
DIR B 32
DIR B 24
DIR B 33
DIR B 34
DIR B 35
DIR B 36
DIR B 37
DIR B 38
DIR B 26
DIR B 39
DIR B 40
DIR B 41
DIR B 42
DIR B 43
DIR B 44

HI C 0.28 m
DSET H
DIR C A
DIR C B
DIR C D

DIR C 494

MELON Yvann - 105 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

DIR C 489
DIR C 490
DIR C 495
DIR C 491
DIR C 229
DIR C 230
DIR C 63
DIR C 492
DIR C 30
DIR C 400
DIR C 31
DIR C 32
DIR C 24
DIR C 33
DIR C 34
DIR C 35
DIR C 36
DIR C 37
DIR C 38
DIR C 26
DIR C 39
DIR C 40
DIR C 41
DIR C 42
DIR C 43
DIR C 44
DIR C 27
DIR C 28
DIR C 29

HI D 0.28 m
DSET H
DIR D C
DIR D A
DIR D B
DIR D 494
DIR D 489
DIR D 490
DIR D 495
DIR D 491
DIR D 229
DIR D 230
DIR D 63
DIR D 492
DIR D 30
DIR D 400
DIR D 31
DIR D 32
DIR D 24
DIR D 33
DIR D 34
DIR D 35
DIR D 36
DIR D 37
DIR D 38
DIR D 26
DIR D 39
DIR D 40
DIR D 41
DIR D 42
DIR D 43
DIR D 44
DIR D 27
DIR D 28
DIR D 29

MELON Yvann - 106 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

Fichier plani_pilfix+visees.lst:

================================================================================
plani_pilfix+visees.iob
GeoLab V3.90 C1880IGN UNITS: m,GRAD Page 0001
================================================================================
10:28:40, Wed May 11, 2005
Input file: C:\SCPMail\MY\TFE_100505\barrages\Bimont\simulation\plani_pilfix+visees.iob
Output file: C:\SCPMail\MY\TFE_100505\barrages\Bimont\simulation\plani_pilfix+visees.lst
Options file: C:\SCPMail\MY\TFE_100505\barrages\Bimont\simulation\simu.cfg

-----------------------------------------------------------------------------
| PARAMETERS | OBSERVATIONS |
|-----------------------------------------------------------------------------|
| Description | Number | Description | Number |
|-----------------------------------------------------------------------------|
| No. of Stations | 34 | Directions | 128 |
| Coord Parameters | 60 | Distances | 0 |
| Free Latitudes | 30 | Azimuths | 0 |
| Free Longitudes | 30 | Vertical Angles | 0 |
| Free Heights | 0 | Zenithal Angles | 0 |
| Fixed Coordinates| 42 | Angles | 0 |
| Astro. Latitudes | 0 | Heights | 0 |
| Astro. Longitudes| 0 | Height Differences| 0 |
| Geoid Records | 0 | Auxiliary Params. | 0 |
| All Aux. Pars. | 4 | 2-D Coords. | 0 |
| Direction Pars. | 4 | 2-D Coord. Diffs. | 0 |
| Scale Parameters | 0 | 3-D Coords. | 0 |
| Constant Pars. | 0 | 3-D Coord. Diffs. | 0 |
| Rotation Pars. | 0 | | |
| Translation Pars.| 0 | | |
| | | | |
| | -------- | | -------- |
| Total Parameters | 64 | Total Observations| 128 |
|-----------------------------------------------------------------------------|
| Degrees of Freedom = 64 |
-----------------------------------------------------------------------------

-------------------------------------------------------------------------------
SUMMARY OF SELECTED OPTIONS
-------------------------------------------------------------------------------
OPTION | SELECTION
-------------------------------------------------------------------------------
Computation Mode | Simulation
Confidence Region Types | 2D Station Relative
Relative Confidence Regions | Connected Only
Variance Factor (VF) Known | Yes
Scale Covariance Matrix With VF | No
Scale Residual Variances With VF | No
Force Convergence in Max Iters | No
Distances Contribute To Heights | No
Compute Full Inverse | Yes
Optimize Band Width | Yes
Generate Initial Coordinates | No
Re-Transform Obs After 1st Pass | Yes
Geoid Interpolation Method | Bi-Quadratic
-------------------------------------------------------------------------------

Coordonnées géographiques masquées

-----------------------------------------------------------------------------
| |
| NOTE: All confidence regions were computed using the following factors: |
| ---------------------------------------------------------------- |
| Variance factor used = 1.0000 |
| 2-D expansion factor = 2.4477 |
| |
| Note that, for relative confidence regions, precisions are |
| computed from the ratio of the major semi-axis and the spatial |
| distance between the two stations. |
| |
-----------------------------------------------------------------------------

MELON Yvann - 107 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

================================================================================
plani_pilfix+visees.iob
GeoLab V3.90 C1880IGN UNITS: m,GRAD Page 0005
================================================================================
2-D and 1-D Station Confidence Regions (95.000 and 95.000 percent):
STATION MAJOR SEMI-AXIS AZ MINOR SEMI-AXIS VERTICAL
------------ --------------------- --- ------------------- --------------------
229 0.0033 79 0.0012 0.0000
230 0.0032 80 0.0012 0.0000
24 0.0025 94 0.0014 0.0000
26 0.0056 63 0.0020 0.0000
27 0.0042 109 0.0020 0.0000
28 0.0040 112 0.0021 0.0000
29 0.0039 114 0.0021 0.0000
30 0.0032 83 0.0013 0.0000
31 0.0029 87 0.0013 0.0000
32 0.0027 90 0.0013 0.0000
33 0.0029 89 0.0016 0.0000
34 0.0028 90 0.0016 0.0000
35 0.0026 92 0.0016 0.0000
36 0.0028 87 0.0018 0.0000
37 0.0028 87 0.0018 0.0000
38 0.0028 87 0.0018 0.0000
39 0.0030 85 0.0017 0.0000
40 0.0030 84 0.0017 0.0000
400 0.0031 85 0.0014 0.0000
41 0.0029 83 0.0017 0.0000
42 0.0033 89 0.0015 0.0000
43 0.0031 87 0.0015 0.0000
44 0.0035 93 0.0014 0.0000
489 0.0037 72 0.0012 0.0000
490 0.0035 75 0.0012 0.0000
491 0.0034 78 0.0013 0.0000
492 0.0032 82 0.0014 0.0000
494 0.0036 72 0.0010 0.0000
495 0.0032 79 0.0011 0.0000
63 0.0027 88 0.0012 0.0000

Imprecision sur les distances masquées


10:28:40, Wed May 11, 2005

MELON Yvann - 108 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

ANNEXE 8: Carnet de mesures du barrage de Bimont

SCP

MELON Yvann - 109 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

ANNEXE 9: Représentation des mouvements bruts de


planimétrie

SCP

MELON Yvann - 110 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

ANNEXE 10: Fiche de terrain pour le relevé des tubes


d'auscultation (furets hydrauliques TÉLÉMAC)

SCP

MELON Yvann - 111 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

ANNEXE 11: Déplacements de points privilégiés sur la


digue du barrage du Vallon Dol de 1985 à 2005

MY

Les ellipses ainsi que les ellipses doubles sont dessinées pour chaque point en rouge, les
déplacement figure en magenta. L'orientation de la représentation est telle que le haut
correspond à la rive droite et la droite à l'amont. Les points sont placés à l'echelle mais
leur mouvement correspondent à une échelle mille fois plus importante.

MELON Yvann - 112 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

ANNEXE 12: Déplacements de points privilégiés sur la


digue du barrage du Vallon Dol de 1985 à 2005
(ellipses de confiance déterminées par simulation)

MY

Les ellipses ainsi que les ellipses doubles sont dessinées pour chaque point en jaune, les
déplacement figure en magenta. L'orientation de la représentation est telle que le haut
correspond à la rive droite et la droite à l'amont. Les points sont placés à l'echelle mais
leur mouvement correspondent à une échelle mille fois plus importante.

MELON Yvann - 113 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

ANNEXE numérique 13: Fichiers informatiques


(Excel et Geolab)

MELON Yvann - 114 - mémoire de fin d'études


Audit des différents réseaux d'auscultation topographique des barrages de la SCP

AUDIT DES DIFFÉRENTS RÉSEAUX D'AUSCULTATION


TOPOGRAPHIQUE DES BARRAGES DE LA SOCIÉTÉ DU
CANAL DE PROVENCE

Résumé:

La législation française impose un suivi régulier des barrages intéressant la


sécurité publique. L'auscultation topographique permet ainsi de déterminer les
mouvements effectués par l'ouvrage. La SCP est l'exploitant de quatre barrages
intéressant la sécurité publique ; pour deux d'entre eux (Bimont et Vallon Dol), ce
mémoire est l'occasion d'analyser leur réseau d'auscultation topographique par la
détermination des ellipses de confiance des points visés sur chacun des ouvrages. Toutes
les étapes de l'auscultation sont critiquées. Enfin, les résultats des auscultations du
barrage de Vallon Dol sont analysés sur une période de vingt ans.

Abstract:

French regulations require inspection and surveillance of dams that may affect
public safety. Optical surveying allows dam displacement monitoring. The Société du
Canal de Provence (SCP) operates four of these dams.
The purpose of this thesis is to carry out an analysis of the monitoring system
of both the Bimont and Vallon Dol dams through the calculation of error ellipses of the
points observed on each structure. Every step of the process is discussed and the results
of the monitoring surveys carried out the Vallon Dol dam over the two last decades are
thoroughly analysed.

Mots clés: barrages intéressant la sécurité publique, réseaux d'auscultation, ellipses de


confiance, Geolab, Malpasset, Vallon Dol, Bimont, Société du Canal de
Provence

Keywords: dams, public safety, monitoring system, error ellipses, confidence regions,
Geolab, Malpasset, Vallon Dol, Bimont, Société du Canal de Provence

MELON Yvann - 115 - mémoire de fin d'études

Vous aimerez peut-être aussi